Vous êtes sur la page 1sur 11

NORME ALGERIENNE D'AUDIT 505

NAA 505 : CONFIRMATIONS EXTERNES

Sommaire

Paragraphe

I. Introduction 2

- Champ d'application 2

II. Objectif 2

III. Diligences requises 2

Il 1.1 Procédures de confirmation externe 2

111.2 Refus de la direction de permettre l'envoi d'une demande

de confirmation par l'auditeur 3

111.3 Résultats des procédures de confirmation externe 3

111.3.1 Fiabilité des réponses aux demandes de confirmation 3

111.3.2 Non-réponses 4
111.3.3 Cas où une réponse à une demande de confirmation expresse
est nécessaire à l'obtention d'éléments probants suffisants et appropriés 4
111.3.4 Divergences 4
111.4 Confirmations tacites 4

111.5 Évaluation des éléments probants obtenus 5

i
NORME ALGERIENNE D'AUDIT 505

I. Introduction

Champ d'application

1. La NAA 505 traite de l'utilisation par l'auditeur de procédures de confirmation externe pour
obtenir des éléments probants.

II. Objectif

2. L'objectif de l'auditeur qui a recours à des procédures de confirmation externe est de


concevoir et de mettre en oeuvre de telles procédures afin d'obtenir des éléments probants
pertinents et fiables.

III. Diligences requises

3. Une confirmation externe est un élément probant obtenu par la voie d'une réponse écrite
adressée directement à l'auditeur par un tiers, sur support papier, électronique ou autre.
• Une demande de confirmation expresse (confirmation positive) est une demande
dans laquelle le tiers est prié de répondre directement à l'auditeur, en indiquant s'il
est d'accord ou en désaccord avec l'information présentée dans la demande ou en
fournissant l'information demandée.
• Une demande de confirmation tacite (confirmation négative) est une demande dans
laquelle le tiers est prié de répondre directement à l'auditeur dans le seul cas où il est
en désaccord avec l'information présentée dans la demande

111.1 Procédures de c o n f i r m a t i o n externe

4. Lorsqu'il a recours à des procédures de confirmation externe, l'auditeur doit conserver le


contrôle sur les demandes de confirmation, ce qui implique notamment :

a) de déterminer les informations à faire confirmer ou à demander. Il en est ainsi des


soldes de comptes, de leurs composantes, des termes d'accords, de contrats ou
d'opérations qu'une entité aurait conclus avec des tiers.

b) de sélectionner les tiers appropriés à confirmer. Les réponses aux demandes de


confirmation fournissent des éléments probants plus pertinents et plus fiables
lorsque les demandes sont envoyées à un responsable qui, selon l'auditeur, a
.connaissance des informations dont il veut obtenir confirmation.

c) de concevoir les demandes de confirmation, en s'assurant que les demandes sont


bien adressées au bon destinataire et qu'elles précisent que les réponses doivent lui
être retournées directement.

d) de procéder à l'envoi des demandes aux tiers, ainsi que leur suivi.

5. Les facteurs à prendre en compte lors de la conception d'une demande de confirmation


comprennent généralement:

2
NORME ALGERIENNE D'AUDIT 505

• les assertions visées ;


• les risques d'anomalies significatives spécifiques identifiés, y compris les
risques de fraude;
• la forme et la présentation de la demande ;
• l'expérience acquise antérieurement dans le cadre de la mission d'audit ou de
missions similaires ;
• le mode de communication (par exemple, demande sur support papier,

électronique ou autre) ;
• le fait que la direction autorise ou encourage les tiers à répondre à l'auditeur.
Certains tiers pourraient accepter de ne répondre qu'aux demandes de
confirmation contenant une autorisation de la direction ;
• la capacité du tiers à confirmer ou à fournir l'information demandée (par
exemple, le montant d'une facture isolée par opposition au solde total).

111.2 Refus de la direction de permettre l'envoi d'une demande de confirmation


par l'auditeur

6. Si la direction refuse de lui permettre d'envoyer une demande de confirmation, l'auditeur


doit :

a) s'enquérir des raisons du refus de la direction et chercher à obtenir des éléments


probants sur la validité et le caractère raisonnable de ces raisons.
b) évaluer les incidences du refus de la direction sur l'évaluation par l'auditeur des
risques d'anomalies significatives concernés, y compris le risque de fraude, et sur
la nature, le calendrier et l'étendue des autres procédures d'audit.
c) mettre en œuvre des procédures d'audit alternatives pour obtenir des éléments
probants pertinents et fiables.

7. Si l'auditeur conclut que le refus de la direction de lui permettre d'envoyer une demande
de confirmation est déraisonnable, ou s'il est incapable d'obtenir des éléments probants
pertinents et fiables au moyen de procédures d'audit alternatives, il doit en informer les
personnes constituant le gouvernement d'entreprise. L'auditeur doit également examiner les
incidences d'une telle situation sur l'audit ainsi que sur son opinion.

111.3 Résultats des procédures de confirmation externe

III.3.1 Fiabilité des réponses aux demandes de confirmation

8. Si l'auditeur relève des facteurs qui soulèvent des doutes sur la fiabilité d'une réponse à
une demande de confirmation, il doit obtenir des éléments probants complémentaires pour
dissiper ces doutes.

• Les réponses transmises par exemple par télécopie ou par courrier électronique,
comportent des risques quant à leur fiabilité, car il peut être difficile d'établir l'origine
du document et l'autorité du répondant, ou de détecter les altérations. Si l'auditeur est
convaincu que ce processus est sécurisé et contrôlé de manière adéquate, la fiabilité
des réponses est accrue.
• Si le tiers à qui est adressée la demande de confirmation fait appel à une autre
NORME ALGERIENNE D'AUDIT 505

personne pour coordonner et fournir les réponses aux demandes de confirmation,


l'auditeur peut mettre en œuvre des procédures pour répondre aux risques que :

a) la réponse n'émane pas de la bonne source;


b) un répondant ne soit pas autorisé à fournir une réponse;
c) l'intégrité de la transmission ait été compromise.

• Lorsque l'auditeur reçoit une réponse verbale à une demande de confirmation, il


peut, selon les circonstances, demander au tiers de lui répondre directement par
écrit. Si l'auditeur ne reçoit pas de réponse écrite, il doit chercher à obtenir d'autres
éléments probants à l'appui de l'information fournie dans la réponse verbale.

9. Si l'auditeur détermine qu'une réponse à une demande de confirmation n'est pas fiable,

il doit en évaluer les incidences sur son évaluation des risques d'anomalies significatives
concernés, y compris le risque de fraude, ainsi que sur la nature, le calendrier et l'étendue
des autres procédures d'audit.

111.3.2 Non-réponses

9. Une non-réponse est l'absence de réponse ou une réponse partielle du tiers à une
demande de confirmation expresse, ou encore renvoi à l'auditeur d'une demande de
confirmation parce qu'elle n'a pu être remise au destinataire.

10. En cas de non-réponse, l'auditeur doit mettre en œuvre des procédures d'audit
alternatives afin d'obtenir des éléments probants pertinents et fiables.

Exemples de telles procédures :

• pour les soldes des comptes clients : examen d'encaissements et des documents de
ventes, bons de livraison et d'expédition proches de la date de clôture;
• pour les soldes des comptes fournisseurs : examen des décaissements, documents
d'achats et de réception proches de la date de clôture, ainsi que des
correspondances en provenance de tiers

111.3.3 Cas où une réponse à une demande de confirmation expresse est nécessaire à
l'obtention d'éléments probants suffisants et appropriés

11. Si l'auditeur détermine qu'une réponse à une demande de confirmation expresse est
nécessaire à l'obtention d'éléments probants suffisants et appropriés, les procédures d'audit
alternatives ne fourniront pas les éléments probants dont l'auditeur a besoin. S'il n'obtient
pas la confirmation nécessaire, l'auditeur doit en déterminer les incidences sur l'audit et sur
son opinion.

111.3.4 Divergences

12. Une divergence est une différence dans une réponse entre l'information fournie par le
tiers et celle que l'auditeur lui demandait de confirmer ou celle contenue dans les documents
comptables de l'entité.

4
NORME A L G E R I E N N E D'AUDIT 505

13. L'auditeur doit procéder à uneîfivestigatiofrdes-divergences afin de déterminer si elles


indiquent ou non l'existence d'anomalies. Certaines divergences par rapport aux demandes
de confirmation peuvent indiquer l'existence d'anomalies réelles ou potentielles dans les
états financiers.

14. Lorsqu'une anomalie est relevée, l'auditeur est tenu d'évaluer si cette anomalie constitue
un indice de fraude. L'existence de divergence peut également indiquer une ou plusieurs
déficiences dans le contrôle interne sur l'information financière.

111.4 Confirmations tacites

15. Les confirmations tacites fournissent des éléments moins probants que les confirmations
expresses. L'auditeur ne doit les utiliser que si toutes les conditions suivantes sont réunies :

a) l'auditeur a évalué que le risque d'anomalies significatives est faible et il a obtenu


des éléments probants suffisants et appropriés sur l'efficacité du fonctionnement
des contrôles se rapportant à l'assertion concernée;
b) la population des éléments soumts à des procédures de confirmation tacite
comprend un grand nombre de soldes de comptes, d'opérations ou de conditions
de peu d'importance et homogènes;
c) un taux de divergences très bas est attendu;
d) l'auditeur n'est pas au courant de circonstances ou de situations qui conduiraient
lés destinataires des demandes de confirmation tacite à ignorer celles-ci.

111.5 Évaluation des éléments probants obtenus

16. L'auditeur doit déterminer si les résultats des procédures de confirmation externe
fournissent des éléments probants pertinents et fiables ou s'il lui est nécessaire d'obtenir des
éléments probants complémentaires.

Lors de l'évaluation des résultats de chacune des demandes de confirmation externe,


l'auditeur peut classer les résultats selon les catégories suivantes :

a) réponse reçue du tiers approprié dans laquelle celui-ci exprime son accord avec
l'information donnée dans la demande de confirmation ou fournit l'information
demandée sans divergence;
b) réponse jugée non fiable;
c) non-réponse;
d) réponse divergente.

17. L'évaluation de l'auditeur, prise en compte avec les autres procédures d'audit qu'il a
réalisées par ailleurs, peut l'aider à déterminer si des éléments probants suffisants et
appropriés ont été recueillis ou si des éléments probants complémentaires sont
nécessaires.
A ^ j i i J i ùiAjSbli : 5 0 5 ( ^ . c . e ) tfjW

505 c j ^ - ^ ci^tjaJ! JL*AI1

2 A ^ L J I J

2 jjjkffl JU^. 1. |

2 ^ l . 2 . l

2 Â j j i k J i vijUbVl.il

2 ^ j L U i i^bli CJUIJ^I.I.II

3 3JSLI3I t_AL JLMJJU (jâioiJ ^U^JI Sjtayi (>aàj .2.11

3 «^libil JJSIJII Ù U I J S J ^ l l i .3.11

3 AJSUSI oliL ^JC j l l Âjâb --.1.3.11

4 j j j j i l ^ ^.2.3.11

4 < * J X Q J ÂJM£ Alila Âhi ^Jc J j . ^ l l ^ j j ^ a J ! J^TIM.OD jjSbil ^Jc j j l l A J U .3.3.||

5 jjljiil.4.3.11

5 CJI^UII.4.11

5 UJJJC çLaalall AJJIOÎI Â L ^ I

1
< & J * 1 \i :505 (jjâ^iiJ ( i ^ i j ^ i jL*-*Ji

AufLo A J J Je (Jj^-Jl

oJA AiàJlil jjla. j JJJ-^J cr^-J^"^ Jailli CJIÇIJA.1 ^gJj LaJL) Ç^ÀÎI (^âXoil

.Ajâl.V j AJV-i tlllj Aoila AJL! J j . .aaJl i__i)Ag_! djIçlj^V'

( J J L L J I J\U ^ laâi (jj^ia 0 - 4j\r.


e j}' ^aJîII a J J CiiLo (JJo ^^jLiJl AJSUII.3

(JjSJudl Je Ô^JLJLUS . J J J Î J C X O ^li-îl *i^âk (j» L _ i l L _jA Aj£L1) ^jJLeuJa Ajfîij L . A L -

Â^juui j^iaii ût»0*1.1.||


CJLIIL ^ J O Ajli^il (^k. i l i s J I t ^ j U J I Aj^hil Cjlçlja.l (^Jl A J j = J t^AxJI t.v>,:.4

tdUllijVI JL>Î cL^LijfLa iCjLiLuasdl ,\u.-ij n . lilaJl j l A£Ull pjjJaJA CJLOJLLAII AJA=J (Î

diLajLuAÎL) AJIJ3 Je I^AAI] ISàj 'C^AII (Jjj.>.g^]l J\ • lilall Aua. jj aJ Le Ijl ^ p £ l A_iâlAi^a-aj

.Aj$Uil Je Jj.^lb
A g -^11 j l ( j / T ^ > >H\ A^_^.j>a CLJLLLLII (JJSJ (ji (jLajub AJSHÎI Ci\L a j A > ^»") j j > ^

Û J J J Ù L U (33A«Jl J\j j ^ i c ( j ^ i uj^lll j £>o (JJJ'IT a i l

.l^uLle cillÀ^j jjixil J ] CjUlIall JLU.jl Cjlplja») SJÂU* (j


|a_a>ajsJl J e (jxuJaJJ A i £ l l ! l L _ l i L J J ^ » 3 A i e j L u C - V I (JJ*-J lAÀà.1 j l l (_U!jaJl.5

iôjAlj-oJl ClAjLuVI -

aJAâJJ (J£JLJ -

^A^JLLÛJI aL^ûJI j ! ( j j A i l l l A_A£-a j U a l J UJUJ Ig j\r- (J. oaJLaJI A 'j-^^l -

A i l u j j j l A _ i J j j H J l t A u S j j <LaleJ J e i . i l L ^ i l l a ) (Jjual j l i l AJoi a j -

ji Lj-&aJ i—iljJaVi c K » ^ (jl ' - C(J5AA]I Je Jjll J e jlJl fJ"> i * J j i Qaagâ^jlj ô j b V I *b§ -
JSJIAVI I > U ^ J J 3ift.>Vi<»il A j S l l i l ClAL Je V] ûjll V

A i ^ a _ j l l ( J j l i o Aljjs^i û j j j l i ^ L - a l(JJ-o) ÂJJD-KIII CjLajla^all (^"^ j ' - ^ b " J e - _^làîJ\3 -

AjSbJl u & J l — j b JâxJi ^buJ.1 SjbVl <jàâj .2.11

[ j ! A_ile L - i a u AjStlîl U-tlla j L u J j b ( j ^ A - a i l f-bmJl ûjbVI '^J \ù\6

oÀ& A j U a L a j A ^. , (_)j-=>. AjlLa ^j^alie J e ( J J " ^ Si ( J j l -\ j û^jbVI (_pa5_j L-ibjuil (_g J ^ T u (1

.v-jbJtfl

j ( j i i J i J s à . IgJâ L a j Aui» <Jl û^jiuAil d l l à l j a J V ! JU=L=».V AAUâJ J e û j b V I ( J ^ J j b l aJâJ (L_I

(JJâAlil di!ç.l_yi.l j l H e l j A v a l i j j tAjt-uL J e

AjalAx^a-aj A J V ^ C J I J A i l l e < b l J e J j u n ^ l l A 1 : A J (JJâAo C l l $ l j a J £ j J a j

AJJAS a A c j ! J j ï x - a j±. AjSlllI L_ilL JIUJJJJ Ai ^LQJOJI ojbVI (jl (jiloil (j^alkluil bl.7
( • l a j tAljAill ( j j i j l l l A_La-uil_aj AualA^a^aj AJVÛ tlilô ÂJULO j^aLie Je ( J i l Je

oÀA j l ï i i (j^^>^ 1 • ^aJl A j\r» < • l ^ J La£ ^JUUUJJAII ^ i c (j^Lîil a l ^ V l a!ilcl A \\r.

.^IIAS A J I J j (JJ3A1ÎI Je Aj».iuajil

^jliJl jtj&H Û ^ I J ^ J ^ J U J .3.11

^ U U I CJUIL J e J J J ^ I 4^1^.1.3.11

J e L_L=k.jJJ AJli tAA^Uil J e AJSI k f l X (JJ2k telj£Jù AJAÎ ^ U J ( _ U l j e (JjjLLall ( j j j j IÀ1.8


j f t u i l l oAA AJ! j V AlaSx» A i l l a AJ^Î J e J j - . a a J l J J ^ V I IÀ&

3
ÂjAjliJt CilAiSblI ;505 (^.rl-f) < j * ^ <i>L>^l

1 g j <A! \ ^ « ^j^»-^ • Leui j l I r v l (_*=»a !î\!Lo ^ g J j ^ / i ^ V I AJ j a l l j l ( j j a i s H (jp J a j e . A \ D^Q31 A J A J l -

.Cul j a i i u l ! ' S jl ù j L alâ j - a A l a l m j AJLuJ l J 1> j x A ^ l i l l U t i ^il) j x j j a L A3 AàV

Aaîle ( j j ^ J - ^ J i Aaiîl Ij^ax j l i A o i j l l a AIJ JbaJ L - l S I j ^ a j j x j - a ç.1 J - ^ - V i IÀA j b (J^AA]! AAIS! la]

J j j j l j l a e l j l (ju»n\ Aaia i>a=> .«j A i l x l u i V L ] t a i a l a i l i _ i L L Au]] Aa*.j <_£all t j j i - î l flâ la] -

; A j ] l i l l J=>LL>a]l J e jjî CJI$IJA.I ( ^ J a j (33AJI j l a L a l j A j U


J IAJ£UJI CilaLL J e

S^cja ' «au! jjAj^a>Jl j e j j L w a j a è j j l (M

ia J l alaeja A J ( j ^ ^ <aè t. m a ail

,1g > > i i j l e i AaSLujJ^I A-Q^LUJ

cjJaJl j^> t. i l k l l t c_sj J i i i (,.,.)-, Bas- cAàlaLab Aàli Aj£laîl I .ilL J e <^i^i Aj (JSAAÎI J 1 J IA]

j^abe j e i " i a jjl A a i e t. i > J j laiaâ. l a j (JjiLLaJl J J J IJIJ _ ÔJ^LU* laiaà. A a l e J J J j l JP^VI

. ^ g i i »ll a j l ^ Sa J j l I_JLIJJLA]I ->jr-ail (_5jpwi AxàLû

é i i j C a l j a j l a ^ J L j i A a i e a j ^ l i tAaat.V ^ (_£AJ L yal Avilît L-iLLa J e j j J l j l (jSaxJl AAa. lui.9

j l a l a l j  v o l j j j t A j u a L téiîaS J u u l j l r * v \gj°i L u A n » o j u » . ^ l l C A i l j p J V I j L k à . V A^ajaaj J e

. m-î\l
r C a b l j ^ l

J J J J l ^ A&.2.3.ll
F

i<Jaj*ajuLû]l aa^laSl <_alL J e j o i a l <—sja j - a ^ J j ^ - J j J i j j l A J I S - j b è j A a j l J l j ç»Ae 9

.Aaîi (JUJJ^I J l A ^ a i u a ^ J J ^ AâV (jâa><Jl J ) aoSlall L - A L JLU:J) colel jî

t_iaga A l i a J l (jASalll Cablja.1 aiàilîl j a a . ^jJaJ j l (JSAAII J e O J l J i j ^ a e AJU>. J.10


.Aaslax-^aj AJVJ dj\ Aaalo AJJI J e J j » gaaJl

;djlfrl </2kVI ûÀA CJA« j e - AaiLal

tCjUaixJl (jj-ilajj CJL&U <aaâil (j-aaa^ ;jjlajll CabLoia. a^ajJ Aai^àîL -

iJliiyi ^ S j b j - a Aajji]| t^ajjlîlj

j-e Aaj J S I ^HuiVlj CâbjliLa]! t ^ l - ^ J tdaLaliàVl Q a a à ; j j a j j - a J ! diLLma. lji AuLa. J -

. jaiJl j ^ ÙJJL-JI C J ^ L U : ! j ^ a J l tîUJS t J l â S V I

Aaâl£ A u A a J e J^uaaJJ ^jjjxol) JÛJULULAÎI JjSbîl u A i a J e j j | ÂJU. .3.3.||

Àaxla A J J ! J e J j.^i-^\ ^jjjjJa a*j J - ^ »j > ajSUil L _ A L J e j j l j l (jSaJl ^Ij IJI.'j 1

.ja^VI IÀA L ^ l a a a J l l AajlaJl AJJVI »aij jî ALaoSl (jaSalll d i l ç l j a . ) j l i t A ^ û X a j AaèlS

4
4oa.jlàJ! cjlAjShJl ; 5 0 5 ( ^ . ^ . f ) (jÂsm L$^j*tt jL*-*ll

.4jjj J r j (jj^-^ J r j b î J A ^ J j l i.^-ry-jÀ çfjjj• ^ -^bllJ e (jà^-ail J . m-vj ^1 IJI

Jjlji».4.3.ll

(JSAAII L. i l L "ill l i i i j j j a i J ! j - a diLaJLLAII J J J j j l ! i_â!illkl Jja.j J A (jjlàll.12


. j l A l î a n. „l ~ v A\l J Sijl=> j ! IAAISIJ

jja.j J l V j l J ^ Ù J <-JJl£ La IJj o j o a j L_àagj ( j j l j à Jja.j j e (iuaoll (jâA-all J e v. iau . 1 3

.dililjail

J AI o l a a j i A u L S a CjliljaJl J J ^ - J J j tAiSUll CJLÏIL £-a A J j l L a l L j t j j l jill (J^*J JJJAU oâ

.AJÎUI UI J ^ I

jl .(jiè Alla. J j a . j J l JfAj IÀA j l £ IJI La aOA3J (JSAAII J * i i—àljaJl j e c Lj£ll La I J I . 1 4

.A-llLall <Lo jLu-ail 4 j L k l a l l AJSIJAII J j ^ a J H : ôAe j l j - a i j J j a . j J l Liajl J-lJ A3 (Jjljà Jja.j

A^tLuiall LJ|A4SU]l.4.||

ji (JSAAII J e ua,jlmjj M-N» u.i-all CJ!AJ£U1LI AJjlLo ULu) J â l AJJI AjiajJall L_JIAJ£11ÎI ^ASJ.15

jAulLllI i a J J * i l i ( 3 ^ l •"""'> I V ) elllAj^LllI OÀA ( J ^ x l u i J V

A - a ô X a j A-iàl£ A i l l a A L I J e J i a a j ' ow . -> a j u s t a t l i l i l j a J l J j a . j j k à . j l (JSAAÎI JA3 IJI (I

i t ^ a - a l l A J ^ U I L AL<a]l AoâlJAII j j i . n l A u l U i J j a .

j '"'1 '1 m a i l OAJ ajl j x J ^ JAe J e ^ g l c u ^ i l l AiSLiîl i _ j l p l j a . V A-t_.JaliJl AJJVI djI=J 1J1

SA ulaJ AOAAVI Aiilâ i a j j j j ù J e jl CJULOJ» Il

iAullla A j t S j l a ( j j L à l l Aj-udj C i j l £ 1 J l ^

A£IHI CilAL (JLaAl J l ^ 1 jLuJAIL CJA! J l l ùVLJI J «-ij JàJI J ^ s < i ^ l ( J

. Ja^oll

t$Je J.^-,.tt AJAUJI ÀJJVI f ^ . 5 . 1 1

AIVJ t-lilÀ AlxLa A J J ! ^ASJ (^jlàJI AjSlill ^cJLu CJÙI£ IJI La AJA^J (JSAJI J e 40^.16

,ALa£-a A J A O AJJI J e ( J j . r - i ^ l l 4_Lal j l j j l A j â l j . S\AJ

;AJ1LI3I L-flljj^aVI (J3j ^ j l l i l l (, iulfc^aJ ^ ^ . j L i . Ai£lj L - A L (J£ ç û l l i jaJJAj A i e (J3AA11 j^-aJ

Jj a . j j j J AJJIIIAII dlLajia^all j l Â-oALail d l L a j i x A l l Al^U j A . gaJJ ( J A JAI! "jliJl" j-a J J (I


^cijlj

5
Âoa.jlàJl CilAjSbJI ; 5 0 5 ( ^ . Ç . f ) ôi*-^ tf^U^I

.<jjljâ JJ (j

i ( J j à . 1 Cjl^a. J Sja-Lail ( j A l i l l C l I e l j a J <j£ j L l I e V I JAxJ ÀàVI tj^AxJl ^ U S J AoLuj 1 7


AlâfLa AaiÏLa 4JJL) 4ji »"u »y I O j j j j J a j ! A-aj^Laj AuxLa AJJI «^"V -Ji I j l La JJJaJ J e