Vous êtes sur la page 1sur 5

Sujet : le Centre pour l’Egalité des Chances et le Recteur cherchent des témoignages pour compléter leur dossier sur la discrimination cureghémoise.

!!A diffuser largement!!

Bonjour à tous,

Cet email pour la bonne cause prendra un peu de votre temps.

Que vous soyez étudiant ou praticien, baptisé ou non, parent d’étudiant, vous avez enfin l’occasion d’agir pour faire évoluer la situation et les mentalités à la Faculté de Médecine Vétérinaire de Liège pour le bien des générations futures !

Si vous ne témoignez pas maintenant, les chances de bonifier le système se verront réduites et tout ce qui a été entrepris pour initier ce changement n’aura servi à rien ! N’écoutez que vos propres convictions et ne vous laissez pas influencer pas votre entourage. Vos témoignages sont importants, le Centre pour l'Egalité des chances (CEC) et le Recteur comptent sur vous!

En effet, si vous ne le savez pas encore, le CEC à ouvert un dossier concernant la discrimination pratiquée par certains étudiants et praticiens baptisés « Cureghem » envers les non-baptisés (alias « chroniques ») (cfr liens et pièces jointes à la fin de cet email). Le CEC et le Recteur cherchent à étoffer ce dossier déjà très complet à charge de Cureghem par des témoignages d’étudiants/praticiens baptisés ou non.

Vos

action=klachtenformulier&select_page=7) ou par email (epost@cntr.be) ainsi qu'à Mr le Recteur B. Rentier sur son adresse personnelle (Recteur@ulg.ac.be) ou sur son blog intitulé « Éradication »

(http://recteur.blogs.ulg.ac.be/?p=576).

Pour être pris en compte sérieusement, vos témoignages ne peuvent pas être anonymes. Ne vous inquiétez pas, le CEC et le Recteur garantissent, si vous leur mentionnez, votre anonymat. Ils ne dévoileront donc pas votre identité et vous serez à l’abri de toutes représailles! De plus, dans vos témoignages, n’ayez pas peur de citer le nom des personnes qui ont exercé sur vous ou votre entourage une des discriminations de la liste ci-dessous. Témoignez de votre propre vécu, du souvenir amer que tout cela vous a laissé. Et, si vous connaissez une personne dans votre entourage (famille, amis, conjoint, …) qui a subi une mauvaise expérience, n’hésitez pas à la contacter pour l'encourager à témoigner.

(http://www.diversite.be/?

témoignages

sont

à

adresser

au

CEC

via

leur

site

Enfin, soyez assurés que la finalité de ce dossier et la volonté du CEC et de Mr le Recteur n’est pas d’éradiquer le baptême, la SGEMV ou Cureghem mais d’assainir les mentalités à la faculté et dans le monde professionnel vétérinaire. Dans ce sens, ils ont entrepris, pour le 15 novembre 2010, la rédaction d'une charte de déontologie et d'intégration rédigée conjointement par des membres de la SGEMV, du CLV et de Professeurs, sous l’arbitrage du CEC. (Lisez le poste « Eradication » du Recteur sur son blog :

http://recteur.blogs.ulg.ac.be/?p=576).

La liste des sujets pour lesquels le CEC cherche des témoignages :

En lisant cette liste, gardez bien à l'esprit que toute mauvaise expérience vécue par vous ou votre entourage, aussi anodine qu'elle puisse paraître, est d'une importance capitale.

-la discrimination pour les stages et à l'embauche

-la stigmatisation du chronique ou « manchabale » et son enseignement au cours du baptême -le rejet du chronique, les agressions intra/extra facultaires -le rappel à l'ordre et la sanction des étudiants baptisés qui côtoient les chroniques -l'implication et le parti pris de membres des corps enseignant et administratif, ainsi que de praticiens -le boycott de toute association estudiantine comprenant des non-bapisés (CLV et club VSF) -le monopole cureghémois de la représentation étudiante

-la sélection des « meilleurs gardiens du folklore » et leur placement à la tête de la SGEMV et de son comité de baptême

-

Voici des exemples plus concrets dans lesquels vous vous retrouverez peut-être:

-la non acceptation en stage ou à l’emploi des « chroniques » par des docteurs baptisés (mentionnez les coordonnées de ces praticiens).

-la stigmatisation du chronique : le « manchabale » du 1er rang, ne faisant qu'étudier, ne partageant rien, n'étant pas solidaire, étant marginal et asocial.

-le rejet du chronique pratiqué en auditoire, en clinique, en ICU, à la cafétéria de la FMV, au sein de la ville de Liège, au sein de certains kots ainsi qu'au sein de certaines équipes sportives de l'université. Ceci, accompagné d'agressions verbales et/ou physiques ainsi que de vandalisme envers les chroniques et leurs biens (mentionnez le nom et le prénom des agresseurs).

-la phobie de certains baptisés de ne pas entrer en contact avec les « chroniques » car ils risqueraient d'être dénoncés au comité de baptême qui pratiquerait alors une sanction folklorique. Ceci s'étendant aux baptisés vivant en kot avec des chroniques, et même pire, aux baptisés étant en couple avec des chroniques. De tels baptisés se voient évincés du monde folklorique vétérinaire car

ils sont jugés inaptes à transmettre les « bonnes » valeurs du folklore (éviction du portail vété, du

parrainage,

- la non diffusion des tuyaux ou des cours aux chroniques, ceux-ci étant estampillés par des inscriptions du genre « réservé cureghem ».

-Amener les bleus au rejet du chronique au cours des 3 semaines du baptême en insistant sur le fait que le chronique ne pourra jamais concevoir l'union et la solidarité estudiantine simplement parce qu'il n'aura pas pratiqué ce baptême.

-l'implication et la participation de certains Assistants, Professeurs, Praticiens baptisés (tels que des

) ; ceux-

membres de l'UPV) au Grand-baptême et dans la promotion de celui-ci (vidéos, discours,

ci, par leur simple présence et intervention orientent les bleus vers le baptême et l'idéologie discriminatoire qu'il véhicule à l'heure actuelle.

-le cassage moral des bleus refusant ces règles discriminatoires par diverses humiliations, ingestions d'alcool et de crasses jusqu’à épuisement, perte de conscience.

-le boycott de toute association estudiantine comprenant des non-bapisés (CLV et club VSF) :

arrachage d’affiches du CLV, absentéisme volontaire des baptisés aux soirées VSF, inconsidération jusqu'il y a peu de la FMV pour le CLV et VSF qui étaient relargués au rang de sujets « divers » sur le site officiel de la FMV.

-la simple mauvaise ambiance à la FMV qui découle de tout cela et qui plombe la vie étudiante à la faculté.

-le monopole cureghémois dans la représentation étudiante : en effet, les baptisés instaurent et maintiennent un climat de non information et de désinformation quant aux postes à pourvoir au sein des conseils facultaires et universitaires. De plus, au moment des élections, les haut-gradés cureghémois appellent à une mobilisation massive des baptisés afin d'arracher l'entièreté de ces

).

postes, s'assurant ainsi une suprématie au sein des différents conseils (les comptes rendus de ceux-ci n'étant bien entendus diffusés que sur le portail vété).

Le but final de tout cela est de conserver, entre autres, une emprise administrative leur permettant de moduler les changements qui s’opèrent à la FMV en faveur des pratiques cureghémoises.

-le témoignage que la SGEMV actuelle (2010) ainsi que celle des années antérieures et son comité de baptême perpétuent des idées discriminatoires envers les chroniques.

-L'élection de la SGEMV, censée représenter l'ensemble des étudiants, baptisés ou non, réservée EXCLUSIVEMENT au baptisés.

Les chroniques jusqu'il y a peu n'étaient pas conviés aux votes et ne peuvent toujours pas participer à l'assemblée générale de l'association qui les représentent (la SGEMV) car celle-ci se tient à la Maison des Docteurs (QG des baptisés).

De plus, tout étudiant candidat baptisé voulant mettre un terme aux pratiques discriminatoires se fait systématiquement écarter par ses pères baptisés. D'autant plus que les élus à la présidence de la SGEMV et du comité de baptême sont choisis par leurs pères qui représentent un pourcentage majoritaire des voix à ces élections qui n'en sont donc pas.

- …

Annexes à voir et à lire :

-JT de la RTBF de 19h30 du 13 octobre 2010 :

http://www.youtube.com/watch?v=NG_CUEQaQOg

http://www.rtbf.be/laune/revoir/detail?catchupId=10-TIJAP100-286-19-1&serieId=10-TIJAP100-

000-19

-Article

dans

le

journal

LaMeuse du

15

octobre

2010,

dans

sa

version

complète

et

avec

l’intervention de Guillaume Lecomte, président actuel de la SGEMV :

« Le Recteur met les Vétés en garde Un dossier a été ouvert en réaction aux discriminations à l’égard des non-baptisés.

Coup de tonnerre à la faculté de médecine vétérinaire (ULg). Le Centre pour l’Égalité des Chances vient d’ouvrir un dossier au sujet des baptêmes étudiants. Discriminations, voire incitations à la haine seraient monnaie courante envers les non-baptisés. Bernard Rentier, le Recteur de l’Université, s’insurge et espère bien que les mentalités changeront.

Chronique”, en référence aux maladies chroniques:c’est le surnom que se voient attribuer les étudiants vétérinaires qui n’ont pas fait leur baptême. “En partant de là, on peut déjà dire qu’il s’agit de propos discriminants constate Edouard Delruelle, codirecteur du Centre pour l’égalité des chances qui a été saisi en raison de nombreuses plaintes émanant des étudiants et de leurs

parents – et professeur à l’ULg. Ça revient à traiter quelqu’un de sale Juif ou de nègre. Mais ça va bien plus loin que cela; Imaginez que certains étudiants non-baptisés se voient refuser l’accès à un stage pour l’unique raison qu’ils n’ont pas participé au bizutage; que les membres du comité de baptême disent aux propriétaires de kots de ne pas louer leur logement à ceux-ci. On ne leur parle pas, on ne mange pas avec eux; ils sont continuellement pénalisés. Bref, on les considère comme des moins que rien ”. Les problèmes entre baptisés et non-baptisés ne datent pas d’hier. Tout étudiant a déjà pu constater les brimades qui existent entre les deux“ clans ”.Mais là, le problème

“Les pressions exercées sur les étudiants sont

a été porté à une échelle beaucoup plus importante

incessantes, insiste Edouard Delruelle. On leur dit par exemple: “Tu sais ce que tu encoures si tu

ne fais ton baptême

Il faut absolument que les mentalités changent et on doit assainir cette situation ”.

”.

Et les étudiants n’osent pas dénoncer ces attaques de peur des représailles.

Bernard Rentier, le Recteur de l’ULg est du même avis et aspire à la disparition de cette mentalité “du siècle passé ”, mais en ne voulant en aucun cas supprimer les baptêmes et les comités.“C’est inacceptable que sur le“ PortailVété ” (forum des étudiants) se trouvent des incitations à la haine telles que “brûlez les chroniques ” ainsi que d’autres abominables insultes s’insurge le Recteur. Ce site Internet, qui donne entre autres des tuyaux d’examens, n’est d’ailleurs accessible qu’aux étudiants baptisés. Ne pas faire son baptême ne doit en aucun cas pénaliser un étudiant. ” Même si certains disent qu’il ne s’agit que de rumeurs, tout le monde est conscient qu’il existe un réel problème et qu’il faut l’éradiquer. “Hier, nous avons donc rencontré le conseil de la faculté composé d’étudiants et de professeurs afin de bien leur faire comprendre que de tels agissements pouvaient être sanctionnés tant par l’Université que sur le plan pénal, prévient-il. Nous leur avons donc proposé de créer une charte, qui rappellerait tous les comportements interdits, et qu’il nous démontre ce15 novembre que toutes les dispositions seront prises dans l’optique de changer radicalement les choses. Et ce ne sont pas uniquement les jeunes qui sont visés, poursuit-il, les professeurs, eux aussi, insisteraient auprès des étudiants en leur disant que s’ils n’étaient pas baptisés, leurs études seraient mises à mal”.

ROMAIN CAMMERERI

Citations dans l’article :

« “ON A REFUSÉ UN STAGE À UN ÉTUDIANT CAR IL N’ÉTAIT PAS BAPTISÉ” »

« SUR UN FORUM: “ IL FAUT BRÛLER TOUS LES ÉTUDIANTS NON-BAPTISÉS! ” »

« Les étudiants qui ne font pas leur baptême sont les victimes d’incessantes pressions. »

Interview de Guillaume Lecomte par LaMeuse sur le sujet :

« Oui, on dépasse parfois les bornes. On exagère en parlant de discrimination, réagit Guillaume

Lecomte, le président de la Société Générale des étudiants en médecine vétérinaire. On n’interdit à aucun étudiant non-baptisé de participer aux activités de la faculté, à part à celles en relation avec le baptême. Le problème, c’est qu’il existe un noyau dur de Cureghem (l’ancien QG des étudiants vétérinaires). Cette minorité veut perpétuer les traditions ancestrales qui ne sont plus, il faut l’avouer, dans les moeurs actuelles. Je ne sais pas si ça va être difficile de changer les mentalités mais, en tout cas, ça va être long. Une minorité d’étudiants et de vieux médecins tiennent dur comme fer à ces pratiques et, inévitablement, partagent leur vécu avec les plus jeunes. Ce sont ces derniers qui insistent par exemple pour que nous ne parlions pas aux “ chroniques”. Pendant les baptêmes, il est strictement interdit d’humilier qui que ce soit. Personne ne doit se dénuder par exemple. Et dans le cas des stages refusés, je n’en ai jamais eu la preuve, ce sont des bruits de couloirs. Mais bon, c’est certain que nous dépassons parfois les bornes et nous allons nous atteler à changer ça. »

-Le même article (partiel) et ses réactions sur le site du journal LaMeuse :

http://liege.lameuse.be/regions/basse_meuse/2010-10-14/liege-le-recteur-de-l-ulg-met-les-vetes-en-

garde-817182.shtml

-Article du journal LeSoir du 16 octobre 2010, "Les Vétés non baptisés discriminés?":

http://www.lesoir.be/regions/liege/2010-10-16/les-vetes-non-baptises-discrimines-798551.php

-Le poste "Eradiction" du Recteur de l'ULg du 19 octobre 2010 :

http://recteur.blogs.ulg.ac.be/?p=576

-Les réactions sur le blog du Recteur suite à la lettre « mise au point d’outre Atlantique » de Denis Bedoret, ancien Président de la SGEMV du 25 mars 2010 :

http://recteur.blogs.ulg.ac.be/?p=542