Vous êtes sur la page 1sur 4

Chapitre 21 :

Résumé 1 :
A six heures et demi du matin le narrateur a été visité dans son cachot par un prêtre
puis par l’huissier (officier ministériel chargé de signifier les actes de procédure et de
mettre à exécution les jugements) qui lui apprendre le rejet de sa demande du pourvoi
en cassation et son transfert à la Conciergerie
Résumé 2 :
Le condamné reçoit deux visites. D’abord celle du prêtre et puis celle de l’huissier. Ce
dernier vient lui annoncer que le pourvoi est rejeté et que son exécution aura lieu le
jour même à la place de Grève.
Résumé 3 :
Le désespoir total quant à la possibilité d’échapper à la mort, libère le condamné de
ses craintes. Après le départ du directeur, la porte se rouvre : c’est un prêtre qui vient.
Le prisonnier défaillit (s’évanouit). Au cours de l’entretien avec le religieux, un
huissier apporte un message du procureur royal : il s’agit du rejet de son pourvoi en
cassation, il l’informe que l’exécution aura lieu le jour-même à la place de Greve, et
qu’il doit être transféré à la conciergerie.
Questions et réponses :
Quelle est la troisième personne qui a visité le narrateur dans son cachot ? (un prêtre est venu
rendre visite au narrateur dans sa cellule)
Pourquoi l’huissier de la cour royale de paris est venu rendre visite au narrateur ? (l’huissier
de la cour royale de paris est venu dire au narrateur que sa demande du pourvoi en cassation a
été rejetée)
Comment le narrateur a-t-il appris la nouvelle ? (quand le narrateur a appris la nouvelle du rejet
de son pourvoi en cassation, il a d’abord accepté la décision il l’a rejetée en pensant à une
éventuelle évasion)
Où le narrateur sera-t-il transféré? (le narrateur sera transféré à la conciergerie)
Chapitre 22 :
Résumé 1 :
Le narrateur quitte son cachot et se fait conduire dans la voiture qui l’a ramené à Bicêtre, le
convoi arrive vers huit heures et demi du matin. La foule, avide de sang, s’est déjà attroupée
pour ne pas manquer ce bon spectacle
Résumé 2 :
Le prisonnier est transféré à la Conciergerie. Il nous conte le voyage et sa discussion avec le
prêtre et l’huissier pendant le trajet. Il se montre peu bavard et parait plutôt pensif. A huit
heures trente, la carriole est déjà devant la Cour
Résumé 3 :
Sous une surveillance renforcée, le narrateur est transféré à la conciergerie, dans un chariot
sordide ressemblant à un cercueil ‫نعش‬. La foule s’extasie devant le spectacle du condamné
conduit à la décapitation. Chemin faisant, l’huissier bavard avec l’aumônier ‫ كاهن مرشد‬à propos
de nouvelles politiques
Questions et réponses :
1. Pourquoi le narrateur s’est transféré à la conciergerie ? (le narrateur s’est transféré à la
conciergerie pour les formalités administratives qui précèdent l’exécution)
2. A quelle heure le narrateur a-t-il été transféré à la conciergerie (le narrateur s’est
transféré à la conciergerie vers 7h : 30)
3. Comment le narrateur agit lorsque l’huissier est venu le chercher ? (quand l’huissier
est venu pour emmener le narrateur, ce dernier n’a manifesté aucune résistance. Il s’est
levé en toute connaissance de cause et a suivi l’huissier calmement. Cela relève de la
bonne éducation du narrateur)
4. Qu’est ce qui montre que les condamnations étaient courantes à l’époque ? (les
condamnations étaient plus courantes à cette époque-là parce que le cachot serait
occupé le soi-même par un autre condamné après le départ du narrateur)
5. Que rappelle le départ du narrateur vers la conciergerie ? (le départ du narrateur
rappelle le départ des forçats vers Toulon)
Conditions Le lieu Les spectateurs L’escorte Moyen de
atmosphériques transport
Une pluie fine et La cour de La cour était L’huissier et un Voiture attelée
glacée Bicêtre plus encombrée gendarme dans (attachée, liée)
des spectateurs le compartiment, de chevaux
quatre
gendarmes à
cheval autour de
la voiture
6. Complétez le tableau suivant (le spectacle du départ du narrateur vers la conciergerie)
Le décor Les spectateurs L’acteur en action
La cour : espèce de petite La foule des prisonniers J’ai eu plaisir à voir cette
place plantée d’arbre, la cour foule
pleine de fange (boue) et Nous sommes montés
d’eau Je me sentais emporter
La pluie : une pluie de saison J’écoutais vaguement un
tourbillon qui m’emportait
7. Le départ vers la conciergerie est assimilé à quel autre départ ? ( le départ vers la
conciergerie est assimilé au départ vers la mort : « m’ensevelir dans cette tombe à
deux roues »)
8. Comment le narrateur aborde-t-il sa mort ? (le narrateur aborde sa mort avec sérénité
(quiétude, repos, calme) et calme. Durant son trajet de Bicêtre à la conciergerie, le
regard du narrateur était tourné vers l’intérieur. Le monologue interne montre que le
narrateur se sépare petit à petit du monde des vivants pour se plonger dans celui des
morts. Un abime se creuse entre lui et les autres qui bavardent)
9. Complétez le tableau suivant en relevant les contrastes entre ce que ressent le narrateur et
l’indifférence des autres
Ce que ressentait le narrateur Ce que faisaient les autres
Je l’ai laissé dire Le prêtre se remis à me parler
J’écoutais en Savez-vous la grande nouvelle de
silence00000000000000000000000000000000000000000000 paris aujourd’hui ?
Je pense que je ne penserai plus ce soir Je n’ai pas eu le temps de lire les
Je les ai laissés parler et je me suis mis à penser du mien journaux
J’aime les nouvelles, je les conte
à monsieur le président
Ne suis-je pas malheureux, tout
mon tabac est perdu

(Devant une situation extrêmement tragique, les autres parlent des choses banales sans prêter
attention aux souffrances internes du narrateur. Leur travail d’escorter les condamnés est
devenu tellement routinier et répétitif qu’ils ont fini par perdre toute forme de sensibilité. Ils
sont devenus des machines rouillées)
10. Qu’est ce qui donne un aspect tragique à cette scène ? (cette situation est tragique
parce qu’elle montre à quel point l’homme est devenu insensible aux souffrances de
l’homme. La mort du narrateur est devenue un moment de liesse et de joie)

Chapitre 23 :
Résumé 1 :
Une fois arrivé au Palais de Justice, le narrateur s’est senti investi d’une certaine
liberté qui n’a pas tardé à disparaître à la vue des sous-sols. Remis par l’huissier au
directeur, le narrateur a été enfermé dans un cabinet en compagnie d’un autre
condamné âgé de 55 ans et qui attend à son tour son transfert à Bicêtre. Après avoir
entendu l’histoire du vieux, le narrateur a échangé, par peur, sa redingote contre la
veste du vieillard. Enfin il est reconduit à une chambre dans l’attente de son exécution
Résumé 2 :
L’huissier remet le condamné aux mains du directeur. Dans un cabinet voisin, il fait
une rencontre curieuse avec un condamné à mort qui séjournera dans la même cellule
à Bicêtre. Ce dernier, fils d’un ancien condamné à mort lui raconte son histoire et
s’empare de sa redingote
Résumé 3 :
Le narrateur est déposé dans petit cabinet attendant à celui du directeur, et où il y a un
autre homme âgé de 55 ans, c’est le fils d’un ancien condamné à mort. Il est, lui aussi,
condamné à la peine capitale. Il raconte au narrateur sa vie passée qui était pénible et
douloureuse. Après avoir été condamné aux galères, il n’a pas pu trouver du travail à
cause de ses antécédents et de la cruauté de la société. N’ayant rien trouvé à manger,
il a volé du pain ; en conséquence, on l’a condamné à perpétuité, il s’est évadé et est
devenu brigand ‫لص متسكع‬. Arrêté, il est condamné à la guillotine
Il demande malicieusement (intelligemment) au narrateur de lui donner sa redingote,
dans l’intention de la vendre afin de s’acheter du tabac. Craignant d’être malmené
(maltraité, brutalisé, frappé, battu) s’il refuse sa demande, ce dernier la lui ai donnée
Après, on vient chercher le narrateur pour le conduire dans la chambre des
condamnés

Questions et réponses :
1. Où le narrateur a-t-il été conduit ? comment est-il considéré ? (le narrateur a été
conduit u cabinet du directeur pour lui être livré)
2. Quelle autre mission attendait l’huissier ? (l’huissier doit reconduire un autre
condamné à Bicêtre. Cela montre que les condamnations étaient monnaie courante à
l’époque)
3. A quoi les condamnés sont-ils assimilés ? (les condamnés sont assimilés à une
marchandise qu’on livre et qu’on reçoit ou à du gibier : « on m’a conduit, l’huissier m’a
remis, un échange, un gibier »)
4. Où le narrateur a-t-il été déposé ? (le narrateur a été déposé dans un petit cabinet
attenant (proche de) à celui du directeur)
5. Qui était avec le narrateur dans ce cabinet ? Relevez son portrait (un homme de 50 ans
occupait le même cabinet que le narrateur. Lui aussi est condamné à mort. Son
portrait : Moyenne taille, ridé, vouté, grisonnant ‫اخششذ فيششه الشششيب‬, à membre trapus ‫ ضششخم‬,
regard louche (étrange, ambigu, inquiétant), yeux gris, sale, en guenilles, demi-nu, un
rire amer sur le visage)
6. Dans quel niveau de langue parle cet homme ? (le vieil homme parle une langue
argotique)
7. Qu’est-il arrivé à cet homme ? Retracez l’histoire du vieil homme (cet homme est un
condamné à mort qui sera conduit à Bicetre en attendant les six semaines avant
l’exécution.
L’age Ce qu’a fait le vieil homme Ce qui est arrivé au vieil
homme
A six ans Il mondait sur les routes Il a perdu ses parents
A neuf ans Il commençait à travailler
A dix ans Il est devenu voleur
A dix-sept ans Il volait sur les routes Il a été arrêté puis envoyé aux
galères
A trente deux ans Il a quitté la prison
On lui a donné un passeport
jaune où on a écrit « ancien
forçat »
Il avait amassé soixante six
francs
On lui a interdit le village
Il n’a pas trouvé du travail car
tout le monde a peur de lui
Il a volé du pain dans une Il a été arrêté puis envoyé aux
boulangerie après avoir eu galères
faim
Il s’est évadé de la prison Il a été arrêté par les
gendarmes
Il a été condamné à mort

8. Quel message veut passer Hugo en citant l’exemple du vieil homme ? (hugo cite dans
son livre ‘exemple du vieil homme pour montrer que la société est en grande partie
responsable car c’est elle qui fabrique ces criminels)
9. Qu’est ce que le vieil homme a demandé au narrateur ? (le vieil homme a demandé au
narrateur sa redingote car il pense la vendre et acheter avec l’argent du tabac)
10. Comparez l’attitude du narrateur à celle du vieil homme (le narrateur se comporte
comme quelqu’un qui n’a pas l’habitude de commettre des crimes alors que le vieil
homme a vécu toute sa vie dans le crime)