Vous êtes sur la page 1sur 9

Qui était Gérard de la Chapelle?

Martin Gladu

- né à Lille le 3 janvier 1911, de René (n. Le-Buisson-de-Cadouin, d.


Tours) et Elisabeth Benoit (n. Bergerac, d. Tours). Ses parents se sont
mariés au Château de Sautet à Molières le 26 octobre 1909. Elle était la
fille de Paul (lieutenant-colonel, maire de Molières, Officier de la
Légion d’honneur, décoré de la Croix de guerre, Commandeur du Nichan
Iftikhar et Grand Croix de Serbie) et d’Henriette Peyronnet de la
Fonvieille (fille d’Henri et de Pauline de Lostanges de Saint-Alvère).
Directeur de contentieux, René était le fils d’Henri et de Marie Dessalles

- décédé à New York le 14 février 1995

- descendant, par sa mère, du roi de France Louis XV dit « le Bien-


Aimé » (voir tableau généalogique ci-dessous)

- avocat

- la commission fédérale des conflits d’Indre-et-Loire, réunie le 3 juillet


1934, a prononcé son exclusion du Parti du citoyen pour violation
certaine des engagements contractés et actes de nature à porter
grandement préjudice au Parti. Il est alors étudiant et résident de Tours

- représentant de la SACEM à New York

- représentant du BIEM à New York à partir d’octobre 1949

- représentant pour l’international d’ASCAP

- nommé au conseil d’administration de la CAPAC en 1950. La SACEM


menaçait alors de se séparer du collectif si on ne lui accordait pas
quelques sièges (elle était insatisfaite du travail de la CAPAC)

- en 1950, il pond un rapport détaillé pour la Library of Congress sur le


régime de licence obligatoire à 0,02$ en vigueur depuis 1909

- tente de convaincre les éditeurs étasuniens de prendre des œuvres


européennes, et vice-versa
- en septembre 1950, sous pression de ses membres, le BIEM souhaite
une réorganisation du système de représentation de ses membres aux
États-Unis. Son plan est de percevoir la part des droits mécaniques
revenant aux éditeurs originaux (normalement de 50%) directement
auprès des compagnies de disque étasuniennes, ce qui implique
l’émission de deux licences. Le but est d’éviter que le sous-éditeur
étasunien ne tente de récupérer toutes les dépenses qu’il a encourues
en retardant son paiement à l’éditeur original. A la différence des
agents de perception nord-américains, qui payent l’éditeur 100% des
perceptions, le BIEM répartie les redevances entre l’éditeur et l’auteur

- à la fin 1963, il fait une tournée en Amérique Latine. SACVEN, la


société vénézuélienne, signe une entente de réciprocité avec ASCAP
(voir photo ci-dessous)

- au Japon en avril et en mai 1963. Participe à améliorer le régime du


droit d’auteur et les relations entre les éditeurs japonais et étasuniens.
Cherche aussi à aider JASRAC à mieux percevoir et répartir les
redevances. Participe au premier paiement par NHK à JASRAC

- passe trois semaines à Manille en juin 1963, suite à la création de


FILSCAP le 26 avril 1963. Remarque que la musique populaire du pays
est exportable

- organise l’examen d’entrée d’Aznavour à la SACEM à partir de la


délégation générale de la société à New York (815 Park Avenue)

- directeur général de la LAFCAP, Latin American Federation of


Composers, Authors & Publishers, située au 345 W 58th Street, suite 2P,
à New York

- directeur général de Mexican Music Centre Inc. (ASCAP), situé au 345


W. 58 St., Suite 2P, New York. Affiliés : Casa Latina Inc. (ASCAP),
Paraguayan Music Centre (ASCAP), Songs of Mexico Inc. (ASCAP),
United Mexican Music Publishers (BMI)

- directeur général de Musicobol, Inc. situé au 345 W. 58 St., Suite 2P,


New York. Réalisateurs : Martin Evans Brummer & Alexandre Okolo-
Kulaks. LP : “Impala Syndrome” sur Parallax (prop. : Herman Gimbel)

- ami du journaliste et compositeur québécois Eugène Lapierre, avec qui


il siège au conseil d’administration de la CAPAC
- directeur de l’American Copyright Society (ACS), fondée en 1952 et
située au 345 W. 58 St., Suite 2P, New York

- habite Larchmont, NY

- épouse Gizella (Gisele) Magyar à Budapest en Hongrie le 9 août 1937

- Ils ont trois fils : Philippe (Lycée Français de New York, Columbia
University, Georgetown University, lieutenant dans la Marine,
président de GAD Partners LLC, etc.), Alain et Dominique

Billboard, 11 janvier 1964


Le château de la Fonvieille, lieu de naissance de sa grand-mère maternelle,
est situé sur la départementale 13 au lieu-dit La Fonvieille

Avec sa ceinture de fossés, ses ouvertures en croix, sa vaste toiture de


tuile brune et ses échauguettes carrées aux angles, le manoir de la
Fonvieille conserve, malgré son abandon, la fière allure des logis
nobles d'autrefois.

Longtemps ce castel brigua la mouvance royale dont il avait peut-être


joui à l'origine. Sous Louis XIV il relevait féodalement de Monbazillac.
Comme son suzerain, il date du XVIème siècle et comme lui il a sa
page d'histoire. Montluc, en 1568, allant assiéger Bridoire s'y reposa
et y tint quelques jours garnison.

Les Pons d'abord le possédèrent. Ils le transmirent aux d'Aydie et


ceux-ci à une famille qui lui emprunta son nom. A celle-ci succédèrent
les Peyronnet de La Fonvieille, au XIIème siècle. La Fonvieille
appartient à présent à M. E. de Moutard et Mme, née Boisserie.
SOURCE : Monographie du canton de Sigoulès, extraite de l’Histoire de
l'arrondissement de Bergerac
Au coeur du célèbre vignoble de Monbazillac, magnifique maison forte
du XIIIème siècle inscrite à ISMH. Elle se compose au rez de chaussée
de 2 pièces voutées avec cheminées monumentales. Accès aux étages
par un escalier à la française qui dessert un salon avec sa cheminée et
les 7 chambres et leurs salles de bain. Cette demeure possède 25
hectares principalement de bois anciennement des vignes. Possibilité
de redemander un droit de plantation afin d'exploiter un domaine
viticole produisant un grand cru blanc millésimé. Piscine, tennis,
maison d'invité, maison de gardien, chais, étang. SOURCE :
https://www.residences-immobilier.com/fr/24/annonce-vente-
maison-monbazillac-1482792.html

Château de Montastruc, lieu du mariage et du décès de son arrière-grand-


mère et lieu du décès de son arrière-arrière-grand-mère. Il est passé aux
mains des marquis de Lostanges de Saint-Alvère en 1849, qui l’occuperont
jusqu’en 1936

Le château était, au 14e siècle, l'un des fiefs de la famille d'Abzac de la


Douze dont l'un des membres était lieutenant général du roi
d'Angleterre en Guyenne. Il fut décapité à Limoges en 1438 et son
château rasé sur ordre de Charles VII. Après avoir été rendu à la
famille en 1449 moyennant sa soumission à l'autorité royale, le
château fut reconstruit en 1471. Montastruc fut assiégé par Blaise de
Montluc en 1568 et deux canons l'obligèrent à se rendre. En 1569, il
est pris aux Protestants par le sénéchal de Périgord.

Bâti sur un socle rocheux, le château est entouré de larges douves. Un


pont-levis, remplacé au 18e siècle par un pont de pierre, le faisait
communiquer avec l'extérieur. Une courtine sur mâchicoulis devait
courir à l'aplomb du socle. Sur les substructures des 13e et 14e siècles,
un corps de logis en retour d'équerre et cantonné de trois tours, a été
réédifié à la fin du 15e siècle et semble avoir été agrandi sur la face
ouest au 16e siècle en remplissant l'espace entre les deux tours. A la
jonction de cette face et de la tour nord-ouest, une légère avancée a
permis de loger à l'étage un petit oratoire de trois petites travées
voûtées d'ogives, dont il ne reste que les départs des arcs sur culots
sculptés. Entre 1760 et 1780, un second bâtiment, également en retour
d'équerre, fut accolé au premier château. Cette construction a son
petit côté orné d'un fronton établi sur l'emplacement de la troisième
tour, dont le dessin subsiste dans la cage d'escalier. Le grand côté se
termine par un pavillon. SOURCE : base Mérimée, ministère français
de la Culture

Tableau généalogique

Louis XV dit « Le Bien-Aimé » (1710-1774) Pauline Félicité de Mailly-Neste (1712-1741)


- n. Versailles d. Versailles - n. Paris d. Paris
- roi de France et de Navarre 1/9/1715- - m. 1739 avec Jean-Baptiste Hubert Félix,
10/5/1774 comte de Vintimille, marquis du Luc et de
Savigny sur Onge
- maîtresse de Louis XV
Charles dit « Le Demi-Louis » de Vintimille Marie Adélaïde de Castelanne Esparron
du Luc (1741-1814) * bâtard (1747-1770)
- n. Versailles d. Fontainebleau - d. Paris
- cornette au régiment de Bourbon cavalerie - m. Paris 26/11/1764
(1758) - fille de Gaspard de Castelanne Esparron et
- capitaine (1759) de Marguerite Fournier de Bellevue de
- gouverneur de Porquerolles (1764) Varennes
- colonel du régiment Royal-Corse (1765),
dont il devient propriétaire (1782)
- promu en 1780 au grade de maréchal de
camp
- marquis du Luc
- veuf pendant plus de 40 ans
Henri Adhémar de Lostanges de Saint-Alvère Adélaïde Pauline Constantine de
(1755-1807) Vintimille du Luc (1767-1828)
- d. Londres - n. Paris d. Paris
- chevalier de Saint-Louis - m. chapelle du château de Versailles 1-
- colonel-commandant du Royal-Picardie 4/4/1785
- marquis de Lostanges (1778-1807), La Rue,
Saint-Alvère, Senaillac, Gardonne,
Cendrieux, Pressignac, etc.
- grand sénéchal et gouverneur du Quercy
- maréchal des camps & des armées sous
Louis XVIII
- maitre de camp en second au régiment de
Durfort
- colonel-commandant du Royal-Picardie
- fils d’Arnaud Louis Marie Stanislas de
Lostanges de Saint-Alvère et de Elisabeth
Charlotte Pauline Galuccio de L’Hôpital
Armand (Arnaud) de Lostanges de Saint- Marie Césarine de la Grange de Gourdon de
Alvère (1787-1848) Floirac (1806-1885)
- n. Paris d. Périgueux - n. Paris d. au château de Montastruc
- élève de l’école militaire de Fontainebleau - m. 23/10/1826 Périgueux
- fusilier 4ième régiment de ligne - veuve durant plus de 30 ans
- chevalier de la Légion d’honneur (1812) - elle était propriétaire du château de
- chef de bataillon commandant la 2ième Montastruc
compagnie des grenadiers du 6ième régiment
de la garde royale
- cavalier dans le Royal-Picardie
- capitaine 8ième régiment des tirailleurs de
la jeune garde
- marquis de Lostanges (1807-1848)
- blessé à la bataille de Friedland et de
Calavera et lors de la prise de Braunsberg
Henri (Jean) Peyronnet de la Fonvieille Pauline de Lostanges (1832-1867)
(1821-1891) - n. Périgueux d. château de Montastruc
- n. Bergerac d. Marmande - m. 22/2/1854 Montastruc
- a habité le château de Montastruc avec sa
femme (veuf durant plus de 20 ans)
- fils de Jean Peyronnet, négociant &
banquier, et de Charlotte de la Fonvieille
Paul Benoit (1853-1929) Henriette Peyronnet de la Fonvieille (1858-
- n. Alès d. Rouen 1889)
- capitaine au 4ième régiment de tirailleurs - n. château de la Fonvieille, Monbazillac d.
algériens Bergerac
- officier de la Légion d’honneur - m. 4/10/1880 Bergerac
- lieutenant-colonel
- maire de Molières
- décoré de la Croix de guerre
- commandeur du Nichan Iftikhar
- Grand-Croix de Serbie
- veuf durant 40 ans
- fils de Joseph Benoit, chevalier de la
Légion d’honneur, et de Sidonie Célérié
Jean Xavier René de la Chapelle (1879-1965) Elisabeth Benoit (1885-1935)
- n. Le Buisson de Cadouin d. Tours - n. Bergerac d. Tours
- directeur de contentieux - m. 26/10/1909 château de Sautet, Molières
- veuf durant 30 ans
- fils d’Henri de la Chapelle et de Marie
Dessalles
SOURCE : www.culture.gouv.fr
1
Armand (Arnaud) de Lostanges de Saint-Alvère (1787-1848), arrière-petit-
fils de Louis XV

Vous aimerez peut-être aussi