Vous êtes sur la page 1sur 9

Chapitre III

- 20 -

Développements limités

1. Fonctions négligeables et fonctions équivalentes

Soient f et g deux fonctions réelles définies au voisinage de

On désigne par

V

(

x

o

)

un voisinage de

x

o

.

x

o

sauf peut être en

x

o

.

Définition 1.1 On dit que f est négligeable devant g au voisinage de

fonction

définie dans

V

(

x

o

)

telle que :

x

f (x) (x)

g(x) x

V

(

x

o

)

avec

o

et on note: f =o(g) s’il existe une

lim

x x

o

(

x

) 0.

On appelle f = o(g) la notation de Landeau.

Remarque 1.2 Si g ne s’annule pas au voisinage de

f = o(g), au voisinage de

x

o

x

o

alors :

lim

x

x

o

f ( x )

g ( x )

0

Exemple 1.3

Si

,

x

o(x

)

au voisinage de 0.

Proposition 1.4 1) Si f est négligeable devant g au voisinage de

alors la fonction f.h est négligeable devant g.h au voisinage de

x

o

et si h est une fonction définie sur

x

o

.

V (

x

o

)

2) Si f est négligeable devant g au voisinage de

de

x

o

et si h est négligeable devant k au voisinage

x

o

.

x

o

alors la fonction f.h est négligeable devant la fonction g.k au voisinage de

Définition 1.5 On dit que f est équivalent à g au voisinage de

définie dans

V

(

x

o

)

telle que :

f(x) = h(x)g(x) x

V

(

x

x

o

)

o et on note f ~ g s’il existe une fonction h

avec

lim

x

x

o

h x

(

) 1.

Faculté des sciences Ben M’sick

Filière SMPC

- 21 -

Remarque 1.6 Si g ne s’annule pas au voisinage de

f ~g au voisinage de

x

o

x

o

alors :

lim

x

x

o

f

(

x x

) )

g

(

1

Exemple 1.7

sin x ~x au voisinage de 0.

Proposition 1.8 Si f ~g au voisinage de

existe, et si elles existent, ces deux limites sont égales.

x

o

alors

lim

xx

0

g

(

x

)

existe si et seulement si

lim

xx

0

f

(

x

)

Proposition 1.9

quelconque d’équivalences.

On peut prendre le produit, quotient lorsqu’il est défini et une puissance

Remarque 1.10 On ne peut pas additionner ou soustraire des équivalents comme on peut le voir dans l’exemple suivant :

On a

voisinage de 0.

x

~

x x

2

et

x x

3

~x

au voisinage de 0 mais

x

3

n’est pas équivalent à

x

2

au

2. Formule de Taylor et de Maclaurin

Soit f une fonction réelle définie continue sura,

jusqu’à l’ordre n sur que :

a,

b

et que

f

(n)

b.

On suppose que f admet des dérivées

tel

est dérivable sur

a,

b.

Alors il existe ca,

b

f

(

b

)

f

(

a

)

(

b

a

)

f

(

a

)

(

b

a

)

2

2!

f

 ( )

a

(

b

a

)

n

n !

f

(

n

)

(

a

)

(

b

a

)

n

1

(

n

1)!

f

(

n

1)

C’est la formule de Taylor Lagrange et le terme

Lagrange.

1 f

(

b

a

)

n

(

n

1)!

(

n

1)

(

c

)

est appelé reste de

Remarque 2.1

(

c

)

1. Si n = 0 on retrouve le théorème des accroissements finis.

2. Si on prend

f

(

x

)

a 0

et

f

(0)

b x

, la formule de Taylor devient :

xf

(0)

2

x

2!

f  (0)

n

x

n !

C’est la formule de MacLaurin.

f

(

n

)

(0)

n 1

x

(

n

1)!

f

(

n

1)

(

c

)

Exemple 2.2 On écrit la formule de Maclaurin à l’ordre n pour la fonction

On a :

f

(

k

)

(x) e

x

et

f

(

k

)

(0) 1

 

k

n

D’où :

e

x

 

1

x

2

x 2!

n

n

1

x n !

x

(

n

1)!

e

c avec 0 c x.

f (x) e

x

.

3. Développements limités

Faculté des sciences Ben M’sick

Filière SMPC

- 22 -

Définition 3.1 Soit f une fonction réelle définie au voisinage de

que f admet un développement limité à l’ordre n en tels que :

x

o

sauf peut être en

x

o

n

s’il existe des réels

(

x x

o

)

n o

((

x x

o )

n

a

)

o

,

f (

x

)

a

0 a

1

(

x x

o )

a

2

(

x x

o

)

2

a

x

o

. On dit

a ,

1

a

n

Le polynôme P(x) =

régulière du développement limité.

a

0

a (x

1

x

o

)

a

2

(x

x )

o

2

a

n

(x

x )

o

n est appelé la partie

Remarques 3.2

1. On peut aussi écrire le développement limité au voisinage de

f

(

x

)

a

0

a

1

(

x x

o

)

a

2

(

x x

o

)

2

a

n

(

x x

o

)

x

n

o à l’ordre n sous la forme:

(

x x

o

)

n

(

x x

o

)

avec

2. Si f admet un développement limité au voisinage de

égale à

x

x

a

o

o

.

(

x

x

o

)

= 0

lim

x

o

alors elle admet une limite en

x

o

Proposition 3.3

1. Si f admet un développement limité à l’ordre n au voisinage de

2. Si f admet un développement limité à l’ordre n au voisinage de

un développement limité à l’ordre k au voisinage de

x

o

.

x

o

, alors il est unique

x

o et si k n, alors f admet

Propriétés Soit f une fonction admettant un développement limité à l’ordre n au voisinage de

1. Si f est paire, alors la partie régulière de son développement limité ne contient que des termes de puissances paires.

2. Si f est impaire, alors la partie régulière de son développement limité ne contient que des termes de puissances impaires.

x

o

Remarque 3.4 Dans la pratique, pour déterminer le développement limité de la fonction f au

voisinage de

Alors si la fonction g(t) = f(

n donné par :

Alors f admet un développement limité au voisinage de

x

o

, on pose t = x -

( )

g t

a

o

a t a t

1

2

x

o et t est donc au voisinage de 0.

x

o

+ t) admet un développement limité au voisinage de 0 à l’ordre

2

a t

n

n

(

o t

n

)

x

o à l’ordre n qui s’écrit :

f

(

x

)

a

a

0 1

(

x x

)

a

2

x x

(

o o

)

2

a

n

(

x x

o

)

n

o

((

x x

o

)

n

)

Dans la suite, pour simplifier, on va considérer les développements limités au voisinage de 0.

La notation

DL

n

0

signifie le développement limité au voisinage de 0 à l’ordre n.

3.1 Existence des développements limités

Soit f une fonction n-fois dérivable sur un intervalle contenant 0 et tel que la fonction

est bornée au voisinage de 0 alors la formule de Maclaurin écrite pour f permet d’obtenir le développement limité de f au voisinage de 0 à l’ordre n qui s’écrit :

f (n1)

Faculté des sciences Ben M’sick

Filière SMPC

avec

(

x

)

x

(

n

1)!

f

f

(

( )

x

n

1)

(

c

)

f

,

(0)

xf

'(0)

0 c x et

- 23 -

(x)

n

x

n !

f

(

n

)

(0)

x

n

(

x

)

tend vers 0 quand x tend vers 0.

Cette formule n’est pas très utile en pratique car elle nécessite le calcul des dérivées ce qui n’est pas toujours facile et d’autre part une fonction peut posséder un développement limité à l’ordre n ≥2 sans être n-fois dérivable en 0 .

3.2 Développements limités des fonctions usuelles

Grâce à la formule de Maclaurin on peut obtenir le développement limité des fonctions usuelles au voisinage de 0, on a donc :

e

x

1

  x

sin(x) =

x

2

x 2!

3

x 3!

3

x 3!

5

x 5!

(

 

n

x n !

1)

n

(

o x

n

)

2

n

1

(2 x

n

1)!

(

o x

2

n

1

)

cos(x) =

(1 )

x

sh(x)

ch(x)

=

=

1

2

4

x x

2!

4!

 

1

x

( 2!

1)

x

3

x 3!

5

x 5!

1

2

4

x x

2!

4!

(

 

1)

2

x

n

2 n

(2 x

n

)!

(

o x

2

n

)

 

(

1)

(

(

n

1))

n !

2

n

1

(2 x

n

1)!

(

o x

2

n

1

)

2 n

(2 x

n

)!

o

(

x

2

n

)

n

x

o x

(

n

)

4. Opérations sur les développements limités

Soient f et g deux fonctions ayant des développements limités à l’ordre n au voisinage de 0.

4.1 Somme

La fonction somme f + g possède un développement limité à l’ordre n au voisinage de 0 dont la partie régulière est la somme des parties régulières de chacun des développements limités de f et g à l’ordre n.

Exemple 4.1.1 On a :

(1 x

)

1

2

D

(1

x)

1 3

2

sin(x) =

1

2

4.2 Produit

1

x

1

8

1

2

2

x

x

1

8

x

(

o x

2

2

)

o

)

(

x

2

)

et

Faculté des sciences Ben M’sick

sin(x) = x +

o

(

2

x

)

Filière SMPC

- 24 -

La fonction f g possède un développement limité à l’ordre n au voisinage de 0 dont la partie régulière est obtenue en effectuant le produit des parties régulières des développements limités de f et de g et en ne gardant que les termes de degré inférieur ou égal à n.

Exemple 4.2.1

(1x)

1

2

sin(x) =

4.3

Quotient

 

Si

lim

g

(

x

)

0

alors la fonction

x

0

x

2

x

2

o

(

2

x

)

f

g

possède un développement limité à l’ordre n au voisinage

de 0 dont la partie régulière s’obtient en faisant la division suivant les puissances croissantes de la partie régulière du développement limité de f par celle du développement limité de g.

Exemple 4.3.1 à l’ordre 5.

On a : sin(x) =

D’où

Déterminer le développement limité de la fonction tangente au voisinage de 0

x

3

x 3!

5

x 5!

o

(

5

x

)

tg(

et cos(x) =

1

2

x 2!

x

)

x

x

3

2

3 15

5

x

4

x 4!

(

o x

o x

(

5

)

5

)

Exercice Déterminer le développement limité de la fonction th au voisinage de 0 à l’ordre 5.

4.4

Composition

 

Si

lim f

x0

(

x

)

= 0 alors la fonction gof possède un développement limité à l’ordre n au voisinage

de 0. Sa partie régulière s’obtient en remplaçant x dans la partie régulière du développement limité de g par la partie régulière du développement limité de f. On effectue les puissances de x en ne gardant que les termes de degré inférieur ou égal à n.

Exemple 4.4.1 On calcule le

DL

3

0

de la fonction

e

sin(x)

.

x

3

6

On a au voisinage de 0 :

Quand x tend vers 0, sin(x) tend vers 0 d’où :

sin(

x

)

x

o

(

x

3

e

sin( x)

1   x

x

3

6

+

1

2

x x

3

6

2

+

1

6

x x

3

6

)

et

3

+

e

o

x  

1

(

x

3

)

=

x

2

x 2

3

x 6

(

o x

1 x

2

x

2

(

o x

3

3

)

).

4.5 Intégration et dérivation

Proposition 4.5.1

voisinage

développement limité à l’ordre n +1 au voisinage de 0 donné par :

Si f est dérivable et f’ admet un développement limité à l’ordre n au

f admet un

de

0

de

partie

régulière

a

o

a x a

1

2

x

2

a

n

x

n alors

,

f

(

x

)

f

(0)

a

0

x

a

1

2

x

a

n

x

n

1

2 n 1

o x

(

n

1

)

Exemple 4.5.2

Faculté des sciences Ben M’sick

Filière SMPC

- 25 -

1) Ecrire le développement limité à l’ordre n au voisinage de 0 de la fonction f(x) = ln(1+x).

On a :

1

=

1x

f ‘(x) =

1  

x

2

x

x

3

4

x

(

 

1)

n

1

x

n

1

o

(

x

n

1

)

D’où

f x

(

)

Par suite :

f

(0)

x

2

x

2

x

3

3

ln(1+x) =

x

2

x 2

4

x

4

3

x 3

4

x 4

(

 

1)

n 1

n

x

n

o

(

 

1)

(

x

n 1

n

)

n

x

n

(

o x

n

)

2) Ecrire le développement limité de

On a :

arccos

2

(

o x

1

1  x 2
1  x
2

2

x

arccos'( )

x

1

 

x au voisinage de 0 à l’ordre 3.

2

)

d’où

 

x

3

arccos x

x

o

(

 

2

6

x

3

)

Proposition 4.5.3 Si f est dérivable sur un voisinage de 0 et si f et f’ admettent au voisinage de 0 des développements limités d’ordres respectivement n et n-1 alors la partie régulière du développement limité de f’ est la dérivée de celle du développement limité de f.

5. Développement limité au voisinage de l’infini

Définition 5.1 Soit f une fonction définie au voisinage de l’infini, on dit que f admet un

développement limité au voisinage de l’infini à l’ordre n si la fonction g(t) = f(

développement limité au voisinage de 0 à l’ordre n.

) possède un

1

x

On a : si g(t) = Alors

a

o

a t a t

1

2

2

f(x) =

a

o

a

1

x

a t

n

n

(

o t

a

2

2

x

n

)

a

n

n

x

o (

1

n

x

)

Exemple 5.2

Déterminer le développement limité au voisinage de l’infini à l’ordre 2 de f(x)=

On pose t =

1

x

Par suite :

f (

x

)

1 d’où g(t) = 1 t 1 3 1 1    o (
1
d’où
g(t) =
1 t
1 3
1
1
 o (
)
2 x
8 x
2
x
2

= (1

t)

1

2

1

1 2

2 (

3

t

8

t

o t

2

)

x x 1
x
x 1

Corollaire 5.3 Si f admet un développement limité au voisinage de l’infini alors f admet une limite finie au voisinage de l’infini.

6. Applications des développements limités

6.1 Recherche de limites

Faculté des sciences Ben M’sick

Filière SMPC

- 26 -

Les développements limités permettent de résoudre plusieurs indéterminations dans le calcul des limites.

Exemple 6.1.1 Calculer

1

ln(

x

)

lim

1

x

1

x 1

On pose t = x -1, donc t tend vers 0 quand x tend vers 1.

lim

x 1

1

x

1

1

ln(

x

)

=

Au voisinage de 0,

1

lim

1

t

ln(1

t

)

t 0

ln

(1 + t) =

t

t

2

2

=

t

lim   ln(1

t 0

t

)

t

t

)

t

.ln(1

2

( )

t

avec

lim

t 0

( )

t

d’où :

lim   ln(1

t 0

t

)

t

t

)

t

.ln(1

=

lim

t

0

t

2

2

t

2

( )

t

t

2

t

2

( )

t

=

lim

t

0

1

2

( )

t

1

( )

t

Par suite :

lim

x 1

1

x

1

1

ln(

x

)

=

1

2

0

=

1

2

6.2 Recherche de tangente à une courbe

Soit f une fonction définie sur un voisinage

n au voisinage de

On a donc

Alors la tangente à la courbe C de f au point

La position de C par rapport à la tangente déterminée par le signe de

où p est le plus petit entier supérieur ou égal à 2 tel que

Si p est pair alors on a au voisinage de

x

o et admettant un développement limité à l’ordre

o

)

x

2

o

a

n

(

x x

o

)

n

a pour équation y =

a

p

≠ 0.

o

((

a

o

+

x x

a

1

(x-

o

)

n

x

o

a p

(x x

o

)

p

)

).

x

o

.

a

f

(

x

)

a

0

1

(

x x

o

)

a

2

(

x x

x

o

:

La courbe est au dessus de la tangente si

La courbe est au dessous de la tangente si

a

p

est positif.

a

p

est négatif.

Si p est impair alors le signe de f(x) y dépend du signe de x-

x

o

Exemple 6.2.1 Déterminer l’équation de la tangente à la courbe de f(x) =

x

o

0

ainsi que la position de la courbe par rapport à la tangente.

On a :

e

1

x1

=

1

e

1 x

e

(1

  

x

x

2

o

(

x

2

))

On obtient :

e

1

x1

D’où :

f(x) =

(

 

1

 

2

(

 

2

)

 

x

 

x

o

x

=

e

e

1

=

(1

(

  

x

 
 

e

1

x

1

2

 

x

 

e

2

e

 

1

1

 

e

x 1

=

= e

x

1)

x

e

e

(

2

2

)

e

2

x

1

2

)

(

o x

2

x

1

.

x

 

2

x

)

2

2

o x

(

)

2

)

.

o x

(

2

)

(

x

1)

e

1

x 1

au point

Faculté des sciences Ben M’sick

Filière SMPC

- 27 -

1

2 x

La droite d’équation y =

dessus de la courbe représentative de f

e

e

est la tangente à la courbe au point

x

o

0

et elle est au

6.3 Recherche des asymptotes

Si au voisinage de l’infini, la fonction f s’écrit :f (x) =

alors la droite d’équation l’infini.

a

1

x

x

a

2

2

x

a

1

ax b

n

n

x

o (

n

x

)

y ax b

est une asymptote à la courbe C de f au voisinage de

La position de la courbe par rapport à l’asymptote est déterminée par le signe de f(x) y qui

est le même que celui de

a

p

x

p

p est le plus petit entier tel que

a

p

≠ 0.

Exemple 6.3.1 Déterminer les asymptotes à la courbe au voisinage de l’infini ainsi que la position de la courbe par rapport aux asymptotes des fonctions suivantes

f

(

x

)

x e

(

1

x

1)

arctg

1

x

et

g(x) =

3 x 2 (x  2)
3 x
2 (x  2)

1)

Posons

x

1

t

, alors t tend vers 0 quand x tend vers l’infini.

f

(

x

)

1 t arctg( e t 1 )

t

On a :

e

t

1

arctg( )

t

=

1  

t

t

2

2!

t

3

3!

(

o t

3 )

1

t

t

3

3

(

o t

3

)

=

1

On obtient alors:

f

(

x

t

2

1

2

t

2

(

o t

)

1

e t

1

t

arctg( )

t

2

)

=

1 t

1 2

=

1

t

2

t

2

6

(

o t

2 )

t

2

1

t

2

3

( )

o t

(

o t

2

)

D’où au voisinage de l’infini

f

(

)

x

1

2

x

1

2 x

o (

1

x

)

.

1 2 comme asymptote au voisinage de +∞ et -∞.

La courbe admet la droite d’équation

La courbe est au dessus de l’asymptote au voisinage de +∞ et elle est au dessous de l’asymptote au voisinage de -∞.

y x

2) Posons

x

1

,

alors t tend vers 0 quand x tend vers l’infini.

 

t

Faculté des sciences Ben M’sick

Filière SMPC

- 28 -

g(x) =

1

t

(1

D’où g(x) =

2 )

t

1

3

x

1

t

2

3

4

9

t

2

4

3

9 x

o   1

x

( )

o t

.

2 3 comme asymptote au voisinage de +∞ et -∞.

La courbe admet la droite d’équation

La courbe est au dessous de l’asymptote au voisinage de +∞ et elle est au dessus de l’asymptote au voisinage de -∞.

y x

Faculté des sciences Ben M’sick

Filière SMPC