Vous êtes sur la page 1sur 11

Grammaire / Hébreu I.

10

LE VERBE
Les conjugaisons
Conj. à afformantes Conj. à préformantes Impératif
(type qatal) (type yiqtol)

3 m sg XXX XXX

3 f sg XXX XXX

2 m sg XXX XXX XXX

2 f sg XXX XXX XXX

1 m+f sg XXX XXX

3 m pl XXX XXX

3 f pl XXX XXX

2 m pl XXX XXX XXX

2 f pl XXX XXX XXX

1 m+f pl XXX XXX

Les modes
Forme SIMPLE TOLERATIF INTENSIF / FACTITIF CAUSATIF

Mode

Sens actif réfléchi intensif causatif


passif actif passif réfléchi actif passif
tolératif
“voir” “apparaître” “observer” “être “s'observer “montrer” “être montré”
“être vu” observé” muluelle- (=faire voir)
“se laisser voir” ment”

carac- préfixe Redoublement de la 2ème Préfixe


téris- radicale -> dage
tiques

CA.
3msg

CP
3msg

Impér.
Grammaire / Hébreu I. 11

LE VERBE FORT (I)


Le Qal
Conjugaison à afformantes Conjugaison à préformantes

Pour les verbes exprimant


une action
Pour les verbes d'état ou
exprimant une qualité

afformantes préformantes

Qatal 3msg
2msg
3m pl

Kabed 3msg
2msg
3m pl

impératif inf. const. inf. absolu part. actif part passif


Pour les verbes exprimant
une action
Pour les verbes d'état ou
exprimant une qualité

Le Nif‘al
Principales caractéristiques:
- Conjugaison à afformantes (+ participe): préfixe
- Conjugaison à préformantes: le est assimilé et engendre le redoublement de la
1ère radicale -> dage . Vocalisation “i” de la préformante.
- Impératif et infinitif (forme identique): préfixe et redoublement de la 1ère
radicale

afformantes préformantes imp.+inf.c. inf. absolu participe

Nifal 3msg
2msg
3m pl
Grammaire / Hébreu I. 12

LE VERBE FORT (II)


Les modes intensifs (Pi‘el, Pu‘al, Hitpa‘el)
- Redoublement de la deuxième radicale. [Lorsque ce redoublement n'est pas marqué par
un dage dur (avec les gutturales et , parfois lorsque la deuxième radicale est vocalisée
par un shewa) la voyelle précédente peut être allongée ou non (dans ce dernier cas on
parle de redoublement virtuel)].
- Sous la préformante Pi‘el et Pu‘al on trouve un shewa mobile.
- Le hitpa'el présente un préfixe . Lorqu'il y a préformante le disparaît.
- Les participes prennent un préfixe (hitpa‘el ).

afformantes préformantes imp.+inf.c. inf. absolu participe


Pi'el 3msg
2msg
3m pl

Pu'al 3msg
2msg
3m pl

Hitpa'el 3msg
2msg
3m pl

Les modes causatifs (Hif‘il, Hof‘al)


- Hif‘il et Hof‘al: Préfixe dans la conjugaison à afformantes, à l'impératif et aux
l'infinitifs. Le tombe dans la conjugaison à préformantes.
- Les participes prennent un préfixe .
- Hif‘il, conj. afformantes vocalisation hîræq du préfixe et voyelle longue hîræq
magnum de la deuxième radicale -> ∆ ∆ ∆ . Avec les afformantes commençant par
une consonne la vocalisation de la 2ème radicale est pata .
- Hif‘il, conj. préformantes, imp, inf, et part, la préformante (ou le préfixe ou ) est
vocalisée patah et la deuxième radicale présente un hîræq magnum ∆ ∆ ∆ .
- Jussif hif‘il, réduction du hîræq magnum en sere ∆ ∆ ∆ .
- Hof‘al à toutes les conjugaisons le préfixe ( ou ) ou la préformante sont vocalisés
soit par un q mæ ou par un qibbû

afformantes préformantes imp.+inf.c. inf. absolu participe


Hif‘il 3msg
2msg
3m pl

Hof‘al 3msg
2msg
3m pl
Grammaire / Hébreu I. 13

PARADIGME DU VERBE FORT

Conjugaison à préformantes Conjugaison à afformantes


Grammaire / Hébreu I. 14

LES VERBES À GUTTURALES

Les consonnes , , et sont dites gutturales.


et font l'objet de groupes particuliers ( " , " et " ).
Le sans être vraiment une gutturale fonctionne à peu près de la même façon.

L'essentiel en bref
1) Les gutturales ne prennent pas de redoublement. Le Dage
caractérisant les intensifs (Pi‘el, Pu‘al et Hitpa‘el) disparaît donc dans
les verbes à 2ème gutturale. De même au Nif‘al CP des premières
gutturales. Le plus souvent un allongement de la voyelle précédant la
gutturale se présente alors.
2) La présence d'une gutturale peut engendrer plusieurs modifications
de vocalisation. Le ewa est souvent remplacés par des voyelles a eph.
Les gutturales attirent les pata .

1ère gutturale

1) ∆ Au Nif‘al CP, imp. et inf, les verbes fort présentent un redoublement de la première
radicale. Comme les gutturales ne peuvent pas prendre de dage , ce dernier est
remplacé par un allongement compensatoire de la consonne préformante. En
pratique le i est remplacé par un é.
Nif CP 3msg Verbe fort -> 1 gutt
2) ∆ Qal CP, la voyelle de la préformante est a ou æ au lieu du i habituel. ;
∆ Nif‘al ou Hif‘il CA, la vocalisation du ou du est æ au lieu de i.
Nif‘al CA 3msg Verbe fort -> 1 gutt
∆ Le ewa mobile sous la gutturale est remplacé par une voyelle a eph (le plus
souvent pata ). Ce cas se rencontre lorsque la 1ère gutturale est en début de forme
(Qal CA, imp, inf). Ce phénomène apparaît également dans certaines formes des
2ème gutturales.
Qal CA 2mpl Verbe fort -> 1 gutt
∆ Les syllabes se fermant par une gutturale peuvent remplacer le ewa sous la
gutturale par le a eph correspondant à la voyelle précédantes. On parle alors de
liaison douce au lieu de la classique liaison dure.
Le cas se présente aux Qal CP, Nif‘al CA et à toutes les conjugaisons du Hif‘il et
du Hof‘al.
Lorsque la liaison douce est suivie d'un ewa, la voyelle a eph est allongée.
Qal CP liaison dure liaison douce ld+ ewa
Nif‘al CA liaison dure liaison douce ld+ ewa
Hif‘il CA liaison dure liaison douce
Grammaire / Hébreu I. 15

2ème gutturale
1) ∆ Aux formes intensives (Pi‘el, Pu‘al et Hitpa‘el), les verbes à 2ème gutturale ne
peuvent prendre le dage qui permettait si facilement de reconnaître ces modes.
- Surtout avec et , le redoublement peut alors être compensé par l'allongement de
la vocalisation précédente (a -> / i -> e / u -> o).
Pi‘el CP 3msg Verbe fort -> 2 gutt
Pi‘el CA 3fsg Verbe fort -> 2 gutt
Pu‘al CA 3msg Verbe fort -> 2 gutt
- Surtout avec , et , le dage est rarement remplacé par un allongement
vocalique. On parle alors de redoublement virtuel.
Pi‘el CP 3msg Verbe fort -> 2 gutt
2) ∆ Sous l'influence de la gutturale, à la CP et à l'impératif Qal, la voyelle sous la
gutturale est le plus souvent pata au lieu de ôlæm.
sans gutturale -> avec gutturale

3ème gutturale
2) ∆ Les formes verbales se terminant par les gutturales et ( et font l'objet de
classes particulières de verbes faibles) ont tendance à remplacer la voyelle
précédente par un pata , ou à introduire un pata furtif sous la gutturale en laissant
la voyelle normale.
Qal CP 3msg Verbe fort -> 3 gutt
Pi‘el CA 3msg Verbe fort -> 3 gutt
mais Qal inf. c. Verbe fort -> 3 gutt
Grammaire / Hébreu I. 16
Grammaire / Hébreu I. 17

LES VERBES "

Dans cette classe de verbe le est en fait une mater lectionis. Nous savons par
l'ougaritique que ces verbes avaient à l'origine une troisième radicale ou .

L'essentiel en bref
Devant les afformantes commençant par une consonne un remplace le
. Devant les afformantes commençant par une voyelle, le disparaît.
Sans afformante, le est mater lectionis et les voyelles finales sont
identiques à tous les modes (CA a, CP æ). Les formes apocopées
(jussif, narratif) se caractérisent par la chute du radical final.

∆ Devant les afformantes commençant par une consonne, le primitif réapparaît à la


place du comme mater lectionis. Sa vocalisation est i (CA: Qal, Pi‘el, Hitpa‘el et
Hif‘il ), e (CA: Nif‘al, Pu‘al et Hof‘al), æ (à toutes les formes concernées des CP +
imp. 2f.pl.).
exemples: Qal CA 1sg. Pi‘el CA 1sg.
Nif‘al CA 1sg. Qal CP 2-3 f.pl.
∆ Les afformantes commençant par une voyelle se mettent directement devant la
deuxième radicale. Le de la racine disparaît.
exemples: Qal CA 3pl.
Nif‘al CP 3pl.
∆ Lorsqu'il n'y a pas d'afformante, ces verbes ont la même voyelle finale à tous les
modes.
C'est-à-dire: CA 3m. sg. --
3f. sg. -- (le final est orthographique)
CP --
Impératif --
Part. act. masc. --
Infinitif constr. --
Infinitif abs. -- ou --
Cette caractéristique des " peut engendrer des confusions dans la reconnaissance des modes de
verbes (par exemple un verbe à 1ère gutturale + " à la même forme au Qal et au Hif‘il CP).

∆ Les formes apocopées


- Ces formes apparaissent au narratif, jussif et parfois à l'impératif. Elles sont
caractérisées par la chute du final (du radical) et de la voyelle qui l'accompagnait.
- Lorsque ces verbes ont une double consonance finale, ils se comportent souvent
comme des ségolés.
Exemple: Hif‘il Impératif 2m.sg. -> forme apocopée *hagl -> .
Qal CP 3msg -> narratif apocopé
Attention, certains verbes peuvent garder la double consonance finale. Exemple: Qal CP

- Dans les formes intensives le redoublement de la deuxième radicale est supprimé.


Exemple: Pi‘el CP 3m. sg. -> narr. . (absence de dage dans le ).
- A la CP, les suffixes verbaux s'ajoutent à la forme apocopée (avec ou sans voyelle de
liaison). Exemple: Qal CP 3msg + sfx: , .
Grammaire / Hébreu I. 18

- Il y a quelques autres formes irrégulières (cf. les grammaires et les paradigmes).


∆ Les verbes "être" et "vivre" sont irréguliers au Qal. En effet, bien qu'il
s'agit de verbes à premières gutturales, au Qal CP la gutturale n'influence presque
jamais la voyelle de préformante, il y a donc i au lieu de a ou æ
En forme apocopée ça donne
Qal CA de "vivre" est le plus souvent que .
Pour le reste voir Joüon § 79 s ou Lettinga 57 v.
Grammaire / Hébreu I. 19

LES NOMBRES

- Le nombre 1 s'emploie soit comme un adjectif (se place après le nom qualifié et
s'accorde avec lui), soit comme un substantif à l'état construit (se place avant).
- De 2-10: Si la chose comptée figure après le nom de nombre elle se trouve soit en
apposition ( ) “six chevaux” soit dans une relation génitivale (
). Si elle se trouve avant le nombre, ce dernier suit en apposition ( ).
CARDINAUX ORDINAUX
avec noms masculins avec noms féminins
état absolu état construit état absolu état construit

1
2

- De 3-10 les nombres se trouvent à la forme féminine lorsque la chose comptée est
masc. et vis versa. Ainsi, “six chevaux” mais “six juments”.
CARDINAUX ORDINAUX
avec noms masculins avec noms féminins
état absolu état construit état absolu état construit

3
4 etc... etc...
5
6
7
8
9
10

- Dès 10, les nombres ordinaux sont exprimés par les cardinaux correspondants.
- De 11-19, certains noms de choses - A partir de 20, les nombres sont
comptées, suivent le nom de nombre invariables.
au singulier (dans les autres cas, la - 20 est le pluriel de 10.
chose comptée est évidemment au
pluriel). Il s'agit notamment de - 30-90 sont exprimés par la pluriel des
“année”, “jour”, “homme”. chiffres 3-9
+ noms masculins + noms féminins invariable

11 20 100
12 30 200
13 40 300
14 50 etc...
etc... etc... etc... 1000
Grammaire / Hébreu I. 20