Vous êtes sur la page 1sur 18

MOD : Comptabilité approfondie

Thème 1 / La Normalisation Comptable Marocaine:


le Dispositif de fond et de forme.

Section 1/ la normalisation comptable


Section 2/ Le dispositif de fond :

Section 3/ le dispositif de forme


Section 1/ la normalisation comptable

 Pourquoi une normalisation comptable?


 Choix directeurs et Influences
internationales
 Spécificités du Plan comptable marocain
 Structure du CGNC
* Norme générale
* Plan comptable général des entreprises
Pourquoi une normalisation comptable

 L’information est la base de la décision


 L’information est sollicité par diverses
parties
 Nécessité de l’unification
 Nécessité d’un dispositif réglementaire
Choix directeurs et influences
internationales

 Sources de références internationales


* Ecole anglo-saxonne
* Ecole franco-germanique
 Sources et spécificités marocaines
Spécificités du Plan comptable marocain
Structure du CGNC

 Deux modèles comptables


 Comptabilité de flux
 Image fidèle
 Principes fondamentaux
 Méthodes d’évaluation
 Déconnexion de la fiscalité
 Nouvelle présentation des états de synthèse
 Plan comptable original
 Nouvelle organisation comptable
 Nouvelle et riche terminiologie
Structure du CGNC

* Norme générale
Elle contient le cadre comptable et les fondements
* Plan comptable général des entreprises
Etats de synthèse – cadre comptable et plan des comptes –
modalités de fonctionnement des comptes
opérations particulières – comptabilité analytique –
comptes spéciaux – consolidation – terminologie.
Section 2/ Le dispositif de fond:
Les principes comptables fondamentaux

1. Principe de continuité d’exploitation

Selon ce principe, l’entreprise est présumée établir ses états de


synthèse dans la perspective d’une poursuite normale de ses
activités.A contrario, dans les cas où les conditions d’une
cessation d’activité totale ou partielle sont réunies,
l’hypothèse de continuité d’exploitation doit être
abandonnée au profit de l’hypothèse de liquidation ou de
cessation.
2. Principe de permanence des méthodes

En vertu de ce principe, l’entreprise est censée établir ses états


de synthèse en appliquant les mêmes méthodes d’évaluation
et les mêmes règles de présentation d’un exercice à l’autre.
3. Principe du coût historique

Selon ce principe, la valeur d’entrée d’un élément inscrit en


comptabilité est exprimée en unités monétaires courantes.
Cette valeur reste intangible quelle que soit l’évolution
ultérieure du pouvoir d’achat de la monnaie ou de la valeur
actuelle de l’élément considéré, sous réserve de
l’application du principe de prudence.
4. Principe de spécialisation des exercices

En vertu de ce principe, les charges et les produits doivent être


rattachés à l’exercice qui les concerne effectivement et à ce
lui-là seulement sans qu’il soit tenu compte de leur date de
paiement ou d’encaissement. Ce principe découle du
découpage de la vie de l’entreprise en exercices comptables.
5. Principe de prudence

En vertu de ce principe, largement connu:


- Les produits ne sont pris en compte que s’ils sont
définitivement acquis à l’entreprise;
- LES charges sont comptabilisées dès lors qu’elles sont
probables.
6. Principe de clarté

Selon ce principe, les opérations et informations doivent être


inscrites dans les comptes sous la bonne rubrique, avec la
bonne dénomination et sans compensation entre elles.
Il en résulte que les éléments d’actif et les éléments de passif
doivent être évalués séparément; il en est de même pour les
comptes de produits et les comptes de charges.
7. Principe d’importance significative

Il s’agit d’un principe nouveau emprunté à l’école anglo-


saxonne. C’est un principe qui situe le périmètre de la «
bonne » information comptable. Ce périmètre est délimité
par le haut et par le bas:
- Par haut: les états de synthèse ne doivent révéler tous les
éléments dont l’importance peut affecter les évaluations t les
décisions;
- Par le bas: les états de synthèse ne doivent faire apparaître
que les informations d’importance significative.
Est significative, toute information susceptible d’influencer
l’opinion que les lecteurs des états de synthèse peuvent
avoir sur le patrimoine, la situation financière et les résultats
de l’entreprise.
Section 2/ Dispositif de forme:
IMAGE FIDELE
 Il s’agit de la transposition en français du concept
de « true and fair view » utilisé par les pays
européens à économie de marché .
 l’image fidèle n’est pas un principe fondamental
de plus c’est un objectif qui est assigné à la
comptabilité
 L’image fidèle = démarche méthodologique
Documents de base (factures…)

(1)
Principes comptables fondamentaux
Règles et dispositions du P.C.M.

(2) Dérogations

Enregistrements comptables
Informations
complémentaires
Dérogations
non non (4 bis)
(6) (5)
(3)
(4) oui
Etats de synthèse Image FIN
Fidèle ?
Bilan C.P.C., … E.T.I.C. oui
(5 bis) (5 bis)
(6 bis) (6 bis)