Vous êtes sur la page 1sur 400

Prof. dr. ION MURĂREŢ Asist. dr.

MARIA MURĂREŢ

PETIT TRAITÉ DE RHÉTORIQUE


L’INVENTION ET LA DISPOSITION
Descrierea CIP a Bibliotecii Naţionale a României
MURĂREŢ, ION
Petit traité de Rhétorique. L’Invention
et la Disposition / Ion Murăreţ. – Bucureşti:
Editura Fundaţiei România de Mâine, 2006
400 p.; 20,5 cm.
Bibliogr.
ISBN (10)973-725-593-3
ISBN (13)978-973-725-593-8
I. Murăreţ, Maria
808.5:821.133.1.09''17/18''(075.8)
808.5''17/18(075.8)

© Editura Fundaţiei România de Mâine, 2006

Redactor: Cosmin COMĂRNESCU


Tehnoredactor: Brînduşa DINESCU
Coperta: Marilena BĂLAN
Bun de tipar: 29.06.2006; Coli de tipar: 25
Format: 16/61x86
Editura şi Tipografia Fundaţiei România de Mâine,
Splaiul Independenţei, nr. 313, Bucureşti, sector 6, O.P. 83
Telefon / Fax: 316 97 90; www.spiruharet.ro
e-mail: contact@edituraromaniademaine.ro
UNIVERSITATEA SPIRU HARET
FACULTATEA DE LIMBI ŞI LITERATURI STRĂINE

Prof. dr. ION MURĂREŢ Asist. dr. MARIA MURĂREŢ

PETIT TRAITÉ
DE
RHÉTORIQUE
L’INVENTION ET LA DISPOSITION

EDITURA FUNDAŢIEI ROMÂNIA DE MÂINE


Bucureşti, 2006
TABLE DES MATIÈRES

RHÉTORIQUE
I
L’histoire de la rhétorique.
Définitions, remarques, genres, divisions, principes de
logique employés par la rhétorique. L’orateur. Annexes
REMARQUES SUR L’HISTOIRE DE LA RHÉTORIQUE
Naissance de la rhétorique en Europe ………………………………. 15
Empédocle d’Agrigente .............…………………………………. 15
Corax .............…………………………………………………….. 15
Les grands orateurs du Ve siècle. Thémistocle, Aristide, Périclès .... 16
Les sophistes .............…………………………………………….. 17
Protagoras d’Abdère ......……………………………………. 17
Gorgias .............…………………………………………………... 19
Polus d’Agrigente, Thrasymaque de Chalcédoine,
Théodore de Byzance, Événus de Paros, Antiphon .………... 20
Socrate …..........…………………………………………………... 21
Platon …..........…………………………………………………… 24
Isocrate ….........…………………………………………………... 37
Aristote ….........…………………………………………………... 39
La «dialectique» d’Aristote et la rhétorique …....…………... 46
Aristote et la théorie de la démonstration .....……………….. 54
Les règles d’Aristote concernant la démonstration …... 56
Démosthène ….........……………………………………………… 57
Marcus Tullius Cicero …..........…………………………………... 61
Les ouvrages de rhétorique de Cicéron ……………………... 63
L’Orator ………………………………………………………….. 68
Quintilien (v. 30 – v. 100) …..........………………………………. 69
La rhétorique généralisée …………………………………… 76
Tacite …..........……………………………………………………. 76
Le Traité du Sublime …..........…………………………………… 80

5
Quelques remarques sur la rhétorique en France (manuels
et traités de rhétorique) ……………………………………………… 83
L’histoire de la rhétorique au XVIIe siècle
François Cassandre, Jacques Cassagne, Jean de Chabanel,
Charles Vialart, René Bary, Bernard Lamy, Blaise Pascal,
Pierre Bayle, La Rochefoucauld, Fénelon ..........…………... 87
1. Maximes se rapportant à l’Invention (Inventio) …………. 93
2. Maximes se rapportant à l’Élocution (Elocutio) …………. 94
3. Maximes concernant l’Action (Actio) ……………………. 94
La rhétorique …………………………………………………………. 98
Définitions, remarques …………………………………………… 98
Réflexions sur l’importance de la rhétorique et de l’éloquence …. 100
Les Genres de la rhétorique …………………………………………. 104
Les genres oratoires ou les genres de discours …………………... 104
Divisions de la rhétorique ……………………………………………. 106
L’Invention ………………………………………………………. 106
L’Invention et l’art d’écrire ……………………………………… 107
L’auditoire ……………………………………………………………. 111
L’Auditoire universel ……………………………………………. 112
L’Accord et le désaccord ………………………………………… 112
Les preuves ……………………………………………………………. 116
Les preuves extrinsèques ou extratechniques ……………………. 116
Les lieux ……………………………………………………………….. 118
Définitions ……………………………………………………….. 118
L’Accident ..........………………………………………………… 121
Définitions ………………………………………………….. 121
L’Analogie .....……………………………………………………. 123
Définitions ………………………………………………….. 123
Exemples d’arguments tirés de l’analogie ………………….. 124
La Cause et l’Effet ..........………………………………………… 125
Les Circonstances ........…………………………………………... 129
La Comparaison .......……………………………………………... 131
Les Conjugata ..........……………………………….…………….. 134
La Conséquence .........……………………………………………. 134
Définitions ………………………………………………….. 134
Les Contradictoires ....……………………………………….…… 135
Définitions ………………………………………………….. 135
Les propositions contradictoires ……………………………. 136
Les Contraires .........……………………………………….……... 136
Définitions, remarques ……………………………………… 136
La Définition .........……………………………………………….. 139
Définitions, remarques, emplois ……………………………. 139
6
I. Théorie d’Aristote ………………………………………... 139
II. Remarques de Cicéron concernant la définition ………… 141
III. Remarques de Quintilien sur la définition ……………… 144
Théories modernes ………………………………………….. 144
Définitions …………………………………………….. 144
Espèces de définitions ………………………………… 145
Règles de la définition ………………………………… 146
La Différence ..........……………………………………………… 147
La Division ..........…………………………………………… 149
L’Énumération des parties ......………………………… 152
L’Espèce .........……………………………………………… 153
Définitions ………………………………………………….. 153
L’argumentation par l’espèce ………………………………. 153
L’Étymologie ..........……………………………………………… 154
Le Fait existant et le Fait inexistant ..........……………………….. 154
Le Genre ..........…………………………………………………… 155
L’argumentation par le genre ……………………………….. 156
Le lieu commun du genre employé dans les réfutations
ou pour soutenir une thèse ………………………………….. 157
Le Possible et l’Impossible ........……………………………….… 158
Définitions, remarques ……………………………………… 158
Le Probable ………………………………………………………. 159
Définitions, remarques ……………………………………… 159
Le Propre .........…………………………………………….……... 160
Définitions, remarques ……………………………………… 160
L’Indice .........……………………………………………………. 162
Définitions, remarques ……………………………………… 162
Remarques sur les principes de logique employés par la rhétorique … 164
Le syllogisme ou l’argumentation déductive .........………………. 164
Figures et modes du syllogisme ..........…………………………… 165
Remarques sur les formules ou les termes mnémotechniques … 170
Les syllogismes conjonctifs .........………………………………... 170
Les syllogismes disjonctifs ………………………………………. 172
L’enthymème ....………………………………………………….. 172
L’épichérème ..........……………………………………………… 178
Définitions ………………………………………………….. 178
Exemples d’épichérèmes …………………………………… 180
Le dilemme .....……………………………………………….…... 181
Définitions ………………………………………………….. 181
Règles du dilemme …………………………………………. 182
Exemples de dilemmes ……………………………………... 182
7
La conversion ……………………………………………………. 183
Le sorite ..........…………………………………………………… 183
Définitions ………………………………………………….. 183
Exemples du sorite …………………………………….……. 184
Le syllogisme …………………………………………………….. 185
Matière et forme du syllogisme ....………………………….. 185
Règles du syllogisme ……………………………………….. 186
Principes suprêmes du syllogisme ………………………….. 188
Le dictum de omni …………………………………….. 189
Le dictum de nullo …………………………………….. 189
Conclusion ………………………………………………….. 189
L’induction ..........………………………………………………… 190
L’argumentation inductive ………………………………….. 192
L’argumentation par l’exemple .........………………………. 193
Exemples historiques ………………………………….. 193
Exemples inventés ou fictifs …………………………… 194
Argument et argumentation ......…………………………….. 195
I. Définitions de l’argument …………………………... 195
II. Argumentation ……………………………………... 196
D éf in ition s, r e ma rque s …………………….…. 196
Quelques remarques sur la théorie de l’argumentation ....….. 197
De la facilité et de la difficulté des argumentations ......…….. 199
Classification des arguments par Aristote .........……………. 200
Classification des arguments proposée par Ch. Perelman
et L. Olbrechts-Tyteca ……………………………………… 201
A. Les arguments quasi-logiques ……………………... 201
1. L’argument de réciprocité ………………………. 202
2. Les arguments de transitivité ……………………. 203
3. L’argument du sacrifice …………………………. 203
B. Les arguments fondés sur la structure du réel ……... 203
1. Les arguments provenant des liaisons
de succession …………………………………….. 203
L’argument pragmatique ………………………... 203
L’argument du gaspillage ……………………….. 204
L’argument de la direction ……………………… 205
L’argument du dépassement …………………….. 206
2. Les arguments issus des liaisons de coexistence …. 206
a. L’argument d’autorité ………………………… 206
b. L’argument de hiérarchie mal établie (ou de
double hiérarchie) …………………………….. 206
c. L’argument concernant les différences de degré
et d’ordre ……………………………………... 206
8
Autres espèces d’arguments ………………………... 207
1. Argument de l’abus …………………………... 207
2. Argument de «l’approche progressive» ou de
l’exemple hiérarchisé ………………………... 207
3. Argument d’autophagie, de rétorsion ou de
l’auto-inclusion ………………………………. 207
4. Raisonnement par l’absurde ………………….. 208
5. Argument par la compensation ………………. 208
6. Argument de convergence ……………………. 208
7. Argument (raisonnement) a contrario ………... 208
8. Argument du facile …………………………… 209
9. Argument a fortiori …………………………… 209
10. Argument «ad hominem» …………………… 209
11. Argument de l’inverse ………………………. 209
12. Argument a pari ……………………………... 209
Les sophismes ..........…………………………………….……….. 209
A. Sophismes de déduction .......…………………………….. 210
I. Prouver autre chose que ce qui est en question ……….. 210
II. Supposer vrai ce qui est en question ………………….. 210
III. L’ambiguïté des termes ……………………………… 212
IV. Fallacia supponentis ………………………………… 212
B. Sophismes d’induction ..........……………………………. 212
I. Non causa pro causa …………………………………... 212
II. Fallacia accidentis …………………………………… 214
III. Le dénombrement imparfait (enumeratio imperfecta) …. 214
Classification des sophismes courants ……………………… 215
I. Sophismes d’intérêt d’amour-propre et de passion ……. 215
II. Sophismes qui naissent des objets mêmes ……………. 218
L’Éthos (Les Mœurs oratoires) ……………………………………… 220
Les Bienséances ………………………………………………………. 224
Les Passions (Les Sentiments) ……………………………………….. 225
ANNEXES
La Glorification des valeurs morales dans le discours démonstratif … 233
Les Mémoires de La Rochefoucauld et les genres de la rhétorique … 237

9
RHÉTORIQUE
II
La Disposition (Les parties du discours: L’Exorde,
La Proposition, La Division, Les Transitions, La Narration,
La Digression, La Confirmation, La Réfutation, La Péroraison)
DIVISIONS DE LA RHÉTORIQUE
La Disposition ………………………………………………………… 241
Définitions, remarques …………………………………………… 241
Les parties du discours …………………………………………… 244
Remarques ……………………………………………………….. 245
Exemples de réfutation préliminaire dans Pro A. Cluentio … 249
L’Exorde ……………………………………………………………… 249
L’Exorde et ses rapports avec d’autres termes analogiques ……... 249
L’Exorde proprement dit …………………………………………. 250
Définitions, remarques …………………………………………… 250
Principaux défauts que l’on doit éviter dans l’exorde …………… 262
Les différentes espèces d’Exordes …………………………….… 263
1. L’exorde simple, commun ………………………………. 263
Exemple d’Exorde simple ……………………………….. 264
2. L’Exorde ex abrupto …………………………………….. 264
Autres exemples d’Exordes ex abrupto (ou véhéments) … 266
3. L’Exorde insinuant (ou par insinuation) ………………… 267
4. L’Exorde magnifique ou pompeux ……………………… 280
Exemple d’Exorde magnifique …………………………... 280
La Proposition ……………………………………………….……….. 281
La Division …………………………………………………….……… 282
Plans de Discours ………………………………………….…………. 287
Plan de la première Olynthienne de Démosthène ………………... 287
Plan de la deuxième Olynthienne de Démosthène ……………….. 288
Plan de la troisième Olynthienne de Démosthène ………………... 289
Cicéron, Oratio pro lege Manilia (L’Exorde et le plan du discours) … 291
Plan du premier discours de Cicéron contre Catilina …………….. 293
Plan du deuxième discours de Cicéron contre Catilina ………….. 295
Plan du discours pour Marcellus (Oratio pro Marcello)
de Cicéron ………………………………………………………... 296
Les Transitions ……………………………………………………….. 298
Exemples de transitions et de clichés de liaison dans les Mémoires
de La Rochefoucauld …………………………………………….. 299
La Narration ………………………………………………………….. 300
Définitions, remarques …………………………………………… 300
10
Place de la narration ……………………………………………… 303
Utilité de la narration …………………………………………….. 303
Espèces, genres de la narration …………………………………... 303
Les qualités de la narration ………………………………….…… 305
Le vraisemblable …………………………………………………. 309
La vraisemblance de la narration ………………………………… 310
Exemples de narration …………………………………………… 317
Cicéron, Pro A. Cluentio Avito (I, II, III) ………………………… 320
Bossuet, Oraison funèbre du prince de Condé…………………… 323
La Digression …………………………………………………………. 324
Exemples de digressions…………………………………………. 326
Éloge de la Sicile – Cicero, In Verrem Actio II …………….. 326
La Confirmation ……………………………………………………… 328
Définitions, remarques …………………………………………… 328
Le choix des preuves ou des arguments ………………………….. 331
L’arrangement des preuves ………………………………………. 333
La loi de la gradation ……………………………………….. 333
La loi de la continuité ………………………………………. 333
L’ordo Homericus ………………………………………….. 335
L’amplification des preuves……………………………………… 338
Les Figures de rhétorique et la Confirmation ………………….… 340
L’Anaphore …………………………………………………. 341
L’Antanaclase ………………………………………………. 341
L’Antiphrase ………………………………………………... 342
L’Antithèse …………………………………………………. 342
L’Antonomase ……………………………………………… 343
L’Apostrophe ……………………………………………….. 343
La Commination ……………………………………………. 343
La Commination oratoire …………………………………… 344
La Concession ………………………………………………. 344
La Correction ……………………………………………….. 345
Le Dialogisme ………………………………………………. 345
L’Énallage …………………………………………………... 345
L’Épanalepse ……………………………………………….. 346
L’Euphémisme ……………………………………………… 346
La Gradation ………………………………………………... 346
L’Hyperbole ………………………………………………… 346
L’Hypotypose ………………………………………………. 347
L’Ironie ……………………………………………………... 348
La Litote ……………………………………………………. 348
La Métalepse ………………………………………………... 349
La Métaphore ……………………………………………….. 349
11
La Métonymie ………………………………………………. 349
L’Oxymoron ………………………………………………... 350
La Périphrase ……………………………………………….. 350
Le Polyptote ………………………………………………… 351
La Prétérition ……………………………………………….. 351
La Prolepse …………………………………………………. 352
La Personnification …………………………………………. 353
La Subjection ……………………………………………….. 353
La Synecdoque ……………………………………………… 354
Système d’arguments dans la confirmation du discours de Cicéron,
Pro lege Manilia …………………………………………………. 355
Éléments d’antiéthos dans le système de confirmation chez Racine …. 359
La Réfutation …………………………………………………………. 367
Définitions, remarques …………………………………………… 367
La Péroraison ………………………………………………… ……… 370
Définitions, remarques …………………………………………… 370
Exemples de péroraison…………………………………………... 376
Ciceron, Pro lege Manilia…………………………………... 376
M. Tulii Ciceronis, In L. Catalinam, oratio prima …………. 378
Bossuet, Oraison funèbre de Louis de Bourbon, prince
de Condé ……………………………………………………. 379
REMARQUES SUR L’HISTOIRE DE LA RHÉTORIQUE
AUX XVIIIe ET XIXe SIÈCLES
Charles Rollin ………………………………………………………… 381
César Chesneau Dumarsais ………………………………………….. 383
J.B.-Louis Crevier ……………………………………………………. 386
Charles Batteux ………………………………………………………. 387
Condillac ……………………………………………………………… 391
Gabriel-Henri Gaillard ………………………………………………. 394

Bibliographie ……………………………………….………………….. 398

12
RHÉTORIQUE
I
L’histoire de la rhétorique.
Définitions, remarques, genres, divisions, principes
de logique employés par la rhétorique. L’orateur.
Annexes

13
14
REMARQUES SUR L’HISTOIRE
DE LA RHÉTORIQUE

NAISSANCE DE LA RHÉTORIQUE EN EUROPE


Ce fut en Sicile, à Syracuse que furent élaborés les premiers
éléments de la rhétorique, discipline qui allait faire partie des sciences
humaines durant plus de deux milles ans. La naissance de la rhétorique
doit être au moins partiellement rattachée aux innombrables procès qui
eurent lieu en Sicile après le renversement des tyrans. Par une série
d’actes de violence perpétrés systématiquement comme par exemple
des déportations, des bannissements, des spoliations, les tyrans Gélon
(de 485 à 478) et Hiéron (de 478 à 466) bouleversèrent de fond en
comble la condition des personnes et l’état des propriétés. Mais en 465,
le régime des tyrans fut renversé à la suite d’une révolte populaire; le
nouveau gouvernement décida peu après que les familles qui avaient
été bannies et qui étaient revenues en Sicile après l’expulsion des
tyrans fussent réintégrées dans leurs droits. Cependant, lorsqu’on voulut
revenir à la situation d’avant l’instauration du régime despotique, on
se rendit compte que la plupart des droits de propriété étaient devenus
sujet à caution; cet état de choses engendra une multitude de procès;
ceux-ci avaient lieu devant des jurys populaires et les demandeurs afin de
persuader les juges de la justesse de leur cause devaient posséder des
notions de droit et de rhétorique.
Cette rhétorique rudimentaire dont le plaignant devait connaître
les principes sous peine de perdre son procès devint rapidement un
objet d’enseignement.
Ce fut un philosophe de l’école de Pythagore, Empédocle
d’Agrigente (Sicile vers 490-430 a.n.è.) dont la cosmologie était un
essai de conciliation entre les théories de Parménide et celles de
Héraclite qui élabora les règles fondamentales du discours rhétorique.
Son élève, Corax, est cité par Aristote comme le premier auteur d’un
traité de rhétorique. Corax établit le principe de la division rationnelle
du discours en cinq parties: l’exorde, la proposition, la narration, la
confirmation, la péroraison.
15
Les historiens de la rhétorique affirment que Tisias, l’élève de
Corax, et Georgias apportèrent l’enseignement de cette discipline en
Grèce. Il faut pourtant préciser qu’il y avait eu des orateurs en Grèce
bien avant que les rhéteurs enseignassent cet art. Au Ve siècle, par
exemple, il y eut de grands orateurs (Thémistocle, Aristide, Périclès)
qui n’avaient pas eu besoin d’attendre l’arrivée de Gorgias et de Tisias
de Sicile pour que ceux-ci leur pussent enseigner l’art de persuader:
Thémistocle (Athènes v. 525 – Magnésie du Méandre v. 460 a.n.è.)
Thémistocle fut non seulement un homme d’État réputé mais
aussi un grand orateur. Grâce à son éloquence, il réussit à persuader à
ses concitoyens de faire construire un grand nombre de navires de
guerre (des trirèmes) afin qu’ils pussent repousser une éventuelle
attaque des Perses. Les Athéniens suivirent le conseil de Thémistocle,
réorganisèrent leur flotte et par la victoire navale de Salamine (480 a.n.è.),
ils délivrèrent la Grèce du danger représenté par les galères de Xerxès.
Il y eut dans la vie de Thémistocle d’autres circonstances où l’art
de bien parler qu’il possédait pleinement le fit triompher de ses adver-
saires politiques.
Aristide (540-460 a.n.è.).
Aristide surnommé le Juste, homme d’État athénien, fut stratège
à Marathon (490) et combattit les Perses aux côtés de Miltiade. Grâce
à la puissance de sa parole, ses avis empreints de sagesse l’emportèrent
maintes fois dans les assemblées du peuple.
Périclès (v. 495 – Athènes 429 a.n.è.)
Un autre grand orateur de la Grèce fut Périclès, le chef du parti
populaire qui pendant plus de trente ans fut pour les Athéniens l’élo-
quence personnifiée. Ses discours eurent une grande influence sur la
vie politique de son pays et contribuèrent aussi à faire augmenter les
droits et le pouvoir du peuple.
Thucydide dans son Histoire de la guerre du Péloponnèse traça
un portrait de Périclès où il fit ressortir les admirables dons d’orateur
de ce grand homme d’État.
«Périclès, puissant par sa dignité personnelle, par la sagesse de
ses conseils, et reconnu incapable entre tous de se laisser corrompre
jamais à prix d’argent, contenait la multitude par le simple ascendant
de sa pensée. C’était lui qui la menait, et non pas elle qui le menait
lui-même, car n’ayant pas acquis son autorité par des moyens illégitimes,
16
il n’avait pas besoin de dire des choses agréables. Il savait, en conser-
vant sa dignité, contredire la volonté du peuple et braver sa colère.
Quand il voyait les Athéniens se livrer hors de saison, à une audace
arrogante, il rabattait leur fougue par ses discours, et il les frappait de
terreur; tombaient-ils mal à propos dans la crainte, il relevait leur
abattement, et ranimait leur audace. C’était,de nom, un gouvernement
populaire, de fait, il y avait un chef, et l’on obéissait au premier de
tous les citoyens»1.
Dans le Phèdre où l’on opppose à la rhétorique intéressée des
sophistes la vraie éloquence du philosophe, Platon fait dire à Socrate
que Périclès avait surclassé tous les orateurs de son siècle pour avoir
assidûment suivi les leçons d’Anaxagore; ce philosophe, nous renseigne
Platon, aurait enseigné à Périclès comment il fallait agir sur l’esprit
des auditeurs et quelle espèce de discours était susceptible de les
impressionner.
En parlant de Périclès dans le Brutus, Cicéron dit qu’il fut le
premier qui appliqua à l’éloquence une méthode savante grâce à
l’enseignement d’Anaxagore et qu’il devint renommé par l’éclat de
son art oratoire.
«Athènes, dit-il, goûta au plus haut point la douceur de son
langage, admira sa richesse d’idées et d’expressions, redouta les terribles
éclats de sa véhémence»2.
LES SOPHISTES (PROTAGORAS ET GORGIAS)
Protagoras d’Abdère
(v. 485-v.410 avant notre ère)
Le premier sophiste en date, au moins par le temps de son
enseignement à Athènes, sinon par la naissance, est Protagoras.
Compatriote de Démocrite, Protagoras fut l’un des plus grands
sophistes; il élabora un système philosophique basé sur une sorte de
solipsisme. Selon Protagoras, le monde sensible est toujours en
mouvement, soumis à une métamorphose perpétuelle; ce n’est qu’en
tant que les objets se meuvent les uns vers les autres qu’ils deviennent
quelque chose de déterminé; quant aux sensations, elles nous montrent
seulement ce qui se passe autour de nous et non ce qui est universel et
nécessaire. Afin de connaître le vrai, il faudrait que nous fissions appel
_______________
1
Thucydide, Histoire de la guerre du Péloponnèse, 1. II, ch. LIV.
2
Cicéron, Brutus, Paris, Les Belles Lettres, 1931, p. 15, (XI-44).
17
à une source supérieure aux sens qui sont trompeurs. Mais d’après
Démocrite, la réflexion n’est que le produit de la sensation. Par
conséquent, si la sensation est variable et trompeuse, il s’ensuit que
toute connaissance est incertaine. Suivant Protagoras, il n’y a de vrai
pour l’homme que ce qu’il perçoit, que ce qu’il éprouve et comme les
sensations diffèrent d’individu à individu, on peut en inférer qu’il y a
autant de vérités que d’individus, que «l’homme est la mesure de
toutes choses» (v. Platon, Théétète, (152-157). L’individu étant donc
la mesure du vrai et du faux, il n’existe pas de signes certains auxquels
on puisse reconnaître la vérité absolue d’une thèse de philosophie ou
de morale; il n’y a pas de science valable pour tous, il n’y a que des
opinions également justifiées. D’après Protagoras, il est impossible de
contredire quelqu’un car sur chaque objet deux opinions contraires et
par suite deux jugements également vrais peuvent être formulés. Il
faut en conclure que l’homme doit s’occuper de la seule chose qui lui
soit accessible, c’est-à-dire de lui-même et de son bonheur. Être
heureux c’est pratiquer la maîtrise de soi-même, c’est bien penser et
bien dire, c’est connaître à fond la philosophie qui comprend la morale
pratique, la dialectique et la rhétorique.
L’erreur de Protagoras fut de croire que rien ne pouvait exister
en dehors des sensations individuelles; il essaya en vain de justifier
son idéalisme subjectif par une démonstration purement formelle qui
n’aboutissait à rien; il exagéra d’une part les différences physio-
logiques et intellectuelles qui existent entre les hommes et d’autre part
les imperfections des sens; de plus, il méconnut la raison humaine.
Le relativisme et le scepticisme de Protagoras servit de fondement
à la rhétorique des sophistes, celle qui se targuait de prouver n’importe
quoi, de faire de l’argument le plus faible le plus fort, et exerça
probablement une certaine influence sur la pensée de Gorgias («Tout
jugement est vrai», disait Protagoras; «aucun jugement n’est vrai», dit
Gorgias; deux thèses en apparence contradictoires, en réalité équiva-
lentes; si tout jugement est vrai, c’est qu’il se borne à exprimer
l’apparence; si aucun jugement n’est vrai, c’est que nous ne pouvons
saisir que l’apparence).
Des ouvrages composés par Protagoras, il n’en reste plus que
des fragments. Selon les témoignages portés par ses contemporains, il
avait rédigé plusieurs traités, à savoir: Sur l’être, Sur les dieux et Sur
la lutte (dans ce dernier traité il montre son intérêt pour la technique).
Mais Protagoras fut surtout un grand rhéteur qui enseigna un art de
persuader basé sur des sophismes et sur un usage approfondi et
18
systématique du langage. Dans son enseignement, l’éristique ou l’art
de la controverse occupait une place de choix; cet art comportait
essentiellement: a) la découverte des raisons, pour et contre; b) l’inter-
rogation; c) les sophismes; d) les lieux oratoires, sources où l’orateur
devait puiser les développements, preuves ou arguments applicables à
tous les sujets3.
Gorgias (Leontium v. 483 – v. 375)
Gorgias vint à Athènes en 427 comme ambassadeur de la ville
de Leontium (aujourd’hui Lentini, au nord de Syracuse). Dans le dialogue
de Platon intitulé Gorgias, il est l’interlocuteur sophiste de Socrate.
Ancien élève de Zénon d’Élée, Gorgias dévoila le caractère
contradictoire de la réalité et de la connaissance, mais il en tira des
conclusions fausses et aboutit au relativisme, au scepticisme et à une
espèce de nihilisme.
Comme tous les sophistes, Gorgias niait la possibilité du jugement.
Aucun jugement n’est vrai, disait-il, car nous ne pouvons en saisir que
l’apparence. De plus, afin qu’une vérité fût commune à tous les
hommes, il faudrait qu’une même idée pût être présente à tous les
esprits; mais comment, disait-il, une seule et même idée serait-elle en
plusieurs esprits? Par conséquent, l’unité abstraite d’un concept élaboré
individuellement paraissait inconciliable à Gorgias avec la pluralité
des esprits qui le pensent.
Il s’attacha uniquement à justifier la pensée subjective, individuelle.
La sophistique de Gorgias reposait sur l’absence de toute théorie du
concept et se réduisait à une sorte de nominalisme: Gorgias enseignait
que les notions, les idées générales (les universaux) n’étaient que des
mots, des noms. Selon lui il n’y aurait pas de vérité valable pour tous,
il n’y aurait que des opinions. Suivant Gorgias, il n’y aurait pas à
chercher entre les concepts réduits à des opinions individuelles une
hiérarchie qui les subordonnerait; ainsi il n’y aurait pas de vrai, il n’y
aurait que le vraisemblable; quant à la morale, elle ne serait que l’art
de réussir, le bien étant-tout comme le vrai-relatif.
Dans le domaine de la rhétorique où, à son avis il fallait emporter
coûte que coûte par la puissance de la parole l’assentiment des auditeurs,
il exerça une influence étendue; il employait toute sorte d’artifices
_______________
3
«Toujours d’après Aristote, Protagoras écrivit et tint tout prêts des
développements sur de grandes idées générales ce qu’on appelle aujourd’hui
des “lieux communs”». Cicéron, Brutus, XII, 46.
19
d’argumentation dans ses discours qui déconcertaient ses adversaires4.
Gorgias donna plus d’ampleur à la lexis (ou à l’élocutio), troisième
partie de la techné rhétoriké qui apprend à exprimer les pensées par la
parole, et jeta les fondements de l’art d’écrire en étudiant les figures
de rhétorique. Ce fut de la beauté de la forme surtout qu’il semble
avoir été préoccupé; il enseigna l’emploi des métaplasmes (allitérations,
homéotéleutes), des métaphores, la disposition antithétique et symétrique
des mots, l’arrangement harmonieux des membres de la période.
Les disciples les plus importants de Gorgias furent Polus d’Agrigente,
Licymnius, Thrasymaque de Chalcédoine, Théodore de Byzance,
Événus de Paros.
Polus écrivit un traité de rhétorique mentionné par Platon dans
le Gorgias (462). Il y recommandait surtout aux orateurs de viser à la
beauté du style.
Thrasymaque de Chalcédoine accorda une place moins importante
que Gorgias à l’élocution dans l’économie du discours; en échange, il
développa la partie de la rhétorique qui traitait de l’art d’exciter les
émotions. Platon parla de cette technique de Thrasymaque dans le
Phèdre (267 c): «Quant à l’art de susciter la pitié par des plaintes et
des gémissements en faveur de la vieillesse ou des misères humaines,
je donne la palme au puissant chalcédonien. C’est un homme capable
de mettre en fureur une multitude et aussitôt après de charmer et d’apaiser
sa colère».
Dans le Brutus (XII, 48), Cicéron précisa que Théodore de
Byzance enseignait des preceptes de rhétorique très utiles. De son
côté, Quintilien (III, 36, 51) lui attribua le développement de la théorie
«des états de cause»; selon Théodore il y avait cinq états de cause; si
une chose est (conjecture), ce qu’elle est (définition), quelle elle est
(qualification), quelle étendue elle a (quantité), sa relation.
Événus de Paros dont parle Platon dans le Phèdre distinguera
deux parties dans la démonstration, la preuve proprement dite (la
preuve directe) et la preuve indirecte. Il avait écrit son manuel de
rhétorique en vers afin qu’on pût le retenir plus facilement.
Parmi les sophistes, Antiphon (479-411) occupe une place à
part. Maître de Thucydide, il fut l’auteur de trois Tétralogies et d’un
_______________
4
v. Cicéron, Brutus, XII, 47, «Gorgias ... estimait que la qualité essentielle
de l’orateur était, en parlant, pour une chose, de la faire valoir et inversement
en parlant contre, de la déprécier».
20
grand nombre de discours. En parlant d’Antiphon, Thucydide dit qu’il
était doué d’un grand talent oratoire et qu’il savait exprimer ses
pensées d’une façon très persuasive. Il ne parlait pas d’habitude dans
l’assemblée du peuple ni devant les tribunaux parce que sa réputation
d’homme très éloquent mettait la foule en défiance à son égard. Il se
bornait le plus souvent à donner des conseils à ceux qui devaient
défendre leur cause soit devant le peuple, soit devant les juges.
Antiphon fut un théoricien du genre juridique et ses Tétralogies au
nombre de trois sont des groupes formés de quatre discours. Ces
discours comprennent chacun quatre parties: l’accusation, la défense,
la réplique de l’accusation, la réplique de la défense. Les Tétralogies
sont des ouvrages dont le contenu fictif est destiné à l’enseignement
de l’art de parler.
SOCRATE (470-399 a.n.è.)
Socrate fut le principal contradicteur des sophistes et leur
ennemi implacable; il combattit avec ardeur la sophistique et la fausse
rhétorique qui enseignaient les moyens de rendre bonnes les plus
méchantes causes5.
Né à Athènes en 470, fils du sculpteur Sophroniskos et de la
sage-femme Phénarète, il remplit consciencieusement ses devoirs de
citoyen. Il fut soldat pendant la guerre du Péloponnèse, intrépide dans
le combat, infatigable dans la marche. Il combattit vaillamment les
ennemis de sa patrie à Potidée, à Amphipolis et à Délium. À cette
dernière bataille, il sauva les jours d’Alcibiade et de Xénophon, fait
attesté par Diogène Laërce6.
Son père avait fait de lui un sculpteur, mais il abandonna bientôt
le ciseau afin de se livrer à la philosophie. Il se fit le précepteur de ses
concitoyens, non par amour de gain, ni pour faire parler de lui.
«Je ne parle pas, disait-il, lorsqu’on me paye, et je ne me tais pas
lorsqu’on ne me donne rien; mais, pauvre ou riche, tout le monde peut
m’interroger, ou, si on l’aime mieux, répondre à mes questions et
écouter ce que je dis»7.
_______________
5
Voir Cicéron, Brutus (VIII-3); “C’est à ceux-ci (= aux sophistes) que
s’en prit Socrate qui par certains procédés ingénieux de discussion avait
coutume de réfuter leurs théories”.
6
v. Apologie de Socrate, in Oeuvres de Platon, Paris, Granier, 19, p. 28.
7
Apologie de Socrate, in Oeuvres de Platon, éd. citée, p. 36.
21
Il n’enseignait pas dans une école mais en se promenant entouré
d’un cercle de disciples auxquels il posait des problèmes de philosophie8.
Bien que sceptique en cosmologie (= science des lois générales
qui régissent l’univers), il ne l’était pas dans le domaine de la morale.
Il estimait que l’homme pouvait être connu exhaustivement et il avait
adopté pour devise l’inscription du temple de Delphes: «Connais-toi
toi-même». Ainsi il donna une autre orientation aux études de la philo-
sophie en les faisant converger sur l’homme. Ce fut pourquoi Aristote
le considérait comme le fondateur de l’éthique.
Socrate commença le combat contre les sophistes et la fausse
rhétorique dès l’arrivée de Gorgias à Athènes. D’ailleurs, il leur fut
hostile toute sa vie. Dans cette guerre acharnée et ouverte, il employa
principalement deux méthodes qu’il utilisait aussi dans ses entretiens
avec ses disciples:
a) une méthode «négative», l’ironie (gr. eirôneia, «action d’inter-
roger en feignant l’ignorance», procédé habituel à Socrate, d’où
l’expression ironie socratique). Suivant Socrate, celle-ci délivrait
l’interlocuteur de l’erreur et le mettait en état de recevoir la vérité.
Il interrogeait donc ses interlocuteurs en affectant l’ignorance
sur ce qu’il leur demandait. Il les amenait ainsi à confesser eux-mêmes
leur ignorance et à reconnaître la valeur des affirmations auxquelles ils
étaient conduits. Si un sophiste, par exemple, avait fait le panégyrique
de la vertu, Socrate s’étonnait que celui-ci n’eût pas commencé par
dire ce qu’était précisément la vertu; ensuite, après s’être incliné
devant le savoir du sophiste, il posait habilement à celui-ci toute une
série de questions et il le réduisait peu à peu à avouer qu’il savait mal
ou qu’il ne savait pas ce que c’était la vertu.
Parfois, il faisait semblant d’accepter tous les principes de l’ad-
versaire, il ne refusait rien de ce que celui-ci avançait et de déductions
en déductions il le menait jusqu’à l’absurde ou à des affirmations
contradictoires.
Tout en niant les possibilités de la science, les sophistes se
vantaient d’avoir réponse à tout. «Tout ce que je sais, disait Socrate en
plaisantant, c’est que je ne sais rien». Mais savoir son ignorance c’est
_______________
8
Voir Cicéron, Brutus, VIII-31; «C’est à lui (= à Socrate) qu’on attribue
la première idée de la philosophie, non pas de la philosophie qui a pour objet
la nature, mais de la philosophie qui traite du bien et du mal et qui donne des
principes de conduite et de morale».
22
avoir l’idée de la science, c’est devenir capable de discerner, le vrai du
faux (Cette théorie de «l’ignorance savante» sera reprise par Pascal
dans les Pénsées, V. 327.
«Les grandes âmes, disait-il, qui, ayant parcouru tout ce que les
hommes peuvent savoir, trouvent qu’ils ne savent rien et se rencontrent
en cette même ignorance d’où ils étaient partis; mais c’est une ignorance
savante qui se connaît»).
b) une méthode «positive», la maïeutique (gr. maieutike, art de
faire accoucher).
Suivant Socrate, la maïeutique c’était l’art d’aider les esprits à
engendrer les vérités qui ne demandaient qu’à naître. Cette technique a
pour fondement la théorie idéaliste des idées innées suivant laquelle
dès notre naissance, dans notre esprit, il y aurait des idées antérieures
à toute expérience. Selon Socrate, la vérité ne serait pas hors de
l’homme, elle se trouverait dans son esprit ou tout au moins c’est en
lui qu’il trouverait les procédés logiques qui le rendraient capable de
la découvrir.
Quels sont les procédés logiques qui feraient jaillir la vérité de
l’esprit humain? Aristote dans la Métaphysique attribue à Socrate la
découverte de deux procédés logiques que celui-ci employait princi-
palement dans ce processus d’enfantement de la vérité; la définition
générale et les discours inductifs:
«Socrate, dit Aristote, traite des vertus éthiques, et à leur propos,
il cherche à définir universellement; il cherche ce que sont les choses.
C’est qu’il essayait de faire des syllogismes; et le principe des syllogismes,
c’est ce que sont les choses ... Ce que l’on a raison d’attribuer à
Socrate, c’est à la fois les raisonnements inductifs et les définitions
universelles ...»9.
Pour remplacer les idées générales confuses par des concepts bien
définis, Socrate se servait de l’induction: il accumulait les exemples,
et il remontait du particulier au général, en dégageant ce qu’ils avaient
de commun; il remontait des faits au principe, des cas donnés, le plus
souvent singuliers ou spéciaux, à une proposition plus générale. C’était
par l’induction qu’il passait de la partie au tout, du moins au plus.
On trouve de nombreux modèles d’induction socratique dans les
Mémorables de Xénophon, surtout dans le chapitre VI du livre IV où
Socrate essaie de définir successivement la justice, la sagesse, le bien,
_______________
9
Aristote, Métaphysique, M. 4, 1078, b. 17.
23
le beau, le courage, etc. On y voit clairement que les deux procédés
logiques, l’induction et la définition étaient employés ensemble par
Socrate car «les discours inductifs» n’étaient que le moyen de trouver
les idées générales et ensuite d’arriver à la définition. Socrates établit
qu’un objet doit être défini par le genre prochain et la différence
propre ou spécifique; il montra dans Phédon que ce qui caractérise la
différence spécifique c’est d’être la première dans l’essence.
Étant donné que la sophistique reposait sur l’absence de toute
théorie du concept et que les sophistes prenaient les mots dans leur
sens mal déterminé pour des idées générales, Socrate employa contre
ceux-ci, comme une véritable arme, des concepts bien définis qui
pouvaient être contrôlés par l’expérience:
«Il ne cessa jamais de chercher avec ses disciples l’essence de
chaque chose», écrivait Xénophon dans les Mémorables (IV, 6, i).
Dans le domaine de la morale, Socrate eut le mérite d’avoir cherché à
dégager le général du particulier, de s’être élevé de l’individuel au
social. Le concept du courage par exemple, ce n’est pas telle ou telle
action courageuse, c’est ce qu’il y a de commun à toutes les actions
courageuses, c’est une notion unique présente à l’esprit de tous les
hommes qui se servent du mot courage. Un concept bien défini, selon
Socrate, met l’homme d’accord avec lui – même et avec les autres et
indique le chemin qui mène à la science et à la certitude.
PLATON
Platon naquit en 427 a.n.è., à Athènes, au commencement de la
guerre du Péloponnèse (431-404 a.n.è.), peu de temps après la mort de
Périclès (429 a.n.è.). Son père, Ariston, l’un des Athéniens les plus
influents, passait pour être issu du roi Codros, le dernier des rois
d’Athènes; sa mère, Perictione, cousine de Critias (membre du
gouvernement des Trente Tyrans), descendait du législateur Solon,
l’un des Sept Sages de la Grèce. On lui donna le nom de Platon (gr.
platus, large, fort) à cause de sa constitution forte et robuste. Il fut tour
à tour l’élève de Cratyle (disciple d’Héraclite d’Éphèse), de Socrate,
d’Euclide de Mégare; ce dernier lui révéla la doctrine de Parménide et
les spéculations philosophiques et mathématiques de Pythagore qui
exercèrent une influence sensible sur le développement de sa pensée.
Mais son maître préféré fut sans conteste Socrate. Lorsqu’il rencontra
cet adversaire redoutable des sophistes et qu’il l’entendit parler en public,
il renonça à courtiser les Muses afin de se consacrer à la philosophie.
24
Lors du procès de Socrate, Platon essaya de défendre son maître
dans l’assemblée du peuple, mais on ne lui permit pas d’achever son
discours.
Quelque temps après la mort de Socrate, Platon entreprit son
premier grand voyage (390-387); il se rendit d’abord en Égypte dont
l’antique civilisation suscita son admiration, puis à Cyrène (= ville de
l’ancienne Cyrénaïque, auj, Libye) où il se lia d’amitié avec le
géomètre Théodore; il voyagea ensuite dans la Grande Grèce (Italie
méridionale) où il prit contact avec les cercles pythagoriciens. En
Sicile, à Syracuse, il fit connaissance de Dion (409-354 a.n.è.) qui
devint son disciple. Celui-ci était le beau-frère de Denys l’Ancien, le
tyran de Syracuse. Devenu suspect à ce despote à cause de l’influence
qu’il exerçait sur Dion (celui-ci allait devenir gouverneur de Syracuse
de 357 à 354), il fut contraint de hâter son départ de Sicile. De retour à
Athènes, en 387, il fonda, dans la banlieue d’Athènes, au nord du
Céramique (quartier d’Athènes), à proximité du village de Colone,
dans les jardins consacrés à Académus, héros mythique de l’Attique,
une école philosophique destinée surtout à la formation des hommes
d’État. Cette école fut appelée l’Académie. Platon fit encore deux
voyages en Sicile en 366 et en 361, le premier sur les instances de Dion
et le second sur l’invitation de Denys le Jeune.
Platon s’éteignit en 347 a.n.è. et son école devenue célèbre fut
jusqu’à l’époque de Justinien (529) une pépinière de profonds penseurs.
Pendant sa longue vie, Platon composa un certain nombre de
dialogues. Les principaux ouvrages de cette espèce et qui en même
temps sont à l’abri de toute objection sérieuse en ce qui concerne
l’authenticité sont au nombre de neuf, à savoir:
1. le Phèdre qui oppose à la rhétorique intéressée des sophistes,
la rhétorique de Socrate déstinée à défendre les causes justes.
2. le Protagoras, ou de la vertu d’après les principes de Socrate.
3. le Banquet, ou des différentes manifestations de l’eros et surtout
de l’amour philosophique du beau, du vrai et du bien.
4. le Gorgias ou de l’orateur comme homme de bien sachant
parler par opposition au sophiste.
5. la République, ou de l’État qui pourait réaliser l’idée de justice.
6. le Timée, ou de la nature et de l’origine du monde.
7. le Théétète, ou de la connaissance et des Idées.
8. le Phédon ou de l’immortalité.
9. les Lois.
25
Ces dialogues, écrits dans un style admirable de finesse et
d’élévation, nous offrent à la fois les théories philosophiques de
Platon et l’histoire de la formation de celui-ci à l’école de Socrate.
En parlant du style de Platon, Quintilien soulignait dans De
Institutione oratoria les remarquables qualités d’écrivain du philosophe
athénien:
«De tous les philosophes, écrivait-il, dont M.Tullius (Cicéron)
avoue avoir tiré le plus de parti pour l’éloquence, peut-on douter que
Platon ne soit le premier, soit par la finesse de la discussion, soit par
une faculté d’élocution sublime et homérique? car il s’élève beaucoup
au-dessus du style de la prose» ...
Platon ne composa pas de traités de rhétorique mais il exposa ses
théories se rapportant à cette discipline dans deux de ses dialogues: le
Gorgias et le Phèdre. Ses théories rhétoriques constituaient une réaction
bénéfique contre celles des sophistes. Ceux-ci n’avaient étudié que la
partie technique de l’art de persuader et l’avaient mise au service des
causes douteuses. Par conséquent, ils avaient négligé de prendre en
considération les relations qui doivent exister entre la rhétorique et les
principes supérieurs de la science morale. Platon ne se borna pas à
critiquer les thèses des sophistes dans le Gorgias et le Phèdre; il édifia
en même temps la discipline rhétorique dont l’objet est le triomphe de
la vérité.
Le Gorgias a pour sous-titre Sur la rhétorique. Cependant dans
cet ouvrage on ne trouve pas beaucoup de considérations sur l’art de
parler ou sur l’art d’écrire. Platon y dénonce la rhétorique des
sophistes avec une rigueur impitoyable comme un art de mensonge
nuisible à l’État et aux individus. La discussion dans ce dialogue est
soutenue par quatre personnages: trois représentants de la fausse
rhétorique, des rhéteurs dénués de tout scrupule – Gorgias, Polos
d’Agrigente et Calliclès – qui parlent à tour de rôle; en face d’eux se
trouve Socrate qui participe au débat par des questions et des réponses
et qui à la fin prend la parole en vue de donner un aperçu de la
discussion et de tirer les conclusions nécessaires.
Dans la première partie du dialogue, Gorgias et Socrate recherchent
une définition exacte de la rhétorique. Gorgias affirme qu’il entend par
la rhétorique le pouvoir de persuader par le discours les juges au
tribunal, les sénateurs au Conseil, le peuple dans l’Assemblée du
peuple, etc. Socrate conclut de là que la rhétorique est un instrument
26
de persuasion et que c’est à cela que tend et qu’aboutit, tout son effort.
Mais, à son avis, la rhétorique n’est pas la seule ouvrière de la
persuasion car l’arithmétique est également ouvrière de la persuasion,
celle qui enseigne la quantité du nombre, soit pair soit impair.
Lorsqu’on lui demande de quelle persuasion la rhétorique est l’art et
sur quoi roule cette persuasion, Gorgias répond que la rhétorique est
employée dans les tribunaux et les autres assemblées publiques et
souligne que la persuasion a pour objet les choses justes ou injustes.
Après avoir fait admettre à Gorgias que la science et la croyance sont
deux choses différentes, Socrate montre qu’il y a deux espèces de
persuasions: l’une qui produit la croyance sans la science et l’autre qui
engendre la science. Il demande à Gorgias de spécifier laquelle de ces
deux persuasions est celle que la rhétorique des sophistes emploie
dans les tribunaux et les autres assemblées au sujet du juste et de
l’injuste. Gorgias, mis au pied du mur, doit reconnaître que la
rhétorique a eu recours le plus souvent à la persuasion d’où naît la
croyance sans la science. De cette assertion, Socrate infère que la
rhétorique enseignée par Gorgias est ouvrière de la persuasion qui fait
croire et non pas de la persuasion que fait savoir à propos du juste et
de l’injuste, du vrai et du vraisemblable; ainsi conclut-il, l’orateur
sophiste ne se propose pas d’instruire les tribunaux et les autres
assemblées sur le juste et l’injuste mais uniquement de les amener à
croire quelque chose. L’objet de la rhétorique des sophistes est donc
d’enseigner à faire prévaloir son avis, n’importe lequel. Socrate
souligne que selon les dires de Gorgias, il n’est pas nécessaire que la
rhétorique s’instruise de la nature des choses; suivant l’opinion du
maître des sophistes, il suffit que la rhétorique invente quelque
procédé de persuasion en fonction de certaines circonstances pour
qu’elle paraisse savante aux yeux des ignorants.
Lorsque Socrate exprime un doute sur l’objet propre de la
rhétorique des sophistes, Gorgias répond que sa puissance est
merveilleuse et universelle (les navires de guerre, les arsenaux, les
murailles d’Athènes ont été construits en partie sur les conseils de
Thémistocle, en partie sur ceux de Périclès, grâce à l’éloquence de ces
deux orateurs et hommes d’État). Il faut cependant, selon Gorgias,
user de cet art avec prudence comme on se sert de tous les arts de
combat: quels que soient les arts de combat que l’on cultive le fait de
les avoir appris ne donne pas le droit d’en user contre tout le monde,
27
sans discernement; en outre les maîtres ne sont pas coupables des
actes répréhensibles de leurs anciens élèves:
«Certes, si un homme, dit Gorgias, après avoir fréquenté la
palestre10, se trouve avoir acquis une grande vigueur de corps et une
adresse merveilleuse au pugilat, et qu’ensuite il vienne à frapper son
père,ou sa mère, ou quelque autre de ses parents et de ses amis, ce
n’est pas à dire pour cela qu’on doive prendre en haine et bannir des
villes les maîtres de gymnastique et d’escrime.
Ils n’ont dressé leurs élèves à ces exercices qu’afin que ceux-ci
s’en servissent légitimement contre leurs ennemis et en général contre
ceux qui violent la justice, pour la défense et non pour l’attaque. Et si
les élèves, au contraire, usent mal de leur force et de leur adresse
contre l’intention de leurs maîtres, il ne s’ensuit pas que les maîtres
soient mauvais et responsables, non plus que l’art qu’ils professent,
mais la faute retombe ... sur les élèves qui en abusent.»11
Gorgias utilise le même raisonnement pour parler de la rhétorique:
l’orateur est capable de parler contre tout adversaire et sur tout de
manière à persuader la foule en un instant sur tel sujet et à obtenir
d’elle tout ce qu’il veut; mais il ne résulte pas de là qu’il doive enlever
aux médecins leur réputation, dépouiller de leur gloire les hommes de
science ou nuire aux autres artisans. Suivant Gorgias, si un homme
devenu habile orateur se sert de l’art rhétorique pour faire le mal et
commettre des injustices, ce n’est pas le maître qui l’a instruit qu’on doit
condamner et bannir de la cité, car celui-ci a enseigné la rhétorique à
son disciple en vue d’un usage légitime et il n’est pas coupable du fait
que ce dernier en a fait un usage abusif dirigé contre la justice.
Lorsque Socrate démande si la rhétorique qui perment de parler
d’une manière persuasive sur tout sujet sans en posséder la science
dispense d’avoir la science de la justice, Gorgias répond qu’à son
école on enseigne aux élèves à discerner le juste et l’injuste. Socrate
lui rétorque que l’orateur qui connaît le juste ne peut manquer en ce
cas de le pratiquer, et alors son art ne servirait plus à faire triompher
une idée ou une opinion quelconque mais la justice; de cette façon, la
rhétorique ne pourrait jamais être mise au service d’une chose injuste.
Socrate souligne que les sophistes ne tiennent pas compte des lois de
la justice, tout en afiirmant que l’orateur ne peut user injustement de la
_______________
10
Lieu public pour les exercices du corps, chez les Grecs.
11
Platon, Oeuvres (Gorgias), Paris, Garnier, s. p. 217.
28
rhétorique; d’ailleurs Gorgias lui-même a envisagé la possibilité que
l’orateur pût faire un usage injuste de la rhétorique:
«Et ne disais-tu pas dès le commencement, Gorgias, demande
Socrate, que la rhétorique a pour objet les discours qui traitent non du
pair et de l’impair, mais du juste et de l’injuste? N’est-il pas vrai?»12
Après que Gorgias eut répondu par l’affirmative, Socrate conclut:
«Lors donc que tu parlais de la sorte, je supposais que la rhéto-
rique ne pouvait jamais être une chose injuste, puisque ses discours
roulent toujours sur la justice. Mais quand je t’ai entendu dire un peu
après que l’orateur pouvait faire un usage injuste de la rhétorique, j’ai
été surpris et j’ai cru que tes deux discours ne s’accordaient pas. C’est
ce qui m’a fait dire que si tu regardais, ainsi que moi, comme un
avantage d’être réfuté, nous pouvions continuer l’entretien; sinon,
qu’il fallait le laisser là. Or: tu vois toi-même qu’en soumettant la
chose à un nouvel examen, nous sommes encore d’accord sur ce point;
que l’orateur ne peut user injustement de la rhétorique, ni vouloir
commettre une injustice»13.
Gorgias ayant abandonné la discussion avec Socrate, c’est le
tour de Polus d’entrer en lice.
Au début de la discussion qui s’engage entre Socrate et Polus,
celui-ci veut convaincre Socrate que la rhétorique des sophistes est
une belle chose puisqu’elle enseigne à l’orateur comment plaire aux
auditeurs par le discours; Socrate démontre à Polus que la rhétorique
n’est qu’une espèce de flatterie car elle se propose de flatter les passions
de la foule, de les encourager avec une complaisance coupable. Selon
Socrate, la rhétorique n’est qu’une routine dont l’objet est de procurer
de l’agrément:
«La rhétorique, dit Socrate, ne se met nullement en peine du
meilleur; mais visant toujours au plus agréable, elle attire dans ses
filets les insensés et les trompe, en sorte qu’ils ont pour elle la plus
grande estime»14.
Exposant sa conception sur la nature de la rhétorique, Socrate
montre que la profession de rhéteur ne suppose chez celui qui
enseigne cette discipline qu’«une âme pénétrante, hardie et douée de
grandes dispositions pour converser avec les hommes»15; il souligne
_______________
12
Platon, Oeuvres (Gorgias), Paris, Garnier, s.d., p. 225.
13
Ibidem.
14
Ibidem.
15
Ibidem.
29
que la rhétorique où l’art n’entre pour rien est une routine parce
qu’elle n’a aucun principe certain sur la nature des choses qu’elle
emploie; étant un procédé qui n’a rien de rationnel, elle ne peut rendre
raison de rien.
Polus affirme que la rhétorique procure la puissance car les orateurs
semblables aux tyrans font mourir celui qu’ils veulent, ils dépouillent
de leurs biens et bannissent des villes ceux qui il leur plaît. Socrate
profite de cette affirmation de Polus pour poser les bases de la vraie
rhétorique sur le concept de justice; Socrate amène Polus à lui
concéder que le fait d’user injustement du pouvoir est un grand mal et
que ce n’est pas un bien pour les orateurs dénués de bon sens de faire
dans un État ce qui leur plaît. Suivant Socrate la puissance et le
bonheur sont étroitement liés à la justice; à son avis commettre une
injustice à l’égard de quelqu’un et n’en être pas puni c’est le plus grand
de tous les maux.
«Il faut donc avant tout, dit Socrate, se garder de commettre une
injustice parce qu’on ne manquera pas par là de s’attirer un mal
proportionné à la faute»16.
Au point de vue de la morale socratique, la rhétorique des
sophistes n’est d’aucune utilité pour défendre ceux qui ont commis
une injustice puisque le coupable doit nécessairement être puni afin
qu’il puisse recouvrer la santé morale.
Polus ayant renoncé de dépit à la discussion, c’est le tour de
Calliclès d’affronter Socrate. Calliclès n’est pas d’accord avec
l’affirmation de Socrate qu’il vaut mieux endurer l’injustice que la
commettre. Selon lui la justice est une notion mal définie car elle peut
être envisagée au point de vue de la nature et au point de vue de la loi.
Suivant la nature, la justice est le droit du plus fort; on en trouve des
preuves dans la vie des animaux, dans l’histoire des hommes, dans
l’histoire même des dieux. Socrate constate que le sophiste Calliclès a
tort lorsqu’il fait de telles affirmations car le plus fort étant le plus
grand nombre des hommes, et le plus grand nombre ayant fait les lois,
celui qui est juste suivant la loi est aussi juste suivant la nature. Par
conséquent il est beau de faire la justice et laid de commettre des
injustices. L’orateur doit être un homme moral et un homme de bien;
or ce n’est pas le cas des orateurs sophistes qui ne s’appliquent qu’à
flatter et à plaire:
_______________
16
Platon, Oeuvres (Gorgias), Paris, Garnier, s.d., p. 253.
30
«Te paraît-il, demande Socrate à Calliclès que les orateurs fassent
toujours leurs harangnes en vue du plus grand bien, et se proposent
pour but de leurs discours de rendre les citoyens aussi vertueux qu’il
est possible? Ou bien les orateurs eux-mêmes cherchant à plaire aux
citoyens et négligeant l’intérêt public pour leur intérêt personel, ne se
conduisent-ils pas avec les peuples, comme avec des enfants, s’appliquant
uniquement à leur faire plaisir, sans s’inquiéter s’ils deviendront par là
meilleurs ou pires?»17
À ces questions, Calliclès répond qu’il y a des orateurs qui courent
après la faveur populaire et qu’il y a d’autres hommes éloquents qui
parlent en vue de l’intérêt public; cependant Calliclès ne peut nommer
aucun orateur en vie qui fasse partie de cette dernière catégorie.
Socrate remarque alors que la rhétorique des sophistes n’est pas un art,
mais une pratique appliquée à produire une sorte d’agrément et de plaisir;
suivant Socrate cette pratique dont le nom générique est la flatterie ne
vise qu’au plaisir, non au bien véritable; la rhétorique enseignée par
Gorgias et ses disciples ne donne que l’illusion de la justice.
Socrate souligne qu’à la différence de cette rhétorique qui déguise
la vérité, il y en a une autre qui est honnête:
«J’entends celle qui travaille à rendre meilleures les âmes des
citoyens, et s’applique en toute rencontre à dire ce qui est le plus
avantageux, soit que cela doive être agréable ou désagréable aux
auditeurs»18.
En ce qui concerne l’orateur, suivant Socrate, celui-ci doit être
un homme de bien sachant parler19;
«Le bon orateur, celui qui se conduira selon les règles de l’art,
visera toujours à ce but, la justice, et dans les discours qu’il adressera
aux âmes et dans toutes ses actions; et, soit qu’il accorde, soit qu’il
enlève quelque chose au peuple, il l’accordera ou il l’enlèvera par le
même motif, son esprit étant sans cesse occupé de faire naître la
justice dans l’âme des citoyens et d’en bannir l’injustice; d’y faire
germer la tempérence et d’en écarter l’intempérance; d’y introduire
enfin toutes les vertus et d’en exclure tous les vices»20.
_______________
17
Platon, Oeuvres, (Gorgias), Paris, Garnier, s.d., p. 295.
18
Platon, Oeuvres, (Gorgias), Paris, Garnier, s.d., p. 296.
19
En latin «Homo bonus dicendi peritus».
20
Platon, Oeuvres, (Gorgias), Paris, Garnier, s.d., p. 298.
31
Phèdre
Ce dialogue a lieu dans un décor merveilleux que Platon prend
plaisir à décrire et sur lequel il ramènera l’attention du lecteur de
temps en temps. Phèdre et Socrate se trouvent sur une rive de l’Ilissos
et là-bas, à l’ombre d’un haut platane, sur le terrain mollement incliné
et recouvert de gazon, ils abordent les problèmes délicats de la
philosophie, après avoir parlé de la nymphe Orithye et de la légende
des cigales. Le problème qu’ils se posent est celui de savoir comment
et pourquoi l’action d’écrire de même que celle de parler en public
peuvent devenir tantôt quelque chose de bon et tantôt quelque chose
de mauvais.
Suivant Socrate la première condition afin de bien parler et de
bien écrire est de connaître la vérité sur le sujet dont on traite:
«N’est-ce pas, pour ceux qui du moins espèrent bien parler et de
la belle façon, une exigence réelle que la pensée de celui qui parle soit
instruite de ce qui est la vérité quant au sujet qu’il veut traiter?»21
Mais Phèdre a appris à l’école de la rhétorique des sophistes que
le but à atteindre par le discours est de persuader une certaine chose
aux auditeurs et en ce cas ce n’est pas le vrai que l’orateur doive savoir
sur l’objet de la discussion mais quelle est l’opinion de l’auditoire
là-dessus et de quelle façon utiliser cette opinion pour produire dans le
public telle conviction qu’on veut obtenir:
«Sur cette question, dit Phèdre, voici, mon cher Socrate, en quel
sens j’ai entendu parler; il n’y a point de nécessité, pour qui veut
devenir un orateur, de s’instruire de ce qui est réellement la justice,
mais plutôt de ce que peut bien penser là-dessus la foule, puisque c’est
justement elle qui jugera; pas davantage, de ce qui est réellement bon
ou beau, mais de tout ce qui sera pris pour tel; car c’est de là que
procède la persuasion, mais non point de la vérité.»22
Socrate démontre à l’aide d’un exemple que si l’orateur ignore
la vérité sur le sujet dont il parle et qu’il ne tient compte que de
l’opinion que les gens ont sur cette chose, il peut gravement nuire à
ses auditeurs:
«Quand donc l’habile orateur, qui, ignorant du bien et du mal, a
devant lui une Cité qui est dans la même ignorance, entreprend de
_______________
21
Platon, Oeuvres, (Gorgias), Paris, Gallimard, 1942, t. II,. p. 53.
22
Platon, Oeuvres complètes, Paris, Gallimard, 1942, t. II, p. 53.
32
persuader ... au sujet du mal, que c’est le bien, quand, après avoir fait
des opinions de la multitude un apprentissage suivi, il lui aura
persuadé de faire le mal au lieu du bien, quelle sorte de moisson, après
cela, penses-tu que doive récolter l’art oratoire, pour fruit de ce qu’il a
semé?»23, demande Socrate à Phèdre.
Celui-ci répond qu’en ce cas la moisson recueillie par la
rhétorique de ce qu’elle a semé ne peut pas être de bien belle qualité.
Socrate conclut alors que la rhétorique ne pourra jamais devenir
un art de parler authentique sans qu’elle soit fermement attachée à la
vérité. Platon par l’intermédiaire de Socrate appelle la rhétorique de
droit ou la rhétorique philosophique une psychagogie, c’est-à-dire une
discipline ayant pour but la formation éducative des auditeurs au
moyen de la parole:
«Est-ce que l’art de parler dans son ensemble, dit Socrate ne
serait pas une psychagogie par le moyen de discours, qui ne se tiennent
pas seulement dans les tribunaux et autres lieux publics de réunion,
mais aussi dans des réunions privées? indifféremment la même, pour
les petits et pour les grands sujets? dont la pratique, la pratique
correcte du moins, n’a rien de plus estimable quand elle est appliquée à
des questions sérieuses, ou à des questions insignifiantes?»24
Socrate souligne que les sophistes emploient une sorte d’escrime
intellectuelle grâce à laquelle ils font triompher dans une controverse
une thèse quelconque, le faux comme le vrai, l’injuste comme le juste;
l’orateur sophiste procède de telle manière que la même chose
apparaisse aux yeux des mêmes personnes juste ou injuste à son gré;
or cette illusion de l’esprit est surtout causée par les choses qui
diffèrent peu entre elles. C’est pourquoi afin de pouvoir combattre les
sophistes qui donnent le change aux auditeurs en leur présentant une
même chose tantôt juste et tantôt injuste, il faut que nous connaissions
à fond les similitudes et les dissimilitudes des réalités.
Un autre problème étudié par Socrate qui est étroitement lié aux
similitudes qui existent entre les choses est celui du rapport de la
vraisemblance et de la vérité. Les sophistes se servent de la vraisem-
blance afin de créer l’illusion du vrai.
Étant donné que l’opinion des auditeurs est généralement engen-
drée par le vraisemblable, les éléments persuasifs du discours sont
_______________
23
Platon, Oeuvres complètes, Paris, Gallimard, 1942, t. II, p. 54.
24
Platon, Oeuvres complètes, Paris, Gallimard, 1942, t. II, p. 55.
33
extraits par les sophistes de ce domaine plutôt que du domaine du vrai;
d’ailleurs ce dernier peut parfois ne pas être vraisemblable:
«Il ne faut nullement, disent-ils (= les sophistes) être en possession
de la vérité concernant le juste et le bon, tant pour les choses que, bien
entendu, pour les hommes, puisque ce sont des effets de leur nature ou
de leur éducation ... Personne en effet, dans les tribunaux, n’a absolument
aucun souci de la vérité à cet égard; on ne s’y soucie que du persuasif.
Or le persuasif, c’est le vraisemblable, à lui doit s’attacher (disent les
sophistes) celui qui voudra parler avec art. Car il y a des cas, d’autre
part, où les actes ne doivent pas même être racontés, s’il arrive que
dans leur accomplissement ces actes aient été sans vraisemblance;
mais c’est aux actes vraisemblables qu’on fera place, tant dans l’ac-
cusation que dans la défense» ...25
Suivant Socrate un sujet doit être défini et circonscrit d’une
manière très précise; faute de quoi on peut arriver à ne plus savoir de
quoi on parle; ensuite il faut respecter les règles de la Disposition qui
fait connaître combien de parties a un discours et comment il faut les
arranger:
«Tout discours, dit Socrate, doit être organisé à la façon d’un
être vivant; avoir lui-même un corps à lui, de façon à n’être ni sans
tête ni sans pieds; mais à avoir un milieu, aussi bien que des extrémités,
tout cela ayant dans l’écrit, convenance mutuelle et convenance avec
l’ensemble ...»26
Socrate montre que si l’orateur n’observait pas les preceptes de
la Disposition, les parties du discours deviendraient interchangeables;
en ce cas, l’orateur pourrait commencer sa harangue par la fin et les
auditeurs n’y comprendraient rien.
Suivant Socrate pour parler ou écrire avec art, il est indispensable
de déterminer si le sujet à traiter ne prête pas à controverse étant de
ceux sur lesquels la pensée des auditeurs flotte hésitante (comme c’est
le cas lorsqu’on parle du juste et de l’injuste d’une manière générale).
«C’est donc, dit Socrate, que l’homme qui veut se consacrer à
l’art oratoire doit avoir commencé par distinguer méthodiquement ces
cas et par saisir quelle est la caractéristique de chacune des deux
espèces, celle dans laquelle la pensée du plus grand nombre est
forcément hésitante et celle dans laquelle elle ne l’est pas»27.
_______________
25
Platon, Oeuvres complètes (Phèdre), Paris, Gallimard, 1942, t. II, p. 72.
26
Platon, Oeuvres complètes (Phèdre), Paris, Gallimard, 1942, t. II, p. 60.
27
Platon, Oeuvres complètes (Phèdre), Paris, Gallimard, 1942, t. II, p. 58.
34
Socrate exige aussi l’observation du principe de non contradiction:
l’orateur doit se mettre d’accord avec lui-même afin de ne pas adopter
à l’égard d’un sujet traité des attitudes contradictoires comme l’a fait
Lysias dans ses discours sur l’amour.28
On rencontre dans ce dialoque de Platon, la description de deux
techniques employées par la vraie rhétorique (la rhétorique philoso-
phique) et qui sont fondées sur une analyse et une synthèse:
a) l’analyse est basée sur une démarche dichotomique qui tient
compte aussi du principe du tiers exclu:
L’orateur doit «être capable de fendre l’essence unique en deux
selon les espèces, en suivant les articulations naturelles et en tâchant
de ne rompre aucune partie, comme ferait un cuisinier maladroit»29.
Le sujet est comparé à un corps unique, «la souche naturelle d’où
partent des membres doubles et de nom identique, mais qu’on appelle
gauches et droits ...»30, etc.
b) la synthèse se propose de réunir les divers éléments d’un
ensemble;
«prenant une vue d’ensemble de ce qui est disséminé en une foule
d’endroits, de le mener à une essence unique ...»31.
Conclusions
Platon distingue deux espèces de rhétoriques:
a) la mauvaise rhétorique, la rhétorique des sophistes; elle tire sa
source de la logographie (le logographe écrivait des plaidoyers pour
les particuliers moyennant un prix convenu), l’objet de cette rhétorique
est la vraisemblance, la probabilité, l’illusion. Gorgias, Tisias, les
autres sophistes ne comptent dans leurs discours que sur ce qui est
probable, vraisemblable; ils donnent aux petites choses l’apparence
d’être grandes et aux grandes d’être petites; ils mettent de l’archaïsme
dans ce qui est nouveau et dans l’ancien de la nouveauté.
b) la vraie rhétorique, la rhétorique philosophique; Platon l’appelle
aussi «la dialectique», l’art de la discussion. L’objet de cette rhétorique
est la vérité, la justice; elle remplit aussi un rôle éducatif car elle
enseigne aux hommes d’être vertueux (c’est une psychagogie). La
_______________
28
Ibidem, p. 60.
29
Ibidem, p. 62.
30
Ibidem, p. 62.
31
Ibidem, p. 61.
35
vraie rhétorique n’est pas comme la poésie ou la musique un art
auquel certaines personnes consacrent leurs loisirs, mais un instrument
d’action dans la vie sociale; or l’action d’un homme de bien sachant
parler ne peut avoir pour but que le bien de la société où il vit.
Si le véritable orateur ne doit jamais oublier que son devoir est
de faire toujours triompher la vérité et la justice, s’il ne doit jamais se
servir des artifices de la sophistique, il est pourtant très important qu’il
les connaisse afin de n’en pas être trompé; de plus il doit savoir en
quoi consiste la justesse d’un raisonnement pour découvrir les
raisonnements captieux. Suivant Platon l’art de l’orateur repose d’un
part sur la connaissance précise des choses, des réalités, de l’autre et
surtout sur la connaissance approfondie des passions et de l’esprit
humains.
Étant donné que Platon fut le premier philosophe qui eût fondé
la rhétorique sur la psychologie, il est nécessaire de reproduire le passage
du dialogue du Phèdre où furent jetés les fondements psychologiques
de la rhétorique: – «Socrate. Il est donc évident que Thrasymaque et
tout autre qui voudra enseigner sérieusement la rhétorique devront en
premier lieu décrire l’âme avec toute l’exactitude possible et faire voir
si la nature en est une et homogène, ou multiforme comme celle du
corps. Car nous affirmons que c’est là montrer la nature d’une chose.
– Polus. Oui, parfaitement. – S. En second lieu, il expliquera sur qui et
en quoi sa nature lui permet d’agir et par qui et en quoi il peut pâtir.
– P. Comment en serait-il autrement? – S. En troisième lieu, ayant
distingué et classé les genres de discours et d’âme, ainsi que les
impressions produites par les uns, subies par les autres, il en passera
toutes les causes en revue, les accordant chacune à chacune, et
enseignant pour quelle raison telle nature d’âme est nécessairement
persuadée par telle espèce de discours, et telle autre ne l’est pas. – P.
Ce serait parfait ainsi, je le vois bien. – S. Il ne saurait donc, mon ami,
en suivant une autre méthode de démonstration ou d’exposition, parler
ou écrire avec art ni sur un autre sujet ni sur celui-là. Ceux qui
écrivent actuellement des techniques oratoires et que tu as entendus,
sont des fourbes qui cachent leur parfaite connaissance de l’âme. Tant
qu’ils ne suivront pas notre méthode dans leurs discours et leurs écrits,
ne les en croyons pas, quand ils prétendent écrire avec art. – P. Quelle
est cette méthode? – S. La décrire en termes propres n’est pas aisé.
mais comment il faut écrire, pour le faire avec art, je veux bien te
l’expliquer dans la mesure du possible. – P. Parle donc. – S. Puisque
36
la vertu du discours est de conduire des âmes, il faut nécessairement,
pour être apte à la rhétorique, savoir combien l’âme a d’espèces.
Autant d’âmes, autant donc de qualités. C’est ce qui fait que les
hommes ont tels et tels caractères. Or, à ces divisions répondent autant
d’espèces de discours, une espèce oratoire pour chaque espèce morale.
Pour les raisons que je dis, tels hommes sont donc pour telles choses
faciles à persuader par tels discours, et tels autres difficiles. Il faut,
après s’être fait une idée suffisante de ces différences, les considérer
dans la réalité, où elles existent et se révèlent par les actions et pouvoir
suivre les impressions ainsi reçues, sinon l’on ne saura jemais rien de
plus que les paroles autrefois entendues à l’école. Mais lorsqu’on peut
dire de manière satisfaisante quelle correspondance de caractères
permet la persuasion, et que, se trouvant en présence de tel caractère,
on a la faculté de la discerner et de se démontrer à soi-même; voilà
l’homme, voilà le naturel, dont on nous parlait à l’école; maintenant,
je les ai réellement devant moi; je devrai donc, pour produire la
persuasion en de tels hommes, conformer mes discours à cette nature;
quand on a déjà toutes ces notions, qu’on sait en outre discerner en
quelles occasions il faut parler ou s’abstenir, s’il est opportun ou
inopportun d’être bref, d’émouvoir, d’amplifier, d’employer toutes les
formes de discours autrefois apprises, on atteint alors à la beauté et à
la perfection de l’art. ...»32
ISOCRATE
Isocrate naquit en l’an 436 avant notre ère et mourut en 338
après la bataille de Chéronée. Ses maîtres de philosophie furent les
sophistes Tisias, Gorgias et Prodicus. Ce fut Xénophon qui lui facilita
l’entrée au cercle de Socrate mais ce dernier n’exerça aucune influence
sur Isocrate et ne put effacer de son esprit les doctrines pernicieuses
des sophistes, ses maîtres; en matière philosophique il continua
d’estimer que l’homme ne pouvait acquérir aucune certitude absolue.
Il voulait devenir magistrat mais la faiblesse de sa voix et la timidité
de son caractère l’empêchèrent de monter à la tribune pour prononcer
des plaidoyers ou des discours politiques. Il fut d’abord logographe
(402-390), ensuite, après avoir acquis de l’expérience dans le domaine
de la rhétorique théorique il ouvrit une école d’éloquence qui fut
_______________
32
Platon, Phèdre (271 A – 272 B) in Aristote, Rhétorique, Paris, Les
Belles Lettres, 1967, t. II, p. 16-17.
37
particulièrement fréquentée par des étrangers. La doctrine rhétorique
d’Isocrate que l’on connaît d’ailleurs assez mal, ses traités de rhétorique
s’étant perdus, était fondée, en général, sur les principes suivants:
a) la rhétorique devrait être rattachée à la philosophie, car parler
comme il faut c’est le plus grand signe de sagesse;
b) pour un discours, il fallait choisir un sujet sérieux et beau
lorsqu’il n’était pas imposé par les circonstances;
c) la Disposition devait précéder l’Invention; il fallait d’abord
dresser le plan de l’ouvrage et ensuite chercher les idées, les preuves,
les moyens logiques de l’argumentation; parmi les preuves, il
distinguait celles qui étaient basées sur le vraisemblable et celles qui
étaient fondées sur des témoignages inattaquables.
Selon Isocrate, les parties du discours étaient l’exorde, la
narration, la démonstration; il ne parla nulle part ni de la réfutation ni
de la péroraison comme parties distinctes du discours. En ce qui
concerne l’élocution, Isocrate accorda au style une attention toute
particulière. Selon lui, l’orateur devait se borner à l’emploi des termes
propres reçus par l’usage. Bien qu’il eût banni les formes poétiques de
la prose, il permettait à l’orateur d’employer avec discernement des
métaphores régulières. Afin que le style fût harmonieux, il fallait
éviter l’hiatus, l’identité des syllabes qui terminaient un mot avec
celles qui commençaient le mot suivant. De plus, la clarté, la pureté et
l’élégance du style devaient constituer un sujet de préoccupation
constante.
On a d’Isocrate six lettres et vingt et un discours qui sont des
plaidoyers, des exercices de rhétorique (Busiris, Éloge d’Hélène,
Antidosis, Plataïque) et des discours politiques (Panégyrique d’Athènes,
380; Évagoras, 370; Aréopagitique, 355; Sur la paix, À Philippe, 346;
Panathénaïque, 342–339).
En voulant souligner les mérites d’Isocrate dans le domaine
théorique de l’éloquence, Cicéron écrivit les lignes suivantes:
«Isocrate, lui aussi, nia l’existence de la théorie, mais ce fut au
début. Il écrivait alors des discours pour les plaideurs qui en avaient
besoin; seulement en raison de cette pratique, qui était quelque chose
comme une infraction à notre loi sur l’emploi d’artifices illicites
devant les tribunaux, s’étant vu plusieurs fois traduire en justice, il
cessa d’écrire des plaidoyers pour autrui et se consacra entièrement à
la composition de traités théoriques» (Brutus, XII, 48).
38
ARISTOTE
Aristote naquit en 384 avant notre ère, à Stagire (aujourd’hui
Stavros), ville de Macédoine située sur la côte septentrionale de la mer
Égée, à l’est de la Chalcidique. Son père Nicomachus (fr. Nicomaque)
était premier médecin d’Amyntas III (389–369), roi de Macédoine et
père de Philippe II (régent, 359–356; roi, 356–336). Nicomaque
s’éteignit quand Aristote était fort jeune le laissant sous la tutelle d’un
certain Proxenos qui habitait Atarné, une petite ville de Mysie (contrée
du nord-ouest de l’Asie Mineure ancienne). En 367, Aristote alla faire
ses études dans la ville d’Athènes et il suivit les leçons de Platon à
l’Académie durant une vingtaine d’années, jusqu’à la mort de ce
philosophe. En 347, il retourna à Atarné; il s’y lia d’amitié avec le
tyran Hermias dont il épousa la fille Pythias. Philippe II devenu roi de
Macédoine l’appela en 343 à sa cour de Pella et lui confia l’éducation
de son fils Alexandre. Aristote eut ainsi la gloire d’avoir pour disciple
l’un des plus grands hommes politiques de l’antiquité. Après que son
élève, Alexandre, fut monté sur le trône (336), Aristote revint dans la
cité d’Athènes et fonda une école philosophique (335) dans un
gymnase nommé le Lycée, situé, à l’est de la ville, sur la rive de
l’Ilissos. Parce qu’il avait l’habitude d’enseigner en se promenant dans
les allées du Lycée, on donna à cet établissement scolaire le nom
d’école péripatéticienne (des promeneurs). L’amitié d’Alexandre qui
dura jusqu’à ce que celui-ci fît assassiner Callisthène (327)33, valut à
Aristote de riches collections de plantes et d’animaux exotiques que le
roi lui envoyait d’Asie. Après la mort d’Alexandre (323), il y eut à
Athènes une révolte contre les Macédoniens; le parti national athénien
que dirigeait Démosthène accusa Aristote d’impiété (celui-ci avait fait
élever un autel à sa femme Pythias). Afin d’échapper à ses ennemis, il
se réfugia à Chalcis, principale ville de l’île d’Eubée où il mourut au
mois de juillet 322, âgé de 63 ans.
Les œuvres d’Aristote se rapportent à la presque totalité des
sciences connues de l’antiquité, c’est-à-dire, d’après la classification
proposée par le philosophe lui-même dans la Métaphysique (VI, 1, 9),
aux sciences théoriques, ayant pour objet le vrai (mathématiques,
_______________
33
Callisthène (360-327 a.n.è.) philosophe grec, neveu d’Aristote. Il fut
mis à mort par ordre d’Alexandre parce qu’il avait raillé le faste oriental du
conquérant et ses prétentions à la divinité.
39
physique, etc.), aux sciences pratiques, dont l’objet est l’utile (éthique,
politique, rhétorique, etc.) et aux sciences poétiques dont l’objet est le
beau. L’ensemble des oeuvres d’Aristote forma par conséquent une
véritable encyclopédie du savoir humain au quatrième siècle avant
notre ère.
L’Art rhétorique d’Aristote fut composé entre 329 et 323, à
Athènes, c’est-à-dire durant la dernière partie de la vie du philosophe.
Cet Art est une techné et non pas un recueil de leçons sur l’art oratoire;
d’ailleurs, son nom grec est celui de Techné rhétoriké. Aristote
entendait par techné une sorte de méthode qui guide et soutient une
faculté créatrice de notre esprit; ce fut dans l’Éthique à Nicomaque
qu’il donna la définition complète de la techné.
Aristote soumet le discours à une sorte de division qui pourrait
être comparée à une analyse de type informatique. Le livre I de la
Rhétorique est le livre de l’orateur, de celui qui émet le message; on y
traite des problèmes suivants: 1) Analogie de la rhétorique et de la
dialectique. Possibilité de tracer une méthode pour la rhétorique et
d’en composer la techné. Critique des techniques antérieures (elles ne
traitent que des preuves extra-techniques; elles s’attachent de préférence
au genre judiciaire). La démonstration technique se fait par l’enthymème.
Utilité et rôle de la rhétorique; elle est utile aux plaideurs et à ceux qui
veulent approcher les vérités scientifiques. La rhétorique enseigne la
nécessité de pouvoir démontrer le contraire d’une thèse qu’on défend
afin d’être à même de réfuter les assertions de l’adversaire. Grâce à la
rhétorique, l’homme peut se défendre par la parole, faculté considérée
comme propre à l’homme. La rhétorique permet de découvrir pour tout
sujet les moyens de persuasion.
2) Définition de la rhétorique. Les preuves: les preuves extra-
techniques et les preuves techniques (l’autorité morale de l’orateur, les
dispositions où l’on met l’auditeur, l’argumentation démonstrative par
le discours). Rapports de la rhétorique avec la dialectique et la science
morale (l’éthique). Preuves démonstratives: l’exemple, le syllogisme,
l’enthymème, leurs définitions. Les sujets traités par la rhétorique. Les
questions dont elle traite peuvent recevoir deux solutions opposées. La
rhétorique raisonne sur des prémisses probables. Le vraisemblable, les
indices, le tekmêrion. Différence entre les lieux et les espèces (les
prémisses propres à chaque genre).
3) Des trois genres de la rhétorique: le délibératif, le judiciaire,
le démonstratif (l’épidictique); différence des trois genres; temps des
40
trois genres. Fin des trois genres. Les prémisses des enthymèmes se
tirent de lieux communs aux trois genres: possible et impossible,
grand et petit, plus ou moins, universel et individuel.
4) Du genre délibératif; lieu du possible ou de l’impossible
appliqué aux sujets des délibérations. Les sujets des délibérations:
revenus, guerre ou paix, protection du territoire; importation et
exportation; législation. Le bonheur, but de toutes les délibérations et
but de tous les hommes; définition du bonheur, ses parties
constitutives. Du bien; quels buts, futurs ou actuels, il faut viser quand
on conseille; quels buts viser quand on déconseille. Énumération des
biens incontestés. Prémisses concernant le genre délibératif. Degrés du
bien et de l’utile; lieu du plus et du moins appliqué au bon et à l’utile;
la relativité dans le même genre et entre deux genres. De la nécessité
de connaître les coutumes, les institutions, la nature des divers
gouvernements. Résumé sur le genre délibératif.
5) Du genre épidictique. Sujets du genre démonstratif: la vertu et
le vice, le beau et le laid. Énumération des vertus: la justice, le courage,
la tempérance, la magnanimité, la libéralité, la douceur, la sagesse;
définitions de cea vertus. Actes louables. Le lieu du plus et du moins
appliqué aux vertus. Préjugés de l’auditoire. Différences de l’éloge et
du panégyrique. L’éloge et le conseil. Le rôle de l’amplification.
Arguments propres aux divers genres (les exemples conviennent au
genre délibératif, les enthymèmes au genre judiciaire).
6) Du genre judiciaire. Sources des prémisses des syllogismes
destinés à l’accusation ou à la défense. La nature et le nombre des
raisons pour lesquelles on commet l’injustice. Définition de l’acte injuste;
les traits caractéristiques de cet acte: illégalité et responsabilité. Causes
générales des infractions à la loi: vice et excès. Causes particulières
des infractions à la loi: a) causes extérieures: chance, nature, contrainte;
b) causes intérieures: habitude, réflexion, colère, désir. Définitions du
plaisir, de l’agréable et du pénible. Plaisirs conformes à notre nature.
Plaisirs dus à l’imagination et à la mémoire, etc. L’injustice et le lieu
du possible (quand l’accomplissement des actes injustes est possible).
Agents enclins à l’injustice (quels sont les gens qui font du tort, quel
mal font-ils et à qui ?). Personnes envers qui on commet l’injustice.
Appréciation de la culpabilité; traits caractéristiques des délits.
Circonstances aggravantes. Les preuves extra-techniques.
Le livre II de la Rhétorique d’Aristote est le livre du récepteur
du message, du discours, le livre des auditeurs, des lecteurs. Étant
donné qu’Aristote enseigne que l’art de régner par le discours est
presque tout entier dans l’art de remuer les passions, il consacre une
41
grande partie du livre II à l’étude des facultés de l’homme soumises à
l’influence de l‘art de parler. Il y analyse aussi l’influence exercée sur
l’âme humaine par certains arguments fournis par l’orateur. Le livre II
traite des problèmes suivants;
Comment on agit sur l’esprit des auditeurs. L’orateur doit se
montrer sous un jour favorable; il doit donner dans ses discours une
idée claire de son mérite personnel. Il doit gagner la confiance et
l’estime des auditeurs. La définition des passions. De la colère; de
ceux qui excitent la colère; des gens en colère, des motifs de colère.
Emploi des prémisses concernant la colère. Du calme. Ce que c’est
que d’être calme. Personnes à l’égard desquelles on reste calme et
pour quelles raisons. Par quels arguments on peut rétablir le calme
dans l’âme des auditeurs. De l’amitié et de la haine. Quelles personnes
aime-t-on et pourquoi ? Facteurs de l’amitié. Définition de la haine.
Distinction de la haine et de la colère. De la crainte et de la confiance.
Qu’est-ce que la crainte et ce qui l’inspire. Degrés de la crainte.
Comment utiliser les prémisses concernant la crainte. Définition de la
confiance. Quelles sont les choses rassurantes. De la honte. De quoi
avons-nous honte. Personnes devant lesquelles on éprouve de la honte.
Les arguments relatifs à la honte. De l’obligeance. Des personnes à
qui l’on fait une faveur. Sources des arguments concernant l’obligeance.
Indice de la désobligeance. De la pitié. De l’indignation. Personnes et
objets excitant l’indignation. De l’envie. Objets de l’envie. Personnes
enviées. De l’émulation et du mépris. Personnes qui excitent l’émulation.
Le contraire de l’émulation est le mépris. Des caractères. Les prédis-
positions aux passions selon les âges (la jeunesse, la maturité, la
vieillesse); caractère des riches; des mœurs des puissants. Les lieux
communs aux trois genres de discours; lieu de la possibilité et de
l’impossibilité; lieu de l’action dans le passé et dans l’avenir; lieu de
la grandeur (amplification et dépréciation). Preuves communes à tous
les genres. De l’exemple ((exemple historique et exemple inventé
(parabole, fable)). Des maximes; différences entre les maximes; services
rendus par les maximes. Des enthymèmes; lieux des enthymèmes; lieux
des enthymèmes apparents. De la réfutation.
Le livre III est le livre du message ou du discours lui-même; il y
est traité de la taxis ou de la dispositio (= de l’ordre des parties du
discours), de la lexis ou de l’elocutio ((la partie de la rhétorique qui
enseigne à exprimer les pensées par la parole; elle étudie en outre les
qualités du style et les figures de rhétorique (les métaplasmes, les
métasémèmes, les métalogismes)). On traite dans ce livre des problèmes
suivants: Des qualités principales du style (clarté, convenance, etc.).
42
De la froideur du style. De la comparaison; la comparaison et le
développement d’une métaphore; métaphores par analogie. De la
correction du langage. De l’ampleur du style. De la convenance du
style. Du rythme de la phrase. Du style continu et du style pittoresque.
Des différents genres de style. De la disposition. De l’exorde. Des
moyens de réfuter une imputation malveillante. De la narration. De
l’emploi des preuves. De l’interrogation et des réponses. De la péroraison.
Dans le premier chapitre du livre I de la Rhétorique, Aristote
souligna l’insuffisance des techniques antérieures employées dans le
domaine de cette discipline. Suivant Aristote, ses prédécesseurs n’étaient
que des compilateurs des techniques des discours; ils n’avaient rien
d’original et leurs préceptes de rhétorique étaient empreints d’empi-
risme; ses devanciers avaient évité d’étudier les genres délibératif et
épidictique qui étaient plus difficiles à aborder et ils s’étaient bornés à
cultiver le genre judiciaire. Mais le rapproche le plus grave qu’Aristote
pût faire à ses prédécesseurs fut celui que ceux-ci n’avaient pas établi
la rhétorique sur une base logique solide. Aristote peut être considéré
le véritable fondateur de la logique car il avait clairement formulé la
théorie de la démonstration. Selon lui il y a pour le raisonnement un
certain nombre de formes régulières qui sont en accord avec les
principes de la raison humaine. Il distingue ces formes des formes
anormales ou sophistiqués. On donna le nom d’Analytiques aux traités
d’Aristote ayant pour objet la théorie de l’argument syllogistique. Mais
la plus importante contribution qu’Aristote eût apporté au dévelop-
pement de l’argumentation rhétorique fut la découverte de l’enthymème,
forme abrégée du syllogisme dans laquelle on sous-entend l’une des
deux prémisses ou la conclusion.
Aristote définit la rhétorique «la faculté de découvrir spécula-
tivement ce qui, dans chaque cas peut être propre à persuader» ou bien
«la faculté de découvrir spéculativement sur toute donnée le per-
suasif»34. De plus, la rhétorique doit découvrir le persuasif vrai et
identifier le persuasif apparent. Suivant Aristote, la méthode en matière
de rhétorique repose sur les preuves; or la preuve est une démon-
stration et la démonstration oratoire est fondée sur l’enthymème:
«Celui qui pourra le mieux approfondir l’origine de la construction
du syllogisme, écrivait-il, sera le plus capabile de faire des enthymèmes,
surtout s’il sait, de plus, sur quels objets portent les enthymèmes et en
quoi ils diffèrent des syllogismes…»35
_______________
34
Aristote, Rhétorique, Paris, Les Belles Lettres, 1932, t. I, p. 76.
35
Aristote, Poétique et Rhétorique, Paris, Garnier, 1922, p. 79.
43
Il est donc nécessaire que l’orateur ait recours aux enthymèmes
qui sont des syllogismes abrégés lorsqu’il doit parler sur des questions
susceptibles de solutions multiples et cela en présence d’un auditoire
qui ne peut pas suivre de longs raisonnements. Aristote se rendait
compte qu’à la différence de la science qui raisonne avec des vérités
évidentes par elles-mêmes, la rhétorique ne raisonne le plus souvent
qu’avec des vraisemblances et des opinions; cependant le raisonnement
oratoire lui paraissait légitime lorsqu’il était mis au service d’une
cause juste. Selon Aristote, la nature avait doué les hommes d’une
faculté qui les rendait capables de distinguer le vrai du vraisemblable,
le persuasif vrai du persuasif apparent:
«La considération du vrai et celle du vraisemblable dépend d’une
seule et même faculté et, en même temps, les hommes sont naturel-
lement aptes à recevoir une notion suffisante de la vérité; la plupart du
temps ils réussissent à la saisir. Aussi, à l’homme en état de discerner
sûrement le plausible, il appartient également de reconnaître la vérité»36.
(«Le vrai et ce qui lui ressemble relèvent en effet de la même
faculté; la nature a, d’ailleurs, suffisamment doué les hommes pour le
vrai et ils atteignent la plupart du temps à la vérité. Aussi la rencontre
des probabilités et celle de la vérité supposent-elles semblable habitus»)37.
Une autre innovation d’Aristote dans le domaine de la rhétorique
fut la permission qu’il accorda aux rhéteurs d’enseigner à leurs dis-
ciples – afin que ceux-ci pussent être à même de réfuter les assertions
de l’adversaire – la nécessité de toujours pouvoir démontrer le contraire
d’une thèse qu’on défend:
«Il faut être apte à persuader le contraire de sa thèse, comme
dans les syllogismes dialectiques, non certes pour faire indifféremment
les deux choses (car il ne faut rien persuader d’immoral), mais afin de
n’ignorer point comment se posent les questions, et, si un autre
argumente contre la justice, d’être à même de le réfuter.
Aucun autre art ne peut conclure les contraires; la dialectique et
la rhétorique sont seules à le faire; car l’une et l’autre s’appliquent
pareillement aux thèses contraires. Non pourtant que ces sujets puissent
être d’identique valeur; toujours, absolument parlant, les propositions
vraies et morale sont par nature plus propres au raisonnement syllogistique
et à la persuasion»38.
_______________
36
Ibidem.
37
Aristote, Rhétorique, Paris, Les Belles Lettres, 1932, t. I, p. 74.
38
Ibidem, p. 74-75.
44
De même que Platon dans Phèdre, Aristote enseignait que la
rhétorique devait s’appuyer sur la psychologie et que l’orateur était
obligé de connaître tous les recoins de l’âme humaine afin qu’il pût
manier les passions des auditeurs:
«La persuasion est produite par la disposition des auditeurs,
quand le discours les amène à éprouver une passion; car l’on ne rend
pas les jugements de la même façon selon que l’on ressent peine ou
plaisir, amitié ou haine…»39.
Aristote voulait que l’orateur donnât de lui-même dans son discours
une opinion capable de lui gagner l’estime et la confiance des auditeurs
(il n’est pas nécessaire de démontrer que la persuasion presque tout
entière dépend de la confiance inspirée au public par l’orateur). Suivant
Aristote il fallait que l’orateur fût un homme moral pour pouvoir le paraître:
«On persuade par le caractère, quand le discours est de nature à
rendre l’orateur digne de foi, car les honnêtes gens nous inspirent
confiance plus grande et plus prompte sur toutes les questions en
général et confiance entière sur celles qui ne comportent point de
certitude, et laissent une place au doute. Mais il faut que cette confiance
soit l’effet du discours, non d’une prévention sur le caractère de
l’orateur. Il ne faut donc pas admettre, comme quelques auteurs de
Techniques, que l’honnêteté même de l’orateur ne contribue en rien à
la persuasion; c’est le caractère qui, peut-on dire, constitue presque la
plus efficace des preuves»40.
((«C’est le caractère moral (de l’orateur) qui amène la persuasion,
quand le discours est tourné de telle façon que l’orateur inspire la con-
fiance. Nous nous en rapportons plus volontiers, et plus promptement
aux hommes de bien, sur toutes les questions en général, mais, d’une
manière absolue, dans les affaires embrouillées ou prêtant à l’équivoque.
Il faut d’ailleurs que ce résultat soit obtenu par la force du discours, et
non pas seulement par une prévention favorable à l’orateur. Il n’est
pas exact de dire, comme le font quelques-uns de ceux qui ont traité
de la rhétorique, – que la probité de l’orateur ne contribue en rien à
produire la persuasion: mais c’est, au contraire, au caractère moral que
le discours emprunte je dirai presque sa plus grande force de per-
suasion»))41.
Tous les sujets que pouvait traiter l’orateur, quelle qu’en fût la
variété furent réduites par Aristote à trois classes ou genres de discours
_______________
39
Ibidem, p. 77.
40
Ibidem.
41
Aristote, Rhétorique, Paris, Garnier, 1922, p. 83.
45
oratoires, appelés aussi genres de causes: le délibératif, le démonstratif
(ou l’épidictique) et le judiciaire. Le discours délibératif comprend
l’exhortation ou la dissuasion. Soit que l’on délibère en particulier,
soit que l’on parle en public, on emploie l’un ou l’autre de ces moyens.
Le discours délibératif s’occupe de ce qui est utile ou de ce qui
pourrait être nuisible. L’orateur s’y propose de détourner son auditeur
d’un mal, ou de le porter à un bien; en général, on ne conseille pas sur
toutes choses mais seulement sur celles qui sont possibles. Selon
Aristote, on assigne à ce genre la plupart des discours sur les affaires
publiques, sur la paix, sur la guerre, sur les intérêts politiques des
gouvernements ou des corps qui les composent, sur les questions
générales concernant la législation. Le genre démonstratif ou épidictique
comprend l’éloge ou le blâme. À ce genre appartiennent les éloges, les
compliments, les apologies, les panégyriques, les dithyrambes. Le discours
judiciaire comprend l’accusation ou la défense: lorsqu’on entre en
contestation avec quelqu’un on accuse ou l’on se défend.
Attirant l’attention de ses disciples sur l’utilité de la rhétorique,
Aristote souligne que celle-ci se propose de faire triompher le vrai;
d’ailleurs, dit-il, le vrai a une force persuasive plus grande que le faux;
en outre, le juste et le vrai sont naturellement préférables à leurs
contraires; c’est parce qu’ils ignorent les préceptes de la rhétorique
que les gens ayant raison sont vaincus par leurs adversaires qui ont
tort mais qui sont plus rusés ou plus expérimentés.
La «dialectique» d’Aristote et la rhétorique
A. Selon Aristote la «dialectique» a pour but d’enseigner à
raisonner d’une manière méthodique sur toute espèce de sujets en se
servant de propositions simplement probables qui entrent dans la
constitution du syllogisme dialectique:
«Le syllogisme dialectique, dit Aristote est celui qui tire sa con-
clusion de propositions simplement probables»42.
(Le syllogisme n’est plus dialectique mais contentieux ou sophistique
lorsque ses prémisses ne sont probables qu’en apparence et qu’elles
n’ont pas même ce premier degré de vraisemblance qui est exigée par
l’auditeur et qui doit résulter d’une probabilité généralement admise).
_______________
42
Aristote, Topiques, I, 1, 5: «on appelle probable ce qui paraît tel, soit
à la majorité, soit aux sages», ibidem, I, 1,7. La «dialectique» se sert aussi de
l’induction non seulement de la déduction syllogistique.
46
Aristote montre dans les Topiques que la «dialectique» est utile
pour plusieurs raisons: 10 pour l’exercice de l’esprit: «car, munis
d’une méthode, nous pourrons bien plus aisément aborder le sujet mis
en question, quel qu’il soit». (Topiques, I, 2, 3); 20 pour les discus-
sions: «parce qu’en tenant compte des opinions de nos interlocuteurs,
nous pourrons, en discutant avec eux, les entretenir, non d’opinions
qui leur soient étrangères mais de leurs opinions propres, écartant
d’ailleurs toutes les erreurs qu’il nous semblerait avoir commises»
(Topiques, I, 2, 4); 30 pour l’acquisition philosophique de la science:
«parce que pouvant discuter la question dans les deux sens, nous
verrons plus aisément ce qui est vrai et ce qui est faux »; 40 pour la
connaissance des principes de chaque science: «parce que nous pour-
rons, à l’aide de cette méthode, connaître les éléments primitifs des
principes de chaque science, car les principes spéciaux de la science
dont on s’occupe ne peuvent absolument rien nous apprendre sur ces
éléments primitifs, puisque ces éléments sont les premiers principes de
tout, et qu’on est réduit nécessairement par eux à les étudier chacun à
part, d’après les propositions probables qui les concernent. Or, c’est là
l’objet propre de la dialectique, ou du moins c’est à elle qu’il appartient
le plus spécialement; car, investigatrice comme elle l’est, elle nous
ouvre la route vers les principes de toutes les sciences». (Topiques, I,
2, 5-6).
Remarques. a) Dans les Topiques (I, 10, 3), Aristote précise
qu’on peut prendre aussi comme propositions «dialectiques», les pro-
positions qui expriment des opinions contraires aux opinions probables,
pourvu qu’elles soient présentées sous une forme opposée à celles qui
semblent probables. Exemple:
«Si c’est une opinion probable qu’il faut faire du bien à ses amis,
il est probable aussi qu’il ne faut pas leur faire de mal» (= la pro-
position contraire sous forme opposée c’est qu’il ne faut pas leur faire
de mal).
b) Toutes les opinions professées par les gens savants sont des
propositions dialectiques:
«Il est … évident, dit Aristote, que toutes les opinions reçues
dans certains arts sont des propositions dialectiques, car on peut
admettre comme probables les opinions approuvées par ceux qui se
sont exercés dans ces matières…» (Topiques, I, 10, 7).
B. Les raisonnements «dialectiques» et les instruments ou procédés
«dialectiques»
Selon Aristote il y a deux espèces de raisonnements «dialectiques»:
les syllogismes et les inductions. Le syllogisme est plus puissant et
47
plus vigoureux pour réfuter les contradicteurs; l’induction est plus
claire, plus persuasive. Les procédés «dialectiques» fournissent, selon
le besoin, des syllogismes et des inductions.
Les procédés «dialectiques» concernent:
10 Le choix des propositions «dialectiques».
Il faut choisir: a) les propositions probables ou les propositions
contraires sous forme opposée: «Nous pouvons avancer les opinions
acceptées ou par tout le monde, ou par la majorité, ou par les sages …
Nous pouvons avancer même aussi les opinions contraires à celles qui
paraissent les plus vraies…», mais «il faut les produire sous forme
opposée» (Aristote, Topiques, I, 14, 1).
b) les propositions semblables aux propositions probables: «Il
est utile aussi dans ce choix, non seulement de prendre celles (= les
propositions) qui sont probables, mais celles même qui se rapprochent
de celles-là; par exemple, que la sensation des contraires est unique,
parce que la science des contraires est unique aussi; que l’acte de la
vision s’opère en recevant quelque chose du dehors, et non pas en
émettant quelque chose de nous43, parce qu’il en est en effet ainsi des
autres sensations. Ainsi, nous entendons en recevant quelque chose du
dehors, et non pas en émettant quelque chose de nous»… (Aristote,
Topique, I, 14, 2).
Aristote recommande d’extraire les opinions probables des
oeuvres des bons auteurs et de les classer avec soin suivant la nature
diverse des sujets sur lesquels elles portent. Il y a plusieurs espèces de
propositions probables: a) morales («comme lorsqu’on demande s’il
faut plutôt obéir à ses parents qu’aux lois»44, quand l’opinion des
parents et les préceptes des lois divergent sur certains points);
b) logiques (comme lorsqu’on s’interroge «si la science des contraires
est unique ou ne l’est pas»45; c) physiques (comme lorsqu’on discute
«si le monde est, ou non, éternel»46).
20 La distinction des dénominations diverses des choses et des
sens différents des mots.
Aristote met en garde ses lecteurs contre l’homonymie et la
polysémie des mots lorsqu’on emploie des syllogismes; par conséquent,
_______________
43
C’est ainsi que Platon expliquait la vision dans le Timée.
44
Aristote, Topiques, I. 14, 6.
45
Ibidem.
46
Ibidem.
48
si l’on veut raisonner bien, il faut savoir distinguer les homonymes,
connaître les définitions des mots polysémiques (et celles de leurs
antonymes, s’il y a lieu). On doit savoir discerner ce que le philosophe
grec appelle les opposés, les contradictoires, les privatifs, les possessifs,
les relatifs, les conjugués, etc.
30 La distinction des différences
On doit distinguer les différences entre les choses soit dans un
même genre, soit dans des genres différents, voisins ou éloignés les
uns des autres: «Quant aux différences, il faut les examiner dans les
genres mêmes, en les comparant les unes aux autres. Par exemple, il
faut rechercher en quoi la justice diffère du courage et la sagesse de la
prudence, car toutes ces différences appartiennent au même genre qui
est la vertu. Parfois, il faut passer d’un genre à l’autre quand les
choses ne sont pas fort éloignées et chercher par exemple en quoi la
sensation diffère de la science…» (Aristote, Topiques, I, 16, 2).
40 La distinction des ressemblances
Cette distinction a lieu: a) par identité de rapport; on peut trouver la
ressemblance même pour des choses appartenant à des genres différents,
mais qui entretiennent des rapports étroits (v. Aristote, Topiques, I. 17, 1);
b) par identité de contenance: «la ressemblance, dit Aristote, peut
tenir à ce que de même qu’une première chose est dans une seconde,
de même une autre est dans une autre », comme par exemple, ce que
le calme est dans la mer, l’absence de vent l’est dans l’air. De part et
d’autres, c’est un repos» (Topiques, I, 17, 1-3).
C. Conclusions sur l’utilité des trois derniers instruments «dia-
lectiques»
L’étude des sens des mots et des diverses dénominations des
choses donne de la clarté aux discussions; on sait mieux ce qu’on
soutient si l’on s’est rendu compte des sens divers du mot qui désigne
la chose en question. Si l’on ne connaît pas bien nettement tous les
sens d’un mot qui désigne une chose, il est fort possible que celui qui
interroge et celui qui répond ne dirigent pas leur pensée sur le même
objet. En outre la connaissance exacte des sens des mots fait éviter les
paralogismes. Aristote précise que «les dialecticiens doivent toujours
bien prendre garde à ceci, de ne point disserter sur les mots, à moins
que l’adversaire ne puisse disserter autrement sur l’objet en question»47.
_______________
47
Aristote, Topiques, I, 18, 5.
49
La découverte des différences entre les choses est utile pour
faire des syllogismes qui portent sur la même chose ou sur des choses
différentes et pour connaître l’essence de chaque chose :
« Il est évident que cette recherche est utile pour les syllogismes
qui portent sur l’identité et la diversité des choses car une fois qu’on a
trouvé une différence quelconque entre les sujets proposés, on a par
cela même démontré qu’ils ne sont pas une même chose. Cette recherche
sert encore à faire connaître l’essence de la chose; car d’ordinaire, on
détermine la définition propre de l’essence des choses par les diffé-
rences spéciales à chacune d’elles»48.
L’étude de la ressemblance est utile pour bien faire des induc-
tions, des syllogismes et des définitions: «Elle est utile pour les raison-
nements par induction, parce que c’est par l’induction particulière des
cas semblables que nous pensons pouvoir induire l’universel; car il
serait fort difficile d’induire si l’on ne connaissait pas les ressem-
blances. Elle est utile pour faire des syllogismes par hypothèse, parce
qu’il est probable que ce qui est de telle façon pour l’un des cas
semblables est aussi de même pour tous les autres… Quant à la
justesse des définitions, la recherche des ressemblances y contribuera
très utilement, parce que pouvant voir ce qu’il y a d’identique dans
chaque chose, nous ne serons pas embarrassés pour savoir dans quel
genre il faut placer la chose pour la bien définir; car, parmi les
attributs communs, celui qui appartiendra le plus à l’essence de la
chose sera le genre»49.
Remarque. La «dialectique» d’Aristote fait partie de la dialectique
naïve des Anciens. Dans les Topiques, il emploie la dialectique, comme
nous l’avons montré plus haut, au sens de: a) raisonnements mis en
oeuvre dans la discussion en vue de démontrer, réfuter, remporter la
conviction; b) déduction ou induction qui porte sur des opinions sim-
plement probables (qui «se contente de la vraisemblance et ne dépasse
pas l’opinion», Topiques, I, 1).
D. La question dialectique
Selon Aristote une question dialectique est une réflexion qui a
pour but:
a) de faire rechercher une chose (ou de faire éviter une chose).
Exemple: le plaisir est ou n’est pas un bien.
_______________
48
Aristote, Topiques, I, 18, 6-8.
49
Ibidem, I, 18, 9.
50
b) de faire savoir à quelqu’un une chose «dans toute sa vérité».
Exemple: le monde est éternel ou ne l’est pas50.
Presque toutes les questions dialectiques sont appelées thèses.
Afin qu’une question dialectique devienne une véritable thèse, il faut
qu’elle ait en sa faveur quelque savant ou philosophe faisant autorité:
«La thèse, dit Aristote, est une opinion paradoxale de quelque philosophe
célèbre; par exemple, qu’on ne peut contredire quoi que ce soit, ainsi
que le disait Antisthène ou bien que tout est en mouvement, selon
Héraclite; ou bien que l’être est un, selon Mélissus (= philosophe de
Samos)».
E. L’interrogation dialectique
Aristote distingue l’interrogation dialectique de l’interrogation
syllogistique.
Définition de l’interrogation dialectique:
«L’interrogation dialectique est la demande d’une réponse, ou à
la proposition même ou à l’une des deux parties de la contradiction»51.
(Hermeneia, XI, 2, in Aristote, Logique, éd.cit., t. I, p. 181).
L’interrogation dialectique, fréquemment employée dans les
joutes oratoires, laisse à celui qui répond le choix de la réponse qui lui
convient le mieux.
(L’interrogation syllogistique donne les principes d’un syllogisme;
elle se confond «avec la proposition qui exprime l’une des deux
parties de la contradiction, et comme il y a dans chaque science des
propositions d’où se tire le syllogisme spécial à chacune, il s’ensuit
qu’il a une sorte d’interrogation qui produit la science et donne les
éléments d’où est tiré pour chaque science le syllogisme qui lui est
propre…»52.
Il y a, par exemple, l’interrogation géométrique, celle dont on se
sert pour démontrer soit l’un des objets de la géométrie, soit l’un des
objets démontrés par les mêmes principes que ceux de la géométrie,
ceux de l’optique, par exemple. Il faut dans le cas de l’interrogation
_______________
50
Suivant Aristote «on peut encore appeler questions, les propositions
sur lesquelles on peut former des raisonnements contraires» (Topiques, I, 11, 3).
51
Définition de la contradiction: «Appelons contradiction l’affirmation
et la négation opposées» (Hermeneia, VI, 4).
Définition de la proposition: «la proposition est toujours une partie de
la contradiction simple» (Hermeneia, XI, 2). La proposition dialectique est
celle à laquelle on peut répondre oui ou non (Topiques, VIII, 2, 11).
52
Aristote, Derniers Analytiques, I, 12, 1.
51
géométrique ne faire porter la discussion que sur des principes et des
conclusions géométriques et cette remarque s’applique aussi bien à
toutes les autres sciences; il faut borner les questions aux choses
spéciales de la science dont on s’occupe).
Les règles complètes de l’interrogation dialectique ont été for-
mulées par Aristote dans les Topiques. En voici quelques-unes:
Il faut, lorsqu’on interroge, trouver le lieu d’où l’on doit tirer ses
arguments, et ne poser sa question qu’après avoir bien examiné
comment on peut conduire toute l’argumentation.
Les propositions qu’on emploie lorsqu’on interroge sont de plu-
sieurs espèces:
a) des propositions nécessaires; on appelle nécessaires les pro-
positions dont on fait le syllogisme.
b) des propositions qui servent à préparer une induction afin que
l’interlocuteur accorde l’universel.
c) des propositions qui ornent le discours.
d) des propositions qui dissimulent la conclusion, qui servent à
cacher les pensées.
e) des propositions qui servent à éclaircir la pensée, à la mettre
en lumière.
Il ne faut pas demander à l’interlocuteur les propositions néces-
saires par lesquelles on fait le syllogisme car selon toute probabilité il
ne les concéderait pas. On doit alors recourir :
a) à des propositions supérieures à celles-là: «il faut les prendre
d’aussi haut qu’on le peut»53.
Par exemple, si l’on a en vue la notion des contraires il ne faut
pas s’attacher à poser des questions touchant cette notion, mais il faut
plutôt remonter jusqu’aux opposés puisque les contraires selon Aristote
sont aussi des opposés. ((De cette catégorie font partie les relatifs (père,
fils), les contraires (sain et malade), les privatifs (la science, l’ignorance),
les contradictoires (voir, ne voir pas)).
b) à l’induction; il faut prendre l’interlocuteur par induction, et
examiner, par exemple, les contraires particuliers.
((Il faut se servir de syllogismes avec des gens instruits et des
inductions avec des gens moins habiles (on doit respecter scrupuleu-
sement les règles des syllogismes et de l’induction si l’on veut que la
discussion soit régulière)).
Ce n’est qu’en dernier lieu qu’il faut demander ce qu’on veut par
dessus tout obtenir; car l’adversaire repousse surtout les premières
_______________
53
v. Aristote, les Topiques, VIII, 1, 5.
52
choses qu’on lui demande, parce que la plupart de ceux qui interrogent
énoncent tout d’abord les choses qui les préoccupent le plus.
Pour orner la pensée il faudra recourir à l’induction qui amplifie,
et à la division des choses de même genre:
«La division, dit Aristote, c’est par exemple de dire que telle
science est meilleure que telle autre science, ou parce qu’elle est plus
exacte, ou parce que le sujet en est plus élevé; c’est-à-dire que parmi
les sciences les unes sont théoriques, les autres pratiques, et d’autres
productives. Chacune de ces choses, en effet, embellit le discours»54.
Lorsque l’interlocuteur veut dissimuler sa pensée, il fait allonger
la discussion et ajoute bien des choses qui ne sont pas utiles au sujet;
car «lorsque les choses sont si nombreuses, on ne sait pas au juste
dans laquelle est l’erreur»55; aussi parfois ceux qui interrogent ne
s’aperçoivent pas qu’ils ont avancé parmi des choses si obscures qu’il
est difficile de distinguer.
Afin de mettre en lumière une pensée et pour éclairer la discussion,
il faut se servir d’exemples et de comparaisons; il faut en ce cas
choisir des exemples familiers, tirés de choses connues de tout le
monde. Mais souvent l’interrogation ne vise pas tant à affirmer des
choses incompatibles. Si celui-ci est tombé dans un tel piège, il n’a
qu’un seul parti à prendre, c’est de prouver que ce n’est pas par sa
faute personnelle qu’il a été obligé de faire des affirmations insou-
tenables, mais à cause de la nature même de la thèse qui fait l’objet de
la discussion.
Lorsque, après une induction faite pour plusieurs termes (et qu’il
serait inutile de faire pour tous, l’induction ne parcourant jamais la
totalité des cas particuliers), l’interlocuteur ne donne pas l’universel, il
est juste alors de demander à celui-ci quelles sont ses objections, etc.
En ce qui concerne les réponses aux questions posées par
l’interlocuteur, bien répondre c’est accorder à l’interlocuteur ce qu’on
doit lui accorder, et lui refuser toujours ce qu’on doit lui refuser.
Si la proposition n’est pas claire, il faut exiger des éclaircis-
sements; si elle présente plusieurs sens, il faut demander qu’on indique
avec précision celui de tous dans lequel on la prend. Quand on doit
répondre à une induction irrégulière, il faut réfuter l’universel tiré des
cas particuliers discutés, en montrant par une objection, que tel cas
particulier qu’on cite ne rentre pas dans l’universel.
_______________
54
Ibidem, VIII, 1, 23.
55
Ibidem, VIII, 1, 26.
53
Aristote et la théorie de la démonstration
La déduction conduit à la démonstration; on déduit pour démontrer.
Aristote, qui a élaboré les règles du syllogisme dans ses Premiers
Analytiques, a donné les règles de la démonstration dans les Derniers
Analytiques.
Définition. «J’appelle démonstration le syllogisme qui produit
la science; et j’entends par syllogisme qui produit la science, celui qui
par cela seul que nous le possédons, nous fait savoir quelque chose. Si
donc savoir est bien ce que nous avons dit, il s’ensuit nécessairement
que la science démonstrative procède de principes vrais, de principes
primitifs, de principes immédiats, plus notoires que la conclusion dont
ils sont cause et qu’ils précèdent»56.
Il est donc établi que la démonstration c’est de partir de propo-
sitions nécessaires:
„Puisqu’une chose qu’on sait absolument ne peut point être
autrement qu’on ne la sait, il en résulte que ce qui est su de science
démontrée est nécessaire, la science démontrée étant celle que nous
possédons, par cela même que nous en avons la démonstration. Donc
la démonstration est le syllogisme tiré de propositions nécessaires”57.
Par conséquent, toute conclusion démontrée est nécessaire car
une chose est dite nécessaire quand elle ne peut pas être autrement
qu’elle n’est, c’est-à-dire qu’elle ne peut pas ne pas être. Or, si la
conclusion démontrée est nécessaire, il s’ensuit évidemment que les
propositions dont on la tire sont nécessaires comme elle; donc la
démonstration est le syllogisme formé de prémisses nécessaires. Ainsi
toute démonstration est un syllogismes mais tout syllogisme n’est pas
une démonstration; il y a des syllogismes en matière probable et
contigente, et des syllogismes en matière nécessaire. Ce sont les derniers
seuls qui sont démonstratifs.
Quelles sont les conditions indispensables pour qu’une proposition
ait le caractère de nécessité que la démonstration exige ? Il faut en
premier lieu:
a) que le sujet soit pris dans toute son extension;
b) que l’attribut soit essentiel au sujet.
_______________
56
Aristote, Derniers Analytiques, I, 2,5, in Aristote, Logique, éd. cit.,
t. 3, p. 8.
57
Ibidem, t. 3, p. 20 (Derniers Analytiques, I, 4, 1).
54
Selon Aristote la proposition «Tout homme est animal» est
nécessaire non seulement parce que tous les hommes sont animaux,
mais encore parce qu’ils le sont en tout temps. Ainsi universalité du
sujet et perpétuité de l’attribut dans le sujet constituent la première
condition afin qu’une proposition soit nécessaire. La deuxième
condition qui rapproche l’attribut du sujet encore davantage c’est qu’il
lui soit essentiel. Ainsi quand on dit: «Cette ligne est droite, ce nombre
est impair», droite, impair sont des attributs essentiels d’abord parce
qu’en réalité droit, impair, sont dans la ligne, dans le nombre; et
ensuite parce que si l’on veut définir droit et impair il faut faire entrer
dans la définition, ligne d’une part et nombre de l’autre.
Il ne suffit pas que des propositions soient évidentes, nécessaires
pour servir de principes; il faut encore faire ici une distinction entre
les principes; il y a deux sortes de principes: les principes propres et
les principes communs. Les principes propres sont ceux qui sont spé-
ciaux à chaque science; les principes communs sont ceux qui peuvent
s’appliquer à la fois à plusieurs sciences. Aristote donne comme
exemple de principes propres ou spéciaux la définition de la ligne ou de
la droite et comme exemple de principes communs l’axiome suivant:
«Si de choses égales on ôte des quantités égales, le reste de part et
d’autre est encore égal»58. En général, Aristote entend par principes
propres les définitions, et de plus „les choses dans lesquelles la science
trouve les propriétés essentielles qu’elle étudie»59, par exemple
l’existence des unités est un principe de l’arithmétique, l’existence
des points et des lignes est un principe propre de la géométrie. En ce qui
concerne les principes communs, ceux-ci sont des axiomes.
De cette distinction entre les principes propres ou spéciaux et les
principes communs, Aristote tire cette règle que chaque chose doit être
démontrée par ses principes propres et non par les principes d’une
autre science: on ne peut démontrer par l’arithmétique une question de
géométrie…60; en général une science ne peut jamais démontrer ce qui
appartient à une autre, à moins que ces deux sciences ne soient entre
elles dans ce rapport que l’une soit subordonnée à l’autre, comme
l’optique est à l’égard de la géométrie, et l’harmonie à l’égard de
l’arithmétique»61.
_______________
58
Ibidem, t. 3, p. 57 (Derniers Analytiques, I, 10, 3).
59
Ibidem, 3 t. 3, p. 58 (Idem, I, 10, 4).
60
Ibidem, t. 3, p. 44 (Idem, I, 7, 1).
61
Ibidem, t. 3, p. 47 (Idem, I, 7, 5).
55
Par conséquent Descartes et Fermat, en créant la géométrie
analytique, n’ont pas violé la règle d’Aristote lorsqu’ils ont utilisé des
équations algébriques de courbes et de surfaces pour résoudre des
problèmes de géométrie, étant donné que les objets de la géométrie
sont des grandeurs qui peuvent être représentées par des symboles
algébriques. D’ailleurs cette règle ne doit pas être entendue d’une
manière étroite. Cependant il faut autant que possible traiter une
question d’après ses propres principes sans faire appel aux principes
d’une autre science. Si l’on transporte sans discernement les principes
d’une science à une autre, on tombe dans l’erreur appelée par Aristote
metabásis ês allo gênos (passage d’un genre à l’autre).

Les règles d’Aristote concernant la démonstration


1. La démonstration universelle est supérieure à la démonstration
particulière: «Il faut préférer la démonstration qui fait savoir la chose
et une autre chose encore, à celle qui ne fait savoir que la chose uni-
quement; or, quand on sait l’universel on sait aussi le particulier, tandis
qu’on peut savoir le particulier sans savoir pour cela l’universel… »62.
Parmi les nombreux exemples qu’Aristote donne à l’appui de
cette thèse, on peut citer l’exemple suivant:
«Si avoir ses angles égaux à deux angles droits appartient à
l’objet, non pas en tant qu’isoscèle, mais en tant que triangle, celui qui
sait simplement que c’est en tant qu’isoscèle que l’objet a cette
propriété, sait moins la chose en elle-même que celui qui sait que c’est
en tant que triangle… Si avoir la somme de ses angles égale à deux
angles droits est une propriété commune à tout triangle, comme le
triangle a cette propriété de ses angles non pas en tant qu’isoscèle,
mais qu’au contraire l’isoscèle n’a cette propriété qu’en tant que
triangle, il en résulte que celui qui sait universellement sait plus com-
ment la chose est que celui qui ne sait que le particulier. Par conséquent
aussi, la démonstration universelle vaut mieux que la particulière»63.
2. La démonstration affirmative vaut mieux que la démonstration
négative:
a) parce qu’elle a besoin d’un plus petit nombre d’éléments;
b) parce qu’elle n’a pas besoin de la démonstration négative,
tandis que celle-ci ne peut se passer d’elle; car le syllogisme négatif
_______________
62
Ibidem, t. 3, p. 152 (Derniers Analytiques, I, 24, 10).
63
Ibidem, t. 3, p. 149 (Derniers Analytiques, I, 24, 4)
56
emploie des propositions affirmatives, tandis que l’affirmatif n’emploie
pas de propositions négatives.
c) parce qu’en développant la démonstration affirmative, on prouve
la majeure par deux affirmatives, tandis que la preuve de la majeure
dans la démonstration négative exige une négative et une affirmative,
etc.64.
3. La démonstration affirmative et même la démonstration négative
valent mieux que la démonstration par l’absurde65.
Conclusions. Aristote arracha la rhétorique des mains des sophistes
et des empiristes et porta à leurs doctrines des coups décisifs. En
définissant la rhétorique «la faculté de découvrir spéculativement sur
toute donnée le persuasif» ou «une dialectique du vraisemblable», il
donna de cette discipline l’idée la plus complète que jamais ses devan-
ciers eussent pu trouver. Il fit de l’art oratoire un domaine de
recherche des sciences humaines et il mit les principes de la logique
déductive et inductive à la base de cet art. Il décrivit les mœurs
oratoires et les passions avec un talent et une finesse remarquables;
dans l’élocution, il élabora la théorie de la métaphore active et fit
ressortir avec précision les qualités du style oratoire.
DÉMOSTHÈNE
Démosthène, le plus grand orateur athénien, naquit en 384 en
Attique, à Péanie. Fils d’un fabricant d’armes, il perdit son père à sept
ans et fut dépossédé de ses biens par ses tuteurs qui ensuite
dilapidèrent sa fortune. À 18 ans, dès qu’il fut inscrit sur la liste des
citoyens, il suivit les leçons d’un rhéteur et, un fois capable de parler
en public, porta plainte contre l’un des tuteurs. Bien qu’il eût fini par
gagner sa cause, il ne put récupérer qu’une faible partie des fonds
détournés; il n’attaqua pas en justice les deux autres, mais essaya de
s’arranger avec eux. Malgré ses efforts, il ne put rétablir la fortune
paternelle et pour vivre, il dut embrasser la profession de logographe.
Il fut l’élève d’Isée qui était le rival d’Isocrate comme maître de
rhétorique. Il fit de solides études et analysa profondément l’œuvre de
Thucydide, l’Histoire de la guerre du Péloponnèse. Il s’exerça
longtemps à déclamer pour vaincre un défaut naturel de prononciation.
_______________
64
Ibidem, t. 3, p. 155 (Idem, I, 24).
65
La démonstration par l’absurde ou apagogique consiste à démontrer
que le contraire est faux.
57
Il semble qu’il se soit entraîné à prononcer des discours avec des
cailloux dans la bouche. En 355, quand il reparut en public et
prononça ses premiers discours, il émerveilla les auditeurs qui avaient
ri de lui quelques années auparavant. Dans ses discours sur les
groupes triérarques (les groupes des douze cents citoyens les plus
riches d’Athènes chargés de l’équipement des vaisseaux de guerre), il
insista sur la nécessité, pour Athènes, de réorganiser la flotte. Dans
son Discours pour les Mégalopolitains (353), il attira l’attention des
Athéniens sur le danger de la puissance macédonienne. Philippe II, roi
de Macédoine (356-336), voulait profiter des divisions des Grecs pour
leur imposer son autorité; il a su adroitement tirer profit des rivalités
des cités grecques ayant soin d’être toujours l’allié de quelque cité en
lutte contre une autre. C’est ainsi qu’il s’allia d’abord avec Olynthe
contre Athènes ce qui lui permit de s’emparer de quelques colonies
athéniennes, ensuite il déclara la guerre à Olynthe et la rattacha à son
royaume. Philippe craignait la résistance des Athéniens à son projet de
soumettre tous les Grecs; ils avaient encore le pouvoir de le faire car
leur flotte était redoutable. Mais à Athènes les citoyens étaient peu
disposés à prendre au sérieux la menace que représentait la force des
Macédoniens. Beaucoup d’orateurs parmi lesquels Eschine que l’on
soupçonnait d’être à la solde de Philippe, Isocrate qui souhaitait
l’unité hellénique même au prix d’une alliance avec la Macédoine,
s’opposaient aux préparatifs de guerre qui devaient mettre Athènes à
l’abri d’une attaque par surprise. Quelques orateurs seulement ayant à
leur tête Démosthène voyaient dans Philippe l’ennemi de la puissance
d’Athènes et de la liberté des Grecs. Parmi les discours célèbres pro-
noncés par Démosthène il faut mentionner ceux en faveur de l’alliance
avec Olynthe contre Philippe; ces discours ont reçu le nom d’Olynthiennes
(349-348). Philippe voulait depuis longtemps conquérir la cité d’Olynthe
qui interdisait, par sa position géographique, l’accès des Macédoniens
sur la côte de la mer Égée. Mais il ne démasqua ses intentions que
peu à peu en s’emparant tantôt d’une cité tantôt d’une autre situées
dans le voisinage de la ville d’Olynthe. Les Olynthiens alarmés de
cette politique annexionniste de Philippe recherchèrent l’alliance
d’Athènes. Ce fut en cette circonstance que Démosthène prononça la
première olynthienne. Il pensait que le moment était venu pour mobiliser
toutes les forces armées contre la Macédoine et apporter une aide
urgente et efficace à Olynthe. Les Athéniens répondirent favorablement
à cette demande d’assistance militaire mais au lieu d’y envoyer une
58
armée ils se contentèrent d’y détacher quelques unités de mercenaires
avec une faible escadre. La deuxième olynthienne fut prononcée à
l’occasion de l’arrivée à Athènes d’une ambassade envoyée par Olynthe
qui demandait un secours plus efficace. Dans un discours prononcé
peu avant la prise de la cité d’Olynthe, connu sous le nom de la
troisième olynthienne, Démosthène exigea le service militaire pour
tous les Athéniens, la suppression du théorique (le fonds destiné aux
spectacles) et l’emploi de l’argent qui le constituait pour les besoins de
l’armée. En outre, il réclamait une meilleure gestion des finances de
l’État.
Les discours politiques prononcés par Démosthène contre
Philippe de Macédoine furent nommés les Philippiques (351-340
avant notre ère). Dans le premier discours prononcé dans l’assemblée
du peuple où fut débattue la politique de la cité d’Athènes à l’égard du
roi de Macédoine, Démosthène, pour arracher les citoyens de leur
inertie, fit appel à leur intérêt personnel d’abord, ensuite il s’adressa à
leur patriotisme. Il chercha à prouver aux Athéniens que si leur
négligence avait affaibli la capacité de défense de leur cité, ils pouvaient
rétablir la situation dans ce domaine car leurs ressources étaient encore
très grandes.
Démosthène montra que si l’on vivait dans l’inquiétude à cause
de Philippe qui menaçait Thermopyles et indirectement la ville d’Athènes,
c’était parce qu’on n’avait pas réagi à temps contre l’expansionnisme
macédonien :
«Voulez-vous continuer, dites-moi, à vous promener par la ville
en demandant: „Que dit-on de nouveau ?” Eh ! que peut-il y avoir de
plus nouveau que voir un Macédonien battre les Athéniens et diriger
les affaires de la Grèce ? „Philippe est-il mort ? – Non, grands dieux !
mais il est malade”. Que vous importe ? Car s’il vient à lui arriver
malheur, bien vite vous vous ferez un autre Philippe, si vous continuez à
vous appliquer comme vous le faites à vos affaires; car Philippe
accroît sa puissance bien moins par sa propre force que par votre
insouciance».
Il fallait donc prendre des mesures fermes, armer une flotte,
créer une armée puissante et permanente. Mais les Athéniens firent la
sourde oreille et continuèrent de s’en remettre aux mercenaires du soin
de défendre la cité; ceux-ci étaient plus préoccupés de leurs intérêts
personnels que de ceux d’Athènes. La deuxième et la troisième
Philippiques furent prononcées en 341. Cette dernière fut considérée
59
comme l’une des plus célèbres harangues de Démosthène. Il y
combattit plus âprement les défaitistes; selon lui, Athènes se devait au
salut de la Grèce; l’honneur de tous les Grecs était en jeu et il valait
mieux mourir pour conserver l’honneur que se laisser asservir par
Philippe. Ces discours et les plaidoyers politiques que Démosthène
prononça pour défendre ses amis eurent pour conséquence le renfor-
cement du parti de la résistance armée contre les agissements de Philippe.
En 338, à Chéronée, Philippe de Macédoine vainquit les Athéniens
et les Thébains (qui n’avaient pas écouté les conseils de Démosthène
et n’avaient pas sérieusement envisagé la possibilité d’une confron-
tation armée avec les Macédoniens). Athènes vaincue fut contrainte de
reconnaître le roi de Macédoine comme chef de la Confédération
hellénique.
En 337, Ctésiphon, un citoyen peu connu, probablement un ami
de l’orateur, proposa que la ville d’Athènes décernât une couronne
d’or à Démosthène qui avait fait réparer à ses frais les murs d’Athènes
et avait rendu dans le passé d’importants services à la cité. L’adver-
saire implacable de Démosthène, Eschine, attaqua cette proposition
comme étant contraire aux lois de l’État. Nous n’entrons pas dans le
détail de cette controverse. En 330, Démosthène prononça le fameux
discours Sur la Couronne. Il y enveloppa la discussion juridique de
grands mouvements oratoires; dans la narration de ses services rendus
à la cité et de ses actions patriotiques, on voit clairement qu’il n’eut
pas l’intention de s’abaisser pour se justifier, mais qu’il saisit cette
occasion afin de se glorifier. La cause qu’il défendait était difficile et
délicate car elle était celle du parti vaincu qu’on accusa d’avoir été
l’auteur des malheurs qui avaient frappé Athènes. Après avoir fait son
apologie avec beaucoup de discrétion et de dignité, Démosthène
montra qu’en affrontant Philippe, l’ennemi de tous les Grecs, Athènes
était restée fidèle à son passé. Il souligna que sa patrie ne pouvait pas
laisser un roi étranger asservir les Grecs: «jamais, dit-il, en aucun
temps personne n’a pu persuader à notre République d’obéir aux
peuples puissants et injustes et de jouir ainsi du repos de l’esclavage;
... en luttant pour le premier rang, pour l’honneur, pour la gloire, elle a
toujours vécu dans les dangers»...
Après la mort de Philippe (336), Démosthène avait essayé de
soulever de nouveau la Grèce contre Alexandre, le successeur de
Philippe. Mais Alexandre écrasa la coalition de Thèbes et d’Athènes.
La ville de Thèbes fut rasée et les habitants vendus comme esclaves
60
(335); il voulut humilier Athènes qui avait participé au soulèvement
en exigeant qu’on lui livrât Démosthène. Mais il s’apaisa à la suite de
l’intervention de Phocion et traita les Athéniens avec bienveillance.
Quant à Démosthène, il dut s’exiler. En 323, après la mort
d’Alexandre à Babylone, Démosthène a encouragé les Grecs révoltés
contre Antipatros (ou Antipater), un général qui gouvernait la
Macédoine et la Grèce pendant l’absence d’Alexandre le Grand
«((guerre lamiaque (de Lamia, ville de Grèce), 323-322»)). Mais
Antipatros vainquit les Grecs à Crannon, en Thessalie. Athènes reçut
une garnison macédonienne et on ordonna la mort de Démosthène.
Celui-ci essaya d’échapper à ses ennemis et se réfugia dans l’île de
Calaurie; découvert dans cette île par ses poursuivants, il chercha un
asile dans le temple de Neptune; lorsque les soldats d’Antipater
s’apprêtaient à l’en arracher par la force, Démosthène s’empoisonna.
La style de Démosthène est demeuré célèbre. Il se caractérise
tout d’abord par la clarté, la précision, l’harmonie, le mouvement. Ses
phrases ont une structure variée: on trouve dans ses discours des pro-
positions indépendantes qui côtoient les périodes les plus complexes.
Il sait si bien cacher son art que son style donne l’impression de
l’improvisation, du naturel. Ses harangues sont peu imagées; ils
n’abondent pas en comparaisons et en métaphores; d’ailleurs pour les
Grecs, l’image est la propre de la poésie non de la prose. Les
métalogismes ou les figures de pensée sont en plus grand nombre que
les métasémèmes: interrogations rhétoriques, apostrophes, dialogismes,
antithèses, épiphonèmes entraînent les auditeurs par leur mouvement
naturel et par leur force persuasive. Ses discours ne sont pas taillés sur
le même patron; la combinaison des différentes structures syntaxiques
et l’emploi des figures en fonction du contenu des idées que l’orateur
veut exprimer donnent à chaque discours le caractère qui lui est propre.
MARCUS TULLIUS CICERO
Cicéron, le plus grand orateur de l’Antiquité romaine, naquit en
106 avant notre ère à Arpinum, localité située à une centaine de
kilomètres à l’est de Rome. Sa famille d’origine plébéienne était entrée
depuis quelque temps dans l’ordre équestre ( = l’ordre des chevaliers);
elle comptait parmi ses membres des magistrats municipaux et des
officiers supérieurs de l’armée; en outre, elle était alliée à celle de
Marius (celui-ci s’était fait donner par le peuple le consulat en 107)
qui jouissait d’une grande influence politique. Élevé dans un milieu de
61
gens très cultivés, le jeune Cicéron qui possédait des facultés
intellectuelles exceptionnelles, étudia le droit et la rhétorique auprès
des plus grands maîtres d’éloquence de son temps, Lucius Licinus
Crassus, Quintus Mucius Scevola.
En 81, pendant la dictature de Sylla, il débuta au barreau de
Rome; en 79, il attaqua indirectement le dictateur, lorsque, soutenu par
la puissante famille des Metelli, il plaida contre un des affranchis de
Sylla, le tout puissant Chrysogonus; ce discours, Pro Sexto Roscio
Amerino allait être l’une des causes de l’abdication de Sylla. Obligé de
s’éloigner de Rome après ce procès, il se rendit en Grèce et ensuite en
Asie pour se perfectionner sous la direction du rhéteur Molon de
Rhodes et du philosophe Antiochus d’Ascalon (À Athènes et à Rhodes,
il avait aussi suivi les leçons de l’épicurien Phèdre, de l’académician
Philon, du stoicien Posidonius). En 77, il revint à Rome, après la mort
de Sylla survenue en 78; il épousa Terentia d’une famille appartenant
à l’aristocratie et aborda la carrière politique. Il fut élu questeur en 76
et il exerça cette magistrature en Sicile. En 70, lorsque les Siciliens
attaquèrent en justice pour concussion Verrès (leur ancien proconsul),
ils chargèrent Cicéron de défendre leur cause. Celui-ci s’opposa avec
fermeté à Hortensius Hortalus, avocat célèbre, qui défendait Verrès et
intimida le tribunal par le nombre des témoins à charge. Effrayé,
Verrès s’exila, avouant ainsi sa culpabilité, avant que Cicéron pût
prononcer sa plaidoirie. Les Verrines furent néanmoins publiées en 70
et elles obtinrent un brillant succès. Ce procès, exploité par les ennemis
de l’aristocratie permit d’arracher les tribunaux aux sénateurs.
Édile en 69, prêteur urbain en 66, Cicéron soutint de son autorité
la loi Manilia (Pro lege Manilia, 66) qui investisssait Pompée du
commandement suprême en Orient contre Mithridate. En 63, Cicéron
fut nommé consul et, en cette qualité, il déjoua la conspiration de
Lucius Sergius Catilina. Celui-ci (ancien partisan de Sylla, devenu
démagogue), après son échec au consulat, constitua un parti formé de
toute sorte de mécontents (nobles ruinés, citoyens déçus, anarchistes)
et, avec la complicité de certains sénateurs, voulut s’emparer du
gouvernement par la violence et instaurer une dictature. La conjuration
fut brisée par Cicéron qui prononça contre Catilina les quatre
Catilinaires (63). Bien qu’il eût obtenu alors le titre de Père de la
Patrie parce qu’il avait sauvé la République, Cicéron dut s’exiler en
58, après qu’il eut été abandonné par le triumvirat (Pompée, César,
Crassus) à la vengeance d’un tribun de la plèbe, Clodius, célèbre par
ses violences. Malgré les agissements de ce démagogue, Cicéron fut
62
rappelé de son exil en 57 grâce à l’intervention de Pompée. En 52,
Cicéron prononça un plaidoyer célèbre en faveur de Milon (Pro
Milone), gendre de Sylla, accusé du meurtre de Clodius (Milon avait
contribué lui aussi comme tribun au retour d’exil de Cicéron). En 51,
Cicéron fut nommé proconsul en Cilicie où il conduisit à la victoire
l’armée romaine qui combattait les Parthes. Rentré à Rome, il fut
enveloppé par les luttes politiques et il hésita longtemps entre le parti
de César et celui de Pompée. Cependant, lorsque César, menacé par
les manœuvres des sénateurs d’être éliminé de la vie politique (le
sénat avait nommé, en 52, Pompée seul consul), franchit le Rubicon
avec son armée en janvier 49, Cicéron embrassa la cause de Pompée et
du sénat. Il blâma la fuite de Pompée d’Italie, mais il l’accompagna
finalement à Pharsale (48) où César vainquit l’armée républicaine.
César, victorieux, pardonna à Cicèron et celui-ci regagna Rome en 47,
réoccupa sa place au sénat et pressa le dictateur de rétablir la légalité.
Sous la dictature de César, il se consacra aux lettres, rédigeant des
ouvrages de rhétorique et de philosophie. Après les ides de mars 44
(lorsque César fut assassiné par un groupe de conspirateurs dirigé par
Brutus et Cassius), Cicéron retrouva pour quelques mois son prestige
et son influence; il prit la tête du parti républicain et défendit la
légalité contre Antoine; mais Octave, à qui Cicéron avait rendu
d’importants services, le trahit et le livra à ses ennemis. Antoine le fit
porter sur la liste des proscrits et Cicéron fut assassiné à Formies,
le 7 décembre 43.
Les ouvrages de rhétorique de Cicéron
La Rhétorique à Herennius (Rhethoricorum ad C. Herennium) et
De l’Invention (De Inventione) sont ouvrages composés par Cicéron
dans sa jeuesse.
La Rhétorique à Herennius est citée comme un ouvrage de
Cicéron par plusieurs auteurs (Rufinus, Priscianus, Hieronymus).
Cependent, la plupart des éditeurs modernes n’ont pas cru devoir
adopter cette opinion. Basés sur l’autorité de Quintilien qui attribue
quelques idées qui se trouvent dans cet ouvrage à Q. Cornificius, un
rhéteur contemporain de Cicéron, les critiques modernes ont attribué
la Rhétorique à Herennius à ce rhéteur. Toutefois, par une contra-
diction étrange ceux qui ont enlevé à Cicéron la Rhétorique à
Herennius ne lui contestent point le traité de l’Invention qui n’est
évidemment qu’une seconde édition entièrement refondue de la
Rhétorique. De l’Invention correspond aux deux premières parties de
63
la Rhétorique à Herennius; on y trouve reproduites des pages entières
mais avec des modifications qui améliorent sensiblement le texte.
Dans la Rhétorique à Herennius, l’auteur indique l’objet de
l’ouvrage ensuite il fait connaître les trois genres d’éloquence et les
différentes parties de la rhétorique. Il consacre le premier livre à
l’invention qui comprend l’exorde, la narration, la division, la
confirmation, la réfutation et la conclusion. Le deuxième livre étudie
principalement le genre judiciare et les questions conjecturales, légales
et judiciares. Le troisième livre considère d’abord l’invention dans le
délibératif et le démonstratif. Ensuite, on montre comment dans une
cause délibérative doivent être traitées les diverses parties oratoires.
Le quatrième livre est consacré à l’élocution. La première partie de ce
livre s’ocupe des trois espèces de style; sublime, tempéré, simple. La
seconde partie traite des qualités du style: la correction, la clarté,
l’élégance; cette dernière qualité résulte de l’emploi des figures.
Alors que dans la Rhétorique à Herennius, l’invention, partie de
la rhétorique, occupe une place modeste, dans De l’Invention (De
Inventione), elle joue le rôle principal, elle domine cet ouvrage en lui
donnant son nom. L’Invention est un modèle d’argumentation, un
arsenal d’éloquence judiciaire. Dans le premier livre l’auteur traite de
l’éloquence et de ses avantages. Comme c’est l’invention qui fait l’objet
de l’ouvrage, il accorde une place importante à la confirmation. Il y
parle des syllogismes et de leurs structures, du dilemme, de la réfutation
des arguments probables ou nécessaires. Dans le second livre, Cicéron
expose d’une manière plus précise les règles de la confirmation et de
la réfutation.
De Oratore fut rédigé en 55 a.n.è. lorsque les structures mêmes
de la république romaine étaient menacées par les luttes fratricides
entre les partisans de Clodius et ceux de Milon. Cicéron fit un grand
effort de volonté afin de s’abstraire des événements extérieurs si
tragiques, pour composer ce traité, fruit de son expérience d’orateur et
de ses réflexions pénétrantes et fines sur l’art oratoire.
De Oratore est un chef-d’œuvre de la techné rhétoriké et l’un
des plus originaux traités de rhétorique de l’Antiquité. Dans cet ouvrage,
Cicéron exprima une grande partie de ses pensées sur la rhétorique par
l’intermédiaire d’Antoine (143-87) et de Crassus (140-91), deux grands
orateurs de la génération précédente. (Selon l’opinion de Cicéron,
Crassus représentait «la première maturité de l’éoquence latine»). Ce
fut la forme dialoguées des œuvres de Platon qu’imita Cicéron
64
lorsqu’il écrivit De Oratore; il mit d’ailleurs De Oratore et le Brutus
sous le patronage du grand philosophe grec: le platane à l’ombre duquel
eurent lieu les entretiens entre Crassus, Antoine et leurs amis à
Tusculum rappelait celui des bords du fleuve Ilissos qui abrita Socrate
et son disciple, le jeune Phèdre; dans le Brutus, ce fut auprès d’un buste
de Platon que Cicéron exposa à Atticus l’histoire de l’éloquence romaine.
Dans De Oratore, Cicéron fait, dans l’introdiction, l’éloge de
l’éloquence. Il se demande tout d’abord pourquoi il y a si peu de bons
orateurs:
«Il m’est arrivé souvent écrit Cicéron, lorsque je jetais les yeux
sur l’élite de l’humanité, sur ces beaux génies, de me demander
pourquoi, partout ailleurs que dans l’éloquence, avaient apparu plus
nombreux les hommes supérieurs. De quelque côté que l’esprit se
tourne attentif, dans les autres genres une multitude de modèles s’offre
à nous, et non pas parmi les arts médiocrement relevés, je dis: presque
parmi les plus grands. Qui, en effet, s’il veut mesurer l’éclat du mérite
à l’utilité ou à l’importance des résultats, qui donc au-dessus de
l’orateur ne metra le général? Or, sans aucun doute, des chefs de
guerre éminents, notre Rome toute seule en a produit un nombre à peu
près infini, tandis qu’en éloquence nous pourrions difficilement citer
quelques talents hors de pair» (De Or., I, 2, 6, 7).
Selon Cicéron, le fait qu’il y avait un nombre si restreint de bons
orateurs pouvait paraître surprenant étant donné que le langage, «l’art
de la parole», est la capacité spécifique à l’espèce humaine de com-
muniquer au moyen d’un système de signes vocaux.
D’ailleurs, le langage étant, pour ainsi dire, à la portée de tous,
n’est-il pas un instrument dont chaque individu se sert quotidien-
nement dans la conversation? Cicéron souligne dans De Oratore que
dans les autres disciplines ou «genres», on excelle «à proportion qu’on
s’écarte davantage de l’intelligence et de la compréhension» des gens
qui ne sont pas des spécialistes dans ces domaines (= qui emploient
des langues de spécialité), tandis que dans l’éloquence «ce serait la
plus grave des fautes que de rejeter les façons de s’exprimer, les
façons de penser et de sentir communes à tous les hommes» (I, 3, 12);
il y démontre que si les grands orateurs étaient si rares cela était dû
aux difficultés incroyables qu’on devait surmonter pour acquérir l’art
de parler, l’éloquence supposant la connaisance presque universelle de
toutes les sciences humaines. Ainsi, dans De Oratore, Cicéron posa
les fondaments d’une nouvelle rhétorique basée sur l’ensemble des con-
naissances générales, sur les lettres, la philosophie, les sciences, les arts;
65
«À mes yeux, dit Cicéron, c’est tout l’ensemble de connais-
sances que possèdent les hommes les plus instruits, c’est tout cela qui
constitue l’éloquence» (De Oratore, I, 2, 5).
On voit donc apparaître dans cette oeuvre la notion philoso-
phique moderne d’humanisme (l’orateur doit être excellent dans toutes
les branches de la culture humaine: in omni parte humanitatis perfectus.
De Oratore, 1, 71). Puisque l’orateur pourrait être obligé de traiter
n’importe quel sujet, il doit posséder des connaisances presque ency-
clopédiques: on ne peut bien parler d’une matière sans la connaître à
fond. L’orateur devra connaître outre les preceptes de la rhétorique,
les lois, le droit civil, l’histoire (pour s’appuyer sur l’autorité des
exemples), la philosophie, l’art militaire, les sciences mathématiques,
les sciences naturelles, etc. Cicéron précise que l’acquisition de la
culture générale doit précéder la spécialisation qu’exige la recherche
ou l’étude dans le domaine des sciences et des arts; c’est pourquoi, il
propose, en vue d’assurer la formation des orateurs, un vrai programme
d’enseignement encyclopédique. La culture générale représente pour
l’orateur une chose dont il ne peut pas se paser: comment pourrait-il
proposer au peuple de voter ou de repousser une loi, ou dans le sénat,
comment aurait-il l’audace de discourir sur les différentes parties de
l’administration de l’État s’il n’avait pas de connaissances étendues du
droit et des sciences politiques? Comment l’orateur saurait-il manier
les passions des auditeurs ((vu que la rhétorique est aussi l’art de
ramuer les «passions que la nature a mises au coeur de l’homme» (De
Oratore, I, 4, 17), en vue de servir une cause juste)) s’il n’avait pas
étudié profondément «les théories qu’enseignent les philosophes sur la
nature morale de l’home» (De Oratore, I, 14, 60), c’est-à-dire la psy-
chologie et l’éthique:
«À mon sens, dit Cicéron, personne ne saurait devenir un orateur
accompli, s’il ne possède tout ce que l’esprit humain a conçu de grand
et d’élevé. Car c’est de toutes ces notions réunies que doit sortir la
fleur et jaillir le flot du discours» (Etenim ex rerum cognitione
florescat et redundet oportet oratio, De Oratore, I, 6, 20).
Suivant Cicéron, dans telle ou telle cause, il y a des questions
techniques, appartenant aux spécialités demandant une haute qualifi-
cation, qui peuvent dépasser la compétence de l’orateur. En ce cas,
celui-ci sera obligé de s’adresser aux spécialistes; il s’instruira auprès
d’eux et il traitera ensuite ces questions mieux que n’auraient fait les
spécialistes eux-mêmes, car l’éloquence n’est pas seulement l’art de
66
bien parler, c’est aussi l’art d’exposer sous une forme ornée les idées
et les découvertes de toutes les sciences; l’éloquence s’empare des
résultats acquis par les recherches spéciales et les met à la portée du
grand public «dans une forme artistement polie» (De Oratore, I, 14, 63);
si Démocrite, par exemple, sut exprimer ses théories sur la physique
sous une forme brillante, cette habileté à exposer des problèmes dif-
ficiles avec clarté et dans un style imagé, il la devait à l’éloquence, à
ses vastes connaisances en matière de rhétorique;
«Jamais je ne nierai, dit Cicéron, que certaines connaissances ne
soient de la compétence spéciale de ceux qui ont mis toute leur
application à les apprendre et à s’en servir; mais je ne reconnaîtrai
pour véritable et parfait orateur que celui qui sur tous les sujets pourra
déployer une élocution riche et variée» (De Oratore, I, 13, 59).
Le Brutus a été composé dans les premiers mois de l’année 46;
c’est un dialogue entre Cicéron et ses deux amis, Atticus et Brutus,
présentant l’histoire de l’art oratoire en Grèce et surtout à Rome
(l’histoire de l’éloquence sous la république). En outre, le Brutus sert à
appuyer une thèse selon laquelle de tous les arts, l’art oratoire est le
plus difficile parce qu’il exige d’une part des qulités naturelles remar-
quables et d’autre part de vastes connaissances littéraires, philoso-
phiques, juridiques, etc.
Cicéron se sert de cet ouvrage pour faire l’apologie de son talent
oratoire; il est, de Cethegus à Hortensius, le dernier et le plus grand
des orateurs et sans qu’il dise que l’idéal de l’éloquence se réalise en
lui, la conclusion s’impose d’elle-même.
Voici exposé sommairement le contenu de cet ouvrage.
Introduction. Résumé de l’histoire de l’art oratoire chez les Grecs.
L’éloquence à Rome. Les origines; Cethegus, consul en 204, premier
orateur mentionné par Ennius. Caton l’ancien et son temps. Galba et
son temps. Les Gracques. Antoine, consul en 99, Crassus, consul en
95 et leurs contemporains. Cotta, consul en 75, Sulpicius tribun en 88
et leur temps. Hortensius et son temps. Jules César et Marcellus.
Cicéron, jeune au forum et en Orient; déclin d’Hortensius et progrès
de Cicéron.
En parlant de ses contemporains, Cicéron souligne que la plupart
étaient des orateurs médiocres:
«Il n’y en avait pas un seul qui parût avoir, plus que la moyenne
du public, étudié de près la littérature, où se trouve la source de
l’éloquence parfaite; pas un qui eût embrassé la philosophie, la mère
67
de toutes les belles actions et de toutes les belles paroles; pas un qui
eût appris le droit civil, chose très nécessaire pour assurer la défense
des causes privées et fournir des idées à l’avocat; pas un qui possédât
l’histoire romaine, pour y trouver, au besoin, les témoins les plus
qualifiés et les évoquer des enfers...” (Brutus, XCIII, 322).
L’Orator
Après avoir terminé en avril 46 le Brutus, Cicéron composa
l’Orator qui fut achevé à la fin du mois d’octobre de la même année.
L’Orator, le dernier des grands ouvrages de rhétorique de Cicéron se
propose de tracer le portrait du parfait orateur. Celui-ci doit se
distinguer des philosophes qui parlent pour instruire leur audititoire,
non pour lui arracher son adhésion; le style qu’ils emploient n’a pas
«le nerf d’un discours prononcé au forum», c’est «un style sans muscle
qui ne connaît pas le soleil» (XIX-62). L’orateur doit se distinguer des
sophistes qui dans l’expression des pensées cherchent le parallélisme
plus que la justesse; de plus, les discours de ceux-ci abondent en
digressions et en métaphores. Le style impétueux et pénétrant des
orateurs doit s’éloigner de celui des histoirens qui est égal et passé en
quelque sorte à la filière. L’orateur doit posséder les règles essentielles
de la rhétorique; il doit savoir convaincre, plaire et surtout émouvoir.
Mais l’orateur doit briller surtout par l’élocution:
«C’est par l’élocution avant tout qu’il (= l’orateur) l’emporte et
elle renferme toutes les autre qualités, comme l’indique le nom même.
Ce n’est pas, en effet, d’après l’invention, la disposition ou l’action
que l’on a désigné celui qui a excellé dans toutes les parties mais,
d’après l’idée d’élocution, on l’a nommé rhetor en grec, eloquens en
latin».
Il faut souligner que le portrait de l’orateur idéal brossé dans
l’Orator ressemble à celui de Cicéron.
Le traité des Topiques (Topica) fut composé par Cicéron l’an
709 (43) de Rome (lorsqu’il était âgé de 63 ans), pour son ami
Trebantius, un juriste célèbre; il écrivit cet ouvrage en huit jours, sur
le bateau qui le conduisait en Grèce où il cherchait asile afin
d’échapper à la tyrannie de Marc Antoine. Les Topiques sont divisées
en trois parties. Dans la première, il souligne que l’objet du traité est
l’étude des lieux et que ceux-ci sont les sièges des arguments, les
notions à l’aide desquelles on peut trouver des arguments pour tous les
sujets. Il énumère ensuite les lieux intrinsèques: la définition (qui
68
concerne le tout), l’énumération (qui se rapporte aux parties), le genre,
l’espèce, la similitude, les contraires, etc. (qui se rapportent à la
structure interne du sujet). La deuxième partie du traité est consacrée à
l’approfondissement du problème des lieux. De nombreux exemples et
des remarques pertinentes éclairent et développent le sujet. Dans la
troisième partie, Cicéron traite des questions dans lesquelles les lieux
sont employés.
Les Partitions oratoires (De partitione oratoria dialogus) sont
une sorte de précis de rhétorique composé sous forme d’un dialogue
entre Cicéron père et Cicéron fils; ce dernier avait demandé à son père
de lui répéter en latin les leçons de rhétorique qu’il lui avait donnée en
grec; à cette occasion, tout en répondant aux questions de son fils
concernat les différents problèmes d’éloquence, Cicéron fait un résumé
des préceptes de l’art oratoire. Les Partitions présentent l’avantage de
comprendre dans leur étendue l’essentiel d’un gros traité, la nomenclature
et la taxinomie employées par la rhétorique.

QUINTILIEN (v. 30 – v. 100)


Fabius Quintilianus naquit vers l’année 30, à Calagurris Nassica,
aujourd’hui Calahorra, ville située sur les bords de l’Èbre. Il vint très
jeune à Rome où son père exerçait les professions de rhéteur et
d’avocat. Il eut pendant ses études des maîtres illustres comme le
grammairien Q. Remmius Palaemon. Il étudia la rhétorique, le droit
civil, la philosophie, les sciences, les beaux-arts; il acquit ainsi une
culture générale suivant les recommandations prodiguées par Cicéron
dans De Oratore et Orator. Après avoir fini ses études, Quintilien
retourna en Espagne. Galba, gouverneur de l’Espagne Tarraconaise
(aujourd’hui Vieille-Castille), proclamé empereur après la mort de
Néron, en 68, emmena avec lui Quintilien à Rome; celui-ci y devint
professeur de rhétorique et avocat et plaida dans de nombreux procès
(les procès de Naevianus, de la reine Bérénice, etc.). Vers 90, sous le
règne de l’empereur Domitien, il fut élu sénateur et ensuite consul.
Après avoir accompli la mission de précepteur des petits-neveux
de Domitien, il fit paraître, à la demande de ses amis, son Institution
oratoire (De Institutione oratoria), ouvrage dédié à Marcellus Victorius,
avocat célèbre du règne de Domitien. Cette œuvre, composée vers 96,
est un traité de pédagogie et de rhétorique, le fruit de son expérience et
de ses lectures.
69
On ne connaît pas exactement l’année de la mort de Quintilien.
Il semble que ce grand théoricien de la rhétorique n’ait pas longtemps
survécu à la publication de son ouvrage sur l’art de parler.
Maître de Pline le Jeune, il fut en même temps son précurseur en
ce qui concerne les critiques qu’il dirigea contre la décadence de la
littérature et de l’éloquence de son temps66. En tant que professeur de
rhétorique, il découvrit de nouvelles méthodes destinées à développer
les dons naturels de ses disciples pour l’éloquence. Sa carrière d’avocat
lui permit d’acquérir les connaissances et l’expérience nécessaires qui
rendirent plus pratique et plus réaliste son ouvrage sur la rhétorique.
Quintilien est le continuateur des orateurs du siècle d’Auguste,
par une partie de ses théories sur la rhétorique; par la connaissance
profonde de la littérature latine et surtout par le fait qu’il possède à
fond les oeuvres de Cicéron, il peut être considéré comme l’héritier de
la doctrine classique sur l’éloquence.
De Institutione Oratoria est divisé en XII livres. Le premier
livre est consacré à l’éducation de l’enfant dans sa famille et chez le
grammairien: «Mon premier livre, dit Quintilien, contiendra ce qui
précède le rhéteur et son rôle». Ainsi, dans sa volonté de modeler un
vrai orateur, il commence l’éducation de celui-ci dès le berceau:
«Avant tout, écrit-il, pas de défaut dans le langage des nourrices...;
elles doivent parler correctement. Ce sont elles que l’enfant entendra
d’abord, leurs expressions qu’il efforcera de reproduire par l’imi-
tation» (I, 4-5).
Le grammairien, selon Quintilien, doit être un érudit; l’enseignement
grammatical comprend toutes les connaissances encyclopédiques dont
ne saurait se passer un orateur. Le grammairien doit enseigner aussi la
philosophie «à cause de très nombreux endroits qui, dans tous les
poèmes, sont empruntés aux questions naturelles les plus abstraites, et
surtout à cause d’Empédocle chez les Grecs, de Varron et Lucrèce chez
les Latins, qui ont exposé en vers les préceptes de la sagesse» (I, 4, 4).
Chez le grammairien, l’enfant apprend à commenter les poètes
«car la science du style a des rapports avec le langage, et le com-
mentaire suppose une lecture parfaite, et, dans tous ces exercices,
intervient le sens critique...» (I, 4, 1); mais la lecture seule, des poètes
est loin d’être suffisante; c’est pourquoi, elle doit être complétée par
_______________
66
Son De causis corruptae eloquentiae (= Des causes de la corruption
de l’éloquence) est perdu.
70
l’étude approfondie des chefs-d’œuvre littéraires de tous les genres.
Les élèves font aussi des exercices élémentaires qui ont pour but de
leur apprendre à rédiger: a) on apprend aux élèves à reproduire par
écrit les fables d’Ésope dans un style correct qui ne sorte jamais du
naturel; b) les élèves doivent apprendre à paraphraser des poésies: «Ils
mettront les vers dans l’ordre des mots de la phrase (= en prose), puis
remplaceront les mots par des équivalents exacts, ensuite ils les modi-
fieront avec plus d’audace dans une paraphrase, où il leur est permis
ici d’abréger, là d’embellir, pourvu qu’ils respectent la pensée du
poète» (I, 9, 2); c) le maître montrera aux élèves comment ils doivent
s’y prendre afin d’amplifier des maximes.
Vers 16 ans, l’élève passe chez le rhéteur où il doit pratiquer
entre autres, les exercices suivants:
1) des narrations qui consistent à résumer: a) «la fable» c’est-à-dire
l’intrigue des tragédies; b) le sujet d’une comédie qu’on appelle aussi
argument narratif; c) des événements historiques.
2) aux narrations se rattachent des exercices ayant pour but de
les réfuter ou de les confirmer ((«Par exemple, étudier s’il est croyable
qu’un corbeau se soit tenu sur la tête de Valérius pendant qu’il
combattait, et qu’il ait frappé de son bec et de ses ailes le visage et les
yeux du Gaulois son adversaire, offre une ample matière à parler pour
et contre» (II, 4, 18).
3) l’élève doit apprendre en outre à composer des panégyriques
ou à faire de brefs discours destinés à blâmer «les méchants»; «Cet
exercice, disait Quintilien, offre plus d’un avantage; car, en même temps
que l’intelligence est exercé par la multiplicité et la variété de la matière,
l’âme se forme par cette contemplation du bien et du mal» (II, 4, 20).
4) le rhéteur enseigne aussi à l’élève à faire des parallèles, le
parallèle étant une comparaison entre deux personnages pour en
estimer les qualités ou les défauts ((«La méthode est la même, disait
Quintilien, que pour l’éloge et le blâme; mais le sujet est double, et,
dans les vices et les vertus, on examine non seulement leur nature,
mais leur degré» (II, 4, 20).
5) l’élève doit ensuite soutenir ou réfuter des thèses; celles-ci
«portent sur la comparaison d’une chose avec une autre», comme par
exemple «Si la vie de la campagne est préférable à celle des villes; si
la gloire d’un jurisconsulte l’emporte sur celle d’un homme de
guerre», etc. Et Quintilien soulignait l’importance de cet exercice de la
façon suivante: «Je ne connais pas de moyen plus attrayant et plus
fécond de s’exercer à la parole» (II, 4, 24). Certaines thèses proposées
71
aux élèves se rattachaient plus directement au genre délibératif, par
exemple: «Faut-il briguer les charges publiques?» (II, 4, 25).
Quintilien préférait les jeunes gens qui avaient une imagination
vive et des idées fécondes à ceux qui se caractérisaient par leur
sécheresse d’esprit:
«Il ne faut pas que les narrations des élèves soient trop maigres
et pauvres ... ni non plus trop embrouillées et diffuses; ... ce sont là
deux défauts: le premier est plus grave, puisqu’il vient de l’indigence
d’esprit et non de l’abondance excessive ... La trop grande fertilité est
toujours remédiable; la stérilité ne peut être combattue» (Facile remedium
est ubertati, sterilia nullo labore vincuntur); II, 4, 3-6.
6) lex élèves feront des exercices ayant trait aux causes conjec-
turales («pourquoi, par exemple, chez les Lacédémoniens Vénus avait
des armes?») et aux lieux communs (arguments, développements et
preuves applicables à tous les sujets).
7) le rhéteur montrait à ses disciplines comment ils devaient
faire l’éloge ou la critique des lois («Une loi péche dans la forme ou
dans le fond. Dans la forme: est-elle assez claire ou ne présente-t-elle
pas quelque équivoque? Dans le fond, la loi ne se contredit-elle pas
elle-même?» II, 4, 37).
8) le commentaire de textes littéraires en prose (les œuvres de
Cicéron surtout) et la lecture expliquée des historiens (Tite-Live en
spécial) constituent un autre type d’exercice; dans l’analyse d’un
discours célèbre, le rhéteur faisait voir dans l’exorde la manière dont
l’orateur savait se concilier les juges et les auditeurs, il soulignait la
clarté, la brièveté, l’air de sincérité de la narration, l’art caché du discours,
l’habileté de la division, la finesse et l’abondance de l’argumentation.
9) la déclamation serait un exercice d’éloquence important; on
appelait déclamations, des compositions par lesquelles on s’exerçait à
l’éloquence; les sujets des déclamations devraient se rapprocher le
plus possible de la vérité.
Le IIIe livre de l’ouvrage de Quintilien De Institutione Oratoria
est consacré à l’origine de la rhétorique, aux parties de l’éloquence,
aux genres démonstratif, délibératif et judiciaire. Le IVe livre s’occupe
de l’exorde, de la narration, de la digression, de la proposition. Le Ve
livre traite de l’invention et plus particulièrement de l’argumentation.
Le livre VI est consacré à la péroraison et à l’art de remuer des
passions. Le VIIe livre s’occupe de la disposition et de l’importance du
plan. Le VIIIe livre de l’élocution, des qualités du style, de l’amplifi-
cation et des tropes. Le livre IX étudie les figures de pensée et les
72
figures de mots. Le Xe livre est consacré à l’art d’écrire. Le livre XI
parle des convenances, de la mémoire et de l’action. Enfin le XIIe livre
traite des connaissances encyclopédiques que devait posséder l’orateur,
mais il fait ressortir surtout qu’on ne pouvait être orateur si l’on n’était
homme de bien (non posse oratorem esse nisi virum bonum).
En contribuant dans une large mesure au développement de la
partie de la rhétorique nommée lexis ou elocutio, Quintilien jeta les
bases de l’art d’écrire. Le livre X fut d’ailleurs conçu à l’intention de
ceux qui voulaient apprendre le métier d’écrivain. Voici quelques
préceptes que ce grand rhéteur aimait donner à ses disciples:
Il faut lire beaucoup et surtout les meilleurs écrivains, ceux qui
risquent le moins de tromper la confiance que l’on met en eux. On doit
lire leurs oeuvres attentivement, à maintes reprises, avec le même soin
que si l’on rédigeait un texte. Mais le lecteur doit faire preuve d’esprit
critique car il faut savoir distinguer les beautés et les défauts des
ouvrages littéraires que l’on étudie; d’ailleurs, les œuvres des grands
écrivains ne sont pas elles-mêmes toujours exemptes de petites
imperfections:
«Il ne faut pas, dit Quintilien, que le lecteur soit persuadé que
tout ce qu’ont dit les meilleurs écrivains est toujours parfait. Ils
bronchent parfois, plient sous la charge, s’abandonnent à leur faible,
se relâchent de leur effort; il leur arrive aussi de se fatiguer, puisque,
d’après Cicéron, Démonsthène sommeille de temps en temps, ainsi
qu’Homère lui-même, d’après Horace. Ce sont des hommes de génie
mais des hommes pourtant» (Summi enim sunt, homines tamen), X, 1, 24.
Suivant Quintilien ce ne serait guère prudent d’imiter sans
discernement les grands écrivains afin de ne pas reproduire dans les
productions littéraires certains petits défauts de ces auteurs; malgré
leurs imperfections, les œuvres des grands écrivains ont droit à toute
notre considération:
«D’ailleurs, dit Quintilien, c’est avec réserve et circonspection
qu’il faut parler de si grands hommes; autrement on risque, comme on
le fait généralement, de condamner ce qu’on ne comprend pas, et, s’il
faut se tromper dans un sens ou dans un autre, j’aimerais mieux voir
tout, chez eux, plaire au lecteur plutôt que beaucoup de choses lui
déplaire» (X, 1, 25).
La lecture des poètes, selon Quintilien, peut rendre de grands
services aux écrivains et aux orateurs car c’est dans les œuvres
poétiques que l’on trouve l’inspiration pour les pensées, l’écart pour la
forme et la convenance pour les caractères; cependant, l’orateur doit
73
se souvenir qu’il ne peut imiter en tout les poètes et surtout la
hardiesse des constructions et des figures; il doit aussi tenir compte du
fait que souvent la poésie n’aspire qu’à briller et qu’elle sacrifie tout
au plaisir qu’elle cherche dans des fictions créées par l’imagination
sans aucun souci de vraisemblance. Pour apprendre à bien écrire il
faut essayer d’imiter les grands écrivains dans les oeuvres desquels on
trouve l’abondance des mots, la variété des figures, la méthode pour
faire des phrases harmonieuses «et surtout toutes les qualités sur lesquelles
un écrivain doit régler son intelligence» (X, 2, 1). Suivant Quintilien
l’art consiste en grande partie dans l’imitation et, paradoxalement,
l’imitation peut être considérée comme une école de l’originalité:
«Si la première chose, dit-il, restée la plus essentielle, a été
d’inventer, il n’en est pas moins utile de prendre exemple sur ce qui a
été bien inventé. N’est-ce pas une règle générale de la vie, que de
vouloir faire nous-mêmes ce que nous approuvons chez les autres?
C’est ainsi que... les musiciens se règlent sur la voix de leurs profes-
seurs, les peintres sur les ouvrages de leurs devanciers, les paysans sur
les procédés de culture qui ont fait leurs preuves; bref, nous voyons
toutes les disciplines, pour les débuts, se référer à un modèle» (X, 2, 2).
Mais l’imitation qui consiste à transporter et à exploiter dans son
propre ouvrage les images, les idées ou les expressions d’un autre
style, et qui facilite le travail de l’écrivain parce que celui-ci possède
un modèle à suivre, est nuisible si elle est faite sans précaution et si
elle n’apporte rien de nouveau:
«Que serait-il advenu, se demande Quintilien, si personne n’eût
fait un pas de plus que son modèle? Nous n’aurions rien en poésie au-
dessus de Livius Andronicus, en histoire au-dessus des Annales des
pontifes; c’est sur des radeaux que nous naviguerions encore, il n’y
aurait pas d’autre peinture que celle qui se contente de tracer le contour
des ombres projetées par les corps que frappe le soleil ...» (X, 2, 7).
Quintilien remarque que les arts ne sont pas demeurés tels qu’ils
étaient à leur début et qu’ils s’étaient continuellement perfectionnés,
mais il tient à souligner que leur progrès n’est pas dû à une simple
imitation: Nihil autem crescit sola imitatione (X, 2, 8). Il précise
d’ailleurs que tout ouvrage qui est le résultat d’une imitation est
forcément au-dessous de l’original «comme l’ombre par rapport au
corps, le portrait à la figure qu’il représente, le jeu des acteurs aux
sentiments réels» (X, 2, 11). Étant donné qu’il est presque imposible
d’égaler en talent le grand écrivain dont on aura fait son modèle, celui
74
qui veut apprendre à bien écrire doit avoir devant les yeux d’une
manière permanente les qualités de plusieurs écrivains et essayer de
prendre aux uns et aux autres quelque chose de leur art d’écrire.
En ce qui concerne la façon dont on doit apprendre à rédiger un
ouvrage ou un discours, Quintilien donne à ce sujet toute une série de
conseils pratiques; en voici quelques-uns:
Pour commencer il faut écrire lentement, avec persévérance et
dans un style soigné et précis:
«l’habitude à prendre est d’écrire le mieux possible, dit Quintilien,
la rapidité viendra avec l’habitude: peu à peu les idées apparaîtront plus
facilement, les mots répondront à l’appel, l’harmonie suivra» (X, 2, 9).
L’écrivain cherchera toujours la meilleure expression d’une idée
et il ne devra pas se contenter de ce qu’il aura trouvé; il examinera
d’un oeil critique ses composions car il y a un choix à faire dans les
idées et dans les mots et ils doivent être posés un à un. Il faut relire
souvent ce que l’on vient d’écrire étant donné que c’est le meilleur
moyen de lier convenablement ce qui suit à ce qui précède. En outre, il
faut éviter deux écueils: a) le manque de confiance en soi-même qui
est le pire ennemi de l’écrivain ou de l’orateur: «il arrive souvent, écrit
Quintilien, même à des gens bien doués, de s’épuiser sur leur travail et
d’en venir à garder le silence, par désir excessif de bien parler» (X, 2, 12);
b) la satisfaction sans borne de ceux qui aiment ce qui sort de leur plume.
Quintilien déconseille aux écrivains d’écrire rapidement et sans
réflechir suffisamment sur leur sujet, de faire un brouillon «rapide»: il
remarque qu’il y a des écrivains qui veulent d’abord «d’une plume très
rapide, se laisser porter d’un bout à l’autre du sujet, et ils improvisent
en suivant le feu de leur élan: c’est ce qu’ils appellent un brouillon.
Puis ils reprennent ce qu’ils ont jeté sur leurs tablettes et y mettent de
l’ordre; mais, dans les idées entassées à la légère, demeure le manque
premier de consistance» (X, 2, 17).
Quintilien veut que, dès le début, on passe au crible les idées, les
notions, les faits qui viennent à l’esprit; il observe que si l’effort de
réflexion est insuffisant la copie restera vague et banale:
«C’est d’emblée qu’il sera plus raisonnable de travailler avec
soin, et, dès le début, de conduire son ouvrage de telle façon qu’il n’y
ait qu’à le ciseler et non à le refondre tout entier» (X, 2, 18).
Quintilien souligne aussi qu’il ne faut pas dicter à un secrétaire
ses ouvrages car l’écriture doit rester attachée non à la voix mais à la
main: tout le monde sait que la pensée et l’écriture ont deux vitesses
différentes.
75
La rhétorique généralisée
À partir de la fin du premier siècle avant notre ère, on assiste à
un rapprochement de la Rhétorique et de la Poétique qui jusqu’alors
s’étaient opposées l’une à l’autre. Il y a des poètes comme Publius
Ovidius Naso qui se sont formés à l’école des rhéteurs et dont l’œuvre
poétique a été influencée par l’enseignement rhétorique. Les discours
qu’on trouve dans les Métamorphoses, par exemple, sont composés
selon les règles de l’art oratoire; en dehors des harangues d’Ajax et
d’Ulysse qui se disputent les armes d’Achille, il y a aussi un certain
nombre de petits discours pononcés par Penthée, Céphée, Cérès,
Latone qui sont rédigés conformément aux préceptes de la rhétorique.
Certains commentateurs sont d’avis qu’à l’époque de Tacite, il y
avait une pénétration réciproque de l’éloquence et de toutes les formes
littéraires et que le mot même d’eloquentia commençait à signifier
littérature67. D’ailleurs dans le Dialogue des orateurs de Tacite, il y a
quelques phrases dans l’intervention de Marcus Aper qui pourraient
être interprétées en ce sens. Il y montre que l’éloquence se trouve au-
dessus de la poésie, au sommet de toutes les formes littéraires. Cette
interpénétration de la rhétorique et de la littérature est manifeste dans
le Traité du Sublime attribué à Longin.
TACITE
P. Cornelius Tacitus, fils probablement d’un procurateur de
Belgique dont parle Pline l’Ancien, naquit vers 55 de notre ère et
mourut vers 120; on ne sait exactement ni la date de sa naissance, ni
celle de sa mort, ni même le lieu où il naquit. ((Au XVe siècle, les
habitants de l’ancienne ville d’Interamna (la ville de Terni, en
Ombrie) revendiquèrent l’honneur de compter Tacite parmi les grands
hommes ayant vu le jour dans leur cité. Cette revendication s’appuie
sur un texte de Vopiscus où l’on peut lire que l’empereur Tacitus
(275-276) qui était né à Interamna, se considérant comme le descen-
dant du grand historien, avait ordonné qu’on plaçât dans toutes les
bibliothèques un buste de son ancêtre et qu’on fît dix fois par an des
copies de ses œuvres pour en assurer la durée éternelle. Cependant ces
mesures prises par l’empereur n’indiquent pas que Tacite soit né à
Interamna; elles prouvent seulement que l’empereur avait voulu rendre
hommage à un grand écrivain, son homonyme)).
_______________
67
Tacite, op.cit., p. 8.
76
En 77, Tacite se fiança à la fille d’Agricola qu’il épousa en 78.
Sous Vespasien, il entra dans la vie politique et obtint d’importantes
charges publiques. Il fut préteur sous Domitien et consul en 97, sous
Nerva (96-98).
Il fut l’ami de Pline le Jeune; celui-ci soulignait dans une lettre
adressée à Tacite la grande influence que son ami avait exercée sur lui:
«Ce sera un fait rare et insigne que deux hommes à peu près
égaux en âge et en dignité aient secondé les efforts l’un de l’autre dans
les lettres. Pour moi qui étais un tout jeune homme à l’époque où tu
avais l’influence que donnent la réputation et la gloire, je n’avais
qu’une ambition, c’était de marcher sur tes traces, d’être et de passer
pour être, bien que de loin, le premier après toi»68.
On sait par une inscription trouvée à Mylasa, en Carie (province
de l’Asie Mineure) que vers la fin du règne de Trajan, Tacite était
proconsul de la province d’Asie (v. 110-113); il détenait par conséquent
l’une des charges les plus importantes de l’Empire.
Élève d’Aper et de Julius Secundus et probablement aussi de
Quintilien, il fut connu comme orateur. Il écrivit d’abord son Dialogue
des orateurs (Dialogus de oratoribus), ouvrage composé vers 81 sous
Titus. Il se consacra par la suite à histoire. Son œuvre d’historien,
composée pendant les vingt dernières années de sa vie comprend:
a) De vita et moribus Julii Agricolae (Vie d’Agricola) sorte
d’éloge historique d’Agricola, le beau-père de Tacite; la vie publique
et la vie privée de cet homme illustre, ancien gouverneur de Bretagne,
fournissaient une matière attachante de récit historique et d’enseigne-
ment moral.
b) De origine, situ, moribus ac populis Germanorum (La Germanie).
Cet ouvrage a été rédigé et publié en 98, sous le deuxième consulat de
Trajan69.
c) Historiae (Histoires); ce récit historique va de la chute de
Néron à l’avènement de Nèrva (69-96); on ne possède plus que les
quatre premiers livres et le début du cinquième comprenant les années
69 et 70.
d) Annales, ou Ab excessu Divi Augusti, ouvrage composé entre
115 et 117, et allant de la mort d’Auguste à la chute de Néron; sur les
16 livres des Annales, il ne nous reste que les quatre premiers livres,
_______________
68
Pline de Jeune, Épîtres, VII, 20, 3, in: Tacite, Dialogue des orateurs,
etc. Paris, Les Belles Lettres, 1922, p. VIII.
69
v. Tacite, Le Dialogue des orateurs, Vie d’Agricola, La Germanie,
Paris, les Belles Lettres, 1922, p. 152.
77
les livres de onze à seize (celui-ci incomplet) et des fregments du
cinquième et du sixième.
Dans le Dialogue des orateurs, Tacite veut faire ressortir les
causes de la décadence de l’éloquence. Les personnages de cette œuvre
sont le poète Maternus, ensuite deux orateurs célèbres, maîtres de Tacite,
Marcus Aper et Julius Secundus, et Messala, un admirateur passionné
des anciens et en même temps un critique sévère qui dédaigne les
succès littéraires faciles. Dans la première partie sont examinés et
comparés les mérites de la poésie et de l’éloquence. Par l’intermédiaire
de Marcus Aper, Tacite y souligne l’importance de l’art de parler:
«En effet, si c’est l’utilité de la vie que doit régler tous nos
desseins et toutes nos actions, quelle meilleure sauvegarde que de pra-
tiquer un art, dont l’arme toujours prête permet d’apporter du secours
à ses amis, de l’aide aux étrangers, le salut aux accusés, à des envieux
et à des adversaires la crainte même et la terreur ... Le péril gronde-t-il
sur ta propre tête, alors il n’est assurément pas de cuirasse et d’épé
qui, au combat, fournissent un rempart plus solide que n’est pour
l’accusé en peril l’éloquence, arme à la fois offensive et défensive, qui
permet à la fois de repousser les coups et d’en porter... »70.
Dans la deuxième partie du Dialogue, Marcus Aper qui défend
les orateurs modernes montre qu’il est difficile d’établir l’époque où
finissent les anciens et où commencent les modernes. Il souligne ensuite
que l’éloquence prend différentes formes au cours de l’histoire d’un peuple.
C’est dans la troisième partie de l’ouvrage que Tacite analyse
par l’intermédiaire de Messala les causes du déclin de l’éloquence.
Avant Tacite la question des causes de cette décadence avait été étudiée
d’une manière superficielle. Pétrone et Quintilien, par exemple, déploraient
la corruption du goût, blâmaient les rhéteurs qui l’entretenaient et
limitaient l’examen de ce problème à de simples constatations. Tacite
ne s’arrête pas à une explication aussi simpliste et ne croit pas que les
rhéteurs soient les seuls coupables, de la décadence de l’art oratoire.
Dans le Dialogue des orateurs, Messala attribue le déclin de l’éloquence
à plusieurs causes:
a) les parents ne s’occupent plus sérieusement de l’éducation de
leurs enfants au sein de la famille.
b) l’insuffisante éducation des orateurs.
En faisant le tableau de l’éducation oratoire ancienne, Messala
montre que les anciens orateurs avaient des connaissances presque
encyclopédiques dues à de profondes études et au fait qu’ils fréquentaient
_______________
70
Tacite, op.cit., p. 28.
78
les cours donnés par les plus grands savants et philosophes de leur
siècle. Dans Brutus, Cicéron racontait, par exemple, qu’il avait appris
le droit auprès de Q. Mucins Scevola et la philosophie auprès de
l’académicien Philon de Larissa et du stoïcien Diodote; il avait ensuite
parcouru la Grèce et l’Asie afin d’entendre d’autres philosophes et
d’autres savants. Il avait ainsi complété son instruction:
«Aussi les discours de Cicéron, dit Messala, le laissent voir:
géométrie, musique, grammaire, bref aucun des arts libéraux ne lui
était étranger. Il possédait la dialectique et sa subtilité, comme la morale
et ses applications, comme la marche et la cause des phénomènes»71.
Selon Tacite, le véritable orateur doit manifester des connaissances
approfondies dans toutes les matières:
«C’est grâce à une érudition prodigieuse, à une foule de con-
naisances, à une science universelle que coule à flots pressés et déborde
même cette éloquence digne d’admiration... L’orateur digne de ce nom
est capable, sur toutes les questions, de tenir un langage magnifique,
élégant, propre à persuader, et cela conformément à la dignité du sujet,
suivant les besoins de la cause, et en sachant plaire aux auditeurs»72.
Il est nécessaire à l’orateur d’avoir un certain talent naturel
développé par l’exercice et la méditation, de se livrer à un travail
acharné pour acquérir une multitude de connaissances indispensables
à la pratique de son art:
«La connaissance même de nombreuses sciences, dit Tacite,
communique de la beauté à nos paroles, même lorsque nous n’y songeons
pas, et, lorsque nous y pensons le moins, elle se montre et se distingue»73.
Tacite veut que l’orateur comme le soldat marche au combat
pourvu de toutes ses armes. Pour lui ce qui constitue l’une des causes
de la faiblesse des orateurs de sa génération c’est l’instruction fausse
et puérile qu’ils reçoivent à l’école des rhéteurs. Ceux-ci au lieu d’en-
seigner les disciplines où l’on traite du bien et du mal, de ce qui est honnête
et juste, se bornent à faire traiter par leurs disciples des controverses
imaginaires dans un style déclamatoire. En outre, les rhéteurs négligent
de compléter la culture générale de leurs élèves:
«Cette culture, les beaux parleurs de notre époque la négligent
au point que, dans leurs plaidoyers, on trouve même notre langue
familière avec ses défauts honteux et scandaleux, qu’ils ignorent les
lois, ne connaissent pas les sénatus-consultes, vont jusqu’à tourner en
_______________
71
Tacite, op. cit., p. 57.
72
Ibidem, p. 58.
73
Ibidem, p. 60.
79
ridicule le droit civil; quant à l’étude de la sagesse et aux préceptes des
philosophes, ils en ont une profonde horreur»74.
c) les causes politiques et sociales de la corruption de l’éloquence.
Après avoir opposé les orateurs anciens aux orateurs modernes,
Tacite, par l’intermédiaire de Julius Secundus montre que les conditions
politiques et sociales différentes exigent un art oratoire différent; il
explique que le déclin de l’éloquence à Rome procède de l’absence
des conditions qui permettent à l’orateur de développer son art.
De tous les ouvrages de Tacite, le Dialogue des orateurs présente
des traits particuliers concernant le fond et la forme qui le distingue
nettement des autres œuvres de cet historien. Le style du Dialogue se
caractérise par l’emploi des périodes très savamment composées, alors
que dans ses ouvrages historiques, Tacite emploie un style original,
brusque, impétueux, saccadé... Ce fut pourquoi un certain nombre de
critiques refusèrent de reconnaître dans le Dialogue la main de Tacite.
Selon d’autres critiques, l’écart entre les deux manières d’écrire
s’expliquerait par le fait que le Dialogue fut composé et publié vingt
ans avant la parution d’Agricola et qu’à ce moment-là, l’auteur était
conquis par l’éclat de la gloire oratoire. Il jouissait alors d’une grande
réputation en tant qu’homme de loi et, orateur illustre, entouré par une
foule de jeunes gens qui voulaient apprendre comment gagner un procès,
il est vraisemblable qu’il pensa expliquer à ceux-ci les causes de la
décadence de l’éloquence. Il adapta en conséquence son style aux besoins
du moment en le rapprochant autant qu’il le put de celui de Cicéron.
LE TRAITÉ DU SUBLIME
Le Traité du Sublime fut longtemps attribué à Longin ((rhéteur
grec, né à Émèse (vers 213-273)), ministre de Zénobie, reine de Palmyre.
Cet ouvrage est probablement dû à un auteur qui vécut au Ier
siècle de notre ère (voir William Rhys Roberts, On the Sublime,
Cambridge University Press, 1935 et Augusto Rostagni, Anonimo: Del
sublime, Milan, Instituto Editoriale Italiano, 1947).
Boileau fut le premier à donner une traduction française du Traité
du sublime qui fut édité en 1674 (dans le recueil de ses Œuvres diverses).
Le Traité du Sublime est une sorte de rhétorique «transcendante»
qui enseigne l’art d’élever le discours au plus haut niveau possible
(afin d’obtenir l’adhésion des auditeurs) en employant tous les moyens
de la techné rhétoriké et surtout de l’élocution (lexis ou elocutio).
_______________
74
Tacite, op. cit., p. 60.
80
Si dans un discours ordinaire le pouvoir de persuasion sur les
auditeurs est en général limité75, le discours qui renferme le sublime
possède une certaine vigueur noble, une certaine grandeur, une force
invincible qui s’empare de ceux qui l’écoutent:
«Tout ce qui est véritablement Sublime, dit l’auteur du Traité, a
cela de propre, quand on l’écoute, qu’il élève l’âme, et luy fait con-
cevoir une haute opinion d’elle-même, la remplissant de joye et de je
ne sçai quel noble orgueil, comme si c’estoit elle qui eust produit les
choses qu’elle vient simplement d’entendre»76.
Un discours est sublime lorsqu’il laisse beaucoup à penser, qu’il
agit sur l’auditoire et qu’il plaît universellement.
Selon l’auteur du Traité, il y aurait cinq sources du sublime:
a) l’élévation d’esprit. Il est impossible qu’un homme qui ait
l’esprit «rampant” et qui toute se vie n’ait eu que des sentiments bas et
serviles puisse jamais composer un ouvrage qui soit excellent, digne
des génération futures:
«Il n’y a vraisemblablement que ceux qui ont de hautes et de
solides pensées qui puissent faire des discours élevez»77.
C’est l’élévation d’esprit qui «nous fait penser heureusement les
choses», dit l’auteur du Traité78.
b) le pathétique: «j’entends par Pathétique, cet Enthousiasme et
cette véhémence naturelle qui touche et qui émeut...79 Le Pathétique
ne fait jamais plus d’effet que lorsqu’il semble que l’Orateur ne le
recherche pas, mais que c’est l’occasion qui le fait naistre»80.
c) l’emploi des figures de rhétorique «tournées d’une certaine
manière”.
d) la noblesse de l’expression qui comprend deux parties: «le choix
des mots, et la diction élégante et figurée».
e) l’imitation, le fait de prendre pour modèle quelque écrivain ou
orateur célèbre est l’un des moyens d’atteindre au sublime:
«Ces grandes beautez, dit l’auteur du Traité, que nous remarquons
dans les ouvrages des Anciens sont comme autant de sources sacrées
_______________
75
«Nous pouvons dire à l’égard de la persuasion que pour l’ordinaire
elle n’a sur nous qu’autant de puissance que nous voulons», Traité du sublime
in Boileau, Oeuvres, Paris, Gallimard, 1966, p. 341.
76
Traité du Sublime, in Boileau, Œuvres, Paris, Galimard, 1966, p. 348.
77
Ibidem, p. 350.
78
Ibidem.
79
Boileau, op.cit. (le Traité du Sublime), p. 349.
80
Ibidem, p. 371.
81
d’où il s’élève des vapeurs heureuses qui se répandent dans l’âme de leurs
imitateurs, et animent les esprits naturellement les moins échauffez»81.
L’un de ceux qui aient pratiqué d’une manière créatrice l’imitation
a été Platon; soulignant que l’influence exercée par Homère sur ce
philosophe a été immense et féconde, l’auteur du Traité écrit:
«Platon est celui de tous qui l’a le plus imité; car il a puisé dans
ce Poëte, comme dans une vive source dont il a détourné un nombre
infini de ruisseaux. Au reste, on ne doit point regarder cela comme un
larcin, mais comme une belle idée qu’il a euë ...»82.
Selon l’auteur du Traité, lorsqu’on a en vue d’écrire un ouvrage
renfermant le sublime il faut penser tout d’abord comment en auraient
dressé le plan et l’auraient composé nos illustres devanciers:
«Comment est-ce qu’Homère aurait dit cela? Qu’auraient fait
Platon, Démosthène et Thucydide même, s’il est question d’histoire,
pour écrire ceci en stile sublime? Car ces grands Hommes que nous
nous proposons à imiter, se présentant de la sorte à notre imagination,
nous servent comme de flambeau, et nous élèvent l’âme presque aussi
haut que l’idée que nous avons conçuë de leur génie».
Ensuite il faut se demander ce que ces illustres écrivains ou
orateurs auraient pensé de notre ouvrage s’ils avaient eu l’occassion
de le faire. Mais un motif encore plus puissant pour nous stimuler
c’est de songer au jugement que la postérité fera de nos écrits.
En ce qui concerne l’emploi des figures de rhétorique dans un
discours, l’auteur du Traité souligne qu’il y a une relation étroite entre
le sublime et les figures; parmi les figures qui contribuent le plus au
sublime il faut citer l’apostrophe, les interrogations, les hyperbates,
les périphrases, les métaphores, les hyperboles.
Suivant l’auteur du Traité, il y a plusieurs défauts qui empêchent
les orateurs et les écrivains d’atteindre au sublime, à savoir, le style
emphatique, la puérilité83, le style pathétique inopportun84, le style coupé.
_______________
81
Boileau, op.cit. (le Traité du Sublime), p. 361.
82
Ibidem.
83
Voir op.cit., p. 344: «C’est le vice où tombent ceux qui veulent
toujours dire quelque chose d’extraordinaire et de brillant, mais surtout ceux
qui cherchent avec tant de soin le plaisant et l’agréable parce qu’à la fin, pour
s’attacher trop au stile figuré, ils tombent dans une sotte affectation».
84
Voir op.cit., p. 344: «Il y a encore un troisième défaut opposé au
Grand qui regarde le Pathétique. Théodore l’appelle une fureur hors de saison,
lorsqu’on s’échauffe mal à propos...»
82
QUELQUES REMARQUES SUR LA RHÉTORIQUE
EN FRANCE
(Manuels et traités de rhétorique)

Dans les écoles romaines de Gaule, florissantes jusqu’au Ve siècle


à Marseille, Narbonne, Toulouse, Bordeaux, Autun, Reims, Trêves, la
rhétorique fut enseignée par des rhéteurs très distingués. Au IVème siècle
de notre ère, par exemple, D. Magnus Ausonius (en français Ausone)
enseigna la rhétorique et la grammaire à l’Université de Bordeaux, ensuite
il fut chargé de l’éducation du prince impérial Gratien; celui-ci devint
empereur en 374, combla Ausone d’honneurs et le fit consul en 379.
Ausone ne composa pas de traités de rhétorique, mais dans ses
oeuvres littéraires extrêmement variées, il accorda une très grande
attention au style, à l’élocution.
((Œuvres: Discours à Gratien, Épigrammes dédiées à Théodose,
Syagrius, Latinus. Ephemeris, Parentalia, Commemoratio professorum
Burdigalensium, Epitaphis (épitaphes des héros de la guerre de Troie),
De duodecim Caesaribus (Suétone mis en vers), Ordo nobilium urbium,
Ludus septem sapientium, Idylles (principalement: De patre; Mosella;
Cento nuptialis; De rosis), Eclogarium, Epistolae)).
Un autre rhéteur renommé fut I.C. Sollius Modestus Apollinaris
Sidonius (Lyon v. 430 – Clermont-Ferrand, v. 487), dit Sidoine Apollinaire.
Fils d’un préfet du prétoire, il devint préfet de Rome; en 471, il fut élu
évêque de Clermont-Ferrand et défendit l’Auvergne contre les Wisigoths.
Il composa des épopées sur son beau-père Avitus, sur Majorianus, sur
Anthemius. Il laissa 24 poèmes et 147 lettres.
Charlemagne qui consacra tous ses efforts en vue de relever les
lettres et les arts, s’intéressa à la rhétorique d’une manière toute
particulière. L’Anglais Alcuin (venu de l’école de York) sur l’ordre de
l’empereur mit au point le trivium, forme d’enseignements groupant
les trois arts libéraux, la grammaire, la rhétorique, la dialectique.

83
Presque toute la rhétorique médiévale s’inspira des traités de
Cicéron (La Rhétorique à Herennius85, De Inventione, De Oratore) et
de Quintilien (De Institutione oratoria) étudiés aussi dans les Universités.
Les nouveaux traités de rhétorique en latin étaient appelés artes
sermocinandi et ils accordaient une très grande place à l’élocution et
aux figures de rhétorique. C’est ainsi que se transmirent de l’antiquité
au moyen âge les grands principes du style: la clarté, la précision,
l’élégance, la convenance et les procédés de division, d’amplification,
d’abréviation. Parmi les moyens d’abréger le style on indiquait: le
participe absolu, la suppression des répétitions, le sous-entendu (l’ellipse),
le style coupé et l’emploi de l’asyndète, la fusion de plusieurs propo-
sitions en une seule. Parmi les procédés pour amplifier le style, on
faisait une place à l’expolitio, terme qui désigne la répétition de la
même idée sous des formes différentes.
En fait de style appliqué à la langue littéraire le moyen âge ne
connaît que les preceptes de l’elocutio, la troisième partie de la
rhétorique; la plupart des traités de rhétorique en latin de cette époque
étudient donc l’art de «colorer» le style à l’aide des figures de mots et
des figures de pensée; les auteurs de ces ouvrages soulignent que les
mots gardent le reflet des choses qu’ils désignent et des milieux où ils
sont employés, principe que Charles Bally mettra en relief dans son
Traité de stylistique sous le nom d’effets par évocation.
Le langage juridique employé dans les plaidoyers cultivait le
nombre; on entend par nombre (numerus) la répartition rythmique et
harmonique des éléments d’une phrase. L’emploi de ce qu’on appelait
la rhétorique du nombre eut pour conséquence l’extension considérable
de la dérivation suffixale et du procédé dit de redoublement; ce dernier
consiste à grouper les mots ou les expressions deux à deux selon
l’exemple des orateurs latins; on découvre les premiers exemples de
redoublement dans les Serments de Strasbourg: «in quant Deus savir
et podir me dunat ... et in aiudha et in cadhuna cosa». L’usage du
numerus et du redoublement s’est répandu du langage juridique dans
toute la langue littéraire. Les traités de rhétorique enseignaient aussi la
théorie des trois styles: simple (humble), tempéré (médiocre), sublime
(grave); ces genres de style devaient être employés selon la nature du
sujet de l’œuvre littéraire et la position sociale des personages. Le
_______________
85
La Rhétorique à Herennius est attribuée à l’heure actuelle à Cornificius
mais cette attribution est douteuse.
84
modèle des trois styles était représenté par les trois œuvres de Virgile:
les Bucoliques (le style simple), les Géorgiques (le style tempéré),
l’Énéide (le style sublime).
Les dernières années du XVe siècle et le XVIe siècle virent paraître
plusieurs grands Arts de rhétorique: A) à la fin du XVe siècle: a) L’Art
et Science de rhétorique, par Henri de Croy (Jean Molinet), Paris,
A. Vérard, 1493 (réimprimé par Crapelet in Poésies des XVe et XVIe
siècles, Paris, 1830-1832); b) Le Jardin de Plaisance et fleur de rhétorique
(sans nom d’auteur), Paris, 1499.
B) au XVIe siècle: En 1521, à Rouen, Pierre Lefèvre (Fabri) fit
paraître Le Grands et Vray Art de pleine rhétorique. Le terme de
pleine rhétorique indique la nature de l’ambition de l’auteur: au lieu
de se limiter à la prose, il présentait à ses lecteurs un traité complet
consacré à l’art de parler et d’écrire en prose et en vers. Dans la
première partie de cet ouvrage il donne la définition de la rhétorique et
étudie attentivement les divisions du discours: l’exorde, la proposition,
la narration, la confirmation, la réfutation, etc. L’ouvrage prend fin par
une analyse des figures (ou couleurs) de rhétorique; tout le traité est
dominé par le souci du nombre et de l’élégance du style. Dans la
seconde partie, Pierre Fabri enseigne l’art de faire des vers. Ce qui fait
l’originalité de l’ouvrage de Fabri c’est son style personnel et son
ambition de donner en français une rhétorique complète qui soit utile
aux orateurs et aux écrivains.
Un ouvrage de rhétorique fort apprécié par les poètes de la Pléiade
fut la Rhétorique française (1555), d’Antoine Foclin de Chauny presque
entièrement consacrée à l’élocution. Foclin (ou Fouquelin) puisa la
plupart de ses citations pour illustrer les figures de rhétorique dans les
œuvres poétiques de la Pléiade.
En 1557, Pierre de Courcelles publia un Premier livre de la
rhétorique (Le second livre de cet ouvrage n’a jamais paru). L’auteur
y parle seulement de l’invention et de la disposition; il analyse les
différents types d’exorde, les procédés de narration, les structures
argumentatives, la réfutation. Courcelles eut le mérite de puiser ses
exemples non seulement dans la littérature latine mais aussi dans les
oeuvres de Clément Marot et de Ronsard.
Deux ouvrages de rhétorique composés au XVIe siècle à l’intention
de Henri III, l’un par Jacques Amyot86, le célèbre traducteur des Vies
_______________
86
Projet de l’éloquence royale.
85
parallèles de Plutarque, et l’autre par Germain Fouget, avocat à Évreux,
juriste et poète, ne furent publiés qu’au XIXe siècle (le premier en
1805, le second en 1887).
Le cardinal Jacques Davy Du Perron rédigea une préface à un traité
de rhétorique intitulé Discours de Rhétorique ou Traité d’Éloquence
où il fit ressortir l’utilité de la rhétorique, sa grande difficulté, la nécessité
d’une culture étendue pour devenir un grand orateur.
Remarque: Dans les Essais (t. I, ch. 51, De la vanité des paroles),
Montaigne lança des critiques sévères à l’adresse des sophistes dont le
métier était «de choses petites les faire paroistre et trouver grandes». Il
ajouta que «Ceux qui masquent et fardent les femmes» font moins de
mal que les sophistes «car c’est chose de peu de perte de ne les voir
pas en leur naturel», tandis que ceux-ci «font état de tromper non pas
les yeux, mais nostre jugement et d’abastardir et corrompre l’essence
des choses».

86
L’HISTOIRE DE LA RHÉTORIQUE
AU XVIIe SIÈCLE

L’histoire de la rhétorique au XVIIe siècle est celle du développement


progressif d’une rhétorique française qui réussit graduellement à
s’affranchir de l’autorité des Anciens (Aristote, Cicéron, Quintilien).
Les traités de rhétorique publiés au XVIIe siècle étaient géné-
ralement rédigés en français et étaient intitulés d’une manière pittoresque:
Fleurs, Parterre, Tableau de la rhétorique française. Cette rhétorique
française, à ses débuts, se présente comme une sorte de rhétorique
grecque et latine traduite en français et où les exemples d’auteurs
français tendent à remplacer les citations d’auteurs anciens. François
Cassandre modernise la Rhétorique d’Aristote (1654) et l’adapte au
goût des cercles mondains. L’abbé Jacques Cassagne traduit De Oratore
de Cicéron (La Rhétorique ou les Trois Livres du dialogue de l’orateur,
Paris, 1673) et Boileau publie en 1674, en traduction française, le Traité
du sublime ou du merveilleux, attribué à tort à Longin. Mais la nouvelle
rhétorique veut marquer son indépendance à l’égard de la rhétorique
antique, en remplaçant souvent dans les titres le terme rhétorique par
le terme éloquence (Jean de Chabanel, Les Sources de l’éloquence
française ou du Droit et naïf usage des principales parties du parler
français, Toulouse, Vve Colomiez, 1612, in-12, 226 pages. Tableau de
l’éloquence française de Charles Vialart).
Les plus importants ouvrages de rhétorique ont été composés au
e
XVII siècle par René Bary (La Rhétorique françoise ... où l’on trouve
de nouveaux exemples sur les passions et sur les figures, Paris,
P. Le Petit, 1659, in-12, 423 p.), Bernard Lamy (De l’Art de parler,
Paris, A. Pralard, 1675, in-12, 288 p.), André Renaud (Manière de parler
la langue françoise selon ses différens styles, Lyon, C. Rey, 1697,
in-12, 594 p.), Joseph Leven de Templery (La Rhétorique françoise,
très propre aux gens qui veulent apprendre à parler et à écrire avec
politesse, Paris, M. et J. Jouvenel, 1698, in-12, 311 p.), etc.
87
La nouvelle rhétorique ou la rhétorique de l’honnête homme tire
sa source de la doctrine puriste élaborée par Malherbe, Nicolae Coëffeteau,
Claude-Favre de Vaugelas, Guez de Balzac, Gilles Ménage, Dominique
Bouhours, Nicolas Rapin. C’est dans les cercles mondains que, exposée
et commentée, la nouvelle rhétorique s’épanouit. (L’honnête homme,
au XVIIe siècle, est une personne distinguée, cultivée, remarquable
autant par ses manières que par son esprit. Ce type d’honnête homme,
«une personne de bien sachant parler» a été décrit par Nicolae Faret,
en 1630, dans l’Honnête homme ou l’art de plaire à la cour).
Avant la publication de l’Art de parler de Bernard Lamy, le plus
important ouvrage de rhétorique qui ait paru au XVIIe siècle, Blaise
Pascal a exercé sur cette discipline une influence considérable.
D’ailleurs, dans la Logique de Port-Royal, Antoine Arnauld et Pierre
Nicole font ressortir que Pascal a été un rhétoricien consommé:
«L’esprit des hommes n’est pas seulement naturellement
amoureux de lui-même mais il est aussi naturellement jaloux, envieux
et malin à l’égard des autres... La connaissance de cette disposition
maligne et envieuse qui réside dans le fond du coeur des hommes,
nous fait voir qu’une des plus importantes règles qu’on puisse garder
pour n’engager pas dans l’erreur ceux à qui l’on parle et ne leur
donner point d’éloignement de la vérité qu’on veut persuader, est de
n’irriter que le moins qu’on peut leur envie et leur jalousie en parlant
de soi et en leur présentant des objets auxquels elle puisse s’attacher...
Feu M. Pascal, qui savait autant de véritable rhétorique que personne
en ait jamais su portait cette règle jusqu’à prétendre qu’un honnête
homme devait éviter de se nommer et même de se servir des mots de
je et de moi».87
En parlant des Lettres provinciales de Pascal, Voltaire écrit
qu’elle sont le premier livre de génie qu’on ait jamais vu en prose:
«Toutes les sortes d’éloquence y sont enfermées depuis le sarcasme
et l’anathème jusqu’à la méditation et l’adjuration pathétique».88
Selon Pascal, «l’art de persuader (= la rhétorique) consiste
autant en celui d’agréer qu’en celui de convaincre», car les hommes se
conduisent plus souvent dans la vie sous l’influence des caprices dont
ils sont sujets qu’ils ne suivent les conseils de la raison. Suivant ce
_______________
87
A. Arnauld, P. Nicole, Logique de Port-Royal, Paris, Hachette, 1861
(1662), p. 161.
88
Voltaire, Le Siècle de Louis XIV, Paris, Larousse, 1970, p. 87.
88
philosophe, l’éloquence est un art de dire les choses de telle façon:
a) que ceux à qui l’on parle puissent les entendre sans peine et avec
plaisir; b) qu’ils s’y sentent intéressés, en sorte que l’amour propre les
porte plus volontiers à y faire réflexion; elle consiste donc dans une
correspondance qu’on tâche d’établir d’une part entre l’esprit et le
coeur de ceux à qui l’on parle et les pensées et les expressions dont on
se sert de l’autre.
L’art de persuader (docēre, conciliāre) consiste généralement en
trois parties essentielles:
a) à définir les termes dont on doit se servir par des définitions
claires;
b) à proposer des principes ou axiomes évidents pour prouver la
chose dont il s’agit;
c) à substituer toujours mentalement dans la démonstration les
définitions à la place des termes définis.
La manière d’agréer (placēre) est sans comparaison plus difficile
et plus utile. Il y a des règles aussi sûres pour plaire que pour démontrer,
mais elles sont aussi complexes que le coeur de l’homme, car le cœur
a ses raisons que la raison ne connaît pas.
De là, cette différence marquée par Pascal entre l’esprit de finesse
et l’esprit de géométrie. Il entend par esprit de géométrie, l’esprit
scientifique procédant par déductions logiques, et par esprit de finesse,
l’intuition psychologique, l’aptitude à discerner les plus délicats rapports
concernant les pensées et les sentiments.
En ce qui concerne le style, Pascal s’attaque au style affecté: «Je
hais, dit-il, également le bouffon et l’enflé». Il cite Horace qui avait
écrit dans son Art poétique: Ambitiosa recidet ornamenta («Il retranchera
les ornements ambitieux»).
Pascal aime le style simple, naturel, équilibré:
«Il faut se renfermer le plus qu’il est possible dans le simple
naturel: ne pas faire grand ce qui est petit, ni petit ce qui est grand. Ce
n’est pas assez qu’une chose soit belle, il faut qu’elle soit propre au
sujet, qu’il n’y ait rien de trop, ni rien de manque».
Suivant ce philosophe rhétoricien, le style doit être concis et
l’expression des idées doit être succinte. D’ailleurs, la concision est un
trait caractéristique du style de Pascal. Bernard Lamy dans son traité
de rhétorique cite le style de Pascal comme exemple de concision:
«... un Auteur fort célèbre, M. Pascal, qui avait cette adresse de
renfermer beaucoup de choses en peu de paroles, s’excuse agréablement
89
de ce que l’une de ses lettres est trop longue, sur ce qu’il n’avait pas
eu le loisir de la faire plus courte»89.
L’un des procédés stylistiques fondamentaux de Pascal, c’est
l’emploi des constructions parallèles et antithétiques:
«Concervoir et signifier toutes choses sous le jour de la contra-
riété, c’est-à-dire à la fois de la correspondance et de l’opposition».
Cependant, l’abus d’antithèses peut devenir nuisible:
«Ceux qui font les antithèses en forçant les mots sont comme
ceux qui font de fausses fenêtres pour la symétrie: leur règle n’est pas
de parler juste, mais de faire des figures justes»90.
Pascal a exploité aussi les physionomies et les sonorités des noms
propres. En parlant, par exemple, des Jésuites, il énumère les auteurs
des commentaires de l’Évangile:
Villalobos, Llamos, Achokier, Dealkoser, Veracruz, Ugolin,
Tambourin, Henriquez, Vasquez, Lopez, Gomez:
– «O mon Père lui dis-je tout effaré, tous ces gens-là étaient-ils
chrétiens?».91
Dans le Traité de la beauté des ouvrages d’esprit (1659) où est
appliqué «le principe de la nature» à toutes les manifestations du style,
Nicole92 découvre ce qu’on a depuis lors appelé le langage affectif
qu’il oppose au langage raisonné, objet d’étude de l’ancienne rhétorique.
Dans la Logique de Port-Royal (1662), le langage affectif ou subjectif
reparaît à l’occasion de la définition des mots, sous la forme de sens
accessoire ou connotatif; les auteurs de cet ouvrage précisent que dans
le langage affectif ou subjectif les idées sont excitées et non plus
simplement signifiées.
Au XVIIe siècle, la nouvelle rhétorique a été développée par
Bernard Lamy (1640-1715), membre de la congrégation de l’Oratoire,
philologue, philosophe et mathématicien. L’ouvrage qui l’honore le plus
c’est l’Art de parler (1675). Malebranche recomande la lecture de ce
livre à ses amis, par les vers suivants:
«Lamy s’est fait un art de parler agréable,
D’un style en notre langue élégant et poli
Qui montre son esprit par l’étude accompli,
Livre utile sans doute autant qu’il est aimable»93.
_______________
89
B. Lamy, L’Art de parler, Paris, Pralard, 1675, p. 69.
90
Pascal, Pensées et opuscules, Paris, Larousse, 1970, p. 19.
91
Pascal, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, p. 1099.
92
Pierre Nicole (1625-1695), professeur à Port-Royal.
93
v. François Gribal, Bernard Lamy, Paris, P.U.F., 1964, p. 5.
90
Bernard Lamy a fait admirablement connaître ce qu’il entendait
par rhétorique. La définition qu’il donne à cette discipline est demeurée
célèbre et elle est reproduite par l’Encyclopédie de Diderot et de
d’Alembert et par les dictionnaires explicatifs les plus récents (v. Paul
Robert).
Pierre Bayle, dans les Nouvelles de la République des Lettres de
novembre 1684, a particulièrement apprécié l’ouvrage de Bernard Lamy.
Bayle y affirme que Bernard Lamy est bon cartésien, car il écrit avec
netteté et a soin de donner les principes généraux de l’art de parler.
Selon Bayle il n’est pas nécessaire d’être philosophe pour donner des
préceptes de rhétorique; il précise cependant que les préceptes les plus
importants sont ceux fondés sur une exacte connaissance de la Nature
et qui apportent avec eux leur raison philosophique. Bayle souligne
que ce qui rend recommandable l’Art de parler de Bernard Lamy c’est
justement le fait que l’auteur y a fait «plusieurs réflexions qui font
connaître comment les paroles agissent sur l’âme et quel est le rapport
du langage aux opérations de l’esprit».94
Adrien Baillet montre que l’Art de parler de Bernard Lamy
approche de la force et de la réputation de la Grammaire de Port-Royal:
«Cet ouvrage, écrit Baillet, ne regarde pas moins la grammaire
que la rhétorique, on y entreprend de traiter des principes de la parole,
des lettres, des mots, des styles et de la pureté du langage aussi bien
que des tropes et des figures»95.
Dans son traité de rhétorique, Bernard Lamy acorde une impor-
tance toute particulière à l’art d’émouvoir (movēre) les auditeurs et de
susciter en eux tous les sentiments convenables à une cause juste:
«Un discours est imparfait, dit-il, lorsqu’il ne porte que les marques
des mouvements de notre volonté … Il est certain que nous parlons
selon que nous sommes touchés. Les mouvements de l’âme ont leurs
caractères dans les paroles comme sur le visage. Le ton de la voix et le
tour qu’on prend, fait connaître de quelle manière on regarde les
choses dont on parle, le jugement qu’on en fait et le mouvement dont
on est animé à leur égard»96.
_______________
94
P. Bayle, Nouvelles de la République des Lettres, Amsterdam, 1686,
p. 978.
95
A. Baillet, Jugemens des savans, Paris, Moette, 1722, t. II, p. 522.
96
B. Lamy, L’Art de parler, Paris, Pralard, 1701, p. 1.
91
La rhétorique au XVIIe siècle distingue plusieurs sortes de styles
dans la langue. L’abbé Renaud dans Manière de parler la langue
française selon les différents styles les classifie de la façon suivante:
a) style sublime ou relevé dont on use, par exemple, dans les actions
publiques et dans les tragédies.
b) style médiocre ou familier dont on se sert d’ordinaire dans les
conversations.
c) style bas dont on use dans le comique, dans le burlesque.
Dans chaque style, les éléments essentiels sont les mots, les figures
et les périodes. Chaque mot est classé socialement suivant qu’il est
employé à la Cour, à la ville, par le peuple, en province, à la campagne.
Chaque style a son vocabulaire propre: pécadille est burlesque; pécore,
pécune sont bas et burlesques; flamme (= amour) est noble et il est
employé dans le style sublime.
Les auteurs de traités de rhétorique étudient attentivement les
figures de style, les métataxes, les métasémèmes, les métalogismes.
En ce qui concerne la construction des périodes, la période la
plus parfaite est considérée la période carrée, composée de quatre
éléments sensiblement égaux. Selon les théoriciens de la rhétorique,
les écrivains doivent savoir l’art d’achever une période; ainsi René
Bary dans les Secrets de nostre langue, Paris, 1665, p. 192, critique la
partie finale de cette phrase: «Il joint la dureté au courage; la cruauté à
la victoire: et pour tout dire en peu de mots, le feu au fer». Il y
souligne que la fin de cette phrase doit être arrondie de la façon
suivante: «et pour tout dire en peu de mots, les désolations du feu aux
effusions du sang».
La Rochefoucauld a subi l’influence de la rhétorique de son temps
et en outre, il a eu la chance d’apprendre les préceptes de rhétorique
en écoutant parler Pascal et Arnauld, comme le souligne Voltaire dans
le Siècle de Louis XIV:
«Ce temps ne se retrouvera plus, écrit Voltaire, où un duc de la
Rochefoucauld, l’auteur des Maximes au sortir de la conversation d’un
Pascal et d’un Aranuld, allait au théâtre de Corneille»97.
Les connaissances étendues de La Rochefoucauld en ce qui
concerne les préceptes de rhétorique se font voir dans la manière dont
il a composé ses Mémoires et ses Maximes. Certaines maximes de La
_______________
97
Voltaire, Le Siècle de Louis XIV, în Œuvres historiques, Paris,
Gallimard, 1957, p. 1012.
92
Rochefoucauld sont de véritables préceptes de rhétorique. Voici
quelques-unes de ces maximes rattachées aux parties de la rhétorique
auxquelles elles se rapportent.98
1. Maximes se rapportant à l’Invention (Inventio)
((Il y a trois moyens de persuader: instruire (docēre), plaire
(placēre) et toucher (movēre)):
a) Maximes concernant l’action de plaire et de toucher et les
passions.
No. 622. «La confiance de plaire est souvent un moyen de déplaire
infailliblement».
No. 100. «La galanterie de l’esprit est de dire des choses flat-
teuses d’une manière agréable».
(Complimenter, c’est louer; or c’est un grand art de savoir bien
louer dans un discours).
No. 8. «Les passions sont les seuls orateurs qui persuadent
toujours».
No. 102. «L’esprit est toujours la dupe du coeur».
No. 43. «L’homme croit souvent se conduire lorsqu’il est
conduit, et pendant que par son esprit il tend à un but, son coeur
l’entraîne insensiblement à un autre».
No. 28 «L’envie est une fureur qui ne peut souffrir le bien des
autres».
(«Peut-être… dit Cicéron, les mouvements de l’envie sont-ils de
tous les plus violents, et ne faut-il pas moins de force pour réprimer
cette passion que pour la produire. Les hommes portent surtout envie à
leurs égaux ou à leurs inférieurs, lorsqu’ils se sentent dépassés et
qu’avec dépit ils voient que les autres ont pris leur essor»99).
No. 29. «Le mal que nous faisons ne nous attire pas tant de
persécution et de haine que nos bonnes qualités»,
(«Gardons-nous, dit Cicéron, d’exalter outre mesure le mérite ou
la gloire de ceux dont nous voulons faire aimer les services; gloire et
mérite sont choses qui d’ordinaire n’excitent que trop l’envie»100).
b) Maximes concernant le vrai et le vraisemblable
No. 626. «La vérité est le fondement et la raison de la perfection
et de la beauté».
_______________
98
v. La Rochefoucauld, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1950.
99
Cicéron, De l’Orateur, Paris, Les Belles Lettres, 1927, t. II, XLII, 178.
100
Cicéron, op.cit., t. II, LI, 208.
93
No. 64. «La vérité ne fait pas tant de bien dans le monde que ses
apparences y font du mal».
c) Maximes se rapportant aux mœurs oratoires
No. 12. «Quelque soin que l’on prenne de couvrir ses passions
par des apparences de piété et d’honneur, elles paraissent toujours au
travers de ces voiles».
No. 338. «Lorsque notre haine est trop vive, elle nous met au-
dessous de ceux que nous haïssons».
(L’orateur doit toujours traiter ses auditeurs avec bienséance) :
«Il faut éviter les outrages, dit Quintilien, les sarcasmes, les traits
d’orgueil, les attaques contre un homme ou un ordre, particulièrement
contre ceux qu’on ne peut blesser sans s’aliéner les bonnes dispositions
des juges»101).
2. Maximes se rapportant à l’Élocution (Elocutio)102
No. 245. «C’est une grande habileté que de savoir cacher son
habileté».
((«Cacher l’art, c’est le comble de l’art («Sed ipsum artem evitare
summae artis», dit Quintilien)).
No. 250. «La véritable éloquence consiste à dire tout ce qu’il
faut, et à ne dire que ce qu’il faut».
3. Maximes concernant l’Action (Actio)
(On entend par l’action oratoire, les gestes, les attitudes qui
accompagnent la parole, l’action même de prononcer le discours).
No. 249. «Il n’y a pas moins d’éloquence dans le ton de la voix,
dans les yeux, et dans l’air de la personne, que dans le choix des paroles».
No. 255. «Tous les sentiments ont chacun un ton de voix, des
gestes et des mines qui leur sont propres, et ce rapport, bon ou mauvais,
agréable ou désagréable, est ce qui fait que les personnes plaisent ou
déplaisent».
Les ouvrages de Fénelon concernant la rhétorique furent élaborés
à la fin du XVIIe siècle et au début du siècle des Lumières. Les Dialogues
sur l’Éloquence furent écrits vers 1681 et la Lettre à l’Académie,
réflexions particulières sur la grammaire, la rhétorique, la poétique et
l’histoire fut composée en 1713 et publiée en 1714. Les trois Dialogues
sur l’éloquence ont pris pour modèle les Dialogues de Platon. Les
_______________
101
Quintilien, Institution oratoire, Paris, Garnier, 1933, t. II, p. 9.
102
L’Élocution est la partie de la rhétorique qui apprend à exprimer les
pensées par la parole.
94
interlocuteurs y sont désignés par les lettres A, B, C; les idées principales
exprimées dans les Dialogues sur l’éloquence furent reprises et nuancées
dans la Lettre à l’Académie.
Le personnage A des Dialogues précise que l’éloquence103 peut
être prise de trois manières: a) comme l’art de persuader la vérité et
rendre les hommes meilleurs; b) comme un art indifférent dont les
méchants peuvent se servir aussi bien que les bons (c’est la rhétorique
des sophistes); c) comme un art qui peut servir aux hommes intéressés
à plaire, à s’acquérir de la réputation.
Selon Fénelon, l’éloquence n’est que l’art d’instruire et de persuader
les hommes en les touchant:
«C’est un art très sérieux, dit-il, qui est destiné à instruire, à
réprimer les passions, à corriger les mœurs, à soutenir les lois, à diriger
les délibérations publiques, à rendre les hommes bons et heureux»104.
L’orateur doit être un homme de bien; il doit chercher à plaire
non pas pour rendre sa personne sympathique aux auditeurs mais pour
faire aimer la justice. Fénelon en donne comme exemple Démosthène;
cet orateur est trop touché des intérêts de sa patrie pour essayer de
plaire à ses auditeurs seulement par des jeux d’esprit; dans ses discours,
on remarque des raisonnementa profonds et cohérents, des sentiments
généreux d’une âme qui ne peut concevoir que qulque chose de grand;
on voit qu’il porte la république dans le fond de son cœur et que c’est
la nature elle-même qui parle lorsqu’il se trouve sous l’empire d’une
passion. Le contraire de Démosthène c’est Isocrate qui veut plaire à
tout prix et qui désire s’acquérir de la réputation; il est un orateur
dénué de sensibilité et il n’a songé qu’aux ornements du style: «il n’a
eu qu’une idée basse de l’éloquence et il l’a presque toute mise dans
l’arrangement des mots… À quoi servent les beaux discours d’un
homme, se demande Fénelon, si ces discours, tout beaux qu’ils sont ne
font aucun bien au public ? Les paroles sont faites pour les hommes et
non pas les hommes pour les paroles»105, conclut-il.
L’orateur doit être un homme studieux, cultivé et ayant du bon sens:
«Je voudrais, dit Fénelon, qu’un orateur se préparât longtemps
en général, pour acquérir un fonds de connaissances et pour se rendre
capable de faire de bons ouvrages. Je voudrais que cette préparation
générale le mît en état de se préparer moins pour chaque discours
_______________
103
Fénelon emploie le terme d’éloquence au lieu de rhétorique.
104
Fénelon, Lettre à l’Académie, Paris, Larousse, s.d., p. 27.
105
Fénelon, Dialogue sur l’éloquence, în Oeuvres, Paris, Lebel, 1824,
t. XXI.
95
particulier. Je voudrais qu’il fût naturellement très sensé et qu’il
ramenât tout au bon sens, qu’il fît de solides études, qu’il s’exerçât à
raisonner avec justesse et exactitude, se défiant de toute subtilité. Je
voudrais qu’il se défiât de son imagination, pour ne se laisser jamais
dominer par elle…»106
Fénelon insiste sur le caractère moral de l’orateur; celui-ci pour
être capable de persuader les auditeurs doit être un homme moral,
incorruptible; il faut qu’il ait une probité à toute épreuve et qui puisse
servir de modèle à tous. L’orateur doit être un philosophe, un homme
qui sache prouver la vérité et ajouter à la solidité de ses raison-
nements, les sentiments convenables et la beauté de l’expression. Un
orateur doit savoir entrer dans la cœur des autres; l’éloquence consiste
non seulement dans l’art de prouver mais aussi dans l’art de susciter
les passions (inspirer l’indignation contre l’ingratitude, l’horreur
contre la cruauté, l’amour pour la vertu); pour les exciter il faut les
peindre; peindre veut dire non seulement décrire minutieusement les
choses, instruire les auditeurs des faits, mais les leur rendre sensibles
en ébranlant leur imagination (Fénelon souligne que l’éloquence
réside dans l’art de prouver, de peindre et de toucher). C’est de cette
façon que procéde Virgile dans l’Enéide lorsqu’il raconte la mort de
Didon. Suivant Fénelon, un froid historien qui eût relaté cette mort se
fût contenté de dire: «Elle fut si accablée de douleur après le départ
d’Énée qu’elle ne put supporter la vie: elle monta au haut de son
palais, elle se mit sur le bûcher et mit fin à ses jours».
Fénelon précise qu’en écoutant ces paroles, nous apprenons le
fait mais que nous ne le voyons pas. Au contraire, Virgile le met
devant nos yeux. Il nous montre Didon furieuse, une pâleur mortelle
empreinte sur son visage; il la fait parler devant le portrait d’Énée et
l’épée de celui-ci; grâce à l’immense talent du chantre d’Énée, notre
imagination nous transporte à Carthage, nous croyons voir la flotte des
Troyens qui fuit le rivage, nous nous représentons la reine éplorée, en
proie au désespoir; nous sommes animés de presque tous les senti-
ments qu’eurent alors ceux qui assistaient à cet événement tragique.
Ce n’est plus Virgile que nous écoutons, nous sommes trop attentifs
aux dernières paroles de l’inconsolable Didon, pour penser à lui. Le
poète s’efface, disparît, on ne voit plus que ce qu’il fait voir, on
n’entend plus que ceux qu’il fait parler. C’est pourquoi on dit qu’un
peintre et un poète se ressemblent. À l’avis de Fénelon, les orateurs
_______________
106
Ibidem.
96
sont des poètes et les poètes sont orateurs, car la poésie est propre à
persuader; d’ailleurs la poésie ne se distingue de la vraie éloquence
que par le fait qu’elle peint les choses avec plus d’ardeur et par des
traits plus hardis.
Dans sa Lettre à l’Académie, Fénelon fait ressortir le fait que
l’orateur doit orner son discours de vérités lumineuses, de sentiments
nobles et d’expressions proportionnées aux idées que l’on veut faire
accepter aux auditeurs:
«Un homme qui a l’âme forte et grande, dit-il, avec quelque facilité
naturelle de parler, et un grand exercice, ne doit jamais craindre que les
termes lui manquent. Ses moindres discours auront des traits originaux,
que les déclamateurs fleuris ne pourront jamais imiter. Il n’est point
escalve des mots; il va droit à la vérité. Il sait que la passion (= le sen-
timent profond) est comme l’âme de la parole».
Fénelon précise qu’un système d’argumentation doit être minu-
tieusement mis au point et qu’il faut disposer les arguments suivant
l’ordre requis par la cause:
«Il (= l’orateur) remonte d’abord au premier principe sur la
matière qu’il veut débrouiller. Il met ce principe dans son vrai point de
vue; il le tourne et le retourne pour accoutumer ses auditeurs les moins
pénétrants. Il descend jusqu’aux dernières conséquences par un en-
chaînement court et sensible. Chaque vérité est mise en sa place par
rapport au tout. Elle prépare, elle amène, elle appuie une autre vérité
qui a besoin de son secours»107.

_______________
107
Fénelon, Lettre à l’Académie, éd. cit., p. 28.
97
LA RHÉTORIQUE
DÉFINITIONS, REMARQUES

1. «La rhétorique est la faculté de découvrir spéculativement ce


qui, dans chaque cas, peut être propre à persuader. Aucun autre art n’a
cette fonction; tous les autres sont, chacun pour son objet, propres à
l’enseignement et à la persuasion; par exemple, la médecine sur les
états de santé et de maladie; la géométrie pour les variations des
grandeurs; l’arithmétique au sujet des nombres, et ainsi des autres arts
et sciences; donc, on peut ainsi dire que seule la rhétorique semble être
la faculté de découvrir spéculativement sur toute donnée le per-
suasif» (Aristotel, Rhétorique, I, p. 76).
2. «Tout ce qui se rapporte à l’art et au talent de l’orateur forme
la matière de la rhétorique. Le devoir de l’orateur est de parler d’une
manière propre à persuader et … la fin qu’il se propose est d’arriver à
la persuasion par la parole…» (Cicéron, De Inventione, I, 5).
3. «La rhétorique est la science de bien dire… Elle est la science
de bien trouver les arguments, de bien les disposer, de bien les
présenter, le tout joint à une mémoire sûre et à la dignité dans
l’action» (Quintilien, De Institutione oratoria, V, 10, 54).
4. «Le mot de Rhétorique, écrit Bernard Lamy, n’a point d’autre
idée dans la langue grecque d’où il est emprunté, que c’est l’Art de
dire ou de parler…Il n’est pas nécessaire d’ajouter que c’est l’art de
bien parler pour persuader…» (B. Lamy, L’Art de parler, Paris, 1675).
5. «Art de parler sur quelque sujet que ce soit avec éloquence et
avec force. D’autres la définissent l’art de bien parler, ars bene
dicendi…Il n’est pas nécessaire d’ajouter que c’est l’art de bien parler
pour persuader… Le chancelier Bacon définit très philosophiquement
la rhétorique, l’art d’appliquer et d’adresser les preceptes de la raison
à l’imagination, et de les rendre si frappants pour elle, que la volonté
et les désirs en soient affectés… Aristote définit la rhétorique un art ou
une faculté qui considère en chaque sujet ce qui est capable de persuader.
98
La rhétorique est à l’éloquence ce que la théorie est à la pratique, ou
comme la poétique est à la poésie» (Diderot et d’Alembert, l’Encyclopédie,
art. Rhétorique).
La rhétorique est un art dans le sens qu’elle produit des discours,
des oeuvres littéraires selon certaines règles en vue de persuader les
auditeurs (ou les lecteurs de l’oeuvre) de la justesse d’une cause, etc.;
elle est une méthode car elle enseigne la démarche rationnelle que doit
suivre l’esprit pour atteindre la vérité ou la démontrer quand il l’a
trouvée.
La rhétorique possède un champ d’observation autonome con-
cernant les effets de langage et surtout les actes perlocutoires (ou de
perlocution). L’acte perlocutoire consiste dans l’obtention de certains
effets par la parole. Dire quelque chose provoque souvent certains
effets sur les sentiments, les pensées de l’auditoire. Et l’on peut parler
dans le dessein de susciter ces effets. Les effets engendrés par les
perlocutions sont de vraies conséquences, dénuées de tout élément
conventionnel. Par l’acte x on produit l’effet y.
Il ne faut pas confondre l’Éloquence et la Rhétorique. La première
est le talent, le don de la parole, l’art naturel de persuader, d’entraîner
par le discours, tandis que la seconde est une science qui a aussi pour
but de développer ce précieux talent :
«Le peuple appelle éloquence, écrit La Bruyère, la facilité que
quelques-uns ont de parler seuls et longtemps… L’éloquence est un
don de l’âme, lequel nous rend maître du cœur et de l’esprit des autres,
qui fait que nous leur inspirons ou que nous leur persuadons tout ce
qui nous plaît» (La Bruyère, Les Caractères, I, 55).
L’éloquence est aussi cette force de persuasion qui s’inspire du
sentiment et provoque l’émotion:
«La plupart des grands personnages, écrit Vauvenargues, ont été
les hommes de leur siècle les plus éloquents. Les auteurs des plus
beaux systèmes…ceux qui ont eu dans tous les temps le plus d’empire
sur l’esprit des peuples, n’ont dû la meilleur partie de leur succès qu’à
l’éloquence vive et naturelle de leur âme» (Vauvenargues, Réflexions
et maximes).
Cicéron a montré que les hommes éloquents doués par la nature
du don de bien dire sont très rares:
«J’écrivis dans un petit traité…que j’avais bien connu jusqu’à
présent quelques hommes „diserts”, mais non pas encore un seul
homme „éloquent”. J’appelais en effet „disert” celui qui, s’appuyant
99
sur des opinions moyennes, peut paraître, à un auditoire moyen,
suffisamment profond et clair; mais l’homme éloquent était à mes
yeux celui qui, par l’admirable éclat et la magnificence de son verbe,
est capable d’agrandir et d’embellir tout sujet, et chez qui toutes les
sources de l’art de parler jaillissent intarissablement de la pensée et de
la mémoire…» (De Oratore. I, 94).
L’éloquence a existé avant la rhétorique. Il y avait des orateurs
lorsque personne n’enseignait encore à le devenir:
«L’éloquence, écrit Voltaire, est née avant les règles de la
rhétorique, comme les langues se sont formées avant la grammaire»
(Dictionnaire philosophique, art. Éloquence).
Les préceptes qui apprennent à bien rédiger et prononcer un
discours ne sont pas des règles imaginées avant qu’un locuteur se soit
distingué par le talent de la parole :
«Ce que faisaient d’instinct les hommes éloquents, dit Cicéron,
d’autres après eux l’ont observé, étudié avec soin. Ainsi ce n’est pas
l’éloquence qui est née de la rhétorique, c’est la rhétorique qui est née
de l’éloquence» (De Oratore, I, 146).
Des gens passionnés de l’art de persuader se mirent à observer
les orateurs afin d’établir des préceptes qui pussent contribuer à la
formation de nouveaux orateurs; ils examinèrent par quels procédés
ceux-ci parvenaient à intéresser l’esprit des auditeurs et à toucher leur
coeur, comment ils exposaient les faits dans une narration vraisemblable,
claire et courte; puis comment ils confirmaient leurs thèses par des
arguments et des preuves et comment ils réfutaient les thèses des parties
adverses. Ces observations recueillies méthodiquement constituèrent
un corps de préceptes qui servirent de fondement à la rhétorique. Ces
préceptes issus de l’expérience des orateurs et dus à la sagacité de
ceux qui les ont établis sont importants et utiles. Cependant, ainsi que
les rhéteurs l’ont souligné maintes fois, la connaissance des règles
seules ne peut pas rendre les gens éloquents.

Réflexions sur l’importance de la rhétorique et de l’éloquence


a) «C’est un grande entreprise, dit Cicéron, et en même temps
une tâche bien périlleuse, de se présenter au milieu d’une nombreuse
assemblée pour y être entendu seul, dans le silence le plus profond, sur
les affaires les plus importantes» (Cicéron, De Oratore, I, 116).
100
b) «L’éloquence est un arsenal ou vous trouverez des armes
toujours prêtes pour secourir vos amis et terrasser vos adversaires.
L’orage vient-il à gronder sur votre tête, l’éloquence vous met à l’abri
de la foudre. C’est un bouclier qui repousse les traits, un glaive qui
porte des coups victorieux» (Tacite, Dialogue des orateurs, 5).
c) «L’éloquence, dit Pascal, est l’art de dire les choses de telle
façon: 1. que ceux à qui l’on parle puissent les entendre sans peine et
avec plaisir; 2. qu’ils s’y sentent intéressés, en sorte que l’amour-
propre les porte plus volontiers à y faire réflexion. Elle consiste donc
dans une correspondance qu’on tâche d’établir entre l’esprit et le
coeur de ceux à qui l’on parle d’un côté, et de l’autre les pensées et les
expressions dont on se sert; ce qui suppose qu’on aura bien étudié le
coeur de l’homme pour en savoir tous les ressorts, et pour trouver
ensuite les justes proportions du discours qu’on veut y assortir»
(Pascal, Pensées et Opuscules, 15).
d) «Les rhétoriques, dit Baudelaire, ne sont pas des tyrannies
inventées, arbitrairement, mais une collection de règles réclamées par
l’organisation même de l’être spirituel. Et jamais les rhétoriques n’ont
empêché l’originalité de se produire distinctement. Le contraire, à
savoir qu’elles ont aidé à l’éclosion de l’originalité serait infiniment
plus vrai» (Baudelarie, Curiosités esthétiques, IV, IX).
Remarque I. Certaines linguistes ont identifié dans le langage
un composant rhétorique; O. Ducrot dans Dire et ne pas dire, Principes
de sémantique linguistique, Paris, Hermann, 1972, montre que la des-
cription sémantique d’un énonce suppose qu’on envisage successivement
le composant linguistique et le composant rhétorique de cet énoncé; le
composant linguistique assigne à chaque énoncé, indépendamment de
tout contexte, une certaine description qu’on appelle signification (ce
composant assigne donc à un énoncé A, une description sémantique A'
qui représente sa signification). Le deuxième composant du langage,
le composant rhétorique a pour tâche d’établir le sens effectif de
l’énoncé A dans la situation X et de prévoir son effet dans un acte de
langage. Dans le Journal de psychologie, 1.2. Janvier-Juin 1973, p. 127,
O. Ducrot écrit dans La description sémantique en linguistique
les lignes suivantes consacrées au sujet que nous avons mentionné ci-
dessus: «Un premier composant, le composant linguistique, fait cor-
respondre à l’énoncé une signification; puis un second composant dit
rhétorique calcule, à partir de la signification de l’énoncé et d’une
description de la situation, le sens de l’énonciation».
101
D’apres O. Ducrot le composant rhétorique comporterait certaines
lois:
a) la loi de l’informativité. Tout énoncé doit apporter à l’auditeur
une information qu’il est censé ne pas connaître déjà. Toute énonciation a
pour but de renseigner l’auditeur; or on ne peut en effet arriver à ce
résultat que si l’auditeur ne connaît pas déjà le fait qu’on lui signale.
Ainsi, tout énoncé A, s’il est présenté comme source d’information
suppose que le destinataire ignore A.
b) la loi d’exhaustivité. Suivant cette loi, l’information apportée
est maximale dans un cadre donné; le locuteur doit donner sur le
thème dont il parle les renseignements les plus complets qu’il possède
et qui, par leur nature, doivent être susceptibles d’intéresser l’allocutaire.
c) la loi de la litote. Conformément à cette loi, on dit moins pour
signifier plus, lorsqu’on estime ne pas avoir le droit de dire ce plus;
elle amène à interpréter un énoncé comme disant plus que sa signifi-
cation littérale.
Les lois d’exhaustivité et de la litote portent seulement sur les
posés, non sur les présupposés.
Remarque II. Selon O. Reboul108 il y aurait quelques principes
rhétoriques qui expliqueraient comment un discours peut être persuasif;
c’est en tenant compte de ceux-ci qu’on pourrait comprendre en quoi
réside la force de persuasion des figures et des procédés oratoires mis
en oeuvre pour faire admettre une chose, une thèse;
a) le principe de non-paraphrase: le propre d’un énoncé rhétorique
consiste dans le fait qu’il est non paraphrasable, c’est-à-dire qu’on ne
peut le remplacer par un autre sans en altérer le sens et en réduire
l’information. Les discours des grande orateurs ne peuvent pas être
paraphrasé; des paraphrases introduites dans les Philippiques (351-340)
de Démosthène, ou dans les Catilinaires (63 a.n.e) de Cicéron, par
exemple, porteraient atteinte à l’intégrité de ces chefs-d’oeuvre d’éloquence
et réduiraient considérablement leur portée persuasive et émotionnelle.
b) le principe de fermeture. O. Reboul relève l’importance de ce
principe de la manière suivante:
«Étant non paraphrasable, dit-il, le message rhétorique paraît
irréfutable, puisque les arguments qu’un peut lui opposer ne se situent
pas à son niveau. Le seul moyen de le réfuter ou de le «contrer» est de
lui opposer un message du même type, c’est-à-dire rhétorique. L’exemple
_______________
108
Olivier Reboul, La rhétorique, Paris, P.U.F. (Que sais-je ?), 1984.
102
le plus clair est celui des formules. Leur force est dans leur fermeture
qui les rend sans réplique. On ne réfute un slogan que par un autre
slogan. Celui du journal L’Oeuvre, entre les deux guerres:
«Les imbéciles ne lisent pas L’Oeuvre», fut inattaquable jusqu’au
jour où ses adversaires trouvèrent la réplique: «Ils l’écrivent»109.
Les métataxes et les métalogismes obéissent au principe de
fermeture; on peut réfuter l’idée exprimée par ces figures, mais on ne
peut pas les détruire en tant que véhicules de la thèse dont on a essayé
de démontrer la fausseté. La présupposition est aussi une forme de
fermeture: «Le présupposé d’une question est l’affirmation qu’elle
contient implicitement et qui reste intacte quelle que soit la réponse, si
bien que le fait même de répondre renforce cette affirmation»110.
c) le principe de transfert. L’orateur doit partir d’une croyance
(=une opinion qu’on tient pour vraie et un sentiment global concernant
l’objet de cette opinion) de l’auditeur pour la transférer sur le propre
objet de son discours. Par conséquent, pour opérer la persuasion
l’orateur doit tenir compte de ce que les auditeurs pensent sur le sujet
soumis à leur examen.

_______________
109
O. Reboul, La Rhétorique, Paris, P.U.F., 1984, p. 79.
110
Ibidem, p. 80.
103
LES GENRES DE LA RHÉTORIQUE

LES GENRES ORATOIRES OU LES GENRES DE DISCOURS


Le domaine de la rhétorique comprend trois genres oratoires:
a) le genre judiciaire s’occupe du juste et de l’injuste, de
l’accusation et de la défense: sa fin est donc d’accuser ou de défendre
devant un tribunal ou devant l’opinion publique. L’argumentation
dans ce genre est surtout fondée sur l’enthymème. Le temps qui fait
l’objet de ce genre est le passé car «c’est toujours sur des actes
accomplis que l’un accuse et l’autre se défend»111, dit Aristote.
b) le genre délibératif comprend l’exhortation ou la dissuasion;
dans le discours de ce genre, le locuteur se propose de porter son
allocutaire à un bien, ou de le détourner d’un mal: «Conseiller ou
déconseiller une mesure, dit Cicéron, me paraît exiger que l’orateur
soit une personne d’une importance considérable. C’est à l’homme
sage, à l’homme de bien, à l’homme éloquent qu’il appartient d’exposer
son avis sur les affaires les plus graves»112. L’argumentation dominante
dans ce type de discours est basée sur l’exemple et la démonstration.
Le temps qui concerne le genre délibératif c’est l’avenir: «c’est, en
effet, sur ce qui sera que dans la délibération l’on conseille ou l’on
déconseille»113.
Un discours célèbre appartenant au genre délibératif est Pro lege
Manilia prononcé par Cicéron en 66 avant notre ère; dans ce discours.
Cicéron conseille au peuple romain d’investir Pompée de pouvoirs
extraordinaires en Asie afin que celui-ci puisse vaincre Mithridate VI,
surnommé Eupator, roi de Pont. C’était un problème auquel les séna-
teurs les plus sages et les plus expérimentés s’opposaient étant donné
que la loi Gabinia, en 67, avait déjà donné à ce général le proconsulat
_______________
111
Aristote, Rhétorique I, p. 84.
112
Cicéron, De Oratore, II, p. 333.
113
Ibidem.
104
des mers avec une puissance illimitée afin de les «purger des pirates
qui les infestaient depuis la Syrie jusqu’aux colonnes d’Hercules»
(Bossuet, Discours sur l’histoire universelle, I, IX). Cicéron établit
dans son discours que Pompée doit être chargé de la guerre contre
Mithridate pour trois raisons: la guerre est inévitable vu le politique
agressive du roi de Pont; la guerre est importante parce que de son
issue dépend l’avenir d’une grande partie de l’empire romain; le com-
mandant en chef de l’armée romaine en Asie doit être un général
accompli; or Pompée est non seulement un foudre de guerre, mais
encore il possède toutes les vertus que doit avoir un grand homme d’État.
c) le genre épidictique ou démonstratif est consacré au blâme ou
aux louanges. À ce genre se rattachent la condamnation des vices en
général et des mauvaises actions en particulier, les éloges, les pané-
gyriques; le temps qui fait l’objet de ce genre est soit le présent, soit le
passé, soit l’avenir: «au genre épidictique, dit Aristote, appartient princi-
palement le présent; c’est en raison d’événements contemporains que
tous les orateurs louent ou blâment; mais souvent aussi on tire
argument du passé en l’évoquant et de l’avenir en le conjecturant»114.
Le procédé stylistique le plus employé dans le genre épidictique est
l’amplification.

_______________
114
Aristote, op. cit., p. 84.
105
DIVISIONS DE LA RHÉTORIQUE

Quelque sujet qu’il traite l’orateur a nécessairement trois opérations


à faire:
1. La première est de trouver les choses qu’il doit dire (invenire
quid dicas, trouver quoi dire). C’est l’Invention (lat. Inventio; gr. Euresis).
2. La seconde est de les mettre dans un ordre convenable (inventa
disponere, mettre en ordre ce qu’on a trouvé). C’est la Disposition
(lat. Dispositio, gr. Taxis).
3. La troisième est de les bien exprimer (ornare verbis, ajouter
l’ornement des figures). C’est l’Élocution (lat. Elocutio, gr. Lexis).115
Mais il ne suffit pas de composer un discours il faut encore savoir
le prononcer. La Rhétorique comprend donc une quatrième partie qui
n’est pas moins importante que les trois autres: c’est l’Action (lat. Actio,
gr. Hypocrisis): agere et pronuntiare; l’Action comprend la diction (la
manière de dire, quant à la correction et à la justesse du débit) et les
gestes, les atittudes qui accompagnent la parole.

L’INVENTION

L’invention est la partie de la rhétorique qui enseigne à trouver


les moyens de persuader:
«L’invention trouve les moyens vrais ou vraisemblables qui
viennent à l’appui d’une cause» (Rhétorique à Herennius, I, 2).116
Parmi les moyens de persuader, il faut mentionner: docēre
(instruire) et probāre (prouver); conciliāre hominum (rendre les audi-
teurs bienveillants), placēre (plaire), movēre (émouvoir). Selon Cicéron,
_______________
115
«L’élocution doit approprier les mots et les idées aux moyens
fournis par l’invention» (Cicéron, De l’Invention, I, 7).
116
Cf. «L’invention comprend la recherche des raisons vraies ou
vraisemblables qui peuvent appuyer la cause», Cicéron, De l’Invention, I, 7.
106
les règles de l’art oratoire s’appuient sur trois ressorts de persuasion:
prouver la vérité de ce qu’on affirme (ut probemus vera esse quae
defendimus), se concilier la bienveillance des auditeurs (ut concilie-
mus eos nobis qui audiunt), éveiller en eux toutes les émotions qui
sont utiles à une cause juste (ut animos eorum ad quemquomque causa
postulabit motum vocemus), v. De Oratore, II, 115. On instruit en
prouvant la vérité d’une chose; on plaît en rendant sa personne et ses
mœurs aimables; on touche, en inspirant à ses auditeurs les sentiments
et les passions convenables.
Cette idée de l’inventio présente deux aspects:
a) une confiance très sûre dans le pouvoir d’une méthode:
«Si l’on sait la méthode de prouver la vérité dit Pascal, on aura
en même temps celle de la discerner, puisqu’en examinant si la preuve
qu’on donne est conforme aux règles qu’on connaît, on saura si elle
est exactement démontrée» (Pascal, Opuscules, III, 15).
En soulignant que la méthode est un ensemble de démarches
raisonnées, suivies pour parvenir à un but dans quelque domaine que
ce soit, Arnauld et Nicole, dans la Logique de Port-Royal, observent
que «les hommes peuvent remarquer, en faisant des réflexions sur
leurs pensées quelle méthode ils ont suivie quand ils ont bien raisonné,
quelle a été la cause de leurs erreurs quand ils se sont trompés et
former ainsi des règles sur ces réflexions pour éviter à l’avenir d’être
surpris» (Premier Discours, 15).
b) la conviction que le spontané, ce qui s’exprime sans réflexion
ni calcul, ne mène à rien; l’orateur ne peut prononcer un long discours
sans avoir réfléchi à l’avance sur son contenu.
Comme l’invention comprend l’action d’instruire et de prouver,
l’action de rendre les gens bienveillants et l’action d’émouvoir les
auditeurs, elle doit comprendre trois parties: les preuves, les mœurs et
les passions.

L’invention et l’art d’écrire


L’invention est considérée non seulement comme un ensemble
de moyens qui concourent à la persuasion, mais aussi comme un savoir
où il entre du génie:
a) «Le génie, dit Rivarol, est ce qui engendre et enfante: c’est en
un mot le don de l’invention» (Littérature, Le génie et le talent).
107
b) «Le terme de génie, remarque Voltaire, semble devoir désigner,
non pas indistinctement les grands talents mais ceux dans lesquels il
entre de l’invention» (Dictionnaire philosophique, Génie).
L’invention dans l’art d’écrire est l’effort fait par l’écrivain de
trouver un sujet et les développpements qui s’y raportent. Afin de
découvrir un sujet et la matière qui lui sert de support il faut y
réfléchir profondément:
«C’est pour ne pas avoir assez réfléchi sur son sujet, dit Buffon,
qu’un auteur est embarrassé, et ne sait par où commencer à écrire. Il
aperçoit à la fois un grand nombre d’idées; et comme il ne les a ni
comparées ni subordonnées, rien ne le détermine à préférer les unes
aux autres… Pour bien écrire, il faut donc posséder pleinement son
sujet; il faut y réfléchir assez pour voir clairement l’ordre de ses
pensées, et en former une suite, une chaîne continue, dont chaque
point représente une idée…» (Discours sur le Style).
Le choix d’un sujet est d’une importance considérable car il doit
être proportionné aux forces de l’écrivain. Il faut d’abord que celui-ci
arrête son esprit sur des choses vraies, vécues ou qui peuvent être
clairement observées; le vrai possède en soi une force inépuisable:
«Ce qui n’est pas vrai n’est pas éloquent», a dit Chateaubriand dans
les Mémoires d’outre-tombe (t. IV, p. 50). Comme on n’écrit que pour
convaincre et pour plaire, on ne peut réaliser ce dessein si l’on heurte
la vérité. Ainsi Voltaire eut tort de faire voyager Henri IV en
Angleterre étant donné que l’on sait que ce roi n’y était jamais allé.
Quel que soit le sujet que l’on développe, il faut toujours essayer de
rendre la couleur locale, le ton, les détails, les circonstances et les
nuances du temps où le fait se passe. On entend surtout par couleur
locale l’ensemble des traits extérieurs caractérisant les personnes et les
choses dans un lieu, dans un temps donné. Les écrivains romantiques,
par exemple, se préoccupaient de rendre la couleur locale; ils visaient
à donner une impression de pittoresque à leurs œuvres.
Au point de vue de la critique littéraire, il faut parfois reconstituer
les étapes de l’invention de l’œuvre littéraire d’un écrivain. C’est un
travail fort délicat et souvent aléatoire parce qu’on est obligé de recourir
aux hypothèses. L’invention littéraire est une opération complexe de
l’esprit; simplifiant les choses au maximum, on pourrait affirmer que
celle-ci comprend au moins trois phases:
A. La phase de l’idée initiale ou de l’idée génératrice.
108
B. La phase de la composition au sens large du terme; celle-ci se
caractérise par: a) la combinaison des idées génératrices; b) l’évolution
des idées génératrices; c) l’adaptation raisonnée.
C. La phase du développement: a) la recherche des sources;
b) les éléments personnels.
On appelle idée génératrice, le noyau central de pensées et
d’images, autour duquel ont commencé à graviter et ensuite à se
cristalliser les détails de l’oeuvre. Pour mettre en relief cette idée
initiale, on dispose d’abord des déclarations faites par l’écrivain lui-
même. Celles-ci doivent cependant être soumises à une critique
sévère, bien qu’elles puissent être sincères. On ne doit pas aussi
attacher trop d’importance aux déclarations apologétiques de l’auteur
formulées dans les interviews ou dans les préfaces. Les interviews
peuvent être données dans une intention publicitaire et elles déforment
parfois consciemment la réalité. Quant aux préfaces, elles peuvent
constituer une sorte de justification postérieure et essayer d’arranger
certaines choses qui conviennent mieux à l’auteur. La correspondance
des auteurs mérite d’être analysée un peu plus attentivement. La
Correspondance de Voltaire, par exemple, est une mine de renseigne-
ments concernant l’élaboration de certains ouvrages de ce grand écrivain.
L’intérêt suscité par cette correspondance justifie pleinement les
efforts énormes faits par Th. Besterman en vue de la publier. Dans les
notes personnelles en marge de ses manuscrits ou de ses livres, dans
ses carnets, et ses cahiers ayant un carractère plus intime, un écrivain a
tendance à être plus sincère que dans ses déclarations destinées au
public ou à ses admirateurs; c’est pourquoi, l’étude de ces documents
peut se révéler très importante. Les manuscrits, les ébauches et les
brouillons de l’écrivain, s’ils ont été conservés, constituent des documents
de première importance pour analyser la méthode employée par celui-ci
dans l’invention.
Un autre problème à étudier est un problème d’histoire intel-
lectuelle: comment l’auteur est-il passé de l’idée génératrice au plan
définitif, comment sur les bases jetées par l’auteur, les différentes
parties de l’œuvre ont-elles pris leurs formes définitives ? Dans
l’invention, l’auteur essaie d’exploiter une idée principale et des idées
génératrices secondaires. Mais l’écrivain doit choisir parmi toutes ces
idées celles qui lui paraissent plus fécondes; ce choix se reflète
d’habitude dans les ébauches et les brouillons. Il arrive même que les
109
idées génératrices secondaires égalent en valeur l’idée directrice et
tentent de la remplacer. La composition du roman L’oeuvre de Zola en
est un exemple. Cet ouvrage devait être l’histoire d’un peintre de
génie qui incapable de réaliser son idéal concrétisé dans des chefs-
d’oeuvre, essaie de se suicider. L’idée génératrice principale était
celle de l’effort du peintre qui tente en vain de créer des chefs-
d’oeuvre et qui s’avoue vaincu par les vicissitudes de la vie. Deux
idées apparaissent encore à côté de l’idée directrice: a) quelle est la
place de la femme dans la vie de cet artiste qui sent son âme partagée
entre l’amour et le désir de réaliser son oeuvre; b) les médiocres
remportent des succès dans leur métier plus facilement que les artistes
les plus doués. Ces deux idées entrent en concurrence avec l’idée
génératrice essentielle et, prenant le dessus, elles deviennent aussi des
idées fondamentales; ainsi il y a virtuellement trois sujets de roman
ayant chacun sa trame; l’artiste broyé par son idéal esthétique, l’artiste
embarrassé par l’amour qu’on lui témoigne, l’artiste empêché de
s’affirmer à cause des menées perfides de ses concurrents. L’historien
littéraire doit aussi découvrir, par exemple, comment l’auteur, dans le
processus d’invention et l’établissement du plan définitif, a réussi à
fondre ces trois sujets en un seul et à concilier des tendances si
éloignées les unes des autres. L’écrivain peut être obligé de supprimer
certaines parties du modèle initial de son œuvre et d’en modifier
d’autres afin d’aboutir à un modèle fondé sur un plan plus logique et
plus complet. C’est ce qu’on appelle l’adaptation raisonnée. En ce qui
concerne le développement de l’œuvre, il est étroitement lié au problème
des sources (= matériaux fournis par un écrit antérieur à celui que l’on
étudie, et qui, passés d’une œuvre à l’autre, sont encore reconnais-
sables). Rechercher les sources d’une oeuvre littéraire est un travail de
longue haleine. L’une des méthodes qui pourraient être employées est
d’aller du modèle à l’imitation, si imitation il y a; il faut aussi essayer
de dresser une liste des lectures faites par l’écrivain avant l’élabora-
tion de l’oeuvre étudiée par l’historien littéraire; on pourrait aussi
reconstituer la bibliographie du sujet, du thème littéraire qui eût pu
être consulté par l’auteur à cette époque-là. Le critique littéraire doit
examiner comment l’expérience de vie de l’écrivain a fourni à celui-ci
des éléments inédits qu’il a fait incorporer dans son œuvre.

110
L’AUDITOIRE

La rhétorique entend par auditoire l’ensemble de ceux qui écoutent


l’orateur et que celui-ci essaie de gagner à sa cause. La connaissance
profonde des gens que l’orateur veut persuader de la justesse d’une
thèse est une condition préalable de tout processus d’argumentation.
Aristote parle en ce sens de «la connaissance spéculative des
caractères» des auditeurs, de leurs vertus et de leurs passions117.
Cicéron relève l’importance de la connaissance poussée de
l’auditoire dans De Oratore, III, 55, 211. Quintilien, lui aussi, considère
comme importante l’étude psychologique d’une assemblée par l’orateur
avant que celui-ci commence son discours:
«On aura égard au sexe, à la dignité, à l’âge. Mais c’est dans le
caractère surtout que réside la différence. Conseiller le bien à qui aime
le bien, rien de plus facile; mais si c’est à des hommes corrompus que
nous voulons persuader un parti vertueux, nous prendrons garde de
sembler leur reprocher leur règle de vie, qui est tout opposée. Il faut
ébranler l’âme de ceux qui délibèrent, en invoquant non pas la vertu
considérée en elle-même, à laquelle leurs yeux sont fermés, mais la
gloire, l’opinion publique, et, si ces moyens de vanité ne les piquent
pas assez, en montrant les avantages qui en résulteront, ou mieux
encore, en éveillant dans leur âme la crainte, s’ils prennent un parti
opposé» (De l’Institution oratoire, III, 8, 38).
Il faut donc réfléchir aux arguments qui peuvent agir sur l’auditoire
et prévoir les réactions de celui-ci.
L’auditoire est différent, en général, selon les genres des discours
(le judiciaire, le délibératif, le démonstratif) et les matières plus ou
moins spécialisées qu’ils contiennent.
_______________
117
Aristote, Rhétorique, I, p. 77.
111
Ch. Perelman distingue plusieurs espèces d’auditoires: l’auditoire
universel, l’interlocuteur auquel on s’adresse, le sujet lui-même quand
il délibère ou se représente les raisons de ses actes.

L’auditoire universel
Cette espèce d’auditoire est formée par les auditeurs ou les lecteurs
qui se soumettent aux données de l’expérience et aux lumières de la
raison. L’auditoire universel est constitué par «l’humanité tout entière,
ou du moins par tous les hommes adultes et normaux»118.
Une argumentation qui s’adresse à un auditoire universel doit
persuader les auditeurs ou les lecteurs du caractère irréfutable des
raisons ou des preuves présentées à leur examen.
La théorie de l’auditoire universel est redevable en quelque sorte
à celle de Descartes concernant le bon sens:
«Le bon sens, dit-il, est la chose du monde la mieux partagée:
car chacun pense en être si bien pourvu, que ceux mêmes qui sont les
plus difficiles à contenter en toute autre chose n’ont point coutume
d’en désirer plus qu’ils en ont». L’auditoire universel est censé avoir
ce bon sens dont parle Descartes et qui est la faculté de discerner le
vrai du faux119.
L’argumentation adressée à un auditoire universel se caractérise
en général par le fait qu’elle n’utilise que les preuves logiques. Si cette
argumentation qui devrait convaincre ne convainc pourtant pas tout le
monde, «il reste toujours la ressource de disqualifier le récalcitrant en
le considérant comme stupide ou anormal»120.

L’ACCORD ET LE DÉSACCORD

Le processus d’argumentation, l’ensemble des arguments tendant


à une même conclusion supposent soit l’accord de l’auditoire soit son
désaccord. L’accord, de même que le désaccord concernent le contenu
des prémisses des syllogismes, les faits d’où découlent les consé-
quences, les affirmations dont on tire les conclusions. De plus, les
auditeurs peuvent manifester leur désaccord concernant le point de
départ de l’argumentation, soit parce qu’ils considèrent que l’orateur
_______________
118
v. R. Descartes, Discours de la méthode, I.
119
v. R. Descartes, Discours de la méthode, I.
120
Ch. Perelman, op. cit., p. 42.
112
leur présente comme évidentes des choses qui ne le sont pas, soit
parce qu’ils saisissent le caractère unilatéral du choix des prémisses,
soit parce qu’ils s’aperçoivent que la présentation de celles-ci revêt un
caractère tendancieux.
Ch. Perelman121 divise en deux grandes classes les objets (= les
objets d’accord) qui peuvent former la conviction de l’auditoire et
déterminer dès le début son adhésion à une thèse: la première renferme
les objets qui, à son avis, appartiennent au réel et qui comprend les
faits, les vérités et les présomptions; la seconde contient les objets
ayant trait au préférable: les valeurs, les hiérarchies, les lieux du
préférable: «Tout ce qui, dans l’argumentation, écrit Perelman, est censé
porter sur le réel, se caractèrise par une prétention de validité pour
l’auditoire universel. Par contre ce qui porte sur le préférable, ce qui
détermine nos choix… sera lié à un point de vue déterminé que l’on ne
peut identifier qu’avec celui d’un auditoire particulier…. »122.
On est en présence d’un fait qu’on pourrait employer dans une
argumentation si on peut postuler à son sujet un acord universel; il est
donc nécesaire qu’un fait présenté comme prémisse soit un fait non
controversé. Les faits sont d’habitude soit des faits supposés (des faits
possibles ou probables) soit des faits dus à des observations. Les
«vérités » sont des systèmes concernant les relations entre les faits;
elles peuvent être des systèmes de concepts donnant une explication
d’ensemble à un domaine de la connaissance ou des constructions
intellectuelles méthodiques, organisées, de caractère synthétique ((et
hypothétique (au moins en certaines de leurs parties)). Les «vérités »
entrent dans la constitution des théories et des hypothèses scientifiques,
elles font partie intégrante des conceptions philosophiques.
Les auditoires admettent aussi comme des éléments de départ à
une argumentation les présomptions; ce sont des opinions, des jugements
qui ne sont fondée que sur des signes de vraisemblance (apparences,
commencements de preuve), des suppositions que l’on tient vraies
jusqu’à preuve du contraire; on exige, en général, qu’elles soient
renforcées par d’autres données et qu’elles conduisent à l’établis-
sement de preuves plus ou moins irréfutables. Ch. Perelman a donné
quelques exemples de présomptions largement répandues et qui servent
à échafauder des raisonnements: la présomption de crédulité naturelle
_______________
121
v. Ch. Perelman, op. cit., p. 88.
122
Ibidem, p. 88.
113
qui fait que notre premier mouvement est d’accueillir comme vrai ce
que l’on nous dit, et qui est admise aussi longtemps et dans la mesure
où nous n’avons pas de raison de nous méfier; la présomption d’intérêt
d’après laquelle nous concluons que tout énoncé porté à notre con-
naissance est censé nous intéresser; la présomption concernant le
caractère sensé de toute action humaine123.
Les présomptions sont étroitement liées au vraisemblable et au
normal; ce dernier est défini généralement comme étant ce qui est
dépourvu de tout caractère exceptionnel, ce qui est conforme à un type
considéré comme modèle ou à un type très fréquent; est normal tout ce
qui se produit selon l’habitude, les prévisions; on pourrait aussi dire
que «la notion de normal recouvre le plus souvent… suivant les cas,
les idées de moyenne, de mode et aussi de partie plus ou moins
étendue d’une distribution»124.
Suivant Perelman125, il y a une présomption générale conformément
à laquelle il existe pour chaque catégorie de faits et surtout pour chaque
catégorie de comportements un aspect considéré comme normal qui
peut servir de base aux raisonnements.
La présomption basée sur le normal dépend toujours d’un groupe
social de référence dont elle reflète les opinions.
Si les faits, les vérités et en partie les présomptions sont carac-
térisés par l’accord de l’auditoire universel, les valeurs, les hiérarchies
et les lieux du préférable sont des objets d’accord qui n’exigent
généralement que l’adhésion de groupes particuliers.
La rhétorique opère avec une multitude de valeurs; l’idée que
l’on conçoit à l’égard de certaines valeurs peut varier en fonction de
l’auditoire particulier qui les examine:
«Être d’accord à propos d’une valeur, c’est admettre qu’un objet,
un être ou un idéal, doit exercer sur l’action et les dispositions à l’action
une influence déterminée, dont on peut faire état dans une argumentation,
sans que l’on considère cependant que ce point de vue s’impose à tout
le monde»126.
On utilise des systèmes de valeurs dans presque toutes les argu-
mentations et surtout dans celles employées dans les domaines juridique,
politique, philosophique.
_______________
123
v. Ch. Perelman, op.cit., p. 94.
124
Ibidem, p. 95.
125
Ibidem.
126
Ch. Perelman, op. cit., p. 101.
114
Dans une controverse, on ne peut renoncer à l’apréciation d’une
valeur en faisant semblant de l’ignorer purement et simplement ou en
disant seulement qu’elle n’en est pas une; il ne faut pas rejeter une
valeur sans donner les raisons de cette attitude.
Les hiérarchies sont définies, en général, comme étant:
a) des classements des fonctions, des dignités, des pouvoirs à
l’intérieur d’un ensemble et en particulier d’un groupe, de telle manière
que chaque terme soit supérieur au terme précédent selon des critères
d’importance, de responsabilité, de valeur.
b) des organisations des ensembles en des séries où chaque terme
est supérieur au terme suivant par un caractère de nature normative.
Il y a des hiérarchies abstraites comme celles qui expriment la
supériorité du juste sur l’utile et des hiérarchies concrètes comme
celles qui expriment la supériorité des hommes sur les animaux.
On peut supposer arbitrairement dans la série A, B, C que A soit
supérieur à B et que B soit supérieur à C; on n’est pas obligé en ce cas
de fournir des raisons qui justifient cette hiérarchie basée sur la préférence.
Mais si l’on a donné une valeur à chacun de ces termes, le principe de
hiérarchisation exige que ceux-ci soient rangés dans un certain ordre.
Un critère hiérarchisant très employé est celui de la quantité plus
un moins grande de quelque chose: les hiérarchies sont basées en ce
cas sur les différences de quantité présentées par certaines valeurs.
Les valeurs, lorsqu’elles sont admises par les auditeurs, ne le sont
pas avec la même intensité; ceux-ci établissent entre elles des différences
de nature hiérarchique dont l’orateur doit tenir compte dans la con-
firmation.127

_______________
127
Confirmation = partie du discours où l’orateur prouve ce qu’il a
avancé dans la narration.
115
LES PREUVES

Par preuve on entend en général ce qui établit la vérité, la réalité


d’une chose. La preuve peut être un raisonnement, la présentation
d’un fait, le fait lui-même ou l’objet qui le concrétise. Tout discours
oratoire pour remplir son but doit prouver certaines assertions;
cependant il est imposible d’établir une vérité et de la persuader à ses
auditeurs sans en fournir des preuves irrécusables.
Le domaine des preuves peut être soumis à un découpage
binaire: a) preuves extrinsèques, extratechniques ou preuves hors de la
technique (pisteis atechnoi: raisons qui sont en dehors de la techné;
les Anciens entendaient par la techné rhétoriké, l’art de la rhétorique);
b) preuves intrinsèques, preuves techniques, preuves dans la technique
(pisteis entechnoi: raisons qui font partie de la techné).

LES PREUVES EXTRINSÈQUES OU EXTRATECHNIQUES

Definitions: «J’entends par preuves extratechniques, dit Aristote,


celles qui n’ont pas été fournies par nos moyens personnels, mais
celles qui étaient données, par exemple, les témoignages, les écrits
etc.; par preuves techniques (= intrinsèques), celles qui peuvent être
fournies par la méthode et nos moyens personnels; il faut, par conséquent,
utiliser les premières, mais inventer les secondes»128. Les chapitres de
l’Institution oratoire de Quintilien (V, 2-7) consacrés aux preuves
extratechiques portent les titres suivants: De praejudiciis (Des jugements
rendus antérieurement); De fama atque rumores (De la renommée et
des bruits publics): De tormentis (De la question); De tabulis (Des
pièces écrites = contrats, accords, conventions, transactions entre
_______________
128
Aristote, Rhétorique, I, 15, p. 67.
116
particuliers); De jure jurando (Du serment); De testibus (Des
témoins). L’ordre de ces chapitres montre comment Quintilien classait
ces preuves.
Les preuves intrinsèques (preuves techiques, preuves dans la
technique; gr. pisteis entechnoi). Cette espèce de preuves peut être
trouvée dans le sujet (ou dans la cause) même. Ces preuves dépendent
dans une certaine mesure de la perspicacité de l’orateur qui doit les
découvrir en examinant le sujet et en réfléchissant sur sa nature.
L’établissement des preuves intrinsèques suppose de la part de l’orateur
des recherches systématiques et approfondies.
Les sources où l’on peut trouver des preuves sur presque tous les
sujets sont appelées topiques (gr. topoi), lieux communs ou lieux oratoires.

117
LES LIEUX

DÉFINITIONS

1. «Dans le mot lieu, dit Aristote, le sens primitif (= gr. topos,


lieu, endroit; place, emplacement) persiste. C’est une region où l’on
peut trouver des arguments, un terrain abondant en telle sorte de
gibier, une veine de tel minerai. Les lieux s’appliquent pareillement à
tous les genres (= le judiciaire, le délibératif, le démonstratif)»
(Rhétorique, I, p. 81).
2. «Comme il est facile de trouver une chose cachée, dit Cicéron,
si le lieu où elle se trouve est indiqué ou marqué par un signe, de
même, quand nous voulons découvrir un argument, il faut que nous
connaissions les lieux; c’est ainsi qu’Aristote appelle ces espèces de
réservoirs où l’on va puiser les preuves. On peut donc définir le lieu,
le siège de l’argument; et l’argument le procédé par lequel on prouve
une chose douteuse. Mais de ces lieux qui contiennent les arguments,
les uns sont inhérents à la chose même dont on s’occupe (= les lieux
intrinsèques), les autres sont pris au dehors (= les lieux extrinsèques).
Lorsqu’ils appartiennent au sujet, ils dérivent ou de l’ensemble, ou des
parties, ou du signe, ou des choses qui ont quelque rapport intime à
l’objet en question»129.
3. «Je laisserai de côté les moyens de défense propres à chaque
cause particulière, … j’ouvrirai les sources d’où l’on tire les raison-
nements pour tous les genres de causes et de discours. Nous n’avons
pas besoin, à chaque mot que nous écrivons, de rechercher dans notre
esprit toutes les lettres qui le composent. De même, à chaque affaire
que l’on doit plaider, point n’est besoin de se rapporter aux arguments
particuliers qui la concernent; il suffit d’avoir en réserve des lieux
déterminés, qui viendront se présenter d’eux-mêmes pour la cause à
traiter, comme les lettres pour le mot à écrire. Mais ces lieux ne sont
réellement utiles qu’à l’orateur déjà formé, mûri soit par l’expérience
_______________
129
Cicéron, Oeuvres, Paris, Panckoucke, 1885, t. v., p. 221. (Les Topiques).
118
que l’âge donne à la longue, soit par les leçons d’autrui et la réflexion
personnelle, par l’étude attentive qui devance les années» (Cicéron,
De Oratore, II, 130-131).
4. «Examine-t-on ce qui peut avoir rapport au sujet, les argu-
ments se tirent de plusieurs sources ou lieux. On considérera les mots
de la même famille, les genres, les espèces subordonnées aux genres,
les analogies, les différences, les contraires, les conséquences, les
concordances, les antécédents, les discordances, les causes et les effets
produits par ces causes; on argumentera du plus, du moins, de la
parité…» (Cicéron, De Oratore, II, 166).
5. «Ce que les rhétoriciens et les logiciens appellent lieux, loci
argumentarum, sont certains chefs généraux, auxquels on peut rap-
porter toutes les preuves dont on se sert dans les diverses matières que
l’on traite» (A. Arnauld, P. Nicole, La Logique de Port-Royal, Paris,
Hachette, 1861 (1662), p. 209).
Aristote a énuméré vingt-huit lieux d’enthymèmes, sans aucun
ordre et sans qu’ils aient à leur base un principe commun (v. Rhétorique,
t. II, p. 115 sq).
Cicéron (dans De Oratore, II, 164) a mentionné les lieux communs
suivants: l’étymologie, la définition, l’énumération des parties, les mots
de même famille, les genres, les espèces subordonnées aux genres, les
analogies, les différences, les contraires, les conséquences, les concor-
dances, les antécédents, les discordances, les causes et les effets, le
plus et le moins, la parité.
Le même auteur dans les Partitions oratoires a souligné que les
lieux propres au sujet sont «ceux qui tiennent au fond de la cause,
comme la définition, les contraires, les rapports de conformité ou de
différence, de convenance ou de disconvenance, l’intime liaison des
choses entre elles, ou la contradiction qu’elles impliquent; les causes
des événements, leurs suites ou leurs effets, les divisions, les genres
des espèces ou les espèces des genres, les prémices, les signes précurseurs
des faits (si l’on en peut tirer avantage), le rapprochement et l’opposition
des choses, ce qu’il y a de plus grand, d’égal ou de plus petit dans
nature et dans leurs qualités»130.
Quintilien a distingué les lieux communs suivants: la personne
(la famille, la nation, la constitution physique, l’éducation, la fortune,
_______________
130
Cicéron, Œuvres complètes, Paris, Panckoucke, 1835, t. 5 (Les
Topiques), p. 305.
119
la condition sociale, les occupations, les actions et les paroles anté-
rieures, etc.), les motifs des actions faites ou à faire, les lieux, le temps
(ce qui précède, ce qui accompagne, ce qui suit), les moyens, la
manière (les circonstances particulières d’une action), la définition, le
genre, l’espèce, les différences, les caractères propres, la division, les
similitudes, les dissemblances, les contraires, les conséquences, les
causes, les effets, les résultats, la comparaison (v. De l’Institution
oratoire, V, 10, 94).
La Logique de Port-Royal a divisé les lieux en lieux de grammaire,
de logique et de philosophie. Les lieux de grammaire sont l’étymologie
et les mots dérivés de la même racine (les conjugata). Les lieux de
logique sont les cinq universaux (genre, espèce, différence, propre,
accident), la définition et la division. Les lieux de philosophie sont les
causes et les effets, les termes opposés (les relatifs: père, fils; les con-
traires: sain et malade; les privatifs: la science, l’ignorance; les contra-
dictoires: voir, ne pas voir), les comparaisons.
Dans le Traité de l’argumentation, Bruxelles, Éditions de 1’Uni-
versité, 1983, p. 112 sq., Ch. Perelman a établi les classes suivantes de
lieux communs:
a) les lieux de la quantité: les lieux qui affirment que quelque
chose vaut mieux qu’autre chose pour des raisons quantitatives: un
plus grand nombre de biens est préférable à un moins grand nombre;
ce qui est plus durable et plus stable est préférable à ce qui l’est
moins; on considère comme des lieux de la quantité la préférence
accordée au probable sur l’improbable, au facile sur le difficile;
les lieux qui tendent à montrer l’efficacité d’un moyen font partie des
lieux de la quantité.
b) les lieux de la qualité: ces lieux sont employés lorsqu’on veut
contester la vertu du nombre et ils sont fondés sur la valorisation de
l’unique, ou du moins de ce qui paraît tel; la qualité unique peut
devenir un moyen en vue d’obtenir le suffrage du plus grand nombre.
c) les lieux de l’ordre: ceux-ci affirment la supériorité de l’anté-
rieur sur le postérieur, tantôt de la cause, des principes, tantôt de la fin
ou du but.
d) les lieux de l’existant: ces lieux sont employés en vue d’affirmer
la supériorité de ce qui existe, de ce qui est actuel, réel, sur le possible,
l’éventuel ou l’impossible.
e) les lieux de la personne: ces lieux sont dérivés de la valeur de
la personne et sont liés à sa dignité, à son mérite, à son autonomie.
120
f) les lieux de l’essence: ils représentent le fait d’accorder une
valeur supérieure aux individus ou aux choses qui constituent un
certain type, une certaine essence, expression de la perfection même
ou prétendue telle.
Principaux lieux communs:

L’ACCIDENT
Définitions
1. «L’accident est ce qui peut survenir et disparaître sans
entraîner la destruction du sujet. L’accident peut être divisé en deux
espèces l’un est séparé du sujet, l’autre est inséparable. Ainsi dormir
est un accident séparable, être noir est un accident inséparable, par
exemple, pour le corbeau; mais on peut concevoir un corbeau blanc
qui perde sa couleur sans que pour cela le sujet soit détruit. On dit
encore que l’accident est ce qui n’est ni genre, ni propre, et n’en est
pas moins dans le sujet»131.
2. Selon la Logique de Port-Royal «quand on joint une idée
indéterminée de substance avec une idée distincte de quelque mode,
cette idée est capable de représenter toutes les choses où sera ce mode,
comme l’idée de prudent, tous les hommes prudents, l’idée de rond,
tous les corps ronds; et alors cette idée exprimée par un terme
connotatif prudent, rond est ce qui fait le cinquième universel qu’on
appelle accident, parce qu’il n’est pas essentiel à la chose à qui on
l’attribue…»132
3. «L’accident ou concomitant, comme prédicat, dit A. Bain,
exprime quelque chose qui n’appartient pas à l’essence… et qu’on ne
peut pas non plus déduire de l’idée du sujet. „L’or est le plus précieux
des métaux”; „L’or est employé comme monnaie”, voilà des propo-
sitions dont le prédicat peut être considéré comme un accident ou un
concomitant… Ces affirmations, qui portent sur la concomitance sont
extrêmement abondantes dans la pratique de chaque jour… Toutes les
affirmations relatives aux corps et qui portent sur leur situation locale,
sur leurs proportions, sur leurs usages, sont des affirmations de
_______________
131
Porphyre, Introduction aux catégories d’Aristote, chapitre V, in
Aristote, Logique, Paris, Ladrange, 1844, t. I, p. 21.
132
A. Arnauld, P. Nicole, Logique de Port-Royal, Paris, Hachette, 1861,
p. 50.
121
concomitance; nous ne pouvons songer à enfermer ces prédicats dans
la définition ou dans l’essence des corps»133.
Remarques. a) Les genres sont attribués essentiellement aux
termes inférieurs; les accidents ne sont attribués que comme qualités
ou manières d’être. Si l’on demande quelle qualité a le corbeau, on dit
qu’il est noir. Si l’on demande comment est Socrate, on répond qu’il
souffre ou qu’il se porte bien.
b) La participation de l’accident à l’espèce n’est pas égale,
même quand il est inséparable; ainsi un corbeau peut, sous le rapport
de la couleur noire, avoir une teinte plus foncée ou moins foncée que
tel autre corbeau.
c) Le propre et l’accident différent en ce que le propre n’est
jamais qu’ à une seule espèce comme la faculté de rire est à l’homme,
tandis que l’accident inséparable, le noir, par exemple, n’est pas seulement
au corbeau, mais aussi au charbon, à l’ébène et à d’autres objets134.
d) Lorsqu’on soutient ou on attaque une thèse, il faut bien
distinguer l’accident du genre et du propre; pour apprendre à ne point
confondre l’accident avec le genre, on peut étudier quels sont les
rapports de l’espèce au genre, du genre à l’espèce, et se rendre compte,
par là, des rapports que l’accident entretient avec l’un et avec l’autre.
e) Les comparaisons qu’on peut faire entre des choses peuvent
être rapportées à l’accident si ces choses sont tirées de celui-ci:
«C’est par exemple, une question d’accident que de savoir lequel
des deux est préférable du beau ou de l’utile; de savoir laquelle est la
plus douce de la vie consacrée à la vertu ou de la vie abandonnée au
plaisir, ou telle autre proposition qui se rapproche de celles-là; car,
dans toutes les questions de ce genre, il s’agit toujours de savoir auquel
des deux termes s’applique davantage l’accident qui sert d’attribut…»
(Aristote, Topiques, I, 6, 10).
f) L’accident ne peut être l’objet de la démonstration et ne peut
entrer dans une démonstration :
«On ne peut jamais pour les accidents démontrer que la conclusion
est nécessaire, puisqu’un accident est ce qui peut ne pas être…»
(Aristote, Derniers Analytiques, I, 6, 10).
g) De ce que l’accident est l’attribut qui peut être ou n’être pas
au sujet indifféremment, il s’ensuit qu’il n’y a pas science de l’accident ni
_______________
133
A. Bain, Logique déductive et inductive, Paris, Germer, 1875, p. 113.
134
v. Porphyre, Introduction aux catégories d’Aristote, éd. cit., X,
XVI, XVII.
122
démonstration: «Nous pensons savoir les choses d’une manière absolue et
non point d’une manière sophistique, purement accidentelle, quand
nous pensons savoir que la cause pour laquelle la chose existe, est bien
la cause de cette chose, et que par suite nous pensons que la chose ne
saurait être autrement que nous la savons» (Aristote, Derniers
Analytiques, I, 2, 1).
h) Il faut faire attention au sophisme de l’accident (Fallacia
accidentis) qui consiste à conclure d’un caractère accidentel à un
caractère essentiel, par exemple, du fait qu’un homme est mort de
grippe que cette affection est mortelle.

L’ANALOGIE
Définitions
1. «L’analogie consiste à transporter à d’autres faits, sous réserve
de vérification, et, à une infinité de faits dont le genre est défini, une
relation constatée pour un nombre fini de faits… L’analogie est une
induction commencée. Le raisonnement inductif s’achève par une
expérience cruciale rigoureuse qui vérifie entièrement l’hypothèse. Si
la vérification ne se fait que par la méthode de concordance variée, qui
peut donner une très haute probabilité et même une probabilité aussi
grande qu’on voudra, mais ne donne jamais qu’une certitude relative,
on peut dire que l’induction reste une analogie, qu’elle ne s’achève
jamais entièrement et demeure toujours provisoire si imposante que
soit la confirmation directe des faits…»135
2. «L’une des formes de l’hypothèse ou de l’induction incomplète,
c’est l’analogie. Dans le cas de l’induction, nous concluons ou du
même au même (le soleil se lèvera demain), ou du semblable au sem-
blable (tous les hommes mourront). L’analogie est une ressemblance
mêlée de différence. Le raisonnement par analogie consistera donc à
supposer qu’entre deux choses qui se ressemblent et qui différent en
même temps, les ressemblances sont assez nombreuses pour nous
permettre de conclure de l’une à l’autre. Par exemple, la terre est une
planète qui est habitée; donc, les autres planètes, si les conditions sont
les mêmes, peuvent également être habitées…»136
_______________
135
Ed. Gobelot, Traité de Logique, Paris, Colin, a.d., p. 300.
136
P. Janet, Traité de philosophie, Paris, Delagrave, s.a., p. 175.
123
3. Opération mentale consistant à conclure d’une ressemblance à
une autre ressemblance. Par exemple, Pierre est du même pays que
Paul; donc il aura la même amabilité que Paul. (Foulquié)137.
4. L’analogie est proprement une déduction fondée sur une
induction préalable (E. Rabier, Lec. de philos., 7e éd.):
Induction – Paul est aimable
– Or il est de tel pays
– Donc les gens de tel pays
sont aimables
Or Pierre est de tel pays
Donc Pierre est aimable déduction
J. Maritain remarque que l’on peut résoudre le raisonnement par
analogie en induction à énumération insuffisante + Syllogisme; il
observe cependant que l’esprit dans le raisonnement par ressemblance
conclut du particulier au particulier sans être obligé de recourir à tout
prix à une loi logique universelle. (v. Petite Logique, art. Analogie).
Remarque. Cicéron dans la Rhétorique à Herennius (II, 12)
précise que dans toute cause fondée sur l’analogie, on doit chercher
d’abord si, pour des choses plus grandes, moindres ou semblables, on
a quelque loi ou quelque décision pareille; il montre, qu’il faut voir
ensuite si la chose alléguée est semblable ou non à la chose dont il
s’agit.
Exemples d’arguments tirés de l’analogie:
«Si les bêtes sauvages chérissent leurs petits, quelle doit être
alors notre tendresse pour nos enfants ?” (Cicéron, De Oratore, II, 168).
«Si la continence est une vertu, l’abstinence en est une aussi» (Si
continentia virtus, utique et abstinentia); «si un tuteur doit donner
caution, un intendant le doit aussi» (si fidem debet tutor, et procurator),
V, 10, 73.
«Si à ceux qui ont mal soigné les chevaux d’autrui on ne confie
pas les siens, à ceux qui ont fait chavirer les vaisseaux d’autrui ses
propres vaisseaux, il ne faut pas, s’il en va pareillement de tous les cas
employer ceux qui ont mal gardé le territoire d’autrui à la défense du
sien» (Aristote, Rhétorique, II, p. 119).
«Ainsi, ayant noté le volume d’un gaz et la pression qu’il
supporte, et constaté qu’en lui faisant supporter une pression double
_______________
137
Paul Foulquié, Raymont Saint-Jean, Dictionnaire de la langue
philosophique, paris, P.U.F., 1969.
124
on a diminué le volume de moitié, on suppose qu’en lui faisant
supporter une pression triple on réduira le volume au tiers, et qu’en
général les volumes seront toujours, ce qu’ils sont dans les cas
observés, en raison inverse des pressions» (Ed. Gobelot, op. cit., p. 300).
«De même que les yeux des chauves-souris sont éblouis par la
lumière du jour, ainsi notre intelligence est éblouie par les choses les
plus naturellement évidentes» (Aristote, Métaphysique, Liv. alpha, 993 b).

LA CAUSE ET L’EFFET
Selon Aristote si l’on peut montrer que la cause existe, on a
prouvé l’existence de l’effet; si l’on peut prouver que la cause n’existait
pas, on a démontré le contraire, car il n’y a pas d’effet sans cause:
«Si la cause existe, dit-il, on précise que la cause est; si la cause
n’existe point, que la cause n’est pas; car l’effet ne va pas sans la
cause, et il n’existe rien qui n’ait une cause: exemple, ce que Léodamas
répondit à Thrasybule (= en 382, celui-ci fit exclure Léodamas de
l’archontat; cf. Lysias, Disc. XXVI) qui l’accusait d’avoir eu son nom
gravé sur la stèle d’infamie de l’Acropole et de l’avoir effacé à coups
de marteau sous les Trente; il répondit que cela ne se pouvait pas car
les Trente auraient eu plus de confiance en lui si la pierre gravée avait
attesté sa haine contre le parti populaire» (Aristote, Rhétorique, II,
éd.cit., p. 124).
Suivant Aristote, il y a plusieurs espèces de causes; la cause
essentielle qui fait que la chose est ce qu’elle est; cette cause se
rapporte à l’essence de la chose; la cause matérielle qui fait que, du
moment que certaines circonstances existent, il faut nécessairement
que la chose soit; cette cause étant posée entraîne nécessairement à sa
suite certains effets; la cause motrice ou efficiente qui est pour la chose
le principe du mouvement; la cause finale qui est le but en vue duquel
la chose a lieu138.
Voici des exemples de causes donnés par Aristote:
a) cause motrice ou efficiente:
Quelle est la cause de la guerre médique ? La cause efficiente,
l’origine de cette guerre (mais non pas la seule cause) fut l’attaque de
la ville de Sardes par les Athéniens; car ce fut ce qui provoqua
l’invasion de la Grèce par les Perses.
_______________
138
v. Aristote, Derniers Analytiques, IIe section, XI, in Logique, Paris,
Ladrange, 1844, t. III, p. 234 sp.
125
Cette cause peut servir de moyen terme dans une démonstration
syllogistique:
Soit attaquer les premiers pris comme moyen terme:
Ceux qui attaquent les premiers s’exposent à la guerre,
or les Athéniens ont les premiers attaqué les Perses,
donc les Athéniens se sont exposés à la guerre.
Texte d’Aristote: «Représentons la guerre par A; avoir attaqué
les premiers par B; les Athéniens par C. Ainsi B est à C, c’est-à-dire
qu’avoir attaqué les premiers est attribué aux Athéniens. De plus, A
est à B, c’est-à-dire que la guerre est faite à ceux qui, les premiers, ont
été d’injustes agresseurs. Ainsi A est à B, c’est-à-dire qu’on fait la
guerre à ceux qui ont commencé l’attaque. Mais B est à C, C étant les
Athéniens, car ce sont eux qui ont commencé l’agression; donc ici la
cause, qui a mis d’abord tout le reste en mouvement, est le moyen
terme»139.
b) Même observation pour la cause finale:
Pourquoi se promène-t-on après dîner ? c’est pour se bien porter.
Pourquoi construit-on une maison ? pour y abriter les meubles et les
habitants. La santé d’une part, la conservation des meubles de l’autre,
voilà des causes finales:
«Promenade après-dîner C; les aliments ne pas flotter à l’entrée
de l’estomac B; se bien porter A. Attribuons donc à la promenade
après dîner de faire que les aliments ne flottent pas à l’entrée de
l’estomac, et que ce soit là ce qui est bon à la santé. Car B, c’est-à-dire
les aliments ne pas flotter, semble être à C se promener; et A, c’est-à-
dire ce qui est sain, est à C. Quelle est donc la cause qui fait: que A
soit à C, A étant la cause finale où il tend ? C’est B, c’est-à-dire les
aliments ne pas flotter…»140
Par conséquent, l’on dira: On se porte bien quand les aliments ne
flottent pas à l’entrée de l’estomac; or la promenade, après dîner, fait
qu’on se porte bien; donc la promenade, après dîner, fait que les
aliments ne flottent pas à l’entrée de l’estomac. Par conséquent, dans
une démonstration syllogistique la cause finale, dans notre cas, se bien
porter, la santé, peut servir de moyen terme.
_______________
139
Ibidem, t. III, p. 236-237 (Derniers Analytiques, II, 11, 4).
140
v. Aristote, Derniers Analytiques, IIe section, XI, in Logique, Paris,
Ladrange, 1844, t. III, p. 238 (Idem, II, 11, 6).
126
c) cause matérielle:
Pourquoi l’angle tracé dans la demi-circonférence est-il un angle
droit ? en d’autres termes, quelle est la cause qui fait que nécessairement
cet angle est droit. Dans la démonstration syllogistique, on prend pour
moyen terme la moitié de deux angles droits: du moment qu’il est
prouvé que l’angle de la demi-circonférence est la moitié de deux
angles droits, il s’ensuit nécessairement qu’il est droit. Ainsi: la moitié
des deux angles droits, qui est le moyen terme dans le syllogisme, est
la cause matérielle qui fait que l’attribut droit est nécessairement
appliqué au sujet, à l’angle de la demi-circonférence. Or la moitié
de deux angles droits est précisément la définition de l’angle droit,
c’est-à-dire du grand extrême (ou du grand terme) et le terme moyen
est ici la cause de l’essence:
«Soit à savoir pourquoi l’angle inscrit dans la demi-circonférence
est un angle droit; ou bien, qu’est-ce qui doit être pour que cet angle
soit droit ? Représentons droit par A; la moitié de deux angles droits
par B, et l’angle qui est dans la demi-circonférence par C. B est la
cause qui fait que A, droit, est à C, qui est l’angle inscrit dans la demi-
circonférence. En effet, cet angle est égal à A; mais C est égal à B,
puisque C est la moitié de deux angles droits. Donc B étant, c’est-à-
dire la moitié de deux angles droits étant, A est à C; et c’est précisé-
ment ce qu’on supposait, à savoir que l’angle inscrit dans un demi-
cercle était un angle droit. Or ceci se confond avec l’essence, parce
que l’essence est exprimée par la définition; et c’est encore le moyen
terme qui est cause de l’essence, ainsi qu’on l’a démontré…»141
Dans cet exemple la cause matérielle se confond avec la cause
essentielle.
La Logique de Port-Royal distingue quatre espèces de cause:
a) la cause finale c’est la fin pour laquelle une chose est. Il y a
des fins principales qui sont celles que l’on considère principalement
et des fins accessoires qu’on ne considère qu’en dernier lieu. Ce que
l’on prétend faire ou obtenir est appelé finis cujus gratia. Ainsi la
santé est la fin de la médicine parce qu’elle prétend la procurer. On
peut tirer des arguments de la fin pour montrer par exemple qu’une
chose est imparfaite, qu’un discours est mal fait parce qu’il n’est pas
propre à persuader; ou pour faire voir qu’il est vraisemblable qu’un
homme a fait ou fera une certaine action parce qu’elle est conforme à
la fin qu’il a accoutumé de se proposer.
_______________
141
Ibidem, p. 236 (Derniers Analytiques, II, 11, 3).
127
b) la cause efficiente est celle qui produit une autre chose. On en
tire des arguments en montrant qu’un effet ne s’est pas produit parce
qu’il n’a pas eu de cause suffisante, ou au contraire qu’il est ou sera,
en faisant voir que toutes ces causes sont.
Il y a plusieurs espèces de cause efficientes: le soleil est la cause
propre de la lumière; un ouvrier est la cause principale de son ouvrage;
ses instruments, ses outils ne sont que la cause instrumentale. Le feu
qui brûle quelque chose est la cause physique de l’embrasement.
c) la cause matérielle est ce dont les choses sont formées, comme
l’or est la matière d’un vase d’or; ce qui convient ou ne convient pas à
la matière qui contribue à la constitution des choses, convient ou ne
convient pas aux choses qui en sont composées.
Il y a autant de différents effets que de causes. Selon les auteurs
de la Logique de Port-Royal, la manière ordinaire d’en tirer des argu-
ments est de montrer que si l’effet est, la cause est, rien ne pouvant
être sans cause142. Dans le Traité de l’argumentation, Ch. Perelman
souligne que le lieu causal joue un rôle essentiel dans l’argumentation
et qu’il permet des argumentations de trois types;
a) celles qui tendent à rattacher l’un à l’autre deux événements
successifs donnés, au moyen d’un lieu causal;
b) celles qui, un événement étant donné, tendent à déceler l’exis-
tence d’une cause qui a pu le déterminer;
c) celles qui, un événement étant donné, tendent à mettre en
évidence l’effet qui doit en résulter.
Exemples d’arguments tirés de la cause
a) «Si vous voulez supprimer la cupidité, supprimez ce qui
l’enfante, la passion des plaisirs» (Cicéron, De Oratore, II, 171).
b) «La vertu donne la gloire; il faut donc s’y attacher; au contraire,
la recherche de la volupté donne un mauvais renom; il faut donc la fuir»
(Quintilien, V, 10, 83).
c) Ce discours est mal fait parce qu’ il n’ est pas propre à persuader.
d) La forte inclinaison générale du thalweg du bassin du Rhône
est cause de la rapidité du courant de ce fleuve.
e) La presque horizontalité du thalweg du bassin de la Saône est
cause de la lenteur du courant de cette rivière.
_______________
142
v. A. Arnauld, P. Nicole, Logique de Port-Royal, Paris, Hachette,
1861 (1662), p. 215-217.
128
LES CIRCONSTANCES
Les théoriciens de la rhétorique ont renfermé toutes les circon-
stances dans ce vers mnémotechnique: quis, quid, ubi, qua vi, quoties,
quomodo, quando ? (la personne, la chose, le lieu, les moyens, le nombre
de fois, la manière, le temps).
La manière dont on a envisagé certaines circonstances a évolué.
Cependant il est instructif de voir comment Quintilien considérait ces
circonstances – d’ailleurs il est presque le seul qui les ait analysées
d’une manière approfondie – bien que ses opinions ne soient plus
valables pour la plupart, à l’ heure actuelle143:
1. Personnes. On peut tirer des arguments:
a) de la famille: «on croit, dit Quintilien, que les fils ressemblent
à leurs parents, ressemblance qui parfois influe sur la vie, honnête ou
honteuse».
b) du pays d’origine, car les différents peuples ont leurs lois,
leurs mœurs, leurs coutumes particuliers.
c) de l’âge, parce que certains goûts dépendent de telle ou telle
période de la vie.
d) de l’éducation reçue «car il importe de savoir par qui et de
quelle manière l’ accusé a été formé».
e) de la constitution physique «car souvent la beauté est invoquée
comme preuve de débauche, la force comme preuve d’insolence, et
inversement».
f) de la fortune «car la même conduite ne sera pas croyable de la
part d’ un riche ou d’ un pauvre, d’ un homme ayant en abondance des
proches, des amis…ou d’ un homme privé de tous ces avantages».
g) du rang social car il y a de la différence «entre un homme
illustre ou obscur, un magistrat ou un simple particulier, un citoyen ou
un étranger, un homme marié ou un célibataire, un père de famille ou
un homme sans enfants».
h) du caractère des gens, «car l’avarice, la colère, la pitié, la
cruauté, la sévérité et autres traits semblables déterminent souvent à
croire ou à ne pas croire…».
i) des occupations «car un homme de loi, un commerçant, un
marin, un médecin n’agissent pas de la même façon».
j) des actions et des paroles antérieures «car le passé, ordinai-
rement, sert à juger le présent», etc.
_______________
143
v. Quintilien, Institution oratoire, éd. cit. , V, 10, 23-48.
129
2. Choses. Les arguments peuvent être tirés des motifs des
actions faites ou à faire, «car presque toujours la conduite des gens
s’explique par le désir d’acquérir des biens, de les augmenter, de les
conserver, d’en jouir».
3. Lieu. L’étude du lieu ou des lieux peut fournir des arguments.
On doit examiner le lieu en vue de prouver quelque chose; il faut voir,
par exemple, s’il est accidenté ou plat, s’il est situé au bord de la mer
ou au milieu des terres, s’il est cultivé ou non, fréquenté ou désert,
favorable ou contraire à certains desseins; le lieu peut être privé ou
public, il peut nous appartenir ou appartenir à un autre, etc. Cicéron a
su admirablement se servir de l’argument tiré de la configuration du
terrain, dans Pro Milone. Il faut aussi souligner que la même action
n’est pas licite ou bienséante partout. Le lieu ou se juge l’affaire peut
rendre un témoin sympathique ou odieux. Dans les Métamorphoses
d’Ovide, Ajax s’écrie révolté:
«Grands Dieux ! c’est devant nos vaisseaux que nous plaidons,
et on ose mettre Ulysse en parallèle avec moi ! Cependant il a reculé
devant les feux dont Hector et les Troyens venaient brûler notre flotte,
et moi je les ai bravés, je les ai repoussés» (XIII, 5).
4. Temps. Les rhéteurs prennent le temps en deux acceptions,
l’une générale, l’autre spéciale. Il est pris dans une acception générale,
lorsqu’on dit par exemple, maintenant, autrefois, sous tel gouver-
nement, dans quelques jours, etc., c’est-à-dire lorsque l’événement est
situé dans le présent, dans le passé ou dans l’avenir. Dans une acception
spéciale le mot temps peut marquer des différences temporelles per-
manentes (en été, en hiver, la nuit, le jour) ou des différences fortuites
(au milieu d’ une guerre, pendant un armistice, durant une fête, etc.).
Prise en ces deux sens, général (lat. tempus) et spécial (lat.
tempora = conjonctures), la considération du temps joue un rôle
important dans les délibérations et dans l’établissement des preuves.
On peut prouver, par exemple, s’il y a lieu, que le signataire d’un écrit
était mort avant la date de cet écrit ou qu’à l’époque d’une certaine
action il n’était pas né. Comme nous l’avons déjà montré tous les
arguments se tirent facilement des circonstances qui ont précédé,
accompagné ou suivi une action. Aristote montre comment on peut
tirer un enthymème de la considération du temps; «par exemple, dit-il,
comme le fit Iphicrate dans le débat contre Harmodius: „si, avant
d’agir, je vous avais demandé la statue en prévision de cette action
vous me l’auriez accordée, et maintenant que j’ai agi, me la refuserez-
130
vous? Ne promettez pas avant qu’ on vous serve, pour retrencher la
récompense, le service rendu» (Aristote, Rhétorique II, p. 117).

LA COMPARAISON
Définitions, remarques
1. Opération mentale consistant à rapprocher deux ou plusieurs
choses afin de déterminer en quoi elles se ressemblent et en quoi elles
diffèrent (Foulquié)144.
2. «Comme nous donnons notre attention à un objet, nous pouvons
la donner à deux à la fois. Alors, au lieu d’une seule sensation exclusive,
nous en éprouvons deux et nous disons que les nous comparons, parce
que nous ne les éprouvons exclusivement que pour les observer l’une
à côté de l’autre, sans être distraits par d’autres sensations: or, c’est
proprement ce que signifie le mot comparer. La comparaison n’est
qu’une double attention» (Condillac, Logique, I, 7).
3. La comparaison établit un rapprochement entre deux ou
plusieurs choses afin de conclure du plus au moins, du moins au plus,
ou d’égal à égal; par la comparaison on confronte deux ou plusieurs
choses afin de les évaluer l’une par rapport à l’autre ou les unes par
rapport aux autres.
Il y a donc plusieurs sortes de comparaisons car l’on compare les
choses ou semblables ou dissemblables; on peut comparer les choses
en ce qui concerne leur quantité (ou leur nombre), leurs qualités, leurs
espèces, leur force, ou elles peuvent être envisagées comparativement
dans leur rapport avec d’autres objets.
Dans De Inventione (I, 30), Cicéron précise que la comparaison
qui établit quelque point de rapport entre des choses différentes comprend
trois espèces, l’image, le parallèle et l’exemple. Par l’image, on établit
une ressemblance de forme ou de nature; dans le parallèle on compare
deux choses par leurs côtés semblables; par l’exemple, on invoque le
témoignage d’une personne ou d’un fait pour nier ou pour affirmer.
De la comparaison on tire des arguments fondés sur les idées de
plus ou de moins;
a) comparaisons concernant le nombre ou la quantité:
Un plus grand nombre de biens est préférable à un moins grand
nombre.
_______________
144
Paul Foulquié, Raymont Saint-Jean, Dictionnaire de la langue
philosophique, Paris, P.U.F., 1969.
131
Le bien qui sert à un plus grand nombre de fins est préférable à
un moins grand nombre.
Les intérêts de la plupart des citoyens l’emportent sur ceux des
autres hommes.
Selon Isocrate, le mérite est proportionnel à la quantité de personnes
auxquelles on rend service; ainsi les athlètes sont inférieurs aux éduca-
teurs, parce qu’ils bénéficient seuls de leur force, tandis que les hommes
qui pensent bien sont profitables à tous145.
b) comparaisons concernant la qualité:
On doit préférer des biens durables à des biens passagers.
On doit préférer les choses désirables par elles-mêmes à celles
qui le sont par des motifs étrangers; des propriétés inhérentes et
naturelles à des qualités empruntées et accessoires, le pur à l’impur, ce
qui plaît à ce qui plaît moins; l’honnête sera préféré à l’utile, ce qui
est nécessaire à ce qui ne l’est pas, les choses dont on a besoin à celles
dont on peut se passer, le raisonnable à l’irrationnel, le naturel à ce qui
ne l’est point.
Ce qui cause le bien par soi-même est préférable à ce qui ne le
cause que par accident: ainsi la vertu est préférable à la fortune, car
l’une en soi est cause du bien, l’autre ne l’est que par accident.
Ce qui est absolument bon est préférable à ce qui ni l’est que
pour certains cas.
Il faut préférer ce qui en soi est plus beau, plus précieux et plus
louable, par exemple l’amitié à la richesse, la justice à la santé et à la
force; car les unes sont en soi précieuses et louables, les autres ne le
sont pas.
Ce qui est plus durable, plus stable, mérite la préférence sur ce
qui l’est moins.
Les choses qui se suffisent à elles-mêmes sont préférables à
celles qui ont besoin du secours des autres, celles qui sont en notre
pouvoir à celles qui dépendent d’autrui.
Lorsque deux choses sont fort proches l’une de l’autre il faut
alors regarder aux conséquents; car celle des deux qui a pour consé-
quent un plus grand bien est préférable… Chaque chose est surtout
désirable dans le moment ou elle a le plus d’importance; par exemple,
la tranquillité est désirable dans la vieillesse plus encore que dans
la jeunesse, et elle a plus d’importance dans la vieillesse…
_______________
145
V. Isocrate, Discours, Paris, Les Belles-Lettres, 1942, t. II, § 8.
132
Il faut préférer ce qui est plus utile, soit en tout temps, soit dans
la plupart des cas: par exemple, la justice et la sagesse sont préférables
au courage, car les deux premières sont toujours utiles, l’autre ne l’est
que dans certains cas.
Il faut aussi tirer des arguments des destructions et des pertes:
les choses, en effet, dont la destruction est le plus à craindre sont
préférables aux autres146.
Dans les choses inégales, on peut prouver négativement que, si
ce qui est plus probable peut ne pas arriver ou ne pas se produire, ce
qui est moins probable peut ne pas arriver ou ne pas se produire à plus
forte raison; ou affirmativement, on peut prouver que, si ce qui est
moins probable arrivera ou se produira, ce qui est plus probable
arrivera ou se produira à plus forte raison.
On peut se servir des différences ou des dissimilitudes pour
détruire ce que d’autres auraient voulu établir par des similitudes, comme
on détruit l’argument qu’on tire d’un arrêt rendu par un tribunal, en
montrant qu’il ne concerne pas le cas soumis à la discussion147.
Cicéron montre que s’il s’agit de réfuter une comparaison, comme
celle-ci est ordinairement fondée sur la ressemblance, il faut établir
que les deux choses comparées n’ont entre elles aucun rapport. Il faut
mettre en relief en ce cas la différence qui existe entre ces choses con-
cernant le genre, la nature, la force, l’importance, le temps, le lieu, etc.148.
Exemples d’arguments tirés de comparaisons:
1. «Si la bonne renommée est préférable aux richesses et si l’on
recherche l’argent avec une telle avidité, combien la gloire n’est-elle
pas à rechercher davantage ?» (Cicéron, De Oratore, II, 172).
2. «Le crime est le même ou de voler l’État ou de faire des
largesses contraires à l’intérêt public» (Cicéron, De Oratore, II, 172).
3. «S’il y a un égal honneur à prêter à ses concitoyens le secours
de ses conseils ou l’appui de son bras, nous devons une gloire égale à
ceux qui nous servent de leurs conseils et à ceux qui nous servent de
leurs bras» (Cicéron, Les Topiques, éd. cit., p. 265).
4. «Qui a recu de l’ argent pour juger dans un certain sens, en
recevra aussi pour faire un faux témoignage» (Quintilien, V, 10, 87).
_______________
146
Ces préceptes et ces exemples sont extraits d’Aristote (les Topiques,
III, 1-3) et de Cicéron (les Topiques, XVIII).
147
v. A. Arnauld, P. Nicole, Logique de Port-Royal, éd. cit., p. 218.
148
Cicéron, De Inventione, I, 44.
133
5. «Si une maison ne peut être construite que sur un plan, que
dire de l’ensemble de la ville» (Quintilien, V, 10, 89).
6. «Si les dieux même ne sont pas omniscients, à plus forte raison
les hommes». Aristote commente cet exemple de la façon suivante: «Ce
qui revient à dire: si un prédicat qui pourrait être vraisemblablement
affirmé d’une chose ne lui appartient pas, il est clair qu’il n’appartient
pas non plus à la chose dont il pourrait être moins vraisemblablement
affirmé»149.
LES CONJUGATA150
Les conjugata ou les mots dérivés de même racine peuvent servir
aussi à faire trouver des arguments:
a) Homo sum: humani nihil a me alienum puto («Je suis homme:
rien de ce qui est humain ne m’est étranger»; vers de Térence extrait
de 1’Homme qui se punit lui-même, I, 1, 25).
b) Quid tam dignum miséricordia quam miser ? («Qu’y a-t-il de
plus digne de miséricorde qu’un misérable ?»)
c) Quid tam indignum misericordia quam superbus miser ? («Et
qu’y a-t-il de plus indigne de miséricorde qu’un misérable qui est
orgueilleux ?»)
d) «Si nous ne considérions comme eau de pluie que celle qui
provient des nuages, viendrait Mucius qui, parce que les mots pluie et
pleuvoir sont des conjugués, dirait „qu’ on a le droit de faire détourner
toute espèce d’eau qui s’accroît quand il pleut» (Cicéron, Topiques, IX).
e) «Si ce champ est commun, on a le droit d’y faire paître les
troupeaux en commun» (Cicéron, Topiques, III).

LA CONSÉQUENCE
Définitions
1. Ce qu’un fait amène après lui (H.D.T.)151.
2. Ce qui est produit par quelque chose, ce qui en découle.
(Le Lexis).
_______________
149
Aristote, Rhétorique, Paris, Les Belles Lettres, 1967, t. II, p. 116.
150
«On appelle conjugués les mots qui sont de la même famille. Les mots
d’une même famille sont ceux qui, sortis d’une racine commune, ont subi
diverses modifications comme sage, sagement, sagesse» (Cicéron, Topiques, III).
151
Hatzfeld (A.), Darmesteter (A.), Thomas (A.), Dictionnaire général
de la langue français, Paris, Delagrave, 2 vol. (= H.D.T.).
134
3. Ce qu’un principe posé amène logiquement après lui (H.D.T).
4. La relation logique qui unit les principes à la proposition qui
en résulte (Lalande).
Exemple: Une proposition A est la conséquence d’une proposition
(ou d’un système de propositions) B, si B étant vrai, A peut être
démontré vrai en vertu des lois logiques.
5. Rapport en vertu duquel l’antécédent entraîne le conséquent
(Foulquié).
6. «Ce qu’on appelle conséquence n’est autre chose que l’argu-
mentation prise dans ce que nous pourrions appeler son nœud vital,
c’est-à-dire dans la relation qui unit entre eux l’antécédent et le con-
séquent» (J. Maritain, Petite Logique).
Exemples d’arguments tirés de conséquences:
a) «Si cet homme a été tué par le fer; si l’on t’a saisi, toi, son
ennemi, sur le lieu même, une épée sanglante à la main; si nul autre
que toi n’a été vu dans cet endroit; si personne n’avait intérêt au
meurtre; si tu t’ es montré toujours capable de tout, peut-on douter que
tu ne sois l’assassin ?» (Cicéron, De Oratore, II, 170).
b) «Si la justice est un bien, il faut juger avec équité: si la
perfidie est un mal, il ne faut pas tromper, et inversement» (Quintilien,
V, 10, 74).
LES CONTRADICTOIRES
Définitions
1. «Les contradictoires sont des termes qui s’excluent logi-
quement. Ils consistent dans un terme et dans la simple négation de ce
terme; voir, ne voir pas» (Logique de Port-Royal, p. 218).
2. Se dit de termes dont l’un est la négation de l’autre comme
mort et vivant, chaud et pas chaud, content et mécontent (Foulquié).
3. «Deux concepts sont contradictoires lorsqu’ils ne peuvent être
ni affirmés ni niés simultanément d’aucun sujet. Ils sont nécessairement
contradictoires si l’un est le négatif absolu de l’autre» (Ed. Gobelot,
Traité de logique, p. 94).
Exemples: Plus grand – Non plus grand.
Non plus petit – Plus petit.
Non noir – Noir
Blanc – Non blanc, etc.
135
Les propositions contradictoires
1. Deux jugements sont contradictoires quand ils sont opposés à
la fois en qualité et en quantité:
«Je dis que l’affirmation est contradictoirement opposée à la
négation, quand la première indique que la chose est universelle, et
que la seconde exprime que cette même chose ne l’est pas. Par exemple:
„Tout homme est blanc; quelque homme n’est pas blanc. Aucun
homme n’est blanc; tel homme est blanc» (Aristote, Herménéia, VII, 5).
On pourrait aussi dire: Tout ces S sont P. Quelques-uns de ces S
ne sont pas P; Aucun de ces S n’est P.L’ un de ces S est P.
2. Ce sont «des propositions ayant des termes identiques, mais
qui diffèrent en quantité et en qualité c’est-à-dire dont l’une est
universelle et l’autre particulière, l’une affirmative et l’autre négative»
(Foulquié).
Exemples: Tous sont présents (universelle affirmative); quel-
ques-uns ne sont pas présents (particulière négative). Aucun n’est
attentif (universelle négative): quelques-uns sont attentifs (particulière
affirmative).
Deux propositions contradictoires ne peuvent être ni vraies ni
fausses à la fois; si l’une est vraie, l’autre est fausse et réciproquement.

LES CONTRAIRES
Définitions, remarques
10. «Se dit de deux concepts qui font partie d’un même genre et
qui diffèrent le plus entre eux (Aristote, Catégories, VI, 6a 18); ou qui
présentant un caractère spécifique susceptible de degrés, en possèdent
respectivement le maximum et le minimum; ou qui correspondent à
deux mouvements en sens opposés; enfin de deux concepts qualita-
tivement différents, dont l’opposition est intuitivement sentie comme
telle (chaud, froid; sucré, salé, etc.)» Lalande.
Remarque. Selon Aristote il faut nécessairement pour tous les
contraires qu’ils soient ou dans des genres contraires, ou dans le même
genre, ou enfin qu’ils soient eux-mêmes des genres; noir et blanc, par
exemple, appartiennent à un même genre, puisque la couleur est le
genre de tous les deux; justice et iniquité sont dans des genres con-
traires, car le genre de l’un c’est la vertu, celui de l’autre c’est le vice;
136
enfin, le bien et le mal ne sont pas dans des genres contraires, mais ils
sont eux-mêmes genres contraires de certaines choses152.
Suivant les Catégories d’Aristote (X, 1-26) analysées aussi par
la Logique de Port-Royal, il y a quatre sortes d’opposés parmi lesquels
on trouve les contraires, à savoir: les relatifs, les contraires proprement
dits, les opposés par possession et privation, et les opposés par
affirmation et négation:
«Une chose peut être opposée à une autre de quatre manières
différentes… Et pour donner des exemples, toutes ces choses sont
opposées entre elles, ainsi qu’en fait de relatifs, le double l’est à la
moitié; en fait de contraire, le bien au mal; en fait de privation et de
possession, l’aveuglement et la vue; et enfin, en fait d’affirmation et de
négation: Il est assis, il n’est pas assis» (Aristote, Catégories, X, 2).
Dans les Topiques, Cicéron distingue principalement deux espèces
de contraires:
1) les idées qui dans un même genre sont le plus opposées, comme
la sagesse et la folie, ou la vitesse et la lenteur;
2) les contraires qui résultent d’un rapport de quantité: beau-
coup/peu; long/court; plus grand/ plus petit.
20. Se dit de deux termes qui présentent des sens d’opposition
extrême par exemple, vrai et faux; vertueux et vicieux; chaud et froid;
loin et près (Foulquié).
Les propositions contraires
10. Se dit de deux propositions qui ne peuvent être vraies toutes
les deux, mais qui peuvent être fausses l’une et l’autre; en particulier,
de deux propositions universelles qui ont les mêmes termes, et dont
l’une est affirmative et l’autre négative. Tout S est P; nul S n’est P.
(Lalande)
20. Se dit de deux propositions comportant les mêmes termes
(même sujet et même attribut) et étant toutes deux universelles, mais
dont l’une est affirmative et l’autre négative. Par exemple: tous sont
là, aucun n’est là.
Ou encore: de deux propositions universelles affirmatives ayant
le même sujet, mais dont les attributs sont de sens diamétralement
opposé. Exemple: tous sont attentifs, tous sont inattentifs (la négation
est dans l’attribut). Foulquié.
_______________
152
v. Aristote, Catégories, XI, 1-6.
137
30. Deux concepts sont contraires lorsqu’ils ne peuvent être
simultanément affirmés d’aucun sujet. Soient deux concepts P et Q.
Dire qu’ils sont contraires; c’est dire que:
si S est P, S n’est pas Q,
si S est Q, S n’est pas P,
quel que soit le sujet S. (Ed. Gobelot, Traité de logique).
Remarques. 1. Deux propositions contraires ne peuvent pas être
vraies à la fois mais elles peuvent être fausses à la fois.
2. Cicéron précise qu’on peut chercher la similitude dans les
contraires:
«S’il n’y a point de peine pour les méfaits involontaires, il ne
doit point y avoir de reconnaissance pour les bienfaits du même ordre»
(De Inventione, I, 30).
3. Aux contraires, on a l’habitude de joindre les choses qui sont
incompatibles; Hippolyte, dans Phèdre de Racine, a tiré un argument
de ce lieu pour prouver son innocence:
«Ainsi que la vertu le crime a ses degrés, / Et jamais on n’a vu la
timide innocence/ Passer subitement à l’extrême licence./ Un seul jour
ne fait point d’un mortel vertueux/ Un perfide assassin, un lâche
incestueux» (Racine, Phèdre, IV, 2).
4. Aristote a établi qu’une même proposition pourrait avoir plu-
sieurs contraires comme par exemple faire du bien à ses amis a pour
contraires faire du bien à ses ennemis et faire du mal à ses amis.
Arguments tirés de contraires:
a) «Etre tempérant est bon, attendu qu’être intempérant est
nuisible» (Aristote, Rhétorique, II, p. 115).
b) «Si la guerre est cause des maux présents c’est avec la paix
qu’il faut les réparer» (Aristote, Rhétorique, II, 114).
c) «S’il n’est pas juste de se laisser aller à la colère envers qui
nous a fait du mal contre son gré, celui qui nous a fait du bien parce
qu’il y était forcé n’a droit à aucune reconnaissance» (Aristote,
Rhétorique, II, 115).
d) «Mais si les mensonges débités aux mortels les peuvent per-
suader, tu dois aussi admettre le contraire: combien de vérités ne trouvent
chez eux nulle créance) !» (Aristote, Rhétorique, II, 115; exemple tiré
de Thyeste, d’Euripide).
e) «Si l’on doit éviter la folie, on doit suivre la sagesse; si l’on
doit fuir le mal, on doit chercher le bien» (Cicéron, les Topiques, éd.
cit., p. 243).
138
f) «La frugalité est un bien, car le luxe est un mal». (Quintilien,
V, 10, 73).
g) «Si la guerre entraîne des calamités, la paix en est le remède»
(Quintilien, V, 10, 74).

LA DÉFINITION
Définitions, remarques, emplois
I. Théories d’Aristote
1. Selon Aristote la définition est «une énonciation qui exprime,
en général, l’essence de la chose»153. La définition d’une chose est la
réunion de tous les attributs essentiels de cette chose, qui, chacun pris
à part, peuvent être plus étendus qu’elle, mais dont l’ensemble a
précisément la même étendue que le défini:
«Parmi les attributs qui appartiennent toujours à la chose, dit
Aristote, quelques-uns dépassent la chose elle-même, mais sans sortir
du genre. Je dis que les attributs dépassent la chose, lorsque, tout en
lui appartenant universellement, ils sont cependant aussi à une autre
chose qu’elle. Par exemple, il y a tel attribut qui appartient à toute
triade et qui cependant appartient aussi à ce qui n’est pas triade…
L’impair est un attribut de toute triade, mais il dépasse le nombre
trois, puisqu’il appartient également au nombre cinq; toutefois il ne
sort pas du genre; car cinq est bien un nombre, mais hors du nombre il
n’a rien d’impair. Ce sont donc des attributs de cette sorte qu’il faut
prendre, jusqu’à ce qu’on soit arrivé précisément à ce point, que tout
en dépassant chacun à part l’extension de la chose, ils n’aient pas
cependant, quand ils sont tous pris ensemble, plus d’étendue qu’elle…»
(Aristote, Derniers Analytiques, II, 13, 2-5).
Aristote exige que la définition soit universelle; l’universel
comporte pour ce philosophe à la fois la considération d’une classe et
de la somme des individus qui la composent:
«Toute définition, dit-il, est toujours universelle, car le médecin
ne dit pas seulement ce qui est bon à tel œil en particulier, mais il dit
ce qui est bon à tout oeil en général, ou du moins à tout oeil de telle
espèce» (Aristote, Derniers Analytiques, II, 13, 23).
Aristote précise que la définition et la démonstration sont par-
faitement distinctes l’une de l’autre; en outre il n’y a pas démonstration
_______________
153
Aristote, Topiques, I, 5, 2-4.
139
pour tout ce dont il y a définition et il n’y a pas définition pour tout ce
dont il y a démonstration.
a) Tout ce qui est démontrable n’est pas définissable:
«La définition, dit Aristote, explique ce qu’est la chose et tout ce
qui explique ce qu’est la chose est universel et affirmatif. Au contraire,
les syllogismes sont les uns privatifs, les autres non universels; par
exemple, tous ceux de la seconde figure sont privatifs (= restrictifs), et
il n’en est pas un seul de la troisième qui soit universel154. Ensuite, la
définition ne s’applique même pas à tous les syllogismes affirmatifs
de la première figure; et par exemple, elle ne s’applique pas à cette
conclusion155 que tout triangle a ses angles égaux à deux droits»
(Derniers Analytiques, II, 3. 2-4).
b) Tout ce qui est définissable n’est pas démontrable:
Selon Aristote si tout définissable est démontrable, il s’ensuit
que quelque démontrable est définissable et alors il y a des démontrables
qu’on peut savoir sans démonstration ce qui est contradictoire et absurde;
en outre, les principes des démonstrations sont des définitions pour
lesquelles il n’y a pas, en général, de démonstration possible; autrement il
y aurait progrès dans la même démonstration à l’infini, c’est-à-dire
qu’il n’y aurait pas de démonstration à proprement parler; d’ailleurs,
la définition s’attache à ce qu’est la chose, à l’essence, tandis que toutes
les démonstrations supposent et admettent l’essence de la chose: ainsi
les démonstrations mathématiques supposent l’essence de l’unité, de
l’impair156.
La définition et l’hypothèse sont, suivant Aristote, des thèses; si
l’on affirme ou si l’on nie l’existence de la chose, la thèse devient une
hypothèse; si l’on ne fait qu’indiquer l’essence de la chose, c’est une
définition:
«La thèse qui prend l’une quelconque des deux parties de
l’énonciation, c’est-à-dire qui affirme ou qui nie l’existence de l’objet,
reçoit le nom d’hypothèse. La thèse qui est dénuée de ces conditions,
est une définition. La définition, en effet, est une sorte de thèse, et
c’est ainsi que l’arithméticien pose par exemple cette thèse: «Que
_______________
154
Tous les syllogismes de la troisième figure ont des conclusions formées
par des propositions particulières (formules: Darapti, Disamis, Datisi, Felapton,
Bokardo, Ferison); I = proposition particulière affirmative; O = proposition
particulière négative).
155
Cette conclusion n’est pas la définition du triangle.
156
v. Aristote, Derniers Analytiques, II, 3.
140
l’unité est ce qui, sous le rapport de la quantité, est indivisible…»
(Aristote, Derniers Analytiques, I, 2, 15).
II. Remarques de Cicéron concernant la définition
La définition est, selon Cicéron, «un discours qui explique la
nature de l’objet défini». (Topiques, V). Le grand orateur distingue
plusieurs espèces de définitions;
a) des définitions qui concernent les choses réelles, concrètes
comme par exemple un champ, une maison, un mur, une gouttière, du
bétail, des meubles.
b) des définitions ayant trait aux choses: «qui ne sont visibles
qu’à l’intelligence», comme la tutelle, la parenté; ces choses «n’ont
point de corps», mais nous avons dans l’esprit leurs images.
c) la définition oratoire
(Il y a une différence sensible entre la définition proprement dite
et la définition oratoire. Tandis que la définition n’admet que les mots
nécessaires pour exprimer la nature de la chose et possède une structure
qui lui est propre, la définition oratoire énumère les principaux traits
qui caractérisent la chose dont on parle et met l’accent sur ceux-ci
dans la mesure où ils sont utiles à l’orateur. Ainsi le logicien définira
l’homme un animal raisonnable (doué d’intelligence et de langage
articulé, rangé, parmi les mammifères de l’ordre des primates, et
caractérisé par son cerveau volumineux, sa station verticale, etc.).
Mais si l’on veut montrer, par exemple, la grandeur de l’homme on
peut dire avec Pascal: «L’homme n’est qu’un roseau, le plus faible de
la nature, mais c’est un roseau pensant»157.
Dans les Topiques, Cicéron ne se fit pas faute de parler de la
définition oratoire:
«Souvent les orateurs et les poètes définissent une chose avec
grâce par un trope fondé sur une similitude. Aquillius, mon collègue et
mon ami, avait coutume lorsqu’il était question des rivages que vous
regardez comme une propriété publique, de répondre à ceux qui lui
demandaient ce qu’il entendait par rivage: «C’est l’endroit ou les flots
viennent se jouer» (Topiques, VII).
Cicéron souligne que la définition peut se faire aussi ou par
énumération des parties, ou par division. On pratique l’énumération
_______________
157
Pascal, Pensées et opuscules, Paris, Larousse, 1937, p. 42.
141
des parties afin de décomposer rationnellement la chose en question
pour en formuler la définition; ainsi on peut dire que «le droit civil est
celui qui repose sur les lois, les sénatus-consultes, les sentences des
tribunaux, les décisions des jurisconsultes, les édits des magistrats, la
coutume et l’équité». Quant à la définition par division, celle-ci embrasse
toutes les espèces qui sont comprises dans un genre.
Cicéron précise que la définition est très souvent employée dans
l’argumentation. L’orateur peut trouver dans la définition même de la
chose dont on parle la preuve de ce qu’on affirme; elle peut être
employée en tant que prémisse d’un syllogisme: «Le droit civil, dit
Cicéron, est l’équité réduite en loi pour régler les droits des membres
d’une même cité; or la connaissance de cette équité est utile; donc le
droit civil est une science utile» (Topiques, II).
On peut se servir de la définition comme argument en vue d’étayer
l’accusation:
«Est coupable de lèse-majesté quiconque porte atteinte aux choses
qui constituent la grandeur de l’État, c’est-à-dire aux suffrages du peuple
et à l’assemblée des magistrats; or vous avez interdit au peuple ses
suffrages, aux magistrats leur assemblée quand vous avez détruit les
ponts» (Rhétorique à Herennius, II, 12).
La définition en tant qu’argument peut être employé en faveur
de la défense:
«Le crime de lèse-majesté consiste à porter préjudice à la grandeur
de l’État. Mais loin d’y porter préjudice, je l’ai protégée; j’ai conservé
le trésor public; j’ai résisté aux passions des mauvais citoyens; je n’ai pas
permis que la majesté de l’État pérît entière» (Rhétorique à Herennius,
II, 12).
Dans De Inventione, Cicéron met en évidence le fait qu’une
cause, en matière de droit, pourrait avoir pour objet des définitions de
mots désignant certains actes:
«Quand la discussion, dit-il, porte sur un mot, et comment il faut
définir ce mot c’est une question de définition. Voici un exemple de ce
genre de cause: C. Flaminius, le même qui, étant consul, mit la république
en péril dans la seconde guerre punique, voulait, pendant son tribunat,
malgré les résistances des sénateurs et l’opposition des principaux
citoyens, faire passer la loi Agraire, en poussant le peuple à la
sédition. Son père vint l’arracher de la tribune pendant qu’il tenait
l’assemblée du peuple. On le met en jugement comme coupable de
142
lèse-majesté. L’accusation dit: «Vous êtes coupable de lèse-majesté
pour avoir arraché de la tribune un tribun du peuple». La défense
répond: «Je ne suis pas coupable de lèse-majesté». La question sera
donc: «Est-il coupable de lèse-majesté ?» La raison; «J’ai usé envers
mon fils de mon autorité». La réfutation: «Mais, opposer la puissance
paternelle, c’est-à-dire une puissance toute privée, à la puissance tribu-
nitinne, qui est celle du peuple même, c’est un crime de lèse-majesté».
Le point à juger sera donc: «Est-ce un crime de lèse-majesté d’opposer
l’autorité paternelle à la puissance tribunitienne ?» C’est à ce point à
juger que doivent se rapporter tous les arguments». (De Inventione, II, 17).
Toujours dans De Inventione (II, 51), Cicéron souligne que parfois
il faut déterminer par des définitions la valeur de certains mots dans
le texte d’une loi et il en donne l’exemple suivant:
«La loi porte que ceux qui, dans une tempête, abandonnent un
vaisseau, perdent tous leurs droits sur le chargement, et que le vaisseau,
ainsi que sa cargaison, appartiennent à ceux qui ne l’ont point quitté».
Ce texte qui semble clair de prime abord doit être encore éclairci
par la définition de certains mots quand il s’agit de juger une affaire
telle que la suivante:
«Deux individus, propriétaires l’un d’un navire, l’autre de sa
cargaison, aperçurent en pleine mer un naufragé qui cherchait à se
sauver à la nage, et leur tendit les bras: touchés de compassion, ils
dirigèrent leur bâtiment de son côté, et le prirent à bord. Bientôt après,
la tempête vint à battre leur navire avec tant de force, que le
propriétaire, qui était en même temps pilote, se jeta dans un esquif,
d’où il cherchait, autant que possible, à régler les mouvements du
vaisseau au moyen du câble qui tenait la barque attachée à la poupe.
Le propriétaire des marchandises se perça de son épée sur le vaisseau
même. Le naufragé, qu’ils avaient recueilli se met alors au gouvernail,
et fait tous ses efforts pour sauver le bâtiment. Les flots venant à
s’apaiser et le temps à changer, le navire entre dans le port. Celui qui
s’était frappé de son épée, légèrement blessé, guérit facilement. Chacun
des trois soutient que le navire et le chargement lui appartiennent».
Dans cette cause, dit Cicéron, «toutes les parties invoquent le
texte de la loi, et la difficulté porte sur le sens des mots; car il s’agit de
déterminer, par des définitions, ce qu’on doit entendre par «abandonner
le navire», et enfin ce que c’est que le navire lui-même…» (De
Inventione, II, 52).
143
III. Remarques de Quintilien sur la définition
Quintilien montre dans De Institutione oratoria (V, 10, 54)
comment on peut tirer des arguments de la définition (lat. finitio): «La
définition, dit-il, se fait en termes généraux; «La rhétorique est la
science de bien dire», ou en distinguant les parties: «La rhétorique est
la science de bien trouver les arguments, de bien les disposer, de bien
les présenter, le tout joint à une mémoire sûre et à la dignité dans
l’action».
Une chose pourrait aussi être définie par l’étymologie «comme
quand on dit que assiduus vient de aere dando, locuples de l’abondance
des terres (locorum), pecuniosus de l’abondance du bétail (pecoris)».
Théories modernes
Définitions
1. «La définition est un concept complexe ou une locution
exposant ce qu’est une chose ou ce que signifie un nom» (J. Maritain,
Éléments de philosophie (Petite Logique), éd. cit., t. II, p. 99.
2. «La définition est un jugement qui a pour sujet et pour attribut
deux concepts équivalents. La condition générale de toute définition
est que le défini et la définition aient même extension, c’est-à-dire
soient attributs des mêmes jugements virtuels; elle doit être caracté-
ristique, convenir à tout le défini et au seul défini, omni et soli
definito» (Ed. Gobelot, Traité de Logique, éd. cit., p. 117).
3. «Proposition indiquant les caractères essentiels d’une chose
((en termes techniques: son essence, sa quiddité (= l’essence d’une chose),
sa compréhension; en termes courants: ce qu’elle est)). Foulquié.
4. «La définition considérée comme opération de l’esprit, consiste
à déterminer la compréhension caractérisant un concept»158. (Lalande).
Nous avons montré que pour Aristote la définition est la formule qui
exprime l’essence d’une chose; or cette essence se compose du genre
et des différences. D’où la règle que l’on doit définir une chose par le
genre prochain (genus proximum) et par la différence spécifique (per
differentiam apecificam). Le genre qui sert à définir doit être le genre
prochain, c’est-à-dire le plus petit en extension dans lequel le défini
soit contenu; définir c’est déterminer la place d’un concept dans une
_______________
158
André Lalande, Vocabulaire technique et critique de la philosophie,
Paris, P.U.F., 1972.
144
hiérarchie de concepts, c’est indiquer à quel genre immédiatement
supérieur il faut le rapporter. L’expression différence spécifique veut
dire que la différence doit être une vraie différence. Ce qui caractérise
la différence vraiment spécifique c’est d’être la première dans l’essence.
Par exemple, avoir un angle droit est la différence essentielle du
triangle rectangle. L’égalité du carré de l’hypoténuse avec la somme
des carrés des deux autres côtés, n’est qu’une propriété qui dépend de
la différence essentielle. Exemples de définitions scientifiques ou
logiques fondées sur le genre prochain (en biologie, le caractère
dominateur) et la différence spécifique (en biologie, le caractère
subordonné):
a) Les mathématiques sont la science (genre) de la quantité
(différence spécifique).
L’homme est un animal (genre) raisonnable (d.s.).
L’animal est un vivant (genre) doué de sensibilité (d.s.).
Le carré est un rectangle (genre) équilatéral (d.s.).
Le rectangle est un parallélogramme (genre) ayant quatre
angles droits (d.s.).
Le parallélogramme est un quadrilatère (genre) aux côtés paral-
lèles (d.s.).
b) Le mammifère est un vertébré (caractère dominateur) qui
allaite ses petits (caractère subordonné).
Espèces de définitions
P. Foulquié divise les définitions en deux grandes classes :
a) les définitions nominales ou du nom; b) les définitions réelles
ou de la chose.
La définition nominale ou du nom (nomen, nominis) consiste à
donner un équivalent d’un mot dont on ne connaît pas le sens ou de
l’expliquer par son étymologie. La définition réelle ou de la chose
(res) indique la nature de l’objet défini.
Les logiciens ont encore divisé les définitions de la manière
suivante:
1. La définition substantielle (definitio substantialia) expose la
nature de la chose.
2. La définition causale ou génétique (definitio genetica vel
causalis) qui explique la possibilité ou l’origine de la chose.
3. La définition essentielle (definitio essentialis) qui définit par
les caractères constitutifs.
145
4. La définition analytique (definitio analytica) qui ne fait qu’analyser
et éclaircir une notion reçue.
5. La définition inductive obtenue par la généralisation.
6. La définition déductive qui consiste à décomposer les idées:
«Le triangle est une figure à trois angles et à trois côtés».
À ces définitions il faut ajouter la définition par énumération qui
définit un concept par son extension, en énumérant les individus ou les
espèces qui font partie de celle-ci; exemple :
«On appelle droit positif, les règles juridiques en vigueur dans
un État, quelque soit d’ailleurs leur caractère particulier, constitution,
lois, décrets, ordonnances, coutumes, jurisprudence» (Planiol, Droit civil).
Parmi les différentes espèces de définitions que l’on emploie
dans un discours, on peut encore distinguer:
a) les définitions normatives qui indiquent la façon dont on veut
qu’un terme soit utilisé;
b) les définitions descriptives qui indiquent quel est le sens
accordé à un mot dans un certain milieu, à un certain moment;
c) les définitions de condensation qui ne mentionnent que les
éléments essentiels de la définition descriptive159.
Les logiciens précisent qu’il ne faut pas confondre définition et
description; dans toute définition logique, on peut reconnaître un genre
et une différence spécifique; il n’en est pas de même de la description:
l’objet est mal délimité et peut être confondu avec d’autres; il faut
savoir que l’on décrit en général des sujets singuliers, alors que l’on
définit des concepts.
Règles de la définition
1. La définition logique doit être brève parce qu’elle ne doit
contenir généralement que le genre et la différence essentielle ou
spécifique:
«On doit regarder comme inutille, dit Aristote, tout ce qui, étant
enlevé, n’en laisse pas moins le défini parfaitment clair» (les Topiques,
VI, 3, 2).
2. La définition doit être claire, car elle est faite pour expliquer;
selon Gobelot la clarté de la définition se rapporte à l’extension du
défini: un concept est clair quand il contient en lui la notion des
expériences ou opérations logiques qui permettent de reconnaître les
_______________
159
v. Ch. Perelman et collab., Traité de l’argumentation, Bruxelles,
Ed. de l’Univ., 1983, p. 283.
146
sujets qu’il dénote160. C’est une grave erreur que de définir obscurum
per obscurius; exemples: 1. L’acte vertueux est l’acte qui mérite
récompense. 2. Le rire est un rien dans la forme d’un objet fini en
contradiction avec lui-même161.
L’obscurité de la définition peut être due;
a) à la polysémie du défini: «si l’on n’a point fait de division, dit
Aristote, dans le cas où le défini a plusieurs sens… alors on ne sait
duquel de ces sens on a donné la définition, et l’adversaire peut alors
chicaner en disant que l’explication ne s’applique pas à tout ce dont on
a donné la définition». (les Topiques, VI, 2, 2).
b) à l’usage de mots inusités: par exemple Platon disait de l’œil
qu’il est ophryosquie (= ombragé par le sourcil) ou de la tarantule
qu’elle est sepsidace (= dont la morsure corrompt les chairs), ou de la
moelle qu’elle est ostéogène (= qui produit les os)162.
Il faut souligner que tout mot qui n’est pas habituel est obscur.
On doit employer dans la définition, des mots parfaitement connus ou
déjà expliqués.
3. La définition doit être égale (adéquate) au défini, parce qu’elle
doit le resserrer dans ses limites naturelles; il faut qu’elle convienne à
tout le défini, et rien qu’au défini: omni et soli definito:
«Si l’on a donné une définition trop étendue, dit Aristote, il faut
voir d’abord, si l’on s’est servi d’un terme qui s’applique à tout, soit à
tous les êtres absolument, soit à des choses qui sont comprises sous le
même genre que le défini; car nécessairement ce terme sera trop
étendu. C’est, qu’en effet, il faut que le genre sépare le défini des
autres choses, et que la différence le sépare de l’une des autres choses
comprises dans le même genre…» (les Topiques, VI, 3, 1).

LA DIFFÉRENCE
La différence est ce qui distingue un universel d’un autre163. Elle
est générique ou spécifique: générique en tant qu’elle distingue les
genres; spécifique, en tant qu’elle sert à distinguer les espèces.
_______________
160
E. Gobelot, op.cit., p. 122.
161
v. P. Janet, Traité élémentaire de philosophie, Paris, Delagrave, s.d.,
p. 410.
162
v. Aristote, les Topiques, VI, 2, 5.
163
Les cinq universaux établis par Aristote sont le genre, l’espèce, le
propre (la propriété), la différence, l’accident. Ces universaux ont été étudiés
par Porphyre dans l’Introduction aux catégories d’Aristote.
147
Selon Porphyre le mot différence possède trois sens: un sens
commun, un sens propre et le sens le plus propre (ou le sens qui est
plus propre à ce mot que tout autre). On emploie le sens commun
lorsqu’on dit qu’une chose diffère d’une autre quand celle-ci présente
une altération quelconque, soit relativement à elle-même, soit rela-
tivement à une chose différente. Ainsi Socrate diffère de Platon parce
qu’il est autre; il diffère de lui-même, si l’on compare son enfance à sa
maturité, etc. Dans le sens propre, une chose diffère d’une autre,
quand elle en diffère par un accident qui ne peut être séparé d’elle. Un
accident inséparable, c’est la couleur glauque des yeux, l’abaissement
du nez, ou la cicatrice d’une blessure ineffaçable. Dans le sens le plus
propre, on dit d’une chose qu’elle diffère d’une autre quand elle en est
distincte par une différence spécifique et ce sens est employé
lorsqu’on fait de la différence un universel. Ainsi l’homme diffère du
cheval par une différence spécifique, par sa qualité d’être doué de
raison; la différence sépare les termes placés sous le même genre;
raisonnable et privé de raison séparent l’homme et le cheval, qui sont
sous le même genre, l’animal.164
Suivant la Logique de Port-Royal, lorsqu’un genre a par
exemple, deux espèces il faut nécessairement que l’idée de chaque
espèce comprenne quelque chose qui ne soit pas compris dans l’idée
du genre; autrement, si chacune ne comprenait que ce qui est compris
dans le genre, ce ne serait que le genre; ainsi le premier attribut
essentiel que comprend chaque espèce de plus que le genre, s’appelle
sa différence; et l’idée que nous en avons en ce cas est une idée
universelle, parce qu’une seule et même idée peut nous représenter
cette différence partout où elle se trouve c’est-à-dire «dans tous les
inférieurs de l’espèce»165.
A. Bain souligne que la différence exprime les caractères que
possède chaque espèce, en dehors des caractères du genre. Si l’on
admet, par exemple, que le loup est du genre canis, les caractères qui
appartiennent au loup, outre les caractères du genre, sont ce qu’on
appelle la différence, differentia (la différence spécifique). Un autre
exemple: la science étant un genre et la chimie une espèce, la différence
de la chimie est ce qui la distingue de toutes les autres sciences, ce qui
_______________
164
v. Porphyre, Introduction aux Catégories d’Aristote, III, 1-20, in
Aristote, Logique, Paris, Ladrange, 1839, t. I, p. 14.
165
v. A. Arnauld, P. Nicole, Logique de Port-Royal, éd. cit., p. 47.
148
lui est particulier et propre, en dehors des caractères généraux de la
science. (v. Logique déductive et inductive, éd. cit., p. 110).
Selon P. Foulquié la différence peut consister dans un rapport
d’altérité entre des choses qui ont des éléments identiques ou dans un
caractère par lequel une chose se distingue d’une autre.
Suivant Lalande la différence est soit un caractère qui distingue
une espèce des autres espèces d’un même genre (c’est la différence
spécifique, differentia specifica), soit tout caractère qui distingue un
concept d’un autre. Il y a des choses numériquement différentes
(numero differentia) qui ne diffèrent par aucun caractère intrinsèque,
mais seulement, par le fait d’être plusieurs et des choses spéci-
fiquement différentes (specie differentia), c’est-à-dire qui diffèrent par
leur essence même où leur définition.
Lorsqu’on emploie la différence en tant que lieu d’enthymème,
il faut examiner les différences dans les genres mêmes: par exemple, il
faut rechercher en quoi la justice diffère du courage, et la sagesse de
la prudence; car toutes ces différences appartiennent au même genre
qui est la vertu. Parfois, il faut passer d’un genre à l’autre quand les
choses ne sont pas éloignées, et chercher par exemple en quoi la
sensation diffère de la science. En outre, les différences spécifiques
fournissent des lieux de la définition166.

LA DIVISION

La division est une opération consistant à distribuer un tout en


ses parties (et non en ses éléments comme l’analyse).
La Logique de Port-Royal précise que la division est le partage
d’un tout en ce qu’il contient; les auteurs de cet ouvrage distinguent
deux sortes de tout et par conséquent deux sortes de grandes
divisions167:
1. Il y a un tout composé de plusieurs parties réellement distinctes,
appelé en latin totum, et dont les parties sont appelées parties intégrantes.
La division de ce tout a été nommée partition (comme lorsqu’on divise
une maison en ses appartements, une ville en ses quartiers, un État en
ses provinces, etc.).
_______________
166
v. Aristote, Topiques, I, 16, 1; IV, 6, 1 et suiv.
167
A. Arnauld et P. Nicole, La Logique de Port-Royal, Paris, Hachette,
1861 (1662), p. 145.
149
La principale règle de cette division est de faire des dénombrements
bien exacts et exhaustifs.
2. L’autre tout est appelé en latin omne, et ses parties sont des
parties subjectives ou inférieures, parce que ce tout est un terme
commun et ses parties sont constituées par tous les sujets logiques
compris dans son étendue ou extension: ainsi, le mot d’animal est un
tout de cette nature dont les parties inférieures ou subjectives, comme
homme et bêtes sont comprises dans son étendue.
C’est cette opération qui porte le nom de division logique pro-
prement dite; il y a plusieurs sortes de divisions de cette catégorie:
a) lorsqu’on divise le genre en ses espèces: Tout animal est
homme ou bête;
b) lorsqu’on divise le genre par ses diffèrences: Tout animal est
raisonnable ou privé de raison; tout nombre est pair ou impair; toute
proposition est vrai ou fausse;
c) lorsqu’on divise un sujet commun par les accidents propres:
Tout astre est lumineux par lui-même, ou seulement par réflexion.
Tout homme est sain ou malade, etc.
Dans les Derniers Analitiques (II, 13, 7), Aristote a fait ressortir
l’utilité de la division lorsqu’on définit une chose ou un nom:
«Il faut, quand on s’occupe de quelque sujet complexe, diviser le
genre en individus spécifiquement primitifs. Ensuite il faut essayer de
faire les définitions des individus ainsi choisis…»
Cicéron enseigne aussi dans les Topiques (17) que la division est
d’un grand secours lorsqu’on veut définir quelque chose:
«La définition par division, dit-il, embrasse toutes les espèces
qui sont comprises dans un genre». L’aliénation est la tradition168 sous
garantie privée ou la cession légale d’une chose qui nous appartient
en propre, à une personne qui, d’après le droit civil, peut la recevoir.
Dans la Rhétorique, Aristote montre comment on peut tirer un
enthymème de la division:
«Tous les hommes commettent l’injustice à trois fins (celle-ci,
ou celle-ci, ou celle-ci); et pour deux raisons le délit était impossible;
quant à la troisième les adversaires eux-mêmes n’en font pas état»
(II, 23, p. 119).
_______________
168
Tradition: «Remise matérielle d’une chose mobilière en vue soit
d’en transférer la propriété, soit d’exécuter une obligation de délivrance»
(Capitant, in P. Robert).
150
Quintilien souligne que l’on peut employer la division, dans
certains cas, en tant qu’argument:
«La division sert à prouver et à réfuter. Pour prouver, il suffit
quelquefois de s’attacher à un point: «Pour être citoyen, il faut être né
tel ou l’être devenu». Mais on peut réfuter les deux points: Il n’est pas
né citoyen et ne l’est pas devenu (V, 10, 66).
Dans le processus d’argumentation, on peut diviser les hypothèses
et après les avoir éliminées les unes après les autres montrer que tout
est faux:
«Tu dis que tu as prêté de l’argent; cet argent, tu le possédais
toi-même, tu l’as reçu de quelqu’un, tu l’as trouvé ou tu l’as dérobé. Si
tu ne le possédais pas, que tu ne l’aies pas reçu de quelqu’un etc., tu
ne l’as pas prêté» (V, 10, 66).
Selon Perelman on peut tirer de l’argument par division tout ce
qui se tire des opérations d’addition, de soustraction et de leurs combi-
naisons169.
La division pour être correcte et efficace doit satisfaire à certaines
exigences, elle doit être:
a) entière, complète, c’est-à-dire que les membres de la division
comprennent toute l’extension du terme ou du genre que l’on divise,
comme pair et impair comprennent toute l’extension du terme de nombre:
«Ce genre d’argument, dit Quintilien, est périlleux; il doit être
manié avec précaution, car si, dans les points énumérés, nous omettons
une seule hypothèse, tout l’édifice s’écroule et nous prêtons à rire» (V,
10, 67).
b) opposée, c’est-à-dire que les membres de la division soient
opposée (qu’ils ne doivent pas rentrer l’un dans l’autre), comme pair
et impair, raisonnable et privé de raison.
c) graduée, c’est-à-dire qu’elle ne franchisse pas sans intermédiaire
la distance qui sépare deux membres éloignés, comme si en géographie,
par exemple, on passait tout de suite des parties du monde aux dépar-
tements;
d) proportionnée: c’est un égal défaut de ne faire pas assez de
divisions ou d’en faire trop; si l’on fait peu de divisions, on n’éclaire
pas assez l’esprit, si l’on en fait trop, on le distrait et on l’accable.
_______________
169
v. Ch. Perelman et collab., Traité de l’argumentation, éd. cit., p. 317.
151
L’ÉNUMERATION DES PARTIES
L’énumération des parties consiste à énoncer et à examiner suc-
cessivement les différentes parties d’un tout, afin de conclure du tout
ce qu’on affirme de chaque partie. Cicéron, dans Pro lege Manilia,
énumérant les qualités d’un grand général et les trouvant toutes réunies
dans Pompée, conclut que Pompée est un grand général.
Énumérant les vices et les défauts d’un accusé, on tire la conclusion
que celui-ci est un véritable danger public:
«Enfin, de quel vice est-il exempt ? À quel titre juges, voudriez-vous
l’absoudre ? lui qui prostitue sa pudeur et tend des pièges à celle d’autrui:
cupide, intempérant, effronté, arrogant; impie envers ses parents, ingrat
envers ses amis, persécuteur de sa famille, rebelle à ses supérieurs,
dédaigneux envers ses égaux et ses pareils, cruel envers ses inférieurs,
véritable fléau insupportable à tout le monde !» (Rhétorique à Herennius,
IV, 40).
Cicéron dans De Oratore montre qu’en procédant à l’énumération
des parties on aboutit à une conclusion juste: «Dans une occasion où il
s’agissait du salut de la république, il fallait ou obéir au sénat ou
instituer un autre conseil ou agir de son propre mouvement. Former un
autre conseil, cela eût été prétention tyrannique; s’en rapporter à soi-
même, présomption arrogante: il restait donc à obeir au senat» (II, 165).
Dans De Inventione (I, 29), Cicéron explique comment on peut
se servir de l’énumération des parties afin de prouver l’innocence d’un
accusé. En ce cas, l’énumération consiste à formuler plusieurs hypothèses,
puis à les détruire successivement, à l’exception d’une seule, qui se
trouve ainsi nécessairement démontrée; par exemple: «Il faut que
l’accusé, pour tuer cet homme, ait été poussé par la haine, ou par la
crainte, ou par l’espérance, ou par l’intérêt d’un ami: s’il n’était animé
par aucune de ces passions, il ne l’a pas tué; car on ne commet pas un
crime sans motif. Mais il est certain qu’il n’avait aucun sujet de haine,
ni de crainte, ni rien à espérer de cette mort, qui ne pouvait non plus
intéresser aucun de ses amis: il en faut donc nécessairement conclure
que l’accusé n’est pas le meurtrier».
Toujours dans De Inventione (I, 14), Cicéron précise qu’on peut
prouver qu’une énumération est vicieuse, en montrant qu’on a oublié
d’y comprendre quelque point. Voici un exemple d’énumération
incomplète: «Puisque vous avez ce cheval, c’est que vous l’avez
acheté, ou que vous en avez hérité, ou que vous l’avez reçu en présent,
ou qu’il est né dans votre maison, ou, si non, il faut absolument que
152
vous l’ayez volé». Cicéron souligne qu’il est facile de réfuter ce
raisonnement, si l’on peut dire, par exemple qu’on a pris le cheval sur
l’ennemi, etc.

L’ESPÈCE
Définitions
1. «On appelle… espèce ce qui est placé sous le genre donné; et
c’est ainsi que l’on dit habituellement que l’homme est une espèce de
l’animal, l’animal étant pris pour genre. Le blanc est une espèce de la
couleur, comme le triangle est une espèce de la figure» (Porphyre,
Introduction aux Catégories d’Aristote, in Aristote, Logique, éd. cit.,
t. I, 2, 19).
2. «Ces idées communes, qui sont sous une plus commune et
plus générale, s’appellent espèces; comme le parallélogramme et le
trapèze sont les espèces du quadrilatère… Et ainsi la même idée peut
être genre, étant comparée à une autre comme… le quadrilatère, qui est
un genre au regard du parallélogramme et du trapèze, est une espèce
au regard de la figure. Mais il y a une autre notion du mot espèce, qui
ne convient qu’aux idées qui ne peuvent être genres; c’est lorsqu’une
idée n’a sous soi que des individus et des singuliers, comme le cercle
n’a sous soi que des cercles singuliers qui sont tous d’une même
espèce. C’est ce qu’on appelle espèce dernière, species infima»170.
3. «Une classe A en tant qu’elle est considérée comme formant
une partie de l’extension d’une autre classe B; B est alors le genre
dont A est l’espèce. (Lalande)
4. «D’après l’extension (l’espèce est) l’ensemble des individus
présentant les mêmes caractères essentiels (l’espèce humaine compte
plus de 5 milliards d’individus). D’après la compréhension, (elle est)
l’ensemble des caractères communs à un certain nombre d’individus
(l’espèce humaine). P. Foulquié.
L’argumentation par l’espèce
a) Cet homme n’est pas sans vertu, puisqu’on lui reconnaît la
charité envers les affligés.
b) Cet homme n’est pas sans vice puisque la vanité domine
toutes ses pensées.
_______________
170
A. Arnauld, P. Nicole, Logique de Port-Royal, éd. cit., p. 46.
153
c) «Si tous ceux qui veillent aux intérêts de l’État doivent vous
être chers, aimons donc surtout les généraux de nos armées; ce sont
leurs talents, leurs exploits, leurs dangers qui maintiennent, avec le
salut des particuliers, la dignité de la patrie» (Cicéron, De Oratore, II, 167).

L’ÉTYMOLOGIE
Les théoriciens de la rhétorique montrent que l’on peut argumenter
par étymologie:
a) «Si le consul est celui qui consulte l’intérêt de la patrie,
Opimius n’a-t-il point agi en consul ?» (sei consul est qui consulit
patriae, quid aliud fecit Opimius ?) Cicéron, De Oratore, II, 165.
b) «Nos professeurs nous ont mille fois répété, nos écrivains
favoris nous montrent à tout instant, notre plaisir même et notre intérêt
nous avertissent qu’il est pour nous un seul moyen de nous servir des
mots en pleine connaissance de cause. C’est de commencer par en
dégager l’étymologie, puis de nous guider sur elle… Le nom même
nous l’apprend: étymologie c’est etumos logos, le sens authentique.
Ainsi, l’étymologie fait sa propre réclame et renvoie à l’étymologie»
(Paulhan, La preuve par l’étymologie in P. Robert).
c) «On argumente par l’étymologie, quand on dit, par exemple,
que plusieurs personnes du monde ne se divertissent jamais, à
proprement parler; parce que se divertir, c’est éviter les occupations
sérieuses, et qu’elles ne s’occupent jamais sérieusement» (Logique de
Port-Royal, éd. cit., p. 214).
LE FAIT EXISTANT (ACCOMPLI) ET LE FAIT
INEXISTANT (NON ACCOMPLI)
Ce lieu qui dépend des coordonnées temporelles examine si une
chose a été faite ou elle n’a pas été faite dans le passé ou si cette chose
sera faite ou ne sera pas faite dans l’avenir.
Aristote souligne que si une chose naturellement moins apte à
advenir est cependant advenue, celle qui est plus apte est certainement
advenue. Si ce qui ordinairement n’arrive que postérieurement est
arrivé, à plus forte raison, celle qui d’ordinaire la précède est-elle
arrivée. De même, si on était sur le point d’accomplir une chose on
peut supposer qu’on l’eût faite, car il est vraisemblable que celui qui
allait faire une chose l’ait faite; ou encore, si la chose qui naturel-
lement en précède une autre (ou qui est faite en vue d’une autre) est
154
arrivée, l’autre chose qui devait suivre la première a dû également
arriver; par exemple, s’il a éclairé, il a dû aussi tonner et inversement.
En ce qui concerne le lieu de l’avenir, il est à peu près le même
que le précédent: il est sûr que nous accomplirons tout ce qui dépend
de nous et se trouve en notre pouvoir, conformément à notre volonté, à
nos désirs, à nos passions, à nos intérêts. Si un phénomène naturel qui
ordinairement précède un autre phénomène naturel s’est déjà produit,
il est vraisemblable que le phénomène suivant se produise; par exemple,
si la température baisse fortement, il est vraisemblable que le lac gèle171.
LE GENRE
1. Porphyre dans l’Introduction aux Catégories d’Aristote a
défini le genre «l’attribut essentiel applicable à plusieurs espèces
différentes entre elles, comme l’attribut animal»172 (II, 7).
Expliquant ce qu’il entend par attribut essentiel, Porphyre continue:
«C’est qu’en effet parmi les attributs, les uns ne s’appliquent qu’à un
seul être (tels sont les attributs individuels), à Socrate par exemple, ou
bien à tel homme, ou à telle chose. D’autres, au contraire, s’appliquant
à plusieurs êtres, comme les genres, les espèces, les différences, les
propres et les accidents, qui sont communs à plusieurs et non parti-
culiers à un seul individu. Ainsi par exemple, le genre c’est animal,
l’espèce c’est l’homme, la différence c’est raisonnable, le propre c’est
susceptible de rire, l’accident c’est être blanc, être noir, être assis»173.
Porphyre précise que les genres diffèrent des attributs qui ne
s’appliquent qu’à un seul individu par le fait qu’ils sont, au contraire,
attribués à plusieurs. En outre, il montre que les genres diffèrent même
des attributs qui peuvent s’appliquer à plusieurs individus comme
c’est le cas des attributs qui désignent les espèces «en ce que les
espèces, bien qu’attribuées à plusieurs, ne sont attribuées qu’à des
individus qui spécifiquement n’ont aucune différence entre eux, et
n’ont qu’une différence numérique. Ainsi, homme qui est une espèce,
est attribué à Socrate, à Platon, qui n’ont entre eux aucune différence
spécifique, et qui ne diffèrent que numériquement. Animal, qui est un
genre, est attribué à l’homme, au bœuf, au cheval, qui diffèrent entre
eux non plus en nombre seulement, mais qui diffèrent aussi en espèce»174.
_______________
171
v. Aristote, Rhétorique II.
172
Aristote, Logique, Paris, Ladrange, 1844, t. I, p. 4.
173
Ibidem, p. 5 (Introduction aux catégories, II, 9).
174
Ibidem.
155
2. «Idée générale ou classe englobant plusieurs espèces. On
appelle genre prochain celui qui n’a au-dessous de lui que des espèces
(animal est le genre prochain de l’espèce homme); genre éloigné est
celui qui englobe d’autres genres de moindre extension (vivant est le
genre éloigné de l’espèce homme); genre suprême est celui qui n’est
englobé dans aucun autre» (P. Foulquié).
3. «Quand deux termes généraux sont contenus l’un dans l’autre,
le plus grand en extension s’appelle genre, le plus petit s’appelle espèce.
Le genre s’étend à plusieurs espèces, tandis que l’espèce comprend les
attributs du genre» (Gobelot, Vocabulaire philosophique, Genre).
4. La différence qui existe entre le genre et le concept est notée
par Gobelot de la manière suivante:
«Les deux mots genre et concept se distinguent par une nuance
assez délicate, mais presque toujours observée: le genre est l’idée
générale, envisagée surtout au point de vue de son extension; le concept,
l’idée générale envisagée surtout au point de vue de sa compréhension.
Ainsi, on dit plutôt le genre homme, si on songe aux individus en
nombre indéfini auxquels ce mot peut être attribué; on dit plutôt le
concept d’homme, si on songe aux qualités qui sont communes à tous
les hommes» (Gobelot, Vocabulaire philosophique. Concept).
L’argumentation par le genre
a) Toute vertu (genre) est estimable. Or la prudence (espèce) est
une vertu. Donc la vertu est estimable.
b) Tout vice est condamnable. Or l’avarice est un vice. Donc
l’avarice est condamnable.
c) Tout quadrilatère a quatre côtés. Or le parallélogramme est un
qudrilatère. Donc le parallélogramme a quatre côtés.
d) «Puisque tout l’argent a été légué à la femme, il n’est pas
possible que l’argent comptant laissé à la maison, ne lui ait pas
été légué car l’espèce ne se sépare jamais du genre, tant qu’elle garde
le même nom. Or l’argent comptant conserve le nom d’argent; il a
donc été légué» (Cicéron, Topiques).
e) «Si les magistrats doivent être au service du peuple romain,
pourquoi accuses-tu Norbanus qui, pendant son tribunat, n’a fait
qu’obéir à la volonté publique ?» (Cicéron, De Oratore, II, 167).
156
Le lieu commun du genre employé dans les réfutations
ou pour soutenir une thèse175
1. Le genre doit pouvoir être attribué à toutes les espèces qui lui
sont subordonnées; il doit être commun à toutes les espèces qu’il
renferme; par conséquent, si le terme donné pour genre ne peut être
attribué à l’une des espèces c’est que ce terme n’est pas le genre
proprement dit de ces espèces:
«Si l’adversaire a posé le genre de quelque objet, il faut d’abord
regarder à toutes les choses qui sont de ce même genre, s’il n’y en a
pas quelqu’une à laquelle il n’est pas attribué …; par exemple, si
l’adversaire a posé que le bien est le genre du plaisir, il faut voir si
quelque plaisir n’est pas bon; car si cela est, il est clair que le bien
n’est pas le genre du plaisir, le genre devant être attribué à toutes les
espèces qui sont au-dessous de lui»176.
Il faut voir si le prétendu genre, au lieu d’être attribué essentiel-
lement, n’est qu’un simple accident: par exemple, lorsqu’on considère
que le blanc est le genre de la neige; car la neige n’est pas ce qui est le
blanc: cet attribut ne dit pas ce qu’est la neige substantiellement, il
n’exprime que la qualité de celle-ci.
2. Le genre communique sa définition à ses espèces, mais il ne
reçoit pas le leur.
3. Le genre est toujours plus large que l’espèce et que la différence
spécifique.
4. L’espèce ne quitte jamais le genre, et ne peut, par conséquent,
participer au contraire du genre.
5. Le genre peut recevoir tous les attributs des espèces qu’il
renferme.
6. Tout genre renferme plusieurs espèces.
7. Tout genre est attribué proprement et non pas métaphoriquement
à ses espèces:
«Il faut voir si ce n’est pas un terme purement métaphorique qui
a été donné comme genre, comme lorsqu’on dit, par exemple, que la
prudence est une harmonie car tout genre est attribué proprement à ses
espèces: or, l’harmonie est attribuée non point proprement, mais
seulement par métaphore, à la prudence; en effet toute harmonie n’est
que dans les sons»177.
_______________
175
v. Aristote, Topiques, IV.
176
Aristote, Topiques, IV, 2.
177
Ibidem, IV, 3, 5.
157
LE POSSIBLE ET L’IMPOSSIBLE
Définitions, remarques
1. Selon Aristote s’il est possible qu’un contraire soit, son
contraire aussi semblera possible; par exemple, s’il est possible qu’un
homme soit guéri, il est aussi possible qu’il tombe malade, car il y a la
même potentialité dans les deux contraires. Aristote souligne que si de
deux choses semblables l’une est possible, l’autre l’est également.
Suivant ce philosophe si ce qui est plus difficile est possible, ce qui est
plus facile l’est de même; et si une chose est possible à un degré
d’excellence elle est également possible à un degré ordinaire, car,
dit-il, «il est plus difficile de faire une belle maison qu’une maison
quelconque». Aristote met en évidence le fait que si les parties d’une
chose sont possibles, le tout l’est aussi; et si le tout est possible, les
parties le sont également. Il fait ressortir qu’une chose qui peut avoir
un commencement a aussi une fin et que nulle chose impossible ne
peut exister et par conséquent elle ne peut avoir un commencement. Il
attire l’attention sur le fait que si le genre est possible, l’espèce, l’est
aussi et que si l’espèce est possible, le genre l’est de même (s’il est
possible de construire un bateau, il est aussi possible de construire une
trirème qui est une espèce de bateau) et s’il est possible de construire
une trirème, il est aussi possible de construire un bateau. Aristote
montre que si de deux choses en relation naturelle de réciprocité l’une
est possible, l’autre l’est aussi; par exemple, si le double est possible,
il en est de même de sa moitié; et si la moitié est possible, il en est
ainsi du double; si une chose peut être faite sans art et sans préparatifs,
à plus forte raison le peut-elle être par l’art et l’application.178
2. Quintilien montre qu’il faut considérer les possibilités, surtout
dans les questions de fait; par exemple, il est plus vraisemblable que le
petit nombre a été tué par le grand, les plus faibles par les plus forts,
des gens endormis par des gens qui veillent, des gens qui ne sont pas
sur leurs gardes par ceux qui les épiaient.179
En employant le lieu du possible, Cicéron essaya de prouver que
c’était Clodius qui avait attaqué Milon et non pas inversement:
«Une embuscade a été tendue par Clodius à Milon, non pas par
Milon à Clodius; le premier était accompagné d’esclaves robustes,
l’autre d’une troupe de femmes; le premier était à cheval, l’autre dans
_______________
178
v. Aristote, Rhétorique, II, p. 100.
179
Quintilien, De Institutione oratoria, V, 10, 50.
158
une voiture, le premier libre de ses mouvement, l’autre enveloppé
dans un manteau de voyage».180
3. «Le possible, dit Lalande, est l’une des catégories fondamentales
de la modalité. Est dit logiquement possible ce qui n’implique pas
contradiction. Est dit physiquement possible ce qui satisfait aux condi-
tions générales de l’expérience. Est possible ce dont celui qui parle ne
sait pas si cela est vrai ou faux, qu’il s’agisse du passé ou de l’avenir:
«Il est possible qu’il pleuve ce soir. Il est possible que Démocrite
ait vécu plus de 100 ans».
4. «Le possible, dit Serrus, est ce qui n’est pas démontré, mais
n’est pas exclu; il découle par conséquent de l’essence et s’oppose par
là au contingent qui concerne l’accident. Par exemple: Il est possible,
étant donné la définition du triangle que ses angles soit égaux à deux
droits (et on démontrera plus tard qu’il en est ainsi); il est contingent
que Pierre soit malade (et on ne pourra savoir que par expérience si
c’est vrai ou faux)».
LE PROBABLE
Définitions, remarques
1. Selon Aristote, l’on doit regarder comme probable ce qui
semble tel, soit à tous les homme, soit au plus grand nombre, soit aux
sages; et parmi les sages soit à tous soit à la majorité, soit tout au
moins aux plus illustres d’entre eux181.
Si les propositions contraires aux opinions probables sont pré-
sentées sous forme opposée, elles paraîtront probables aussi:
«Par exemple, dit Aristote, si c’est une opinion probable qu’il
faut faire du bien à ses amis, il est probable aussi qu’il ne faut pas leur
faire du mal. À cette proposition qu’il faut faire du bien à ses amis, la
proposition contraire est qu’il faut leur faire du mal; mais la propo-
sition contraire sous forme opposée, c’est qu’il ne faut pas leur faire
de mal»182.
2. Cicéron définit le probable comme étant un fait ordinaire
conforme aux idées reçues, vrai ou faux. Exemple d’un fait probable:
«Si elle est mère, elle aime son fils ». Par le probable, on prouve que
_______________
180
Cicéron, Pro Manilia, §29.
181
v. Aristote, Topiques, I, 1, 7.
182
Ibidem, I, 10, 5.
159
le crime était avantageux à l’accusé; il faut en ce cas examiner la
cause du délit et la conduite de l’accusé. La cause qui conduit au mal
est ou l’espoir d’un avantage, ou la fuite d’un désagrément. C’est ainsi
que l’on doit chercher si par son crime l’inculpé pensait arriver à
quelque avantage, aux honneurs, à la fortune, au pouvoir, s’il voulait
assouvir une passion, ou bien s’il désirait échapper à quelque
désagrément. (De Inventione).
3. «Le probable, dit Foulquié, est ce qui est fondé (en parlant
des opinions), ou (en parlant des faits) ce dont l’attente se fonde sur
des raisons valables mais laissant subsister des risques d’erreur. Dans
l’usage ordinaire ne se dit que de l’opinion ou de la précision
présentant la plus grande probabilité. Celles dont la probabilité est
moindre sont plutôt dites improbables».
4. «Dont la réalisation, l’existence (dans le passé, le présent, ou
l’avenir), sans être certaine, peut ou doit cependant être affirmée
plutôt que niée, compte tenu des informations qu’on possède, des
règles de la logique, etc.; qu’il est raisonnable de conjecturer, de
présumer, de prévoir…» (P. Robert, art. Probable).

LE PROPRE
Définitions, remarques
1. «On appelle propre ce qui, sans exprimer l’essence de la chose,
n’appartient cependant qu’à elle seule et peut être pris réciproquement
pour elle. Ainsi une propriété de l’homme c’est d’être susceptible
d’apprendre la grammaire; du moment qu’un être est homme, il est
susceptible d’apprendre la grammaire: et, s’il est susceptible d’apprendre
la grammaire, c’est qu’il est homme. En effet, on n’appellera jamais
propre à une chose ce qui peut être aussi à une autre: on ne dira
jamais, par exemple, que dormir soit propre à homme, quand bien
même il pourrait se faire que pour quelque temps l’homme fût le seul
être à exercer cette faculté. Si donc on donnait comme propre une
qualité de ce dernier genre, ce serait non pas un propre absolu, mais un
propre temporaire et relatif. Ainsi … être bipède peut être un propre
relatif, par exemple, de l’homme relativement au cheval et au chien»
(Aristote, Topiques, I, 5, 5).
2. «Le caractère propre, dit Quintilien, est ce qui appartient à un
seul être (par exemple à l’homme le langage articulé, le rire). La même
chose peut avoir plusieurs caractères propres, le feu précisément, par
160
exemple, d’éclairer, de chauffer. Ainsi le manque d’un caractère propre
détruira la définition; mais un caractère propre quelconque ne la
confirmera pas toujours…» (Quintilien, V, 10, 58).
3. «Quand nous avons trouvé la différence qui constitue une
espèce, c’est-à-dire son principal attribut essentiel qui la distingue de
toutes les autres espèces, si, considérant plus particulièrement sa
nature, nous y trouvons encore quelque attribut qui soit néces-
sairement lié avec ce premier attribut, et qui par conséquent convienne
à toute cette espèce et à cette seule espèce, omni et soli, nous
l’appelons propriété; et étant signifié par une terme connotatif, nous
l’attribuons à l’espèce comme son propre…» (A. Arnauld, P. Nicolae,
Logique de Port-Royal, éd. cit., p. 49).
Selon la Logique de Port-Royal il y a quatre espèces de propre:
1. La première est celle quod convenit omni, et soli, et semper,
comme c’est le propre de tout cercle, du seul cercle, et toujours, que
les lignes tirées du centre à la circonférence soient égales.
2. La deuxième est celle quod convenit omni, sed non soli,
comme on dit qu’il est propre à l’étendue d’être divisible, parce que
toute étendue peut être divisée, quoique la durée, le nombre et la force
le puissent être aussi.
3. La troisième est celle quod convenit soli, sed non omni,
comme il ne convient qu’à l’homme d’être médecin ou philosophe,
quoique tous les hommes ne le soient pas.
4. La quatrième est celle quod convenit omni et soli, sed non
semper, par exemple le fait d’avoir les cheveux blancs convient à tous
les hommes et aux seuls hommes mais seulement à la vieillesse.
5. A. Bain précise que le propre est un prédicat réel, que celui-ci
désigne un attribut qui dérive, qui est déduit, ou enfin qui dépend d’un
caractère essentiel. Par exemple, l’essence ou la définition d’un triangle
est une figure plane et rectiligne de trois côtés; de cette définition
dérivent par déduction un grand nombre de propositions relatives au
triangle: «Deux côtés quelconques d’un triangle sont plus grands que
le troisième côté»; «Les trois angles d’un triangle sont égaux à deux
droits, etc.». Ces propositions se rapportent au prédicat appelé propre
ou proprium; elles déterminent des caractères qui ne sont pas essentiels,
quoiqu’ils dérivent de caractères essentiels.
Pour maintenir la distinction des qualités essentielles et des
qualités propres, il est nécessaire que les caractères essentiels d’un
objet soient des caractères ultimes, indépendants et non réductibles à
161
d’autres caractères; si l’on peut prouver qu’une qualité dérive d’une
autre qualité, elle n’est pas un caractère essentiel, un élément de
définition: elle est une inférence ou un proprium. La proposition
«L’homme est raisonnable», constitue un proprium (un propre); l’ana-
lyse ultime de la nature humaine, à laquelle appartient «la raison»,
montre que la raison est non pas une opération fondamentale, mais
une opération qui dérive des fondements de l’intelligence183.
6. «Qualité qui sans faire partie de l’essence d’une chose
(essence qu’expriment le genre, l’espèce et la différence spécifique) en
découle nécessairement, et, par suite, convient à l’espèce tout entière.
Le rire, la parole sont le propre de l’homme» (P. Foulquié).
7. «Le propre est…traité par Aristote comme une marque
extérieure et comme une détermination superficielle qui n’entre pas en
ligne de compte lorsqu’il s’agit de se faire une notion d’une chose ».
(O. Hamelin, Système d’Aristote, in P. Foulquié).
Remarques
a) Le propre ne doit pas être exprimé par des termes moins
connus que le sujet, car on ne donne le propre du sujet que pour faire
mieux connaître le sujet même :
«Si, par exemple, dit Aristote, on dit que le propre du feu c’est
de ressembler à l’âme, ce propre est moins connu que le sujet, car
nous connaissons le feu plus que nous ne connaissons l’âme»
(Aristote, Topiques, éd. cit., p. XXI).
b) Il ne faut pas que le propre désigne l’essence d’une chose car
autrement on le confondrait avec la définition.
c) Ce qui n’appartient à aucune des espèces du sujet ne peut être
le propre du sujet.
L’INDICE
Définitions, remarques
1. «L’indice, dit Aristote, veut être une prémisse démonstrative
nécessaire ou probable» (Premiers analytiques, II, 27).
2. «Parmi les indices, dit encore Aristote, l’un présente la
relation du particulier au général, ainsi: un indice que les doctes sont
justes, c’est que Socrate était docte et juste. C’est là sans doute, un
indice; mais il est réfutable, bien que la proposition particulière soit
_______________
183
v. Alexandre Bain, Logique déductive et inductive, Paris, Germer,
1875, p. 111.
162
vraie… Mais si l’on disait, par exemple, un indice qu’il est malade,
c’est qu’il a de la fièvre, ou: un indice qu’elle a enfanté, c’est qu’elle a
du lait, un tel indice serait nécessaire. Parmi les indices, c’est le seul
qui soit un tekmérion, car c’est le seul, à condition qu’il soit vrai, que
l’on ne puisse réfuter. D’autres indices présentent la relation du
général au particulier; si l’on disait, par exemple: un indice qu’il a la
fièvre, c’est que sa respiration est rapide; ce qui est réfutable, même si
le fait est exact; car on peut avoir la respiration haletante, sans avoir
la fièvre».184
3. Dans De Inventione (I, 30), Cicéron souligne qu’on appelle
indices tout ce qui tombe sous les sens, et indique un résultat, un anté-
cédent, une circonstance ou une dépendance d’un fait; les indices ce
sont des commencements de preuves qui ont besoin d’être confirmés
par des témoignages plus forts.
La sémiotique a établi une distinction plus nette entre le signe et
l’indice:
a) «Je définis un Indice comme étant un signe déterminé par son
objet dynamique en vertu de la relation réelle qu’il entretient avec lui»
(Charles Sanders Peirce).
L’indice est un signe qui se trouve lui-même en contiguïté avec
l’objet dénoté, par exemple la fumée, l’apparition d’un symptôme de
maladie, la baisse du baromètre, la girouette qui montre la direction du
vent, etc.
b) «L’indice… permet d’évoquer un autre phénomène d’une
façon, pour ainsi dire objective, indépendamment de toute intention-
nalité. Le même acte, celui de fermer une fenêtre, peut être, selon les
cas, signe convenu ou indice de ce que quelqu’un a froid. L’ordre
„sortez !” peut être simultanément interprété non seulement comme
une invitation à sortir adressée à quelqu’un, mais aussi comme indice
de la colère de celui qui le profère» (Ch. Perelman, op. cit., p. 164).
c) L. Prieto définit l’indice en fonction du mécanisme de l’indi-
cation. L’indice est le fait qui fournit une indication; l’indice classe un
événement (par exemple, l’apparition de fumée) par rapport à une
classe plus générale, appelée en logique «l’univers du discours». «Il
n’y a pas de fumée sans feu» comporte référence à un univers du
discours où ce feu émet de la fumée; une combustion sans fumée
demande un univers du discours différent, où le rapport indiciaire est à
revoir (v. J. Dubois, Dictionnaire de linguistique).
_______________
184
Aristote, Rhétorique I, p. 81.
163
REMARQUES SUR LES PRINCIPES DE LOGIQUE
EMPLOYÉS PAR LA RHÉTORIQUE

LE SYLLOGISME OU L’ARGUMENTATION DÉDUCTIVE


«Le syllogisme, écrit Aristote dans les Premiers Analytiques
(I, ch. I, 8 ou 24 b 13-19), est une énonciation, dans laquelle certaines
propositions étant posées, on en conclut nécessairement quelque autre
proposition différente de celles-là, par cela seul que celles-là sont
posées. Quand je dis par cela seul que celles-là sont posées, j’entends
que c’est à cause d’elles que l’autre proposition est conclue et
j’entends par cette dernière expression qu’il n’y pas besoin de terme
étranger pour obtenir la conclusion nécessaire. J’appelle donc syllogisme
complet celui où il n’est besoin d’aucune autre donnée que les données
préalablement admises pour que la proposition nécessaire apparaisse
dans toute son évidence».
Le syllogisme est, par conséquent, une argumentation dans
laquelle d’un antécédent qui unit deux termes (T et t) à un troisième
(M), on infère un conséquent qui unit ces deux termes entre eux. On
appelle extrême chacun des deux termes qui sont unis à titre de Sujet
et de Prédicat dans la Conclusion. Et comme le Prédicat a une
extension logique plus grande que le Sujet, on est convenu d’appeler
le Prédicat de la Conclusion, Grand Extrême ou Grand Terme (T) et
d’appeler le Sujet de la Conclusion, Petit Extrême ou Petit terme (t):
«Les extrêmes, dit Aristote, sont, et le terme qui est contenu dans un
autre terme, et le terme qui en contient aussi un autre» (Premiers
Analytiques, I, 4,3).
Le Moyen terme (M) est le terme qui s’unit successivement au
Grand Terme et au Petit terme dans l’Antécédent et qui sert à les unir
aussi, mais sans sa participation, dans la Conclusion: «J’appelle
moyen, dit Aristote, le terme qui, étant lui-même renfermé dans un
autre, renferme aussi un autre terme, et devient alors moyen par sa
position même» (Premiers Analytiques, I, 4, 3).
164
Les deux propositions où l’on unit tour à tour le Moyen au
Grand et au Petit terme, s’appellent prémisses. La prémisse qui
contient le Grand terme est appelé Majeure. Celle qui contient le Petit
terme est appelé Mineure:
Antécédent: Tout homme (M) est mortel (T) – prémisse majeure
or Socrate (t) est homme (M) – prémisse mineure
Conséquent: donc Socrate est mortel – conclusion
(t) (T)

FIGURES ET MODES DU SYLLOGISME


Selon la Logique de Port-Royal, la disposition des trois termes,
c’est-à-dire du moyen avec les deux termes de la conclusion, s’appelle
figure. On peut dire également que les figures du syllogisme sont les
formes que prend celui-ci suivant les positions occupées par le moyen
terme dans la majeure et la mineure.
La disposition des trois propositions du syllogisme selon leurs
quatre différences en qualité (propositions affirmatives ou négatives)
et en quantité (propositions universelles ou particulières): A (univer-
selles affirmatives), E (universelles négatives), I (particulières affirma-
tives), O (particulières négatives), s’appelle mode.
Il y a quatre figures du syllogisme (trois figures établies par
Aristote et la quatrième introduite dans la Logique par Galien au IIe
siècle de notre ère).
Première figure. Le moyen terme est sujet dans la prémisse
majeure, prédicat (ou attribut) dans la prémisse mineure.
En admettant que X soit le petit terme, Y le moyen, Z le grand,
on a :
Y est Z M–
X est Y – M (moyen terme)
donc X est Z
Deuxième figure :Le moyen terme est prédicat dans les deux
prémisses ;
Z est Y –M
X est Y –M
Troisième figure: Le moyen terme est sujet dans la majeure et
dans la mineure :
Y est Z M–
Y est X M–
165
Quatrième figure: Le moyen terme est prédicat dans la majeure
et sujet dans la mineure:
Z est Y –M
Y est X M–
(la position du moyen terme est celle de la première figure ren-
versée).
Chacune des figures mentionnées a ses propres règles suivant
lesquelles elle admet ou exclut un certain nombre de modes.
La première figure comprend quatre modes.
Le premier mode est formé de trois affirmations universelles:
Tout Y est Z A Tous les hommes sont faillibles
Tout X est Y A Tous les médecins sont des hommes
donc Tout X est Z A donc Tous les médecins sont faillibles
Formule mnémotechnique: bArbArA (Barbara). Les trois lettres
majuscules indiquent dans chaque mot la valeur des trois propositions
qui sont symbolisées dans leur qualité et leur quantité par les quatre
voyelles A, E, I, O.
Dans le deuxième mode:
La majeure est… universelle négative E.
La mineure …… universelle affirmative A.
La conclusion … universelle négative E.
Aucun Y n’est Z E Aucun homme n’est androïde185
Tout X est Y A Tous les médecins sont des hommes
donc Aucun X n’est Z E Aucun médecin n’est androïde
Formule mnémotechnique: cElArEnt (Celarent)
Le troisième mode est semblable au premier mode, mais la
mineure est particulière et la conclusion particulière aussi :
Tout Y est Z A Tous les hommes sont mortels
Quelque X est Y I Socrate est homme
donc Quelque X est Z I donc Socrate est mortel
Formule mnémotechnique: d A r I I (Darii)
Le quatrième mode est semblable au deuxième mode, mais il
possède une mineure et une conclusion particulières:
Aucun Y n’est Z E
Quelque X est Y I
donc Quelque X n’est pas Z O
Formule mnémotechnique: f E r I O (Ferio)
_______________
185
Androïde = automate, robot à forme humaine
166
Pour former la première figure, il faut donc observer deux règles:
a) la mineure doit être toujours affirmative
b) la majeure doit être universelle
Dans la deuxième figure, l’une des prémisses doit être négative,
et, par conséquent, la conclusion doit l’être aussi; en ce qui concerne
la majeure, elle doit être universelle. De là quatre modes concluants.
Dans le premier mode,
La majeure est…. universelle négative E
La mineure est…. universelle affirmative A
La conclusion est… universelle négative E
Aucun Z n’est Y E Nul poisson ne respire par des poumons
Tout X est Y A Les baleines respirent par des poumons
Aucun X n’est Z E Elles ne sont donc pas des poissons
Formule mnémotechnique: c E s A r E (Cesare).
Dans le deuxième mode:
La majeure est … universelle affirmative A
La mineure est… universelle négative E
La conclusion est … universellle négative E
Tout Z est Y A Tout poisson a la respiration branchiale
Aucun X n’est Y E Les baleines n’ont pas la respiration
branchiale
Aucun X n’est Z E Elles ne sont donc pas des poissons
Formule mnémotechnique: c A m E s t r E s (Camestres).
Dans le troisième mode:
La majeure est … universelle négative E
La mineure……..particulière affirmative I
La conclusion…. particulière négative O
Aucun Z n’est Y E
Quelque X est Y I
Quelque X n’est pas Z O
Formule mnémotechnique: f E st I n O (Festino).
Dans le quatrième mode:
La majeure est … universelle affirmative A
La mineure……..particulière négative O
La conclusion … particulière négative O
Tout Z est Y A
Quelque X n’est pas Y O
donc Quelque X n’est pas Z O
Formule mnémotechnique: b A r O k O (Baroko)
167
Dans la troisième figure, la mineure doit toujours être affirmative
et la conclusion particulière. Il y a six modes concluants dans cette
figure:
Dans le premier mode:
La majeure est …..universelle affirmative A
La mineure………universelle affirmative A
La conclusion ……particulière affirmative I
Tout Y est Z A
Tout Y est X A
donc Quelque X est Z I
Formule mnémotechnique: d A r A p t I (Darapti).
Dans le second mode l’arrangement des prémisses est interverti :
La majeure est…..particulière affirmative
La mineure……...universelle affirmative
La conclusion…..particulière affirmative
Quelque Y est Z I
Tout Y est X A
donc Quelque X est Z I
Formule mnémotechnique: d I s A m I s (Disamis).
Dans le troisième mode:
La majeure est … universelle affirmative A
La mineure ……..particulière affirmative I
La conclusion….. particulière affirmative I
Tout Y est Z A
Quelque Y est X I
donc Quelque X est Z I
Formule mnémotechnique: d A t I s I (Datisi).
Dans le quatrième mode :
La majeure est …. universelle négative E
La mineure………universelle affirmative A
La conclusion……particulière négative O
Aucun Y n’est Z E
Tout Y est X A
donc Quelque X n’est pas Z O
Formule mnémotechnique: f E l A p t O n (Felapton).
Dans le cinquième mode :
La majeure est … particulière négative O
La mineure ……..universelle affirmative A
La conclusion …. particulière négative O
168
Quelque Y n’est pas Z O
Tout Y est X A
donc Quelque X n’est pas Z O
Formule mnémotechnique: b O k A r d O (Bokardo).
Dans le sixième et dernier mode:
La majeure est …. universelle négative E
La mineure………particulière affirmative I
La conclusion……particulière négative O
Aucun Y n’est Z E Aucun ambitieux n’est désintéressé
Quelque Y est X I Quelque ambitieux est philanthrope
donc Quelque X n’est pas Z O Donc quelque philanthrope n’est pas
désintéressé
Formule mnémotechnique: f E r I s O n (Ferison)
Dans la quatrième figure, il faut observer trois règles: quand la
majeure est affirmative, la mineure est universelle; quand la mineure
est affirmative, la conclusion est particulière; dans les modes négatifs,
la majeure doit être générale. Il y a cinq modes concluants dans cette
figure:
Le premier mode est composé de deux prémisses affirmatives
universelles et d’une conclusion particulière affirmative (A, A, I):
Tout Z est Y A
Tout Y est X A
Quelque X est Z I
Formule mnémotechnique: b r A m A n t I p (Bramantip).
Dans le deuxième mode:
La majeure est … universelle affirmative A
La mineure………universelle négative E
La conclusion……universelle négative E
Tout Z est Y A
Aucun Y n’est X E
Aucun X n’est Z E
Formule mnémotechnique: c A m E n E s (Camenes).
Dans le troisième mode:
La majeure est…. particulière affirmative
La mineure………universelle affirmative
La conclusion……particulière affirmative
Quelque Z est Y I
Tout Y est X A
donc Quelque X est Z I
169
Formule mnémotechnique: d I m A r I s (Dimaris).
Le quatrième mode se présente ainsi:
La majeure est…universelle négative E
La mineure…….universelle affirmative A
La conclusion….particulière négative O
Aucun Z n’est Y E
Tout Y est X A
donc Quelque X n’est pas Z O
Formule mnémotechnique: f E s A p O (Fesapo).
Le cinquième et dernier mode diffère du quatrième en ce qu’il a
une mineure particulière:
La majeure est… universelle négative E
La mineure …….particulière affirmative I
La conclusion….particulière négative O
Aucun Z n’est Y E
Quelque Y est X I
donc Quelque X n’est pas Z O
Formule mnémotechnique: f r E s I s O n (Fresison).
Remarques sur les formules ou les termes mnémotechniques
Dans ces formules, non seulement les voyelles A, E, I, O, mais
aussi les consonnes possèdent une signification: les consonnes par
lesquelles commence chaque mot – b, c, d, f – indiquent à quel mode
de la première figure peuvent être réduits les modes des trois autres
figures: ainsi Bramantip peut être ramené à Barbara, Cesare à Celarent,
et ainsi de suite. En ce qui concerne les consonnes m, s, p, k, elles
signifient le procédé de réduction qui devra être employé; m indique
que les prémisses ont été transposées; s indique une simple conver-
sion; p une conversion avec limitation de l’attribut devenu sujet; enfin
k est le symbole d’une réduction à l’impossible (reductio ad impos-
sibile)186.

LES SYLLOGISMES CONJONCTIFS


À la différence des syllogismes catégoriques qui sont des syl-
logismes types où la majeure, la mineure et la conclusion sont toutes
trois nettement distinguées, les syllogismes conjonctifs (selon la ter-
minologie employée par A. Arnauld et P. Nicole dans la Logique de
_______________
186
v. A. Bain, Logique déductive et inductive, éd. cit., p. 215.
170
Port-Royal) se caractérisent par le fait que la majeure contient déjà la
conclusion. Ces syllogismes sont de deux sortes: les syllogismes
hypothétiques et les syllogismes disjonctifs.
Les syllogismes hypothétiques ou conditionnels sont ceux dont
la majeure est une proposition conditionnelle qui contient toute la
conclusion; exemple:
«Si deux triangles ont leurs côtés parallèles ils sont semblables.
Or les deux triangles ABC et DEF ont leurs côtés parallèles.
Donc ils ont semblables».
Dans ce syllogisme la majeure a deux parties: la première
s’appelle l’antécédent («Si deux triangles ont leurs côtés parallèles»),
la deuxième le conséquent («ils sont semblables»).
Le syllogisme conditionnel est soumis à certaines règles:
1. En posant l’antécédent, on pose le conséquent; ayant affirmé
le conséquent dans la Majeure, on affirme l’antécédent dans la Mineure:
Si Pierre me parle, il existe;
or il me parle,
donc il existe
1. En ôtant le conséquent, on ôte l’antécédent:
Si Pierre me parle, il existe;
or il n’existe pas,
donc il ne me parle pas
Remarques
1. En posant le conséquent (le conditionné), on ne pose pas pour
cela l’antécedent (la condition).
Si Pierre me parle, il existe;
or il existe,
donc il me parle
La conclusion est illégitime, parce que Pierre peut exister sans
me parler.
2. En ôtant l’antécédent (la condition), on n’ôte pas pour cela le
conséquent (le conditionné).
Si Pierre me parle, il existe;
or il ne me parle pas,
donc il n’existe pas.
Cette conclusion est illégitime car Pierre peut exister sans me
parler.
Voici un exemple d’argument fondé sur des syllogismes condi-
tionnels employé par Cicéron dans Pro Murena (Cicéron ayant publié
171
une loi contre ceux qui achèteraient les suffrages, et Muréna étant
accusé de les avoir achetés). Cicéron, qui plaidait pour lui, se justifia
par l’argument suivant du reproche que lui faisait Caton, d’agir, dans
cette défense, contre sa loi:
«Ce serait alors seulement qu’on pourrait me reprocher avec
raison d’agir contre ma loi, si j’avouais que Muréna eût acheté les
suffrages, et que je ne laissasse pas de justifier son action:
Mais je prétends qu’il n’a point acheté les suffrages.
Et par conséquent je ne fais rien contre ma loi» (v. La Logique
de Port-Royal, éd. cit., p. 196).

LES SYLLOGISMES DISJONCTIFS


Dans les syllogismes disjonctifs, la Majeure est une proposition
disjonctive (copule ou), la Mineure pose ou ôte l’un des membres de
la disjonction, la Conclusion ôte ou pose l’autre.
Exemple:
1. «Ou nous aurons un chef, ou nous ne travaillerons pas unis,
or nous aurons un chef
donc nous travaillerons unis».
2. «Ou nous aurons un chef, ou nous ne travaillerons pas unis,
or nous n’aurons pas de chef
donc nous ne travaillerons pas unis».
Remarque. Le terme de syllogisme est employé en français pour
la première fois au XIIe siècle, par Jean de Meung dans Le Roman de
la Rose; Montaigne dans Les Essais (Livre I, ch. XVI, De l’Institution
des enfans) a mentionné deux mots artificiels qui désignent la deuxième
et la quatrième figure: BAROCO et BARALIPTON (ou BARBARI):
«C’est Baroco et Baralipton qui rendent leurs suppôts ainsi crottés et
enfumés».

L’ENTHYMÈME
Dans le langage courant et surtout lorsqu’on parle pour persuader,
de même que dans le code écrit, les prémisses des syllogismes ne sont
pas explicitement formulées. Quand l’une des prémisses ou même la
Conclusion sont sous-entendues, leur évidence permettant de les
suppléer, les syllogismes sont incomplets ou tronqués et on les appelle
alors enthymèmes. Le syllogisme: «Il faut aimer ce qui nous rend plus
172
parfaits, or les belles-lettres nous rendent plus parfaits, donc il faut
aimer les belles-lettres», peut être transformé en plusieurs enthymèmes:
a) Les belles-lettres nous rendent plus parfaits, donc il faut aimer
les belles-lettres.
b) Il faut aimer ce qui nous rend plus parfaits, or les belles-
lettres nous rendent plus parfaits.
c) Il faut aimer ce qui nous rend plus parfaits, donc il faut aimer,
les belles-lettres.
L’enthymème est un syllogisme abrégé qui convient beaucoup
mieux à un raisonnement rapide et que préfère l’orateur lorsqu’il veut
être pressant. Aristote nomme l’enthymème «le syllogisme de la rhéto-
rique» et souligne que «tous les orateurs pour produire la persuasion
démontrent» par des exemples ou par des enthymèmes, … car, dit-il,
«si l’une des prémisses est connue, il n’est même pas besoin de
l’énoncer, l’auditeur la supplée…». L’emploi de l’enthymème dans le
discours est obligatoire étant donné que «la fonction de la rhétorique
est de traiter des sujets dont nous devons délibérer et sur lesquels nous
ne possédons point de techniques, devant des auditeurs qui n’ont pas
la faculté d’inférer par de nombreux degrés et de suivre un raison-
nement depuis un point éloigné» (Aristote, Rhétorique, I, Paris, Les
Belles Lettres, 1932, p. 78-80).
Cicéron dans les Topiques fait ressortir que le nom d’enthymème
peut s’appliquer à toute preuve en général, mais qu’il convient tout
particulièrement aux propositions fondées sur des contraires:
«Sans doute, dit-il, ce nom d’enthymème s’applique à toute preuve
en général; mais comme Homère, par sa supériorité, s’est fait donner
chez les Grecs le nom de poète par excellence, ainsi, quoique toute
preuve se nomme enthymème, celle qui repose sur les contraires paraissant
la plus irrésistible, on en a fait du nom commun, son nom propre par
excellence». En voici des exemples: «Pouvez-vous craindre l’un et ne
pas craindre l’autre ?… Vous condamnez celle à qui vous ne reprochez
rien, vous pensez qu’elle a bien mérité et vous dites qu’il faut la punir ?…
Ce que vous savez est inutile; ce que vous ignorez vous sera nuisible»
(Cicéron, Œuvres complètes, Paris, Panckoucke, 1835, t. V, p. 253).
Quintilien dans De Institutione oratoria montre que le nom latin
de l’enthymème est commentum ou commentationem et que ce terme
désigne une proposition appuvée d’une raison ou la conclusion d’un
raisonnement tiré de ce qui suit nécessairement ou des contraires:
«D’autres, dit Quintilien, l’ont appelé syllogisme oratoire ou
syllogisme imparfait, parce qu’il ne comprend pas des parties aussi
173
distinctes ni en même nombre qu’un syllogisme ordinaire» (De
l’Institution oratoire, Paris, Garnier, 1933, vol. II, p. 155). Quintilien
donne l’exemple suivant d’enthymème fondé sur des propositions
contraires, extrait du discours de Cicéron, Pro Milone:
«Si vous siégez, c’est donc pour venger la mort d’un homme, à
qui vous ne voudriez pas rendre la vie, si vous pensiez le pouvoir»
(Ibidem, p. 263).
Selon lui le meilleur genre d’enthymème serait celui dont la
preuve suit une proposition fondée sur les contraires telle que celle qui
est contenue dans ce raisonnement de Démosthène (Contre Androtion,
§ 7): «Non vraiment, parce que d’autres ont désobéi aux lois et que tu
les as imités, ce n’est pas une raison pour que tu échappes au
châtiment; au contraire, c’est une raison pour que ta condamnation soit
plus forte. Car, si l’un d’entre eux avait été condamné, tu n’aurais pas
écrit comme tu l’as fait; de même, si tu es condamné, un autre n’écrira
pas comme tu fais».
Antoine Arnauld et Pierre Nicole dans la Logique de Port-Royal
(1662) précisent que l’enthymème est un véritable syllogisme dans
l’esprit, parce qu’il supplée la proposition qui n’est pas exprimée.
Selon les auteurs de la Logique de Port-Royal les enthymèmes sont la
manière ordinaire dont les hommes expriment leurs raisons et cette
manière d’argumenter est si commune qu’il est rare, au contraire, que
l’on y exprime toutes les prémisses:
«La nature de l’esprit humain, est d’aimer mieux qu’on lui laisse
quelque chose à suppléer et qu’on ne s’imagine pas qu’il ait besoin
d’être instruit de tout»187.
Dans la Logique de Port-Royal, on trouve l’exemple suivant
d’enthymème extrait de Médée d’Ovide:
Servare potui, perdere an possim rogas ? («J’ai pu te garder, je
pourrai donc te perdre»).
Le syllogisme complet d’où l’on a tiré cet enthymème a été :
«Celui qui peut garder (conserver) peut aussi perdre; or j’ai pu te
garder, donc je pourrai te perdre».
Arnauld et Nicole soulignent qu’il arrive aussi quelquefois que
l’on renferme les deux propositions de l’enthymème dans une seule
proposition qu’Aristote appelle pour ce sujet, sentence enthymématique
(Rhétorique, II, 21) et dont il donne cet exemple:
«Mortel, ne garde pas une haine immortelle».
_______________
187
A. Arnauld, P. Nicole, la Logique de Port-Royal, éd. cit., p. 203.
174
Le syllogisme entier serait en ce cas: «Celui qui est mortel ne
doit pas conserver une haine immortelle; or, vous êtez mortel: que
votre haine ne soit donc pas immortelle».
La justesse des affirmations déjà mentionnées, suivant lesquelles
beaucoup d’écrivains manifestent une préférence marquée pour
l’enthymème en supprimant la proposition qu’ils jugent devoir être
facilement supplée, peut être prouvée par quelques exemples extraits,
au hasard, des oeuvres littéraires.
1. Chez les philosophes, les enthymèmes sont fréquents: Descartes,
par exemple, est l’auteur d’un enthymème célèbre: «Cogito ergo sum,
je pense donc je suis». Blaise Pascal a formulé, lui aussi de nombreux
enthymèmes dans les Pensées: «Pensée fait la grandeur de l’homme.
Toute la dignité de l’homme consiste en la pensée. La pensée est donc
une chose admirable et incomparable par sa nature… L’homme n’est
qu’un roseau, le plus faible de la nature; mais c’est un roseau pensant… Il
est dangereux de trop faire voir à l’homme combien il est égal aux
bêtes, sans lui montrer sa grandeur. Il est encore dangereux de lui trop
faire voir sa grandeur sans sa bassesse»188.
2. Les moralistes fondent généralement leurs maximes sur des
enthymèmes. Examinons, par exemple, quelques maximes de La
Rochefoucauld:
«La clémence des princes n’est souvent qu’une politique pour
gagner l’affection du peuple».
Cette maxime étant une allusion exprimée par un enthymème, la
prémisse supprimée aurait pu être reconstituée facilement par le
lecteur au XVIIe siècle. Le syllogisme complet serait: «La clémence
des princes est une politique pour gagner l’affection du peuple» (prémisse
majeure); or Louis XIV et Mazarin sont cléments (après la Fronde) –
prémisse mineure sous-entendue: donc ils veulent gagner l’affection
du peuple (conclusion sous-entendue).
La Rochefoucauld emploie parfois l’enthymème fondé sur des
propositions contraires: «On perd quelquefois des personnes qu’on
regrette plus qu’on n’en est affligé; et d’autres dont on est affligé et
qu’on ne regrette guère», ou «La passion fait souvent un fou du plus
habile homme et rend souvent les plus sots habiles».
On remarque une préférence toute particulière pour les propo-
sitions enthymématiques chez La Fontaine. La morale de ses Fables,
_______________
188
Pascal, Pensées, Paris, Larousse, 1937, p. 42, sq.
175
de même que ses maximes sont le plus souvent des enthymèmes très
clairement formulés. En voici quelques exemples:
«Tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute» (Le Corbeau
et le Renard). Le syllogisme entier serait le suivant: «Tout homme qui
vit aux dépens d’un autre est un parasite» (prémisse majeure). Or tout
flatteur vit aux dépens d’un autre (de celui qui l’écoute) – prémisse
mineure. Donc, tout flatteur est un parasite (conclusion sous-entendue).
«Tel cuide engeigner autrui / Qui souvent s’engeigne soi-même»
(La Grenouille et le Rat, IV, 11).
«Ce qu’on donne aux méchants, toujours on le regrette» (La Lice
et sa compagne, II, 7).
Certains écrivains dont les œuvres ont un profond contenu
philosophique, utilisent fréquemment des modèles enthymématiques,
d’une manière plus ou moins voilée et exprimés dans un style
spécifique. En voici quelques exemples.
Dans le dialogue entre Faust et Le Solitaire, dans Mon Faust de
Paul Valéry (Acte I, sc. II), dialogue portant sur l’intelligence, la
sottise, la douleur, – l’auteur emploie un grand nombre d’enthymèmes
dont l’évidence rend inutile tout commentaire:
«Qui n’a pas d’esprit n’est pas bête. Le parfait n’a pas d’esprit…
Si la Nature avait eu beaucoup plus d’esprit, elle eût fait l’économie
de ce peu qu’elle nous donna…Toute chose importante affecte,
déprime ou supprime la pensée et c’est même à quoi l’on en reconnaît
l’importance… La pensée gâte le plaisir et exaspère la peine. Chose
grave, la douleur quelquefois donne de l’esprit»…
Et la série des exemples de cette espèce pourrait être continuée.
Dans l’essai autobiographique Terre des hommes de Saint-Exupéry,
œuvre profondément marquée par la philosophie de Heidegger, les
deux aviateurs après un atterrissage forcé en plein désert ont allumé un
feu pour signaler leur présence. En attendant qu’un signal lumineux
fait par leurs éventuels sauveteurs apparaisse en guise de réponse à
leur signal ils raisonnent de la manière suivante: «Qu’un autre feu
s’allume dans la nuit, les hommes seuls disposent de feu, qu’ils nous
répondent».
Et cette phrase formée par des enthymèmes n’est pas la seule
dans cet essai. Terre des hommes nous offre en beaucoup d’endroits,
surtout dans les parties formées par des monologues intérieurs,
beaucoup de phrases enthymématiques. Quelques phrases choisies au
hasard dans d’autres textes de cet écrivain pourraient justifier cette
176
affirmation. Ainsi par exemple: «L’homme n’est qu’un nœud de
relations, les relations comptent seules pour l’homme» (Citadelle). La
phrase suivante de Saint-Exupéry sert de conclusion à la Phénomé-
nologie de la perception de Merleau-Ponty: «La vie crée l’ordre; mais
l’ordre ne crée pas la vie» (Lettre à un otage).
Aristote donne quelques règles qu’il faut observer dans l’emploi
de cette forme d’argument:
1. Il ne faut pas attacher trop haut et trop loin le premier anneau
de la chaîne des raisonnements parce que leur longueur rendrait
l’intelligence du message pénible.
2. Il ne faut pas essayer de tout prouver et d’employer des prémisses
superflues, mais seulement des enthymèmes:
«Il ne faut pas, dit Aristote, ni prendre le raisonnement de loin,
parce que les auditeurs ne peuvent suivre un raisonnement compliqué,
ni passer par tous les échelons pour conclure; le premier procédé
manque de clarté par suite de la longueur; l’autre est bavardage, parce
qu’il énonce des choses évidentes»189.
3. Les prémisses des enthymèmes doivent être acceptées par les
auditeurs.
4. Il est nécessaire d’avoir à sa disposition les enthymèmes afférents
à chaque sujet car si l’on n’en a point, l’on n’aura pas la posibilité de
conclure utilement sur une question. Il faut connaître à fond ce dont on
parle et examiner le sujet dans tous ses éléments:
«Comment pourrions-nous, dit Aristote, conseiller aux Athéniens
de faire la guerre ou de ne pas la faire, si nous ne savons pas quelle est
leur puissance militaire...et aussi quels sont leurs revenus, ou quels
sont leurs amis et leur ennemis...; ou comment pourrions-nous faire
leur panégyrique, si nous ne connaissions pas en détails la bataille
navale de Salamine, ou le combat terrestre de Marathon... ? Car tous
les panégyristes tirent leurs éloges des belles actions réelles ou sup-
posées telles»190.
Cette règle est applicable à tous les sujets soit qu’il s’agisse du
genre judiciaire, ou qu’il s’agisse du genre délibératif ou du genre
démonstratif:
«Que l’on conseille Achille, écrit Aristote, qu’on le loue ou
qu’on le blâme, qu’on l’accuse et qu’on le défende, il faut toujours
_______________
189
Aristote, Rhétorique, II, éd. cit., p. 111.
190
Ibidem, p. 113.
177
prendre ce qui lui appartient ou semble lui appartenir, pour exposer
d’après cela dans l’éloge ou le blâme, tout ce qu’il a à son actif de
beau ou de laid; dans l’accusation ou la défense tout ce qui lui
appartient de juste ou d’injuste; dans le conseil, tout ce qui peut lui
être utile ou nuisible»191.
Les enthymèmes concernant les différents sujets à traiter doivent
être en grand nombre car plus on possède de propositions afférentes au
sujet plus la démonstration sera facile; de plus il faut éviter qu’elles
soient banales et communes:
«Voici, dit Aristote, ce que j’entends par propositions banales:
c’est louer Achille d’être un homme, d’être un demi-dieu, d’avoir fait
campagne contre Ilion; car ces traits appartiennent aussi à beaucoup
d’autres, de sorte que l’orateur qui use de tels arguments ne loue pas
plus Achille que Diomède...»192
Ces propositions qui forment les enthymèmes doivent contenir
des traits propres au sujet :
«par propres, dit Aristote, j’entends les événements qui ne sont
arrivés à personne d’autre qu’Achille, comme d’avoir tué Hector, le
plus vaillant des Troyens, et Cycnos, qui, grâce à son invulnérabilité,
avait empêché le débarquement de toute l’armée, d’avoir été le plus jeune
de l’expédition ... et toutes les autres particularités de ce genre...».193
Aristote précise qu’il y a deux sortes d’enthymèmes: l’enthymème
démonstratif (positif ou constructif) qui prouve qu’une chose est ou
n’est pas et l’enthymème réfutatif ou destructif. L’enthymème démonstratif
conclut de premisses sur lesquelles tout le monde est tombé d’accord.
L’enthymème réfutatif «tire des conclusions en désaccord avec celles
de l’adversaire»194.
L’ÉPICHÉRÈME
(emprunté au lat. epicherema, grec êpichêirema)
Définitions
a) L’épichérème est un polysyllogisme qu’on obtient par l’argu-
mentation syllogistique d’habitude sous forme d’enthymème, de la
prémisse majeure ou de la mineure ou des deux prémisses.
_______________
191
Ibidem.
192
Ibidem, p. 114.
193
Ibidem.
194
Ibidem, p. 114.
178
b) L’épichérème est un syllogisme composé, dans lequel l’une
ou l’autre prémisse, ou même toutes les deux, sont munies de leur
preuve (propositions causales).
Aristote employait le terme êpichêirema au sens de «syllogisme
dialectique» procédant de propositions simplement probables195.
Dans De Inventione (1, 57), Cicéron appelait l’épichérème
ratiocinatio ou raisonnement oratoire. Quintilien dans De Institutione
oratoria (V, 10, 2-8; V, 14) souligne que l’épichérème comprend
d’habitude cinq parties: la prémisse majeure avec son argumentation
(propositio deinde ratio ejus), la prémisse mineure et sa preuve (assumptio
et ejus probatio) et en cinquième lieu, la conclusion (complexio).
Quintilien précise que l’épichérème peut comprendre un nombre plus
réduit de parties:
«Mais comme il peut se trouver que la majeure n’ait pas besoin
de justification ou la mineure de preuve, et parfois même qu’une
conclusion ne soit pas utile, ce raisonnement peut être également à
quatre, trois ou deux parties» (V, 14).
Les auteurs de la Logique de Port-Royal qui rangent les épiché-
rèmes parmi les sorites («syllogismes composés de plus de trois
propositions») les définissent de la manière suivante: (les épichérèmes)
«comprennent la preuve ou de quelqu’une des deux premières propo-
sitions, ou de toutes les deux»196. Ensuite ces auteurs soulignent l’im-
portance de cette espèce d’arguments:
«Comme l’on est souvent obligé de supprimer dans les discours
certaines propositions trop claires, il est aussi souvent nécessaire,
quand on en avance de douteuses, d’y joindre en même temps des
preuves pour empêcher l’impatience de ceux à qui l’on parle, qui se
blessent quelquefois lorsqu’on prétend les persuader par des raisons
qui leur paraissent fausses ou douteuses; car, quoique l’on y remédie
dans la suite, néanmoins il est dangereux de produire, même pour un
peu de temps, ce dégoût dans leur esprit: et ainsi, il vaut beaucoup
mieux que les preuves suivent immédiatement ces propositions
douteuses, que non pas qu’elles en soient séparées»197.
_______________
195
Aristote, Logique (les Topiques, VIII, 11, 16), éd. cit., t. IV, p. 320.
196
A. Arnauld, P. Nicole, la Logique de Port-Royal, éd. cit. p. 204.
197
Ibidem, p. 205.
179
Par conséquent, contrairement à la méthode proposée par l’École
(= les philosophes scolastiques) de présenter d’abord les prémisses et
ensuite de les prouver, s’il y a lieu, Arnauld et Nicole sont d’avis qu’il
faut «joindre aux propositions douteuses les preuves qui les éta-
blissent...; à la majeure on joint les preuves de la majeure, à la mineure
les preuves de la mineure, et ensuite on conclut»198.
Exemples d’épichérèmes
1. Le fer est bon conducteur de la chaleur parce qu’il est métal,
or le radiateur est en fer,
donc le radiateur est bon conducteur de la chaleur.
2. Les savants sont les bienfaiteurs de l’humanité parce qu’ils
oeuvrent pour le bonheur de tous les hommes,
or Pasteur a été un savant,
donc il est le bienfaiteur de l’humanité.
Tout le plaidoyer de Cicéron pour Milon est un épichérème
développé; la prémisse majeure est qu’il est permis de tuer celui qui
nous dresse des embûches et attente à notre vie. Les preuves de cette
majeure sont tirées de la loi naturelle, du droit de gens, des exemples.
La prémisse mineure est que le criminel Clodius a dressé des embûches
à Milon et a attenté à sa vie; les preuves de la mineure sont l’équipage
de Clodius, ses hommes de main, l’attaque perpétrée contre Milon et
sa suite, etc. La conclusion de cet épichérème est que Milon, étant en
état de légitime défense a dû tuer Clodius pour sauver sa vie.
Maintes fois, une fable de La Fontaine pourrait être réduite à un
épichérème; la fable Le Loup et l’Agneau débute par la présentation de
la prémisse majeure: «La raison du plus fort est toujours la meil-
leure». L’auteur promet comme un véritable logicien de prouver cette
proposition «Nous l’allons montrer tout à l’heure». La prémisse mineure
est que le Loup est le plus fort; elle est suivie de ses preuves et les
arguments invoqués par l’auteur sont convaincants. La conclusion en
est que le Loup a toujours raison.
Le discours prononcé par l’Agneau en vue de se défendre et de
sauver sa vie est fondé, lui aussi, sur des propositions très correctes au
point de vue logique. Après un exorde par insinuation, l’Agneau
_______________
198
Ibidem.
180
démontre que le Loup n’a pas raison de l’accuser d’avoir troublé l’eau
du ruisseau:
«Sire, répond l’Agneau, que Votre Majesté
Ne se mette pas en colère;
Mais plutôt qu’elle considère
Que je me vas désaltérant
Dans le courant
Plus de vingt pas au-dessous d’elle,
Et que, par conséquent, en aucune façon
Je ne puis troubler sa boisson».
Accusé de nouveau par le Loup d’avoir prononcé à son adresse
des paroles désobligeantes, l’Agneau se défend en employant un
enthymème hypothétique («Comment l’aurais-je fait, si je n’étais pas
né ?») qui est immédiatement suivi de son argument («Je tette encore
ma mère»).
LE DILEMME
(lat. dilemma, grec. dilêmma)
Définitions
1. «On peut définir un dilemme un raisonnenent composé où,
après avoir divisé un tout en ses parties, on conclut affirmativement ou
négativement du tout ce qu’on a conclu de chaque partie. Je dis ce
qu’on a conclu de chaque partie, et non pas seulement ce qu’on en
aurait affirmé; car on n’appelle proprement dilemme que quand ce que
l’on dit de chaque partie est appuyé de sa raison particulière...»199
2. «Le dilemme est un „argument à deux cornes” ou à deux
tranchants (syllogismus cornutus) qui énonce dans l’antécédent une
disjonction telle que, l’un ou l’autre de ses membres étant posé, la
même conclusion s’ensuit. Le plus souvent le dilemme se construit
selon le type conditionnel...»200
3. «Raisonnement dont la majeure contient une alternative à
deux ou plusieurs termes et dont les mineures montrent que chaque
cas de l’alternative implique la même conclusion»201.
_______________
199
A. Arnauld, P. Nicole, Logique de Port-Royal, éd. cit., p. 206.
200
Jacques Maritain, Éléments de philosophie, éd. cit., p. 301-302.
201
P. Robert, Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue
française, art. Dilemme.
181
Le dilemme se présente comme un argument composé de deux
propositions opposées entre lesquelles il n’y a point de milieu et dont
on laisse le choix à son adversaire; quelle que soit celle que celui-ci
préfère à l’autre, on en tire contre lui une conséquence qui paraît sans
réplique.
Règles du dilemme
1) Il faut que la disjonction soit complète. 2) Il faut que le
conséquent partiel qu’on déclare inféré par chaque membre en suive
légitimement. 3) Il faut que la conclusion commune qu’on déclare
inférée par l’un ou l’autre membre en suive exclusivement (c’est-à-dire
qu’elle soit la seule qui puisse en suivre). Sinon le dilemme pourrait
être rétorqué.
Exemples de dilemmes
1. Voici un dilemme dans lequel on dit aux pyrrhoniens qui
prétendaient qu’on ne pouvait rien savoir:
«Ou vous savez ce que vous dites, ou vous ne le savez pas; si
vous savez ce que vous dites, on peut donc savoir qulque chose; si
vous ne savez pas ce que vous dites, vous avez donc tort d’assurer
qu’on ne peut rien savoir; car on ne doit pas assurer ce qu’on ne sait pas».
2. Comme exemple de dilemme, on cite le raisonnement que
faisait Morton, un ministre de Henri VII, en Angleterre, pour tirer
l’argent des évêques: «Si tu dépenses beaucoup, disait-il, c’est que tu
es riche, tu dois donc payer; si tu ne dépenses rien c’est que tu fais des
économies. Donc il faut payer».
3. Le dilemme de Corax202: Un certain Tisias, ayant entendu dire
que la rhétorique est l’art de persuader, se rendit à l’école de Corax
pour se former dans cet art. Mais une fois qu’il n’eut plus rien à
apprendre, il ne voulut pas payer les honoraires qu’il devait à son
maître. Alors Corax déposa une plainte contre Tisias, et au tribunal,
les juges s’étant rassemblés, Tisias eut recours devant eux à ce dilemme:
«Corax, qu’as-tu promis de m’enseigner ? – L’art de persuader, répondit
celui-ci. – Soit, reprit Tisias: „Si tu m’as réellement appris l’art de
persuader, je vais te persuader de ne me prendre pas d’honoraires pour
tes leçons; si je ne réussis pas à te le persuader, c’est que tu ne m’as
pas appris, comme tu t’y es engagé, à persuader, et alors je ne te dois
rien puisque tu n’as pas rempli ta promesse”. Mais Corax, à son tour,
riposta par cet autre dilemme: «Si tu me persuades de ne pas prendre
_______________
202
Corax, élève d’Empédocle d’Agrigente, est cité par Aristote comme
le premier auteur d’un traité de rhétorique.
182
d’honoraires, c’est que je t’ai appris à persuader, et alors tu dois me
payer puisque j’ai tenu mon engagement. Si au contraire tu n’y arrives
pas, dans ce cas encore tu devras me payer, à plus forte raison !»
LA CONVERSION
La conversion est une technique employée pour détruire un
dilemme; soit le dilemme «S’il a de la pudeur, pourquoi accusez-vous
un honnête homme ? Si au contraire il porte une âme tout-à-fait
insensible à la honte, pourquoi accuser un homme qui n’en sera
nullement affecté ?»
Dans ce dilemme si l’on convient que l’accusé est sensible à la
honte ou qu’il ne l’est pas, l’adversaire conclura toujours qu’il ne faut
pas l’accuser. On peut répondre à ce dilemme en le retournant (en
pratiquant la conversion):
«Il faut au contraire l’accuser: car s’il a de la pudeur, il ne sera
point insensible à l’accusation; si au contraire il est insensible à la
honte, il faut encore l’accuser car c’est un méchant homme»203.
LE SORITE
(1558: lat. sorites, empr. au gr. sôreitâs, de soreuein.
entasser, de sôros, tas)
Définitions
1. «Le sorite est un syllogisme composé qui enchaîne plusieurs
propositions, de telle sorte que le Sujet de l’une devienne le Prédicat
de la suivante, le Prédicat de celle-ci le Sujet de la troisième, et ainsi
de suite, jusqu’à une conclusion qui unit le Sujet de la première avec
le Prédicat de la dernière». (J. Maritain, Petite Logique, éd. cit., p. 300)
2. «Le sorite est un polysyllogisme; c’est un argument composé
d’un nombre indéterminé de propositions liées entre elles de telle sorte
que l’attribut de la première devienne le sujet de la seconde, l’attribut
de la seconde le sujet de la troisième et ainsi de suite jusqu’à la
conclusion qui unit le sujet de la première à l’attribut de la dernière»
(P. Janet, Traité élémentaire de la philosophie, éd. cit., p. 424).
3. Argument composé d’une suite de propositions liées entre
elles de manière que l’attribut de chacune d’elles devienne le sujet de
la suivante, et ainsi de suite, jusqu’à la conclusion, qui a pour sujet le
_______________
203
v. Cicéron, De l’Invention, I, 45.
183
sujet de la première et pour attribut l’attribut de la dernière proposition:
A est B, B est C, C est D ... M est N, donc A est N. (Le Lexis).
Remarque. Ce type de sorite défini par J. Maritain, P. Janet et le
Lexis est le sorite aristotelicien. Goclenius, un logicien, a proposé dans
un ouvrage intitulé Isagoge in organum Aristotelis, Francfort, 1598,
un autre type de sorite (sorite goclénien), dans lequel la Conclusion
unit le Sujet de la dernière proposition au Prédicat de la première.
Exemples de sorite
a) Le bien est désirable, le désirable est aimable; ce qui est aimable
est digne de louange; ce qui est digne de louange est beau. Donc le
bien est beau (Plutarque, De Stoïcorum repugnantiis, ch. XIII).
b) Un bon exemple de sorite est celui du renard, exemple rapporté
par Plutarque dans De sollertia animalium et repris par Montaigne
dans les Essais, II, 12.
Le renard ne passe pas une rivière gelée qu’après avoir écouté
attentivement, et s’il entend le bruit de l’eau, il ne la passe pas :
«Cette rivière, se dit le renard, fait du bruit, ce qui fait du bruit
se remue, ce qui se remue n’est pas gelé, ce qui n’est pas gelé est
liquide, ce qui est liquide plie sous le faix, donc cette rivière gelée
superficiellement ne peut pas me porter».
c) «Les avares sont pleins de désirs: ceux qui sont pleins de désirs
manquent de beaucoup de choses parce qu’il est impossible qu’ils
satisfassent tous leurs désirs: ceux qui manquent de ce qu’ils désirent sont
misérables; donc les avares sont misérables». Ces sortes de raisonnements,
composés de plusieurs propositions dont la seconde dépend de la
première, et ainsi du reste, s’appellent sorites, et ce sont ceux qui sont
les plus ordinaires dans les mathématiques ... (Logique de Port-Royal).
d) Exemple de sorite donné par J. Maritain dans la Petite Logique:
t M1
Pierre est homme
M1 M2
Tout homme est animal
M2 M3
Tout animal est doué d’instincts
M3
Tout être doué d’instincts a des mouvements irréfléchis,
t T
donc Pierre a des mouvements irréfléchis
184
e) Le sorite goclénien présente la forme suivante :
M1 T
Tout être doué d’instincts a des mouvements irréfléchis
M2 M1
Tout animal est doué d’instincts
M3 M2
Tout homme est animal,
t M3
Pierre est homme
t T
donc Pierre a des mouvements irréfléchis
On remarque que le sorite goclénien comporte une série de moyens
termes à extension décroissante, tandis que le sorite aristotelicien présente
une série de moyens termes (M) à extension croissante.

LE SYLLOGISME
Matière et forme du syllogisme
Il faut distinguer dans le syllogisme la matière et la forme. La
matière est la vérité intrinsèque et objective des propositions; la forme
constitue le lien logique qui doit exister entre les propositions. Le
syllogisme ne garantit rien autre chose que la liaison logique, c’est-à-dire
le rapport de la conclusion aux prémisses.
De là, il s’ensuit que:
1. Un syllogisme vrai peut se composer de trois propositions
fausses; exemple:
«Toute action courageuse est louable,
or l’imprudence est une action courageuse,
donc l’imprudence est louable».
2. On peut tirer une conclusion vraie de deux prémisses fausses.
Un logicien aimait donner cet exemple:
«Mon porte-monnaie est dans la lune,
or la lune est dans ma poche,
donc mon porte-monnaie est dans ma poche».
Il peut donc arriver que d’un antécédent faux suive un conséquent
vrai; il est clair que de tels raisonnements n’engendrent que par hasard
une conclusion vraie.
185
Règles du syllogisme
Les règles du syllogisme sont fondées sur les axiomes suivants:
1. Les propositions particulières sont contenues dans les générales
de même nature, et non les générales dans les particulières, I dans A,
et O dans E, et non A dans I, ni E dans O. (I – particulière affirmative;
A – universelle affirmative; O particulière négative; E – universelle
négative: «Asserit A, negat E, verum generaliter ambo. Asserit I,
negat O, sed particulariter ambo»).
2. Le sujet d’une proposition, pris universellement ou particu-
lièrement, est ce qui la rend universelle ou particulière.
3. L’attribut d’une proposition affirmative n’ayant jamais plus
d’étendue que le sujet, est toujours considéré comme pris particu-
lièrement, parce que ce n’est que par accident qu’il est quelquefois pris
généralement.
4. L’attribut d’une proposition négative est toujours pris géné-
ralement.
Ces axiomes étant posés, il faut mentionner que les règles du
syllogisme sont au nombre de huit:
1. Trois termes seulement (Terminus esto triplex: major, mediusque
minorque).
Cette règle résulte de la définition même du syllogisme qui se
compose nécessairement de trois termes: le Grand, le Petit et le Moyen.
Il ne faut donc pas dire:
Tous les taureaux mugissent,
or le Taureau est une constellation,
donc une constellation mugit.
Ce syllogisme possède quatre termes puisque le mot taureau est
pris en deux sens différents.
2. «Jamais dans Conclusion plus grand que dans Prémisses
(Latius hos quem praemissae conclusio non vult) ou «Les termes de la
conclusion ne peuvent point être pris plus universellement dans la
conclusion que dans les prémisses» (Logique de Port-Royal, p. 165).
La raison en est qu’on ne peut rien conclure du particulier au général,
de quelques à tous car de ce que quelque homme est blanc, on ne peut
pas conclure que tout homme est blanc. Il faut préciser que l’on considère
qu’un terme est pris particulièrement s’il est sujet d’une proposition
particulière ou attribut d’une affirmative. Par conséquent, si le petit
terme est sujet d’une mineure particulière ou attribut d’une majeure
affirmative, la conclusion ne peut être universelle.
186
Il ne faut pas dire:
Les oiseaux volent
or les oiseaux sont des animaux,
donc tout animal vole. (Dans la prémisse mineure Animaux est
pris particulièrement, étant l’attribut d’une affirmative, dans la conclusion
il est pris universellement).
3. «Que jamais le Moyen n’entre en Conclusion» (Nequaquam
medium capiat conclusio oportet). La conclusion ne doit jamais
contenir le moyen terme.
4. Mais qu’une fois au moins le Moyen terme soit universel (Aut
semel aut iterum medius generaliter esto). Le moyen terme ne peut
être pris deux fois particulièrement mais il doit être pris au moins une
fois universellement: «Car, devant unir ou désunir les deux termes de
la conclusion, il est clair qu’il ne peut le faire s’il est pris pour deux
parties différentes d’un même tout, parce que ce ne sera pas peut être
la même partie qui sera unie ou désunie dans ces deux termes; or étant
pris deux fois particulièrement, il peut être pris pour deux différentes
parties d’un même tout; et par conséquent on n’en pourra rien
conclure» (Logique de Port-Royal, éd. cit., p. 164).
Il ne faut pas dire:
«Quelques hommes sont bons,
or les méchants sont hommes,
donc les méchants sont bons».
Hommes est pris particulièrement dans la Majeure, où il a le sens
de certains hommes bons; hommes est pris aussi particulièrement dans
la Mineure où il a le sens de certains hommes mauvais. Dans la
conclusion, le petit terme (méchants) est identifié à une partie du
moyen terme (hommes) et le grand terme (bons) est identifié à une
autre partie du moyen terme. Le raisonnement a en outre quatre termes
et pèche aussi contre la règle 1.
5. De deux prémisses négatives rien ne suit (Utraque si praemissa
neget, nihil inde sequetur). On ne peut rien conclure de deux propositions
négatives. De ce que deux termes sont séparés d’un troisième, il ne
s’ensuit pas qu’ils soient séparés entre eux; et encore moins pourrait-il
s’ensuivre qu’ils sont unis.
6. Prémisses affirmant, Conclusion ne peut nier. (Ambae affirmantes
nequeunt generare negantem).
La liaison du petit terme et du grand terme avec le moyen ne
prouve pas nécessairement qu’ils soient unis, mais ne prouve jamais
qu’ils soient séparés.
187
7. Conclusion suit toujours la moins bonne Prémisse (Pejorem
semper sequitur conclusio partem).
La conclusion suit toujours la plus faible partie. On entend par
plus faible partie, la négation par rapport à l’affirmation (qualité), et la
particularité par rapport à l’universalité (quantité). La règle signifie
donc que si l’une des prémisses est négative la conclusion sera
négative; si elle est particulière, la conclusion sera particulière.
8. Et enfin rien ne suit de deux Particulières (Nil sequitur geminis
ex particularibus unquam). De deux propositions particulières, il ne
s’ensuit rien.
Il ne faut pas dire:
«Quelques hommes sont vertueux,
or quelques méchants sont hommes
donc quelques méchants sont vertueux»
En effet, si les deux propositions, particulières qui constituent
les prémisses sont affirmatives, tous les termes doivent être particuliers
(soit comme sujets, soit comme attributs), et, par conséquent, le moyen
terme ne serait pas pris une fois universellement.
Principes suprêmes du syllogisme
Le syllogisme doit respecter deux principes suprêmes: le principe
de la triple identité et du tiers séparant et le principe dit dictum de
omni et dictum de nullo.
Le principe de la triple identité et du tiers séparant a le contenu
suivant: «Deux choses identiques à une même troisième sont iden-
tiques entre elles et deux choses dont l’une est identique et l’autre non
identique à une même troisième sont diverses entre elles».
Ce qui fait essentiellement le syllogisme c’est l’identification de
deux termes entre eux au moyen d’un même troisième.
Ce principe n’est qu’une expression particulière du principe
d’identité (principium identitatis). Le principe d’identité exprime la
nécessité pour la pensée que chaque terme soit conçu comme identique
à lui-même, c’est-à-dire comme ne changeant pas au moment où on le
pense et en tant qu’on le pense. D’une manière plus abstraite on
pourrait exprimer ce principe de la manière suivante: A est A, c’est-à-dire
toute chose est elle-même ou tout sujet est son propre prédicat (omne
subjectum est praedicatum sui): la comète Halley est la comète Halley.
Ce qui est vrai du concept positif est aussi vrai du concept négatif.
Non A est non A. Le principe d’identité n’est pas une simple tautologie,
mais un principe de la pensée correcte.
188
Le dictum de omni
«Tout ce qui est affirmé universellement d’ un sujet, est affirmé de
tout ce qui est contenu sous ce sujet» (lat. quidquid universaliter dicitur
de aliquo subjecto, dicitur de omni quod sub tali subjecto continetur).
Exemple: Si on affirme universellement de l’homme qu’il est
mortel, cela est affirmé par là de tout individu humain.
Le dictum de nullo
«Tout ce qui est universellement nié d’un sujet, est nié aussi de
tout ce qui est contenu sous ce sujet» (quidquid universaliter negatur
de aliquo subjecto, dicitur de nullo quod sub tali subjecto continetur).
Exemple: «Si on nie universellement de l’homme qu’il soit
végétal, cela est nié par là même de tout individu humain».
Ce principe n’est qu’une expression particulière du principe de
non-contradiction; conformément à ce principe deux énoncés dont
l’un nie ce que l’autre affirme ne peuvent être vrais ensemble considérés
en même temps et sous les mêmes rapports: en d’autres termes, on ne
peut à la fois nier et affirmer la même chose. A ne peut pas être à la
fois A et non A, c’est-à-dire qu’une chose ne peut pas être à la fois
elle-même et son contraire. L’expression «en même temps» signifie
qu’un même sujet pris en deux moments différents n’est pas le même
sujet et par conséquent peut avoir des attributs opposés. Appliquant ce
principe à la rhétorique, Socrate dans le Phèdre souligne qu’il faut
nous mettre d’accord avec nous-mêmes en ce qui concerne la manière
de concevoir et de traiter un sujet, afin de ne pas adopter à son égard
des attitudes contradictoires.
Conclusion
La théorie des formes du syllogisme trouve son application dans
la recherche et la découverte des erreurs que renferment parfois les
raisonnements déductifs.
Pour mettre en évidence un argument incertain et ambigu il faut
recourir aux opérations suivantes :
1. Établir quelle est la conclusion, quel est le point à prouver.
Formuler clairement cette conclusion dans une proposition de manière
à faire voir le petit extrême (le sujet) et le grand extrême (le prédicat).
2. Examiner quel est le moyen terme de l’argument. Dans un
syllogisme concluant, on ne doit trouver qu’un moyen terme ayant un
sens précis; ce terme ne doit pas être employé dans la conclusion.
189
3. Identifier ensuite les deux prémisses: l’une qui met en relation
le moyen terme avec le grand terme (ou le grand extrême), c’est la
prémisse majeure; l’autre qui associe le même moyen terme avec le
petit terme (ou le petit extrême), c’est la mineure.
4. Les deux prémisses et la conclusion ayant été disposées dans
l’ordre régulier, il faut voir si l’on a respecté les règles du syllogisme.
Si la déduction coïncide avec un des modes concluants, elle est
correcte, sinon elle ne l’est pas. On peut contrôler la validité de
l’argument en lui appliquant les règles spéciales de la figure à laquelle
il appartient.
Remarque. La conclusion peut être réfutée si l’on montre, par
exemple, que la conséquence n’est pas la déduction nécessaire de ce
qui précède. Si l’on dit, par exemple, «S’il a commis quelques fautes,
il ne se corrigera jamais», il suffit, pour réfuter la conclusion, de faire
voir qu’il n’y a pas de rapport nécessaire entre l’antécédent et le
conséquent.
L’INDUCTION
Étant donné que le problème de l’induction est complexe et qu’il
ne concerne que partiellement notre sujet nous ne l’examinerons que
d’une manière sommaire.
L’induction est un raisonnement dans lequel de données singu-
lières ou partielles suffisamment énumérées on infère une vérité
universelle.
Dans les Topiques (I, 12, 5), Aristote a précisé que l’induction
est «la transition du particulier à l’universel». Par exemple, dit-il «si
parmi les pilotes et parmi les cochers, le meilleur est celui qui fait le
mieux son métier, on pourra dire en général aussi que «le meilleur est
celui qui fait le mieux».
Dans la Rhétorique I, p. 78, Aristote parle de nouveau de
l’induction, lorsqu’il veut faire saisir à ses lecteurs la différence qu’il
y a entre l’exemple et l’enthymème:
«Il ressort clairement des Topiques, dit-il, que s’appuyer sur
plusieurs cas semblables pour montrer qu’il en est de même dans le
cas présent est là une induction, ici un exemple…»
Au point de vue de la Logique selon Aristote, l’induction consis-
terait, dans la transformation d’un syllogisme de la première figure:
«L’induction, dit Aristote, a lieu lorsqu’on conclut l’un des
extrêmes du moyen par l’autre extrême… Si B est moyen de AC,
démontrer par C qu’A est à B; car voilà comment nous faisons des
190
inductions. Soit A longève (= doué d’une longue vie), B qui n’a pas de
fiel, et C tous les animaux quelconques longèves, comme l’homme, le
cheval, le mulet, etc. Donc A est à C tout entier; car tout C est
longève; mais B aussi, c’est-à-dire, qui n’a pas de bile, est à tout C; si
donc C est réciproque à B, et qu’il ne dépasse pas le moyen, il est
nécessaire alors que A soit à B; car l’on à démontré plus haut que
deux choses quelconques étant les attributs d’un même objet, si
l’extrême est réciproque à l’une d’elles, il faut que l’autre attribut soit
à l’ attribut réciproque. Du reste, on doit supposer que C est composé
de tous les cas particuliers; car l’induction les comprend tous…»
(Aristote, Premiers Analytiques II, 23, 2-4).
Ce texte est commenté de la facon suivante par J.Barthélemy
Saint-Hilaire dans la Logique d’Aristote, t. II (Premiers Analitiques,
p. 328), Paris Ladrange, 1839:
«Soit A doué d’une longue vie, longève; B sans fiel, et C la
totalité des animaux longèves, tels que homme, cheval, mulet, etc.: A
est à tout C, majeure de l’induction, car tous les animaux tels que
l’homme, le cheval, le mulet, etc., sont longèves; mais B est aussi à
tout C, mineure de l’induction, c’est-à-dire que tous les animaux tels
que l’homme, le cheval, le mulet, etc., sont sans fiel; mais on suppose
que C est réciproque à B, c’est-à-dire, que le mineur est d’une étendue
égale à celle du moyen; on en conclut alors: donc A est B, c’est-à-dire
que tous les animaux sans fiel sont longèves. En conservant les
prémisses telles qu’elles sont ici posées, le syllogisme à conclusion
universelle se forme dans la troisième figure, ce qui est contre les
règles; mais en convertissant la mineure, on retrouve la première
figure, c’est-à-dire, le mode Barbara. Premier syllogisme: A est à tout
C, B est tout C; Donc A est à tout B, c’est l’induction ordinaire. Ou en
convertissant la mineure réciproquement second syllogisme: A est à
tout C, C est à tout B; Donc A est à tout B».
Autres exemples:
A. Soit le syllogisme:
Tous les hommes sont mortels,
or Pierre, André, Jean, Jacques, etc. sont hommes.
Donc Pierre, André, Jean, Jacques sont mortels.
Dans ce syllogisme, les deux extrêmes sont mortels (Grand
Terme ou Grand Extrême), et Pierre, André, Jean, Jacques, etc. (Petit
terme ou Petit Extrême). Le Moyen terme est homme.
Si on suppose que dans la prémisse mineure (or Pierre, André,
Jean, Jacques etc. sont hommes), Pierre, André, Jean, Jacques, etc.
191
représentent tous les hommes, c’est-à-dire que l’énumération soit
complète, on pourrait conclure l’un des extrêmes (le Grand Extrême
mortel), du Moyen (homme), par l’intermédiaire de l’autre extrême (le
Petit Extrême; Pierre, André, Jean, Jacques, etc.) de la façon suivante:
«Pierre, André, Jean, Jacques etc. sont mortels,
or Pierre, André, Jacques, Jean… sont tous les hommes (ou bien
Tous les hommes sont: Pierre, André, Jean, Jacques, etc.)
Donc tous les hommes sont mortels.»
B. Induction:
Pierre, Jacques, Paul, etc. sont doués de la parole.
or Pierre, Jacques, Paul etc. sont des hommes.
Donc l’homme est doué de la parole.
C. Induction
Le cuivre, le fer, l’or, l’argent, le zinc etc. sont bons conducteurs
de l’électricité.
or le cuivre, le fer, l’or, l’argent, le zinc, etc. sont des métaux.
Donc les métaux sont bons conducteurs de l’électricité.
Cette induction peut être aussi représentée de la manière suivante:
Le cuivre
et le fer T –
M et l’or est bon conducteur de l’électricité
et l’argent
et le zinc
Et le Sujet universel qui représente
le cuivre
et le fer
M et l’or est le Métal
l’argent
et le zinc
par rapport au Prédicat
«bon conducteur de
l’électricité»
t T
donc le métal est conducteur de l’électricité
Note: T (Grand Terme), t (Petite terme), M (Moyen terme).
192
L’argumentation par l’exemple204
Le raisonnement par ressemblance ou par analogie (exemplum)
est une induction partielle ou imparfaite qui conclut du particulier au
particulier en vertu d’une ressemblance:
a) «Soit: A mauvais, dit Aristote, et B faire le guerre contre ses
voisins. C représente la guerre des Athéniens contre les Thébains, et D
celle des Thébains contre les Phocéens. Si donc nous voulons prouver
qu’il est mauvais de faire la guerre aux Thébains, il faut supposer qu’il
est mauvais de faire la guerre contre ses voisins. Or, on tire cette
assertion de la connaissance des cas analogues; par exemple, de ce que
la guerre contre les Phocéens a été fatale pour les Thébains. Puis donc
qu’il est mauvais de faire la guerre a ses voisins, et que la guerre
contre les Thébains est une guerre contre ses voisins, il est clair qu’il
est mauvais de faire la guerre aux Thébains. Ainsi, il est clair que B
est à C et à D; car tous deux sont: Faire la guerre contre des voisins. Et
il est clair aussi: A est à D; car la guerre contre les Phocéens n’a pas
été avantageuse pour les Thébains. Et l’on démontrera par D que A est
à B... Il est donc évident que l’exemple n’est point un rapport du tout à
la partie, ni de la partie au tout; c’est le rapport d’une partie à une
partie, puisque les deux termes sont les sujets d’un même terme, et
que, seulement, l’un est plus connu que l’autre» (Aristote, Premiers
Analytiques, II, 24, 3-4).
Selon Aristote il y a deux espèces d’exemples:
a) l’une consiste à citer des faits antérieurs
b) une autre à inventer soi-même.
a) Exemples historiques
1. «Il faut faire des préparatifs militaires contre le Grand Roi et
ne pas le laisser asservir l’Égypte; en effet Darius ne passa point en
Europe avant d’avoir pris l’Égypte, et, quand il l’eut prise, il y passa
et, plus tard, Xerxès n’entreprit rien avant de l’avoir conquise et,
quand il s’en fut emparé, il passa en Europe, de sorte que, si le prince
dont il s’agit la prend, il passera en Europe; aussi ne faut-il pas le
laisser faire.» (Aristote, Rhétorique, II, 1393 n).
2. «Plusieurs ont cru que M. le duc d’Orléans et lui (= le prince
de Condé) firent une faute très considérable de laisser jouir la Reine
_______________
204
«J’appelle l’exemple l’induction de la rhétorique». Aristote, Rhétorique,
1, p. 78 (1356 b).
193
plus longtemps de son autorité: il était facile de la lui ôter; on pouvait
faire passer la Régence à M. le duc d’Orléans par un arrêt du Parlament...
Ceux qui considéraient leur conduite et en jugeaient alors selon
les vues ordinaires, remarquaient qu’il leur était arrivé ce qui arrive
souvent en de semblables rencontres, même aux plus grands hommes
qui ont fait la guerre à leurs souverains, qui est de n’avoir pas su se
prévaloir de certains moments favorables et décisifs. Ainsi le duc de
Guise, aux premières barricades de Paris, laissa sortir le Roi, après
l’avoir tenu comme assiégé dans le Louvre tout un jour et une nuit; et
ainsi ceux qui disposaient du peuple de Paris aux dernières barricades
lui laissèrent passer toute sa fougue à se faire accorder par force le
retour de Broussel et du président de Blanc-Mesnil et ne songèrent
point à se faire livrer le Cardinal qui les avait fait enlever, et qu’on
pouvait sans peine arracher du Palais-Royal, qui était bloqué»
(La Rochefoucauld, Mémoires).
3. «Des joueurs de flûte, qui s’étaient éloignés de Rome y furent
rappelés au nom de l’État; à plus forte raison des hommes, qui sont les
premiers de l’État et qui ont bien mérité de la république lorsque
l’envie les a envoyés en exil, doivent en être tirés» (Quintilien, V, 11,9).
b) Exemples inventés ou fictifs
Les exemples inventés se subdivisant en parabole et fable.
1. La parabole est une comparaison courte.
Exemple de parabole pris dans un discours de Socrate:
A. «Il ne faut pas que les magistrats soient tirés au sort; c’est en
effet, comme si on choisissait les athlètes par le sort, non pas ceux qui
ont les aptitudes physiques pour concourir, mais ceux qu’aurait
favorisés la chance; ou encore si on choisissait par le sort le marin qui
doit tenir le gouvernail, comme s’il fallait prendre non celui qui sait le
pilotage, mais celui qu’aurait désigné le sort» (Aristote, Rhétorique, II,
p.104).
B. Selon Épictète il ne faut souhaiter qu’un petit nombre de
choses si on veut les obtenir.
Qu’un enfant plonge le bras dans un vase d’une embouchure
étroite, pour en tirer des figues et des noix et qu’il en remplisse sa main,
que lui arrivera-t-il ? Il ne pourra la retirer et pleurera. «Lâches-en
quelques-unes (lui dit-on), et tu retireras ta main.» (Épictète, Entretiens
recueillis par Arrien, Paris, Didier, 1862. III, 9, p. 259).
2. La fable est un petit récit illustrant un précepte. L’usage des
fables était courant dans l’éloquence grecque.
194
Exemple
Les citoyens d’Himère avaient choisi un stratège205 avec pleins
pouvoirs, Phalaris, et allaient lui donner une garde du corps. Stésichore
leur conta cette fable qui faisait ressortir le danger d’une telle décision:
«Un cheval occupait seul un pré; survint un cerf qui lui endom-
mageait son pâturage; le cheval, voulant se vanger du cerf, demanda à
un homme s’il ne pouvait pas l’aider à punir le cerf; l’homme lui dit
qu’il le pouvait, à condition que le cheval acceptât un frein et qu’il le
laissât monter sur son dos avec des javelots. L’accord conclu et
l’homme monté, le cheval, pour prix de sa vengeance devint l’escalve
de l’homme. „Vous de même”, dit-il, prenez garde qu’en voulant vous
venger de vos ennemis vous ne subissiez le sort du cheval; vous avez
déjà le frein; car vous avez choisi un stratège avec pleins pouvoirs; si
vous lui donnez une garde et si vous lui permettez de monter sur votre
dos, vous serez dès ce moment les esclaves de Phalaris» (Aristote,
Rhétorique, II, p. 105).

Argument et argumentation
Étant donné que les termes d’argument et d’argumentation sont
très employés dans la rhétorique et dans la théorie de l’argumentation,
il est nécessaire d’essayer de les définir.
I. Définitions de l’argument
1. A. Bain constate dans sa Logique déductive et inductive que
le terme d’argument est pris dans différentes acceptions et qu’il peut
désigner: a) un syllogisme complet; b) les prémisses; c) la conclusion
et ses principes; d) le moyen terme.
«Certains, dit-il, appliquent le terme d’argument à un syllogisme
complet, d’autres l’emploient pour désigner seulement les prémisses
ou les principes de la conclusion et enfin, il y a des logiciens comme
Hamilton qui soutiennent qu’on doit entendre par un argument le moyen
terme d’un raisonnement, c’est-à-dire la notion qui est invoquée pour
prouver quelque chose».
2. «Raisonnement destiné à prouver ou à réfuter une proposition
donnée» (Lalande).
3. «Considération apportée pour établir une thèse ou pour la
réfuter» (Foulquié).
_______________
205
Magistrat chargé de toutes les questions militaires.
195
4. «Raisonnement destiné à prouver ou à réfuter une proposition,
et par extension, preuve à l’appui ou à l’encontre d’une proposition»
(P. Robert).
5. a) «Preuve, raisonnement apportés à l’appui d’une affirmation».
b) «Raisonnement par lequel on tire une conséquence d’une
ou de plusieurs propositions» (Le Lexis).
6. Un argument est un mouvement de la pensée depuis des données
acceptées D par l’intermédiaire d’un garant G vers une demande,
exigence, qui est la conclusion C (A. Moles, «La communication et les
mass media», in Les Dictionnaires Marabout Université, Paris, 1973).
7. En logique formelle, dans son sens technique, le mot «argument»
indique une valeur déterminée, susceptible d’être substituée à une
variable dans une fonction. Dans son sens usuel, l’argument est soit un
raisonnement destiné à prouver ou à réfuter une proposition donnée,
soit une raison avancée à l’appui d’une thèse ou contre celle-ci. Dans
ce sens, on opposera l’argument à la preuve et l’argumentation à la
démonstration» (Encyclopaedia universalis).
II. Argumentation
Définitions, remarques
1. Action d’argumenter. Ensemble d’arguments tendant à une
même conclusion (P. Robert).
2. a) Ensemble d’arguments avancés pour établir ou combattre
une thèse.
b) Ensemble de procédés oratoires aussi bien que rationnels,
mis en œuvre pour faire admettre une thèse (Foulquié).
3. «Toute argumentation est l’indice d’un doute car elle suppose
qu’il y a lieu de préciser ou de renforcer l’accord sur une position
déterminée qui ne sera pas suffisamment claire ou ne s’imposerait pas
avec une force suffisante » (Ch. Perelman, Traité de l’argumentation,
p. 635).
4. «Dans une démonstration tout est donné, soit qu’il s’agisse
d’un système hypothético-déductif, soit que les axiomes soient fournies
par une intuition rationnelle ou sensible. Dans l’argumentation, par
contre, les prémisses sont labiles. Au fur et à mesure de l’argumentation,
elles peuvent s’enrichir; mais elles sont par ailleurs toujours précaires,
l’intensité avec laquelle on y adhère se modifie» (Ch. Perelman, Traité
de l’argumentation, p. 651).
5. Ensemble de raisonnements étayant une affirmation, une thèse
(Le Lexis).
196
6. «L’argumentation déborde le cadre discursif – certains com-
portements sont non seulement signifiants mais aussi argumentatifs...
L’argumentation n’est donc pas considérée... comme un ensemble clos
et fini de mécanismes formels mais comme une composante de l’activité
langagière. Traiter de l’argumentation, c’est s’attacher à décrire des
pratiques discursives réglées qui relèvent de la compétence que tout
sujet manifeste en se repérant par rapport à une situation de com-
munication... Argumenter c’est chercher non seulement à convaincre
ou à persuader mais aussi à construire un certain mode de représen-
tation visant à agir sur un auditoire...» ((A. Ali Boucha, H. Portine,
Introduction, in Langue française, 50, 1981 (Argumentation et énon-
ciation)).
7. L’argumentation est la manière de présenter et de disposer les
arguments; le terme désigne aussi l’ensemble des arguments qui
résulte de cette présentation (Encyclopaedia universalis).

Quelques remarques sur la théorie de l’argumentation


(Rappel de quelques faits concernant cette théorie)
L’argumentation est étroitement liée aux techniques discursives
permettant de provoquer ou d’accroître l’adhésion d’un auditoire aux
thèses que l’on présente à son assentiment. L’orateur pour construire
son argumentation part d’une base, d’une sorte de terrain d’accord
qu’il suppose avoir en commun avec l’auditoire. On distingue plusiers
matières pouvant servir de prémisses à cet accord: les faits, les vérités,
les présomptions, les valeurs, les hiérarchies, les lieux communs.
L’argumentation est indissociable de la situation d’énonciation,
c’est-à-dire du statut du locuteur et de l’auditoire, mais aussi des opinions
des auditeurs, des valeurs que ceux-ci savent estimer. L’argumentation
est différente de la démonstration; cette dernière est une déduction
visant à prouver la vérité d’une chose à partir de prémisses admises
comme vraies:
«Quand il s’agit de démontrer une proposition, dit Perelman, il
suffit d’indiquer à l’aide de quels procédés elle peut être obtenue
comme dernière expression d’une suite déductive dont les premiers
éléments sont fournis par celui qui a construit le système axiomatique
à l’intérieur duquel on effectue la démonstration».206
_______________
206
Ch. Perelman, Traité de l’argumentation, éd. cit., p. 18.
197
Contrairement à la démonstration, l’argumentation se meut le
plus souvent dans le vraisemblable; visant à persuader, elle a en vue
l’adhésion des auditeurs à une thèse, suppose l’existence d’un contact
intellectuel et n’est concevable que dans un contexte psychologique.
Tandis que la démonstration se présente d’une façon abstraite, parfois
sous la forme d’un calcul, l’argumentation emploie des arguments
plus ou moins concrets, plus ou moins forts, en général adaptés à
l’auditoire auquel ils s’adressent. Le raisonnement argumentatif n’est
pas fondé, en général, sur des vérités générales, mais sur des opinions
concernant des thèses d’une portée limitée; le champ d’application de
la théorie de l’argumentation dépasse largement celui de la théorie de
la démonstration, car les argumentations portent sur tout ce qui peut
être objet d’opinion, jugement de valeur ou jugement de réalité. Une
démonstration fournit des preuves mathématiques, contraignantes, con-
cernant surtout le domaine des sciences, alors qu’une argumentation
présente des raisons en faveur ou contre des thèses déterminées.
Perelman propose d’appeler persuasive une argumentation qui
ne prétend valoir que pour un auditoire particulier et d’appeler
convaincante celle qui est censée obtenir l’adhésion de tous les êtres
doués de raison, c’est-à-dire de l’auditoire universel. La théorie de
l’argumentation précise qu’il y a plusieurs espèces d’auditoires auxquels
s’adresse un orateur. Ces auditoires, l’ensemble de ceux qui écoutent
un discours et que vise l’argumentation du locuteur, peuvent varier au
point de vue quantitatif et qualitatif (auditoires de spécialistes ou de
non spécialistes). Le but de l’argumentation étant d’obtenir l’accord
des auditeurs concernant la véracité d’un fait ou d’une thèse, le
premier critère permettant de juger un discours est son efficacité. Le
choix des meilleurs moyens de persuasion afin de rendre le discours
efficace est un problème technique exigeant le recours à des argu-
ments de tous genres. L’efficacité n’est pas cependant le seul critère
suffisant d’une bonne argumentation. Il doit être complété par celui
qui veut que l’on connaisse qualitativement l’auditoire, c’est-à-dire sa
capacité de comprendre les problèmes spéciaux traités dans les discours
qui lui sont destinés; c’est pourquoi, on doit distinguer les discours des
savants, des hommes politiques, des philosophes, etc., non seulement
par leurs matières et leurs objets, mais aussi par les auditoires qui en
sont concernés. On peut inférer de tout cela que l’efficacité de
l’argumentation étant étroitement liée à la nature de l’auditoire, des
techniques utilisées pour persuader un auditoire particulier ne pourront
pas servir quand il s’agira de convaincre un auditoire universel.
198
Une faute assez répandue dans l’argumentation oratoire est la
petition de principe, raisonnement erroné, faute de logique qui consiste
à considérer comme vrai ce qui est l’objet même de la question. Si
l’on emploie ce sophisme il est plus que probable que l’auditoire ne
donnerait pas son accord à la thèse avancée par le locuteur et que tout
l’effort d’argumentation resterait inefficace. De plus, les auditeurs
peuvent refuser leur adhésion aux prémisses ou aux principes de
départ soit qu’ils n’adhèrent pas à ces propositions parce qu’ils les
considèrent comme fausses intégralement, soit qu’ils s’aperçoivent du
caractère unilatéral du choix des prémisses, soit qu’ils soient contrariés
par le caractère tendancieux de la présentation de ces prémisses. Il est
donc important que l’orateur sache choisir les propositions qui serviront
de fondament à son argumentation de telle manière qu’elles soient
admises par l’auditoire.
Il faut organiser une argumentation afin d’acroître son efficacité.
Il ne suffit pas d’aligner les arguments les uns derrière les autres, il
faut les peser et grouper ceux qui sont faibles. Les arguments seront
présentés dans un ordre qui leur imprimera le maximum de force. L’ordre
dans lequel se suivent les arguments est extrêmement important au
point de vue du processus de l’argumentation, car au fur et à mesure
que le discours se déroule l’auditoire se transforme sous son influence
et un argument pourrait ne pas agir sur un auditoire qui n’aurait pas
subi cette sorte de métamorphose.

De la facilité ou de la difficulté des argumentations


Aristote précise qu’une thèse, en général, est difficile à attaquer
et facile à défendre. Elle est difficile à attaquer parce qu’elle s’appuie
sur des propositions premières qui sont clairement définies. Elle est
encore difficile à réfuter parce que les dernières propositions sont
conclues après beaucoup d’autres, à partir des premières, et il faut bien
connaître la série continue des arguments qui enchaînent les propositions
premières aux dernières afin de pouvoir attaquer les conclusions.
Les propositions qui sont très rapprochées des propositions
premières, ou des principes sont aussi difficiles à attaquer; car on ne
peut pas trouver beaucoup d’arguments contre elles parce qu’il y a peu
de termes entre elles et les propositions premières: or ces termes sont
généralement bien définis vu que c’est par eux qu’on démontre tout ce
qu’on avance ensuite.
199
Les définitions qui semblent tout d’abord difficiles à attaquer
sont celles qui se servent de mots dont il est impossible de dire s’ils
sont pris au sens propre ou métaphoriquement ou, lorsqu’il s’agit de
mots polysémiques, de préciser dans quel sens on emploie les mots
dont on se sert.
En général, pour toute question qui semble obscure il faut supposer
„ou qu’elle a besoin d’être définie, ou que c’est une des choses à
plusieurs sens ou une des choses à sens métaphorique” (Aristote,
Topiques, VIII, 3,4).
Si la proposition est obscure, il ne faut pas se gêner de dire qu’on
ne la comprend pas et de demander des explications, des définitions; si
les termes qu’elle emploie présentent plusieurs sens, il faut exiger
qu’on indique avec soin celui de tous dans lequel on doit les prendre.
On est toujours en droit de demander que l’argumentation soit par-
faitement claire.
Avant de soutenir une thèse, il est utile de se faire toutes les
objections qu’elle pourrait soulever; en procédant de cette façon on est
plus à même de réfuter les arguments par lesquels l’adversaire tentera
de renverser la proposition avancée.
Il ne faut pas essayer de soutenir une thèse improbable ou
moralement blâmable. Elle est improbable quand les conséquences en
sont absurdes, par exemple, si l’on prétend que rien ne se meut. Elle
est moralement blâmable si l’on soutient, par exemple, que le plaisir
est le bien et que faire une injustice vaut mieux que la souffrir.
Pour empêcher l’adversaire de conclure contre notre thèse, on
peut s’y prendre de plusieurs façons: soit en montrant la cause erronée
qui a déterminé la conclusion fausse, soit en opposant à l’adversaire
une objection qu’il ne peut pas résoudre, soit en démontrant que la
conclusion fausse est la conséquence du fait qu’on nous a mal
interrogés. Lorsqu’on doit répondre à une induction, il faut réfuter
l’universel tiré des cas particuliers en discussion, en montrant par une
objection, s’il y a lieu, que tel cas particulier qu’on cite ne rentre pas
dans l’universel.
Classification des arguments par Aristote
Selon Aristote il y a quatre genres d’argumentations: l’instructif,
le dialectique, l’exercitif et le contentieux207.
_______________
207
v. Aristote, Réfutation des sophistes, section I, ch. 2, in Aristote,
Logique, éd. cit., t. IV, p. 337.
200
L’instructif part des principes propres de chaque science, et non
pas des opinions particulières de l’interlocuteur ou des auditeurs.
Le dialectique part des principes ou des prémisses probables.
L’exercitif part «des principes posés par celui qui répond et que
doit connaître nécessairement celui qui prétend posséder la science».208
Le contentieux procède de principes qui paraissent probables et
qui ne le sont pas; par ce syllogisme apparent l’argumentation sophistique
essaie de tromper l’interlocuteur ou les auditeurs.
Classification des arguments proposée par Ch. Perelman
et L. Olbrechts-Tyteca
Ch. Perelman et L. Olbrechts-Tyteca divisent les arguments dans
leur Traité de l’Argumentation en deux grandes catégories:
a) arguments quasi-logiques; b) arguments basés sur la structure
du réel.209
A. Les arguments quasi-logiques se présentent comme étant
comparables à des raisonnements formels logiques ou mathématiques;
ce sont, par exemple, les arguments de réciprocité, les arguments de
transitivité, les arguments basés sur l’inclusion de la partie dans le
tout, les arguments basés sur la division du tout en ses parties, les
arguments de comparaison, l’argumentation par le sacrifice.
B. Les arguments fondés sur la structure du réel. Tandis que les
arguments quasi-logiques, selon Perelman, prétendent à une certaine
validité grâce à leur aspect rationnel qui provient de leur rapport plus
ou moins étroit avec certaines formules logiques ou mathématiques,
les arguments basés sur la structure du réel se servent de celle-ci pour
établir une solidarité entre les jugements admis et d’autres que l’on
cherche à formuler; ces arguments sont aussi divisés en deux classes:
(1) les arguments provenant des liaisons de succession et (2) les argu-
ments issus des liaisons de coexistence; de la première classe font
partie: le lieu causal ou la cause, l’argument pragmatique, l’argument
basé sur les fins et les moyens, l’argument du gaspillage, l’argument
de la direction, l’argument du dépassement; dans la seconde classe,
Perelman range des arguments du type suivant: l’argument d’autorité,
l’argument basé sur la liaison symbolique, l’argument de double hiérarchie
_______________
208
Ibidem.
209
v. Ch. Perelman, L. Olbrechts-Tyteca, Traité de l’argumentation,
Bruxelles, E.U.B., 1983, p. 259.
201
appliqué aux liaisons de succession et de coexistence, les arguments
concernant les différences de degré et d’ordre.
A. Les arguments quasi-logiques
1. L’argument de réciprocité
Réciproque se dit de toute action ou de toute relation qui, étant
donné les deux termes A et B, s’exerce ou subsiste à la fois dans le
sens de A à B et dans celui de B à A. Ces espèces d’arguments visent
à appliquer le même traitement à deux situations qui se trouvent dans
un rapport de réciprocité. On aboutit à une situation de réciprocité
lorsqu’on convertit une proposition, c’est-à-dire lorsqu’on intervertit
ses extrêmes de manière à exprimer la même vérité. Soit la propo-
sition «Aucun homme n’est oiseau». On peut exprimer la même vérité
en intervertissant l’ordre des extrêmes, c’est-à-dire en faisant du Sujet
le Prédicat et du Prédicat le Sujet et en disant «Aucun oiseau n’est
homme».
Suivant Perelman, cette symétrie facilite l’identification entre les
actes, entre les événements, entre les êtres, parce qu’elle met l’accent
sur un certain aspect qui paraît s’imposer en raison même de la symétrie
mise en évidence.210
Dans la Rhétorique (II, p. 115), Aristote a décrit ce rapport de
réciprocité de la façon suivante:
«Si faire une chose moralement ou justement appartient à l’un
des termes, subir une chose moralement ou justement appartient à
l’autre; et si ces qualificatifs s’appliquent à l’instigation, ils s’appliquent
aussi à l’exécution». Par exemple, le publicain (= fermier des derniers
publics). Diomédon disait au sujet des impôts: «Si les vendre n’est pas
honteux pour vous, les acheter ne l’est pas non plus pour nous».
Quintilien montre que les arguments de réciprocité sont tirés de
propositions qui se confirment mutuellement (Cicéron dans De Inventione
les avait nommés arguments tirés de propositions fondées sur le même
raisonnement):
a) «Si les Rhodiens ont pu honnêtement affermer leurs droits de
port, Hermocréon a pu honnêtement aussi s’en rendre le fermier».
b) «Ce qu’il est honorable d’apprendre, il est honorable aussi de
l’enseigner».
_______________
210
v. Ch. Perelman, O.Tyteca, Traité de l’argumentation, Bruxelles,
E.U.B., 1983, p. 298.
202
Selon Quintilien «impliquent aussi une conséquence réciproque
les arguments qui arrivent au même résultat en partant du contraire»;
par exemple, dit-il «celui qui affirme que le monde naît, déclare par là
même qu’il finira aussi, parce que tout ce qui naît finit» (V, 10, 79).
2. Les arguments de transitivité
Les arguments de transitivité sont fondés, en général, sur la
structure logique du syllogisme.
«La transitivité est une propriété formelle de certaines relations
qui permet de passer de l’affirmation que la même relation existe entre
les termes a et b, et entre les termes b et c, à la conclusion qu’elle
existe entre les termes a et c»211. En outre, les relations qui expriment
l’égalité, la supériorité, l’inclusion sont prises en considération lorsqu’on
invoque un argument de transitivité.
Ainsi, par exemple, si le joueur A a battu le joueur B et si le
joueur B a battu le joueur C, on considère que le joueur A est supérieur
au joueur C.
Aristote fournit un bon exemple d’argument de transitivité
lorsqu’il fait des remarques sur l’amitié dans sa Rhétorique (II, p. 68):
«Nous aimons les amis de nos amis, c’est-à-dire ceux qui aiment
ceux que nous aimons; et ceux qui sont aimés par ceux que nous
aimons»...
3. L’argument du sacrifice
L’argument du sacrifice est une espèce d’argument de comparaison
où l’on fait semblant de renoncer à une chose pour en obtenir une
autre (ou pour obtenir un certain résultat) :
«Et si de deux choses, dit Aristote, nous nions avoir l’une afin
de paraître avoir l’autre, celle que nous voudrions paraître avoir est
préférable: par exemple, nous nions travailler beaucoup, afin de
paraître bien doués naturallement» (Aristote, Topiques, III, 2, 24).
B. Les arguments fondés sur la structure du réel
1. Les arguments provenant des liaisons de succession
L’argument pragmatique
L’argument pragmatique permet d’apprécier un acte ou un
événement en fonction de ses conséquences favorables ou défavorables.
_______________
211
Ch. Perelman, op. cit., p. 305.
203
Aristote examine cette espèce d’argument en tant que lieu d’en-
thymème:
«Puisque dans la plupart des cas, dit-il, il arrive qu’une même
chose ait deux suites, une bonne et une mauvaise, il faut tirer de la
consécution (= enchaînement logique d’idées, de concepts), l’argument
pour conseiller ou déconseiller, accuser ou se défendre, louer ou
blâmer; par exemple, l’éducation expose à l’envie, ce qui est un mal et
rend savant, ce qui est un bien; il ne faut donc pas être cultivé, car il
ne faut pas exciter l’envie; et il faut être cultivé car il faut être savant»
(Rhétorique, II, p. 121).
Callipe, élève d’Isocrate, a étudié cette espèce de conséquence
dans sa Techné.
Un exemple d’argument pragmatique simple a été donné par
Quintilien:
«La vertu donne la gloire; il faut donc s’y attacher; au contraire,
la recherche de la volupté donne un mauvais renom; il faut donc la
fuir» (X, 5, 83).
L’argument du gaspillage
Suivant Perelman l’argument du gaspillage consiste à dire que,
puisque l’on a déjà commencé une oeuvre, et accepté des sacrifices
qui seraient perdus en cas de renoncement à l’entreprise, il faut pour-
suivre dans la même direction212.
C’est l’un des arguments employés par Cicéron dans son Discours
pour la loi Manilia (Oratio pro lege Manilia). Selon l’Orateur romain,
Rome devait continuer la guerre contre les rois Mithridate et Tigrane
et essayer de sauver l’Asie menacée par les troupes de ces rois;
autrement l’empire romain perdrait l’une de ses plus belles provinces,
source importante de revenus et de ravitaillement en denrées. Voici un
bref extrait de ce Discours:
«Et, d’abord, partons du fait qui donne lieu à toute la discussion
présente: une guerre terrible et pleine de dangers est déclarée aux
alliés et aux peuples tributaires de Rome par deux rois très puissants,
Mithridate et Tigrane; l’un, que vous avez laissé pour vaincu, l’autre,
que vous avez attaqué, croient avoir trouvé une occasion favorable
pour s’emparer de l’Asie. Il arrive, tous les jours des lettres de ce
pays, adressées à des chevaliers romains... Ces lettres leur apprennent
que plusieurs bourgs de la Bithynie, qui est aujourd’hui une de vos
_______________
212
v. Ch. Perelman, O. Tyteca, op. cit., p. 375.
204
provinces, ont été incendiés; que le royaume d’Ariobarzane, qui
touche aux pays tributaires de Rome, est tout entier au pouvoir des
ennemis; que Lucullus213, après avoir fait de grandes choses dans ce
pays, quitte la direction de cette guerre; que celui qui lui a succédé214
n’a point tout ce qu’il faut pour conduire une si grande expédition; que
les alliés et les citoyens ne désirent, ne demandent pour général qu’un
homme; que ce même homme est le seul aussi que redoutent les
ennemis et qu’ils n’en craignent pas d’autre215. Vous voyez quelle est
la question qui vous est soumise; examinez maintenant ce que vous
avez à faire. Je crois devoir vous parler d’abord de la nature de la guerre,
puis de son importance et enfin du général que vous devez choisir.
Cette guerre est du nombre de celles qui doivent le plus vivement
intéresser et échauffer vos cœurs: il s’agit de la gloire du peuple
romain, gloire qui vous a été transmise par vos ancêtres, éclatante dans
tous les genres, mais surtout dans les armes; il s’agit du salut de
peuples alliés et amis, pour lequel vos pères ont entrepris plusieurs
guerres importantes et dangereuses; il s’agit des revenus les plus sûrs
et les plus considérables du peuple romain, revenus dont la perte vous
rendrait la paix moins honorable et la guerre moins facile; il s’agit
enfin de la fortune d’un grand nombre de citoyens à qui vous devez
aide et protection, tant pour eux-mêmes que pour l’intérêt de la
république»216.
Des exemples d’arguments du gaspillage peuvent être tirés du
domaine de la recherche fondamentale où les recherches entreprises
doivent être continuées; la suspension de l’activité dans ce domaine
nuirait fortement à l’essor des sciences et au développement de la civi-
lisation.
L’argument de la direction
L’argument de la direction consiste dans la mise en garde contre
l’usage du procédé des étapes en invoquant le prétexte que l’on ne sait
pas où l’on va et que l’on ne pourra plus s’arrêter à une étape donnée
dans une certaine direction imposée par l’évolution des choses.
_______________
213
Lucullus, général romain (vers 109 - vers 57 av. notre ère). Il dirigea
avant Pompée la guerre contre Mithridate.
214
M. Acilius Glabrion, homme de peu de mérite.
215
Il s’agit de Cneus Pompeius, dit le Grand Pompée (106-48).
216
Cicéron, Pro lege Manilia, II, in Les Auteurs latines, Paris, Hachette,
1925, p. 9-11.
205
L’argument de la direction exige qu’on n’entreprenne pas imprudem-
ment une chose où l’on se trouvera pris sans recul possible.
Une riposte à cet argument consiste dans l’indication des étapes
à suivre en montrant que dans le déroulement normal des faits il n’y a
rien à craindre. (Le procédé des étapes est souvent employé lorsque la
solution d’un problème complexe est envisagée comme n’étant possible
que par la division des difficultés et par leur solution partielle étape
par étape).
L’argument du dépassement
Les arguments du dépassement insistent sur la possibilité d’aller
toujours plus loin dans un certain domaine. C’est l’argument de ceux
qui sont épris de la perfection, c’est l’argument des novateurs, des
explorateurs, de ceux qui travaillent à la conquête du cosmos.
2. Les arguments issus des liaisons de coexistence
a) L’argument d’autorité
Cet argument est fondé sur l’autorité d’une personne ou d’un
groupe de personnes dont les mérites et la valeur des œuvres sont
reconnus par la plupart des auditeurs ou des lecteurs. Ainsi, on dit
qu’on allègue, qu’on invoque une autorité à l’appui d’une thèse. En ce
cas, le fait probant c’est l’opinion de cette personne savante, compétente,
respectée qui sert de fondement à une théorie.
Remarque. Selon Foulquié, autorité est tout ce qui peut être mis
en avant à l’appui d’une affirmation.
b) L’argument de hiérarchie mal établie (ou de double
hiérarchie)
La hiérarchie est définie, en général, comme l’organisation d’un
ensemble en une série où chaque terme est supérieur au terme suivant
par un caractère de nature normative. Par conséquent, étant donné que
les hiérarchies sont des lieux d’où l’on peut tirer des enthymèmes,
l’orateur peut montrer que celles-ci sont mal établies et que tel terme
d’un ensemble ou d’un système organisé hiérarchiquement aurait dû
occuper telle place plutôt que telle autre.
c) L’argument concernant les différences de degré et
d’ordre
On peut montrer par cette espèce d’argument que les différences
que laissent voir certaines choses sont des différences de degré et non
206
pas des différences d’ordre qualitatif; en voici un exemple extrait de
Paradoxa stoicorum de Cicéron:
«Il ne faut pas juger les mauvaises actions par leur résultat, mais
par le vice qu’elles supposent. La matière de la faute peut être plus ou
moins considérable mais la faute en elle-même ne comporte ni le plus
ni le moins. Qu’un pilote perde un vaisseau chargé d’or ou une barque
chargée de paille, il y aura quelque différence dans la valeur perdue,
aucune dans l’impéritie du pilote… Il en est de faire le mal comme de
sortir des bornes: une fois en dehors la faute est faite; si loin que vous
alliez au-delà de la barrière, vous n’ajouterez rien au tort de l’avoir
franchie»217.
Autres espèces d’arguments
1. Argument de l’abus
Le fait qu’une chose soit nuisible quand on en abuse, ne signifie
pas qu’on doive s’en abstenir (lat. abusus non tollit usum, l’abus
n’empêche pas l’usage).
2. Argument de «l’approche progressive» 218 ou de
l’exemple hiérarchisé
Cet argument est fondé sur une suite d’exemples de structure
concessive:
«Tous les peuples honorent les sages: par exemple, les Pariens
ont honoré Archiloque nonobstant ses diffamations; et les Chiotes
Homère, qui, pourtant n’était pas leur concitoyen; et les Mytiléniens
Sappho, bien que ce fût une femme; et les Lacédémoniens Chilon…
bien qu’ils eussent très peu de goût pour les lettres» (Aristote, Rhétorique,
II, ch. 23, X).
3. Argument d’autophagie, de retorsion ou d’auto-
inclusion
Cette espèce d’argument est employée pour démontrer que le
raisonnement par lequel une règle est attaquée est incompatible avec
le principe sur lequel il s’appuie. Par exemple, à celui qui objecte que
l’on n’a pas respecté un principe, on pourrait rétorquer que son
objection même n’a pas respecté ce principe, par exemple, le principe
de non-contradiction, comme dans l’anecdote suivante rapportée par
Perelman: „Un policier, dans un théâtre de province, au moment où le
public s’apprêtait à chanter La Marseillaise, monte sur la scène pour
_______________
217
Cicéron, Paradoxa stoicorum, London, Heinemann, 1948, III, 20.
218
v. Ch. Perelman, op. cit., p. 476.
207
annoncer qu’est interdit tout ce qui ne figure pas par sur l’affiche: «Et
vous, objecte l’un des spectateurs, êtes-vous sur l’affiche ?»219.
4. Raisonnement par l’absurde
a) «Processus consistant à établir soit la vérité d’une proposition
en montrant que sa contradictoire aboutit à des conséquences fausses
ou incompatibles avec l’hypothèse (preuve par absurde); soit sa fausseté
en montrant qu’elle aboutit à des conséquences fausses (réduction à
l’absurde). Foulquié.
b) Celui qui prouve la vérité ou la fausseté d’une proposition par
la fausseté d’une conséquence. Il faut en distinguer deux sortes :
1º Preuve par l’absurde: raisonnement qui prouve la vérité
d’une des conséquences résultant de sa contradictoire.
2º Réduction à l’absurde, raison qui conduit à rejeter une assertion
en faisant voir qu’elle aboutirait à une conséquence connue pour fausse
ou contraire à l’hypothèse elle-même» (Lalande).
5. Argument par la compensation
Cet argument consiste à invoquer la nécessité du maintien d’un
équilibre.
6. Argument de convergence
Il consiste dans une série d’arguments aboutissant au même
résultat ou à la même conclusion. La convergence des preuves ne pro-
curant chacune, prise à part, qu’une probabilité, aboutit à une certitude
pratique: «Si, par exemple, des témoins qui sont individuellement peu
dignes de foi, déposent, sans s’être concertés au préalable, d’une façon
concordante, la valeur de chacun des témoignages en sera renforcée»220.
7. Argument (raisonnement) a contrario
Le raisonnement a contrario est celui qui, partant d’une opposition
dans les hypothèses, conclut à une opposition dans les conséquences:
«Une loi édicte certaines dispositions relatives aux fils héritiers; grâce
à l’argument a pari on cherche à étendre ces dispositions aux filles;
l’argument a contrario, par contre, permet de prétendre qu’elles ne
s’appliquent pas aux personnes de sexe féminin. Dans le premier cas,
la loi est considérée comme un exemple d’une règle qui concerne le
genre tout entier; dans le deuxième, elle est conçue comme une exception
à une règle sous-entendue concernant le genre»221.
_______________
219
Ibidem, p. 274.
220
Ch. Perelman, op. cit., p. 626.
221
Ch. Perelman, op. cit., p. 325.
208
8. Argument du facile
Par cet argument on essaie de prouver que si jusqu’à présent on
n’a pas obtenu les résultats espérés dans une entreprise cela a été dû au
fait que l’on avait ignoré les moyens adéquats ou que tout en con-
naissant leur existence, on avait négligé de s’en servir.222
9. Argument a fortiori
(En concluant du plus au moins)
Cet argument fait partie des enthymèmes qui se tirent du plus et
moins;
«Si les dieux même, dit Aristote, ne sont pas omniscients, à plus
forte raison les hommes; ce qui revient à dire: si un prédicat qui
pourrait être plus vrai – semblablement affirmé d’une chose ne lui
appartient pas, il est clair qu’il n’appartient pas non plus à la chose
dont il pourrait être moins vraisemblablement affirmé» (Aristote,
Rhétorique II, p.116).
10. Argument «ad hominem»
Argument qui est dirigé contre la personne même de l’adversaire,
que l’on confond en lui opposant ses propres paroles ou ses propres
actes; si l’argument ad hominem est fondé sur des faits réels, il rend
l’adversaire ridicule; celui-ci voit son prestige abaissé.223
11. Argument de l’inverse
Dans cette forme de raisonnement, ce qui précède donne argument
pour ce qui suit;
«Ceux qu’il n’a pu faire venir malgré eux dans la province,
comment a-t-il pu les y retenir malgré eux ?» (Cicéron, Pro Oppio).
Les propositions dans cette phrase peuvent être inversées sans
que la valeur de l’argument soit affaiblie.
12. Argument a pari
Cet argument conduit à appliquer un texte de droit dans une
hypothèse analogue à celle qui est prévue.
LES SOPHISMES
Un sophisme est un raisonnement logique en apparence, mais
faux en réalité, conçu ou non avec l’intention d’induire en erreur. Le
mot grec sophisme qui signifiait «habileté», a pris ensuite le sens
d’«artifice», de «ruse». En général, les sophismes sont des manières
_______________
222
v. Ch. Perelman, op. cit., p. 369, 375-376.
223
«Une erreur de fait, dit La Bruyère, jette un homme sage dans le
ridicule» (Les Caractères, Des jugements).
209
de mal raisonner. Selon Aristote, le sophisme est «un syllogisme
contentieux» (Topiques, VIII, 11, 16). Voici les principales sources de
ces mauvais raisonnements:
A. Sophismes de déduction
I. Prouver autre chose que ce qui est en question
Ce sophisme est nommé ignoratio elenchi (l’ignorance de la
question), c’est-à-dire l’ignorance de ce que l’on doit prouver contre
l’adversaire. Ce sophisme est de trois espèces: ou le raisonnement
prouve trop, ou il ne prouve pas assez, ou enfin il prouve à côté de ce
qui est demandé :
«On prouverait trop, par exemple, si, dans une assemblée politique
où on délibère si on doit ou non faire la guerre, un philosophe ou un
quaker venait dire que toute guerre est injuste, car cette assemblée ne
discute pas sur la guerre en général, mais sur telle guerre en
particulier. On ne prouverait pas assez si on prouvait que cette guerre
serait avantageuse si elle réussissait; car il ne suffit pas qu’elle soit
avantageuse, mais il faut qu’elle soit juste et possible. Enfin, on
prouverait à côté en soutenant qu’il faut travailler à la grandeur de son
pays, car il peut y avoir d’autres moyens d’assurer la grandeur d’un
peuple que la guerre»224.
II. Supposer vrai ce qui est en question
Ce sophisme est appelé par Aristote petition de principe. C’est
une faute de logique par laquelle on tient pour admise, sous une forme
un peu différente la proposition même qu’il s’agit de démontrer:
«Faire une pétition de principe, dit Aristote, c’est uniquement
démontrer par elle-même une chose qui ne peut être connue par elle-
même» (Premiers Analytiques, II, 16, 5). Selon Aristote la forme
ordinaire de la pétition de principe dans le domaine des syllogismes
est la suivante:
«Ainsi, par exemple, si l’on démontre A par B, et B par C, et
que C ne puisse être naturellement démontré que par A, il en résulte
que, dans un tel syllogisme, on démontre A par lui-même… Aussi
faire des syllogismes de ce genre, c’est dire simplement de chaque
chose qu’elle est si elle est; et, de cette façon-là, toute chose pourrait
être connue directement par elle-même, ce qui est impossible» (Aristote,
Derniers Analytiques, II, 16, 3).
_______________
224
Paul Janet, Traité élémentaire de philosophie, Paris, Delegrave, s.d.,
p. 523.
210
Exemples de syllogismes où il y a pétition de principe:
a) «Tout être doué de raison est grammairien,
or tout homme est doué de raison,
donc tout homme est grammairien».
Il y a ici pétition de principe car la conclusion n’est que la
prémisse majeure sous une autre forme; dans la prémisse mineure,
homme et doué de raison sont tout à fait de même extension et ils
pourraient se convertir l’un dans l’autre: Tout être doué de raison
étant homme, tout homme étant doué de raison.
b) «Tout ce qui est désirable est souhaitable,
or tout plaisir est désirable,
donc tout plaisir est souhaitable».
Dans ce syllogisme, la pétition de principe s’applique à la mineure.
La prémisse mineure est aussi peu connue que la conclusion; en ce
cas, on ne démontre pas, on fait une pétition de principe (identité du
majeur ou Grand terme et du moyen terme sous forme différente).
c) Galilée a accusé Aristote d’avoir commis lui-même cette erreur
lorsqu’il a voulu prouver que la terre est au centre au monde; le phi-
losophe grec avait employé à cet effet le syllogisme suivant qui est
une pétition de principe;
«La nature des choses pesantes est de tendre au centre du monde
et des choses légères de s’en éloigner,
or, l’expérience nous fait voir que les choses pesantes tendent au
centre de la terre, et que les choses légères s’en éloignent,
donc le centre de la terre est le même que le centre du monde».
Les auteurs de la Logique de Port-Royal commentent de la façon
suivante ce faux raisonnement:
«Il est clair qu’il y a dans la majeure de cet argument une manifeste
pétition de principe; car nous voyons bien que les choses pesantes
tendent au centre de la terre, mais d’où Aristote a-t-il appris qu’elles
tendent au centre du monde, s’il ne suppose que le centre de la terre
est le même que le centre du monde ? Ce qui est la conclusion même
qu’il veut prouver par cet argument»225.
Il y a encore petition de principe lorsqu’on demande:
1º qu’on accorde universellement ce qui doit être démontré
particulièrement:
«C’est par exemple, dit Aristote, comme si, ayant à prouver que
la notion des contraires est unique, on supposait d’une manière générale
_______________
225
A. Arnauld, P. Nicole, Logique de Port-Royal, éd. cit., p. 221.
211
qu’elle est unique pour les opposés; car ce qu’il fallait démontrer à
part et en soi, se trouve alors supposé implicitement dans plusieurs
autres choses» (Topiques, VIII, 13, 4).
2º qu’on accorde particulièrement ce qui doit être démontré
universellement ;
«Par exemple, dit Aristote, si, ayant à prouver que la notion de
tous les contraires est unique, on suppose qu’elle l’est pour quelques-
uns d’entre eux; car alors, aussi, ce qu’il fallait démontrer avec
plusieurs autres paraît être supposé tout seul et en soi» (Topiques,
VIII, 13, 5).
III. L’ambiguïté des termes
L’ambiguïté des termes constitue un sophisme qui est contraire à
une règle fondamentale du syllogisme, à savoir qu’il ne doit se composer
que de trois termes: le Grand terme, le Petit terme, le Moyen terme.
Par conséquent, si un même mot est entendu dans deux sens différents,
il exprime deux idées différentes: ce n’est donc plus la même idée que
l’on compare dans les deux propositions (ou prémisses) où elle est
répétée. Ce vice du syllogisme este appelé quaternio terminorum,
parce que si le Moyen terme est pris en deux sens différents, on aurait
un syllogisme à quatre termes, donc un syllogisme contentieux.
Exemple: «Les faiseurs de projets ne méritent aucune confiance;
or cet homme a fait un projet (il est faiseur de projets) – donc il ne
mérite aucune confiance». Ce syllogisme a quatre termes, car ce n’est
pas la même chose d’avoir fait un projet et d’être un faiseur de projets.
Un exemple plaisant de syllogisme à quatre termes est le suivant:
«Le Taureau est une constellation or le taureau mugit. Donc la
constellation du Taureau peut mugir».
IV. Fallacia supponentis
Le sophisme que l’on appelle fallacia supponentis consiste à
conclure dans les syllogismes hypothétiques du conséquent à l’antécé-
dent; par exemple: «tout homme qui a la fièvre a chaud, donc un homme
qui a chaud a la fièvre».
B. Sophismes d’induction
I. Non causa pro causa (prendre pour cause ce qui n’est point
cause)226
_______________
226
C’est le sophisme désigné souvent par l’expression: post hoc, ergo
propter hoc. Il consiste à prendre pour la cause d’un fait ce qui en a été l’an-
técédent accidentel.
212
Ce sophisme consiste souvent à placer dans la relation d’effet à
cause un fait qui s’est produit simultanément ou postérieurement à un
autre; selon la Logique de Port-Royal, ce mauvais raisonnement est
très répandu parmi les hommes et il est engendré par:
a) la simple ignorance des véritables causes des choses:
«C’est ainsi, soulignent Arnauld et Nicole, que les philosophes
ont attribué mille effets à la crainte du vide, qu’on a prouvé démon-
strativement en ce temps, et par des expériences très ingénieuses,
n’avoir pour cause que la pesanteur de l’air, comme on peut le voir
dans l’excellent traité de Pascal. Les mêmes philosophes enseignent
ordinairement que les vases pleins d’eau se fendent à la gelée, parce
que l’eau se resserre, et ainsi laisse du vide, ce que la nature ne peut
souffrir; et néanmoins on a reconnu qu’il ne se rompent que parce
qu’au contraire l’eau étant gelée occupe plus de place qu’avant d’être
gelée, ce qui fait aussi que la glace nage sur l’eau…».
b) «la sotte vanité qui nous fait avoir honte de reconnaître notre
ignorance; car c’est de là qu’il arrive que nous aimons mieux nous
forger des causes imaginaires des choses dont on vous demande raison,
que d’avouer que nous n’en savons pas la cause».227
Parfois, un fait qui s’est développé après un autre apparaît
comme le résultat de cet autre; et de là provient le sophisme: «Après
cela donc à cause de cela» (lat. Post hoc, ergo propter hoc).
a) C’est ainsi que Demades, un orateur athénien déclarait
Démosthène responsable de tous les malheurs qui avaient accablé
Athènes; car c’est après que celui-ci fut arrivé au pouvoir qu’avait
éclaté la guerre qui fut si funeste à la cité et qui prit fin par la défaite
des Athéniens et des Thébains à Chéronée (338 avant notre ère).
b) Les Anciens croyaient que l’étoile Canicule (la Canicule,
étoile de la constellation du Grand Chien) était la cause des chaleurs
dites caniculaires ((cette époque de grandes chaleurs coïncide en général
avec la période durant laquelle la Canicule se lève et se couche avec
le soleil (22 jullet-23 août)). Cette étoile est connue aussi sous le nom
de Sirius; Virgile dans l’Énéide lui a dédié quelques vers (I, 273 sq.):
«Aut sirius ardor:
Illa sitim morbosque ferens mortalibus aegris
Nascitur et laevo contristat lumine coelum»
_______________
227
A. Arnauld, P. Nicole, op. cit., p. 223-224.
213
II. Fallacia accidentis (juger d’une chose par ce qui ne lui convient
que par accident).
Ce sophisme est dû au fait qu’on conclut d’un cas accidentel,
particulier à une loi générale, à une relation essentielle. Selon la
Logique de Port-Royal, ce sophisme a lieu «lorsque l’on tire une
conclusion absolue, simple et sans restriction de ce qui n’est vrai que
par accident»228.
Exemples:
a) Les rats ont rongé les cordes des arcs des ennemis; donc ce
sont des bienfaiteurs qu’il faut honorer.
b) Coriscus est différent de Socrate; or Socrate est un homme,
donc Coriscus est différent d’un homme.
c) Quelques médecins (qui étaient des ignorants) ont commis des
fautes graves; donc la médecine est nuisible.
Remarque. Aristote parle de cette espèce de sophisme dans les
Réfutations des sophistes (I, 5, 2):
«Les paralogismes relatifs à l’accident ont lieu, quand on croit
qu’une chose quelconque est aussi bien à l’accident qu’à la chose
même. En effet, de ce que plusieurs choses peuvent être comme
accidents à une même chose, il n’est pas nécessaire que tous ces
accidents soient à tous les attributs de la chose et au sujet qui a ces
attributs; car de cette façon toutes choses seront identiques, ainsi que
le prétendent les sophistes. Par exemple, si Coriscus est autre chose
que homme, il sera autre que lui-même car il est homme; ou s’il est
autre que Socrate, et que Socrate soit homme, les sophistes soutiennent
qu’on accorde par là qu’il est autre chose que homme, attendu que
l’être relativement auquel on a dit qu’il était autre a pour accident
d’être homme.»
III. Le dénombrement imparfait (enumeratio imperfecta)
Ce sophisme consiste à conclure en général sans avoir épuisé
l’énumération des cas particuliers:
«Il n’y a guère de défaut de raisonnement, dit Aristote, où les
personnes habiles tombent plus facilement qu’en celui de faire des
dénombrements imparfaits, et de ne considérer pas assez toutes les
manières dont une chose peut être ou peut arriver; ce qui leur fait
conclure témérairement, ou qu’elle n’est pas, parce qu’elle n’est pas
d’une certaine manière, quoiqu’elle puisse être d’une autre; ou qu’elle
_______________
228
Ibidem, p. 231.
214
est de telle ou telle façon, quoiqu’elle puisse être encore d’une autre
manière qu’ils n’ont pas considérée».229
Ce sophisme peut avoir lieu soit dans la déduction, soit dans
l’induction. On peut le rencontrer dans la déduction, par exemple,
dans les raisonnements disjonctifs ou dans les dilemmes, lorsqu’on
croit avoir épuisé la totalité des hypothèses et que l’on en a oublié une
ou plusieurs.
Enumeratio imperfecta a lieu aussi dans l’induction, et consiste
alors non pas à avoir négligé d’épuiser la série des cas, ce qui n’est pas
possible, mais à ne pas tenir compte des cas contraires:
«Jusqu’à Galilée et Torricelli on s’était toujours assuré par
l’expérience que dans un tube où on faisait le vide l’eau remontait
pour remplir ce tube: d’où l’on concluait „que la nature avait horreur
du vide”. Mais on ne connaissait pas tous les cas, car il s’est trouvé
qu’au-delà de trente-deux pieds l’eau ne montait plus. La première
induction était donc défectueuse; car quelle apparence230 que la nature
n’eût horreur du vide que jusqu’à trente-deux pieds ?
Dans cet exemple, à la vérité, les cas contraires n’étaient pas
faciles à apercevoir: mais le même sophisme est commis journellement
par les hommes, lorsqu’ils ne font attention qu’aux faits affirmatifs et
non aux faits négatifs. C’est ainsi qu’on croit aux prédictions du temps
données par les almanachs, parce qu’on remarque les cas où elles se
vérifient, sans faire attention aux cas beaucoup plus nombreux où elles
sont démenties par l’événement. Par là s’expliquent la plupart des
superstitions et des préjugés populaires».231

Classification des sophismes courants


La Logique de Port-Royal a donné une sorte de classification
des sophismes dans le chapitre intitulé Des mauvais raisonnements
que l’on commet dans la vie civile et dans les discours ordinaires.232
Elle les divise en deux classes:
I. Sophismes d’intérêt, d’amour – propre et de passion:
«Si on examine avec soin, disent les auteurs de la Logique de
Port-Royal, ce qui attache ordinairement les hommes plutôt à une
_______________
229
Ibidem.
230
Comment est-il possible que…
231
P. Janet, Traité élémentaire de philosophie, éd. cit., p. 528.
232
A. Arnauld, P. Nicole, La Logique de Port-Royal, éd. cit., p. 236.
215
opinion qu’à une autre, on trouvera que ce n’est pas la pénétration de
la vérité et la force des raisons, mais quelque lien d’amour-propre,
d’intérêt ou de passion. C’est le poids qui emporte la balance, et qui
nous détermine dans la plupart de nos doutes; c’est ce qui donne le
plus grand branle à nos jugements et qui nous y arrête le plus
fortement. Nous jugeons des choses, non par ce qu’elles sont en elles-
mêmes, mais par ce qu’elles sont à notre égard; et la vérité et l’utilité
ne sont pour nous qu’une même chose».233
Une première cause d’erreur est de prendre notre intérêt pour
motif de croire une chose: «Je suis d’un tel pays, donc je dois croire,
qu’il y a mille ans, tel savant y a fait une découverte extraordinaire».
Nos sentiments sont une autre cause d’illusion:
«Combien voit-on de gens qui ne peuvent plus reconnaître
aucune bonne qualité, ni naturelle, ni acquise, dans ceux contre qui ils
ont conçu de l’aversion, ou qui ont été contraires en quelque chose à
leurs sentiments, à leurs désirs, à leurs intérêts ? Cela suffit pour
devenir tout d’un coup à leur égard téméraire, orgueilleux, ignorant,
sans foi, sans honneur, sans conscience… S’ils aiment quelqu’un, il
est exempt de toute sorte de défaut; tout ce qu’ils désirent est juste et
facile, tout ce qu’ils ne désirent pas est injuste et impossible, sans
qu’ils puissent alléguer aucune raison de tous ces jugements, que la
passion même qui les possède…»234
Ces mauvais raisonnements dus à l’influence des passions ont
été appelés des sophismes de cœur («Je l’aime donc c’est le plus
habile homme du monde»; «Je le hais, donc c’est un homme de rien»).
L’amour propre est une autre source d’erreur: il y a des gens qui
décident tout par ce principe général et fort commode qui est celui
qu’ils ont raison, qu’ils connaissent la vérité. Ils écoutent peu les
raisons des autres, ils veulent tout emporter par autorité et traitent de
téméraires ceux qui ne sont pas de leur avis. Certaines gens sous
l’empire de l’amour-propre font même ce plaisant raisonnement: «Si
cela était, je ne serais pas un habile homme: „or, je suis un habile
homme, donc cela n’est pas”».
Il arrive de voir des gens se faire mutuellement les mêmes
reproches, par exemple, de se traiter de chicaneurs, d’opiniâtres,
d’aveugles, etc.
_______________
233
Ibidem, p. 237.
234
Ibidem, p. 238.
216
Il faut donc observer la règle établie par Augustin: «Écartons
dans la discussion ces reproches communs qui peuvent se dire des
deux côtés, quoiqu’ils ne puissent pas être vrais à la fois» (Omittamus
ista communis, quae dici ex utraque parte possunt, licet vere dici ex
utraque parte non possint).
Selon la Logique de Port-Royal une autre source de faux raison-
nements est l’esprit de contradiction et de dispute si répandu parmi les
hommes et «qui les porte, quand ils entendent ou lisent quelque chose
d’autrui, à considérer peu les raisons qui pourront les persuader, et à
ne songer qu’à celles qu’ils croient pouvoir opposer».235 Ces gens
«sont toujours en garde contre la vérité, et ils ne pensent qu’aux
moyens de la repousser et de l’obscurcir, en quoi ils réussissent
presque toujours, la fertilité de l’esprit humain étant inépuisable en
fausses raisons»236.
Cet esprit de contradiction a été admirablement peint par
Montaigne dans les Essais (III, 8):
«Nous n’apprenons à disputer que pour contredire; et chacun
contredisant et estant contredict, il en advient que le fruict du disputer
c’est perdre et anéantir la vérité… L’un va en Orient, l’autre en
Occident; ils perdent le principal, et s’escartent dans la presse des
incidents; au bout d’une heure de tempeste, ils ne savent ce qu’ils
cherchent; l’un est bas, l’autre haut, l’autre costié (= à côté). Qui se
prend à un mot et une similitude; qui ne sent plus ce qu’on lui oppose,
tant il est engagé en sa course… Qui se trouvant foible de reins, craint
tout, refuse tout, mesle dès l’entrée et confond le propos…».
Il y a un défaut, contraire au précédent, qui est une cause d’erreur,
à savoir, la complaisance adulatrice qui approuve tout et admire tout:
«Il se trouve des personnes qui, reconnaissant assez combien ces
humeurs contredisantes sont incommodes et désagréables, prennent
une route toute contraire, qui est de ne rien contredire, mais de louer et
d’approuver tout indifféremment; et c’est ce qu’on appelle complaisance,
qui est une humeur plus commode pour la fortune, mais aussi désa-
vantageuse pour le jugement; car, comme les contredisants prennent
pour vrai le contraire de ce qu’on leur dit, les complaisants semblent
prendre pour vrai tout ce qu’on leur dit; et cette accoutumance
corrompt premièrement leur discours et ensuite leur esprit»237.
_______________
235
Ibidem, p. 241.
236
Ibidem.
237
Ibidem, p. 246.
217
II. Sophismes qui naissent des objets mêmes
1. On confond souvent le vrai et le faux, le bien et le mal, parce
qu’ils se trouvent ensemble dans certaines choses:
«C’est une opinion fausse…que la vérité soit tellement
semblable au mensonge et la vertu au vice qu’il soit impossible de les
discerner; mais il est vrai que dans la plupart des choses il y a un
mélange d’erreur et de vérité, de vice et de vertu, de perfection et
d’imperfection, et que ce mélange est une des plus ordinaires sources
des faux jugements des hommes»238.
À cause de ce mélange de vrai et de faux, de bien et de mal qui
se rencontrent dans certaines choses, les bonnes qualités des personnes
qu’on estime font approuver leurs défauts et réciproquement. Or c’est
justement dans cette séparation judicieuse du bien et du mal que paraît
l’exactitude de l’esprit:
«C’est pourquoi la justice et la raison demandent que, dans
toutes les choses qui sont ainsi mêlées de bien et de mal, on en fasse le
discernement…».239
2. Il y a des illusions qui naissent de l’éloquence et des faux
ornements du discours:
«Entre les causes qui nous engagent dans l’erreur par un faux
éclat qui nous empêche de les reconnaître, on peut mettre avec raison
une certaine éloquence pompeuse et magnifique, que Cicéron appelle
abundantem sonantibus verbis uberibusque sententiis; car il est
étrange combien un faux raisonnement se coule doucement dans la
suite d’une période qui remplit bien l’oreille, ou d’une figure qui nous
surprend, et qui nous amuse à la regarder …; ainsi, quand on voit un
orateur commencer une longue gradation, ou une antithèse à plusieurs
membres, on a sujet d’être sur ses gardes, parce qu’il arrive rarement
qu’il s’en tire sans donner quelque contorsion à la vérité, pour l’ajuster
à la figure…».240
3. Une autre cause de sophismes est constituée par l’interprétation
malveillante des intentions des gens fondée sur des signes équivoques:
«Un écrivain parlera avec quelque force contre une opinion qu’il
croit dangereuse. On l’accusera sur cela de haine et d’animosité contre
les auteurs qui l’ont avancée; mais ce sera injustement et témérairement,
_______________
238
Ibidem, p. 250.
239
Ibidem.
240
Ibidem, p. 252.
218
cette force pouvant naître du zèle pour la vérité aussi bien que de haine
contre les personnes».241
Autres exemples: Un tel est l’ami d’un méchant; donc il est
méchant lui aussi; tel autre critique quelques propos maladroits de
quelqu’un; donc c’est un médisant, etc.
4. Les fausses inductions tirées de quelques expériences particu-
lières constituent une source des mauvais raisonnements des hommes:
«Il y a beaucoup de maladies cachées aux plus habiles médecins
et souvent les remèdes ne réussissent pas: des esprits excessifs en
concluent que la médecine est absolument inutile… Il y a des femmes
légères et déréglées: cela suffit à des jaloux pour concevoir des soupçons
injustes contre les plus honnêtes et à des écrivains licencieux, pour les
condamner toutes généralement».242
Par ce sophisme, «de quelques actions particulières on en conclut
l’habitude; de trois ou quatre fautes, on en fait une coutume: ce qui
arrive une fois le mois ou une fois l’an, arrive tous les jours, à toute
heure, à tout moment…».243
C’est une erreur de juger des conseils suivis par les événements
qui se sont produits. Il ne faut pas donc dire: «Nous n’avons pas réussi
donc il a eu tort de nous conseiller cela».

_______________
241
Ibidem, p. 254.
242
Ibidem, p. 255.
243
Ibidem, p. 256.
219
L’ÉTHOS
(LES MŒURS ORATOIRES)

On entend par mœurs oratoires, le soin que prend l’orateur, de


donner dans les discours, une idée avantageuse de son mérite personnel.
Il importe à l’orateur, pour obtenir l’adhésion des auditeurs à la thèse
qu’il défend, non seulement de faire appel, par la force de ses argu-
ments, à leur raison, mais encore de se présenter lui-même sous un
certain aspect d’honorabilité, de se rendre digne d’estime et de consi-
dération; l’estime et la confiance de l’auditoire sont nécessaires à
l’orateur, car c’est d’elles que dépend la persuasion tout entière:
«On persuade par le caractère moral de l’orateur, dit Aristote,
quand le discours est de nature à rendre celui qui parle digne de foi,
car les honnêtes gens nous inspirent une confiance plus grande… sur
toutes les questions en général, et une confiance entière sur celles qui
ne comportent point de certitude, et laissent une place au doute…;
c’est le caractère qui… constitue presque la plus efficace des preuves».244
Afin de mériter le respect et la confiance de ses auditeurs, l’orateur
doit être éclairé et honnête. Si son discours ne paraît pas empreint de
bonne foi, il pourra échouer dans son entreprise de convaincre ses
auditeurs de la justesse de la cause qu’il soutient.
Quintilien a précisé d’ailleurs qu’on ne peut être orateur si l’on
n’est homme de bien:
«L’orateur tel que nous l’avons conçu est celui que Caton l’Ancien
définit „un homme de bien habile à parler” (vir bonus dicendi peritus),
mais surtout qui possède la qualité que Caton énonce d’abord, et qui,
de par la nature des choses, est la plus grande et la plus importante, je
veux dire qui est homme de bien» (III. 1).
_______________
244
Aristote, Rhétorique, Paris, Les Belles Lettres, 1932, t. I, p. 76.
220
Bien entendu, il ne suffit pas à l’orateur de paraître vertueux, il
faut qu’il le soit réellement.245 C’est en vain qu’il simulera de posséder
des vertus qui, en réalité, lui sont étrangères; il ne pourra pas
longtemps donner le change à ses auditeurs, car il se trahira à coup sûr
à un certain moment:
«Les gens malhonnêtes, dit Quintilien, dans leur mépris pour
l’opinion qu’on a d’eux et leur ignorance de ce qui est bien morale-
ment, ne parviennent pas toujours à dissimuler. Aussi avancent-ils des
propositions effrontées et des affirmations imprudentes. Par suite,
dans leur effort pour établir des points indémontrables, il y a une
opiniâtreté qui révolte et un effort qui n’aboutit à rien… Souvent
d’ailleurs il arrive que, même lorsqu’ils disent la vérité, on ne les crois
pas, et que le choix d’un tel avocat semble indiquer que la cause est
mauvaise» (III, 12).
Plusieurs qualités morales sont nécessaires à l’orateur:
1. La sagesse ou raison pratique, c’est-à-dire «la vertu de l’intel-
ligence qui rend capable de bien conseiller sur les biens et les maux»246,
en vue du bonheur des hommes.247
2. La prudence est étroitement liée à la sagesse pratique; c’est la
qualité de celui qui, réfléchissant à la portée et aux conséquences de
ses actes, prend ses dispositions pour éviter des erreurs, des fautes, des
malheurs possibles, s’abstient de tout ce qu’il croit pouvoir être source
de dommage:
«La prudence, dit Cicéron, est la science de ce qui est bien ou
mal, ou indifférent; elle comprend la mémoire, l’intelligence, la
prévoyance. La mémoire conserve le souvenir des choses passées;
l’intelligence sert à comprendre le présent; la prévoyance à connaître
d’avance les choses futures» (Prudentia est rerum bonarum et malarum,
neutrarumque scientia).248
_______________
245
«Ce qui nous concilie la bienveillance, c’est la dignité de notre
caractère, ce sont nos actions louables, la considération qu’inspire notre vie;
toutes choses qu’il est plus facile d’embellir lorsqu’elles existent que de
feindre quand elles n’existent pas» (Cicéron, De Oratore, II, 43, 182).
246
Aristote, Rhétorique, I, éd. cit., p. 109.
247
Le contraire de la sagesse pratique est l’imprudence: «elles consiste
à mal juger les choses, mal délibérer, mal s’accommoder et user des biens
présents, avoir une fausse opinion sur ce qui est beau et bien pour la vie»
(v. Aristote, Rhétorique I, p. 109, note).
248
Cicéron, De l’Invention (De Inventione), II, 53.
221
Il faut donc que l’orateur soit non seulement homme de bien,
mais encore éclairé, et prudent; si l’orateur paraît posséder un grand
fonds de bon sens et de raison, on le jugera incapable de tomber dans
l’erreur et d’y faire tomber les autres.
3. La probité c’est une qualité qui consiste à observer scrupu-
leusement les devoirs imposés par l’honnêteté et la justice; elle
consiste dans une certaine droiture d’esprit et de cœur, ennemis du
mensonge et de la déloyauté:
«La principale partie249 de l’orateur, dit La Bruyère, c’est la
probité: sans elle il dégénère en déclamateur, il déguise ou il exagère
les faits, il cite faux, il calomnie, il épouse la passion et les haines de
ceux pour qui il parle…».250
4. La modestie. L’orateur paraît modeste, lorsque, durant le dis-
cours, il fait abstraction de sa personne pour ne s’occuper que de son
sujet:
«Tout ce qui indique… la modestie, un caractère exempt
d’aigreur et d’acharnement, ennemi des procès et de la chicane, attire
la bienveillance des auditeurs…» (Cicéron, De Oratore, II, 43).
La modestie qui semble refuser les louanges plaît à tout le
monde, tandis que la présomption «qui est une trop bonne opinion que
nous concevons de notre valeur»251, révolte tous les esprits:
«La modestie, dit La Bruyère, est au mérite ce que les ombres
sont aux figures dans un tableau: elle lui donne de la force et du
relief»252.
Les théoriciens de la rhétorique précisent qu’un orateur fait
mauvaise impression s’il tire vanité de son éloquence ou s’il s’enor-
gueillit de son érudition. Celui qui trop présume de son talent et de son
savoir blesse l’orgueil des auditeurs: ceux-ci croient qu’il les rabaisse,
qu’il les méprise («On méprise, dit Aristote, tout ce que l’on croit sans
valeur», Rhétorique II, 1378 b).
_______________
249
Partie, n.f.; chacune des qualités dont la réunion rend quelqu’un
accompli en son genre (H.D.T.).
250
La Bruyère, Les Caractères (De quelques usages), Paris, Flammarion,
1935, p. 318.
251
Montaigne, Essais, II, 17.
252
La Bruyère, op. cit., II, 17.
222
5. La bienveillance c’est la disposition qui incline à vouloir du
bien à autrui, c’est la bonne volonté à l’égard des autres. Selon Aristote
la bienveillance est inséparable de la vertu; elle consiste dans le plaisir
pur trouvé dans le fait d’avoir contribué au bien d’un autre.253
L’orateur doit montrer un dévouement sans bornes pour les intérêts de
ceux qui l’écoutent, car on est naturellement porté à croire aux paroles
de celui dont on est aimé. La bienveillance est un moyen puissant
d’influencer les volontés.

_______________
253
Aristote, Étique à Nicomaque, VIII, 1.
223
LES BIENSÉANCES

La bienséance c’est le caractère de ce qu’il convient de dire, de


faire, suivant les usages et les coutumes, dans des circonstances
données. Les bienséances, ce sont les règles de la bienséance.
La qualité la plus nécessaire pour l’art de parler en vue de
persuader c’est le bon sens et le savoir des bienséances qui enseignent
en chaque domaine de la rhétorique et en chaque occasion ce qu’il faut
faire et comment il faut faire.
Il y a plusieurs sortes de bienséances:
1. Les bienséances concernant la personne de l’orateur même:
a) «Les orateurs, dit Cicéron, doivent prendre en considération
leur âge, leur rang, leur prestige personnel» (De Oratore, III, 55, 211).
b) «Prendre dans une plaidoirie, dit Quintilien, un ton effronté,
hautain, emporté, ne convient à personne, mais est rendu moins excusable
encore par l’âge, le rang, l’expérience… Le langage révèle l’âme et
met à nu le fond secret du caractère, et il y a une part de vérité dans
l’aphorisme grec que chacun parle comme il vit. Voici des défauts
plus avilissants: la basse flagornerie, la bouffonnerie affectée, le mépris
de toute réserve dans les idées et les mots…, le manque de respect en
toute occasion, tous défauts où tombent d’ordinaire ceux qui s’étudient
trop à plaire ou à faire rire» (II, 1, 29).
2. Les bienséances relatives à la personne des auditeurs.
Cicéron souligne dans De Oratore (III, 55, 211) qu’il importe
extrêmement de considérer devant qui l’on parle: «les auditeurs, que
sont-ils, le sénat, le peuple, des juges, une foule nombreuse, un petit
groupe…, et qui sont-ils ?».
Quintilien précise lui-aussi que l’on ne parle pas de la même
manière devant le chef de l’État, un magistrat, un sénateur, un simple
citoyen, et que les procès demandent un autre ton que les litiges
soumis à des arbitres (v. De Institutione oratoria, II, 1, 42).
3. Les bienséances relatives à la personne de ceux dont l’orateur
parle. On doit témoigner beaucoup d’égards à leur âge, à leur caractère, à
leur profession, à leur situation heureuse ou malheureuse; enfin, il y a
des règles de bienséance et d’honneur qui doivent être gardées
inviolablement même à l’égard de pires adversaires.
224
LES PASSIONS (LES SENTIMENTS)

L’art de régner par le discours consiste aussi dans le savoir de


soulever et d’apaiser les passions; dans les sujets où il faut non
seulement instruire (docēre), mais encore agir sur les volontés, l’orateur
doit essayer de toucher les coeurs (movēre):
«La persuasion, dit Aristote, est produite par la disposition des
auditeurs, quand le discours les amène à éprouver une passion; car
l’on ne rend pas les jugements de la même façon selon que l’on
ressent peine ou plaisir, amitié ou haine» (Rhétorique, I, 1356 a).
Les passions, pathé, sont les états affectis des auditeurs qui
peuvent influencer et modifier leurs jugements:
«Nous pouvons définir la passion, dit Bossuet, un mouvement de
l’âme qui touchée du plaisir ou de la douleur ressentie ou imaginée
dans un objet, le poursuit ou s’en éloigne»254.
Les passions sont donc des mouvements violents et excessifs de
l’âme qui l’emportent hors des bornes de la raison. Suivant Cicéron,
les passions sont déchaînées ou maîtrisées par l’orateur car, dit-il,
«elle a tant de force, cette parole (un bon poète a raison de l’appeler
„la charmeresse des cœurs et la reine du monde”), que, prête à soutenir
celui qui chancelle, capable d’ébranler celui qui se tient droit, elle sait
encore, avec l’habileté d’un vaillant capitaine, s’emparer de l’adversaire
même qui lutte et résiste» (De Oratore, II, 44, 187).
Tous les grands maîtres de la rhétorique et surtout Cicéron et
Quintilien ont souligné que le grand secret d’émouvoir les autres, c’est
qu’on soit ému soi-même.
Cicéron fait parler l’orateur Antoine de la manière suivante:
«Comment voulez-vous obtenir que le juge s’irrite contre votre
adversaire, si vous restez vous-même froid et insensible…, qu’il cède
à la pitié, si tout, paroles, pensées, voix, physionomie, larmes enfin,
n’apporte la preuve de votre douleur ? Il n’est pas de matière, si
_______________
254
Bossuet, Sermons, I, 6, in H.D.T.
225
inflammable qu’elle soit, qui s’embrase sans qu’on y mette le feu; de
même il n’y a point d’âme, si disposée à recevoir les impressions de
l’orateur, qui puisse s’allumer, pour ainsi dire, si l’on n’approche d’elle
la flamme dont on est soi-même dévoré ?» (De Oratore, II, 45, 190).
Quintilien reprend la même idée dans l’Institution oratoire (VI,
2, 26):
«Lorsque nous voudrons être vraisemblables, ressemblons nous-
mêmes à ceux qui éprouvent des émotions réelles, et que nos paroles
partent de la disposition d’esprit que nous voudrons communiquer au
juge. Éprouvera-t-on un sentiment de douleur en m’entendant, si je ne
ressens pas ce sentiment, moi qui parle pour le provoquer ? Res-
sentira-t-on de la colère, si celui même, qui excite à la colère et cherche à
y pousser, n’éprouve rien de semblable ? Si les yeux de l’avocat
restent secs, fera-t-il couler des larmes ? Impossible. Un incendie n’est
communiqué que par le feu, l’humidité que par l’eau, et aucune
substance ne peut communiquer à l’autre une couleur qu’elle n’a pas
elle-même».
Il faut donc que l’orateur commence par s’imprégner des senti-
ments dont il veut voir l’âme des auditeurs se pénétrer et être ému
avant d’essayer d’émouvoir. Pour atteindre ce but, l’orateur doit avoir
une imagination créatrice et une grande sensibilité, contrôlées par un
jugement sûr.
Les passions ont été amplement décrites par Aristote dans sa
Rhétorique (et dans l’Éthique à Nicomaque). Dans la description de
chaque passion qui fait partie du domaine de la psychologie rhéto-
rique, il indique d’abord son habitus c’est-à-dire les dispositions qui
favorisent sa naissance (= les dispositions où l’on se trouve pour être
porté à éprouver cette passion), ensuite il précise quelles sont les per-
sonnes envers lesquelles on éprouve la passion dont il s’agit et enfin il
énumère les objets ou les sujets à propos desquels la passion en question
pourrait être suscitée.
Dans la Rhétorique, Aristote prend soin d’avertir qu’il n’étudie
pas les passions au point de vue de l’Éthique, science de la morale, art
de diriger la conduite dans la société, mais au point de vue de la techné
rhétoriké; celle-ci considère les passions un ensemble d’émotions que
l’on doit susciter dans l’auditoire afin de faciliter la tâche persuasive
de l’orateur.
Aristote définit les passions par couples de contraires: colère et
calme, amitié (amour) et haine, crainte et confiance, etc.
226
La première des passions analysées par Aristote est la colère,
étant donné qu’elle est la plus générale; d’ailleurs, le nom qui la
désigne en grec, orghé, lorsqu’il est employé au pluriel, peut exprimer
toutes les impulsions de l’âme (= «mouvement naturel du cœur,
inclination, amour, désir, instinct, caractère; mouvement impétueux du
cœur; passion, souvent colère et par suite acte de colère, vengeance».
A. Chassang, Nouveau dictionnaire grec-français). Selon Aristote la
colère est le désir impulsif et pénible d’une vengeance éclatante
engendré par un dédain manifeste et injuste témoigné de nous ou des
nôtre par une personne255. La conséquence de cette définition est
qu’on ne saurait se mettre en colère contre l’homme en général mais
seulement contre un individu déterminé, ensuite que le dommage
moral que l’on a causé était prémédité; mais la peine éprouvée, le
dommage d’ordre moral subi seront compensés par le plaisir dû à
l’espoir de la revanche:
«Homère a eu raison, souligne Aristote, de dire au sujet de l’em-
portement: Il est beaucoup plus doux que le miel distillé goutte à goutte
quand il croît dans des poitrines humaines» (Iliade, XVIII, 109-111)256.
Quelles sont les variétés du dédain ((= «une opinion en acte
concernant une chose paraissant ne mériter aucune attention (car nous
tenons pour indigne d’intérêt ce dont la valeur est nulle ou insigni-
fiante)) ?»257
Il y en a trois: le mépris, la vexation, l’outrage. Dans la vexation,
on ne cherche pas de profit ou d’avantage personnel mais seulement le
plaisir de rabaisser quelqu’un. Elle est «un empêchement aux volontés
d’autrui, non pour son propre avantage, mais pour faire pièce à cet
autre; puisque celui qui vexe, dit Arisote, ne cherche pas son propre
avantage, il dédaigne; car il ne suppose évidemment pas ni que sa
victime lui doive nuire (car alors il la craindrait, au lieu de la
dédaigner), ni qu’elle lui puisse être d’aucune utilité appréciable
(sinon, il chercherait à être son ami)»258. C’est pourquoi elle engendre
la haine et la colère. L’outrage c’est une offense extrême; il consiste
«en des actes ou des paroles pouvant faire éprouver de la honte à une
_______________
255
v. Aristote, Rhétorique II, 1378 b.
256
Ibidem.
257
Ibidem, p. 60.
258
Ibidem.
227
personne sans autre intérêt que ce résultat et pour le simple plaisir»259.
Ceux qui outragent croient, en offensant et en faisant du mal, marquer
mieux leur supériorité. Aristote fait rentrer dans l’outrage l’irrespect,
car l’irrespectueux dédaigne: «on n’a pas de respect pour ce qui n’a
aucune valeur ni en bien ni en mal»260.
Le philosophe grec énumère ensuite les habitus dans lesquels on
éprouve la colère:
«On se met en colère quand l’on ressent de la peine; l’homme
peiné est contrarié dans un désir… Nous nous mettons encore en
colère contre tous ceux qui s’opposent à notre action, ou ne la secondent
pas ou contrarient notre désir en quelque autre façon… L’on ressent
encore la colère quand on s’attendrait au contraire de ce qui arrive, car
ce qui était très inattendu cause plus de peine, comme aussi plus de
plaisir, quand vient à se réaliser ce qu’on désire…» (Rhétorique II, p. 65).
Notre irritation est aussi causée par les actes précis de certaines
personnes. Il s’agit des individus qui rient de nous, qui nous tournent
en ridicule, qui méprisent ce que nous aimons le plus. L’offense qui
nous vient de nos amis nous fait éprouver un ressentiment encore plus
vif que si elle était faite par gens qui nous sont indifférents. Nous nous
mettons en colère contre ceux qui sont ingrats, contre les gens qui font
semblant de ne pas nous connaître ou qui refusent de nous traiter avec
courtoisie.
Aristote termine l’analyse de la colère par des conseils d’ordre
pratique concernant l’exploitation de cette passion par l’orateur.
Suivant le philosophe grec le calme est le retour à l’état normal
et l’apaisement de colère. Étant donné que cette passion est engendrée
par le dédain, il est manifeste que même les gens les plus irascibles
demeureront calmes si on ne fait rien qui témoigne du dédain pour
eux. Si l’on avoue une faute, si l’on se repent, si l’on s’humilie, si l’on
reconnaît que son châtiment est juste, mérité, toutes ces actions
calment la colère ou l’empêchent de se manifester. L’orateur qui veut
ramener son auditoire au calme doit représenter ceux contre qui les
auditeurs sont irrités comme ayant fait jadis preuve de bienveillance à
leur égard ou comme ayant agi involontairement contre leurs intérêts
ou comme ayant avoué qu’ils regrettaient leurs actes.
_______________
259
Ibidem.
260
Ibidem.
228
L’amitié est considérée par Aristote comme étant la condition
nécessaire du bonheur; la caractéristique de l’amitié est plutôt d’aimer
que d’être aimé:
«Aimer, écrit le philosophe grec, c’est souhaiter pour quelqu’un
ce que l’on croit des biens… Est notre ami celui qui nous aime et que
nous aimons en retour » (Rhétorique, II, p. 68). Aimer c’est en outre
être en état de faire à une personne déterminée réellement du bien; de
plus l’ami se réjouit de nos biens et s’afflige de nos maux. Nous
aimons ceux qui nous ont rendus de grands services dans des
circonstances importantes pour nous; nous aimons les gens généreux,
bienveillants et justes parce que nous considérons qu’ils pourraient
nous rendre service. Nous aimons aussi les amis de nos amis, c’est-à-
dire ceux qui aiment ceux que nous aimons. Nous aimons les gens qui
ne sont pas enclins à critiquer nos fautes et à nous reprocher leurs
bienfaits, les gens qui n’aiment pas les querelles et ceux qui n’ont pas
l’habitude de médire de leur prochain. Nous aimons ceux qui ne sont
pas vindicatifs et qui se prêtent volontiers à des accommodements.
Nous aimons ceux qui nous admirent, ceux qui nous louent; ceux qui
aiment leurs amis absents tout autant que les présents; nous aimons
ceux qui sont fidèles à leurs amis et ne les abandonnent pas lorsque
ces derniers traversent des périodes difficiles. Nous aimons enfin ceux
qui ne nous inspirent point de crainte et ceux dont nous ne nous
méfions pas, car personne n’aime celui qu’on craint.
Les causes qui engendrent l’amitié sont le souvenir d’un bienfait
que nous avons reçu de quelqu’un et le fait qu’on nous a rendu ce
bienfait d’une manière désintéressée et avec une grande discrétion.
Le contraire de l’amitié c’est la haine dont les causes sont la
colère, la vexation et la calomnie. Il ne faut pas confondre la haine
avec la colère qui parfois lui donne naissance. La colère est provoquée
par des offenses qu’on nous a faites, tandis que la haine peut n’avoir
qu’une cause toute subjective. De plus, si la colère est, en général,
concentrée sur une personne, la haine peut être ressentie contre toute
une catégorie d’individus, car «tout homme dit Aristote, hait le voleur
et le sycophante»261. La colère est plus visible que la haine; cette
dernière peut avoir un caractère secret ou être peu manifeste. La haine
tient aux choses qui font le plus de mal et qui sont les moins percep-
tibles, l’injustice et l’inconséquence.
_______________
261
Ibidem, p. 71.
229
La crainte. Afin de bien savoir quelles sont personnes et les
choses qui peuvent engendrer le sentiment de la crainte, quelle est la
disposition d’esprit des personnes qui l’éprouvent, il est nécessaire de
rechercher d’abord la nature de ce sentiment et de le définir:
«La crainte, dit Aristote, est une peine ou un trouble consécutifs
à l’imagination d’un mal à venir pouvant causer destruction ou peine;
car on ne craint pas tous les maux, par exemple d’être injustes ou lent
d’esprit, mais seulement ceux qui peuvent amener ou peines graves ou
destructions; encore faut-il que ces maux apparaissent non pas éloignés,
mais proches ou imminents; car l’on ne craint pas ceux qui sont très
lointains; tous les hommes savent en effet qu’ils mourront; mais, la
mort n’étant pas proche, ils n’en ont aucun souci»262.
Quelles sont les personnes et les choses qui sont à même de nous
inspirer de la crainte ? Ce sont justement celles qui paraissent avoir le
pouvoir de nous causer des maux irréparables, de grandes souffrances;
on craint même les signes qui annoncent l’approche du danger,
l’imminence d’une chose redoutable. Les personnes qui ont le pouvoir
de commettre une injustice sont à craindre pour ceux qui peuvent la
subir; on a lieu de craindre les gens qui ont commis une injustice à
notre égard parce qu’ils craignent d’en subir une à leur tour: «Éprouvent
donc nécessairement la crainte ceux qui croient pouvoir pâtir et ceux
qui croient avoir à redouter personnes, choses et temps» (Aristote,
Rhétorique II, p. 73).
La confiance. L’analyse de la crainte rend plus facile celle de la
confiance et permet de savoir en quoi réside cette disposition;
«La confiance, dit Aristote, est l’opposé de ce qui fait craindre»
(Rhétorique II, p. 74).
L’éloignement des choses à craindre et la proximité des choses
salutaires nous inspirent de la confiance. Les personnes capables de
nous donner de l’assurance sont celles qui nous ont fait du bien ou
auxquelles nous avons rendu de grands services. On a encore de la
confiance lorsqu’on a eu dans la vie beaucoup de succès et quand on a
échappé aux dangers à plusieurs reprises. Il y a deux choses qui nous
rendent insensibles à la crainte: le manque d’expérience concernant les
choses et les situations dangereuses ou la conscience que l’on possède
les moyens nécessaires de parer à tous les périls; c’est ainsi que «dans
les dangers de la mer l’avenir est envisagé avec confiance par ceux qui
_______________
262
Ibidem, p. 72.
230
n’ont pas l’expérience de la tempête et aussi par ceux qui, grâce à leur
expérience ont des secours contre elle.» (Rhétorique II, p. 75).
La honte. Aristote définit la honte de la façon suivante: «Admet-
tons que la honte, dit-il, est une peine et un trouble relatifs aux vices
paraissant entraîner la perte de la réputation…» (Rhétorique II, p. 76).
On éprouve la honte pour tous les actes qui nous semblent
déshonorants ou qui découlent des vices ou sont leur manifestation.
Aristote considère comme honteux les actes de lâcheté («jeter son
bouclier», s’enfuir devant l’ennemi), d’improbité («tirer profit de
choses mesquines ou honteuses»), d’avarice sordide, de basse flatterie,
etc. Il est honteux de ne pas prêter d’argent lorsqu’on possède les
moyens de le faire; il est honteux de se faire secourir par des personnes
qui n’ont pas autant de ressources que nous. Il est honteux d’accepter
des largesses d’un autre à plusieurs reprises, de reprocher aux gens
d’avoir profité de nos libéralités, de parler de soi avec vantardise.
Les gens devant lesquels on éprouve de la honte sont ceux dont
on respecte et on redoute l’opinion, ce sont ceux que nous admirons et
qui nous admirent ou par qui du moins nous désirerions être admirés etc.
La pitié. Définition: «La pitié est une peine consécutive au
spectacle d’un mal destructif ou pénible, frappant qui ne le méritait
pas, et que l’on peut s’attendre à souffrir soi-même dans sa personne
ou la personne d’un des siens, et cela quand ce mal paraît proche; car
pour ressentir la pitié, il faut éventuellement qu’on puisse se croire
exposé, en sa personne ou celle d’un des siens, à éprouver quelque
mal» (Aristote, Rhétorique II, p. 81).
Les gens qui ont déjà souffert mais qui ont échappé au malheur
ressentent vivement de la pitié pour les souffrances d’autrui; il s’agit
surtout des vieillards à qui l’expérience des choses et des hommes a
fait connaître les vicissitudes de ce monde, des personnes faibles et
craintives, des hommes instruits qui savent anticiper l’avenir.
Les choses qui éveillent ce sentiment sont celles qui peuvent
causer la mort ou provoquer de grandes souffrances. Être seul et sans
amis est aussi une chose digne de pitié. La laideur, la faiblesse
physique, les infirmités sont des maux qui excitent la pitié (et qui sont
dus au hasard). On ressent de la pitié seulement pour les gens de notre
connaissance, mais pour ceux que nous aimons nous éprouvons leurs
malheurs comme si nous en étions frappés nous-mêmes. On éprouve
de la pitié pour ceux qui nous ressemblent en ce qui concerne l’âge, le
caractère, les mœurs, la situation, lorsqu’ils sont atteints par le malheur:
231
«toutes les choses que nous craignons à notre sujet émeuvent notre
pitié quand elles arrivent à autrui», dit Aristote (Rhétorique, II, p. 83).
Pour que nous soyons impressionnés par les revers essuyés par
certaines personnes, il faut que ceux-ci soient récents; les malheurs qui
frapperont les gens dans dix mille ans ne peuvent guère nous émouvoir.
Cette remarque est aussi valable pour les choses qui sont arrivées dans
le passé lointain; même dans ces conditions, on peut être ému par le
jeu des acteurs au théâtre. Ceux-ci rapprochent de nous les victimes
des tragédies passées et ceux des tragédies possibles à l’avenir, et à
l’aide du texte récité et des costumes les présentent pour ainsi dire
sous nos yeux rendant actuels et vraisemblables leurs déboires et leurs
malheurs. C’est une chose connue que l’indice des malheurs peut aussi
provoquer la pitié; les vêtements de ceux qui ont souffert, tout objet
qui rappelle leur souvenir, les paroles qu’ils ont prononcées pendant
qu’ils étaient en détresse (surtout s’il s’agit de personnes qui n’ont pas
mérité ces épreuves de l’adversité), tous ces faits sont susceptibles de
nous émouvoir.
Afin de provoquer la pitié, l’orateur doit ressentir lui-même ce
sentiment et le manifester par le discours; il faut que l’orateur traite
cette passion avec sobriété et discrétion; il ne doit pas exploiter trop
longtemps ce sentiment car «Rien ne tarit si aisément que les larmes»,
dit Cicéron (Rhétorique à C. Herennius, II, 31: Nihil enim lacryma
citius arescit). L’esprit cesse d’être frappé de ce qui est violent et qui
dure. Le fait de grouper les passions par couples de contraires et de les
repérer dans leurs habitus (les dispositions générales qui les favo-
risent), selon leurs objets (pour qui on les ressent) et selon les circonstances
qui les éveillent, marque la profonde modernité d’Aristote.

232
ANNEXES

LA GLORIFICATION DES VALEURS MORALES


DANS LE DISCOURS DÉMONSTRATIF

Dans le cadre du genre démonstratif, l’orateur opère avec des


valeurs morales qu’il présente aux auditeurs soit pour attirer l’attention de
ceux-ci sur elles, soit pour rendre ces valeurs plus présentes à leur
esprit. Le genre démonstratif est consacré surtout à la célébration de la
vertu en tant que valeur suprême.
La définition donné à la vertu a évolué le long des siècles; elle a
varié en fonction de l’école philosophique ou des philosophes qui ont
employé cette notion. Platon, par exemple, en s’inspirant de l’en-
seignement de Socrate a souligné dans Protagoras que la vertu est une
science qui peut être enseignée à ceux qui désireraient connaître sa
nature. La principale vertu est la sagesse ou la science générale du
bien. Les autres vertus, des sciences elles aussi, représentent chacune
une certaine espèce de bien; la tempérance, par exemple, est une
espèce de bien qui s’oppose aux plaisirs, des biens apparents. Aristote
a défini la vertu comme une habitude, une pratique constante du bien.
Selon ce philosophe grec, l’habitude de pratiquer la vertu doit être
acquise à la suite d’un effort persévérant; il ajoute à la définition
donnée par Platon à la vertu un autre trait spécifique: la notion de
juste milieu; à son avis la vertu consiste dans un juste milieu,
également éloigné des extrêmes: être courageux c’est se tenir à égale
distance de la témérité et de la lâcheté qui sont des sentiments
extrêmes; la libéralité tient le milieu entre la prodigalité et l’avarice.
Par conséquent, la vertu n’est pas l’opposé du vice comme le croyait
Platon; elle est une habitude de se comporter à l’égard des passions de
telle sorte qu’on évite tout excès, Suivant Aristote, les circonstances
extérieurs jouent elles aussi un rôle important dans la pratique de la
vertu; pour être généreux il faut avoir quelque chose à donner; afin de
pouvoir être reconnaissant il faut avoir la possibilité de payer de retour
les bienfaiteurs. Aristote souligne que la vertu ne peut se développer
qu’au sein d’une société; d’ailleurs, suivant le philosophe grec, l’homme
ne peut devenir bon qu’au milieu de ses semblables.
Aristote précise que les plus importantes vertus sont celles qui
sont les plus utiles à la collectivité. Cette idée a été développée par
Cicéron dans De Oratore:
«La clémence, la justice, la bonté, la droiture, le courage au
milieu des dangers publics, dit Cicéron, voilà les vertus qu’on aime à
233
entendre louer dans les panégyriques, car il semble qu’elles soient
riches en fruits, plus encore pour la société tout entière que pour ceux
qui les possèdent» (II, 343).
Afin de mettre en relief les valeurs morales appartenant au
domaine du genre démonstratif, on va analyser brièvement une partie
du discours prononcé par Périclès pour honorer la mémoire des héros
tombés au cours de la première année de la guerre péloponnésienne;
on fera ensuite quelques remarques sur le panégyrique de l’empereur
Trajan, composé par Caius Plinius Caecilius Secundus, et on va
essayer de montrer comment Bossuet glorifie deux vertus cardinales
du prince de Condé, le courage et la clémence.
L’un des plus beaux discours prononcés par Périclès est celui
fait à l’occasion de l’enterrement des héros tombés au champ
d’honneur. Dans l’exorde, Périclès fait l’éloge des ancêtres du peuple
d’Athènes qui ont œuvré pour la grandeur et la prospérité de la répu-
blique; ensuite il loue la constitution en tant que charte de référence à
l’ensemble de la législation athénienne, les coutumes observées par les
Grecs, la vie de tous les jours des citoyens dans la cité. Périclès glorifie
les vertus des héros et met en relief le fait que c’est la république
athénienne qui a éduqué ses soldats dans l’esprit de l’amour pour la
patrie. L’orateur précise que les guerriers qui sont morts héroïquement
ont mis les intérêts de la société au-dessus des intérêts personnels;
«Nul d’entre eux n’a faibli, dit Périclès, sacrifiant le devoir au
désir de continuer à jouir de ses richesses; nul n’a reculé devant le
péril, séduit par l’espoir que conserve le pauvre d’échapper un jour à
sa misère et de s’enrichir»263.
Périclès souligne que la vertu cardinale des guerriers tombés au
champ d’honneur a été le courage, vertu dont Aristote dans la Rhétorique
précise qu’elle est plus utile à la société en temps de guerre qu’elle ne
l’est durant les périodes de paix:
«Se venger de l’ennemi, dit-il, leur a semblé préférable à tous
ces avantages, et, persuadés que c’était là le plus glorieux de tous les
périls, ils l’ont volontairement affronté ne pensant qu’à la vengeance…
Sur l’incertitude du succès, ils s’en sont remis à l’espérance; la
confiance en eux-mêmes les a soutenus dans le combat. Ils ont mieux
aimé résister et périr que céder et sauver leur vie. Ils ont échappé au
_______________
263
Thucydide, Histoire de la guerre du Péloponnèse, Paris, Charpentier,
1852, t. II, p. 175.
234
blâme de l’avenir en dévouant leur corps aux périls du moment; un
instant a suffi, et, dans tout l’éclat de leur fortune, plus préoccupés de
gloire que de crainte, ils ont quitté la vie»264.
Un modèle de panégyrique qui a inspiré beaucoup d’orateurs et
d’écrivains est le panégyrique de l’empereur Trajan fait par Caius
Plinius Caecilius Secundus ou Pline le Jeune et prononcé par celui-ci
au Sénat, le 1er septembre l’an 100. Dans ce discours qui est une sorte
de Gratiarum Actio, Pline le Jeune glorifie les vertus de l’empereur et
les actions entreprises par celui-ci en vue de la grandeur et de la
prospérité de l’empire. Pline le Jeune exalte surtout le courage comme
principale vertu de Trajan; selon lui, celle-ci va de pair avec le génie
de l’empereur dans l’art de la guerre: encore adolescent, Trajan prit
part aux expéditions des armées romaines contre les Parthes et après
avoir combattu courageusement les ennemis, il revint à Rome, comblé
de gloire.
Plus tard, selon Pline, la réputation de Trajan en tant que général
invincible se répandit d’un bout de l’univers à l’autre; Décébal devrait
bien réfléchir donc à la force impressionnante de l’armée romaine et à
Trajan – un vrai foudre de guerre –, avant d’attaquer les provinces
romaines au sud du Danube: «Que si quelque roi barbare pousse jamais
l’insolence et la folie jusqu’à mériter votre colère et votre indignation,
dit Pline, malheur à lui ! De vastes mers, des fleuves immenses, des
montagnes escarpées le défendront en vain; à la facilité avec laquelle
il verra tomber devant vous ces barrières impuissantes, il pourra croire
les montagnes aplanies, les fleuves desséchés, la mer retirée de son lit,
et, au lieu de flottes, Rome elle-même transportée sur ses rivages»265.
Suivant Pline, bien que Trajan fût le commandant suprême
d’une armée invincible, il voulait toujours sauvegarder la paix: «Il est
beau, dit-il, César Auguste, de rester sur la bord du Danube, quand il
suffirait de le passer pour vaincre; il est beau de ne pas désirer de
combattre, quand l’ennemi refuse le combat. En cela je vois une
preuve tout ensemble de courage et de modération; que l’ennemi ne le
veuille pas non plus, c’est l’effet de votre courage».266
La glorification des vertus d’un grand personnage devient d’autant
plus difficile à faire dans une oraison funèbre que le disparu a été une
_______________
264
Ibidem.
265
Pline le Jeune, Œuvres complètes, Paris, Didot, s.d. p. 736.
266
Ibidem.
235
personnalité dont la conduite et les actions prêtent à discussion.
Bossuet, par exemple, a eu une tâche difficile en 1686 lorsqu’il dut
exalter les vertus du prince de Condé. L’orateur essaya dans son
discours de minimiser les activités de celui-ci dirigées contre les
intérêts de la France; c’est pourquoi, l’orateur consacra une grande
partie de son discours à la glorification du courage de Condé et il parla
seulement de cette vertu dans la mesure où elle avait été utile à la
France. Dans cet ordre d’idées, il relata la mémorable bataille de
Rocroi (18 mai 1643) où Condé remporta une victoire éclatante sur les
Espagnols. Dans le contexte stylistique qui comprend la relation de
cette bataille, on trouve codées dans des microcontextes de nombreuses
figures de rhétorique; l’auteur les y emploie afin de tenir en éveil
l’imagination et la curiosité des auditeurs. Condé est comparé tout
d’abord à un énorme oiseau de proie qui fonce sur les ennemis afin de
les dévorer. À l’aide des hypotyposes, Bossuet décrit d’une façon vive
et animée les actions héroïques de Condé. Celui-ci semble posséder le
don de l’ubiquité: «Aussitôt qu’il eut porté de rang en rang l’ardeur
dont il était animé, on le vit presque en même temps pousser l’aile
droite des ennemis, soutenir la nôtre ébranlée, rallier les Français à
demi vaincus, mettre en fuite l’Espagnol victorieux, portant partout la
terreur et étonner de ses regards étincelants ceux qui échappaient à ses
coups». La synecdoque „mettre en fuite l’Espagnol victorieux” nous
présente l’image de l’armée espagnole en déroute, s’éloignant rapidement
du témoin oculaire. Il faut mentionner que le verbe étonner avait alors
un sens plus fort qu’aujourd’hui: ébranler, frapper de stupeur (lat. pop.
Extonare, frapper par la foudre). Le récit du combat est repris par
l’emploi d’une hyperbate devenue célèbre et citée par toutes les gram-
maires: «Restait cette redoutable infanterie de l’armée d’Espagne».
Une anaphore souligne que le combat fut acharné et que la victoire des
Français fut longtemps incertaine; dans la partie finale de la période,
Bossuet emploie un enthymème par lequel il rend hommage au général
espagnol vaincu, le comte de Fuentes; «Trois fois le jeune vainqueur
s’efforça de rompre ces intrépides combattants, trois fois il fut repoussé
par le valeureux comte de Fontaines (= esp. Fuentes), qu’on voyait
porté dans sa chaise, et malgré ses infirmités, montrer qu’une âme
guerrière est maîtresse du corps qu’elle anime». Un paradoxe, «la
victoire va devenir plus terrible pour le duc d’Enghien que le combat»
met en relief les problèmes moraux que doit résoudre Condé après sa
victoire et en premier lieu le fait qu’il doit sauver la vie aux soldats
236
espagnols vaincus; c’est là une occasion propice saisie par l’orateur
pour exalter une autre vertu de son héros, la clémence: «Le sang
enivre le soldat, jusqu’à ce que le grand prince, qui ne put voir égorger
ces lions comme de timides brebis, calmât les courages émus et joignit
au plaisir de vaincre celui de pardonner». Dans la période mentionnée,
Bossuet emploie, afin de donner plus d’élévation à son style, une
synecdoque «le soldat», une comparaison constituée par deux métaphores
«ne put voir égorger ces lions comme de timides brebis», une méto-
nymie «les courages émus».
Le trait caractéristique de tous les discours mentionnés ci-dessus
c’est le sublime. Celui-ci confère au discours de la grandeur et lui
imprime une force irrésistible qui persuade et émeut les auditeurs.

LES MÉMOIRES DE LA ROCHEFOUCAULD


ET LES GENRES DE LA RHÉTORIQUE

Les Mémoires de La Rochefoucauld renferment des éléments du


discours rhétorique et pourraient être considérés, tout d’abord, comme
faisant partie du genre judiciaire qui s’occupe du juste et de l’injuste.
Ils sont, en quelque sorte, des plaidoyers plus ou moins camouflés par
lesquels La Rochefoucauld accuse ou se défend en vue d’obtenir de la
part de ses contemporains ou de la postérité un jugement qui l’absolve. Ils
contiennent la justification de la conduite de l’écrivain qui s’y attacha
à donner en détail les raisons de ses actions si diversement jugées par
ses contemporains et y essaya de soutenir sa cause, tout en démontrant
la fausseté des accusations portées contre lui par ses adversaires.
La mise en accusation de la société féodale en général et des
gouvernements de Richelieu et de Mazarin en particulier, la condam-
nation sévère de la régence d’Anne d’Autriche rapprochent le texte
des Mémoires du genre judiciaire. Cependant, il faut préciser qu’on
remarque aussi dans le texte des Mémoires des passages qui, par leur
contenu, se rapprochent des genres démonstratif et délibératif. Tous
les portraits des Mémoires où La Rochefoucauld loue ou blâme certains
personnages historiques se rattachent au genre démonstratif, de même
que les panégyriques du cardinal de Richelieu et du duc de Bouillon
qui se trouvent dans le même ouvrage; c’est toujours à ce genre que se
rattachent les critiques dirigées contre les Importants, le cardinal de
Retz, le duc d’Orléans, Mme de Chevreuse, Mme de Longueville, etc.

237
Le genre délibératif s’occupe de ce qui est utile ou nuisible. Les
conseils que La Rouchefoucauld donne à la reine Anne d’Autriche, à
Mme de Montbazon, à Mme de Longueville, au prince de Conti, à
Mme Chevreuse, au prince de Condé rattachent le texte des Mémoires
au genre délibératif. C’est toujours à ce genre que se rattachent les
harangues prononcées par La Rochefoucauld dans différentes circon-
stances (par exemple, la harangue prononcée devant les gentilshommes
qui se trouvaient en Angoumois pour participer aux funérailles de son
père, François V, afin de les déterminer à prendre les armes contre
Mazarin).

238
RHÉTORIQUE
II
La Disposition (Les parties du discours: l’Exorde, la
Proposition, la Division,
les Transitions, la Narration, la Digression,
la Confirmation, la Réfutation, la Péroraison)

239
240
DIVISIONS DE LA RHÉTORIQUE
LA DISPOSITION
(la Dispositio ou taxis)

Définitions, remarques
1. Selon la Rhétorique à Herennius, la disposition classe et dis-
tribue les moyens vrais ou vraisemblables qui viennent à l’appui d’une
cause (I, 2); elle est étroitement liée à l’invention.
«Inventio est excogitatio rerum verarum aut verisimilium, quae
causam probabilem reddant. Dispositio est ordo et distributio rerum;
quae demonstrat quid quibus in locis sit collocandum» (= L’invention
trouve les moyens vrais ou vraisemblables qui viennent à l’appui
d’une cause; la disposition classe ces moyens; elle nous enseigne où
chaque chose doit être placée).
2. Dans De l’Invention (De Inventione, I, 7). Cicéron donne presque
la même définition de la disposition que celle qu’il a formulée dans la
Rhétorique à Herennius: «L’invention comprend la recherche des
raisons vraies ou vraisemblables qui peuvent appuyer la cause; la
disposition consiste à les mettre en ordre» (Inventio est excogitatio rerum
verarum, aut verisimilim, quse causam probabilem reddant. Dispositio
est rerum inventarum in ordine distributio).
Dans De Oratore (II, 307) Cicéron montre que la dispositio fait
connaître les différentes divisions du discours et indique la liaison qui
doit régner entre elles. Suivant ce grand orateur, c’est la nature qui
nous enseigne combien de parties peut avoir un discours; c’est elle qui
exige que nous n’entrions pas brusquement en matière et que nous y
préparions les esprits; que nous exposions ensuite les faits dont il
s’agit; que nous prouvions la justesse de notre cause en faisant valoir
nos raisons; et enfin que nous mettions au discours une conclusion:
«Débuter par un préambule (= l’exorde), puis exposer le fait
(= la narration), ensuite le démontrer en s’appuyant sur des preuves
solides (= la confirmation) et en détruisant celles de l’adversaire
(= la réfutation), enfin conclure et clore ainsi son discours (= la péro-
raison), c’est une marche que prescrit à elle seule la nature» (Cicéron,
De Oratore, II, 307).
241
Cicéron compare un discours à un édifice dont l’orateur est
l’architecte (les textes qu’ on prononce sont «bâtis» avec des mots et
des choses): Orationis ipsa exaedificatio posita est in rebus et in
verbis (De Oratore, II, 63).
L’orateur est une sorte d’architecte car il a conçu tout l’édifice
du discours et en a toutes les proportions dans sa tête.
Suivant Cicéron, dans les Partitions oratoires (III), la disposition
est subordonnée au but des questions. Le but dans la question générale
(ou thèse générale) est de convaincre, tandis que dans la cause (ou
l’espèce) il est de convaincre et de toucher.
(Il faut souligner qu’il y a deux genres de questions: a) la question
ou thèse générale ou l’on étudie si la chose est ou n’est pas, si elle
peut être, comment elle peut être, quelle est; la question générale
possède aussi un aspect pratique car elle exige que l’on connaisse l’art
de calmer les passions par l’éloquence; b) la cause ou la question
particulière qui appartient aux genres de la rhétorique: le genre
démonstratif, le genre délibératif, le genre judiciaire).
3. Quintilien précise que la disposition est l’arrangement des
idées dans le meilleur ordre possible:
«Mais comme, lorsque l’on élève un édifice, il ne suffit pas de
rassembler des pierres, du bois et tout ce qui sert à bâtir, mais qu’il
faut aussi de l’art pour disposer et placer ces matériaux, de même, en
parlant, l’abondance des idées, si grande soit-elle, ne fournirait qu’un
amas confus, si cette même disposition ne les ordonnait, ne les rap-
prochait et ne les enchaînait. C’est donc justement qu’on a fait de la
disposition la seconde des cinq parties d’un discours, puisque sans
elle, l’invention (= la première partie du discours) serait sans valeur».
Après avoir montré l’importance de l’ordre dans la nature et
souligné que si cet ordre était détruit tout périrait, Quintilien applique
cette idée à l’arrangement des parties du discours:
«De même un discours, dit-il, où cette qualité ne se trouve pas
(= c’est-à-dire l’ordre) marche à l’aventure, est emporté par les flots
comme un navire sans capitaine, ne forme pas un tout, connaît des
répétitions nombreuses et de multiples omissions, ressemble à un
voyageur qui erre la nuit en des lieux inconnus, et, n’ayant ni com-
mencement ni fin, a comme guide le hasard et non un plan réfléchi»
(VII, proeem.).
Selon Quintilien la division distingue les éléments du discours,
l’analyse, sépare ses différentes parties; le plan doit montrer la justesse
242
de la distribution des matières du discours, rattachant ce qui suit à ce
qui précède:
«La disposition est une répartition des éléments et des parties,
qui les met en leur place» (VII, proeem. et I, 1).
Quintilien insiste sur le fait que la disposition varie suivant les
besoins et la nature de la cause. Quintilien montre qu’il y avait des
théoriciens qui pensaient que l’ordre pouvait constituer une partie
indépendante de la rhétorique; aussi l’ajoutaient-ils après la disposition
comme si celle-ci n’était pas l’arrangement des idées dans l’ordre le
meilleur possible. Il mentionne que Hermagoras ramenait la division
des parties du discours, l’ordre dans lequel elles devaient se succéder
et tout ce qui concernait l’élocution, à une partie de la rhétorique qu’il
appelait oïkonomia (lat. oeconomia), l’économie (ce mot grec signifiait:
a) l’art de diriger une maison d’après une règle habile et sage; b) l’art
de diviser comme il convient les fonctions diverses et de les répartir
entre les différents employés qui doivent les remplir; le savoir de
ménager les ressources et les forces, d’en faire un emploi judicieux, de
mettre chaque chose comme chaque personne à sa place, etc.).
4. Bernard Lamy insiste sur le fait que la disposition est étroite-
ment liée à la persuasion:
«Pour persuader, dit-il, il faut disposer les Auditeurs à écouter
favorablement les choses dont on doit les entretenir. En second lieu, il
faut leur donner quelque connaissance de l’affaire que l’on traite, afin
qu’ils sçachent de quoi il s’agit. On ne doit pas se contenter d’ établir
ses propres preuves, il faut renverser celles de l’adversaire, et
lorsqu’un discours est grand, et qu’il y a sujet de craindre qu’une
partie des choses qu’on a dites avec étendue, ne se soient échappées de
la mémoires des Auditeurs, il est bon sur la fin de dire en peu de mots
ce qu’on a dit plus au long…» (L’Art de parler).
5. Crevier souligne qu’il ne suffit pas d’avoir trouvé les preuves
et les raisons qui doivent être intégrés dans le discours, il faut encore
les mettre en ordre de manière qu’elles agissent fortement sur l’esprit
des auditeurs:
«Pour construire l’édifice du discours, dit-il, il faut mettre les
matériaux en ordre sans quoi nous ne verrions qu’un amas confus de
richesses sans aucune grâce, de même on peut le dire, sans véritable
utilité. De belles pierres, des marbres, de grandes pièces d’un bois
bien choisi, tout cela jeté pêle-mêle et au hasard, ne formera, qu’un
monceau, dont les parties pourront avoir leur mérite mais qui dans son
243
tout ne sera capable ni de plaire, ni d’être de service. Rangez en ordre
ces différents matériaux, mettez-les chacun en leur place: alors
s’élèvera un bâtiment, dont le spectacle satisfera les yeux, et qui vous
procurera une des grandes commodités de la vie humaine. Tel est
l’effet de la Disposition en Éloquence. Les choses que vous avez
trouvées et amassées dans votre esprit, et qui brillaient chacune de leur
propre beauté acquièrent par l’agréable distribution que vous en saurez
faire, un nouvel éclat, et elles se prêtent un mutuel appui, au moyen
duquel elles se soutiennent, elles se fortifient réciproquement et
deviennent tout autrement propres à opérer la persuasion.
La disposition influe sur tout. Elle distribue le discours en ses
principales parties; elle arrange les preuves, elle place convenablement
les pensées qui entrent dans la composition de chaque morceau»
(Crevier, Rhétorique française, Paris, Saillant, 1777, vol. I, p. 307).
6. «L’ordre des questions à traiter, dit Ch. Perelman, l’ordre des
arguments à développer, a, depuis toujours, sous le couvert des notions
d’exposition, de disposition ou de méthode, préoccupé les théoriciens
de la dialectique et surtout de la rhétorique. On ne doit pas s’en
étonner, car c’est dans l’argumentation et non dans la démonstration
que ces problèmes se posent essentiellement» (Ch. Perelman, Traité
de l’argumentation, p. 649).
7. «La disposition, dit O. Reboul, consiste à mettre en ordre les
matériaux de l’invention. Les Anciens ont élaboré un plan type du dis-
cours judiciaire; ils ne s’occupent guère des deux autres sur ce point»
(= le discours démonstratif et le discours délibératif) (O. Reboul, La
rhétorique, p. 24).
8. Selon Roland Barthes, la situation de la Dispositio (taxis)
dans la techné rhétoriké joue un rôle extrêmement important. Il définit
la dispositio «l’arrangement (soit au sens actif, opératoire, soit au sens
passif, réifié) des grandes parties du discours» (R. Barthes, L’ancienne
rhétorique, in Communications, 16, 1970).
Les parties du discours
Tout discours a généralement plusieurs parties:
10 l’Exorde qui prépare les auditeurs à écouter favorablement
l’orateur;
20 la Proposition qui expose le sujet;
30 la Confirmation où l’on prouve les assertions faites dans la
Proposition;
244
40 la Péroraison qui comprend en général la récapitulation
résumant les preuves avancées et la péroraison proprement dite qui
est un dernier appel à la sensibilité des auditeurs.
Dans le genre juridique, les discours ont deux parties de plus: la
Narration (partie d’un plaidoyer où l’on raconte les faits de la cause)
que l’on place après la Proposition, et la Réfutation (partie du discours
où l’orateur s’efforce de détruire les arguments de l’adversaire) que
l’on place avant ou après la Confirmation.
Le discours peut comprendre en outre la Division où l’on distingue
les points principaux qui doivent être examinés et la Digression (la
digressio ou l’egressio); celle-ci est souvent un éloge de lieux et de
hautes personnalités: par exemple, l’éloge de la Sicile dans les discours
de Cicéron contre Verrès, et dans le pro Cornelio, du même orateur, la
glorification des vertus de Pompée. La Digression constitue un dévelop-
pement en général brillant, séduisant et susceptible d’attirer à l’orateur
la sympathie des auditeurs. La Division est d’habitude placée après la
Proposition, et la Digression a sa place entre la Narration et la Confir-
mation.
Remarques
1. Aristote ne reconnaît comme étant fondée d’une manière
raisonnable qu’une division dichotomique du discours contenant d’une
part la Proposition ou l’exposition et de l’autre la Confirmation:
«Il n’y a dans le discours, dit-il, que deux parties car il est néces-
saire de dire quel est le sujet, et de le démontrer. Il est par conséquent
impossible, une fois qu’on l’a exposé, de ne pas le démontrer, ou de le
démontrer sans l’avoir préalablement exposé, car démontrer suppose
quelque chose à démontrer et une exposition préalable n’a qu’une fin,
la démonstration. De ces deux parties, l’une est la proposition, l’autre
la confirmation, tout comme si l’on distinguait d’une part le problème,
d’autre part la démonstration» (Rhétorique III, p. 77).
Aristote critique l’abus de divisions commis par les rhéteurs; il
pense qu’il est inutile d’établir des parties qui ne répondent à aucune
fonction utile comme on l’a fait dans l’école de Théodore où l’on
distinguait une pré-narration, une post-narration et une post-réfu-
tation: «On ne doit faire servir un nom qu’à signifier une espèce ou
une différence, sinon on tombe dans la futilité et le radotage» (Aristote,
Rhétorique III, p. 78).
Pour ne pas apparaître trop intransigeant, Aristote admet l’existence
dans le discours de deux parties non-essentielles: l’exorde et la péroraison;
245
il souligne qu’une narration n’est nécessaire que dans le genre judiciaire,
et que la réfutation, «ce que l’on dit contre les arguments de l’adversaire”
rentre la confirmation. D’ailleurs, même la péroraison ne se rencontre pas
toujours dans les plaidoyers: „si le discours est court, ou s’il est facile de
s’en rappeler la matière, il arrive alors qu’on la (= la péroraison) supprime
pour éviter des longueurs» (Aristote, Rhétorique III, p. 77).
Cicéron, dans la Rhétorique à Herennius I, 3 et dans De l’Invention I,
14, précise qu’il y a six parties oratoires: l’exorde, la narration, la
division, la confirmation, la réfutation, la conclusion (ou la péroraison).
L’exorde ou le commencement du discours «dispose l’esprit de l’auditeur
à l’attention»; la narration est «l’exposé des choses faites, ou données
comme faites»; la division «met au jour ce qui est convenu, ce qui est
contesté: par elle nous exposons les objets dont nous avons à parler»;
la confirmation «établit nos arguments dans toute leur force»; la
réfutation «détruit les moyens qu’on nous oppose»; la conclusion est
«la fin du discours ménagée avec art» (v. la Rhétorique à Herennius, I, 3).
En examinant les parties oratoires, on peut facilement remarquer
que l’exorde et la péroraison, les deux parties extrêmes du discours
font en général appel aux sentiments des auditeurs, tandis que la
narration et la confirmation, les deux parties médianes du discours
font appel à la raison; on doit faire ressortir, par conséquent, le fait que
deux grandes structures de discours ayant du contenu passionnel
entourent un système démonstratif. C’est Cicéron qui a exprimé cette
idée pour la première fois dans les Partitions oratoires (VIII) où il
montre que la première et la dernière parties du discours (l’exorde et
la péroraison) sont destinées à émouvoir, tandis que la deuxième et la
troisième parties servent à convaincre.
Il est bon à remarquer que la répartition des parties du discours
n’obéit pas à une règle inflexible; cette distribution est souvent subor-
donnée aux circonstances dans lesquelles le discours est prononcé et
elle dépend aussi de la nature des accusations formulées par la partie
adverse.
Dans le Pro Milone, par exemple, Cicéron ne plaça pas la narration
immédiatement après l’exorde. Il introduisit entre les deux une ample
réfutation préliminaire de quelques préventions extrajudiciaires que
les ennemis de Milon cherchaient à répandre contre l’accusé. Cicéron
craignait en effet que l’esprit des juges ne fût influencé par ces préventions.
Les adversaires de Milon soutenaient avec violence que puisque
celui-ci avait reconnu avoir tué Clodius (en réalité Clodius avait été
246
tué par les esclaves de Milon pendant un combat), il ne méritait plus
de vivre, car tout homme qui se reconnaît homicide ne peut plus jouir
de la vie. Ils disaient que le sénat avait jugé le combat où Clodius avait
été mortellement blessé un attentat contre la sûreté de l’État (en effet
un senatus consultum – avait déclaré que le meurtre de la via Appia
avait été perpétré contre rem publicam). Ils déclaraient en outre que du
moment que Pompée par une loi exceptionnelle avait choisi les jurés
qui devaient examiner cette affaire, il avait considéré Milon comme
coupable. Cicéron devait donc dès le commencement du discours
détruire ces préventions qui exerçaient une influence néfaste sur
l’esprit des juges et qui, tant qu’elles auraient persisté, eussent anéanti
tout espoir de l’Orateur de pouvoir persuader le tribunal de l’innocence
de Milon:
«Mais avant d’en venir au point capital de la cause, nous avons à
détruire d’odieux préjugés; nos ennemis en ont fatigué le sénat, des
fourbes en rebattent sans cesse les assemblées publiques, et nos ac-
cusateurs les fomentent avec complaisance. Une fois réfutés, rien de plus
simple que l’état de la question; vous la saisirez d’un coup d’œil»267.
Dans cette réfutation préliminaire Cicéron démontra:
a) que la légende, l’histoire, la loi naturelle, la loi écrite attestent
que l’on a le droit de répondre à la force par la force pour sauver sa
vie (en tuant Clodius pour défendre leurs vies, Milon et ses esclavés
ont été en état de légitime défense)268 ;
«Cette loi nous crie: “Dans un péril imminent, préparé par l’astuce
ou la violence, sous les poignards de la cupidité ou de la haine, tout
moyen de salut est bon…”. Les lois n’ordonnent point qu’on les
attende, quand celui qui les attendrait pourrait subir une mort injuste
avant d’obtenir une juste vengeance»269.
b) que par le senatus – consulte, le Sénat romain avait voulu
seulement condamner les violences commises sur la voie publique; ce
texte législatif ne vise plus Milon que toute autre citoyen:
«Suit un autre chef d’accusation: „La mort de P. Clodius, crient
sans cesse nos adversaires, est un attentat contre la sûreté publique;
_______________
267
Cicéron, Œuvres complètes, Paris, Panckoucke, 1840, t. 15, p. 369
(Oratio pro T.A. Milone).
268
Légitime défense: état de la personne qui est contrainte d’accomplir
un acte interdit par la loi pénale pour se protéger contre un danger grave
résultant d’une agression injuste.
269
Ibidem, p. 377.
247
ainsi l’a jugé le sénat”. Assertion fausse; le courage de Milon n’a
trouvé dans le sénat que des approbateurs et des amis… Quoi !
Clodius incestueux a pu, vivant, se soustraire à la juridiction du sénat;
et pour venger Clodius mort, le sénat aurait voulu créer un tribunal
particulier ! Qui s’avisera de le croire? Pourquoi donc, dans l’incendie
du palais, dans l’invasion du domicile de M. Lepidus, dans le meurtre
de Clodius, le sénat a-t-il vu la sûreté publique compromise? Parce
que, dans un gouvernement libre, toute violence entre les citoyens
compromet en effet la sûreté publique. La résistance même à l’attaque
est toujours un moyen extrême, quoique parfois nécessaire. Telles
furent les journées ou périrent Tib. et Caïus Gracchus; telle fut celle
où la faction de Saturninus fut exterminée: elles sauvèrent la patrie;
mais la patrie déchirée pleura sur ses blessures»270.
c) que la loi de Pompée ne représente pas une condamnation de
Milon; cette juridiction exceptionnelle était requise par les circon-
stances. Au lieu d’y voir une mesure prise spécialement contre Milon,
Cicéron estime, au contraire, qu’elle prouve l’impartialité de Pompée
car celui-ci avait fait appel aux juges les plus intègres de Rome pour
juger cette affaire :
«On insiste: “En créant une commission spéciale, Cn. Pompée,
dit-on, a jugé le fait et le droit”. Je réponds: Pompée a prononcé sur le
meurtre commis dans la voie Appienne, et dont P. Clodius fut la
victime; d’accord: mais qu’a-t-il prononcé ? qu’on informât. Et sur
quoi ? Sur le fait il est constant. Sur l’auteur du fait ? il se nomme.
Pompée a donc supposé, même après l’aveu du fait, la justification
possible. S’il eût regardé comme incompatibles l’innocence et l’aveu,
notre déclaration même n’ eût-elle pas à ses yeux rendu l’information
inutile; et le pouvoir redoutable de condamner ou d’absoudre
reposerait-il aujourd’hui dans vos mains ? Pour moi, loin d’apercevoir
dans l’acte de Cn. Pompée un préjugé défavorable à Milon, je crois y
voir, en quelque sorte, un fanal salutaire offert à votre marche»271.
L’emploi de la réfutation préliminaire est assez exceptionnelle;
généralement les parties du discours doivent être rangées suivant
l’ordre recommandé par Cicéron et par Quintilien.
Dans le genre juridique, il y a des causes très complexes parfois,
si chargées de faits que le grand discours qui les contient doit être
composé à son tour d’autant de petits discours qu’il y a des faits et des
_______________
270
Ibidem, p. 377.
271
Ibidem, p. 379.
248
questions à analyser et à traiter. Cependant même en ce cas chaque
petit discours possède presque les mêmes parties que le discours pris
dans son entier, c’est-à-dire son exorde, sa narration, sa confirmation.
Cicéron a employé cette méthode dans les discours contre Verrès
et dans le discours pour A. Cluentius Avitus.
Exemple de réfutation préliminaire dans Pro A. Cluentio
«A. Cluentius est accusé d’avoir corrompu le tribunal à force
d’argent, pour que Statius Albius, qu’il haïssait, fût condamné, malgré
son innocence. Juges, je vous démontrerai d’abord que cette atroce
persécution n’a d’autre principe que l’idée où l’on est qu’un innocent
a été victime de la corruption; je démontrerai que jamais homme n’a
été traduit en justice pour des crimes plus horribles, ni par des témoins
plus irrécusables; en second lieu, que les juges qui l’ont condamné
avaient déjà rendu contre lui des arrêts qui le déclaraient si coupable,
qu’il était absolument impossible, je ne dis pas seulement à ces mêmes
juges, mais à tous autres magistrats, quels qu’ils fussent, de songer à
l’absoudre. Lorsque j’aurai prouvé ces deux points, je démontrerai, et
c’est là ce qui me paraît le plus intéresser la curiosité publique, que
s’il y a eu de l’argent donné pour corrompre les juges, ce n’a pas été
par Cluentius, mais contre Cluentius…»272.

L’EXORDE
L’Exorde et ses rapports avec d’autres termes analogiques
Préface = texte plus ou moins long placé en tête d’un livre ou
qui sert à le présenter au lecteur. (L’auteur s’est expliqué sur son
intention dans sa préface. Une longue préface du traducteur replace
l’ouvrage dans son époque. «Une mauvaise préface allonge considéra-
blement un mauvais livre» (Vauvenargues).
Avant-propos: préface d’un livre, dans laquelle l’auteur exprime
ou développe brièvement quelque idée préliminaire. («Le premier qui
mit en œuvre Avant-propos pour Prologue fut Louis Le Charond en
ses Dialogues…». Pasquier, Recherches, VIII, 3).
Avertissement: Petite préface pour attirer l’attention du lecteur
sur quelques points particuliers d’un ouvrage. («Au commencement de
l’Esprit des lois se trouve une préface qui se rapporte à tout l’ouvrage,
_______________
272
Cicéron, Œuvres, Paris, Panckoucke, 1839, t. 10, p. 99.
249
puis un avertissement sur ce qu’il faut observer pour bien entendre les
quatre premiers livres». Lafaye)
Prologue: Partie d’une oeuvre littéraire ou musicale notamment
d’une pièce de théâtre, dans laquelle on expose des événements
antérieurs à ceux qui font l’objet de l’œuvre elle-même. Introduction
en général (style soutenu, ou iron., ou par allus. littér.).
Introduction: texte préliminaire et explicatif placé en tête d’un
ouvrage (et après, s’il y a lieu). Elle est plus étroitement liée au sujet,
plus didactique que la Préface. Dans une dissertation, c’est l’entrée en
matière généralement destinée à exposer le plan de l’ensemble.
Préambule: Introduction par laquelle un législateur, un écrivain,
un orateur cherche à exposer ses intentions. Courte introduction par
laquelle un auteur ou un orateur expose ses intentions avant d’entrer
dans le vif de son sujet: «La salle était pleine… Duport était à la
tribune; il parut déconcerté. Au lieu d’en venir au fait, il errait,
s’embarrassait dans un interminable préambule, parlant toujours de
Lafayette et pensant à Mirabeau». J. Michelet, Hist. révol. française.
Prolégomènes: ample préface contenant les notions préliminaires
nécessaires à l’intelligence d’un livre. Notions, principes préliminaires
à l’étude d’une question.

L’EXORDE PROPREMENT DIT


(gr. prooïmion; lat. principium ou exordium)
Définitions, remarques
1. «L’exorde, dit Aristote, est le commencement du discours, ce
qu’est le prologue dans le poème dramatique, ou le prélude dans un
morceau de flûte: ce sont là autant de commencements, et comme
l’ouverture du chemin pour qui va s’y engager» (Rhétorique III, p. 78).
Selon Aristote, dans le genre épidictique, l’exorde remplit la
fonction des préludes de la poésie dithyrambique; dans ce genre, les
exordes tirent leur matière de l’éloge ou du blâme. Gorgias a tiré, par
exemple, l’exorde de son Discours Olympique de l’éloge de ceux qui
avaient fondé les Jeux olympiques («Ceux-là, dit-il, méritent l’admi-
ration de la foule, Athéniens…»). Au contraire, Isocrate, dans l’exorde
de son Panégyrique d’Athènes blâme les Grecs d’avoir institué des
concours pour récompenser la force, l’adresse, l’élégance du corps et
oublié d’établir des prix pour la science et la vertu. Les exordes des
discours appartenant au genre démonstratif peuvent encore être tirés
250
des conseils de bon sens exprimés en maximes, comme l’a fait l’auteur
de l’Eloge d’Aristide, dont l’exorde commence par cette sentence: «Il
faut honorer les hommes de bien».
Suivant Aristote, dans les discours faisant partie du genre
judiciaire, les exordes ressemblent aux prologues des drames et aux
préambules des poèmes épiques. Dans ce genre oratoire, l’exorde est
un échantillon du sujet; il fait connaître en outre, très sommairement,
l’opinion de l’orateur sur les questions qui seront débattues; de cette
façon, les auditeurs savent d’avance à quoi ils doivent s’en tenir et leur
esprit ne restera pas dans le vague:
«Si on lui (= à l’auditeur) met le commencement pour ainsi dire
dans la main, on lui donne un fil qui lui permet de suivre le discours
(on le met à même de suivre le développement du discours d’une
manière continue); c’est pourquoi, Homère commence dans l’Iliade
(I, 1) par: “Déesse, chante la rancune…” et dans l’Odyssée par: “Muse,
dis-moi le héros…”» (I, 1)273.
Aristote souligne que la fonction la plus importante de
l’exorde est de faire connaître quel est le but visé par le discours;
ainsi, lorsque la fin que le discours se propose d’atteindre est évidente,
on peut supprimer l’exorde. Étant donné que l’exorde doit éveiller
l’intérêt des auditeurs, Aristote précise que les auditeurs sont attentifs
«aux choses importantes, à celles qui les intéressent personnellement,
à celles qui leur causent de la surprise, à celles qui leur sont agré-
ables»274. Il recommande, par conséquent, à l’orateur d’affirmer que
son discours renferme de tels sujets.
2. «L’exorde, dit Cicéron, se tire des personnes et des choses.
Son but est de captiver à la fois la bienveillance, l’intérêt et l’attention
de l’auditoire. L’orateur cherchera à gagner la bienveillance en parlant
de lui-même, de ses juges et de ses adversaires. Dans ce but, il rap-
pellera ses services, sa considération, ses qualités, surtout sa générosité,
son obligeance, sa justice, sa bonne foi; il rejettera sur la partie adverse
l’odieux des défauts contraires…
Pour être écouté avec attention, il faut se hâter d’entrer en
matière. Mais rien ne simplifie et ne facilite l’intelligence de la cause
comme le soin d’en expliquer d’abord le genre et la nature… Un autre
moyen de captiver l’attention, c’est de promettre une affaire importante,
une délibération nécessaire…» (Cicéron, Les Partitions oratoires, VIII).
_______________
273
Aristote, Rhétorique III, p. 79.
274
Ibidem, p. 81.
251
Dans De Inventione (I, 15), Cicéron précise qu’il y a quatre
moyens de gagner la bienveillance de l’auditoire: l’orateur doit parler
d’une manière convenable de lui-même, de ses adversaires, des auditeurs,
de la cause même.
Lorsqu’il parle de lui-même, il doit rappeler modestement sa vie
et sa conduite exemplaire, les services rendus à la république, réfuter
les accusations de la partie adverse, dissiper les préventions malheu-
reuses dont il pourrait être l’objet. Cicéron dit qu’en parlant dans
l’exorde de ses adversaires, l’orateur doit fournir des preuves de leur
orgueil, de leur méchanceté. Il souligne que l’orateur peut gagner la
bienveillance des auditeurs «en racontant quelque trait qui fasse honneur
à leur courage, à leur sagesse, à leur bonté, mais sans trop de flatterie,
et de manière à leur faire sentir la haute estime que l’on a pour eux…»
(De Inventione, I, 16).
L’exorde ayant trait à l’auditoire tâchera de flatter l’orgueil de
celui-ci en faisant ressortir ses capacités, ses vertus, sa bonne volonté, etc.
Tous les auteurs conviennent que c’est très difficile de savoir
bien louer l’auditeur dans l’exorde; en général, il faut lier l’éloge au
sujet que l’on traite et l’ennoblir en l’associant à quelque grande vérité.
Cicéron remarque que l’orateur peut se concilier l’attention de
l’auditoire s’il donne dès le début un échantillon de son talent et de sa
sagesse, s’il est assez habile à faire envisager son sujet comme capable
d’intéresser le public.
«Les Grecs, dit Cicéron, nous avertissent de rendre aussi dès le
début l’auditeur attentif et docile (= qui se laisse aisément instruire):
recommandation utile, mais qui n’est pas propre à cette partie du
discours plus qu’aux autres. La tâche y est même plus facile, parce
qu’alors l’auditeur, dont la curiosité est encore en suspens, apporte
une plus vive attention à ce que l’on dit, et se laisse plus aisément
instruire. N’est-on pas frappé bien davantage par le début d’un plaidoyer
que par tout ce qui vient au milieu, dans la confirmation ou la
réfutation ?» (De Oratore, II, 323).
Il y a plusieurs moyens d’éveiller l’attention de l’auditoire; il
faut, par exemple: a) annoncer que le sujet est grand, neuf, qu’il
intéresse tous les auditeurs (ou tous les citoyens) ou l’État, que
l’affaire que l’on va présenter est nouvelle, importante, propre à créer
un précédent; b) affirmer qu’on ne sera pas long et que l’on ne fera
pas de digressions; c) exposer clairement et brièvement le point capital
de la cause275.
_______________
275
Voir aussi Quintilien, De Institutione oratoria, IV, 1.
252
«L’exorde, dit encore Cicéron, doit toujours être soigné, ingénieux,
nourri de pensées, orné d’expressions justes, surtout bien approprié à la
cause. C’est l’exorde, peut-on dire, qui donne une idée du reste du
discours et lui sert de recommandation; il faut donc qu’il charme
aussitôt et gagne les auditeurs… Il n’est rien dans l’univers qui se
répande tout entier d’un seul jet ou se développe d’un seul coup. Toutes
les choses de l’ordre physique ou humain, celles même dont l’action
sera la plus énergique sont préparées par des commencements
insensibles: ainsi l’a voulu la nature…» (De Oratore, II, 317).
Cicéron compare les orateurs qui prononcent l’exorde à des
gladiateurs qui dans un combat où les armes décideront de leur vie
s’élancent à l’attaque en faisant des mouvements adroits non pas à
blesser leurs adversaires mais à provoquer l’admiration des spectateurs.
L’exorde ne doit pas tirer sa source d’une matière étrangère au
sujet du discours: il doit sortir de la cause elle-même; c’est porquoi, on
ne peut établir un exorde avant d’avoir étudié la cause dans toute son
étendue, et mis en ordre tous les arguments dont on veut se servir;
l’exorde sera ainsi puisé dans l’affaire elle-même, dans ce que les
arguments présentent de plus fécond. Cicéron souligne que pour
élaborer un bon exorde il faut connaître d’avance le genre de la cause.
Dans une cause où les auditeurs sont prévenus contre elle, il faut
recourir à l’exorde par insinuation, car demander de la bienveillence à
des gens irrités c’est courir le risque d’essuyer non seulement un refus,
mais encore d’attiser la haine dont ils sont animés; si la cause est à la
fois honorable et honteuse, il faut ne montrer que le côté favorable de
l’affaire.
3. Quintilien se demande quelle pourrait être l’origine étymolo-
gique du mot prooïmion qui désigne en grec l’exorde:
«Ce qui est appelé en latin principium ou exordium, dit Quintilien,
les Grecs l’ont nommé, d’un terme plus juste, me semble-t-il prooïmion:
nous, en effet, nous indiquons seulement que c’est le début, tandis
qu’eux montrent assez clairement qu’il s’agit de la partie qui précède
le moment où l’on entrera en matière. Ce terme peut venir, soit de
oïmé, „chant”, et du fait que les joueurs de cithare ont donné le nom
de prooemium aux courts préludes qu’ils font, pour se concilier la
faveur, avant d’aborder le morceau d’exécution, si bien que les
orateurs, eux aussi, ont adopté ce terme pour désigner ce qu’ils disent,
avant d’aborder la cause pour se concilier l’esprit des juges, soit de
oïmos, qui, toujours en grec, signifie „chemin”, et en est venu à
253
designer ce que l’on dit avant d’entrer dans le sujet. Toujours est-il
que, par pooemium, on désigne ce qu’on peut dire devant le juge avant
de l’instruire de la cause...»276
Selon Quintilien le principal but de l’exorde est de préparer les
auditeurs à être plus favorables à la thèse défendue par l’orateur dans
les autres parties du discours :
«Les écrivains faisant autorité, dit-il, admettent, pour la plupart,
qu’on arrive à ce résultat par trois moyens surtout qui consistent à
rendre l’auditeur bienveillant, attentif, disposé à s’éclairer, non qu’on
doive les négliger dans le reste du plaidoyer, mais c’est au début
surtout que nous devons nécessairement les employer, pour nous
insinuer dans l’esprit du juge, afin d’y pénétrer ensuite plus avant»
(IV, 1).
Pour se concilier la bienveillance de l’auditoire, l’orateur peut
aussi parler de lui-même (non seulement du demandeur, du défendeur
et du juge) mais très peu et avec mesure. Comme le caractère moral de
l’orateur contribue à la persuasion, il faut par-dessus tout qu’on le croie
homme de bien:
«Alors, écrit-il, ce n’est plus le zèle d’un avocat qu’il semble
apporter, mais presque la bonne foi d’un témoin» (IV, 1, 7).
L’orateur doit laisser l’impression que s’il s’est chargé de défendre
une cause ce n’est pas qu’il y ait été poussé par quelque sentiment vil
comme par exemple la haine ou l’ambition démesurée, mais par un
devoir de parenté, d’amitié ou d’intérêt général.
Tous les auteurs, Quintilien y compris, sont unanimes à remarquer
que l’orateur doit être agréable aux auditeurs surtout dans l’exorde;
dès le début, il s’efforcera de faire montre de modestie car un air
présomptueux révolterait les esprits; la modestie accompagne le vrai
mérite et attire la bienveillance:
«L’assurance, proclamés directement, dit Quintilien, a souvent
l’air désagréable de la présomption» (IV, 1, 33).
Quintilien conseille aux orateurs de prétendre dans l’exorde
qu’ils sont mal préparés pour défendre la cause et qu’ils ont moins de
talent que les avocats de la partie adverse; ce procédé peut rendre
l’auditoire bienveillant, car «on se sent naturellement bien disposé, pour
les faibles, et un juge consciencieux écoute d’une oreille particulièrement
favorable un défenseur contre lequel son équité ne se met pas en
_______________
276
Quintilien, Institution oratore, IV, 1. Cda 241/1991 Fasc. 2.
254
garde; de là, chez les Anciens, ce soin de dissimuler leur éloquence...»
(IV, 1, 9).
Remarque I. Dans la tragédie Julius Caesar de W. Shakespeare
(III, 2), Marcus Antonius emploie dans son discours le procédé dont
parle Quintilien:
«Je ne suis point, comme Brutus, un orateur: /Mais, vous le
savez tous, un bon, simple, brave homme, /Aimant fort mon ami, ce
qu’ils savent très bien, /Les gens qui m’ont permis de parler en public:
/Pour remuer le sang des foules, tout me manque: /Les mots, l’esprit et
le talent, geste et débit, /La puissance oratoire»).
Remarque II. En ce qui concerne cette précaution oratoire,
Ch. Perelman écrit les lignes suivantes:
«Recommandable souvent, elle (= la déclaration préliminaire de
l’orateur qu’il est dénué de talent oratoire) est sévèrement critiquée
par Dale Carnegie (= dans L’art de parler en public). C’est que, si elle
permet d’éviter qu’une partie de la force d’un argument ne soit
reportée sur le talent de l’orateur, elle ne peut convenir à qui, sans
grande réputation et sans y être obligé, prend la parole ou la plume.
Dans ce cas, la difficulté sera d’avoir une audience suffisante, et
l’exorde qui insiste sur ce que l’on est inhabile ou incompétent n’y
contribue guère. Caton se moquait de cet auteur qui commençait par
s’excuser d’écrire en grec alors que rien ne l’y contraignait»277.
Selon Perelman, dans certaines conditions, si l’orateur jouit
d’une réputation bien établie, loin du minimiser son habileté, il pourrait
même essayer de s’en prévaloir; c’est ainsi que procède Isocrate dans
le Panégyrique d’Athènes.
Quintilien précise aussi que l’orateur doit respecter les bienséances
relatives à la personne de ceux dont il parle; à son avis, il n’est pas
permis lorsque l’orateur tire la matière de l’exorde de ses adversaires
de manquer à ces bienséances en lançant contre eux des traits trop
libres ou trop hardis.
«Il faut éviter, dit-il, les outrages, les sarcasmes, les traits d’orgueil,
les attaques contre un homme ou un ordre, particulièrement ceux
qu’on ne peut blesser sans s’aliéner les bonnes dispositions des juges»
(IV, 1, 10).
4. «L’Orateur, dit Bernard Lamy, doit se proposer trois choses
dans l’Exorde ou l’Entrée de son Discours qui sont la faveur,
_______________
277
Ch. Perelman, Traité de l’argumentation, éd. cit., p. 658.
255
l’attention et la docilité des Auditeurs. Il gagne ceux à qui il parle et
acquiert leur faveur en leur donnant d’abord des marques sensibles
qu’il ne parle que par un zèle sincère de la Vérité et par un amour du
bien public. Il les rend attentifs en prenant pour Exorde ce qu’il y a de
plus noble, de plus éclatant dans le sujet qu’il traite et qui par
conséquent peut exciter le désir d’entendre la suite des Discours. Un
auditeur est docile lorsqu’il aime et qu’il est attentif. L’amour lui
ouvre l’esprit et le dégageant de toutes les préoccupations avec
lesquelles on écoute un ennemi, il se dispose à recevoir la vérité.
L’attention lui fait percer dans les choses les plus obscures. Il n’y a
rien de caché qui ne se découvre à une personne qui s’applique et qui
s’attache aux choses qu’elle veut connaître.
J’ai dit qu’il était bon de surprendre d’abord ses Auditeurs en
plaçant quelque chose de noble à l’entrée de son Discours mais il faut
aussi prendre garde de ne pas promettre plus qu’on ne peut tenir et
qu’après s’être élevé dans les nuës, on ne soit contraint de ramper par
terre. Un orateur qui commence d’un ton trop élevé, excite dans
l’esprit de ses Auditeurs une certaine jalousie qui fait qu’ils se
préparent à le critiquer et qu’ils conçoivent le dessein de ne le pas
épargner, en cas qu’il ne soutienne pas ce ton. La modestie sied donc
bien en commençant et gagne un Auditoire. Outre cela c’est aller
contre la Raison que de commencer d’abord par des mouvemens
extraordinaires avant que d’avoir fait paroître qu’on en ait sujet. Un
Auditeur sage ne peut concevoir que du mépris d’un homme qui lui
paroît s’emporter sans raison. Aussi les Maîtres donnent cette règle
qu’il faut commencer simplement. Ils traitent de ridicules ceux qui
commencent d’une manière élevée qui ne se peut point soutenir, qui
promettent beaucoup et donnent peu. Tout dépend de ce commencement.
Si l’Orateur ne tourne vers lui l’esprit de ses Auditeurs, c’est en vain
qu’il parle, et il ne le peut faire qu’en leur donnant de la curiosité. Il
est donc obligé de faire paraître ce qu’il va dire, extraordinaire. On
n’est point touché de ce qui est commun. Mais la principale chose
qu’un Orateur doit faire c’est de prévenir d’abord ses Auditeurs de
quelque maxime claire qui les frappe d’où il puisse conclure dans la
suite ce qu’il veut prouver. S’il les trouve prévenus de quelque
sentiment contraire aux sentiments qu’il leur veut inspirer, c’est pour
lors qu’il doit employer l’adresse; car s’il ne peut pas leur ôter ces
sentiments, il faut au moins qu’il les détourne, afin qu’ils ne lui soient
point opposez. Cela ne se peut point enseigner. C’est en vain qu’on
256
veut donner des méthodes pour trouver des Exordes, car tous ces
préambules qui peuvent être communs à toutes sortes de matières ne
servent de rien»278.
5. «L’Exorde, dit Crevier, est l’annonce du discours. Il doit donc
mettre l’Auditeur au fait par une idée sommaire, mais précise du sujet;
il doit de plus préparer l’esprit du Juge, car c’est dans le genre
judiciaire surtout que cette précaution a lieu. Elle est communément
moins nécessaire dans les deux autres genres de causes. Préparer
l’esprit du Juge, c’est l’intéresser par le sentiment, attirer son attention,
le mettre à portée de s’instruire; où comme l’on s’exprime communément
rendre le Juge bien affectionné, attentif, docile»279.
Crevier insiste sur le fait que le but que l’exorde se propose
d’atteindre doit être poursuivi dans tout le reste du discours:
«J’observerai que ces trois devoirs n’appartiennent point à
l’Exorde exclusivement, et qu’il faut que l’Orateur les remplisse dans
tout le tissu du discours. Mais on les a spécialement affectés à
l’Exorde, parce qu’ils y sont encore plus nécessaires qu’ailleurs. En
effet, si lorsque votre juge commence à prendre connaissance de la
cause vous ne savez pas l’y intéresser, si en lui exposant votre sujet
vous ne le rendez pas attentif, ou si vous ne lui en parlez pas avec
assez de clarté, tout le reste de votre discours risque d’être perdu»280.
Crevier exige que l’on adresse des louanges aux juges avec
habileté:
«Les louanges que vous donnez aux Juges pour gagner leur
bienveillance auront un mérite singulier si elles roulent sur des qualités
qui ayent leur application directe à votre cause: par exemple sur leur
inclination à la bonté et à la commisération si vous plaidez pour un
malheureux; et au contraire, sur leur amour des règles et leur juste
sévérité si vous poursuivez la vengeance d’un crime»281.
Crevier montre ensuite comment on peut rendre les auditeurs
attentifs:
«L’attention du Juge s’obtient par l’importance de l’affaire, si
vous la peignez comme nouvelle, singulière, ayant quelque chose de
_______________
278
Bernard Lamy, L’Art de parler, Paris, Amsterdam (1675), Marret,
1712, p. 418-420.
279
Crevier, Rhétorique françoise, Paris, Saillent et Desaint, 1777, t. II,
p. 312.
280
Ibidem.
281
Ibidem, p. 313.
257
surprenant, capable d’intéresser le bien de la société. Il faut que ces
idées soient maniées avec chaleur. Il ne suffit pas de demander au
Juge qu’il vous écoute avec attention. Il y est obligé par devoir; mais
si vous lui parlez froidement, vous ne pouvez manquer de l’endormir.
Il faut que l’attention soit méritée par la chose même».
Crevier cite à ce propos Boileau qui dans l’Art poétique (Chant
III, La Tragédie) dit:
«Le secret est d’abord de plaire et de toucher. Inventez des ressorts
qui puissent m’attacher».
Il souligne que le troisième devoir de l’orateur dans l’Exorde
est d’éclairer l’esprit de l’auditeur:
«Il y réussira, dit-il, en posant bien nettement l’état de la question,
en présentant les différentes faces sous lesquelles il considérera sa
matière et en la distribuant selon toutes ses branches, en un mot, par
une bonne division». (Il faut souligner que dans le genre juridique,
dans les plaidoyers, la division est rejetée après la narration parce
qu’elle suppose une connaissance générale du sujet).
Crevier constate que tous les exordes de Cicéron contiennent
l’esquisse et le genre de sentiments que celui-ci souhaitait que les juges
conçussent par rapport à sa cause. Ainsi dans le plaidoyer pour
M. Caelius, Cicéron voulait faire considérer ce procès comme une
chose peu importante alors que le partie adverse le traitait comme une
affaire extraordinaire qui, étant donné son importance, ne tolérerait
aucun délai; ce fut pourquoi les adversaires de Cicéron et de Caelius
obtinrent que ce procès fût placé en un jour de fête où l’on célébrait
des jeux publics et où tous les tribunaux étaient fermés. Cicéron
profita de cette circonstance même pour en tirer le moyen d’inspirer
aux juges un sentiment de mépris et d’indifférence à l’égard de cette
affaire. Il suppose qu’un étranger arrivât au moment même où elle
commençait à être examinée par les juges:
«Cet étranger, dit Cicéron, ne doutera pas qu’il ne s’agisse d’un
crime qui intéresse le salut public et dont l’impunité menacerait l’État
de sa ruine. Mais, lorsque par la discussion des faits il apprendra qu’il
n’est question de nul attentat, de nul acte d’audace et de violence et
que c’est un jeune homme de beaucoup d’esprit, d’un grand talent,
considéré et estimé dans la ville, qui est accusé par le fils de celui qu’il
accuse lui-même et poursuit actuellement et que la persécution qu’on
lui suscite n’a pour appui que le crédit d’une femme décriée et sans
honneur, il plaindra votre sort, Messieurs, d’être seuls laborieusement
258
occupés à juger un procès, pendant que tous les autres citoyens
jouissent du repos et du plaisir des spectacles».
Crevier montre que cette première idée que Cicéron donne de la
cause produit l’impression qu’elle est dépourvue d’intérêt et de
sérieux et qu’elle est sans conséquence. C’est cette idée que Cicéron
veut inculquer aux juges dans une grande partie de son discours.
Crevier souligne que l’orateur doit faire preuve de modestie
surtout dans l’exorde des discours appartenant aux genres délibératif
et judiciaire. Il cite à cet effet Quintilien qui dit que dans l’exorde
l’orateur ne s’est point encore introduit dans les esprits et que
l’attention toute fraîche des auditeurs l’observe et l’épie; c’est pourquoi,
tout ce qui sentirait le faste le préviendrait contre lui:
«Aussi, dit-il, la modestie du début ne doit pas seulement se
faire sentir dans le style. Il faut qu’elle règne dans toute la personne de
l’Orateur, dans le ton qu’il prend, dans son geste. L’auditoire est bien
aise de se voir respecté, et il en conçoit une bonne idée de la probité
de celui qui parle. La modestie est le coloris propre de la vertu»282.
C’est dans l’exorde que l’on est obligé d’employer d’abord les
précautions oratoires (c’est-à-dire les moyens que l’on doit utiliser
pour ménager la susceptibilité de l’auditeur quand on aborde certains
sujets délicats); celles-ci ne sont pas uniquement propres à l’exorde,
leur emploi est nécessaire toutes les fois que l’on est obligé d’exprimer
des idées qui pourraient ne pas être agréables à l’auditeur.
Crevier examine ensuite de quelle matière du discours l’orateur
doit extraire l’exorde:
«Il s’agit maintenant de voir d’où l’Orateur tirera l’Exorde. Il
n’est pas douteux que ce qui doit le lui fournir c’est la nature du sujet
qu’il lui faut traiter et ses circonstances. L’Exorde doit sortir du fond
de la cause puisqu’il est fait pour y préparer. Autrement ce ne serait
qu’un lambeau cousu au discours..., il n’y tiendrait que par des liens
faibles, arbitraires, aisés à rompre et par conséquent il deviendrait une
pièce hors d’œuvre et inutile. De là, il s’ensuit que ce n’est qu’après
avoir étudié la cause à fond que l’Orateur doit songer à son Exorde. Il
faut qu’il en ait présente à l’esprit toute l’étendue, les preuves, les
objections, ce qu’elle offre de propre à concilier les esprits et à toucher
les cœurs ou au contraire de défavorable et de capable de donner des
préventions fâcheuses. Après que vous aurez envisagé ainsi et même
_______________
282
Crevier, op.cit., t. II, p. 328.
259
arrangé tout le plan de ce que vous avez à dire, vous trouverez sans
peine par où il vous convient de débuter. Votre exorde se présentera
de lui-même et propre à la cause»283.
6. En traitant de l’exorde, Ch. Perelman réunit dans une synthèse
les principales parties des théories d’Aristote, de Cicéron et de Quintilien
concernant ce sujet:
L’exorde est la partie du discours qui vise le plus spécifiquement
à agir sur les dispositions de l’auditoire. Son but sera de capter la bien-
veillance, l’attention, l’intérêt des auditeurs. Aristote compare l’exorde
au prologue et au prélude, ce qui semble en faire un hors-d’œuvre,
mais il souligne que souvent il est indispensable à l’effet persuasif du
discours. Perelman insiste sur le fait que l’exorde assure des conditions
préalables à l’argumentation. Par l’exorde, l’orateur doit essayer de
faire connaître sa compétence, son impartialité, car selon Aristote c’est
surtout aux honnêtes gens qu’on accorde son attention; en général,
c’est dans l’exorde que celui qui parle doit faire montre de ses qualités
d’orateur. En outre, l’orateur qui est accusé d’une trop grande habileté
dans l’art de parler devra tenter de gagner la confiance du public; celui
qui par sa situation sociale, ses intérêts, son comportement antérieur,
est soupçonné d’être hautain, indifférent ou hostile à son auditoire,
doit dès le début réfuter ces préventions. L’emploi d’une maxime,
d’une citation bien choisie, l’allusion convenable, opportune à un fait
de culture ou de civilisation, toutes ces choses aideront l’orateur à
gagner la confiance des auditeurs. Perelman précise que l’exorde doit
toujours être adapté aux circonstances du discours, à l’orateur ou à
l’auditoire, à l’affaire traitée. L’exorde se rapportant aux qualités de
l’auditoire visera à flatter, l’amour – propre de celui-ci en soulignant
surtout sa compétence, son bon sens, sa bonne volonté. Lorsque dans
l’exorde l’orateur se réfère au sujet, il attirera l’attention sur l’intérêt
que ce dernier présente par son importance, par son caractère extraor-
dinaire, paradoxal, par le fait qu’il est négligé, incompris. Dans l’exorde
on doit traiter aussi de l’opportunité du discours, en montrant pourquoi
on doit parler sur telle ou telle question284.
7. Selon Roland Barthes, l’exorde comprend deux moments
importants: la captatio benevolentiae ou entreprise de séduction à
l’égard des auditeurs et la partitio (le partition), second moment de
_______________
283
Crevier, op.cit., t. II, p. 344.
284
Ch. Perelman, op. cit., p. 656-659.
260
l’exorde qui annonce les divisions que l’on va adopter, le plan que
l’on va suivre. La captatio suit un modèle très élaboré, codé selon le
classement des causes et le rapport qui existe entre celles-ci et la doxa
(opinion, croyance des auditeurs concernant le sujet du discours). Il y
a plusieurs genres de captatio:
a) le genre endoxon, honestum est employé si la cause s’identifìe
à la doxa, s’il s’agit d’une cause qui n’exige pas que l’auditoire soit
influencé au point de vue psychologique.
b) le genre adoxon, humile est utilisé si la cause est en quelque
sorte neutre par rapport à la doxa; en ce cas, il faut entreprendre de
vaincre l’inertie de l’auditoire, d’éveiller sa curiosité.
c) le genre amphidoxon, dubium est utilisé si la cause est ambiguë.
Si, par exemple, deux doxai entrent en conflit; il faut en ce cas obtenir
la faveur du juge, le rendre benevolum, le faire pencher d’un côté.
d) le genre dysparakoloutheton, obscurum est employé si la
cause est embrouillée, obscure; l’orateur doit alors éclairer l’auditoire
sur la cause et rendre celui-ci réceptif.
e) l’insinuatio est utilisé si la cause se situe très loin de la doxa;
il ne faut pas en ce cas affronter, choquer les auditeurs, heurter de
front les sentiments que l’on veut combattre285.
8. Il y a des rhéteurs qui enseignent que tout exorde se compose
de quatre membres:
a) d’une protase
b) d’une confirmation de cette protase
c) d’une apodose: celle-ci rend compte des motifs de la position
prise dans le débat par l’orateur et de sa résolution de défendre la
cause, tire les conséquences de la proposition, la justifie et la montre
digne d’être écoutée avec bienveillance.
d) d’une partie finale appelée basis qui réunit ou rapproche
l’apodose et la protase et entame le sujet.
Dans Pro Milone, Cicéron emploie un exorde ayant la structure
mentionnée ci-dessus:
1. Dans la protase, l’orateur avoue qu’il éprouve quelque crainte
avant de commencer son discours.
2. Dans la confirmation ou la justification de cette protase ou
kataskeie il en donne la raison; ces craintes lui sont inspirées par
l’aspect inhabituel du forum entouré de soldats.
_______________
285
Roland Barthes, L’anciennne rhétorique, in „Communications”,
no. 16, Paris, Éd. du Seuil, 1970, p. 215.
261
3. Dans l’apodosis, Cicéron reconnaît que ces craintes ne sont
pas fondées et affirme qu’il est complètement rassuré par la connais-
sance personnelle qu’il a de la sagesse et de la justice de Pompée.
4. Dans la basis Cicéron invite les juges à faire comme lui, c’est-
à-dire à ne pas laisser troubler leur esprit et leur conscience par les
craintes que ce déploiement de forces armées aurait pu leur inspirer.

Principaux défauts que l’on doit éviter dans l’exorde


10. L’exorde est banal lorsqu’il convient à presque toutes les causes.
20. Il est commun s’il peut s’adapter aussi à la thèse de l’adversaire.
30. Il est commutable lorsque, avec peu de changements, la partie
adverse peut le retourner contre son auteur; c’est pourquoi Quintilien
exige que, lorsqu’il compose l’exorde, l’orateur considère attentivement
ce qu’il a à dire, devant qui, pour qui, contre qui, en quelles circon-
stances, en quel lieu, dans quelles conjonctures, ce qu’on en pense
dans le public, quelle en est l’opinion présumable de l’auditoire avant
le début du discours286.
40. Il est trop long lorsqu’il contient plus de phrases ou d’idées
qu’il n’en faut.
Cicéron dit que l’exorde doit être proportionné au sujet de même
qu’un vestibule ou l’entrée d’une maison le sont à l’édifice287.
Selon Quintilien la longueur de l’exorde dépend de l’étendue du
discours lui-même; il doit être bref dans une cause simple, plus long
dans une cause complexe; d’ailleurs, il ne faut pas que la tête du
discours qui est l’exorde soit plus grosse que le corps288.
50. L’exorde est étranger (separatum est) s’il ne naît pas de la
cause, et ne se rattache pas comme un membre au corps même du
discours. L’exorde doit sortir du sujet ainsi qu’une fleur de sa tige.
Le Traité des Lois de Cicéron commence par un préambule très
bien composé mais qui ne concerne les lois en aucune façon. On a
expliqué cette chose singulière par le fait que pour ses ouvrages qui
n’étaient pas des plaidoyers, Cicéron tenait toutes prêtes des introduc-
tions „préfabriquées” qui n’avaient, en général, aucune relation avec la
matière traitée.
_______________
286
v. Quintilien, op.cit., IV, 1, 52.
287
v. Cicéron, De oratore, II, 320.
288
Quintilien, op.cit., IV, 1, 62.
262
60. Il est déplacé («translatum est») quand il amène un résultat
différent de celui que la cause exige: par exemple lorsqu’il rend l’audi-
toire attentif mais ne le rend pas bienveillant comme le réclamait la cause.
70. Il ne faut pas que l’orateur se montre trop assuré ni qu’il
déploie un art trop évident, soit dans la structure des périodes soit dans
le style. Si l’orateur apparaît à l’auditoire, dès le début, trop confiant
dans le succès de sa cause, il pourrait être qualifié de présomptueux:
a) «L’assurance, proclamée directement, a souvent l’air désagréable
de la présomption», dit Quintilien (Fiducia ipsa solet opinione
arrogantiae laborare, IV, 1, 33).
b) «La plupart du temps, dit encore Quintilien, rien ne sied
mieux à l’exorde que la modération dans les pensées, le tour de la
phrase, la voix et l’expression, à tel point que, dans la cause la moins
douteuse, on ne doit pas faire trop paraître l’assurance. En effet, ce
que le juge (= on peut dire aussi l’auditoire) déteste presque toujours,
c’est la sécurité du plaideur, et comme le magistrat connaît ses droits,
il veut, sans en rien dire, qu’on lui témoigne le respect convenable»
(IV, 1, 56).
En outre, l’orateur ne doit pas laisser voir dans le style de l’exorde
le grand soin qu’il a mis à son élaboration, parce que, dit Quintilien,
tout l’art de l’orateur paraît dirigé contre le juge; il faut donc cacher
l’art: «Cacher l’art, dit ce grand rhéteur, est d’ailleurs le comble de
l’art» (Sed ipsum artem evitare summae artis, IV, 1, 57).
Les différentes espèces d’Exordes
On distingue plusieurs sortes d’exordes:
1. L’Exorde simple, commun:
L’exorde simple est un commencement, un début, un principium.
Il n’est pas orné, il est dépourvu d’artifices. Par l’exorde simple, on
expose brièvement et clairement quelques idées ayant trait à la cause,
en guise d’introduction. Il s’emploie lorsque par la nature du sujet du
discours l’orateur est assuré de l’attention et de la bienveillance de ses
auditeurs;
a) «L’ouverture, l’exorde, le prélude, dit Joubert, servent à l’orateur,
au poète, musicien, à disposer leur propre esprit, et aux auditeurs à
préparer leur attention. Il doit y régner je ne sais quelle lenteur, parti-
cipant du silence qui précède et du bruit qui va suivre. L’artiste y doit
faire montre de ses ressources, afin de donner des gages de sa capacité,
mais avec la modestie et la réserve d’un homme dont les sens s’éveillent,
pour ainsi dire, et n’entrent en jeu que l’un après l’autre. Ce n’est que
263
lorsque l’esprit a pris son vol, et l’attention sa stabilité, que l’opération
commence et que le sujet se déploie» (Pensées, XXIII, XCVIII).
b) «Un exorde doit être simple et sans affectation; cela est aussi
vrai dans la poésie que dans les discours oratoires, parce que c’est une
règle formée sur la nature, qui est la même partout» (Longin, Traité du
sublime).
Exemple d’Exorde simple
Racine, Andromaque, I., 2 (Oreste s’adresse à Pyrrhus):
«Avant que tous les Grecs vous parlent par ma voix,/Souffrez
que j’ose ici me flatter de leur choix,/Et qu’à vos yeux, Seigneur, je
montre quelque joie/De voir le fils d’Achille et le vainqueur de Troie./
Oui, comme ses exploits nous admirons vos coups:/Hector tomba sous
lui, Troie expira sous vous; /Et vous avez montré, par une heureuse
audace,/Que le fils seul d’Achille a pu remplir sa place. Mais ce qu’il
n’eût point fait,/la Grèce avec douleur/Vous voit du sang troyen
relever le malheur, /Et vous laissant toucher d’une pitié funeste,/D’une
guerre si longue entretenir le reste».
2. L’Exorde ex abrupto (c’est-à-dire, brusque, sans préparation):
L’orateur emploie dans le genre délibératif l’exorde ex abrupto
lorsqu’il s’agit d’une cause très importante, d’une chose extrêmement
grave qui provoque par elle-même des sentiments violents d’indignation,
de crainte, de douleur. Dans ces circonstances, l’orateur bouleversé
par les faits qui constituent le sujet de son discours entre brusquement
en matière. On cite comme le plus beau modèle en ce genre, l’exorde
du premier discours de Cicéron contre Catilina.
Augustin Noël relate de la façon suivante les événements qui
déterminèrent Cicéron à prononcer la première Catilinaire:
«Dans la nuit du 6 au 7 novembre 63, Catilina convoque ses
complice chez le sénateur M. Porcius Laeca, dans le quartier des fabri-
cants de faulx. Là, furent résolus le meurtre de Cicéron, l’incendie de
Rome, le soulèvement de l’Italie et le départ de Catilina pour le camp
de Mallius. Dès le matin deux chevaliers romains se rendirent à la
maison de Cicéron pour l’égorgar dans son lit. Mais le consul, instruit
de tout par Fulvie, fit refuser sa porte aux assassins, et. convoquant le
sénat dans le temple de Jupiter Stator, il exposa tous les détails de la
conspiration. Catilina eut l’audace de se rendre à cette assemblée, soit
pour détourner les soupçons, soit pour rassurer ses complices. Lorsqu’il
entra, tous les sénateurs, fuyant son approche, laissèrent vide la partie
de l’enceinte où il alla se placer. Ce fut alors que Cicéron, se levant,
264
lui adressa cette foudroyante harangue, où il le traite comme un
ennemi, à qui la publicité de ses attentats ne laissait plus la liberté ni
de les désavouer, ni d’en différer l’exécution. Il le presse donc de
sortir au plus tôt de Rome, d’emmener avec lui tous ses complices, et
de se rendre avec eux au camp de Mallius, pour donner un libre cours
à ses fureurs, et se rassasier de l’horrible plaisir de faire la guerre contre
sa patrie»289.
L’indignation, contre Catilina était à son comble lorsque Cicéron,
en sa qualité de consul lui adressa ces paroles foudroyantes:
«Jusques à quand abuseras-tu de notre patience Catilina ? Jusques
à quand serons-nous le jouet de ta fureur ? Où s’arrêterons les empor-
tements de cette audace effrénée ? Ni la garde qui veille la nuit sur le
mont Palatin, ni les postes répandus dans la ville, ni l’effroi du peuple,
ni le concours de tous les bons citoyens, ni le choix pour la réunion du
sénat de ce lieu le plus sûr de tous, ni les regards, ni le visage de ceux
qui t’entourent, rien ne te déconcerte ? Tu ne sens pas que tes projets
sont devoilés ? Tu ne vois pas que ta conjuration reste impuissante,
dès que nous en avons tous le secret ?
Penses-tu qu’un seul de nous ignore ce que tu as fait la nuit
dernière et la nuit précédente, où tu es allé, quels hommes tu as réunis,
quelles résolutions tu as prises ?
Ô temps ! Ô mœurs ! Le sénat connaît tous ces complots, le consul
les voit: et Catilina néanmoins vit. Il vit ? que dis-je ? mais bien plus
encore il vient au sénat, il prend part aux conseils de la république;
son œil choisit et désigne tous ceux d’entre nous qu’il veut immoler.
Et nous, hommes pleins de courage, nous croyons assez faire pour la
république, si nous échappons à sa fureur et à ses poignards. Il y a
longtemps, Catilina que le consul aurait dû t’envoyer à la mort, et faire
tomber sur ta tête le coup fatal dont tu menaces les nôtres...».
(Quousque tandem abutere, Catilina, patientia nostra ? quandiu
etiam furor iste tuus nos eludet ? quem ad finem sese effrenata jactabit
audacia ? Nihilne te nocturnum praesidium, Palatii, nihil urbis vigiliae,
nihil timor populi, nihil concursus bonorum omnium, nihil hic
munitissimus habendi senatus locus, nihil horum ora vultusque
moverunt ? Patere tua consilia non sentis ? constrictam jam horum
omnium conscientia teneri conjurationem tuam nos vides ? Quid
proxima, quid superiore nocte egeris, ubi fueris, quod convocaveris,
quid consilii ceperis, quem nostrum ignorare arbitraris ?
_______________
289
Augustin Noël, Notice sur le premier Discours contra Catilina,
dans M.J. Ciceronis, in L. Catilinam, Paris, Hachette, s.d. p. 5.
265
O tempora ! O mores ! senatus haec intelligit, consul videt: hic
tamen vivit. Vivit ? immo vero etiam in senatum venit, fit publici
consilii particeps, notat et designat oculis ad caedem unumquemque
nostrum. Nos autem, viri fortes, satis facere rei publicae videmur, si
istius furorem ac tela vitemus. Ad mortem te, Catilina, duci jussu
consulis jam pridem oportebat; in te conferri pestem istam, quam tu in
nos omnes jamdiu machinaris)290.
Autres exemples d’exordes ex abrupto (ou véhéments)
Fléchier: Oraison funèbre de la duchesse d’Aiguillon (1675)
(Maria-Madeleine de Wignerod, duchesse d’Aiguillon, nièce du
cardinal de Richelieu, était fille de René de Wignerod, seigneur de
Pont-Courlay, et de Françoise Duplessis, sœur de Richelieu).
«Qu’attendez-vous de moi, messieurs ? et quel doit être aujourd’hui
mon ministère ? Je ne viens ni déguiser les faiblesses, ni flatter les
grandeurs humaines, ni donner à de fausses vertus de fausses louanges.
Malheur à moi si j’interrompais les sacrés mystères pour faire un
éloge profane, si je mêlais l’esprit du monde à une cérémonie de
religion, et si j’attribuais à la force ou à la prudence de la chair ce qui
n’est dû qu’à la grâce de Jesus-Christ».

Racine: Iphigénie (IV, 4)


Clytemnestre manifesta avec véhémence sa douleur et sa colère
après que son époux, Agamemnon, le roi d’Argos et de Mycènes, eut
refusé de surseoir à l’immolation de leur fille Iphigénie:
«Vous ne démentez pas une race funeste:
Oui, vous êtes du sang d’Atrée et de Thyeste291.
Bourreau de votre fille, il ne vous reste enfin
Que de faire à sa mère un horrible festin,
Barbare ! c’est donc là cet heureux sacrifice !...292
Est-ce donc être père ? Ah ! toute ma raison
Cède à la cruauté de cette trahison».
_______________
290
M.T. Ciceronis, in L. Catilinam, orationes quatuor, Paris, Hachette,
s.d., p. 9-10.
291
Agamemnon était le fils d’Atrée et le neveu de Thyeste.
292
Agamemnon avait fait croire à Clytemnestre qu’il se préparait à marier
sa fille à Achille.
266
3. L’Exorde insinuant (ou par insinuation)
L’exorde insinuant (per insinuatio) est surtout employé lors-
qu’on a à craindre de la part des auditeurs une opposition manifeste à
la thèse qu’on leur présente ou des dispositions peu favorables de leur
part pour accepter les arguments de l’orateur. On emploie cette espèce
d’exorde lorsqu’il s’agit, par exemple, de détruire une erreur, d’attaquer
un préjugé, de combattre une opinion défavorable. Si l’orateur heurtait
de front les préventions des auditeurs contre sa thèse, il risquerait
d’échouer dans sa tentative de persuasion. C’est pourquoi, l’orateur
doit recourir en ce cas à des tours adroits qui adoucissent ce qui
pourrait paraître choquant, désagréable.
Nous reproduisons ci-dessous les théories de Cicéron concernant
l’exorde insinuant:
a) «On emploie l’exorde insinuant:
10. Quand l’auditeur paraît avoir été persuadé par ceux qui,
auparavant, ont parlé contre nous.
20. Quand il est fatigué d’avoir entendu les discours qui ont
précédé le nôtre:
Si l’auditeur a été persuadé, si le discours de la partie adverse a
obtenu créance (ce qui n’est point difficile à remarquer puisque nous
connaissons les moyens qui opèrent la conviction), si, nous croyons
nos juges convaincus, voici les différentes manières de nous insinuer
dans la cause: nous nous engagerons à parler d’abord de ce que
l’adversaire aura présenté comme son plus puissant secours: où bien
nous commençons par une de ses assertions, surtout par la dernière; ou
bien encore nous paraîtrons hésiter, ne sachant à quel argument donner
la préférence, à quelle attaque répondre d’abord, embarrassés du choix.
Si l’attention de l’auditoire est déjà fatiguée nous commencerons
par quelque chose qui puisse exciter le rire; ou bien par un apologue,
un conte vraisemblable, une imitation, une charge, une inversion de
mots, une équivoque, une allusion maligne, une raillerie, une bouffon-
nerie, une exagération, un rapprochement, un changement de lettres;
on peut aussi débuter en piquant la curiosité, en offrant une similitude,
une chose inattendue, une anecdote, un vers; ou bien nous profiterons
d’une interpellation, d’un sourire échappé à quelqu’un de nos auditeurs;
nous pourrons aussi promettre de parler autrement que nous ne nous y
étions préparés; de ne pas nous exprimer comme les autres ont coutume
de le faire, et dans ce dernier cas nous exposerons en peu de mots leur
méthode et la nôtre. Voici en quoi l’insinuation diffère du simple
267
début (= l’exorde simple). Dans le simple début, on cherche à rendre
l’auditeur bienveillant, attentif, docile... tandis que l’insinuation, en dis-
simulant sa marche, arrive au même but et nous procure la même faveur
dans l’exercice de la parole...» (Cicéron, Rhétorique à Herennius, I, 67).
b) «On emploie l’exorde par insinuation quand l’auditeur est
mal disposé, lorsque la cause elle-même a quelque chose de honteux,
lorsque les juges semblent avoir une conviction arrêtée d’avance,
lorsque nous avons à parler dans un moment où l’oreille de l’auditeur
est déjà fatiguée. Si l’on croit que le discours de l’adversaire ait pro-
duit la conviction, ce qui est facile de reconnaître avec l’intelligence
des moyens qui servent à convaincre, il faut annoncer qu’on va
d’abord parler sur l’argument que les adversaires croient le plus fort et
qui a fait le plus d’impression sur l’esprit des juges; on peut tirer son
exorde d’une parole de l’adversaire et surtout de l’une des dernières,
ou prendre la forme du doute, se montrer incertain de ce qu’on doit
dire ou réfuter d’abord, et jouer l’embarras. Le juge qui nous croyait
abattu par le discours de l’adversaire, nous voyant si plein d’assurance
et si bien préparé à contredire, sera plus porté à s’accuser lui-même de
précipitation dans ses jugements qu’à nous reprocher une folle
confiance. Si c’est la fatigue des juges qui rend la cause défavorable,
promettez de ne point prononcer toute votre défense et de ne point
imiter l’adversaire. Si le sujet s’y prête, il ne sera pas mal-à-propos de
commencer par quelque trait neuf, risible et tiré de la circonstance,
comme un bruit, une acclamation; ou préparé d’avance comme un
apologue, une fable, ou quelque raillerie piquante. Si la gravité du
sujet ne comporte pas la plaisanterie, jetez d’abord dans l’âme des
auditeurs quelque impression de tristesse, d’étonnement...» (Cicéron,
De Inventione, I. 17).
Exemples
I. Le discours d’Ulysse dans les Métamorphoses d’Ovide offre
un beau modèle d’exorde par insinuation. Si l’on compare l’exorde du
plaidoyer d’Ajax avec celui du discours d’Ulysse, on peut se rendre
nettement compte en quoi consiste l’art de préparer les esprits en
pratiquant cette sorte d’exorde.
Après la mort d’Achille, tué par une flèche empoisonnée que lui
lança Pâris, Ajax et Ulysse se disputaient les armes de ce héros. Ils
exposèrent tous deux leurs prétentions en présence des princes grecs et
devant les guerries rassemblés.
268
Ajax parla le premier mais il dit précisément tout ce qu’il fallait
pour indisposer les juges:
«Les chefs se sont assis; devant eux au milieu de la foule debout
rangée en cercle, se lève le héros au bouclier recouvert de sept peaux,
Ajax; impuissant à maîtriser sa colère, il tourne des regards farouches
vers le rivage de Sigée et vers la flotte qui le couvre; puis, tendant les
mains: “O Jupiter, s’écrie-t-il, ainsi c’est devant nos vaisseaux que je
plaide ma cause et c’est à un Ulysse que l’on me compare !” Pourtant
il n’a pas hésité à fuir devant les flammes allumées par Hector; moi,
je les ai bravées, je les ai repoussées loin de notre flotte. C’est donc
qu’il y a plus d’avantages à lutter par des discours mensongers qu’à
combattre, les armes à la main. Mais moi, je ne sais pas parler et lui, il
ne sait pas agir; ma force se déploie dans l’art farouche de Mars, sur
les champs de bataille, la sienne est dans la langue. Cependant je ne
crois pas, Pelasges, devoir vous rappeler mes exploits; vous les avez
vus; à Ulysse de vous raconter ceux qu’il accomplit sans témoins et
dont la nuit seule a la confidence. La récompense que je demande est
grande, je l’avoue; mais le rival qu’on m’oppose lui enlève toute
valeur; si haute qu’elle soit, un Ajax ne saurait être fier d’obtenir ce
qu’a espéré un Ulysse. Pour lui ce débat lui a dès maintenant rapporté
un succès: quand il aura été vaincu, on dira qu’il m’a eu pour
adversaire».
(Consedere duces et vulgi stante corona / Surgit ad hos clipei
dominus septemplicis Ajax; Utque erat impatiens irae, Sigeia torvo /
Litora respexit classemque in litore vultu / Intendensque manus;
Agimus, pro Iuppiter ! inquit / «Ante rates causam et mecum confertur
Ulixes ! At non Hectoreis dubitavit cedere flammis, / Quas ego
sustinui, quas hac a classe fugavi. / Tutius est igitur fictis contendere
verbis, / Quam pugnare manu. Sed nec mihi dicere promptum, / Nec
facere est isti: quantumque ego Marte feroci, / Quantum acie valeo,
tantum valet iste loquendo. Nec memoranda tamen vobis mea facta,
Pelasgi, / Esse reor: vidistis enim; sua narret Ulixes, / Quae sine teste
gerit, quorum nox conscia sola est. / Praemia magna peto, fateor, sed
demit honorem Aemulus; Aiaci non est tenuisse superbum, / Sit licet
hoc ingens quidquid speravit Ulixes. Iste tulit pretium iam nunc
temptaminis huius, / Quod, cum victus erit, mecum certasse feretur»).
On remarque dans cet exorde qu’Ajax était plein de présomption:
son emportement contre Ulysse et surtout contre les juges à qui il
semble reprocher leur ingratitude, la manière dure dont il rappelle le
269
grand service qu’il a rendu aux Grecs en arrêtant Hector devant les
vaisseaux grecs, tout cela ne fait que lui aliéner l’esprit des auditeurs.
L’exorde d’Ulysse est conçu d’une manière insinuante. Il était le
plus rusé comme le plus éloquent de tous les Grecs:
Le fils de Telamon avait fini de parler et à ses derniers mots
avait succédé le bruit confus de la foule; alors le héros, fils de Laërte,
se dresse; il tient quelque temps ses regards attachés à la terre; puis il
les lève vers les chefs et, répondant à l’attente générale, il prononce ce
discours où il répand tout le charme de son éloquence:
«Si les dieux avaient exaucé mes vœux et les vôtres, Pelasges, il
n’y aurait pas lieu de se demander à qui revient le grand héritage qui
fait l’objet de ce débat; tu posséderais encore ces armes et nous te
posséderions, Achille. Puisque les destins ennemis nous l’ont ravi, à
vous et à moi (et de la main il essuya ses yeux, comme s’il pleurait)
qui est plus digne qu’on lui donne les armes laissées par le grand
Achille que celui qui a donné le grand Achille aux Danaëns ?»
(Finierat Telamone satus vulgique secutum / Ultima murmur erat,
donec Laertius heros / Adstitit atque oculos paulum tellure moratos /
Sustulit ad proceres expectatoque resolvit / Ora sono; neque abest
facundis gratia dictis. / Si mea cum vestris valuissent vota, Pelasgi, /
Non foret ambiguus tanti certaminis heres / Tuque tuis armis, nos te
poteremur, Achille. Quem quoniam non sequa mihi vobisque negarunt
Fata manuque simul veluti lacrimantia tersit / Lumina quis magno
melius succedit Achilli / Quam per quem magnus Danais successit
Achilles)293.
Les auditeurs sont conquis par cet exorde qui marque beaucoup
de respect pour les juges et pour la mémoire d’Achille et qui témoigne
d’une grande modération et d’un dévouement entier à la cause commune.
II. L’exorde du second discours de Cicéron sur la Loi Agraire
est un modèle d’exorde par insinuation et un exemple de précaution
oratoire.
«Après avoir avec autant de dignité que de noblesse, témoigné
sa reconnaissance aux Romains pour l’unanimité de leurs suffrages
lors de son élection comme consul, Cicéron, devenu chef de la répu-
blique, souligne qu’il veut être un consul du peuple et précise qu’il ne
critique pas toute la loi agraire en elle-même. S’il avait commencé par
_______________
293
Ovide, Les Métamorphoses, Paris, Les Belles Lettres, 1930, Liber
XIII, p. 55-59.
270
déclarer ouvertement son hostilité contre cette loi, il eût trouvé toutes
les oreilles et tous les cœurs fermés et le peuple se serait insurgé
contre lui. C’est une chose étonnante et merveilleuse à la fois de voir
combien de temps il tient l’esprit de ses auditeurs en suspens, sans
leur laisser entrevoir ni le parti qu’il avait pris ni les sentiments qu’il
voulait leur inspirer. Il emploie d’abord toute la force de son
éloquence pour témoigner au peuple la vive reconnaissance qu’il lui
devait pour l’avoir élu consul. Il marque ensuite les devoirs que lui
impose un consentement si unanime du peuple à lui confier le
consulat. Il déclare qu’étant redevable au peuple de son élection
comme consul, il servira les intérêts du peuple, et dans l’exercice de sa
charge et pendant toute sa vie. Il voudrait ainsi être populaire «consul
popularis». Il avertit cependant que le lexème popularis a besoin
d’être expliqué au point de vue sémantique; et après avoir relevé les
différents sens de ce mot, après avoir montré comment les tribuns
couvraient démagogiquement de ce mot spécieux leurs machinations
secrètes et leurs desseins ambitieux, après avoir loué longuement les
Gracques, défenseurs pleins de zèle de la loi Agraire, et dont le
souvenir, par cette raison, était si cher au peuple romain; après s’être
insinué peu à peu et par degrés dans l’esprit de ses auditeurs, et s’en
être enfin rendu maître absolu, il n’ose pas encore cependant attaquer
la loi dont il s’agissait; mais il se contente de promettre qu’en cas que
le peuple, après l’avoir entendu ne reconnaisse pas que cette loi, sous
un dehors flatteur, porte atteinte à son repos et à sa liberté, il se joindra
à lui et il lui en donnera raison294:
«Romains, c’est un usage reçu, consacré par nos ancêtres, que
ceux qui, grâce à votre bienveillance, ont acquis à leur famille le droit
d’images295, lorsqu’ils prononcent leur première harangue, joignent
aux expressions de la reconnaissance qu’ils vous doivent l’éloge de
leurs aïeux. Si, à l’occasion de ce discours, quelques magistrats sont
trouvés, dignes du rang où leurs ancêtres furent élevés, il en est
beaucoup qui n’y gagnent autre chose que de faire dire que vous aviez
contracté avec leurs pères une dette immense, dont il vous restait
encore à acquitter une partie envers leurs enfants. Pour moi, Romains,
je ne puis vous entretenir de mes aïeux, non pas qu’ils ne se soient
_______________
294
v. Cicéron, Second discours sur la loi Agraire, in Œuvres, Paris,
Panckoucke, 1839, t. 10; l’éditeur cite l’opinion de Charles Rollin sur ce discours.
295
Il consistait dans le privilège de laisser son portrait à sa famille, ce
qui constituait une reconnaissance de noblesse.
271
montrés tels que m’a fait naître leur sang, et que leurs leçons m’ont
formé, mais parce que la faveur et l’éclat de vos honneurs n’ont point
illustré leur vie. Quant à ce qui me concerne, je crains que vous en
parler ne paraisse orgueil, me taire ingratitude. Dirai-je avec quel
empressement on m’a porté à la plus haute magistrature ? L’entreprise
est extrêmement délicate. Comment aussi garder le silence sur les
incalculables bienfaits dont vous m’avez comblé ? Tout me le défend.
Ce sera donc avec circonspection, avec réserve que je rappellerai ce
que vous avez fait pour moi; et s’il ma faut dire pourquoi vous m’avez
jugé digne de l’honneur suprême et d’un témoignage d’estime aussi
extraordinaire, je mesurerai mes paroles en songeant qu’ici j’ai pour
appréciateurs ceux mêmes qui furent pour moi des juges si favorables.
Je suis le premier homme nouveau que, depuis un grand nombre
d’années, on se rappelle vous avoir vu nommer consul; et ce poste
éminent où la noblesse s’etait en quelque sorte retranchée, et dont elle
avait fermé toutes les avenues, vous en avez, pour me placer à votre
tête, forcé les barrières; vous avez voulu que le mérite les trouvât
désormais ouvertes. Non seulement vous m’avez élu consul, faveur
déjà si considérable en elle-même; vous avez fait plus en me nommant,
comme peu de nobles l’ont été dans notre république, comme nul
homme nouveau ne l’a été avant moi.
Si vous voulez consulter votre mémoire, vous trouverez que ceux
des hommes nouveaux qui sont devenus consuls sans contradiction
n’y sont parvenus qu’après bien des peines, et à la faveur de quelque
circonstance; qu’ils s’étaient rangés parmi les candidats plusieurs
années après leur préture, et plus tard que leur âge, et les lois le leur
permettaient; vous trouverez que ceux qui se sont mis sur les rangs dès
l’année où ils le pouvaient légitimement, n’ont point été nommés sans
avoir essuyé d’abord quelque refus: vous trouverez que je suis le seul
de tous les hommes nouveaux dont nous puissions nous souvenir, qui
ai demandé le consulat aussitôt que la loi le permettait, et qui l’ai
obtenu aussitôt que je l’ai demandé; en sorte que cet honneur que je
tiens de vous, sollicité du jour que je fus à temps d’y prétendre, ne
paraît ni surpris à la faveur d’une concurrence peu redoutable, ni
arraché à force d’instances mais accordé comme au plus digne. Il est
particulièrement honorable, Romains, je le répète, d’être le premier
des hommes nouveaux à qui depuis tant d’années vous ayez conféré
cet honneur; de l’avoir obtenu, non seulement sur ma première
demande, dès mon année d’éligibilité mais ce qui est infiniment plus
272
flatteur et plus glorieux, c’est que dans les comices où vous m’avez
nommé, vous ne vous êtes point servis de ces bulletins dont le secret
garantit la liberté des votes; vous avez signalé de vive voix toute votre
bienveillance et l’affection que vous me portez. Ainsi ce n’est pas la
dernière tribu appelée aux suffrages, mais le vœu spontané des pre-
mières; ce n’est pas la proclamation successive des hérauts, mais la
voix unanime du peuple romain, qui m’a proclamé consul.
Cette faveur insigne, extraordinaire, Romains, pénètre sans doute
mon cœur d’une bien douce joie, mais elle éveille encore plus ma
vigilance et ma sollicitude: mon esprit se livre à mille réflexions
sérieuses qui ne me laissent de repos ni le jour ni la nuit. Et d’abord
comment soutiendrai-je le fardeau du consulat ? S’il est pesant pour
les autres, combien il doit l’être encore plus pour moi, dont les fautes
les plus légères ne trouveront point d’indulgence, et les actes irrépro-
chables ne peuvent espérer qu’une approbation froide et forcée. Enfin,
dans mes incertitudes quels conseils sincères, dans mes travaux quelle
coopération franche puis-je attendre de la noblesse ?
Si je ne voyais ici que ma seule responsabilité engagée, je serais
moins inquiet sur ma position; mais je vois certains hommes prêts à
profiter de la moindre erreur, où, je ne dis pas seulement l’imprudence,
mais le hasard aura pu me faire tomber, pour vous reprocher à tous de
m’avoir préféré à la noblesse. Je suis donc résolu, Romains, de tout
souffrir, plutôt que de ne pas me comporter dans mon consulat de
manière qu’en tous mes actes, en toutes mes résolutions, ce que vous
avez fait pour moi, ce que vous en avez pensé reçoive des éloges. Une
tâche bien importante et bien difficile m’est imposée: car je me
propose de suivre, dans l’exercice de mon consulat, un autre système
et d’autres règles que mes prédécesseurs, qu’on a vus fuir votre aspect
et l’approche de cette tribune, ou du moins ne s’y présenter qu’avec
peu d’empressement. Pour moi, non seulement je le déclare ici, où tel
engagement n’a rien de difficile, mais je l’ai déclaré dans le sénat, qui
ne semblait pas être le lieu d’un pareil langage, le peuple aura en moi
un consul populaire: je l’ai dit dans mon premier discours, aux calendes
de janvier. Et comment, après m’être vu proclamer consul, non par les
sollicitations d’hommes puissants, ni par la haute influence de quelques
protecteurs, mais par le suffrage unanime du peuple romain qui m’a
ouvertement préféré à des hommes de la première noblesse, comment,
dis-je, me serait-il possible de ne pas être populaire et durant mon
consulat et pendant toute me vie ? Mais, pour expliquer ce mot, pour
273
lui donner sa juste valeur, j’ai besoin de toute votre sagesse; car il est
une grande erreur accréditée par les déguisements hypocrites de certains
hommes, qui, lors même qu’ils compromettent et attaquent les plus
chers intérêts et même la sûreté du peuple, cherchent à obtenir par
leurs harangues insidieuses, la réputation de magistrats populaires.
Je sais, Romains, dans quelle situation, aux calendes de janvier,
j’ai trouvé la république; elle était remplie de troubles et d’alarmes. Il
n’y avait point de malheurs, point de bouleversements que les bons
citoyens ne craignissent, que les méchants n’espérassent; on n’enten-
dait parler que de complots séditieux contre le gouvernement et contre
votre tranquillité, ou nouvellement ourdis, ou tramés dès le moment
que nous avions été désignés consuls. La confiance était bannie du
forum, non qu’on eût été frappé de quelque calamité nouvelle, mais
parce qu’on ne trouvait point de sécurité dans les tribunaux, que les
jugements n’étaient pas libres ou restaient sans exécution. De nouveaux
dominateurs, armés non point de commandements extraordinaires,
mais d’un pouvoir monarchique, cherchaient, dit-on, à s’élever.
Comme je me doutais de ces manœuvres, ou plutôt que je les
voyais à découverts, car les factieux ne se cachaient pas, je déclarai
dans le sénat que, tant que je serais en exercice, l’on verrait en moi un
consul populaire. Et, en effet, que peut-il y avoir de plus populaire que
la paix, dont non seulement les êtres que la nature a créés sensibles,
mais les maisons même et les champs me paraissent sentir le charme ?
Quoi de plus populaire que la liberté, que vous voyez non seulement
les hommes, mais les bêtes, rechercher et préférer à tous les autres
avantages ? Quoi de plus populaire que le repos, où l’on trouve tant de
douceur, que vous, que vos ancêtres, enfin tous les hommes dont
l’âme est la plus forte, n’avez jamais consenti à supporter de pénibles
travaux que dans l’espérance de vous livrer un jour au repos, surtout
s’il est accompagné de puissance et de gloire ! Et combien nous devons
d’éloges et de reconnaissance à nos ancêtres, puisque c’est grâce à
leurs travaux que nous pouvons goûter ce repos à l’abri de tout péril.
Comment ne serais-je pas populaire, lorsque je vois et la paix exté-
rieure, et la liberté, attribut du nom et de la nation romaine, et le repos
domestique, enfin tous les biens qui vous sont chers et précieux,
confiés à mes soins, et déposés, en quelque sorte sous l’abri de mon
consulat ? Non, Romains, elles ne doivent point vous paraître agréables
ni populaires, ces largesses publiquement annoncées, que l’on peut
bien exalter avec emphase, mais qui ne sauraient s’effectuer sans épuiser
274
le trésor public; non, vous ne regarderez point comme des actes
populaires le bouleversement des tribunaux, l’inexécution des juge-
ments, le rétablissement des condamnés, derniers excès, qui consomment
la perte des États sur le penchant de leur ruine. S’il en est qui
promettent des terres au peuple romain, et qui, ourdissant dans l’ombre
des projets funestes, en cachent les trames sous des espérances perfides,
ces hommes-là ne doivent point être regardés comme populaires.
Je le dis franchement, Romains, je ne désapprouve point tout
mode de loi agraire en elle-même; je me rappelle avec plaisir que deux
de nos plus illustres citoyens, de nos plus brillants génies, Tiberius et
Caïus Gracchus, ces vrais amis du peuple, l’ont établi sur des terres de
la république qui se trouvaient possédées par des particuliers. Je ne
suis pas de ces consuls qui pensent qu’on ne peut sans crime louer
dans les Gracques des magistrats dont les conseils, la sagesse, les lois
ont porté une réforme salutaire dans beaucoup de parties de l’adminis-
tration. Aussi, lorsque j’appris, dès les premiers jours que je fus
désigné, que les tribuns désignés préparaient une loi agraire, je désirai
connaître leurs intentions, car je pensais que, puisque nous allions
remplir ensemble les fonctions publiques, nous devions concerter nos
efforts pour que le république fût bien administrée. Plus je me mêlais
familièrement à leurs conférences, plus j’y mettais d’abandon, plus on
se cachait, plus on s’éloignait de moi. En vain je protestai que, si la loi
me paraissait utile à l’ordre plébéien, je l’appuierais et la défendrais de
toutes mes forces; ils dédaignèrent mes généreuses propositions, et
prétendirent qu’on ne pourrait jamais m’amener à approuver aucune
espèce de largesse. Je retirai donc mes offres, dans la crainte que mon
empressement ne parût insidieux ou indiscret. Cependant ils continuèrent
de s’assembler à l’écart, d’appeler auprès d’eux quelques hommes sans
caractère public, de chercher les ténèbres et la solitude pour mieux
couvrir leurs conciliabules. Vous pouvez aisément juger des inquiétudes
que je dus éprouver par celles qu’alors vous éprouviez vous-mêmes.
Enfin les tribuns entrèrent en exercice. On attendait surtout la harangue
de Rullus, qui, principal auteur de la loi agraire, se montrait aussi plus
emporté que tous ses collègues. À peine avait-il été désigné, qu’on
l’avait vu s’étudier à prendre un autre air, un autre son de voix, une
autre démarche: son habillement plus délabré, toute sa personne
effroyablement négligée; sa barbe, ses cheveux plus longs, ses regards,
tout son extérieur enfin semblait annoncer un tribunat violent et
menacer la république. J’attendais la loi et la harangue du terrible
275
magistrat. D’abord il ne fut question d’aucune loi. Il convoqua avant
tout une assemblée: on s’y rendit en foule, impatient de l’entendre. Il
débita un discours très long et en fort beaux termes; je n’y trouvai
qu’un défaut, c’est que, dans cette foule d’auditeurs, il n’y en eût pas
un seul qui pût comprendre ce qu’il disait: le fit-il pour mieux cacher
sa pensée, ou bien ce genre d’éloquence a-t-il pour lui des charmes ? Je
l’ignore. Cependant quelques personnes, à force de chercher à le deviner,
soupçonnèrent qu’il avait voulu parler d’une loi agraire. Enfin, je
n’étais encore que désigné, lorsque la loi fut proposée en assemblée du
peuple. Plusieurs copistes y coururent par mon ordre, et me l’apportèrent
fidèlement transcrite.
Je puis vous assurer, Romains, que j’ai apporté à la lecture de
cette loi, à son examen, le désir de la proposer, de la soutenir, si je
trouvais qu’elle vous convînt et qu’elle fût utile à vos intérêts: car ce
n’est point par suite d’une aversion naturelle, d’une rupture ouverte, ni
d’une haine invétérée que le consulat est, pour ainsi dire, en guerre
avec le tribunat; mais souvent des tribuns factieux et mal intentionnés
ont forcé des consuls vertueux et fermes à combattre leurs entreprises;
quelquefois aussi la puissance tribunitienne a dû résister à l’ambition
consulaire. Ce n’est point de l’incompatibilité de ces pouvoirs, mais
de la mésintelligence des esprits que naît la désunion. Aussi, quand je
pris cette loi pour la lire, je souhaitai qu’elle vous fût avantageuse, et
telle qu’un consul populaire, non en paroles, mais en réalité, pût se
faire un honneur et un plaisir de l’appuyer. Mais, Romains, depuis le
premier article jusqu’au dernier, je trouve que vos tribuns n’ont eu
d’autre intention, d’autre projet, d’autre but, que de créer dix rois à qui
le trésor, les impôts, toutes les provinces, la république entière, les
peuples libres, tout l’univers enfin, seraient livrés en toute souve-
raineté, au nom de ce qu’il leur plaît d’appeler loi agraire.
Je soutiens, Romains, que cette loi agraire, si admirable, si
populaire, ne vous donne rien, et livre tout à quelques hommes bien
connus; fait espérer des terres au peuple romain, et lui enlève sa
liberté; enrichit quelques particuliers, et ruine l’État; qu’enfin, et c’est
ce qu’il y a de plus indigne, un tribun du peuple, un magistrast créé
par nos ancêtres pour être le surveillant et le conservateur de la liberté,
établit les rois dans la république.
Lorsque je vous aurai exposé tous ces faits, si vous les croyez
faux, je me soumettrai à votre avis, et je changerai d’opinion; mais si
vous reconnaissez que, sous l’apparence d’une prétendue largesse, on
276
cherche à détruire votre liberté, n’hésitez pas à défendre cette liberté
que vos ancêtres avaient conquise au prix de tant de sueurs et de sang,
et qu’ils vous ont transmise, puisque vous le pouvez sans aucun effort,
grâce au zèle de votre consul»296.
III. Les rhéteurs ont loué la modestie et la chaleur insinuante de
l’exorde du plaidoyer de Cicéron pour Milon:
«Juges, il est honteux peut-être de trembler au moment ou j’ouvre
la bouche pour défendre le plus courageux des hommes; peut-être,
lorsque Milon, oubliant son propre danger, ne s’occupe que du salut
de la patrie, je devrais rougir de ne pouvoir apporter à sa cause une
fermeté d’âme égale à la sienne; mais je l’avoue, cet appareil nouveau
d’un tribunal extraordinaire effraye mes regards: de quelque côté qu’ils
se portent, ils ne retrouvent ni l’ancien usage du forum, ni la forme
accoutumée de nos jugements. Cette enceinte où vous siégez n’est
plus aujourd’hui environnée par la foule et nous n’avons pas à nos
côtés cette multitude qui se pressait pour nous entendre.
Les troupes que vous voyez remplir les portiques de tous ces
temples, quoique destinées à repousser la violence ne sont pas faites
cependant pour rassurer l’orateur: quelque utile, quelque nécessaire
même que soit leur présence, elle ne peut empêcher que, dans le forum
et devant un tribunal, un sentiment de crainte ne se mêle toujours à la
confiance qu’elle nous inspire. Si je croyais que ces forces fussent
armées contre Milon, je céderais aux circonstances, et je ne penserais
pas qu’on dût rien attendre de l’éloquence contre la puissance des
armes. Mais les intentions d’un citoyen aussi juste, aussi sage que
Pompée, me rassurent et dissipent mes craintes. Sans doute sa justice
lui défendrait de livrer au fer des soldats un accusé qu’il a remis au
pouvoir des juges et sa prudence ne lui permettrait pas d’armer de
l’autorité publique les fureurs d’une multitude égarée.
Ainsi donc ces armes, ces centurions, ces cohortes, nous annoncent
des protecteurs et non des ennemis; ils doivent, je ne dis pas calmer
nos inquiétudes, mais nous remplir de courage; ils me promettent non
pas seulement un appui, mais le silence dont j’ai besoin. Le reste de
l’assemblée, je parle des citoyens, nous est entièrement favorable; et
parmi cette foule de spectateurs que vous voyez, dans l’attente de ce
jugement, fixer ici leurs regards, de tous les lieux d’où on peut
_______________
296
Cicéron, Second discours sur la loi Agraire contre Servilius Rullus,
prononcé devant le peuple.
277
apercevoir quelque partie du forum, il n’est personne qui ne forme des
voeux pour Milon; personne qui, dans la cause de ce vertueux citoyen,
ne retrouve sa propre cause, celle de ses enfants, de sa patrie, et de ses
plus chers intérêts...»297.
IV. Dans la tragédie Iphigénie de Racine, Ulysse emploie un
exorde insinuant lorsqu’il s’adresse à Agamemnon afin de le convaincre
de sacrifier sa fille, Iphigénie, pour obtenir des dieux un vent favo-
rable à la flotte des Grecs retenue à Aulis par des vents contraires.
La tirade d’Ulysse commence par une concession qui semble
déconcerter Agamemnon: celui-ci s’attendait que le roi d’Ithaque
désapprouvât son amour paternel; or Ulysse décontenança Agamemnon
en disant qu’il comprenait les sentiments paternels du roi d’Argos et
qu’il les estimait au plus haut point, vu que, lui aussi était père:
«Je suis père, Seigneur, et faible comme un autre;
Mon cœur se met sans peine en la place du vôtre;
Et frémissant du coup qui vous fait soupirer,
Loin de blâmer vos pleurs, je suis prêt de pleurer».
(Racine, Iphigénie, III, 4)
Ulysse essaya donc de ne pas heurter de front les sentiments
paternels d’Agamemnon car il désirait le persuader à consentir au
sacrifice de sa fille. La compassion d’Ulysse paraissait sincère à
Agamemnon, mais le roi d’Ithaque avait employé la concession comme
un stratagème persuasif, comme une ruse rhétorique pour gagner
l’adhésion de son allocutaire à sa thèse.
La métonymie mon cœur de la formation discursive «Mon cœur
se met sans peine en la place du vôtre», représente symboliquement
l’amour paternel et l’épithète faible du vers «Je suis père, Seigneur, et
faible comme un autre» renforce l’impression de sincérité qu’Ulysse
désirait imprimer à ses paroles dans cette circonstance. L’emploi de
l’euphémisme coup au lieu de sacrifice humain («Et frémissant du
coup qui vous fait soupirer...») représente une précaution oratoire qui
adoucit une image trop brutale, l’image atroce de l’immolation de la
fille d’Agamemnon. Quintilien a souligné qu’il faut cacher l’art oratoire
dans l’exorde car autrement l’éloquence de l’orateur deviendrait suspecte
aux auditeurs. C’est pourquoi pour compatir à la douleur du roi d’Argos,
_______________
297
Cicéron, Pro Milone, I, Paris, Hachette, s.d., p. 9.
278
Ulysse emploie des termes et des expressions très simples: Je suis
père... (je suis) faible, mon coeur, soupirer. La figure par dérivation
ou le parigmenon pleurs – pleurer employée par Ulysse suggère la
situation tragique dans laquelle se trouvent le locuteur et l’allocutaire
dans le cadre de la deixis discursive.
La stratégie rhétorique pratiquée par Ulysse a pour but d’étouffer
l’amour paternel d’Agamemnon et d’attiser l’ambition de celui-ci. Le
ton empreint de déférence d’Ulysse veut montrer qu’il ne s’adressait
pas à Agamemnon comme à un égal , mais que, employant l’appellatif
Seigneur le considérait déjà le généralissime des Grecs dans la guerre
de Troie qui était sur le point d’éclater.
V. Dans le Tragédie de Jules César de W. Shakespeare, Marc
Antoine emploie un exorde insinuant afin de pouvoir influencer les
auditeurs hostiles à César et les déterminer à se soulever contre Brutus,
Cassius et leurs complices:
«Romains, amis, concitoyens, prêtez l’oreille:
Je viens pour inhumer César, non l’exalter.
Le mal qu’un homme a fait constamment lui survit;
Le bien, souvent, est mis en terre avec ses os;
C’est le cas de César ! Notre noble Brutus
Vous a dit que César était ambitieux.
S’il en était ainsi, ce fut un défaut grave,
Une faute qu’il a gravement expiée.
Par la permission de Brutus et des autres,
(Je reconnais Brutus pour un homme honorable,
Et tous, ils le sont tous, des hommes honorables),
Je viens parler aux funérailles de César».
((«Friends, Romans, countrymen, lend me your ears; / I come to
bury Caesar, not to praise him. / The evil that men do lives after them;
/ The good is oft interred with their bones; / So let it be with Caesar.
The noble Brutus / Hath told you Caesar was ambitious: / If it were so
it was a grievous fault, / And grievously hath Caesar answer’d it. /
Here, under leave of Brutus and the rest, / (For Brutus is an honorable
man; / So are they all, all honourable men), / Come I to speak in
Caesar’s funeral»)).
Au début de l’exorde, Marc Antoine emploie une prolepse afin
de prévenir l’objection qu’il n’aurait pas le droit de célébrer les mérites
279
de César; il essaie d’écarter aussi le soupçon qu’il pourrait stigmatiser
les assassins de ce grand homme et pousser le peuple à la révolte. («Je
viens pour inhumer César, non l’exalter»). La maxime qui suit la
prolepse est formée par deux enthymèmes antithétiques; elle confère
un caractère éthique à l’exorde («Le mal qu’un homme a fait constam-
ment lui survit; / Le bien, souvent, est mis en terre avec ses os...»).
Employant le discours indirect, Marc Antoine présente l’opinion de
Brutus selon laquelle César aurait été ambitieux; afin de combattre dès
le début cette assertion, Marc Antoine se sert d’un enthymème hypo-
thétique («Notre noble Brutus / Vous a dit que César était ambitieux. /
S’il en était ainsi, ce fut un défaut grave...»). Cette formation discursive
met en doute d’une manière dissimulée les paroles de Brutus.
4. L’Exorde magnifique ou pompeux
L’Exorde magnifique est employé dans le genre démonstratif,
lorsque les auditeurs se sont rassemblés afin d’entendre un orateur
prononcer un discours académique ou un panégyrique ou une oraison
funèbre. En général, l’exorde magnifique n’est qu’une simple intro-
duction enrichie d’ornements. Lorsqu’on loue un héros, un grand homme,
l’orateur n’a plus besoin de rendre les auditeurs bienveillants et attentifs:
ceux-ci apportent d’eux-mêmes l’état d’âme que l’orateur pourrait
désirer trouver chez ses allocutaires. L’auditoire est intéressé par le
sujet, admire ou respecte le héros ou le grand homme qui fait l’objet
du discours.
Exemple d’exorde magnifique
Bossuet: Oraison funèbre du prince de Condé:
«Au moment que j’ouvre la bouche pour célébrer la gloire
immortelle de Louis de Bourbon, prince de Condé, je me sens
également confondu et par la grandeur du sujet, et, s’il m’est permis
de l’avouer, par l’inutilité du travail. Quelle partie du monde habitable
n’a pas ouï les victoires du prince de Condé, et les merveilles de sa
vie ? On les raconte partout; le Français qui les vante n’apprend rien à
l’étranger; et, quoi que je puisse aujourd’hui vous en rapporter,
toujours prévenu par vos pensées, j’aurai encore à répondre au secret
reproche que vous me ferez d’être demeuré beaucoup au-dessous.
Nous ne pouvons rien, faibles orateurs pour la gloire des âmes
extraordinaires: le Sage a raison de dire, que “leurs seules actions les
peuvent louer”; toute autre louange languit auprès des grands noms; et
la seule simplicité d’un récit fidèle pourrait soutenir la gloire du prince
280
de Condé. Mais en attendant que l’histoire, qui doit ce récit aux siècles
futurs, le fasse paraître, il faut satisfaire comme nous pourrons à la
reconnaissance publique et aux ordres du plus grand de tous les rois.
Que ne doit point le royaume à un prince qui a honoré la maison de
France, tout le nom français, son siècle, et pour ainsi dire l’humanité
tout entière ! Louis le Grand est entré lui-même dans ces sentiments:
après avoir pleuré ce grand homme, et lui avoir donné par ses larmes,
au milieu de toute sa cour, le plus glorieux éloge qu’il pût recevoir, il
assemble dans un temple si célèbre ce que son royaume a de plus
auguste pour y rendre des devoirs publics à la mémoire de ce prince;
et il veut que ma faible voix anime toutes ces tristes représentations et
tout cet appareil funèbre. Faisons donc cet effort sur notre douleur...».

LA PROPOSITION
La proposition est la partie du discours où le sujet que l’on va
traiter est exposé d’une manière brève, claire, simple et précise; elle
est placée d’habitude après la fin de l’exorde (ou vers la fin de celui-ci)
ou à la tête de la confirmation.
La proposition n’est pas toujours nécessaire:
a) lorsqu’on voit clairement sur quoi porte le discours, ou si le
sujet s’explique assez de lui-même dès le commencement.
b) si le discours contient une narration (partie d’un plaidoyer) où
l’on raconte en détail les faits de la cause).
La proposition peut revêtir la forme d’un résumé général des
faits placé après la narration. Elle peut même avoir l’aspect d’une
conclusion: c’est ainsi que l’emploie Cicéron dans Pro Milone:
«Les choses se sont passées comme je viens de vous les exposer.
L’agresseur a succombé dans l’embuscade qu’il avait lui-même préparée:
la force a été vaincue par la force, ou plutôt la valeur a triomphé de
l’audace».
Selon Quintilien on peut obtenir l’effet d’une proposition, sans
en présenter une dans les formes, lorsque la narration une fois
terminée, on conclut: «Voilà les points sur lesquels vous aurez à vous
prononcer». Cette phrase est un avertissement pour l’auditoire de prêter
une attention plus soutenue au discours: «réveillé comme si on le tou-
chait, il comprend que c’est la fin de la narration et le commencement
de la preuve; enfin, lorsque nous entamons la confirmation, lui-même
en quelque sorte doit recommencer à écouter» (IV, 49).
281
Placée avant la confirmation, la proposition a le rôle de rappeler
aux auditeurs la thèse que l’on défend et que l’on va soutenir par des
arguments:
«La proposition, dit Quintilien, est ce commencement de toute
preuve, que l’on a l’habitude d’employer non seulement pour établir la
question principale, mais quelquefois même avant les divers arguments
et particulièrement ceux que l’on nomme épichérèmes». (IV, 4, 1)
Il y a des propositions simples et des propositions multiples ou
composées,
On appelle simple, la proposition qui ne renferme qu’un seul
sujet à prouver.
Dans le pro M. Marcello, la proposition du discours de Cicéron
est la suivante: «La clémence que César vient de faire paraître en
pardonnant à Marcellus l’emporte de beaucoup sur toutes ses victoires».
(À chaque occasion, Marcellus s’était déclaré contre César avec
une violence extrême et lui avait témoigné une inimitié injurieuse.
Toutefois, quand cet illustre général fut rentré vainqueur à Rome, il
accepta, à la prière du Sénat, de pardonner à Marcellus).
La proposition est appelée composée lorsqu’elle contient plusieurs
questions qui exigent chacune une preuve à part.
Telle est la proposition de Massillon sur les tentations des grands
(le Petit Carême):
«Le plaisir commence à corrompre le cœur des princes; l’adulation
l’affermit dans l’égarement, lui ferme toutes les voies de la vérité;
l’ambition consomme l’aveuglement et achève de creuser le précipice».
LA DIVISION
La division partage le sujet ou la proposition en plusieurs points
qui doivent être développés successivement.
Selon Cicéron il y a deux sortes de divisions. La première
montre en quoi l’orateur est d’accord avec la partie adverse et quel est
le problème qui reste encore à résoudre; cette division permet de
déterminer le point principal sur lequel on doit diriger l’attention de
l’auditoire (ou du juge). La seconde division renferme l’exposé rapide
des parties qui doivent entrer dans le discours; elle établit un certain
nombre de points que l’on doit traiter les uns après les autres.
Exemple concernant la première division qui détermine en quoi
l’orateur est d’accord et en quoi il ne l’est pas avec la partie adverse:
«Je conviens que le fils (= Oreste) a tué sa mère» (= Clytemnestre);
mais on convient aussi avec moi «que Clytemnestre avait tué
282
Agamemnon» (= le mari de Clytemnestre et le père d’Oreste). De
cette manière, dit Cicéron, chacun tombe d’accord sur un point, sans
compromettre les intérêts de sa cause»298. Il faut ensuite indiquer en
quoi réside le désaccord entre l’orateur et son contradicteur.
Dans De Inventione (I, 23), Cicéron nous fournit un modèle
élémentaire de division:
«Nous trouvons, dit-il, dans Térence un modèle de division nette
et facile; c’est le vieillard de l’Adrienne qui parle à son affranchi :
«Ainsi tu sauras la conduite de mon fils, mes desseins, et le rôle
que tu auras à jouer dans cette affaire».
Il s’attache, dans son récit, à l’ordre établi par la division; il
parle d’abord de la conduite de son fils:
«Depuis qu’il est sorti de l’adolescence, je lui ai laissé plus de
liberté...»
Il explique ensuite son dessein:
«Et maintenant je m’occoupe...»
Ce qu’il veut que Sosie fasse, il l’explique en dernier lieu, parce
que c’est la dernière partie de sa division:
«Ton rôle à toi...»
Comme l’on voit qu’il traite successivement tous les points dans
l’ordre qu’il a tracé d’avance, et finit de parler après les avoir tous
développés, ainsi l’orateur, dit encore Cicéron, doit traiter chaque
partie de sa division et conclure immédiatement».
Suivant Quintilien299 les avis des rhéteurs sont partagés en ce qui
concerne la nécessité d’employer la division. Il y a des rhéteurs qui
pensent que son emploi devrait être obligatoire, étant donné qu’elle
contribue à rendre la cause plus claire et que, de ce fait l’auditoire
devient plus attentif et mieux disposé à connaître les différents points
de la question; grâce à la division, on peut mieux suivre les dévelop-
pements du sujet et la pensée de l’orateur, car on sait de quoi il parle
et de quoi il parlera ensuite. Il y en a d’autres qui déconseillent la
pratique de la division pour deux raisons:
a) l’orateur peut oublier de développer certains points qu’il a
annoncés.
b) certaines idées peuvent se présenter à l’esprit de l’orateur
pendant le discours, et leurs développements obligeraient le locuteur à
modifier le plan déjà établi.
_______________
298
Cicéron, De Inventione, I, 22.
299
v. Quintilien, De Institutione oratoria (De l’Institution oratoire),
Paris, Garnier, s.d., t. II, p. 103 (V, 1-28).
283
Quintilien repousse les raisons alléguées par ces rhéteurs parce
que ces inconvénients ne se présenteraient que si l’on était médiocre
ou si l’on commençait à prononcer son discours sans en avoir
sérieusement réfléchi au contenu. Il précise que la division est non
seulement conforme aux lois de la nature mais qu’elle vient au secours
de la mémoire de l’orateur.
Quintilien admet cependant que si la division présente quelques
inconvénients, ceux-ci sont de tout autre nature:
a) il y a, en général, plus de charme dans ce qui semble trouvé
sur le moment que dans ce qui paraît être préparé minutieusement à
l’avance.
b) le charme de la nouveauté et l’effet de surprise sont supprimés
parce que l’orateur découvre dès le début le système de sa défense, les
arguments et les preuves dont il entend se servir.
c) une division trop compliquée ôte au discours sa gravité et la
beauté de ses formes, déconcerte les auditeurs et fatigue leur esprit.
Malgré ces défauts, la division est d’une utilité indéniable et
rend de grands services à l’orateur; elle ne se borne pas à rendre plus
clair l’exposé en dégageant de la multitude des faits ceux qui revêtent
une importance toute particulière; elle repose aussi l’esprit de l’audi-
toire, «par les limites précise qu’elle assigne à chaque partie, à peu
près comme un voyageur sent beaucoup diminuer sa fatigue en lisant
les distances sur les bornes militaires300; en effet, ajoute Quintilien,
mesurer l’effort donné cause du plaisir, et savoir ce qu’il en reste à
fournir donne du courage pour le supporter, car on ne trouve jamais
long ce dont l’on voit clairement la fin» (IV, 5, 22).
Les discours dépourvus de divisions ressemblent souvent à des
masses d’objets qu’aucune lumière n’éclaire; au contraire dans les
discours où les divisions sont multipliées à l’excès on arrive à confondre
les faits: ainsi les extrêmes se touchent.
De même que Cicéron, Quintilien parle de la nécessité d’une
première division:
«La première division indique ce dont on est d’accord, ce sur
quoi porte le différend. Ce dont on est d’accord: qu’est-ce qu’avoue
l’adversaire ? qu’est-ce que nous avouons ? Sur quoi porte le différend:
quelles sont nos propositions ? quelles sont celles de la partie adverse ?
Dans tous les cas, la faute capitale est, en développant, de ne pas suivre
l’ordre exact de nos propositions» (IV, 5, 28).
_______________
300
De nos jours, les bornes kilométriques.
284
Les propositions avec les divisions et les subdivisions forment
ce qu’on appelle le plan du discours.
Parmi les écrivains qui ont fait ressortir l’importance théorique
et pratique de l’élaboration d’un plan, il faut citer Buffon qui, dans son
Discours sur le style, a écrit les lignes suivantes:
«Pourquoi les ouvrages de la nature sont-ils si parfaits ? c’est
que chaque ouvrage est un tout, et qu’elle travaille sur un plan dont
elle ne s’écarte jamais... C’est faute de plan, écrit Buffon, c’est pour
n’avoir pas assez réfléchi sur son objet, qu’un homme d’esprit se
trouve embarrassé et ne sait par où commencer à écrire. Il aperçoit à la
fois un grand nombre d’idées; et comme il ne les a ni comparées ni
subordonnées, rien ne le détermine à préférer les unes aux autres; il
demeure donc dans la perplexité; mais, lorsqu’il se sera fait un plan,
lorsqu’une fois il aura rassemblé et mis en ordre toutes les pensées
essentielles à son sujet, il s’apercevra aisément de l’instant auquel il
doit prendre la plume...».
L’orateur (ou l’écrivain) ne peut dresser le plan du discours (ou
de l’oeuvre littéraire) sans en posséder pleinement le sujet et sans y
avoir assez réfléchi pour voir clairement comment il doit ordonner ses
pensées et en constituer un enchaînement logique:
«On ne peut travailler à un ouvrage qu’après en avoir fait le
plan, dit Benjamin Constant, et un plan ne peut être bien fait qu’après
que toutes les parties de l’ouvrage sont achevées. Car ce n’est que
lorsqu’on connaît ses matériaux qu’on peut voir comment il faut les
arranger» (Journal intime, le 23 juillet 1804).
Le plan doit avoir de la simplicité, il doit être conçu de telle
manière que le sujet, quelque compliqué qu’il soit, puisse être réduit à
un petit nombre de propositions générales qui le domine tout entier; la
grammaire de texte appelle cette opération la règle de la généralisation.
Le plan doit démontrer l’unité du discours qui soit conforme au
précepte d’Horace, dans l’Art poétique: «Que le sujet soit simple et
un ». Boileau a relevé lui aussi l’importnace de l’unité de l’oeuvre
dans les vers suivants: «Que d’un art délicat les pièces assorties / N’y
forment qu’un seul tout de diverses parties» (l’Art poètique, 152).
Le plan doit présenter des divisions distinctes afin que l’on
puisse éviter la tautologie; un membre de la division du plan ne doit
pas rentrer dans un autre et présenter la même idée sous des termes
différents. De cette façon, on met en pratique la règle de progression
sémantique de la grammaire de texte, conformément à laquelle la
285
production d’un texte cohérent suppose que soit réalisé un équilibre
constant entre le taux d’apport informatif et le taux de répétition;
l’existence dans le texte d’un thème et d’un rhème301 qui s’articulent
parfaitement l’un à l’autre constitue le facteur de base de la règle de
progression sémantique.
Sans reprendre la même idée, les divisions du plan doivent
permettre que l’on puisse présenter le même sujet sous une face nouvelle
conformément à la règle de construction de la grammaire de texte.
Les divisions du plan doivent être graduées: le premier membre
de la division du plan doit conduire presque insensiblement au second
membre qui tout en confirmant le premier doit s’élever au-dessus de
celui-ci et ainsi de suite; de cette manière, on observe la règle d’inté-
gration suivant laquelle la production d’un texte dépend du processus
d’intégration successive des constituants d’ordre inférieur en constituants
d’ordre supérieur au point de vue sémantique. À cette règle doit être
rattaché le principe découvert par Condillac et suivant lequel il y a un
rapport étroit entre la clarté du texte et la plus grande liaison des idées:
«Quoique plusieurs idées se présentent en même temps à vous,
lorsque vous jugez, que vous raisonnez et que vous faites un système,
vous remarquerez qu’elles s’arrangent dans un certain ordre. Il y a
une subordination qui les lie les unes aux autres. Or, plus cette liaison
est grande, plus elle est sensible, plus vous concevez avec netteté et
avec étendue. Le langage doit donc exprimer sensiblement cet ordre,
cette subordination, cette liaison. Par conséquent, le principe que vous
devez vous faire en écrivant est de vous conformer toujours à la plus
grande liaison des idées» (Condillac, Cours d’Étude, Paris, Volland,
1799, t. I, p. 221).
Hippolyte Taine a montré comment le plan peut influencer la
manière d’écrire:
«Il n’est plus permis d’écrire au hasard et selon le caprice de la
verve, de jeter ses idées par paquets, de s’interrompre par des parenthèses,
d’enfiler l’enfilade interminable de citations et d’énumérations. Un but
est donné: il y a quelque vérité à prouver, quelque définition à trouver,
quelque persuasion à produire; pour cela, il faut marcher toujours, et
toujours droit. Ordonnance, suite, progrès, transitions ménagées, dévelop-
pement continu, tels sont les caractères de ce style» (Origines de la
France contemporaine).
_______________
301
Le thème est l’information donnée ou ce qui est connue et le rhème
ou le commentaire est l’élément nouveau, l’information nouvelle.
286
PLANS DE DISCOURS
Plan de la première Olynthienne de Démosthène302
Exorde. Importance de la délibération et des conjonctures actuelles.
Première partie. «Préparez-vous à secourir Olynthe promptement avec
des forces tirées de l’Attique même. Envoyez-y une ambassade qui
fasse, dès à présent, connaître votre résolution et qui déjoue les intrigues
de Philippe» (§ 2-3). Heureusement, le pouvoir absolu, qui fait la
force de ce roi dans la guerre, le rend suspect à toutes les républiques.
Les Olynthiens savent qu’ils luttent pour préserver leur cité de la
destruction et les citoyens de l’esclavage (§ 4-5). «Vous cherchiez le
moyen de mettre Olynthe aux prises avec Philippe: la chose est arrivée
sans votre intervention et de la manière la plus heureuse pour vous.
Saisissez l’occasion, agissez avec plus de vigueur que vous n’avez fait
lorsque Amphipolis, Pydna, Potidée, Méthone, Pégases attendaient
vos secours. Par un bienfait des dieux, nous pouvons aujourd’hui, si
nous le voulons, réparer les effets de notre insouciance et nous relever
aux yeux du monde (§ 6-11). Si nous abandonnons Olynthe, nous
ouvrons à Philippe le chemin de l’Attique. Rappelez-vous ses progrès
incessants: par ce qu’il a fait, jugez de ce qu’il fera. Si à son activité
prodigieuse nous continuons d’opposer une incurable indolence, il est
à craindre que nous ne payions cher des douceurs qui ne sauraient
durer» (§ 12-15).
Deuxième partie. «Que faut-il faire ?» Démosthène se propose
de parler avec franchise sans se préoccuper de sa sécurité personnelle.
Il faut préparer une double expédition: l’une empêchera la prise par
Philippe des villes de la Chalcidique, l’autre ravagera la Macédoine.
L’argent nécessaire, on pourrait, si on voulait, le tirer de la caisse des
spectacles; sinon, force est de recourir à l’impôt sur la fortune. Mais il
faut de l’argent, si l’on veut des résultats (§ 16-20).
Troisième partie. La situation de Philippe n’est pas aussi belle
qu’elle peut paraître à première vue. Il s’attendait à ne rencontrer
aucune résistance, et il est obligé de faire la guerre (§ 21). Les
Thessaliens, ses alliés, redemandent Pagases, l’empêchent de fortifier
Magnésie, et ne veulent plus, dit-on, le laisser percevoir les droits de
leurs ports et de leurs marchés. Les princes péoniens, illyriens, tous
_______________
302
Les trois Olynthiennes de Démosthène ont été prononcées entre le
solstice d’été et le mois d’octobre de l’an 349 a.n.è.
287
enfin, voudraient secouer le joug. «Ses embarras sont vos facilités:
profitez-en, agissez, faites ce qu’il ne manquerait pas de faire si vous
vous trouviez dans une situation pareille» (§ 22-24). Reprenant une
considération déjà indiquée au § 15, l’orateur montre ensuite aux
Athéniens qu’ils ont à opter entre la guerre au dehors et la guerre chez
eux. Olynthe tombée, rien n’empêchera Philippe d’envahir l’Attique.
Or une telle invasion serait la ruine du pays (§ 25-27).
Péroraison. Démosthène montre que tous les Athéniens doivent
concourir de toutes leurs forces au salut de l’État car tous y sont
intéressés (§ 28)303.
Note. Olynthe a été une ville florissante de la Grèce, située près de la
Pallène, à peu de distance de Potidée et de la mer. Son nom évoque les trois
discours (les Olynthiennes) par lesquels Démosthène essaya de persuader ses
compatriotes de porter secours à Olynthe assiégée par Philippe II de Macédoine.

Plan de la deuxième Olynthienne de Démosthène


Exorde. «Les dieux nous ont donné une marque évidente de leur
bienveillance, en faisant naître une guerre implacable entre Philippe et
les Olynthiens. Ce serait une honte d’abandonner les alliés et les
chances que la fortune nous offre» (§ 1-2).
Démosthène n’exalte pas Philippe aux dépens des Athéniens en
énumérant ses succès; il dit des choses propres à rabaisser la gloire de
l’ennemi d’Athènes (§ 3-4).
I. Philippe a élevé sa puissance par la fourbe et le parjure. Par
des promesses trompeuses ou des dons insidieux, il a leurré d’abord
Athènes, puis Olynthe, ensuite les Thessaliens. Aujourd’hui il est à
bout de mensonges: désabusés par les faits, ses alliés se tournent
contre lui (§ 5-8). Il n’est de puissance solide que celle qui est fondée
sur la vérité et la justice (§ 9-10). «Secourez donc les Olynthiens aussi
vite que possible. Mettez-vous en rapport avec les Thessaliens mécon-
tents de leur allié macédonien. Mais que vos paroles soient accompagnées
d’actions. On n’écoutera vos ambassadeurs qu’autant qu’on vous verra
faire la guerre sérieusement, de vos biens et de vos personnes» (§ 11-13).
II. Dépouillée d’alliés, réduite à elle-même, la puissance de la
Macédoine n’a jamais été considérable. Or Philippe l’a rendue plus
précaire encore par des entreprises incessantes. Les peuples ne partagent
_______________
303
v. Démosthène, Les Olynthiennes, Paris, Hachette, s.d., p. 1-6.
288
pas l’ambition du prince: ils sont fatigués de tant de guerres qui les
empêchent de jouir de leurs biens et d’écouler les produits de leur
travail. (§ 14-16). Ses corps d’élite ne valent pas mieux que d’autres
soldats. Son ambition jalouse en écarte les hommes capables, ses
infâmes orgies font fuir les honnêtes gens (§ 17-19). Une guerre dans
son pays même dévoilera toutes ces plaies secrètes: les Athéniens
n’ont qu’à vouloir (§ 20-21).
III. Philippe est heureux. Mais la cause des Athéniens est juste,
et leur fortune vaut miex que la sienne. (§ 22), s’ils veulent faire dans
leur propre intérêt les efforts qu’ils firent jadis pour soutenir les droits
des autres Grecs (§ 24), si, cessant enfin de différer, d’espérer en
d’autres, de s’accuser mutuellement, de ne rien faire, ils veulent
changer de conduite, afin de réparer leurs pertes (§ 25-26). Il faut que
les citoyens partent pour la guerre, qu’ils fassent leur devoir eux-
mêmes: alors seulement ils pourront demander aux généraux de faire
le leur, ils pourront mettre fin à des abus, excusables dans l’état actual
des choses. En effet, au lieu de combattre les ennemis de la république,
les généraux imaginent des expéditions à leur propre profit, et ils font
la piraterie, pour nourrir leurs soldats qui ne reçoivent point de paye
(§ 27-28). De là des plaintes et des procès qui n’aboutissent pas.
L’État est gouverné par des coteries, ayant chacune un orateur et un
général pour chefs; les charges sont réparties sans équité: ceux qui en
supportent trop faiblissent, et les affaires publiques se trouvent en
souffrance (§ 29-30).
Péroraison. Démosthène demande trois choses: que tous les
citoyens contribuent également aux frais de la guerre; que tous servent
à tour de rôle; que dans les assemblées on écoute quiconque a quelque
chose à dire, et qu’on examine le mérite des propositions, non pas
l’influence du personnage.

Plan de la troisième Olynthienne de Démosthène


Exorde. «Les orateurs qui parlent de punir Philippe, vous trompent
sur la situation des affaires». Il ne s’agit dans ce moment que de ce qui
est possible: sauver les alliés d’Athènes et les Olynthiens (§1-2).
Démosthène annonce qu’il parlera avec une grande liberté. Cependant,
avant de toucher au point délicat, il cherchera à convaincre ses
auditeurs qu’il est urgent de faire, sans perdre de temps, un effort
considérable (§ 3).
289
I. Il rappelle comment, il y a trois ans, se traîna en longueur et
finit par échouer une expédition, bravement décrétée et honteusement
abandonnée, qui Charidème (= un général) devait conduire dans la Thrace,
où Philippe assiégeait Héraeon – Tichos (§ 45). «Ne retombons pas
aujourd’hui dans la même faute. Puisque Olynthe est en guerre avec
Philippe, agissons de manière qu’un événement que nous appelions de
tous nos vœux ne tourne pas contre nous. Secourons Olynthe vigou-
reusement, de tout notre pouvoir. Si Olynthe tombait, comme les Thébains
sont nos ennemis, comme les Phocidiens n’ont plus d’argent, rien
n’empêcherait Philippe de nous attaquer chez nous. Nous serions alors
obligés, au lieu d’assister autrui, d’invoquer à notre tour l’assistance
d’un ami» (§ 6-9).
II. Comment procurer un secours efficace ? «Nommez des légis-
lateurs et faites abroger par eux les lois qui ordonnent de distribuer
pour les fêtes les fonds de la guerre, ainsi que celles qui permettent à
certaines gens de se soustraire impunément au service militaire». Ces
lois abrogées, on pourra vous proposer des mesures utiles. Tant que
ces lois subsistent, l’auteur de telles propositions attirerait, sans profit
pour la cité, de grands malheurs sur sa propre tête. (§ 10-13).
III. Dans ce qui suit, l’orateur démontre qu’il faut absolument
consacrer aux besoins de la guerre le fonds du théorique304 et que rien
ne peut remplacer cette mesure.
Les plus beaux discours, les décrets les plus sonores n’y font
rien: il faut agir, il en est grand temps (§ 14-16). «Laisserons-nous
passer le moment favorable, négligerons-nous de faire notre devoir
nous-mêmes, pour rejeter ensuite la faute sur d’autres ?» (§ 17). Afin
d’obtenir un résultat, il ne suffit pas de faire des vœux, il faut
employer les moyens pratiques, quelque désagréables qu’ils puissent
paraître. On ne trouvera pas d’autre ressource que le fonds du
théorique. «Ne nous faisons pas d’illusions, n’écoutons pas nos désirs:
envisageons la réalité des choses». Il serait aussi honteux qu’insensé
de laisser Philippe réduire en esclavage des cités helléniques, et cela
faute d’un peu d’argent (§ 18-20).
IV. Démosthène se fait des ennemis pour remplir son devoir de
citoyen. Il veut imiter la franchise des grands hommes d’État d’autrefois.
_______________
304
le fonds des spectacles
290
La complaisance des orateurs qui leur ont succédé a tout perdu. (§ 21-22).
Tableau des temps anciens. Au dehors, Athènes était puissante et
glorieuse. Au dedans, les édifices publics étaient d’une beauté incom-
parable, les maisons particulières étaient modestes (§ 23-26). Tableau
du présent. Au dehors, malgré des circonstances favorables, Athènes,
abaissée, amoindrie, se trouve en face d’un ennemi qui a grandi par la
faute des Athéniens. Au dedans, les constructions publiques sont
dérisoires, tandis que des particuliers, des orateurs subitement enrichis,
élèvent pour eux-mêmes de magnifiques demeures (§ 27-29). Voici les
causes de ce changement. Alors le peuple partait pour la guerre lui-
même, et il était le maître. Aujourd’hui, le peuple est l’humble serviteur
de quelques chefs. Ils lui jettent en pâture le théorique, ils ne le laissent
plus sortir de la ville, ils l’y enferment et l’apprivoisent (§ 30-32).
V. Pour relever Athènes, il faut se rapprocher des anciennes
traditions. Que les citoyens jouissent des revenus publics, mais à
condition de faire leur devoir. En temps de paix, les distributions des
revenus pourront continuer. En temps de guerre, que les jeunes gens
portent les armes, que les vieillards jugent et administrent, que chacun
soit à son poste: la république ne doit donner de l’argent qu’à ceux qui
agissent pour elle. Il ne suffit pas de demander quel succès des mer-
cenaires étrangers ont pu remporter sous la conduite de tel ou tel
général. Les Athéniens doivent combattre eux-même pour leur propre
cause et ne pas dégénerer de la vertu des ancêtres (péroraison)305.

Oratio pro lege Manilia (L’Exorde et le plan du discours)


«Bien que la vue de votre nombreuse assemblée ait toujours été
pour moi le spectacle le plus agréable, et que toujours cette tribune
m’ait paru le théâtre le plus vaste et le plus brillant où puissent se
déployer et le zèle du magistrat et le talent de l’orateur, cependant,
Romains, l’entrée de cette carrière de gloire, toujours ouverte aux bons
citoyens, ne l’avait pas encore été pour moi, non par un éloignement
volontaire, mais parce que les occupations que je m’étais imposés dès
ma première jeunesse ne me permettaient pas de m’y présenter.
Jusqu’à ce moment, retenu par mon âge loin de cet auguste sanctuaire,
et persuadé qu’il n’y fallait rien apporter qui ne fût le fruit d’un talent
_______________
305
Démosthène, Les Olynthiennes, Paris, Hachette, s.d., p. 5-6, 25-27,
51-54 (H. Weil).
291
exercé et d’un travail parfait, j’ai pensé que tout mon temps devait être
consacré à secourir mes amis malheureux. Aussi, tandis que cette
tribune n’est jamais restée sans orateurs zélés pour la défense de vos
droits, le dévouement pur et désintéressé que j’ai pu mettre à défendre
les particuliers dans leurs périls a-t-il reçu de vous la plus honorable
récompense. En effet, Romains, lorsque, dans nos comices, trois fois
interrompu, je me suis toujours entendu le premier proclamé préteur
par toutes les centuries, j’ai compris aisément et ce que vous pensiez
de moi, et ce que vous prescriviez à mes rivaux. Maintenant que je
réunis en moi toute l’autorité qu’il vous a plu d’attribuer aux
magistratures, et toute la facilité de parler, que l’usage du barreau et
un exercice presque journalier peuvent donner à un homme actif et
laborieux, non seulement j’emploierai ce que je puis avoir d’autorité
en faveur de ceux qui me l’ont accordée, mais je développerai le peu
de talent que j’ai peut-être pour la parole, devant ceux qui ont cru
devoir à ce faible mérite le tribut de leurs suffrages. Ici se rencontre
une circonstance dont il me semble que je dois surtout me féliciter:
c’est que, pour la première fois que ma voix va se faire entendre du
haut de cette tribune, une cause m’est offerte où personne ne peut
manquer d’éloquence; car je vais parler de Cn. Pompée et de ses rares
et sublimes vertus. Dans un pareil sujet, il est plus malaisé de finir que
de commencer. Ce n’est pas le besoin d’être assez abondant qui
m’occupe, mais la difficulté de me renfermer dans de justes limites.
Pour remonter au premier anneau où s’attache toute cette cause:
une guerre importante et périlleuse est faite à vos tributaires et à vos
alliés par deux monarques très puissants, Mithridate et Tigrane, qui
s’étant vus, l’un dédaigné comme vaincu, l’autre provoqué par nos
légions, croient avoir l’un et l’autre trouvé l’occasion d’envahir l’Asie.
Tous les jours, des lettres arrivent de ces contrées aux chevaliers
romains les plus respectables, dont les fonds placés dans les fermes de
la république sont exposés à des pertes incalculables. Comptant sur
mes liaisons avec cet ordre illustre, ils ont mis sous mes yeux les
dangers qui menacent tout à la fois la république et leur fortune; ils
m’ont dit que dans la Bithynie, aujourd’hui l’une de vos provinces,
beaucoup de villages ont été incendiés; que le royaume d’Ariobarzane,
que rien ne sépare de vos tributaires, est tout entier au pouvoir des
ennemis; que Lucullus, après de glorieuses expéditions, quitte le com-
mandement de l’armée; que son successeur n’est pas en état de diriger
une guerre si difficile; qu’il existe un homme que tous les alliés, tous
292
les hommes souhaitent et demandent pour général; qu’il est le seul
aussi que redoutent les ennemis; que nul autre ne les inquiète.
Ici vous connaissez l’état de la question, examinez maintenant
ce qu’il vous convient de faire. Pour moi, voici le plan que je me suis
tracé: je vous parlerai d’abord de la nature de cette guerre, puis de son
importance, enfin, du général que vous devez choisir.
Le premier objet est particulièrement digne de votre attention et
de tout votre courage. Il s’agit de la gloire du peuple romain, de cette
gloire que vos ancêtres vous ont transmise avec tant d’éclat dans
toutes les parties du gouvernement, et sans égale dans les opérations
militaires; il s’agit du salut de vos alliés et de vos amis, pour qui vos
pères ont livré souvent de grandes et sanglantes batailles; il s’agit des
revenus du peuple romain, les plus solides et les plus considérables,
que vous ne pouvez perdre sans que vous soyez tout à la fois privés et
des plus brillants ornements de la paix, et des subsides, qui sont le nerf
de la guerre; il s’agit de la fortune de plusieurs citoyens dont vous
devez, ainsi que vos généraux, garantir la sécurité»306.
Note. Le discours Pro lege Manilia a été prononcé en 66 a.n.è. Dans ce
discours, Cicèron conseille au peuple romain d’investir le général Cn.
Pompée du commandement suprême de l’armée en Asie afin que celui-ci
puisse vaincre Mithridate VI, surnommé Eupator, roi de Pont. Les sénateurs
les plus avisés s’opposaient à l’adoption de cette loi, car Pompée le Grand
(Magnus) avait déjà obtenu par la loi Gabinia le proconsulat des mers, avec
une puissance illimitée.

Plan du premier discours de Cicéron contre Catilina307


Exorde ex abrupto. Cicéron reproche avec véhémence à Catilina
l’audace avec laquelle celui-ci ne craint pas de se présenter au sénat,
bien que tous ses projets soient découverts, et que toutes les mesures
aient été prises contre leur exécution.
I. Les consuls sont armés depuis longtemps du décret qui leur
permet de mettre à mort l’ennemi de l’État. Mais ils ont jugé plus utile
de différer sa condamnation à mort jusqu’au moment où la conjuration
sera devenue bien évidente pour tous. Ils veillent en attendant sur le
conspirateur.
_______________
306
Cicéron, Oeuvres, éd. cit., t. X., p.7-11.
307
v. M.T. Ciceronis, in L. Catilinam, Orationes quatuor, Paris,
Hachette, 1898, notes par Aug. Noël.
293
II. Tous les desseins de Catilina sont connus aux consuls: et la
prise d’armes de Mallius en Étrurie, et le projet de massacre des séna-
teurs dans Rome, et le coup de main nocturne concerté sur Préneste;
mais aussi toutes les précautions ont été prises, et Catilina peut s’en
assurer lui-même.
III. Cicéron expose toutes les mesures arrêtées par Catilina la
nuit du 6 au 7 novembre, dans la maison de M. Porcius Laeca, en
particulier la division des quartiers de Rome destinés à l’incendie et
les tentatives contre la personne du consul. C’est en vain que Catilina
chercherait à nier, au milieu d’une assemblée où il peut retrouver
plusieurs de ses complices.
IV. Qu’il sorte donc d’une ville en garde contre ses attaques;
qu’il emmène avec lui dans son exil cette lie impure dont la république
est souillée.
V. «Quel charme peut avoir pour le traître le séjour de Rome, où
tous les honnêtes gens le détestent et le méprisent ?» Le délabrement
de sa fortune, la découverte de tous ses complots, déjoués aussitôt que
conçus, lui rendent impossible la vie au milieu de ses concitoyens.
VI. Le Sénat s’est soulevé d’horreur à son aspect. La Patrie
elle-même élève la voix pour repousser de son sein le parricide qui la
menace de ses coups.
VII. Catilina n’a-t-il pas prononcé lui-même son arrêt en se
jugeant indigne de conserver sa liberté ? Quand le consul l’envoie en
exil, le silence des sénateurs est une approbation.
VIII. Cicéron n’ignore pas qu’il attire sur sa tête tous les orages
de la haine. Si Catilina veut servir les intérêts de la gloire de Cicéron,
qu’il aille rejoindre le camp de Mallius, où, du reste, ses complices ont
déjà reçu l’ordre de l’attendre.
IX. Catilina va se trouver avec une société de scélérats dignes de
lui. Prosopopée de la Patrie. Elle reproche à Cicéron de laisser sortir
un furieux qui va se déchaîner contre elle, au lieu d’user de son droit,
et de mettre à mort l’homme qui médite le ravage de l’Italie et le
massacre des bons citoyens.
X. L’orateur répond à cette objection qu’il s’est adressée à lui-même
avec une éloquence si brillante. Il ne redoute point les censures de
l’opinion en ordonnant le supplice de Catilina. Mais il pense que la
mort du chef arrêterait pour un moment la conjuration, sans l’étouffer
à tout jamais. Le départ du traître, au contraire, pour l’armée de Mallius
portera la conviction dans l’esprit de tous ceux qui douteraient encore,
294
et, quand on pourra saisir et frapper d’un coup les complices partis à la
suite du chef, la république sera sauvée.
XI. Dans la péroraison, l’orateur lance une dernière imprécation
contre les mauvais citoyens qu’il chasse à jamais de Rome; il promet
au Sénat le dévouement des consuls et, invoquant Jupiter Stator, il le
prie de défendre encore une fois cet empire romain, et de livrer à des
supplices éternels, pendant leur vie et après leur mort, les scélérats
engagés par un pacte abominable à la ruine de la partie.
Plan du deuxième discours contre Catilina308
I. Exorde. L’orateur se félicite lui-même, et félicite la république
du départ de Catilina.
II. S’il n’a pas fait saisir l’ennemi de l’État, au lieu de favoriser
et de précipiter sa retraite, c’est moins sa faute que celle des circon-
stances. Si Catilina eût été mis à mort comme il le méritait, beaucoup
de gens auraient refusé de croire à la conspiration, beaucoup auraient
pris le parti de la victime. Le consul, accablé par l’envie, n’aurait pu
poursuivre les complices.
III. Loin de s’affliger du départ de Catilina, le chef des conjurés,
Cicéron s’afflige que celui-ci n’ait pas entraîné tous ses partisans, dont
la présence dans la ville lui paraît un danger plus redoutable.
IV. Mais ces criminels associés à ses complots, il est bien décidé
à les punir, si mieux ils n’aiment sortir de Rome et rejoindre leur chef,
dont le seul départ, permet enfin à la république de respirer. Perversité
de Catilina, et moyens odieux qui lui ont permis de réunir autour de
lui un si grand nombre de scélérats.
V. Heureuse la république, si elle réussit enfin à s’en débarrasser!
Leur audace est sans bornes, leurs désirs sans mesure; mais Rome, qui
a vaincu le monde, ne saurait tolérer plus longtemps une poignée de
factieux; et s’ils ne se décident à quitter ses murs, ou, du moins, à se
tenir en repos, qu’ils s’attendent au châtiment qu’ils méritent.
VI. Catilina, dit-on, est parti pour l’exil sur l’ordre du consul.
Cicéron réfute cette opinion en racontant ce qui s’est passé dans la
séance du sénat, et prouve que Catilina, confondu par ses révélations,
a pris, non le chemin de Marseille, mais celui de l’Étrurie, pour se
mettre à la tête des troupes de Mallius et déclarer la guerre à sa patrie.
_______________
308
v. M.T. Ciceronis, in L. Catilinam, Orationes quatuor, Paris, Hachette,
1898 (A. Noël).
295
VII. Du reste, s’il était parti pour Marseille et se prétendait banni
par le consul, le consul accepterait volontiers la responsabilité de cette
mesure; mais il n’en est rien, et, avant trois jours, Rome apprendra que
Catilina s’avance à la tête d’une armée de rebelles.
VIII. Mais il s’agit moins du chef que de ceux qui sont restés
dans la ville. Cicéron les divise en six catégories, et montre les
mesures à employer pour se mettre en garde contre chacune d’elles.
La première comprend ceux qui, couverts de dettes, ont de grandes
propriétés qu’ils veulent conserver, et qu’on ne peut amener à vendre
une partie de leurs biens pour dégager le reste. La seconde classe
comprend ceux qui, malgré le poids de leurs dettes, veulent arriver au
pouvoir et s’emparer, grâce aux troubles, des honneurs qu’ils ne
peuvent espérer dans un État tranquille et régulier. La troisième classe
se compose des colons gorgés de richesses par Sylla, qui, après avoir
devoré ce qu’ils possédaient, veulent s’enrichir par les dépouilles des
citoyens, et ont attiré à eux, par l’espoir du pillage, les paysans ruinés
et pauvres. La quatrième catégorie est celle des gens que la sottise, la
paresse, les débauches ont conduits à la misère. La cinquième est
formée par les assassins, les parricides, les scélérats de toute espèce.
La sixième enfin comprend tous les mauvais sujets qui forment la
garde prétorienne de Catilina.
IX. Contre cette bande dont Catilina dispose, la république fournit
des ressources plus que suffisantes, et l’énumération des forces de
l’État, comparées à celles qui le menacent, doit rassurer les bons citoyens.
Péroraison. L’orateur exhorte donc les Romains à avoir bon
espoir. Il invite une dernière fois les partisans de Catilina à quitter la
ville, ou à y demeurer en repos. Il promet au peuple son activité, son
dévouement et une énergie suffisante pour terminer cette guerre, sans
compromettre le repos ou la vie des honnêtes gens. Que tous les bons
citoyens s’unissent à Cicéron pour implorer les dieux immortels, et
leur demander le salut de la république.
Plan du discours pour Marcellus
(Oratio pro Marcello) de Cicéron309
Exorde. Cicéron se décide à rompre le silence auquel il s’était
volontairement condamné. Le rappel de Marcellus, si digne de la clé-
mence de César, le touche personnellement et semble ouvrir une ère
nouvelle pour la république.
_______________
309
Discours prononcé par Cicéron en 708 (l’année de Rome).
296
I. Aucun guerrier ne pouvait être comparable à César, mais la
gloire des armes se divise entre le général et ses soldats: celle de la
clémence qui n’appartient qu’à César, l’élève au-dessus de tous les
conquérants.
II. Éloge des exploits de César. Le plus beau triomphe est celui
qu’on remporte sur soi-mème. Aussi les paroles sont impuissantes à
exprimer toute l’admiration des Romains.
III. Suite du même développement. César a rétabli la dignité
obscurcie de toute une race de héros: il a vaincu la victorie elle-même.
IV. Transition à la seconde partie du discours qui contient les
conseils au général. Le rappel de Marcellus est plus qu’un acte isolé,
il indique l’opinion de César sur la guerre civile et ses intentions pour
l’avenir. Le vainqueur a compris que les amis de Cicéron comme Cicéron
lui-même avaient été entraînés à la guerre par une sorte d’influence
fatale plutôt que par haine ou par ambition.
V. Les adversaires de César auraient sans doute usé moins
noblement de la victorie. C’est donc avec raison que les dieux, premiers
auteurs de cette guerre fatale, ont favorisé le plus généreux. César doit
persévérer dans sa conduite.
VI. César ne doit pas s’abandonner à de graves soupçons; mais il
veillera sur lui-même, puisqu’à sa vie est attaché le salut de l’État. Les
pensées développées dans cette partie ne s’adressent pas moins aux
Pompéiens qu’à César.
VII. Détail des réformes que réclame l’état de la république.
Devoirs de César. Il n’a pas le droit de se soustraire à cette noble tâche,
et c’est à tort qu’il croit avoir assez vécu pour la nature et la gloire.
VIII. Les exploits de César ne lui assureront qu’une courte
renommée; le salut de la patrie prolongera son nom dans tous les âges.
IX. La guerre civile est terminée: tous les citoyens honnêtes et
sensés se rallieront à César. Cicéron lui promet non seulement l’appui,
mais le dévouement du sénat. Tous feront au chef de l’État un rempart
de leurs corps.
X. Péroraison. L’orateur en finissant revient à l’expression de
son éternelle reconnaissance. Le rappel de Marcellus met le comble
aux bienfaits de César envers Cicéron.
Note. Marcus Claudius Marcellus, consul en 51 s’était vivement opposé
aux prétentions ambitieuses de César. Lorsque celui-ci demanda que son
commandement en Gaule fût prolongé et qu’on lui permît, quoique absent de
briguer le consulat, Marcellus l’avait énergiquement combattu par ses discours
297
au Sénat. Quand éclata la guerre civile, M. Marcellus suivit le parti de
Pompée. Après la victoire de César à Pharsale (48 av.n.è.) sur Pompée, Marcellus,
prudent, ne voulut pas se confier à la clémence du vainqueur; il se retira dans
l’île de Lesbos, résolu de passer le reste de ses jours à Mitylène. Cependant
les lettres de Cicéron et les instances répétées de C.Marcellus, fils de son
oncle paternel ébranlèrent enfin sa résolution et il voulut consentir pour qu’on
fît des démarches en vue d’obtenir son rappel à Rome. Prié par C. Marcellus
et par les sénateurs, César pardonna à Marcus Claudius Marcellus sa conduite
et permit qu’il fût rappelé de son exil. Cicéron, transporté de joie, adressa, à
cette occasion, un discours de remerciement à Jules César.

LES TRANSITIONS
Le plan qui est, comme une juste distribution des matières310 doit
aussi indiquer les transitions c’est-à-dire le passage de l’expression
d’une idée à une autre, la manière de lier les parties du discours,
l’enchaînement des preuves d’une façon raisonnable. On a comparé
les transitions à des noeuds dont on se sert pour unir des parties du
discours, des propositions (au point de vue logique) qui de prime abord
paraissent n’avoir aucun rapport ou qui sont réellement indépendantes.
L’orateur doit posséder le talent et l’adresse de savoir réaliser par
certaines pensées exprimées adroitement une union tellement naturelle
entre les arguments ou les différents développements que ceux-ci
paraissent composer un tout compact. Il y a des orateurs et des écrivains
qui excellent dans l’art des transitions; dans leurs discours ou dans
leurs ouvrages celles-ci semblent sortir naturellement du sujet traité et
enchaînent insensiblement ce qui a été dit à ce que l’on va dire. La
liaison des preuves d’une manière juste contribue beaucoup à la clarté,
à l’élégance et à l’ornement du discours.
En faisant ressortir la difficulté présentée par l’emploi des
transitions, Paul Valéry écrit:
«La Jeune Parque fut une recherche littéralement indéfinie de ce
qu’on pourrait tenter en poésie qui fût analogue à ce qu’on nomme
«modulation”, en musique. Les «passages” m’ont donné beaucoup de
mal ... Rien, d’ailleurs, ne m’intéresse plus dans les arts que ces
transitions, où je vois ce qu’il y a de plus délicat et de plus savant à
accomplir, cependant que les modernes les ignorent ou les méprisent»
(Variété, V, p. 92).
_______________
310
Quintilien, op. cit., VII, 1, 1.
298
Exemples de transitions et de clichés de liaison
dans les Mémoires de La Rochefoucauld
Les expressions et les pensées dont La Rochefoucauld se sert
pour passer d’un sujet à un autre consitiuent ce que la rhétorique appelle
des transitions. Le mémorialiste excelle dans l’art des transitions car
celles-ci paraissent sortir comme d’elles-mêmes du sujet traité. Cepen-
dant, on remarque dans les Mémoires, le retour, de temps en temps,
avant une nouvelle phrase ou période, de mêmes types de structures ou
de formules de transition. Ces formules appartiennent à une technique
narrative qui fait progresser le récit par paliers et révèlent, chez La
Rochefoucauld, un automatisme d’écriture:
«Les choses étaient dans ces termes, quand la reine d’Angleterre
partit pour aller trouver le roi son mari»311.
«Les choses étaient en ces termes, lorsque M. Des Noyers, qui
croyait les avoir ruinés auprès de la Reine, se trouva lui-même ruiné
auprès du Roi»312.
«Les affaires étant en ces termes, le Parlement, de son côté,
donnait tous les jours des arrêts, et faisait de nouvelles instances à la
Reine pour la liberté des Princes»313.
«Les choses demeurèrent en cet état durant un temps assez
considérable, et cependant le Cardinal donnait toutes les démonstrations
publiques de vouloir, non seulement entrer dans les sentiments de
Monsieur le Prince, mais encore dans les intérêts de ses amis»314.
«Les choses ne pouvaient plus demeurer en ces termes il fallait
que Monsieur le Prince se fît justice lui-même»315.
«Les affaires demeurèrent quelque temps en ces termes: mais,
comme l’armée manquait de fourrage vers Châtillon et Montargis, et
qu’on n’osait ni l’éloigner, ni l’approcher de Paris, on la fit marcher à
Étampes»316.
«Ces bruits semés dans le monde y faisaient quelque impression,
et le peuple recevait sans les examiner toutes celles que les Frondeurs
lui voulaient donner»317.
_______________
311
La Rochefoucauld, op. cit., p. 38.
312
Ibidem, p. 58.
313
Ibidem, p. 136.
314
Ibidem, p. 99.
315
Ibidem, p. 104.
316
Ibidem, p. 208.
317
Ibidem, p. 97.
299
«Ces bruits semés parmi le peuple y faisaient quelque impression.
Le Parlement était plus partagé que jamais»318.
Dans cette extrémité, il (= le duc de Buckingham) dépêcha à
l’instant même un ordre de fermer tous les ports d’Angleterre et
défendit que personne n’en sortît, sous quelque prétexte que ce pût
être»319.
Dans cette extrémité, abandonnée de tout le monde, manquant
de toute sorte de secours, et n’osant se confier qu’à Mlle de Hautefort
et à moi, elle (= la reine) me proposa de les enlever toutes deux»320.

LA NARRATION
Définitions, remarques
1. «La narration est l’exposé des faits, ou vrais ou vraisemblables»
(Cicéron, De Inventione, I, 19).
2. «La narration, dit Cicéron, sert de fondement à l’argumentation;
sous ce rapport elle est soumise aux règles applicables à presque
toutes les autres parties du discours: et ces règles sont les unes
essentielles, les autres accessoires et de simple ornement. C’est ainsi
qu’au mérite essentiel de la clarté et de la vraisemblance, la narration
doit unir le mérite accessoire de l’agrément. Pour être clairs dans cette
partie du discours, rappelons-nous les préceptes qui font régner l’ordre
et la clarté dans le discours même. De ce nombre est la brièveté; elle
est souvent aussi l’une des qualités de la narration. La narration aura
de la vraisemblence, si elle s’accorde avec les lieux, les temps et les
personnes: si chaque fait, chaque événement y est expliqué; si rien ne
choque les opinions, les sentiments des hommes, les lois, les mœurs;
si la probité, la candeur, la vertu du narrateur, jointes aux nobles
souvenirs et au témoignage d’une vie sans reproche témoignent de la
vérité de ses paroles. Rien ne manque à l’agrément de la narration,
lorsqu’elle étonne l’esprit, le tient en suspens, le frappe par des
événements imprévus, et que tantôt pathétique, tantôt dramatique, elle
fait entendre les accents de la douleur, de la colère, de la crainte, de la
joie, de l’espérance, et met aux prises toutes les passions» (Cicéron,
Les Partitions oratoires, IX).
_______________
318
Ibidem, p. 157.
319
Ibidem, p. 39.
320
Ibidem, p. 47.
300
3. «La narration est l’exposé persuasif d’une chose faite ou
prétendue faite, ou, selon la définition d’Apollodore, un discours qui
instruit l’auditeur de l’objet de la contestation, de ce qui est en cause».
(Quintilien, IV, 2, 31).
4. «Quand il ne s’agit que de traiter une question, dit Bernard
Lamy, il suffit de la proposer. Si c’est une action qui soit la matière du
Discours on doit faire un récit de cette action, en rapporter toutes les
circonstances, en faire une peinture qui l’expose aux yeux des Juges. Il
y a des personnes qui ne se font point de scrupules pour faire paraître
une action telle qu’ils souhaitent, de la revêtir de circonstances favo-
rables à leurs desseins et qui sont contraires à la vérité. Ils croient le
pouvoir faire, parce que, comme ils le disent, ce n’est que pour faire
valoir la cause qu’ils défendent ... Il est manifeste qu’employer le
Mensonge contre la vérité, c’est une chose mauvaise puisqu’on abuse
de la parole qui ne nous a été donnée que pour exprimer la vérité de
nos sentiments; si c’est pour la défendre, cet office qu’on lui rend lui
est désagréable: elle n’a pas besoin du secours du mensonge pour se
défendre. On doit donc dire les choses simplement comment elles sont
et prendre garde de ne rien insérer qui puisse porter les Juges à rendre
un jugement injuste. Mais aussi une affaire a plusieurs faces dont les
unes sont plus agréables, les autres ont quelque chose de choquant et
qui peut rebuter les Auditeurs. Il est de l’adresse d’un sage Orateur de
ne pas proposer une affaire par une face choquante et qui puisse
donner une opinion désavantageuse de ce qui doit suivre. L’Orateur
doit faire choix des circonstances de l’action qu’il propose. Il ne doit
pas s’arrêter à toutes également. Il y en a qu’il faut passer sous silence,
ou ne dire qu’en passant» (B. Lamy, L’Art de parler, Paris, Marret,
1712, p. 23).
5. «La Narration dans le discours, dit Crevier, est l’exposition
du fait assortie à l’utilité de la cause. On l’appelle simplement Fait
dans les plaidoyers et les mémoires des avocats».
Crevier remarque qu’il y a une différence sensible entre la
Narration oratoire et la Narration historique:
«L’Historien et l’Orateur narrent l’un et l’autre. Mais le premier,
uniquement occupé du vrai, ne se propose que d’exposer la chose telle
qu’elle est. Il pécheroit même contre la première règle de son genre.
(Il ne doit pas dans la tournure de son récit tenir compte de l’intérêt
particulier de qui que ce soit). Il n’en est pas ainsi de l’Orateur. Il doit
sans doute respecter la vérité et il ne lui est pas permis de l’altérer. Les
droits inviolables de la vérité exigent de lui cette fidélité, et de plus il
301
nuirait même à sa cause s’il s’exposait être sûr en mensonge parce que
dès lors il jetterait en défiance ses auditeurs, et perdroit auprès d’eux
toute créance. Mais l’intérêt du vrai n’est pas le seul qui dirige son
discours. L’Orateur y joint la considération de ce que demande l’utilité
de sa cause. Sans détruire la substance du fait, il le présente sous des
couleurs favorables; il insiste sur les circonstances qui lui sont
avantageuses et les met dans le plus beau jour; il adoucit celles qui
seroient odieuses et choquantes. Un historien qui auroit eu à raconter
la mort de Clodius auroit dit les esclaves de Milon tuèrent Clodius.
Cicéron dit “les esclaves de Milon firent ce que chacun de nous eût
voulu que ses esclaves fissent en pareille occasion”.
Crevier souligne que la narration jette les bases de la confirmation:
«La Narration tient de l’essence de la cause, elle peut en être
regardée comme le fondement et la base. Elle doit contenir le germe
de tous les moyens qui seront employés dans la suite. On peut même
dire que l’impression qui résulte de l’exposé des faits a un grand
avantage sur la preuve de raisonnement. Il est clair que nulle partie du
discours ne doit être plus soigneusement travaillée que la Narration.
Elle demande beaucoup d’art, de réflexion. Il ne doit rien dire que de
vrai, il ne doit rien dire qui nuise à sa cause. Car rien n’est plus
honteux à un Avocat que de se tuer de sa propre épée. Si sa cause était
mauvaise, l’unique parti à prendre pour lui seroit de ne s’en point
charger. Les Narrations de Cicéron portent toutes ce caractère d’habileté
et d’adresse et elles sont tournées avec un art infini».
6. «La narratio (diegesis), dit Roland Barthes, est certes le récit
des faits engagés dans la cause ... mais ce récit est conçu uniquement
du point de vue de la preuve, c’est “l’exposition persuasive d’une
chose faite ou prétendue faite”. La narration n’est donc pas un récit
(au sens romanesque et comme désintéressé du terme), mais une
protase argumentative. Elle a en conséquence deux caractères obligés:
1) sa nudité: pas de digression, pas de prosopopée, pas d’argumentation
directe; il n’y a pas de techné propre à la narration; elle doit être
seulement claire, vraisemblable, brève; 2) sa fonctionnalité: c’est une
préparation à l’argumentation; la meilleure préparation est celle dont
le sens est caché, dans laquelle les preuves sont disséminées à l’état de
germes inapparents (semina probationum)»321.
Par conséquent, la narration (la narratio ou la diegesis) n’est
pas un récit déintéressé étant donné qu’elle se trouve au service de la
_______________
321
R. Barthes, Ancienne Rhétorique, „Communications”, nr. 16, 1970.
302
confirmatio, la partie du discours où sont énoncées les preuves
élaborées au cours de l’inventio.
Place de la narration
Aristote souligne qu’il y a plusieurs endroits où l’on doit placer
la narration; dans le genre judiciaire, par exemple, elle est placée après
l’exordium et la propositio et avant la confirmatio.
Utilité de la narration
A. Les théoriciens de la rhétorique soulignent que la narration
n’est pas toujours indispensable;
a) dans les causes de très brève étendue, on peut employer une
proposition à la place de la narration.
b) lorsque la cause se présente sous la forme d’une question:
est-ce le fils ou le frère qui doit hériter d’une femme mourant intestat?»;
«la puberté doit-elle se juger d’après l’âge ou l’état physique?»
(v. Quintilien, IV, 2, 4).
La narration est inutile lorsque l’adversaire a si bien exposé les
faits que l’orateur n’aurait aucun intérêt à les exposer une seconde
fois. Elle peut être nuisible au succès de la cause quand l’exposé du
fait, d’ailleurs connu produit de pénibles impressions sur l’auditoire;
en ce cas il faut supprimer la narration.
B. La narration est, au contraire, très utile lorsqu’elle a pour but
de faire connaître par un exposé précis, clair, simple et vraisemblable
les événements qui concernent le sujet, de même que les actes qui ont
été accomplis dans certaines circonstances.
Le but de la narration n’est pas seulement d’instruire l’auditoire
mais sussi de lui faire partager la manière dont l’orateur, veut que les
choses soient interprétées: «Aussi, dit Quintilien, quand bien même il
(= le juge, l’auditoire) n’aurait pas besoin d’être instruit sur les faits,
mais d’être influencé dans tel ou tel sens, nous ferons une narration
que nous justifierons: nous savons qu’il connaît en gros ce qui s’est
passé, mais il ne trouvera pas mauvais que nous lui rendions compte
de tous les faits considérés isolément ...» (IV, 2, 21).
Espèces, genres de narrations
Dans De Inventione (I, 19), Cicéron distingue trois sortes de
narrations:
A) celles qui renferment toute la cause et toute la matière de la
discussion.
303
B) celles qui contiennent quelque digression ayant pour objet de
chercher en dehors de la cause:
a) quelque chef d’accusation
b) quelque rapprochement
c) quelque moyen de plaire qui se rapporte au sujet même
d) quelque sujet de développement
C) les narrations dont le principal but est l’agrément; elles se
divisent en deux espèces: l’une s’occupe des choses, l’autre des
personnes; celle qui s’occupe des choses se divise en trois parties: la
fable, l’histoire, l’hypothèse; cette dernière est un fait supposé, mais
qui cependent n’est pas impossible. La narration qui se rapporte aux
personnes est celle qui, dans l’exposé des faits, a pour but de faire
connaître le langage et le caractère des individus.
Indépendamment de la narration qui a pour objet des questions
en litige, les rhéteurs en distinguent beaucoup d’autres qui peuvent
concerner:
a) la personne: «Marcus Acilius Palicanus, d’une naissance
obscure, habitant du Picenum, grand parleur plutôt qu’éloquent ...»
(v. Quintilien, IV, 2).
b) le temps: «Au retour du printemps, quand la neige commence
à fondre sur la cime blanche des montagnes ...» (v. Quintilien, IV, 2).
c) la cause (et l’effet): «celle dont les historiens font un usage si
fréquent, lorsqu’ils exposent l’origine d’une guerre, d’une sédition»
(v. Quintilien, IV, 2).
Il y a en outre des narrations qui regardent le passé et ce sont les
plus ordinaires, des narrations qui regardent le présent et celles qui
regardent l’avenir (et qui sont employées par ceux qui font des
hypothèses).
Selon Aristote la narration est étroitement liée aux traits spéci-
fiques des genres oratoires.
Dans le genre épidictique la narration est coupée, elle se fait par
parties car une narration continue présenterait trop de faits qui ne
pourraient pas être retenus par la mémoire des auditeurs. C’est pourquoi,
il ne faut pas que la narration suive l’ordre chronologique des actions
du personnage dont on fait l’éloge; celles-ci doivent être groupées
suivant leur spécificité; il faut montrer, par exemple, que telles actions
relèvent le courage, telles autres la sagesse ou l’esprit de justice du
personnage. L’orateur ne peut relater que les actions de son héros qui
ont eu lieu et que tout le monde connaît ou en a entendu parler. Il ne
304
peut y ajouter rien de son propre cru; sous ce rapport son art est sans
pouvoir (Bossuet dira à ce sujet que les orateurs ne peuvent rien «pour
la gloire des âmes extraordinaires», que uniquement les actions qu’elles
ont accomplies peuvent les louer)322.
Aristote montre qu’il y a un côté technique dans la narration,
dans le genre démonstratif et qui consiste dans le fait que l’orateur
peut prouver, si on le conteste, que les actions relatées sont réelles,
bien qu’elles semblent invraisemblables ou peu croyables. Si les
actions de celui dont on fait l’éloge sont très connues, il faut procéder
avec doigté: «par exemple, dit Aristote, si l’on veut faire l’éloge
d’Achille: tout le monde connaît ses actions, il faut seulement en tirer
parti» (v. Rhétorique III, éd. cit., p. 86).
Dans le genre délibératif, il y a peu de place pour la narration,
étant donné que l’avenir ne se narre point; mais si l’on doit faire une
narration, elle aura pour objet un exemple appartenant au passé plus
ou moins éloigné. La raison en est que «au souvenir de ce qui fut, les
auditeurs délibèrent mieux sur ce qui sera» (Aristote, Rhétorique III,
éd. cit., p. 89).
Dans le genre juridique, la narration doit, en général, suivre
l’ordre des faits; Cicéron veut que, dans le récit, le fil des événements
ne soit pas interrompu. (v. Rhétorique à Herennius, I, 9). Le conseil de
Cicéron de suivre dans la narration l’ordre des faits n’a rien d’absolu;
l’orateur ne doit pas se croire tenu d’observer l’ordre chronologique
des événements dans le récit, étant donné que ni même les historiens
ne le respecte parfois; en général, il faut subordonner l’ordre des faits
à l’intérêt de la cause.
Les qualités de la narration
Les théoriciens de la rhétorique précisent que la narratio doit
posséder certaines qualités.
La narration doit être aussi claire que le reste du discours: il faut
même la composer avec une attention toute particulière car le danger
d’un exposé obscur y est plus grand que dans l’exordium ou dans la
peroratio. D’ailleurs Cicéron lui-même avertit qu’une narration obscure
obscurcit l’ensemble du discours: «Narratio obscura totam obcaecat
orationen» (De Oratore, II, 329).
_______________
322
Bossuet, Oraisons funèbres et sermons, Paris, Larousse, 1936, p. 53
(Oraison funèbres de Louis de Bourbon, prince de Condé).
305
À plusieurs reprises, Cicéron insiste sur l’importance de la clarté
de la narration dans ses ouvrages de rhétorique:
a) «La narration sera claire si conservant l’ordre des choses et
des temps, nous montrons les objets tels qu’ils ont été ou qu’ils ont pu
être ...» (Rerum ac temporum ordinem conservabimus ut gestae res
erunt ... ne quid perturbate ...) (Rhétorique à Herennius, I, 9).
b) «Le moyen de la (= la narration) rendre claire c’est de n’em-
ployer que des termes usuels, d’observer l’ordre des circonstances, de
ne point interrompre le fil du récit» (Erit autem perspicus narratio, si
verbis usitatis, si ordine temporum conservato, si non interrupte
narrabitur) (De Oratore, II, 329).
c) Afin que la narration soit claire, il faut «exposer d’abord ce
qui s’est fait d’abord, en observant l’ordre des temps et des faits, en
racontant les choses comme elles se sont passées, ou comme il est
vraisemblable qu’elles ont pu se passer» (Cicéron, De Inventione, I, 20).
Quintilien observe que la narration sera vraiment claire si elle
emploie des termes propres, expressifs, et si l’orateur évite les mots
peu usités et les expressions vulgaires ou trop recherchées; en outre,
elle devra mettre bien en lumière les faits, les personnes, les cir-
constances, les lieux, les causes323. De plus, l’orateur ne doit pas s’écarter
de son sujet, remonter trop haut ou s’avancer trop loin, omettre quelque
chose d’essentiel à la cause.
Bernard Lamy pense que la clarté est la suite de «l’exactitude à
ne rien dire que ce qui est nécessaire» (L’Art de parler, éd. cit., p. 424).
Crevier montre que la clarté est particulièrement nécessaire dans
la narration «parce que c’est de là que doit partir la lumière qui se
répandra sur tout ce que l’Orateur pourra dire dans la suite»324.
Selon ce rhéteur, l’effort de l’orateur est perdu si le fait n’a pas
été bien exposé dans cette partie du discours et s’il y reste de l’ob-
scurité; en ce cas «les raisonnements et les preuves qui viendront après
ne se feront point nettement concevoir»325. Pour rendre la narration
claire, outre les conditions requises pour tout discours (la propriété des
termes, la simplicité des tours, etc.), il faut faire attention à bien
distinguer les noms de personnes, les temps, les lieux, et toutes les
autres circonstances qui concernent les faits.
_______________
323
v. Quintilien, op. cit., IV, 2, 36.
324
Crévier, Rhétorique française, éd. cit., t. II, p. 348.
325
Ibidem.
306
Une autre qualité de la narration est la concision. Aristote
souligne qu’il est ridicule de prétendre que la narration soit rapide:
«On connaît, dit-il, sans doute, la réponse faite au boulanger qui
demandait s’il devait pétrir sa pâte dure ou molle: “Et quoi? Est-il
impossible de la faire à point?” Ici de même».
Aristote ajoute qu’il faut éviter les longueurs dans la narration,
tout comme dans l’exorde et «l’exposé des preuves» (= la confirmation):
«ici, précise-t-il, le bien n’est point la rapidité ou la conclusion, mais
la juste mesure»; celle-ci consiste à dire «tout ce qui éclairera le fait en
cause, ou tout ce qui fera croire qu’il a été accompli, ou qu’il a été
préjudiciable, ou illégal, ou tel qu’on veut le montrer». Lorsqu’il doit
répondre aux accusations de la partie adverse, l’orateur doit employer
une narration plus brève, surtout lorsque les points en litige sont les
suivants; «ou l’acte n’a pas été accompli, ou il n’est pas nuisible, ou il
n’est pas illégal, ou il n’est pas si grave, si bien qu’il n’y a pas lieu de
perdre son temps à propos d’un fait sur lequel il y a accord; la narration
sera plus longue, si l’orateur veut insister sur un fait, s’il veut établir
une thèse, par exemple, que l’acte a été commis mais qu’il n’est pas
illégal»326.
En parlant de la concision, Cicéron a souligné dans De Oratore
qu’on entend par brièveté «cette précision qui ne dit rien de trop» (II,
326); la concision ne consiste pas à dire une chose en peu de mots;
elle exige seulement qu’on n’emploie pas de paroles superflues. Si la
narration est trop brève, la brièveté pourrait nuire à sa clarté; de plus,
la concision pourrait enlever au récit une qualité importante, son charme
persuasif.
Dans De Inventione (I, 19), Cicéron montre que la brièveté consiste:
a) à prendre le récit au point juste, sans remonter au premier
commencement.
b) à ne point recourir aux détails sans y être obligé.
c) à ne point continuer la narration au-delà de ce qu’il importe
de faire savoir.
d) à ne pas se perdre dans des digressions.
e) à supprimer non seulement ce qui paraît injustement contraire
à la cause, mais encore ce qui ne lui est ni contraire ni favorable.
f) à ne dire la même chose qu’une fois.
g) à ne point recommencer la narration, une fois achevée.
_______________
326
v. Aristote, Rhétorique, III, éd. cit., p. 86.
307
Quintilien remarque lui aussi que la brièveté résulte avant tout
de ce que:
a) l’orateur ne fait remonter l’exposé des faits qu’au moment où
ils intéressent les auditeurs.
b) l’orateur ne dit rien qui soit étranger à la cause.
c) l’orateur élimine tout ce dont la suppression n’enlève rien à la
connsissance de l’affaire.
Suivant Quintilien, il y a des détails qui tout en semblant néces-
saires sans l’être allongent le discours; il en donne l’exemple suivant:
«J’arrivai sur le port, j’aperçus un navire, je demandai le prix du passage,
on se mit d’accord sur ce point; je m’embarquai; on leva l’ancre; on
détacha le câble, nous pârtimes». Quintilien commente ce texte de la
façon suivante:
«Aucune des circonstances ne peut être exprimée plus brièvement;
mais il suffit de dire; „Je m’embarquai et nous sortîmes du port”.
Toutes les fois que la circonstance finale suffit à indiquer celles qui
ont précédé, nous devons nous contenter du point qui fait comprendre
le reste» (IV, 2, 41). À plus forte raison doit-on éviter d’employer des
détails inutiles:
«Quand on peut dire: “J’ai un fils jeune”, pas besoin d’entrer
dans tous ces détails: “Désireux d’avoir des enfants, je me suis marié;
j’ai eu un fils, je l’ai élevé; il est parvenu à l’adolescence”» (Quintilien,
IV, 2, 42).
La brièveté ne consiste pas à dire une chose en peu de mots,
mais à ne rien dire d’inutile;
«Il ne faut pas moins se tenir en garde contre le défaut que
produit la manie de trop abréger, à savoir contre l’obscurité ... Nous
devons donc, partout peut- être, mais plus particulièrement dans les
narrations, tenir un juste milieu: dire tout ce qu’il faut et rien que ce
qu’il faut» (Quintilien, IV, 2, 45).
La concision n’est pas l’ennemie de l’élégance et l’expression
«tout ce qu’il faut» ne signifie pas qu’il faut se borner à relater suc-
cinctement les choses, à énoncer les faits d’un façon plate, sans éclat;
les figures de rhétorique placées avec art font paraître plus brèves les
narations les plus longues:
«La brièveté, dit-il, ne doit pas être sans élégance, sous peine
d’être sans art. Car, précise-t-il, l’agrément donne le change, et ce qui
plaît semble moins long; c’est ainsi qu’une route agréable et facile,
même plus longue, fatigue moins qu’une autre qui serait plus courte
mais escarpée et triste» (IV, 2, 46).
308
En parlant de la brièveté, Bernard Lamy montre que la narration
est courte «lorsqu’on dit tout ce qu’il faut et que l’on ne dit que ce
qu’il faut». Il remarque le fait que l’«on ne doit pas juger de la brièveté
d’une narration par le nombre de paroles, mais par l’exactitude à ne
rien dire que ce qui est nécessaire»327.
Le vraisemblable
Avant de montrer que la narration doit être vraisemblable nous
croyons qu’il est nécessaire de donner quelques définitions de ce concept:
1. Le vraisemblable, dit Aristote, n’est qu’une proposition
probable; et l’on entend par probable ce qui, dans la plupart des cas,
arrive ou n’arrive point, est ou n’est point; par exemple: «Les hommes
haïssent ceux qui les envient; ils aiment ceux qui les aiment» (Aristote,
Logique, Premiers Analytiques, II, 27, 1). «Le vraisemblable est ce qui
se produit le plus souvent, non pas absolument parlant, comme cer-
tains le définissent; mais ce qui, dans le domaine des choses pouvant
être autrement, est relativement à la chose par rapport à laquelle il est
vraisemblable dans la relation de l’universel au particulier» (Aristote,
Rhétorique, I, p. 81).
2. «Le vraisemblable est ce que l’auditeur croit de lui-même
sans autre témoignage, comme, Il n’est personne qui ne désire le salut
et le bonheur de ses enfants» (Cicéron, De Inventione, I, 30); «Appelons
vraisemblable ce qui est conforme au cours ordinaire des choses, comme
le penchant de la jeunesse pour les plaisirs» (Cicéron, Les Partitions
oratoires, X).
3. Alexandre Bain souligne qu’il y a des propositions qui, quoique
prouvées, peuvent être repoussées par l’auditeur parce qu’elles ne
paraissent pas croyables; pour certains motifs, elles sont considérées
comme invraisemblables: «nous croyons, dit-il d’après le plus léger
témoignage qu’un bateau pêcheur a coulé bas par un vent vif; nous ne
croyons pas, sans des ténoignage beaucoup plus graves, qu’un vaisseau
de guerre, complètement équipé, a été submergé»328. La circonstance
qui rend un fait vraisemblable ou invraisemblable est conditionnée par
la constatation que ce fait s’accorde ou ne s’accorde pas avec les
inductions déjà établies: qu’un être vivant soumis à plusieurs reprises
à des doses massives de radiations en ait été affecté, la chose n’est que
_______________
327
B. Lamy, op. cit., p. 423.
328
A. Bain, Logique déductive et inductive, éd. cit., p. 222.
309
trop vraisemblable. Des inductions scientifiques qui ont été maintes
fois vérifiées rendent invraisemblable toute assertion qui les contredit.
La vraisemblance de la narration
Étant donné que la vérité surtout dans les questions qui con-
cernent la justice peut quelquefois ne pas être vraisemblable, il faut lui
donner les couleurs de la vraisemblance. Celle-ci se feront remarquer
dans la narration si le récit n’est pas en désaccord avec les caractères
ou avec les intérêts des personnages, avec les circonstances des temps
et des lieux. La narration devient vraisemblable si les faits sont
motivés, s’ils semblent s’appuyer sur des témoignages irréfragables et
si celui qui raconte donne l’impression qu’il est épris de justice:
«Si le fait est incroyable, dit Aristote, il faut alors y ajouter
l’exposé des motifs, comme fait Sophocle; il en donne un exemple
dans son Antigone, quand l’héroïne déclare s’être plus souciée de son
frère qu’elle n’eût fait d’un mari ou de ses enfants, parce que ceux-ci
auraient pu être remplacés, si elle les avait perdus: “Mais puisque chez
Hadès s’en sont allés et mon père et ma mère, / II n’est plus de frère
dont je puisse jamais voir refleurir la jeunesse”» (Rhétorique, II, p. 88).
Dans la narratio, l’orateur a le devoir de présenter les faits
favorables à sa cause. Alors que l’historien décrit certains événements
de manière à les faire mieux comprendre à ses lecteurs, l’orateur se
propose en outre à mettre en relief tout ce qui favorise la cause qu’il
défend. Néanmoins, l’orateur ne doit pas dénaturer la vérité: autrement
il nuira à ceux dont il défend les intérêts et se fera du tort à lui-même
car les auditeurs ne lui feront plus confiance. Par conséquent, l’orateur,
sans rien altérer de la vérité des faits, doit présenter ceux-ci d’une
manière qui soit vraisemblable.
C’est ainsi que procède Cicéron dans Pro Milone. Le célèbre
orateur, au lieu de raconter comment Milon a été attiré dans un guet-apens
(chose d’ailleurs réelle) par Clodius, s’efforce de détruire les idées
préconçues que plusieurs circonstances avaient fait naître dans l’esprit
des auditeurs et de montrer que Milon n’a pas prémédité le meurtre de
Clodius, que celui-ci a été le résultat d’un acte de légitime défense:
«Cependant l’élection d’un flamine329 appelait Milon à Lanuvium
(Ce flamine était un prêtre de Junon Sospita). C’était le 20 janvier que
ce voyage devait avoit lieu: voyage solennel, indispensable, commandé
_______________
329
Flamine. Chez les Romains, prêtre attaché au culte d’un dieu.
310
par les lois. Clodius ne l’ignorait point; la chose était publique. Il quitte
brusquement Rome le 19, et court sur la voie Appienne (l’événement
en fait foi) attendre Milon en embuscade. Remarquez la précipitation
du départ: ce jour-là même se tenait une assemblée séditieuse qu’eût
bien servie la fureur de Clodius; il s’en arrache! S’il n’eût voulu
marquer d’avance la place et l’instrument du crime, s’en serait-il
arraché? Quel contraste avec Milon! Celui-ci, après avoir été ce jour-
là au sénat jusqu’à la fin de la séance, il revint chez lui. Il changea de
vêtements et de chaussures et attendit quelque temps que sa femme eût
terminé les préparatifs de départ».
Par conséquent, Milon était calme ce jour-là et sa conduite
n’était pas celle d’un homme qui songeait à perpétrer un crime. Ce
sont les pensées que Cicéron fait naître dans l’esprit de ses auditeurs,
non seulement par la lenteur avec laquelle il décrit les préparatifs de
départ de la famille Milon, mais encore par les expressions très simples
qu’il emploie et qui sont par ce moyen plus adéquates à masquer son
intention de gagner l’adhésion des auditeurs à sa thèse. Après avoir
relaté le départ de Milon dans des circonstances qui sont entièrement
favorables à celui-ci, Cicéron continue son récit:
«Clodius vint à la rencontre de Milon; il était à cheval, bien
équipé, sans voiture, sans bagages, sans aucun Grec à sa suite, contre
sa coutume et même sans sa femme, ce qui ne lui arrivait presque
jamais; alors que Milon que la partie adverse prétend qu’il s’était déplacé
pour commettre ce meurtre, était dans une voiture avec sa femme,
enveloppé dans un vaste manteau, traînant ses bagages et accompagné
d’une longue file de servantes et de valets peu courageux».
En exposant ces faits, Cicéron procède de telle sorte que dans
l’esprit des auditeurs naisse toute une série de questions et que les
réponses soient entièrement favorables à Milon. De Clodius et de Milon,
lequel était celui qui était le mieux équipé pour commettre une attaque
par surprise?
Le grand orateur poursuit son récit de la façon suivante:
«La rencontre eut lieu vers onze heures devant un domaine de
Clodius. Tout à coup une troupe de gens armés se précipite sur Milon
d’un lieu élevé. Ceux qui attaquent la voiture par devant tuent le
cocher. Milon se débarrasse de son manteau, s’élance à terre et se
défend avec énergie. Des gens armés qui étaient avec Clodius, les uns
reviennent près de la voiture, l’épée à la main et attaquent Milon par
derrière; les autres, croyant Milon déjà mort, veulent s’emparer des
311
esclaves qui le suivaient. Plusieurs de ceux-ci firent preuve de courage
et de fidélité: une partie d’entre eux fut massacrée; les autres voyant
que l’on combattait autour de la voiture et qu’on les avait empêchés de
secourir leur maître, entendant Clodius lui-même, s’écrier que Milon
était tué et le croyant en effet, ils firent alors (mon but n’est pas
d’éluder l’accusation mais de rapporter la chose telle qu’elle est), ils
firent, sans que leur maître l’ordonnât, sans qu’il le sût, sans qu’il le vît,
ce que chacun de nous eût voulu que ses esclaves fissent en pareille
circonstance.
Les choses se sont passées comme je viens de vous les exposer.
L’agresseur a succombé dans l’embuscade qu’il avait lui-même préparée:
la force a été vaincue par la force ou plutôt la valeur a triomphé de
l’audace»330.
Bernard Lamy parlant de la vraisemblance écrit les lignes
suivantes:
«Il n’est pas difficile à notre Orateur de rendre vraisemblable ce
qu’il dira, puisqu’il n’y a rien de si semblable à la vérité qu’il défend
que la Vérité même. Cependant pour cela il faut un peu d’adresse, et il
est évident qu’il y a certaines circonstances qui toutes seules seroient
suspectes et ne pouvoient être crues si elles n’étaient soutenues par
d’autres circonstances. Pour faire donc paraître une narration vraye
comme elle l’est en effet il ne faut pas oublier ces circonstances»331.
Crevier, lui aussi, insiste sur cette qualité que doit avoir la narration
et souligne que la vraisemblance ne doit point être négligée même en
ne disant que des choses vraies:
«Pour rendre donc votre récit vraisemblable, vous devez assigner
à vos personnages des motifs et des caractères proportionnés à la
nature des actions que vous leur attribuez. Quintilien remarque que les
meilleures préparations pour disposer l’auditeur à croire ce sont celles
qui ne se font point sentir et qui produisent leur effet sans que l’on
s’aperçoive du dessein de l’Orateur»332.
Quelques théoriciens de la rhétorique ont ajouté aux trois
qualités de la narration (c’est-à-dire la clarté, la brièveté et la vrai-
semblance) une quatrième qualité, l’intérêt. Cicéron et Quintilien ne
parlent pas tout spécialement de cette qualité de la narratio parce
_______________
330
Cicéron, Pro Milone, in Œuvres complètes, Paris, Panckoucke,
1840, t. 15.
331
B. Lamy, op. cit., p. 424.
332
Crévier, op. cit., p. 354.
312
qu’ils la considèrent comme étant quelque chose d’évident. Le récit
doit susciter un certain intérêt dans l’esprit des auditeurs et une
narration intéressante est celle qui attache l’auditoire par l’élévation,
le pathétique et la beauté du style.
Faisant ressortir l’importance de cette qualité de la narration,
Crevier écrit:
«Il faut supposer que la matière s’y prête car si elle était trop
simple, de petite importance, la clarté du style et la brièveté seraient
les seuls ornements qui lui conviendraient. Mais si la cause est grande
par son objet et par le nom des personnes qu’elle regarde, si elle est
variée par une multiplicité d’événements divers, si elle est susceptible
de sentiments de douleur, de commisération, d’indignation, de surprise,
alors une Narration froide et sèche serait tout à fait vicieuse. Elle doit
être relevée par la noblesse du style, intéressente par les sentiments»333.
Aristote montre que la narration doit avoir un caractère éthique,
qu’elle doit révéler l’intention morale de l’orateur:
«Il faut aussi, dit-il, que la narration ait un caractère moral; ce
résultat sera atteint si nous savons ce qui exprime les moeurs. Une
première condition est de montrer notre intention morale. L’homme
prudent se révèle dans la poursuite de l’utile, l’homme de bien dans
celle du beau ...»334.
Cependant il ne faut pas confondre le bien moral avec l’utile et
la vertu avec l’intérêt personnel.
Afin d’émouvoir les auditeurs, la narration doit avoir un carac-
tère pathétique:
«En outre, dit Aristote, empruntez les termes de votre narration à
l’expression des passions, sans en omettre les conséquences, et ce que
tout le monde connaît, et les particularités qui s’attachent ou à votre
personne ou à votre adversaire: “en allant, il me lança un regard
méchant”. De même Eschine dit de Cratyle qu’il partit en sifflant
furieusement et en agitant les poings: ces détails sont persuasifs, parce
que les faits que l’on connaît deviennent symboles de ceux qu’on
ignore. Un très grand nombre de ces indications se peuvent emprunter
à Homère:
“Elle dit, et la vieille se cacha le visage dans les mains” (Homère,
Odyssée, XIX, 361), car, quand on se met à pleurer, on porte les mains
à ses yeux» (Rhétorique, III, éd. cit., p. 88).
_______________
333
Ibidem.
334
Aristote, Rhétorique III, p. 86.
313
Roland Barthes souligne que si dans la rhétorique antique l’ex-
position des faits est soumise à une seule règle structurale, au moyen
âge lorsque la rhétorique a rejeté le genre judiciaire, la narration est
devenue plus autonome. On a nommé alors ordo naturalis ou ordre
naturel, le fait de raconter les événements, les choses dans l’ordre
même où ils se sont passés et ordo artificialis ou ordre artificiel, le
fait de relater les événements ou les choses non du commencement de
ce qui s’est passé, mais du milieu. Roland Barthes montre que
l’opposition de ces deux ordres peut concerner non pas les faits, mais
les parties mêmes du discours, l’ordo naturalis étant alors celui qui est
conforme à la disposition traditionnelle (exorde, narratio, confirmatio,
péroraison), tandis que l’ordo artificialis est celui qui modifie cet
ordre à la demande des circonstances335.
Gérard Genette, dans Figures III, précise qu’il y a des anachronies
narratives lorsqu’on découvre des formes de discordances entre
l’ordre de l’histoire et celui du récit. Lorsque l’auteur évoque après
coup un événement antérieur au point de l’histoire où l’on se trouve, il
emploie une analepse.
Exemple. «Dès le huitième vers de l’Illiade, dit Genette, le nar-
rateur, après avoir évoqué la querelle entre Achille et Agamemnon,
point de départ déclaré de son récit, revient une dizaine de jours en
arrière pour en exposer la cause en quelque cent quarante vers rétro-
spectifs (= affront à Chrysès, le prêtre; colère d’Apollon; la peste)»336.
Cette analepse dans l’Illiade est préparée par les vers suivants:
«Chante, déesse, la colère d’Achille, le fils de Pélée; détestable
colère, qui aux Achéens valut des souffrances sans nombre et jeta en
pâture à Hadès tant d’âmes fières de héros, tandis que de ces héros
mêmes elle faisait la proie des chiens et de tous les oiseaux du ciel –
pour l’achèvement du dessein de Zeus. Pars du jour où une querelle
tout d’abord divisa le fils d’Atrée, protecteur de son peuple, et le divin
Achille. Qui des dieux les mit donc aux prises en telle querelle et
bataille? Le fils de Létô et de Zeus. C’est lui qui, courroucé contre le
roi, fit par toute l’armée grandir un mal cruel, dont les hommes allaient
mourant; cela, parce que le fils d’Atrée avait fait affront à Chrysès,
son prêtre».
Selon Gérard Genette, ce début in media res, suivi d’un retour
en arrière explicatif deviendra l’un des topoï formels du genre épique.
_______________
335
Roland Barthes, op. cit., p. 216.
336
G. Genette, Figures III, Paris, Éditions du Seuil, 1972, p. 79.
314
En parlant de l’œuvre de Jamblique337, les Babyloniens, Pierre-Daniel
Huet, dans le Traité des origines des romans (1670) relève l’impor-
tance du procédé qui fait débuter la narration in media res:
«L’ordonnance de son dessein manque d’art. Il a suivi gros-
sièrement l’ordre du temps, et n’a pas jeté d’abord le lecteur dans le
milieu du sujet suivant l’exemple d’Homère».
Un autre exemple d’analepse est fourni par les Mémoires de La
Rochefoucauld qui placent le procès du comte de Chalais (1626) avant
l’arrivée du duc de Buckingham à Paris (1624), chargé de signer le
contrat de mariage du prince Charles de Galles (le futur roi Charles Ier)
avec Henriette-Marie de France, soeur de Louis XIII.
Une déviation chronologique du récit par rapport à l’histoire
peut être aussi déterminée par l’emploi d’une prolepse. Cette anachronie
par prolepse est une manœuvre narrative consistant à raconter d’avance
un événement ultérieur. En ce cas, l’anachronie se porte dans l’avenir
plus ou moins loin du moment présent.
En utilisant la prolopse ou l’anticipation, La Rochefoucauld, par
exemple, dans les Mémoires fait quelquefois allusion à l’avenir:
a) «Mme la duchesse de Longueville ... était trop occupée des
charmes de sa beauté et de l’impression que les grâces de son esprit
faisaient sur tout ce qui la voyait, pour connaître encore l’ambition; et
elle était bien éloignée de prévoir quelle part elle aurait à tout ce qui a
troublé la fin de la Régence et les premières années de la majorité du
Roi»338.
b) «Il (= La Rochefoucauld) était obligé de suivre les sentiments
de Mme de Longueville, et ce qu’il pouvait faire alors était d’essayer de
lui faire désirer la paix; mais la conduite de la cour et celle de
Monsieur le Prince fournirent bientôt des sujets de défiance de part et
d’autre dont la suite a exposé l’État et tant d’illustres maisons du
Royaume»339.
La portée de l’anachronie peut couvrir une durée d’histoire plus
ou moins longue que l’on appelle amplitude. La narration est pourvue
d’un mouvement caractéristique. La vitesse du récit se définit par le
rapport entre une durée, celle de l’histoire, mesurée en jours, mois,
années, et la longueur du texte où sont exposés les événements
mesurée en lignes et en pages.
_______________
337
Jamblique, romancier grec (IIe siècle de notre ère).
338
La Rochefoucauld, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1950, p. 72.
339
Ibidem, p. 149.
315
L’importance donnée par La Rochefoucauld, par exemple, dans
les Mémoires à certains événements et à certaines périodes historiques
se reflète dans le rapport qui existe entre la durée de l’histoire et la
durée (la longueur) du récit. Le premier livre a 22 pages et relate des
événements qui se sont passés dans un intervalle de 19 ans, de 1624
(l’arrivée du duc de Buckingham en France) à 1642 (l’année de la
mort du cardinal de Richelieu), tandis que le sixième livre décrit sur
41 pages des événements qui ont eu lieu pendant sept mois seulement,
du mois de mars 1652, lorsque le prince de Condé poursuivi par les
troupes du roi arrive à Agen, jusqu’au mois d’octobre 1652 (le prince
de Condé quitte la France et le duc de la Rochefoucauld, grièvement
blessé après la bataille de la porte Saint-Antoine, doit s’exiler lui
aussi. À partir du premier livre, on remarque la diminution continuelle
de la période historique étudiée et, en même temps, l’augmentation
progressive du nombre de pages consacrées aux événements historiques,
ce qui prouve que l’auteur a voulu étudier d’une manière plus ap-
profondie l’époque des Frondes et surtout la Fronde des Princes.
On appelle ellipse, le temps supprimé du récit; cette durée omise
est précisée ou non. Les ellipses sont donc explicites ou implicites. Les
ellipses explicites indiquent clairement le laps de temps qu’elles
suppriment («Quelques années passèrent» ou «deux ans plus tard»),
tandis que l’existence des ellipses implicites ne peut être inférée que
de quelque lacune chronologique.
Un autre trait caractéristique du récit est la fréquence; on peut,
par exemple, raconter une seule fois ce qui s’est passé n fois:
«Lorsqu’il se produit dans l’histoire de tels phénomènes de répé-
tition, le récit n’est nullement condamné à les reproduire dans son
discours»340.
En ce cas, on trouve dans la narration des formules du type
«tous les jours», «toute la semaine», «tous les jours de la semaine»,
etc.; lorsque le récit présente en une seule fois une action qui s’est
répétée plusieurs fois, alors il est itératif ou fréquentatif.
Dans les œuvres littéraires, mais non pas dans le discours oratoire,
on peut raconter n fois ce qui s’est produit une fois (Exemple:
l’épisode dit «récurrent» de la mort du mille-pattes dans La Jalousie
d’Alain Robbe-Grillet). C’est le récit répétitif.
Les récits itératifs peuvent présenter comme traits distinctifs la
détermination et la spécification. On parle de détermination lorsque le
_______________
340
G. Genette, op. cit. p. 147.
316
segment narratif itératif est déterminé par ses limites diachroniques
(entre fin mars et fin octobre de l’année 1920 ...). La spécification
marque le rythme de récurrence des événements: «un jour sur sept ...».
La détermination peut être indéfinie lorsque l’indication des limites
diachroniques reste imprécise: «À partir d’une certaine année on ne
rencontra plus seule Mlle Dupont ...». La spécification peut être définie
d’une manière absolue et marquée par des structures comme tous les
jours, tous les dimanches ... Elle peut devenir indéfinie si elle est marquée
par des adverbes ou des expressions du type: parfois, souvent, certains
jours, etc. La spécification est dite «interne» lorsque la récurrence est
soumise à une opération de division; ainsi la spécification tous les jours
peut être divisée en deux moitiés diachroniques: tous les jours avant ...
(spécification qui s’oppose à) tous les jours après ... La détermination
devient «interne» lorsqu’elle subdivise une série narrative en actions qui
ont eu lieu avant un événement important et après cet événement: les
rencontres entre Swann et Odette peuvent être divisées en rencontres
avant la rapture et rencontres après la rupture341.
Exemples de narration
Cicéron, Pro A. Cluentio Avito (I)
Cicéron y parle des raisons qui ont attiré à Cluentius la haine de
sa mère:
«Je vais remonter à la source de cette affaire; peut-être est-ce la
reprendre d’un peu loin, mais je vous prie de ne pas le trouver mauvais;
car une fois que le principe sera connu, les résultats seront faciles à saisir.
A. Cluentius Avitus, père de mon client, par sa vertu, sa réputation
et sa naissance, tenait le premier rang, non pas seulement dans le
municipe de Larinum, mais dans tout le pays, et même dans les contrées
voisines. Il mourut sous le consulat de Sylla et de Pompée, laissant un
fils âgé de quinze ans (vous le voyez devant vous), et une fille déjà
grande et nubile. Peu de temps après la mort de son père, celle-ci
épousa A. Aurius Melinus, son cousin germain, jeune homme alors
distingué dans sa commune par son honnêteté autant que par l’illus-
tration de sa famille. Ce mariage convenait singulièrement aux deux
partis, et ils vivaient dans le plus parfait accord. Tout à coup une
femme, qui ne connaissait point de bornes, fit éclater une passion
exécrable, la signala non pas seulement par des infamies, mais par des
_______________
341
v. G. Genette, op. cit., p. 157.
317
crimes. Cette femme était Sassia, mère de Cluentius. Je dis mère par
respect pour ce titre, quoiqu’elle ait traité mon client avec toute la
cruauté féroce d’une ennemie; je l’appellerai du nom de mère. Non,
elle ne m’entendra point lui reprocher ses crimes et ses atrocités, pour
lui ravir ce titre qu’elle a reçu de la nature; car plus il annonce de
tendresse et de bonté, plus la scélératesse jusqu’alors inouïe d’une
mère qui, depuis tant d’années, et dans ce moment même encore, ne
respire que la mort de son fils, soulèvera l’indignation dans vos cœurs.
La mère de Cluentius, s’étant donc, au mépris de toutes les lois, éprise
d’amour pour le jeune Melinus, dont je vous si parlé, et qui était son
gendre, refréna d’abord, autant qu’elle le put, mais ce ne fut pas
longtemps, ses infâmes désirs: bientôt ils s’enflammèrent; et ses feux
devinrent si ardents, que ni la honte, ni la pudeur, ni le sentiment de la
maternité, ni le déshonneur de sa famille, ni l’opinion publique, ni la
douleur de son fils, ni le désespoir de sa fille, ne purent la retenir. Pour
séduire le coeur d’un adolescent dont l’expérience n’avait point encore
affermi la raison, elle mit en usage tout ce qui peut séduire la jeunesse
et la captiver. Sa fille n’était pas seulement tourmentée du chagrin
ordinaire qu’une telle injure fait au coeur d’une femme et d’une
épouse, elle ne pouvait supporter cette idée, que son mari lui était
enlevé par le libertinage d’une mère. Cependant, persuadée qu’elle ne
pouvait s’en plaindre sans se rendre coupable, elle désirait que son
malheur ne fût connu de personne. C’était seulement dans le cœur
d’un frère chéri qu’elle épanchait sa douleur; c’était en pleurant avec
lui qu’elle consumait sa vie. Soudain le divorce est déclaré: elle
l’envisageait comme le terme de ses maux. Cluentia se séparait de
Melinus; sans regret, elle avait reçu tant d’outrages! et sans plaisir,
Melinus était son époux. Alors, cette vertueuse et incomparable mère
se livra publiquement aux plus vifs transports de sa joie, fière de
triompher non pas de sa passion, mais de sa fille. Ce n’est plus par des
soupçons secrets qu’elle veut que sa réputation soit attaquée: cette
couche nuptiale que, deux ans auparavant, elle avait dressée pour l’hymen
et dans la maison de sa fille, elle ordonne qu’on la pare, qu’on la
dresse pour elle-même, et que sa fille en soit précipitée et chassée à
jamais. La belle-mèe épouse son gendre: nul auspice, nul témoin; de
funestes présages, l’indignation générale attestent cette union!
O forfait incroyable, et jusqu’à cette femme, sans exemple! ô
passion effrénée, indomptable! audace étrange, unique! n’avoir pas
respecté, appréhendé, je ne dis point le courroux des dieux, je ne dis
point l’opinion des mortels, mais ces torches nuptiales, mais le seuil
318
de l’asile conjugal, mais la couche de sa fille, mais ces murs déjà
témoins d’un autre hymen! Elle a tout brisé, tout foulé aux pieds dans
l’excès de sa fureur. La débauche a triomphé de la pudeur, l’audace de
la crainte, la folie de la raison. Le fils ne voyait pas, sans en être
profondément affligé, que son sang, sa famille, son nom, fussent aussi
indignement deshonorés; les plaintes journalières et les larmes conti-
nuelles de sa soeur aigrissaient encore sa blessure; cependant, malgré
tant d’outrages, malgré le crime exécrable de sa mère, il crut que la
plus juste vengeance qu’il devait en tirer, c’était de ne plus vivre avec
elle comme avec une mère, dans la crainte que, s’il continuait d’agir
en fils respectueux envers celle qu’il ne pouvait voir sans indignation,
on ne pensât, non seulement qu’il la voyait, mais qu’il approuvait sa
conduite.
Tel est le principe de la haine que lui a vouée cette femme. Vous
verrez combien ces faits, ces détails ont de rapports à la cause, quand
vous saurez le reste. Je n’oublie pas qu’un fils, quelle que soit sa mère,
ne doit parler qu’avec la plus grande réserve des actions qui la
déshonorent. Je serais indigne de paraître devant les tribunaux, si, appelé
pour défendre un ami, je ne donnais aucune attention aux sentiments
qui nous sont communs à tous, et que la nature a gravés profondément
dans le coeur de l’homme. Je sais que nous devons, non seulement
taire les torts de ceux de qui nous tenons le jour, mais les souffrir sans
nous plaindre. Mais je crois aussi qu’on ne doit supporter que ce qui
est supportable, et laisser dans la nuit du silence que ce qui peut y
rester enseveli. A. Cluentius n’a point éprouvé de malheur, point
encouru de danger, point craint de coup funeste qui ne soit parti tout
entier de sa mère. Il tairait encore ces horreurs, et, s’il ne pouvait les
oublier, il souffrirait qu’elles restassent inconnues, en évitant de les
révéler. Mais cette femme les renouvelle si ouvertement, que le silence
est impossible. Le procès qui vous occupe, le péril où se trouve mon
client, l’accusation qui le poursuit, cette nuée de témoins prêts à
déposer contre lui, c’est elle qui a tout suscité, c’est elle qui met encore
tout en mouvement. Il n’y a point de ressorts qu’elle ne fasse jouer,
point d’argent qu’elle ne distribue. Enfin, nous venons de la voir
accourir de Larinum à Rome pour consommer elle-même la perte de
Cluentius. On rencontre partout cette femme audacieuse, riche, cruelle:
elle instruit les accusateurs, elle dresse les témoins. Les tristes vêtements,
le deuil de son fils sont pour elle un sujet de joie. Elle fait des vœux
pour qu’il meure; elle désire qu’on répande tout ce qu’elle a de sang,
pourvu que le sang de son fils ait coulé tout entier sous ses yeux.
319
Si je ne vous donne pas la preuve de ce que j’avance, dites que
c’est à tort que nous l’avons interpellé; mais s’il ne vous reste aucun
doute sur tant d’atrocités, vous pardonnerez à Cluentius de m’avoir
permis de les révéler. Je serais sans excuse si je les laissais ensevelies
dans le silence»342.
Cicéron, Pro A. Cluentio Avito (II)
(Cicéron, dans ses Partitions § 32, a recommandé de mettre dans
la narration des dialogues parce qu’ils communiquent au récit
beaucoup de rapidité et de vérité. C’est ainsi qu’il procède dans Pro A.
Cluentio où il reproduit l’entretien de Stalenus et de Bulbus).
«Vous n’ignorez pas, juges, que lorsque les animaux sont pressés
de la faim, ils retournent naturellement aux lieux où ils ont trouvé de
la pâture. Stalenus, deux années auparavant, s’était chargé de maintenir
Safinius d’Atella dans ses propriétés, moyennant six cent mille
sesterces, dont il avait besoin, disait-il, pour corrompre le tribunal. La
somme lui fut remise par son client: il se l’appropria. Après le
jugement, il ne la rendit ni à Safinius, ni aux acquéreurs. Cet argent fut
bientôt dépensé. Ne voyant plus rien pour fournir à ses débauches, ni
même à ses besoins les plus urgents, il résolut de chercher au barreau
de nouvelles proies judiciaires qu’il pût mettre de côté pour lui seul.
Voyant donc Oppianicus perdu sans ressource et déjà frappé à mort
par deux arrêts, il releva bientôt, par ses promesses, son courage, et le
détourna de se livrer au désespoir. Oppianicus le pria de lui indiquer le
moyen de corrompre des juges. Stalenus (et c’est Oppianicus lui-même
qui l’a déclaré depuis) l’assura qu’il n’y avait personne dans Rome
plus capable que lui d’y réussir. Il fit toutefois d’abord quelques
difficultés, parce que, disait-il, ayant pour concurrents à l’édilité des
hommes d’une très grande naissance, il craignait de prêter des armes à
ses rivaux. Cependant il se laissa gagner par les prières d’Oppianicus:
d’abord il lui demanda une somme exorbitante; mais il devint enfin
plus traitable, et n’exigea que six cent quarante mille sesterces. L’argent
fut porté chez lui, comme on en était convenu. À peine le vit-il entre
ses mains, que le misérable se mit à réfléchir qu’il n’y avait rein de
plus utile pour lui que de laisser condamner Oppianicus; que, si cet
homme était acquitté, il lui faudrait partager avec les juges, ou rendre
la somme; au lieu que, s’il était condamné, on n’aurait plus rien à lui
_______________
342
Cicéron, Œuvres, Paris, Panckoucke, 1839, t.x., p.101-109.
320
redemander. En conséquence, il imagina un expédient dont il n’y avait
pas d’exemple. Ce que je vais vous dire est de la plus exacte vérité, et
vous n’hésiterez pas à le croire, juges, si, après un si long temps, vous
voulez bien vous rappeler la conduite et le caractère de C.Stalenus; car
ce n’est qu’autant que l’on connaît les moeurs d’un homme qu’on peut
juger ce dont il est capable ou non.
Stalenus n’avait rien, dépensait beaucoup, était hardi, fin, ac-
coutumé à tromper. Dès que, dans sa maison, séjour habituel du
dénuement et de la misère, il vit un si riche trésor, il n’est point de
fraude, point de friponnerie qui ne lui vînt à la pensée: “Cet argent, le
donnerai-je aux juges? Et moi, que me reviendra-t-il? le péril et
l’infâmie: voilà tout. Allons, imaginons quelque moyen infaillible de
faire condamner Oppianicus. Mais, enfin, comment? Il n’y a rien
d’impossible. S’il venait par hasard à se tirer d’affaire, ne serais-je pas
forcé de rendre? Il est sur le bord de l’abâme; pourquoi ne pas l’y
précipiter? C’est un homme à terre, écrasons-le”. Stalenus prend donc
la parti de promettre à quelques-uns des juges les moins délicats une
bonne somme, qu’il se garde bien de remettre. Il prévoyait que, si les
hommes honnêtes n’avaient pas besoin de motif pour être justes, ceux
dont il aurait acheté la voix, irrités de n’avoir pas été payés, pronon-
ceraient aussi contre Oppianicus. Comme il faisait tout à rebours et
hors de saison, il commença par s’adresser à Bulbus343, et le voyant
triste et bâillant de besoin, car le malheurreux n’avait rien reçu depuis
longtemps, il lui dit en lui frappant sur l’épaule: “Eh bien, Bulbus, ne
vous joindrez-vous pas à moi pour que nous ne servions pas
gratuitement la république?” À ces mots: Point gratuitement, “Parlez,
dit-il, je vous servirai; mais combien m’apportez-vous? – Quarante
mille sesterces, Oppianicus est acquité”. Après lui en avoir fait la
promesse, il le pria de voir ceux qu’il connaissait le plus particu-
lièrement; et, pour mieux assurer le succès, il lui donna Gutta pour
adjoint. L’appât offert par cet homme insinuant devait faire plus de
dupes. Cependant deux jours s’étaient passés sans que personne y fût
pris. On voulait savoir qui tenait l’argent en dépôt; on voulait une
caution. Bulbus va trouver Stalenus avec un visage rayonnant, et d’une
voix caressante, pleine de douceur: “Pétus, lui dit-il (car Stalenus avait
choisi ce nom dans la galerie des Éliens, de peur que, s’il se fût appelé
_______________
343
Jeu de mots sur le nom de Bulbus qui signifie «oignon». Or, ce n’est
pas par ce légume qu’on commence un repas.
321
Ligur, on eût reconnu en lui le pays plus que la famille), pour l’affaire
dont vous m’avez parlé, on me demande où est l’argent”. Ce fourbe
avéré, nourri de ses rapines judiciaires, avait mis en réserve cette
nouvelle curée, il la couvait de tous ses yeux, et déjà la dévorait en
espérance. Aussi fronça-t-il le sourcil: vous vous rappelez la physio-
nomie du personnage et le jeu qu’il sait donner à sa figure. Il se
plaignit d’avoir été abusé par Oppianicus. Comme c’était un être pétri
de fraude et de mensonge, et que l’étude et l’exercice avaient
perfectionné en lui tout ce qu’il avait reçu en ce genre de la nature, il
n’eut pas de peine à persuader, par ses protestations, qu’Oppianicus
l’avait trompé; et, pour rendre la chose plus croyable, il ajoutait qu’il
donnerait sa voix contre lui, si les juges opinaient tout haut»344.
Narration faite pour détendre les juges
Cicéron, Pro A. Cluentio Avito (III):
«Nous pensions tous que, s’il y a eu de l’humanité à défendre un
accusé qui nous intéresse, un compatriote, tant qu’il n’est pas con-
damné, la cause fût-elle douteuse, il y a de l’impudence, une fois
qu’elle est jugée à vouloir infirmer l’arrêt. Oppianicus, dans le besoin
et la nécessité où il se trouvait, pour une cause de cette espèce, eut
recours aux frères Cepasius, hommes actifs, et qui ne voyaient, dans
quelque affaire qu’on leur présentât, qu’un moyen d’acquérir un nom
et de l’argent.
On a dit, et peut-être la comparaison n’est-elle pas très juste, que
plus les maladies sont graves, plus on cherche un médecin habile et
célèbre; mais que, dans les affaires criminelles, plus la cause est
mauvaise, plus le défenseur est obscur et dénué de talent. Quoi qu’il
en soit, l’accusé est appelé, les débats s’ouvrent, l’accusateur ne dit
que peu de mots, comme il le devait; l’affaire était déjà jugée. L’aîné
des Cepasius commence sa réplique par un préambule extrêmement
long, et tiré de loin. On l’écoute avec attention. Oppianicus, qui avait
paru d’abord humble et consterné, reprenait courage. Le cœur de Fabricius
palpitait de joie; il ne sentait pas que l’impression qu’éprouvaient les
juges ne venait point de l’éloquence du défenseur, mais de son impru-
dence. Lorsque Cepasius en vint au fond de la cause qui périclitait de
toutes parts, il lui porte lui-même plusieurs coups qui devaient en
achever la ruine; et, malgré toutes les peines qu’il se donnait, on fut
_______________
344
Ibidem, t. X., p. 161-167.
322
souvent tenté de croire que, au lieu de vouloir défendre son client, il
s’entendait avec sa partie adverse. Dans l’enchantement où il était de
son talent, surtout lorsque son génie lui eut suggéré cette imposante
apostrophe: Regardez, juges, la destinée des mortels; regardez les
divers accidents de notre vie; regardez la vieilesse de C. Fabricius;
après avoir répété plusieurs fois l’admirable mot regardez, il regarda
lui-même; mais C. Fabricius avait levé le siège, et s’était esquivé, la
tête baissée. Les juges de rire, et notre avocat de se fâcher; il se plaint
de ce que sa cause lui échappe, et de ne pouvoir achever cette éloquente
figure, regardez, juges. Peu s’en fallut qu’il ne courût après le fugitif,
et que, le saisissant à la gorge, il ne le ramenât sur le banc des accusés,
afin qu’il l’entendît achever sa période. Ainsi Fabricius se condamna
lui-même, et le terrible arrêt de sa conscience fut confirmé par
l’autorité de la loi et par la sentence des juges»345.

Bossuet, Oraison funèbre du prince de Condé


«À l’heure marquée, il fallut réveiller d’un profond sommeil cet
autre Alexandre. Le voyez-vous comme il vole, ou à la victoire, ou à
la mort? Aussitôt qu’il eut porté de rang en rang l’ardeur dont il était
animé, on le vit presque en même temps pousser l’aile droite des
ennemis, soutenir la nôtre ébranlée, rallier les Français à demi vaincus,
mettre en fuite l’Espagnol victorieux, porter partout la terreur, et
étonner de ses regards étincelants ceux qui échappaient à ses coups.
Restait cette redoutable infanterie de l’armée d’Espagne, dont les gros
bataillons serrés, semblables à autant de tours, mais à des tours qui
sauraient réparer leurs brèches, demeuraient inébranlables au milieu
de tout le reste en déroute, et lançaient des feux de toutes parts. Trois
fois le jeune vainqueur s’efforça de rompre ces intrépides combattants,
trois fois il fut repoussé par le valeureux comte de Fontaines, qu’on
voyait porté dans sa chaise, et, malgré ses infirmités, montrer qu’une
âme guerrière est maîtresse du corps qu’elle anime; mais enfin il faut
céder. C’est en vain qu’à travers des bois, avec sa cavalerie toute
fraîche, Bek précipite sa marche pour tomber sur nos soldats épuisés;
le prince l’a prévenu, les bataillons enfoncés demandent quartier; mais
la victoire va devenir plus terrible pour le duc d’Enghien que le combat.
Pendant qu’avec un air assuré il s’avance pour recevoir la parole de
ces braves gens, ceux-ci, toujours en garde, craignent la surprise de
_______________
345
Cicéron, Œuvres, éd. cit., t.X, p.149-151.
323
quelque nouvelle attaque; leur effroyable décharge met les nôtres en
furie; on ne voit plus que carnage; le sang enivre le soldat, jusqu’à ce
que le grand prince, qui ne put voir égorger ces lions comme de
timides brebis, calma les courages émus, et joignit au plaisir de
vaincre celui de pardonner. Quel fut alors l’étonnement de ces vieilles
troupes et de leurs braves officiers, lorsqu’ils virent qu’il n’y avait
plus de salut pour eux qu’entre les bras du vainqueur! De quels yeux
regardèrent-ils le jeune prince, dont la victoire avait relevé la haute
contenance, à qui la clémence ajoutait de nouvelles grâces! Qu’il eût
encore volontiers sauvé la vie au brave comte de Fontaines! mais il se
trouva par terre parmi des milliers de morts dont l’Espagne sent
encore la perte. Elle ne savait pas que le prince qui lui fit perdre tant
de ses vieux régiments à la journée de Rocroi en devait achever les
restes dans les plaines de Lens. Ainsi la première victoire fut le gage
de beaucoup d’autres. Le prince fléchit le genou, et, dans le champ de
bataille, il rend au Dieu des armées la gloire qu’il lui envoyait; là on
célèbra Rocroi délivré, les menaces d’un redoutable ennemi tournées à
sa honte, la régence affermie, la France en repos, et un règne, qui
devait être si beau, commencé par un si heureux présage...»346.
LA DIGRESSION
La Digression (gr. parekbasis; lat. digressio, egressio, excursio)
est un développement qui s’écarte du sujet du discours sans pourtant
l’abandonner:
«La parekbasis, dit Quintilien, est le développement d’un point
étranger au plan normal mais cependant utile à la cause… Tout ce que
l’on dit en dehors des cinq parties que nous avons distinguées (= il
s’agit des cinq parties du discours), indignation, pathétique, haine,
injure, excuse, conciliation, réfutation des outrages, tout cela est une
digression. De même, ce qui n’est pas dans la question, toute amplifi-
cation, toute atténuation, tout appel au sentiment, surtout les dévelop-
pements qui donnent principalement au discours de l’agrément et un
caractère littéraire, sur le luxe, l’avarice, la religion, les devoirs…»
(IV, 3, 14).
La digression peut avoir des contenus variés:
a) le contenu est narratif si on emploie un exemple (exemplum),
une légende ou si l’on rappelle un cas similaire au sujet débattu.
_______________
346
Bossuet, Oraisons funèbres et Sermons (II), Paris, Larousse, s.d., p. 56.
324
b) le contenu est descriptif si l’orateur décrit une région où a eu
lieu une action qui concerne le discours; ou si l’orateur fait le portrait
élogieux d’un personnage.
c) le contenu est idéologique lorsqu’il comprend des considérations
générales sur des problèmes de morale ou de philosophie.
d) le contenu est adressif lorsqu’il contient des passages qui ont
pour but de faire l’éloge des auditeurs ou du juge.
e) le contenu est commentatif lorsqu’il se rapporte à un incident
qui a interrompu pour quelques moments le discours de l’orateur.
La digression remplit plusieurs fonctions:
a) une fonction d’agrément ou d’ornement:
Selon Quintilien (IV, 3, 4) la digression serait le meilleur moyen
de rendre le discours plus éclatant et plus brillant à condition qu’elle
convienne à la suite du développement; cette fonction est surtout exploitée
dans les discours appartenant au genre démonstratif où le sujet par la
richesse de sa matière invite à de belles digressions.
b) une fonction d’utilité ou complémentaire:
La digression peut compléter la narration par de nouveaux éléments
nécessaires au processus de persuasion.
c) une fonction pathétique:
La digression doit être marquée par le souci constant d‘émouvoir
les auditeurs; pour se concilier l’esprit des auditeurs ou des juges, dans
les causes difficiles, on peut faire usage d’un second exorde, sous la
forme d’une digression; celle-ci sera une sorte de préparation des
auditeurs faite avant que l’orateur commence à traiter une question qui
pourrait les rebuter. Quintilien montre que si à la fin de la narration se
trouvait «quelque circonstance horrible», on pourrait insister là-dessus
«comme emporté par l’indignation» (v. IV, 3, 5). En outre, dans une
digression, on pourrait s’élever contre l’ingratitude de l’adversaire
après avoir énuméré les services qu’on lui avait rendus.
La digression se justifie si elle donne l’impression que si l’orateur
s’est écarté pour ainsi dire du droit chemin, c’est qu’il y a été obligé
sous l’emprise d’une grande émotion.
d) une fonction stratégique:
La digression a une valeur offensive lorsque par son intermédiaire
l’orateur appelle sur l’accusé la colère des auditeurs. Elle a une portée
défensive si l’orateur s’en sert pour faire oublier aux auditeurs une
partie des accusations formulées contre son client.
325
Exemples de digressions
Digression: Éloge de la Sicile (Cicéro, In Verrem Actio II,
lib. II: Seconde action contre Verrès)
«Avant de vous retracer les malheurs de la Sicile, je dois parler
un moment de l’éclat de cette province, de son ancienneté, et de son
importance pour notre république; si tous les alliés et toutes les
provinces ont droit à votre protection, juges, nulle ne peut la réclamer
à des titres plus nombreux et plus puissants que la Sicile: d’abord,
c’est la première des nations étrangères qui ait recherché l’amitié,
l’appui du peuple romain, et qui ait répandu sur notre empire un
nouvel éclat, en prenant le nom de province romaine; la première qui
ait appris à nos ancêtres combien il est glorieux de commander aux
peuples étrangers; seule enfin, dans tous les temps, elle a signalé sa
fidélité et son affection pour le peuple romain. Des différentes cités de
cette île, les unes, admises une fois dans notre alliance, ne s’en sont
jamais séparées; les autres qui sont les plus nombreuses et les plus
illustres, se sont toujours montrées nos amies fidèles. C’est ainsi qu’au
temps de nos ancêtres cette province fut comme l’échelon qui les
conduisit à la domination de l’Afrique car la puissance colossale de
Carthage ne serait point si facilement tombée, si les Siciliens ne nous
avaient pas prodigué leurs moissons, et si nos flottes n’avaient trouvé
leurs ports toujours ouverts.
Voilà pourquoi P. Scipion l’Africain, après la ruine de Carthage,
orna les villes siciliennes de tant d’admirables statues et de somptueux
monuments: il voulut que ceux à qui la victoire du peuple romain avait
inspiré le plus de joie possédassent dans leurs murs les plus beaux
trophées de cette victoire. Ainsi, M. Marcellus lui-même, qui en Sicile
fit sentir sa valeur aux ennemis, sa clémence aux vaincus, sa bienveillance
à tous les Siciliens, sut non seulement dans cette guerre ménager nos
alliés, mais épargner ceux mêmes qu’avaient domptés ses armes. Cette
ville superbe, Syracuse, si bien défendue par l’art et par la nature, si
bien fermée du côté de la terre et de la mer, ayant enfin cédé à sa
valeur et à son génie, non seulement il permit qu’elle ne souffrît aucun
dommage, mais il la laissa si magnifiquement décorée, qu’elle devint
tout à la fois un monument de ses victoires, de sa clémence, de son
désintéressement, quand on considérait et quels remparts il avait forcés,
quel peuple il avait épargné, et quelles richesses il avait respectées. Il
se crut obligé à tant d’égards envers la Sicile, qu’il ne pensa pas
326
qu’une ville ennemie pût disparaître d’une île ou nous ne comptions
d’ailleurs que des alliés; et véritablement aussi la Sicile a-t-elle été
pour nous, par son utilité, la province par excellence: tout ce que
pouvait produire son territoire paraissait moins croître pour ses
habitants qu’être d’avance réservé pour notre consommation. Quand
a-t-elle manqué de livrer au jour marqué le blé qu’elle nous devait ?
Quand ne s’est-elle pas empressée de prévenir nos besoins par ses
offres ? Quand a-t-elle refusé ce que nous exigions d’elle ? Aussi le
sage Caton appelait-il la Sicile le grenier de notre république et la
nourrice du peuple romain. Nous en avons fait l’expérience dans cette
guerre Italique si terrible et si importante: oui, la Sicile fut alors pour
nous non seulement un grenier, mais un trésor bien rempli, tel qu’était
celui de nos pères; car sans qu’il nous en ait coûté aucune dépense, en
nous fournissant des cuirs, des tuniques, des grains, elle a équipé, vêtu
et nourri nos nombreuses armées.
Que dirai-je des autres avantages que nous lui devons, sans peut-
être que nous en sentions toute l’importance ? Combien ne comptons–
nous pas de nos concitoyens qui se sont enrichis depuis qu’ils ont une
province voisine, fidèle, fertile, où ils peuvent facilement se transporter
et vendre leurs marchandises comme ils l’entendent: Elle renvoie les
uns chargés de commandes qui doivent leur être très lucratives elle
retient les autres chez elle pour faire valoir les terres domaniales,
élever des troupeaux, établir des maisons de banque, enfin y fixer leur
domicile. Ce n’est pas un médiocre avantage pour le peuple romain,
qu’un si grand nombre de citoyens puissent trouver si près de la
métropole tant de moyens de bien-être et de fortune. Et puisque les
nations tributaires et les provinces sont en quelque sorte le domaine de
la république, si chacun de nous en particulier attache d’autant plus de
prise à ces domaines qu’ils sont plus près de lui, le peuple de Rome
doit aimer surtout une province qu’il peut regarder comme un de ses
faubourgs: d’ailleurs ces insulaires ont tant de constance, de courage,
de tempérance, qu’on retrouve en eux presque toutes nos mœurs, je
parle de nos mœurs antiques et non pas de celles de notre siècle. Ils ne
ressemblent en rien au reste des Grecs; chez eux point d’indolence,
point de luxe; au contraire, la plus grande activité dans les affaires
publiques et privées, la plus stricte économie, la plus exacte vigilance;
enfin, ils ont une telle affection pour nos concitoyens que peut-être
sont-ils le seul peuple à qui nos publicains et nos négociants ne soient
pas odieux. Bien qu’ils aient longtemps souffert les vexations de
327
plusieurs de nos magistrats, c’est la première fois qu’ils viennent dans
le sanctuaire des lois implorer l’appui de votre justice…».

LA CONFIRMATION
Définitions, remarques
1. «La confirmation, dit Cicéron, est cette partie du discours ou
l’on cherche à établir la bonté de sa cause et à la démontrer victorieu-
sement par les preuves» (De Inventione, I, 24).
Selon Cicéron, l’argumentation (ou la confirmation) qui est le
savoir de développer les arguments consiste à déduire de propositions
certaines ou probables, ce qui est douteux ou moins probable en soi. À
son avis, il y a deux sortes d’argumentations :
«L’une, dit-il, va droit à la conviction, l’autre sait trouver le chemin
du cœur. La première énonce la proposition, réunit les raisons qui
doivent l’établir; et, après les avoir prouvées, revient à la proposition
et conclut. La seconde suit une marche inverse et comme rétrograde:
elle commence par choisir ses raisons, les prouve, et, après avoir porté
le trouble dans les esprits, leur présente enfin la proposition. Toutes
deux se prêtent à une variété de formes qui les embellit, soit que
l’orateur s’interroge lui-même, soit qu’il prenne la formule dubitative,
impérative ou optative…» (Cicéron, Oratoriae partitiones, XIII).
2. «Nous avons pour but, dit encore Cicéron, dans la confirmation,
de faire triompher nos raisonnements… Or, en toute controverse, la
question se réduit à savoir si la chose est ou n’est pas, ce qu’elle est, et
quelle est. Le premier point se résout par conjecture, le second par
définition, le dernier par raisonnement» (Cicéron, Oratoriae parti-
tiones, IX).
3. Suivant Bernard Lamy, la confirmation consiste dans l’établis-
sement des preuves. Il montre qu’il y a plusieurs règles que l’on doit
observer dans la confirmation:
a) la première règle exige que l’on envisage le sujet sous tous
ses aspects «afin d’apercevoir quel chemin l’on doit prendre ou pour
faire connaître la Vérité ou pour découvrir le Mensonge»347.
Bernard Lamy pense que cette règle ne peut être suivie que par
«ceux qui ont une grande étendue d’esprit, qui se sont exercez à résoudre
des questions difficiles, à percer les choses les plus cachées…».
_______________
347
Bernard Lamy, L’Art de parler, Paris, Marrest, 1712, p. 428.
328
b) La deuxième règle concerne la clarté des principes sur lesquels
reposent les raisonnements:
«La source de tous les faux raisonnements que font les hommes,
dit Lamy, est cette facilité de supposer témérairement pour vraies les
choses les plus douteuses. Ils se laissent éblouir par un faux éclat dont
ils ne s’aperçoivent que lorsqu’ils se trouvent précipitez dans de
grandes absurditez, et obligez de consentir à des propositions
évidemment fausses…»
(Ce faux raisonnement qui consiste à supposer vrai ce qui est en
question est nommé pétition de principe).
c) La troisième règle que l’on doit observer dans la confirmation
concerne la liaison des principes avec leurs conséquences:
«Dans un raisonnement exact, souligne Lamy, les principes et
les conséquences sont si étroitement liez qu’on est obligé d’accorder
la conséquence, ayant consenti aux principes; puisque les principes et
la conséquence ne sont qu’une même chose ainsi vous ne pouvez pas
raisonnablement nier ce que vous avez une fois accordé. Si vous avez
accordé qu’il soit permis de repousser la force par la force et d’ôter la
vie à un ennemi, lorsqu’il n’y a point d’autre moyen de conserver la
sienne; après qu’on a ainsi prouvé que Milon en tuant Clodius n’a fait
que repousser la force par la force, vous êtes obligez d’avouer que
Milon est innocent, parce que effectivement en consentant à cette
proposition qu’il est permis de repousser la force par la force, vous
consentez que Milon n’est point coupable d’avoir tué Clodius qui lui
voulait ôter la vie; la liaison de ce principe et de cette conséquence
étant manifeste…».
Bernard Lamy affirme que même une seule preuve solide est
suffisante pour persuader l’auditoire à condition qu’elle soit exploitée
avec intelligence:
«Ceux qui savent le secret de l’éloquence, ne s’amusent jamais à
rapporter un tas et une foule de raisons: ils en choisissent une bonne et
la traitent bien. Ils établissent solidement le principe de leur raison-
nement, ils en font voir la clarté avec étendue. Ils montrent la liaison
de ce principe avec la conséquence qu’ils en tirent et qu’ils voulaient
démontrer. Ils éloignent tous les obstacles qui pourraient empêcher
qu’un Auditeur ne se laissât persuader. Ils répètent cette raison tant de
fois qu’on ne peut en éviter le coup. Ils la font paraître sous tant de
faces, qu’on ne peut pas l’ignorer, et ils la font entrer avec tant
d’adresse dans les esprits, qu’enfin elle en devient la maîtresse».
329
4. «L’ordre naturel, dit Crevier, demande qu’après avoir exposé
le fait et distribué son sujet, l’Orateur entre en preuve. Ainsi après la
Narration et la Division qui y est jointe dans le genre Judiciaire suit la
Confirmation qui contient et met dans leur jour les preuves de la
cause, et qui détruit ce qui opposent ou peuvent opposer les adver-
saires. Elle est la partie essentielle du discours. Cette partie du
discours se rapporte à tout ce qui précède. L’Orateur n’a préparé les
esprits par l’Exorde, il n’a présenté le fait avec exactitude et intel-
ligence que pour en venir aux preuves qui seules peuvent le faire
triompher et obtenir un Jugement tel qu’il le souhaite. Il est utile de
plaire et de toucher. Mais tout ce qui s’appelle sentiment est subor-
donné à la preuve et n’a de mérite qu’autant qu’il sert à la faire valoir»
(Rhétorique française, Paris, Saillant et Desaint, 1777, vol. II, p. 372).
5. «La confirmation, dit A. Ed. Chaignet, est la partie distincte
du discours dont la fonction et le but sont d’amener l’auditeur à ajouter
foi à ce que nous disons, à accepter et à faire siens les jugements
formulés ou les résolutions proposées par nous, c’est-à-dire en un mot
de prouver» (La rhétorique et son histoire, Paris, Wieveg, 1888).
6. «La confirmation (pistis) est le moment de la preuve et de la
réfutation; le problème ici est celui de l’ordre des arguments: faut-il
commencer ou finir par les plus forts ? En tout cas, narration et
confirmation ont pour rôle principal d’instruire. Elles sont suivies
parfois d’une digression: récit, méditation, prosopopée, qui renforce la
preuve par l’émotion» (Oliver Reboul, La Rhétorique, éd. cit., p. 25).
7. «La confirmation occupe une place importante dans le dis-
cours: elle doit amener la preuve de ce qu’on a avancé dans la pro-
position. la première règle de l’art de persuader, dit-on en précepte, est
de donner à ce qu’on affirme et d’ôter à ce que l’on nie le caractère de
la vérité, de la certitude ou de la vraisemblance» (G. Vignaux, L’Argu-
mentation, Paris, Droz, 1976, p. 146).
8. «À la narratio, dit Roland Barthes, ou exposé des faits,
succède la confirmatio, ou exposé des arguments: c’est là que sont
énoncées les preuves élaborées au cours de l’inventio. La confirmatio
(apodeixis) peut comporter trois éléments: 1) la propositio (prothesis):
c’est une définition ramassée de la cause, du point à débattre; elle peut
être simple ou multiple, cela dépend des chefs (“Socrate fut accusé de
corrompre la jeunesse et d’introduire de nouvelles superstitions”);
2) l’argumentatio, qui est l’exposé des raisons probantes; aucune
structuration particulière n’est recommandée sinon celle-ci: il faut
330
commencer par les raisons fortes, continuer par les preuves faibles, et
terminer par quelques preuves très fortes; 3) parfois, à la fin de la
confirmatio, le discours suivi (oratio continua) est interrompu par un
dialogue très vif avec l’avocat adverse ou un témoin: l’autre fait irruption
dans le monologue: c’est l’altercatio» (R. Barthes, L’Ancienne rhétorique,
in „Communications”, 16, 1970, p. 217).
LE CHOIX DES PREUVES OU DES ARGUMENTS
Les théoriciens de la rhétorique montrent qu’il ne faut pas trop
multiplier les preuves; dans un discours, l’abondance des preuves peut
nuire car elle fatigue et déconcerte les auditeurs. L’orateur doit donc
écarter les preuves les plus légères et les moins convaincantes; il ne
faut pas laisser penser à l’auditoire qu’en employant une foule de
raisons petites et faibles, on n’en possède pas de plus fortes et de plus
évidentes:
«Un grand nombre, d’arguments, dit Cicéron, se présentent d’abord
à l’esprit, qui nous semblent pouvoir servir notre cause; mais les uns
ont si peu de valeur qu’il les faut négliger; d’autres qui offriraient
quelques secours, ne sont pas sans avoir aussi des inconvénients, et
l’avantage qu’on en tirerait n’est pas d’un prix à racheter le mal qui en
découlerait» (De Oratore, II, 308).
Cicéron insiste sur le fait qu’il faut choisir minutieusement les
arguments et qu’une seule preuve solide vaut mieux qu’une multitude
d’autres dont la portée serait restreinte:
«Quant aux arguments vraiment utiles et forts, s’il arrive tout de
même (et la chose arrive) qu’ils soient en très grand nombre, j’estime
qu’il faut faire un choix, mettre à part ceux qui ont le moins de poids
ou qui rentrent dans d’autres plus importants, et les rejeter du discours.
Lorsque je rassemble les preuves d’une cause, mon habitude à moi est
de peser ces preuves, et non de les compter» (Cicéron, De Oratore, II, 309).
Les petites preuves peuvent être utiles lorsqu’elles sont en grand
nombre à la suite de l’effet dit de convergence:
«Si plusieurs arguments distincts, dit Perelman, aboutissent à une
même conclusion, qu’elle soit générale ou partielle, … la valeur accordée
à la conclusion et à chaque argument isolé en sera accrue…»348.
Par conséquent, lorsqu’on a des preuves faibles et qu’on croit
utile de s’en servir, il faut les réunir pour qu’elles suppléent à la force
_______________
348
Gh. Perelman, op. cit., p. 624.
331
par le nombre et qu’elles se prêtent secours mutuellement. Les preuves
solides, au contraire, doivent être présentées isolément et ensuite
amplifiées pour qu’elles ne perdent rien de leur valeur.
Quelles sont les qualités que doivent présenter les preuves ?
1. Les preuves seront propres au sujet. Il ne faut admettre aucune
preuve dont on ne voit clairement le rapport direct avec le sujet du
discours.
2. Il faut que les preuves soient probantes, vraies et justes; ce qui
n’est pas vrai n’est pas éloquent; or ce qui n’est pas éloquent n’a pas
la vertu de persuader:
«Un argument, dit Quintilien, doit avoir une certitude reconnue;
comment des choses douteuses pourraient-elles prouver d’autres
choses douteuses ?» (V, 12, 2).
3. La force des preuves est liée à l’intensité d’adhésion des audi-
teurs. Les preuves seront donc appropriées à la disposition d’esprit de
l’auditoire; on ne doit pas, en général, apprécier la force d’une preuve
par elle-même et par sa propre nature, mais par l’état d’esprit de ceux
à qui on la présente. Un argument qui pourrait paraître sans portée
devient décisif lorsqu’il concerne les intérêts majeurs des auditeurs et
prend ceux-ci par ce qui leur est le plus sensible.
Marcus Porcius Cato, surnommé d’Utique (95-46 a.n.è), afin
d’obtenir la condamnation des complices de Catilina emploie adroitement
d’excellents arguments pour convaincre les sénateurs de la nécessité
impérieuse de cette décision. Mais l’argument décisif n’est pas celui
que l’on puisse qualifier de plus solide; les sénateurs aiment la dolce
vita, le luxe, la vie fastueuse, l’oisiveté et la débauche. Caton s’en
prend justement à ces points faibles de ses collègues et s’en sert afin
de vaincre leur indécision:
«O vous, dit-il, vous qui avez préféré toujours à la République
vos palais, vos maisons de plaisance, vos tableaux et vos statues; au
nom des Dieux ! si vous voulez conserver ces biens, quels qu’ils
soient, dont vous êtes si épris, si vous voulez jouir tranquillement de
vos plaisirs, réveillez-vous enfin et défendez la République ! Il ne
s’agit pas à l’heure actuelle des revenus de l’État, ni de l’intérêt de nos
alliés, mais de notre liberté et de nos vies» (Salluste, Conjuration de
Catilina).
4. La force d’un argument est liée non seulement à l’intensité
d’adhésion de l’auditoire aux prémisses, aux principes d’où découlent
certaines conséquences, mais aussi à la difficulté qu’il y aurait à le
332
réfuter; c’est pourquoi, il faut essayer autant que possible que les argu-
ments soient irréfragables car leur force tient surtout à leur résistance
aux objections. Les arguments irréfutables ont été dénommés par
Aristote des tekmérions (v. Rhétorique, I, éd. cit., p. 81). La force d’un
argument est d’autant plus grande qu’il est plus adéquat aux genres de
discours; les exemples appartiennent aux genres délibératif et démon-
stratif, tandis que les enthymèmes sont employés dans le genre juridique.
Les arguments ne seront pas communs, faciles à trouver ou déjà
entendus. Ils doivent toujours ajouter quelque chose de nouveau en ce
qui concerne la cause débattue. Ils ne seront ni tirés de loin, ni
recherchés, ni extraordinaires.
L’argumentation doit être claire; il ne faut pas que l’orateur ait
envie de se faire admirer par un enchaînement compliqué de syllogismes
qui rendraient sa démonstration obscure.

L’ARRANGEMENT DES PREUVES


La force probante et démonstrative des preuves dépend non
seulement de la force intrinsèque de chacune d’elles, mais encore de
l’ordre dans lequel elles sont présentées et du lien qui les enchaîne
dans un système constituant un corps de preuves.
Il n’y a pas de règle que l’on puisse suivre obligatoirement dans
tous les discours en ce qui concerne l’arrangement des preuves.
Celles-ci peuvent être arrangées, conformément à la loi de la gradation,
à la loi de la continuité, ou à l’ordo Homericus.
La loi de gradation exige que l’on dispose les preuves dans un
ordre correspondant à leur force individuelle de démonstration, en
partant des plus faibles pour aboutir aux plus fortes, par un mouvement
ascendant suivant le principe «Semper augeatur et crescat oratio». Le
discours commencera donc par un argument assez faible et de là
jusqu’à la fin il y aura une progression croissante; si on mêlait indis-
tinctement les raisons fortes avec les raisons faibles, ces dernières
comparées aux premières perdraient le peu d’effet et de force qu’elles
possèdent.
La loi de la continuité prescrit de ne présenter une preuve que
si elle se lie, par la nature même des idées et par son affinité logique,
avec la preuve précédente. L’argumentation revêt ainsi l’aspect d’un
mécanisme logique qui fonctionne parfaitement sans à-coups.
333
Cette loi peut être illustrée, par exemple, par la disposition des
arguments dans le discours de Cicéron, Pro M. Marcello349. En com-
parant les action guerrières de César avec la clémence que celui-ci a
fait paraître en rétablissant Marcellus dans ses droits, Cicéron montre
par trois arguments pourquoi on doit préférer cette vertu du grand
général à ses exploits guerriers:
Premier argument. Toute la gloire d’une victoire appartient non
seulement au général mais aussi à ses soldats, tandis que celle qui est
résultée de la clémence que César vient de montrer lui est personnelle:
«Car pour ce qui est des actions guerrières, il se trouve des gens
qui prétendent en diminuer l’éclat en soutenant que le soldat en
partage la gloire avec le chef qui, pour cette raison, ne peut se
l’approprier. En effet, la valeur des troupes, l’avantage des lieux, les
secours des alliés, les armées navales, la facilité des convois, tout cela
sans doute contribue beaucoup à la victoire. La fortune surtout se croit
en droit de s’en attribuer la plus grande partie, et se regarde presque
comme la seule et unique cause des succès.
Mais ici vous n’avez point de compagnon ni de concurrent qui
puissent vous disputer la gloire que votre clémence vient de vous
acquérir; quelque brillante qu’elle soit, et elle l’est infiniment, vous la
possédez seul tout entière. Ni le soldat, ni l’officier, ni les troupes
d’infanterie, ni celles de cavalerie ne peuvent y prétendre. La fortune
même, cette fière maîtresse des événements humains, ne peut rien
vous dérober de cet honneur; elle vous le cède entièrement, et avoue
qu’il vous appartient en tout et d’une manière toute personnelle,
puisque la témérité et le hasard ne se trouvèrent jamais où président la
sagesse et la prudence»350.
Deuxième argument. Il est moins difficile de vaincre des ennemis
que de surmonter ses passions:
«Vous avez soumis des peuples innombrables, répandus en
beaucoup de pays différents, formidables par leur férocité, pourvus
abondamment de tout ce qui est nécessaire pour se défendre: mais
après tout vous n’avez vaincu pour lors que ce qui était de nature et de
condition à être vaincu car il n’est rien de si puissant ni de si
redoutable dont le fer et la force ne puissent enfin venir à bout: mais
se dompter soi-même, étouffer son ressentiment, mettre un frein à la
_______________
349
v. Cicéron, Oratio pro Marcello, Paris, Hachette, s.d., p. 12-32.
350
Ibidem.
334
victoire, relever un ennemi abattu, un ennemi considérable par sa
naissance, par son esprit, par son courage, et non seulement le relever,
mais le faire monter à un plus haut point de fortune qu’il n’était avant
sa chute; en user ainsi, c’est se rendre, je ne dis pas comparable aux
plus grands hommes mais presque semblable aux dieux».
Troisième argument. Il y a dans les faits d’armes quelque chose
de tumultueux qui, même dans le récit qu’on en fait, engendre je ne
sais quel trouble dans notre âme, tandis que les actions qui témoignent
de la bonté et de la clémence flattent agréablement l’esprit et attendrissent
ceux qui en entendent parler:
«Vos conquêtes, César, se liront, à la vérité, dans nos annales et
dans celles de presque tous les peuples, et la postérité la plus reculée
ne se taira jamais sur vos louanges. Mais lorsqu’on lit ou qu’on entend
le récit des guerres et des batailles, il arrive je ne sais comment que
l’admiration qu’elles excitent est en quelque sorte troublée par le cri
tumultueux des soldats et par le son éclatant des trompettes. Au
contraire, le récit d’une action où paraissent la clémence, la douceur,
la justice, la modération, la sagesse, principalement si elle est faite
malgré la colère toujours ennemie des réflexions… produit en nous
une si douce et si vive impression d’estime et d’amour poux ceux qui
en sont les auteurs, que nous ne pouvons nous empêcher de les chérir,
quand bien même nous ne les aurions jamais connus»351.
L’ordo Homericus, c’est l’ordre des preuves qui imite l’ordre
de bataille des troupes décrit par Homère dans l’Iliade (4, 297): au
IVème livre de l’Iliade, Nestor rangeant ses troupes en vue du combat,
met à la tête ses chars armés, à la queue un dispositif d’attaque formé
d’une vaillante et nombreuse infanterie et, au milieu, des troupes de
soldats moins bien instruits. Dans la confirmation, l’ordo Homericus
exige que l’on mette en premières ligne quelques-unes des preuves les
plus importantes et que l’on termine l’argumentation par les plus
puissantes; les preuves de valeur inférieure seront insérées entre les
deux rangées de preuves solides.
Cicéron semble préférer l’ordo Homericus:
«Je blâme le système consistant à placer tout d’abord les preuves
les moins fortes. À ce propos, je crois que c’est aussi une erreur,
quand on emploie plusieurs avocats (habitude qui m’a toujours déplu),
de faire parler les premiers ceux-là précisément qu’on croit les moins
_______________
351
Ibidem.
335
habiles. Votre intérêt exige que vous répondiez le plus tôt possible à
l’attente des juges. Si dès le commencement ils ne reçoivent pas
satisfaction, votre tâche en deviendra par la suite beaucoup plus
difficile… Produisez donc chaque fois, en premier lieu, et les orateurs
les plus capables et les arguments les plus solides; à condition, bien
entendu, qu’en fait d’arguments comme en fait d’orateurs vous ayez
encore pour la péroraison de l’excellent en réserve. Quant au médiocre
(car le mauvais ne doit figurer nulle part), qu’il soit jeté dans la foule
et se perde dans la masse…» (De Oratore, II, 313).
Dans la Rhétorique à Herennius (III, 10). Cicéron a clairement
exprimé la même idée:
«On placera ses raisons les plus puissantes au commencement et
à la fin; les raisons médiocres, celles qui, sans être inutiles à la cause,
ne sont pas essentielles à la conviction, qui présentées séparément et
une à une, seraient faibles, mais qui, réunies à d’autres, deviennent
fortes et décisives, devront être placées entre les précédents, au milieu
du discours…».
L’ordo Homericus est employé, par exemple, par Shakespeare
dans la tragédie Jules César. Afin de rejeter l’accusation de Brutus
que César aurait été ambitieux et qu’il aurait voulu se faire proclamer
empereur, Marc Antoine utilise trois preuves disposées dans l’ordre
recommandé par Cicéron dans De Oratore. Il fournit d’abord une preuve
forte:
«César a ramené bien des captifs à Rome / Dont la rançon gonflait
les coffres de l’État. / Est-ce en cela qu’il se montrait ambitieux ?»
(He ha