Vous êtes sur la page 1sur 14

Europâisches P a t e n t a m t

European Patent Office © Numéro de publication: 0 176 411


Office européen des brevets A1

DEMANDE DE BREVET EUROPEEN

© Numéro de dépôt: 85401722.5 ©int. ci.4: B 23 K 3 5 / 3 6 2


B 23 K 9 / 1 8
© Date de dépôt: 05.09.85

© Priorité: 11.09.84 FR 8413909 (7i) Demandeur: LA SOUDURE AUTOGENE FRANÇAISE


75, Quai d'Orsay
F-75007Paris(FR)
© Date de publication de la demande:
02.04.86 Bulletin 86/14 © Etats contractants désignés:
BE DE FR GB LU
© Etats contractants désignés:
BE DE FR GB 1T LU © Demandeur: L'AIR LIQUIDE, SOCIETE ANONYME POUR
L'ETUDE ET L'EXPLOITATION DES PROCEDES
GEORGES CLAUDE
75, Quai d'Orsay
F-75321 Paris Cedex 07(FR)
© Etats contractants désignés:
rr
© Inventeur: Cousin, Etienne
90, rue Marius Aufan
F-92300 Lavallois Perret(FR)
© Mandataire: Bouton Neuvy, Liliane et al,
L'Air liquide. Société Anonyme pour L'Etude et
L'Exploitation des Procédés Georges Claude 75, Quai
d'Orsay
F-75321 Paris Cedex 07(FR)

© Flux solide pour soudage a l'arc submerge.


©L aLa présente invention propose un flux solide pour
soudage à l'arc submergé.
Ce flux contient essentiellement en poids 1,5 à 9 % en
Mno, 33 à 14
14%% de Ti02
TiO2 + Zr02, Al2O3, 20 à 40
ZrO2, 3 à 1155 % de Al203, 40 %de
SiO2, 15 à 35 % de CaO, 6 à 30% de MgO, 13 à 28 % de CaF2,
Si02,
une teneur en oxyde de bore B203 inférieure à 0,5 %, et les
teneurs en CaO et MgO satisfaisant la condition du rapport
pondéral % % MgO/CaO compris entre 0,4 et 0,9, l'indice de
basicité étant compris entre 1,2 et 1,8 et le rapport Na20 +
K2O < 1%.
K20
Application du flux dans les procédés de soudage à
grande vitesse ou à vitesse relativement lente, en soudage
(0 monoélectrode ou multiélectrodes, en bipasse ou multi-
passe.

Û.
LU
Croydon Printing Company Ltd.
La p r é s e n t e invention concerne un flux utilisable pour le sou-
dage d'acier sous flux solide.
Lors du soudage par le procédé arc submergé par exemple, le
flux solide doit assurer différentes fonctions: stabilité de l ' a r c , mor-
phologie du c o r d o n , protection lors du t r a n s f e r t des g o u t t e s et lors du
refroidissement du c o r d o n . Ces p r o p r i é t é s doivent être alliées à une b o n n e
maniabilité opératoire, ce qui est illustré principalement par le. d é t a c h e -
ment du l a i t i e r . Ces d i v e r s e s propriétés sont communément r e g r o u p é e s sous
le v o c a b l e de "caractéristiques d'emploi". Les flux donnant les meilleures
caractéristiques d'emploi sont d'une manière générale du type manganèse-
silicate ou a l u m i n o - r u t i l e . Ces f l u x sont souvent dits acides, et sont
oxydants ce qui conduit à une t e n e u r élevée en oxygène dans le métal dé--.
'posé et à des caractéristiques de r é s i l i e n c e faible à basse température.
D'autre part, des flux dits basiques du type alumino-basique ou f l u o r u r o -
basique sont souvent d'un emploi plus difficile et p r é s e n t e n t un d é t a c h e -
ment de l a i t i e r nettement moins aisé.
Sur le plan métallurgique, le flux conditionne les transferts
chimiques par l'intermédiaire des échanges entre les gouttes de m é t a l
liquide et l'atmosphère environnante créée par le flux sous l'effet de
l'arc électrique.
Dans un assemblage multi-passes, on t r o u v e toujours deux t y p e s
de s t r u c t u r e correspondant l'une aux zones recuites par l'exécution des
passes suivantes et l'autre non r e c u i t e ayant par conséquent conservé une
structure brute de s o l i d i f i c a t i o n . Les c a r a c t é r i s t i q u e s de r é s i l i e n c e de
ces deux zones peuvent être très différentes. Il est clair que du p o i n t
de vue d ' u n e construction, il est particulièrement important d'obtenir
des caractéristiques de t é n a c i t é voisines dans.ces deux types de z o n e .
Les zones recuites présentent généralement une structure ferri-
tique à grains fins, dans ces zones, la résilience dépend du d i a m è t r e des
grains ferritiques donc des éléments d'alliage ainsi que du taux d'oxygène
qui détermine la répartition inclusionnaire ce qui influe sur le niveau
ductile.
Dans les zones brutes de s o l i d i f i c a t i o n , la résilience dépend
essentiellement de la structure qui, elle, est déterminée par le cycle
thermique et l'analyse chimique,qui conditionne entre autre la trempabi-
lité. Toutefois, la simple connaissance du cycle thermique de s o u d a g e
et de la composition chimique élémentaire telle que l ' o n peut la détermi-
ner par voie chimique ou s p e c t o g r a p h i q u e ... ne permet pas aujourd'hui
de p r é d i r e la structure et donc les valeurs de r é s i l i e n c e . Il a, en e f f e t ,
été montré que de bonnes caractéristiques dans ces zones sont liées à une
structure de f e r r i t e aciculaire qui apparaît par g e r m i n a t i o n sur certaines
inclusions dont la n a t u r e n'est pas actuellement bien définie. Ces i n c l u -
sions sont probablement des oxydes qui proviennent de r é a c t i o n s d'oxydo-
réductions complexes et résultent donc pour une grande part du flux et des
résidus de d é s o x y d a t i o n présents dans le fil électrode. Si l'on considère
que les inclusions qui p e r m e t t e n t la g e r m i n a t i o n de la f e r r i t e aciculaire
sont des oxydes, le taux d'oxygène dans la soudure est donc un f a c t e u r
important. Une a u g m e n t a t i o n de l ' o x y g è n e favorise le développement de l a
ferrite aciculaire, mais en a u g m e n t a n t , l e réseau inclusionnaire diminue
le niveau ductile de r é s i l i e n c e . D'autre part, une d i m i n u t i o n de l ' o x y g è n e
améliore le niveau ductile mais risque de compromettre la formation de
ferrite aciculaire.
La p r é s e n t e invention a pour but d'élaborer Un flux ayant de
bonnes caractéristiques d'emploi comme les flux m a n g a n è s e - s i l i c a t e ou
alumino-rutile mais conduisant à un taux d'oxygène dans le métal déposé
beaucoup plus faible comparable à celui obtenu avec des flux alumino-
basique ou f l u o r o - b a s i q u e . De bonnes caractéristiques de r é s i l i e n c e à
basse température déterminée sur moule AFNOR s u i v a n t les normes NFA 8 1 . 3 2 2
et 81.323 peuvent être obtenues en a s s o c i a n t le flux objet de l ' i n v e n t i o n
avec des fils électrodes de nuances très différentes et indépendamment des
résidus de d é s o x y d a t i o n . D'autres avantages de l ' i n v e n t i o n seront mis en
évidence dans la suite de la d e s c r i p t i o n . On propose une c o m p o s i t i o n de
flux qui comporte essentiellement en p o i d s : 1,5 à 9 % de MnO, 3 à 14 % de
Ti 02 + Zr 02y 3 à 15 % de A12 03, 20 à 40 % de Si 02, 15 à 35 % de CaO, 6
à 30 % de MgO, 13 à 28 % de CaF2, B2 0 0,5 %, le r a p p o r t p o n d é r a l % Mg0/
Ca0 é t a n t compris e n t r e 0,4 et 0,9, et l ' i n d i c e de b a s i c i t é e n t r e 1,2 e t
1,8; cette avant-dernière caractéristique pouvant être comprise entre 0,5
et 0,8 pour le rapport MgO/CaO. Le flux contient de l ' o x y d e de sodium Na20
et de l ' o x y d e de p o t a s s i u m K20, à une teneur pondérale Na20 + K20 i n f é r i e u r e
à 1 %.
Suivant le type d'applications du procédé de soudage en c o u r a n t
continu ou a l t e r n a t i f à grande vitesse ou à v i t e s s e relativement lente, en
soudage monoélectrode ou m u l t i é l e c t r o d e s , en " b i p a s s e " ou m u l t i p a s s e ...,
on c h o i s i t une v a r i a n t e de l ' i n v e n t i o n particulièrement adaptée au r é s u l t a t

recherché. Selon une v a r i a n t e , la teneur en Mn 0 est comprise entre 2 et

6 % en poids et la t e n e u r en Si 02 est comprise entre 25 et 35 % en p o i d s .

Selon une a u t r e variante, la teneur en oxyde de bore est comprise entre

0,15 et 0,40 % en poids et la teneur en Ti 02 est comprise entre 3 et 9 %.

Le f l u x peut être à l'état aggloméré ou p r é f o n d u ; chaque forme


présentant certains avantages. Toutefois, dans certaines conditions, l'em-
ploi d'un flux aggloméré peut présenter un r i s q u e d'hétérogénéité de l a
répartition de l ' o x y d e de bore, risque qui est supprimé par l'utilisation
d'un flux préfondu, ce qui est retenu de p r é f é r e n c e dans les applications.
L'invention trouve son application dans de nombreux domaines
techniques tels que soudage bipasse du genre des tubes type pipelines ou
soudage multipasse suivi ou non d'un traitement thermique et pour des
nuances d'aciers doux et les aciers à haute limite élastique.
Pour le soudage type pipeline, on o b t i e n t d'excellents résul-
tats à plusieurs électrodes, deux, trois ou q u a t r e , à grande vitesse,
jusqu'à 4 mètres par minute avec une d i l u t i o n élevée de 50 à 75 %.
L'indice de b a s i c i t é du flux B est déterminé selon la formule:

Les p o u r c e n t a g e s étant exprimés en p o i d s , pratiquement on u t i -


lisera de préférence un f l u x correspondant à l'invention dont l'indice de
basicité sera compris entre 1,2 et 1,8, et a v a n t a g e u s e m e n t entre 1,5 et 1 , 8 .
Il est donné, ci-après, des exemples qui illustrent l'inven-
tion à titre non l i m i t a t i f .
Exemple 1.
Les tableaux 1 et 2 permettant de f a i r e une comparaison entre
différents flux disponibles sur le marché (flux dits "acides" ou " b a s i -
ques") et des flux expérimentaux correspondant ou non à l'invention. Les
flux C à C4 sont disponibles sur le marché, les flux E1 à E8 sont expé-
rimentaux et E1 à E5 c o r r e s p o n d e n t à l'invention alors que E6 à E8 n ' y
correspondent pas , en r a i s o n de leur qualités d'emploi qui sont inaccepta-
bles. Avec le flux E6 dont la teneur en f l u o r i n e CaF2 é s t d e 1 0 % e t le rap-
port MgO/CaO de 1,05, l'aspect du cordon de soudage est mauvais, tandis
qu'avec le flux
E79 dont la t e n e u r en s i l i c e SiO2 est de 16 %, et la t e n e u r
en Ti02 + ZrO2 de 15 %, le détachement du l a i t i e r est mauvais. On c o n s t a t e
beaucoup d ' a d h è r e n c e sur le cordon de soudage et un mauvais d é t a c h e m e n t
de l a i t i e r avec le flux E8, dont la teneur en a l u m i n e e s t d e 20 %.
Le t a b l e a u 1 présente la composition chimique des flux objet
de la comparaison d'emploi et de la teneur en oxygène du métal déposé qui
sont présentés dans le tableau 2.
Les p a r a m è t r e s de soudage sont : 550 A - 28 V - VS = 45 cm/mn.
Le métal d'apport est un f i l type S4, c'est-à-dire un f i l plein de compo-
sition pondérale %; dans l'exemple,C = 0,122, Mn = 1, 95, Si = 0 , 0 4 5 ,
S = 0,009, P = 0,014, B = 13 p . p . m .
Il apparaît clairement que s e u l s les flux correspondants à
l'invention permettent d'obtenir simultanément de bonnes propriétés d'em-
ploi et une b a s s e teneur en o x y g è n e .
Exemple 2 :
Etude de d i f f é r e n t s flux pour le soudage multipasse... On r é a -
lise des moules AFNOR s u i v a n t la norme NFA 81.322 en 2 p a s s e s par couche
sauf pour la dernière couche qui est réalisée en 3 p a s s e s aved la dernière

passe au c e n t r e du moule. Cette disposition des cordons de soudure permet


de p r é l e v e r des éprouvettes de r é s i l i e n c e ; CHARPY V 10 x 10 x 55 mm s o i t
en zones recuites, soit en zones brutes de s o l i d i f i c a t i o n .
Pour les zones recuites,.les éprouvettes sont prélevées au
coeur du moule axe soudure, pour la zone brute de s o l i d i f i c a t i o n , elles
sont prélevées en haut du moule, "sous peau" axe s o u d u r e , c'est-à-dire
dans la dernière passe de s o u d a g e .
Les p a r a m è t r e s utilisés sont: fil de d i a m è t r e 4 mm, partie
terminale de 28 mm, v i t e s s e d'avance 45 cm/mn, tension 28 V et intensité
550 A. On u t i l i s e les flux E1, E5, E6.
Composition chimique du f i l et du métal déposé avec chaque
flux.

On p r é l è v e des éprouvettes Charpy avec l'entai . située en


zone r e c u i t e et en zone brute de s o l i d i f i c a t i o n et on d é mine la rési-
lience Charpy KCV en d é c a j o u l e s cm 2 à -20°C et - 40°C
par

Un examen m i c r o g r a p h i q u e montre pour le mouls 4/E6 une


structure composée-de c o n s t i t u a n t s lamellaires, de b a i n i t e granulaire et
de f e r r i t e proéutsctoide, une s t r u c t u r e de même type pc r le moule S4/E1
mais avec un peu de f e r r i t e aciculaire et pour le moul 4/E5 une structure
de f e r r i t e aciculaire et de f e r r i t e proéutectoide.
Les résultats de r é s i l i e n c e montrent clai: nt l'intérêt
d'une structure de f e r r i t e aciculaire qui permet d'as des caractéris-
tiques de t é n a c i t é voisines dans l'ensemble d'une c o uction.
Exemple 3 :
Avec le flux E5, des moules ont été réalisés avec différentes
nuances de f i l s d'apport. Les p a r a m è t r e s de soudage sont 550 A - 28 V -
45 cm/mn t e m p é r a t u r e entre passe 150°C, et les fils ont tous un d i a m è t r e
de 4 mm.
Composition des fils :

Composition du métal déposé avec les fils Fl à F5 et le flux E5.


Sur chaque moule, des éprouvettes de r é s i l i e n c e Charpy V
10 x 10 x 55 mm ont été prélevées "à coeur" ainsi qu'une traction cylin-
drique.
Sur le moule F 1/E 5, un t r a i t e m e n t thermique de 2 h e u r e s à
620°C avec une montée et descente en t e m p é r a t u r e de 50°C/heure a été ef-
fectué et sur le moule F 4/E 5 le même t r a i t e m e n t mais avec une t e m p é r a -
ture de m a i n t i e n de 640°C. Sur les moules ayant subi un t r a i t e m e n t ther-
mique, les mêmes e s s a i s mécaniques sont réalisés. On d é t e r m i n e la r é s i l i e n -
ce en d é c a j o u l e s cm2 à -20°C et -40°C et sur la traction la limite
par
élastique et la charge à la r u p t u r e en MegaPascal, l'allongement et la
striction en p o u r c e n t a g e .

Les résultats ci-dessus montrent que le flux E 5 permet d'ob-


tenir un bon n i v e a u de r é s i l i e n c e à basse température avec des fils d'ap-
port de n u a n c e s très différentes.
Exemple 4 :
Le f l u x E 5 correspondant à la présenta invention peut être
utilisé aussi à grande vitesse avec le procédé multi-électrodes.
Des tôles pour les pipelines en a c i e r X 60 et X 70 ont été
assemblées.
Compositions chimiques des tôles et des fils utilisés.

On r é a l i s e le soudage monopasse de chaque côté des tôles pour


pipelines de nuance X 60 é p a i s s e u r 22,2 mm et X 70 é p a i s s e u r 15,4 mm p a r
le procédé à l'arc submergé à 3 électrodes en c o u r a n t alternatif.
Les p a r a m è t r e s de soudage sont les suivants :
Les intensités et voltages appliqués à chaque électrode sont
désignés par I1, I2, I3 et V1, V2, V3 e x p r i m é s en ampères et v o l t s . La
vitesse soudage représentée par Vs e s t exprimée en mètre par minute.
En f o n c t i o n de l ' a n a l y s e chimique du métal de base, différents
couplages de f i l s ont été utilisés:

. pour l'acier X 60 : 1er fil F 6 2ème et 3ème f i l s F 7

. pour l'acier X 70 : 1er fil F 6 2ème et 3ème f i l s F 8


On p r é l è v e des éprouvettes Charpy V 10 x 10 x 55 mm à 1,6 mm
sous peau côté 2ème p a s s e . On p r o c è d e à l'analyse chimique du métal dépo-
sé et on d é t e r m i n e la résilience Charpy KCV e x p r i m é e en d é c a j o u l e s cm2
par
à + 20°C, - 20°C; - 40°C e t - 60°C.
Analyse chimique du métal déposé :
Résultats de r é s i l i e n c e :

Les r é s u l t a t s ci-dessus montrent que l'utilisation d'un flux


correspondant à l'invention associé à des fils choisis en f o n c t i o n de l ' a -
nalyse de la tôle permet d'obtenir une soudure présentant une t r è s bonne
ténacité et un taux d'oxygène assez bas.
1. Flux pour soudage à l'arc submergé, caractérisé en ce q u ' i l
contient essentiellement en poids à 9 % en MnO, 3 à 14 % de Ti02 +
1,5

Zr02, 3 à 15% de A1203, 2 0 à 4 0 % d e S i O 2 , 15 à 35 % de CaO, 6 à 30 % de


MgO, 13 à 28 % de CaF2, la t e n e u r de bore B203 é t a n t i n f é r i e u r e
en oxyde
à 0,5 %, les teneurs en Ca0 et Mg0 s a t i s f a i s a n t la c o n d i t i o n du r a p p o r t
% MgO/% CaO compris entre 0,4 et 0,9, l'indice de b a s i c i t é compris entre
1,2 et 1,8, et le p o u r c e n t a g e pondéral Na20 + K20 é t a n t inférieur à 1.
2. Flux selon la r e v e n d i c a t i o n 1, caractérisé en ce que l e
rapport pondéral % MgO/% Ca0 est compris entre 0,5 et 0,8 et l'indice de
basicité compris entre 1,5 et 1 , 8 .
3. Flux selon la r e v e n d i c a t i o n 1, caractérisé en ce que l a
teneur en manganèse exprimée en oxyde de manganèse Mn0 est comprise entre
2 et 6 % en poids total du f l u x .
4. Flux selon la r e v e n d i c a t i o n 1, caractérisé en ce que l a
teneur en s i l i c i u m exprimée en oxyde de s i l i c i u m SiO2 est comprise entre
25 et 35 % en poids total du f l u x .
5. Flux selon la r e v e n d i c a t i o n 1, caractérisé en ce que l a
teneur en t i t a n e exprimée en oxyde de t i t a n e Ti O2 est comprise entre
3 et 9 % en poids total du f l u x .
6. Flux selon une quelconque des r e v e n d i c a t i o n s 1 à 5, carac-
térisé en ce que la t e n e u r en bore exprimée en oxyde de bore B203 e s t
comprise entre 0,15 et 0 ,40 % en poids t o t a l du f l u x .
7. Flux selon une q u e l c o n q u e des r e v e n d i c a t i o n s 1 à 6, carac-
térisé en ce que le flux est à l'état fondu.
8. Application du flux selon une quelconque des r e v e n d i c a t i o n s
1 à 6, caractérisée en ce que l ' o n procède au soudage à l ' a r c submergé en
courant continu ou a l t e r n a t i f à une ou p l u s i e u r s électrodes, en b i - p a s s e
ou m u l t i p a s s e .
9. Application selon la r e v e n d i c a t i o n 8, c a r a c t é r i s é e en c e
que l ' o n procède au soudage de t u b e s , type pipelines, à grande vitesse,
à plusieurs électrodes.