Vous êtes sur la page 1sur 263

ION MURĂREŢ

LA SYNTAXE ET LES CATÉGORIES GRAMMATICALES


I
LE NOM ET SES DÉTERMINANTS
Descrierea CIP a Bibliotecii Naţionale a României
MURĂREŢ, ION
La syntaxe et les catégories grammaticales (I) / Ion Murăreţ –
Bucureşti: Editura Fundaţiei România de Mâine, 2005
260 p.; 23,5 cm.
Bibliogr.
ISBN 973-725-275-6
Vol. I : Le nom et ses déterminants – 2005 -.
ISBN 973-725-276-4

811.133.136

© Editura Fundaţiei România de Mâine, 2005

Redactor: Cosmin COMARNESCU


Tehnoredactor: Brînduşa DINESCU
Coperta: Marilena BĂLAN (GURLUI)
Bun de tipar: 03.05.2005; Coli tipar: 16,25
Format: 16/70x100
Editura şi Tipografia Fundaţiei România de Mâine
Splaiul Independenţei nr. 313, Bucureşti, Sector 6, O.P. 83
Telefon/Fax: 410 43 80; www.SpiruHaret.ro
e-mail: contact@edituraromaniademaine.ro
UNIVERSITATEA SPIRU HARET
FACULTATEA DE LIMBI ŞI LITERATURI STRĂINE

Prof. univ. dr. ION MURĂREŢ

LA SYNTAXE ET LES CATÉGORIES


GRAMMATICALES
I
LE NOM ET SES DÉTERMINANTS

EDITURA FUNDAŢIEI ROMÂNIA DE MÂINE


Bucureşti, 2005
TABLE DES MATIÈRES

LE GROUPE NOMINAL (GN)


Définition générale ……………………………………………………………………. 11
Le groupe nominal minimal …………………………………………………………... 11
Le groupe nominal étendu …………………………………………………………….. 12
Remarques sur la structure interne du GN ……………………………….…….. 12
Fonctions syntaxiques du GN ………………………………………………………… 13
Valeurs sémantiques du GN ……………………………………………………. 14

LES DÉTERMINANTS DU NOM


Définitions …………………………………………………………………………….. 15
Classes de déterminants; leurs divisions ……………………………………………… 16
Combinaison de déterminants ………………………………………………………… 17
Les déterminants et l’article …………………………………………………………... 17
Le déterminant indéfini (le qualifieur) tel ……………………………………… 18

LES ARTICLES
(L’article défini, l’article indéfini, l’article partitif, l’article zéro)
L’ARTICLE DÉFINI ……………………………………………………………………. 19
Les formes de l’article défini en français contemporain ……………………………… 19
Diachronie …………………………………………………………………………….. 20
L’article défini employé dans le code écrit et dans le code oral ……………………… 20
Formes de l’article défini employées au masculin singulier …………………… 20
Formes de l’article défini employées au féminin singulier …………………….. 20
L’article défini employé au masculin pluriel …………………………………... 20
Formes de l’article défini employées au féminin pluriel ………………………. 21
L’élision ……………………………………………………………………….……… 21
La non-élision …………………………………………………………………………. 21
L’article et l’aspirée laryngienne h …………………………………………….. 21
Autres phénomènes linguistiques de non-élision ………………………………. 22
Agglutination de l’article défini ……………………………………………….……… 22
Déglutination …………………………………………………………………………. 23
La contraction …………………………………………………………………………. 23
Diachronie …………………………………………………………………………….. 24
La contraction de l’article défini avec le titre d’un ouvrage, d’une œuvre …………… 25
Autres remarques concernant la contraction de l’article défini ………………... 26
Valeurs et emplois de l’article défini ………………………………………….……… 27
Le pluriel générique de l’article défini les ……………………………………... 29
Valeur distributive de l’article ………………………………………………………… 32
5
L’article défini employé devant un nom de division du temps pour marquer
la fréquence, l’habitude ……………………………………………………………….. 32
L’article défini et le superlatif relatif ………………………………………….……… 34
L’article défini devant un qualificatif …………………………………………………. 35
L’emploi de l’article défini féminin devant les noms de fêtes religieuses ……………. 35
L’article défini devant les noms propres de personnes ……………………………….. 35
L’emploi de l’article défini après le titre d’un souverain ……………………… 37
L’emploi de l’article défini après le titre d’un prince, d’un duc ………………. 37
L’article défini et le nom saint …………………………………………………. 37
L’article défini devant les noms propres géographiques ……………………………… 38
L’article et les noms de villes ………………………………………………….. 38
L’article devant les noms de pays ……………………………………………… 38
Noms de pays employés sans article …………………………………………… 39
L’article défini et l’indication du lieu, de la direction du déplacement ………... 39
L’article défini et les noms d’îles ………………………………………………. 40
L’article défini et les noms de cours d’eau ………….…………………………. 41
L’article et les noms d’océans, de mers ……………………………………….. 41
L’article et les noms de montagnes ……………………………………………. 41
L’article défini et les noms des départements ………………………………….. 41
Les noms de peuples et l’article défini …………………………………………. 42
Les noms de provinces françaises et l’article ………………………………….. 42
L’article et les noms des habitants correspondant aux villes de France ……… 42
L’article et les noms des habitants correspondant aux capitales des pays
de l’Europe …………………………………………………………………….. 43
Répétition de l’article défini ………………………………………………………….. 43
Répétition de l’article dans les dates …………………………………………… 44
L’ARTICLE INDÉFINI …………………………………………………………………. 45
Les formes de l’article en français moderne ………………………………………….. 45
Valeurs et emplois de l’article indéfini ……………………………………………….. 48
Les formes réduites de l’article indéfini ………………………………………………. 49
Diachronie …………………………………………………………………………….. 50
L’emploi de la forme réduite de de l’article indéfini après un adverbe
de quantité ……………………………………………………………………… 51
La locution bien d’autres ………………………………………………………. 52
La forme des soulignant la quantité ……………………………………………. 52
La plupart et l’article indéfini ………………………………………………….. 53
L’article indéfini et la négation ………………………………………………… 53
L’emploi de des après ce ne sont pas …………………………………………... 53
L’article indéfini employé en relation avec le pronom en ……………………... 54
L’article indéfini devant le nom attribut ……………………………………….. 54
L’article indéfini et le superlatif relatif ………………………………………… 55
L’article indéfini et les structures clivées ………………………………………. 55
L’article indéfini dans les phrases exclamatives ………………………………. 55
L’article indéfini devant les noms propres …………………………………….. 55
L’article indéfini devant les noms en apposition ………………………………. 56
L’ARTICLE PARTITIF …………………………………………………………………. 57
Formes de l’article partitif …………………………………………………………….. 57
Définitions, remarques ……………………………………………………………….. 57
Formes de l’article partitif …………………………………………………………….. 57
L’article partitif (diachronie) ………………………………………………………….. 58

6
Formes de l’article partitif en français contemporain ………………………………… 60
Emplois de l’article partitif …………………………………………………………… 60
L’article partitif et les noms qui deviennent non-comptables ………………………… 61
L’article partitif et le nom précédé d’un adjectif épithète …………………………….. 61
L’article partitif et la négation absolue ……………………………………………….. 62
L’article partitif et la négation d’extension limitée …………………………………… 62
L’article partitif et l’interrogation rhétorique …………………………………………. 63
L’article partitif et la structure ne … que ……………………………………………... 63
L’article partitif et la préposition sans ………………………………………………... 63
L’article partitif et le présentatif c’est ………………………………………………… 63
Degré zéro de l’article (l’article zéro) ………………………………………………... 65
L’article zéro devant les noms communs ……………………………………………... 65
L’article zéro et l’attribut du complément d’objet …………………………….……… 66
L’article zéro devant les compléments de noms ……………………………………… 66
L’article zéro dans les énumérations ………………………………………………….. 67
L’article zéro et la structure des locutions verbales …………………………………... 69
L’article zéro dans certains circonstants formés par un groupe prépositionnel ………. 69
L’article zéro dans certaines comparaisons après comme, devant un nom qui représente
le second terme de la comparaison …………………………….………………… 70
Les GN dépourvus d’article dans les énoncés de type proverbial …………….………. 70
L’article zéro devant les noms des jours de la semaine ……………………….……… 70
L’article zéro devant les noms des mois de l’année …………………………………... 71
L’article zéro dans les énoncés abrégés ……………………………………….……… 71
L’article zéro dans les adresses ……………………………………………………….. 72
Diachronie …………………………………………………………………………….. 72

LE DÉTERMINANT DÉMONSTRATIF
Diachronie …………………………………………………………………………….. 75
Le déterminant démonstratif en français contemporain. Formes des déterminants
démonstratifs simples ………………………………………………………….. 78
Formes composées du déterminant démonstratif ……………………………………... 80
Les déterminants démonstratifs: valeurs sémantiques, emplois ………………………. 80
Le démonstratif en concurrence avec l’article défini …………………………………. 83
Valeurs affectives du déterminant démonstratif ………………………………………. 84
Les valeurs d’emploi du déterminant démonstratif composé au moyen des particules
adverbiales ou déictiques -ci et -là ……………………………………………... 85
Le déterminant démonstratif devant les noms propres ………………………………... 86
Répétitions du déterminant démonstratif ……………………………………………... 87

LE DÉTERMINANT POSSESSIF
Définitions, remarques ………………………………………………………………... 88
Formes du déterminant possessif (Généralités) ………………………………………. 88
Le déterminant possessif. Formes atones (les noms commencent par une consonne
ou par un h aspiré) ………………………………………………………………... 89
Formes atones (les noms commencent par une voyelle ou par un h muet) …….. 89
Formes toniques du déterminant possessif ……………………………………... 89
Diachronie …………………………………………………………………………….. 90
7
Les possessifs en ancien français ……………………………………………………... 90
Formes et emplois du déterminant possessif contemporain ………………………….. 93
Le déterminant possessif en concurrence avec l’article défini ………………………... 95
La concurrence du pronom en et du déterminant possessif …………………………... 96
Chacun et le déterminant possessif …………………………………………………… 97
Le pronom indéfini on et le déterminant possessif …………………………………… 99
Redondance de dont et du déterminant possessif ……………………………………... 99
Valeurs sémantiques du déterminant possessif ……………………………………….. 101
Valeurs affectives du déterminant possessif …………………………………..……… 102
Les formes toniques du déterminant possessif ………………………………………... 103
Répétition du déterminant possessif …………………………………………………... 104

LES DÉTERMINANTS INTERROGATIFS ET EXCLAMATIFS


Le déterminant interrogatif ……………………………………………………………. 105
Les fonctions du déterminant interrogatif ……………………………………… 105
Le déterminant exclamatif …………………………………………………………….. 107

LE DÉTERMINANT RELATIF
Formes du déterminant relatif ………………………………………………………… 109
Emplois du déterminant relatif lequel ………………………………………………... 109

LES DÉTERMINANTS NUMÉRAUX CARDINAUX


(QUANTIFIANTS NUMÉRIQUES)
Les formes des déterminants numéraux cardinaux …………………………………… 111
Combinaisons du numéral cardinal avec les autres déterminants …………………….. 114
L’emploi du numéral cardinal avec différentes prépositions …………………………. 114
Les numéraux cardinaux employés comme pronoms ………………………………… 118
Les numéraux cardinaux employés pour des numéraux ordinaux ……………………. 118
Remarques sur la prononciation de certains numéraux cardinaux (quantifiants numériques) 119
Numéraux cardinaux employés comme noms ………………………………………... 121

LES NUMÉRAUX ORDINAUX


Formation des numéraux ordinaux ……………………………………………………. 123
Remarques concernant l’emploi des numéraux ordinaux deuxième et second ……….. 125
Emploi des anciens numéraux ………………………………………………………… 125
Les numéraux ordinaux et les fractions ……………………………………………….. 126
L’accord du numéral ordinal ………………………………………………………….. 127
Autres numéraux ……………………………………………………………………… 127

LES DÉTERMINANTS INDÉFINIS


Les déterminants indéfinis qui désignent une quantité nulle …………………………. 130
Les quantificateurs (ou quantifieurs) de la singularité ………………………………... 133
Les quantifieurs (quantificateurs) de la pluralité ……………………………………… 135
Le quantificateur (quantifieur) de la totalité: tout …………………………………….. 139
Le déterminant indéfini distributif chaque …………………………………………... 143
Les non-quantificateurs (les non-quantifieurs) ……………………………………….. 144

8
LE NOM
Définitions, remarques ………………………………………………………………... 152
Le nom étudié au point de vue sémantique …………………………………………… 153
Le nom autonyme ……………………………………………………………………... 155
Le nom propre ………………………………………………………………………… 155
Types de noms propres ………………………………………………………………... 157
Noms propres issus de noms communs ……………………………………….………. 158
Noms communs issus de noms propres ……………………………………….………. 159
Traits caractéristiques des noms propres ……………………………………………… 162
L’emploi de l’article défini devant les noms propres ………………………….. 162
Fonctions syntaxiques des noms propres ………………………………………. 163
Les noms propres et la place de l’adjectif épithète …………………………….. 163
Les noms communs …………………………………………………………………… 163
La sous-catégorisation des noms communs ……………………………………. 164
Transfert de la catégorie des noms comptables à la catégorie des noms massifs 165
Les noms animés /vs/ les noms non-animés …………………………………… 166
Noms animés [± humain] ………………………………………………………. 167
Noms concrets / noms abstraits ………………………………………………… 167
Noms [± mâle] …………………………………………………………………. 169
Noms [± collectif] ……………………………………………………………… 169
Le genre des noms ……………………………………………………………………. 170
Le genre neutre …………………………………………………………………. 171
Noms employés dans des locutions figées et dont le genre n’est pas clairement
exprimé …………………………………………………………………………. 172
Homonymes distingués par le genre …………………………………………… 173
Homophones, en général monosyllabiques, distingués au moyen du genre …… 179
Le genre des noms inanimés [-animé] …………………………………………. 180
Changements de genre dus a l’action analogique d’autres mots ou de groupes
de mots …………………………………………………………………………. 181
Changement de genre à la suite du retour au genre latin ou grec ……………… 181
Critères permettant de déterminer le genre des noms faisant partie de certains
champs sémantiques ……………………………………………………………. 185
Répartition des inanimés entre le masculin et le féminin suivant la forme
des suffixes …………………………………………………………………….. 190
Le genre des noms change suivant le sens exigé par leur emploi
dans un certain contexte ……………………………………………………….. 191
Noms qui changent de genre en changeant de nombre ………………………… 194
Genre des noms géographiques ………………………………………………… 196
Remarques concernant le genre des certains noms de fêtes ……………………. 198
Genre des noms employés par métonymie ou supposant une ellipse ………….. 199
Genre des noms de navires …………………………………………………….. 199
Genre des noms d’aéronefs …………………………………………………….. 199
Genre des noms d’automobiles ………………………………………………… 200
Genre de certains noms composés ……………………………………………... 200
Le genre de mots étrangers …………………………………………………….. 201
Genre des noms animés (noms [+animé]) …………………………………………… 202
Genre des noms qui désignent des arbres ……………………………………… 202
Le genre des noms d’animaux …………………………………………………. 203
Le genre des noms d’êtres humains ……………………………………………. 207
9
Un nom dont le genre subit des variations: gens ………………………………. 209
Les marques du féminin des noms d’êtres humains …………………………… 212
Valeurs sémantiques et stylistiques du singulier et du pluriel …………………. 226
L’emploi du nombre en français contemporain ………………………………... 228
Hésitations dans l’emploi du nombre de certains noms ……………………….. 235
Les marques du pluriel dans le code oral ………………………………………. 237
La nature des marques du pluriel dans le code écrit …………………………… 239
Le pluriel des noms accidentels ………………………………………………... 244
Les noms composés, leur pluriel ……………………………………………………… 244
Les noms propres: les marques du pluriel …………………………………………….. 253
Pluriel des noms empruntés aux langues étrangères ………………………………….. 254

Bibliographie ………………………………………………………………………….. 259

10
LE GROUPE NOMINAL (GN)

DÉFINITION GÉNÉRALE

Le groupe nominal (GN) ou le syntagme nominal (SN) est composé d’une


séquence ordonnée de mots qui réunit autour d’un nom les déterminants de celui-ci.
Le groupe nominal peut avoir une ou plusieurs expansions.
On appelle expansion tout terme que l’on peut ajouter à une phrase ou que
l’on peut supprimer de celle-ci sans que les rapports grammaticaux entre les termes
soient modifiés.
Ex.: Le chien de mon voisin aboie après les chats (de mon voisin est l’expansion
du groupe nominal le chien). Le train de marchandises entre en gare (de marchan-
dises est l’expansion du groupe nominal le train).

N.B.1 Les expansions sont de différentes espèces au point de vue syntaxique


(voir le GN étendu).
N.B.2 Le GN peut ne pas avoir d’expansions.
Dans le vers „Mon âme a son secret” (F. Arvers, Sonnet), le GN „Mon
âme” n’est accompagné d’aucune expansion.

On distingue généralement le groupe nominal minimal et le groupe nominal


étendu.

Le groupe nominal minimal

La structure minimale du GN (ou SN) correspond à un syntagme constitué


d’un nom éventuellement précédé d’un déterminant (article démonstratif, possessif,
indéfini, etc.).
Ex.: une voiture, cette voiture, ma voiture, quelques voitures, etc. „L’air est
brûlant et pas une feuille ne bouge; / Et saint Joseph, très las, a laissé choir la gouge ...”
(Heredia, Le huchier de Nazareth). „Cette verrière a vu dames et hauts barons/
Étincelants d’azur, d’or, de flamme et de nacre ...” (Heredia, Vitrail). „Deux guerriers
ont couru l’un sur l’autre ...” (Baudelaire, Duellum). „Mon esprit est pareil à la tour
qui succombe”… (Baudelaire, Chant d’automne).
Le groupe nominal peut être représenté par un nom sans déterminant.
Ex.: „Cléopâtre semble un grand oiseau d’or qui guette au loin sa proie”
(Heredia, Le Cydnus). Autun est une ville fondée par l’empereur Auguste; elle s’est
appelée Augustodunum. Pierre traverse la rue. „Marie m’a dit qu’elle aimerait
connaître Paris” (Camus, L’Étranger).

11
Le groupe nominal étendu

Le groupe nominal étendu possède par rapport au groupe nominal minimal un


ou plusieurs modificateurs du nom; le GN étendu est une expansion du groupe
nominal canonique ou minimal.
Dans le groupe nominal étendu (ou complexe), le nom peut être accompagné:
a) d’un adjectif qualificatif.
Ex.: „Le vieux fleuve alangui roule des flots de plomb” (Heredia, La vision du
Khèm)”. Dans l’immense hall qui aurait volontiers servi de hangar au Graf-Zeppelin
et d’entrepôt au cirque Barnum, des gens se congratulaient avec des effusions
humides qui feraient cavaler (terme familier; n.n. – I.M.) l’aiguille du baromètre au
Variable” (San-Antonio, Tu vas trinquer San-Antonio). Une belle maison a été bâtie
dans ce quartier.
„Et mon sein, où chacun s’est meurtri tour à tour, /Est fait pour inspirer au
poète un amour / Éternel et muet ainsi que la matière” (Baudelaire, La Beauté).
b) d’un groupe adjectival formé d’un adverbe et d’un adjectif.
Ex.: Un tout petit chagrin implique le plus souvent une cause précise. J’ai vu
à la télé un film assez plaisant.
c) d’un groupe adjectival formé d’un adjectif et de ses compléments.
Ex.: Le pilote savait sa voiture prête à démarrer.
d) d’un groupe prépositionnel.
Ex.: Un séjour à la montagne.
Un fragment de rocher barrait la route. La nièce de la voisine était très belle.
e) d’une proposition relative.
Ex.: Les mots qui étaient superflus ont été supprimés du texte.
„Mais l’Homme indifférent au rêve des aïeux/Écoute sans frémir, du fond des
nuits sereines,/La Mer qui se lamente en pleurant les Sirènes” (Heredia, L’oubli).
Je veux que mon fils range les livres qui encombrent son bureau. „Car j’ai
pour fasciner ces dociles amants, /De purs miroirs qui font toutes choses plus
belles, / Mes yeux, mes larges yeux aux clartés éternelles” (Baudelaire, La Beauté).
f) d’une proposition complétive essentielle (une conjonctive essentielle, selon
M. Grevisse, Le Bon Usage, 1997).
Ex.: La crainte qu’il ne soit pas reçu à l’examen l’empêchait de dormir. La
nouvelle que Jeanne allait se marier, se répandit très vite. „L’idée que M. Aîné
pouvait avoir eu vent des billets qu’il adressait à Sonia, paralysait François”
(Exbrayat, Amours auvergnates).
g) d’un infinitif.
Ex.: Le plaisir de rompre (titre d’une pièce de J. Renard). Avoir le cœur à
rire (W). La fierté d’avoir fait son devoir. Un homme à rire de tout.
Remarques sur la structure interne du GN
Le GN comporte une tête (un nom noyau), une position occupée par un
spécifieur et des compléments. Le GN est ainsi nommé parce que la tête qu’il
possède est un nom. Le groupe adjectival possède ce nom parce que sa tête est un
adjectif. C’est la tête qui attribue au groupe nominal ou adjectival ses propriétés
référentielles. Le nom peut, en général, référer à un objet de la réalité; il possède
cette propriété.
12
Remarque I. La tête (ou le constituant fondamental) du GN est formée, en
général, par un nom; mais elle peut aussi être formée par un substitut du nom
(= pronom personnel, pronom démonstratif, pronom possessif).
Ex.: Il est avocat.
Remarque II. À gauche de la tête nominale se trouve la position de spécifieur.
C’est dans cette place que se trouvent les éléments qui déterminent la tête. La
position de spécifieur peut être occupée par les déterminants possessifs, démon-
stratifs, etc.
Fonctions syntaxiques du GN
Le GN peut être:
A. Sujet de la phrase
Ex.: La pluie trempe la terre.
„Le couchant dardait ses rayons suprêmes” (Paul Verlaine, Promenade senti-
mentale).
„L’orage rajeunit les fleurs” (Baudelaire, Madrigal triste).
„Le bourdon se lamente” (Baudelaire, Spleen).
B. Complément d’objet direct .
Ex.: André grandit les difficultés.
„Je hais le mouvement qui déplace les lignes” (Baudelaire, La Beauté).
C. Le GN peut être constituant d’un groupe prépositionnel.
Ce GP peut remplir les fonctions syntaxiques suivantes :
a) complément indirect du verbe :
Ex.: La paresse nuit à la santé. „Pourquoi l’homme fait-il la chasse à son
voisin ?” (Baudelaire, Le calumet de paix). Souvenez-vous de vos belles années.
Séparer le bon grain de l’ivraie.
b) complément circonstanciel (circonstant).
Ex. : „De grands oiseaux passaient sous les voûtes fleuries / Et dans les lacs
d’argent pleuvait l’azur des cieux” (Heredia, Jason et Médée). La verrerie est rangée
sur des étagères.
c) complément de nom
Ex.: L’art de la prose est un ouvrage important de Gustave Lanson. „Une
Nymphe s’égare et s’arrête. Elle écoute /Les larmes du matin qui pleuvent goutte à
goutte / Sur la mousse ... ” (Heredia, Pan). „Le lendemain, 30 avril, une brise déjà
tiède soufflait dans un ciel bleu et humide. Elle apportait une odeur de fleurs qui
venait des banlieues les plus lointaines” (Camus, La Peste).
d) complément de l’adjectif
Ex.: Il est très fier de son succès.
D. Attribut du sujet
Ex.: L’oisiveté est la mère de tous les vices. „Le ciel tout en fleur semble une
immense rose” (Heredia, Le réveil d’un Dieu).
E. Attribut de l’objet
On la nommait la princesse des pauvres (= la mère Thérèse).
F. Le GN peut entrer dans la formation d’un circonstant (= complément
circonstanciel) constitué d’un groupe nominal de rection (construction) directe. Ce
circonstant a la qualité d’être un constituant mobile de la phrase.
13
Ex.: „L’après-midi du même jour, ... Rieux reçut un jeune homme dont on lui
dit qu’il était journaliste” (Camus, La Peste). „Le matin, la mer est noire, fermée”
(Le Clézio, Le chercheur d’or).
Le GN peut devenir un constituant facultatif détaché derrière un autre GN.
Ex.: Le vainqueur au concours hippique, un cavalier accompli, n’a commis
aucune erreur. Le pilote, un vétéran de la deuxième guerre mondiale, a été
légèrement blessé (M. Riegel, Grammaire méthodique).

Valeurs sémantiques du GN

Un GN représente une expression référentielle dans le sens qu’il renvoie


généralement à un référent (à un être ou à un objet) situé le plus souvent dans la
réalité extralinguistique.
Le GN peut servir à identifier un référent particulier dont l’existence demeure
virtuelle.
Ex.: Je voudrais acheter une voiture de course verte.
Le GN peut servir à ranger dans une catégorie un référent qui se trouve dans
une expression prédicative.
Ex.: C’est un avion de tourisme.

14
LES DÉTERMINANTS DU NOM

DÉFINITIONS

1. Un déterminant c’est un élément morphologique de la langue qui, précédant


un nom commun, contribue à la constitution d’un GN.
2. Le déterminant peut être défini comme le mot qui doit nécessairement
précéder un nom commun pour constituer un GN bien formé.
Les déterminants antéposés au nom sont en général des constituants obliga-
toires; ils ont le rôle de compléter les noms au point de vue grammatical et
sémantique.
Les déterminants portent dans la plupart des cas les marques de genre et de
nombre des noms qu’ils déterminent; le déterminant possessif varie aussi en personne.
Les déterminants peuvent, par exemple, servir à distinguer les homonymes.
Ex.: un crêpe, une crêpe; un garde, une garde; un guide, une guide; un hymne,
une hymne; un manche, une manche, etc.
Au moyen d’un déterminant, on peut transformer en noms des unités
linguistiques qui appartiennent à d’autres catégories grammaticales. De même, les
phonèmes, les lettres peuvent être converties en noms.
Ex.: Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras. Le mieux est l’ennemi du bien.
Jouer les durs. Avec des si, on mettrait Paris dans une bouteille. Dans la question
de l’immortalité de l’âme on voit le pourquoi, mais on ne voit pas le comment.
„Quelle persécution le car n’a-t-il pas essuyée ! et s’il n’eût pas trouvé de la
protection parmi les gens polis, n’était-il pas banni honteusement d’une langue à
qui il a rendu de si longs services, sans qu’on sût quel mot lui substituer ?” (La
Bruyère, Les Caractères). Vos g ressemblent à des têtards (Grev.).
Le déterminant permet d’identifier le genre des noms qui ont la même forme
au masculin et au féminin.
Ex.: un touriste, une touriste; un locataire, une locataire; un artiste, une artiste;
un élève, une élève.
Le déterminant permet d’identifier le nombre des noms qui ont la même forme
au singulier et au pluriel.
Ex.: la croix, les croix; un corps, des corps; un amoureux, des amoureux.
On peut trouver au moyen d’une substitution la série des morphèmes qui sont
susceptibles d’occuper la position de déterminant. Ainsi, dans la phrase Le
chauffeur s’installe au volant, on peut substituer les déterminants ce, ton, mon à le
sans que la phrase soit incorrecte.
Les déterminants ont des rôles sémantiques qui les distinguent les uns des
autres. Ainsi, par exemple, il faut distinguer l’article qui sert à actualiser le nom, le
15
déterminant possessif qui sert à exprimer la dépendance ou la possession, le
déterminant démonstratif qui sert à désigner, à montrer et les indéfinis qui servent à
quantifier, à identifier ou même à qualifier.
Les déterminants actualisent le nom. L’actualisation est une opération propre
au discours par laquelle une unité de langue est insérée dans un discours particulier.
On peut définir aussi l’actualisation comme une opération par laquelle un mot, un
signe général de la langue est chargé d’exprimer dans la phrase une représentation
particulière. Dans la langue, le nom marque un concept, une idée, une notion. Par
le processus d’actualisation, au moyen d’un déterminant, le nom (= avion) passe de
la langue dans le discours (un avion, l’avion, cet avion, son avion, six avions,
plusieurs avions, certains avions, quelques avions, etc.). Le nom non actualisé
ressemble à un substantif qui se trouverait dans une entrée de dictionnaire. Par
exemple, le lexème triangle en tant qu’entrée d’un dictionnaire est un terme qui
appartient à la langue ayant un contenu sémantique virtuel. Mais lorsque le
professeur dans la classe en s’adressant aux élèves dit „Le triangle est une figure
géométrique formée par les segments de droite joignant trois points non alignés”, le
nom triangle est actualisé et il se trouve dans un contexte situationnel.

Classes de déterminants; leurs divisions

M. Riegel a divisé les déterminants en deux grandes classes: les déterminants


définis et les déterminants indéfinis.
A. Les déterminants définis: l’article défini (le, la, les), le déterminant
démonstratif (ce, cette, ces) et le déterminant possessif (mon, ton, son ...)
B. Les déterminants indéfinis: l’article indéfini (un, une, des), l’article partitif
(du, de la), les déterminants dits indéfinis (certain(s), tout, chaque, quelque(s),
plusieurs, nul, etc.), ainsi que les déterminants négatifs (aucun, nul, pas un),
interrogatifs, exclamatifs et relatifs (quel, lequel).
M. Grevisse (XIIIe édition du Bon Usage, 1997) souligne que le déterminant
„minimal” est l’article, dans le sens que les autres déterminants ajoutent un
renseignement supplémentaire: une localisation (démonstratif), un rapport avec un
être ou une chose (possessif), un nombre (numéral), une quantité imprécise, etc.
(indéfini), le fait que l’on pose une question portant sur le nom (interrogatif), ou
qu’on manifeste un sentiment vif à propos de la réalité désignée par le nom
(exclamatif) ou que le nom a été déjà mentionné dans la phrase (relatif).
L. Wagner et J. Pinchon (Grammaire du français classique et moderne, Paris,
Hachette, 1991), précisent que les déterminants du nom se répartissent en deux
classes:
1. Les déterminants spécifiques (obligatoires), à savoir: les démonstratifs, les
possessifs, les articles. Ces déterminants n’ayant pas d’accent propre, constituent
avec le nom ou avec le groupe adjectif épithète + nom une unité phonétique.
Ex.: Mon ami. Mon cher ami. Cet arbre. Ce grand arbre. Un enfant. Un petit
enfant.
2. Les déterminants complémentaires qui apportent aux noms des caractérisa-
tions d’ordre quantitatif ou qualitatif: les (adjectifs) numéraux, les (adjectifs) dits
indéfinis, les (adjectifs) interrogatifs et exclamatifs.
16
N.B. La grammaire actuelle a remplacé le terme d’adjectif des syntagmes
adjectif possessif, adjectif démonstratif, adjectif numéral cardinal, etc. par le terme
de déterminant. Cependant la nomenclature grammaticale officielle a maintenu
l’emploi des termes d’adjectifs démonstratifs, possessifs, interrogatifs, exclamatifs,
relatifs, indéfinis, numéraux, tout en autorisant le terme générique de déterminant
afin de désigner l’ensemble de cette catégorie (v. H. Béchade, Phonétique et
morphologie du français moderne et contemporain, Paris, PUF, 1992).

Remarques. 1. Il y a des déterminants qui sont exclus de certaines structures


syntaxiques.
a) après un verbe impersonnel ou employé impersonnellement.
Ex. : Il tomba une grande pluie (on ne peut pas dire Il tomba la grande pluie
ou cette grande pluie).
b) lorsque le nom est attribut d’une phrase ayant un sujet exprimant une
généralité :
Ex.: L’automobile est un véhicule (on ne peut pas dire L’automobile est le
(ce) véhicule).
2. L’article partitif ne peut pas être employé, en principe, en fonction de sujet
en tête d’une phrase. On doit, par exemple dire, Le pain est sur le buffet plutôt que
Du pain est sur le buffet.
Combinaisons de déterminants
D’après leurs affinités combinatoires, syntagmatiques, les déterminants peuvent
être divisés en déterminants qui ne sont pas susceptibles de se combiner entre eux
et déterminants qui permettent divers types de combinaisons.
A. Les déterminants qui ne peuvent se combiner entre eux.
Les déterminants obligatoires (l’article indéfini; l’article défini, le déterminant
possessif, le déterminant démonstratif) sont susceptibles de se substituer les uns
aux autres devant le nom, mais ils ne sont pas combinables entre eux.
Ex.: un dictionnaire, le dictionnaire, mon dictionnaire, ce dictionnaire (On ne
peut pas dire mon le dictionnaire ou un ce dictionnaire, etc.).
Les déterminants obligatoires peuvent se combiner avec d’autres déterminants,
facultatifs, complémentaires.
Ex.: Une certaine photo. Mon autre photo. Il me montra les quelques biens
qu’il tenait à conserver. Ces trois avions ont parachuté des troupes. „Ces quelques
indications donnent peut-être une idée suffisante de notre cité ” (Camus, La Peste).
B. Les déterminants complémentaires peuvent se combiner entre eux dans
certains cas.
Ex. : Il faut écarter toute autre considération.

Les déterminants et l’article


Les déterminants peuvent se caractériser par leur comportement par rapport à
l’article.
1. Déterminants qui précèdent l’article (les préarticles).
Le déterminant indéfini (le quantifieur) tout.
Ex.: Toute la ville. Toute la nuit. Tous les gens de lettres. „La chair est triste,
hèlas, et j’ai lu tous les livres” (Mallarmé, Brise marine) „Au restaurant de l’hôtel,
il y a toute une famille bien intéressante” (Camus, La Peste).
17
Le déterminant indéfini (le qualifieur) tel

Ex.: „L’esprit d’invention mécanique, qui coule dans un lit étroit tant qu’il est
laissé à lui-même, qui s’élargit indéfiniment quand il a rencontré la science, en
reste distinct et pourrait à la rigueur s’en séparer. Tel le Rhône entre dans le lac de
Genève, paraît y mêler ses eaux, et montre à la sortie qu’il a conservé son
indépendance” (Bergson, Deux sources; Grev.).
Remarque. Le morphème même peut se trouver placé devant l’article défini,
mais dans cette position il est adverbe selon la plupart des grammairiens.
Ex.: Même les généraux furent tués (Grammaire Larousse du français
contemporain) „Même les voitures dormaient” (Le Clézio; Togeby).
2. Déterminants qui suivent l’article (les postarticles).
a) les numéraux cardinaux (les quantitatifs numériques). Ex.: Les trois
enfants de la famille Dupont. Les trois Mousquetaires.
b) le déterminant indéfini (l’identificateur) même.
Ex.: Ils font le même trajet. C’est le même scénario. Ils exercent le même
métier.
c) le déterminant indéfini autre (indéfini de non-identité ou d’altérité).
Ex.: Je vous le dirai une autre fois. L’autre jour nous avons mené nos enfants
au jardin zoologique. Ils ont pris l’autre sentier. Les autres projets semblaient
meilleurs.

18
LES ARTICLES
(l’article défini, l’article indéfini, l’article partitif, l’article zéro)

Parmi les déterminants antéposés du nom, M. Grevisse et A. Goosse dans Le


Bon Usage, Paris, Duculot, 1997, donnent l’étiquette d’articles à l’article défini et
à l’article indéfini. À leur avis, l’article partitif serait une variante de l’article
indéfini. M. Riegel et alii dans la Grammaire méthodique du français, Paris, PUF,
1994 distinguent l’article défini (le, la, les), l’article indéfini (un, une, des) et
l’article partitif. Dans la Grammaire du sens et de l’expression (Paris, Hachette,
1992), Patrick Charaudeau consacre un chapitre à l’article zéro après avoir étudié
les articles défini, indéfini et partitif.

L’ARTICLE DÉFINI
Les formes de l’article défini en français contemporain
Masculin
Singulier Pluriel
devant consonne devant voyelle devant consonne devant voyelle
code écrit code oral code écrit code oral code écrit code oral code écrit code oral
le [l ] l’ [l] les [le] les [lez]

Féminin
Singulier Pluriel
devant consonne devant voyelle devant consonne devant voyelle
code écrit code oral code écrit code oral code écrit code oral code écrit code oral
la [la] l’ [l] les [le] les [lez]

Diachronie
L’article défini est issu d’un démonstratif latin qui, par un affaiblissement
graduel de sa signification, a abouti à la simple fonction d’individualiser le nom
qu’il accompagne.
Masculin
N. ILLI > li (CSS) N.pl. ILLI > li (CSP).
Acc. ILLUM > lo, le (CRS) Acc. ILLOS > les (CRP)

Féminin
N. ILLA > la (CSS) N.pl.+acc. ILLAS > les
19
Acc. ILLAM > la (CRS) (CSP + CRP)
Li représente le pronom du latin populaire illi qui s’est développé sous
l’Empire dans le latin parlé, peut-être d’après l’analogie avec qui, selon certains
linguistes. Cette théorie est contestée par d’autres spécialistes qui considèrent que
illi est le résultat d’un phénomène de phonétique syntaxique: l’e de ĭlle se serait
fermé en [-i] devant un mot ayant une initiale vocalique, en particulier dans des
syntagmes avec est, erat, (h) abet, etc.: ĭlle est > illi est.
Illi est devenu li par aphérèse et par désaccentuation du monosyllabe.
Li représente donc le pronom illi dépourvu de son autonomie et de son
accent, parce qu’il faisait corps avec le nom qui le suivait. Un accent secondaire
devait tomber sur illi selon sa position dans le groupe de mots, tantôt sur la syllabe
initiale (illi > il; pronom, par apocope), tantôt sur la syllabe finale (illi > li, article,
par aphérèse).
La forme lo remonte à l’accusatif illu(m) et elle est encore employée dans la
Chanson de Roland. À partir du XIe siècle, lo s’est affaibli en le.
L’article défini employé dans le code écrit et dans le code oral
Formes de l’article défini employées au masculin singulier
1. La forme le est employée dans le code écrit devant consonne (le livre) ou
devant un nom qui commence par un h aspiré (le héros).
2. La forme [l ] est employée dans le code oral devant consonne [l liv ] ou
devant un nom qui commence par un h aspiré [l e o].
3. La forme l’ est employée dans le code écrit devant voyelle (l’arbre) ou
devant un nom qui commence par un h muet (l’horizon).
4. La forme [l] est employée dans le code oral devant voyelle [la b ] ou
devant un nom qui commence par un h muet [l izõ] (l’arbre, l’horizon).
Formes de l’article défini employées au féminin singulier
1. La forme la est employée dans le code écrit devant consonne (la fleur) ou
devant un nom qui commence par un h aspiré (la hiérarchie).
2. La forme [la] est employée dans le code oral devant consonne: la fleur [la
flœ ], ou devant un nom féminin qui commence par un h aspiré: la hiérarchie
[laýje a ∫i].
3. La forme l’ est employée dans le code écrit devant un nom féminin qui
commence par une voyelle: l’amitié, ou devant un nom qui commence par un h
muet: l’héroïne.
4. La forme [l] est employée dans le code oral devant un nom qui commence
par une voyelle: l’amitié [lamitie] ou devant un nom qui commence par un h muet:
l’héroïne [le in].
L’article défini employé au masculin pluriel
L’article défini possède une seule forme pour le masculin pluriel dans le code
écrit: l’article les.
Cette forme est employée:
a) devant les noms à initiale consonantique: les maîtres;
b) devant les noms qui commencent par un h aspiré: les héros;
c) devant les noms à initiale vocalique: les arbres;
20
d) devant les noms qui commencent par un h muet: les hommes.
Dans le code oral, l’article défini présente les formes [le] ou [lez].
1. La forme [le] est employée devant les noms à initiale consonantique:
les maîtres [leýmεt ] ou devant les noms qui commencent par un h aspiré: les héros
[leýe o].
2. La forme [lez] est employée devant les noms à initiale vocalique: les arbres
[lezý ] ou devant les noms qui commencent par un h muet: les hommes
[lezý ∓].

Formes de l’article défini employées au féminin pluriel


L’article défini possède une seule forme dans le code écrit pour le féminin
pluriel: l’article les (qui est employé aussi au masculin pluriel).
Cette forme est employée:
a) devant les noms à initiale consonantique; les maisons
b) devant les noms qui commencent par un h aspiré: les hauteurs
c) devant les noms à initiale vocalique: les âmes.
Dans le code oral, l’article défini au pluriel présente les formes [le] ou [lez].
1. La forme [le] est employée devant les noms à initiale consonantique: les
maisons [leým õ], devant les noms qui commencent par un h aspiré: les
hauteurs [leýotœ ].
2. La forme [le ] est employée devant les noms à initiale vocalique: les
âmes [lezAm] ou devant les noms qui commencent par un h muet: les harmonies
[lezýa m ni].
L’élision

L’élision est un phénomène de phonétique combinatoire à la frontière de mot


par lequel une voyelle finale disparaît devant l’initiale vocalique ou semi-vocalique
du mot suivant.
Les articles définis le et la sont sujet à l’élision devant tout lexème commençant
par une voyelle (ou par une semi-voyelle dans certains cas) ou par un h muet (dans
le code écrit).
Ex.: l’avion, l’embarcation, l’étudiant, l’huile. „Ayant l’expansion des choses
infinies, / Comme l’ambre, le musc, le benjoin et l’encens / Qui chantent les tran-
sports de l’esprit et des sens” (Baudelaire, Correspondances).
Remarque. L’élision peut se produire devant les semi-voyelles de certains
mots: l’oie [lw ], l’ouest [lw st], l’oued [lwed] (= cours d’eau temporaire qui
peut rouler de grandes quantités d’eau lors d’une crue violente), l’iode [l d].
La non-élision
L’article et l’aspirée laryngienne h

21
Les articles définis le et la restent intacts devant les noms dont la syllabe
initiale commence par un h aspiré: l’élision, dans ce cas, est interdite: le héros, la
hardiesse. Avec un nom au pluriel qui possède une syllabe initiale commençant par
un h aspiré, on ne fait pas la liaison si on emploie l’article défini les: Les / héros.
Les / hangars. Les / hauteurs. Les / hiérarchies.
N.B. L’aspirée laryngienne h remplit un rôle démarcatif (sert à limiter).

Exemples de noms commençant par un h dit aspiré:


le hâbleur, la hache, le hachage, le hachis, le hachoir, la hachure, la haie, le
haillon, la haine, le halage, le hâle, le halètement, le haleur, la halle, la hallebarde,
le hallebardier, le hallier, le halo, le hâloir, la halte, le hamac, le hameau, la hampe,
le hamster, le hanap, la hanche, le hangar, le hanneton, le handicap, la hanse, la
hantise, la harangue, le haras, la harde, le harassement, le harcèlement, le harceleur,
les hardes (n.f. pl.), la hardiesse, le harem, le hareng, la harengère, la hargne, le
hargneux, le haricot, la haridelle, le harnachement, le harnais, la harpe, la harpie, le
harpon, le hasard, la hase, la hâte, le hauban, le haubert, la hausse, etc.

Autres phénomènes linguistiques de non-élision


1. L’article défini présente les formes le, la devant quelques lexèmes dont la
syllabe initiale commence par:
a) la voyelle [y]: le uhlan (vx. Lancier dans les anciennes armées allemande,
autrichienne, russe), la ululation (= cri des oiseaux de nuit; la ululation de la chouette).
b) la voyelle nasale [õ]
Ex.: le onze, le onzième, la onzième (le onze du mois; il est le onzième).
c) la voyelle nasale [œ]
Ex.: un (le un de la rue des Carmes) le un de ce nombre est mal fait. Donnez-moi
la clé du un.
d) la semi-voyelle [ ]: le yod, le yacht [ ], le yatagan [ iã], la yole
[ l], le yaourt [ ] ou le yogourt [ i ].
Remarques. On dit cependant l’yeuse ((f.) = chêne vert)), l’ypérite (gaz de
combat).
e) la semi-voyelle [ ]: le huit ([ it] de pique, de carreau, de trèfle, de coeur),
le huitième arrondissement de Paris, la huitaine [ it n].
f) la semi-voyelle [ ]: la ouate [ ], mais aussi l’ouate.

Agglutination de l’article défini


L’article élidé s’est soudé avec certains noms qui commençaient par une voyelle
dans l’ancienne langue; ce phénomène d’agglutination a produit de nouveaux mots.
Ex.: lierre ((Xe s. Valenciennes (l’edre); XV s. (lierre) avec agglutination de
l’article; du lat. hědera)); loriot ((1398, E. Deschamps, de l’anc. prov. l’auriol, du
lat. aureolus, „couleur d’or”, par agglutination de l’article et changement de
suffixe); luette (XIIIe s., de l’uette, du lat. pop. ūvitta, dimin. du lat. ūva, grappe de
raisin)); lendemain ((1160, Énéas (l’endemain), 1300 (lendemain), de en et demain,
lat. inde de mane)); lendit (([lãdi], 1120, de l’endit, du lat. indictum, ce qui est fixé
(= Foire qui se tenait au Moyen Âge, en juin, près de Paris entre Saint-Denis et La
22
Chapelle)). Honoraires des maîtres qu’on leur payait à cette époque; ce terme était
encore employé au XVIIe siècle: „Votre précepteur, à qui vous avez payé son lendit”
(Malherbe, Bienf. de Sénéque).
Déglutination

On appelle déglutination un changement dans l’aspect phonique d’un nom (et


ensuite dans l’aspect graphique) résultant d’une coupure non étymologique due à
une confusion de la voyelle initiale avec l’article défini antéposé au nom.
En français, l’a initial d’un nom féminin, dans quelques cas, a été considéré
comme étant l’a de l’article défini pour le féminin la et il s’est déglutiné.
Ex.: la griotte provient de l’agriotte ((ce terme est encore employé au début
du XVIIe siècle par Olivier de Serres dans Théâtre d’agriculture et ménage des
champs (1600): „Les agriottes ou cerizes aigres”)).
La prêle (1539, Robert Estienne) est une forme déglutinée de asprele, XIIIe
s., du lat. pop. asperella, en lat. class., asper, rude, âpre (à cause de la tige ligneuse
de la prêle); on écrit aussi la prèle.

La contraction

Lorsque le nom remplit la fonction de complément (complément de nom,


complément du verbe) et qu’il est construit avec les prépositions à ou de, l’article
qui le détermine se contracte au masculin singulier et au pluriel avec l’une de ces
prépositions.
On peut dire aussi que les articles définis le et les qui déterminent des noms
se contractent avec l’une des prépositions à ou de lorsqu’ils sont précédés par
celles-ci.
Au lieu de la succession ou suite à + le on trouve l’amalgame ou la forme
contractée au (à + le > al > au; en ancien français le article défini, avait aussi une
forme lo, toujours au cas régime. La forme au est issue de la vocalisation de l de la
forme al).
Au lieu de la suite à + les, on trouve la forme contractée aux ((à + les devient
als; als se réduit de bonne heure à as; „Cumpaniz Rollant, sunez vostre olifan / Si
l’orrat Carles, ki est as porz passant”)) = Roland, mon compangnon, sonnez votre
cor ! Charles l’entendra, qui est au passage des ports” (Chanson de Roland, 1080;
le lexème port a dans ces vers le sens de col dans les Pyrénées). Depuis la fin du
XIIIe siècle, as est devenu aus sous l’influence de au; la forme aus a été ensuite
écrite aux.
Au lieu de la suite de + l’article défini le, on trouve la forme contractée du
(de + le > del > deu > du). L’évolution de deu se fait selon les régions en du ou dou.
Remarque. En très ancien français, on pouvait rencontrer dans les textes la
forme pleine de le et les formes contractées del, du.
Au lieu de la suite de + les, on trouve la forme contractée des, en français
contemporain.
Exemples de l’emploi des articles contractés au, aux, du, des en français
moderne:
Ex.: „La foule nuptiale au festin s’est ruée” (Heredia, Centaures et Lapithes).
„J’habitais, comme aujourdu’hui, la maison de la mère Lafon, et un de mes
23
meilleurs camarades, Louis Bernet, qui a maintenant renoncé au canotage, pour
entrer au Conseil d’État, était installé au village de C. –, deux lieues plus bas”
(Maupassant; Dj.). „Je lui ai parlé alors de la proposition du patron et Marie m’a dit
qu’elle aimerait connaître Paris” (Camus, L’Étranger). „De quelle façon leur
expliquer qu’il ne pouvait pas vivre sans la poésie et que parmi tous les poètes de
langue allemande, Rilke était le plus proche de sa sensibilité au point qu’il trouvait
dans les vers du poète de Prague un écho fraternel à sa propre sensibilité ?”
(Exbrayat, Katherine). „Sous une apparence impersonnelle, Camus entend répondre
aux problèmes d’une existence confrontée avec l’échec et le malheur” (Bersani, La
littérature en France).
„Quand un microbe est capable en trois jours de quadrupler le volume de la
rate, de donner aux ganglions mésentériques le volume d’une orange, il n’autorise
justement pas d’hésitations” (Camus, La Peste). „Et il regardait stupidement sa
main sanglante, l’oreille encore occupée du bruissement sauvage des feuilles”...
(Tournier, Vendredi). Aussitôt avant de décoller, le pilote adressa quelques paroles
de bienvenue aux passagers de l’avion. „Les filles habillées comme je le suis ne se
trouvent guère en dehors des hôpitaux” (Exbrayat, Rowena). „Jadis plus d’un amant,
aux jardins de Bourgueil, / A gravé plus d’un nom dans l’écorce qu’il ouvre, / Et
plus d’un coeur sous l’or des beaux plafonds du Louvre, / À l’éclair d’un sourire a
tressailli d’orgueil” (Heredia, Sur le livre des Amours de Pierre de Ronsard). „Il est
dans les mers du Nord des glaces flottantes qui ont l’épaisseur de montagnes, mais
du massif n’émerge qu’une crête minuscule” (Saint-Exupéry, Citadelle). „Entré
dans l’eau, c’est le saisissement, la montée d’une glu froide et opaque, puis le
plongeon dans le bourdonnement des oreilles.” (Camus, L’Envers et l’Endroit)

Diachronie
En ancien français, la contraction de la préposition en et de l’article défini le
aboutit à enl: „Enz enl fou la getterent” (On la jeta dans le feu). Sainte Eulalie. La
forme enl est réduite à el: „Ce fu en mai, el novel tens d’esté” (= Ce fut en mai au
retour de la belle saison). Le Charroi de Nîmes, 14. La forme el aboutit à eu après
la vocalisation de l vélaire et eu cède la place à la forme ou à partir du XIIIe siècle:
„Tant cum eu (= dans le) bois nus surjurnames (= séjournâmes)...” Tristan.
Ou est en pleine vie au XIVe siècle. Au XVe siècle, on rencontre encore cette
forme dans les textes; François Villon a écrit ce vers célèbre où figure la particule
ou: „Hé! Dieu, se j’eusse estudié / Ou temps de ma jeunesse folle” (Grand Testament,
XXVI). Au XVIe siècle, ou est employé par certains auteurs: „Cestassavoir pource
que ou temps modernes plusieurs nobles hommes de france frequantans les ytalles
se delectent et exercitent ou dict langaige toscan a cause de sa magnificente elegance
et doulceur” (J. Lemaire de Belges, La concorde des deux langaiges, Paris,
Marneuf, 1613).
Remarques. 1. Ou a été remplacé par la forme au (< a + le) dans au printemps
(pour ou printemps), au temps de (au lieu de ou temps de), en mon nom et au vôtre.
2. On, au lieu de ou, est une forme de l’ouest encore en usage chez Rabelais.
Au lieu de la suite en + les, on trouve ès ((en + les > enls, els > ès) [εs]))
Enls se simplifie par la chute de la consonne médiale et aboutit à els. Cette
forme se réduit à son tour à es. Cette particule a résisté beaucoup plus longtemps
que ou; on la retrouve chez les derniers écrivains du XVIe siècle. En voici quelques
24
exemples: „Mais par ce moyen de propagation seminale demeure es enfans ce que
estoit dependu es parens et es nepveux”... (François Rabelais, Pantagruel, Lyon,
Nourry, 1532). „Les playes faictes par bastons à feu, ne peuvent estre simples, mais
necessairement compliquées, c’est à scavoir avec contusion, dilaceration, intem-
perature, et tumeur contre nature. Desquelles les unes sont es parties nobles, les
autres es ignobles souvent es parties carniformes, nerveuses, osseuses”. (Ambroise
Paré, La Methode de traicter les playes faictes par hacquebutes et aultres bastons à
feu, Paris, Gaulterot, 1545).
La forme es ne pouvait pas résister longtemps sans le morphème ou. Ces
formes sont supplantées par dedans et par au, aux (à + le > au; à + les > aus, aux).
On rencontre dans les textes, au XVIe siècle, les formes ès et aux alterner: Es païs
et Duché de Normandie une légion. Aux païs et Duché de Bretagne une légion”
(E. Dolet; in: F. Brunot, H.L.F., t. II, p. 278).
Au XVIIe siècle, Vaugelas déclare que la particule ès est bannie du bon
usage: „Avant que la particule ès pour aux fût bannie du beau langage, on disait
tomber ès mains; depuis on a dit tomber aux mains; mais ni l’un ni l’autre ne valent
rien, et il faut toujours dire, tomber entre les mains de quelqu’un”. (Remarques sur
la langue françoise, Paris, Piget (1647), 1738, t. I, p. 444).
Malgré la condamnation de Vaugelas et des grammairiens au XVIIe siècle, la
particule ès apparaît partout dans les textes : „Le bien qui se trouve ès choses
temporelles” (Pascal, Prov. IX) „Votre trône, ô grand Dieu, est établi ès siècles des
siècles” (Bossuet, Sermon pour la Circonc., 1653).
En français contemporain, la forme ès est restée dans quelques formules figées:
a) dans les titres universitaires: bachelier ès lettres, licencié ès lettres,
docteur ès lettres, docteur ès sciences (l’s de la particule ès ne se prononce pas
dans cette locution figée : [εs] > [ε]), maître ès arts.
b) dans la formule juridique ès qualités (= en tant qu’exerçant sa fonction).
c) dans la formule juridique ès mains (= dans les mains de): „En lui
remboursant les frais... ès mains du greffier” (Code de procédure civile, art 804, in
Grevisse).
d) dans la locution proverbiale „Il vaut mieux tomber ès mains d’un médecin
heureux que d’un médecin savant”.
Remarque I. Ès ne peut s’employer qu’avec un nom au pluriel. On ne peut
pas dire: docteur ès pédagogie; on dit docteur en pédagogie, docteur en droit.
Remarque II. Après avoir écrit dans la dédicace à Théophile Gautier „Au
poète impeccable, au parfait magicien ès langue française”, Baudelaire a réparé
cette faute dans la seconde édition des Fleurs du mal, en écrivant „au parfait
magicien ès lettres françaises”.
Dans la langue littéraire, on trouve parfois la particule ès, employée soit pour
donner un tour archaïque au style, soit par imitation des titres universitaires: „Un de
ces spécialistes ès sciences occultes” (Daniel-Rops, Saint-Paul). „Il n’y a pas de canton
qui n’ait sa douzaine de docteurs ès vignes” (R. Bazin, Récits de la plaine; Grev.).
On trouve aussi la forme ès dans quelques noms de lieux: Riom-ès-Montagnes,
chef-lieu de canton du Cantal (Ès est prononcé [ε]), Sury-ès-Bois (Cher).

25
La contraction de l’article défini avec le titre d’un ouvrage, d’une œuvre

La contraction de l’article défini le ou les après les prépositions à ou de en


tête du titre d’un ouvrage est en général, obligatoire. On fait, par conséquent, la
contraction en au, du, des quand le titre d’un ouvrage comprend un nom seul ou un
nom suivi d’une expansion, d’un déterminatif.
Ex.: „Pour le novateur du Temps retrouvé (M. Proust) le devoir et la tâche
d’un écrivain sont ceux d’un traducteur” (Leo Bersani, De la littérature française,
Paris, Bordas, 1993). „Alors qu’il y avait dans Jean Barois une intéressante
expérience allant vers le roman du comportement, la technique des Thibault
reprend dans son naturel et sa convaincante incohérence la technique classique”
(Gaëtan Picon, Histoire des littératures, Paris, Gallimard, 1963) „D’ailleurs, c’est
toute la pensée de Bernanos ….qui se trouve cantonnée dans les écrits polémiques,
de la Grande Peur des bien-pensants (1931) au Chemin de la croix des âmes
(1948) qui s’engouffre dans le récit et fait craquer ses jointures”(Gaëtan Picon,
op. cit.). „La force intérieure qui, chez Jouhandeau, aboutit à la fragmentation du
carnet de notes donne chez Céline les longues coulées épiques du Voyage au bout
de la nuit” (Gäetan, Picon, op. cit.). „L’homme (André Gide) qui avait attendu
vingt ans pour que s’écoulent les trois cents exemplaires des Nourritures terrestres,
qui était resté un écrivain presque confidentiel jusqu’à sa cinquantième année
s’installe dans la gloire”(J. Bersani, La littérature en France depuis 1945, Paris,
Bordas, 1974) „ Le procès fait aux Fleurs du mal, en 1857, fut en miniature la
répétition de celui de Flaubert ” (D. Hollier, De la littérature).
Remarque. On peut intercaler entre les prépositions à ou de et le titre, un nom
comme roman, fable, comédie.
Ex.: L’auteur du roman «les Météores» (M. Tournier). L’auteur de la comédie
«le Bourgeois gentilhomme». L’auteur du roman «Les dieux ont soif» (A. France).
Lorsque le titre contient deux noms communs coordonnés par et, il y a
plusieurs possibilités à envisager:
a) on peut faire la contraction de l’article avec le premier nom; Stendhal est
l’auteur du Rouge et le Noir. „Des Feuilles d’automne aux Rayons et les Ombres
s’affirmera cette ambition de percevoir la marche du siècle et de rendre la littérature
étroitement solidaire des révolutions” (J. Vier, in Histoire des littératures, op.
cit.). Le recueil des Rayons et les Ombres. La fable du Loup et le Chien. La fable
du Chêne et le Roseau. La morale du Corbeau et le Renard de La Fontaine.
b) on peut ne pas faire la contraction et ainsi on garde l’intégralité du titre.
Ex.: Le dernier chapitre de Le Rouge et le Noir. La préface de Les Rayons et les
Ombres. La morale de Le Corbeau et le Renard.
c) on contracte les deux articles.
Ex.: La fin du Rouge et du Noir. La fable du „Lion” et du „Rat”.
N.B. Ce procédé présente l’inconvénient de déformer le titre.

Autres remarques concernant la contraction de l’article défini


I. La contraction n’a pas lieu avec les noms de personnes dans la formation
desquels entre un article.
Ex.: Jean-Marie Le Clézio: le grand succès littéraire de Le Clézio. Achille
Le Bel, chimiste français (1847-1930): les théories de Le Bel sur le carbone tétra-
26
édrique. Gustave Le Bon, médecin et sociologue français (1841-1931): La Psy-
chologie des foules de Le Bon. Le Corbusier, architecte français (1887-1945): les
conceptions très discutées sur l’architecture de Le Corbusier ont été exprimées
dans la revue l’Esprit nouveau.
Felix Le Dantec, biologiste français (1869-1917): les recherches de Le Dantec
au Brésil sur la fièvre jaune. Robert Le Lorrain, sculpteur français (1666-1743): les
frémissants Chevaux du Soleil de Le Lorrain. André Le Nôtre, dessinateur de
jardins et architecte français (1613-1700): le schéma géométrique des jardins de Le
Nôtre. Urbain Le Verrier, astronome français (1811-1877): le nom de Le Verrier
reste attaché à la découverte de la planète Neptune.
II. La contraction de l’article défini a lieu lorsqu’un nom de lieu commence
par le ou les.
Ex. Le Caire (le riche musée d’art égyptien du Caire; il va au Caire pour
rencontrer quelques hommes d’affaires. Le Bourget (les salons internationaux de
l’aviation et de l’espace du Bourget). Le Havre (le port du Havre a un important
trafic annuel de marchandises, dominé par les importations de gaz naturel et surtout
de pétrole). Le Mans (la célèbre course annuelle automobile des „Vingt-Quatre
Heures” du Mans). Le Puy, chef-lieu de la Haute Loire (Nous allons au Puy). Les
Andelys, chef-lieu d’arrondissement de l’Eure sur la Seine (Les deux amis vont
aux Andelys).

Valeurs et emplois de l’article défini

Le nom déterminé par l’article défini surtout au singulier, peut être pris dans
un sens spécifique ou particulier. On parle alors de la valeur spécifique de l’article:
dans ce cas, il réfère à une chose ou à un être particulier :
Ex.: Le père de Jean est parti pour Paris. Le train de Paris est entré en gare
de Lyon. Marie a acheté la montre en or qu’elle désirait depuis longtemps. Passe-
moi le livre ! (Dans cet énoncé, l’article du GN à une référence spécifique; le livre
est, dans cette proposition le complément d’objet direct du verbe passer et renvoie
à un livre particulier qui est connu autant par le locuteur que par l’allocutaire.
L’article défini les peut avoir lui aussi dans certains contextes une valeur
particularisante.
Ex.: C’est la nurse qui gardera les jumeaux. Les vacances de cette année
m’ont paru très courtes.
Lorsque la référence est spécifique, on applique aussi l’article défini à des
objets considérés comme uniques.
Ex.: Le ciel, le soleil, la mer, la Terre, la lune: „Le soleil s’est couvert d’un
crêpe” (Baudelaire, Le possédé). „Le ciel este triste et beau comme un grand reposoir”
(Baudelaire, Harmonie du soir). „La mer, la vaste mer console nos labeurs !”
(Baudelaire, Moesta). „Ce soir, la lune rêve avec plus de paresse” (Baudelaire,
Tristesse de la lune) „La Terre maternelle et douce aux anciens Dieux ..” (J-M. de
Heredia, L’oubli).
Un nom précédé de l’article défini et ayant une référence spécifique peut être
mis en relief par un pronom personnel.
Ex.: Le chat, il a encore miaulé.
Le chien, il a encore aboyé toute la nuit.

27
Ces phrases expriment des relations anaphoriques. L’anaphore est un processus
syntaxique consistant à reprendre par un segment,un pronom en particulier, un
autre segment du discours, par exemple un groupe nominal. Dans un énoncé
figurent des constituants qui ne peuvent s’interpréter que si l’on prend en compte
les morphèmes antérieurs. C’est le phénomène linguistique de l’anaphore qui
consiste à renvoyer à un élément déjà présent dans la phrase ou dans la phrase
antérieure. Dans l’anaphore le terme qui reprend suit le terme repris.
Ex.: Le passant blessé ne pouvait pas répondre aux questions des policiers; il
venait d’être renversé par un chauffard.
Dans cet exemple, le nom précédé de l’article défini est repris par un pronom
personnel; l’anaphore consiste donc en un rappel effectué d’avant en arrière. La
relation anaphorique est formée d’un segment anaphorisant et d’un segment anaphorisé
ou antécédent.
Ex.: Le château de Versailles est situé à 14 km au sud-ouest de Paris. Il est
dû à la volonté de Louis XIV et il a été construit par Le Vau, d’Orbey, J.H. Mansart,
J.A. Gabriel.
Le segment, ou l’élément anaphorisant, est le pronom il, tandis que le segment
anaphorisé est le châteaux de Versailles.
Lorsqu’il est pris dans un sens particulier ou spécifique, le nom déterminé
par l’article défini est souvent accompagné :
a) d’un adjectif qualificatif.
Ex.: „Ce trou d’ombre là-bas est l’antre où se retire/ Le démon familier des
hauts lieux, le Satyre” (Heredia, Le Chevrier).
b) d’un complément de nom
„Le vent de l’autre nuit a jeté bas l’Amour/Qui, dans le coin le plus
mystérieux du parc/Souriait en bandant malignement son arc” (Paul Verlaine,
L’Amour-par terre. „J’ai quitté l’île heureuse, hélas !… Ah ! si jamais/ Vers
Syracuse et les abeilles et les vignes/ Tu retournes, suivant le vol vernal des
cygnes, / Cher hôte, informe-toi de celle que j’aimais” (J-M. de Heredia, L’esclave).
„Heureux celui qui peut d’une aile vigoureuse/ S’élancer vers les champs
lumineux et sereins /Celui dont les pensers comme des alouettes,/Vers les cieux le
matin prennent un libre essor,/-Qui plane sur la vie et comprend sans efforts/Le
langage des fleurs et des choses muettes” (Baudelaire, Élévation).Vous arroserez
les fleurs de mon jardin (Acad.).
c) d’une relative
Ex.: La jeune fille qui est venue le voir est sa fiancée. N’éveillez pas le chat
qui dort. La route qui borde leurs champs fait partie de leur bien. C’est la poule
qui chante qui a fait l’œuf (prov.).
d) d’une complétive
Ex.: „L’idée qu’elle ne m’aime plus m’afflige. Je lui fis le serment que cette
bague ne me quitterait jamais” (Loti, Aziyadé). „Le portrait que mon frère a tracé
de lui ne me laisse rien autre à dire si ce n’est que l’auteur du Nabab n’a rien
exagéré” (L. Daudet, Mon frère).
Sur le plan logique, l’utilisation de l’article défini peut indiquer la présence
d’une présupposition d’existence et d’unicité.
Dire la fiancée de Pierre est blonde, c’est présupposer que Pierre a une
fiancée, présupposition dont la vérité est maintenue à la forme négative (La fiancée
de Pierre n’est pas blonde) et interrogative (La fiancée de Pierre est-elle blonde ?).
28
La vérité de la présupposition suivant laquelle Pierre a une fiancée n’est annulée
non plus par le test de concaténation: Quoique la fiancée de Pierre soit blonde, il
dit qu’elle a des cheveux roux.
Suivant Patrick Charaudeau, en prononçant la phrase „Est-ce que tu es allé
voir le dernier film de Rohmer”, le locuteur présuppose l’existence de la classe
film, ainsi que celle de la sous-classe film de Rohmer (Grammaire du sens et de
l’expression, Paris, Hachette, 1992).
L’article défini, surtout au singulier, peut avoir une valeur de généralité.
Lorsque la référence est générique, elle concerne l’ensemble d’une classe ou
d’une sous-classe d’objets; dans ce cas, l’article défini n’est que le signe du nom
pris dans un sens général: „Dans un énoncé qui décrit une généralité, dit Charaudeau,
le consiste à indiquer que c’est l’ensemble des éléments de la classe (et non un seul
élément ayant valeur d’exemplaire) qui doit être pris en considération” (Grammaire
du sens, p. 72).
Ex.: „Mais l’Homme indifférent au rêve des aïeux / Écoute sans frémir, au fond
des nuits sereines/, La Mer qui se lamente en pleurant les Sirènes.” (J.-M. de Heredia,
L’oubli). „Il semble que le héros est d’un seul métier, qui est celui de la guerre, et
que le grand homme est de tous les métiers” (La Bruyère). „L’homme n’est qu’un
nœud de relations, les relations comptent seules pour l’homme” (Saint-Exupéry,
Citadelle). La littérature me passionne. Le livre se vend bien cette année (P. Ch.).
L’avare se refuse le boire et le manger.
„L’historien et le romancier font entre eux un échange de vérités, de fictions
et de couleurs: l’un pour vivifier ce qui n’est plus, l’autre pour faire croire ce qui
n’est pas” (Rivarol, Le génie et le talent). Il faut que le livre cesse d’être une
marchandise comme une autre (Riegel).
L’article défini permet de désigner aussi la valeur générique des noms denses
et des noms compacts.
Les noms sont denses ou massifs lorsqu’ils ne peuvent pas être comptés:
l’eau, le lait, le beurre, la farine, le sucre, le vin, l’or, l’argent. Ces noms peuvent
être combinés avec un partitif : du lait, du beurre, du vin, etc.
Les noms compacts sont les noms non quantifiables : des nominalisations
d’adjectifs (la blancheur, la douceur, etc.) ou des abstractions (la joie, la colère, le
courage, la haine, la tendresse)
Remarque. Certains énoncés malgré la présence de l’article peuvent rester
ambigus.
Le chat miaule, par exemple, peut indiquer qu’il y a, à l’heure actuelle, un
chat qui est connu par certains locuteurs et qui est en train de miauler. L’énoncé
cité plus haut peut signifier aussi que la classe entière des chats miaule.
En général, le contexte ou la situation pragmatique permettent de lever cette
ambiguïté. (Est ambigu tout énoncé susceptible de recevoir plusieurs interprétations).
On peut faire ressortir le sens générique de l’article en employant le test de la
dislocation avec reprise par ça: le chat, ça miaule, les chats, ça miaulent. Le lion,
ça rugit.
Le pluriel générique de l’article défini les

Le pluriel générique de l’article défini renvoie à l’ensemble complet de


choses ou d’êtres désigné par le nom.
29
Ex.: Vivent les vacances, à bas la rentrée, les maîtres sont à vendre et l’école
à louer (chanson enfantine; in P.R.). „Dans le siècle où nous sommes, il faut fuir
dans les bois” (Regnard, in Bescherelle).
„Les hommes sont méchants: L’homme est plus intéressant que les hommes;
c’est lui et non pas eux que Dieu a fait à son image” (Gide, Journal; P.R.). „Et la nuit
de septembre s’achevait lentement / Les feux rouges des ponts s’éteignaient dans la
Seine/Les étoiles mouraient le jour naissait à peine” (Apollinaire, Vendémiaire).
À côté des valeurs générique et spécifique, l’article défini présente les valeurs
suivantes:
A. Une valeur de notoriété qui est souvent reliée à une valeur démonstrative.
On le trouve dans ce cas devant un nom qui désigne des êtres ou des choses parti-
culièrement connus des locuteurs, qui montre ce qui est conforme à l’usage, à la
norme.
Ex.: Prends-moi un gigot de mouton chez le boucher (ce commerçant est
connu par les interlocuteurs). Passez-moi le chef du service après-vente ! Où as-tu
mis le service à café ? La servante a mis le couvert. Étant malade, elle a dû garder
la chambre. Fermez la fenêtre. Ouvrez la porte. Donne-moi la clef.
L’article de notoriété est employé avec des noms de maladies: Avoir la
fièvre. Il a attrapé la grippe. Le petit Jean a la rougeole.
Remarque. En ancien français, l’article de notoriété est parfois employé pour
faire référence à une réalité bien connue.
Ex.: „A pié descent soz l’olivier ramé” (Guillaume met pied à terre sous
l’olivier branchu). Le Charroi de Nîmes, 35. (Cet olivier était très connu dans la
région). „Lors lor covint sufrir les très grands povretés” (Renaut de Montauban).
= Il leur fallut alors supporter l’extrême dénuement” (le dénuement que l’on devine
en pareille situation).
„La fille au roi de Tudele” (= la fille du célèbre roi de Tudele). Colin Muset
III, 8; F.B.
Les formes de l’article défini le, la, les jouent le rôle d’un véritable pronom
démonstratif au sens de „celui”; „celle”; „ceux”, lorsqu’elles se trouvent devant un
cas régime, et qu’il y a ellipse d’un nom mentionné antérieurement.
„Lors se parti li rois Mondrains de sa nef et entra en la Nascien” (= Le roi
Mondrain quitta son navire et entra dans celui de Nascien). Queste del Saint Graal,
208 (v. Manuel du français du moyen âge, syntaxe de l’ancien français, par
Gh. Ménard, Bordeaux, SOBODI, 1973).
B. Une valeur démonstrative
L’article défini s’emploie avec un sens démonstratif à la place de ce, cet,
cette, dans certaines structures:
a) dans les locutions figées: pour le moment (Ça suffira pour le moment, nous
verrons plus tard; pour le moment, il n’y a rien à faire, il faut attendre; pour le
moment, il n’est pas là, il est absent); pour le coup ((pour le coup, c’est trop fort
(coup a le sens de fois)); sur l’heure ((= aussitôt, à l’instant même) „Toutes les
dignités que tu m’as demandées/ Je te les ai sur l’heure et sans peine accordées.
(Corneille, Cinna, V, 1)); pour l’heure ((= pour le moment). Je suis pour l’heure
dans l’impossibilité de venir te voir)); à l’instant (Il sort à l’instant = à cet instant-ci);
de la sorte (Je me demande comment on a pu le négliger de la sorte; peut-on parler
de la sorte ? = de cette façon-là. Qui vous a autorisé à parler de la sorte ?)
30
b) avec les noms indiquant une division du temps.
Ex : Il reste à Lyon toute la semaine. Nous arriverons dans la huitaine.
c) dans certaines expressions concernant le lieu.
Ex.: Il parcourt la contrée, le pays.
d) lorsqu’on parle d’un avertissement qui vient d’être donné, d’une précision.
Ex.: Il a compris la leçon. J’ai la conviction que c’est faux. Passez la rue;
passez le chemin. Il a fait ses débuts dans la ville.
e) l’article défini à valeur démonstrative peut être employé dans des phrases
exclamatives.
Ex.: La belle vedette ! Oh ! le beau chien ! La belle voiture ! „Oh ! la
mauvaise plaisanterie qu’on m’a faite ! Je ne l’oublierai jamais !” La belle affaire !
L’admirable réponse !
Remarque. On dit dans ce cas que l’article a une valeur déictique.
L’article défini peut avoir une valeur démonstrative au sens péjoratif.
Ex.: Je ne veux rien avoir de commun avec le monsieur. Vous connaissez le
personnage; il a une mauvaise réputation.
Lorsqu’il s’agit de choisir entre plusieurs choses, on emploie l’article défini à
valeur démonstrative plutôt que le déterminant démonstratif.
Ex.: Laquelle des deux voitures acheterez-vous ? La Citroën ou la Renault ?
De ces deux étoffes laquelle préférez-vous, la rouge ou la bleue ?
L’article défini peut avoir une valeur démonstrative dans les noms de lieux.
Ex.: Villenaux-la-Grande (chef-lieu de canton de l’Aube, dép. de la Région
Champagne – Ardenne). Nogent-le-Rotrou (chef-lieu d’arrondissement d’Eure-et-
Loir sur l’Huisne), Fontaine-la-Guyon.
Remarque. En ancien français, l’article défini avait déjà une valeur démonstrative.
Ex.: „Oiez, seigneur, por Deu de majesté,
Comment Guillelme fu le jor avisé” ((= Écoutez, seigneurs,/Comment Guillelme
fut renseigné ce jour-là). Charroi de Nîmes v.1205; F.Br.). „Deuz feiz le vout mordre
le jur !” ((Ce jour-là, il essaya de le mordre à deux reprises). Bisclavret, 203; Y.L.).
C. Une valeur possessive
L’article défini peut s’employer, dans certains cas, avec la valeur d’un déter-
minant possessif à la place de mon, ton, son, etc.
L’emploi de l’article défini le, la, les à la place du déterminant possessif est
possible chaque fois que le possesseur est évident, bien mis en relief, en particulier
lorsque le contexte contient un pronom personnel ou réfléchi.
Ex.: J’ai mal à la tête, à la gorge. Il a le coeur sensible. Vous avez les yeux
fatigués. Elle allongea les jambes. Elle este demeurée les bras croisés. Elle se lave
les mains. Je me suis brûlé la main. Il s’est cassé la jambe. Il se coupe les ongles.
Elle se couvre la tête.
Lorsque le possesseur n’est pas bien marqué par le contexte, on le désigne
par l’article défini placé devant le nom et par un pronom personnel ou réfléchi
(ayant la fonction de complément indirect) placé devant le verbe.
Ex.: Les dents lui poussèrent sans qu’il pleurât une fois” (Flaubert,
Mme Bovary). „Le coeur me battait fort en poussant la barrière du jardin” (A. Gide,
Porte étroite; P.R.). La chute lui a brisé la clavicule.
L’article peut s’employer avec la valeur d’un déterminant possessif quand il
s’agit des facultés intellectuelles, des facultés de l’esprit.
31
Ex.: Il a perdu la raison, la mémoire. Il perd le jugement. Il perd la tête.
Lorsqu’il s’agit d’un complément de manière construit directement (sans
préposition), on emploie l’article défini et non pas le déterminant possessif.
Ex.: Il marchait la tête haute, le regard perdu dans le vague, les lèvres
pincées, le veston sur le bras. „Nous allons côte à côte, Karl et moi, le dos courbé,
les mains dans les poches, et le fusil sous le bras” (Maupassant; Dj.).
On emploie généralement le déterminant possessif devant les noms qui
marquent des vêtements ou des parties du vêtement.
Ex.: Elle a lavé sa jupe. Il a retiré son veston. Elle s’essuie les mains à son
tablier. Elle a déchiré sa robe. Ôtez votre imperméable. Prenez votre chapeau.
N.B. Par analogie avec les parties du corps, on emploie parfois l’article
devant une partie du vêtement.
Ex.: Marie s’est déchiré la robe. Gardez le chapeau car vous pourriez
attraper un coup de soleil !

Remarques.
1. En ancien français, l’article défini permet déjà de ne pas employer un
déterminant possessif pour les parties du corps lorsque le possesseur est représenté
par un nom.
Ex.: Li quens Rolland a la buche sanglente” (Chanson de Roland, v. 1785).
2. Au XVIIe siècle, on trouve le déterminant possessif, là où aujourd’hui on
emploie l’article défini.
La Bruyère, dans les Caractères décrit le type du distrait de la façon suivante:
„Il demande ses gants qu’il a dans ses mains, semblable à cette femme qui prenait
le temps de demander son masque lorsqu’elle l’avait sur son visage”.
3. Suivant P. Charaudeau (Grammaire du sens et de l’expression, Paris,
Hachette, 1992, p. 174), les valeurs démonstrative et possessive de l’article ne seraient
pas immanentes à ce déterminant antéposé; elles seraient, au contraire, engendrées
par le contexte et par la situation.

Valeur distributive de l’article

L’article s’emploie, parfois, devant un nom singulier désignant un objet pris


comme une unité. Il a, dans ce cas la valeur d’un déterminant indéfini (il équivaut à
chaque). C. de Boer l’appelle article distributif (v. Syntaxe du français moderne,
Leiden, Universitaire Pers, 1954).
Ex.: Les asperges côutent X francs la botte. Payer les pommes de terre X
francs le kilo. Les oeufs valent X francs la douzaine. Les poulets valent X francs
la paire. Le vin coûte X francs le litre.
L’article „distributif” peut ne pas être précédé par un chiffre.
Ex.: Cet ouvrier est payé à l’heure, à la journée. Le boulanger vend le pain à
la pièce.

32
L’article défini employé devant un nom de division du temps
pour marquer la fréquence, l’habitude

Ex.: „Pendant tout l’hiver, trois ou quatre fois la semaine à la nuit noire, il
arrivait dans le jardin” (Flaubert, Mme Bovary). Une fois tous les deux jours. Trois
fois la semaine. „C’est environ en ce temps que nous commençâmes de nous réunir
une fois le mois pour dîner ensemble” (Duhamel, Temps de la recherche).
L’article défini les se trouve dans l’expression toutes les fois que marquant la
fréquence.
Ex.: Toutes les fois qu’il parle, on l’interrompt.
L’article défini peut être employé devant un nom de jour pour montrer la
périodicité.
Ex.: Le maire reçoit le lundi ou les lundis (= chaque lundi).
L’article défini est employé aussi lorsque les noms des jours ou des mois sont
déterminés.
Ex.: Le premier lundi du mois a été très froid. „Ô bois, ô prés, ô monts, qui
me fûtes jadis / Dans l’avril de mes jours, un heureux paradis” (Régnier, Plainte).
L’article marque la manière au moyen de la préposition à et de l’article
défini la (= à la).
a) La combinaison à la suivie d’un adjectif qualificatif au féminin sert à
former une locution adverbiale qui indique la manière.
Ex.: Il s’est lancé dans cette aventure à la légère. Les jardins avec parterres et
allées de lignes symétriques sont nommés jardins à la française (Proust; le Lexis).
„Il tâchait de former son fils, voulant qu’on l’élevât durement, à la spartiate”
(Flaubert, Mme Bovary). Elle avait agi à l’étourdie. Il avait loué un appartement
meublé à l’ancienne.
b) la manière est exprimée au moyen de la combinaison à la suivie d’un nom.
Ex.: „Alors, elle montra tout doucement sa tête surchargée de cheveux noirs
liés à la diable” (Maupassant). Il était habillé à la diable. „Il portait des moustaches
énormes à la Guillaume” (Mauriac, Chemins de la mer). „Le roi aussi porte un
beau chapeau à la Henri IV, comme Louis XVI” (A. France; Dj.). Cheveaux à la
Jeanne d’Arc.
L’article marque la conformité à un modèle
Ex.: Faire le Don Juan. Vieillard qui veut faire le jeune homme. Faire le
généreux, l’étonné, l’important; faire l’empressé, le malin, le fou, le clown, le pitre.
„Qui veut faire l’ange fait la bête” (Pascal, Pensées).

L’approximation exprimée au moyen de l’article défini


Après les préposition sur ou vers et devant un nom de nombre, l’article défini
peut exprimer l’approximation:
a) Les prépositions sur ou vers suivies de l’article et d’un déterminant
numéral cardinal placé devant le nom heure.
Ex.: Sur les dix heures. Vers les neufs heures. „La tante est morte, un soir
d’avril, vers les six heures” (Barrès; Grev.)
Qu’il fasse beau, qu’il fasse mauvais temps, c’est son habitude d’aller sur les
six heures du soir flâner le long des quais de la Seine.
33
b) Les prépositions sur ou vers suivies de l’article et des noms midi ou
minuit.
Ex.: Sur le midi. Je me rendrai là sur le midi (Acad.). Sur le minuit. Vers le
minuit.
Remarque. Midi et minuit peuvent être employés sans article dans certains
cas.
Ex.: Midi vient de sonner. Midi est sonné, J’arriverai à midi précis, à midi et
quart, à midi un quart. Entre midi et minuit. Il est midi et demi.
La pendule sonne minuit. Demain à minuit. Le spectacle se termine à minuit
et demi.
L’article défini et le superlatif relatif

Le superlatif relatif se présente comme un comparatif de supériorité ou


d’infériorité déterminé par un article défini, par un déterminant possessif ou par un
démonstratif.
Ex.: „Puis quand le silence le plus complet avait régné, il s’était mis à jouer”
(Tournier, Que ma joie demeure). L’Europe est après l’Australie la plus petite
partie du monde. „Il y avait des appareils nickelés, des projecteurs, une balance de
précision et surtout une profusion de miroirs qui renvoyaient son image selon les
angles les plus insolites” (Tournier, Le Nain rouge). „Un monde où les femmes les
plus brillantes affichaient des amants moins respectables que celui-ci” (Proust;
P.R.). „Tout annonce dans ce pays la dureté de l’organe musical; les instruments
militaires, les fifres de l’infanterie, les trompettes de la cavalerie, tous les cors, tous
les hautbois, les chanteurs des rues, les violons des guinguettes, tout cela est d’un
faux à choquer l’oreille la moins délicate” (Rousseau, Julie, IIe partie, P.R.).
Remarques
1. L’article défini devant le superlatif relatif. Le superlatif relatif pouvait se
passer de l’article dans l’ancienne langue. Ce fut Vaugelas qui, au XVIIe siècle,
exigea que le superlatif relatif fût formé au moyen de l’article défini:
„Tout Adjectif mis après le Substantif avec ce mot plus, entre eux, veut
toujours avoir son article et cet article se met immédiatement devant plus. Voici un
exemple de cette règle. «C’est la coûtume des peuples les plus barbares» Je dis que
c’est ainsi qu’il faut dire, et non pas peuples plus barbares.” (Remarques sur la
langue françoise, Paris, Piget „1647”, 1738, t. I, p. 248). Des traces de l’ancien
usage condamné par Vaugelas subsistaient au XVIIIe siècle: „Les passions plus
vives (= au lieu de les plus vives) sont celles dont l’objet est plus prochain” (= au
lieu de le plus prochain). Vauvenargues, Réflexions et Maximes.
2. L’accord de l’article devant le superlatif relatif. Suivant une règle énoncée
par Andry de Bois-Regard dans ses Réflexions sur l’usage présent de la langue
françoise (1688), l’article devant le superlatif s’accorde avec le nom exprimé ou
sous-entendu quand il s’agit d’une qualité portée au plus haut degré avec compa-
raison; toujours selon cette règle l’article le reste invariable quand il s’agit d’une
qualité portée au plus haut degré sans comparaison. Au XVIIIe siècle, ce problème
semblait préoccuper encore les écrivains et les grammairiens. Rivarol écrivait dans
ses Carnets: C’est là que ma mémoire est le plus fatiguée...”.
La règle établie au dix-septième siècle concernant l’emploi et l’accord de
l’article devant le superlatif relatif est encore valable aujourd’hui: l’article s’accorde

34
avec le nom quand celui-ci est comparé à d’autres noms, mais il reste invariable
quand le nom est comparé à lui-même: „C’est elle qui a été la plus malade de toutes
les passagères”, mais „C’est hier qu’elle a été le plus malade” (v. R. Georgin,
Difficultés et finesses de notre langue). Selon Hanse, on fait „l’accord de le (devant
un adjectif ou un participe employé adjectivement) s’il y a comparaison entre des
êtres ou des objets différents et il y a „invariabilité de l’article le (formant avec
plus, moins, mieux une locution adverbiale) s’il y a comparaison entre divers états
(à divers moments) d’un même être ou objet: Cette gamine est la plus travailleuse
de sa classe. C’est au moment des compositions qu’elle est le plus travailleuse”
(Nouveaux Dictionnaire des difficultés). L’article reste invariable quand le superlatif
modifie un verbe ou un adverbe: C’est la femme que j’ai le plus aimée (Acad.). Ce
sont les livres qu’il a le plus sévèrement critiqués (P.R.).

L’article défini devant un qualificatif

L’article défini peut être employé devant un adjectif qualificatif qui se réfère
à un nom déjà exprimé.
Ex.: Il a reçu la punition divine avant l’humaine. „Il implorait du secours,
tout au moins celui d’une main humaine, à défaut de la divine, à l’existence de
laquelle il ne croyait pas.” (A. de Chateaubriand, La réponse du Seigneur; P.R.).

L’emploi de l’article défini féminin devant les noms de fêtes religieuses

On emploie l’article féminin devant le noms de fêtes religieuses.


La Toussaint ([tusε̃] = fête qui se célèbre le 1er novembre en l’honneur de
tous les saints. L’Assomption (([asõpsjõ] = l’enlèvement de la Sainte Vierge au ciel
(le 15 août)). L’Annonciation ((= message de l’ange Gabriel à la Vierge pour lui
annoncer qu’elle sera la mère du Messie (le 25 mars)). L’Ascension ([lasãsjõ] =
Élévation miraculeuse de Jésus-Christ au ciel. L’Église célèbre l’Ascension de
Jésus-Christ quarante jours après Pâques). La Pentecôte ([pãt kot] = Fête célébrée
le septième dimanche après Pâques en mémoire de la descente du Saint-Esprit sur
les apôtres). L’Épiphanie ((= fête de l’Église célébrée le premier janvier et rappelant
la manifestation de Jésus aux Mages venus pour l’adorer. Le jour de l’Épiphanie on
mange la galette des Rois)). Noël ((natalis (dies) = jour de naissance; accusatif:
natalem (nael, noel, écrit noël pour indiquer que l’o et l’e ne forment pas diphtongue)).
L’expression À la Noël est une ellipse de À la fête de Noël (À la Noël, nous
serons installés dans notre nouvelle villa à Nice). La Noël (Passer la Noël chez un
ami dans les montagnes. Dans certaines expressions Noël est employé sans article.
Ex.: Joyeux Noël! Noël tombe un mercredi cette année. Les vacances de
Noël. Le soir de Noël. La veille de Noël. Les cadeaux de Noël.
Pâques, fête chrétienne s’emploie sans article.

L’article défini devant les noms propres de personnes

1. L’article n’est pas exprimé, en règle générale, devant les noms propres de
personnes (prénoms ou noms de famille).
Ex.: Hélène, Marie, Henri, André; Dupont, Régnier, Deloffre, Cousteau.
2. L’article défini peut être soudé au nom; dans ce cas il ne se contracte pas.
35
Ex.: L’œuvre de Lebreton. Les ouvrages de Lefrançois. La vie de Langlois.
On emploie l’article devant les noms propres de personnes:
a) lorsqu’ils marquent l’ensemble des membres d’une famille.
Les Martin, les Dupont, les Mitterand, les Durand.
b) lorsque les noms propres désignent deux personnes du même nom.
Ex.: Les deux Corneille ((Pierre Corneille (1606-1684), Thomas Corneille,
frère du premier, auteur de tragédies et de comédies (1625- 1709)). Les deux Dumas
((Alexandre Dumas (1802-1870), Alexandre Dumas, dit Dumas fils (1824-1895)).
Les Goncourt ((Edmond Huot de Goncourt (1822-1896), Jules de Goncourt (1830-
1870)).
c) devant un nom propre de famille qui a été choisi pour en faire le titre d’une
roman.
Ex.: Les Rougon-Macquart. Histoire naturelle et sociale d’une famille sous le
second Empire. Les Thibault est un roman de Roger Martin du Gard qui présente
une famille française dans les vingt premières années du XXème siècle.
d) devant un nom propre de dynastie.
Ex. les Valois, les Bourbons, les Habsbourg, les Capet.
e) devant un nom de famille princière: les Condés, les Guises, les Montmorencys.
f) lorsqu’on emploie des métonymies:
1. On donne le nom du peintre à ses tableaux: les David, les Delacroix, les
Daumier, les Rubens, les Rembrandt, les Picasso (les Delacroix de ce musée; venez
voir les Picasso de ma collection).
2. On donne le nom du sculpteur à ses œuvres: les Rodin.
3. On donne le nom d’un constructeur, d’un industriel à ses créations: les
Citroën (la Citroën de mon frère), les Renault, les Farman.
Remarque. On dit la Renault (voiture) mais le Renault (tracteur, camion).
4. On donne le noms d’une statue, d’une image pour l’objet qu’elle représente:
le Zeus et l’Athéna chryséléphantine de Phidias; l’Apollon du Belvédère,
la Diane de Jean Goujon.
g) lorsque l’article les désigne des noms de personnages célèbres faisant partie
d’une énumération.
Ex.: Les Corneille, les Racine, les La Fontaine, les Boileau, les La Bruyère
font la renommée du XVIIe siècle.
h) devant les noms propres qui désignent des personnes douées de qualités
exceptionnelles; dans ce cas, les noms sont accompagnés d’un adjectif qualificatif.
Ex.: le sage Socrate, le grand Jules César, le bon La Fontaine; le courageux
Cousteau.
i) quand le nom propre de personne est utilisé comme nom commun:
Ex.: Cette reine est la Cléopâtre de l’histoire. Naomi Campbell est la Vénus
noire de la mode.
j) parfois lorsqu’il s’agit de la femme ou de la fille du chef de la famille.
Ex.: La Thenardier (personnage féminin du roman les Misérables de Victor Hugo).
k) devant les noms de certains poètes italiens:
Ex.: Ludovico Ariosto dit l’Arioste ((1474-1533), auteur du poème épique
Roland furieux)). Torquato Tasso dit Le Tasse ((1544-1595), auteur du poème épique
la Jérusalem délivrée)).

36
Remarque. On dit le plus souvent Dante ((Dante Alighieri (1265-1321));
certains auteurs écrivent Le Dante (A. Gide, Colette, etc.).
l) devant les noms de certains peintres italiens.
Ex.: Antonio Allegri dit il Corregio en fr. le Corrège (1489-1534), Pablo
Caliari dit le Véronèse (1528-1588).
m) on emploie l’article défini la devant les noms de certaines cantatrices célèbres:
Ex.: la Malibran, cantatrice espagnole (1808-1836); la Patti ((Adelina Patti;
elle a triomphé à l’Opéra de Paris dans Mozart, Rossini, Verdi (1834-1919));
la Callas ((Maria Callas; consacrée grande vedette internationale à New-York en
1956, elle a mis au service du bel canto sa virtuosité vocale et ses penchants pour
l’expression dramatique (1923-1977); Omnis)).
n) on emploie l’article défini la devant le nom de certaines actrices célèbres.
Ex.: la Champmeslé (([∫ãmεle]; Marie Desmarets, dite la Champmeslé; elle
créa toutes les grandes héroïnes du théâtre de Racine (1642-1698)); la Duse (([duze];
Éléonora Duse, actrice italienne (1858-1924));
o) devant un nom de personne afin de lui donner une valeur péjorative
(l’article à valeur péjorative; il contient une nuance de mépris).
Ex.: „Le Luther lui donne de l’ennui” (V. Hugo, Hernani, V; L.B.). „Le Metternich
y assistait” (Mme de Berny, Lettre à Balzac); la Pompadour ((Jeanne Poisson,
marquise de Pompadour, favorite de Louis XV (1721-1764)).
p) on emploie l’article défini devant des noms qui désignent des bateaux de
pêche, des navires de guerre, des paquebots.
Ex.: Le Normandie, le France, le Flandre, le Jeanne d’Arc, le La Fayette, le
Courbet, le Vénus.
r) on emploie l’article défini devant des noms qui désignent des avions.
Ex.: les Farmans, les Dassault, les Breguet, le Concorde.
L’emploi de l’article défini après le titre d’un souverain
L’emploi de l’article n’est pas bien codifié après le titre d’un souverain.
1) on emploie l’article devant le nom du pays:
Ex.: la reine des Pays-Bas, l’empereur du Japon.
2) on emploie l’article devant le nom du peuple du pays où règne le souverain
(emploi peu fréquent)
Ex.: le roi des Belges.
L’article est omis dans les structures suivantes: le roi d’Espagne, les rois de
France (hist.), le roi de Suède, la reine d’Angleterre, l’empereur d’Autriche (hist.),
la reine de Danemark, le roi de Norvège. Les rois de Portugal (hist.).
L’emploi de l’article défini après le titre d’un prince, d’un duc
1) On emploie l’article:
Ex.: le duc du Maine ((Fils de Louis XIV et de Mme de Montespan (1670-1736))
2) L’article est supprimé dans les cas suivants: le prince de Condé, le prince
de Conti, le prince de Marcillac, le prince de Tarente; le duc de Vendôme, le duc
de Beaufort, le duc de Longueville, le duc de Nemours, le duc de Bouillon, le duc
de Saint-Simon, le duc de Berry.

37
L’article défini et le nom saint
On emploie l’article dans les syntagmes Le Saint-Esprit. La Sainte-Trinité.
La Sainte Vierge.
Remarques I. Par ellipse du mot fête, on dit: La Saint-Nicolas. La Saint-Sylvestre.
La Saint-Joseph. La Saint-Barthélémy.
Dans ce sens, on écrit saint avec une majuscule et un trait d’union.
II. On supprime l’article devant saint dans quelques expressions: l’Évangile
selon saint Mathieu, selon saint Jean. La mort de saint Etienne. La châsse de sainte
Geneviève. Invoquer saint Gabriel archange. Découvrir saint Pierre pour habiller
saint Paul (= éviter un désagrément en s’en créant un autre). Coiffer sainte Catherine
((= atteindre vingt-cinq ans sans s’être marié (par allusion au bonnet que porte la
patronne des célibataires)).
Dans ce sens, on écrit saint avec une minuscule et sans trait-d’union.
L’article défini devant les noms propres géographiques
1. Les noms des continents prennent l’article.
Ex.: l’Europe, l’Asie, l’Afrique, l’Amérique, l’Océanie, l’Antarctique.
L’article et les noms de villes
a) Les noms de villes, en général, ne prennent pas d’article.
Ex.: Paris, Berlin, Londres, Moscou, Madrid, Lisbonne, Rome, Lausanne,
Bucarest, Budapest, Vienne, Berne, Amsterdam, Bruxelles, Oslo, Copenhague,
Sofia, Prague, Belgrad, Milan, Bologne, Venise.
b) Il y a des noms de villes qui sont formés au moyen de l’article défini.
Ex.: Le Havre, La Réole, La Rochelle, Le Tréport, Le Mans [mã], La Ferté-
Milon, La Flèche, Le Puy, Les Andelys ([ãd li] = chef-lieu d’arr. de l’Eure, sur la
Seine), La Haye (ville des Pays-Bas), Le Cap (capitale législative de l’Afrique du
Sud), Le Caire (capitale de l’Égypte).
Remarque. L’article masculin le (et les) de ces noms de ville est sujet à la
contraction avec les prépositions à et de: aller au Caire, revenir du Caire; se trouver
aux Andelys.
„Le chevalier des Arcis, se retira près du Mans dans une jolie maison de
campagne” (Musset; Dj.). Pierre a quitté Paris hier matin et a ramené Marie au Havre.
c) L’article défini est employé devant un nom de ville lorsque ce dernier est
accompagné d’un adjectif qualificatif ou d’un complément de nom.
1) le nom de ville est accompagné d’un adjectif qualificatif.
Ex.: le beau Paris, la vieille Marseille, l’immense New-York, la Rome antique.
„Ce n’était pas le Paris clair et bien dessiné qu’on découvre du haut des collines
illustres, c’était une immensité confuse” (Duhamel, Pasquier; P.R.).
2) le nom est accompagné d’un complément de nom.
Ex.: la Rome de Néron; le Paris de la Révolution, le Paris de ma jeunesse.
L’article devant les noms de pays
Exemples:
a) noms de pays de genre masculin employés avec l’article défini le, l’.
Ex.: l’Afghanistan, l’Angola, le Bangladesh, le Bénin, le Brésil, le Burundi,
le Cameroun, le Canada, le Chili, le Danemark, l’Équateur, le Gabon, le Ghana,
le Guatémala, le Honduras, l’Iran, l’Iraq (Irak), le Japon, le Kenya, le Laos, le Liban,
38
le Libéria, le Luxembourg, le Malawi, le Mali, le Maroc, le Mexique, le Népal,
le Nigéria, le Niger, l’Ouganda, le Pakistan, le Paraguay, le Pérou, le Portugal,
le Ruanda, le Salvador, le Sénégal, le Soudan, le Surinam, le Tchad, le Togo,
l’Uruguay, le Venezuela, le Yemen.
b) noms de pays de genre féminin employés avec l’article la, l’.
Ex.: L’Afrique du Sud, l’Albanie, l’Algérie, l’Allemagne, l’Andorre, l’Arabie
Saudite, l’Argentine, l’Australie, l’Autriche, la Belgique, la Birmanie, la Bolivie, la
Bulgarie, la Chine, la Colombie, la Corée du Nord, la Corée du Sud, la Côte
d’Ivoire, l’Égypte, l’Espagne,l’Éthiopie, la Finlande, la France, la Gambie, la
Grande-Bretagne, la Grèce, la Guinée, la Hongrie, l’Inde, l’Indonésie, l’Irlande,
l’Islande, l’Italie, la Jamaïque, la Jordanie, la Libye, la Malaysia, la Mauritanie, la
Norvège, la Nouvelle-Zélande, la Pologne, la Roumanie, la Russie, la Suède, la
Suisse, la Syrie, la Tanzanie, la Thaïlande, la Tunisie, la Turquie, la Zambie.
c) noms de pays de genre masculin employés avec l’article les.
Ex.: les Émirats arabes unis, les États-Unis, les Pays-Bas.
d) noms de pays de genre féminin employés avec l’articles les.
Ex.: les Philippines, les Seychelles.
Noms de pays employés sans article
Ex.: Chypre, Cuba, Haïti, Israël, Sri-Lanka, Monaco (la principauté de Monaco).

L’article défini et l’indication du lieu, de la direction, du déplacement


(L’emploi de l’article et des prépositions devant les noms de pays et d’îles)
L’usage peut présenter certaines contradictions quand le nom de pays est
précédé d’une préposition.
A. Noms féminins de pays
a) l’article n’est pas employé après la préposition en.
On dit: aller (vivre ou se trouver) en Espagne, en Algérie, en Italie, en
Égypte, en Chine, en Grèce, en Suisse.
Remarques. I. On peut dire aussi partir pour l’Italie, pour la France, pour
l’Allemagne.
Ex.: „Partant pour la Syrie, / Le jeune et beau Danois /Alla prier Marie / De
bénir ses exploits” (A. de Laborde, P.R.).
II. On peut employer dans la, dans l’ si le nom est accompagné d’un déter-
minatif: habiter dans l’Italie du Nord.
b) l’article défini n’est pas employé après la préposition de:
Ex.: revenir de Suisse, de Belgique, d’Italie, d’Amérique.
Remarques. I. L’article est supprimé après la préposition de marquant l’idée
de possession ou donnant au nom du pays une sorte de valeur adjectivale.
Ex.: L’Histoire de France (mais on dit: l’Histoire littéraire de la France, la
Géographie de la France), l’Histoire de Belgique.
II. Si le nom de pays est opposé à un autre nom de pays, on emploie l’article.
Ex.: Dans ce traité, l’histoire de la France, tient plus de place que l’histoire
de l’Espagne.
III. On dit, par analogie l’ambassadeur de France, l’ambassade de France, le
consulat de France.
Dans les structures désignant les produits agricoles ou industriels d’un pays,
on emploie la préposition de.
39
Ex.: les vins de France; acheter du fromage de Hollande; les vins de Hongrie,
d’Espagne; les tapis d’Iran.
Dans ce cas, la préposition de donne au nom du pays une sorte de valeur
adjectivale.
Remarques. I. Lorsqu’on dit, par exemple „Les fromages de la France
s’exportent dans le monde entier”, on attire l’attention sur l’origine du produit.
II. L’article contracté apparaît devant les noms masculins de pays: les vins du
Piémont, l’or du Pérou.
III. On emploie les expressions le gouvernement de la France, l’économie de
la France.
Lorsque les noms de pays féminins sont accompagnés d’un adjectif ou d’un
complément, on emploie la préposition dans.
Ex.: Nous sommes allés dans la Suisse française.
B. Noms masculins de pays.
1. Le nom de pays est précédé de l’article le.
Dans ce cas, l’article défini le est sujet à la contraction avec la préposition à
ou la préposition de.
On dit: a) aller (vivre, se trouver) au Brésil, au Canada, au Ghana, au Guatemala,
au Japon, au Liban, au Maroc, au Mexique, au Nigeria, au Pérou, au Portugal, au
Venezuela.
b) revenir du Pérou, du Japon, du Portugal, du Canada, etc.
Remarque. On dit aller au Danemark, au Portugal, mais aussi aller en
Danemark, aller en Portugal.
2. Le nom de pays est précédé ordinairement de l’article élidé l’. Ce nom
possède une initiale vocalique.
Dans ce cas, lorsqu’on veut exprimer le lieu, la direction, on emploie la
préposition en.
Ex.: aller, vivre, se trouver en Afghanistan, en Irak.
Avec les verbes venir, revenir, on emploie la préposition de (d’).
Ex.: venir (revenir) d’Iran, d’Afghanistan, d’Uruguay.
Le nom du pays est précédé ordinairement de l’article les.
Dans ce cas, on dit:
a) aller (vivre, se trouver) aux États-Unis, aux Pays-Bas, aux Philippines.
(l’article est sujet à la contraction avec la préposition à)
b) venir des États-Unis, des Pays-Bas, (l’article est sujet à la contraction avec
le préposition de).
Lorsque le nom de pays, masculin ou féminin, est employé ordinairement
sans article, pour désigner le lieu, la destination, le déplacement, on emploie:
a) la préposition en: aller (vivre, se trouver) en Israël.
b) la préposition à: aller (vivre, se trouver) à Cuba, à Malte, à Madagascar.
c) la préposition de, après les verbes venir, revenir: venir, revenir de Cuba,
d’Israël, de Malte.
Pour marquer la destination, le déplacement, on peut employer, les prépo-
sitions suivantes:
a) pour: partir pour la France, pour l’Espagne.
b) par: passer par l’Allemaque, par la Pologne.
c) vers: se diriger vers la Finlande, vers la Suède.

40
L’article défini et les noms d’îles
a) Il y a des noms d’îles qui s’emploient avec l’article défini.
Ex.: la Corse, la Sicile, la Crète, l’Islande, la Sardaigne, la Jamaïque, la
Nouvelle Guinée [gine], les Nouvelles Hébrides, les Antilles, la Nouvelle Calédonie,
les Malouines (les Falkland), les Bermudes.
b) Certains noms d’îles s’emploient sans articles: Malte, Corfou, Chypre,
Rhodes, Cuba, Madagascar, Sumatra, Java, Borneo, Terre-Neuve, Tahiti, Hawaï.
Pour indiquer le lieu, la direction, le déplacement concernant ces îles l’usage
veut qu’on dise:
aller (vivre, se trouver) à la Réunion, à la Martinique, à la Gouadeloupe, aux
Antilles, aux Bermudes; venir (revenir) de la Réunion, de la Martinique, de la
Gouadeloupe, des Antilles, des Bermudes, etc.
aller (vivre, se trouver) en Corse, en Sardaigne, etc.
venir (revenir) de Corse, de Sardaigne. Lorsque le nom des îles n’est pas
précédé de l’article défini, on dit:
aller (vivre, se trouver) à Malte, à Chypre, à Cuba, à Madagascar, à Tahiti, etc.
venir (revenir) de Malte, de Chypre, de Cuba, de Madagascar, de Tahiti, etc.
L’article défini et les noms de cours d’eau
Les noms de fleuves et de rivières prennent l’article à l’exception de quelques
noms de cours d’eau figurant dans des noms de lieux.
Ex.: On dit: la Seine (fleuve), l’Aube (affluent de la Seine), la Saône [son]
(rivière qui se jette dans le Rhône à Lyon), le Lot [l t] (riv. du Massif central, affluent
de la Garonne), l’Yonne (rivière du Bassin parisien, affluent de la Seine), mais,
Bar-sur-Seine, Bar-sur-Aube, Chalon-sur-Saône, Pont-sur-Yonne, Villeneuve-sur-Lot.
Il y a quelques noms de rues où figurent des noms de cours d’eau sans article.
Ex.: rue de Seine, rue de Bièvre.
L’article et les noms d’océans, de mers
Les noms d’océans prennent l’article défini.
Ex.: L’océan Atlantique (l’Atlantique), l’océan Indien, l’océan Pacifique (le
Pacifique), l’océan Arctique.
Les noms de mers possèdent l’article défini la.
Ex.: la Baltique, la Méditerranée. (le nom mer exige bien entendu la présence
de l’article défini la: la mer Noire, la mer Rouge, la mer de Marmara, la mer
d’Azov, la mer du Nord, la mer du Japon).
L’article et les noms de montagnes
On trouve l’article défini devant les noms de montagnes.
Ex.: les Carpates, les Alpes, les Pyrénées, les Andes, l’Oural, l’Himālaya,
l’Appenin (les Appenins), les Rocheuses, le Balkan, l’Atlas.
L’article défini et les noms des départements
Le nom de département prend l’article si le nom qui suit n’est pas constitué
de deux noms reliés par la conjonction et.
1) l’article se met au genre et au nombre du nom de montagne qui donne son
nom au département:
Les Alpes (le département des Hautes-Alpes, le dép. des Alpes-de-Haute
Provence, le département des Alpes-Maritimes), les Ardennes (le dép. des Ardennes),
41
le Jura (le dép. du Jura), les Pyrénées (le dép. des Hautes-Pyrénées, le dép des
Pyrénées-Atlantiques, le dép. des Pyrénées-Orientales), les Vosges [vo: ] (le dép.
des Vosges).
2) l’article se met au genre et au nombre du nom de cours d’eau qui donne
son nom au département.
La Seine (le dép. de la Seine, le dép. de la Seine-Maritime), la Loire (le dép.
de la Loire, le dép. de la Loire-Atlantique, le dép. de la Haute-Loire), le Rhône
(le dép. du Rhône), le Rhin (le dép. du Bas-Rhin, le dép. du Haut-Rhin), la Somme
(le dép. de la Somme), la Marne (le dép. de la Marne).
3) l’article se met au genre et au nombre du nom de la province qui donne le
nom au département.
La Vendée (le dép. de la Vendée), la Savoie (le dép. de la Savoie).
Si le nom de département est formé de deux noms de cours d’eau reliés par
et, on supprime, en général, l’article.
Dans ce cas, on distingue plusieurs constructions:
a) le nom du département est formé de deux noms masculins de cours d’eau.
Ex.: le département de Loir-et-Cher.
b) le nom du dép. est constitué d’un nom masculin et d’un nom féminin de
cours d’eau.
Ex.: le dép. de Tarn-et-Garonne, le dép. de Lot-et-Garonne.
c) le nom du dép. est formé de deux noms féminins de cours d’eau.
Ex.: le dép. de Saône-et-Loire, le dép. de Meurthe-et-Moselle.
d) le nom du dép. est formé d’un nom féminin à initiale vocalique et d’un
nom masculin.
Ex.: le dép. d’Eure-et-Loir.
Remarque. On peut dire aussi le dép. de l’Eure-et-Loir.
Les noms de peuples et l’article défini
On emploie l’article devant les noms de peuples.
Ex.: les Français, les Roumains, les Allemands, les Anglais, les Italiens, les
Espagnols, les Russes, les Norvégiens, les Suédois, les Danois, les Polonais, les
Américains, les Mexicains, les Canadiens, etc.
Les noms de provinces françaises et l’article
Les noms de provinces se présentent avec l’article.
Ex.: la Bretagne, la Normandiè, la Picardie, la Lorraine, l’Alsace, la Champagne,
la Bourgogne, l’Orléanais, l’Anjou, la Touraine, le Berry, le Bourbonnais, la Franche-
Comté, l’Angoumois, le Limousin, l’Auvergne, le Lyonnais, la Savoie, le Dauphiné,
la Provence, le Languedoc, la Gascogne, la Guyenne [gyjεn], la Saintonge.
L’article et les noms des habitants correspondant aux villes de France
Les noms des habitants correspondant aux villes de France prennent l’article:
Ex.: les Parisiens (Paris), les Alençonnais (Alençon), les Angevins (Angers,
Maine-et-Loire), les Agenais (Agen, Lot-et-Garonne), les Angoumoisins
(Angoulême, Charente), les Amiénois (Amiens, Somme), les Arrageois (Arras,
Pas-de-Calais), les Auxerrois (Auxerre, Yonne), les Avignonnais (Avignon,
Vaucluse), les Beauvains ((ou les Beauvaisiens); Beauvais, Oise)), les Berrichons
(Berry), les Bisontins (Besançon, Doubs), les Bordelais (Bordeaux, Gironde), les
42
Boulonnais (Boulogne-Billancourt, Boulogne-sur-Mer), les Caennais (Caen, Calvados),
les Calaisiens (Calais, Pas-de-Calais), les Carcasonnais (Carcasonne, Aude), les
Chambériens (Chambéry, Savoie), les Chartrains (Chartres, Eure-et-Loir), les
Clermontois (Clermont-Ferrand, Puy-de-Dôme), les Dignois (Digne; Alpes-de-
Haute-Provence), les Dijonnais (Dijon, Côte-d’Or), les Grenoblois (Grenoble,
Isère), les Laonnais (Laon, Aisne), les Limogeois (Limoges, Haute-Vienne), les
Lyonnais (Lyon, Rhône), les Marseillais (Marseille, Bouches-du-Rhône), les
Melunais (Melun, Seine-et-Marne), les Montpelliérains (Montpellier, Herault), les
Messins (Metz, Moselle) les Neversois (Nevers, Nièvre), les Nantais (Nantes,
Loire-Atlantique), les Niçois (Nice, Alpes-Maritimes), les Nîmois (Nîmes, Gard),
les Orléanais (Orléans, Loiret), les Rennais (Rennes, Ile-et-Vilaine), les Stras-
bourgeois (Strasbourg, Bas-Rhin), les Toulousains (Toulouse, Haute-Garonne).
L’article et les noms des habitants correspondant aux capitales des pays
de l’Europe
Ex.: les Sofiotes (Sofia, Bulgarie), les Bucarestois (Bucarest, Roumanie), les
Belgradois (Belgrad), les Pragois (Prague, République tchèque), les Bernois
(Berne, Suisse), les Varsoviens (Varsovie, Pologne), les Moscovites (Moscou,
Russie), les Berlinois (Berlin, Allemagne), les Parisiens (Paris, France), les
Romains (Rome, Italie), les Madrilènes (Madrid, Espagne), les Luxembourgeois
(Luxembourg), les Bruxellois (Bruxelles, Belgique), les Amstellodamiens (Amsterdam,
Pays-Bas), les Copenhagois (Copenhague, Danemark), les Stockholmois (Stockholm,
Suède), les Londoniens (Londres, Grande-Bretagne), Budapestois (Budapest, Hongrie),
les Viennois (Vienne, Autriche), etc.

Répétition de l’article défini

1. L’article se répète devant chaque nom d’une série de GN, lorsque les noms
sont sémantiquement autonomes.
Ex.: Les principales circonstances qui modifient les phénomènes moraux ont
été classées par Cabanis ainsi qu’il suit: les âges, les sexes, les tempéraments, les
maladies, les climats. „Entré dans l’eau c’est le saisissement, la montée d’une glu
froide, puis le plongeon dans le bourdonnement des oreilles, le nez coulant et la
bouche amère, la nage, les bras vernis d’eau pour se dorer dans le soleil..., la course
de l’eau sur mon corps...” (Camus, Noces).
2. On répète l’article devant les noms d’une énumération.
Ex.: „Les dieux livrent à la Parque homicide/ L’ami, le compagnon, le
successeur d’Alcide” (Thésée, père d’Hippolyte). Racine, Phèdre, III, 1.
„Sa femme, ses enfants, les soldats, les impôts/ Le créancier... Lui font d’un
malheureux la peinture achevée... (La Fontaine, La mort et le bûcheron).
3. On répète l’article devant les noms d’une polysyndète.
Ex.: „Contre nous de pied ferme ils (les Maures) tirent leures alfanges,/ De
notre sang au leur font d’horribles mélanges;/ Et la terre, et le fleuve, et leur flotte,
et le port,/ Sont des champs de carnage, où triomphe la mort” (Corneille, le Cid,
III, 4).
4. L’article n’est pas répété en tête du deuxième GN, quand deux GN au
pluriel, unis par et forment une seule expression (Il s’agit souvent d’expressions
figées).

43
Ex.: Le Conservatoire national des arts et métiers (= établissement fondé en
1794 pour conserver des collections concernant l’histoire des sciences et des
techniques). L’École des arts et métíers. Les Eaux et Forêts [(= administration
chargée de la conservation, de la gestion et de l’exploitation des forêts de l’État);
ingénieur des Eaux et Forêts)]. Les Ponts et Chaussées (administration chargée de
régler les questions concernant les routes, les ponts et les canaux). Les dommages
et intérêts [(= indémnité fixée par un tribunal destinée à réparer un préjudice causé
à quelqu’un)]. Les us et coutumes (= les usages, les traditions d’un pays, d’un
peuple, d’un milieu). Les faits et gestes de quelqu’un (= toute sa conduite). Les
allées et venues (= déplacement de personnes qui vont et viennent). Le conseiller et
âme damnée de quelqu’un, d’un grand personnage politique, d’un roi. Le frère et
collaborateur d’un savant, d’un écrivain, d’un artiste, etc. „Le père Feuillée est le
seul de tous les naturalistes et voyageurs qui ait donné une description détaillée du
condor” (Buffon, Histoire naturelle). Les voies et moyens (= des moyens employés
afin de percevoir des impôts). Les frais et dépens (= frais judiciaires).
5. L’article n’est pas répété en tête du deuxième groupe nominal (GN)
coordonné par ou au premier groupe nominal (GN), si les deux groupes nominaux
(GN) ont le même référent.
Il s’agit dans ce cas:
A) d’une reformulation synonymique ou d’une coordination identifiante.
Ex.: a) l’acide sulfurique ou vitriol; l’acide nitrique ou eau-forte; l’acide
chlorhidrique ou esprit-de-sel; l’alcool méthylique ou esprit-de-bois; l’alcool éthylique
ou esprit-de-vin; le mercure ou vif-argent.
b) le plantain ou herbe aux blessures; la savane ou vaste prairie naturelle.
c) le cobra indien ou serpent à lunettes.
d) les arts plastiques ou arts de l’espace.
B) d’une explication du premier GN par le second GN.
Ex.: a) la sémantique lexicale ou étude du sens des mots; l’apophonie ou
alternance vocalique.
b) Le Pont-Euxin ou mer Noire
c) le patronyme ou nom de famille.
Remarque. On dit cependant: l’éthique ou la morale.
6. L’article n’est pas répété dans certaines formules consacrées par l’usage.
Ex.: Les officiers, sous-officiers et soldats. Les nom, prénoms, âge, profession
et domicile du candidat.
7. L’article ne se répète pas devant le second adjectif, lorsque deux adjectifs
unis par et qualifient le même référent représenté par un GN.
Ex.: Le sage et pieux Condillac. Le simple et bon La Fontaine. La douce et
innocente proie. „Pourquoi un vieillard de 83 ans (Voltaire) se décida-t-il à
entreprendre le long et dangereux voyage de Ferney ?” (A. Maurois).
8. Lorsqu’il y a deux adjectifs unis par et placés après le groupe nominal
(GN), on n’emploie pas d’article entre ces adjectifs.
Ex.: Les oiseaux domestiques et sauvages. Les langues grecque et latine.
9. L’article se répète devant des adjectifs non coordonnés.
Ex.: La charmante, la généreuse femme.
10. On répète l’article devant chacun des adjectifs unis par et si le groupe
nominal (GN) forme avec chacun de ces adjectifs une entité distincte de l’autre.
44
Ex.: Le grand et le petit commerce. Les bons et les mauvais jours. Les bons et
les mauvaises habitudes. Les bons et les mauvais collègues.
11. Dans une série de superlatifs, on doit, en principe, répéter l’article.
Ex.: L’accident du Concorde (de l’avion supersonique Concorde) a été la
plus terrible et la plus surprenante catastrophe aérienne qui se soit jamais produite.

Répétition de l’article dans les dates


À côté de le 17 et le 18 mars par exemple, on trouve les 17 et 18 mars. À côté
de le 17 mars ou le 18 mars, on peut employer le 17 ou le 18 mars.
Lorsqu’il s’agit des jours de la semaine on peut dire au choix: le mardi et le
jeudi de chaque semaine ou les lundis et les jeudis.
L’ARTICLE INDÉFINI

Les formes de l’article indéfini en français moderne


Masculin
Singulier Pluriel
devant consonne devant voyelle devant consonne devant voyelle
code code code code code code code code
écrit oral écrit oral écrit oral écrit oral
un [œ ] un [œ n] des [de] des [dez]

Féminin
Singulier Pluriel
devant consonne devant voyelle devant consonne devant voyelle
code code code code code code code code
écrit oral écrit oral écrit oral écrit oral
une [yn] une [yn] des [de] des [dez]

Au singulier, l’article indéfini a les formes un dans le code écrit et [ ] dans


le code oral pour le masculin. Pour le féminin l’article indéfini a la forme une dans
le code écrit et [yn] dans le code oral.
Ex.: Il a un perroquet et une perruche.
Dans le code oral, devant les noms ou les mots qui commencent par une
voyelle (ou un h muet dans le code écrit), l’article un [ ] présente l’allophone
[ n].
Ex.: un enfant, un ennemi, un homme, un assez grand nombre de personnes,
un autre premier ministre.
Il y a des grammairiens qui voient dans l’indéfini un le même mot que le
numéral. Pour d’autres, comme Damourette et Pichon (Essai de grammaire
française, §2518), un n’est pas un nombrant comme deux, trois, etc., mais un
«strument» individualisant et l’emploi dit numéral n’est qu’un cas particulier de
l’emploi de l’article individualisant.
Au pluriel, l’article indéfini a la forme des pour le masculin et le féminin
dans le code écrit.
Ex.: Des trains (m.pl.). Des voitures (f.pl.).
45
Dans le code oral, l’article indéfini a les formes [de], [dez] (deux variantes
sonores ou allophones) pour le masculin et le féminin, au pluriel. La forme [dez]
est employée devant les noms qui commencent par une voyelle ou par un h muet.
Ex.: Des camions [dekamjõ] (m.pl.).
Des maisons [demєzõ] (f.pl.)
Des avions [dezavjõ]. Des hélicoptères [dezelik ptєR] (m.pl.)
Des abeilles [dezabєj]. Des hirondelles [deziRõdєl] (f.pl.)

Autres exemples
Il a eu des malheurs (Acad.). „Les donneurs de sérénades/Et les belles
écouteuses/Échangent des propos fades/Sous les ramures chanteuses” (Paul Verlaine,
Mandoline). Rome a connu des empereurs humains comme Auguste et des
empereurs cruels comme Néron. Quel besoin aviez-vous de transporter dans des
escaliers obscurs des piles de dossiers ?” (Adamov). Bâtir des châteaux en Espagne
(= se bercer d’espérances chimériques). „À l’extrémité de la route, apparaissaient
des ambulanciers qui portent des blessés couchés sur des civières” (Malraux, Les
conquérants).
Remarque. Selon P. Charaudeau (Grammaire du sens et de l’expression,
Paris, Hachette, 1992, p. 169), la forme des de l’article indéfini actualise plusieurs
objets ou êtres (mais non, la totalité des objets et des êtres) „considérés comme
exemplaires de la classe à laquelle ils appartiennent”. Dans „Aujourd’hui j’ai
acheté des livres, des actualise plusieurs éléments (un nombre quelconque) comme
appartenant à la classe livre...”.
Des (forme de l’article indéfini) doit être distingué de des résultant de la
contraction de la préposition de et de l’article défini les.
Ex.: La lune poussait des gerbes de lumière jusque dans l’épaisseur des bois
(de + les bois) „Je me souviens/ Des jours anciens/ Et je pleure” (de + les jours)
Verlaine, Chanson d’automne. „Les sanglots longs/ Des violons (de + les violons)
De l’automne/ Blessent mon coeur/ D’une langueur monotone” (Verlaine, id.).

Article indéfini
(diachronie)
Les formes de l’article indéfini en ancien français étaient les suivantes:
Masculin
CSS uns (lat. unus; nominatif)
CRS un (lat. unum; accusatif)
CSP un (lat. uni; nominatif pluriel)
CRP uns (lat. unos; accusatif pluriel)
Féminin
CSS une (lat. una; nominatif)
CRS une (lat. unam; accusatif)
CSP unes (lat. unas; nominatif pluriel)
CRP unes (lat. unas; accusatif pluriel)
N.B.: CSS = cas sujet singulier; CRS = cas régime singulier.
CSP = cas sujet pluriel; CRP = cas régime pluriel.
46
Remarques. I. Quelques grammairiens français au XVIe siècle ont pensé que
un pouvait être article, sans indiquer cela d’une manière claire (v. S-G. Neumann,
Recherches sur le français des XVe et XVIe siècles. Lund, Gleerup, 1959, p. 123
sq.II.). Jacques Dubois (dit aussi Sylvius Ambianus), en 1531, dans sa grammaire
du français (en latin) constate que le mot un peut remplir une fonction qui
caractérise l’article. Robert Estienne en 1557, dans Grammatica gallica considère
que les articles un et une sont des vice-articles: „Frequenter etiam utimor his
duobus ung et une vice articulorum: ut quum dicimus, Ung liure, pro libro: une
femme, pro foemina” (p. 68).
Au XVIe siècle, John Palsgrave dans L’Esclarcissement de la Langue françoise,
Londres, 1530 (publié par Génin à Paris, en 1852) a été le premier à introduire
l’article un dans le schéma grammatical du français. Cependant le terme d’article
indéfini n’a été employé par les grammairiens français qu’au XVIIe siècle dans la
Grammaire de Port-Royal rédigée en 1660 par Arnauld et Lancelot:
„Les langues nouvelles en ont deux (= articles): l’un qu’on appelle défini,
comme le, la en français et l’autre indéfini: un, une”. Au XVIIIe siècle, le Père
Claude Buffier dans sa Grammaire françoise sur un plan nouveau remarque que un
„ne signifie souvent qu’une unité indéterminée et vague, qui n’exclut pas la
pluralité, mais plutôt qui la suppose... comme quand on dit: un livre ennuyeux est
bon pour s’endormir ”.
II. La forme uns du cas sujet singulier (CSS) est sortie de l’usage au XIVe
siècle, lorsque le système des déclinaisons a été remplacé par un autre système.
III. Le pluriel uns, unes s’est employé d’une façon régulière jusqu’au XVIe
siècle. Même dans ce siècle, ces formes pouvaient être rencontrées assez souvent
dans les textes. Elles ont été supplantées par des.
Les formes uns, unes se sont employées:
a) devant les noms qui n’avaient que la forme du pluriel: unes matines
((matines, n.f.pl. (premier office divin; la plus importante et la première des heures
canoniales, entre minuit et le lever du jour)).
Chanter matines: „Sonnez les matines” (chanson; P.R.); unes vespres („Unes
vespres bien sonnez sont à demy dictes” (Rabelais, Gargantua), unes fiansaylles
(= fiançailles), unes nopces (= noces).
b) devant des noms de choses qui vont par deux, qui constituent une paire.
Ex.: unes bottes „Si heurterent à l’huys... et le prindrent, et emmenerent sans
estre chaussié ne vestu sinon d’un mantel, et d’unes bottes qu’il avoit chaussees”
(Alain Chartier), uns gans (= une paire de gants), unes moufles (moufle = gros
gant de laine, ou de cuir, où les doigts sont réunis sans séparation, si ce n’est pour
le pouce); uns sollers (une paire de souliers): „En ses pieds mist uns merveilleus
sollers” Charroi de Nîmes, 218).
c) devant les noms dont le pluriel pouvait s’employer au sens d’un nom au
singulier. Il s’agit de noms qui désignent des objets qui sont composés de deux ou
de plusieurs parties symétriques.
Ex.: unes lunettes (= des lunettes), uns ciseaulx: „Ungs bons ciseaulx couppent
nostre amictié” (Marguerite de Navarre, in E. Huguet, Dictionnaire de la langue
française du XVIe siècle).
d) devant les noms au pluriel qui désignent nettement une pluralité.

47
Ex.: unes bones genz (= de bonnes gens), uns cheveulx crespeluz (= des
cheveux crépus), uns degrez (des marches).
On rencontre cet emploi surtout lorsque l’article est coordonné avec autres.
Ex.: „Mais tout ainsi que l’Abeille volette sur unes et autres fleurs, dont elle
forme son miel, aussi veux – ie que ceux qui auront quelque asseurance de leur
esprit, se donnent loy de fureter par toutes les autres langues de nostre France” (Les
Lettres d’Étienne Pasquier, Paris, l’Angelier, 1586; R. 240); unes noveles (= des
nouvelles), unes loges (= une série de loges)
Remarque. Uns peut signaler une série de noms propres.
Ex.: Uns Pontus de Tiart (= de Tyard), Estienne Jodellle, Remy Belleau... et
moi-mesme” (E. Pasquier, in F. Brunot, H.L.F., t. II, p. 280).
Selon F. Brunot (Grammaire historique, p. 220) c’est pendant la période du
moyen français que le préposition de, au singulier, des, au pluriel, a pris la valeur
d’un article indéfini: Philippe Ménard (Manuel du français du moyen âge, p. 28)
souligne que l’article des (issu de la préposition partitive de et de l’article défini
les) apparaît très rarement au XIIe ou au XIIIe siècle „pour évoquer une pluralité
indéterminée appartenant à une catégorie déterminée”.
Ex.: „En Poitou laissa des chevaliers” ((Couronnement de Louis); des cheva-
liers = certains de ses chevaliers)).

Valeurs et emplois de l’article indéfini

L’article indéfini actualise le nom; sa présence indique à l’allocutaire ou au


lecteur qu’il s’agit d’un objet ou d’un être indéterminés. Au contraire de l’article
défini, l’article indéfini n’est pas indice de notoriété. L’article indéfini extrait de la
classe dénotée par le nom (ou de l’ensemble d’objets et d’êtres dont fait partie le
nom) un élément ou des éléments qui n’ont pas encore fait l’objet d’un repérage
référentiel.
Ex.: Jadis plus d’un amant, aux jardins de Bourgueil; /A gravé plus d’un nom
dans l’écorce qu’il ouvre,/ Et plus d’un coeur, sous l’or des hauts plafonds du
Louvre,/ À l’éclair d’un sourire a tressailli d’orgueil” (J.-M. Heredia, Sur le livre
des Amours de Pierre de Ronsard). „Mais ce n’est pas un coupable qu’il nous faut.
C’est le coupable!” (M. Aymé, La tête des autres). „Au village de Claquebue
naquit un jour une jument verte” (M. Aymé, La jument verte).
L’article indéfini un (une) peut servir de présentatif surtout s’il est placé en
tête de phrase.
„Un faune effaré montre ses deux yeux
Et mord les fleurs rouges de ses dents blanches.
Brunie et sanglante ainsi qu’un vin vieux
Sa lèvre éclate en rires sous les branches”
(Rimbaud, Tête de faune)
„Une Nymphe s’égare et s’arréte. Elle écoute
Les larmes du matin qui pleuvent goutte à goutte…”
(J.-M. de Heredia, Pan)

48
„Un agneau se désaltérait
Dans le courant d’une onde pure. Un loup survint…”
(La Fontaine, Le loup et l’agneau)
„Une Andalouse au sein bruni?/ Pâle comme un beau soir d’automne!/ C’est
ma fiancée, c’est ma lionne” (Musset).
„Une nuit claire, un vent glacé. La neige est rouge./ Mille braves sont là qui
dorment sans tombeaux…” (Leconte de Lisle, Le Coeur de Hialmar).
„Un pauvre bûcheron, tout couvert de ramée / Sous le faix du fagot aussi bien
que des ans/ Gémissant et courbé, marchait à pas pesants” (La F. I, 16).
L’article indéfini introduit un nom qui renvoie à un élément (une chose ou un
être) dont on ne veut pas préciser l’identité.
Ex.: Nous avons invité un ami, chez nous, à la campagne.
Parfois, on ne peut pas préciser l’identité de l’être auquel renvoie le nom.
Ex.: Le directeur était accompagné par une secrétaire.
L’article indéfini renvoie souvent à un élément (objet ou être) qui pourrait
être identifiable.
Ex.: Une jeune fille aux cheveux roux, portant une mini-jupe est allée cet
après-midi chez les Durand.
L’article indéfini peut renvoyer à un élément (objet ou être) qui n’a qu’une
existence potentielle (virtuelle).
Ex.: Il cherchait un jeune homme solide pour tenir le rôle du dieu Mars.
Il y a des cas où le contexte détermine une variation d’identité d’un groupe
nominal (GN) ayant dans sa structure l’article indéfini.
Ex.: Chaque après-midi un avion survole le village.
Remarque. Cette phrase est ambiguë car on peut se demander s’il s’agit
toujours du même avion.
L’article indéfini un (une) sert parfois à généraliser. Lorsque cet article est
employé au sens générique, le groupe nominal (GN) dans la structure duquel se
trouve l’article indéfini est considéré comme un élément représentatif de tout un
ensemble, de toute une espèce.
Ex.: Une hirondelle ne fait pas le printemps. Un homme ne doit pas avoir
peur. Un clou chasse l’autre. „Un sonnet sans défaut vaut seul un long poème”
(Boileau, Art poétique).

Les formes réduites de l’article indéfini

Pluriel
L’article est suivi d’un adjectif et d’un nom
Devant consonne Devant voyelle
Code écrit Code oral Code écrit Code oral
de [d ] d’ [d]

Dans le code écrit, l’article indéfini présente deux formes réduites quand le
nom est précédé d’un adjectif: les formes de et d’:
a) quand l’adjectif commence par une consonne, on emploie la forme de.

49
Ex.: Elle avait de beaux yeux et une jolie voix. Au printemps de doux chants
d’oiseaux égayent les bois. „Il y a de belles choses qui ont plus d’éclat quand elles
demeurent imparfaites que lorsqu’elles sont trop achevées” (La Rochefoucauld,
Maximes).
„La Vierge Céphéenne, hélas! encor vivante,/ Liée, échevelée, au roc des
noirs îlots, / Se lamente en tordant avec de vains sanglots. Sa chair royale où court
un frisson d’épouvante” (Heredia, Andromède et le monstre).
b) lorsque l’adjectif commence par une voyelle ou un h muet, on emploie la
forme d’.
Ex.: C’est une étrange entreprise que celle de faire rire d’honnêtes gens.
François Mauriac a écrit d’excellents romans.
Remarques. 1. Lorsque le nom est précédé de deux adjectifs reliés par et, la
forme de est exprimée devant le premier adjectif si ces adjectifs sont presque
synonymes ou approchants.
Ex.: Il y avait à Athènes de sages et vertueux citoyens.
2. Quand le nom est précédé de deux adjectifs reliés par et, la forme de est
exprimée devant chaque adjectif si ces adjectifs sont de sens contraire:
Il y a avait à Rome de bons et de mauvais citoyens.
Si le nom au pluriel est déterminé par deux adjectifs qualificatifs non reliés
par et, on utilise la forme de devant le premier de ces adjectifs.
Ex.: J’ai rencontré de charmants petits enfants.
Lorsque le nom au pluriel est précédé par un adverbe et un adjectif
qualificatif, on emploie la forme de devant l’adverbe:
Il a de tout petits yeux.
Si le nom au pluriel est précédé par un superlatif absolu, on emploie la forme
de devant ce superlatif.
Ex.: Cet enfant invente de très sottes histoires.
Dans le français familier, la forme des apparaît souvent devant les adjectifs
bons, bonnes; grands, grandes; petits, petites.
Ex.: „La cuisinière nous a préparé des bonnes choses. Ma voiture a parfois
des petits ennuis mécaniques. Le Russe mangeait des petits bonbons” (Malraux,
Cond. hum.; P.R.). Pour moi, le continent antarctique c’est des grands glaciers.
N.B. Dans les œuvres littéraires, on ne respecte pas toujours l’opposition
de / des.
„Des petits talons furieux ont fouillé les allées” (Colette). „Des mauvais
magiciens sont brûlés sur un bûcher” (A. Marlaux, La tentation de l’Occident; H.).

On emploie l’article indéfini des si l’adjectif et le nom forment une sorte de


mot composé:
Ex.: des blancs becs (= jeunes hommes sans expérience mais présomptueux
[prez pty ]), des faux pas (faire des faux pas = commettre des erreurs), des
fausses notes (des détails qui brisent l’harmonie de l’ensemble), des faux billets de
banque, des grosses légumes (des personnages importants; fam.), des fines herbes
((feuilles de plantes aromatiques: persil, estragon, ciboulette (ciboule = arpagic),
cerfeuil (= hasmaţuchi)), des jeunes filles, des jeunes gens, des plates-bandes, des
petits pois, des petits fours (= petites pâtisseries sucrées ou salées), des rouges-
gorges, des ronds-points (places circulaires où aboutissent plusieurs rues), des

50
petits pains, des petits-suisses (fromage frais triple crème), des grands hommes, des
braves gens, des sacrées histoires.
Lorsque le nom est représenté par en anaphorique, on emploie la forme de
devant les adjectifs qualificatifs (reliés par et) qui déterminent le nom
précédemment exprimé:
Ex.: Les terres de cette province n’étaient pas de même nature: il y en avait
d’arides et de montagneuses.

Diachronie
Au XVIIe siècle, Maupas dans sa Grammaire (1607) estimait qu’on devait
employer la forme de quand le nom était précédé d’un adjectif épithète. Vaugelas
dans ses Remarques sur la langue françoise (1647) considérait cette règle comme
essentielle: „Au nominatif et à l’accusatif, de se met devant l’adjectif, et des devant
le substantif. Par exemple, on dit il y a d’excellents hommes, et il y a des hommes
excellents; ce pays porte d’excellents hommes, et porte des hommes excellents, et
non pas, il y a des excellents hommes, ni, il y a d’hommes excellents, et ainsi de
l’autre…” (Remarque: De et des articles).
Scipion Dupleix remarque lui aussi que „la faute est fort grossière, quand on
met des pour de au devant d’un adjectif pluriel” (Liberté de la langue françoise
dans sa pureté, Paris, A. Joly, 1651, p. 54). Vaugelas employait la variante
combinatoire de même lorsque l’adjectif et le nom formaient un véritable nom
composé. Dans sa traduction de l’oeuvre de Quintus Curtius (= Quinte-Curce), il
écrit de jeunes gens: „C’étaient de jeunes gens peu dignes de foi” (VI, 8).
L’emploi de la forme réduite de de l’article indéfini après un adverbe de
quantité (M. Grevisse dans le Bon Usage, 1997, p. 872 appelle les adverbes de
quantité, adverbes de degré, et M. Riegel, dans la Grammaire méthodique, les
mentionne sous le nom de déterminants complexes, p. 162).
L’article indéfini est remplacé par la forme réduite de après les adverbes de
quantité assez, beaucoup, peu, combien, guère, moins, plus, trop (Les adverbes de
quantité font partie de la catégorie des quantitatifs).
Ex.: Assez de paroles, des actes!. „Assez de malheureux ici-bas vous implorent:/
Coulez, coulez pour eux;/ Prenez avec leurs jours les soins qui les dévorent/
Oubliez les heureux.” (Lamartine, Le lac.) Il y a beaucoup de livres qui dévelop-
pent ce sujet. Peu d’amis le regrettèrent à cause de sa conduite. Combien a-t-il de
voitures? Combien de photos a-t-elle prises? Depuis combien de jours êtes-vous ici?
„Oh! combien de marins, combien de capitaines/ Qui sont partis joyeux pour
des courses lointaines/ Dans ce morne horizon se sont évanouis” (V. Hugo, Oceano
Nox). Il y a plus de fous acheteurs que de fous vendeurs (le vendeur connaît mieux
que l’acheteur les défauts de la chose qu’il vend). Il y a plus de participants à ce
congrès que l’année passée. Il y a moins d’hirondelles que d’habitude dans la ville,
ce printemps, à cause de la pollution de l’air. Il y a peu de spectateurs dans la salle.
L’article indéfini est remplacé par la forme réduite de après les mots quantité,
nombre, moitié, foison.
Ex.: Jésus-Christ fit quantité de miracles au jour du Sabbat” (Pascal,
Pensées). Il y avait, certes, en Europe, quantité de situations explosives; mais le

51
nœud de cette vaste composition de dangers se trouvait dans l’état des relations
franco-allemandes créé par le Traité de Francfort” (Valéry, Variété IV; P.R.).
„Le monde, en cet instant de l’Histoire, pose à l’observateur nombre de pro-
blèmes effrayants” (Duhamel, Manuel du protest.; P.R.). Nombre de romanciers ou
d’auteurs dramatiques ne parviennent jamais à faire rendre aux propos de leurs
personnages un son authentique” (A. Gide, Ainsi soit-il). Je prendrai la moitié de ces
fruits, prenez le reste (L.B.). Il faut que chacun renonce à la moitié de ses prétentions.
Le commentaire de Voltaire sur le théâtre de Corneille est illustré d’une
foison de citations. „Je vois des foisons de religions en plusieurs endroits du monde
et dans tous les temps” (Pascal, Pensées).
Remarques I. Que exclamatif comme adverbe de quantité (quantitatif) se
construit en général, avec la forme de.
Ex.: Que de pays il a vus! „Ô liberté, que de crimes on commet en ton nom!”
((paroles attribuées à Madame Roland de La Platière montant à l’échafaud (1793)).
„Que de difficultés, en effet, je prévois ! que d’habitudes d’esprit j’aurai à changer!
que de souvenirs charmants je devrai arracher de mon coeur!” (Renan, Souv.
d’enfance; P.R.).
II. L’article indéfini est maintenu si le nom qui suit le quantitatif est déterminé.
Ex.: Beaucoup des tableaux qui sont dans ce musée ont été offerts par des
collectionneurs.
L’adverbe (le quantitatif) bien exige l’emploi de la forme pleine de l’article
indéfini.
Ex.: Assistez à la vie en spectateurs indifférents; bien des drames tourneront à
la comédie. Voilà bien des paroles sans rien dire. Il a vu bien des pays. Il vous l’a
dit bien des fois. „Quoique l’autorisation ne fût pas encore accordée, bien des
voitures circulaient à nouveau” (Camus, La Peste).
Remarque. Même si le complément de bien est précédé d’une épithète,
l’article l’accompagne régulièrement.
Ex.: Cette contrée renferme bien des fertiles prairies. Bien des jolies femmes
ont été invitées à ce bal.

La locution bien d’autres (On ne dit pas bien des autres)


Ex.: Vous avez bien d’autres affaires. La police a eu sur ce crime bien d’autres
indices. Il a reçu bien d’autres plaintes (H). Il a reçu bien d’autres offres d’emploi.
La locution bien autrement de marque un haut degré.
Ex.: „C’est évidemment son idéal, mais avec bien autrement de soleil, d’aisance
et d’agrément” ((Sainte-Beuve, Portraits littéraires); avec bien autrement de soleil
= avec bien plus de soleil)).
Il y a des locutions exprimant la quantité formées d’un article indéfini et de
noms collectifs suivis par de et un nom (une multitude de, une foule de, un tas de).
Ex.: „Une multitude d’oiseaux se mirent à chanter à plein gosier” (Sartre,
Mort dans l’âme; P.R.). Une multitude de sauterelles ont infesté ou a infesté ces
campagnes (Littré). Ces lexicographes ont accumulé une multitude de fiches afin
d’élaborer un dictionnaire encyclopédique. Une foule de locutions verbales sont
ainsi susceptibles de recevoir un objet (Brunot, La Pensée; Grev.). „Une foule de
soldats y fut noyée” (Voltaire, Histoire de Russie; H.D.T.). On lui a administré une
foule de médicaments contre la cirrhose. „Le reste ne vaut pas l’honneur d’être
52
nommé: / Un tas d’hommes perdus de dettes et de crimes” (Corneille, Cinna; P.R.).
Sur son bureau, il y a avait un tas de papiers.

La forme des soulignant la quantité


a) devant un nom de nombre (même devant le numéral un), on emploie des
avec une valeur emphatique.
Ex.: Il soulève des cinquante kilos comme des plumes. „Il y a des endroits où
vous avez jusqu’à des un mètre, un mètre cinquante d’eau” (Jules Romains,
Hommes de bonne volonté; P.R.). „Ces êtres qui ont traversé des deux, des trois,
des quatre formes d’existence” (Bourget, Cosmopolis; Grev.). Elle s’absentait des
cinq et six jours de suite (F. Brunot, La Pensée…).
b) Des peut n’être suivi d’aucune indication numérale, mais la valeur
emphatique de l’expression subsiste.
Ex.: Il parle des heures sans s’arrêter
Elle a attendu sa jeune fille qui était à la discothèque pendant des heures. Il y
a des années depuis que je n’ai revu le palais du Louvre. Après son accident
d’automobile, il est resté à l’hôpital des jours et des jours.
La plupart et l’article indéfini

Après la plupart, on emploie la forme pleine de l’article indéfini: des


((La plupart apparaît dans les textes au XVe siècle. Il est formé à partir de
part (842, Serments; du lat. pars, partis)).
Ex.: „La plupart des hommes emploient la meilleure partie de leur vie à
rendre l’autre misérable” (La Bruyère, Les Caractères). La plupart des délégués
étaient présents à cette réunion. „Je crois que la plupart des enfants sont inspirés”
(Montherland, Relève du matin; P.R.).
„Ce qui fait que la plupart des femmes sont peu touchées de l’amitié, c’est
qu’elle est fade quand on a senti l’amour” (La Rochefoucauld, Maximes). „La plupart
des hommes sont dans le cours de leur vie souvent dissemblables à eux-mêmes, et
semblent se transformer en des hommes différents” (J.-J. Rousseau, Conf.).
La plupart des spectateurs ont aimé cette pièce.
Remarque. La plupart suivi d’un nom au singulier exige l’accord du verbe
au singulier.
Ex.: La plupart du personnel est content de l’essor des nouvelles activités de
l’entreprise.

L’article indéfini et la négation

On emploie la forme de (d’ devant voyelle) au lieu de un, une, des (articles
indéfinis), dans les phrases négatives ou dans une phrase impersonnelle.
Ex.: Avez-vous une voiture? Non, nous n’avons pas de voiture. Avez-vous
acheté un rasoir électrique? Non, je n’ai pas acheté de rasoir électrique. Y a-t-il des
crocodiles dans ce fleuve? Non, il n’y a pas de crocodiles dans ce fleuve. Avez-
vous peint des perroquets? Non, je n’ai jamais peint de perroquets. Y a-t-il des
visiteurs dans le musée? Non, aujourd’hui le musée étant fermé, il ne vient pas de
visiteurs.
53
Lorsqu’à côté de la négation exprimée dans la structure de surface, la pensée,
dans la structure profonde suppose en outre une affirmation implicite, on emploie
la forme pleine de l’article (des). Il s’agit d’une négation d’extension limitée.
Ex.: Je n’ai pas des meubles à revendre. Je n’achète pas des tapis pour lui en
faire cadeau. De quoi vous plaignez-vous? N’avez vous pas des yeux qui peuvent
jouir de la lumière, des bras pour vous défendre et des jambes pour courir?
L’article des est employé après un verbe à la forme négative lorsqu’on veut
mettre en relief une qualité spécifique et marquer une opposition.
Ex.: Il ne plantera pas des tomates, mais des concombres.

L’emploi de des après ce ne sont pas

Après le présentatif ce ne sont pas, on emploie l’article des.


Ex.: Ce ne sont pas des cavaliers qu’on aperçoit au sommet de la colline,
mais des fantassins. Ce ne sont pas des livres rares qu’on trouve dans cette
bibliothèque, mais des ouvrages imprimés à la fin du XIXe siècle. Ce ne sont pas
des étudiants de la Sorbonne, ce sont des élèves du lycée Louis le Grand.
Structures à valeur partitive constituées au moyen de l’article indéfini
Si le nom précédé de la préposition de et de l’article indéfini est accompagné
d’un adjectif qualificatif ou d’une proposition relative, il peut constituer une
structure à valeur partitive.
Ex.: J’ai bu d’un vin merveilleux, d’une liqueur que je ne connaissais pas
(fam.).

L’article indéfini employé en relation avec le pronom en


1. Un groupe nominal objet (GN2) formé par l’article indéfini un, une et un
nom peut être soumis à la pronominalisation par en.
Ex.: Il a vu un tigre au Jardin zoologique; il y en a vu un. Il a aperçu une
belette. Il en a aperçu une.
Remarque. Les formes un, une, placées après le verbe et étant en relation
avec le pronom en, sont des pronoms indéfinis.
2. Un groupe nominal objet (GN2) formé par un article indéfini et un nom
employé en relation avec le pronom en est repris par le pronom indéfini un (une)
afin d’éviter la répétition.
Ex.: Il est aussi difficile de combattre un ouvrage que le public approuve que
d’en défendre un qu’il condamne.
S’il avait vraiment voulu acheter un tableau dans cette exposition, il en aurait
trouvé au moins un qui lui plût.

L’article indéfini devant le nom attribut


L’attribut représenté par un nom exige l’emploi de l’article indéfini:
a) si l’on veut souligner les caractères typiques de l’être ou de l’objet nommé,
si l’on veut faire la différence entre une qualité et une profession:
„Dire: «Jean est capitaine» c’est simplement l’identifier, en précisant son
grade; mais dire: Jean est un capitaine, c’est faire plus, c’est le caractériser. C’est
54
ainsi que Faguet dit de Michelet: „Il est un poète”, c’est-à-dire un transformateur
que la réalité attire, attache, mais ne retient pas” (Faguet, Dix-neuvième siècle, 355;
cité et commenté par G. et R. Le Bidois, Syntaxe du français moderne, Paris,
Picard, 1967, I, 72).
Autres exemples
André est un soldat (= il est le type du soldat). Jean Duval est un médecin
(c’est le type du médecin).
„Les paysans montrent une face humaine, et en effet, ils sont des hommes”
(La Bruyère, Les Caractères, XI, 128). „Ça c’est une femme!” (fam.).
b) quand le nom attribut possède une épithète
Ex.: Toute cette histoire est une histoire tragique.
c) quand le nom attribut est accompagné d’un complément de nom.
Ex.: Maurice est un Français du Canada. Henri est un mathématicien de
génie.
d) quand le nom attribut est l’antécédent d’une proposition relative.
Ex.: Pierre Dupont est un chercheur qui a de l’avenir.
e) si l’on veut éviter la confusion entre un nom ayant la fonction d’attribut et
un adjectif ayant la même fonction.
Ex.: Platon était un sage (= un philosophe).
N.B. Comparez: Le petit Pierre est sage.

L’article indéfini et le superlatif relatif

On peut rencontrer, le superlatif relatif placé après un nom précédé d’un


article indéfini.
Ex.: „Un épisode assurément le plus intéressant de ma vie” (J. Green; H)
– „Quel mal ai-je causé?
– Un mal le plus cruel de tous, car c’est un mal sans espérance” (Musset,
Caprices de Marianne; L.B.).
„Votre élève accusé d’un crime le plus infâme.” (Bourget, Le Disciple; P.R.).
„C’est une chose la plus aisée du monde” (Molière, Avare, III, 1).

L’article indéfini et les structures clivées

Un groupe nominal (GN) contenant un article indéfini peut être mis en relief
s’il est placé en tête de phrase entre le présentatif c’est (introducteur épidictique
accentué, suivant Le Bidois, I, 72) et un élément du type qu-.
Ex.: C’est un garde-chasse qui a tué le loup hier, dans la forêt. C’est un loup
que le garde-chasse a tué hier, dans la forêt, non pas un ours.

L’article indéfini dans les phrases exclamatives

Dans certaines structures exclamatives employées surtout dans le niveau


familier de la langue, l’article indéfini a une valeur emphatique ou de mise en relief
des séquences où il figure.
55
Ex.: C’est un géant! C’est un pygmée! Mettez un tigre dans votre moteur!
Elle a répandu des ruisseaux de larmes! Il fait une chaleur! Il a des oreilles! Ce sont
des saints! Elle est d’un toupet! „Quelle péroraison! D’une concision, d’une violence,
d’une aigreur! Vous faisiez mouche à chaque mot!” (Aymé, La tête des autres;
P.R.). „Je ne peux pas dire comme je trouve que Swann change, dit ma grand-tante,
il est d’un vieux !”(Proust, Du côté de chez Swann).

L’article indéfini devant les noms propres

1. On emploie l’article indéfini devant le nom propre par antonomase


lorsqu’on veut désigner un individu par le personnage dont il rappelle le caractère
typique.
Ex.: C’est un Néron (= c’est un homme cruel). C’est un Don Juan (= c’est un
fieffé séducteur). C’est un Harpagon (= un avare comparable à Harpagon). C’est
un Einstein (= un grand physicien). C’est un Raphaël (= c’est un grand peintre).
C’est un Achille (= un homme brave). C’est une Pénélope (= une femme vertueuse).
C’est un Aristarque ((= un critique sévère mais juste; Aristarque a été un
grammairien et un critique alexandrin né dans l’île de Samothrace (IIe siècle avant
notre ère); sa minutie dans l’édition commentée des oeuvres de Pindare et
d’Homère a fait de son nom le symbole de la sévérité critique)). C’est une mégère
((Mégaira, l’une des Furies) = une femme méchante, hargneuse et acariâtre)). C’est
un Mécène ((ou mécène) = c’est une personne généreuse qui aide les écrivains et
les artistes; Mécène, ministre de l’empereur Auguste était le protecteur des arts et
des lettres)). „Ô ciel! serait-il un Danton, se dit Mathilde; mais il a une figure si
noble, et ce Danton était si horriblement laid, un boucher, je crois” (Stendhal, Le
rouge et le noir; P.R.).
Remarques I. Un Picasso, un Modigliani, un David, un Delacroix, un
Daumier, un Rubens, un Rembrandt sont des antonomases métonymiques (des
métonymies de la cause; on donne le nom du peintre au tableau).
II. L’antonomase peut servir de terme de référence et acquérir une valeur
métaphorique.
Ex.: un Waterloo sportif (= échec; subir un Waterloo sportif dans une com-
pétition)
III. La forme des peut être employée par emphase.
Ex.: Les parents de cet enfant sont des harpagons. „Quand un pays a eu des
Jeanne d’Arc et des Napoléon, il peut être considéré comme un sol miraculeux.”
(Maupassant; Grev.). Des Beckett, des Ionesco, des Jean Genet, des Adamov ont
illustré le théâtre de l’absurde.
– L’article indéfini sert à présenter quelque personne non encore connue par
l’allocutaire ou par le sujet parlant.
Ex.: „Qu’est-ce que c’est qu’un M. Dalens, qui demeure sur la montagne?”
(Musset, Confess.; P.R.)
Nous allâmes à la villa du voisinage et nous sonnâmes à la porte d’un
Monsieur Dupont (d’un certain Monsieur D.).
56
„Arrivé à Albany, j’allai chercher un M. Swift pour lequel on m’avait donné
une lettre” (Chateaubriand, Voyage en Amérique; LB).
– Placé devant un nom de famille, l’article indéfini peut avoir le sens de „un
homme, une femme de la famille…” (ou un homme, une femme qui possèdent les
traits ou les caractères de la famille X).
Ex.: C’est un Cousteau. C’est une Bertrand. „Elle était, dit Mme de Séryeuse,
la tante à la mode de Bretagne de mon arrière – grand-mère, qui jeune fille était
une Sanois comme la mère de Joséphine” (Radiguet, Bal comte d’Orgel; P.R.).

L’article indéfini devant des noms en apposition

Soit l’énoncé „Bagnols-sur-Cèze, une petite ville du département du Gard”.


L’article indéfini présente le nom en apposition comme étant totalement inconnu;
au contraire, l’article défini présente le nom en apposition comme étant déjà connu
(„Bagnols-sur-Cèze, la petite ville du département du Gard”).
L’ARTICLE PARTITIF
Formes de l’article partitif
Masculin
Singulier Pluriel
devant consonne devant voyelle devant consonne devant voyelle
code écrit code oral code écrit code oral code écrit code oral code écrit code oral
du [dy] de l’ [d l] des [de] des [dez]
Féminin
Singulier Pluriel
devant consonne devant voyelle devant consonne devant voyelle
code écrit code oral code écrit code oral code écrit code oral code écrit code oral
de la [d la] de l’ [d l] des [de] des [dez]

Définitions, remarques

1. „On appelle partitifs certaines formes de l’article qui indiquent que le


contenu désigné par le nom qu’ils accompagnent n’est pas concerné en totalité par
le procès, mais seulement en partie… L’article partitif est né de la préposition de
suivie de le, la, les. En français moderne, on est en droit de considérer cette série de
formes du (de l’), de la, des comme entièrement autonome.
Certains grammairiens considèrent toutefois que le pluriel des est toujours le
pluriel de l’indéfini un, une” (J. Dubois et alii, Dictionnaire de linguistique, Paris,
Larousse, 1996).
2. „Devant le singulier des noms de masse (du plâtre, de la farine) et des
noms dits „abstraits” qui ne renvoient pas à des entités comptables (du courage, de
la lâcheté), on emploie les trois formes de l’article partitif: au masculin du et de l’
selon que l’initiale du mot suivant est consonantique ou vocalique (du vin/de
l’alcool) et au féminin de la et de l’ dans les mêmes conditions (de la neige/ de
57
l’eau). On peut leur associer la forme des lorsqu’elle est employée avec des termes
massifs essentiellement pluriels, c’est-à-dire dépourvus de singulier: des décombres,
des épinards, etc. (M. Riegel, Grammaire méthodique, Paris, PUF, 1998).
3. „L’article partitif n’est autre chose, pour la valeur, qu’un article indéfini
employé devant un nom désignant une réalité non nombrable, non comptable
(substances massières, comme disent Damourette et Pichon), pour indiquer qu’il
s’agit d’une quantité indéfinie de cette chose: Boire du vin – Aussi avec des choses
abstraites non quantifiables: Avoir du courage. Des réalités nombrables peuvent
être envisagées comme non nombrables: Manger du cheval (= de la viande de
cheval).
„Dans tout ancien professeur de philosophie, il y a de l’apôtre” ((Bourget,
Tribun). M. Grevisse, A. Goosse, Le Bon Usage, Paris, Duculot, 1997)).
4. „L’article partitif suppose que l’identité du substantif, non comptable, est
connue et il lui procure un sens indéterminé. Il se présente sous des formes
contractées ou non contractées… Du et des résultent de la contraction de la
préposition de à valeur partitive et de l’article défini le pour du, les pour des: Jean
boit du vin. Jean a pris des épinards. La distinction de des article indéfini et de des
article partitif est souvent difficile à établir. Identiques morphologiquement, ils
diffèrent par le sens. Des indéfini est le pluriel de un, des partitif celui de du, de la.
Dans une phrase comme: on lui a offert des livres, des est indéfini, la phrase au
singulier devenant on lui a offert un livre… Dans une phrase comme: j’ai acheté
des raisins, des est partitif, la phrase au singulier devenant j’ai acheté du raisin…
Des est d’un emploi limité; il introduit en particulier quelques mots qui ne
s’emploient qu’au pluriel comme épinards, rillettes, tripes…” (H. Béchade,
Phonétique et morphologie du français, Paris, PUF, 1995).
5. „L’article partitif s’emploie devant des noms dits „non comptables” c’est-
à-dire des noms qui désignent des substances continues: du sable, de la margarine
(noms concrets), du tempérament, de la patience (noms abstraits). La forme des à
valeur partitive n’apparaît que devant quelques noms qui ne connaissent que la
forme du pluriel: des lentilles, des épinards” (M. Arrivé et alii, La grammaire
d’aujourd’hui, Paris, Flammarion, 1986).

L’article partitif
(diachronie)

En ancien français, lorsqu’on voulait indiquer un découpage pour une chose


qui n’avait pas de forme définie (= une fraction indéterminée d’une quantité indé-
terminée), on employait un nom sans article.
Ex.: „Mon auferrant m’estuet aprovender/ Encore ne sai ou grain doive
trouver” ((Il me faut nourrir mon cheval et je ne sais ou lui trouver du grain” (le
Charroi de Nîmes (XIIe siècle), v. 84)). „Et quant la nuiz fu venue, si mangierent
pain et burent cervoise ((c’est-à-dire „du pain, de la bière”). Queste del saint
Graal; F, 35)). „Cil atornoit (= préparait) an la cuisine por la soper char (= de la
viande) et oisiax ((des oiseaux); Chrestien de Troyes, Erec, 488)).
Cependant, il y avait en ancien français des éléments à partir desquels un
article partitif pouvait être constitué. On peut trouver dans les textes un de partitif
qui tirait son origine des constructions du latin populaire du type edere de pane,
58
bibere de vino. „Date nobis de oleo vestro” ((Donnez-nous une partie de votre
huile; l’Evangile de saint Mathieu (XXV, 8; F.B.))
Dans l’ancienne langue, de partitif apparaissait tantôt avec un adjectif
possessif ou démonstratif, tantôt seul.
Ex.: „Sire Guillelmes, dit le rois Looÿs,/ Prenez la terre au Borgong Auberi,/
Et sa marrastre Hermansant de Tori,/ La meillor feme qui onc beüst de vin...” ((Le
Charroi de Ni mes, 320) = „Seigneur Guillaume, dit le roi Louis, ... prenez la
terre du Bourguignon Auberi, et de sa belle-mère Hermansant de Tori, la meilleure
femme qui ait jamais bu de vin”. La formule „la meillor feme qui onc beüst de vin”
a le sens de „la meilleure femme qui ait jamais vécu”, „la meilleure femme du
monde”)).
Devant l’article le, la forme de constituait une enclise: del (dou): „Il verse an
la cope d’argent del vin qui n’estoit pas troblez” (Chrétien de Troyes, Perceval;
F. 76). „Il li fist coillir dou fruit mortel de l’arbre” (Queste del saint-Graal). Lorsque
de forme avec l’article défini le une enclise (del, dou, deu), on trouve la forme de
l’article partitif, mais elle n’a pas la même fonction que l’article partitif moderne.
Verser del vin (du vin) signifiait au XIIe siècle „verser de ce vin que nous avons
sous les yeux, de ce vin dont nous avons parlé” ((En français moderne, l’article
défini désigne la chose dans sa totalité (il aime le pain), tandis que l’article partitif
désigne une quantité indéterminée (il manage du pain)). Vers la fin de la période de
l’ancien français, surtout dans les manuscrits de la fin du XIIe siècle et tout
particulièrement dans ceux qui reflètent assez bien la langue parlée, on trouve des
formes qui ont presque la valeur de l’article partitif moderne.
Ex.: „Molt sont el bois del pain destroit” (Dans le bois, ils sont privés du
pain; Béroul, Tristan, 456). „Et autres mil qui del vin sont bevant” (= Et mille
autres qui boivent du vin; Hunon de Bordeaux, 5441; Manuel du français du moyen
âge, par Ph. Ménard, Bordeaux, SOBODI, 1973), „Dune mei del ewe” ((Donne-moi
de l’eau; Livre des Rois, 3113); l’article se rapporte à quelque chose dont il n’a pas
été question dans ce qui précède, à quelque chose d’indéterminé)).
Remarque. On trouve de partitif dans la langue des blasons: Le Chevalier
d’Ester portoit de gueules à un cerf d’or onglé et langué de sable (gueules = rouge;
langué de sable = ayant la langue peinte en noir). Henri de Linel portoit de sinople
à un léopard d’argent armé et lampassé de gueules (sinople = vert; armé = mon-
trant ses griffes; lampassé = un léopard dont la langue est d’un émail particulier
(v. Les Chevaliers de la Table ronde, manuscrit, Bibliothèque de l’Académie
roumaine, département des manuscrits).
L’article partitif est souvent employé durant l’étape du moyen français (1328-
1598), mais son emploi n’a pas de caractère régulier jusqu’à la fin du XVIe siècle.
Les formes du, de la, des développent leurs emplois dans des structures où l’ancien
français se contentait du degré zéro de l’article. Des, partitif et indéfini, supplante
les formes uns, unes. C’est au XVIe siècle que John Palsgrave (Lesclarcissement de
la langue françoise, Londres, 1530), Louis Meigret (Le tretté de la grammere
francoeze, Paris, 1550) et Pierre de La Ramée dit Ramus (Gramere, Paris, 1562)
constatent dans leurs ouvrages l’existence de l’article partitif.
Cependant ces grammairiens admettent encore des constructions du type
manger pain aussi bien que celles du type manger du pain. La théorie complète de
59
l’article partitif ne sera élaborée qu’au début du XVIIe siècle par Maupas
((Grammaire et Syntaxe française, contenant reigles bien exactes et certaines de la
prononciation, orthographe, construction et usage de notre langue, en faveur des
estrangiers qui en sont désireux (1607)).
Exemples concernant l’emploi de l’article partitif en moyen français :
„Et quant le chasseur est a l’hostel, il se despouillera et deschaussera... Et
entre deux fera bien appareiller de souper du lard, du cerf et d’autres bonnes
viandes et de bon vin” ((La Chasse de Gaston Phoebus (XIVe s.)). „Et je m’en vay
querir de la farine et du beurre” ((Les évangiles des quenouilles (1475)). „En
aucuns lieux, el (= la terre) produit du charbon fort utile, en d’autres lieux, et
conçoit et engendre du fer, de l’argent, du plomb, de l’estain, de l’or, du marbre,
du iaspe, et de toutes espèces de minéraux” ((B.Pallissy (1510-1589), Oeuvres,
Paris, Cap, 1844, p. 35)).
Remarques. 1. L’emploi du de partitif devant un nom non déterminé peut
être constaté jusqu’au XVIe siècle.
Ex.: „Manger de chair crue” (Marguerite d’Angoulême, Héptaméron).
2. Devant un nom précédé d’un adjectif, on trouve aussi bien du, de la, des
que de ou l’„article zéro”.
Ex.: „Mercure: Dieu gard les compaignons. Vend on bon vin ceans ?”
(Bonaventure Des Périers, Cymbalum mundi).
3. Au XVIe siècle, on trouve bien plus souvent des constructions du type „des
bons propos, des piteuses complaintes, des bonnes nouvelles” que celles du type
„de bons propos, de piteuses complaintes, de bonnes nouvelles.
4. Dans une phrase négative, de est souvent remplacé par l’article zéro.
Ex.: „Ceuls qui tiennent et portent cest opinion ne metent pas ydees en choses
qui ne sont d’un meïsmes ordre” (N. Oresme, Le livre de Ethiques d’Aristote). „Il a
juré qu’il ne mangerait jamais pain ni boirait vin” (H. Estienne, in F. Brunot,
H.L.F., t. II, 391).
Formes de l’article partitif en français contemporain
Au singulier, l’article partitif a les formes du, de l’ dans le code écrit et [dy],
[d l] dans le code oral, pour le masculin. La forme du est employée devant les
noms qui commencent par une consonne ou un h aspiré, tandis que la forme de l’
apparaît devant les noms masculins qui commencent par une voyelle ou un h muet,
dans le code écrit.
Ex.: Il a acheté du fromage blanc, du jambon, du sel, du beurre, du pain. Elle
a lavé du linge. Boire du vin, du coca-cola, du cidre, du thé. Manger du hachis, du
hollande. Il coupe du bois.
Gagner, recevoir, toucher de l’argent. Chercher de l’or. Ajouter de l’alcool au
moût. Dans cette guerre, les combattants ont montré de l’héroïsme. Boire de l’ hydromel.
Vous y aurez de l’honneur (Acad.). Avoir de l’humour.
Au singulier, l’article partitif pour le féminin a les formes de la, de l’ dans le
code écrit et [d la], [d l] dans le code oral. La forme de l’ est employée devant les
noms qui commencent par une voyelle ou un h muet, dans le code écrit.
Ex.: Acheter de la viande, de la farine. Planter de la salade. Préparer de la
confiture de fraises. Employer de la laine souple et fine pour tricoter un chandail.

60
Cet avion prend de la *hauteur. Il éprouve de la *honte d’avoir été refusé à cet
examen. Assaisonner une salade avec de l’huile. Boire de l’eau, de l’eau-de-vie.
Au pluriel, l’article partitif a une forme unique dans le code écrit à la fois
pour le masculin et pour le féminin: des.
Dans le code oral, l’article partitif a, au pluriel, les formes [de] et [dez].
La forme [dez-] est employée devant un nom masculin ou féminin qui com-
mence par une voyelle ou un h muet.
Des est employé avec des noms massifs dépourvus de singulier ou d’une
manière générale, quand il précède des noms non-comptables.
Ex.: Préparer des rillettes. Manger des épinards. Déposer des archives.
Prendre des lentilles.
Emplois de l’article partitif
L’article partitif s’emploie:
1. Devant les noms dits massifs ou denses (on appelle massifs ou massiques
le noms non-comptables indiquant une matière, une substance fragmentable; en
général, ces noms ne peuvent pas être comptés bien qu’ils soient souvent des noms
concrets).
Exemples de noms massifs qui exigent l’emploi de l’article partitif: blé,
sucre, beurre, lait, pain, fromage, jambon, sel, eau, viande, farine, salade, etc.
2. Devant des noms compacts (abstraits). Le contenu sémantique des noms
compacts ne peut être divisé; ces noms ne sont pas quantifiables.
Ex.: E prouver de la répulsion. Avoir de l’attachement pour quelqu’un.
Pour survivre, il faut de l’intelligence et du sang-froid. Montrer de la patience.
Acquérir de la considération. Ressentir de l’amertume. Avoir de la persévérance
afin de surmonter les obstacles de la vie. Il y a du sublime dans cette tragédie de
Racine. Avoir du courage.
Remarque. Suivant L. Wagner et J. Pinchon (Grammaire du français clas-
sique et moderne, Paris, Hachette, 1991), parmi les noms au moyen desquels on
désigne des choses qui ne se dénombrent pas, on peut ranger les noms qui
marquent des qualités, des couleurs (ex.: c’est du rouge, du noir, etc.).

L’article partitif et les noms qui deviennent non-comptables

L’article partitif peut être employé devant un nom nombrable si on confère à


ce dernier la valeur d’une espèce; dans ce cas, il devient une chose non-comptable.
Ex.: Pêcher de la sardine. Il y a de la truite dans ces torrents. Manger du
lapin, de la perdrix aux choux. Dans cet homme, il y a du martyr. „Dans tout
ancien professeur, il y a de l’apôtre” (Bourget, Le tribun; P.R.).
N.B. Dans la phrase „il a repris des champignons”, l’article des peut être
considéré comme partitif si on considère champignons comme un nom non-
comptable au sens de „plat de champignons”. Des est article indéfini si on
prend champignons au sens de „plante comestible” (cueillir, ramasser des
champignons); dans ce sens, ce nom est comptable.

L’article partitif et le nom précédé d’un adjectif épithète

Quand le nom massif au singulier est précédé d’un adjectif épithète, on emploie:
61
a) la forme réduite de l’article partitif, la forme de, selon les anciennes
décisions de la Grammaire de l’Académie.
Ex.: Manger de bon pain. Boire de bon vin. Manger de bonne viande. Boire
de bonne bière.
Remarque. L’emploi de la variante combinatoire de peut être encore rencontré
dans la langue littéraire.
Ex.: „Pour entendre de bonne musique” (Sartre, Les mots). „J’ai le plus grand
plaisir, dit-il, à jouer de bonne musique” (Duhamel, La musique consol.; Grev.).
b) les formes du, de la, de l’ sont employées par le bon usage à l’heure actuelle
devant un adjectif épithète suivi d’un nom massif.
Ex.: Manger du bon pain, manger de la bonne viande. Boire de la bonne
bière, du bon vin. Avoir sous la main une bonne plume, de la bonne encre et du
bon papier.
Remarque I. L’Académie dans la IXe édition de son Dictionnaire (1986 →)
dit Faire de la bonne besogne et Faire de bonne besogne.
Remarque II. L’emploi de l’article du permet de garder l’opposition des
nombres. Les structures de bon vin /vs/de bons vins ne peuvent pas être distinguées
dans le code oral.
L’article partitif et le nom représenté par en

On emploie la forme réduite de l’article partitif de devant l’adjectif épithète


quand le nom est représenté par le pronom en.
Ex.: Du champagne, j’en ai de bon (fam, j’en ai du bon).

La forme réduite de de l’article partitif, employée après un adverbe de quantité


(un adverbe quantitatif)

Après les adverbes de quantité, assez, beaucoup, moins, peu, plus, trop, etc.
les formes pleines de l’article partitif du, de la, de l’ sont remplacées par la forme
réduite de devant des noms massifs ou compacts.
Ex.: Il est tombé assez de neige pour faire du ski. Nous avons assez d’argent
pour acheter une voiture.
L’enfant voulait qu’on lui achetât beaucoup de chocolat. „Peu de sang versé,
peu d’ honneur conquis, de la honte pour quelques-uns, de la gloire pour personne;
telle fut cette guerre” (V. Hugo, Les Misérables).
Il a peu de confiance dans la réussite de ce projet.
N.B. Le nom abstrait (compact) complément de l’adverbe bien doit être
précédé de du, de la, de l’.
Ex.: Se donner bien de la peine, bien du mal. Il nous a donné bien du
souci. „Il y a bien de la différence entre un bel esprit, un grand esprit et un bon
esprit”. (Fénelon; P.R.). „Si l’on était sûr, Monsieur, d’avoir après sa mort des
panégyristes tels que vous, il y aurait bien du plaisir à mourir”. (Voltaire,
Lettre à Chabanon, 1764).

La forme réduite de de l’article partitif après les noms désignant une mesure

Ex.: Un litre de vin rouge. Une bouteille de vin blanc. Un kilo de sucre, de
semoule, de riz. Un verre de whisky.
62
L’article partitif et la négation absolue

Dans une phrase négative, devant les groupes nominaux (GN) pris parti-
tivement et ayant la fonction de complément d’objet, on emploie, au lieu de la
forme pleine de l’article partitif, la forme réduite de, si la négation est absolue.
Ex.: Prends de la salade ! → Ne prends pas de salade. Prends-tu des épinards ?
→ Non, je ne prends pas d’épinards. Est-ce qu’il boit du whisky ? → Non, il ne
boit jamais de whisky. André mange-t-il du beurre ? → Non, il ne mange pas de
beurre. Le monde est si corrompu qu’on acquiert la réputation d’homme de bien
seulement en ne faisant pas de mal.

L’article partitif et la négation d’extension limitée

Si la négation n’est pas absolue, on maintient l’article partitif étant donné que
la phrase, malgré sa forme négative dans la structure de surface, contient une idée
affirmative, positive, dans la structure profonde.
Ex. : Je n’ai pas de l’argent pour le gaspiller (= j’ai de l’argent mais je n’ai
pas l’intention de le gaspiller). Je ne mange pas du pain rassis (= je mange
ordinairement du pain, mais je n’aime pas le pain rassis).

L’article partitif employé avec la valeur d’un déterminant démonstratif


L’article partitif peut avoir une valeur de démonstratif (dans ce cas, il y a
référence à une chose spécifique).
Ex.: Tu ne prends pas de l’entrecôte aux myrtilles ? (= de cette entrecôte).
Vous ne reprenez pas de la frangipane à la purée d’avocats ? (= de cette frangipane).
Servez-vous encore de la sauce aux câpres ? (= de cette sauce).

L’article partitif impliqué dans une opposition dans une phrase négative
Lorsqu’on veut souligner une opposition dans une phrase négative, on
emploie la forme pleine de l’article partitif.
Ex. : Je n’ai pas acheté du vin, mais de la bière.

L’article partitif et l’interrogation rhétorique


L’interrogation rhétorique est une question qui n’attend pas de réponse, mais
qui est spécialement posée afin de suggérer à l’allocutaire une réponse à cette
question, dans son for intérieur.
Ex. : Vous croyez que Louis Bertrand est à plaindre ? N’a-t-il pas du succès
dans ses affaires, n’a-t-il pas acquis de la fortune ? (Cette question est de pure
forme car tout le monde sait que Louis Bertrand possède tout cela).

L’article partitif et la structure ne... que


Un autre cas où la négation est apparente c’est lorsque la phrase est construite
avec ne... que.

63
Ex. : Il n’a de l’argent que pour ses voyages (= il a de l’argent, mais
seulement pour ses voyages). Il était au régime et il ne mangeait que de la
margarine et du pain grillé.
Dans ce cas, l’article partitif est maintenu.

L’article partitif et la préposition sans


Après la préposition sans, on emploie la forme réduite de, placée devant un
nom non-comptable dans une phrase où la négation est implicite ou dans une
phrase négative.
Ex.: Il a reçu cet ordre sans faire d’objections. Il a essayé de retrouver ce
trésor sans guère de chance. Il a trouvé la solution de ce problème sans presque
d’efforts.
L’article partitif et le présentatif c’est
L’article partitif est maintenu lorsqu’on emploie le présentatif c’est (ce sont,
etc.) dans des phrases négatives.
Ex.: Ce n’est pas de la confiture. Ce n’est pas de la farine. Ce n’est pas de
l’or qu’il cherchait. Ce ne sont pas des raisons valables. Ce n’est pas du coca-cola,
c’est de la limonade. „Son mensonge à lui, ce n’est pas du mensonge, c’est une
espèce de mirage” (Daudet, Tartarin de Tarascon).

L’article partitif et un nom déterminé dans la phrase négative


Si la négation porte sur un nom qui est déterminé, on ne supprime pas
l’article partitif.
Ex.: Ne buvez pas de la bière de cette bouteille; elle n’a pas été mise au frigo.

L’article partitif maintenu dans les constructions disloquées,


dans une phrase négative

Ex.: Du champagne, il n’en a jamais bu. Du regret, il n’en a jamais éprouvé.


N.B. Dans ce cas, l’existence du nom massif ou compact est posée avant
d’être niée.

L’article partitif et les noms propres

L’article partitif du détermine parfois des noms d’écrivains, de musiciens, de


peintres, de graveurs, de philosophes et sert à désigner par métonymie leurs
oeuvres.
Ex.: Lire du Platon, du Pascal, du Merleau-Ponty, du Baudelaire, du
Tournier. On croirait voir du David, du Delacroix, du Véronèse. On a eu
l’impression d’entendre du Chopin, du Berlioz, du Gounod. On a joué du Wagner.
du Beethowen, du Mozart.
„Il y a du Montaigne en chacun de nous” (Sainte-Beuve, Port-Royal; P.R.)
„M. Decamp a fait du Raphael et du Poussin” (Baudelaire, Curiosités esth.; L.B.)
„Qu’est-ce que vous lisez ? Tiens, du Bergotte” (Proust, Swann; id.).

64
L’article partitif employé dans certaines expressions

L’article partitif entre dans la formation de certaines expressions.


Ex.: Faire du ski, faire de la voile (= sport nautique fait sur un voilier).
Faire de l’escrime. Faire du deltaplane. Faire de la publicité. Faire de la
température. Faire de l’anémie (fam.).

65
DEGRÉ ZÉRO DE L’ARTICLE (L’ARTICLE ZÉRO)

L’article, qu’il soit défini, indéfini ou partitif peut ne pas être exprimé
lorsque la détermination du nom n’est pas nécessaire ou si son omission est un
vestige de l’ancienne syntaxe.
En ancien français, il y avait l’article zéro quand l’actualisation du nom
n’était pas nécessaire ou quand elle était marquée par d’autres moyens linguis-
tiques. On employait l’article zéro, par exemple, lorsque le nom désignait un fait
qui n’avait pas d’existence réelle. Dans les deux vers suivants de la Chanson de
Roland „Bel fu li vespres et li soleiz fut cler” (v. 157) et „Soleill n’i luist ne blet n’i
poet crestre” (v. 980), le nom li soleiz (nom actualisé au moyen de l’article défini):
indique le fait que ce jour-là, le soleil brillait dans le ciel, tandis que le nom soleil
(nom dépourvu d’article ou „ayant l’article zéro”) marque l’absence permanente du
soleil dans le ciel du pays dont parle l’auteur de la Chanson de Roland ((Le virtuel
(le potentiel) est exprimé en ancien français par le degré zéro de l’article)).
L’opposition actuel (vs) virtuel de l’ancien français réalisée au moyen de
l’article et de l’article zéro (l’absence de l’article dans un syntagme où l’on
attendait sa présence faisait alors sens) a été, en général, remplacée en français
moderne par l’emploi de l’article et d’autres déterminants. Cependant des traces de
l’ancienne syntaxe de l’article zéro subsistent en français contemporain.

L’article zéro devant les noms communs

1. Le nom apposé, lorsqu’il suit son support est souvent construit sans article.
Ex.: Ajaccio, chef-lieu de la Corse, est la ville natale de Napoléon. Charles
Lindbergh, aviateur américain, a réussi la première traversée sans escale de
l’Atlantique nord. „Il lui offrit son volume des Orfraies, recueil de sonnets comme
nous en avons tous fait” (Baudelaire; Dj.). „Les flots, le long du bord glissent,
vertes couleuvres” (V. Hugo; H.B.). „Ce monde, âme et flambeau du nôtre”
(V. Hugo, Orient. Feu du ciel). Le grand tapis persan, orgueil de ses parents, était
nettoyé chaque mois.
2. L’article n’est pas, en général, présent devant un nom attribut lorsqu’il a
pour référent un nom de personne et qu’il marque une qualité comme le ferait un
adjectif épithète (Absence d’article lorsque les GN se trouvent dans une relation
attributive). Après être, devenir, paraître, etc., verbes attributifs, le nom en fonction
d’attribut ne comporte pas, en général, d’article.
Ex.: Jean est médecin. Je suis devenue écrivain sans m’en apercevoir.
(Colette; Grev.).
„Si un artisan était sûr de rêver toutes les nuits... qu’il est roi, je crois qu’il
serait presque aussi heureux qu’un roi qui rêverait toutes les nuits... qu’il serait
artisan” (B. Pascal, Pensées). Il a été élu sénateur.
N.B. Il y a article zéro dans les expressions être beau joueur ((se montrer
beau joueur) = celui qui s’incline loyalement devant la victoire, la supériorité
de l’adversaire)), ne pas être grand clerc.
Ex.: Malgré sa défaite dans ce match de tennis, il a été beau joueur. Il
n’est pas besoin d’être grand clerc pour savoir faire cela.

66
L’article zéro et l’attribut du complément d’objet

Lorsqu’il s’agit d’un attribut du complément d’objet, on peut rencontrer


l’article zéro.
Ex.: On l’a élu député. On le nomme directeur.

L’article zéro après le présentatif c’est dans certaines locutions


Dans les propositions attributives introduites par c’est suivi d’un nom
abstrait, l’article est, en général, absent.
Ex.: C’est folie. C’est chose facile. C’est chose impossible. C’est bon signe.
C’est chose faite.
L’article zéro devant les compléments de noms
Le complément de nom fait partie des compléments déterminatifs, de même
que le complément de l’adjectif, le complément du pronom, le complément de
l’adverbe. Dans le Bon Usage de M. Grevisse, 1997, p. 877, le complément de nom
est mentionné sous le nom de complément de caractérisation.
La plupart des compléments de noms sont formés au moyen d’une préposition.
La préposition de: Il a touché ses appointements à compter du mois de
février. Dommages de guerre (= dommages causés par la guerre aux biens des
personnes et dont le dédommagement incombe à l’État). Un coup de poing, un
coup d’épée. „Le cheval s’approchant lui donne (= au lion) un coup de pied,/ Le
loup, un coup de dent, le boeuf un coup de corne” (La F., III, 14). Un coup de fusil,
un coup de canon, un coup de foudre, un coup de tonnerre, un coup de soleil, un
coup de vent. Mouvements de navires dans un port. Mouvements de caméra.
Mouvement de fonds, de capitaux. Un dramaturge de génie. L’esprit de clan. Des
gants de cuir. Un sac de papier. Un banc de marbre. Un nuage de poussière. Un
coeur de pierre (fig.) Une robe de bal. Des paroles de haine. Collection de timbres.
Recueil de poèmes. Un paquet de cigarettes. Un tuyau d’échappement.
La préposition à: Assiette à soupe. Une boîte à bijoux. Un sac à ouvrage.
Un garçon à principes. Maison à contrevents gris. Instruments à vent, à cordes, à
clavier. Un avion à réaction. Un casque à pointe. Une machine à vapeur. Une
corbeille à pain, à papier. Panier à bouteilles. Boîte à ordures. Boîte à lettres ou
boîte aux lettres.
La préposition en: Une chevalière en or, une table en bois, un escalier en
marbre. Charbon en tas. Or en barres. Tissu en biais. Vêtements en lambeaux.
Arbre en fleurs. Blé en herbe. Paiement en espèces. Ouvrage en prose. Pays en
guerre. Personne en prière. Maison en briques. Table en acajou. Veste en laine.
Reliure en cuir. Chaussures en daim noir. Une armoire en chêne. Récolte en blé.
Dépense en électricité.
Remarque. On dit cependant en l’ dans quelques locutions: en l’air, en l’honneur,
en la présence de, en l’absence de, en l’espace de, en la personne de, en l’église.
La préposition avec: Il a acheté une maison avec piscine et jardin. Vends
maison avec verger (annonce insérée dans la rubrique des petites annonces dans un
journal).
La préposition pour. Parfum pour hommes. Parfum pour femmes. Coiffeur
pour dames. Prêts-à-porter pour hommes. Prêts-à-porter pour femmes. Il avait
l’amour pour principe, l’ordre pour base et le progrès pour but.

67
La préposition sans: un homme d’affaires sans scrupules. Un document
sans indication de date.
„Oh! la misère des vieux sans pain, des vieux sans espoir, sans enfants, sans
argent ... (Maupassant: Dj.). Une région sans route praticable”.
L’absence de l’article devant les noms en apostrophe
Ex.: „Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur la plaine”?... (Le chant des
partisans). „Ô, temps suspends ton vol, et vous, heures propices/, Suspendez votre
cours!” (Lamartine, Le lac). „Cloches de Pâques, que vous sonnez mélancoliquement
dans le ciel d’avril” (F. Copée). Cieux. écoutez ma voix! „Liberté, que de crimes on
commet en ton nom!” (Mme Roland). „Docteur, bégaya-t-elle, vous êtes un dieu”
(Cocteau, Thomas, l’imposteur).
Dans la langue familière, on trouve parfois l’article devant les noms en
apostrophe.
Ex.: Salut, l’ami. Hé, les copains (G.M). „Il y a des sauvages en Amérique,
l’oncle Melchior!” (Henriot, Aricie Brun; Grev.).

L’absence de l’article devant certains noms coordonnés par et


a) les noms coordonnés par et n’ont pas le même référent.
Ex.: Le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement est en train d’élaborer
une réforme de l’enseignement supérieur qu’étudiants et professeurs attendent avec
impatience. Suer sang et eau. Remuer ciel et terre.
b) les noms (GN) coordonnés par et ont le même référent.
Ex.: „Mortel, ange et démon, autrement dire Rimbaud” (Verlaine, Dédicaces).
Il y a parfum et parfum, mensonge et mensonge.

L’article zéro devant deux noms (GN) coordonnés par ni


Ex.: Il n’a ni ennemis ni rivaux. Ni fleurs ni couronnes (formule dans un faire
part annonçant un décès). N’avoir ni feu ni lieu. N’avoir ni sou ni maille (vx).
N’avoir ni foi ni loi. „L’homme d’affaires ne connaît ni père, ni mère, ni oncle, ni
tante, ni femme, ni enfant ...” (Bloy, cité par Damourette et Pichon §3144).
L’article zéro devant deux noms (GN) mis en relation par soit ... ou
marquant l’alternative
Ex.: „Plusieurs, soit paresse ou prudence étaient restés au seuil du défilé”
(Flaubert, Salammbô). „N’en doutez point Seigneur: soit raison ou caprice, / Rome
ne l’attend point pour son impératrice” (Racine, Bérénice, II, 2).

L’article zéro dans les énumérations

On trouve l’article zéro, lorsque l’auteur veut donner plus de rapidité au récit,
au discours, au vers.
Ex.: „En tous lieux, Côte-Ferme, îles, sierras arides, /Il a planté la croix ...”
(Heredia, L’Ancêtre). „Et tout ce que le sel ou l’iode colore, /Mousse, algue
chevelue, anémones, oursins, / Couvre de pourpre sombre, en somptueux dessins,/
Le fond vermiculé du pâle madrépore” (Heredia, Le récif de corail). Les
68
cambrioleurs ont tout saccagé, meubles, vaisselle, papiers, vêtements. „Tarascon,
affolé, se précipita vers les portes. Tous, femmes, enfants, portefaix, chasseurs, le
brave commandant lui – même” (Daudet, Tartarin de Tarascon; Dj.). „Boulets,
mitraille, obus, mêlés aux flocons blancs, / Pleuvaient” (Hugo, Expiation; L.B.).

N.B. Lorsque ces énumérations sont faites dans un but stylistique, on


appelle ce procédé asyndète (du grec asundetos, de a privatif et sundein, lier
ensemble). „Les phrases en asyndète, dit Aristote, présentent une particularité:
il semble qu’en un temps égal on ait dit beaucoup de choses; car la conjonction
fait un bloc de plusieurs choses, en sorte que si on la supprime, il est clair que
l’effet contraire se produira ...” (Aristote, Rhétorique, III, p. 74). L’asyndète
produit donc une amplification.

L’article zéro dans une énumération faisant partie d’une phrase injonctive
Ex.: „Officiers français, soldats français, aviateurs français, ingénieurs
français, où que vous soyez, efforcez-vous de rejoindre ceux qui veulent combattre
encore !” (De Gaulle, Discours, 24 juin 1940).

L’absence de l’article devant un nom ayant la fonction de sujet


d’une proposition négative introduite par jamais
Ex.: „Jamais vie ne fut plus entièrement consacrée à une œuvre” (Maurois,
Proust; P.R.). Jamais vocation d’écrivain ne fut plus évidente. Jamais historien n’a
été plus véridique. „Jamais femme n’avait moins ressemblé à une poupée parisienne”
(Stendhal, Le Rouge et le Noir; LB). Jamais homme n’a mieux parlé.

L’article zéro devant un nom ayant la fonction de complément d’objet


direct dans une proposition interrogative
Ex.: Où trouver meilleure occasion ? A-t-on jamais entendu chose pareille ?
Vit-on individu plus méchant ?

L’article zéro dans une phrase impersonnelle


Ex.: Il fait beau temps. Il était temps que cet homme généreux fût récompensé.
Il n’était que temps qu’on abolît ce système politique désastreux. „Mais il
apparaissait qu’il n’était que temps qu’elle prît sa retraite” (A. France, Petit Pierre).
M’est avis qu’il a tort, qu’il ferait mieux de se taire. „M’est avis que ce serait une
sage précaution de les avertir” (J. Green, Moïra).
L’article zéro devant un groupe nominal (GN),
sujet d’un infinitif de narration ou historique
Pour mettre en évidence une action qui se produit brusquement, ou pour
introduire plus de vivacité dans un récit, on emploie l’infinitif de narration ou
historique. Ce procédé consiste à substituer à l’un des verbes qui présentent un
aspect du récit, un infinitif précédé de la préposition de.
Ex.: „Ainsi dit le renard, et flatteurs d’applaudir” (La F., VII, 1). „Et
boquillons (= bûcherons) de perdre leur outil, /Et de crier pour se le faire rendre”
69
(La F., V, 1). „Et pain d’épice de voler à droite et à gauche, et filles et garçons de
courir, de s’entasser” (J.-J. Rousseau, Rêveries). „Il s’en alla passer sur les bords
d’un étang. Grenouilles aussitôt de sauter dans les ondes / Grenouilles de rentrer
dans leurs grottes profondes” (La F., VI, 3).

L’article zéro et la structure des locutions verbales

Beaucoup de locutions verbales, qu’elles soient lexicalisées ou quasi lexica-


lisées, contiennent un complément d’objet construit sans article. (Ces locutions
combinent une tête verbale et un nom complément d’objet direct).
Ex.: avoir affaire, avoir besoin, avoir confiance, avoir droit, avoir faim, avoir
froid, avoir peur, avoir soif, chercher querelle, demander justice, demander pardon,
donner prise, donner raison, donner satisfaction, faire appel, faire attention, faire
bonne chère, faire cas, faire état, faire envie, faire face, faire halte, faire jour, faire
maigre chère, faire nuit, faire peur, faire tort, prendre contact, prendre courage,
prendre garde, prendre haleine, prendre pied, prendre soin, porter bonheur, porter
malheur, porter ombrage, porter préjudice, porter secours, rendre grâce, rendre
hommage, rendre justice, rendre service, rendre visite, tenir tête, tenir lieu, tirer parti.

N.B. Lorsque la locution n’est pas complètement lexicalisée, on peut


voir apparaître dans ses éléments un adjectif modificateur qui entraîne l’emploi
de l’article et parfois modifie le sens de l’expression.
Ex.: Faire peur – Faire une peur bleue (= très grande peur). Avoir peur –
Avoir une peur irraisonnée. Rendre hommage à quelqu’un. Rendre un dernier
hommage. Faire feu sur un fauve (tirer un coup de feu sur un fauve). Faire feu
(produire des étincelles).

Parfois la locution change de sens selon qu’on emploie ou qu’on supprime


l’article.
Ex.: Rendre justice à quelqu’un ((= faire réparer le tort qui lui a éte fait); au
figuré cette expression signifie „reconnaître ses qualités („Les dieux sont lents à
faire justice mais enfin il la font”. Fénelon)).
Rendre la justice (= remplir la fonction de juge: Les magistrats sont chargés
de rendre la justice).
Demander raison de quelque chose ((= en demander l’explication; demander
raison d’une offense (= en exiger la réparation)).
Demander la raison de quelque chose à quelqu’un (demander la cause, le motif).

L’article zéro dans certains circonstants


formés par un groupe prépositionnel

1. Le circonstant exprime la cause : Il rougit de honte, il pleure de joie. Il a


agi par interêt, par avarice. „S’il avait accepté l’offre qui lui était faite, ce fut pour
des raisons honorables et si l’on peut dire, par fidélité à un idéal” (Camus, La Peste).
2. Le circonstant exprime la conséquence: Il travaille toujours avec fruit.
Dans cet accident, il fut blessé à mort. „Le sommeil la jetait soudain au travers du
lit tout à fait sans défense” (Giono; GL).
70
3. Le circonstant exprime le but: Mettre à profit. Prendre à témoin. Le bateau
longeait la côte avec précaution, crainte d’accident.
4. Le circonstant exprime la manière: Il s’avance avec rapidité. Il a agi avec
prudence. Il parle avec sagesse.
5. Le circonstant marque le temps:
„Ainsi, à longueur de semaine, les prisonniers de la peste se débattirent
comme ils le purent” (Camus, La Peste). Le nouveau service fonctionnera à partir
de demain.
6. Le circonstant marque l’espace (il s’agit du circonstant spatial): Les rochers
à fleur d’eau sont dangereux pour la navigation. Aller outre-monts. „Chaque jour,
chaque instant entasse pour ma gloire/Laurier dessus laurier, victoire sur victoire”
(Corneille, Cid, I, 3).

L’article zéro dans certaines comparaisons après comme, devant un nom


qui représente le second terme de la comparaison
Ex.: Blanc comme neige. Barbu comme chèvre. Chaud comme braise. Doux
comme miel. Simple comme bonjour. Amer comme chicotin (= suc amer tiré de la
coloquinte, de l’aloès). Être comme chien et chat. Bête comme chou. Vert comme
cresson. Croire ou soutenir quelque chose dur comme fer. Tomber dru comme
grêle. S’entendre comme larrons en foire. Fondre comme neige au soleil. Hacher
menu comme paille. Battre quelqu’un comme plâtre.

Les GN dépourvus d’article dans des énoncés de type proverbial


Dans les proverbes constitués à l’époque de l’ancien français où l’emploi de
l’article ne s’était pas encore généralisé, on remarque l’absence de déterminant; par
l’article zéro l’ancien français marquait la référence générique ou virtuelle.
Ex.: Charité bien ordonnée commence par soi-même. Ciel pommelé et femme
fardée ne sont pas de longue durée. Loup n’engendre pas brebis. Pierre qui roule
n’amasse pas mousse. Comparaison n’est pas raison.
Contentement passe richesse. Erreur n’est pas compte. Pauvreté n’est pas
vice. Plaie d’argent n’est pas mortelle. Ventre affamé n’a point d’oreilles. Prudence
est mère de sûreté. Abondance de biens ne nuit pas. Mieux vaut ami grondeur que
flatteur.
L’article zéro devant les noms des jours de la semaine
L’article est supprimé quand on situe les faits par rapport au moment de
l’énonciation.
Ex.: Nous partirons lundi pour Nice. Le magasin sera fermé samedi. Je vous
attends mardi prochain. Il se rendra chez vous jeudi soir.
Remarque I. Lorsque les noms des jours de la semaine se trouvent dans un
système de référence qui est différent de celui du moment de l’énonciation, on
emploie l’article défini.
Ex.: Cet événement s’est passé le mercredi 10 août.
Remarque II. Employés avec l’article défini, les noms des jours de la
semaine indiquent un fait qui se répète.
Ex.: Le cabinet de consultations de ce médecin est fermé le lundi.
71
Remarque III. Utilisés sans article, les jours de la semaine sont des
embrayeurs. Le référent que les embrayeurs désignent ne peut être identifié que par
le locuteur et son interlocuteur, par les témoins de l’acte d’énonciation, par la
situation. Soit la phrase : „Je serai là mercredi”. Dans cet énoncé, je, là, mercredi
sont des embrayeurs. Cette phrase ne peut être comprise si on ne sait que celui qui
dit Je c’est par ex.: Monsieur Bertrand, que là représente la Bibliothèque Nationale
et que mercredi marque la date de 31 mars.
L’article zéro devant les noms des mois de l’année
Ex.: „Fêtons donc janvier, premier mois qui nous hisse vers une lumière plus
généreuse et voit les jours grandir. Janvier se fait lentement plus clair que décembre”
(Colette, Belles saisons). „Comme février, mars fut dur; il ne faillit pas à sa
mauvaise réputation” (Bosco, Rameau de la nuit).
Pour les catholiques, mai consacré à la Sainte Vierge, est le mois de Marie.
„Puisque mai tout en fleurs, dans les prés nous réclame” (V. Hugo, Chants du
crépusc.; PR). Avril a été beau. Juillet a été très chaud.
Remarques. 1) Le français courant emploie aussi la formule au mois de
(septembre), le mois de (mai).
2) On emploie l’article zéro dans les expressions dès novembre dernier; pour
avril prochain.
L’article zéro dans les énoncés abrégés
Télégrammes. Ex.: „Envoyé colis. Attends réponse”. „Grand-mère bien arrivée.
Lettre suit”.
Les petites annonces: Maison à louer. Très belle propriété à vendre.

L’article zéro dans les étiquetages


a) Denrées alimentaires: Beurre fermier. Fromage d’Italie. Fromage à la crème.
Crème de gruyère.
b) Parfums: Soir de Paris. Chat noir. Chanson d’eau. Chanson d’air. Envol de
Paris.
c) Enseignes: Boucherie. Crémerie. Restaurant. Pharmacie. Hôpital.
d) Titres génériques d’ouvrages. Histoire de la langue française. Grammaire
pratique du français d’aujourd’hui. Grammaire historique de la langue française.
Traité de stylistique française. Dictionnaire des synonymes. Trésor de la langue
française.
e) Descriptions des panneaux d’avertissement, des signalisations routières.
1. Signaux de danger et d’intersection: Virage à gauche. Succession de virages.
Cassis ou dos d’âne. Chaussée rétrécie à gauche. Chaussée glissante. Endroit
fréquenté par les enfants. Chute de pierres. Passage d’animaux sauvages. Annonce
de feux tricolores. Circulation dans les deux sens. Arrêt à l’intersection. Passage
pour piétons. Descente dangereuse. Danger particulier. Vent latéral. Priorité à gauche.
Priorité à droite. Route prioritaire. Fin de priorité. Arrêt obligatoire.
Passage à niveau automatique. Chaussée rétrécie à droite. Travaux, etc.
2. Signaux d’interdiction: Sens interdit. Interdiction de tourner à gauche.
Interdiction de faire demi-tour. Interdiction de dépasser. Vitesse limitée.
Circulation interdite. Stationnement interdit. Arrêt interdit. Signaux sonores
interdits, etc.
72
L’article zéro dans les adresses
Ex.: rue ((rue Victor Hugo; on n’emploie pas la particule de devant les noms
propres de personnes (rue La Rochefoucauld); on supprime la particule de
nobiliaire; on dit cependant: rue de Richelieu; la particule de apparaît devant les
noms de lieux: rue de Rivoli)), avenue (avenue de l’Opéra, avenue des Champs-
Élysées), boulevard des Italiens), place ((place d’Italie, place Charles-de-Gaulle
(anc. place de l’Étoile)).
Diachronie
En ancien français, on trouve l’article zéro:
1. devant les noms de peuples au pluriel.
Ex.: O toi estoient François et Bourguignon, /Et Loherenc et Flamenc et
Frison ...” (Tu avais avec toi Français et Bourguignons, Lorrains et Flamands et
Frisons). Le Charroi de Nîmes, 216.
2. devant les mots païen et chrestien considérés comme les équivalents des
noms de peuples.
Ex.. „Il nen est dreiz que païen te baillissent/De chrestiens devez estre servie”
(Il n’est pas juste que des païens te possèdent, des chrétiens doivent faire votre
service” (Roland mourant s’adresse à son épée, Durandal). Chanson de Roland, 2350.
3. devant les noms de fleuves
Ex.: „L’oz est sor Tamise logiee” (= L’armée a pris ses cantonnements près
de la Tamise) Cligés, 1251.
4. devant les noms de pays.
Ex.: „... si tient tote Perse tres que en Capodoce” ((l’empereur) tient toute la
Perse jusqu’en Cappadoce)). Le Pèlerinage de Charlemagne, 48.
5. devant les mots paradis et enfer
Ex.: Paradis sera nostre et eus sera ynfers (J. Bodel, Jeu de Saint-Nicolas, 225).
6. devant des mots abstraits ou pris dans un sens général.
Ex.: „qui merci crie merci doit avoir” (= quand on demande grâce, on doit
être exaucé; Guillaume le Vinier, X, I).
7. dans les proverbes.
Ex.: Coroz de rei n’est pas gieus de petit enfant (= Courroux de roi n’est pas
jeu de petit enfant).
8. L’article est omis dans des expressions telle que: esmouvoir guerre
(déclencher la guerre), donner bataille, avoir onor (vaincre), avoir merci (être
pardonné), avoir talent (désirer), faire fausseté (tromper), etc.
9. L’article indéfini était omis lorsque les noms indéterminés étaient
accompagnés d’un adjectif: „Si grant dolur or m’est apareüde” (Une grande
douleur s’est montrée à moi”). Vie de Saint Alexis, 553.
10. L’article zéro apparaît lorsque la personne nous est présentée comme
devant satisfaire à telles ou telles conditions: „Uns clers pert sa frankise/par
espouser en sainte église /feme ki ot autre baron” („Un clerc perd ses privilèges,
quand il contracte mariage légitime avec une femme qui a déjà eu un autre mari”).
Adam le Bossu, Le Jeu de la Feuillé, 38 F.
Durant toute la période du moyen français l’usage hésite en ce qui concerne
l’emploi de l’article défini devant les noms abstraits, les noms en apposition, les
noms propres de rivières, les noms propres de provinces, les noms de pays.
73
1. L’article défini est supprimé devant le mot nature.
Ex.: „Il semble, à la vérité, que nature, pour la consolation de nostre estat
miserable et chétif, ne nous ait donné en partage que la presumption et le cuider”.
(Montaigne, Essais, III, X, 125).
2. L’article et les noms en apposition.
L’usage est encore flottant: on dit Vénus, la déesse; Jeanne la rousse. Toute -
fois, l’article est souvent omis.
Ex.: „William Bastard, duc de Normandie, vynt ou grant gent e peuple ...”
(Fouke Fitz Warin, p. 11-12).
3. L’article et les noms propres.
a) Les noms des cours d’eau sont généralement employés avec l’article. Cepen-
dant certains poètes se permettent d’omettre l’article devant un nom de cours d’eau.
Ex.: „Le Ciel qui a pleuré tout le long de l’année, /Et Seine, qui courait d’une
vague effrénée, /Et bestail et pasteurs et maisons ravissoit, / De son malheur futur
Paris avertissoit ...” (Ronsard, Discours à la Royne Catherine de Médicis).
b) Devant les noms propres de provinces, l’article est souvent omis.
Ex.: „Édouard establissant l’ordre de la Jarretière, voulut que la parolle qu’il
avoit dite levant le lien de la chausse de s’amie, fust escrite à l’entour de l’ordre: à
sçavoir, Honni soit il qui mal y pense: ce qui monstre qu’il parloit françois; et
neantmoins ce Roy ne tenoit en France, que Guyenne” (Claude Fauchet, Recueil de
l’origine de la langue et poésie françoise; Paris, Patisson, 1581, p. 8 (R. 228)).
c) on trouve parfois l’article zéro devant les noms de pays.
Ex.: „France le petit œil, et la perle du monde/Est maintenant stérile, au lieu
d’être féconde ...” (R. Belleau, La Bergerie de Remy Belleau, Paris, Gilles, 1565).
Au XVIIe siècle, les auteurs emploient d’une manière systématique l’article à
l’exception de La Fontaine et Scarron qui aiment utiliser les structures de l’ancienne
langue. Il existe cependant en français classique des cas où l’on peut trouver
l’article zéro. Ce sont généralement des survivances d’une époque ancienne.
L’article défini est omis:
1. Devant les noms qui, seuls représentants de l’espèce, sont définis aussi par
le contexte et correspondent à peu près aux noms propres, comme:
a) Dieu: „Dieu ne veut point d’une cour où le monde domine” (Corneille,
Polyeucte, acte I, sc. 1).
b) paradis: „Mainte femme en fut contente. Et crut y gagner paradis” (La F.,
Contes, II, 27) .
c) enfer: „Vous enfiliez ... Le grand chemin d’enfer et de perdition” (Molière,
École des femmes, III, 1).
d) nature: „Nul animal, nul être, aucune créature /Qui n’ait son opposé, c’est
la loi de nature” (La F. XII, 8).
2. Devant des noms d’extension illimitée:
a) des noms généraux ou abstraits: „La confiance des grands ... ne vient le
plus souvent que de vanité” (La Rochefoucauld, Maximes, I, 128). „Pensée fait la
grandeur de l’homme” (Pascal, Pensées, I, 70);
b) des noms concrets pris dans leur extrême extension: Grenouilles aussitôt
de sauter dans les ondes” (La F. II, 14).
3. Devant des noms de pays et devant des noms de cours d’eau: „Trois
hommes de qualité entreprirent la révolte de Portugal”. (La Rochefoucauld,
Œuvres, I, 353). „C’est une place qui se pouvait rendre très importante dans une
74
guerre civile, étant située au milieu du Royaume et sur la rivière de Loire, entre
Tours et Angers” (La Rochefoucauld, Mémoires, II, 180).
4. Devant le déterminant indéfini même (un identificatif, un identificateur).
Ex.: „César éprouve même sort à son tour” (Corneille, Pompée, II, 2).
„Ils ne faisoient pas même jugement que lui de la place” (Vaugelas, Quinte –
Curce III).
5. Après le determinant indéfini tout (un quantifieur de la totalité).
Ex.: „Ce sont toutes façons dont je n’ai pas besoin” (Molière, Tartuffe, I, 1).
„Manquant de toutes provisions” (La Rochefoucauld, Œuvres, II, 111). Dans ces
constructions, le déterminant indéfini tout fait fonction d’actualisateur ce qui
permet l’emploi du degré zéro de l’article.
Cet usage se retrouve parfois en français contemporain.
Ex.: Avoir toute liberté. Donner toute satisfaction. Avoir tout intérêt.
De tout temps. À toute allure. À toute extrémité. En toute franchise.
En toute vérité. En toute simplicité.
6. Devant le complément d’objet direct de certains verbes qui entrent dans la
formation d’une lexie complexe.
Ex.: „Le prince d’Orange a eu dessein de soumettre la Hollande”
(La Rochefoucauld, Œuvres, I, 342). „Ils eurent charge de l’accompagner”
(La Rochefoucauld, Œuvres, II, 233). „Le vicomte de Turenne lui coupa chemin”
(Racine, Camp. de Louis XIV). „Nous aurons temps pour tout” (Corneille, Don
Sanche, I, 207).
7. On rencontre parfois au XVIIe siècle, le superlatif relatif construit sans
article, malgré la condamnation de Claude-Favre de Vaugelas ((Remarques sur la
langue françoise, Paris, Piget (1647), 1738, t. I, 248)) d’une telle structure.
Ex.: „Vous leur dérobez leurs conquêtes plus belles” (Molière, L’Étourdi, V, 8).
„Je vais employer mes efforts plus puissants” (Molière, L’Étourdi, V, 7). „Je
cherchai parmi les personnes plus galantes qui en seroit l’auteur” (Voiture, I, 105).
Ex.: En français classique, l’article zéro pouvait faire son apparition:
a) Devant les noms précédés d’un déterminant indéfini du type tout, même,
autre, tel.
Ex.: „Je serois jaloux /Qu’autre bras que le mien portât les premiers coups”
(Corneille, Pompée, I, 1). „L’amour qu’il me portait eut sur lui tel pouvoir/Qu’il
voulut sur mon sort faire parler l’oracle” (Corneille, Œdipe, V. 646).
b) Devant un attribut:
Ex.: „C’est médisance, c’est calomnie” (La Bruyère, Les Caractères) „C’est
crime qu’envers lui se vouloir excuser” (Corneille, Horace, V, 2). „Quand en
voyant un homme, on se souvient de son livre, c’est mauvais signe” (Pascal,
Pensées, I, 120).
c) Devant un complément d’objet direct dans les séquences figées.
Ex.: „On crut que j’avais querelle” (que j’avais un sujet de duel). La
Rochefoucauld, Mémoires, II, 34.
d) Devant un circonstant.
Ex.: „Comme il sait, de traîtresse manière, / Se faire beau manteau de tout ce
qu’on révère” (Molière, Tartuffe, v. 1885).

75
LE DÉTERMINANT DÉMONSTRATIF

Diachronie

On trouve dans l’ancien français des formes continuant directement les dé-
monstratifs latins d’une part et les formes composées au moyen de ECCE d’autre part.

Les formes continuant directement les démonstratifs latins


Ces formes ne sont employées qu’au début de l’étape de l’ancien français.
Le démonstratif latin ĬPSE (ĬPSA, ĨPSUM) peut être retrouvé dans les plus
anciens textes sous la forme de es, eps (cf. Vie de Saint-Léger, v. 56, 80). Es de
ĬPSE est resté figé jusqu’au XIVe siècle dans les locutions en es le pas (= „im-
médiatement”): „Erec respont en es le pas” (Chrétien de Troyes, Erec et Énide), en
es l’eure („aussitôt”). Le démonstratif ĬSTE (ĬSTA, ĬSTUD) a abouti aux formes ist
ou est: „D’ist di in avant” ((= „de ce jour en avant”, „à partir de ce jour”). Serments
de Strasbourg)). „Mi parent d’este terre” (= „de cette terre”)1. Vie de Saint Alexis, 203.
„La garison d’iste cité (= „la défense de cette cité”; garison = „défense, protection”;
„garnison”).
Le démonstratif HIC (HAEC, HOC) n’a conservé que la forme neutre HOC,
devenue O en ancien français.
Ex.: „In O quid il mi altresi fazet … ” (= „tout autant qu’il fera de même pour
moi”). Les Serments de Strasbourg.
(Déjà, dans les inscriptions de Pompei, on remarque la chute du c final de
HĬC et de HOC. Cette chute est devenue générale dans le latin de la Romania). O
était souvent accompagné d’un pronom personnel: o je, o tu, o il, o el (= ille).
Après le Xe siècle, o ne survit que dans o il devenu oïl (hoc ille) et plus tard oui.

Formes composées avec ECCE


Dans le latin populaire, on remplaçait souvent les démonstratifs simples par
des formes renforcées à l’aide d’un adverbe ou d’un autre pronom. Ainsi, à côté de
ĬSTE, on trouve atque ĭste, ecce iste etc.; ces combinaisons ont laissé des traces
plus ou moins profondes dans les langues romanes. La combinaison avec ECCE
s’est imposée en gallo-roman.
La combinaison de ECCE avec ĬSTE avait abouti aux démonstratifs de
rapprochement qui sont à l’origine des déterminants démonstratifs.

76
En ancien français, les démonstratifs prochains ou de rapprochement se
déclinaient de la manière suivante:
ECCE + ĬSTE
Masculin
Singulier CSS (i) cist < ECCISTI <ECCE + ĬSTE
CR1 (i) cest < ECCISTU(M) < ECCE + ĬSTUM
CR2 datif; (i) cestui < ECCISTUI < ECCE + ĬSTUI
Masculin
Pluriel CSP (i) cist < ECCISTI <ECCE + ĬSTI
CR1 cez, ces < ECCISTOS < ECCE + ĬSTOS
CR2 génitif; (i) cestor, (i) cestour < ECCISTORUM < ECCE + ĬSTORUM
Féminin
Singulier CSS (i) cest < ECCISTA < ECCE + ĬSTA; fr. mod. cette
CR1 (i) ceste < ECCISTA < ECCE + ĬSTA(M)
CR2 datif; (i) cesti < ECCISTEI < ECCE + ĬSTAEI
Féminin
Pluriel CSP (i) cestes < ECCISTE < ECCE + ĬSTAE/ ĬSTAS
CR1(i) cestes < ECCISTAS < ECCE + ĬSTAS
CR2 (génitif); cestour < ECCISTARUM < ECCE + ĬSTARUM.
Neutre
CSS cest (ECCE + ĬSTUD)
CRS cest (ECCE + ĬSTUD)

Remarques. Ces formes disparaissent au XIIe siècle.


Le démonstratif de rapprochement (exemples).
Masculin
CSS Cist (cis, cit): „Cis mariages que voi establis”. Garin de Loherin.
CR1 Cest. Cette forme se réduit parfois à cet, morphème que l’on retrouve en
français moderne: „Sire Guillelmes, dist li rois Looÿs, /Il n’a nul ome en trestot
cest païs,/Gaifier ne autre ne li rois d’Ipolis, /Qui de mes homes osast un seul
tenir,/ Tresqu’a un an qu’il n’en fust mort ou pris” … („Seigneur Guillaume, dit le
roi Louis, il n’y a personne en tout ce pays, /ni Gaifier ni un autre ni le roi de
Spolète qui oseroit retenir un seul de mes hommes sans être mort ou pris avant un
an …”) Le Charroi de Nîmes, 508.
CR2 Cestui „Il l’a destourné (= détourné) de cestui fait” (Tristan, 30). „Quar
par cestui avions nos bone ajude” (Alexis).
CSP Cist „Tuz sunt ocis (= tués) cis Franceis chevalers”, Roland, 1688.
CR1 Cez. „Di cez sous sers qui il prouenders” Alexis, 123.
CR2 Cestour, cestor. Ces formes sont très rares.
Féminin
CSS Ceste: „Ceste est la custume” (Lois de Guillaume). „Iceste hunte dureit
al lur vivant” (Roland, 1707).
77
CR1S Ceste: „En ceste terre a assez osteié” (= en cette terre, il a assez fait la
guerre”) Roland.
CR2S Cesti (cestei): „Pour cesti ochoison” ((= pour ce motif, cause); 1274,
Lettre; Greimas).
CSP Cestes (cez, ces). „Ce fu en mai el novel tens d’esté./ Florissent bois et
reverdissent cil pré./ Ces douces eves retraient en canel”. (= C’était au mois de mai,
au renouveau de l’été. Les bois fleurissent, les prés redeviennent verts, les douces
eaux retrouvent leur lit …). Le Charroi de Nîmes, Prise d’Orange, 39.
CRP Cestes (cez, ces). La forme cestes n’était pas très usitée; dès les plus
anciens textes, elle est évincée par la forme cez (ces): „De cez paroles que vos avez
ci dit / En quel mesure en purrai estre fiz?” (= de ces paroles que vous venez de
dire, comment pourrai-je avoir garantie?). Roland, 145.
Remarques. Les démonstratifs de rapprochement issus de ECCE + ĬSTE
pouvaient être employés aussi comme pronoms démonstratifs.

Le moyen français
À l’époque du moyen français, le système des démonstratifs de rapprochement
qui est à l’origine des déterminants (adjectifs) démonstratifs modernes subit une
transformation importante. Il se simplifie à la suite de la disparition de la flexion
nominale (du système de déclinaisons des noms). Il faut cependant souligner que
les restes de l’ancien système de déclinaison des démonstratifs de rapprochement
ont été conservés jusqu’au début du XVIIe siècle.
Les formes du démonstratif au masculin singulier. Remarques.
La forme cist (CSS) sort de l’usage. Cest (CR1S) est conservé. Il se réduit
parfois à ce et à cet, morphèmes qui persistent en français moderne. Cestui (CR2S)
subsiste durant toute l’étape du moyen français. Au XVIe siècle, on rencontre les
formes suivantes du démonstratif de rapprochement au masculin singulier: cest ou
cet, ce; cestuy (cestui), cettuy (cettui).
Les formes du démonstratif au féminin singulier. Remarques.
La forme ceste (< ECCE + ĬSTAM) du CR1S continue à être employée,
tandis que la forme cesti (CR2S) disparaît. Au XVIe siècle, on trouve dans les textes
les formes suivantes du démonstratif de rapprochement au féminin singulier: ceste
ou cette.
Les formes du démonstratif de rapprochement au masculin pluriel. Remarques.
Le CR1P cez (ces) supplante, au cours du XIVe siècle, l’ancienne forme du
cas sujet pl. cist. Les formes cestour, cestor (CR2P) qui remontent à ECCE +
ĬSTORUM sortent de l’usage.
Les formes du démonstratif de rapprochement au féminin pluriel. Remarques.
La forme cestes ou cettes (CR1P) est conservée. Au XVIe siécle, on emploie
aussi au féminin pluriel les formes ces, cez.
Exemples: a) cest: „Sur cest article se peut faire un argument” (Les évangiles
des quenouilles, XVes). „Cest exemple suffira pour en juger le reste, et pour
recommander aussi et le jugement et l’affection d’un si bon pere ...” (Montaigne,
Essais, R. 216).
78
b) ceste: „Car doresnavant que tu deviens homme et te fais grand, il te fauldra
issir de ceste tranquillité et respos destude: et apprendre la chevalerie et les armes
pour defendre ma maison” (François Rabelais, Pantagruel, R. 92).
c) cestuy: „A cestui seigneur fist chascuns feaulté (= foi, serment de fidélité)
et hommage en bonne foy” (Bérinus, XIVes). „Car si nous voulons mettre en conte
les personnages qui ont naguères flori, et florissent encore de present, nous
trouverons que notre siècle est en cestui egard de bien peu redevable a
l’ancienneté” (Jacques Peletier Du Mans, L’art poétique d’Horace; R. 120).
d) ces: „Quant ma dame oyt ces parolles, et veit le seigneur de Saintré
hastivement armer, se doubta, de ce qui advint, et luy dist: Sire de Saintré, que
entendez vous à faire ?” (Antoine de La Sale, Le petit Jehan de Saintré).
Le français classique
Le système des déterminants démonstratifs ce, cet, cette, ces est défini-
tivement séparé en français classique du système des pronoms démonstratifs celui,
celle, ceux, celles qui remontait à la combinaison de ECCE avec ĬLLE.
Au début du XVIIe siècle, on employait encore quelques formes de l’ancienne
série des démonstratifs de rapprochement qui tirait sa source de la combinaison de
ECCE avec ĬSTE.
Ex.: En cettuy lieu (La F., Contes).
Remarque. Cettui (< eccistui < ECCE + ĬSTUI) est employé comme pronom
démonstratif par Guez de Balzac, Corneille (dans Clitandre).
Ex.: „Les moutons de ce pays-là sont plus mauvais que les loups de cettui-ci
(Balzac, Lettres, VI, 24). „Cettui-ci dépêché. C’est de toi maintenant que j’aurai
bon marché” (Corneille, Clitandre, I, 9).
La forme cette (ECCE + ĬSTA > iceste > ceste > cette) est utilisée comme
pronom et se rencontre chez Malherbe et Guez de Balzac.
Ex.: „Encore qu’en assez d’autres occasions il se soit montré grand person-
nage, si est-ce qu’en cette-ci je ne trouve pas qu’il y ait moyen de le défendre.”
(Malherbe, Œuvres, II, 34). „Cette-ci est une lumière descendue du ciel et celui-là
une vapeur sortie de l’abîme” (Guez de Balzac, Dissertations, VIII).

Le déterminant démonstratif en français contemporain.


Formes des déterminants démonstratifs simples
Masculin
Singulier Pluriel
devant consonne devant voyelle devant consonne devant voyelle
code écrit code oral code écrit code oral code écrit code oral code écrit code oral
ce [s ] cet [s t] ces [se] ces [sez]

Féminin
Singulier Pluriel
devant consonne devant voyelle devant consonne devant voyelle
code écrit code oral code écrit code oral code écrit code oral code écrit code oral
cette [s t] cette [s t] ces [se] ces [sez]
79
Les formes du déterminant démonstratif sont les unes simples, les autres
composées ou renforcées. Les formes simples sont les suivantes:
Ce. La forme ce s’emploie avec un nom masculin qui commence par une
consonne on un *h aspiré.
Ex.: „Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !” (Baudelaire, L’Albatros).
„Ce bruit mystérieux sonne comme un départ” (Baudelaire, Chant d’automne). „Il
avait rendu célèbre ce *hameau enfoncé dans le pli du vallon qui descendait vers la
mer” (Maupasant, Toine). „Ce sentiment tient à la fragilité de notre nature, à une
conformité secrète entre ces monuments détruits et la rapidité de notre existence”
(Chateaubriand, Le Génie du Christianisme). „Ce héros (= Achille), si terrible au
reste des humains” (Racine, Iphigénie, IV, 1). „Ce pouvoir souverain que j’ai sur
tout le monde… ” (Corneille, Cinna, II, 1). „Ce soir, la lune rêve avec plus de
paresse” (Baudelaire, Tristesse de la lune).
Remarques. 1. Lorsque le débit est normal, l’e caduc de ce se prononce.
Le[ ] de ce peut s’amuïr si le débit est rapide: Secoue ce tapis ! [stapi]. Il est parti
ce matin [smat ~ε ]. Ce linge [sl ~ε ] est sale.
2. Le groupe de ce + nom se prononce plutôt [d s ] que [d s]: elle sort de ce
théâtre avec son mari.
N.B. Le déterminant démonstratif ce fait partie de la locution con-
jonctive de conséquence à ce point que.
Ex.: Ils sont à ce point installés dans la guerre qu’il ne sauraient plus
comment en sortir” (Romains, Hommes de bonne volonté). „La température de
ce lundi était à ce point ardente que les ouvriers firent durer la sieste”
(M. Prévost, Mort des ormeaux. FB).

Cet. La forme cet [sεt] est utilisée devant un nom (ou un mot) qui com-
mence au point de vue phonétique (graphique) par une voyelle ou un h muet, au
masculin.
Ex.: Cet aquarium [aκwaяj m]. Cet arc-en-ciel. Cet homme. Cet hameçon.
Cet honneur. „Et plus haut, des maisons, des villages alignés au long des routes
grises, reposaient dans la tranquillité triste de cet après-midi de Toussaint.”
(MaxenceVan Der Meersch, L’Empreinte du dieu).
„Parmi les choses innombrables qui pendent au plafond, j’en ai admiré une
surtout le soir de mon arrivée. C’est une petite cage où dormait un petit oiseau. Cet
oiseau m’a paru être le plus admirable emblème de la confiance. Cet antre, cette
forge à indigestion, cette cuisine effrayante, est jour et nuit pleine de vacarme,
l’oiseau dort...” (V. Hugo, Le Rhin. La cuisine de l’hôtel de Metz).
Cette. La forme cette [sεt] s’emploie avec un nom féminin singulier.
Ex.: „Dans cette splendeur aride, nous avions erré toute la journée.” (Albert
Camus, Noces). „L’homme se remit à parler avec cette volubilité des solitaires qui
pensent avoir enfin rencontré une oreille bienveillante” (G. Duhamel, Confession
de minuit). „Quel démon a doté la mer, rauque chanteuse/ Qu’accompagne
l’immense orgue des vents grondeurs./ De cette fonction sublime de berceuse ?”
(Baudelaire, Moesta et Errabunda). „Cette hardiesse ressemblait à la témérité”
(Duhamel, Pesée des âmes). „Qu’est-ce que c’est que cette histoire de rats ?”
(Camus, La Peste).
80
Ces. La forme ces s’emploie pour le pluriel des deux genres.
1. Avec un nom masculin pluriel.
Ex.: Ces arbres [seza b ]. Ces hommes [sez m]. Ces *héros [see o]. Ces
jardins. Ces flambeaux. „Ces murs que j’étaie sont encore chauds du contact de
corps disparus” (M. Yourcenar, Mémoires d’Hadrien). „Par ces deux grands yeux
noirs, soupiraux de ton âme, /O démon sans pitié, verse-moi moins de flamme...”
(Baudelaire, Sed non satiata) „Ces outils familiers, aujourd’hui trop pesants,/ Le
vieux Parmis les voue à l’immortelle Rhée/ Par qui le germe éclôt sous la terre
sacrée” (Heredia, Le laboureur).
Remarque. L’expression un de ces jours désigne les jours prochains.
2. Avec un nom féminin pluriel.
„Ex.: „Ces héros et ces héroïnes [seze in] que le véritable romancier met
au monde et qu’il n’a pas copiés d’après des modèles rencontrés dans la vie sont
des êtres que leur inventeur pourrait se flatter d’avoir tirés tout entiers du néant par
sa puissance créatrice...” (Mauriac, Le romancier et ses personnages). „Ces festons
dans vos mains et ces fleurs sur vos têtes” (Racine, Athalie, I, 3). „Ces splendeurs
engendraient bien des vocations maritimes; mais entre la coupe et les lèvres, entre
l’état de colégien et la glorieuse fonction de l’aspirant de marine s’élevaient des
obstacles très sérieux ...” (Paul Valéry, Variété, III).
Remarque. Les déterminants démonstratifs, employés avec une expression
qui marque le temps, désignent ordinairement le temps le plus proche.
Ex.: Ce matin, il est parti pour Genève. Iront-ils cette année à Montréal ?
Formes composées du déterminant démonstratif

Singulier Pluriel
Masculin Féminin Masculin Féminin
ce (sentier)-ci cette (maison)-ci ces (rosiers)-ci ces (maisons)-ci
ce (sentier)-là cette (maison)-là ces (rosiers)-là ces (maisons)-là
cet (arbre)-ci
cet (arbre)-là

Les déterminants démonstratifs: valeurs sémantiques, emplois

Le déterminant démonstratif peut avoir les emplois suivants:


A. Un emploi (ou une fonction) déictique. Dans ce cas, le déterminant
démonstratif désigne un référent présent dans la situation de discours (le référent se
trouve dans l’environnement commun au locuteur et à l’allocutaire); la phrase qui
contient un GN ayant comme spécifieur un démonstratif s’accompagne dans le
code oral d’un indice non linguistique (un geste, une mimique, un regard).
Ex.: Regardez ce paysage si beau. Apportez-moi cette bouteille de champagne!
„Cette belle voiture appartient à la famille Duval”, dit Pierre. „Voulez-vous de
cette mayonnaise à l’ail ?, demanda Henri. Admirez ces torrents et leurs belles
cascades. „J’ai cueilli ce brin de bruyère / L’automne est morte, souviens-t’en./
Nous ne nous verrons plus sur terre/ Odeur du temps, brin de bruyère / Et souviens-
toi que je t’attends” (Apollinaire, Adieu).
81
Remarque. I. Le terme de déictique est issu du lexème grec deiktikos
„démonstratif”. Ce dernier provient du lexème grec deixis „désignation”.
Remarque. II. L’emploi déictique du déterminant démonstratif peut aussi
concerner un référent appartenant au passé récent; on peut ainsi désigner, au moyen
du déterminant démonstratif un élément (objet ou être) qui ne se trouve plus dans
l’environnement commun aux interlocuteurs, mais qui s’y trouvait quelque temps
auparavant.
Ex.: „De cette nuit, Phénice, as-tu vu la splendeur ?/ Ces flambeaux, ce
bûcher, cette nuit enflammée, / Ces aigles, ces faisceaux, ce peuple, cette armée, /
Cette foule de rois, ces consuls, ce sénat, / Qui tous de mon amant empruntaient
leur éclat” (Racine, Bérénice, I, 5).
N.B. Dans ces vers, Racine emploie une asyndète pour donner plus de
rapidité au récit.

Cet élément de reprise peut être identique à l’anaphorisé, peut être synonyme
de celui-ci ou approchant au point de vue sémantique.
a) l’élément de reprise est le même que l’élément anaphorisé (on appelle cette
espèce d’anaphore, anaphore duplicative; v. M. Wilmet, La détermination nominale,
Paris, PUF, 1986, p. 164).
Ex.: Vous avez avoué vos torts avec franchise; cette franchise vous honore.
„Un lièvre en son gîte songeait / (Car que faire en un gîte, à moins que l’on ne
songe ?); / Dans un profond ennui ce lièvre se plongeait” (La Fontaine, II, 14).
B. Un emploi (ou une fonction) anaphorique (le démonstratif joue le rôle de
rappel).
Le GN ayant comme spécifieur un déterminant démonstratif peut reprendre
un élément introduit dans une proposition ou dans une phrase antérieure. Charaudeau
dans sa Grammaire (p. 222) nomme cette fonction désignation à référence
contextuelle, étant donné que le déterminant démonstratif indique le fait que le nom
reprend un terme employé antérieurement dans le contexte. L’élément déjà
mentionné et qui sera repris dans une autre proposition ou une autre phrase est
appelé l’anaphorisé, tandis que l’élément qui reprend le GN antérieurement
exprimé est nommé l’anaphorisant.
„Planté sur une butte, un moulin vétuste, tout en planches et en ardoises,
levait et abaissait ses longs bras dégingandés et grêles en un geste de sempiternelle
lamentation. Vers ce moulin convergeaient tous les vents de la plaine, courbant les
herbes, pliant les arbres échevelés, balayant des brassées de feuilles sèches...”
(Maxence Van Der Meersch, Payage de Flandre). „On n’avait jamais mis tant de
douceur à parler aux épiciers, tant d’intérêt à écouter une marchande de tabac.
Cette marchande de tabac, remarquait Grand, est une vraie vipère. Je l’ai dit à
Cottard, mais il m’a répondu que je me trompais et qu’elle avait de bons côtés qu’il
fallait savoir trouver” (Camus, La Peste).
b) l’élément de reprise est synonyme de l’élément anaphorisé.
Ex.: Un sous-marin ennemi a été détruit par un croiseur. Ce submersible avait
l’intention de torpiller un navire marchand.
c) l’élément de reprise présente un sens approchant du sens de l’élément
anaphorisé.
82
Ex.: „C’était une immense construction comprenant trois corps de logis de
trois étages, sans compter les mansardes. Ce bâtiment avait sans doute subi de
nombreuses modifications, au gré des propriétaires successifs auxquels il avait
appartenu.” (Amélie Gex, Vieilles Gens, Vieilles Choses).
Remarques
1. L’anaphorisant peut être constitué par un déverbal qui a pour but d’éviter
la reprise d’un verbe de la phrase précédente.
Ex.: La municipalité a décidé de faire bâtir un palais des Sports destiné aux
jeunes générations. Cette décision a été suivie par les démarches d’usage en vue de
trouver les fonds nécessaires à cette construction.
2. L’idée exprimée dans une phrase peut être reprise dans une autre au moyen
d’un GN jouant le rôle d’anaphorisant.
Ex.: Les élèves de ce lycée ont décidé d’organiser un programme spécial de
divertissements pendant les vacances. Cette initiative louable a été approuvée par la
direction. „À la fin de chaque saut (= au-dessus de l’Océan, à 50 kilomètres
d’Honolulu) debout sur une planche de plus de 2 mètres de long, il ouvre un très
gros parachute. Sa passagère, elle, ne dispose que d’un harnais qui est accroché à
celui de Patrick. Cet exercice, il (= Patrick de Gayardon) est le seul à savoir le faire
et il l’a réussi des dizaines de fois” (Paris Match, „Le rêve fracassé de l’homme –
oiseau”).
C. Un emploi (ou une fonction) cataphorique.
Le déterminant démonstratif peut servir à annoncer que l’élément désigné
sera expliqué, analysé par le contexte qui suit.
Ex.: „Il y a eu / un homme qui a écrit ces mots / Demain sur nos tombeaux
les blés seront plus beaux” (J. Prévert, Paroles; P. Ch.).
„... Bien qu’il se heurtât à cette alternative: pardonner, ou bien, au contraire,
exalter son ressentiment” (Roger Martin du Gard, Thib.; Grev.).
Le GN dont le spécifieur est un déterminant démonstratif peut constituer
l’antécédent d’une proposition relative (l’élément désigné est qualifié par le
contexte qui suit à l’aide d’une relative).
Ex.: Je ne suis pas de ces gens qui méprisent les poètes. „La première
audience fut levée sur cette audacieuse allégation qui surprit les jurés et donna
l’avantage à la défense” (Balzac, Une ténébreuse affaire). „Ce cauchemar que je
connaissais bien, recommençait” (Sagan, Bonjour tristesse). „Ne soyez pas inexorable
à ce fauteuil qui vous tend les bras; contentez un peu l’envie qu’il a de vous
embrasser” (Mol., Préc., 9 PR). „Nous voilà maintenant dans cette ville qui allie
tradition et modernité” (P.Ch).
Le GN dont le spécifieur est un déterminant démonstratif peut être employé
en vue d’introduire une proposition complétive en apposition (l’élément désigné est
expliqué dans le contexte qui suit au moyen d’une complétive).
Ex.: „Ils jugent le problème automatiquement d’après ce principe que la
vérité est la nouveauté” (Montherlant, Célibataires, Grev.). Un commerçant ne
devrait jamais abandonner cette conviction que l’honnêteté est le plus solide des
capitaux. Les moralistes insistent toujours sur ce précepte qu’il ne faut jamais
rendre le mal pour le mal. Dans le Discours de la Méthode, Descartes fait ressortir
ce principe qu’on ne devrait jamais prendre aucune chose pour vraie à moins qu’on
ne la connût évidemment être telle.
83
Il y a cataphore lorsqu’un pronom complément d’objet se rapporte à un GN
(le spécifieur de ce GN étant un déterminant démonstratif) qui est placé après lui
(dans une autre proposition ou dans une autre phrase). Le pronom complément
d’objet est apparemment vide de sens et il ne reçoit d’interprétation sémantique
qu’après une sorte de feed-back ([fid-bak] = action de contrôle en retour,
rétroaction); lorsqu’il y a cataphore, le pronom complément d’objet anticipe sur
son référent, c’est-à-dire sur le GN dont le spécifieur est un déterminant
démonstratif.
Ex.: „Ah ! je les connais, je les connais, / Tous ces clichés” (Jammes, Brebis
égarée). „Swann l’avait bien connue aussi, cette joie trompeuse que nous donne
quelque ami” (M. Proust, Swann).
Lorsqu’il y a le pronom neutre le dans la phrase, ce pronom anticipe sur une
phrase tout entière.
Ex.: Je vous l’avoue: cette tragédie m’a bouleversé. Vous le comprenez bien:
cette excursion devrait être interdite à cause des avalanches.

Le démonstratif en concurrence avec l’article défini

I. Jusqu’à l’étape du français classique, un infinitif prépositionnel pouvait


être précédé par un nom déterminé par ce, cet, cette, ces. On disait, par exemple,
„Vous m’avez fait cet honneur de venir me voir”, au lieu de „Vous m’avez fait
l’honneur de venir me voir”. Claude-Fauvre de Vaugelas, dans ses Remarques sur
la langue françoise (1647), recommande l’emploi de l’article défini dans ces
structures, sans blâmer absolument l’emploi de l’autre construction. En français
moderne, la langue n’a pas complètement renoncé à l’utilisation du démonstratif
dans ce type de phrases.
Ex.: „J’avais cette habitude de me parler constamment à moi-même” (A. Gide,
Faux-Monnayeurs). „Quand même grandirait l’abjection publique/ À ce point
d’adorer l’exécrable trompeur” (Hugo, Châtiments; L.B.). Il possédait au plus haut
degré cette vertu précieuse d’être fidèle à ses amis.
II. Le déterminant démonstratif est parfois en concurrence avec l’article
défini dans une relation anaphorique où il s’agit de l’établissement de l’identité du
référent.
Deux situations peuvent se présenter dans ce cas:
1. L’utilisation du déterminant démonstratif devient obligatoire lorsqu’il y a
un seul référent.
Ainsi dans la phrase: „Un chat est entré dans la cuisine; j’avais déjà vu ce
chat”, l’emploi du démonstratif est obligatoire. On ne peut pas dire: „J’avais vu le
chat”.
2. L’emploi de l’article défini devient obligatoire lorsqu’il y a plusieurs
référents.
Ex.: Une fillette et un garçon jouaient dans le parc; j’avais déjà rencontré le
garçon.
III. Le déterminant démonstratif ce était fréquemment employé en français
classique au lieu de l’article, pour mieux mettre en relief le nom.
„Il est vrai de dire que le sot gagne à mourir, et que dans ce moment où les
autres meurent, il commence à vivre” (La Bruyère, les Caractères).

84
Le déterminant démonstratif simple peut en outre exprimer:
A. La proximité
a) la proximité dans l’espace (le démonstratif marque ce qui est plus ou moins
rapproché dans l’espace).
Ex.: „Respecte, ô Voyageur, si tu crains ma colère, / Cet humble toit de joncs
tressés et de glaïeul.” (Heredia, Hortorum Deus, II).
„O berger, ne suis pas dans cet âpre ravin/ Les bonds capricieux de ce bouc
indocile” (Heredia, Le Chevrier). „Ce paysage que j’avais toujours vu trembler
sous le soleil, dans l’air dansant des chaudes journées était figé comme une immense
crèche de carton” (M. Pagnol, Le Château de ma mère). „Ma femme naturellement,
veut être habillée comme toutes ces dames” (H. Becque, La Parisienne, I, 2; L.B.).
b) la proximité dans le temps (le démonstratif marque ce qui est plus ou
moins rapproché dans le temps).
1. par rapport au moment de la parole.
Ex.: „Couchez-vous, prenez votre température, je viendrai vous voir cet
après-midi” (dit le docteur Rieux au concierge) (A. Camus, La Peste).
2. par rapport à l’instant (ou au moment) où ont lieu les faits exposés, relatés.
Ex.: „Ce matin, le petit garçon était tout excité par l’histoire des rats. Il a
voulu dire un mot à table...” (Camus, La Peste).
B. La possession
Le déterminant démonstratif peut marquer parfois la possession. Cet emploi
est fréquent au XVIIe siècle.
Ex.: „N’éclaircirez-vous point ce (= mon) front chargé d’ennui ?” (Racine,
Iphigénie II, 2). „Et ce bras (= mon bras) du royaume est le plus ferme appui”
(Corneille, Cid, I, 3). „Ce malheureux visage (= mon visage) / D’un chevalier romain
captiva le courage” (Corneille, Polyeucte).
La lâcheté est un crime pour le peuple de ce pays (= de notre pays).
C. La notoriété
Le déterminant démonstratif s’emploie pour désigner ou mettre en évidence
une catégorie d’éléments (êtres ou choses) bien connue. Dans ce cas, le déter-
minant démonstratif est précédé d’un de partitif.
Ex.: „Nous allumons un de ces feux de bergers si pittoresques à contempler
de loin” (Lamartine). „C’était une de ces nuits où la terre semble morte de froid”
(Maup.; Grev.). Il faisait une de ces tempêtes qui détruisent tout sur leur passage.
L’homme portait l’une de ces vestes que les marins affectionnent.
Remarque. Le déterminant démonstratif peut se rapporter au souvenir d’une
expérience personnelle ou collective.
Ex.: Marie pensait à cette maison d’Hélène si admirée dans la ville, qu’elle
avait habitée plusieurs mois, l’année passée.

Valeurs affectives du déterminant démonstratif


Le démonstratif peut exprimer:
1. L’admiration
Ex.: Lisons Apollinaire, ce grand poète. Antoine de Saint-Exupéry, ce héros,
restera l’une des plus belles figures de l’histoire de l’aviation. J’aime surtout le
vers, cette langue immortelle des grands poètes. Voltaire, Rousseau, Diderot, ces
écrivains de génie, ont illustré le XVIIIe siècle.
85
2. Le mépris
Ex.: Ce sot trouve toujours un plus sot qui l’admire. Que signifient ces
manières ? (Acad.)
3. Une légère ironie
Ex.: „Notez que je ne suis pas sans religion, ces messieurs de la Paroisse me
trouvent toujours quand ils ont besoin de moi” (François Mauriac, Le Mystère
Frontenac).
4. Une surprise (le déterminant démonstratif est employé dans une exclama-
tion marquant la surprise; niveau familier de la langue).
Ex.: Il veut que je lui prête de l’argent, cette idée ! (quelle idée !)
5. L’emphase
Ex.: 1) „Sire, mon père est mort; mes yeux ont vu son sang / Couler à gros
bouillons de son généreux flanc; / Ce sang qui tant de fois garantit vos murailles, /
Ce sang que tant de fois vous gagna des batailles, / Ce sang qui tout sorti fume
encore de courroux / De se voir répandu pour d’autres que pour vous” (Corneille,
Cid, II, 8).
Remarque. Dans ces vers, il y a une anaphore rhétorique. Au commencement
de trois vers, on répète le GN ce sang; ce procédé vise à emphatiser l’énoncé.
2) „Restait cette redoutable infanterie de l’armée d’Espagne...” (Bossuet,
Oraison funèbre du prince de Condé).
3) Grenade et l’Aragon tremblent quand ce fer brille (Acad.).

Les valeurs d’emploi du déterminant démonstratif composé


au moyen des particules adverbiales ou déictiques -ci et -là

Les formes composées du déterminant démonstratif sont les suivantes (voir


aussi supra): ce ... -ci; cet ... -ci; ce ... -là; cet ... -là; cette ... -ci; cette ... -là; ces ... -ci;
ces ... -là.
Les particules adverbiales ou déictiques -ci et -là sont séparées du déterminant
démonstratif par le nom auquel ces particules se réfèrent; un trait d’union est mis
entre le nom et la particule adverbiale.
Ex.: Cet arbre-ci est un chêne; cet arbre-là est un hêtre.
La particule -ci. À l’origine, ci ((de ici < ECCE HIC; ci (1080), Chanson de
Roland)) a été un adverbe. Il a cessé d’avoir cette fonction au XVIe siècle, mais il
l’a conservée dans l’expression ci-gît (auj. ici repose), et dans par-ci par-là, de-ci
de-là, etc. Ci marque une idée d’actualité, de proximité dans l’espace ou dans le
temps.
La particule -là (1080, Chanson de Roland) remonte au latin [IL]LAC, par-
là. Elle est jointe aux noms précédés des déterminants démonstratifs ce, cet, cette,
ces. Elle indique l’éloignement en général surtout quand elle est opposée aux noms
précédés de déterminants démonstratifs et suivis de la particule -ci.
Les déterminants démonstratifs composés servent en général:
a) à distinguer ce qui est rapproché de ce qui est éloigné dans l’espace, à
distinguer deux personnes ou deux choses.
Ex.: Cette chaussée-ci est défoncée, prenez plutôt cette chaussée-là. Donnez-
moi cette religieuse-ci; non, plutôt ce baba-là (M. Riegel, Grammaire; religieuse =
86
gâteau fait d’une pâte à choux garnie de crème au café ou au chocolat; baba =
gâteau léger imbibé d’un sirop alcoolisé). Laquelle préférez-vous, dit le vendeur,
cette cravate-ci ou cette cravate-là. Cette maison-ci me paraît confortable, celle-là
ne l’est guère (Acad.).
N.B. Celle-là est pronom démonstratif.

b) à marquer ce qui est rapproché et ce qui est éloigne dans le temps.


Ex.: „Il y a des jours où l’on touche au fond des choses. Ce jour-ci pour moi
a été de ceux-là” ((A. Maurois, Cercle de famille); L.B.)). Cette année-ci est totale-
ment différente de cette année-là. „Dans toute notre petite ville, débarrassée de la
sourde appréhension où elle avait vécu pendant la semaine, ce jour-là était celui du
renouveau” (Camus, La Peste). Cette nuit-là, le ciel était parsemé d’étoiles.
À cette époque-là, on ne connaissait pas encore la puissance de l’atome. En
ces temps-là, les transports étaient beaucoup plus lents.
Elle a été très souffrante ce mois-ci. Il sera de retour ces jours-ci. „Ces
années-ci, le vin est bien meilleur qu’en ce temps-là (Gr. Lar.). „Ce jour-là à midi,
Gonzales et le journaliste virent arriver les deux petits qui riaient” (Camus, La Peste).
Remarques. 1. La particule adverbiale -ci ne doit pas être employée avec les
noms matin, après-midi, soir, nuit. On dit ce matin, cet après-midi, ce soir, cette
nuit (Il fait beau ce matin. Ce n’est pas de ce matin qu’on le connaît. Nous nous
reverrons cet après-midi. Nous irons ce soir au théâtre).
2. La particule adverbiale démonstrative -là sert parfois simplement à souligner,
sans marquer la distance (l’éloignement d’une manière absolue).
Ex.: Il faut écouter attentivement cet orateur-là. Ces choses-là sont rudes.
3. Là peut marquer une nuance péjorative.
Ex.: „– Tu parles de fumiers, ces cuistots-là” ((Dorgelès, Croix de bois);
fumier, pop. homme méprisable, salaud)). Il ne veut plus recevoir ces gens-là. „On
admet ces gens-là dans son salon; dans sa famille point” (Augier, les Effrontés; LB).
4. Ce ... ci tend à être remplacé dans certains contextes par ce ... là: „On dira
aujourd’hui: C’est cette étoffe-là que je choisis aussi bien et même plutôt que: cette
étoffe-ci” (R. Georgin, Difficultés et finesses, 187).
5. Selon Littré, on ne met pas le trait d’union quand le nom auquel se joint là
en est séparé par un complément.
Ex.: Ce marchand de vin là.

Le déterminant démonstratif devant les noms propres

Les noms propres peuvent parfois être précédés d’un déterminant démon-
stratif (comme ils peuvent être précédés d’un article) quoiqu’ils marquent par leur
propre nature une personne unique.
Ex.: Et ce Pierre qui n’arrive pas ! „Vous la connaissez cette brave Oriane ?”
(Proust, Guermantes; LB). „Ce pauvre Armand ! il court sur la grande route, lui, en
plein soleil ... et moi je m’étends” (Labiche, Voyage de M. Perrichon; Grev.). Et
cette pauvre Jeanne, on a dû lui faire implanter un pacemaker (= un stimulateur
cardiaque).
87
Répétition du déterminant démonstratif

1. Le déterminant démonstratif se répète ordinairement devant les noms


faisant partie d’une énumération.
Ex.: Ces parents, ces élèves, tous ces gens, réunis dans la cour de l’école,
attendaient avec émotion le résultat du concours.
2. Lorsque deux adjectifs de sens opposés réunis par et ou par ou qualifient le
même nom mais renvoient à deux réalités distinctes, le déterminant démonstratif
doit être répété.
Ex.: Ces grandes et ces petites îles, au nombre de neuf, constituent l’archipel
des Açores.
3. Le déterminant démonstratif est répété lorsqu’on veut insister sur les qualités
d’un personnage.
Ex.: Ce héros, cet homme merveilleux, ce sauveur de la patrie est aimé par
tout son peuple. „C’est pourquoi ce juste et ce preux s’est levé” (V. Hugo,
Eviradnus; L.B.).
Le déterminant démonstratif n’est pas répété.
1. Lorsque deux ou plusieurs noms réfèrent au même objet ou au même être.
Ex.: Le phénomène de la radioactivité a été découvert en 1896 par Henri
Becquerel. Ce grand physicien, collaborateur et ami de Pierre Curie a reçu le prix
Nobel en même temps que celui-ci, en 1903.
2. Si deux ou plusieurs adjectifs se rapportent au même élément (chose ou
être).
Ex.: Ce beau et charmant château, construit au XIIe siècle, sur un immense
rocher est admiré par de nombreux touristes.

88
LE DÉTERMINANT POSSESSIF

De même que l’article et le déterminant démonstratif, le déterminant possessif


constitue une sous-classe morphosyntaxique de la classe des déterminants.

DÉFINITIONS, REMARQUES

1. „Le déterminant possessif indique que les choses ou les êtres désignés par
le nom ont une relation avec une personne grammaticale: celui qui parle, celui à qui
l’on parle, celui ou ce dont on parle: Ma voiture, ta voiture, sa voiture” (v. M. Grevisse,
Le Bon Usage, éd. 1997).
2. „La grammaire française définit les possessifs comme des adjectifs
(= comme c’est le cas dans ce chapitre) ou des pronoms indiquant que les êtres ou les
objets auxquels ils s’ajoutent (adjectifs) ou dont ils représentent le nom (pronom)
appartiennent à quelqu’un ou à quelque chose. Par „appartenir” on entend des
rapports de toutes sortes qui sont loin de se réduire à la seule possession, comme on
le constate dans J’ai entrepris ce voyage pour mon malheur ou dans Notre
homme est mécontent” (J. Dubois et alii, Dict. de linguistique).
3. „Si le possessif énonce souvent le fait qu’il y a réellement possession ...
plus souvent ce n’est pas la possession qu’il énonce. Quand on dit: mes élèves,
leurs progrès, vos soucis, il est certain que „le possessif” ne marque là qu’une
simple relation de chose à personne, qu’une dépendance ... De même lorsqu’on dit
... en parlant d’une porte „sa serrure”, on marque simplement ainsi une relation
étroite de chose à chose ...” (G. et R. Le Bidois; Syntaxe du français moderne § 334).
4. Les adjectifs dits possessifs sont en fait des déterminants personnels. Ils
indiquent que le substantif auquel ils se rapportent est du domaine de la 1re per-
sonne (celle qui parle), de la 2e personne (celle à qui l’on parle) ou de la 3e personne
(celle de qui on parle) L. Wagner, J. Pinchon, Grammaire du français, p. 83.

Formes du déterminant possessif


(Généralités)

Les formes du déterminant possessif sont les unes non accentuées ou atones
et les autres toniques. En français contemporain, on emploie, en général, les formes
atones ou non accentuées. On appelle ces formes atones étant donné qu’elles n’ont
pas d’accent propre; elles s’appuient sur le nom qui les accompagne.
Il y a autant de formes non accentuées du déterminant possessif que de
personnes. Chaque possessif atone varie en genre et en nombre suivant le genre ou
le nombre de la personne ou de la chose possédée.
89
Les formes toniques du déterminant possessif ne s’appuient pas comme les
formes atones sur un nom. Elles ont leur accent propre; c’est pourquoi, on les appelle
toniques.
Le déterminant possessif. Formes atones
(les noms commencent par une consonne ou par un h aspiré)

Singulier (une chose possédée) Pluriel (plusieurs choses


Personnes
possédées)
Nombre des
Masculin Féminin Masculin Féminin
possesseurs
Code Code Code Code Code Code Code Code
écrit oral écrit oral écrit oral écrit oral
1re mon [m ] ma [m ] mes [me] mes [me]
Un possesseur 2e ton [t ] ta [t ] tes [te] tes [te]
3e son [s ] sa [s ] ses [se] ses [se]
1re notre [n t notre [n t nos [no] nos [no]
] ]
Plusieurs
2e votre [v t votre [v t vos [vo] vos [vo]
possesseurs
] ]
3e leur [l ] leur [l ] leurs [l ] leurs [l ]

Formes atones (les noms commencent par une voyelle ou par un h muet)

Singulier (une chose possédée) Pluriel (plusieurs choses


Personnes

possédées)
Nombre des
Masculin Féminin Masculin Féminin
possesseurs
Code Code Code Code Code Code Code Code
écrit oral écrit oral écrit oral écrit oral
1re mon [m n mon [m n mes [mez] mes [mez]
Un ] ]
possesseur 2e ton [t n] ton [t n] tes [tez] tes [tez]
3e son [s n] son [s n] ses [sez] ses [sez]
1re notre [n t notre [n t nos [n z] nos [n z]
] ]
Plusieurs 2e votre [v t votre [v t vos [v z] vos [v z]
possesseurs ] ]
3e leur [l ] leur [l ] leurs [l z leurs [l z]
]

Formes toniques du déterminant possessif

Singulier (une chose possédée) Pluriel (plusieurs choses possédées)


Personnes

Nombre des Masculin Féminin Masculin Féminin


possesseurs Code Code Code Code Code Code Code Code
écrit oral écrit oral écrit oral écrit oral
Un 1re mien [m ] mienne [m miens [m miennes [m
possesseur ] ] ]
90
2e tien [t ] tienne [t ] tiens [t ] tiennes [t ]
3e sien [s ] sienne [s ] siens [s ] siennes [s ]
1re nôtre [not ] nôtre [not ] nôtres [not ] nôtres [not ]
Plusieurs
2e vôtre [vot ] vôtre [vot ] vôtres [vot ] vôtres [vot ]
possesseurs e
3 leurs [l ] leurs [l ] leurs [l ] leurs [l ]

Diachronie
En ancien français, les possessifs présentent des formes inaccentuées et des
formes accentuées.
Les formes inaccentuées sont presque toutes adjectives, tandis que les formes
accentuées jouent surtout le rôle de pronoms possessifs. La distinction entre les
formes adjectives et les formes pronominales du possessif ne sera nette qu’au XVIe
siècle, vers la fin de l’étape du moyen français (1328-1598).
Les possessifs en ancien français
A. Formes non accentuées
Un possesseur
Masculin Féminin
re re
1 pers. CSS mes CSP mi 1 pers. CSS ma CSP mes
CRS mon CRP mes CRS ma CRP mes
2e pers. CSS tes CSP ti 2e pers. CSS ta CSP tes
CRS ton CRP tes CRS ta CRP tes
3e pers. CSS ses CSP si 3e pers. CSS sa CSP ses
CRS son CRP ses CRS sa CRP ses
Note: CSS = cas sujet singulier; CRS = cas régime singulier; CSP = cas sujet pluriel;
CRP = cas régime pluriel.
Remarques. La forme mon (Eulalie Xe s., meon) remonte à meum, acc. du
lat. meus „mon”, „mien”, en emploi atone. Ton (fin XIe s., Alexis) remonte à
t(u)um, acc. de t(u)us, en position atone. Son (842, Serments) est issu de la forme
atone de l’acc. latin suum. Notre (842 Serments, nostro) vient du lat. noster. Cette
forme latine a donné au pluriel nos (1080, Roland).
Votre (980, Passion; vostre) remonte au lat. pop. voster, altération, d’après
noster du lat. class. vester; la forme du pluriel vos (XIIe s., voz) repose sur une
forme abrégée. Lor (leur) est issu du génitif pl. illorum, etc. (v. A. Dauzat et alii,
Nouveau dictionnaire étymologique, Paris, Larousse, 1984).
Plusieurs possesseurs
Masculin
re
1 pers. CSS nostre (s) CSP nostre (s)
CRS nostre CRP noz, nos
2e pers. CSS vostre (s) CSP vostre (s)
CRS vostre CRP voz, vos
3e pers. CSS lor CSP lor
CRS (leur) CRP (leur)

91
Féminin
1re pers.
CSS nostre (s) CSP nostre (s)
CRS nostre CRP noz, nos
2e pers. CSS vostre (s) CSP vostre (s)
CRS vostre CRP voz, vos
3e pers. CSS lor CSP lor
CRS lor CRP lor
Remarques. 1. Le français de l’ouest a mis, tis, sis au lieu de mes, tes, ses au
CS masculin. Men, ten, sen sont des formes picardes et apparaissent aussi dans une
partie du domaine wallon. À la place des formes féminines du CSS ma, ta, sa, on
rencontre en wallon et en picard me, te, se.
2. Les formes masculines du CRS mon, ton, son apparaissent à la fin du XIIIe
siècle à la place des formes féminines ma, ta, sa devant une voyelle initiale. Des
traces de l’ancienne morphosyntaxe se sont conservées sous la forme de m’amour,
mamour.
B. Formes accentuées
Un seul possesseur
Masculin singulier Masculin pluriel
re re
1 pers. CSS miens 1 pers. CSP mien
CRS mien CRP miens
2e pers. CSS tuens (tiens) 2e pers. CSP tuen (tien)
CRS tuen (tien) CRP tuens (tiens)
3e pers. CSS suens (siens) 3e pers. CSP suen (sien)
CRS suen (sien) CRP suens (siens)

Féminin singulier Féminin pluriel


re re
1 CSS meie > moie (mienne) 1 CSP meies > moies (miennes)
pers. CRS meie > moie (mienne) pers. CRP meies > moies (miennes)
2e CSS toue > teue (toie, tienne) 2e CSP toues > teues (toies, tiennes)
pers. CRS toue > teue (toie, tienne) pers. CRP toues > teues (toies, tiennes)
3e CSS soue > seue (soie, sienne) 3e CSP soues > seues (soies, siennes)
pers. CRS soue > seue (soie, sienne) pers. CRP soues > seues (soies, siennes)

Remarques.
1. Le neutre présente les mêmes formes que celles du CRS mien, tuen, suen.
2. Mien, tuen, suen sont expliqués par une évolution spécifique, en position
forte, de mĕum, tŭum, sŭum; ces formes sont passées à meom, tuom, suom en
gallo-roman septentrional: meon (dans les Serments, on rencontre cette forme) >
mieon (après diphtongaison) > mien; tuom > tuon > tuen; suom > suon > suen. Dès
le XIIIe siècle, les formes de la deuxième et de la troisième personnes ont été as-
similées à celles de la première. On a formé ainsi tien, sien, d’après le modèle de mien.
Sous l’influence des formes de la première personne, les formes pour le
féminin toue, soue, toues, soues sont remplacées dès le XIIe siècle par toie, soie,
toies, soies. À partir de la deuxième moitié du XIIIe siècle, les formes modernes
mienne, tienne, sienne, formées par analogie sur le masculin, entrent en usage.
92
Plusieurs possesseurs
Masculin
re
1 pers. CSS nostre(s) 1re pers. CSP nostre
CRS nostre CRP nostres
2e pers. CSS vostre(s) 2e pers. CSP vostre
CRS vostre CRP vostres
Féminin
re
1 pers CSS nostre 1re pers. CSP nostres
CRS nostre CRP nostres
2e pers. CSS vostre 2e pers. CSP vostres
CRS vostre CRP vostres

Le possessif de la troisième personne présente des formes uniques,


indéclinables: lor, lour, lur, leur. Ce possessif reste invariable jusqu’au milieu du
XIVe siècle. Dès lors, il prend un s, lorsqu’il est employé au pluriel.
Au début de la période du moyen français, la déclinaison bicasuelle des
possessifs disparaît en même temps que celle des noms. Des réfections analogiques
aboutissent dès le XIIIe siècle à la formation des possessifs modernes du masculin
tien, sien qui commencent à supplanter les anciennes formes tuen, suen. Au XIVe
siècle, une partie des anciennes formes subsistent encore dans les textes: „e sovent
prist son aver et quant il poeit del suen” (pronom possessif; Fouke Fitz Warin, 59).
À partir de la deuxième moitié du XIIIe siècle, les formes modernes du
féminin mienne, tienne, sienne formées par analogie sur le masculin, entrent en
usage et supplantent les anciennes formes moie, toie, soie. Les formes lor, lour, lur
ont été supplantées par leur qui reste invariable jusqu’au milieu du XIVe siècle.
Après la disparition de la déclinaison, les anciennes formes inaccentuées du
possessif au cas régime mon, mes; ton, tes; son, ses; ma, mes; ta, tes; sa, ses;
nostre, nos; vostre, vos; leur restent en usage. Au XIVe siècle, la distinction entre
les formes adjectives et les formes pronominales du possessif est déja nette.
Cependant les formes de la série mien (tien, sien, nostre, vostre, leur) conservent
encore toute leur valeur d’adjectifs: „En une epistre Latine que ie mi l’an passé au-
devant de quelques miens dialogues Grecs.” (H. Estienne, Traité de la conformité
du language François avec le Grec..., 1565; R. 167). Les formes de la série mien,
etc. employées comme adjectifs (déterminants du nom) sont généralement
accompagnées par: a) l’article défini: „La mienne volonté” (Montaigne, II, 12);
b) l’article indéfini: „Un mien pourtrait” (Montaigne, I, 26); c) un nom de nombre:
„Deux siens jeunes enfants” (Montaigne, I, 2); d) un déterminant (adjectif)
démonstratif: „Cette sienne résolution (Montaigne, I, 2); e) un relatif: „laquelle
mienne conservation” (Rabelais; N.); f) un indéfini: „Aucuns siens hostes fidelles.
Quelques siennes dévotions” (Montaigne, III, 1).
1. Le français classique employait le possessif dans les structures où l’on
emploie actuellement l’article défini.
Ex.: „Il demande ses gants qu’il a dans ses mains, semblable à cette femme
qui prenait le temps de demander son masque lorsqu’elle l’avait sur son visage”
(La Bruyère, Les Caractères, XI, 7). „Votre œil en tapinois me dérobe mon coeur”
(Molière, Les Précieuses, sc. 9).
93
Dans la phrase „Un loup enleva un enfant sans entamer sa peau”, Vaugelas
condamne l’emploi du possessif et exige qu’on utilise l’article: „Un loup enleva un
enfant sans lui entamer la peau” (Vaugelas, Remarques, t. II, p. 478).
2. Vaugelas dans la Remarque Mon, ton, son (op. cit. t. II, p. 326) souligne
qu’on doit employer les formes mon, ton, son devant un nom commençant par une
voyelle ou par un h muet. Néanmoins, il constate qu’on dit m’amie, m’amour en
termes de caresse, mais qu’on ne dira pas une telle était m’amie mais était fort mon
amie, ni m’amour est constant. Vaugelas précise qu’on doit employer les formes
ma, ta, sa devant les noms féminins qui commencent par un h aspiré et qu’il faut
dire ma haquenée, ma harangue, et non pas, mon haquenée et mon harangue.
3. Vaugelas dans la Remarque Mien, tien, sien condamne l’emploi des formes
toniques du possessif comme des adjectifs (comme déterminants possessifs): „on
disoit autrefois, comme le disent et l’écrivent encore aujourd’hui ceux qui n’ont
pas soin de la pureté du langage, un mien frère, une tienne sœur, un sien ennemi
(op. cit., t. II, p. 359). Vaugelas souligne qu’il faut dire un de mes frères ou mon
frère (s’il y a un seul frère), de même que une de tes sœurs ou ta sœur, un de tes
amis ou ton ami.
Néanmoins, ces formes n’étaient pas complètement bannies de l’usage au
XVIIe siècle:
a) précédées d’un démonstratif: „Et d’abord vous prenant pour ce mien cama-
rade, / Mes sens d’aise aveuglés ont fait cette escapade” (Corneille, Clitandre, II,
7); b) précédées par le quantitatif quelque: „Il avoit fait merveille aux guerres de
Castille / D’où quelque sien voisin, depuis peu de retour, / L’avoit vu plein de
gloire et fort bien en cour” (Corneille, D. Sanche, V, 7); c) précédées par l’article
indéfini: –„Je le veux dit le loup. Il m’est mort un mien frère, / Allons prendre sa
peau, tu t’en revêtiras” (La F. XII, 9); d) précédées par un nom de nombre: „Deux
siens voisins se laissèrent leurrer... ” (La F., Contes, III, 3).

Formes et emplois du déterminant possessif en français contemporain

Les formes atones du déterminant possessif sont les suivantes:


1. Mon, ton, son, quand, il n’y a qu’un seul possesseur et un seul élément
(objet ou être) possédé du genre masculin.
2. Ma, ta, sa, quand il n’y a qu’un seul possesseur et un seul élément (objet
ou être) possédé du genre féminin.
Ex.: „Mon cœur était jadis comme un palais romain,/ Tout construit de
granits choisis, de marbres rares./ Bientôt les passions, comme un flot de barbares,/
L’envahirent, la hache ou la torche à la main” (François Copée, Ruines du Cœur).
„Ton corps est abattu du mal de ta pensée: Tu sens ton front peser et tes
genoux fléchir” (Musset, Lettre à Lamartine). „«Tu ne veux pas me jouer ton
Prélude ?» Pour Mme d’Hocquinville, Chopin n’avait écrit qu’un Prélude… et il
était devenu ton Prélude ...” (A. Maurois, Cercle de famille).
„Tu es trop féroce, Père Ubu – Eh ! je m’enrichis. Je vais me faire lire ma
liste de mes biens …”(Jarry, Ubu roi, III,2). „Je rentre dans la grande salle, tout
embaumée de soupe et je m’assieds près de la fenêtre, sur ma chaise. Voici mon
bol, mes sabots, mon petit flacon d’encre...” (Dorgelès, Croix de bois). Quand tu
fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que donne ta main droite. „On ne

94
choisit pas plus sa patrie – la terre de ses pères – que l’on ne choisit son père et sa
mère” (Maupassant, La Patrie)
3. Mes, tes, ses quand il n’y a qu’un seul possesseur et plusieurs éléments
(objets ou êtres) possédés du genre féminin.
Ex.: „Car j’ai pour fasciner ces dociles amants,/ De purs miroirs qui font
toutes choses plus belles: Mes yeux, mes larges yeux aux clartés éternelles.”
(Baudelaire, La Beauté). „ Tes cheveux bleus aux dessous roux/ Tes yeux très durs
qui sont trop doux,/ Ta beauté qui n’en est pas une,/ Tes seins que busqua, que
musqua /Un diable cruel et jusqu’à / Ta pâleur volée à la lune” (Verlaine, Casta
piana) „Dis-moi tout ce qui te regarde ! Confie-moi tes peines !. Fais que je sois au
courant de tes travaux, de tes affaires, de tes soucis !” (Gobineau, Les pléiades).
4. Notre, votre, leur quand il y a plusieurs possesseurs et un seul élément
(objet ou être) possédé du genre masculin et du genre féminin.
Ex.: Notre maison comprend plusieurs appartements. „Il n’y a pas deux partis
à prendre, nous dit M. Jacques, et c’était à tous notre avis” (Barbey d’Aurev.,
Chevalier des Touches, VII). „Élèves, voici votre nouveau professeur de chimie”,
dit le directeur. Ce grand artiste donne aux fleurs leur aimable peinture.
5. Nos, vos, leurs quand il y a plusieurs possesseurs et plusieurs éléments
(objets ou êtres ) possédés du genre masculin et du genre féminin.
Ex.: Allez chez nos amis. Joignons toutes nos forces. „Cieux déchirés comme
des grèves,/En vous se mire mon orgueil !/ Vos vastes nuages en deuil/ Sont les
corbillards de mes rêves,/ Et vos lueurs sont le reflet/ De l’Enfer où mon cœur se
plaît ! (Baudelaire, Horreur sympathique). „Et ces enfants de chœur plus beaux
que rien qui soit au monde/Leurs soutanelles écarlates, leurs surplis jolis,/ Et les
lourds encensoirs bercés de leurs mains appâlies” (Verlaine, Laurent Taillade).
Remarques. 1. Devant un nom féminin qui commence par une voyelle ou un
h muet, on emploie les formes masculines atones mon, ton, son au lieu de ma, ta, sa.
Ex.: Mon âme a son secret, ma vie a son mystère,/ Un amour éternel en un
moment conçu. Le mal est sans espoir aussi j’ai dû le taire,/ Et celle qui l’a fait
n’en a jamais rien su” (Felix Arvers, Sonnet). „Suivant son habitude, il se remé-
morait jusque dans le détail ce discours qu’il avait improvisé.” (J. Romains,
Hommes de bonne volonté).
2. Dans un GN étendu, devant un adjectif commençant par une voyelle ou un
h muet, on utilise, les formes masculines atones mon, ton, son.
Ex.: Son horrible mésaventure a ébranlé, son état de santé. Son éclatante
beauté l’enivrait; il n’aimait qu’elle au monde.
3. Devant les noms féminins qui commencent par la semi-voyelle [j]: yole,
Yolande, on emploie les formes féminines atones ma, ta, sa.
Ex.: Sa yole fut submergée (Acad.). Sa Yolande épouse un ingénieur.
4. Devant le numéral ordinal onzième, on emploie les formes du déterminant
possessif ma, ta, sa, si le nom qui le suit est du genre féminin.
Ex. Dans sa onzième année (Acad.)
5. On emploie ma, ta, sa devant les noms féminins précédés d’un numéral
ordinal qui commence par un h aspiré.
Ex.: Sa huitième médaille d’or aux Jeux olympiques.

Les formes ma mie, sa mie, mamours

95
La forme ma amie est devenue au XIIIe siècle m’amie (auj. mon amie). Cette
forme a abouti, par un phénomène de déglutination, à ma mie qui est demeurée
dans la langue familière et même dans la langue littéraire lorsqu’on y reproduit la
langue familière .
Ex.: fam. Il est allé au cinéma avec sa mie. „Un jour que j’errais avec ma mie
par la forêt, je m’endormis au pied d’un buisson d’épines” (Boulanger, Rom. de la
Table ronde). „Pour gagner le cœur de sa mie, la belle Estérelle, il entreprend des
choses miraculeuses” (Daudet, Lettres de mon moulin). L’expression ma mie est
employée aussi dans les chansons populaires. ((J’aime mieux ma mie, au gué” (ô
gué); gué = corruption de gai)).
Voici un autre exemple où est employée la forme ma mie,appartenant au
français classique: „Caquet – bon – bec (le surnom de la pie), ma mie, adieu./ Je
n’ai que faire/ D’une babillarde à la cour” (La Fontaine, XII, 11, L’aigle et la pie).
Une autre forme employée en français classique et qui s’est conservée en
français est l’expression mamour (Cette forme est issue de m’amour (ma amour)).
Ex.: „L’Allemagne a découvert qu’elle n’avait rien contre la Russie, et le
Tsar et le Kaiser se sont faits des mamours” ((J. Romains, Hommes de bonne
volonté); faire des mamours à quelqu’un, lui faire des caresses, des flatteries)).
Les formes monsieur, madame, mademoiselle, monseigneur
et l’agglutination du possessif
Monsieur (1314, Mondeville) est composé de mon et de sieur au sens de sire;
monsieur était un titre donné à de grands personnages jusqu’au XVIIIe siècle. Dès
le XVIe siècle, il a été aussi employé comme terme de politesse.
Messieurs est composé de mes et de sieurs.
Madame, nom composé de ma et de dame; (1175, Chrétien de Troyes; femme
noble).
1. Titre donné à une femme qui est ou a été mariée. 2. Titre désignant toute
femme exerçant une fonction. 3. Titre donné à une maîtresse de maison.
En français classique madame était le titre donné à une femme ou à une fille
de bourgeois. On employait le titre de Madame pour désigner, au XVIIe siècle, la
femme de Monsieur, frère unique de Louis XIV.
Mesdames est un nom composé de mes et de dames.
Mademoiselle (XVIe siècle), nom formé de ma et de demoiselle.
Mesdemoiselles, nom formé de mes et de demoiselles
Monseigneur (1135) nom constitué de mon et de seigneur. 1. Titre que l’on
donne aux princes d’une famille souveraine, aux prélats. 2. Après Louis XIV, titre
donné au Dauphin de France.
Messeigneurs, nom formé de mes et de seigneurs.

Le déterminant possessif en concurrence avec l’article défini


L’article défini se substitue au déterminant possessif dans tous les cas où il
n’y a pas de doute, d’ambiguïté possible sur le possesseur, lorsque le rapport
d’appartenance est suffisamment clair, nettement marqué par le contexte. L’emploi
du déterminant possessif devient inutile devant le nom désignant une partie du
corps humain ou une faculté mentale considérées comme des possessions inalié-
nables. Dans ce cas, le nom possède le trait sémantique [+ possession inaliénable].
Exemples: Structures avec le verbe avoir:
96
Il a mal à la tête. Il a les yeux bleus. Elle a le cœur affaibli. Elle a mal aux
yeux. Elle a les cheveux roux. J’en ai par-dessus la tête.
Dans ces phrases, le possesseur ne peut être que le sujet du verbe avoir; le
rapport d’appartenance y est tellement clair que l’emploi du possessif y est devenu
inutile.
Autres structures où la signification possessive est claire: Elle a levé les bras
au ciel. Elle perd la mémoire.
Tournez la tête. Il dresse, lève la tête. Il secoue, il hoche la tête. Il est tombé
sur la tête. Il traîne la jambe. Cet enfant tire la langue à son ami. Il perd le juge-
ment, la raison.
Le déterminant possessif est remplacé par l’article défini dans les formes de
la voix pronominale réfléchie1.
Ex.: Elle s’est brûlé la main. Elle se lave les mains. Il s’essuie les yeux.
Lorsque l’adjectif qui accompagne le nom désignant une partie du corps est
attribut du complément d’objet du verbe avoir, on emploie l’article défini.
Ex.: Il avait le front haut, le nez busqué, les sourcils touffus, le menton
fuyant, les joues creuses.
On emploie l’article défini au lieu du déterminant possessif s’il y a dans la
phrase un pronom personnel complément d’objet indirect.
Ex.: Un grand frisson lui secouait les épaules.
„Un grand… lui tirait les oreilles” (Cocteau, Enfants terribles; Grev.)
On emploie le possessif:
1. Quand le nom désignant des parties du corps humain est accompagné d’un
adjectif qualificatif.
Ex.: Elle renversa son cou blanc. Elle lissa ses cheveux blonds. Il a penché sa
pauvre tête et il a poussé un léger soupir. „Il se passa, plusieurs fois, ses longues
mains sur le visage” (Duhamel, Nuit de la Saint-Jean; Grev.). Il traîne sa jambe
paralysée.
2. Quand le nom est accompagnée d’un complément de nom.
Ex.: Il vient de sa maison de campagne.
3. Quand le nom qui désigne la partie du corps supposée inaliénable est
accompagné d’une subordonnée relative qui remplit un rôle déterminatif.
Ex.: Il me fallait détourner mes yeux qui lui aurait fait peur (Roug.).
4. Quand il s’agit d’une habitude:
Ex.: Il a encore mal à son bras.
Il a encore mal à sa jambe. Il souffre de sa migraine. Il souffre de sa névralgie.
„J’ai si mal à ma jambe (Triolet, Manigances; Grev.).
5. Quand on veut faire ressortir un trait caractéristique:
Ex.: Il a toujours ses pauvres pieds enflés (ou ses pauvres yeux rougis).
6. Afin d’insister sur un fait.
Ex. Il avait vu de ses yeux la foudre tomber sur cet arbre.
Le contenu sémantique du nom change dans certaines phrases selon qu’on
emploie l’article défini ou le déterminant possessif.

_______________
1
Voix réfléchie ou moyenne, selon M. Grevisse, Le Bon Usage, éd. 1997, § 742.
97
Ex.: Elle lui a donné la main. Elle lui a donné sa main (= elle a accepté d’être
sa femme) Montrer les dents (= prendre un air menaçant). Montrer ses dents (= sens
propre).
La concurrence du pronom en et du déterminant possessif

Dans l’ancienne langue le pronom en (l’adverbe pronominal en; v. F Brunot,


Ch. Breuneau, Gram. historique, p. 242) était souvent employé comme un substitut
du possessif de la 3e personne. Littré en donne l’exemple suivant extrait de Berthe
au grand pied: „Cele dame mourut, l’ame en puisse Dieu garder” (= Cette dame
mourut, Dieu puisse garder son âme”). Même au siècle classique, on trouve dans
les œuvres des grands écrivains le pronom en mis au lieu du déterminant possessif son.
Ex.: „Sans jamais l’avoir vu je connais son courage./ Qu’importe après cela
quel en soit le visage ?” (Corneille, Suite du Menteur, 1329). Les grammairiens au
XVIIe siècle ont essayé de délimiter les emplois de son, sa, ses, de ceux du
pronom en. Suivant la Grammaire de Port-Royal élaborée par Antoine Arnauld et
Claude Lancelot, publiée en 1660, quand le possessif ne se trouve pas dans la
même proposition que le nom possesseur, on doit réserver son, sa, ses aux
personnes et le pronom en aux choses.
Au XVIIIe siècle, Condillac dans son Cours d’étude pour le prince de Parme
(Grammaire, XVII) souligne que lorsqu’il s’agit de choses qui ne sont pas
personnifiées, on doit se servir du pronom en toutes les fois qu’il peut entrer dans
la construction de la phrase. Lorsqu’il est impossible de faire usage de ce pronom,
on doit employer l’adjectif possessif. Selon Littré (Dictionnaire, art. Son), il faut
employer les formes son, sa, ses, lorsqu’on parle des personnes ou des choses
personnifiées (c’est-à-dire des choses auxquelles on prête une certaine volonté ou
une certaine action). Excepté ces cas, il faut employer en. On doit dire Le soin
qu’on apporte au travail empêche d’en sentir la fatigue au lieu de Le soin qu’on
apporte au travail empêche de sentir sa fatigue.
Autres exemples: Henri apparut: je vis sa pâleur. Le visage d’Henri apparut:
j’en vis la pâleur.
En général, on doit employer le déterminant possessif (Le possessif ne se
trouve pas dans la même proposition que le nom possesseur):
1. Si le nom de l’objet possédé est précédé d’une préposition.
Ex.: J’aime la région de Chamonix: je ne me lasse pas de ses paysages
alpestres. J’aime ce château; j’admire la grâce de ses tours.
2. Si le nom de ce qui est possédé n’est pas sujet d’un verbe d’état, mais il est
sujet d’un verbe exprimant une action.
Ex.: Ce plan est bien conçu: sa réussite nous donnera pleine satisfaction.
3. On peut employer le déterminant possessif quand le possesseur est un objet
personnifié ou auquel on peut prêter une certaine volonté, un pouvoir d’agir, de
posséder.
Ex.: „Il faudra partir quand la sobre et mystérieuse Grande Ourse se sera
renversée dans le ciel immense. Nous suivons chaque nuit son mouvement
régulier” (Loti, Aziyadé).

Chacun et le déterminant possessif

98
Chacun est un pronom indéfini; un quantifieur distributif. Chacun possède un
caractère ambigu au point de vue sémantique, étant donné qu’il est à la fois
distributif et collectif: Comme collectif, il équivaut à un singulier. Dans ce cas, il
faut se demander quel possessif chacun exige, celui de l’unité ou celui de la
pluralité.
Chacun est employé dans des phrases où les verbes sont utilisés aux personnes
suivantes: à la troisième personne du singulier, à la première, à la deuxième et à la
troisième personne du pluriel.
1. Lorsque le verbe de la phrase est utilisé à la 3e personne du singulier, au
pronom chacun correspondent les formes du possessif son, sa, ses.
a) On emploie son, sa lorsque le possesseur a un seul être ou objet possédé .
Ex. Chacun faisait son travail. Chacun fera son possible. Chacun retourne à
sa place.
b) On utilise ses lorsque la possesseur a plusieurs êtres ou objets possédés.
Ex. Chacun a ses qualités et ses défauts.
2. Lorsque le verbe de la phrase est utilisé à la première personne du pluriel,
au pronom chacun correspondent les formes notre, nos.
a) on emploie notre lorsque les possesseurs ont un seul être ou objet possédé
(au sens large).
Ex.: Nous avons allumé chacun notre lampe de poche. Nous avons pris
chacun notre havresac.
b) on emploie nos lorsque les possesseurs ont plusieurs êtres ou objets
possédés.
Ex.: Nous emportons chacun nos crosses de golf.
3. Lorsque le verbe de la phrase est employé à la 2e personne du pluriel, au
pronom chacun correspondent les formes du possessif votre, vos.
a) On emploie votre lorsque les possesseurs ont un seul être ou objet possédé
(au sens large).
Ex. Vous rentrez chacun dans votre pays après les Jeux olympiques.
On emploie vos lorsque les possesseurs ont plusieurs êtres ou objets possédés.
Ex.: Vous devez chacun farter vos skis (fart = corps gras dont on enduit le
patin du ski pour éviter l’adhérence de la neige)
4. Lorsque le verbe de la phrase est utilisé à la 3e personne du pluriel, au
pronom chacun correspondent les formes du possessif son, sa, ou leur, leurs. Les
grammairiens laissent le choix entre ces formes et soulignent qu’on peut employer
indifféremment son, sa, ses ou leur, leurs selon que la pensée s’oriente vers le sens
distributif ou vers le sens collectif de chacun.
a) On emploie son, sa (c’est l’usage le plus suivi) ou leur, lorsque les pos-
sesseurs ont un seul être ou objet possédé.
Ex.: Ils ont emporté chacun sa valise (ou leur valise).Ils ont laissé chacun
son bagage (ou leur bagage) à la consigne de la gare. Elles déjeunaient chacune
dans sa chambre (ou dans leur chambre).
b) On emploie ses ou leurs lorsque les possesseurs ont plusieurs êtres ou
objets possédés.
Ex.: Ils ont emporté chacun ses livres (ou leurs livres).
Lorsque chacun renvoie à un GN antéposé, ayant la fonction de complément
d’objet direct et que le verbe est employé à la 3e personne du pluriel (il y a
99
plusieurs possesseurs et un seul objet possédé), on emploie son ou leur dans les
phrases du type :
Ils ont lu cette revue chacun à son tour (ou à leur tour).
Lorsque chacun renvoie à un GN au pluriel, antéposé, ayant la fonction de
complément d’objet direct et que le verbe est employé à la 2e personne du pluriel
(il y a plusieurs possesseurs et plusieurs objets possédés), on utilise les formes son,
sa (c’est le cas le plus fréquent) ou leur.
Ex.: Vous remettrez ces volumes chacun à sa place (ou à leur place).
On doit employer son, sa, ses si chacun renvoie à un participe présent qui
concerne une 3e personne.
Ex.: „Ils se taisaient, ruminant chacun à sa façon, ces histoires admirables”
(R. Rolland, Jean Christophe, H.). „Les goums dissidents se séparèrent emmenant
chacun ses prisonniers” (Maupassant, Au soleil; Grev.). On ne les comprend plus,
chacun parlant sa langue (H.).

Le pronom indéfini on et le déterminant possessif


1. Au pronom on correspondent les possessifs de la troisième personne son,
sa, ses.
Ex. On doit aimer son prochain. On ne sent vraiment bien que sa peine. On
n’a plus ses jambes de vingt ans. On lave son linge sale en famille. On ne ressent
jamais que ses propres souffrances.
2. Au pronom indéfini on correspond le possessif votre si la chose possédée
(au sens large) est dans une autre phrase que ce pronom.
Ex.: „On perd sa peine à obliger certaines gens: votre aide les irrite” (La
Rochefoucauld, Maximes).

Redondance de dont et du déterminant possessif


On ne peut employer le pronom dont afin d’introduire une relative qui
renferme un déterminant possessif renvoyant à l’antécédent de ce pronom. (On ne
peut utiliser dans la proposition relative un déterminant possessif se rapportant à
l’antécédent de dont).
Ex. C’est un sonnet dont j’ignore l’auteur (On ne doit pas dire dont j’ignore
son auteur).
La montagne dont on aperçoit la crête couverte de neige (on ne dira pas „dont
on aperçoit sa crête ...”). La centrale thermique dont on voit les tours (On ne doit
pas dire „dont on voit ses tours”).

Le déterminant possessif de la 3e personne et le genre du possesseur


Le déterminant possessif de la 3e personne du singulier en français ne précise
pas le genre masculin ou féminin du possesseur. Soit qu’il s’agisse du fils d’un
homme ou qu’il s’agisse du fils d’une femme, le français emploie le GN son fils.
Le déterminant possessif ne varie pas en genre comme en anglais: dans cette
langue his son indique le fait qu’il s’agit du fils d’un homme, tandis que her son
montre que ce fils est l’enfant d’une femme. Soit qu’on parle du livre d’un étudiant
ou du livre d’une étudiante, le français dit uniformément son livre. Au contraire,
l’anglais précise le genre du possesseur: his book ([hiz buk] = son livre à lui), her
100
book [h buk] = son livre à elle). L’emploi uniforme du déterminant possessif en
français qui ne précise pas le genre du possesseur peut engendrer des équivoques.
Par exemple, le sens de la phrase suivante est ambigu: „Elle m’a même dit qu’elle
aurait été heureuse de le revoir avant sa mort” (Guitry). Le lecteur a tout le droit de
se demander si l’on doit comprendre avant sa mort à elle, ou avant sa mort à lui.
Le possessif peut être non seulement précisé mais aussi renforcé:
a) par le pronom personnel (formes disjointes): la langue double le possessif
d’un pronom personnel.
Ex.: „Elle l’entretenait de sa mère, à elle, et de sa mère à lui” (Flaubert,
Mme Bovary).
Il constate combien sa faiblesse à elle, est faible à côté de sa force à lui”
(Lichtenberger). „Ma mère m’a raconté quatre ou cinq cents fois certaines histoires
de mon père, en sorte que ces histoires font partie intégrante de ma mémoire et que
je dois accomplir un réel effort pour distinguer ces souvenirs-là de mes souvenirs à
moi” (G. Duhamel, Salavin). „Mais je le sais bien, je n’ai rien dans la tête, rien que
mes idées, voilà tout. Rien que mes idées à moi, c’est terrible” (J. Vallès, Le bachelier;
P.R.).
b) par l’adjectif propre qui, placé après le possessif, sert à exprimer avec plus
d’insistance le rapport de possession: il renforce le possessif.
Ex. „Parfois il lui arrivait de vous réciter votre propre opinion comme
sienne” (Gide, Si le grain ne meurt). Il agira sous sa propre responsabilité. Elle a
écrit cela de sa propre main. „Voici ce que j’ai entendu de mes propres oreilles et
vu de ma propre vue” (A. France, Petit Pierre, P.R.).
Remarques. 1. Propre est employé au sens de „pour soi” dans quelques
expressions.
Ex.: Être son propre maître, son propre juge. „Pour être le maître, de l’enfant,
il faut être assez son propre maître” (Rousseau, Émile).
2. Propre placé après le nom signifie „appartenant en propre”.
Ex.: J’en fais mon affaire propre (Ac.). La poésie a son charme propre (Ac.).
Remarques sur le déterminant possessif
Le déterminant possessif peut être considéré comme représentant la synthèse
de deux éléments disjoints du GN, c’est-à-dire, l’article défini, et un complément
de nom introduit par de. Dans la phrase C’est le père Bertrand qui a perdu son
cheval, le GN son cheval est l’équivalent de le cheval du père Bertrand = article
défini + nom + complément de nom (introduit par de).
Par conséquent, le déterminant possessif peut exprimer certains rapports
sémantiques qui sont marqués par le complément d’un nom introduit par la prépo-
sition de:
a) l’appartenance au sens le plus large du mot
Ex.: L’esprit de la Renaissance → Son esprit, Le régiment de Pierre → Son
régiment. La voiture de Marie → Sa voiture.
b) le lien de parenté
Ex.: Le cousin de Marie → Son cousin. L’oncle de Pierre → Son oncle.
c) une qualité de l’esprit
Ex. Les formes de l’intelligence → Ses formes. Les découvertes de l’intuition
→ Ses découvertes.
d) rôles sémantiques associés à un procès

101
Ex.: L’intervention des parents en faveur de leur fils → Leur intervention. Le
renvoi de l’élève du collège → Son renvoi.
En outre, le possessif peut être l’équivalent d’un pronom personnel précédé
de la préposition de (dans la langue cultivée): de moi, de toi, de lui, etc.
Mon corps, par exemple, équivaudrait à le corps de moi. Il y a un rapport
étroit entre les pronoms personnels et les possessifs de même qu’en latin.
D’ailleurs un possessif du français a été emprunté aux personnels latins. Il s’agit
de leur (lat. illorum). L’expression analytique de moi, de toi, de lui, etc. qui est à
la base du possessif, dans la structure profonde, détermine parfois certaines
ambiguïtés dans l’interprétation de celui-ci. Robert et Georges Le Bidois en
donnent l’exemple suivant dans leur Syntaxe (I, 188):
„Écouter ton amour, obéir à sa voix / C’étoit m’en rendre indigne…” (C’est
Rodrigue qui s’adresse de cette manière à Chimène).
Les auteurs mentionnés commentent de la façon suivante le vers extrait du
Cid (v. 891).
„Étant donné les circonstances, Rodrigue veut dire certainement: l’amour
que je ressens pour toi; et ici l’on s’attendrait qu’il dît plutôt: mon amour. S’il
emploie le possessif de la 2e personne c’est pour des raisons à lui, des raisons
psychologiques, qui ne relèvent pas de la grammaire, mais que la grammaire reconnaît,
et dont elle ne laisse pas d’autoriser les conséquences syntaxiques: ton amour, c’est
analytiquement l’amour de toi, qui peut signifier également, l’amour que j’ai pour
toi ou l’amour que tu as pour moi. Victor Hugo, dans Hernani (I, 4), fait dire à son
héros qui s’adresse à Don Carlos en parlant de Doña Sol: „J’oubliais en l’aimant ta
haine qui me charge”. Ta haine signifie ici la haine que j’ai pour toi”.
La Grammaire de l’Académie française a précisé que les déterminants pos-
sessifs déterminent le nom en indiquant en général à qui ou à quoi appartient la
personne ou la chose dont on parle. Par le verbe appartenir qui se trouve dans cette
définition, on doit entendre des rapports de toutes sortes qui sont loin de se réduire
à la seule possession. Les déterminants possessifs permettent donc l’expression des
relations sémantiques qui ne se rattachent pas toujours très clairement à la notion
de possession.
Valeurs sémantiques du déterminant possessif
1. Le possessif peut indiquer un rapport d’intérêt personnel.
a) Dans un récit, le narrateur se constitue possesseur des personnages qu’il
fait agir.
Ex.: Alors mon bonhomme s’est mis à hurler comme un fou. „Il se jette sur
l’arc qui se détend et fait de la sagette/ Un nouveau mort: mon loup a les boyaux
percés” (F. VIII, 27). „Voilà mon homme pris et ma vieille attrapée” (Corneille,
Veuve, l483; L.B.). „Voilà mon homme bien surpris”(Z.).
b) le narrateur peut prendre le lecteur comme témoin ou complice de l’action.
Ex.: „Notre souffleur à gage/ Se gorge de vapeur” (La F. VI, 3). „Notre avare,
un beau matin, ne trouva que le nid” (La F. V, 4). „Notre laitière ainsi troussée …”
(La F. VII, 10). „Notre homme, un beau matin /Va chercher compagnie ….” (La F.
VIII, 10). „Voilà donc notre malade imaginaire qui passe des nuits à écouter sa
respiration, et ses journées à raconter ses nuits” (Alain, Propos).
2. Le possessif peut marquer un rapport d’accoutumance.

102
Le possessif peut s’appliquer „à un objet que l’on s’est, pour ainsi dire,
approprié par son travail, son étude” (F. Brunot, La Pensée et la langue).
Ex.: Je connais mon monde. Je sais mes auteurs. „Tu ne veux pas me jouer ton
Prélude ?” (A. Maurois, Cercle; L.B.). Il a fait ses humanités. Il a son baccalauréat.
3. Le possessif peut indiquer que l’on attribue quelque chose à la personne
qui parle.
„– Fermez-moi donc votre porte.
– Pourquoi ma porte ? Cette porte ne m’appartient pas en propre. Mais tel est
Cerbelot: il faut qu’il attribue chaque parcelle de l’univers à quelqu’un” (G. Duhamel,
Salavin; P.R.).
4. Le déterminant possessif peut marquer un rapport de qualité.
Ex..: Cette voiture fait ses deux cents à l’heure.
5. Le possessif peut marquer l’habitude. Ex.: Il est éloquent à ses heures.
Prendre son bain quotidien. Elle a sa crise, ses douleurs. Ce soir, elle a sa migraine.
Nous faisons nos huit heures par jour. Je prends mon petit verre de fine du dimanche.

Valeurs affectives du déterminant possessif


Au moyen du possessif on peut exprimer:
a) La sympathie, l’amitié, la tendresse, etc.
Ex. „C’est que je t’aime tant, mon René, et les hommes sont si méchants!”
(Bourget, Mensonges). „Et qu’est-ce qu’il t’a donc fait, mon pauvre Nicolas, pour
que tu en aies peur comme d’un loup-garou” (Rousseau, Confessions) „Quel
dimanche sommes-nous, mon petit homme ?” (Lavedan, Beaux dimanches; L.B).
Mon petit père (fam. interpellation marquant la sympathie).
Comment va notre malade ? Comment va notre petite Hélène ?
b) La déférence (le possessif dans les appellations de politesse ou de respect)
Ex.: Ma Sœur, ma Mère (on emploie le possessif ma lorsqu’on parle à une
religieuse). Sa Sainteté (titre de respect donné au pape). Monseigneur (nom composé),
titre que l’on donne aux princes d’une famille souveraine, aux prélats). Sa Majesté.
Son Excellence (titre donné aux ambassadeurs, aux ministres, aux évêques). Son
Altesse (= titre d’honneur donné à un prince, à une princesse). Son Éminence (titre
donné à un cardinal).
Remarques. 1. Lorsqu’on parle à ces personnes de haut rang, on dit: Très
Saint Père (au pape), Sire (à un roi), Votre Majesté (à une reine), Votre Altesse (à
une princesse, à un prince royal), Excellence (à un ambassadeur), Éminence (à un
cardinal).
2. On emploie par politesse votre au lieu de ton, ta.
Ex.: votre père, votre mère, au lieu de ton père, ta mère.
3. Employé dans des formules telles que mon père, mon frère, mon fils, ma fille,
mon oncle, ma tante, mon cousin, ma cousine, le déterminant possessif marque une
valeur affective.
En français familier, l’expression ma fille s’emploie aussi par affection, amitié
lorsqu’une personne s’adresse à une jeune fille qui n’est pas la fille de la personne
respective.
Ex.: Voici un cadeau pour toi, ma fille.
4. Les noms grand-père, grand-mère, grand-papa, grand-maman sont employés
sans déterminant possessif.
103
5. Dans l’armée de terre et de l’air, un militaire en s’adressant à un autre qui
possède un grade supérieur emploie mon pour un officier. On dit, par conséquent,
mon commandant, mon colonel, mon général; mon capitaine, mon lieutenant (On
dit, aussi mon lieutenant aux sous-lieutenants et aspirants de toutes armes).
Dans la marine, on dit comandant, amiral. On dit „Monsieur le Maréchal”, le
maréchalat étant une dignité et non un grade comme celui de général.
Un supérieur parlant à un inférieur dit: capitaine, commandant, colonel. Un
civil s’adressant à un officier dit lieutenant, général, évitant l’emploi de mon devant
l’appellation du grade. Une femme jeune s’adressant à un officier doit employer
monsieur devant l’appellation du grade ou dira seulement monsieur.
c) L’emphase:
Le pluriel de majesté ou le pluriel officiel. Ce pluriel, exprimé au moyen de
notre, nos est employé dans le style officiel par les souverains, les chefs de l’État,
les évêques, les personnages officiels (par ex. les préfets).
Ex.: „À nos bien-aimés fils les archevêques et évêques”, dit le pape. „Tel est
notre bon plaisir, disait Louis XIV”.
d) La modestie
Le pluriel de modestie emploie aussi les formes notre, nos.
1. employé par un auteur:
Ex.: Notre ouvrage n’a pas la prétention d’épuiser le sujet. La démarche
adoptée dans notre ouvrage est descriptive et en même temps critique.
2. employé par un orateur.
Ex.: Notre conférence se propose de soumettre à votre attention quelques
solutions aux problèmes graves concernant le domaine de la production dans notre
entreprise.
e) le mépris, le mécontentement
Ex: „As-tu remarqué que tu dis toujours „ton fils” quand tu as à te plaindre de
lui, et „mon fils”quand tu en es contente ?” (Géraldy, Noces d’argent). J’en ai assez
de ton Charles ! „Votre M. Laine est un méchant homme !” (France, Lys; L.B.).

Les formes toniques du déterminant possessif

Les formes toniques du déterminant possessif sont les suivantes:


a) mien, tien, sien quand il n’y a qu’un seul possesseur et un seul objet
possédé du genre masculin.
b) mienne, tienne, sienne quand il n’y a qu’un seul possesseur et un seul objet
possédé du genre féminin.
c) miens, tiens, siens quand il n’y a qu’un seul possesseur et plusieurs objets
possédés du genre masculin.
d) miennes, tiennes, siennes, quand il n’y a qu’un seul possesseur et
plusieurs objets possédés du genre féminin.
e) nôtre, vôtre, leur quand il y a plusieurs possesseurs et un seul objet
possédé du genre masculin ou du genre féminin.
f) nôtres, vôtres, leurs quand il y a plusieurs possesseurs et plusieurs objets
possédés du genre masculin ou du genre féminin.

104
L’emploi actuel des formes toniques du déterminant possessif se limite
seulement à quelques structures où ces formes ont presque les mêmes fonctions que
l’adjectif qualificatif.
a) emploi comme épithète (litt. ou par emphase; ou d’une manière ironique).
Ex.: Je l’ai vue se promener avec un sien cousin. „Un mien cousin, César Comte
de Garofa” (V. Hugo, Ruy Blas). „Je pensais maintenant comme à un inestimable
avantage que de cette mienne vie trop connue, dédaignée, Gilberte pourrait devenir
un jour l’humble servante” (Proust, À la recherche du temps perdu). Je tiens cela
d’un mien ami.
„Si la sensibilité est une sorte de guitare que nous avons en nous-mêmes et
que les objets extérieurs font vibrer, on a tant raclé sur cette pauvre mienne guim-
barde que quantité de cordes en sont cassées depuis longtemps” (Flaubert).
N.B. Le déterminant possessif tonique peut être placé après le nom:
Cette femme sienne….” (Zola, Rome; cette femme qui était la sienne). „Il ne
me gêne plus (= Gide, parle de Valéry): j’ai fait mon œuvre sur un plan
différent du sien - que je comprends trop bien et admire trop pour ne point
admettre que cette œuvre mienne ne puisse figurer dans son système et n’ait
pas de valeur à ses yeux” (Gide, Journal).

b) emploi comme attribut du sujet.


Ex.: Ce dictionnaire est mien. Cette idée est mienne. „Ce n’est pas, en effet
un facile problème à l’origine des sociétés, de savoir si l’individu peut s’approprier
le sol et établir un si fort lien entre son être et une part de terre qu’il puisse dire:
Cette terre est mienne, cette terre est comme une partie de moi” (Fustel de
Coulanges, Cité ant.; P.R.). „Je fais mien tout votre passé” (Bourget, Lazarine).
c) emploi comme attribut du complément d’objet.
Ex.: „Je prenais une tendre blonde dans mes bras et la faisais mienne en
pleurant” (Giraudoux, Siegfried).
N.B. Le déterminant possessif tonique est parfois précédé par d’autres
déterminants que par l’article défini.
Ex.: C’est la raison pour laquelle je ne t’ai pas parlé, ma pauvre mienne.

Répétition du déterminant possessif

1. Le déterminant possessif est répété devant chaque nom si le même


possessif détermine plusieurs noms.
Ex.: Mes manuels scolaires et mes livres de lecture sont rangés sur les rayons
de la bibliothèque. Ton courage et ton esprit de sacrifice sont un exemple pour tes
camarades.
Remarque. Font exceptions quelques locutions figées, quelques expressions
consacrées par l’usage: en mon âme et conscience (formule de serment) = en
toute sincérité, dans ma plus intime conviction. À vos risques et périls = en vous
assumant la responsabilité de cette affaire. En son lieu et place ((„Lorsque le père
est déchu de l’administration, la mère devient de droit administratrice en son lieu et
place” (Code civil)). Tes père et mère honoreras ! (Commandements de Dieu). On
surveille leurs allées et venues. Nous connaissons tous ses faits et gestes.
2. Si un nom est précédé de plusieurs adjectifs épithètes, on ne répète pas son
déterminant possessif.
105
Ex.: Nous vous savons gré de vos longs et loyaux services. Je vous remercie
de votre généreux et cordial accueil.
3. Quand un nom est précédé de deux adjectifs épithètes, on doit répéter le
déterminant possessif si les qualités exprimées par ces adjectifs se trouvent dans un
rapport d’opposition.
Ex. J’en ai assez de vos sages et vos folles idées . On a mis en évidence ses
bons et ses mauvais côtés. Nul n’est exempt de ses bons et ses mauvais jours.

106
LES DÉTERMINANTS INTERROGATIFS
ET EXCLAMATIFS

Ces déterminants présentent les mêmes formes morphologiques. Ils se


distinguent dans le code oral par l’intonation et dans le code écrit par le point
d’interrogation ou par le point d’exclamation qui s’emploient à la fin des énoncés
interrogatifs ou exclamatifs. Il faut cependant préciser que le point d’interrogation
n’est pas employé dans les interrogatives indirectes où il est remplacé par un point
(Le déterminant interrogatif peut faire partie d’un groupe nominal employé non
seulement dans une phrase interrogative directe, mais aussi dans une proposition
interrogative indirecte).

Le déterminant interrogatif

Occupant la position de spécifieur d’un groupe nominal, le déterminant


interrogatif sert, en général à interroger sur l’identité ou la qualité d’une personne
(un être) ou d’une chose. Il peut marquer aussi que l’on questionne sur la quantité,
la numération ou le rang du nom qu’il détermine:
„Les déterminants interrogatifs, dit Riegel, font porter l’interrogation sur les
caractéristiques et le degré de détermination du référent du groupe nominal”
(Gram. méthodique, 163).
Le déterminant interrogatif présente les formes quel, quelle, quels, quelles.

Masculin Féminin
Singulier quel [n ] quelle [n ]
Pluriel quels [n ] quelles [n ]

Dans le code oral, lorsqu’il y a liaison au pluriel devant une voyelle, quels
[n ] devient [n ] et quelles [n ] devient de même [n ].
Ex.: Quels ouvrages ? [n ]. Quelles œuvres ? [n œ ]

Les fonctions du déterminant interrogatif

Le déterminant interrogatif peut être épithète ou attribut.


I. Quel, etc., peut être épithète dans l’interrogation directe.
Ex.: Quel âge a-t-elle ? Quel papier as-tu pris sur mon bureau ? „Quel homme
ne regarde une jolie femme quand il la rencontre ?” (Musset, Emmeline). „Pour
travailler, pour faire sereinement une œuvre, une grande œuvre, il faudrait ne voir
personne, ne s’intéresser à personne. Mais alors, quelle raison aurait-on de faire
une œuvre ?” (Duhamel, Pasq., P.R.). Quelle mouche vous pique ? Quel autre l’eût
107
pu faire? „Quelle bête faut-il adorer ? Quelle sainte image attaque-t-on ? Quels
cœurs briserais-je ? Quel mensonge dois-je tenir ?…” (Rimbaud, Saison en enfer;
P.R.). Quelles gens êtes-vous ?
Remarques. 1. Quel en fonction d’épithète peut être utilisé avec ellipse du nom.
Ex.: Il y avait tant, tant de choses ! – Quelles ? – Elle ne pouvait pas dire”
(R. Rolland, Jean-Christ.). „Juge-nous sur une gageure que nous avons faite. Et
quelle ? Nos disputons qui est le marquis de la Critique de Molière” (Molière,
Impromptu de Versailles).
2. Quel, etc… en fonction d’épithète peut être employé avec ellipse du verbe.
Ex. Elle a pris trop de tranquillisants – Mais quels tranquillisants ? / – Il veut
acheter cette voiture – Avec quel argent ?
3. Lorsque quel est épithète d’un complément d’objet direct, on emploie
l’inversion du sujet.
Ex.: Quel professeur d’italien aurez-vous ? Quelles intentions a-t-il ?
II. Quel, etc., peut être épithète dans l’interrogation indirecte.
Ex.: „Une œuvre est à tel point l’expression de notre solitude qu’on se
demande quelle étrange nécessité de contacts pousse un artiste à la mettre en pleine
lumière” (Cocteau, Difficulté d’être). „Les anciens demandèrent-ils jamais à l’augure
dans quelle contrée il avait reçu le jour, sur quel chêne reposait l’oiseau fatidique
qui leur annonçait une victoire ou une défaite ?” (Raynal, Hist. phil.; P.R.).
„Vous, riches, qui vivez dans les joies du monde, si vous saviez avec quelle
facilité vous vous laissez prendre aux richesses que vous croyez posséder…”
(Bossuet, Sermons). Il ne te dira jamais quelle part il a prise à l’organisation de
cette affaire (Z.). „Et Ruth se demandait … quel dieu, quel moissonneur de
l’éternel été / Avait, en s’en allant, négligemment jeté cette faucille d’or dans le
champ des étoiles” (V. Hugo, Booz endormi).
I. Quel, etc. remplissant le rôle d’attribut
Quel, etc., peut être employé comme attribut. Dans ce cas, il est séparé du
nom par le verbe être. Le déterminant interrogatif peut servir à interroger sur:
a) la qualité.
Ex. „Quel était ce feu intérieur qui éclatait parfois dans son regard au point
que son œil ressemblait à un trou percé dans la paroi d’une fournaise”? (V. Hugo,
Notre-Dame de Paris). „Il pleure dans mon cœur/ Comme il pleut sur la ville.
Quelle est cette langueur / Qui pénètre mon cœur ?” (Verlaine, Ariettes oubliées ).
En fonction d’épithète dans une proposition interrogative indirecte, quel peut
être employé avec ellipse du nom.
Ex. „Il faut s’enquérir tout d’abord de l’histoire du lieu; quels hommes y ont
passé, quels l’ont fondé, quels y ont gravé leur nom sur le mur” (Sainte-Beuve,
Portraits littéraires; P.R.).
b) l’identité
Ex.: „Quelle est donc cette femme qui porte un veston d’homme au revers
barré par le ruban de la Légion d’honneur ?” (Sartre, Le sursis). Quel est donc cet
orateur distingué qui a participé à ce congrès ? „Pour elle, quoique Dieu l’ait faite
douce et tendre/ Elle ira son chemin, distraite, et sans entendre/ Ce murmure
d’amour élevé sur ses pas;/ À l’austère devoir pieusement fidèle,/ Elle dira en lisant
ces vers tout remplis d’elle: „Quelle est donc cette femme ? et ne comprendra pas”
(F. Arvers, Sonnet). Quel est ce clocher ? Quelle est cette église ? Quel homme est-ce ?
108
c) la mesure
Ex: Quelle est la hauteur de la Tour Eiffel ? Quel est votre tour de taille ?
d) la date
Ex.: Quel jour sommes-nous ? Quel mois sommes-nous ?
e) l’heure
Ex.: Quelle heure est-il ?
f) le rang
Ex.: Quelle est votre place dans le classement des candidats admis à ce
concours ?
g) la manière d’être
Ex.: „Quels sommes, nous autres d’aujourd’hui qui renonçons, sans même en
avoir conscience à nommer la vertu” (Valéry, Variété; Grev.).
Remarques. 1. On emploie quel au lieu de qui (en parlant de personnes) dans
le cas où le sujet est suivi du relatif qui.
Ex.: Quel est celui qui s’est plaint ? Quel est le prétentieux qui peut se vanter
de ne s’être jamais trompé ? (H) „Quel est celui qui peut se vanter d’être vraiment
soi en amour ?” (Bataille, Poliche; L.B.).
2. Quel interroge plutôt sur la qualité.
Ex.: Quelle est cette femme ? (= d’où vient-elle ?, que fait-elle ? de quoi vit-
elle ?, etc.). Qui interroge plutôt sur l’identité: qui est cette femme ? (quel est son
nom).
3. Quel interrogatif se dit aussi bien des choses que des personnes, tandis que
le pronom interrogatif qui ne se dit pas de choses. On doit dire Quelle est cette
montagne ? et non pas qui est cette montagne ?
II. Quel, etc. peut être employé comme attribut dans l’interrogation indirecte.
Ex.: „Ils s’épuisaient à chercher quel pouvait être le misérable qui s’attachait
à les poursuivre” (R. Rolland, Jean-Christophe; P.R.). „Rien n’accuse davantage
une extrême faiblesse d’esprit que de ne pas connaître quel est le malheur d’un
homme sans Dieu” (Pascal, Pensées).
Remarques. 1. Dans la langue classique, quel attribut au sens de „de quelle
nature, de quel caractère” était employé dans l’interrogation indirecte. Cette
construction est sortie de l’usage, à l’heure actuelle.
Ex.: „Je sais quel est Pyrrhus. Violent, mais sincère” (Racine, Andromaque, IV, i).
2. Si quel est attribut, le groupe nominal sujet qui se trouve en tête de la
phrase est repris par un pronom personnel inversé.
Ex.: Votre valise, quelle est-elle ?

Le déterminant exclamatif

Le déterminant exclamatif a les mêmes formes que le déterminant interrogatif:


Singulier masculin: quel! Singulier féminin: quelle! Pluriel masculin: quels!
Pluriel féminin: quelles!
On doit donc remarquer que les formes du déterminant exclamatif se
confondent morphologiquement avec les formes du determinant interrogatif. Les
grammairiens soulignent que la différence de sens entre le groupe nominal quel
homme ? dont le spécifieur est le déterminant interrogatif quel (?) et le groupe
nominal quel homme (!) dont le spécifieur est le déterminant exclamatif quel (!)
109
provient du fait que dans l’interrogation on ignore jusqu’à l’identité de l’homme,
alors que dans l’exclamation on connaît jusqu’à ses qualités ou jusqu’à ses défauts.
Ce sont ces qualités ou ces défauts qui déterminent l’exclamation.
Le déterminant exclamatif exprime l’admiration, l’indignation, la surprise. Il a
une valeur affective; dans le code oral, l’intonation traduit cette valeur.

Les fonctions du déterminant exclamatif quel

1. Quel en fonction d’attribut.


Ex.: „Quelle est votre erreur! ma chérie. Comme on voit bien que vous
ignorez ces tourments!” (J. Romains, Hommes de bonne volonté).
O Fortune quelle est ton inconstance! Quelle ne fut pas ma surprise en le
voyant revenir! (le Lexis). „Quels ne furent pas mon horreur et mon étonnement
quand, rentrant à la maison, le premier objet qui frappa mon regard fut mon petit
bonhomme, l’espiègle compagnon de ma vie, pendu au panneau de cette armoire!”
(Baudelaire, Spleen de Paris).
2. Quel en foction d’épithète.
Ex.: Quel artiste de génie périt avec cet acteur! „Jean-Paul évoqua, dans un
visage creusé, des yeux d’ardeur et de passion. Quelle âme fiévreuse habitait ce
corps frêle!” (Mauriac, Enf. chargé de chaînes; P.R.). „Quelle joie ce fut pour la
cour, au siècle dernier, de pouvoir pendre un pair, lord Ferrers! Du reste, on le
pendit avec une corde de soie. Politesse. «On n’eût pas pendu un pair de France».
Remarque altière que fit le duc de Richelieu. D’accord. On l’eût décapité. Politesse
plus grande” (V. Hugo, L’homme qui rit).

Quel en fonction d’épithète précédé de la conjonction et


pour des raisons stylistiques

Ex.: „Deux guerres, et quelles guerre, ont en trente ans changé la face et
l’équilibre du monde; rien n’est plus à sa place, la valeur des choses n’est plus la
même, les rapports des hommes entre eux sont boulversés!” (Siegfried, Âmes des
peuples). „Sa faculté d’improvisation étonnait même les Italiens. C’était de
l’instantanéité. La pensée, la parole et la rime jaillissaient en même temps, et quelle
rime!” (Gautier, Portraits contemporains).
Quel en fonction d’épithète peut accompagner un nom complément d’objet.
Ex.: Quelle chance il a eue!
Quelle chance elles ont eue!
Le déterminant exclamatif quel peut se trouver dans une subordonnée excla-
mative indirecte; dans cette expèce de subordonnée, on ne pratique pas généralement
l’inversion du sujet.
Ex.: Vous remarquez quelle chance l’a favorisée. „M. Joubert, morne pédant
montagnard qui me montrait le latin, Dieu sait avec quelle sottise, en me faisant
réciter les règles du rudiment.” (Stendhal, Vie de H. Brulard).
„Il faut voir quel émoi dans la maison” (A. Daudet, Lettres de mon moulin; P.R.).

110
LE DÉTERMINANT RELATIF

Les déterminants relatifs sont ceux qui se placent devant un nom pour
indiquer que l’on rattache à un antécédent la subordonnée qu’ils introduisent.
Le déterminant relatif lequel, laquelle, lesquels, lesquelles est formé du
déterminant interro-exclamatif quel précédé de l’article défini; ce dernier est
agglutiné à la forme quel (lat. qualis).
Les deux parties, c’est-à-dire l’article et le déterminant quel sont variables. Il
faut mentionner que l’article se contracte avec les prépositions à et de devant un
nom masculin singulier (auquel, duquel), devant un nom masculin pluriel
(auxquels, desquels) et devant un nom féminin pluriel (desquelles, auxquelles).

Formes du déterminant relatif

Masculin Féminin
lequel laquelle
Singulier
duquel de laquelle
auquel à laquelle
lesquels lesquelles
Pluriel desquels desquelles
auxquels auxquelles

Le déterminant relatif lequel est rarement employé car il est considéré


archaïque.
Il appartient surtout à la langue du Palais (= au style juridique).
Le déterminant relatif lequel implique un antécédent, un groupe nominal qui
précède le relatif et auquel ce dernier se rapporte.
Le groupe déterminant relatif + nom introduit une subordonnée relative dont
il est un élément.
Ex.: „De l’autre côté, on découvre la ville traversée par la rivière, laquelle
rivière s’embellit d’une île plantée en amont…” (Chateaubriand, Mémoires
d’outre-tombe; P.R.).
Emplois du déterminant relatif lequel

1. Le déterminant relatif lequel est employé dans certains textes juridiques ou


administratifs.
Ex.: Ont comparu trois témoins devant le juge, lesquels témoins ont
affirmé… Ces biens ont été mis en vente, lesquels biens comprennent…
111
2. Le déterminant relatif lequel est parfois employé dans la langue littéraire
par besoin de clarté. Dans les phrases où l’on emploie un groupe nominal dont le
spécifieur est le déterminant relatif lequel, on remarque la présence des anaphores
duplicatives.
Ex.: „Rien ne transpirait de ce passé dans leurs conversations devant moi,
lesquelles conversations trottaient d’ordinaire sur les choses et les personnes de la
ville” (Barbey d’Aurevilly, Diaboliques; P.R.).
Les groupes nominaux contenant le déterminant relatif lequel peuvent être
approchants au point de vue sémantique par rapport à leurs antécédents.
Ex.: „Rien n’advint de notable jusqu’au lundi de la semaine suivante, auquel
jour le prince avertit sa femme qu’il allait à Rome” (A. France, Le Puits de sainte
Claire).

112
LES DÉTERMINANTS NUMÉRAUX CARDINAUX
(QUANTIFIANTS NUMÉRIQUES)

On appelle quantifiants (quantifieurs ou quantificateurs), les déterminants qui


indiquent la quantité par laquelle le nom est défini. Emprunté à la logique, le terme
de quantifiant (quantifieur) est employé en grammaire pour désigner un ensemble
de morphèmes ou d’unités linguistiques qui marquent, qui mesurent l’extension (ou
l’extensité) du nom. En logique, l’extension ou la quantité d’un terme est l’ensemble
des sujets auxquels ce terme convient (par exemple, la sphère, l’étendue, la
quantité du terme animal se compose de tous les animaux; la sphère, l’étendue ou
la quantité du terme blancheur se compose de tous les objets blancs).
Le déterminant numéral est nommé cardinal étant donné qu’il est considéré
comme un nombre fondamental. Cardinal est un mot qui remonte au mot latin
cardinalis. Ce dernier est issu de cardo, cardinis qui en latin signifie gond, pivot
(fig. principal).
Suivant Hervé Béchade (Phonétique et morphologie du français moderne et
contemporain, Paris, PUF, 1992, p. 225), les cardinaux indiquent le nombre c’est –
à – dire une quantité déterminée d’animés ou d’inanimés variant de un à l’infini ou
une quantité nulle égale à zéro.
Selon M. Arrivé et alii (la Grammaire d’aujourd’hui) la catégorie des numéraux
comprend:
a) une série de déterminants numéraux (les cardinaux): un, deux, cent, mille,
etc. Ces éléments peuvent être pronominalisés et, dans certaines conditions,
peuvent être soumis à la nominalisation.
b) une série d’adjectifs de sens numéral (les ordinaux): premier, deuxième,
centième, millième, etc.
c) une serie de noms, d’adjectifs et d’adverbes indiquant différents aspects de
la notion de quantité.
Suivant J. Dubois et alii, Dictionnaire de linguistique, Paris, Larousse, 1994,
„les numéraux cardinaux sont des quantifieurs et appartiennent à la classe des
déterminants; ils précèdent le nom (deux hommes) et ils peuvent à eux seuls
constituer le syntagme nominal (deux d’entre eux sont arrivés). Les numéraux
cardinaux ne varient pas en genre (sauf un, une)…”.
Les formes des déterminants numéraux cardinaux
Les déterminants numéraux cardinaux simples
Les formes simples comprennent:
– les nombres allant de un à neuf et de onze à seize:
un (Xe s., lat. unus), deux (( 1080, Roland (deus), du lat. dŭos, acc. de duo)),
trois (( Xe s. (treis); du lat. trēs)), quatre (Xe s., du lat. pop. quattor, en lat. class.
quattuor), cinq ((1080, Roland (cinc), du lat. pop. cīnque (Inscriptions), par
113
dissimilation du lat. quinque)), six ((XIIe s. (sis), six d’après le lat.; du lat. sex)),
sept ((1080, Roland (set puis sept, d’après le lat.) du lat. septem)), huit (( fin XIe s.,
Lois de Guill., avec un h pour éviter la confusion avec vit (écrit uit); du lat. octo)),
neuf ((1119, Ph. de Thaun (nof); 1190, Garn. (nuef); XIII e s. (neuf); du lat.
nŏvem)), onze (1080, Roland, du lat. undecim, de unus, un, et decem, dix), douze
(1080, Roland, du lat. pop. dŏdecim, du lat. class. duodecim), treize ((fin XIIe s.;
Rois (treze); du lat. tredecim, de tres, trois, et decem, dix)), quatorze (XIIe s., Lois
de Guill., du lat. pop. quattordecim, en lat. class. quattuordecim, de quattuor,
quatre, et decem, dix.), quinze (1080, Roland, du lat. quindecim, de quinque, cinq,
et decem, dix), seize ((XIIe s. (seze); XIIIe s., Berte (seize); du lat. sĕdecim, de sex,
six et decem, dix)).
– les nombres des dizaines de dix à soixante:
dix ((1080, Roland (dis), du lat. dĕcem)), vingt ((1080, Roland (vint); milieu
XIIIe s., (vingt); du lat. viginti, en bas lat. vinti)), trente (1080, Roland; du lat. pop.
trinta, en lat. class. triginta), quarante ((1080, Roland, du lat. pop. quaranta
(inscriptions de Gaule), du lat. class. quadraginta)), cinquante ((1080, Roland, du
lat. pop. cinquaginta, du lat. class. quinquaginta, par dissimilation), soixante
((1080, Roland (seisante, var. soissante, puis soixante avec x, d’après le latin); du
lat. pop. sexanta (IVe s.), en lat. class. sexaginta)).
Zéro est considéré comme un nom (quatre zéros; fig. ajouter des zéros à un
compte = grossir la note). Zéro est issu de l’arabe sifr par l’intermédiaire de
l’italien (zefiro = zéro). Sifr a donné aussi chiffre. La langue courante l’emploie en
fonction de déterminant numéral: „Çà m’a coûté zéro franc, zéro centime. Il a fait
zéro faute à sa dictée. Zéro peut être aussi employé adjectivement:
Le degré zéro de l’écriture (titre d’un ouvrage de Roland Barthes); la
désinence zéro; l’article zéro.
Les formes septante pour soixante-dix, nonante pour quatre-vingt-dix et plus
rarement octante ou huitante pour quatre-vingts sont employées en Belgique (dans
la partie wallonne), en Suisse romande et dans certains départements du Sud-Est
français.
– les nombres cent (1080, Roland, du lat. centum), et mille ((début XIIe s.,
Voyage de Charlemagne (milie), du lat. milia, pl. de mille, mille; var. mil, du lat. mille)).

Les déterminants numéraux cardinaux composés


Ces déterminants numéraux sont formés soit par addition, soit par multiplication,
soit par addition et multiplication.
A. Addition (le plus petit nombre est postposé)
a) les nombres dix-sept, dix-huit, dix-neuf, soixante-dix.
b) les nombres de vingt et un à vingt-neuf, de trente et un à trente-neuf, de
quarante et un à quarante-neuf, de cinquante et un à cinquante-neuf, de soixante et
un à soixante-neuf, de soixante et onze à soixante-dix-neuf.
c) les nombres formés sur cent et mille: cent vingt, cent cinquante-trois, mille
trois, mille cent cinquante, etc.
B. Multiplication (le nombre à multiplier (le multiplicande) est postposé:
quatre-vingts; les multiples de cent à partir de deux cents à neuf cents (deux
cents, trois cents, quatre cents, cinq cents, six cents, huit cents, neuf cents), les
multiples de mille (deux mille, trois mille, etc.).
114
C. Addition et multiplication:
les nombres de 81 (quatre-vingt-un) à 99 (quatre-vingt-dix- neuf).
Remarques. 1. Un varie en genre et prend l’e du féminin. Ex.: vingt et une
jeunes filles.
2. Dans les numéraux cardinaux composés, on emploie la conjonction et
devant un et onze: vingt et un, trente et un, quarante et un, cinquante et un,
soixante et onze.
Cependant on supprime la conjonction et après quatre-vingts (quatre-vingt-
un, quatre-vingt- onze), cent (cent un, cent six, cent onze), mille (mille un, mille
trois, mille onze); on dit néanmoins: Mille et une nuits. Les mille et une brouchures
écrites sur cet événement))
3. Le numéral cardinal composé quatre-vingts est une survivance d’une
ancienne numération par vingt d’origine celtique (la numération vicésimale); en
ancien français, on disait six vingts, sept vingts, huit vingts et jusqu’à dix-huit
vingts. Racine emploie encore six vingts dans une lettre adressée à Boileau (21 mai
1692) „Il y avait hier six vingt mille hommes ensemble sur quatre lignes”. Saint
Louis (Louis IX) avait créé un hôpital destiné à recevoir trois cents aveugles nommé
l’Hôpital des Quinze-Vingts.
4. Vingt et cent multipliés prennent un s s’ils ne sont pas suivis d’un autre
numéral: quatre-vingts passagers; deux cents soldats.
5. Vingt et cent sont invariables s’ils sont suivis d’un autre numéral: quatre-
vingt-cinq; deux cent huit, quatre-vingt-dix-neuf.
Ex.: Un vieil homme de quatre-vingt-deux ans.
6. Vingt et cent restent invariables s’ils sont employés pour vingtième, centième.
Ex.: Page vingt (pour vingtième).
L’an mil sept cent (pour mille sept centième)
7. Les éléments des numéraux composés marquant un nombre inférieur à cent
sont séparés par un trait d’union, sauf s’ils sont coordonnés par la conjonction et.
Ex.: trente-trois, quatre-vingt-trois; mais vingt et un, trente et un, etc.
8. Les composés de cent et de mille ne prennent pas de trait d’union (cette
règle n’est pas obligatoire à l’heure actuelle)
Ex.: cent deux (ou cent-deux); mille trois (ou mille-trois)
9. Le mot mille est invariable.
On écrit cinquante et un mille tonnes; vingt et un mille tonnes (un reste
invariable parce qu’il porte sur mille). Le chiffre des mille.

N.B. Dans l’énoncé des dates, on emploie les formes mille ou mil: l’an
mil sept cent quinze (1715); on écrit cependant l’an mille, l’an deux mille.
L’Académie recommande l’emploi de la forme mil, dans les dates des années
quand mille est suivi d’un ou de plusieurs numéraux cardinaux (L’an mil sept
cent).

Pour exprimer les dates entre 1000 et 2000, on doit tenir compte des faits
suivants:
a) Lorsque le nombre des centaines ne dépasse pas seize, on dit onze cent,
douze cent, treize cent, etc. plus souvent que mil cent, mil deux cent, mil trois cent, etc.
b) Lorsque le nombre des centaines dépasse seize, on dit mil sept cent, mil
huit cent, mil neuf cent ou dix-sept cent, dix-huit cent, dix-neuf cent.
115
En ce qui concerne l’expression de la quantité, on doit observer les règles
suivantes:
a) Si le nombre des centaines ne dépasse pas seize, on doit dire onze cents
tonnes, douze cents tonnes…, seize cents tonnes.
b) Si le nombre des centaines dépasse seize, on dit mille sept cents tonnes,
mille huit cents tonnes etc. ou dix-sept cents tonnes, dix-huit cents tonnes, les
premières formes étant plus fréquentes dans la langue écrite.
Dans l’indication de l’année, on peut maintenir seulement le nombre de
dizaines pour désigner des années historiques.
Ex.: En quatorze (1914); en soixante-dix (1870); la guerre de 39, la révolution
de 89. „Durant les années 50 (= 1950), je me déchaînais contre mes amis neutra-
listes” (F. Mauriac, Figaro litt.; Grev.).

Combinaisons du numéral cardinal avec les autres déterminants


Le numéral cardinal peut se combiner avec:
a) l’article défini: Les vingt-trois volumes de cette encyclopédie. „En un
instant, les quatorze cents dragons-gardes ne furent plus que huit cents” (V. Hugo,
Les Misérables). Les quatorze vers du sonnet.
b) l’article partitif du: Faire du quatre- vingt-dix à l’heure.
c) le déterminant possessif: Mes deux frères sont partis pour la Suisse.
d) le déterminant démonstratif: Ces trente personnes sont des touristes étrangers.
Le déterminant indéfini (ou quantifieur) tout peut être placé avant un autre
déterminant qui précède le numéral.
Ex.: Tous les quatre alpinistes ont été ensevelis par l’avalanche. Toutes ces
cinq voitures ont été endommagées par la crue des eaux.
Le numéral cardinal peut être séparé du nom par:
a) un adjectif qualificatif
Ex.: Les quatre grandes portes du château.
b) l’indéfini autre
Ex.: Ils sont encore deux autres enfants.
c) le numéral ordinal premier
Ex.: Les trois premiers élèves vont recevoir des prix.
d) l’adjectif dernier
Ex.: Les quatre dernières maisons du village.
Les numéraux cardinaux peuvent être employés en relation avec le pronom en.
Ex. J’ai reçu cinq romans policiers; j’en ai lu trois. On manquait des porteurs:
il s’en présenta un (Littré). „Des ces quatre formes essentielles du drame, les
Anciens en ont connu trois” (Faguet, Corneille, Grev.). „Dans une section qui
contient neuf cents citoyens ayant droit de vote, il n’y en a pas cinquante qui
viennent à l’Assemblée” (A. France).

L’emploi du numéral cardinal avec différentes prépositions


La préposition à peut marquer:
a) le fait d’être ensemble, l’association.
Ex.: À nous deux nous y arriverons bien.
b) l’opposition
Ex.: Combattre à dix contre un
116
c) le prix
Ex.: Acheter des oranges à vingt francs la pièce.
d) la succession
Ex.: Le mécanicien a vérifié un à un les pistons du moteur.
La préposition de
Le numéral cardinal est suivi de la préposition de dans certaines expressions.
Ex.: Pour un de perdu, deux de retrouvés (se dit de personnes ou de choses
dont on pense que la perte sera facilement réparable). En voici une de terminée. Il
en a deux de cassés. Dix minutes de plus.
Emploi facultatif de la préposition de
Ex.: Il y avait eu six mille barbares de tués” (Flaubert, Salammbô). Ils ont eu
quatre jours de libres (ou quatre jours libres). Encore deux carreaux de cassés (ou
deux carreaux cassés).
Le numéral cardinal précédé de la préposition de peut marquer:
a) le temps
Ex.: Nous ne l’avons pas vu de six mois.
b) la partie d’un ensemble
Ex.: Des deux choisissez le meilleur.
c) la périodicité
Ex.: Compter de dix en dix.
d) la mesure
Ex.: Avancer de trois pas. Dépasser de cent coudées. Salaire de dix mille
francs. Un enfant de cinq ans.
e) le prix
Ex.: Un téléviseur de cinq mille francs.
La structure de….à
Cette structure peut marquer deux points de repère.
Ex.: Tous les hommes de 20 à 50 ans seront mobilisés.
On peut marquer au moyen de cette construction l’approximation ou indiquer
un nombre approximatif.
Ex.: Pour réaliser ce projet nous avons besoin de sept à huit ans. Leur armée
avait de cinquante à soixante mille hommes.
La préposition dans
On emploie la préposition dans avec un numéral cardinal:
a) pour se rapporter à une date future.
Ex.: – Quand partez-vous? – Dans trois jours. Revenez dans dix minutes. Le
travail sera effectué dans cinq jours.
b) pour marquer l’approximation
Ex.: Cela coûte dans les vingt mille francs. Elle a dans les soixante ans.
La préposition en
La préposition en peut marquer:
a) le temps
117
Ex.: La réparation de cette voiture sera faite en trois jours. „Et les chiens et
les gens/ Firent plus de dégât en une heure de temps que n’en auraient fait en cent
ans/Tous les lièvres de la province” (La F., IV, 4). D’aujourd’hui en huit = dans
une semaine. D’aujourd’hui en quinze.
b) la progression (de…en), la périodicité.
Ex.: Compter de dix en dix.
c) la répartition: Payer en trois fois (= en trois versements)

La préposition par
Cette préposition peut marquer:
a) la position dans le domaine de la marine: „à la hauteur de”: se trouver par
tant de degrés de latitude Nord, de longitude Ouest. „Quelques petites îles qu’on
lui avait dit être situées par 60º de latitude Sud et 40º de longitude Ouest”
(Baudelaire, Avent. G. Pym, trad. E. Poe); la profondeur: mouiller par vingt brasses
d’eau.
b) le moyen, dans le domaine des mathématiques: faire la preuve par neuf
c) la manière: l’emporter par trois voix. Le projet de loi a été voté par deux
cents voix contre quatre-vingts.
N.B. Par suivi d’un numéral cardinal peut faire partie d’un emploi distributif.
Ex.: „Les ombres par trois fois ont obscurci le ciel” (Racine, Phèdre, I, 3).
Défiler par quatre (quatre de front). S’en aller par deux, par groupes de deux.

La préposition pour
Cette préposition s’emploie dans les expressions du type cinq, dix … pour
cent (%), pour mille ( ‰).
On peut dire selon que la pensée s’arrête sur le nom complément (dix pour
cent de la population est dans l’industrie alimentaire) ou sur le numéral cardinal
(sept pour cent d’augmentation seront accordés aux petits retraités).

La préposition sur
Cette préposition marque une proportion.
Elle sert à réunir deux numéraux cardinaux indiquant une fraction.
Ex.: Huit candidats sur dix ont été admis. „Sur quinze servants d’une pièce
d’artillerie, dix tombent parce que l’on a estimé inutile de faire un abri pour eux”
(A. Gide, Journal).
Bien que par leur valeur propre, les numéraux cardinaux indiquent un nombre
précis, ils peuvent être employés pour marquer une quantité approximative ou
indéterminée.

Deux employé comme nombre indéterminé


Ex.: En moins de deux (= très vite). Faire un travail en moins de deux. Entre
les deux (= ni ceci ni cela, à moitié). „Fait-il chaud ou froid? – Entre les deux.”
„Est-ce qu’il est instruit? – Entre les deux.” Ne faire ni une ni deux (= se décider
aussitôt; fam.).
118
Deux peut aussi marquer une multiplicité.
Ex.: Il n’y a pas deux poids et deux mesures.
Il peut indiquer un petit nombre.
Ex.: Écrivez-moi deux mots. À moi, comte, deux mots (Corneille, le Cid, II, 2).
C’est à deux pas d’ici, vous y serez en deux secondes.

Quatre employé comme nombre indéterminé


Ex.: Un de ces quatre matins (= un jour)
À quatre pas (= tout près): „À quatre pas d’ici je te le fais savoir” (Corneille,
le Cid, II, 2)
Comme quatre (= d’une manière qui dépasse la normale): Il mange comme
quatre (= beaucoup). Il a de l’esprit comme quatre. Dire ses quatre vérités à quel-
qu’un (= lui dire des choses désagréables, la vérité sur ses défauts).
Quatre à quatre (= en franchissant quatre marches ou plusieurs à la fois). Il
grimpait l’escalier quatre à quatre. Se mettre en quatre (= employer tout son pouvoir).
Il se met en quatre pour nous rendre service.
Tiré à quatre épingles (habillé avec soin).
Une personne tirée à quatre épingles. Couper un cheveu en quatre = faire des
raisonnements d’une subtilité extrême.

Dix employé pour désigner un nombre indéterminé


Ex.: Cela peut se dire en dix lignes (= en peu de mots, en peu de lignes). Je
vous l’ai dit plus de dix fois (= bien des fois).
Recommencer dix fois la même chose (recommencer maintes fois la même
chose).
Être à dix contre un dans une bataille (= avoir une supériorité écrasante)

Vingt employé dans des expressions


a) Vingt ans (= âge représentatif de la jeunesse). Avoir des jambes de vingt ans.
„Le vieux Schulz avait le coeur inondé de bonheur: il respirait sans oppression
et il avait des jambes de vingt ans” (R. Rolland, Jean-Christophe).
b) vingt utilisé au sens de „un grand nombre de”
Ex.: „Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage: / Polissez-le sans cesse
et le repolissez” (Boileau, Art poétique, 1)
„S’il n’a pas été tué vingt fois, c’est miracle” (Taine, Philosophie de l’art).
„Du jour de ma naissance d’incroyables malheurs les assaillirent (mes
parents) par vingt endroits” (Daudet, Petit chose).

Le numéral cardinal trente-six


Ce quantifiant numérique est utilisé familièrement pour désigner un grand
nombre indéterminé.
Ex.: Il y en a trente-six sortes. En voir trente-six chandelles (= éprouver un
grand éblouissement, particulièrement à la suite d’un coup à la tête). Bête comme
trente-six mille pots: „Elle était bête comme trente-six mille pots et sale à répugner
une paroisse” (Zola, Pot-Bouille).
119
Les numéraux cardinaux employés comme pronoms
Les numéraux cardinaux peuvent être employés comme pronoms. Dans ce
cas, ils marquent la quantité dénombrée et sont utilisés comme des anaphoriques se
référant à un groupe nominal antérieur.
Ex.: La famille Dupont a trois enfants; deux seulement ont l’âge scolaire.
Duval a trois voitures; sa famille n’en utilise que deux.

Le numéral cardinal cent


Ce numéral désigne, d’une manière indéterminée, un grand nombre.
Ex.: On a dit cela cent fois! (= un grand nombre de fois). On vous l’a répété
cent et cent fois. C’est cent fois mieux. Il vous contera cent et une histoires. Avoir
cent fois raison.
Autres locutions où apparaît le numéral cent
Ex.: Faire les cent pas (= aller et venir)
Faire les cents coups, les quatre cents coups (= faire beaucoup d’excès,
mener une vie de débauche). Être aux cent coups (= être plein d’inquiétude). Je
vous le donne en cent (= essayez tout ce que vous voudrez, vous n’arriverez pas).
Gagner des mille et des cent (= gagner beaucoup d’argent). En un mot comme en
cent (= bref, pour nous résumer; sans qu’il soit nécessaire de résumer): en un mot
comme en cent, il refuse.
Le numéral cardinal mille
Ce numéral peut indiquer un nombre indéterminé considérable, une grande
quantité.
Ex.: Je vous embrasse mille fois.
Être à mille lieues d’une chose, d’une personne (= en être très éloigné). Fig.
Être à mille lieues de ((+ un infinitif). J’étais à mille lieues de supposer
cela)). Briller de mille attraits.
Dire mille sottises. „Mille et mille baisers donne-moi je te prie:/ Amour veut
tout sans nombre. Amour n’a point de loi” (Ronsard, Sonnets pour Hélène).
Je vous le donne en mille (= vous n’avez pas une chance sur mille de deviner,
de gagner votre pari).
N.B. Le mille est un nom; c’est une unité de mesure internationale
appelée aussi mille marin pour les distances en navigation maritime (la valeur
du mille marin est fixée par convention à 1852 m.).

Les numéraux cardinaux employés pour des numéraux ordinaux


Les numéraux cardinaux peuvent exprimer le rang; dans ce cas, ils peuvent
indiquer l’ordre dans lequel se succèdent:
a) les empereurs et les rois dans une dynastie.
Ex.: Louis XIII (treize), Louis XIV (quatorze), Louis XV (quinze), Louis
XVI (seize), Napoléon III (trois).
b) les souverains pontifes
Ex.: Le pape Jean XXIII (vingt-trois), le pape Jean-Paul II (deux).
120
Remarque. Le numéral cardinal un est remplacé par le numéral ordinal
premier, lorsqu’on parle du premier souverain d’une certaine dynastie ((Napoléon Ier
(premier)) ou du premier souverain portant un certain nom adopté ensuite par
d’autres ((Charles Ier (premier), roi d’Angleterre, d’Écosse et d’Irlande)).
On emploie encore le numéral cardinal au lieu du numéral ordinal pour
indiquer:
a) l’année d’une même ère
Ex.: l’an mil neuf cent.
b) le quantième du mois (= le numéro d’ordre d’un jour dans un mois)
Ex.: Le quatorze juillet (le quatorzième jour du mois de juillet).
N.B. Un ne s’utilise pas pour indiquer le premier jour d’un mois donné.

c) les heures d’un même jour


Ex.: Il est sept heures (la septième heure)
d) les maisons d’une même rue:
Ex.: Il habite au numéro vingt.
e) l’étage d’une maison, d’un immeuble.
Ex.: Il habite au sept (Acad.).
f) les divisions, les parties d’un même ouvrage.
Ex.: Chapitre VII (sept), le Chant III (trois). Acte II (deux) du Cid. Page vingt
(pour vingtième)
N.B. On dit, selon l’Académie, Chant premier. Scène première. Chapitre
premier.

Remarques sur la prononciation de certains numéraux cardinaux


(quantifiants numériques)
Emploi des numéraux cardinaux dans le code oral
Cinq se prononce [s k]:
a) devant une pause. Ex.: J’en ai cinq. Tome cinq.
b) devant un nom qui commence par une voyelle, on prononce q [k] en liaison.
Ex.: cinq [k] enfants. Le cinq [k] août.
c) dans les dates lorsque le nom du mois commence par une consonne. Ex.:
Le cinq [k] mai.
d) lorsqu’il s’agit du chiffre cinq.
Ex.: le cinq [k] romain
e) dans l’expression en cinq [k] sec. (= très vite)
Le q de cinq est muet devant les mots commençant par une consonne (les
exceptions à cette règle ont été mentionnées ci-dessus) ou par un h aspiré (on dit
aussi que le q de cinq est muet devant un nom pluriel commençant par une consonne
ou par un h aspiré).
Ex.: cin(q) francs, cin(q) cents, cin(q) mille; cin(q) héros, cin(q) harengs,
cin(q) haltes, cin(q) hannetons, etc.
N.B. On ne prononce ni q ni s dans le nom propre Cinq-Mars.
121
Le numéral cardinal (le quantifiant numérique) six
Ce numéral comporte trois prononciations:
1. Six prononcé [sis]
On prononce [sis] lorsque le mot est seul ou employé en fin de phrase, ou
devant de.
Ex.: Voyez la page six. En voilà six de faits. Le six de carreau.
Six est prononcé [sis] dans l’expression six-quatre-deux [siskatdø]
Ex.: Un ouvrage fait à la six-quatre-deux (= sans soin, à la hâte).
N.B. La consonne sourde finale [s] peut être prononcée devant les noms
de mois avril, août, octobre; néanmoins la prononciation avec [z1 est très répandue.

2. Six se prononce [si] devant un lexème qui commence par une consonne ou
un h aspiré.
Ex.: six francs [si ƒ ã], six femmes, vingt-six chevaux, six cents, six mille, six
hangars, tous les six jours.
3. Six se prononce [siz]. Dans ce cas, on remarque la sonarisation de s devant
une voyelle ou un h muet.
Ex.: Six ans. Six hommes. Six excellents artistes. Il y en a six aujourd’hui.
Le numéral cardinal (le quantifiant numérique) sept
Le [t] de sept se prononce toujours: sept francs [sεtƒ ã], sept cents [sεt sã],
sept mille [sεt mil].
Le numéral cardinal (le quantifiant numérique) huit
1. Le h de huit est aspiré. L’aspirée laryngienne h empêche les liaisons.
Ex.: Tous les huit jours. Quatre-vingt-huit. Cent huit. Deux cent huit.
N.B. Il y a liaison dans dix-huit, vingt-huit.

2. Huit se prononce [ it]


a) quand il est employé seul: huit
b) quand il se trouve en fin de phrase: nous serons huit
c) quand huit se trouve devant un mot commençant par une voyelle: huit
avions, huit étudiants.
d) quand huit se trouve devant un mot commençant par un h muet: huit hommes.
3. Huit se prononce [ i] quand il se trouve devant un mot commençant par
une consonne ou par un h aspiré
Ex.: Huit francs. Tous les huit jours. Vingt-huit chevaux. Huit cents. Huit
mille. Huit havresacs. Le huit mars.
Le numéral cardinal (le quantifiant numérique) neuf
1. Neuf est prononcé [nœf] dans les cas suivants:
a) quand ce nombre est isolé: neuf
b) quand il se trouve en fin de phrase, devant la pause.
Ex.: Il y en a neuf.
c) quand neuf se trouve en position finale dans un numéral formé par composition.
122
Ex.: dix-neuf, cent neuf.
d) quand neuf se trouve devant un mot qui commence par une consonne.
Ex.: Neuf bateaux de pêche.
e) quand neuf se trouve devant un mot qui commence par une voyelle.
Ex.: Neuf amis, neuf assiettes.
f) quand neuf se trouve devant un mot qui commence par un h muet.
Ex.: Neuf hirondelles.
2. Neuf est prononcé [nœv] seulement devant an, heures, hommes, autres (et
parfois devant enfants).
Ex.: Neuf ans, neuf heures, neuf hommes, neuf autres soldats, neuf enfants
(on prononce aussi [nœf ãfã]).
Le numéral cardinal (le quantifiant numérique) dix
1. Dix est prononcé [dis]
a) en fin de phrase, devant une pause:
Ex.: Ils sont dix. Il a misé sur le dix.
b) devant la préposition de:
Ex.: Le dix de carreau. En voilà dix de faits.
c) lorsque dix est en position finale dans un numéral composé.
Ex.: Soixante-dix, quatre-vingt-dix.
d) Dix-sept est prononcé [dissεt] ou [disεt]
Remarque. Devant les noms de mois commençant par consonne la prononciation
[dis] n’est pas très fréquente.
2. Dix est prononcé [di]
a) devant un nom qui commence par une consonne.
Ex.: Dix mille francs. Tous les dix jours.
b) devant un nom qui commence par un *h aspiré.
Ex.: Dix hérons. Dix hiboux. Dix héros.
3. Dix se prononce [diz]:
a) devant un mot qui commence par une voyelle.
Ex.: Dix ans. Dix autres soldats. Dix en voulaient aussi. Dix enfants.
b) devant un mot qui commence par un h muet.
Ex.: Dix hirondelles. Dix hommes.
Remarque. On prononce dix-huit [diz it] bien que le h de huit soit aspiré, et
dix-neuf [diznœf] bien que dix se trouve devant un mot qui commence par une
consonne.
Numéraux cardinaux employés comme noms
1. Les numéraux cardinaux sont employés comme noms pour désigner, selon
les cas:
a) le jour: Ils sont arrivés le deux (le trois, le quatre, etc.) de ce mois. Le
deux février. Nous partons le douze pour revenir le vingt.
b) le numéro d’une maison: il habite (au) 5, rue des Carmes.
c) le numéro d’une chambre à l’hôtel: Le client de la six, etc.
d) un pourcentage: Cinq (six, sept, etc.) pour cent (5%).
e) des opérations arithmétiques: cinq et deux font sept. Nombre divisible par
deux. Multiplier par cinq. Diviser par trois.
123
f) une carte à jouer: le sept de carreau, le huit de pique, le neuf de trèfle
g) la face d’un dé: le double 6.
h) la taille, la dimension, la pointure numéro…(d’un objet). Des gants du 7.
i) le calibre d’un canon, d’une arme à feu:
Le soixante-quinze (un canon de 75 millimètres).
Le cent vingt (un canon de 120 millimètres), un 7,65 (un pistolet de calibre
7,65), etc.
2. Les numéraux cardinaux sont employés comme noms dans certains syntagmes
et dans certaines phrases.
Ex.: Les Quarante de l’Académie française (les quarante membres de l’Académie
française (L’Académie a été fondée en 1634 par le cardinal de Richelieu). C’est
clair comme deux et deux font quatre. En moins de deux (= très vite).
Ne faire ni une ni deux (se décider rapidement).
Piquer des deux (= s’élancer au galop). Les Onze (= magistrats athéniens qui
jugeaient les affaires de simple police). La guerre de Quatorze (la Première Guerre
mondiale).

124
LES NUMÉRAUX ORDINAUX

Les numéraux ordinaux sont considérés comme de véritables adjectifs


(antéposés pour la plupart) étant donné qu’ils suivent les mêmes règles générales
que les adjectifs en ce qui concerne l’accord, etc.
Les numéraux ordinaux désignent l’ordre, le rang des animés et des non
animés. Ils sont dérivés, en général, des numéraux cardinaux qui les remplacent
parfois dans certains de leurs emplois ((Louis XIV (quatorze); acte V (cinq), etc.)).

Formation des numéraux ordinaux

Les numéraux ordinaux sont formés sur les numéraux cardinaux correspon-
dants auxquels on ajoute le suffixe -ième.
Le numéral ordinal unième correspond au numéral cardinal un. Unième (a. fr.
unime) se construit avec et: vingt et unième, trente et unième, quarante et unième.
Cent et unième. Mille et unième.
N.B. On peut remarquer que unième est employé dans les numéraux composés.

Afin d’ajouter le suffixe -ième pour former un numéral ordinal:


a) on supprime l’e final graphique des numéraux quatre, onze, douze, treize,
quatorze, quinze, seize, trente, quarante, cinquante, soixante, mille: quatrième,
onzième, douzième, treizième, quarantième, cinquantième, soixantième, millième.
b) on ajoute le graphème u à cinq → cinquième.
c) on change le graphème f en v graphique dans neuf → neuvième.
Lorsque le numéral ordinal est composé, on ajoute le sufixe -ième au dernier
numéral cardinal: dix-sept → dix-septième, dix-huit → dix-huitième, dix-neuf →
dix-neuvième.
Remarque. Devant les numéraux huit et huitième, onze et onzième, on ne fait
pas l’élision des articles le et la, le huit janvier, le onze août. Le huitième, la
huitième; le onzième, la onzième.
Quand deux numéraux cardinaux sont reliés par ou, on peut garder la forme
du numéral cardinal au premier numéral et donner au second seulement la forme en
-ième: Le sept ou huitième pour le septième ou le huitième (Littré) „Les façons
brusques et un peu sauvages de la douze ou treizième année” (P. Benoit, Chaussée
des Géants, Grev.).
Remarque. Le numéral ordinal pouvait être employé comme prédicat
(attribut) d’un pronom personnel (le verbe copule ou attributif étant sous-entendu).
Cette construction est employée dans toutes les étapes de developpement de la
125
langue française. Elle est considérée comme vieillie en français contemporain.
Cependant la langue littéraire l’emploie encore.
Ex.: Il partit lui quatrième (= il partit avec trois compagnons). „Et lendemain
quant jors apert / Monta ses oncles lui septième ((= Et le lendemain quand le jour
se leva, son oncle monta lui septième (= son oncle partit à cheval accompagné de
six cavaliers)); Huon le Roi, Vair Palefroi, 506. „Une nef en un port trouva, / Sei
(= soi) dozime dedenz entra” (Wace, Brut, 2561; F.B. et Grev.).
„Le Roi …est parti lui douzième, tout le reste après” (Mme de Sévigné, Lettre
me
à M de Grignan, 27 IV, 1672) „Monsieur le Prince étant au milieu de trois cents
chevaux, composés de tout ce qu’il y avait de personnes de qualité dans le parti,
s’en vit abandonné dès qu’on eut tiré trois mousquetades, et il demeura, lui
septième…” (La Rochefoucauld, Mémoires).
Il arriva lui troisème (Acad.) „Monsieur le curé, d’ailleurs, s’en régala, lui,
troisième” (Pourrat, Gaspard des Montagnes; Grev.).
Deux numéraux ordinaux ne viennent pas de cardinaux: premier et second.
Premier ((980, Passion (primer); début XIIe s. (premier)) est issu du lat. pri-
marius „qui est au premier rang”. Ce mot latin est tiré de primus.
Premier (fém. première) placé avant le nom peut signifier „qui vient en tête
d’une série”
a) quant au temps. Ex.: Le premier jour du mois, de l’année. La première
heure du jour. La première représentation d’une pièce.
b) quant à l’espace. Ex.: Le premier étage d’un gratte-ciel. Les premières
loges d’un théâtre. La première rue à droite.
c) quant au rang. Ex.: Les premières notions, les premiers rudiments d’une
science.
Premier (fém. première) placé après la nom:
Dans le domaine de la Logique, premier signifie „qui n’est pas déduit, qui
n’est pas défini au moyen d’autre chose”. Ex.: Terme premier. Proposition première.
Dans le domaine de la philosophie, premier a le sens de „qui contient en soi
la raison d’être des autres réalités”.
Ex.: Cause première (au-delà de laquelle on ne peut en concevoir d’autre).
Second ((1138, segonz, au cas sujet); XIIIe s. (second avec c d’après le latin))
est issu du lat. secundus, suivant, second, de sequi, suivre. La forme pour le féminin
de second [s gõ] est seconde [s gõd].
Il a les sens suivants:
1. Qui vient après une chose de même nature; qui suit le premier dans une
succession.
Ex.: Il a remporté ce prix pour la seconde fois. La seconde année de son
professorat (D.) Épouser en secondes noces.
N.B. Lorsqu’il a ce contenu sémantique, second se place devant le nom
mais il peut être placé après le nom avec les lexèmes tome, livre, chapitre,
chant, paragraphe.

2. Qui est considéré comme venant après le plus important, le meilleur.


Ex.: „Elle aimait les oeuvres de Brahms et elle le soupçonnait d’être un artiste
de second ordre; mais sa gloire lui en imposait.” (R. Rolland, Jean-Christophe.). Il
a acheté un billet de seconde classe. C’est un article de seconde qualité.
126
3. Qui constitue une nouvelle forme d’une chose unique.
Ex.: „Voilà l’état où les hommes sont aujourd’hui. Il leur reste quelque
instinct impuissant du bonheur de leur première nature, et ils sont plongés dans les
misères de leur aveuglement et de leur concupiscence, qui est devenue leur seconde
nature”. (Pascal, Pensées). L’habitude est une seconde nature.
3. Qui dérive d’une chose première
Ex.: Les causes secondes (par opposition à la cause première). „Si dans la
physique … on se proposait de chercher … quelle est la propriété première, essentielle
à la substance d’où peuvent dériver toutes les qualités secondes que l’expérience
découvre l’une après l’autre…” (Maine de Biran, Exam. leçons philos.; P.R.).
N.B. Dans ces structures lexicales, second est placé après le nom.

Remarques concernant l’emploi des numéraux ordinaux deuxième et second


Second apparaît dans les textes sous cette forme au XIIIe siècle, tandis que
deuxième ne date que du XIVe siècle. Au XVIIe siècle, suivant le Dictionnaire de
Littré, deuxième était encore peu employé.
À l’heure actuelle, on peut employer indifféremment second ou deuxième
aussi bien en parlant de plus de deux êtres ou objets qu’en parlant de deux êtres ou
objets.
Par conséquent, deuxième et second peuvent s’employer l’un pour l’autre.
Cependant les puristes distinguent ces deux numéraux ordinaux de la façon suivante:
à leur avis, deuxième devrait se dire lorsque l’énumération peut aller au-delà de
deux et second lorsque l’énumération s’arrête à deux. On doit donc dire qu’on
habite au deuxième étage si la maison en possède plus de deux, et au second si elle
ne comporte que deux étages.
N.B. L’emploi de second est obligatoire dans certaines expressions:
État second = état pathologique d’une personne qui se livre à une activité
coordonnée étrangère à sa personnalité manifeste; cette activité est interrompue
et oubliée par cette personne lorsque cet état cesse.
Ex.: État second des somnambules, des hypnotiques (P.R.)
Seconde vue = faculté dont certaines personnes seraient douées et qui
leur permettrait de connaître des faits, des événements dont elles ne sont pas
les témoins.

Emploi des anciens numéraux

Prime (réfection, d’après le latin primus de l’ancien français prin, lui-même


issu de primus) est maintenu dans la locution de prime abord (début du XVIIe s.) =
tout d’abord.
Ex.: „À l’usure des marches, au luisant noir des murailles, on prend de prime
abord conscience d’une antiquité extrême.” (P. Loti, Jérusalem)
Prime est employé au lieu de premier, première par certains écrivains.
Ex.: „Mortel, ange et démon, autant dire Rimbaud, /Tu mérites la prime place
en ce mien livre…” (Verlaine, Dédicaces). „Le prime vent du soir” (Genevoix,
Marcheloup).
Tiers (1080, Roland, adjectif „troisième”, sens conservé jusqu’au XVIIIe siècle).

127
Tiers pour „troisième” ne s’emploie plus que dans qulques expressions: Le
Tiers état ou Le Tiers (expression qui appartient à l’histoire et qui désigne le
troisième ordre après la noblesse et le clergé), le Tiers monde ou le Tiers Monde
(expression qui désignait les pays neutres).
Dans le domaine du Droit: Tiers arbitre ou tiers-arbitre, celui qui a mission
de départager des arbitres en désaccord. Tiers expert.
Dans le domaine de la médecine: Fièvre tierce (qui revient le troisième jour).
Dans le domaine de la logique: le principe du tiers exclu.
Tiers peut être nom masculin et alors il signifie la troisième personne: un
couple et un tiers.
Dans le domaine du Droit: Personne qui n’a pas été partie à un contrat, à un
jugement. Le demandeur, le défendeur et les tiers.
– Locution familière: Se moquer du tiers comme du quart, se moquer du tiers
et du quart: être indifférent à tout et à tous; ne tenir compte de rien.
Tiers, en tant que nom peut signifier la troisième partie d’un tout: un tiers de
la cour (la troisième partie de sa superficie), le premier tiers du siècle.
Quart (1080, Roland, adj. „quatrième” jusqu’au XVIe s.; XIVe s., n.m.,
„quatrième partie d’un tout”). Employé comme adjectif, il est conservé dans quelques
expressions:
Dans le domaine de la médecine: Fièvre quarte (fièvre dans laquelle les accès
reviennent le quatrième jour).
Dans le domaine de la vénerie: Quart an (quatrième année) d’un sanglier.
Dans le domaine de la littérature, au XVIIe siècle: „Un quart voleur survient
qui les accorde net / En se saisissant du baudet” (La Fontaine, Fables, I, 13).
Employé comme nom, quart est resté dans quelques expressions: Dépenser le
quart, les trois-quarts de son revenu.
Se faire servir un quart Vichy (= un quart d’une bouteille d’eau de Vichy).
Un quart de vin, de bière.
Et quart, un quart, moins le quart, locutions employées afin d’indiquer que
l’heure est dépassée ou précédée d’un quart d’heure: huit heures et quart, huit
heures un quart, huit heures moins le quart.
L’expression familière au quart de tour signifie „très vite.”
Passer un mauvais quart d’heure (= passer un moment pénible)
Quint ((1080, Roland, adj.; ce mot sort de l’usage, en général, après le XIVe
siècle); du lat. quintus)).
Il est resté avec le sens de „cinquième” dans: Charles-Quint, le pape Sixte-
Quint.
Dans le domaine de la médecine: Fièvre quinte.

Les numéraux ordinaux et les fractions

Les numéraux fractionnaires sont demi ⎛⎜ 1 ⎞⎟ , un tiers ⎛⎜ 1 ⎞⎟ , un quart ⎛⎜ 1 ⎞⎟ . Les


⎝2⎠ ⎝ 3⎠ ⎝4⎠
autres numéraux sont formés au moyen d’un numéral cardinal suivi d’un numéral
ordinal.
128
Ex.: un cinquième ⎛⎜ ⎞⎟ , quatre sixièmes ⎛⎜ 4 ⎞⎟ , trois huitièmes ⎛⎜ ⎞⎟ , six
1 3
⎝5⎠ ⎝6⎠ ⎝8⎠
dixièmes ⎛⎜ 6 ⎞⎟ . Dans la fraction quatre cinquièmes ⎛⎜ 4 ⎞⎟ , par exemple, le numérateur
⎝ 10 ⎠ ⎝5⎠
4 et le dénominateur 5 sont séparés par la barre de fraction.

L’accord du numéral ordinal

Le numéral ordinal s’accorde en genre et en nombre avec le nom auquel il se


rapporte.
Ex.: Les premiers jours d’hiver. Les premières hirondelles. Le premier rang.
Les premiers rangs.
Les secondes classes des avions.
N.B.1 Premier et second sont les seuls numéraux ordinaux qui
présentent au féminin des formes différentes par rapport à celles du masculin.
N.B.2 Les numéraux première, seconde, troisième deviennent des noms
lorsqu’ils sont employés pour indiquer des places dans un train, au bord d’un
avion, etc.
Ex.: Voyager en seconde. Prendre un billet de seconde. Prendre des
troisièmes (Acad.)
Autres numéraux

I. Les noms numéraux


A. Parmi les noms numéraux, il faut mentionner d’abord, million, milliard,
billion, trillion, quadrillion (ou quatrillion), quintillion, sextillion, septillion, octillion,
nonillion.
B. Quarteron et décade font aussi partie des noms numéraux.
Dans un usage régional, selon Paul Robert, quarteron signifie le quart d’un
cent pour les choses qui se vendent à la pièce. Un quarteron de pommes „Des
femmes qui vendaient des paquets de feuilles de vigne attachés par quarterons”
(Zola, Ventre de Paris). Dans l’usage courant, ce lexème a pris au XXe siècle le
sens de „petit nombre”, „petit groupe” (avec une nuance qui est souvent péjorative).
Ex.: „Ce n’était pas le peuple, mais un quarteron de conjurés monarchistes”
(Aragon; P.R.).
Décade (lat. decas, adis, du gr. dekas, ados, de deka „dix”) a plusieurs sens.
1. Période de dix jours qui divisait le mois dans l’ancienne Grèce.
2. Espace de dix jours qui remplaçait la semaine dans le calendrier pendant la
Révolution française de 1789.
3. Au début du XXe siècle, il a pris, sous l’influence de l’anglais le sens
„période de dix ans”. Ce lexème a été, en fr. cont., remplacé par décennie dans la
langue littéraire. Malgré l’usage qui lui est contraire, décade est employé parfois au
sens de décennie par certains auteurs: „De ce temps (je parle de la dernière décade
du XIXe siècle)” Duhamel; P.R.
C. Noms numéraux désignant des ensembles d’objets ou de personnes: couple,
paire, duo, triade (groupe de trois personnes ou choses).
129
D. Noms numéraux collectifs formés au moyen du suffixe -aine ajouté à certains
numéraux cardinaux:
huitaine, neuvaine, dizaine, douzaine, quinzaine, vingtaine, trentaine, quaran-
taine, cinquantaine, soixantaine, centaine, etc.
N.B. Millier est également considéré comme un numéral collectif.

E. Noms numéraux termines en -ain qui indiquent le nombre de vers d’une


strophe d’un poème:
quatrain, sixain, septain, huitain, neuvain, dizain, onzain, douzain
F. Noms numéraux terminés en -ennat:
quinquennat (fonction qui dure cinq ans), septennat (durée de sept ans d’une
fonction).
II. Les adjectifs numéraux (excepté les numéraux ordinaux)
a) les ajectifs numéraux terminés en -aire qui indiquent le rang:
primaire, secondaire, tertiaire, quaternaire.
b) les adjectifs numéraux terminés en -aire qui marquent l’âge par référence
aux dizaines d’années:
quadragénaire, quinquagénaire (cinquantenaire pour un événement), sexagé-
naire, septuagénaire, octogénaire, nonagénaire, centenaire, bicentenaire, millénaire, etc.
c) les adjectifs numéraux multiplicatifs: double, triple, quadruple, quintuple,
sextuple, décuple (qui est dix fois plus grand), centuple.
Ex.: „C’est un double plaisir de tromper le trompeur” (La F. II, 15). Le prix
de cette marchandise est triple de ce qu’il était il y a dix ans. „Cette église garde
quelque chose de la Grèce antique avec sa quadruple rangée de colonnes corin-
thiennes.” (Loti).
Ces adjectifs numéraux multiplicatifs sont aussi usités comme noms.
Ex.: dix-huit est le double de neuf. En raison de la spéculation, certains immeubles
se vendraient le triple de leur valeur.
d) les adjectifs numéraux terminés en -ennal:
biennal (qui dure deux ans; qui a lieu tous les deux ans), triennal, quadriennal,
quinquennal, sexennal, septennal, décennal.
e) les adjectifs numéraux terminés en -imal:
décimal, undécimal, duodécimal, vicésimal, etc.

130
LES DÉTERMINANTS INDÉFINIS

Les classement des déterminants indéfinis varient d’un auteur à l’autre.


M. Arrivé et alii dans la Grammaire d’aujourd’hui, Paris, Flammarion, 1986,
divisent les déterminants indéfinis en quantificateurs (ou quantifieurs) et non-
quantificateurs.
A. Les quantificateurs sont divisés en:
a) les quantificateurs de l’ensemble vide (aucun, aucune; nul, nulle; pas un,
pas une)
b) les quantificateurs de la singularité (quelque; certain, certaine)
c) les quantificateurs de la pluralité (plusieurs; certains, certaines; maint,
mainte, maints, maintes; quelques; divers, diverses; différents, différentes)
d) le quantificateur de la totalité (tout, toute)
e) le distributif chaque
B. Les non-quantificateurs (ou non-quantifieurs) comprennent:
1. Les identificatifs d’identité (même, mêmes).
2. Les identificatifs de non-identité (autre, autres).
3. Les comparatifs (tel, telle, tels, telles).
Remarque. Les quantifieurs de la singularité certain, certaine, les quantifieurs
de la pluralité: quelques, divers, diverses, différents, différentes, les non-quantifieurs
identificatifs (ou identifiants) même, mêmes; autre, autres, les non-quantifieurs
comparatifs tel, telle, tels, telles ont la possibilité d’apparaître entre l’article (ou un
autre déterminant) et le nom.
Suivant Hervé Béchade (Phonétique et morphologie du français moderne et
contemporain, Paris, PUF, 1992, les déterminants indéfinis qu’il appelle adjectifs
indéfinis peuvent désigner:
a) une quantité nulle (masc. sing.: aucun, nul, pas un; fém. sing.: aucune,
nulle, pas une; masc. pl.: aucuns, nuls; fém. pl.: aucunes, nulles).
b) une quantité partielle (masc. sing.: certain, maint, quelconque, quelque;
fém. sing.: certaine, mainte, quelconque, quelque; masc. pl.: certains, différents,
divers, maints, plusieurs, quelconques, quelques; fem. pl.: certaines, différentes,
diverses, maintes, plusieurs, quelconques, quelques).
c) la quantite totale (masc. sing. chaque, tout; fém. sing. chaque, toute; masc.
pl. tous; fém. pl. toutes.
d) l’identité (masc. sing. même, tel; fém. sing. même, telle; masc. pl. mêmes,
tels; fém. pl. mêmes, telles).
e) l’altérité (masc. sing. autre; fém. sing. autre; masc. pl. autres; fém. pl. autres).

131
Les déterminants indéfinis qui désignent une quantité nulle
(les quantificateurs ou quantifieurs de l’ensemble vide)

Aucun
Formes: masc. sing. aucun [ok ]; fem. sing. aucune [okyn]; masc. pl.
aucuns [ok ]; fem. pl. aucunes [okyn].
Aucun, origine étymologique: lat. pop.aliquunus, de aliquis, quelqu’un, et
unus, un seul.
A. Aucun est en général employé avec une valeur négative et, dans ce cas, il
est quantitativement du degré zéro; il marque une quantité nulle. „Il exprime la
négation portant sur un substantif exprimé ou représenté” (le Lexis).
1º. Aucun accompagné de la particule ne. Précédé ou suivi de la particule ne,
il marque la quantification nulle du nom ou du GN qu’il détermine.
Ex.: Il n’a trouvé aucun ouvrage sur la question qu’il devait étudier. Il ne
faisait aucun bruit. „Elle ne perdait aucune occasion de recruter des adeptes”
(Martin du Gard, Thib.). Aucun ami n’est venu le voir. „Aucune vie n’est assez
courte pour que l’ennui n’y trouve sa place” (Renard, Journal).
„Aucun chemin de fleurs ne conduit à la gloire” (La F. X, 14). „On méprise
tous ceux qui n’ont aucune vertu” (La Rochefoucauld, Maximes). Il n’a reçu
aucune visite.
Remarques I. Aucun peut s’appuyer à un représentant de nom.
Ex.: Aucun d’eux n’a voulu répondre à ces questions. Aucun de ceux-là n’a
participé à l’élaboration de ce projet.
Aucun d’eux ne réussira à battre ce record.
II. Aucun, déterminant indéfini peut être employé par ellipse d’une façon
absolue.
Ex.: „Les élèves se divisèrent en groupes. Julien n’était d’aucun” (= d’aucun
de ces groupes; L.B.). Chaque soldat faisait partie d’un peloton. Henri récemment
arrivé au régiment n’en faisait encore partie d’aucun.
III. Dans la phrase négative, aucun exclut pas et point. Il peut se construire
en revanche avec plus, jamais et ni.
Ex.: Je n’y vois plus aucun inconvénient. Je n’y vois plus aucun remède
(Acad.) Aucun grammairien n’a jamais critiqué cette tournure. Il n’a jamais fait
aucune faute. Je n’ai jamais fait aucun mal. „Votre chien ni aucun chien, au
monde ne vous la pourrait rapporter” (J. Aicard, L’illustre Maurin; P.R.). Aucun
ordre ni aucune demande instante ne purent le faire changer d’avis.
N.B. Dans le français classique aucun pouvait se construire avec ne…pas
ou ne… point.
Ex.: „Vous ne pouvez pas tirer aucun avantage de l’opinion de Vasquez”
(Pascal, Prov.). „Cet état si violent … n’a pas eu le loisir de faire aucune
impression” (Sévigné, 1691).

IV. Si aucun est répété et si les noms sont de genres différents, on doit placer
le nom masculin accompagné de l’indéfini aucun après le nom féminin et faire
l’accord pour le masculin pluriel.
Ex.: Aucune valise, aucun paquet ne m’ont été remis.
132
Aucun au pluriel exprimant la négation
En général, en fr. cont., aucun ne prend la marque du pluriel que devant des
noms qui n’ont pas de singulier ou qui ont au pluriel un sens particulier (qui
changent de sens au pluriel).
Ex.: Sans aucuns frais. Sans aucuns ciseaux. On ne lui fit aucunes funérailles.
Remarque. L’emploi d’aucuns, aucunes, formes du pluriel d’aucun(e) est toléré.
Ex.: „Aucunes choses ne méritent de détourner notre route” (Péguy, Esprit du
système; Grev.). Il n’a aucuns besoins.
2º. Aucun peut être accompagné de sans
Ex.: L’amour naît brusquemant sans aucune réflexion. Il a récité le poème
sans aucune excuse. Il est sans aucune patience. Il réussira à ce concours sans
aucun doute.
„Sans réserve aucune” (Molière, Sganarelle, 7). „Il y a des hommes qui, dans
la vie, marchent tout droit et sans hésitation aucune” (Daniel-Rops, Saint-Paul; Grev.).
3º. Aucun peut être suivi par autre.
Ex.: Il a parlé mieux qu’aucun autre.
Aucune autre inscription ne sera reçue.
N.B. Dans ces exemples autre est nominal.

4º Aucun peut s’employer sans négation formelle dans les constructions elliptiques.
Ex.: „Jean Valjean écouta. Aucun bruit” (V. Hugo, Misérables). Il regarda
dans la rue: aucun passant.
B. Aucun peut être employé avec une valeur positive, au singulier de même
qu’au pluriel. Dans ce cas, il a le sens de quelque. Aucun a eu au début ce sens en
ancien français et même au XVIIe siècle, en français classique. C’est à partir du
XVIIe siècle que le déterminant indéfini aucun a pris un sens négatif.
Ex.: Croyez-vous que le pouvoir ait aucun charme pour moi? (Acad.). „Une
des meilleures critiques qui ait été faite sur aucun sujet est celle du Cid” (La Bruyère,
Les Caractères). „Ce n’est pas que j’en aie fui ou négligé aucunes occasions”
(Corneille, Andromède). „Non que pour moi sans vous ce trône ait aucun charme”
(Corneille, Othon, IV, 1). Cet ouvrage est le meilleur qu’on ait fait dans aucun
pays sur ce sujet (Acad.).
„Comme si la raison pouvait mépriser aucun fait d’expérience” (Barrès,
Colline inspirée).
„Mais qu’importe Seigneur, qu’elle écoute aucuns vœux?” (Corneille, Théodore,
v. 313).
Remarques. 1. On fait la liaison entre le déterminant indéfini aucun et un
mot suivant commençant par une voyelle ou un h muet.
Ex.: Aucun homme. Aucun élève.
2. Aucun est variable en genre et en nombre.
Nul
Formes: masc. sing. nul; fém. sing. nulle; masc. pl. nuls; fém. pl. nulles.
Origine étymologique. Ce mot apparaît pour la première fois dans les Serments
de Strasbourg (le 14 février 842): „Et ab Luther nul plaid nunquam prindrai qui
133
meon vol cist meon fradre Karle in damno sit” (= et avec Lothaire je ne traiterai
jamais nul accord qui soit, par ma volonté, au préjudice de mon frère Charles, ici
présent”).
Nul est déterminant indéfini lorsqu’il est placé devant le nom. Il appartient
surtout à la langue cultivée. On le retrouve souvent dans la langue poétique et dans
les expressions proverbiales. Il n’est employé par la langue populaire que dans la
locution nulle part. Il peut marquer une exclusion plus forte que le déterminant
indéfini aucun.
Nul est variable en genre et en nombre.
Nul se construit généralement avec ne ou sans.
1. Nul employé avec ne
a) Nul est construit avec un nom au singulier.
Ex.: Nul citoyen ne doit ignorer la loi. Nulle affaire n’est plus urgente.
Je n’ai nulle envie de faire cette démarche.
Nulle peine ne lui coûte.
b) Nul est construit avec un nom au pluriel
En général, nul doit se mettre au pluriel seulement devant un nom qui n’a pas
de singulier. Cependant, cette règle n’est pas respectée.:
Ex.: Nulles funérailles n’atteignirent jamais à une telle pompe. Nuls frais
supplémentaires ne seront acceptés. Ils n’avaient pris nulles précautions. „Ils croiront
que ces monstres obéissent à des forces que nuls esprits ne peuvent définir”
(A. France, Révolte des anges). Il n’y a nuls vices extérieurs et nuls défauts du corps
qui ne soient aperçus par les enfants. On ne peut espérer avoir de procès sans nuls
frais. Nulles troupes n’étaient mieux disciplinées que celles de Napoléon Ier (Augé).
„Nulles actions remarquables, nuls hommes dignes d’être distingués ne peuvent
se dérober longtemps aux regards d’une assemblée qui veut et peut tout voir” (Besch.).
2. Nul employé avec sans
Ex.: Vous pouvez parler sans nulle crainte. „Homme fort ami de la joie, /
Sans nulle attache, et sans souci” (La F., Contes, Fiancés).
„Si ce visage était celui d’un homme, il exprimerait sans nul doute un
mélange d’amertume, de colère, d’ironie” (Duhamel, Plaisir et jeux; P.R.). Tous
les hommes sont mortels sans nulle exception.
3. Nul peut être suivi de autre qui exprime la non-identité.
Ex.: Nulle autre industrie n’aurait plus besoin que celle-ci de cette technique
de pointe. Cette profession ne peut se comparer avec nulle autre.
„La Mort a des rigueurs à nulles autres pareilles: … Et la garde qui veille aux
barrières du Louvre / N’en défend point nos rois” (Malherbe, Consolation à M. du
Périer). L’on pourrait même dire que nul autre peuple n’aurait plus besoin que lui
de l’étranger; et que sans un apport de l’extérieur il risquerait d’amenuiser mortel-
lement sa substance” (Gide, Journal; P.R.).
Nul adjectif qualificatif
Nul placé après le nom est adjectif qualificatif (nul = qui est de valeur nulle;
qui se réduit à rien; qui est sans existence).
Ex.: Les équipes de football ont fait match nul. C’est une garantie nulle.
„Jean Valjean marcha à la grille et crispa ses deux poings sur les barraux; la
secousse fut frénétique, l’ébranlement nul” (V. Hugo, Misérables).
134
Remarque. Nul, en tant qu’adjectif qualificatif peut remplir la fonction
d’attribut.
Ex.: Ce testament est nul parce qu’il n’est signé ni daté.
Pas un [pAz ], pas une [pAzyn]
Ce déterminant indéfini exprime avec force l’idée négative qui exclut toute
quantité nombrable. Il signifie „absolument aucun.” Il a un féminin, pas une, mais
il n’a pas de pluriel.
1. Pas un (pas une) accompagné de ne
Ex.: Pas une feuille ne bougeait dans les arbres. Pas un mot d’encouragement
n’avait été prononcé par ses amis. Pas une expérience ne lui a réussi.
2. Pas un peut s’employer avec ellipse de ne et de verbe. Il est parfois
renforcé de seul.
Ex.: Pas un nuage dans le ciel bleu; le soleil brillait d’un vif éclat. „Pas un
seul orphelin devant ce monument aux Morts” (Giraudoux, Bella).
„La Cigale ayant chanté/ Tout l’été,/ Se trouva fort dépourvue /Quand la bise
fut venue;/ Pas un seul petit morceau / De mouche ou de vermisseau” (La F. I, 1).
Pas un pieton dans la rue pendant cette averse!

Les quantificateurs (ou quantifieurs) de la singularité


Les quantifieurs de la singularité sont quelque, n’importe quel, certain.
Ces déterminants indéfinis désignent une quantité partielle.
Quelque
Quelque est formé de quel (lat. qualis) et de la particule conjonctive que. Il
apparaît dans les textes au XIIe siècle.
Il est le morphème de l’indétermination. Il fait porter l’indétermination soit
sur un être ou une chose soit sur une substance non décomposable (insécable), un
nom massif.
Quelque peut avoir les sens suivants: un …quel qu’il soit, un … quelconque;
une certaine quantité de …, un peu de (lorsqu’on parle de choses qui se mesurent).
Quelque peut marquer l’indétermination concernant:
a) l’identité. Ex.: Je trouverai bien quelque médecin qui puisse guérir mon
frère. Je consulterai quelque avocat sur cette affaire. „Vois s’il s’offre à tes yeux
quelque grand de ma cour” (Racine, Esther, II, 4).
„Et quelle est cette peur dont leur coeur est frappé, / Seigneur? Quelque
Troyen vous est-il échappé” (Racine, Andromaque, I, 4)
b) la quantité
Ex.: On doit laver toujours l’enfant avec quelque eau tiède. „Je fis quelques
carambolages, j’en manquai quelques autres” (Maupassant, Contes choisis; L.B.).
Adresser quelques paroles de bienvenue à quelqu’un. Hier, il a invité quelques
amis à une partie de chasse. „Il suffisait de quelque (= un peu de) tempérance et
d’une bonne conduite” (Céline, Voyage au bout de la nuit; Grev.).
c) le temps. Ex.: À quelque temps de là, Marie et François se sont mariés à
Nice. Il passera quelques jours dans une station balnéaire. Il reviendra dans
quelques minutes.
135
d) l’espace. Ex.: „À quelque distance de Chardonneux, il y avait un gué à
passer. Il avait beaucoup plu depuis un mois à peu près, en sorte que la rivière
débordait et couvrait les prés d’alentour.” (Musset, Contes, Pierre et Camille; P.R.).
À quelque distance de la forêt, on pouvait apercevoir l’étang. Chaque dimanche il
faisait à pied quelques kilomètres pour se rendre à sa maison de plaisance; il
s’efforçait à cet exercice par hygiène.

Quelque employé après si


Quelque s’emploie parfois après si.
Ex.: Si quelque importun venait m’ennuyer, je le mettrais à la porte.
„Si quelque soldat, si quelque lieutenant veut être plus hardi” (Fr. Coppée: L.B).
Remarque. Lorsque quelque est employé devant un nom de nombre il indique
l’approximation (= à peu près, environ, approximativement). Dans ce cas, il est
adverbe et, par conséquent, il est invariable.
Ex.: Elle avait alors quelque cinquante ans. Il a gagné son procès, il y a
quelque quinze ans. Il marcha quelque cent pas dans le sentier.

N’importe quel, n’importe quelle (= une chose, une personne quelconque,


quelle qu’elle soit)
N’importe, ancienne expression verbale, s’ajoute à quel pour former N’importe
quel.
Ex.: Dans n’importe quel village, on peut trouver une mairie, une église et
une école. Ouvrez n’importe quel journal vous y lirez cette bonne nouvelle.
N’importe quelle pharmacie pourrait vous fournir ce médicament.
Son discours pouvait convaincre n’importe quel auditeur.
Certain, certaine
(XIIe s.; lat. pop. certanus, lat. classique certus, assuré)
Formes: masc. sing. certain [s t ]; fém. sing. certaine [s t n]
Devant un nom commençant par une voyelle on un h muet, on fait la liaison
avec dénasalisation: Un certain éclat [ -s t nekla]. Un certain hiver
[ s -t niv ].
A. Certain placé devant le nom
Ce déterminant indéfini indique qu’on ne veut pas ou qu’on ne peut pas
préciser de qui ou de quoi il s’agit.
a) Certain se place ordinairement entre l’article indéfini un, une et le nom.
Dans ce cas, il a le sens de „imprécis” , „difficile à préciser”.
Ex.: Un certain jour de mai (Acad.). Il sentit une certaine déférence pour
cette femme (= une déférence d’une grandeur indéterminée mais pourtant appréciable).
Le chalet se trouvait à une certaine distance du sommet de la montagne. „Un
certain loup, dans la saison/ Que les tièdes zéphirs/ Ont l’herbe rajeunie. Un loup,
dis-je, au sortir des rigueurs de l’hiver,/Aperçut un cheval qu’on avait mis au vert”
(La F.,V, 8). „Un certain rat, las de soins d’ici-bas...” (La F., VII, 3). „Ils s’assemblent
tous les jours à une certaine heure dans un temple” (La Bruyère, Caractères).
136
Remarque I. Au moyen de un certain, on peut chercher à atténuer l’idée
exprimée par l’indétermination.
Ex.: Il a un certain courage. Il possède une certaine autorité sur ses subor-
donnés. Il fait preuve d’une certaine témérité.
Remarque II. Le syntagme un certain suivi d’un nom propre de personne
peut exprimer:
a) le fait que l’on ne connaît pas bien la personne dont il s’agit mais sur laquelle
on attire néanmoins l’attention.
Ex.: Un personnage influent dans le Ministère était un certain monsieur Duval.
Un certain monsieur Dupont l’a pris à partie.
b) une nuance de dédain.
ex.: Un certain M. Naville qui n’est pas comme dit Toinette, sur mes tablettes
parmi les grands philosophes...” (Kemp; Grev.). „...quoiqu’elle ait fait voir de l’amitié
pour un certain Léandre...” (Molière, Méd. malgré lui, I, 4). Vous souvenez-vous
d’un certain monsieur André qui avait été accusé d’avoir détourné des fonds ?
B. Certain placé devant le nom, mais employé sans article dans la langue
littéraìre.
Certain a la possibilité de se construire comme l’article défini, le déterminant
possessif ou le déterminant démonstratif.
C’est pourquoi, il peut apparaître seul devant le nom.
Ex.: „Certain renard gascon, d’autres disent normand,/ Mourant presque de
faim, vit au haut d’une treille/ Des raisins mûrs apparemment” (La F., III, 11).
„Certain jour de concours de récitation, j’eus une brusque révélation” (Gide,
Si le grain). J’ai lu cette phrase dans certain auteur du XVIIIe siècle (le Lexis) „Il eut
peur une fois. Ce fut certain jour où...” (Béraud, Vitriol de lune, L.B.).
C. Placé après un GN ou après le verbe être, certain est un simple adjectif
qualificatif et signifie „qui est indubitable, incontestable, sûr”.
Ex.: C’est une chose certaine. Il court un danger certain. La Terre tourne:
c’est un fait certain. Son témoignage est d’une valeur certaine. Ce sont des
histoires certaines. Elle a une élégance certaine (= indiscutable).
„Peut-être jamais, peut-être demain; mais pas aujourd’hui, c’est certain”
(Carmen, opéra-comique; G.M.). La bonne foi de notre interlocuteur était certaine.
Je suis certain de sa victoire. Il est certain d’avoir fait de son mieux.

Les quantifieurs (quantificateurs) de la pluralité


Les quantifieurs de la pluralité sont: plusieurs; certains, certaines; quelques;
divers, diverses; différents, différentes; maint, mainte, maints, maintes.
N.B. Quelques, divers, diverses, différents, différentes ont la possibilité
d’apparaître entre l’article (ou un autre déterminant) et le nom.

Plusieurs
((1080, Roland (plusurs), 1325 (plusieurs); lat. pop. plūsiorěs, forme de com-
paratif ayant remplacé en bas lat. le class. plūres, plus nombreux)).
Plusieurs signifie plus d’un, un certain nombre. Il indique une pluralité de
personnes ou de choses; il n’indique pas un nombre très élevé.
137
Ex.: Il a invité plusieurs collègues à une partie de pêche. Il est venu plusieurs
fois. J’ai reçu plusieurs visites. „Il ne retrouva pas le chemin de l’hôpital et dut
demander sa route à plusieurs reprises” (Simenon; le Lexis). Il a rencontré plusieurs
savants connus à ce congrès. „En ordonnant les notes qu’il accumule, il aurait la
matière de plusieurs grands livres” (Maurois, Études litt., t. I). „Sur cet œil malade,
mon père appliqua pendant plusieurs jours des compresses à l’eau d’iris” (Duhamel,
Invent. de l’abîme; P.R.). Il est venu plusieurs fois.
Remarque I. Plusieurs peut être coordonné par ou aux déterminants numéraux
cardinaux un et deux.
Ex.: Les plus grands poètes ont une ou plusieurs figures de femme à l’origine
de leurs meilleures œuvres. Un terme peut être formé de deux ou plusieurs mots.
„L’association est la convention par laquelle deux ou plusieurs personnes mettent
en commun d’une façon permanente leurs connaissances ou leur activité”... (Loi du
1er juillet 1909).
Remarque II. Plusieurs, déterminant indéfini, peut être remplacé parfois par
différent.
Ex.: Il en a parlé à plusieurs avocats. Il en a parlé à différents avocats.
Certains, certaines
Ces déterminants indéfinis ont presque la même valeur au pluriel qu’au singulier.
Ils signifient „quelques-uns, quelques-unes parmi d’autres” et peuvent désigner une
catégorie à l’intérieur d’un ensemble, une quantité et une intensité faible.
Ils indiquent une pluralité imprécise avec nuance partitive. Ils présupposent
qu’il existe un ensemble d’êtres ou d’objets et qu’on extrait de celui-ci une quantité
restreinte. Ces formes se construisent sans article dans l’usage courant et parfois
avec de dans la langue littéraire.
Ex.: Certaines personnes préfèrent le cinéma au petit écran. Certains insectes
comme l’abeille et le ver à soie ont contribué au développement de l’économie de
certaines régions. Certaines eaux minérales sont bonnes pour les maux d’estomac.
„Certains préjugés, sucés avec le lait/ Deviennent nos tyrans jusque dans la vieillesse”
(Chénier; Besch.).
Certains (certaines) se construit parfois avec de2 dans la langue littéraire.
Ex.: Il y a de certaines choses pour lesquelles on éprouve de la répugnance
(Acad.). „Il y a sans mentir, de certains mérites qui ne sont pas faits pour être
ensemble, de certaines vertus incompatibles” (La Bruyère, Les Caractères). „Il
serait peut-être excessif de prétendre que je ne souhaite pas, à de certaines heures...
y aller de mon petit voyage...” (Colette, Retraite sentimentale; Grev.). „On croirait
à de certains moments qu’il vous voit penser” (Bourget, Lazarine).
Remarque. Certains (certaines) est parfois employé en corrélation avec d’autres.
Ex.: Certains élèves jouaient dans la cour de l’école, d’autres étaient assis sur
des bancs.
Quelques
Au pluriel, quelque désigne un nombre imprécis, peu élevé, un petit nombre.
Il peut apparaître entre l’article et un nom ou entre un autre déterminant et un nom.
Ex.: Les quelques fleurs. Mes quelques fleurs. Ces quelques fleurs, etc.
_______________
2
L’article réduit de.
138
Les quelques musées parisiens que j’ai visités ont fait sur moi une vive
impresssion. Les quelques biens qu’il tenait à conserver étaient grevés d’hypothèques.
Il va revenir dans quelques minutes. Les quelques articles qu’il a écrits ne suffisent
pas à expliquer sa notoriété (le Lexis). Adressez quelques paroles de bienvenue aux
invités ! J’ai acheté quelques boîtes de sardines. Ce n’est pas avec ces quelques
livres qu’il puisse constituer une bibliothèque. Ils ont fait quelques pas ensemble
avant de se séparer.
Remarque. Le syntagme et quelque(s) placé après un déterminant numéral
indique que ce nom de nombre est augmenté de quelques unités, qu’il marque une
addition peu importante.
Ex.: Cinquante et quelques mille francs de bénéfice. Trente et quelques mille
francs de revenus.
Quelques peut s’employer comme déterminant dans les circonstants concessifs
constitués d’une proposition à verbe fini au subjonctif.
1. Quelques est suivi d’un nom et de la conjonction que (Quelques + nom + que).
Ex.: Quelques arguments que vous présentiez, vous ne convaincrez personne.
„Quelques folies qu’aient écrites certains physionomistes de nos jours, il est certain
que l’habitude de nos pensées peut déterminer quelques traits de notre physio-
nomie” (Chamfort; P.R.). Quelques maîtres qu’il se soit donnés, il n’a pu profiter
ni de leurs leçons ni de leurs exemples.
2. Quelques est suivi d’un adjectif qualificatif, d’un nom et de la conjonction
que (Quelques + adjectif qualificatif + nom + que).
Ex.: Quelques grands talents que vous possédiez, soyez modestes. „Quelques
grands avantages que la nature donne, ce n’est pas elle seule, mais la fortune avec
elle qui fait les héros” (La Rochefoucauld, Maximes).
Remarque. Quelque faisant partie de la locution quelque... que est adverbe
s’il acccompagne un adjectif suivi de que.
Ex.: Quelque puissants qu’ils soient, je ne les crains point (Acad.). Quelque
grands qu’ils soient, ils sont ce que nous sommes.

Divers, diverses
(1119, Ph. de Thaun, lat. diversus, opposé, part. passé de divertere; en bas
lat. a signifié „varié”).
Divers suivi d’un nom au pluriel ajoute à la quantification la notion de variété
des êtres ou des objets présentés. Divers, employé avec un nom au pluriel présente
„des différences intrinsèques et qualitatives en parlant des choses que l’on
compare” (P. Robert).
Suivant Hanse (op. cit., p. 334) divers ajoute l’idée de diversité, de différence
à celle de «quelques».
Ex.: L’avocat produira divers témoins. Diverses personnes ont donné leur avis
sur cette question. „– Est-ce que tu as beaucoup de choses à me vendre cette semaine?
– Disons que j’ai divers articles qui sont susceptibles à t’intéresser” (P.R.).
Ce lexème a divers sens, diverses acceptions. Elle a essayé diverses crèmes de
beauté sans résultat appréciable. Il a parlé à diverses personnes (Acad.).
Remarque. Divers n’admet pas l’emploi de la forme de antéposée. On dit
„ce mot a diverses acceptions” et non pas de diverses acceptions.
139
Hanse (op. cit., p. 335) précise qu’on ne devrait pas employer la forme de
dans une phrase de M. Droun extraite de La chute des corps où „apparaît la
construction à de diverses profondeurs”.
Placé après le nom, divers s’emploie comme adjectif qualificatif.
Ex.: Les hommes ont des caractères divers. L’homme est un être divers.
Ces fleurs ont des couleurs très diverses.
Cette armoire renferme des vêtements très divers.
Différents, différentes
Différents se dit des non-animés et des animés qui ne sont pas semblables. Ce
déterminant indéfini marque une pluralité et une diversité.
Ex.: J’ai lu différents articles consacrés à ce sujet. „Il y a différents degrés dans
cette aversion pour la vérité” (Pascal, Pensées). „Sur différentes fleurs l’abeille se
repose” (La F. IX, 20). Il a refusé pour différentes raisons, pour différents motifs.
Différentes occupations le retiennent. Je l’ai entendu dire à différents témoins de
l’accident (Acad.). „Différentes espèces d’arbres et d’arbrisseaux composent les
taillis mêlés et confondus comme il plaît à Dieu” (Mérimée; Dj.).
Maint
((XIIe s.; soit du gaulois manti (cf. gallois maint, irl. meit), soit du croisement
du latin magnus et du latin tantus, soit du germ. manigipô – „grande quantité”)).
Formes: masc. sing. maint [m ]; fém. sing. mainte [m t]; masc. pl. maints
[m ]; fém. pl. maintes [m t].
Diachronie. Maint est fréquemment employé du XIIe au XVIe siècle. Au
e
XVII siècle, Malherbe condamne maint, maint et maint.
La Bruyère prend la défense de ce mot dans Les Caractères:
„Maint est un mot qu’on ne devait jamais abandonner et par la facilité qu’il y
avait à le couler dans le style et par son origine qui est française”. Parmi les
écrivains qui emploient ce lexème au XVIIe siècle, il faut citer Scarron, La
Fontaine, Boileau, Molière. Après le XVIIIe siècle, maint est entré de nouveau en
usage, surtout dans la langue littéraire. En français contemporain, il est employé
par de nombreux écrivains.
Maint (masc. pl. maints; fém. sing. mainte, fém. pl. maintes) a le sens de
„plusieurs, un grand nombre de, plus d’un”.
I. Maint employé au singulier a ordinairement le sens de plus d’un.
Ex.: Maint joyau dort enseveli/ Dans les ténèbres et l’oubli/, Mainte fleur
épanche à regret/ Son parfum doux comme un secret” (Baudelaire, Fleurs du mal).
Je l’ai rencontré en mainte occasion. „J’oublie sûrement maint livre et maint
auteur” (Sartre, Situations). Au cours de sa vie il eut l’occasion de servir maint
ministre. „Ta robe de Bohème onduleuse et lamée/ Où l’or parmi la soie allume
maint éclair” (Samain, Le chariot d’or; P.R.). „On trouve mainte épine où l’on
cherchait des roses” (Regnard, Le distrait). Il a écrasé maint volatile sur la route au
cours de sa randonnée.
II. Maint employé au pluriel (masc. maints; fém. maintes) a le sens de nombreux,
un grand nombre de.
Ex.: Il revint à maintes reprises. Il a couru maints dangers. „Il sortit de la
salle non sans s’être retourné maintes fois” (Duhamel, Salavin). Maints ruisseaux
font de ce pays un site merveilleux. Il a raconté cette histoire maintes fois.
140
Les locutions maint et maint; mainte et mainte; maints et maints; maintes et
maintes.
Ex.: „Le Dr. Renon était bègue. C’était, à vrai dire un ancien bègue ou mieux
un bègue intermittant, en ce sens qu’il avait adopté des disciplines, fait maint et
maint exercice, châtié la carcasse et obtenu finalment gain de cause” (Duhamel,
Biolog. Fantômes; P.R.) Il a fait mainte et mainte remarque. Maintes et maintes
fois j’avais entendu parler de cette affaire. Il a été averti à maintes et maintes
reprises. Je l’ai rencontré maintes et maintes fois. Il a reçu maints et maints
messages de sympathie.
Le quantificateur (quantifieur) de la totalité: tout (Xe s. Valenciennes;
lat. pop. tottus avec redoublement expressif; lat. clas. to tus, tout entier)
Formes: masc. sing. tout; fém. sing. toute; masc.pl. tous; fém. pl. toutes.
Tout en tant que déterminant indéfini peut être déterminant proprement dit ou
prédéterminant (Tout présente la particularité syntaxique de pouvoir être antéposé
à un groupe nominal ayant comme spécifieur un article, un possessif ou un
démonstratif. Dans ce cas tout est un prédéterminant dans le sens qu’il est placé
devant un autre déterminant).
Tout employé en tant que déterminant indéfini proprement dit (Tout utilisé
sans être précédé d’un autre déterminant).
A. Exployé au singulier tout peut signifier:
1. N’importe quel, n’importe quelle; n’importe quelle espèce; un quelconque;
un individu pris au hasard parmi l’ensemble.
Tout peut avoir aussi une valeur proche de chaque, mais distincte.
Ex.: Tout homme est mortel. Tout hommme est faillible. „Tout artiste qui se
propose autre chose que le beau n’est pas un artiste à nos yeux” (Nerval). „Tout
orage a son temps, toute haine s’éteint/ Le ciel toujours redevient pur/ Toute nuit
fait place au matin” (Aragon, Roman inachevé).
Toute vérité n’est pas bonne à dire.
Toute peine mérite salaìre.
2. Unique, seul (Tout est, dans ce cas, précédé de pour).
Ex.: Pour tout vêtement, elle ne portait qu’un bikini. Pour tout bagage, il
n’emportait qu’une petite valise. „Pour toute réponse, mademoiselle Préfère soupira
profondément, pressa sur son coeur sa mystérieuse pèlerine et contempla de nouveau
la petite spirale de papier” (France). „Pour toute ambition, pour vertu singulière,/ Il
excelle à conduire un char dans la carrière” (Racine, Britannicus, v. 1471).
B. Tout (pl. tous, toutes) employé au pluriel devant le nom peut signifier „les
uns et les autres sans exception, la totalité sans exception”.
Ex.: Vous devriez comprendre, Monsieur, que les circonstances ont rendu
impossibles toutes relations entre vous et mon fils” (Lacratelle, Silbermann). Toutes
réunions et tous cortèges étaient interdits” (De Gaulle, Mémoires de guerre; Grev.).
„Un petit bordeaux, un demi-setier de picolo, de beaujolais, enfin tous vins qui
t’iront droit au coeur” (Vildrac, Le paquebot Tenacity).
141
1. Le formes tout [tu], toute [tut] placées devant le nom, et précédées d’une
préposition ((tours prépositionnels formés avec tout (toute) au singulièr)).
Expressions du type préposition + tout (toute) + nom, toujours au singulier.
Ex.: À toute allure (= très vite, à toute vitesse). Il marchait à toute allure.
Contre toute attente (= contrairement à ce qu’on attendait, d’une manière impré-
visible). Contre toute attente, il n’a pas gagné le rallye de Monte-Carlo. À tout bout
de champ (a chaque instant; à tout propos); „Autrefois on rencontrait a tout bout
de champ des personnages dont les allures ressemblaient à celles de M. de
Talleyrand, et l’on n’y prenait pas garde” (Chateaubriand, M.O.-T.; P.R.). À toute
bride (= fig. sans retenue): „La réception de ces lettres était toujours suivie soit
d’un abattement qui ne durait jamais plus de quelques heures, soit d’un
redoublement de verve qui l’entraînait à toute bride pendant plusieurs semaines”
(Fromentin, Dominique). De tout coeur (= avec plaisir, volontiers): Je vous aiderai
dans cette entreprise de tout coeur. À toute force (= à tout prix; coûte que coûte): Il
veut à toute force ce fauteuil de ministre. En toute franchise (= bien franchement,
sincèrement): Je vous avoue en toute franchise que je ne partage pas votre opinion.
À tout hasard (= en pré-vision ou dans l’attente de toute espèce d’événements
possibles): Prendre son parapluie à tout hasard. „Il y était venu à tout hasard,
après la réunion de l’avenue de Clichy et il avait eu la bonne fortune d’y retrouver
Bruot” (Martin du Gard, Thib.) En toute hâte (= d’urgence, sans tarder): On le pria
de venir en toute hâte. À toute heure (= d’une manière continue, sans interruption):
Ce supermarché est ouvert à toute heure de la journée.
En toute liberté (= librement): Il faut qui vous agissiez en toute liberté. À tout
prix (= à n’importe quel prix, coûte que coûte): Il faut réaliser ce projet à tout prix.
„L’homme est enclin pour sortir a tout prix de la confusion, a accepter une
doctrine toute faite” (Martin du Gard, Thib.). À tout propos (= à tout moment, à
tout bout de champ): Rien n’est plus désagréable qu’un homme qui se cite lui-
même à tout propos. À toute vitesse (= le plus vite possible): Courir à toute vitesse.
À toute épreuve (= capable de tout supporter, capable de résister à tout): Ce
char d’assaut a un blindage à toute épreuve. En tout bien, tout honneur (= en
restant parfaitement honnête, correct; d’une manière honnête, sans mauvaise
intention): „Il m’aime en tout bien tout honneur” (Balzac, Maître Cornélius). „Ma
case était parée et parfumée, pour recevoir la grande dame qui avait désiré faire, en
tout bien tout honneur, une visite à mon logis solitaire” (Loti, Aziyadé; P.R.).
2. Les formes tous, toutes placées devant le nom et précédées d’une prépo-
sition (tours prépositionnels formés avec tous, toutes).
Expressions du type préposition + tous (toutes) + nom, toujours au pluriel.
Ex.: À tous égards (= à tous les points de vue; sous tous les rapports). Il est
de bon conseil à tous égards. „Peu de maximes sont vraies à tous égards”
(Vauvenargues, Maximes). À toutes jambes (= le plus vite possible): „Ils repartirent
à toutes jambes évidemment pour avertir leurs camarades, ou la police, ou peut-
être ameuter les gens du prochain village” (Loti, Désenchant.; P.R.). En toutes
lettres (= écrit avec des mots et non en chiffres ou avec des abréviations): Mettez
la somme en toutes lettres sur le chèque. À tous crins (= complet, ardent,
énergique; sans mesure). Un brave à tous crins. De toutes pièces (= sans preuves,
sans utiliser aucun élément préalable). Cette histoire est forgées de toutes pieces.
Mettre toutes voiles dehors = déployer tous les moyens pour un but recherché;
142
employer tous les moyens pour atteindre un but. À tous coups (= à chaque fois, en
toute occasion). „Il l’admire à tous coups, le cite à tout propos” (Molière, Tartuffe, I, 2).
„Un jeu qu’il avait inventé pour être sûr de gagner à tous coups” (Beauvoir; le Lexis).
3. Expressions du type préposition + tout (toute) ou tous (toutes) + nom qui
peuvent être employées au singulier ou au pluriel selon le contexte.
Ex.: En toute(s) chose(s): „En toute chose, il faut considérer la fin” (La F. III, 5).
Tout (tous) compte(s) fait (s): Tout compte fait, notre expérience a abouti. Tous
comptes faits, nous avons approché considérablement du but que nous nous
sommes fixé. De tout côté, de tous côtés: L’effroi se répand de tout côté. Une île
est entourée par la mer de tous côte s. De toute (s) part (s): De toute part, on
pouvait observer des signes de reprise économique. Le voilier faisait eau de toutes
parts. De toute(s) sorte(s): „Il dut lui donner mille détails de toute sorte, ces détails
minutieux où se complaît la curiosité jalouse et subtile des femmes” (Maupassant,
Fort comme la mort; R.P.).
Tout employé comme prédéterminant
1. Tout + article + nom.
Ex.: Dormir tout le jour. Il a fait mauvais temps toute la journée. Il a passé
toute une saison dans la maison de ses parents à la campagne. Toutes les passions
s’éloignent avec l’âge. Tous les hommes sont mortels. „Tout le monde se plaint de
sa mémoire et personne ne se plaint de son jugement” (La Rochefoucauld). „Toute
une nuit j’ai cru que mon âme était morte/ Toute une longue nuit, immobile et glacé/
Quelque chose dans moi grinçait comme une porte” (Aragon, Roman inachevé).
2. Tout + déterminant possessif + nom
Ex.: Tous ses enfants sont partis passer leurs vacances à la montagne. On
perd tous ses amis, en perdannt tout son bien. „Je t’écoute de tout mon coeur”
(Gide, Les nourritures...; P.R.). „L’homme est visiblement fait pour penser; c’est
toute sa dignité et tout son mérite; et tout son devenir est de penser comme il faut”
(Pascal, Pensées).
3. Tout + déterminant démonstratif + nom
Ex.: „Tout ce monde visible n’est qu’un trait imperceptible dans l’ample sein
de la nature” (Pascal, Pensées). Tous ces faits le laissaient indifférent. Le ministre
doit visiter dimanche prochain cet hôpital, et déjà on s’occupe de parer tous ces lits
et de nettoyer toutes ces salles. Tous ces livres sont reliés en chagrin.
4. Tous, toutes + article défini + déterminant numéral (quantitatif numérique)
+ nom.
Cette structure marque la périodicité, la distribution, la totalité.
„On a calculé qu’en salves, politesses royales et militaires, signaux d’étiquette...
levers et couchers de soleil salués tous les jours par toutes les forteresses et tous les
navires de guerre, le monde tirait à poudre par toute la terre, toutes les vingt-quatre
heures, cent cinquante mille coups de canon inutiles” (Hugo, Misérables). „Dans le
break, en revenant, tous les hommes, hormis Jean, sommeillèrent. Beausire et Roland
s’abattaient, toutes les cinq minutes, sur une épaule voisine qui les repoussaient
d’une secousse” (Maupassant, Pierre et Jean). „Il gravit l’échelle, en s’arrêtant
pour respirer, tous les deux ou trois échelons” (Bosco, Mas Théotime; Grev.). Tous
les trois cents mètres, il y avait un poteau indicateur.
143
N.B. De deux à quatre, le numéral peut être précédé ou non de l’article:
Tous deux ou tous les deux. Tous trois ou tous les trois. Tous quatre ou tous les
quatre. À partir de cinq, la presence de l’article devient obligatoire: Tous les
cinq, tous les six, tous les sept, etc.

Remarque I. Devant un nom de ville féminin, il y a accord si l’on considère


la ville comme étant un ensemble de bâtiments, d’édifices, si l’on fait abstraction
de la présence des habitants.
Ex.: Toute Venise est sillonnée de canaux. Presque toute Rome fut démolie
par les envahisseurs. „Toute Venise, dorée par le soleil levant, s’allongeait au bord
de la lagune” (Girodet). Toute Rome est couverte de monuments (A. Th.).
Remarque II. Tout est invariable si le nom de ville de signe l’ensemble des
habitants.
Ex.: Tout Rome vint acclamer César victorieux. Tout Venise accueillit par
des ovations le nouveau doge.
Remarque III. Tout est invariable quand il se trouve devant l’article défini le
ou les (masculin) faisant partie du titre d’une ouvre ou quand ce titre n’a pas
d’article.
Ex.: J’ai lu tout Les rayons et les ombres. J’ai lu tout les Misérables. Il a lu
tout Madame Bovary. J’ai lu tout le Rouge et le Noir.
Remarque IV. Devant l’article défini la ou les (féminin), on fait, en général,
l’accord si le titre ne constitue pas une phrase.
Ex.: J’ai lu toute la Débâcle de Zola, toute la Porte étroite d’André Gide.
J’ai appris toutes les Fleurs du mal de Baudelaire.
Mais: Il a lu tout Les affaires sont les affaires de Mirbeau.
Remarque V. On écrit le Tout-Paris, le Tout-Rome pour désigner la haute
société, l’e lite de ces villes.
Accord du verbe
Lorsque tout précède plusieurs sujets au singulier, le verbe s’accorde avec le
dernier sujet, au singulier.
Ex.: Tout film, toute pièce de théâtre, tout discours peut être l’objet d’une
telle analyse.
Répétition de tout
Lorsqu’un nom féminin précéde de tout est en te te de la phrase, on répète
tout devant le nom masculin qui suit.
Ex.: Toutes factures, tous états et documents devront être classés ainsi (Girodet).

Tout adverbe
Tout adverbe, signifie „entièrement, complètement, tout à fait, d’une manière
absolue, extrêmement”.
Accord. Tout adverbe est toujours invariable devant un adjectif au masculin.
Ex.: Il est tout content. „En voyant ce frère dominé par sa puissante tête et
maigri par un travail opiniâtre, tout chétif et malingre à dix-sept ans, il l’appelait:
– Moutard !” (Balzac, La rabouilleuse). Ils sont tout heureux. Ces fruits sont tout
entiers gâtés par l’humidité.
144
Tout adverbe est toujours invariable devant un adjectif au féminin qui
commence par une voyelle ou un h muet.
Ex.: Elle est tout étonnée. Elle est tout effrayée. Ces étudiantes étaient tout
heureuses. „Il s’en fallut de beaucoup que la ville de Paris fût ce qu’elle est
aujourd’hui. Il n’y avait ni clarté, ni sûreté, ni propreté. Il fallut pourvoir à ce
nettoiement continuel des rues; à cette illumination que cinq mille fanaux forment
toutes les nuits, paver la ville tout entière” (Volt., Siècle de Louis XIV; P.R.).
Ces femmes étaient tout éplorées. „Elle écoutait mal. Elle était tout étourdie.
Le battement de ses artères faisait dans sa tête un bruit assourdissant ...” (Martin du
Gard, Thib.). Il mange une tarte aux pommes tout entière.
Tout adverbe prend la marque du féminin et, s’il y a lieu, celle du pluriel,
devant un adjectif au féminin qui commence par une consonne ou un h aspiré.
Ex.: Elles sont toutes contentes. Elles sont toutes honteuses. Elle est toute
fraîche. Elle est toute bonne. Elles furent toutes surprises. „Elle était auprès de lui
toute frémissante, comme une hirondelle un instant posée au sol et qui déjà tremble
du désir de reprendre son vol” (Alain Fournier, le Grand Meaulnes).

Le déterminant indéfini distributif chaque

Chaque (XIIe s. chasque) est un dérivé régressif de chacun (lat. pop. casquunus):
Le déterminant indéfini chaque ne s’emploie qu’au singulier. Il indique que
la personne ou la chose qu’il détermine font partie d’un ensemble, mais qu’elles
sont prises séparément.
Ex.: Il vient ici chaque après-midi. Chaque âge a ses plaisirs. À chaque jour
suffit sa peine. „Même dans le tumulte de chaque jour, le besoin d’apprendre ne
cessait de me poindre. Et je suis encore ainsi.” (Duhamel, Pesées des âmes; P.R.).
„Le Plaisir vaporeux fuira vers l’horizon/Ainsi qu’une sylphide au fond de la
coulisse;/ Chaque instant te devore un morceau du délice;/ À chaque homme
accordé pour toute la saison” (Baudelaire, L’Horloge).
Remarque I. Le verbe doit être mis au singulier lorsqu’il a pour sujet un GN
formé de chaque suivi d’un nom (voir supra).
Remarque II. Après deux sujets juxtaposés précédés de chaque l’usage tend
à mettre le verbe au singulier.
Ex.: Chaque homme, chaque femme a les préjugés de son sexe (Larousse du
XXe s.). Chaque état, chaque âge a ses devoirs (P.R.). „On sentait seulement un
frémissement mystérieux, comme si chaque feuille, chaque brin d’herbe abritait
une vie menacée” (A. Daudet, Lettres de mon moulin). Chaque pays, chaque
province a son caractère particulier (Girodet).
Remarque III. Lorsque les sujets sont coordonnés, la verbe se met au singulier
ou au pluriel selon le sens.
a) accord au singulier. Ex.: Chaque professeur et chaque étudiant fera son
devoir (= chacun son travail propre). Chaque homme et chaque femme avait son
bouquet (Littré). Chaque pic et chaque sommet a son caractère particulier.
b) accord au pluriel. Ex.: Chaque officier et chaque soldat feront leur devoir
(le devoir est le même pour tous; v. P.R.). „Chaque buisson tordu, chaque oiseau
finissaient par paraître comme une caricature ” (R. Gary, Le racines du ciel; H.).
Remarque IV. Le français commercial emploie parfois d’une manière abusive
et fautive le déterminant indéfini chaque à la place du pronom chacun.
145
Ex.: Ces cravates coûtent x francs chaque (il faut dire: Ces cravates coûtent x
francs chacune). On peut dire aussi Ces cravates coûtent x francs la pièce ou x
francs l’une (Ac.).
Remarque V. Pour marquer la périodicité, la structure chaque + déterminant
numéral + nom au pluriel est considérée un tour incorrect.
Ex.: Il lui envoie de l’argent chaque trois mois (Il faut dire: Il lui envoie de
l’argent tous le trois mois).

L’expression entre chaque + nom


Cette expression a le sens de „dans chacun des intervalles d’une série de”.
Ex.: Entre chaque salve dix secondes s’écoulaient” (Dorgelès, les Croix de
bois). On devrait mieux dire „après chaque salve”, ou „chaque fois entre deux salves”.

Les non-quantificateurs (les non-quantifieurs)

I. Les indentificatifs d’identité (les indentificateurs, les identifiants): même,


mêmes.
Même ((fin XIe s., Alexis (medisme); XIIe s. mesme; lat. pop. metipsimus,
superlatif de metipse, tiré de la locution du latin classique egomet ipse (moi-même)).
Le contenu sémantique de même est, en général, étroitement lié à la notion
d’identité. Le principe d’identité,dans la logique, exprime la nécessité, pour la
pensée, que chaque terme soit conçu comme identique à lui-même, c’est-à-dire
comme ne changeant pas au moment où on le pense et tant qu’on le pense. On
exprime ce principe par la formule A est A, c’est-à-dire que toute chose est elle-même).
Même, en tant que déterminant indéfini varie en nombre.
Place
A. Même peut être placé entre l’article ou un autre déterminant et le nom
qu’il détermine. En général, il signifie dans ce cas „semblable, identique, qui n’est
pas autre”.
Dans cette position même peut indiquer:
a) une identité
Ex.: C’est la même chose. Il chante toujours la même antienne. Ils ont pris
un même chemin (Acad.). J’étais las de ce même paysage que je ne cessais de voir
de ma fenêtre. „Il s’avança au milieu des balles et des obus, sans hâte, de sa même
allure morne et indifférente” (Zola, Débâcle). J’ai été reçu deux fois de suite par le
même employé (Matoré). „Pourquoi les hommes ne disposent-ils pas les même
matériaux de la même manière dans le monde ? Dans certains pays, ils savent
composer le confort et l’harmonie avec les mêmes pierres, les mêmes bouts de
bois...” (San-Antonio, Hue, Dada !).
b) l’identité approximative, la ressemblance.
Ex.: Plus ça change, plus c’est la même chose. Ces objets semblent avoir la
même forme, la même apparence. „M. Jacques de Féraudy a du sociétaire de la
Comédie française le même front, les mêmes yeux, la même bouche, le même
menton, la même voix, les mêmes gestes, la même démarche, les mêmes poses, les
mêmes mouvements de physionomie” (Léautaud, Théâtre M. Boissard; P.R.).
146
Même peut être employé dans une structure comparative. On exprime un
rapport d’ égalité dans la phrase comparative au moyen des locutions le même ...
que, la même... que qui indiquent l’identité réelle ou supposée de deux termes qui
sont comparés.
1. Le second terme de la comparaison n’est pas une proposition du moins
dans la structure de surface.
Ex.: „Je sais que Laure aurait ressenti la même chose que moi en écoutant la
prière des marins comoriens au coucher du soleil” (Le Clézio, Le chercheur d’or).
Il a la même taille que vous.
2. Le second terme de la comparaison est constitué par une proposition à
verbe fini.
Ex.: „Les habitants de la Palestine gardèrent à Alexandre le Grand la même
fidélité qu’ils avaient toujours gardée aux rois de Perse” (Bossuet, Histoire
universelle; H.D.T.). Il emploie le même microscope électronique que vous avez
utilisé il y a deux jours.
Remarque I. Même peut être précédé par les formes contractées de l’article:
du < de + le; au < à + le (enclises).
Ex.: Jean n’est pas du même avis que Pierre. Ces deux problèmes sont du
même degré de difficulté. „À quel titre demandez-vous cette réduction ? – Au même
titre que vous” (D.F.C.). Il a garé la voiture au même endroit.
Remarque II. Même peut être précédé par une préposition.
Ex.: Ils sont partis en même temps. Bien écrire, c’est avoir en même temps de
l’esprit, de l’âme et du goût. Dans ce jardin, il y a deux arbres de même espèce. „Je
ne puis me retenir d’espérer qu’entre gens de même culture, on puisse toujours à
peu près s’entendre...(Gide, Corydon) „Ne plaise aux dieux que je couche,/ Avec
vous sous même toit” (La F., V, 7). „Grouper des choses de même nature, c’est
préparer leur dispersion future. C’est mettre dans un récipient le grain à semer”
(San-Antonio, Hue-Dada !).
N.B. Bien que placé devant le nom, même peut parfois ne pas être précédé
par l’article ou un autre déterminant.
Ex.: Ils avaient même espoir et mêmes illusions. „Toujours mêmes acteurs
et même comédie” (Musset, Nuit d’août; P.R.). „Les quelques travaux d’histoire
auxquels je recommençais de songer n’avaient plus pour moi même goût”
(Gide, Immor; Grev.).

Diachronie. Cette construction de même sans déterminant était fréquente dans


le français classique.
Ex.: „Nous avons même sort” (Molière, Amph., II, 2). „La cage et le panier
avaient mêmes pénates” (La F. XII, 2). „Même soin me regarde” (Corneille, le Cid,
III, 4).
B. Même, placé immédiatememt après un nom ou un pronom indique qu’il
s’agit exactement de l’animé (être) ou du non-animé (chose) en question; il a une
valeur d’insistance et attire l’attention du lecteur ou de l’allocutaire sur le contenu
sémantique des noms ou des pronoms qu’il accompagne.
Ex.: Ce sont les paroles mêmes dont il s’est servi. Les Romains ne vain-
quirent les Grecs que par les Grecs mêmes. „Dieu même a parlé sur ces bords (en
147
Judée): les torrents desséchés, les rochers fendus, les tombeaux entr’ouverts,
attestent le prodige” (Chateaubriand, M. d’O.-T.; P.R.). „Barrès introduisant en
fraude, grâce à une foule d’astuces, une partie de l’hérésie au sein même de l’Église
officielle” (Romains, Hommes de bonne volonté). „Les nuits mêmes étaient lumi-
neuses” (P. Loti, Mon Frère Yves).
Même, placé après un nom ayant la fonction d’attribut peut indiquer que la
personne désignée par ce nom possède une qualité physique ou morale au plus
haut degré. Même forme ainsi une sorte de superlatif.
Ex.: Cette femme est la bonté même (= elle possède cette qualité au plus haut
degré). Les légions de César ont été la discipline et le courage mêmes. Platon était
la sagesse même. Il est la fidélité et la loyauté mêmes. Cette jeune femme est la
beauté et le charme mêmes.
N.B. Dans le français classique, même employé avec ce sens de superlatif
se plaçait parfois devant le nom.
Ex.: „Sais-tu que ce vieillard fut la même vertu,/ La vaillance et l’honneur
de son temps ? le sais-tu ?” (Corneille, le Cid, II, 2). „La même vérité y reluit
partout” (Bossuet, Histoire universelle). „Avoir ainsi traité/ Et la même innocence
et la même bonté” (Molière, Sganarelle, sc. 16).

Même peut accompagner un pronom démonstratif ou personnel avec lequel il


s’accorde.
Ex.: Ceux qui ne sont contents de personne sont ceux mêmes dont personne
n’est content. „La justice est si sacrée, elle semble si nécessaire au succès des
affaires, que ceux-là mêmes qui la foulent aux pieds prétendent n’agir que d’après
ses principes” (Chateaubriand, M.-O.T.; P.R.).
N.B1. Les formes toniques (disjointes) des pronoms personnels peuvent
être renforcées au moyen de même; celui-ci est joint à ces pronoms par un trait
d’union.
Ex.: moi-même, toi-même, lui- même, elle-même, nous-mêmes, vous-mêmes,
eux- mêmes, elles- mêmes.
Ils feront ce travail eux-mêmes. J’ai fait cela moi-même. „Comment
prétendrons-nous qu’un autre garde notre secret, si nous ne savons pas le
garder nous- mêmes ? (La Rochefoucauld, Maximes).
N.B2. On peut dire: lui-même partira pour Paris ou il partira pour Paris
lui-même.
N.B3. On peut employer lui-même avec un groupe nominal.
Ex.: Le directeur lui- même fait cette communication.
N.B4. Même peut être joint par un trait d’union au pronom personnel
réfléchi soi; soi-même, forme renforcée de soi, renvoie à un nom [+ humain],
dont, le plus souvent, le contenu sémantique est général.
Ex.: Il ne faut compter que sur soi-même. „Qu’il est grand d’être toujours
plus fort que soi-même ! (Massillon, Sermons).
N.B5. On emploie même au singulier après les pronoms nous et vous
utilisés pour les pronoms je ou tu, lorsque ces pronoms ne désignent qu’une
seule personne.
Ex.: André, avez-vous fait vous-même ces problèmes d’algèbre ? N’envoyez
pas votre secrétaire, venez vous-même. Nous avons contrôlé nous-même les
résultats de cette expérience.

148
Note. Même peut être adverbe.
Dans ce cas, il est placé:
a) devant un adjectif ou un participe:
Ex.: Même seul, le soldat ne se rendit pas. Les traités même issus d’une
victoire ne valent que par l’usage qu’on sait en faire. Même fatigués, ils étaient de
bonne humeur.
b) devant un adverbe.
Ex.: Même loin, je n’oublie pas les miens.
c) devant un verbe; dans ce cas, il a le sens de bien plus, (et) qui plus est.
Ex.: Fais le bien: tu le peux et même tu le dois.
d) même au sens de „aussi, jusqu’à”, est adverbe s’il est placé devant l’article.
Ex.: Même les médecins peuvent se tromper. Même les braves craignent la
mort.
e) après un verbe; dans ce cas, il a le sens de „encore, de plus, en outre”.
Ex.: Il n’est pas aimable, je dirais même qu’il est désagréable.
f) après un groupe nominal, même est adverbe lorsqu’il se trouve être le dernier
terme d’une gradation.
Ex.: Sa femme, ses enfants, ses amis même se sont dévoués pour lui (Acad.).
Quand nous voyageons à l’étranger, nous devons observer le plus de choses
possibles: les villes, les monuments, les usines, les auberges même.

II. Les déterminants indéfinis de non-identité ((les identificatifs de non-identité


(M. Arrivé, op.cit.); les identifiants d’altérité )): autre, autres.
Autre ((1080, Roland (altre), du lat. alter „l’autre” qui en lat. pop. a éliminé
alius „autre”)).
En ce qui concerne son contenu sémantique, autre marque l’altérité (= fait
d’être un autre, caractère de ce qui est autre). Il peut être considéré comme le
terme contradictoire de même (Les contradictoires sont des termes qui s’excluent
logiquement. Ils consistent dans un terme et dans la simple négation de ce terme:
voir/ne pas voir; chaud/ pas chaud; content/ mécontent).
A. Autre indique une différence entre la chose ou la personne considérée et
des choses ou des gens appartenant à la même catégorie.
Ex.: Il a pu en sortir sain et sauf, mais tous les autres passagers ont perdu leur
vie dans cette catastrophe. Il ne nous parlait pas de sa maison de Paris mais de son
autre maison, celle de la campagne.
B. Autre peut montrer que deux sous-classes d’objets ou d’êtres sont diffé-
rentes sous certains aspects, mais qu’elles appartiennent à une même classe (ou
catégorie).
Ex.: „Pour grands que soient les rois, ils sont ce que nous sommes/ Ils peuvent
se tromper comme les autres hommes” (Corneille, le Cid, I, 3).
C. Autre peut s’employer pour désigner un second objet, une seconde personne
semblable à celle qui est indiquée par le nom.
Ex.: „Il fallut réveiller d’un profond sommeil cet autre Alexandre” (= c’est-à-dire
le prince de Condé à la bataille de Rocroi; Bossuet, Oraison funèbre du prince de
Condé). Il parle comme un autre Cicéron. Cette ville est un autre Paris (Acad.).
C’est un autre Versailles.
149
D. Précédé de l’article, autre peut accompagner un nom qui marque un point
de temps ou un laps de temps: une autre fois, un autre jour, un autre soir, une autre
semaine; dans ce cas, autre peut renvoyer soit au passé, soit à l’avenir.
Ex.: Je le ferai un autre jour. Je vous le dirai une autre fois. „Mes infirmités
me rendent si faible ! Cependant, j’aurai pu vivre jusqu’à l’autre hiver, encore”
(Flaubert, La Tentation de saint Antoine).
Je l’ai même encore vu à la fin de l’ autre semaine. Je l’ai encore rencontré
l’autre jour. Il réussira mieux une autre fois.
E. Autre employé dans une phrase négative peut marquer l’exclusion lorsqu’il
est placé après la négation pas ou une particule négative et devant un nom sans
article.
Ex.: Je n’ai pas d’ autre but, que de bien diriger cette entreprise. Il n’y a pas
d’autre moyen pour sortir de cette difficulté que de poursuivre les recherches dans
la même direction.
F. Autre utilisé dans une phrase interrogative peut marquer l’indétermination.
Ex.: Est-il plus heureux que les autres hommes ?
Autre est précédé, en général, d’un déterminant.
a) l’article défini.
Ex.: La première possibilité qui s’offrait à nous était de passer nos vacances
en Provence, l’autre solution était de faire un petit voyage en Italie. Un pêcheur
s’était installé sur l’autre rive ( = la rive opposée à celle où j’étais).
b) l’article indéfini.
Ex.: Prêtez-moi un autre livre. Sa grande soeur fut pour lui une autre mère.
L’homme que vous me citez est habile, mais celui dont je vous parle est bien un
autre homme. Les anciens ne croyaient pas qu’il y eût un autre monde. C’est un
autre César.
c) le déterminant possessif
Ex.: Prenez votre autre complet. Donnez-moi mon autre veston.
d) le déterminant démonstratif.
Ex.: Donnez-moi cet autre livre. Il s’agit de cette autre sorte de douleur
qu’on appelle repentir. Donnez-moi ces autres photos.
e) un déterminant numéral cardinal
Ex.: Ils ont encore deux autres enfants. Les dix autres camions achetés
récemment sont destinés au transport des marchandises.
f) un déterminant indéfini
Ex.: Certains autres philosophes pensent que... Il faut écarter toute autre
hypothèse.
Adressez-vous à quelque autre personne.
Autre employé sans déterminant
Autre est employé sans aucun déterminant dans:
1. Autre chose: Ceci est autre chose (= c’est une autre affaire). N’avez-vous
pas autre chose à dire ? Je cherche autre chose d’aussi beau, d’aussi bon ((= cette
expression n’entraîne pas le féminin, mais on dit Quelle autre chose intéressante
avez-vous vue ? (H)).
2. La structure autre chose... autre chose
Cette structure marque une opposition, une alternative.
Ex.: Autre chose est de dire ceci, autre chose de faire cela (Acad.).
150
3. Autre part ( = dans un autre lieu)
Ex.: Il va chercher fortune autre part. „Vous irez chercher autre part de quoi
vous rendre agréable aux yeux de vos belles” (Molière, Précieuses ridicules; P.R.).
4. D’une part... d’autre part
Ex.: D’une part, il est trop tard pour agir, d’autre part ce n’est pas à nous
d’intervenir.
5. La structure et autres + nom au pluriel
Cette structure est employée après une énumération. Le nom dans cette
construction est générique et englobe ce qui précède.
Ex.: „On se demande pourquoi, de nos jours, on continue à ennuyer des
gosses avec Virgile, Molière, Descartes et autres écrivains du passé”. (M. Aymé,
Confort intellectuel). Ce produit chimique détruit les rats, les souris et autres rongeurs
malfaisants.
6. Le proverbe Autres temps, autres mœurs (= les mœurs changent avec le
temps).
Remarques. 1. D’autres est la forme du pluriel de un autre. Ex.: Je me
rappelle un autre incident. Je me souviens d’autres incidents. Il a encore d’autres
preuves à apporter devant le jury. Je peux présenter encore d’autres arguments afin
d’étayer ma thèse.
2. Autre peut se combiner avec l’un . Dans ce cas, il est coordonné à l’un par
et, ou ou par ni, et il est suivi d’un nom au singulier. Ex.: Dans l’un et l’autre
régiment la discipline est très sévère. Donnez-moi l’un ou l’autre parapluie.
L’une ou l’autre tournure (construction) est permise. Ni l’un ni l’autre
raisonnement n’est juste.
3. Autre peut s’ajouter aux pronoms nous, vous quand on veut distinguer plus
clairement ceux qui parlent ou ceux à qui l’on s’adresse; on emploie surtout ce tour
afin de souligner l’opposition. Autre est déterminant indéfini (ou adjectif indéfini)
lorsqu’il est suivi par un nom.
Ex.: Nous autres femmes (H.). „Et nous aimons mieux, nous autres gens
d’étude/ Une comparaison qu’une similitude” (Molière, Dépit amoureux, IV, 2).

L’indéfini tel
Tel fait partie de la catégorie des non-quantificateurs (ou non-quantifieurs).
Tel (Xe s. Saint-Léger (tiel); XIIe s. (tel), remonte au lat. ta lis (acc. talem).
Formes: tel (masculin singulier), telle (féminin singulier), tels (masculin
pluriel), telles (féminin pluriel).
Tel peut être déterminant indéfini, adjectif qualificatif, pronom indéfini,
nominal.
Tel ne marque dans le code oral l’opposition de genres ni au singulier ni au
pluriel. Toutes les formes de tel sont prononcées [tεl].
I. Tel est déterminant indéfini lorsqu’il a une valeur d’indétermination; il
identifie d’une façon vague; on le rencontre dans les phrases où l’on parle de
personnes ou de choses que l’on ne désigne pas avec précision.
Ex.: Il y avait tel chalet en Suisse où il se reposait de temps en temps. Ils
partiront tel jour à telle heure”. Il me serait bien difficile de préciser à quel moment
151
s’est produit tel minime événement qui a occupé pourtant longtemps nos brèves
conversations de collègues” (Butor, Emploi du temps; Grev.). Tel voyageur découvrira
peut-être telle île nouvelle”. Le professeur leur avait donné la liberté d’apprendre
comme leçon telle pièce de vers qu’il leur plairait” (Lacratelle).
Tel peut être coordonné à lui-même par la conjonction et.
Ex.: Il m’a dit telle et telle chose.
Dans telle et telle circonstance, il a montré du courage.
Remarque. Tel est la seul déterminant qui puisse être coordonné à lui-même
par une conjonction.
II. Tel peut fonctionner aussi comme adjectif qualificatif. Il peut être dans ce
cas épithète antéposée ou postposée au nom ou attribut. Suivant M. Arrivé (op.cit.,
p. 332), „dans ces emplois, tel fonctionne à l’égard de la classe de l’adjectif comme
le pronom à l’égard de la classe du nom: il tient lieu d’adjectif”.
Lorsqu’il est adjectif qualificatif, il marque la similitude, la ressemblance.
Tel ayant la fonction d’épithète est placé le plus souvent avant le nom.
Ex.: „C’est par de telles ou semblables interruptions qu’il ne donne pas le
loisir à celui qui parle de respirer” (La Bruyère, Le Caractères). De tels arguments
ne réussiront pas à convaincre l’auditoire.
Une telle action ne saurait s’excuser.
Tel, épithète, est plus rarement placé après le nom. „Il y a des pères qui
trouveraient des choses telles” (Duhamel, Pasquier; P.R.). Jamais pièce n’eut un
succès tel.
Tel peut être anaphorique par rapport à un adjectif déjà mentionné dans la
phrase antérieure.
Ex.: Cet étudiant est appliqué et persévérant: un tel étudiant sera indubita-
blement reçu aux examens.
Tel, adjectif, forme en relation avec que une locution comparative qui exprime
la similitude.
Ex.: Je n’ai jamais vu un courage tel que le sien. Son visage était plissé,
ratatiné, tel qu’ un vieux buis. Les piliers de ce bâtiment étaient blancs tels que des
fûts de bouleaux.
Tel peut être employé dans un système de similitude: Tel + nom, tel + nom.
Tel répété peut être employé dans une phrase elliptique pour représenter deux
personnes ou deux choses différentes mais qui présentent des ressemblances, des
similitudes. Cette construction convient à l’expression des proverbes.
Ex.: Tel maître, tel valet. Tel fruit, tel arbre. Tel père, tel fils. Telle vie, telle fin.

Tel peut être employé en fonction d’attribut


«Sous certaines conditions, certaines grandeurs physiques restent invariantes
dans l’évolution d’un système donné. Telle est la loi de la conservation». Instruire
en amusant, tel est le but des bons pédagogues. „À gauche, nous longeâmes un îlot
de rochers arides ou du moins qui paraissaient tels à distance” (Gautier, Voyage en
Russie).
Tel que est parfois remplacé par tel qui a le sens de comme, ainsi que; dans
ce cas, tel tient lieu de support à une comparaison et il marque la ressemblance, la
similitude.
152
Ex.: Les enfants grouillaient dans la cour de l’école, telles des fourmis ou tels
des fourmis. Ces voitures de sport courent tels des bolides. „Ses lèvres se gon-
flaient tels de durs bourgeons prêts à fleurir” (Mirbeau, Le Jardin de suppl.; L.B.).
N.B. Il y a dans l’usage une préférence pour l’accord avec le nom qui suit.
Ex.: Les hommes passaient, telle une troupe en désordre (A.Th.).

Tel tient lieu de support à une subordonnée consécutive. Tel sert en relation
avec que à marquer la conséquence.
Ex.: „Nous regardons le ciel avec une telle attention que la tête nous tourne,
que nous titubons de vertige” (Le Clezio, Le chercheur l’or).. „Il est d’un tel
acharmenent qu’il réussira forcément” (M. Arrivé).

153
LE NOM

DÉFINITIONS, REMARQUES
1. „Depuis la Grammaire générale et raisonnée (1660) de Arnauld et
Lancelot, la grammaire traditionnelle définit comme noms soit les seuls substantifs
(noms substantifs) c’est-à-dire les mots par lesquels on désigne les êtres animés et
ce qu’elle a regroupé comme choses, à savoir les créations de l’esprit, les objets,
les sentiments, les qualités, les phénomènes, etc. soit l’ensemble des substantifs et
des adjectifs (noms adjectifs pour ces derniers); la première acception est la plus
courante. De ce fait, sont noms substantifs, dénotant des substances à qualités
constantes, au même titre: André, chat, chaise, révolution, remise, tranquillité,
méchanceté, compote, verre, maison, et sont noms adjectifs, dénotant des accidents
de la substance: calme, brun, géographique, etc.... On classe parmi les noms
substantifs, les mots acompagnés d’un déterminant qui ont la propriété exclusive de
fonctionner comme sujet ou complément à l’intérieur de la proposition, et parmi les
noms adjectifs, les mots qui supportent les marques de l’intensité (degrés de
comparaison)” J. Dubois et alii, Dictionnaire de linguistique, Paris, Larousse, 1993.
2. „Le nom ou substantif est un mot qui est porteur d’un genre, qui est
susceptible de varier en nombre, parfois en genre, qui, dans la phrase est
accompagné ordinairement d’un déterminant, éventuellement d’une épithète. Il est
apte à servir de sujet, d’attribut, d’apposition, de complément” (M. Grevisse, le Bon
Usage, Paris, Duculot, 1997).
3. „Dès qu’une chose prend assez d’individualité pour devenir dans notre
esprit l’objet d’un classement, c’est-à-dire pour devenir un concept, la voilà
substance. Les phénomènes mêmes, dès que, au lieu d’être énoncés comme faits
nouveaux, ils sont conçus en bloc comme ayant de l’existence, deviennent des
substances en même temps que des concepts. Ainsi pouvons-nous dire: on appelle
substantif un terme représentant un concept.” (J. Damourette, Éd. Pichon, Des
mots à la pensée. Essai de grammaire de la langue française. Paris, d’Artrey,
1911-1950, p. 68-69).
4. „Le nom est l’élément central du groupe nominal: il y est régulièrement
précédé d’un déterminant et peut être accompagné de modificateurs. Les GN à
noyau nominal se réduisent en effet à la forme minimale: [Det + N] ou au nom seul
s’il s’agit de certains types de noms propres (Julien, Paul) ou de noms communs
contextuellement employés sans déterminant (avec courage, avoir raison).
Morphologiquement, le nom est pourvu d’un genre (masculin ou féminin) qui lui
est inhérent et varie en nombre (singulier ou pluriel) selon les choix communicatifs
du locuteur (mais seulement sous certaines conditions pour les noms propres)”.
M. Riegel et alii, Grammaire méthodique, Paris, PUF, 1994.
154
Le nom étudié au point de vue sémantique

Au point de vue sémantique, le nom est un signe constitué d’un signifiant et


d’un signifié et ayant un référent (= l’être ou l’objet auquel renvoie un signe
linguistique). Suivant les théories de Klaus Heger et de Kurt Baldinger, le signe
serait constitué d’un signifiant, d’un signifié, d’un concept (ou représentations non
linguistiques) et d’un référent (v. Christian Baylon, Sémantique du langage, Paris,
Nathan, 1995, p. 45). Dans le cas du nom, ce référent peut renvoyer à des per-
sonnes (femme, homme, enfant, Charles), à des êtres faisant partie de la biosphère
(abeille, lapin, cheval, dauphin), à des choses (montre, bouteille, avion, voiture,
bateau), à des qualités (générosité, beauté, courage, honnêteté), à des sentiments
(colère, haine, amitié, amour, pitié) à des défauts (avarice, lâcheté), à des procès
(lecture, nettoyage, travail, blanchissage, synthèse), à des phénomènes (tonnerre,
foudre, tornade), à des quantités (multitude, centaine, pléthore, kyrielle), à des
événements (guerre, émeute, insurrection, révolte), à des relations (cause, conséquence,
opposition, contiguïté), etc.
Des noms comme Pégase (= cheval ailé considéré comme le symbole de
l’inspiration poétique), licorne (= animal fabuleux à corps de cheval avec une corne
unique sur le front, symbole de force) ont aussi un référent mais celui-ci se trouve
dans l’imagination des gens; les référents fictifs ont eux aussi une référence même
si elle est différente de celle des référents perceptibles. (La référence est la fonction
par laquelle un signe linguistique renvoie à un objet du monde extralinguistique
réel ou imaginaire). En general, les noms sont donc référentiels, même ceux qui ne
désignent jamais des êtres ou des objets réels.
La capacité d’un signe d’avoir des référents constitue sa référence virtuelle
ou potentielle. Le mot chat permet de référer à n’importe quel chat du monde réel
ou d’un monde imaginaire: c’est sa référence virtuelle. La référence actuelle est la
référence faite par l’évocation effective d’un référent; c’est la référence faite lors
de l’emploi d’un référent dans un certain contexte, dans certaines conditions spatio-
temporelles (le chat du voisin est entré aujourd’hui dans notre jardin). Suivant Chr.
Baylon (op.cit., p. 45), deux noms peuvent avoir un même référent actuel: „dans un
énoncé, rien n’empêche de désigner successivement une personne d’abord par son
nom propre, ainsi Cicéron, puis par un nom commun déterminé comme l’orateur”.
Afin de définir et de mieux comprendre l’idée, le concept exprimé par le nom
il faut faire appel aux notions de compréhension et d’extension. On appelle
compréhension d’un terme l’ensemble de caractères par lesquels l’idée représentée
est distincte d’une autre idée. Les logiciens entendent aussi par la compréhension
l’ensemble des caracte res qui appartiennent à un concept. Par exemple, la
compré-hension du terme homme se compose de tous les caractères ou attributs qui
désignent l’humanité et la distinguent des autres espèces animales.
L’extension ou l’étendue de la signification du nom est le nombre plus ou
moins grand des objets, des êtres auxquels peut s’appliquer l’idée exprimée par le
nom; par l’étendue ou l’extension d’un nom, on entend la totalité des êtres et des
choses désignés par ce nom. La notion de chat a moins d’extension et plus de
compréhension que celle d’animal. En général, l’extension d’une idée, d’un concept
est en raison inverse de sa compréhension. Par exemple, dans l’individu, l’extension
est aussi étroite que possible: au contraire la compréhension en est en quelque sorte

155
infinie, étant donné que la description de l’individu est inépuisable; pour qu’on
s’élève de l’individu Aristote à l’espèce homme, il a donc fallu resserrer la compré-
hension pour augmenter la sphère de l’extension.
Inversement, si l’on veut descendre l’échelle, on doit restreindre l’extension
afin d’augmenter la compréhension. L’idée de rapace a moins d’extension que
celle d’oiseau et plus de compréhension.
N.B1. Suivant Marc Wilmet (Détermination nominale, Paris, PUF, 1986,
p. 41), le nom a une extension directe ou immédiate (p. ex., l’extension de félin
désigne «les x qui sont félins» ou l’ensemble des félins): l’adjectif a une extension
indirecte ou médiate par l’intermédiare du nom (p. ex. l’extension de beau,
rouge, comprend «tous les x qui sont beaux/rouges» ou l’ensemble des êtres
ou des objets beaux/rouges).
N.B2. La compréhension est nommée par certains linguistes intension
(= somme des traits sémiques formant le signifié d’un nom).

Les linguistes ont essayé de décomposer un nom en sèmes. Le trait sémantique


ou sème est le trait pertinent de signification. Il est un composant sémantique, une
unité minimale de sens (par exemple avec dossier est un sème de chaise). Le sème
n’est pas susceptible de réalisation indépendante. L’analyse sémique peut rendre
compte de l’opposition chaise/vs/ fauteuil par l’adjonction au sémème chaise
(formé des sèmes avec dossier. sur pieds. pour une seule personne, pour s’asseoir)
du sème avec bras, absent du sémème chaise.
Toute unité lexicale (par. ex. le nom) se définit au point de vue sémantique,
par un ensemble de sèmes qui est nommé sémème. Celui-ci est un ensemble de
sèmes constituant le sens d’un mot. L’ensemble des se mes de chaise constitue le
sémème de chaise (s1 = pour s’assseoir; s2 = confectionnée en matière rigide; s3 =
pour une personne; s4 = avec dossier). Entre le sème et le sémème, il y a un rapport
d’inclusion. Le sémème homme inclut les sèmes humain, mâle, adulte.
Lorsqu’on compare plusieurs sémèmes qui forment un ensemble, on remarque
que tous ces sémèmes possèdent un élément commun. Le trait sémique qui
renferme l’ensemble des sèmes communs à plusieurs sémèmes s’appelle archi-
sémème. Dans les sémèmes fauteuil, chaise, tabouret, canapé, pouf, on trouve le
trait commun sémantique réalisé par l’archisémème siège. Gaz est un archisémème
car il possède un ensemble de traits sémantiques communs à oxygène, hydrogène,
azote, néon, etc. Agrumes est aussi un archisémème car il possède un ensemble de
taits sémantiques communs aux oranges, aux mandarines, aux citrons, aux pample-
mousses, etc.
Dans l’étude sémantique des noms, il faut aussi tenir compte de la théorie du
prototype. On entend par prototype un membre caractéristique d’une catégorie, en
particulier un sens ou un référent caractéristique parmi ceux qu’un mot admet (le
moineau est prototypique pour le mot oiseau).
Christian Baylon et Xavier Mignot expliquent de la façon suivante la notion
de prototype :
„Est ou sont désignés par ce terme le ou les membres les plus carctéristiques
de la catégorie dénommée, ceux du moins qui sont jugés tels par les usagers,
comme on peut l’établir par divers tests. À titre d’exemple, dans la catégorie des
oiseaux, les moineaux ou les aigles sont prototypiques” (Sémantique du langage:
initiation, Paris, Nathan, 1995, p. 129).
156
Le nom autonyme

Il y a autonymie quand un signe renvoie à lui-même en tant que signe et non


à l’objet qu’il symbolise. Ainsi un nom est autonyme quand il se désigne lui-même.
Lorsqu’on emploie un nom autonyme, on parle du nom lui-même; ce nom est alors
le plus souvent isolé de ses environnements ordinaires.
Ex.: Quand on dit le mot flamme a deux m, le nom flamme est autonyme.
La présence de certains traits inhérents dans le contenu sémantique des noms
permet de distinguer les noms propres et les noms communs.

Le nom propre
Définitions
1. On appelle nom propre une sous-catégorie des noms formée de termes qui,
sémantiquement se réfèrent à un objet extralinguistique, spécifique et unique,
distingué par sa dénotation des objets de même espèce: le nom propre est
autoréférentiel, n’a pas d’autre signifié que le nom (l’appellation) lui-même. Par
exemple, le nom propre Jean se réfère à autant de personnes particulières qu’il y a
d’individus nommés Jean, la seule référence de Jean est l’appellation Jean.
Syntaxiquement, les noms propres présentent des propriétés particulières; ils
sont autodéterminés, ce qui entraîne souvent l’absence d’article défini dans
l’emploi courant (Jean Dupont, Paris) ou bien la présence obligatoire du seul article
défini (le Brésil, la France). v. J. Dubois et alii, Dictionnaire de linguistique et des
sciences humaines, Paris, Larousse, 1995.
2. „Le nom propre n’a pas de signification véritable, de définition; il se
rattache à ce qu’il désigne par un lien qui n’est pas sémantique, mais par une
convention qui lui est particulière. Il n’est pas possible de deviner que telle
personne s’appelle Claude. Il n’y a, entre les diverses personnes portant ce prénom,
d’autres caractères communs que ce prénom. – Comparez aussi Boulanger, nom de
famille et boulanger, nom commun. Les noms propres s’écrivent par une majuscule,
sont généralement invariables en nombre, se passent souvent de déterminant”
(M. Grevisse, A. Goosse, Le Bon Usage, Paris, Duculot, 1997, p. 703).
3. „Alors que les noms communs sont pourvus d’une extension (ensemble
d’entités auxquelles ils permettent de référer) et d’une intension (ensemble de traits
sémantiques distinctifs), les noms propres ont bien une extension, mais pas
d’intension; ils n’ont pas, à proprement parler, de sens; seul demeure le lien qui les
attache à un référent unique… Les logiciens contemporains voient dans le nom
propre un désignateur rigide, c’est-à-dire un terme qui désigne le même individu
dans tous les mondes possibles. Cette propriété est identifiable par le fait que
l’accès à un monde possible au moyen d’une proposition contrefactuelle (une
conditionnelle en si) permet d’imaginer qu’un individu aurait pu ne pas posséder
certaines des caractéristiques qu’on lui prête: on peut dire ainsi, si Platon n’avait
pas été le disciple de Socrate…, mais il n’y a pas de sens à dire, si Platon n’avait
pas été Platon; autrement dit, il est impossible de mettre en cause l’identité d’un
individu par le biais de son nom propre: Platon aurait pu ne pas être le disciple de
Socrate, mais, il n’aurait pas pu ne pas être Platon” (M. Arrivé, Grammaire
d’aujourd’hui, Paris, Flammarion, 1986).
157
4. „Le nom propre construit une classe particulière d’êtres. Il permet
d’exprimer l’intention d’identifier de façon unique et propre (= qui n’appartient
qu’à lui-même) l’être désigné, par opposition au nom commun qui inclut dans un
ensemble tous les êtres de la même espèce. Ce ne sont donc pas les êtres, en tant
que référents, qui sont propres ou communs, mais la façon de les désigner qui les
détermine comme unique (nom propre) ou appartenant à un ensemble (nom commun).
Le nom propre se construit au terme d’une opération de langage qui consiste, dans
une situation donnée, à extraire d’une classe d’espèces l’un de ses membres pour
lui attribuer un nom qui lui appartient en propre. Ainsi Claude ne réfère pas à tous
les êtres qui portent ce nom, mais à l’être particulier, inconfondable avec d’autres,
qui se trouve exister à travers une identité spécifique.
Cette définition explique du même coup pourquoi des mots comme lune,
soleil, univers, etc., ne sont pas traditionnellement considérés comme des noms
propres. En effet, c’est en tant que référents, qu’objets de l’univers, qu’ils sont
perçus comme uniques par l’expérience humaine, et non en tant que mode de
désignation.Il peut cependant se produire une coïncidence, comme pour le mot
Dieu qui possède à la fois un caractère d’unicité, en tant que référent, et un mode
de désignation propre” (P. Charaudeau, Grammaire du sens et de l’expression,
Paris, Hachette, 1995).
Note. P. Charaudeau emploie le terme êtres (êtres au pluriel) au sens de „ce
qui existe dans le monde”.
5. Kerstin Jonasson, dans le Nom propre, Louvain, Duculot, 1994, distingue
des noms propres non modifiés et des noms propres modifiés. Le nom propre
apparaît non modifé dans les phrases suivantes:
a) Paul danse.
b) Meyer est venu me voir.
c) Tu connais Philippe Bouquet ?
Dans les phrases citées ci-dessus, les noms propres ont un emploi référentiel
(un emploi qui concerne seulement le référent désigné par ces noms). Dans cet
emploi référentiel, des noms propres comme Paul, Meyer et Philippe Bouquet
désignent des individus spécifiques qui portent les noms propres en question et
dont il est dit quelque chose dans les énoncés où ils apparaissent. Un nom propre
non modifié fonctionne comme un désignateur rigide comme une expression qui
n’est pas liée aux situations passagères et aux propriétés accidentelles que peut
connaître un particulier. E. Benveniste (dans Problèmes de linguistique générale,
Paris, Gallimard, 1974, p. 200) a précisé à ce sujet que ce qu’on entend ordinai-
rement par nom propre est une marque conventionnelle d’identification sociale
telle qu’elle puisse désigner constamment et d’une manière unique un individu unique.
Soient les phrases suivantes:
a) Il n’y a pas d’Huguette au numéro que vous avez demandé.
b) Car il en naît, des petits Gianpietro.
c) „Quelques petits David vont finir par vaincre un Goliath qu’ils combattent
depuis 21 ans” (Le Nouvel Observateur).
Les noms propres sont modifiés dans ces phrases et se présentent accompagnés
de déterminants qui leur font perdre le caractère unique ou singulier. Dans ce cas,
ils s’opposent aux noms propres non modifiés qui présupposent l’unicité de leur
référent.
158
Le nom propre peut désigner un référent primaire et (ou) un référent secondaire.
Le nom propre désigne un référent primaire lorsqu’il réfère à l’un des
arguments du groupe verbal (du prédicat, du syntagme verbal); dans ce cas, le
référent primaire occupe l’une des positions argumentatives autour du verbe.
Ex.: Pierre chante. J’ai rencontré Pierre hier. Elle a écrit à Pierre.
Le nom propre désigne un référent secondaire lorsqu’il se trouve à l’intérieur
d’une expression référentielle et qu’il fait partie d’un complément de nom.
Ex.: La soeur de Pierre. La villa de Pierre. Le mariage avec Pierre de cette
jeune fille.
On distingue deux fonctions caractéristiques du nom propre:
a) la fonction référentielle
b) la fonction vocative
La fonction référentielle est celle par laquelle le nom propre désigne un
particulier (chose ou être) en vertu d’une convention sans le décrire, ni le classifier.
La fonction référentielle permet à l’auditeur (à l’allocutaire), dans le contexte
d’énonciation d’isoler le référent de tous les référents possibles.
On comprend par la fonction vocative des noms propres, l’utilisation de ces
noms dans le but d’attirer l’attention d’un animé [±humain] lorsqu’on l’appelle, s’il
y a lieu.
Ex.: Jean ! Écoute-moi !
Viens ici Azor !
John Lyons (dans Éléments de sémantique, Paris, Larousse, 1978, p. 177)
remarque que de nombreuses langues systématisent la distinction entre la fonction
référentielle et la fonction vocative des noms propres. Cette distinction était très
claire, par exemple, dans les langues indo-européennes classiques qui possédaient
dans le système des cas, le cas vocatif (ex.: le vocatif latin ou grec, etc.).
On peut rattacher aux fonctions référentielle et vocative du nom propre, la
nomination (ou l’expression de ses énoncés appellatifs). Suivant J. Lyons, la
nomination peut être didactique ou performative (v. Éléments de sémantique, Paris,
Larousse, 1978, p. 177).
La nomination didactique consiste à enseigner à quelqu’un qu’un nom propre
qui apparaît dans l’énoncé est déjà lié à un individu, à un objet ou à un lieu par une
convention préexistante. On fait un acte de nomination didactique, lorsque par
exemple nous nous présentons ou présentons d’autres personnes.
Ex.: Je te présente Marie-Christine. Il s’appelle Jean Dupont. Je m’appelle
Jacques.
La nomination performative se réalise dans l’énoncé performatif d’un acte de
baptême conventionnel ou religieux.
Ex.: Je te baptise Jeanne. Je baptise ce bateau France.
En prononçant ces phrases, le locuteur ne décrit pas la cérémonie du baptême,
il l’accomplit.
Types de noms propres

1. Noms de personnes:
a) Prénoms: Jean, Gabriel, Henri, Émile, Marcel, Daniel; Marie, Huguette,
Claire, Françoise, Simone, Louise.
b) Noms de famille: Lefèvre, Dupont, Dubois, Bonnard, Guiraud, Brunot.
159
2. Noms d’animaux: Médor, Cador, Azor, Riquet, Macaire, Pif (= chiens);
Félix, Minet, Minouche, Minou, Hercule (= chats).
3. Noms de pays: la France, la Grande-Bretagne, la Roumanie, la Hongrie, le
Portugal, l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie, le Brésil, le Mexique, les États-Unis, etc.
4. Noms de régions: la Bourgogne, la Lorraine, l’Alsace, la Franche-Comté,
le Limousin, l’Aquitaine, etc.
5. Noms de départements: Gard, Var, Vaucluse, Hérault, Cantal, Corrèze,
Aude, etc.
6. Noms de cours d’eau:
a) Noms de fleuves: la Seine, la Loire, le Rhône, le Rhin, le Danube, la Volga.
b) Noms de rivières: la Saône, la Marne, le Loiret, l’Ariège, la Sarre.
7. Noms de montagnes: les Carpates, les Alpes, les Vosges, l’Oural, les Andes.
8. Noms de villes: Bucarest, Metz, Lyon, Caen, Nice, Antibes.
9. Noms de continents: Europe, Asie, Afrique, Amérique.
10. Noms désignant des institutions officielles: le Conseil d’État, l’Assemblée
nationale, la Sorbonne (Université Paris IV)
11. Noms de fêtes: Pâques, Noël, Ascension, Épiphanie, Toussaint.
12. Noms de bateaux, d’avions, d’automobiles: un Airbus, un Boeing, un
Concorde, un Mirage (= avions); le Liberté, le Flandre, le France, le Normandie, le
Marie-Hélène (= navires); une Peugeot, une Renault, une Citroën, une Cadillac,
une Mercédès, une Volvo, une Dauphine (= voitures).
13. Noms d’êtres surnaturels des différentes religions et mythologies: Dieu;
Jupiter, Apollon, Vénus; Râ, Horus, Osiris, Hathor.
14. Noms d’objets: Durendal, l’épée de Roland; le Nautilus, le sous-marin du
capitaine Nemo, personnage d’un roman de Jules Verne. Le Régent, le plus beau et
le plus pur diamant d’Europe (Il a été acheté par le duc d’Orléans qui a été régent
pendant la minorité de Louis XV).
15. Noms d’étoiles et d’astres (excepté la lune, le soleil): Sirius, Vega,
Pollux, Capella, Agena, Antarès; Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus,
Neptune, Pluton.
Suivant M. Grevisse (op. cit., p. 703), les noms appartenant aux catégories
suivantes ne sont pas de vrais noms propres;
a) les dérivés désignant des dynasties employés avec majuscule: les Capétiens,
les Mérovingiens, les Atrides, etc.
b) les noms désignant les habitants d’un pays, d’une région, d’une ville: les
Africains, les Parisiens, les Genevois, etc.
M. Grevisse considère ces noms comme des noms associés aux noms propres.

Noms propres issus de noms communs

Certains noms propres ont été des noms communs à l’origine.


Noms propres de personnes qui servaient à caractériser les individus d’un
groupe social, d’une communauté selon certains critères:
a) traits physiques; caractère, tempérament d’une personne; défauts, qualités.
Ex.: Lebrun, Leblanc, Leborgne, Leroux, Legrand, Lebon, Ledoux, Lebègue,
Lebel, Legros, Le Jeune, Lesage, Petit.
b) professions: Leverrier, Letourneur, Charpentier, Boulanger, Marchand, Le
Chapelier, Lecouvreur, Lemercier, Leclerc, Lemaire.
160
c) lieu d’origine, lieu d’habitation; traits caractéristiques de ces lieux, etc.
Ex.: Dumont, Duval, Dupont, Duchamp, Deschamps, Dubac, Dujardin,
Desjardins, Dumoulin, Desmoulins, Du Parc, Dupré, Després, Des Prés, Dessalines,
Duverger, Duvivier.
Noms communs issus de noms propres

Suivant P. Charaudeau „certains noms propres deviennent des noms communs


lorsque le référent, unique à l’origine se multiplie et se constitue en classe d’espèces”
(Grammaire du sens et de l’expression, p. 23).
Il y a plusieurs espèces de noms communs issus de noms propres:
10 Noms communs dérivés de noms propres qui rappellent soit ceux qui ont
découvert ou inventé un objet, soit ceux dont le nom a été attaché à l’invention ou à
la découverte de cet objet.
Ex.: ampère (du nom du physicien Ampère = unité d’intensité des courants
électriques): barème (du nom de Fr. Barrême, auteur des Comptes faits du grand
commerce, 1670, mot attesté au début du XIXe s.), calepin (1534, Des Périers; du
nom de l’italien A. Calepino, auteur d’un Dictionnaire de la langue latine, 1502);
camélia (fin XVIIIe s., nom donné par Linné d’après celui de P. Camelli qui
apporta l’arbuste de l’Asie à la fin du XVIIe s.), coulomb (([kulõ]; du nom du
physicien Coulomb) = unité égale à la quantité d’électricité transportée en une
seconde par un courant d’une intensité d’un ampère)); dahlia (1824, du latin botanique;
mot créé d’après le nom du botaniste suédois Dahl); dédale (1555, Pasquier, du
nom du constructeur du labyrinthe de Crète, lat. Daedalus, gr. Daidalos); diesel
([djεzεl]; du nom de l’inventeur de ce moteur à combustion interne); farad
(([fa ad]; du nom du physicien Faraday) = unité de capacité électrique));
fontange ((1680, Mme de Sévigné; du nom de Mme de Fontanges, maîtresse de Louis
XIV)
= coiffure de mousseline ou de dentelle tuyautée et apprêtée, retenue droite sur la
tête par de laitons, parfois garnie d’un ruban)); guillemet (1677, un diminutif du
nom propre Guillaume, imprimeur qui inventa ce signe); hertz (([ε ts]; du nom du
physicien allemand Hertz) = unité de fréquence égale à un cycle par seconde));
louis (1640, abréviation de louis d’or, du nom de Louis XIII, qui à cette date fit
frapper cette monnaie); macadam (1830; du nom de l’Écossais Mac Adam, son
inventeur); macfarlane ([makfa lan]; du nom de Mac Farlane, l’inventeur de ce
manteau, en 1859); maillechort (([maj ]; des noms des inventeurs Maillot et
Chorier (1829) = alliage de cuivre, de nickel et de zinc, imitant l’argent));
mansarde (1676; du nom de l’architecte Mansard); montgolfière (fin XVIIIes.);
du nom des frères Montgolfier qui ont inventé l’aérostat); napoléon (1812, du nom
de Napoléon Ier, dont l’effigie était représentée sur ces pièces); nicotine ((début
du XIXe s.; du nom de Jean Nicot, ambassadeur à Lisabonne, qui envoya le tabac
(herba nicotiana, herbe de Nicot) à Catherine de Médicis, en 1560)); ohm (([om],
du nom du physicien allemand Ohm ) = unité de résistance électrique)); poubelle
(1890; du nom de Poubelle, préfet de la Seine, qui imposa l’usage de cette boîte à
ordures, en 1884); praline (1680; du nom du maréchal du Plessis – Pralin dont le
cuisinier inventa ce bonbon); strass ou stras [stRas] du nom de Strass, joillier,

161
créateur de ce faux diamant en 1740); watt (([wat]; du nom du physicien J. Watt)
= unité de puissance électrique));
20 Noms communs qui rappellent des personnages de l’histoire, de la lit-
térature, de la mythologie, etc.
Ex.: adonis (du nom lat. Adonis, emprunté au grec Adônis, dieu du Printemps,
symbole de la beauté); amphitryon ((nom d’un personnage mythologique, pris
comme nom commum d’après les vers de la comédie de Molière, Amphitryon: „Le
véritable Amphitryon/ Est l’Amphitryon où l’on dîne” (= hôte chez qui l’on
mange)); atlas (nom donné par Mercator en 1595 à un recueil de cartes sur le
frontispice desquelles figurait Atlas portant le ciel sur ses épaules)), apollon ((du
gr. Apollon, lat. Apollo, dieu païen) = homme dont la qualité essentielle est
d’approcher de la beauté idéale)); argus (([aRgys], nom du géant aux cent yeux,
chargé de surveiller la nymphe Io) = 1. Homme très clairvoyant. 2. Surveillant,
espion)); bavaroise ((1743, Dict. de Trévoux, boisson mise à la mode au café
Procope par les princes de Bavière) = Infusion de thé très forte à laquelle on ajoute
un jaune d’oeuf, du lait et du kirsch)); céladon (nom d’un personnage de l’Astrée
d’Honoré d’Urfé, amoureux platonique), cendrillon ((de Cendrillon, nom d’un
personnage d’un conte de Perrault) = Jeune fille qui doit assurer des travaux
pénibles)); escobar ((du nom du Père Jésuite Escobar y Mendoza) = personne
hypocrite, fourbe)); fiacre (soit du nom de saint Fiacre, dont l’image était pendue
au bureau où l’on louait ces voitures, soit du nom de celui qui les louait); figaro
((de Figaro, nom d’un personnage du Barbier de Séville, de Beaumarchais) =
coiffeur (niveau familier de la langue)); frise ((dans l’expression cheval de Frise =
pièce de bois hérissée de pointes, utilisée dans les retranchements; ce système de
défense aurait été inventé en Frise)); gavroche ((de Gavroche, nom d’un personnage
des Miserables de Victor Hugo) = gamin de Paris, spirituel et moqueur)); harpagon
(du nom d’un personnage de l’Avare de Molière); lovelace ([l vlas]; du nom d’un
personnage de Clarisse Harlowe de Richardson) = débauché)); margotin (altér,
d’après Margot de marcotin) = 1. Petit fagot ou menu bois utilisé pour allumer le
feu. 2. Petite marionnette de bois)); marionnette (d’un diminutif Marion, prénom
de femme, provenant de Marie, ayant à l’origine le sens de „statuette de la Vierge”);
matamore (de l’esp. Matamoros, faux brave, de la comédie espagnole, proprement
„tueur de Maures”, de matar, tuer) = faux brave, vantard)); péronnelle ((du nom
d’une héroïne de chanson populaire; XVIIes.: chanter la péronnelle = dire des sottises)
= jeune femme sotte et bavarde)); rodomont (([R d mõ]; de l’ital. Rodomonte,
nom d’un personnage insolent de l’Orlando furioso de l’Arioste) = personnage
fanfaron); séide ((du nom de Séide, affranchi de Mahomet à qui il était aveu-
glément soumis; Voltaire a donné le nom de Séide à l’un des personnages de sa
pièce Mahomet) = adepte fanatique d’une doctrine et exécutant aveugle des
volontés d’un maître)); simonie ((du nom de Simon le Magicien qui avait essayé de
corrompre Pierre et Paul pour obtenir le don de conférer le Saint-Esprit) = trafic
des choses saintes; vente des biens spirituels)); silhouette (du nom du contrôleur
général E. de Silhouette qui a vécu au XVIIIe siècle; celui-ci n’a exercé ses
fonctions que durant huit mois, en 1759, tombant vite en disgrâce; d’où la locution
à la Silhouette appliquée plaisamment à tout ce qui paraissait éphémère); tartufe ou
tartuffe (du nom du personnage portant le nom de Tartuffe de la comédie de
162
Molière le Tartuffe, 1664); vénus ((du nom de la déesse Vénus) = femme d’une
grande beauté)).
30 Noms communs issus d’un nom de peuple ou de groupes d’hommes et qui
désignent une qualité, un défaut ou un vice de ce peuple, de ce groupe, etc.
Ex.: bohème ((de la Bohême, habitant de la Bohême) = personne qui mène
une vie vagabonde)); bougre ((Bogre „Bulgare”, 1172; bas lat. Bulgarus) = Fam.
Drôle, gaillard; un bon bougre, un brave type)); esclave (du lat. médiév. sclavus,
var. de slavus, slave, de nombreux Slaves ayant été réduits en esclavage); flandrin
((mot signifiant au début flamand; ce terme est issu de Flandre) = homme grand
d’allure gauche; mot employé souvent dans l’expression grand flandrin)); franc
(1360; denier d’or frappé par le roi Jean avec la devise Francorum rex, roi des
Francs); gascon ((du lat pop. Wasco (lat. Vasco), altéré par l’infl. germ., même mot
que Basque)), huguenot ((altération sous l’influence de Hugues, de l’allemand
Eidgenossen, confédérés; employé d’abord à Genève vers 1520-1524, pour les
patriotes hostiles au duc de Savoie (et dont le chef était Hugues Besançon, puis
vers 1532, pour les Réformés) = surnom donné aux protestants calvinistes par les
catholiques)); jésuite (de Jésus, un jésuite étant un membre de la Congrégation de
Jésus, fondée en 1534); ostrogothe ((du bas latin Ostrogothus, nom d’une des
tribus des Goths) = fam. personne grossière et bourrue)); vandale ((emploi figuré
du nom des Vandales, peuple germanique qui ravagea l’empire romain) = personne
qui détruit ou détériore des œuvres d’art ou des objets de valeur.
40 Noms communs issus de noms propres de lieux désignant les produits
originaires de ces lieux (Métonymies de lieu).
Ex.: angora (1761; du nom de la ville d’Angora, aujourd’hui Ankara, d’où
une race de chats et de chèvres est originaire); baïonnette (1575; de Bayonne, où
cette arme fut d’abord fabriquée); bougie (de Bougie, ville d’Algérie d’où la cire de
chandelles était importée) brie (vin ou fromage de Brie; fém.), cachemire (du nom
d’un État de l’Inde) calicot (étoffe fabriquée d’abord à Calicut, ville de l’Inde);
cantaloup (de Cantalupo, ville qui se trouve près de Rome où ce melon était
cultivé), cognac (de Cognac, ville de Charente), cordonnier (de l’anc. fr. cordoan,
cuir de Cordoue), cravate (forme francisée de Croate; ce nom désigna d’abord la
cravate des cavaliers croates), curaçao ([Kyraso] du nom d’une île des Antilles) =
liqueur faite avec de l’eau-de-vie, de l’écorce d’oranges amères et du sucre); damas
([dama]; de Damas, ville de Syrie); elbeuf ([εlbœf] du nom d’Elbeuf, ville de
Normandie où ce drap fin a été d’abord fabriqué); faïance (de Faenza, ville d’ Italie
où l’on fabriquait la faïence); landau (de Landau, ville allemande où cette voiture
fut d’abord fabriquée); malines; n.f. (de Malines, ville de Belgique; = dentelle très
fine); malvoisie ((de Mal(e)vesie, nom d’un îlot grec, d’ou vient ce cépage) = vin
grec célèbre)); manille (de Manille; = cigare ou tabac en feuilles; n.m.); maroquin
(de Maroc, pays où se fabriquait ce cuir); moka (de Moka, ville d’Arabie);
mousseline (de Mossoul, ville de Mésopotamie où l’on fabriquait ce tissu); nankin
(de Nankin, ville de Chine, où était fabriquée cette toile); persienne (de Perse, nom
de pays), sarrasin (ellipse de blé sarrasin, empl. fig. à cause de sa couleur noire de
Sarrasin qui désigne en ancien français, les Arabes); tulle (du nom de Tulle, ville
de la Corrèze où se fabriquait ce tissu); valanciennes ((du nom de la ville de
Valenciennes) = dentelle très fine)); hollande ((de Hollande) = n. masc. 1. Fromage
sphérique à croûte rouge à pâte affinée. 2. Papier de luxe: exemplaire sur hollande;
163
n. fém. 1. Toile de lin très fine fabriquée en Hollande. 2. Porcelaine de Hollande.
3. Variété de pomme de terre)).
Traits caractéristiques des noms propres

Le nom propre est toujours écrit avec une initiale majuscule. Il faut cependant
remarquer que certains noms bien qu’ils soient écrits avec une initiale majuscule ne
sont pas pour autant des noms propres; il s’agit de noms qui peuvent être
clairement définis; par exemple, les noms de peuples (Français = personne qui
habite en France ou qui est originaire de France), les noms d’habitants (Lyonnais =
habitant de Lyon), les noms de dynasties (les Carolingiens = les rois qui font partie
de la dynastie qui tire son nom de Charlemagne).
Ces noms ont tous les caractéristiques syntaxiques des noms communs :
a) ils peuvent avoir, en général, les déterminants qui accompagnent les noms
comnuns (le Roumain, un Roumain, des Roumains, cinq Roumains, quelques
Roumains, aucun Roumain);
b) ils prennent d’habitude la marque du pluriel (les Marseillais; les Mérovingiens);
c) ils ont une définition qui est en rapport avec un nom propre, comme on l’a
mentionné ci-dessus.
Les grammairiens considèrent ces noms comme étant associés aux noms propres.
L’emploi de l’article défini devant les noms propres
Généralement, l’article est absent devant les noms propres qui désignent des
personnes (Henri, André; Pasteur, Mauriac).
Il y a cependant des noms propres où l’article défini fait partie de leur structure.
Ex.: Le Bel, Le Bon, Le Brun, Le Bras, Le Chapelier, Le Jeune, Le Lorrain,
Le Nain, Le Prieur, Le Roy; La Barre, La Bruyère, La Caille, La Chaise, La
Chaussée, La Fontaine, La Fosse, La Grange, La Harpe, La Marche, La Salle, La
Tour, Le Clézio, Le Peletier, Le Corbusier.
N.B. On emploie l’article défini devant un nom propre de personne
lorsqu’on veut désigner une propriété d’un ensemble de propriétés concernant
cette personne.
Ex.: L’Apollinaire des Calligrammes. Le Rimbaud d’Une saison en enfer.
Le Picasso des périodes „bleue” et „rose” (1901-1904 et 1904-1905).
N.B1. Un article défini peut former un seul mot avec le reste du nom
propre comme dans Lejeune, Lefèbre, Legrand.

Sont précédés de l’article défini (voir le chapitre consacré à l’article):


a) les noms propres toponymiques à l’exception des noms de villes.
Ex.: l’Europe, l’Asie, l’Afrique; la France, la Roumanie, l’Italie, le Portugal,
le Canada (mais Cuba, Haïti, Israël); le Danube, le Rhône, la Seine, le Rhin, la Loire, etc.
N.B. Il y a des noms de villes qui possèdent l’ article défini dans leur
structure: Le Havre, La Ferté-Milon, La Rochelle, Le Mans, Le Caire, La Haye,
La Nouvelle-Orléans, La Havane, Le Pirée.

L’article défini masculin se combine avec les prépositions à et de (au Havre;


du Havre, au Caire; au Mans; du Mans, etc.).

164
Ex.: „M. Roger réussit à faire engager Cadenet au Havre ...” (Claretie; N.
Djonat). Les haut-parleurs annonçaient l’arrivée du vol 271 de la TWA en prove-
nance du Caire.
b) les noms des voies urbaines: rue de la Paix, place de la Bastille;
c) les noms de bateaux: le Redoutable, le Liberté, le France, le Queen Mary II;
d) les noms d’avions: le Concorde, l’Airbus, la Caravelle;
e) les noms d’automobiles: la Renault, la Peugeot, la Jaguar, la Ford, la Cadillac;
f) certains noms de fêtes: le Nouvel An, la Toussaint, l’Épiphanie;
g) les noms de certaines cantatrices ou actrices: La Callas (cantatrice), la Duse
(actrice).
Fonctions syntaxiques des noms propres
Les noms propres peuvent avoir, en général, les mêmes fonctions syn-
taxiques que les groupes nominaux.
Un nom propre peut être:
a) sujet: Jean est arrivé de Paris hier soir.
b) complément d’objet direct: J’ai rencontré Simone chez sa tante.
c) complément d’objet indirect: Il parle de Jean.
d) attribut du sujet: Sa soeur se nommait Hélène.
e) attribut du complément d’objet: Je baptise ce navire Normandie (c’est un
énoncé performatif explicite).
Les noms propres et la place de l’adjectif épithète
L’adjectif qui qualifie un nom propre peut être placé soit avant soit après le
nom. Lorsque l’adjectif est placé avant le nom propre, il s’intercale entre l’article
défini et le nom propre.
Ex.: le divin Platon, le divin Virgile, le grand Alexandre, le grand Condé.
Il faut remarquer que l’épithète se met avant le nom lorsqu’on parle du mérite
du personnage.
Lorsqu’on veut distinguer un personnage d’autres qui portent le même nom,
alors l’épithète doit être mis après le nom. Dans ce cas, l’article défini est mis entre
le nom et l’adjectif.
Ex.: Alexandre le Grand, Louis le Grand, Louis le Pieux, Louis le Fainéant,
Charles le Chauve, Charles le Téméraire, Charles le Simple, Charles le Sage,
Charles le Mauvais, Louis le Gros.
Les noms communs
Définitions
1. „On appelle noms communs les noms qui s’appliquent à un être ou à un
objet appartenant à toute une catégorie, à toute une espèce: homme, livre, enfant
sont des noms communs (J. Dubois et alii, Dictionnaire de linguistique, Paris,
Larousse, 1995).
2. „Le nom commun est pourvu d’une signification, d’une définition, et il est
utilisé en fonction de cette signification. ((Entrant dans une maison où je ne suis
pas allé, je puis dire: Voici une table, une chaise, parce que les objets que je désigne

165
ainsi correspondent à la signification, à la définition que j’ai dans l’esprit”
(M. Grevisse, Le Bon Usage, éd. 1997, p. 703)).
3. „Étant donné l’impossibilité où l’on se trouve de généraliser l’individualité
du nom, l’unicité de sa référence, on doit alors recourir aux appellations collectives
à ce qu’en grammaire on qualifie de noms communs. Cela suppose que les référents
individuels soient regroupés en classes, ce qui permet de ne dénommer que les
classes, et non pas les objets ou les individus qui en sont membres et qui, dans une
même classe, peuvent être en nombre illimité. Si nous prenons comme exemple le
substantif étudiant, sont ses référents possibles tous les êtres humains, réels ou
imaginaires, passés, présents ou à venir, à la seule condition qu’ils aient le statut
d’étudiant. La possession de ce statut est donc une propriété constitutive du sens du
mot et lui permet de référer (nous avons parlé à ce propos de référence virtuelle)”
Chr. Baylon et Xavier Mignot, Sémantique du langage, Paris, Nathan, 1995, p. 75.
La sous-catégorisation des noms communs
La catégorie ou la classe des noms peut être divisée en plusieurs sous-
catégories ou sous-classes, selon leur sens et leur fonctionnement syntaxique.
Cette sous-catégorisation des noms communs en couples de contraires
dépend de la présence ou non d’un certain nombre de traits distinctifs, de sèmes. Le
système de ces traits est fondé sur une logique binaire symbolisée par l’opposition
des signes [+] et [–]. On peut symboliser l’appartenance ou la non appartenance à
une sous-catégorie par les signes mentionnés. Ces traits distinctifs sont importants
pour le comportement du nom dans le GN et dans la phrase. Si le nom possède le
trait distinctif considéré, on fait précéder cette propriété du signe [+]; s’il ne le
possède pas, on précède la propriété étudiée par le signe [–]. Ces traits sont appelés
parfois traits inhérents parce qu’ils sont indépendants du contexte.
Les grammairiens distinguent plusieurs sous-catégories de noms basées sur
des couples de contraires.
Noms [± comptable] ou [± dénombrable]: les noms comptables ou dénom-
brables /vs/ les noms non-comptables ou non-dénombrables.
A. Les noms comptables ou dénombrables.
Les noms comptables sont une catégorie de noms désignant des entités
susceptibles d’entrer dans l’opposition un / plusieurs (par opposition aux noms
non-comptables).
Les noms comptables renvoient à des éléments discontinus de la réalité, êtres
ou choses que l’on peut dénombrer: voiture, avion, bateau, marin, cheval, chat,
fourmi, etc. Les noms comptables sont caractérisés en particulier par le fait qu’ils
peuvent être précédés par des déterminants numéraux cardinaux (par des quanti-
tatifs numériques): un / deux / trois soldats, ou par des déterminants indéfinis (des
quantifieurs ou quantificateurs); ex.: plusieurs voitures; quelques voitures, etc.
Les noms comptables ont le trait [+ comptable].
Les noms comptables ne peuvent pas être employés avec l’article partitif.
N.B. On peut cependent employer l’article partitif avec certains noms
comptables dans des phrases emphatisées.
Ex.: „Ça, c’est de la voiture!”
166
„Ça, c’est de la maison!”
(expressions employées en particulier dans le discours publicitaire). Ces
phrases montrent qu’il est possible parfois de recatégoriser un nom comptable
comme nom non-comptable.

B. Les noms non-comptables ou non-dénombrables.


Les noms non-comptables ont le trait [– comptable]. Ils ne peuvent pas être
précédés de déterminants numéraux cardinaux (des quantitatifs numériques). Ils
sont soit des noms massifs ((ou massiques); on les appelle parfois denses = sucre,
blé, vin)), soit des noms abstraits (on les appelle parfois compacts = honneur,
courage, force), soit des noms uniques (le soleil, la Terre). Il faut donc souligner
que le concept de non-comptable est plus étendu que celui de massif, puisqu’il
comprend les noms abstraits (les noms compacts), les noms uniques comme le
soleil et la Terre et les noms massifs. Les noms non-comptables massifs désignent
des substances continues, des choses qui se présentent comme des masses indéfinies;
ces substances sont le plus souvent fragmentables, elles obéissent aux principes de
la référence cumulative homogène (de l’eau + de l’eau = eau, c’est-à-dire si l’on
ajoute de l’eau à de l’eau c’est toujours de l’eau). Ces substances obéissent aussi
aux principes de l’homogénéité distributive ((de l’eau désigne de façon récursive
les parties de parties d’une même substance) v. M. Riegel, Grammaire méthodique,
éd. cit., p. 170)).
Avec les noms non-comptables on peut employer l’article partitif ou des
expressions quantificatrices partitives.
a) L’article partitif.
Ex.: Faire bouillir de l’eau. Boire de la bière au repas. Acheter du beurre.
Manger du fromage. On trouve du fer dans le Hainaut.
b) Expressions quantificatrices partitives.
Ex.: Servir un peu de riz. Acheter un kilo de sucre.
Certains noms non-comptables qui ordinairement sont employés au singulier
peuvent être aussi employés au pluriel. Dans ce cas, ils changent de sens.
Ex.: Eau → les grandes eaux (= les jets d’eau et les cascades d’un parc)
Ex.: Les grandes eaux de Versailles.
Fig. Les eaux d’un navire (= son sillage). Nager entre deux eaux (fig. ménager
deux parties; éviter de s’engager à fond)
Cuivre → La ménagère fourbit ses cuivres (= ustensiles en cuivre: batterie de
cuisine, lampes, etc.). Les cuivres sont les principaux instruments d’une fanfare.
Il y a des noms non-comptables [– comptable] qui ne possèdent que la forme
du pluriel.
Ex.: archives (Les archives d’un tribunal), vivres3 (Les vivres des assiégés
s’épuisaient), décombres (De la maison, il ne reste que des décombres).
Transfert de la catégorie des noms comptables
à la catégorie des noms massifs
Ce transfert est accompagné, en général, d’un changement de sens.
Bois (n. m.) est un nom comptable au sens de „forêt” (une biche sortit du bois).
_______________
3
Vivre, n. m. s’emploie au singulier dans l’expression avoir le vivre et le couvert
= nourriture.
167
Bois est un nom non-comptable (massif) au sens de „matière ligneuse et
compacte des arbres” (couper, scier, fendre du bois).
Ivoire (n.m.) est un nom comptable lorsqu’il a le sens d’„objet sculpté dans
l’ivoire” (Le Louvre possède d’admirables ivoires).
Ivoire est un nom non-comptable (massif) lorsqu’il désigne la substance
osseusse dure, riche en sel de calcium qui forme la plus grande partie des dents
humaines, des défenses de l’éléphant, etc. (Sculpter l’ivoire).
Bœuf (s.m.) est un nom comptable lorsqu’il a le sens de „mammifère ruminant
domestiqué depuis longtemps” (Il a acheté au marché aux bestiaux trois bœufs).
Bœuf est un nom non-comptable (massif) quand il est employé au sens de
„viande de boeuf” (Il a mangé du boeuf grillé, du boeuf rôti).
Veau (s.m.) est un nom comptable quand il est employé au sens de „petit de
la vache” (Il a acheté au marché aux bestiaux trois veaux).
Veau est un nom non-comptable (massif) quand il est employé au sens de
„viande de veau” (Il a mangé du veau aux concombres, aux oignons, du veau marengo).
N.B. Veau marengo = viande de veau qu’on fait revenir dans l’huile
avec de l’ail, des tomates, des champignons et du vin blanc.

Citron (s.m.) est un nom comptable quand il est employé au sens de „fruit du
citronnier”. (Il a acheté trois citrons)
Citron est un nom non-comptable (massif) quand il est employé au sens de
„jus de citron” (Il y a du citron dans cette boisson).
Des noms non-comptables transposés dans la catégorie des noms comptables
peuvent marquer:
a) des fractions, des parties d’une totalité.
Ex.: Commander une bière. Boire un cognac, un café, un whisky.
b) des sous-espèces;
Ex.: Ils ont dégusté plusieurs vins.
Ils ne vendent que des vins de qualité.
Les bières allemandes sont plus fortes que les bières françaises.
Les noms animés /vs/ les noms non-animés (Noms [± animé])
Les noms animés constituent une sous-catégorie des noms qui, au point de
vue sémantique dénotent des êtres du domaine de la biosphère ou des êtres fantas-
tiques, surnaturels (dieu, ange, démon, elfe, centaure, licorne).
Définition de la biosphère: „Toute partie de notre phanète que ses conditions
de température, d’oxygénation, d’éclairage, etc. rendent habitable par quelques
espèces vivantes, animales, végétales ou microbiennes, fait partie, par définition,
de la biosphère” (Omnis).
Remarque. La plupart des grammairiens entendent par le terme animés
seulement les êtres faisant partie du règne animal („les noms animés désignent des
êtres susceptibles de se mouvoir par eux-mêmes” M. Grevisse, Bon Usage, 1997,
p. 704) et considèrent que les noms qui désignent les espèces végétales (le règne
végétal, l’ensemble des végétaux) comme appartenant à la sous-catégorie des noms
inanimés. En nous appuyant sur la définition du terme animé („Doué de vie”;
P. Robert) et de celle de végétal ((„Être vivant généralement vert (chlorophyllien)
168
et fixé au sol, qui se nourrit principalement ou exclusivement de sels minéraux et
du gaz carbonique”… le Lexis)), nous avons rangé les noms désignant les espèces
végétales (les noms de plantes et les noms d’arbres) dans la sous-catégorie des
noms animés.
Exemples de noms animés: enfant, femme, lion, rossignol, abeille; liseron,
chêne, bouleau, etc.
Les noms non-animés ou inanimés désignent des choses, des qualités, des
actions, tout ce qui par essence est sans vie.
Ex.: table, armoire, lampe, voiture, etc.
Les noms non-animés ont un genre grammatical fixe et arbitraire (le genre
n’est pas déterminé par le contenu sémantique de ces noms).
Ex.: le crayon, la maison, le lac, le verre, la bibliothèque.
N.B. Le nom orgue est masculin au singulier et féminin, en général, au pluriel.

À la différence des noms inanimés, les noms animés peuvent être divisés en
deux catégories: a) les noms qui ont un genre fixe (corbeau, éléphant, requin,
rossignol, etc. sont toujours du genre masculin; souris, grenouille, perdrix, baleine,
etc. sont toujours du genre féminin).
b) les noms qui possèdent les deux genres (loup-louve; âne-ânesse; tigre-
tigresse; chameau-chamelle, etc.)
Les noms animés et les noms non-animés se distinguent par la différence
d’emploi du déterminant possessif et du pronom en.
Lorsque le complément de nom est un nom animé, il ne peut être représenté
que par le déterminant possessif et non par le pronom en.
Ex.: Jacques a un perroquet; il a dessiné son bec (= le bec du perroquet)
Quand le complément de nom est un nom non-animé (inanimé), il peut être
repris par le pronom en.
Ex.: Jacques a acheté une cruche. Il en a dessiné le bec (= le bec de la cruche).
J’aime cette ville et j’en connais toutes les rues (= les rues de cette ville).
Connaissez-vous l’adresse de cette banque? En connaissez-vous l’adresse?

Noms animés [± humain]


(Les noms humains [+ humain] et les noms animés non-humains [– humain])
Les noms animés [+humain] désignent des personnes (homme, femme,
ingénieur, avocat, médecin).
Les noms animés ayant le trait [– humain] dénotent des animaux, des oiseaux,
des insectes, etc. (lion, lapin, cheval, moineau, fauvette, fourmi, etc.).
Il faut souligner que les noms [+ humain] et les noms [– humain] remplissant
la fonction de complément d’objet direct exigent l’emploi de morphèmes interrogatifs
différents.
Ex.: Qui vois-tu? → Je vois un collègue.
Que vois-tu? → Je vois un épagneul.
Noms [± concret]

169
Noms concrets / noms abstraits
Définitions
1. „La distinction entre noms concrets et noms abstraits est la plus problé-
matique. Sémantiquement, il est difficile de fonder cette dichotomie en termes
suffisamment univoques, à moins d’identifier „concret” à tout ce qui peut être
perçu par les sens.” (M. Riegel et alii, Grammaire méthodique, p. 171).
2. „On appelle noms concrets une catégorie de noms qui réfèrent à des objets
du monde physique (ou tout ce qui est considéré comme tel), par opposition aux
noms abstraits qui dénotent des entités appartenant à l’ensemble idéologique: ainsi,
les noms rocher, chaise, Jean, voiture, etc. sont des noms concrets; ils ont le trait
[+ concret] alors que honneur, pensée, jalousie, etc., sont des noms non concrets ou
abstraits. Ils ont le trait [– concret].” (J. Dubois et alii, Dictionnaire de linguistique,
éd. 1993).
3. „(opposé à l’abstrait). Qui exprime qqch. de matériel, de sensible (et non
une qualité, une relation); qui désigne ou qualifie un être réel perceptible par les
sens. Homme, terme concret; grandeur, terme abstrait.” (Petit Robert).
4. „Dans la catégorie fourre – tout des noms abstraits se trouvent regroupés
les noms de propriété (faiblesse), de processus (construction) et de relation
(infériorité), généralement dérivés de verbes et d’adjectifs, et comme tels non-
comptables…” (M. Riegel et alii, Grammaire méthodique, éd. 1994).
5. „Le nom est dit concret, s’il désigne un être ou un objet qu’on peut saisir
par les sens: enfant, table, soleil; il est dit abstrait, s’il désigne un objet qu’on ne
peut saisir par les sens: qualité” (Grammaire de l’Académie française).
6. „Un nom concret désigne un être ou un objet tombant sous nos sens ou
considérés comme pouvant tomber sous nos sens. Un nom abstrait désigne une
propriété, une qualité, une action, un état. Noms concrets: homme, renard, plume,
fleuve. Licorne, ange, etc. désignent des êtres qui, pour ceux qui y croient, peuvent
tomber sous nos sens et qui sont susceptibles d’être représentés par la peinture ou
la sculpture. Noms abstraits: patience, épaisseur, durée, immensité, consternation,
nettoyage, torpeur…” (M. Grevisse, Le Bon Usage, éd. 1997, p. 704).

Remarques
1. Un nom concret peut, par métonymie, être employé comme nom abstrait.
Ex.: La tête lui a tourné (= il a perdu le bon sens, la présence d’esprit). C’est
une méchante langue (= langue se prend pour parole) = une personne médisante. Il
a du cœur (= il a du courage). „Quand on se vante d’avoir la tête solide, le cœur
bien accroché, les nerfs à toute épreuve…” (Duhamel, Pasquier, X).
Tête sans cervelle (= esprit déréglé, fou). Il a une cervelle de lièvre (= il n’a
pas de mémoire).
Cette idée lui troubla la cervelle (= l’esprit, le jugement). Si cela venait à ses
oreilles… (= à sa connaissance). Avoir du nez (clairvoyance, prévoyance, sagacité).
2. Un nom abstrait peut par métonymie être employé comme nom concret.
Ex.: „Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait” (H. Estienne; si les jeunes
avaient l’expérience des vieux et si les vieux avaient la vigueur des jeunes). Le
mérite n’a besoin que de lui-même” (c’est-à-dire l’homme de mérite). „Les vain-
170
queurs ont parlé; l’esclavage en silence / Obéit à leur voix dans cette ville immense”
((Voltaire); l’esclavage = un peuple devenu esclave)).
3. On emploie parfois l’article partitif devant un nom abstrait.
Ex.: Avoir de la volonté, de l’intelligence, du courage, etc.
4. Il y a des noms faisant partie du domaine de l’abstrait dont l’existence ne
peut être conçue sans la présence d’un support. C’est le cas, par exemple, de
l’expression la tristesse d’Olympio; le support est Olympio dans ce cas.
Noms [± mâle]
En ce qui concerne les noms qui contiennent le trait animé, le genre et le sexe
vont souvent ensemble, mais il y a aussi de nombreuses exceptions.
Ex.: Les noms [+ humain] suivants possèdent le trait sémantique „mâle” bien
qu’ils soient du genre féminin: une sentinelle, une recrue, une clarinette solo, une
estafette.
Les noms [+ humain] suivants possèdent le trait sémantique „femelle” bien
qu’ils soient du genre masculin: un laideron, un tendron, un bas-bleu.
Quelques noms masculins et féminins faisant partie des animés non humains
n’ont qu’une seule forme pour les deux genres: un corbeau („mâle” ou „femelle”),
un éléphant („mâle” ou „femelle”), un gorille („mâle” ou „femelle”), une souris
(„mâle” ou „femelle”), une grenouille („mâle” ou „femelle”), une girafe („mâle”
ou „femelle”).
Noms [± collectif]
Définitions
1. „On appelle nom collectif un nom désignant une réunion d’entités, par ailleurs
isolables, conçue comme une entité spécifique.” (J. Dubois et alii, Dictionnaire de
linguistique, éd. 1993).
2. „Au point de vue de leur signification numérale, les noms se divisent en
noms individuels et noms collectifs. Le nom individuel désigne un individu, un
objet particulier: jardin, habit, pierre. Le nom collectif désigne un ensemble, une
collection: foule, tas, groupe, valetaille, ramassis, clientèle.” (M. Grevisse, Le Bon
Usage, éd. 1997, p. 740).
3. Le singulier des noms collectifs „désigne une collection ou une collectivité
d’entités isolables (mais considérées globalement), dont la composition peut être
précisée par un complément du nom (une foule de badauds; la colonne des mani-
festants)” M. Riegel et alii, Grammaire méthodique du français, éd. 1995, p. 179.
4. Les noms collectifs sont ceux qui désignent un ensemble de plusieurs
éléments dont chacun serait susceptible d’être isolé: la foule, une multitude,
la majorité, etc. Les noms collectifs ont fréquemment un complément qui indique
la composition de la collectivité: une foule de gens, la majorité des électeurs, etc.
(M. Arrivé et alii, Grammaire d’aujourd’hui, Paris, Flammarion, 1986).
Ex.: Une troupe, un tas, le linge, la clientèle, un groupe, une flotte, une
armée, une escadrille, etc.
Les noms collectifs jouent un certain rôle dans l’accord du verbe avec le sujet
lorsqu’ils font partie du groupe nominal sujet:

171
a) si le nom collectif n’est pas suivi d’un complément, le verbe se met au
singulier.
Ex.: La foule accourut. Une multitude en marche faisait entendre une rumeur
confuse.
b) quand le nom collectif est suivi d’un complément de nom qui est au
pluriel, le verbe est au singulier ou au pluriel suivant les exigences du sens (selon la
manière d’envisager le référent). Le verbe se met au singulier ou au pluriel suivant
qu’on envisage comme auteur de l’action le nom collectif ou le complément de ce
nom.
1) Le verbe est au singulier si l’on veut insister sur la notion de collectivité.
Cet accord met en évidence les référents considérés globalement.
Ex.: Une nuée de criquets s’abattit sur les champs et dévasta la moisson. Une
foule d’ouvrières sortait de l’usine.
2) Lorsque le nom collectif est pris dans un sens partitif et qu’on veut faire
ressortir l’idée de nombre, on met le verbe au pluriel.
Ex.: Une bande d’enfants s’amusaient à jeter des boules de neige. „Une
compagnie d’oiseaux tourbillonnaient dans le ciel bleu” (Flaubert, Mme Bovary).
N.B. Après le nom armée (au singulier) même s’il est accompagné d’un
complément, le verbe se met au singulier.
Ex.: „L’armée des Barbares n’avait pu maintenir son alignement.”
(Flaubert, Salammbô). Une armée de fourmis envahit le jardin.

Remarque
Les noms collectifs peuvent être dérivés de noms comptables au moyen de
certains suffixes.
1. Le suffixe – aie (lat. – eta, plur. de – etum) marque une collection, une
plantation d’arbres, de végétaux désignés par la base.
Ex.: les noms collectifs aunaie, cerisaie, chênaie, frênaie, saulaie, hêtraie.
2. Le suffixe – aille (lat. – alia, neutre pluriel de – alis) indique le plus
souvent une collection; il est parfois péjoratif.
Ex.: pierraille, rocaille, ferraille, marmaille, valetaille, etc.

Le genre des noms


Définitions
1. „Le genre est une catégorie grammaticale reposant sur la répartition des
noms dans des classes nominales, en fonction d’un certain nombre de propriétés
formelles qui se manifestent par la référence pronominale, par l’accord de l’adjectif
ou du verbe et par des affixes nominaux… Ainsi d’après ces critères, on définit en
français deux classes, les masculins et les féminins: Le prince est mort; il était
encore un enfant s’oppose à La princesse est morte; elle était encore une enfant,
par la référence pronominale (il/elle), par l’accord (mort/ morte, un enfant / une
enfant) et par les affixes nominaux ( – / – esse).” J. Dubois et alii, Dictionnaire de
linguistique, éd. 1993.
2. „À la différence du nombre, le genre fait partie de l’identité lexicale:
chaque nom possède un genre, masculin ou féminin qu’il transmet éventuellement
par accord à des termes qui dépendent de lui. Le neutre ne concerne que certains
172
pronoms (ce pronom, le attribut, etc.). Morphologiquement, le masculin apparaît
comme le genre non marqué, celui auquel il faut ajouter quelque chose pour obtenir
le féminin quand ce dernier est indiqué par la flexion…. Le français contemporain
marque très différemment le féminin à l’oral et à l’écrit: cette variation amène à
réfléchir sur l’identité phonétique des unités lexicales” (D. Maingueneau, Syntaxe,
Paris, Hachette, 1990, p. 51).
Suivant Maingueneau, le genre possède une fonction sémantique et une
fonction syntaxique. La fonction sémantique contribue à structurer le lexique; étant
donné que la grande majorité des noms sont dérivés par suffixation et que chaque
suffixe a un signifié et un genre (– ment suffixe nominal est masculin, – tion est
féminin, etc.), cela contribue à renforcer la cohésion des classes lexicales. En outre,
le genre permet de distinguer les homonymes: un mousse, la mousse; un vapeur,
une vapeur, etc.
La fonction syntaxique est mise en relief par l’accord en genre qui contribue
à renforcer le lien entre le GN sujet et le GV considérés comme deux piliers de la
phrase. Cet accord renforce aussi la cohésion à l’intérieur des GN puisque les
adjectifs et beaucoup de déterminants prennent le genre du nom tête.
3. „Le genre est une propriété du nom, qui le communique, par le phénomène
de l’accord au déterminant, à l’adjectif épithète ou attribut, parfois au participe
passé, ainsi qu’au pronom représentant le nom. Il y a deux genres en français: le
masculin, auquel appartiennent les noms qui peuvent être précédés de le ou de un,
– et le féminin, auquel appartiennent les noms qui peuvent être précédés de la ou
de une. Le veston, le mur, un homme. – La veste, la muraille, une femme.
Tous les noms ont un genre. Quelques-uns ont les deux genres, soit que
l’usage soit hésitant, soit qu’il y ait des emplois distincts selon les genres, et,
notamment que le genre varie selon le sexe de l’être désigné.” (M. Grevisse et
A. Goose, Le Bon Usage, Paris, Duculot, 1997).
4. „Le genre se définit comme l’opposition entre le masculin et le féminin: un
homme / une femme, un livre, une table. Ces exemples montrent que si le genre est
en général motivé concernant les animés, c’est-à-dire qu’il est alors fonction du
sexe (homme, masc., femme, fém.), il ne l’est absolument pas concernant les
inanimés (livre, masc., table, fém) qui se répartissent arbitrairement entre genre
féminin et genre masculin alors qu’ils ne sont pas sexués. Il ne faut donc pas
confondre et assimiler genre et sexe.
La répartition entre masculin et féminin d’après le sexe n’est d’ailleurs pas
systématique. Certains mots désignant des animés non humains n’ont qu’un genre
pour les deux sexes: une tortue seulement au féminin, un corbeau seulement au
masculin; et des mots désignant des animés humains d’un sexe déterminé le font
par le genre opposé: une vigie („homme de veille”) au féminin, un tendron („toute
jeune fille”) au masculin – quand ce n’est pas le même genre qui désigne sexe mâle
et sexe femelle: un modèle („homme ou femme qui pose”). H. Béchade,
Phonétique et morphologie du français, Paris, PUF, 1992.
5. „Il est impossible de ne pas donner aux noms leur genre et les formes
correspondantes aux mots qui accompagnent le nom. Quoique table et tableau
n’aient pas de sexe, il est impossible de dire un table, une tableau. La notion
linguistique de genre est donc fort souvent à part de la notion de sexe; elle a une
toute autre valeur et une toute autre importance” (F. Brunot, La pensée et la
langue, Paris, Masson, 1936).
173
Le genre neutre
Le terme de neutre a été emprunté au lat. neuter (= ni l’un ni l’autre) au
XIVe siècle.
Le neutre c’est la catégorie grammaticale dans laquelle se rangent en principe
les noms étrangers à l’attribution d’un sexe (les noms qui ne présentent pas les
caractéristiques du masculin et du féminin).
Le neutre appartient à une catégorie grammaticale où ne se manifeste pas le
contenu sémantique mâle ou femelle.
Le latin avait trois genres: le masculin, le féminin et le neutre. Ces trois genres
représentaient des catégories grammaticales dans lesquelles le latin répartissait
l’ensemble des noms. Dans cette classification en trois genres, le neutre s’opposait
au masculin et au féminin.
Le neutre a disparu du français en tant que genre particulier du nom.
Cependant, si on considère le neutre dans sa valeur sémantique, on remarque que
ce genre subsiste, sans former un système, en particulier dans la catégorie
gramaticale des pronoms où certains de ceux-ci ont une valeur neutre:
„Le neutre ne survécut que dans les pronoms, où il joue encore actuellement
un rôle important: nous distinguerons celui-ci, celle-ci, qui désignent des personnes,
de ceci, qui désigne une chose; nous opposons „qui cherchez-vous?” et „que
cherchez-vous?” (F. Brunot, Grammaire historique, Paris, Masson, 1956).
Exemples de pronoms qui possèdent une valeur neutre.
Pronoms personnels neutres
Il convient de dénoncer avec force le vice.
Il importe que chacun fasse son devoir.
„Si je vous le disais, pourtant, que je vous aime” (A. de Musset). Si elles sont
intelligentes, elles le resteront (M. Arrivé).
Pronoms démostratifs neutres
C’est merveilleux. C’est lui que je veux voir. Ce qui est fait est fait. Ce qui
est dit est dit. Ceci est très bon. Cela ne vous concerne pas.
Pronoms interrogatifs neutres
Que se passe-t-il? Que fait-il? Que vous importe? Quoi faire? Qu’est-ce qui
se passe? À quoi est-ce que tu penses?
Pronoms indéfinis (Substituts quantifiants indéfinis)
Rien d’intéressant. Rien ne te passionne. Je trouverai autre chose. J’ai besoin
de quelque chose. J’ai appris quelque chose de surprenant. J’ai besoin de quelque
autre chose. Tout est bien qui finit bien. Il est capable de tout.
Noms employés dans des locutions figées et dont le genre
n’est pas clairement exprimé
Sans ambages ((= d’une manière franche, précise, directe). Ambages, du lat.
fém. plur. ambages, détours, au propre et au fig. (de amb – autour, et agere au sens
de „mouvoir”)).

174
Ex.: Il aborda tout de suite la question et me déclara sans ambages le but de
sa visite (le Lexis) „Mais, je suis médecin laissez-moi vous parler sans ambages”
(Martin du Gard, Thib.).
Sans conteste ((= sans que l’on puisse présenter une objection, une réserve;
(du verbe contester, du lat. jurid. contestari, plaider en produisant des témoins)).
Ex.: Shakespeare est sans conteste le plus grand auteur dramatique anglais.
Sans encombre ((= sans rencontrer d’obstacle, sans incident); du verbe
encombrer de l’anc. fr. combre, barrage de rivière, mot gaulois))
Ex.: Le voyage s’est effectué sans encombre.
Homonymes distingués par le genre
Un certain nombre de noms animés ou non-animés peuvent être homonymes
et se distinguent au point de vue sémantique par le genre.
Ces homonymes peuvent être divisés en deux classes: l’une est composée de
noms d’origine étymologique et de genres différents, l’autre de noms d’origine
étymologique identique.
A. Homonymes ayant une origine étymologique différente.
Ils se différencient complètement par le geure et par le sens.
Aria: masc. (de l’anc. fr. harier, harceler) = fam. et vx. Obstacle imprévu qui
procure du désagrément. Souci; ennui, tracas.
Ex.: Que d’arias! Voilà l’affaire réglée; c’est un aria de moins (le Lexis);
fém. (de l’ital. aria) = Terme qui a désigné une pièce chantable, puis une mélodie;
enfin, vers 1600, le grand air dans l’opéra. Ex.: Une aria de Mozart.
Aune: masc. (lat. alnus) = arbre à feuilles tronquées au sommet et qui croît
dans les lieux humides (Ce nom est écrit aussi aulne).
Ex.: Le bois d’aune est apprécié pour le travail des tourneurs, des menuisiers.
„Des aunes décelaient un bas-fond” (Mauriac; P.R.); fém. ((francique *alina (all.
Elle) propr. avant-bras)) = ancienne mesure de longueur qui valait 1 m, 18 puis 1m,
20 (aune métrique).
Ce mot ne subsiste que dans des locutions métaphoriques. Fig. Mesurer les
autres à son aune: juger des autres d’après soi-même. „Les yeux écarquillés et
tirant la langue d’une aune, stupide, je contemplai mon ouvrage” (France, Petit
Pierre; P.R.).
Barbe: masc. (ital. barbero) = cheval d’Afrique du Nord. Ex.: Un beau barbe.
Les barbes sont très rapides; fém. (lat. barba) = poils du menton et des joues. Ex.:
Tailler, raser la barbe. Se faire la barbe. Fig. Prendre, enlever quelque chose à la
barbe de quelqu’un, en lui faisant passer la chose devant le nez.
Barde: masc. (lat. bardus, mot gaulois) = poète celtique qui composait et
récitait des chants guerriers, religieux. Ex.: „Nos vieux poètes gaulois appelés
bardes chantaient au son des instruments les faits des hommes illustres”. (Fauchet,
Langue et poésie franc.; P.R.); fém. (de l’arabe barda’a, bât d’âne). = 1) armure
faite de lames de fer dont on couvrait les chevaux de guerre et qui protégeait le
poitrail et la croupe de ces chevaux. Ex.: „... la barde de crinière et la barde de
poitrail” (A. France, Anneau d’amét.; P.R.) 2) Selle faite d’une simple couverture
de toile rembourrée. 3) fig. Mince tranche de lard dont on entoure les volailles, les

175
pièces de gibier qu’on fait rôtir. Ex.: „Une barde de lard, s’il vous plaît, bien
mince!” (Gautier, Cap. Frac.; P.R.).
Carpe: masc. (gr. Karpos = jointure) = partie du squelette de la main; fém.
(lat. carpa) = poisson d’eau douce du genre cyprin. Ex.: La carpe a un corps
écailleux, un museau obtus, des lèvres épaisses; sa bouche est munie de deux
barbillons de chaque côté. Certaines carpes peuvent peser jusqu’à vingt kilos. Fig.
Bâiller comme une carpe (= bâiller fortement et plusieurs fois, comme la carpe qui
sort de l’eau). Être ignorant, sot comme une carpe. Rester muet comme une carpe.
Coche: masc. (bas latin caudica, sorte de canot; chaland). 1) Coche d’eau
(= grand chaland de rivière, halé par des chevaux, et qui servait au transport des
voyageurs);
2) Grande voiture tirée par des chevaux. Ex.: „Dans un chemin montant,
sablonneux, malaisé .../ Six forts chevaux tiraient un coche” (La F., VII, 9). Fig. et
fam. Manquer le coche = perdre l’occasion de faire une chose utile (allem.
Kutsche); fém. (lat. pop. *cocea) = 1. Entaille du fût d’une arbalète, du gros bout
d’une flèche où vient se placer la corde tendue de l’arbalète, de l’arc. 2. Petite
entaille pratiquée sur une pièce de bois. Faire une coche sur un bâton. Fig. „Cette
vallée est une coche de deux mille pieds de profondeur entaillée dans un plein bloc
de granit” (Chateaub., M.O. – T; P.R).
Livre: masc. (lat. liber) = ensemble des feuilles imprimées; reproduction
imprimée de l’oeuvre d’un auteur. Ex.: Il est allé à la bibliotèque emprunter un livre;
fém. (lat. libra). 1. Ancienne unité de poids qui valait à Paris environ 490 grammes.
Acheter une livre de sucre, de café. 2. Ancienne monnaie de compte, représentant à
l’origine un poids d’une livre d’argent et moins de cinq grammes à l’établissement
du système métrique (1801). Ex.: Avoir plusieurs milliers de livres de rente;
3. Unité monétaire anglaise. Livre sterling. La livre vaut vingt shillings.
Moule: masc. (lat. modulus, proprement mesure, de modus) = 1. Corps solide
creusé et façonné, dans lequel on verse une substance liquide ou pâteuse qui
conserve, une fois solidifiée, la forme qu’elle a prise dans la cavité. Ex.: Verser du
métal en fusion dans un moule. Moule à brioche, à tarte, à madeleine, à gaufre.
Quel gâteau préparez-vous dans ce moule à pâtisserie ? 2. fig. modèle, type.
Ex.: Être fait sur le même moule. Personnes, choses jetées dans le même moule;
fém. (lat. musculus). Mollusque bivalve commestible. Ex.: Il préfère l’huître à la
moule. Soupe aux moules. Assiette de moules avec des frites. Fig. 9. Personne
molle, sot (fam.) Ex.: Quelle moule!
Mousse: masc. (ital. mozzo) = Jeune homme qui fait sur un navire de commerce
l’apprentissage du métier de marin. Jeune apprenti matelot; fém. (francique, mosa).
1. Plante verte, formant tapis ou touffe sur les écorces, les pierres, etc. Ex.: Un
tapis de mousse, étendue couverte de mousse, offrant un sol moelleux. La mousse
envahit les murs du jardin. Tronc couvert de mousse. 2. Écume, amas de bulles qui
s’amassent à la surface d’un liquide. Ex.: La mousse de la bière, de l’eau de savon.
La mousse de champagne fait sauter le bouchon.
Page: masc. (lat. pop. *paidius) = autrefois, jeune homme au service d’un
seigneur, d’un prince pour apprendre le métier des armes, faire le service
d’honneur, escorter son maître. Ex.: „Sous telle charge au Page ressemblait, Qui
jeune d’ans suit son maître à la guerre” (Ronsard, Prem. livre des poèmes).
Ronsard a été page pendant la jeunesse; fém. (lat. pagina) = côté d’une feuille: ce
176
qui est écrit ou imprimé dans une page. Ex.: Il m’a écrit quatre pages de reproches.
Les notes sont au bas des pages.
Platine: masc. ((anc. esp. platina (auj. platino)) = métal précieux blanc-gris.
Ex.: Un bracelet en platine. Le platine est très ductile et malléable; fém. (dér. de
plat) = pièce plate (terme utilisé seulement dans des emplois specialisés). Ex.: La
platine d’une montre, d’une pendule. Pièce plate où sont montés les éléments d’un
poste de radio, de télévision.
Poêle: masc. ((lat. pensilem (proprement „suspendu c-à-d. chauffé par en dessous
dér. de pendere, dans l’expression pensiles balneae „étuves suspendues”)) =
Appareil de chauffage clos, où brûle un combustible; fourneau de fonte, de faïence;
vx. = chambre chauffée „Je demeurais tout le jour enfermé dans un poêle où j’avais
tout le loisir de m’entretenir de mes pensées” (Descartes, Discours de la méthode);
masc. (lat. pallium, palis, en 980 „étoffe”; paile, poile au XIIIe s.) = Drap, recou-
vrant un cercueil, pendant les funérailles. Ex.: „Quatre personnages en toge rouge
tenaient gravement les cordons du poêle (Henriot, Diable à l’hôtel; P.R.) fém. (lat.
patella) = ustensile de cuisine en métal de forme ronde et plate, à bords bas et
muni d’une longue queue. Ex.: Une poêle à frire; une poêle à crêpes.
Ponte: masc.; postverbal de ponter, dér du lat. ponere au sens de „mettre au
jeu”) = Chacun des joueurs au baccara, à la roulette, etc. qui joue contre le banquier.
Ex.: „La Forêt-Noire entoure la maison de jeu; les pontes malheureux peuvent se
refaire à deux pas du bâtiment ...” (Nerval, Loreley). Par extension (fam.). Un gros
ponte, un ponte: un personnage important; fém. (dér de pondre) = action pour une
femelle ovipare de déposer ses œufs. Ex.: La ponte des tortues. La saison de la
ponte.
Somme: masc. (lat. somnus) = sommeil, action de dormir. Ex.: Faire un
somme, un petit somme. „Je n’ai jamais dormi d’un si bon somme” (Racine, Plaid.
III, 3). Ne faire qu’un somme = dormir toute la nuit sans s’éveiller; fém. (lat.
summa) = Résultat d’une addition; quantité formée de quantités additionnées. Ex.:
Faire la somme de deux nombres.
Certaine quantité d’argent. Ex.: L’architecte demande une somme importante
pour dresser le plan de la maison.
Souris: masc. (de sourire, d’après ris) = sourire (en fr. classique) „Il fit à
Vénus un souris plein de grâce et de majesté.” (Fénelon, Télémaque). „Jamais
personne ne vendit mieux ses paroles, son souris même.” (Saint-Simon, XII, 74;
HDT); fém (lat. soricem) = petit mammifère rongeur. Ex.: „Une jeune souris de peu
d’expérience / Crut fléchir un vieux chat” (La F., XII, 5).
Tour: masc. (lat. tornus) = 1. Machine-outil qui sert à façonner des pièces.
Ex.: Des pièces façonnées, fabriquées au tour. 2. Circonférence d’un objet ou d’un
lieu plus ou moins circulaire. Ex.: Avoir quatre-vingts centimètres de tour de taille.
Une piste de quatre cents mètres de tour. Prendre son tour de poitrine. Faire le tour
= aller autour d’un lieu. 3. „Mouvement de rotation d’un corps qui tourne sur lui-
même. Ex.: Le tour d’une planète sur elle-même. Compteur de tours d’un arbre
moteur; fém. (lat. turris) = Bâtiment très élevé de forme ronde ou carré. Ex.: La
tour d’un château. Construction métallique en forme de tour. Ex.: La Tour Eiffel a
été construite de 1887 à 1889.
Vague: masc. (lat. vagus) = Ce qui est mal défini. Ex.: Rester dans le vague.
Où l’on peut errer sans obstacle, libre. Ex.: Dans le vague des cieux (Régn. Epîtres I);
177
fém. (anc. scand. vagr.). Ondulation de l’eau; mouvement ondulatoire dû à l’action
du vent, qui apparaît à la surface d’une étendue liquide. Ex.: „Vieil océan, tu
déroules les vagues incomparables avec le sentiment calme de la puissance
éternelle ...” (Lautréamont, Chants de Maldoror). De grosses vagues déferlaient
sur la plage. „Il voyait les vagues qui venaient battre le pied de la tour” (Fénelon,
Télémaque; H.D.T).
Vase: masc. (lat. vas.) = Récipient destiné à contenir toute espèce de
substance solide ou liquide. Ex.: Mettre des fleurs dans un vase. Un vase en
porcelaine de Sèvres. „Je le voyais tous les jours, couvert d’un manteau râpé, aller
acheter chez une petite marchande pour deux sous de lait dans un vase de fer
blanc”(Renan, Souv. d’enfance; P.R.); fém. (moyen néerl. wase) = Limon qui se
dépose au fond de l’eau dans les étangs, les fossés, les rivières, la mer. Ex.:
Enfoncer dans la vase. Après ces terribles inondations, les rues de cette ville sont
couvertes de vase. „Souvent aussi on poussait jusqu’au Loir dont les fonds de vase
nourrissent de belles anguilles” (Zola, La Terre).
B. Homonymes qui ont un étymon identique ou qui sont issus d’un ancêtre
commun.
Aide: masc. = celui qui joint ses efforts à ceux d’un autre pour l’assister dans
son travail. Ex.: Le cuisinier avait besoin d’un aide pour préparer le repas de noces
(Matoré); fém. = action d’aider; appui que l’on apporte à quelqu’un pour faire
quelque chose ((de aider < a. fr. aidier < lat. adjutare; dans les Serments de
Strasbourg, aiudha (= aide)). Ex. Il s’est débrouillé sans aucune aide de ses voisins.
Cache: masc. = objet qui forme écran; feuille mince découpée de façon à
cacher certaines parties d’un cliché au moment du tirage; fém. = lieu secret propre à
cacher quelque chose ou à se cacher soi-même (postverbal de cacher).
Cartouche: masc. 1) ornement sculpté, gravé en forme de carte et destiné à
recevoir une inscription, des armoiries; 2) encadrement dans les inscriptions
hyérogliphiques (ital. cartuccio, cornet de papier, nom tiré de carta, papier); fém. =
1) enveloppe de carton, de métal, de forme cylindrique ou conique renfermant la
charge d’une arme à feu (ital. cartuccia, nom fém., dérivé de carta, papier). Ex.: La
douille d’une cartouche. Une cartouche de chasse.
2) petit étui cylindrique. Ex.: Une cartouche d’encre.
3) boîte contenant un certain nombre de paquets de cigarettes. Ex.: Une
cartouche de gauloises.
Couple: masc. = 1) le mari et la femme. (lat. copula, liaison, lien). Ex.: Former
un beau couple, un heureux couple. Un couple bien assorti: 2) deux personnes
réunies provisoirement au cours d’une danse, d’une promenade.
Ex.: Un couple de danseurs; fém. = 1) terme de chasse (lien servant à attacher
deux ou plusieurs chiens employés pendant la chasse à courre (lat. copula, liaison,
lien). Ex.: La meute était aux couples. 2) vx. Deux choses de même espèce. Ex.: Je
m’arrêteai à Nancy une couple de journées (Duhamel: P.R.).
Critique: masc. = personne qui pratique la critique, qui juge des ouvrages de
l’esprit.
Ex.: Sainte-Beuve a été un grand critique littéraire (lat. criticus, gr. Kritikos);
fém. = examen d’un fait en vue de porter sur lui un jugement d’appréciation. Art de
juger des qualités ou des défauts d’une œuvre (lat. criticus, gr. Kritikos). Ex.: La
critique est aisée et l’art est difficile.
178
Crêpe: masc. = tissu léger de soie, de laine fine (lat. crispus). Ex.: Le crêpe
de Chine. Il portait une cravate en crêpe de Chine blanc. Les hommes en deuil
mettent un crêpe noir au revers de leur veston; fém. = fine galette faite d’une pâte
liquide composée de farine, de lait et d’oeufs que l’on a fait frire dans une poêle
(lat. crispus). Ex.: Une crêpe à la confiture. On nous a servi d’excellentes crêpes.
Fig. (fam.). Retourner quelqu’un comme une crêpe (= le faire changer d’opinion).
Enseigne: masc. = officier de marine (un enseigne de vaisseau de 1ère, de 2e
classe); officier d’un grade correspondant à un sous-lieutenant (pour l’enseigne de
2e classe) et de lieutenant (pour l’enseigne de 1ère classe); lat. insignia, insignes
d’une fonction, parure; fém. = 1. Indication accompagnée d’une figure, d’un emblème
qu’on place sur la façade d’une maison de commerce pour attirer l’attention du public.
Ex.: J’ai vu du coin de la rue une enseigne lumineuse signalant une pharmacie.
Une grande paire de lunettes sert d’enseigne à un opticien (Lexis). 2. Litt. Drapeau:
„Marcher enseignes déployées”. Fig. Être logé à la même enseigne = être dans le
même cas, éprouver les mêmes difficultés, la même contrariété (lat. insingnia).
Finale: masc. = dernier morceau d’un opéra; dernier mouvement de toute
composition de la forme sonate (it. finale, lat. finalis).
Ex.: Mouvement allegro vivace d’un finale; fém. = 1) dernière épreuve d’un
tournoi sportif; 2) syllabe ou élément linguistique en dernière position dans un mot,
dans une phrase (it. finale, lat. finalis).
Garde: masc. = 1) celui qui garde une chose, un dépôt, un lieu. Ex.: Garde
forestier; garde de nuit; 2) celui qui garde un prisonnier (= gardien); 3) celui qui
veille sur la personne d’un souverain, d’un chef d’armée: garde du corps. Ex.: Il
ne sort jamais qu’avec son garde du corps (postverbal de garder); fém. = 1) action
de garder, de conserver une chose.
Ex.: Le service de la consigne se charge de la garde des bagages; 2) groupe
de personnes qui garde. Ex.: Patrouille qui assure la garde; 3) action de veiller sur
un être vivant pour le protéger. Ex.: Confier un enfant à la garde de quelqu’un
(postverbal de garder).
Greffe: masc. 1) vx. Stylet, poinçon; 2) lieu où l’on garde les minutes des
actes de procédure (de greffier, lat. médiév. graphiarius, lat. clas. graphium,
poinçon, empr. au grec.), fém. = pousse, branche qu’on insère dans une autre plante
pour que celle-ci produise les fruits de la première. Ex.: Cette greffe a bien pris (le
Lexis). Greffe est une adaptation du lat. graphium, poinçon, empr. au gr. grapheion,
de graphein, écrire.
Guide: masc. = 1) celui qui conduit, qui montre le chemin. Ex.: Les touristes
attendaient leur guide devant l’hôtel; 2) nom donné à l’homme sur lequel s’alignent
les autres.
Ex.: Défiler guide à droite. (Guide remonte à l’anc. provençal guida); fém. =
lanière de cuir pour diriger les chevaux; fig. Mener la vie à grandes guides (= faire
de grandes dépenses) de l’anc. prov. guida.
Manche: masc. = partie par laquelle on tient un outil; partie adaptée à un
instrument pour le tenir à la main. Ex.: Un manche de pioche, un manche de
fourchette, de cuillère, de casserole; le manche d’un couteau (lat. pop. manicus, de
manus); fém. = partie du vêtement où l’on met la main. Ex.: Les manches courtes
d’une robe (D.F.C.); lat. manica, de manus, main).
Manœuvre: masc. = salarié affecté à des travaux ne nécessitant pas de
connaissances professionnelles spéciales (lat. pop. manuopera de opera, travail et
179
manu, „avec la main”); fém. = 1) Action de manoeuvrer; manière de régler la
marche d’une machine, d’un instrument, d’un bateau (lat. pop. manuopera). Ex.:
Surveiller la manoeuvre d’une grue, d’un pont tournant. 2) Exercice faisant partie
de l’instruction militaire. Ex.: Les grandes manœuvres de printemps ont commencé.
Mémoire: masc. = exposé de certains faits par écrit; écrit destiné à exposer la
prétention d’un plaideur (vx. factum); dissertation destinée à être présentée à une
académie, à un jury de concours (mémoire de licence); au pluriel avec majuscule
dans le titre d’un ouvrage = relation écrite qu’ une personne fait des événements
auxquels elle a participé ou dont elle a été témoin au cours de sa vie. Ex.: Les
Mémoires de La Rochefoucauld; (lat. memoria); fém. = mémoire, faculté de se souvenir;
souvenir qu’une personne laisse d’elle à la postérité (= renommée); lat. memoria.
Mode: masc. = forme d’un verbe; manière générale dont une action se fait
(lat. modus). Ex.: Le mode de paiement par chèque est le plus commode; fém. =
usage qui règle selon le goût du moment, la manière de s’habiller, de vivre; (lat.
modus). Ex.: Cette dame porte une robe qui ne lui va pas, mais qui est à la mode.
Parallèle: masc. = 1) cercle de latitude constante sur la sphère; 2) comparaison
suivie entre deux ou plusieurs sujets, personnes ou choses; (lat. parallelus, gr.
parallelos).
Ex.: Établir, faire un parallèle entre deux questions, entre deux personnages.
La Bruyère a établi dans Les Caractères un parallèle entre Corneille et Racine;
fém. = ligne droite dont tous les points demeurent à une distance constante d’une
ligne de référence (lat. parallelus). Ex.: Tracer une parallèle à une droite de référence.
Pendule: masc. = système oscillant de fréquence constante; corps suspendu
qui oscille (lat. sav. funependulus, suspendu à un fil, du lat funis, corde; pendulus,
qui est suspendu, de pendere). Ex.: Le pendule d’une horloge. Au moyen d’un
pendule, Foucault a démontré la rotation de la Terre; fém. = petite horloge; machine
horaire dans laquelle un balancier vertical assure la synchronisation de la machine.
Ex.: Une pendule murale. Remonter une pendule (lat. pendulus; voir masc.).
Physique: masc. = aspect extérieur d’un être humain, d’une personne (lat.
physicus). Ex.: Il a un beau physique; fém. = science qui a pour objet l’étude des
propriétés générales des corps et les lois qui tendent à modificr leur état ou leur
mouvement. (lat. physicus).
Poste: masc. = 1) endroit plus ou moins fortifié où peuvent se trouver des
militaires de tous les grades (ital. posto, forme masc. de posta). Ex.: Le poste de
garde. Le poste de commandement; 2) emplacement aménagé pour recevoir certaines
installations techniques. Ex.: poste de secours, poste d’essence; fém. = service de
distribution du courrier (ital. posta, relais de chevaux; par ext. transport public de la
correspondance).
Solde: masc. = 1) différence qui apparaît à la clôture d’un compte entre le
crédit et le débit; 2) Ce qui reste à payer sur un compte; 3) Reste de marchandises
qu’on vend au rabais pour les écouler (ital. soldo); fém. = rémunération versée aux
militaires et à certains fonctionnaires civils assimilés. Ex.: Une solde de soldat, de
matelot (ital. soldo „pièce de monnaie”).
Trompette: masc. = 1) musicien qui joue de la trompette (ex.: le trompette
d’un orchestre de jazz); 2) joueur de trompette d’un régiment de cavalerie (ex.: un
des trompettes d’un escadron); (francique *trumpa) fém. = instrument de musique
(même origine étymologique).
180
Vapeur: masc. = bateau à vapeur (lat. vapor); fém. = 1) amas visible, en masses
ou traînées blanchâtres, de très fines et légères gouttelettes d’eau (= brouillard,
nuage); 2) eau à l’état gazeux; ex.: les bateaux étaient mus autrefois, par la vapeur;
3) physique et chimie: substance à l’état gazeux au-dessous de sa température
critique (vapeur d’essence); lat. vapor.
Voile: masc. = étoffe, tissu pour cacher le visage (un voile d’infirmière; un
voile de mariée; fig. avoir un voile sur les yeux = être le jouet des vaines illusions
(lat. vēlum) fém. = morceau de forte toile qui recevant le vent assure la propulsion
d’un bateau; ex.: un bateau à voile; mettre toutes voiles dehors; vx. par synec-
doque, une voile = un navire; une flotte de trente voiles (du lat. pop. vela, pluriel
neutre passé au fém. de vēlum).
Homophones, en général monosyllabiques,
distingués au moyen du genre
Cal [Kal]: masc. Épaississement et durcissement de l’épiderme produits par
frottement. Ex.: Avoir la plante des pieds pleine de cals.
Cale [Kal]: fém. Espace situé entre le pont et le fond du navire. Ex.: Arrimer
des marchandises dans la cale.
Col [K l] masc. = 1) Partie rétrécie d’un récipient; ex.: Le col d’une bouteille;
2) Dépression formant passage entre deux sommets montagneux; ex.: Le col du
Simplon; 3) Partie du vêtement qui entoure le cou: Ex.: Le col d’une chemise.
Colle [K l]: fém. = matière gluante adhésive. Ex.: un tube de colle.
Cours [ku ]: masc. = 1) suite de faits dont l’enchaînement s’étend sur une
certaine durée; ex.: le cours de la vie; 2) mouvement continu d’une eau courante;
ex.: le cours d’un fleuve, d’une rivière; 3) révolution périodique d’un astre; ex.: le
cours de la lune , le cours du soleil, etc.
Court [ku ]: masc. = (mot anglais, de l’ancien français court) = terrain
aménagé pour le tennis.
Cour [ku ] fém. = ex.: La cour d’un lycée.
Faîte [fεt] masc. = 1) La partie la plus élevée d’un édifice; ex.: Le faîte d’une
maison. 2) La partie la plus haute de quelque chose d’élevé; ex.: Grimper au faîte
d’un arbre.
Fête [fεt] fém. = solennité religieuse, commémorative, célébrée à certains jours
de l’année; ex.: La fête de Pâques.
Foie [fwa]: masc. = organe contenu dans l’abdomen, annexé au tube digestif,
qui sécrète la bile.
Foi [fwa]: fém. = 1) croyance en la vérité d’une religion. 2) confiance qu’on
accorde à quelque chose ou à quelqu’un, etc.
Maire [mεR]: masc. = membre du conseil municipal élu pour diriger les
affaires de la commune, de la ville.
Mère [mεR] fém.= ex.: Une mère de famille.
Mer [mεR] fém.; ex.: La Seine se jette dans la mer par un large estuaire (le Lexis)
Mal [mal] masc. = ce qui cause du dommage, de la peine; ex.: Le mal est fait.
Malle [maI] fém. = coffre en bois, en métal, etc. destiné à contenir les effets
qu’on emporte en voyage; ex.: Faire sa malle, faire ses malles.
Père [pεR] masc. = ex.: Le père de famille
Paire [pεR] fém. = ensemble de deux choses identiques, analogues, utilisées
en même temps ou formant un seul objet; ex.: Une paire de gants, de bretelles.
181
Poids [pwa] masc. = force de pression d’un corps sur ce qui le supporte, etc.;
ex.: le poids que peut supporter un pont.
Poix [pwa] masc. = matière tirée du pin et du sapin et qui a des propriétés
agglutinantes.
Rai [Rε] masc. = vx. rayon; ex.: „La lune couvrait de ses rais l’émail d’une
prairie” (La F., Adonis).
Raie [Rε] fém. = ligne tracée sur une surface; bande mince et longue tracée
sur quelque chose; ex.: Faire des raies sur du papier avec un crayon. Étoffe à
petites raies.
Roux [Ru] masc. = qui a les cheveux roux: ex.: Des cheveux d’un roux
ardent.
Roue [Ru] fém. = La roue de secours d’une voiture.
Sel [sεl] masc. = substance incolore cristallisée, soluble dans l’eau, d’un goût
piquant, qui sert à l’assaisonnement des aliments; ex.: Ce potage manque de sel.
Selle [sεl] fém. = siège que l’on met sur le dos d’un cheval, d’un mulet pour
la commodité du cavalier; ex.: Être bien en selle.
Sole [s l] fém. = poisson de mer, plat et ovale.
Ex.: La sole est un poisson très recherché.
Sol [s l] masc. = surface de la terre où l’on se tient, où l’on marche.

Le genre des noms inanimés [-animé]


Le genre des noms inanimés n’est pas déterminé par le contenu sémantique
de ces noms; dans la plupart des cas il est arbitraire:
„Il n’y a pas de raison, dit Ferdinand Brunot, pour que le soleil, le tableau,
soient masculins, tandis que la lune, la table sont féminins (et, en effet, les mots
allemands correspondants sont du genre opposé)” Précis de grammaire historique,
Paris, Masson, 1989, p. 196.
Le genre des noms inanimés est déterminé en général par leur origine et par
les influences linguistiques qu’ils ont subies. Beaucoup de noms ont changé de
genre pendant les différentes étapes de l’histoire du français.
Remarques sur l’emploi du genre de certains noms depuis le XVIe siècle
jusqu’à nos jours.
Beaucoup de noms ont eu dans l’ancienne langue un genre différent de celui
qu’ils ont en français contemporain, ou ils hésitaient entre le masculin et le féminin.
Les causes des changements de genre et des hésitations dans l’emploi du
genre de certains noms, sont nombreuses; parmi celles-ci, on peut mentionner:
1. L’action troublante de l’e caduc (muet) en position finale et (ou) de
l’initiale vocalique (ou d’une voyelle en syllabe initiale précédée d’un h muet).
Des noms masculins sont devenus féminins sous l’influence de l’e caduc qui
est souvent le trait caractéristique du féminin dans les noms. Il y a aussi des noms
dont le genre a hésité entre le masculin et le féminin parce qu’ils avaient un e caduc
en position finale. Ce passage du masculin au féminin a été d’autant plus facile que
le nom commençait par une voyelle ou un h muet ce qui entraînait l’élision de
l’article; or si l’article qui précède le nom est sujet à l’élision, le genre du nom
devient impossible à deviner. De là, le long flottement en ce qui concerne le genre
182
de certains noms à initiale vocalique d’origine savante comme anagramme, armistice,
épigramme, office, ou d’origine populaire comme orge, huile, etc.
Exemples de noms masculins devenus féminins sous l’influence de la termi-
naison en e caduc et de l’initiale vocalique (ou du groupe h muet + voyelle):
amulette, énigme, écritoire, épithe te, horloge, etc.
Exemples de noms masculins devenus féminins sous l’influence de la termi-
naison en e caduc: bonite, brinde, come te, contrebande, disparate, faséole, limite,
romance, salve.
À ces noms, il faut ajouter certains noms composés qui sont devenus
féminins à cause de la terminaison en e caduc:
Alarme, contre-approche, entrecôte, etc.
1. Certains noms féminins deviennent masculins à la suite de l’influence de la
terminaison masculine (terminaison qui n’est pas représentée par un e caduc),
qu’ils soient de formation populaire ou savante.
Ex.: aléa, choléra, mica, ténia, etc. (véranda, villa demeurent féminins).
De ce groupe font aussi partie des noms de plantes en -a et en -is :
Bégonia, canna, catalpa, coca, dahlia, datura, frésia (ou freesia), camélia,
fuchsia, hortensia, magnolia, mimosa, pétunia, réséda, yucca, zinnia; iris, coréopsis,
myosotis (amaryllis est du genre féminin).
2. Suffixes déterminant le changement de genre par analogie
Certains suffixes ont exercé une action analogique qui a amené le change-
ment de genre. Cartilago, nom féminin en latin a donné cartilage, nom masculin en
français sous l’influence du suffixe -age qui fait partie, en général, des noms masculins.
Appendice, féminin d’après le latin jusqu’au XVIIIe siècle, est devenu masculin
sous l’influence du suffixe -ice qui participe a la formation de certains noms mas-
culins comme office, service.
Suivant le Dictionnaire général (H.D.T.), „archevêché, archiprêtré, duché,
évêché, vidamé ont été féminins jusqu’au XVIIe siècle; vicomté l’est encore, ainsi
que comté dans Franche-Comté, par suite d’une confusion entre le suffixe é
de -atus, masculin, et l’ancien suffixe eé de -itatem, féminin”.

Changements de genre dus a l’action analogique d’autres mots


ou de groupes de mots
Minuit, nom féminin jusqu’au XVIIe siècle devient masculin par analogie
avec midi. Front, nom féminin en latin, devient masculin par analogie avec
d’autres noms en -ont, comme pont, mont. Le nom val, tiré du féminin latin vallem
(et qui est féminin encore dans les noms propres Froideval, Laval) devient
masculin à cause de la locution figée par monts et par vaux. Escarboucle a été
masculin en ancien français. Il est devenu féminin en moyen français et en français
moderne sous l’inflence du nom boucle (lat. bucula).
Le nom art a été féminin jusqu’au XVIe siècle et il est devenu masculin a
cause de l’analogie de sa forme avec le suffixe -ard qui sert à former des noms
masculins. Le nom pleur, nom masculin en fr. contemp, est souvent employé au
féminin au XVIe et au XVIIe siècles à cause de l’influence du suffixe -eur qui servait à
former des noms féminins (la maigreur, la noirceur, la rougeur, la verdeur, etc.)
183
Remarque. Un genre nouveau peut être amené à la suite d’une analogie de
structure: le nom mensonge (1080 Roland, du lat. pop. mentionica) qui était
féminin est devenu masculin à la fin du XVIe siècle, sous l’influence de songe.

Changement de genre à la suite du retour au genre latin ou grec


Certains érudits, humanistes et écrivains ont essayé de redonner aux noms le
genre qu’ils avaient en latin ou en grec.
Par exemple, ongle, du lat. ungula (= griffe, serre, ongle, sabot) est féminin
jusqu’au XVIIe siècle („Elle sent son ongle maline”. La Font., VI. 15); ensuite il
devient masculin car on a cru qu’il est issu du nom latin unguis qui était masculin.
Ongle a conservé ce genre en fr. contemp.
Dialecte, nom masculin en fr. comtemp., était aussi masculin en moyen
français (1550 Ronsard) et en français classique. Cependant ce nom a été employé
au féminin d’après son étymologie grecque et latine (lat. dialectus, nom. fém.
emprunté au grec dialektos) par Arnauld et Lancelot dans la Grammaire de Port-
Royal (1660), par Richelet dans son Dictionnaire (1680) et par Voltaire et Diderot.
Le retour au genre latin a surtout affecté les noms en -eur. Ces noms qui
provenaient des noms masculins latins terminés en -orem à l’accusatif étaient
devenus féminins en gallo-roman. À partir du XVe siècle, on a essayé de rendre aux
noms français en -eur leur genre masculin du latin classique; par conséquent, on a
fait masculins à cette époque les noms ardeur (lat. ardor, acc. ardorem; n.m.),
erreur (lat. error, acc. errorem; n.m.; „Ce contagieux erreur” Calvin)), horreur
(lat. horror, acc. horrorem; n.m.), humeur ((lat. humor, acc. humorem, n.m.);
„Quelque humeur moquant”; Rabelais)), honneur (lat. honor, acc. honorem; n.m.),
labeur (lat. labor, acc. laborem; n.m.).
N.B. Honneur et labeur sont restés masculins.

Dans l’emploi des noms suivants, on a remarqué des hésitations en ce qui


concerne l’emploi du genre en français moderne.
Alvéole, nom fém. en fr. cont. À la fin du XIXe siècle (1890) le Dictionnaire
général précise que alvéole est masculin mais qu’au XVIIIe siècle, ce nom a été
employé au féminin par certains écrivains (Buffon, Bernardin de Saint-Pierre). Au
XXe siècle, l’Académie décide que ce nom est masculin. Le Robert souligne en
1993 que ce lexème est féminin et que son emploi au masculin a vieilli. Le Lexis est
du même avis.
Âge, nom masc. en fr. cont., a été féminin au XVIIe siècle: „Cette âge ferrée”
(Malherbe, Larmes de Saint Pierre).
Affaire. Vaugelas souligne dans les Remarques sur la langue françoise,
Paris, Piget, 1647 (1718), t. II, p.159, que le nom affaire est encore masculin dans
le style juridique, mais que „les jeunes Avocats commencent à le faire féminin”. En
fr. cont. ce nom est féminin.
Appendice [ap dis], nom masc. en fr.cont., était féminin au XVIIIe siècle:
„Une petite appendice” (Maraldi dans Mém. de l’Acad. des sciences, ann. 1712,
p. 305).
Automne, nom masc. en fr. cont., était des deux genres au XVIIe siècle.
L’Académie en 1878 (A7) et le Dictionnaire général (H.D.T.) en 1890 précisent
184
aussi que ce nom est des deux genres. En 1932, l’Académie (A8) décide qu’il est
masculin. Le Robert et le Lexis sont du même avis.
Armistice, nom masc. en fr. cont., était féminin au XVIIIe siècle suivant le
Dictionnaire de l’Académie (1762).
Doute (déverbal de douter), nom masc. en fr. cont., était employé quelquefois
au féminin au XVIIe siècle:
Ex.: „Ma doute n’est point vaine”(Rotrou, Belis, I, 6).
Vaugelas dans les Remarques sur la langue françoise, Paris, Piget, 1647
(1718), t. II, 193, souligne que ce nom est du genre masculin et il donne l’exemple
suivant. Je ne fais nul doute; il observe que Malherbe l’a toujours fait du féminin:
„Nos doutes seront éclaircies/ Et mentiront les Prophéties”.
Effluve est masculin selon Littré, le Dictionnaire général (H.D.T.), l’Académie
et le Robert.
Ex.: „Je me dirigeais par le sentier sinueux d’un couloir tout embaumé a
distance des essences précieuses qui exhalaient sans cesse du cabinet de toilette
leurs effluves odoriférants” (Proust, À la recherche...; P.R.).
Le Lexis précise que ce nom est employé aussi au genre féminin dans la
langue littéraire. J. Hanse, dans son Dictionnaire des difficultés de la langue fran-
çaise, p. 356, est du même avis.
Enzyme (= Substance organique soluble provoquant ou accélérant une
réaction). Ce nom, créé par le physiologiste allemand W. Ku hne en 1877, est
féminin selon l’Académie française. Cependant l’usage reste indécis, fait reconnu
par le Trésor, le Lexis, le Grand dictionnaire encyclopédique Larousse et le Petit
Robert qui marquent après l’entrée enzyme, nom masculin ou féminin. J. Hanse
(op.cit., p. 379) écrit à ce sujet: „Enzyme est féminin d’après l’Académie mais
s’emploie fréquemment au masculin”.
Épigramme, nom fém. en fr. cont. Au XVIIe siècle, Vaugelas blâme ceux
qui sont d’avis que le nom épigramme est masculin lorsqu’il est suivi d’un adjectif
et qu’il est féminin lorsque cet adjectif est antéposé: „Par exemple, écrit Vaugelas,
ils veulent que l’on die (= dise) une belle Épigramme et un Épigramme bien aigu”.
Vaugelas veut que ce nom soit toujours féminin malgré le flottement de l’usage. Il
faut donc dire „Une belle Épigramme et Une Épigramme bien aigue ”
(Remarques sur la langue françoise, éd. cit., t. I., p. 159).
L’Académie française, en 1704, dans ses Observations sur les Remarques de
Vaugelas et dans les éditions de son Dictionnaire parues au XVIIIe siècle (1718,
1740, 1762, 1798) recommande l’emploi du nom épigramme au féminin. Cependant
épigramme continue d’être employé aux deux genres selon le Dictionnaire critique
(1787) de l’abbé Féraud. Au XIXe siècle, épigramme est encore employé aux deux
genres malgré la décision de l’Académie exprimée dans son Dictionnaire. En 1890,
le Dictionnaire général mentionne que le nom épigramme est des deux genres mais
il précise que l’emploi au masculin de ce nom a vieilli.
Épithète, nom fém. en fr. cont. Au XVIIe sie cle, Vaugelas remarque que le
nom épithète est du genre féminin, mais il souligne que certains locuteurs
emploient ce lexème au masculin: „épithète est féminin, dit-il: „une belle épithète,
les épithètes françoises qui est le titre d’un Livre nouvellement imprimé; quelques-
uns pourtant le font masculin; tous deux sont bons” (Remarques, éd.cit., I, p. 144).
Gilles Ménage montre qu’au XVIe siècle, le nom épithète était du genre masculin:
il précise que Vaugelas lui-même a employé épithète au masculin dans la
185
Remarque intitulée Épithète mal placé. Il remarque aussi le fait que l’Académie a
utilisé épithète au masculin dans les Sentiments sur le Cid; il croit que ce nom est
des deux genres. En 1704, dans ses Observations sur Vaugelas, l’Académie décide
que le nom épithète est féminin. Cependant épithète sera des deux genres jusqu’à la
fin du XIXe siècle. En 1890, le Dictionnaire général précise que ce nom est des
deux genres mais que son emploi au masculin a vieilli.
Équivoque, nom fém. en fr. cont. Au XVIIe siècle, la diversité d’opinions sur
le genre du nom équivoque a déterminé Boileau à le qualifier d’hermaphrodite:
„Du langage français bizarre, hermaphrodite,/ De quel genre te faire, équivoque
maudite,/ Ou maudit ? car sans peine aux rimeurs hasardeux/ L’usage encore, je
crois, laisse le choix des deux” (Satire XII). En 1704, dans ses Observations sur les
Remarques de Vaugelas et dans la deuxième édition de son Dictionnaire (1718),
l’Académie décide que le nom équivoque est du genre féminin.
Malgré la décision de l’Académie, équivoque a été employé aux deux genres
jusqu’à la fin du XIXe siècle. Le Dictionnaire général, en 1890, mentionne que
l’emploi au masculin du nom équivoque a vieilli.
Esclandre, nom masc. en fr. cont. Ce nom a été déclaré masculin par l’Aca-
démie au XVIIIe siècle, mais il était employé au féminin par les écrivains. Diderot
a employé ce nom au féminin dans un lettre adressée à Sophie Volland, le 20 octobre
1760. L’usage est resté longtemps hésitant en ce qui concerne l’emploi du genre
de ce nom. À la fin du XIXe siècle, le Dictionnaire général souligne que ce nom
s’emploie au masculin et que son emploi au féminin est considéré comme vieilli.
Espace, nom. masc. en fr. cont. Ce nom est féminin en ancien français et au
XVIe siècle. Bien que déclaré masculin par Vaugelas dans les Remarques ((éd. cit.
III, 182): „ il faut dire un long espace”)) et par l’Académie au XVIIIe siècle, ce
nom continua de s’employer au féminin et au masculin ((voir le Dictionnaire
critique de l’abbé Féraud (1787)). Le flottement dans l’emploi du genre du nom
espace dura jusqu’à la fin du XIXe siècle (En 1890, le Dictionnaire général mentionne
que ce nom s’emploie au masculin et que son emploi au féminin a vieilli).
Aujourd’hui, espace est féminin lorsqu’il est employé comme terme d’imprimerie
(= petite lame de métal dont on se sert pour séparer les mots).
Idole, nom fém. en fr. cont. Au XVIIe siècle, ce nom était des deux genres.
Ex.: „Un idole sacré” (Corneille, Othon, III, 1). „Peux-tu penser que d’un
zèle frivole / Je me laisse aveugler pour une vaine idole?” (Racine, Athalie, III, 3).
Reconnu féminin par l’Académie dans son Dictionnaire au XVIIIe siècle, ce nom
était aussi employé au masculin par certains écrivains, suivant l’abbé Féraud
(Dictionnaire critique de la langue française, 1787-1788) qui mentionne Crébillon
(Pyrrhus) et le Père Barre (Histoire d’Allemagne). À la fin du XIXe siècle, le
Dictionnaire général précise que le nom idole s’emploie au féminin et que son
emploi au masculin est considéré comme vieilli.
Mânes, nom masc. pl. en fr. cont. Ce nom est déclaré masculin par Vaugelas:
„On se sert de ce mot en vers et en prose, toujours masculin, et toujours au pluriel;
mais il faut prendre garde à ne l’employer jamais comme les Latins, pour les Dieux
infernaux car Diis manibus et Diis inferis, n’est qu’une même chose, quoique les
Latins le disent aussi de l’âme d’une seule personne. Les François ne s’en servent
jamais en prose ni en poésie, qu’en cette dernière signification, c’est-à-dire pour
l’âme d’une personne” ((Remarques sur la langue françoise, Paris, Piget, 1647
(1718), t. II, p. 145)). Certains écrivains emploient ce mot au féminin au XVIIe et
186
au XVIIIe siècles. Parmi les auteurs qui emploient mânes au féminin au XVIIe
siècle, il faut mentionner Bossuet ((„Grandes mânes, je vous appelle” (Sermons;
v. H.D.T.)). Au XVIIIe siècle, Le Sage dans l’Histoire de Gil Blas de Santillane a
employé ce nom au féminin. Le flottement dans l’emploi du genre de mânes
persiste au XIXe siècle. Le Dictionnaire général mentionne que mânes s’emploie
au masculin et que son emploi au féminin a vieilli.
Minuit, nom masc. en fr. cont., a été féminin jusqu’au XVIIe siècle confor-
mément à l’étymologie: „Quand nos fumes tuit departi / Et vers la mie nuit
endormi” Énéas, 1153. „Endroit (= vers) la mie nuit” (Villehardouin).
Au XVIIe siècle, Vaugelas précise qu’il faut dire sur le minuit et non pas sur
la minuit: „C’est ainsi que depuis neuf ou dix ans toute la Cour parle, et que tous
les bons Auteurs écrivent” (Remarques sur la langue françoise, Paris, Piget, 1647
(1718), t. I, p. 255). Quelques écrivains au XXe siècle ont essayé de faire revivre
l’ancien usage: „Quand vers la minuit, il regagna la rue du Pot-de-Fer au bras de
Marguerite, il se mit à chantonner un air allègre auquel il n’avait recours que dans
les grands circonstances” (Duhamel, Salavin; P.R.).
Office (= pièce attenante à la cuisine, ou la cuisine elle-même) est féminin
suivant l’Académie. Le Lexis dit que, dans ce sens, le nom office est masculin ou
féminin, tandis que le Petit Robert souligne qu’il est masculin et qu’il était
autrefois féminin.
Ex.: Une grande office (Acad.). Cette office est spacieuse et bien meublée.
„L’office est-elle loin?” (Hauteroche, Esprit foller, II, 6; H.D.T.).
J. Hanse (op. cit., p. 647) précise à ce sujet: „Office, n.m., a été traditionnel-
lement féminin, mais est de plus en plus masculin, quand il désigne le local où l’on
prépare le service de la table.”
Palabre (de l’espagnol palabra, parole) est masculin ou féminin selon
l’Académie, mais l’emploi de ce nom au féminin devient plus fréquent. Ordinai-
rement ce nom s’emploie au féminin et au pluriel lorsqu’il signifie „discussions
longues et oiseuses”: „Pourtant deux heures se passèrent en palabres adminis-
tratives avant qu’ordre nous fût donné d’aller enfin sur le quai rejoindre nos
bagages” (Duhamel, Scènes de la vie future; P.R.).
Rencontre (nom déverbal de rencontrer) est du genre féminin en fr. cont. Ce
nom était masculin en ancien français. Au XVIIe siècle encore quand ce nom
signifiait „querelle”, on le faisait masculin ((„ce n’est pas un duel, ce n’est qu’un
rencontre” (Vaugelas, Remarques, éd. cit., t. II, p. 193)). Saint-Simon et La Bruyère
ont employé ce nom au masculin.
Critères permettant de déterminer le genre des noms
faisant partie de certains champs sémantiques
Il est difficile de connaître le genre d’un nom surtout s’il est extrait de son
contexte; néanmoins, il y a quelques critères d’ordre sémantique qui permettent de
déterminer le genre de certaines catégories de noms.
I. Les noms faisant partie des catégories suivantes sont du genre masculin:
a) les noms des jours de la semaine: lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi,
samedi, dimanche.

187
Ex.: Elle est arrivée mardi dernier. „Dans la vie de l’écolière, le lundi a le tort
de succéder au dimanche” (J. Romains, Hommes de bonne volonté; P.R.)
„Je n’ai dîné chez moi que les jours où nous avons eu les gens qu’on appelle
des amis et je n’y suis restée que pour mes jours. J’ai mon jour, le mercredi, où je
reçois” (Balzac, Mém. deux jeunes mariées). „Deux fois par semaine, le dimanche
et le jeudi, il fallait mener les enfants en promenade” (Daudet, Petit Chose). „Au
fait, l’élection tombait un vendredi. Jour chic, mais jour maigre. Sale affaire pour
les restaurateurs versaillais” (Aragon, Beaux quartiers).
b) les noms des mois de l’année: janvier, février, mars, avril, mai, juin, juillet,
août, septembre, octobre, novembre, décembre.
Ex.: „Fêtons donc janvier, premier mois qui nous hisse vers une lumière plus
généreuse et voit les jours grandir… janvier se fait lentement plus clair que
décembre” (Colette, Belles saisons). „Comme février, mars fut dur: il ne faillit pas
à sa mauvaise réputation. Mais alors qu’on l’attend tout giboulées et tout bour-
rasques, cette année-là, il se montra pluvieux” (Bosco, Rameau de la nuit). On fête
la Chandeleur le 2 février. Le septième mois du calendrier révolutionnaire se
terminait le 19 avril. Pour les catholiques, mai, consacré à la Sainte Vierge, est le mois
de Marie (P.R.). Le quatorze juillet c’est l’anniversaire de la prise de la Bastille.
c) les noms des saisons de l’année: le printemps, l’été, l’automne, l’hiver.
Ex.: „C’est le printemps comme on l’imagine dans les contes de fées,
l’exubérant, l’éphémère, l’irrésistible printemps du Midi, gras, frais, jailli en ver-
dures profondes, en herbe haute que le vent balance et moire en arbre de Judée…”
(Colette, Belles saisons). L’été a été étouffant et orageux. „Après un flamboyant été
de lumière aveuglante et de mortelle chaleur, c’est l’hiver qui apparaît d’emblée”
(L. Tailhade, Contes et poèmes en prose). L’hiver est ici perpétuel. „L’automne
était pluvieux et triste. Les feuilles rouges, au lieu de craquer sous les pieds, pour-
rissaient dans les ornières, sous les lourdes averses” (Maupassant, Clair de lune).
N.B. Apollinaire emploie le nom automne au féminin: „J’ai cueilli ce brin
de bruyère,/ L’automne est morte, souviens-t’en” (Alcools, Adieu).

d) les noms de métaux à l’état pur au point de vue chimique:


1. Principaux métaux usuels: aluminium, chrome, cuivre, étain, fer, mercure,
nickel, plomb, zinc.
2. Métaux précieux: argent, or, platine.
3. Autres métaux: antimoine, baryum, bismuth, cadmium, calcium, cérium,
césium, cobalt, erbium, gallium, germanium, indium, iridium, lanthane, lithium,
magnésium, manganèse, molybdène, osmium, palladium, potassium, rhodium,
rubidium, ruthénium, sodium, strontium, tantale, terbium, thallium, titane (titanium),
tungstène, vanadium, ytterbium, yttrium, zirconium.
4. Métaux radioactifs: actinium, polonium, radium, thorium, uranium.
Ex.: Le cuivre est, après l’argent, le meilleur conducteur de la chaleur et de
l’électricité. Le fer est profondément corrodé par l’air qui le transforme en rouille,
oxyde ferrique hydraté. Le plomb résiste bien aux agents chimiques, mais se ternit
à l’air, par suite de la formation superficielle d’un carbonate basique. Le cobalt est
bivalent dans ses sels, dont les solutions, roses, deviennent bleues par chauffage. Le
titane, ainsi que ses alliages, sont utilisés dans la construction aéronautique et
aérospatiale pour les pièces de moteurs à réaction. Le nickel se trouve dans la nature
188
en combinaison avec le soufre (millérite), l’arsenic (nickéline), le magnésium
(garniérite), etc. „Il y a des hommes mobiles comme le mercure, ils pirouettent, ils
gesticulent” (La Bruyère, Les Caractères). On extrait le zinc de la blende par
grillage puis par la réduction de l’oxyde formé au moyen de l’oxyde de carbone.
On obtient le chrome par la réduction de l’oxyde (Cr2O3). L’aluminium est un
métal blanc, léger, ductile et malléable, bon conducteur de la chaleur et de
l’électricité; il est obtenu par électrolyse de l’alumine (fém.) provenant du traitement
de la bauxite et aussi de l’argile.
e) Les noms des produits métalliques et des alliages: l’acier, l’airain,
l’argentan (alliage de cuivre, zinc et nickel), le bronze, le constantan (alliage de
cuivre et de nickel), le duralumin, l’électrum (alliage naturel d’or et d’argent).
Remarque. Le nom fonte est du genre féminin.
f) Les noms des principaux métalloïdes (non-métaux)
Ex.: 1. Les non-métaux univalents: fluor, chlore, brome, iode.
2. Les non-métaux bivalents: oxygène, soufre, sélénium, tellure.
3. Les non-métaux trivalents: bore, azote, phosphore, arsenic, antimoine.
4. Les non-métaux quadrivalents: carbone, silicium.
5. Les gaz rares: hélium, néon, argon, kripton, xénon, radon.
6. L’hydrogène (élément univalent; il est électropositif ce qui le rapproche
des métaux).
g) Les noms désignant des fluorures, des chlorures, des bromures, des
iodures, des sulfures, des sulfites, des carbures.
Ex.: le fluorure de sodium, le chlorure de soufre, le bromure d’argent, le
iodure de potassium, le sulfure de carbone, le sulfite d’argent, le carbure de calcium.
h) Les noms des points cardinaux: l’est, l’ouest, le nord, le sud
Ex.: Par rapport à Paris, Strasbourg est situé à l’est. „Une grosse houle venait
du couchant, bien que le vent soufflât de l’est” (Chateaubriand, Génie…).
„Le Père d’Exiles avait fait au moins trente kilomètres vers l’Ouest…”
(P. Benoit, Lac salé). Actuellement le nord géographique correspond assez exactement
à la direction de l’étoile polaire. „Pour un vrai soldat de marine, l’Asie, l’Afrique,
l’Océanie et l’Amérique se mêlent… Tantôt je parle du Maroc, tantôt du Tonkin, le
cafard n’a pas de patrie, il ne connaît qu’une direction: le Sud.” (Mac Orlan, Quai
des brumes).
i) Les noms désignant des langues: le français, le russe, le roumain, le
chinois, le portugais, l’espagnol.
j) Les noms indiquant des chiffres, des lettres, des notes de musique.
Ex.: Écrire un trois en chiffres arabes (3). Le sept de carreau; le trois de
trèfle. Confondre un quatre avec un sept. Un do dièse, un mi bémol. Dans ce mot il
manque un c.
k) Les noms des vents:
Ex.: le zéphir (= chez les Anciens, le vent d’ouest; au XVIIe siècle: poét.
Vent doux et tiède; brise agréable), l’alizée, l’aquilon (= vent du nord, violent et
froid; terme employé par les poètes), le mistral (= vent violent qui souffle du nord
ou du nord-ouest vers la mer dans la vallée du Rhône et sur la Méditerranée),
le norois ((ou noroît), = vent du nord-ouest)), le khamsin (= nom d’un vent de
sable analogue au sirocco, en Égypte), le simoun (= vent violent, chaud et sec qui
souffle sur les régions désertiques du Sahara, de l’Arabie et de la Perse), le suroît
189
(vent du sud-ouest), l’autan (nom que l’on donne dans le Midi de la France au vent
orageux qui souffle du Sud ou de l’Ouest), le foehn ([f n] = en Suisse, nom d’un
vent sec et chaud), le harmattan [* m tã] = vent très chaud et sec qui souffle
de l’Est en Afrique occidentale, le pampero (= vent violent soufflant du sud et de
l’ouest, en Argentine).
Exceptions: la bise (= vent violent et froid soufflant du nord ou du nord-
ouest), la brise, la galerne (vent d’ouest-nord-ouest), la tramontane (vent soufflant
du nord en direction de la Méditerranée).
l) La plupart des noms obtenus par le changement de la catégorie grammaticale
(par la dérivation impropre ou immédiate) sont du genre masculin.
(Des mots appartenant à différentes catégories grammaticales, des syntagmes,
des séquences de mots peuvent acquérir le statut morphologique et syntaxique des
noms après l’adjonction d’un déterminant. Le procesus de transformation d’un
élément ou de plusieurs éléments linguistiques en nom s’appelle substantivation ou
nominalisation).
A. Noms masculins formés par la substantivation des adjectifs.
1. Des adjectifs de couleur nominalisés:
Ex.: Le bleu du ciel se reflète dans la mer. Sous les rayons du soleil l’océan
est d’un beau vert. Ce vert tire sur le jaune. Un noir d’ébène. Cette étoffe est d’un
rouge foncé. Son amie s’est fait faire une robe d’un très joli gris. Le rose est ma
couleur préférée.
2. Autres adjectifs nominalisés.
Le plus gros de sa fortune venait de ses parents. Rien n’est beau que le vrai.
Il prêche le faux pour savoir le vrai. C’est un fâcheux.
N.B. Quelques adjectifs, épithètes d’un nom, ont donné naissance à la
suite de l’effacement du nom qu’ils qualifiaient.
Ex.: Un costume complet → un complet (vêtement comprenant la veste,
le pantalon et parfois le gilet). Un pantalon collant → un collant.

B. Noms masculins formés par la substantivation des participes passés.


Ex.: écrit, participe passé du verbe écrire → un ecrit: Les paroles s’envolent,
les écrits restent; reçu, participe passé du verbe recevoir → un reçu (écrit dans lequel
une personne reconnaît avoir reçu une somme d’argent, un colis, un paquet, etc.):
L’Administration délivre un reçu pour un paquet recommandé; arrêté, participe
passé du verbe arrêter → un arrêté (décision de justice prise après délibération):
Le maire a publié un arrêté interdisant le stationnement des voitures sur la place
(le Lexis).
C. Noms masculins issus de la nominalisation de certains infinitifs.
Ex.: L’aller a été plus facile que le retour. Un billet d’aller et retour. J’ai fait
l’aller à pied mais je suis revenu par l’autobus (le Lexis). „Elle gérait avec une
sévère économie son modique avoir” (France, Petit Pierre, P.R.) „L’héritage de
son père, tout son avoir avait été placé par Hirsch dans une huilerie qui, jusqu’ici,
marchait à merveille…” (Martin du Gard, Thib.).
„Elle faisait son paquet serrant bien dans une grande serviette son misérable
avoir” (Aragon). En perdre le boire et le manger. Secourir une personne en danger
est un devoir. Je me fais un devoir de l’aider.

190
„Il incarne un moment de l’esprit humain dans son devenir” (J. Romains; le
Lexis).
„Le devenir est infiniment varié. Celui qui va du jaune au vert ne ressemble
pas à celui qui va du vert au bleu: ce sont des mouvements qualitatifs différents”
(Bergson, Évolution créatrice; P.R.).
Au dire des experts ces actes sont authentiques. Cette affaire ne dépend que
de votre vouloir.
„Serai-je assez heureux pour être logé encore dans un coin de votre souvenir”?
(Baudelaire, Les Fleurs du mal).
D. Noms masculins issus de la nominalisation de certains pronoms.
Ex.: „Le moi est haïssable” (Pascal, Pensées). Le culte du moi, trilogie de
Maurice Barrès. „Malgré le manque de documents, il est facile de faire une vie très
détaillée de Villon; c’est un poète égotiste: le moi, le je reviennent très souvent
dans ses vers.” (Gautier, Grotesques; P.R.). Un rien l’embarrasse (= la moindre
chose…). Un rien le froisse. Un rien les amuse.
E. Noms masculins issus de la nominalisation des adverbes, des prépositions.
Ex.: Expliquez-moi le pourquoi et le comment. „Polybe disait avec profondeur
que, si l’histoire ne cherchait pas le comment et le pourquoi des événements, elle
n’était bonne qu’à y amener l’esprit” (François-Augustin Mignet). „Depuis quelques
mois, il contredisait pour contredire, sans raison, sans justifier ses opinions: il
demandait le pourquoi de toute chose” (Balzac, Lys dans la vallée; P.R.).
Le mieux est l’ennemi du bien. Le médecin a constaté un mieux (= une amé-
lioration de l’état du patient). Les ennemis du dehors et du dedans (P.R.).
Cette voiture est trop chargée sur le devant. Avec des si on mettrait Paris dans
une bouteille. J’ai pesé le pour et le contre de cette affaire. Avec lui il y a toujours
des si et des mais. Il y a un mais (= une difficulté). Que veut dire ce mais? (= cette
objection). L’avant et l’arrière d’une voiture. Un piéton a été frôlé par l’avant de
l’autobus. Le camion a défoncé l’arrière de la voiture.
F. Noms masculins issus de la nominalisation de phrases, de syntagmes.
„Ce je ne sais quoi (ce qui produit l’amour, la passion aveugle de l’amour), si
peu de chose qu’on ne peut le reconnaître, remue toute la terre, les princes, les
armées, le monde entier. Le nez de Cléopâtre: s’il eût été plus court, toute la face
de la terre aurait changé” (Pascal, Pensées). Un tiens vaut mieux que deux tu
l’auras ((Prov.) = il vaut mieux avoir effectivement une chose que la promesse
d’une chose de plus grande valeur)). „Elle a un je ne sais quoi. Un on dit (= un
bruit qui court). Un laissez-passer. Un suivez-moi-jeune homme (= un ruban
flottant sur la nuque). Craindre le qu’en dira-t-on. Avoir peur du qu’en dira-t-on.
Ce fut un sauve-qui-peut général (= déroute, débandade).
II. Les noms faisant partie des catégories suivantes sont du genre féminin.
a) les noms désignant les disciplines scientifiques et les sciences.
Ex.: acoustique, aérodynamique, agronomie, algèbre, anatomie, anthropologie,
archéologie, arithmétique, astrologie, astronomie, bactériologie, biologie, biophysique,
botanique, calorimétrie, cardiologie, chimie, cinématique, climatologie, cosmographie,
cosmologie, criminologie, cristallographie, cybernétique, démographie, dermatologie,
dialectologie, dioptrique, dynamique, écologie, économie politique, électronique,
embryologie, endocrinologie, entomologie, épigraphie, géologie, géométrie, géron-
tologie, héraldique, histoire, histologie, jurisprudence, linguistique, logique, méca-
191
nique, mathématique, météorologie, minéralogie, muséologie, mythologie, médecine,
neurologie, numismatique, océanographie, ophtalmologie, optique, etc.
Remarque. Les noms de sciences suivants sont du genre masculin: droit,
folklore.
b) les noms de fêtes: la Toussaint (Fête catholique en l’honneur de tous les
saints, le 1er novembre), la Pentecôte (Fête chrétienne célébrée le septième dimanche
après Pâques pour commémorer la descente du Saint-Esprit sur les apôtres), la
Saint-Jean, la Saint-Nicolas, la Saint-Sylvestre, etc., l’Assomption ((fête où on célèbre
l’enlèvement miraculeux de la Sainte Vierge au ciel par les anges (15 août)), la
Chandeleur ((Fête catholique où l’on célèbre la présentation de Jésus-Christ au
Temple (2 février)), Fête de la Transfiguration (Fête où l’on célèbre le changement
miraculeux dans l’apparence du Christ qui a eu lieu sur le mont Thabor), l’Épiphanie
(Fête de l’Église qui commémore la présence des Mages auprès de Jésus-Christ
venus pour l’adorer), l’Ascension (Fête célèbrée par l’Église pour commémorer
l’élévation miraculeuse de Jésus-Christ dans le ciel).
c) les noms des maladies
Ex.: acromégalie, actynomycose, angine, aphasie, appendicite, artériosclérose,
artérite, ataxie, bronchite, cataracte, cirrohse, colibacilose, dermatose, diphtérie,
dysenterie, dyspepsie, encéphalite, entérite, gastrite, goutte, grippe, hépatite, laryngite,
néphrite, névrose, occlusion, otite, pancréatite, péritonite, peste, phlébite, pleurésie,
pneumonie, rougeole, scarlatine, tuberculose, typhoïde, varicelle, variole, etc.
Exceptions: albinisme, arthritisme, asthme, béribéri, cancer, catarrhe, croup,
choléra, diabète, emphysème, erysipèle, exanthème, glaucome, herpès, ictère,
infarctus, lupus, malaria, rachitisme, rhumatisme, scorbut, tétanos, typhus, zona
(ces noms sont masculins).
d) les noms des vertus
Ex.: charité, tempérance, modestie, patience, bonté, espérance, justice, prudence,
clémence, miséricorde, humilité, honnêteté, probité.
Exception: courage.
Répartition des inanimés entre le masculin et le féminin
suivant la forme des suffixes
I. Possèdent le genre masculin les noms terminés par les suffixes: -age, -ard,
-as, -at, -ateur, -ement, -ier, -in, -is, -isme, -oir, -on.
Ex.: -age: plumage,coffrage, feuillage, blanchissage, moulage, bavardage,
marchandage, témoignage, mariage, remplissage; -ard: banlieusard, montagnard,
richard, bavard, fuyard, pillard, vantard, veinard; -as: plâtras, embarras, fatras; -at:
auxiliariat, internat, commissariat, électorat, externat, orphélinat, patronat, salariat;
-ateur: programmateur, transformateur, condensateur; -ement: éclatement, logement,
abaissement, abattement, attendrissement, bouleversement, cantonnement; -ier:
poivrier, chapelier, devancier, justicier, barbier, matelassier; -in: rondin, calotin,
fortin, plaisantin, galantin (vx.), trottin (vx.); -is: cafouillis, gargouillis, fouillis,
gâchis; -isme: libéralisme, centralisme, héroïsme, favoritisme, centrisme; -oir:
miroir, dépotoir, arrosoir, abreuvoir, bougeoir; -on: poêlon, bûcheron, brouillon,
vigneron, forgeron.
II. Les noms terminés par les suffixes suivants sont du genre féminin:

192
-ade, -aie, -aille, -aine, -aison, -ison, -ance, -ande, -ée, -ie, -esse, -ille, -ise,
-té, -ure.
Ex: -ade: colonnade, baignade, bourrade, croisade, dérobade, galopade,
noyade, reculade, oeillade; -aie: aunaie, boulaie, cerisaie, châtaigneraie, cannaie;
-aille: pierraille, grisaille, limaille, rocaille, quincaille, mangeaille, prêtraille; -aine:
dizaine, douzaine, vingtaine, trentaine, centaine; -aison: pendaison, fenaison,
cueillaison, combinaison, livraison; -ison: trahison, garnison, guérison; -ance:
alliance, soutenance, obligeance, confiance, croyance, défaillance; -ande: offrande,
provende; -ée: poignée, ondée, matinée, journée, année, brassée; -ie: jalousie,
courtoisie, seigneurie, compagnie, garantie, bonhomie; -esse: richesse, rudesse,
finesse, gentillesse, délicatesse, allégresse; -ille: brindille, faucille, broutille,
barbille, escarbille, -ise: gourmandise, franchise, sottise, fainéantise, traîtrise,
maîtrise; -té: propreté. dureté, impureté, naïveté, oisiveté, brièveté, grossièreté;
-ure: blessure, déchirure, morsure, flétrissure, confiture, couverture.
Noms féminins issus à la suite de la substantivation
des participes passés et des adjectifs
Certains participes passés employés au féminin peuvent être substantivés.
Ex.: La vue. La venue, La conduite. Une redite. La coulée, etc.
Certains adjectifs employés au genre féminin peuvent être substantivés:
Ex. belle → Une belle; blonde → une blonde; brune → une brune.
Certains adjectifs féminins sont devenus noms féminins à la suite de la
réduction d’un GN: une ondulation permanente → Une permanente. La Vénus
callipyge → Une callipyge.
Le genre des noms change suivant le sens exigé par leur emploi
dans un certain contexte
Chose (lat. causa, chose) est généralement féminin et il est défini de la façon
suivante:
„Terme le plus général par lequel on désigne tout ce qui existe en parlant
d’êtres concrets ou abstraits, réels ou apparents, connus ou inconnus” (P. Robert).
Ex.: C’est la plus belle chose du monde. C’est une chose bien agréable que
de rencontrer un ami. L’auteur, le créateur de toutes choses. „Mais elle était du
monde où les plus belles choses ont le pire destin” (Malherbe, Consolation …).
C’est toujours la même chose.
Au niveau familier de la langue, le nom chose peut être employé au masculin
comme substitut d’un nom qu’on ne peut ou qu’on ne veut pas nommer. Dans ce
cas, il a le sens de: 1. Je ne sais qui (on emploie chose pour désigner quelqu’un
dont le nom échappe à celui qui veut le nommer): Un certain monsieur chose. Ce
monsieur … chose était bien ennuyeux. „Jamais il ne m’appela par mon nom; il
disait toujours: „«Eh ! vous là-bas, le petit Chose !»” (Daudet; le Lexis). 2. Je ne sais
quoi ((chose est employé au lieu de machin, truc, bidule (pop.)). Ex.: Donnez-moi
ce chose pour ouvrir les bouteilles. Un petit chose.
N.B. Dans les locutions pronominales indéfinies neutres autre chose,
grand-chose, quelque chose, peu de chose, chose a perdu son genre féminin;
les monèmes qui s’accordent avec ces locutions se mettent au masculin
singulier. Ex.: C’est quelque chose de beau, de joli. Je cherche autre chose
193
d’aussi beau. „Quelque chose de mystérieux se présentait tout naturellement à
mon esprit” (Barrès; Grev.). Donnez-moi autre chose de bon. S’il y a quelque
chose de nouveau, je vous prie de me le dire. „Pour bien juger de quelque
chose, il faut s’en éloigner un peu, après l’avoir aimé” (A. Gide, Journal).

Remarque: Les syntagmes quelque chose et autre chose peuvent ne pas être
des locutions pronominales indéfinies neutres dans certains cas et alors le nom
chose doit être pris séparément comme nom féminin.
1. Le nom chose est du genre féminin lorsqu’il fait partie de la locution
quelque chose que qui introduit un circonstant de concession exprimé au moyen
d’une proposition à verbe fini au subjonctif.
Ex.: Quelque chose qu’il m’ait dite, je n’ai pu le croire. Quelque chose qu’il
eût faite, il ne la niait jamais. Quelque chose que vous ayez promise, donnez-la.
Dans les phrases du type suivant, chose est un nom du genre féminin.
Ex.: Quelle autre chose lui ferait plaisir ? Toute autre chose le mécontenterait.
Cela est une autre chose.
Foudre (lat. fulgur) est féminin quand ce nom désigne le phénomène
météorologique (c’est une décharge électrique qui se produit au cours d’un orage
entre un nuage et la terre ou entre deux nuages; elle est accompagnée d’une vive
lumière (l’éclair) et d’une violente détonation (le tonnerre).
Ex.: Le paratonnerre inventé par Franklin attire la foudre. Il y a eu un arbre
qui a été mis en miettes par la foudre. „La vérité est comme la foudre; sans rien
détruire au dehors, elle pénètre jusqu’au fond des entrailles” (Fénelon, Télémaque;
H.D.T.).
Foudre employé au figuré et toujours au pluriel: Ex.: S’attirer les foudres du
pouvoir. Le directeur a menacé de ses foudres les retardataires. Les foudres de
l’Église furent lancées contre lui (Acad.).
Foudre est masculin dans quelques expressions figées:
a) Un foudre de guerre = celui qui terrasse ses ennemis par sa vaillance; un
grand stratège, un grand capitaine: „On l’accusait, lui et quelques autres officiers
généraux d’avoir faibli dans cette rude journée et d’être allé derrière un buisson…
Le fait est que d’Antin, connu et apprécié pour ses talents militaires distingués
n’était pas un foudre de guerre” (Sainte-Beuve, Caus. lundi 15 mars 1882; P.R.).
„Un homme qui se dit un grand foudre de guerre” (Corn., Ment. III, 5).
b) Un foudre d’éloquence = un grand orateur; celui qui subjugue son
auditoire par son éloquence entraînante.
c) Foudre est masculin lorsqu’on parle des foudres de Jupiter: On représente
généralement Jupiter avec ses foudres (= dards de feu en zig-zags).
Foudre (allem. Fuder) est masculin lorsqu’il désigne un récipient de même
forme que le tonneau mais de capacité plus grande.
Diachronie. Au XVIIe siècle, l’emploi du nom foudre au masculin était fréquent.
Ex.: „Anastase mourut frappé du foudre” (Bosuet, Hist. univ. I, 11). Puissé-je
de mes yeux y voir tomber ce foudre” (Corneille, Horace, IV, 5). „Il vaut mieux
vous résoudre,/ Par un heureux hymen à dissiper ce foudre” (Corneille, Héraclius, I, 4).
Hymne (lat. hymnus du gr. humnos) est masculin lorsqu’il est employé avec
les sens suivants:

194
1. Chant, poème à la gloire des dieux, des héros. Ex.: Un hymne à Appolon.
Les hymnes homériques.
2. Poème lyrique en l’honneur de la Divinité. Ex. „Nos chœurs aujourd’hui/
Font résonner un hymne et des vœux à sa gloire” (Corn. Hymn. 14; H.D.T.).
3. L’hymne national, chant patriotique adopté par chaque pays pour être
exécuté dans les cérémonies solennelles. Ex.: La Marseillaise est l’hymne national
français.
4. Chant, poème lyrique exprimant la joie, célébrant une chose, un sentiment.
Un hymne à la nature, à l’amour.
Hymne est féminin lorsqu’il désigne un chant religieux qui fait partie du ser-
vice divin.
Ex.: Le chœur de l’église entonne une belle hymne.
Orge (lat. hordeum) est du genre féminin. C’est une plante portant des épis
munis de longues barbes et dont une espèce est cultivée pour l’alimentation et pour
la fabrication de la bière. Ex.: „Les chevaux de Perse sont robustes et très aisés à
nourrir; on ne leur donne que de l’orge mêlée avec de la paille hachée mince”
(Buffon). L’orge engraisse-t-elle les volailles ? Les orges sont des céréales précieuses
pour les habitants des pays du nord ou des montagnes, où le blé ne peut être
cultivé. Orge commune. Orge fourragère.
Orge est du genre masculin dans les expressions orge mondé et orge perlé.
L’orge mondé est l’orge débarrassé de sa pellicule (le Lexis). L’orge perlé est
l’orge dépouillé de la seconde enveloppe.
Merci (lat. mercedem, acc. de merces, „salaire” d’où en lat. pop. „prix”; en
gallo-rom. „faveur”; en anc. fr. „grâce”) est du genre masculin lorsqu’il fait partie
d’une expression, d’une formule de remerciement.
Ex.: Dites-lui un grand merci de ma part. Je vous dis un grand merci. Cela
vaut bien un grand merci. Voilà le merci, le grand merci que j’en ai, tout le merci
que j’en ai (A. Th.). Merci de votre lettre. Mille mercis.
Merci est du genre féminin lorsqu’il est employé au sens de pitié, grâce,
miséricorde (sens vieilli) et dans l’expression à la merci de. Ex.: N’espérer aucune
merci de ses vainqueurs. Demander merci (= pitié). Dieu merci (= par la grâce de
Dieu). Être à la merci de quelqu’un (= dépendre complètement de cette personne;
être dans une situation telle qu’on dépend de quelqu’un entièrement). Sur la route,
on est à la merci du premier chauffard (= conducteur imprudent ou maladroit)
venu.
Œuvre (lat. opera) est du genre masculin lorsqu’il désigne:
1. L’ensemble de la bâtisse ou l’ensemble des parties principales d’une
bâtisse, les fondations, les murs d’un bâtiment, la toiture, etc. Ex.: Le gros œuvre
est terminé (ou achevé).
2. La transmutation des métaux en or par la pierre philosophale, but suprême
des alchimistes. Ex.: Cet alchimiste a passé toute sa vie à la recherche du grand œuvre.
3. Litt. La reprise générale de la végétation au printemps. Ex.: Voici mars: le
grand œuvre de la nature va commencer.
4. L’ensemble des ouvrages d’un graveur.
L’œuvre gravé de Jaques Callot. L’œuvre gravé de Rembrandt.
5. Œuvre est masculin parfois lorsque ce nom désigne les ouvrages d’un peintre.
Ex.: Delacroix a laissé un œuvre très varié et très étendu (B).
195
Œuvre est du genre féminin lorsqu’il signifie:
1. Activité, travail. Ce qui est fait, ce qui est produit par quelque agent, et
subsiste après l’action.
Ex.: Les œuvres de l’industrie humaine. Être à l’œuvre. Se mettre à l’œuvre.
Prov. À l’œuvre, on connaît l’artisan. Les œuvres de la nature.
2. Action humaine concernant la vie religieuse ou morale.
Ex.: Faire des bonnes œuvres. C’est une œuvre méritoire. Chacun sera jugé
selon ses œuvres.
3. Les œuvres d’un écrivain, d’un peintre.
Ex.: Dans toute œuvre, Saint-Exupéry montre qu’il faut agir et lutter pour la
vie humaine, qu’on doit se sacrifier pour autrui. „En 1784, David entre à
l’Académie royale de peinture et entreprend, au cours d’un nouveau séjour romain,
le Serment des Horaces, œuvre monumentale qui affirme la primauté de la ligne
sur la couleur et le mouvement” (Omnis). Les œuvres plaisantes de Voltaire.
„Cette ardente curiosité vivifie toute l’œuvre de René Bazin” (G. Duhamel; H.).
Période (lat. periodus, gr. periodos) est féminin lorsqu’il désigne:
1. Un espace plus ou moins long.
Ex.: La période des vacances. Il se trouvait alors dans une période heureuse
de sa vie. Une période de récession économique.
2. Un espace de temps généralement de durée bien déterminée
Ex.: Physique nucléaire: ex.: la période d’un élément radioactif. Physique:
ex.: la période d’un pendule; la période d’un courant alternatif. Astronomie: ex.: la
période de Mars autour du soleil. Math. ex.: la période d’une fraction. Géologie:
ex.: la période tertiaire. Méd.: ex.: la période de l’incubation d’une maladie; la
période de l’ovulation. Histoire: ex.: la période de la Fronde; la période révolu-
tionnaire. Arts: ex.: la période bleue de Picasso.
3. Enchaînement de phrases où la pensée suit un développement régulier;
phrase complexe dont les membres composants sont groupés de telle façon que, si
variés qu’ils soient dans leur structure, leur assemblage donne une impression
d’équilibre et d’unité.
Ex.: La période oratoire de Cicéron. Une période harmonieuse. Arrondir une
période.
Période est du genre masculin lorsqu’il indique:
a) chacun des divers degrés par lesquels une chose passe pendant sa durée;
b) le point, le degré où une chose, une personne est arrivée.
Ex.: La puissance de Rome était à son plus haut période (H.D.T.). Il est au
plus haut période de sa gloire (Acad.). Démosthène et Cicéron ont porté l’éloquence
à son plus haut période (Acad.).
„Les temps destinés à cette attente sont dans leur dernier période” (Bossuet,
Hist. univ.; H.D.T.).
N.B. En français classique, on pouvait employer période au lieu de le
plus haut période au sens de „le plus haut degré”.
Ex.: „Les sciences et les arts ne sont jamais à leur période” (Corneille,
Clitandre, préf.).

196
Noms qui changent de genre en changeant de nombre
Amour (lat. amor, oris) est du genre masculin au singulier lorsqu’il est employé
avec tous les sens qu’il peut avoir.
Définition générale. Sentiment qui revêt des formes diverses suivant le sujet
qui l’éprouve et l’objet qui l’inspire (P.R.):
1. Amour de Dieu (= l’amour de l’homme pour Dieu). „Un amour de Dieu, si
pur et si désintéressé” (le Père André; H.D.T.) „L’amour de Dieu doit être gravé
dans nos cœurs” (Vaugeles, Remarques III, 434).
2. Amour de l’humanité. Pour l’amour de l’humanité…
3. Amour de la patrie. Ils se sont sacrifiés par l’amour de la patrie.
4. Amour familial, amour de la famille.
5. Amour maternel.
6. Attachement passionné pour une personne d’un sexe différent: Cet homme
et cette femme s’aiment d’un grand amour. „L’amour, le tendre amour flatte en
vain mes désirs” (Racine). „Je suis belle, ô mortels ! comme un rêve de pierre/ Et
mon sein où chacun s’est meurtri tour à tour/ Est fait pour inspirer au poète un
amour/ Éternel et muet ainsi que la matière” (Baudelaire, La Beauté).
Remarque. Amour est quelquefois féminin en poésie. Ex.: „Une amour
éternelle” (Racine, Athalie, I, 4). „Peut-on lui refuser une amour éternelle ? (J.B.
Rousseau; Besch). „Tes os dans le cercueil vont tomber en poussière/ Ta mémoire,
ton nom, ta gloire vont périr,/ Mais non pas ton amour, si ton amour t’es chère: /
Ton âme est immortelle et va s’en souvenir” (Musset, Lettre à Lamartine; P.R.).
Une amour violente (Acad.).
Amour au masculin pluriel est employé à tous les niveaux de langue, même
dans la langue littéraire.
Ex: „Reprendrons-nous comme autrefois nos beaux amours, pleins de mystère?”
(A. Guide, Retour de l’enfant prod.; Grev.) „Et l’on revient toujours/ À ses premiers
amours” (Étienne). „Il y a des combats secrets et des amours cachés” (B. Clavel,
Le seigneur du fleuve; H.).
Remarque. Amour au pluriel (amours), signifiant passion d’un sexe pour
l’autre, peut être employé aussi au féminin dans le style soutenu. L’Académie, dans
sa Grammaire, exigeait l’emploi du nom amour seulement au féminin lorsqu’on
l’employait au pluriel avec le sens mentionné ci-dessus.
Ex.: On ne voit pas d’amours éternelles. Vous surpassez les plus constantes
amours. „J’aspirais secrètement à de belles amours” (Balzac). „Un astrologue en
bonnet pointu s’approchait des dames et leur annonçait leurs amours futures sur la
vue des lignes de leur main” (France; Dj.).
Délice (du lat. delicium, neutre sing. et deliciae, fém., pl. formes qui expliquent
les deux genres en français.)
Ce nom est masculin au singulier et féminin au pluriel.
Ex.: La lecture de cet ouvrage est un pur délice (Acad.). Quel délice de
contempler ces chefs-d’œuvre. „L’aveugle opéré par Cheselden disait que chaque
nouvel objet était un délice nouveau” (Buffon, De la vue; H.D.T.). „Ce verre de vin
puissant me fut un délice” (Duhamel; Lexis).
„Vous qui goûtez ici des délices si pures” (Racine, Esther, prol.). „Les délices
du cœur sont plus touchantes que celles de l’esprit” (St. Évremont). „Dans les
champs Élysées, dans cet heureux séjour de paix et de bonheur, les rois foulent à
leur pied les molles délices et les vaines grandeurs de leur condition mortelle”
197
(Fénelon). „L’imagination m’apportait des délices infinies” (Nerval, Aurélia). Il
fait toutes ses délices de l’étude (Acad.). Pourquoi nommer le monde un lieu de
misères, puisqu’on y peut goûter de si charmantes délices.
Orgue (lat. organum, du grec organon, instrument).
En règle géneral, selon l’Academie, le nom orgue est masculin au singulier et
féminin au pluriel („Amour, délice, orgue, masculins au singulier sont féminins au
pluriel”, Grammaire de l’Académie française). Le Dictionnaire alphabétique et
analogique de Paul Robert écrit à l’article orgue: „De nos jours, orgue est
normalement masculin au singulier (L’orgue de telle église est excellent, Acad.)
comme au pluriel (Cet orgue est un des meilleurs qu’on puisse entendre). Le
féminin pluriel, désignant un ou plusieurs instruments, s’emploie souvent avec une
valeur emphatique. Les six mille tuyaux des grandes orgues de Notre-Dame. Les
grandes orgues de nos cathédrales”.
Le Lexis précise que orgue est parfois féminin au pluriel lorsqu’on veut
désigner un seul instrument: de belles orgues, M. Grevisse (le Bon Usage, ed. 1997,
p. 717) souligne que orgue est féminin au pluriel quand il désigne un seul instru-
ment (pluriel emphatique), mais qu’il reste masculin quand il s’agit d’un véritable
pluriel.
Exemples
A. Orgue est employé au singulier; il est masculin.
Ex.: Vitruve dans De architecture décrit un orgue dans le Xe livre; l’invention
de l’orgue est donc très ancienne. „L’orgue divin exhale un son religieux” (Delille).
„Un orgue poitrinaire toussait les débris d’une polka démodée” (Copée; Dj.).
„Saint Jérôme dit qu’il y avait à Jérusalem un orgue qu’on entendait du mont des
Oliviers” (Trévoux).
B. Orgue est employé au pluriel:
1. Orgue est masculin.
Ex.: „Un de ces orgues de Crémone que les Italiens promènent dans les rues,
posés sur une petite voiture” (Gautier, Voy. en Russie; P.R.). Cette cathédrale a deux
orgues nouveaux.
2. Orgue est féminin.
Ex.: „Les premières orgues qu’on ait vues en France furent apportées par des
ambassadeurs de l’empereur Constantin Copronyme qui les offrirent au roi Pépin”
(Trévoux). „Dans le XVe siècle Bartholomeo Ategnati et son fils Graziadio
enrichirent l’Italie de l40 orgues beaucoup plus parfaites que ce qu’on avait vu
jusque-là” (Revue musicale; Besch). „Les orgues s’étaient tues, relayées maintenant
par des cuivres et des tambours” (Camus, L’exil et le royaume; Grev.).
Genre des noms géographiques
a) les noms de villes.
Le genre des noms de villes est incertain; il est soumis au flottement de l’usage.
On remarque cependant que les noms de villes sont, en général, du genre mas-
culin dans le code oral et qu’ils sont souvent du genre féminin dans le code écrit.
Néanmoins les noms de villes tendent à devenir masculins dans le code écrit
de même que dans le code oral.
Le nom de ville est du genre masculin dans un contexte donné:
1. Quand le nom de ville est précédé des adjectifs épithètes vieux, grand.

198
Ex. Nous avons visité les quartiers du vieux Marseille. Le Grand Londres
compte près de huit millions d’habitants (Omnis). Le grand Bruxelles est une ville
tentaculaire.
2. Quand le nom est précédé du déterminant indefini tout.
Ex.: Tout Cannes était présent à ce festival. Tout Rome est en liesse. „Tout
Rome se trompait” (Bourget, Cosmop.; L.B.). „Tout Thèbes sait ce qu’elle a fait”
(Anouilh, Antigone; Grev.). Tout Genève s’intéresse au débat (H).
NB. Tout suivi du nom de ville peut être précédé de l’article défini le
surtout quand le nom de ville est suivi d’un adjectif épithète.
Dans ce cas, tout joint par un trait d’union au nom propre de ville forme
un nom composé qui désigne une collectivité, une couche sociale.
Ex.: Le Tout-Paris frivole (L.B.). Le Tout-Menton mondain.
On met souvent une majuscule à tout (Tout) dans ce nom composé.

3. Quand le nom de ville désigne un club sportif, une équipe sportive.


Ex. Marseille a été battu.
N.B. On emploie parfois le féminin dans ce cas.
Ex. Sète qualifiée ((au football) dans le „Monde”; Grev.)).

Sans que cette remarque puisse constituer une règle, on considère généralement
que les noms de villes sont du genre féminin quand ils se terminent par un e dans le
code écrit ((et par un e caduc dans le code oral): Venise, Séville, Lille, Grasse,
Narbonne, Vence, etc.)) et qu’ils sont du genre masculin dans le cas contraire
(Besançon, Caen, Namur, Tours, Toulon, etc.).
N.B. Jérusalem, Tyr, Moscou sont cependant du genre féminin.
Ex.: Jérusalem, ville sainte des juifs, des chrétiens et des musulmans, est
réclamée à ce titre par les trois grandes religions méditerranéennes (Omnis).
„Sous Ithobaal II, Tyr fut attaquée par Nabuchodonosor, et prise après un siège
de treize ans” (Augé; Dj.). Moscou est devenue au XXe siècle l’une des plus
grandes villes du monde (Omnis).

Les noms de villes qui comportent un article gardent le genre de l’article.


Le Caire, Le Cap, Le Havre, Le Mans sont du genre masculin.
La Ferté-Milon, La Haye, La Rochelle sont du genre féminin. Le Caire a été
créé par les Formides au nord de Fustat en 969. Le Havre a été reconstruit sur les
plans de A. Perret après la Seconde Guerre Mondiale. Le Cap fut fondé par les
Hollandais en 1652; la ville devint anglaise avec toute la province, en 1814 (Larousse).
La Rochelle se donne tout entière au commerce maritime. La Haye a été con-
struite près de la mer du Nord.
Remarque. Lorsqu’on n’est pas sûr du genre du nom d’une ville, on peut
recourir à des tours comme la ville de … (La ville d’Ajaccio est située sur une rade
magnifique et elle constitue un centre commercial et touristique important.)
b) le genre des noms de pays.
Les noms de pays terminés en -ie, -ye, -ée sont du genre féminin.

199
Ex.: La Roumanie, la Bolivie, l’Albanie, l’Algérie, la Birmanie, la Bulgarie,
la Colombie, l’Éthiopie, la Gambie, l’Indonésie, l’Italie, la Jordanie, la Libye, la
Mauritanie, la Russie, la Somalie, la Syrie, la Tunisie, la Turquie, la Zambie.
La Corée du Sud, la Corée du Nord, la Guinée.
Un certain nombre de noms de pays terminés en e dans le code écrit sont du
genre féminin.
Ex.: La France, la Suisse, la Chine, la Grande-Bretagne, l’Autriche, l’Espagne,
l’Allemagne, la Belgique, la Côte d’Ivoire, l’Égypte, la Finlande, l’Irlande, l’Islande,
la Nouvelle-Zélande, la Pologne, la Suède.
Font exception: le Mexique, le Mozambique, le Cambodge, le Zaïre.
Les noms de pays du genre masculin sont terminés, en général, par une
voyelle autre que l’e caduc.
Noms de pays terminés par une voyelle orale:
Ex.: le Canada, le Botswana, le Guatemala, le Libéria, le Kenya, le Nigeria,
le Panama, le Ruanda, le Venezuela, le Ghana, l’Ouganda – le Paraguay, le Uruguay,
le Burundi, le Chili, le Malawi, le Mali; le Congo, le Togo, le Porto-Rico, le Pérou.
Noms de pays terminés par une voyelle nasale:
Ex.: l’Iran, le Liban, le Pakistan, le Soudan, l’Afghanistan; le Bénin, le
Japon, le Gabon.
Noms de pays terminés par une consonne:
Ex.: l’Iraq, l’Équateur, le Salvador, le Niger, le Honduras, le Laos, le Koweït,
le Maroc, le Tchad, le Luxembourg, le Bangladesh, le Danemark, le Portugal,
le Sénégal, le Népal, le Viet-Nam, le Surinam, le Yémen, le Cameroun, le Brésil,
l’État d’Israël.
Les noms d’îles et leur genre. Les noms d’îles sont en général du genre
féminin: la Sardaigne, la Corse, Malte („au début de la deuxième guerre punique,
Malte est annexée par les Romains” Larousse), Chypre („Chypre est colonisée par
des réfugiés du monde minoen”) (Larousse), Tinos, Tristan da Cunha, Jawa, Porto-
Rico, Corfou.
N.B. Bornéo, Madagascar sont employés souvent au masculin (ainsi que
d’autres îles) si l’écrivain (ou le locuteur) a en vue un État plutôt qu’une île.

c) le genre des noms de cours d’eau


Ce genre est déterminé par l’article.
Ex.: le Danube, le Nil, le Mississipi, le Rhin, le Pô, le Tibre, le Congo,
le Jourdain, le Tigre, le Rhône, le Gard, le Loir, le Tarn, le Niger, le Gange, le Niemen.
– la Seine, la Loire, la Garonne, la Saône, la Moselle, la Vienne, la Tamise,
la Volga, la Vistule.
d) le genre des noms de montagnes
Les noms des chaînes de montagnes sont généralement du genre féminin,
tandis que les noms de montagnes isolées sont du genre masculin. Il y a cependant
des exceptions à cette règle.
Les noms de montagnes suivants sont du genre féminin: les Alpes, les Andes,
les Rocheuses, les (Grandes) Jorasses, les Pyrénées, les Vosges, la Sierra Morena.
Les noms de montagnes suivants sont du genre masculin: le Caucase,
le Balkan, le Liban, le Kilimandjaro, le Haut (ou le Grand) Atlas, l’Apennin
(les Apennins).
200
e) le genre des mers et des océans
Le genre des mers et des océans est conféré par le générique sous-entendu
(ou exprimé) ou par l’article.
Ex.: l’(océan) Atlantique, l’océan Pacifique, la (mer) Baltique, la mer Noire,
la (mer) Méditerranée, la mer Caspienne, la mer Rouge, la mer Morte.
Remarques concernant le genre de certains noms de fêtes
Noël ((natalis (dies) = jour de naissance)) est ordinairement du genre masculin:
Le gai Noël que nous avons passé ! „Le Noël de cette année – là fut plutôt la fête de
l’Enfer que celle de l’Évangile” (Camus, La Peste). Quand Noël sera venu… Nous
vous souhaitons un bon Noël. Joyeux Noël !
Noël est féminin quand on sous-entend la fête de Noël. Ex: Il est venu à la
Noël. Vers la Noël. „La Noël de l’année 1823 fut particulièrement brillante à
Montfermeil” (Hugo). Passer la Noël (ou Noël) en famille.
Remarque. Un noël est un chant inspiré par la Nativité: chanter un noël. Le
réveillon fut égayé par de vieux noëls. Les noëls poitevins, provençaux.
Pâques ((lat. pop. pascua, altération du latin ecclésiastique Pascha (avec
influence de pascua, nourriture, de pascere, paître), grec Paskha, remontant à un
mot hébreu, signifiant passage, désignant la fête qui commémorait la sortie d’Égypte)).
A désigné la fête chrétienne par coïncidence de dates. Du Xe au XVIe s., le sin-
gulier et le pluriel s’emploient indifféremment, puis le singulier désigne la fête
chrétienne (A. Dauzat et alii, Dict. étymologique, Paris, Larousse, 1980).
La forme Pâques, fête chrétienne (formée par ellipse de jour de Pâques), peut
avoir le sens d’un nom au singulier ou d’un nom au pluriel.
Pâques au sens d’un nom au singulier s’emploie en général quand il n’a pas
de déterminant. Dans ce cas, on le considère du genre masculin.
Ex.: Quand Pâques sera venu ... Pâques est tardif cette année (Acad.). Pâques
est tombé tôt cette année (H).
Pâques est arrivé. Pâques est célébré cette année le 25 avril. Je vous paierai à
Pâques prochain.
Pâques au sens d’un nom pluriel est employé avec une épithète au féminin
pluriel dans les expressions suivantes:
Pâques fleuries (= le dimanche des Rameaux). Pâques closes (le 1er dimanche
après Pâques).
Bonnes Pâques (formule de souhait). Souhaiter à quelqu’un de bonnes,
d’heureuses Pâques. Joyeuses Paques!

Genre des noms employés par métonymie ou supposant une ellipse


On donne à ces noms le genre d’un nom qu’on a dans la pensée, qui est sous-
entendu (on leur donne le genre d’un nom générique sous-jacent).
On dit qu’on emploie la métonymie du lieu quand on donne à une chose le
nom du lieu d’où elle vient.
Ex.: du hollande (= du fromage fabriqué en Hollande ), du bourgogne (du vin
produit en Bourgogne), un havane (= un cigare fabriqué à la Havane), un terre-neuve
(un chien dont le nom désigne la race des chiens de l’île de Terre-Neuve),

201
un cachemire (tissu très fin fait avec le poil de chèvre du Cachemire ou du Tibet),
du champagne (= du vin de Champagne).
La métonynie peut désigner l’objet construit par un inventeur ou par une firme.
Ex. une Remington (une machine à écrire fabriquée par Remington), un
Leica, une Ford, une Fiat.

Genre des noms de navires


Le genre du navire est donné par le sexe du nom propre éponyme (le genre du
nom propre qui baptise ces navires); ex.: la Jeanne d’Arc, la Provence, le
Vercingetorix.
Les locuteurs emploient plutôt le genre masculin par lequel on sous-entend
navire, bateau: le Jeanne d’Arc, le Renaissance, le Ville-de-Marseille, le Flandre,
le Queen Mary II.
Genre des noms d’aéronefs
Si le nom de l’aéronef est formé d’un nom commun, il a le genre de ce nom.
Ex.: une Caravelle, une Alouette (hélicoptère), une Gazelle (hélicoptère), un
Mirage.
On dit cependant le Concorde, le Rafale (on sous-entend l’avion ou le super-
sonique, selon le cas). On dit un Airbus.
Si le nom de l’avion est formé d’un nom étranger, ou d’un symbole, il est du
genre masculin: Un Boeing, un Tupolev, un Mig, un „B 1”, un „B 52”, un „Dc 4”.
Genre des noms d’automobiles
Les noms de voitures sont généralement du genre féminin.
Ex.: une (voiture) Renault, une Peugeot, une Chevrolet, une Cadillac, une
Citroën, une Jaguar, une Mercédès, une Volkswagen.
Les noms de camions sont du genre masculin.
Ex.: un Berliet, un Dodge, un Citroën, un Volvo.
Genre de certains noms composés
Avant-guerre (= période qui a précédé la guerre de 1914 puis celle de 1940)
est un nom considéré comme étant des deux genres par le Robert, le Lexis et Grevisse.
Ex.: „L’avant-guerre (n. masc.) était séparé de la guerre par quelque chose
d’aussi profond” (Proust, À la recherche…; Grev.). „Des amourettes entre voisins
dans une avant-guerre (n. fém.) de peinture” (Fr. Nourissier, Allemande; Grev.).
Après-guerre (= période qui suit une guerre).
Ex.: „Tout après-guerre (n. masc.) a connu de ces conciliabules stériles…”
(Dutourd, Demi-solde; Grev.). „La période de la première après-guerre” (Vialar,
Temps des imposteurs; Grev.). Ce nom est des deux genres selon le Robert, le Lexis
et Grevisse.
Entre-deux-guerres (= période entre deux guerres, spécialement entre 1918
et 1940). Ce nom est masculin selon le Robert; il est des deux genres suivant le
Lexis et Grevisse.

202
Ex.: „Mes parents souffraient, en cet entre-deux-guerres, d’une diminution
sensible de leur revenus (M. Robida, Monde englout.; Grev.). „Durant toute
l’entre-deux-guerres” (Thibaudet, Hist. de la litt. française; Grev.).
Après-midi. L’Académie, en 1762 (A4) et l’abbé Féraud dans le Dictionaire
critique de la langue française, Marseille, Mosy, 1787-1788, considèrent que ce
nom est féminin. L’Académie en 1798 (A5) fait la précision suivante: „Plusieurs le
font masculin”. En 1890, le Dictionnaire général de Hatzfeld, Darmesteter et
Thomas mentionnent, que après-midi est des deux genres. L’Académie en 1932
(A8) soulignait que ce nom était masculin, mais en l986 (A9), elle précise qu’il est
des deux genres; le Robert et le Lexis sont du même avis.
Arrière-main (n.f. et m.; Petit Robert) = Ce nom est féminin lorsqu’il
signifie „revers de la main” (sens vieilli); il est masculin lorsqu’il a le sens de
„partie postérieure du cheval qui est en arrière de la main du cavalier” (opposé à
avant main).
Avant-midi ((n.m. ou fém.); mot senti comme appartenant à une région de la
France; il n’est pas entré dans l’usage général)) = matin, matinée; ce nom est
invariable (Petit Robert).
Demi-solde (n.f. et m.) 1. N.f. Solde réduite d’un militaire en non-activité.
Pl. Des demi-soldes. 2. N.m.inv. Militaire qui touche une demi-solde. Pl. Des
demi-solde (v. Petit Robert).
Haute-contre (n.m et f.) 1. N.f. Voix d’homme aiguë plus étendue dans le
haut que celle de ténor. 2. N.m. Chanteur qui a cette voix. Pl. Des ténors hautes-
contre (v. Petit Robert).
Jet-set ou jet set (n.m. et f.) = ensemble des personnalités qui comptent dans
la vie mondaine internationale et voyagent surtout en avion. Appartenir au, à la
jet-set. Pl. Des jet-sets (v. Petit Robert).
Morte-paye (n.m. et f.) Hist. 1. Soldat entretenu de façon permanente en
temps de paix comme en temps de guerre. 2. Vétéran invalide à la charge de l’État
(v. le Lexis).
Perce-neige (n.m. ou f. suivant Le Petit Robert; n.f. selon le Lexis; pl. Des
perce-neige ou des perce-neiges).
Quatre-épices (n.m. ou f.inv.) = Nigelle cultivée, dont les graines réduites en
poudre donnent un assaisonnement rappelant le mélange des quatre épices (poivre,
girofle, muscade et gingembre v. Le Petit Robert).
Sans fil (n.f. et m.inv.) N.f. Télégraphie sans fil. N.m. Radiogramme. Recevoir
des sans fil.
Le genre de mots étrangers
1. Lexèmes anglais
Badge [ ○ ] n.m. = Insigne (n.m.) porté à la façon d’une broche,
signalant l’identité de la personne qui l’arbore dans une réunion, ou service public
(P.R.). Informatique. Document d’identité codé lisible par un terminal de système
(Lexis).
Chips (mot anglais, „copeaux”) est un nom du genre féminin employé
souvent au pluriel. Il désigne des pommes de terre frites en minces rondelles.
Ex.: Un sachet de chips. Des chips croustillantes (Acad. 1988).

203
Selon le Nouveau Petit Robert (1993), on peut employer ce mot au singulier:
une chips.
Bow-window ([ ○ ]; n.m.) = fenêtre en saillie sur le parement d’un
mur de façade (le Lexis).
N.B. Ce mot est employé au féminin par certains auteurs sous l’influence
du mot fenêtre.

Happy end (([ ≺ ○]; nom masculin ou féminin selon Robert (1993);
adaptation de l’anglais happy ending, de happy „heureux” et to end (se terminer) =
heureuse fin d’un film, d’un roman, d’une histoire quelconque. Fam. Dénouement
heureux)).
Holding (([( ) u ○ ¼], mot anglais, abrév. de holding company, trust
financier; nom masculin. On emploie aussi ce nom au féminin sous l’influence du
syntagme société holding)).
Humour ([ ∓ ], mot anglais emprunté au français humeur au XVIIe s.);
nom masc. = forme d’esprit qui consiste à présenter la réalité de manière à en
dégager les aspects plaisants. (Ce lexème a été aussi employé au féminin dans la
langue littéraire par Bergson, Bremond, Bordeaux; Littré cite Th.Gautier).
Ice-cream ([ n ∓]; nom masc., de l’angl. ice, glace et cream, crème) =
crème glacée. M. Grevisse (Bon Usage, 1997) mentionne que ce nom est employé
parfois au féminin sous l’influence de son équivalent français (= une glace, une
crème glacée).
Ex.: L’ice-cream que l’on nous a servi pour le dessert était très bon.
Interview ([ ]; nom fém., au pluriel des interviews; ce mot est
issu de l’ancien français entrevue. Le Trésor remarque que ce mot est employé
parfois au masculin.
Sandwich ([ ○ ], du nom du comte John Montagu de Sandwich
(17l8-1792) pour qui son cuisinier inventa ce mets, qu’il lui apportait à sa table de
jeu); nom masc. Ce nom a été d’abord du genre féminin (on sous-entendait le mot
composé tartine beurrée).
2. Autres mots d’origine étrangère.
Goulasch on goulach ((mot hongrois) nom masc. selon le Lexis, nom des
deux genres suivant Robert et le Trésor)) = ragoût de bœuf préparé à la manière
hongroise.
Parka (mot emprunté à l’esquimau par l’anglais) = veste longue de sport en
tissu imperméable, munie d’une capuche.
Ce nom est des deux genres selon M. Grevisse (Le Bon Usage, 1997); il est
du genre masculin suivant le Lexis.
Quetsche (([n ] mot d’origine allemande); nom fém.)) = alcool fabriqué
avec les prunes nommées quetsches.
Zakouski (mot russe); n. fém. pluriel = hors d’œuvre à la russe: mets variés
qui en Russie et en Pologne précèdent le repas. On écrit aussi Zakouskis.

Genre des noms animés


(noms [+ animé])
204
La genre des noms animés (les noms humains exceptés) est fixe pour beaucoup
de ces noms (il est arbitrairement fixé).
Nous avons aussi rangé parmi les noms animés les noms des végétaux (arbres,
arbustes, arbrisseaux, fleurs).

Genre des noms qui désignent des arbres


Ces noms sont généralement du genre masculin.
Ex.: Un abricotier, un acacia, un amandier, un baobab, un bouleau, un cèdre,
un cerisier, un citronnier, un catalpa, un cocotier, un coudrier, un chêne, un cog-
nassier, un dattier, un épicéa, un grenadier, un hêtre, un if, un magnolia, un manda-
rinier, un oranger, un pommier, un prunier, un pêcher, un palmier, un platane,
un santal, un séquoia, un sycomore, un sapin, un teck, un thuya, un tulipier.
Exception: une yeuse (= un chêne vert).
Les noms qui désignent des arbustes sont généralement du genre masculin.
Ex.: camélia, cytise, groseiller, jasmin, rhodondendron, rosmarin, gardénia.
Exception: azalée (f).
Les noms qui désignent des arbrisseaux sont généralement du genre masculin.
Ex.: églantier, framboisier, fuchsia, genêt, hortensia, lierre, mimosa, noisetier,
rosier, sureau, seringa.
Exceptions: aubépine (f), lavande (f), ronce (f), vigne (f).
Exemples de fleurs qui sont du genre masculin:
Canna, chrysantème, dahlia, datura, ellébore, freesia (ou frésia), iris, liseron,
muguet, myosotis, oeillet, perce-neige, pétunia, réséda, zinnia.
Le genre des noms d’animaux
Lorsque les noms désignent des animaux domestiques ou des animaux
sauvages connus que l’homme chasse parfois, ces noms peuvent avoir les deux
genres. Dans ce cas, le masculin et le féminin ont des radicaux différents.
Ex.: bélier-brebis, bouc-chèvre (dans la langue familière, on emploie aussi
bique) cerf-biche, chien de chasse-lice, coq-poule, étalon-jument (le nom cavale est
employé parfois par les poètes), jars-oie, lièvre-hase, matou-chatte, sanglier-laie,
singe-guenon, taureau-vache (la génisse ou taure, c’est une femelle qui n’a pas
encore mis bas), verrat-truie (ou coche, terme autorisé par l’Académie en 1988 et
qui subsiste dans les patois).
Les noms épicènes des animaux
Epicènes se dit des noms communs aux deux sexes tels que enfant, caille,
aigle, souris, etc.
De nombreux noms d’animaux ne connaissent qu’un seul genre, soit masculin,
soit féminin:
1) les noms suivants ne possèdent que le genre masculin: canari, corbeau,
épervier, hibou, moineau, pinson, pivert, chacal, puma, rhinocéros, hippopotame,
hanneton, brochet, etc.
La plupart des petits des animaux sont du genre masculin bien qu’ils soient
en réalité des deux sexes.
205
Ex.: chevreau, veau, cailleteau, caneton, carpeau, chaton, poulain, chevrotin,
chiot, cigogneau, goret (porcelet, cochonnet), poussin, faon, dindonneau, éléphanteau,
faisandeau, hirondeau, oison, lapereau, levraut, lionceau, louveteau, merleau, per-
dreau, pigeonneau, raton, renardeau, rossingnolet, marcassin, souriceau, tourtereau, etc.
Remarque. Agneau (petit de la brebis) a un fém. agnelle.
2) les noms suivants ne possédent que le genre féminin: alouette, caille,
chouette, cigogne, corneille, grue, hirondelle, pie, pintade, perdrix.
Remarques particulières sur le nom aigle qui change de sens suivant
qu’il change de genre.
Aigle est masculin dans les cas suivants:
1. quand il désigne l’oiseau mâle rapace diurne.
2. quand il est pris au sens figuré pour un homme de génie, pour un talent ou
un esprit supérieur: Cet homme est un aigle. „Le plus médiocre jésuite est un
aigle chez eux” (les Malabares). Voltaire, Lett. Pruss (cité par Littré).
3. dans les dénominations d’ordres honorifiques: Ordre de l’Aigle blanc de
Pologne.
4. quand il désigne un pupitre (lutrin) d’église.
Ex. Un bel aigle en chêne sculpté.
5. quand il désigne une pièce d’or américaine de 10 dollars.
Ex. L’aigle américain peut être une pièce de collection.
6. quand il est le nom d’un certain format de papier.
Aigle est féminin dans les cas suivants:
1. quand il désigne expressément la femelle.
Ex. L’aigle est furieuse quand on lui ravit ses aiglons (Acad.) Voyez cette
aigle qui porte la pâture à ses petits.
2. quand il désigne un étendard, une enseigne militaire.
Ex.: Les aigles romaines (= les enseignes des légions romaines). L’aigle
napoléonienne, l’aigle impériale de la France.
3. quand il est employé comme terme de blason.
Ex.: Écu orné d’une aigle; il porte sur le tout d’azur une aigle éployée
d’argent.
Formation du féminin de certains noms d’animaux
1. Dans le code écrit, on forme le féminin de certains noms d’animaux en
ajoutant le graphème -e à la forme du masculin.
Ex.: épagneul (n.m.) · épagneule (n.f), ours (n.m.) · ourse (n.f)
(Le graphème -e ou le féminin graphique e a la valeur phonétique d’un e muet
ou caduc [ ]. En ancien français, ce e était prononcé sous la forme d’un e central
(allem. Gabe, Himmel).
Dans le code oral, il n’y a pas de différence phonétique entre le masculin et le
féminin.
Épagneul [ ≺ ¾œ ] · épagneule [ ≺ ¾œ ]; ours [ ] · ourse [ s]
Remarque. Lorsqu’on ajoute le graphème e à la forme du masculin de
certains noms pour former le féminin, il peut arriver que l’on constate dans le code
oral la dénasalisation des voyelles nasales et l’apparition de la consonne nasale n.
Code écrit: faisan (n.m) · faisane (n.f.); serin (n.m.) · serine (n.f.).
206
Code oral: faisan [ ]· faisane [ ]; serin [ ] · serine
[ ].
2. a) Dans le code écrit, certains noms redoublent au féminin le graphème t
qui se trouve au masculin en position finale; ce graphème double est suivi du
graphème -e.
Ex.: chat · chatte, biquet · biquette, linot · linotte, minet · minette,
marmot · marmotte ((Acad. (rare)).
b) Dans le code oral, l’occlusive dentale sourde t apparaît en position finale;
l’e muet final qui en ancien français était un e central s’est généralement amuï.
Ex.: chat [ ] · chatte [ ], biquet [ n ] · biquette [ n ], linot
[ ] · linotte [ ], minet [∓ ] · minette [∓ ], marmot
[∓ ∓ ] · marmotte [∓ ∓ ].
N.B. Dans les noms linot [ ] et marmot [∓ ∓ ] l’o fermé en
posi-tion finale au masculin [0] devient o ouvert au féminin [ ] devant
l’occlusive dentale sourde [t]: linotte [lin t], marmotte [∓ ∓ ].

3. a) Dans la code écrit, certains noms redoublent au féminin le graphème n


en position finale; ce graphème double est suivi du graphème e (le féminin
graphique e).
Ex.: aiglon (n.m.) · aiglonne (n.f.), bichon (n.m.) · bichonne (n.f.), chien
(n.m.)· chienne (n.f.), lion (n.m.) · lionne (n.f.), paon (n.m.) · paonne (n.f.).
b) Dans le code oral, on remarque, au féminin, dans ces noms, l’apparition de
la consonne nasale n, à la suite de la dénasalisation des voyelles nasales. L’e muet
final qui en ancien français était un e central, s’est généralement amuï.
Ex.: aiglon [ i õ] · aiglonne [ i ], bichon [ ] · bichonne
[ n], chien [ ] · chienne [ ], lion [ ] · lionne [ n], paon
[≺ ] · paonne [≺ ].
4. a) Certains noms terminés par les graphèmes -eau au masculin font leur
féminin au moyen des graphèmes -elle.
Ex.: agneau (n.m.) · agnelle (n.f.), chameau (n.m.) · chamelle (n.f.),
tourtereau (n.m.) · tourterelle (n.f.).
N.B. La femelle du taureau est la vache.

b) Dans le code oral, ces noms terminés par o fermé au masculin font leur
féminin en [ ] = e ouvert suivi de la liquide (latérale) l.
Ex.: chameau [ ∓ ] · chamelle [ ∓ ], agneau [ ¾o] · agnelle
[ ¾ l], tourtereau [ ] · tourterelle [ l].

II. Le féminin des noms d’animaux formé au moyen de suffixes


1.a) Dans le code écrit, pour former le féminin de certains noms, on supprime
le graphème -e final de leurs formes au masculin et on y ajoute les graphèmes –
esse (le suffixe -esse).
Ex.: âne (n.m.) → ânesse (n.f.), buffle (n.m.)→bufflesse (n.f.), tigre (n.m.) →
tigresse (n.f.). La forme singesse, le féminin de singe, est rarement employée.
b) Dans le code oral, à la forme sans e muet de ces noms, on ajoute les pho-
nèmes [єs] = e ouvert suivi de la fricative dentale sourde s, du suffixe écrit – esse.
207
Ex.: âne [An]→ânesse [Anєs], buffle [byfl]→bufflesse [byflєs], tigre
[tig ]→tigresse [tig єs].
N.B. La femelle du buffle s’appelle aussi bufflonne [byfl n]

2. a) Pour former le féminin du nom merle dans le code écrit, on supprime le


graphème – e final (e muet) de sa forme au masculin et on y ajoute les graphèmes-
ette (le suffixe – ette).
Ex.: merle (n.m.)→merlette (n.f.).
b) Dans le code oral, à la forme sans e muet du nom merle, on ajoute les
phonèmes [єt] = e ouvert suivi de l’occlusive dentale sourde t.
Ex.: merle [mє l]→merlette [m lєt].
N.B. La forme merlesse (n.f.), est employée dans la phrase proverbiale:
C’est l’histoire du merle et de la merlesse [mє lєs] (Se dit à propos d’une
petite querelle qui se reproduit pe riodiquement sur le même sujet).

III. Formation du féminin des noms d’animaux au moyen de la suppression


de suffixes
Ex.: canard [kana ]→ cane [kan], dindon [d dỡ]→ dinde [d d], loup-
cervier [lusє vje]→ loup-cerve [lusє v], mulet [mylє]→ mule [myl].
Formation du féminin des noms d’animaux par la substitution de suffixes ou
de finales.
Ex.: chevreuil [ v œj]→chevrette[ v єt], perroquet [pє kє]→
perruche [pє y ].
Remarques particulières
1. Loup [lu] a le féminin louve [luv]
Le mot latin lupu est devenu en français loup et leu (conservé dans
l’expression à la queue leu leu). La forme loup a prévalu sous l’influence du
féminin louve qui est issu de lǔpa.
2. Daim [dε ] a le féminin daine [dεn]. Dans le code écrit, le graphème m
est remplacé par le graphème n au féminin suivi du graphème – e. Dans le code
oral, on remarque la dénasalisation de l’e nasal qui aboutit à e ouvert et l’apparition
de la consonne nasale n à la suite de cette dénasalisation. L’e muet final s’est
généralement amuï; en ancien français, il avait la valeur d’un e central.

Le genre des noms d’êtres humains


(Le genre des noms animés [+ humain])
I. Le genre est conforme au sexe
Remarque I. Il y a des noms qui désigne la femme de celui qui exerce une
profession, qui détient une fonction administrative.
Ex.: Madame la générale, madame la colonelle, madame la préfète.
N.B. Les noms notairesse ou notaresse sont sortis de l’usage.
N.B1. Une reine peut être l’épouse d’un roi ou une femme qui détient
l’autorité suprême dans un royaume (la reine d’Angleterre).
Une impératrice peut être l’épouse d’un empereur ou la souveraine d’un
empire.
Une duchesse est une femme revêtue de la dignité d’un duc soit par le
mariage, soit par la possession d’un duché, soit par l’attribution du titre.
208
Une comtesse est une femme qui possède un comté ou elle est la femme
d’un comte.
Une ambassadrice est l’épouse d’un ambassasdeur. Lorsqu’on veut
parler d’une femme qui a le titre d’ambassadeur et qui en exerce les fonctions,
on doit employer plutôt la forme masculine: Madame X a été nommée
ambassadeur de France à Lisbonne.
N.B2. Il faut souligner qu’on trouve parfois la forme ambassadrice
employée dans le sens de „femme représentant officiellement son pays dans un
État étranger”.
N.B3. Une ambassadrice peut être aussi une femme qui représente à
l’étranger une activité , une caractéristique de son pays.
Ex.: Une ambassadrice de la mode française.

Remarque II. Il y a des noms dont le genre est conforme au sexe mais qui
s’appliquent soit à des hommes soit à des femmes.
1. Noms qui s’appliquent seulement à des hommes (ils sont du genre masculin).
Ex.: un bellâtre (= bel homme fat et niais), „Un certain Omar Bey, capitaine
de cavalerie, un bellâtre au regard dur” (Loti, Désenchant.; P.R.); un benêt
([b nε]= niais, sot. „Un grand benêt de fils aussi sot que son père” (Molière, Fâch.
II, 7). Faire le benêt; un cardinal; un célébrant (= officiant, celui qui célébre la
messe), un chapelain; un curé; un évêque; un fat ((vieilli) = personne qui affiche
une tre s haute opinion de soi, sans raison, d’une manière ridicule)); un flandrin
(= un homme grand et gauche), fam. „Jacques paraissait résolu à terrasser ce grand
flandrin” (Martin du Gard, Thib.); un garnement; un gentilhomme; un godelureau
(fam. = jeune élégant qui fait l’intéressant) „Louis XIV avait encore pour ses
maîtresses des égards et un respect qui aurait pu servir de mode le aux
godelureaux de sa Cour” (Bertand, Louis XIV); un grigou (fam. = avare, ladre).
„Ce grigou-là ne parle pas plus de me mettre sur son testament que si je ne le
connaissais pas” (Balzac, Cousin Pons); un mousquetaire; un officiant; un page; un
paltoquet (fam.= homme insignifiant et prétentieux; insolent); un patriarche; un
pignouf (pop.= individu mal élévé, sans aucune délicatesse), un sigisbée (it.
cicisbeo; litt.)
= cavalier servant d’une dame; un ténor; un valet.
2. Noms qui s’appliquent seulement à des femmes (ils sont du genre féminin):
Une accouchée; une amazone; une béguine (femme d’une communauté
religieuse où l’on entre sans prononcer des voeux perpétuels); une bonne; une
camériste; une couventine (religieuse qui vit dans un couvent; jeune fille qui était
élévée dans un couvent); une donzelle (fam. et péj. = femme, fille prétentieuse);
une douairière (= dame âgée de la haute société; vx. Veuve jouissant d’un douaire);
duègne (gouvernante; femme âgée qui était chargée en Espagne de veiller sur la
conduite d’une jeune fille); une dulcinée; une goule (= un démon femelle); une
harengère; une hétaïre ([etai ] = courtisane d’un rang élévé); une lingère; une
maritorne (= fille, femme mal faite, malpropre et acariâtre), une matrone, une
mégère (= femme méchante), une midinette (vx. jeune ouvrière ou vendeuse
parisienne de la couture, de la mode), une mijaurée (= femme, jeune fille aux
manières affectées et ridicules), une modiste, une nurse, une naïade (= divinité des
rivières et des sources; littér., ou en plaisantant, baigneuse, nageuse); une nonne;

209
une nourrice; une nurse; une odalisque (= femme d’un harem), une pimbêche
(= femme déplaisante qui prend de grands airs), une rosière; une starlette; une vamp.
II. Le genre n’est pas conforme au sexe
1. Il y a des noms féminins qui ne s’appliquent qu’aux hommes.
Ex.: une barbouze (de barbe; à cause de la fausse barbe que ce membre d’une
police secrète porte parfois; ce terme appartient à la langue populaire); une basse
(Mus. Voix faisant entendre les sons les plus graves). Ex.: Une basse profonde; une
estafette; une frappe (très fam. = voyou), une gouape (pop. = voyou), une ordon-
nance (= soldat qui était attaché à un officier; ce nom est employé parfois au
masculin); une recrue; une sentinelle, une vigie (= matelot chargé de surveiller le
large), Éminence (= titre d’honneur qu’on donne aux cardinaux). Ex.: Son Éminence
le cardinal. Sainteté (nom précédé d’un déterminant possessif) = titre de respect
qu’on emploie en parlant du pape ou en s’adressant à lui. Sa Sainteté le pape Jean-
Paul II. Votre Sainteté.
2. Quelques noms masculins s’appliquent seulement aux femmes.
Ex.: un bas-bleu (= femme pédante, femme à prétentions littéraires), un
boudin (pop. = fille, femme mal faite, petite, grosse et sans grâce), un laideron (= jeune
fille ou jeune femme laide), un souillon (personne malpropre, sale; ce nom est
rarement appliqué à des êtres de sexe masculin), un tendron (= très jeune fille), un
trottin (vx. Employée d’une modiste, d’une couturière, chargée de faire des courses
en ville).
III. Noms de personnes s’appliquant aussi bien aux hommes qu’aux femmes
(ils possèdent une forme unique pour les deux genres et peuvent être distingués au
moyen de l’article ou d’un autre déterminant).
Ex.: un accordéoniste, une accordéoniste, un actionnaire, une actionnaire,un
adversaire, une adversaire, un bibliothécaire, une bibliothécaire, un camarade,
une camarade; un complice, une complice; un démocrate, une démocrate; un élève,
une élève, un locataire, une locataire; un propriétaire, une propriétaire; un touriste,
une touriste, etc.
N.B. Cette classe de noms comprend aussi les noms propres de natio-
nalité dont le masculin est terminé par le graphème -e:
Un Belge, une Belge; un Russe, une Russe, un Suisse, une Suisse (la forme
Suissesse est plus répandue; v. M. Grevisse, le Bon Usage, Paris, Duculot,
1997, p. 768).

IV. Noms de personnes, de genre uniquement masculin mais qui peuvent


aussi désigner parfois des femmes (il s’agit notamment des noms de professions,
des termes administratifs, etc.).
Ex.: un acquéreur, un agresseur, un amateur, un apôtre, un armateur, un
artilleur, un assassin, un auteur, un bandit, un bâtonnier, un brigand, un censeur,
un charlatan, un chef, un clerc, un cocher, un coryphée, un courrier, un défenseur,
un démon, un déserteur, un despote, un diplomate, un écrivain, un escroc, un
fantassin, un faux-monnayeur, un filou, un forçat, un géomètre, un goinfre, un
gourmet, un imposteur, un imprimeur, un individu, un juge, un juré; un magistrat,
un malfaiteur, un maquignon, un mécène, un médecin, un ministre, un monarque,
un oiseleur, un oppresseur, un otage, un paria, un peintre, un pilote, un planton, un
plombier, un possesseur, un précurseur, un prédateur, un prédécesseur, un
210
professeur, un prosélyte, un reporter, un rhéteur, un sauveur, un sculpteur, un
serrurier, un successeur, un supporter, un terrassier, un tirailleur, un tyran, un
usager, un vainqueur, un voyou, etc.
N.B. On dira donc pour parler d’une femme : Cette femme est un
acquéreur solvable. C’est cette femme qui est l’agresseur. Elle est grand
amateur de bonne musique. Elle est devenue l’apôtre de cette idée. „Une
femme vertueuse qui par patriotisme et piété vient de se faire courtisane et
assassin” (Taine, Voyage, en Italie; Grev.). Cette femme est un véritable
charlatan. C’est Mme Dupont qui est le chef de ce service. Cette femme est un
vrai démon. Cette femme est un escroc dangereux. Cette jeune fille est un
goinfre. Cette femme sans scrupule était un imposteur. Hélene Duvivier est un
ingénieur réputé. Jeanne Dubois est un bon médecin de famille. Cette belle
jeune fille a été le modèle préféré du peintre X. Mme Marie Lévizac, avocat à la
cour, est un excellent orateur. Mme Jacqueline Duval est le professeur de
français de mon fils. Cette femme est un très bon peintre. Cette femme a été un
témoin sérieux. Cette mère de famille est un véritable tyran, etc.
N.B.1 On peut ajouter, s’il y a lieu, le nom „femme” aux termes masculins
mentionnes ci-dessus :
Ex.: Cette femme auteur a été élue, membre de l’Académie française.
Colette a été une femme écrivain.

V. Noms de personnes de genre féminin qui peuvent s’appliquer à des hommes


Ex.: une bête (C’est une méchante bête qui cherche toujours à nuire aux
autres), une brute (C’est une brute épaisse incapable de rien comprendre), une
crapule (Il est une crapule; il faut se méfier de lui), la dupe (Cet homme naïf a été
la dupe d’un imposteur), une femmelette („Ce n’est pas un homme, ni un petit
homme, ce n’est pas même une femme, c’est une petite femmelette” (Mme de
Sévigné; P.R.), une fripouille ((„Dans la politique comme dans la presse française,
il y a tout un tas de fripouilles” (M. Aymé; P.R.)), une mauviette (Quelle mauviette!),
une sainte nitouche (Il a pris des airs de sainte nitouche, une vedette (Cet acteur est
une grande vedette), une victime ((Il a été (la) victime d’une hallucination)).
N.B. Il y a un certain nombre de noms féminins qui sont employés pour
désigner aussi des hommes par métaphore ou métonymie.
Ex.: une brebis galeuse (= personne dangereuse, indésirable dans un
groupe. Ex.: Il faut fuir les brebis galeuses), une chiffe molle (= un homme d’un
caractère faible, dépourvu d’énergie), une célébrité (Une célébrité présidait à
la distribution des prix), une étoile (Sir Lawrence Olivier a été une étoile du
théâtre anglais), une fine bouche, une forte tête (fam. = quelqu’un qui ne se plie
pas à la discipline commune), une grosse légume (= une personne importante;
ordinairement le nom légume est du genre masculin), une mauvaise langue,
une notabilité, une personnalité, etc.

Inversions de genre à valeur affective


Masculin pour le féminin
Ex.: Le mari peut dire à sa femme: „Mon chéri, mon petit lapin” (G.M.). „Il
dit à Odette : «Mon pauvre chéri, pardonne-moi»” (M. Proust, À la recherche…;
Grev.).
Féminin pour le masculin

211
On peut dire à un ami: „Comment vas-tu ma vieille ?” ou „Tiens, c’est toi,
ma vieille !”. Emmeline dit à Bertrand: „Mais ma petite mignonne, tu as une bonne
figure” (Tr. Bernard, Poulailler, I, 6; Grev.).
Un nom dont le genre subit des variations: gens
Ce nom qui désigne un nombre indéterminé de personnes est le pluriel du
nom gent, nom féminin signifiant étymologiquement „peuple, nation”, lat. gens,
gentis.
En parlant de gent, Vaugelas précise dans les Remarques sur la langue
françoise, Paris, Piget, 1647 (1738), t. I, p. 477: „Gent au singulier est toujours
féminin; mais il ne se dit jamais en prose, c’est un mot affecté à la poésie, La gent
qui porte le turban, dit M. de Malherbe”.
La Fontaine emploie à maintes reprises la nom gent dans son ouvre :
Ex.: „Le lion, pour bien gouverner, / Voulant apprendre la morale, / Se fit un
beau jour amener/ Le singe, maître ès arts chez la gent animale” (La F., XI, 5),
„Vive la gent qui fend les airs” (La F., II, 3). „La gent trotte-menu (= rats, souris)
s’en vient chercher sa perte” (La F., III, 18). „La gent marécageuse (= les grenouilles),
Gent fort sotte et fort peureuse/ S’en alla cacher sous les eaux” (La F., III, 4).
Gent est encore employé, surtout par badinage par certains écrivains:
Ex.: „La gent canine…” (Colette, Fanal bleu; Grev.). „Les hameaux d’alentour
s’étaient vidés de leurs mendiants, de leurs estropiés, de leurs fous. Cette gent était
échelonnée sur le parcours avec des musiques, des accordéons…” (Loti, Pêch.
d’Islande; P.R.).
Le sens de peuple, nation s’est conservé dans l’expression „le droit des gens”
(= le droit des peuples, des nations; le droit international).
Le nom gens (lat. gentes, forme du féminin pluriel) a pris en français moderne
le sens d’hommes en général. Ce changement de sens a déterminé des flottements
dans l’emploi du genre du nom gens.
M. Grevisse dans Le Bon Usage, Paris, Duculot, 1997, p. 766 a établi les
règles suivantes concernant l’emploi de gens:
„Gens, nom pluriel désignant un nombre indéterminé de personnes est ordi-
nairement masculin… Cependant, s’il est précédé immédiatement d’une épithète
ou d’un déterminant ayant une terminaison différente pour chaque genre, on met au
féminin cette épithète et ce déterminant ainsi que toute épithète attachée ou tout
déterminant placés avant gens, et faisant partie du même syntagme, – mais on
laisse au masculin tous les autres mots dont gens commande l’accord (épithètes déta-
chées, pronoms redondants; adjectifs, participes et pronoms placés après gens)”.
À partir de ces règles, on peut établir les faits suivants:
1. Lorsque l’adjectif suit gens, il se met toujours au masculin.
Ex.: Des gens mal élevés (Acad.). Des gens bons et honnêtes. „Les gens
superficiels croient toujours que si un terme disparaît à l’usage, ou si un autre a
tout à coup un succès de vogue, c’est que la mode est changeante pour la langue
comme pour le reste” (Sarcey; Dj.). Les gens heureux ne se corrigent guère (La
Rochefoucauld). Tous les gens gais ont le don merveilleux de mettre en train tous
les gens sérieux (Voltaire). „Qu’il y a des gens maladroits dans le monde !”
(Vigny, Laurette, V).
2. Si l’adjectif ayant la fonction d’attribut suit gens, il se met au masculin.
212
Ex.: Ces gens deviennent jaloux. Les gens vertueux sont heureux. Les gens
trop gais sont quelquefois ennuyeux. Les vieilles gens sont soupçonneux. „L’un dit:
Ces gens sont fous” (La F. III, 1).
3. Lorsque l’adjectif épithète précède immédiatement gens, il se met au féminin.
Ex.: Les meilleures gens du monde (Acad.). „Ce sont là de bonnes gens. Il n’est
pas de belle cause ni de bonnes gens, qui, vus sous un certain angle, avec un
certain grossissement n’offrent des côtés ridicules” (R. Rolland, Jean-Christophe;
P.R.). „Nous voyons bien que vous êtes de mauvaises gens, des brigands, des riens
du tout et des menteurs” (Sand, Mare au diable) „Le destin nous ahurit par une
prolixité de souffrances insupportables. Après cela, on s’etonne que les vieilles
gens rabâchent” (Hugo, L’homme qui rit). „Les vieilles gens se plaisent aux cachot-
teries n’ayant rien à montrer qui vaille” (Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe; R.P.).
4. Si deux adjectifs précèdent le nom gens et le second se termine par un e
muet au masculin comme au féminin, alors le premier adjectif se met au masculin.
Ex.: De faux braves gens. „Les faux honnêtes gens sont ceux qui déguisent
leurs défauts aux autres et à eux-mêmes. Les vrais honnêtes gens sont ceux qui les
connaissent parfaitement et les confessent” (La Rochefoucauld). Ces charmants et
pauvres gens sont nos amis.
5. Tous employé en qualité de déterminant avec le nom gens
a) Si le déterminant indéfini tous précède un déterminant qui à son tour
précède gens, tous garde la forme masculine.
Ex.: „Tous ces gens étaient-ils chrétiens ? (Pascal, Prov.). Tous les gens
sensés (Acad.).
b) Si le déterminant indéfini tous précède un déterminant suivi d’un adjectif
qui à son tour précède gens, tous garde sa forme masculine quand l’adjectif est
terminé par un e muet au masculin comme au féminin singulier.
Ex.: Tous ces honnêtes gens. Tous ces braves gens.
c) On emploie la forme pour le féminin toutes quand ce déterminant indéfini
précède gens et qu’il en est séparé par un adjectif qualificatif ayant une forme pour
le masculin qui diffère de la forme féminine de ce même adjectif.
Ex.: Toutes les sottes gens sont orgueilleux. „L’assemblée unique de toutes
les petites gens qu’il avait célébrés” (Bordeaux, Paris aller et retour, Grev.).
„Qu’est-ce qu’ils diraient toutes ces bonnes gens, de ne pas me voir revenir ?”
(Proust, À l’ombre des Jeunes Filles…; L.B.).
N.B. Il faut remarquer que le pronom personnel se met au masculin dans
de telles phrases.

6. Tous en qualité de déterminant indéfini garde sa forme masculine lorsqu’il


précède immédiatement gens et que ce nom est accompagné d’une précision.
Ex.: Tous gens bien connus (Acad.). Tous gens d’esprit et de mérite (Acad.).
Ils étaient assemblés, tous gens sérieux et respectables.
Remarque. On emploie la forme toutes au lieu de tous si ce déterminant
indéfini précède immédiatement gens sans que ce nom soit accompagné d’une
précision.
Ex.: Il faut s’accommoder de toutes gens (Acad.).
7. Le cas du déterminant quel suivi de gens.
a) Quand ce déterminant précède immédiatement gens, il se met au féminin.
213
Ex.: Quelles gens étaient-ce ? Quelles gens avez-vous rencontrées ? (H.)
b) Quand quel précède un adjectif qui a une forme unique aux deux genres, il
se met au masculin.
Ex.: Quels honnêtes gens, ces gens-là ! Quels pauvres gens que les avares !
Quels braves gens !
c) Quand quel précède un adjectif qui n’a pas la même forme pour les deux
genres, il se met au féminin.
Ex.: Quelles vilaines gens que les calomniateurs ! Quelles folles gens l’on
rencontre souvent dans le monde !
8. Le cas du déterminant indéfini certain
Lorsque le nom gens est immédiatement précédé du déterminant indéfini
certain, ce déterminant doit être mis au féminin.
Ex.: Certaines gens ne sont heureux que lorsqu’un gros travail s’offre à leur
activité (Grev.). Il y a certaines gens qui sont bien sots (Littré). Certaines gens
étudient toute leur vie.
Remarque. Lorsque certain précède immédiatement des expressions telles
que gens de lettres, gens d’affaires, gens de loi, etc., il doit être employé au genre
masculin.
Ex.: Certains gens de justice ont oublié quel est leur devoir. Certains gens
d’affaires. (Acad.).
9. Le pronom indéfini certains et le nom gens
Le pronom indéfini certains séparé du nom gens par la préposition de et le
déterminant démonstratif ces, garde sa forme masculine.
Ex.: Certains de ces gens ont manifesté leur manque de confiance.
10. Le cas du déterminant indéfini tel
Quand le nom gens est immédiatement précédé du déterminant indéfini tel,
ce déterminant doit être mis au féminin.
Ex.: „Telles gens n’ont pas fait la moitié de leur course /Qu’ils sont au bout
de leurs écus” (La Fontaine), „Plus telles gens sont pleins, moins ils sont
importants” (La F., XII, 13).
11. L’expression jeunes gens
Cette expression doit être toujours employée au masculin.
Ex.: De nombreux jeunes gens. De beaux jeunes gens. D’heureux jeunes
gens. Ces courageux jeunes gens.
12. Les adjectifs ou les participes qui précèdent gens doivent être mis au
masculin s’ils n’appartiennent pas à la même proposition ou à la même partie de
proposition ou s’ils sont employés par inversion.
Ex.: Instruits par l’expérience, les vieilles gens sont soupçonneux. (Acad.).
Arrivés à un âge avancé, ces bonnes gens n’ont rien pour vivre. (A.Th.). Devenus
vieux, ces bonnes gens ne pouvaient plus travailler.
13. Gens suivi de la préposition de et d’un nom pour former une expression
qui désigne un état quelconque, une profession veut tous ses correspondants au
masculin.
Tel est le cas des expressions suivantes: gens de coeur, gens de cour, gens
d’honneur, gens de bien, gens du monde, gens de main, gens de sac et de corde,
gens d’Église, gens de guerre, gens d’épée, gens de justice, gens de robe, gens de

214
loi, gens de mer, gens de lettres, gens de finance, gens d’affaires, gens de cinéma,
gens de maison, gens de qualité, gens de police.
Ex.: Certains gens de robe. De nombreux gens de lettres (Acad.). Certains
gens d’affaires (Acad.). Les vieux gens de robe. De nombreux gens de lettres
(Acad.). Les vieux gens de robe. De nombreux gens de lettres (Acad.). Les vieux
gens de robe étaient autrefois les ennemis des brillants gens d’épée. „Les gens de
lettres, ceux qui sont vraiment dignes de leur nom et de leur qualité…” (Ste-Beuve,
Caus. du lundi, 12 janv. 1852 : P.R.). „La voix absolument française a cette
lenteur douce, un peu onctueuse, des gens d’Église” (Loti, Fig. et choses. Trois
jours de guerre; P.R.).
Les marques du féminin des noms d’êtres humains
((animés [+ humain]), les animés humains))
La distinction en genre des animés [+humain] se marque suivant divers
procédés qui font partie d’un système général d’oppositions.
1° Opposition par le lexique
Des mots spéciaux, les uns pour le masculin, les autres pour le féminin
constituent le fondement d’une opposition par le lexique; le masculin et le féminin
ont des radicaux différents, ils sont clairement distingués par leur forme.
Ex.: compère, commère; confrère, consoeur (rare); frère, soeur; gars ou garçon,
fille; garçonnet, fillette; gendre, bru; homme, femme; jeune homme, jeune fille, mari,
femme; moine, religieuse; oncle, tante; papa, maman; parâtre, marâtre; parrain,
marraine; père, mère; seigneur, dame; valet de chambre, femme de chambre.
2° Opposition par le déterminant ou l’adjectif qualificatif
Toute une série de noms terminés au masculin par un e dans le code écrit ne
changent pas de forme lorsqu’ils sont employés au féminin.
Ces noms ne présentent pas de différence entre le masculin et le féminin dans
le code oral.
Il s’agit de noms comme les suivants : un acolyte/une acolyte; un acrobate/
une acrobate; un adepte/une adepte; un alpiniste/une alpiniste; un adulte/une adulte;
un aide/une aide; un altiste/une altiste; un anonyme/une anonyme; un antiquaire/
une antiquaire; un architecte/une architecte; un apatride/une apatride; un arsouille
(fam. vx. voyou)/une arsouille; un artiste/une artiste; un arbitre/une arbitre; un
astronaute/une astronaute; un auxiliaire/une auxiliaire; un aveugle/une aveugle; un
bègue/une bègue; un botaniste/une botaniste; un bouquiniste/une bouquiniste; un
bigame/une bigame; un centenaire/une centenaire; un cinéaste/une cinéaste; un
cinéphile/une cinéphile; un comparse/une comparse; un concierge/une concierge;
un convive/une convive; un créole/une créole; un copiste/une copiste; un collègue/
une collègue; un dentiste/une dentiste; un destinataire/une destinataire; un discophile/
une discophile; un documentariste/une documentariste; un dramaturge/une dramaturge;
un enfant/une enfant; un économe/une économe; un émule/une émule; un esclave/
une esclave; un équilibriste/une équilibriste; un garde/une garde; un gosse/une
gosse; un hérétique/une hérétique; un hypocrite/une hypocrite; un interprète/une
interprète; un malade/une malade; un môme/une môme (fam.); un myope/une myope;
un novice/une novice; un patriote/une patriote; un partenaire/une partenaire; un

215
philosophe/une philosophe; un photographe/une photographe; un pupille/une pupille;
un rebelle/une rebelle; un révolutionnaire/une révolutionnaire; un sage/une sage, etc.
On distingue aussi ces noms par un autre déterminant que l’article, et par
l’adjectif qualificatif.
Ex.: ce collègue/cette collègue; mon partenaire/ma partenaire; l’enfant est
joyeux/l’enfant est joyeuse; un convive délicat/une convive délicate; un élève
intelligent/une élève intelligente.
3° Opposition par le suffixe
Un certain nombre de noms forment leur féminin au moyen d’un suffixe.
Le suffixe – esse [єs]
On rencontre ce suffixe dans la forme féminine des noms suivants : borgne –
borgnesse (rare); bougre-bougresse (fam.); chanoine-chanoinesse; clown-clownesse
(ce féminin est rare; on dit plutôt femme clown); comte-comtesse; diable-diablesse;
drôle-drôlesse (= une femme effrontée, de mauvaise conduite); druide-druidesse;
faune-faunesse (ou une faune selon Littré), gonze (arg. individu en général) –
gonzesse ( arg. ou très fam. femme: une belle gonzesse); hôte ((= celui qui reçoit)
– hôtesse) désigne aussi celui qui est reçu (dans ce sens le féminin est une hôte; ce
nom est souvent remplacé par une invitée)); ivrogne-ivrognese (on peut rencontrer
aussi la forme une ivrogne), mulâtre-mulâtresse; notaire-notairesse (épouse d’un
notaire); ogre-ogresse; pair-pairesse; pauvre-pauvresse (= femme sans ressource);
prêtre-prêtresse; prince-princesse; sauvage-sauvagesse ((vx.); la forme une sauvage
est plus fréquemment employée; Suisse-Suissesse (on emploie aussi la forme une
Suisse qui est moins répandue); traître-traîtresse (ce féminin ne peut s’employer
qu’au sens moral: „Ah ! la traîtresse ! Elle a abusé de ma confiance !”); type (fam.) –
typesse (pop.).
N.B. La langue familière emploie le féminin doctoresse ((= femme munie
du diplôme de docteur en médecine); on dit plutôt docteur)).
N.B. La forme ministresse appartient au niveau familier de la langue.

Remarque I. Il y a quelques formes de féminin en -esse qui ne sont employées


que très rarement.
Ex.: centauresse (femelle de centaure; centaure femelle); chefesse (forme
employée dans la langue populaire), consulesse (la femme d’un consul); larron-
nesse (forme féminine de larron; la forme larronne de même que la forme larron-
nesse sont très peu usitées); mairesse (la femme du maire ou une femme exerçant
les fonctions de maire); peintresse (cette forme a été employée par Apollinaire
dans les Chroniques d’art, par Thérive, G. Sadoul, suivant M. Grevisse; patronnesse
(on dit couramment patronne; on dit une dame patronnesse lorsqu’on parle d’une
dame qui patronne une œuvre de charité).
Remarque II. Le suffixe -esse peut être appliqué à une forme modifiée du
masculin.
Ex.: abbé – abbesse; devin – devineresse ((= celui (ou celle) qui prétend prédire
l’avenir)), diacre – diaconesse, dieu – déesse, doge – dogaresse, duc – duchesse,
nègre – négresse, poète – poétesse, prophète – prophétesse.

216
Remarque III. Il faut souligner que les noms nègre [nєg ] – négresse
[neg єs]; poète [p єt] – poétesse [p etєs]; prophète [p fєt] – prophétesse
[p fetєs] changent l’e ouvert [є] de la base en e fermé [e] dans le code oral.
L’alternance masculin/féminin marquée au moyen des suffixes – eur/euse, -
eur/-eresse et -teur/-trice.
Le suffixe -eur/-euse →[-œ ]/[ z]
Les noms en -eur (danseur, flatteur) qui proviennent d’un verbe font leur
féminin en -euse (danseuse, flatteuse).
Le suffixe –euse s’applique aux noms auxquels on peut faire correspondre un
participe présent si l’on remplace –eur par –ant (ces noms ont le même radical que
le participe présent du verbe dont ils sont tirés par dérivation suffixale).
Ex.: acheteur, achetant, acheteuse; boudeur, boudant, boudeuse; coureur,
courant, coureuse; chanteur, chantant, chanteuse (cantatrice désigne une actrice
célébre d’opéra; avec le nom opéra pour complément, on doit employer chanteuse:
une chanteuse d’opéra), danseur, dansant, danseuse; enquêteur, enquêtant, enquê-
teuse; flatteur, flattant, flatteuse; fouilleur, fouillant, fouilleuse; masseur, massant,
masseuse; menteur, mentant, manteuse; polisseur, polissant, polisseuse; porteur,
portant, porteuse; rêveur, rêvant, rêveuse; songeur, songeant, songeuse; trompeur,
trompant, trompeuse; vendeur, vendant, vendeuse; voleur, volant, voleuse, etc.
Le suffixe – teur [tœ ]/-trice[t is]
Le nom dont le masculin est en -teur fait le féminin en -trice, lorsqu’on ne
peut pas former un participe présent de son radical ou si ce nom n’a pas de
participe présent correspondant parce qu’il ne dérive pas d’un verbe français.
Le féminin en -trice des noms a été emprunté au féminin latin en -trix ou,
plus rarement il a été emprunté au suffixe -trice de l’italien.
Exemples de noms qui ont le féminin en -trice:
accusateur/accusatrice; acteur/actrice; administrateur/administratrice; admirateur/
admiratrice; adorateur/adoratrice; adulateur/adulatrice; animateur/animatrice; auditeur/
auditrice; aviateur/aviatrice; bienfaiteur/bienfaitrice; calomniateur/calomniatrice;
collaborateur/collaboratrice; compositeur/compositrice; conducteur/conductrice; con-
servateur/conservatrice; consolateur/consolatrice; coopérateur/coopératrice; correcteur/
correctrice; corrupteur/corruptrice; créateur/créatrice; délateur/délatrice; dénonciateur/
dénonciatrice; destructeur/destructrice; détenteur/détentrice; directeur/directrice;
dispensateur/dispensatrice; dissipateur/dissipatrice; distributeur/distributrice; domi-
nateur/ dominatrice; donateur/donatrice; éducateur/éducatrice; électeur/électrice;
explorateur/exploratrice; fondateur/fondatrice; générateur/génératrice; imitateur/
imitatrice; indicateur/indicatrice; innovateur/innovatrice; inspecteur/inspectrice;
instituteur/institutrice; interlocuteur/interlocutrice; interrogateur/interrogatrice;
introducteur/introductrice; inventeur/inventrice; lecteur/lectrice; législateur/législatrice;
libérateur/libératrice; médiateur/médiatrice; modérateur/modératrice; moniteur/
monitrice; négociateur/négociatrice; observateur/observatrice; opérateur/opératrice;
persécuteur/persécutrice; préparateur/préparatrice; présentateur/présentatrice; pro-
ducteur/ productrice; protecteur/protectrice; réconciliateur/réconciliatrice; rédac-
teur/rédactrice; rédempteur/rédemptrice; restaurateur/restauratrice; séducteur/

217
séductrice; spectateur/spectatrice; spoliateur/spoliatrice; tentateur/tentatrice; traducteur/
traductrice; usurpateur/usurpatrice; violateur/violatrice; zélateur/zélatrice, etc.
Remarque. Les noms éditeur, exécuteur, détracteur, inspecteur, inventeur,
persécuteur font le féminin en -trice, bien qu’il y ait les participes présents éditant,
exécutant, détractant, inspectant, inventant, persécutant qui justifieraient un
féminin en -euse. Ce phénomène linguistique s’explique par le fait que les noms
mentionnés ci-dessus ne proviennent pas des verbes détracter, éditer, exécuter,
inspecter, inventer; au contraire, ces verbes proviennent des noms mentionnés,
lesquels sont emprunté au latin: détracteur (XIVe s., du lat. détractor), éditeur
(1732, Trévoux, du lat. editor), exécuteur (XIIe s., du lat. executor), inspecteur
(XVes., du lat. inspector), inventeur (1327, du lat. inventor), persécuteur (1190, du
lat. persecutor).
Le suffixe –eur [œ ]/-eresse[ єs]
L’alternance -eur/-eresse concerne quelques mots devenus archaïques faisant
partie du lexique de certaines langues de specialité.
On trouve cette alternance en français contemporain:
1° Dans la langue du droit, qui est quelque peu archaïque:
Ex.: bailleur [bajœ ]/bailleresse [baj єs] = personne qui donne une chose à
bail ((= contrat par lequel l’une des parties (= le bailleur) s’oblige à faire jouir
l’autre (= le preneur, le locataire, le fermier) d’une chose pendant un certain temps
moyennant un certain prix)).
demandeur [d mãdœ ]/demanderesse [d mãd єs] = personne qui a
l’initiative du procès.
défendeur [defãdœ ]/défenderesse [defãd єs] = personne contre laquelle
est intentée une action en justice.
Vendeur [vãdœ ]/venderesse [vãd єs].
N.B. Le féminin de vendeur est vendeuse. Une venderesse est une femme
qui effectue une vente, et plus spécialement qui vend un immeuble (Ce nom
n’est employé que dans certains actes et jugements; le Lexis). Le nom vendeur
est aussi employé dans la langue juridique.

2° Dans quelques autres noms archaïques conservés dans la langue technique:


Ex.: tailleur [tajœ ]/tailleresse [taj єs].
N.B. La tailleresse était une ouvrière chargée de tailler les flans des
monnaies, de leur donner le poids fixé (H.D.T.).

3° Dans quelques expressions poétiques.


Ex.: chasseur [ asœ ]/chasseresse [ as єs]. Une jeune chasseresse.
N.B. Le féminin usuel de chasseur est chasseuse. (Sa femme est une
excellente chasseuse) [ as z].

Charmeur [ a mœ ] /charmeresse [ a m єs]. = 1. Celui, celle qui


exerce une influence magique. Celui, celle qui exerce sur certains animaux une
influence qui les domine. 2. Celui, celle qui charme qui captive le coeur de
quelqu’un.
218
Ex.: „La charmeresse Esmeralda” (V. Hugo, N.D. de Paris, VIII, 6).
N.B. La forme féminine usuelle de charmeur est charmeuse [ a m z]

vengeur [vã œ ]/vengeresse[vã єs]


pécheur [pe ]/pécheresse [pe ] = personne qui est dans l’état de
péché.
Remarque. Devineresse [d vin s], la forme féminine de devin [d v ] a
été d’abord le féminin de devineur qui s’est employé autrefois comme synonyme
de devin.
Diachronie. Au début de l’étape de l’ancien français, le féminin des noms de
personnes en -eur (-eor) était une forme terminée par le suffixe –riz.: imperator →
a.fr. emperere; imperatorem → a.fr. empereur; imperatrix → a.fr. empereriz
(impératrice, est un mot savant, c’est-à-dire emprunté directement au latin). Le
suffixe – riz fut remplacé de bonne heure par le suffixe –eresse; d’où chanteur →
chanteresse; menteur → menteresse, etc. Au XVe siècle, l’r final de chanteur,
menteur s’étant amuï, ces mots en -eur furent confondus avec les mots en -eux et
prirent leur féminin: chanteur → chanteuse; menteur → menteuse. Le féminin en
-euse resta même quand la prononciation de r final fut rétablie au début du XVIIIe
siècle. Cependant l’ancien suffixe féminin –eresse a été conservé dans les lexèmes
mentionnés.
Suffixes permettant la formation du féminin mais qui ont un emploi restreint.
Ex.: -ette: snob/snobinette (cette forme est rare; on emploie aussi snob pour
marquer le féminin).
– ine: héros/héroïne; feuillant/feuillantine; speaker-speakerine ([spik ]/
[spik in]; tsar/tsarine.
– taine: chef/cheftaine (lexème faisant partie du vocabulaire du scoutisme).
– ide: sylphe (génie de l’air dans les mythologies celtique et germanique)/
sylphide (sylphe femelle; femme gracieuse).
Suppression ou substitution de suffixe ou de finales; modification de la base
Ex.: compagnon/compagne
neveu/nièce
péquenot (pop.= paysan, rustre, homme peu dégourdi)/péquenaude
roi/reine

219
4° Opposition par le graphème -e au féminin
A. L’opposition masculin/féminin peut ne se manifester que dans le code écrit
après l’adjonction du graphème -e (e muet ou caduc au point de vue phonétique) à
la forme du masculin de certains noms:
a) les noms ont au masculin un graphème qui représente une voyelle orale en
position finale :
Ex.: ami [ami]/amie [ami], fiancé [ƒijãse], fiancée [ƒijãse], aîné [ene], aînée
[ene], allié [alje]/alliée [alje].
b) les noms ont au masculin un graphème qui représente une consonne articulée
en position finale.
Ex.: aïeul [ajœl] /aïeule [ajœl], filleul [fijœl] /filleule[fijœl], martyr [ma ti ] /
martyre [ma ti ], rival [ ival] /rivale [ ival].
B. En ajoutant le graphème e à la forme du masculin de certains noms terminés
par une consonne, on détermine des modifications qui ont lieu également dans le
code oral: aux changements orthographiques s’ajoutent des changements phonétiques.
Dans le code écrit, l’adjonction du graphème –e (e muet ou caduc au point de
vue phonétique) à la forme du masculin des noms terminés par des graphèmes qui
représentent des consonnes muettes (latentes) peut déterminer dans le code oral
l’apparition des consonnes audibles, réelles, à la forme féminine des noms.
On y peut distinguer plusieurs cas: dans le code écrit, les graphèmes en position
finale du nom au massculin sont –ard.
Ex.: un bavard, un babillard, un mouchard, un vantard.
Au point de vue phonétique, les phonèmes en position finale de ce type de
noms sont a antérieur [a], la liquide vélaire [ ] qui est audible et l’occlusive
dentale sonore [d] qui est muette, latente.
Ex.: bavard [bava ], babillard [babija ], mouchard [mu a ], vantard
[vãta ].
Pour former le féminin des noms de cette catégorie, on ajoute le graphème e
(e muet ou e caduc au point de vue phonétique) à la forme du nom au masculin: un
bavard/une bavarde; un babillard/une babillarde; un mouchard/une moucharde; un
vantard/une vantarde.
Dans le code oral, on remarque que l’occlusive dentale sonore [d] qui était
muette, latente au masculin devient audible au féminin.
Ex.: une bavarde [bava d], une babillarde [babija d], une moucharde
[mu a d], une vantarde [vãta d].
Remarque. L’e caduc final s’est amuï.
Dans le code écrit, les graphèmes en position finale du nom au masculin sont -and.
Ex.: un gourmand [gu mã], un marchand [ma ã], un Allemand [almã], un
Flamand [flamã].
Au point de vue phonétique, les phonèmes en position finale de ce type de
noms sont [ã] = a nasal qui est prononcé, et l’occlusive dentale sonore [d] qui n’est
pas audible et qui est latente.
Ex.: gourmand [gu mã], marchand [ma ã], Allemand [almã], Flamand
[flamã].
Pour former le féminin des noms de cette catégorie, on ajoute le graphème e
(e muet ou e caduc au point de vue phonétique) à la forme du nom au masculin.
220
Ex.: un gourmand/une gourmande; un marchand/une marchande; un Allemand/
une Allemande; un Flamand/une Flamande.
Dans le code oral, on constate que l’occlusive dentale sonore [d] qui était
muette, latente au masculin devient audible au féminin.
Ex.: une gourmande [gu mãd], une marchande [ma ãd], une Allemande
[almãd], une Flamande [flamãd].
N.B. L’e final s’est amuï.

Dans le code écrit les graphèmes en position finale du nom au masculin sont -ant.
Ex.: un assistant, un communiant, un élégant, un extravagant, un fainéant, un
méchant, un mécréant.
Au point de vue phonétique, les phonèmes en position finale des noms de
cette catégorie sont [ã] = a nasal qui se prononce, et l’occlusive dentale sourde [t]
qui n’est pas audible, qui est latente.
Ex.: assistant [asistã], communiant [k mynjã], élégant [elegã], extravagant
[єkst avagã], fainéant [fєneã], méchant [me ã], mécréant [mek eã].
Pour former le féminin des noms de cette catégorie, on ajoute le graphème e
(e muet ou e caduc au point de vue phonétique) à la forme du nom au masculin.
Ex.: un assistant/une assistante; un communiant/une communiante; un élégant/
une élegante; un extravagant/une extravagante; un méchant/une méchante; un
mécréant/ une mécréante.
Dans le code oral, on remarque que l’occlusive dentale sourde [t] qui était
muette, latente au masculin devient audible.
Ex.: une assistante [asistãt], une communiante [k mynjãt], une élégante
[elegãt], une extravagante [єkst avagãt], une fainéante [f neãt], une méchante
[me ãt], une mécréante [mek eãt].
N.B. L’e caduc final s’est amuï.

Dans le code écrit, les graphèmes en position finale du nom au masculin sont -at.
Ex.: un avocat, un Auvergnat, un candidat, un ingrat.
Au point de vue phonétique, les phonèmes en position finale de ce type de
noms sont la voyelle orale a antérieur et l’occlusive dentale sourde [t] qui est
muette, latente.
Ex.: avocat [av ka], Auvergnat [ovє ¾a], candidat [kãdida], ingrat
[ g a].
Pour former le féminin des noms de cette catégorie, on ajoute le graphème e
(e muet ou caduc au point de vue phonétique) à la forme du nom au masculin.
Ex.: un avocat/une avocate; un Auvergnat/une Auvergnate; un candidat/une
candidate; un ingrat/une ingrate.
Dans le code oral, on remarque que l’occlusive dentale sourde [t] qui était
muette, latente au masculin devient audible au féminin.
Ex.: une avocate [av kat], une Auvergnate [ovє ¾at], une candidate
[kãdidat], une ingrate [ g at].
N.B. L’e muet ou caduc final s’est amuï.

Dans le code écrit, les graphèmes en position finale du nom au masculin sont -ois.
Ex.: un bourgeois; un villageois; un Amiénois; un Danois; un sournois.
221
Au point de vue phonétique, les phonèmes en position finale de ces noms
sont la semi-voyelle [w] et la voyelle orale a antérieur qui se prononcent. Ces pho-
nèmes sont suivis de la fricative dentale sourde [s] qui est muette, latente.
Ex.: bourgeois [bu wa], villageois [vila wa], sournois [su nwa],
Amiénois [amijenwa], Danois [danwa].
Pour former le féminin des noms de cette catégorie, on ajoute le graphe me e
(e muet ou e caduc au point de vue phonétique) à la forme du nom au masculin.
Ex.: un bourgeois/une bourgeoise; un sournois/une sournoise; un villageois/
une villageoise, un Amie nois/une Amiénoise, un Danois/une Danoise.
Dans le code oral, on constate que la fricative dentale sourde [s]qui était
muette, latente a abouti a la fricative dentale sonore [z] qui se prononce.
Ex.: une bourgeoise [bu waz], une sournoise [su nwaz], une villageoise
[vila waz], une Amiénoise [amijenwaz], une Danoise [danwaz].
N.B. L’e muet ou caduc final s’est amuï.
Cas particuliers
Dans le code écrit, les graphe mes en position finale du nom au masculin sont -
is.
Ex.: un marquis
Au point de vue phonétique, les phonèmes en position finale de ce type de
nom sont la voyelle antérieure étirée [i] et la fricative dentale sourde [s] qui est
latente, muette.
Ex.: marquis [ma ki]
Pour former le féminin de ce nom, on ajoute le graphème e (e muet ou e
caduc au point de vue phonétique) à la forme du nom au masculin.
Ex.: un marquis/une marquise
Dans le code oral, on remarque que la fricative dentale sourde[s] qui était
latente aboutit à la fricative dentale sonore [z].
Ex.: une marquise [ma kiz]
N.B. L’e caduc final s’est amuï.
Dans le code écrit, les graphèmes en position finale du nom sont -us.
Ex.: un intrus [ t y]
Au point de vue phonétique les phonèmes en position finale de ce type de
nom sont la voyelle antérieure arrondie fermée[y] qui est audible et la fricative
dentale sourde[s], qui est une consonne latente, muette.
Ex.: intrus [ ıt y]
Pour former le féminin de ce nom, on ajoute le graphème e (e muet ou caduc)
à la forme du nom au masculin.
Ex.: un intrus/une intruse
Dans le code oral, on remarque que la fricative dentale sourde[s] qui était
latente aboutit a la fricative dentale sonore[z], au féminin.
Ex.: une intruse [ t yz]
N.B. L’e caduc final s’est amuï.

222
Formation du féminin et changement du timbre des voyelles
La formation du féminin par l’adjonction du graphème e (e muet ou e caduc
au point du vue phonétique) à la forme du nom au masculin peut déterminer dans le
code oral le changement du timbre de la voyelle qui précède la consonne finale.
1. Dans le code écrit, les graphèmes en position finale du nom au masculin
sont -er.
Ex.: un berger, un écolier, un fermier, un jardinier; un ouvrier, un pâtissier,
un boucher.
Au point de vue phonétique, les phonèmes en position finale de ces noms
sont l’e fermé[e] et la consonne liquide[ ], qui ne se prononce pas, qui est latente.
Ex.: berger [be e], boucher [bu e], écolier [ek lje], fermier [f mje],
jardinier [ a dinje], pâtissier [pAtisje].
Pour former le féminin des noms de cette catégorie, on ajoute le graphème e
(e muet ou caduc au point de vue phonétique) à la forme du nom au masculin. Le
graphème e du groupe graphique er prend l’accent grave.
Ex.: un berger/une bergère; un boucher/une bouchère; un écolier/une écolière;
un fermier/une fermière; un jardinier/une jardinière; un pâtissier/une pâtissière.
2. Dans le code oral, on constate au féminin l’apparition de la consonne liquide
[ ] en position finale et le passage de l’e fermé[e] à l’e ouvert[ ] devant[ ].
Ex.: une bergère [be ], une bouchère [bu є ], une écolière
[ek ljє ], une fermière [fє mjє ], une jardinière [ a dinjє ], une ouvrière
[uv jє ], une pâtissière [pAtisjє ].
Dans le code écrit, les graphèmes en position finale du nom au masculin sont -ot
Ex.: un dévot, un cagot, un bigot, un idiot, un manchot, un nabot.
Au point de vue phonétique, les phonèmes en position finale de ces noms au
masculin sont l’o fermé [o] qui se prononce, et l’occlusive dentale sourde[t] qui
n’est pas audible, qui est latente.
Ex.: bigot [bigo]; cagot [kago]; dévot [devo]; idiot [idjo], manchot [mã o];
nabot [nabo].
Pour former le féminin des noms de cette catégorie, on ajoute le graphème e
(e muet ou caduc au point de vue phonétique) à la forme du nom au masculin.
Ex.: un bigot/une bigote; un cagot/une cagote; un idiot/une idiote; un man-
chot/une manchote, un nabot/une nabote.
Dans le code oral, on constate que l’occlusive dentale sourde [t] qui était
latente commence à se prononcer et que l’o fermé devient ouvert devant [t].
Ex.: une cagote [kag t], une bigote [big t], une idiote [idj t], une
manchote [mã t], une nabote [nab t].
N.B. L’e caduc final s’est amuï.

Remplacement au féminin du graphème final du masculin représentant une


consonne dans le code oral
Dans le code écrit, au masculin singulier le graphème en position finale du
nom est -f.
Ex.: un veuf; un juif; un serf.
Au point de vue phonétique, le phonème en position finale de ces noms est la
fricative labiodentale sourde [f].
Ex.: veuf [v f], juif [ if], serf [s f]
223
Pour former le féminin des noms de cette catégorie, on remplace le graphème f
par le graphème v et on ajoute le graphème e en position finale (e muet ou caduc au
point de vue phonétique).
Ex. un veuf/une veuve; un juif/une juive; un serf/une serve.
Dans le code oral, on remarque que la fricative labiodentale sonore [f] est
remplacée par la fricative labiodentale sourde [v].
Ex.: une veuve [v v], une juive [ iv], une serve [sє v].
N.B. L’e caduc final s’est amuï.

Dans le code écrit, au masculin singulier, le graphème en position finale du


nom est -c.
Ex.: Franc, Frédéric, Grec, Turc.
Au point de vue phonétique, le phonème en position finale de ces noms (le
nom Franc excepté) est l’occlusive vélaire sourde [k]: Frédéric [f ede ik], Grec
[g єk], Turc [ty k]. Le phonème en position finale du nom Franc est a
nasal[f ã].
Pour former le féminin de ces noms (le nom Grec excepté), on remplace le
graphème final – c par le groupe de graphèmes – que.
Ex.: Frédéric/Frédérique; Franc/Franque; Turc/Turque.
Remarque. Le graphème –c est conservé dans le nom Grec au féminin: Grecque.
Dans le code oral, on remarque que l’occlusive vélaire sourde[k] en position
finale dans les noms Frédéric, Grec, Turc au masculin conserve sa prononciation
au féminin: Frédérique [f ede ik], Grecque [g k], Turque [ty k].
Dans le nom Franc, l’occlusive vélaire sourde [k] qui était latente, muette au
masculin commence à être prononcée au féminin: Franc [f ã]/Franque [f ãk].
Remarque. Laïc (parfois laïque) a le féminin laïque [laik].
Le féminin des noms terminés en –x au masculin, dans le code écrit
A. Le graphème x est remplacé dans les noms époux et jaloux par le graphème
– s auquel on ajoute le graphème – e, la marque du féminin.
Ex.: un époux/une épouse; un jaloux/une jalouse.
Dans le code oral, on remarque au féminin, l’apparition de la fricative dentale
sonore [z] en position finale dans ces noms.
Ex.: un époux [epu] une épouse [epuz]; un jaloux [ alu]/une jalouse
[ aluz];
b) le graphème –x du nom roux au masculin est remplacé au féminin par un s
redoublé auquel on ajoute le graphème –e, la marque du féminin.
Ex.: un roux/une rousse.
Dans le code oral, on constate l’apparition au féminin de la fricative dentale
sourde[s].
Ex.: un roux [ u]/une rousse[ us]
c) Le nom vieux [vj ] a le féminin vieille [vj j].
N.B. Vieux remonte au lat. vetulus, diminutif familier de vetus, vieux, con-
tracté en veclus, attesté au Ve s. dans l’Appendix Probi (en a. fr. vieil, vieuz, vix).

Addition de graphèmes et de phonèmes à la forme du nom au masculin pour


former le féminin

224
1. Aux noms chouchou [ u u], favori [fav i], *hobereau [ b o],
rigolo [ ig lo], on ajoute le graphème –t pour former le féminin. Le graphème t
est suivi du graphème e, la marque du féminin.
Ex.: un chouchou/une chouchoute; un favori/une favorite; un hobereau/une
hobereaute; un rigolo/une rigolote.
Dans le code oral, au féminin, l’occlusive dentale sourde t fait son apparition
dans les noms mentionnés, en position finale.
Ex.: une chouchoute [ u ut], une favorite [fav it], une hoberaute
[ob t], une rigolote [ ig l t]. En outre, dans les noms hobereau et rigolo,
on remarque un changement de timbre de la voyelle qui précède la consonne finale
[t], au féminin: o fermé en position finale dans les noms hobereau et rigolo devient
ouvert dans ces noms au féminin.
2. Au nom masculin Andalou [ãdalu], on ajoute le grapheme -s pour former le
féminin. Le graphème –s est suivi du graphème e, la marque du féminin.
Ex.: un Andalou/une Andalouse
Dans le code oral, au féminin, la fricative dentale sonore [z] fait son apparition
en position finale.
Ex.: une Andalouse [ãdaluz].
3. Aux noms butor [byt ], Esquimau [ skimo], on ajoute le graphème -d,
pour former le féminin.
Le graphème -d est suivi du graphème -e, la marque du féminin.
Ex.; un butor/une butorde; un Esquimau/une Esquimaude.
Dans le code oral, au féminin, l’occlusive dentale sonore [d] fait son apparition
en position finale, dans les noms mentionnés.
Ex.: une butorde [byt d], une Esquimaude [ skim d].
Redoublement du graphème final de certains noms lors de la formation du
féminin
Le redoublement du graphème final du nom peut être suivi ou ne pas être
suivi de changements phonétiques.
I. Le redoublement du graphème en position finale du nom, pour former le
féminin, n’est pas suivi de changements phonétiques.
Dans le code écrit, certains noms redoublent au féminin le graphème -l qui se
trouve en position finale, au masculin. Ce graphème double est accompagné du
graphème -e, la marque du féminin.
Ex.: un colonel [n l n l]/une colonelle [n l n l]; Gabriel [gab j l]/
Gabrielle [gab j l]; Michel [mi l]/Michelle [mi l]; Daniel
[dan l]/Danielle [dan l]; Emmanuel [emany l]/Emmanuelle [emany l]; Noël
[n l]/Noëlle [n l].
Dans le code oral, on remarque que la consonne dentale (liquide) latérale [l]
conserve sa prononciation au féminin. En outre, la voyelle qui précède la consonne
liquide [l] ne modifie pas son timbre.
N.B. Les formes féminines traditionnelles sont concurrencées par des
féminins en -èle: Michèle (emploi fréquent), Danièle, Emmanuèle.

225
II. Le redoublement du graphème final du nom au masculin est suivi de chan-
gements phonétiques au féminin.
1. Dans le code écrit, certains noms terminés par les graphèmes -ot au
masculin redoublent le graphème -t au féminin. Ce graphème double est suivi du
graphème -e, la marque du féminin (e muet ou caduc au point de vue phonétique).
Ex.: un boscot [b sĸo]/une boscotte [b sĸ t] = pop. personne petite et
bossue; un boulot [bulo]/une boulotte [bul t] = fam. personne grosse et courte; sot
[so]/sotte [s t]. Dans le code oral, l’occlusive dentale sourde [t] qui était latente,
muette au masculin fait son apparition au féminin. La voyelle finale o qui était
fermée au masculin [o] devient o ouvert [ ] au féminin.
Ex.: une boscotte [b sĸ t]; une boulotte [bul t]; une sotte [s t].
2. Dans le code écrit, au féminin, certains noms terminés en -et au masculin
redoublent le graphème -t. Ce graphème double est suivi du graphème -e, la marque
du féminin.
Ex.: un cadet [ĸad ]/une cadette [ĸad t]; un minet [min ]/une minette
[min t]; un muet [mч ]/une muette [mч t].
N.B. Le nom préfet [p ef ] a le féminin préfète [pref t].

Dans le code oral, l’occlusive dentale sourde -t qui était latente, muette au
masculin fait son apparition au féminin. L’e ouvert [ ] en position finale conserve
son timbre.
Ex.: une cadette [ĸad t], une minette [min t], une muette [mч t].
Dans le code écrit, certains noms terminés par le graphème -s au masculin
redoublent ce graphème au féminin; le graphème s redoublé est suivi du graphème
e, la marque du féminin.
Ex.: un gros [g o]/une grosse [g os]; un profès [p f ]/une professe
[p f s].
N.B. L’accent grave sur l’e du nom profès au masculin est supprimé
au féminin.

Dans le code oral, la fricative dentale sourde s qui était latente, muette au
masculin fait son apparition au féminin. Les voyelles qui précèdent la consonne [s]
au masculin conservent leur timbre au féminin.
Ex.: une grosse [g os], une professe [p f s].
Redoublement du graphème n en position finale et dénasalisation des voyelles
nasales [ ], [ ], [ ] au féminin dans le code oral
Dans le code écrit, on ajoute au féminin après le graphème n redoublé le
graphème -e, la marque du féminin (e muet ou caduc au point de vue phonétique).
a) Certains noms terminés par les graphèmes -en au masculin redoublent le
graphème n final, au féminin.
Ex.: citoyen [sitwaj ]/citoyenne [sitwaj n]; chrétien [nret ]/chrétienne
[kret n]; doyen [dwaj ]/doyenne [dwaj n]; gardien [ga dj ]/gardienne
[ga dj n]; comédien [k medj ]/comédienne [k medj n].

226
Dans le code oral, on remarque dans ces noms au féminin la dénasalisation de
la voyelle nasale [ ] et l’apparition de la consonne nasale [n]. L’e caduc final de
la forme féminine des noms s’est amuï.
Ex.: une citoyenne [sitwaj n], une chrétienne [kret n], une comédienne
[k medj n], une gardienne [ga dj n].
b) Certains noms terminés par les graphèmes –on au masculin redoublent le
graphème n au féminin.
Dans le code oral, on remarque à ces noms au féminin, la dénasalisation de la
voyelle nasale [ã] et l’apparition de la consonne nasale [n]. L’e caduc ou muet final
de la forme féminine de ces noms s’est amuï.
Ex.: paysan [peizã]/paysanne [peizan], Jean/Jeanne; Valaisan/Valaisane;
Veveysan/Veveysanne.
Remarque. Les noms sultan [syltã]/sultane [syltan], courtisan [ku tizã]/
courtisane [kurti zan], Persan [p sã]/Persane [p san] ne redoublent pas le
graphème n au féminin. Dans le code oral, dans tous ces noms s’opère la dénasali-
sation de la voyelle [ã] et son passage à la voyelle orale. En outre, au féminin
apparaît la consonne nasale n.
c) Les noms terminés par les graphèmes -on, au masculin redoublent le
graphème n au féminin. Le graphème n redoublé est suivi par le graphème e (e féminin
graphique; e muet ou caduc au point de vue phonétique).
Dans le code oral, on remarque, dans tous ces noms au féminin, la dénasa-
lisation de la voyelle nasale [õ] et l’apparition de la consonne nasale [n]. L’e caduc
final de la forme féminine de ces noms s’est amuï.
Ex.: baron [ba õ]/baronne [ba n]; champion [ ãpjõ]/championne
[ ãpj n]; patron [pat õ]/patronne [pat n]; Gascon/Gasconne;
Breton/Bretonne.
Remarque. 1. L’usage hésite en ce qui concerne les noms Lapon, Letton, Nippon
qui ont le féminin Laponne ou Lapone, Lettonne ou Lettone, Nippone ou Nipponne.
2. La forme du féminin du nom démon est démone (cette forme est employée
dans la langue littéraire).
Remarques sur les noms terminés en -in et en –ain
Les noms terminés en -in et -ain au masculin, dans le code écrit, ne
redoublent pas le graphème n, au féminin. Le graphème e (e féminin graphique) est
ajouté au n terminal, au féminin.
A. Les noms terminés en –in [ ]
Ex.: fam. bambin [bãb ]/bambine [bãbin]; cousin [kuz ]/cousine [kuzin];
Martin [mart ]/Martine [martin]; orphelin [ f l ]/orpheline [ f lin];
voisin [vwaz ]/voisine [vwazin].
Dans le code oral, on remarque dans ces noms la dénasalisation de la voyelle
nasale [ ] et son passage, dans les exemples cités, à la voyelle antérieure étirée [i]
suivie de la consonne nasale [n].
NB. Les graphèmes –in sont remplacés au féminin par les graphèmes
-igne dans les noms bénin, malin.
Ex.: bénin [ben ]/bénigne [beni¾]; malin [mal ]/maligne [mali¾].

227
Dans le code oral, on remarque le remplacement de la voyelle nasale [ ] au
féminin par le groupe formé par la voyelle antérieure étirée [i] et la consonne
occlusive nasale palatale [¾].

B. Les noms terminés en ain [ ]


Ex.: châtelain [ Atl ]/châtelaine [[ Atl n]; Africain [af in ]/Africaine
[af in n], souverain [suv( ) ]/souveraine [suv( ) n].
Dans le code oral, au féminin, on remarque la dénasalisation de la voyelle
[ ] et son passage à la voyelle orale antérieure ouverte [ ]. Cette voyelle est
suivie par la consonne nasale [n].
Le nombre des noms
Définitions
1. „Il y a deux nombres: le singulier et le pluriel. Si l’on considère une seule
personne ou un seul objet séparément, le nom qui les désigne est au singulier; il est
au pluriel, quand il s’applique à la fois à plusieurs personnes ou à plusieurs objets”
(Grammaire de l’Académie française).
2. „Catégorie grammaticale fondée sur la considération du compte, suivant
que le mot est employé pour désigner un objet ou concept unique ... ou une pluralité”
(Jules Marouzeau, Lexique de la terminologie linguistique, Paris, Geuthner, s.d.).
3. „Dans le langage, êtres, choses, actions sont nécessairement considérés
soit comme étant seuls, soit comme étant plusieurs. D’où les deux nombres fonda-
mentaux: le singulier pour l’unité, le pluriel pour tous les autres nombres: une
maison, des maisons ... toi ... vous ... Il y a des choses qui se comptent, ce sont des
choses nombrables: des lits; cent lieues; s’il y en a plusieurs, ce sont plusieurs
unités. Il y a d’autre part des choses qui se divisent en parties, comme le plomb, le
vin, la soupe. D’une quantité donnée de soupe on fait des portions: assiettées,
cuillerées, etc., non des unités. Ce sont là les choses non nombrables” (F. Brunot,
La pensée et la langue, Paris, Masson, s.d.).
4. „Le nombre est catégorisé par l’expérience du groupe socio-culturel auquel
le locuteur appartient; il fait partie de la structuration sémantique du message. Les
codes que sont les langues usent très diversement des systèmes de formes pour
traduire cette forme du contenu. En français, un système binaire, où l’absence de
marque s’oppose à la présence d’une marque formelle, est exploité plus que tout
autre pour traduire l’opposition sémantique singularité/pluralité: l’absence de
marque est appelée singulier; la marque est appelée pluriel. Ces variations struc-
turales sont relativement simples, comparées à des systèmes linguistiques où des
corrélations à deux marques, sinon à trois ou quatre, sont utilisées (le duel, le triel,
le quatriel) ....” (J. Dubois, Grammaire structurale du français, Paris, Larousse, s.d.,
vol. I, p. 57).
5. „Le nombre est une catégorie du groupe nominal qui s’exprime:
a) par l’opposition entre le singulier (traduisant la singularité) et le pluriel
(traduisant la pluralité) dans les noms comptables... Cette opposition de traits
distinctifs [+ sing.] et [- sing.] se réalise au moyen d’affixes, de désinences ou de
variations morphologiques des racines nominales (en français journal/journaux; en
latin lupus/lupi, etc.); sur le plan morphologique le singulier apparaît comme le cas
non-marqué, le pluriel comme le cas marqué;

228
b) par l’opposition entre le singulier déterminé ou indéterminé désignant
l’unité isolée et le pluriel exprimant un dénombrement déterminé ou indéterminé,
au moyen de numéraux (un enfant, deux, trois enfants) ou de quantificateurs
(beaucoup, peu d’enfants) ...
c) par l’opposition entre le singulier, représentant l’unité individualisée (sin-
gularité), et le singulier collectif représentant la réunion d’objets dans un ensemble
(pluralité), ceci s’exprimant souvent par une affixation nominale (chêne/chênaie).
Le singulier peut donc exprimer la singularité, déterminée ou indéterminé dans
l’opposition au pluriel, mais il peut traduire aussi l’absence d’opposition, par
exemple dans les noms non-comptables (Le vin est bon cette année) ou la pluralité
indéterminée (collectif, générique: L’homme est mortel). De même, le pluriel, s’il
traduit la pluralité, peut exprimer la singularité, comme dans les ciseaux, les obsèques,
etc.” (J. Dubois et alii, Dictionnaire de linquistique, Paris, Larousse, 1993).
6. „La catégorie morphologique du nombre comporte en français deux
termes: le singulier et le pluriel. Elle affecte le nom et les éléments qui s’accordent
avec lui ... Il faut préciser que le nombre n’intervient pas de la même façon dans la
morphologie de tous les noms:
1) Seuls les noms comptables sont susceptibles de prendre en alternance,
selon les besoins momentanés de l’énonciation, la forme du singulier et celle du
pluriel: une maison, des maisons, mais de l’eau, de la bière, de la bonté. Les noms
non-comptables portent la marque du singulier – qui fonctionne ici comme cas non
marqué – de la même façon que le masculin est, mutatis mutandis, le cas non
marqué de la catégorie du genre.
2) Parmi les noms comptables, on observe deux types d’exceptions à la
variation en nombre:
a) certains noms s’emploient dans les conditions normales exclusivement au
singulier: le soleil, le nord, l’odorat, etc.
b) inversement, il existe une série limitée de noms qui ne s’utilisent qu’au
pluriel. On leur donne souvent le nom traditionnel latin de pluralia tantum
((pluriels seulement) ... M. Arrivé et alii, Grammaire d’aujourd’hui, Paris,
Klincksieck, 1986, p. 418)).
„La manifestation la plus courante de la catégorie du nombre est la
distinction entre le singulier et le pluriel qui existe dans beaucoup de langues du
monde. Il est clair que cette distinction repose sur la reconnaissance de personnes,
animaux et objets, qui peuvent être dénombrés et désignés, individuellement ou
collectivement, au moyen de noms. Le nombre est par conséquent une catégorie du
nom. À première vue cette distinction entre un et plus d’un paraît assez naturelle. Il
convient de bien se rendre compte cependant que ce qui compte comme «un objet»
ou ce qui compte comme «plus d’un objet», «un groupe d’objets» ou «une masse
de matériau indivisible», dans le monde non-animé tout au moins, est dans une
grande mesure déterminé par la structure lexicale des différentes langues. Ainsi le
mot anglais grape est un nom comptable en ce sens qu’on peut le mettre au pluriel
(Will you have some grapes ? He ate six grapes), tandis que l’allemand Traube et
le russe vinograd sont des noms non-comptables. Le mot français raisin au
singulier, peut être employé soit comme un nom non-comptable (Voulez-vous du
raisin ?) soit comme un nom collectif (Prenez donc un raisin); contrairement au
mot anglais fruit (Have some fruit), le français fruit et le russe frukt sont comptables:
prenez un fruit ...” (John Lyons, Linguistique générale, Paris, Larousse, 1970, p. 297).
229
Valeurs sémantiques et stylistiques du singulier et du pluriel
Les noms peuvent avoir au singulier la valeur du pluriel:
a) Les noms collectifs qui désignent une réunion d’entités, par ailleurs
isolables conçues comme une entité spécifique. On dit aussi que les noms collectifs
désignent par eux-mêmes un ensemble de choses et d’êtres de même espèce. Le
nom collectif exprime l’idée de groupe.
Ex.: La population de ce pays augmente. „La foule s’écoulait par les trois
portails, comme un fleuve par les trois arches d’un pont” (Flaubert, Mme Bovary).
L’ordre et l’honneur sont deux choses absolument nécessaires à l’armée. Nelson
battit la flotte française à Trafalgar.
b) Le singulier peut avoir une valeur générique, c’est-à-dire que le nom employé
au singulier convient à toute une categorie ou à toute une espèce de choses ou
d’êtres.
Suivant Marcel Cressot, „le singulier est susceptible de regrouper sous un
éclairage très vif les faits que le pluriel aurait dispersé, et par suite il aboutit à un
tableau” (Le style et ses techniques, p. 70). Selon Jules Marouzeau, le singulier
générique „a pour effet de substituer une synthèse à une analyse, de grouper en une
unité construite par l’esprit ce que la réalité présente d’apparences diverses, mais
comparables” (Précis de stylistique française, Paris, Masson, s.d., p. 172).
La synecdoque, figure de style, emploie le singulier pour le pluriel:
„Le Carthaginois eut pour auxiliaire l’Espagnol; il eut le farouche Transalpin;
et même l’Italien, sous sa toge, a parfois embrassé sa cause” (Cicéron, Rhétorique
à Herennius, IV). Le Français, né malin, forma le vaudeville” (Boileau, l’Art
poétique, II). L’ennemi vient à nous (c’est-à-dire les ennemis). „L’historien et le
romancier font entre eux un échange de vérités, de fictions et de couleurs, l’un
pour vivifier ce qui n’est plus, l’autre pour faire croire ce qui n’est pas” (Rivarol,
Littérature. Le génie et le talent). „La veuve, l’orphelin, tous ceux qu’on foule ou
qu’on opprime” (Massillon). „L’homme exploite, défriche, ensemence, construit,
déboise, fouille le sol, perce des monts, discipline les eaux ...” (P. Valéry, Regards
sur le monde actuel). Avoir le compas dans l’œil. Avoir l’œil ouvert. La faim
chasse le loup hors du bois. Le cheval est la plus noble conquête de l’homme.
„Entre le pauvre et vous, vous prendrez Dieu pour juge, / Vous souvenant, mon
fils, que, caché sous ce lin, / Comme eux vous fûtes pauvre et comme eux
orphelin” (Racine, Athalie, IV, 3).
Le pluriel peut avoir différentes valeurs sutout lorsqu’il est employé avec des
noms qui réfèrent à des choses qui ne peuvent être comptés. On distingue ainsi
plusieurs espèces de pluriels.
a) un pluriel augmentatif (un pluriel qui exprime une idée de grandeur).
Ex.: „L’Aigle, reine des airs ... ” (La F., IV, 3). S’élever dans les airs. Des-
cendre du haut des airs. Sous d’autres cieux. „Les cieux racontent la gloire de
Dieu, et l’étendue manifeste l’œuvre de ses mains” (Bible, Ps. XIX; P.R.).
„Quand (l’homme) descendant du dôme où s’égaraient ses yeux, / Atome, il
se mesure à l’infini des cieux !” (Lamartine, Harm., II, 4). Les grandes eaux de
Versailles. Une ville d’eaux. Prendre les eaux (= faire une cure d’eaux thermales).
„Quelques Russes et une famille de Lyonnais vinrent prendre les eaux à son
établissement” (A. France, Jocaste, XIV). „Mais où sont les neiges d’antan ?”
(Villon, Ballade des dames du temps jadis). „Ces monts blancs / Qui ont l’échine et
230
la tête et les flancs / Chargés de glace et de neiges éternelles” (Ronsard, À son
retour de Gascogne). „Celui qui règne dans les cieux et de qui relèvent tous les
empires” (Bossuet, Or. fun. Reine d’Angl.).
b) un pluriel additionnel:
Ex.: „Les tapisseries étaient un peu mangées par les soleils et les années”
(Paul Vialar, Le temps des imposteurs). „Elle étale ses beautés, fait montre de ses
charmes” (Malherbe, V, 23). „Chaque belle a diverses beautés et chaque beauté fait
naître des désirs” (Helvetius, Notes et maximes; P.R.). „De vos plus jeunes ans,
mes soins et mes tendresses / N’ont arraché de vous que de feintes caresses”
(Racine, Britannicus, III, 2). „Elle n’avait pour ces animaux familiers ni mots
mignards ni ces tendresses qui semblent couler des lèvres de femmes sur le poil
velouté du chat qui ronronne” (Maupassant, Clair de lune).
c) un pluriel différentiel:
Ex.: „Les mélancolies des soirs pluvieux d’arrière-saison descendaient
lentement” (P. Loti, Pêcheur d’Islande). „C’est la manière la plus efficace de sortir
à la recherche de soi-même; car on peut dire que nous ne valons que ce que valent
nos inquiétudes et nos mélancolies” (M. Maeterlinck, Trésor des humbles; P.R.).
„Un long récit de mes ingratitudes” (Racine, Brit. II, 2). „Tes pleurs lavent l’injure
et les ingratitudes (Vigny; R.G.). „Avec quels aveugles tâtonnements avec quelles
incertitudes laborieuses la volonté du peintre se fraye sa route à travers les
obstacles” (Gautier, Portraits contemp.). „Il faisait le pitre et disait des folies” (B.).
„Que vous connaissez mal les violents désirs / D’un amour qui vers vous porte tous
mes soupirs” (Racine, Alexandre, III, 6).
d) un pluriel emphatique:
On peut employer d’une manière emphatique (= déclamatoire, ampoulée) le
pluriel dans la langue littéraire, en employant l’article défini les devant un nom
propre de personne qui est au singulier.
Ex.: „Heureux les poètes ! leurs cheveux blancs n’effarouchent point les
ombres flottantes des Hélène, des Francesca, des Juliette, des Julie et des Dorothée”
(A. France; Dj.).
L’emploi du nombre en français contemporain
En ce qui concerne l’emploi du nombre, on distingue plusieurs catégories de
noms:
A. Les noms qui ne sont employés qu’au pluriel (La classe des noms pluriels).
Un certain nombre de noms ont la propriété de s’employer exclusivement au
pluriel, d’où l’appellation de pluralia tantum que leur ont donnée les grammairiens.
Ces noms évoquent par leur pluriel grammatical la pluralité interne de leurs
réferents. Ces noms peuvent désigner:
a) des cérémonies: accordailles (f), épousailles (vx. ou plaisant. = mariage,
noces), fiançailles (f), funérailles (f), obsèques (f);
b) des processus complexes: agissements (m), directives (f), errements (m);
c) des procédures: pourparlers (m), représailles (f);
d) des sommes d’argent: appointements (m), arrérages (m), arrhes (f),
dépens (m), émoluments (m), honoraires (m);
e) un ensemble de lieux: alentours (m), environs (m), confins (m), êtres ((vx.
Disposition des lieux dans un bâtiment); n.m.)), parages (m);
231
f) des noms de jeux comportant un ensemble de pièces: dames (f), échecs (m),
jonchets (m);
g) l’office divin: laudes (f), matines (f), vêpres (f);
h) toutes sortes d’objets formés d’éléments multiples, des choses présentant
un aspect typiquement composite: archives (f), armoiries (f), bésicles (f), hardes (f),
nippes (f), vivres (m), victuailles (f).
Autres exemples de noms sans singulier:
Affres (f), agrès (m), aguets (m), ambages (sans); annales (f), arcanes (m),
balayures (f), babines (f.; fam.), bestiaux (m), brisées (f) calendes (f), catacombes (f),
condoléances (f), cortès (f), ébats (m), écrouelles (f), entrefaites (sur ces),
épreintes (f), floralies (f), fonts baptismaux (m), fringues (f; fam.), frusques (f;
fam.), gémonies (f), grègues (f), ides (f), intempéries (f), links (m), lupercales (f),
mânes (m), moeurs (f), ossements (m), ouailles (f), pénates (m), pierreries (f),
pleurs (m), pourparlers (m), pouilles (f), préparatifs (m), proches (m), prémices (f),
prolégomènes (m), rillettes (f), représailles (f), semailles (f), sévices (m), thermes (m),
tricoises (f), vieilleries (f).
Certains noms pluriels sont employés dans des expressions figées:
Être, rester aux aguets. Se lécher, se pourlécher les babines. Aller, marcher
sur les brisées de quelqu’un. Renvoyer, remettre qqch. aux calendes. Persévérer,
retomber dans ses anciens errements. Vouer quelqu’un ou qqch. aux gémonies.
Tirer ses grègues (v.x.). Invoquer les mânes des ancêtres. Regagner ses pénates.
Emporter les pénates dans un endroit. Chanter pouilles à quelqu’un, etc.
Exemples de noms sans singulier employés dans des phrases:
Les rescapés du naufrage connurent les affres de la faim et de la soif. „Nous
restâmes tous debout, aux aguets, l’oreille tendue” (Alain-Fournier).
Une sentinelle surveille les alentours. La fleur de lis entre dans les armoiries
de la maison de France. Il a eu l’audace d’aller sur mes brisées. Des postes avancés
surveillaient les confins du désert. „Tout flatteur / Vit aux dépens de celui qui
l’écoute” (La F., I, 2). À la suite de cet incendie de la maison il ne reste que des
décombres. „Il y avait lieu aussi de le juger, d’influer sur lui, de lui donner ses
directives” (Henriot, Les romantiques). Il est retombé dans ses anciens errements”.
„Mon frère souffrit sans protester qu’on traînât son œuvre aux gémoines” (Colette;
Lexis). „Le galant aussitôt / Tire ses grègues” (La F., II, 15). Ce monument ancien
est exposé aux intempéries”. „Nous déménageâmes et allâmes fixer nos pénates
dans un hôtel interlope des environs de la Bastille” (Cendrars, le Lexis). Les
couronnes royales étaient ornées de pierreries. Les pourparlers au sommet en vue
d’un nouvel accord sur le désarmement s’engagent demain. En le heurtant dans son
orgueil vous vous exposez à ses représailles. Il marchait à tâtons dans les ténèbres.
Le fripier a des armoires pleines de frusques.
B. Noms sans pluriel
Certains noms désignant des choses non-comptables n’ont pas en principe, de
pluriel. Il s’agit des noms faisant partie des catégories suivantes:
1. Noms de sciences

232
Ex.: L’astronomie. La biologie. La botanique. La chimie. La cybérnetique. La
démographie. L’écologie. L’économie politique. L’endocrinologie. La géographie.
La géologie, etc.
N.B. On dit: les mathématiques.

Du domaine des sciences humaines font partie: L’anthropologie, l’ethnologie,


l’histoire, la linguistique, la psychologie, la sociologie, etc.
2. Noms d’arts
Ex.: La peinture. La sculpture. La gravure. L’architecture. La musique.
3. Noms de métaux et d’alliages
Ex.: L’or. L’argent. Le platine. Le plomb. Le cuivre. Le fer. L’étain. Le bronze.
L’aluminium. Le chrome. Le cobalt. L’iridium. Le titane. L’acier.
N.B. Plusieurs de ces noms peuvent avoir parfois un pluriel qui modifie
leur contenu sémantique.

Ex.: „L’amoncellement étincelant des coquillages faisait sous la lame, à de


certains endroits d’ineffables radiations à travers lesquelles on entrevoyait un fouillis
d’azurs et de nacres, et des ors de toutes les nuances de l’eau” (V. Hugo, Les tra-
vailleurs de la mer).
„Et alors la grande rade magnifique s’ouvrit devant notre route, calme,
luisante, d’un bleu un peu doré par les ors du soir” (Loti; Dj). La bonne fera les
cuivres de la cuisine (= ensemble d’instruments de cuisine en cuivre).
„Un yacht étranger, à ras de quai exhibait sans pudeur ses cuivres (= objets
d’ornement en cuivre), son pont en bois des îles” (Loti). „Les cuivres (= ensemble
des instruments à vent en cuivre employés dans un orchestre) et les roulements de
tambour, les coups sourds de la grosse caisse rythmaient ses chansons et sa voix
autoritaire qui bouleversait les soldats” (P. Mac Orlan, La Bandera). „Une flamme
rougeâtre éclaira les étangs. Un coup de feu partit, un coup long chargé d’étincelles.
Des plombs (= des plombs de chasse) crépitèrent sur l’eau et fouettèrent les
feuilles” (Bosco, Hyacinthe).
„Je suis remontée dans ma chambre et je me suis fait du thé sur mon réchaud
électrique. Je le cache parce qu’il fait sauter les plombs” ((= coupe-circuit, fusible)
Sarte, Mort dans l’âme)). De beaux bronzes (= objets d’art en bronze).
4. Noms de matières
Ex.: Le plâtre. Le marbre. La porcelaine.
Ces noms peuvent s’employer au pluriel lorsqu’on les utilise avec un sens
particulier.
Ex.: Salle décorée de plâtres (= objet d’art en plâtre). Refaire les plâtres
((= les revêtements et les ouvrages de plâtre (les corniches, les scellements)).
Essuyer les plâtres (fig. être le premier à occuper une pièce, une habitation nouvel-
lement construite; subir les conséquences d’une chose imparfaite).
„Cette femme avait la cruauté des idoles, et la vanité glaciale des marbres
dans un musée” ((Saurès, Trois hommes, Ibsen), marbre = objet d’art en marbre)).
„... glaces, cristaux, verreries, vaisselles, porcelaines ((= objet (vase, statuette, etc.)
fait de porcelaine)), faïences, poteries, orfèvreries, argenteries, tout étincelait”
(Hugo, Misérables). Les porcelaines de Sèvres.
233
5. Noms de céréales
Ex.: Le blé. Le maïs.
N.B. Ces noms peuvent être employés au pluriel surtout dans la langue
littéraire.

Ex.: „Les blés étaient verts, ils s’étendaient au loin dans la plaine onduleuse”
(Fromentin, Été dans le Sahara). „Ces blés sont mûrs, dit-il, allez chez nos amis /
Les prier que chacun apportant sa famille / Nous vienne aider demain dès la pointe
du jour” (La F., IX, 11). „Les maïs, herbages des lieux bas, si magnifiquement verts
au printemps étalaient des nuances de jaune au fond des allées” (Loti, Ramuntcho).
6. Noms de sens
Ex.: Le goût. L’odorat. Le toucher. La vue. L’ouïe.
N.B. Le nom vue peut être employé au pluriel lorsqu’il signifie dessein,
intention, projet.

Ex.: „Lovelace ne s’arrête point à de petites formalités, quand il s’agit de réussir;


tous ceux qui concourent à ses vues sont ses amis” (Diderot, Éloge de Richardson).
„Après m’être entendu avec vous sur un prix limite, j’achète ... Ou je vous
repasse l’affaire, si cela reste dans vos vues. Ou j’essaye de la revendre” (Romains,
H. de b. vol.; P.R.). J’ai des vues sur Dupont pour la direction de l’affaire.
N.B. Le nom goût est employé au pluriel lorsqu’on parle des tendances,
des préférences qui se manifestent dans le genre de vie de quelqu’un.

Ex.: Ils sont liés par des goûts communs. „Ce qui a perdu Balzac, c’est sa
vanité. Zulma Carraud ne se fait pas faute de le lui dire, et de déplorer les goûts de
luxe de son trop fastueux ami, ses perpétuels achats de meubles, de bibelots et de
toiles de maître, ses prétentions à l’élégance, son dandysme, ses coûteuses et
magnifiques installations” (Henriot, Portraits de femmes).
7. Noms désignant des vertus, des qualités
Ex.: La justice. La prudence. La tempérance. Le courage. La bonté. La sincérité.
La patience.
Certains de ces noms peuvent être employés au pluriel surtout dans la langue
littéraire, lorsqu’ils sont pris dans un sens particulier.
Ex.: „Ce grand prince (= Condé) calma les courages émus (Bossuet, Or. fun.
du prince de Condé). „Le tout avec des prudences pour n’être pas vue parce qu’on
est en grand deuil” (Montherland, Les lépreuses).
„La bonté est une vertu, mais ce n’est pas toujours par vertu qu’une femme a
des bontés pour un homme” ((Jouy; Larousse XIXe, 1); avoir des bontés pour
quelqu’un: lui témoigner un sentiment tendre. Je vous remercie de vos bontés (= Je
vous remercie de vos actes de bonté).
8. Noms désignant des vices
Ex.: L’avarice. L’égoïsme. L’envie. La gourmandise. L’hypocrisie. L’intem-
pérance. La jalousie. La luxure. L’oisiveté. L’orgueil. La paresse. La vanité.
N.B. Certains de ces noms peuvent être employés au pluriel mais, dans
ce cas, leur contenu sémantique est parfois modifié.

234
Ex.: Bourrer un enfant de gourmandises (bonbons, gâteaux). „L’abbé Bercalli
comme tous les prêtres de son gabarit disait la messe sans s’être confessé de ses
luxures” (Huysmans, Là-bas).
„J’ai toutes les envies du monde de l’engager” (Molière, Princesse d’Él., III, 3).
„Sans pouvoir satisfaire à leur vaines envies” (La F., III,12).
„Nos muses à leur tour de même ardeur saisies/Vont redoubler pour toi leurs
nobles jalousies”(Corn., Poés. div.,12). „Fuyez surtout, fuyez ces basses jalousies /
Des vulgaires esprits malignes frénésies” (Boileau, Art poétique). „Il y a plusieurs
avarices. Il y en a une triste et sordide qui amasse sans fin et sans jouir” (Bossuet,
Sermons). „Vanité des vanités dit l’Ecclésiaste; vanité des vanités, et tout n’est que
vanité” (Bible, Ecclésiaste, I, 2).
„Il aurait ce nouveau petit triomphe auprès de ses paroissiens, lui, qu’on
respectait surtout, parce qu’il était peut-être, malgré son âge, l’homme le mieux
musclé du pays. Ces légères vanités innocentes étaient son plus grand plaisir”
(Maupassant, Inutile beauté).
9. Noms désignant des qualités de la matière.
Ex.: La solidité. La fragilité. La liquidité (Ex.: La liquidité du mercure).
N.B. Le nom liquidité employé au pluriel signifie „somme immédiatement
disponible”: Les liquidités d’une banque.
10. Noms de points cardinaux.
Ex.: L’est. L’ouest. Le sud. Le nord.
11. Les noms d’aromates
Ex.: Le baume. L’encens [a sa ]. La myrrhe.
N.B. Lorsque baume est employé au figuré, il peut être usité au pluriel,
dans la langue littéraire.

Ex.: „Il est des baumes doux, des lustrations pures/Qui peuvent de notre âme
assoupir les blessures” (A. Chénier, Bucoliques. La liberté; P.R.).
N.B. En français classique le nom encens employé au figuré pouvait être
utilisé au pluriel.

Ex.: „Quoique vos encens le traitent d’immortel” (Corneille, Pompée, t. 1).


„Un auteur qui partout va gueuser (= mendier) des encens” (Molière, F. sav., III, 3).
C. Noms qui changent de signification en changeant de nombre.
Le pluriel de certains noms a été disjoint au point de vue sémantique du
singulier correspondant.
Appas (m. pl.) ou Appats (Acad. 1986).
Ce nom signifie beautés de la femme qui séduit (langue recherchée; style
soutenu).
Ex.: Elle a des appas qui ne laissent pas insensible. Il n’est pas insensible aux
appas de sa voisine (à ses charmes physiques, à ses attrais).
N.B. Depuis 1986, l’Acad. autorise le pluriel appats dans le sens de
charmes, attraits. Simone de Beauvoir a employé dans le Deuxieme sexe
l’expression „les appâts charnels” (v. Grevisse, B.U, 1997).

Appât (m. sing.)


235
(XVIe s; parfois „aliment”, croisement de l’ancien français past, nourriture du
latin pastus, part. passé substantivé de pascere, nourrir, avec apaistre, repaître.
Appas, pluriel spécialisé, est employé au sens figuré à partir du XVIIIe s.; appas
est l’ancienne forme du pluriel).
Définition; ce dont on se sert pour attirer les poissons, le gibier, ce qui peut
être fixé sur le piège. Ex.: Le poisson a avalé l’appât. Fig. L’appât du gain l’a poussé
à cette spéculation hasardeuse.
Assise ((f. pl.); de assise, participe passé substantivé du verbe asseoir; v. 1100)).
1. Tribunal qui juge les crimes (cour d’assises). Ex.: Le président des assises
passe à l’interrogatoire de l’accusé (le Lexis).
2. Session de la cour d’assises.
Ex.: L’incendiaire va comparaître aux prochaines assises.
3. Réunion plénière des membres de sociétés scientifiques, littéraires, etc.
Le congrès tiendra ses assises à l’Hôtel de ville.
Assise (f. pl.)
Fondation d’un bâtiment; rang de pierres de taille qu’on pose horizontale-
ment pour construire une muraille.
Ex.: Les ouvriers sont à la première assise.
Atours ((de atour); m. pl.))
Vx.: Toilette et parure féminine.
Ex.: Elle avait mis ses plus beaux atours (emploi qui vise à amuser). „Toute
roide en ses atours de théâtre, Suzanne commençait à déclamer” (Duhamel; le Lexis).
Atour (m. sing.; déverbal de l’ancien français atourner, fin XIe s.; encore
chez La Fontaine; = tourner, préparer, orner).
1. Ornement, parure
2. Dame d’atour = dame qui était chargée de présider à la toilette d’une reine,
d’une princesse.
Ciseaux (m. pl.)
Instrument formé de deux branches d’acier tranchantes sur une partie de leur
longueur et servant à couper les choses minces (étoffe, papier, etc.)
Ex.: Ciseaux de couturière, de tailleur; ciseaux à ongles. Myth. Les ciseaux de
la Parque: les ciseaux avec lesquels Atropos coupe le fil de la vie. Fig. Faire un
livre à coups de ciseaux = le composer en empruntant largement à d’autres livres.
N.B. On emploie parfois ciseau au lieu de ciseaux (voir Grevisse, B.U.,
1997, p. 783).

Ciseau (m. sing.)


Outil de sculpteur, de menuisier, d’orfèvre, instrument de fer plat et tranchant
par un bout.
Ex.: Ciseau de sculpteur, de maçon, Travailler au ciseau. „Un bloc de marbre
était si beau/ Qu’un statuaire en fit l’emplette:/ Qu’en fera, dit-il, mon ciseau ?/
Sera-t-il dieu, table ou cuvette ?” (La F., IX, 6).
Émoluments (m. pl.)
(lat. emolumentum, gain, profit de meunier).
Rétribution représentant un traitement fixe ou variable. Somme qu’un
employé touche pour la rémunération de son travail.
Émolument (m. sing.)
236
Avantage, profit revenant légalement à quelqu’un. Part d’une succesion ou de
la communauté (= terme juridique).
Fumées (f. pl.)
1. Excitation, ivresse morale
Ex.: „Déjà les fumées de l’ambition me montaient à la tête” (Rousseau; le
Lexis). Les fumées de l’orgueil.
2. Excitation produite au cerveau par l’alcool brouillant les idées, obscurcissant
la conscience.
Ex.: Les fumées de l’ivresse. „Il n’est pas possible de se figurer toute l’étendue
de mon effroi. Les fumées du vin s’étaient évaporées, et me laissaient doublement
timide et irrésolu” (Baudelaire, Traduc. E. Poe, Avent. G. Pym; P.R).
Fumée (f. sing.)
1. Produit gazeux, mélange de gaz, de vapeur d’eau et de particules plus ou
moins ténues (cendres, suie, etc.), grisâtre ou noir, âcre, plus ou moins épais que
dégage un corps en combustion.
Ex.: La fumée d’une cheminée. „Comme le vent dans l’air dissipe la fumée”
(Racine, Ath., V.6). „Chaque obus soulevait une longue gerbe de terre dans un
nuage de fumée” (Dorgelès, Croix de bois).
2. Vapeur qu’exhale un liquide ou un corps humide dont la température est
plus élevée que l’air ambiant.
Ex.: La fumée de la soupe, embue la carafe et les verres. „À droite des
réservoirs, le tuyau étroit de la machine à vapeur soufflait, d’une haleine rude et
régulière, des jets de fumée blanche” (Zola, L’assommoir).
Gages (m. pl.; du francique *waddi, latinisé en *wadium; XIe s wage)
Salaire (d’un domestique): les gages d’une cuisinière, d’un domestique, etc.
„C’étaient un de ces fidèles serviteurs dont les modèles sont devenus trop
rares en France, qui grondent les enfants et quelquefois les pères, s’exposent à la
mort pour eux, les servant sans gages dans les révolutions” (Vigny, Cinq-Mars;
P.R.). „Et j’ai les cinq mille francs d’hier, quand vous m’avez payé mes gages”
(Zola; Dj.)
Gage (m. sing.)
Se dit de tout ce que l’on dépose ou laisse entre les mains de quelqu’un à titre
de garantie.
Ex.: „Le gage confère au créancier le droit de se faire payer sur la chose qui
en est l’objet, par privilège et préférence aux autres créanciers” (Code civil; P.R.).
Prêter sur gage.
Fig. Se dit de tout ce qui représente un garant ou une garantie.
Ex.: Ce traité est le gage d’une paix durable.
Humanités (f. pl.)
(début du XVIe s., studia humanitatis, au sens de culture)
Étude des langues et des littératures grecque et latine.
Ex.: L’enseignement des humanités s’est développé dès le XVIe siècle.
Humanité (f. sing.)
1. Sentiment de bienveillance envers ses semblables, compassion pour les
malheurs d’autrui.
Ex.: Ces prisonniers sont traités avec humanité.
Dans cette occasion, ils ont fait preuve d’humanité.
2. Le genre humain, les hommes en général.
237
Ex.: La découverte des antibiotiques a profité à l’humanité tout entière.
Limbes ((m. pl.); du lat. limbus, bord)).
1. Séjour des âmes des justes avant la Rédemption [Redãpsjõ]; séjour au bord
du Paradis.
2. Région mal définie.
Ex.: Vendredi ou les limbes du Pacifique est un roman de Michel Tournier.
3. État vague, incertain.
Ex.: Ce projet est encore dans les limbes.
Limbe ((m. sing.); lat. limbus, bord)).
1. Bord d’un astre.
2. Partie élargie de la feuille.
3. Partie étalée d’un pétale.
Ex.: Les nervures du limbe.
Lunettes (f. pl.)
Paire de verres correcteurs ou protecteurs enchâssés dans une monture, placée
devant les yeux.
Ex.: Pour lire, il doit mettre des lunettes. L’ophtalmologue lui a prescrit des
lunettes. Marie porte des lunettes. Les lunettes de plongées sont utilisées pour la
pêche sous-marine.
Lunette (f. sing.)
Instrument d’optique destiné à faire voir d’une manière plus distincte les
objets éloignés.
Ex.: L’astronome observe les astres à la lunette. „Si vous avez une lunette de
nuit un peu forte, comme celle où l’on regarde quelquefois pour dix sous, braquez-la
sur l’étoile bleuâtre.” (Alain, Propos; P.R).
Nouilles (f. pl.; de l’allem. Nudel)
1. Pâtes alimentaires de longueur moyenne, de forme plate ou ronde.
Ex.: Préparer des nouilles à la sauce tomate. Les nouilles sont plus épaisses
que les vermicelles, plus courtes que les spaghettis; elles sont pleines à la
différence des macaronis.
Nouille (f. sing.)
Personne molle et niaise.
Ex.: Quelle nouille ! C’est une nouille: il est incapable de se débrouiller.
Régates (f. pl.)
(1679; „course de bateaux à Venise; du vénitien regata, promprement „défi”,
peut être du même rad. que l’ital. gatto, chat; le vénitien regatar signifie „rivaliser”).
Course de bateaux à la voile ou à l’aviron.
Ex.: Participer aux régates de La Baule. (le Lexis).
Vacances (f. pl.; de vacance)
1. Période de fermeture des écoles, des facultés, des institutions.
Ex.: Les vacances de Noël, de Pâques. Les grandes vacances. Les vacances
du Parlement.
2. Période de congé pour les travailleurs de toute catégorie.
Ex.: Avoir quatre semaines de vacances. Les vacances des employés.
Vacance (f. sing.)
État d’une place, d’un poste, d’un siège non occupés.
Ex.: On annonce la vacance du poste d’intendant. Il y a une vacance au Sénat
depuis la mort du sénateur X.

238
Syntagmes qui ne sont employés qu’au pluriel
Ex.: Les beaux-arts. Les dommages-intérêts (somme due au créancier par le
débiteur qui n’exécute pas son obligation pour compenser le dommage qu’il a fait
subir). Les beaux-parents. Les Jeux olympiques. Passer sous les fourches caudines
(= subir des conditions dures ou humiliantes).
Inculpé pour coups et blessures. Les tenants et les aboutissants d’une affaire
(= tout ce qui s’y rapporte). Il connaît les tenants et les aboutissants de cette
faillite. Les œuvres vives d’un navire (= la partie de la coque qui est au-dessous de
la ligne de flottaison). Les œuvres mortes d’un navire (la partie de la coque qui est
au-dessus de la ligne de flottaison, la partie émergée).
Hésitations dans l’emploi du nombre de certains noms
a) des noms désignant des vêtements.
Caleçon (m.) est employé de plus en plus au lieu de caleçons.
Ex.: Il préfère le caleçon (ou les caleçons) au slip. Être en caleçon. Caleçon
court, long. Caleçon de soie. „Simplement, comme une belle esclave qui sert de
modèle, elle avait défait son corselet, ses bandelettes, ses caleçons fendus ” (Loüys,
Aphrod. I. 3; P.R.).
Culotte (f). Ce nom s’emploie au singulier dans des expressions et des
syntagmes tels que: une culotte (de femme); culotte de cheval; culotte de bébé,
culotte de cycliste, une vieille culotte de peau (fig.; fam. = un militaire borné); user
ses fonds de culotte sur les bancs de l’école. Attraper quelqu’un par le fond de sa
culotte. C’est elle qui porte la culotte (c’est elle qui commande, qui a plus d’auto-
rité que son mari).
Le pluriel culottes s’emploie plus rarement: culottes de golf. Une paire de
culottes (Acad.). Porter des culottes courtes. Acheter à un enfant des culottes longues.
Pantalon (m). Le pluriel pantalons est considéré comme vieilli. Cette forme
est cependant employée par certains auteurs.
Ex.: „Il portait des pantalons à sous-pieds en damier noir et blanc ” (Giono,
Jean le Bleu). „Une motocyclette conduite par un petit homme sec portant lorgnons
et pantalons de golf” (Camus, Chute; Grev.).
b) autres noms de choses et cas divers.
Cisaille (f.). Lorsque ce nom signifie gros ciseaux ou pinces coupantes
servant à élaguer les arbres, il s’emploie au pluriel (Ex.: des cisailles de jardinier;
couper des boulons avec des cisailles).
On dit une cisaille quand ce nom désigne une machine à deux lames dont
l’une est fixe et l’autre mobile servant à découper des tôles, du carton fort, etc.
(Ex.: une cisaille de ferblantier).
Escalier (m.). L’usage hésite entre le singulier un escalier (l’escalier) et le
pluriel des escaliers (les escaliers) pour désigner une suite de degrés, de marches.
Toutes les deux formes sont employées par les locuteurs et les écrivains.
Ex.: Monter, descendre un escalier (des escaliers). Les touristes admirent
l’escalier (les escaliers) de marbre.
Un escalier en colimaçon mène au sommet de la tour. Il est tombé en
descendant l’escalier (ou les escaliers).

239
„Il devint grand habitué de cette maison. Dès qu’on entendait sa voix, cinq
enfants bondissaient dans les escaliers à sa rencontre...” (Maurois, Ariel; P.R.).
Monter, descendre l’escalier (les escaliers) quatre à quatre.
Haltère (m.). On dit un haltère ou des haltères. La forme haltère (m. sing.)
est plus fréquemment employée.
Ex.: „Aufrère venait de ramasser par terre un haltère de trente livres et le
mania avec une adresse distraite ” (Duhamel, Salavain). Faire des haltères.
Lorgnon (m). Ce nom au singulier est plus employé que lorgnons désignant
un seul objet.
Ex.: „Il avait une mâchoire un peu dure, un sourire fixe, des lorgnons”
(Maurois, En Amérique). „M. Pinsot passa le doigt sur les verres de son lorgnon
que la chaleur de la soupe avait embués” (Green, Leviathan, P.R.)
Moustache (f.). On dit porter la moustache ou des moustaches. Grevisse
souligne que l’Acad., malgré l’usage n’autorise que la forme du singulier, moustache.
Le Lexis ne donne que des exemples avec le nom moustache au singulier :
laisser pousser sa moustache; une petite moustache en brosse.
Tenaille (f). La formes tenailles est plus employée que tenaille selon P. Robert.
Cette dernière forme est autorisée par l’Académie. On peut dire arracher un clou
avec une tenaille ou avec des tenailles.
Comice (m). Ce nom employé au singulier désigne une réunion ou une
assemblée des cultivateurs d’une région qui se proposent de travailler au dévelop-
pement de l’agriculture.
Ex.: Les prix, les récompenses d’un comice agricole.
Ce nom employé au pluriel (comices) désignait dans l’Antiquité romaine,
l’assemblée du peuple: comices par curies, par centuries.
À l’époque de la Révolution française, on entendait par comices l’assemblée
du peuple appelée à voter par un plébiscite.
Noce (f). On emploie dans le code écrit noce ou noces (le singulier ou le pluriel)
dans certains syntagmes ou certaines expressions.
Ex. La robe de noce ou de noces. Cadeau de noce ou de noces. J’ai assisté à
sa noce ou à ses noces. Un os dans la noce, roman de San-Antonio.
On emploie le nom noce au pluriel (noces) dans nuit de noces; voyage de
noces; épouser en justes noces; épouser en secondes noces. Les noces de Canna.
Lorsque noce désigne l’ensemble de personnes qui se trouvent à une noce, on
emploie ce nom au singulier.
Ex.: „Il faut que la noce fasse tant de bruit qu’on en parle à dix lieues”
(Jouhandeau; le Lexis). Une noce villageoise.
Faire la noce signifie „faire une partie de plaisir, mener de manière habituelle
une vie de débauche” (fam.). N’être pas de la noce = se trouver dans une situation
pénible.
Les marques du pluriel dans le code oral (dans la langue parlée)
Un grand nombre de mots pris isolément ont la même prononciation au
singulier et au pluriel. Il s’agit surtout de noms dont on a formé le pluriel dans le
code écrit, en ajoutant un s au singulier en position finale. Étant donné que ce s qui

240
marque le pluriel n’est pas, en principe, prononcé, il n’y a pas de différence dans le
code oral entre le nom au singulier et le même nom au pluriel.
On prononce, par exemple [p t] les graphèmes porte et portes qui
représentent le nom porte au singulier et le même nom au pluriel (portes).
Autres exemples: femme [fam] et femmes [fam]; hirondelle [irõdєl] et
hirondelles [irõdєl]; ville [vil] et villes [vil]; mur [my ] et murs [my ], etc.
Lorsque le nom se prononce au pluriel comme au singulier, le pluriel peut
apparaître dans la phrase:
a) grâce aux déterminants:
Ex.: la ville [la-vil] /les villes [le-vil]; son frère (sõ-fr r]/ ses frères [se-fr r]
cette armoire [sεt - a mwa ]/ ces armoires [se-z-a mwa ].
b) grâce aux liaisons
1. Les noms ayant une initiale vocalique ou commençant par un h muet sont
affectés par la liaison en [z] avec le déterminant.
Ex.: un homme [œ n- m]/ des hommes [de-z- m]; un ami [œ n-ami]
/des amis [de-z-ami]
Un auteur [œ n-otœ ]/ des auteurs [de-z-otœ ].
Les noms à initiale vocalique peuvent former la liaison avec l’adjectif antéposé.
Ex.: le vieil ami [l -vj j-ami]/ les vieux amis [le-vj -z-ami].
3. Les noms peuvent développer une liaison avec les adjectifs, à initiale
vocalique ou ayant un h muet, qui sont placés après ces noms.
Ex.: un produit alimentaire [œ n-pr d i-alimã ] /des produits
alimentaires [de-pr d i-z-alimãt ]; un fait historique [œ -f -ist ik] /des
faits historiques [de-f -z- ist ik]; les bras étendus [le-b A-z-etãdy]
4. La marque du pluriel s devient dans le code oral la fricative dentale [z]
lorsqu’on fait la liaison entre un nom au pluriel et la conjoction et, dans certains
cas:
Ex.: Promettre monts et merveilles [p m t -mõ- -e-m v j].
Navire qui périt corps et biens [navi -ki-pe i-k -z-e-bjε ]. Ponts et
chaussés [põ-z-e- ose]. Couper bras et jambes [kupe-b A-z-e- ãb].
N.B. Si la liaison est absente ou la marque de nombre portée par le
déterminant ou l’adjectif épithète fait défaut, la forme d’une certaine partie de
ces noms reste équivoque dans le code oral.
Ex.: Je n’ai pas reçu de lettre ((ou de lettres (?)).

Catégories de noms affectées par des alternances phoniques marquant l’op-


position singulier / pluriel
a) noms qui présentent l’alternance [al] / [o] Ex.: cheval [ ( )val] / chevaux
[ ( )vo].
On remarque dans cette alternance les faits suivants:
La voyelle a qui possède le trait [+ antérieur] change de timbre au pluriel et
devient o fermé [o]. La consonne liquide latérale l en position finale s’amuït au
pluriel: l/ zéro.
b) noms qui présentent l’alterance [aj] / [o].
Ex.: travail [t avaj]/ travaux [t avo].
Dans cette alternance, on constate le passage du groupe a antérieur + yod [j]
à o fermé [o].
241
c) noms qui présentent l’alternance [œ ] / [ ]. Ex.: bœuf [bœf] / bœufs
[b ]; œuf [œ ] / œufs [ ].
Dans cette alternance, on constate que la voyelle palatale arrondie ouverte
[œ] devient fermée au pluriel [ ] et que la fricative labiodentale sourde [f] s’amuït
au pluriel: [f]/ zéro.
d) nom comportant l’alternance [œl] / [ ].
Ex.: aïeul [ajœl]/ aïeux [aj ].
Dans cette alternance, on remarque que la voyelle palatale arrondie [œ] devient
fermée [ ] et que la consonne latérale dentale [l] s’amuït.
e) nom qui présente l’alternance [j l]/ [j ].
Ex.: ciel [sj l] /cieux [sj ].
On y constate le changement de timbre de l’e ouvert [ ] qui devient œ fermé
[ ] au pluriel. En outre, la consonne latérale dentale [l] s’amuït au pluriel.
f) noms qui présentent une alternance vocalique combinée avec le changement
de place de la semi-voyelle yod [j]: [œj]/ [j ].
Ex.: un œil [œj] /des yeux [j ]
On y remarque le fait que la voyelle palatale arrondie ouverte [œ] devient au
pluriel [ ], voyelle palatale arrondie fermée. On y constate aussi le changement de
place de la semi-voyelle yod, lors du passage du singulier au pluriel.
Remarques.
1. Os est invariable dans le code écrit et variable dans le code oral: un os [os],
des os [o].
2. Il y a des noms composés dont les éléments sont soudés dans l’écriture et
qui varient au pluriel dans le code oral et dans le code écrit.
Ex.: bonhomme [b n m]/ bonshommes [bõ ∓], gentilhomme
[ ãtij m]/ gentilshommes [ ãtiz m], monsieur [m sj ]/ messieurs [mesj ]
mademoiselle [mad( )mwaz l]/ mesdemoiselles [med( )mwaz l], madame
[madam],/ mesdames [medam].
La nature des marques du pluriel dans le code écrit
(dans la langue écrite)
Noms simples
Le pluriel de ces noms est marqué par un -s ou un x.
Pluriels en -s.
La plupart des noms communs forment leur pluriel dans le code écrit par
l’adjonction d’un s à la forme du singulier.
Ex.: la rive/les rives; le garçon/les garçons; le chat/les chats.
Remarque I.
Les noms terminés par s au singulier demeurent invariables au pluriel.
Ex.: le bras/les bras; le corps/les corps; le logis / les logis; le mois/les mois;
un abus/des abus; un bois/des bois; une brebis/des brebis; un châssis/ des châssis;
un chamois/ des chamois; un os [ s]/ des os [o], etc.
Remarque II. Il y a des noms terminés en -s au singulier qui conservent la
prononciation de ce s au pluriel: un cacatoès, un londrès (ex. = cigare de La Havane
fabriqué d’abord pour les Anglais), un ibis, un cassis, un iris, un lis, un métis, un
myosotis, une oasis, une vis, un albatros, un albinos, un rhinocéros, un autobus, un
cactus, un eucalyptus, un hiatus, un lapsus, un omnibus, un papyrus, un virus, etc.
242
La marque du pluriel -s ne s’ajoute pas à la finale des noms terminés par
-x et -z au singulier; ces noms demeurent invariables.
Exemples de noms terminés en -x au singulier qui demeurent invariables (la
prononciation de x final varie suivant les terminaisons):
- ax: anthrax (m.), contumax (un ou une: m. ou f.), opopanax (m.), thorax (m.).
- ex: apex (m.), codex (m.), index (m.).
Dans ces noms, x se prononce [ks]
- consonne + ix: a) crucifix (m.), perdrix (f.), prix (m.)
Dans ces noms les graphèmes -ix se prononcent [i].
a) hélix (m.), phénix (m.), tamarix (m.).
Dans ces noms, les graphèmes -ix se prononcent [iks].
- voyelle + ix: a) faix (m.), paix (f.)
Dans ces noms, les graphèmes aix se prononcent [є].
b) choix (m.), croix (f.), noix (f.), poix (f.), voix (f.).
Dans ces noms, les graphèmes -oix se prononcent [wa].
- ux (après consonne): flux (m.), influx (m.), reflux (m.).
Dans ces noms, les graphe mes -ux se prononcent [y].
Exemples de noms terminés en z au singulier qui demeurent invariables au
pluriel:
fez [f z], nez [ne], gaz [gAz], rémiz ([ emiz] = petit oiseau).
Tous ces noms sont du genre masculin.
Pluriels en -x (et parfois en -s)
A. Noms en -al
Les noms terminés en -al peuvent être divisés en deux catégories:
a) Noms qui changent de forme au pluriel dans le code écrit et dans le code
oral.
b) Noms qui ne changent pas de forme phonique dans le code oral.
a) Noms terminés par -al au singulier qui changent de forme au pluriel dans
le code écrit et dans le code oral.
Ces noms terminés par -al au singulier changent -al en -aux [o] au pluriel.
Ex.: un amiral [ami al]/des amiraux [ami o]; un animal [animal]/des
animaux [animo]; un bocal [b kal]/des bocaux [b ko]; un cardinal
[ka dinal]/des cardinaux [ka dino]; un cheval [ ( )val]/des chevaux [ ( )vo];
un fanal [fanal]/des fanaux [fano]; un journal [ u nal]/des journaux [ u no]; un
local [l kal]/des locaux [l ko]; un mal [mal]/des maux [mo]; un métal [metal]/des
métaux [meto]; un piedestal [pjed stal]/des piedestaux [pjed sto]; un tribunal
[t ibynal]/des tribunaux [t ibyno].
b) Noms qui ne changent pas de forme phonique dans le code oral.
Les noms suivants terminés en -al [al] au singulier font leur pluriel en -s dans
le code écrit et ne sont pas modifiés dans le code oral:
un aval/des avals; un bal/des bals; un bancal/des bancals; un cérémonial/des
cérémonials; un choral/des chorals; un carnaval/des carnavals; un chacal/des chacals;
un caracal/des caracals; un festival/des festivals; un galgal/des galgals; un gavial/
des gavials; un gayal [gajal] /des gayals, un mistral/des mistrals; un narval/des narvals;
un pal/des pals; un régal/des régals; un serval/des servals; un sial/des sials; un trial/
des trials; un tergal/des tergals.
243
Remarques. 1. Idéal fait au pluriel idéals ou idéaux. Selon l’Académie, idéaux
est employé plutôt dans la langue technique de la philosophie et des mathématiques;
idéals est employé dans le langage de la littérature, des beaux-arts et de la morale.
Ex. : „La géométrie ne s’occupe pas de solides naturels; elle a pour objets
certains solides idéaux, absolument invariables, et qui n’en sont qu’une image sim-
plifiée et bien lointaine” (H. Poincaré, Science et hypothèses, IV).
„Les deux parties sont menées au combat par deux hauts idéals” (R. Rolland,
Les Précurseurs).
„Le dessin du grand dessinateur doit résumer l’idéal et le modèle… Je
n’affirme pas qu’il y ait autant d’idéals primitifs que d’individus, car un moule
donne plusieurs épreuves; mais il y a dans l’âme du peintre autant d’idéals que
d’individus” (Baudelaire, Curiosités esthétiques, Salon de 1846).
2. Santal fait au pluriel santals, sauf dans l’expression poudre des trois santaux.
3. Le pluriel de val (= vallée) est vaux dans l’expression par monts et par
vaux (= à travers tout le pays; fig. de tous côtés, partout) mais on dit les vals de
Loire (= la région qui entoure une partie de la vallée de la Loire). La forme vaux est
employée dans les noms de lieux: Les Vaux de Cernay.
B. Noms en -ails
Les noms terminés en -ail [aj] peuvent être divisés en deux catégories:
a) Noms qui changent de forme au pluriel dans le code écrit et dans le code oral.
b) Noms qui ne changent pas de forme dans le code oral.
a) Noms en -ail qui changent de forme au pluriel dans le code écrit et dans le
code oral.
Certains noms terminés en ail [aj] font leur pluriel en -aux dans le code écrit
et en [o] = o fermé, dans le code oral:
Les noms aspirail, bail, corail, émail, fermail, gemmail, soupirail, travail,
vantail, vitrail font au pluriel aspiraux, baux, coraux, émaux, fermaux, gemmaux,
soupiraux, travaux, vantaux, vitraux.
b) Les autres noms en -ail [aj] font leurs pluriel en -s (-ails) dans le code écrit
et ne sont pas modifiés dans le code oral.
Ex.: un camail/des camails; un chandail/des chandails; un détail/des détails;
un épouvantail/des épouvantails; un évantail/des évantails; un gouvernail/des gou-
vernails; un mail/des mails; un poitrail/des poitrails; un rail/des rails; un sérail/
des sérails.
Remarques. 1. Ail fait aulx [o] dans le langage courant.
Ex.: Il y a des aulx cultivés et des aulx sauvages (Acad.).
Le pluriel ails s’emploie en botanique.
Ex.: Cultiver plusieurs espèces d’ails. La famille des ails.
2. Le pluriel de travail est travails lorsque ce nom signifie l’appareil du
maréchal – ferrant qui sert suspendre les chevaux vicieux pour les ferrer ou
pour les panser.
3. Bétail et bercail n’ont pas de pluriel. Bestiaux, nom pluriel dont le
singulier bestial n’est plus en usage, sert de pluriel à bétail.
4. La forme bestiau (m. sing.) dans le langage des paysans signifie animal,
bête. Ex.: Qu’est-ce que c’est que ce bestiau ?
C. Noms en -au [o]
244
Les noms en -au [o] font partie de la catégorie des substantifs qui ne changent
pas de forme dans le code oral.
Il y a deux catégories de noms en -au en ce qui concerne le code écrit:
a) Des noms en -au qui forment leur pluriel en -x et cette catégorie constitue
le plus grand nombre de substantifs.
b) Des noms en -au qui font leur pluriel en -s et cette catégorie comprend un
nombre restreint de substantifs.
Des noms en -au qui font leur pluriel en -s.
Ex.: un landau/des landaus; un sarrau/des sarraus; un unau (= un mammifère
arboricole d’Afrique à mouvements lents), des unaus.
Des noms en -au qui font leur pluriel en -x:
Ex.: un aloyau/des aloyaux; un boyau/des boyaux; un étau/des étaux;
un fabliau/des fabliaux; un gluau/des gluaux; un joyau/des joyaux; un noyau/
des noyaux; un tuyau/des tuyaux.
Remarque. Le nom matériau ((n.m.; matière entrant dans la construction de
quelque chose: „Une étable de bonne pierre, matériau rare dans la région” (Bazin,
le Lexis)) est une forme refaite d’après le pluriel matériaux (n.m.pl.).
D. Noms en -eau [o]
Les noms en -eau font leur pluriel en -x dans le code écrit et ne sont pas
modifiés dans le code oral.
Ex.: un agneau/des agneaux; un anneau/des anneaux; un arbrisseau/
des arbrisseaux; un barbeau/des barbeaux; un barreau/des barreaux; un bateau/
des bateaux; un blaireau/des blaireaux; un boisseau/des boisseaux un bureau/
des bureaux; un carreau/des carreaux; un chameau/des chameaux; un cerveau/
des cerveaux; un chalumeau/des chalumeaux; un chapiteau/des chapiteaux; un château/
des châteaux; un chevreau/des chevreaux, un copeau/des copeaux; un cordeau/
des cordeaux; un couteau/des couteaux; un créneau/des créneaux; un écriteau/
des écriteaux; un escabeau/des escabeaux; un faisceau/des faisceaux; un fardeau/
des fardeaux; un flambeau/des flambeaux; un fourneau/des fourneaux; un fourreau/
des fourreaux; un fricandeau/des fricandeaux; un gâteau/des gâteaux; un hameau/
des hameaux; un hobereau/des hobereaux; un jambonneau/des jambonneaux; un
jouvanceau/des jouvanceaux; un lambeau/des lambeaux; un lapereau/des lapereaux;
un liteau/des liteaux; un manteau/des manteaux; un morceau/des morceaux;
un moineau/ des moineaux; un pipeau/des pipeaux; un plateau/des plateaux;
un pruneau/ des pruneaux; un poteau/des poteaux; un réseau/des réseaux; un roseau/
des roseaux; un taureau/des taureaux; un tonneau/des tonneaux; un vermisseau/
des vermisseaux, etc.
E. Noms en -eu [ ]
Les noms en -eu [ ] font partie de la catégorie des substantifs dont la forme
phonique n’est pas modifiée dans le code oral au pluriel.
Il y a deux catégories de noms terminés en -eu en ce qui concerne le code écrit:
a) des noms en -eu qui font leur pluriel en x; cette catégorie constitue le plus
grand nombre de substantifs.
b) des noms en -eu qui font leur pluriel en -s; cette catégorie comprend
quelques noms.
a) des noms en -eu qui font leur pluriel en -x:
245
Ex.: un adieu/des adieux, un aveu/des aveux; un alleu/des alleux; un caïeu/
des caïeux; un cheveu/des cheveux; un dieu/des dieux; un enjeu/des enjeux; un épieu/
des épieux; un essieu/des essieux; un feu/des feux; un franc-alleu/des francs-alleux;
un jeu/des jeux; un milieu/des milieux; un lieu/des lieux; un désaveu/des désaveux;
un moyeu/des moyeux; un neveu/des neveux; un pieu/des pieux; un voeu/des voeux.
b) des noms en -eu qui font leur pluriel en -s:
Ex.: un bleu/des bleus; un émeu (nom d’un oiseau)/des émeus; un lieu (nom
d’un poisson)/des lieus, un pneu/des pneus.
F. Noms en -ou [u]
Les noms en -ou [u] font partie de la catégorie des substantifs dont la forme
phonique n’est pas modifiée dans le code oral, au pluriel.
On distingue deux catégories de noms terminés en -ou en ce qui concerne le
code écrit:
– des noms en -ou qui font leur pluriel en -x; ces noms sont au nombre de
sept.
– des noms terminés en -ou qui forment leur pluriel en -s.
a) Sept noms terminés en -ou qui font leur pluriel en x.
Ex.: un bijou/des bijoux; un caillou/des cailloux; un chou/des choux; un genou/
des genoux, un hibou/des hiboux; un joujou/des joujoux; un pou/des poux.
b) des noms terminés en -ou qui font leur pluriel en -s.
Ex.: un acajou/des acajous; un amadou/des amadous; un caribou/des caribous;
un clou/des clous; un cou/des cous; un coucou/des coucous; un fou/des fous; un
licou/des licous; un mou/des mous; un sajou/des sajous; un sapajou/des sapajous;
un trou/des trous; un verrou/des verrous.
Cas spéciaux
Trois noms ont deux pluriels différents dans le code écrit.
Ex.: œil [oej]/yeux [j ] / œils [œj]; aieul [ajœl]/ aïeux [aj ]/aïeuls [ajœl];
ciel [sj l]/cieux [sj ]/ciels [sj l].
1. Œil/yeux/œils
Ex.: Se faire examiner les yeux par un occuliste. Il y a des gens qui ont des yeux
pour voir et ne voient pas et qui ont des oreilles pour entendre et n’entendent point.
Des yeux noirs, des yeux pers.
On dit aussi: Les yeux du fromage de gruyère (= trous qui se forment dans la
pâte). Les yeux de graisse d’un bouillon (= petits ronds qui apparaissent dans
le bouillon). Tailler une vigne à deux yeux (en laissant sur la branche deux boutons
à fruit).
La forme œils entre dans le formation de certains noms composés; il s’agit
d’expressions techniques pour la plupart.
Ex. : des œils-de-boeuf (= fenêtres, lucarnes rondes ou ovales); des œils-de-chat
(varieté de quartz chatoyant); des œils-de-serpent (pierres précieuses), des œils-de-paon
(variété de marbre à veines multicolores), des œils-de-perdrix (= cors aux pieds),
des œils-de-pie (= œillets dans les voiles par où passent les filins). Des œils-de-bouc
(coquillages), des œils-d’or (poissons).
Dans le lexique des langues de spécialité, œils peut désigner un trou, une boucle,
une ouverture.
246
Les œils de ces marteaux, de ces grues, etc.
2. Aïeul/aïeux/aïeuls
Aïeul signifie „grand-père”
Aïeuls désigne les grands-parents ou les grands-pères.
Ex.: Ses aïeuls habitaient un petit village du Centre (le Lexis).
Aïeux s’emploie dans le sens d’ancêtres.
Ce nom désigne ceux qui ont pre ce de les ge ne rations actuelles dans
l’histoire.
Ex.: Les aïeux des Français actuels ont fait la Re volution de 1789. „Le
premier qui fut roi fut un soldat heureux;/ Qui sert bien son pays n’a pas besoin
d’aïeux” (Voltaire, Mérope, I, 3).
3. Ciel/cieux/ciels
Ciel fait ordinairement au pluriel cieux.
Ex.: Les cieux racontent la gloire de Dieu (Bible). „Notre Père qui êtes aux
cieux” (le Pater). Contempler la voûte des cieux.
Cieux peut être employé au sens de „un autre pays, d’autres pays”.
Ex.: Il voulait vivre sous d’autres cieux.
Ciel/ciels
On emploie le pluriel ciels afin de désigner:
a) un châssis fixé au-dessus d’un lit et auquel on suspend des rideaux: des
ciels de lit. Ex.: Les lits d’autrefois avaient des dais drapés appelés ciels.
b) le plafond d’une carrière:
Ex. Les ciels d’une carrière.
c) une partie d’un tableau, d’un décor représentant le ciel.
Ex.: Ce peintre fait bien les ciels.
Les ciels de Van Gogh. Les ciels de Corot. „Je peignais surtout des paysages
de Saintonge avec une exagération de bleu méridional dans les ciels” (Loti; Dj.).
d) le climat. L’Italie est située sous l’un des plus beaux ciels d’Europe. En
hiver, les hirondelles vont vivre sous des ciels plus cléments.

Le pluriel des noms accidentels


Il y a une classe nombreuse de noms invariables qui sont à l’origine des mots
employés accidentellement. Il s’agit de pronoms personnels, d’adverbes, de
prépositions, de conjonctions, d’interjections, de noms de lettres, de chiffres, de
notes de musique, etc.
Ex.: „Les moi divers qui meurent successivement en nous” (Proust, Le Temps
retrouvé). „… car ce petit bonhomme est une ombre; c’est l’ombre du moi qui
j’étais il y a vingt - cinq ans… Il valait mieux, en somme, que les autres moi que
j’ai eu après avoir perdu celui-là” (A. France, Livre de mon ami; P.R.). Avec des si
on mettrait Paris dans une bouteille. „Les si, les car, les contrats sont la porte/ Par
où la noise entra dans l’univers” (La F. II, 4). „Les quand, les qui, les quoi pleuvent
de tous côtés)/ Sifflent à ses oreilles, en cent lieux répétés” (Voltaire). Il faut
chercher les pourquoi et les comment de cette affaire. „La science s’élève par une
suite de pourquoi sans cesse résolus et sans cesse renaissants” (M. Berthelot; P.R.)
Les millions de oui du référendum.
Le référendum a obtenu une majorité de non (P.R.). Les non du référendum
(ceux qui votèrent non).
247
On a recensé 80 p. 100 de pour (= ensemble de personnes qui ont manifesté
leur adhésion à un vote; le Lexis). Des a, des b, etc. Des mi, des fa, des sol, des la, etc.

Les noms composés, leur pluriel


On appelle nom composé un nom constitué de deux ou de plusieurs mor-
phèmes lexicaux (monèmes) présentant une unité significative; le nom composé ne
désigne au singulier qu’un seul animé ou qu’une seule chose, bien qu’il soit formé
de deux ou plus de deux morphèmes lexicaux (le nom composé ne possède en tant
que signe linguistique qu’un seul référent).
On distingue plusieurs catégories de noms composés au point de vue de leur
représentation graphique:
1. Les noms composés écrits en un seul mot (les noms composés dont les
morphèmes lexicaux qui entrent dans leur formation sont soudés dans le code écrit).
Ex.: abribus (n.m. inv.), abrivent (n.m.; pl. des abrivents), bonhomme (n.m.;
pl. des bonshommes [bõz m]), contrepoison (n.m.; pl. des contrepoisons), contre-
marque (n.f.; pl. des contremarques), entrecôte (n.f.; pl. des entrecôtes), entremets
(n.m. inv.), entresol (n.m; pl. des entresols), gentilhomme (n.m.; pl. des gentils-
hommes [ ãtiz m]), madame (n.f.; pl. mesdames), mademoiselle (n.f.; pl. mes-
demoiselles), monsieur (n.m.; pl. messieurs), monseigneur (n.m.; pl. messeignors),
portefeuille (n.m.; pl. des portefeuilles), portemanteau (n.m.; pl. des portemanteaux),
passeport (n.m.; pl. des passeports), pourboire (n.m.; pl. des pourboires), etc.
2. Les noms composés formés de morphèmes lexicaux réunis par un trait
d’union.
Ex.: abat-jour (n.m., inv.), acquit-à-caution (n.m.; pl. acquits-à-caution), aide-
mémoire (n.m. inv.), après-guerre (n. masc. ou fém.; pl. après-guerres), arc-en-ciel
(n.m.; pl. arcs-en-ciel), bec-de-cane (n.m.; pl. becs-de-cane), belle-de-jour (n.f.; pl.
belles-de-jour), bloc-notes (n.m.; pl. blocs-notes), bouton d’argent (n.m.; pl.
boutons-d’argent), casse-croûte (n.m. inv.), cerf-volant (n.m.; pl. cerfs-volants),
chasse-neige (n.m. inv.), chauffe-plats (n.m. inv.), dame-jeanne (n.f.; pl. dames-
jeannes), dent-de-lion (n.f.; pl. dents-de-lion), démonte-pneu (n.m.; pl. démonte-
pneus), demi-dieu (n.m.; pl. demi-dieux), entre-rail (n.m.; pl. entre-rails), essuie-
glace (n.m.; pl. essuie-glaces), essuie-main (n.m.; pl. essuie-mains); ou sing.
essuie-mains (n.m. inv.); faux-filet (n.m.; pl. faux-filets), fier-à-bras (n.m.; pl. fiers-
à-bras), franc-tireur (n.m.; pl. francs-tireurs), fume-cigarette (n.m.; pl. fume-ciga-
rettes), garde-manger (n.m. inv.), garde-robe (n.f.; pl. garde-robes).
3. Les noms composés dont les morphèmes lexicaux qui les constituent ne
sont pas réunis par un trait d’union.
Ex.: bête à cornes (n.f.; pl. bêtes à cornes), bon vivant (n.m.; pl. bons
vivants), bête de somme (n.f.; pl. bêtes de somme), char à bancs (n.m.; pl. chars à
bancs), chemin de fer (n.m.; pl. chemins de fer), clin d’œil (n.m.; pl. clins d’œil), fil
à fil (n.m. inv.), haut fourneau (n.m.; pl. hauts fourneaux), pomme de terre (n.f.; pl.
pommes de terre), tiré à part (n.m.; pl. tirés à part), ver à soie (n.m.; pl. vers à soie),
ver de terre (n.m.; pl. vers de terre).
4. Les noms composés dont les morphèmes lexicaux composants peuvent
s’écrire avec un trait d’union ou sans ce signe graphique.

248
Ex.: petit-four ou petit four (pl. petits-fours ou petits fours); petit-pois ou petit
pois (n.m.; pl. petits-pois ou petits pois); plein-emploi ou plein emploi (n.m.; pl.
pleins (-) emplois); raz-de-marée ou raz de marée (n.m. inv.).
5. Les noms composés dont les morphèmes lexicaux composants peuvent
s’écrire avec un trait d’union ou en seul mot.
Ex.: ciné-club ou cinéclub (n.m.; pl. ciné-clubs ou cinéclubs); ciné-parc ou
cinéparc (n.m.; pl. ciné-parcs ou cinéparcs); fourmi-lion ou fourmilion (n.m.; pl.
fourmis-lions ou fourmilions); frou-frou ou froufrou (n.m.; pl. frous-frous ou
froufrous); gri-gri ou grigri ((n.m.; pl. gris-gris ou grigris); le Petit Robert mentionne
la forme gris-gris (ou grigri) pour le singulier)); pique-nique ou piquenique (n.m.;
pl. pique-niques ou piqueniques); sain-bois ou sainbois (n.m. inv.); strip-tease ou
striptease (n.m.; pl. stripteases); tire-bouchon ou tirebouchon (n.m.; pl. tire-bou-
chons ou tirebouchons); yo-yo ou yoyo (n.m.; pl. yo-yo ou yoyos).
Les noms composés peuvent présenter différentes structures:
Nom + nom
En général, lorsqu’il y a deux noms juxtaposés, l’un des noms est l’apposition
(gardien-chef = gardien qui est chef) ou le complément de l’autre (timbre-poste =
timbre de la poste).
Nom + préposition + nom (deux noms unis par une préposition). Ex.: arc-
en-ciel (n.m.), boule-de-neige (n.f.).
Nom + adjectif. Ex.: amour-propre (n.m.), fer-blanc (n.m.).
Adjectif + nom. Ex.: blanc-bec (n.m.), chauve-souris (n.f.).
Adjectif + adjectif. Ex.: aigre-doux (n.m.), douce-amère (n.f.).
Verbe + nom. Ex.: chasse-neige (n.m. inv.), essuie-glace (n.m.).
Verbe + verbe. Ex.: cache-cache (n.m. inv.), coupe-coupe (n.m. inv.), faire-
valoir (n.m. inv.), laisser-aller (n.m. inv.), laisser-courre (n.m. inv.), laisser-faire
(n.m. inv.), ouï-dire (n.m. inv.), passe-passe (n.m. inv.), pousse-pousse (n.m. inv.),
savoir-faire (n.m. inv.), savoir-vivre (n.m. inv.)
Mot invariable + nom
Le nom invariable est une préposition ou un adverbe.
Ex.: après-midi (n.m. ou fém., inv.) haut-parleur (n.m.), non-ingérence (n.f.),
sous-officier (n.m.), etc.
Déterminant numéral cardinal + nom
Ex.: deux-chevaux (n.f. inv.), deux-mâts (n.m. inv.), deux-points (n.m. inv.),
deux-ponts (n.m. inv.), mille-pattes (n.m. inv.), mille-pertuis (ou millepertuis; n.m.
inv.).
Noms composés résultés à la suite de la nominalisation d’une proposition,
d’une phrase
Ex.: décrochez-moi ça (n.m. inv.), je ne sais quoi (ou je-ne-sais-quoi; n.m.
inv.), suivez-moi-jeune-homme (n.m. inv.), qu’en-dira-t-on (n.m. inv.), qui-vive
(n.m. inv.) sauve-qui-peut (n.m. inv.) le sot-l’y-laisse (n.m. inv.), va-t’en-guerre
(n.m. inv.), va-nu-pieds (n.m. inv.), va-et-vient (n.m. inv.), va-de-l’avant (n.m.
inv.), ne-m’oubliez-pas (n.m. inv.).
Pluriel des noms composés
Noms composés du type nom + nom.
249
Dans le cadre de cette catégorie, on distingue:
a) des noms composés dont les deux morphèmes lexicaux prennent la marque
du pluriel.
Ex.: machine-outil (n.m.; pl. machines-outils).
b) des noms composés dont le premier morphème lexical prend la marque du
pluriel.
Ex.: bain-marie (n.m.; pl. bains-marie)
c) des noms composés dont le second morphème lexical prend la marque du
pluriel.
Ex.: chèvre-pied (n.m.; pl. chèvre-pieds),
d) des noms composés qui ont deux formes au pluriel.
Ex.: garde-voie (n.m.; pl. gardes-voies ou gardes-voie)
Noms composés dont les deux morphèmes lexicaux prennent la marque du
pluriel.
Ex.: aide-comptable (n.m.; pl. aides-comptables), atome-gramme (n.m.; pl.
atomes-grammes); balai-brosse (n.m.; pl. balais-brosses); ballon-sonde (n.m.; pl.
ballons-sondes); bateau-mouche (n.m.; bateaux-mouches); bloc-moteur (n.m.;
blocs-moteurs); borne-fontaine (n.m.; bornes-fontaines); bouton-pression (n.m.; pl.
boutons-pressions); café-concert (n.m.; pl. cafés-concerts); café-théâtre (n.m.; pl.
cafés-théâtres); chef-lieu (n.m.; pl. chefs-lieux); cité-dortoir (n.m.; pl. cités-dor-
toirs); cité-jardin (n.f.; pl. cités-jardins); claire-voie (n.f.; pl. claires-voies); coton-
poudre (n.m.; pl. cotons-poudres); coton-tige (n.m.; pl. cotons-tiges); couteau-scie
(n.m.; pl. couteaux-scies), crédit-bail (n.m.; pl. crédits-bails. Remarque. Le nom
bail a normalement le pluriel baux; la forme bails est exceptionnelle); dame-jeanne
(n.f.; pl. dames-jeannes); état-major (n.m.; pl. états-majors); expert-comptable
(n.m.; pl. experts-comptables); garde-magasin (n.m.; pl. gardes-magasins); garde-
malade (n.; pl. gardes-malades); garde-port (n.m.; pl. gardes-ports); garde-voie
(n.m.; pl. gardes-voies); homme-grenouille (n.m.; pl. hommes-grenouilles); jupe-
culotte (n.f.; pl. jupes-culottes); loup-garou (n.m.; pl. loups-garous); marteau-pilon
(n.m.; pl. marteaux-pilons); marteau-piqueur (n.m.; pl. marteaux-piqueurs); martin-
pêcheur (n.m.; pl. martins-pêcheurs); montre-bracelet (n.f.; pl. montres-bracelets);
pelle-pioche (n.f.; pl. pelles-pioches); pont-aqueduc (n.m.; pl. ponts-aqueducs);
porte-fenêtre (n.f.; pl. portes-fenêtres); roman-feuilleton (n.m.; pl. romans-feuil-
letons); roman-fleuve (n.m.; pl. romans-fleuves); sabre-baïonnette (n.m.; pl. sabres-
baïonnettes); sapeur-pompier (n.m.; pl. sapeurs-pompiers); station-service (n.f.; pl.
stations-services); taupe-grillon (n.m.; pl. taupes-grillons); tissu-éponge (n.m.; pl.
tissus-éponges); toiture-terrasse (n.f.; pl. toitures-terrasses); train-balai (n.m.; pl.
trains-balais); voiture-bar (n.m.; pl. voitures-bars); wagon-restaurant (n.m.; pl.
wagons-restaurants); wagon-citerne (n.m.; pl. wagons-citernes); wagons-lit (n.m.;
pl. wagons-lits).
Noms composés dont le premier morphème lexical prend la marque du pluriel.
Ex.: bain-marie (n.m.; pl. bains-marie); hôtel-Dieu (n.m.; pl. hôtels-Dieu);
papier-calque (n.m.; pl. papiers-calque); papier-émeri (n.m.; pl. papiers-émeri);
papier-linge (n.m.; pl. papiers-linge); timbre-poste (n.m.; pl. timbres-poste); train-
poste (n.m.; pl. trains-poste).

250
Noms composés dont le second morphème lexical prend la marque du pluriel.
Ex.: chèvre-pied (n.m.; pl. chèvre-pieds), gras-double (n.m.; gras-doubles);
poids-frein (n.m.; pl. poids-freins); saint-marcellin (n.m.; pl. saint-marcellins);
saint-néctaire (n.m.; pl. saint-nectaires); saint-paulin (n.m.; pl. saint-paulins).
Noms composés qui ont deux formes au pluriel au point de vue grammatical
ou/et graphique.
Ex.: ciné-club ou cinéclub (n.m.; pl. ciné-clubs ou cinéclubs); ciné-parc
(n.m.; pl. ciné-parcs ou cinéparcs), fourmi-lion ou fourmilion (n.m.; pl. fourmis-
lions ou fourmilions); garde-chasse (n.m.; pl. gardes-chasse ou gardes-chasses);
garde-chiourme (n.m.; pl. gardes-chiourme ou gardes-chiourmes); garde-frein (n.m.;
pl. gardes-frein ou gardes-freins), garde-ligne (n.m.; pl. gardes-ligne ou gardes-
lignes); garde-magasin (n.m.; pl. gardes-magasin ou gardes-magasins); garde-port
(n.m.; pl. gardes-port ou gardes-ports), garde-rivière (n.m.; pl. gardes-rivière ou
gardes-rivières); garde-voie (n.m.; pl. gardes-voie ou gardes-voies); saint-bernard
(n.m.; pl. saint-bernard ou saint-bernards); saint-émilion (n.m.; pl. saint-émilion ou
saint-émilions); saint-honoré (n.m.; pl. saint-honoré ou saint-honorés).
Noms composés du type nom + préposition + nom.
1. Noms composés dont le premier morphème lexical prend la marque du
pluriel.
N.B. Dans ce cas, le second morphème lexical est, en général, le com-
plément du premier.
Ex.: acquit-à-caution (n.m.; pl. acquits-à-caution), arc-en-ciel (n.m.; pl. arcs-
en-ciel), bec-de-cane (n.m.; pl. becs-de-cane); boule-de-neige (n.f.; pl. boules-de-
neige); bouton-d’argent (n.m.; pl. boutons d’argent); chef-d’oeuvre (n.m.; pl. chefs-
d’oeuvre); chef de gare (n.m.; pl. chefs de gare); chemin de fer (n.m.; pl. chemins
de fer); cou-de-pied (n.m.; pl. cous-de-pied); coup-de-poing (n.m.; pl. coups-de-
poing); crête-de-coq (n.f.; pl. crêtes-de-coq); croc-en-jambe (n.m.; pl. crocs-en-
jambe); cul-de-sac (n.m.; pl. culs-de-sac); eau-de-vie (n.f.; pl. eaux-de-vie); gueule-
de-loup (n.f.; pl. gueules-de-loup); langue-de-chat (n.f.; pl. langues-de-chat); mont-
de-piété (n.m.; pl. monts-de-piété); œil-de-bœuf (n.m.; pl. œils-de-bœuf); œil-de-
chat (n.m.; pl. œils-de-chat); œil-de-perdrix (n.m.; pl. œils-de-perdrix); œil-de-pie
(n.m.; pl. œils-de-pie), oreille-de-Judas (n.f.; pl. oreilles-de-Judas); oreille-de-mer
(n.f.; pl. oreilles-de-mer); oreille-de-rat (n.f.; pl. oreilles-de-rat); patte d’oie (n.f.;
pl. pattes-d’oie); pied-d’alouette (n.m.; pl. pieds-d’alouette); pied-de-biche (n.m.;
pl. pieds-de-biche); pied-de-cheval (n.m.; pl. pieds-de-cheval); pied-de-chèvre
(n.m.; pl. pieds-de-chèvre); pied-de-loup (n.m.; pl. pieds-de-loup); pied-de-mouton
(n.m.; pl. pieds-de-mouton); pied-de-poule (n.m.; pl. pieds-de-poule); pied-de-veau
(n.m.; pl. pieds-de-veau); pomme de terre (n.f.; pl. pommes de terre); pot-au-feu
(n.m.; pots-au-feu); pot-de-vin (n.m.; pl. pots-de-vin); queue-d’aronde (n.m.; pl
queues-d’aronde); queue-de-cheval (n.f.; pl. queues-de-cheval); queue-de-morue
(n.f.; pl. queues-de-morue); queue-de-pie (n.f.; pl. queues-de-pie); queue-de-rat
(n.f.; pl. queues-de-rat); queue-de-vache (n.f.; pl. queues-de-vache); rond-de-cuir
(n.m.; pl. ronds-de-cuir); tête-de-clou (n.m.; pl. têtes-de-clou); tête-de-loup (n.f.; pl.
têtes-de-loup); tête-de-Maure (n.f.; pl. têtes-de-Maure); ver à soie (n.m.; pl. vers à soie).

251
2. Noms composés invariables au pluriel (noms composés qui ont une forme
unique aux deux nombres).
Ex.: coq-à-l’âne (n.m. inv.); goutte-à-goutte (n.m. inv.); pied-à-terre (n.m.
inv.); sang-de-dragon (n.m. inv.); tête-à-tête (n.m. inv.); tête-de-nègre (n.m. inv.);
vol-au-vent (n.m. inv.); bouche-à-bouche (n.m. inv.); moulin-à-vent (n.m. inv.);
pas-d’âne (n.m. inv.); pas-de-géant (n.m. inv.); pas-de-porte (n.m. inv.).
Noms composés du type nom + adjectif
1. En général, les deux morphèmes lexicaux des mots composés de ce type
prennent la marque du pluriel.
Ex.: amour-propre (n.m.; pl. amours-propres, arc-boutant (n.m.; pl. arcs-bou-
tants), coffre-fort (n.m.; pl. coffres-forts); cerf-volant (n.m.; pl. cerfs-volants); chat-
huant (n.m.; pl. chats-huants); eau-forte (n.f.; pl. eaux-fortes); loup-cervier (n.m.;
pl. loups-cerviers); mont-blanc (n.m.; pl. monts-blancs); pied-bot (n.m.; pl. pieds-
bots); pied-plat (n.m.; pl. pieds-plats); pré-salé (n.m.; pl. prés-salés); pot-pourri
(n.m.; pl. pots-pourris).
2. Certains noms composés du type nom + adjectif sont invariables.
Ex.: sang-froid (n.m. inv.), terre-neuve (n.m. inv.).
Remarques.1. On écrit pied-droit ou piédroit (n.m.; pl. pieds-droits ou
piédroits); pied-fort ou piéfort (n.m.; pl. piéforts ou pieds-forts).
2. Chevau-léger a la forme chevau-légers au pluriel.
3. Dans terre-plein et cap-hornier, seulement le second morphème lexical
prend la marque du pluriel.
Ex.: terre-plein (n.m.; pl. terre-pleins); cap-hornier (n.m.; pl. cap-horniers).
4. Le pluriel de saint-cyrien (n.m.) est saint-cyriens.
Noms composés du type adjectif + nom
Ex.: bas-côté (n.m.; pl. bas- côtés); bas-fond (n.m.; pl. bas-fonds); basse-cour
(n.f.; pl. basses-cours); beau-fils (n.m. pl. beaux-fils); beau-frère (n.m.; pl. beaux-
frères); beau-père (n.m.; pl. beaux-pères); belle-dame (n.f.; pl. belles-dames); belle-
famille (n.f.; pl. belles-familles); belle-fille (n.f.; pl. belles-filles); belle-mère (n.f.
pl. belles-mères); belle-soeur (n.f.; pl. belles-soeurs); blanc-bec (n.m.; pl. blancs-
becs); blanc-étoc ou blanc-estoc (n.m.; pl. blancs-étocs ou blancs-estocs); blanc-
manger (n.m.; pl. blancs-mangers); blanc-seign (n.m.; pl. blancs-seigns); bonne-
maman (n.f.; pl. bonnes-mamans); bon-papa (n.m.; pl. bons-papas); chauve-souris
(n.f.; pl. chauves-souris); court-circuit (n.m.; pl. courts-circuits); court-bouillon
(n.m.; pl. courts-bouillons); faux-filet (n.m.; pl. faux-filets); faux-monnayeur (n.m.;
pl. faux-monnayeurs); franc-bord (n.m.; pl. francs-bords); franc-bourgeois (n.m.;
pl. francs-bourgeois); franc-tireur (n.m.; pl. francs-tireurs); grand-duc (n.m.; pl.
grands-ducs); grand-duché (n.m.; pl. grands-duchés); grande-duchesse (n.f.; pl.
grandes-duchesses); grand-oncle (n.m.; pl. grands-oncles); grand-père (n.m.; pl.
grands-pères); haut-fond (n.m.; pl. hauts-fonds); haut fourneau (n.m.; pl. hauts
fourneaux); haut-relief (n.m.; pl. hauts-relief); libre-arbitre (n.m.; pl. libres-
arbitres); libre-échange (n.m.; pl. libres-échanges); long-métrage (n.m.; pl. longs-
métrages); longue-vue (n.f.; pl. longues-vues); morte-eau (n.f.; pl. mortes-eaux);
morte-saison (n.f.; pl. mortes-saisons); nue-propriété (n.f.; pl. nues-propriétés);
petit-déjeuner (n.m.; pl. petits-déjeuners); petite-fille (n.f.; pl. petites-filles); petite-
nièce (n.f.; pl. petites-nièces); petit-fils (n.m.; pl. petits-fils); petit-gris (n.m.; pl.
252
petits-gris); petit-lait (n.m.; pl. petits-laits); petit-suisse (n.m.; pl. petits-suisses);
plat-bord (n.m.; pl. plats-bords); plein-emploi ou plein emploi (n.m.; pl. pleins-
emplois); plein-vent (n.m.; pl. pleins-vents); rond-point (n.m.; pl. ronds-points);
rouge-gorge (n.m.; pl. rouges-goges); sage-femme (n.f.; pl. sages-femmes).
Remarques
1. Dans les noms composés du type adjectif + nom, en général, tous les deux
morphèmes lexicaux prennent la marque du pluriel.
2. L'adjectif grand demeure invariable au pluriel dans les noms composés
féminins suivants: grand-garde (n.f.; pl. grand-gardes); grand-halte (n.f.; pl. grand-
haltes); grand-rue (n.f.; pl. grand-rues).
3. Les noms composés suivants ont deux formes au pluriel: grand-mère (n.f.;
pl. grand-mères ou grands-mères), grand-messe (n.f; pl. grand-messes ou grands-
messes).
4. Grand-tante (n.f.) a la forme grands-tantes au pluriel (Certains auteurs
emploient la forme grand-tantes).
5. Dans les noms composés long-courrier (n.m.), nu-pied (n.m.) sauf-conduit
(n.m.), le second morphème lexical seulement prend la marque du pluriel: des
long-courriers, des nu-pieds, des sauf-conduits.
6. Dans le nom composé petit-beurre (n.m.) seulement le premier morphème
lexical prend la marque du pluriel: des petits-beurre.
7. Pur-sang (n.m.) a deux formes au pluriel: des pur-sang ou des purs-sangs.
8. Le nom composé vieux-lille (fromage très longuement affiné) est
invariable.
9. Le nom composé vif-argent n’a pas de pluriel.
Noms composés du type adjectif + adjectif
Dans les noms composés de ce type, tous les deux morphèmes lexicaux
prennent la marque du pluriel.
Ex.: clair-obscur (n.m.; pl. clairs-obscurs); douce-amère (n.f.; pl. douces-
amères); roulé-boulé (n.m.; pl. roulés-boulés); sourd-muet (n.m.; pl. sourds-muets);
sourde-muette (n.f.; pl. sourdes-muettes); toute-bonne (n.f.; pl. toutes-bonnes).
Remarque. Lorsque le premier morphème lexical (adjectif) est pris adverbia-
lement, il reste invariable.
Ex.: nouveau-né ((n.m.; pl. nouveau-nés; on écrit parfois des nouveaux-nés
(v. P. Robert)), nouveau-née (n.f.; pl. nouveau-nées; on écrit parfois des nouvelles-
nées (v. P. Robert).
Noms composés du type verbe + nom complément d’objet direct
a) le nom complément peut être invariable ou il peut varier au pluriel.
Ex.: abaisse-langue (n.m.; pl. abaisse-langue ou abaisse-langues); appuie-
main (n.m.; pl. appuie-main ou appuie-mains); appuie-tête (n.m.; pl. appuie-tête ou
appuie-têtes), abat-feuille (n.m.; pl. abat-feuille ou abat-feuilles); amuse-bouche
(n.m.; pl. amuse-bouche ou amuse-bouches); amuse-gueule (n.m.; pl. amuse-gueule
ou amuse-gueules); brise-vent (n.m.; pl. brise-vent ou brise-vents); casse-cou (n.m.;
fam.; pl. casse-cou ou casse-cous); casse-dalle (n.m.; fam.; pl. casse-dalle ou casse-
dalles); cache-col (n.m.; pl. cache-col ou cache-cols); cache-flamme (n.m.; pl.
cache-flamme ou cache-flammes); cache-pot (n.m; pl. cache-pot ou cache-pots);
cache-prise (n.m.; pl. cache-prise ou cache-prises); cache-sexe (n.m.; pl. cache-
253
sexe ou cache-sexes); chasse-neige (n.m.; pl. chasse-neige ou chasse-neiges); gâte-
papier (n.m.; pl. gâte-papier ou gâte-papiers), gratte-papier (n.m.; pl. gratte-papier
ou gratte-papiers); gratte-ciel (n.m.; pl. gratte-ciel ou gratte-ciels); perce-neige
(n.m. ou f.; pl. perce-neige ou perce-neiges); pique-feu (n.m.; pl. pique-feu ou
pique-feux); pousse-pied (n.m.; pl. pousse-pied ou pousse-pieds); tire-fond (n.m.;
pl. tire-fond ou tire-fonds); tue-chien (n.m.; pl. tue-chien ou tue-chiens); tue-diable
(n.m.; pl. tue-diable ou tue-diables), etc.
b) noms composés du type verbe + nom qui ont deux formes au singulier et
une seule forme au pluriel.
Ex.: brise-lames ou brise-lame (n.m.; pl. brise-lames); brise-mottes ou brise-
motte (n.m.; pl. brise-mottes); casse-pattes ou casse-patte (n.m.; pl. casse-pattes);
casse-noisette ou casse-noisettes (n.m.; pl. casse-noisettes); chauffe-assiettes ou
chauffe-assiette (n.m.; pl. chauffe-assiettes); coupe-chou ou coupe-choux (n.m.; pl.
coupe-choux); coupe-légumes ou coupe-légume (n.m.; pl. coupe-légumes); couvre-
pied ou couvre-pieds (n.m.; pl. couvre-pieds); cure-ongle ou cure-ongles (n.m.; pl.
cure-ongles); essuie-mains ou essuie-main (n.m.; pl. essuie-mains); essuie-meubles
ou essuie-meuble (n.m.; pl. essuie-meubles); essuie-phare ou essuie-phares (n.m.;
pl. essuie-phares); essuie-pieds ou essuie-pied (n.m.; pl. essuie-pieds); essuie-
verres ou essuie-verre (n.m.; pl. essuie-verres); gratte-pieds ou gratte-pied (n.m.; pl.
gratte-pieds); porte-bouteilles ou porte-bouteille (n.m.; pl. porte-bouteilles), etc.
c) noms composés du type verbe + nom complément qui ont une seule forme
au singulier et une seule forme au pluriel (le complément varie).
Ex.: accroche-cœur (n.m.; pl. accroche-cœurs), accroche-plat (n.m.; pl.
accroche-plats); attrape-mouche (n.m.; pl. attrape-mouches); bouche-trou (n.m.; pl.
bouche-trous); brise-glace (n.m.; pl. brise-glaces); brise-jet (n.m.; pl. brise-jets);
brûle-parfum (n.m.; pl. brûle-parfums); cache-cœur (n.m.; pl. cache-cœurs); cache-
radiateur (n.m.; pl. cache-radiateurs); cale-pied (n.m.; pl. cale-pieds); chasse-clou
(n.m.; pl. chasse-clous); chasse-mouche (n.m.; pl. chasse-mouches); chasse-roue
(n.m.; pl. chasse-roues); chauffe-bain (n.m.; pl. chauffe-bains); chauffe-biberon
(n.m.; pl. chauffe-biberons); chauffe-plat (n.m.; pl. chauffe-plats); chausse-pied
(n.m.; pl. chausse-pieds); chausse-trape ((chausse-trappe; v. Robert); n.m.; pl.
chausse-trapes)); coupe-cigare (n.m.; pl. coupe-cigares); coupe-circuit (n.m.; pl.
coupe-circuits); coupe-file (n.m.; pl. coupe-files); coupe-jarret (n.m.; pl. coupe-
jarrets); coupe-racine (n.m.; pl. coupe-racines); couvre-chef (n.m.; pl. couvre-
chefs); couvre-feu (n.m.; pl. couvre-feux); couvre-joint (n.m.; pl. couvre-joints);
couvre-lit (n.m.; pl. couvre-lits); couvre-livre (n.m.; pl. couvre-livres); couvre-objet
(n.m.; pl. couvre-objets); couvre-plat (n.m.; pl. couvre-plats); crève-coeur (n.m.; pl.
crève-coeurs); croche-pied (n.m.; pl. croche-pieds); cure-dent (n.m.; pl. cure-
dents); cure-oreille (n.m.; pl. cure-oreilles); démonte-pneu (n.m.; pl. démonte-
pneus); essuie-glace (n.m.; pl. essuie-glaces); fume-cigare (n.m.; pl. fume-cigares);
fume-cigarette (n.m.; pl. fume-cigarettes); garde-fou (n.m.; pl. garde-fous); garde-
meuble (n.m.; pl. garde-meubles); garde-robe (n.f.; pl. garde-robes); gâte-sauce
(n.m.; pl. gâte-sauces); guide-âne (n.m.; pl. guide-ânes); guide-fil (n.m.; pl. guide-
fils); lance-pierre (n.m.; pl. lance-pierres); lave-glace (n.m.; pl. lave-glaces); lèche-
vitrine (n.m.; pl. lèche-vitrines); mange-disque (n.m.; pl. mange-disques); marque-
page (n.m.; pl. marque-pages); monte-charge (n.m.; pl. monte-charges); passe-
boule (n.m.; pl. passe-boules); passe-droit (n.m.; pl. passe-droits); passe-lacet
254
(n.m.; pl. passe-lacets); passe-montagne (n.m.; pl. passe-montagnes); passe-pied
(n.m.; pl. passe-pieds); passe-vue (n.m.; pl. passe-vues); passe-plat (n.m.; pl. passe-
plats); pense-bête (n.m.; pl. pense-bêtes); perce-muraille (n.m.; pl. perce-murailles);
perce-pierre (n.m.; pl. perce-pierres); pèse-alcool (n.m.; pl. pèse-alcools); pèse-lait
(n.m.; pl. pèse-laits); pèse-bébé (n.m.; pl. pèse-bébés); pèse-lettre (n.m.; pl. pèse-
lettres); pèse-moût (n.m.; pl. pèse-moûts); pèse-personne (n.m.; pl. pèse-per-
sonnes); pèse-sel (n.m.; pl. pèse-sels); pèse-sirop (n.m.; pl. pèse-sirops); pèse-vin
(n.m.; pl. pèse-vins); pince-jupe (n.m.; pl. pince-jupes); pince-oreille (n.m.; pl.
pince-oreilles); pique-assiette (n.m.; pl. pique-assiettes); pique-nique (n.m.; pl.
pique-niques); porte-affiche (n.m.; pl. porte-affiches); porte-amarre (n.m.; pl. porte-
amarres); porte-chéquier (n.m.; pl. porte-chéquiers); porte-copie (n.m.; pl. porte-
copies); porte-couteau (n.m.; pl. porte-couteaux); porte-crosse (n.m.; pl. porte-
crosses); porte-drapeau (n.m.; pl. porte-drapeaux); porte-étendard (n.m.; pl. porte-
étendards); porte-étrier (n.m.; pl. porte-étriers); porte-fenêtre (n.m.; pl. porte-
fenêtres); porte-greffe (n.m.; pl. porte-greffes); porte-jupe (n.m.; pl. porte-jupes);
porte-lame (n.m.; pl. porte-lames); porte-menu (n.m.; pl. porte-menus); porte-objet
(n.m.; pl. porte-objets); porte-outil (n.m.; pl. porte-outils); porte-plume (n.m.; pl.
porte-plumes); porte-queue (n.m.; pl. porte-queues); porte-savon (n.m.; pl. porte-
savons); presse-citron (n.m.; pl. presse-citrons); presse-raquette (n.m.; pl. presse-
raquettes); prête-nom (n.m.; pl. prête-noms); protège-cahier (n.m.; pl. protège-
cahiers); protège-parapluie (n.m.; pl. protège-parapluies); protège-tibia (n.m.; pl.
protège-tibias); saute-ruisseau (n.m.; pl. saute-ruisseaux); serre-file (n.m.; pl. serre-
files); serre-frein (n.m.; pl. serre-freins); serre-joint (n.m.; pl. serre-joints); tire-
balle (n.m.; pl. tire-balles); tire-bonde (n.m.; pl. tire-bondes); tire-botte (n.m.; pl.
tire-bottes); tire-bouchon (n.m.; pl. tire-bouchons); tire-clou (n.m.; pl. tire-clous);
tire-filet (n.m.; pl. tire-filets); tire-ligne (n.m.; pl. tire-lignes); tire-pied (n.m.; pl.
tire-pieds); tourne-disque (n.m.; pl. tourne-disques); tourne-pierre (n.m.; pl. tourne-
pierres); tranche-montagne (n.m.; pl. tranche-montagnes); vide-poche (n.m.; pl.
vide-poches); vide-pomme (n.m.; pl. vide-pommes), vide-bouteille (n.m.; pl. vide-
bouteilles), etc.
d) noms composés du type verbe + nom (complément d’objet direct) invariables.
Ex.: abat-jour (n.m.), abat-son (n.m.), abat-vent (n.m.), bat-flanc (n.m.),
brise-fer (n.m.), brise-soleil (n.m.), cache-misère (n.m.), casse-croûte (n.m.), casse-
gueule (n.m.), casse-pipe (n.m.), cache-tampon (n.m.); coupe-papier (n.m.);
croque-monsieur (n.m.); garde-manger (n.m.); garde-vue (n.m.); gâte-bois (n.m.),
gâte-papier (n.m.), grille-pain (n.m.), hache-paille (n.m.), hache-viande (n.m.),
lave-linge (n.m.), lave-vaisselle (n.m.), monte-courroie (n.m.), monte-pente (n.m.),
pare-boue (n.m.), pare-neige (n.m.), pare-soleil (n.m.); pare-vent (n.m.); porte-
bonheur (n.m.), porte-monnaie (n.m.), porte-musique (n.m.), porte-parole (n.m.),
porte-balai (n.m.), porte-serviette (n.m.), presse-étoupe (n.m.), presse-purée (n.m.),
prie-Dieu (n.m.), protège-parapluie (n.m.), rabat-joie (n.m.), ramasse-monnaie
(n.m.), rogne-pied (n.m.), ramasse-pâte (n.m.), remue-ménage (n.m.), rince-bouche
(n.m.), saute-mouton (n.m.), tranche-gazon (n.m.), traîne-misère (n.m.), vide-citron
(n.m.), vide-cave (n.m.).
Mots invariables (adverbe ou préposition) + nom
Lorsque les noms composés sont formés d’un adverbe et d’un nom ou d’une
préposition et d’un nom, le nom seul prend en principe, la marque du pluriel.
255
Ex.: les à-côtés, des à-coups, des après-dîners, des après-guerres, des arrière-
bans, des arrière-becs, des arrière-bouches, des arrière-boutiques, des arrière-
cerveaux, des arrière-choeurs, des arrière-cours, des arrière-cuisines, des arrière-
fleurs, les arrière-fonds, des arrière-gardes, des arrière-gorges, des arrière-goûts,
des arrière-mains, des arrière-pensées, des arrière-plans, des arrière-ports, des
arrière-saisons, des arrière-trains, les arrière-vassaux; les arrière-voussures, des
avant-bassins, des avant-becs, des avant-gardes, des avant-goûts, les avant-guerres,
des avant-mains, des avant-monts, des avant-ports, des avant-postes, des avant-
projets, des avant-scènes, des avant-trains, des avant-veilles, des contre-alizée, les
contre-allées, des contre-amiraux, des contre-appels, des contre-assurances, des
contre-attaques, des contre-chants, des contre-courants, des contre-courbes, des
contre-dénonciations, des contre-écrous, des contre-emplois, des contre-enquêtes,
des contre-épaulettes, des contre-essais, des contre-exemples, des contre-exper-
tises, des contre-feux, les contre-indications, des contre-interrogatoires, des contre-
lames, des contre-lettres, des contre-manifestations, des contre-mines, des contre-
murs, des contre-offensives, des contre-pals, des contre-performances, des contre-
pieds (ou contrepieds), des contre-plongées, des contre-pouvoirs, des contre-
préparations, des contre-projet (ou contreprojets), des contre-propositions (ou
contrepropositions), des contre-rails, des contre-révolutions, des contre-tailles, des
contre-ténors, des contre-timbres, des contre-torpilleurs, des contre-transferts, des
contre-visites, des en-têtes, des entre-nerfs, des entre-nœuds, des entre-rails, des
haut-parleurs, des haut-fonds, des non-combattants, des non-conformistes, les non-
interventionnistes, des non-lieux, des sans-abris, les sans-culottes, des sans-filistes,
des sans-grade ou des sans-grades; des sous-arbrisseaux, des sous-barbes, des sous-
brigadiers, des sous-chefs, des sous-couches, des sous-fifres, des sous-gorges ou
des sous-gorge, des sous-hommes, des sous-lieutenants, des sous-marins, des sous-
multiples, des sous-officiers (fam. des sous-offs), les sous-produits, des sous-titres,
des sous-verres, des sous-vêtements, etc.
Remarque. L’adjectif demi, devant le nom qu’il qualifie et auquel il se rattache
par un trait d’union, est toujours invariable. Le nom prend la marque du pluriel.
Ex.: des demi-bottes, des demi-bouteilles, des demi-cercles, des demi-
colonnes, des demi-deuils, des demi-dieux, des demi-droites, des demi-finales, des
demi-frères, les demi-heures, des demi-journées, des demi-litres, des demi-
longueurs, des demi-mesures, les demi-mondes, des demi-mots, des demi-pauses,
des demi-pensionnaires, des demi-pièces, des demi-plans, des demi-portions, des
demi-produits, des demi-queues, des demi-reliures, les demi-saisons, des demi-
sangs (ou des demi-sang), des demi-soeurs, des demi-soldes, des demi-sommeils,
des demi-tarifs, des demi-tiges, des demi-voltes.
Noms composés du type: nom + article défini + nom
Dans les noms composés de ce type le premier nom prend, en principe, la
marque du pluriel.
Ex.: bonheur-du-jour (n.m.; pl. bonheurs-du-jour), reine-des près (n.f.; pl.
reines-des-prés).
Remarque. Les noms composés mort-aux-rats (n.f.) et pont-l’évêque (n.m.)
sont invariables.
Noms composés du type: mot invariable + adjectif + nom
256
Dans les noms composés de ce type, l’adjectif et le nom prennent la marque
du pluriel.
Ex.: des arrière-grands-oncles, des arrière-grands-parents, des arrière-grands-
pères, des arrière-petits-fils, des arrière-petites-nièces, des arrière-petits-neveux,
des arrière-petits-enfants.
Remarque. On doit écrire des arrière-grands-mères, des arrière-grands-
tantes (v. Petit Robert). Dans son Dictionnaire, l’Académie écrit des arrière-
grand-mères.
Les noms propres: les marques du pluriel

I. Les noms animés


Les noms propres de personnes qui par définition devraient être toujours au
singulier prennent la marque du pluriel dans les conditions suivantes:
1. S’ils désignent des membres d’une famille illustre ou d’une même dynastie.
Ex.: Les Ptolémées; les Tarquins, les Flaviens (dynastie qui gouverna l’Empire
romain avec Vespasien, Titus et Domitien), les Antonins ((nom donné à sept
empereurs romains (Nerva, Trajan, Hadrien, Antonin, Marc Aurèle, Verus,
Commode)), les Sévères (dynastie romaine qui compta les empereurs Septime
Sévère, Caracalla, Geta, Elagabal et Sévère Alexandre); les Plantagenêts, les Stuarts,
les Tudors; les Bourbons; les Guises, les Condés, les Montmorencys, les Contis.
Exceptions: Les Hohenzollern, les Habsbourg, les Bonaparte.
2. S’ils désignent des types d’individus, des personnes semblables à celles
dont on cite le nom.
Ex.: Tous les siècles ne produisent pas des Molières. Il joue les Tarzans sur la
plage (P.R.). C’est une famille d’Harpagons. „Ce sont les Mécènes qui font des
Virgiles” (Henriot, Fils de la Louve; Grev.).
3. S’ils désignent des œuvres du nom de leur auteur ou des personnes
représentées (emploi métonymique).
Ex.: On écrit: des Raphaëls, des Poussins, des Fragonards, des Modiglianis
pour les tableaux de Raphaël, de Poussin, de Fragonard, de Modigliani.
4. S’ils désignent des peuples.
Ex.: Les Roumains, les Français, les Italiens, les Allemands, les Suisses, etc.
Remarque. Les noms propres de personnes ne prennent pas la marque du
pluriel s.
a) quand ils désignent des familles.
Ex.: les Duval, les Régnier, les Dupont.
b) quand ils désignent des personnes du même nom.
Ex.: les deux Corneille, les deux Le Bidois, les frères Goncourt, les Rougon-
Macquart.
II. Les noms inanimés
Il y a des noms geographiques qui s’emploient régulièrement au pluriel.
Ex.: les États-Unis d’Amérique, les Indes, les Pays-Bas, les Émirats arabes
unis; les Pyrénées, les Alpes, les Vosges, les Ardennes, les Cévennes, les Andes,
les Carpates; les Antilles, les Canaries, les Bermundes, les Moluques, les Philippines.

257
Quand un nom propre désigne plusieurs localités, ce nom ne se met pas au
pluriel lorsqu’on se réfère à ces localités considérées comme un ensemble, comme
un tout.
Ex.: les Montréal (il y a la ville de Montréal au Canada; une localité nommée
Montréal qui est chef-lieu de canton de l’Aude et une autre du même nom qui est
chef-lieu de canton du Gers).

Pluriel des noms empruntés aux langues étrangères

En général, les noms d’origine étrangère font leur pluriel en –s ou sans –s


selon l’usage indiqué par les dictionnaires. Souvent, ces noms ont la forme du
pluriel qu’ils avaient dans leur langue d’origine.
Noms latins
1. Noms latins qui sont laissés invariables:
a) des noms qui désignent par une sorte d’abrévation des prières catholiques
ou le texte dont ils sont le commencement.
Ex.: un Ave Maria/ des Ave Maria (ou des Ave); un confiteor/ des confiteor;
le Credo/ les Credo; un gloria/ des gloria, un Magnificat/ des Magnificat un
miserere/ des miserere (ou un miséréré/ des misérérés), un Pater/ des Pater; un
Salve (ou Salvé) des Salve (ou Salvé); un Stabat Mater (ou Stabat mater)/ des
Stabat Mater; un Te Deum/ des Te Deum; un requiem/ des requiem.
b) des noms qui étaient des formes verbales en latin.
Ex.: un admittatur/ des admittatur; un deleatur/ des deleatur; un exeat/ des
exeat; un satisfecit/ des satisfecit.
Remarque: un duplicata/ des duplicata (ou des duplicatas; Petit Robert).
2. Certains noms terminés en –us font le pluriel en –i.
Ex.: un acinus / des acini; un naevus / des naevi; un stimulus / des stimuli, un
tumulus / des tumuli.
3. Dans les noms latins terminés en –um, on trouve:
a) des pluriels en –s:
Ex.: un arboretum/ des arboretums; un curriculum/ des curriculums; un
mémorandum/ des mémorandums; un oppidum/ des oppidums; un symposium/ des
symposiums; un extremum/ des extremums.
b) des pluriels en –s ou en –a
Ex.: un maximum/ des maximums (ou des maxima); le minimum/ les minimums
(ou les minima); un préventorium/ des préventoriums (ou parfois des préventoria);
un sanatorium/ des sanatoriums (ou parfois des sanatoria).
c) des pluriels en –a
Ex.: un erratum/ des errata
Les noms latins ou d’origine latine suivants prennent un –s au pluriel:
Ex.: un accessit/ des accessits; un alibi/ des alibis; un aparté/ des apartés;
un agenda/des agendas; un album/ des albums; un alléluia/ des alléluias; un alea/
des aleas; un boni/ des bonis; un bénédicité/ des bénédicités; un déficit/ des déficits;
un factotum/ des factotums; un factum/ des factums; un fac-similé/ des fac-similés;
un impromptu/ des impromptus; un quidam/ des quidams; un quiproquo/ des qui-
proquos; un reliquat/ des reliquats.

258
Noms italiens
1. Noms italiens terminés en –a qui font leur pluriel en –e
Ex.: une prima donna/ des prime donne (ou des prima donna); une toccata/
des toccate (ou des toccatas).
2. Noms italiens terminés en –i qui font le pluriel en –s ou en –i
Ex.: un concetti/ des concettis (ou des concetti); un confetti/ des confettis (ou
des confetti); un graffiti/des graffitis (ou des graffiti); un lazzi/ des lazzis (ou des lazzi).
3. Noms italiens terminés en –i qui font le pluriel en –s
Ex.: un macaroni/ des macaronis; un spaghetti/ des spaghettis.
4. Noms italiens terminés en –o qui font le pluriel en –i ou en –s
Ex.: un carbonaro/ des carbonaros (ou des carbonari); un imprésario (im-
presario)/ des imprésarios ((des impresarios) ou des impresarii; cette forme est
vieillie)); un pizzicato/ des pizzicatos (ou des pizzicati); un scénario/ des scénarios
(rarement, des scénarii), un tempo/ des tempi (parfois, des tempos).
5. Noms italiens terminés en o qui font le pluriel en –s
Ex.: un alto/ des altos; un imbroglio/ des imbroglios; un bravo/ des bravos; un
concerto/ des concertos; un oratorio/ des oratorios.
6. Noms italiens terminés en –e qui font le pluriel en –s ou en –i
Ex.: un condottiere/ des condottieres (on des condottieri); un lazzarone/
des lazzarones (on des lazzaroni);
Noms anglais
1. Noms qui font le pluriel par l’adjonction des graphèmes –es ou –s.
Ex.: un box/ des boxes (ou des box), un flash/ des flashes (ou des flashs); une
miss/ des misses (ou des miss); un match/ des matches (ou des matchs); un ranch/
des ranches (ou des ranchs); un sandwich/ des sandwiches (ou des sandwichs).
2. Noms anglais qui font le pluriel en –s
Ex.: un bifteck/ des biftecks; un budget/ des budgets; un bazooka/ des
bazookas; un blazer/ des blazers; un charter/ des charters; un hourra/ des hourras;
un meeting/ des meetings; un tilbury/ des tilburys, etc.
3. Noms anglais terminés par une consonne + y qui font le pluriel en –ies ou
en –ys.
Ex.: un baby/ des babies (ou des babys); un hobby/ des hobbies (ou plus rare-
ment des hobbys); une lady/ des ladies (ou des ladys); un whisky/ des whiskies (ou
des whiskys; cette forme est plus rarement employée).
4. Les noms anglais terminés par –man font, en général, le pluriel en –men ou
en –mans
Ex.: un barman/ des barmen (ou des barmans); un clergyman/ des clergymen
(ou des clergymans), un gentleman/ des gentlemen (ou des gentlemans); un
policeman/ des policemen (ou des policemans); un recordman/des recordmen (ou
des recordmans); un tennisman/ des tennismen (ou des tennismans), un wattman/
des wattmen (ou des wattmans).

Remarques sur le pluriel des noms composés anglais


1. Noms dont le deuxième morphème lexical prend la marque du pluriel:
Ex.: un best-seller/ des best-sellers; un boogie-woogie/des boogie-woogies;
un box-office/ des box-offices; un boy-scout/des boy-scouts; un bull-finch/ des
259
bull-finches; un bull-terrier/ des bull-terriers; un brain drain/des bain drains; un
bow-window/ des bow-windows; un cake-walk/ des cake-walks, une chek-list/ des
check-lists; un cheese-cake/ des cheese-cakes; un chewing-gum/ des chewing-
gums; un choke-bore/ des choke-bores; un cold-cream/ des cold-creams; une cover-
girl/ des cover-girls; un cow-boy/ des cow-boys; un dead-heat/ des dead-heats; un
dressing-room/ des dressing-rooms; un fish-eye/ des fish-eyes; un fox-hound/des
fox-hounds; un french-cancan/ des french-cancans; un gold-point/ des gold-points;
un grill-room/ des grill-rooms; un half-track/ des half-tracks; une happy end/ des
happy ends, un hit-parade/ des hit-parades; un house-boat/ des house-boats; un irish
coffee/ des irish coffees; un irish stew/ des irish stews; un jet-stream/ des jet-
streams; un match-play/ des match-plays; un milk-bar/ des milk-bars; un milk-
shake/ des milk-shakes; un nicht-club/ des nicht-clubs; un one-step/ des one-steps;
une pale-ale/ des pale-ales; un passing-shot/ des passing-shots; un play-boy/ des
play-boys; un plum-pudding/ des plum-puddings; un ripple-mark/ des ripple-
marks; un script-girl/ des script-girls; un sea-line/ des sea-lines; un self-control/des
self-controls; un snack-bar/ des snack-bars; un story-board/ des story-boards; un
strip-tease/ des strip-teases; un tee-shirt/ des tee-shirts; un train-control/ des train-
controls.
2. Noms composés dont les deux morphèmes lexicaux prennent la marque du
pluriel.
Ex.: un gentleman-farmer/ des gentlemen-farmers; un talkie-walkie/ des
talkies-walkies; un disque-jockey/ des disques-jockeys; une surprise-partie/ des
surprises-parties (ou des surprise-partys).
Noms allemands
Le nom allemand Land fait au pluriel Länder. Lied (n.m.) fait au pluriel des
lieder (à l’allem.) ou des lieds ((„De Lucerne, ils gagnèrent par le coche d’eau,
Bâle, puis Cologne. Il faisait beau. Le soir, sous les étoiles, les bateliers chantaient
des lieds sentimentaux” (A. Maurois, Ariel; P.R.)). Leitmotiv [lεtm tiv;
laitm tif] fait au pluriel leitmotive ou leitmotiv (v. Petit Robert). Grevisse (B.U.
1997,
p. 818) autorise aussi leitmotivs. Le nom putsch a le pluriel putschs (La république
à ses débuts fut secouée par une série de putschs).
Noms espagnols
Les noms suivants font le pluriel en –s: un alguazil [algwazil] /des alguazils,
un boléro/ des boléros; un embargo/ des embargos; un hidalgo/ des hidalgos; un
mirador/ des miradors; un matador/ des matadors; un picador/ des picadors: un
toréador/ des toréadors.
Remarque. Conquistador fait au pluriel conquistadors ou conquistadores.

260
261
BIBLIOGRAPHIE

Académie Française, Grammaire de l’Académie française, Paris, Firmin-Didot, 1933.


Anderson (S.), Étude sur la syntaxe et la sémantique du mot français tout, Copenhague,
Munksgaard, 1954.
Arrivé (M.) et alii, Grammaire du français d’aujourd’hui, Paris, Flammarion, 1986.
Attali (P.), À propos de l’indéfini des. Problèmes de représentation sémantique. Le français
moderne, 44, 2, 1976, p. 126-142.
Béchade (Hervé), Phonétique et morphologie du français, Paris, PUF, 1992.
Benveniste (E.), Problèmes de linguistique, Paris, Gallimard, 1976-1980, 2 vol.
Buyssens (É.), Les catégories grammaticales du français, Bruxelles, Éditions de l’Université
de Bruxelles, 1975.
Brunot (F.), Bruneau (Ch.), Précis de grammaire historique de la langue française, Paris,
Masson, 1956.
Baylon (Chr.), Fabre (P.), Grammaire systématique de la langue française, Paris, Nathan,
1998.
Baylon (Chr.), Mignot (Xavier), Sémantique du langage, Paris, Nathan, 1995.
262
Blinkenberg (A.), L’ordre des mots en français moderne, Copenhague, Munksgaard, 1968,
1969, 2 vol.
Blanche-Benveniste, Chervel (A.), Recherches sur le syntagme substantif, Cahiers de
lexicologie, IX, 2, 1966, p. 3-37.
Chevalier (Jean-Claude) et alii, Grammaire Larousse du français contamporain, Paris,
Larousse, 1964.
Cristea (Teodora), Grammaire française, Bucureşti, Editura Fundaţiei România de Mâine, 2002.
Cristea (Teodora), Bondrea (Emilia), Éléments de grammaire française, Bucureşti, Editura
Fundaţiei România de Mâine, 2003.
Cuniţa (Al.) et alii, Abrégé de grammaire française, Bucureşti, TUB, 1988.
Corblin (F.), Les indéfinis: variables et quantificateurs, Langue française, nr. 116, 1997, p. 33 sq.
Corblin (F.), Indéfini, défini et démonstratif, Paris, Droz, 1978.
Cressot (M.) et alii, L’éclatement des genres, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2001.
Damourette (J.), Pichon (Éd.), Des mots à la pensée. Essai de grammaire de la langue
française, Paris, d’Artrey, 1911-1950, 7 vol.
David (J.), Kleiber (G.), Genre et langage. Le genre dans les noms d’animaux, Actes du
colloque de Nanterre, 1990, Linx, 21, p. 87-91.
Fuchs (C.). Pêcheux (M.), Lexis et Metalexis: le problème des déterminants. Considérations
théoriques à propos du traitement formel du langage. Documents de linguistique
quantitative, 7, Paris, Dunot, 1970.
Feuillet (Jack), Introduction à l’analise morphosyntaxique, Paris, PUF, 1995.
Georgin (R.), Difficultés et finesses de la langue française, Paris, d’Artrey, 1963.
Grevisse (Maurice), Goosse (A.), Le Bon Usage, Paris, Duculot, 1997 (Grev.).
Gary-Prieur (M.N.), Du Bach, du Colette: neutralisation du genre et recatégorisation des
noms de personne, Le français moderne, 58, 1990, 174-183.
Galmiche (M.), À propos de la distinction massif / comptable, Modèles linguistiques, vol. 18,
p. 181-190.
Guillaume (G.), Langage et science du langage, Québec, 1964.
Galmiche (M.), Note sur les noms de masse et le partitif, Langue française, 72, 1986, p. 40-53.
Godard (D.), Les déterminants possessifs et les compléments de nom. Langue française, 72,
1986, p. 102-122.
Galmiche (M.), Phrases, syntagmes et articles génériques, Langages, 1985, 79, p. 2-39.
Gary-Prieur (M.N.), Grammaire du nom propre, Paris, PUF, 1994.
Kleiber (G.), L’article, le générique. La généricité sur le mode massif, Paris, Droz, 1990.
Kleiber (G.), Sur la sémantique des descriptions démonstratives, Lingvisticae Investiga-
tiones, VIII, 1, 1984, p. 63-85.
Kleiber (G.), Les démonstratifs montrent-ils?, Le français moderne, 51, 1, 1983, p. 29-117.
Kleiber (G.), La sémantique du prototype, Paris, PUF, 1992.
Kuferman (l), L’article partitif existe-t-il ?, Le français moderne, 47, 1979, p. 1-16.
Lemaréchal (A.), Les parties du discours, sémantique et syntaxe, Paris, PUF, 1993.
Lupinko (G.), Les marques du genre en français, Le gré des langues, 1, 1990, p. 189-195.
Lyons (J.), Élements de sémantique, Paris, Larousse, 1978.
Lyons (J.), Sémantique linguistique, Paris, Larousse, 1980.
La Chaussée (Fr. de), Initiation à la morphologie historique de l’ancien français, Paris,
Klincksieck, 1977.
Le Bidois (G. et R.), Syntaxe du français moderne, Paris, Picard, 1967, 2 vol.
Lerat (P.), Sémantique descriptive, Paris, Hachette, 1983.
Martin (R.) Pour une logique du sens, Paris, PUF, 1993.
Martin (R.), De la double extensité du partitif, Langue française, 57, 1983, p. 34-42.
Mauger (G.), Grammaire pratique du français d’aujourd’hui, Paris, Hachette, 1968 (G.M.).
Moignet (G), Systématique de la langue française, Paris, Klincksieck, 1981.
Ménard (Pg.), Syntaxe de l’ancien français, Bordeaux, Bière, 1988.
263
Marouzeau (J.), Précis de stylistique française, Paris, Masson, 1969.
Murăreţ (Ion), Histoire de la langue française des origines au XIV-e siècle, Bucureşti,
Editura Universităţii din Bucureşti, 1974.
Murăreţ (Ion), Histoire de la langue française. Le moyen français, Bucureşti, Editura
Universităţii din Bucureşti, 1976.
Murăreţ (Ion), Histoire de la langue française. Le français classique, Bucureşti, Editura
Universităţii din Bucureşti, 1977.
Murăreţ (Ion), Difficultés et finesses de la langue française, Antoine de Rivarol et le français
classique, Bucureşti, Editura Universităţii din Bucureşti, 1990.
Molino (J.), Le nom propre dans la langue, Langages, 66, 1982, p. 5-20.
Peteghem (Van M.), Sur un indéfini marginal: même exprimant l’identité, Langue française,
116, p. 81-90.
Pottier (Bernard), Systématique des éléments de relation, Paris, Klincksieck, 1962.
Rastier (Fr.), Sémantique des noms propres, Langue française, 57, p. 106-117.
Riegel (Martin) et alii, Grammaire méthodique, Paris, PUF, 1996.
Rigault (A.), Grammaire du français parlé, Paris, Hachette, 1971.
Rougerie (A.), Grammaire française et exercices, Paris, Dunot, 1964 (Roug.).
Şerban (N.), Djionat (N.), Grammaire française supérieure, Iassy, Lutetia, s.d. (Dj.).
Tasmowski, De Ryck, Les démonstratifs français, Langages, 1990, p. 82-94.
Togeby (Kn.), Grammaire française, Copenhague, Akademisk Forlag, 1982-1985, 5 vol.
Vaugelas (Claude-Favre), Remarques sur la langue françoise, Paris, Piget (1647), 1738, 3 vol.
Wagner (L.), Pinchon (J.), Grammaire du français classique et moderne, Paris, Hachette, 1991.
Wartburg (W. von), Zumthor (P.), Précis de syntaxe du français contemporain, Berne,
Francke, 1958.
Wilmet (Marc), La détermination nominale, Paris, PUF, 1986.
Wilmet (Marc), Nom propre et ambiguité, Langue française, 92, 1991.

264