Vous êtes sur la page 1sur 118

Institut Agronomique Méditerranéen Université de Montpellier

de Montpellier Faculté d’Economie

___________________________________________________________________________

Master 2 «Ingénierie des projets et des politiques publiques»

Neutralité en termes de dégradation des terres.


Enjeux-Limites-Opérationnalisation

Mémoire présenté par : BOURZIQ Lahcen


Sous la direction de : REQUIER-DESJARDINS Mélanie

Septembre 2015

1
Résumé

La dégradation des terres (DT) est un problème qui affecte l’environnement, et constitue un
frein pour le développement durable, face à cette Situation la neutralité en termes de
dégradation NDT vient comme un concept, qui doit inverser cette dégradation
environnementale et socio-économique. Dans ce contexte nous nous sommes intéressés à ce
concept, et aux enjeux liés à son insertion dans les problématiques environnementales et de
développement.

Notre Analyse a porté sur des liens de NDT avec les conventions et les concepts de Rio +20,
ce qui va constituer un cadre conceptuel, institutionnel et organisationnel qui doit favoriser
l’opérationnalisation de ce concept.
Dans un cadre de mise en œuvre NDT plusieurs outils en relation avec la neutralité
présentent, en même temps des opportunités et des limites, une analyse de ces outils était
nécessaire. Ce qui nous a emmenés à présenter ce concept dans le cadre d’une séquence
« d’Eviter, réduire et compenser ».
Les pratiques de gestion durable des terres (GDT) seraient un outil de réduction, ainsi que la
restauration de capital naturelle (RCN) à travers une prise en compte des aspects
environnementaux et socio-économiques, peut être utile comme outil de compensation dans
un cadre NDT.
L’analyse des projets pilotes nous a emmené à projeter ce concept dans une échelle locale, en
raison des spécificités contextuelles liées à la dégradation des terres, une échelle qui pourrait
favoriser la complémentarité entre GDT et RCN, pour réduire la DT et restaurer les terres
dégradées, afin d’aboutir à un monde neutre en termes de dégradation des terres.
Mot clés : Neutralité, dégradation des terres, gestion durable des terres, compensation,
restauration, neutralité en termes de dégradation des terres, échelles locale globale et régionale
développement durable.

I
Abstract

Land degradation (LD) is a problem that affects the environment, and it is an obstacle to
sustainable development. Faced with this situation, neutrality in terms of degradation NTD
comes as a concept, which must reverse this environmental and socio-economic degradation.
In this context, we were interested in this concept, and in the issues related to its inclusion in
the environmental and development problematics.

Our analysis focused on NTD links with conventions and concepts of Rio + 20, which will
be a conceptual, institutional and organizational framework to facilitate the
operationalization of the concept.
In a context of NTD implementation several tools in connection with neutrality present at
the same time opportunities and limitations. An analysis of these tools was necessary, which
took us to present this concept as part of a sequence of "Avoid, reduce and offset".
The practices of sustainable land management (SLM) would be a reduction tool, and the
restoration of natural capital (RNC) through a consideration of environmental and socio-
economic aspects can be useful as a compensation tool in NTD frame.
The analysis of the pilot projects led us to project this concept into a local scale, because of
the contextual specificities related to land degradation, a scale that could favor
complementarity between SLM and RNC, in order to reduce LD and restore the land
degraded, so that we can achieve a neutral world in terms of land degradation.

Key words : Neutrality, land degradation, sustainable land management, compensation,


restoration, neutrality in terms of land degradation, local regional and global sustainable
development scales.

II
Remerciements

Je tiens à remercier toutes les personnes qui m’ont apporté leur


aide et leur collaboration pour la réalisation de cette étude. Plus
particulièrement je souhaite remercier Mme REQUIER-
DESJARDINS Mélanie enseignant-chercheur au CIHEAM-IAM
de Montpellier et mon encadrant M. Antoine CORNET au sein
du CSFD de m’avoir offert l’opportunité de réaliser ce travail et
pour leur encadrement.

III
Table des matières

Résumé ..................................................................................................................................................... I
Abstract ................................................................................................................................................... II
Remerciements ...................................................................................................................................... III
Table des matières ................................................................................................................................. IV
Liste des tableaux ................................................................................................................................... VI
Liste des figures ..................................................................................................................................... VII
Liste d’abréviations .............................................................................................................................. VIII
Introduction Générale ............................................................................................................................. 1
Chapitre 1 – Contexte et enjeux de la neutralité dans le cadre des objectifs de développement durable 4
1.1- Neutralité en termes de dégradation des terres (NDT), définitions et contenu ......................... 4
1.1.1 Neutralité :.............................................................................................................................. 4
1.1.2 Définition de la neutralité en termes de dégradation des terres, NDT.................................. 4
1.1.3 Dégradation des terres : Définition, facteurs, types et impacts ............................................ 6
1.1.4 Conclusion ............................................................................................................................ 21
1.2 - Relations avec les conventions de Rio ...................................................................................... 23
1.2.1 CNULD ................................................................................................................................ 23
1.2.2 CDB ...................................................................................................................................... 25
1.2.3 CNUCC ................................................................................................................................ 26
1.2.4 Conclusion ............................................................................................................................ 27
1.3 - Problématique et méthodologie................................................................................................. 28
1.3.1 Problématique ....................................................................................................................... 28
1.3.2 Méthodologie........................................................................................................................ 28
Chapitre 2 – Les instruments existants pour la mise en œuvre de NDT................................................ 30
2.1 - Mesure de la dégradation des terres .......................................................................................... 31
2.1.1 Cadrage................................................................................................................................. 32
2.1.2 Cartographie ......................................................................................................................... 33
2.1.3 Niveaux de la DT ................................................................................................................... 39
2.2 - La compensation ....................................................................................................................... 41
2.2.1 Définition .............................................................................................................................. 41
2.2.2 Principe ................................................................................................................................. 42
2.2.3 Systèmes de compensation dans le monde ......................................................................... 49

IV
2.3 - La restauration........................................................................................................................... 50
2.3.1 Définitions : .......................................................................................................................... 50
2.3.2 Cadre conceptuel :................................................................................................................ 51
2.3.2 De la restauration écologique vers la restauration du capital naturel................................. 53
2.3.3 Cadre technique : ................................................................................................................. 54
2.4 – Bilan ......................................................................................................................................... 56
Chapitre 3 – La GDT outil de mise en œuvre de NDT.......................................................................... 61
3.1 - Définition du champ de la GDT ................................................................................................ 61
3.2 - Comment la GDT peut-elle être un outil de mise en œuvre de NDT ? ..................................... 64
3.3 - Limites et recommandation pour l’application de la GDT à la neutralité en relation avec les
projets de développement et leur bénéficiaires ................................................................................. 75
3.4 – Bilan ......................................................................................................................................... 78
Chapitre 4 – Opérationnalisation de NDT dans les projets pilotes de la CNULD : analyse des éléments
disponibles ............................................................................................................................................. 80
4.1 – Présentation du projet ............................................................................................................. 80
4.1.1 Les objectifs et composantes du projet ............................................................................... 81
4.1.2 Les Pays impliqués ................................................................................................................ 83
4.2 – les choix faits pour la mise en œuvre ....................................................................................... 84
4.2.1 Aspects institutionnels et organisationnels ......................................................................... 84
4.2.2 Aspect technique du NDTp ................................................................................................... 87
4.3 – Analyses et réflexions sur cette mise en œuvre ....................................................................... 93
4.4 - Conclusion ................................................................................................................................. 96
Conclusion générale et recommandations ............................................................................................. 97
Références ........................................................................................................................................... 101

V
Liste des tableaux

Tableau 1 : Etendue et causes de la dégradation des terres (UNEP, 2002) ............................................ 7


Tableau 1: Stocks totaux de carbone organique du sol (SOC) en (Pg C (pétagramme)) et capacité
moyenne de séquestration par grande zone agro-écologique. ............................................................. 14
Tableau 3: Approche de la cartographie de la dégradation des terres Avantages/Limites. ................. 34
Tableau 4: les composante du cadre "DSPIR" et leurs attributs ............................................................ 37
Tableau 5: Systèmes de compensation, Avantages/Inconvénients. (UICN, 2011) ................................ 49
Tableau 6: synthèse des techniques de régénération artificielle.......................................................... 55
Tableau 7: Augmentation du rendement agricole en applicant des pratiqye GDT .............................. 70
Tableau 8: Indicateurs d'évaluation de l'impact des pratiques GDT ..................................................... 76
Tableau 9 : Cadre logique (Retiere, 2014) ............................................................................................. 81
Tableau 10: Pays imliqués dans le cadre de projet pilote LDN .............................................................. 83
Tableau 11: Alignement des indicateurs d'état avec les objectifs stratégiques de la CNULD .............. 88
Tableau 12: Sites choisis dans le cadre de NDTp en Ethiopie ............................................................... 89
Tableau 13: Démarche du choix des sites NDTp en Sénégal ................................................................. 91

VI
Liste des figures

Figure 1: Cadre conceptuel des causes de la DT ..................................................................................... 8


Figure 2: Variation de l'IVP global (à gauche) et de l'IVP terrestre (à droite) ....................................... 11
Figure 3 : Facteurs de dégradation de la population de l’IPV ............................................................... 12
Figure 3 : Carbone fixé dans la biomasse végétale (FAO, 2006) ........................................................... 13
Figure 4: Répartition de flux mondial des émissions de carbone par changement d’utilisation des
terres (Houghton, 2008) ........................................................................................................................ 15
Figure 4: relation entre dégradation des terres et pauvreté. (FAO, 2011) ............................................ 17
Figure 5: La DT frein pour le développement durable ........................................................................... 22
Figure 6: Niveau de dégradation des terres (FAO, 2011). ..................................................................... 40
Figure 7 : Séquence Eviter-Réduire-Compenser (Commissariat Général de Développement Durable,
2012)...................................................................................................................................................... 44
Figure 8: Analogie Compensation/NDT ................................................................................................. 57
Figure 9 : Catégories de mesures GDT (TerrAfrica, 2011) ..................................................................... 63
Figure 10: Niveau de la MO des terres en fonction de la technique de GDT appliquée (WOCAT, 2007)
............................................................................................................................................................... 65
Figure 11: efficience de l’utilisation de l’eau dans un environnement semi-aride à subhumide en
comparant une pratique locale (labour profond) avec une agriculture de conservation ..................... 66
Figure 12 : l’augmentation du taux de l’humidité des terres en fonction la technique GDT appliquée
(WOCAT, 2007) ...................................................................................................................................... 67
Figure 13: Tailles d'exploitations en fonction des techniques de la pratique GDT (WOCAT, 2007) ...... 69
Figure 14 : Les coûts de mise en place et d’entretien et les bénéfices à court terme en fonction des
pratiques GDT ........................................................................................................................................ 71
Figure 15: Carte de SDT pour le sénegal ............................................................................................... 91
Figure 16 : Analogie de la mise en œuvre NDTp avec la chronologie de Chasek .................................. 93

VII
Liste d’abréviations

CC: Changement climatique

CDB: Convention de la diversité biologique.

CNUCC: Convention des nations unies sur les changements climatiques.

CNULD: Convention des nations unies pour la lutte contre la désertification.

CSFD: Comité Scientifique Français de désertification

DD: Développement Durable.

DT: Degradation des terres.

FAO: Food and Agriculture Organisation.

FEM: Fonds de l’Environnement Mondial

GDT: Gestion durable des terres

GES: Gaz à effet de serre

GLASOD: Global assessment of soil degradation

GTI: Groupe de travail intergouvernemental

IFAD: International Fund for Agricultural Development

MEA: Millennium Environmental Assessment

OCDE: L'Organisation de coopération et de développement économiques

ONEMA: Office National de l'Eau et des Milieux Aquatiques

OWG: Open Working Group

PNUD: Programme des Nations Unies pour le Développement

PNUE: Programme des Nations Unies pour l'environnement

VIII
Introduction Générale

La terre est une ressource, qui fournit une multitude de fonctions et services
écosystémiques .Les terres assurent la disponibilité en eau, le maintien de la biodiversité et de
la sécurité alimentaire pour les générations actuelles et futures. Tout en renforçant
l’adaptation et la résilience aux changements climatiques. La dégradation des terres est le
résultat le plus immédiat et concret de la pression croissante des activités humaines, au
nombre de ces activités qui contribuent à la dégradation des terres, on relève une utilisation
inadéquate des terres agricoles, la mauvaise gestion du sol et de l'eau, la déforestation,
l'enlèvement de la végétation naturelle, l'utilisation fréquente de machines lourdes, le
surpâturage. A quoi il faut ajouter la survenue de catastrophes naturelles, notamment les
sécheresses, les inondations et les glissements de terrain. L’impact de cette dégradation, coûte
sur l’environnement l’économie et le bien être humain.

Ce phénomène a atteint une ampleur trop grave dans ces dernières décennies, que les nations
du monde ont décidé lors de la conférence Rio + 20 en 1992, que la dégradation des terres
doit être arrêtée d’urgence, étant un problème qui touche à l’environnement, au
développement durable et à la sécurité humaine. Fondée en 1994, la CNULD, est le seul outil
institutionnel qui lie l’environnement, le développement durable et la gestion durable des
terres. La Convention traite spécifiquement les zones sub-humides arides, semi-arides et
sèches. Dans le plan stratégique décennal visant à renforcer la mise en œuvre de la
Convention (2008-2018) adopté en 2007, les Parties de la Convention ont précisé que
l'objectif pour l'avenir est de " forger un partenariat mondial visant à enrayer et prévenir la
dégradation des terres et à atténuer les effets de la sécheresse dans les zones touchées afin de
soutenir la réduction de la pauvreté et la durabilité environnementale ".

L’importance de la ressource terre, a confié au sujet de la dégradation des terres une place
importante, dans plusieurs débats régionaux et internationaux. Différents concepts sont
apparus au cours de ces débats ; cette émergence a donné naissance en 2012 au concept de
neutralité en termes de dégradation des terres NDT. Ce concept de neutralité été développé
dans le cadre des zones sèches à travers l’objectif de « Taux nul en termes de dégradation des
terres » (Zéro net land degradation, ZNLD), pour qu’il soit doté après d’un aspect plus global,

1
l’objectif NDT sera proposé au sein des futurs Objectifs de Développement Durable post-
2015.

Objectif et plan de l’étude :

Le comité scientifique français de désertification (CSFD) a entrepris une réflexion, sur la


notion de « Neutralité en terme de dégradation des terres » (LDN), cette réflexion a comme
objectif général, de préciser les concepts et leur applicabilité, les lacunes en terme
scientifiques et organisationnels, les limites et les risques liés à sa mise en œuvre.

Il en découle d’autres objectifs spécifiques :

-Déterminer le contexte, les enjeux et la signification du LDN au plan international.

-Déterminer le lien, l’articulation et la complémentarité de LDN, avec d’autres conventions et


concepts de Rio +20.

- Faire une synthèse sur l’opérationnalisation et les voies de mise en œuvre de LDN à
l’échelle nationale et locale.

De ce fait notre travail s’articule autour de quatre chapitres. Le premier chapitre aborde le
contexte et les enjeux de NDT, et la problématique. Le deuxième chapitre est relatif à un état
des lieux de la littérature d’évaluation de la DT et de compensation, afin de dégager des outils
opérationnels dans le cadre de la mise en œuvre NDT. Le troisième chapitre porte sur la
faisabilité de la GDT comme outil de réduction de la dégradation des terres dans un cadre
NDT. Le dernier chapitre fait l’objet d’une analyse du projet pilote NDTp, afin de dégagera
une réflexion concernant l’échelle d’une mise en œuvre NDT.

Présentation du CSFD :

Le Comité Scientifique Français de la Désertification (CSFD) a été créé en 1997 par les
ministères en charge de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification
(CNULD), (ministère des Affaires étrangères et du Développement international, ministère
de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, ministère de l'Education nationale,
de l’Enseignement supérieur et de la Recherche).

Le CSFD agit comme un organe indépendant donnant des avis consultatifs. Multidisciplinaire,
il est composé d’un président et d’une vingtaine de membres issus des principaux organismes
scientifiques ; ils sont nommés à titre personnel pour trois ans par le ministère de l'Education
nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

2
Le CSFD produit, diffuse et valorise les connaissances scientifiques auprès de différents
publics ; il guide et conseille les décideurs politiques et les acteurs de la société civile français
et des pays affectés. Il renforce également le positionnement de la communauté scientifique
française dans le contexte international et participe aux délégations françaises lors des
évènements de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification.

Le CSFD s’implique activement dans les réseaux européens et mondiaux ; il est ainsi un des
fondateurs de l’association Desert Net International, réseau international pluridisciplinaire
offrant une plateforme de discussion scientifique sur l’ensemble des questions liées à la
désertification.

3
Chapitre 1 – Contexte et enjeux de la neutralité dans le cadre des objectifs
de développement durable

1.1- Neutralité en termes de dégradation des terres (NDT), définitions et contenu

1.1.1 Neutralité :

Dans le cadre des écosystèmes la publication « Ecosystem services—a tool for sustainable
management of human–environment systems» donne une première définition de la mise en
œuvre de la neutralité en termes de services écosystémiques, qui correspond à une neutralité
qui est bien liée à une idée de compensation et à une notion de « no net loss » qui correspond
à ce que l’on appelle neutralité écologique ou environnementale. Cette action est réalisée dans
un premier temps par un “mapping” Des services écosystémiques sur la zone concernée par le
projet de “compensation” écosystémique. Puis en fonction des services écosystémiques
analysés, une équivalence est recherchée dans un périmètre restreint. (Maes, et al., 2013).
Cette notion se retreint seulement à la dimension écologique, elle n’intègre pas les effets
socio-économiques négatifs, résultant de la dégradation de l’environnement. De ce fait la
neutralité en termes écologique, doit combler ce manque, en développant des approches qui
peuvent aboutir au calcul d’une équivalence des pertes socio-économiques, qui accompagne
la dégradation des écosystèmes, puisque les services écosystème n’ont une utilité que
lorsqu’ils sont en contact avec l’être humain, et aussi le bien être humain et fortement lié à la
qualité et la quantité des services fournis par les écosystèmes. A partir de cette définition de la
neutralité dans le cadre des écosystèmes on va se permettre de se poser un questionnement,
qu’on va essayer d’éclaircir dans le paragraphe suivant : Pourquoi parle-t-on de la
neutralité appliquée à la dégradation des terres ?

1.1.2 Définition de la neutralité en termes de dégradation des terres, NDT

La Conférence des Parties de la CNULD à sa onzième session a établi un groupe de travail


intergouvernemental (GTI) afin de ressortir une définition scientifique, et établir un cadre de
mise en œuvre et de suivi de la neutralité en termes de dégradation des terres. D’après ce
groupe (GTI), la neutralité en termes de dégradation des terres (dans les zones affectées)
4
correspond à un état dans lequel, la quantité et la qualité des ressources terrestres nécessaires
pour soutenir les fonctions et services des écosystèmes et améliorer la sécurité alimentaire,
restent stables ou augmentent à des échelles temporelles et spatiales spécifiées pour les
écosystèmes. Cette situation de neutralité est atteinte à travers la diminution du taux de la
dégradation des terres, et l’augmentation du taux de la restauration des terres déjà dégradées,
puisqu’on ne pourrait pas atteindre un taux nul de dégradation des terres (CNULD, 2015).

La définition renvoie à une prise en compte qualitative et quantitative de l’état des terres, qui
intègre les fonctions/services écosystémiques et la productivité des terres. Ce qui veut dire
que la neutralité ne doit pas être raisonnée seulement en termes de la productivité des terres
comme il est mentionné dans la définition de la CNULD en 2012 : « La neutralité de la
dégradation des terres est atteinte lorsque la superficie des terres productives dans le monde
ou dans un paysage donné ou écosystème terrestre, (c’est l'utilisation durable des terres) reste
stable ou augmente sur une période de temps donnée » (CNULD, 2012). Mais elle doit être
aussi raisonnée en termes des effets environnementaux et socio-économiques causés par la
dégradation des terres. Le concept de neutralité est utilisé dans le cadre de la dégradation des
terres pour trois raisons (CSDF, 2014) :

- La première est l'observation selon laquelle, à la fin du XXe siècle 10 à 20% des terres
mondiales ont déjà été dégradés. Ce qui se traduit par des effets négatifs, sur l’environnement
et le bien être humain, (ces effets seront détaillés dans le paragraphe suivant).

- La deuxième est une prise de conscience que l'objectif d'enrayer complètement la


dégradation ("zéro dégradation des terres ») est inaccessible. Par contre, si ce taux est
simplement réduit, une situation de neutralité de dégradation des terres peut être obtenue par
une restauration des terres dégradées.

- La troisième est l'expérience que la productivité de terres dégradées et la fourniture d'autres


services de l'écosystème peuvent être compensés et régénérés à travers la restauration.

5
1.1.3 Dégradation des terres : Définition, facteurs, types et impacts

1.1.3.1 Définition
La CNULD définit la dégradation des terres comme suit : « la dégradation des terres est la
réduction ou la perte de la capacité productive et de la complexité biologique ou écologique,
des : terres cultivées non irriguées ; des terres cultivées irriguées ; des parcours ; des
pâturages ; et des forêts. du fait de l'utilisation des terres ,ou d' un ou de plusieurs processus
, y compris les processus découlant des activités humaines et des modes de peuplement , tels
que : ( i ) l'érosion des sols causée par le vent et / ou l'eau ; ( ii ) la détérioration des
propriétés biologiques ou économiques physiques, chimiques du sol ; et (iii ) la disparition à
long terme de la végétation naturelle . » (ONU, 1994). D’un point de vue biologique la DT
désigne : « une réduction persistante de la productivité biologique des terres », la réduction
de la productivité biologique se manifeste sous différentes formes (perte de la fertilité des
terres, perte des services rendus par les écosystèmes terrestres…).

Ces définitions reflètent la complexité du phénomène de la dégradation des terres, puisqu’il a


des impacts perçus sur différents niveaux (environnemental, économique et social…), ce qui
rend la définition de la DT très compliquée en termes de la détermination de tous les facteurs
qui entrent en jeu, et de tous les effets qui en résultent. Les actions nécessaires et les priorités
ciblées pour la lutte contre la dégradation des terres, reposent sur la définition de ce
phénomène, de ce fait plusieurs questionnements peuvent se poser : Est-ce qu’on doit
s’intéresser aux aspects environnementaux ou à la productivité des terres ? Est-ce qu’on
dispose d’outils suffisants pour pouvoir repérer et quantifier les pertes en productivité
(biologique et économique) ? Et dans le cadre de la neutralité, comment va-t-on arriver à
satisfaire un équilibre entre les deux types de productivités ?

6
1.1.3.2 Facteurs de la dégradation des terres :

Le tableau suivant nous renseigne sur les facteurs (causes directs de la DT), l’étendus de ces
impacts au niveau mondial.

Tableau 1 : Etendue et causes de la dégradation des terres (UNEP, 2002)

Étendue de la Causes
dégradation

580 millions ha Déforestation : De vastes étendues de forêts dépérissent du


fait de l'abattage sur une grande échelle et du déboisement à
des fins agricoles et urbaines. Plus de 220 millions d'hectares
de forêts tropicales ont été détruits de 1975 à 1990,
essentiellement pour faire place à la production vivrière.
680 millions ha Surpâturage : Environ 20 % des pâturages et terres de
parcours ont été endommagés de par le monde, surtout en
Afrique et en Asie ces derniers temps.
137 millions ha Consommation de bois de feu : Chaque année, on récolte
environ 1 milliard 730 millions de mètres cubes de bois de feu
dans les forêts et plantations. Le bois de feu est la première
source d'énergie dans de nombreux pays en développement.
550 millions ha Mauvaise gestion des terres agricoles : L'érosion par l'action
de l'eau fait perdre chaque année environ 25 milliards de
tonnes de terre. Quelque 40 millions d'hectares de terre dans
le monde sont touchés par la salinisation et la saturation en
eau.
19,5 millions ha Industrie et urbanisation : Dans différentes régions, les
principales causes de la dégradation des sols sont
l'hypertrophie urbaine, la construction de routes, l'exploitation
minière et l'industrie. Il en résulte souvent la perte de
précieuses terres agricoles.

7
Ces facteurs sont considérés comme des causses immédiats, liés à des causes sous-jacentes et
des causes fondamentales, qui ont surtout avec l’activité humaine qui est considérée comme
une cause principale de la DT.

Figure 1: Cadre conceptuel des causes de la DT

Lister de manière générale les causes de la dégradation des terres est un exercice, mais ce qui
est important c’est de déterminer en chaque lieu les facteurs principaux. La dégradation des
terres est un phénomène global, mais localement elle est un processus réel dont les causes
sont à définir par un diagnostic précis.

1.1.3.3 Types de la DT

Il faut être clair et bien distinguer entre dégradation des terres et dégradation des sols. Les sols
sont une composante importante des terres et il faut en parler, mais on doit bien spécifier que
la dégradation des terres comprend, la dégradation de la biodiversité, du fonctionnement des
écosystèmes, la dégradation de la végétation et la dégradation des sols, qui elle-même va
comprendre l’érosion, la perte de fertilité, la perte de MO, Etc…

8
Les principales formes de dégradation des sols peuvent être dues, soit à son ablation (érosion
due à l’eau et au vent), soit à sa détérioration in situ ce qui implique en général une
altération de ses caractéristiques tant chimiques que physiques (Brabant, 2010).

*La dégradation chimique se caractérise comme suit :

- Perte d’éléments nutritifs et de matière organique ;


- Acidification (liée le plus souvent à la perte d’éléments nutritifs du sol ou à une mauvaise
utilisation des engrais) .

- Intensification du lessivage (en cas de destruction du couvert végétal et de dénudation du


sol).

- Augmentation des températures et oxydation de la matière organique du sol (suite à la


dénudation du sol et à sa mise en culture).
- Salinisation et sodification (souvent liées à de mauvaises pratiques d’irrigation et de
drainage). -
Pollution (généralement à la suite d’une mauvaise gestion des déchets industriels et miniers).
La dégradation physique s’accompagne dans la plupart des cas de la formation d’une croûte et
d’un tassement du sol et, parfois, d’hydromorphisme en partie causé par ces phénomènes.

* La dégradation physique se caractérise par :


- une perte de la stabilité des agrégats dans les sols superficiels, ce qui provoque croûtes et
tassement, rendant l’infiltration plus difficile et augmentant le ruissellement et l’érosion.
- Un déplacement des particules d’argile vers les couches sub-superficielles et la perte de
porosité dans ces horizons et dans les couches plus profondes, ce qui nuit à la circulation de
l’eau et à la capacité de stockage.
La dégradation physique des sols se produit par la mise en culture des sols fragiles. Les sols à
texture moyenne et à faible teneur en matière organique, en particulier les sols argileux et
limoneux, sont les plus fréquemment touchés par ces problèmes.

1.1.3.4 Impacts de la DT

La terre constitue une ressource naturelle précieuse, fournit des biens et services à la fois
environnementaux (support pour la biodiversité, les fonctions et les services
écosystémiques…), économiques (Agriculture et élevage...), et sociaux (espace pour l’activité
humaine). Afin de justifier la nécessité d’une neutralité écologique et socioéconomique, dans
le cadre de la neutralité en termes de dégradation des terres, on va procéder dans cette partie
9
par une illustration d’un ensemble d’impacts environnementaux liés à la DT, qui représentent
souvent un problème perçu au niveau local et global, et constituent un frein pour le
développement durable.

Niveau environnemental

Les politiques agricoles ont favorisé la mécanisation, la fertilisation et l’utilisation des


pesticides, ce qui a créé d’énormes risques et couts environnementaux. Alors que la plupart de
ces politiques qui ont contribué à l'augmentation rapide de la productivité, ils ont également
contribué à la dégradation des ressources en terres.
Les effets environnementaux de la dégradation des terres sont à la fois locaux (érosion, perte
de la fertilité...), et globaux (perte de la biodiversité, réduction de la capacité à fixer le
carbone, pollution des eaux internationales…) (Ministère de l'environnement, 2002).

Perte de la fertilité

L’agronomie appliquée considère (1) la productivité des terres, et (2) les teneurs en éléments
nutritifs comme deux paramètres nécessaires à la fertilité des sols (Berner, et al., 2013). La
dégradation des terres affecte souvent ces deux composantes et réduit ou détruit la capacité
des terres à produire (Agriculture, pastoralisme), ceci est causé par trois principaux facteurs
(1) l’érosion hydrique et éolienne, (2) dégradation physique, et (3) dégradation chimique. Ces
effets peuvent devenir irréversibles, ce qui aboutit vers un stade où les terres deviennent
stériles (Direction regionale de la mondialisation du développement et des partenariats, 2011).

Le problème de la perte de fertilité des terres, est répandu surtout dans les terres cultivées non
irriguées. La plus faible productivité moyenne en agriculture pluviale est perçue en Afrique
sub-Saharienne, en particulier dans les systèmes à petite échelle.

La faible fertilité de ces terres est aggravée par un énorme épuisement de nutriments ; elle
résulte d'un équilibre nutritif négatif, avec au moins quatre fois plus de nutriments enlevés
dans les produits récoltés par rapport aux nutriments retournés sous forme de fumier et
d'engrais minéraux. Les rendements des cultures céréalières sont souvent en dessous de 1t/ha.
Les solutions qui dépendent de grandes applications d'engrais sont souvent trop risquées au
sein de nombreux pays à système de culture pluviale à faible potentiel (Pretty, et al., 2011).

10
Perte de la biodiversité

La CDB définie la biodiversité dans son Article 2, comme étant la « variabilité des
organismes vivants de toute origine, y compris, entre autres, les écosystèmes terrestres,
marins et autres écosystèmes aquatiques et les complexes écologiques dont ils font partie ;
cela comprend la diversité au sein des espèces, et entre les espèces et ainsi que celle des
écosystèmes ». A partir de cette définition on peut dégager trois niveaux de biodiversité, (1)
une diversité génétique au sein des espèces, (2) une diversité des espèces, et (3) une
diversité des écosystèmes (terrestre, marin…). Puisque la diversité des écosystèmes fait
références à tous les différents habitats, qui constituent un support pour la survie des espèces.
La terre constitue une composante nécessaire, qui garantit l’équilibre de la diversité génétique
et celle des espèces.

Afin de pouvoir quantifier la perte de la biodiversité au niveau des écosystèmes terrestres, on


va se référer à l’IPV (Indice de la planète vivante). Il est calculé en agrégeant les évolutions
de plus de 10 380 populations d’environ 3 038 espèces de vertébrés (poissons, amphibiens,
reptiles, oiseaux, et mammifères). Cet indice utilise le nombre estimé (Base De donnée IPV
d’espèces des différents groupes taxonomiques et les domaines biogéographiques (terrestre
eau douce et marin) pour pondérer les données de l’IPV, en utilisant la méthode un système
de pondération (IPV-D), permettant d’ajuster le calcul de l’IPV afin de pouvoir représenter
l’évolution de l’ensemble des 62 839 espèces de notre planète.

Figure 2: Variation de l'IVP global (à gauche) et de l'IVP terrestre (à droite)

Source : Source spécifiée non valide.

11
L’IPV global a enregistré un déclin de 52 % entre 1970 et 2010, ce qui signifie e qu’en
moyenne, les populations d’espèces de vertébrés sont approximativement la moitié de ce
qu’elles étaient il y a 40 ans. Tandis que les espèces terrestres ont régressé de 39 %. Les
facteurs responsables de la perte en biodiversité de la population de l’IPV, sont détaillés dans
la figure suivante.

Figure 3 : Facteurs de dégradation de la population de l’IPV

Source : Source spécifiée non valide.

A travers l’analyse de ces facteurs, on trouve que l’activité humaine représente une grande
menace pour la biodiversité, surtout la surexploitation des ressources, la dégradation d’habitat
à travers les projets industriels et d’urbanisation. Alors si on continue à surexploiter les
ressources naturelles-qui incluent la terre-sans mettre à l’esprit la notion de durabilité, on va
que dégrader les écosystèmes. De ce fait la dégradation de la diversité des écosystèmes, va
mener automatiquement à la dégradation de la diversité des espèces et la diversité génétique,
ce qui va causer une grande perte de la biodiversité.

Réduction de la capacité à fixer le carbone

La fixation du carbone intervient dans le cycle du carbone, dont elle constitue une partie.
Selon le GIEC (groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) le « cycle du
carbone » est l’ensemble des échanges de carbone (sous diverses formes) entre l’atmosphère,
les océans, la biosphère terrestre (tableau) et les dépôts géologiques. La fixation du carbone

12
consiste à transférer le CO2 de l’atmosphère dans des réservoirs d’une grande longévité et à le
stocker hermétiquement de façon qu’il ne soit pas immédiatement réémis.

La terre (sol + végétation) étant une partie de la biosphère terrestre, constitue un réservoir de
carbone. Dans les écosystèmes terrestres, ces réservoirs sont principalement concentrés dans
les écosystèmes forestiers et les zones humides (figure3) .Les grands stocks de carbone se
situent en Amérique latine et en Afrique tropicale, les forêts tropicales jouent un rôle
important en termes de fixation de carbone (40 % de l’absorption totale du carbone sol)
(Stephens, et al., 2007) . À l’échelle de la planète, les écosystèmes terrestres fixent environ
2,6 Gt de carbone/an (pour une fourchette allant de 0,9 à 4,3 Gt).

Figure 4 : Carbone fixé dans la biomasse végétale (FAO, 2006)

La teneur en carbone des terres, varie selon les zones agro écologiques, et varie aussi selon la
profondeur des sols. La répartition donnée par (Batjes, 1996) montre de grandes variations
dans la distribution du stock total de carbone selon les zones écologiques et selon leurs
profondeurs (tableau 1). Ces zones montrent de grandes différences.

13
Tableau 2: Stocks totaux de carbone organique du sol (SOC) en (Pg C (pétagramme)) et capacité moyenne de séquestration
par grande zone agro-écologique.

Source : (Batjes, 1996)

La capacité de la fixation de carbone à 1 m de profondeur, représente 4 kg/m2 pour les zones


arides et 20 à 24 kg/m2 pour les régions polaires ou boréales, avec des valeurs intermédiaires
de 8 kg dans les zones tropicales. Ce qui renvoie à une inégalité concernant la capacité de
fixation du carbone au niveau mondiale, puisque les terres des zones arides dotées d’une
capacité minimale de fixation, couvrent 40% de la superficie totale.

La teneur des terres en carbone, dépend des principaux facteurs de la formation du sol, mais
elle est modifiée, dégradée ou améliorée par les changements d’utilisation des terres (tableau
2). Parmi les facteurs qui causent la perte du carbone des terres, on trouve : (1) le changement
climatique, (2) l’érosion, (3) la minéralisation de la matière organique (4) changement de
l’utilisation des terres (Robert, 2002).

On estime que, depuis la révolution industrielle, les émissions de carbone dues à la


dégradation des terres, s’élève à 136 Gt provenant surtout de la modification de l’utilisation
des terres qui comprend les émissions provoquées par la déforestation, la combustion de la
biomasse, la conversion des écosystèmes naturels en écosystèmes agricoles. L’épuisement du
carbone organique des terres a rejeté environ 78 Gt de carbone dans l’atmosphère, dont
environ un tiers est attribué à l’accélération de l’érosion et deux tiers à la minéralisation.
(Organisation Météorologique Mondiale, 2005)

14
Figure 5: Répartition de flux mondial des émissions de carbone par changement d’utilisation des terres (Houghton, 2008)

Ces flux d’origine terrestre sont attribués aux émissions causées par le déboisement et le
changement d’affectation des terres dans les zones tropicales. Selon des estimations du GIEC
(2007), ces émissions représenteraient environ 6 Gt de CO2/an, soit l’équivalent de 20 % du
total des émissions mondiales d’origine anthropique. Plus récemment, d’autres auteurs ont
estimé que les émissions de CO2 dues au changement d’affectation des terres et à la foresterie
représenteraient entre 10 et 15 % du total des émissions (Denman & Brasseur, 2007) .

De ce fait la dégradation des terres, va engendrer une augmentation des émissions de carbone,
qui va s’ajouter aux émissions anthropique. Par exemple après une déforestation,
l’évapotranspiration superficielle et les flux de chaleur sensible sont liés à la structure
dynamique de la basse atmosphère. Ces modifications des flux à l’intérieur de la colonne
atmosphérique pourraient influencer la circulation atmosphérique régionale, et éventuellement
la circulation à l’échelle du globe. Donc la dégradation des terres aggrave le changement
climatique, en raison du rejet de CO2 à partir de la déforestation ou à travers la diminution de
la capacité de fixation du carbone des terres dégradées (Organisation Météorologique
Mondiale, 2005).

15
Niveau économique

Les zones sèches, abritant plus d’un tiers de la population mondiale (2,1 milliards de
personnes), sont plus exposées à l’aridité et à la pénurie d’eau, ce qui les rend très vulnérables
à la dégradation. Ces zones constituent 44 % de l’ensemble des systèmes cultivés du monde et
représentent 50 % du cheptel international. En d’autres termes, ces terres sont essentielles aux
habitats, la production agricole et l’élevage (Reid, et al., 2005) .

Pour répondre à ces besoins de la population mondiale, la production agricole a été multipliée
par trois au cours de ces 50 dernières années, cette hausse de production a eu un coût à
l’échelle mondiale. De nombreuses régions voient leurs terres se dégrader et subissent le recul
de la biodiversité et des services écosystémiques.

Alors en plus des facteurs naturels défavorables, la croissance démographique constitue un


facteur socio-économique de la dégradation des terres. Ce qui va accroître la pauvreté et
l’insécurité alimentaire. Face à cette situation, le FAO prétend une extension d’environ 70
millions d’hectares de terres arables d’ici 2050, ce qui pourrait être une cause permanente de
la dégradation des terres, si on ne procède pas par des pratiques de gestion durable des terres
(FAO, 2009).
Donc la dégradation des terres influence l’économie mondiale à travers deux risques majeurs,
qui touchent à la dimension socio-économique du développement durable : (1) insécurité
alimentaire et (2) pauvreté.

Insécurité Alimentaire :
La population mondiale continue d'augmenter, la demande en denrées alimentaires
augmentera de 70 % et jusqu’à 100 % dans les pays en développement d’ici 2050. En ce
temps, un milliard de tonnes de céréales et 200 millions de tonnes supplémentaires de bétail
devront être produites chaque année (Bruinsma, 2009). L'impératif pour une telle croissance,
impliquera une augmentation de la production agricole dans les pays en développement, où le
défi est non seulement de produire de la nourriture, mais veiller à ce que les familles aient
accès, afin de garantir leur sécurité alimentaire.
Cependant d’ici 2050 même si la production agricole va se doubler dans les pays en
développement, une personne sur vingt risquera en étant sous-alimentée. L’équivalent de 370
millions de personnes souffrant de la faim, dont la plupart seront à nouveau en Afrique et en
Asie (FAO, 2011).

16
Trois changements significatifs vont faire de la sécurité alimentaire un défi inquiétant
(CNULD, 2014) :
Chute de la productivité : Les récoltes sont en baisse dans toutes les régions du monde et
pour un grand nombre de cultures, en raison de conditions météorologiques extrêmes et de la
migration des zones de culture due au réchauffement climatique. Les petites améliorations
constatées pour quelques cultures dans les régions les plus froides ne seront d’aucune aide. Le
maïs et le blé, deux des cultures les plus demandées, sont particulièrement affectés
Pression humaine : la demande de nourriture, d’eau, d’énergie et de logement est en
augmentation. Bientôt, de nombreuses personnes défavorisées exigeront un mode de vie de
consommateur de classe moyenne. La concurrence féroce pour les terres arables, en vue de
différentes utilisations, nuira à la sécurité alimentaire.
Changements climatique : Un grand nombre de personnes, qui dépendent de la terre ou
produisent de la nourriture pour d’autres, ne pourront peut-être pas maintenir leur production
en raison du changement climatique qui aggrave la situation.

Pauvreté :
Actuellement, plus de 1,5 milliard de personnes dépendent déjà de terres dégradées. Ce
chiffre englobe 42 % de la population dite extrêmement pauvre et 32 % de la population
relativement pauvre, contre seulement 15 % de la population non-pauvres.

La pauvreté a une forte relation avec la maitrise et l’usage des terres. Dans le monde entier,
les plus pauvres soit ils ne possèdent pas de terre, ou qui n’ont pas un accès complet à la terre.
En outre, la mauvaise gestion des ressources et la surexploitation sont également liées à la
pauvreté (CNULD, 2014).

Figure 6: relation entre dégradation des terres et pauvreté. (FAO, 2011)

17
A partir du schéma précèdent, on constate qu’il y’a une relation croisée entre la pauvreté et le
niveau de la dégradation des terres dans le monde. Tant qu’il y’a un niveau haut de pauvreté il
est toujours accompagné par une forte dégradation, ce qui montre l’existence d’une forte
concentration de la pauvreté dans les régions où les terres sont fortement dégradées.
L’inégalité dans les répartitions des ressources ne fait qu’amplifier l’ampleur de la DT.

La concentration de la pauvreté rurale, est liée au (1) statut foncier des terres, surtout pour les
terres abandonnées et marginales où l'accès à la terre est incertain. Aussi la (2) superficie et le
mode d’organisation des exploitations entrent en jeu, puisque souvent les agriculteurs pauvres
possèdent de petites parcelles, morcelées et éloignées, dépourvues des plans d’occupation de
sol et des systèmes de surveillance environnementale, gérées avec des technologies et des
systèmes agricoles non durables, ce qui rend ces parcelles plus vulnérables à la dégradation
des terres. Cependant, les modes de gestion durable peuvent modifier la relation entre la terre
les intrants et la pauvreté : la probabilité d'être pauvre est beaucoup plus faible (moins de la
moitié) lorsque les systèmes agricoles durables sont employés (Hussain & Hanjra, 2004).
Ainsi, l'amélioration de la qualité des terres, les arrangements fonciers et les pratiques de
gestion durables sont susceptibles d'avoir un impact positif direct sur l'insécurité alimentaire
et la pauvreté (Lipton, 2007).

Niveau social

La dégradation des terres engendre des impacts environnementaux et économiques négatifs,


qui influencent directement le bien être humain, de ce fait, de nouveaux modes de vie
émergent, ainsi que de nouvelles formes de conflits et de nouveaux schémas de migration
apparaissent. Ces mouvements de migrations constituaient au pare avant une forme
d’adaptation aux conditions climatiques sévères (sécheresse, inondation…). Ce n’est plus le
cas désormais, les migrants temporaires deviennent des résidents permanents considérés
souvent comme « des réfugiés environnementaux » qui sont définit par le PNUE comme des
personnes forcées de quitter leurs habitations traditionnelles d’une façon temporaire ou
permanente, à cause d’une dégradation nette de leur environnement qui bouleverse gravement
leur cadre de vie et/ou qui déséquilibre.
La dégradation des terres entraine l’insécurité alimentaire, à cause de la diminution de la
productivité des terres agricoles, ce qui pousse les familles pauvres les plus dépendantes aux
terres à se déplacer afin de garantir le minimum de bien être humain, en cherchant de
nouvelles ressources pour la nourriture, l’eau et le pâturages. Ces changements engendrent
des tensions et créent de nouvelles formes de conflits, de déplacements internes et de
18
migrations forcées. Alors les impacts sociaux de la DT sont très variés, et influencent la
stabilité institutionnelle et politique des pays qu’ils la subissent, ce qui se traduit du niveau
local au niveau national et même régionale, par (1) l’insécurité humaine et la (2) difficulté
d’accès au foncier.

Insécurité humaine :
Selon le PNUD (1994), la sécurité humaine regroupe sept grandes classes de sécurité, soit la
sécurité économique, la sécurité alimentaire, la sécurité sanitaire, la sécurité personnelle, la
sécurité de la communauté, la sécurité politique et la sécurité de l’environnement.

Entre 1965 et 1988, la proportion de Mauritaniens établis dans la capitale Nouakchott est
passée de 9 % à 41 %, tandis que celle des nomades tombait de 73 % à 7 %. La croissance
exagérée des zones urbaines conduit à une réduction de la part du budget de l’état consacrée
au développement rural. Alors le résultat est d’une part une dégradation de l’environnement,
et d’autre part une dégradation de bien être humain en zones urbaines et rurales. Ce
mouvement d’exode rural, se transforme souvent en un mouvement de migration vers d’autres
pays voisins, des gens qui risquent souvent leur vie, à cause des conditions désespérantes de
famine, en traversant des mers d’une manière clandestine.

On compte actuellement plus de Sénégalais de la région de Bakel en France que dans leurs
villages d’origine. Pourtant, s’ils en avaient la possibilité, la plupart de ces migrants
préféreraient demeurer sur place. La dégradation des terres ne concerne donc pas seulement
les pays en voie de développement. Les pays développés y sont impliqués et doivent coopérer
avec les pays affectés, afin de garantir des bonnes conditions de vie à ses populations, pour
pouvoir stopper ces mouvements de migration qui engendrent une instabilité sociale et une
perte d’identité complète (McLeman & Smit, 2006) .

La dégradation des terres est un problème qui touche à tous ces niveaux de sécurité, elle
entraîne des déplacements de population rurale vers les zones urbaines, en laissant des terres
abandonnées qui étaient une source productrice pour eux et constituent une partie de leur
identité et de leur patrimoine culturel. Ce flux de migration vers les villes augmente le taux de
chômage, et affecte le plan d’aménagement des villes qui ne supportent pas la saturation
causée par ce mouvement d’exode rural.

La dégradation des terres favorise, l’instabilité politique et a joué un rôle dans le


déclenchement de plusieurs conflits ethniques, religieux et armés qui se déroulent

19
actuellement dans beaucoup de régions arides surtout en Afrique. Par exemple Au Niger, la
désertification, la pénurie d’eau, la démographie galopante et la pauvreté endémique du pays
ont entraîné le conflit entre les Peuls et les Touaregs dans les années 1990 (Boiral & Verna,
2004).

Depuis 1990, au moins dix-huit conflits violents ont été alimentés par l’exploitation des
ressources naturelles. En fait, des recherches récentes suggèrent que 40% pour cent au moins
des conflits internes survenus au cours de ces soixante dernières années ont un lien avec les
ressources naturelles. Des conflits, dont ceux du Darfour et du Moyen-Orient, ont pour
origine le contrôle de ressources rares comme la terre arable et l’eau (Halle , 2009).

Accès au foncier :
A l’heure actuelle, l’un des problèmes les plus épineux pour la gestion durable des ressources,
mais aussi pour le maintien de la paix sociale dans plusieurs pays qui souffrent des conflits et
des inégalités, est celui de l’accès au foncier, qui devient plus difficile avec la diminution de
la superficie des terres arables, à cause de la dégradation des terres. Dans les prochaines
années, en absence d’une véritable politique de redistribution des terres, par l’acquisition ou
un droit d’accès sécurisé, il est probable que la pauvreté dans les milieux ruraux va
s’aggraver.

Il est estimé que la population rurale dans le monde va continuer à progresser jusqu’aux
années 2020-2030. La conséquence est que plus de personnes auront à partager moins de
terres (5 à 10 million d’ha par an perdu à la dégradation). L’inégalité d’accès au foncier pour
les populations locales pauvres, s’est aggravée suite à la pratique d’accaparement des terres
qui est critiquée à cause de ces impacts environnementaux et sociaux (diminution de la
biodiversité et dégradation du sol dus aux monocultures intensives ; insécurité alimentaire et
spéculation sur les denrées ; compétition hydrique, pression foncière et mise à mal des droits
fonciers ; disparition de zones de forêts ou pâturages des populations locales) (Cotula, et al.,
2009).

Cette pratique consiste à acquérir des grandes superficies de terrain cultivable généralement
dans les pays du Sud (souvent dans des pays où règne l’insécurité alimentaire), afin de
répondre à la demande croissante alimentaire ou énergétique (production d’énergie à partir de
biomasse) du pays investisseur. L’acquisition de ces terres ce fait sous prétexte qu’ils sont
vides, inutilisées, dégradées. Ce mythe est souvent véhiculé par les pouvoirs publics
(Mozambique, Tanzanie, Indonésie, ...) des pays afin d’attirer les investisseurs, sans aucune

20
considération pour les communautés locales qui utilisent ces terres pour leur subsistance et
leur sécurité alimentaire, ou pour d'autres fins que la culture, (le pastoralisme, la chasse, la
cueillette, identité culturelle…). Dans certains cas, l’acquisition était illégale, comme
l’opération signée par Jarch Capital avec un général de l’APLS (Armée populaire de
libération du Soudan ), et portant sur 400 000 hectares de terres situées dans le sud du Soudan
(OCDE, 2009). Ces inégalités ne sont pas limitées à des différences entre riches et pauvres,
elles sont aussi fortement liées au genre. Au Kenya, par exemple, 70% de la main d’œuvre
provient des femmes, qui ne représentent que 1% des propriétaires. En Inde, au Népal et au
Thaïlande, seulement 10% des femmes sont propriétaires de terres. Dans ces pays le droit
d’accès au foncier est dépendant des relations avec l’homme ou l’enfant, après la rupture de
ces relations la femme n’a plus le droit d’accès au foncier.

1.1.4 Conclusion

La terre fait partie des écosystèmes, elle fournit une multitude de services : (1) services
d’approvisionnement (Alimentation, eau potable…), (2) services de régulation (atténuation du
changement climatique…), (3) services d’auto-entretien qui sont essentiels au maintien des
autres services écosystémiques (Cycle de formation des sols, cycle d’eau…) et (4) services
culturels formant une identité culturelle, qui traduit la connectivité entre l’environnement et
l’être humain. De ce fait la dégradation des terres constitue un frein pour le développement
durable, puisqu’elle affecte ses trois piliers, environnemental économique et social (figure 5).

21
Figure 7: La DT frein pour le développement durable

Les effets environnementaux de la dégradation des terres, se traduisent souvent au niveau


local, par (1) la perte de la fertilité des terres à travers la diminution de la matière organique,
qui constitue une composante nécessaire au maintien de la structure des sols, et de la
composition des nutriments nécessaires aux organismes que la terre supporte. Cet effet
influence au niveau régional (l’Afrique subsaharienne) et global, et cause une diminution de
la productivité des terres qui se traduit par une chute de la production agricole, qui impact
négativement le niveau économique et social. Au niveau global l’effet de la dégradation des
terres se traduit par (2) une perte de la biodiversité liée surtout à la dégradation et la perte
d’habitats à cause de l’activité humaine, qui est exprimé par une régression de 39% de
l’indice de planète verte (IPV terrestre) pour la période 1970-2000, cette perte en biodiversité
limite la fourniture des services écosystémiques, ce qui affecte le bien être humain.

Le deuxième aspect global de la dégradation des terres est (3) la perte de la capacité des
terres à fixer le carbone, qui est évaluée depuis l’évolution industrielle d’un total de 136 Gt
d’émission de carbone, et 78 Gt attribué à l’épuisement du carbone organique du sol (érosion,
minéralisation), ces émissions de gaz à effet de serre (GES) vont accélérer le rythme des
changements climatiques.

La dégradation des terres est aggravée par la croissance démographique, qui va augmenter le
niveau de consommation, d’où la nécessité d’augmenter la production de denrées alimentaires
(une extension d’environ 70 millions d’hectares de terres arables d’ici 2050), ce qui va aboutir

22
à une surexploitation continue des ressources de la terre. Parmi les effets de la dégradation des
terres, qui risquent la stabilité économique au niveau mondial, on trouve (1) l’insécurité
alimentaire, due à la chute de rendement des cultures, estimée à une diminution de 2% chaque
dix ans, liée à la dégradation de la qualité des terres. (2) la pauvreté est fortement liée à la
dégradation des terres, puisque 1.5 milliards de personnes dépendent déjà des terres
dégradées, ce lien dépend de deux facteurs : la maitrise et l’usage foncier.

Ces deux facteurs en lien avec la dégradation des terres sont susceptibles de causer une
multitude de crises sociales, qui se traduisent par (1) l’insécurité humaine (conflits, insécurité
politique, migration…), (2) des inégalités de richesses, de genre et d’accès au foncier, qui
conduisent souvent à une diminution des capacités des femmes et des populations locales, qui
sont souvent imposés à des mouvements d’accaparement des terres, ce qui affecte gravement
le bien être humain.

Face à cette situation aggravante, La neutralité en termes de dégradation des terres (NDT),
vient comme un concept à double objectif : (1) lutter contre la dégradation des terres, (2)
réaliser un développement durable à travers l’objectif NDT, de ce fait la DT n’est pas un
problème spécifique aux zones sèches, ou à la CNULD, mais il doit être discuté sur un niveau
plus global. Pour cela on va essayer dans la partie suivante de faire ressortir les relations
d’articulation et de complémentarité, qui peuvent exister entre le concept de neutralité en
termes de dégradation des terres, et les trois conventions environnementaux (CNULD, CBD,
CNUCC).

1.2 - Relations avec les conventions de Rio

Les conventions dites de RIO (CNULD, CDB et CNUCC) sont des instruments
internationaux concernant les problèmes environnementaux majeurs pour tendre vers le
développement durable

1.2.1 CNULD
La convention définit la désertification comme suit : La désertification désigne la
dégradation des terres dans les zones arides, semi-arides et subhumides sèches par suite de
divers facteurs, parmi lesquels les variations climatiques et les activités humaines (ONU,
1994) . La définition montre la liaison étroite, et le lien direct entre la dégradation des terres et
la désertification, Ce qui fait de la (CNULD) un cadre international qui renforce la mise en
place des actions appropriées d’envergure internationale, la convention représente le seul

23
instrument juridique ayant une influence et un poids au niveau international, qui lie
l’environnement et développement à la gestion durable des terres.
Partant sur une approche comptable, et pour combler son manque en termes de cibles
chiffrées, la CNULD a problème de la diminution de la dégradation des terres s’est traduit au
concept de neutralité en termes de dégradation des terres (NDT), qui était proposé dans la
convention (CNULD) en 2012. L’objectif NDT s’articule sur 2 points fondamentaux : (CSDF,
2014)
- La sécurité alimentaire globale, en réduisant la dégradation et en augmentant la
restauration des terres dégradées.
-La préservation et la restauration des services rendus par les écosystèmes pour le bien-
être des populations.
Il faut noter que les relations entre NDT et CNULD apparaissent sous une forme de
convergence entre l’objectif NTD et les objectifs de la stratégie décennale de la convention :
(document CNULD n° ICCD/COP(8)/16/Add.1 2007). Les ´objectifs stratégiques ci-après
guideront l’action de toutes les parties prenantes et de tous les partenaires dans le cadre de la
Convention, y compris le renforcement de la volonté politique, pendant la période 2008-2018.
La réalisation de ces objectifs à long terme contribuera à la concrétisation de la vision
générale exposée ci-dessus. Les effets escomptés sont les effets à long terme attendus de la
réalisation des objectifs stratégiques. Ces objectifs sont comme suit

Objectif stratégique 1 : améliorer les conditions de vie des populations touchées

Effet escompté : 1.1 Les populations des zones touchées par la désertification/dégradation des
terres et par la sécheresse ont des moyens d’existence améliorés et plus diversifiés et dégagent
des revenus de la gestion durable des terres.

Effet escompté : 1.2 Les populations touchées sont moins vulnérables sur les plans socio-
économique et écologique aux changements climatiques, à la variabilité du climat et à la
sècheresse.

Objectif stratégique 2 : améliorer l’état des écosystèmes touchés

Effet escompté : 2.1 La productivité des terres et les biens et services fournis par les
écosystèmes des zones touchées sont durablement améliorés, ce qui contribue au
développement des moyens d’existence.

24
Effet escompté : 2.2 Les écosystèmes touchés sont moins vulnérables aux changements
climatiques, à la variabilité du climat et à la sècheresse.

Objectif stratégique 3 : dégager des avantages généraux d’une mise en œuvre efficace de la
Convention

Effet escompté : 3.1 La gestion durable des terres et la lutte contre la


désertification/dégradation des terres contribuent à la préservation de la biodiversité et à
l’utilisation durable des ressources naturelles ainsi qu’à l’atténuation des changements
climatiques. »

1.2.2 CDB
La Convention sur la diversité biologique (CDB) fait partie des trois traités internationaux
conclus à Rio de Janeiro, lors du Sommet de la Terre de 1992.Cette convention a pour objectif
d’assurer la conservation de la biodiversité, afin de permettre l’exploitation durable des
ressources. La CDB élargit la vision classique de la conservation en incluant la préservation
de la diversité génétique et en faisant le lien avec les écosystèmes et les réseaux écologiques.
Selon cette convention la diversité biologique soutient le fonctionnement des écosystèmes et
fournit des services écosystémiques essentiels au bien-être humain. Elle assure la sécurité
alimentaire, la santé humaine, ainsi que l’approvisionnement en air pur et en eau potable ;
elle contribue aux moyens locaux de subsistance, au développement économique, la
biodiversité est bien plus que des listes d’espèces menacées et remarquables. La biodiversité
est désormais envisagée en termes de biodiversité ordinaire, ainsi que d’écosystèmes et de
réseaux dans lesquels l’homme prend place.

La terre étant un élément primordial pour la durabilité de la biodiversité, il prend une place
importante dans la CDB. Les actions de la réduction de dégradation des terres, sont
explicitées sous forme d’une cible chiffrée, dans les objectifs d’Aichi constituent le nouveau
"Plan stratégique pour la diversité biologique 2011-2020" pour la planète, adopté par les
Parties à la Convention sur la diversité biologique (CDB) en octobre 2010 . Plus précisément
dans (l’Objectif 15) : « D'ici à 2020, la résilience des écosystèmes et la contribution de la
diversité biologique aux stocks de carbone sont améliorées, grâce aux mesures de
conservation et restauration, y compris la restauration d’au moins 15 % des écosystèmes
dégradés, contribuant ainsi à l’atténuation des changements climatiques et l’adaptation à
ceux-ci, ainsi qu’à la lutte contre la désertification. » (CDB, PNUE, 2010).

25
La déclaration en 2014 du secrétaire exécutif de la Convention sur la diversité
biologique : « La biodiversité est le fondement de terres cultivées et de pâturages productifs.
Conformément aux objectifs d’Aichi sur la biodiversité, réduire de moitié l’érosion et la
dégradation des écosystèmes et réhabiliter au moins 15 % de ceux qui l’ont été d’ici 2020,
tout en visant la neutralité en matière de dégradation des terres, constituent des étapes
essentielles vers un développement durable. Ce faisant, nous produisons davantage de
denrées alimentaires, nous atténuons le changement climatique, nous nous y adaptons et nous
réduisons notre vulnérabilité aux catastrophes », ce qui montre bien la complémentarité
entre le concept de la neutralité en termes de dégradation des terres et les stratégies de la
convention de la diversité biologique (CDB). Le panel international pour la biodiversité et les
services écologiques (IPBES) a retenu dans son programme de travail prioritaire la
dégradation des terres.

1.2.3 CNUCC
La Convention-cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques définit les
changements climatiques comme : « les changements de climat qui sont attribués directement
ou indirectement à une activité humaine altérant la composition de l’atmosphère mondiale et
qui viennent s’ajouter à la variabilité naturelle du climat observé au cours de périodes
comparables ". (ONU, 1992) .L’objectif ultime de cette Convention est de stabiliser, les
concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère un niveau qui empêche toute
perturbation anthropique dangereuse du système climatique. (ONU, 1992) .

La dégradation des terres est fortement liée aux changements climatiques par des interactions
complexes. Les changements climatiques réduisent la capacité productive des sols, et d’autre
part la dégradation des terres cause la réduction de la végétation qui constitue un puits pour
le CO2, le gaz à effet de serre qui est le point ciblé par l’objectif de la CNUCC.

Le stock total de carbone contenu dans les écosystèmes terrestres avoisine 2 500 Gt (giga
tonnes) de carbone, dont 2 000 Gt stockés dans les sols. Or la dégradation des sols réduit
l’aptitude du sol à servir de puits de carbone, et inversement sa dégradation agit comme
‘source de carbone’. (Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement,
2002).

La Conférence des Parties de la CCNUCC (COP 15), a abouti en 2009 au « premier accord
réellement mondial », visant à ne pas dépasser une augmentation moyenne de 2 °C en 2100,

26
sans toutefois s'accorder sur l'objectif de réduire de moitié les émissions de gaz à effet de
serre en 2050 par rapport à celles de 1990. Toutefois la réalisation de cet objectif, n’aboutira
pas dans les délais et partant de ces engagements le réchauffement est susceptible de dépasser
3 °C d'ici 2100.

Cependant, l’objectif NDT, à travers la diminution de la dégradation et la restauration des


terres déjà dégradées aurait le potentiel de contribuer davantage à la réduction des
concentrations du gaz à effet de serre, accélérant ainsi la réalisation de l’objectif de 2°C
tracé par la convention de CNUCC. (CNULD, 2012).

1.2.4 Conclusion

Le concept de NDT est proposé par la CNULD, qui constitue le seul cadre institutionnel qui
lie l’environnement et développement à la gestion durable des terres. La convention constitue
un cadre institutionnel et opérationnel de la NDT. Cependant les actions nécessaires à la
réduction de la dégradation des terres sont décrites dans les objectifs d’Aichi adoptés par la
Convention sur la diversité biologique fin 2010 et qui constituent le "Plan stratégique pour la
biodiversité 2011-2020" pour la planète. Ce concept pourrait être un facteur accélérant de la
réalisation de l’objectif de 2°C adopté par la CCNUCC. D’après tous ces constats, on peut
conclure qu’il y’a une complémentarité, articulation et une synergie entre les 3 conventions de
Rio, qui pourrait aider à réaliser l’objectif NDT.

27
1.3 - Problématique et méthodologie
1.3.1 Problématique

Revenant au cadre théorique du développent durable, qui prend la définition suivante : Le


développement durable est « un développement qui répond aux besoins du présent sans
compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ».En 1992, le Sommet
de la Terre à Rio, tenu sous l'égide des Nations unies, officialise la notion de développement
durable et celle des trois piliers (économie/environnement/social) : un développement
économiquement efficace, socialement équitable et écologiquement soutenable. Suite à ses
effets environnementaux et socio-économiques, la DT représente un frein pour le
développement durable, ce qui rend de NDT un outil qui doit intervenir sur toutes les
dimensions de DD, pour réaliser une neutralité globale, qui va redresser l’équilibre entre les
priorités environnementales et humaines.

Afin d’aboutir à la construction de la problématique, nous avons choisi de faire la relation du


concept de la neutralité en termes de dégradation des terres (NDT) avec son contexte, et avec
le cadre théorique du développement durable, ce qui va nous permettre de se poser une
question principale, qui va constituer le cadre de notre étude :

Comment l’objectif NDT peut contribuer à un développement durable, qui favorisera


simultanément les dimensions économique, sociale et environnementale ?

Cette question centrale va se décliner sous forme de deux questions secondaires :

- Comment expliquer les enjeux de la NDT au travers de son insertion dans les
problématiques environnementales et de développement ?
- Quels sont les outils institutionnels, organisationnels et scientifiques qui vont
permettre l’opérationnalisation du concept NDT ?

1.3.2 Méthodologie

La méthodologie de travail comprendra les étapes suivantes :

Recherche bibliographique :
*Sources institutionnelles des conventions de Rio :
- Documents de la CNULD.
- Documents de la CDB.

28
- Documents de la CCNUCC.
Ces documents seront utilisés, afin de rappeler l’origine et la place de NDT dans le débat
environnemental. Et pour dégager une définition complète du concept NDT
*Documentation scientifique :
- Papier scientifique lié au concept de NDT.
- Revues et articles scientifiques
Afin d’explorer les différentes définitions liées à la neutralité, pour pouvoir délimiter le
champ d’application conceptuel (environnemental et socio-économique), de NDT.
*Rapports et ouvrages :
- Spécifiés de la DT et son impact sur l’environnement et développement
(FAO/CNULD/CSFD...).
- Evaluation de la DT et les modalités de cartographie (LADA/WOCAT/CSFD…).
- Outils et instruments, que l’on peut mobiliser pour NDT : Compensation, Restauration, GDT
(CNULD/CDB/CNUCC/FAO…).
Cette documentation nous sera utile pour, pouvoir définir les facteurs de dégradation des
terres, et les manifestations qui en résultent, et aussi pour pouvoir explorer les outils pour
réaliser l’objectif NDT en construisant une réflexion sur les modalités de la mise en œuvre du
concept NDT.

Examen et revue des projets pilote/Entretien :


-Documents projet, et résultat de la réunion de (Bonn 2015).
-Entretien avec Mr Alain Retiere coordinateur du projet pilote NDTp.
Cette documentation nous permettra de discuter les voies d’opérationnalisation, les moyens,
les priorités et les échelles de mise en œuvre de NDT.

29
Chapitre 2 – Les instruments existants pour la mise en œuvre de NDT

La mise en œuvre du concept de neutralité en termes de dégradation des terres a était


explicitée sous forme de trois interventions, qui étaient déclarés dans le texte « l’avenir que
nous voulons », dans les paragraphes 205-209, en évoquant les trois actions pour inverser la
dégradation des terres :

- Eviter ou de minimiser la dégradation des terres en éliminant ou en réduisant les facteurs de


dégradation des terres au maximum possible.

- Adopter et intensifier les pratiques de (gestion durable des terres) GDT, pour l’échelle
régionale de locale jusqu’à l'échelle du paysage, afin de maintenir ou d'améliorer la qualité, la
quantité des services écosystémiques, ainsi que le statut de la biodiversité qui les sous-tend,
pour le bien-être humain.

- Restaurer et réhabiliter les terres dégradées de manière à garantir le rétablissement des


services écosystémiques et la biodiversité et d'améliorer ainsi la qualité et la productivité des
ressources en terres et en eau déjà dégradées.

Ces actions nous ont conduits à s’orienter dans cette partie vers une analyse de certains outils
et instruments, qui peuvent être utiles dans le cadre de mise en œuvre du concept NDT, la
compensation et la restauration sont des outils qui servent à régénérer les écosystèmes
dégradés et compenser les pertes subies par cette dégradation, tandis que la pratique GDT est
un outil qui sert à diminuer et éviter la DT. Les outils (GDT, compensation et restauration)
sont nécessaires pour l’étape de la mise en œuvre, mais il faut tout d’abord être guidé par une
méthodologie permettant un diagnostic concernant l’état des terres, les étapes de ce diagnostic
doivent respecter une chronologie afin d’opter pour l’intervention la plus adéquate à chaque
type de dégradation.

On énumère dans cette chronologie cinq étapes et qui constituent en même temps, un défis
majeur que l’objectif NDT doit confronter pour son opérationnalisation (Chasek, et al., 2014)
:

- Cadrage : Déterminer l'échelle spatiale, le domaine sélectionné et les facteurs de


dégradation pour lesquels la NDT peut être atteinte.
- Cartographie : Classification des terres par leur utilisation actuelle et l'état de leur
productivité.

30
- Prescription : Prescrire des pratiques de gestion pertinente à chacune des classes de
terre.
- l'application de la pratique GDT sélectionnée : Afin réduire la dégradation, la
restauration ou la réhabilitation des terres dégradées.
- La gestion et le suivi des résultats.
Cette chronologie sera détaillée en parallèle avec les outils de mise en œuvre dans la partie
qui suit.

2.1 - Mesure de la dégradation des terres

La dégradation des terres était reconnue comme un problème spécifique, associée à la


désertification dans les « zones arides ». Et pour montrer la globalité de ce problème on peut
avancer trois arguments (STOCKING, 2004) : (1) la DT affecte un grand nombre de
personnes et une grande surface terrestre (2.6 bilions qui couvre environ 33% de la surface
terrestre). (2) elle a suscité un grand nombre de discussions nationale et internationale, qui
ont abouti à différents politiques et programmes (United Nations Conference on
Desertification (UNCOD) en 1977, Adoption de la CNULD en 1994…). (3) La DT est liée à
d’autres problèmes globaux qui menacent l’être humain et les écosystèmes (Sécurité
alimentaire, perte des services écosystémiques, DT aggrave l’intensité du changement
climatique...), pour pouvoir résoudre ces problèmes il était nécessaire de produire des
protocoles d’évaluation de la DT. Les premières tentatives pour évaluer la dégradation des
terres au niveau international (Echelle globale) sont actuellement critiquées, elles étaient
conçues pour atteindre une couverture rapide de l’état de la dégradation des terres, d’une
manière rentable (UNEP, 1987). Cependant, ces évaluations étaient subjectives et difficile à
reproduire, et ont rarement incorporé l’expertise des gestionnaires de terres au niveau local
(Lynden, 2002). Outre les expertises ayant une démarche de haut en bas « Top-down »,
intègrent rarement les différents facteurs et composantes de la dégradation des terres, et se
concentrent plutôt sur les questions simples, qui peuvent conduire à des biais et emmener une
appréciation superficielle de la nature multi- facettes du problème (Reed, et al., 2007).

En relation avec la notion de neutralité, on va se référer à d’autres programmes qui ont utilisé
le concept de neutralité pour mesurer le niveau de dégradation. Le programme REDD+
(Reduction Emission from Deforestation and Foret Degradation) qui est une initiative
internationale lancée en 2008 par l’ONU, Elle vise à lutter contre le réchauffement climatique.

31
Cette initiative a contourné ce problème de définition de la dégradation des forets en partie, en
concentrant sa neutralité spécifiquement sur le carbone, une seule variable quantifiée en
tonne, et le suivi des résultats était évaluée par la quantité de carbone absorbée par les forêts.
Dans ce cas le degré de la dégradation des forêts était doté d’une mesure objective et
scientifique mais unidimensionnelle. En relation avec la dégradation des terres, il y’a des
efforts innombrables pour définir et quantifier cette dégradation. Mais ses efforts sont
critiqués car : La plupart de ces études ont porté sur la déforestation, le surpâturage, la
salinisation, l'érosion des sols, et d'autres formes de dégradation visibles, plutôt que sur la
dégradation de caractéristiques moins visibles des sols (par exemple la teneur en carbone) ou
les conséquences moins directes de la dégradation des terres comme l’atteinte du bien-être
humain et la perte de les services écosystémiques (Shelley Welton, 2014). Donc la réussite de
mise en œuvre de la NDT repose sur la clarification des éléments qui entrent en jeux pour
mesurer cette dégradation, ces éléments qui doivent satisfaire une équité environnementale et
socio-économique, afin de pouvoir réagir en satisfaisant simultanément les priorités
environnementales et humaines. Dans la partie qui suit on va essayer de développer les
démarches suivis pour évaluer la DT.

2.1.1 Cadrage

NDT est conçu comme un objectif global, cependant il reste à préciser l’échelle de son
application, pour atteindre cette neutralité mondiale. NDT pourrait prendre la forme soit d’un
objectif global, régional, national ou local. Dans le cadre de la CNULD l’application du
concept NDT, va concerner spécifiquement « les pays affectés », tel qu’il est mentionné dans
l’article 1 de la convention. Mais dans le cas où il serait retenu comme un ODD sa mise en
œuvre va être sur une échelle plus élargie « tous les pays membres des NU ».
La dégradation des terres produit un impact indirect (résultat de l’accumulation des impacts
locaux) au niveau global, Mais elle affecte directement l'utilisateur des terres locales
(diminution de la productivité, pauvreté, exode rural…). D’où venait la nécessité de décliner
ces efforts d’expertises, vers un niveau national, qui doit garantir un cadre organisationnel et
institutionnel, facilitant le travail au niveau local, dans un cadre d’un projet territorial, qui va
permettre de cerner et contextualiser les priorités, répondre aux besoins des populations
locales, et parvenir à une neutralité cumulative (une comptabilité du local, national jusqu’au
niveau global), basée sur une méthodologie intégrant des approches participatives (WOCAT,
LADA et DESIRE) .

32
Par conséquent atteindre l’objectif NDT est un résultat cumulatif de nombre de sites
permettant d’atteindre un taux nul de la DT. Donc dans les pays désirant atteindre cet objectif,
l’obligation pour chaque acteur ciblé revient à déterminer l’échelle spatiale et la thématique
spécifique dans laquelle il aspire à atteindre la neutralité. L’échelle spatiale peut être une
ferme, zone administrative, une région géopolitique…La thématique spécifique, est un
espace caractérisée par une utilisation spécifique des terres (cultures, agroforesterie, foret…).
(Chasek, et al., 2014).

2.1.2 Cartographie

Une fois que le cadre est précisé on peut procéder par cartographier la dégradation qui a pour
objectif : (1) définir les zones dégradées, leur (2) répartition spatiale, et leur (3) importance
quantitative. Cette cartographie va permettre de transmettre un message compréhensible,
permettant une convergence entre décideurs et acteurs concernés, afin de mettre en place
l’intervention la plus convenable et durable : (1) éviter pour les terres non dégradées, (2)
réduire ou (3) restaurer pour les terres dégradées.

2.1.2.1 Approche
Pour cartographier la dégradation des terres on peut énumérer trois approches :
(1) le dire d’expert, applicable sur une échelle locale (Rey, 1998), cette approche était
utilisée dans le cadre de l’évaluation globale de la dégradation des sols (GLASOD)
commandée par le Programme des Nations Unies pour l’environnement et qui est la seule
évaluation globale qui a pu distinguer les degrés et formes de dégradation, par exemple
l'érosion des sols par l'eau ou par le vent (Oldeman, et al., 1991).

(2) Observation par satellite approche utilisée dans le projet (LADA) lancé par le FAO, qui
vise à évaluer la dégradation en utilisant l’indice de différence de végétation normalisé
(NDVI), qui est liée à des variables biophysiques qui contrôlent la productivité de la
végétation et de la terre. L’indice (NDVI) a une relation linéaire avec la fraction du
rayonnement photosynthétique actif absorbé par la plante (Hall, et al., 2006)

33
(3) Modèles biophysiques, ce type de modélisation a été largement utilisé pour évaluer le
potentiel de la productivité végétative de zones terrestres mondiales. C’est une approche
commune qui inclue l’ensemble de données décrivant les modèles climatiques et les types de
sol afin de définir des classes de productivité potentielle. Ces études peuvent intégrer les
connaissances empiriques et le dire d'experts .Des travaux récents ont indiqué que ces
modèles biophysiques peuvent être combinées avec les plans de l'utilisation des terres (Land
Use) pour cartographier la dégradation. En général, les modèles biophysiques peuvent
indiquer la dégradation des terres, en combinant la prédiction de l’aptitude culturale des terres
avec l'observation de leur productivité réelle (H.K. Gibbs, 2015).
Le tableau suivant nous présente les avantages et les limites de chaque approche.
Tableau 3: Approche de la cartographie de la dégradation des terres Avantages/Limites.

Approche Avantages Limites

- Capture de la dégradation dans -Pas de cohérence globale.


le passé. -Subjective et qualitative
-Mesures de dégradation réelle -La dégradation réelle et potentielle est
le dire d’expert et potentielle. parfois combinée.
-Peut considérer à la fois le sol -L'Etat et le processus de dégradation
et la dégradation de la sont souvent combinés
végétation (terres).

-Négligence la dégradation des sols


-Cohérence globale. (concentration sur la densité du couvert
-Quantitative. végétal).
Observation par -Facilement reproductible - Seulement capture le processus de
satellite -Mesures réelles plutôt que des dégradation se produisant entre 1980-
changements potentiels 2003 plutôt que le statut complet de la
dégradation des terres.
-Peut être confondu par d'autres
conditions biophysiques.

- Limité aux terres cultivées actuelles


- Cohérence globale - Ne comprend pas la dégradation de la

34
Modèles biophysiques - Quantitative végétation
- Mesures potentielles, plutôt que de la
dégradation réelle.
Source : (H.K. Gibbs, 2015)
Pour aboutir à une méthode d'évaluation plus précise de la dégradation des terres, il faut
essayer de travailler sur une échelle multiple, combinant les aspects socio-économique,
institutionnelle, et les aspects biophysiques qui sont nécessaires au maintien de la santé des
terres.

2.1.2.2 Principe et étapes de la cartographie


La cartographie de la DT est confrontée à un défi majeur, lié à la dynamique de cette
dégradation, puisque ce phénomène n’est pas stable. Cette dégradation est continue et
s’accentue avec le temps. Par conséquent la réussite de la mise en œuvre de NDT dépend de
la qualité de l’évaluation de la DT, qui est fortement liée aux indicateurs sélectionnés pour
évaluer l’état des terres, qui dépendent de la façon dont laquelle « la dégradation des terres »
est définie pour la mise en œuvre du concept NDT (Chasek, et al., 2014).
Un indicateur quantifie et simplifie des phénomènes et aide à comprendre des réalités
complexes. Un indicateur nous renseigne sur les changements dans un système donné.
L’utilité d’un indicateur est dépendante de la particularité du contexte. (FAO, LADA, 2007)

a) Détermination de l’unité de base d’évaluation (LUS) :


Le système d'utilisation des terres (LUS) est considéré comme l'unité de base de l'évaluation
pour la majorité des études faites au niveau mondial (LADA-DESIRE-WOCAT). Ces unités
de base LUS contiennent des informations (biophysiques et socio-économiques) liées à
l'utilisation des terres qui est la principale cause de la dégradation des terres. Une carte
mondiale des systèmes d'utilisation des terres est disponible (FAO- LADA, 2010), mais celle-
ci a besoin être affinée et ajustée au niveau national et local.

35
Encadré : Les principaux types d’utilisations des terres (et sous-types) suivants sont
reconnus
(Par WOCAT 2003) :
Terre à culture : terre utilisée pour la culture, y compris terre à jachère (champs, vergers).
• Cultures annuelles de plein champ : (par exemple maïs, riz, blé et légumes).
• Cultures de plein champ pérennes : terres sous culture pérennes.
• Arboriculture et cultures arbustives.
Pâturage : terre utilisée pour la production animale.
• Pâturage extensif : pâturage sur prairie naturelle ou semi naturelle.
• Pâturage intensif : fourrage (pour la production animale).
Forêt : terre utilisée principalement pour la production de bois et d’autres produits
forestiers,
• Naturelle
• Plantations, reforestation
Terre mixte :
• agroforesterie (arbres et cultures),
• agropastoralisme (cultures et bétail.
• agro-sylvo-pastoralisme (cultures, arbres et bétail).
Autre terre :
• Mines et industries extractives.
• Terrains d’habitation, chantiers routiers (routes, chemins de fer, gazoducs, lignes
d’électricité).
• Autre : terrain vague, déserts, glaciers, étangs, zones de récréation etc.

Les systèmes d'utilisation des terres (LUS) et leurs attributs (Types d’utilisation, attributs
biophysiques, paramètres socio-économique) comprennent de nombreux paramètres
importants directement liés à la dégradation et à la conservation des terres de l’eau et des sols.
L'érosion des sols de forêts, par exemple, peut nécessiter des pratiques de conservation de
l'eau et des sols, qui seront différentes de celles induites par la dégradation de terres cultivées.

b) Choix des indicateurs d’évaluation de la DT :

L’effet de la dégradation des terres sur la biodiversité et la productivité agricole et


économique est exprimé par le déclin dans le rendement des cultures, ce qui peut servir
d'indicateur de la dégradation des terres, à condition que l’effet des intrants industriels
(irrigation, engrais, pesticides) et l’effet de la variabilité naturelle du climat ainsi que les effets
locaux du changement climatique mondial, soient pris en compte dans la conception des
indicateurs.

36
Mais en fonction des conditions locales, d'autres indicateurs peuvent être sélectionnées qui
abordent différents services écosystémiques. Ainsi, la perte de la couverture de la végétation
de la terre, entraînée par la perte de sol arable ou surpâturage, peut servir d’indicateur. De
même, la dégradation chimique et physique du sol pourrait servir d'indicateur alternatif
(Chasek, et al., 2014).
Les indicateurs mesurant la DT peuvent être utilisés à différents niveaux : (mondial, national /
régional et local). Alors pour bien choisir les indicateurs, qui vont représenter la réalité de
l’état des terres, il faut procéder par une analyse et un diagnostic détaillé, qui va traiter tous
les facteurs dans un cadre participatif, mené à travers des questionnaires, qui vont compléter
l’expérimentation technique et l’échantillonnage mené sur terrain.
Pour cela, le choix des indicateurs doit être contrôlé par un cadre méthodologique, validé par
les experts du domaine concerné. Parmi les méthodologies les plus reconnues dans les
évaluations environnementales, on peut citer le cadre « DPSIR » (Drivers-Pressure-State-
Impact-Response), développée en 1999 par l'Agence Européenne pour l'Environnement
(AEE). La méthodologie « DSPIR » offre une base pour analyser les facteurs interdépendants
qui ont une incidence sur l’environnement, et qui sont classés comme des indicateurs de force,
indicateurs de pression, indicateurs de l’état, des indicateurs d'impact et des indicateurs de
réponse (FAO, LADA, 2007).

Tableau 4: les composante du cadre "DSPIR" et leurs attributs

Cadre Définition Domaine d’indicateurs


D représente les tendances sectorielles de -Politique macro-économique.
(Drivers) base tels que la production d’énergie, -Système d’utilisation des terres.

l’industrie, le transport, l’agriculture, -Pauvreté.


-Stress hydrique.
tourisme… qui correspondent aux
activités humaines visant à
satisfaire les demandes de la société.
S Les indicateurs d'état indiquent l'état -Déclin de la productivité des terres.
(State) actuel de l’environnement (terre). -Contamination des sols.
-Erosion, Salinisation des sols.
-Perte de la biodiversité.
P Les pressions sont des variables qui -Demande de la population (denrée
(Pressure) causent directement la dégradation de alimentaire).

l’environnement (terres). Ils sont -Augmentation démographique.

37
exercées par les activités humaines qui -Culture intensive.
-Surpâturage.
-Demande pour l’eau potable.
I Les indicateurs d'impact décrivent les -Déclin de la productivité des terres.
(Impact) effets ultimes de changements d'état -Exode rural et migration.

de l’environnement. -Perte de biodiversité et de la


capacité de stockage du carbone.
-Changement de la distribution
spatiale de la population.
R Les indicateurs de réponse démontrent -Politiques et instruments de
(Responses) les efforts de la société (politiciens- conversation et de réhabilitation.

décideurs-acteurs concernés) -Système de suivi et d’évaluation.


-Investissement dans la réhabilitation
pour résoudre les problèmes.
des terres.

Source : (FAO, LADA, 2007)

Le projet (LADA), à travers sa méthodologie d’évaluation, offre une plateforme d’indicateurs


qui peuvent être utilisés dans différentes échelles (Local, régional, Global), et qui renseignent
sur la vulnérabilité de la terre face aux plusieurs activités et domaines. Donc il est nécessaire
d’adapter ces indicateurs selon le contexte et l’échelle, afin d’opter pour les indicateurs
pertinents qui pourraient donner une image objective de la DT.

Après le choix des indicateurs pertinents, à travers les enquêtes participatives et les mesures
sur terrain, il faut opter pour une méthodologie permettant la classification, la quantification
et la combinaison entre indicateurs pour aboutir à un indice (combinaison d’indicateurs)
homogène pouvant transmettre l’information d’une façon claire et précise et nous renseigner à
la fois sur (1),le type, (2) le degré et (3) l’extension de la DT. Parmi ces méthodes on trouve le
cadre logique du projet international MEDALUS retenu dans le cadre de la CNULD, basé sur
le concept de «sensibilité à la dégradation des terres » qui mesure pour un système foncier, les
changements dus aux forces naturelles et l’intervention humaine ou une combinaison des
deux (Kosmas, et al., 2006). La SDT peut donc être considérée comme une notion
compréhensible pour les parties prenantes et une politique traditionnelle cible en Europe du
Sud. Ce concept (SDT) est basé sur un ensemble d’indicateurs simplifiés et d’outils
quantitatifs, qui sont devenus une procédure standard pour évaluer le niveau de sensibilité des
terres à la dégradation, dans différents pays et régions (Europe méditerranéenne, l'Afrique du
Nord et Moyen-Orient) (Salvati, et al., 2013) .

38
La SDT est souvent représentée par l’index ESA (Environnemental Sensibility Area),
composé de 14 variables groupées en quatre indicateurs thématiques (1) la qualité du climat, y
compris le taux moyen annuel des précipitations, indice et aspects d’aridité. (2) la qualité des
sols quantifiée par la profondeur et la texture du sol, la pente et la nature du matériau de base.
(3) la végétation et la qualité d'utilisation des terres, qui englobe le degré de couverture de la
végétation, risque d’incendie, protection offerte par la végétation contre l'érosion des sols, et
le degré de résistance à la sécheresse favorisé par la végétation. (4) indicateur de la pression
humaine, comprenant la densité de population, la population annuelle, le taux de croissance et
un indicateur de l'intensité de l'utilisation des terres pris comme un proxy pour la qualité de la
gestion des terres (Salvati, 2011).
Alors à l’aide d’outils statistiques on va produire des indicateurs/ Indice quantifiables, qu’on
pourra transmettre après dans des programmes (Excel), pour les faire attribuer aux cartes de
LUS (unité cartographique de base) à travers des outils informatiques (Arc Gis, Q Gis…), ces
cartes vont nous présenter la tendance de la DT sous forme de couches cartographiques
(Layer). Par exemple pour ESAI on trouve 3 niveaux de tendances : (1) Terres non affectées
ou potentiellement affectées par DT (ESAI < 1.225), (2) Terres fragiles (1.225 < ESAI <
1.375) and (3), terres en état critique (ESAI > 1.375).

2.1.3 Niveaux de la DT

L’un des principaux défis que rencontre l’objectif NDT est le manque d’indicateurs intégrants
plusieurs dimensions (écologique, socio-économiques…), et pouvant donner une mesure
significative de l’état des terres qui pourra clarifier la définition de la dégradation des terres
dans le cadre du concept de neutralité en termes de dégradation des terres.

39
Figure 8: Niveau de dégradation des terres (FAO, 2011). Pou
r
avoir une vue globale sur le niveau de la dégradation des terres au niveau mondial, on va
exploiter les résultats du projet LADA (Land Degradation Assessement in Drylands) qui vise
à de développer une méthodologie intégrée d’évaluation de la dégradation des terres
permettant de comprendre le processus de dégradation à différentes échelles (globale,
nationale et locale), en utilisant différentes méthodes (Télédétection, Données existantes,
Mesures de terrain et Enquêtes socio-économiques.). Les tendances de dégradation ont été
déterminées pour onze importantes classes d’utilisation des terres (GLADIS global land
degradation information system). Ce qui a permis à l’indentification des différentes typologies
de dégradation. Ces typologies facilitent le ciblage géographique et l'établissement des
priorités, des stratégies et des interventions correctives.

D’après la figure on peut énumérer 4 niveaux de dégradation, et pour chaque niveau on


envisage une intervention spécifique :

-Type1 : Terre avec in niveau élevé de dégradation, représente 25 % des terres dans le monde,
on doit donc restaurer et réhabiliter.

-Type2 : Terre avec une dégradation modérée représente 8% et nécessite l’introduction des
mesures compensatoires.
40
Type 3 : Ce sont des terres en cours de dégradation représentent 36%, nécessitent des mesures
de réduction.

-Type 4 : Représente les terres non dégradées avec un pourcentage 10% ces terres nécessitent
des mesures d’évitement à travers les méthodes de gestion durables des terres.

Après avoir défini et cartographier les niveaux de dégradation des terres, il faut disposer des
outils nécessaires à lutter contre cette dégradation. Dans ce qui suit on va essayer d’examiner
un ensemble d’outils utiles dans le cadre de lutte contre la DT.

2.2 - La compensation

La notion de neutralité en terme de biodiversité est historiquement associée à de la


compensation. En effet plusieurs réglementations dans différents pays s’orientent vers ce
sens, ce qui oblige les meneurs des projets à reconstituer dans un autre site le milieu naturel
détruit suite au projet, ces dites réglementations ne tiennent pas ou peu compte de la diversité
et multitudes des fonctions et services écosystémiques, de la localisation et de l’équivalence
écologique. Dans cette partie on va traiter la notion de compensation, afin de pouvoir dégager
les aspects qui seront utiles dans le cadre de la neutralité en termes de dégradation des terres.

2.2.1 Définition

Le mécanisme de la compensation écologique apparait dès les années 1970 aux Etats-Unis,
souvent appliqué dans le cadre des projets d’aménagements, d’infrastructures en créant des
gains équivalents aux éléments affectés par ce type de projet. (UICN, 2011)

La compensation est qualifiée d’écologique lorsque son objectif premier reste d’éviter une
perte nette de biodiversité. En restaurant ou en récréant des écosystèmes dont la composition,
la structure et la fonction sont plus proches possible de ceux qui ont été endommagé. En
relation avec les projets d’aménagement le BBOP (Business and Biodiversity Offsets
Programme) en 2009 définit la compensation comme suit : La compensation d’atteinte à la
biodiversité implique la réalisation de mesures pour restaurer, créer, améliorer ou empêcher la
perte ou la dégradation d’un type d’écosystèmes, afin de compenser les impacts résiduels sur
l'écosystème et/ou sur ses espèces associées.

La compensation prend la forme de mesures compensatoires, une mesure compensatoire se


définit comme une action visant à offrir une contrepartie positive à un impact dommageable

41
non réductible provoqué par un projet, de façon à maintenir la biodiversité dans un état
équivalent ou meilleur à celui observé avant la réalisation du projet. Les mesures
compensatoires prennent différentes formes : la restauration, la réhabilitation, la création et la
préservation.

La restauration vise le retour d’un écosystème à un état et des conditions proches de ceux
dans lesquels il se trouvait avant une perturbation (SER, 2004) La réhabilitation vise à
rétablir certaines fonctions écologiques et certains usages ciblés (SER, 2004) . La création
est la construction d’un habitat ou d’un écosystème qui n’existait pas auparavant sur le site
(SER, 2004) . La préservation est la mise en place d’une protection et d’une gestion pérenne
des ressources naturelles existantes (SER, 2004) .

2.2.2 Principe

Le Business & Biodiversity Offset Program (BBOP) est un groupe au niveau mondial vise à
ce que tous les acteurs, publics ou privés, dont les activités ont un impact significatif sur la
biodiversité, mettent en œuvre des mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité.
Composé d’un réseau de près de 75 organisations (entreprises, agences publiques,
organisations environnementales et établissements financiers) appartenant aux 5 continents,
qui cherchent depuis 2002 à mettre en place une vision commune et à partager les expériences
et les bonnes pratiques dans le but d’élaborer un standard international en matière de
compensation des dommages à la biodiversité .

Le BBOP dans le cadre de ses travaux, s’est mis d’accord sur les principes fondamentaux, et a
rédigé des directives pratiques concernant la conception et la mise en œuvre des mesures
compensatoires, ces principes sont au nombre de dix, et constituent une synthèse des
meilleures pratiques et politiques adoptées dans le monde et qui sont une base utile pour
soutenir les gouvernements à définir leurs politiques et programmes de compensation.

Les dix principes de compensation adoptés par le BBOP (BBOP, 2011):

1. Atteindre un résultat de non perte nette de biodiversité.

2. Tendre vers un gain de biodiversité.

3. Respecter la hiérarchie de mesures compensatoires (éviter, réduire, compenser).

42
4. Poser des limites au principe de compensation ;

5. Prendre en compte le contexte local (environnement, social et culturel).

6. Faire participer l’ensemble des parties prenantes.

7. Mettre en œuvre une mesure de compensation de façon justifiée, équilibrée et équitable.

8. Fixer un objectif de résultats sur du long terme.

9. Etre transparent et communiquer ses résultats

10. Respecter les savoirs faire traditionnels lors de la mise en place des mesures de
compensation.

Les mesures compensatoires doivent respecter (1) une hiérarchie, afin d’opter pour
l’intervention la plus convenable, et satisfaire le (2) principe d’équité pour pouvoir équilibrer
la balance entre priorités environnementales et humaines, et pour garantir une pérennité des
mesures, ces deux principes seront détaillés dans la partie suivante.

2.2.2.1 Hiérarchie des mesures compensatoires


Que ce soit aux Etats-Unis ou en Europe, la compensation écologique associée à un projet
d’aménagement s’inscrit globalement dans la séquence éviter-réduire-compenser (ERC).
Introduite en 1969 aux États-Unis, dans le cadre de la procédure d’évaluation
environnementale afin de réguler les incidences des choix d’aménagement sur
l’environnement.
En Europe, la séquence ERC apparaît dans plusieurs directives .La première a été la directive
Etudes d’Impact Environnemental (EIE) en 1985. La directive Habitats en 1992. La Directive
Cadre sur l’Eau (DCE) en 2000.

La séquence (ERC) existe en France depuis la loi du 10 juillet 1976 sur la protection de la
nature, celle-ci soumet tout projet d’aménagement à une étude d’impact environnemental, qui
doit permettre de préciser les mesures susceptibles d’éviter, de réduire et le cas échéant de
compenser les atteintes portées par le projet à l’environnement.

Plusieurs lois liées au code de l’environnement prévoient la mise en place des mesures
compensatoires dans le cadre des projets (Conseil Général de l’Environnement et du
Développement Durable, 2015) :

43
-La loi n° 2008-757 relative à la responsabilité environnementale.
-L’article 23 de loi Grenelle I : Introduit le principe des mesures compensatoires pour
compenser les atteintes aux continuités écologiques.

-La loi Grenelle II : Ce texte souligne l’obligation de la hiérarchie des mesures


compensatoires, en soulignant la nécessité de disposer des moyens et d’indicateurs de suivi et
d’évaluation des effets de ces mesures sur l’environnement.

La séquence ERC vise à respecter le principe de « zéro perte nette », ce principe désigne le
point où les gains générés par des mesures compensatoires deviennent équivalents aux pertes
dues aux impacts d’un projet.

Figure 9 : Séquence Eviter-Réduire-Compenser (Commissariat Général de Développement Durable, 2012)

La logique de cette séquence consiste à :

- Eviter à travers des mesures prises au préalable pour éviter toute incidence dommageable
d'un projet sur l’écosystème concerné, en intervenant en amont sur les facteurs de
dégradation et en mettant en place des dispositifs de protection pour limiter cette dégradation.
- Réduire à travers des mesures prises pour atténuer au maximum la durée, l'intensité et/ou
l'extension d'impacts n'ayant pas pu être complètement évités, par le maintien de la qualité et

44
de la capacité des écosystèmes à fournir des services écosystémiques, pour le cas des terres on
trouve plusieurs pratiques de gestion et techniques de maintien de la qualité des terres
(agriculture de conservation, agroécologie …).

- En dernier recours, compenser les impacts résiduels négatifs sur les écosystèmes par la
recréation effective des écosystèmes fonctionnels, à travers la restauration et la réhabilitation,
afin de garantir la non-perte nette voire un gain net de biodiversité.

2.2.2.2 Compensation équitable


La compensation intervient donc à la fin de la séquence ERC. Consiste, en dernier recours, à
mener des actions permettant de maintenir la biodiversité dans un état équivalent ou meilleur
à celui observé avant qu’elle soit impactée. Cette équivalence est liée aux différentes
conditions (Ecologiques, Sociaux...), D’où la nécessité de favoriser simultanément une
équivalence écologique, une équité géographique temporelle et sociale, au cours de la
conception et de l’application des mesures compensatoires.

a) Equivalence écologique :

L’équivalence écologique comprend deux notions. Une notion quantitative qui renvoie au
minimum à compenser un nombre équivalent d’habitats, d’espèces, de fonctions et de services
écosystémiques qui existait avant dans l’écosystème affecté.la deuxième notion est qualitative
elle porte sur la qualité du fonctionnement des écosystèmes, la pérennité des services rendus
par les écosystèmes ,et la connectivité des écosystèmes, par exemple dans le cas de
l’introduction d’une espèce il faut lui garantir la même qualité d’habitat ,mêmes conditions
d’accès à la nourriture et aux sources d’eau. Afin d’éviter le dysfonctionnement de
l’écosystème.

La méthodologie de calcul de l’équivalence écologique se diffère d’un pays à l’autre selon la


réglementation et le système de compensation adopté, Les approches existantes peuvent être
basées sur la surface sur les espèces, les habitats (état/ qualité), les fonctions ou les services.
On trouve alors :

En France et en Danemark des approches qui s’appuient sur un raisonnement surfacique (ha
dégradé/ha compensé), avec l’application de coefficients multiplicateurs. Ces coefficients sont
fixés par la réglementation. Ce coefficient est défini au cas par cas, selon la nature de projet
par les instances décisionnaires. Il peut varier d’une compensation de 1 hectare à compenser

45
pour 1 hectare détruit jusqu'à une compensation de 10 hectares à compenser pour 1 hectare
détruit. (UICN, 2011).

Pour certains pays dotés de banques de compensation (Allemagne, États-Unis) on calcul


l’équivalence également en termes de fonctions pour évaluer la performance écologique des
écosystèmes Aux Etats-Unis, plusieurs méthodes intégrant les services écosystémiques se
sont développées dans le cadre de procédures administratives « Natural Resource Damage
Assessment (NRDA) »

L'équivalence écologique ne s’intéresse pas seulement à compenser la dégradation d’un


écosystème, espèce ou service, mais elle prend en compte que la perturbation causée au cycle
biologique de ces espèces et la rupture de la connectivité entre habitats d'espèces. Ce qui rend
la méthodologie de calcul de cette équivalence trop compliquée, d’où la nécessité de disposer
des informations précises et détaillées, concernant les espèces, les habitats, les fonctions et les
services écosystémiques ciblés par les opérations de compensation.

b) Equité géographique :
Pendant la mise en œuvre des mesures compensatoires le choix du site de compensation est
un paramètre qui doit favoriser la connectivité entre sites, on peut envisager dans le cadre des
zones humides deux principales options (ONEMA, 2011) :

Compensation in-situ :(sur site) permet de compenser des fonctions liées à une zone
géographique donnée, ce qui ne pourra pas être accompli par une compensation hors site. Les
fonctions écologiques et les valeurs sont spécifiques au site. L’inconvénient de la
compensation in-situ est qu’elle entraine inévitablement une mosaïque de petites zones
humides, pas forcément connectées entre elles et/ou au réseau hydrographique.

La compensation ex-situ (hors site) est souvent implantée grâce aux banques de
compensation qui, suite à un agrément, ont déjà créé, restauré des zones humides en un lieu
précis. Il est admis que le bénéfice environnemental est souvent élevé ; car le site d’une
banque est plus facile à gérer, proche d’autres zones humides, voire intégré à un réseau
existant. Le succès de la compensation hors site repose sur la question de la proportionnalité
des services et fonctions concernés, Sachant qu’il y’a des fonctions fixes au niveau des
écosystèmes (ex : zone de rétention des crues).Alors qu’il est impossible de recréer cette
fonction en dehors du site, la perte de cette fonction peut causer un dysfonctionnement
hydraulique qui peut engendrer différents types de risques (Inondation, détérioration des
terres agricoles, Des villages en aval…).

46
Dans le monde, le choix du site de compensation se fait selon différentes approches et
logiques, on peut citer :

-Approche par bassin versant : Méthode développée au Etats-Unis à partir de 2001 par NRC
(National Resserch Council). Elle donne des informations globales à travers différentes
analyses sur l’entité du bassin versant : réseau hydrographique, connectivité hydrographique
au sein de chaque entité, relief et paysage et connectivité avec d’autres bassins versant.

-Approche par région (écorégion) : Approche qui repose sur la proportionnalité des
caractéristiques écologiques telles que le sol, la végétation, le climat et les habitats, Cette
approche est apparue comme une critique de l’approche par bassin qui n’intègre pas la
dimension écologique des sites dans son principe.

-Approche Hydroécorégion : Approche proposée par Department of Environmental Quality


aux Etats-Unis en 2001 qui constitue une combinaison des deux approches précédentes en
employant deux échelles : la première est celle du bassin versant pour traiter de la rétention
des crues et assurer le bon fonctionnement des hydrosystèmes, la deuxième est celle de
l’écorégion lorsque la compensation concerne les habitat les espèces et les fonctions des
écosystèmes. Cette approche est extrapolée en France dans le cadre de la DCE (Directive
Cadre d’eau).Spécifiquement dédiée à la typologie des eaux courantes, elle est basée sur la
détermination de différentes caractéristiques primaires des cours d’eau (géologie,
géomorphologie...), pour déterminer des régions homogènes du point de vue des processus
physiques et chimiques dominants (Wasson, et al., 2001).

Raisonner à l’échelle de zones écologiques pertinentes (bassin versant, écorégion), et limiter


les distances entre sites impactés et sites des mesures compensatoires permet de limiter les
risques de non atteinte de zéro perte nette, en s’assurant du respect des équivalences
écologiques. (Germaneau, et al., 2012)

c) Equité temporelle :
Le fait de compenser dans un futur lointain des pertes qui se produisent aujourd'hui peut
provoquer des pertes temporelles qui risquent de se transformer en pertes permanentes. Par
exemple, si les habitats ne sont pas remplacés à temps, les populations locales ou régionales
dépendant de ces habitats peuvent être perdus par suite de l'effet de « goulot d’étranglement ».
Il convient donc de s'assurer que les gains se produisent dans un délai raisonnable ou, mieux

47
encore, avant même l'apparition des impacts (comme dans le cas des banques de
conservation) (Commissariat general au developpement durable, 2013).

En cas de la mise en œuvre par le maitre d’ouvrage, la pérennité des mesures compensatoires
repose sur les moyens de maîtrise foncière (acquisition foncière) ou de maîtrise d’usage
(contrats entre le maître d’ouvrage et un propriétaire ou un exploitant), assortis de mesures de
gestion. La durée d’engagement des maîtres d’ouvrage est très rarement inscrite dans la
réglementation, à l’exception des systèmes de banques de compensation, et correspond
souvent à la durée d’exploitation du projet. Elle varie fortement entre les pays, allant de un an
à perpétuité (Germaneau, et al., 2012) .

d) Equité Sociale :
La mise en œuvre de la séquence ERC tend parfois à négliger les aspects humains, sociaux et
culturels des écosystèmes. Cela est souvent le cas dans les pays où la législation est moins
contraignante, et souvent où il y’a l’absence du contrôle et de suivi des opérations et des
résultats des mesures compensatoires : par exemple, l’exploitation minière au Gabon et en
Zambie. En plus les mesures d’évitement et de de réduction sont réalisées sur le site impacté «
in situ», les mesures compensatoires se réalisent souvent hors-site « ex situ », ce qui peut
générer des inégalités socio-culturelles liées à la perte des services rendus par les
écosystèmes, ce qui affecte le bien-être des populations locales.

Comme il est démontré dans le cadre de l’évaluation des Ecosystèmes du Millénaire en 2005,
le bien être humain et fortement lié aux services rendus par les écosystèmes à travers
différents usages (Approvisionnement, Régulation, Loisir…). Souvent les populations locales
accordent des valeurs Symboliques et religieuses à ses services. Alors la consultation des
populations affectées, et leur intégration à travers les démarches participatives dans le cadre
de conception des mesures, est un point fondamental permettant de prendre en considération
les usages et les valeurs accordés aux écosystèmes pendant la mise en œuvre des mesures,
afin d’établir une compensation écologiquement équitable et socialement acceptable.

48
2.2.3 Systèmes de compensation dans le monde

Le système de compensation le plus fréquent est celui de la compensation unique comme


c’est le cas en France où les mesures compensatoires conçues et mises en œuvre par le maître
d’ouvrage pour compenser les impacts de son seul projet (Approche au cas par cas), certains
pays ont introduit la possibilité pour le maître d’ouvrage de s’adresser à un tiers spécialisé
(banque de compensation) afin de mettre en œuvre les mesures. Ces banques se développent
depuis le début des années 1990, en particulier aux États Unis et en Australie. Le recours à ce
type de système reste encore assez peu développé en Europe sauf en Allemagne .Concernant
les approches basées sur les fonds d’investissements dédiés à des programmes de
conservation de la biodiversité, plus globaux et ambitieux qu’avec un système de
compensation unique. (Commissariat Général de Développement Durable, 2012).

Tableau 5: Systèmes de compensation, Avantages/Inconvénients. (UICN, 2011)

Systèmes de compensation Avantages Inconvénients

Compensation unique : -La réalisation au cas par cas -La difficulté de suivi des
permet de mettre des résultats, liée à l’absence
Réalisation au cas par cas mesures compensatoires d’indicateurs pertinents pour
directement par le maître spécifiques et appropriées évaluer les mesures réalisées
d'ouvrage ou un sous-traitant pour chaque cas de projet. par le Maitre d’ouvrage.
des mesures compensatoires.
-L’achat de crédits de
Banques de compensation : compensation dans des
zones éloignées de
Achat de crédit de - Financement à long terme celle du projet est une limite
compensation indépendant de l’Etat. à ce système. Ce qui pose e
à une tierce partie - Mesures compensatoires problème de l’équivalence
(la banque de compensation) avec une action globale à écologique.
qui se charge de la mise en plus grande échelle. - Négligence de la
œuvre des mesures biodiversité ordinaire, Le
compensatoires. crédit de compensation est
accordé uniquement sur les
fonctionnalités écologiques
que l’on sait évaluer et
chiffrer.
-Les fonds collectés ne font
Fonds de compensation : -Développer des pas l’objet d’un suivi précis.
Participation financière à des programmes plus globaux et - le fonds d’investissement
programmes de restauration ambitieux qu’avec un n’est pas impliqué dans la
ou de conservation, sans mise système de compensation mise en œuvre de Mesures
en œuvre. unique. compensatoires.
- Développement des
marchés de droit à dégrader

49
On a un panorama de la compensation de ses principes et de ses pratiques mais quel est le
lien, les similitudes et les différences avec NDT ? NDT est- il assimilable à un processus de
compensation ? La séquence ERC est-elle applicable ? Peut-on dans le cadre de NDT
envisager de la dégradation ex-situ ? Quels éléments peut-on tirer de la compensation pour
NDT ?

2.3 - La restauration

Les pratiques de conservation et de gestion durable des terres seuls ne suffisent pas à enrayer
la perte de biodiversité et les services écosystémiques qui résultent de processus de DT. Ainsi,
une troisième voie (après Eviter-Réduire) appelle à améliorer la qualité et la productivité par
la restauration et la réhabilitation des terres déjà dégradées comme a était soulignée dans le
texte « l’avenir que nous voulons » (les paragraphes 205-209). Les évaluations mondiales
estiment qu’il y’a plus de 2 milliards d’hectares de terres dégradées, pouvant faire l’objet de
mesures de réhabilitation et de restauration (WRI, 2010). Cependant cette évaluation a été
critiquée par (Gibbs & Salmon, 2015)

2.3.1 Définitions :

Afin de bien cerner la notion de la restauration, et parvenir à la positionner dans le cadre de la


neutralité en termes de dégradation des terres, on va introduire cette partie par des définitions
qui vont clarifier des termes et des notions souvent liés à la restauration. (SER, 2004)

Restauration écologique : Est la pratique de restaurer les écosystèmes, son objectif est
d’assurer la résilience des écosystèmes et des services qu’ils rendent, en initiant et accélérant
le rétablissement d’un état antérieur (trajectoire historique) aux altérations subies (résultat
direct ou indirect de l’activité humaine). C’est le processus qui assiste l’autoréparation
(améliorer la résilience) d’un écosystème qui a été dégradé, endommagé ou détruit.

Ecologie de la restauration : Est la science sur laquelle se base la pratique. Elle fournit des
concepts clairs, des modèles, des méthodologies et des règles qui constituent le support de la
pratique de restaurer.

Réhabilitation : Se sert aussi des écosystèmes historiques ou préexistants comme modèles ou


références. Elle insiste sur la réparation et la récupération (partielle) des processus, et donc sur
la productivité et les services de l’écosystème.

50
Réaffectation : Est une réponse à la dégradation, voire à la destruction d’un écosystème, à
travers la réaffectation d’un espace à un autre usage pour lequel aucune ne référence
historique n’est requise.

Différence entre restauration et réhabilitation :

La réhabilitation et la restauration présentent un point en commun qui est le retour à une


trajectoire historique, mais les deux notions diffèrent par rapport aux buts visés. (1) La
réhabilitation est une réparation partielle de l’écosystème (productivité, services
écosystémiques), tandis que (2) la restauration vise à rétablir l’intégrité de l’écosystème, qui
doit inclure sa composition spécifique, sa structure communautaire, son fonctionnement
écologique, la capacité de l’environnement physique à supporter les organismes vivants et sa
connectivité avec les autres écosystèmes.

Restaurer/ Réhabiliter, ne revient pas nécessairement à initier un processus qui reconduirait à


un état antérieur à la dégradation subie, (1) parce qu’il existe des altérations irréversibles des
écosystèmes, (2) et le maintien de l’état antérieur nécessite des pratiques qui n’existent plus
actuellement. Alors la restauration reste qu’une orientation vers une situation de référence, qui
constitue aussi la base pour le calcul de l’équivalence écologique dans le cadre des mesures
compensatoires.

2.3.2 Cadre conceptuel :

La restauration écologique est une notion qui a pris une définition bien précise en 1989, dans
le cadre de la première conférence SER (society of ecological restoration), suivi par la
création d’une revue scientifique (Restoration Ecology), ce qui a abouti à un domaine
scientifique structuré et plus reconnu. La réussite des actions de la restauration est souvent
mesurée en se basant sur les neufs attributs des écosystèmes restaurés.

51
Encadré : Les attributs des écosystèmes restaurés :

Un écosystème restauré, doit obligatoirement satisfaire le principe d’autoréparation, en


favorisant le maintien structurel et fonctionnel de l’écosystème.

Les neufs attributs annoncés par la SER constituent une base pour déterminer si la
restauration a été réalisée, cette base pourrait être alimentée par d’autres composantes dans
le cadre des projets de restauration.

1. L’écosystème restauré contient un ensemble caractéristique d’espèces de l’écosystème


de référence qui procure une structure communautaire appropriée.

2. L’écosystème restauré est constitué pour la plupart d’espèces indigènes.

3. Tous les groupes fonctionnels nécessaires à l’évolution continue et/ou à la stabilité de


l’écosystème restauré sont représentés ou, s’ils ne le sont pas, les groupes manquant ont la
capacité à le coloniser naturellement.

4. L’environnement physique de l’écosystème restauré est capable de maintenir des


populations reproductrices d’espèces nécessaires à sa stabilité ou à son évolution continue
le long de la trajectoire désirée.

5. L’écosystème restauré fonctionne en apparence normalement lors de sa phase


écologique de développement et les signes de dysfonctionnement sont absents.

6. L’écosystème restauré est intégré comme il convient dans une matrice écologique plus
large ou un paysage, avec qui il interagit par des flux et des échanges biotiques et
abiotiques.

7. Les menaces potentielles du paysage alentour sur la santé (fonctionnement de référence)


et l’intégrité (biodiversité de référence) de l’écosystème restauré ont été éliminées ou
réduites autant que possible.

8. L’écosystème restauré est suffisamment résilient pour faire face à des évènements
normaux de stress périodiques de l’environnement local, ce qui sert à maintenir l’intégrité
de l’écosystème.

9. L’écosystème restauré se maintient lui-même au même degré que son écosystème de


référence et a la capacité à persister indéfiniment sous les conditions environnementales
existantes.

52
Le contexte scientifique du non-équilibre de la nature, a changé la logique et la méthode du
dimensionnement des actions de la restauration, ce changement a été marqué par
l’introduction des dimensions économique et sociale, ce qui a conduit à l’apparition de la
notion de la restauration du capital naturel.

2.3.2 De la restauration écologique vers la restauration du capital naturel

Le capital naturel est un concept qui est apparu pendant la fin des années 1970 développé
après dans les années 90. Il est essentiel pour favoriser la considération des problèmes
environnementaux dans les prises de décision économique, il est considéré comme une
métaphore économique qui représente le stock des ressources naturelles (MEA, 2005)

Le capital naturel peut être décliné en quatre types (Daly & Farley, 2004) : (1) le capital
naturel renouvelable correspond à la structure et à la composition des écosystèmes naturels
qui, à travers leur fonctionnement, maintiennent le flux de biens et services naturels aux
hommes, (espèces vivantes, écosystèmes…). (2) le capital naturel non renouvelable constitue
les éléments physiques et abiotiques d’un écosystème (pétrole, charbon…) (3) le capital
naturel récupérable correspond au stock de ressources non vivantes qui sont continuellement
recyclées à travers leurs interactions avec les ressources vivantes sur de longues périodes de
temps (atmosphère, eau, stock de carbone …). Et (4) le capital naturel cultivé correspond aux
systèmes agro-écologiques de production qui possèdent une capacité d’autorégulation plus ou
moins élevée selon leur mode de gestion. (Agriculture et sylviculture).

Suite à la dégradation des écosystèmes, l’empreinte écologique est devenue supérieure à la


capacité de charge de la terre ce qui a mené à (1) une crise écologique (perte de biodiversité,
dysfonctionnement des fonctionnalités des écosystèmes), et (2) une crise humanitaire
(dégradation des ressources au détriment des plus pauvres). Ces deux crises ont conduit à
l’apparition de l’approche de restauration du capital naturel, une approche qui associe les
objectifs de la restauration écologique à ceux du développement durable qui garantissent
l’amélioration du bien-être humain. La RCN est un outil qui doit faire le lien entre (1) la
conservation de la biodiversité et la protection de la santé des écosystèmes, (2) la production
locale à court terme, (3) le développement économique aux niveaux national et international
et (4) le développement économique local et durable (Lacombe & Aronson, 2008).

53
La RCN vise à améliorer la santé, l’intégrité et la résilience des écosystèmes pour le bien de
tous les êtres vivants. La RCN se focalise sur l’optimisation de la valeur et des efforts requis
par la restauration écologique afin d’améliorer à la fois la vie humaine et la santé des
écosystèmes et ceci inclut (Aronson, s.d.) :

- La restauration et la réhabilitation des écosystèmes terrestres et aquatiques.

- Des améliorations des systèmes de gestion appliqués aux terres gérées par
l’Homme pour la production,
- Des améliorations écologiques de l’utilisation des ressources biologiques
- L’établissement ou l’amélioration de comportements humains qui incorporent la
connaissance de l’importance du capital naturel, ainsi que sa conservation et sa
gestion raisonnée dans la vie quotidienne.

2.3.3 Cadre technique :

Plusieurs moyens peuvent être employés dans la réhabilitation/restauration d'un écosystème


dégradé et il y a au moins autant de trajectoires potentielles que d'actions entreprises. Ces
trajectoires sont le plus souvent distinctes de la trajectoire naturelle, qui était celle supposée
connue de l'écosystème avant dégradation.

Ce retour, vers un état antérieur, doit être favorisé par des actions telles que (1) la
réintroduction de matériel végétal et des micro-organismes associés ou par (2) des
travaux du sol permettant une amélioration de son fonctionnement, à travers des actions
visant à améliorer ou à corriger le milieu physique (lutte contre l’érosion le ruissellement…),
des actions d’amélioration du milieu biologique (réintroduction de matériel végétal et des
micro-organismes associés…). Restauration de la structure de l’écosystème (reconstitution du
couvert, du zonage, reboisement…).

Ces moyens de restauration/réhabilitation (régénération) utilisés, peuvent être classés selon 3


catégories, (1) régénération naturelle, (2) régénération naturelle assistée (3) régénération
artificielle. (PONTANIER R. & ARONSON, 1995).

Régénération naturelle :

Concernant les techniques naturelles les plus reconnues, on trouve (1) la mise en défens, c’est
une technique qui consiste à protéger temporairement un territoire contre les hommes et les
animaux, ce territoire est connu sous le nom d’ ‘Agdal’, en Afrique de Nord. La technique a
comme résultat l’apparition des espèces végétales utiles (Médicinales, aromatiques,
54
meilleures espèces fourragères…). La deuxième technique naturelle est (2) la jachère,
appliquée surtout en Afrique pour régénérer la fertilité des terres à travers l’introduction de la
matière organique sous forme d’un mélange de résidus de cultures et de l’humus, cette
technique est améliorée par l’introduction de légumineuses fourragères.

Régénération naturelle assistée :

La Régénération Naturelle Assistée (RNA) est une technique d’agroforesterie qui consiste à
protéger et gérer les repousses naturelles (pousses) que produisent les souches d’arbres et
arbustes dans les champs. On peut accélérer la régénération naturelle à travers des travaux
affectant la surface des sols comme l’épandage des branches des espèces épineuses, cette
technique est utilisée au niveau des pays de Sahel, et améliore la productivité des terres
(rendements), (200 kg à 1000 kg de la MS/ha pendant la première année) (B.Toutain, 1977) .

La régénération naturelle assistée est une technique qui se présente comme une alternative
moins couteuse, qui pourrait être utilisée pour la mise en œuvre du programme Grande
Muraille Verte au Sahara et au Sahel (GMVSS). Les effets potentiels sur l’amélioration de
l’environnement et du bien être humain ont été largement documentés et établis dans certains
pays comme le Niger (Botoni, et al., 2010).

Régénération artificielle : Quelques exemples

Tableau 6: synthèse des techniques de régénération artificielle

Technique Principe Lieu Résultats


d’implémentation

Resemis des pâturages semi- Basé sur l'agronomie conventionnelle Sud du Sahara 2 000 à 10 000 kg de
arides : préparation du sol, semailles, Kenya. MS/ha/an, en culture
fertilisation, désherbage puis Tunisie. sèche.
exploitation rationnelle
et rotative.

L'établissement artificiel L’établissement d'espèces ligneuses et -Afrique en Afrique 2 à 3 Mha de


d'espèces ligneuses, des arbres fruitiers caractérisés par un extratropicale (du ligneux fourragers, et 2 Mha
Agroforesterie et système racinaire plus développé s'est Nord et du Sud). d'arbres fruitiers, plantés en
Sylvopastoralisme de zone beaucoup développé dans les zones - Afrique zones arides.
aride arides mondiales. intertropicale
(Sahel/Soudan,
Afrique de l'Est)

La combinaison des Utilisation des espèces à la fois - Libye, région de production des rendements
techniques de l'agriculture tolérantes à la sécheresse et capables de Nalout (120 mm). très élevés
de ruissellement avec soutenir des stress prolongés : Cactus, -Tunisie dans des conditions arides
l'agroforesterie et le les Agaves, Acacia… (100 mm)
sylvopastoralisme
Source : (Pontanier, et al., 1995)

55
En analysant ces différentes techniques, on peut conclure que la majorité de ces techniques
reposent sur une approche sectorielle (Elevage, productivité agricole). Alors dans le cadre
NDT, et comme il est décrit dans les paragraphes 205-209 du texte « L’avenir que nous
voulons » : la troisième action pour inverser la DT consiste en, restaurer et réhabiliter les
terres dégradées ; de manière à garantir le rétablissement des services écosystémiques et la
biodiversité et d'améliorer ainsi la qualité et la productivité des ressources en terres déjà
dégradées.

Certes la sécurité alimentaire est fondamentale pour la survie, mais la satisfaction du bien être
humain est aussi importante à travers la préservation des services écosystémiques. La qualité
(Services écosystémiques...) des terres doit être prise en considération en parallèle avec la
productivité au cours de la conception, dimensionnement et d’implémentation de ces
techniques de restauration.

2.4 – Bilan

Dans ce chapitre on a développé des outils pour mesurer la dégradation, des instruments de
compensation et de régénération, qui peuvent servir de cadre de mise en œuvre de NDT. Dans
ce qui suit on va essayer de présenter le lien de NDT avec ces outils, et voir comment on peut
les intégrer, et les appliquer dans le cadre d’une mise en œuvre NDT.

NDT et compensation

L’objectif NDT selon la CNULD n’est pas un mandat ni une justification pour les
programmes des marchés de compensation, mais plutôt un engagement à long terme pour
favoriser et inciter les voies d'action d'une manière coordonnée et intégrée, avec toutes les
mesures possibles, afin de protéger et d'améliorer les services écosystémiques qui
contribueront plus à la réduction de la pauvreté et la durabilité du développement humain.
(CNULD, 2013) .

Selon la CNULD, la dégradation des terres dans le cadre NDT est soit diminuée ou
compensée par la restauration des terres. Mais il faut bien signaler la nécessité avant tout
d’éviter la dégradation des terres, en intervenant en amont sur les facteurs de cette
dégradation, alors de point de vue écologique NDT est basée sur la séquence suivante, qui en
analogie avec la séquence ERC.

Eviter Réduire Restaurer


56
Pour appliquer le concept de la compensation écologique, dans le cadre de la neutralité en
termes de dégradation des terres. Il faut garantir pour NDT, une cohérence avec les principes
développés dans ce chapitre. Donc la mise en œuvre du concept de LDN sera basée sur le
triplet « Eviter-Réduire-Compenser », le choix d’appliquer un élément de cette séquence, doit
se faire selon des priorités bien précises et contextualisées. Le schéma suivant présente
l’analogie et la relation entre le concept NDT et la séquence ERC :

Figure 10: Analogie Compensation/NDT

A partir du schéma on trouve que le point de départ pour le choix de n’importe quel type
d’intervention (Eviter-Réduire-Compenser), est la mesure de la dégradation des terres
envisagée à l’aide des méthodes et d’outils développés en (Ch. 2). Si les terres ne sont pas
affectées on va s’orienter vers l’évitement en intervenant en amont pour éliminer tout facteur
de dégradation (Contaminants, Résidus de pesticides, Pollution humaine...). En cas de
dégradation il faut réduire à travers la lutte contre l’érosion, l’augmentation la couverture
57
végétale et l’adoption des pratiques soutenables de gestion des terres. En derniers recours si le
niveau de dégradation est assez élevé, il faut compenser à travers la restauration et la
réhabilitation, qui sont des méthodes complexes et couteuses, qui à travers leurs mise en
œuvre visent à rétablir un état antérieur aux altérations subies, c’est la situation de référence
qui doit satisfaire la condition d’équité de la compensation. D’où la nécessité du suivi et
d’évaluation à travers des indicateurs, afin de prouver la faisabilité environnementale et socio-
économique du concept de NDT.

La compensation dans un cadre NDT, doit exclure les approches basées sur les fonds de
compensation, qui sont en général des programmes globaux qui ne sont plus dans un cadre de
développement durable, ce sont des approches comptables, qui donnent « le droit à
dégrader », sans prendre en considération les contextes locaux. Ainsi le cas des banques de
compensation présentent des problèmes en termes de cohérence écologique, liée au non-
respect de l’équivalence écologique à travers les actions ex-situ. De ce fait l’orientation vers
une action de compensation in-situ est nécessaire dans un cadre NDT, ce qui pourrait faire de
la restauration un outil de compensation dans le cadre NDT, puisqu’elle est une intervention
in-situ qui pourra favoriser une génération de bénéfices directs sur site.

NDT et restauration

La restauration est une notion complexe, qui dépend de plusieurs variables et critères, qui
dans le cadre de LDN doivent respecter certaines conditions et surmonter des défis, afin de
garantir la réussite des actions de restauration :

L’état des terres à restaurer

L’état /niveau/ et type de la dégradation (Ch.2-2.1), qui affecte les terres constituent le point
fondamental pour le choix de l’action convenable, d’où la nécessité de développer et
d’homogénéiser les méthodes de l’évaluation de le DT.

Complémentarité entre les actions réduction/ restauration

Dans le cadre de la neutralité en termes de dégradation des terres, on trouve que NDT
constitue un objectif composé, qui vise à la fois (1) la réduction du taux de la dégradation des
terres, et (2) l’augmentation du taux des terres restaurées, d’où l’existence d’une
interdépendance entre les deux actions de réduction et de restauration (Grainger, 2014), qui
poussent à réfléchir aux critères et priorités qu’il faut prendre en considération pour choisir
l’action convenable.

58
Ce qui ne pourrait être réalisable que si on adoptait une approche intégrée, appuyée par des
indicateurs qui peuvent mesurer en même temps l’évolution de l’effet des actions de réduction
et de restauration, afin de garantir la complémentarité de ces deux actions
(Réduire/Restaurer).

Hiérarchie et intégrité des actions de restauration

La restauration est une action qui peut intervenir dans un programme de compensation, ce qui
lui confère l’obligation d’être appliquée après les actions d’évitement et de réduction
« Séquence E-R-C ». La restauration doit aussi être perçue d’une manière globale, en
s’intéressant à la qualité (Services écosystémiques...) des terres et à leur productivité, et aussi
la satisfaction du bien être humain.

Acceptabilité sociale et pérennité des mesures de restauration

Si on se réfère au domaine de la restauration écologique, beaucoup d’auteurs font appel à


garantir une acceptabilité sociale des actions menées, en favorisant la participation de tout
acteur concernés. La combinaison entre les connaissances scientifique et les connaissances
d’acteurs locaux, contribuent à la réussite des actions de restauration. (Gonzalo-Turpin, et al.,
2009)

Donc il faut favoriser l’acceptabilité sociale à travers la participation des acteurs afin de
garantir la pérennité des actions de la restauration, cette dernière est fortement liée au droit de
propriété foncière, ce qui touche aussi au problème des terres abandonnées. La notion de
restauration est liée aussi au devenir des terres qu’on veut restaurer (Pâturage, agriculture,
Forets…), ce qui doit être déterminé à travers une approche Down-up afin de répondre au
besoin des populations de plus prêt et leur garantir le droit de bénéficier des résultats.

Contextualisation des actions de restauration

Les actions de restauration doivent être menées d’une manière contextualisée, pour cerner les
spécificités et la complexité des composantes (économiques-sociales-environnementales) de
chaque site d’implantation des actions, afin de pouvoir satisfaire une complémentarité et une
synergie intra-sites, qui va permettre l’accumulation du taux de restauration, du niveau local
vers le niveau national régional et puis global.

Ce qui fait que la restauration/réhabilitation dans le cadre de NDT doit répondre aux mêmes
principes des mesures compensatoires ( Ch2. 2.2), en faisant le bon choix concernant les

59
priorités Humain/Environnement, et en adoptant des indicateurs fiables pour le suivi de l’état
des terres restaurées, et mesurables pour quantifier le taux de neutralité réalisé.

En relation avec les enjeux de NDT liés à la DT, la RCN présente une source pour alimenter
le cadre de mise en œuvre de NDT, qui est un nouvel outil qui doit favoriser la préservation
des terres (font partie du capital naturel récupérable), en garantissant le bien être humain. La
RCN est doit être appliquée dans le cadre de NDT dans les travaux de restauration des terres,
puisque c’est une démarche qui associe les objectifs de restauration écologique avec ceux du
développement durable.

60
Chapitre 3 – La GDT outil de mise en œuvre de NDT

Le concept de neutralité en termes de dégradation des terres (LDN), est l’outil proposé par la
CNULD pour éviter, réduire la dégradation des terres et restaurer les terres déjà dégradées. La
durabilité de la ressource terre est fortement liée au mode de gestion de cette dernière. De ce
fait la mise en œuvre de ce concept ne fait pas de la restauration une priorité, elle s’oriente
surtout vers l’application d’un ensemble de pratiques de gestion durable des terres (GDT),
afin d’améliorer la fertilité, et d’augmenter le stock de carbone organique des terres, ce qui va
impacter positivement, l’environnement et le bien être humain (A. Retire), (Chasek, et al.,
2014).

3.1 - Définition du champ de la GDT

La cartographie de la DT est le résultat du diagnostic de l’état des terres, et constitue un outil


qui va permettre de classer les terres en (terres dégradées, en cours de dégradation, et non
dégradées). Alors pour relier les voies avec le diagnostic il faut résoudre le
dysfonctionnement, en optant pour des pratiques de gestion à chacune des catégories de terres
diagnostiquées.
Il existe plusieurs connaissances scientifiques, technologique et agronomiques de l'utilisation
des terres sans les dégrader, cette connaissance vient habituellement sous l'égide de «gestion
durable des terres» (GDT) qui est élaboré par le Panorama mondial des approches et des
technologies de conservation (WOCAT).
Ce système est définit comme une procédure basée sur des connaissances et une expertise,
qui permet d'intégrer la terre, l’eau, la biodiversité et la gestion de l'environnement (y compris
les externalités), pour répondre aux besoins économiques et sociaux, tout en maintenant les
services écosystémiques et les moyens de subsistance. Ce système fournit une boite à outil
pour éviter et réduire la DT.

La GDT est définit comme une approche qui adopte, des systèmes d’utilisation des terres qui,
par la pratique d’une gestion appropriée, permettent aux exploitants agricoles d’optimiser les
bénéfices économiques et sociaux de la terre tout en maintenant ou en mettant en valeur les
fonctions de soutien écologiques des ressources des terres (TerrAfrica, 2011). Il faut bien
noter qu’il existe une différence entre une (1) approche GDT et (2) une technologie GDT
(pratique/technique).

61
(1) Une Approche de GDT définit les façons et les moyens employés pour promouvoir et
réaliser une Technologie de GDT et pour permettre à celle-ci de réaliser une utilisation plus
durable de l’eau et des sols. Une ‘Approche de GDT’ telle que définie dans WOCAT, fait
référence à une activité spécifique de conservation des terres, qu’elle soit dans un
programme/projet officiel, un système traditionnel ou qu’elle entraîne des modifications dans
un système de production vers une gestion plus durable de l’eau et des sols (WOCAT, 2008).
Les principes de cette approche sont comme suit (TerrAfrica, 2011):
Approches centrées sur les personnes : les personnes et leurs actions sont la cause
principale de la dégradation des terres ; elles doivent donc être au centre de la GDT. Dans
toutes les phases, l’investissement des exploitants agricoles doit être réel.

Implication multi-partie-prenante : elle inclut tous les acteurs avec leurs divers intérêts et
besoins, pour ce qui touche à une même ressource. Elle inclut les connaissances et
mécanismes locaux, techniques et scientifiques afin de créer une plateforme de négociation.

Questions liées au genre : les rôles et les responsabilités liés au genre doivent être pris en
compte car, dans les petites exploitations agricoles, les femmes prennent en charge de plus en
plus de tâches autrefois exclusivement exécutées par les hommes, comme la préparation des
terres ; elles travaillent davantage pour les cultures de rente.

Approches multisectorielles : pour réussir, la mise en œuvre de la GDT doit réunir tous les
savoirs disponibles dans les différentes disciplines, institutions et agences, y compris
gouvernementales, non-gouvernementales et du secteur privé.

Intégration multi-échelle : elle doit prendre en compte tous les niveaux : local et
communautaire, mais aussi du pays, du bassin versant ou transfrontalier, jusqu’au niveau
national et international. Elle implique non seulement une prise en compte des intérêts locaux
sur site, mais aussi des intérêts et des bénéfices hors site. Cela veut dire que le concept de «
liberté des utilisateurs locaux des terres » peut être rétréci dans l’intérêt d’une plus large
communauté, mais également que de nouveaux marchés peuvent s’ouvrir, ainsi que des
mécanismes de compensation ou de financement. Bien que les retours sur investissement
locaux puissent être une motivation suffisante pour les exploitants agricoles, les intérêts et
bénéfices hors site devront être négociés.

Planification intégrée de l’aménagement du territoire : elle évalue et attribue l’utilisation


des ressources tout en prenant en compte les demandes des divers utilisateurs et utilisations ;

62
elle inclut tous les secteurs agricoles –élevage, cultures, forêts – de même que l’industrie ou
tout autre partie intéressée.

(2) Une technologie de GDT consiste en une ou plusieurs pratiques appartenant aux
catégories suivantes :

- Pratique agronomique (ex : cultures intercalaires, labour en courbes de niveau, paillage)

- Pratique biologique (végétale) (ex : plantation d’arbres, haie vive, bandes herbeuses)

- Structure physique (ex : talus ou diguette étagée, terrasse en courbe de niveau)

- Mode de gestion (ex : changement d’utilisation des terres, terrain clôturé, pâturage
tournant) Toute les combinaisons de ces mesures, lorsqu’elles se complètent et s’améliorent
entre elles, constituent une composante de la technologie de GDT.

Figure 11 : Catégories de mesures GDT (TerrAfrica, 2011)

63
3.2 - Comment la GDT peut-elle être un outil de mise en œuvre de NDT ?

La pratique GDT présente une nouvelle alternative pour éviter et réduire les pertes en terres
arables, la gestion durable des terres améliore les rendements agricoles, augmente le stock de
carbone dans les terres et assure une durabilité des ressources. Les objectifs visés par la GDT
sont d’ordre environnemental, économique et social, ces objectifs sont comme suit :

- Amélioration de la productivité des terres.


- Amélioration des moyens d’existence.
- Amélioration des écosystèmes.
- Adoption et soutien décisionnel pour une transposition à grande échelle des
bonnes Pratiques.

Dans cette partie on va détailler les bénéfices générés à travers la GDT, par rapport aux
enjeux environnementaux et socio-économiques de la NDT, évoqués dans le chapitre 1, afin
de pouvoir démontrer la faisabilité de la GDT comme outil de mise en œuvre du concept de la
neutralité en termes de dégradation des terres.

a) Niveau environnemental :

Amélioration de la fertilité des terres :


La matière organique du sol est la clé de la fertilité des terres, elle a plusieurs fonctions : elle
est nécessaire pour une bonne structure du sol, et elle sert aussi d’habitat aux
microorganismes du sol.

La pratique de GDT, à travers ses différentes techniques (Gestion des résidus, épandage…)
servent à maintenir ou améliorer le stock de la matière organique du sol, ce qui signifie que
les pertes nettes doivent être compensées par la matière organique et / ou par les engrais
apportés pour stabiliser ou améliorer la fertilité du sol (TerrAfrica, 2011).

L’étude (WOCAT, 2007), montre l’impact positif des techniques de la GDT sur la fertilité des
terres. Cela est démontré à travers des études de cas qui ont étaient réalisé sur des sites où les
terres avaient une fertilité faible à moyenne (figure 10).

64
Figure 12: Niveau de la MO des terres en fonction de la technique de GDT appliquée (WOCAT, 2007)

La plupart des sols où la pratique GDT est appliquée, contenait un niveau faible de la matière
organique. Cette pratique aide à accroître la capacité de rétention des nutriments et en même
temps de fixer le carbone dans les terres dégradées. En favorisant l’augmentation du stock de
la matière organique dans les terres (WOCAT, 2007).

L’efficience de l’utilisation de l’eau


La pratique GDT, à travers ses différentes techniques, comme les mesures de réduction du
vent par l’ombrage le semis sous couvert végétale ou par paillage, est un facteur clé qui
conduit à l’amélioration du microclimat, favorise l’accroissement du taux d’humidité des
terres (Tanner & Sinclair, 1983), réduit l’évaporation en protégeant le sol par des cultures ou
du paillage (figure 7), et diminue la perte d’humidité et afin de maintenir la fraîcheur autour
des plantes, favorisant ainsi la productivité des terres.

65
Figure 13: efficience de l’utilisation de l’eau dans un environnement semi-aride à subhumide en comparant une pratique
locale (labour profond) avec une agriculture de conservation

La pratique GDT utilisée est le labour minimal et paillage avec des cultures intercalaires de
maïs et haricots. En comparant avec les pratiques locales (labour profond), les pertes en eau
s’élèvent à plus de 70%, principalement par évaporation. Avec le paillage, celles-ci
descendent à 45%. L’efficience de l’eau a doublé et les rendements ont triplé à certaines
saisons.

L’étude de (WOCAT, 2007) montre que presque 88% des études de cas réalisées ont fait état
d’une augmentation de l’humidité des terres (figure 8). Dans 71% des cas, l’amélioration est
évaluée comme «moyenne» ou «élevée».

Le maintien de la fertilité, et l’augmentation de l’humidité des terres, sont deux composantes


essentielles pour la santé des terres. L’impact sera perçu au niveau local en créant des
microclimats qui vont favoriser la régénération des écosystèmes, la récupération et
l’amélioration de la biodiversité, et la fourniture des services écosystémiques qui sont
indispensables pour le bien être humain et pour son identité.

66
Figure 14 : l’augmentation du taux de l’humidité des terres en fonction la technique GDT appliquée (WOCAT, 2007)

Atténuation et adaptation, aux changements climatiques


Beaucoup de pratiques de GDT peuvent parvenir simultanément aux objectifs d’adaptation et
d'atténuation, en particulier ceux qui favorisent la séquestration du carbone dans les terres. La
GDT représente une approche préventive au changement climatique qui peut réduire la
nécessité aux mesures coûteuses d’adaptation (changer les cultures et les moyens de
subsistance, le défrichement de nouvelles terres pour l'agriculture et la migration). Les
pratiques de GDT peuvent être utilisées pour lutter contre les différentes manifestations du
changement climatique. Ces pratiques jouent un rôle important pour la séquestration de
carbone dans les terres, ce qui favorise en même temps l’enrichissement en matière organique
des terres, et la diminution des émissions à effet de serre (GES). Si on opte pour une gestion
durable des terres, l’agriculture en Afrique pourraient réduire les émissions de gaz à effet de
serre de 2 à 3,5 millions de tonnes de CO2eq par hectare, par an, soit un total allant de 52,3 à
91,5 millions de tonnes de CO2 ce qui est équivalent à 5 à 9 % des émissions annuelles de
combustibles fossiles en Afrique en 2005 (Martino, 2007).

67
Parmi les techniques qui favorisent la séquestration de carbone dans les terres (TerrAfrica,
2011) :

- Le boisement, le reboisement et la gestion améliorée des forêts ;


- L’agroforesterie, les systèmes sylvo-pastoraux, les systèmes intégrés culture-élevage
qui combinent cultures, pâturages et arbres. Par exemple, les systèmes d’agroforesterie
du cacao au Cameroun stockent 565 tonnes de CO2 eq par hectare et même dans les
terres semi-arides, les systèmes d’agroforesterie comme l’alternance des cultures ou
les techniques sylvo-pastorales, avec 50 arbres par hectare, peuvent stocker entre 110
et 147 tonnes de CO2eq par hectare dans les sols seulement (Nair, et al., 2009).
- La gestion améliorée des prairies et des pratiques de pâturage sur parcours naturels, En
gérant convenablement les pâturages, il est possible de stocker au moins 110 kg de
CO2eq par hectare par an, en région aride et jusqu’à 810 kg de CO2 eq par hectare en
région humide (Martino, 2007). l’optimisation des effectifs de bétail et le pâturage
tournant peut maintenir la couverture du sol et la biodiversité végétale.
- L’amélioration des pratiques de travail du sol, l’agriculture de conservation permet
d’augmenter le taux de carbone organique du sol (COS) grâce à la couverture du sol
par les cultures et le paillage, la perturbation minimale du sol, les jachères, les engrais
verts et les rotations de cultures.
La séquestration du carbone dans les terres, favorise l’atténuation des changements
climatiques (Tableau 4), et enrichie les terres en matière organique, la structure des terres
devient plus améliorée, ce qui augmente l’adaptation et la résilience des terres face aux
changements climatiques.

L’expansion des terres cultivées, le labour de plus en plus profond et la perte de couvert
végétal par déforestation et surpâturage ont conduit à une perte accélérée de la matière
organique des terres. La régénération des terres dégradées ainsi que l’adoption de pratiques de
GDT représentent des solutions pour contribuer à réduire les quantités de CO2
atmosphérique. Dans les terres dégradées des zones sèches, le taux de carbone organique est
souvent inférieur à 1%, alors qu’il peut être relevé à 2 ou 3% par de bonnes pratiques de
gestion des terres (UNCCD,WOCAT, 2011).

Les pratiques de GDT (paillage et la couverture du végétale…) protègent le sol du vent, des
températures excessives et des pertes par évaporation, de ce fait la GDT constitue une forme
d’adaptation aux conditions météorologiques extrêmes surtout dans les zones arides.

68
b) Niveau économique
A travers l’adoption des pratiques de GDT, on peut générer des bénéfices économiques. Ces
pratiques sont adaptées surtout pour les petits agriculteurs (figure 13), en raison d’améliorer la
productivité de leurs terres, pour surmonter les problèmes de famine et da pauvreté au niveau
local, et aussi garantir la sécurité alimentaire au niveau global. La pratique GDT est connue
par son efficience concernant l’utilisation des intrants (fertilisants, engrais chimiques...) et
pour l’utilisation d’eau. Pour les agriculteurs ça sera une opportunité pour diminuer les coûts
de la consommation intermédiaire, ce qui va garantir une efficience économique de la
production agricole.

Figure 15: Tailles d'exploitations en fonction des techniques de la pratique GDT (WOCAT, 2007)

La figure 13 montre que la majorité des pratiques GDT peuvent être utilisées, dans des
exploitations à moins d’un hectare, allant à des techniques qui peuvent être pratiquées sur des
grandes superficies (plus de 15 ha) comme l’agroforesterie.

69
Augmentation de la production agricole
Plusieurs techniques de la pratique GDT, surtout en Afrique subsaharienne ont monté une
augmentation de rendements de plusieurs culturesSource spécifiée non valide..

Encadré : Augmentation de la production à travers la technique de Micro-fertilisants.


Des tests sur la faisabilité agronomique, économique et sociale de la micro-fertilisation au
Mali ont étaient réalisés. Deux quantités différentes d’engrais ont été appliquées dans les
trous, 6 g et 0,3 g. Les deux applications ont donné des rendements plus élevés pour le
millet et le sorgho en comparant avec la parcelle témoin. Les rendements de sorgho ont
augmenté de 34% et 52% par rapport au témoin après l’application de 0,3 g d’engrais par
station de plantation pour respectivement les années 2000 et 2001.

Tableau 7: Augmentation du rendement agricole en applicant des pratiqye GDT

* La micro fertilisation (ou « microdosage ») est une méthode à bas coût. De petites quantités
d’engrais minéraux sont appliquées dans des trous de plantation au moment du semis, le
microdosage devra être combiné à du compost ou du fumier.

* Zaï : forme particulière de culture en poquets dans des micro-bassins, dont l'application aux
zipellés, surfaces pédologiques encroûtées fortement dégradées, pourrait constituer une solution
simple de restauration de la productivité des terres dégradées et de réhabilitation agroforestière de
leur couverture végétale dans la zone soudano-sahélienne.

Source : (Liniger, et al., 2011)

La principale cible de la GDT est l’augmentation de la productivité des terres, de la sécurité


alimentaire et la fourniture d’autres biens et services.

70
Retour d’investissement
Une étude fondée sur des données WOCAT, montre que le facteur principal qui incite à
l’adoption de la pratique GDT, est l’augmentation de la productivité à court terme, suivie par
la rapidité de mise en place, puis par les pratiques qui sont faciles à apprendre. D’autres
facteurs incitent les populations locales à opter pour ces pratiques : l’accessibilité à
l’information, le régime foncier sécurisé, la meilleure disponibilité des nutriments pour les
cultures et la demande de main-d’œuvre (création d’emploi) Source spécifiée non valide..

Les pratiques de GDT à faibles coûts de mise en place et d’entretien et aux bénéfices rapides à
long terme, aident tous les agriculteurs et sont particulièrement utiles pour aider les petites
exploitations de subsistance à sortir de la pauvreté.

Figure 16 : Les coûts de mise en place et d’entretien et les bénéfices à court terme en fonction des pratiques GDT

Les cas qui présentant des retours sur investissement rapides, sont des investissements qui
incitent les exploitants à adopter ces modes de gestion durable des terres, car l’accroissement
des retombées est immédiat, surtout pour les petits agriculteurs. Les cas dont les retombées
des mises en place sont négatives à court terme, mais dont les retombées de l’entretien sont
positives, ont souvent besoin d’une aide au démarrage. Par contre, les cas des retombées
négatives de la mise en place et de l’entretien sont peu susceptibles d’être repris par de petits
agriculteurs de subsistance.

c) Niveau social
Les écosystèmes naturels, et les paysages culturels et les terres cultivées d’un territoire
constituent une identité culturelle pour les populations locales, et forge une caractéristique de
leurs valeurs historiques. Ces écosystèmes peuvent être préservés tant que les pratiques

71
culturales associées sont rentables pour les agriculteurs, c’est à dire tant que la population
locale arrive à en tirer des bénéfices, et garanti sa sécurité alimentaire et son bien être humain.
Lorsque ce n’est plus le cas, ils se tournent vers des solutions plus rentables à risque accru
pour l’environnement, ce qui provoque une dégradation la ressource et surement de l’identité
culturelle. Le résultat sera l’abandon des terres, et l’exode de la population locale vers les
grandes villes, pour s’adapter à un nouveau rythme de vie qui souvent perturbe le bien être de
ces populations qui n’arrivent pas à s’intégrer socialement, en laissant derrière eux une
identité et une culture liées à leurs terres.

L’application de la NDT à travers la pratique GDT, doit tenir en compte de la dimension


sociale, en optant pour des techniques qui favorisent l’amélioration de la qualité des terres,
pour que la population locale puisse revenir à son rythme de vie normal. En lui garantissant
un développement économique (création d’emploi, retour d’investissement, augmentation des
rendements), qui respecte l’environnement (Engrais vert, résidus de cultures, épandage…),
pour que cette population puisse renforcer ses capacités, et aie un bien être plus amélioré
(préservation de l’identité, fourniture de services écosystémiques…).

Stabilité humaine et préservation de l’identité culturelle :

Les pratiques GDT, assurent une augmentation de la productivité agricole, en garantissant une
efficience de l’utilisation des eaux et des intrants, les augmentations de rendements à l’aide
des pratiques GDT ont atteint un taux de 170% (UNCCD,WOCAT, 2011). L’agriculture
constitue une source de vie primordiale surtout pour les populations rurales pauvres. Alors en
développant ce secteur à travers une gestion durable des terres ; on peut assurer à la fois, une
(1) durabilité des ressources, (terres, eau, intrants…) ; qui va améliorer et régénérer les terres
et les écosystèmes dégradés. (2) assurer une autosuffisance pour les population locales
concernant l’alimentation et l’eau potable, et puis (3) garantir des postes d’emploi pour la
population active, ce qui va diminuer les mouvements migratoires, préserver l’identité
culturelle de la population locale, et assurer une stabilité humaine au niveau local et régional.

Renforcement des capacités et participation :


La mise en œuvre du concept NDT, doit assurer une efficacité qui est surtout liée au
renforcement des capacités et à la participation. Une mise en œuvre réussie de NDT exige une
coopération entre membres de la population locale (femmes/hommes), chercheurs et
décideurs, afin de fournir l’information, transmettre les connaissances ou encore échanger des

72
expériences. Le choix des pratiques GDT comme cadre opérationnel de NDT peut assurer une
amélioration du niveau social des petits agriculteurs et des femmes. Les pratiques de GDT
sont basées sur des approches qui renforcent les capacités, afin de bien adopter, diffuser et
adapter les bonnes pratiques. La GDT repose sur l’approche Down-up qui descend aux
besoins de population et assure une autonomisation aux petits agriculteurs, ces pratiques sont
conçues aussi pour garantir l’égalité de genre, puisque les femmes depuis l’antiquité étaient
fortement impliquées dans les travaux agricoles. La GDT est une pratique qui investit dans
l’agriculture familiale qui est un secteur qui doit favoriser la production en préservant
l’environnement qui assure le bien être humain des populations locales (Lastarria-Cornhiel,
2006).

Encadré : Participation et prise de décision (gestion intégrée de riz-Madagascar)

Les exploitants agricoles sont impliqués activement dans toutes les phases de l’approche. Les
décisions concernant les activités de GDT à mettre en œuvre sont prises par les paysans à titre
individuel et collectif. Les paysans mettent la GDT en œuvre avec le soutien technique du
programme GDT.

Avantages de l’approche participative :

- Les paysans apprennent les principes de base de la gestion rizicole et développent leurs
propres options d’amélioration, adaptées aux conditions locales ; l’innovation émerge des
groupes eux-mêmes.
- Les paysans acquièrent des capacités personnelles et d’organisation pour résoudre leurs
problèmes et prendre confiance en eux-mêmes pour devenir des partenaires efficaces des
autres acteurs de la filière de valorisation.
- Amélioration de la situation des groupes sociaux / économiques défavorisés ; les riziculteurs
pauvres et marginalisés sont ciblés

Source : (TerrAfrica, 2011)

73
Conclusion
Pour réaliser l’objectif NDT, la plate-forme des pratiques de gestion durable des terres
(GDT), pourrait être adoptée comme un outil pour éviter et réduire la dégradation des terres,
en garantissant une gestion durable des terres, et en améliorant les conditions socio-
économiques. Si la GDT est adoptée comme un cadre de mise en œuvre du concept NDT, elle
pourrait garantir une multitude de bénéfices.

Concernant l’aspect environnemental, la GDT aide à (1) améliorer la fertilité des terres, à
travers l’augmentation du stock de la matière organique, cette pratique favorise aussi (2)
l’efficience de l’utilisation en eau, en créant des microclimats qui augmentent l’humidité des
terres. Pour le niveau global, la GDT peut servir comme un outil de (3) résilience et
d’adaptation aux changements climatiques, à travers une technique ou la combinaison de
plusieurs techniques, qui favorisent la séquestration de carbone (boisement, agroforesterie,
agriculture de conservation…).

De point de vue économique la GDT est une pratique (1) rentable puisqu’elle est connue par
son efficience en termes d’utilisation d’eau et d’intrants, et par ses pratiques dont la majorité
est à faible coût de mise en place, cette pratique favorise (2) l’augmentation de la production
agricole (140% en Mali pour la culture de millet), à travers : l’extension, l’intensification et la
diversification de l’utilisation des terres.

L’augmentation de la production et l’efficience, générés par la GDT peuvent contribuer dans


le cadre de la NDT, à surmonter le défi d’insécurité alimentaire et de la pauvreté ; ce qui va
impacter positivement la dimension sociale en (1) améliorant le bien être humain, la GDT
constitue aussi un cadre de (2) participation et d’intégration de la population local, afin
d’aboutir à un renforcement de capacités. Ce qui serait utile dans le cadre de la NDT pour
pouvoir procéder par une approche ascendante, qui prend comme point de départ le besoin des
populations locales vers le choix des priorités et pour la conception des objectifs.

74
3.3 - Limites et recommandation pour l’application de la GDT à la neutralité en relation
avec les projets de développement et leur bénéficiaires

Dans cette partie on va essayer de développer la démarche de gestion et de suivi dans le cadre
des projets (GDT), afin de pouvoir analyser les indicateurs développés pour cette démarche, et
voir leurs utilité dans le champ de la NDT, qui est un objectif qui lie la neutralité de la DT
avec le développement socio-économique. Cette analyse nous sera utile pour discuter les
limites et dégager des recommandations pour l’application de la GDT dans le cadre de la
NDT.

Les projets de la gestion durable des terres (GDT) fonctionnent à l'intersection de


l’environnement, l'agriculture et le bien -être humain. Pour évaluer l'impact des projets de
GDT, il est nécessaire d’utiliser des indicateurs pour chacun de ces composantes. On ne peut
pas présumer qu'un projet a un impact positif sur l'environnement contribuera également au
bien- être humain, et vice versa.
Le Cadre GDT universel développé par UNU-INWEH, avec FEM (Land Degradation Task
Force), combine les points forts des cadres DPSIR et MA (Millenium Assessment), et facilite
l'évaluation des impacts de SLM en plaçant les indicateurs dans le cadre de l'une des cadres
méthodologiques (DSPIR-MA).
Les indicateurs développés dans le cadre du projet « Project Indicator Profiles for the GEF
Land Degradation Focal Area, 2010 » tendent à couvrir l'ensemble du cadre de GDT à fournir
une analyse intégrée de l’impact. Dans ce contexte, la catégorie de réponse de DPSIR est très
importante dans le sens où la GDT constitue une «réponse». Pour la même raison, l'impact sur
les services écosystémiques et le bien-être humain sont importants car ils fournissent un
moyen d'exprimer les impacts de la GDT sur les écosystèmes ainsi que sur le bien -être
humain.
La sélection de l’ensemble d'indicateurs pour le niveau de projet « GEF Land Degradation
Focal Area, 2010 », était basée sur les quatre indicateurs reconnus au niveau mondial : la
couverture terrestre, la productivité des terres, la disponibilité de l'eau et de la pauvreté rurale.
Le tableau suivant nous montre les indicateurs et les sous-indicateurs utilisés (FEM, 2010) .

75
Tableau 8: Indicateurs d'évaluation de l'impact des pratiques GDT

Indicateurs Sous-Indicateurs Définition


Land use / Land cover Land cover Cet indicateur montre la distribution du
couvert végétal des terres dans l'échelle de
l'évaluation
Land use Cet indicateur montre la distribution des
systèmes d'utilisation des terres dans la
zone.
Land productivity Production La production de cultures, Fourrage,
agricole/an Pâturage et forets / an.
agro-biodiversité désigne la diversité des espèces et des
usages des gènes et espèces (biodiversité)
associés à l'agriculture (Génétique,
Phénotypique) et pour l'élevage ça concerne
sa spécificité territoriale
Accès à l'eau Qté d'eau utilisée/Qté le volume total des eaux souterraines et des
totale disponible eaux de surface prélevées pour des usages
humain
% d'accès à l'EAU Accès à l'eau potable est définit par l'OMS
potable et l'UNESCO comme " proportion de la
population utilisant une source d'eau
potable améliorée et traitée"
Bien-être humain Population pauvre Population totale en dessous du seuil
national de pauvreté.
Malnutrition Proportion d'enfants ayant moins de 5 ans
souffrant de malnutrition chronique.
Mortalité maternelle La santé maternelle se réfère à la santé des
femmes pendant la grossesse,
l'accouchement et la période post-partum.

76
Ces indicateurs présentent une prise en compte des dimensions (1) environnementale
(biodiversité), et (2) socio-économique (Productivité des terres et bien être humain). En outre
le point fort de ces indicateurs c’est qu’ils sont conçus dans le cadre de la méthodologie
DSPIR, qui offre une plate-forme d’indicateurs utilisée sur différentes échelles (local,
régional et national), élaborés à travers des (3) méthodes participatives consistant à un
ensemble d’enquêtes et entretiens à travers des questionnaire destinées aux bénéficiaires des
projets GDT, pour déterminer les besoins en amont qui doivent être utiles pour la conception
des objectifs en aval. Ces trois points détaillés avant montre bien que la pratique GDT peut
être utile dans le cadre de la neutralité en termes de dégradation des terres, de préférable cette
application doit être à une échelle locale, pour pouvoir adapter les indicateurs (DSPIR) au
contexte de la NDT, puisque la dégradation des terres touchent à des domaines plus
complexes (émissions de GES, CC…) que celles détaillés dans le cadre de la GDT. De ce fait
l’évaluation dans le cadre des projets GDT présente un manque qui consiste en l’absence d’un
indicateur qui renseigne sur le taux de séquestration de carbone, cet indicateur doit être
détaillé dans le cadre de la GDT, afin que cet outil répondra aux enjeux liés à la DT, pour
qu’il soit utile et applicable dans le cadre de la NDT. Cette application si on raisonne
seulement par le stock du carbone séquestré par les terres, pourrait se faire à une échelle plus
globale et pourrait être une mise en œuvre de neutralité carbone, qui doit apprendre les leçons
du programme REDD+, en mettant à l’esprit tout les aspects environnementaux et sociaux qui
sont fortement liés aux particularités des contextes (socio-économiques,
environnementaux…).

Le problème que rencontre la pratique GDT c’est qu’elle est conçue à la fois pour les terres
non dégradée et terres dégradées sans faire une distinction entre l’état de chaque terre. Cette
distinction est importante, car pour garantir l'utilisation durable de la terre restaurée il est
nécessaire d'enlever ou au moins de minimiser l'effet des facteurs biophysiques, socio-
économique et les pilotes de la politique qui causent cette dégradation (Chasek, et al., 2014).
Ces outils nécessitent une adaptation locale, compte tenu de la particularité de l’état des terres
à l'intérieur du domaine, cette adaptation doit être liée aussi aux priorités locales, nationales et
régionales. Cependant, un mécanisme est nécessaire pour évaluer la réussite de la stratégie
visant la neutralité. Malgré la multitude des efforts de recherche sur la lutte contre la
dégradation des terres, les progrès ont été entravés par manque de suivi et d'évaluation

77
efficace non seulement de l'état de la terre, mais aussi de la performance et l'impact des
interventions.

L’évaluation de l’impact des pratiques GDT ne doit pas être seulement à court terme, liée à la
satisfaction des résultats à la fin du projet. Mais il faut procéder par une évaluation à long
terme, périodique et continue, une évaluation qui s’intéresse à la neutralité visée par le projet
pour pouvoir valider la satisfaction des résultats de la NDT à un niveau local ce qui va
permettre de cumuler les efforts et les résultats obtenus, vers un niveau national, régional et
global.

L’évaluation et le suivi constituent un défi complexe, si l’on veut évaluer la neutralité en


terme de bilan dégradé /non Dégradé /réhabilité n’est pas suffisant, il faut raisonner en terme
d’impact environnemental, économique, et humain et social afin d’aboutir à une évaluation
globale pour pouvoir valider la faisabilité de l’objectif NDT étant proposé comme un ODD.

3.4 – Bilan

Dans le contexte de la dégradation des terres la GDT fournit une boîte à outils utile pour
réduire la dégradation en cours. A travers des outils qui servent pour : la protection des terres
contre l’érosion, la salinisation, et d'autres formes de dégradation des terres ; et améliorer
l'intégration agriculture-élevage. C’est un outil qui n’est pas adressé seulement aux services
d’approvisionnement, mais prend en considération les autres services fournis par la terre
(Chasek, et al., 2014) . En relation avec le développement durable, la GDT inclut aussi les
dimensions environnementales, économiques et socioculturelles (Hurni, 1997) :

(1) Ecologiquement parlant, les technologies de GDT, dans leur diversité, luttent efficacement
contre la dégradation des terres, qui constituent le support de la biodiversité terrestre. (2)
Socialement, la GDT aide à sécuriser les moyens d’existence en maintenant ou en augmentant
la productivité des sols, améliorant ainsi la sécurité alimentaire et réduisant la pauvreté, à la
fois pour les ménages et pour les pays. (3) Economiquement, la GDT rentabilise les
investissements des exploitants agricoles, des communautés ou des gouvernements. La
production agricole est sécurisée et améliorée, à la fois pour les petits exploitants, pour les
productions commerciales à grande échelle et pour les éleveurs. De plus, les bénéfices hors
site considérables de la GDT peuvent à eux seuls se justifier économiquement.

78
De ce fait dans un cadre de NDT, la GDT peut être un outil de mise en œuvre NDT, en
termes de réduction de la DT. Ainsi l’approche GDT est basée sur des principes qui intègrent
de plus près les acteurs impliqués et favorise leur participation dans la conception et
l’application des pratiques GDT, ces principes qui doivent être intégrés dans le cadre de la
conception NDT, afin de favoriser une acceptabilité sociale pour garantir la pérennité des
mesures GDT dans un cadre NDT.
Mais en relation avec la neutralité, le problème que rencontre la pratique GDT c’est qu’elle
est conçue à la fois pour les terres non dégradées et terres dégradées sans faire une distinction
entre l’état de chaque terre. Cette distinction est importante, car pour garantir l'utilisation
durable de la terre restaurée il est nécessaire d'enlever ou au moins de minimiser l'effet des
facteurs biophysiques, socio- économique et les pilotes de la politique qui causent cette
dégradation (Chasek, et al., 2014). Cet outil doit faire l’objet d’une adaptation locale, compte
tenu de la particularité de l’état des terres à l'intérieur d’un domaine (agriculture, élevage,
foret). Cette adaptation doit favoriser l’intégration d’une situation de référence pour la
conception de ces pratiques, cette situation de référence va préciser le taux de neutralité pour
lequel on veut aboutir dans un cadre GDT/ NDT, cette adaptation doit être liée aussi aux
priorités locales, nationales et régionales.
La NDT présente une analogie avec la séquence ERC, qui pourrait être traduite par une action
d’éviter et réduire à travers la pratique GDT, et compenser à travers la RCN. Ces deux outils
montrent bien une prise en compte des dimensions environnemental et socio-économique, ce
qui pourrait être utile pour l’objectif NDT, étant un outil qui doit préserver l’environnement,
et améliorer le bien être humain, à condition que ces outils (GDT, RCN) doivent assurer une
continuité et une complémentarité en termes de neutralité.
Puisque les deux outils GDT et RCN doivent converger vers une échelle local, pour pouvoir
répondre aux spécifiés liées à la DT, on va se permettre de poser le questionnement suivant :
Est-ce qu’on peut envisager une mise en œuvre NDT dans le cadre d’un projet territorial, qui
pourra garantir une continuité et une complémentarité des actions, vers un monde neutre en
termes de dégradation des terres ?

79
Chapitre 4 – Opérationnalisation de NDT dans les projets pilotes de la
CNULD : analyse des éléments disponibles
Dans cette partie on va essayer de présenter le projet pilote developpé par la CNULD dans le
cadre NDT, il a comme objet d’explorer les voies de mise en œuvre, pour pouvoir alimenter la
définition théorique et scientifique de ce concept. Pour cela on va essayer d’examiner les
choix institutionnels, organisationnels et techniques qui ont été faits dans le cadre de ce projet
pilote. La consultation de ces choix était faite sur la base des conclusions ressorties dans la
réunion de démarrage (Bonn, 2015) du NDTp (projet pilote NDTp), le résumé du document
projet, et l’entretien avec le coordinateur de NDTp (Mr Alain Retiere). Pour les documents
spécifiques à chaque Pays, on n’avait pas la possibilité d’y accéder suite à des contraintes de
temps, les rapports destinés à la COP 12 n’étant pas établis début septembre.

4.1 – Présentation du projet

La CNULD dans le cadre du concept NDT, a lancé un projet pilote d’une durée de 13 mois
avec un budget initial de 600 000 EUR, sur une échelle de 14 pays affectés, afin de mettre le
concept en pratique.

Ce projet pilote vient pour combler les lacunes qui régissent le concept NDT concernant sa
définition, son cadre conceptuel et ses modalités pratiques de mise en oeuvre. Alors le projet
est un outil, qui va compléter les travaux menés dans le cadre de la CNULD, par le groupe de
travail intergouvernemental (GTI), qui a comme mission : (1) établir une définition
scientifique de la NDT. (2) élaborer des options et des voies stratégiques que les Parties
pourraient envisager dans le cas où ils souhaiteraient atteindre la neutralité en matière de
dégradation des terres ; et (3) de conseiller la Convention sur les conséquences pour sa
stratégie actuelle et future, ses programmes et les besoins en ressources financières.

En plus dans le cadre des ODD, ce projet permettra d’éclairer les travaux du groupe OWG
qui n’arrive pas à bien préciser le statut de cet objectif de neutralité, l’OWG envisage deux
points de vue : (1) NDT est considéré comme un objectif général autonome, (2) NDT est une
cible spécifique d’un objectif plus général (Retiere, 2014).

80
4.1.1 Les objectifs et composantes du projet
Le tableau suivant indique le cadre logique du projet NDTp :
Tableau 9 : Cadre logique (Retiere, 2014)

Indicateurs Moyens et Sources Hypothèse de base et


risques
*Objectif à long terme (Impact)
Parvenir à un accord entre les Parties (COP 13). La décision d'établir des lignes directrices de NDT Documents de la CNULD, dans le
Afin d’adopter des cibles nationaux dans le cadre en 2017, et le plan cadre d'action et de financement cadre la COP 12
de NDT, et fournir un rapport en relation avec les inclus dans la COP12
PAN et NDT à la COP tous les deux ans
*Objectif à court terme Au moins 10 pays, dont au moins 20 sous - régions 1) Les lettres d'engagement officiel. 2)
Ressortir pour le concept NDT un cadre de mise en nationale et 40 territoires locaux, font de NDT un Alignement des PAN 3) renforcer le
œuvre et de suivi, en utilisant les objectifs objectif dans leur PAN et formellement engagé dans réseau de la réhabilitation /
nationaux (14 Pays). la mise en œuvre de la NDT restauration des terres dégradées.
*R.1- Accord entre les Partie, et - Engagements signés, termes de références...
l’opérationnalisation de l’équipe nationale NDT. Risque d’un manque dans la
Fichiers de la CNULD
*R.2- Reformulation et alignement des PAN. - Rapport, PAN accompagnés d’images satellitaires. capacité technique et
*R.3- Planification de l’implémentation de NDT. - Documents projets et PAN. scientifique au niveau des
*R.4- La sensibilisation et la communication. - Documents nationaux, films et brochures pays
*A.1- Engagement, définition des responsabilités,
et l’établissement du GNT
Cout en Euros
*A.2- Identification des facteurs de DT, révision
des stratégies, des financements afin De réaliser 525 000
LDN. - Ressources humaines, biens et services.
*A.3- Examen des indicateurs de progrès, tester un
cadre d’évaluation, et intégrer les Obj nationaux au
niveau des PAN.
*A.4- Rédaction des documents projets,
productions des films en relation avec les pratiques
de NDT, l’évaluation du projet NDT et le rédaction
du document de la phase du NDTp.

*Obj : objectifs, *R : résultat, *A : Activité, *NDTp : Projet NDT, *GNT : groupe national du travail

81
Pour le long terme, l’impact recherché à travers le projet est de contribuer à parvenir à un
accord entre les Parties ; en 2017 pour la 13 ème session de la Conférence des Parties (COP
13). Par lequel chaque pays adopte sa propre cible volontaire nationale, pour atteindre la
neutralité en matière de dégradation des terres, et fournisse un rapport à la Conférence des
Parties tous les deux ans sur la mise en œuvre du programme national d’action (PAN) et les
progrès accomplis vers la réalisation de l’objectif de NDT.

L’objectif principal du projet, est de faire ressortir pour le concept LDN un cadre de mise en
œuvre et de suivi, à l’aide d’un échantillon représentatif de pays affectés (14 Pays), qui va
traduire l’objectif de neutralité en matière de dégradation des terres en cibles nationales
volontaires.

Le projet est organisé en quatre composantes :

- Mise en place d'une structure de mise en œuvre collaborative du projet, incluant


l'engagement formel des pays Parties touchés partenaires et la création d'équipes multiparties
prenantes pour soutenir la mise en œuvre du projet au niveau national.

-Analyse des progrès dans la formulation et l'alignement des programmes d'action nationaux
(PAN), comme première étape essentielle pour comprendre comment l'approche LDN peut
être incorporée dans la mise en œuvre des PAN et permettant de résoudre d'éventuelles
difficultés spécifiques;

- Sur la base des résultats de l'analyse réalisée précédemment, le projet se concentrera ensuite
sur l'aide aux pays Parties partenaires dans l'identification d’objectifs et cibles nationaux de
NDT, faisant usage du dispositif existant pour suivre les progrès dans la mise en œuvre de la
Convention dans le cadre de la Stratégie ;

- Sur la base d'un effort collectif des pays Parties partenaires, le résultat des exercices
nationaux de NDT sera systématisé et les leçons seront tirées pour la sensibilisation et la
communication à la communauté internationale, pour nourrir avec des bases solides validées
les consultations internationales sur les possibilités pratiques de réalisation de l’objectif de
NDT à l’échelle mondiale.

82
Acteurs impliqués :
Les principaux partenaires du projet LDN sont les gouvernements des pays Parties
touchés volontaires. Il seront représentés à travers une équipe nationale LDN qui sera
établi dans chaque pays Partie, avec la participation d’un certain nombre d'experts de la
gestion durable des terres ainsi que des représentants des milieux locaux scientifique, de la
société civile et des communautés locales. Au niveau général un groupe consultatif
interdisciplinaire sera établi, en coopération avec le GTI. Le groupe sera composé de
représentants des pays partenaires, les grandes entreprises internationales de l'exploitation
minière, de l’agroalimentaire, de l'énergie, des infrastructures et de la construction, les
grandes organisations non-gouvernementales internationales environnementalistes, des
organisations de recherche de renommée internationale pertinentes, ainsi que les
organisations internationales compétentes.

4.1.2 Les Pays impliqués


Le tableau suivant nous renseigne sur les pays impliqués, leur statut et leur appartenance
géographique régionale :

Tableau 10: Pays imliqués dans le cadre de projet pilote LDN

Les 14 pays impliqués représentent une grande variabilité géographique, climatiques,


biophysiques et socio-économiques, ainsi on trouve 5 pays de l’Afrique, 2 pays de l’Europe
Orientale, un pays de l’UE, 3 pays de l’Asie et 3 pays de l’Amérique Latine. Cette variabilité

83
régionale adoptée dans le cadre du projet, même si elle présente un choix doté d’un aspect
aléatoire, pourrait en même temps être exploitée pour représenter un échantillon significatif.

4.2 – les choix faits pour la mise en œuvre

Dans cette partie on va essayer d’analyser les choix au niveau institutionnel organisationnel et
techniques, adoptés pour l’opérationnalisation du concept NDT, ce qui va nous permettre de
dégager une réflexion sur cette mise en œuvre, et permettre de ressortir des recommandations
dans le cadre d’opérationnalisation NDT

4.2.1 Aspects institutionnels et organisationnels

L’échelle de mise en œuvre NDTp été sur un niveau national, celui-ci étant l’entité
d’application et de suivi de la neutralité. Il va se décliner sur un niveau local à travers un
choix de sites d’intervention. Cette mise en œuvre doit intégrer des outils organisationnels et
institutionnels pour faciliter son implémentation dans chaque pays, ces outils seront traités
dans ce qui suit.

4.2.1.1 Cadrage : Le niveau national est choisi comme échelle de la mise en œuvre

La convention dans le cadre de ce projet pilote adopte une échelle nationale pour la réalisation
du concept LDN, d’où la nécessité pour chaque pays de mobiliser des moyens institutionnels,
organisationnels, scientifiques et techniques ,afin de diagnostiquer l’état et le fonctionnement
des terres, pour pouvoir déterminer le type, le degré, l’extension et les dysfonctionnements
causés par la DT. Ce qui permettra de définir les bases de référence, et constitue la clef pour
résoudre le problème en choisissant l’intervention la plus adéquate et propice.

Pour garantir la faisabilité et la réussite des actions qui seront menées sur terrain, il faut tout
d’abord préparer une plateforme institutionnelle et organisationnelle solide et précise qui en
même temps doit être dotée d’une certaine souplesse afin de pouvoir l’adapter aux contextes
locaux, parce que cette neutralité nationale qu’on cherche à réaliser n’est que le résultat d’un
cumul et d’une somme de l’ensemble des taux de neutralité atteints à l’échelle locale.

84
Au niveau national NDT est ammené à trouver son propre modèle opérationnel, ce modèle
sera testé au niveau des sites choisis au sein de chaque pays, ces sites sont les entités
d’expertise pour construire le modèle opérationnel NDT. Ces sites sont choisis en fonctions
du contexte lié aux facteurs de DT. Ils doivent représenter un échantillon significatif pour
constituer une plate-forme de référence, en relation avec l’état de DT, les facteurs et les effets
qui en résultent pour le pays. De ce fait le projet pilote NDTp a comme base de référence des
sites pilotes, qui doivent intégrer une prise en compte de tous les niveaux de facteurs de DT
(environnementaux, et socio-économiques). Ça constitue une mesure à un niveau local qui a
comme défi d’être extrapolée à un niveau national. Alors les sites pilotes NDTp, feront partie
d’un réseau international de référence, et vont contribuer à définir la situation de référence, les
priorités et les objectifs volontaires nationaux. Ils vont faire usage de l'actuel cadre pour
mesurer les progrès accomplis dans la mise en œuvre de la Convention (CNULD).

4.2.1.2 Le projet NDT sera inclus dans le PAN


Le cadre institutionnel adopté pour ce projet pilote est le PAN (plan d’action national, ce plan
d’action en interaction avec les objectifs de projet et avec le cadre d’évaluation doit mener à
l'identification et à la réalisation de résultats tangibles en matière de NDT au niveau des pays
(Retiere, 2014).

a-Présentation des PAN :

Pour la mise en œuvre de la CNULD au niveau national, les pays Partie affectés avaient
l’obligation d’élaborer un programme d’action nationale. Le PAN, présente une œuvre
originale découlant, d’une part, de son caractère d’instrument de mise en œuvre d’un accord
international et, d’autre part, des principes directeurs qui sous-tendront le processus de sa
mise en œuvre à savoir le partenariat, la participation effective de tous les acteurs et
l’appréhension du problème de dégradation des terres dans son ensemble.

Encadré sur définition de PAN

Article 10 Programmes d’action nationaux 1. Les programmes d’action nationaux ont pour but
d’identifier les facteurs qui contribuent à la désertification et les mesures concrètes à prendre pour
lutter contre celle-ci et atténuer les effets de la sécheresse. 2. Les programmes d’action nationaux
précisent le rôle revenant respectivement à l’Etat, aux collectivités locales et aux exploitants des terres
ainsi que les ressources disponibles et nécessaires. Texte De la Convention 1994

85
Son objectif global est de contribuer au processus de développement durable du pays à travers
le renforcement des capacités nationales de lutte contre la dégradation des terres dans le cadre
général de lutte contre la pauvreté. Cette lutte contre la dégradation des terres dans le cadre
des PAN ne prendra plus la forme habituelle d’une action sectorielle menée sur une échelle
locale, mais plutôt comme des actions intégrées dans une approche globale de gestion des
causes de la dégradation des terres.

Axes d’orientation du PAN :


Le PAN, en tant que cadre stratégique de lutte contre la dégradation des terres et, pour un
développement durable, est articulé autour des principaux axes suivants :

- Consolidation de la paix.
- Lutte contre la pauvreté.
-Gestion rationnelle des ressources naturelles.
-Décentralisation et participation effective des acteurs à la base.
Domaines d’action prioritaires :
Ces axes d’orientation seront traduits à travers les principaux domaines d’actions prioritaires
suivantes :
• Renforcement des capacités des acteurs en matière de connaissances et de contrôle du
processus de dégradation des terres
• Suivi permanent du processus de dégradation des terres
• Connaissance parfaite des écosystèmes, amélioration de la productivité de ceux dégradés et
protection des écosystèmes menacés.
• Promotion de la gestion participative et décentralisée des ressources naturelles.
b-Alignement des PAN

Suite à la mise en œuvre de la stratégie décennale de la convention(2008) il a été décidé un


processus d’alignement des PAN sur les objectifs stratégiques de la convention. Concernant
les modalités d’adaptation du PAN. Une stratégie financée par le FEM pour encourager les
Parties, d’ici fin 2014, dans le cadre d’un objectif mondial spécifique qui vise à l’alignement
de 80% des PAN, à travers trois actions :

(1) l'intégration de la lutte contre la dégradation des terres dans les politiques nationales de
développement.(2) veiller à ce que les facteurs entrainant la dégradation des terres sont
scientifiquement identifiés .(3) l'intégration des PAN dans les cadres d'investissement intégrés
pour assurer leur mise en œuvre effective .
86
Dans le nouveau cadre de neutralité adopté par la CNULD et au cours des processus de
l’alignement les pays Parties affectés doivent adapter leurs programmes d'action nationaux
(PAN) de lutte contre la désertification, avec les principes du concept NDT, puisque le PAN
constitue le lien entre les priorités nationales en termes de lutte contre la dégradation des
terres et avec l’objectif mondial NDT proposé par la CNULD.

NDTp est parti sur l’hypothèse de l’alignement et la révision des PAN, comme étant un outil
institutionnel et organisationnel de l’opérationnalisation de NDT au niveau de chaque pays.
Par conséquent la CNULD dans le cadre de NDTp, s’est engagé pour aider les pays
volontaires à trouver des moyens financiers pour atteindre la NDT et à fixer des objectifs
correspondants dans le cadre du PAN. Pour cela une consultation scientifique au niveau
national était nécessaire afin d'identifier et adresser toute lacune possible, et identifier les
options possibles pour l'intégration des objectifs de NDT dans le PAN. Au niveau technique
un examen des formes et des facteurs de dégradation figurant dans les PAN, était utile pour
voir dans quelle mesure NDT peut être intégré comme une cible, comme partie intégrante du
processus d'alignement de Pan.

4.2.2 Aspect technique du NDTp


L’aspect technique présenté dans cette partie, va porter sur les modalités d’évaluation de la
dégradation des terres dans chaque pays, la démarche suivie pour le choix des sites pilotes, et
les modes de d’évaluation et de suivi adopté dans le cadre NDTp.

4.2.2.1 Evaluation de la dégradation des terres et choix des sites


a- Indicateurs d’état

Lors de la réunion de lancement du projet LDN (Bonn, janvier 2015), il a été convenu que
certains indicateurs de progrès adoptés par la COP.11 seront utilisés pour l’évaluation de la
dégradation des terres au niveau national notamment :

1 la couverture terrestre et le changement d’occupation de sol (conformément aux


catégories d'utilisation des terres du GIEC). L’occupation du sol qui représente
l'exploitation de l'écosystème, les pratiques et les usages, ainsi que le couvert végétal, et
définit les services que l'écosystème doit fournir.

87
-2 L’évolution de la productivité des terres. La productivité des terres, représente la
dynamique biologique ou économique des terres .La dynamique de la productivité, est
approchée à travers une observation au fil de temps de l’activité photosynthétique par les
satellites à travers à l’aide de l’évolution de l’indice (NDVI).

-3 La teneur en carbone organique du sol. le stock de carbone organique Pour le stock


en carbone organique c’est la nature du sol qui entre en jeux, d’où la nécessité de s’orienter
vers des cartes qui représentent le contenu du carbone organique en fonction de la nature du
sol.

Les données sur ces indicateurs sont disponibles sur la plate-forme (WAD : World Atlas
Desertification), A partir des bases de données existantes les indicateurs sont calculées avec
les mêmes algorithmes reconnus internationalement. Cela est réalisé à travers la coopération
entre Le Secrétariat, le JRC (Joint Ressearch Center) et l’UNEP.

Les résultats sont communiqués au pays pour validation et complémentés éventuellement par
des données locales.

Ces indicateurs d’état sont alignés avec les deux objectifs stratégiques (OS2, OS3) adoptés
dans le cadre de la CNULD, le tableau suivant nous montre l’alignement de ces indicateurs
avec les objectifs stratégiques.

Tableau 11: Alignement des indicateurs d'état avec les objectifs stratégiques de la CNULD

Objectif stratégique Indicateurs d’état


OS 2 : Améliorer l’état des écosystèmes Ind1 : L’évolution de la productivité des terres
touchés Ind 2 : la couverture terrestre et le changement
d’occupation de sol
OS 3 : dégager des avantages généraux Id3 : la teneur en carbone organique du sol.
d’une mise en œuvre efficace de la
Convention

On constate à partir du tableau que les indicateurs d’état en relation avec les objectifs
stratégiques présentent un manque en termes de la prise en compte des facteurs socio-
économiques de la DT (absence de l’OS1 : améliorer les conditions de vie des populations
touchées). Ce qui nécessite une adaptation de ces indicateurs avec le contexte local et national

88
pour aboutir à une évaluation pertinente et efficace de l’état de la dégradation des terres ; qui
doit intégrer tous les aspects liés à cette dégradation.

b-Choix des sites

Le choix de ces sites a été basé sur la cartographie et les classes de dégradation des terres
établies à partir des indicateurs d’état, ainsi que sur une analyse des facteurs
environnementaux et socio-économiques responsables de la DT. Ces sites vont constituer des
territoires pilotes dans chaque pays en termes des outils et des modalités nécessaires à
l’opérationnalisation de NDT. Par exemple on peut examiner pour deux pays (Ethiopie,
Sénégal) la démarche de choix des sites en relation avec les facteurs de la DT ciblés, qui vont
constituer un champ d’application de NDT, afin de mesurer les progrès réalisés en termes
d’élimination de ces facteurs de DT.

Ethiopie :

L’Ethiopie est un pays qui souffre du problème de la DT, il est considéré parmi les pays les
plus affectés. Le rythme de DT dans ce pays, lié à l’érosion est estimé d’une perte de 1.3 à 7.8
milliard de tonnes de terre/année, 27 millions ha seraient atteints un niveau élevé de la DT.
Parmi les autres facteurs, on trouve surtout la déforestation liée au système de gestion non
durable, qui satisfait les besoins humains sans tenir compte de l’aspect environnemental. De
ce fait le deuxième facteur de DT et lié à l’expansion de l’agriculture ; ce qui affaiblit les
écosystèmes et perturbe le bien-être humain, et qui se manifeste par la pauvreté et
l’augmentation des inégalités.

Dans le cadre de projet pilote NDTp le choix des sites a été fait au niveau de 4 régions, qui
présentent un niveau élevé de la DT, le détail de ses sites en terme de superficie et niveau de
DT et détaillé dans le tableau suivant :

Tableau 12: Sites choisis dans le cadre de NDTp en Ethiopie

Région Sup (ha) Niveau de la DT Zone géographique


Wollo 20 000 Elevé Zone sèche
Tigray 20 000 Elevé Zone sèche
Afar 20 000 Elevé Zone sèche
Somali 20 000 Elevé Zone sèche
Shewa 20 000 Elevé Zone sèche

89
Les facteurs de DT prises en considération, pour le choix des sites sont comme suit :

-Gestion non durable des terres.

-L’expansion de à l’agriculture, et la dépendance à la ressource terre.

- Absence des plans d’occupation de sol.

-Déforestation.

-Surpâturage.

-L’invasion des espèces exotiques.

On constate que dans ce cadre de choix, il y’a une prise en comptes des facteurs
environnementaux (espèces exotiques envahissantes) et des facteurs socio-économiques de la
DT (Agriculture, déforestation…), ce qui pourrait constituer un cadre pilote d’expertise pour
l’opérationnalisation de NDT, qui va faire face aux enjeux de l’environnement et du
développement liés à la DT pour ce pays.

Sénégal :

Pour le Sénégal le choix des sites a été fait sur la base de la carte de l’index de sensibilité à la
dégradation des terres (SDT, ici on adopte une méthode déjà élaborée au niveau du pays donc
différente de la méthode générale), développé dans le cadre de projet MEDALUS, qui mesure
pour un système foncier, les changements dus aux forces naturelles et l’intervention humaine
ou une combinaison des deux.

90
Thies

Région Sud Kedougou


Figure 17: Carte de SDT pour le sénegal

Pour le Sénégal on constate qu’il y’a une forte sensibilité à la DT, surtout dans le nord, le
centre et le sud-est du pays, et aussi on remarque qu’il y’a une continuité de la DT tout au
long de l’atlantique, qui est due à l’érosion côtière liée à l’augmentation du niveau de la mer,
ce qui montre le lien entre le changement climatique et la DT, qui va aggraver la situation de
la DT dans ce pays.

Le choix des sites NDTp au niveau du Sénégal est détaillé dans le tableau suivant :

Tableau 13: Démarche du choix des sites NDTp en Sénégal

Région Sup Niveau de SDT Facteur DT


Thies 660 000 ha Très élevé Erosion marine
Kedougou 1 689 600 ha Assez élevé Déforestation
Région Sud 734 000 ha Extrêmement élevé Salinisation

91
Ces choix pour le Sénégal, étaient basés sur des facteurs de DT plus biophysiques. De ce fait
pour pouvoir déterminer les priorités dans le cadre d’un site pilote, il faut détailler d’autres
facteurs pour pouvoir mesurer les progrès sur différentes dimensions, afin d’extrapoler ces
priorités à un niveau national.

4.2.2.2 Les indicateurs et les modes de suivi

a- Les indicateurs de suivi proposés


Le cadre de suivi convenu lors de la réunion est un cadre hiérarchisé d'indicateurs défini à
partir des indicateurs de progrès de la convention pour mesurer la dégradation des terres et
suivre les progrès vers la réalisation des cibles de NDT
1. Niveau 1 Evolution de l’Utilisation des terres/ Taux de couverture
• Niveau 2a- évolution de la productivité des terres
• Niveau 2b Evolution du stock de carbone organique des sols
• Niveau 3a : Evolution de la biodiversité et des services des
écosystèmes
• Niveau 3b-Evolutions des conditions sociales et économiques
Cet ensemble d’indicateur est intégré dans une méthodologie de détermination par paliers
conforme aux pratiques du GIEC .Ces indicateurs n’ont pas étaient conçus en ayant de
possibles objectifs de NDT à l’esprit. Leur intégration dans le suivi de l’accomplissement
d'objectifs de neutralité en matière de dégradation des terres reste encore à démontrer.
Les indicateurs de suivi (progrès) sont élaborés suivant trois dimensions, une dimension du
bien être humain pour les 2 premiers indicateurs, une dimension écosystémique, et une
dimension plus générale qui renvoie aux avantage générés en implémentant la CNULD, en
faveurs des deux conventions (CNUCC , CDB), pour les deux derniers indicateurs. Ces
indicateurs peuvent servir dans le cadre de NDT à tracer un cadre d’évaluation pertinent, pour
l’objectif NDT ; puisque ces indicateurs touchent à la fois à la dimension environnementale,
économique et sociale, et aussi favorisent la synergie avec les deux autres conventions.

b- reformulation des indicateurs dans le cadre des ODD

Le cadre de suivi convenu lors de la réunion de Bonn, a été proposé au groupe Comité de
statistiques de l'ONU sur les indicateurs des ODD ; un cadre hiérarchisé d'indicateurs pour
mesurer la dégradation des terres et suivre les progrès vers la réalisation des cibles mondiales

92
et nationales de NDT (15.3), ce cadre hiérarchique est fait selon l’approche par palier déjà
intégré dans le cadre de la CNUCC.

4.3 – Analyses et réflexions sur cette mise en œuvre

Le projet pilote NDTp, constitue un pas important de la part de la CNULD, en termes de


compréhension l’opérationnalisation de NDT, en vue de favoriser son adoption. L’échelle de
l’opérationnalisation de l’objectif NDT à caractère globale, s’est déclinée vers un niveau
national qui doit assurer l’articulation et la complémentarité entre site en termes de la
neutralité, ce qui doit être emmené à réaliser un bilan neutre au niveau des Pays en fonction
de priorités, cibles et objectifs tracés. Le schéma suivant nous résume les éléments sur
lesquels s’articule la mise en œuvre NDTp.

Figure 18 : Analogie de la mise en œuvre NDTp avec la chronologie de Chasek

La figure montre qu’il y’a une analogie entre la démarche suivie dans le projet NDTp, et le
cadre théorique de mise en œuvre détaillé par (Chasek, et al., 2014). La première étape a
consisté à la détermination d’une échelle de neutralité, qui était une échelle nationale, ce
choix était accompagné d’un alignement des PAN, qui doivent assurer une facilité pour
l’insertion institutionnelle et organisationnelle de la NDT au niveau des Pays. L’étape

93
suivante consiste à évaluer la dégradation des terres en combinant les indicateurs développés
au niveau global dans le cadre de la CNULD, et des indicateurs adaptés localement, afin de
ressortir une image fiable de la DT exprimée à travers la cartographie. Cette cartographie va
constituer la base de référence de la dégradation des terres et de prescription du choix de type
d’intervention, qui va consister selon l’interview avec Mr Alain Retiere en un ensemble de
pratiques agro-écologiques, qui font partie de la GDT. L’intervention sera faite sur une
échelle locale, et à travers le cumul des taux neutralité réalisés, on pourrait aboutir à une
neutralité globale, qui va faire objet d’un cadre de suivi et d’évaluation à l’aide des outils de
la CNULD (indicateurs de progrès).

Dans ce qui suit on va essayer d’élaborer quelques recommandations en relation avec la mise
en œuvre dans le cadre de projet NDTp.

Niveau institutionnel et organisationnel

En relation avec NDTp, quelques recommandations pourraient être utiles pour l’alignement
du PAN étant le cadre institutionnel de la mise en œuvre du concept NDT au niveau de
chaque pays :

a- Synergie :

- Il faut assurer une synergie et une complémentarité avec les autres plans nationaux des
deux conventions (CDB « Stratégie nationale de la biodiversité », CCNUCC « Plan
National d’Adaptation aux Changements Climatiques (PANA)).
- Assurer une souplesse pour les PAN à travers des plans d’action territoriaux (PAT),
qui vont prendre le contexte et la spécificité des sites d’intervention en compte, pour
pouvoir aboutir à une neutralité sur l’échelle locale et qui pourrait être extrapolée vers
une échelle globale afin d’atteindre l’objectif NDT.

b- Equité :
- L’alignement des PAN doit en même temps tenir en compte les priorités
environnementales et humaines.
- Pour aboutir à une neutralité globale et objective les instructions des PAN ne doivent
pas se restreindre sur les terres agricoles mais, il faut aussi traiter le cas des terres
abandonnées.

94
c- Pérennité des mesures :
- Les PAN doivent préciser d’une façon claire les modalités d’accès au foncier pour
assurer la pérennité des interventions.
- Les PAN doivent préciser le devenir des terres, afin de pouvoir attirer plus
d’investissement en termes de projets de restauration qui sont d’habitude très couteux.
d- Démarche participative :
- Répondre aux besoins de la population concernant le devenir des terres dans le cadre
des PAN.
- Les Pan doivent être établis sur une base Participative, leur alignement dans le cadre
NDT doit suivre une démarche « Down-Up » qui devrait intégrer et dialoguer avec
tous les acteurs concernés, afin de pouvoir choisir les priorités adéquates.

NDTp, effet pionnier


Dans cette partie on va détailler une réflexion qui porte sur les liens qu’on peut exploiter pour
assurer une articulation et complémentarité entre les Pays dans le cadre NDTp, en termes de
neutralité.
Les 14 pays impliqués représentent une grande variabilité géographique, climatiques,
biophysiques et socio-économiques. Cette variabilité régionale adoptée dans le cadre du
projet, même s’elle présente un choix doté d’un aspect aléatoire, elle pourrait en même temps
être exploitée pour représenter un échantillon significatif.
Si on prend l’exemple de l’Italie et l’Algérie ce sont deux pays qui peuvent représenter un
effet pionnier pour tous les pays appartenant au bassin méditerranéen et qui partagent en
même temps les mêmes enjeux et les risques liées aux différents domaines et secteurs (climat,
l’agriculture…). On peut dégager aussi d’autres ressemblances socio-économiques et socio-
politiques, qui peuvent présenter une composante et une plateforme unifiée qui sera partagée,
après avoir obtenu les résultats du projet pilote, sous forme d’une étude de cas, qui sera utile
pour d’autres pays Méditerranéens souhaitant réaliser cet objectif de neutralité, en s’inspirant
des expériences précédentes pour en pouvoir tirer les leçons concernant les voies et les
modalités d’implantation et les erreurs qu’il faut éviter.
On trouve aussi l’exemple de (l’Arménie, Belarus) qui peuvent présenter un effet pionnier
pour l’Europe Orientale et ainsi de suite (on peut envisager des points en commun entre les
autres pays).
Donc si on arrive à repérer des points en commun entre les 14 pays (Géographiques,
Climatiques, Socio-économiques…), on pourrait donner à ce choix aléatoire née de la volonté

95
de chaque pays affecté, un aspect significatif pour qu’il soit un échantillon représentatif pour
d’autres pays, ce qui va permettre d’atteindre une neutralité globale et mondiale au lieu de se
restreindre en une neutralité nationale qui risque d’être déconnectée des priorités visées par
d’autre pays pour atteindre la neutralité. D’où l’obligation d’assurer une complémentarité et
une continuité entre sites d’intervention.
Alors si on ne concentre pas les efforts et les priorités de l’échelle locale vers l’échelle
globale pour mettre en œuvre NDT- même si on aura un bilan de neutralité validé au niveau
local et national- le résultat serait un bilan de neutralité biaisé au niveau global. Ce qui
constitue un risque majeur pour l’implantation de ce concept.

4.4 - Conclusion
Compte tenu des retards dans le retour des rapports des pays, il ne nous a pas été possible
pour le moment de connaitre les avis de pays, les difficultés éventuelles rencontrées les
adaptations proposées. Cet exercice des projets pilotes montre d’une part, l’intérêt de
confronter les idées de mise en œuvre à la réalité du terrain, d’autre part qu’il existe une
diversité de solutions et de choix pour la mise en œuvre de NDT, Ces choix devant être
dictées essentiellement par l’efficacité environnementale et la réussite dans le développement
durable au service des populations.

96
Conclusion générale et recommandations

La dégradation des terres était considérée comme un problème local, associée à la


désertification dans les « zones arides ». Ce n’est plus le cas maintenant, la dégradation des
terres est devenue un problème global, puisque ce phénomène (1) affecte environ 2.6
milliards de personnes (2) il a suscité un grand nombre de discussions nationale régionale et
internationale, qui ont abouti à différents politiques et programmes pour la lutte contre la DT
(3) La DT est liée à d’autres problèmes globaux qui menacent l’être humain et les
écosystèmes (Sécurité alimentaire, perte des services écosystémiques, DT aggrave l’intensité
du changement climatique...). La dégradation des terres constitue un frein pour le
développement durable, elle affecte les conditions environnementales, sociales et
économiques du développement, De ce fait, il était nécessaire de réaliser une nouvelle
mobilisation pour la lutte contre la dégradation des terres, ce qui aboutit à l’apparition du
concept de neutralité en terme de dégradation des terres NDT, comme un outil à double
objectif (1) lutter contre la dégradation des terres, et (2) améliorer les moyens d’existence et
du bien être humain. L’outil NDT, ne doit pas porter seulement sur des problèmes
écologiques, mais elle doit cibler, et supprimer tous les autres facteurs et impacts de la DT. En
raison de la globalité du phénomène de la DT, NDT concerne les 3 conventions dites de Rio.
Une synergie est nécessaire pour donner l’appui à l’objectif NDT, afin de trouver des
solutions au niveau environnemental qui à travers sa dégradation perturbe le développement.
L’intérêt de cette synergie et de garantir un cadre conceptuel et institutionnel, qui doit
favoriser la mise en œuvre NDT.

Pour cette mise en œuvre, plusieurs outils et instruments en lien avec la neutralité, peuvent
constituer un cadre opérationnel pour NDT. Mais pour chaque dysfonctionnement un
diagnostic est nécessaire, L’évaluation de la dégradation des terres, son importance, sa
répartition en classes et leur cartographie constitue une étape essentielle de la mise en œuvre.
Cette étape va reposer sur un diagnostic des facteurs de dégradation et sur l’établissement
d’indicateurs d’état de la dégradation. Elle va permettre de définir les bases de références à
partir des quelles sera calculée la neutralité.

Ce qui va permettre après la définition et le choix de l’intervention nécessaire, qui se base


dans un cadre NDT sur le triplet « Eviter, réduire et compenser », cette hiérarchie nous mène
à ressortir une analogie entre NDT et compensation, ce qui rend de cette dernière un
instrument qui peut satisfaire les ambitions de neutralité en termes de dégradation des terres.

97
NDT est un outil de développent durable qui doit assurer l’équité entre priorité
environnementales et humaines, pour cela la compensation dans un cadre NDT, doit exclure
les approches basées sur les fonds de compensation, qui donnent « un droit à dégrader », sans
prendre en considération les contextes locaux. Ainsi le cas des banques de compensation qui
présentent une incohérence écologique, à travers les actions ex-situ. De ce fait s’orienter vers
une compensation in-Situ sera plus utile pour NDT dans un cadre de développement durable,
puisque ce type d’action garantit une génération de bénéfices sur site, ce qui favorise une
prise en compte du contexte local, qui va développer les capacités des populations qui sont
toujours en dépendance de leur terre, cette prise en compte va garantir une acceptabilité
sociale qui va assurer davantage la pérennité des mesures appliquées. La restauration
écologique peut être utile dans ce cadre, puisqu’elle repose sur une situation de référence, liée
surtout à l’état des terres, aux niveaux, facteurs et aux impacts liés à la dégradation des terres.
Cette situation de référence est liée aussi aux objectifs et aux résultats attendus par cette
restauration. De ce fait la restauration des terres, constitue une diversité d’approches, avec des
objectifs variables, les choix sur ces objectifs vont déterminer des méthodes différentes avec
des résultats variables, impactant de manière différente le développement, la restauration est
un outil qui doit répondre de plus près aux besoins de la population affectée, pour bien cerner
les priorités et les objectifs visés par cet outil. Ce qui fait de la restauration du capital naturelle
RCN une démarche qui peut satisfaire ce point et combler le manque de la restauration
écologique qui s’intéresse surtout aux aspects environnementaux, la RCN présente une
approche qui lie à la fois les objectifs visés par la restauration écologique, et les objectifs de
développement durable.

La compensation doit intervenir après avoir évité et réduit la dégradation des terres à travers
une gestion durable des terres. La GDT peut être un outil de mise en œuvre NDT, en termes
de réduction de la DT, c’est une approche qui favorise les démarches participatives pour la
conception de ses pratiques.

Elle génère un ensemble de bénéfices favorables pour l’environnement et le bien être humain,
la réussite de la GDT implique une complémentarité avec les actions de restauration, ce qui
fait de l’échelle locale une entité pertinente qui va concentrer les efforts sur les spécificités
environnementale et socio-économiques liées de la DT et qui va favoriser la continuité en
termes de neutralité.

98
L’examen théorique de la mise en œuvre montre qu’il peut y avoir des voies de mise œuvre
différentes qui vont reposer sur des choix, d’objectifs, ces vois ne sont pas équivalentes en
terme d’efficacité, parce qu’il existe une divergence entre priorités environnementales et
humaines. La mise en œuvre des projets pilotes qui a adopté les PAN comme cadre
institutionnel et organisationnel, et le niveau national comme échelle opérationnelle, vient
pour éclairer les enjeux de NDT, et pour favoriser la convergence entre ces priorités
humaines-environnementales afin de cumuler les efforts nationaux, pour aboutir à un monde
neutre en termes de dégradation des terres.

Pour assurer la complémentarité en termes de neutralité entre les pratiques GDT et la RCN,
l’échelle locale reste une entité pertinente pour une mise en œuvre NDT. Est ce qu’on peut
converger cette échelle de mise en œuvre à un territoire ? Est-ce qu’on peut s’orienter dans le
cadre NDT à un développement territorial ?

Pour conclure on va proposer quelques recommandations dans le cadre de neutralité en termes


de dégradation des terres :

 Favoriser l’articulation entre les conventions et les concepts de Rio +20, comme cadre
institutionnel et organisationnel, et encourager la recherche des voix de synergie
complémentarité avec le programme REDD+, et celui de la muraille verte.
 Procéder par un calcul de pertes (environnementales et socio-économiques) dues à la
DT, ou par une estimation des gains qu’on peut générer à travers cette neutralité à
l’aide des méthodes d’évaluation économiques participatives (valorisation d’actifs non
marchand), ce qui sera utile pour développer les indicateurs d’état, en termes
d’intégrations des aspects culturels et socio-économiques liées à l’environnement.
 Clarifier les priorités et les objectifs visés par la neutralité, afin d’attirer les
financements dans le cadre NDT, à condition que ça ne transforme pas à un marché de
compensation, il faut bien garder l’aspect local de ces financements pour garantir un
développement durable, ce qui ne pourrait être faisable que si on procède par une
décentralisation qui va se décliner vers une échelle territoriale pour la mise en œuvre.
 La mise en œuvre NDT pourrait prendre le cadre d’un projet territorial, on peut
envisager une neutralité en termes de stock de carbone et perte de matière organique
des terres, cette neutralité sera assurée par un plan d’aménagement territorial qui
intègre l’agriculture l’élevage l’urbanisation et la forêt et qui doit assurer un bilan
neutre en termes de carbone émis. Ce plan va nous aider à comptabiliser les émissions

99
et les pertes en carbone des terres, raisonner le taux de neutralité dans un territoire en
termes de carbone constitue un paramètre homogène entre les niveaux (local, national,
régional) et pourrait être cumulé pour aboutir à une neutralité globale.

100
Références

Aronson, J., s.d. Contre la désertification et la dégradation des écosystèmes: L’exemple de la


restauration écologique et celle du capital naturel, s.l.: s.n.

B.Toutain, 1977. Essai de régénération mécanique de quelques parcours sahéliens dégradés.Rev Elev
et Médec Vétér Pays Tropic; 30 (2): 191-198. 52, s.l.: s.n.

Barnaud, G. & Coïc, B., 2011. Mesures compensatoires et correctives liées destruction de zones
humides: Revue bibliographique et analyse critique des méthodes, Paris: s.n.

Batjes, N. H., 1996. Total carbon and nitrogen in the soils of the world. European Journal of Soil
Science, Aout, 47(2), pp. 151-163.

BBOP, 2011. Les Fonds Environnementaux et les Mécanismes de Compensation et d'Offset des
Atteintes à la Biodiversité Projet RedLAC de Renforcement des Compétences des Fonds
Environnementaux, s.l.: s.n.

Berner, A. et al., 2013. Les principes de la fertilité des sols - Construire sa relation avec le sol, s.l.:
Institut de recherche de l'agriculture biologique FiBL.

Boiral, O. & Verna, G., 2004. La protection de l'environnement au service de la paix. Études
internationales, 35(2), pp. 261-286.

Botoni, E., Larwanou, M. & Reij, C., 2010. La régénération naturelle assistée (RNA) : une opportunité
pour reverdir le Sahel et réduire la vulnérabilité des populations rurales. Dans: LE PROJET MAJEUR
AFRICAIN DE LA GRANDE MURAILLE VERTE. s.l.:IRD Éditions, pp. 151-162.

Bowyer-Bower, T. A. S., 1996. Sustaining the soil: indigenous soil and water conservation in Africa.
Land Degradation & Development, Juillet, 9(4), p. 369.

Brabant, P., 2010. Une méthode d'évaluation et de la cartographie de la dégradation des terres.
Proposition de directives normalisées. les dossiers thematique numéro 8, Montpellier: Agropolis
Productions.

Bruinsma, J., 2009. The resource outlook to 2050: By how much do land, water use and crop yields
need to increase by 2050?, s.l.: s.n.

CDB, PNUE, 2010. Plan stratégique pour la biodiversité et les Objectifs d'Aichi, Montréal, Québec,
Canada: s.n.

Chasek, P., Safriel, U., Shikongo, S. & Fuhrman, V. F., 2014. Operationalizing Zero Net Land
Degradation: The next stage in international efforts to combat desertification?. Journal of Arid
Environments, 1(9), p. 9.

CNULD, 2012. Zero Net Land Degradation, Brazil: Grafica e Editora.

CNULD, 2013. A Stronger UNCCD for a Land-Degradation Neutral World, Bonn, Allemagne: s.n.

CNULD, 2014. Adaptation et résilience basées sur les terres - Une force puisée dans la nature, Bonn:
s.n.

CNULD, 2014. Adaptation et résilience basées sur les terres - Une force puisée dans la nature, Bonn:
s.n.

101
CNULD, 2015. Prise en compte des objectifs et cibles de développement durable dans le cadre de la
mise en oeuvre de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification et rapport du
Groupe de travail intergouvernemental sur la neutralité en matière, Ankara, Turquie: s.n.

Commissariat general au developpement durable, 2013. Lignes directrices nationale sur la séquence
éviter, reduire, et compenser les impacts sur les milieux naturels, s.l.: s.n.

Commissariat Général de Développement Durable, 2012. Etudes Et Document,La compensation des


atteintes à la biodiversité à l'étranger, s.l.: s.n.

Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable, 2015. Rapport du Groupe de


travail « Améliorer la séquence Éviter - Réduire - Compenser », s.l.: s.n.

Cotula, L., Vermeulen, S., Leonard, R. & Keeley, J., 2009. Land grab or developpement oportunity.
Agricultural investment and international land deals in Africa, Londre, Rome: s.n.

CSDF, 2014. Contribution du CSFD sur les questions liées aux initiatives de CNULD et de Rio+20, s.l.:
s.n.

Daly, H. E. & Farley, J., 2004. Ecological economics: Principles and applications, Washington: Island
Press.

Denman , K. L. & Brasseur, G., 2007. Chapter 7: Couplings between Changes in the Climate System
and Biogeochemistry. Dans: Climate Change 2007: The Physical Science Basis. Contribution of
Working Group I to the Fourth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change.
Cambridge and New York: s.n.

Direction regionale de la mondialisation du développement et des partenariats, 2011. L'action


extérieure de la France contre la dégradation des terres et la désertification, s.l.: s.n.

FAO- LADA, 2010. s.l.: s.n.

FAO, LADA, 2007. Technical Report 2 , BIOPHYSICAL INDICATOR TOOLBOX , (Pressure/State), s.l.: s.n.

FAO, LADA, 2007. Technical Report 2 , BIOPHYSICAL INDICATOR TOOLBOX , (Pressure/State), s.l.: s.n.

FAO, 1998. LA SOLUTION: Instaurer des principes adéquats à une gestion correcte des sols, Rome: s.n.

FAO, 2006. Global Forest Resources Assessment 2005 – Progress towards sustainable forest
management, Rome: s.n.

FAO, 2009. How to feed the world in 2050, Rome: s.n.

FAO, 2011. The State of the World’s Land and Water Resources for Food and Agriculture: Managing
systems at risk, s.l.: Earthscan.

FAO, 2011. The State of the World’s Land and Water Resources for Food and Agriculture: Managing
systems at risk, Rome: Earthscan.

FEM, 2010. Project Indicator Profiles for the GEF Land Degradation. Focal Area, s.l.: s.n.

Gabathuler, E., Liniger, H., Hauert, C. & Giger, M., 2011. Bénéfices de la gestion durable des terres,
s.l.: Ted Wachs, Marlène Thibault.

Germaneau, C. et al., 2012. LA COMPENSATION DES ATTEINTES À LA BIODIVERSITÉ: LORSQU’IL N’Y A


PAS D’AUTRES SOLUTIONS, s.l.: SYNERGIZ.

102
Gibbs, H. & Salmon, J. M., 2015. Mapping the world’s degraded land. Applied Geography, Février,
Volume 57, pp. 12-21.

Gisladottir, G. & Stocking, M., 2005. Land degradation control and its global environmental benefits.
Land Degradation & Development, Mars, 16(2), pp. 99-112.

Gonzalo-Turpin, H., Couix, N. & Hazard, L., 2009. Rethinking Partnerships with the Aim of Producing
Knowledge with Practical Relevance: a Case Study in the Field of Ecological Restoration. Ecology and
Society, 13(2), p. Non paginé.

Grainger, A., 2014. Is Land Degradation Neutrality feasible in dry areas?. Journal of Arid
Environments, Volume 112, pp. 14-24.

H.K. Gibbs, J. S. b., 2015. Mapping the world's degraded lands, s.l.: s.n.

Halle , S., 2009. Du conflit à la consolidation de la paix: Le role des ressources naturelles et de
l'environnement, Nairobi: s.n.

Hall, F., Masek, J. G. & Collatz, G. J., 2006. Evaluation of ISLSCP Initiative II FASIR and GIMMS NDVI
products and implications for carbon cycle science. Journal of Geophysical Research, 23
Novembre.111(D22).

Houghton, R. A., 2008. Carbon Flux to the Atmosphere from Land-Use Changes 1850-2005. In Online
TRENDS: A Compendium of Data on Global Change. Carbon Dioxide Information Analysis Center, s.l.:
s.n.

Hubbell, S. P., 2001. The Unified Neutral Theory of Biodiversity and Biogeography, Princeton:
Princeton University Press.

Hubert, S. et al., 2013. Lignes directrices nationale sur la séquence éviter, reduire, et compenser les
impacts sur les milieux naturels, s.l.: s.n.

Hurni, H., 1997. Concepts of sustainable land management. ITC Journal, 3(4), pp. 210-215.

Hussain, I. & Hanjra, M. A., 2004. Irrigation and poverty alleviation: Review of the empirical evidence.
Irrigation and Drainage, p. 15.

INSEE, s.d. [En ligne]


Available at: http://www.insee.fr/fr/methodes/default.asp?page=definitions/developpement-
durable.htm

Kosmas, C. et al., 2006. Environmentally sensitive areas and indicators of desertification. Dans: W. G.
Kepner, J. L. Rubio, D. A. Mouat & F. Pedrazzini, éds. Desertification in the Mediterranean Region. A
Security Issue. s.l.:Springer Netherlands, pp. 525-547.

Lacombe, M. & Aronson, J., 2008. La restauration du capital naturel en zones arides et semi-arides,
les dossiers thematiques Numéro 7, s.l.: Agropolis International.

Lastarria-Cornhiel, S., 2006. Feminization of Agriculture: Trends and Driving Forces, Wisconsin-
Madison: s.n.

Liniger, H. & Critchley, W., 2007. Where the land is greener: Case studies and analysis of soil and
water conservation initiatives worldwide, s.l.: s.n.

Liniger, H., Studer, R. M., Hauert, C. & Gurtner, M., 2011. La pratique de la gestion duable des terres:
Dirrectives et bonnes pratiques pour l'Afrique subsaharienne, Rome: s.n.
103
Lipton, M., 2007. Farm water and rural poverty reduction in developing Asia.. Irrigation and
Drainage, Issue 56, p. 146.

Lynden, v., 2002. van Lynden GWJ, Kuhlmann T. 2002. Review of Degradation Assessment, s.l.: s.n.

Maes, J. et al., 2013. Mapping and Assessment of Ecosystems and their Services, s.l.: s.n.

Martino, S. a., 2007. Agriculture In: Climate Cahnge 2007 (IPCC, 4th Assesment Report) , s.l.: s.n.

McLeman, R. & Smit, B., 2006. Changement climatique, migrations et sécurité. Les Cahiers de la
sécurité, Issue 63, p. 249.

MEA, 2005. Ecosystem and human well-being: Desertifi cation synthesis., Washington: Island Press.

MEA, 2005. Ecosystem and human well-being: Desertification synthesis., Washington: Island Press.

Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, 2002. Sommet Mondial sur le


developpement durable. s.l.:s.n.

Ministère de l'environnement, 2002. Dégradation des sols et désertification, Johannesburg: s.n.

Morandeau, D. & Vilaysack , D., 2012. Etudes et Documents. s.l.:s.n.

Nair, P. R., Nair, V. D., B. Mohan, K. & Haile, S. G., 2009. Soil carbon sequestration in tropical
agroforestry systems: a feasibility appraisal. Environmental Science & Policy, Issue 12, p. 14.

OCDE, 2009. Pressions sur les terres ouest-africaines: Concilier développement et politiques
d’investissement, Bamako, Mali: s.n.

Oldeman, L., Hakkeling, R. & Sombroek, W., 1991. World Map of the Status of Human-Induced Soil
Degradation. An Explanatory Note, Wageningen: s.n.

ONEMA, 2011. Mesures compensatoires et correctives liées destruction de zones humides, revue
bibliographique et analyse critique, s.l.: s.n.

ONU, 1992. CNUCC. Rio de Janeiro: s.n.

ONU, 1992. CNUCC. s.l.:s.n.

ONU, 1994. CNULD. Paris: s.n.

Organisation Météorologique Mondiale, 2005. Le climat et la dégradation des sols, s.l.: s.n.

Pontanier, R. et al., 1995. L’Homme peut-il refaire ce qu’il a défait? (Colloques et Congrès : Science et
Changements Planétaires/Sécheresse). Paris: John Libbey.

Pretty, J., Toulmin, C. & Williams, S., 2011. Sustainable intensification: increasing productivity in
African food and agricultural systems. International Journal of Agricultural Sustainability, 9(1), pp. 5-
24.

Reed, M. S., Dougill, A. J. & Taylor, M. J., 2007. Integrating local and scientific knowledge for
adaptation to land degradation: Kalahari rangeland management options. Land Degradation &
Development, Mai, pp. 249-268.

Reid, W. V. et al., 2005. Ecosystems and Human Well-being: Synthesis, s.l.: ISLAND PRESS.

Retiere, A., 2014. Towards achieving Land Degradation Neutrality: turning the concept into practice,
Bonn: s.n.

104
Rey, C. S. I. &. T. C., 1998. Sustaining the soil: indigenous soil and water conservation in Africa. In
Sustaining the soil, s.l.: s.n.

Robert, M., 2002. Rapport sur les ressources en sol au monde. la sequestration du carbone dans le sol
pour une meilleur gestion des terres, Rome: s.n.

Salvati, L. B. S. M. A. G. R. C. M., 2011. Socioeconomic development and vulnerability to land


degradation in Italy, s.l.: s.n.

Salvati, L. et al., 2011. Socioeconomic development and vulnerability to land degradation in Italy.
Regional Environmental Change, 11(4), pp. 767-777.

Salvati, L., Zitti, M. & Perini, L., 2013. Fifty years on: understanding the long-term spatio-temporal
patterns of sensitivity to desertification across Italy. Land Degradation & Development, 4 Juin.

SER, 2004. L’ABCDAIRE SUR L’ECOLOGIE DE LA RESTAURATION DE LA SER INTERNATIONALE, Society


for Ecological Restoration International, Science & Policy Working, s.l.: s.n.

Shelley Welton, M. B. &. M. B. G., 2014. LEGAL & SCIENTIFIC INTEGRITY IN ADVANCING A “LAND
DEGRADATION NEUTRAL WORLD”, s.l.: s.n.

Smith, P. et al., 2007. Agriculture. Dans: Climate Change 2007: Mitigation. Contribution of Working
Group III to the Fourth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change.
Cambridge, United Kingdom and New York, NY, USA: Cambridge University Press.

Society for Ecological Restoration International, Science & Policy Working, 2004. L’ABCDAIRE SUR
L’ECOLOGIE DE LA RESTAURATION DE LA SER INTERNATIONALE, s.l.: s.n.

Soyer, H., Aurenche, M., Clap, F. & Moncorps, S., 2011. UICN. Paris: s.n.

Stephens, B. B. et al., 2007. Weak Northern and Strong Tropical Land Carbon Uptake from Vertical
Profiles of Atmospheric CO2. Science, 22 Juin, 316(5832), pp. 1732-1735.

STOCKING, G. G. A. M., 2004. land degradation & development, s.l.: s.n.

Tanner, C. & Sinclair, T., 1983. Efficient water use in crop production: Limitations to Efficient Water
Use in Crop Production, s.l.: American Society of Agronomy.

ten Kate, K. et al., 2011. Les Fonds Environnementaux et les Mécanismes de Compensation et d'Offset
des Atteintes à la Biodiversité: Projet RedLAC de Renforcement des Compétences des Fonds
Environnementaux, Rio de Janeiro: s.n.

TerrAfrica, 2011. La pratique de la gestion duable des terres, dirrectives et bonnes pratiques pour
l'Afrique subsaharienne, Rome: s.n.

Toutain, B., 1977. Essai de régénération mécanique de quelques parcours sahéliens dégradés. Rev
Elev et Médec Vétér Pays Tropic, Issue 30 (2), pp. 191-198.

UICN, 2011. La compensation ecologique Etat des lieux et recommandations, s.l.: s.n.

UNCCD,WOCAT, 2011. Benifices de la gestion durable des terres, s.l.: s.n.

UNEP, 1987. Rolling Back the Desert. Nairobi, UNEP/DC/PAC., s.l.: s.n.

UNEP, 2002. s.l.: s.n.

van Lynden, G. & Kuhlmann, T., 2002. Review of Degradation Assessment Methods, s.l.: s.n.

105
Wasson, J.-G., Chandesris, A., Pella, H. & Souchon, Y., 2001. Définition des hydroécorégions
françaises. Méthodologie de détermination des conditions de référence au sens de la Directive Cadre
pour la gestion des eaux, s.l.: IRSTEA.

Welton, S., Biasutti, M. & Gerrard, M. B., 2014. Legal and Scientific Integrity in Advancing a “Land
Degradation Neutral World”, s.l.: s.n.

WOCAT, 2007. where the land is greener. case studies and analysis of soil and water conservation
initiatives worldwide, s.l.: s.n.

WOCAT, 2008. Une structure pour la Documentation et l’ Evaluation de la Gestion Durable des Terres.
Questionnaire de base, Berne, Suisse: s.n.

WOCAT, 2008. Une structure pour la Documentation et l’ Evaluation de la Gestion Durable des Terres.
Questionnaire de base, s.l.: s.n.

106
107
108
109