Vous êtes sur la page 1sur 11

David VIEL – Le 20 01 2018

Le système limbique adore les habitudes …

Une personne adore se concentrer sur ce qui lui Revient


= Avoir raison « à la fin » (de TOUT ce qui «  est  » et/ou s’étendre à ce point)
= Ne pas être court-circuité (… «  grillé  », sur la «  touche  » ou «  mal  » vu)
… « à la fin » (dans ce que le sentiment se permet pour être encore «  bien  » et non
«  mal  »  = en «  dessous  » de TOUT vis à vis de ce qui fait son petit effet = De ce qui
ressort comme étant «  bien  », «  juste  » vis à vis de ce qui ne ressort pas et/ou
plus  !!).

Je rappelle que la « valeur » provient de ce qui « prend » !! Aura le ça (la gravité) et le


soi (l’énergie) et ainsi de « l’éclat » ( = Raison du monde et non, avoir conscience de
cela et/ou l’avoir réalisé, ça  !! Pour se le permettre  !! = Être comme ça).

Pouvoir encore tenir à soi


Pouvoir encore revenir à l’essentiel

Lorsqu’on donne de soi,


ce sera pour réaliser quoi,
au final !?
En arriver où ?

Importance, charge, valeur, mérite …

Ne pas être responsable de ses actes et tout faire pour ne pas l’être
et ainsi que ça risque de ressortir à force d’ego (d’enfumer) ;
réalisez l’em-prise.

Lorsque les gens ont encore besoin d’adorer,


c’est à dire de donner raison (leurs vies  ; temps et énergie)
pour être entraîné
sinon ils dépriment
ou ils n’arrivent plus à faire ce lien avec la « terre »
(eux-mêmes).
Le système limbique adore les habitudes (être «  rassuré  »  ;
les choses qui «  durent  »
= qui prend de «  soi 
et de ça  ; qui calent!!!).

David VIEL – Le 20 01 2019


Comment pouvoir le réaliser ça
en ayant été là,
pour « réussir »
et non avoir ça sur le dos (du mal).

Je rappelle que ça est ce qui fixe le sentiment,


sur ce qui sera son à-faire («  milieu  »)
afin d’avoir conscience de son sujet ;
c’est à dire de ce qui est « bien » de penser, de dire et de faire (…. de devenir  !! Et/ou
«  d’aller  »)
vis à vis de ce qui est « mal » de faire, de dire et de penser.
Et res-sortir alors dans le « milieu » qui sera sa « route » («  destin  » = ce que le
sentiment «  permet  »).

L’énergie vitale (le ki, le qi, le chi) doit traverser toutes les strates de sa psyché afin de
ne plus passer par l’objet (le monde  ; penser à de là à ce que ça lui Revienne) pour faire
ce lien ou ne pas perdre le « courant » qui maintient sa personne en vie, debout et/ou
pour garantir son équilibre («  emploi  »).

Ce sera sa « vision » des choses, de l’Autre, des autres qui lui assurera cet équilibre. Et
si elle ne fait plus le lien avec ça (la «  terre  » ou le temps qui est devenu SA vie, alors
elle est «  sûr  » de RIEN et/ou «  fini  »). C’est son ça, celui qu’elle a mis en perspective
qui doit « prendre » (le ça, et le soi des gens) afin de pouvoir continuer à se faire
« marcher », afin de pouvoir continuer à croire en son histoire et/ou à son « pouvoir »
(à faire ce «  lien  »). Sinon ça lui échappe avec les conséquences que ça implique
concrètement à son sujet ; car il lui sera impossible de rétablir ce « courant » en elle
(de rétablir ce lien avec la «  terre  » ou de ressortir de cet état de «  fin  »).
Je rappelle que ça (le temps) peut être, TOUT et RIEN c’est juste ce qui enfer-me, ce
qui concentre le sentiment sur ce qui sera son à-faire (son lien avec la «  terre  ») qui a
eu raison du sentiment de là à ce que ça lui devienne familier et/ou propre ( = ça lui
«  parle  »  ; et là la personne s’appartient et/ou ressort de cet état de «  fin  »  ; elle se
«  connaît  » et se «  maintient  »).
Sauf qu’en passant par l’objet, elle convertit le monde également à son sujet  (elle tire
sur la corde)  ; ce qui n’est pas RIEN = Ça n’apporte pas mais belle et bien prend (… le
ça, l’importance et le soi, l’énergie) tout en étant convaincu du contraire puisque ça
« prend ». Pour révéler ainsi une idole (le pôle – celui qui ressort en «  bien  » vis à vis
de ceux qui sont «  autours  », qui ressortent et/ou qui s’en sortent - «  bien  » vis à vis
de ce qu’il faut désormais penser, dire et/ou faire pour être calé sur qui est au
«  centre  » et qui doit leur aller  !! = qui a TOUT «  compris  » = rafler la mise et/ou
avoir raison de la cellule dans laquelle ils se sont manifestées  ; dans laquelle, ils s’y ont

David VIEL – Le 20 01 2019


cru à ce point et ainsi ainsi que, ça, ce qu’ils ont mis en perspective et/ou «   accusé 
réception  » ait «  pris  »  !!).

Moi, mon énergie a eu beaucoup de mal à faire le lien entre « être » et le « non-être »
(cet état celui d’être «  sûr  » et celui de ne plus être «  là  »).

J’avais seulement conscience d’exister lorsque je me « chargeais » et/ou lorsque j’avais


quelque chose à faire
et plus conscience d’exister lorsque je cessais de me « charger» (de me figurer ça)
pour être concrètement « mort » = Sans Retour ( = perdre ce «  courant  » en moi ou
ce lien avec la «  terre  »).
Et impossible de dire Je = de rétablir le contact sans passer par ça (le monde et/ou le
l’objet). Sauf que passer par le Je, nécessite un objet pour concentrer l’énergie (en avoir
1) et/ou que ça parle à soi afin de pouvoir ressortir de cet état de « fin ».
Raison pour laquelle « à la fin », la personne fait ce qu’elle « est » puisque ça lui est
devenu propre et/ou familier (son lien avec la «terre  »).

J’avais conscience que mon énergie allait diminuer avec le temps. Il me fallait ainsi 1
chose (1 lien avec la «  terre  ») qui me permette de faire ce lien dans le temps, sans que
j’ai encore besoin de « soulever » pour autant des altères et/ou de « sauter en
parachute » pour m’impressionner et/ou me prouver que j’existais (je rappelle que ça
prend «  forme  » et que le sentiment devra le penser, le dire et le faire pour encore
s’appartenir et.ou se sentir «  vivant  »!!).
Il fallait que je réussisse à faire ce lien sans RIEN « faire » ( = tout le contraire de
l’idéologie dominante à savoir les «  Lumières  »  = de cette prédation organisée à
l’échelle mondiale).

En fait, mon énergie n’arrivait pas à faire le « tour » de ça et/ou du fait, d’être « là »
en personne. Je n’arrivais pas à sortir de mon Je ou des limites propre au Je ; quel qu’il
soit d’ailleurs ...
J’avais conscience de mon sujet (de moi) pour faire ce lien (avec la «  terre  »  ; sans le
réaliser ce lien)  ; bref je faisais ce qui m’était propre et/ou familier mais au-delà et en
deçà de ce qui était devenu mon à-faire, je ne percutais pas les choses, l’Autre, les
autres. Je faisais ainsi ce qui m’était devenu propre pour continuer à m’appartenir ou à
faire ce lien (à ressortir de cet état de «  fin  »).

En fait on peut tenir à RIEN. D’une, parce qu’avec le temps, ce qu’on tient, ne ressort
plus avec le temps (ce temps). Et de deux, lorsque ça prend de « soi » pour ne pas être
pas peu fier de « soi », il y aura les autres, l’Autre, la vie qui voudra ce qui prend de
« soi » ( = ce qui a de la «  valeur  » et/ou ce qui «  ressort  »).
Toute personne a ainsi, un objet qui concentre son énergie sur ce qui devient
concrètement son sujet, son lien avec la « terre » et/ou son « centre » de gravité  (son
«  trou  »). Là ce n’est pas un trou puisque ça « marche ». En revanche ça deviendra un

David VIEL – Le 20 01 2019


trou (un problème qui enflera) si ça ne prend plus le ça (le temps) et le soi (l’énergie)
des gens sans qu’il y ait de raison à ça ! Pour que ça continue à « prendre » !!! Dans ce
sens là ! Cette intention !! Attente … Là !!!

Mettre ça en perspective permet de prendre de la « valeur » et/ou de la « hauteur » =


de « léviter » (de s’y croire et/ou de s’oublier à ce point).
Sauf que cette « suspension » n’est pas garantie dans le temps (ce temps). Et si elle
est, ce sera pour réaliser une idole (un totem) vis à vis de ce qui ne ressorte pas. De ce
qui n’existe pas pour que ça (les autres, l’Autre, la vie en général) continue à lui
« profiter », à lui Revenir et non à lui, « coûter » ; puisque sinon c’est « grave » et/ou
la « chute ». La personne est « finie » et/ou ne peut plus avoir ça = ce sentiment d’être
« à part », de le « mérité » (du fait de l’avoir «  percuté  ») et/ou de le « valoir » ( = de
«  léviter  »  = d’«  assurer  »).

Donc il fallait que je trouve une chose, afin que je « res-sorte » et/ou que quoi qu’il se
passe, qu’une histoire ne puisse pas prendre de mon soi et de mon temps comme ça =
Me posséder (m’entraîner de son sillage  ; «  trou  »).

Les enjeux sur terre sont tellement « important » («  là  ») que vous avez intérêt à bien
vous connaître (à être ancré), à vous appartenir avant d’aller « dehors » dans l’idée de
« vivre » et/ou de pouvoir en profiter !! = Qu’il n’y a pas de mal.
Je peux assurer que ceux qui sont en « bas » et/ou qui ont RIEN pourront vous
expliquer le mal qu’ils endurent sans que ça ressorte comme tel, puisque leur avis ne
comptent plus. (ils ne «  valent  » plus RIEN et/ou ils ont ça, sur le dos  !! = Ce qui
permet à ceux qui ont eu raison d’eux «  à la fin  », de manquer concrètement de RIEN
et/ou d’avoir ce sentiment d’une «  consécration  », d’une «  réussite  » sociale … d’
«  élévation  »). Ils sont seulement « là » pour donner raison (le change) à ceux qui ont
TOUT « compris » (avoir d’avoir un «  avenir  », un «  emploi  » dans le système qui
adore les vedettes d’un côté et qui ruine le monde de l’autre, sans que ça «  ressorte  »
et ainsi, que ça «  marche  »).
Le « bas » et/ou le trou (ça) incarne, permet concrètement de prendre de la
« valeur » , d’ « assurer » = le « dessus » (le soi et le ça des autres, de l’Autre, de la
vie en général) pour que ça, leur Aille = leur Revienne. Ceux qui sont en « bas » (qui
«  valent  » RIEN) deviennent ainsi de la matière («  proche  » dans ce sens là) condition à
leurs sujets («  aventure  », «  lévitation  ») afin de pouvoir se concentrer sur ce qui les
Regarde (Revienne  »). Pour continuer à faire ce lien en « eux » (… dans ce sens là) = à
« progresser » sinon c’est la « chute ». Et là ils arrivent ainsi à « avancer » pendant que
les autres, l’Autre, la vie en général « chute-nt ». Ils arrivent ainsi à croire réellement
en leur histoire et/ou « pouvoir » («  légitimité  » = ils ont de l’avenir, et pas les autres) .
Ils ont réellement le sentiment d’un « ordre » et/ou d’une sélection naturelle qui leur
« profite » = « plaît » (ils finissent dans ce sens là, à trouver ça «  naturel  » et/ou
«  divin  »  = Ils «  montent  »  !! Et/ou ils sont à l’Origine, «  responsable  » de ce dont ils
n’ont honnêtement pas conscience).

David VIEL – Le 20 01 2019


Couper ce « courant », et la personne « tombe ». Souffler cette flamme et il y a plus
personne.

Lorsque vous êtes dans un environnement où des personnes sont ressortis avec le
temps (ce temps) comme étant « responsables », ils ont de facto du « mérite » = la
place (cette place  ; cette im-portance  = Être personnellement «  bien  », ne pas être
«  à plaindre  »  !! Être au «  centre  », «  totem  » vis à vis de ce qui est de fait  !
«  Autours  » = de ce qui leur Revient dans les faits. Ils ont ainsi pensé le monde et/ou
ils ont miroité ça, et ça leur est Revenu avec le temps, ce temps dans ce sens celui où ça
leur Revient pour être au «  centre  » et/ou «  responsable  » de ce dont ils sont
incapables de reconnaître!! Puisque leur condition ou sentiment d’être «  bien  », dépens
de ne pas perdre ce qui doit leur Revenir dans ce sens là. Pour ne pas perdre leur
«  écoute  » = «  disparaître  »).
Pour que les autres, l’Autre, la vie en général leur fasse alors, confiance et/ou les
« écoute » (leur Revienne).
Lorsque la surdité leur prend, n’oubliez pas qu’il s’agit « un peu » de votre vie ; celle qui
ne vous appartient plus pour donner raison = le change à ceux qui se sont « un peu »
oubliés !!

De mon expérience, ceux qui ont le « pouvoir », qui sont au « centre » perdent
conscience de leur condition pour être alors, dans le « pouvoir » (dans cet échange  ; et
c’est C O U R A N T) . Et les autres, l’Autre, la vie en général va leur donner raison
puisque dans ce sens, ça les « rassure » (ils perdent ainsi conscience de leur condition!!!
D’être «  mortel  »).
Et être alors dans une histoire où vous aurez ça sur le dos, non parce que c’est
nécessaire mais nécessaire à ceux qui doivent avoir raison « à la fin », dans ce qu’ils se
permettent pour continuer à croire en leur histoire (… «  pouvoir  »  ; «  légitimité  ». Ils
vont «  réellement  » vous tomber dessus pour vous expliquez la vie, l’Autre, les
autres  !!).

Tout pouvoir sans être ressorti de son je (… au contraire, avoir renforcé leur sort, leur
je  = avoir du «  nerf  » et/ou le temps de voir) dépend de cette em-prise, influence non
pour le réaliser ça mais belle et bien le « pouvoir » et/ou le plaisir (de la vue  !! = Ils
«  montent  » et/ou ils se figurent ça à vie … = à «  mort  »).
La source à leur « pouvoir («  légitimité  ») est la « mise en boîte » et/ou ils reposent
entièrement sur leur base («  écoute  »  ; leur lien avec la «  terre  »  pour alors voire les
choses comme ça les arrange et/ou comme ça leur Revient pour qu’il n’y a pas de
«  mal  », de «  fin  » à leur sujet). Toute base étant ça, qui a été mis en perspective de
là à ce que ça « prenne ». Non pour le réaliser ça mais belle et bien pouvoir se
« préserver » de cet état de « fin »  à condition que ça « prenne » et/ou de pouvoir
rafler la mise (là ils ne perdent pas leur «  écoute  » … Au contraire il la «  renforce  »
pour ne pas perdre au «  change  » et/ou à la «  fin  ». L’influence, l’em-prise qu’ils ont

David VIEL – Le 20 01 2019


sur les autres, sur l’Autre, la vie en général leur permet de s’assurer contre ce qu’ils ne
réalisent pas pour continuer à le «  pouvoir  »  ; à condition que ça prenne «  à la fin  »
dans ce sens là, sinon c’est la «  fin  » = «  chute  » et/ou «  ruine  » = du temps est
«  passé  » sans que ça, leur «  profite  » à la fin  !!).
En étant « en vie », ça représente le « pouvoir » ou le « salut » = 1 objet pour mettre la
main sur la somme des énergies manifestées sur terre et/ou dans la densité.
Et au jour d’aujourd’hui, ce qui est au « centre », c’est le matérialisme (les
«  Lumières  »).
Toutes les énergies convergent inconsciemment sur ce qui les concentre + ou - pour
avoir la vie (énergie et temps) qu’ils veulent dans le sens qui a raison du monde et par
extension de leur sentiment ; ils sont « dedans ». Il s’agit de leur « écoute ». Il leur
faut ainsi 1 objet (ça) qui leur permettra d’avoir raison du monde « à la fin » et/ou de
pouvoir ainsi !! Conserver leur « écoute » (lien avec la «  terre  » puisqu’ils ont été
«  élevés  » dans cet esprit). Non en l’ayant réalisé ça mais en dépendre.

Le temps d’une vie, il y a un changement d’état. Pour soit le réaliser ça, soit en
dépendre à vie et donc, à mort pour se le permettre !! Sans voir le mal puisque c’est
concrètement la condition, à leur sentiment d’être « bien » ou de ne pas perdre leur
« écoute » (lien avec la «  terre  »).

Le réaliser, ça « tue » ; puisque ça ne permet pas de rêver SA vie dans le sens des
«Lumières » et/ou du « profit ». Rêver leurs vies pendant que le système (le
matérialisme) qui les emploie dans ce sens fera tout pour que les uns puissent
« réussir » leurs vies = Rêver leurs vies et que les autres aient RIEN « compris » afin
que ça puisse « marcher » ( = donner leur temps et leur énergie = raison à ce qui est au
«  centre  » et/ou à ce qui les concentre, concerne).
Le fait d’être « là » ça ne sera pas pour le réaliser ça (ce qui est au «  centre  ») mais
belle et bien suivre le mouvement qui tendra à s’étendre afin de ne pas connaître de
« fin » (de «  chute  » et/ou la «  ruine  »).

ça (le temps) sans soi (énergie), c’est « mort »


et
« soi » (l’énergie) sans ça (matière) est « impossible » (ça ne «  tient  » pas). Après la
question est, quel sera l’objet (ça qui sera mis en perspective) qui permettra à la
personne de se « connaître » (de faire ce lien).

Lorsque vous arrivez quelque part, il faut que vous soyez adoré pour ne pas éprouver de
« mal ».
Et ainsi que vous soyez « à la hauteur » = « re-connu » = vous avez ainsi « raison » à la
fin (et/ou«  gagné  »)… C’est à dire que vous avez le « soi » et le « ça » des gens.
Et moi ce qui m’ennuyait c’est que je perdais cette connexion avec la « terre » lorsque
j’allais là où je n’étais pas adoré (inconnu, étrange-r)

David VIEL – Le 20 01 2019


- et alors, devoir suivre le « mouvement » c’est à dire devoir donner raison (de mon
temps et de mon énergie) à ceux qui étaient au « centre », à ceux qui avaient TOUT
« compris » et/ou qui étaient « adorés » ( = qui avaient Raison du monde, du «  poids  »
= de l  »’avenir  »)
- sinon devoir changer « d’horizon » (d’air) afin d’avoir le sentiment d’exister à
condition que ça « prenne » autre part (du moment qu’il y a quelque chose qui se
«  passe  » il y a un «  trou  » et/ou un «  centre  » d’intérêt celui qui prend le ça et le soi
des gens). Comment pouvoir faire ce lien avec la « terre », sans qu’il y ait RIEN pour le
« pouvoir » ?

Je devais ainsi établir ce lien de là pouvoir conserver ce lien (cette «  écoute  ») et cela
sans dire Je et/ou passer par l’histoire. En passant par l’histoire les choses sont déjà
faites, dites, et pensées !! Pliées. Il fallait ainsi être adoré par ( = se v e n d r e =
vendre ses forces de vie = entrer en matière de là donner de son temps et de son
énergie = entrer dans le jeu  pour donner de soi et son importance à) ceux qui avaient la
« main » (… de l’avenir  ; de «  soi  ». Il y avait 1 histoire pour ça  !). Ou alors devoir faire
comme ceux, qui avaient « réussi » !! = TOUT « compris » (c’est à dire comme ceux,
qui s’étaient calés sur l’idéologie «  dominante  » et qui était devenu concrètement le ça,
= le trou = qui avait eu raison du monde et par extension de leurs personnes) .
Sans établir ce lien, la personne donnera de son temps et de son énergie à ce qui la
concentre et/ou A. Ou alors elle sera « responsable » = à l’Origine d’un mouvement
(elle fera des «  vagues  », des «  histoires  ») non pour le réaliser ça, mais belle et bien
pouvoir rafler la mise (pour le «  pouvoir  » et/ou le plaisir dans le sens qui a eu raison,
«  élevé  » les gens  !!).
Il fallait ainsi que j’établisse ce lien afin de pouvoir le conserver (mon «  écoute  », ma
«  vision  ») et cela quel que soit l’histoire qui devait avoir raison de moi « à la fin » ;
afin que le « centre » de gravité dans laquelle j’étais et/ou où j’aurai apparu puisse
continuer à croire en son histoire et/ou en son « pouvoir » (le «  pouvoir  »)  !
Et honnêtement, je ne vois pas comment c’est possible sans avoir saisi ça et ainsi s’être
révélé en soi.

Et il était hors de question que je soulève des altères à 75 ans pour conserver ce lien
avec ce que je n’aurais pas alors réalisé ... tout en considérant que « les mots
croisées », ce n’est pas « ma tasse de thé ».
Il me fallait ainsi une autre énergie ; une autre dépense d’énergie in-carné pour faire ce
lien avec la « terre » et/ou ce qui n’existait pas encore pour moi, du fait que ça (le
temps) venait encore à moi ( = à «  soi  ») naturellement certes ! Mais que pendant 1
temps (… après c’est «  mort  »).

Quand je pense, que c’était un sujet féminin qui était censé me permettre
« d’assurer » et/ou de faire ce lien avec le temps (ce temps) pour m’appartenir. Mais
d’un autre côte, ça aurait été pour la réaliser, Elle ( = avoir mon énergie) et non alors, le
réaliser ça ( = le permettre et en dépendre  !!).

David VIEL – Le 20 01 2019


Donner de l’importance et votre énergie à une fille, et vous allez vite vous apperce-voir
ce que ça va vous apporter cocnrètement dans le temps, ce temps !!! = « À la fin ».

Devoir donner raison (ma vie) en entrant quel que part pour ne pas être mal vu, et/ou
déranger le quotidien de ceux qui s’affairaient pour continuer à faire ce qui leur était
propre, ce qui leur était familier (pour ne pas perdre leur «  écoute  »... Qui ne
m’éclairait pas  ! Mais belle et bien renforcer ce qui avait eu manifestement raison de
leurs personnes).

Il fallait ainsi que j’arrive à faire ce lien sans passer par l’objet et ainsi ! Le monde (me
figurer ou miroiter, ça). Afin que j’ai ainsi !! Une « vision » claire des choses, de
l’Autre, des autres = Un éclairage qui ne puisse pas couper le « courant » en moi ( =
briser mon lien avec la «  terre  »  = me prendre la «  tête  » de là avoir raison de ma
personne). Et par extension qu’une histoire ne puisse pas avoir mon temps et mon
énergie afin de donner raison (renforcer) ceux qui ne diront pas non à cette perspective
… d’avenir (pour avoir ainsi, du temps devant leur «  soi  » en passant par ça = ce qu’ils
ont mis en perspective pour être encore là demain, ce «  demain  » et/ou continuer à
faire ce «  lien  »  ; à condition que ça «  prenne  » sinon c’est la «  fin  ». Il faut une em-
prise sinon impossible de ressortir de cet état de «  fin  »  = avoir une «  légitimité  »,
une «  vision  », une «  écoute  », une présence d’esprit qui «  prenne  » et ainsi une
histoire pour le pouvoir).

Dès que vous vous exposez, il sera question de vos liens avec la «  terre » (de vos
«  connaissances  »)  ; de là à l’avoir percuté ça sinon ça vous Aura. Puisqu’il est tout de
même question du « poids » du monde et/ou du sens au fait d’être en vie (du sens de
l’être = de se connaître, de se dévoiler à ce point. Comment alors  !! Pouvoir se dévoiler
à ce point lorsque «  l’écoute  » de ceux qui ont raison du monde dépend non de le
réaliser ça mais belle et bien d’avoir raison de TOUT ce qui «  est  », de s’étendre à ce
point pour ne pas perdre leur «  écoute  » dans ce sens là  !!).

Il faut ainsi arriver à faire ce lien, sans être « béni » (adoré) vis à vis de ce qui est
« maudit » (bani)
et par extension ne pas être le bouc-émissaire, le fusible de ce qui se paie la tête du
monde pour continuer à croire en son histoire, en sa « légende » et/ou en son
« pouvoir ». Pour être adoré = être belle et bien au « centre » et/ou « responsable » de
ça. Pour être bien-entendu, bien-reçu !! Vis à vis de ce qui sera alors, mal entendu !!
Mal-reçu et/ou rejeté (plus «  là  » demain  ; ce «  demain  »).

Il faut arriver à faire ce lien, sans faire de « vagues » (d’histoire).

Je peux assurer que, lorsqu’un personnage ressort dans l’histoire qui se passe (= que ça
«  prend  »!!) ce ne sera pas pour le réaliser ça, mais belle et bien être cultivé !!

David VIEL – Le 20 01 2019


= Vous ne pourrez pas changer la « vision » des choses, de l’Autre, des autres comme
ça... Aussi bien pour ceux qui sont au « centre » (qui sont comme des coques en pâte
et/ou qui ont ce sentiment d’avoir «  raison  »  ; de «  pouvoir  ») comme pour ceux qui
seront « autours » et/ou en « bas » («  scotché  ») … Afin de pouvoir continuer à
comprendre ce qui se « passe », afin de continuer à se caler sur ce qui les concentre ! A
!! Désormais. Pour continuer à conserver leur « écoute » puisque ça a « pris » forme
comme ça (dans ce sens là. Non pour le réaliser ça, mais belle et bien révéler un
«  idole  »). Pour continuer à « avancer », à faire leurs vies = ce lien dans le sens qui les
a Réunis, Conquis, Neutralisés sinon ils ne sont plus « là » = « perdus » et/ou « mal »
( = plus «  sûr  » de RIEN et ainsi plus «  là  » demain  » = vous allez les énerver!).

Au sujet de ça, il s’agit de l’équilibre (du devenir) de la personne = du sentiment incar-


né et par extension encore inconscient de ça = encore coupé de lui-même sauf en ayant
l’objet censé lui Revenir dans le temps, ce temps …. sinon il est « mal » ; il ne plus RIEN
« garantir » = il perd son « écoute », son lien avec la « terre », avec le « vivant », avec
le « terrestre » ( = il n’a plus d’avenir et/ou le temps  = ça).
Ça (le temps, devant «  soi  ») leur Revient = ça leur est « possible » seulement si ça
« prend » = si ça boucle la boucle et/ou fait la bascule ; cette « bascule ». Je rappelle
que le Rebond passe par ça qui devient les « murs » (« concret ») = la condition à leur
sujet = à leur « écoute », à leur « vision » sinon ça leur échappe avec les conséquences
que ça impliquera ! Raison pour laquelle lorsqu’un sentiment met ça en perspective, il
doit boucler la boucle sinon il perd son « écoute » et/ou son lien avec la « terre » (le
«  divin  »).

Je rappelle que c’est ça, que c’est l’objet qui cale le sentiment sur ce qui sera son à-
faire et/ou son lien avec la « terre » (le « divin »). Et ça, peut être, TOUT et RIEN.
C’est seulement ce qui aura impressionné la personne pour l’Avoir (pour
«  l’intéresser  »). Pour avoir du « mérite » en l’ayant et ainsi, une « écoute » (pour
avoir ce qui lui a «  pris  » = le «  bien  », le «  +  » sans le «-  » = le «  perdre  » = se
«  perdre  » = se «  dissoudre  », «  s’effondrer  » et/ou ne plus être «  là  » de fait
demain  ; ce «  demain  ». Ça doit lui Revenir sinon il est «  mort  » et/ou il ne peut plus
être «  sûr  » de RIEN).
Ça est ce qui est mis en perspective pour le « vivre » !! = l’Avoir « à la fin ».
Et donc avoir cette influence, cette em-prise là sur les autres, l’Autre, la vie en général
sans être critique à ce sujet, mais belle et bien voir un intérêt (le «  jour  »  ; la personne
et/ou le sentiment incar-né arrive ainsi à «  avancer  »).
Si ça est mis en perspective (est émis) ce ne sera pas pouvoir avoir des doutes « à la
fin » mais belle et bien pouvoir s’y retrouver si ça « prend » !!
Dans ce sens, je rappelle que ça sera son moteur et par extension son énergie et/ou
esprit (ça doit se passer).
Les autres, l’Autre, la vie en général est concrètement la condition à son « succès » = à
à son sujet («  propos  »). Si les autres, l’Autre, la vie n’est plus là le sentiment ne
pourra plus faire ce lien (et/ou la personne ne pourra plus s’appartenir) . Raison pour

David VIEL – Le 20 01 2019


laquelle il lui faut de l’argent afin que ça ne soit pas un « problème » (et ainsi compter
sur le système qui a eu pour le coup, raison de sa personne  ; et cela sans même le
réaliser).
Qu’est-ce qu’une personne peut bien réaliser dans ce sens là sans voir le « mal » mais
belle et bien un « ordre » (le «  bien  », une «  récompense » et/ou le «  jour  »).

Ils sont calés sur ce qui est au « centre », à savoir les « Lumières » et/ou le
« capitalisme » = une idéologie dont ils ne sont pas à l’Origine et/ou « responsable »!!=
De ça (ce n’est pas eux, qui l’ont mis en perspective!!) ... Mais dont ils ont tout de
même « accusé réception » = dont ils se sont tout de même « chargés » = calés
« dessus » pour avoir cette « écoute », cette « vision » là ... Des choses, qui
ressortent dans ce sens là = De la vie ( = des autres, de l’Autre, de la vie en général) .
Pour faire leurs vies = leur « trou » ( = donner leur temps et leur énergie, l’air de RIEN
dans ce sens là).
Et tout cela, sans voir le mal mais belle et bien voir le « progrès » (un « ordre »). Ils
voient leur reflet dans ça (ce qu’ils n’ont pas émis) et/ou dans ce qu’ils ne réalisent pas
pour continuer à faire ce lien dans le sens qui est devenu leur « lumière », leur
« éclairage ». Afin de conserver leur « écoute », leur « vision » des choses et/ou
« ressenti ». Et pour conserver leur « écoute » (« équilibre »), ils doivent avoir raison
des autres, de l’Autre, de la vie en général. Et s’ils ne peuvent plus faire le «bien » dans
le sens qui a eu raison de leur personne (se faire de l’argent et/ou un nom) alors ils ont
pensé à TOUT. Ils auront un pécule mis de côté = un « matelas » bien confortable afin
de pouvoir amortir la « chute » (après avoir «  lévité  »  ; s’être fait un nom et/ou de
l’argent) pour continuer à « assurer » en comptant, en misant sur un système ! Qui ne
le reconnaîtra pas ça ! Afin de continuer à faire ce qui est « juste » pour eux, de
penser, de dire et de fait. Pour continuer ainsi !! À le « pouvoir » et/ou à avoir cette
influence là sur les autres, l’Autre, la vie en général ... Sans même le réaliser !!

Les gens entrent ainsi dans un ordinaire, dans un monde (l’idéologie des «  Lumières  »
ayant été 1 vision des choses, 1 éclairage et/ou ça qui a été mis en perspective de là à ce
que ça «  prenne  » … Dans le temps, ce temps qui est devenu leur «  écoute  » ou lien
avec la «  terre  » pour être encore «  dedans  ») non pour en ressortir (le réaliser ça)
mais belle et bien le « perpétuiter » et/ou renforcer le mouvement qui a eu raison
d’eux, point barre !! Dans l’idée d’avoir TOUT « compris », de faire leurs vies = D’être
« bien » si ça continue à leur « profiter » personnelllement et non ainsi que ça risque de
leur « coûter » personnellement (c’est le seul repère ou lien avec la «  terre  » qu’ils
ont).
Dans ce sens, ils sont capables d’aller très loin pour ne pas perdre leur « écoute » (lien
avec la «  terre  ») et/ou avec ce qui a raison autant de leur personne que du monde   (de
TOUT ce qui «  est  »).

En attendant ça leur donne réellement le sentiment d’être « monté », de le « valoir »


vis à vis de ceux qui ont l’impression (ça prend de leur «  soi  » dans ce sens  ; ils se font

David VIEL – Le 20 01 2019


dé-possèder) d’avoir « raté » leurs vies et/ou de RIEN, « valoir » (ils perdent leur
«  écoute  » et/ou lien avec la «  terre  »). Le « valoir » dans ce sens là, cela revient à
pouvoir prendre à autrui, leur « bien » = leur « soi » et leur ça ( = leur écoute ou leur
lien avec la «  terre  »  ; cette dimension) pour le « pouvoir » et/ou le plaisir !! Afin de
renforcer le Je (sort) et/ou mouvement (en se calant sur ce qui est au «  centre  ») qui a
raison du monde ; à savoir l’idéologie des « Lumières » et/ou de ce qui concentre tout
ce petit monde (de ce qui concerne, de ce qui a encore le monde en main et ainsi encore
de «  l’avenir  » et/ou ses «  chances  »).

Dans le sens où ils sont, pour s’appartenir il leur faudra avoir raison des autres, de
l’Autre, de la vie en général = avoir le ça (l’importance) et le soi (l’énergie) des gens (des
autres) afin de conserver leur « écoute » = leur lien avec la « terre » (ils ont été
«  élévés  » dans cet esprit). Pour eux, c’est pas « mal » mais belle et bien faire la
preuve de le « valoir ». Pour être proche du « centre » voire être au « centre » dans
l’idée d’une « consécration ». Ils réussissent ainsi à se convaincre d’une « réussite »
personnelle (à «  avancer  »). Pour ne pas avoir ça (ce qu’ils ne réalisent pas et ainsi ce
qu’ils se permettent et/ou avoir ce qu’ils s’emploient à penser, à dire et à faire pour
être «  bien  » à la fin et non «  mal  ») sur le dos = Le sentiment de perdre leur
« écoute », leur « vision », leur lien avec la «terre » dans ce sens là ! Du fait d’avoir été
« élevé » dans cet esprit. Et en être ainsi !! Totalement inconscient de ça ( = se le
permettre).

David VIEL – Le 20 01 2019