Vous êtes sur la page 1sur 3

THEME :

Quelle est la place du Contrôle de Gestion dans les entreprises et dans la fonction publique
Camerounaise. Et quels effets socio-culturels sur ces contrôles.
INTRODUCTION :
L’environnement économique et technologique des entreprises est très évolutif, très
chalengeant et changeant. Cet environnement est marqué d’une part, par l’évolution des
théories organisationnelles des entités tant privées que publiques. On est passé de l’approche
rationnelle (Organisation rationnelle du Travail de Taylor et Weber) à celle décisionnelle et
sociologique. D’autre part, la mondialisation de l’économie qui vise à rendre uniforme et
constante les systèmes économiques à l’échèle planétaire. Cet état de chose n’est pas sans
conséquence sur les entreprises et structures de l’état (digitalisation de l’information,
naissance de nouveaux outils de gestion…). Cela a entrainé des fléaux qui minent les sociétés
tels que le développement de la cyber criminalité, la piraterie, la corruption poussée,
concurrence accrue…etc. Tous ces facteurs obligent désormais les Organisations et sociétés
à adopter des stratégies leur permettant de mieux se positionner dans un environnement en
constance changement afin de mieux gérer les ressources dans le but de créer de la valeur et
atteindre ses objectifs, bien évidemment de manière efficace et efficiente. Le focus recherche
de la performance est d’office la panacée de tous. Le contrôle de gestion vient à point nommé
et constitue une bonne issus à l’essor des organisations, car de par sa définition, le contrôle
de gestion est le processus par lequel les managers obtiennent l’assurance que les ressources
sont obtenues et utilisées de manière efficace et efficiente pour réaliser les objectifs de
l’organisation.
En effet, la question centrale est de savoir quel place occupe le contrôle de gestion dans les
entreprises et dans la fonction publique Camerounaise en particulier, et effets socio-culturels
que cela entrainent, autrement dit le rôle du contrôle de gestion dans le contexte
environnement camerounais, publique comme privé.
Pour y répondre, nous allons développer notre argumentaire autour de deux axes : Rôle du
contrôle de gestion au sein des entreprises (1er axe) ; Rôle du contrôle de gestion au sein des
administrations publiques Camerounaise (2ème axe).

I. Rôle du contrôle de gestion au sein des entreprises

a. Optique traditionnel
 Concevoir le système d’information ;
 Contribuer à la conception de la structure de l’entreprise sur la base d’une
décentralisation effective de l’autorité ;
 Faire fonctionner effectivement le système d’information ;
 Effectuer des analyses économiques (reporting, budget, analyse des
écarts, pilotage de la performance, tableau de bord) dans le but
d’améliorer la rentabilité de l’organisation ;
 Emet des alertes en cas des écarts pour une prise de décision adéquate
et au bon moment ;
 Traduire en objectif et en budget les propositions issues des analyses
après leur adoption par le top management.

b. Optique rénové
 Activités perpétuelle de Conseil ;
 Interface entre le contrôle stratégique et le contrôle opérationnel ;
 Gestion par processus ou par activité ;
 Contribuer à la gestion et au suivi de la performance opérationnelle et
organisationnelle ;
 Réingénierie organisationnelle ;
 Apprentissage organisationnel ;
 Maîtrise de l’environnement externe pour mieux aider les managers à
adopter une bonne orientation stratégique ;
 Accompagne les managers dans la mise en œuvre des objectifs
stratégiques ;
 Maîtrise globale des différentes fonctions de l’organisation ;
 Communique pour le changement des comportements ;
 Veille à la mise en œuvre efficace du contrôle interne et à l’amélioration
de ce dernier.

II. Rôle du contrôle de gestion au sein des administrations publiques Camerounaise

Les mêmes rôles du contrôle de gestion décrit pour le cas d’entreprise est valable pour les
structures de l’état et ses démembrements, sauf qu’en plus de cela, une adaptation doit être
faite sur la base du fait que l’état est une très grosse machine, et est une entité particulière
en ce sens qu’il n’est pas fait pour produire des bénéfices (profit). Il est là non seulement pour
offrir des services au bénéfice des populations qu’il constitue mais aussi et surtout devrait
adopter une orientation de la gestion vers les résultats pour mieux éclairer les décisions de la
politiques publiques. Cela permettra de fournir des informations pertinentes sur les coûts et
les résultats de chacune d’entre elles.
De ce point de vue, on peut ajouter les rôles suivants :
- Recherche de la performance dans la gestion de la chose publique ;
- Optimiser la qualité du service public rendu à l’usager ;
- Participer à la définition de la stratégie politique publique efficace (DSCE par exemple)
- Contribuer à l’optimisation des dépenses et à la prévention des déficits
budgétaires (budget programme récemment mis en œuvre au Cameroun) ;
- Contribuer à la mise en œuvre de la politique budgétaire soutenable ;
- Répondre à une exigence accrue de transparence qui découle du principe
démocratique (comptes rendus réguliers, rapports…) ;
- La maîtrise du personnel et leur rendement ;
- Optimiser le pilotage et le suivi des activités de l’état à tous les niveaux des services
publics (centraux, déconcentrés et décentralisés).