Vous êtes sur la page 1sur 7

Sciences et Technologies de l’Industrie et du Développement Durable

1ère
RESEAUX ET ENERGIE ELECTRIQUE STI2D
CI3 : Transport stockage et distribution de l'énergie Cours EE

RESEAUX ET ENERGIE ELECTRIQUE


1. Les grandeurs électriques (rappels)
Les principales grandeurs électriques couramment utilisées sont :
La tension ou différence de potentiel (exprimée en volt – V).
Le courant (exprimé en ampère – A).
La puissance active (exprimée en watt – W).
L’énergie (exprimée en wattheure – Wh).
Les relations liant ces grandeurs diffèrent selon la nature de l’énergie électrique utilisée (régime) et le
type de récepteur.

1.1. Le régime continu

En régime continu, la tension (U ou V) et le courant (I) sont stables et ne varient pas.

Les récepteurs utilisés dans ce régime sont principalement résistifs ou assimilables à une résistance R
(exprimée en Ohm - Ω).

1.1.1. Loi d’Ohm

La loi de base dans ce régime est la loi d’Ohm :

U=R×I

Elle permet de lier directement la valeur de la tension et du courant en fonction de la résistance du


récepteur.

1.1.2. Puissance

La puissance est le produit direct du courant par la tension :

P=U×I

Ou encore à partir de la loi d’Ohm :

P=R×I²


P=
R

CI3_Reseaux_et_energie_elecrique Lycée Jules Ferry – Versailles 1/7


1ère STI2D DISTRIBUTION DE L’ENERGIE ELECTRIQUE Cours

1.2. Le régime alternatif

Les grandeurs étudiées en régime alternatif varient en permanence. On parle de grandeurs


instantanées (notées par des lettres minuscules). Elles ne sont généralement pas exploitables
directement à cause de leurs perpétuelles variations.

Pour les caractériser, les quantifier et effectuer des calculs, nous avons recours à trois types de valeurs
constantes :
La valeur maximale (notée VMAX ou V̂ pour une tension simple),
La valeur moyenne (notée VMOY ou V pour une tension simple),
La valeur efficace (notée VEFF ou V pour une tension simple). Elle traduit la quantité
réellement utilisée de la grandeur considérée.

VMAX
VEFF

VMOY
t

-VMAX

Remarque : Ces valeurs ne sont utilisées que pour caractériser une tension ou un courant.

Les récepteurs utilisés dans ce régime ne sont pas toujours purement résistif et engendre parfois un
décalage temporel entre le courant et la tension appelé déphasage. Ce sont des récepteurs dits
inductifs (moteurs électriques…) ou capacitifs (condensateurs…) qui provoquent des
déphasages.
Il est donc parfois difficile de lier directement la valeur de la tension à celle du courant.

La relation liant la valeur efficace de la tension à la valeur maximale est :

Vmax
Veff=
√2

On peut appliquer la même relation pour une tension composée (triphasée) et un courant :

Umax Imax
Ueff= et Ieff=
√2 √2

Ce rapport n’est valable que et uniquement que pour un signal


purement sinusoïdal (valeur moyenne nulle).

CI3_Reseaux_et_energie_elecrique Lycée Jules Ferry – Versailles 2/7


1ère STI2D DISTRIBUTION DE L’ENERGIE ELECTRIQUE Cours

2. Les réseaux de distribution de l’énergie électrique


Tous les réseaux d’alimentation en énergie électrique fournissent une ou plusieurs tensions alternatives
sinusoïdales issues d’une machine appelée alternateur.

2.1. Réseaux de distribution monophasé

Ce réseau de distribution comporte un conducteur de ligne L (appelé aussi phase Ph) et un conducteur
neutre N. La tension, notée V, est appelée tension simple.

Avec : - ω : pulsation angulaire exprimée en radians par seconde (ω = 2π.f = 2π / T).


- ϕ : angle de déphasage entre la tension et le courant.
ϕ : temps de décalage correspondant au déphasage entre la tension et le courant.
- tϕ
- T : période du signal exprimée en seconde.
- f : fréquence du signal exprimée en Hertz (f = 1 / T).

Une fréquence exprimée en hertz (d’après Heinrich Rudolf Hertz [1857-1894]) désigne la mesure du
nombre de fois qu'un phénomène périodique se reproduit par seconde.

CI3_Reseaux_et_energie_elecrique Lycée Jules Ferry – Versailles 3/7


1ère STI2D DISTRIBUTION DE L’ENERGIE ELECTRIQUE Cours

2.1.1. Expression de la tension instantanée

v(t) = Vmax × sin ( ω t)

2.1.2. Expression du courant instantané

i(t) = Imax × sin ( ω t-ϕ


ϕ)

2.1.3. Puissance active

La puissance mise en œuvre à chaque instant (puissance instantanée) est égale au produit de la tension
d’utilisation par l’intensité consommée soit :
p(t) = v(t) × i(t)

La puissance moyenne sur une période, s’écrit :


Avec : V : valeur efficace de v(t) (V = VMAX /√2).
P = V × I × cos ϕ I : valeur efficace de i(t) (I = IMAX /√2).
ϕ : déphasage entre la tension et le courant.

2.1.4. Cas de charges résistives

Dans le cas d’une utilisation sur charge purement résistive, le déphasage entre v(t) et i(t) est nul (ϕ = 0),
donc cos ϕ = 1, soit :
P = V × I
Dans ce cas, et uniquement dans ce cas, la loi d’Ohm et les autres relations de la puissance en régime
continu peuvent être utilisées :
U = R × I
P = R × I²
P = V² / R

CI3_Reseaux_et_energie_elecrique Lycée Jules Ferry – Versailles 4/7


1ère STI2D DISTRIBUTION DE L’ENERGIE ELECTRIQUE Cours

2.2. Réseaux de distribution triphasé

Ce réseau de distribution comporte trois conducteurs de ligne L1, L2 et L3 (ou trois phases Ph1, Ph2 et
Ph3) et parfois un conducteur neutre N.

2.2.1. Tensions entre phases et neutre

La tension entre une phase et le neutre, notée V, est appelée tension simple.

Les trois tensions simples v1(t), v2(t) et v3(t) formant un réseau de distribution triphasé, sont décalés
dans le temps d’un tiers de période (T/3). Elles sont donc déphasées de 2π π/3 (120°) l’une par rapport à
l’autre :

Représentation vectorielle Représentation temporelle

VMAX v1(t) v2(t) v3(t)

V3max

V1max
t

V2max

T/3 T/3 T/3


T

On peut donc écrire :


v 1 (t) = Vmax × sin ( ω t)

v 2 (t) = Vmax × sin ( ω t - 2 π /3) Avec : v1(t) + v2(t) + v3(t) = 0


v 3 (t) = Vmax × sin ( ω t - 4 π /3)

CI3_Reseaux_et_energie_elecrique Lycée Jules Ferry – Versailles 5/7


1ère STI2D DISTRIBUTION DE L’ENERGIE ELECTRIQUE Cours

2.2.2. Tensions entre phases

La tension entre deux phases, notée U, est appelée tension composée.

Elle représente à chaque instant la différence entre les tensions simples :


u12(t) = v1(t) - v2(t) entre les phases 1 et 2,
u23(t) = v2(t) - v3(t) entre les phases 2 et 3,
u31(t) = v3(t) - v1(t) entre les phases 3 et 1.

L’expression des tensions composées instantanées est la même qu’en monophasé :


u 1 2 (t) = Umax × sin ( ω t)

u 2 3 (t) = Umax × sin ( ω t - 2 π /3) Avec : u12(t) + u23(t) + u31(t) = 0


u 3 1 (t) = Umax × sin ( ω t - 4 π /3)

Le rapport entre la valeur efficace des tensions simples V et des tensions composées U peut être déduite
de leurs représentations vectorielles :

Représentation vectorielle

V3

V1

V2
U = √3 × V

Exemples : Réseaux 130 / 230 V ou 230 / 400 V ou 400 / 690 V...

CI3_Reseaux_et_energie_elecrique Lycée Jules Ferry – Versailles 6/7


1ère STI2D DISTRIBUTION DE L’ENERGIE ELECTRIQUE Cours

2.2.3. Puissances actives

La puissance mise en œuvre à chaque instant est égale à la somme des puissances de chaque phase :
p1(t) = v1(t) × i1(t) pour la phase 1,
p2(t) = v2(t) × i2(t) pour la phase 2,
p3(t) = v3(t) × i3(t) pour la phase 3.

Une utilisation équilibrée correspond à des consommations identiques sur les trois phases (I1 = I2 = I3)
avec un même déphasage ϕ entre les courants et les tensions simples correspondantes.
Dans ces conditions d’utilisation équilibrée, la puissance moyenne totale est égale à trois fois la
puissance moyenne sur une phase :
P = 3 × V × I × cos ϕ

Cette puissance est plus généralement exprimée en fonction de la tension composée, soit :

P = √ 3 × U × I × cos ϕ

Remarque : Dans le cas d’une utilisation équilibrée, le courant dans le conducteur neutre est nul :
I1 + I2 + I3 = 0 donc IN = 0.
La relation de la puissance active moyenne triphasée précédente est donc valable qu’il y
ait présence ou non de conducteur de neutre.

CI3_Reseaux_et_energie_elecrique Lycée Jules Ferry – Versailles 7/7