Vous êtes sur la page 1sur 48

Bienvenue !

Progressez aux échecs avec Sergiu Lupu.. et ses invités!

...Vous est-il déju arrivé de


• perdre une partie sans savoir pourquoi ?
• vous égarer dans d'interminables calculs de variantes ?
• comprendre trop tard le plan de l'adversaire ?
• jouer sans plan du tout ?
• paniquer en zeit-not ?
• perdre de vue un gain simple ?
• vous faire arnaquer comme un débutant ?

COURS DE STRATEGIE

INTRODUCTION
1. La méthode d'évaluation d'une position

I. STRUCTURE DE PIONS

A. Cases faibles et cases fortes


2. Les cases faibles
3. La faiblesse des cases autour d'une case faible
4. Les cases fortes

B. Particularités de la structure de pions


5. Les pions doublés
6. Les pions passés
7. Structure de pions faible

II. LE CENTRE
8. L'importance du centre lors des opérations sur les ailes
9. Le centre de pions fort
10. Le centre de figures et de pions
11. La lutte contre le centre de pions
III. LA MOBILITE DES PIECES MINEURES

A. La paire de fous
12. La paire de Fous dans le jeu de milieu
13. La paire de Fous en finale
14. Lutter contre la paire de Fous
B. Fous et Cavaliers

1
15. Bon Fou, mauvais Fou
16. Fous de couleurs opposées dans le jeu de milieu
17. Fou contre Cavalier
18. Cavalier contre Fou

IV. COLONNES OUVERTES ET SEMI-OUVERTES


19. La lutte pour les colonnes
20. L'utilisation des colonnes
21. Les colonnes ouvertes et l'attaque au Roi
22. Les cases d'appui sur les colonnes

V. LE SACRIFICE POSITIONNEL
23. Le sacrifice de qualité
24. Deux pièces contre Tour et deux pions
25. Deux Tours contre trois pièces
26. Compensation pour la Dame
27. Pièce contre trois pions

Les cours d' Echecs

INTRODUCTION

Cours 1 : La méthode d'évaluation d'une position

Le coup qu'on s'apprête à jouer fait partie du plan qu'on a imaginé.


Le plan dépend de l'appréciation de la position.
C'est ici que tout commence.

Contrairement à une idée reçue, l'appréciation de la position ne relève pas de la stratégie pure; les
ressources tactiques en font partie intégrante ! Tous les très forts joueurs qui donnent l'impression d'un "style
positionnel" (Karpov par ex.) maîtrisent à la perfection l'arsenal tactique.

Pour l'évaluation d'une position, les classiques du genre sont toujours de rigueur. Les critères
positionnels établis par Steinitz et par ses successeurs Nimzovitch, Capablanca, Alekhine, Botvinik, Keres - sont
les suivants :

* l'avantage de développement
* le contrôle du centre
* la position précaire du Roi adverse
* les cases faibles
* la structure supérieure de pions
* l'activité des pièces

2
* le contrôle des colonnes ouvertes et semi-ouvertes
* la paire de Fous
* la majorité de pions sur l'aile Dame

Romanovski inclut l'ensemble de ces éléments dans la deuxième étape de l'analyse de la position.
Pour résumer, on va retenir les trois étapes suivantes :

1. le rapport matériel des forces


2. les facteurs positionnels (énumérés plus haut)
3. les éventuels motifs combinatifs (déceler les menaces cachées)

Les cours que je vous propose içi sont des cours de stratégie. Si les thèmes sont universels, leur
classification et les commentaires reflètent mon expérience de joueur et d'entraîneur. Les exemples ont été
choisis de manière à mettre en évidence un aspect stratégique à la fois.

2 conseils pratiques pour finir l'introduction :

* A chaque fois que vous vous trouvez dans une impasse durant la partie et que vous ne savez pas
quoi jouer - arrêtez le calcul un instant ("Je calcule, je ne pense pas !") et posez-vous ces 2 questions : 1)
Qui est mieux dans cette position ? 2) Quel est le plan de l'adversaire ?

* Quand vous avez un avantage matériel ou positionnel durable - évitez les risques inutiles en vue d'un
gain rapide. La façon technique de concrétiser l'avantage est de limiter au maximum le contre-jeu de
l'adversaire.

Bonne lecture !

I. STRUCTURE DE PIONS

A. Cases faibles et cases fortes

Cours 2 : Les cases faibles

- Qu'est-ce qu'une case faible ?


- Une case qui ne peut plus être contrôlée par les pions de son camp.

- Qu'est-ce qu'une case forte ?


- Le contraire d'une case faible.
Faux !
...C'est une case faible adverse que nos pièces peuvent occuper.

A chaque fois qu'on pousse un pion on laisse irrémédiablement derrière des cases faibles. "La

3
case idéale est
la case initiale !" disent même certains, à moins qu'on ne pousse directement � Dame... Sans
aller jusqu'à jouer
qu'avec les Cavaliers, il vaut mieux néanmoins regarder deux fois avant de se laisser emporter
par son élan guerrier.
Est-ce que les cases faibles ainsi créées ne deviendront pas des cases fortes de l'adversaire?

Les Blancs jouent.

Regardez la position et répondez, selon vous:

1. Quel est le plan que les Blancs ne doivent en aucun cas envisager ?
2. Quel est le coup le plus anti-positionnel des Blancs ?

1. Les Blancs ne doivent en aucun cas ouvrir le centre.


2. Le coup le plus anti-positionnel est le premier qui vient à l'esprit : d4-d5 !

4
Botvinnik - Flohr
Moscou 1936
1. c5! Avec deux suites en vue : 1) b3-b4-b5 et 2) installer le Cavalier en d6. 1...a5 Empêche le
premier plan 2. Cb1 Df8 3. Ca3 Fd8 4. Cc4 Fc7 5. Cd6 Le pion passé en d6 vaut l'échange. Tb8 6.
Tb1 Une bonne continuation était aussi 6.Cxb7 Txb7 7.Dxc6 et Dxe6+ 6...Dd8 Arrêtons-nous un
peu... 7. b4?! Un peu prématuré peut-être... même pour Botvinnik ! Les Blancs avaient le temps de
doubler sur la colonne b et de mettre le Roi à l'abri, les Noirs étant quasi-zugzwang. 7...axb4 8.
Txb4 Fxd6 9. exd6 Da5 10. Tdb3 Te8 11. De2 Plus fort que 11.Txb7 Txb7 12.Txb7 Dxa4 11...Da8
12. Te3 Rf7 Suivi de 13. Rg1 et 14.Dc4 (Rg1 pour prévenir b7-b5)

Net avantage aux Blancs.

Conclusion:
* L'important dans une partie d'échecs n'est pas de dénombrer les cases faibles d'un côté
ou de l'autre, mais d'avoir des cases fortes. Dans cet exemple, bien que les Blancs aient au
moins 5 cases faibles, les Noirs n'ont aucune case forte !

* Vous avez trouvé la partie peu spectaculaire, le plan de jeu un peu lent ? Nous sommes
arrivés sans effusion de sang dans une position pourtant sans espoir ! Le crime en
douceur relève de la technique échiquéenne...

Botvinnik,Mikhail - Flohr,Salo [B05]


Moscow, 1936
1.e4 ¤f6 2.e5 ¤d5 3.d4 d6 4.¤f3 ¥g4 5.¥e2 c6 6.0–0 dxe5 7.¤xe5 ¥xe2 8.£xe2 ¤d7 9.f4 e6
10.c4 ¤5b6 11.¥e3 ¥e7 12.¤c3 0–0 13.¦f3 £e8 14.¦d1 ¦d8 15.b3 f5 16.¤d3 ¥f6 17.¥f2 £f7
18.¤e1 ¦fe8 19.¦fd3 ¤f8 20.¤f3 £c7 21.¤e5 ¤bd7 22.£d2 ¥e7 23.¤f3 ¤f6 24.£c1 ¤e4
25.¤e5 ¤xf2 26.¢xf2 ¤d7 27.£e3 ¤xe5 28.fxe5 £a5 29.a4 ¦d7 30.g3 £d8 31.¢g2 ¥g5 32.£f3
£e7 33.c5 a5 34.¤b1 £f8 35.¤a3 ¥d8 36.¤c4 ¥c7 37.¤d6 ¦b8 38.¦b1 £d8 39.b4 axb4 40.¦xb4
¥xd6 41.exd6 £a5 42.¦db3 ¦e8 43.£e2 £a8 44.¦e3 ¢f7 45.£c4 b5 46.£c2 ¦xd6 47.cxd6 c5+
48.¢h3 cxb4 49.£c7+ ¢g8 50.d7 ¦f8 51.£d6 h6 52.£xe6+ ¢h7 53.£e8 b3 54.£xa8 ¦xa8
55.axb5 ¦d8 56.¦xb3 ¦xd7 57.b6 ¦b7 58.¢g2 ¢g6 59.¢f3 ¢f6 60.¦b5 ¢e6 61.¢e3 ¢d6 62.¢d3
¢c6 63.¢c4 ¢d6 64.¦d5+ ¢c6 65.¦c5+ ¢d6 66.¢b5 1–0

A. Cases faibles et cases fortes

Cours 3 : La faiblesse des cases autour d'une case faible

Il s'agit ici des cases de la même couleur que la case faible, et adjacentes à celle-ci.

Il arrive assez souvent que toute une zone (noire ou blanche) de l'échiquier devienne faible
autour d'une case, offrant autant de points d'appui pour les figures adverses.

Voici une illustration de cette situation de jeu :

5
Les Noirs jouent.

Comment appréciez-vous la position ?

Réponse

Les Blancs ont apparemment un léger avantage de développement. Pourtant, les Noirs ont des
meilleures perspectives dans cette position :
* ils ont l'initiative
* les figures noires ont une mobilité supérieure et les pièces mineures peuvent utiliser les cases
faibles d4 et f5
* le Roi noir, bien que sur sa case initiale, est plus à l'abri que le Roi blanc roqué !... le centre de
pions étant bloqué (voir le cours 8).

1... Fd4+ 2. Rh1 Cf5 3. Fxf5 A cause de la menace 3...Cg3+ Fxf5 4. Te1+?! Rf8 5. Df3 Le
coup h2-h3 était nécessaire malgré tout. En l'absence des Cavaliers noirs, la faiblesse en g3
est plus difficilement exploitable. 5...h3! 6. g3 6.g4 ne marche pas à cause de 6...Dh4

6
6...Dd7 Autour de la case f5...... 7. Fd2 Si 7.Fe3 Fxc3 8.bxc3 et à cause de la faiblesse des
cases blanches la position avec Fous de couleurs opposés est sans espoir. 7...Fg4 8. Df1 Si
8.Dd3 Df5! 8...Df5 9. Tac1 Rg7 10. Fe3 Ff6 11. b3 The8 Domination totale. 12.
Ff2 Autrement les Noirs doublent les Tours sur la colonne "e". 12...Ff3+ Le début de la
conclusion tactique. Le plan "lent" de continuation était lié à la percée a6 et b5. 13. Rg1 Fg2
14. Txe8 Fxf1! 15. Txa8 Dd3! 16. Te8 Coup unique. Si 16.Txf1 - Df3 et mat imparable.
Contre 16...Fxc3 les Blancs se défendent avec 17.Te3. 16...Df3 17. Rxf1 Dh1+ 18. Fg1 Dg2+
19. Re1 Dxg1+ 20. Rd2 Dxh2+ Et sans attendre la suite 21.Ce2 Dg2 22.Tg1 Dxg1 23.Cxg1
h2...

Les Blancs abandonnent.

Rubinstein,Akiba - Spielmann,Rudolf [A43]

Bad Pistyan Bad Pistyan (6), 1912


1.d4 c5 2.d5 d6 3.c4 g6 4.e4 ¥g7 5.¥d3 e6 6.¤c3 ¤e7 7.¤ge2 exd5 8.exd5 ¤d7 9.f4 ¤f6 10.¤g3
h5 11.0–0 h4 12.¤ge4 ¤xe4 13.¥xe4 ¥d4+ 14.¢h1 ¤f5 15.¥xf5 ¥xf5 16.¦e1+ ¢f8 17.£f3 h3
18.g3 £d7 19.¥d2 ¥g4 20.£f1 £f5 21.¦ac1 ¢g7 22.¥e3 ¥f6 23.b3 ¦he8 24.¥f2 ¥f3+ 25.¢g1
¥g2 26.¦xe8 ¥xf1 27.¦xa8 £d3 28.¦e8 £f3 29.¢xf1 £h1+ 30.¥g1 £g2+ 31.¢e1 £xg1+ 32.¢d2
£xh2+ 0–1

B. Particularités de la structure des pions

Cours 4 : Les cases fortes

A part les cases fortes qu'on occupe dans le territoire adverse, il y a un autre type de cases
fortes, qui se trouvent dans notre propre camp. L'existence d'une telle case forte permet une plus
grande marge de manoeuvre - et constitue par conséquent un avantage positionnel lié à la mobilité
supérieure des pièces.

Les Noirs jouent.

Quelle est à votre avis la case thématique dans cette position ?

7
Atkins - Bodnarevshi
Match par radio
URSS - Angleterre 1946 (!)

1...Cf5 2. Fb2 Fb4+ 3. Rf1 h5 Première étape du plan : un coup typique pour consolider la
case f5. 4. h4 Fd7 5. Cc3 Fxc3 6. Fxc3 Tc8 7. Th3 Empêche Cxe5 7...Cce7 8. Dd2
Fb5 Deuxième étape du plan : échanger le "bon" Fou des Blancs. 9. Cg1 Cg6 10. Dg5 O-O
11. Te1 f6! 12. exf6 Si Dxg6 12...Fe8 12...Txf6 13. Fxb5 Dxb5+ 14. Ce2 Cgxh4! 15. a4 Da6
16. Fb4 Tg6 17. Dxh5 Th6 18. Dg4 Si Dg5 18...Cf3! 18...Tc2 19. g3 Ce3+! 20. fxe3 Tf6+ 21.
Df4 Ou 21.Rg1 Cf3+ 22.Rh1 Cxe1... 21...Txf4+

Et les Noirs ont gagné rapidement.

Conclusion
Le plan des Noirs peut être suivi à la lettre :
1) rendre d'abord la case f5 stable à l'aide du pion h5 et en échangeant le Fou de cases
blanches, et

8
2) saisir ensuite les possibilités tactiques créées par la mobilité supérieure des figures.
Un cas d'école où les Blancs ont perdu sans comettre de faute grave.

Aitken,James - Bondarevsky,Igor [C02]


ENG-URS radio Soviet Union (1), 1946
1.e4 e6 2.d4 d5 3.e5 c5 4.c3 ¤c6 5.¤f3 £b6 6.¥e2 cxd4 7.cxd4 ¤ge7 8.b3 ¤f5 9.¥b2 ¥b4+
10.¢f1 h5 11.h4 ¥d7 12.¤c3 ¥xc3 13.¥xc3 ¦c8 14.¦h3 ¤ce7 15.£d2 ¥b5 16.¤g1 ¤g6 17.£g5
0–0 18.¦e1 f6 19.exf6 ¦xf6 20.¥xb5 £xb5+ 21.¤e2 ¤gxh4 22.a4 £a6 23.¥b4 ¦g6 24.£xh5 ¦h6
25.£g4 ¦c2 26.g3 ¤e3+ 27.fxe3 ¦f6+ 28.£f4 ¦xf4+ 29.gxf4 ¤f5 30.¢f2 £d3 31.¦f3 ¦a2 32.a5
b6 33.axb6 axb6 0–1

I. STRUCTURE DE PIONS

B. Particularités de la structure des pions

Cours 5 : Les pions doublés

L'existence des pions doublés rend l'appréciation d'une position plus difficile.

D'une part, ils ont une mobilité réduite et ils peuvent plus facilement devenir la cible des
figures adverses, notamment s'ils sont isolés. Nos pions doublés ralentissent ou empêchent la
promotion de notre majorité. Par exemple - dans la structure a2, b2, c2, c3 devant a7, b7, c7, les
Blancs ne parviendront pas à obtenir un pion passé. Ils constituent par ailleurs un facteur aggravant
lorsque la position du Roi est faible.
D'autre part, ils ne sont pas complètement dépourvus de qualités. S'il y a des pions doublés, il
y a forcément des colonnes ouvertes ou semi-ouvertes. L'un des pions (ou les deux) peut etre le
gardien d'une case importante dpdv stratégique. Enfin, ils rendent la promotion de la majorité de
pions adverse beaucoup plus difficile. Avec la formation a4, b4, c4 devant b7, b6 - les Blancs auront
bien plus de mal à obtenir un pion passé que devant les pions "normaux" a7, b7.

9
Les Blancs jouent.

Donneriez-vous le Fou pour le Cavalier en c6 ?


Pourquoi oui, pourquoi non ?

Taimanov - Suetin
Kiev, 1954

1. c4 Cf6 2. Cc3 d5 3. cxd5 Cxd5 4. g3 c5 5. Fg2 Cc7 6. d3 Cc6 7. Fxc6+! A condition de


bien calculer. bxc6 8. Da4 Les pions doublés doivent être attaqués sans tarder. Dd7 9. Cf3 f6
10. Fe3 e5 11. Ce4 Ce6 12. Tc1 Tb8 13. Dc2 La suite est pratiquement forcée jusqu'ici. 13...
Fe7? Une meilleure fa�on de donner le pion était 13... Cd4 14.Fxd4 cxd4 15.Dxc6 Fb7 avec
la paire de Fous en compensation. 14. Cxc5 Fxc5 15. Fxc5 Cxc5 16. Dxc5 Txb2 17.
Cxe5! fait partie du calcul... De6 18. Dxc6+ Dxc6 19. Cxc6 Fh3 20. f3 O-O 21. Rf2 Te8 22.
Cd4 Txa2 23. Ta1

10
Et l'avantage matériel des Blancs et facile à concrétiser.

Conclusion
On peut raisonablement échanger le Fou contre un Cavalier en doublant les pions adverses
* pour créer ainsi une majorité de pions sur l'aile opposée
* pour passer dans une finale favorable
* pour gagner du matériel - en attaquant aussitôt les pions, comme dans la partie de Taimanov

Taimanov,Mark E - Suetin,Alexey S [A34]


URS-ch21 Kiev, 1954
1.c4 ¤f6 2.¤c3 d5 3.cxd5 ¤xd5 4.g3 c5 5.¥g2 ¤c7 6.d3 ¤c6 7.¥xc6+ bxc6 8.£a4 £d7 9.¤f3 f6
10.¥e3 e5 11.¤e4 ¤e6 12.¦c1 ¦b8 13.£c2 ¥e7 14.¤xc5 ¥xc5 15.¥xc5 ¤xc5 16.£xc5 ¦xb2
17.¤xe5 £e6 18.£xc6+ £xc6 19.¤xc6 ¥h3 20.f3 0–0 21.¢f2 ¦e8 22.¤d4 ¦xa2 23.¦a1 ¦b2
24.¦xa7 ¦b4 25.¤c2 ¦b2 26.¦c7 ¥f5 27.¦a1 h5 28.¦aa7 ¢h8 29.e4 ¦c8 30.¦xc8+ ¥xc8 31.¦c7
¥a6 32.¢e3 ¢g8 33.h4 ¦b3 34.¦d7 ¥b5 35.¦d4 ¢f7 36.f4 g6 37.¤e1 ¦b2 38.¦d6 ¥a4 39.e5 fxe5
40.fxe5 ¥d1 41.¤f3 ¦e2+ 42.¢d4 ¦g2 43.¤g5+ ¢e7 44.¤e4 ¢f7 45.¦f6+ ¢g7 46.e6 g5 47.e7
¥a4 48.hxg5 ¦b2 49.¦f8 ¦b4+ 50.¢e3 1–0

B. Particularités de la structure des pions

Cours 6 : Les pions passés

Le pion passé va souvent de paire avec son bloqueur.


Le rapport de forces entre le pion et son bloqueur peut constituer le facteur positionnel
déterminant pour faire pencher la balance d'un côté ou de l'autre.
Nimzovitch a démontré la nécessité de bloquer physiquement la case devant le pion, au lieu
de se contenter de la contrôler à distance - et cela pour 3 raisons :
* éviter le sacrifice positionnel du pion
* la case devant le pion étant une case faible, le bloqueur utilise le pion comme bouclier
contre les attaques frontales
* si le pion est solidement bloqué, le blocus pourra s'éteindre dans toute cette zone de
l'échiquier
Le meilleur bloqueur du pion est le Cavalier, le plus mauvais est la Dame.

Les Blancs jouent.

11
Quel est votre premier coup ?

Les Blancs jouent.

12
Comment continuez-vous ?

Réponses

1. Fxf6 ! ... voir la partie.


2. C'est une variante sympa qui aurait pu survenir :

1. Ce7! Cxe7 2. Txe7 Dxg3+ 3. Rxg3 Tg8+ 4. Rf2 Tg7 5. d6 Le pion entre en action. 5...Txe7
6. dxe7 Fc6 7. Fe4 Fe8 8. f5! Rg7 9. Fd5 Le pion est devenu inaccessible. 9...Rh6 10. Rf3
Rg5 11. Re4 et les Noirs n'ont plus de défense contre la manoeuvre Fb7, Rd5 et Fc6.

13
22.¤e7 ¤xe7 23.¦xe7 £xg3+ 24.¢xg3 ¦g8+ 25.¢f2 ¦g7 26.d6 ¦xe7 27.dxe7 ¥c6 28.¥e4 ¥e8
29.f5 ¢g7 30.¥d5 ¢h6 31.¢f3 ¢g5 32.¢e4 +-

La partie

Nimzovitch - Gottschall
Breslau 1925

1. Fxf6! Les Noirs s'apprêtaient tranquillement à attaquer la "faiblesse" en d5, quand ils ont été
brusquement ramenés à la réalité.Un pseudo-sacrifice qui va éliminer le premier bloqueur.
Fxh2+! 1...gxf6 ne marche pas à cause de 2.Cxd6 Txd6 3.Dg3+ 2. Rxh2 gxf6 3. Dg3+ Quelle
tournure dramatique ! Le "bloqueur" en d6 a disparu, et le bloqueur de réserve va se retrouver en
g6. 3...Cg6 4. f4 Afin de jouer Te1. Le pion passé est protégé indirectement. 4...Rh8 Sur la prise en
d5 il y a Te1 et Ce7+ 5. Te1 Df8 Que jouez-vous déjà si 5...Dg8 ?! 6. d6! Td7 Pourquoi pas 6...Fc8
avec le gain du pion ? Les Blancs gagnent aprés 7.Ce7 Dh6+ 8.Rg1 Cxf4 9.Cxc8 Txc8 et 10.d7 7.
Dc3 Avec la menace 8.Te8! Dxe8 9.Dxf6+ Rg8 10.Ch6 mat. Si à la place, la Tour revient en d8, les
Blancs occuperont la 7ème. Txd6 Le désespoir.Si 7...Tf7 8.d7 Txd7 9.Te8! 8. Cxd6

Et les Blancs gagnent aprés Fxg6.

Conclusion
L'existence d'un pion passé représente un souci permanent pour l'adversaire.
1. Le seul moyen de lutter contre est de l'immobiliser le plus tôt possible.
2. Cet exemple illustre les 2 aspects généralement valables dans le jeu avec le pion passé :
* l'utilisation des ressources tactiques pour éliminer le bloqueur
* l'utilisation de la colonne ouverte à côté du pion

Nimzowitsch,Aaron - Von Gottschall,Hermann [D05]


DSB-24.Kongress Breslau (5), 1925
1.¤f3 e6 2.d4 d5 3.e3 ¤f6 4.b3 ¤bd7 5.¥d3 c6 6.0–0 ¥d6 7.¥b2 £c7 8.c4 b6 9.¤c3 ¥b7 10.¦c1
¦c8 11.cxd5 exd5 12.e4 dxe4 13.¤xe4 ¤xe4 14.¥xe4 0–0 15.d5 c5 16.¦e1 £d8 17.¥b1 ¦e8
18.£d3 ¤f8 19.¦xe8 £xe8 20.¤h4 f6 21.¤f5 ¦d8 22.¥xf6 ¥xh2+ 23.¢xh2 gxf6 24.£g3+ ¤g6
25.f4 ¢h8 26.¦e1 £f8 27.d6 ¦d7 28.£c3 ¦xd6 29.¤xd6 £xd6 30.¥xg6 hxg6 31.¦e8+ ¢g7
32.£g3 ¥c6 33.¦e3 ¥d7 34.f5 £xg3+ 35.¢xg3 ¥xf5 36.¦e7+ ¢h6 37.¦xa7 ¥b1 38.¦a6 b5 39.a4
bxa4 40.bxa4 ¢g5 41.¦b6 ¥e4 42.a5 f5 43.a6 c4 44.a7 c3 45.¦b3 f4+ 46.¢f2 c2 47.¦c3 1–0

B. Particularités de la structure des pions

14
Cours 7 : Structure de pions faible

La présence d'un pion arriéré peut rendre toute la structure de pions faible.
Le pion arriéré devient le maillon faible de la structure lorsque
* il se trouve sur une colonne semi-ouverte
* la case devant le pion est contrôlée par les pièces adverses.

Les Blancs jouent.

Quel est à votre avis le pion thématique dans cette position?

Reponse

Le maillon faible se trouve dans la structure des Noirs - c'est le pion c7.

15
Euwe - Capablanca
Tournoi AVRO - 1938

1. Dc2! f5 Bien obligé. 1...Dxd4 ne marche pas à cause de 2.Dxc7 2. Fe3 Ca6 Si 2...Cd7 3.Dc4+ 3.
Tac1 Dd5 Ou bien 3...c5 4.dxc5 Cxc5 5.Tfd1 De8 6.Fxc5 Fxc5 7.Db3+ Rh8 8.Cd7 4. Cc6 Fxc6 Si
4...Fd6 5.f3 5. Dxc6 Dxc6 Le Noirs ont renoncé à prendre en a2 à cause de 6.d5 6. Txc6 Tf6 7.
Tfc1 Txc6 8. Txc6 Fd6 9. a3 Te8 10. Ff4 Fxf4! 11. gxf4 Rf7 12. e3 Te6 13. Tc4 La menace est Ta4
b5 14. Tc3 c6 Le pion a réussi à avancer d'un pas, mais il reste toujours faible. 15. f3 g6 15...exf3
n'est pas mieux : 16.Fxf3 Cb8 17.d5 16. fxe4 fxe4 17. a4! Le coup de grâce bxa4 18. Tc4 Rf6 19.
Txa4 c5 20. Ff1 cxd4 21. Txa6 dxe3 22. Txe6+ Rxe6 23. Fh3+ Rd5 24. Rf1 Rc4 25. Re2 Rb3 26.
Fe6+ Rxb2 27. Fg8 a5 28. Fxh7 a4 29. Fxg6

Les Noirs abandonnent.

Capablanca,Jose Raul - Euwe,Max [E34]


AVRO Holland, 1938
1.d4 ¤f6 2.c4 e6 3.¤c3 ¥b4 4.£c2 d5 5.cxd5 £xd5 6.¤f3 c5 7.¥d2 ¥xc3 8.¥xc3 cxd4 9.¤xd4
e5 10.¤f5 ¥xf5 11.£xf5 ¤c6 12.e3 0–0 13.¥e2 £e4 14.£f3 £c2 15.0–0 ¦ad8 16.¥b5 ¦d5
17.¦ac1 £e4 18.£e2 ¦d6 19.f3 £f5 20.¥xc6 ¦xc6 21.£b5 ¦fc8 22.£xb7 £d3 23.e4 ¤h5 24.g3
£e3+ 25.¢g2 £g5 26.¢f2 f5 27.exf5 £xf5 28.g4 £f4 29.gxh5 £xh2+ 30.¢e3 £f4+ 31.¢e2
£c4+ 32.¢e1 £d3 33.£b3+ ¢h8 34.¦c2 ¦f6 35.¦d2 £f5 36.£c2 £f4 37.£e4 £g3+ 38.¦ff2
£g1+ 39.¢e2 ¦ff8 40.h6 1–0

II. LE CENTRE

Cours 8 : L'importance du centre lors des opérations sur les ailes

Le succès des opérations sur les ailes dépend de la position stable du centre.
Principes :
1. L'attaque sur l'une des ailes est justifiée du point de vue stratégique si le centre est stable.
2. En réponse à une attaque en flanc la meilleure réaction est une contre-offensive au centre.

Averbach - Panno
1954

16
Les Blancs jouent.

Regardez la position et répondez, selon vous:


1. Quelle couleur préférez-vous ?
2. Quel est votre premier coup avec les Blancs ?
Commentaire

Voilà une position qui à première vue n'a rien d'extraordinaire.


Les Noirs ont roqué et ont presque fini le développement, tandis que les Blancs ont encore le
Roi en e1.
Question de goût, on pourrait dire. C'est ici qu'intervient le rôle du centre : il est solidement
bloqué, ce qui fait que...
le Roi blanc s'y trouve en sécurité. Et si c'était l'élément clé du plan de jeu ?
Averbach - Panno
Buenos Aires 1954
1. g4! Un coup qui illumine l'échiquier Ce8 2. h4 f5 Ou alors souffrir en silence. 3. h5 Avec
l'idée simple 4.hxg6 hxg6 5.gxf5 f4 4. g5! Tf7 Pour retirer le Fou en f8 si 5.h6 5. Fg4! On
échange le bon Fou des Noirs. Dd8 5...Fxg4 6.Dxg4 Db4 ne marche pas à cause de 7.hxg6 hxg6
8.Dc8 Te7 9.b3! 6. Fxc8 Dxc8 7. Cf3 Ff8 8. Re2! Tg7 9. Th4 Cd7 10. hxg6 hxg6 11. Dh1 Fe7 12.
Th8+ Rf7 13. Dh6 Menace Ch4-f5. Cf8 14. Th1 Tb8 15. Fxf4! Si 15...exf4 16.Th4 Dc7 Se

17
défend contre 16.Fxe5 16. Dh2 Cd7 17. Dh3 Cf8 18. Txf8+ Rxf8 19. De6 Tg8 20. Ch4 Fd8 21.
Cxg6+ Rg7 22. Cxe5

Les Noirs abandonnent.

Conclusion:
Tout plan de jeu passe par l'analyse du centre.

Averbakh,Yuri L - Panno,Oscar [E74]


ARG-URS Buenos Aires (3), 1954
[ChessBase]
1.d4 ¤f6 2.c4 g6 3.¤c3 ¥g7 4.e4 d6 5.¥e2 0–0 6.¥g5 c5 7.d5 a6 8.a4 £a5 9.¥d2 e5? 10.g4! ¤e8
11.h4 f5 12.h5 f4 13.g5 ¦f7 14.¥g4 £d8 15.¥xc8 £xc8 16.¤f3 ¥f8 17.¢e2 ¦g7 18.¦h4 ¤d7
19.hxg6 hxg6 20.£h1 ¥e7 21.¦h8+ ¢f7 22.£h6 ¤f8 23.¦h1 ¦b8 24.¥xf4! £c7 [24...exf4
25.¦h4 …¦f4] 25.£h2 ¤d7 26.£h3 ¤f8 27.¦xf8+ ¢xf8 28.£e6 ¦g8 29.¤h4 ¥d8 30.¤xg6+ ¢g7
31.¤xe5 1–0

II. LE CENTRE

Cours 9 : Le centre de pions fort

On peut dire que la lutte pour le centre commence dès le premier coup - la théorie des
ouvertures le montre bien.
Un centre de pions est fort lorsqu'il est soutenu par les figures et que la pression adverse n'est
pas suffisante pour provoquer une avancée prématurée.
Il offre l'avantage de permettre la préparation de l'offensive sur l'aile Roi aussi bien que sur l'aile
Dame. Et cela tout en limitant la mobilité des pièces adverses.

18
Les Blancs jouent.

Regardez la position et répondez, selon vous:

1. Quel est votre premier coup avec les Blancs ?


2. Et le deuxième ?

Suite...

Polugaevski - Tal
Moscou 1969

19
1. c4 Cf6 2. Cc3 e6 3. Cf3 d5 4. d4 c5 5. cxd5 Cxd5?! 6. e4 Cxc3 7. bxc3 cxd4 8. cxd4 Fb4+ 9. Fd2 Fxd2+
10. Dxd2 O-O 11. Fc4 Cc6 12. O-O b6 13. Tad1 Fb7 14. Tfe1 Ca5 15. Fd3 Tc8 (La position du
diagramme) 16. d5! (Percée thématique. Le centre de pions a permis aux Blancs de placer
toutes les pièces en position offensive.) exd5 (16...Cc4 aurait donné l'avantage aux Blancs
après 17.Fxc4 Txc4 18.dxe6 Dxd2 19.exf7+ Txf7 20.Txd2 et 20...Txe4 ne marche pas à cause
de 21.Txe4 Fxe4 22.Cg5) 17. e5! (Le sacrifice classique du pion au centre déclenche l'attaque
sur l'aile Roi) Cc4 18. Df4 Cb2 (18...h6 19.Df5 g6 20.Dh3 Rg7 21.e6 fxe6 22.Cd4 ; 18...Tc6
19.Cg5 h6 20.Fh7+ Rh8 21.Cxf7+) 19. Fxh7+! (L'exécution tactique) Rxh7 20. Cg5+ Rg6
21. h4! Tc4 (Les 3 variantes mènent au mat : 21...Cxd1 22.h5+ Rxh5 23.g4 ; 21...Dd7 22.g4 ;
21...f5 22.Td4) 22. h5+ Rh6 23. Cxf7+ Rh7 24. Df5+ Rg8 25. e6 Df6 26. Dxf6 gxf6 27.
Td2 (Plus fort aurait été 27.Cd6 Cxd1 28.e7) Tc6 28. Txb2 Te8 29. Ch6+ Rh7 30. Cf5 Texe6
31. Txe6 Txe6 32. Tc2 Tc6 33. Te2 Fc8 (Si 33...Tc7 34.Te6) 34. Te7+ Rh8 35. Ch4 f5 36.
Cg6+ Rg8 37. Txa7 1-0
On aurait cru que c'était Tal qui avait les Blancs !

Conclusion:
Un centre de pions fort nous permet de choisir :
- entre plusieurs plans de jeu possibles (dans cette partie : l'attaque au Roi)
- le moment du déclenchement de l'offensive

Polugaevsky,Lev - Tal,Mihail [D41]


URS-ch37 Moscow (2), 07.09.1969
[Belov]
1.c4 ¤f6 2.¤c3 e6 3.¤f3 d5 4.d4 c5 5.cxd5 ¤xd5 6.e4 ¤xc3 7.bxc3 cxd4 8.cxd4 ¥b4+ 9.¥d2
¥xd2+ 10.£xd2 0–0 11.¥c4 ¤c6 [11...¤d7 12.0–0 ¤f6 13.¦fe1 b6 14.a4 ¥b7 15.¥d3 ¦c8 16.a5²
Yusupov,A-Elson,J/San Pisafort/1981/1:0 (67)] 12.0–0 b6 13.¦ad1 ¥b7 14.¦fe1 ¤a5 [14...¤e7
15.d5 exd5 16.exd5 ¤f5²; 14...¦c8 15.d5 exd5 (15...¤a5 16.¥d3 exd5 17.e5©) 16.¥xd5 £c7
17.£g5 h6 18.£g4²] 15.¥d3 ¦c8 16.d5 exd5 [16...£d6!? 17.dxe6 (17.£e2 e5²) 17...fxe6 18.¥b5!
²] 17.e5! ¤c4 [17...£e7 18.¤d4±; 17...h6 18.£f4 ¤c6 19.£f5 g6 20.£g4± Popov,N-
Rumiancev,G/URS/1978/] 18.£f4 ¤b2 [18...h6 19.£f5 g6 20.£h3 ¢g7 21.e6±] 19.¥xh7+! ¢xh7
20.¤g5+ ¢g6 21.h4!! …22.h5 ¢h5 23.g4 ¢g6 25.£f5 ¢h6 26.£h7 ¢g5 27.£h5 ¢f4 28.£f5#/
21...¦c4 [21...f5 22.¦d4! …h5/; 21...£d7 22.e6 fxe6 23.£g4 ¦f6 24.¤xe6+ ¢h6 25.¦e5 g6
26.£g5++-] 22.h5+ ¢h6 23.¤xf7+ ¢h7 24.£f5+ ¢g8 25.e6!+- £f6™ [25...£e7 26.h6!+-]
26.£xf6 gxf6 27.¦d2?! [¹27.¤d6+-] 27...¦c6! 28.¦xb2 ¦e8?! [28...¥c8±] 29.¤h6+ ¢h7 30.¤f5
¦exe6 31.¦xe6 ¦xe6 32.¦c2 ¦c6 33.¦e2+- ¥c8 34.¦e7+ ¢h8 35.¤h4 f5 36.¤g6+ ¢g8 37.¦xa7
1–0

II. LE CENTRE

Cours 10 : Le centre de figures et de pions

Le plan de jeu de certaines ouvertures consiste dans la création d'un fort dispositif central,
composé de pions et de figures. Le Cavalier y joue le rôle classique d'avant-poste.

20
La structure Botvinnik en est un exemple. Sa particularité est l'apparition de la colonne semi-
ouverte "e". Les manoeuvres au centre ont d'abord le but d'ouvrir cette colonne, ensuite d'y
renforcer la pression et enfin de déclencher l'attaque sur l'une des ailes.

Les Noirs jouent.

Regardez la position et répondez, selon vous:

Quel est le premier coup ?

Lisitin - Botvinnik
Leningrade 1932

1... Cd4 Cette belle structure porte aujourd'hui le nom de Botvinnik 2. Dd1 Fg4! Provoque
l'échange. 3. Fxd4 exd4 Voici la colonne semi-ouverte. 4. Dd2 Ff8 5. Te1 La pousée du pion
e aurait affaibli irrémédiablement le pion d. Te8 6. h4 Le Cavalier blanc manque de cases.

21
Fh3 7. Ff3 Te7 8. Ch2 Tce8 9. Rh1 Fe6 Le Fou se dirige vers d5. 10. b3 Cb4 10...Cc3 ?
11.e4 ! 11. Fg2 Fd5 12. Cf3 Tf7 13. Rh2 Fd6 14. Fh3 Dd8 15. Tab1 Tfe7 16. Cg1 Fc7 17.
Ca3 Fb7 18. Fg2 Bien obligé... Fxg2 19. Rxg2 Cd5 20. Cc2 Dd6 Les pièces occupent
maintenant les positions idéales pour l'offensive finale sur l'aile Roi. 21. Ca3 Ce3+ 22. Rh1
Cg4 23. Df4 Si 23.Rg2 24.Cxf2 Dxf4 24. gxf4 Cxf2+ 25. Rg2 Cxd3

Les Blancs abandonnent.

Lisitsin,Georgy - Botvinnik,Mikhail [A30]


Leningrad-ch Leningrad, 1932
1.¤f3 c5 2.c4 ¤f6 3.g3 d5 4.cxd5 ¤xd5 5.¥g2 ¤c6 6.0–0 e5 7.d3 ¥e7 8.¤bd2 0–0 9.¤c4 f6
10.¥e3 ¥e6 11.a4 £d7 12.£d2 b6 13.¦fc1 ¦ac8 14.£d1 ¢h8 15.¥d2 ¦fd8 16.£b3 ¤c7 17.¥c3
¦b8 18.£c2 ¤d5 19.¤fd2 ¦bc8 20.¤f1 ¤d4 21.£d1 ¥g4 22.¥xd4 exd4 23.£d2 ¥f8 24.¦e1 ¦e8
25.h4 ¥h3 26.¥f3 ¦e7 27.¤h2 ¦ce8 28.¢h1 ¥e6 29.b3 ¤b4 30.¥g2 ¥d5 31.¤f3 ¦f7 32.¢h2 ¥d6
33.¥h3 £d8 34.¦ab1 ¦fe7 35.¤g1 ¥c7 36.¤a3 ¥b7 37.¥g2 ¥xg2 38.¢xg2 ¤d5 39.¤c2 £d6
40.¤a3 ¤e3+ 41.¢h1 ¤g4 42.£f4 £xf4 43.gxf4 ¤xf2+ 44.¢g2 ¤xd3 0–1

II. LE CENTRE

Cours 11 : La lutte contre le centre de pions

Schématiquement, la lutte contre le centre de pions adverse suppose deux étapes :

1. Provoquer l'avancée prématurée de l'un des deux pions


2. Attaquer la base ou utiliser les cases faibles ainsi crées

Les Noirs jouent.

Quel plan de jeu proposez-vous ?

22
Gligorici - Smyslov
Kiev 1959

1... Ca5 2. Fd3 f5! Un coup thématique 3. e5 c4! Bloquer le centre est dans l'avantage des
Noirs. Ils contrôlent la case d5 et peuvent mener tranquillement des actions offensives sur
l'aile Dame. 4. Fc2 Cc6 5. g4?! Voici une attaque qui n'affaiblit que son propre Roi ! 5...Ce7
6. Rh2 Dc6 7. Cg3 b5 8. a4 a6 9. Tb1 Tab8 10. Fd2 bxa4!? 11. Ta1 Fa8 12. Fxa4 Dc7 13.
Ta2 Tb6 14. gxf5 De quel pion prenez-vous par instinct? 14...exf5 15. Fc1 Cd5 16. Ce2 a5
17. Fc2 Permet un joli sacrifice 17...Tb3! 18. Fxb3 cxb3 19. Ta4 Ff8 20. Fb2 Ce3 21.
Tfa1 [Si 21.Dxe3 Dc6] Cc4 22. Cg3 Fe7 23. Cf1 Dc6 Avec les menaces mortelles 24...Dh4+

23
suivi de 25...h5 et 24...Fh4 suivi de 25...Dg2 mat 24. Txc4 Dh1+ 25. Rg3 h5

Les Blancs abandonnent.

Gligoric,Svetozar - Smyslov,Vassily [D87]


URS-JUG Kiev (3), 1959
[Notkin]
1.d4 ¤f6 2.c4 g6 3.¤c3 d5 4.cxd5 ¤xd5 5.e4 ¤xc3 6.bxc3 ¥g7 7.¥c4 c5 8.¤e2 0–0 9.0–0 ¤c6
10.¥e3 £c7 11.¦c1 ¦d8 12.h3?! [12.f4; 12.£d2; 12.¥f4] 12...b6 13.f4 e6 14.£e1 ¥b7 [14...¤a5
15.¥d3 f5 16.g4 fxe4 17.¥xe4 ¥b7 18.¤g3 ¤c4 19.¥xb7 £xb7 20.¥f2 £c6³ Spassky,B-
Fisher,R/Siegen(ol)/1970/1:0 (39)/] 15.£f2? [15.f5 ¤a5 16.¥d3 exf5 17.exf5 ¦e8 18.¥g5
(18.£f2? c4 19.¥b1 £e7–+; 18.¥f4 £e7µ) 18...£c6 19.¦f2 (19.£f2 cxd4 20.fxg6 fxg6 21.¥c2
£xg2+³) 19...cxd4 20.cxd4 £d5³] 15...¤a5 16.¥d3 f5 17.e5 [17.¤g3 £d7µ] 17...c4 18.¥c2 ¤c6
19.g4 [19.¦cd1 ¤e7 20.¥c1 ¤d5 21.¥a3 £c6!] 19...¤e7 20.¢h2 £c6 21.¤g3 b5 22.a4 a6
23.¦b1 ¦ab8 24.¥d2 bxa4 [24...¥a8µ] 25.¦a1 ¥a8 26.¥xa4 £c7 27.¦a2 ¦b6 28.gxf5 exf5
29.¥c1 ¤d5 30.¤e2 a5 31.¥c2 [31.¥a3!? ¦b3 (31...¥f8 32.¥c5) 32.¦c1³] 31...¦b3! 32.¥xb3
[32.¥d2 ¦db8 33.¦fa1 ¦b2µ; 32.£g3!?] 32...cxb3 33.¦a4 ¥f8 [33...¤xc3? 34.¤xc3 £xc3 35.¥d2]
34.¥b2 [34.£g3 ¦b8 35.c4 ¤b4µ] 34...¤e3! 35.¦fa1 [35.£xe3 £c6 36.d5 £xa4 (36...¦xd5!–+)
37.d6„] 35...¤c4 36.¤g3 [36.¦xc4 £xc4 37.¦xa5 ¥e7 …¥h4/] 36...¥e7 37.¤f1 [37.¤xf5 gxf5
38.£g3+ ¢f8! 39.¦g1 ¥d5–+] 37...£c6 38.¦xc4 £h1+! 39.¢g3 h5 …40...h4#/[39...h5 40.£h2
£f3#; 39...h5 40.£e3 £g2#; 39...h5 40.£e2 £g1+] 0–1

III. LA MOBILITE DES PIECES MINEURES

A. La paire de Fous

Cours 12 : La paire de Fous dans le jeu de milieu

Dans le jeu de milieu la paire de Fous constitue une force redoutable, particuli�rement dans
les positions où le jeu a un caractère ouvert et se déroule sur les deux ailes.
L'inconvénient commun du Fou est de ne pouvoir accéder qu'aux cases de sa couleur, mais la
paire de Fous devient maître de l'échiquier.
Bien entendu, il faut tenir compte des autres facteurs d'évaluation : la position du Roi,
l'activité des autres pièces, la structure de pions. Mais de manière générale, la paire de Fous promet
de meilleures chances à son camp.

24
Les Blancs jouent.

Regardez la position et répondez, selon vous:

1. Quel est le plan de jeu?


2. Quel est le premier coup ?

Réponses
1. Le plan de jeu tient en trois mots : ouvrir la position.
2. Oui, mais dans quel ordre ?...

25
Alekhine - Euwe
Avro - Pays Bas, 1938

1. h6! gxh6 Le Cavalier reste sans défense, mais Txh6 n'aurait pas été mieux : 2.a4 - Ca7
3.Db6 et l'aile Dame succombe. 2. Fe5 Rg7 3. a4 bxa4 4. c4! Ce7 4...dxc4 n'est pas possible
à cause de 5.Fxf6 5. cxd5 Cexd5 6. Rh1 Tc8 7. Tg1+ Rh7 8. Da3 Et plus de défense contre
toutes les menaces... 8...Tg8 8...Tc3 ne suffit pas à cause de 9.Df8 9. e4 Et la suite est facile.
Txg1+ 10. Rxg1 Db5 11. exd5 Db1+ 12. Rg2 Dg6+ 13. Rf1 Db1+ 14. Rg2 Dg6+ 15. Fg3
Cxd5 16. Fxd5 exd5 17. Dxa4 h5 18. h4

Les Blancs gagnent.

Conclusion
h6, a4, c4 (dans cet ordre précis) :
trois coups de pions (sacrifiés ou non) et une même idée derrière - ouvrir le jeu.
Simple et infaillible !

Alekhine,Alexander - Euwe,Max [D13]


AVRO Holland, 1938
1.d4 d5 2.c4 c6 3.¤f3 ¤f6 4.cxd5 cxd5 5.¤c3 ¤c6 6.¥f4 ¥f5 7.e3 a6 8.¤e5 ¦c8 9.g4 ¥d7
10.¥g2 e6 11.0–0 h6 12.¥g3 h5 13.¤xd7 ¤xd7 14.gxh5 ¤f6 15.¥f3 ¥b4 16.¦c1 ¢f8 17.a3 ¥xc3
18.¦xc3 ¤e7 19.£b3 ¦xc3 20.bxc3 £d7 21.£b6 ¤c8 22.£c5+ ¢g8 23.¦b1 b5 24.h6 gxh6 25.¥e5
¢g7 26.a4 bxa4 27.c4 ¤e7 28.cxd5 ¤exd5 29.¢h1 ¦c8 30.¦g1+ ¢h7 31.£a3 ¦g8 32.e4 ¦xg1+
33.¢xg1 £b5 34.exd5 £b1+ 35.¢g2 £g6+ 36.¥g3 ¤xd5 37.¥xd5 exd5 38.£xa4 h5 39.h4 1–0

III. LA MOBILITE DES PIECES MINEURES

A. La paire de Fous

Cours 13 : La paire de Fous en finale

La force de la paire de Fous ressort pleinement en finale. La méthode de concrétiser l'avantage


de la paire de Fous a été formulée par Steinitz : commencer par emplacer les pions de manière à ne
pas offrir des cases d'appui au Cavalier, et en même temps à limiter l'activité du Fou. La poussée
des pions ne provoque pas de faiblesses dans ce cas, puisque les Fous contrôlent les cases quelle
que soit leur couleur. Les Fous s'échangent ensuite le plus souvent pour parvenir dans une finale

26
gagnante.

Les Noirs jouent.

Regardez la position et répondez, selon vous:

1. Quel est le plan de jeu?


2. Quel est le premier coup ?

Réponses
1. Le plan de jeu est celui-même préconisé (et mis en pratique) par Steinitz : limiter l'activité

27
des pièces légères adverses à l'aide de nos pions.
Eiglish - Steinitz
Londres 1883
1... b6! La chaîne a7-b6-c5 commence à se profiler pour restreindre l'activité du Fou et enlever la case d4 au Cavalier. 2.
h3 Fe6 3. Tfd1?! Les Blancs manquent la meilleure occasion de jouer Cd4. Par ex.: 3...Fd7 4.a4 c5 4. Fg5 f6! 5. Ff4
Rf7 Centralisation 6. f3 g5 7. Txd8 Fe3 n'est pas possible. Txd8 8. Fe3 h6 La deuxième chaîne de pions placés sur la
couleur du Fou adverse. 9. Te1 f5 10. f4 Une sérieuse concession, mais les Blancs ne veulent pas permettre f5-f4. Ff6
11. g3 a5 Suivi de a4. 12. Cc1 a4 13. a3 Fc4 14. Rf2 gxf4 (!?) La paire de Fous est si forte que la position offre même
cette ressource tactique (inattendue)... Le plan positionnel aurait été d'emmener la Tour en d5 et de pousser b5-b4 avec
l'idée Fxb2 et promotion du pion a. 15. Fxf4 Fg5 16. Fxg5 hxg5 Voici une position où le pion passé éloigné des Blancs
ne suffira plus... 17. Re3 Rf6 18. h4 gxh4 19. gxh4 Te8+ 20. Rf2 Txe1 21. Rxe1 Re5 22. Ce2 Fxe2 23. Rxe2 Rf4 24.
c4 Rg4 25. Re3 f4+ 26. Re4 f3 27. Re3 Rg3

Les Blancs abandonnent.

Conclusion:
Celui qui a la paire de Fous, surtout dans les positions où il n'y a pas de pions au centre, a toujours
l'avantage de pouvoir passer dans la finale de son choix.
Règle : Toutes les finales avec la paire de Fous sont gagnantes !
Exceptions : Pas plus de deux ou trois...

Englisch,Berthold - Steinitz,William [C60]


London London, 1883
1.e4 e5 2.¤f3 ¤c6 3.¥b5 g6 4.d4 exd4 5.¤xd4 ¥g7 6.¥e3 ¤f6 7.¤c3 0–0 8.0–0 ¤e7 9.£d2 d5
10.exd5 ¤exd5 11.¤xd5 £xd5 12.¥e2 ¤g4 13.¥xg4 ¥xg4 14.¤b3 £xd2 15.¤xd2 ¦ad8 16.c3
¦fe8 17.¤b3 b6 18.h3 ¥e6 19.¦fd1 c5 20.¥g5 f6 21.¥f4 ¢f7 22.f3 g5 23.¦xd8 ¦xd8 24.¥e3 h6
25.¦e1 f5 26.f4 ¥f6 27.g3 a5 28.¤c1 a4 29.a3 ¥c4 30.¢f2 gxf4 31.¥xf4 ¥g5 32.¥xg5 hxg5
33.¢e3 ¢f6 34.h4 gxh4 35.gxh4 ¦e8+ 36.¢f2 ¦xe1 37.¢xe1 ¢e5 38.¤e2 ¥xe2 39.¢xe2 ¢f4
40.c4 ¢g4 41.¢e3 f4+ 42.¢e4 f3 43.¢e3 ¢g3 0–1

III. LA MOBILITE DES PIECES MINEURES

A. La paire de Fous

Cours 14 : Lutter contre la paire de Fous

Les Fous sont particulièrement forts lorsqu'ils ont des grandes diagonales à leur
disposition. C'est pourquoi le plan de jeu élémentaire contre les Fous consiste à 1) bloquer les
grandes diagonales et 2) s'emparer de cases d'appui pour les Cavaliers.

28
Les Blancs jouent.

Comment estimez-vous la position ?


Quel coup proposez-vous ?

29
Les Noirs jouent.

Comment estimez-vous cette deuxième position ?

Réponses

Les Blancs ont un avantage positionnel décisif.


Plusieurs coups méritent attention : 1.f5, ou 1.Fc1 suivi de Fa3
Mais les Blancs choisissent un mauvais plan de jeu : 1.Tg3 c5 2.Tag1 ? et l'on arrive au deuxième
diagramme.

Lasker - Cigorin
Hastings, 1895

30
1... c4! 2. Fc2 f5! L'action des Fous se trouve limitée, tandis que les Cavaliers ont maintenant des points d'appui au
centre. Les Noirs sont mieux. 3. Fc1 Tf7 4. Fa3 Tc6 5. Fc5 Ta6 Moins bien était 5...a6 6.Fa4 b5 7.Fc2 suivi de
a2-a4 6. a4 Cc6 7. Tb1 Td7 8. Tgg1 Cge7 9. Tb2 Cd5 10. Rd2 Ta5 11. Tgb1 b6 12. Fa3 g6 13.
Tb5 Ta6 14. Fc1 Cd8 15. Ta1 Cf7 16. Tbb1 Cd6 Les Noirs avaient une suite plus forte : 16...g5! et si
17.fxg5 Cxg5 18.Fb2 Tg7 19.Re2 Ce4 20.Fxe4 fxe4 avec net avantage. 17. f3 Cf7 18. Ta3 g5? Une erreur suffit
pour que l'avantage bascule... 19. Re2! Les Noirs avaient compté sur la variante 19.fxg5 Cxg5 20.Re2 Tg7 gxf4 20.
e4 Cf6 21. Fxf4 Meilleur que 21.exf4 e5 22.dxe5 Cxe5 23.Fxf4 Cd3 Ch5 22. Fe3 f4! Cigorin essaie de refermer
la position 23. Ff2 Ta5 24. Tg1+ Rf8 25. Taa1? La variante 25.e5 b5 26.Fxh7 Cxe5 27.Tg8+ Rf7 28.Tg5! était
encore en faveur des Blancs. 25...e5! 26. Tab1 Cg7 27. Tb4 Tc7 28. Fb1 Ce6 29. Td1 Ced8! 30.
Td2? La faute décisive, mais le Noirs sont toujours mieux : 30.Fa2 Cc6 ou 30.d5 Cd6 (30.dxe5 aurait prolongé la
partie...) Cc6 31. Tb5 Si 31.Txc4 Cd6 (et non 31...Cxd4+ 32.Tdxd4) Txa4 32. dxe5 Cfxe5 33. Fh4 Tg7 34.
Rf2 Tg6 35. Tdd5 Ta1 36. Fd8 Cd3+ 37. Fxd3 Autrement il y a 37...Ccb4 cxd3 38. Txd3 Tag1 39.
Tf5+ Re8 40. Fg5 T6xg5
Les Blancs abandonnent.

Conclusion:
Au risque de se répeter (bis repetita placent...) :
Position ouverte - les Fous sont plus forts
Position fermée - les Cavaliers peuvent devenir plus forts.

Lasker,Emanuel - Chigorin,Mikhail [D07]


Hastings Hastings (2), 1895
1.d4 d5 2.¤f3 ¥g4 3.c4 ¥xf3 4.gxf3 ¤c6 5.¤c3 e6 6.e3 ¥b4 7.cxd5 £xd5 8.¥d2 ¥xc3 9.bxc3
¤ge7 10.¦g1 £h5 11.£b3 ¤d8 12.£b5+ £xb5 13.¥xb5+ c6 14.¥d3 ¤g6 15.f4 0–0 16.¢e2 ¦c8
17.¦g3 c5 18.¦ag1 c4 19.¥c2 f5 20.¥c1 ¦f7 21.¥a3 ¦c6 22.¥c5 ¦a6 23.a4 ¤c6 24.¦b1 ¦d7
25.¦gg1 ¤ge7 26.¦b2 ¤d5 27.¢d2 ¦a5 28.¦gb1 b6 29.¥a3 g6 30.¦b5 ¦a6 31.¥c1 ¤d8 32.¦a1
¤f7 33.¦bb1 ¤d6 34.f3 ¤f7 35.¦a3 g5 36.¢e2 gxf4 37.e4 ¤f6 38.¥xf4 ¤h5 39.¥e3 f4 40.¥f2
¦a5 41.¦g1+ ¢f8 42.¦aa1 e5 43.¦ab1 ¤g7 44.¦b4 ¦c7 45.¥b1 ¤e6 46.¦d1 ¤ed8 47.¦d2 ¤c6
48.¦b5 ¦xa4 49.dxe5 ¤fxe5 50.¥h4 ¦g7 51.¢f2 ¦g6 52.¦dd5 ¦a1 53.¥d8 ¤d3+ 54.¥xd3 cxd3
55.¦xd3 ¦ag1 56.¦f5+ ¢e8 57.¥g5 ¦6xg5 0–1

III. LA MOBILITE DES PIECES MINEURES

B. Fous et Cavaliers

Cours 15 : Bon Fou, mauvais Fou

José Raoul Capablanca :


Il faut placer ses pions sur la couleur opposée du propre Fou.
Voici un chef-d'oeuvre de technique échiquéenne :

31
Averbach - Furman
1960

Les Blancs jouent.

Regardez la position et répondez, selon vous:

1. Qui est mieux et pourquoi ?


2. Quel est le plan de jeu ?
3. Quel est votre premier coup ?

32
Les Blancs jouent.

1.?

33
Les Blancs jouent.

1.?

34
Les Noirs jouent.

Comment appréciez-vous la position ?

35
Les Blancs jouent.

1.?

36
Les Blancs jouent.

1.?

Réponses

1. Léger avantage en faveur des Blancs :


- meilleure structure de pions
- meilleur Fou
- Tour plus active
2. Le plan de jeu
Fixer les pions faibles a6, c6 pour jouer avec un bon Fou contre un mauvais.

Averbach - Furman
Odessa 1960

1. Df1! Ta8 2. Dd3 Ff7 3. b4 On fixe la faiblesse. Fe6 2ème diagramme : l'entrée en final 4. Dd4! Dxd4 5. exd4 Rf8
6. Fe2 Fc8 7. f3 Re7 Centralisation des Rois 8. Rf2 Rd6 9. Ta5 Fb7 10. Re3 Rc7 11. Rd2 Rb6 12. a3 Te8 13. Tc5
Fc8?! 13...Ta8 est préférable 14. a4 Fd7 15. Fd3! Provoque la deuxième faiblesse, celle qui est toujours fatale. h6?!
16. a5+ Rb7 17. Tc1 Fc8 18. Fg6 Te7 3ème diagramme : passage au final de Fous 19. Te1 Txe1 20. Rxe1 Rc7 21.
g4! Le début d'un plan subtil Rd6 22. Rf2 Re7 23. Rg3 Rf8 24. Rh4 Fe6 25. Rh5 Fc8 Si 25...Ff7 26.f4 Fxg6 27.Rxg6

37
et on arrive au 4ème diagramme : Rg8 28.h4 Rf8 29.Rh7 Rf730.g5 hxg5 31.hxg5 f5 32.Rh8 Rg6 33.Rg8 et les Blancs
gagnent. 26. Fd3 Rf7 5ème diagramme 27. h3! Quelle chance que le pion soit en h2 ! Rf8 28. Rg6 Rg8 29. Ff1! Le
début de la maneuvre en triangle Rf8 30. Fe2 Rg8 31. Fd3 Rf8 32. Rh7 Rf7 33. Fg6+ Rf8 34. Rh8 Fd7 Bon ! Et
maintenant ? 35. f4 Fc8 36. f5! Vous devinez ?... Fd7 37. Fh5 Zugzwang Fc8 6ème diagramme 38. Fe8!! Rxe8 39.
Rxg7 h5 Si 39...Re7 40.h3-h4 suivi de g4-g5 40. Rxf6 hxg4 41. hxg4 Rf8 42. g5 Rg8 43. g6 Rf8 44. Rg5 Fd7 45. f6
Fe8 46. Rf5 Rg8 47. g7 Ff7 48. Re5 Fg6 49. Rd6 Fd3 50. Rxc6 Rf7 51. Rd6 Ff5 52. b5

Les Noirs abandonnent.

Conclusion:
Pour gagner avec un bon Fou contre un mauvais, il ne faut pas grand chose : une bonne technique
de manoeuvre (savoir créer une deuxième faiblesse, gagner ou perdre un tempo, ne pas oublier que
le zugzwang existe), la maîtrise des finales des pions, et de temps en temps, un sacrifice
spectaculaire !

Averbakh Yuri L (RUS) - Furman Semen (RUS) [D32]


Ch URS (1/2 final) Odessa (Ukraine), 1960
1.c4 c5 2.¤f3 ¤c6 3.e3 e6 4.¤c3 ¤f6 5.d4 d5 6.cxd5 exd5 7.¥e2 ¥d6 8.dxc5 ¥xc5 9.0–0 0–0
10.b3 a6 11.¤a4 ¥d6 12.¥b2 ¤e4 13.¦c1 ¦e8 14.¤c3 ¤xc3 15.¥xc3 ¥c7 16.£d3 ¥e6 17.¦fd1
¦c8 18.£b1 £e7 19.£a1 f6 20.¤d4 ¤xd4 21.¥xd4 ¥d6 22.¥f3 ¦c6 23.¥b2 ¦ec8 24.g3 ¥a3
25.¦xc6 bxc6 26.¥xa3 £xa3 27.¦d4 £a5 28.¦a4 £b6 29.£f1 ¦a8 30.£d3 ¥f7 31.b4 ¥e6
32.£d4 £xd4 33.exd4 ¢f8 34.¥e2 ¥c8 35.f3 ¢e7 36.¢f2 ¢d6 37.¦a5 ¥b7 38.¢e3 ¢c7 39.¢d2
¢b6 40.a3 ¦e8 41.¦c5 ¥c8 42.a4 ¥d7 43.¥d3 h6 44.a5+ ¢b7 45.¦c1 ¥c8 46.¥g6 ¦e7 47.¦e1
¦xe1 48.¢xe1 ¢c7 49.g4 ¢d6 50.¢f2 ¢e7 51.¢g3 ¢f8 52.¢h4 ¥e6 53.¢h5 ¥c8 [53...¥f7 54.f4
¥xg6+ 55.¢xg6] 54.¥d3 ¢f7 55.h3 ¢f8 56.¢g6 ¢g8 57.¥f1 ¢f8 58.¥e2 ¢g8 59.¥d3 ¢f8
60.¢h7 ¢f7 61.¥g6+ ¢f8 62.¢h8 ¥d7 63.f4 ¥c8 64.f5 ¥d7 65.¥h5 ¥c8 66.¥e8 ¢xe8 67.¢xg7
h5 68.¢xf6 hxg4 69.hxg4 ¢f8 70.g5 ¢g8 71.g6 ¢f8 72.¢g5 ¥d7 73.f6 ¥e8 74.¢f5 ¢g8 75.g7
¥f7 76.¢e5 ¥g6 77.¢d6 ¥d3 78.¢xc6 ¢f7 79.¢d6 ¥f5 80.b5 1–0

Fous de couleurs opposées dans le jeu de milieu

"Les Fous de couleurs opposées mènent à partie nulle!" Ce préjugé commun veut que l'on
abandonne souvent le calcul des variantes qui aboutissent à des Fous de couleurs opposées.
Pourtant, dans le jeu de milieu, les positions de ce type sont si riches en ressources, qu'on peut dire,
en exagérant à peine, qu'elles ne mènent jamais à nulle!

Dès que l'un des deux camps prend l'initiative et qu'il peut imaginer une attaque au Roi, le
déséquilibre de forces devient si grand qu'il joue pratiquement avec une pièce de plus. Le nombre
de pions dans ce cas devient secondaire.

Les actions se déroulent typiquement sur les grandes diagonales a1-h8 et a8-h1.

En voici un exemple :

Perlis - Marshall
1908
Les Blancs jouent.

38
Regardez la position et répondez, selon vous:
1. Qui est mieux et pourquoi ?
2. Quel est le plan de jeu ?
3. Quel est votre premier coup ?
Réponses

1. Eléments en faveur des Noirs : la menace directe en g2, le pion passé éloigné, MAIS... on
n'est pas en fin de partie !
Eléments en faveur des Blancs : pièces plus actives (la Tour sur la 7ème), Fou stable sur la
diagonale du Roi noir, meilleure structure de pions autour du Roi.
Les Blancs sont mieux.
2.Le plan: emmener la Dame sur la diagonale a1-h8.
Biensur, mais comment faire ?...

39
Perlis - Marshall
1908
1. c4! Dxc4 Si 1...Fxc4 2.Td8
Les Blancs ont sacrifié un pion pour détruire la coordination entre les pi�ces noires et prendre
l'initiative de l'attaque.
2. Df6 Da2 3. Fb2 Dc4 4. De5 Fe6 5. Td8 f6 6. Dc7+
6.Dxf6 était possible également, car les Noirs n'ont pas d'échec pérpétuel : 6...Df4+ 7.Rg1 - De3+
8.Rh1 - De1+ 9.Rh2
6...Tg7 6...Ff7 n'aurait pas non plus sauv� les Noirs : 7.Txg8 Rxg8 8.Dd8+ Rh7 9.Dxf6 Dxf4+
10.Rg1 De3+ 11.Rh1 De1+ 12.Rh2 Rh6 13.h4 7. Fxf6

Les Noires abandonnent.


Conclusion: Dans le jeu de milieu avec des Fous de couleurs opposees, la tactique prend le pas sur
la strategie a long terme.

Perlis,Julius - Marshall,Frank James [B44]


Vienna Vienna (4), 1908
1.e4 e6 2.c4 c5 3.¤f3 ¤c6 4.d4 cxd4 5.¤xd4 ¤f6 6.¤c3 ¥b4 7.¤xc6 bxc6 8.¥d3 £c7 9.0–0 h5
10.h3 ¥b7 11.¥e3 ¥xc3 12.bxc3 c5 13.f3 £a5 14.¦b1 ¥c6 15.e5 ¤g8 16.£d2 ¤e7 17.¦b3 £c7
18.f4 d6 19.£f2 ¦c8 20.¥b1 ¥a8 21.exd6 £xd6 22.¦b5 a6 23.¦xc5 ¦xc5 24.¥xc5 £c7 25.¦d1 0–0
26.¥d6 £b7 27.c5 ¦d8 28.¦e1 ¤f5 29.¥e5 £b5 30.¢h2 £c4 31.¥xf5 exf5 32.£g3 g6 33.¥d4
£xa2 34.£g5 ¢h7 35.¦e7 ¦g8 36.¦d7 ¥d5 37.c4 £xc4 38.£f6 £a2 39.¥b2 £c4 40.£e5 ¥e6
41.¦d8 f6 42.£c7+ ¦g7 43.¥xf6 1–0

III. LA MOBILITE DES PIECES MINEURES

B. Fous et Cavaliers

Cours 17 : Fou contre Cavalier

Nombreuses sont les positions ouvertes où l'avantage est donné par la simple présence d'un Fou
contre un Cavalier (les autres éléments positionnels étant équilibrés).
Le Fou est particulièrement fort s'il a les grandes diagonales à sa disposition.
De manière générale, quand on joue avec le Fou c'est le 2ème principe de Capablanca qui entre
en vigueur : les pions doivent être placés sur la couleur opposée du propre Fou.

Voici un exemple où la partie se décide dans le jeu de milieu :

40
Les Blancs jouent.

Regardez la position et répondez, selon vous:

Qui est mieux et pourquoi ?

Réponse

Pour mieux évaluer une position où la principale différence entre les deux camps réside dans
la présence d'un Fou contre un Cavalier - regardez le centre :

41
S'il est ouvert (s'il n'y a pas de pions bloqués) et si le Fou est actif, alors le Fou est supérieur
au Cavalier.
Si le centre est fermé, alors il faut regarder :
* sur quelle couleur sont bloqués les pions par rapport à la couleur du Fou
* la mobilité du Cavalier

En conclusion, dans notre position l'avantage est du côté des Blancs parce que :
- le centre est ouvert
- le Fou est actif
- aucun des Cavaliers noirs ne peut occuper une case stable au centre

Botvinnik - Smyslov
Moscou, 1954

1. g3 Tad8 La variante 1...Ce5 2.Fa2 g4 3.f4 Cf3 4.e5 Cd5 5.Cxd5 cxd5 6.h3 est en faveur
des Blancs. 2. Fa2 Tfe8 3. Tad1 Cf8 4. Txd8 Txd8 5. e5 Cd5 6. Cxd5 cxd5 Le pion d5 ne
constitue pas un obstacle sérieux devant le Fou 7. Dd2 Plus fort que f4 directement, qui aurait
permis : 8...gxf4 9.gxf4 Dd4. 7...Ce6 8. f4 gxf4 9. gxf4 Dc6 Dd4....? 10. f5 Cc5 11. Dg5
Td7 Si 11...f6 12.Dg2 fxe5 13.b4 Cd3 14.f6 12. Tg1 f6 13. exf6 Ce4 Un coup paré par
Botvinnik avec finesse - 14. f7+! Txf7 15. Dd8+ Rh7 16. Fxd5 C'est le Fou qui porte le coup
de grâce. 16...Cf2+ 17. Rg2 Df6 18. Dxf6 Txf6 19. Rxf2 Txf5+ 20. Ff3 Tf4 21. Tg4

Les Noirs abandonnent.

Botvinnik,Mikhail - Smyslov,Vassily [D18]


World Championship 20th Moscow (12), 10.04.1954
1.d4 d5 2.c4 c6 3.¤f3 ¤f6 4.¤c3 dxc4 5.a4 ¥f5 6.e3 e6 7.¥xc4 ¥b4 8.0–0 ¤bd7 9.¤h4 0–0 10.f3
¥g6 11.e4 e5 12.¤xg6 hxg6 13.¥e3 £e7 14.£e2 exd4 15.¥xd4 ¥c5 16.¥xc5 £xc5+ 17.¢h1 g5
18.g3 ¦ad8 19.¥a2 ¦fe8 20.¦ad1 ¤f8 21.¦xd8 ¦xd8 22.e5 ¤d5 23.¤xd5 cxd5 24.£d2 ¤e6 25.f4
gxf4 26.gxf4 £c6 27.f5 ¤c5 28.£g5 ¦d7 29.¦g1 f6 30.exf6 ¤e4 31.f7+ ¦xf7 32.£d8+ ¢h7
33.¥xd5 ¤f2+ 34.¢g2 £f6 35.£xf6 ¦xf6 36.¢xf2 ¦xf5+ 37.¥f3 ¦f4 38.¦g4 1–0

III. LA MOBILITE DES PIECES MINEURES

B. Fous et Cavaliers

42
Cours 18 : Cavalier contre Fou

Le Cavalier devient une pièce forte s'il arrive à consolider sa position sur une case centrale ou
près du centre.
Grâce à ses capacités de manoeuvre le Cavalier peut être plus efficace que le Fou lorque le jeu a
lieu sur l'une des deux ailes.
Le Cavalier collabore au mieux avec la Dame.
Dans la lutte contre le Fou, il faut bien utiliser ses pions (le premier principe de Capablanca :
placer ses pions sur la couleur du Fou adverse).

Les Blancs jouent.

Quel est votre premier coup ?

43
Fisher - Balbochan
Stockholm, 1962

1. Fxb6! Un échange standard qui élimine le défenseur de la case d5. Dxb6 2. Cd5 Voici la
position idéale où le Cavalier est nettement supérieur au Fou. 2...Dd8 3. f4! Et non 4.Cxe7??
Dxe7 5.Dxd6 à cause de 5...Tfd8 3...exf4 4. Dxf4 Le Cavalier en d5 permet aux Blancs
d'attaquer sur l'aile de leur choix (voir sur les deux à la fois ! à la Fisher...), tandis que les
Noirs ont du mal à manoeuvrer. Dd7 5. Df5! Tcd8 5...Tfd8 perd la qualité 6. Ta3 Da7 7.
Tc3 Fisher ne se contente pas du gain d'un pion après 7.Cxe7+ mais préfère augmenter la
pression. 7...g6 8. Dg4 Dd7 9. Df3 De6 9...Tc8 perd la qualité 10. Tc7 Tde8 11. Cf4 De5 12.
Td5 Dh8 13. a3 h6 14. gxh6 Dxh6 15. h5 Fg5 Les Blancs ont permis au Fou de ressusciter
mais la position est gagnante tactiquement. 16. hxg6! fxg6 Ou 16...Fxf4 17.gxf7+ Txf7
18.Txf7 Rxf7 19.Tf5+ 17. Db3 Txf4 17...Rh8 aurait prolongé la partie de quelques coups :
18.Cxg6+ Dxg6 19.Txg5 Tf1+ 20.Ra2 Dxg5 21.Dh3+ Rg8 22.Dxf1 18. Te5+ Rf8 19. Txe8+

Et les Noirs abandonnent devant le mat en 2.

Fischer,Robert James - Bolbochan,Julio [B90]


Stockholm Interzonal Stockholm (21), 03.03.1962
[Ftacnik]
1.e4 c5 2.¤f3 d6 3.d4 cxd4 4.¤xd4 ¤f6 5.¤c3 a6 6.h3 ¤c6 [6...e5 7.¤de2 ¥e7 (7...¥e6 8.g4 d5
9.exd5 ¤xd5 10.¥g2±) 8.g4 0–0 9.¤g3! g6 10.g5 ¤e8 11.h4‚ f6? 12.¥c4+ ¢g7 13.h5 fxg5
14.hxg6 hxg6 15.¤h5+!; 6...g6 Fischer,R-Reshevsky,S ch-USA 1962; 6...b5 Fischer,R-
Najdorf,M Varna ol 1962] 7.g4 ¤xd4 8.£xd4 e5 9.£d3 ¥e7 [¹9...¥e6] 10.g5! [10.b3
Gereben,E-Geller,E Budapest 1952] 10...¤d7 [10...¤h5 11.h4± … ¥e2] 11.¥e3 [11.h4 ¤c5
12.£f3÷] 11...¤c5? [¹11...¥xg5 12.¥xg5 £xg5 13.£xd6 £e7 14.£xe7+ ¢xe7 15.¤d5+ ¢f8
16.0–0–0 g6² Kotov,A] 12.£d2 ¥e6 13.0–0–0 0–0 14.f3 ¦c8 15.¢b1 ¤d7 16.h4 b5 17.¥h3 ¥xh3
[17...¤b6 18.¥xb6 £xb6 19.¤d5 £d8 (19...¥xd5? 20.¥xc8) 20.¤xe7+ £xe7 21.£xd6; 17...¦e8
18.¤d5 ¥f8 19.h5± ‚] 18.¦xh3 ¤b6 19.¥xb6 £xb6 20.¤d5+- £d8 21.f4 [21.¤xe7+? £xe7
22.£xd6?? ¦fd8–+] 21...exf4 22.£xf4 £d7 23.£f5 ¦cd8 [23...¦fd8? 24.£xd7 ¦xd7 25.¤b6+-;
23...£xf5? 24.¤xe7+] 24.¦a3! £a7 25.¦c3 [25.¤f6+!? ¥xf6 (25...gxf6? 26.gxf6 ¢h8 27.£g5
¦g8 28.fxe7!) 26.gxf6 g6 27.£g5 ¢h8±; ¹25.¤xe7+ £xe7 26.¦xa6 ¦fe8 27.a4!] 25...g6!
[25...£d7? 26.¦c7+-; 25...¦d7? 26.¤f6+! ¥xf6 (26...gxf6 27.gxf6 ¢h8 28.fxe7+-) 27.gxf6 g6
28.£g5 ¢h8 29.£h6 ¦g8 30.¦c8!+-] 26.£g4 £d7 27.£f3 £e6 [27...¦c8? 28.¦xc8 ¦xc8 29.¤b6]
28.¦c7 ¦de8 [28...¦d7 29.¤f4+-; 28...¦fe8 29.¦f1; 28...¦c8 29.¦a7 ¦a8 30.¦xa8 ¦xa8 31.¤c7]
29.¤f4 £e5 30.¦d5 £h8 31.a3 h6 [31...f6 32.£b3 ¦f7 33.¦xd6 fxg5 34.hxg5 £e5 35.¦f6! ¦ef8
36.¦xf7 ¦xf7 37.¦c8+ ¥f8 38.¤e6+-] 32.gxh6 £xh6 [32...¥xh4? 33.¤xg6! fxg6 34.£b3 ¦f7
35.¦f5+-] 33.h5 ¥g5 [33...g5 34.¤e2+- … ¤e2-g3-f5; ¦a7] 34.hxg6! fxg6 [34...¥xf4 35.gxf7+
¦xf7 36.¦xf7 ¢xf7 37.¦h5!+-] 35.£b3! ¦xf4 [35...¢h8 36.¤xg6+ £xg6 37.¦xg5 ¦f1+
(37...£xg5 38.£h3++-) 38.¢a2 £xg5 39.£h3+ ¢g8 40.£xf1+-; 35...¥xf4 36.¦h5+] 36.¦e5+
¢f8 37.¦xe8+ [37.¦xe8+ ¢xe8 38.£e6+ ¢f8 39.£c8++-] 1–0

IV. COLONNES OUVERTES ET SEMI-OUVERTES

44
Cours 19 : La lutte pour les colonnes

L'occupation d'une colonne ne se fait généralement pas sans opposition. Bien souvent,
la simple présence de nos figures lourdes sur une colonne ne suffit pas pour nous en assurer le
contrôle. D'autres éléments positionnels entrent alors en jeu. L'utilisation d'une case d'appui fait
l'objet du cours 22. Autrement, on peut essayer de dévier les pièces adverses vers la défense des
points vulnérables, ou attaquer la case de résistence adverse sur la colonne. Tout cela biensûr si l'on
n'a pas eu la possibilité de préparer l'occupation de la colonne avant de l'ouvrir.

Les Blancs jouent.

Regardez la position et répondez, selon vous:

Quel est le plan de jeu des Blancs ?

Répose
Le plan des Blancs est de préparer l'ouverture de la colonne h.

45
Reti - Carls
Baden-baden 1925

1. g4 b5 2. h4! h6 3. Th1 bxc4 4. dxc4 Cd4 5. Cc3 Normal... 5...Th8 6. Th3 Les Blancs menacent
de doubler les Tours, de jouer Cd5 et ensuite hxg5. 6...Tbg8 7. Tbh1 Dd8 8. Cd5 gxh4 Une
décision à contre-coeur, mais les Blancs préparaient Rf1, ensuite hxg5 et Dh2 sur la prise. 9. Txh4
Rf7 10. Rf2 Un dernier coup préventif contre la prise avec échec en g4. 10...Df8 11. Txh6 Txh6
12. Txh6 Dg7 13. Da5

Suivi de mat.

Conclusion:
C'est l'avantage d'espace qui permet par définition les manoeuvres avant l'ouverture d'une colonne.

Reti,Richard - Carls,Carl Johan Margot [A36]


Baden-Baden Baden-Baden, 1925
1.c4 ¤f6 2.¤c3 c5 3.g3 g6 4.¥g2 ¥g7 5.d3 ¤c6 6.¥d2 d6 7.£c1 ¤d4 8.¦b1 ¦b8 9.¥h6 0–0
10.¥xg7 ¢xg7 11.e3 ¤c6 12.¤ge2 ¤e5 13.£d2 ¥f5 14.e4 ¥h3 15.0–0 £d7 16.¤d5 ¥xg2
17.¢xg2 ¤c6 18.£c3 e5 19.¤xf6 ¢xf6 20.f4 ¢g7 21.f5 f6 22.£d2 g5 23.g4 b5 24.h4 h6 25.¦h1
bxc4 26.dxc4 ¤d4 27.¤c3 ¦h8 28.¦h3 ¦bg8 29.¦bh1 £d8 30.¤d5 gxh4 31.¦xh4 ¢f7 32.¢f2 £f8
33.¦xh6 ¦xh6 34.¦xh6 £g7 35.£a5 1–0

V. LE SACRIFICE POSITIONNEL

Cours 23 : Le sacrifice de qualité

Le sacrifice de qualité peut apparaître dans toutes les phases du jeu. Quelques-uns des
nombreux facteurs qui jouent en faveur du sacrifice de qualité : la position exposée du Roi adverse,
l'activité des pièces, les possibilités d'obtenir des pions passés, la certitude de conserver l'initiative à
long terme.

Alekhine - Junge
1942

46
Les Blancs jouent.

Regardez la position et répondez, selon vous:


1. Qui est mieux et pourquoi ?
2. Quel est votre premier coup ?
Réponses

1. Les Blancs sont mieux... parce que:


- ils ont la paire de Fous dans une position ouverte
- le Roi blanc est à l'abri, tandis que le Roi noir est au centre
- toutes les pièces blanches sont actives
- les pions noirs e5 et d4 sont placés sur la couleur de leur Fou

C'était votre analyse aussi ?...


Eh bien... avec cette rectification près que les Noirs ont un pion de plus !!
Ne jamais oublier de compter le matériel AVANT !
On peut conclure que les Blancs ont de la compensation pour le pion.
Conséquence : il faut réagir vite pour empêcher les Noirs de stabiliser la position !
2. Comme son nom l'indique...

47
Alekhine - Junge
1942
1. Ta6! Les Blancs sacrifient la qualité pour empêcher le Roi noir de roquer Dxa6 2. Dxc5 De6 Si
2...Cd7 3.Fc6 f6 4.Dd6 3. Fc6+ Cd7 3...Rd8 perd après 4.Fd2 b4 5.Da5+ 4. Fxd7+ Rxd7 5. Da7+
Rc6 Moins bien est 5...Rc8 6.Fd2. Un coup plus int�ressant est 5...Rd6 mais la continuation 6.f4
f6 7.fxe5+ fxe5 8.Ff4 exf4 9.Dxd4+ donne toujours l'avantage aux Blancs. 6. Fd2 Thc8 7. e4! Db3
Ou 7...dxe3 8.Fxe3 8. Ta1 b4 Si 8...Tb6 9.Tc1+ 9. Ta6+ Rb5 10. Ta5+ Rc6 Si 10...Rc4 11.Da6+ 11.
Dc5+ Rd7 12. Ta7+

Les Noirs abandonnent.


Conclusion: Si dans la pratique le sacrifice de qualité se rencontre moins souvent qu'on ne le pense,
ce n'est pas parce que les positions ne s'y prêtent pas, mais simplement parce que la plupart des
joueurs l'écartent du calcul. De peur peut-être de donner du matériel - qui semble concret - contre de
l'initiative - qui semble abstraite...
Alekhine,Alexander - Junge,Klaus [E03]
Duras 60 mem Prague (11), 1942
1.d4 d5 2.c4 e6 3.¤f3 ¤f6 4.g3 dxc4 5.£a4+ ¤bd7 6.¥g2 a6 7.£xc4 b5 8.£c6 ¦b8 9.0–0 ¥b7
10.£c2 c5 11.a4 ¥xf3 12.¥xf3 cxd4 13.axb5 axb5 14.¦d1 £b6 15.¤d2 e5 16.¤b3 ¤c5 17.¤xc5
¥xc5 18.¦a6 £xa6 19.£xc5 £e6 20.¥c6+ ¤d7 21.¥xd7+ ¢xd7 22.£a7+ ¢c6 23.¥d2 ¦hc8 24.e4
£b3 25.¦a1 b4 26.¦a6+ ¢b5 27.¦a5+ ¢c6 28.£c5+ ¢d7 29.¦a7+ 1–0

48