Vous êtes sur la page 1sur 24

Ecole supérieure d’agriculture de Mograne Cours de C.A.

Chapitre 1 Analyse des charges


1. Introduction
La C F ne peut pas apporter des éléments de réponse sur les questions suivantes

1- Quels sont parmi les produits ou les familles de produits ceux ou celles qui
contribuent à améliorer le résultat où à le détériorer
2- Quels sont les centres d’activités ou de responsabilités qui fonctionnent
efficacement ?
3- Quels sont ceux dont le fonctionnement est déficient.

En plus La comptabilité financière connait des limites tel que:

1. Comptabilité du passé : information démodées, manquant d’actualité, (décalage entre


le fin d’exercice et le moment où les documents de synthèse sont effectivement
disponibles).
2. Soumises à des règles rigides, stricte d’enregistrement, d’évaluation et de
présentation des documents.
3. Souvent éloigné de la réalité économique pour des raisons juridique et
fiscales décalage entre les montants de la C F et les montants qui devront être
retenus. (Evaluation au coût historique ,d’où bilan sans intérêt économique du fait
de dévaluation de la monnaie. ; l’application du principe de prudence : constatations
des charges éventuelles qui réduisent la valeur de l’entreprise d’où un bilan qui n’a
rien à voir avec la réalité.
4. information globale : cas de plusieurs produits
5. . comptabilité qui néglige les phénomènes qui se présentent sous la forme non
monétaire : temps de travail effectif, quantité de matières utilisées, énergie
consommée / unité.
6. destiner aux utilisateurs externe et peu d’information destiné aux gestionnaires,
donc la comptabilité financière semble insuffisante pour la gestion surtout à court
terme. Donc la C A F se présente pour répondre à certaine lacunes de la CF.

1.2. Objet de la C. A. E:
La comptabilité financière est orientée vers la saisie des donnés par nature et vers la
détermination des résultats

Résultat globaux des entreprises


Des situations active et passive à moment donné

Optique financière

La C. A. F est conçue pour :

ABDELHAFIDH Hassen Page 6


Ecole supérieure d’agriculture de Mograne Cours de C.A.E

• Analysez les résultats est faire apparaitre leur éléments constitutifs, ce faisant, elle
permet des contrôles des rendements et des rentabilités et fournit un grand nombre
d’éléments pour la gestion de l’entreprise
• Compléter la comptabilité financière en lui donnant des bases d’évaluation de certain
éléments d’actifs (stock de produit fabriqués, immobilisation crées par l’entreprise….)
• Fournir des bases pour établir les prévisions de charges et produits et en assurer le
contrôle
Les objectifs de C. A. F :
Analyse des charges et des produits
Calculer des couts
Evaluer les stocks apparaissant au cours de fabrication
Analyser les écarts

la C. A. F. est un précieux outil de prise de décision. Elle donne les éléments


de couts qui peuvent faciliter la détermination des prix de vente (choix des
politiques des prix, des programmes et processus de production).

Elle rend envisageable l’explication du résultat par la mise en évidence de la rentabilité


partielle par produit, par type de clientèle, par circuit de distribution, fonction, saison.

1.3. Caractéristique de la C. A. F
• 5 caractéristiques essentielles :
Elle est organisée en fonction des besoins spécifiques de chaque
entreprise, et n’est pas soumises à une contrainte de -------- .Il n’existe
aucune obligation de droit pour la tenue de la C. A. F. (flexible et non
rigide).
La C. A. F. est destinée à servir à tous les responsables de l’entreprise.
Elle puise des informations de la C. F. et dans les documents lui servant
de base après des retraitements divers.
La comptabilité analytique doit être actuelle et fournir des informations
rapidement, d’où le recours à l’outil informatique compte tenu du
nombre des calculs, de complexité des systèmes mis en place.
Elle doit être organisée pour mettre en cause des responsabilités.

ABDELHAFIDH Hassen Page 7


Ecole supérieure d’agriculture de Mograne Cours de C.A.E

1.4. Distinction entre C. A. F. et C. F.


Critères C. A. E C. F.

Période étudié Présent et futur Passé

Optique retenue Economique Financière et juridique

Obligation légale Non Oui

Obligation de fait Oui Non

Niveau d’analyse Détaillé Global

Règle à suivre Souples Imposées et rigides

Nature de résultat Economique Fiscal

Fréquence de calcul journalière, mensuelle Annuelle

Origine et destination des flux interne Externe

Document Interne Interne et externe

Regroupement des charges Destinât Nature

Contrôle de gestion Oui Non

Indicateur d’alerte Financier et économique Juridique et financier

2. Analyse des charges

2.1Différence des résultats


Quelque soit le système de comptabilité adopté (C. F. ou C. A. F) le résultat est toujours la
différence entre la production et la consommation (charges). Partant du même input pour
aboutir au même output.

Les 2 comptabilités devront aboutir au même résultat, or les résultat de la comptabilité


financière est généralement différent du résultat de la C. A. F.

Ceci s’explique par :

• Toutes les charges enregistrées par la C. F n’est pas prises en compte par la C. A ce
qui nous amène à distinguer entre les charges incorporables et les charges non
incorporables.

ABDELHAFIDH Hassen Page 8


Ecole supérieure d’agriculture de Mograne Cours de C.A.E

• La C.A peut incorpores dans son réseau des charges et des éléments, non
enregistrées par la C.F. il s’agit des charges supplétives.
• Enfin, parmi les charges retenue par les 2 comptabilités il existe certaines entre
elles qui sont enregistrées pour des montants différents dans les deux
comptabilités ce est les charges d’usages.

2.1.1. Les charges incorporables et les charges non incorporables


Les charges que la comptabilité analytique incorpore les couts constituant les charges
incorporables.

Les charges incorporables sont celles qui se rapportent à l’exploitation normale


de l’entreprise.

Les charges non incorporables ce sont les charges qui ne peuvent concourir à la formation des
couts et des prix de revient donc tout ce qui est hors exploitation normale de l’entreprise. Se
sont les charges qui ont un caractère exceptionnel et révèlent pas de l’exploitation normale et
courante.

Généralement exclus et estimées non incorporable :

Les charges exceptionnelles


Les prélèvements sur les bénéfices (impôt)
Les charges afférentes à une période antérieur (perte sur exercice antérieure)
Les dotations aux résorptions des frais de constitution ou d’augmentation de capital,
d’émission d’emprunt.
Les charges qui ne relèvent pas directement de l’exploitation normale et courante :
Dotation, provision pour dépréciation de certain élément d’actif (terrain, F.
C)
Dotation au provision des charges à répartir
Appointement et charge sociales concernant le personnel temporaire
détaché de l’entreprise.

Exercice :

Pour calculer les coûts du mois de janvier l’entreprise X vous fournit les informations
suivantes :

• Charges comptabilisées en janvier 36.000 dont 1200 de rappel sur salaire versé en
janvier pour des travaux commencés en septembre achevés en janvier.
• Amortissement :
Matériel et outillages : valeur d’acquisition 15.000 amortissable sur 10 ans.
Matériel de transport : valeur d’acquisition 60.000 amortissable sur 5 ans.
ABDELHAFIDH Hassen Page 9
Ecole supérieure d’agriculture de Mograne Cours de C.A.E

• Provision pour litige : 3000.


• Capital 120.000, taux de rémunération des capitaux propres = 8%.

T. A. F : déterminez les montants des charges incorporables pour janvier.

Désignation Charges incorporables Charges non incorporables

Rappel - 960

Amortissement matériel et 125 -


outillages

Amortissement matériel de 1000 -


transport

Provision pour litige - 3000

Rémunération des KP (ch. 800 -


sup.)

1925 3960

Total des charges à prendre en compte dans le calcul des coûts :

36.0 1925 – 3960= 33.965.

2.1.2. Les charges supplétives :


Il s’agit d’élément qui bien que non enregistrés en C. F, peuvent être pris en compte pour le
calcul des coût de revient.

Les éléments supplétifs groupent 2 catégories :

• La rémunération des capitaux propres à un taux conventionnel (taux moyens des


capitaux empruntés).
• La rémunération de l’exploitant dans une entreprise individuelle ou non collectif.

Le but d’incorporer ces élément supplétifs est de rendre significative la comparaison des prix
de revient.

Le montant à retenir pour la rémunération de l’exploitation doit être basé sur les
rémunérations des catégories de personnel comparable des autres entreprises de même
importance.

ABDELHAFIDH Hassen Page 10


Ecole supérieure d’agriculture de Mograne Cours de C.A.E

2.1.3. Les charges prise en compte pour un montant différent : les


charges d’usages
Cette rubrique vise essentiellement les amortissements. L’amortissement est une
dépréciation irréversible des biens immobilisés qui se déprécient du fait de l’usage, du temps
ou de l’obsolescence.

En C.F. l’amortissement est calculé selon des critères financiers et fiscaux dans la mesure où il
est déductible du bénéfice imposable. Il en résulte que cet amortissement retenu par la C. F.
n’est jamais lié à la notion de dépréciation, or l’amortissement à prendre en compte dans la C.
A doit être aussi proche de la dépréciation réelle, donc économique du bien concerné. On
parle des charges d’usage pour la distinguer de la C. F.

Charge incorporables = charges de la CF- charges non incorporables + charges supplétives

2.2 Analyse des charges/ fonction


Une entreprise est normalement constituée, dispose des fonctions suivantes :

• Fonction administrative
• Fonction financière : recherche des fonds
• Fonction approvisionnement (achat)
• Fonction production (technique, fabrication ……)
• Fonction commerciale (vente et écoulement)
• Fonction entretien (biens meuble, et immeuble, …….)

Le classement des charges peut être fait selon la classification ci-dessus énoncée.

Par ailleurs cette répartition ne va pas sous certaine difficultés certaines intéressent plusieurs
fonction, et il est nécessaire de calculer de la façon la plus précise possible les quotas
intéressant chaque fonction.

Les principales fonctions qui contribuent à la formation du prix de revient :

• Fonction App
• Fonction production
• Fonction distribution

2.3. Analyse par produit


En cas de plusieurs produits ou plusieurs types de produits, il est de première importance de
répartir les charges entre ces produits :

• Pour savoir si tous sont rentables, lorsque l’entreprise Price Taher


• Pour fixer des prix de vente permettent de réaliser des bénéfices sur tous les produits
lorsque l’entreprise est Price Maher.
ABDELHAFIDH Hassen Page 11
Ecole supérieure d’agriculture de Mograne Cours de C.A.E

Exemple : une entreprise fabrique A et B, le compte résultat se présente comme suit :

Charge Montant Produit Montant

Achat 500 Production vendue 900

Charges personnel 300 Perte 100

Autres charges 200 - -

Total 1000 Total 1000

Les ventes de A = 200, de B = 700

Des estimations faites par la comptable, il résulte que 2/5 des achats concernant A, ainsi que
1/3 des F. personnel et 50% des autres charges.

Analyser les charges / produit, afin déceler l’origine de la perte.

Totaux A B

Achat 500 200 300

F. personnel 300 100 200

Autres charges 200 100 100

Total 1000 400 600

Ventes 900 200 700

Résultats -100 -200 100

2.4.Analyse / commande
La production peut être faite par fois à la commande, pour des raisons multiples telles que
l’importance des charges supportées (bien couteux). Une analyse des charges doit alors
permettre, de faire apparaitre celles qui concernant chaque commande, pour fixer le prix et
déterminer le résultat.

2.5.Analyse par centre


L’exploitation est fragmentée entres des services ou des centres d’activité divers tels que :

• Services techniques ; (ateliers, bureau d’étude,….)


• Services commerciaux (services d’achat, ------ commerciale, …..)

ABDELHAFIDH Hassen Page 12


Ecole supérieure d’agriculture de Mograne Cours de C.A.E

• Services généraux (secrétariat, comptabilité, service informatique)

Exemple : prenons l’analyse/ produit précédent

Les produits A et B sont fabriqués par passages successifs dans 2 ateliers :

- Atelier 1 : fabrication de pièces élémentaires de chaque produit


- Atelier 2 : assemblage des pièces élémentaires

Une analyse par centre d’activité peut dans ce cas se traduire ainsi :

Désignation Totaux Service Atelier 1 Atelier 2


administratif

Achat 500 - 400 100

Charge 300 50 100 150


personnel

Autres charges 200 100 50 50

Total 1000 150 550 300

ABDELHAFIDH Hassen Page 13


Ecole supérieure d’agriculture de Mograne Cours de C.A.E

Chapitre2 : Notion de cout


1. Définition
D’une manière générale, les différents couts d’un produit (bien ou prestation de service) sont
constitués par un ensemble de charges supportées par l’entreprise en raison de l’exploitation
de ce produit ou cette prestation de service.

Depuis la mise en œuvre de matière jusqu’à la vente d’un produit fini, le processus de
production comporte plusieurs phases, compte tenu de ce fait la terminologie suivante est
préconisée :

1.1.Coûts et coût de revient


a) Cout : somme d’élément de charges qui, pour une marchandise, produit, une
prestation de service ne correspond pas au stade final d’élaboration du bien
vendu (cout d’achat, cout de production………).
b) Cout de revient : somme d’éléments de charge qui pour une marchandise,
produit, une prestation de service, correspondant au stade final d’élaboration
(vente incluse) du bien considéré.

1.2 Marges et résultat


a) Marge : différence entre un prix de vente et un cout
b) Résultat : différence entre un prix de vente et cout de revient

2. Composantes des couts et cout de revient


Les charges prises en considération pour calculer les couts sont appelées charges
incorporables.

Elles sont de deux types :

2.1 Charges directes


Ce sont les éléments qui concernant le cout ou le cout de revient d’un seul produit ou d’une
seule commande. Il ya affectation des charges directes aux couts lors de leurs détermination.

Exemple : matières incorporées au produit, amortissement d’une machines ne servant qu’à la


fabrication d’un seul produit.

2.2 Charges indirects :


Ce sont les éléments qui concernant plusieurs couts et cout de revient et doivent de ce fait
faire l’objet d’une analyse avant imputation.

Exemples : travaux d’entretien fait dans tous les ateliers.

Finalement nous pouvons schématises ainsi ces principes.

ABDELHAFIDH Hassen Page 14


Ecole supérieure d’agriculture de Mograne Cours de C.A.E

3. Hiérarchie des différents couts

3.1 En l’absence de stocks


Le cycle d’exploitation fait apparaitre des phases aux quelles correspondent des couts
successifs. Ces phases et ces coûts peuvent être ainsi schématisés :

Achat Production Distribution

Cout d’achats

Charg Productio
n Coût
es
de
incorp
revien
orable
t
s

Coût de
distributi

a) Le cout d’achat : Somme des charges constituése par l’ensemble de charges


supportées en raison de l’achat de marchandise ou des matières.
b) Cout de production : ensemble des charges supportées en raison de la création du
produit ou service.
c) Cout de distribution : ensemble des charges supportées en raison des opérations de
ventes.
ABDELHAFIDH Hassen Page 15
Ecole supérieure d’agriculture de Mograne Cours de C.A.E

Pour tenir compte de l’aspect chronologique de ces stades de calcul, on parle souvent de
hiérarchie.

En absence de stock :

Cout d’achat : sont inclus les couts de production


Cout de revient : cout de production et cout hors production.

3.2 En présence de stock :


Lors qu’il apparait un stock à un stade quelconque du cycle de production, il modifie la
procédure de calcul des couts.

3. Types de cout
Dans ce qui précède, nous avons mis l’accent sur les différents couts selon le stade
d’exploitation.

Les calculs et les analyses nous permettent de dégagées de nombreux autres cout par rapport
à 3 critères :

• Le continue des couts : tenir compte de


Toutes les charges cout complet
Seulement les charges ayant des caractéristiques particulières cout
partiel (exemple : CV, CD, CF)
• Le moment de calcul des couts :
Cout préétablis : déterminés antérieures au fait qui les engendrent
Cout réel ou cout historique (cout constatés) : à posteriori la comparaison de
ces cout conduit à déterminer les écarts.
• Le camp d’application :
Cout par fonction
Cout par moyen d’exploitation (magasin, usine…..)
Cout par production
Cout par responsabilité

4. Affectation des charges directes


L’affectation des charges directes se fait sons aucune difficulté, les couts sont composés de
ces frais sans aucune répartition s’impose.

Les charges directes sont généralement de 2 catégories :

• La M O D : il s’agit des frais de personnel résultant des travaux effectué sur un seul
produit.

ABDELHAFIDH Hassen Page 16


Ecole supérieure d’agriculture de Mograne Cours de C.A.E

• Les matières et fournitures : ces matières sont généralement des C D lors qu’elles
entrent dans la composition du produit fabriqué.

5. Imputation des charges indirectes


Il s’agit des charges qui concernent plusieurs produits.

Exemple : les charges d’administration, l’électricité, l’amortissement d’un matériel fabriquant


plusieurs produits.

L’imputation des charges indirectes nécessite un travail préliminaire qui comporte les phases
suivantes :

• Choix et définition des couts en fonction des besoins de gestion.


• Distinction entre charges incorporables et charges non incorporable.
• Choix de période de calcul (mois, trimestre,……) qui commande la question des
charges à incorporer effectivement.

En faite les charges indirectes = charges incorporables – charges directes.

L’imputation des charges indirectes se fait par la méthode empirique aide par la méthode de
section homogène.

a) La méthode empirique

Facile à appliquer mais manque de précision et dotée de beaucoup d’arbitrage.

L’imputation des charges indirectes entre les couts recherchés est faite proportionnellement :
(clé de répartition).

• Soit à certaines éléments comme : quantité de produits fabriqués, heure de

M O D, etc …….

• Soit à certaines charges directes : matière consommée, salaires directes, ……

Les charges indirectes peuvent faire l’objet d’une décomposition au préalable :

• F I d’approvisionnement : à répartir au --------- des consommations des matières.


• F i de fabrication : à répartir au --------des produits fabriqué ou de la M O D.
• F I de vente : répartis au ---------- du volume des ventes, du C A par produit,…..

Lors que les éléments de base retenus sont exprimés en valeur la méthode empirique revient
à dégager des coefficients d’imputation.

ABDELHAFIDH Hassen Page 17


Ecole supérieure d’agriculture de Mograne Cours de C.A.E

Exercice 1 :

L’entreprise X fabrique des trains électriques. Elle --------- connaitre le prix de revient du
modèle fabriqué au cours du mois de janvier. Pour ce mois on dispose des renseignements
suivants :

Ch/ nature Montant F/ achat F /fabrication ------- -----

FP 4880 1/8 5/8 1/8 1/8

Impôt 948 - 1/6 2/3 1/6

TFSE 1350 10% 60% 10% 20%

Transport 550 30% - 50% 20%

F gestion 252 - - 40 252

Amortissement 1000 - - - -

Provision 150 - - - -

F d’ad 1940 10% 30% 60% -

Les amortissements sont calculés d’après les extraits du bilan établis au 31/12.

• Amortissement Mob : 2160 acquis depuis 3 ans


• Amortissement matériel de transport : 1440 acquis depuis 2 ans utilisés pour la
distribution.
• Amortissement matériel et outillage : 14.400 acquis depuis 2 ans.
• Le montant des dotations comprend 280 se -------- aux résorptions des F
d’établissement.
• Les dotations aux provisions concernant un litige avec l’un des employés de la société.
• Le montant des achats des MP pour le mois de janvier sont de 5200, les matières
achetées ont été utilisées pour la fabrication de 200 trains.
• L’entreprise a vendue les 200 trains fabriqués au prix de vente unitaire de 75 .

TAF:

Complétez le tableau de reclassement des charges.


Calculez le prix de revient et le résultat du mois de janvier.

Exercice 2 :

Une entreprise fabrique 2 produits A et B.

ABDELHAFIDH Hassen Page 18


Ecole supérieure d’agriculture de Mograne Cours de C.A.E

Charges directes A B

Mat première 500 300

MOD 1400 2600

Nb d’unités produites 400 600

Les charges indirectes s’élèvent à 900.

1/ répartir les Charges indirectes en utilisant le coefficient d’imputation :

A) Matière première
B) M O D
C) Nombres d’unités produites

2/ calculez le prix de revient des produits A et B sur chacun des coefficients utilisés.

ABDELHAFIDH Hassen Page 19


Ecole supérieure d’agriculture de Mograne Cours de C.A.E

ABDELHAFIDH Hassen Page 20


Ecole supérieure d’agriculture de Mograne Cours de C.A.E

Chapitre 3 : la valorisation des stocks


L’entreprise industrielle ou commerciale doit détenir des stocks pour fonctionner convenablement.
Afin de déterminer les différents coûts et le résultat de la comptabilité analytique, il convient de les
évaluer avec précision au moment de leur entrée en stock mais aussi lors de leur sortie, autrement dit,
lors de leur consommation par l’entreprise ou de leur vente.

1-Définitions

2. La valorisation des mouvements d’entrée et de sortie


2.1. La valorisation des entrées
La valorisation des entrées de stock en magasin se fait : - Au coût d’achat pour les
matières, fournitures et marchandises - Au coût de production pour les produits finis
et semis finis

2.2.La valorisation des sorties


Si l’évaluation des entrées en stock ne présente aucun problème majeur, il n’en est pas de même pour
les sorties. En effet, la valeur des entrées en stock peut varier en raison des fluctuations de prix ou des
coûts des produits. La question qui se pose est : quelle est la valeur à retenir pour les sorties ? Il existe
plusieurs méthodes de valorisation des sorties, nous distinguons : - Les méthodes du coût moyen
pondéré - Les méthodes de l’épuisement des lots
ABDELHAFIDH Hassen Page 21
Ecole supérieure d’agriculture de Mograne Cours de C.A.E

2.2.1
2.1 Les méthodes du coût moyen pondéré

Nous distinguons :
a. Méthode du coût moyen pondéré de fin de période Les sorties sont évaluées à un coût moyen
unitaire pondéré calculé périodiquement soit :

Exemple 1 :
Au cours du mois de Mars, les opérations relatives à la matière première M ont été les suivantes :
01 /03 : stock initial 100 unités à 20 TND l’unité
03/03 : bon de sortie 40 unités
10/03 : bon de sortie 60 unités
15/03 : bon de réception 100 unités à 24 TND l’unité
17/03 : bon de sortie 50 unités
22/03 : bon de sortie 80 unités
25/03 : bon de sortie 20 unités
28/03 : bon de réception 100 unités à 28 TND l’unité
TAF : 1. Déterminer le coût moyen pondéré de fin de période .
2. Déterminer le montant du stock final et quantité et en valeur.

Calcul du coût moyen unitaire pondéré de fin de période :


CMUP = 8500/400 = 21.25
stock final :
En quantité : 400– 250 = 150
En valeur : 150 x 21.25 = 3187.5
Sur le plan pratique, cette méthode, qui présente un avantage de simplification (puisque le coût est
calculé en une seule opération au dernier jour de la période), a l’inconvénient de retarder la
détermination on des valeurs de sorties.

ABDELHAFIDH Hassen Page 22


Ecole supérieure d’agriculture de Mograne Cours de C.A.E

b. Méthode du coût moyen pondéré après chaque entrée Les sorties sont évaluées à un coût
moyen unitaire pondéré calculé après chaque entrée soit :

Reprenons l’exemple 1 en déterminant le coût moyen unitaire pondéré calculé après chaque
entrée

Cette méthode permet de valoriser immédiatement chacune des sorties de stock mais elle
entraîne de nombreux calculs.

2.2.2 Méthode de l’épuisement des lots


Cette méthode dévaluation des stocks consiste à comptabiliser les produits ou les matières en
lots distincts d’après leur ordre d’arrivée, nous distinguons :
a. Méthode FIFO (First In, First Out)
Cette méthode appelée encore premier entré, premier sorti (PEPS) considère que les
matières ou les produits entrés en stocks les premiers doivent sortir les premiers et ce à leur
coût d’entrée.

exemple 3
Reprenons l’illustration 1 en retenant comme méthode d’évaluation des stocks la méthode
‘FIFO’ :

ABDELHAFIDH Hassen Page 23


Ecole supérieure d’agriculture de Mograne Cours de C.A.E

b. Méthode LIFO (Last In, First Out)


Appelée encore dernier entré, premier sortie (DEPS), cette méthode considère que les
matières ou les produits entrées en stocks les derniers doivent sortir les premiers.
Exemple 4
Reprenons l’illustration 1 en retenant comme méthode d’évaluation des stocks la méthode
‘LIFO’ :

3. L’incidence du choix de la méthode d’évaluation du stock sur le résultat


En cas de stabilité des coûts, le choix de la méthode pourrait être dicté par des considérations
exclusivement techniques, puisque ce choix serait sans incidence sur le plan
de valorisation des sorties.
En cas de fluctuation des coûts, tel que le coût d’achat ou autres, il en résulte que les coûts
de production et les coûts de revient des produits fabriqués, ainsi que la valeur du stock final,
seront différents selon la méthode retenue.
En cas de hausse (baisse) des coûts :
- En FIFO, les sorties sont évaluées aux coûts les plus bas (élevés), et le stock restant
auxcoûts les plus élevés (bas). Le résultat de l’entreprise se trouve majoré (minoré);
- En LIFO, les sorties sont évaluées aux coûts les plus élevés (bas), et le stock restant aux
coûts les plus bas (élevés). Le résultat de l’entreprise se trouve minoré (majoré).

ABDELHAFIDH Hassen Page 24


Ecole supérieure d’agriculture de Mograne Cours de C.A.E

Chapitre 4 :La méthode de section homogène

Afin de traiter l’arbitrage de la répartition des charges indirectes entre les couts et d’unifier
les méthodes adoptés par les entreprises ; il est proposé une analyse de ces charges en
centres d’analyses.

1. Notion de centre d’analyse


Le centre d’analyse est une division de l’unité comptable dans la quelle sont groupées,
préalablement à leur imputation aux couts des produits, les éléments de charges indirectes.

Le centre d’analyse peut correspondre à :

• Soit à une division fictive de l’entreprise qui équivaut souvent à une fonction (fonction
administrative, fonction sécurité, gestion personnel).
• Soit à une division réelle de l’entreprise qui équivaut dans ce cas à un service. On parle
alors du centre de travail (atelier de production, magasin de stockage, ……).

schéma global d’affectation des charges dans la comptabilité en coûts complets

2.Caractère d’un centre d’analyse


Le centre d’analyse doit être choisi de telle sorte que les charges indirectes qu’il regroupe
présentent un caractère d’homogénéité.

L’homogénéité du centre doit permettre chaque fois que possible la mesure de son activité
par une unité physique.

ABDELHAFIDH Hassen Page 25


Ecole supérieure d’agriculture de Mograne Cours de C.A.E

Cependant il n’est pas toujours possible d’atteindre cet objectif, d’où la distinction entre
centre opérationnel et centre de structure.

2.1.Centre opérationnel
Il s’agit des centres dont l’activité peut être mesurée par une unité physique que l’on appelle
« unité d’œuvre » cette unité d’œuvre peut être ; l’heure machine, l’heure ouvrier, le Kg de
matière travaillée.

Cout d’unité d’œuvre = cout du centre / nb d’unité d’œuvre.

2.2.Centre de structure
Il s’agit de centre d’analyse pour les quels il n’est pas possible de mesurer son activité par
une unité physique.

Exemple : l’administration.

En l’absence d’unité d’œuvre, on calcule un taux de frais en fonction d’une assiette


conventionnelle exprimée en unité monétaire pour la répartition des charges de ces centres.

Taux de frais = cout du centre d’analyse / assiette de répartition en unité monétaire.

Exemple : soit un centre d’administration générale dont on souhaite répartir les charges entre
les couts de revient proportionnellement aux couts de production des produits vendus.

Taux de frais = cout du centre administration / somme des couts de production des
produits vendue.

Ce taux donne en fait le cout du centre pour une unité monétaire d’assiette on peut
également l’exprimé en pourcentage.

3. Les types de centre d’analyse

3.1. Les centres auxiliaires


Il s’agit des centres dont les couts sont imputés à d’autres centres d’analyses. On peut dire
que l’essentiel de l’activité de ces centres sert à d’autres centres (y compris éventuellement
d’autre centre auxiliaire.

3.2. Les centres principaux


Ce sont ceux dont les frais sont imputé directement aux couts et cout de revient. Parmi les
centres d’activité principaux on cite :

• Centre d’approvisionnement
• Centre de production
• Centre de distribution

ABDELHAFIDH Hassen Page 26


Ecole supérieure d’agriculture de Mograne Cours de C.A.E

L’objectif à travers cette présentation consiste dans la répartition des charges indirectes. Les
frais indirectes sont répartis entre les sections ou centre qu’ils concernent d’après les règles
de répartitions. Les résultats de répartition des divers éléments des frais indirects sont inscrits
dans un tableau désigné sous la dénomination de « Tableau de Répartition »

4. Mise en œuvre de la méthode de section homogène


On entend par

4.1 Répartition primaire


L’attribution des charges indirectes aux centres principaux ou auxiliaires.

• Par affectation : si l’on dispose de moyens de mesure des consommations des charges
par nature par les centres (électricité mesuré par compteur ……).
• Par répartition : si l’on utilise des clés de répartition entre les centres (exemple :
répartition de l’électricité proportionnellement aux nombre d’outputs ou aux surfaces
en l’absence de compteur par centre).

4.2 Répartition secondaire :


C’est la cession des unités d’œuvres des centres auxiliaires entre les centres principaux.

a/Cession sans réciprocité


Non seulement les centres auxiliaires fournissent des prestations aux centres principaux, mais
ils peuvent en fournir à d’autres centres auxiliaires.

Il ya transfert en escalier lors que le cout constaté de chaque centre à un certain niveau est
transféré aux suivant sans retour en arrière.

Exemple : soit trois centres auxiliaire et leurs totaux après répartition primaire

A « gestion de personnel » : 40.000 ;

B « gestions des bâtiments » : 150.000 ;

C « prestations connexes » : 60.000.

Le centre A fournit 10% au centre B et 20% au centre C. le centre « B » fournit le 1/11 de son
activité au centre C.

Les répartitions des centres auxiliaires fournis aux centres principaux sont réparties avec des
proportions égales. On suppose qu’on a 2 centres principaux D et E dont les totaux primaires
s’élèvent respectivement à 100.000 et 150.000.

ABDELHAFIDH Hassen Page 27


Ecole supérieure d’agriculture de Mograne Cours de C.A.E

T A F : présentez le tableau de répartition.

Désignation Centres auxiliaires Centres principaux

A B C D E

Totaux primaire 40.000 150.000 60.000 100.000 150.000

R. secondaire - 40.000 4000 8000 14.000 14.000

0 154.000 68.000 114.000 164.000

-154.000 14.000 70.000 70.000

0 82.000 184.000 234.000

-82.000 41.000 41.000

Totaux secondaire 0 0 0 225.000 275.000

Nombre d’unité d’œuvre (unité produite) 100 200

Cout d’unité d’œuvre 1620 1060

b/Cession avec réciprocité : transfert croisés

Lors qu’il ya prestation entre centres auxiliaires, ces prestations peuvent être réciproques
entre deux centres ou davantage. C’est le cas si un centre A fournit des unités d’œuvre à un
centre B et vice versa.

Exemple : après répartition primaire entre les centres de services généraux, un centre de
travail « transport » à pour total de charges 65.000 et un centre de travail « Entretien »
42.000. sur un total de 100.000, le centre « Transport » en a fourni 10.000 au centre
« Entretien » et sur un total de 2000 h de travail, le centre « Entretien » en fourni 600 au
centre « Transport ».

Nous ne disposons pas des totaux complets, prestations reçus inclus des deux centres pour
faire la répartition secondaire.
En pratique il est souvent procédé à une mise en équation.
Soit X le total du centre Transports ; il fournit à 10.000 X/ 100.000 = 1 X / 10 au centre
Entretien.
Soit Y le total du centre Entretien, il fournit 600 Y / 2000 = 3 Y / 10 au centre Transport.
Les calculs peuvent être présentés ainsi :
ABDELHAFIDH Hassen Page 28
Ecole supérieure d’agriculture de Mograne Cours de C.A.E

Désignation Transport Entretien

Total primaire 65.000 42.000

Prestation réciproque 3 Y / 10 1 X / 10

X Y

D’où 65.000 + 3 Y / 10 = X X = 80.000

42.000 + 1 X / 10 = Y Y = 50.000

Le tableau d’analyse apparaitre ainsi (extrait)

Désignation Centre auxiliaire Centre principaux

Transport Entretien

Total primaire 65.000 42.000 ----------

-80.000 8000 72.000

15.000 -50.000 35.000

Répartition secondaire 0 0 -----

ABDELHAFIDH Hassen Page 29