Vous êtes sur la page 1sur 8

Chapitre 2

Tranchées couvertes

Lorsque le profil en long d'un projet de tunnel fait apparaître une faible couverture au-dessus de la voûte (en
général inférieure à un diamètre), il peut être économique de réaliser l'excavation en tranchée couverte.
En site urbain, en présence d'une nappe phréatique (cas fréquent) cette méthode permet de limiter la profondeur
de fouille à 6 ou 7 mètres et d'éviter le plus souvent les terrassements dans l'eau.
Remarque:
Elle conduit le plus souvent à un profil de tunnel rectangulaire.
Cependant on peut adopter un profil voûté afin par exemple d'assurer la continuité d'un ouvrage construit partie
en tranchée couverte, partie en tunnel creusé, ou pour supporter un poids de terre significatif. Mais, dans ce cas,
le coût de la tranchée couverte peut atteindre ou dépasser celui d'un tunnel creusé et elle peut perdre de son
intérêt.
I. Profil en travers
A. Les types de profils
On retrouve plusieurs types de profils en travers, qui sont fonctions de plusieurs facteurs dont en peut citer :
 Les contraintes du site :
 Les caractéristiques fonctionnelles de la tranchée couverte,
 Utilisation de la surface au sol libérée par la couverture de la tranchée couverte
Il existe trois types de profil en travers pour les tranchées couvertes :

. Type 1

PIPO - Portique simple POD - Portique ouvert double

2. Type 2 :

PICF - Cadre fermé


3. Type 3

Portique avec dalle encastrée Murs porteurs et dalle de Portique avec radier en appui
sur piédroits couverture simple ou encastré sur
piédroit
B. Dimensionnement en hauteur
La hauteur réelle de l'ouvrage prend en compte pour une route:
 les équipements de ventilation (accélérateurs, canaux de ventilation);
 la signalisation verticale qui, si elle doit être implantée en plafond de l'ouvrage;
 l'influence du tracé en plan et du dévers dont l'effet peut être sensible ;
 l'influence du profil en long: pour les tranchées couvertes à point bas, il convient de vérifier que la
distance de visibilité longitudinale est respectée ;
 la revanche supplémentaire vis-à-vis des équipements fragiles: dans de nombreux cas les difficultés
d'entretien de la signalisation verticale ou de canaux de ventilation conduisent les services d'entretien
à demander cette revanche supplémentaire. Elle peut être indispensable si l'ouvrage est un point
singulier de l'itinéraire : en effet, la revanche vis-à-vis d'une structure légère à l'air libre est de 0,50
m sans rapport avec la revanche de 0,10 m en tranchée couverte.

Pour un ouvrage neuf, la hauteur libre de l'ouvrage H est égale à la somme :


Hm ; o 4,75 m sur autoroute
o 4,50 m sur route nationale et itinéraires européens
o 4,30 m dans le cas général

 De la revanche de construction et d'entretien Rc ; (Rc = 0,05 m)


 De la revanche de protection Rp ( Rp = 0,10 m : Vis-à-vis des équipements):

H = Hm + Rc + Rp

Figure 2.1 Profil de la hauteur réelle de l'ouvrage


Figure 2.2 : Exemple de projet de tranchée couverte
C. Dimensionnement en largeur
Le profil en travers comprend pour une route:
 Un isolateur de droite constitué d'un trottoir ou d'un bute-roues ;

 Une bande dérasée de droite ou bande d'arrêt d'urgence de droite lorsque sa largeur est supérieure ou
égale à 2 m ;
 Les voies de circulation ;
 Une bande dérasée de gauche ;
 Un isolateur à gauche constitué d'un trottoir ou d'un bute-roues.

Figure 2.3; Largeur intérieure de la tranchée couverte


II. Soutènement des fouilles
En ville, l'espace restreint. Afin d'accéder aisément à l'intérieur d'une fouille en diminuant l'encombrement des
systèmes d'étayage de fouille, tout en augmentant la fiabilité ou la polyvalence de ces systèmes, il existe
plusieurs techniques de soutènement :
A. Parois moulées
Une paroi moulée est un mur en béton armé coulé dans le sol. Le principe est de creuser une tranchée,
constamment tenue pleine de boue durant l'excavation, puis de couler du béton dedans.

B. - Parois préfabriquées
Les avantages de la préfabrication ont été
mis à profit dans cette technologie qui dérive
de celle des parois moulées.
Les phases de construction d'une paroi
préfabriquée sont alors :

doivent permettre une mise en place


précise des éléments préfabriqués.

que ceux utilisés pour des parois


moulées classiques.
C. Rideaux de palplanches
Les rideaux de palplanches sont constitués de palplanches métalliques en général, emboîtées les unes dans les
autres et battues dans le sol de fondation, pour former un écran vertical, le plus souvent rectiligne, servant de
soutènement à un massif de sol.
Les rideaux de palplanches peuvent constituer des ouvrages provisoires ou définitifs. Leur caractéristique
essentielle est que le soutènement ainsi formé est souple, ce qui nécessite une méthode spécifique de
dimensionnement.
Les pressions exercées par le massif de terre à retenir peuvent être équilibrées par les forces de butée mobilisées
dans la partie en fiche, si la hauteur hors fiche est faible. Dans le cas contraire, on a souvent recours à un
système d’ancrage en tête au moyen de tirants.

D. Parois berlinoises et techniques dérivées


Cette méthode de soutènement consiste à éxécuter des forages espacés régulièrement dans lesquels sont mis en
place des profilés métalliques Exécuter un blindage (bois, béton projeté, plaques métalliques, …) entre les
profilés au fur et à mesure du terrassement.
La stabilité du soutènement est assurée en phase provisoire par des butons ou des tirants sauf dans le cas de
fouilles peu profondes où le soutènement peut être auto-stable.
E. Soutènement par clouage
Développé à partir des années 1970, le
clouage des sols est une technique qui
permet de réaliser un mur de soutènement
d'excavation en utilisant le sol en place et
en y installant des inclusions, au fur et à
mesure des excavations.
Les inclusions sont souvent inclinées,
relativement courtes, battues ou scellées
au coulis de ciment dans des forages, et
disposées en un maillage régulier, plus ou
moins serré. Les inclusions, généralement
des armatures métalliques, travaillent
essentiellement en traction et sont
disposées perpendiculairement aux lignes
de glissement éventuelles.

F. - Autres méthodes
L'ancienne méthode de fouille blindée est d'un emploi limité à des chantiers de peu d'importance:
 Les pieux forés, jointifs ou sécants, peuvent être réalisés même si le substratum est très
résistant,
 Le jet grouting a parfois été utilisé,
 les techniques d'injection, voire de congélation sont un complément intéressant.

a- pieux forés b- jet grouting


G. Congélation
La congélation des terrains aquifères instables est un procédé ancien, à caractère provisoire, employé pour le
creusement de fouilles, de puits ou de galeries, qui permet également le "sauvetage" d'ouvrages à la suite
d'incidents (renard, débourrage). Elle rend le sol étanche et résistant.
III. Précautions d’emploi et performances