Vous êtes sur la page 1sur 32

Construire en acier Documentation du Centre suisse de la construction métallique SZS

01/10
steeldoc

Halles et enveloppes
Table de matières

Editorial 3

Salle de sport Gotthelf, Thoune


Calme et légèreté 4

Halle d’exposition Gétaz Romang, Etoy


Le monolithe à cœur ouvert 10

Musée Dornier, Friedrichshafen


Quand l’esprit pionnier s’expose 16

Salle de sport «Esplanade», Bienne


Une enveloppe pour le corps et l’esprit 22

Fundamenta
Halles en acier 26

Impressum 31

Compétence en construction métallique

Le Centre suisse de la construction métallique SZS est


une organisation professionnelle qui réunit les entreprises
de construction métallique, les fournisseurs et sous-
traitants et les bureaux d’études les plus importants de
Suisse. Par ses actions, le SZS atteint un large public de
concepteurs, d’institutions et de décideurs. Le SZS
informe ses membres et le public de l’évolution dans la
construction métallique et offre un forum pour les échan-
ges et la collaboration. Le SZS met à disposition les
informations tech niques, encourage la recherche et la
formation des professionnels et s’engage dans la collabo-
ration au-delà des frontières. Ses membres profitent
d’une vaste palette de prestations.

www.szs.ch

Centre suisse de la construction métallique


Stahlbau Zentrum Schweiz
Centro svizzero per la costruzione in acciaio

2
Editorial

Une halle, c’est d’abord une enveloppe. Ce qui se passe à l’intérieur doit
pouvoir changer. A l’heure où les entreprises doivent en permanence
s’adapter aux marchés, la flexibilité des bâtiments est une condition sine
qua non de la rentabilité des investissements consentis. Aujourd’hui,
même une salle de sport ne sert plus seulement à l’exercice physique,
mais doit aussi pouvoir accueillir fêtes, concerts et autres manifestations.

Aussi la construction de halles offre-t-elle l’occasion rêvée d’exploiter


les avantages de la construction métallique: légèreté, flexibilité, possibi-
lités quasi illimitées de transformation et d’extension. En matière de
durabilité, la construction de halles en acier se révèle pratiquement
imbattable. Ainsi les quatre objets présentés dans les pages suivantes se
conforment-ils tous au standard Minergie ou à des normes équivalentes.
Mais la construction durable, c’est bien d’autres choses encore. En
effet, le but est ici de minimiser la consommation d’énergie et de res-
sources durant toute la durée de vie des ouvrages, ainsi que lors de
leur démolition ou démontage. Or, si l’on passe en revue les principes
de la construction durable, on constate que la construction métallique
répond parfaitement à chacun d’entre eux.

Le principal enjeu de la construction de halles est la flexibilité d’utilisa-


tion. Aussi privilégie-t-on en général des structures susceptibles d’être
agrandies de manière additive ou modulaire, ce qui conditionne au
final la durée de vie des bâtiments. Mais le choix de la structure influe
aussi sur les portées réalisables, sur les possibilités de faire passer les
gaines et autres conduites techniques, ainsi que sur la valeur d’usage
à long terme des locaux.

En plus d’une série de halles tout à fait remarquables, nous proposons


pour la première fois, dans la présente édition, un article de fond décri-
vant les principaux types de structures envisageables, ainsi que leurs
caractéristiques et avantages constructifs. Cet article a pour but d’offrir
quelques points de repères pour la conception et la réalisation de halles
économiques et rationnelles, tout en fournissant quelques informations
techniques utiles. Les éditions spécialisées du Centre suisse de la
construction métallique proposent d’autres publications consacrées à
ce thème.

Comme toujours, les projets présentés ici sont documentés jusque dans
les détails, à titre de source d’inspiration pratique. Nous vous souhai-
tons beaucoup de plaisir à la lecture de ce nouveau numéro de steeldoc.

Evelyn C. Frisch

3
Salle de sport Gotthelf, Thoune

Calme et légèreté

Maître d’ouvrage
Ville de Thoune

Architectes
müller verdan architekten, Zurich
(à l’époque: müller verdan weineck architekten)

Ingénieurs
Walt + Galmarini, Zurich

Année de construction
2006

D’un gris scintillant de jour, illuminée comme une lanterne de nuit, cette triple Situation, échelle 1: 2500
salle de sport se présente comme un grande boîte d’une légèreté aérienne. Au-
dessus d’un rez-de-chaussée bas entièrement vitré semble flotter un volume
fait d’acier et d’une matière synthétique translucide, d’un aspect presque textile.

Au sein d’un complexe scolaire qui n’a cessé de s’a- cipale du bâtiment. En même temps, les trois esca-
grandir depuis les années 1950, la salle de sport défi- liers menant aux vestiaires assurent l’accessibilité sé-
nit, de par sa situation et son système de distribution parée des deux niveaux, utilisés différemment. Les
extérieur, un nouvel espace extérieur, tout en déve- spectateurs sont accueillis dans un généreux hall, do-
loppant le thème des espaces intermédiaires. Trois té des locaux annexes de rigueur. Vis-à-vis se trou-
cubes de béton – les accès aux vestiaires des sportifs – vent les tribunes, que desservent deux couloirs laté-
structurent l’espace séparant la salle de l’école voi- raux le long desquels les spectateurs peuvent se tenir
sine et ménagent un dégagement devant l’entrée prin- debout. La salle de sport, les vestiaires, les locaux à

4 steeldoc 01/10
matériel et les locaux techniques se situent, eux, en
contrebas.

Lumière et couleur
L’empilement des fonctions se traduit aussi dans la
construction. Le sous-sol se caractérise par ses murs
en béton teinté noir, pour lesquels ont été utilisés
des panneaux de coffrage de grand format. La partie
encaissée de la halle et le mobilier fixe du rez-de-
chaussée sont revêtus d’un contreplaqué de couleur
chaude, qui assume aussi une fonction acoustique.
Au-dessus de cette topographie intérieure se déploie
la structure métallique, de couleur sombre. Portée par
les minces poteaux des façades, elle couvre toute
la surface du bâtiment, qui mesure 50 x 40 mètres. Les
façades elles-mêmes se composent de plaques de
polycarbonate translucides, de 40 millimètres d’épais-
seur. Ces éléments à six couches se caractérisent
par leur grande résistance aux chocs et au vieillisse-
ment. Des pigments diffracteurs assurent un éclairage
diffus tout à fait idéal. Le bandeau vitré du rez-de-
chaussée forme comme un joint entre le sous-sol en
béton et le volume léger qui le surmonte.

Une salle de sport labellisée Minergie


Le bâtiment présente un concept énergétique durable.
Ainsi les capteurs solaires posés sur la toiture plate
assurent-ils la production de l’eau chaude sanitaire et
le chauffage de la salle par le sol. Cette dernière est
chauffée et ventilée par des bouches d’air pulsé. Le
refroidissement nocturne se fait de manière naturelle,
par des bouches d’extraction de fumée et de chaleur
en toiture et des clapets d’amenée d’air frais en façade.
Le hall est séparé de la salle
par des locaux annexes
s’élevant à mi-hauteur, revêtus
de contreplaqué.

Isométrie de la
charpente métallique

5
Salle de sport Gotthelf, Thoune

4 1

1 Hall
2 Tribunes
4 3 2 3 Salle, subdivisable en trois
4 Accès au sous-sol
5 Escaliers de secours
6 Local à matériel
7 Vestiaires, locaux annexes

Plan du rez-de-chaussée, échelle 1: 500

7 3 6

Plan du sous-sol, échelle 1: 500

6 steeldoc 01/10
Le bandeau vitré périphérique
du rez-de-chaussée donne vue
sur le paysage et permet à la
lumière d’entrer de tous côtés.

1 2
4
7 3 6

Coupe, échelle 1: 500 La structure métallique se


déploie sur la salle de sport
encaissée.

7
Salle de sport Gotthelf, Thoune

3 2

7 4

10 6 9 8

Les accès directs aux vesti -


aires permettent de séparer Coupe à travers la façade, échelle 1: 50
les zones destinées aux
sportifs de celles réservées 1 Composition de la toiture:
aux spectateurs. Végétalisation 100 mm
11
Drainage
Lés d’étanchéité synthétiques 12
Isolation en laine de roche 120 mm
Lés d’étanchéité bitumineux
Tôle à ondes trapézoïdales en acier 80 mm,
âmes perforées 13
2 Pannes supérieures, HEA180
3 Diagonale de contreventement,
profilé en L 70/70/9 mm
4 Poutre soudée S355, 1470/300 mm,
ailes 300/35 mm, âme 1400/10 mm
5 Pannes inférieures, HEA 180
6 Poteau de façade (longs côtés),
HEA 240, écartement 4560 mm
7 Traverse de façade, HEA 180 14
8 Poteau de façade (petits côtés),
HEA 180, écartement 2830 mm
9 Diagonale de contreventement, barre tendue M24
10 Elément léger en polycarbonate, 6 couches
11 Clapet de ventilation
12 HEA 240
13 Vitrage
14 Chape d’anhydrite 50 mm,
teintée dans la masse et vitrifiée

Structure porteuse sement des poutres principales, dont la section est


Des poutres primaires de près de 1,50 mètre de très élancée. Le contreventement de la halle est
haut et espacées de 4,65 mètres franchissent trans- assuré par des diagonales disposées en toiture et entre
versalement la halle. Sur et sous ces poutres les poteaux des façades. A l’exception des poutres
principales filent des pannes. Celles de dessus principales, qui ont été soudées, la charpente
portent la tôle profilée perforée et la végétalisation métallique se compose de profilés normalisés dont
extensive de la toiture, tandis que celles de l’assemblage, effectué sur place par simple boulon-
dessous servent à fixer engins et installations tech- nage, n’a pas requis de nœuds ou de raccords
niques. Ces pannes empêchent en outre le déver- sophistiqués.

8 steeldoc 01/10
Les minces profilés d’acier
Lieu Sustenstrasse 2K, Thoune, Suisse sont enveloppés de verre et de
Maître d’ouvrage Ville de Thoune, représentée par le Service polycarbonate translucide.
des immeubles de la Ville Les détails constructifs sont
Architectes müller verdan architekten, Zurich d’une propreté remarquable.
(à l’époque: müller verdan weineck architekten)
Ingénieurs Walt + Galmarini AG, Zurich
Construction métallique Jakem AG, Münchwilen
Poids de la construction métallique 261 tonnes
Système porteur poutres principales: profilés en ⌱ soudés;
Bien que les poutres primaires donnent à la poteaux de façades HEA 180 boulonnés; pannes HEA 180 sur et
structure une direction claire, cette orientation sous les poutres principales
Caractéristiques surface brute de plancher 3 655 m 2;
est neutralisée par les pannes inférieures,
surface utile 2 112 m 2; volume bâti 22 500 m 3; longueur 50 m
ce qui confère au bâtiment calme et élégance. La Coûts de construction CHF 11,6 millions
conception propre et précise des détails, ainsi Durée des travaux 19 mois
que la qualité de l’architecture, inhabituellement Achèvement octobre 2006
Protection incendie pas nécessaire (construction métallique
élevée pour une salle de sport, ont conduit le
à un niveau)
jury du Prix Acier 2009 à récompenser le projet Standard énergétique Minergie
par une mention. Distinction Prix Acier 2009 (mention)

9
Halle d’exposition Gétaz Romang, Etoy

Le monolithe à cœur ouvert

Maître d’ouvrage
Gétaz Romang, Etoy

Architectes
Alain Porta architecte, Lausanne

Ingénieurs
CSD Ingénieurs Conseils, Lausanne

Année de construction
2009

A Etoy, en plein milieu du pôle industriel, le groupe Gétaz Romang vient d’inau- Situation, échelle 1: 5000
gurer sa nouvelle halle d’exposition. Le bâtiment, un impressionnant parallélépi-
pède orange vif posé sur un carré de verte prairie cache une cour intérieure
d’une ambiance et d’une luminosité inattendue.

L’entreprise Gétaz est spécialisée dans le commerce bâtiment, le visiteur peut atteindre le show-room
de matériaux de construction. La position stratégique situé au niveau supérieur par l’intermédiaire d’un puits
de sa nouvelle halle d’exposition, entre l’autoroute A1 d’accès.
et la ligne ferroviaire Genève-Lausanne, lui procure
une visibilité maximale. C'est une vitrine idéale pour Le niveau principal est occupé par un volume unique,
la présentation des matériaux dans un contexte réaliste introverti, articulé autour d’un vaste atrium central.
et innovant. Face au système d’entrée, l’espace d’accueil, doté d’un
comptoir évoquant la géométrie et la couleur de la
Orienté nord-sud, l’imposant monolithe repose pour halle, jouxte une cafétéria et des bureaux de vente. La
moitié sur un radier et pour le reste sur poteaux; il halle comporte une mezzanine à chacune de ses
semble à peine effleurer le terrain incliné en pente extrémités. Celle côté sud accueille une grande cuisine
douce vers lac. Extérieurement, le volume du bâtiment fonctionnelle pour des shows culinaires ainsi que
est défini par deux façades latérales de couleur orange quelques bureaux. L'autre mezzanine est dévolue à
sans aucune ouverture, et par deux façades pignon des activités événementielles. Chaque coin de la halle
inclinées entièrement vitrées. est doté d’un bloc technique en béton armé compre-
nant locaux sanitaires et escaliers de secours.
A l’intérieur, un espace extérieur
L’accès au bâtiment se fait du côté sud, par le niveau Les deux travées du show-room sont occupées par 30
inférieur. Depuis le parking semi-enterré situé sous le modules d’exposition mobiles. Ceux-ci, reprenant le
principe de la maison dans la maison, se composent
d’une ossature en profilés d’aluminium montée sur
roulettes. Les modules sont évolutifs afin de pouvoir
s’adapter aux tendances dans le domaine des aména-
gements de cuisines et de salles de bains.

10 steeldoc 01/10
L’atrium accessible sur tout son périmètre, est déli-
mité par une façade intérieure vitrée et partiellement
revêtue de brise-soleil. Cet espace vert intérieur/
extérieur est consacré à l’exposition des matériaux
d’aménagement extérieurs.

Une structure de portiques en tubes d’acier


La superstructure de la halle repose sur la dalle en
béton du rez de chaussée. La charpente métallique,
de couleur blanche, est laissée apparente. Elle est
constituée d’une succession de 30 portiques triangulés Le revêtement des façades
latérales est de couleur orange,
en tubes d’acier disposés perpendiculairement au
teinte qui est également celle
patio central. D’une portée de 15,90 m ou 19,20 m pour rales et au dessus des deux travées transversales indentifiant l’entreprise. Le
un entraxe de 5,30 m, chaque portique est constitué jouxtant l’atrium. La stabilisation des façades longi- bâtiment affleure le terrain et
de trois éléments préfabriqués, assemblés sur place tudinales est confié à deux paires de croix de semble flotter au dessus du sol.
grâce à des manchons boulonnés. A chaque angle du St-André. La structure porteuse des mezzanines fait
bâtiment, quatre potences s’articulent autour d’un également appel à des poutres triangulées sur les-
portique posé sur la diagonale. Les pieds de poteaux quelles reposent un plancher mixte, constitué de bacs
sont liés de façon rigide à la dalle du rez. En toiture la trapézoïdaux en acier et de béton. Pour des questions
stabilisation horizontale est assurée par des aligne- de protection incendie, cette partie de la charpente
ments de croix de St André le long des façades laté- métallique est revêtue d’une peinture intumescente.

11
Halle d’exposition Gétaz Romang, Etoy

Dans le patio central, en plus


de la présence rafraichissante
d’arbres, un dispositif de lames
brise-soleil fixes en bois per-
met de limiter les effets de la
surchauffe estivale.

La toiture est constituée de tôles profilées trapézoïdales


perforées prenant appui sur les portiques. Insérées
entre les ondes des tôles, des bandes d’isolation font
office d’absorbant phonique. Elles sont recouvertes
d’une barrière vapeur, de deux couches croisées de
laine de roche et d’un lé d’étanchéité en PVC soudé.
L’enveloppe des façades est et ouest, constituée de
profils de revêtement en acier, comprend une isola-
tion thermique, une feuille coupe-vent et un lattage
assurant une bonne ventilation de la façade. Le revête-
ment extérieur fait appel à des plaques modulaires
clipées en fibro-ciment de couleur orange.

Plan de l’étage, échelle 1: 1000

Un des box d’exposition en


structure aluminium monté sur
roulettes. Ces modules mobiles
recoivent les aménagements de
cuisines et de salles de bains.

Plan du rez-de chaussée, échelle 1: 1000

12 steeldoc 01/10
1 1

1 2 1

Coupe longitudinale, coupe transversale,


échelle 1: 500
1 2 1
1 Espace d’exposition
3 2 Atrium
3 Parking semi-enterré

Le meuble de réception qui


regroupe l’accueil des visteurs
et la cafétéria reprend la géo-
métrie, la couleur et l’image de
la halle d’exposition.

13
Halle d’exposition Gétaz Romang, Etoy

21

3 13

19
5 2
14 12 9
18
15 6 10

7 20

11 22

16
Coupe de façade avec galerie, échelle 1: 20

1 Composition de la toiture:
24 Lés synthétiques, polyoléfine
6 23 Isolation 2 x 100 mm
Pare-vapeur
Tôle à ondes trapézoïdales à âmes perforées 153/280 mm,
remplies de laine minérale (acoustique)
2 HEA 1/2 160
17 8 3 Acier plat 5 mm formant acrotère
4 Couvertine en aluminium 2 mm
5 Cadre en treillis, tube d’acier Ø 133/17,5 mm
6 Cadre en treillis, tube d’acier Ø 133/5,6 mm
7 Cadre en treillis, tube d’acier Ø 133/10 mm
25 8 Cadre en treillis, tube d’acier Ø 133/12,5 mm
9 Traverse, tube d’acier Ø 133/10 mm
10 Barre de treillis, tube d’acier Ø 76,1/14,2 mm
11 Barre de treillis, tube d’acier Ø 76,1/4 mm
Les façades nord et sud sont 12 Barre de treillis, tube d’acier Ø 76,1/10 mm
entièrement vitrées. Elles 13 Traverse, tube d’acier Ø 101,6/4 mm
présentent une inclinaison 14 Contreventement de la toiture, tube d’acier Ø 101,6/5 mm
négative qui contribue à limiter 15 Profilé de façade creux en acier 120/80/8 mm
la pénétration du soleil dans 16 Traverse de façade 80/80/5 mm avec profilé de serrage
le bâtiment en été. 17 Verre de sécurité feuilleté 2 x 10 mm +
espace intermédiaire 16 mm + verre flotté 10 mm
18 Profilé de façade creux en acier 120/60/5 mm
19 Traverse de façade 60/60/5 mm avec profilé de serrage
20 Verre flotté 10 mm + espace intermédiaire 16 mm +
verre flotté 10 mm
21 Lamelles pare-soleil en bois 250/30 mm
22 Plancher mixte acier-béton 120 mm
26 23 HEA 1/2 200
24 Acier plat 15 mm
25 Dalle en béton armé 280 mm
26 Poteau en béton armé Ø 240 mm

14 steeldoc 01/10
Confort estival et économies d’énergie
La conception de la nouvelle halle, dictée par la vo-
lonté de limiter l’impact de cette dernière sur l’envi-
ronnement, a conduit à l’obtention du label Minergie.
Les excavations ont été réduites au minimum, et les
terres déplacées ont été intégrées dans les aménage-
ments extérieurs. Pour améliorer l’isolation thermique
du radier du niveau supérieur, l’empierrement a été
remplacé par des boulets en verre cellulaire qui font
également office de couche drainante.

La présence de l’atrium, véritable poumon du bâti-


ment, a permis de mettre en place une régulation
thermique naturelle pour la saison chaude. En plus
de l’ombrage naturel créé par le patio, la fraîcheur
naturelle de ce dernier est récupérée durant la nuit
et introduite dans la halle par effet de convection afin
de rafraîchir cet espace. En complément, durant les
journées les plus chaudes, un système de brumisation
situé au dessus des portes d’accès permet d’abaisser
la température de l’espace d’exposition. (ac)

Lieu Littoral Parc, Etoy, VD, Suisse


Maître d’ouvrage Gétaz Romang SA, Etoy
Architectes Alain Porta architecte EPFL-SIA, Lausanne Le pilier en treillis du portique
Wurlod architectes, Pully (direction des travaux) d’angle est réalisé en tubes
Ingénieurs CSD Ingénieurs Conseils SA, Lausanne ronds soudés. Les deux
Construction métallique Morand & Fils SA, La Tour-de-Trême travées ad jacentes sont stabi-
Poids de l’acier 170 t lisées dans le plan vertical
Système porteur Portiques triangulés poutres à treillis par des doubles diagonales
en tubes d’acier croisées (croix de St-André)
Charactéristiques Surface construite 4 700 m 2, surface utile superposées.
3 000 m 2, volume bâti 39 000 m 3, dimension 85 / 48 / 11 m,
atrium 52 / 15 m
Coûts de la construction CHF 290.–/m 3 SIA
Durée des travaux 2008–2009
Achèvement juin 09
Protection incendie Structure mezzanines recouverte
de peinture intumescente
Standard énergétique Minergie

A gauche, les portiques trian-


gulés préfabriqués en trois
éléments sont assemblés sur
le chantier et boulonnés dans
la dalle du rez.
A droite, des plaques profilées
métalliques trapézoïdales
constituent le revêtement por-
teur de la toiture. Elles sont
perforées pour recevoir des
bandes d'absorption phonique.

15
Musée Dornier, Friedrichshafen

Quand l’esprit pionnier s’expose

Maître d’ouvrage
Fondation Dornier pour la navigation aérienne et spatiale, Munich

Architectes
Allmann Sattler Wappner Architekten, Munich

Ingénieurs
Werner Sobek Ingenieure, Stuttgart

Année de construction
2009
Situation, échelle 1: 5000

Le musée de Friedrichshafen est dédié à Claude Dornier, le fondateur de la


société du même nom, et aux exceptionnelles avancées qu’on lui doit dans le do-
maine de la technologie aéronautique. Le fait que le musée borde la piste de
l’aéroport régional permet non seulement de présenter les progrès techniques
accomplis dans un environnement adéquat, mais a aussi inspiré la forme du
bâtiment.

Avec son architecture industrielle, le musée ne se delà des façades projettent leur ombre sur les blan-
distingue guère, de loin, des autres bâtiments de l’aéro- ches surfaces incurvées et confèrent à l’ouvrage un
port. Seules ses façades concaves, résultant de la super- étonnant dynamisme.
position de la halle et du bras nouvellement ajouté
à la piste, rompent avec l’image familière d’un hangar Un concept tout en contrastes
à avions. Les parties de toiture qui s’avancent au- Du côté sud, une paroi détachée, reliée à la halle
d’exposition par les poutres en porte-à-faux de la toi-
ture, forme une zone d’entrée couverte. Passant
devant la réception, la cafétéria et la boutique du mu-
sée, le visiteur accède par un escalier hélicoïdal au
volume d’exposition sur pilotis qui se dresse dans
la halle. Des salles à l’aménagement chaque fois diffé-
rent présentent de façon vivante l’histoire de l’entre-
prise aéronautique Dornier et les développements
technologiques qu’on lui doit. Le visiteur quitte ensui-
te le volume fermé et rejoint la galerie qui longe la
courbe de la façade et surplombe la halle baignée de
lumière. De là, on bénéficie d’un excellent aperçu
des modèles historiques exposés, disposés dans la halle
comme autant de sculptures. A l’extrémité de la
galerie, un ascenseur et un escalier permettent de re-
gagner le rez-de-chaussée. La piste de l’aéroport se
prolonge dans la halle à travers la façade ouest, dont
les vitrages teintés peuvent s’ouvrir sur toute la lar-
geur du bâtiment.

Après le coucher du soleil, c’est le


bâtiment lui-même qui est mis en
scène: une installation lumineuse
de James Turell éclaire le bâtiment
dans des couleurs changeantes.

16 steeldoc 01/10
Du côté nord, la longue courbe
de la façade forme une grande
terrasse couverte par le toit
en porte-à-faux, depuis laquelle
les visiteurs peuvent regarder
6 6
les avions décoller et atterrir.
8

Coupe longitudinale, échelle 1:1000

Plan de l’étage supérieur, échelle 1:1000

1 Porche
2 Entrée
3 Hall
4 Cafétéria
4 5 Boutique
6 Volume d’exposition sur pilotis
7 Galerie
8 Halle d’exposition
9 Cinéma
3
5
8

9
1

Plan du rez-de-chaussée, échelle 1:1000

17
Musée Dornier, Friedrichshafen

Une scène discrète


La structure porteuse de la halle se compose de profi-
lés d’acier. Le plafond présente un entrecroisement,
sur plusieurs plans, de poutres primaires et secondai-
res, luminaires et autres installations techniques.
Le fait que tous ces éléments aux fonctions et aux
modes d’assemblage différents soient peints en blanc
estompe cependant leur hiérarchie. Les poteaux
des façades, la galerie et la face inférieure du volume
d’exposition sur pilotis sont d’ailleurs également
peints en blanc. La lumière entre de tous les côtés, ce
qui produit une atmosphère sereine et lumineuse.
Neutre, discrète, la structure est en fait conçue pour
servir de scène à l’exposition. Les façades longitudi-
La structure est aussi visible nales, incurvées, se composent de plaques translucides
dans les salles du volume d’ex- en polycarbonate. Pour réduire le rayonnement so-
position sur pilotis. Ici, le pla- laire, une trame à points a été appliquée sur la façade
fond se compose d’une grille
sud. Le système de montage des plaques, qui vont
de poutres.
de sol à plafond, a permis de renoncer à des montants

Avec sa structure et son plafond


blancs, son sol en béton gris
et ses façades translucides,
le bâtiment s’efface au profit
des modèles exposés.

18 steeldoc 01/10
et traverses extérieurs. Selon l’angle sous lequel on
les regarde, les façades longitudinales se présentent
tantôt comme des filtres, qui ne laissent transparaître
que de façon floue ce qui se passe à l’intérieur, tan-
tôt comme des miroirs réfléchissant la piste de l’aéro-
port. Avec leurs châssis foncés et leurs vitrages
pare-soleil, en revanche, les façades est et ouest
jouent plutôt le rôle de portes.

Grandes portées
Les éléments porteurs verticaux suivent la courbe des
façades sur toute la longueur du bâtiment, qui est de
112 mètres au total. Quant à la largeur de la halle,
elle varie entre 32,74 et 36,80 mètres. Dans le sens
longitudinal, l’espace entre poteaux est de quatre mè- L’étroit vide qui sépare la
tres; dans le sens transversal, il s’adapte aux courbes galerie du volume d’exposition
décrites par les façades nord et sud et par la galerie. sur pilotis permet au visiteur
d’apprécier d’emblée la hauteur
Constitués de profilés en I soudés dont les ailes et
de la halle d’exposition.
l’âme forment un angle variable, les poteaux présentent
des dimensions de 650 x 360 millimètres au niveau
des façades nord et sud et de 360 x 360 millimètres sismique 2, la question revêtait une importance non
au niveau de la galerie. négligeable. Afin d’assurer une meilleure reprise des
charges horizontales, les poteaux de la galerie ont été
Pour ne pas entraver l’accès au hangar et ménager prolongés jusqu’à la toiture, de manière à réaliser
la hauteur de passage requise, qui était de neuf mètres, la seconde travée susmentionnée. Pour que le volume
la stabilité de la halle est assurée, dans le sens trans- d’exposition sur pilotis puisse être démonté en cas
versal, par des portiques à deux articulations, aug- de transformation, il possède sa propre structure por-
mentés d’une seconde travée du côté sud. Dans le teuse, composée de grilles de poutres et de poteaux
sens longitudinal, l’ouvrage est stabilisé par des pendulaires. Ce «bâtiment dans le bâtiment» est stabi-
contreventements. Le bâtiment se trouvant en zone lisé par un noyau en béton armé.

Isométrie de la charpente métallique.

19
Musée Dornier, Friedrichshafen

2
6

5 7

Disposées au pied des poteaux


de la galerie, des vitrines de
couleurs fournissent des infor-
Coupe à travers la façade et la galerie, échelle 1: 50
mations sur les technologies
aéronautiques et l’usage qui en
1 Composition de la toiture:
est fait dans d’autres domai- 9 10
Etanchéité
nes, comme la fabrication d’ap-
Isolation 120 mm
pareils et accessoires médi-
Pare-vapeur
caux.
Tôle à ondes trapézoïdales remplies d’isolation,
hauteur 158 mm
2 Poutre (traverse de portique),
profilé IPE soudé 1100/360 mm 6
3 Poutre de rive, profilé en ⌱ 160/120 mm,
auquel est soudé un acier plat 165/10 mm
4 Poutre en porte-à-faux, profilé en ⌱ soudé, hauteur variable, 11
largeur 360 mm, avec plaque d’assemblage 30 mm
boulonnée au poteau de façade 12
5 Poteau de façade, profilé en ⌱ soudé 650/360 mm,
avec ailes et âme non orthogonales
6 Contreventement, acier rond Ø 34 mm et Ø 40 mm
7 Poteau, profilé 360/360 mm
8 Composition du plancher de la galerie: Plancher mixte
acier-béton 160 mm (tôle à ondes trapézoïdales 70 mm)
9 Poutre ajourée 600/360 mm
10 Faux plafond, caillebotis revêtu d’une couche
de protection, hauteur 25 mm
11 Traverse de façade, profilé creux en acier 120/60 mm 13 14
12 Plaque de polycarbonate à âme double 40 mm,
sertie dans un châssis alu, impression anti-UV
13 Plaque de base en acier 50 mm
14 Composition du sol de la halle:
Granulat dur 5 mm
Chape 25 mm
Dalle en béton armé 290 mm

20 steeldoc 01/10
Concept climatique et énergétique Lieu Claude-Dornier-Platz 1, Friedrichshafen, Allemagne
La régulation du climat ambiant est assurée par un Maître d’ouvrage Fondation Dornier pour la navigation
aérienne et spatiale, Munich
système de chauffage et de réfrigération intégré à
Architectes Allmann Sattler Wappner Architekten GmbH,
la dalle de sol, ainsi que par la ventilation naturelle de Munich; Frank Karlheim (direction de projet)
la halle. Des systèmes supplémentaires, tels que Ingénieurs Werner Sobek GmbH & Co. KG, Stuttgart
convecteurs noyés dans le sol et panneaux de plafond Conception de l’exposition Atelier Brückner GmbH, Stuttgart
Conseil en énergie Transsolar Energietechnik GmbH, Munich
rayonnants, permettent une régulation optimale dans
Construction métallique Friedrich Bühler GmbH & Co. KG,
les différentes zones de la halle. Le système de chauf- Altensteig
fage et de réfrigération fonctionnant à basse tempé- Poids de la construction métallique env. 880 t
rature, il se prête à une exploitation efficace des sour- Qualité de l’acier S355 J2 G3
Système porteur portiques à deux articulations, contreventement
ces d’énergie locales. L’élément central est ici le
au niveau de la toiture et des façades longitudinales;
champ géothermique que composent les 81 sondes volume d’exposition sur pilotis: grilles de poutres en acier et
installées sous le bâtiment. Ce système permet d’as- poteaux pendulaires, noyau stabilisateur en béton armé
surer la climatisation du musée sans production Caractéristiques dimensions de la halle:
112 / 54,25 / 10,20 m; volume d’exposition sur pilotis: 36,90 /
mécanique de froid, à l’exception des jours de cani-
23 / 8,50 m; surface utile 5 000 m 2, dont 1 400 m 2 pour
cule, et de réduire les émission de CO2 d’environ le volume d’exposition sur pilotis et la galerie
50 pour cent par rapport à un concept traditionnel. Coûts de construction 15 millions d’euros
Durée des travaux 18 mois
Achèvement juillet 2009
Protection incendie peinture intumescente F30
Concept énergétique climatisation assurée par des sondes
géothermiques et un système de chauffage et de réfrigération Pour permettre le passage des
surfacique modèles à exposer, la porte
pliante s’ouvre sur toute la lar-
geur de la halle.

21
Salle de sport «Esplanade», Bienne

Une enveloppe pour le corps et l’esprit

Maître d’ouvrage
Ville de Bienne

Architectes
GXM Architekten, Zurich Situation, échelle 1: 5000

Ingénieurs
Dr. Deuring + Oehninger, Winterthour

Année de construction
2009

«Tous les corps sont permis», peut-on lire sur la façade d’entrée de la nouvelle Conçue comme un toit en sheds, la construction mé-
salle de sport «Esplanade» à Bienne – une déclaration qui dit bien à quel point le tallique est entièrement revêtue de tôle d’aluminium.
lieu se veut ouvert et vivant. La halle est couverte par une construction en acier Sur deux côtés, le volume du toit dépasse de quel-
de grande portée, qui confère à l’espace un caractère léger et lumineux. ques mètres le soubassement en béton du complexe,
de manière à former un généreux espace d’entrée
A Bienne, les salles de gymnastique manquaient. Il y couvert. Depuis l’esplanade, un large escalier extérieur
avait de la place pour en construire dans un quartier mène au niveau supérieur. Ce sont jusqu’à 800 spec-
protégé du centre-ville, où se trouvait autrefois l’usine tateurs qui peuvent prendre place à l’étage et sur
à gaz. On y trouve encore la caserne des pompiers, les tribunes. La partie en porte-à-faux abrite le hall,
le garage central et quelques vieux ateliers, en partie lequel s’étend sur toute la longueur du bâtiment et
utilisés pour des projets culturels. La nouvelle salle donne vue aussi bien sur la place urbaine que sur la
de sport «Esplanade» occupe le centre de ce secteur tour de la caserne. C’est depuis cet espace tout en
en redéveloppement. Aussi a-t-on veillé à ce que longueur que l’on accède aux gradins.
le grand volume s’intègre harmonieusement dans ce
contexte à caractère industriel.

La devise inscrite à l’entrée


de la halle indique que celle-ci
est placée sous le signe de
l’ouverture.

22 steeldoc 01/10
Le toit en sheds procure un
éclairage abondant. Avec leurs
35 mètres de longueur, les
poutres en acier franchissent
aisément la triple salle de sport.

L’ensemble des locaux de service tels que vestiaires,


pièces d’eau, locaux techniques et accès pour les
sportifs se trouvent dans le socle ou au sous-sol. Dans
l’étroit couloir à double hauteur d’où les sportifs ac-
cèdent à la salle par trois escaliers, on est pris de
sentiments grisants. La halle peut être subdivisée en
trois salles de sport séparées. La tribune fixe compte
610 places, la tribune télescopique 190.

Une lumière abondante


Le volume du toit se détache visuellement du soubas-
sement massif par un étroit bandeau vitré. Reposant
sur le socle en béton, la construction en acier franchit
sans appuis intermédiaires toute la profondeur du
bâtiment. Les neuf bandeaux vitrés des sheds procu-
rent un éclairage uniforme et non éblouissant. Des
poutres en treillis d’environ 35 mètres de long fran-
chissent la halle dans le sens de la largeur. Ces poutres
reposent, à une extrémité, sur les poteaux de la faça-
de et, à l’autre, sur les voiles de béton disposés le long
de la paroi arrière de la tribune. Ici, les poutres pré-
sentent un porte-à-faux de près de huit mètres, au-
quel est suspendu le plancher mixte du hall, composé
de tôle Holorib et de béton armé. Le fait d’avoir
suspendu ce plancher au-dessus du site des pompiers
a permis de ne pas interrompre l’exploitation de la
caserne. La stabilité de la halle est assurée par les
deux voiles de béton placés de part et d’autre de la tri-
bune, par la paroi arrière de cette dernière ainsi que
par des contreventements en toiture. La salle de sport
étant considérée comme un bâtiment à un niveau
avec mezzanine, les mesures de protection incendie
se réduisaient au minimum.

23
Salle de sport «Esplanade», Bienne

Standard Minergie aisément atteint


La salle de sport «Esplanade» remplit les exigences
du standard Minergie. En matière de production de
chaleur, une pompe à chaleur prélève celle des eaux
souterraines, et celle de l’eau des douches est récu-
pérée. Les gaines de ventilation sont intégrées à la
structure, tandis que les luminaires de la salle ont été
spécialement dessinés pour pouvoir être logés dans
les nervures de la tôle trapèze. Les bandeaux vitrés,
dotés d’un dispositif de régulation de la lumière
naturelle, sont posés au nu de la sous-face de la toi-
ture et garantissent un éclairage homogène, non
éblouissant et économe en énergie. (ef)

5 1
7 3

Coupe longitudinale, échelle 1: 800


a a

1 Entrée spectateurs
2 Foyer 3
3 Tribunes
5
4 Local à matériel
5 Salle, subdivisable en trois 7
6 Entrée sportifs
7 Vestiaires, locaux techniques Coupe transversale, échelle 1: 800 Plan de l’étage, échelle 1: 800 b

4
6

a a
5

Plan du rez-de-chaussée, b
échelle 1: 800

24 steeldoc 01/10
Le concept chromatique adopté
joue sur les contrastes: gris
pour le béton, bleu pour l’acier
et vert pastel pour les sols.
1

1
5 2 7 2 3 4
2
3 4

3
2 2

5 3 8 9

6 2
Coupe de détail, échelle 1: 50

1 Composition de la toiture
Lieu Silbergasse 54, Bienne, Suisse Revêtement en aluminium
Maître d’ouvrage Commune municipale, Direction des travaux Isolation 180 mm
publics, Département des constructions Etanchéité vapeur
Architectes GXM Architekten GmbH, Zurich, Tôle à ondes trapézoïdales à âmes perforées 106 mm
Alexandra Gübeli & Yves Milani remplies de laine minérale (acoustique)
Ingénieurs Dr. Deuring + Oehninger AG, Winterthour 2 HEA 240
Construction métallique Jakem AG, Münchwilen 3 IPE 240
Types d’acier mis en oeuvre fermes en treillis S355, 4 Acier plat 100/30 mm
autres éléments S235 5 Contreventement, profilé en L 80/80/10 mm
Poids de la construction métallique 242 tonnes 6 Tuyau de ventilation Ø 225 mm
Système porteur construction poteaux-fermes avec 10 7 Poutre en croupe HEA 240 avec bride comme appui
porte-à-faux sur un côté des tôles à ondes trapézoïdales
Préfabrication fermes en treillis (en deux parties) 8 Composition de la façade
Caractéristiques emprise au sol: 53,70 / 43,29 m; Revêtement en aluminium
surface brute de plancher: 3 690 m2; surface utile 3235 m 2; Contre lattage ventilation 170 mm
volume bâti: 28 110 m 3; Isolation 60 mm
Coûts de construction 478 CHF/m 3 Cassette pour bardage 120/600 mm, epaisseur 1 mm,
Durée des travaux 20 mois isolation thermique, étanchéité vapeur
Achèvement juillet 2009 9 Tôle à ondes trapézoïdales perforée 40 mm
Protection superficielle sablage, couche de fond 80 mm sur profilé en Z remplie de laine minérale (acoustique) 50 mm
(éléments non visibles), couche de finition 80 mm 10 Poteau HEB 200
(éléments visibles) 11 11 Composition du socle
Protection incendie pas nécessaire Béton apparent à l’extérieur 220 mm
(construction métallique à un niveau) Isolation thermique 120 mm
Standard énergétique Minergie Béton apparent à l’intérieur, portant 250 mm

25
Fundamenta

Halles en acier

La construction métallique se prête on ne peut mieux à l’édification de halles et 1.2 Jarrets (contreventement)
de bâtiments industriels. Grandes portées, flexibilité et économie sont autant La rigidité des angles des portiques est souvent augmen-
d’avantages qu’elle offre au niveau de la conception, de la réalisation et de l’ex- tée au moyen de jarrets. Les portiques étant stables
ploitation. Le présent article propose un aperçu des principaux critères à dans leur propre plan, ils permettent d’éviter que des
prendre en compte lors de l’élaboration de la structure porteuse d’une halle. éléments de contreventement supplémentaires n’empiètent
sur l’espace franchi, et leur construction est plus légère.
Un bâtiment industriel doit avant tout être économique et
fonctionnel. Il existe néanmoins d’innombrables possibilités 1.3 Stabilité
de construire une halle. Souvent, les halles de production Dans la plupart des cas, la stabilité de la structure hors du
contribuent aussi à l’image des entreprises. Architectes et plan des portiques doit être assurée par des éléments supplé-
ingénieurs disposent de tout un éventail de solutions pour mentaires, tels que pannes et câbles ou barres de con -
concrétiser leurs idées et répondre aux exigences fonc- treventement. En cas d’utilisation de tôle à nervures trapé-
tionnelles. zoïdales, le contreventement de toiture peut être assuré
sans éléments supplémentaires. Murs résistants au ci-
Une halle en acier offre, en matière de flexibilité et saillement, noyaux massifs et poteaux encastrés sont autant
d’adaptabilité, tout une série d’avantages: d’autres éléments permettant de garantir la stabilité gé -
• Elle peut être facilement et à moindre frais agrandie nérale d’une halle.
dans les deux directions.
• La structure peut être renforcée localement, 1.4 Variantes
en fonction des besoins. Portiques simples (ill. 2)
• Des ouvertures peuvent être pratiquées après-coup. Pour les portiques simples, les caractéristiques suivantes
• Installations et conduites sont faciles à intégrer et se sont révélées les plus économiques et peuvent donc
toujours accessibles. servir de points de repère lors des premières phases de
• Si les assemblages se font par boulonnage, conception:
comme c’est en général le cas, le montage et • Portées entre 15 et 50 mètres (celles de 25 à 35 mètres
le démontage s’effectuent à moindre frais. sont les plus économiques)
• Grâce à la séparation entre structure porteuse et • Hauteurs à la corniche entre 5 et 10 mètres
installations, ainsi qu’au recyclage de l’acier, (celles de 5 à 6 mètres sont les plus économiques)
le processus de démolition et d’élimination est • Pentes de toiture entre 5 et 10 degrés
très respectueux de l’environnement. • Ecartement des portiques entre 5 et 8 mètres
(l’écartement augmente en général avec la portée)
• Selon les exigences: jarrets au niveau des angles
Structures de halles (ill. 1) de cadre et du faîtage.
Les principes de conception suivants n’offrent qu’un aper-
çu sommaire des solutions architecturales et constructives Portiques avec mezzanine (ill. 3)
envisageables, et se limitent aux situations les plus cou- Il est possible de ménager des surfaces de bureaux en dis -
rantes. posant un plancher intermédiaire sur tout ou partie de la
halle. Une telle mezzanine peut être conçue de manière à
1 Structures à portiques stabiliser les portiques. Le fait d’utiliser une halle pour divers
Dans la plupart des pays européens, les structures à types d’activité pose des exigences particulières en
portiques sont de loin les plus répandues, car leur fonc- matière de structure, de sécurité incendie et d’isolations
tionnement statique est adapté aux exigences que doit thermique et phonique.
remplir une halle. Il s’agit en général de constructions
à un niveau, composées de montants et de traverses Portiques avec pont roulant (ill. 4)
horizontales ou obliques, dont les assemblages sont rigides. Les ponts roulants occasionnent des charges verticales
supplémentaires ainsi que des efforts horizontaux consi-
1.1 Pieds des montants dérables, qui influent en particulier sur la section des
On privilégie en général les montants à pieds articulés, montants.
car ils nécessitent des fondations plus modestes que les • Les ponts roulants présentant une capacité de charge
montants à pieds encastrés. En outre, ces derniers requiè- assez faible (jusqu’à 20 tonnes environ) peuvent être
rent des assemblages sophistiqués, plus chers à réaliser, posés sur des consoles fixées aux montants.
raison pour laquelle on y recourt surtout lorsque doivent • En cas de capacité de charge plus importante, il est
être repris d’importants efforts horizontaux. Par contre, indiqué de prévoir des poteaux supplémentaires,
les montants à pieds articulés confèrent aux portiques solidaires des montants des portiques.
une rigidité moindre et impliquent donc la mise en œuvre • Pour le bon fonctionnement du pont roulant, il peut se
d’une plus grande quantité d’acier. révéler nécessaire de recourir à des tirants ou à des

26 steeldoc 01/10
Structures à portiques

Portiques encastrés* Portiques à deux articulations


avec pannes

Portiques à treillis
à trois membrures Portiques haubanés

Structures à poteaux
et poutres maîtresses

Halle sans pannes* Halle avec pannes

Poutres sous-tendues
Poutres à treillis et pannes et pannes

Structures à arcs

Arcs à trois articulations


Arcs sur poteaux
avec pannes

Arcs en treillis
Arcs en treillis sur poteaux

Structures bi- et
tridimensionnelles

Grille de poutres sur


poteaux encastrés Grille de poutres haubanée

Treillis tridimensionnel sur


poteaux encastrés Treillis tridimensionnel cintré

Ill. 1: Systèmes porteurs envisageables pour les halles en acier * par exemple avec une couverture propre à assurer le contreventement
* de la structure

27
Fundamenta

poteaux encastrés, de manière à limiter les déforma- 2.1 Poteaux à pieds articulés
tions horizontales à la hauteur des rails. Dans les structures à poteaux et poutres les plus simples,
les poteaux sont principalement soumis à des efforts
Portiques à traverse cintrée (ill. 5) normaux. Leur section peut ainsi être réduite, ce qui accroît
On recourt souvent à des portiques à traverse cintrée pour d’autant la surface utile de la halle. Les poutres maîtres-
des raisons architecturales. Les traverses peuvent être ses sont soumises à des moments de flexion plus impor-
cintrées à froid, mais il peut se révéler nécessaire, lors- tants que les traverses des portiques, ce qui requiert
qu’elles atteignent plus de 16 mètres, de les segmenter des sections plus grandes. Les assemblages articulés
en vue du transport. Le détail des assemblages doit étant plus faciles à réaliser que les assemblages rigides,
alors faire l’objet d’un soin particulier. ils occasionnent de moindres coûts.

Portiques avec montant intermédiaire (ill. 6) Pour permettre à la structure de reprendre les efforts
Si la portée des portiques dépasse 30 mètres, l’ajout d’un horizontaux, des éléments de contreventement sont
montant intermédiaire permet de réduire la section des nécessaires dans les deux directions et ce, aussi bien au
traverses et la poussée horizontale qui s’exerce au pied niveau de la toiture que des murs. Aussi recourt-on sur-
des montants latéraux. On limite ainsi les coûts tant tout à ce type de structures dans le cas de halles fermées.
au niveau de la structure métallique que des fondations. Le contreventement doit être réalisé dès la phase de
montage, ce pour quoi on emploie parfois des éléments
Portiques «à la Mansart» (ill. 7) de contreventement provisoires.
Dans de tels portiques, la traverse se compose de plusieurs
segments. Cette solution se révèle appropriée lorsque de 2.2 Poteaux encastrés
grandes portées sont requises, mais que la hauteur à la Pour pouvoir encastrer les poteaux, il faut que le terrain
corniche de la halle doit être réduite au minimum. Lorsqu’il soit de bonne qualité, car cette exécution génère des
s’agit de limiter les déformations au niveau de la corniche, moments de flexion supplémentaires. Si les poteaux ne
le recours à des portiques «à la Mansart» dotés de tirants sont soumis qu’à de faibles efforts normaux, les fonda-
peut représenter une solution économique. tions requises peuvent se révéler non économiques. Dans
les grandes halles équipées de ponts roulants à forte
capacité de charge, les poteaux peuvent être conçus sous
2 Structures à poteaux et poutres maîtresses la forme de treillis.
Le système porteur le plus simple se compose de poteaux
et de poutres maîtresses, le cas échéant complétés Lorsque les poteaux sont encastrés, les poutres maîtresses
par des pannes et des éléments de contreventement. La sont soumises à des moments de flexion plus importants
conception des assemblages entre poteaux et poutres que les traverses des portiques à deux articulations, et
ainsi que celle des pieds de poteaux peut être adaptée à les déformations latérales sont plus grandes aussi. Les
chaque situation. avantages d’un tel système résident dans son insensibilité

8m 8m
6m

25 – 30 m 8m 9m 8m 25 m

Ill. 2: Portiques simples à deux Ill. 3: Portiques avec mezzanines Ill. 4: Portiques avec pont roulant
articulations (jarrets si nécessaire) sur consoles

6m 6m 6m

25 – 30 m > 30 m 40 m

Ill. 5: Portiques à traverse Ill. 6: Portiques à montant Ill. 7: Portiques «à la Mansart»


ajourée cintrée intermédiaire

Divers exemples de structures à portiques

28 steeldoc 01/10
aux tassements et dans le fait qu’il est stable immédiate- 4.1 Structures planes et courbes
ment – à condition bien sûr que les poteaux soient encas - Parmi les structures bi- et tridimensionnelles, on distingue
trés dans les deux directions. entre les structures planes et les structures courbes. Les
premières sont en général sollicitées en flexion, tandis que
les secondes peuvent être conçues comme des structures
3 Structures à arcs travaillant en flexion, en compression ou en traction. Les
Du point de vue de la relation entre portée et quantité de structures travaillant en compression présentent la plupart
matériau mise en œuvre, les structures à arcs représen- du temps une courbure convexe, celles travaillant en trac-
tent des systèmes porteurs particulièrement performants. tion une courbure concave. Parmi les structures sollicitées
Leur fonctionnement statique favorable permet de fran- en flexion, on distingue entre les grilles de poutres et les
chir de manière économique des portées considérables. treillis tridimensionnels. Une grille de poutres se compose
La manière dont les arcs reprennent et transmettent les de poutres entrecroisées, dont les assemblages sont rigi-
efforts conduit à des structures architecturalement intéres - des. Dans le cas des grilles de poutres à treillis, ce sont
santes, qui expriment l’état d’équilibre, propre aux arcs, des poutres à treillis planes qui s’enchevêtrent.
entre efforts de traction et de compression.
4.2 Reprise des charges
3.1 Caractéristiques statiques Une structure bi- ou tridimensionnelle n’est vraiment effi-
La principale caractéristique statique d’un arc «idéal» est cace que si elle est sollicitée de manière uniforme dans
qu’il assure la reprise des charges verticales sans moment toutes les directions. Si tel n’est pas le cas, l’une d’elle –
de flexion. Dans un tel arc, qui présente la forme d’une la plus courte – fonctionnera comme direction principale,
parabole, une charge verticale uniformément répartie ne l’autre comme direction secondaire. Dans le cas d’une
génère que des contraintes de compression. Ce cas grille de poutres, c’est lorsque les poteaux sont disposés
de figure idéal se présente toutefois rarement dans la ré- selon une trame carrée que les charges sont reprises de
alité. En effet, des charges ponctuelles ou non uniformes, façon tout à fait uniforme. Si les poutres n’ont pas la
dues par exemple au vent ou à la neige, sollicitent en gé- même longueur dans les deux directions, celles-ci seront
néral aussi la structure en flexion. sollicitées de manière inégale.

3.2 Réactions d’appui et conception des appuis


Les efforts normaux qui s’exercent dans l’axe d’un arc se 5 Contreventement
décomposent, au niveau des appuis, en une composante En principe, toute halle doit être contreventée dans les di-
horizontale et une composante verticale. Plus l’arc est rections longitudinale et transversale. Les mesures à
aplati, plus la composante horizontale est importante. Ces prendre au niveau de la toiture et des murs dépendent de
forces horizontales sont reprises par des fondations la structure choisie. Les structures à portiques et à arcs
conçues en conséquence ou par des tirants, lesquels sont sont stables dans la direction transversale et ne requièrent
la plupart du temps noyés dans le radier. dès lors des contreventements supplémentaires que dans
la direction longitudinale. Les structures à poteaux et pou-
Les arcs peuvent présenter des appuis articulés ou en- tres maîtresses et les structures bi- et tridimensionnelles
castrés. La première solution offre au niveau des appuis doivent être contreventées dans les deux directions.
un jeu qui rend l’arc moins sensible aux changements de
charges, aux contraintes dues aux changements de tem- Le contreventement peut être assuré par des voiles, des
pérature et aux tassements du terrain. Les arcs encastrés dalles ou des noyaux rigides, ou par l’encastrement des
étant plus rigides, ils sont plus sensibles à ces phéno - poteaux, des montants de portiques et des arcs. Au niveau
mènes. L’ajout d’une troisième articulation à la clé rend de la toiture et des murs, le contreventement peut être
l’arc isostatique, ce qui permet de minimiser dans une assuré par des éléments massifs (voiles et dalles) ou par
large mesure les contraintes supplémentaires indésirables. des organes de contreventement métalliques (câbles
ou barres). Une couverture en tôle à nervures trapézoïda-
les peut également remplir cette fonction.
4 Structures bi- et tridimensionnelles
Les structures bi- et tridimensionnelles peuvent prendre
des formes très diverses. Toutes ont cependant pour 6 Treillis
point commun de reprendre les efforts de manière aussi Dans les halles de grandes portées, on recourt souvent à
uniforme que possible dans deux ou trois directions, des poutres à treillis. Les deux formes de treillis les plus
grâce à des éléments disposés dans deux ou trois dimen- courantes sont celles composées exclusivement de barres
sions. obliques (treillis en V) et celles composées de montants et

29
Fundamenta

1,5 m 1,5 m 1m

8m 8m 8m

25 m 25 m 25 m

Poutre à treillis en V Poutre à treillis en N Poutre à treillis à membrure


supérieure coudée
2,5 m 2,5 m
1m 1m
1m

8m 8m
6m

25 m 20 m 20 m

Poutre à treillis à membrure Poutre à treillis à membrure supérieure Poutre à treillis à membrure supérieure
supérieure cintrée cintrée et avec porte-à-faux inclinée et avec porte-à-faux

Ill. 8: Divers exemples de halles à poutres à treillis

de diagonales tendues (treillis en N) (ill. 8). Il est aussi 8 Détails, enveloppe, éclairage
possible de concevoir les poteaux sous forme de treillis. On trouvera de plus amples renseignements relatifs à l’éla-
boration des détails, à l’isolation thermique et phonique,
Les treillis permettent d’atteindre une assez forte rigidité, à la protection contre l’humidité, à la construction des murs
tout en minimisant la quantité de matériau mise en œuvre. et toitures ainsi qu’à l’éclairage des halles dans les publi-
Outre leur capacité de franchir de grandes portées, ils se cations [4] à [10].
distinguent par leur finesse et les multiples possibilités
qu’ils offrent de faire passer les conduites techniques à
travers la structure même. 9 Références bibliographiques
[1] Prescriptions suisses de protection incendie AEAI 2003,
Association des établissements cantonaux d’assurance
7 Protection incendie incendie AEAI, Bundesgasse 20, Berne
En 2005 sont entrées en vigueur, en Suisse, les prescrip- [2] Centre suisse de la construction métallique SZS, steeldoc
tions de protection incendie révisées et harmonisées de 02/06, tec 02, Protection incendie des structures –
l’AEAI (Association des établissements cantonaux d’assu- Principes, conception, dimensionnement, SZS, Zurich, 2006
rance incendie) [1]. A de rares exceptions près, elles [3] Centre suisse de la construction métallique SZS, Résistance
s’appliquent à l’ensemble des cantons. Elles garantissent au feu: Exigences, conception et dimensions des structures,
une bonne intégration des exigences de protection in - Cahier technique M1, SZS, Zurich, 2005,
cendie lors de la conception, l’égalité de traitement des www.szs.ch/publications.html (téléchargement gratuit)
personnes concernées et une application simple. [4] Centre suisse de la construction métallique SZS, Hallen aus
Stahl, Planungsgrundsätze für Tragstruktur und Gebäude-
Dans le domaine de la construction métallique, les pres- hülle, Beispielsammlung, Publikation A6, SZS, Zurich, 1998
criptions suisses de protection incendie AEAI apportent [5] Bonne pratiques pour la construction de structures en acier,
quelques simplifications, une plus grande sécurité dans Bâtiments à usage industriel, guide destiné aux architectes,
l’élaboration des projets et de nouvelles possibilités pour concepteurs et constructeurs, Commission européenne,
les architectes. C’est en particulier le cas grâce à des Research Fund for Coal and Steel, Eurobuild in Steel, Tech-
solutions basées sur des enduits ignifuges, sur des sprin- nische Universität Dortmund, 2008
klers ou sur une combinaison des deux, ainsi que grâce [6] Centre suisse de la construction métallique SZS, steeldoc
à des scénarios d’évaluation. Ces différents concepts 01/06, tec 01, Concevoir et construire – Bases conceptuel-
et scénarios doivent être élaborés d’entente avec les autori- les des charpentes métalliques, SZS, Zurich, 2006
tés de protection incendie. [7] Kocker R., Möller R., Typenhallen aus Stahl, bauforumstahl
e.V., Düsseldorf, 2009 (www.bauforumstahl.de)
S’agissant des halles, il est important de savoir qu’en Suisse, [8] Bauen mit Stahl, Dach- und Wandkonstruktionen im
les constructions et installations à un seul niveau ne Hallenbau, Dokumentation 609, Düsseldorf, 2000
sont soumises à aucune exigence de résistance au feu. (www.bauen-mit-stahl.de)
Il en va autrement dans d’autres pays européens. [9] Hirt M. A., Crisinel M., Conception des charpentes métal-
liques, Presses polytechniques et universitaires romandes
On trouvera de plus amples renseignements relatifs à la PPUR, Lausanne, 2005
protection incendie dans steeldoc 02/06 [2] et dans le
tableau synoptique du cahier technique M1 du SZS [3].

30
Impressum

steeldoc 01/10, mars 2010


Halles et enveloppes
Documentation du Centre suisse de la construction métallique

Editeur:
SZS Centre suisse de la construction métallique, Zurich
Evelyn C. Frisch, Directrice

Rédaction:
Evelyn C. Frisch (responsable), Johannes Herold,
Ann Schumacher, SZS, Martina Helzel, circa drei, Munich

Layout:
Martina Helzel, circa drei, Munich

Textes:
Evelyn C. Frisch (ef), André Carlen (ac), Martina Helzel (mh)

Traduction française:
Léo Biétry, Lausanne

Fotos:
Couverture Salle de sport Gotthelf: Hannes Henz
Editorial: Musée Dornier: Brigida Gonzalez
Salle de sport Gotthelf: Hannes Henz
Halle d’exposition Gétaz Romang: Serge Du Pasquier (page 10,
11 en haut, 12 en bas, 13, 14, 15 en haut); Marco Blessano
(page 11
en bas, 12 en haut); Alain Porta (page 15 en bas)
Musée Dornier: Brigida Gonzalez (page 16, 17, 19, 20, 21);
Dornier Museum/Dieter Mayr (page 18 en haut); Jens Passoth
(page 18 en bas)
Salle de sport Esplanade: Yves André (page 23, 24 en haut, 25);
Hans Ege (page 22); Martin Deuring (page 24 en bas)

Sources: Les informations et les plans ont été fournis par les
bureaux d’études. Dessins en partie retravaillés par Stefan
Zunhamer, circa drei, Munich.
Source pricipale Fundamenta voir références bibliographique [4]
et [5]

Conception graphique:
Gabriele Fackler, Reflexivity AG, Zurich

Administration abonnements:
Giesshübel-Office, Zurich pour SZS

Impression:
Kalt-Zehnder-Druck AG, Zoug

ISSN 0255-3104

Abonnement annuel CHF 40.–/étranger CHF 60.–


Numéros isolés de cette édition CHF 15.–
Sous réserve de changements de prix.

Construire en acier/steeldoc © est la documentation d’architec -


ture du SZS Centre suisse de la construction métallique et paraît
quatre fois par an en allemand et en français. Les membres du
SZS reçoivent l’abonnement ainsi que les informations tech-
niques du SZS gratuitement.

Toute publication des ouvrages implique l’accord des architectes,


le droit d’auteur des photos est réservé aux photographes. Une
reproduction et la traduction même partielle de cette édition n’est
autorisée qu’avec l’autorisation écrite de l’éditeur et l’indication
de la source

31
Stahlbau Zentrum Schweiz
Centre suisse de la construction métallique
Centro svizzero per la costruzione in acciaio

Seefeldstrasse 25
CH-8008 Zurich
Tél. 044 26 1 89 80
Fax 044 262 09 62
info@szs.ch | www.szs.ch

Vous aimerez peut-être aussi