Vous êtes sur la page 1sur 19

Cours de RDM2– MASTER1

  ECOLE SUPERIEURE DES


TRAVAUX
 
PUBLICS
 

 
(SUPTP)
 

COURS de
 

 
RDM 3
 

   
 
 

 
1
Malick Bâ Tel : 774589579 Email : mmalickbahotmail.fr
Cours de RDM2– MASTER1

PROGRAMME DE RDM 2
Chapitre 1 : Analyse structurale –Statique 2D

Chapitre 2 : Etude des contraintes et déformées des poutres.

Chapitre 3: Systèmes hyperstatiques – Méthodes énergétiques

F Théorèmes de Castigliano, Menabréa, Müller Breslau.


F Analyse de structures par la méthode des forces.
Chapitre 4: Etude des treillis plans
Chapitre 5: Théorie des poutres continues et applications  
Chapitre 6: Etude des lignes d’influence
Chapitre 7: Etude des sollicitations composées  (Flexion composée-Flexion déviée)  
Chapitre 8: Phénomènes d’instabilité : Le flambement (Voir cours CM)

Modélisation de structures avec les logiciels : MDsolids, RDM6, RDM+


Volume horaire & Evaluation
Ø Volume horaire : 60 h
Ø Evaluation :
• Un projet (pondéré à 40%)

• Examen final (pondéré à 60 %).

Présentation & Objectif du cours

PRÉSENTATION

La Résistance des Matériaux est une discipline fondamentale d’ingénieurs qui traite
des méthodes employées pour le calcul de résistance, de rigidité et de stabilité des éléments
des ouvrages et des machines.

OBJECTIF
 

L’objectif fondamental de la Résistance des Matériaux, comme discipline professionnelle, est de


donner la forme la plus rationnelle à un ouvrage et déterminer ses dimensions en
fonction du matériau choisi pour que cet ouvrage puisse résister, rester stable et rigide
sous l’action des différentes actions qui peuvent agir sur lui

   
2
Malick Bâ Tel : 774589579 Email : mmalickbahotmail.fr
Cours de RDM2– MASTER1

Chapitre ANALYSE STRUCTURALE –


STATIQUE 2D  
1  
I. ANALYSE STRUCTURALE
1) Schéma de l’analyse structurale
Evaluation des charges extérieures

Modélisation du schéma mécanique ou


diagramme des corps libres (DCL)

Détermination des inconnues de liaison

Calculs des sollicitations N, V et Mf

Calculs des contraintes σ et τ

Vérification des critères de


résistance et de rigidité
2) Notion de poutre
On appelle poutre un solide engendré par une aire plane (S) dont le centre de gravité G
décrit une courbe (G0G1), le plan de (S) restant perpendiculaire à cette courbe.

S1
Géométrie des poutres - Cas courants
Si la fibre moyenne de la poutre (G0G1) est :
- contenue dans un plan ⇒ on parle de poutre plane,
- une droite ⇒ on parle de poutre droite,
- une courbe ⇒ on parle de poutre gauche

Si le plan (G0G1) est un plan de symétrie géométrique et mécanique (la section de la poutre

 
3
Malick Bâ Tel : 774589579 Email : mmalickbahotmail.fr
Cours de RDM2– MASTER1

est symétrique par rapport à ce plan et le chargement aussi), on parle de poutre à plan
moyen.

II. ACTION MECANIQUE


Le terme général "action mécanique" représente soit une force, soit un couple.

1) Notion de force
On appelle force toute cause capable de déplacer ou de déformer un corps. C’est aussi une
grandeur vectorielle caractérisée par un point d’application, une direction, un sens, une
intensité.
droite  

⎧ ⎧- direction d’acti


⎪ ⎪
⎪- vecteur ⎨- sens on   A  
Force ⎨
⎪- intensité
⎪ ⎩ point  
⎩- point d' application
⎪  
Unité : Newton N d’application  

Multiples: daN (déca newton =10N) kN (Kilo newton = 103 N) MN (méganewton =103
kN)

2) Classifications des forces - Les différents types de chargements sur un corps


(ou structure)
§ Forces extérieures : appliquées par un solide autre que celui qu'on étudie
§ Forces intérieures : forces de contact entre 2 solides faisant partie d'un même système.
forces de contact entre particules dans un solide chargé et/ou déformé.
§ Forces concentrées : appliquées sur une surface très petite. On les représente par un
vecteur.
 
4
Malick Bâ Tel : 774589579 Email : mmalickbahotmail.fr
Cours de RDM2– MASTER1

§ Forces réparties : appliquées sur une partie importante de la surface d'un solide. On
les représente par un ensemble de vecteurs.

FORCE

Forces intérieures Forces extérieures

Forces ponctuelles ou Forces réparties  


concentrées  

Forces réparties Forces réparties Forces réparties


linéiques   surfaciques   volumiques  

     

 
5
Malick Bâ Tel : 774589579 Email : mmalickbahotmail.fr
Cours de RDM2– MASTER1

§ Exemples d’actions mécaniques de contact

Remarque : On s’aperçoit que dans tous les cas, les actions sont surfaciques, mais qu’on peut

 
6
Malick Bâ Tel : 774589579 Email : mmalickbahotmail.fr
Cours de RDM2– MASTER1

parfois les ramener à des actions linéiques ou ponctuelles pour simplifier les calculs.

1.1.1 Notion de moment :


L’expérience montre que sous l’action d’une force, un solide peut effectuer, outre un
déplacement de translation, une rotation autour d’un point, l’effet de rotation produit par une
force est caractérisé par son moment.

Soit une force F appliquée en B, le moment de F par rapport à un point A est égal

au produit vectoriel du vecteur position AB par F ()


M A F = AB ∧ F

Caractéristiques de M A (F )
• origine le point A
• direction plan formé par le support de la force F et le point A
sens tel qu’un observateur traversé par le vecteur moment des pieds
vers sa tête voit tourner la force F dans le sens trigonométrique.

Intensité ()
M A F = F .d (d = AH est le bras de levier, c’est la plus
courte distance entre A et le support de la force.)  
§
§ Définition plus simple

Le moment MO d’une force F par rapport à un point O est égal au produit de la


force par le bras de levier, c’est-à-dire que MO = F d où, d est la distance
entre le point O et la force F.

Le moment MO est compté positif si par rapport au point O la force F tourne dans le
sens contraire des aiguilles d’une montre (voir figure)

 
7
Malick Bâ Tel : 774589579 Email : mmalickbahotmail.fr
Cours de RDM2– MASTER1

III. ÉQUILIBRE D’UN CORPS


Théorème :

Un solide indéformable est en équilibre si et seulement si :

§ La résultante générale des forces (actions et réactions) appliquées à ce solide est nulle.
§ Le moment résultant de toutes ces forces pris par rapport à un point quelconque est
nul.
⎧R =
⎪ ∑F = O
⎨
()
⎪⎩M résul tan t = ∑ M F = O

Remarque : L’ensemble des actions mécaniques E (= moments +forces) sur une structure (S)
est modélisable par un couple résultant {τ (E / S )} appelé torseur et défini par :
⎧⎪ R ⎫⎪
{τ (E / S )} = ⎨ ⎬
⎪⎩M ⎪⎭
⎧∑ FX = 0 (1) ⎧∑ M X = 0 (4)
⎪ ⎪
§ Dans l’espace ⎨∑ Fy = 0 (2) et ⎨∑ M y = 0 (5)
⎪ ⎪
⎩∑ FZ = 0 (3) ⎩∑ M Z = 0 (6)

∑ Fx = 0 (1)
§ Dans le plan ⇒ (x, y ) ∑ Fy = 0 (2)
∑ M Z = 0 (3) car M perpendiculaire au plan
§ En un point A quelconque de la structure, On calcule les inconnues de liaison à
⎧∑ FX = 0 (1)
⎪
partir des équations d’équilibre : ⎨∑ Fy = 0 (2)
⎪
⎩∑ M A = 0 (3)
 
8
Malick Bâ Tel : 774589579 Email : mmalickbahotmail.fr
Cours de RDM2– MASTER1

2) LIAISONS ÉLÉMENTAIRES EN BÂTIMENT


Ø Les appuis simples
Ø Les articulations
Ø Les encastrements
Modèle cinématique (ou diagramme de corps libre) :

Ø La modélisation cinématique d’un solide ou d’un ensemble de solides (Diagramme de


corps libre : DCL) consiste à représenter le(s) modèle(s) :
• de chaque solide par leur ligne moyenne,

• de chaque liaison par une représentation


 

 
9
Malick Bâ Tel : 774589579 Email : mmalickbahotmail.fr
Cours de RDM2– MASTER1

Un système matériel est au contact d’autres solides (le sol, un massif de fondations, des piles
de pont, etc) par l’intermédiaire de liaisons.
Les appuis sont des obstacles, empêchant ou limitant la liberté de mouvement du système
matériel en ces endroits. Tout mouvement entravé par la liaison entraîne l’apparition d’une
réaction d’appui (ou action de liaison) dans la direction du mouvement gêné ou bloqué.
§ Appui simple ou roulant
Un appui simple est caractérisé par une seule réaction. Un appui simple empêche le système
de se déplacer dans une seule direction.

 
10
Malick Bâ Tel : 774589579 Email : mmalickbahotmail.fr
Cours de RDM2– MASTER1

§ Appui fixe ou Appui double ou articulation


Il empêche le corps de se déplacer dans les deux directions. Un appui double est caractérisé
par deux réactions perpendiculaires entre elles R X et RY .

NB : Dans les ouvrages du bâtiment cette rotation relative est généralement


négligeable.

§ Encastrement :
Les solides liés par encastrement sont reliés rigidement l’un par rapport à l’autre.

Ils ne peuvent avoir aucun déplacement relatif (pas de translation, pas de rotation).

Un encastrement empêche le corps de se déplacer dans les deux directions X et Y et

Empêche la rotation du corps dans le plan (X, Y), d’où un moment d’encastrement.

Illustrations

 
11
Malick Bâ Tel : 774589579 Email : mmalickbahotmail.fr
Cours de RDM2– MASTER1

3) Analyse de la stabilité d'une structure: Définition du degré d'hyperstaticité d'une


structure plane composée de poutres.
Avant de se lancer dans la résolution d’un problème de statique sur une structure plane, il est
nécessaire de vérifier si le problème peut être résolu par la seule application des principes
qui régissent la statique. En d’autres termes, cette recherche va nous conduire à déterminer
le nombre d’équations possibles et le nombre d’inconnues du système. La différence entre
ces 2 valeurs sera appelée degré d’hyperstaticité de la structure.

 
12
Malick Bâ Tel : 774589579 Email : mmalickbahotmail.fr
Cours de RDM2– MASTER1

Définition

Ø Soit Neq le nombre d'équations d'équilibre (6 dans l'espace, 3 dans le plan).

Ø Soit N inc le nombre d'inconnues (résultantes de liaison et moments de liaison).

Degré d’hyperstaticite (H) = Ninc - Néq


§ Si H = 0 : Les actions de liaison sont déterminées par les équations de la statique. La
structure est dite isostatique.

poutres isostatiques

§ Si H > 0 : Le nombre d'équations d'équilibre est alors insuffisant à la détermination


des actions de liaison inconnues. .

poutres hyperstatiques
§ Si H < 0 : l'équilibre est impossible en général. La structure est hypostatique, c'est un
mécanisme, système déformable à rejeter ou à transformer par le concepteur.
B. ETUDE DES SOLLICITATIONS :
1. Généralités
§ Notion de force intérieure
Sous l’effet des charges sur une structure donnée (poutre par exemple), les forces entre les
particules d’un corps (élément) en équilibre varient. En RDM, on appelle cette variation de
forces efforts intérieurs.

1.1. Notion de coupure


Pour faire apparaître les efforts intérieurs, on effectue une coupure fictive de ce solide suivant
un plan P perpendiculaire à la ligne moyenne.

 
13
Malick Bâ Tel : 774589579 Email : mmalickbahotmail.fr
Cours de RDM2– MASTER1

Ici chaque élément de surface supporte un effort de


Δ f1 Δ f1 , Δ f 2 …..parallèle à la ligne moyenne AB .

La résultante R = ∑Δ f
 

§ Effort normal
L’effort normal provoque une déformation longitudinale de l’élément.

Si N est positif alors on a une traction


Si N est négatif alors on a une compression
§ Effort tranchant
Les efforts TY et TZ projections respectives de l’effort interne résultant R sur les axes (GY) et
(GZ) sont appelés efforts tranchants.

Ces efforts tranchants provoquent le cisaillement des bords de la section respectivement


dans la direction des axes (GY) et (GZ).

§ Moment fléchissant
Les composantes M fy et M fz du vecteur moment résultant M G autour des axes (GY) et
(GZ).
 
14
Malick Bâ Tel : 774589579 Email : mmalickbahotmail.fr
Cours de RDM2– MASTER1

§ Moment de torsion
Le moment de torsion M X (ou M t ) représente le moment de l’effort interne résultant
R autour (GX) de la poutre.

Cas particuliers:

Sollicitations simples:

§ Si N existe seul : traction ou compression


§ Si V existe seul : cisaillement ou glissement
§ Si MT existe seul : torsion pure
§ Si M existe seul : flexion pure
Sollicitations composées:

§ Si on a V+M : flexion déviée


§ Si on a V+MY ou V+MZ : flexion simple
§ Si on a V + M Y + N ou V + M Z + N : flexion composée
§ Si on a MT+N : torsion avec traction ou compression

2. Méthodes des sections


? Pour déterminer les forces intérieures qui apparaissent dans un élément soumis à des
sollicitations, on se sert, en RDM, de la méthode des sections.
? Cette méthode est basée sur le fait que si un élément est en équilibre, sous l’action des
forces extérieures, alors n’importe quelle partie de cet élément sous l’action des forces qui
lui sont appliquées, est équilibré par un système de forces intérieures (voir figure).

NB : - Les efforts intérieurs V, N et Mf sont appelés éléments de réduction de la poutre

-Ces efforts dépendent de la position de coupure (On prendra par convention pour origine fixe

l’extrémité A). On peut écrire ainsi V = V (x) ; N = N (x) et M f = M (x).


 
15
Malick Bâ Tel : 774589579 Email : mmalickbahotmail.fr
Cours de RDM2– MASTER1

3. Digrammes des efforts et des moments


3.1. Définitions
En général, les efforts et moments agissant dans différentes sections d’une poutre varient le
long de celle-ci. En d’autres termes les valeurs maximales et minimales de ces efforts et
moments sont d’une grande importance pour la sécurité de la poutre. On s’intéresse alors à
tracer les courbes des variations d’une section à une autre. On appelle ces courbes
diagrammes des efforts et des moments.

Pour les structures planes on distingue 3 diagrammes :

§ Le diagramme des efforts tranchants (D.E.T)


§ Le diagramme des efforts normaux (D.E.N)
§ Le diagramme des moments fléchissants (D.M.F)
3.2. Conventions de signe :
§ Pour l’effort N

§ l’effort tranchant V

§ Moment fléchissant Mf

Application1 :

Procédure :

P1 P2 § Etape 1 :
A B Déterminer les réactions d’appuis (en traçant le DCL

§ Etape 2 :
Utiliser la méthode des sections sur toute la longueur
de la poutre (origine fixe) pour trouver les relations
1,5 m 2m 1,5 m V (x) ; N (x ) et M (x)
P1= P2 = 20daN
 
16
Malick Bâ Tel : 774589579 Email : mmalickbahotmail.fr
Cours de RDM2– MASTER1

4. Relations différentielles entre efforts et charges


Cas 1 : Pas de charge sur l’élément de poutre

⎧∑ FX = 0 (1)
⎪ dV
A l’équilibre ⎨∑ Fy = 0 (2) (2) donne : V+dV-V= 0 ⇒ d V = 0 ⇒ =0
⎪ dx
⎩∑ M / A = 0 (3)
Donc on n’a pas de chargement sur dx ⇒ V = cons tan te

∑ M / A = 0 ⇒ - M + M + dM + (V + dV )dx = 0
(3) donne : ⇒ dM + Vdx + dV dx = 0

dM f (x )
Or , on a dV = 0 ⇒ dM + Vdx = 0 ⇒ = −V (x )
dx
Cas 1 : Charge uniformément répartie

 
17
Malick Bâ Tel : 774589579 Email : mmalickbahotmail.fr
Cours de RDM2– MASTER1

dV
Equilibre: V + dV − V − W dx = 0 ⇒ dV = W dx =W
dx
En résumé

§ Lorsqu’il n’y a de charge sur la poutre ou sur un tronçon alors on a : V = cons tan te
dM f (x )
§ En n’importe position x on a : = −V (x )
dx
§ Lorsqu’il y a de charge répartie W sur la poutre ou sur un tronçon alors on a :
dV d 2M f
i)
Remarque: = q (x ) ii) = − q (x )
dx dx 2
 

5. Quelques applications : q
5.1. Application 2 (Voir Tableau)
A
B C
2L L
5.2. Application 3 (Voir Tableau)

Détermination des sollicitations dans le cas des portiques V (x) et Mf (x)

Etudier les sollicitations des poutres suivantes


 
18
Malick Bâ Tel : 774589579 Email : mmalickbahotmail.fr
Cours de RDM2– MASTER1

P =10kN P =10kN
C C
B B
L
L=2m

A D A D
2L L =1m
Remarque

On peut obtenir directement l’effort tranchant V sur un tronçon puis calculer le


moment fléchissant Mf

En effet ,considérons la poutre suivante

• p (t ) = intensité de la charge repartie


• Fi (i = 1,… n ) forces concentrées appliquées aux points Mi d’abscisses xi
NB : Les réactions d’appuis sont comprises dans les Fi

Au point G de la coupure, on obtient : ∑ Fy = ∑ Fdirigées vers − ∑ Fdirigées vers − R =0


lehaut le bas

x x
Où R = ∫0 p (t )dt Donc Pour l’effort tranchant : V (x ) = ∑G Fi + ∫ p (t )dt
0

- NB: - si Fi est dirigé vers le haut, on écrit - Fi


- si Fi est dirigé vers le bas, on écrit + Fi

dM X X
= −V ⇒ ∫ dM = ∫ − V (x )dx (= aire sous-tendue de la courbe –V)
dx 0 0

 
19
Malick Bâ Tel : 774589579 Email : mmalickbahotmail.fr