Vous êtes sur la page 1sur 23

UNIVERSITÉ MOHAMED V

ÉCOLE MOHAMMADIA D’INGÉNIEURS

DÉPARTEMENT GÉNIE CIVIL


Option : Bâtiments, ponts et chaussées

L’audit énergétique d’un bâtiment (internat de l’EMI)

Réalisé par :

Soukaina AMAADOUR
Mohamed BENAICHI
Mamadou DIOUF
Essaid KADID

Encadrés par :
Mr. CHERKAOUI

Année universitaire : 2018/2019


Projet Physique du bâtiment

Remerciements

N ous tenons vivement à exprimer notre gratitude et nos hautes considérations à Monsieur
Charkaoui, notre professeur et encadrant de projet de physique du bâtiment, de nous avoir proposé
le présent projet. Ceci nous a permis de mettre en exerce nos acquis des cours théoriques et de mettre en
pratique ce qu’on a étudié en détails en classe, dans un cadre concret. Grâce à son suivi de la progression de
notre travail et le développement de nos connaissances aussi bien techniques que générale, nous a donné
l'opportunité de faire un calcul manuel qui permet de déceler d’éventuels fautes, mais également de se
familiariser avec des notions telles que l’audit énergétique.

Nous le remercions donc pour son encadrement, sa patience et son partage du savoir aussi bien pendant les
cours, que pendant la phase d’encadrement de ce présent projet.

1
Projet Physique du bâtiment

Sommaire

Remerciements ........................................................................................................... 1

Chapitre 1 ................................................................................................................... 4
I. Approche de l’audit énergétique ............................................................................. 4
1. Etat des lieux :................................................................................................... 5
2. Une étude globale : ........................................................................................... 7
3. Une étude spécifique: ........................................................................................ 9

Chapitre 2 ................................................................................................................. 12
II. La consommation électrique des au niveau du bâtiment d’internat ................... 13
 Lampes existantes : ...................................................................................... 13
 Lampes LED : .............................................................................................. 15
III. Le temps de retour de l’investissement : ............................................................ 17

Chapitre 3 ................................................................................................................. 19
IV. Suggestions pour économiser sur l’éclairage ..................................................... 20
 Solution d’automatisation des lampes : .......................................................... 21

2
Projet Physique du bâtiment

Introduction

Le réchauffement climatique, un des problèmes les plus dangereux dans l’histoire de


l’humanité. Celui-ci résulte de la révolution industrielle du 19ème siècle. Cette révolution a changé
radicalement plusieurs aspects de la société, et de l’humanité en général. Mais, ce que nous
n’avons pas remarqué au cours de cette révolution est son influence sur la planète. Le caractère
rapide et nouveau de la situation nous a empêché de prédire les conséquences de ces changements
sur l’environnement de la planète. C’est seulement à l’instant qu’on a commencé à remarquer ces
conséquences néfastes dans une échelle globale qu’on en a devenu conscient. On commence à se
mobiliser pour affronter ce problème, car sinon la planète deviendra invivable et nous serons
conduit vers l’extinction.

L’efficacité énergétique consiste à diminuer la consommation de l’énergie tout en conservant


la même performance. Cela est devenu possible avec l’avalanche actuelle des avancées
technologiques. On trouve plusieurs méthodes pour optimiser l’utilisation de l’énergie, ainsi que
de réduire carrément sa consommation par l’utilisation de nouveaux équipements. En effet, cette
nouvelle tendance motive les entreprises à optimiser leurs produits pour qu’ils consomment
moins d’énergie. D’une autre part, ce critère d’efficacité énergétique devient de plus en plus un
critère de choix pour les clients. Donc l’efficacité énergétique représente une notion considérable
qui touche à plusieurs domaines. En effet, on pense de plus en plus à implémenter des solutions
d’efficacité énergétique partout (industrie, maisons…). Ce qui la rend une discipline
omniprésente qu’il faut absolument être conscient de son utilité.

3
Projet Physique du bâtiment

Chapitre 1

Approche de l’audit énergétique

Dans ce premier chapitre, nous braquerons les projecteurs sur l’importance d’audit énergétique,
ensuite nous mettrons en évidence sa procédure dans un bâtiment (internat de l’EMI)

4
Projet Physique du bâtiment

I. Audit énergétique

En termes pratiques pour rendre un local efficace du point de vue énergétique, il faut faire un
audit énergétique. Cet audit consiste à se déplacer au local afin de connaître toutes les
informations nécessaires pour l’implémentation des solutions d’efficacité énergétique. Il permet à
l’auditeur d’évaluer la consommation annuelle de tous les équipements du local et de détecter les
anomalies dans l’utilisation de l’énergie électrique. Les résultats de cet audit permettent à
l’auditeur de proposer des solutions qui réduiront le coût d’électricité dans le local tout en laissant
les performances intactes (ou parfois en les améliorant). Ce qui suit est une présentation de la
démarche de l’audit énergétique avec ces différentes étapes, ainsi qu’une explication de l’utilité
de chaque information collectée. En général, les auditeurs passent par trois étapes principales
pour bien mener leur travail: état des lieux, une étude globale et une étude spécifique.

1. Etat des lieux :

On commence tout d’abord par une visite des lieux. Cette visite nous permet de modéliser le
local sous forme de chiffre et d’informations qui seront analysés par la suite. On peut résumer nos
besoins par rapport aux informations et aux chiffres lors de la visite dans deux points principaux :

A. Informations générales sur le local :

 Adresse : cette information est nécessaire, puisqu’on proposera par la suite une
installation des panneaux photovoltaïques qui requiert les données météos du local pour
le dimensionnement.

 Fonction : c’est-à-dire la façon dont on exploite le local en question. Elle peut


influencer quelques choix d’amélioration par la suite.

 Temps d’ouverture et mois de repos : On ne peut pas calculer la consommation


annuelle des équipements sans connaître leur temps de fonctionnement.

5
Projet Physique du bâtiment

 Les espaces du local : le local est souvent divisé en plusieurs espaces, d’où la nécessité
de connaitre leurs besoins énergétiques.

 Surfaces et dimensions : les surfaces et les dimensions nous seront utiles pour le
dimensionnement des panneaux solaires (cas de la surface du toit par exemple) et pour
le dimensionnement des enveloppes des murs.

B. Informations sur le côté énergétique :

 Contrat de consommation : ce contrat contient :

 La puissance apparente souscrite : la puissance limite au-delà de laquelle on


paye des pénalités. On peut la considérer comme la puissance maximale allouée
par le fournisseur et qu’on doit exploiter entièrement.

 Tarifs : il existe trois types de tarification :

i. Tarif des heures de pointes : les heures de pointe sont les heurs avec
une demande maximale d’électricité au réseau pendant la journée.
Cette demande intensive augmente le prix (tarif) de l’électricité.

ii. Tarif des heures pleines : les heures pleines représentent une période
de la journée pendant laquelle la demande d’électricité est grande
(mais pas maximale). Le tarif est donc moins cher par rapport à celui
des heures de pointes.

iii. Tarif des heures creuses : la demande d’électricité pendant les


heures creuses est très réduite. Alors, le tarif est plus bas.

6
Projet Physique du bâtiment

 Factures d’électricité : elles donnent une idée sur la consommation du local pendant
une année ou plus (selon la disponibilité des factures). Elles sont cruciales pour l’audit,
car enfin de compte le but est de réduire son coût.

 L’inventaire des dispositifs électriques du local : cette étape se considère comme le


cœur de l’audit énergétique. Elle consiste à visiter tous les espaces du local afin de
repérer tous les dispositifs qui consomment de l’énergie. Il faut connaître toutes les
informations sur chaque dispositif, puis les regrouper dans le tableau suivant pour
chaque espace :

Puissance Temps de
Temps de
unitaire : fonctionnement :
fonctionnement :
puissance nécessaire pour
Type Quantité Commentaire pour le calcul de
consommée calculer la
la consommation
par un seul consommation
annuelle
dispositif annuelle

En général, les dispositifs qui consomment le plus d’énergie électrique sont les lampes et la
climatisation/chauffage. L’optimisation de la consommation requiert parfois des informations
spécifiques qu’on peut mentionner dans les commentaires. Au cas de la climatisation/chauffage,
on peut avoir besoin des puissances thermiques que le dispositif fournisse. On valide l’inventaire
par le biais d’une comparaison de ces résultats avec les factures.

2. Une étude globale :

Dans cette étude on essaye d’analyser les données collectées dans l’étape précédente. Cette
analyse dévoile des points faibles du local en termes de consommation.

A. L’analyse du contrat de consommation :


On compare, d’abord, la puissance consommée par rapport à la puissance souscrite. On
peut récupérer la puissance consommée des factures d’électricité collectées à l’étape précédente.
Le cas optimal pour le local est de consommer toute la puissance souscrite chaque mois,

7
Projet Physique du bâtiment

puisqu’on la paye toujours. Consommer plus implique une augmentation de la redevance,


consommer moins est une perte pour le local. On essaye donc de trouver un compromis qui
diminuera la facture d’électricité.
Le deuxième point à analyser dans le contrat de consommation est la tarification. On trace
un graphe qui représente la participation de chaque tarif dans la facture de chaque mois. Notre
tâche est de restreindre l’usage de l’énergie aux heures de travail, en tenant compte du bon
déroulement de l’activité du bâtiment. Par exemple, on peut proposer une compagne de
sensibilisation du personnel pour éteindre leur PC pendant la nuit, si la fonction du bâtiment ne
requiert pas des PC allumés tout le temps. Cela peut réduire la consommation durant les heures
creuses et de pointes.

B. L’analyse des factures de consommation:


On trace une courbe représentant la consommation en kW en fonction des mois. Elle nous
permet de repérer l’évolution de la consommation électrique et de détecter les saisons
énergivores. Ces informations sont utiles lors de l’élaboration du plan d’action. De plus, on
somme ces factures pour connaître la consommation annuelle du local. Si on dispose des factures
de plusieurs années, on peut tracer une courbe d’évolution de la consommation annuelle pour
chercher les causes de son changement (augmentation du prix d’électricité, installation de
nouveaux appareils électriques…). Ceci contribue à la validité du plan d’action à long termes.

 Calcul de la consommation annuelle des appareils :

Dans cette partie, on exploite les données sur les dispositifs électriques du local. Elles
sont réparties selon les espaces du local. On les réarrange en des catégories contenant des
dispositifs identiques (éclairage, climatisation, moteurs…). On calcule la puissance journalière et
annuelle consommée par chaque équipement, puis on les somme pour connaître la puissance
annuelle consommée par chaque catégorie et par l’ensemble. On en déduit la participation en
pourcentage de chaque catégorie dans la consommation globale. Cela nous permet de détecter les
dispositifs qui consomment le plus, pour qu’ensuite les prioriser. Et enfin, on essaye d’expliquer
la cause de la consommation excessive pour chaque catégorie en se basant les remarques avisées
lors de la visite (lampes allumées sans que ne personne les utilise).

8
Projet Physique du bâtiment

3. Une étude spécifique:

Elle concerne chacune des catégories définit précédemment. L’un des résultats de la phase
précédente est la conclusion des problèmes qui rendent le local moins efficace. On essayera, dans
cette phase, de proposer des solutions à ces problèmes pour améliorer l’efficacité énergétique du
local en main. On commence par la catégorie la plus dominante puisqu’une diminution de sa
consommation se répercute clairement sur la facture globale d’énergie.

i. La première chose à examiner est la possibilité du remplacement des composantes de


la catégorie par des nouvelles technologies qui sont généralement plus efficace. Si
un remplacement est possible, on procède par des mesures de performances des
solutions existantes afin que le remplacement n’influe pas les fonctionnalités du local.
Ensuite, on cherche les critères généraux de choix des composantes de la catégorie. Par
exemple, on prend les critères qui figurent dans des normes souvent utilisées dans le
pays contenant le local. A base de ces critères, des résultats des mesures de
performances et les offres disponibles, on pourra choisir plusieurs solutions candidates
pour le remplacement. En ce qui concerne les offres du marché, on demande des devis
de la part des différents fournisseurs. Les devis contiennent les caractéristiques
techniques du produit avec son prix. On compare, donc, ces différents devis avec les
critères et les mesures déjà mentionnés pour repérer les solutions les plus adéquates
pour le local en question. On aura, donc, plusieurs solutions en main, il faudra choisir la
meilleure. Pour ce faire, on calcule la réduction de consommation de chaque solution
(économie), puis on calcule le prix de chaque solution (investissement) et enfin on
𝑰𝒏𝒗𝒆𝒔𝒕𝒊𝒔𝒔𝒆𝒎𝒆𝒏𝒕
calcule le Temps de Retour sur Investissement : TRI = .
𝑬𝒄𝒐𝒏𝒐𝒎𝒊𝒆

Le TRI donne idée sur le temps à partir duquel on pourra bénéficier de la solution. En
d’autres termes, la solution présente une perte et un bénéfice en même temps, on évalue
par le biais du TRI le temps nécessaire pour récupérer les charges dues au
remplacement de la solution existante. Alors, on peut se baser sur les résultats du TRI
pour comparer les nouvelles solutions et voir laquelle est la plus rentable.

9
Projet Physique du bâtiment

La catégorie qui est souvent traitée en audit énergétique est l’éclairage. On essayera,
donc, d’appliquer le raisonnement énoncé dans cette phase, tout en traitant les cas possibles
des types de lampe qui peuvent exister dans les locaux. La solution la plus efficace
énergétiquement dans les lampes existantes est la LED. Donc, il est toujours préférable de
changer les lampes existantes par des lampes de type LED. Les autres types des lampes
existantes sont les suivants (les deux derniers sont des lampes pour l’extérieur) :

Type Efficacité Durée de vie Température de Rendu des


lumineuse moyenne (h) couleur (K) couleurs
(lm/w)

Incandescence 3 à 19 1000 2 600 à 3 000 100


Halogène 12 à 28 1500 à 5000 2 800 à 4 700 100
Fluorescence 30 à 112 12000 à 66000 2 700 à 8 000 50 à 98
LED 30 à 120 25000 à 30000 2 700 à 4 000 80 à 90
Halogénure métallique 37 à 118 15000 à 24000 2 600 à 5 600 65 à 95

Sodium haute pression 35 à 150 10000 à 30000 1 800 à 2 200 25 à 65

Comme mentionné précédemment, le but de l’audit énergétique est de présenter des


solutions qui consomment moins d’énergie tout en gardant les mêmes performances. Alors, en ce
qui concerne les caractéristiques des lampes citées dans le tableau, on cherche les caractéristiques
des lampes existantes pour bien les remplacer. Mais tout d’abord, il faut donner sens à chacune
de ces caractéristiques :

 L’efficacité lumineuse : elle se calcule en divisant le nombre de lumen délivré par


la lampe sur sa puissance consommée. Les lumens représentent le flux lumineux de
la lampe. Donc, l’efficacité lumineuse nous donne idée sur combien de lumière on va
récupérer pour chaque watt consommé.

10
Projet Physique du bâtiment

 La température de couleur : elle se calcule en kelvin (K). Cette température


représente la couleur de la lumière émise par la lampe. Généralement, elle varie entre
1000K jusqu’à 7000K. Les lampes avec les températures les plus basses (inférieures
à 3300K) émettent du blanc chaud (couleur orange ou rouge). Pour des températures
supérieures à 5300K, la lumière est blanche froide (proche du bleu). Pour les
températures intermédiaires, on aura une lumière blanche. Cette caractéristique
influence l’ambiance de l’espace et par conséquent le confort des gens présents dans
cet espace.

 Indice de rendu des couleurs (varie entre 0 et 100) : Il caractérise le degré de


distinction des couleurs dans l’espace éclairé. Le meilleur indice est IRC = 100
comme c’est le cas de la lumière du soleil.

ii. La deuxième catégorie qui est souvent traitée en audit énergétique est la
climatisation/chauffage. Pour optimiser la consommation de ce dispositif, il faut
modéliser le besoin en chaleur d’un espace à l’aide d’un bilan énergétique. Ensuite,
comparer les résultats avec les puissances thermiques fournies par le dispositif pour
vérifier son dimensionnement. La deuxième action possible pour diminuer la
consommation des climatiseurs/chauffages est l’isolation. Une partie de la puissance
thermique fournie traverse les murs de l’espace. On évalue, donc, la résistance
thermique des parois et puis on l’augmente par des isolants pour améliorer les
performances.

11
Projet Physique du bâtiment

Chapitre 2

La consommation électrique des


au niveau du bâtiment d’internat

Dans ce deuxième chapitre, on va s’intéresser seulement à la consommation électrique des


appareils d’éclairage existants dans le bâtiment de l’internat

12
Projet Physique du bâtiment

II. La consommation électrique des au niveau du bâtiment d’internat

 Lampes existantes :
Pour calculer la consommation en kWh d'un appareil électrique, il faut prendre en considération 3
données:
▪ La puissance de votre appareil électrique exprimée en watt.
▪ le nombre d'heures par jour pendant lesquelles l'appareil fonctionne.
▪ le nombre de jours par an pendant lesquels l'appareil fonctionne.
Donc le calcul pour une consommation d’un mois est le suivant :

𝑛∗𝑃∗𝑇∗52
𝑐𝑜𝑛𝑠𝑜𝑚𝑚𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 =
12∗1000
Avec :
- n : la quantité des appareils d’éclairage par étage.
- P : puissance en watt d’un seul appareil
- T : nombre d’heures de fonctionnement par semaine
- La puissance doit être divisée par 1000 pour convertir le nombre de watts en kilowatts.
Vous obtenez ainsi le nombre de kWh (kilowattheures).

Bâtiment Lieu Poste Type Quantité P ACTIF W

1 ère etage chambres Eclairage lampes à incandescence 54 75

toilettes + couloir + salle


1 ère etage de Eclairage Fluocompact 17 50
bain
2 eme etage chambres Eclairage lampes à incandescence 54 75

toilettes + couloir + salle


2 eme etage de Eclairage Fluocompact 17 50
bain

3 eme etage chambres Eclairage lampes à incandescence 54 75

toilettes + couloir + salle


3 eme etage de Eclairage Fluocompact 17 50
bain

13
Projet Physique du bâtiment

Coût de la consommation d’énergie par éclairage

On a calculé la consommation d’énergie mensuelle ainsi que le prix de cette consommation.

ACTIF heures / jours Total


Bâtiment ACTIF heures Samedi ACTIF heures Dimanche Prix (dhs)
LMMJV (KWh/Mois)

1 ère etage: chambres 8.00 8.00 8.00 983 1465

1 ère etage: toilettes +


couloir + salle de 10.00 8.00 8.00 243 362
bain

2 eme etage: chambres 8.00 8.00 8.00 983 1465

2 eme etage : toilettes


+ couloir + salle de 10.00 8.00 8.00 243 362
bain

3 eme etage :
chambres 8.00 8.00 8.00 983 1465

3 eme etage : toilettes


+ couloir + salle de 10.00 8.00 8.00 243 362
bain

Pour notre cas on a une consommation mensuelle supérieur à 500 kWh donc le prix de kWh en
dirhams est de 1,4903 dh.

14
Projet Physique du bâtiment

𝑐𝑜𝑛𝑠𝑜𝑚𝑚𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑚𝑒𝑛𝑠𝑢𝑒𝑙𝑙𝑒 = 3678𝑘𝑊ℎ

Prix de la 𝑐𝑜𝑛𝑠𝑜𝑚𝑚𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑚𝑒𝑛𝑠𝑢𝑒𝑙𝑙𝑒 de l’éclairage = 5481 DHs

 Lampes LED :
Afin d’assurer une lumière d’excellente qualité on doit d’abord calculer le nombre de lumen
nécessaire pour satisfaire la qualité de luminosité dans une chambre.

𝑛𝑜𝑚𝑏𝑟𝑒 𝑑𝑒 𝑙𝑢𝑚𝑒𝑛 𝑛é𝑐𝑒𝑠𝑠𝑎𝑖𝑟𝑒𝑠 = 𝑛𝑜𝑚𝑏𝑟𝑒 𝑑𝑒 𝑙𝑢𝑥 × 𝑠𝑢𝑟𝑓𝑎𝑐𝑒 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑐ℎ𝑎𝑚𝑏𝑟𝑒

La catégorie des LEDs est choisie Selon les tâches visuelles, et des différents niveaux
d'éclairement. On distingue généralement :
- 50 à 100 lux pour l'orientation, par exemple dans les couloirs.
- 100 à 500 lux pour des tâches visuelles normales, comme cuisiner, écrire ou lire.
- 1000 lux pour des travaux de couture ou de précision.

Avec Lux est le niveau d’éclairement correspond au flux lumineux par unité de
surface On parle également de densité du flux lumineux. L'unité du niveau
d'éclairement est le lux (lx) = 1 lm/m².

Pour chaque chambre, on une superficie de 20 m² on veut assurer une quantité de lumière entre
100 et 500 lux. On va choisir des LEDs 150 lux

𝑛𝑜𝑚𝑏𝑟𝑒 𝑑𝑒 𝑙𝑢𝑚𝑒𝑛 𝑛é𝑐𝑒𝑠𝑠𝑎𝑖𝑟𝑒𝑠 = 150 × 20 = 3000

Pour satisfaire le nombre de lumen qui est de 3000 on va choisir pour


chaque chambre 2 LED de type E26 qui assurent un nombre de lumen
égal à 1500 chacune avec une puissance de 16 Watt et un prix de 60 dh.

15
Projet Physique du bâtiment

Bâtiment Lieu Poste Type Quantité P ACTIF W

1 ère etage chambres Eclairage LED E26 108 16

toilettes + couloir + salle


1 ère etage de Eclairage LED E26 17 16
bain
2 eme etage chambres Eclairage LED E26 108 16

toilettes + couloir + salle


2 eme etage de Eclairage LED E26 17 16
bain

3 eme etage chambres Eclairage LED E26 108 16

toilettes + couloir + salle


3 eme etage de Eclairage LED E26 17 16
bain

Coût de la consommation d’énergie par éclairage

On a calculé la consommation d’énergie mensuelle ainsi que le prix de cette consommation.

ACTIF heures / jours Total


Bâtiment ACTIF heures Samedi ACTIF heures Dimanche Prix (dhs)
LMMJV (KWh/Mois)

1 ère etage: chambres 8.00 8.00 8.00 236 352

1 ère etage: toilettes +


couloir + salle de 10.00 8.00 8.00 88 130
bain

2 eme etage: chambres 8.00 8.00 8.00 236 352

2 eme etage : toilettes


+ couloir + salle de 10.00 8.00 8.00 88 130
bain

3 eme etage :
chambres
8.00 8.00 8.00 236 352

3 eme etage : toilettes


+ couloir + salle de 10.00 8.00 8.00 88 130
bain

16
Projet Physique du bâtiment

De même, on a une consommation mensuelle supérieur à 500 kWh donc le prix de kWh en
dirhams est de 1,4903 dh.

𝑐𝑜𝑛𝑠𝑜𝑚𝑚𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑚𝑒𝑛𝑠𝑢𝑒𝑙𝑙𝑒 = 972𝑘𝑊ℎ

Prix de la 𝑐𝑜𝑛𝑠𝑜𝑚𝑚𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑚𝑒𝑛𝑠𝑢𝑒𝑙𝑙𝑒 de l’éclairage = 1450 DHs

III. Le temps de retour de l’investissement :

Le TRI donne idée sur le temps à partir duquel on pourra bénéficier de la solution. En d’autres
termes, la solution présente une perte et un bénéfice en même temps, on évalue par le biais du
TRI le temps nécessaire pour récupérer les charges dues au remplacement de la solution
existante. Alors, on peut se baser sur les résultats du TRI pour comparer les nouvelles solutions et
voir laquelle est la plus rentable.

𝑰𝒏𝒗𝒆𝒔𝒕𝒊𝒔𝒔𝒆𝒎𝒆𝒏𝒕
𝑻𝑹𝑰 =
𝑬𝒄𝒐𝒏𝒐𝒎𝒊𝒆

On cherche maintenant les consommations annuelles afin de déterminer les flux financiers
(économie) :

Eclairage existant : prix : 65760 DHs


Solution LED : prix : 17350 DHs

𝑒𝑐𝑜𝑛𝑜𝑚𝑖𝑒 = 67760− 17350 = 50410 𝑑ℎ𝑠

17
Projet Physique du bâtiment

Pour notre bâtiment on a acheté 213 LED E26 de 16 Watt avec un prix unitaire de 60 dhs.
Donc le coût d’investissement est :

𝐼𝑛𝑣𝑒𝑠𝑡𝑖𝑠𝑠𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 = 60 × 213 = 12810 𝑑ℎ𝑠

𝟏𝟐𝟖𝟏𝟎
𝑇𝑒𝑚𝑝𝑠 𝑑𝑒 𝑟𝑒𝑡𝑜𝑢𝑟 = = 𝟎. 𝟐𝟓𝟒 𝒂𝒏𝒔 = 𝟑. 𝟎𝟒 𝒎𝒐𝒊𝒔
𝟓𝟎𝟒𝟏𝟎

Il faut attendre 3 mois pour que cet investissement soit remboursé

18
Projet Physique du bâtiment

Chapitre 3

Suggestions pour économiser


sur l’éclairage

19
Projet Physique du bâtiment

Dans le dernier chapitre, on va s’intéresser à des suggestions Economiser de plus sur l’éclairage

IV. Suggestions pour économiser sur l’éclairage

On peut résumer les anomalies remarquées dans les points suivants :


 La puissance souscrite est toujours supérieur à la puissance appelée ;

 Les lampes du couloir et du sanitaires sont toujours allumées inutilement ;

On peut suggérer plusieurs pistes à suivre pour essayer d’atteindre une meilleure efficacité
énergétique du bâtiment et pour traiter ces anomalies :
 Pour le couloir, on peut installer des minuteries puisque la commande est manuelle. Mais
pour cette solution, il faut changer la position des interrupteurs à l’entrée du couloir et aussi
ajouter d’autres interrupteurs près des bureaux. Si cette solution n’est pas applicable. On
peut, par exemple, intégrer la commande des lampes dans la GTC pour qu’ils s’éteignent
automatiquement à la fin de la journée. Le bâtiment contient une base de données reliée à la
porte d’entrée qui contient le nombre de personnes présentes dans le bâtiment. On peut
l’utiliser, si possible, avec la GTC pour conditionner le contrôle des lampes (si personne
n’est présente dans le bâtiment, la lumière s’éteigne automatiquement). Cette deuxième
solution est applicable notamment pour les bureaux.

 Intégrer des capteurs de présence dans les sanitaires pour remédier au problème des lampes
qui restent allumées.

 Changer les lampes du bâtiment avec des lampes plus efficaces énergétiquement (des
LEDs).

 On peut installer des panneaux solaires photovoltaïques dans la terrasse pour favoriser
l’autoconsommation du bâtiment.

20
Projet Physique du bâtiment

 Solution d’automatisation des lampes :

Généralement, les solutions existantes dans le marché se présentent comme des capteurs de
mouvement. Ces capteurs détectent le mouvement et allument immédiatement la lumière. Au
moment où le capteur ne détecte plus de mouvement, il éteint la lumière après une certaine
période déjà programmée. Cette solution présente un inconvénient : la personne doit toujours
bouger pour que la lumière reste allumée ce qui va absolument gêner son confort. D’une autre
part, cette solution n’est pas optimale, puisqu’il y’a toujours un décalage entre le temps de la
détection d’absence et l’éteinte des lumières.

La solution pertinente qu’on a pu concevoir est que l’allumage des lampes une fois la présence
d’une personne est détectée, et s’atteignent au moment de sa sortie.

21
Projet Physique du bâtiment

Conclusion

Ce projet nous a aidés à mieux comprendre le domaine d’efficacité énergétique d’un bâtiment.

L’inventaire des équipements et l’analyse des factures et des postes consommateurs d’énergie ont

permis de détecter quelques anomalies dans l’utilisation de l’énergie électrique dans le bâtiment.

Ensuite, on a suggéré des solutions d’économie d’énergie.

Toutes les suggestions citées dans ce rapport ne seront utiles que si elles sont accompagnées de la

coopération des étudiants, car la demande dépend essentiellement d’eux et de leurs

comportements. Des compagnes de sensibilisation peuvent être d’une grande utilité en incitant les

étudiants à adopter les bonnes pratiques pour améliorer l’efficacité énergétique du bâtiment.

22

Vous aimerez peut-être aussi