Vous êtes sur la page 1sur 13

Colloque du 21 mars – Les mémoires, lectures historiques : Rendre hommage, commémorer 2013

Mémoires des conflictualités contemporaines


Atelier TCHAD – LIBYE Caroline DELAGE

Intervenants :

- TCHAD : Commandant Bernard LART


Il a été engagé deux fois sur le terrain tchadien : en 1972, en tant que sous-officier, tireur canon sur hélicoptère H34
« Pirate », et en 1984, comme officier responsable de la protection de la base aérienne de N’Djaména.
Il a également été envoyé en Mauritanie, Liban, Israël-Palestine, Koweït et ex-Yougoslavie dans le cadre français et
sous mandat onusien.

- LIBYE : Général VINCIGUERRA


Entré dans l’armée de l’air en 1965, il y a servi 35 ans. Il a au cours de sa carrière commandé la base aérienne 726 de
Nîmes Courbessac (1991-93), puis été placé à la tête des fusiliers commandos de l’air (1996). En tant que grand
commandeur il a fait partie des conseillers proches du chef d’état-major de l’armée de l’air. Il est admis général en 2e
section en 2000 et est considéré comme expert en opérations aériennes.

TCHAD

Mise en contexte
Colloque du 21 mars – Les mémoires, lectures historiques : Rendre hommage, commémorer 2013

- Pourquoi un conflit au Tchad ?

Il s’étend de la zone désertique saharienne à la savane (partie orientale du bassin du lac Tchad), sur 1,28 million km².
Il est en situation de carrefour en matière de climat et de végétation.
Il s’agit de la dernière colonie conquise par la France (conquête et pacification de 1900 à 1930), puis intégré à l’AEF
en 1910 (frontières fixées en 1936). Félix Eboué fit du Tchad la tête de pont du soutien à la résistance française FFL,
entrainant toute l’AEF. Le pays est indépendant depuis 1960 avec pour premier président François Tombalbaye (Parti
Progressiste Tchadien, chrétien protestant baptiste). 19821
On note l’existence d’une rébellion endémique par des chefs de guerre multiples, au sein de maquis (3/4 NE du pays,
aussi désigné « Dar el Islam », peuplé de nomades musulmans), contre un Sud favorisé au cours de la période
coloniale (car plus « utile », plus productif, historiquement peuplé de sédentaires cultivateurs christianisés) et
comprenant une chefferie administrative créée de toute pièce par les colonisateurs. Les partis politiques sont plus
des partis de cadres que de réels partis idéologiques, ce qui amène le pouvoir à se durcir et à éliminer souvent
physiquement les opposants dès le début de l’histoire du Tchad indépendant.

> 1ère République


1962 : Le PPT devient parti unique et la constitution est modifiée. Le régime se radicalise.
1969 : 1ère intervention militaire française contre les rebelles du Tibesti (le Frolinat, groupuscule musulman, stoppé
par la Légion). L’armée française procure un appui feu aux troupes de l’Armée Nationale Tchadienne. Mais les
relations sont tendues avec le chef de l’Etat, qui supporte mal la tutelle française. (à noter qu’il s’agit de la première
intervention militaire française en Afrique 7 ans après la guerre d’Algérie). G. Pompidou est PR.
1973 : la Libye intervient au nord pour s’approprier la bande d’Aouzou ce qui déclenche 20 ans de tensions.
1974 : La rébellion s’aggrave (prises d’otages de coopérants et de l’ethnologue française Françoise Claustre pendant
3 ans). Le Frolinat est alors dirigé par Hissein Habré.
1975 : Tombalbaye assassiné, le général Félix Malloum prend le pouvoir, puis Goukouni Oueddei.
> Guerre endémique
1976 : Accord de coopération militaire avec la France, qui intervient de nouveau contre le Frolinat, pour le nouveau
pouvoir militaire.
1979 : La guerre s’étend à l’ensemble du pays. La capitale est mise à feu et à sang. De nombreuses forces
s’affrontent. Hissein Habré est chassé du pays et les autres forces coalisées forment un gouvernement d’union
nationale en 1981. Oueddei est soutenu par la Libye. La France permet à Habré de revenir et de s’emparer d’Abéché
1982 : Coup d’Etat d’Hissène Habré (opération Manta déclenchée par F. Mitterrand).
> L’ère des dictateurs installés
1983 : Pacification sanglante du pays, régime de terreur qui s’installe. Conflit avec la Libye, au cours duquel la France
soutient le régime en place. Une base aérienne est installée à N’Djaména.
1986 : Opération Epervier, déclenchée après le franchissement du 16e parallèle par les forces armées libyennes
soutenant Oueddei (protection des ressortissants français, non intervention lors de l’avancée de Déby).
1990 : Idriss Déby ancien adjoint militaire d’Habré, prend le pouvoir et chasse Habré (qui voulait se rapprocher des
Etats-Unis), avec le soutien français – services secrets (DGSE, présents de toute façon depuis le début), puis armée
(et soudanais). Semblant de démocratie, mais la tyrannie subsiste (malgré les toutes premières élections
présidentielles organisées en 1996 par Déby, vainqueur avec 69 % de voix).
1994 : Accord trouvé par la Cour internationale de justice de La Haye reconnaissant la souveraineté tchadienne sur la
bande nord d’Aouzou (riche en uranium), et donc départ de l’armée libyenne.
2001 : Hissène Habré en résidence surveillée hors du Tchad (à Dakar) et inculpé par le TPI de La Haye (et la justice
sénégalaise, qui tarde cependant à réagir) de crime contre l’humanité. Déby réélu à la majorité absolue, mais des
fraudes sont dénoncées.
2003 : Guerre au Darfour, crise humanitaire, réfugiés au Tchad. Pays durablement déstabilisé par le conflit au
Darfour.
Colloque du 21 mars – Les mémoires, lectures historiques : Rendre hommage, commémorer 2013

2006 : Des rebelles (dont le propre neveu de Déby) veulent renverser Déby avec le soutien soudanais (rupture
diplomatique avec le Soudan). L’armée française, toujours présente au motif de l’opération Epervier, est dénoncée
par les rebelles comme étant intervenue contre eux.
2007 : L’EUFOR Tchad-RCA est déployé sous mandat de l’ONU. L’affaire de l’Arche de Zoé éclate (le président finira
par gracier les membres de l’association).
2008 : La capitale est mise en danger par l’approche des troupes rebelles (qui veulent bloquer l’arrivée de l’Eufor). La
France envoie des militaires supplémentaires pour la protection de ses ressortissants et sauve le régime de Déby.
2009 : La Minurcat de l’ONU prend la succession de l’Eufor jusqu’en 2010.
2010 : Début d’apaisement avec le Soudan de Béchir.
2011 : Nouvelles élections consacrant Déby au pouvoir. Béchir est accueilli au Tchad et n’est pas arrêté malgré la
condamnation de la CPI pour ses crimes (Tchad signataire). Déby est reçu à l’Elysée par F. Hollande.
2013 : Des troupes tchadiennes interviennent au Mali aux côtés de la France.

- Les protagonistes locaux et leurs stratégies :

 Le pouvoir en place et le président Déby (qui remet depuis 2010 en cause la présence française – car
relations normalisées avec le Soudan - et demande des contreparties).
Le découpage post-colonial a permis l’établissement de pays très vastes, comme ici le Tchad. Les contrôler
suppose des moyens dépassant ceux de l’Etat lui-même, d’où la nécessité d’une intervention extérieure.
Déby voudrait prendre ses distances avec la France, mais c’est elle qui lui a permis d’arriver au pouvoir et de
sauver son régime en 2006, puis en 2008 alors qu’il était en très mauvaise posture.
Il se cherche une légitimité pseudo-démocratique tout en voulant construire une image de leader régional
(face au Soudan, au Mali…).

 Les troupes rebelles : elles se sont succédé contre Déby depuis son arrivée au pouvoir.
> Front uni pour le changement (soutien soudanais), puis Socle pour le changement l’unité et la démocratie,
devenu Rassemblement des forces démocratiques, mouvements alimentés par les défections au sein de
l’armée et même de la garde présidentielle…
Les derniers mouvements rebelles reprochent aux troupes françaises de soutenir Déby en lui fournissant du
renseignement (considéré comme « actes de guerre »).
On les retrouve au Nord, notamment au Tibesti, peuplé de groupes toubous s’estimant peu considérés par le
pouvoir central (et qui ont tendance à se tourner vers AQMI).

 le Soudan : il a longtemps abrité la rébellion contre Déby, et déstabilisé la région par les afflux de réfugiés
venus du Darfour. Il y a concurrence de leadership entre lui et le Tchad. Mais les relations se sont apaisées
(Déby a épousé la fille de Béchir en 2012), Béchir cherchant à donner des gages de bonne volonté
(notamment face à une Union Africaine qui le protège du CPI), par un compromis qui dure pour l’instant.

 la Libye : hors jeu depuis 2011. Mais le poids de Khadafi s’est fait sentir sur toute l’histoire du Tchad
indépendant (Khadafi au pouvoir depuis 1969). Il a souhaité le projet d’ « Etats-Unis du Sahara » ce qui
l’autorisait à intervenir dans les affaires du Nord-tchadien (auprès des Toubous), voire à revendiquer certains
espaces (Aouzou), provoquant ainsi des crises frontalières (il faudra l’intervention de la CPI de La Haye en
1994 pour la faire cesser).
Depuis 2011, le retour au pays de nombreux travailleurs et mercenaires (Touaregs entre autre) a provoqué
d’importants transferts d’armes, facteurs de crise.
Colloque du 21 mars – Les mémoires, lectures historiques : Rendre hommage, commémorer 2013

 On peut s’interroger sur le rôle du Mali, de l’Union Africaine…

- Quel fut ici le rôle joué par la communauté internationale ? Comment s’est-elle engagée dans ce conflit ?

 L’ONU : A la suite des attaques rebelles de 2008, Ban Ki-moon les condamne et dit l’ONU prête à prendre
des mesures contre ceux qui déstabilisent la région. C’est l’Onu qui donne mandat à l’UE pour intervenir
avec l’EUFOR (résolution du Conseil de sécurité n°1778 du 25/09/2007). Fin d’opération en 2009 pour
l’Eufor, à laquelle succède la MINURCAT (Mission des Nations unies en République centrafricaine et au
Tchad : créée en 2007, elle prend la suite de l’Eufor en 2009 et part en 2010).

 L’UE, 2008 : l’Union Européenne décide (contre l’avis de la Grande-Bretagne et de l’Allemagne, mais avec un
solide soutien français – la France en est même à l’initiative) l’envoi d’une force militaire européenne, l’Eufor
Tchad-Centrafrique. 23 pays membres participent.
Objectif officiel : protéger les nombreux réfugiés venus du Darfour dont il faut assurer la sécurité (plusieurs
centaines de milliers).
Mais rapidement le président Déby en critique l’attitude passive face aux forces rebelles qui menacent
N’Djaména : il souhaite une intervention européenne plus proche de ses propres intérêts… (on reproche
aussi à l’Eufor d’avoir finalement trop servi les intérêts français et tchadiens…).
L’enjeu : Si Déby est fragilisé, le Soudan peut accroître son poids régional (la Chine y est en première ligne
pour les matières premières).

 Les enjeux régionaux : Ce sont 8 Etats qui ont hérité de ce désert immense qu’est le Sahara (taille des Etats-
Unis ; un des espaces les plus hostiles qui soient à la vie humaine), territoire de passage fait de regs, d’ergs et
de reliefs volcaniques (le Tibesti tchadien). Le Sahel constitue le « rivage du désert ».
Le désert est un espace-lien traversé aussi bien par des flux légaux qu’illégaux (hommes, armes), et qui
dispose de ressources (convoitées).
C’est un espace mal contrôlé par les Etats qui se le partagent, trop vastes pour eux : des zones « grises » y
existent donc, où prolifèrent des mouvements radicaux comme AQMI (ou le groupe terroriste touareg
salafiste au nord Mali, ou d’autres encore). On parle d’ « espace criminalisé » : flux de migrants, cocaïne,
mouvements dissidents attirant les nouvelles générations contestant les Etats issus des indépendances…

- Comment s’est décidée l’intervention française ? Selon quelle stratégie ?

 La France a une « histoire saharienne » : la présence française y remonte à la fin du XIXe, les Anglais
rendent officiel le contrôle du désert par les Français, qui ont ainsi une expérience de cette zone.
Le Tchad est un pays clé de la présence française en Afrique, situé dans une zone stratégique (carrefour du
Soudan – Darfour et Centrafrique, ressources en minerais et pétrole). La Centrafrique limitrophe devint une
base arrière des interventions au Tchad notamment pendant les années 1980 (cela devient l’inverse
maintenant).
Le Tchad appartient à la « famille francophone » d’Afrique centrale (avec le Gabon et le Congo). Mais il n’est
pas lié à la France par un accord de défense (comme la Côte d’Ivoire, le Gabon, Djibouti…), il existe de
simples accords de coopération militaire technique. La posture de la France est donc celle du « soutien sans
participation ». Cela comprend : entraînement et équipement de l’armée tchadienne, appui logistique,
soutien sanitaire, renseignements (collectés par les Mirage F1 et le patrouilleur Breguet-Atlantic de
l’opération Epervier).
Colloque du 21 mars – Les mémoires, lectures historiques : Rendre hommage, commémorer 2013

 Les opérations françaises au Tchad au regard de l’histoire des relations franco-africaines :


La présence militaire française en Afrique depuis les indépendances est liée à l’installation de ce qu’on
appelle la « coopération franco-africaine » (expression bien vague, qui comprend aussi nombre
d’ambigüités et d’interconnexions floues entre intérêts privés et intérêts publics…).
Cette coopération fut mise en œuvre au cours de 3 phases :

o l’installation d’une coopération « exemplaire » (1960-1981). Certains ont considéré qu’il s’agissait
d’un « avatar honteux du colonialisme » (Mongo Beti, romancier camerounais en 1993).
Ses acteurs institutionnels sont le ministère des Affaires étrangères, mais aussi un secrétariat aux
affaires africaines à l’Elysée, entre autre, ainsi que le réseau diplomatique français (on a dit de ces
diplomates rompus aux affaires coloniales qu’ils étaient des « presque vice-présidents » des Etats
africains). Militairement, des bases permanentes ont pu alors être installées comme à N’Djaména, et
un important personnel militaire d’encadrement est toujours présent.
Le 1er sommet franco-africain se tient en 1973. La France utilise ces soutiens africains dans presque
toutes les instances internationales, à l’époque.
Puis les chocs pétroliers fragilisent tous ces pays africains. L’ « afro-pessimisme » s’installe en France.
 Opération Limousin

o …puis la réévaluation du « fardeau africain » (1981-1994)


Avec l’arrivée de la gauche au pouvoir peu de choses changent immédiatement. La France s’ouvre
sur de nouveaux pays africains. En 1990, le président français déclare que désormais, il n’apportera
plus d’aide qu’aux Etats africains qui iront vers la démocratie. Cependant les interventions
continuent quand les intérêts français sont en jeu (l’influence française au Sahel…), et dans le cadre
d’une nouvelle politique d’assistance militaire et de sécurité mise progressivement en place.
 Opération Manta
 Opération Epervier : depuis 1986, environ 1100 hommes, ramené aujourd’hui à 950. 3e
dispositif de la France en Afrique. 3 bases (N’Djamena, Abéché, Faya-Largeau). En plus du
soutien sus-mentionné, les EFT (éléments français au Tchad) ont pleinement participé à la
mission EUFOR puis à celle de l’ONU, la MINURCAT. Ils apportent aussi une aide médicale à
la population et réalisent des actions civilo-militaires (éducation, santé).

o et enfin le temps de l’ « intérêt relatif » (1994-2008).


La France révise sa politique de coopération, « ni ingérence ni indifférence » (L. Jospin, 1997)… L’UE
intervient davantage. Le projet Recamp (Renforcement des capacités africaines de maintien de la
paix) souhaite régionaliser le soutien militaire français sous mandat d’organismes multilatéraux, tout
en conservant certaines bases françaises permanentes, position ambiguë…

o Nouveaux enjeux actuels ?


2008 : La France constitue l’essentiel des effectifs de l’Eufor (2000 soldats sur un total de 3500).
Elle soutient en 2008 le régime autoritaire en place.
On assiste à un changement d’attitude depuis 2008-2009. B. Kouchner disait en 2008 que la France
n’interviendrait plus dans les affaires intérieures tchadiennes…
Depuis 2009, la France renégocie petit à petit les textes qui la lient militairement avec certaines ex-
colonies africaines (en cohérence avec le Livre Blanc). Les troupes seront moins nombreuses car il ne
s’agit plus maintenant prioritairement de soutenir des régimes (en principe), mais de surveiller les
trafics illégaux et les groupes terroristes.
1960 : 30 000 hommes en Afrique => 15 000 en 1980 => 5000 aujourd’hui.
Colloque du 21 mars – Les mémoires, lectures historiques : Rendre hommage, commémorer 2013

La force Licorne a vocation à disparaître ainsi que le dispositif Epervier, mais pas les instructeurs
pour assurer une coopération toujours d’actualité et un renseignement accru.
Au Tchad : il s’agit d’aider à la réduction des effectifs de l’armée tchadienne (programme DDR :
Désarmement, démobilisation, réinsertion) pour éviter que les hommes quittant l’armée partent
rejoindre des groupes rebelles.
2013 : Le Tchad représente dans la crise malienne un très important allié de la France, le plus lourd
contingent étranger au Mali derrière l’armée française. Le président Déby est venu à l’Elysée le 5
décembre 2012. Déby semblerait s’imposer comme leader régional et profiter de la manne
pétrolière découverte dans le Sud pour moderniser le pays (grâce à des entreprises étrangères,
notamment françaises comme Bouygues Tchad, Cimenttchad du groupe Lafarge…).

Les intérêts français actuels sont évidemment stratégiques, politiques comme économiques en
effet : contrôle de la bande Tchad/Niger/Sénégal, corridor stratégique pour son influence politique,
culturelle… Et la concurrence dans cette zone est rude (Etats-Unis, Chine…).

TEMOIGNAGE : questions au COMMANDANT LART

 Quelles furent les missions exactes assignées aux forces françaises au Tchad ? (avec quels moyens ?)

 Considérez- vous avoir « fait la guerre » au Tchad ? De quel type de guerre peut-on parler dans le cadre d’un pays
et de pays limitrophes contre lesquels la France n’a pas « été en guerre » ?

 Peut-on considérer que c’est la colonisation qui produit ce type de situation politique ?

 Le poids de la colonisation française s’est-il fait sentir dans vos relations avec les tchadiens ?

 Avez-vous été formé à la culture du pays (différentes ethnies, différents dialectes…) ? Réactions de la
population à votre présence ? Comment les militaires français ont-ils instruction de se comporter ?

 1972 : Pompidou a ordonné une sorte de « silence radio »… ??

 Lors de la prise d’otage de 1974, l’armée a-t-elle eu un rôle à jouer ? Si oui lequel ?

 1984 : Nous sommes 2 ans avant l’opération Epervier. Contexte de « médiatisation et internationalisation » des
« feux de brousse » africains : signification ?

 Combien de victimes françaises peut-on dénombrer depuis le début de la présence militaire française au Tchad ?
Les commémore-t-on et comment ?

 Au sein de l’armée et dans la formation des officiers quels enseignements tire-t-on de ces missions ?

 BILAN PERSONNEL : Quel bilan dressez vous de ces missions ? Occupent-elles une place particulière dans les
souvenirs de votre carrière ? Pourquoi ?
Colloque du 21 mars – Les mémoires, lectures historiques : Rendre hommage, commémorer 2013

LA PLACE DU TCHAD DANS LES PROGRAMMES

Vu la complexité des enjeux des conflits tchadiens, cette question est surtout à envisager en lycée :

 Histoire 1ère : Thème 2 sur « La guerre au XXe s » (pour ses aspects de nouvelle conflictualité – intervention
limitée, sous mandat), mais aussi Thème 4 sur « Colonisation et décolonisation » (pour faire pendant à la
guerre d’Algérie, par exemple), et éventuellement le Thème 5 sur « Les Français et la République » mais
beaucoup plus sommairement.
 ECJS 1ère : avec « La nation et sa défense », pour évoquer la complexité des enjeux d’une intervention
extérieure et de la localisation des bases militaires françaises.
 Géographie Terminale : La question de l’espace saharien y occupe une bonne place dans le thème
« L’Afrique : les défis du développement », avec la sous partie « Le Sahara : ressources, conflits (étude de
cas) ». Les enjeux géopolitiques permettent de croiser histoire récente et enjeux spatiaux.

PISTES D’EXPLOITATION EN CLASSE ?


Colloque du 21 mars – Les mémoires, lectures historiques : Rendre hommage, commémorer 2013

Le dispositif Épervier

Le dispositif Épervier compte aujourd’hui près de 950 militaires, commandés par le colonel Laurent Rataud depuis
le 31 juillet 2012.

Il comprend :

 un état-major interarmées,
 un groupement Terre : environ 350 militaires et 70 véhicules (14 véhicules blindés légers ERC 90 Sagaie,
23 véhicules d’avant blindés et divers véhicules légers) répartis entre une compagnie motorisée et un
escadron blindé à N’Djamena et une unité élémentaire de protection terrestre à Abéché,
 un groupement Air : environ 150 militaires et 12 aéronefs stationnés sur la base de N’Djamena et assurant des
missions de chasse et de reconnaissance (2 Mirage F1 CR, 3 Mirage 2000D), de transport tactique
(1 Transall C160, 1 Hercules C130 et 4 PumaSA 330) et de ravitaillement en vol (1 C135 FR),

 une base de soutien à vocation interarmées (BSVIA) assurant le support opérationnel, technique et personnel
des unités stationnées sur les différents sites ; elle dispose notamment d’un groupement Santé de près de
40 militaires.
Le dispositif français au Tchad est adossé à deux bases principales : la plus importante est la base aérienne
172 sergent-chef Adji Kosseï à N’Djamena, au nord-ouest de l’aéroport, et la seconde est le camp capitaine
Michel Croci à Abéché, dans l’est du pays. Un détachement est également stationné à Faya, au nord du Tchad.
Colloque du 21 mars – Les mémoires, lectures historiques : Rendre hommage, commémorer 2013

LIBYE

Mise en contexte

- Pourquoi un conflit en Libye ?

Retour sur l’histoire de la Libye : (traversé par le tropique du cancer ; 1% de terre cultivable, 0,4% cultivé)

 Deux dates clés dans l’histoire moderne du pays :


1965 : Premières retombées des revenus pétroliers (gisements découverts en 1956), équilibrant
pour la première fois le budget libyen. La société traditionnelle est peu à peu sapée par l’argent et
les nouvelles fortunes. Le pays sort de l’anonymat. Les Anglo-saxons y étaient très présents.

1969 : Fin de la monarchie instaurée en 1950 (après l’occupation mussolinienne -1931- avant et
pendant la 2e Guerre mondiale et la dépendance du pays aux Anglais, l’un des plus pauvres du
monde avant le pétrole). Le colonel Mouamar Kadhafi, fils de semi-nomades des environs de Syrte,
très influencé par les idées de Nasser, renverse le roi Idriss. Aucune tribu ne bouge pour le défendre.
La République arabe libyenne est proclamée (« liberté, socialisme, unité »).

1969-2011 : Islam religion d’Etat, unité arabe recherchée (article 1er de la Constitution), interdiction
de toute forme d’opposition pour préserver la Révolution. Une forme de socialisme est établie à
travers le Livre vert du colonel Kadhafi (1977). La même année est proclamée la Jamahiriya arabe
libyenne populaire et socialiste (jamahir : masses). A l’exception du secteur pétrolier, nationalisé
pour plus de la moitié, toutes les entreprises deviennent autogérées.
Au cours des années 1980, la Libye plonge peu à peu dans une crise économique et sociale : chute
du prix du brut, boycottage pétrolier et aérien par les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France
(terrorisme), désorganisation intérieure et mesures d’austérité provoquent des pénuries (mais aussi
grands travaux couteux et mégalomanes comme la Grande rivière artificielle, prix de la politique
d’armement…). Kadhafi, intransigeant, se brouille avec presque tous les pays voisins, d’autant qu’il
finit par expulser de nombreux travailleurs des pays limitrophes qui faisaient pourtant fonctionner
l’économie libyenne. L’opposition se durcit aussi à l’intérieur : les tribus, qui avaient accepté le
pouvoir de Kadhafi, entrent en opposition les unes avec les autres (affrontements en 2008) mais
aussi avec son pouvoir (tentatives de coups d’Etat). La société libyenne s’est transformée
(urbanisation, démographie…).
Depuis, la Libye a oscillé entre mise à l’index sur le plan international (accusation des attentats
contre la Pan Am – 1988 –, et U.T.A. – 1989 - ; embargo aérien et militaire imposé par l’ONU en
1992, puis assoupli en 1999) et normalisation avec des tentatives de regagner un semblant de
respectabilité (absence lors de la guerre contre l’Irak, réceptions en Europe, « réconciliation » avec la
France en 2002…). Mais le printemps arabe va surgir, déstabilisant la Libye.

 La guerre en Libye et ses étapes : du 15 février 2011 au 23 octobre 2011


 15 février 2011 : A Benghazi (2e ville du pays) éclatent des émeutes (à la suite de l’arrestation d’un militant
des droits de l’homme). L’opposition s’empare de la contestation et décrète un « jour de colère » contre le
gouvernement, qui répond par la force. Plusieurs villes sont gagnées par ce qui devient une insurrection. La
communauté internationale réagit.
Colloque du 21 mars – Les mémoires, lectures historiques : Rendre hommage, commémorer 2013

 Mars : Le Conseil National de Transition est reconnu par la France. Le ciel libyen devient « zone d’exclusion »
(Onu). Les raids aériens sont lancés par la France, les Etats-Unis et le Royaume-Uni, stoppant les forces pro-
Kadhafi aux portes de Benghazi.
 Avril : Un plan de sortie de crise est proposé par l’Union Africaine et accepté par Kadhafi, mais refusé par les
insurgés qui veulent son départ. Des conseillers militaires anglais, français, italiens, puis égyptiens et
américains sont envoyés auprès du CNT. Le plus jeune des fils Kadhafi est tué.
 Mai : La rébellion maîtrise l’aéroport de Misrata.
 Juin : l’Otan prolonge sa mission et les raids sont lancés sur Tripoli. La CPI délivre un mandat d’arrêt pour
crimes contre l’humanité contre Kadhafi et deux de ses proches.
 Juillet : Kadhafi continue à défier la communauté internationale dans un discours à la télévision libyenne. Le
CNT perd son chef des opérations militaires, abattu : la rébellion marque le pas.
 Août : Le QG de Kadhafi est pris à Tripoli. Une partie de sa famille entre en Algérie.
 Septembre : 1er discours à Tripoli du président du CNT (Moustafa Abdeljalil). Acclamations à Benghazi de N.
Sarkozy et D. Cameron. 2 villes résistent encore à la fin du mois.
 Octobre : Les deux derniers bastions cèdent, Bani-Walid et Syrte (ville natale de Kadhafi). Mort de Kadhafi de
suites de ses blessures après des frappes aériennes de l’OTAN sur son convoi qui tentait de fuir Syrte.
 Un an après : élections législatives chaotiques, exécutif représentatif enfin élu (1er ministre Ali Zeidan).

- Les protagonistes locaux et leurs stratégies :

 Le pouvoir en place : la Jamahiriya libyenne.


Mouammar Khadafi dirige la Libye de 1969 à 2011, soutenu par les mercenaires sub-sahariens.
Ses objectifs sont de faire taire toute forme d’opposition intérieure (voire d’aller à l’étranger se débarrasser
des opposants en exil).
En matière de politique étrangère, le colonel se veut défenseur des Palestiniens, donc antisioniste, il
souhaite une Libye non-alignée, et il veut surtout réaliser l’unité arabe. Cette fameuse unité arabe le mène à
affronter les pays arabes qui tergiversent et se « compromettent » avec les Occidentaux. Il n’hésite pas à les
dénoncer comme traitres, « valets de l’impérialisme américain », avec des « régimes pourris »… (l’Egypte de
Sadate). Lors du sommet de Tripoli en juin 2008 il est l’hôte de la Ligue Arabe et celui qui critique le plus
ouvertement l’Union Pour la Méditerranée. Il s’érige quoiqu’il arrive en héroïque défenseur de son pays qui
serait victime d’une agression coloniale.
Côté africain, Kadhafi caressait le projet des « Etat-Unis du Sahara » (d’où ses interventions dans le Nord
tchadien, bande de terre revendiquée depuis la fin de la colonisation). Il finance dans cette zone des projets
nombreux (hôtels et centres de conférence, routes, hôpitaux), s'attirant une large popularité auprès des
populations locales, et cherchant à saper systématiquement les relations entre ces pays et l’Occident et tout
particulièrement Israël évidemment.

 L’opposition remonte à l’accès au pouvoir de Kadhafi. Souvent exilée à l’étranger (Arabie Saoudite, Etats-
Unis, Egypte…), elle réunit les ex-possédants, les milieux islamiques (Kadhafi voulait « réformer l’islam » et a
écarté ainsi tout un pan de la société ; il a modifié le calendrier musulman et la date de l’hégire…). A
l’intérieur du pays, l’opposition n’attaque pas le régime de front mais bloque son fonctionnement. Elle se
retrouve dans l’administration, l’armée, parmi les étudiants, les classes moyennes.
 La rébellion : elle est sensible dans les années 1990 (violents affrontements contre des rebelles islamistes à
Benghazi en 1995 et 1996). Elle implique aussi les tribus dont le pouvoir, régulé par Kadhafi, ne demande
qu’à ressurgir.
Colloque du 21 mars – Les mémoires, lectures historiques : Rendre hommage, commémorer 2013

 Le CNT (conseil national de transition) est rapidement reconnu par la France, et appelé par la coalition aux
commandes des opérations à préparer une concertation pour envisager l’après-Kadhafi.
Le CNT est un assemblage hétéroclite de différentes mouvances politiques libyennes (islamistes,
nationalistes, intellectuels, défenseurs des droits de l’homme, nostalgiques de l’avant-Kadhafi…).

(Al Quaida ? Kadhafi a accusé le groupe d’être à l’origine de la révolte…)

- Quel fut ici le rôle joué par la communauté internationale ? Comment s’est-elle engagée dans ce conflit ?

 Février 2011 : Les hésitations. Les puissances occidentales sont interpelées, le problème de l’ingérence
commence à être posé. Le monde est unanime à condamner le clan Kadhafi mais les modalités d’action
divisent. On se méfie aussi de la réaction du monde arabe face à une intervention occidentale. Les
Occidentaux sont pris entre deux feux, et ont à envisager également les suites du conflit : lorsqu’on
intervient dans un pays, on se condamne à le prendre en charge et on devient responsable de sa stabilité
économique et politique. Le 26 février, le Conseil de sécurité (de même que l’UE, qui gèle aussi les avoirs du
clan Khadafi) impose un embargo sur la vente d’armes à la Libye et l’expression « crime contre l’humanité »
est citée pour évoquer le sort des populations civiles. La France et le Royaume-Uni s’opposent aux autres
Européens (Allemagne surtout) mais trouvent le soutien de la Ligue Arabe pour demander la zone
d’exclusion aérienne à l’Onu. Quant aux Etats-Unis ils tergiversent.
 Mars 2011 : La décision. La résolution 1973 du 17 mars 2011 instaurant la zone d’exclusion aérienne obtient
10 oui (abstentions : Chine, Russie, Allemagne, Inde et Brésil). Elle est mise en application à partir du 19
mars. Mais qui va intervenir, au juste ?
 Les acteurs :
o Les Américains : Ils ne veulent pas assumer eux-mêmes le commandement (coût) mais veulent avoir
un contrôle sur l’opération, d’où leur préférence pour l’Otan.
o Les autres pays volontaires : Ils se forment en coalition pour conduire politiquement les opérations.
Dans un premier temps, la France « supervise » et est le premier pays à intervenir.
Au Comité de coalition (France, Royaume-Uni, Etats-Unis, Canada, Italie, Belgique, Danemark,
Norvège, Espagne, Grèce) s’ajoute rapidement le Groupe de Contact (qui réunit une trentaine
d’autres pays et organisations internationales concernées – Ligue Arabe, UE…).
o Otan : Elle est aux commandes opérationnelles sous l’autorité de la coalition.

- Comment s’est décidée l’intervention française ? Selon quelle stratégie ?

 La chronologie de l’intervention française : elle commence le 19 mars 2011 et finit le 31 octobre 2011.
Les avions français sont déjà prêts avant même la résolution : tout a été anticipé.
En effet, depuis le 9 mars, des avions de l’Otan et de la France sont en reconnaissance. Du 19 mars au 31 mars, la
France mène les opérations sous mandat onusien. L’Otan prend la suite à partir du 31 mars.

 Les raisons de l’intervention peuvent se lire à plusieurs échelles :

 A échelle mondiale, la France a pris l’initiative (pour faire oublier l’affaire du « printemps » arabe tunisien ?),
au diapason avec le Royaume-Uni, et a fini par rallier les Etats-Unis devant le Conseil de sécurité (fait rare).
Les Européens se retrouvent en première ligne militairement devant les Américains, ce qui permet à la
France de se réaffirmer comme membre légitime du Conseil de sécurité (sans savoir si elle tirera de réels
profits géopolitiques de cette affaire).
Colloque du 21 mars – Les mémoires, lectures historiques : Rendre hommage, commémorer 2013

 A l’échelle européenne : Il n’y a toujours pas réellement de défense européenne, ni de diplomatie commune
pour les 27. La France a fait dans l’affaire libyenne cavalier seul au départ (la reconnaissance du CNT et la
demande de résolution à l’Onu se sont faites à la veille d’un Conseil européen, sans aucune recherche de
concertation, ce qui a été mal vécu par l’Allemagne) mais le poids de la prise de décision parmi les 27 aurait
de beaucoup retardé les choses (même si l’UE n’est pas restée totalement inactive, cf. gel des avoirs du clan
Kadhafi à peine 5 jours après le début de la crise). Et aucun membre n’a finalement bloqué la France et le
Royaume-Uni. La France joue donc là la carte de la puissance politico-militaire (carte rejouée au Mali) pour
réactualiser son statut dans une UE qui s’orientalise.
 A échelle méditerranéenne : La France a des ambitions au sein de cet interface, contrées par Kadhafi qui a
pu dénoncer le projet de coopération entre les pays des deux rives de cette mer intérieure. En cela il voulait
s’affirmer comme leader panafricain ou panarabe. L’Union pour la Méditerranée est en gestation et la
France veut y occuper une place majeure. Quant à la Ligue Arabe, qui regroupe une grande partie de pays
méditerranéens, elle représente aussi un enjeu important (elle a symboliquement légitimé l’intervention
militaire en Libye en y adhérant, et a donc légitimé l’action de la France). La France peut donc espérer, à
travers son intervention en Libye, jouer un rôle d’intermédiaire indispensable entre l’UE et le monde
méditerranéen.
 A échelle africaine : Kadhafi s’érigeait volontiers en « chef de l’Afrique », quand les intérêts français en
Afrique sont anciens et nombreux. Pour N. Sarkozy en 2007, « l’Afrique est une priorité essentielle de notre
politique étrangère ». Des forces françaises y sont pré positionnées dans le cadre d’accords de défense, qui
ont été réactualisés récemment : au Gabon, au Sénégal (mais pour peu de temps encore), à Djibouti, au
Tchad (dispositif Epervier, qui n’est pas le résultat d’un accord de défense, mais qui servait à l’origine à
protéger le Tchad contre la Libye). Il s’agit d’aider l’Union Africaine (dont Kadhafi a été président) à se doter
d’une capacité de prévention des crises, et, au nom de l’UE, à promouvoir ainsi la stabilité du continent. Pour
ce faire, le contrôle de l’espace saharien et sahélien est un atout majeur. Kadhafi s’était posé comme « garde
frontière » du Sahara : désormais, les flux légaux et illégaux vont se redessiner. Enfin les intérêts français
économiques en Libye, pour la reconstruction et l’exploitation des ressources, sont loin d’être négligeables.
Kadhafi jouait de ces ressources pétrolières pour susciter la concurrence entre Occidentaux et les obliger à
normaliser ses relations avec lui. Dorénavant, la France peut espérer se positionner comme premier
partenaire commercial (les réserves libyennes donnant l’avantage d’être proches des centres de raffinage
européen, qui plus est).
 Bref, la Libye est au cœur de l’arc de crise désigné par la France dans son Livre Blanc de 2008 comme étant
une priorité stratégique.

TEMOIGNAGE : questions au GENERAL VINCIGUERRA

 Qui commande/organise vraiment les opérations au lendemain de la résolution ?

 Pourquoi se sont succédées les interventions françaises/de l’Otan ? En somme pourquoi n’y a-t-il pas
interventions communes en même temps ?

 Qu’en est-il des opérations officieuses sur le terrain, au sol ?

 On a reproché à la France d’avoir, en précipitant la chute de Kadhafi, permis la mise en circulation d’armes qui
transitent désormais dans l’espace saharien et alimentent les réseaux illégaux…

 Les intérêts qu’a eu la France à prendre l’initiative en Libye ressemblent-ils à ceux qu’elle a eu à intervenir
rapidement au Mali ? (on a dit pour les deux cas que la France était « seule »…)
Colloque du 21 mars – Les mémoires, lectures historiques : Rendre hommage, commémorer 2013

 Qu’est-ce que cela change pour nos officiers et nos soldats d’intervenir dans le cadre d’une mission de l’ONU ?

 Mémoire d’un tel conflit en l’absence de perte humaine ? (on oublie plus vite un conflit s’il n’est pas tragique ?)

LA PLACE DE LA LIBYE DANS LES PROGRAMMES

 En collège, c’est en Education Civique en 3e que les enjeux de « La défense et la paix » apparaissent : la Libye
peut y faire l’objet d’une rapide étude de cas.
 Histoire 1ère : Thème 2 sur « La guerre au XXe s » (pour ses aspects de nouvelle conflictualité – intervention
limitée, sous mandat).
 ECJS 1ère : avec « La nation et sa défense », pour évoquer la complexité des enjeux d’une intervention
extérieure sous mandat onusien et tous les aspects de la prise de décision qui y sont liés.
 Géographie Terminale : La question de l’espace saharien y occupe une bonne place dans le thème
« L’Afrique : les défis du développement », avec la sous partie « Le Sahara : ressources, conflits (étude de
cas) ». Les enjeux géopolitiques permettent de croiser histoire récente et enjeux spatiaux et de mettre en
lumière l’ensemble des intérêts français (géostratégiques comme économiques) en Libye.