Vous êtes sur la page 1sur 2

Loi binomiale

Un arbre du choix permet de modéliser un enchaînement d'expériences aléatoires. Si on utilise des


branches équiprobables, le dessin devient vite fastidieux. On peut y remédier en limitant l'arbre aux cas
favorables.
On peut aussi utiliser un arbre pondéré en indiquant sur chaque branche la probabilité correspondante.
En effectuant n expériences aléatoires identiques, la variable aléatoire X égale au nombre de réussites suit
une loi binomiale B(n ; p), où p est la probabilité de réussite à chaque tirage.
1. Comment modéliser la répétition d'expériences identiques et indépendantes ?
Modélisation d'une répétition : Pour modéliser la répétition deux fois de suite d'une même expérience aléatoire,
le plus simple est d'utiliser un tableau à double entrée. À partir de trois fois, un arbre est indispensable.
Propriété fondamentale : La probabilité d’une liste de résultats est égale au produit des probabilités de chaque
résultat (principe multiplicatif) : .
Expériences indépendantes : Deux expériences sont indépendantes si le résultat de la première n'influence pas
le résultat de la seconde.
Exemple :
Une urne contient six boules indiscernables au toucher : une rouge, deux vertes et trois noires. On tire une boule trois
fois de suite, avec remise à chaque fois. Calculer la probabilité d'obtenir une boule verte et deux boules noires.
Soient les événements : V : “ on obtient une boule verte ” et N : “ on obtient une boule noire ”.

Comme on remet chaque fois la boule obtenue, il y a identité et indépendance :


Dressons l'arbre pondéré des cas favorables :

Trois triplets conviennent : (V ; N ; N), (N ; V ; N) et (N ; N ; V).

2. À quelles conditions une loi de probabilité est-elle une loi binomiale ?


Une épreuve de Bernoulli est une expérience aléatoire qui conduit à deux issues : réussite ou échec.
Si p est la probabilité de réussite, le probabilité d'échec est 1 - p.
Lorsqu'on répète une épreuve de Bernoulli on obtient un schéma de Bernoulli.
La loi de probabilité de la variable aléatoire égale au nombre de succès d'un schéma de Bernoulli s'appelle une loi
binomiale.
Si n est le nombre de répétitions de l'expérience et p la probabilité de réussite de chacune, on note cette loi B(n;p).

Pour avoir affaire à une loi binomiale, trois conditions sont donc à réaliser :
- répétition d'une expérience,
- deux issues pour chaque expérience,
- indépendance des résultats.

3. Comment appliquer la formule de la loi binomiale ?


Propriété : Si une variable aléatoire X suit une loi binomiale B(n ; p) alors la probabilité de k succès est égale à :

Le coefficient binomial indique le nombre de branches de l'arbre du choix aboutissant à k succès parmi n.

Pour chacune des branches aboutissant à ce résultat, la probabilité de réussite est de .

1/
Le coefficient binomial est donné par la calculatrice :
- Pour la Texas instrument TI 82 : Dans le menu Maths, choisir l'option PRB et sélectionner nCr.
- Pour la Casio Graph 25 : Dans le menu OPTION, choisir PROB, puis nCr.
(n est le nombre de répétitions et r la probabilité de réussite)
4. Comment calculer l'espérance d'une loi binomiale ?
Espérance de la variable aléatoire X associée à une épreuve de Bernoulli
xi 0 1
La loi de probabilité de X est donnée par le tableau :

. 1−p p
Espérance d'une loi binomiale B(n ; p)
Pour n répétitions on obtient :
5. Quelle représentation graphique pour la loi binomiale ?
On peut représenter une loi binomiale par un diagramme en bâtons. Pour obtenir l'ensemble des probabilités on
peut utiliser un tableur ou une calculatrice.
Exemple : Représentation de la loi binomiale B(10 ; 0,4) à l'aide du tableur EXCEL. :

En B2 on sélectionne la fonction LOI BINOMIALE, puis on écrit : = LOI BINOMIALE (A2 ; 10 ; 0,4 ; FAUX).
On copie ensuite vers le bas.
Pour obtenir le diagramme en bâtons, on sélectionne pour la colonne B le graphique HISTOGRAMME, en
modifiant les valeurs de X des abscisses (utiliser l'onglet SÉRIE et modifier l'étiquette X).
(Pour une feuille de calcul OPENOFFICE, on affiche = LOI BINOMIALE (A2 ; 10 ; 0,4 ; 0).)
Algorithme d'affichage des probabilités sur la calculatrice :
Variables : n, k : nombres entiers
p, y : nombre réels
Début
Écrire « Nombre de répétitions »
Écrire « Probabilité de réussite »
Lire n et p
Pour cpt allant de 0 à n
k n−k
y ← nCk × p × (1 − p)
Écrire y
Finpour
Fin

2/