Vous êtes sur la page 1sur 77

r^ilt-''''^t*<nii<liiMwriÉrrilffii'|>^l'iitf<ffi11^Vi''Mif

,^^^'^^

ALBERT CAMUS

^r'^-.'<::">^r:

METAPHYSIQUE

CHRETIENNE

ÈOPLATONÎSM
DIPLOME D' E T U D E S SUPERIEURES
DE PHILOSOPHIE.
ALGER. 1.936.

70013°
154

CAMUS (Albert)

h ;• A P B Y 3 I ^ U K
i. C H M K ï I ii 11 II

M ï

BJ2!OPi.AxOIlSyK
- 1 -
iDanc l e s peintures des Catacombes, l e ilon
Pasteur prend v o l o n t i e r s l e viaage d'Hermès* S e l s s i l a ,
s o u r i r e e s t l a Dome^ l e symbole a changé de portée» e*afll,
a i n a l que la pensée Uhrétienxia^ c o a t r a i n l a de a'exprimer
dana un aystème;^^ oohëranti a t e n t é de se couler dans des
fortaaa de penseee grecques e t de s'exprimer dana l e s for«»
mules métaphysiques q u ' a l l a a trouvées t o u t e s f a i t e s *
Mais du mpina l e s a<-*t*-alla tranafigoréas* D'où, pour
comprendre l ' o r i g i n a l i t é du Uhristianiszne, la n é o a s s i t é
d ' é c l a i r c i r ce qui f a i t son sens profond* et d'un point
de vue h i s t o r i q u e la n é o e s a i t é de T09Xnnr à oea £^curce8«
C ' e s t l e but du orésont t r a v a i l * Mais toute recherche
potor ê t r e c o h é r ^ t e d o i t s'ordoniior suivant uae ou doux
dooaltehes fouûamentaloc. Oette l a t r o d i o t i o n ir^uQ peroat^
t r a de l e s d é f i n i r , dans l a necuro où., consid^Srant l a
ooai l o x i t é de l a matière Lioloriùuo qui nous oocu ;o, a l l a
saura cependant y f a i r e r e s s o r t i r quelques conet^ntes*
On s ' e s t boa*coup demandé ce qui r a i s a i t l ' o r i
^.inalit^ du Uhristianicme par rapport à l ' H e l l d n i a n c * A
coté de différences é v i d e n t e s , un bon nombre de thbmaa
r e s t e n t oomr.uns* fltois 4 l a v d r i t é , daii© t o u s l e s cas oH
ne o i v i l i s a t i o n j n a i t , l a grande a f f a i r e de l ' h u m a n i t é ,
c ' e u t un oliaag0r:èût de plans et non une aubstftuticm de
systèïaes* 0© n ' e s t pas en coiaerent l e s d0[;rîeQ otootieno
Gt l0 philosophie ^^recqua qu'on peut se f a i r e une idée
de ce qui l e s cdpere* Sais plutôt en roDarqiiar^ mo l e
_;lan sentimental où se plaçai nt l e s cosKiuiîautclG évangé —
iiriuos e s t étranger à l ' a s p e c t c l a s s i q u e de la seiiGibilit*
{îrecqua* C'e^t ÛBUB l e olan al&ctif où l e s problcDCs se
posent e t non dans l e :ystème'qui t o n t e d ' y r ' )on<ire,
q u ' i l faut chcarcher co qui f i t l a nouveauté du C h r t s t i a -
nisno* A gcs dobuts, c e l u i - c i n*ost pas une philosoplii©
qui s'oppose h une philosophie, £30is in ensoniilo d ' à e i -
r a t i o n s , une f o l , qui s© rèut sur un c e r t a i n plan e t qui
cherche L^GC s o l u t i o n s à l ' i n t é r i e u r de co plan*
: a i s c'et^t i c i , avant de p a r l e r de ce q u ' i l y
a d ' i r r é d u c t i b l e dans l e s deux c i v i l i s a t i o i i s , q u ' i l con-
v i e n t d ' i n t r o d u i r e des nuances e t de t e n i r compte de l a
oocaplexité du problàro©*t)Ôifa8t toujours a r b i t r a i r e de pax^
1er d'un " e s p r i t grec" par opîX)sition à un " e s p r i t chifil*-
t i e n " . ISsohyle P 3 f & « ^ e ^ o ^ o c l e , l e s masques p r i m i t i f s
et l e s métopes du fH)rHv¥nm^ l e s taystères enfin en même
temps que i*ocrate,.*.tout porte à m e t t r e ^ n v a l e u r or5o de
l a Grèce de 1 4 m « ^ une Grèce de 1 p^iliflTliTW, aoifia
c l a s s i q u e , csaie a u s s i r é e l l e . Liaio d'un a u t r e c ô t é , i l
oet ..ien c e r t a i n qu'on ,.eut do^ager d*un© c i v l l i s a c i o n
t.n c e r t a i n noubre d© thjues f a v o r i s , et 1© sooratlsm©
a i d a n t , de cal.iuer à l ' i i i t é r i o u r do ia ponecîo croccue un
c e r t a i n nombre 4f d e s s i n a , p r i v i l é g i é s dont l a con^osl^
ticm I n s p i r e plaràf^cient ce oue l ' o n apggJUi© l ^ h e l l é n i s i a e .
Quelque ohoae dana^la pensée Grecque i ^ ^ f ^ l o Chrig«
tianisme dai^ l e nêoe tempe q u ' a u t r e chose l o rajetbO k
l'avance»
- 2 -

« - Les différancee
(1) imuéeB rf^ 23 u » eiT^nsi^"qu'* on peut mettre à jour che» l e s
• ï o u t ce qui t*>c- Grecs et Ir^s Uhrétiena des a t t i t u d e s devant l e unde i r -
commode, O^aes, r'Vf-réooneillsal^leÇ ^^^ q u ' i l se for^mle i^ers l e s preiaiera
commode ' : rien ' n '• i bs i è c l e s de notre è r e , l ' h e l l é n i s m e implique que l'hoasse
prématuré ou tardif peut se suffixe et q u ' i l porte en l u i de quoi expliquer
de ce qui poAr toi l'Univers e t l e Destin» a©s templee sont c o n s t r u i t s à sa
échoit à son heure; niesure* isn un c e r t a i n seno l e s Grecs a c c e p t a i e n t uno
|o fais rzon fruit j u s t i f i c a t i o n Grortive et e s t h é t i q u e do l ' e x i s t e n c e . i*e
e ce que portent dessin do l e u r s c o l l i n e s ou l a course d un jeune honr e
saisons, ô na^ 3ur .^e pla{;e l e u r d é l i v r a i t oui l e s e c r e t du rcOnio.
turc! De toi nait heur uvangil© d i s a i t : notre Kovaûne e s t de cqiaoud©* U'esl|
tout, en toi est l e " î o u t ^'^ qui a*acooms>ode, Ocysos, m'aocoïaDOde**, d©
tout^ vers toi va Marc Aurèle Cl)#
tout** Cette conception :;i:rG!iont r a t i o n e l l e d© la v i e ^
(2) iJlSpictète* l e monde peut ê t r e t o u t e n t i e r compris - conduit à l ' i a »
SntrexieaJ i , 7 telbotuallame moral t l a v e r t u e s t cliose qui s'apirond*
U2± t u ne peux oor^ ûaifllg toujours l ' a v o u e r , tout© l a philosoi^xie &reoque f a i t
r i g e r l e s méchants du sage un âcal^ de Uxeu. Kt Dieu n'otalîIrQti'ane plus
ne l e s accuse paa liaute s c i e n c e , l e ^^urnaturel n ' e x i s t e pas : Tout l'imi--
Car tout© i^;ccL?mc©- v e r s se c e n t r e autour de l'hom e e t de son effort» Ui
t é e s t corrii'D^loi d no l e xml moral e s t une i.morance (2) ou un© o r r o o r ,
p l u t ô t accuse oooment i n s é r e r dans c e l t e a t t i t u d e l e s notions do <^
t o i , t o i qui ne demptîon ot d© ^éché?
trouves pas en t o i Au r e s t e et dans l ' o r d r o physique f^^ l e s
r^êim S9S025 d ' é l o -
quence Gt de oers6- ndcesaaire, qui e^^oore
iixeoB croyaient à un nuade c y c l i q u e , ^^teraol e t
vérancD pour l e s ©«• e x - n i h i l o e t part^iat d'caie fs'aocctaaoder
:c avait
i n du onde
d'une cr.'!^oticn
msuBT au bien*»
D^uûQ façon ,.;'>'u6ral©, attochdn a la r/alit-:' de
(i) oi Aristote* 1'idée pure,^ l e s Greco ne pouvaient oo^ 'c:^.di*e l e dotîT,©
Probi'* XVIII, :> r r par exemple ne' ot iaot n pas
d ' u n e j e s s u r e omirnoli©. Oolse, ff^orphvre, et J u l i e n
^^»i la suite des assez de r a i l e r l e s a ct t og rd*
*"<^ue ce s o
nements eat un cer-* sique toute la différence é-^fi^i t donc en pii/sique. «en rioreie, ou en indtaoiiy-
Ole, coui e le cer- l e s problèmes. daiiS ia layon de i-uaer
cla n'a ni commence-
ment ni fin, nous ne Uû-.±Q en même tempa desoints reat-'iient communs
pouvons. pa9 une plushe Néoplatonisme qui e s t l ' u l t i m e effort de la pensée
grande "proxiaité t: Grecque ne peut se ccniprendre, ni le Uhristianisme, sans
l^'éj^ard du co amen c e - considérer l e fond d'aS:îir?^tions communes, Qu^uel oute
rnent; ê t r e a n t é r i e u r vïensée de c e t t e poque se doit do rdpondre.
à oos fonc l à ( l e s
conten oroins de l a h - Les Acjlx-auions Uoo unes
guerre de Troie) ot
i l s liû peuvent pas une e x t r a o l'eu r d i î i
d'épo .uoi; furent a u s s i tourner t o c s . Bans
a i r e i.;.ooti'JrQnoe âo races et do oi.i"iloe,
non £.lus ê t r e ant'— lea vieux thèmes grëoo-reoaiiie 8© mêlaient à o o t t o ri u-
r i e u r s à nous"
Cité oBT ^omim v e l l e ea^euse oui v e n a i t de 1»Orient. L*Asie ninGare, l a
Q :JU3K - VhùV* 2^ p* o y r i e , l'^y^ypte, l a ffra« envoyaient pensées e t nenaours
au Hîonâe occidental (<!)• Les auriotea del*épocuo ao n t
encore Plotlîifx Ulpien de t y r et Paplnien, d»Hdrèse. Ptoléra^o e t i l o t à t »
§• 9, 7 »
et nt d©8 KgyptieiMr, Porphyre e t JaiiîEque doa i j j r i e n s ,

;unont« i»es Helijions o r i e n t a l e s dans l e Sûgani'jnc i^oucin.


- 5-
(1) Alexandre dans ses Diôscojfide et Galien des Asiates- ghcao Lucien, cet
campagnes en Orient e s p r i t consacré "attique** est de Commagène à la âôntière
avait créé plus de de l'JSjjphrate. iSt c*est ainsi qu'à la même époque le
40 villes grecques* ciel put être peuplé des Jiions gnostiquas, du lahve^h
jfidaïque, du Père des Chrétiens s, de l'un plïtinien et me même
(2) c. "L'homme^^^u- des vieux dieux^ romains, adorés encore dans les campagnes
veauf' ans les m^^ieu d'Italie.
de plTiiification et de iSt certes on peut trouver à cela des causes po-
lustration à Jsileusis
5La déesse Brimo a litiques et sociales : cosmopolitisme (1) ou crise écono-
enfanté Brimes" mique, réelle de l'époque. Mais c'est aussi qu'un ceiain
Philosopha V. a. nombre de revendications passionnées comirieiicent à naître
Qf Plutarque, de ^ qu^ tenteront de se satisfaire par tous les moyens, iàt
Isxde, 2Y-apud Loisy l'aient n'est pas seul responsable de cet éveil. S'il
Mystères paï€hs et est vrai que la Grèce avait a l c ^ éVhémérisé les dieux,
mystère chrétien Oh» s'il est vrai que
que le problème
probl de la destinée del'âme
P , p, 13yf-"^prés avait disparu sous l e s idées épicltfiennes .et S t o ï c i e n n e s ,
avoir cpmprimé et il n^en reste pas moins que c'est à une yéeiLle t r a d i t i o n
étouffé la rage de que revenait le monde gréco-romain. iiiais quelque chose
îyphon-Ç[sis3 ne vou- de neuf se fait cependant sentir*
lut pas que les com- ijans ce monde où le désir de Uieu se fait plus
bats qu'elle avait f o r t , l e problème du Bien perd du t e r r a i n . A l ' o r g u e i l de
s o u t e n u s . . . tombas- la v i e qui animait l e monde antique se sub§;itue l ' h u m i l i t é
s e n t dans l ' o u b l i et d ' e s p r i t s en quête d ' i n s p i r a t i o n s . Le plan e s t h é t i q u e de
l e s i l e n c e , i^lle i n s - l a contemplation ^^^^^SRU^^^^ P^^ 1® plan t r a g i q u e où.
t i t u a donc d é s i n i t i a ^ l e s espérances se ffluxxSoont g^ l ' i m i t a t i o n (2) d'un i>ieu.
t i o n s t r è s si'mples cùOn joue l e drame douloureux d ' I s i s à la recherche d ' U s i r i
s e r a i e n t représentées O) on meurt avec Ujconysos (4) on r e n a i t avec luî* ^s 5
par des images, des g a l l e s u i t AktLs dans lis pif re5 mutila t i o n s •-(î>)>\iÊleusis
allégories et par {b) 21eus s'''uunniitt à Jiemeter dans l a personne du grand p r ê -
des scènes figurées t r e et d' une h i é r o p h a n t i "d e .
les souffrances de iïit dans l e même temps s ' i n f j f t r e l ' i d é e que le
sa lutte" ' o r i e n t e pas
monde ne s'oriente pas vers
vers le
le " "i^^unt
i:>unt eadem Ômmia
Ômmia Bemper"
(5) o/ Loisy Op. cit.de Lucfèce, mais qu'il sert de cadre à la tragédie de
Oh. I - 1 ' homme sans Dieu. Les problèmes eux mêmes s'incarlUent
et la philosophie de l'histoire prend naissance. On
( 4) Ç4 Oumont op reAuâttâîl moins dès lors à admettre cette retouche au
c i t . j(ippendice : monde que constitue la -i^tedemption. Il ne s'agit pas de
Les mystères de connaître et de comprendre, mais d'aimer, iùt le Christia-
Bacchus. nisme ne fera que donner corps à cette idée, si peu Grec-
que pourtant, que le problème pour l'homme n'est pas de
(5) Oumont.chap. III perfectionner sa nature, mais d'y échapper. Désir de
Lieu, humilité, imitation, aspirations vers une renaissance!
(6) Loisy- ^hap- II tous ces thèmes s'entrecroisent dans les inystères et les
religions orientales âq<É>aganisme i^^édi terranéen. Depuis
surtout le 2° siècle avant J.C. (le culte de *^ybèpe est
introduit à iiome en 2Ub)iles principales religions n'ont
cessé, par leur influence et par leur extension, de pré-
parer la voie au Christianisme. A l'époque qui nous oc-
cupe, les nouveaux problèmes sont posés dans toute leur
acuité.
c - Position du Problème et plan de ce travail
(iM'^^l^^'l'i^ ^^ 1« ^oclé- Considérer le Christianisme commax une nouyella
té fra^ff^?*^ de X&i^ forme de pensée succédant brusquement à la civilisation
loaophiéï illàrs 19?1« Grecque^ aérait donc esquiver les dif^culté8«:'i4< Grèce
Revue de metaphyaique a* continue dans le Christianiame» Lui même se -prouve
et de Morale vB-ré- préformë dans la pensée hellène* "^C^st trop facile de
hier) avril 31 ~ 4f voir dans la dogmatique cliétienne une addition grecque,
id» Juillet 32 que rien dans les dootrtaea évangéliques ne légitimal^rt*
(Souriaa). Mais d'autre part aussi, on ne peut nier l'apport chré-
tien dans la pei^ée du temps et il parait diflleile d'ex-
clure toute notion de philosophie chrétienne (l). Une
chose e^Jf-commune et c'est une inquiétude qui :£slt naitre
des problèmes? c'est une même évolution qui me|ia des .
soucis pratiques d'Bplctète aux Spéculations de PlotAft
et dujûhristianisme intérieur de Paul à la dogmatique
des JitSoff Grecs* Mais peut on cependant démêler dans une
pareille confusion, ce qui fait l'originalité du Chris-
tianisme ? -i^out le preblème est Ik*
O'un point de vue historique la doctrine chré-
tienne est un meuve: ent religieux, né|V|||| Pales tins, ina**
crit dans la pensée judaïque* A une époque qu'il est
difficile de déterminer, mais certainement contemporaine
du moment où Paul autorise en principe l'admission des
(2) C'est-à-dire vers gentils et les exempte de la circoncision, (2) le Chris-
le milieu du I*' slè4 tianisme se sépare du Judaïsme* A la fin du X^ siècle,
Ole* Jean proclame l'identité du Seigneur et de l'^«prit. ,
lîîntre 117 et 150 l'épître de Barnabe est dé^à résolument
anti-juive* C'est le point capital. La pensée chrétienne
se sépare alors de ses origines et se déverse tout en-
tière dans le monde gréco-romain* Celui-ci, pro \?ré par
ses inquiétudes et les religions de mystères, finit par
l'accepter*
Il n'est pas intéressant dés lors, de séparer
afesolftment les deux doctrines, mais plutpt de chercher
comment elxes ont uni leurs eiforta et de voir ce qui,
de chacune d'elles, est resté intact dans cette colla-
boration. Mais i|li!l^t fil d'Ariane suivre pour se diriger
dans cette corafmsion d'idées et de systèmes. Disons flautdilL
suite que ce qui fait l'originalité irréductible du Chris-
tianisme, c'est le thème de l'Incarnation. Les problèmes
sont faits chair et pren ent immédiatement le caractère
de traflique et de nécessité qui manque si souvaat à cer-
tains ^eux de l'ei^rit grec. L^ême après que les Juifs
aieiit rejeté et la Méditerrannée accepte le christianisme
Son caractère profondément novateur survit. Et la pensée
chrétienne jjal emprunte forcément à la philosophie déjà
existante des formules toutes faites, les transflAure
cependant* Le rôle de la Grèce fut de l'universaliser en
l'orientant vers la métaphysique. Les mystères l'avaient
préparée à ce rôle et toute une tradition qui prend sa
source dans I^Kechyle et les Apollons dofiquee* AAMsl
se trouve expliqué un mouvement où le miracle cââsétlen
a :pi s'assimiler le miracle grec et jeter les bases
- 5 -

d'une o l T l l l a a t i e n assez durable peur que r.eua «a eoyone


encore tout lapréAnéa.
Hêtre taehe et netre plan ae trourent alors tra
e é s . SulTre dana l e Séeplatonlsme l ' e f f o r t de l e p h l l o -
eephle greeoue pour donner au problème de 1' épeque une
eolatlon speelflqueBieat h e l l è n e ; tracer l e t r a v a i l chré-
t i e n pour adapter sa do^aatlaue à ea r i e r e l i g i e u s e prim-
a i t i v e , jusqu'au moment eù^reèentrant dans l e néopla-*
tonlaaie des eaAres méta^^yalquee déjà moulés sur une
p«EUiée r e l i g i e u s e , l e (Sirlat£pnisma a*épaneult dans
c e t t e seconde réTélation que^Fu^ la p«isée eogua'tefitèjâiilL^
Ma^ IX y a 3 moments dans l ' é v o l u t i o n ehréti«rine : l e
Chrletlenlame éTangéUat^e eti e l l e prend sa aource, l a
dognatlque augcyitHMfnne où « l i e s'aobère dans l a eon^^
o l l i a t l o n du verbe e t de l a chair, et l e s écarts où
e l l e se l a i s s e «rbiniinery pour tenter d ' i d e n t i f i e r
connaissance et saXut.^jH^i^es hérésies dont l e G||0d<-
tlcisme donne mt modèle complets Svanglle, Glloee^ Bée
platonleme, Augustlnlsme^ nous étudierons ces quatre
stades d^une cosHnune évolution greeo«*ehrétlenne, dans
ICordre hlatorltue et dans l e rapport qu^ils soutiennent
avec l e mouveoiant de pensée où l i a s'Inscrivent* I^
Christianisme évei^éXitue dédaigne toute spéculation
mais pXli§e dès l ' o r i g i n e lea thèmes de l'Incarnation^
la Gnose poursuit une solution particulière où. l a Bé-
demption e t Xa connaissance se confondent, l e néopla-
tonisme s'efforce de parvenir e s s e s f i n s en tentant
de c o n c i l i e r rstionallsiM et ii^sticlsi&e et. s e s formules
aidant, permet à la dogmatique chrétleoine^de se cens
t l t u e r ches Saint Augustin en métaphysique de l ' I n c a r
ziatlon* Sans le mSma temps, l e néoi^atonlsa» sert l o i
de doctrlne->téBioin« Le mouvement qal l'anime srt l e
même que c e l u i qui meut la pensée ^rétlexme , mais
la Bcnsée d'Incarnation l u i demeure étrangère.
'^'^ Dès l e VI^ s i è c l e déjà, ce mouvs&ent ae con
fw\ «»4-i«l^i«4m* somme i "Le néoplatonisme meurt avec toute «a phlXo-
ulîi^îîl Î l ^ - S ^ Sophie et toute la culture grecque, Xe TI* et TU®
Xosophïe-l!ll!Gh? s i è c l e s sont des moments de grand sllenoeii>fI)
OHAPIg&£ I

LE CHRISTIANISME BVANGELIQUB,

Il est difficile de parler du hXoc d'un *Chrld--


tlanlame évangéXique*. Mais do moine eat-lX poesibXe de
déceler un oertain état d'esprit où prend sa source X'évo*
lutlon postérieure. Le thème privilégié, celui qui est
au centre de la pansée chrétienne d'alors et vers quX
tout converge, la solution naturelle aux aspirations de
l'époque, c'est l'Incarnation, L'incarnationt c'est-à^-dl-
re la mise en contact du divin et du charnel dans la per«*
sonne de Jéaua-Chriat} l'aventure extraordinaire d'un
J)ieu prenant à son compte le péché et la misère de l'Hom-
me, l'humilité et les humillatlona présentées somma au-»
tant dé symboles de la Rédemption* Mais oette ladtion cou-
ronne un ensemble d'aspirations qu'il nous appartient de
définir.
"^ Il y a deux états d'âme dans le chrétien évan-
géliquet le pét^sienieme et l'espoir «Evoluant Bur un cer-
tain plan tragique, l'humanité d'alors ne se repose plus
qu'en nieu et remettant entre 3es mains tout espoir d'une
destinée meilleure, n'aspire qu'à lui, ne voit que lui
dans l'universt abandon e 4out intérêt hore la foi, et
incarne en i)iau la symbole mftme de cette inquiétude déchi-
rée d'élévatiom. Il faut choisir antre le monde et Dieu.
Ce sont ces deux aspects du Christianisme que nous au-
rons à examiner aucce&sivametxt dans une première partie»
L'étude du milieu et de la littérature de l'époque noua
montrera ensuite ces différents thèmes chez les hommes
du Christianisme évangéllque.
Le plus sûr était de remohter aux textes néo«*
testamentaires eux-même^* ^sis une méthode supplémentaire
consiste à faire appel chaque foie qu'il est possible à
(1) P. de L A B R I O L L E un polémiste païen (l). Leure reproches en efrat» nous
La réaction païenne donnC'^une idée assez exacte de ce qui devait choquer un
JBaTis 1934. Grec» dans le Christianisme, et partant nous renseigne
sur le nBSUe^ilt^'de l'apport de ce dernier.
I LES THEMES LU UHRISTIASISME BVAKLSaiwUEi l<»s^ft/të^^7^j^J^j^^
A •& /^^f^ tiaéiiqujL-
Jii—L (T^'— L'ignorance et le dédain de toute spéculation
systématique, voila ce qui caractérise l'état d'esprit
des premiers chrétiens. Les faits les aveuglent et lea
pressent. En^outres la mort.
a) A la fin du IV® aièole encore, JULIUS QUIN4
fus HILABIANUS , évèque de l'Afrique pro#oon8ulaira caX«
oula dana son *i>e mundi dat^atione" q u ' i l r e s t e 101 ana
(2) cft P. de LAiiKlUVà vivre au monde(2).
LSt Histoire ib* de
la l i t t é r a t u r e l a t i n e
chrétienne.
- 7-
(S) Sur l*iaialn.noe cette idée d'une mort prochaine liée étrolte<>-
d. oett. /uvuMsiA ment d'ailleurs à la |t<^<n^,sûu du Chriat a obaédé toute
e) Marcj VIII, 39.- la première génération ohrétlenne (!}• Il 7 a là i^.exem-*
ZIIZ, 30*- Uatthieat 1e unique d'ane expériafiee collective de Xa mort (2)*
I, 23.- XII, 27-28,
ÏXIY, 34.- Luc, IX,
8
ana la monda de notre expérience, réaliser oette Idée
de la mort revient à doter notre vie d 'un sens nouveau*
26-27-- XXI, 32. Ce qui s'y découvre en effet, c'est le triomphe du ohar«-
o| aueel 1. "Vigila- nal, l'effroi phyaique devant cette révoltante icaoe. Bt
té"i Mt,- XXIV, 42- comment a'étonner fde calque lea chrétiens aient au un
44,- XXY, 13.- Luo, aena ai aigML de l'humiliation et de la détressa de la
XII,- 37-40. chair, et [de cej que ces notions aient pu Jouer un râle
(2) 0? P de LàB«lUItfSgiJ^^«- couvre l'élaboration de la métaphysique chrétienne.
m op. sit. p. 49ï wi«.** de vers et de croutea terreuses» Ma
peau se gerce
•Pénétrés du senti- que la nw^tu, et coule« Les Jours passent, plus rapides
ment que le monde xie G'évanouissentt plus d'espérancCCS).
On le l^etrt^ {«'Ancien Testamnt donnait déjà le ton avec
allait bientôt mou- Job(4), et l'SocXésiaste (3). Mais les Svangélas
rir (on sait que cet ce sens de la mort au centre de leur dévotion* ont mis
te croyance fut corn
mune aux premières On ne songe pas asses en effet que le Ohristia*-
générations chrétien nlsme e@t centré autour de la personne du Christ et de
neSi maio ils parais--sa mort. On fait de Jésus, une abstraction ou un symbole,
sent l'avoir sentie Mais les vrais chrétiens sont ceux qui ont réalisé ce
avec une intensité triomphe de la chair martyrisée. Jéaaa étant homme tout
d'angoisee toute par l'accent a été porté sur sa aortt on n'en cotmait guère
tioulière), ils vou- de plue horrible physiquement (6). C'est à certaines
laient " sculptures catalanes, aux ^nains déchirées et aux articu-
lations craquelées, qu'il faut songer pour imaginer la
(3) Job TII,- 5--6. terrifiante image de torture que le Christianisme a érigé
(4) Job II, 9.-^ III, en symbole, maie aassl bien suffit-il de se référer aux ts
3.- X, 8.- X, 21-22, textes célèbres de l'Bvangile.
XII, 23.- XVII, 10- Une autre preuve, s'il en était besoin^de l'im-
16.- XXI, 23-26.- portance de ce thème isnts le Christianisme évangélique
XXX, 23. c'est l'indignation des palenss "Laisae-là. donc, obsti-
(5) Pasclm, mais sur née dans ses vaines afreurs, célé^^rer par de fausses la-
tout: II, 17.- III, mentations, les funérailles de ce J}ieu, mort, condamné
19-21,- XII, 1-8. par d'équitables Juges et livré publiquement au plus
Ignominieux des supplices (7).
(6) cljfienan:Vie de
Jésus, Ch. XIV, p. St anoorei * • Il se laissa fi&ppar, I
438J "L'atrocité par cracher au visage, couronner d'épines.. •...«•••,••
ticulière du eu; plice môme s'il devait souffrir par ordre de Dieu, il aurait
de la croix était du accepter le châtiment, mais ne pas endurer sa pas**
qu'on pouvait vivre sien sans quelque discours hardi; quelque parole vi-
trois ou quatre joua» goureuse et sage, à l'adresse de Fllata, son Juge, au
dans cet horrible é- lieu de sa laisser insulter comme le premier venu de
tat. L'hémorragie des
mains s'arrêtait et
n'était pas mortelle
La vraie cause de la mort était la position contre nature du corps, laquelle
entraînait un troubla affreux de la circulation, de terribles maux de tête,
de coeur, enfin la rigidité des membres."
(7) porphyrai Philosophie des oracles. df^ St Augustin. Cité de Meut XIX,23
- ô -
(l) Porphyres Oité l a c a n a i l l e des carrefours"{!)« Mala en v o i l à a s s e s
par f. de hABUl^UtS, pour montrer l'Importance du sens de l a mort et de son
£. Bëaotlon païenne. contenu charnel dans l a pensée qui noua occupa,
p* 211. b) "Kous sommes p l a i s a n t a , d i t P a s c a l , de
noi;«s reposer dans l a s o c i é t é de nos semblables; mlaéra*-
b l é s comme nous, Impuissants comme notfs, l i a ne nous
aideront past on mourra seul*" L'expérience de l a mort
entraîna à sa s u i t e une c e r t a i n e p o s i t i o n t r è s d é l i c a t e
à d é f i n i r , nombreux sont en e f f e t l e s t e x t e s de l'évan«*
g l l e oà Jésus recommande l ' i n d i f f é r e n c e ou môme la h a i -
ne à l ' é g a r d de s e s proches comme moyen de parvenir au
(2) Mt. yill, 22.-Mt. royaume de Dieu ( 2 ) . E8t->ce l a base d'un imtsoraliame?
X, 21-22.- Mt. X 35- Mon, mais d'une morale i n f é r i e u r e s *Si quelqu'un v i e n t
37.- Mt. XII, 46-50. à mol et ne h a i t pas son père e t sa mère, sa femme e t
Lao III, 34.- XIV, sas e n f a n t s , s e s ftÊIâs e t s e s soeurs e t ton ftme même, c e -
26-3:5. l u i - l à ne p e u t - ê t r e mon d i s c i p l e " ( 3 ) . On comprend par
ces textesiL cependant; combien l e "Hends à César**, parque
(3) Luc. XIV, 26-28. une c o n c e s s i o n méprisante p l u t ô t qu'une d é c l a r a t i o n de
oonfbrmisme. Ce qui e s t à Césarcest l e denier oà t ' i m -
prime son e f f i g i e . Ce qui e s t à Pieu,c'est l e coeur de
l'homme s e u l , ayant rompu toute a t t a c h e avec l e monde.
Ceci e s t l a marque du peesimiame e t non de l ' a c c e p t a t i o n .
Mais comme i l e s t naturel ces thèmes assez vagues et
ces a t t i t u d e s de l ' e s p r i t se c o n c r é t i s e n t e t se r é s u -
ment dans l a notion proprement r e l i g i e u s e du pêhhé.
c) Dans l e péché 1 ' homme prend conscience de
(4) Marc X, 18. sa misère et de son o r g u e i l , "Kemo Bonus", (4) "Omnas
(3) aux Romains III, peccaVerunt", (&) l e pôché ee t u n i v e r s e l . Maie parmi
tous l e s t e x t e s s i g n i f i c a t i f s (6) du Nouveau Testament,
23. peu sont a u s s i r i c h e s de £ens et d ' o b s e r v a t i o n que ce
(6) I Jean, I, 8. pasiage de l ' £ p l t r e aux Homai ns (V)k "Je ne comprends
I, Corinth, X, 13. pas ce que Je f a i s } Je ne ^ai s pas l e bien que ^e veux,
Matthieu, XII, 21-23. et Je f a i s l e mal que Je ne v eux pas. Si ;je f a i s ce que
- d» - , XIX, 2t>-26. Je ne veux pas» ce n ' e s t pas moi qui l e f a i s , mais l e
péché qui h a b i t e en moi. Lors que Je veux f a i r e l e b i e n ,
(7) VII, 15-24. Je trouve que par une l o i fat a i e , l e mal m'est adhérent,
Je me p l a i s dans la l o i de n i eu s e l o n l'homme i n t é r i e u r ,
mais Je s e n s dans l e s membres de mon oorpa une autre
l o i qai combat contre la l o i de mon e s p r i t et qui m'as-
s e r v i t à la l o i du péché qui 6î;t dans mes membres".
I c i se d e s s i n e l e "Mon [y^csst non peccare" de
Saint-Augustin. £n même temps Idiwe peas^^imlste des c h r é -
t i e n s sur l e monde d ' e x p l i c i t e . C'est à o e t t e m/e €hi. eu
a s p i r a t i o n s que répond l a p a r t i e oonstruchlve. ^^
Christianisme évangélique. Mais i l é t a i t bon de noter
auparavant cet é t a t d ' e s p r i t . "Qu'on s'imagine un norn^
bre d'hommes dam l e s c h a î n e s , e t toi;s condamnés à mort,
dont l e s uns éteJrlH^ chaque Jour égorgés à l a vue des
a u t r e » , ceux qui reïstent v o i e n t l e u r propre c o n d l t i o n j i ^
dans c e l l e de leur^ semblables, e t , s e regardant avec
douleur et sans espérance, attendent l e u r t o u r . C ' e s t
(8) Pensées M* 199< l'image de l a c o n d i t i o n des hommes" ( 8 ) ,
- 9 -
Mais de même que cette pensée pasoallenne
placée au début de l'Apologie aert k faire ressortir
l'adhésion finale à Dieu, de même de ces condamnés à
mort est sortie l'espérance qui devait las transporter.
B. L'ESPOIH m DIEU,
8)*'I}eum et animam acJgAe cuptCê, dit Saint-^
(l) Sol» 1, 2, 7. Augustin - Hihll neplus - Hihil ommino-"(l). Il en est
bien ainsi dans l'ISvanglle ok seul compte le Royaume
de Dieu pour la conquête duquel 11 faut tant renoncer
ici-bas. L'idée du Koyaume de uieu n'ert pas absolument
neuve dans le Nouveau Testament, Les Juifs connaissaient
(2) Sagesse l, 10. déjà le mot et la chose (2). Maie dans les Svangiles
"C'est êelle qui con- ce royaume n'a rien de terrestre (3). 11 est spirituel.
duisit par des voies Il eet la contemplation de JJieu lui-même. En dehors de
droites le Juste fuy- cette conquête, nulle spéculation n'est souhaitable,
ant les ooleres de son '•Je dis ceci, pour que personne ne vous égare par des
frèreî qui lui montra discours séduisants.....Prenez garde que personne ne
le royaume de Dieu et s'empare de vous comme d'une proie, par la philosophie
lui donna la science et des discours trompeurs qui reposent sur une tradition
des choses saines", humaine, sur ce qu'il y a d'élémentaire dans le monde
et non sur Christ" (4) Cent à l'humilité et à la sim-
(3) Luo, XII-14, Mt. plicité des petits enfants qu'il faut s'efforcer d'at-
IVIII^ll.- Mt. 11-28• teindre(5)» C'est donc aux enfants que le Royaume de
(4) Aux Colossiens II, Lieu est promis, mais aussi eux savants qui ont su dé-
pouiller leur savoir pour comprendre la vérité du coeur,
et ont ajouté ainsi à la vertu même de la simplicité le
(5) Mt, XVIII, 3, 4. précieux mérite de l'effort sur soi, Lana l'Octahus,(6)
XIX, 15^ «c. X, 14,15. iilinuéius Félix, fait parler Caecilius, défenseur du
(6) yi, 4. paganisme en ces termess "lie doit-on pas s'indigner que
des gens qui n'ont pas étudié, étrangers aux lettres,
inhabiles même dans les arts vils, émettent des opinions
qu'ils tiennent pour certainer, sur tout ce qu'il y a
dea^plus élevé et et^ plus majestueux dans la nature, tan-|
dis que la philosophie en discute depuis des siècles.'/ 1
Ce dédain de toute spéculation pare s'explique ùhez des |
gens qui tenaient le^|/bwrolT en Lieu pour le but de I
tout effort humain. Mais un certain nombre de conséquen-
ces suivent encore.
b). A mettre au premier plan l'effort de
l'homme pers Dieu, on subordonne tout à ce mouvement.
Et le monde lui-même s'ordonne suivant cette direction,
L'Histuire a le sens que lieu a bien voulu lui donner,
La philosophie de l'Histoire, notion étrangère à un
esprit grec ent une invention Judaïque, Les problèmes
métaphysiques s'inoarnent dans le temps et le monde
n'eat que le symbole charnel de cet effort de l'homme
vers Lieu» De là encore l'importance capitale accordée
(7) in Matt, XIV, 33 à la foi (7). Il suffit qu'un paralytique ou un aveu-
XII, 58.- XV, 28. gle croie - et le voici guéri. C'est que l'essence de
cette foi eet de cc^nsentir et de renoncer, la Poi d'ail-
(8) in Matt,X 16-18. leurs est toujours plus importante que lef: oeuvree(8).
XX, W 6 . XXV 14-23.
- 10 -
La Récompense dans l ' a u t r e monde conserve un c a r a c t è r e
g r a t u i t , S l l e e s t d'un s i haut p r i x q u ' e l l e surpasse
l ' e x i g e n c e des m é r i t e s . Et l à encore i l s ' a g i t d'une a p o -
l o g i e de l ' h u m i l i t é . I l faut p r é f é r e r l e pêcheur repeu-»
t a n t au vertueux t o u t rempli de lul«-même et de s e s bonnea
oeuvres. L'ouvrier de l a oneième heure«sera payé un d e -
n i e r comme ceux de l a première. Et l ' o n fera f l t e à l ' e n -
fant prodigue dana la maison de son p è r e . Aux pêcheurs
r e p e n t i s , la vie é t e r n e l l e . Ce mot s i Important de via
é t e r n e l l e e s t p r i s dans aon sens l a r g e d ' i m m o r t a l i t é cha-
(1) Mt. XX, 4 6 . - que f o i s q u ' i l e s t c i t é ( 1 ) .
17 *Luo X 24 * ^^ ^^^ ^^ place a l o r s l a notion qui nous i n t é -
'• • *• r e s s e . S ' i l eet v r a i que l'homme n ' e s t r i e n et que sa d e s -
t i n é e e s t tout e n t i è r e dans l e s mains de Dieu, que l e s
oeuvres ne s u f f i s e n t pas à a s s u r e r à l'hosuae sa récompense
s i l e "Nemo Bonus" e s t fondé, qui donc a t t e i n d r a ce royau-
me de Dieu î La distance e s t BI grande de l'hooane à Dieu
qae personne ne peut espérer l a combler. L'homme ne peut
y parvenir et seul l e désespoir l u i e s t o u v e r t . Mais
a l o r s l ' I n c a r n a t i o n apporte sa solution? L'homme ne pou-
vant r e j o i n d r e Dieu, Dieu descend Jusqu'à l u i . £t c ' e s t
l ' u n i v e r s e l espoir en Christ qui n a i t a l o r s . L'homme a
eu r a i s o n de s ' e n remettre à Dieu puisque c e l u i - c i l a i
f a i t la grâce la plus infinie qui s o i t .
C'est dans SOUtè que c e t t e doctrine s'exprime
(2) Col, I , 15, pour la première f o i s de façon cohérente ( 2 ) , Pour l u i ,
I Corinth, XV, 45* la volonté de Dieu n ' a qu'un s e u l butj sauver l e s hommes,
Rom, I , 4* la c r é a t i o n B^t la Hédemption ne sont que deux manifes-
t a t i o n s de sa v o l o n t é , la première et l a seconde de sea
(3) Roms I , 20,^VIII r é v é l a t i o n s (3)« Le péché d'Adam a corrompu l'homme e t
28, E p h . , I , 4 5 . - I I I l ' a conduit à la mort ( 4 ) . I l ne l u i r e s t e aucune r e a s o u r -
11,*-II ïiemoK.I, 9, ce p e r s o n n e l l e , La l o i morale de l'Ancien ïestamant se
^v „ ^5 w contente en effet de donner à l'homme l'image du devoir
i î ' - i ï ^ ? 7 xrr ôV ^ a t t e i n d r e , . a i e e l l e ne l u i en donne pa. la f o r c e . Par
«N^I^^l/, Vi, di. 3^^^ ^^^^ 3^0 y^yj^ ^3ux fQ^Q coupable (5).La seule façon |
(5) Rom. I I I , 20. de nous sauver, é t a i t de v e n i r à nous, nous r e l e v e r de
Rom, V , 13* Rom. nos péchés par un miracle de l a g r â c e . C'e;^t J é s u s , de
VII, 7 - 8 . notre r a c e , de notre sang ( 6 ) , qui nous repréeenta et
f^. P T ^ TV 1 s ' e s t s u b s t i t u é à nous. Mourant avec l u i e t en l u i , l'hom-'
{b) ttom X, 5» x»,4. ^ç g P^y^ gQjj péché et l ' I n c a r n a t i o n e s t en même temps
(7) HffliiIII, 25. VI,6 l a Rédemption il). Mais pour autant la t o u t e - p u i s s a n c e de
I Cor. VI, 20. Oal. Dieu n ' e s t pas a t t e i n t e , car l a mort et l ' I n c a r n a t i o n de
IXI, 13. son f i l s âont des grâces et non des sanctions dues au
mérite humain.
Cette s o l u t i o n de faiti. r é s o l v a i t t o u t e s l e s
d i f f i o u l t é e d'une d o c t r i n e , é t a b l i s s a n t un s i grand é c a r t
e n t r e Dieu et l'Homme. Platon qui v o u l a i t unir l e Bien
à l'homme é t a i t c o n t r a i n t de c o n s t r u i r e t o u t e une é c h e l l e
d'idéaa entre cas deux termes, par l à i l c r é a i t un s a v o i r /
I c i , point de raisonnement} mais un f a i t , Jésus e s t venu,
A l a aageaae grecque qui n ' e s t qu'une solenoe, l e Chris-*
tianisme s'oppose comme un é t a t de choses.
-11 -
Pour comprendre enfin jtoute l'originalité \
d'une notion devenue trop familière à âos esprits, deman»
dons leur avis aux palans de l'époque, Vn esprit auael
cultivé que Celse, n^ oomprend pas. Son indignation eet
réelle. Quelque chose lui échappe qui était trop nouveau
pour luis "Que si, dit-Il, parmi les CU^étiena et lea
Juifs, 11 en est qui déclarent qu'un Dieu ou un fila de
Dieu, les uns,doit deaoandre, les autres,soit descendu,
c'est là de leur prétention la plus honteuse,,* Quel sens
peut avoir poux un Dieu un voyage comme celui«-là? Serait-
ce pour apprendre ce qui se pas^e ohea les hommes? Mala
ne sait-il pas tout? £at-ll donc incapable, étant donnée
sa puissance divine, de les améliorer sans dépêcher quel-
qu'un oorporellement à cet effetl,.,. Et si comme les
chrétiens l'affirment, il est venu pour aider les hommes
à rentrer dans la droite voie, pourquoi ne s'éet-ll avisé
de ces devoirs qu'après les avoir laissées errer pendant
(1) Celse, Discours tant de siècles (1)", De même l'Incarnation parait Imnac-
vrai, Traduc. Rou- ceptable à Porphyres "Même en supposant que tels des
gier, IV, 41. (^reos soient assez obtus pour penser que les Dieux habi-
tent dans des statues, ce serait encore une conception
plus pure que d'admettre que le Divin soit descendu dana
le sein de la Vierge Maria, qu'il soit devenu embryon,
qu'après sa naissance, il ait été enveloppé de langes,
(2) Porphyret Con- tout sali de sang, de bile et pis encore ^2)", St Porphy-
tra les Chrétiens, re s'étonne que le Christ ait pu soufftir sur sa croix,
fragment 77. in P. alors qu'il devait être par nature impassible (3),
de LA-îKiULLii;: La Rien donc n'est aussi spécifiquement chrétien
Réaction païenne, que la notion d'Incarnation, C'est en elle que se r(^&u-
P/ ^74. ment les thèmes obscurs que nous avons essayé de délimi-
(3) fragment 84-ld. ter. C'est sur cet argument de fait immédiatement compré-
hensible que s'aohèvent les mouvements de pensée qu'il
faut regarder vivre maintenant chez ceux qu'ila animaient.
II LBS HOMMBS DU CHRISTIAUISME gVAMGSLIwHE^
A. LES U^UVHKS,
Dégoût de la spéculation, eouci pratique et
religieux, primauté de It. foi, pessimisme à l'égard de
l'homme et itsimenfîe espjir qui nait de l'incarnation^au-
tant de thèmes qui revivent dans les hoinmes et le- oeuvresl
des premiers siècles de notre àte*
St en effet, il faut être grec pour croire que
la sagesBe s'apprend. La littérature chrétienne depuis
(1) ci Tlxeront: les origines ne compte aucun moraliste Juaqu'à Clément
Histoire des Dotmes et Tertullien (l^ggi^t clément, Saint Ignace, Saint
Chap. Illi 1*0 témoi- Polycarpe l'auteur de la doctrine des 12 apôtres et delul
gnage des Pères spos de l'épître apocryphe, dite de Barnabe, ne s'Intéreaaent
toliquetî.
qu'an cdté religieux des problèmes. La littérature dite
- 12 -
(1) i d . Cfaap.'ZXX, • p o s t o l i q o a ( 1 ) , aat axolnairanMit pratiqua at pepu-
p . 11$t *0n donn, 1 , l a i r a . 11 nona faut l'axaaiBar^ daaf a , , d é t a i l , poor
non de F è r . s a p o s t o - noaa faira una idèa an paa pta'^àaa da aon aaprit at da
liqiMS aux é e r l T a l n , a,a e a r a o t é r i a t i q u a s . 0*tta l i t t é r a t o r a a ' a s t ddTalep-
• e o l é s l a s t i q n , , qal péo da 90 à 150. C ' a a t - à ^ i r a qa*alla paat prtftandra
ont para à l a f i n du r , f l é t , r l*m!is,l£n,B,nt d,8 apOtraa. Qiiolqu*il an aoit»
Ittr oo dans la pra~ a l l a 9* oonpoaai da l a pranièra é p i t r , d . Saint Cldaant
Bièra n o i t i é da I I * (9?-97) ë e r i t a aans doata à BOAM} daa. aapt é p i t r , a da
a i è e l a at qai sont Saint Ignaoa (107-117) à Antiocte at l a long daa oOtaa
«•naés aToir raçu das d*Aaia Minaora; 911 Bgypta antra 190 a t 131 da l*dp|,tra
apotraa ou A, l , a x 8 apoor/pha (2) da Barnabe; da la dootrina daa 12 apotraa^
d i a e i p l a s igmédiat^- an Palaatina pro1»abl«iant (131-160) 1 da 'Paatawr'd'Bar-
wtmt l*«naal£naB«it •aa^ à Rosa ( 140-155 ) i à Boaa oli i Corintba da l a dao-
qa*il8 nous trana- x i è s a épitra^da Saint-Cléamiit , n 150| daa ^ri^aanta da
B,ttant. Papiaa, à Biarapolia an n u r / j l a (150) s a Sagrzna da l * é -
p i t r , d« Saint ?oljrearpa «t d , San Martyrina (155-156)»
(2) OlA'*fiidaeh,.4/ S a i s Toyons plutôt (diaoan, d * , l l a s at tantoas d*j ratroa-
fx à l*dtat par l a s postulats passionnés qaa nocœ avtma
déjà aignaléa.
a) £a p r a a i è r , é p i t r , d. Saint Clémant sa
propos, eomase soal bat d, raB,n,r l a paix dans l * 8 g l i e a
da Oorlntha. Son oaraotér, , 6 t dono puraaant pratiqua.
I l i n s i s t a sur l a f i l i a t i o n qui a x i s t a « a t r , 1 , Ch,f d ,
l * £ g l i s « et 1,8 Apôtres, pais e n t r , o<Bax-oi , t Jést»—
(3) iXXU 6- apdiid. Christ, dont l*Ineamation noas a saoréa ( 5 ) . Tonlant
fixeront, I I I , 2. sottBattr, l e s Corinthiens à leurs ohefs 8 p i r i t u , l s , i l
I m r Bontr, qu, la cause des discordas réside dans 1*,»-
v i e e t i l en prend prétexte pou^arlar de l ' h n n i l i t é e t
de l a Yertu d*obéissanw», oe qai l'aaèna à l ' é l o g a de
( 4) XIiIX, âd« l a charité ( 4 ) . C'est^par l ' h u a i l i t é que noue obteiraas
l a t é a l s s i o n de nos pâohéa. I c i peut se placer un den-
xièaa point de vue i^éoifiqueBcnt érangéliques Ceux qui
sont é l u s ne l e sont pas par leurs oeuTres nais p«r leur
(5) XIIII, 5, 4 , i d . foi en Dieu (5)» On pea plus l o i n , d * a i l l e o r 8 , Cldaent
parla de la à^oessité des oeurrea et de 1 ' i n e f f i c a c i t é
(6) XXXIII, 1, i d . de l a f o i sans e l l e s ( 6 ) .
(7) Pour tout oe qui b) Les l e t t r e s de Baint Ignaoe (7) ne sont que
s u i t ol Tlxaront I I I , des é c r i t s de o l r e o n s t a n c , étrangers à toute apécala-
5. ^ t i o n Béthodj^na. Itaia Saint Ignace est c e l u i des ihx9m
Apoatoliqnaa qai a eu l e sentiamit l e plas v i f pour la
Christ f a i t chair. I l ooBbat avec acharnement l a tendan-
ce doeète au aein du Christianisas. Jésus e s t *Pil8 âe
Dieu a a i y s i t l a volonté et l a paissance de Dieu, f a i t
(8) Aux habitants da vraiBant d'an, Ti,rge* (8) *2), la race de DaTid ealoa
Sayrn, I , 1* l a chair i l est f i l s de l'hoama et f i l a de Dieu* ( 9 ) . U
affiTBa l a aatarnité r é e l l e da Maria ( 1 0 ) . . . . . . ^ T r a i 8 e n t
X9) Epii* XZ, 2 . né d*ane • i a r g a . . . . I l a vralBent é t é parce de cloua pour
(10) Spta. 71% 2 . nous sous P o n c P i l a t a et Bérode la. Tétratqua ( U ) . »
*I1 a TraiBent souffert, comme i l s ' e s t vraiBcnt raasua-
(11) Ssqrrn, I , 1, 2 . c i t é lai-adaa, et non pas, a i n s i que 1 , dissnt certaine
incrédules qui prétendent q u ' i l a souffert seuleoent en
(12) Soyrna I I . apparence*(12). Ignace appuie plus encore, 8 * i l se peut,
sur l'hUBanité qa^Lrarétue l e Chriat. I l affirae qae
c ' e s t mBL chair que l e Christ a raasaacitét "Je aaia
qu'après sa resiruiraetion, Jésus a é t é en chair et je
eroia q u ' i l l ' a s t encore, s t quand i l Tint à ceux qui
étaient avec Pierre, i l Irar d i t t Pranas, palpaa-aoi*
e t voyes que j e ne suis pas un génie ssns corps. St aua-
sitôt i l s l e t o u c h è r e n t et i l s c r u r e n t , s * é t a n t môïës
à sa c h a i r et à son e s p r i t Et a p r è s l a r é s u r r e c -
tion i l mangea e t i l but avec eux, cotntne é t a n t c o r p o r e l
(1) Snayrne I I I . bien q u ' é t a n t uni spirituellemen-E à son P è r e " ( 1 ) ,
Sur c e t t e communion du C h r i s t en nous, Ignace
é t a b l i t l ' u n i t é de l ' i S g l i s e et l e s r è g l e s de l a v i e
r e l i g i e u s e . Pour l u i , iclen ne vQut que l a i'oi e t l ' A -
mour: "Le t o u t c ' e s t l a f o i et l a c h a r i t é ; i l n ' y a
(2) Smyrne VI, 1, r i e n de plus p r é c i e u x " ( 2 ) . Et môme" poussant à l ' e x -
trême un des thèmes déjà s i g n a l é s du C h r i s t i a n i s m e p r i -
m i t i f , i l affirme que c e l u i q.ui a l a f o i ne pêche p a s :
"Les c h a r n e l s ne peuvent f a i r e l e s oeuvres s p i r i t u e l l e s
n i l e s s p i r i t u e l s l e s oeuvres c h a r n e l l e s , pas p l u s que
la foi ne peut f a i r e l e s oeuvres de l ' i n f i d é l i t é , n i
l ' i n f i d é l i t é c e l l e s de l a f o i . Les choses que vous f a i -
t e s selon la chair sont s p i r i t u e l l e s , car vous f a i t e s
(5) Eph. V I I I , 2, t o u t en J é s u s - C h r i s t " {:>). C'est l à l a type de ce Chrid
tianisme e x a l t é , extrême dans sa foi et dans l e s con-
séquences qu*elle présuppose, que nous avons déjà d é f i -
n i : On ne s ' é t o n n e r a pas au r e s t e de trouver chez St
Ignace, l e s a c c e n t s du mysticisme l e plus p a s s i o n n é :
"Mon amour e s t c r â c l f i é , e t i l n ' y a point en moi de
feu pour l a m a t i è r e ; mais i l y a une eau vive e t p a r -
(4) -ftom. V i l , 2 . l a n t e qui me d i t i n t é r i e u r e m e n t :"Viens au Père" ( 4 ) ,
(5) Tixeront op. c i t . c) L ' é p î t r e a t t r i b u é e à St Barnabe (5) e s t
I I I , 8. s u r t o u t une oeuvre polémique d i r i g é e contre l e J u d a ï s -
me. E l l e ne c o n t i e n t guère d'éléments doctrinaux e t ne
p r é s e n t e d ' a i l l e u r s qu'un i n t é r ê t médiocre. L ' a u t e u r
i n s i s t e seulement avec beaucoup de r é a l i s m e - e t c ' e s t
ce qui éSk^iX, noter - sur l a fiédemption •- C e l l e - c i
v i e n t de ce que Jésus a l i v r é sa chair à la d e s t r u c t i o n
^6) V, 1 . - VII, 3 , 5. et nous a aspergés de son sang ( 6 ) . Et c ' e s t l e Baptê-
me qui nous f a i t p a r t i c i p e r à c e t t e rédemptiont"nous
descendons dans l ' e a u , remplis de pêches e t de s o u i l -
l u r e s , et nous en s o r t o n s , p o r t a n t des f r u i t s , p o s s é -
dant dans l e coeur e t dans l ' e s p r i t , l ' e s p é r a n c e en
(7) XI, 11, 1-8. Jésus'(7).
d ) " I l e x i s t e deux v o i e s , iL'une de t a v i e , l'au-
t r e de l a mort, mais i l y a une grande différence en-
(8) I , 1. Ap. Tixe- t r e l e s deux" ( 8 ) . La doctrine des 12 Spôtres s ' e s t a t -
ront I I I , 7# tachée seulement à l'enseignement de ce qui c o n s t i t u e •
l a voie de l a v i e et de ce q u ' i l faut f a i r e pour éviter"
c e l l e de la mort. C'est un catéchisme, un formulaire
l i t u r g i q u e qui ne dément pas ce que nous avancions sur
le c a r a c t è r e exclusivement p r a t i q u e de t o u t e c e t t e l i t -
térature.
e) Le "Pasteur" d'Hermas et la 2aième é p i t r e
(g) Tixeront I I I , 3 de Clément sont avant tout des oeuvres d ' é d i f i c a t i o n ( 9 )
et 4. Le thème commun à ces deux ouvrages e s t l a p é n i t e n c e /
C e l l e - c i , Hermas l ' a c c o r d e seulement aux f a u t e s commi-
ses jusqu'au moment où i l ^ é c r i t . Et dès ce moment la
doctrine p é n i t e n t i e l l e âP'irrvprégne de l a rigueur p a r t i -
c u l i è r e aux d o c t r i n e s p e s s i m i s t e s . Aux c h r é t i e n s de
son temps, i l n'accorde c e t t e pénitence qu'une seule
(10) Iiïattduo IV, 3. fois (10). I l é t a b l i t un t a r i f selon lequel une heure
de p l a i s i r impie doit s ' e x p i e r par t r e n t e jours de p é -
nitence et un jour par une année. Selon l u i l e s méchants
sont voués aux flammes et quiconque connaissant Dieu
(1) Similit IV, 4. aura commis cependant le mal, expiera éternellement (l),
La deuxième épitre de Clément est une homélie
offrant de fréquentes analogies avec le "Pasteur" d'Her-
mas. Là encore le but est tout pratique: Exhorter les fi-
dèles à la Charité et à la Pénitence. Au Chapitre IX on
démontre l'incarnation réelle et tangible de Jésus, La
suite s'attache à décrire les punitions et les récompen-
ses qui seront infligées ou accordées' après la résurrec-
tion.
f) L'épitre de Polycarpe, la relation qui nous
est faite de son martyre, les fragments de Papias enfin
(2) Tixeront op.cAt. ne nous apprendraient rien de sensiblement nouveau (2).
III, 6. Vouées à des buts pratiques, ces oeuvres se rencontrent
dans une Christologie antidodète, une théorie classique
du péché et l'exaltation de la iî*oi. Elles résument fidè-
lement, au vrai, ce que nous savons déjà sur cette litté-
rature apostolique et son mépris de toute s p é c u l a t i o n ,
Demandons-nous seulement dans quel milieu se d é v e l o p p a i t
cette prédication,
B . Lùb HOM^iEa.
; Un p e u t d i r e que l a p e n s é e des P è r e s X p o s t o l i -
ques r e f l è t e l e v r a i v i s a g e de l ' é p o q u e où i l s v i v a i e n t .
Les p r e m i è r e s communautés é v a n g é l i q u e s p a r t a g e a i e n t ces
s o u c i s e t s ' é c a r t a i e n t de t o u t e a m b i t i o n i n t e l l e c t u e l l e .
Rien n ' é c l a i r e mieux c e t é t a t d ' e s p r i t que l e s e f f o r t s de
Clément d * A l e x a n d r i e pour d i s s i p e r ces p r é ^ r e n t i o n s . &1
(3) E n t r e 180 e t 203 l ' o n songe que Clément v i v a i t à l a f i n du 11^ s i è o l e y on
v o i t avec q u e l l e t é n a c i t é l e C h r i s t i a n i s m e se c r a m p o n n a i t
à s e s o r i g i n e s , e t d ' a u t a n t p l u s que l e s f a n t a i s i e s du
g n o s t i c i s m e n ' é t a i e n t pas f a i t e s pour ramener l e s e s p r i t s
vers la philosophie.
(4) De r a y e . Clément Clément d ' A l e x a n d r i e (4)» d ' e s p r i t e t de c u l -
d ' A l e x a n d r i e . L i v r e t u r e g r e c s , r e n c o n t r a i t l e s p l u s v i v e s r é s i s t a n c e s dans
I I , Chap. 2 , son m i l i e u et t o u t son e f f o r t fut s ^ K W ^ r é h a b i l i t e r l a
p h i l o s o p h i e p a ï e n n e en d é c o n s i d é r a t i o n e t y h a b i t u e r l e s
e s p r i t s c h r é t i e n s . Mais c e c i e s t d ' u n a u t r e o r d r e . Et l ' i j
t é r ê t que p r é s e n t e n t souvent l e s "Stromates'% c ' e s t de
nous montrer dans l e d é p i t de l ' a u t e u r ce q u ' a v a i t de s o -
l i d e l ' h o s t i l i t é du m i l i e u à l ' é g a r d de t o u t e s p é c u l a t i o n ,
Ceux que Clément a p p e l l e l e s " S i m p l i c i o r e s " ce s o n t b i e n
v é r i t a b l e m e n t l e s p r e m i e r s c h r é t i e n s e t nous r e t r o u v o n s
en eux l e s p o s t u l a t s de l a p r é d i c a t i o n a p o s t o l i q u e : "Le
v u l g a i r e a peur de l a p h i l o s o p h i e g r e c q u e comme l e s e n -
(6) S t r o m a t e s VI-J, f a n t s ont peur d ' u n é p o u v a n t a i l " ( 5 ; . h a i s l e d é p i t se
80. f a i t s e n t i r : " C e r t a i n e s gens qui se c r o i e n t gens d ' e s p r i t
e s t i m e n t q u ' o n ne d o i t se mêaier n i de p h i l o s o p h i e , n i de
( 6 ) StttPïi.I, 4 3 . d i a l e c t i q u e , n i même s ' a p p l i q u e r à l ' é t u d e de l ' u n i v e r s ^ ô )
Ou e n c o r e : " I l y a des p e r s o n n e s q u i font c e t t e o b j e c t i o n
A quoi s e r t de s a v o i r l e s c a u s e s qui e x p l i q u e n t l e mouve-
ment du s o l e i l ou des a u t r e s a s t r e s ou d ' a v o i r é t u d i é l a
g é o m é t r i e , l a d i a l e c t i q u e ou l e s a u t r e s s c i e n c e s ? Ces cho-
s e s ne sont d ' a u c u n e u t i l i t é l o r s q u ' i l s ' a g i t de d é f i n i r
l e s iiîA^'ûviy^ . La p h i l o s o p h i e g r e c q u e n ' e s t q u ' u n p r o d u i t de
(7) VI, 9 3 . l ' i n t e l l i g e n c e humaine: e l l e n ' e n s e i g n e pas l a v é r i t é ( 7 ) . j
Les opinions du milieu c h r é t i e n d'Alexandrie
é t a i e n t donc parfaitement c l a i r e s . L^ Poi s u f f i t à
l'homme e t l e r e s t e e s t l i t t é r a t u r e . Comparons p l u t ô t
une a f f i r m a t i o n de T e r t u l l i e n , contemporain de clément,
e t un t e x t e de ce d e r n i e r , qui se recoupent exactement,
"Qu'y a - t - i l de commjjin d i t T e r t u l l i e n , e n t r e Athènes e t
Jérusalem, e n t r e l'Académie et l ' E g l i s e Tant
p i s pour ceux qui ont mis au jour un Charistianisme
s t o ï c i e n , p l a t o n i c i e n , d i a l e c t i c i e n . Pour nous, nous
n'avons pas de c u r i o s i t é après J é s u s - C h r i s t , n i du "t'jirnlg
X±) De P r a e s c r i p t i o n e fi^jirnn Jnnng gbngint, ni de recherche ^ r é s l ' E v a n g i l e (l7"
'Hcd^uticoium V I I Et Clément é c r i t : "Je n ' i g n o r e pps ce que r e s s a s s e n t
c e r t a i n e s gens i g n o r a n t s qui s ' e f f r a y e n t du moindre_bxiiit
à savoir que l ' o n d o i t s'enjtenir aux choses e s s e n t i e l l e s ^
à c e l l e s qui se rapportent à l a foi et que l ' o n d o i t
négliger c e l l e s qui viennent du dehors et qui sont s u -
(2) Sèrom.1,18 p erflues? (2).
Mnis ces simpliciBTss s ' en-ttenaient aux l i v r e s
S a i n t s , S^int Paul l e s - v r i t mis en garde contre l e s
(3) Aux Colossiens "discours trompeurs"(B). Nul ne se s o u c i r i t d ' ê t r e ,
11,8 sans l a c h a r i t é , l ' a i r a i n qui résonne ou l a cymbale
r e t e n t i s s a n t e . C'est pourquoi au IV s i è c l e , R u t i l i a s
Namatianus d é f i n i t l e c h r i s t i a n i s m e , le " s e c t e qui
(4) De Reditu Suc a b ê t i t l e s âmes '(4). Et de c e l a Clément d'Alexandrie
1,389 est seulement dépité : Celse est indigné ( 5 ) , PieuWe,
i n Rougier-Celse p,l!12 c e r t a i n e de l a v i v a c i t é d'une t r a d i t i o n q u ' i l nous
(5) Discours v r a i , semble a l / o ^ maintenant é t a b l i e .
111,37 - Trad.Roagier
I I I - LES Dlr^^^IGuLTES ^T .:Ù3 (JAURES D'L:V^LjriOII DU CHRISTIANISLIE T/ANGELI^UE.
S i n o a s j e t o n s un re^^rrd en a r r i r e , nous
devouo c o n c l u r e >-iae xe G i i r i o t i a n i s m e p r i m i t i f ae r é -
sume en <4uelques t h è m e s é l é m e n t a i r e s m a i s v i v a c e s
a u t o u r d e s q u e l s d e s comnianr utéii oe £<;i-oapent, imbues de
c e s a s i : ) i r c ' t i o n s e t t e n t a . n t de l e u r d o n n e r c o r p s p a r
l e u r exemple ou l e u r p r é d i c a t i o n . Je s o n t d e s v r l e a r s
f o r t e s e t a n L r e s ^ue c e t t e n o u v e l l e c i v i l i s a t i o n met
en o e u v r e . D'oïl l ' e x a l t a t i o n q u i accompagne^ s a n a i s -
s a n c e e t I r r i o h e s s e i n t é r i e u r e qu'éJle s u s c i t e chez
l'homme.
Mais s u r c e s b-Tses, une é v o l u t i o n s e p r é p a r e .
D é j à de Ma-3hiea à J e a n , l e d e s s i n en a p p . ^ r a i t . Le
(^\ TPî^in ITT 15 35 royaume de Dieu cède l a p l s c e à l a v i e é t e r n e l l e ( l ) .
IV, 14 e s p r i t e t c ' - e s t en e s p r i t q u ' i l tcxxt l ' a d o r e r .

(2) V,19,25

i^^^u ^ ^^^ -- qui l e poussèrent à s^appro-


f o n d i r constamment e t à r é p a n d r e s e s d o c t r i n e s s o u s
l e manteau g r e c . La r u p t u r e avec l e Judaïsme e t l * E n -
t r é e dans l ' e s p r i t m é d i t e r r a n é e n c r é p i e n t à l a p e n s é e
c h r é t i e n n e des o b l i g a t i o n s : S a t i s f r ' i r e l e s g r e c s d é j à
a c q u i s à l a n o u v e l l e r e l i g i o n , a t t i r e r l e s a u t r e s en
l e u r Tiontrant un c h r i s t i a n i s m e moins j u d a ï q u e et^d*une
f a ç o n p-énérple V'prler l e u r l a n g u e , s ' e x p r i m e r en f o r -
mules c o m p r é h e n s i b l e s e t f a i r e e n t r e r p a r conséquent
l e s é l a n s i n c o o r d o n n é s d ' u n e f o i t r è s profonde dans
l e s moules commodes de l a pensée g r e c q u e , Oe s o n t c e s
n é c e s s i t é s que nous devons p r e c x s e r ,
A - l e s A d h é s i o n a . ^ ^^^^^^^ ^^ ^^^^^_ ^^ p e n d . ^ t t o u t
xe I i o s i è o l » . 1? O l a ^ s t x a n l s m j ^ o o m ^ t e ^ d . a ^ a a h e s x o n s
136 e t
Lère Apolo-
II -' . V T
- 17 -
TJYPrcint npi n t i Y J gie se s i t u e entre I50 et I 5 5 , l a deuxième e n t r e 150
et 160 et dont l e célèbre dialogue avec Tryphon a é t é
publié vers 151, AthénagoPe en f i n ( S u p p l i c a t i o profc»
c h r i s t i a n o s I 7 6 - I 7 8 ) , autant d ' e s p r i t s venus à l a nou-
v e l l e i"elie:;ion et qui c o n c r é t i s e n t l ' u n i o n d ' u n e t r a -
d i t i o n s p é c â l a t i v e et d'une s e n s i b i l i t é encore neuve
dans le Bassin méditerranéen.
Dés l o r s i l s ' a g i t pour eux de c o n c i l i e r
l e u r e s p r i t , que l ' é d u c a t i o n a ^ a i t g r e c , et l e u r coeur
que l'amour c h r é t i e n a p é n é t r é . Dans l ' h i s t o i r e ces
pères ^jont des a p o l d g i s t e s , cpr tout l e u r e f f o r t e f f e c -
tivement est de p r é s e n t e r l e c h r i s t i a n i s m e comme con-
forme à l a Raison, La f o i , selon eux, complète l e s
données de l a Raison et i l n ' e s t pas indigne d'un e s p r i t
grec de l ' a c c e p t e r . C'est donc sur l e t e r r r i n de l a
phildsophie que l e s deux c i v i l i s a t i o n s se sont rencon-
trées
J u s t i n , en p a r t i c u l i e r , va t r è s l o i n dans
o e t t e voie,Ifi.**appuie sur l e s ressemblances entre l a
doctrine chrétienne et l e s philosophies grecques : ^
(1) Apol» 11,13 L ' E v m g i l e continue Platon et l e s s t o ï c i e n s ( 1 ) , Et 'à ^
c e t t e coïncidence, J u s t i n v o i t deux r a i s o n s . D'abord
(2) Apol, 1,44,59 c e t t e i d é e , s i répandue à l'époque (2)^ que l e s p h i l o -
T a t i t t ^ o r a i i o aiferae- sophes gxeos ont en connaissence des l i v r e s de l ' A n c i e n
oos - , 4 0 Testanent et s ' e n sont i n s p i r é s (supposition sans por-
iiinuâius F é l i x o p , o t , 3 4 t é e , mais qui eut une fortune énorme), E^ second l i e u ,
T e r t u l l i e n - A p o l o ^ - J u s t i n pense que l e Logos s ' e s t manifesté à nous en l a
47 - Clément dl^Alex - personne de Jésus mais q u ' i l p r é e x i s t a i t à c e t t e i n -
S t r , 1,28 - VI,44 - crémation et inspir.-^it l a philosophie des grecs ( 3 ) .
VI 153,VI, 159 Cela n'empêche pas notre î^uteur de conclure à l a né-
r'z\ A TT T^ « in c e s s i t é morale de l a Révélation, à cause du caractère]
(3) Ap* 11,13,0,10 incomplet de l a spéculation païenne, \
En même terrps que l e s Apologistes Se r a p - ^'
prochelent des g r e c s , i l s s ' é l o i g n p i e n t de plus en
plus du Judaïsme, L ' h o s t i l i t é des J u i f s à l ' é g a r d de
1? nouvelle r e l i g i o n é t e i t un motif s u f f i s a n t , Mpis
i l s*ajoutait une r a i s o n d'ordre p o l i t i q u e et c ' é t a i t
l e r&le q u i ' a v a i e n t tenu l e s J u i f s dans l e s perséou-
( 4 ) J u s t i n , Dialogue t i o m p s r l e u r s accusations (4)* Tout l'argument du
avec Tryphon - "Dialogue avec Tryphon", c ' e s t l a démonstration.de
16 17 108 122 e t c l ' a c c o r d entre l e s Prophètes et l e jtouveaur'TiiiT^ifiiil t
Apoloail - 3 1 ' - 36 d'où J u s t i n t i r - i t l a p r e s c r i p t i o n de l'Ancien Testa-
(5) Dialogo 53 S^Sei^ii^* ment et l e triomphe de l a v é r i t é chrétienne ( 5 ) .
B . - Les R é s i s t r n c e s ,
Mais dans l e même temps, l e s r é s i s t a n c e s se
développaient a u s s i . Nous savons d ' r i l l e u r s l e mépris
de T e r t u l l i e n à l ' é g a r d de toute pensée païenne. Ta-
(6) Oraftio adgraGû»(l65) t i e n (5) et Heifhias(7) se ^ont aussi l e s apôtres de
r7W-.^.c,.^>.«^tl'U•um rv^f^soMvûwm ce mouvement p a r t i c u l a r i s t e , L[î?is Ip tendance l a p l u s
U;imsio^rvRUumrv*MUDsop-v ^^^^^^g3_3_^ Q.es^ 1 ' extension^ et l e s r é s i s t a n c e s dont
(III® sièclet^), nous p a r l i o n s sont c e l l e s des Païens, On peut d i r e
sans paradoxe que ces r é s i s t a n c e s ont beaucoup c o n t r i -
(8\ La Réaction païenne bué à l a v i c t o i r e du c h r i s t i a n i s m e , P, de L a b r i o l l e ( 8 )
neixième p a r t i e Ch.II i i n s i s t e beaucoup sur ce f a i t que l e s païens à l a fi^^
Deuxième par-uie oxi.xx ^ s i è c l e et au début du I I I » , se sont appliqués
- 18 -

à dériver 1^enthousiasme religieux de l'époque vers


des figures et des personn-'-lités copiées sur le modèle
(1) o^, Boissier - x^a du Christ (1). Oette idée rvait déj4 effleuré Celse
Religion Romaine - quand il opposait à Jésus, Esculape, Hercule ou Bac-,
Préface - Tome I,IX: chus, IJ:±B ce devint bientôt un système de polémique.
"Le paganisme essaie Au début du III® s, Puilostrate écrit la merveilleuse
de se réformer sur histoire d'Appo\looifts de Tyane qui semble sur beaucoup
le modèle de la reli- de points imitéejt des JScritures (2), Puis Socrate,
gion c^ui le menace Pytagore, Hercule, Kithra, le soleil, les Empereurs
et iu'il combat", détourneront la fr'^eur du monde gréco-romain et figu-
(2) Comparer surtout reront tour à tour un Christ Païen (3)« La méthode
1*épisode de la fille avpit ses dangers et ses pvantages^ ilais rien ne montre
de Jtt«.(Luc YII-40) mieux combien les grecs avaient compris Ir) puissance
et vi4 d'Apollonus et la séG.uction de la Religion nouvelle, Ksd'a ôette
IY«45 (p.184) de la christianisation de Êltiellénisme décadent prouve aussi
traduction Chassaina.) que les résistances se faisaient ingénieuses. De lU-à
encore pour le Christianisme, la nécessité d'user ses
angles, d'exposer de préfccenases grands dogmes sur la
vie éternelle, la n?ture de Dieu et d'j^ introduire
ainsi la métaphysique, Oe fut là encore le rÔle des
Apologisi'és, Qu'on ne s'y trogape pas, d'ailleurs. Ce
travail d'assimilation venait de plus haut. Il^remonte
à Paul né à Tarse, ville universitaire et hellénique.
Il est particulièrement net; mais d'un point de vue
judaïque, chez Philon, Nous l'avons noté seulement dens
les Apologistes perce que c'est la première fois^dans
l'histoire que ce mouvement prend une forme cohérente
et collective. Voyons seulement les problèmes qui en
résultaient.
- 19 -

0 - Lés p3D blêmes»


De cette combinaison de la foi évangéliq[ue
avec la métaphysique grecque sont sortis les dogmes
chrétiens, rar ailleurs, baignée dans cetteatmos-
phère de/tension religieuse, la philosophie grecque a
donné le néoplatonisme.
Mais la chose ne s'est pas faite en un jour.
S'il est vrai que les oppositions entre idées chré-
tiennes et idées grecques furent âdottû4es par le cos-
mopolitisme que nous avons signalé», cependant bien
des antinomies|demeuraient. Il fallait concilier la
création ex nihilo qui excluait l'hypothèse de la ma-
tière, avec la perfection du i^ieu t^rec qui impliquait
l'existence de cette matière* L'esprit grec voyait
la difficulté d'un i>ieu parfait et immuable créant du
hmfs.^ejt' et de l'imparfait. Comme oaint Augustin
(1) DeSrinitate l'écrivait beaucoup plus tard (l) "Il est d iffioile
I, 1, 5. de comprendre la substance de i'ieu qui fait des choses
changeantes sans en éprouver aucun Changement et des
choses temporelles sans se mouvoir aucunement dans le
ïemps" Autrement dit, l'histoire faisait une néces-
sité au Christianisme d e s'approfondir siclMiàit s'uni-
versaliser. C'était créer une métaphysique. Or il
n'est pas de meta physique sa ns^'^iziimum de r ationalistie •
L'intelligence est impuissance à renouveler ses thèmes
quand le sentiment •varie à l'infini fies nuances.
L'effort de conciliation inhérent au Christianisme se-
ra d'humaniser, d'intellectualiser ses i.thèmes senti-
mentaux et de ramener la pensée de ces confins où
elle se/débattait» Car expliquer c'est dans une cer-
taine mesure aiiùtà prise, c^est donc un peu réduire
cette d-^sproportion entre Dieu et l'homme que le
Christianisme avait instaiûrée^ Il semble bien au con-
traire qu'à ses débuts, la pensée chrétienne sous
l'influence de oes/sraleurs de mortet de passion, dans
la crainte du péché et dujchatimai't était aWiBéeà ce
point où comme dit Mamlet, le ttemps saute hors de ses
gonds. 11 faut maintenant que l'intelligence lui
dozme son visa*
Ce fut la tache, dans une assez faible
mesure, des premiers systèmes theologiques, ceux de
Clément d'Alexandre et d' Or^i^^t^^f^j- ^ des conetifl^s
aussi en réaction contre les hérésies, et surtout
de oaint Augustin. Mais à ce point préxriis, la pensée
s'infléchit. Le christianisme entrait dans une nou-
velle phase où il s'agissait de savoir s'il perdrait
son originalité profonde afin de se mieux vulgariser,
si au contraire il sacrifierait sa puissance d'ex-
panafcn à son "besoin de pureté, oti si eîifin il par-
viendrait à concilier ces pr^ueupétlona également
- 20 -

naturelles, uiiais son évolution ne fut pas harmonieuse.


l!ille6\juiit des chemins dangereux, qui lui enseignèrent
la^ prudence. Ce fut le Gnosticisme. ^lle Sy4iida du
ne'oplatonisme et de ses cadres, commodes pour loger
une penséereligieuse. Définitialement détaché du ^
Judaïsme, le Christianisme s'insérait dans l^Helldnls-
me par la porte que tenaient ouverte les Religions
(1) Acte^. ÏYII$, l6« orientales. Jaitsun cet autel au Dieu «inconnu (l),
que Paul avait rencontré dans Athènes, plusieurs siè-
cles de spéculation chrétienne allaient élever l'i-
mage du Sauveur sur la croix •
3/\

CHAPITBB DBDZZBIBk

LA aiOSB*

81 on a60«pt# oosane tux fait établi oette christiania-


satloa de la Méditerranée hellénique^* on doit oonaldéror
l*héréale gnoatlqoe oomme un dea premiers essaie de ool*
laboratlon gréée-ohrétlenne* Zio gnostloleme e'eat en
effet ime réflexion grecque atœ dea thénea chrétiens» De
là qu'il a^Jb été désaToué par lea una et par lea autres*
Plotln écrit t "contre ceux qal diaent que le monde cet
(1) H t t mauTala* (1) Zt ce que Tertullien reproche aux gnoatl»
quea dana l'AdTcratust marcl<meoi (ccwme Saint Auguatln ^
plua tard aux aenlchéena) c'est de croire qu'on yeut
ajouter à l'Sranglle une explication ratlcmnelle* XI eat
exact potirtant que lea gnoatlquea aient été chrétiena»
On retrouTC chez eux le thème de l'Xhcamatloa* Le probl4
me du mml lea ohaède* Xla ont eomprla toute l'originalité
du nouveau Zeatament et partant, de la Rédemptlc»* Mala
au lieu de coaaldérer un Christ fait chair et aTmboUaant
l'humanité aouffrante, c'est toute tine myttaolo^e qu'Ile
Incarnent* Sur dea poat^ilata authentlquea, lia ae livrent
i toiuB lea Jexix aubtlla de l'eaprlt grec« Bt sur lea
quelquea aaplratlons almplea «».t paaslonnéea du chrlatla«»
nlame, lia bfttlasent comme auipam^tant de (pxllera, tout
un décor de Xermease metaphyaique* Mala tine difficulté
ae poae sur le plan hlatorlque* Lea écolea ^oatiquea
(1) Da délmt au H T ae auecèdent axir plus de deux aièclea* {1} Plualeura
aidol« à la fin du XXI' générationa de gnostiquea ont spéculé dana dea directlone
dlTcrgentee* ?alentin et Baallide aont dea eaprlta auaal
différente» toutes proportions gardéea, que flaton et
Ariatote* Comment définir alora un gnoatlciame T
Msds c'est une dlfflcxilté que nous ayons déjà rencontrée*
l'il eat vrai que nous ne ptdaslons définir que dea
gnoatlciames, 11 eat cependant poaslble de earactérlaer
(&) Première moitié da une g^oae* La première génération gnoatique» {%) celle
^ !• s. de Baallide, Mardon, Valentln» a fourni une trame atœ
laquelle les diaeiples ont brodé# Ce petit n<»Bbre de
thèmes communs pourra auffire pour faire entrevoir le
aena de cette solution hérétique* Eiatoz^qaement en effetj
le gnoatlciame eat un enseignement philosophique et
religieux, diapenaé à des Initiée, basé aur dea dogmea
ohrétlena, mtlé de philosophie païenne et s'aasiiollant
tout ce qu'il 7 avait de aplendlde et d'éclatant dana
lea religions lea plua diveraea*
Mala avant d'indiquer lea thèmes de la solution
gnoatlque et d'en déceler lea orlginea, 11:; eat néceaaalre
de voir c<»mwit elle »^XmèT% dana le mouvement de penaée
que oe travail eonaldère* C'eat au reate, définir encore
la gnoae, mala cette fois dana le plan metaphyaique*-
Celle-el poae les problèmes de façon chrétienne* B U e
lea réaoud^ en f orsniles grecquea* Baallide et Marlon aont
en effet peraiiadéa de la laideur de ce monde* Mala
qu'on acouae le oSté charnel, qu'on charge le tableau
dea péchéa et dea laldeura, et on ereuae de plua en plue
le foaaé entre l'homme et Dieu* H viendra \m moment o&
aucun repœitlr ni aucun aacrifice ne aauralt combler ua
tel gouffre* Il auffit de coxmaltre Dieu pour être aau»
(l)ef* dana le Bouddhle- vé* (1) Sinon quellea oeuvrea, ou quellea autrea foiiroee
me, forme parente de pourraient tirer l'homme de aon néant* C'est, n o m 1'*-»
l'âmldlame* vona vu, la aolution chrétienne du aalut par l'Xncama*
tlon* C'est aussi en un aena celle des gnostlqiiea* Mala
la grtee chrétienne conserve un caraetè]*e d'arbitraire
divin* Les gnostiques, méconnaleaant le aena profond de
l'incarnation, la reatrelgnant dana aa portée, ont
tranaformé la notion de aalut en celle d'Incarna tlon*
(2) De Paye* Qnostiques Yalentin aépare en effet l'humanité en trois ordres :(2)
et gnoatlcismeX* Z* ch- les matériels attachés aux Biens de ce monde, lea pey-
2 Amellneau* Baaal aur chlquea balancée entre DLmx et la matière, ct les api-
le gnbaticinae égyp* rltuela q\ii, aeula vivent en Dieu et le connalasent* Ceux
tien* [H , i.-î-$-4-^- là aont aauvéa o<xnine le seront plus taa?d les Mlus de
Manès* Là s'Introduit la notion grecque* Lea spirituels
ne sont aauvéa que par la gnoae ou connaissance de Dieu*
Mais cette gnose ila l'apprennent de Talentln et dea
hommea* Le salut s'apprendl c'est donc tine Initiation*
Car ai, à première vue, ces deiLx notions peuvent sembler
parentes, l'analyse peut déceler des différences plue
aubtllee, aans doute, mais fondamentales* L'Initiation
donne prise à l'homme sur le royaxmie divin* Le salut
l'y Introduit sans qu'il ait aucune part à ce aucoèa*
On peut croire à Dieu sans pour cela être sauvé* Aux
(1) cf* ^ m n e homérique myatères d'Bleuais 11 suffisait de contempler* (^)
à Demeter* 480«483 Au contraire, le baptSme n'implique pas le salut* C'est
"Heureux, celui des que l'héllénisme ne peut se séparer de cet espoir, tena*
hommes vivant aur la ce chez lui, que l'homme tient sa destinée entre ses
terreqxil a vu ces oho* >|Milna* Bt au sein même du ^jhristianisme, ily eut juste»
aea* Mais celui qui n'a/^aient ime tendance à faire maitrerlentement la notion de
été Initié aux oévémo^ aalut dana celle d'initiation* De même que le fellah
niea sacrées et celui égyptien a lentement conqtils sur le Pharaon le droit à
qui y a pris part n'au* l'iimaortalité, le chrétien par le tmichement de l'SgUae
ront jamais la mftsie a eu enfin entre les mains les clefs du Royaume oéleate*
destinée après la mort
dana les vastes tênè«» C'est à bon droit, on le voit, que nous pouvons
brea" considérer le gnosticisme comme une des aolutiona, une
ap Loisy op« clt* p- 78 dea étapea chrétlennea dans le problème que notis décelions
La gnose est une tentative de conciliation entre connais-»
aance et aalutf aaia voyons maintenant le détail de
cette tentative*
LBS TSEUSS DB LA SOLUTXOH aHOSTXQUB*
?lua ou moins accusés ches les différenle auteurs,
quatre thèmes fondamentaux ae retrouvent cependant au
fond de tout aystème gnos tique t Le problème du Mal,
la Réd^i^tlon, la 9iéorie des Intermédiaires et lane con-*
ceptlon de Dieu comme Stre ineffable et incommuz3d.cable*
a) S'il est vrai que le problème du M4I est au centre 4e
toute penaée chrétienne, personne n'a été plus profozidé^
ment chrétien que Basilide*
Cette originale figure eat aases mal connue* On ealt
qu'il vécut eous lea régnea d'Badrlen et d'Antonln le
Pieux (c'est«à-»dlre vers 140) et q^i'll commença d'Aorl«
re probablement rmrn 80* La seule notice tm peu ocmplè*
t6 sur sa pensée est maintenant considérée ^co&ae peu
fondée* C'est celle deaj^Phlloaoph8ai€«S)iie que traite
vralaemblablement d'un peeudo-Baaiiide* Notre source la
pltxs Ijsqportante reste clém^it d'Alexandrie dans BBB
ghMMitea» Xrénée parle de Basilide dans son catalogue,
Bplphane dans son "Centra Haéréaloe" (chap. XZXV)*
(l)CcanmB* IxiRom* Y On peut enfin réunir quelques allusions d'ôrigCne* (1)
Hom] In* Luc X "L'origine et la cause de cette mauvaise doct3rl«
Corn* i n * lid||lrt2&* 98 ne, dit Bplphane, c'est la recherche et la diacuaalon du
( 2 ) contre^ Eaer. ZXX7, problème du Mal"(2) C'est en effet ce qui ressort du
6 , 72 c* peu que l'on sait de la penaée basllldlenne* Blolgné
de toute *P^^^^J^^â«^«il ^^ s'attache qu'au problème
moral, et plua ^EbeuMnByâl à ce problème moral qui naft
des rapports de l'hca&me et de Dieu* Ce qui l'intéresse
c'est le péché et le 68té humiain des problèmes* De
la fol même, 11 fait tine existence natux^lle et réelle
"Basilide parait incapable de concevoir ime abstraction*
(S) De Faye op* c l t * Il faut qu'il la ravdte d'tin semblant de corps" (9)
P} 31*
C'est de ce point de vue que Basilide développe
aa penaée et s'attache à établir une théorie du péché
originel* A vrai dire, le mot n'y est pas, mais du moine
l'Idée d'une certcilne prédisposition naturelle au péehé«
H ajoute enfin deux affirmations compl&aientaires t le
péché entraîne toujoiirs un châtiment; 11 y a un amende-
ment et un rachat à tirer de la souffrance* Les S thèses
sont attribuées Indistinctement à Basilide et à Isidore,
son fils*
Quoiqu'il en soit, Basilide est vivement frappé par
le sort des mart^pa* Selon lui, il n'est pas de souffran»
ce inutile* Bt chaque souffrance exige im péché précédent
qui la légitime. Il faut donc conclure que les martyrs
ont péché* Au reste, cet état se concilie parfaitement
avec letir sainteté* C'est jtistement letir privilège de
pouvoir expier si complètem^xt leur passé* -^Mais quel
,^ est le plus grand des martyrs, sinon Jésus Itii m8me*"
;S1 l'on me pousse, je dirai qu'un hoaime, quelque soit
celui que tu nomm^Bm eat toujoura h(»iime, iandla que Dieu
eat juste* Car comme on l'a dit, personne n'est pur de
(4) C i t é par De Faye toute souillure" (4) L'alliislon est transparente et l'on
ch* X. comprend que la doctrine soit mauvaise aux yeux d'Spl..
yhaae* Le Christ n'échappe paa à la loi universelle du
péché* Mais du moins noua montre-t-11 le chemin deUdéll*
vrance qui est la croix* C'est pourquoi Basilide et s<»a
fils Isidore ont Imauguré dans \me certaine mesure une
(5) cf. De Faye op* vie ascétique (8)* XI le fallait d'alleurs pouj^ IslAore,
clt* oh.X car c'est à lui qu'on doit latiiêoriedes x>as8ions
appendices. Lee passions ne dépendent pas de nous mais
s'accrochent à l'Sme et nous exploitent*
7^
Isidore a bien vu qu'une pareille théorie pouvait condui-
re les méchants à ae préaenter comme victimes et non
comme coupables. De la, une règle 'de vie ascétique*
Voilà ce qui nous reste de la philosophie de Ba«
silide on ne voit guère comment ces quelques renseigne»
ments pourraient s'&Q£?7^2* avec la notice d'Hippolyte
(1) Livre VII dans les PMlosophlMiftib (4) (Livre .VII) Selon celle-ci
Basilide aurait conçu l'idée d'un Dieu abstrait, résidant
dana l'ogdoade séparé de notre monde par l'univers In^
termédiaire ou hebdomade. Le Dieu de ce monde intermé»
diairCf \m grand Archonte, Basilide l'aurait identifié
au Dieu de l'Ancien Testament. " L'ogdoade est ineffable,
mais oM-peut dire le nom de 1 •hebdomade. C'est cet archon
te de l'hebdomade qui a parlé à Moïse en ces termes s
Je suis le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob et je ne
leur ai pas révélé le ncan de Dieu cëest-à-dire de l'og-
(2) VII nf^^ doade qui est ineffable." (2)
Ap; Amellneau op. cit
Ut 2 Cette cosmologie métaphysique semble peu compatible
avec les tendances profondes de notre auteur, surtout
lorsqu'on lui attribue a) l'idée que le Christ n'est
pas mort crucifié mais qu'il s*est substitué à Simon de
Oyrône, b)c wcA,«.^^^<^;Jit grandiose que prédit le passage
sxiivant € "Quand tout cela sera définitivement accomplbl,
quand toutes les foirmes oonfondues auront été dégagées,
et rendues à leur place primitive. Dieu répandra xme
Ignorance absolue sur le 4onde entier afin que tous les
êtres qui le composent restent dana les limites de leur
nature et qu'ils ne désirent rien qui en soit en dehors"
(3) cité par Amellneau (S) C'est que le oentre des méditations de Basilide, c'esij
p. 138 le problème du mal et pour parler anachroniquement, la
comparer avec vieilles prédestination» Les doctrines qui précèdent sont tvop
croyances égyptiennes t évo]^uées; nous dirions décadentes. Une seule affiinnation
"Les rebelles devien-** d'Happolyte pourrait nous faire douter. Et c'est quand 11
lient choses Immobiles attribue à son auteur, l'idée que l'&me n'a pas plus la
pendant des millions liber t d'action que la liberté de croyance. Elle est par
d'années" oité par sa nature portée au péché et faillira Immanquablement*
Amellneau p. 182•
On aura saisi l'importance du problème du Mal ohez
celui des gnostiques que nous connaissons le moins. Il
(4) De Paye op. cit. en est de même dans toutes les sectes gnostiques. (4)
conclusion p. 460«468 On ne s'étonnera pas de jùnz trouver, placé au même razig,
le problème si voisin de la Rédemption*
(6) In T e r t u l l i e n (Ad- a) Marolon (8) est oelui des gnostiques qui a senti
versus Marcionem) Clé- le plus vivement l'originalité du christianisme* A tel
ment D'AlexandibJbe point, que du mépris de la loi judaïque, il s'est fait
( S W a t e s m ) Orl« une morale. Marcion n'est pas un spéculatif mais un génie
gjBie de PtinoipilM religiaiix. On ne lui connaît pas de système semblable à
L I I oh. IV e t V celui de Valentin. Il n'a fondé ni église, ni école, sea
e t Phi l a s & r , Eplphape livres ne aont pas originaux mais éxegétlques* (8)
pseudo^Tex|tullien, D'une façon générale sa pensée tourne autour de tvAts
Irénée. points : Dieu, la Rédemption et la Personne du Christ,
la Morale.
(6) De Faye op. cit.
XI 7 a deux divinités potir Maison t l'une, aiq>érle»-*
re règne dana le monde Invisible, l'autre, subalterne
est le Dieu de ce monde* "Botre Dlbu n'a paa oté rérélé
dès le commencement, 11 ne l'a paa été par la créatlon|
(1) In Adv* Mar. 11 s'est révélé lui-m8me en JésuB4Christ/*(l) C'est que le
4h. VXII deuxième Dieu, juge, cxnxel et belliqueux, est le dieu de
cf«encore Advt Mar- l'Ancien Testament, celui qui persécutait Job poxLT prou-»
K^I^LS '/* Consequena eat ver sa puissance à Satan, qiii réclamât du sang et dea
ut duas apecies rerum» batalllea et dont la loi opprimait le peuple Juif. Il
visibllia et InvislTll- n'y a là aucune influence avestique. Il ne s'agit pas de
lia duobua auctoribua 8 principes opposés et d'égale force dont la lutte sou-
dels dividant et ita tient le monde, mais d'un Dieu et d'un démiurge entre
suc deo invisibilia lesquels la lutte est inégale. Ce faisant, Mazaon pré<»
défendant" et L, 17 - tendait être dans la vérité et s'appuyait sur les Evan-
giles ( ou plutdt siir le seul évangile qu'il admît, celui
de Luc) "On ne met pas une pièce neuve sur de la vieil-
(2) Luc V; 36* le étoffe, ni du vin nouveau dans de vieilles outres? (8)
Et encore i "Un bon arbre ne donine pas de mauvais frxilts
(3) Luc VI; 43' pas^lus quéun mauvais arbre de bons fruits" (3}Surtoiz8
11 commentait l'Bpître aux plates. Et dans la continuel-
le opposition que Paul fait entre la loi et l'Evangile,
le Judaïsme ot le christianisme, Marcion croyait voir
la preuve que les deux livres étaient inspirés par des
auteurs différents. Ches Valentin a\issi, nous retrouve-
rons cette idée d'un créateur différent du D4êu unique,
mais 11 s'agit d'une solution logique nécessitée par le
problème du Mal. Chez Marcion au contraire^ c'est le sen-
timent très vif de la nouveauté du Christianisme, qtii
fait naître oette opposition radicale. En ce sens on a
(4) De Paye p. 130. eu raison de parler d'une pensée politique (4), plutôt
que métaphysique, chez Marcion.
On voit déjà quelle importance va revêtir le Christ.
il n'est rien moins que l'envoyé du Dieu suprême pour
combattre le Dieu méchauit, créateur du monde et délivrer
l'homme de sa domination* Jésus acocanplit loi-bas une
ijiisslon révolutionnaire. S'il rachète nos péchéa c'est
qu'en eux-il oombat l'oeuvre du Dieu cruel. Baanoipat8liS
autant que Rédempteur, il est l'organe d'xme sorte de
coup d'Etat métaphysiquet" Marcion prétend qu'il y a
deux Christs; l'\m est révélé au temps de Tibère par un
Dieu que l'on ne connaissait pas^ avec mission de sau-
ver tous les peuples; l'autre était destiné par le Dieu
créateur à restaurer Israël et devait apparaître un p^m
jour. Il fait entre ces 2 Christs autant de différence
qu'entre la Loi et l'Bvangile, le Judaïsme et le CSirls-
(5) Tertullien Adv. M* tlanisme" (S) A l'appui de cette singulière théorie,
IV, 6. Marcion cite quantité de textes qu'il interprète dans son
(0) V,12-14 I Vt27-38 sens et tirés pour la plupart de l'Evangile de Luc (8)•
VII- 9,10 ; XI et XVI. '*Qai de nous, si son fils lui demande du pain, lui
XVIII, 19 donnera une pierre? Si donc vous, tout méchant que vous
êtesi vous savez doiuier de bonnes choses à vos enfants
combien p4us votre père qui est dans les oietix donnera-t-
11 ce qtLl est bon à. ceux qui le prient."
Cette étrange Interprétation trouve son coifibnnement dans
la morale* La règle de vie que propose Marcion eat aaeé-
tique. Mais c'est un aacétiame d'orgueil* C'est par hal«»
ne du créateur qu'il faut mépriser les biens de ce mocude
Donner le moins de prise à sa domination c'est l'idéal
de Marcion* De là l'ascétisme le plua extrême* Et al
Marcion prêche l'abstinence sexmelle c'est parce que le
Dieu de l'Ancien Testament a dit : Crols;^ez et multiplies
Dans cette vue pessimiste aur le monde et oe refus or^t
gueilleux d'accepter court la résonaBoe d'\me sensibilité
toute moderne* Auasl bien prend-elle sa soxirce dans le
pzK)blème du mal* Il considère le monde coiiiae laauvais,
mais il se refuse à croire que Dieu ptiisse en être l'au-
teur, si 424|folution tourne ^ utour de la Rédemption,
c'est qu'il envisage le rôle de Jésus de façon plus am-
bitieuse qœ les chrétiens eux-mÔme. Il s'aj;ît de rien
moins que la destruction complète d'xme création*
c) Lesdeux dernièra/ thèmes du gnosticisme doLvciit
être considérés corarie étroitement liés. Car si l'on fait
de Dieu un être incomiunicable et intemporel on ne re-
nonce pas pour autant à lui supposer de l'intérêt pour I
le monde. XI faut alors expliquer ces relations entre
Dieu et l'homme et ne pouvant mettre en contact ce néant
et cet infini, admettre du moins un ou plusieurs Inter-
médiaires participant à la fois ae l'infinité divine et
de notre Pinitude. Trouver ce oic <X5 moyens termes^
c'est à peu de choses près le grand problème des premleril
siècles de notre ôre. Les gnostiques n'ont point manqué
de s'y attacher. Ile apportèrent même à leur mise en
scène un luxe et un faste inér^alés*
La premi re génération gnostlque se contentait de
considérer Dieu comme Ineffable et inexprimable. Mais du
moins le croyait-elle fermement* Les successeurs allèrent
encore plus loin et certaines de leurs exprossions font
souvent penser au Brahman, des Upanishads, qui ne peut
se définir que par "non, non l*'Ce Dieu, dit le pseudo
Basilide, était lorsque le rien était, mais ce rien n'é«*
tait pas quelqu'xme des choses qui existent maintenant,
et, pour parler ouvertement, simplement et sans subtlll*
té, seul le Bien existait* Or, quand je dis qu'il exis-
tait je ne veux pas dire qu'il a réellement existé, je
(1) philoaoph. i^'VII veux seulement montrer ma penaée" (l)Bt encore " Celui
W 20 « ^ ^ parlait n'existait pas, et oe qui fut ensuite crée
^* n'était pas davantage; donc de ce qui n'était pas fut
fait le geime du monde, c'est-à-dire cette parole qui
fut prononcée par le Dieu néant i Que la lumière soit;
et c'est ce qui est écrit dans l'Evangile* Il est la
{2)p.340 lignes 12-i8 lumière illuminant tout homme venant en oe monde" (2)
^ ' Ce qu'Hippolyte résume ainsi t "Ainsi Dieu non existant
a fait xin cosmos non existant^d'éléments non existants,
en émèteant xua germe unique qa4 contettait tous les ger<*
(3) VII* 22 mes du coamoa" (3) Mais 11 faut fààre la part des sen-
timents d'Hippolyte et cette subtilité excessive n'est
pas la règle chez les gnostiques. Il semble au contrai**
re que Valentin ait eu un sentiment très vif de la
1^
.nature divine* C'est setilement dana la doctrine dee
Intermédlairea qu'il donna litoe cbura à aon imagination*
d) Valentin eat celui dea gnostiquea que noua con<-
(1) Plillosos>h. et dbb- nalasonss le mieux (1) Mala par contre aur aa vie noue
matea XIII n'avons aucun renaeignement* A tel point qu'on a pu 14*
mettre en doute* Trda cohérent,aon système peut se
répartir suivant iine théologie, tuie.cosmologie et une
morale* C'est l'ex^ple le plus ei^^e de cette lncar4
nation de mythologie dont noua parlions plua haut. Le
plérftne que Valentin place entre I^eu et le monde c'est
à vx^ki dire tui olympe chrétien* Du moins chrétien
d'Intention, mais grec de forme et d'Imagination. La
philosophie de Valentin est une métaph;, sique en acte,
una Immense tragédie qui ae joue du ciel à la terre et
dans l'infinité du Temps, une lutte de problèmes et
de symboles, quelque cbsaa comme le "Roman de la Rose"
de la prisée gnoatlque*
(8) De Faye O D ) clt Le Dieu de Valen'tln (2) est un Dieu Incréé et int«>»
perel, iSala solitaire et parfait 11 stiz^bonde du fait
Amellneau op. cltt de aa perfection* Ce faisant 11 crée lone Dyade, celle de
n i , 1, 2, 5, 4« 8* l'Baprlt et de la Vérité* Ce couple à son tour engendre
le Verbe et la ^ e lesquels produisent l'E<»ame et l'Bgll*
aa* De ces aix prlncipea Mont sortir maintenant le plér^
me tout entier qui est composé de 2 groupes d'anges ou
éons, l'un de douise, l'autre de 10* c'est-à-dire en lan»
(3). La dodécade conaa- gage gnoatlque, la décade et la dodécade* (3}L'Sap3?lt
erétà l'ilteprit agissant;et la vérité voulant glorifier la divinité créent un
la décade /nombre par» choeur de 10 éons dont la mission est de rendre hommage
fait selon les pytha- à Dieu* Ce aont dans l'ordre s l'Abîme, le Mélange, (elul
gorlciena%consacrée qui est sans vieillesse, l't^on, celtii^ll est de sa
au Dieu parfait* oropre nature, le Plaisir, celui qxii eat immobile, la
Aixtlon, le Fils unique, la Félicité. - Le Verbe et la
Vie à leur tour, mala cette fois dans le but de glori-
fier l'Esprit agissant, créent la dodécade. Elle se
compose de 12 éons diapoaéa en Syaygies, c'est-à-dire
en couplea mftle et femelle* Ce sont : Le Paraclet et
la Fol, le Paternel et l'Sapérance, le Maternel et l'Ar
mour, la Prudence et l'^tell|^aaee, l'Euléalaatiqua
et le Trèa Heureux, le Volontaire et la aagease* L'en-
semble de ces éons forme le pléi?&ae, intermédiaire
entre M e u et le monde. Mais ce qu'est ce monde et lea
rapporta qu'il a avec oette ttiéolcgle et cet tenu q^no-
lo^e, Valentin va noua l'appsrandre*
2) XI eat remarqiiable que jusqu'%cl aeul le Dieu a
produit aana l'aide d'un principe femelle. Lui aeul eat
parfait* Lui aeul siirabonde* C'est par leur union que
l'Esprit et la Vérité ou le Verbe e4 la Vie sont parve-
nus à engendrer reapectlvement la décade et la dodécade*
Or, le dernier né dea éona, Sophie ou la Sagesse, du bas
de l'échelle des principes ae retourna et voxilut voir
(4) De Faye ^«IX Dieu* <4) St elle connut ainai qu'il avait crée seul*
Par orgueil et par envie, elle tenta de créer seule*
Mais elle ne réussit à mettre au monde qu'tm être In-
forme, celui--là même dont 11 eat dit dans la genèse t
"La terre était Invisible et Informe" (4) Sophie recon»
nut alora avec doulettr aon Ignorance ^ t , pleine de
^^ s
crainte, ae laissa aller au désespoir* Ces quatrepeealone
oonatltuèrent les quatre éléments du monde* Et Sophie
se vit liée pour toujoxira à ce foetua Informe qu'elle
avait engendré. Mais Dieu eut pitié d'elle et crée de
(1) cf De Faye op* nouveau un principe spéeial, Horos (1) ou 8glvinlt4l«'^it£. «
oit* p* 238 Celul-el venant au secours de Sophie la réintégre dana
aa nature primitive et rejeta le monde hors du plérSme
rétablissant ainsi l'équilibre primitif* A ce moment
un d&ilvrge Intervient et ordonnant la matière 11 en
fait le cosmos* - Utilisant lea passions de Sophie,
11 en crée des hommes* Ces hommes se divisent en trois
catégories suivant le degré de conscience qu'ils ont 4e
(8) ct Amellneau op; leur origine* (2) Les spirituels qui aspirent à Dieu,
clt* p* 219 les matériels qui n'ont aucun souvenir^ partant aucun
De Faye op* clt* p* 48 souci de leurs origines, et entre les deux, les psychi-
ques, indécis, qui vont de la vie grossière des Bena
aux inquiétudes les plus élevées saiis savoir où se rac-
cx*ocher* Mais 11$ portent tous la marque de leiir naiaaan-
ce ; ils ont été faits de crainte, d'Ignorance et de
doule\xr* D'où la nécessité d'une reddition. Mais c'est
l'Saprit cette fois qui, se tranafox^mant en Glvlat est
venu délivrer l'homme de ses germes néfastes»àes choses
se compliquent encore lorsqu'on apprend i|ae le Rédexnp"
teur n'était pas Jésus. Celui-ci est né de la reconnais-*
aanoe des éona à l'égazHi de Dieu qui avait rétabli
l'ordre* Ils rétmirent donc leurs vertus et offriront
en actions de grâce l'être ainsi formé à Dieu* Le Ré-
demption au contraire est une oeuvre de l'Sapx*it saint
qui a révélé aux homiies leur partie divine et qui a
réalisé en eux la mort de leur élément p4che\u**
C'est sans doute le sens de ce texte énl^oatique des
Stkomates s "Vous êtes i mortels depuis le commenceffîent|
vous êtes enfants de la vie éternelle et vous VOU1Ô2Ï vous
partager la mort afin que vous la dépensiez et l'épiilsleaj
et que la mort meure en vous et par vous. Car lorsque
vous désagrégez le monde et que voua même n'êtes pas
désagx^gés, vous êtes maître de la création et 4e la
(3) XIII, 86* ap. De corruption tout entière"* (3)
Faye op* clt* p* 48
iA
c) La morale de V a l e n t i n e s t é t r o i t e m e n t l i é e à s a
cosmologie. Au demeurant c e l l e - c i n ' e s t qu'une s o -
l u t i o n adaptée à un problème qufobsède V a l e n t i n z l e
mal. " J ' e n êf(M|s à c r o i r e à l a r é a l i t é de ce q u ' o n t
représenté les t r a g é d i e s , je s u i s persuadé q u ' e l l e s
ne m e t t e n t sous l e s yeux que l a v é r i t é . Je c r o i s au
d é s i r d'Oenomatls pendant son i v i e s s e , , je ne regarde
pas coirme une chose i n c r o y a b l e que deux Itères a i e n t
pu se combattre l ' u n l ' a u t r e . . . . St j e ne t r o u v a i s
pas en moi l a force de d i r e que Dieu é t a i t l ' a u t e u r
(1) Cité p a r l ' a u - e t l e c r é a t e u r de tous ces rr.aux ( 1 ) " . C ' e s t donc l e
t e u r du "Dialogue problème du mal qui a o r i e n t é V a l e n t i n v e r s ces s p é -
c o n t r e l e s lar- c u l a t i o n s . Bt la conclusion q u ' i l t i r e de s a cosmo-
c i o n i t e s " . Ame- l o g i e e s t t o u t e simple : I l n'y a pas de l i b e r t é dans
liveau. op.cit. l'ânte humaine p a r s u i t e de l a faut-^ de Sophia. Seuls
p* 250. s e r o n t sauvés ceux qui reprennent conscience de l e u r s
o r i g i n e s : l e s dHostiques ou s p i r i t u e l s . Le s a l u t e s t
contemporain d e ' l a connaissar^ce. Quant aux p s y c h i o u e s ,
i l s pQ|;vlent ê t r e sauvés mais i l faut s ' e n remet r e à
l'arbiti^aire divin.
C'est par là que l a pensée de V a l e n t i n r e j o i n t
l e fond commun à tous l e s d u o s t i q u e s . Mais à son t o u r
son oenologie e t sa cosmologie d e v a i t c o n n a î t r e H ^
t r è s grand succès dans l a foule de p e t i t e s écoles
où s'achève l e dfiostifiisme et q u ' i l nous r e s t e à c a r a c -
t é r i s e r brièvement pour compléter n o t r e ctude du ^ u o s -
ti8i^me. 7
Si l ' o n adopte l a c l a s s i f i c a t i o n qui semble l a
mieux a v e r t i e , c e l l e de M. de Paye l e s thèmes que
nous venons de p a r c o u r i r se r e t r o u v e n t dans t r o i s
groupes d ' é c o l e s : un groupe étudié par l^s h a e r é s é o -
logues et que l ' o n jpeut appeler l e s jSi^eptes de l a wé^
f^-^3?à^; p u i s , et p a r O n t e r m é d i a i r e de ces d e r n i e r s , ces
thèmes sont repassés* à des gnostiA^s dont l a p l u p a r t
sont mentionnés dans'^hilosophiuiiena et au g3?oupe de
gnostiques coptes dont l e Papyrus de Bruce e t l a P i s t i s
Sophia nous donnent une iman:: f i d è l e . F i l i a t i c n t o u t e
théorique d ' a i l l e u r s , c a r , s ' i l est v r a i qu'en gros
l e s adeptes de la 'ère précèdent dans l e tençs l e s
deux derniv.rs groupes .chacune des t r o i s écoles e s t
composée d'un s i grand nombre de s e c t e s q u ' i l e s t
probable q u ' e l l e s se sont chevauchées et q u ' e l l e s ont
e n t r e c r o i s é l e u r s thèmes . ivlais l a f i l i a t i o n i n t e l l e c -
t u e l l e est r é e l l e et aussi bien l e s n é c e s s i t é e de
l ' e x p o s i t i o n rendent c e t t e c l a s s i f i c a t i o n i n d i s p e n -
s a b l e - Nous nous bornerons au i ^ s t e à des i n d i c a t i o n s
et à des t e x t e s pour compléter n o t r e t a b l e a u de l a
pensée gnostlque.

Les adeptes de l a Lève sont a i n s i nommés p a r c e -


q u ' i l s admettent à peu près tous un p r i n c i p e femelfe à
l ' o r i g i n e du monde. Mais à l ' i n t é r i e u r même de c e t t e
i n t r i g u e , on peut comprendre l e s Barbelognostiques
(Barbelo est l e nom dOLpimaiiae femelle), l e s ô p h i t e s
dont parle Hippolyte et les "gnostiques" d ' I r é n é e . I l s
i n s i s t e n t pour l a plupart sur l a r i v a l i t é du p r i n c i p e
premier, la Mère, et d'un principe mâle ou p a d a l b a o t h .
Celui-ci créa l'homme e t l a mère corrigea ce que c e t t e
création avait de désastreux en mettant dans l'homme
un germe d i v i n . Par là s ' i n t r o d u i s a i t l ' h i s t o i r e c l a s -
sique de l a Rédemption suivant des thèmes v a l e n t i -
niens.
Les philosophumena c i t e n t e t commentent un grand
nombre de gnostiques q u ' i l s e r a i t vain de vouloir
reprendre un par un pour retrouver des idées déjà
rencontrées. Le plus simple sera de c i t e r quelques
textes qui, par leur b i z a r r e r i e ou leurs curieuses
intentions i l l u s t r e r o n t en quelque sorte les doctrines
de Valentin, Basilide ou MirCion, comme un pastiche
délivre souvent l ' e s p r i t df'une oeuvre. I l s nous don-
nent en même temps une idée t r è s précise d'une façon
de penser assez commune à c e t t e époque, étrange,
souvent confeuihée mais quelquefois suggestive.
( 1 ) . C'est du moins Les Naa^nes (1) accusent l e pessimisme à l ' é -
l e nom que leur don- gard du monde et raffinent sur la théologie " c ' e s t
-ne E. de Paye. l e Dieu dont parle un Esaume, qui habite l e déluge et
qui du sein de l a multitude des eaux élève l a voix et
c r i e . Les eaux, c ' e s t l e l i e u où sont les générations
multiples et variées des hommes mortels. De là i l
c r i e vers l'homme qu'aucune forme ne définit, i l d i t :
Délivre ton unique des l i o n s . C'est à l u i que s ' a -
dresse cette parole : tu es mon f i l s I s r a ë l , ne
crains pas lorsque tu traverses les fleuves, i l s ne
te submergeront pas; s i t u traverses le feu, i l ne
( 2 ) . V,8. te consiUïmera pas" (2)-
Les l é r a t e s insistent sur l a Rédençtion et l a
gigiÊjkr font consister dans une attirance que l e f i l s
exerce sur touljôe qui a xxne ressemblance avec l e Père.
C'est la théorie des Empreintes".... comme i l a
emporté d'en haut les empreintes du Père, de même
réciproquement i l emporte d ' i c i là-haut ces empreintes
( 3 ) . V, 16. du Père l o r s q u ' e l l e s ont été r é v e i l l é e s . " ( 1 ) .
Pour les ^ethiens le monde supérieur est celui de
l a lumière et l e nôtre celui des ténèbres. Bt c ' e s t
ainsi q u ' i l s i l l u s t r e n t notre recherche de l a d i v i n i t é :
L'image de ces choses, c ' e s t l a pupille de l ' o e i l .
D'une part, elle est sombre, ce sont les liquides sous-
jacents qui l'enténèbrent, d'autre part un phCu^riA
l'illumine : comme les ténèbres de la pupille s ' a t -
tachent à cette c l a r t é et voudraient la garder et
se l ' a s s e r v i r afin de voir, de même l a liamière et
l ' e s p r i t recherchent avec ardeur lexxr vertu égarée
( 4 ) . V.15 dans les ténèbres". ( 4 ) .
J u s t i n , l e g n o s t l q u e , dont p a r l e H i p p o l y t e , e s t
p l u t ô t un chef de c o n f r é r i e r e l i g i e u s e . La symbolique
s e x u e l l e t i e n t une grande ]^rafei?dans s e s s p é c u l a t i o n s .
C ' e s t a i n s i q u ' i l y a t r o i s p a r t i e s dans l e monde :
l e Dieu Bon, Elohim l e p è r e c r é a t e u r , Eden s a femme
q u i f i g u r e l e monde. La t r a g é d i e n a i t de ce que Elohim,
a t t i r é p a r l e Dieu Bon, abandonne Eden. C e l l e - c i p o u r
se venger crée l'homme mauvais. D'où l a n é c e s s i t é de
l a Rédemption. " Elohim s ' é c r i e : ouvrez-moi l e s p o r t e s
a f i n que j ' e n t r e e t que j e v o i e l e s e i g n e u r ? Car j e
c r o y a i s j u s q u ' i c i ê t r e l e s e i g n e u r . Au s e i n de l a l u -
mière se f a i t entendre une v o i x q u i d i s a i t : Voici
l a ç o r t e du seigneur, l e s J u s t e s l a f r a n c h i r o n t . Aus-
s i t ô t l a p o r t e s ' o u v r e et l e P è r e , sans l e s anges, y
e n t r e e t va v e r s l e Bon. Bt i l contemple l e s choses
que l ' o e i l n ' a point vues e t que l ' o r e i l l e n ' a pas
entendues e t qui ne sont p o i n t montrées au coeur de
l'homme. Alors l e Bon l u i d i t : A s s i e d ^ t o i à ma d r o i t e "
(1) Cité p a r de (1).
Faye. o p . c i t .
p . 191 • On peut enfin n o t e r un gnostlque doeète aux
idées assez obscures qui d é c r i t a i n s i l a Rédenption:
"Voici comment l e P i l s Monogène, voyant d ' e n haut l e s
idées transmuées en des corps ténébreux voulut l e s
s a u v e r . Sachant que même l e s éons ne p o u r r a i e n t s o u t e -
n i r l a vue du plérôme t o u t e n t i e r , mais que frappés
de s t u p e u r , i l s en deviendraient mortels e t p é r i r a i e n t ,
i l se c o n t r a c t a l u i même e t r é d u i s i t son é c l a t au p l u s
p e t i t volume; je devrais d i r e q u ' i l se f i t p e t i t comme
l a lumière sous l e s p a u p i è r e s ; p u i s i l s'avance j u s q u '
au c i e l v i s i b l e ; i l toucha l e s a s t r e s qui s ' y trouvent
e t de nouveau se r e p l i a sous les p a u p i è r e s . . . .
Ainsi e s t venu dans l e monde l e Monogène, sans é c l a t .
( 2 ) . Cité par fî. inconnu, sans g l o i r e ; on n ' a même pas cru en l u i " . ( 2 ;
de Paye, o p . c i t .
p . 217. Si nous ajoutons à c e t t e énumération un c e r t a i n
Monoïmus l ' A r a b e , neopythagoricien e t jongleur de
c h i f f r e s , nous aurons une idée assez j u s t e de l a
v a r i é t é des s e c t e s e t des i d é e s .
3) Notons seulement i c i l e s d o c t r i n e s dètPapyrus
de Bruce et de l a P i s t i s Sophia q u i reproduisent tous
deux des e n t r e t i e n s de Jésus, où l e s thèmes c l a s s i q u e s
sont largement développés et où i l e s t expliqué que
posséder l a âhO(f€^ i c ' e s t savoir l e pourquoi de l a
Ixomière et des ténèbres, chaos^ t r é s o r de lumières,
péché, baptême, c o l è r e , blasphème,. injure inju s, adult è r e s ,
p u r e t é , superbe, v i e , médisance, obéissance, h u m i l i t é ,
( 3 ) . C i t é p a r de r i c h e s s e et esclavage. ( 3 ) .
Faye. p . 2 6 9 . ^ ce p r i x nous aurons encore l a i s s é de côté l e s
d i s c i p l e s d^yec^ de Valentin, Héra4Jion et Ptolémée,
Apelle d i s c i p l e de Marôion, Marcus et ses adeptes,
l e s gnostiques l i c e u n e i n s . On v o i t a l o r s l a r i c h e s s e
d'un mouvement t r o p souvent dédaigné. I l nous r e s t e
maintenant à démêler, dans c e t ensemble d ' a f f i r m a t i o n s
s o i t émouvantes, s o i t simplement curieuses l e s apports
étrangers.
0 . LBS ELEMENTS DB LA SOLUTION GNOSTIQUE
C e t t e m é t a p h y s i q u e q u i s ' i n c a r n e <Uttt l e l o n g
du temps g a r d e s o n é l o q u e n c e . Mais e l l e ne p e u t
prétendre à l ' o r i g i n a l i t é .
I l semble que dans l e g n o s t i c i s m e l e C h r i s t i a -
nisme e t l ' H e l l é n i s m e s e s o n t r e n c o n t r é s s a n s p o u v o i r
s ' a s s i m i l e r e t o n t j u x t a p o s é l e s thèmes l e s p l u s h é -
téroclites .
N o t r e t â c h e , i c i , s e r a de r é p a r t i r a u s s i schéma-
t i q u e m e n t que p o s s i b l e l e s a p p o r t s e x t é r i e u i B .
a ) Un grand nombre de thèmes s e m b l e n t v e n i r de
P l a t o n ou du moins de l a t r a d i t i o n q u ' i l r e p r é s e n t e .
Emanation des i n t e l l i g e n c e s du s e i n de l a D i v i n i t é ,
é g a r e m e n t e t s o u f f r a n c e s des e s p r i t s é l o i g n é s de
Dieu e t e n g a g é s dans l a m a t i è r e , a n x i é t é de l ' â m e p u -
r e l i é e à l ' a m e i r r a t i o n n e l l e dans l e s p s y c h i q u e s ,
r é g é n é r a t i o n p a r l e r e t o u r aux s o u r c e s p r e m i è r e s ,
t o u t c e l a e s t p u r e m e n t ôtTfectHofbs, au nom s i g n i f i -
c a t i f , f a i s a n t r e n t r e r S o p h i a dans l e s l i m i t e s de
sa nature est typique à cet égard.
La n o t i o n d ' o r d r e e t d ' h a r m o n i e , l a Grèce l ' i n -
t r o d u i s a i t en morale comme en e s t h é t i q u e . S i Prométhée
a s o u f f e r t c ' e s t q u ' i l e s t s o r t i de s a n a t u r e d'homme.
Sophia a f a i t de même e t c ' e s t en r é i n t é g r a n t l a
p l a c e qui l u i é t a i t désignée q u ' e l l e r e t r o u v e l a p a i x .
b) Le g n o s t i c i s m e a p r i s p a r a i l l e u r s au C h r i s -
t i a n i s m e l e s s e n t i e l de ses dogmes. I l s ' e s t c o n t ^ d ' e n
j o u e r . P o u r t a n t ^otofsystème g n o s t i q u £ a n esf^ accompagné
de q u e l q u e s i d é e s s u r l a r é s o n a n c e d e s q u e l l e s nous ne
pouvons nous t r o m p e r . La p r é o c c u p a t i o n de t o u s nos
a u t e u r s , c ' e s t l e problème du mal, nous l ' a v o n s vu
c h e z B a s i l i d e , Marcion et V a l e n t i n . De l à l e u r e f f o r t
p o u r e x p l i q u e r également l a Rédemption.
Une a u t r e i n f l u e n c e moins n e t t e , mais a u s s i v r a i e ,
c ' e s t l e sens de l ' h i s t o i r e , c ' e s t - à - d i r e c e t t e i d é e
que l e monde marche v e r s un b u t comme i l a é t é l a
c o n c l u s i o n d ' u n e t r a g é d i e . Le monde e s t xin p o i n t
de d é p a r t . I l a é t é un commencement. Les v é r i t é s ne s o n t
p a s à c o n t e m p l e r . Nous l e s jouons p l u t ô t e t avec etiœ
n o t r e s a l u t . L ' i n f l u e n c e c h r é t i e n n e i c i r é s i d e moins
dans un ensemble de d o c t r i n e s que dans un é t a t d ' e s -
p r i t e t une o r i e n t a t i o n . Dans aucune d o c t r i n e ce
q u ' i l y a d ' i n r é d u c t i b l e dans l'homme n ' a p r i s une
t e l l e valexir e x p l i c a t i v e .
c ) Mais à c e s i n f l u e n c e s s ' a j o u t a i e n t des é l é -
ments t r è s d i v e r s , p a r l à même moins s a i s i s s a b l e s e t
s u r l e s q u e l l e s nous nous é t e n d r o n s un p e u p l u s , ce q u i
p r é c è d e ayant r e ç u une i l l u s t r a t i o n dans nos e x p o s é s
sxir l e s d o c t r i n e s .
V'
^^ fj Dans c e t t e n o t i o n d'une s c i e n c e s u p é r i e u r e
q u i c o n s t i t u e l a gnose , on peut a u s s i v o i r l ' i n -
fluence des m y s t è r e s . Nous avons déjà d é f i n i l ' i n i -
t i a t i o n comme l ' u n i o n de l a connaissance et du s a l u t .
C ' e s t l e même problème que noxis r e t r o u v o n s i c i . Un
s p i r i t u e l f e r a i t s i e n s c e s v e r s orphiques r e t r o u v é s
sur des t a b l e t t e s d ' o r à Crotone : "Je me s u i s enfuie
du c e r c l e des p e i n e s e t des t r i s t e s s e s e t maintenant
j e m'avance v e r s l a r e i n e des l i e u x s o u v e r a i n s , l a
s a i n t e Persephone e t l e s a u t r e s d i v i n i t é s de l ' H a d e s .
Je me g l o r i f i e d ' a p p a r t e n i r à l e u r race b i e n - h e u r e u s e .
Je l e u r demande de m'envoyer dans l a demeure des i n -
nocents poxir y r e c e v o i r l e mot sauveur : Tu s e r a s
(1) . U \ T o u s s a i n t . déesse et non p l u s m o r t e l l e " . ( 1 ) .
St-Paul et l ' H e l -
lénisme Chap . 1 . 2- Une coïncidence plus suggestive e s t c e l l e qui
^«Qjj,/v- r e l i e l e s quoot-irpis à Philtf*).Celui-ci, p a r f o i s v a -
^ v a t i c i n e comme un i n i t i é : "Que l e s hommes bornés se
r e t i r e n t ^ l e s o r e i l l e s bouchées; Nous t r a n s m e t t o n s
des mystères d i v i n s à cexix qui ont reçu l ' i n i t i a t i o n
s a c r é e , à ceux qui p r a t i q u e n t une p i é t é v é r i t a b l e ,
qui ne sont pas enchaînés p a r l e v a i n a p p a r a t des
(2).De Cherubinn mots ou l e p r e s t i g e des p a ï e n s " . (2)
p.115-116. Et c e c i , plus s i g n i f i c a t i f encore : "0 vous
ni» MaÉ^eî:: H i s t o i r e i n i t i é s , vous dont l e s o r e i l l e s sont p u r i f i é e s , r e c e -
du g n o s t i c i s m e . vez c e l a dans v ô t r e âme comme des mystères qui n ' e n
I . chap. 5 - doivent jamais s o r t i r ; Ne l e révélez à aucxin p r o f a n e ;
c a c h e z - l e e t g a r d e z - l e dans vous même, comme un trésora?
qui n ' e s t p o i n t c o r r u p t i b l e , à l ' i n s t a r de l ' o r e t
de l ' a r g e n t , mais qui e s t plus précieux que t o u t e au-
t r e chose, puisque c ' e s t la science de l a grande cause,
de l a v e r t u et de ce qui n a i t de l ' u n e e t de l ' a u t r e M'
(3) • l^l- Matter. i d . (3).
Dès l o r s on ne s'étonnera pas de r e n c o n t r e r chez
l e s gnostiques un assez grand nombre de thèmes chers
à Philon : l ' E t r e suprême, foyer de lumière qui r a -
(4) .cf .Brehier .Les yonne à t r a v e r s l ' u n i v e r s ( 4 ) , l a l u t t e de l a lumière
i d é e s philosophiques e t des ténèbres pour l a domination du monde ( i ) , l a
r e l i g i e u s e s de c r é a t i o n du monde p a r ê t r e s i n t e r m é d i a i r e s ( 4 ) , l e
IçIfflfXt d'Alexandrie. monde v i s i b l e comme image du monde i n v i s i b l e ( 4 ) , l e
t h è m e ( c a p i t a l chez Philon) de l'image de Dieu comme
l&^lUfrLes I n t e r m é d i a i - pure essence de l'âme hximaine ( 5 ) , l a délivrance enfin
r e s e t l e Monde. assignée comme but à l ' e x i s t e n c e humaine ( 5 ) .
(5).id. III*Part. 3- ^^'^^^iJàaâSJ^ possible de reconnaître au^^sein des
Le c u l t e s p i r i t u e l d o c t r i n e s ^qSfiill^Vfrt^rinfluence^ d'un c e r t a i n nombre de
e t l e progrès mo- s p é c u l a t i o n s o r i e n t a l e s é"t#«Pb t o u t p a r t i c u l i è r e m e n t
ral . du ZeM Avesta. Le Zofbaâ|j|îeme, d ' a i l l a u r s , du f a i t
de l ' e x i l des J u i f s , de l a p r o t e c t i o n que Cyrus l e u r
a c c o i d a i t et de l a b i e n v e i l l a n c e q u ' i l portait-**^Zend
Avesta, a joué un r ô l e considérable dans l ' é v o l u t i o n
d^idées aux premiers s i è c l e s de notre è r e .
Les Amesll^ Spentas et l e s Yazatas qui mènent
l a l u t t e contre l e s mauvais dpfcrts^ c o n s t i t u e n t exix
aussi un plérôme, intermédiaire entre Dieu e t l a
Terre.. Bt AhUidMazdah a tous l e s c a r a c t è r e s du Dieu
IrAtlIimé gnostlque.
Ces indications suffisent pour mettre à jour l a
complexité du gnosticisme. On voit, de quelles b i g a r -
rures é t i n c e l a i t c e t t e hérésie c h r é t i e n n e . Encore
f a u t - i l tenter de résumer nos i n v e s t i g a t i o n s en quel-
ques caractères généraux.

Conclusion. Le gnosticisme dansai'Evolution


du Christianisme
. . . " a u l i e u ^ d ' a c t e s éternels de volonté divine,
des coups de théâtre ou des i n i t i a t i v e s passionnées;
les fautes remplaçant l e s causes; à l a place de l ' u -
nion de dexxx natures dans l a personne du Christ i n -
carné, l a dispersion des p a r c e l l e s divines dans l a
matière; au l i e u d ' h i s t o i r e , une suite d'actes sans
liell; l'enchevêtrement du charnel et du s p i r i t u e l ; e t ,
pour tout résumer, au l i e u de l a d i s t i n c t i o n de l ' é -
t e r n i t é et du temps, un temps saturé d'influences
é t e m e l l e s et une éternité traversée, scandée de
(1) . J . Guitton. tragédies." (1).
Le temps et l ' é t e r -
n i t é chez £ t o ^ On ne saurait mieux résumer l ' e s p r i t du gnos-
et St-Augustin. ticisme : s'étendant sur plus de deux s i è c l e s , i l
Chap. I I , l . p . 2 7 . ramasse toutes les idées qui traînent dans l'époque
pour en former un monstrueux Christianisme, t i s s é de
religions orientales et de mythologie grecque. Mais
que cette hérésie fut ciibétienne, on ne peut en douter
à certaine résonance plus rauque, qui court entre l e s
l i g n e s . C'est le mal qui obsède les gnostiques. I l s
sont tous pessimistes à l'égard du monde. C'est avec
une t r è s vive ferveur q u ' i l s s'adressent au Dieu
q u ' i l s font pourtant inaccessible. Mais le c h r i s t i a -
nisme t i r e de c e t t e émotion incalculable en face de
l a d i v i n i t é , l ' i d é e de sa toute puissance et du néant
de l'homoae. Le gnosticisme voit dans Is^naissance,
hvty^ un insigne de s a l u t . En cela i l est Grec car i l veut
^ (jue ce qui illumine, régénère du même coup. Ce q u ' i l
élabore, c'est une théorie grecque de l a grâce.
Historiquement, i l montre au christianisme l a
voie à ne pas suivre. C'est à cause de ses excès que
Tertullien et Tatien freinent l e Christianisme dans
sa marche vers l a Méditerranée. C'est un peu à cause
de l u i que l a pensée chrétienne ne prendra aux Grecs
que leurs formules et leurs cadres de pensée - non
leurs postulats sentimentaux irréductibles à l a pen-
sée évangélique (ou capables de s'y juxtaposer mais
sans la moindre cohérence). On s'e^^lique peut-être
déjà que le Christianisme implante dans le monde
Greco-romain de l a fin du 1er s i è c l e , n ' a i t p r i s son
essor définitif qu'au milieu du III** s i è c l e . On com«
prend aussi l'importance que nous avons accordée aux
doctrines gnostiques au regard de l'évolution que
nous voulons r e t r a c e r . Le gnosticisme nous montre
xine des combinaisons greco-chrétiennes qui furent
possibles. I l marque tm stade important, une expé-
rience qu'on ne pouvait passer sous silence.
Les excès même nous font mieux s e n t i r ce qui r i s q u a i t
de se perdre dans l e d é t a i l et l e s nuances. Cette
i v r a i e vivace, le Christianisme l ' a pourtant combattu
sans merci. Mais c ' e s t q u ' i l est plus dur de se débar-
r a s s e r de ses faux enfants que de ses ennemis. Bt
c ' e s t aussi que par un sens s i n g u l i e r de l ' H i s t o i r e ,
les Pères ont paru comprendre quelle eeuvre a l l a i t
ê t r e compromise dans de p a r e i l s excès, pour émouvants
q u ' i l s fiassent souvent : l a marche du christianisme
vers l e rôle qui l u i était d e s t i n é . î.fiais l a i s s o n s l a
pensée chrétienne arrivée à ce tournant de son h i s -
t o i r e . Parallèlement à e l l e l a métaphysique Alexan-
drins se c r i s t a l l i s a i t à c e t t e époque dans l e néopla-
tonisme et l e matériel dont usera l a dogmatique chré-
tienne est en t r a i n de s ' é l a b o r e r . Ainsi se prépare
dans des directions différentes, c e t t e seconde r é v é l a -
t i o n que fut l a doctrine augustinienne.
•^t

^ i TTRi TOC î S I : LA RkiaOH tTBTI'IJ.

I — L.. ^^OLUTIOK D3 PLOTIK


Au r e g a r d de n o t r e Bu;)6t« une é t i r à e dm i l o t i n
e s t i n t é r e s e e f f i t e à un d o u b l e t i ^ r e . r^our l a p r e r : i i r e
f o i s l e problèrse s u r l e q u e l s e ioue l e s o r t du c h r i s -
l ) « C o t i p a r e r iâcm« T« t i a n i a m e e s t n a t t e r o n t p o s é , t d e p l u s 1 H s y n t b è a a
^ . ..**&eul6 l ^ o b - p l o t i n i e n n o f o u r n i t è l a p e n a é e c h r é t i e n n e ^ r^^n p a s
t i e n r * - ! * . . . couat q u i une d o c t r i n e ( s e l o n c e r t a i n e a n t e u r s ) mais u n e méthode
66 v^éf^ouillent de e t u n e façon de v o i r l e s c h o s e s . I ^ systèi^s plotinien
leuràj v ^ - t o . e n t e . . .•• 80 dét^iche, en e f f e t , s u r un fond d ' a s p i r a t i o n s r e l i -
e t î a d e s c r i i . L i n du g i e u s e s e t i ^ s t i q u e s commun è t o u t e l ' é p o q u e . I l ea>-
v o y a g e de l ' ^ ^ i e d a n s p r u n t e oê.t« s o u v e n t l e lanF::ire d e s sgratèrea ( 1 ) .
l e s ô.yt^tères de i - 3t c ' e s t l a pasGior. do Dieu qui l ' a n i m e ( : ) • l a i s
t h r a . (4l* Cumont a u s s i b i e n P l o t l n e s t un Grec^ t b i ^ d ^ i d é à l * ? t r e
ciystèro;> de ithra. p u i s q u ' i l n e v e u t ê t r e q u ' u n commentateur de F l a t o n ( 3 ) -
p • 1 1 ^ e t ': ^^. .XI v a i s d ' a i l l e u r s . 3on âite du itonde e s t s t o ï c i e n n e .
Son monde i n t e l l i F i b l v i e n t ^ ' j r i s t o t e . : t s a s y n -
t h è s e g a r d e un a c c e n t t o u t p e r s o r n e l . a l s i l r ^ t e
s i r de ^'iôu dans l u q u ' i l a i e ^oQt d e l ' e x p l i c a t i o a r a t i o n n e l l e d e s cbor-os.
p h i l ô s o i ^ h i c de ;t c ' e s t en c e l a que s a t i a r è d l e p e r s o n n e l l e r e f l è t e
ilotln. a u s s i l e dr^^e d e l a x é t a p h y s t Q u e c h r é t i e r a e . I l s ' i r i -
q u i è t e de l a d e s t i n é e d e l ' a m e , ( * ) mai.*? i l v e u t a u s s i ,
( 3 ) . 1 1 1 , 7t 1> à l a s j i t o de son m a î t r e , f a i r e r e n t r e r l e ^^Cù^^tviA^
d a n s d e s formes I n t e l l e c t u e l l e s ( 5 ) - Le i r . a t ' r i e l c o n -
c e p t u e l n ' a p a s changé chez i - l o t i n ; s e u l , îe s e n t i ^ t e n t
( 4 ) , ; f 1, 1 , i ^ t s ' a f f a i r e à d e n o u v e l l e s roch srctîoe. Tout l e parfum
•*L'ai4ie ne peut pocb ^ ' du p a y s a g e p l o t i n i e n ^ t l à s un c e r t a i n tre^^ique
irt>urquoi a l o r s l e s diiî s e s t e f f o r t p o u r c o u l e r l e s e n t i s s e n t dans l e s f o r e s
c h S t i ^ i o n t s . . .* l o g i q u e s de l ' i d é a l i s m e firec. Pe l à e n c o r e , et du
, p o i n t de vue du s t y l e c e t t e les^r^ur, c e t t e a v a n c e ^^ar
(^-^^l
^) • ^' 4 • 4 1 degrés, c e t t e m a î t r i s e apparente oui n a i t p l u t ô t d'une
unl e—u rS ppr eaa rr ccdeee v q^j
qi ean' tii ll m©e
eii-^j^^^^^ librement acceptée, t p u i s aussi l ' o r l p r i n a l i t é
l i . i t e e t paxce que pp^r^ofonde ©e de c e t t e s o l u t i o n e t l a g r r m ï e u r Je 1 ' ^ - n t r e -
soui^i^ à l a osur^i, avec l e s sr e, u èl e sb i erne s vs ooui rr c, e sr l odet i nl a s ep hpi rl oo ps oo ps eh i ede g rfeaciqr ue e
r i s e . C a
i l Bott du dosialr^ e t s a r ^ l e s e c o u r s de l a P b i , ce que d i x s i k s l e s de
des S t r e s P-^^^^.^.f'^^christianisme ont rétissi è p r a n d ' p e i n e .
;;eBuie e t de lif.ite:^'^
Ceci e x p l i q u e une s o r t e de mire i testent dan^s l a
p e i s é e de n o t r e a u t e u r . A v r a i d i r e , chaque d o c t r i n e
p l o t i n i e n œ r é v è l e un double a s p e c t d o n t l a coînci**»
deoce d é t e r m i n e p r é c i s é a ^ n t ume s o l u t i o n au problème
que noiis avons s i g n a l é c i - d w » s u 6 . C e t t e s o l u t i o n c ' e s t
l a c o n f u s i o n de l a d e s t i n é e de l'âiue e t de l a c o n n a i a -
a a n c e r a t i o n n e l l e d ^ c b o a e s . I l en e s t I c i comme en
p s y c h a n a l y s e : l e d i a g m > s t l e c o ï n c i d e avec l e traiteii^ont
H é v é l e r , c ' e s t g u é r i r et c o n n a î t r e l ' u n , c ' e s t r é i n t é -
g r e r s a p a t r i e . '*Les d é m o n s t r a t i o n s q u ' o n en donne (du
M e n ) s o n t a u s s i des moyens de s ' é l e v e r J u s q u ' à lui**.
ié) 1, >. 1-
-v^
C'est par ce b i a i s qoe nous aborierôns l ' é t u d e de f l o -
t i n . Noue tontorons de ^^^t^pttyer^ ce double aspect dans
e t c-n des nioaents de sa ^W^fUKf , «alB r^i.eïrquona
dé;Jà cofflbi n sa s o l u t i o n dérend de 1 -. concer/tion q u ' i l
se falT le î i Paison. Ccnrai t r e , c ' e s t adorer selon
l a Raison. La science est une c ntoi-r l ^ t i o r et un r e -
cueillement intérieur» non une constructiorf. Je Ratio-
nalisme de Jrlotin e s t certes basé sur l ' e x p l i c a b l l i t é
du monde, ais avec quelle ifif inie £:ouples«e# Les
^ hyp<^ase& qulâoua^terdent c e t t e e x p l i c a b i l i t é ne
valent que dans un perpétuel balancement qui l a s mène
de l ' e x p l i c a t i o n cosmologique à l ' é t a t de rrâce par-
t i c u l i e r que chacun d'eux r e p r é s e n t e . Lans un sens
i l s marquent l ' o r d r e d'une procession et dans l ' a u t r e
i l s montrent le chemin d'une conversion. Ti une c e r -
t a i n e 3ieeure la Raison plotisienne est déj> l e "coeur"
de Pascal. : ais cela ne vôut pas dire qu'on puisse l e
rapprocher d'une pensée c h r ' t i e n n e . Cette conception
de l a Raison, à ê t r e basée sur l a contempl ^ i o n , s ' i n s -
c r i t dans une ^ t h é t i q u e : aussi bien qu'une lensée
^X'^MjiM^h % la philosophie de i l o t i n e s t un point de
vue d ' a r t i s t e . Si les choses s'expliquent c ' e s t que
lea choses sont b e l l ^ . a i : cette extrême émotion çuî
saLsit l ' a r t i s t e devant l a beauté du ronde, • l o t i n la
transporte dans le mocde I n t i d i i g i b l e . Tl ad^.ii*e l ' u n i -
vers au détriment de l a nature. "Tout ce qui est i c i
bas vient de la-haut, est plus beau dans le ^onde su-
( 1 ) . V, 8, 7- p é r i e u r dX^Ce n ' e s t pas l'app^^rence que : l o t i n r e -
cherche mais plutôt c e t envers des choses qui er.t son
paradis perdu. :t c e t t e p a t r i e s o l i t a i r e du sa^e, charrue
chose i c i bas s'en fait le vivant rappel. Voilà r^urcuoi
(^) - Cf. Tîncore Flotin décrit l'intelligeiuse de façon sensuelle ( ^ ) .
l ' a b u s d'une "i^éta- ^ a naison est vivante, étoffée, émcuvarte coirre un mo-
phyaioue de l a 1^- lange d'eau et de luiaière : *• cots e une qualité
mière^cbez r l o t i n . unique, qui > e t conserve en e l l e to.ite? lm> ciutres,
ta lui^ièx^e, c ' e s t une douceur qui s e r a i t en mSme t e ^ s une odeur, en qui
ce qui e s t / l a listi*- l a saveux^ du vin s'unirait à toutes les autree saveurs
t e (hi corporel et e t toutes les autres couleursi e l l e a toxi 0^7 les qua-
de l ' i r c o r p o r e l . l i t é s qui sont perçues par l e t a c t e t «vi-isi toutes ^,
c e l l ^ qui sont perçues par l ' o r e i l l e p u i s q u ' e l l e ' ^ ^
( 5 ) . Vl,7.1^ toute harmonie et sont rythaS^^Cl). C'est donc avec
sa s e n s i b i l i t é que Flotin se s a i s i t de l ' i n t e l l i g i b l e .
3^ais ceci qui pourrait faiie croire à un point de
contact entre christianisme et néoplatonisme nous ap-
paraît au contraire co:£s^ une des oppositir ne irréduc-
t i b l e s . Car tout ^ouer sur l a contemplation ne vaut
que pour un sionde éternel et hariconieux une fois pour
t o u t e s . t de f a i t , pour Plotln i l n ' e s t pss d ' H i s t o i r e .
Mais ' un chrétien l ' a r t ne suffit pas. le aonde se
déroule suivant une aaise en scène divine; et se réno-
ver e ' e a t s'incorporer dans le souvement de cette t r a -
gédie. Le coup de théâti^ de l'Incarnation n'a aucun
BBnB pour Plotln. Opposition qui va plus loin encore.
Fotir un chrétien qui sépare l a Balson de l a * eauté, l e
^ a i du Beau, l a Haison est réduite à son rôle de l é -
g i s l a t r i c e logique. H% les conflits devlentient possibles
^

entre la foi et la Raison. Pour un grec^ ces c o n f l i t s


ont moins d ' a c u i t é , car l a Beauté qui œit à l a fois
ordre et r>él|8ibilltét économie et objet de passion,
demeure un t e r r a i n d'entente t " I l en est qui voyant
l'image de l a beauté sur un v i s : fre SQ/it transpoités
daim l ' i n t e l l i g i b l e ; d'autx^s ont une pensée trop
paresseuse et r i e n ne les eue u t ; i l s ont beau re£ ii der
toutes l e s beautés du monde sensible, ses proportions,
sa r é g u l a r i t é , et le spectacle qu'offrent l e s a s t r e s
f^algré leur éloignes^nt, i l s ne solderont pas, s a i s i s
d'un respect r e l i g i e u x , à dire *• .ue c ' e s t beau, e t de
quelle beauté doit venir leur beauté"; C'eet q u ' i l s
n'ont compris ni les choses sensibles, ni les ê t r e s
( . ) • II» 9» 16 I n t e l l i g i b l e s . " ( 2 ) . On a déjà reconnu ce p^msaçre^
11 est d i r i g é contre l e s gnotstioues c h r é t i jre.

A - 1' :VrLlCATlOH siAricm^iH^hcl SSIi-r LA PRQCiJ^ir-


a) * i le monde ^ t ^ a u , c'e- t que quelque chose y
v i t . ais c ' ^ î t aussi que quelque chose l'ordonne.
Cet esprit qui l'aniiiie c ' e s t l'Sj^e du ii;u:>nde* l e priji-
cîpe supérieur qui l l a i t e c e t t e vie dans dac cadres dé-
tersiinés, c ' e s t l ' i n t e l l i g e n c e , a i s l ' u n i t é d'un or.lre
est tou;5ours supérieure à cet o^ Ire. Il y a donc un
troisième principe supérieur à î ' I n t e l l i g e n c e et qui
est l ' u n . Raisonnons en sens inverse. 11 n'y a pas
( 5 ) . VI, 9 , 1 . d'à re qui ne s o i t u n . ( 3 ) . wr i l n'y a pas d ' u n i t é
sans forae et sans logos, le logos étant Justeiscr.t l e
p r i r c i p e d ' u n i t é . C'est dire encrre q u ' i l n'y a pas d'
ê t r e sans ârae puisque le lopo.s «et 1 'acte n^^cec^aire
de l'fi:ue. Dans le premier sexxa nous avons découvert trois
degrés dans l ' e x p l i c a t i o n du aso^de; dans ia second, trois
I étapes de l'approfondiese^sent lu k o i . Ces tieux déj^-;rches
(£4').cf euiTtout c^ coïncident ( 4 ) . La Héalité aétaphysique c ' e s t la vie
passage: ' s p i r i t u e l l e considérée en elle-nê^e. L'une sst objet
a) pour le rôle r e - de connaissance, l ' a u t r e d'ascèse i n t ' r i e u i ^ . -lais les
l i g i a i x d^hypotèise^ objets coîncidert, les 2;étho^l-- se rencontfart • Cor-
Y, î , des 5 hypota- n a î t r e c ' o s t un peu revenir à "l'intiEiior intirao caec**
sea* La connaîssjnce n ' e s t pas un «cquis, xais un effort e t
cf sur leur valei;r un désir, en un net une évolut-^on c r é a t r i c e , re là
exflicativet V,} encore le caractère divin <iws principes métaphysiques.
Des h.qui coxmais- L'un, l ' I n t e l l i g e n c e et l'êjse du ^onde, l e premi r
seî.t. dans sa plénitude, le^^ deux a;ires ccisnie «r i f l e t ,
expriaient l a mêsae d i v i n i t é . Courent c e t t e unitf^ et c e t -
t e multiplicité se concilient, on 1^ voit arjs l a
procession de t r o i s hypotases . Celle-ci qui 80us-4;erd
('>).'V, I, Bf."Tout l ' e x p l i c a t i o n rationnelle du monde trouve naturelleiaent
Stre enK^ndré dé- soc égale dams la conversion qui est l e somtement mêce
s i r e et tLls^e l ' Ô r e de l'âme à la recherche de ses orifçines (b)«
qui l ' a engeiidré".
Indiquons seuleisent le aouveinent de c e t t e p r o -
cession nouii réservant d'observer en détail chacun de
ses mo2&ents •
" TouB l e s ê t r e s d ' a i l l e u r s , tant q u ' U s s u b -
s i s t e n t prodtilsent nécessairement autour d'eux,de
l e u r propre e s s e n c e , une r é a l i t é qvA tend v e r s l ' e x -
t é r i e u r e t dépend de l e u r pouvoir a c t u e l . . . .
flilnsi l e feu f a i t n a î t r e de l a chaleur et l a n e i g e ne
( ! ) • T9 1^6m garde pas en elle-mSiDe tout son f r o i d " (1)«
Dieu lui-ttême en tant q u ' i l est substance par->
f a i t e e t i n t e o p o r e l l e surabonde. I l c f é e l ' I n t e l l i -
gence e t de c e l l e - c i s o r t i r a l'âiae du Monde*
C'est a i n s i que l'IhtelllgeiK^e et l'Âme s o n t e t
ne sont pas l ' U n . S l l e s l e sont dans l e u r o r i g i n e e t
non daxis l e u r aboutissement où e l l e s ae f ï ^ s ^ e n t e n t .
l ' u n e en d u a l i t é , l ' a u t r e en m u l t i p l i c i t é . *L'un e s t
t o u t e s l e s choses e t U n ' e s t aucune d'entre C e l l e s ; prin-
c i p e de t o u t e s choses car t o u ^ s font en quelque s o r t s
r e t o u r à l u i 1 o u . p l u t ô t à s o n n i v e a u , e l l e s ne s o n t
( 2 ) * 1. 2 , 1 p a s encore mais e l l e s seront " ( 2 ) .
On v o l t I c i comment l a n o t i o n de p r o c e s s i o n s ' o p -
p o s e à c e l l e de c r é â t l o n t c e l l e - c i séparant l e c i e l
e t l e créatetir, c e l l e - l à l e s u n i s s a n t dans l e même
mouvement doux de l a surabondance • Mais c e t t e ÂtA^KA/(yv^
d i v i n e ne prend forme que l o r s q u e l ' I n t e l l i g e n c e , i s s u e
de Dieu, se retourne v e r s l u i e t en r e ç o i t l e r e f l e t
e t l o r s q u e l'âme à son t o u r contemple l e s o l e i l i n -
t e l l i g à b l e e t en e s t i l l u m i n é e . C ' e s t donc p a r l a
c c n t e s ^ l a t l o n de l'hypojbase s u p é r i e u r e que chaque
p r i n c i p e se r é a l i s e p l e i n e m e n t . Dieu ne f a i t i c i que
( 3 ) . Y^ x^6 s u s c i t e r s e s a d m i r a t e u t s . Mais c e c i , à p e i n e n o t é ,
Yy 2 demande à ê t r e r e p r i s dans l e d é t a i l .
•» 3t ^
b ) LA PRBMIBRB HYPOfrAiSS.
Mettons nous de s u i t e e n f a c e de l ' a m b i g u ï t é d é j à
s i g n a l é e dans l a n o t i o n de l ' I ^ « I l e s t à l a f o l s
p r i n c i p e r a t l o z m e l d ' e x p l i c a t i o n et d é s i r de l ' â m e .
P l a t o n d i t que l e Bien e s t l a p l u s grande des s c i e n c e s ;
11 entend par s c i e n c e , non pas l a v i s i o n du B i e n ,
mais l a connaissance raisonnée que nous en avions avant
cette vision.
Oe qui nous en I n s t r u i t c e sont l e s a n a l o g i e s , l e s
n é g a t i o n s , l a connaissance des ê t r e s i s s u s de l u i e t
l e u r gradation ascendante* Mais ce qui nous mène j u s -
qu'à l u i , c e s o n t nos p u r i f i c a t i o n s , nos v e r t u s , n o t r e
ordre I n t é r i e u r
A i n s i l ' o n devient c o n t e i i ç l a t e u r de s o i même e t
des autres c h o s e s e t ftn même 1^20)8 o b j e t de sa c o n -
teiqplatlon; e t , devenu e s s e n c e , i n t e l l i g e n c e e t animal
( * ) . T I t 7» 35 t o t a l on ne v o i t p l u s l e b i e n de l ' e x t é r i e u r ( 4 ) .
Remarquons l e , c e s deux a s p e c t s ne sont pas c o -
e x i s t a n t s , mais i d e n t i q u e s . Ce qui f s l t que l a p r e -
mière hypo*tase e s t p r i n c i p e d'unité tlhfèi qu'on l a
^ 4 | Tltm §tt&9 contejïïile ( 4 ) . D a n s l ' I n s t a n t même où nous regardo
une é t o i l e , e l l e nous d é f i n i t et nous l i m i t e dans
c e r t a i n e mesurée. St d i r e que l'Un est l e p r i n c i p e de
t o u t e s choses c ' e s t dire que l a contemplation e s t l a
seule r é a l i t é .
S i l ' o n cherche maintenant à d é f i n i r c e t Un, on
s e heurte à bien des d i f f i c u l t é s .
9'abord i l B*ast rian» n ' é t a n t paa d l s t i « « t f
étant oBlté para. Hais i l a s t tout» aoaaa p r i a o i p s âa
( 1 ) I , 6t 6 « U fant t o u t a s obosas* C s r t s s , i l s s t l a Baan a t l a Biaa t o a t
é»a« y«eh«roh«z ,ftr a n s a s t l a ( ! ) • Mais oa ns sont pas daa d é f i a i t i o n s . Os
4*« moftM « n a l o g n . . sont dss aanièyas ds pajrlsr qui ns l*aa8«gsBt pas. Car
! • Bi.B « t 1« S«aot à bian voir i l n ' s s t qo'oa néant oo« an plAS* on p e i s t
U Ittl «t U M l . da ooBvargaBoa ( 2 ) , Kaia an fond l a d i f r i a o l t é a*aat paa
XI faut ,o8«x â*«* l à . Cat On <^i oentanait t o o t a l a R é a l i t é oontraotéa aa
"bOTû 4tt« l a 6«aat4 l o i , peorqttoi a-t->il weéé s t snrteat o^cmaat aat ta o a l t é
•8% a u s s i l a Biaxi*. s«sst faita «Qltiplioité.
(2) T l , 8 , 9 - t , 1, 6 b^&'^B étimt p s r f a i t soraboads at a a t t a s o r a -
bondanoa produit ana eboaa d i f f é r a n t s ds l a i | l a eh&um
angendréa sa rotoariMi vers l u i i s l l s s s t féaoadéai a t ,
an toomsr.t son ragsrd sor slla^aiêaa, a i l s dariant i o »
tallii^aasat son s r r t t , par rapport à l a i , l a prodoit «HH>
«a t t r s i at son x^ga^A toarné r^x» alls-âêiM ooflws i a t a l -
ligancw. Jlt pais q u ' a i l s s ' a s t arrêtés poar e s riicardar.^
(5) • ! # 2 - s l l a - a f t a s , a l l a daviant à l a f o l s i n t a l l i ^ a n e a e t i t r ^ 3 S ^
L*an produit dono eonaa l a fao oèda sa ahalaar oo ua»
f l s o r son parft». Bt o ' a s t 9n tant qa*obJst da c^atsaspla—
t i o n qa*il deana à l * i n t a l l i g a n e a l a s foreac âoat a l l a
(•) df aneoM TI, 7» a ' b a b i l l a ( 4 ) . Mais oosoant adaattra qoa l*aa a o i t éj^oM
JUI»« *às soaant ûix la dans U a a l t i p l i e i t é dss X a t a l l i e i b l a a . Là sa p l a ^ l a
Tia dirige sor lai • r a i a d i f f i a a l t é at l a osntrs da ajrstèas platiniaa* Car
sas arasazâsy alla a ^ 0m problèss sa r a l i a à aa l o i , non «oins i i ^ r t a a t , é9 l a
llllsitéa, ans fois îranaoaadaaaa oo X«BaaaB<M d i v i a a , at à emix qui poaaat
qa*alla l*a •«• «Ils laa rapports s n t r s IntalligMboa at X n t a l l i g i b l a a , oo
sa liaita''....Ca x.- Ana da «»Bda at àams i i ^ l T l d o a l l a a . Bt o'ast l o i qaa pré*-
gavâ •«*•« 1*0B ap- oiséaant i n t a r r i s n t ans e a r t a i a s faeoB ds v o i r , partioa»
paxta ins^dlataasni l i e r a à F l o t i n , st que noas aorons & d é f i n i r ao tsraa da
«a alla la llBita« notra étoda.
la déisralBatian st • oartains aoacBts, i l es oantsnte ds décrira
la l^ras...*! oatta l a Béosnisas ds l ' o p é r a t i o n ! *Ls Sian s e t prineipa. C'ast
T*a qmi a fsça ana da l o i qoa l ' i n t a l l i g a i œ a t l s n t l a s ê t r s s qtt*slls produit
liaita c'ast l'In- Qaai^ a i l s l e s ragarda i l n'est pas plus j u r a i s à l'Xi^-
t a l l i g a ^ . b^ t a l l i g a n e a de ns r i s a psasar t^e da penser oe qoi aat aa
1Q1{ Binon e l l e n*aneei^Lrersit pas. I>a 1'UB« a i l s t i s a t
l a paiasBBmi d'angondrar at de ea raseaaiar des êtraa
qa*alla aBgandrst i l l o i donna es q a * i l ne posséda pas
loi-Bdaa. Sa l'Un nait poor l'IntelIjj^aace BB» « t l t i a i i -
ttola de contenir li lOEm^i
(5) Tï, 7 , 15.
, il a
ra<^or8 à des isagaa. Coaasnt l'Un psut->il à l a f o i a ,
être et no pas être diapersé dana l a a a l t i p l i ^ t é . OOBIM
l*arbra aat diaparaé dana s e s braaohae aaaa a*f troavar
(6) • , 2, ^^m toot a n t i s r ( 6 ) , ooens l a l o s i è r a sa dlTisa entra liNi
rajone q a ' e l l e aaat sai» poor aatant s * / raasaBblar ( 7 ) ,
C7) • . X. ^« oosae l e fsa éaet de l a ohslsar at l a eoaaaaiqsw par SJ^B-
patbia ( 8 ) , OOBBS a a f i a d'oaa soaroa peavant naîtra das
(8) T, 4, ! • flsavea qoi roalaront Ja»qB*à l a Bsr des awuc différaataa
(9) XII, 8 , 10. at poortant soBblablaa {$}• AatraBant d i t , l a priaeipa
da eontradêêtêBB pourrait ioaar a * i l s ' a g i a a a i t d*»aa
aréatiOB, aaia soas l a ««tégoria da proaaaai,a, o*ast à
BB Mitrs priaeipa q a ' i l iEbat f a i r e a | ^ l , fort saablabla
aa resta à as priiœipa da partiaipatioa que ttx Lsvy Bxuhl
attribue saolmsant aaoi a a i m i l i t é s p r l a i t i T s s . Maia a*ast
à l^iatéjriattsr da «asA* I n t a l l i s l U l a a « * l l £a«t tamtar
XI) f i t 8t #• 4a ooapxanAxa oalntanant o a t t a a o l a t l o i i p a r t i o o l i è r a #
0« •#«# i»a8 e i t o n s a) Jm daoxi^aa h^noataaaa
• n BOt«t pour sa •
l0Qgtt«Qr on t e x t * Sana l a plan r a t i o n n a i oà noua tantona tsi 4a
s o g g s s t l f s t par noua tanir à paa près axolualrattant, o^aat l ' I n t a l l l ^ o B o a
l * i « a g s o t par l a qui aat dootfa da plus grand pourolr a x p l l o a t l f . JM $Saâù-^
sans sar «at aspaat r i a â â a l l l a u r s n*att aat pas bian flxtfa* On p w t d*aborâ
da l a panséa p l o t l » notar an doubla aapaot déjà olaaalùua ^ a r noua* L*lAtal«»
nianna* llganoa a s t un prlmslpa aétaptayaiqua aaia daaaara una
é ^ p a danë l a rapatrlaaant da l ^ t e a . Par l a praalar a a -
Supposas qoa dans paetf a l l a a ' i d a n t l f l a B» Monda das Idtfaa platonlolaanaa*
notra flK>nda T i s i b l a Mala à l^lntérlaux aêma da c a t t a darnlèra aotlont on
abaqaa partia raata paat déoalar t r o i s Intarjarétatioi» Juxtapoaéaa da l a daa-*
oa qQ*alla ast ^mnB xlèaa hypostasa* L'Intalll^anoa aat an praalar l l a u una
eoaft^ion, «aia qua eorta d'art i n t o l t l f ^ 1 aa réfltfohlt mt l a c r i s t a l du
t o u t a s sa rassa»» aonda« ooaaa l ' a x t do s t a t u a l r a BB davlna dana una g l a l s a
blant an tine^ da t a l aftflra étettehéa. £n saolbiâ llau» a l l a a s t l a eodèla parfait
l a s o r t a qaa a l l*Qna sur laquai sa aoulaat l a s i^roas» Xt o'aat anfln un Maut
d'antra a l l a s appa«»
r a l t f par axaapla l a ou plutôt un (^^^Hii^^ qui a infbraé la aatlèra^ JÉais gMx^
dons^^soua d^éxagérar oatta d i v e r s i t é d'intajrprétation,
aplièra das^X^ II St pranona l o i l a notion d'Xntalllganoa d«:a son aans l a
8*anaiilt is&csédiata**
ffiant I*apparitl^n da aa a^laposa dtf
plua laxga Sonda das Idéaa* JDèa oat inatant un problè-
s o l a l l at das antras anrlaag^rai dana a lsat théorlaqui la prooha p a r a ^ da o a l u l qpa u»aa
da l'On* (^a®ant l ^ I n t a l l l - -
a s t r a s i l*on Yolt an ganoa a'épanatM«t««lla dana laa I n t a l U g l b l a a . Caux-al
a l l a , w>tme sor ana s o n t - l l a d i f f é r a n t s âm ealla«>làt o& aont-*lla à l ' i n t é r l a o r
s f ^ z a transparente
la tarra» l a ^:BX at da l a forma qui laur aat ooasuna.^
toas l a s anieauxf af^ ^ lia aolution da Plotin* a ' a s t l a trat»paran*'^
faotlTafl^nt alors^ on oa. Les i n t a l l l g l b l a a sont dana l ' i n t a l l l e a n o a aaia
y TOlt toutas chosesa laurs rapports ne sont pas ÛB G aux qu'us» loglqua courant
Soit dona» dana l*â-* ta aoeaptaraita (^asa oas diaaants qu^una afaa aau XB»^
sa l a raprésantatioa p u t » dai^ éBaqua éolat sa nourrit âa faux qui Jouant
a'una t a l l a aphèrsa aussi dans d'autres faoas, da aorta que oatta aiaa Xu^
8ardaa--an l*i«aga at alèra Inflnlaant répétée ne ^e d é f i n i t que par eaa faux
rapréaantas«»Toas ana aals an aSae teiq^s ne £^aurait s'y wiBumBX^ a i n s i l'X&-
aatra aphèra, p a r a i l - telllganoa répand son éolat dans laa I n t a l l l g l l a s qui
l a an faisant abstrao sont en e l l e , <»m^ e l l e en aux» aana qu'on pui sa dlxa
t i o n de sa mass;^} f a i oe qui d ' e l l e eat à eux^ at d'aux à e l l e s 'fout e s t trana
t a s abstraotion a«sai parent « rien d'obsour ni de r é s i s t a n t i tout t t r a y ast
das diffëraneas da po v i s i b l e à tout fttre jusque âans son isÊUflnltéi i l est una
s i t i o n at de l'iftaga lualëra pour une lualèrSa Tout • t r e i T a a l u i toutes eiio-»
da la matièra; ns s e s at '^>lt toutes ohoses en aotrul* îout ast partouta
vous ooniantas paa da fout est t o u t . CSmque être e e t tout. 2Jl—bas^ la s o l e i l
Yous r^pré^antaa^ ana e s t tous l e s astres et ohaoun d'aux a^^t l e s o l e i l . . . . a n
saeonda aphèra plus oaraotëra différent reaaort Bn alsaque être aaie tous laa
p a t i t a qna l a praaiè d'une autre s'y
earaetères aanifa®tent....Zal'»-tea une partie vient
raîaaa- Blau vtêi^ a- bas ohaque être v i e n < partie»
t
&t ohaque otose e s t fraga-^ntaira} l à ^
h ohaque Inatant du tout at i l ast
lora x»>u8 apportant
son propra sonda uni sort que l ' i n t e l l l g a n a eetporta
à l a f o i s particulier u n i v e r a a ^ l à * Pa oaal 11 rea-»
en e f l e toute l a riohasaa
à toas l a s diaux qui
aont Bn l a i . îoaa aant t l e r dans sa oomiaitre ^ et par l à ^>ur
du monde i n ê e l l l g i b l e * Connaîtra a l l a ast tout an*
oatmaltra l'0n* C^aat
ahacun at ohaoun ast dans c e t t e idée que ^ trouve l'Unité de l a danxlèae hy«-
touai tous enaaable «p^etasa en quelque sens qu'on l'eavlaagea Xala l o i a?aa
aont différente par ^^ i^aeéa ahanga de plan pour TOtrer dans l a o<mvaraloa
laura palssaaaaa; et l^aaaèaa Intérlaurot dont noua ne tenona paa oaapta
aaia l i a sont tous ua enoore« Xotona saaleaent que dans l ' I d é a l l ' I n t e U l g e n o e
• t r a unique aveo une aarque un état« ,
paiaaanea aultlpla«
^
• b l ' o b j s t é l d s a t i f l ^ a u s a j s t , eb l a psaaéa l a r a a*aat
qoé pensés d ' s l l s alna* C'sst por j i a s o o a a s a t r a t i o a
prograaalTSp par uns ploaaés s n a a ^ ^ l ' i B t s l l i g e a e a
s s s a i s i t ds oa riobas^a i n t é r i e u r s . Tsat oa a l l a r ploa
l o i a ? C'sst à une imngs snoors que t l a t i a f a i t appel S
*i>sas In figure unique de l ' i n t e l l l g e n e e qui e s t ooane
uns e n e e i n t s , se trouvent des enesintsa i n t é r l e o r s a
qui l i B i t e n t d'autres f i g u r e s ; i l s ' y *troaTS dea p o i a -
sanesBi des penaéea et une subdiTisioa qui ne TS paa en
l i g a e d r o i t e nnis l a d i v i s s intérieurement, ooerse ua
a a i a a l uaiTerssl qui ooaprsod d'nutres «ainsux puia
d'stttrea enoore jusqu'aux aniasuz et ^ux paissanM» /<
qui ont l e aoina d ' s x t s n a i o a , o ' e s t à d i r e preiirnsT*^ ^
(1) ? 2 | 7 | 1 4 l'eapbea i n d i r i s i b l e ob e l l e s ' a r r t t s " (1) o ' s s t par
I s rsploisnent ds oette cnosints que l ' I a t s l l i g e n e e ae
s f t i s i t ds sa Térité l a plus profonde. Cet 5tre qui | ^ t
au fond de toutes cbosea, qui doane au rnonde doa e z i a -
tenee et aon r r a i SSIM, t i r e toute son unité ds soa
origiBw. St répanda dans ssa i n t s l l i g i b l s s quoiqus ae
ooanaissnnt oomne latelligenoei^ i l est l ' i n t e r a é d i a i r e
i d é a l entre l e bien i n d é f i n i s a m l e que noua espérons
et l'Âae qui respire derrière l e a apparencea s s n s i b l e s .
(2)Pi^a(iipifflX textea ' e) l a t r o i s i t e e Uypostaoe (2)
i a générais 1Y|>,4,5 "C'est q u ' e l l e oeoupe di^ns l e s t t r e s un rong i n t s r a é -
]»éfiaitioatl,8|14* d i a i r s ; s l l s a une portion d'elle-aftae qui est d l T i è ^
l I l $ 4 p « X 7 . 6 . 5 1 . I T , 6 , a a i s plaeés k l ' e x t r é a i t é dss f t r e a I n t e l l i g l b l e a e t
7,ZYt8»3*7itt»3$* eux oonfins de l a nature s e a s i b l s . e l l e l u i donne quel-^
Analyse ZllpO,5«lT,3, que ebose d ' s l l s afos* £ l l e reçoit l a éebnage quelque
9*IT,4.9 • abose de oette nature, s i e l l e na l*organias paa sn
fiapporta s a t r f àma r s s t e a t e l l e atae en sareté s t s i par trop d'ardsar
du Itonds e t ($in£«iadi- e l l e s s plonge en e l l e sans r e s t e r en e n t i e r en e l l e
• i d a e l l e s s 1 1 1 , 1 , 1 4 . aine (3)* l a t e m e s plotiaismi expliquer une notion
' ~ ^12 revient à oirooasœrirs l a plaoe exnote ob e l l e s ' i a s b r e
,9.8 daas I s courant des byp<^8taasa* Ce t e x t e explique o l a i -
fa*4^««> fa.c,r«>vA,4fl&re»ant oe prenier espeot de l ' t a e , h é r i t i è r e du monde
tX.S,?»^!,!,? i n t e l l i g i b l e dans e s p a r t i s supérieure et tresipaat aon
(31 iT«8.7 extrémité inférieure dans l e monde sensible* Sais en
aaae teapa appsreit l e oonteim r e l i g i e u x de c e t t e ooncepj
t i o a , et on v o i t oom^^ent l ' f t s e , prinalpe |f|r^'^^P^>9r*iqao,
pourrait égslemant servir de point d'attaabe b une t b é -
orie de l a etyate ou au péobé origiael*
Cette Ane du monde d é f i n i t tcmt oa qui vlt^à
l a Bsaière de l'Animal du monde Stoloien» Mais en aÂea
tempa e l l e est auaai l e aonds i n t s l l i g i b l e st de plua
SB plus divisé et frsJBBsnté (oonene oe âeraier marquait
l a dia£«raion de l ' a a l * Bile eat do»» l ' i a t e m é d i e i r s
entre l e monde s s n s i b l e et l e mosde i n t e l l i g i b l e * DABB
s e s raprorts nvea l ' i a t e l l i g i b l s peu ds difflmsatés*
l ' I a t s l l i g e n e e produit l'Ibia eoisne l*aa l * a eogendrée
(4) T»4.2 *^^* ateeT4}« Sais s ' i l e s t vrai qus l'Ans du monds
^y»î eiL.Ak./ic//tn*vAh-(^ s s a s i b l a , s * i l s s t v r s l que I s s «mes indlTidaellss sont
-&ïrcj^fy^lAtui^^f^ ^^^ p a r t i s s de l'Aae da monde qui a'ap liquent à Jouer
dsas leurs spl^rsa rsapsatives l e r S l s q a ' s l l a Bine
(5) ZXI.2 s t 3 soutient sur I s Sbéfttrs da monds ( 3 ) , mimment e o a s i l i s r
^ ' *, s e s pertica ig^'oe tout* fit oette e o a t i a a i t é des p r i » -
eipes s t dss l^res qai donne tout son SSBB b l a do«-
t r i a e ploUlBleane s s r » - b * s l l s aainteaust Ha aouvem
problèae ae poae à propos de l*8ae oom^ne i l se posait
pour lea deux prwilèraa bypoetaaea*
a) Pletin l ' a eoaaid^ré oorasie parti«tlièraaeat
- ^ iaportsnt, puis*!»*!! l o i consacre tou^ spéaiel<^ent
m Xf,3»4,3. d i f f l » t r o i s tr'^ltéa de I s I7** ^iaénde ( 1 ) . Le pla« sftr saoora
aaltéB ralatiTeB b est de aouo reportar & ose t r ^ t é a * U s eavlsegent deux
l*fttt«» problèmeat laa rapporta de l'atae du tsoade et dea s^ea
i i ^ i v i d u e l l e a , ceux de l*8me iBuifislne h son corpa» ïnia
ccoi qui eet plua p^rtiaulèremant de l a pbsyobologia sera
étudié an son l i e u et servira de transition toute na»
t o r e l l e b notre étudsi^la oonveraion*
Sens Is 11« t r ^ t é de l a ZT* SisisBde,îlotia
déaoBtre l*UBité foi^t^entale dea fUmam et leur liidLaoa
b l a foroe qui aaiise l e aot^e* A vrni dire, i l en doane
surtout uae iange* i l figure oette unité eosmss e e l l e
d'une raison aéainale renfer^neot tous l e s orgaaes du
oor]^ ob, l a définit ofxsm» une s«lenee renfermant Sa
{ i ) X7»9,3 paiasenoe tous sas ttiésrbaas(2)* naia ceci éte^feli se
ose l e eoœscnt de l a produotion Amt taes i a d i v i ^ e l l e a *
£
a aolutioa de l'iotia est eosssa toujours aoini uae rai*
soa qu'un aen^iaeat dont i l tente de doantr l'équlvaleat
dans une iiM^^ - solution àé^k a t i l i a é s pour l'ua et
l ' i n t e l l i g e a o e , et dont l ' e s s e n t i e l se rasbae scloa mt^
Brébier k "l'axfiraation â*une unité entre l e s feses qiBkt
m^BoXt v^m uae «K}nfuaioa st l ' a f f i m a t i o a 4* une eoafa^
{31 aotiee b If ,3 ^^»3â8al*qui as soit paa an aoroellemeat <3)*« ^•iasge de
p«17 l a laaibre iaterviest eaoore iiA (4)*
eu eaaore:*'811e eat dana tout le oôrpa au*alle pénètre^.par
exemple dana aliaqua partie différente d'une plante» aaae
dana une bouturô qu'on en a aépàrée; ella BB% à la foia dana
la preraière plante et dana celle qui en e o f feauë par bou-
ture; oar le oorps de l'en8eab).e est un eorpa unique et elle
1) 17» 3» 8 est partout en lui oomme un oorpa unique^' (X)
Comment expliquer alors les différenoes entre lea Smes in*
dividuelles? C'eut qu*ellea n*ont pas le aSae rapport aveo
l'intelligible. Slles sont plua ou moins opaques, st cette
moindre transparence qui les rend différentes sur le chemin
de la prooeaaion. les hiérarchise dans la voie de la conver-
2) 17, 4, 3 sion (2). A ce propos l'explication par la contemplation intai^
vient encore avec force." ''L'une est unie actuellement aux
intelligibles, une autre n'y est unie que par la connaisaanoe,
une autre par le désir; chacune, contemplant des choses dif»
3) 17, 3, 8 férentes est et devient oç qu'elle contemple^'(3)
somme.touta^ l'unîté des émes est une unité de convergence par
laquelle elles participent toutes de la même réalité vivante.
Leur multiplicité eat celle d'une vie spirituelle qui va
s'obscurcissant peu à £eu Jusqu'à la dispersion de ses parties.
C'est nn relâchement qui met en évidence les particularitéa
des fimos individuelles. 3'enténébrant peu à peu, les tmea
s'enfoncent dans la matière. Ici enfin» la pensée plotinienne
n'est pas définitive. Pour lui le cause de oette chute de
f) IV.
IV,
3 . 12
17
l'&me n'est à la fols l'audace (4) et l'aveuglement (5)
Cette dernière interprétation semblerait plua orthodoxe. L'&*
•i) 3.
me ae reflète dans la matière et prenant ce reflet pour elle-
IV, 8. 5
mSme, elle descend s'unir à lui, quand elle devrait s'élever
B) IV, 3 . 13 au contraire pour rejoindre ses origines.
VI, 7 . f O s n f i n la conception pletinienne de l'Ême humaine
V. 2 . 7 est étroitement liée à tout ce qui précède. Le principe qui
la règle est celui-ci: c'est seulement par sa partie infé-
rieure que l'fîme humaine participe du corps, Lsals 11 y a tou-
jours en elle une intelligence dirigée vers le monde intelli-
6} III, I2»4,5 gible (6) a lilais contrainte de piloter le oorps débile au mi-
lieu dea embûches de la nature sensible, elle déchoit et ou-
blie peu à peu sa prlncière origine. De ce principe découle
toute la psychologie de plotln. D'abord, si la diversité des
7) 17, 3» 14. âmes imlt^ celle du monde intelligible (7), leur fonction est
purement cosmique^ 5t la psychologie est encore une physique.
Une autre conséquence immédiate est que toute connaissance qui
n'est pas intuitive et contemplative participe des conditions
de la Vie corporelle; la pensée raisonnée n'est qu'un affai-
blissement de la pensée intuitivea La conscience est un aoci*
dent et une. obnubilatien. Rien de ce qui la constitue ne peut
appartenir à la partie supérieure de l'fîme. La mémoire elle-
même marque tm attachement aux formes sensibles, st l'fîme ar-
rivée à la contemplation des intelligibles n'aura aucune mé-
8) 17, I, I, 10 moire de ses vies passées(8). St c'est ainsi qu'apparaît une
conception du moi à première vue paradoxale, mais très féconde:
"Il n'y.» psa un point où on puisse fixer ses propres limites,
9) 17, 3, 18 ée manière à dire: Juâqtie là c'est moi".(g) On voit loi le
lien oil s'insère la doctrine de la conversion. C'est dana le
recueillement que l'fîme oublie les nécessités pratiques, sa
fermant les yeux, naîtra en elle le regard de l'intelligence
Le d é s i r de Dieu l ' a n i m e r a . EXIB raaont^a ;).'e9hella daa
c h o s e s e t des S t r e a . s l l e r e c o u v r i r a l a ptéoêàBion da t o u t
un mouvement d'amour qui e s t l a conversion*
7 o i o l donc n o t é e a u s s i brièvement que p o a a l b l a
l e s d i v e r s moments de l a pirocassion. Iftia t o u t i c i n ' e s t paa
également s a t i s f a ï a a n t . Bous n'avons pas donné un r e f l e t e x a c t
de l a pensée de iUUÙ\AAA i l y manque l e mouvemant. c ' a s t à l a
conversion que nous a l l o n s demander de r e s t i t u e r c e t t e c o n t i -
n u i t é sanQ h e u r t s qui mène l'fîme j u s q u ' à l'HIf.
B - LA COIîTSKSIOïï OU LE ClWmi DS L'EXTASE -
a} C^eat dans l'fîme que s e trouve l e p r i n c i p e de l a conver-
s i o n . L'fîme e s t d é s i r de Dieu e t n o s t a l g i e d'une p a t r i e perdue.
La v i e aana Dieu n ' ô s t qu'une ombre de v i e . Tous l e a Strea a'éÊ
- f o r c e n t v e r s Dieu dans l ' é c h e l l e des Idées e t tendent à remox»-
t e r l e cours de l a p r o c e s s i o n . Seule l e m a t i è r e , c e t t e grande
i n d i g e n t e , ce néant p o s i t i f n ' a s p i r e pas à Dieu e t c ' e s t en eUa
que réaide l e p r i n o i p e du mal: "C'eat un fantôme f r a g i l e e t
e f f a c é qui ne peut r e c e v o i r une forme . Si e l l e est» en a c t e ,
e l l e e s t un fantôme en a c t e , un mensonge en a c t e , c ' e s t à d i r e
1) I I , 5, 5 un mensonge v é r i t a b l e , autant dire l e r é e l non-fître" ( l } . l p i i a
c r é a t r i c e de mirages e l l e n ' e x i s t e au fond que dans l ' a v e u g l e -
ment des fîmes. Le p r i n c i p e de l a conversion prend sa source ^
dans l'fîme e t non dans la matière, y^ls quel e s t oe p r i n c i p e r
c^ent l e Désir de Dieu. Et tout au l o n g de ce d é s i r se rê^èi^é
l ' a s p e c t r e l i g i e u x des llypostases considérées oomme autant
d ' é t a p e s dans l e voyage de l'fîme ùu pays métaphysique." Le
d é s i r nous f a i t découvrir l'fître u n i v e r s e l ; ce d é s i r e s t
l ' E r o s qui v e i l l e à l a pqrte de son aimé; toujours dehors e t
toujours passionné, i l ae contente d'y p a r t i c i p e r autant q u ' i l
2) 7 1 . 5. 10 l e peut" U )
Désir a u s s i contrarié par l e monde "i$t c ' e s t pourquoi i l f a u t
nous e n f u i r d ' i c i e t nous séparer de ce qui s ' e s t ajouté à nota no
3) I I , 3 , 9 *-memô8"(«i} Désirer c ' e s t aimer ce qui nous oanquè. C'est vou-
l o i r â t r e e t v o u l o i r $ t r e un. Car se chercher c ' e s t en un s e n s
4 ) , V . 5 . 12 ae rassembler. La Beauté mSme ne a u f f i t paa (4) La v e r t u n ' e a t
5) I . 2 , 7 a u s s i qu'un stade q u ' i l faut dépasser pour a r r i v e r à Dieu (5)
;vi. 3« 16 Et r i e n n^eat d é s i r a b l e que par l'Un^t^u qui l e o o l o r e ( 6 )
VI, 9 . 7 L'Ame dans son d é s i r éperdu ne ae contente afîme p&s de l ' I n t e l -
6 ) V I , 7. 22 l i g e n c e . " UBLU dès que descend sur e l l e l a douce chaleur de
là^haut, e l l e reprend des f o r c e s , e l l e s ' é v e i l l e en v é r i t é ,
e l l e ouvre s e s a i l e s ; e t tant q u ' i l y a quelque chose au-dea-
sus de ce qui l u i e s t présent, e l l e monte naturellement p l u s
haut, a t t i r é e par c e l u i qui donne l'amour; e l l e dépaase l ' i n -
t e l l i g e n c e mais ne peut a l l e r au d e l à du Bien, car i l n'y a
rien au-delà, s i e l l e s'arrête à l ' i n t e l l i g e n c e , e l l e v o i t
c e r t e s de b e l l e s e t nobles choses mala e l l e n'a pas encore toxA
à f a i t ce q u ' e l l e cherche. Tel un v i s a g e qu$, malgré sa beatib*
té ne peut a t t i r e r l o s regarda car i l l u i manque l e r e f l e t de
7) 7 1 , 7, g» grtce qui eat l a f l e u r de l a beauté" (7)
« ^ 4.4 A^ -> «.^ ^) OB déeirA de l'fîme contamine l ' i n t e l l i g e n c e . Connai-
Traduction Arnoun^ ^ ç,^gt enoore d é s i r e r . Dire que l ' i n t e l l i g e n c e n'a besoin
Le Déair^ de Dieu dans ^ " ••
l a philosophie de
P l o t l n (P; 82}
Tf«
de r i e n , c ' é a t Aire seulement qu'^|&est I n d é p e n d a n t du aon«
de aenalblCa Iiiais e l l e e s t tournée v e r s l ' a u d e l à . ï L l e à
b e s o i n de l ' ï ï n . " E l l e v i t o r i e n t é e v e r s l u i ; e l l e se suspend
lî 7W 7, 16 à l u i ; e l l e se tourne v e r s . l u i " ( l ) . Quelque chose l u i manque
e t c ' e s t son unité« I l y a en e l l e une Indigence par rapport
à a o i e t dont e l l e s o u f f r e e t v i b r e . L ' i n t e l l i g e n c e p l e t i n i e n -
ne n ' e s t pas la Raison mathématique. *
D ' a i l l e u r s , nous l ' a v o n s vu, c ' e s t par l e r e t o u r
e t l a Contemplation de l'Un q u ' e l l e r e ç o i t sa forme, c e t t e
marche v e r s Dieu l u i e s t donc fondamentale. Bt l e monde
i n t e l l i g i b l e tout entier s'ébranle aussi vers l ' u n .
c) Mais l e grand problème -4ae l a conversion s u s c i t e
e s t analogue à e e l u i ^ qu'à t r o i s r e p r i s e s nous avons trouvé
dans la P r o c e s s i o n . I l e s t tout ent.^er posé dans un t e x t e
des Ennéades: "Ce qui n ' a u r a i t absolument aucune part au
2) III, 5, 9 Bien, ne s a u r a i t d é s i r e r l e bien" (2) C'est à dire : Tu ne
me chercherais pas ai tu ne m'avala déjà t r o u v é . Ou en tare
mes p l o t i n i e n a ; l é d é s i r r e q u i e r t une c e r t a i n e immanence de
de ce qui e s t d é s i r é en c e qui d é s i r e . L'Un s e r a ^ - t - i l a l o r s
i^ransoendant ou immanent; Question controversée," l e s uns
( R e l i e r ) p a r t i s a n s du pahthéisme de P l o t l n , l e s a u t r e s y
3) Ed\N. Calrd d é c e l a n t une doctrine de l a transcendance(Calrd) (3)
"Sa philosophie Sans prétendre trancher l a question^ <^)() aeut cependant t e n t e r
est la condaana- de la poser autrement. ' '
du dualisme igree Dieu n o u s ' e s t donc immanent. Le Désir l ' e x i g e . E t ,
Justement parce d ' a i l l e u r s nous portons en nous l e s t r o i s hypostases puisque
qu'elle le pousse c ' e s t par l e recueillement i n t é r i e u r que nous r é a l i s o n s l ' s x -
à l'excès" tase ex l'Union avec l ' U n , D'autre part on ne peut r e f u s e r
The évolution 0i au Dieu de P l o t l n une transcendance I n c o n t e s t a b l e par rapport
Theology in greeks aux autres a t r e a . Quand i l produit i l ne se complète p a s ,
philosophes mais i l surabonde sans s ' é p u i s e r . I l faut ooniprendre c e t t e
c o n t r a d i c t i o n , renverser l e a termes du problème. S ' i l e s t
-7ol. II P.210 et vrai
393 que c e l u i qui apprend à se connaître, connaît en mfîme
temps d»où 11 v i e n t ( 4 l , s » i l e s t vrai que s ' é l e v e r à son
4) 7, I , I principe c ' e s t ^e r e c u e i l l i r , i l faut dire que Dieu n ' e s t imma»
nent à aucun^^tre, mais que t o u t e s l e s choses sont immanentes
à Dieu* "L'fîme à son tour n ' e s t pas dans l e monde, mais l e
monde e s t en e l l e . . . l'fîme e s t dans l ' i n t e l l i g e n c e , l e corps
e s t dans l'fîme, l ' i n t e l l i g e n c e e s t en un autre principe; mais
c e t autre prl^iifdipe n'a plus r i e n de d i f f é r e n t ou i l p u i s s e
ê t r e : i l n'eétf donc pas en ^ a i que ce s o i t e t , en ce sens
6) 7, 5, 9 11 n ' e s t n u l l e p a r t . Où sont donc l e s autres choses? jss Lvx"(5)
Considérons d'autre par't que tout être a deux a o t e s , l ' a c t e
de iN^easence e!t un acte qui v i e n t de l ' e s s e n c e ; l e premier
l e ra^îaohe à lui-mfîme, l e second l e pousse à produire e t à sor
- t i r de sonjpropre s e i n . Ainsi de Dieu; i l s u r g i t hors de l u i -
même, luaUs sans f a i l l i r à son essence Toute l ' e r r e u r des i n *
terprétarions trop rigoureuses, c ' e s t de placer l ' u u dans 1 '
-pace. La doctrine de F l o t i n e s t vm e s s a i e pensée non ^^an^- _
l i a T T s é e , iSt c ' e s t dans ce plan,
q u a l i t a t i f e t inexprimable
q u ' i l faut t e n t e r de l a comprendre. Ou a l o r s revenir !«•
• • a • -^
«BYSÎère a n a l y s e à un problème payahologiqua:
Z) enoore 7r, ftt 12: a x l a t e ^ t ^ i l une penaée a b a t r a l t e d e , l ' e a p a o e . ca qui
"II. n'eat paa beaoin q u ' i è a t d'un autre a r d r e . En f a i s a n t e f f o r t pour a a a i m i l e r
vienne pour fître présent l ' e x p é r i e n c e p l e t i n i e n n e , on v o i t que l e p r e a l e r p r i n -
o'est vous qui ttes par- oipe e a t lui-mSme nréaent dana t o u t e s aea oeuvrea ( l )
tl} partir ce n'est paa ^tt.!tl : a V ei^t li^as Ivéalement e t qu'en un o e r t a i n s e n s
le quitter pour aller i l e s t à l a f o i s transcendant e t immanent à t o u t e s al»
ailleurs; car il est là» hoses ( 2 ) . Au demeurant, 11 e s t partout à o o n d l t l o n
vais tout en restant
près de lui voua vous l l
S
' ê t r e n u l l e p a r t , ctfr ce .qui n ' e s t pas a t t a c h é à un
a a « 11 n ' e s t pas de l l a n au 11 ne s o i t .
en étiez détourné".
M d} l ' E x t a s e ou l ' U n i o n aveo l ' U n .
2) à rapprocher du mys- %^ problème examinée on pourra oomprendre que pour s ' é -
t l c i s m e chréiîiena SU30. l e v e r à Dieu, i l f a i l l e r e n t r e r en s o i . portant en e l -
Kx^rm* 54;"âËterti S t r e ^ / ' ! • J^ ^"^î^^î *® ^®® o r i g i n e s , l'fîme d o i t s ' y p l o n g e r ,
en mfîme temps dans t o u - '^^ De ***-- Dieu à -^* Dieu, t e l e s t son voyage (3) MBIS i l f a u t
t e s choses e t en dehors ae p u r i f i e r c ' e s t à d i r e se l a v e r de ce qui s ' e s t
de t o u t e s c h o s e s . C'est a t t a c h é à l'fîme pendant l a g é n é r a t i o n . I l ne f a u t pas
pourquoi un maître a d i t v i v r e de ce gui dans l'fîme n ' e s t pas l'ame l'fîme (4) mais
que Dieu e s t comme un retourner dans c e t t e ptotrte (filr dont l e souvenir c o -
c e r c l e dont l e oentre l o r e p a r f o i s nos Inquiétudes^ ^'fîme4 à c e t e f f e t se
e s t partout e t l a c i r - d é t r u i t e t se l a i s s e absorber dans l ' i n t e l l i g e n c e qui
conférence n u l l e part". r a î t r e pour ne l a i s s e r que l'Uto qui l ' i l lrucm
l a domine, e t c e l l e - c i à son tour s ' e f f o e de d i s p a -
ine, catte
union s i complète e t s i rare (6) o ' e s t l ' e x t aae (7).
3) ARHOU. op. c i t â t . Hais l o i o ' e s t à la méditation i n t é r i e u r e de prendre
P* 191 place e t p l o t l n s'arrfîte à ce point de son voyage. Les
4) 7, 5, 8 a n a l y s e s ne peuvent a l l e r plus l o i n , ni plua profond.
Ce sentlmentax s i nuancé e t s i ' p l e i n " de l a d i v i n i t é ;
5) I» 7 1 , 8 c e t t e exquise mélancplie de c e r t a i n s t e x t e s p l o t i n i e n s
nous mènent au coeur de l a pensée de l e u r a u t e u r . "sou«
vent Je m ' é v e i l l e à moi-même en m'échappent de mon oorps
7 i e de p l o t l n /«^t^iMéditation
6) de s o l i t a i r e , amoureuse du monde dans l a
23 mesure eu i l n ' e s t qu'un c r i s t a l où se Joue l a d i v i n i t é
pensée toute pénétrée des rythmes s i l e n c i e u x des astres
7) Principaux t e x t e s ; mais Inquiète du Dieu qui l e s ordonne, p l o t l n pense en
17, 8, I a r t i s t e et peut en philosophe, s e l o n une r a i s o n toute
7 1 , 9, 9 pénétrée de lumière e t devant un monde où l ' i n t e l l i -
7 1 , 7, 39 gence r e s p i r e .
7 1 , 8. 19 lisais avant de dégager l e s thèmes originaux
de sa p h i l o s o p h i e , aVant surtout d'exar.lner en quoi
8) 17, 8, 1 i l s servent ou'desservent l ' é v o l u t i o n de l a métaphy-
sique chrétienne, voyons d'après l e s t e x t e s ce que
fut l ' a t t i t u d e du iréo-Platoniame à l ' é g a r d du (»ria**
t i a n i s m e . Nous aurons a l o r s oe q u ' i l faut pour Juger
de l ' o r i g i n a l i t é Néo-platonicienne par rapport à l a
pensée c h r é t i e n n e .

II La RESISTANCE tx
La ferveur aveo laqueir«» p l o t l n s ' é l è v e
vera Dieu poufi^it nous f a i r e l l l u e i o n . Et nous pous-
s e r à l e croire plus chrétien q u ' i l ne s a u r a i t ê t r e .
Son a t t i t u d e envers l e s gnostiques c ' e s t à dire à l ' é -
gard d'une certaine foxme de pensée chrétienne, l a
p o s i t i o n plus catégorique de son d i s c i p l e porphyre
nous permettrox3S au contraire de Juger avec prudence.
éÊi) O'ast dana l e 9* uinji 11 f e de l a ZI*«Sanéada que
Z) P a u t - d t r e une p l o t l n é o r i t oontre une s e c t e gnoatlque qui n'a pu fître
a e a t e des Adep- d é f i n i e avec p r é o i a i o n ( I ) I l y oppose aveo élequenoa
t e s de l a m è r e * ^ s o n propre u n i v e r s , cohérent e t harmonieux, à l ' u n i v e r s
9, l O ^ I T , romantique des g n o s t i q u e s . Et on peut a i n a i i s a l a i r sur l e
p. lE v i f un o e r t a i n nombre d ' o p p o a i t i o n s iMTëduotiblés. Les r e -
9, proches de P l o t i n p o r t e n t à peu près sur quatre p o i n t s ,
d ' i n é g a l e lapoMance d ' a i l l e u r s . I l reproche aux g n o s t i q u e s
2) 1 1 , 9^ 5 de mépriser l e monde orée e t de c r o i r e qu'une t e r r e n o u v e l l e
l e s a t t e n d , ( 2 ) de se c r o i r e l e s e n f a n t s de Dieu e t de s u b s -
3) XI, 9 9 t l t u e r à l^harmonie u n i v e r s e l l e ime providence qui contentera
l e u r égoîaéme(3)» d'appeler f r è r e a l e s hommes l e s p l u s v i l a
4) I I , 9 18 a l o r s q u ' i l s n'accordent paa ce t i t r e aux dieux ( 4 ] , d ' a v o i r
' s u b s t i t u é à l a v e r t u du s a g e , l ' i d é e d'un s a l u t a r b i t r a i r e
5) I I . 9 15 ^^ l'homme n ' e a t pour r i e n (5)
* Le . t r a i t é s ' i n t i t u l e en e f f e t : Contre ceux qui d i s e n t
que l e CUJM'^A^Ê^ du monde e s t méchant e t que l e monde
e s t mauvais. Au fond c ' e s t l e point de vue e s t h é t i q u e qui
s'engage i c i : "Le c i e l e s t f a i t pourtant de choses bien p l u s
b e l l e s e t bien plus pures que notre corps: i l s en v o i e n t l a
^V r é g u l a r i t é , l a b e l l e ordonnance e t i l s blâment plus que peraon*^
6} l î , 9, 5 ne l e désordre des choses t e r r e s t r e s " (6) e t p l u s l o i n : "Non,
s u r t o u t I I , 9,17 encore une f o i s , mépriser l e monde, p é p r i s e r l e s dieuK e t
" I l n ' e s t paa p o s - t o u t e s l e s beautés qui sont en l u i , ce n ' e s t pas devenir
s i b l e qu'un ê t r e un homme de bien" (7)
réellement beau C'est e n s u i t e dans son sens de l ' o r d r e e t l'économie
à l ' e x t é r i e u r fi.it ^u monde que p l o t l n se sent b l e s s é ''^i Dieu exerce sa pro-
une fîme l a i d e . videnoe en votre faveur, potirquoi n é g l i g e r a i t - i l l'ensemble
du monde dans l e q u e l vous fîtes»«. l e s hommes, d i t e s - v o u s
7) I I 9 16 n'ont pas besoin q u ' i l regarde l e monde. Oui, mais l e monde
' * en a besoin* Ainsi l e monde connaît son ordre propre"(8)
g\ j j 9 9 Les coups de théfître, la c r é a t i o n , ce dieu humain et sensiblOy
* * tout répugne à P l o t i n . Mais p e u t - ê t r e plus eiicore à son e r i s -
9) II 9 18 t o c r a t i e , l'iimanitarlsme des Chrétiens ' v o i l a des gens qui
' ' * ne dédaignent pas de donner l e nom de .frères aux hommes l e s
p i u s v i l a ; mais i l s ne daignent accprddr ce nom au s o l e i l ,
aux a s t r e s du c i e l e t pas mfîme à l'a|ni|é du monde tellement
leur langage s'égare ( 9 ) ^ C'est donc a u s s i l e vieux natura-
lisme grec qui p r o t e s t e en P l o t i n .
iSais i l e s t bien c e r t a i n que toutes ces objectlox^se
résximent dans l a répugnance du sage i ^ e c k l ' é g a r d de
"l'atortlTchle "chrétienne. La théorie du Salut g r a t u i t e t t i r r a -
t i o n n e l e s t au fond l ' o b j e t de toutes l e s attaques de ce t r a i -
t é . Nous l ' a v o n s vu c e t t e doctrine du s a l u t implique un c e r -
t a i n d é s i n t é r ê t à l ' é g a r d de la vertu au sens h e l l é n i q u e .
S'adresser à Dieu, y croire e t l'aimer en conséquence rachète
r^ de bien des e r r e u r s . P l o t i n l ' a bien compris qui c r i t i q u e ce
Cv point p r é c i s avec une rare v i o l e n c e : " Oe qui prouve ce défaut
(méconnaissance de l a nature divine) chez eux c ' e s t q u ' i l s
^^ n'ont aucune doctrine de la v e r t u . . C . e s t tout à f a i t super-
f l u de d i r e : Regardez vers Dieu, s i l ' o n n'enseigne pas com-
ment regarder. Ce sont l e s progrés de la v e r t u i n t é r i e u r e \
l'fîme e t accompagnée de prudence qui nous font v o i r D i o u . ^ t n a
10) I I , 9, I 5 f l n . la vertu v é r i t a b l e , Dieu n ' e s t qu'«» mQt( Tn)VT,tfiT>^M?r''1rii
inhérent à toute doctrine e4 i e s Stree o g i a a e n t à è l e n lea—
T^
Q a a ï u t ne pOttt s e e o n o l l l ç r avaa une d o c t r i n e o& l a a
Îi r e s a g i s s e n t s e l o n l e s néoa s i t e s de l e u r n a t u r e , e t
non, oosime F l o t i n s ' e n i n d i g n e , à t e l moment p l u t ô t qu'à
I) I I • 9, 4 t e l autre ( l ) * ^ J44
II» 9 i I I entendons bien q u ' i l s ' a g i t g n o s t i c i a a a e t que
c e s reproches s ' a d r e s s e n t à a e r t a i n e s c a r l c a t u r c s da Chris-
t i a n i s m e . Maia e n f i n p l o t l n combat beaucoujp p l u s une a t t i -
tude devant l e monde "que des d é t a i l s de doctrine» ca qui
s'oppose a i n s i ce sont deux r é f l e x i o n s sur la c o n d i t i o n
humaine. Sur t o u t e s deux nous en savons déjà a s s e z pour
deviner combien sur c e r t a i n s p o i n t s e l l e s demeurent i n -
conciliables.
Le d i s c i p l e de P l o t i n e s t cependant a l l é p l u s
l o i n e t n'a pas h'ft^ité à é c r i r e un ouvrage e n t i e r oontre l e i
Chrétien^. I l l ' é c r i v i t entre 35 e t 40 ans (après 208} • Ca
traiti^Comportait pas moins de 15 l i v r e s . Nous l e connaia-
2) St Jérôme sons par des fragijiments (2) r e c u e i l l i s par BarnacJc. Noua
Suaèbe- l a i s s e r o n s de*cSté l e s c r i t i r u e s de d é t a i l (invralsem-
^^Manuscrit de Ma- blanoe, c o n t r a d i c t i o n ) q i ^ Porphyre ne manque pas de formuler
carlus. S l l e s c o n s t i t u e n t l e fond commun de tous l e s ouvrages de
polémique païenne. Nous c i t e r o n s seulement quelquaa t e x t e s
qui opposent sur des p o i n t s de doctrine leOli&faxlanleme e t
l e léoplatonisme. >.
Porphyre se p l a i n t de ce que l e s ap$tres a i e n t é t é des
3) fragment 4 c i - r u s t r e s aans I n t e l l i g e n o e ( 3 ) . La chose e s t c l a s s i q u e , ^ i s
t é par De La^^riolplus l o i n i l reproche aux f i d è l e s de ^ ' a t t a c h e r à une
-le "foi i r r a t i o n n e l l e ( 4 ) et s'exprime en c e s termes:"La gran*
La Réaction paien-dlo t r o u v a i l l e dU ChrUttlsur c e t t e terre c ' e s t d ' a v o i r d i s s i -
ne p . 256 mule aux sages l e rayon de la Science pour l e d é v o i l e r aux
ê t r e s p r i v é s de sens e t aux nourrissoni^". (5)
Fr. 73 a p . La ; ryA prop^its de la conceptian du monde, i l bute sur
j ^ r i o l l e . o p . a t . p . oe t e x t e dejjiia (6) . " S l l e p a s s e , l a figure de oe monde" Jl?Com-
2T2 ment l e p o u r r a i t - e l l e . d i t Porphyre^et qui la f e r a i t p a s s e r :
"Si c ' é t a i t l e (MjMÀvX^ i l s ' e x p o s e r a i t au reproche de
t r o u b l e r , d ' a l t é r e r un ensemble paisiblement é t a b l i . . . s i
)Fr. 52 ap. La vraiment la condition du monde e s t lugubre, c ' e s t un concert
J r i o l l e op.at.
p. 272
de p r o t e s t a t i o n s qui d o i t s ' é l e v e r contre l e Ath^W^
a y o l r disposé l e s éléments de l ' U n i v e r s d'une façon s i f a -
potir
cheuse^au mépris du caractère r a t i o n n e l de l a nature"(7)
6) I colTi^in^^ L ' e s c h a t o l o g i e chrétiexme choque non seulement
VII - 31 , son idée de^lj^cj^^q^ais a u s s i son sens e s t h é t i q u e . " £ t l u i ,
l e Créateur^P®^^"*^^ Ime^iner quelque chose de plus admira-
7)Fr.34ap. Lawâri-blement baau que l e oieil^ se l i q u é f i e r . . . tf^ndis que l e s
e l l e o p . c é t . p . 2 6 0 aeppa p o u r r i s , anéantis des hommes r e s s u s c i t e r a i e n t ^ y com-
p r i s ceux qui avant la mort o f f r a i e n t un aspect pénible e t
8)F;94 ap. La-^l/6repouasant;J{8)
elle os.Qit. DO l ' i n d i g n a t i o n , porphyre d ' e i l l e u r a passe
p* 287 quelquefois à 1 ' i n j u r e . ^ 9 ) . Un grac c u l t i v é ne pouvait
9) f g t s 2 3 , 35, adopter c e t t e a t t i t u d e sans de s é r i e o i e s r a l s o n a .
55, 49, 54
III-- Sens e t influence du Nj^OPLATONISltlB.
ap» La r i o l l e Mais i l e s t temps de déterminer l e sens de l a s o l u t i o n néo-
platonicienne e t son rfîle dans l ' é v o l u t i o n de la métaphjral-
op.Cît. que Chrétienne. Jfotre tfîche l o i sera de f a i r e r e s s o r t i r l a
p.^J87 nouveauté du Néoplatonisme e t d'indiquer dans quellea
ny d i r e o t l o n a a ' a a t a{t|rpéa aon i n f l u e n c e . Notre étude du '
Chrlstianisme^otSB permettra d ' e n t r e r dans l e d é t a i l de o e t t e
i n f l u e n c e . Mais résumons d'abord en çuelQues mots l e s c a r a c -
t è r e s généraux du Néoplatonisme.
a) C'est un p e r p é t u e l e f f o r t pour c o n c i l i e r dea
n o t i o n s c o n t r a d i c t o i r e s à l ' a i d e d'un p r i n e i p e de p a r t i o l p a «
t i o n , v a l a b l e seulementii^aniyijjiie l o g i q u e non s p a t i a l e e t
i n t e m p o r e l l e » Raison ift^ttftEŒ^?^ I n t e l l i g e p c e s e n s i b l e ,
Dieu immaaent e t transcendant, l e s o p p o s i t i o n s abondent, s l l e s
marquent t o u t e s cependant un balancement constant e n t r e l e
s e n s i b l e e t l ' i n t e l l e c t u e l , l ' a s p e c t r e l l g l e u a des p r i n c i p e s
e t l e u r pouvoir e x p l i c a t i f . Dans ce dialogue du coeur e t de
l a S a i s o n , l a v é r i t é ne peut s'exprimer que par des images.
D'où l'abondance des comparaisons chez P l o t l n . ce luxe corres»
pond sans doute au nffîme besoin que l e s paraboles évangéliques
:9uuler l ' i n t e l l i g i b l e dans une forme s e n s i b l e , rendre à
l ' i n t u i t i o n ce qui appartenait à l a Rais on « îsals en mfîme
temps ces apparentes c o n t r a d i c t i o n s s ' é c l a i r e n t dans l ' h y p o -
thèse d'une pensée s i t u é e hors de l ' S s p a c e e t du Temps.
C'est pourquoi l ' o r i g i n a l i t é de P l o t i n r é s i d e surtout dans
l a méthode qui préside k $BB c o n c i l i a t i o n s . L^ls une méthode
ne vaut que dans la mesure eu e l l e exprime une n é c e s s i t é
dans la nature de son auteur. Nous avons a u s s i montré q u ' i l
en é t a i t a i n s i .
/iftJtL Quelle place f a u t - i l donc a t t r i b u e r an,Néo-
p l a t o n i a ^ l ' H e l l é n i s m e e t l e Christianisme. A l ' é ^ r d du
premier, nouu avons a s s e z montré oe que l e s snnéades re^pfer-
maient de purement h e l l é n i q u e . Liais quelque ehose cependant
f a i t de P l a t i n une f i g u r e tout a f a i t o r i g i n a l e . Chez Platon
l e s mythes sur l a d e s t i n é e de l'fîme semblent surajoutés e t
Juxtaposés aux e x p l i c a t i o n s proprement r a t i o n n e l l e s , chez
P l o t i n , l e s deux procédés font corps e t ne sauraient s ' e x o l u «
re p u i s a i i l a recouvrent au fond la mfîme r é a l i t é . Différence
e s s e n t i e l l e v t b i e n v o i r e t qui s i n g u l a r i s e p l o t l n à son époque
Différence qui vaut également envers l e Christianisme p u i s -
que pour l e coup c ' e s t l ' a s p e c t r a t i o n n e l qui manquera à l a
l ) I c i se p l a c e - penaée chrétienne. A mi-chemin entre l e s deux d o c t r i n e s ( i )
r a i t la question'^dif P l o t i n e s t tout désigné pour s e r v i r d ' i n t e r c e s s e u r «
l ' o r i e n t a l i s m e de b) A la v é r i t é , oe que l e néoplatonisne a
Plotin fourni au Christianisme pour son é v o l u t i o n p o s t é r i e u r e , c ' e s t
une méthode et une d i r e c t i o n de pensée*
^Cy Une d i r e c t i o n de pensée parce qu'en l u i fournissant des cadres
déjà faijonnés aux pensées r e l i g i e u s e s , i l l ' o r i e n t a i t forcémeit
vers l e s façons de v o i r à l ' i n t é r i e u r d e s q u e l l e s ces cadres
avaient été crées* C'est vers l a c o n c i l i a t i o n d'une métap|iysi-
que e t d*une f o i primitive que l a pensée alexandrine encourage
l e Christianisme à marcher. Mais i c i , i l y a v a i t peu à f a i r e ,
l e mouvement é t a i t donné. Mais la méthode a r r i v a i t à p o i n t .
C'est en e f f e t selo^i l e prinoipe de p a r t i c i p a t i o n que l e Chris
-tianisme va aésoudre s e s grands problèmes: Incarnation e t
T r i n i t é . Mais tentons de p r é c i s e r c e c i sur un exemple p a r t i -
culier. ^
8) Pour l ' H i s t o i r e Arius(2) «taDouyaiHtt aur c e r t a i n s t e x t e s s c r i p t u f a i r e s
de l'Artainlame «,„^ aaffirmer
pour f f i r S e î ^ ï a c r S t i o n du n i s par l e Père et l a subor
Tireront Hist.
des Dogmes Tôma II
chap. II
^ \ - l ^ n a t l o n à o a l u l C à dlT celui-là";^'La saicnattv M'a créB
1) SiÂlfVIÏl$ ZZ pour fître l é oonmencamènt de aea v o l a a " (zT
"pour oa qui a a t du Jour ou de l ' h e u r e , n i l e s Angaa du
C l a l , ni l a F i l s n ' e n aont i n s t r u i t s . La Père s e u l l a a
oonnaiti^^puia Arlus c i t a i t des t e x t e s johannique8:''La
S) J . XIV, 28 Père qui m'a envoyé e s t p l u s grand que moi"(2} "La v^e
é t e r n e l l e e s t de voua c o n n a î t r e , vous l e s e u l v r a i Diau
3) J* XTII,^3 a t J ë a u a - C h r i s t que voua avez envoyé"(3)-"Le f i l s ne peut
4) J . T, I 9 f a u 8 s i r i e n f a i r e par l u i mfîme" (4)
J U , 3 3 , 38 Luo 1 1 , 5 2 A c e t t e afflrzoation Athanase, défendeur de l ' o r t h o -
UBi XITI, 3 9 | P h l l . l I I9doxie o p p o s a i t t r o i s t e x t e a formels de Jean:"Mon père e t
5) J . I . 30 l"^**^-^/** mol noua ne sommes qu'un ( 6 ) " "Je s u i s dans mon pèrB Bt
mon Père e s t en mol"(6) ."Celui qui m»a vu, a vu mon père(7J
6) J. X, 38 Le F i l s f s e l o n c e s texteai é t a i t e t n ' é t a i t pas Dieu, l^aia
7) J . X I I , 45 qui ne V # l t que l e problème a i n s i poaé, c ' e s t l a q u e s t i o n
c l a s a l g u a du Néoplatonisme. ISt comment s'étonner s i o ' e s t
s e l o n une méthode semblable que l a penaée chrétienne t r a n -
chera l e débat. Le aymbole &e^^<^^^ZZ5) poae l e p r i n c i p e
de l a c o n a j i b s t a n t l a l l t é e t oppose l e Chriat engendré au
Jé^us o f é e . ^ S ' a r i u a : " Nous croyons en un s e u l Dieu, père
t o u t p u i s s a n t , créateur des choses v i s i b l e s e t i n v i s i b l e a
e t en un SéiW^Bxxr J é s u s - C h r i s t , f i l s de Dieu, lumière dea
l u m i è r e s , vrai Dieu de vr&i Dieu, engendré, non c r é e , de la
mfîme substance que l e Père, par qui t o u t e s choses ont é t é
engendrées e t c e l l e s qui sont dans l e c i e l , e t c e l l e s qal
s o n t sur la t e r r e , qui e s t descendu du c i e l pour nous e t
notre a a l u t , n ' e s t incarné, s ' e s t f a i t homme, a s o u f f e r t ,
e s t r e s s u s c i t é l e troisième Jour,, e s t monté aux d e u x , e t *
^ i l viendra Juger l e s v i v a n t s e t l e s morts. iSt au s a i n t
8) i n Régélé, H i a t o l - S s p r i t "(8) St s i ce t e x t e ne p a r a i t paa suffisamment
re des Conciles To- d x p l i o i t e , ajoutons c^lul qu'Athanase dans sa " l e t t r e sur
me I l e s d é c r e t s du Concile de Nieée(9) c i t e d'après Théognoste,
p . 443, 444 Chef de l ' é c o l e Catéchétique d'Alexandrie, entre 270 e t
280 (10)."La suhstaaca du F i l s n ' e s t pas venue du dehors
9) n® 25 e l l e n*a pas é t é t i r é e du néant, e l l e provient de l a suba-
tanoe du Père comme l ' é c l a t provient de la lumière, l a
10) P l o t i n e s t vapeur de l ' e a u , car la splendeur n ' e s t pas l e soleilTfflSmeb
mort en 270 la vapeur n ' e s t paa l ' e a u mfîme. Ce n ' e s t pas cependant uœ
choae étrangère, c ' e s t une émanation de l a substance du
Père, sans que c e l l e - c i subisseaucune d i v i s i o n . De mfîme
' que l e s o l e i l demeurant ce q u ' i l e s t n ' e s t pas diminué par
l e s rayons q u ' i l répand; de mfîme la substance du Père ne
s u b i t aucune a l t é r a t i o n en ayant son f i l a pour image"
I I ) StBEiaile Ces t e x t e a sont s i g n l f à c a t i f s e t nous montr^de
'EomélléM^le précepte quelle q u a l i t é fut l ' i n f l u e n c e du Néoplatonisme en ce qui
"ObserventJDéai" par.7 concerne l e a méthodes de résolution^Nombrexix t e x t e s l e
e t Susèbe de Césarée montreraient e n c o r e ( l l ) . iâaiapauB éloquents que s o i e n t
Préparât. Svang. ces rapprochements, n^Bn t i r o n s paa de conclusions hfîtlvea
XXI, X7 at trop généreusos à l ' é g a r d du Néoplatonisme. Le Chriatla-
"C'est l e rayonnemeut-nlsme e s t a i l l e u r s e t avec l u i son o r i g i n a l i t é f o n c i è r e ,
d'une l u a i è r e qui 0) on v o i t donc en quel sens on peut parler d'une
s*en échappe sans * influence du Néoplatonisme sur l a penaée c h r é t i e n n e . C'eatk
troubler sa q u i é t u d e . l e v é r i t é l ' i n f l u e n c e d'une doctrine métaphysique sur une
0to..." penaée r e l i g i e u s e : un exemple à s u i v r e , des ambitions
» s u s c i t é e s . C'est dono à bon d r o i t que noixs avona p r i s l a
pensée de P l o t i n comme l e aymbole de o e t t e i n f l u e n c e , s l l e
a préparé e t a s s o u p l i des formules, qui en temps voulu se
aont trouvéaa toutes f a i t e s . ]Sn dehors de ce q u ' i l comports
B*ar)^«Y. l A . Tréy
d« •hoaes séparent saint-Augustin st plotln.
Si • L

JfÊàSlTRM aUAIHIiSfej: La TSRBS e t l a CHAIR.


I La Deuxième R é v é l a t i o n
A-1.^expérience paychologique de S a i n t Augustin e t l e Néoplatonis-
me.
I ) I , VI,Du
Boau Avant «de montrer comment l ' é v o l u t i o n c.que nous avons
I I I » VI,De l a P r o - t e n t é de r e t r a c e r trouve dans l ' A u g u s t i n i s m e l ' u n e de ses
ridence. formules l e s p l u s émouvantes^ i l faut noua intBTBBaer au
I I I , IV Du Démon qui Néoplatonisme de iSaint-Augustin. Posons d'abord l e p r o b l è -
aous e s t donné en parme: La nouvelle p h i l o s o p h i e p l a t o n i c i e n n e a exercé une i n f l u
tage. -enoe s u r l e grand d o c t e u r . I l c i t e p l u s i e u r s t e x t e s des
IV, I I I Questions s\irsnnéades(I) « On peut rapprocher un c e r t a i n nombre de t e x t e s
l'ame a u g ^ a t i n i e n s e t de pensées p l o t l n i e n n e s . Les p l u s s u g g e s t i f s
V, I , Des Ji hypoata- à c e t égard concernent la n a t u r e de Dieu.
ses p r i n c i p a l e s . sur son inji^éffabllité: Sermo 117, 5 - De cllfrtate Del, IX» 16
V, VI Le p r i n c i p e su-avec Bnn. VI, 9, 5; De T r l n i t a t e V I I I , 2 e t XV, 5 avec Bn.
périeur à l ' ê t r e n e V, 3 , 13; sur aon é t e r n i t é Conf. XI, 13, e t Sn. I I I , 6» 7;
pense p a s . sur son u b i q u i t é Sermon 277, 13 e t 18 avec B VI, 4, 2; sur
sa s p i r i t u a l i t é De c i v l t e t e Del, X I I I , 5 e t B VI, B, I I
Decette influence on a pu t i r e r des conclusions excesaives
( 2 ) . Le témoignage de Salnt-AUé.iistln e s t p o u r t a n t suffisam-
ment e x p l i c i t e . Bt l e oélèisre passage des c o n f e s s i o n s sur
2) A l i a f l c . L'évolu- " l e s l i v r e s des p l a t o n i c i e n s " donne xin exposé t r è s c l a i r
t i o n I n t e l l e c t u e l l e de l a q u e s t i o n . Qu'on nous permette de l e c i t e r malgré sa
de saint-Augustin longueur. Dans tout ce qui va suivre i l nous enseignera:
"Je l u s . . . que l e verbe é t a i t dès l e commencement; que l e
verbe é t a i t en Dieu et que l e verbe é t a i t Dieu; qu'afi^si dès
l e commencement l e verbe é t a i t Dieu.. • que l e verbe de Dieu,
qui eat Dieu e s t c e t t e lumière v é r i t a b l e qui illumine t o u t
homme venant en ce monde..«.
iaais Je n ' y l u s pas que l e verbe a é:té f a i t homme e t a habité
parmi noua., . . maia Je n ' y l u s pas q u ' i l s ' e s t anéanti s o l -
même en prenant la forme d'un esclave; q u ' i l se s o i t rendu
semblable à l'homme en se r e v ê t a n t de ses i n f ^ m i t é s ; q a ' i l
3) Conf.{• V I I I , C IX s ' e s t humilié et a é t é obéissant j u s q u ' à l a m o r t . . . . " f a )
Opposant l ' I n c a r n a t i o n à la Contemplation, Sa lnt-*Augustin
a fixé du premier coup l e s oppositions e t l e s ressemblances
des deux pensées.
B / Mais du moins Jusqu'où va o e t t e influence a ce
q u l l l y a de s a i s i s s a n t dans la pensée a u g u s t i n i e n n e , c ' e s t
4) 354.430 q u ' e l l e ramasse en quelques années (4> (4) l e s h é s i t a t i o n s e, t.
l e s r e t o u r s de la k ^ s é e obiétlenne>^ âl&nd pai^onné. s e n s u e l ,
la c r a i n t e de ne pouvoir observer a64'continence n continence és^rfér^ dlf-
5) Conf.\]k7III c h . I fére longtemps sa conversion (5} Dans l e même temps i l a le
"Adhuo tenacJLtSrcol-lceût des v é r i t é s r a t i o n n e l l e s ^ . C * e s t op soaai de la raison
l i g a b q r exMmina" lqiuei u l ed ' uf naei t v ai ed h dé ér eb ro r adua n maniohnrismey. i t c a r t h a g e m$me a u m i -
t e | ^ v o l u p t u e u a e C e K Bn b i e n d e s
6 ) c | s a l v i e ) \ Deauber p o i n t s l e Manicheyisme' n e f a i s a i t que c o n t i n u e r l e gnhstitflB
na^tJre D e l . ^ a j b l o M mal^
âék l a t i n e V I I 1 6 - 1 7 s a i n x A u g u s t i n ; i n —---
^?^rtr\
S n é b o r d a n t e de v l c e t
b o u i l l o n n a n t e d ' i n i q u i t é v - d a s hommes
e n g o u r d i s p a r l e v i c e e t e n f l é s de
no\irriture;|^puaient l a sale volupté.

A-
Mala an mffma^WHklt p^èiiiitt» a««mx • ' « « • • a a
%filÊ^mê ptraluAAi^ que ohfrohala 01*^ v^*^^ ^^ "^^ et ;)• n'aA aortala
I t U . f a t i i p o £ 0 u l T l # ' p 8 r l U é é a da^la mort:
îrt i é f f t l s m« H\6A^
&•& maîtres que mUns- "J^étalB rongé par l a crainte da « b j ^ l r aana a v o i r d é -
oouvart la T é r i t é ' ' ( 3 ) . «aonsx orao par aon baaoln da
t v A l r a l e n t p l u t ô t qu*à cohérence, c h r é t i e n par l e s inquiétudCà' i a aa aanaibl-»
oeuz qui j^rooèderaient 11 t é . l l t r r e i o n g t a n p a 1^^l'écart du c h r i s t i a n i s m e , c^
par autc^té". fut a la f o i s la méthode allégorique de Saint-Ambolse
ii
onf . ^ nieéf
T9S Col| 739
et la penaée néopiAtonialenne qui coxMreinquirent s a i n t
iuguatln^ m^iB dans l e mdme temps, e l l e s ne l e persua-
dèrent pas. La conversion é t a i t d i f f é r é e , par l à , l u i
2) De Beats v i t a , Lf apparut surtout que la aolution n ' é t a i t pas dans l a
oonxMlssanoa, que l ' i s s u e de ses d r o t i é ot de son dégoût
3) Conf.^-iVII, C.|5
J^L.)T.33 c o l . 737 ^ l a c h a i r . n ' é t a i t pas dans l ' é v a s i o n i n t e l l e c t u e l l e
mais dans l a p l e i n e conscience de sa dépravation e t de
a u s s i aur sa crainte sa misère. i\lmer ces biens qui l ' e n t r a î n a i e n t s i bas :
de la mort la grfîce l ' e n r e l e v e r a l t plus haut.
Conf. V I i saint Augustin se trouva donc au carrefour dea
Influences que nous essayons de déterminer i c i .
Mais dans quelle mesure précise? C'est ce q u ' i l faut
Sol. I^lflb, I I , ^ définir.
4 W J . îtortm P h i l o n ' ^ 67 o) Ce que Saint Augustin e x i g e a i t à c6té de la
'[Les i ^ è i r H u r e n t n ^ u - Foi, c ' é t a i t la v é r i t é ; à c6té des dogmes une métaphy-
rellement après St-^aul sique» St avec l u i l e Christianisme tout e n t i e r . }.;ais
adopter l a laxague qu^ s ' i l adopte un moment l e lîéoplatonisme ce fut bientôt
la spécxxlation grecque pour l e transfigurer. St avec l u i l e Christianisme tout
e t la spéculation a l e - entier(4) C'est le sens de c e t t e transfiguration q u ' i l
xandrine avaient, créèi^ nous appartient de p r é c i s e r , p l o t i n apporte à saint '
et au |U»yen tLe c e t t e Augustin» nous l'avons vu,la doctrine du verbe intermé-
langËia l i a exprimèrent diaires et par surcroît, uae solution au problème du
dea v é r i t é s que ni Phi- mal. ^ y
lon, ni aucun Alexan- L'intelligence hypostasiée Polaire en e f f e t
drin n'avaient conques" la destinée du Christ comme verbe de Dieu -:"ifous
etPuech. Les Apologistes avons apppla de source divine que l a Fila de Dieu
gracs...(I9I2)p.297: n'est autre que la Sagesse de Dieu - et certes l e
"Le f a i t e s s e n t i e l c ' e s t F i l s de Dieu est D i e u . . . mais que pensez-vous que s o i t
que dans son principe,la la sagesse, sinon l e vérité* St en e f f e t , i l a enaore
doctrine des Apologistes été d i t : Je suis ,1a vérité" (De Bcata v i t a . ch IV n«34
e s t r e l i g i e u s e et nonpas (P.£. T 32» col 975) Quant au mal, l e plotiniame l u i
philosophique; i l s oroi- enseigne qu'il est l i é à la matière et que sa r é a l i t é
-ent d'abord en Jésus» est toute négative. (Conf. VU, 12, VI^, I 3 ) . St par l à
Fila de Dieu. Bi Ha tous l e s doutes de St Augustin semblaient d i s s i p é s , ip»
s'expliquent ensuite sa di* Mais la conversion ne Iftliàt pas pour autant. I l y a
v i n i t é oa" la préexistence o®®^ ée curieux chez l'auteur des Confessions que soi'
du verbe" expéréence demeure la référence perpétuelle de ses
et enfin Le^étt'eton: recherches i n t e l l e c t u e l l e a . S a t i s f a i t et non convaincu,
"Les origines du Dogme de^l 1® ^it lul-mSme:c'est l'IncariSation et son humilité
la TrinitéfnftlO P.52I: que.le néoplatonisme n'a pu l u i r e s t i t u e r , c'est seu-
"si la Theol©«Ie du Lo- i^mentaprès aaMr compris ceci qu'une explosion de lar-
itoB aWoarait s i profon- -W»ô et de joie vient le délivrer dans l e jardin de sa
dément transformée c'est^ue maison. Conversion presque physique, et sft totale
la oeraonne de Jésus à qui que Saint-Augustin va progressivement renoncer à
e Il ll ee aa été appliquée l u i ^^^^ ce*qui fut sa vie et se conaecrer à Dieu.
Imposait > trsinBtor- C*est. dono cette place donnée au
mations." CHRIST et à l«incarn«;tion dans l ' o r i g i n a l i t é du Chria-
tianlsme qu'il faut retenir ohez lui4 Ce sont des for-
mulea a^ daa thèmaa qu'il a daiibllttV^au «ééiaa'ttfbie-
ma» La fleura da Jéaua at la problème de la Rédemption
vont tout transfigurer. C^ast oette Interférenoa antra.
thèmes greos et dogmes ohrétlena qCi'il faut easayar
d'examiner sur quelques points de sa doctrine.
13 HSLLSNISilS e t CHRI3TIANISMK chez StAugustin
l ) L e L g l . la Gr&oe e t la T.ibertéejbns l'exrmen
de problèmes tmsoi spécifiquement c h r é t i e n s , n o t r e
e f f o r t c o n s t a n t sera de mettre à Jour dans l ' A u g u s -
t i n i s m e , l e s thèmes fondamentaux du C h r i s t i a n i s m e ?
A v r é i d i r e un simple r a p p e l s u f f i r a puisque ces thèmes^
nous l e s avons déjà é t u d i é e .
Noua ne reviendrons pas sur l ' i m p o r t a n c e que r e v ê t l e
problème du mtil ohez St Augustin. Lais i l f a u t cepen-
dant n o t e r l ' e x t r ê m e f é c o n d i t é de c e t t e o b s e s s i o n . X^^
C'est en p a r t a n t de l à que n o t r e a u t e u r a pu d é v e l o o p *
ses d o c t r i n e s leu plus o r i g i n a l e s . Cette r i c h e s s e même
nous forcera à d i v i s e r notre m a t i è r e . La pensée de
s a i n t Augustin s » e s t affirmée doirtrinalement d'une
p a r t , en r é a c t i o n oontre J i e l a g ^ e ^ ' a u t r e , gxaminons
d'abord sa d o c t r i n e générale e t la controverse aveo
lea jfelagiens é c l a i r e r a e n s u i t e sous l e Jour plus cru
de la polémique l e s tendances profondes de l ' a u g u s t i -
nisme.
Le néoplatonisme affirme que l e mal e s t
une p r i v a t i o n e t non une r é a l i t é p r o p r e . S a i n t Augus-
I) De ttatuiffe Boni IV t i n acquiesce ( l ) l/iais encore f a u t - i l d i s t i n g u e r
P.L. T.4liîk. c o l , 555 deu^ s o r t e s de maux: l e mal n a t u r e l ( m i s è r e de notre
condition tragique des d e s t i n é e s humaines) e t l e mal
moral, o ' e s t à d i r e l e Péché. Le premier s'explique
dans la mesure où l e s ombres se (Justifient dans un
2) Contre Julianum t a b l e a u . (2) I l s e r t l'harmonie u n i v e r s e l l e , pour l e
I I I 206 P»L T.45 C. 1334 second la question eat plus complexe. Comment Dieu
a - t - 1 1 pu nous douer d'uii l i b r e a r b i t r e , c ' e s t à d i r e
d'une volonté capable de f a i r e l e mal:"L'homme é t a n t
comme i l e s t maintenant n ' e s t pas bon e t i l n ' e s t pas
en son pouvoir d ' ê t r e bon, s o i t q u ' i l ne voie pas oe
q u ' i l •devrait S t r e , s o i t que l e voyant, l e s forces
3) De liber© a r b i t r i o {< 3 l u i manquent pour l e r é a l i s e r " ( a i C'est que l e péché
Ch. 18 n*' 51, P.L 32-1268 conséquence de la faute o r i g i n e l l e nous e s t imputable
Dieu nous a l a i s s é l e l i b r e a r b i t r e d'Adam, mais notre
volonté a gagné le d é s i r de s'en mal servir^ Et nous
sommes a i profondément p e r v e r t i s que o ' e s t ^ ^ i e u seul
4) In JohannV, I , que vient po|[FbOneusage du l i b r e a r b i t r e . L a i s s é à l u i -
PL 4^^ J l ^ T 35 col 4I4e mSme l'hçmme ne passéderait en propre que la melfai-
e t a u s s i 3e|Ihlo 156, I I - I 2 sance, l e mensonge e t l e péché: "NeM* habot de suc/nisi
mendaclUMl afque peocatuMQ(4^^est Dieu qui l e relève
PL. T38 c o l . 856: quand i l le daigne. C'est pourquoi l e s vertus qui sub-
«Cun dlco t i l a i : Sine adju- .,slstent en nous n'on^ de sens et ûe valeur que par
tolplo Del Kvfa^-jÙ i^f^ un secours de Dieu, spécial e t adapté à notre faiblesse
^ : l a gr&ce s a i n t ^ u g u s t i n i n s i s t e beaucoup sur la va-
n i t é de la vertuy^^lle-mSme. i^a grfioe d'abord, la v e r t u
e n s u i t e , nous reconnaissons l à un thètae évangélique.
C ' e s t a i n s i que l e s v e r t u s d e a p a ï e n s oojit i n o p é r a n t e s .
D i e u l e s l e u r o d o n n ,08 p o u r n o u s i n c i t e r à l e n a v o i r
Do o i v . D e i V, I P , 3 s i e l l e s n o u s m a n q u e n t , e t p o u r i - a b a i o u e r n u t r e o r ^ ^ e i l
P . L T 4 1 Çoi. Ib5 s i noua l e a posu^-donn, Jauiais dans l e C h r i s t i a n i s m e
id V, 19 l a v e r t u , a u s e n s héllo*nique ne s ' é t a i t t r o u v é a s i r u d e
P.L T 4 1 c o l . 1 6 5 - 1 6 6 é p r e u v e e t en de s i f r û c i u o n t c s o c c a s i o n s ( l ) . p l u s e n -
J p i a t . 138 I I I . 17 o o r e , c e s v e r t u s n a t u r e l l e s d e v i e n n e n t a u t a n t de v i c e s
• .L T 3 3 Cb'ô'à l o r s q u e l ' h o m m e s ' e n g l o r i f i e [Z) L ' o ' r g u e i l etjt l e p é c h é
De P a t i e n t i d L X À V I I , de o a t a n . 'd^N o t r e s e u l e f i n l é g i t i m e a u c o n ^ r a i r e c ' e s t
P . L . Tome 4 0 c o l . -SWéft^Dieu. St l e don que D i e u f a i t de s a g r â c e e s t t o u j o u r s
t)^<^r(k/^Ci^xyti:xy^yé^^S^ un e f f e t de sa g é n é r o s i t é . C e t t e gr&ce e u t g r a t u i t e , s t
c e r t i i i n s qui c r o i e n t l ' a c q u é r i r p a r de bonnes o e u v r e s
2) De c i v D e i . JLvI, 16 p r e n n e n t l e u c h o s e s à r e b o u r s , i î l l e ne s e r a i t p a s g r a t u i t e
P L . Tome 4 1 c o i . 7^0 s ' i x é t a i t poij s i b l e de l a mer i t e r . I l f a u t même a l l e r
et Xli, ;:i5 chap. intitu-piuc loin; C r o i r e en D i e u c ' e s t d é j à s u b i r s a g r â c e .
l e coraLienoemont de l a G r â c e ( a )
l é ; ' ' € i M Q KÇV f-WOi-M ^ * ^^ F o i Q^^ o i t à q u e l l e s e x t r é m i t é s p a r v i e n t l a p e n s é e
On v
q u g u s t i n i e n n e . S i l o ne s ' é p a r g n e a u c u n e d i f f i c u l t é du
i.jais a u s s i b i e n i l n^Y ^ P^s e n c o r e de p r o -
<f^ )rt\A^^£Ui^V 'n^hae (>^t>prohlème.
blème l à ou i l n ' y a que s o u m i s i i i o n . C e p e n d a n t comme
i l e s t de r è g l e en c e q u i c o n c e r n o l e mal c e t t e d é p e n -
dîinoe a b s o l u f s o u l è v e de g r a n d e s d i f f i c u l t é s . La g r â c e j
d i v i n e e s t i c i a b s o l u m e n t a r b i t r a i r e : ii'homme d o i t *
s e u l e m e n t f a i r e c o n f i a n c e à D i e u . Compilent p a r l e r a l o r s
do l i b e r t é h u r a a i n e . l a i s c ' e s t que p r é c i s é m e n t n o t r e
3 ) C | s u r t o u t « L d i v e r s t < ^ « ; ^ - s e u l e l i b e r t é IOSJQ^JCXSZ e s t c e l l e de f a i r e l e m a l ( 4 ) .
l i v r e X i 2 , T 40 Le " d e r n i e r a v e u de S a i n t i i u ^ j u s t i n s u r c e t t e q u e s t i o n x±àjc
col. -in v i t a l e p o u r Uii C j i r é t i e n e s t un a v e u d ' i ^ ^ n o r a n c e . l ' a r b i -
t r a i r e d i v i n demeure i n t a c t ( 5 ) •
C ' e s t c e t t e t h é o r i e que J a i n t i i u ^ s t i n a é t é ame-
Si 4) s u r l e p l a n m é t a p h y s i - n é à d é v e l o p p e r dans t o u s s e s d é t a i l s en f a c e de l ' h é r é -
q u e . Sn p s y c h o l o g i e , sie p e l a g i e n n e . En 1 ' o o c u r e n c e i l a pu d é p a s s e r s a p e n -
s a i n t A u g u s t i n c o n c è d e 8ée poiir l e s b e s o i n s de l a c a u s e . l a i s c ' e s t a u s s i que
le libre arbitre. son p e s s i m i s m e e t son r e n o n c e m e n t o n t g a r d é t o u t e l e u r
apreté. C ' e s t d a n s ce s e n s a l o r s que sa d o c t r i n e de l a
5) de^lv.<^V^' liberté se p r é c i s e .
l , 2 . lOt PL. T40 Cpjf. bj L ' a c h a r n e m e n t que S a i n t - j i u g u s t i n a p p o r t e
120ll21 d a n s sa l u t t e contre le Pelagianisme, s'expliquera si
nous r^ 4^\.tVJ^^^A l a p e n s é e do ce d e r n i e r ( o )
C ' e s t d a n s son e x p é r i e n c e p r o f o n d e , d a n s son s e n t i m e n t
6) Pour l e s o e u v r e s de a i g t t de ce q u ' i l ya do m a u v a i s en l'homme que s t i\u-
f P e l a g e { t^ijL(AU9MAX9^ vv\ g u s t m é t a i t a t t e i n t . c e r t a ine
r des doc-
ce p l u t q t
CelestÀis
( £L r Xx> ®^ J u l i e n , q u i p r o p a g è r e n t s e s d o c t r i n e s .
homme a é t é c r é e l i b j e . L son^^^ré i l p e u t
Vjf^f^i^ f a i r e l e Bien ou o le M _ a l ,_ C . e t t e j - i b_e r t__é o. ' e s t une éman- .
v o ' i r a u s s i P e l a g e : L i - c i p ô t i o n de D i e u . " L i b e r t a s ecé=^ nd fel HA^'U^'/ ^M,fi û( &€>0
b e l l u B iffidéi 13 - C t v i A ^ v ^ o ^ A ^ "^^TVvu; e^^f^^ ^i^
CÙ^ t < > v t n ^ ' ^ j-^tC^M fAïirri4CIA^ÀAI C m / / v | ^ "^ ^ G^
TT^
La p e r t e de o e t t e l i b e r t é é t a i t c h e a s a i n t i v u ^ s t i n
))jie c o n s é q u e n c e du p é c h é o r i g i n e l . Dos F é l a g i e n e
p e n s e r o n t a u c o n t r a x r e que l a L i b e r t é é t a n t r é t ^ l é e
t o u t e n t i è r e p a r l a v o i o n t c , l'h^omme p o u v a i t , s'il
l e v o u l a i t , é v i t e r l e p é c h é . " t. QO O^flf A ^ l ^

LiBia a l o r s l e p é c h é o r i g i n e l p e r d t o u t e s i g i i i f i c £ - t i o n
Bt l e s P é l a g i e n s l e r e j e t t e n t a b s o l u m e n t COLX^O e n t r a î -
n a n t à de^i c o n c l u s i o n s m a n i c h é e n ' e s . :~!i ./idam v o u s a
n u i , c ' e s t s e u l e m e n t p a r s o n m a u v a i s e x e m p l e . On ne d o i t
mène p a s a c c e p t e r 1^ i: c o n s é q u e n c e , s e c o n d a i r e s de l a
c h u t Ci comrie l e p e r t e de l ' i m i o r t a l i t é de 1 ' ^ m e . Adam
é t a i t né m o r t e l . Hi en d e , son e r r e u r n ' a t r a z m L i r ^ >
s u r n o u s . " Cit-ÏTÏH*fl'^^..
î geatia Pélag. / M . n > hAO^il ^Kt^
" ( l ) S i n o u s p é c h o n s é i s é m e n t c ' e s t que l e
2) p é c h é e s t d e v e n u en n o u s une s e c o n d e n a t u r e ( 2 ) On l e
8 17 v o i t e t à p r o p r e m e n t p a r l e r l a g r â c e e s t i n u t i l e . Liais
t o u j o u r s s e l o n P e l a g e , l a c r é a t i o n e s t a é j à une g r â c e .
e p . Auûiirt, MX d e m e u r a n t , l a g r â c e c o n s e r v e aon u t i l i t é non p a s
)e g r aa t i c i G h r i s t i "afl/operandum" m a i s "ad f a c i é i u s o p e r a n d u m " ( 3 ) . C ' e s t
I . 2 7 . 50 une a ide une recomiiiiindation que Dieu n o u s a p p o r t e ,
, C e t t e d o c t r i n e s e t r o u v e Résumée d a n s l e s
4) a p . T i x e r o n t . n e u f p o i i ï s d ' a c c u s a t i o n r e t e n u s p a r l e C o n c i l e de C a r -
H i s t o i r e desDog- t h a g e (29 a v r . l 418) ( 4 ) D ' u n e f a ç o n g é n é r a l e , e l l e f a i t
mes Ch. XI c o n f i a n c e à l'homme e t r é p u g n e aux e x p l i c a t i o n s p a r X±A±^
l ' a r b i t r a i r e d i v i n . C ' e s t a u s s i un a c t e de f o i dans l a
5) Rora V I I 2 5 n a t u r e e t 1 ' i n d e p e n d a n e e de l ' h o m m e . A u t a n t de c h o s e s
q u i d e v a i e n t . . n d i g n é r un hom; ,e p é n é t r é du c r i de Sa i n t -
pa u l : "ivlalhoureux que j e s u i s , q u i me d é l i v r e r a de ce
c o r p s de m o r t " (5) L i a i s , d e s c o n s é q u e n c e s p l u s g r a v e s
s u i v a i e n t . La c h u t e n i é e , l a Ré.demption p e r d a i t s o n
s e n s . La g r a e e é t a i t un p a r d o n e t non une p r o t e c t i o n .
S u r t o u t , c ' é t a i t d é c l a r e r 1 ' i n d é p e n d a n c e de 1'homme
à l ' é g a r d de Dieu e t n i e r ce b e s o i n c o n s t a n t du c r é a t e u r f
q u i e s t au fond de l a r e l i g i o n c h r é t i e n n e .
6) De Gen G o n t ^ C o n t r e c e t t e p e n s é e , [:t Au^;,'ustin c o m p l è t e
I I . 8. 32 s e s t h é o r i e s , p a r \xi c e r t a i n nombre d ' a f f i r m a t i o n s .
Adam p o s s é d a i t l ' i m m o r t a l i t é ( 6 ) 1 1 é t a i t l i b r e en ce
7) Do c o n c e p t , ei/ et . q u ' i l a v a i t l e " p o s s e non p e c c a r e " (7) e t b é r i é f i c i a i t
gra t i a 33 Ay d é j à a)'une c e r t a i n e g r S c o d i v i n e . Le p é c h é o r i g i n e l ,
vint détruire cet é t a t heureux. l ' S o r i t u r e est formelle
8)Psaume L l i v r e de Job.jjjcaxx s u r ce p o i n t e t S ' A u g u s t i n s ' y a p p u i e ( 8 ) .
XII, 4 E o t r e n a t u r e e s t v i c i é e , e t s a n s b a p t ê m e , l'homme e s t
Sphe&ient; l l ^ 3 d i s t i n é à l a d a m n a t i o n ( s e l o : ; ^ean I I , 54) S a i n t Augxis-
S u r t o u t aux Rom. V, 12 t i n en v o i t une p r e u v e d a n s l ' u n i v e r s e l l e d é s o l a t i o n du
Jean I I I , 5 monde e t l a m i s è r e de n o t r e c ondi t i o n d o n t i l t r a c e
des t a b l e a u x é n e r g i q u e s ( 9 )
9) Contra J u l i a n i / u m .
I , 5 0 , 5 4 , T 45 c o l . 1072
i d ds CiviX-Dei
XXII, ? 2 , 1-3
liule oe oont l à doo e f f e t s aocoudMi-eu du péohé o r i - i
g i n e l . D»autreQ plua intimea ot piutj imucdict/a ûonne-
roiit lii i..oaan§ de iiotre ualhour. Kouu avenu a'fcbord
perdu t^ XÀ^HAM CAAA f^mt /v> /^€^&A^ . ^
Houu adpondoiju de Iti ^rCoo d i v i n e . D'autie p t i t la
dtii;in«tion e^-i univorueile en p r i n o i p e . Le genre humain
tout otatier ent vouti aux l'iaMii^en. on 8eul efipoir etjt
1) "univeraj^ ratissa iJ' raiaér.corde divine (I) D'où uiie i u t r e conocquence: M
p e r d i t i o n i s " De div la dconation de;, enfante norta aai,i; baptême {z). ^
La grCce ao f a i t alora plua iuparieuao. st noua'en som-
eu II. ic m.3a lei- t r i b j i t a i r e a a t r o i s pointa de vue: pour noue M
proaerver de notre nature wioiée, peur c r o i r e lea v é r i - "
2) Contra J u l i a n . . téo d'ordre aurnatiLPel (.;), pour noua fj..lre a^;ir selon
III» I?9, PL. T. 45 oea v e r i t é a ( 4 } . La^a oette preoièro grâce qui eet la foi
col 1333 oene sont pif noa oeuvrati qui noua la v a l e n t . Naot; pou-
vona toutefoia mériter daiia u ne certaine aeaure c e l l e
à) De pxilfeiestin de bxen fa i r e (5) . lix tout caa co oui rè^-le notre uort
Sanctor 5, 7» 22 eiitior, e ' e a t la Prédeatina^ion. ,St j a i n t ..UfoUat^n r e -
4)3pist CCAVII,
5)ii;piyt CL X^VAVI, 7
viens oonatamiiienc aur la g r a t u i t é de cexle-ci (6) Le
nombre dea prédeatinta ainai que celui deii jjjjis reprouvés
i
6) Snchiîiaxon eat ii.te une Tola pour toutea et xnvarii.bletient ^aui-
XCVIII et XCIX to aeuxau.cnt, l.ieu oon^jidère leu uc-ritea et lea iétaéri-
e p i s t GlX^vVI, 15 tea pour le degré dea poinea. Ce que noua^pouvona uas
Le dono p ^ e v 17 .>^voir c»eat le pourquoi, iiotre l i b e r t é . c •. at la l i b e r -
tu de rc-fuaer 1ea £jracea prouièrea d'une p a r t , c e l l e .
u'autre part de utiittur les grSoea aecondea Notre bj^oxj-
t a n . i t é ne Joue qu'à l ' i n t é r i e u r do la toute puiaaance
9) De ,Gra^iCt et libe rddivine (7)
arbitKlo 4 2) Le Verbe et la Chair: La Trinité
Nouij venona de a a i a i r aur le vif ce qui cher* St ^mguatin
8) Snn IV, 5, " ' i est opécifiquenirnt ohrdtien. çu'or. so reporte par la
pensée a la metaphyaique pletinienne et l ' o n verra le die
9) De div. ouaoat. tance infinie qui sépare lea deiuc a t t i t u d e s . />insi du
LXKXIII-qU 46 n«>2 moins ne serona-noua pas abusée par dea rapprocheaenta
PL. T 40 col ;ÎO fréquenta et aaurona noua faire la part du Chriotianisme
de ot Augustin dana aoj] Néoplatonisrae,
Koua 1«avona vu, oe q u ' i l b puisé oheS loa autourc pla-
toniciens c ' e s t une certaine oonooptloii du Verbe ;ai<=-
aon rSle fut d'y faire entrer re Chriat et mr l à ' d e don-
ner toute aon o-^tenaion au verbe f a i t C h a i r e 4» jjvf,-j-
f-ile. j.ttachona noua donc à compronure ce que 3t jiU/ois-
t i n a pu demander au Wéoplatoniui.ie. Houti montrerons'en-
suite ces eiaprlnts trj>naf crnea ijar li, ùoctiine de •: ' Tn-
carnation. ~ ^
1 ,G> ^K^l "iQvhe -"C'eat ea Dieu, dit Plotin{8) que
l'Orne pure habite avec les intolxi^'iblea"lJaia ^n im.oîatin
\3)'. Lea idoea sont cotit;ie le;; formes pramièrea ou lea
raiaons doa choses, stables •.; iKU-iuablea, n'avtut ooint
reçu leur foriao^ éternelle par suite et toujours, de merae^
^jfKxaiiojt^BiisiniSv qui aont contenues dans 1 • inteilirenoe
^iV"® : ^^ s a l a i t i^eu^ ^L.V le coeuj'. maia a u . s i par
1 Intelligence, un le voit bian, aaconoeption oat alors
toute philosophique. Car le laonde intelli^jilàe que noua
admirons noua xivre son aecret. notre esp i t aovent l u i
d o a 5 t r o o p r o ù u i t a p a r l ' i i i t o i l i ^ i b l e , 11 û.etiri^;:ue
l o o i d é e s q u ' i l r o n f e r m e i miiia a iv s o c o n d e f f o r t a y n -
t h é t i u o 'cei; i d d e o en uf^e d e u l e r c a l i t o qax l e s o x p r i m e l
[) De d i v , q u a e a t . " /n>i ^?-€<H/fw ^744^ / t^e^itéO / < / e ^ t/vV/C he<^^ AAMJ^^
L XXXIII q u . 46

I
yi*2 P L . T 4 0 1 5 0
" T l ) G o t i e r a l i t é ©Ht Diou (juo a t J l u g u B i i n s a i o i t
^ ) J e p e n s e , dono i l a i n s i ooLiïne I n t e l l i g e n q ^ p u r e e t p r e d i è r e vCrité^iii)
» 3 t . S i on o ^ A ^ ' J i ^ ^ O " C ' e s t u n e c o n c e p t i o n p f e t ' i n i e n n e . Ce q u i j o u e i c i c ' e s t
j h e r c e c i du ^-^rjfX^^ l e p r i n c i p ^ g de p a r t i c i p a t i o n . Let: i d é e a p a r t i c i p e n t du
s ' e s t a u a a i que l e D i e u t o u t d i v i n . ISllea i i o n t e n l u i e t p o u r t a n t 1 1 e w t q u e l -
• j i f ç u a t i n i e n e s t un Dieu que c h o a e de p l u a . On s e n t i r a mieuj^ ÇLijcore c e t t e
"ntérieur. p a f l » n t é d a n a un t e x t e vi^^oureu:^ du De f^ihi^A/u ('^}
"i^ui^jque l e v e r b e de D i e u pfu' q u i "^olAt H é t é f t . i t e e t
u n ; p u i s q u ' i l e s t l a v é r i t u inu.tuable ^a«3ec*est en l u i
" s ) Bn r a p p r o c h e r coiniûe df.ns l e u r p r i n c i p e iLuiutible quo a o n t à l a f o i a
En V, 7 , -à t o u t e a c h o s e s : non aeulCLient c e l l e a de c e ràonde p r é s e n t .
VI, 7. ô uif^iS' e n o o r e c o l l e s q u i ù n t p£»saô e t c o l l e s q u i v i e z i -
d r o n t , e n l u i e l l e s ne s o n t n i p^i^i'.éea, ni f u t u r e s . 3II
:) De Trirnt s o n t s i m p l e m e n t o t t o u t e s a o n t v i e e t t o u t e s a o n t un
L . 4 . <?. I M" 3 ou p l u t ô t c ' e s t une s o u i o c a o a e q u i e a t » e t oi.e s e u l e
PL. tome 42 v i e ( 4 ) " La m é t h o d e p l e t i n i e n n e t r i n a p a r a i t i c i , ].:&i£
d a n s l ' i n s t a n t ou 3t /iu^^^uatin i n c o r p o r e c e t t e d o c t r i n e
de v e r b e « » i . u t o l l i g e i î o e dana Ih t h é o i ' i e de l e T r i n i t é ; l e s
c h o a e s ch^.ngont de s e n n . p l o t i n en e f f e t h i é r o r c h i s e
s e a h y p o a t a a e s e t t^ffirme e^^-^fiKW. l a d i s t a n c e qui s é p a i e
l ' U n de l ' I n t e l l i g e n c e . 3£Jint ; \ u g u 3 t i n d a n s s o n e s p o s é
p a r t d4g.Dieu, non corncao s o u r c e dea doux r m t r e s e e a e j o c e a ,
maie de l a n a t u r e u n i q u e de l a T r i n i t é . ' '^ ^ W l 4 4 ^ ' ^ ' l ^ i ^ t / /
5) Contra Serraon
•ô
/9-eiV € ^ (4x^A (5) T^'hAyhL4 ^^ '^t U4\^AÂ mpU
L o s ^ ? p e r a o n i î e a s o n t donc i d e n t i q u e s . De l à 3 c o n a é q u e n œ
) C >'TR-Jiv.lÀli lîJTTrn f o n d a m e n t a l e s : l e a 3 peraonr.ea n ' e u t qu'une, s e u l e volonlÉ
I I , 10 e t une s e u l e o p é r a t i o n : ' " ^ « - ^ * / t i C t ^ é i l ^ h^iPùfi^iXi^H^-e^
AviAâS^i '^''^'^Î^ÎÉ^i^i^^R^tt^ n ' e s t donc p a a l e v e r b e s e u l
7) De T r i n i t q u i e a t apxjaru î^ur±h t e r r e feaia l a T r i n i t é t o u t e e n t i è i e
I I . 8. 9 D a n a . ^ 1 ' i n c a r n a t i o n du F i l a c ' e s t l e T r i n i t é
P . L . T.4.-2 C-85 t o u t e n t i è r e t * u j u a u o o r p a hurnaln. ( 7 )
Chacune dea t r o i a p e r s o n n e s v a u t l a T r i n i t é
8) De Trin VI 9 t o u t o n t i è r e e t Dieu iui-meruep q u i c o n t i e n t l e s 11 a u -
T .4:: c 93 t r e a porr^onnea : " T a n t u a e a t a o l u a pa t e r , v e l SOJ.US
evc F i l t l ^ a , v e l s o l u s a p i r i t u s : j a n c t u a q u ^ n t â s e a t Lî(iînt4l
P a t e r , F i l t r a e t o p i r i t u a .'Sanct.us^ (8) C o t t e t h é o r i e de à
9) Serraooaec, 2 l a T r i n i t é t e n t e donc de c o n c i l i e r l ' é g a l i t é e t l a d i s -
t i n c t i o n dea P e r a o m i e s . rJX)blèmo qui d é p a s a e d é j à l e
p l o t i n i a m e niaia qui met en o e u v r e aa m é t h o d e , k c e t t e
d o c t r i n e de I^J T r i n i t é ae r f ^ t t a o h e d ' a i l l e u r s : l a c h r i a -
t o l o g i e a U f - u a t i n i e n n e o t c é s t a l o r s que l e v e r b e s ' é c a r t e i
de 1 ' i n t e l l i g e n c e n é o p l a t o n i c ^ « n n e . I
b)La C h a i r . Le Verbe a é t é f£j4t c n a i r e | | \
lé/ft^^T^ /^ii>^ e f f e t e t aon c o r p a e a t r é e l » t e r r e a t r e e t né d ' u n e femme {§
C e t t e d ' u n c o r p a e t d ' u n v e r b e e s t i n d e s t r u c t i b l e .i'Homire
e t l e C h r i s t no f o n t q u ' u n » c ' e ^ t t o u t l e m y a t é r e c h r é t i a
Quod verbuHjcaro f a c t u i a e a t , non Verbum inbi-rhem p e r e u a w ? '
«0^ c e s . s i t » sed o a r o ad verbjcm ne i p s a p e ^ e t a c c e s s i t . .
(dem d e u ^ qui homo o t qui Doua fcieu homo, non c o n f u s i o n e
WikrittIMrfiiiiifa^
n o t e r i c i , c ' e s t que plua la notion au verbe chez
i3t Augustin e a t p l e t i n i e n n e » e t plua i l sf sép. 2 e du
néopla tor. Lsme d^na la ruosuro Ou l'uniofi de ce v o r ^ e t
de o e t t e c h a i r devient plua rairaculeu^
1
4
i.aia t o u t se J u s t i f i e par un f a i _t_ 3i la chose
e s t contraiffictoire» du moins l o f a i t esT p a t e n t . Et d ' a l l -
l e u r s k c o n s i d é r e r la grandeur de la tache la grandeur
du mirncle se c o n ç o i t .
C* yOI KT RAISOH CHFZ F.AIKT AUnUf^TIJI.

CerteJ^, ct • ' « * * puP UTÏ exp«cé df lu pensée augas


tinlÉame que jBOue «vous prëti »dn faire» ^riB auBfîl b l c i l a
tâche se «tur eM reve«j/mlt pue. Au rcgaiyî de « • t r f p u j r t
l'importiuit é t a i t dt o#jialdér«r une c e r t a i n e lat€rfér€Jiot
de deux peaaéea chez notre auteur» d ' e e e a y t r Cl'«M c l r c o B i -
c r i r e l a p a r t i e vivante et l a p a r t i e acquise et d'cji t i r e r
des conclueIoaa t a ce qui coucerae i e e rapporte du »é«pl««
t a a l s n c «t du chrit tlHalf^me . Ç€A^hjC
e ' e a t pourquoi aoue avons T?cattré notre étude dt
1'augURtlnlamt autour de deux thémea p u r t i c u l i é r f n f a t eug-
ptiKtifs k ce t u j f t . ?it 11 r f s t e eeuleneat à t i r e r Iee con-
cluaions de c e t t e étude p a r t i c u l i è r e . Ce faisant» soue au-
rons l a p o e s i b i l l t é de r e t r a c e r à groe t r a i t a ce eue norip
avons ohs^rvf^ j u s q u ' I c i dans le d é t a i l .
_^_^ j-'t nous» plaçant à l ' i n t é r i e u r m^ne de la nétaphy-
qique chrétle nnt à ct ptl^itt de son évolution» nens pourrona
envisager c e l l e - c i , et v o i r co.?rnent tout eon e ^Tort a b o u t i t â
-SalDt-Augurtin n i d a s t - à.. 1^ c o n c i l i a t^^^^
-..- ^^^.w^jL^t. ion «
d'une
'une mé-
mé-
taphysique Gt d'une religion» d(u Ve rhe e t de la Chair» sans
qu'à vrai dire la physionomie originale du c h r l s t l a n l s n e
y perdit.
Résunonsf i c i scule-Tient l a e l g r l f l c a t i o n de l ' a u -
gustlnÎFmc à l ' é g a r d de cette évolution "Dans aucune de
ces choses que je parcours à votre lumière » je ne trouve u n
l i e u de r*r pos i:our mon êmc » a l ce n ' e s t en Veue.* en Vous
.ma àiei>er?ion se r e c u e i l l e ft dr vous plus r l e i f d e mlf^
n'échappe. Et quelquefois voue ne dtfckKS f a i t e s e r . t r e r ' d e n s
un é t a t i n t é r i e u r t r è s extraordinaire» et goûter je ae s a i s
quelle douceur» qui s i e l l e ae consomme e« ni#i sera Je ne v^
lîCo»f* L.IO^ quoi qui ne sera pas l a r i e présente " ( l ) St Augustin f i n i t
•h«40« ou In conversion plotlnlenne e'achéve.
• . C'ert le mt'mc but que tous deux pourpulvent mais
l e u r s chemins» pour s'entre quelquefois n^lés, sont eepenéant
àlf i^rcists. L* riugut-tlsif ne proclame à chaque pcE l ' i n s u f -
fisance de la philosophie. Lr .seule Haii^on Inteliigejite e s t
celle qui eet éclairée par la r o i . —
^ • "La vraie philoeophie débute par un acte dirMjHart
"d'adhésion à l ' o r d r e KarHsturel qui libère la volonté de
"la chair par la grôce^et l e penstie du scepticisme par la
2):''.GilsoE» I n t r o - "réTclrttlon"(2) On ne oeurait trop inFleter eur ce point.
duction à l ' j t u d e . Le dialogue de la Toi et de le Kaîson est mis pour
dt OTAuguatln.con la première fols en pleine |i lumière par 2t Auguatl»,
clusionf. . C ' é t a i t toute l ' h i s t o i r e de l ' é v o l u t i o n chrétienne.
An veut souvent que la rensée Chrétienne se aoit surajoutée
une doctrine hellénique• La chofle est v r a i e .
— La ?©1 a fini par accepter Ir Raison q u ' e l l e Ifejao-
r a i t ; rïEtis s i l ' o n jïrolt st Augustin ce fut pour la T^ettrt
à un rang bien s i n g u l i e r
XAJT
Î-L7'%f tri n 2 "SI non potes intelllgére»crAdc^* l u t e l l l g a s , praS
"cedit fldes, sequltur Intel IP ctus^/"!" rgOTéll quaere re IM-
3) In* Jean Tract " t e l l l g e r e ut oredae ^gediunTP. ut I n t e l l l g a s " . (3)
J39»6 Pl.T 35 Col.
1^30/
Cette r r l s s'oRaoupllt » ^lle p'éclfflrt^dea
l u i i i é r e s de l a >ol^ ?' e t qu • 11 y a deux ohosep drat' Il
Fol a a g u s t l a > l l e a a t : l ' a d h é s l o a de l ' e a p r l t aux v é r l t é a ^
a u r a a t u r e l l e s e t l ' h u m b l e abaadon de l'homme à l a g r t c t ^
du C h r i s t . Ce n ' e s tK^ Dieu q u ' i l f a u t c r o i r e » mala en Dieu,
' ^ Q u a i t l b l p e r p u f l d e t u r aoa p r l u s r a t l o a t
quaa f Id o t t t s s t âoce||v<im''
La r a i s o n d o i t e ' h u m l l l r r 'La bf a t l t u d e com/fltn-
ce p a r l ' h u m i l i t é , b i e n h e u r e u x l e a p a u v r e t en e s p r i t c ' e 8 t _
à d i r e ceux q u i ne r ' e a f l t n t paa« maia q u i ae e o a m e t t e a t
) De Ser?»one do- à l ' a u t o r l t i î divine " ( l ) ^
rnlïîl In monte 1
i h . I I Î îî*^ 10 PL C ' e e t a l n r l que l ' o n p e u t compr( nd re que l e
34 C. 11:33 verbe a i p ^ x a a d r l a a i t a e r v l l a p e a a é t c h r o t I t a a e i a n a li
41 a aa r v 1 r . ^ —
v o i r ? t Aupuptln» on peut comprendre t o u t
I t t r a v a i l de l ' é v o l u t i o n c h r é t i e n n e : a r s o u p l l r de p l u s e:
p l u s l a r a i ? tn grerfoue e t l ' i n c o r p o r e r a son é d i f i c e mais
daa a un domnine oi^ e l l e e s t i n o f l o n s i v e • r ' a r s é ce domaine
o b l i g a t i o n l u i « s t f a i t e de s ' i n c l i n e r . —
A c e t égard l e n é o p l a t o n i s m e s e t t chez St Augus-
t i n une -v> d o c t r i n e é« l ' h u m i l i t é »t dt l a F o i . C ' e s t que^^
son r ô l t dens l ' é v o l u t i o n du c h r l a t i a a i E m t fut d ' a i d e r c e t
a s s o u p l i s se ment de l a Raison» d ' e n t r a î n e r l a l o g i q u e s o c r a -
t i q u e à des î^péculfitlons r e l i g i e u s e s e t de p a s s e r a i n s i
c e t o u t i l d é j à façonné mix p è r e s de l ' F . g l l s e c h r é t i e n n e .
En ce sens encore» i l e s t p o s s i b l e de coiiEi(^érer
l ' a a g u p t i n î s i n e comme une deuxième r é v é l a t i o n : d'elle n 'une
métaphysique' c h r é t l e une ©prés c e l l e de l a f o l é v a n g é l i q u e
Le m i r a c l e e s t que l e s deux ne s o i e n t pas c o n t r e i d l c t o l r e s .
I I * LA I1:JSSI:E CfîBETIE.KÎÎ?: aU SFUII DU ilOYEK AGF.
Là se termin*" l ' é v o l u t i o n du chrlrtl«Tilpme p r l - "
m l t l f e t coïsmcnce l ' h i s t o i r e de l a d o c t r i n e c h r é t i e n n e .
, ••—^ L'ftuguetinieme marque à l a fols un a b o u t l s s e n i e n t
e t une n c î s r a n c e . Par q u e l e chemin l a pensée évangélique
e s t parvenjfuf à ce p o i n t , nous l ' a v o n s I n d i q u é . Le f a i t
c a p i t a l de c e t t e évolution» o ' e r t l a r u p t u r e «vrc le j u -
daïsme e t l ' e n t r é e dana l e monde g r é c o - r o m a i n .
. Dés cet I n s t a n t l a fusion s ' o p è r e . Préparée par
l e s r e l i g i o n s o r i e n t a l e s , la^ p r n e t e médite r r a n é e a n e se
|)i3pose a S'tre à^<?condée par l a n o u v e l l e c i v i l i s a t i o n .
, 5>.Si le néoplatonisme peut ^ t r c c o n s i d é r é comme
l ' a r t i s a n dt c e t t e ^ é c o n à c t i o n » c ' e s t q u ' a u s s i bien 11 e s l
né de ce pyncrët iRme g r é c o - o r i e i a t a l • Le s lormulee doë'^iati-
que s du c h r i s t l a K I P me Pont P o r t l e s d''une combinai s oîi e n t r e
ce d e r n i e r et l e a p r o p r e s données de l a Fol é v a n g é l i q u e .
Anoncées par PAUL e t J>.AK» é l a b o r é e s par l e s
Grecs a r r i v é s au c h r l t ' t l e i i i c m e , ces formules t r o u v e E t
l e u r pie ine expre eslon dans la pensée sugue t Inienr.e, noa
cependant sftns q u ' a u p a r a v a n t une p a r t i t des c h r é t i e n s ne
se sole nt é g a r é s à ans de fMOTxnzs c o n c i l i a t i o n s .

/...
L ' t n l g m t au fond» c ' e s t que c e l t e fuplon ae e o l t
a p é r é t » c a r a l l a a e a a i b l l l t é du monde gréeo-rorna i a étMlt ou--
T e r t e à l ' h v a n g l l e » l a H a i s o a ae r e f u s a i t à fcdriet t r e ua c e r -
tftliÉ nombre de p o i - t u l a t a . .
P r O T l d e n t l a l l a m e , c r é a i l o n n i s m e » p h i l o s o p h i e dt
l » h i s t o l r e » goût de l ' h u m i l i t é » m^^igÉjt)àé^ta que noua
aToaa s l g a n l é a se h e u r t a i e n t à l ' a t ^ t u d e g r e c q u e .
C e t t e n a ï v e t é grecque d o a t p a r l e S c h i l l e r é t a i t
t r o p p é n é t r é e d ' I n n o c e n c e e t de l u m i è r e pour a b d i q u e r s a n a
r é s l F t e n c t . L ' e f f o r t des c o n o i l i f î t e u r s fut de t r f î r s f o r n e r
l ' i n s t r u m e n t m^ae de c e t t e a t t l t u d t , l a r^aisoa r é f i e p a r I t
p r l a c l p e de c o n t r a d i c t i o n en une n o t i o n p é t r i e de l * i d é t de
p a r t i c i p a t i o n . Le a é o p l n t o n l s m t fut l ' a r t i s a n I n c o n s c i e n t de
ce rapproche me n t .
MGls 11 y a une . l i m i t e a l ' é l a s t i c i t é de l ' i a t t l l l -
g e n c e . E t l a c i v i l i A t l o n grecque en l a personne de PLtJTIW
s ' e s t a r r ê t é tac à mi chemin. C ' e s t dans ce d t a i a i g K décaâage
que ae p e u t r e n t i r justement l ' o r i g i n a l i t é du c h t l s t l s n i s m t . i
C e r t e s o ' e s t I t Verbe A l e x a n d r i n que l a pensée *
c h r é t i e n n e » t r a n s p o r t é dans s e s dogmes. Tâals ce verbe ae s t
d i s t i n g u e pas de DIMJ. Liais 11 f s t engendré e t non émané.
^ û l s 11 e s t en c o n t a c t d i r e c t avec aa c r é f t t u r t pou
l a q u e l l e i l e s t venu m o u r i r . xiX c e c i q u i pouvfiit p a r a î t r e
c o n t r a d i c t o i r e à uri e s p r i t g r e c se j u s t i f i a i t aux yeux des
c h r é t i e n s par un f a i t : l ' a p p a r i t i o n de J é s u s s u r l a t e r r e
e t son incarna t i o a .
C*est le mot qu'on r e t r o u v e au début e t au terme âW
l ' é v o l u t i o n de l a m.étaphysique c h r é t l e r n e . C ' e s t l a preuve
a u s s i que l e C h r i s t i a n i s m e , pour s ' ê t r e r e v ê t u de p e n s é e s
grecques» n ' a v a i t r i e n abdiqué de sa s a v e u r p r i m i t i v e .
A l a v e i l l e du moyen ^ge le v i e u x th<^me humain du
voyage d'un Dieu s u r l a Terre s ' a p p l i q u e pour l a première
f o i a à une n o t i o n métaphysique de l a d i v l r s i t é .
E t p l u s l a métaphisyque se développe p l u s grande s e -
r e l ' o r i g i n a l i t é du Chri?tianismfi dans l a mesure ou g r a n d i -
r a l ' é c a r t e n t r e l e F i l e de l'iiom'ie c t l e s n o t i o n s q u ' i l
transfigure•

JHHB
COBCLUSIOHS
Nous nous sommes a t t o c h é B à l a 8 o l 4 t l o n de deux pror
b l ê m e s : l ' u n t r è s v a s t e t o u c h a n t l e s r a p p o r t s du C h r i s -
t i a n i s m e e t de l ' H é l l é n i s m e ^ l ' a u t r e s ' i n s c r i v a i t à l ' I n -
t é r i e u r du p r e m i e r . I l p o r t a i t p u r l e r ô l e du n é o p à a t o ^ i s -
me dans l ' é v o l u t i o n de l a ppnsée c h r é t i e n n e . La m a t i è r e
é t a i t t r o p v a s t e pour q u ' i l y e u t ^ e s p o i r d ' a o i o r t e r d t »
r é p o n s e s d é f i n i t i v e s . Unis nous avons c o n s i d é r é , d ' u n e
p a r t t r o i s é t a p e s dans l ' é v o l u t i o n de l a p e n s é e ohrétien-
ne » d ' a u t r e p a r t l ' a b o u t i s s e rie n t du t r t v e i l de la f)pn-
Bée grecque dons l e n é o n l a t o n i s m e .
Une s i m p l e oom^jnfnlson nous a f o u r n i q u e l q u e s
conclusions.
Le C h r i s t i a n i s m e a emprdnté à l a pensée gre oque
son m a t é r i e l » au n é o p l a t o n i s m e une m é t h o d e . I l a gardé
i n t a c t e sa v é r i t é profonde en t r a i t a n t t o u t e s les dlf-
f i c u l t é s s u r l e p l a n de l ' I n c a r n a t i o n . Fit s ' i l n ' a v a i t
justement a p p o r t é c e t t e façon d é r o u t a n t e de p o s e r l e s
problémo^ s a n s doute l a Grèce l ' e u t a b s o r - b o . E l l e en
a v a i t vu dV-utre^
Ceci du moins, r e s t e p r é c i s » mais combien d ' a u t r e s
d i f f i c u l t é s demeurent ; l e r ô l e joué p a r P h i l o n dans l a
c o n s t i t u t i o n de l a métaphysique a l e x a n d r i n e , l ' a p p o r t
d'Origéne e t de Clément d ' Alexandrie à l a dogmatique
c h r é t i e n n e , l e s i n f l u e n c e s m u l t i p l e s que nous avons t u ^ s
Kabbale» Z^EUd Avesta» p h i l o s o p h i e i n d i e n n e ou Theurgle
E g y p t i e n n e . Ivlais l ' é n o n c é s u f f i t . Tenons nous à q u e l q u e s
constatations.
Beaucoup p a r l e a t i f de l ' H é l l é n i s a t i o n du c h r i s t i a -
nisme p r i m i t i f . E t en oe q u i concerne l a m o r a l e , l a cho-
I ) Le premier t r a i i s e n ^ e s t pas douteuse ( I ) l i l a i s ' e s t que l a n o r a l e c h r é -
té systématique t l e n n e ^ n ' e s t pas 1 ' ob je t d ' u n enseignement; c ' e s t ure
de morale c h r é - <X/i Ct^ i n t é r i e u r e qui v i e n t p a n e t i o n n e r une f o l ; AU
t i e n ne» c e l u i d'Aifl- c o n t r a i r e , i l f a u d r a i t p a r l e r p l u t ô t s e l o n n o t r e t r a v a i l »
b r o i s e , d a n s l a s e - de l a c h r i s t i a n i s a t i o n de l ' H e l l é n i s m e d é c a d r n t . F t i c i
conde n o i t i é du l e s mots ont un se ns^ h i s t o r i q u e e t ut^e g é o g r a p h i q u e .
IV** s i è c l e »est
oalqué non s u r b / J.eiQ e s t - i l p o s s i b l e enfin» au t e r e de c e t t e
l ' E v a n g i l e , ma ia^ é t u d t , de df'termlner c^. oui f a i t l a nouveauté du c h r l e t l a
s u r l e De Officiîas nlsme. Y a t - 1 1 ^n^ne des n o t i o n s qui e o i e n t proprement
de Oicéron. c h r é t i e n n e s . La q u e s t i o n ^ e e t d ' a c t u a l i t é . Au v r a i c ' e s t
un pa Tcé oxt ppaa r t i cul le r à 1 * eK p r i t huï7iain de r a i s i r l e s
éléme nt s e t de ne pouvoir e m b r e s t e r l a s y n t h è s e : p a r a d e -
xeéplRtémologlqut d'une science c e r t a i n e dana ^^es fruits
mais a l o r s I n s u f f i s a n t e ; < | l s u r i i s a n t é dans ses t h é o r i e s
mais a l o r s Inct r t : I n e , ou paradoxe psychologique d''un mol
p r r c e p t i b l f t dwm sea p a r t i e s mais i n a c c e s s i b l e ^ns aon
u n i t é profonde.
A c e t égard l ' h i s t o i r e ne nous d é l i v r e pas de
nos I n q u i é t u d ' s » e t r e s t l t u e r i a nouveauté pnnfonde ou
l ' F v a n g i l e a p p a r a î t comme uhe têche i m p o s s i b l e . ::ous
voyons bien danfif quelle I n f l u e n c e , de quel e:/ncrétlsme

L^
t B t mée l a pensée c h r é t i e n n e , -^nla noun Bentoniî bien aa
B l , que r e r n l t - e l l e dc'nortf'c tout t r t l i r e en él«Snfntfl
é t r n n g e r B , noup la r e c o n n o l t r l o n s encore pour o r i g i n a l e
a cnuM de quelqiie réeonnnce j^lnn pourdê que U "londe
n aYnlt pas encore entendue,
., . , ^-^ s i nouo réflechlpRonB P'IT l e a p r i n c i p a u x
the'nea du ChrlRtlnnlFr.e, Inca|r/>«tlon, p h l l P . p h l e , ee '
1 h l P t o l r e . TilB^rp e t d o u l e u r de I P o o r d l t j o n hunnlne
noup, reconnalraons que ce qui conpte i c i c ' e s t l o eub-
s t l t u t l o n d'un "home c h r é t i e n - à ur "ho-ine g r e c " . Cette
û l l i é r r n c e que noat> prrveronn nal à cerner dana l e s doe
t r l n e a , noue l'éprouvoHE en co'ipnrrrt rt Jércnt au dé»i r
nu> p r i s e s avec 1» t e n t a t i o n et l e a jeunes f f n s qui
) T t ' p.x:ai,7: é c o u t a i e n t Secrate ( l ) Car e l par a l l l e u r a on en c r o i t
"••ol.oul -nol.qul l î l f t z s c h e , El en accerde que la Grèce de 1 * onbre que BOU
par c r o i « t e â« 1 . BlgnallonE an début àe ce t r a T a l l , Grèce peRalr^lete
géhenne m'fêtait « eourde et t r a g i q u e , é t a i t 1% 'noÊque d'are c l v I l l P r t l o n
"Wfc-ure t e l l e prie, on, forte f 11 faut eonrenlr que le chrlKtlanlr-rae à cet égard
habitée s e u l f n e B t e s t ure renaît: aance par rappert au socfatlR'ne e t à sa
par l e s s c o r p l . B s s é r é n i t é . "Les ho^nes, d i t P a s c a l , $e pouvant g u é r i r l a
et l e . b^tes H«U- ^ o r t , l i e se sont a v l s é p de n'y point penses" Teut l ' e f -
• 8 g € 8 , ."ouvent je fort du chrlntlanleme e s t de e'opT^oper è cef^e parepse
ne c r o y a i s t r s B s - du coeur, ^«r l à se d.^fl»it 1 • ho-i-e c h r é t i e n e t du m^-if
porté eu m i l i e u un coup une c i v i l i e e t i o n . Ch. Guignebert dans eon "Chris-
âa>8C8 v l r e l n a l e e . tianL^rne antique" parle de la pensée c h r é t i e n n e , coane
J*étalR pèle de a une \XXA'C^\/U d ' e x a l t r a , de désespérés et de t^ueux".
jeûnes e t "noB l'ne- »H'H4x'4/KI,R chose e s t v r a i e , mais non co-ine le voudrait
glnatio» boiJlll.- son auteur.
a n e i t de d é s i r s " Quoiqu'il en Eoit e t à l a 'nort de f'alnt-.Aucus
Ap.C de i^abrlelle t i n , l e christianisme c ' e s t conatitué en philosophe. U
H i s t o i r e de l a llfe f s t t i n t e r a at a^aez armé pour r é s i s t e r à l a tourmente où
térature latine
chr(«tleBne*P.45I. tout sombrera.' ^ __1
-i'enéant de longues années i l denture 1« aeul
e s p o i r ce-mun et le seul b o u c l i e r e f f e c t i f contre le
malheur du monde o c c i d e n t a l . La persée chrétienne a v a i t
conquis par l à sa c a t h o l i c i t é .

U
KCi>f4AjrTY\'U^^yUL

'•àjo\X£4

My(f^i^à é£jeM/rui f/9s

£j(rf}.A\/M. Vidé aif £€0^ '• Tofuji J ^€Mh^td- 6\eAc

a) _ ^/^. l^iii lé'Ui^-.

ù/) ^
'j^^^m.mMÂ'^ iiMT-^«^^^«'^*
.i3<

'C<^'i tK

(M ôtaAA<^(^ ' f^^h^ÀJt ÛUA h-fii^ùf^h^ . Q.r^' iy-^^' i>i/fi

tyh^K^iih^^iû^j ^ t^at^e Tbh^H O^Qjntdh fOtt y^


u) \ /NKA/Sy^^ Ko(^o,'(lhU^.^^JL- cô 2^^^ ^^^
-A^^
^

if^è^
^^(^'tkn^ . ^^^^^fU ^c£UP(^f^<j ^fU£rU^ .
. jliïUfti&i^iia fik%i i*inhHêft'^Xi1fiiiiJ^yi^i^*Ûs^'^ik*M