Vous êtes sur la page 1sur 73

Constituants des enrobés

en France

Granulats
Liants hydrocarbonés
Additifs

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 1


Les granulats

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 2


PLAN DE LA NORME XP P 18-545

Article 1 : domaine d’application


Article 2 : références normatives
Article 3 : symboles utilisés dans les EN et ce document
Article 4 : termes et définitions
Article 5 : essais alternatifs et dispositions particulières de caractérisation des granulats
Article 6 : critères de conformité appliqués aux contrôles effectués par le fournisseur et l’acquéreur
Article 7 - granulats pour chaussées : couches de fondation, base, liaison
Article 8 - granulats pour chaussées : couches de roulement utilisant des liants hydrocarbonés
Article 9 - granulats pour chaussées : béton de ciment
Article 10- granulats pour bétons hydrauliques et mortiers
Article 11- Granulats pour voies ferrées :assises
Article 12- Granulats pour voies ferrées : ballasts et gravillons de soufflage
Article 13- granulats légers pour bétons hydrauliques
Article 14- enrochements

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 3


DEFINITIONS

Naturel Aucune autre transformation que mécanique Granulat =


Artificiel Origine minérale résultant d’un procédé industriel Matériau granulaire
Recyclé Traitement d’1 matière inorganique précédemment utilisée dans la construction
Classe granulaire d/D = granulat de dimension inférieure (d) et de dimension supérieure (D)
TERME DEFINITION

FILLER La plupart des grains passent au tamis de 0,063mm

FINES Fraction granulométrique d’un granulat qui passe au tamis de


0,063mm
SABLE Mélanges bitumineux et enduits: D ≤ 2 mm

Matériaux traités et non traités 0/6,3mm

GRAVILLON Mélanges bitumineux et enduits: d ≥ 2mm et D ≤ 45 mm

Matériaux traités et non traités : d ≥ 1mm et D > 2 mm

GRAVE Granulats formés d’1 mélange de gravillons et de sable


(peut provenir d’1 mélange ou d’1 fabrication directe)
Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 4
CARACTERISTIQUES – ESSAIS ET
CODES

ARTICLE 7 (Fondation, base et liaison) ARTICLE 8 (Roulement en liant bitumineux)


CARACTERISTIQUES
ESSAIS CODES ESSAIS CODES

Intrinsèques des gravillons et de LA De B à F LA MDE De A à C


la fraction gravillon des graves MDE PSV
De friabilité pour la fraction sable Friabilité des sables

De fabrication des gravillons Granularité De III à V Granularité De I à III


Teneur en fines Teneur en fines
Aplatissement Aplatissement

De fabrication des sables et Granularité De a à d Granularité a


graves Propreté Propreté
D’Angularité des gravillons et des Analyse visuelle De Ang 1 à Ang 4 Analyse visuelle
sables alluvionnaires et marins Vitesse d’écoulement Vitesse d’écoulement
De sensibilité au gel Essai d’absorption d’eau Essai d’absorption d’eau

De masse volumique des Masse volumique des Valeur sur FTP Masse volumique des Valeur sur FTP
gravillons sables et graves granulats préséchés granulats préséchés
Des Fillers des sables et graves Granularité, masse Granularité, masse
pour enrobés d’assise et de volumique, MB, porosité volumique, MB, porosité
liaison Rigden, ΔT bille et Rigden, ΔT bille et anneau
anneau
Complémentaires pour recyclés Teneur en sulfates De Ssa à Ssc

Complémentaires pour granulats Désintégration volumique Désintégration volumique et


de laitier et des silicates des silicates biocalciques et
biocalciques et de fer de fer

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 5


CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES ET DE
FABRICATION

CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES DES CARACTERISTIQUES DE FABRICATION DES


GRAVILLONS ET DE LA FRACTION GRAVILLON GRAVILLONS
DES GRAVES
Résistance à la fracturation par choc Composition Analyse granulométrique

2D 0% de refus
Essai Los angeles

1,4D 2% maxi de refus

Résistance à l ’usure par abrasion/attrition D


Essai Micro Deval en
présence d ’Eau Limites imposées
D/1,4 ou D/2
et étendue de
fabrication imposée
d
Résistance au polissage (microrugosité)

d/2 5% de passant maxi


Mesure du coefficient de
polissage accéléré PSV
Aplatissement FI

Propreté

Qualité bitumineux
Les enrobés de A (les meilleurs) à Ffabrication,
: formulation, (les moinsmise
bons)
en place – Montréal 2006de I (les meilleurs) à V (les moins bons)
Qualité 6
CLASSES DE RESISTANCE MECANIQUE POUR
ASSISE ET COUCHE DE LIAISON ART. 7

50
MDE F
45
Calcaires

40
E
35

30
D Alluvionnaires Silico- Calcaires
25 La dureté est fonction du % de calcaire

C variation de B à D
20
B
15
Calcaires
10 durs
éruptifs
LA
15 20 25 30 35 40 45 50
Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 7
CLASSES DE RESISTANCE MECANIQUE POUR
COUCHES DE ROULEMENT AUX LIANTS
HYDROCARBONES ART. 8

MDE

Les calcaires durs ont un PSV maximum de l ’ordre


de 46
25
En couche de liaison (art 7) ils sont catégorie C

20 En couche de roulement (art 8) ils ne sont pas admis


C
15

A si Vsi PSV=56
10

B si Vsi PSV=50 Les éruptifs peuvent être A ou B ou C

15 20 25 30 LA
Vsi=valeur spécifiée inférieure

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 8


CARACTERISTIQUES DE
FABRICATION
• Fuseau de spécification:

•limité par Li et Ls (spécifiés dans la norme)

•Régularité de la production : Fuseau de régularité

•limité par Vsi et Vss, Vss - Vsi = e (étendue donnée par la norme)
•le carrier se fixe Vss et Vsi et s'engage dessus

•Fuseau de fabrication
•Caractérisé par Xf et sf Xf: moyenne de fabrication
sf: écart type

•Domaine d'acceptation:
•Moins de 15 résultats: tous les xi à l'intérieur du fuseau de régularité
•Plus de 15 résultats
•Chacun des résultats doit être compris entre les valeaurs Vss et Vsi +- l'incertitude
des essais
•Le fuseau de fabrication doit être contenu dans le fuseau de régularité.
Ls
Vss
Fuseau de Fuseau de xr e exemple de fuseau
xf
spécifications régularité Vsi
de fabrication

Li

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 9


CARACTERISTIQUES DE FABRICATION
DES GRAVILLONS

Granulats pour chaussée : fondation, base et liaison

Granularité Teneur FI
code 2*D 1.4*D D D/1.4 D/2 d d/2 en
(2) (3) fines
III Ls 99 Ls 20
Li 85 (1) Ls 80 Ls 70 Ls 70 Li 0 Vss 5 Vss 1 Vss 25
Vsi Vsi 98 e10 (± 5) Li 25 ou Li 20 Li 20 e 10 (± 5) (4)
IV 100 Ls 99 e 30(±15) e 30(±15) e 35 (±17.5) Ls 20
Li 80 Li 0 Vss 5 Vss 2 Vss 35
e10 (± 5) e 15 (± 7.5)
V FTP renseignées

(1) : Li= 80 si D ≤ 2*d ou si utilisation en GTLH ou GNT


(2) : si 2 ≤ D/d <4
(3) : si D/d ≥ 4
(4) : Vss35 pour usage en GTLH ou GNT

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 10


CARACTERISTIQUES DE FABRICATION
DES GRAVILLONS

Granulats pour chaussée: Roulement

Code Granularité Teneur FI


2*D 1.4*D D D/1.4 (2) d d/2 en fines
I Vss 0.5 Vss15
Ls 99 Ls 80 Ls 70 Ls 20 (3) (5)
II Vsi Vsi 98 Li 85(1) Li 25 ou Li 20 Li 0 Vss 5 Vss 0.5 Vss20
100 e10 (± 5) e 30(±5) e 30(±5) e 10 (± 5) (4) (5)
III Vss 1 Vss25

(1): sur les gravillons de classe granulaire serrés d/D où D ≤ 2*d, le passant à D de la catégorie
GC 85/20 est abaissé à 80 %
(2): si 2 ≤ D/d < 4
(3) : Ls 15 si emploi en formule discontinue ; la valeur Ls =15 doit être indiquée sur la FTP
(4) : Vss 2 si emploi en formule discontinue ; la valeur Vss =2 doit être indiquée sur la FTP
(5) : Vss est majorée de 5 si D ≤ 6.3 mm.

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 11


LES CRITERES CLASSANTS DES GRAVES ET
DES SABLES

CARACTERISTIQUES DE FABRICATION

Composition Granulométrique

2D 0% de refus

1,4D 2% maxi de refus

Limites imposées
D
et étendue de fabrication imposée

D/2
Etendue de fabrication imposée
0,063

MB Valeur de bleu
Propreté ou
SE Equivalent de sable

Les graves et sables les mieux fabriquées sont classées a, les moins bien fabriquées sont classées d
Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 12
CARACTERISTIQUES DE FABRICATION DES
SABLES ET GRAVES

Granularité:
•Fuseau - Spécification
•Etendue
Propreté:
•Equivalent de sable à 10% de fines ou SE
•Ou Valeur au Bleu MB
4 catégories de sables ou graves : a, b, c, d...
ROULEMENT
ASSISES
Code 2*D 1.4*D D D/2 0.063 MB ou SE

a Ls 99 Vss 2 Vss 60
b Li 85 Vss 2.5 Vss 50
Vsi Vsi 98 e10 (± e 20 e 6 (± 3)
100 5) (± 10)
c Ls 99 Vss 3 Vss 40
Li 80
e10 (±
5)
d FTP renseignées

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 13


LA FICHE
TECHNIQUE
PRODUIT FTP

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 14


CARACTERISTIQUES COMPLEMENTAIRES
INDICE DE CONCASSAGE ET RAPPORT DE
CONCASSAGE
Concerne les matériaux alluvionnaires
40% 30% 30%
20mm 30mm 40mm 60mm
de De

Matériau entrant dans l'installation

IC = pourcentage de matériau > Ds dans le matériau d ’origine

IC= 30 sortie 0/40


0/Ds
IC= 60 Sortie 0/30
RC = de/Ds RC= 1
IC= 100 Sortie 0/20
RC= 2
IC= 100 Sortie 0/10

Plus IC plus les grains se bloquent Plus RC plus les arêtes sont vives

Difficulté de compactage Frottement interne

Traficabilité du chantier Orniérage


Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 15
CARACTERISTIQUES COMPLEMENTAIRES

La norme XP P 18-545 utilise d’autres essais pour caractériser l’angularité:

NF EN 933-5: Visuel Détermination du pourcentage de surfaces cassées dans


les gravillons

NF EN 933-6: Coefficient d’écoulement des granulats

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 16


ANALYSE GRANULOMETRIQUE PAR TAMISAGE

Tôle perforées si >4mm

4.00mm
1 105°C
6 2.00mm
1.00mm
0.500mm
0.250mm
0.125mm
2 513.7g 0.063mm

X % cumulés
100

80
7
4 60

% de passants
3 5 40

20
0.063mm
0
.063 .125 .250 .500 1.00 2.00 4.00
mm

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 17


ESSAI LOS ANGELES
(LA)

14.0mm
711 mm
1 12.5mm
10.0mm
4

2 105°C
Pour 10/14: 11 x (47 mm , 430 g)
6
5 1,6mm

3 5000g 7 3780g

LA = % < 1.6 mm LA RESISTANCE

L ’essai caractérise la résistance aux chocs d ’une fraction d/D de


granulats.
Après lavage et séchage, 5000g de fraction d/D sont placés dans un
tambour avec des boulets d’acier, et subissent 500 rotations.
Le % passant à 1,6mm est alors déterminé. C’est la valeur Los Angeles.

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 18


ESSAI MICRO DEVAL EN PRESENCE
D ’EAU (MDE)

14.0mm 200 mm
12.5mm 4
1 10.0mm
5000g (10 mm , 4 g)
2 105°C

6 5 1.6 mm

3 500g
7 378g

MDE = % < 1.6 mm


L ’essai est réalisé sur une fraction d/D (10/14 sur l’exemple) de granulats
coupés, lavés et séchés, recomposés par fraction.
La prise d ’essai de 500g est placée dans une jarre avec une charge
abrasive de billes d’acier (5000g pour le 10/14) et 2,5 l d’eau.
Après 2 heures et 12 000 rotations, la jarre est ouverte et la fraction
résiduelle inférieure à 1,6 mm est récupérée, lavée, séchée et pesée.
La valeur MDE est le % passant à 1,6mm.

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 19


ESSAI PSV

1 <10mm
2
>6,3mm

3 (1) eau+Emeri
grossier 180 min

(2) eau+Emeri fin


180 min
4
320 rpm
L ’essai est réalisé sur une fraction granulaire 6/10 calibré, déplaté.
Après disposition des granulats dans un moule et collage avec de la
résine, les éprouvettes subissent deux cycles de polissage, puis une
mesure de rugosité résiduelle, à l ’aide du pendule SRT, qui comparée à
un granulat de référence, donne la valeur PSV du granulat (45 < PSV < 65).
Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 20
APLATISSEMENT FI

L
Granulats déversés

D G
E

déversé sur grille


D/1,25 à fentes D/1,58

Refus: bonne forme

Passant: mauvaise forme

FI = % granulats pour lesquels G/E>1,58 Problèmes engendrés

FI qualité du granulat •LA Résistance

•Difficulté de compactage

•Echecs en enduits

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 21


ESSAI D’EQUIVALENT DE SABLE

eau
105°C
CaCl2
1 Glycerine
h2

4 5
2 0/2mm

h1
3 h2

120 (1 + w) g SE = 100 h2 / h1
L ’essai se fait sur la fraction 0/2 des sables et graves (120 g)
Après un lavage normalisé, le sable et les fines floculées sont laissés reposer 20 minutes.
On mesure la hauteur de sable sédimenté h2 et la hauteur de sable propre plus fines floculées h1.
Le rapport en pourcentage SE est d’autant plus proche de 100 que le sable testé est propre (pas
d’argile ou d’ultra fines).
Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 22
MASSE DE BLEU

MB
105°C 4 10 g/L

2 0/2 mm ou 0/0.125mm 5

1
3 5
213g 2
6
MB = g (MB) / kg (0/2 sec)
4 3
Le résultat est exprimé en g de bleu par kg de 0/2 sec.
L ’essai est réalisé sur la fraction 0/2mm des sables et graves, et caractérise l ’activité
argileuse des fines.
La prise d ’essai (environ 200g) est pesée, placée dans un bécher avec 500ml d ’eau et le
mélange est agité en permanence.
La solution de bleu est ajoutée en doses de 5ml, jusqu’à saturation : apparition du halo bleu
autour de la tâche sur le papier filtre.
Attention
Les enrobés cette:valeur
bitumineux est environ
formulation, fabrication,10 fois
mise ensupérieure à l ’ancienne
place – Montréal 2006 « VB » 23
Utilisation des granulats

Note du CFTR n°10 (2005)

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 24


Utilisation des granulats

Note du CFTR n°10 (2005)

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 25


Utilisation des granulats

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 26


Utilisation des granulats

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 27


Les liants hydrocarbonés

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 28


Les Liants Hydrocarbonés routiers

LIANT : substance pour rassembler et maintenir réunies les


particules
Colle pour :
agglomérer des granulats (enrobés)
fixer des gravillons (enduits)
Imperméable pour étancher

HYDROCARBONÉ : carbone + hydrogène


Liant noir (par opposition aux liants hydrauliques « blancs »)

ORIGINE
Végétale :goudron (pyrogénation de la houille)
Animale : bitume
bitume natif (asphalte naturel)
raffinage du pétrole

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 29


LE BITUME

Connu depuis l'antiquité


Aujourd'hui, provient essentiellement du pétrole

PROPRIÉTÉS FONDAMENTALES
Adhésif thermoplastique
Imperméable à l'eau
Viscoélastique
Chimiquement peu réactif
Non toxique (contrairement au goudron et
dérivés)

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 30


LE BITUME : distillation

gaz vers éjecteurs de vapeurs


essence
175°C
120°C white spirit
65°C
65 °C
0,03bar gas-oil
0,03 bar
carburéacteur
370°C
pétrole lampant
260°C distillats sous
gas-oil vide (Huiles)
brut réduit 400°C
brut
350°C fuel lourd
1000m3/H bitume
four tour four tour
atmosphérique sous vide

Distillation
Distillationatmosphérique Distillation
atmosphérique Distillationsous
sousvide
vide(<(<5050mm
mmHg)
Hg)
Brut
Brut ÆÆ Fioul Æ .Gazole léger
Fioul Æ .Gazole léger
.Gaz .Distillat
.Gaz .Distillatléger
léger
.Essences
.Essences .Distillat lourd
.Distillat lourd
.Kerosenes
.Kerosenes .Bitume
.Bitume
.Gazoles
.Gazoles
.Résidu
.Résiduatmosphérique
atmosphérique==Fioul
Fioul(<(<400°C)
400°C) Distillation
Distillationdirecte
directe
Désasphaltage
Désasphaltage Mélange
Mélange
Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 31
Fabrication des grades intermédiaires

En faisant varier Pression, Température et Débit : obtention des différents grades

Certificats de conformité : la fraction du mélange est vérifiée

20/30 160/220

50/70 70/100

Certificats de qualité : le grade du bac est contrôlé

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 32


COMPOSITION DES BITUMES

Composition chimique
• Carbone ≈ 80 %
• Hydrogène ≈ 10 %
• S, O, N, … < 10 % Composition générique
• V, Ni, Fe, …< 0,1 % BITUME
(+ n heptane)
insoluble soluble

ASPHALTENES MALTENES
(chromatographie)

RESINES

AROMATIQUES

SATURES

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 33


Propriétés mécaniques

Le comportement mécanique dépend non seulement de la température et


mais aussi du temps de charge

Solide élastique Liquide visqueux


•basse température •haute température
•faibles temps de charge •longs temps de charge
GEL SOL

Réponse élastique Réponse visqueuse


(passage d’une roue sur un gravillon) (fluage)

0h 10 h

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 34


Liants hydrocarbonés
Définitions et Classifications

Bitumes purs de distillation directe, aucun ajout destiné à en modifier la


consistance.

Bitumes durs de grade inférieur au 20/30 (au sens de la norme EN 12591), souvent
obtenus par « soufflage à l ’air » après distillation directe.

Bitumes modifiés ƒajout d’agents chimiques (caoutch., polymères,...) destinés à modifier


les propriétés rhéologiques

Bitumes spéciaux obtenus selon un procédé spécial en raffinerie, liants de synthèse (


liants « multigrade », liants clairs, ….

Bitumes oxydés réaction avec l’air à température élevée + catalyseur


(usage industriel)

Bitume fluxés ƒamollis par l’addition d’huile de fluxage de faible volatilité (origine
pétrolière essentiellement)

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 35


MISE EN ŒUVRE DU BITUME

IL FAUT ABAISSER LA VISCOSITE


TECHNIQUE OBTENTION DU LIANT FINAL
DE MISE EN OEUVRE

Chauffage Refroidissement

Mélange Evaporation partielle


avec un fluxant du fluxant

Rupture de l’émulsion
Mise en émulsion Coalescence/Evacuation de l ’eau

Injection d’air et d’eau lors de


Mousse de bitume l’utilisation

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 36


CARACTERISATION DES BITUMES

CARACTERISATION CONVENTIONNELLE

Basée essentiellement sur des essais « empiriques » validés pour


les bitumes purs par l’observation du comportement in-situ.

CARACTERISATION « AVANCEE »

Recherche d'essais mesurant effectivement un niveau de performance


en relation avec les diverses fonctionnalités de la chaussée (capacité
portante, résistance à l’orniérage, la fatigue, au vieillissement, …)

Cette caractérisation est basée sur la mesure de grandeurs


« rhéologiques »
(la rhéologie est la science traitant de l’écoulement des matériaux
sous l’effet de diverses sollicitations)

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 37


LE BITUME : essais conventionnels

Les systèmes « conventionnels » de caractérisation, développés


pour les bitumes purs, couvrent trois types de propriétés :

CONSISTANCE (fonction de la température)

- Pénétrabilité
- Point de Ramollissement Bille & Anneau
- Point de FRAASS
- Viscosité
PROPRIETES SPECIFIQUES

- Tenue au vieillissement
- Teneur en paraffines (susceptibilité thermique, adhésivité)
PROPRIETES LIEES A LA MISE EN OEUVRE

- Densité
- Point d ’éclair
- Teneur en insolubles
- Viscosité

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 38


CONSISTANCE DU BITUME

LA CONSISTANCE DÉPEND DE LA TEMPÉRATURE !

Point de
Point de FRAASS Pénétrabilité Viscosité
Ramollissement
°C mm/10 °C mPa.s

0°C 25°C 60°C 135°C

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 39


LE BITUME : essai de pénétrabilité
Norme EN 1426

h en 1/10 de mm = pénétrabilité

100g
100g
à 25°C

avant après 5 secondes


Classes 20/30 35/50 50/70 70/100 160/220
Péné
20/30 35/50 50/70 70/100 160/220
(1/10mm)
Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 40
LE BITUME : essai bille et anneau
Norme EN 1427

liant bille T bille et anneau


anneau

avant après

T début = 5°C Chauffage + agitation


(+ 5°C/min)

Classes 20/30 35/50 50/70 70/100 160/220


TBA (°C) 55/63 50/58 46/54 43/51 35/43

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 41


L'indice de pénétrabilité du bitume

Pénétrabilité
1000 (1/10 mm) Bitume 2
a (moins susceptible que le 1)
Bitume 1

100
85

20
10
b 10 20 30 40 50 60 70 Température (°C)
log P = aT + b log P1 – log P2 1 20 – IP 20 – 500 a
= x IP =
T1 – T2 50 10 + IP 50 a + 1
Permet de mesurer la susceptibilité thermique des bitumes
Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 42
LE BITUME : essai de FRAASS
EN 12593

Film de bitume sur une lame d’acier

θ : 1°C / min

⇒ θ FRAASS

Refroidissement de l’échantillon,
puis flexions successives
à différentes températures

Cet essai n’est pas retenu au niveau français

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 43


Mesures de viscosité

Viscosité : propriété d’un fluide d’opposer une résistance à tout déplacement


ou changement de forme

épaisseur Force
S
Vitesse

Viscosité η = Contrainte de Cisaillement / taux de cisaillement


= (F/S)/(V/e) en mPa.s (Cpo –centipoise)

Viscosité préconisée (bitumes purs):


•Enrobage : 150 mPa.s
•Limite pompabilité : 1500 mPa.s

Cône - plan Cylindres coaxiaux

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 44


LE BITUME : essai RTFOT

RTFOT = Rolling thin film – oven test


Norme NF EN12607-1

thermocouple
Etuve

Bouteilles porte
échantillon

Arrivée d’air
Conditions : m = 35 g T=163°C 15 tours/min - 75 min
débit de l'air = 4 l/min
Classes 20/30 35/50 50/70 70/100 160/220
Variation de masse, maximum, ± (%) 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5
Pénét. restante après durciss., minimum (%) 55 53 50 46 37
Point de ram. après durciss., minimum (°C) 57 52 48 45 37
Augmentation du point de ram., maximum (°C) 8 8 9 9 11

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 45


Essai RTFOT

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 46


LE BITUME : point d'éclair
Norme NF EN 22592

en vase ouvert

thermomètre
veilleuse

vase de bitume

chauffage

Classes 20/30 35/50 50/70 70/100 160/220


Point d'éclair, minimum (°C) 240 240 230 230 220

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 47


Corrélation densité - température

1.03
Masse volumique (g/cm3)
1.02
1.01
1.00
0.99
0.98
0.97
0.96
0.95
0.94 Péné :
0.93 15
0.92 50
0.91 100
0.90 200
(1/10mm
0.89 Température (°C) )
0.88
25 50 75 100 125 150 175 200 225
Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 48
LE BITUME : les classes
Norme NF EN 12591

Classes les plus appropriées


Méthode
en France
Caractéristiques U normalisée de
référence 20/30 35/50 50/70 70/100 160/220

Pénétrabilité à 25 °C 1/10mm EN 1426 20-30 35-50 50-70 70-100 160-220

Point de ramollissement °C EN 1427 55-63 50-58 46-54 43-51 35-43

Résistance au durcissement RTFOT à 163 EN 12607-1


°C
- variation de masse, maximum ± % EN 12607-1 0,5 0,5 0,5 0,5 0,5

- pénétrabilité restante
% EN 1426 55 53 50 46 37
après durcissement, minimum
- point de ramollissement %
EN 1427 57 52 48 45 37
après durcissement, minimum

-augmentation du point
°C EN 1427 8 8 9 9 11
de ramollissement, maximum

Point d'éclair, minimum °C EN 22592 240 240 230 230 220

Solubilité, minimum %(m/m) EN 12592 99,0 99,0 99,0 99,0 99,0

Teneur en paraffines, maximum %(m/m) EN 12606-2 4,5 4,5 4,5 4,5 4,5

Une norme (prEN 13924) concernant les bitumes durs (10/20 et 15/25) est en préparation
Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 49
Bitumes purs : Conditions nationales
particulières Classes de pénétrabilité de 20 à 330
Norme NF EN 12591

Pays
Classes
Méthode dans lesquels
Unité
d’essai les propriétés
20/30 30/45 35/50 40/60 50/70 70/100 100/150 160/220 250/330 s’appliquent
EN 12606-1 2,2 2,2 2,2 2,2 2,2 2,2 2,2 2,2 2,2
Teneur en paraffines,maximum %m/m AT,DK,DE,FR,GR
EN 12606-2 4,5 4,5 4,5 4,5 4,5 4,5 4,5 4,5 4,5
Viscosité dynamique à 60 °C, AT,DK,IS,NL,NO,
Pa-s EN 12596 440 260 225 175 145 90 55 30 18
minimum CH,SE
Viscosité cinématique à 135 °C, mm²/s AT,BE,DK,GB,IS,
minimum EN 12595 530 400 370 325 295 230 175 135 100
FI,NL,NO,PT,CH,SE
Point de Fragilité Fraass, °C AT,BE,CZ,DK,ES,FI,
maximum EN 12593 -5 -5 -7 -8 -10 -12 -15 -16
DE,IS,IT,NO,CH,SE
Résistance au durcissement EN 12607-1
Une des options suivantes peut être ou
choisie : EN 12607-3
1-Augmentation du point de AT,DK,FR,DE,IS,
ramollissement, maximum °C EN 1427 8 8 8 9 9 9 10 11 11
NO,PT,SE
2-Augmentation du point de
ramollissement, maximum et du EN 1427 10 11 11 11 11 11 12 12 12
°C CZ,IT
point de Fraass, maximum EN 12593 -5 -5 -7 -8 -10 -12 -15 -16

3-Augmentation du point de EN 1427 10 11 11 11 11 11 12 12 12


ramollissement, maximum et de
l’indice de pénétrabilité minimum °C BE,ES,NL,CH,GR
annexe B -1,5 -1,5 -1,5 -1,5 -1,5 -1,5 -1,5 -1,5 -1,5
maximum +0,7 +0,7 +0,7 +0,7 +0,7 +0,7 +0,7 +0,7 +0,7

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 50


Bitumes durs : pr EN 13924

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 51


BITUMES POLYMERES
Propriétés caractéristiques

• Augmentation de la viscosité

• Amélioration de la cohésion

• Diminution de la susceptibilité thermique

• Amélioration des propriétés rhéologiques

• Amélioration de l 'adhésivité passive (meilleure


résistance au désenrobage sur la chaussée)

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 52


BITUMES POLYMERES
DEFINITIONS

- Polymère: Un polymère est une substance constituée de


macromolécules dont la structure est
caractérisée par la répétition d'un ou plusieurs
motifs monomères

- Copolymère:Un copolymère est un polymère particulier


renfermant plusieurs monomères différents. Par
exemple, le copolymère EVA est composé de
monomères d'éthylène et d'acétate de vinyle.

- Réticulation:La réticulation est la formation de liaisons


chimiques suivant les différentes directions de
l'espace, qui conduit à la formation d'un réseau.

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 53


BITUMES POLYMERES
Les polymères les plus utilisés

THERMOPLASTIQUES ELASTOMERES
Copolymères Styrène-Butadiène : SBS / SB / SBR / SEBS
Copolymère Styrène-Isoprène-Styrène : SIS

THERMOPLASTIQUES PLASTOMERES
Copolymères d’éthylène : EVA / EMA / EBA
Polyisobutylène : PIB (amélioration prop. à froid)

LATEX ( Emulsion de caoutchouc)


Polychloroprène / SBR / Caoutchouc naturel

Additif : POUDRETTE DE CAOUTCHOUC


(Recyclage des pneumatiques)

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 54


BITUMES POLYMERES
Recherche du « Liant Idéal »

LA NOTION D ’INTERVALLE DE PLASTICITE


Liant trop mou =
ORNIERAGE / RESSUAGE
Température de
ramollissement

Plage des
températures CONSISTANCE
de service SATISFAISANTE

Température de
fragilité
Liant trop rigide =
FISSURATION / REJETS

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 55


BITUMES POLYMERES
Domaines d’emploi

enduits superficiels (bitumes fluxés ou émulsions)


fort trafic
forte sinuosité
réduction des risques d'échec dans des conditions
d'applications limitées

couches d'accrochage (émulsions)

enrobés (liants chauds)

BBDr, BBUM, BBTM

procédés spéciaux
complexes anti-remontée de fissures
membranes d'étanchéité

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 56


BITUMES POLYMERES
Procédés de fabrication

MELANGE PHYSIQUE

RETICULATION IN-SITU
Bitume + copolymère de faible masse moléculaire (mélange physique)

Puis réticulation in-situ du copolymère par greffage chimique


(par ex. avec du soufre) exemple : le STYRELF

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 57


Liants modifiés – Polymères

Huiles

Matrice bitume
- environ 3 % de polymères
- utilisation routière

Polymère Gonflement (Phase continue bitume)


du polymère

Matrice polymère
+ de 6 % de polymères
(Phase continue polymère)

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 58


BITUMES POLYMERES
Mélanges physiques

MICROSTRUCTURE

100μm

Polymères < 3 % : Polymères ~ 5 % : Polymères > 7 % :

matrice bitume deux phases continues matrice polymère

•Cohésion ↑ •Cohésion ↑↑ •Cohésion ↑↑↑


•Susceptibilité thermique ↓ •Propriétés •Propriétés rhéologiques
•Propriétés rhéologiques ↑ rhéologiques↑↑ ↑↑↑
•Stabilité au stockage ? •Stockage ?? •Stockage ???
•Histoire thermique ???

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 59


BITUMES POLYMERES
Mélanges physiques NF EN 13399

COMPATIBILITE - STABILITE AU STOCKAGE


Liant chaud
haut TBA, Visco, G*, ...
180 °C 165 °C 160 °C % polymère
3 jours 5 jours 1 mois
TBA, Visco, G*, ...
bas % polymère
UN PROBLEME DE CINETIQUE CONDITIONNE PAR :
• Température et temps de stockage
• Teneur en polymère
• Différence de densité entre les phases
• Solubilité du polymère, microstructure
• Géométrie et taille du récipient !

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 60


BITUMES POLYMERES
Réticulation in-situ

Bien maîtrisée, la réticulation in-situ permet la réalisation


d’un réseau polymère fin et homogène. D’où :

Une très bonne stabilité au stockage


Des propriétés mécaniques améliorées

MICROSTRUCTURE
FORCE BITUME PUR
MELANGE PHYSIQUE
APRES RETICULATION

DEFORMATION

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 61


Liants modifiés : retour élastique
NF EN 13398

Éprouvette initiale : L0= 30 mm

à 50 mm/min à 25°C
•Etirement 200 mm

L0

•Puis coupure au milieu



et attente 1 heure
L1 L2
RE =100-((L1+L2-L0)/200)x100 RE dépend du type de polymère utilisé
(% de 0 à 100%) (favorise les SBS)
Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 62
Bitume : Adhésivité - Cohésivité

Granulat

Adhésivité
Cohésivité

Liant
Support

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 63


Bitume : cohésivimètre VIALIT
NF EN 13588

Position de départ

Cadran gradué

Remontée
Impact Cube métallique après choc

Trajectoire
Liant
de l'arête
Point de choc
Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 64
Interprétation de la cohésion

Cohésion
J/cm²
CM
1,3

1,0
CM
0,7
ΔT ΔT
0,5
Bitume pur Bitume modifié
0,3
0,1
T °C
18 35

2 critères : → Cohésion maximale CM


→ Intervalle de température (ΔT) pour C ≥ 0,5 J/cm²

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 65


Adhésivité liant - granulat

Adhésivité active = mouillabilité Eau


Liant

Adhésivité passive = résistance au désenrobage

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 66


BITUMES POLYMERES
Comment choisir ?

Critères de choix :
le niveau de modification nécessaire
le site de production
les cadences du chantier
les quantités
les équipements de la centrale d'enrobage :
stockage, brassage, possibilité d'utiliser des
additifs
le prix

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 67


Liants modifiés : conditions d'emploi

Liants modifiés ≠ bitumes purs

Précautions d'emploi spécifiques :


conditions de stockage
température de pompabilité
température d'enrobage
température de mise en œuvre
vieillissement
viscosité plus élevée

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 68


Additifs en centrale

Types d'additifs :
-Gilsonite (poudre d'asphalte naturel)
-Fibres
-Polyéthylène (PE) utilisés uniquement
pour ajout en centrale
Petits chantiers - Sacs thermofusibles (ou en vrac)
Centrales discontinues (ou continues avec anneau de recyclage)

™ Gilsonite : Bitume 50/70 + 0,7 ppc / granulats


™ Fibres cellulosiques : Bitume 50/70 + 0,3 ppc fibres / Valeurs
granulats indicatives
™ PE : Bitume 35/50 + 0,6 ppc PE / granulats

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 69


LIANTS DE SYNTHESE

Qualités disponibles en France : 25/35, 35/50, 50/70,


70/100
Base (végétale ou pétrolière) de résine et huile avec ou
sans polymère

Liant de synthèse

Enrobés clairs ou colorés


BBTM, BBM, BBSG

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 70


LIANTS DE SYNTHESE

Plus grande susceptibilité thermique que le bitume


classique

Excellente maniabilité de l’enrobé


ou de l’asphalte coulé

Moindre vieillissement à l ’enrobage


Excellente tenue à l ’eau
Excellente adhésivité sur toutes natures de granulats

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 71


ENROBES COLORES

Enrobé rouge au bitume classique pigmenté à l ’oxyde


de fer (5 à 7 ppc)

Enrobé rouge ou vert au bitume pigmentable de faible


teneur en asphaltènes, pigmentés à l ’oxyde de fer (3 à
5 ppc) ou à l ’oxyde de chrome (4 à 7 ppc)

Enrobé coloré au liant de synthèse par différents


oxydes (fer,chrome, fer, cobalt) en faible quantité (0,5-
2 ppc), translucide en film mince, sans asphaltènes,
éventuellement modifié polymères

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 72


LIANTS « ANTI-KEROSENE »

3 TYPES :

- Liants spéciaux d’origine pétrolière avec


polymère qui résistent à des projections de carburants

- Liants à base de goudron offrent une bonne


résistance mais posent des problèmes toxicologiques

- Liants à base de résines : époxy, acrylique …


efficaces mais très coûteux et d’utilisation limitée

Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place – Montréal 2006 73