Vous êtes sur la page 1sur 19

République Algérienne démocratique et populaire

Ministère d’enseignement et de recherche scientifique

Université de Jijel

Faculté des sciences et de la technologie

Département de Génie mécanique

Spécialité Energétique

Etude numérique de la
conduction
bidimensionnelle dans une
plaque

Réalisé par

KEMEL ABOUBAKR SEDDIK


BAZIA AYOUB

Master 1
0
Année universitaire 2010-2011

Etude numérique de la conduction bidimensionnelle dans une plaque

I-Introduction
L’étude de la distribution de la température dans une plaque ou ses extrémités sont soumises a
différentes températures fait appel à la loi de la conduction thermique qui représente le transfert de
la chaleur lors d’existence d’un gradient de température, où il s’effectue d’une haute vers une basse
température, la détermination de ces températures suivant l’épaisseur quel que soit sa dimension
ainsi que le profil de température est possible en suivant la méthode numérique des éléments finies.

II-Objectif
Le but du TP est l’étude numérique de la conduction thermique bidimensionnelle stationnaire en
coordonnées cartésiennes dans une plaque plane en utilisant la méthode des différences finies.

III- Problématique
Un problème typique est de la détermination de la température d’équilibre d’une plaque
métallique rectangulaire de dimension LxL et d’épaisseur E négligeable par apport à L .supposons
que la température soit constante aux frontières comme indique sur le schéma suivant :

𝛳3

𝛳2 𝛳4

𝛳1 L

Soit T(x , y) la température au point (x,y). Si de plus, une quantité de chaleur Q(x,y) est générée
par unité de volume et de temps le régime stationnaire résultant s’obtient par la résolution de
l’équation de poisson :

𝜕2𝑇 𝜕2𝑇 Q
+ =−
𝜕 𝑥2 𝜕 𝑦2 𝑘
En posant que ∆x = ∆y = h. On détermine le champ de température par différences finies.

La discrétisation
Le problème se pose de la façon :

1
𝜕2 𝑇 𝜕2 𝑇 Q
𝜕𝑥 2 + 𝜕 𝑦2
=−
𝑘

T= 𝛳1 x=0 et 𝛶y

T= 𝛳2 y=0 et 𝛶x

T= 𝛳3 y=L et 𝛶x

T= 𝛳4 x=L et 𝛶y
En supposant que Q=0 et en appliquant les schémas aux différences pour ce cas de figure on
pourra alors sortir l’équation aux différences finies sous la forme :

T i-1,j+Ti,j-1-4Ti,j+Ti+1,j+Ti,j+1=0
De même pour les conditions aux limites on aura que :

T i,j = 𝛳1 i=0 N j=0

T i,j = 𝛳2 j=0 M i=0

T i,j =𝛳3 j=M i=0 N ou N=L/∆x ; M=L/ ∆y

T i,j = 𝛳4 i=N j=0 M


En appliquant ces données et en prenant que L=15 et que ∆x= ∆y=5 on aura que le maillage se met
sous la forme suivante :

i=0 , j=M=3 i=N=3 , j=M=3

i=0, j=0 i i=N=3 , j=0

Avant de passer à la résolution on doit tout d’ abord reformer notre système et notre maillage
sous la forme indicielle à un seul indice K qui serait fonction des deux indices précédent i et j.

La molécule va changer de la façon suivante :

2
i,j+1 k+(N+1)

i-1,j • • i+1,j k-1 • • k+1


i,j k

i,j-1 k-(N+1)

Le système discret devient :

Tk-1+Tk-(N+1)-4Tk+Tk+1+Tk+(N+1)=0 , k varie de 1 à (N+1)*(M+1)

T k = 𝛳1 i=0 N j=0

T k = 𝛳2 j=0 N i=0 k=(n+1)*j+(m+1)

T k = 𝛳3 j=M i=0 N

T k = 𝛳4 i=N j=0 M
Ainsi le système réécrit, on peut passer à la résolution en appliquant l’équation aux différences à
tous les nœuds du maillage :
k=1, T 1= 𝛳 1 k=9, T9= 𝛳2
k=2, T 2= 𝛳 1 k=10, T9+T6-4T10+T11+T14=0
k=3, T3= 𝛳1 k=11, T10+T7-4T11+T12+T15=0
k=4, T4= 𝛳1 k=12, T12= 𝛳4
k=5, T5= 𝛳2 k=13, T13= 𝛳3
k=6, T5+T2-4T6+T7+T10=0 k=14, T14= 𝛳3
k=7, T6+T3-4T7+T8+T11=0 k=15, T15= 𝛳3
k=8, T8= 𝛳4 k=16, T16= 𝛳3

Après exécution du programme par FORTRAN on aura la matrice A suivante (pour N=3 et M=3):

Qui représente une matrice penta-diagonale qui pourrait être résolue par n’importe quelle
méthode de résolution des systèmes linéaires, dans notre cas va utiliser la méthode de GAUSS.

3
IV- Applications
1- Organigramme

Début

Déclarations de: A,n,m,k,i,j,T1,T2,T3,T4

Calcul et introduction des conditions aux limites

Calcul des diagonales : principale, supérieures et inferieures

Appel à la Subroutine de Gauss

Affichage des résultats

Fin

2- Le programme en FORTRAN
program la conduction bidimensionnelle dans une plaque
c Declarations

4
real A(100,100), U(100),B(100)
integer n,m,i,j,k
real T1,T2,T3,T4
data T1,T2,T3,T4 /0,0,100,100/ !Conditions aux limites
data n,m /4,4/
data dx,dy /5,5/ !Les pas
open (30,file='resultat.dat')
do 10 i=1,(n+1)*(m+1)
do 20 j=1,(n+1)*(m+1)
A(i,j)=0
20 continue
10 continue
c la diagonale principale
do k=1,(n+1)*(m+1)
A(k,k)=-4
enddo
c la diagonale superieure
do k=1,(n+1)*(m+1)
A(k,k+1)=1
enddo
c la diagonale inferieure
do k=1,(n+1)*(m+1)
A(k+1,k)=1
enddo
c la diagonale secondaire superieure
do k=1,(n+1)*(m+1)
A(k,k+(m+1))=1
enddo
c la diagonale secondaire inferieure
do k=1,(n+1)*(m+1)
A(k+(n+1),k)=1
enddo
c Introduction des conditions aux limites
do k=1,(n+1)
do j=1,(n+1)*(m+1)
A(k,j)=0
enddo
A(k,k)=1
a(k,(m+1)*(n+1)+1)=T2
enddo
do k=n*(m+1)+1,(n+1)*(m+1)
do j=1,(n+1)*(m+1)
A(k,j)=0
enddo
A(k,k)=1
a(k,(m+1)*(n+1)+1)=T4
enddo
do k=1,n*(m+1)+1,(n+1)
do j=1,(n+1)*(m+1)
A(k,j)=0
enddo
A(k,k)=1
a(k,(m+1)*(n+1)+1)=T1
enddo
do k=(n+1),(n+1)*(m+1),(n+1)
do j=1,(n+1)*(m+1)
A(k,j)=0
enddo
A(k,k)=1
a(k,(m+1)*(n+1)+1)=T3

enddo
call Gauss( A,(n+1)*(m+1)) !Appel de subroutine de Gauss
write(30,*)'TITLE = "Etude de la conduction bidimentionnelle"'
write(30,*)'VARIABLES = "X" , "Y", "Temperatures" '

5
write(30,*)'ZONE',' ','i=',(n+1),',','j=',(m+1)
do i=0,n
do j=0,m
x=i*dx
y=j*dy
write(30,15) x,y
15 format(2F8.1)
enddo
enddo
write(30,25) (a(k,(n+1)*(m+1)+1),k=1,(n+1)*(m+1))
25 format(1F5.0)
end
subroutine Gauss (A,N)
real A(100,100)
real PivElt, TarElt
integer N ! number of equations
integer PivRow, TarRow
do PivRow = 1, N ! process every row
PivElt = A( PivRow, PivRow ) ! choose pivot element
A( PivRow, 1:N+1 ) = A( PivRow, 1:N+1 ) / PivElt ! divide
! whole row
! now replace all other rows by target row minus pivot row ...
! ... times element in target row and pivot column:

do TarRow = 1, N
if (TarRow /= PivRow) then
TarElt = A( TarRow, PivRow )
A(TarRow,1:N+1)=A(TarRow,1:N+1)
+ -A(PivRow,1:N+1)*TarElt
endif
enddo
enddo
end subroutine Gauss

3- Les résultats

On réalise l’étude par N=4 et M=4 c’est-à-dire on aura 25 nœuds, et on change chaque fois les
conditions aux limites (les températures).

Les résultats obtenus seront effectués dans des fichiers d’extension « .dat » qui sera lu par le
BLOC-NOTES.

Les profils des températures sont schématisés grâce au programme TECPLOT.

Cas 1 :
On prend T1=0°c , T2=0°c , T3=100°c , T4=100°c comme conditions aux limites :

6
a- Les résultats Comme affiché en BLOC-NOTES :

b- Le profil de température

c- Commentaires

La chaleur se propage des 2 côtés Est et Nord vers les 2 autres Ouest et Sud, à l’équilibre on
remarque que les températures diminuent dans les nœuds internes en allant aux côtés froids, les
isothermes ne sont pas en symétrie dans ce cas.

Cas 2 :
On prend T1=500°c , T2=0°c , T3=0°c , T4=0°c comme conditions aux limites :

7
a- Les résultats Comme affiché en BLOC-NOTES :

b- Le profil de température

c- Commentaires

Les températures dans les nœuds internes diminuent en partant du côté Sud vers le haut, les
isothermes son en symétrie par rapport à la médiatrice du l’axe « OX ».

Cas 3 :
On prend T1=800°c , T2=800°c , T3=800°c , T4=800°c comme conditions aux limites :

8
a- Les résultats Comme affiché en BLOC-NOTES :

b- Le profil de température

c- Commentaires

On remarque que tous les nœuds du maillage ont la même température, cela signifie que le
système laissé au fil du temps atteint l’équilibre thermique.

Cas 4 :
On prend T1=0°c , T2=300°c , T3=0°c , T4=300°c comme conditions aux limites :

9
a- Les résultats Comme affiché en BLOC-NOTES :

b- Le profil de température

c- Commentaires

On remarque que les nœuds aux côtés Nord et Sud ont des températures froides, les nœuds
internes situant au centre ont environ la même température, quant aux nœuds proches aux milieux
des côtés Est et Ouest sont de températures chaudes. Les isothermes sont en symétrie par rapport à
la médiatrice du l’axe « OX ».

Cas 5 :
On prend T1=700°c , T2=900°c , T3=500°c , T4=300°c comme conditions aux limites :

10
a- Les résultats Comme affiché en BLOC-NOTES :

b- Le profil de température

c- Commentaires

Dans ce cas on a des répartitions quelconques des températures, les nœuds internes du maillage
ont des températures moyennes.

11
V- La conclusion
Dans ce travail pratique on a réalisé l’étude numérique de la conduction thermique
bidimensionnelle stationnaire en coordonnées cartésiennes dans une plaque plane en considérant
des températures fixes à ces extrémités, l’avantage de cette étude numérique en utilisant la méthode
des différences finies par élaboration d’un maillage c’est qu’elle permet de déterminer différentes les
températures des nœuds internes et en suite de tracer le profil de température à l’aide des
programmes, ces résultats représentent des données primordiales dans le domaine pratique que
connait le transfert thermique.

12
2ème Partie
Condition de Neumann
On change maintenant aux conditions aux limites sur les frontières (figure2)

𝜕𝑇 ℎ
− 𝜕𝑥 = 𝑘 (𝑇 − 𝜃∞ )
𝑐𝑜𝑛𝑑

𝜕𝑇 ℎ
− = (𝑇 − 𝜃∞ )
𝜕𝑦 𝑘𝑐𝑜𝑛𝑑

Figure 2 : géométrie du problème

1 – Absence de la source de chaleur


Le programme se modifie juste à la partie des conditions aux limites comme suit :

c Introduction des conditions aux limites


do k=1,(n+1)
do j=1,(m+1)
A(k,j)=0
enddo
A(k,k)=lambda-1
a(k,(m+1)*(n+1)+1)= lambda*Tinf
enddo
do k=1,n*(m+1)+1,n+1
do j=1,(n+1)*(m+1)
A(k,j)=0
enddo
A(k,k)= lambda-1
a(k,(m+1)*(n+1)+1)=lambda*Tinf
enddo
do k=n*(m+1)+1,(n+1)*(m+1)
do j=1,(n+1)*(m+1)
A(k,j)=0
enddo
A(k,k)=1
a(k,(m+1)*(n+1)+1)=T3
enddo
do k=(n+1),(n+1)*(m+1),(n+1)
do j=1,(n+1)*(m+1)
A(k,j)=0
enddo
A(k,k)=1
a(k,(m+1)*(n+1)+1)=T4
enddo

13
Cas 1 On prend 𝜆=5 , 𝜃∞=20°c , T3=100°c , T4=100°c

Les résultats

Cas 2 On prend 𝜆=10 , 𝜃∞=20°c , T3=100°c , T4=100°c

Les résultats

14
Cas 3 On prend 𝜆=5 , 𝜃∞=100°c , T3=100°c , T4=100°c

Les résultats

Cas 4 On prend 𝜆=5 , 𝜃∞=1500°c , T3=100°c , T4=100°c

Les résultats

15
2 - Présence de la source de chaleur ‘’Q’’
Dans ce cas où on prend en considération la source de chaleur après la discrétisation on aura :
𝑄
Tk-1+Tk-(N+1)-4Tk+Tk+1+Tk+(N+1)= −𝛥𝑥 2
𝑘
Le programme reste le même (après ajout des nouvelles conditions aux limites de la 2 ème partie),
on ajoute seulement le terme de source de chaleur juste après les déclarations comme suit :
𝑄
Le terme de source de chaleur est −𝛥𝑥 2
𝑘

c Terme source de chaleur


do k=1,(n+1)*(m+1)
a(k,(m+1)*(n+1)+1)=source_chaleur
enddo

𝑄
Cas 1 On prend 𝜆=5 , 𝜃∞=20°c , T3=100°c , T4=100°c , −𝛥𝑥 2 =-500
𝑘

Les résultats

16
𝑄
Cas 2 On prend 𝜆=5 , 𝜃∞=500°c , T3=100°c , T4=100°c , −𝛥𝑥 2 =-500
𝑘

Les résultats

𝑄
Cas 3 On prend 𝜆=5 , 𝜃∞=20°c , T3=100°c , T4=100°c , −𝛥𝑥 2 =-50
𝑘

Les résultats

17
𝑄
Cas 4 On prend 𝜆=5 , 𝜃∞=20°c , T3=800°c , T4=100°c , −𝛥𝑥 2 =-500
𝑘

Les résultats

Analyses
En comparant les 2 cas, le premier pour une prise des températures fixes et le second lors
d’existence d’un flux thermique, on remarque que pour une température 𝜃∞ inferieure à T3 et T4 et
même pour un changement de la valeur de 𝜆, les profils des températures se ressemblent, la chaleur
est transmises à partir des deux côtés Est et Nord, et pour 𝜃∞= T3 = T4, les hautes températures
s’imposent au côté Ouest, donc chaleur est transmise vers les 3 autres cotes. Dans le cas où 𝜃∞ est
plus grande que T3 et T4 les températures sont plus chaudes au côté Ouest est un peu partiellement
au côté Sud. En prenant en considération une source de chaleur, pour ces valeurs élevées les hautes
températures se concentrent au milieu de la plaque, si une température fixe ou un flux thermique est
important, les températures les plus chaudes s’imposent à son coté. Donc cela signifie que la chaleur
se transmit à partir des endroits où les températures sont plus hautes dans le cas d’une température
fixe, d’un flux thermique ou d’une source de chaleur.

Conclusion générale
Dans ce TP d’étude de la conduction, en traitant de différents cas, la chaleur se transmet toujours
des endroits à hautes températures vers ceux à basses températures quel que soit les conditions aux
limites, car la chaleur possède sa température de production.

18