Vous êtes sur la page 1sur 12

1

Bonjour,

Tout d’abord, merci de l’intérêt que vous nous portez. Cet e-book que nous vous proposons
constitue une première approche à la pratique du langage sensuel. Après lecture, vous pourrez
d’ores et déjà vous y essayer, que ce soit avec une femme récemment rencontrée que vous
souhaitez conquérir avec des expressions sulfureuses, ou bien avec votre partenaire de plus longue
date, avec qui vous souhaitez expérimentez de nouvelles choses pour pimenter votre vie de
couple.
Ce produit s’adresse en premier lieu aux hommes. Il est axé sur l’explication de l’approche
féminine du plaisir sexuel, et il constitue un guide pour apprendre à exciter leur désir par un emploi
efficace des mots.

Dans le but d’améliorer votre confiance et la qualité de vos rapports amoureux, nous vous invitions
à mettre en rapport les enseignements et conseils que vous lirez avec le reste de nos modules.
Nous vous souhaitons une bonne lecture, et bien du plaisir.

L’équipe d’orgasmefeminin.fr

2
Introduction

Vous vous demandez sûrement : mais qu’est-ce donc le langage sensuel ? En


anglais, on l’appelle « dirty talk ». Sans rapport avec la drague, le langage sensuel est
un puissant outil de stimulation avant tout psychologique à utiliser avant, pendant, ou
même après vos rapports sexuels. Ce ne sont que des mots, mais des mots qui
évoquent des images plus ou moins explicites, allant du simple sexy au sauvage. Son
influence sur l’esprit des hommes et plus particulièrement des femmes est
particulièrement intense. L’intérêt du langage sensuel est ainsi considérable.
Pourquoi utiliser le langage sensuel ? Pour comprendre toute l’utilité du langage
sensuel, il nous faut d’abord revenir sur une différence de sensibilité essentielle entre
les hommes et les femmes. C’est une différence de stimulation psychologique, dont les
canaux entre les hommes et les femmes diffèrent considérablement.
Prenons exemple sur la pornographie : les hommes sont aujourd’hui les
premiers consommateurs de contenu pornographique. Mais après tout, pourquoi ? La
raison est en fait assez simple : les hommes répondent mieux à une stimulation visuelle
lorsqu’il s’agit de déclencher une excitation sexuelle. Voir une jolie femme se
trémousser devant eux, que ce soit sur écran ou devant eux en chair et en os, c’est le
pied. Mais c’est une forme d’excitation relativement passive, où l’homme ne fait que
« consommer » un contenu visuel excitant.
Chez les femmes, cette excitation est de nature beaucoup plus active et elle fait
appel à un tout autre canal, une toute autre fonctionnalité de l’esprit : l’imagination.
Prenons un exemple très concret : vous vous êtes déjà peut-être demandé pourquoi le
livre « 50 nuances de Grey » a fait un si gros carton ? Ou pourquoi tant de femmes
d’âge mûr lisent des romans érotiques ultra-explicites ? La raison est la suivante : les
femmes apprécient le fantasme. Contrairement à un film pornographique, où tout est
artificiel et joué, la littérature érotique laisse une large part à l’imagination ; en effet,
dans un roman érotique, le physique des personnages, les décors et l’action restent
quelque peu indéfinis, voire « flous ». C’est précisément grâce à cette non-définition
partielle de l’univers romanesque qu’une femme peut se projeter dans l’intrigue, ou
s’identifier à tel ou tel personnage, et vivre en quelque sorte la littérature érotique de
l’intérieur. Ainsi, une femme peut s’imaginer assouvir ses désirs les plus cachés, ses
pulsions les plus sauvages, ou se projeter dans la peau d’une femme fatale confiante et
libéré. Mais cela ne veut pas dire pour autant qu’aucune femme ne regarde de contenu
pornographique, bien au contraire ! Toutefois on peut s’interroger sur l’existence d’une
telle différence entre les hommes et les femmes. Il n’y a pas de réponse toute faite à
cette question, mais on peut supposer que cela ait un lien avec le passé tabou du plaisir
féminin. Alors qu’auparavant les hommes allaient régulièrement dans les maisons
closes et exhibaient une sexualité décomplexée et débridée (moins chez les classes

3
sociales supérieures), il n’était socialement pas acceptable pour une femme de
faire-part publiquement ou même à ses amis proches de sa vie sexuelle, et notamment
de ses frustrations concernant sa relation avec son mari. Cette répression sexuelle les
aurait alors poussées à s’évader au travers de la seule chose qu’on ne peut ôter à un
être humain bien-pensant : l’imagination, et donc le fantasme.

Les bases du langage sensuel

Somme toute, l’imagination est un puissant canal d’excitation sexuelle chez les
femmes. Mais comment le langage sensuel peut-il servir dans ce but précis ?
Si on exclut le point D, c’est-à-dire les orgasmes profonds, on pourrait se dire
que l’orgasme féminin moyen s’appuie sur le couple point C (clitoris) – point G. En
réalité c’est complètement faux. Il existe un troisième point, assurément plus
important que les deux (ou trois) autres : le point B. Ce « B » correspond au mot anglais
« brain » qui veut dire « cerveau ». Autrement dit, l’orgasme féminin n’est pas que
physique ; ce n’est pas parce que l’on stimule le clitoris ou le point G qu’une femme
aura nécessairement, après un certain temps, un orgasme. L’orgasme est le résultat
d’une stimulation prolongée à la fois physique et psychologique. Sans le bon état
d’esprit tout orgasme est quasi-impossible, et une stimulation physique seule risque
d’engendrer davantage de douleur que de plaisir.
L’importance du point B est donc cruciale, il est nécessaire à tout orgasme digne
de ce nom. Pour souligner son importance, prenons exemple sur les rêves érotiques.
Pour celles et ceux qui arrivent à vivre consciemment leurs rêves, particulièrement lors
des phases de sommeil léger, on s’est tous déjà imaginé en train de faire l’amour, avec
un(e) partenaire non-nécessairement identifiable. Les rêves érotiques sont des
expériences très intéressantes, puisque la plupart du temps ils se soldent par un
orgasme intense, sans pour autant qu’on se soit réellement masturbé ! Et cela vaut
aussi bien pour les hommes que les femmes. Par conséquent, les rêves érotiques
illustrent parfaitement le primat du psychologique sur la logique de l’orgasme : une
stimulation physique sans le bon état d’esprit ne peut déboucher sur un orgasme ; mais
un très bon conditionnement psychologique sans stimulation physique peut suffire. Ce
qu’il faut donc retenir de tout ça : la stimulation du point B a pour but de mettre en
place les fondations de l’orgasme féminin.
Finalement vous vous demandez : qu’ai-je à gagner à stimuler davantage ce
point B ? En quelques mots, la stimulation appropriée du point B engendrera chez votre
partenaire un meilleur conditionnement psychologique, qui décuplera l’effet que vos
actions auront sur elles.
Rappelez-vous, chez les femmes, l’imagination est un puissant canal d’excitation
et de conditionnement sexuel. La finalité de la stimulation du point B pour vous
messieurs sera la suivante : cadrer la stimulation physique que vous lui apportez par la
suite. Qu’est-ce que cela veut dire ? Dans l’esprit de votre partenaire, chacune de vos
actions doit s’insérer dans une logique bien définie, qui la transporte mentalement : de
la femme aimée et profondément désirée, à la petite garce qui se fait baiser. Cette

4
formulation peut vous choquer et vous faire froncer les sourcils de scepticisme, mais je
vous assure : l’amour tendre et romantique, c’est très bien, mais parfois les femmes
veulent aussi du sauvage bête et méchant (pas trop méchant !) L’idée générale, en fin
de compte assez proche du fantasme, est pour votre partenaire de s’imagine
inconsciemment en train de jouer un rôle.
L’enjeu pour vous est double. Premièrement, restez cohérent ! N’allez pas faire
l’amour à votre femme brutalement en levrette, tandis que vous lui susurrer
tendrement à l’oreille que vous l’aimer à la folie. Ce serait complètement décalé, et
probablement impossible à tenir en termes de respiration. Deuxièmement, soyez très à
l’écoute de votre partenaire ! La grande question que l’on se pose tout ou tard : quand
exactement saurai-je quoi faire ? C’est à vous de le savoir, mais ne vous en faites pas,
votre partenaire est là pour vous aider. Observez attentivement ses actions, et soyez
progressifs dans vos changements de rythmes et de styles.
Prenons un exemple très concret : vous faites l’amour à votre femme en position
missionnaire, très lentement, en la regardant droit dans les yeux et en lui murmurant
que vous la trouver magnifique, que vous l’aimez tellement. A ce stade, la stimulation
physique n’est pas forte, mais la stimulation du point B et le conditionnement
psychologique avancent à grands pas ! Prenez votre temps. Puis, après qu’elle vous a
répondu qu’elle vous aime aussi, vous l’embrassez passionnément, en augmentant
d’un cran le rythme du coït. Puis, tout en maintenant votre activité constante, vous
l’embrassez dans le bas du cou, en remontant petit à petit. Pour l’instant, vous lui faites
l’amour tendrement, amoureusement. Arrive alors le signe qui signale la possibilité
d’une transition : après être arrivé en haut du cou, vous lui avez mordillé délicatement
le bas de l’oreille, et vous avez senti ses bras passer sous les vôtres, et s’installer en
haut de votre dos. Votre femme vous serre très fort contre elle ; c’est le signe que vous
pouvez accélérer progressivement le rythme. A partir de là, ou bien elle est proche de
l’orgasme et il vous suffit de continuer comme vous faites, ou bien si ce n’est pas le cas,
continuez un peu, puis après deux ou trois minutes, demandez-lui si elle en veut plus ;
elle vous répondra (normalement) que oui, prenez lui alors les bras juste au-dessus des
coudes, plaquez les de part et d’autre de sa tête, sans trop les écarter pour que vous
puissiez garder de la liberté de mouvement sans avoir à trop gainer. Voilà, vous venez
de changer de « cadre », à vous d’adapter le langage sensuel vers quelque chose d’un
peu plus sauvage et dominant, puisque vous êtes au-dessus et en position de
domination.
Voilà, nous avons à ce stade posé les bases du langage sensuel. Il est grand
temps d’attaquer la question de l’emploi pratique !

5
Techniques d’anticipation

Si vous avez lu un ou plusieurs de nos autres articles, vous avez dû à un moment


ou un autre tomber sur une référence aux « techniques d’anticipation ». Mais qu’est-ce
donc ? Comme le langage sensuel amoureux, les techniques d’anticipation mettent en
place un conditionnement psychologique favorable à un rapport sexuel proche dans le
futur, mais de manière décalée dans l’espace et le temps. Autrement dit, vous utiliserez
les techniques d’anticipation pour chauffer votre partenaire à distance, de telle sorte
qu’elle vous saute dessus au moment où vous vous retrouvez.
Comment faire et quels moyens de communication utiliser ? Vous pouvez tout
aussi bien lui écrire un mot doux ou sauvage que vous lui laissez sur le comptoir de la
cuisine lorsque vous partez travailler 5 minutes avant qu’elle se réveille, lui envoyer un
mail pour lui dire à quel point vous pensez à elle… en fait, soyez originaux ! Il n’y a pas
une liste finie de techniques d’anticipation. Pimentez sa vie de couple, c’est savoir
innover.
Néanmoins, nous allons aborder un classique des techniques d’anticipation : les
sms coquins, mieux connus sous l’appellation de « sextos » ! On distingue deux types
de conversation sms de ce genre : l’échange dynamique, où vous et votre partenaire
faites monter la température à deux en échangeant vos messages en direct, et la
fantaisie érotique, où vous peignez à votre femme une courte scène intime
amoureuse/torride, ou bien une pure fiction digne des plus beaux fantasmes.
Rappelez-vous l’introduction, les femmes apprécient particulièrement la littérature
érotique ; à vous de vous y essayer ! Je vous rassure, personne ne fait de concurrence à
Baudelaire avec sa première histoire. Mais avec de la pratique, et avec l’aide de votre
partenaire, vous progresserez, et peu à peu vos histoires se chargeront d’intensité
sexuelle et de complexité métaphorique.
Nous tenterons ici de dégager les principes fondamentaux des deux genres de
conversation sms, échange dynamique et fantaisie érotique, pour enfin vous donnez un
petit exemple de fantaisie érotique préparée par nos propres soins !

L’échange dynamique, comme son nom l’indique, doit être dynamique pour être
excitant efficacement. Mais il repose surtout une montée progressive de la tension
sexuelle, et le caractère inattendu de cette conversation souvent en décalage par
rapport à notre activité au moment précis où elle commence.
Puisque vous avez décidé de prendre l’initiative, commencez par lui envoyez
quelque chose de simple pour lui dire que vous pensez à elle :
« Je t’aime » (oui cela peut suffire !) ;
« J’ai envie de toi » ;
« Je n’arrête pas de penser à la nuit dernière » ;

6
Laissez-la ensuite répondre, puis faire monter la température d’un cran :
« J’ai tellement envie de te faire l’amour, là tout de suite » ;
« Je commence à être dur rien qu’en pensant à toi » ;
Puis après, on attaque les images fortement érotiques. Vous pouvez largement vous
inspirer de ce que nous avons évoqué avec le langage sensuel sauvage :
« J’ai envie de te bouffer la chatte à t’en faire crier de plaisir » ;
« Mes doigts me démangent d’impatience d’être à l’intérieur de toi » ;
Enfin, pourquoi ne pas finir sur une proposition des moins insolites ?
« Je reste travailler un peu plus tard ce soir, rejoins-moi et on fera l’amour sur la table
de réunion »;
Encore une fois, le maîtres-mot est : originalité ! Il n’y a pas de conversation modèle,
faite selon votre humeur du moment et les occasions qui se présentent.

La fantaisie érotique maintenant : plus longue et plus travaillée, c’est une fiction
riche en images sexuelles de plus en plus fortes au fur et à mesure qu’on la déroule.
Elle a d’ailleurs cette capacité d’être à la fois un conditionnement psychologique, le
début pouvant comprendre les mêmes expressions que celles utilisées dans le langage
sensuel amoureux, et aussi une stimulation effective du point B.
Comment faire exactement ? Choisissez d’abord un lieu et un contexte qui vous
inspire ; ça peut être la salle de bain, la douche plus particulièrement, ou si vous vous
sentez très inspiré pourquoi pas une maison toute entière ! Cela dit, un lieu fixe, vous
permet de décrire vos actions avec plus de précision. Autrement dit, changer le lieu de
l’action implique d’écrire davantage.
Choisissez ensuite une situation initiale, banale ou non. C’est l’occasion pour vous de
mettre en place un décor, ou une atmosphère particulière si nécessaire. Pour ce faire,
employez des mots comme « imagine… », « voit… », « ressens… ». Ces mots
stimulent particulièrement l’imagination car ils font appel au sens. Ils s’inscrivent dans
ce qu’on appelle la « PNL » : la programmation neurolinguistique, car ils ont la faculté
de transporter mentalement celle ou celui qui vous écoute ; nous ne sommes de fait
pas bien loin de l’hypnose ! Nous reviendrons sur cela. Mais dans un ensemble plus
général, vous pouvez tout à fait considérer cette phase comme un détail et vous en
passer ; ce qui compte réellement, c’est ce qui vient ensuite…
Un exemple de fantaisie érotique va suivre, donc nous ne donnerons pas
d’exemples ici. Mais il y a quelques bons conseils à avoir en tête lorsque l’on créé une
telle histoire. Premièrement, décrivez avec un maximum de précision vos actions, en
faisant appel aux cinq sens, et en utilisant un vocabulaire le plus riche possible. Sans
utiliser des mots compliqués que personne ne connait, ne soyez juste pas redondant,
employez des synonymes.
Deuxièmement, ayez un vocabulaire imagé : les adjectifs, les adverbes, les
comparaisons et les métaphores sont des outils précieux. Ils donneront à votre histoire
une réelle tension sexuelle et stimuleront intensément l’imagination de votre
partenaire.
Troisièmement, ne vous prenez pas la tête avec la temporalité de l’action !
Rappelez-vous que vous lui envoyez un sms, pas une encyclopédie. Vous pouvez tout à

7
fait décrire avec précision un moment relativement lent, et accélérer d’un coup. Tant
qu’il y a une suite logique dans votre scénario, cela ne choquera personne.
Enfin quatrièmement, la question de la fin est toujours délicate. Finir sur un orgasme
(fictif) n’est pas nécessaire. Après tout, vous cherchez à chauffer votre femme ! Et quoi
de plus positivement et sexuellement frustrant qu’une bonne histoire certes inachevée
mais dont la fin sera écrite plus tard au lit…

Le langage sensuel au lit

Amour et tendresse

Communiquer en général avec votre partenaire tout au long de l’acte est certes
très important, mais lui faire part efficacement de votre amour, de votre désir, et de
votre envie qu’elle-même prenne du plaisir l’est plus que tout autre chose. Il existe une
spécificité du langage sensuel amoureux qui lui confère une utilité particulière : créer
un lien émotionnel solide et fort entre vous et votre femme.

Le langage sensuel amoureux a pour but de renforcer l’intimité du rapport, au


travers de ce lien émotionnel fort. Vous devez pour cela lui exprimer votre amour, et la
valoriser en tant que femme aimée et désirée, pour finalement ôter tous les freins au
désir et les tabous sexuels subjectifs qui rendraient le plaisir honteux et inassumé. Les
mots que vous lui dites ne constituent dès lors pas une réelle stimulation,
contrairement au langage sensuel sauvage que nous aborderons plus loin.
Le langage sensuel amoureux a donc pour finalité la mise en place d’un
conditionnement psychologique et émotionnel propice au plaisir : grâce à la confiance
qu’elle a placée en vous, votre partenaire ne pensera à rien d’autre que l’instant
présent, et qu’à ce que vous lui faite. Lui dire très simplement : « je veux que tu prenne
du plaisir, que tu lâches prise » aura déjà bien plus d’effet que vous ne pouvez le
penser ! Lui communiquer votre envie de partager ce moment avec elle, c’est lui
donner le feu vert pour qu’elle s’abandonne complètement à vous.

Très concrètement, que dire à votre partenaire ? Des mots doux pour lui dire ô
combien vous l’aimez :
« Je t’aime » ;
« Tu es tellement belle » ;
« Regarde-moi… (elle vous regarde, posez votre main sur sa joue) je pourrais regarder
tes yeux pendant des année », si elle a de beaux yeux dites-lui !
Exprimez-lui votre désir, ce que vous voudriez lui faire :
« J’ai envie d’embrasser tout ton corps » ;
« Ce soir, je te fais l’amour comme jamais » ;

8
Ou si vous voulez commencer à faire monter la température, pendant que votre main
serpente du bas de son ventre à entre ses jambes, dites-lui avec malice : « je vois qu’il y
a une fête privée là-dessous, je suis invité ? ».
Faites-lui savoir aussi à quel point vous voulez la voir prendre du plaisir et lâcher
prise :
« T’imagines même pas comment t’es sexy quand tu jouis, ça me rend fou » ;
« Tu sais ce qui me rendrait dingue ? Te voir perdre les pédales/lâcher prise… »
Soyez créatifs et passionnés !

Le plus important lorsque vous lui communiquer votre amour et votre désir,
c’est votre sincérité. Soyez cohérent avec votre attitude ! Si votre partenaire identifie
même le plus petit décalage entre ce que vous faites et les mots que vous lui dites, elle
risque très fortement de se concentrer sur ce décalage étrange. Et si pour autant cela
ne la met pas à l’aise, vous pouvez être sûrs que cela portera atteinte à la qualité de
votre rapport amoureux, puisqu’elle sera en train de penser à autre chose qu’au
moment présent.
Si vous trouvez toutes ces expressions trop « cul-cul la praline », c’est que vous
ne croyez pas assez à ce que vous dites à votre femme, donc que vous n’êtes peut-être
pas aussi amoureux que ce que vous pensiez. Pour autant, si vous ne vous êtes jamais
adonné à une telle pratique et que vous êtes un peu gêné à l’idée de vous y essayer,
c’est tout à fait normal.
Pour ceux qui débutent dans la pratique du langage sensuel amoureux, nous
vous conseillons d’utiliser les expressions les plus basiques. Si vous vous mettez à
réfléchir à ce que vous dites, c’est mauvais signe. Mieux vaut alors ne rien dire. Il faut
que son utilisation soit la plus naturelle possible, cela est garant à la fois de votre
sincérité et de votre cohérence.
Passons maintenant à la deuxième partie : le langage sensuel sauvage !

Domination et ton sauvage

Le langage sensuel sauvage est réellement d’un tout autre genre, pour la simple
et bonne raison que c’est une stimulation psychologique en soi.
Il stimule le point B et il vise à compléter une stimulation physique souvent très
intense et tout aussi sauvage. A ce stade, il n’est plus question de conditionnement
mental mais de plaisir sexuel fort, qui la plupart du temps vous poussera à viser
l’orgasme. Cependant, et j’insisterai sur ce point cette fois-ci avant la pratique, vous
devez utiliser le langage sensuel sauvage avec parcimonie, car il peut être perçu comme
très dégradant par votre partenaire si vous en abusez. Avant de l’employer pour la
toute première fois, parlez-en avec elle ; et si vous doutez réellement de la nécessité
d’une telle discussion, demandez-vous la chose suivante : est-ce que l’idée de débrider
vos pulsions dominatrices sur elle l’excitera vraiment davantage ? Il est évident que la
réponse à cette question ne peut admettre pour réponse ni un non, ni un oui définitif.

9
Si toutefois vous pensez ardemment que oui, alors je regrette de vous annoncer que
vous vous trompez peut-être, et devez être plus à l’écoute de votre partenaire.

La confiance et l’amour sont ici de mises, le dialogue lui est indispensable, et ce


n’est qu’après plusieurs mois de relation amoureuse et d’expérimentation sexuelle que
vous pourrez espérer utiliser le langage sensuel sauvage sans gêne. Ayez en tête que
faire l’amour est un jeu où deux amoureux s’amusent de manière très intime, et qu’il y
a toujours de nouveaux coups à découvrir…

Venons-en maintenant à son utilisation pratique ! Que dire précisément ? Il y a


différents degrés de langage sensuel sauvage. Commençons par le niveau soft… :
« Dis-moi à quel point t’aime quand je te fais l’amour. » ;
« T’en veux encore ? » ;
« J’adore te voir aussi chaude » ;
« Si tu me le demande gentiment, je peux te baiser autant que tu le veux… » ;
A ce stade, vous initiez le langage sensuel sauvage, et si elle est réceptive, qu’elle se
prend au jeu, c’est que vous avez l’autorisation pour faire monter la température !
Un niveau au-dessus, vous pouvez dès lors commencer à lui tirer les cheveux
correctement, c’est-à-dire en les prenant près de la racine sinon cela lui fait mal, à la
fesser occasionnellement (avec le coup de poignet !), ou à initier tout autre pratique de
ce genre :
« T’aime quand je te baise comme ça ? » ;
« T’aime ça hein, ta chatte en est trempée » ;
« J’ai envie de te goûter » ;
« Baise-moi, dis-le » ;
« Tu la sens, bien profond ? » ;

Passons au dernier niveau, maintenant arrivent les insultes. Il s’agit d’un niveau
assez délicat à maitriser et nous vous en déconseillons l’utilisation en général, surtout
dans une relation amoureuse. Ici encore, vous devez faire preuve de beaucoup de sens
de l’écoute, et de flair. Dans certaines situation, comme avec un coup d’un soir que
vous sentez chaude comme la braise, et qui a vraiment envie de s’envoyer en l’air, cela
peut marcher, et augmenter considérablement son plaisir. Cependant, elles ne sont pas
à utiliser comme telles, cela serait très dégradant pour elle et vous-même. Vous et
votre partenaire devez concevoir leur utilisation au sein d’un jeu de rôles sexuel. C’est
grâce à cette distanciation que les insultes deviennent acceptables par elle et
vous-même, qu’elles deviennent utiles au rapport et vous excitent…
« Je vais te baiser bien fort comme tu le mérites » ;
« Ça te dit que je défonce ta petite chatte toute mouillée ? »
« T’es ma petite garce hein ? Dis-le » ;
« Regarde-moi avec tes petits yeux de salope pendant que je te baise » ;
« T’en avais envie pas vrai ? Ta chatte en tremble » ;
Voilà cela conclut notre développement sur le langage sensuel sauvage.

10
Rappelez-vous que ceci est un jeu !

Pour conclure, nous vous proposons un exemple de fantaisie érotique.


Inspirez-vous en, observez bien le style si vous êtes débutant.
A très bientôt !

VOTRE SOURCE D’INSPIRATION ÉROTIQUE


J’aimerais être avec toi. Là, tout de suite. Si on prenait une douche ? J’ai juste envie de
te prendre dans mes bras par derrière, nos corps nus l’un contre l’autre. Avec mes bras
enliassés autour de toi, j’embrasse la peau douce de ton cou. J’oublie presque la
douche chaude, pendant que mes lèvres se baladent de bas en haut. Tu fermes les
yeux, tu te concentres sur ma présence à tes côtés, la bouche à demi ouverte.
J’entends déjà de discrets gémissements de plaisir. Ça m’excite. Tu m’excites. Tu sens
mon sexe se durcir derrière toi. Ça t’excite toi aussi.

Ouvrant mes bras je commence à jouer avec tes seins ; je les caresse, je te pince les
tétons qui déjà pointent d’envie, l’eau ruisselant nonchalamment à côté. Tu sens que tu
commences à mouiller, excitée. Tellement que tu en as presque la tête qui tourne ; un
brouillard épais dans lequel tu veux te perdre. Je commence aussi à sentir quelque
chose de sauvage, mon sexe déjà quasi solide pour toi. Une de mes mains se met à
glisser lentement vers le bas de ton ventre. Tu es en train de te toucher. Coquine. Une
envie particulière ?

Rapidement, je fais un pas en arrière, je t’attrape par les épaules et te fais faire un
demi-tour. Nos regards se croisent. Je vois tes yeux grands ouverts, emplis de luxure et
de désir, toi prête à t’abandonner complètement à l’instant présent.

Je fais deux pas en avant, te poussant contre le mur. Alors que je t’embrasse à pleine
bouche, ma main plonge dans ta chatte mouillée palpitant de désir. Surprise, tu laisses
échapper un petit cri de jouissance. C’est exactement ce dont la petite salope que tu es
a besoin. Alors que je commence à lécher et te sucer les seins, mes doigts trempés
commencent à s’activer à l’intérieur de ton sexe. Plus vite, encore plus vite.
Tu aimes ça, c’est à peine si tu parviens à rester debout. Mais tu en veux encore plus, là
tout de suite : soudain tu me repousses, et je heurte le mur.

11
Mon regard remonte vers toi : dos au mur, jambes en avant sur les pointes de pied, tu
écartes d’une main les lèvres de ta jolie chatte rose pendant que l’autre joue avec tes
seins, tes yeux à demi-fermés, ta bouche à demi-ouverte… Je craque.
Je m’élance vers toi, mon sexe tremblant à chaque battement de cœur. J’ai besoin
d’être à l’intérieur de toi. Je te lève par les jambes, contre le mur, et je t’assois
lentement sur ma bite. Cela fait longtemps que l’eau qui coule sur nos corps a été
oubliée.

Seul mon sexe dur te remplissant et bougeant à l’intérieur de toi importe, tu n’arrives
qu’à penser à ça. Dans mes bras, au-dessus du sol, tu lâches prise. Tu me serres dans
tes bras, tes yeux se lèvent vers le ciel, tes cris de plaisir se font plus fort à chaque
pénétration. Le plus je te baise, le plus je sens mon sexe se durcir. Ta petit chatte
commence à embrasser mon sexe en miaulant.

Plus elle se serre, plus les sensations sont incroyables, et plus tu as l’impression que je
te remplis de l’intérieur. Allant de plus en plus vite, je me mets à baiser sauvagement ta
petite chatte tremblante qui continue à me dévorer en retour, toujours de plus en plus
profond. Tu sens le plaisir s’accumuler en toi.

Bientôt le pourquoi du comment n’a plus aucune importance, tout ce qu’il reste ce sont
les sens, et le fait que nous sommes devenus incontrôlables. Ça arrive. C’est à peine si
tu parviens à prendre un dernier souffle avant l’apogée, l’orgasme avant l’air. Blanc.
Tu entends un cri distant, trop obsédée et paralysée par la tension entre tes cuisses
pour penser à quoique ce soit d’autre.

12