Vous êtes sur la page 1sur 112

Réalisation : Françoise Bouvard

Couverture : Vanessa Martineau


www.hachette-education.com 0,500
© Hachette Livre 2014, 43, quai de Grenelle 75905 Paris Cedex 15
I.S.B.N. : 978.2.01.182524.7

Tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation réservés pour tous pays.


Le Code de la propriété intellectuelle n’autorisant, aux termes des articles L.122-4 et L.122-5, d’une part, que les
« copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective », et,
d’autre part, que « les analyses et les courtes citations » dans un but d’exemple et d’illustration, « toute représentation
ou reproduction intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause,
est illicite ». Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, sans autorisation de l’éditeur ou du
Centre français de l’exploitation du droit de copie (20, rue des Grands-Augustins 75006 Paris), constituerait donc une
contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal.
SOMMAIRE

Partie 1 • A7.2 Participation à la promotion de la santé


et de la sécurité au travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5

Chapitre 1 La réglementation relative à l’hygiène


et à la sécurité dans l’entreprise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
Situations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12

Chapitre 2 Les risques liés aux postes de travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17


Situations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20

Chapitre 3 La formation à la sécurité dans l’entreprise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23


Situations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27

Partie 2 • A7.3 Participation à la protection des personnes,


des biens et des droits. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

Chapitre 4 Les risques et leur couverture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33


Situations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38

Chapitre 5 La gestion des contrats et des sinistres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41


Situations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
Application 1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50

Chapitre 6 La protection des droits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53


Situations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
SOMMAIRE
Partie 3 • A7.4 Participation à la gestion des risques financiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61

Chapitre 7 La solvabilité des clients. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63


Situations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66

Chapitre 8 Le cadre institutionnel des échanges internationaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69


Situations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
Application 2. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76

Partie 4 • A7.5 Participation à la gestion


des risques environnementaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77

Chapitre 9 Le management des risques environnementaux .......................... 79


Situations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
Application 3. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
Application 4. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84

Chapitre 10 La gestion des déchets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87


Situations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
Application 5. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97

Chapitre 11 Les économies d’énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103


Situations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
Application 6. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
Application 7. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
Partie 1

A7.2
Participation
à la promotion
de la santé
et de la sécurité
au travail

Chapitre 1 La réglementation relative à l’hygiène


et à la sécurité dans l’entreprise .. ...... ..... ...... ..... ...... ..... ...... .... 7

Chapitre 2 Les risques liés aux postes de travail . ...... ..... ...... ..... ...... ..... .. 17

Chapitre 3 La formation à la sécurité dans l’entreprise ..... ..... ...... ..... . 23

5
1
La réglementation relative à l’hygiène
et à la sécurité dans l’entreprise

Repères dans le référentiel


Compétences Aptitudes professionnelles
Être capable de : – Faire preuve de vigilance sur les risques potentiels.
– Repérer et d’évaluer les risques. – Être attentif aux pratiques professionnelles sur
– Recenser les risques liés à l’activité professionnelle. les postes de travail.
– Mettre en place une procédure d’évaluation – Être rigoureux dans la mise à jour des informations
des risques professionnels. relatives aux risques, aux postes de travail et
– Vérifier le respect de la réglementation. à leur environnement.
– Être attentif au risque de harcèlement et
de marginalisation.

L’ENTREPRISE STORE’IDF (p. 9)

Situation 1 Recenser les risques liés à l’activité

1 Listez les principaux dangers et risques liés à l’activité particulière de cette entreprise.
➜ Dangers ➜ Risques
– Chantier en construction ou en rénovation : nombreux – Monter sur une échelle, sur un escabeau, travailler sur
dangers (sol jonché de gravas, fenêtre non scellée, un échafaudage.
porte non fixée, électricité, tuyauterie, câbles, outils mal – Manipuler des charges trop lourdes, prendre des posi-
rangés, etc.). tions en équilibre à l’extérieur des ouvertures (portes et
– Charges à manœuvrer. fenêtres).
– Travail à l’extérieur des fenêtres. – Travailler avec des outils coupants, tranchants, très
– Déplacements fréquents avec des véhicules profession- aiguisés.
nels. – Travailler avec des températures excessives (froid ou
– Intempéries. chaud).
– Outils coupants. – Manipuler des produits toxiques.
– Produits chimiques.

2 Présentez un tableau visualisant les risques pour les unités storistes/poseurs de fermetures et agents-comp-
tables/assistants.

Risques pour les storistes Risques pour les agents-comptables


– Manipulation de charges lourdes – Utilisation très importante d’un micro-ordinateur
– Travail en hauteur sur échelle, escabeau, échafaudage (écran, souris)
– Manipulation de produits toxiques – Inconfort de la position assise
– Travail avec des outils tranchants – Charge de travail trop intense
– Travail à l’extérieur des bâtiments
– Travail avec position en équilibre
– Nombreux déplacements en véhicule professionnel

1. La réglementation relative à l’hygiène et à la sécurité dans l’entreprise 7


3 Concevez un questionnaire pour interroger l’ensemble du personnel sur les risques qu’il encourt.

➜ Nom et logo de l’entreprise


➜ Phrase introductive :
Objectif du questionnaire : Le dirigeant souhaite recenser tous les risques professionnels afin de mettre
en place une meilleure politique de protection de la santé pour l’ensemble du personnel qu’il soit administratif,
commercial ou technique.
➜ Nature de la fonction :
– Nom et prénom du salarié (facultatif) : ..... ....... .. .. ....... .. .. . .. .. . ... . . .. . . .. . . . .. . . .. . . . .. . . .. . . . .. . . .. . . .. . . . .. . . .. . . . .. . .
– Ancienneté dans l’entreprise (facultatif) : ... .. ....... .. .. ....... ... . ... . . .. . . . .. . . .. . . .. . . . .. . . .. . . . .. . . .. . . . .. . . .. . . . .. . . .. . . ..
– Liste des matériels, outils, produits utilisés avec fréquence d’utilisation : . . .. . . . .. . . .. . . . .. . . .. . . . .. . . .. . . .. . . . .. . . .. . . . .
– Protection suffisante ou non : .... ...... ....... .. .. ....... .. .. .. ..... . ... . ... . . .. . . .. . . . .. . . .. . . . .. . . .. . . . .. . . .. . . . .. . . .. . . .. . . . .. .
– Information sur les risques suffisante ou non : .. ....... .. .. ..... . .. .. . .. . . . .. . . .. . . . .. . . .. . . . .. . . .. . . . .. . . .. . . .. . . . .. . . .. . . . ..
– Formation à la sécurité : ... ...... ...... ...... ....... .. .. ....... .. .. ... . ... . ... . . .. . . . .. . . .. . . . .. . . .. . . . .. . . .. . . .. . . . .. . . .. . . . .. . . .. .
– États des véhicules utilisés pour les déplacements :.. .. ....... .. . ... . ... . . .. . . . .. . . .. . . . .. . . .. . . . .. . . .. . . . .. . . .. . . .. . . . .. . . .. .
– Propositions d’amélioration des locaux, des conditions de travail, des manipulations, etc. : . . . .. . . .. . . . .. . . .. . . . .. .
– Remarques particulières : ...... ...... ...... ..... .. .. .. ....... .. .. ..... ... . . ... . . .. . . .. . . . .. . . .. . . .. . . . .. . . .. . . . .. . . .. . . . .. . . .. . . . .. .
. ... .. . .. . .. . .. . ... ... ... . .. . .. .. ....... ...... ...... ..... ....... .. .. .. ....... .. . ... . . ... . . .. . . .. . . . .. . . .. . . .. . . . .. . . .. . . . .. . . ... . . .. . . .. . . . .. . .
➜ Retour avant le (date) à (nom de l’assistante).
➜ Remerciements.

Situation 2 Mettre en place des procédures

4 Proposez une procédure relative à la déclaration des accidents de travail.

Fiche de procédure : Déclaration d’un accident de travail


Formalités Organisme Délai Modalités Raisons
récepteur

1. Déclaration CPAM Dans les 48 h Lettre recommandée Prise en compte


d’accident (S6200°) Service AT avec AR ou Internet (EDI) de l’accident

2. Attestation de salaire CPAM Dans les 48 h À joindre avec Pour percevoir les
(S6202) Service AT la déclaration indemnités journalières

3. Feuille d’accident À la victime Dès connaissance Remise en main propre Prise en charge
du travail (S6201) de l’accident des frais médicaux

4. Déclaration d’arrêt Pro BTP Dès réception Courrier ou Internet Compléments


de travail (ouvriers) de l’avis des indemnités
ou de sinistres journalières
(ETAMS) date d’arrêt

5. Déclaration d’arrêt Pro BTP Dès la reprise Courrier ou Internet Clôture des
du travail (ouvriers) du travail versements
date de reprise
6. Attestation de salaire CPAM Dès la reprise / /
de reprise (ou non) Service AT ou à chaque
du travail prolongation
7. Prendre RV avec le AMT Dès reprise Téléphone Pour contrôle
médecin du travail du travail

8 Partie 1. Participation à la promotion de la santé et de la sécurité au travail


Situation 3 Déclarer un accident

5 Effectuez les formalités concernant cet accident à l’aide des documents 6, 7, 8 et 9.

STORE’IDF

RAPPORT D'ACCIDENT
Personne(s) concernée(s) : Fonction(s) : Date : 18 octobre XX
Manuel Fernandez Storiste Heure : 10 h 45
Ville : Bailly – 78
Chantier : Pav-Bailly-
7 Parc des fontaines

Description du travail effectué au moment de l’accident : Installation d’un store à l’extérieur du pavillon

Conséquences immédiates : Fracture du tibia

Témoins : Rodolphe Berthier

Identification de la victime
Nom : FERNANDEZ Prénom : Manuel ×● M ●F
Date de naissance : 13/12/71 N° de Sécurité sociale : 1-71-12-78-158-013

Adresse :
Qualification : Ouvrier qualifié
● CDD ×● CDI
Ancienneté : 9 ans ● Interimaire ● Stagiaire
Poseur-storiste

Description des blessures

Victime consciente Partie du corps touchée : Jambe

×● Oui ● Non Nature de la blessure : Fracture tibia

Secours apportés
Premiers soins prodigués ● Oui ×● Non Par :

Qui est : ● SST ● AFPS ou PCS1 ● Autre


Secours appelés : ×● Oui ● Non Par : Rodolphe Berthier

Temps d’attente :

Hospitalisation : ● Oui ×● Non

Conséquences
Arrêt de travail prescrit : ×● Oui ● Non Par : Hôpital Versailles Durée : 2 mois du 18/10 au 19/12

Rédigé par : Coralyne Vestar Visa de


Date et visa : 19/10/XX la direction :

1. La réglementation relative à l’hygiène et à la sécurité dans l’entreprise 9


– Déclaration à envoyer à la caisse d’accident du travail Au retour :
(service accident du travail) dès le 18 ou avant le 20 – Attestation de salaire dès la reprise.
octobre XX par LR avec AR ou par Internet. – Déclaration d’arrêt avec la date de reprise le 19/12/XX.
– Attestation de salaire de l’ouvrier Manuel Fernandez à – Prendre RV avec le médecin du travail dès la reprise de
joindre avec la déclaration. Manuel Fernandez.
– Feuille d’accident à remettre à Manuel Fernandez.
– Déclaration d’arrêt de travail à partir du 18/10 envoyée
à Pro BTP.

Situation 4 Sensibiliser le personnel aux problèmes de sécurité

6 Proposez une maquette de plusieurs affiches (à destination des ouvriers, poseurs et storistes, personnel
utilisant un véhicule professionnel).
Les étudiants peuvent travailler par groupe, chaque groupe créant une affiche pour un poste.

➜ Logo de l’entreprise
➜ Adresse – Téléphone
➜ Phrase d’accroche : « Protégez-vous, votre santé est un bien précieux. »
« Respectez les consignes de sécurité. »
➜ Pour l’atelier de fabrication :
– Portez les équipements de sécurité.
– Pictogrammes pour protéger les mains, les yeux.
– Liste des numéros des secours d’urgence.
– Numéro de téléphone de l’entreprise.
➜ Pour les véhicules professionnels :
– Soyez prudent au volant.
– Respectez le code de la route.
– Quelques pictogrammes de sensibilisation (port de la ceinture, contrôle du triangle et du gilet).
– Liste des numéros des secours d’urgence, le numéro de l’entreprise.
➜ Pour les poseurs-storistes :
L’affiche peut se trouver dans l’atelier de fabrication, dans les vestiaires, ou dans un autre un lieu
où le personnel passe obligatoirement :
– Portez les équipements de sécurité (casque, gants, lunettes, chaussures de protection, etc.).
– Pictogrammes pour protéger les mains, les yeux, la tête.
– Dessins montrant des ouvriers sur des échelles, des échafaudages avec un équipement spécial.
– Liste des numéros des secours d’urgence, numéro de téléphone de l’entreprise.

10 Partie 1. Participation à la promotion de la santé et de la sécurité au travail


Situation 5 Calculer le coût d’un arrêt maladie

7 Calculez le coût de cet arrêt de travail.

Coût horaire Durée en heures Sous-total Total


ou journalier ou jours
Remplacement par intérimaire
Coût horaire = 30 €/h + 10 % = 33 €
Nombre d’heures travaillées = 33,00 € 210 h 6 930,00 €
35 h/semaine × 6 = 210 h

Retard du chantier 350,00 €


Paiement du salarié arrêté
Le jour de l’accident (18 octobre)
Salaire journalier de référence = 145,07 €
3 150 € : 152 h = 20,724 € × 7 h = 145,07 €

Arrêt du 19/10/XX au 6/12/XX 49 j


Du 1er au 28 e jour d’arrêt
Indemnité journalière = [145,07 € + 10 % =] 95,75 € 28 j 2 681,00 €
159,58 € × 60 % = 95,75 €

Du 29 e au 49 e jour d’arrêt
Indemnité journalière = [145,07 € + 10 % =] 127,66 € 21 j 2 681,00 €
159,58 € × 80 % = 127,66 €

Sous-total paiement du salarié 5 507,07 € 5 507,07 €


Coût total 12 787,07 €

À cela il faut aussi ajouter les charges patronales.


On peut aussi considérer que l’employeur paie le salarié complètement

1. La réglementation relative à l’hygiène et à la sécurité dans l’entreprise 11


Exercices
Exercice 1 Compléter un rapport d’accident

AGIL BAT

RAPPORT D'ACCIDENT
Personne(s) concernée(s) : Fonction(s) :
Date : 11 janvier 20XX
Arthur Fernandez Maçon Heure : 10 h 20
Ville : xxxx
Chantier : xxxx

Description du travail effectué au moment de l’accident : Remonte des parpaings avec une corde.
Les parpaings tombent sur lui.
Conséquences immédiates : Fracture du bras gauche

Témoins : Simon Nowak

Identification de la victime
Nom : FERNANDEZ Prénom : Arthur ×●M ●F
Date de naissance : 25/11/68 N° de Sécurité sociale : 1-68-11……..

Adresse :
Qualification : Ouvrier qualifié
● CDD ×●CDI
Ancienneté : 8 ans ● Interimaire ● Stagiaire
Maçon

Description des blessures

Victime consciente Partie du corps touchée : Bras gauche

× ● Oui ● Non Nature de la blessure : Fracture du bras, contusions

Secours apportés
Premiers soins prodigués ● Oui ×● Non Par :

Qui est : ● SST ● AFPS ou PCS1 ● Autre


Secours appelés : ×● Oui ● Non Par : le chef de chantier, Éric Boussadier

Temps d’attente :

Hospitalisation : ● Oui ×● Non

Conséquences
Arrêt de travail prescrit : ×● Oui ● Non Par : Hôpital Versailles Durée : 10 jours

Rédigé par : Carine Valordie Visa de


Date et visa : Le 11 janvier 20XX la direction : Fabien Dallaz

On peut donner d’autres informations orales : nom du chantier et ville.

12 Partie 1. Participation à la promotion de la santé et de la sécurité au travail


Exercice 2 Créer un CHSCT

1 Définissez la date de la création du CHSCT.

Tableau des effectifs de l’année N–1 à l’année N


J F M A M J J A S O N D
N–1
CDI 49 49 49 49 49 49 49 48 48 50 50 50
CDD 1 1 1 1 1 1 1 2 2 2
Intérim 1 1
Départs/Congés 1 1 1 1
Total N–1 49 49 49 50 50 50 49 48 50 52 52 52
CDI en début d’année N 50 50 50 50 50 50 50 50 50 50 50 50
CDI nouveaux 1 1 1 2 2 2 2 2 2 2 2
CDD 1 1 1 2 2 2 1 1 2 2
Intérim 1 1 1
Départs/Congés 1 2 3 3 3 3 2 2 2 3 3 3
Total N 50 50 49 50 51 52 51 51 51 50 51 51
12 mois (non consécutifs) avec
un effectif de 50 salariés ou plus :
l’élection des membres du CHSCT
devra avoir lieu en juillet

L’entreprise ayant entre 50 et 199 salariés : il y aura 3 salariés pour le CHSCT (dont 1 cadre ou 1 agent de maitrise).

2 Schématisez la procédure de mise en place du CHSCT.

Il n’y a pas de formalisme pour la désignation des membres du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail.

➜ Procédure
Informer sur la création du CHSCT

Déterminer la date limite des dépôts des candidatures



Effectuer un vote par scrutin secret sous enveloppe (peut se faire par correspondance)

Procéder à la désignation des membres du CHSCT

Établir un procès verbal remis au chef d’établissement (qui ne prend pas part au vote)

Transmettre sous 8 jours à l’inspecteur du travail ce PV


Afficher sur les lieux de travail la liste de tous les membres du CHST

1. La réglementation relative à l’hygiène et à la sécurité dans l’entreprise 13


Exercice 3 Prévenir les risques (d’après un sujet du CERPET)

1 Présentez une note structurée relative aux obligations légales de l’employeur en matière de sécurité et
de santé au travail et au document unique (annexes 1, 2 et 3).

L’assistant(e) : XX
À:
La Responsable des ressources humaines : Bénédicte Lemalor
Date :

NOTE D’INFORMATION
Objet : Obligations légales de l’employeur en matière de sécurité et de santé au travail

Vous m’avez demandé(e) une note argumentée et structurée relative aux obligations légales de l’employeur
en matière de sécurité et de santé au travail, afin de pouvoir mettre en place une démarche de préven-
tion du stress au sein de notre entreprise.

Vous trouverez dans une première partie les obligations de l’employeur en matière de sécurité et de santé
au travail, puis dans les deux parties suivantes tous les documents obligatoires dans ce domaine.

I. LES OBLIGATIONS DE L’EMPLOYEUR EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ


ET DE SANTÉ AU TRAVAIL ET LE DOCUMENT UNIQUE
Aujourd’hui, les législations européenne et nationale ont évolué et les employeurs ont vu leurs obliga-
tions renforcées (par rapport aux lois précédentes de 1898, 1946, 1976, 1982), passant d’une logique
de réparation à une logique de prévention et d’évaluation des risques, formalisée notamment dans le do-
cument unique. La directive n° 89/391/CEE du Conseil des Communautés européennes du 12 juin 1989,
dite « directive-cadre », définit les principes fondamentaux de la protection des travailleurs. Elle a placé
l’évaluation des risques professionnels au sommet de la hiérarchie des principes généraux de prévention,
dès lors que les risques n’ont pas pu être évités à la source.
Applications
La loi n° 91-1414 du 31 décembre 1991 a permis de transposer, pour l’essentiel, les dispositions que la
directive cadre ajoutait au droit français. L’article L 230-2 du Code du Travail prévoit :

L’obligation de sécurité était jusqu’alors une obligation de moyens, l’employeur mettait tout en œuvre

maintenant une obligation de résultat, qui rend la faute inexcusable en cas de manquement lorsque
l’employeur avait ou aurait dû avoir conscience du danger auquel était exposé le salarié et qu’il n’a pas
pris les mesures nécessaires pour l’en préserver.
Le salarié a lui aussi une obligation de veiller à sa propre sécurité, à sa propre santé et à celle des
personnes concernées du fait de ses actes ou de ses omissions au travail (article L 230-3 du Code du
Travail). Cependant, les obligations incombant aux travailleurs ne peuvent avoir pour effet d’exonérer
l’employeur de sa responsabilité.

II. LE DOCUMENT UNIQUE


Afin de formaliser l’évaluation des risques pour la santé et la sécurité des travailleurs, l’article R. 230-1
du Code du Travail impose au chef d’entreprise de transcrire les résultats de cette évaluation dans le
« document unique ». La circulaire n° 6 DRT du 18 avril 2003 vise à fournir des éléments de droit et de

14 Partie 1. Participation à la promotion de la santé et de la sécurité au travail


méthode utiles pour promouvoir cet outil et en faciliter la compréhension par les acteurs.
Le document unique, complété une fois par an au moins (ou davantage en cas de modifications du
process, procédé ou de changement d’organisation ou d’équipement), est tenu à la disposition du
CHSCT, des délégués du personnel et du médecin du travail. En l’absence de CHSCT ou de délégués
du personnel (entreprises de moins de 11 salariés), le document est tenu à la disposition des salariés
exposés aux risques. Sur demande, il est tenu à la disposition de l’inspecteur ou du contrôleur du travail,
des agents des services prévention des organismes de Sécurité sociale, des organismes professionnels
d’HSCT constitués pour les branches d’activité à haut-risque.

C’est l’employeur qui est seul responsable de ce document, même s’il s’adjoint toutes les compétences
qu’il jugera utiles pour l’élaboration. En effet, l’employeur peut faire appel au CHSCT, car ce comité a
pour mission générale de veiller à la protection de la santé et de la sécurité des salariés ainsi qu’à l’amé-
lioration des conditions de travail (article L. 236-2 du Code du Travail). Le médecin du travail peut être
consulté car il est le conseiller de l’employeur, des salariés et des représentants du personnel en ce qui
concerne l’amélioration des conditions de travail dans l’entreprise et la protection des salariés.

comporte un inventaire des risques identifiés dans chaque unité de travail de l’entreprise ou de l’établis-
sement. Il s’agira :
-

dangers.

III. AUTRES DOCUMENTS


Divers autres documents comportent des éléments utiles à l’évaluation des risques, d’abord deux docu-
ments élaborés par l’employeur et présentés au CHSCT :

travail.
Ensuite, le registre de sécurité constitue un indicateur appréciable. Il contient les attestations, consignes,
résultats et rapports relatifs aux vérifications et contrôles périodiques à la charge des employeurs.
Enfin, d’autres documents aident à l’évaluation des risques professionnels, tels que :

-
dés de travail susceptibles de provoquer des maladies professionnelles.

En conclusion, les dispositifs législatifs ont amené l’entreprise à réfléchir sur son rôle, autre qu’écono-
mique, dans la société. Passée d’une politique de réparation à une politique de prévention des risques sur
la santé, l’entreprise participe maintenant à la santé publique et environnementale.
L’assistant(e)
XY

1. La réglementation relative à l’hygiène et à la sécurité dans l’entreprise 15


2 Réalisez un diaporama avec les chiffres-clés permettant d’évaluer l’importance du stress au travail
(annexes 4 et 5).
Maquette du diaporama à titre d’exemple :

1 IDF COMMUNICATIONS 5 IDF COMMUNICATIONS


Importance du stress au travail : Conséquences pour les salariés :
– Qu’est-ce que le stress au travail ? – Fatigue extrême : 37 % des salariés
« Déséquilibre entre la perception… – Tensions musculaires : 29 %
propres ressources pour y faire face. » – Troubles du sommeil : 29 %
– Quelles sont les causes du stress ? – Anxiété : 25 %
– Quelles en sont les conséquences ? – Baisse de la vigilance : 12 %
– Quelles sont les actions à mettre en œuvre ?

6 IDF COMMUNICATIONS
2 IDF COMMUNICATIONS Mesures préventives à prendre :
Les causes du stress au travail en quelques – Formation de l’encadrement aux méthodes
chiffres : de management participatif.
– Organisation du travail : 41 % – Amélioration de la communication interne.
– Relation avec la hiérarchie : 31 % – Possibilité pour les salariés de s’exprimer.
– Changements dans le travail : 31 % – Adaptation de la charge de travail.
– Formation du personnel aux outils
de communication.

3 IDF COMMUNICATIONS
Personnel concerné :
– 4 salariés sur 10 sont stressés au travail. 7 IDF COMMUNICATIONS
– Et plus particulièrement : Conclusion :
Il est urgent de prévenir et d’agir contre le stress.
Il est important de mettre en place une démarche
de prévention du stress dans notre entreprise.

Applications
4 IDF C OMMUNICATIONS

Conséquences pour l’entreprise :


– Absence : 50 à 60 % d’absences au travail
en Europe.
– Coût : 2 à 3 milliards d’euros en France.
– Coût économique : plus de 20 milliards d’euros.
– 3 à 4 % du PIB des pays industrialisés.

16 Partie 1. Participation à la promotion de la santé et de la sécurité au travail


2
Les risques liés aux postes de travail

Repères dans le référentiel


Compétences Aptitudes professionnelles
Être capable de : – Être réactif lors de la survenance de risques.
– Identifier les risques liés aux postes de travail.
– Repérer les fonctions nécessitant des habilitations
et des autorisations spécifiques.

L’ENTREPRISE TM’UP (p. 31)

– Pas d’éclairage naturel ➜ risques de fatigue oculaire,


Situation 1 Analyser les postes de travail
de migraine.
– Espace de circulation très étroit ➜ déplacements
1 À partir du document 1, listez tous les risques liés difficiles ➜ mauvaise position.
aux postes de travail. – Dossiers difficiles d’accès (rangement en hauteur)
– Bureaux exigus ➜ déplacements difficiles ➜ installa- ➜ risques de chute de dossiers, mauvaise position pour
tion peu confortable (3 personnes sont dans le même accéder aux dossiers.
bureau : promiscuité néfaste pour le travail) ➜ risques – Travail trop important ➜ risques de stress.
de lombalgie, de heurts de meubles. – Bureaux bruyants (pas de concentration, ni d’inti-
– Bureaux trop chauds en été ➜ risques de coups mité possible) ➜ risques de fatigue et de stress.
de chaleur (pas de climatisation et chaleur accrue avec – Nombreux déplacements dans les escaliers ➜
le matériel informatique, les imprimantes et le nombre risques de chute dans l’escalier.
de salariés).

2 Présentez, dans un rapport à l’attention d’Audrey Métadeil, les causes d’insatisfaction des salariés
et proposez des solutions pour améliorer les conditions de travail.

L’assistant(e) : XX
À:
La Responsable des ressources humaines : Audrey Métadeil
Évreux, le…

Rapport :
Les conditions de travail dans les locaux d’Évreux

Introduction :
Le constat :

Annonce du plan :

2. Les risques liés aux postes de travail 17


I - Le constat :
Les principales causes proviennent de l’aménagement des bureaux et de la charge de travail actuelle :

II - Rappel des règles ergonomiques

15 m 2/personne.

et de 1,50 pour deux personnes.

III - Propositions d’amélioration des conditions de travail :


1. Réaménagement de l’étage

plus confortable.

2. Embauche
Embauche d’un(e) employé(e) de bureau polyvalente (au moins à mi-temps) pour alléger la tâche
des standardistes, du commercial et de l’assistant.

Conclusion :
Les améliorations des conditions de travail permettront de satisfaire le personnel, d’éviter la multiplication
des arrêts pour maladie et la démission des salariés mécontents.

18 Partie 1. Participation à la promotion de la santé et de la sécurité au travail


Situation 2 Repérer les habilitations particulières

3 Concevez une fiche présentant le poste de cariste chez TM’UP.


FICHE D’ATTRIBUTION

TM’UP Zi 3 « Les Tilleuls » Fonction : Cariste


5, rue des Épices Niveau hiérarchique : V
27000 – ÉVREUX

Tâches et activités :
– prépare les opérations de manutentions,
– ordonnance le stockage des marchandises,
– signale les anomalies,
– assure les opérations de manutention, portage, déplacement et chargement des marchandises,
– réalise ces opérations manuellement et à l’aide d’engins spéciaux de manutention,
– conduit les chariots élévateurs,
– déplace les palettes dans les locaux.

35 h/semaine
(une heure de pause pour le déjeuner)
Évreux

Habilitation particulière pour la conduite d’engins mobiles : chariot élévateur (CACES).

4 Préparez une fiche d’appel téléphonique afin d’être efficace lorsque vous contacterez l’agence d’intérim.

TM’UP Date : fin février


À : Agence d’intérim d’Évreux

Méthode CROC (par exemple) :

C. Prise de contact : – Saluer l’interlocuteur.


– Se présenter et présenter l’entreprise.

R. Raison de l’appel : – Demander le remplacement d’un cariste.

O. Objet : – Préciser les raisons du remplacement : surcroit de travail (2 personnes absentes).


– Donner les dates : 2 au 27 mars.
– Insister sur l’emploi particulier qui nécessite une habilitation spécifique, le cariste
doit être titulaire d’un CACES pour la conduite d’engin mobile dans l’entreprise
(chariot élévateur).

C. Congé : – Saluer l’interlocuteur.


– Remercier (si l’agence répond positivement à cette demande), sinon regretter
de ne pouvoir satisfaire cette demande.

Renouveler l’appel à d’autres agences d’Évreux et des alentours afin de trouver le cariste remplaçant
pour la durée et les dates souhaitées.

2. Les risques liés aux postes de travail 19


Situation 3 Rappeler les règles de sécurité pour les conducteurs de poids-lourds
et les chauffeurs-livreurs
5 Rédigez et présentez la note destinée à l’ensemble des conducteurs.

En-tête simplifié : (document interne) : TM’UP


Émetteurs : Jonathan Métadeil et Victor Garnier
Destinataires :
À l’ensemble des chauffeurs poids-lourds et chauffeurs-livreurs
Date :

NOTE DE SERVICE
Objet : Rappel du respect des règles de sécurité au volant
– Constat des incidents ou accidents depuis quelques mois.
– Non-respect des règles de sécurité inadmissible.
– Rappel de quelques règles importantes :

– Consignes en cas d’accident

Demande d’une vigilance accrue et du respect obligatoire des règles de sécurité au volant pour éviter tout
accident. Protection de la santé et protection de l’emploi (perte de points ou trop d’accidents : très préjudiciable
pour l’emploi).
Les responsables :
J. Métadeil
V. Garnier

6 Proposez d’autres supports pour lancer une campagne de sensibilisation.


Des affiches peuvent être placées dans l’entreprise dans toutes les zones de passage.
Des dépliants peuvent être distribués à l’ensemble des chauffeurs.
Des consignes peuvent être remises dans tous les véhicules.
Etc.
(Toute autre idée logique doit être acceptée.)

Exercices
1 Recruter un électricien – Diminution de l’acuité visuelle (soudure)
Exercice
en bâtiment – Atteinte pulmonaire
– Douleurs des épaules, des vertèbres cervicales ou lom-
1 Identifiez les risques et les habilitations liés au baires (travail dans des positions difficiles)
métier d’électricien. Habilitations :
Risques : – Capacité d’une personne à effectuer des opérations
– Électrocution ou électrisation en toute sécurité et de sa connaissance de la conduite
– Coupures et cicatrices (soudure…) à tenir en cas d’accident.

20 Partie 1. Participation à la promotion de la santé et de la sécurité au travail


– Formation pour toute opération d’ordre électrique, avec 2 Proposez différents supports pour cette offre
ou hors tension (basse ou haute) des installations, for- d’emploi.
mation concernant les risques encourus et les méthodes
– Pôle emploi
à acquérir pour les prévenir.
– Annonces dans des journaux locaux et/ou régionaux
– Un avis médical du médecin du travail peut être donné
– Annonces dans des revues spécialisées
sur les troubles musculo-squelettiques, les problèmes
– Annonces via Internet sur des sites de recrutement de
cardiaques, les problèmes visuels.
la région

3 Rédigez et présentez l’offre d’emploi.

Logo de l’entreprise : BALATONIER


Plomberie – Chauffage – Électricité
25, Avenue du Maréchal Joffre – 78150 Le Chesnay
00 00 00 00 00 – balatonier-pce@sfr.fr

BALATONIER, spécialiste en Plomberie, Chauffage et Électricité, recherche d’urgence


2 électriciens en CDI,
titulaires d’un CAP ou BP en électricité et possédant l’habilitation nécessaire
pour tous travaux d’électricité chez les particuliers et entreprises.
Vous aimez le contact avec la clientèle, vous êtes sérieux, disponible, possédez le permis
de conduire B : rejoignez notre entreprise qui garantit un salaire motivant et un véhicule de fonction.
Envoyez votre CV et une lettre de motivation à :
Patrice Maintenon – BALATONIER – 25, Avenue du Maréchal Joffre – 78150 Le Chesnay
00 00 00 00 00 - balatonier-pce@sfr.fr

2 Respecter la sécurité au travail tous les frais inhérents au traitement des salariés quand
Exercice
il s’agit d’une maladie professionnelle ou d’un accident

1 Précisez le problème de sécurité constaté dans le – coût supplémentaire engendré par la nécessité de rem-
compte-rendu d’inspection.
Les salariés du cabinet d’architecture C&C CHASSON n’ont – dégradation de l’image de l’organisation en termes de
pas utilisé les dispositifs de sécurité prévus par la loi pour
le travail en hauteur.
L’employeur a bien respecté la loi en mettant à la dispo- – risque de retard.
sition de son personnel les harnais de protection. Cepen- 2. Pour les salariés :
dant il n’a pas rempli l’obligation de formation de son
personnel : en effet, celui-ci ne savait pas comment les
mettre en place. – inaptitude au poste, voire au travail, et donc difficulté
La direction de l’entreprise doit donc contrôler que le dans leur vie personnelle en cas d’accident grave.
personnel respecte les mesures de sécurité et utilise les
dispositifs pour lesquels il a été formé. Suggestion de conclusion :
Pour une meilleure implication, une plus grande cohésion
sociale et une meilleure performance, des investissements
sont nécessaires, dans un souci d’ergonomie, tant au ni-
2 Dans un texte structuré, précisez les arguments
veau matériel qu’en organisation des postes de travail.
que peut présenter M. Christophe Chasson pour
Notion de retour sur investissement.
convaincre les responsables des entreprises de l’im-
portance de la sécurité pour leur entreprise et pour
leurs salariés.
3 Précisez les indicateurs utilisés par le cabinet d’ar-
Suggestion d’introduction :
chitecture pour mesurer la sécurité dans les entre-
Des conditions de travail dégradées ont des effets sur la
prises intervenant sur les chantiers de construction
performance et l’efficacité des organisations, mais égale-
et indiquez leur formule de calcul.
ment sur la santé et la qualité de vie des salariés.
Taux de fréquence = Nombre d’accidents avec arrêt/
Suggestion de développement : Nombre d’heures travaillées × 1 000 000.
1. Pour l’organisation :
Taux de gravité = Nombre de jours d’arrêt pour incapacité
– diminution de la productivité,
temporaire/Nombre d’heures travaillées × 1 000.
– augmentation des charges, car l’entreprise supporte

2. Les risques liés aux postes de travail 21


Exercice 3 Rédiger une note de synthèse

Rédigez et résentez la note de synthèse à l’attention d’Elsa Dupuis.

Logo L’assistante : Sihame Lamgaz


Entreprise ARMOR À
14, boulevard Jean Jaurès La direction : Elsa Dupuis
85100 Boulogne-sur-Mer Boulogne, le…………

NOTE DE SYNTHÈSE
Implantation des nouveaux locaux
Rappel de la demande :
Nouvelle installation dans des locaux neufs qui restent à aménager : optimisation de l’espace,
respect des règles ergonomiques afin d’avoir les meilleures conditions de travail dans ces nouveaux lieux.
Annonce du plan :
– Analyse de l’existant et des désagréments.
– Aménagement du futur espace.
– Optimisation des postes de travail.
– Conséquences positives sur les conditions de travail.
I – Analyse de l’existant
– 50 salariés répartis en 2 catégories : 12 pour le personnel administratif et commercial et 31 pour le personnel
technique.
– Disposition actuelle nuit à la communication, entraînant des fatigues nerveuses et physiques pour gérer
les informations nécessaires à l’activité de l’entreprise.
II – Aménagement futur
– Privilégier un espace ouvert pour une partie du personnel administratif, en conservant une salle de réunion,
un bureau pour la direction, un bureau d’accueil des clients, un petit bureau pour les travaux nécessitant
concentration, réflexion, calme, intimité, une salle de repos pour l’ensemble du personnel.
Applications
– Choisir des matériaux protégeant l’acoustique, des couleurs permettant une bonne ambiance de travail,
une luminosité exerçant une bonne influence sur le confort visuel et une chaleur participant au bien-être.
– Concevoir et préparer cet aménagement avec l’aide de professionnels qui connaissent les effets des différents
choix sur les conditions de travail (et avec quelques salariés).
– Implanter un espace ouvert représente un bouleversement dans les habitudes et nécessite une véritable
communication du dirigeant envers les salariés concernés.
III – Optimisation des postes de travail
– Mobilier, plans de travail, nouvelles technologies constituent des éléments essentiels pour travailler
dans d’excellentes conditions (respect des règles ergonomiques de dimension, de matière).
– Réflexion à mener sur l’implantation des postes de travail, sur le réseau afin d’optimiser les espaces,
diminuer les fatigues physique et nerveuses.
– Préparation des emplacements des prises réseaux, téléphoniques, électriques en fonction des contraintes
du bâtiment et des activités du personnel.

IV – Conséquences positives sur les conditions de travail


Cette nouvelle installation devrait permettre une meilleure communication et des conditions de travail
très satisfaisantes pour tout le personnel, entraînant de ce fait une plus grande efficacité, une meilleure
motivation et une diminution des problèmes de santé.
Conclusion
En respectant les règles ergonomiques au travail, ces nouveaux locaux devraient permettre une plus grande
implication de tous les salariés et une diminution des absences pour cause de maladie.
L’assistante
S. Lamgaz

22 Partie 1. Participation à la promotion de la santé et de la sécurité au travail


3
La formation à la sécurité dans l’entreprise

Repères dans le référentiel


Compétences Aptitudes professionnelles
Être capable de : – Être rigoureux et organisé dans le suivi des dossiers
– Connaître les règles juridiques relatives à la formation du personnel, de leurs qualifications et de leurs
en matière de sécurité. formations dans le domaine de la sécurité.
– Suivre les actions de formation.
– Communiquer avec les partenaires de formations,
les partenaires institutionnels et les salariés.

L’ENTREPRISE TRAMER (p. 51)

Situation 1 Former les salariés à la sécurité

1 Présentez le tableau récapitulatif relatif à la formation à la sécurité dans l’entreprise.

Obligations générales de l’employeur en matière de formation à la sécurité


Caractéristiques Formation pratique et appropriée à la sécurité du travail au sein de l’établissement
en fonction de la taille, de l’activité, des caractères de risques, des types d’emplois.

Bénéficiaires – Travailleurs nouvellement embauchés.


– Travailleurs ayant changé de poste.
– Travailleurs qui reprennent après un arrêt d’au moins 21 jours.
– Travailleurs temporaires ou en CDD.

Mise en œuvre – Organisation de la formation de ses salariés et de ceux mis à sa disposition.


– Formation répétée périodiquement.
– Le temps de formation est considéré comme temps de travail.
Contenu de – Risques liés à la circulation dans l’entreprise.
la formation – Risques liés à l’exécution du travail.
– Disposition à prendre en cas d’accident sur les lieux de travail.
– Précautions à prendre pour assurer la sécurité du salarié et celle des autres personnes.
– Instructions précises concernant la signalisation des panneaux, des couleurs
de sécurité, des signaux lumineux et acoustiques.
Signalisation – L’employeur doit déterminer la signalisation de santé et de sécurité à installer.
– Obligations de signalisation en matière d’évacuation, de premier secours,
de lutte contre l’incendie, de substances et préparations dangereuses.

3. La formation à la sécurité dans l’entreprise 23


Situation 2 Informer les salariés sur la sécurité dans l’entreprise

2 Présentez le tableau d’émargement.

Nous vous demandons de bien vouloir vérifier que vous êtes en possession de l’ensemble
des équipements de sécurité remis lors de votre embauche. Si vous constatez qu’il vous manque
un matériel ou si un matériel est en mauvais état, vous devez obligatoirement nous le signaler.
Veuillez dater et émarger cette liste après avoir effectué votre contrôle :

Nom et prénom Date Trousse Kit de Gilet de Triangle de Observations


de secours protection sécurité signalisation

Berlot Louis

Bouquet Benjamin

Burget Maxime

Catileau Olivier

Coupeau Sylvain

Devilleh Boubacar

Doté Ali

El Hensouni Jalal

Fernandes Jean

Jaunet Damien

Jardin Mickael

Lejeune Antoine

Navar Clément

Nowak Franck

Perez José

Somati François

Texier Rémi

Viconte Régis

Le salarié ou l’apprenti émarge dans chaque colonne ; il peut y avoir une colonne « Signature »
après la colonne « Observations ». Le personnel administratif n’a pas d’équipement de sécurité.

24 Partie 1. Participation à la promotion de la santé et de la sécurité au travail


3 Rédigez et présentez la note de service.

TRAMER
Véronique BOURJON
Responsable administratif
À : L’ensemble du personnel technique
Date : ………………

NOTE DE SERVICE N°…


Rappel des règles de sécurité
Nous vous rappelons que le port des équipements de sécurité (lunettes, gants, chaussures, etc.)
mis à votre disposition par l’entreprise est obligatoire.

Depuis quelques temps des négligences ont eu des conséquences graves et nous vous demandons
d’être vigilent et de respecter le port des équipements lors de vos interventions.

À défaut, nous serons dans l’obligation d’appliquer des sanctions à l’encontre de ceux qui
ne respecteront pas ces mesures.

Les formateurs devront être intransigeants envers les apprentis sous peine de sanctions disciplinaires.

Merci de votre compréhension, il en va de votre sécurité.

4 Rédigez et présentez la lettre adressée à l’inspecteur du travail pur qu’il vienne faire le point.

À l’attention de Monsieur TALLO


TRAMER Inspecteur du travail
Entreprise TRAMER
24, rue Jouvencel
Adresse
78000 Versailles
Tél – Fax – Mél

Rambouillet, le …………

Objet : Sécurité et prévention


Monsieur,
Je souhaiterais vous rencontrer afin de refaire un point sur la sécurité et la prévention dans notre société.
En effet, quelques petits incidents survenus ces derniers temps me laissent à penser que malgré
les recommandations quotidiennes, il y a un certain relâchement de nos ouvriers et apprentis.
C’est pourquoi, je reste persuadée que votre intervention aura plus d’impact que nos rappels et nos consignes.
J’espère que vous pourrez vous rendre disponible dans les semaines à venir afin d’animer une réunion
d’information relative à la sécurité. Je reste à votre disposition pour la planification de votre venue.
Je vous prie d’agréer, Monsieur, mes salutations les meilleures.
La responsable administrative,
Véronique Bourjon

3. La formation à la sécurité dans l’entreprise 25


Situation 3 Organiser une formation à la sécurité

5 Listez les employés qui participeront 6 Choisissez le centre de formation


à cette formation. le plus adapté aux besoins de l’entreprise.
Les nouveaux salariés pouvant participer à cette forma- Organisme retenu :
tion sont :
– DEVILLEH Boubacar : embauché le 01/07/2010 (proche de Rambouillet).
– DOTÉ Ali : embauché le 22/11/2010
– JARDIN Mickael : embauché le 01/10/2010
– LEJEUNE Antoine : embauché le 02/12/2010 (nombre exact de salariés).
– NAVAR Clément : embauché le 01/10/2010.
pour un coût de 239 € × 2.

7 Calculez le coût de cette formation à la sécurité (doc. 7).

Coût de la formation

Tarif/ jour Nombre de jours Nombre de personnes TOTAL

Transport 13 € 2 5 130,00 €

Déjeuner 17,50 € 2 5 175,00 €

Intérimaires
Tarif/jour : 196 € 2 2 784,00 €
24,50 € × 8 h = 196 €

Stage 239 € 2 5 2 390,00 €

Montant total 3 479,00 €

8 Rédigez le courrier d’information pour les salariés concernés par cette formation.

« Civilité » « Nom » « Prénom »


TRAMER « Adresse 1 »
Entreprise TRAMER
« Adresse 2 »
Adresse
« CP » « Ville »
Tél – Fax – Mél
Rambouillet, le …………

Objet : Sécurité et prévention


Monsieur,
Les derniers accidents du travail nous montrent la nécessité de faire participer d’urgence nos salariés
à une formation à la sécurité.
Nous avons retenu comme critère de sélection la date d’embauche et nous privilégions les derniers embauchés
dans notre entreprise.
Aussi, nous tenons à vous informer que le mois prochain vous devrez vous rendre à la formation organisée

Nous contactons cet organisme afin de fixer les dates de la session de formation et nous vous transmettrons
l’information dès que nous en aurons connaissance, avec l’adresse exacte du lieu de formation.
Nous vous demandons de bien vouloir participer à cette formation qui sera, nous l’espérons, très positive
pour toutes vos interventions à risque.
Je vous prie d’agréer, Monsieur, mes salutations les meilleures.
La responsable administrative,
Véronique Bourjon

26 Partie 1. Participation à la promotion de la santé et de la sécurité au travail


Exercices
Exercice 1 Comparer des organismes de formation

1 Faites un tableau comparatif des organismes.

Public Nombre de Autres


Organisme Lieu Durée Coût
concerné participants précisions
Formation- Dans chaque Tout 4 à 10 12 heures + temps 350 € – Pas de
Conseil-GESTT grande ville public personnes supplémentaire pour formation
de France traiter les risques < 4 personnes
propres à l’entreprise – Programme
officiel du
CNAMTS et
de l’INRS

Formation STT Nantes Tout 4 à 10 2 jours 600 € /


Croix-Rouge salarié personnes
française
Info-Conseil- Nantes / 4 à 10 2 à 4 jours 900 € – Conforme au
Sécurité- ou dans personnes selon les besoins programme
Travail l’entreprise INRS
– Délivrance
certificat de
sauveteur
Inforis Toute grande Tout À partir 4 à 6 séances de 325 € – Certificat de
ville ou dans public de 4 salariés 2 à 3 heures pour sauveteur
l’entreprise chacune, réparties 12 heures délivré à
sur 2 à 3 semaines l’issue de la
formation

2 Suggérez à Hugues Minofrat l’organisme qui vous semble le mieux adapté.


Il semble que l’organisme INFORIS soit le plus adapté : faible coût, et la formation peut se faire
dans l’entreprise à partir de 4 salariés à former, ce qui est le cas de l’entreprise LOBAT.

3. La formation à la sécurité dans l’entreprise 27


Exercice 2 Préparer une formation à la sécurité

1 Présentez les organismes de formation sélectionnés dans un tableau permettant


de comparer les offres, afin d’aider M. Portail à faire son choix.

FORMA SEC SERFIA FSAE CTC ITM

Gérer son stress Formation à la sécurité

Objectifs – Évaluer ses modes – Comprendre – Savoir se – Comprendre la notion – Acquérir


de fonctionnement. les mécanismes relaxer. de conflits. les savoir-
– Apprendre du stress. – Mettre en – Maitriser la gestion faire et
à se détendre. – Développer pratique des du stress. savoir-
– Sortir de la ses capacités méthodes – Faire face aux être pour
passivité. de gestion du simples de menaces physiques et exercer la
– Renforcer la stress. gestion du stress. psychologiques. profession.
confiance en soi. – Stress positif. – Gérer les – Faire face en cas – Cours
– Mettre en œuvre émotions. d’accident et panne. théoriques
une stratégie de – Mettre en place et stage
réussite. des stratégies. pratique.
Durée 5 jours 3 jours (21 h) 3 jours + 16 jours 21 jours
2 jours

Coût 2 150 € HT 650 €/pers. 840 € HT/pers. 2 290 € HT pour 2 600 € HT


pour 4 personnes (8 pers.) et 5 personnes pour
640 € HT/pers. 5 personnes
Nombre 12 max. 10 max. 10 max. 9 max.
de
participants
Sessions – 18 au 22/12/2014 –1er au
– 7 au11/01/2015 3/10/2014
– 12 au 16/03/2015 –3 au 5/11/2014
–12 au
14/12/2014 et
–18 au
19/11/2014
–16 au
17/12/2014
–10 au
11/01/2015

Rappel des critères :


– Formation : 18 conducteurs – 2 ou 3 semaines max. – Prix sans importance.
– Formation stress : 8 cadres – 8 jours max. – dans les 2 mois.

2 Choisissez les deux organismes qui correspondent le mieux aux conditions souhaitées
par M. Portail et justifiez votre réponse.
Suggestions :
– Pour les conducteurs : CTC

– Pour les cadres : Forma Sec (4 300 € HT – du 18 au 22 décembre 2014).

3 Préparez la note qui sera transmise aux conducteurs pour les informer de leur participation
à la formation à la sécurité, et celle destinée aux cadres pour la formation à la gestion du stress.

28 Partie 1. Participation à la promotion de la santé et de la sécurité au travail


Note à destination des conducteurs :

Les derniers incidents montrent la nécessité de faire participer d’urgence les conducteurs à un stage de forma-
tion à la sécurité et à la gestion du stress et des incivilités.
Aussi, nous vous informons que du …/…/… au …/…/…, vous participerez à un stage théorique et pratique
organisé par l’organisme CTC (30, rue du Président Herriot – 69001 Lyon) à destination des chauffeurs de
transport en commun.
Prenez très rapidement contact avec le secrétariat de Monsieur Portail, afin de renseigner votre dossier d’ins-
cription.
Cette formation vous permettra de faire face aux agressions physiques et psychologiques et vous donnera
quelques règles à adopter en cas d’accident ou de panne.

Note à destination des cadres :

Notre entreprise est en pleine expansion, ce qui occasionne pour un grand nombre d’entre vous une surcharge
de travail qu’il est parfois difficile de gérer.
Depuis quelques mois, nous constatons un niveau d’absentéisme important.
Aussi, nous vous informons que du 18 au 22 décembre prochain, vous allez suivre un stage organisé par
FORMA SEC (130, avenue Thiers – 69006 Lyon) dont l’objectif est :
Savoir gérer son stress efficacement
Nous sommes persuadés que ce stage aura un effet très positif à la fois sur votre bien-être personnel et sur vos
conditions de travail.
Prenez contact le plus rapidement possible avec le secrétariat de Monsieur Portail afin de compléter votre
dossier d’inscription à ce stage.

3. La formation à la sécurité dans l’entreprise 29


Partie 2

A7.3
Participation
à la protection
des personnes,
des biens
et des droits

Chapitre 4 Les risques et leur couverture . ...... ..... ...... ..... ...... ..... ...... ..... . 33

Chapitre 5 La gestion des contrats et des sinistres . ..... ...... ..... ...... ..... ... 41

Chapitre 6 La protection des droits ...... . ..... ...... ..... ...... ..... ...... ..... ...... ..... .. 53

31
4
Les risques et leur couverture

Repères dans le référentiel


Compétences Aptitudes professionnelles
Être capable de : – Être attentif à l’évolution de son environnement
– Identifier les risques de l’entreprise. professionnel.
– Collecter les informations sur les modalités – Être rigoureux dans le choix des éléments de
de couverture des risques encourus. comparaison des modalités de couverture des risques,
– Évaluer le coût des risques identifiés et comparer dans ses évaluations chiffrées et les calculs de coûts.
les offres d’assurance.

L’ENTREPRISE SOPAVE (p. 67)

Ce contrat ne couvre pas les personnes travaillant dans


Situation 1 Identifier les risques
de l’entreprise à partir l’entreprise. D’autres contrats couvrant les personnes
des contrats existants peuvent être souscrits à part (contrat prévoyance, contrat
homme clé…).
La couverture des risques de l’entreprise
1 Les risques couverts par ce contrat concernent-ils
2 Pourquoi est-il important de déclarer l’activité
les personnes, les biens, les responsabilités, le règle-
exacte de l’entreprise lors de la souscription ?
ment des litiges ?
Il est primordial de déclarer l’activité exacte de l’entreprise
Le contrat Multirisque professionnelle couvre :
lors de la souscription afin que l’entreprise soit effective-
– les biens de l’entreprise (bâtiments et contenu) contre
ment couverte lors d’un sinistre concernant cette activité
de multiples événements (incendie, dégât des eaux,
(sinistre touchant un bien ou engageant une responsa-
bilité). Lorsque l’activité n’est pas déclarée, l’assureur
– les responsabilités de l’entreprise (RC chef d’entreprise,
peut opposer un refus de garantie. L’entreprise aura alors
à supporter la charge du sinistre, ce qui peut mettre
– le règlement des litiges (si la garantie Protection juri-
compromettre sa pérennité.
dique est souscrite).

4. Les risques et leur couverture 33


3 Cherchez sur le site Internet www.cidj.com la description du métier de courtier en assurance,
et comparez son statut avec celui de l’agent général d’assurance.

Agent général d’assurance Courtier


– Personne physique ou morale – Idem

– Profession libérale – Commerçant inscrit au registre du commerce


– Intermédiaire inscrit à l’ORIAS (Organisme pour
– Idem
le Registre des Intermédiaires en Assurance)
– Mandataire du client, indépendant des sociétés
– Mandataire de l’assureur
d’assurance
– Propose l’ensemble des contrats d’un seul assureur – Propose les contrats de plusieurs assureurs

– A une obligation d’information et de conseil – Idem


– Est rémunéré au moyen de commissions sur
– Idem
les affaires nouvelles et sur la gestion des contrats
– Doit souscrire une assurance de responsabilité civile
– Idem + une garantie financière
professionnelle

La découverte du contenu des contrats 6 Quelle différence faites-vous entre les disposi-
tions particulières et les dispositions générales dans
4 Que signifie l’expression « le présent contrat un contrat d’assurance ?
prend effet le 8 décembre 2012 » ? Les dispositions générales, appelées aussi conditions
La prise d’effet du contrat d’assurance est le jour où générales, se présentent sous la forme d’un recueil bro-
toutes les garanties commencent à jouer. Cette date est ché en deux ou quatre couleurs. Elles présentent les ga-
donc très importante en cas de sinistre, et n’est pas for- ranties du contrat, proposent une définition des termes
cément la même que la date de souscription du contrat. et expliquent les règles relatives à la vie du contrat. Elles
La date d’effet peut être différée pour correspondre à un concernent tous les assurés susceptibles de souscrire le
début d’activité, une installation dans des locaux, la mise contrat.
en place de moyens de protection (alarme) ou de préven- Les dispositions particulières, appelées aussi conditions
tion (porte coupe-feu). particulières, se présentent sous la forme d’un document
La date d’effet d’un contrat peut aussi être antérieure à d’une à plusieurs pages. Elles donnent des renseigne-
sa date de souscription, dans la mesure où le chef d’en- ments précis sur l’assuré (ses biens, ses activités), les ga-
treprise n’a connaissance d’aucun sinistre à cette date. ranties choisies, les franchises et les plafonds s’appliquant
au contrat. Elles sont propres à chaque assuré et person-
nalisent son contrat.
5 Expliquez le terme « échéance » indiqué dans les
dispositions particulières.
7 Chaque garantie est souscrite à concurrence d’un
L’échéance d’un contrat d’assurance est le terme de ce
certain montant : en cas de sinistre, que signifie ce
contrat, la date à laquelle il se reconduit automatique-
montant ?
ment si aucune des parties (assuré ou assureur) ne sou-
haite le résilier. On parle aussi de « date anniversaire » du Ces montants correspondent à des plafonds de garantie :
contrat, qui peut correspondre à sa date de souscription en cas de sinistre, l’assureur ne versera pas plus que la
(exemple, le 8 novembre), au début de l’année civile somme indiquée. Certains plafonds de garantie peuvent
(1er janvier) ou à toute autre date choisie par les parties au se révéler inférieurs aux montants d’un sinistre : l’entre-
contrat. L’échéance peut aussi correspondre à la date à prise doit alors verser le complément sur son propre pa-
laquelle la cotisation est exigible. trimoine.
L’assistant de gestion doit tenir compte de la date L’assistant de gestion doit veiller à adapter les plafonds
d’échéance des contrats pour le paiement des cotisations, de garantie aux risques réels afin de ne pas mettre l’entre-
ou une éventuelle résiliation avec délai de préavis. prise en péril. Les plafonds de garantie sont automatique-
ment réévalués à l’aide d’un indice afin de faire évoluer
le contrat dans le temps.

34 Partie 2. Participation à la protection des personnes, des biens et des droits


8 Les pertes d’exploitation couvrent-elles le même Dans le cas des accidents matériels de la circulation, l’as-
type de dommages que l’incendie ? Ce contrat multi- suré ne supporte aucune franchise s’il n’est pas respon-
risque couvre-t-il les dommages corporels ? sable de l’accident. Il supporte la totalité de la franchise
en cas de responsabilité totale, et la moitié de la franchise
La garantie « Pertes d’exploitation » est une garantie
en cas de responsabilité partagée.
financière qui vise à protéger l’entreprise après la destruc-
tion de son outil de production par un incendie, un dégât
des eaux ou une catastrophe naturelle par exemple. Elle
permet de verser une indemnité qui correspond à la perte 10 Cherchez, dans le Code des assurances (site :
de marge brute de l’entreprise, pendant une période ne www.legifrance.gouv.fr) l’article A. 125-1, d) fran-
pouvant excéder 12 à 24 mois. chise, le montant de la franchise légale en cas de
Le contrat Multirisque professionnelle ne couvre pas les catastrophe naturelle, pour les biens à usage profes-
dommages corporels des membres de l’entreprise, mais sionnel.
seulement ceux des victimes éventuelles (clients, tiers) d’un Pour les biens à usage professionnel, la franchise légale en
incendie, d’une tempête, ou de tout autre événement cou- cas de catastrophe naturelle est de 10 % des dommages
vert par le contrat. Il peut également couvrir les dommages matériels directs (franchise proportionnelle), avec un
corporels occasionnés à des clients ou des tiers du fait d’un minimum de 1 140 €, et de 3 050 € en cas de sécheresse.
produit défectueux fabriqué par l’entreprise (garantie de La franchise prévue au contrat sera appliquée si elle est
responsabilité civile après livraison). supérieure à ces montants.
Les membres du personnel blessés au cours de leur travail
sont indemnisés par la Sécurité sociale au titre des accidents
du travail. L’évaluation par l’assureur du risque que représente
l’entreprise

9 Une franchise générale est indiquée au contrat : 11 Expliquez pourquoi il est important pour une
sera-t-elle retranchée de toute indemnité en cas de entreprise de correctement déclarer ses antécédents
sinistre ? La franchise peut-elle jouer sur le montant (sinistralité antérieure) au moment de la souscrip-
de la cotisation ? tion.
La franchise est la somme qui reste à la charge de Il est primordial pour une entreprise de correctement
l’assuré en cas de sinistre. Elle a pour but de « moraliser » déclarer ses antécédents au moment de la souscription.
le risque, c’est-à-dire d’inciter les assurés à prendre moins En effet, si l’assureur, à l’occasion d’un sinistre, s’aperçoit
de risques et à tout mettre en œuvre pour éviter les si- que l’entreprise a menti, il pourra lui opposer une nullité
nistres. Plus la franchise est élevée, plus la cotisation est de son contrat (article L. 113-8 du Code des assurances) :
faible. à l’inverse, plus la franchise est basse, plus la coti- aucune indemnité ne lui sera versée pour ce sinistre, elle
sation est élevée. devra rembourser toutes les indemnités reçues au cours
La franchise peut être absolue : la somme est retranchée des années précédentes au titre de ce contrat, et devra
du montant de l’indemnité. dédommager elle-même les éventuelles victimes. Une
Elle peut être relative : l’assureur n’applique aucune fran- entreprise dont le contrat est annulé par un assureur aura
chise si le montant des dommages excède le montant de beaucoup de mal à s’assurer auprès d’un autre assureur.
la franchise. Il ne règle rien si le montant des dommages L’assureur a besoin de connaître la sinistralité antérieure
est inférieur ou égal au montant de la franchise. de son client afin de mesurer correctement son risque et
Elle peut être légale : l’assureur applique la franchise indi- de fixer sa cotisation.
quée par décret (exemple : catastrophes naturelles).

Article L. 113-8
Indépendamment des causes ordinaires de nullité, et sous réserve des dispositions de l’article L. 132-26, le
contrat d’assurance est nul en cas de réticence ou de fausse déclaration intentionnelle de la part de l’assuré,
quand cette réticence ou cette fausse déclaration change l’objet du risque ou en diminue l’opinion pour l’assu-
reur, alors même que le risque omis ou dénaturé par l’assuré a été sans influence sur le sinistre.
Les primes payées demeurent alors acquises à l’assureur, qui a droit au paiement de toutes les primes échues
à titre de dommages et intérêts.

4. Les risques et leur couverture 35


12 Pourquoi l’assureur demande-t-il à l’entreprise Seuls quelques courtiers spécialisés arriveront à placer ces
de préciser si elle a été résiliée pour non-paiement mauvais risques auprès d’assureurs spécialisés.
de cotisation ? Les antécédents sont demandés sur trois ou cinq ans :
au-delà, l’entreprise peut s’assurer sans avoir à déclarer
Le défaut de paiement est la « bête noire » des assureurs.
des antécédents lointains.L’assureur a besoin de connaître
Les opérations engendrées par un défaut de paiement
la sinistralité antérieure de son client afin de mesurer cor-
sont coûteuses et longues. L’assureur se méfie des assu-
rectement son risque et de fixer sa cotisation.
rés qui ont déjà été résiliés pour défaut de paiement, et
refusent ces risques la plupart du temps.

Article L. 113-3
La prime est payable au domicile de l’assureur ou du mandataire désigné par lui à cet effet. Toutefois, la prime
peut être payable au domicile de l’assuré ou à tout autre lieu convenu dans les cas et conditions limitativement
fixés par décret en Conseil d’état.
À défaut de paiement d’une prime, ou d’une fraction de prime, dans les dix jours de son échéance, et indé-
pendamment du droit pour l’assureur de poursuivre l’exécution du contrat en justice, la garantie ne peut être
suspendue que trente jours après la mise en demeure de l’assuré. Au cas où la prime annuelle a été fractionnée,
la suspension de la garantie, intervenue en cas de non-paiement d’une des fractions de prime, produit ses
effets jusqu’à l’expiration de la période annuelle considérée. La prime ou fraction de prime est portable dans
tous les cas, après la mise en demeure de l’assuré.
L’assureur a le droit de résilier le contrat dix jours après l’expiration du délai de trente jours mentionné au
deuxième alinéa du présent article.
Le contrat non résilié reprend pour l’avenir ses effets, à midi le lendemain du jour où ont été payés à l’assu-
reur ou au mandataire désigné par lui à cet effet, la prime arriérée ou, en cas de fractionnement de la prime
annuelle, les fractions de prime ayant fait l’objet de la mise en demeure et celles venues à échéance pendant la
période de suspension ainsi que, éventuellement, les frais de poursuites et de recouvrement.

Situation 2 Analyser un contrat d’assurance 15 Les garanties souscrites sont-elles les mêmes
pour toutes les entreprises ? Y a-t-il des garanties
légalement obligatoires (doc. 2 et 3) ?
13 De quels documents se compose le contrat Mul-
tirisque professionnelle (doc. 2) ? Certaines garanties figurent dans tous les contrats en
tant que garanties de base. C’est le cas de l’Incendie –
Comme toute police d’assurance, le contrat Multirisque
Foudre – Explosions – Fumées.
professionnelle se compose :
D’autres garanties sont optionnelles, comme le vol, le
– des conditions (ou dispositions) générales, qui se pré-
dégât des eaux, les pertes d’exploitation…
sentent sous la forme d’un livret broché en couleur, et
Certaines garanties sont légalement obligatoires, comme
sont les mêmes pour tous les assurés. Le tableau des
les risques locatifs qui couvrent la responsabilité du loca-
garanties figure le plus souvent dans les conditions
taire vis-à-vis du propriétaire en cas d’incendie, d’explosion
ou de dégât des eaux.
– des conditions (ou dispositions) particulières, qui se
Les contrats professionnels sont généralement composés
présentent sous forme de feuillets, propres au risque le
de la même base de garanties auxquelles l’assureur ou le
courtier ajoutent des garanties spécifiques à l’entreprise.
– des conventions spéciales, ou clausier, qui regroupent
Certains contrats concernant des entreprises ayant une
des clauses spécifiques et figurent le plus souvent dans
activité très particulière sont entièrement élaborés pour
les conditions générales.
l’entreprise, qui dispose ainsi d’un contrat sur mesure.
Les contrats professionnels sont ainsi moins standards
que ceux des particuliers.
14 Si les conditions générales et les conditions par-
ticulières mentionnent le même élément de deux
façons différentes, quel document l’emporte juridi-
quement sur l’autre (doc. 2) ?
Les conditions particulières priment sur les conditions
générales (en cas d’informations contradictoires).

36 Partie 2. Participation à la protection des personnes, des biens et des droits


16 Que précise l’assureur dans la rubrique « Nous garantie ou un autre contrat, ou des risques ne corres-
ne garantissons pas » (doc. 5) ? Pourquoi ce para- pondant pas à un aléa réel (l’usure par exemple).
graphe est-il mentionné en gras et sur un fond colo- Les exclusions sont présentées en gras et sur un fond
ré (doc. 4 et 5) ? coloré pour attirer l’attention de l’assuré-souscripteur.
En effet, l’assureur doit porter à sa connaissance certains
L’assureur donne ici la liste des exclusions, c’est-à-dire ce
éléments en caractères très apparents (article L. 112-4
qui n’est pas couvert par le contrat.
du Code des assurances), et peut être sanctionné (non
Les exclusions concernent des risques inassurables
application de la clause) s’il ne le fait pas.
comme la guerre, la faute intentionnelle de l’assuré ou les
dommages nucléaires, des risques couverts par une autre

Article L. 112-4
La police d’assurance est datée du jour où elle est établie. Elle indique :

– la prime ou la cotisation de l’assurance.


La police indique en outre :

– le nom et l’adresse des autorités chargées du contrôle de l’entreprise d’assurance qui accorde la couverture.
Les clauses des polices édictant des nullités, des déchéances ou des exclusions ne sont valables que
si elles sont mentionnées en caractères très apparents.

17 Précisez pourquoi tous les contrats d’assurance en 1982. Cette garantie n’est présente dans le contrat
couvrant les dommages aux biens ont les mêmes que si au moins une garantie dommage aux biens est
exclusions légales (doc. 6), et indiquez pour chaque souscrite.
exclusion la raison pour laquelle l’assureur ne – Les dommages dus à l’activité nucléaire ne sont pas
garantit pas. non plus quantifiables.
– Les dommages causés aux véhicules terrestres à
– Les dommages intentionnels restent inassurables afin
moteur font l’objet d’un autre contrat (automobile).
de moraliser le risque et de laisser la charge de la répa-
– Le paiement des amendes ou pénalités ne peut être
ration à l’auteur du dommage.
assuré : ce serait contraire à l’ordre public.
– Les dommages occasionnés par la guerre étrangère
– Les conséquences d’engagements contractuels
ou la guerre civile ne sont pas quantifiables, et donc
pris par l’assuré, dans la mesure où elles excèdent
non assurables par l’assureur qui ne peut pas fixer de
celles auxquelles l’assuré serait tenu en vertu des textes
cotisation.
légaux ou réglementaires, relèvent de la prise de risque
– Les dommages occasionnés par les tremblements
personnelle.
de terre, raz de marée, éruptions de volcans ou autres
– Les biens d’habitation font l’objet d’un autre contrat.
cataclysmes ne sont assurables que depuis que la garan-
tie « Catastrophes naturelles » est devenue obligatoire

4. Les risques et leur couverture 37


Exercices

Exercice 1 Communiquer avec les intermédiaires d’assurance

1 Écrivez au courtier SNC pour lui demander de vous transmettre les polices d’assurance de la société SOPAVE.
Précisez dans le courrier que vous souhaitez disposer des conditions générales et des conditions particu-
lières, ainsi que du dernier avis d’échéance.

SOPAVE Courtier SNC


Mélanie PERLAN Monsieur Jean-Paul Lefiert
Assistante du directeur 106, rue Le Brix
77 370 Bussy-sur-Marne 77 280 Brie

Brie, le 2 septembre 20..

Monsieur,

Comme convenu lors de notre dernière réunion de travail, je vous remercie de me transmettre les originaux
de polices d’assurance de la société SOPAVE. Je vais en effet en assurer dorénavant la gestion.

Je souhaite pouvoir disposer des conditions générales ainsi que des conditions particulières, et de tous
documents concernant ces polices (conventions spéciales, avenants, courriers relatifs aux sinistres antérieurs…).

Pouvez-vous SVP également me transmettre le dernier avis d’échéance ? Ce document me permettra d’an-
ticiper la gestion des cotisations et de comparer les tarifs d’une année sur l’autre.

Je reste à votre disposition pour toute autre information.

Je vous prie d’agréer, Monsieur, mes salutations distinguées.

Mélanie PERLAN

2 Quels renseignements tirez-vous de l’avis Cet avis d’échéance définit les obligations de l’assu-
d’échéance transmis par le courtier (annexe). ré-souscripteur en matière de paiement de la cotisation.
L’avis d’échéance donne le montant de la cotisation trimes-
trielle réclamée à la société SOPAVE, et précise la période cou-
verte par ce montant (du 1er juillet au 30 septembre). 3 Recensez l’ensemble des contrats d’assurance
Nous apprenons qu’il s’agit du contrat RC des professionnels. de votre entreprise, et établissez un tableau per-
Le montant des taxes est précisé : il ne s’agit pas de la TVA, mettant le suivi des contrats en fonction de leur
mais de la TCA, (taxe sur les contrats d’assurance) rever- échéance et du fractionnement de la cotisation.
sée au Trésor et aux organismes publics par l’assureur. L’étudiant assistant prendra l’exemple réel de l’entre-
La lettre précise qu’une quittance peut être remise. Cela prise dans laquelle il réalise son projet. Plusieurs contrats
peut servir de preuve de paiement. peuvent être souscrits par l’entreprise, auprès d’assureurs
La lettre précise également que la cotisation est exigible différents, et avec des dates d’échéance différentes. Voici
dans les 10 jours suivant l’échéance trimestrielle. C’est un exemple des contrats de la société SOPAVE.
l’article L. 113-3 du Code des assurances qui précise ce
délai, afin de permettre à l’assureur de relancer le sous-
cripteur pour le paiement de la cotisation.

38 Partie 2. Participation à la protection des personnes, des biens et des droits


Contrat Assureur échéance Cotisation Règlement

MRP EURASSUR 8 décembre trimestrielle

Flotte auto EURASSUR 15 mai annuelle 20 mai

Prévoyance GFF 1 janvier


er
mensuelle 8 janvier

Protection juridique La Sécurité 1er juillet annuelle 8 juillet

Les dates de paiement tiennent compte de l’exigibilité de la cotisation 10 jours après l’échéance, comme l’indique l’article
L. 113-3 du Code des assurances.

2 Comprendre une offre d’assurance – pour les engins mobiles et les matériels transportables :
Exercice
– de vol, de vandalisme.
1 En quoi l’assureur peut-il accompagner la crois- L’assureur parle aussi de couvrir « les pertes financières
sance d’une entreprise et assurer sa pérennité ? consécutives ».
L’assureur permet à l’entreprise de : Il s’agit d’une garantie qui prend en charge les frais en-
– protéger son patrimoine (ses locaux, ses matériels, gagés pour poursuivre l’activité en attendant le remplace-
ses machines, ses stocks et ses marchandises, ses pertes ment de la machine sinistrée (exemple : frais de location
d’exploitation) en cas d’incendie, d’explosion, de ca- d’un engin de remplacement, main-d’œuvre supplémen-
tastrophe naturelle, de tempête, ou de tout autre évé- taire, frais de déplacement de personnes…).
nement couvert par le contrat. L’entreprise peut ainsi
financer la reconstruction de ses locaux, le remplace-
ment ou la réparation de ses marchandises ou de ses 4 Quelles responsabilités l’entreprise SOPAVE encourt-elle
vis-à-vis de son personnel, de ses clients et de son envi-
– couvrir ses responsabilités (envers les tiers, les clients, le ronnement ?
personnel). L’entreprise peut ainsi gérer son exploitation et ses Vis-à-vis de son personnel :
produits sans avoir à indemniser elle-même les éventuelles vic- L’entreprise est couverte pour sa responsabilité civile en
times. L’entreprise, grâce à l’assurance, peut ainsi prendre des cas de faute inexcusable, de faute intentionnelle d’un
risques, et donc assurer sa croissance, sans se mettre en danger. préposé, d’accident survenu à un préposé impliquant
le véhicule d’un autre préposé, d’accident de trajet, de
2 Quels risques l’assureur s’engage-t-il à couvrir maladie professionnelle, de dommages corporels subis
par les personnes à l’essai en vue d’une embauche ou
pour protéger le patrimoine de l’entreprise ?
par des stagiaires, de dommages matériels subis par les
L’assureur s’engage à couvrir les dommages affectant : préposés de l’entreprise.
Vis-à-vis de ses clients :
L’entreprise est couverte pour sa responsabilité civile en
cas de dommages corporels, matériels et immatériels
causés aux clients par les matériels et produits fabriqués,
fournis ou vendus, survenus après leur livraison, ou après
– les machines.
l’achèvement des travaux.
Vis-à-vis de l’environnement :
3 De quels « produits spécifiques » l’assureur parle-t-il ? L’entreprise est couverte pour sa responsabilité civile en
L’assureur parle ici d’une entreprise industrielle qui pos- cas d’atteintes à l’environnement accidentelles.
sède des machines qu’il propose d’assurer en « bris de
machines » au cours de leur exploitation contre tous types
de dommages, comme ceux résultant : 5 Donnez un exemple de « frais et pertes consécutifs »
– d’un incendie, d’un dégât des eaux, d’une explosion, couverts par l’assureur en cas de retrait de vos produits
du marché.
En cas de retrait d’un produit défectueux du marché, l’en-
– d’une fausse manœuvre, d’une maladresse, d’une treprise peut avoir des frais :
– d’information et de mise en garde concernant le
– d’un défaut de conception, de construction, d’un vice public et les détenteurs du produit par voie de presse,

– d’un incident d’exploitation (déréglage, vibration, grip-


page, court-circuit), d’une défaillance d’un appareil de – nécessités par les opérations d’isolement, de transport,
de destruction des produits.

4. Les risques et leur couverture 39


Exercice 3 Analyser le risque « vol » 4 Les moyens de protection électroniques peuvent-
ils faire baisser le risque « vol » ?
1 Pourquoi est-il important de répertorier les si- Oui, dans la mesure où ces moyens sont de bonne
nistres « vol » intervenus dans l’entreprise au cours fabrication, en état de marche lorsque l’entreprise est
des 24 derniers mois ? fermée, et reliés à un système efficace d’alerte (envoi
de personnel, de forces de police, constitution de preuves
Il est important pour l’entreprise de connaître la fréquence
par vidéo).
et l’importance des sinistres « vol » intervenus dans ses
locaux afin de prendre les mesures nécessaires pour les
éviter ou pour en diminuer l’importance. Les antécédents
de l’entreprise en matière de vol seront un critère impor- 5 Recherchez la signification du sigle FFSA dans la
tant de la tarification du contrat d’assurance. rubrique « télésurveillance ».
Il s’agit de l’agrément de la Fédération française des
sociétés d’assurance.
2 Repérez les risques auxquels l’assureur fait allu- Créée en 1937 sous forme d’un syndicat professionnel, la
sion dans les questions portant sur l’environnement. Fédération française des sociétés d’assurances regroupe
240 entreprises représentant 90 % du marché français de
Bâtiment situé à moins de 1 000 mètres de locaux
l’assurance et près de 100 % de l’activité internationale
d’habitation : il s’agit là de prendre en compte la proxi-
des entreprises de ce marché.
mité du public. Une entreprise proche de locaux d’habita-
L’une des missions de la FFSA est de promouvoir les
tion est plus vulnérable en vol.
actions de prévention afin de réduire la gravité et la
Plots en béton protégeant les abords du bâtiment : fréquence des risques.
il s’agit là d’empêcher les vols perpétrés avec des voitures
béliers qui cassent les clôtures et les murs.
Zone franche ou notoirement sensible : la question 6 En plus des moyens de protection contre le vol,
parle d’elle-même, et indique qu’il existe des zones parti- quels moyens de prévention une entreprise peut-
culièrement sensibles au risque « vol ». elle mettre en place pour lutter contre le vol ?
L’entreprise peut mettre en place des actions de formation
et de sensibilisation du personnel au risque de vol (mise
3 Quels sont les points sensibles d’un bâtiment en sécurité des personnes, mise en sécurité des biens,
pour le risque « vol » ? Listez les moyens de protec- surveillance, alertes visuelles et électroniques, procédures
tion recherchés par les assureurs. de fermeture des locaux, comportements à adopter en
Les points sensibles d’un bâtiment sont les ouvertures : cas de confrontation avec les voleurs...).
portes, vitrines, fenêtres, toits ouvrants. Elle peut se mettre en contact avec les forces de gen-
Les assureurs souhaitent l’installation de moyens de pro- darmerie ou de police, qui peuvent indiquer de bonnes
tection visant à retarder le vol et à alerter le voisinage : mesures à mettre en place à l’intérieur de l’entreprise et
les bonnes attitudes à adopter à l’extérieur de l’entre-
prise. Les forces de l’ordre peuvent également prévoir de
patrouiller dans un secteur sensible.

– matériaux et fabrication des portes et fenêtres.

40 Partie 2. Participation à la protection des personnes, des biens et des droits


5
La gestion des contrats et des sinistres

Repères dans le référentiel


Compétences Aptitudes professionnelles
Être capable de : – Être organisé et rigoureux dans le suivi des
– Veiller à l’actualisation des contrats et à leur éventuelle dossiers, des procédures et des contrats
renégociation. d’assurance.
– S’assurer du respect des échéances des polices – Être organisé et rigoureux dans la réalisation
et du paiement des cotisations. des démarches et dans la constitution et le suivi
– Communiquer aux assureurs les modifications des risques des dossiers de sinistre.
en cours d’année.
– Constituer les dossiers.
– Effectuer les démarches jusqu’au règlement du sinistre.

L’ENTREPRISE FAROUL (p. 83)

de l’entreprise et des frais fixes que l’entreprise continue à


Situation 1 Déclarer ses risques à l’assureur
supporter malgré le ralentissement de son activité. Cette
information est donc importante pour calculer le capital
1 Remplissez la proposition d’assurance (doc. 2) à garantir, et la cotisation correspondant à cette garantie.
afin que l’assureur puisse apprécier le risque que
représente votre société.
Les étudiants peuvent prendre l’exemple de l’entreprise 4 Quel est l’objectif du questionnement sur l’envi-
dans laquelle ils réalisent un projet pour remplir la propo- ronnement du risque (doc. 2) ?
sition d’assurance.
L’assureur évalue ici le coût de reconstruction du bâti-
ment, et les contraintes de reconstruction (un bâtiment
classé obéit à des règles strictes d’urbanisme). La question
2 Par quel synonyme pouvez-vous remplacer le sur la zone inondable renvoie à la prise en charge des
terme « proposant » (doc. 2) ? sinistres catastrophes naturelles et au montant des fran-
Le proposant est la personne qui remplit une proposition chises en cas de sinistres répétitifs. Un bâtiment situé en
d’assurance dans le but de souscrire un contrat d’assu- zone inondable peut éventuellement devenir inassurable.
rance. Les assureurs parlent aussi « d’assurable » pour L’altitude et la proximité de la mer sont des aggravations
le distinguer de l’assuré, qui a déjà souscrit un contrat. de risque. De même, la présence de l’entreprise dans un
En droit, le terme « proposant » peut aussi être remplacé centre commercial aggrave le risque de propagation d’in-
par le terme « pollicitant », c’est-à-dire « celui qui fait une cendie. La question sur la zone franche sensible concerne
offre de contracter ». les risques d’émeutes ou d’attentats.
La proximité d’un dancing ou d’une discothèque accroît
également les risques d’incendie, de vol et de vandalisme.
3 Pourquoi l’assureur souhaite-t-il connaître la ten-
dance du chiffre d’affaires de l’année N (doc. 2) ?
L’assureur souhaite connaître la tendance du chiffre 5 Indiquez les dispositifs de prévention incendie
d’affaires de l’année N afin d’évaluer le montant de la visés par l’assureur (doc. 2).
garantie « pertes d’exploitation ». En effet, la garantie Il s’agit des extincteurs, qui doivent être vérifiés réguliè-
« pertes d’exploitation » permet de compenser la baisse rement, et d’autres dispositifs, comme les détecteurs de
de bénéfice net, déterminée à partir du compte de ré- fumée et les robinets d’incendie armés, qui permettent
sultat, comparé avec les années précédentes, en tenant une réaction plus rapide et plus efficace en cas de sinistre.
compte d’un coefficient de tendance reflétant l’évolution Le questionnaire est ici simplifié. L’assureur demande

5. La gestion des contrats et des sinistres 41


parfois la nature des matériaux constitutifs du bâtiment,
la présence de portes coupe-feu, des exercices incendie – l’influence du mensonge sur son appréciation du risque
réguliers, parfois même la présence de pompiers (im- (refus de souscription ou cotisation plus élevée).
meubles de grande hauteur). La preuve peut être rapportée par tous moyens : écrit,
témoignage, simple présomption.
Si la fausse déclaration est intentionnelle, les consé-
6 Pourquoi l’assureur détaille-t-il avec autant quences sur le contrat sont graves (article L. 113.9 du
de précision les dispositifs de protection en vol ? Code des assurances :
Quelles sont les conséquences du non respect des – nullité rétroactive du contrat qui est censé ne jamais
mesures de prévention ou de protection pour l’as- avoir existé. S’il s’agit d’aggravation en cours de contrat,
suré (doc. 2 et 3) ? le contrat est nul à partir du moment où la déclaration
Le vol est un poste de préjudice très important pour l’as-
– conservation par l’assureur des cotisations à titre de
sureur : les indemnités atteignent de hauts niveaux, aussi
l’assureur souhaite-t-il que l’entreprise prenne les meil-
– récupération par l’assureur des indemnités d’assurance
leures mesures pour se protéger.
versées à l’assuré durant la vie du contrat.
Les ouvertures sont des points sensibles, et des barreaux,
La nullité de la police est opposable à l’assuré et aux tiers :
volets ou grilles doivent être installés. Une alarme est de-
l’assuré doit alors indemniser lui-même les victimes.
mandée pour certaines activités (activités sensibles, ingé-
nierie de pointe, matériaux précieux utilisés…). Si la mauvaise foi ne peut pas être prouvée, il s’agit
Ces installations conditionnent parfois la garantie vol. d’une fausse déclaration non intentionnelle dont les
Si l’expert constate qu’elles n’étaient pas conformes à conséquences sont moins graves :
ce qui était demandé dans le contrat, l’assureur peut – la fausse déclaration est découverte en dehors
opposer un refus de garantie ou diminuer le montant d’un sinistre : l’assureur peut résilier le contrat, le
de l’indemnité, selon ce qui est prévu aux conditions poursuivre à un taux de prime plus élevé ou le maintenir
générales du contrat.
– la fausse déclaration est découverte après sinistre :
application de la RPP : règle proportionnelle de taux
7 Précisez pourquoi il est important pour l’entre- de prime. L’indemnité est diminuée en multipliant le
prise de correctement déclarer son risque (doc. 1). montant des dommages par la cotisation payée sur la
Quelles sanctions l’entreprise encourt-elle si elle fait cotisation due.
une fausse déclaration intentionnelle ou non inten- L’assureur pourra régler le sort du contrat de la même
tionnelle ? façon que lorsque la fausse déclaration est découverte
avant sinistre.
L’entreprise, comme tout assuré, doit veiller à déclarer Cette sanction est opposable aux parties au contrat et
correctement son risque, ses antécédents, sous peine de aux bénéficiaires, mais est sans effet à l’égard des tiers,
voir son contrat annulé avec des conséquences finan- notamment aux victimes dans les assurances de respon-
cières dramatiques. sabilité.
Le contrat d’assurance est un contrat de bonne foi : l’as-
sureur doit s’en remettre entièrement aux déclarations de
son client pour décider de l’assurer ou non et pour fixer le
montant de la cotisation. Situation 2 Déclarer les modifications
L’assuré est toujours réputé de bonne foi (article 2268 du intervenues en cours d’année
Code Civil). En cas de fortes présomptions de fraude, c’est
à l’assureur qu’il appartient d’établir la fausse déclaration. 8 Préparez la télécopie destinée à l’agent général
La preuve de la mauvaise foi de l’assuré doit être établie d’assurance pour l’avertir de la vente du véhicule
par l’assureur (article 1315 du Code Civil) au jour de la Opel Corsa le 10 août. Joignez à votre télécopie le
souscription du contrat. L’assureur doit donc comparer ce document « état de la flotte » sur lequel vous indi-
qu’a constaté l’expert au moment du sinistre avec la pro- querez la date de sortie et rayerez le véhicule Opel
position d’assurance d’origine. (doc. 4).
L’assureur doit établir trois éléments pour appliquer la
sanction de nullité de l’article L. 113-8 du Code des
assurances:
– la réalité de la fausse déclaration (élément erroné ou

42 Partie 2. Participation à la protection des personnes, des biens et des droits


FAROUL ASSURPRO
Garagiste M. Farel
3, rue du Gourdon
94 557 THIAIS Cedex Fax : 01 44 58 24 20
Tél. : (33)1.47.86.55.47
Thiais, le 11 août 20xx
Fax : (33)1.47.86.55.69

Nbre de pages (celle-ci incluse) : 1 À l’attention de Charles FAREL

MESSAGE FAX URGENT


Monsieur,
Suite à notre entretien téléphonique, nous vous confirmons la sortie du véhicule Opel Corsa le 10 août.
Ci-joint l’état de la flotte à ce jour.
Restant à votre disposition pour tous renseignements complémentaires.
Bonne réception de la présente.
Salutations.

Gérard MANVIN
FAROUL SARL Fax/Page 1

FLOTTE SOCIETE FAROUL


CONTRAT ASSURPRO N° 8496523
MAJ le 7.12/ 11 août 20xx

MARQUE MODÈLE IMMAT. DATE ENTRÉE DATE SORTIE

PEUGEOT 307 1017 XV 94 10/02/2009

CHEVROLET TAHOE CK 20362 21/12/2009

PEUGEOT EXPERT 7513 WL 94 25/09/2006

OPEL CORSA 4256 QT 94 21/03/2000 10 août 20..

CITROëN 6789 WE 94 18/09/2004

PEUGEOT EXPERT 3165 WS 94 25/03/2007

PEUGEOT 206 8057 XE 94 26/05/2007

MITSUBISHI SPACE STAR 459 DSK 91 02/07/2007

IVECO 9377 WZ 94 31/12/2007

UNIC 632 ATX 91 21/03/2000

TRIUMPH MOTO 5698 XQ 94 28/09/2008

Fax/Page 2

5. La gestion des contrats et des sinistres 43


9 Dans quel délai devez-vous informer l’agent L’assureur est alors censé être immédiatement informé.
général (doc. 5) ? Cette information est-elle à Dans le cas d’un courrier envoyé à un courtier, l’entreprise
envoyer également à l’assureur ? doit vérifier que le courtier, qui n’est pas le mandataire de
l’assureur, a bien transmis l’information à l’assureur.
L’entreprise, pour toute circonstance nouvelle intervenant
Dans notre exercice, la SARL FAROUL n’a pas besoin d’en-
en cours de contrat, doit informer l’assureur dans un délai
voyer un courrier recommandé comme cela est précisé
de 15 jours à partir du moment où elle a connaissance de
dans l’article L. 113-2 du Code des assurances. En effet,
cette modification.
la télécopie est une preuve suffisante de l’envoi de l’in-
L’information peut être donnée à l’agent général d’assu-
formation.
rance qui est le mandataire de l’assureur.

Article L. 113-2
L’assuré est obligé :
…/
3° De déclarer, en cours de contrat, les circonstances nouvelles qui ont pour conséquence soit d’aggraver les
risques, soit d’en créer de nouveaux et rendent de ce fait inexactes ou caduques les réponses faites à l’assureur,
notamment dans le formulaire mentionné au 2° ci-dessus.
L’assuré doit, par lettre recommandée, déclarer ces circonstances à l’assureur dans un délai de quinze jours à
partir du moment où il en a eu connaissance […].

Dans certains contrats flottes, il n’est pas nécessaire d’avertir l’assureur ou son intermédiaire à chaque entrée
ou sortie de véhicule : la régularisation s’opère en fin d’année.

10 Quelles autres circonstances nouvelles l’assuré 11 Quelle conséquence cette modification aura-t-
(l’entreprise) doit-il déclarer (doc. 5) ? Listez les étapes elle sur la cotisation payée par la SARL FAROUL ?
de la déclaration des circonstances nouvelles afin que Une sortie de véhicule allège la cotisation à payer. Mais
l’entreprise puisse s’appuyer sur une procédure. cette diminution sera peut-être compensée par l’entrée
L’entreprise doit déclarer : d’un nouveau véhicule en cours de contrat.
– toute modification de son activité ou de sa situation

– tout changement de véhicule… (c’est le cas de notre 12 À partir de combien de véhicules une entre-
prise peut-elle souscrire un contrat flotte ? Quels
– toute condamnation du conducteur du véhicule, toute sont les avantages d’un tel contrat par rapport à des
annulation du permis de conduire… : l’assureur pourrait contrats automobiles individuels (doc. 6) ?
refuser de prendre en charge le sinistre.
Une flotte est un ensemble de véhicules terrestres à mo-
Les étapes de la déclaration des modifications du teur couvert au sein d’une même police d’assurance au-
risque, des aggravations ou des diminutions du tomobile.
risque. Il n’y a pas de définition légale de la flotte dans le code
– 1. Recenser toute modification de l’activité des assurances qui indique seulement qu’il faut réunir
(exemple : réparation des véhicules + aménagement au moins 4 véhicules pour déroger à la clause type de
- bonus-malus (art. A. 121-2 du Code des assurances).
nagement de l’atelier). Pour les assureurs, une flotte est constituée généralement
– 2. Prendre en compte toute aggravation du risque à partir de 5 véhicules (seuil pouvant aller jusqu’à 10).
- Dans le document du CDIA, une flotte est constituée à
jonction d’un atelier de peinture). partir de trois véhicules.
– 3. Prendre en compte toute diminution du risque L’avantage d’un contrat flotte repose essentiellement sur
(exemple : abandon d’une activité de location de vé- la tarification. L’assureur ne tient pas compte des anté-
hicules). cédents de chaque conducteur, mais de la sinistralité de
– 4. Déclarer cette modification, aggravation ou di- l’entreprise les années précédentes. Il tient compte aussi
minution du risque à l’assureur dans les 15 jours où des efforts réalisés par l’entreprise en matière de préven-
l’entreprise en a connaissance. tion (formation des chauffeurs, sensibilisation au risque
– 5. Après acceptation du courtier ou de l’assureur, régler routier). Le risque est évalué sur un plus grand nombre
un complément de cotisation, ou recevoir un avoir de véhicules, ce qui permet une tarification avantageuse.
sur la cotisation. Par ailleurs, l’entreprise garde parfois à sa charge une par-
– 6. Conserver l’avenant de modification envoyé par tie des sinistres en auto-assurance, ce qui allège encore la
l’assureur (preuve en cas de sinistre). cotisation à payer.

44 Partie 2. Participation à la protection des personnes, des biens et des droits


13 La flotte de la SARL FAROUL est-elle fermée ou contrat couvrant l’ensemble des véhi-
ouverte (doc. 6) ? cules appartenant à une même entreprise.
L’entreprise doit déclarer à l’assureur chaque véhicule
= contrat groupe souscrit par l’entre-
qu’il met en service.
prise dont peut bénéficier son personnel. L’entreprise
La flotte de la SARL FAROUL est une flotte fermée.
indique la composition de son parc en début d’année.

Situation 3 Respecter les échéances

14 Vous allez envoyer la lettre de résiliation à l’agent général d’assurance de la société ASSURPRO. À quelle
date limite devez-vous envoyer cette lettre ? Quelle forme cette lettre doit-elle prendre ?

FAROUL AGENCE ASSURPRO


Garagiste M. Farel
3, rue du Gourdon 102, Avenue de la République
94557 THIAIS Cedex 94520 THIAIS
Tél. : (33)1.47.86.55.47
Fax : (33)1.47.86.55.69 Thiais, le 20 avril 20xx

À l’attention de Charles FAREL

Objet : Résiliation du contrat d’assurance


Référence contrat : 8496523
Monsieur,

J’ai l’honneur de vous informer que, par la présente lettre recommandée, j’entends faire cesser
les effets du contrat flotte ASSURPRO référencé ci-dessus à la prochaine échéance.

Veuillez agréer, Monsieur, mes meilleures salutations.


Gérard MANVIN
Pour le gérant

L’entreprise n’a pas à faire connaître ses motivations pour résilier. Elle souhaite s’assurer chez un autre assureur,
mais n’a pas l’obligation de le faire savoir à son assureur initial.
L’entreprise a intérêt à envoyer un courrier recommandé avec accusé de réception afin de se constituer
une preuve de la date de son envoi. En effet, la lettre de résiliation doit être envoyée, comme le précise le contrat,
au moins deux mois avant la date d’échéance.

Article L. 113-12
La durée du contrat et les conditions de résiliation sont fixées par la police.
Toutefois, l’assuré a le droit de résilier le contrat à l’expiration d’un délai d’un an, en envoyant une lettre
recommandée à l’assureur au moins deux mois avant la date d’échéance. Ce droit appartient, dans les mêmes
conditions, à l’assureur. Il peut être dérogé à cette règle pour les contrats individuels d’assurance maladie et
pour la couverture des risques autres que ceux des particuliers. Le droit de résilier le contrat tous les ans doit
être rappelé dans chaque police. Le délai de résiliation court à partir de la date figurant sur le cachet de la poste.

5. La gestion des contrats et des sinistres 45


15 Si vous êtes hors délai pour résilier votre contrat Elles peuvent en revanche résilier dans les cas prévus
à l’échéance principale, pouvez-vous invoquer une par l’article L. 113-16 du Code des assurances, qui sont
autre cause de résiliation ? reproduits dans le contrat d’assurance (doc. 7). L’assu-
reur vérifiera que l’un de ces changements affecte l’objet
Les entreprises ne peuvent pas invoquer la loi Châtel pour
du contrat : il faut que le nouvel événement invoqué
résilier leurs contrats au motif qu’elles auraient reçu l’avis
modifie le risque.
d’échéance et l’information sur la résiliation moins de
deux mois avant l’échéance.

Article L. 113-16
En cas de survenance d’un des événements suivants :

le contrat d’assurance peut être résilié par chacune des parties lorsqu’il a pour objet la garantie de
risques en relation directe avec la situation antérieure et qui ne se retrouvent pas dans la situation
nouvelle.
La résiliation du contrat ne peut intervenir que dans les trois mois suivant la date de l’événement.

16 À quelle date le contrat de LA SÉCURITÉ devra-t-il 18 Dans l’hypothèse où une lettre de mise en de-
prendre effet pour vous éviter d’être sans assurance meure de payer est envoyée le 2 septembre à la
pendant une certaine période ? SARL FAROUL, indiquez à quelle date les garanties
Le contrat de LA SÉCURITÉ devra prendre effet à la date du seront suspendues, et à quelle date le contrat d’as-
terme du contrat d’ASSURPRO (1er juillet), ou avant. Il n’y surance sera résilié, en tenant compte du calendrier
aura ainsi pas de « trou » de garantie. (doc. 8) et du décompte des jours (doc. 9).

La lettre de mise en demeure de payer est envoyée le


2 septembre : le délai court donc à partir du 3 septembre
Situation 4 Veiller au paiement des cotisations à 0 heure. Le délai de 30 jours s’achève le mercredi 2 oc-
tobre à minuit (calendrier 2013). Les garanties du contrat
17 À partir de quelle date l’assureur peut-il envoyer sont suspendues à partir du 3 octobre à 0 heure. Aucun
une lettre de mise en demeure à la SARL FAROUL ? sinistre ne sera pris en charge à partir de cette date si
Dans la pratique, que fait l’agent général d’assu- l’assuré ne paye toujours pas.
rance avant que l’assureur n’intervienne (doc. 10) ? Si l’assuré n’a pas payé dans les 10 jours suivants, le
contrat sera résilié le lundi 14 octobre à minuit.
Légalement, l’assureur doit attendre 10 jours après
l’échéance pour relancer son client qui n’a pas réglé sa
cotisation. Dans la pratique, les intermédiaires (agents ou
courtiers) relancent leur client à l’amiable au téléphone, Situation 5 Déclarer un sinistre
puis par lettre, éventuellement en face à face, avant d’en-
tamer une procédure de mise en demeure de payer. Il 19 Dans quel délai devez-vous envoyer le constat
peut donc se passer plusieurs semaines, voire plusieurs amiable ? À qui et sous quelle forme (doc. 11) ?
mois (selon l’importance du client) avant que la relation
Il s’agit d’un accident de la circulation. Le contrat, qui re-
avec le client ne se dégrade.
prend l’article L. 113-2 du Code des assurances, donne un
Juridiquement, l’assureur peut envoyer une lettre de mise
délai minimum de 5 jours ouvrés pour le déclarer. Les jours
en demeure à partir du 11 juillet si l’échéance est fixée
de fin de semaine et les jours fériés ne sont pas comptés.
au 1er juillet.

46 Partie 2. Participation à la protection des personnes, des biens et des droits


Article L. 113-2
L’assuré est obligé :
…/
4° De donner avis à l’assureur, dès qu’il en a eu connaissance et au plus tard dans le délai fixé par le contrat, de
tout sinistre de nature à entraîner la garantie de l’assureur. Ce délai ne peut être inférieur à cinq jours ouvrés.
Ce délai minimal est ramené à deux jours ouvrés en cas de vol et à vingt-quatre heures en cas de mortalité du
bétail.
Les délais ci-dessus peuvent être prolongés d’un commun accord entre les parties contractantes.

Vous devez envoyer le constat amiable directement à l’assureur, ou, de façon plus pratique, à l’agent général d’assu-
rance qui est le mandataire de l’assureur.
Vous pouvez l’envoyer par courrier (le recommandé n’est pas nécessaire), le déposer à l’agence, ou scanner le constat
et l’envoyer par messagerie électronique. Vous pouvez également le faxer.

20 Évaluez quelle sera la part de responsabilité du 22 Un expert sera-t-il missionné par l’assureur ?
technicien (doc. 12). Quelle sera sa mission (doc. 14) ?
Le technicien n’a pas respecté un stop : il est donc entiè- Un expert sera missionné par l’assureur si le montant des
rement responsable de l’accident, comme l’indique le cas dommages excède 650 euros (ce qui est le cas dans la
51 du barème dont se sert la majorité des assureurs. Le plupart des accidents). L’expert va vérifier l’état général
- du véhicule, les points d’impact, la corrélation entre les
lité de 1, tandis que le véhicule du tiers (X) a un coefficient dommages et le sinistre décrit dans le constat. Il va chif-
de responsabilité de 0. frer les dommages au véhicule, et décider si ce véhicule
est en état de rouler après réparation.
Il rédigera un rapport d’expertise qui sera comparé à la
21 Le véhicule Peugeot étant en location longue facture du garage pour le paiement de l’indemnité.
durée, déterminez à qui reviendra l’indemnité
due par l’assureur pour ce sinistre. La SARL FAROUL
peut-elle prétendre à une indemnité de 850 euros
(doc. 13) ?
L’indemnité sera versée en priorité à l’organisme qui loue
le véhicule à la SARL FAROUL, tant que des loyers sont
encore dus. L’indemnité ne sera pas de 850 €, mais de
850 € – 250 €, soit 600 €. La franchise est en effet entiè-
rement à déduire lorsque la responsabilité du conducteur
est totale.

5. La gestion des contrats et des sinistres 47


Exercices
Exercice 1 Analyser le relevé d’informations d’un contrat

1 Cherchez à quoi correspond l’article A. 121-1 article 12 du Code des assurances (site www.legifrance.
gouv.fr). à quel moment l’assureur doit-il délivrer au souscripteur un relevé d’informations ? Quelles infor-
mations ce relevé doit-il comprendre ?

Article Annexe à l’article A. 121-1


Art. 12. – L’assureur délivre au souscripteur un relevé d’informations lors de la résiliation du contrat par l’une des
parties et dans les quinze jours à compter d’une demande expresse du souscripteur. Ce relevé comporte notam-
ment » les indications suivantes :

– nom, prénom, date de naissance, numéro et date de délivrance du permis de conduire du souscripteur et de

– nombre, nature, date de survenance et conducteur responsable des sinistres survenus au cours des cinq périodes

– la date à laquelle les informations ci-dessus ont été arrêtées.

L’article 12 correspond à l’obligation de l’assureur de délivrer un relevé d’informations à l’assuré-souscripteur lors de


la résiliation du contrat d’assurance. L’assureur doit délivrer ce document dans les 15 jours de la demande de l’as-
suré-souscripteur. Le relevé d’informations doit comprendre les informations qui permettront à un nouvel assureur
d’assurer le risque présenté par l’assuré-souscripteur (identification du véhicule et du conducteur, antécédents de
sinistres, coefficient de réduction-majoration…).

2 Dans le même article, à l’article 13, précisez à quoi sert le relevé d’informations.

Applications Article Annexe à l’article A. 121-1


Art. 13. – Le conducteur qui désire être assuré auprès d’un nouvel assureur s’engage à fournir à celui-ci le relevé
d’informations délivré par l’assureur du contrat qui le garantissait précédemment, au souscripteur de ce contrat.

Le relevé d’informations permet au nouvel assureur d’obtenir des informations attestées par l’ancien assureur qui lui
permettront de tarifer le nouveau risque. Le CRM (bonus-malus), et les antécédents de sinistres sont des informations
essentielles pour la tarification du nouveau risque (ou pour un éventuel refus de souscription face à un risque aggravé).

3 Le relevé d’informations envoyé par LA SÉCURITÉ 4 À la fin du relevé d’informations, cherchez la


(annexe 1) vous semble-t-il conforme à la loi ? signification du sigle « CRM » dans l’article 1er (article
Le relevé d’informations envoyé par LA SÉCURITÉ indique : A. 121-1 du Code des assurances).
CRM signifie « coefficient réduction-majoration » : il s’agit
du taux de bonus ou de malus détenu par le conducteur.
Le CRM est multiplié à la cotisation de référence de l’as-
sureur pour obtenir la cotisation à payer. Un bonus de
– les sinistres déclarés au cours des 5 dernières années 50 % donne donc droit à une réduction de moitié de la
(nature, date de survenance, conducteur et part de res- cotisation.
Le CRM a été instauré pour inciter les conducteurs à
– le CRM (ici, la flotte n’est pas soumise au CRM). adopter une conduite moins risquée.
Chaque véhicule, et chaque conducteur, n’est pas décrit Chaque conducteur commence à conduire avec un CRM
en détail car il s’agit d’une flotte de véhicules. de 1. Pour un particulier, chaque année sans sinistre, le
Ce relevé d’informations est conforme à la loi. CRM est multiplié par 0,95 : l’assuré gagne 5 % de bonus.
Il lui faut 13 ans sans accident pour obtenir le CRM maxi-
mum de 0,50 ! En cas de sinistre responsable, le CRM est
multiplié par 1,25 : l’assuré subit un malus de 25 %.

48 Partie 2. Participation à la protection des personnes, des biens et des droits


5 À l’aide de l’annexe 2, expliquez pourquoi le Quelle sera la franchise appliquée ?
contrat flotte de la SARL FAROUL n’est pas soumis à Si la garantie « Pertes d’exploitation » est souscrite, ce
la règle du CRM. dommage immatériel sera indemnisé en cas de catas-
Pour les flottes automobiles de plus de trois véhicules ap- trophe naturelle. La franchise est ici calculée en nombre
partenant à un même propriétaire, ou à des salariés ou de jours.
bénévoles d’une personne morale, la règle du CRM peut
déroger à l’article A. 121-1 du Code des assurances. pour la garantie pertes d’exploitation.
Les assureurs se servent des statistiques de la sinistralité
totale de la flotte sur plusieurs années pour calculer leur
tarification. Ils développent des campagnes de prévention
4 Dans quel délai devez-vous déclarer votre sinistre
pour sensibiliser leurs assurés au risque routier et inciter
à votre assureur ?
les chauffeurs à une conduite apaisée.
Le sinistre catastrophe naturelle doit être déclaré dans un
délai de 10 jours à compter de la publication de l’arrêté
interministériel. Il s’agit d’un délai minimal, qui peut être
Exercice 2 Analyser la garantie allongé en accord avec les parties au contrat (cela a été le
« catastrophes naturelles »
cas lors du passage de Xynthia).
d’un contrat
Le week-end dernier, la Marne a débordé suite aux pluies
torrentielles qui se sont abattues sur la région parisienne. 5 En plus de l’expert envoyé par votre assureur, pou-
Les locaux de la société FAROUL ont été inondés sous un vez-vous vous faire aider par votre propre expert ?
mètre d’eau sale. Le préfet de la région Île-de-France a L’assuré dispose d’une garantie « honoraires d’expert
promis la publication prochaine d’un arrêté de catas- d’assuré » qui indemnise tout ou partie de l’intervention
trophe naturelle. d’un expert choisi par lui. Cela permet à l’assuré de fixer
au mieux le niveau de l’indemnisation, et de se sentir plus
1 Votre contrat multirisque professionnelle com- libre par rapport aux propositions de l’expert de l’assureur.
porte-t-il la garantie « Catastrophes naturelles » ?
Que couvre exactement cette garantie (annexe 1) ?
Le contrat MRP comporte la garantie « Catastrophes 6 Expliquez ce que sont des mesures conservatoires
naturelles » dès lors qu’une garantie dommages aux biens à prendre en cas de sinistre.
(incendie par exemple) est souscrite. L’incendie étant une Les mesures conservatoires sont des mesures à prendre
garantie de base du contrat, la garantie « Catastrophes par l’assuré afin que son sinistre ne s’aggrave pas davan-
naturelles » figure toujours dans le contrat. tage. Ainsi, en cas de tempête, l’assuré doit bâcher son
Cette garantie couvre les dommages matériels directs toit afin que la pluie, la neige ou la grêle ne pénètrent pas
(pas les dommages corporels ni les dommages immaté- dans son bâtiment. En cas d’incendie ou de catastrophe
riels) non assurables (nous avons vu dans le chapitre 4 naturelle, l’assuré doit faire surveiller son bâtiment si ce-
que les catastrophes naturelles faisaient partie des exclu- lui-ci n’est plus fermé, afin d’éviter le risque de vol ou
sions générales du contrat) ayant eu pour cause déter- de pillage. En cas d’inondation, l’assuré doit essayer de
minante l’intensité anormale d’un agent naturel (dé- surélever son mobilier, ses machines ou ses marchandises.
bordement d’un fleuve, avancée de la mer dans les terres,
L’assuré doit aussi conserver les factures correspondant
coulées de boue, sécheresse…).
aux biens endommagés afin de permettre une meilleure
La garantie est mise en œuvre à compter du jour de la
indemnisation. Il peut aussi prendre des photos du sinistre
publication d’un arrêté interministériel constatant l’état
qui serviront à l’expert pour l’évaluation des dommages
de catastrophe naturelle.

2 Quelle franchise vous sera appliquée par votre 7 Qu’aurait pu faire la société FAROUL pour minimi-
assureur (annexe 2) ? ser ses dommages lors de l’inondation (annexe 3) ?
La société FAROUL aurait pu :
de 1 140 euros pour les biens à usage industriel, – anticiper l’inondation en suivant les bulletins météoro-
commercial, artisanal ou agricole.
Toutefois, sera appliquée la franchise éventuellement
prévue par le contrat, si celle-ci est supérieure à ce – mettre en hauteur les matériels, marchandises,
montant.
Il s’agit des franchises concernant les biens à usage pro- – demander à ses fournisseurs d’interrompre provisoire-
fessionnel.
– prendre des photos des mesures prises, à destination
3 Les pertes d’exploitation que vous subirez
de l’assureur.
seront-elles indemnisées au titre de cette garantie ?

5. La gestion des contrats et des sinistres 49


Applications

Application 1 La gestion d’un sinistre incendie

1 Déclarez ce sinistre à l’assureur FRANCEASSUR.

ALPES MEUBLES FRANCEASSUR


74450 Annecy-le-Vieux 9, rue de Richelieu
75009 Paris

Annecy, le 25 septembre 20 xx

Référence contrat : 563-4117


Madame, Monsieur,

Je vous déclare par la présente un sinistre incendie intervenu dans nos locaux le 23 septembre dernier.
Le feu semble avoir pris dans la nuit du 23 au 24 septembre dans l’atelier de découpe
du bois qui était vide à cette heure-là. Il s’est rapidement propagé du fait de la présence de copeaux de bois
au sol et de matières inflammables (planches de bois et colles). Les dégâts sont importants : la toiture est
endommagée, le stock de bois est perdu, une machine à bois a été brûlée, et des meubles déjà fabriqués
sont partis en fumée.
Dès que l’alerte a été donnée par le gardien, nous avons utilisé les extincteurs présents dans l’atelier
et dans le couloir d’accès.
Je vous remercie de nous envoyer rapidement un expert pour chiffrer les dommages,
afin que nous puissions reprendre au plus vite notre production.
Je vous prie d’agréer, Monsieur, mes salutations distinguées.

Jeanne DINGLARD
Chargée des dossiers assurance

Cette déclaration peut être faite par courrier, recommandé ou non, par fax, par courriel, ou plus simplement par
téléphone. L’écrit est néanmoins conseillé afin de conserver une preuve de la déclaration (date et circonstances).

La cotisation due était en réalité de 1 725 €, au lieu de


2 Après avoir pris connaissance du rapport
d’expertise, prenez position sur l’indemnisation 1 500 €, soit 15 % de plus.
proposée par l’assureur (annexe 1). Expliquez les Le calcul de la RPP est le suivant :
différents calculs. 11 577,20 × 1500 = 10 067,13 €
L’expert a évalué le coût des réparations. Il a appliqué une 1 725
vétusté importante sur la machine à bois, qui ne sera in-
demnisée que de 385,20 € (on retire 60 % de la valeur L’indemnité est donc réduite à 10 067,13 €, à laquelle
de la machine). l’expert applique la franchise prévue au contrat (550 €).
L’indemnité finale est donc de 9 517,13 €.
Le total de l’indemnité s’élève donc à 11 577,20 €, somme Il est à noter que le chiffre d’affaires perdu du fait de
à laquelle l’expert, en accord avec l’assureur, applique une l’incendie n’est pas pris en charge car la garantie Pertes
règle proportionnelle de taux de prime du fait de la fausse d’exploitation n’a pas été souscrite.
déclaration non intentionnelle de l’assuré (local deux fois
plus petit que celui déclaré à la souscription).

50 Partie 2. Participation à la protection des personnes, des biens et des droits


Applications
Les étapes d’une procédure de prévention dans l’en-
3 Préparez la réunion organisée par l’assureur
pour renforcer la prévention dans l’entreprise en treprise :
listant vos arguments (inspirez-vous de l’annexe 2). présents dans
Établissez les étapes d’une procédure de prévention l’entreprise pour lutter contre l’incendie ou l’inonda-
dans l’entreprise. tion.
Les circonstances de l’incendie laissent apparaître des affectés
défaillances dans les mesures de prévention. au secteur.
En effet, des mégots de cigarettes ont été retrouvés sur de la
le sol de l’atelier de découpe du bois. Il paraît totalement région.
irresponsable de fumer dans un atelier contenant des
aux activités
matières inflammables.
actuelles de l’entreprise (solliciter les conseils de
Par ailleurs, les objets déjà fabriqués et emballés n’au-
l’agent ou du courtier, de la municipalité).
raient pas dû rester dans l’atelier de découpe du bois,
mais être entreposés ailleurs. (stages,
Les copeaux de bois générés par la découpe du bois alertes incendie, affichage dans l’entreprise et rappel
auraient dû être nettoyés plusieurs fois par jour, afin de ne régulier des consignes).
pas former un tapis inflammable. Cette procédure doit être suivie chaque année.
Enfin, un système de refroidissement de la machine à bois
devrait être installé afin d’éviter tout risque de surchauffe.
Par ailleurs, c’est le gardien qui a donné l’alerte, sans
doute plusieurs minutes après le départ du feu. Un détec- 4 Analysez les avantages de la garantie « Pertes
teur de fumées devrait être installé dans l’atelier, avec une d’exploitation » que le courtier vous propose de
alarme puissante. souscrire afin d’éviter à l’avenir les conséquences
désastreuses du sinistre que vous venez de subir
On peut en déduire une première liste d’actions de cor- (annexe 3).
rection :
– rappeler au personnel l’interdiction formelle de fumer Cette garantie aurait permis d’éviter de perdre du chiffre
dans les locaux (affiches, règlement intérieur, amendes d’affaires, du fait des 4 jours d’arrêt de la production.
éventuelles, formation du personnel au risque d’incen- Le sinistre aurait pu être encore plus grave, et compro-
mettre la pérennité de l’entreprise.
Cette garantie a l’avantage de couvrir également la
– mettre en place un système de nettoyage du sol de carence d’un fournisseur qui bloquerait la production, ou
encore l’arrêt de la production suite à un vol avec dégra-
– faire installer un système de refroidissement de la ma- dations.
La garantie propose une indemnisation pouvant aller
jusqu’à 12 mois. Elle permet à l’entreprise de continuer
– installer éventuellement des sprinklers (douchettes) dif- à payer ses charges fixes.
fusant de l’eau par le plafond en cas de déclenchement Par ailleurs, le remboursement des frais supplémentaires
du détecteur de fumée. engagés pour reprendre au plus vite l’activité (personnel
en intérim, locaux provisoires, outils et marchandises…)
peut être garanti si l’option est choisie.

5. La gestion des contrats et des sinistres 51


6
La protection des droits

Repères dans le référentiel


Compétences Aptitudes professionnelles
Être capable de : – Être curieux et attentif à l’information relative
– S’informer sur les conditions et aux innovations des entreprises partenaires,
les modalités de protection. fournisseurs, concurrentes ou clientes.
– Appliquer une procédure de dépôt. – Être organisé et rigoureux dans la mise en œuvre
et le suivi des procédures et des protections.
– Anticiper les évolutions et la fin des droits.
– Être attentif à la non divulgation des données
sensibles et à leur mise en sécurité.

L’ENTREPRISE NANOSYSTÈMES (p. 107)

– stimuler la créativité et l’innovation : une innovation


Situation 1 Comprendre les enjeux de la
protection des innovations en appelle une autre et stimule les projets de recherche
de l’entreprise. La veille informationnelle permet de gar-
1 Quel droit confère à son titulaire un titre de der une avance face aux concurrents, et de faire naître
de nouvelles idées ;
propriété industrielle ? Par qui ce droit est-il délivré ?
– accroître la crédibilité : une entreprise innovante est
Un titre de propriété industrielle confère à son titulaire un plus crédible auprès de ses banquiers par exemple, ou
droit exclusif d’exploitation de ce titre (brevet, marque, de ses partenaires internationaux.
dessins et modèles, etc.) pour un certain nombre d’an- – se développer sur d’autres marchés : les créations
nées. Le titulaire du titre de propriété industrielle est ainsi permettent de démarcher de nouveaux clients, de dé-
le seul à pouvoir l’utiliser ou autoriser son exploitation. couvrir de nouveaux marchés nationaux et internatio-
Il peut également poursuivre les contrefacteurs. naux.
Ce droit est délivré par l’Institut National de la Propriété
La protection du capital immatériel de l’entreprise est
Industrielle (INPI). L’INPI est un établissement public, entiè-
donc essentielle pour l’avenir de l’entreprise. En ne proté-
rement autofinancé, placé sous la tutelle du ministère de
geant pas ses créations, l’entreprise se mettrait en danger
l’Économie, du Redressement productif et du Numérique.
et disparaîtrait rapidement.

2 En plus de la lutte contre la contrefaçon, quel in-


3 Quelle différence faites-vous entre protection
térêt l’entreprise a-t-elle de protéger ses créations ?
intellectuelle et protection industrielle ?
Comme l’indique la brochure de l’INPI « Protéger ses
La propriété intellectuelle regroupe la propriété indus-
créations », se protéger grâce à la propriété industrielle
trielle, d’une part, et la propriété littéraire et artistique,
permet de :
d’autre part. La propriété intellectuelle englobe donc la
– créer de la valeur : le capital immatériel de l’entreprise protection de tous les droits. Les textes réglementaires
peut être vendu ou exploité moyennant redevance, ce (lois, décrets) concernant la protection industrielle sont
qui enrichit l’entreprise ; codifiés dans le Code de la propriété intellectuelle.
– valoriser les créations : l’entreprise acquiert une no-
toriété et une image positive lorsqu’elle est innovante.
Cette image la valorise auprès de ses partenaires et de
ses clients ;

6. La protection des droits 53


4 Rédigez la note à destination des ingénieurs.

Note sur la propriété industrielle


Vous travaillez au sein de NANOSYSTÈMES à l’élaboration de nouveaux procédés dans les domaines
de la communication, du stockage de l’information et du calcul.

Les projets de recherche menés dans la société, ainsi que les créations, doivent être protégés afin de valoriser
nos produits en France et notre développement à l’étranger.

La propriété intellectuelle offre plusieurs moyens de protection des idées, des procédés, des travaux de recherche
ou des informations techniques.
Ainsi, le dépôt d’un brevet ou d’un dessin et modèles permet de créer de la valeur pour l’entreprise
et d’accroître sa crédibilité auprès de ses différents partenaires. Il est également possible d’utiliser l’enveloppe
Soleau pour se constituer une preuve de création. D’une manière générale, il est impératif de garder
le secret sur toutes vos activités au sein de NANOSYSTÈMES.

Vous êtes en effet tenus à une obligation de confidentialité : le chercheur devra s’abstenir de révéler aux tiers
l’existence du contrat de recherche, les informations qu’il a reçues pour lui permettre d’accomplir sa mission,
et bien entendu, les résultats de la recherche, afin d’éviter toute divulgation qui serait de nature
à ruiner la brevetabilité d’éventuelles inventions ou d’empêcher la protection du savoir-faire par le secret.

Nous vous remercions de l’attention que vous portez tous à la protection de nos innovations.

Marc Abrias
Le 12 avril 20..

– l’invention doit être une solution technique à un pro-


Situation 2 S’informer sur les moyens
de protections blème technique ;
– elle doit être nouvelle, donc ne pas porter sur une inno-
vation qui a déjà été rendue accessible au public avant la
5 Citez les différents moyens de protection légaux ? date de dépôt de la demande ;
Pour protéger les inventions et les connaissances – elle doit impliquer une activité inventive, c’est-à-dire
techniques, le Code de la propriété intellectuelle cite de qu’elle ne doit pas découler de manière évidente de la
façon limitative les titres de propriété industrielle suivants : technique connue par « l’homme du métier » ;
– le brevet ; – elle doit être susceptible d’application industrielle,
– le certificat d’utilité ; c’est-à-dire qu’elle doit pouvoir être fabriquée ou utilisée
– le certificat complémentaire de protection. quel que soit le type d’industrie.
Pour protéger les éléments graphiques d’une créa-
Pour être brevetable, une invention ne doit pas être
tion, le même code cite :
expressément exclue de la protection par la loi.
– les dessins et modèles.
La loi exclut :
Pour protéger les signes distinctifs d’un produit ou
– les découvertes ainsi que les théories scientifiques et les
d’un service, le même code cite :
méthodes mathématiques ;
– la marque.
– les créations esthétiques ;
Pour protéger les créations littéraires et artistiques,
– les plans, principes et méthodes dans l’exercice d’activités
le même code cite :
intellectuelles, en matière de jeu ou dans le domaine des
– le droit d’auteur.
activités économiques, ainsi que les programmes d’ordi-
nateurs ;
– les présentations d’informations.
6 Toutes les inventions sont-elles brevetables ?
Quels sont les critères retenus par la loi pour qu’une Certaines de ces créations ne sont pas brevetables, mais
invention puisse faire l’objet d’un brevet ? peuvent être protégées par d’autres titres de propriété
Pour être brevetable, une innovation doit répondre à industrielle. Ainsi, les logiciels peuvent être protégés par
plusieurs critères de brevetabilité : le droit d’auteur.

54 Partie 2. Participation à la protection des personnes, des biens et des droits


7 Chez N ANO S YSTÈMES , les projets de recherche 11 Quelle est la différence entre contrefaçon, para-
peuvent-ils faire l’objet d’un brevet ? sitisme et concurrence déloyale ?
Les projets de recherche ainsi que les résultats des re- La contrefaçon est l’atteinte portée à l’un des droits
cherches scientifiques peuvent faire l’objet d’un dépôt de garantis par le Code de la propriété intellectuelle. C’est un
brevet si les conditions de brevetabilité sont réunies. Les délit pénal.
travaux menés dans le cadre des projets doivent bénéficier Le parasitisme est une expression employée dans le droit
du secret. de la concurrence pour désigner l’attitude d’une entreprise
Le secret consiste à ne pas diffuser dans le public les qui, bien qu’elle exerce une activité dans un domaine diffé-
connaissances élaborées ou acquises. rent, usurpe la notoriété ou les techniques qu’emploie une
entreprise de renom.
La concurrence déloyale est l’usage abusif de la liberté
8 Comment protéger une idée ou un projet qui ne du commerce et de l’industrie. Exemples : imitation de
peuvent pas faire l’objet d’un brevet ? modèles, copie des emballages, détournement de noto-
Une idée ou un projet qui ne peuvent pas faire l’objet d’un riété d’un produit concurrent.
brevet peuvent être protégés par d’autres titres de proprié-
té industrielle. Par exemple, une création esthétique peut 12 Devant quelle juridiction l’action en contrefaçon
faire l’objet d’un dépôt d’un dessin et modèles, une
peut-elle être menée ? Quel est l’intérêt d’une sai-
nouvelle variété végétale peut être protégée par un certifi-
sie-contrefaçon pour la victime d’une contrefaçon ?
cat d’obtention végétale.
L’action en contrefaçon peut être menée devant une juri-
diction civile (TI ou TGI) et/ou pénale (tribunal correction-
nel) pour obtenir des dommages et intérêts, une condam-
Situation 3 S’informer sur les moyens nation du contrefacteur et l’éventuelle destruction des
de lutte anti-contrefaçon produits contrefaits.
La loi de modernisation de l’économie du 4 août 2008 a
9 Expliquez, dans un court développement, quels prévu le principe de spécialisation des juridictions compé-
sont les dangers de la contrefaçon pour une entre- tentes pour les contentieux portant sur la propriété intellec-
prise. tuelle. Le nombre de juridictions compétentes sera réduit à
Une entreprise victime de la contrefaçon peut mettre en un tribunal de grande instance et une cour d’appel pour
jeu sa pérennité. En effet, tous ses efforts pour créer de les brevets, et 9 TGI et 9 cours d’appel pour les marques,
nouveaux produits ou de nouveaux procédés peuvent dessins, modèles, indications géographiques, et pour la
être réduits à néant avec la mise sur le marché de produits propriété littéraire et artistique.
contrefaits.
Le contrefacteur n’a pas à financer : 13 De quel délai la victime d’une contrefaçon
– la recherche, dispose-t-elle pour agir contre le contrefacteur ?
– la phase d’expérimentation, Le délai de prescription de l’action en contrefaçon est de
– les procédés de production, 3 ans à compter du dernier acte de contrefaçon, en matière
– la mise en forme, civile.
– la publicité du produit.
Il peut ainsi proposer le produit moins cher, et compro-
mettre la réussite commerciale de l’entreprise victime de la 14 Expliquez en quoi les services de la douane per-
contrefaçon. Par ailleurs, les produits contrefaits peuvent se mettent de soutenir la compétitivité économique
révéler dangereux, et compromettre la notoriété et l’image des entreprises.
de l’entreprise victime. Les services de la douane permettent de soutenir la com-
La contrefaçon représente donc un danger considérable pétitivité économique des entreprises en effectuant des
pour l’entreprise qui en est victime. Toute entreprise se doit saisies de marchandises contrefaites importées en France,
de lutter contre la contrefaçon. ainsi que des saisies de colis postaux correspondant à des
produits contrefaits.
En luttant contre la contrefaçon, les services de la douane
10 En matière de contrefaçon, quelle loi doit- permettent aux entreprises de mieux vendre leurs produits
au juste prix, et donc d’accroître leur compétitivité.
on consulter ? Dans quel code cette loi est-elle
Les services de la douane encadrent également le com-
codifiée ?
merce international en prodiguant des conseils aux en-
La loi du 29 octobre 2007, codifiée dans le Code de la treprises et en établissant des statistiques utiles aux entre-
propriété intellectuelle, a été transposée de la directive prises.
européenne 2004/48/CE. Cette loi améliore l’efficacité du Enfin, les services de la douane jouent le rôle de « gen-
dispositif national en matière de lutte anti-contrefaçon. darme » en matière de commerce international, et pro-
tègent de ce fait les filières industrielles et agricoles.

6. La protection des droits 55


Exercices
1 Favoriser la veille concurrentielle – surveiller les contenus publiés par ses concurrents (com-
Exercice
muniqués, blogs, etc.) ;
– se positionner par rapport à ses concurrents (par
1 Indiquez dans un court développement les en- exemple en termes de produit, de stratégie de commu-
jeux de la veille technologique pour une entreprise nication ou encore de développement géographique).
comme ENERGIEPlUS.
L’information est en effet l’un des piliers du développe-
La veille concurrentielle, qui consiste à surveiller toutes ment d’une entreprise.
les informations publiées, diffusées ou disponibles sur un
En ayant accès aux informations relatives aux concurrents
ou plusieurs concurrents, est stratégique pour une entre-
et au secteur, l’entreprise améliore sa stratégie et gagne
prise. Elle suit plusieurs objectifs ;
en efficacité dans l’acquisition de nouveaux clients, l’offre
– connaître les évolutions et les choix stratégiques de ses
de nouveaux produits, l’amélioration de son équipement.
concurrents ;
Si un concurrent représente une menace importante pour
– être informé des innovations, des mouvements des
l’entreprise, il est utile de connaître ses points forts et sa
cadres dirigeants, des bilans financiers ;
stratégie.

2 Accédez au site www.inpi.fr, et listez les brevets déposés depuis 2008 dans le domaine de la pile
à hydrogène. Qui sont en général les déposants des brevets ?
La base de données affiche par exemple 191 résultats en 2008, 164 en 2009, 26 résultats en 2010… Les déposants
sont essentiellement des centres de recherche, des fabricants automobiles, et des entreprises publiques comme le
Commissariat à l’énergie atomique.
Voici 4 exemples de brevets déposés en 2010 dans le domaine de la pile à hydrogène :

1. Convertisseur électrique dc/dc comprenant 2. Anode à reformage par craquage, de pile


au moins une pile à combustible dans ma liste à combustible pcfc dans ma liste de brevets.
de brevets. Inventeur : Julien hafsaoui [fr]
Inventeur : Vincent FAUCHEUX [FR] ; Demandeur : ass pour la rech et le dev de [fr]
Antoine LATOUR [FR] (+2) CE CIB : h01m4/36 ; h01m4/48 ; h01m4/58 ; (+3)
Demandeur : commissariat énergie atomique [fr]
CE CIB : h02m11/00 ; h01m8/06 ; h02m11/00 ; (+1)
4. Moyens de purge pour système à pile
à combustible et mode de régulation associe
3. Procédé de conduite du fonctionnement d’une dans ma liste de brevets.
pile à combustible dans ma liste de brevets. Inventeur : Sadok garnit [fr] ; Francis roy [fr] (+2)
Inventeur : Francette thominette [fr] ; Demandeur : Peugeot-Citroën automobiles SA [fr] ;
Floraine collette [fr] commissariat énergie atomique [fr]
Demandeur : rech s de l’école Nationale Su [fr] CE CIB : h01m8/06 ; h01m8/04 ; h01m8/06 ; (+1)
CE CIB : h01m8/06 ; h01m8/04 ; h01m8/06 ; (+1)

3 Quels sont les avantages et les inconvénients de passer par un expert en propriété industrielle pour
pratiquer une veille technologique et concurrentielle ?
Les avantages : Les inconvénients :
– se faire aider par un professionnel qui maîtrise bien le – risquer de dévoiler sa stratégie à des personnes exté-
secteur et l’utilisation des bases de données ; rieures à l’entreprise ;
– déléguer un travail minutieux et quotidien ; – obtenir une moindre implication d’un professionnel ;
– avoir un avis objectif sur les innovations de ses concur- – passer à côté d’une innovation que l’expert n’a pas
rents. saisie d’un point de vue technique.

56 Partie 2. Participation à la protection des personnes, des biens et des droits


Exercice 2 Remplir le formulaire de dépôt de brevet

1 Allez sur le site de l’INPI, dans la rubrique « Brevets », et cherchez les 16 étapes-clés du dépôt de brevet.

Avant le dépôt
Vous vérifiez l’état de la technique et gardez le secret
Avant toute démarche préalable. 1
sur votre invention.

Avant toute démarche préalable. 2 Vous vous assurez que votre innovation est brevetable.

Vous remplissez le formulaire de dépôt et rédigez le texte


Avant toute démarche préalable. 3
de votre demande.

Du dépôt à la délivrance
Le jour du dépôt. 4 Vous déposez le dossier à l’INPI et payez les redevances.

Dans les jours qui suivent la réception L’INPI vous adresse le numéro d’enregistrement national
5
de votre dépôt. et la date du dépôt.

4 semaines à 5 mois au maximum L’INPI transmet ensuite votre demande pour examen
6
après votre dépôt. à la Défense nationale.

2 à 5 mois après votre dépôt. 7 L’INPI examine votre demande.

L’INPI vous adresse le rapport de recherche préliminaire


7 à 9 mois après votre dépôt. 8
et un avis sur la brevetabilité de votre invention.
Dans un délai de 3 mois après
Vous répondez aux documents cités dans le rapport
la réception du rapport de recherche 9
de recherche.
préliminaire, renouvelable une fois.
18 mois à compter de la date L’INPI publie le dépôt de votre brevet au Bulletin officiel
10
de dépôt ou de priorité. de la propriété industrielle (BOPI).

Dans les jours qui suivent la publication. 11 L’INPI vous envoie l’avis de publication.

Pendant les 3 mois qui suivent la publication. 12 L’INPI vous transmet d’éventuelles observations.

Dans un délai de 3 mois après la réception


13 Vous répondez aux éventuelles observations.
du courrier de l’INPI, renouvelable une fois.

La délivrance
25 mois après votre dépôt. 14 L’INPI établit un rapport de recherche « définitif ».

Dans un délai de 2 mois à compter Vous payez la redevance de délivrance et d’impression


15
de la demande de paiement de l’INPI. du fascicule du brevet.

L’INPI délivre le brevet, vous adresse un exemplaire


27 mois après votre dépôt. 16
et publie la mention de la délivrance au BOPI.

2 Quelles sont les précautions à prendre avant de déposer un brevet (annexe) ?

6. La protection des droits 57


– Étape 1 : vérifiez l’état de la technique et gardez le secret sur votre invention.
Pour être protégeable, votre invention doit être nouvelle. L’une des démarches préalables au dépôt est donc
de faire le point sur l’état de la technique au minimum sur les demandes de brevets françaises, européennes et
internationales des 20 dernières années.

– Étape 2 : vous assurer que votre innovation est brevetable.


Pour obtenir un brevet en France, votre invention doit, en plus d’être nouvelle, constituer une solution
technique à un problème technique. Elle doit impliquer une activité inventive et être susceptible d’application
industrielle.

– Étape 3 : remplissez le formulaire de dépôt et rédigez le texte de votre demande.


Déposer un brevet implique de remplir le formulaire de dépôt et de constituer un dossier.

– Attention : rédiger un brevet nécessite à la fois des compétences juridiques et techniques. En effet, chaque
mot compte : une demande mal rédigée risque de vous protéger insuffisamment, de retarder le déroulement
de la procédure ou d’être rejetée. Afin d’éviter des retards ou un rejet de votre demande, vous pouvez recourir
aux services d’un spécialiste en propriété industrielle qui préparera votre dépôt pour qu’il soit conforme aux
exigences requises et vous assistera au besoin par la suite.
Extrait de la brochure Le Brevet de l’INPI.

3 Le dépôt d’un brevet est-il payant ? Pourquoi l’INPI transmet-il chaque demande de dépôt à la Défense
nationale ?
Le coût de dépôt d’un brevet est le même jusqu’à la 10 e revendication. Il peut cependant faire l’objet d’une réduction
dans certains cas.

Dépôt du brevet ou du certificat d’utilité 36 € Cette redevance doit être acquittée au moment
du dépôt ou, au plus tard, dans un délai d’un mois
à compter du dépôt. Elle comprend la première annuité.
Rapport de recherche (cette redevance de 500 € Cette redevance doit être acquittée au moment
rapport de recherche ne concerne que les du dépôt ou, au plus tard, dans un délai d’un mois à
dépôts de brevet, le rapport de recherche compter du dépôt. Elle comprend la première annuité.
n’est pas établi pour les certificats
Délivrance du brevet 86 € Cette redevance devra être payée au moment
de la délivrance, c’est-à-dire au minimum 24 mois
à compter du dépôt.
Revendication supplémentaire 40 € Par revendication, au-delà de la 10 e.

– À SAVOIR :une réduction de 50 % sur les principales redevances de procédure est accordée :
– aux personnes physiques ;
– aux PME de moins de 1 000 salariés, dont le capital n’est pas détenu à plus de 25 % par une entité ne remplissant
pas ces premières conditions ;
– aux organismes à but non lucratif (OBNL) du secteur de l’enseignement ou de la recherche.
Les PME et les OBNL doivent en faire la demande dans le délai du paiement de la redevance de dépôt
(1 mois au maximum) en joignant une attestation d’appartenance à l’une de ces catégories.
www.inpi.fr/fr/brevets/deposer-un-brevet/combien-coute-un-depot.html

– Étape 6 : l’INPI transmet ensuite votre demande pour examen à la Défense nationale.
Cette étape est imposée par la loi pour vérifier si l’invention ne présente pas un intérêt pour la nation justifiant
que sa divulgation soit empêchée ou retardée. C’est rarement le cas. Le ministre de la Défense dispose d’un délai
maximal de 5 mois pour décider s’il met ou non le brevet au secret. En règle générale, l’autorisation de divulga-
tion vous est adressée par courrier dans les 4 à 6 semaines suivant votre dépôt.
Il vous est possible de demander, dès le dépôt, une autorisation exceptionnelle de divulguer et d’exploiter l’in-
vention.
Extrait de la brochure Le Brevet de l’INPI.

58 Partie 2. Participation à la protection des personnes, des biens et des droits


4 Au bout de combien de mois l’INPI délivre-t-il le brevet demandé ?
Dans quel support le brevet est-il publié ?

– Étape 16 : l’INPI délivre le brevet, vous adresse un exemplaire et publie la mention


de la délivrance au BOPI.
L’INPI délivre le brevet environ 27 mois après votre dépôt, si le rapport de recherche n’a pas été différé. Une fois la
redevance payée, l’INPI publie la mention de la délivrance au BOPI et vous adresse un exemplaire de votre brevet
indiquant notamment le numéro national de votre dépôt.
– Attention : il est conseillé de relire la mention de la délivrance et de signaler au plus vite à l’INPI les éventuelles
erreurs.
Extrait de la brochure Le Brevet de l’INPI.

Le brevet est imprimé sous forme de fascicule.

5 Au bout de combien d’années un brevet tombe-t-il dans le domaine public ?


Un brevet tombe dans le domaine public au bout de 20 ans maximum. Il ne bénéficie plus alors de protection, et toute
personne peut l’exploiter. Cependant, pour que la protection soit assurée pendant 20 ans, l’entreprise doit payer ses
annuités à chaque date anniversaire du dépôt du brevet.

Exercice 3 Déposer un nom de domaine

1 Citez des noms de domaine que vous consultez régulièrement.


Chaque étudiant peut citer deux ou trois noms de domaines qu’il consulte régulièrement.

2 Indiquez comment s’acquiert un nom de domaine (annexe 1).


Pour acheter un nom de domaine, vous devez vous rendre sur le site d’un prestataire Internet proposant ce service.
Néanmoins, enregistrer un domaine doit respecter un processus assez strict.

Établir une liste de domaines


Comme définition, je dirai que votre domaine est votre identité ou celle de votre entreprise sur Internet. Avant de
passer à l’acte d’achat, vous devez évidemment faire une liste de noms de domaine susceptibles de vous intéresser.
Il faut que celui que vous choisirez soit court et ait un rapport avec le thème ou le contenu de votre site Internet
à créer. Ou bien, il devra refléter la gamme de produits ou services que vous allez proposer au public. En d’autres
termes, ce nom de domaine retenu par vous doit être facile à mémoriser par vos futurs et éventuels clients.

Choix de l’extension du domaine


Dans chaque nom de domaine, il existe ce que l’on appelle une extension. Ce sont des lettres qui terminent un
domaine et qui font comprendre que le mot que vous lisez est un nom de domaine. Les plus connus et les plus
utilisés sont : .com, .net, .org, .info.
Si votre activité a un caractère planétaire, optez pour ces extensions citées plus haut. Mais si votre activité a un
caractère purement local (régional, départemental...), optez pour une extension propre à votre pays de résidence.
Ainsi, si vous résidez en France, vous devez enregistrer un nom de domaine se terminant par « .fr ». Pour la Bel-
gique, le « .be », ainsi de suite. Il est judicieux, pour une meilleure protection du nom de votre entreprise sur Inter-
net, d’acheter un nom de domaine en « .com » et le même en « .fr ». Mais, il faut savoir que toutes les extensions
n’ont pas toujours le même prix.

Vérification du nom de domaine


Après avoir fait votre liste et choisi vos extensions, l’étape suivante pour l’achat de votre nom de domaine sera de
procéder avant tout à la vérification de la disponibilité du nom de domaine choisi. Vous devez donc vérifier que
votre domaine est libre, donc disponible pour un enregistrement immédiat. Pour ce faire, allez sur n’importe quel
site de prestataire Internet. Toute vérification de nom y est toujours gratuite. Mais, sachez qu’un nom de domaine
retenu par vous peut être disponible dans une extension et pas dans d’autres. à vous de voir si l’extension libre vous
convient ou pas. Sinon, reformulez votre choix en en modifiant les lettres composant votre nom.

6. La protection des droits 59


Enregistrer son nom de domaine
Une fois que vous avez trouvé un domaine disponible avec une extension qui vous convient, vous devez procéder
à son enregistrement. Utilisez un moteur de recherche comme Google pour comparer les offres d’achat proposées
par les Registrars. Mais, ne perdez pas trop de temps dans votre prospection. Car, pendant que vous cherchez
votre prestataire, quelqu’un d’autre peut enregistrer le nom de domaine que vous aviez sélectionné. Et vous l’aurez
perdu et devrez recommencer. Sur Internet, en matière de nom de domaine, le premier venu est le premier servi !
www.arobasenet.com

3 Quel risque encourez-vous si vous utilisez com- règles d’acquisition. L’AFNIC, chargée d’attribuer les
mercialement un nom de domaine qui existe déjà noms de domaine en .fr, n’en permet l’acquisition qu’aux
(annexe 1) ? entités respectant certaines conditions. Voici une liste non
exhaustive de ces conditions :
La personne qui utilise commercialement un nom de
– être titulaire d’une marque déposée ;
domaine qui existe déjà risque de subir une action en
– être une société (entreprise) immatriculée au registre du
contrefaçon de la part du déposant du nom de domaine.
commerce ;
– être une association immatriculée à l’INSEE ; aux profes-
sions libérales ;
4 Recherchez si le nom de domaine « langlois- – être un artisan ;
bio » existe déjà. Composez votre nom de domaine – être une collectivité publique.
(annexe 2). Il est nécessaire de posséder les documents justifiant
Sur le site de l’INPI, dans l’onglet « marques », consulter l’appartenance à l’une de ces catégories :
Vérifier la disponibilité d’une marque. Pour les entreprises, un extrait de Kbis et le numéro
Le nom de domaine langloisbio n’existe pas encore. L’étu- de SIREN / SIRET ;
diant peut le choisir ou créer son propre nom de domaine Pour les associations immatriculées à l’INSEE, le numéro
après avoir recherché si ce nom n’existait pas déjà. de SIREN / SIRET ;
Il existe des outils appelés Whois, permettant de vérifier la Pour une marque déposée, un certificat de l’INPI (Institut
disponibilité d’un nom de domaine, voire d’en connaître National de la Propriété Intellectuelle), à fournir dans les
son propriétaire. GANDI ou Network Solutions pour les 6 mois si la demande est en cours.
.com, .net, et .org Afnic pour les .fr. Cependant, l’AFNIC libéralise progressivement les « .fr »,
il est donc utile de se référer régulièrement à leur site web
pour connaître les dernières conditions. Peuvent ainsi
5 Étudiez la façon de déposer gratuitement votre acquérir un nom de domaine en .fr :
– toutes les catégories citées ci-dessus ;
nom de domaine (annexe 3).
– les particuliers ;
L’ouverture du nom de domaine dans la zone française – toutes les associations, même non immatriculées à
(un site dont le nom se termine par .fr) est régie par des l’INSEE.

60 Partie 2. Participation à la protection des personnes, des biens et des droits


Partie 3

A7.4
Participation
à la gestion
des risques
financiers

Chapitre 7 La solvabilité des clients .... . ..... ...... ..... ...... ..... ...... ..... ...... ..... .. 63

Chapitre 8 Le cadre institutionnel des échanges internationaux . ..... 69

61
7
La solvabilité des clients

Repères dans le référentiel


Compétences Aptitudes professionnelles
Être capable de : – Être rigoureux dans le choix des sources
– Collecter des informations commerciales d’informations relatives à l’étude de la solvabilité
et financières sur les clients. des clients, la sélection des informations
– Apprécier la solvabilité des clients. et leur traitement.

L’ENTREPRISE VISIO (p. 125)

Le retard de règlement de la créance ABS ÉLECTRICITÉ


Situation 1 Mesurer les conséquences
de la défaillance des clients dépasse les 120 jours. Le risque d’impayé est aujourd’hui
élevé. Une créance impayée diminue la marge bénéficiaire
de l’entreprise du montant de la créance HT.
1 Quelle est l’utilité de la balance âgée ?
La balance âgée récapitule les montants et les échéances
des encours clients. C’est un outil de suivi des retards de 5 Quel chiffre d’affaires supplémentaire HT faudra-
paiement des clients. t-il générer pour couvrir la marge perdue (utilisez
pour ce calcul le taux de marge bénéficiaire) ?
Créance TTC: 28 540 €
2 Calculez le coût pour l’entreprise du retard de Créance HT : 28 540 / 1,196 = 23 862,88 €
paiement de la créance ROLEIX. Taux de marge bénéficiaire : 12 %
Coût du retard de paiement de 20 jours de la créance Chiffre d’affaires à réaliser pour couvrir la marge bénéfi-
ROLEIX échue : ciaire perdue : 23 862,88 / 0,12 = 198 857,30 €
13 178 x 5 %* × 20/360 = 36,60 € + 35 € = 71,60 €
* Le solde de trésorerie étant positif, l’entreprise VISIO
n’a pas eu recours au découvert bancaire. 6 Expliquez pourquoi les factures impayées peuvent
C’est donc le taux de placement financier amener une entreprise à déposer le bilan.
qui est utilisé pour ce calcul.
Faute d’une trésorerie suffisante pour payer ses fournis-
seurs et autres créanciers, l’entreprise peut se déclarer
en cessation de paiement (dépôt de bilan).
3 Quelle est la conséquence des retards de
Par la suite, le juge décidera soit une procédure de
paiement sur la trésorerie de l’entreprise ? Quel redressement judiciaire, soit une procédure de liquidation
devrait être, à la date du 15 novembre N, le montant judiciaire.
de la trésorerie ?
Les retards de paiements font que le montant réel de la
trésorerie est inférieur au montant théorique.
Situation 2 Prévenir le risque de défaillance
Le montant de la trésorerie au 15 novembre N devrait
client par l’analyse financière
être de :
11 450 + 28 540 + 13 987 + 25 897 + 13 178 = 93 052 €
7 Quels types d’informations avez-vous recherchés ?
Justifiez votre recherche.
4 Quel risque court VISIO avec la créance ABS ÉLECTRI- Types d’informations recherchés :
CITÉ? Quelles en seraient alors les conséquences sur – Des informations commerciales sur l’évolution du mar-
la marge bénéficiaire de l’entreprise, sachant que la ché du déménagement, pour évaluer le risque encouru
TVA est récupérable ? par les entreprises sur ce marché.

7. La solvabilité des clients 63


– Des informations juridiques et fiscales, pour vérifier que c’est un indica-
cette entreprise a une existence légale et qu’il n’y a pas teur d’une bonne gestion financière. Une entreprise qui
de procédure collective engagée à son égard. possède des valeurs mobilières de placement pourra les
– Des informations financières sur l’entreprise BRECHER : vendre en cas de difficulté de trésorerie. Mais trop de
indicateurs d’activité et de résultat, bilans comptable et valeurs mobilières de placement indiquent que l’entre-
financier, pour mesurer la solvabilité de l’entreprise. prise privilégie les placements financiers à l’investisse-
ment lié à l’activité.
La société BRECHER dispose de 21 000 € de VMP. La valeur
8 Quelles informations sur la santé financière du nette des VMP était de 14 300 € en N –1.
client pouvez-vous obtenir à la simple lecture du Cette première analyse donne une impression plutôt
bilan ? favorable de la société BRECHER, mais elle est insuffisante
pour évaluer le niveau du risque encouru en travaillant
Au passif :
avec elle.
le capital augmenté des réserves
constitue une garantie financière pour les créanciers.
Le montant des capitaux propres est de 119 850 euros
9 Quel est l’intérêt de présenter un bilan financier ?
en N avant répartition du résultat. Suivant la décision
des associés (ou actionnaires), une partie de ce résultat Quels retraitements ont été effectués ?
sera maintenu dans les capitaux propres et incorporé Le bilan comptable ne met pas en évidence l’échéance
aux réserves et l’autre sera distribuée aux associés (ou des créances et des dettes. Les valeurs indiquées des biens
actionnaires) sous forme de dividendes. de l’actif sont des valeurs comptables et non leur valeur
le montant des emprunts indique réelle.
l’endettement à long terme de l’entreprise, sous ré- Le bilan financier permet d’évaluer la solvabilité (capacité
serve de la partie de l’emprunt arrivant à échéance à rembourser les dettes en vendant les actifs) et la liqui-
qui constitue une dette à court terme. C’est un indi- dité (capacité de payer les sommes dues aux échéances
cateur important de la santé financière de l’entreprise. prévues) de l’entreprise.
Emprunts de la société BRECHER en N : 50 000 € soit Retraitements effectués : pour mieux comparer les
une baisse de 6 000 € (–10,7 %) par rapport à N –1. actifs et passifs à échéance identique, les postes de l’actif
L’endettement à court terme en N de la société BRECHER sont classés par ordre de liquidité croissante et les postes
est de : 54 958 € (montant auquel il faudrait rajouter les du passif sont classés par ordre d’exigibilité croissante :
emprunts à échéance). plus d’un an et moins d’un an.
Endettement total : 104 958 € en N. Cet endettement Les postes de l’actif sont retenus pour leur valeur réelle :
est inférieur au montant des capitaux propres. valeur nette comptable augmentée éventuellement d’une
plus value ou diminuée d’une moins value.
À l’actif :
Ainsi pour la société BRECHER, les retraitements sui-
l’actif immobilisé brut indique l’in-
vants ont été effectués :
vestissement réalisé par l’entreprise. Le montant des
– les capitaux propres et les emprunts à plus d’un an
amortissements donne une indication sur la vétusté de
constituent les capitaux permanents ;
cet investissement.
– les emprunts à échéance (10 000 €) et les dividendes votés
L’actif immobilisé brut de la société BRECHER, soit
(14 000 €) sont intégrés aux dettes à moins d’un an ;
353 540 € est amorti à 66 %.
– l’actif immobilisé est inscrit en actif à plus d’un an pour
les stocks et les créances sont des sa valeur réelle, soit 122 108 € en N. La plus value de
emplois liés à l’exploitation de l’entreprise. Leur finan- 1 000 € prise en compte à l’actif est intégrée dans les
cement coûte cher. capitaux propress au passif ;
Les stocks de la société BRECHER (emballages…) sont peu – l’actif circulant est inscrit pour sa valeur nette comptable
élevés, ce qui est normal pour une société de déména- en actif à moins d’un an. Aucune plus ou moins value
gement qui ne possède ni matières premières, ni mar- n’a été constatée.
chandises.
Par contre le montant des créances clients est impor-
tant : 75 860 € dont 8 310 € de recouvrement incertain 10 Calculez les ratios financiers et reportez-les
(dépréciations). On remarque cependant que la valeur
dans le document 8.
nette des créances clients a diminué (on ne dispose pas
de la valeur brute N –1). L’analyse du bilan financier se fait à partir de ratios qui
vont permettre de mesurer la capacité de l’entreprise à
honorer ses dettes, son indépendance financière et sa
structure financière.

64 Partie 3. Participation à la gestion des risques financiers


Ratios financiers Mode de calcul N –1 N Secteur
Liquidité générale Actif à –1 an / Dettes à – 1 an 1,16 1,31 1,2

Liquidité réduite Actif à –1 an (sauf stocks) / Dettes à –1 an 1,14 1,23 1,1

Indépendance financière Capitaux propres / capitaux permanents 0,67 0,73 0,6

Financement des investissements Capitaux permanents / Actif à + d’1 an 1,19 1,2 1,3

11 Donnez à Ludovic Hong un avis motivé sur la Situation 3 Prévenir le risque de défaillance
possibilité de travailler avec la société BRECHER. client par des mesures internes
L’activité de l’entreprise est en légère progression (aug-
mentation du chiffre d’affaires de 0,2 %). Par contre, le 12 Quelles mesures préventives conseillez-vous de
résultat d’exploitation et le résultat net sont en baisse, mettre en place pour réduire les défaillances clients ?
respectivement de 3,38 % et 11,82 %.
Tous les ratios financiers sont supérieurs ou proches de
– Éviter les cas de litige : vérification de la qualité et de
ceux du secteur.
la conformité des produits livrés, respect des délais de
L’entreprise BRECHER a une bonne indépendance finan-
livraison, facturation immédiate et conforme aux condi-
cière. Sa structure financière est satisfaisante : l’actif à
tions de la commande.
plus d’un an est financé par des capitaux permanents.
Les ratios de liquidité générale et de liquidité réduite
clients : vérification du motif de non paiement et dé-
montrent que l’entreprise a la capacité d’honorer ses
clenchement immédiate de la procédure de recouvre-
dettes. Elle est solvable.
ment : lettre de relance, lettre de mise en demeure,
Il y a peu de risques à travailler avec cette société.
transmission du dossier à un service contentieux.
– Analyser la solvabilité des clients et adapter les
conditions de paiement à la situation du client : de-
mande d’acompte, limitation du montant de l’encours
client, demande de paiement comptant…

Situation 4 Couvrir le risque d’impayé

13 À l’aide des documents 9 à 11 réalisez un tableau comparatif de ces 2 modes de couverture du risque

Modes Principe Avantages Limites Coût


Assurance- Contrat par lequel, Meilleure connaissance de la La garantie Coût déterminé de
crédit moyennant le clientèle grâce aux fichiers est assujettie façon forfaitaire à
paiement d’une constamment actualisés à un examen l’année ou indexé
prime, la compagnie des assureurs. Sécurité de préalable de au chiffre d’affaires
d’assurance s’occupe paiement qui évite l’impact la solvabilité du mensuel selon un taux
du recouvrement des parfois désastreux des client. compris entre 0,1 %
créances impayées impayés sur la trésorerie. L’agrément est et 1,5 % du montant
et, en cas d’impayé, Gain de temps et d’argent : nominatif avec de la créance.
garantit à l’entreprise libérée du temps et des un plafond
une indemnisation charges consacrés à d’encours pour
couvrant 60 % à 90 % l’enquête de solvabilité les moyens et
de la perte subie. La de ses clients et au gros clients.
compagnie d’assurance recouvrement des créances, Le délai
exerce aussi une l’entreprise gagne un temps d’indemnisation
surveillance permanente précieux pour développer se situe entre
des moyens et gros son cœur de métier et 1 et 5 mois
clients agréés et réduit les charges de gestion environ.
informe l’entreprise en interne liées au suivi de ses
cas de dégradation de comptes clients.
leur solvabilité.

7. La solvabilité des clients 65


Modes Principe Avantages Limites Coût
Affacturage Contrat par lequel Sécurité de paiement : La rémunération
un établissement de en cas d’impayés, le risque doit obtenir du factor comprend :
crédit spécialisé, appelé est assuré par le factor qui l’approbation – la commission
factor, achète ferme les ne peut se retourner contre du factor pour d’affacturage calculée
créances détenues par le vendeur. chacun de ses sur le montant des
un fournisseur, appelé Paiement immédiat : clients avec créances transférées :
vendeur, sur ses clients pas de problème de généralement entre 0,70 % et 2,50 %
(français ou étrangers), trésorerie car le factor avance un plafond du chiffre d’affaires
appelés acheteurs ou au vendeur le montant des d’encours confié, avec un taux
bénéficiaires de services créances cédées. par client. moyen de 1,5 % ;
et ce moyennant Gain de temps : – les intérêts débiteurs,
rémunération. le factor se charge de doit accorder ou commissions de
l’encaissement des créances. au factor financement, calculés
l’exclusivité prorata temporis, qui
de toutes ses représentent le coût
créances. du financement
anticipé.

Exercices
1 Repérer l’utilité d’un texte de loi Ainsi, les délais et retards de paiement sont une des causes
Exercice
principales des défaillances d’entreprises en France.
La Loi sur la Modernisation de l’économie a pour objet de
Les délais de paiement accordés aux clients ont une inci- réduire ces risques en limitant les délais de paiement dont
dence négative sur le BFR et donc sur la trésorerie de l’en- la longueur était abusive. Aujourd’hui, sauf exceptions,
treprise. Plus les délais accordés sont longs, plus l’impact dépasser les délais prévus par la loi, ou demander à son
sur la trésorerie est important. partenaire de différer ses dates de facture, sont autant de
Les entreprises qui ne disposent pas d’une trésorerie suffi- pratiques abusives passibles d’une amende civile pouvant
sante ont alors recours à l’aide bancaire pour assurer leur aller jusqu’à 2 millions d’euros.
équilibre financier. Leur situation financière est fragile car
dépendante des banques.

Exercice 2 Évaluer les conséquences d’un impayé

1 Précisez quelles seront les conséquences sur la trésorerie d’une perte définitive et intégrale de la créance
PIXO.
Avril Mai Juin
Trésorerie début de mois 5 673 – 17 274 – 13 775

Encaissements 102 8421 135 678 137 546

Décaissements 125 789 132 179 2 130 465

Trésorerie fin de mois – 17 274 – 13 775 – 6 694


1 : 129 453 – 26 611 2 : 136 540 – 4 361 (TVA)
On remarque que la trésorerie de l’entreprise est négative pour les 3 mois.

2 OUTAUD pourra-t-elle dis- 3 Quel chiffre d’affaires supplémentaire devra


poser de suffisamment de trésorerie pour effectuer être réalisé par le commercial de l’entreprise pour
les décaissements prévus ? Quel en sera le coût (non conserver un objectif de marge bénéficiaire pour
chiffré) pour l’entreprise ? l’année N de 11 % ?
Pour effectuer les décaissements prévus, l’entreprise Chiffre d’affaires supplémentaire à réaliser pour conserver
devra avoir recours aux concours bancaires dont le coût un objectif de marge bénéficiaire de 11 % :
est élevé : intérêts + commission bancaire. 22 250 € / 0,11 = 202 272,73 €.

66 Partie 3. Participation à la gestion des risques financiers


Exercice 3 Anticiper le risque d’impayé

1 Calculez le score attribué aux clients potentiels (prospects) donnés en annexe 3.

Sté BRITARD Sté FASTIDO Sté ALVAREZ


Ratios
Ratio Ratio pondéré Ratio Ratio pondéré Ratio Ratio pondéré

Liquidité réduite- 0,57 2,86 0,15 0,73 0,92 4,60

Liquidité générale 0,99 3,98 0,77 3,06 1,42 5,67

Indépendance
0,58 1,73 0,49 1,47 0,61 1,84
financière

Financement des
0,996 3,98 0,900 3,60 1,205 4,82
investissements

Résultat
d’exploitation / 0,12 1,44 0,09 1,05 0,11 1,36
Chiffre d’affaires HT

Score 13,99 9,91 18,29

2
RITARD : risque moyen, un acompte sera demandé à la commande. ASTIDO : risque élevé, aucun contrat ne sera
signé avec ce client. LVAREZ : risque faible, un crédit de 30 jours peut être accordé au client.

4 Justifier une procédure commande que si la livraison est effectuée le lendemain.


Exercice
de validation de commande Or, la procédure d’acceptation de la commande des nou-
veaux clients professionnels qui peuvent bénéficier d’un
délai de paiement de 30 jours par le directeur des ventes
1 Quel est le problème rencontré par les commer-
ne permet pas d’engager la livraison sous un délai aussi
ciaux de l’entreprise ? court. La suppression de cette procédure permettrait aux
Les plombiers-chauffagistes, qui s’approvisionnent actuel- commerciaux de développer le chiffre d’affaires auprès de
lement auprès de la concurrence, n’acceptent de passer cette clientèle.

2
de la mise en application de la proposition faite par la direction commerciale.

Note à l’intention du directeur M. Moulin


La direction commerciale souhaite modifier la procédure actuelle d’acceptation des commandes
des nouveaux « clients en compte ».
La disparition de la contre signature des commandes relevées auprès de nouveaux clients professionnels
ne permettra plus à l’entreprise de contrôler et de valider les conditions de remise et de crédit acceptées par les
représentants. Dès lors, la société risque de se retrouver avec des commandes qu’elle devra satisfaire à perte.
En outre, il ne sera plus possible d’ajuster les conditions de paiement en fonction de la solvabilité du client.
À ce titre, il risque d’y avoir une augmentation significative des créances douteuses et des impayés.
En conséquence, la suppression de la contre-signature ne peut se traduire que par une baisse de la
rentabilité de l’entreprise, une dégradation de sa trésorerie et dans une situation extrême par un dépôt de bilan.
C’est pourquoi la proposition de la direction commerciale ne doit pas être acceptée en l’état,
même si elle réduit vos objectifs de pénétration sur le marché.
Je reste à votre disposition pour toute information ou explication complémentaire.

7. La solvabilité des clients 67


Exercice 5 Évaluer la solvabilité d’un prospect

1 AUDIN .

Les achats HT (10 578 200 €) sont supérieurs aux ventes HT (8 360 000 €), ce qui démontre que l’activité de l’entreprise
est inférieure aux prévisions et que les achats n’ont pas été maîtrisés. Il y a une forte disproportion entre le montant des
créances clients (1 533 150 €) et les capitaux propres (544 240 €). Les dettes fournisseurs sont également très élevées
(1 918 400 €).

Ratios financiers N Commentaires


L’actif à moins d’un 1 an ne permet de ne couvrir que
Liquidité générale 2 563 960 / 2 740 700 = 0,94
94 % des dettes à moins d’un an.

Ce ratio est très insuffisant. L’entreprise


Liquidité réduite 1 573 440 / 2 740 700 = 0,57 ne peut honorer ses dettes à court terme
sans réaliser ses stocks.

Indépendance Les capitaux propres ne représentant que 40 % des capitaux


544 240 / 1 357 150 = 0,40
financière permanents. L’entreprise est très endettée.

La structure financière de l’entreprise n’est pas solide


Financement
1 357 150 / 1 533 890 = 0,88 puisqu’elle finance une partie de son actif à plus d’un
des investissements
an avec des dettes à moins d’un an.

En conclusion, cette entreprise n’est pas solvable et le risque encouru à travailler avec elle est très élevé.

2 Précisez dans quelles conditions il est possible de s’engager avec cette entreprise.
Il n’est possible de s’engager avec cette entreprise qu’en exigeant un paiement comptant avant toute livraison.

Exercice 6 Choisir un mode de réglement

faire face aux éventuels risques repérés.

Ratios financiers ART ET COULEURS CRÉA WARE GAMMA ÉDITION


Liquidité générale 0,84 1,69 2,75

Liquidité réduite 0,47 0,72 1,46

Indépendance financière 0,30 0,36 0,80

Financement des investissements 0,83 1,07 3,33

ART ET COULEURS : Par contre l’entreprise ne pourra respecter ses obligations


Ratios de liquidité insuffisants car inférieurs à 1. L’entre- financières à court terme qu’en réalisant une partie de
prise ne peut pas respecter ses obligations financières son stock.
à court terme. Et pour assurer la couverture de 84 % de L’entreprise est endettée, les capitaux propres ne repré-
ses dettes à court terme elle devra liquider ses stocks. sentent que 36 % des capitaux permanents.
L’entreprise est endettée, les capitaux propres ne repré- Sa structure financière est satisfaisante : les investisse-
sentent que 30 % des capitaux permanents. ments sont financés par des capitaux permanents.
Sa structure financière est fragile car les capitaux perma- Le risque financier est faible. Il serait souhaitable cepen-
nents ne financent que 83 % de l’actif à plus d’un an. dant de limiter l’encours client et si possible de demander
Le risque financier est important et il ne sera possible de un acompte à la livraison.
travailler avec cette société que si le paiement est comp-
tant avant livraison. GAMMA ÉDITION :
Tous les ratios sont excellents. La situation financière de
CRÉA WARE : l’entreprise est très saine. Il n’y aucun risque à travailler
Le ratio de liquidité réduite est bon (1,69). L’actif à avec cette société, ni à lui accorder des délais de paie-
moins d’un an est supérieur aux dettes à moins d’un an. ment.

68 Partie 3. Participation à la gestion des risques financiers


8
Le cadre institutionnel des échanges internationaux

Repères dans le référentiel


Compétences Aptitudes professionnelles
Être capable de : – Faire preuve de vigilance sur les risques potentiels.
– Identifier les risques. – Être rigoureux dans le choix d’une modalité de
– S’informer sur les modalités de couverture des risques. couverture des risques.
– S’informer sur les moyens de paiement à – Être rigoureux dans le choix d’un moyen de paiement
l’international. à l’international.

L’ENTREPRISE ARMOR ALGUES (p. 143)

Situation 1 Identifier les risques encourus Situation 2 Prendre des mesures


par l’entreprise à l’export de prévention et de couverture
des risques à l’export
1
l’export. 3 La Coface (Compagnie française d’assurance pour
L’entreprise exportatrice doit faire face à quatre types de le commerce extérieur), contactée par C. Kermeur,
risques. a envoyé une proposition de couverture du risque
– Le risque financier lié à la prospection : pertes finan- encouru par la société ARMOR ALGUES (doc. 4). Quel
cières subies en cas d’insuccès de la démarche de pros- est ce risque ?
pection. Le risque encouru par la société ARMOR ALGUES est le risque
– Le risque pays : risque d’impayé né de la situation éco- financier lié à la prospection au salon de Montréal.
nomique ou politique du pays de l’importateur.
– Le risque d’impayé né de la défaillance de l’importateur.
– Le risque de change du fait de la variation par rapport à 4 En quoi consiste la proposition de la Coface ?
l’euro de la devise dans laquelle est libellée l’opération Quel en est le coût pour l’entreprise ?
commerciale.
La Coface propose à la société ARMOR ALGUES une assu-
rance contre le risque financier lié à la participation au
salon de Montréal. En effet, cette participation a un
2 Parmi ces risques, quels sont ceux qui n’existent coût et l’entreprise n’a pas la certitude de générer un
pas pour les exportations vers les pays de l’Union chiffre d’affaires suffisant pour le couvrir. Coût de cette
européenne ? Justifiez votre réponse. assurance pour l’entreprise : 2 % du budget garanti de
– Le risque pays est quasiment inexistant du fait du sou- 48 000 euros, soit 960 euros.
tien de la communauté européenne (exemple de la
Grèce actuellement).
– Le risque de change n’existe pas pour les pays de la
Zone euro.

8. Le cadre institutionnel des échanges internationaux 69


5 La société ARMOR ALGUEs doit-elle souscrire à cette Hypothèse basse :
proposition ? Justifiez votre réponse. Pour cela vous – Chiffre d’affaires réalisé : 350 000 euros
prendrez en hypothèse haute un chiffre d’affaires – Indemnité provisionnelle versée par la Coface :
prévisionnel sur deux ans de 600 000 euros et en 48 000 × 65 % = 31 200 euros
hypothèse basse de 350 000 euros. – Versements à la Coface : 350 000 × 7 % = 24 500 euros
Hypothèse haute : Le coût total de l’assurance est de : 650 (prime) + 24 500
– Chiffre d’affaires réalisé : 600 000 euros (versements) = 25 150 euros.
– Indemnité provisionnelle versée par la Coface : Soit un gain net pour l’entreprise de : 31 200 – 25 150 =
48 000 × 65 % = 31 200 euros 6 150 euros.
– Versements à la Coface : 600 000 × 7 % = 42 000 euros, Si c’est l’hypothèse basse qui se réalise, le gain net pour
limité à 31 200 euros l’entreprise est de 6 150 euros.
L’entreprise réalisant un chiffre d’affaires important, elle Il est possible aussi d’envisager le pire : aucune com-
ne bénéficie d’aucune indemnité : elle a remboursé à la mande. Sans assurance, la société ARMOR ALGUES devra
Coface l’indemnité provisionnelle reçue. alors supporter intégralement le coût de la participation
L’entreprise supporte le coût de la prime d’assurance de au salon.
650 euros. Il est donc prudent pour l’entreprise de contracter cette
assurance dont la prime est très raisonnable : 650 euros.

6 Pour chaque risque identifié dans la situation 1, indiquez des mesures de prévention pouvant être mises
en œuvre et les possibilités de couverture du risque existantes.

Risques Mesures de prévention Couvertures possibles


Risque de prospection Analyser le marché – Assurance prospection
Risque pays Consulter la note du pays en termes – Assurance crédit
de risque : @rating
Risque d’impayé – Consulter l’avis de crédit @rating – Garantie bancaire
du fait de la défaillance et le score – Assurance crédit
de l’importateur – Rédiger des conditions générales – Affacturage
de vente rigoureuses et adaptées
à l’export
– Définir l’incoterm
Risque de change Facturer en euros si possible – Change à terme
– Assurance change

7 Que pensez-vous du niveau de risque encouru En vendant à terme les devises à sa banque, l’entreprise
avec le Canada ? est assurée de recevoir dans 30 jours :
50 000 / 1,47 = 34 013,60 euros.
Le risque pays est peu élevé car la situation politique et
économique est favorable. L’environnement des affaires – Si 30 jours plus tard le cours du dollar canadien est
est satisfaisant : bilans des entreprises fiables, recouvre- de 1 euro = 1,45 CAD l’entreprise aura perdu 469,16
ment des créances efficace, institutions de qualité. euros puisqu’elle ne peut bénéficier du gain de change :
Le niveau de risque d’impayé encouru avec le Canada est 50 000 / 1,45 = 34 482,76 – 34 013,60 = 469,16 euros
faible. – Si 30 jours plus tard le cours du dollar canadien est de
1 euro = 1,49 CAD l’entreprise aura gagné 456,55 euros :
50 000 / 1,49 = 33 557,05 euros
8 Les prix des produits seront facturés aux distribu- 34 013,60 – 33 557,05 = 456,55 euros.
teurs canadiens en dollars canadiens (CAD) avec un Le change à terme en fixant dès la conclusion de l’opéra-
délai de paiement de 30 jours. Pensez-vous qu’il soit tion d’export le cours appliqué lors de l’encaissement de
utile d’utiliser le principe du change à terme ? (Vous la facture, supprime le risque de change : l’entreprise est
prendrez comme exemple une commande de 50 000 couverte contre une hausse du cours de l’euro. En contre-
dollars CAD avec aujourd’hui un cours à terme partie, elle ne bénéficie pas d’une éventuelle baisse du
[30 jours] du dollar canadien de : 1 euro = 1,47 CAD, cours.
et 30 jours plus tard en hypothèse haute un cours Le cours des monnaies variant en permanence sur le
de : 1 euro = 1,45 CAD et en hypothèse basse un marché des changes, il est prudent pour l’entreprise de
cours de 1 EUR = 1,49 CAD.) limiter ce risque.

70 Partie 3. Participation à la gestion des risques financiers


Situation 3 Choisir une technique de paiement

9 Comparez les différentes techniques de paiement à l’international (doc. 12) en faisant apparaître le rôle de
chaque acteur (exportateur, banque de l’exportateur, importateur, banque de l’importateur) et en donnant
leurs avantages et leurs inconvénients.

Technique Rôle des acteurs Avantages Inconvénients


L’encaissement Exportateur : expédition des marchandises – Simplicité. Risque de retard de paiement
simple + facture. – Coût inexistant. et d’impayé.
Importateur : paiement du prix par chèque
ou effet de commerce.
Contre Exportateur : remise des marchandises – Coût de 2 à 5 % du montant
remboursement au transporteur + facture. de la vente.
Transporteur : livraison contre paiement. – Risque de non récupération
Rapatriement du prix au vendeur. des marchandises par
l’importateur.
Importateur : prise de possession des – Le contre remboursement
marchandises contre paiement du prix. est praticable uniquement
avec un transport routier
ou par voie postale.

La remise Exportateur : expédition des marchandises Les documents – Absence d’engagement


documentaire + remise des documents à sa banque. permettant bancaire en matière de
Banque de l’exportateur : remise des la prise de paiement.
documents à la banque de l’importateur. possession des – Coût de 0,1 à 1 % du
Réception des fonds. marchandises montant de la vente.
ne sont remis – Risque de retard de
Banque de l’importateur : remise des que contre paiement.
documents à l’importateur contre paiement.
paiement du prix + transmission des fonds
à la banque de l’exportateur.
Importateur : paiement du prix à sa
banque contre documents permettant
de prendre possession des marchandises.

Le crédit Exportateur : après réception de la – Le paiement des – Lourdeur administrative


documentaire notification d’ouverture : expédition des marchandises (nécessité de remplir de
marchandises + remise des documents est garanti nombreux documents).
à sa banque. par la banque – Coût relativement élevé
Banque de l’exportateur : notification de l’importateur. (nombreuses commissions
à l’exportateur de l’ouverture du crédit. – Ainsi bancaires) : entre 1 et 3 %
l’exportateur du montant total du crédit.
Remise des documents à la banque est couvert
de l’importateur. contre les
Réception des fonds. risques de non-
Banque de l’importateur : notification paiement.
à la banque de l’exportateur de
l’ouverture du crédit.
Remise des documents à l’importateur
contre paiement du prix + transmission
des fonds à la banque de l’exportateur.
Importateur : demande d’ouverture
d’un crédit documentaire à sa banque.
Paiement du prix contre documents
permettant de prendre possession
des marchandises.

10 Quelle(s) technique(s) de paiement préconisez-vous pour les ventes futures aux distributeurs canadiens ?
Il y a peu de risques avec le Canada. La remise documentaire semble une technique de paiement appropriée.

8. Le cadre institutionnel des échanges internationaux 71


Des précisions sur le prix, qui ne prend pas en compte les
Situation 4 Être attentif à la rédaction
des clauses du contrat de vente droits de douane et qui peut éventuellement être modifié
internationale en fonction du taux de change en vigueur au moment de
la facturation.
La précision de l’incoterm, qui définit les responsabilités et
11 Quelles sont les formes et formalités à respec-
les obligations du vendeur et de l’acheteur en matière de
ter pour que les conditions générales de vente soient transport et de livraison (partage des frais et transfert des
valables juridiquement ? risques) : incoterm CPT.
Pour que les conditions générales de vente soient valables
juridiquement, il faut qu’elles soient rédigées de manière
claire et dépourvues d’équivoque, soit dans la langue du
13 Précisez l’utilité de la facture pro-forma à l’ex-
pays de l’acheteur soit en anglais.
L’acheteur doit prendre connaissance des conditions port.
générales de vente avant la conclusion du contrat. La facture pro-forma matérialise l’offre commerciale. Ce
document peut-être utilisé pour obtenir des autorisations
administratives nécessaires à l’importation, une licence
12 Quelles sont les mentions spécifiques à l’export export ou faire ouvrir un crédit documentaire.
présentes dans les conditions générales de vente de La conformité de ce document au contrat passé est donc
la société ARMOR ALGUES ? capitale.
Elle doit être datée, signée avec le tampon de l’entreprise.
La référence aux dispositions de la convention de Vienne Acceptée par le client, elle constitue le contrat de vente.
sur la vente internationale de marchandises, pour définir
la loi applicable en cas de litige.

Situation 5 Respecter les formalités douanières et fiscales

14 Établissez un tableau comparatif des formalités douanières et fiscales pour les ventes vers les pays de
l’Union européenne ou vers les pays tiers.

Ventes vers – Libre circulation des produits communautaires. Les exportations sont
les pays – Les entreprises doivent cependant produire un document appelé exonérées de TVA à
de l’Union « Déclaration d’Échanges de Biens » (DEB) qui reprend condition de posséder
européenne mensuellement l’ensemble des mouvements physiques le numéro d’identification
des marchandises entre États membres. fiscale de l’importateur.

Ventes vers – Une déclaration d’exportation doit être établie sur un imprimé dit Les exportations sont
des pays tiers « Document Administratif Unique » au bureau de dédouanement. exonérées de TVA.
– Le bureau de douane de sortie s’assure que les marchandises
présentées correspondent bien aux marchandises déclarées,
vérifie la sortie physique des marchandises hors du territoire
de l’Union européenne, vise l’exemplaire n° 3 du DAU et
le restitue à l’opérateur.
– Ce visa permet à l’exportateur de justifier auprès des services
fiscaux de l’exonération de la TVA dont bénéficie l’exportation.

72 Partie 3. Participation à la gestion des risques financiers


Exercices
Exercice 1 Analyser la rentabilité d’une vente à l’export (d’après sujet BTS)

Dépenses de prospection sur le marché danois


Achat d’une étude de marché au PEE (Poste d’expansion économique) de Copenhague. 100 euros
Stand au salon Santé-Beauté-Bien-Être (3m × 2m) 8 500 DKK × 6 m × 0,134.
2
6 834 euros
Voyage de M me Raclet et de 2 commerciaux. 1 800 euros
Séjour dwe M me
Raclet et de 2 commerciaux à Copenhague (4 jours). 1 500 euros
1 000 catalogues publicitaires de présentation de la gamme VINOTHéRAPIE rédigés en danois 2 300 euros
Total 12 534 euros

12 534 × 65 % = 8 147,10 euros.


Prime à payer : 12 534 × 3 % = 376,02 euros.

Compte de résultat par variabilité


Éléments Montants
Chiffre d’affaires 2 000 × 14,50 29 000,00 100 %
Charges variables
Coût de fabrication des lots de 6 ampoules 2 000 × 7,50 15 000,00
Coût d’achat des coffrets 2 000 × 1,00 2 000,00
Main-d’œuvre mise en coffrets 16,67 × 11,50 191,67
Coût d’achat des cartons 40 × 0,38 15,20
Transport routier 40 × 5,20 208,00
Charges indirectes 40 × 11,4 456,00
Coût variable 17 870,87 61,62 %
Marge sur coût variable 11 129,13 38,38 %

Sans aide Avec aide


Charges fixes
de la Coface de la Coface

Plaquettes 790,00 790,00


Dépenses de prospection 12 534,00 12 534,00
Indemnité Coface 8 147,10
Prime d’assurance 376,02
Coût fixe 13 324,00 5 552,92
Résultat en euros – 2 194,87 5 576,21

8. Le cadre institutionnel des échanges internationaux 73


en quantité.
soit 14 469,65 / 14,5 = 998 coffrets.
34 719,33 /14,5 = 2 395 coffrets.

me
Raclet.
– Sans l’aide de la Coface, le résultat est une perte de 2 194,87 euros.
– Avec l’aide de la Coface, le résultat est un bénéfice de 5 576,21 euros.
– La commande du client danois est rentable à condition d’obtenir l’aide de la Coface.

Exercice 2 Gérer le risque de non-paiement

FROMAGERIE BELOT peut-elle gérer son -


risque client lorsque la Coface refuse l’agrément nologie des différents évènements et le montant
sur un acheteur ou en cas de dépassement de l’en- de l’indemnité que va percevoir la FROMAGERIE BELOT,
cours garanti ? sachant que la Coface a réceptionné le 3 juillet N
Lorsque la Coface refuse l’agrément sur un acheteur ou les documents attestant l’insolvabilité de l’impor-
en cas de dépassement de l’encours garanti, la FROMAGERIE tateur.
BELOT doit choisir une technique de paiement adaptée,
comme le crédit documentaire.

Chronologie des différents évènements


15/02/N Agrément de la Coface
01/03/N Facture
30/04/N Échéance de la créance – Facture impayée
Début mai/N Demande d’intervention à la Coface après relance infructueuse
03/07/N Réception des documents attestant de l’insolvabilité de l’acheteur
03/08/N Versement de l’indemnité par la Coface

Montant de l’indemnité perçue par la FROMAGERIE BELOT : 8 078,67 × 90 % = 7 270,80 euros.

FROMAGERIE BELOT,
sachant que le 10 décembre N, la Coface a récupéré annexe 2, le montant en euros que versera la banque
après procédure la somme de 1 225 euros et que les à la société LUITIN
frais d’avocat se montent à 381 euros.
La somme récupérée par la Coface étant inférieure à l’in- L’entreprise a vendu à terme (60 jours) à la banque
demnité versée, elle lui reste acquise. Les frais d’avocat sont 89 000 USD contre l’équivalent en euros au cours à
pris en charge par l’assurance. 60 jours de l’USD soit : 89 000/ 1,3920 = 63 936,78 euros.
Perte subie par la FROMAGERIE BELOT = montant de la créance Dans 60 jours, le 1/09/N, l’entreprise recevra les 89 000
– indemnité versée par la Coface USD qu’elle remettra à sa banque contre 63 936,78 euros
8 078,67 – 7 270,80 = 807,67 euros. reçus du client de Singapour.

LUITIN a-t-elle eu raison de couvrir le


Exercice 3 Mettre en place une couverture risque ? Justifiez votre réponse.
à terme Si l’entreprise n’avait pas utilisé la technique du change à
terme elle recevrait aujourd’hui :
63 000 / 1,3594 = 65 470,06 euros.
En couvrant le risque de change l’entreprise LUITIN ne peut
En facturant en USD, le risque encouru par la société LUITIN
bénéficier de la hausse du cours de l’USD.
est le risque de change.
Elle perd : 65 470,06 – 63 936,78 = 1 533,28 euros.

74 Partie 3. Participation à la gestion des risques financiers


Exercice 4 Choisir une technique de paiement à l’international

EGROVE, des conditions de règlement


accordées proposées aux clients des pays stables ?

Conditions de règlement Avantages Inconvénients


– Versement d’un acompte – Coût inexistant (sauf en – L’importateur est-il prêt
de 20 % à la commande. cas de non paiement). à payer un acompte ?
– Règlement du solde par – L’acompte permet de disposer à accepter une facturation
virement soit à la livraison, de trésorerie dès la conclusion en euros ? : risque de perte
soit à 30 jours de la date du contrat et ainsi l’entreprise de marché.
Pays stables de livraison. peut financer une partie des – Risque de retard de paiement
– Monnaie de facturation : coûts de production. ou d’impayé du solde.
euro. – Pas de risque de change
puisque la facturation est
en euros.

à risque.
Le crédit documentaire irrévocable et confirmé élimine le risque de non paiement dans les pays à risque puisque les
banques de l’importateur et de l’exportateur garantissent ce paiement.

8. Le cadre institutionnel des échanges internationaux 75


Applications
Application 2 La gestion d’incidents 3 Proposez des solutions pour minimiser l’impact
de paiement et de risques des impayés et des retards de règlement sur la
à l’export marge bénéficiaire de l’entreprise.
Pour éviter les impayés et les retards de règlement,
1 Analysez le portefeuille clients de l’entreprise. l’entreprise peut mettre en place des mesures internes.
– Éviter les cas de litige : vérification de la qualité et de
Analyse du portefeuille client de l’entreprise :
la conformité des produits livrés, respect des délais
– Part des retards de règlement dans le portefeuille clients :
de livraison, facturation immédiate et conforme aux
635 000 / 3 528 000 = 18 %
conditions de la commande.
– Part des impayés dans le portefeuille clients : 32 000 /
– Mettre en place un suivi efficace des règlements clients :
3 528 000 = 1 %
vérification du motif de non paiement et déclenchement
– Part des retards de règlement et des impayés dans le
immédiate de la procédure de recouvrement : lettre de
portefeuille clients : 19 %
relance, lettre de mise en demeure, transmission du
On peut noter la part importante des retards de dossier à un service contentieux.
règlement qui augmentent le coût du crédit client. – Analyser la solvabilité des clients surtout pour les grands
– Coût du crédit client réel : 4 528 000 × 8 % × 48 / 360 comptes.
= 37 632 € – Adapter les conditions de paiement à la classification et
– Incidence du coût du crédit client et des impayés sur la à la situation du client : demande d’acompte, limitation
marge bénéficiaire : la marge bénéficiaire diminue de : du montant de l’encours client, demande de paiement
37 632 + 32 000 = 69 632 € comptant…
– Marge bénéficiaire = 3 528 000 × 5 % = 176 400 €
– Marge bénéficiaire diminuée du coût du crédit client
et des impayés = 176 400 – 69 632 = 106 708 €, soit : 4 Précisez les risques à l’export encourus par la
106 708 / 3 528 000 = 3 % du chiffre d’affaires société GALET BLEU.
La durée du crédit client et les impayés ont un coût qui L’entreprise encourt le risque de non paiement. Il existe aussi
diminue de 2 points la marge bénéficiaire de l’entreprise. le risque de non prise de possession des marchandises par
le client une fois expédiées en Espagne.

2 Calculez la durée moyenne de crédit client pouvant


être supportée par l’entreprise pour conserver un taux 5 Que conseillez-vous à l’entreprise pour minimiser
de marge bénéficiaire de 4 %. ces risques ?
Pour minimiser le risque de non paiement, l’entreprise
3 528 000 € × 4 % = 141 120 € peut choisir une technique de paiement sans risque
Pour conserver un taux de marge bénéficiaire de 4 %, le comme le crédit documentaire.
coût du crédit client et des impayés ne doit pas dépasser : Pour éviter que le client espagnol ne prenne pas possession
176 400 – 141 120 = 35 280 € des marchandises, il est possible de demander un acompte
Sans créances impayées, la durée moyenne maximum de à la commande.
crédit client pouvant être supportée par l’entreprise peut
être de : 35 280 × 360 / 3 528 000 x 8 % = 45 jours
Si le taux d’impayé reste identique, l’entreprise ne pourra
conserver une marge bénéficiaire de 4 %.

76 Partie 3. Participation à la gestion des risques financiers


Partie 4

A7.5
Participation
à la gestion
des risques
environnementaux

Chapitre 9 Le management des risques environnementaux .... ..... . 79

Chapitre 10 La gestion des déchets. ... ..... ..... ...... ..... ...... ..... ...... ..... ...... ..... 87

Chapitre 11 Les économies d’énergie ... . ..... ...... ..... ...... ..... ...... ..... ...... .... 103

77
9
Le management des risques environnementaux

Repères dans le référentiel


Compétences Aptitudes professionnelles
Être capable de : – Montrer une attitude volontaire capable de susciter
– Collecter et organiser l’information relative l’adhésion à la prise en compte de l’environnement
au cadre légal et réglementaire. dans l’activité professionnelle.
– Repérer et classer les risques environnementaux – Adopter une démarche d’analyse rigoureuse
liés à l’activité. des risques environnementaux.
– Repérer les labels liés au développement durable – Sensibiliser les salariés aux risques environnementaux
et s’assurer de leur respect. liés à l’activité de l’entreprise.
– Mettre en place et animer un cadre de réflexion
collectif.

L’ENTREPRISE C ELLULOSES B ASQUES (p. 165)

Situation 1 Comprendre le management 2 Proposez une définition du management envi-


environnemental ronnemental (doc. 2).
1 Démontrez que Pascal Etcheguery a entrepris une Le management environnemental désigne les méthodes
démarche de management environnemental (doc. 1 de gestion et d’organisation de l’entreprise, visant à
et 2). prendre en compte de façon systématique l’impact de ses
activités sur l’environnement, à évaluer cet impact et à
Pascal Etcheguery a entrepris une démarche de manage-
le réduire.
ment environnemental car il cherche :
– à prendre en compte l’impact de l’entreprise sur son
environnement en sensibilisant le personnel sur l’impact
3 Expliquez la différence entre le management en-
des erreurs, en mettant en place une démarche pour
réduire l’utilisation de l’eau, de l’électricité (ampoules vironnemental et le système de management envi-
à basse consommation, chasse d’eau économique, tri ronnemental.
du papier, récupération des piles usagées, cartouches Le système de management environnemental pousse à
recyclées), documents édités sur papier labelisé ; l’extrême la démarche de management environnemental.
– à évaluer les résultats et comparer les gains obtenus Les principaux objectifs du SME sont de :
(réduction de la casse, d’articles manquants, d’erreurs – respecter la réglementation avec un dépassement des
de choix, ce qui réduit l’utilisation des machines, moins objectifs initiaux ;
d’émissions de CO2 en limitant les erreurs de livraison, – maîtriser les risques pour le site ;
gains d’économies d’énergie = 300 € à la Fondation – maîtriser les coûts déchets par des économies d’énergie
Nicolas Hulot, réduction de la consommation de papier, et de matière première ;
d’électricité, de gaz, d’eau). – améliorer la performance du système de gestion avec
Il est également sensible à l’aspect ressources humaines l’introduction d’un nouvel angle critique ;
(équilibre homme-femme). – se différencier par rapport à la concurrence ;
Il souhaite engager à l’avenir une réflexion sur les embal- – valoriser l’image de l’entreprise ;
lages et évaluer et limiter le bilan carbone de l’entreprise. – communiquer de manière transparente vis-à-vis du
Il recouvre ainsi les trois aspects du développement du- personnel, des riverains, des clients, des assureurs, etc.
rable :
– la rentabilité économique ;
– l’équité sociale ;
– le respect de l’environnement.

9. Le management des risques environnementaux 79


4 Repérez les domaines sur lequel intervient le 5
management environnemental (doc. 3). de management environnemental. Expliquez leur
Les domaines dans lesquels intervient le management différence.
environnemental sont : Les deux normes intégrant le SME sont la norme ISO
– la gestion des risques environnementaux (rejets, 14001 référentiel international, et le SMEA européen (ou
bruits…) ; EMAS).
– la gestion des déchets ; Le SMEA va beaucoup plus loin que le système mis en
– les économies d’énergie ; place par la norme ISO 14001 en rendant obligatoire un
– l’éducation à l’environnement. certain nombre de points supplémentaires :
– obligation de respecter la réglementation environne-
mentale ;
– obligation de respecter les objectifs d’amélioration fixés ;
– vérification par l’autorité publique ;
– rédaction d’une déclaration environnementale (transpa-
rence) ;
– participation des travailleurs.

Situation 2 Repérer les risques environnementaux liés à l’activité de l’entreprise

6 Repérez les impacts environnementaux de l’activité de l’entreprise les CELLULOSES BASQUES (doc. 5) à partir de
la typologie présentée dans le document 4.

Impacts environnementaux
Typologie des impacts
générés par l’entreprise
Production de déchets comme des huiles usées, Gestion des déchets banals et dangereux
de la graisse, des papiers et cartons…

Matières plastiques (300 m 2 stockées)… Consommation de matières premières

…traitées par extrusion (8,1 tonnes par jour). Consommation énergétique par extrudeuse

Chutes de matière plastiques ensuite recyclées Gestion des déchets banals et dangereux

Installations de réfrigération, des extrudeuses Consommation énergétique


et des compresseurs

Chauffage des matières plastique qui peut émettre Pollution de l’air


des composés organiques volatils

Extrudeuses et machines de recyclage principales Pollution sonore


sources de bruit

Chaudière servant au chauffage des locaux Consommation énergétique

Situation 3 Collecter et faire respecter la réglementation en matière de risques

7 Ces obligations sont au nombre de trois, on distingue,


selon un ordre croissant des risques :
Une ICPE est une installation classée pour la protection
− la déclaration ;
de l’environnement. Il s’agit des exploitations agricoles ou
− l’enregistrement ;
industrielles susceptibles de créer des risques ou de pro-
− l’autorisation.
voquer des nuisances pour l’environnement, notamment
pour les riverains.
Ces activités sont énumérées dans une nomenclature qui
définit le degré d’obligation en fonction de l’importance 8 D’après la réglementation définie par le Code de
des risques. l’environnement, déterminez si l’entreprise, par la
nature et le volume de ses activités, est soumise à
une déclaration, un enregistrement, une autorisa-
tion ou une autorisation avec servitude publique.

80 Partie 4. Participation à la gestion des risques environnementaux


L’entreprise est soumise à déclaration pour :
– Nomenclature 2662 : le stockage de polymères est in- installations ;
férieur à 1 000 m3 ;
– Nomenclature 2661 : la quantité de matière traitée par stockage, utilisation, production des matières premières ;
extrusion est supérieure à 1t/jour et inférieure à 1 000t/
jour ; dispositions du présent arrêté doivent être établies,
– Nomenclature 2920 : réfrigération et compression dans tenues à jour et affichées dans les lieux fréquentés par
tous les autres cas puissance supérieure à 50 KW infé- le personnel.
rieure à 500 KW. Ces consignes doivent notamment indiquer :
Pas de risque pour le chauffage. – l’interdiction d’apporter du feu sous une forme quel-
conque, notamment l’interdiction de fumer, dans les
parties de l’installation visées au point 4.3 « Incendie
9 et atmosphères explosives » ;
d’entreprise en cas de non-respect de la législation. – l’obligation du permis de travail pour les parties de
l’installation visées au point 4.3 ;
L’entreprise encourt une amende de 75 000 € si elle n’a
– les procédures d’arrêt d’urgence et de mise en sécurité
pas respecté ses obligations d’autorisation.
de l’installation (électricité, réseaux de fluides) ;
Contravention de 5e classe si la déclaration (ou l’autori-
– les mesures à prendre en cas de fuite sur un récipient
sation) n’est pas faite, si n’a pas averti de la modification
ou une canalisation contenant des substances dange-
de l’exploitation, si ne respecte pas les prescriptions de
reuses, notamment les conditions de rejet prévues au
l’arrêté préfectoral.
point 5.7 ;
– les moyens d’extinction à utiliser en cas d’incendie ;
– la procédure d’alerte avec les numéros de téléphone
10 Repérez l’ensemble des documents à tenir à du responsable d’intervention de l’établissement, des
jour relevant des obligations présentées dans le services d’incendie et de secours, etc.
document 10.
L’exploitant doit établir et tenir à jour un dossier compor- comportant des manipulations dangereuses :
tant les documents suivants : – les modes opératoires ;
– la fréquence de contrôle des dispositifs de sécurité et
de traitement des pollutions et nuisances générées ;

-
née, pris en application de la législation relative aux quantités d’eau prélevée ;
installations classées pour la protection de l’environne-
ment, s’il y en a ; industriels spéciaux.

bruit, les rapports des visites ;

quantité des produits dangereux détenus, auquel est


annexé un plan général des stockages) ;

9. Le management des risques environnementaux 81


Exercices
Exercice 1 Réaliser un communiqué de presse

Réalisez le communiqué de presse à transmettre aux journaux suivants : Sud-Ouest, Bordeaux 7, 20 minutes
Bordeaux, Le Journal du Pays basque, Caractère (journal des professionnels de l’imprimerie).

Communiqué de presse :

Date : . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
L’imprimerie BERROUET met l’accent sur le vert

En obtenant la certification ISO 14001, l’imprimerie BERROUET démontre sa capacité à maîtriser


son impact sur l’environnement.

Après plusieurs années de préparation, l’imprimerie BERROUET vient de décrocher la certification


ISO 14001, qui garantit un management optimal de l’environnement au sein de l’entreprise.
Un sésame d’autant plus précieux qu’en France seule une poignée d’imprimeurs ont fait cette
démarche et l’ont obtenue.
Certes, le développement durable préoccupe le secteur, lequel a initié un label « Imprim’vert » ;
mais la certification Iso 14001 est une démarche autrement plus exigeante. Elle nécessite une
mobilisation de tout le personnel. C’est au final un véritable projet d’entreprise.
Cela fait quelques années que l’entreprise s’intéresse à la problématique environnementale.
Pour arriver à ce résultat, l’imprimerie BERROUET a mobilisé ses process de fabrication (procédé
de plaques CTP sans produit chimique), recherché des produits de substitution (encres végétales,
papier recyclé, etc.) et trouvé des filières de retraitement pour ses déchets, privilégié le ferroutage.
Elle dispose d’un équipement à la pointe de la technologie et respectueux de l’environnement.

Chiffres-clés de l’entreprise
Présente dans la région de Bordeaux depuis plus de 60 ans. L’imprimerie emploie 35 personnes.
Elle réalise un chiffre d’affaires d’environ 5 millions d’euros, principalement auprès des grands
comptes publics et privés, collectivités territoriales, et de PME dynamiques du Grand-Ouest.

Contact presse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

2 Identifier les enjeux – maîtriser les coûts, notamment à travers la rationalisa-


Exercice
du système de management tion des pratiques ;
environnemental – optimiser les coûts liés à la consommation d’énergie ;
– réaliser des économies ;
– améliorer l’organisation de la structure ;
À partir de l’annexe, dégagez les enjeux liés à – mobiliser le personnel à travers la sensibilisation
la mise en œuvre d’une politique de management « citoyenne » ;
environnemental.
– respecter les obligations ;
Les différents enjeux sont : – s’ouvrir sur de nouveaux marchés ;
– disposer d’un outil permettant de coordonner – améliorer l’image de marque (gagner une image envi-
l’ensemble des initiatives environnementales dans une ronnementale).
démarche globale ;

82 Partie 4. Participation à la gestion des risques environnementaux


Applications
Application 3 Communiquer avec le personnel via le journal d’entreprise

– Les usines : l’usine de Landacres, près de Boulogne-sur-


1 COVER
a entrepris une démarche de management environ- Mer, a été construite dans un souci écologique marqué
nemental. (situation dans le 1er parc industriel européen certifié
ISO 14001). La proximité du port de Calais facilite le
ECOVER va au-delà de la démarche de management transport des marchandises par voie maritime. L’usine
environnemental, elle s’inscrit même dans une démarche bénéficie également d’une toiture végétalisée, de puits
de développement durable. de lumières et réutilise ses eaux pluviales, notamment
– Les salariés : la politique sociale promeut la parité pour les sanitaires.
Hommes-Femmes et l’intégration de différentes À travers ces choix, elle réduit les déchets (plantastique),
nationalités. les pollutions de l’eau (produits écologiques), limite
– Les matières premières : l’entreprise recherche les consommations d’énergie (bâtiment de Ladacres),
la qualité de ses produits en utilisant des matières respecte son environnement.
premières d’origine végétale issues de la nature. Elle est
à la recherche de nouveaux procédés et de nouvelles
matières premières, s’inscrivant dans la DURABILITÉ.
2 Rédigez et mettez en forme les articles de
– Les emballages : pour ses produits conditionnés en la rubrique « La durabilité à 360 ° » du journal
flacons (95 % de la production), l’entreprise utilise d’entreprise, l’un concernant la semaine du
depuis avril 2011 du polyéthylène, issu de la canne développement durable NAUSICAA et l’autre sur le
à sucre. Ces flacons sont donc 100 % recyclables, « Plantastique ».
renouvelables et réutilisables.
On peut prévoir des photos pour illustrer les articles.

Les salariés d’ECOVER


au sein du Centre de la mer NAUSICAA
Un groupe de salariés d’ECOVER-Landacres a participé à la semaine du développement durable au Centre
national de la mer de Boulogne-sur-Mer. Ils ont ainsi rencontré et sensibilisé de nombreux visiteurs à l’impact
des détergents sur le milieu aquatique.
Dans la maison des gestes, les salariés ont ainsi expliqué et démontré à travers de petits gestes comment l’uti-
lisation des produits écologiques peut préserver la beauté du milieu aquatique.
De nombreux visiteurs, enfants et adultes, ont ainsi participé au nettoyage des vitres en utilisant des produits
ECOVER. Une action de sensibilisation efficace !

Le « Plantastique » : un plastique totalement végétal


à base de canne à sucre
La canne à sucre peut être transformée en éthanol et l’éthanol en billes de plastique, et ces billes de plastiques
en bouteilles recyclables 100 % naturelles. Cette ressource est donc naturelle et non fossile. La canne à sucre
utilisée pour la fabrication de nos bouteilles pousse sur des surfaces agraires non destinées à la culture de
denrées alimentaires.
La production de canne à sucre génère 75 % de CO2 de moins que le plastique classique !
Nos bouteilles sont donc bio-sourcées, réutilisables et recyclables !
Ainsi, notre démarche de respect de l’environnent concerne également les emballages.

9. Le management des risques environnementaux 83


Applications

Le « Plastocéanique » : un plastique recyclé à partir des déchets marins


Après notre invention du « plantastique » issu de la canne à sucre, place au « plastocéanique », un plastique
recyclé à partir des déchets marins. Avec les marins-pêcheurs et l’association Waste Free Ocean, nous allons
repêcher les plastiques présents dans les mers et les océans pour les retraiter.
Les plastiques repêchés et triés seront recyclés dans deux usines anglo-saxonnes.
Nous espérons collecter 2 à 8 tonnes de déchets le long des côtes européennes.
À partir de 2014, toutes nos bouteilles ECOVER totalement recyclables seront fabriquées à partir
de trois plastiques différents : le Plantastique, le PET recyclé et le plastique marin pêché en mer.

Le saviez-vous ?
Chaque année, 300 millions de tonnes de plastique sont produites dans le monde.
10 % finissent dans les océans.

Application 4 L’adhésion du personnel à la politique de management environnemental

1 Organisez la réunion qui va permettre à Adeline Vauthier d’informer l’ensemble de son personnel.
Réalisez la note à afficher pour informer les salariés de cette réunion. Concevez le diaporama qui servira à
Adeline Vauthier pour informer et obtenir l’adhésion du personnel à la géolocalisation.

Note de service
Dans le cadre de notre politique de développement durable, une réunion portant sur la mise
en place de la géo-localisation aura lieu le XX à XX heures dans la salle de réunion.
La présence de tous est indispensable.

Exemple de diaporama conçu pour informer le personnel

1 2

84 Partie 4. Participation à la gestion des risques environnementaux


Applications

3 4

5 6

9. Le management des risques environnementaux 85


Applications
2 Recherchez les informations sur la climatisation réversible, sur ses avantages – qu’ils soient économiques,
environnementaux ou fiscaux. Rédigez l’article sur la climatisation réversible à insérer dans la rubrique

Les climatiseurs réversibles


Les climatiseurs réversibles peuvent être commandés manuellement ou par commande filaire déportée ou bien
à distance par télécommande programmable.
Répondant aux objectifs du développement durable, la nouvelle gamme des climatiseurs utilise l’énergie
renouvelable contenue dans l’air extérieur. C’est dans cette source qu’ils vont, soit puiser l’énergie nécessaire
au chauffage en hiver, soit transférer à l’extérieur, l’excèdent de chaleur du local à rafraîchir en été.
Parfaitement adaptés à la nouvelle réglementation thermique et à ses évolutions en cours, ces climatiseurs
monoblocs et autonomes répondent de façon précise aux besoins de confort de l’habitat résidentiel individuel
et collectif, ainsi qu’aux locaux commerciaux (chambres d’hôtel, maisons de retraite, chambres d’hôtes, mobil
homes, bureaux, magasins, locaux de zones artisanales, etc.).

Contrairement au « cycle » frigo, le « cycle » chauffage évacue les calories à l’intérieur.


La climatisation réversible est un système de pompe à chaleur air/air. Dans la position chauffage, l’appareil
extérieur puise l’énergie contenue dans l’air pour réchauffer un fluide non pas frigorigène, mais caloporteur,
véhiculé à l’intérieur des pièces à chauffer. L’air de la pièce est ainsi réchauffé au contact du fluide.

Le chauffage réversible, en tant que pompe à chaleur, attire même le crédit d’impôt en faveur du développe-
ment durable et des économies d’énergie. Avec la climatisation réversible, c’est réduction de la facture d’éner-
gie et réduction d’impôt ! Comment la climatisation réversible séduit-elle le crédit d’impôt pour les dépenses
d’équipement de l’habitation principale ? En étant performante en matière d’économie d’énergie pour 1 kWh
d’énergie électrique, on obtient 3,5 kWh d’énergie calorifique pour se chauffer contre 1 kWh pour les chauf-
fages classiques.

86 Partie 4. Participation à la gestion des risques environnementaux


10
La gestion des déchets

Repères dans le référentiel


Compétences Aptitudes professionnelles
Être capable de : – Faire preuve d’autonomie dans l’organisation
– Élaborer les procédures de traçabilité des déchets. du suivi de la traçabilité des déchets.
– S’assurer de la mise en en place d’un contrôle du tri – Faire preuve de rigueur dans les actions préconisées
et du stockage des déchets. et mises en œuvre pour assurer le suivi des déchets
– Organiser la collecte et le transport des déchets. et rejets de l’entreprise.
– Communiquer avec les partenaires impliqués
dans la gestion des déchets.

L’ENTREPRISE C ELLULOSES B ASQUES (p. 185)

Situation 1 Repérer les obligations légales Situation 2 Identifier les déchets et les rejets
en matière de gestion
des déchets 2 Repérez et classez le type de déchets générés par
1 Après avoir défini la notion de déchets, explicitez l’entreprise les CELLULOSES BASQUES à l’aide des docu-
les obligations de l’entreprise en matière de gestion ments 2 et 3.
des déchets (doc. 1).
Notion de déchet : selon Article L. 541-1 du code de
l’environnement, tout résidu d’un processus de produc- 3 Élaborez un document synthétique répertoriant
tion, de transformation ou d’utilisation, toute substance, par déchet produit par CELLULOSES BASQUES, le type
matériau, produit ou plus généralement tout bien meuble
abandonné ou que son détenteur destine à l’abandon. la valorisation (doc. 4).
Obligations de l’entreprise en matière de déchets : Il est conseillé d’organiser la classe par groupe (soit 5
selon l’Article L. 541-2 du Code de l’environnement, l’en- groupes) à qui sera confié une analyse par déchet, puis
treprise qui est susceptible d’impacter l’environnement a une restitution par un membre du groupe à l’ensemble
pour obligation d’assurer ou de faire assurer l’élimination de la classe.
des déchets ou rejets qu’elle produit. L’élimination des
déchets comporte les opérations de collecte, transport,
stockage, tri et traitement nécessaires à la récupération
des éléments et matériaux réutilisables ou de l’énergie,
ainsi qu’au dépôt ou au rejet dans le milieu naturel de
tous autres produits dans des conditions propres à éviter
les nuisances mentionnées à l’alinéa précédent.

10. La gestion des déchets 87


88
Déchets Types de Interdictions Stockage Collecte Valorisation
produits par déchets générales
CELLULOSES
BASQUES

Huiles DIS – Les huiles usagées et – Recueillir et stocker les huiles – Petite quantité, donc apportée Pas de filière
usées Déchets lubrifiants ne doivent usagées dans des conditions par l’entrepreneur lui-même : de valorisation.
dangereux être ni abandonnés, satisfaisantes. il doit en assurer personnellement
ni brûlés à l’air libre. – éviter de mélanger les huiles le transport en vue de les remettre
– Les huiles usagées et usagées avec de l’eau ou tout à une entreprise d’élimination
lubrifiants ne doivent autre produit ou déchet non agréée.
pas être déversés huileux, en évitant notamment tout – Il peut en assurer lui-même
dans les réseaux déversement accidentel. l’élimination à condition d’être
d’évacuation d’eaux – Mettre en place des installations titulaire d’un agrément.
usées, ni rejetés dans étanches permettant la conservation
le milieu naturel ou les des huiles jusqu’à leur enlèvement,
ordures ménagères. accessibles aux véhicules chargés
d’assurer leur ramassage.

Graisse DIS

Peinture DIS Déchets ne devant être – Les emballages ayant contenu – Petite quantité, donc apportée Pas de

Partie 4. Participation à la gestion des risques environnementaux


ni abandonnés, des peintures sont aussi des déchets par l’entrepreneur lui-même. valorisation
ni brûlés à l’air libre, dangereux. Ils doivent être collectés – Les déchets collectés doivent de la filière.
ni rejetés dans le et traités dans les filières adaptées être dirigés vers des installations
milieu naturel, aux déchets dangereux. de traitement ou de valorisation
le réseau – En bacs de rétention sous les fûts appropriées.
d’assainissement de stockage. – Les déchets de peintures doivent
ou les ordures faire l’objet d’un bordereau de suivi
ménagères. des déchets dangereux (BSDD).

Papier Déchets Le brûlage à l’air libre Tri avec séparation des déchets Enlèvement par benne Filière de
et carton banals des vieux papiers- de bureau et des cartons par les récupérateurs. récupération et
cartons, comme de d’emballages. de valorisation.
tous déchets, est
interdit.
Déchets Types de Interdictions Stockage Collecte Valorisation
produits par déchets générales
CELLULOSES
BASQUES

Emballages Déchets – Risque d’incendie – Prévoir un conditionnement La housse


plastiques banals avec production de spécifique pour séparer les matières épaisse de
fumées toxiques. plastiques des autres déchets. palettisation
– Risque de pollution – Prévoir un tri des matières a une valeur
par dispersion des plastiques entre elles. marchande.
matières plastiques – Container fermé et bien identifié
sous l’effet du vent. pour éviter le mélange avec le
tout venant et la dispersion dans
l’environnement.

Cartouches Déchets – Déchets ne devant À stocker pour être ensuite – Par le distributeur ou par une Les cartouches
d’impression banals être ni abandonnés, reconditionnées. entreprise de reconditionnement, peuvent
Déchets non ni rejetés dans le au moment de la livraison être
dangereux milieu naturel ou les de cartouches neuves ou reconditionnées.
ordures ménagères, reconditionnées.
ni brûlés à l’air libre. – Par des collecteurs (le plus
souvent des structures associatives)
qui les revendent à des entreprises
de reconditionnement.
– Par des prestataires mettant
gratuitement à disposition des
établissements des conteneurs,
afin de récupérer les différents
types de cartouches usagées pour
qu’elles soient reconditionnées.

Déchets Déchets
mélangés banals
non dangereux

10. La gestion des déchets


89
4 Dégagez les enjeux de la gestion des déchets Les documents à émettre en matière de traçabilité des
pour l’entreprise. déchets :
– Tenir à jour un registre chronologique de la production
– Préserver l’environnement : le recyclage des déchets
et de l’expédition de vos déchets dangereux. Vous de-
permet une économie importante des ressources
vez conserver ce registre pendant 5 ans.
naturelles et limite la pollution par enfouissement ou
– Émettre un bordereau de suivi des déchets. À conserver
décharges sauvages.
pendant 5 ans.
– Réaliser des économies : une bonne gestion des déchets
L’entreprise n’a pas à tenir à jour un bordereau de suivi des
permet de réduire fortement les coûts d’évacuation des
déchets dangereux, puisque les huiles, graisses et pein-
déchets.
tures sont portés directement par l’entreprise au centre
– Réduire les nuisances : une bonne gestion des déchets
de traitement.
permet de limiter l’impact visuel, les envols de déchets
Le seul document obligatoire est le registre chronologique
et poussières…
de la production et de l’expédition des déchets dange-
– Améliorer les conditions de travail en préservant la santé
reux.
des salariés.
– Mobiliser le personnel autour de la gestion des déchets.
– Etc.
6 Élaborez le registre de suivi des déchets dange-
reux à l’aide du document 6.

Situation 3 Mettre en place des outils


de traçabilité

5
à émettre en matière de traçabilité des déchets
(doc. 5).
L’entreprise doit s’assurer auprès du transporteur de sa
déclaration en préfecture.

90 Partie 4. Participation à la gestion des risques environnementaux


REGISTRE DES DÉCHETS

Désignation Code Date Tonnage N° du Modes de Nom, Nom, Date Date du Nom,
des déchets (voir d’enlèvement (en kg) bordereau traitement/ adresse adresse d’admission traitement adresse
annexe II de suivi opération (n° SIRET) du des des déchets du négociant
du décret de déchets de de transporteur déchets dans (n° SIREN,
du transformation l’installation (n° SIREN, dans l’installation n° de
18 avril 2002) préalable destinataire n° de l’installation finale récépissé)
finale récépissé) finale
CELLULOSES BASQUES

10. La gestion des déchets


Non obligatoire pour

91
7 Conformément à la demande de Pascal Etchguerry, élaborez les deux documents propres à l’entreprise
concernant le suivi de la gestion des déchets.
Q : quantité (volume ou poids)
C : coûts d’élimination
non dangereux

C
(traitement et évacuation)
mélangés
Déchets

Q
d’impression

C
Cartouches

Q
C
Emballages
plastiques

Q
C
Tableau de suivi des déchets

et carton
Papier

Q
C
Peinture

Q
C
Graisse

Q
C
Huiles usées

Total annuel
../../..

../../..

../../..

../../..

../../..

../../..

../../..

../../..
../../..
Date

92 Partie 4. Participation à la gestion des risques environnementaux


Bilan annuel des déchets

Année : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Chiffre d’affaires : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Quantité Coûts Filière d’élimination


(recyclage, incinération,
Déchets compostage, etc.) et
Volume Poids Traitement Évacuation repreneur

Huiles

Peinture

Graisse

Papier et carton
Cartouches
d’encre
Emballages
plastiques
Déchets mélangés
non dangereux
Total annuel

Situation 4 Communiquer en interne

8 Réalisez les affiches sur les bonnes pratiques concernant le tri des cartouches d’encre et du papier,
et les emballages plastiques (doc. 7).

Je trie les Je trie les Je trie les


Cartouches d’encre Emballages plastiques Papiers et les cartons
Recycler les cartouches d’encre
pour les revaloriser

dans le sachet de la nouvelle.


et les films de palettisation.
dans la boîte Côté production
Elle est pleine, je le signale palettes dans la zone de
pour faire procéder à stockage des déchets. et je les stocke dans le chariot
son enlèvement spécial carton.

palettisation dans les bigs bags. Côté bureau

uniquement le papier dans


de déposer dans la LogikBox : mon carton.
– les consommables
de photocopieurs, de bureau dans le « gros »
carton près de l’imprimante.
– les rubans de machines
à écrire ou d’imprimantes Côté cuisine
à aiguilles,
– du matériel électrique alimentaires ou souillés par
ou électronique. des aliments dans la poubelle.

10. La gestion des déchets 93


9

94
(doc. 7).
Cartouche d’encre Emballages plastiques Papier et cartons Huiles et peintures
usagée

Emballée dans le sachet Papier à plat Cartons dépliés


plastiques palettisation

Partie 4. Participation à la gestion des risques environnementaux


Palette
Big bag
Exercices
1 Repérer les enjeux de la gestion usées, pollutions atmosphériques) et des impacts dus aux
Exercice
des déchets déchets ; réduction de l’énergie utilisée pour éliminer les
déchets, réutilisation de certains déchets pour recyclage.
Enjeux humains : amélioration des conditions de travail
-
(locaux plus propres, amélioration du stockage), cohésion
gager dans une démarche de réduction des déchets.
du groupe (image interne positive en cohérence avec la
Enjeux financiers : réduction des coûts, recettes liées à demande sociétale), sensibilisation dans tous les lieux de
la valorisation des déchets. vie.
Enjeux écologiques : réduction des rejets (CO2, eaux

Exercice 2 Évaluer l’impact de la participation d’une opération de réduction des déchets

Rédigez la note portant sur le bilan de l’opération. Vous pouvez réaliser tout graphique utile à l’analyse.

Bilan de l’« Opération déchets – 10 % en 2 ans »


Depuis deux ans l’entreprise s’est engagée dans l’opération – 10 % des déchets.
Nous analyserons l’évolution des flux de déchets générés par l’entreprise et leurs coûts. Puis, dans un second temps,
nous évaluerons l’impact de cette opération en terme financier, écologique et humain.

1) Les flux de déchets Tonnage total


Les déchets générés par l’entreprise sont des déchets
100
banals et principalement du pain, des cartons, des déchets
industriels banals mélangés, des films plastiques,
de la farine au sol… 50

0
1 2 3

À la suite des actions de réduction à la source, le tonnage total de déchets générés a diminué. Dès la première
année, soit l’année 2, les déchets générés ont diminué de 10 % et de 11 % la deuxième année. Ce qui porte au total
à – 20 % entre l’année 1 et l’année 3.

Autres

Cartons Année 3

Année 2

DIB mélangés Année 1

Pain

0 10 20 30 40 50 60 70

Le flux initial était composé essentiellement de DIB en mélange. DIB en mélange qui en années 2 et 3 laissent place
à des déchets isolés issus du pain, et un meilleur tri des cartons.

10. La gestion des déchets 95


2) Les coûts Année Total coût
Les coûts d’élimination des déchets ont augmenté la première année et ce
malgré la réduction des déchets émis. Dès la troisième année, les coûts com- 1 10
mencent à diminuer. 2 11,4
L’entreprise possédait une marge de manœuvre intéressante puisque les DIB
3 9,9
mélangés comportaient de nombreux déchets valorisables.

Avec l’extraction des déchets valorisables des DIB en mélange associée à l’optimisation financière du traitement
de ces derniers, les coûts externes ont diminué notablement. En année 3, les recettes sont issues du recyclage des
cartons, des films plastiques. Ces recettes ont généré 0,2 millier d’euros.

La part de tonnage valorisé augmente en proportion importante entre la première année et la troisième année.
En effet, on passe d’une part de tonnage valorisé de 35 % à 73,44 %.

80
70
60
50
40
30 Tonnage total

20 Tonnage valorisé

10
0
1 2 3

Le tri des déchets a permis de réduire l’impact environnemental des déchets. En effet, le travail mené sur la réduction
des DIB permet de favoriser les filières de recyclage et de valorisation (cartons, films plastiques). Cette opération a
également permis d’extraire des DIB les déchets du pain et la farine au sol qui sont des déchets naturels organiques.
Les déchets organiques ont la caractéristique d’être entièrement biodégradables.

L’opération « Objectif déchets – 10 % » a permis d’impliquer l’ensemble du personnel autour de la thématique des
déchets. Cela a fait prendre conscience des principaux postes de perte (recherche de solutions) et de la possibilité
de diminuer significativement la part des DIB.
Le bilan de l’opération est très positif pour l’entreprise LA BONNE PÂTE. En effet, l’objectif – 10 % est atteint et très
largement dépassé avec un résultat global sur les déchets de 20 % en deux ans.

96 Partie 4. Participation à la gestion des risques environnementaux


Applications
Application 5 La gestion des déchets dans l’entreprise
La société THIÉBAUD MIDI-PYRÉNÉES est une société anonyme Pour la gestion des déchets de chantier, un tri en 3 caté-
au capital de 200 000 €. Entreprise générale de bâtiment, gories a été retenu : inertes, banals en mélange et spé-
elle réalise essentiellement 4 types de travaux : ciaux en mélange. L’exécution du tri ainsi que son suivi
– logements individuels ; ont été réalisés par le personnel du chantier.
– bâtiments industriels (usines, dépôts) ; Après avoir évalué la quantité de déchets à produire
– logements sociaux ; grâce au logiciel Eco-Live, THIÉBAUD a décidé de choisir un
– établissements scolaires. prestataire dûment autorisé pour évacuer et faire éliminer
les déchets.
L’entreprise répond à des marchés essentiellement privés La nature et le volume des 3 contenants à mettre en place
en tant qu’entreprise de gros œuvre, et quelquefois en sur le chantier doivent être définis en collaboration avec
tant qu’entreprise générale (entreprise désignée pour le prestataire.
réaliser l’ensemble des corps d’états d’une opération).
Étant donné que l’entreprise THIÉBAUD n’a pas toutes les 1 Rédigez le courrier de demande de devis au
compétences internes dans tous les corps de métiers, prestataire afin d’obtenir des informations sur
elle en sous-traite donc certains. C’est alors elle qui coor- les possibles contenants mis à disposition (type
donne et pilote les sous-traitants et agit donc en maître de matériel et volume), les prix de location des
d’ouvrage. contenants, les prix de rotation des contenants, les
Elle compte 110 salariés, répartis entre Toulouse et Nîmes.
La société THIÉBAUD est dirigée par Philippe Dupond, et enfin l’identification précise des installations
il dirige aussi l’agence de Toulouse. L’agence de Nîmes est destinées à recevoir toutes les catégories de déchets
dirigée par le directeur général délégué, Gabriel Somer. (mode d’élimination, gestionnaire du site et lieu),
Elle a obtenu le marché de la construction de 20 loge- avec mention des références des arrêtés autorisant
ments. le fonctionnement de ces installations (annexe 1).

HIÉBAUD Nîmes, le …………


Objet : Demande de devis
Monsieur,
Dans le cadre de notre chantier « …………. » basé au …………….. début du chantier ../../..
et fin de chantier .. / .. / .., nous souhaiterions faire évacuer nos déchets dans des unités de traitement,
de valorisation ou de recyclage dûment autorisées à cet effet.
Les quantités approximatives prévisionnelles de déchets seraient les suivantes :
– déchets inertes : … tonnes
– déchets banals recyclables : ..... tonnes
– déchets banals non recyclables : ..... tonnes
– déchets spéciaux : ..... tonnes
Un descriptif général vous est communiqué afin que, si vous le désirez, vous effectuiez une estimation
basée sur votre propre expérience et une proposition de mise en place d’un niveau supplémentaire
de tri selon les opportunités locales en matière de recyclage.
Nous vous serions reconnaissants de nous faire une proposition technique avant le …........…., pour chaque
catégorie de déchets que vous êtes en mesure de prendre en charge, en faisant ressortir les points suivants :
– contenant mis à disposition (type de matériel et volume),
– prix location du contenant,
– prix rotation du contenant,
– coût de traitement et / ou valorisation à la tonne,
– identification précise des installations destinées à recevoir toutes les catégories de déchets
(mode d’élimination, gestionnaire du site et lieu), avec mention des références des arrêtés autorisant
le fonctionnement de ces installations.
De même, vous joindrez à votre proposition toute copie de document attestant de vos capacités
techniques (déclaration ou agrément) pour l’élimination des déchets que vous prendrez en charge.
Nous vous prions d’agréer, Monsieur, nos salutations les meilleures.
Philippe Dupond
Directeur Général

10. La gestion des déchets 97


Applications
Après réponse des prestataires, 3 contenants ont été Soucieux de préserver l’environnement, le directeur
mis en place à un endroit facilement accessible, celui-ci d’agence souhaite que les sous-traitants respectent
évoluant au fur et à mesure du chantier. Ces contenants scrupuleusement les « règles de Bonne Pratique des
sont les suivants : Déchets de Chantier » faute de quoi l’entreprise THIÉBAUD
– inertes : bennes de 5 m3, mettrait un terme à la collaboration.
– banals en mélange : benne de 10 m3 et une de 15 m3,
– spéciaux en mélange : bac de 5 m3.

2 Rédigez la lettre à envoyer aux sous-traitants.

Objet : Respect des règles de Bonne Pratique.

Nous vous informons par la présente que notre société a été retenue par (maître d’ouvrage),
pour réaliser le chantier de (nature, lieu). En tant que (rôle contractuel), votre entreprise sera
chargée du lot (identification).

En ce qui concerne la gestion des déchets, les règles de Bonne Pratique des Déchets de Chantier devront être
appliquées et respectées sur ce chantier, sous notre responsabilité. Votre entreprise
sera donc tenue de se conformer strictement à ces règles, faute de quoi nous serions amenés à
revoir les termes de notre collaboration.

Une réunion de présentation de la gestion des déchets du chantier, à laquelle vous êtes convié,
sera organisée le .. / .. / .. à ....... h à (préciser le lieu). Votre présence à cette réunion est obligatoire.

Dans l’attente, nous vous prions d’agréer, Monsieur, nos salutations distinguées.

Afin de sensibiliser et d’informer le personnel amené à travailler sur le chantier, la formation du chef de chantier a été
réalisée sur site.

98 Partie 4. Participation à la gestion des risques environnementaux


Applications
3 Calculez le coût d’élimination par type de déchet, et le coût global (annexe 2).

Location de bennes Rotation


Déchets Pose Location Total Déchets Densité Nbre de Total
pour 3 mois /benne rotations
Inertes 133,1 130,68 263,78 Inertes 8 500 2 256,24
Banals 89,54 192,39 281,93 Banals 12 000 6 931,70
Spéciaux 133,1 268,62 401,72 Spéciaux 6 000 1 187,55
Total 355,74 591,69 947,43 Total 1 375,49

Traitement Coût global


Déchets Tonnage Coût du
Location 947,43
traitement

Inertes 10 20 Rotation 1 375,49

Banals 58,5 3 276 Traitement 4 862

Banals Total 7 184,92


10 790
recyclables
Banals non
2,5 212,5
recyclables

Spéciaux 0,7 563,5

Total 4 862

4 Après avoir effectué les recherches nécessaires,


réalisez le diaporama support de la formation des – Limiter les risques pour la santé et la sécurité des usagers
chefs de chantier sur la gestion des déchets (annexes extérieurs et personnels intervenant sur le chantier, et
3 et 4). limiter les risques de pollution de l’air, de l’eau et du sol.
Il est également possible d’influer sur la quantité des
Afin de réaliser ce diaporama, l’étudiant devra faire des déchets de chantiers mis en décharge, que ce soit vis-
recherches sur les déchets du BTP. à-vis des matériaux eux-mêmes et de leurs emballages.

– Limiter les impacts environnementaux. – 31 millions de tonnes de déchets par an.


– Trier les déchets à la source est plus facile à réaliser
qu’après mélange.
– Valoriser les déchets, donc réduire les coûts
d’élimination.

10. La gestion des déchets 99


Applications
Répartition des déchets du bâtiment

Déchets dangereux 5 % Emballages 1 %

Déchets
Déchets inertes 66 %
industriels
banals 28 %

Les déchets du Bâtiment


(en millions de tonnes par an)
comparés à d'autres
26 16 31 productions de déchets

Ordures Autres déchets Déchets


ménagères municipaux de bâtiment

www.dechets-chantier.ffbatiment.fr

Responsabilités des acteurs


Code Environnement L541-2
« Toute personne qui produit ou détient des déchets
est tenue d’en assurer l’élimination. »

Entreprise :
Prévoit coût Chiffre l’élimination
élimination déchets du maître d’ouvrage
Évacue déchets
Prépare et organise chantier
Assure suivi déchets
Contrôle suivi déchets

Source : Pôle construction DDE.

100 Partie 4. Participation à la gestion des risques environnementaux


Applications

– Obligation de séparer les DIS des autres catégories de déchets.


– Nécessité de séparer les DIB des inertes.

– Les déchets inertes : – Les déchets banals : – Les déchets dangereux :


pierres naturelles, terre et emballages, bois, plastiques, les déchets industriels
matériaux de terrassement, métaux, quincaillerie, serrurerie, spéciaux (DIS) tels que
plâtre, céramique, matériaux accessoires pour peinture et peintures, bois traité avec
de démolition non mélangés, matériels souillés secs, produits des oxydes de métaux
verre ordinaire, laines mélangés issus de chantiers de lourds, amiante friable,
minérales… réhabilitation… hydrocarbures…

Le brûlage à l’air libre, et donc sur le chantier, est in-


Les entreprises de bâtiment doivent individualiser les terdit, sauf à avoir une autorisation spécifique au titre
emballages, transporter tous les déchets en respectant des installations classées et sauf pour les bois infectés par
certaines conditions, et les confier à un professionnel du des insectes xylophages (termites, capricornes…).
déchet qui les valorise dans les conditions légales, c’est-
à-dire par réemploi, recyclage ou transformation en éner-
gie, à l’exclusion de tout autre mode d’élimination. Seuls les déchets ultimes seront acceptés en centres de
stockage (on ne dit plus « décharge »), c’est-à-dire que
C’est à l’entrepreneur qu’incombe cette respon-
seuls les déchets qui ne pourront plus être valorisés dans
sabilité, comme l’indiquent quasiment tous les
des conditions économiques acceptables (exemple : si les
marchés de travaux :
matériaux recyclés sont plus chers que les matériaux pri-
– en marchés privés, la norme NF P 03 001 (applicable si
maires) pourront être déposés dans des centres de stoc-
le marché y fait référence) indique que « chaque entre-
kage.
preneur doit enlever des chantiers à la date prévue au
calendrier d’exécution […] les matériaux refusés ou en – Les déchets inertes doivent être dirigés vers des ins-
excédent […], les déchets de toute nature ». Les mar- tallations de recyclage ou vers des centres de stockage
chés qui ne font pas référence à la norme NF P 03 001 de classe 3.
mettent généralement à la charge de l’entrepreneur – Les déchets ménagers et assimilés.
l’évacuation des déchets ; Deux cas peuvent se présenter :
– en marchés publics, le Cahier des Clauses Administra- – ou bien les déchets sont triés par nature : les ma-
tives Générales précise que l’entrepreneur procède, au tériaux recyclables pourront être confiés à des recy-
fur et à mesure de l’avancement des travaux, au net- cleurs, les matériaux incinérables pourront être di-
toiement et à la remise en état des emplacements mis à rigés vers des incinérateurs agréés, et les matériaux
sa disposition par le maître d’ouvrage pour l’exécution non recyclables et non incinérables seront dirigés vers
des travaux. des centres de stockage de classe 2 ;
– Les emballages – si l’entreprise produit moins de 1 100 litres d’embal-
Tous les emballages (palettes non consignées, cartons, lages par semaine, elle n’est pas obligée de valoriser
films, fûts vides et propres, emballages bois) doivent ou de faire valoriser ses emballages.
être valorisés (recyclage matière ou incinération avec Elle va les remettre via une entreprise d’élimination.
récupération d’énergie) depuis septembre 1995, sauf si – Les déchets industriels spéciaux doivent être embal-
la production de déchets d’emballages est inférieure à lés et étiquetés de façon particulière, puis être confiés à
1 100 litres par semaine et si les déchets sont collectés par des éliminateurs agréés et accompagnés du bordereau de
le service public de collecte. suivi des déchets industriels spéciaux.
– Le transport des déchets
Pour pouvoir transporter vos déchets, vous devez faire
une déclaration en préfecture valable 5 ans, dont un l’exemple du chantier).
double doit être conservé dans le véhicule. Reprendre les résultats de la question 3.

10. La gestion des déchets 101


Applications
À retenir absolument : pourquoi ne pas mélanger les déchets ?

Une action
de management
environnemental

motivée de Prise en compte


tous les acteurs Pourquoi impact des
trier déchets
les déchets ?

et rationnelle Une réponse


des matériaux aux contraintes
réglementaires

Source : Pôle construction DDE.

102 Partie 4. Participation à la gestion des risques environnementaux


11
Les économies d’énergie

Repères dans le référentiel


Compétences Aptitudes professionnelles
Être capable de : – Sensibiliser les membres du personnel.
– Assurer une veille réglementaire.
– Concevoir les documents de suivi des consommations d’énergie.
– Communiquer avec les membres du personnel et les organismes
compétents.

L’ENTREPRISE C ELLULOSES B ASQUES (p. 203)

Situation 1 Comprendre les enjeux en matière de consommation d’énergie


Vous avez recueilli de la documentation sur les différentes énergies, leur réglementation et les bonnes pratiques.

1 Quels sont les enjeux de la maîtrise des consom- 2 Identifiez les différents postes pouvant faire
mations énergétiques pour l’entreprise (doc. 1) ? l’objet d’économies d’énergie et les actions à mener
– Enjeux économiques ou financiers : réduction des gas- (doc. 2 et 3).
pillages donc réductions des coûts, accroissement de
la compétitivité, amélioration de la rentabilité par allè-
gement des charges d’exploitation, accroisement de la
productivité par l’amélioration des conditions de pro-
duction (sécurisation des outils).
– Enjeux d’image.
– Enjeux sociaux : amélioration des conditions de travail.

Postes Actions à mener


– Eau – Protection contre le calcaire.

– Éclairage – Utilisation d’ampoules fluorescentes.

– Appareils et matériels – Appareils à air comprimé : chasser les fuites d’air en entretenant le matériel.
– Privilégier les appareils avec des performances énergétiques élevées (A).
– Entretien régulier du matériel.
– Chauffage – Isolation des locaux.
– Régulateur de chauffage.
– Entretien des chaudières avec le contrôle des combustions.
– Climatisation – Préférence pour des climatiseurs type INVERTER (la technologie Inverter
fait fonctionner l’appareil en permanence et module la vitesse ainsi que
la puissance du système en fonction des températures extérieures et des
besoins. Une climatisation Inverter s’apparente à une clim à vitesse variable).
– Processus thermiques tels que – Isolation des tuyauteries, parois, couvercles des processus thermiques.
marmites, fours, installation de
séchage, traitements de surface
et production d’eau chaude…

11. Les économies d’énergie 103


3 En quoi consiste un diagnostic énergétique (doc. 3) ? 4 Quels sont les bénéfices que peut en tirer une entre-
Étude approfondie des différents postes de consomma- prise (doc. 3) ?
tion d’énergie afin de proposer des actions pour réduire Réduction des postes énergétiques : électricité, gaz, eau,
les coûts et agir sur l’environnement. carburant, fuel… Jusqu’à – 20 % de réduction.
L’étude porte non seulement sur les postes mais égale- Amélioration du processus de production. À l’occasion du
ment sur les procédés de production. diagnostic, des modifications du process de fabrication
Des investissements peuvent s’avérer indispensables, est peuvent avoir lieu.
alors calculé le retour sur investissement.

Situation 2 Mettre en place des documents de suivi


Un diagnostic énergétique a été mené : il a fait ressortir de la pré-production d’eau chaude sanitaire destinée au
deux axes d’actions : nettoyage des lignes de production. Un récupérateur
– une chasse au gaspillage sur les principaux postes éner- d’énergie sur un compresseur à air coûte 6 000 euros et le
gétiques ; temps de retour est estimé à 3,5 ans.
– une récupération d’énergie sur les compresseurs. Le Les gains obtenus sont de deux ordres : financiers, avec
chef d’entreprise a déjà commencé «la chasse au gas- des gains sur la consommation d’énergie et une main-
pillage » (cf. chapitre 8) avec le recours aux ampoules tenance à assurer moindre, et environnementaux, avec
basse consommation. moins d’énergie consommée.
Ce diagnostic a établi une perte d’énergie de l’ordre de Vous devez mettre en place des outils de suivi concernant
20 % sur les deux compresseurs de 50 kW de l’entre- les impacts de la sensibilisation du personnel en matière
prise. Une récupération d’énergie sur les deux compres- de «chasse au gaspillage » et des charges et des temps de
seurs TOR 50 kW permettent de gagner 4 à 6 ° C sur maintenance des compresseurs.

5 Réalisez les documents de suivi des consommations d’énergie (doc. 4).

Tableau annuel des consommations énergétiques


Électricité Gaz Mazout Diesel Eau
Mois
kWh € m 3
€ litres € litres € m 3

Janvier

Février

Mars

Avril

Mai

Juin

Juillet

Août

Septembre

Octobre

Novembre

Décembre

Total annuel

104 Partie 4. Participation à la gestion des risques environnementaux


Bilan annuel

Bilan énergétique
Année :

Source énergétique Consommation (c)

Électricité totale

Tarif jour

Tarif nuit

Autre tarif

Gaz naturel

Mazout

Carburant des véhicules

Eau

Total

Tableau de suivi des interventions


Date Durée de Coût Coût de
Compresseur X Compresseur Y
Intervention l’intevention des pièces la main-d’œuvre

Bilan annuel des interventions

Année : ........... ......... .............

Compresseur X

Coût

Pièces

Main-d’œuvre

Total
Durée totale
des interventions

11. Les économies d’énergie 105


Situation 3 Sensibiliser les salariés 6 À l’aide des documents 5, 6 et 7, concevez les
affiches de sensibilisation qui viendront compléter
Parallèlement aux outils de suivi des consommations éner- celles du chapitre 9, document 1.
gétiques, vous souhaitez poursuivre la sensibilisation des
salariés, déjà entreprise par Pascal Echeguerry, aux enjeux
du développement durable.

Je modère la température J’optimise mes déplacements


Régler la température Pratiquer le covoiturage
pour limiter l’émission de CO2 pour limiter l’émission de CO2

à 19 °. de la partager avec des collègues ou des voisins.


Cette habitude commence peu à peu à rentrer
dans les mœurs.
En France, 30 % des déplacements
correspondent à des trajets
domicile-travail, dont les 3/4
se font en voiture, avec un taux
aux heures chaudes. de remplissage proche de 1.
Chaque degré au delà de 19 ° C www.defipourlaterre.org
entraine une augmentation s’engage, et vous ?
de la facture de 8 à 12 %.

106 Partie 4. Participation à la gestion des risques environnementaux


Exercices
Exercice 1 Repérer les aides dans le domaine de l’énergie

Votre chef d’entreprise souhaite connaître les incitations fiscales en matière d’économie d’énergie.

De l’assistant de gestion À l’attention du chef d’entreprise

Objet : les aides incitatives en matière d’économie d’énergie


Date et lieu.... ..... ...... ..... ...... ..... ...... .

Note d’information
Vous souhaitez, dans le cadre de la politique de réduction des économies d’énergie que vous avez décidé de
mettre en place, connaître les différentes aides en la matière.
Je distinguerai les aides de l’État et les aides de l’ADEME.

I. Les aides de l’État


– Les certificats d’économie d’énergie pour les entreprises engagées dans des actions d’économie d’énergie.
– Le «Fonds chaleur » en faveur des énergies renouvelables, grâce à une incitation des entreprises à remplacer
les installations existantes par de nouveaux équipements.
– La taxe sur les véhicules de société ; les voitures fonctionnant au GNV, au GPL, à l’E85 ou à l’électricité, les
hybrides ou la biocarburation sont exonérées de 50 % de TVS sans limitation de durée pour les voitures
immatriculées avant le 1er janvier 2007, pour 8 trimestres sinon.

II. Les aides de l’ADEME


– Les aides au diagnostic énergétique. 70 % maximum du coût de la prestation par un bureau d’étude in-
dépendant pour les TPE, 60 % pour les moyennes entreprises. Le plafond est fixé à 5 000 € pour le pré-
diagnostic, à 50 000 € pour le diagnostic et à 100 000 € pour l’étude projet.

Exercice 2 Le système de management de l’énergie (SMEn)

1 Recherchez ce qu’est le BREF Efficacité énergé- 2 -


tique. ment de l’énergie (annexe).
Le BREF est un document de référence élaboré par la Un système de management de l’énergie (SMEn) a pour
Commission européenne. Le BREF Efficacité énergétique objectif d’aider les organisations (entreprises, autorités,
est donc le document de référence sur les meilleures tech- institutions, de droit public ou privé…) à développer une
niques disponibles (MTD) en matière d’efficacité énergé- gestion méthodique de l’énergie.
tique, en l’occurrence dans les installations industrielles. Il est l’approche privilégiée pour faire face à l’augmen-
En effet, l’efficacité énergétique est une question priori- tation durable des prix de l’énergie et des risques liés
taire à l’intérieur de l’Union européenne. au changement climatique. La norme ISO 50001 est au-
Il entre dans le cadre de la nouvelle directive en vigueur jourd’hui l’outil de référence international pour la mise en
depuis le 4 décembre 2012. Les États-membres ont œuvre d’une telle gestion.
jusqu’au 5 juin 2014 pour mettre en œuvre la plupart de Selon le rapport 2008 de l’Agence internationale de
ces dispositions. l’Énergie, la mise en œuvre de pratiques de management
Cette directive établit un cadre commun de mesures afin de l’énergie permet d’en économiser entre 5 et 22 %.
de réaliser le grand objectif fixé par l’Union d’accroître de
20 % l’efficacité énergétique d’ici à 2020 dans les États-
membres et de préparer la voie à de nouvelles amélio-
rations de l’efficacité énergétique au-delà de cette date.

11. Les économies d’énergie 107


La mise en application d’un SMEn permet de : (Un groupe de réflexion de l’AFNOR a élaboré des recom-
- mandations visant à aider et favoriser la prise en compte
treprise, qui implique pour les entreprises les moins des enjeux du développement durable dans la stratégie
avancées de définir, construire et mettre en œuvre une et le management des entreprises. Le projet SD 21 000
politique de maîtrise de l’énergie ; s’adresse aux entreprises grandes ou petites, de tout
secteur d’activité ayant un champ d’action en France, en
Europe ou dans l’ensemble du monde).
d’énergie mise en œuvre par l’entreprise, pour les plus
De plus, l’entreprise a fait réaliser un diagnostic éner-
avancées dans la maîtrise de l’énergie ;
gétique. Elle a également subi une hausse de ses coûts
via la hausse des coûts énergétiques. L’ensemble de ces
énergétique, pour l’application de la directive IPPC). éléments (développement durable pris en compte dans
sa stratégie, hausse des coûts et diagnostic énergétique)
ont conduit l’entreprise a mettre en place un SMEn.
3 Expliquez ce qui a motivé MANUPLAST à mettre en Elle poursuit donc sur la voie d’une entreprise socialement
place un SMEn. responsable.
MANUPLAST était déjà engagée dans une démarche inté-
grant le développement durable dans la stratégie de ma-
nagement de l’entreprise via le guide SD de l’AFNOR.

108 Partie 4. Participation à la gestion des risques environnementaux


Applications
Application 6 La charte des bonnes pratiques de l’entreprise CELLULOSES BASQUES
Souhaitant poursuivre la démarche engagée, vous avez proposé à Pascal Etcheguerry de mettre en place une charte des
bonnes pratiques de l’entreprise.

documents et réponses fournis dans les chapitres 8, 9 et 10, rédigez la charte des bonnes pratiques de
l’entreprise. Pour cela, aidez-vous des recherches que vous effectuerez sur le sujet et des annexes 1 et 2.

1 2 3

11. Les économies d’énergie 109


Applications

4 5 6

Application 7 Le bilan carbone 2


à votre dirigeante.
Votre dirigeante a pris connaissance du texte en annexe.
De ce fait, elle souhaite connaître en quoi consiste le La législation sur le bilan carbone est en évolution
constante. Il est donc difficile de fournir un corrigé type.
On peut attendre dans la note une structure, un plan
petite ou moyenne entreprise de l’étudier ? Les solutions apparent. Par exemple :
pour alléger son empreinte carbone ? 1) Le Bilan Carbone ® :
A) Définition
1 Recherchez la documentation sur le sujet. B) Réalisation

2) Les solutions :
A) La compensation Carbone
B) Les résultats du Bilan Carbone®

110 Partie 4. Participation à la gestion des risques environnementaux


Applications
®
: c’est une mé- Concrètement, la compensation consiste à mesurer
thode de comptabilisation des émissions de gaz à effet les émissions de gaz à effet de serre générées par une
de serre à partir de données facilement disponibles pour activité (transport, chauffage, etc.) puis, après avoir
parvenir à une bonne évaluation des émissions directes ou cherché à réduire ces émissions, à financer un pro-
induites par votre activité ou votre territoire. jet de réduction des émissions de gaz à effet de serre
Elle s’applique à toute activité : entreprises industrielles ou ou de séquestration du carbone : énergie renouvelable,
- efficacité énergétique ou de reboisement, qui permet-
toire géré par les collectivités.
Cette évaluation est la première étape indispensable pour gaz à effet de serre. Le principe sous-jacent étant qu’une
réaliser un diagnostic «effet de serre » de son activité ou quantité donnée de CO2
de son territoire. En hiérarchisant les postes d’émissions «compensée » par la réduction ou la séquestration d’une
en fonction de leur importance, il vous sera plus facile de quantité équivalente de CO2 en un autre lieu. Ce principe
prioriser les actions de réduction des émissions les plus de «neutralité géographique » est au cœur des méca-
efficaces. nismes mis en place par le Protocole de Kyoto.
Il est important de souligner que la compensation vo-
®
: pour faire réaliser lontaire doit s’inscrire dans une logique de neutralité
le Bilan Carbone® de son activité, il est possible de recou- carbone : elle doit toujours accompagner ou suivre la
rir à un des prestataires formés à la méthode par l’ADEME mise en œuvre de solutions énergétiques alternatives ou
dont la liste est disponible sur le site de l’ADEME. d’efforts de réduction des émissions.
Dans ce cas de réalisation du diagnostic Bilan Carbone®
par un prestataire externe, l’ADEME a établi un dispositif ®
?
de subvention à accorder au maître d’ouvrage après ins-
truction d’une demande d’aide par les directions régio- À court terme
nales de l’ADEME. – L’utiliser pour lancer un plan d’actions de réduction des
La méthode Bilan Carbone® permet de connaître les émissions GES (gaz à effet de serre). Provenant majori-
émissions de gaz à effet de serre engendrées par notre tairement d’utilisations de combustibles fossiles, toute
activité, soit directement (c’est-à-dire par nous), soit indi- réduction de GES aura un impact positif sur nos charges
rectement, à cause : de chauffage, transport…
– de l’électricité ou de la vapeur que nous achetons, des – Inclure un objectif de réduction dans un système de
moyens de transport que nos salariés et nos clients uti- management environnemental (y compris ISO ou
lisent, EMAS).
– des transports générés par l’acheminement de nos – Publier le montant des émissions, volontairement (rap-
matières premières ou fournitures et par la livraison des port environnement) ou dans le cadre d’obligations ou
produits que nous fabriquons, d’engagements concernant l’activité (REGES, directive
– de la construction des bâtiments que nous occupons, permis, stratégie nationale de développement durable
– de la fabrication des matières premières employées par pour les administrations…).
notre activité (y compris le papier dans un bureau !), À long terme
– de la fin de vie des déchets que nous engendrons,
– Modifier la stratégie de l’activité de mon entreprise, de
– de la consommation d’énergie et des autres émissions
ma collectivité ou de mon territoire pour la rendre pro-
des produits vendus,
gressivement moins «riche » en émissions de gaz à effet
– et de la fin de vie de ces produits vendus.
de serre.
En bref, cette méthode permet de compter toutes les – Demander à mes fournisseurs de faire leur Bilan Car-
émissions, qu’elles aient lieu directement chez nous ou bone® pour les choisir en fonction de leurs perfor-
indirectement chez nos clients ou nos fournisseurs, dès mances en la matière (ce qui est de toute façon se cou-
lors qu’elles correspondent à des processus nécessaires à vrir contre les hausses futures des combustibles fossiles
notre activité. ou la taxation vraisemblable des émissions).
– Se préparer à une vraisemblable augmentation des obli-
gations réglementaires en la matière.
La compensation volontaire est un mécanisme de finan-
– Indexer la part variable de la rémunération des cadres
cement par lequel une entité (administration, entreprise,
dirigeants sur les performances de l’entreprise en la
particulier) substitue, de manière partielle ou totale, une
matière (ce système est déjà en vigueur dans quelques
réduction à la source de ses propres émissions de gaz à
entreprises).
effets de serre une quantité équivalente de «crédits car-
bone », en les achetant auprès d’un tiers.

11. Les économies d’énergie 111