Vous êtes sur la page 1sur 85

ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

53888265

Dédicace
Je dédie ce modeste travail à: A mes parents.
Aucun hommage ne pourrait être à la hauteur de
l’amour dont ils ne cessent de me combler. Que
dieu leur procure bonne santé et longue vie. Aux
personnes dont j’ai bien aimé la présence dans ce
jour, à tous mes frères et mes sœurs, je dédie ce
travail dont le grand plaisir leur revient en
premier lieu pour leurs conseils, aides et
encouragements. Aux personnes qui m’ont toujours
aidé et encouragé, qui étaient toujours à mes côtés,
et qui m’ont accompagnaient durant mon chemin
d’études supérieures, mes aimables amis,
collègues d’étude, et frères de cœur.

ACHOURI HASSAN.
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Remerciement
Je remercie ALLAH de m’avoir guidé au bon chemin et de me
donner la chance d’avoir fait de l’étude brillante. Je présente
aussi mes remerciements à tout un petit monde des personnes
qu’ont rendu possible la présente étude et qui ont contribué à
son élaboration sous quelques formes qui ce soit et surtout
mes parent qui ont donné toute leurs vies pour ses enfants.
Tous les mots des remerciements pour Ms Mansour Jemli qui
m’a accordé l’avantage de bénéficier de son encadrement. Je
le remercie pour sa gentillesse, son soutien, son encadrement
et aussi pour ses précieux conseils qui m’ont facilité la tâche
de bien même ce travail. Je dis un grand Merci aux membres
jury qui ont accepté d’évaluer cette étude à sa juste valeur. Je
remercie toutes les enseignants de l’UAS pour m’avoir émis
toutes les sources de données disponibles afin d’optimiser
l’étude de ce projet parfaitement.

ACHOURI HASSAN.
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Table des matières


Introduction générale .................................................................................................................. 1

1. Contexte de projet : ............................................................................................................ 2

2. Présentation de l’entreprise : .............................................................................................. 4

2.1. Nom de l’entreprise : .................................................................................................. 4

2.2. Fiche technique : ........................................................................................................ 4

2.3. Secteur d’activité : ....................................................................................................... 4

2.4. Clientèles : ................................................................................................................... 4

Assainissement en eaux pluviales .............................................................................................. 5

Etude Hydrologique et Hydraulique ...................................................................................... 5

1. INTRODUCTION:............................................................................................................. 6

2. Etude Hydrologique et Hydraulique : ................................................................................ 6

2.1. Etude Hydrologique : .................................................................................................. 6

2.2. Organisation de l’étude hydrologique : ..................................................................... 11

2.3. Méthode de délimitation : ......................................................................................... 13

2.4. ETUDE HYDRAULIQUE :...................................................................................... 22

Caractéristiques du bassin versant .................................................................................... 22

3. Etude Hydraulique ............................................................................................................ 25

3.1. Introduction ............................................................................................................... 25

3.2. Choix de type du l’ouvrage et dimensionnement : .................................................... 25

4. Conclusion ........................................................................................................................ 31

LE RESEAU D’EAU POTABLE ............................................................................................ 32

1. Données de base et contraintes du projet : ....................................................................... 33

2. Système d’alimentation en eau potable: ........................................................................... 34

2.1. Estimation des besoins en eau: .................................................................................. 34

2.2. Débits de pointe:........................................................................................................ 35


ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

3. Réseau de distribution: ..................................................................................................... 35

4. Conditions sur les vitesses et les pressions: ..................................................................... 36

5. Calcul des réseaux de distribution:................................................................................... 36

5.1. Calcul des réseaux ramifiés: ...................................................................................... 36

6. GENERALITES SUR LES RESEAUX D’ASSAINISSEMENT ................................... 38

6.1. INTRODUCTION ..................................................................................................... 38

6.2. Position du problème :............................................................................................... 38

6.3. Aperçu général sur les principes de l’assainissement urbain : .................................. 39

6.4. LES DIFFERNTS SYSTEMES D’EVACUATION................................................. 39

6.5. ELEMENTS CONSTITUTIFS DU RESEAU .......................................................... 41

6.6. Facteurs influençant la conception d’un projet d’assainissement ............................. 43

6.7. Caractéristiques techniques et mise en œuvre des ouvrages ..................................... 43

7. DIMENSIONNEMENT DES RESEAUX D’EAUX USEES ......................................... 45

7.1. EAUX USEES DOMESTIQUES : ........................................................................... 45

Assainissement en eaux usées .................................................................................................. 46

1. EAUX USEES INDUSTRIELLES : ................................................................................ 47

2. EAUX USEES TOURISTIQUES .................................................................................... 47

2.1. DEBIT DE POINTE .................................................................................................. 47

2.2. ECOULEMENT GRAVITAIRE – DIMENSIONNEMENTS DES COLLECTEURS


.......................................................................................................................................... 48

3. Méthodologie de dimensionnement : ............................................................................... 49

3.1. Estimation des débits des eaux usées : ...................................................................... 49

3.2. Dimensionnement des ouvrages : .............................................................................. 51

3.3. Dimensionnement d'un réseau d'eauxusées :............................................................. 53

VOIRIES .................................................................................................................................. 57

1. Introduction ...................................................................................................................... 58
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

2. Caractéristiques des Voiries ............................................................................................. 58

3. Compositions des différentes couches d’une chaussée : .................................................. 60

3.1. Couche de fondation : ............................................................................................... 60

4. Conception et dimensionnement des voiries : .................................................................. 63

Définition du trafic ............................................................................................................... 63

Qualité du sol support .......................................................................................................... 66

4.1. Cubatures ................................................................................................................... 69

LES RESEAUX D’ECLAIRAGE PUBLIC ............................................................................ 71

1. But de l’éclairage public: ................................................................................................. 72

2. Grandeurs et unités photométriques de base: ................................................................... 72

2.1. Flux lumineux ........................................................................................................... 72

2.2. Eclairement: .............................................................................................................. 72

2.3. La luminance: ............................................................................................................ 72

2.4. Les sources lumineuses: ............................................................................................ 73

3. Les principes de base de l’éclairage public: ..................................................................... 74

4. Le candélabre: .................................................................................................................. 74

4.1. Eléments d’un candélabre: ........................................................................................ 74

5. Types d’implantations: ..................................................................................................... 76

Conclusion générale ................................................................................................................. 78


ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Liste des tableaux


Table 1.: Répartition des moyennes mensuelles climatiques de Kasserine en 2008 .............................. 8
Table 2.Evolution de la population entre 1984 et 2014 ........................................................................ 10
Table 3.coeffitions de montana ............................................................................................................ 18
Table 4.Coefficient d'aplatissement ...................................................................................................... 19
Table 5.parametre regional R ................................................................................................................ 21
Table 6.Pluis journaliere ........................................................................................................................ 22
Table 7.Pente moyenne ........................................................................................................................ 22
Table 8.Indice de compacité.................................................................................................................. 23
Table 9.Temps de concentration ........................................................................................................... 23
Table 10.Paramètres pluviométriques (Région de Kasserine) ............................................................. 23
Table 11.méthode Rationnelle .............................................................................................................. 23
Table 12.méthode de Ghorbel .............................................................................................................. 23
Table 13.méthode de SOGREAH (SPEED) .............................................................................................. 23
Table 14.récapitulation des résultats .................................................................................................... 24
Table 15.Coefficient de rugosité ........................................................................................................... 26
Table 16.répartition mensuelles des pluies dans le gouvernorat de Kasserine .................................... 26
Table 17.répartition mensuelles des T° à la station de Kasserine ......................................................... 27
Table 18.Répartition mensuelle de la vitesse des vents à la station de Kasserine ............................... 27
Table 19.Récapitulatif des débits des sections courantes .................................................................... 28
Table 20.Calcul des débits de calcul: ..................................................................................................... 38
Table 21:Choix des diamètres des conduites ........................................................................................ 38
Table 22:dimensionnement des regards ............................................................................................... 44
Table 23:Catégories du trafic ................................................................................................................ 64
Table 24:Trafic moyen par Hectare ....................................................................................................... 65
Table 25:Classement des sols en fonction de l’indice CBR pondéré ..................................................... 66
Table 26:Les coefficients de pondération à appliquer pour les différentes régions de la Tunisie........ 67
Table 27:les résultats des calculs .......................................................................................................... 67
Table 28:Abaque donnant la structure des chaussées.......................................................................... 68
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Liste des figures


Figure 1.Carte climatologique du Tunisie ................................................................................................ 7
Figure 2.Carte bioclimatique de Kasserine .............................................................................................. 9
Figure 3.Situation de Kasserine sud ...................................................................................................... 10
Figure 4.Organigramme de l'étude hydrologique ................................................................................. 12
Figure 5.Présentation de cite olympique GOOGLE EARTH.................................................................... 13
Figure 6.Bassin versant type.................................................................................................................. 14
Figure 7.Organigramme de la méthode rationnelle.............................................................................. 15
Figure 8.Choix du coefficient de ruissellement Kr ................................................................................. 16
Figure 9. choix de periode de retour T .................................................................................................. 16
Figure 10.Courbes IDF de Kasserine ...................................................................................................... 17
Figure 11.Dalot ...................................................................................................................................... 30
Figure 12.l’emplassement de dallo sur GOOGLE EARTH ....................................................................... 31
Figure 13:1.1.Tracé en plan des Voiries ................................................................................................ 59
Figure 14:Structure de chaussée ........................................................................................................... 59
Figure 15:Profil en travers Type 1 ......................................................................................................... 59
Figure 16:Profil en travers Type 2 ......................................................................................................... 60
Figure 17:Profil en travers Type 3 ......................................................................................................... 60
Figure 18:profil en long ......................................................................................................................... 63
Figure 19:Candilabre ............................................................................................................................. 75
Figure 20.Types des condilabres ........................................................................................................... 76
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Introduction générale

Page 1
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

1.Contexte de projet :

Ce projet est l’accomplissement d’une formation théorique. Le présent projet nous a permis
d’appliquer les connaissances acquises dans les différentes disciplines pour l’élaboration d’un
projet réel.

Le présent projet consiste à étudier l’aménagement d’un cartier populaire ''cité olympique
situé à Kasserine''

Les travaux portants sur la voirie, les réseaux divers, l’aménagement des abords et des
espaces verts, plus connus sous le sigle VRD, entrent dans le domaine des ouvrages
d’infrastructures, par opposition aux ouvrages de bâtiment, leur fonctions est d’assurer la
viabilité du ou des terrains sur lesquels doivent être édifiées des constructions, mais
également d’améliorer leur environnement.

Ces travaux sont plus au moins importants et sont en relation directe avec les paramètres
suivants :

 L’importance du secteur à aménager


 Sa localisation (zone urbaine, périurbaine ou rurale)
 La configuration du terrain (plat ou accidenté)
 Le projet de construction (immeubles, résidentielle, industrielle….)
Le rapport détaille les thèmes suivants :

LES RESEAUX D’ASSAINISSEMENT

II-1) ASSAINISSEMENT EN EAUX USEES

II-2) ASSAINISSEMENT EN EAUX PLUVIALES

III) LE RESEAU D’EAU POTABLE

IV) LES VOIRIES

V) LES RESEAUX D’ECLAIRAGE PUBLIC

Page 2
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Abréviations

ARRU : AGENCE DE REHABILITATION ET DE RENOVATION


URBAINE
VRD : Voiries et réseaux divers
GC : Grave Concassé
TV : Tout Venant.
LCPC : Laboratoire Central des Ponts et Chaussées.
PK : Point kilométrique.
INM : Institut National de la Météorologie.
IDF : Courbe Intensité-Durée-Fréquence.
BV : Bassin versant.
PL : Profil en Long.
PT : Profil en Travers.
ONAS : OFFICE NATIONAL DE L'ASSAINISSEMENT

Page 3
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

2.Présentation de l’entreprise :
2.1.Nom de l’entreprise :

La Société des Carriers et des Travaux Publics (SOCATRAP).


2.2.Fiche technique :

 Société des travaux publics : la Société des Carriers et des Travaux


Publics (SOCATRAP)
 Directeur Général (Gérant) : Ben mabrouk ahmed
 Siège social : Rue nalout kébili 4200.

2.3.Secteur d’activité :

On peut résumer les activités la Société des Carriers et des Travaux Publics (SOCATRAP)
dans les points suivants :

 Exécution des ouvrages d’arts.


 Exécution des voiries.
 Exécution d’assainissement.
 Exécution d’eau potable…….

2.4.Clientèles :

 Sonede
 Onas
 ARRU
 Ministère de l’equipement

Page 4
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Assainissement en eaux
pluviales
Etude Hydrologique et Hydraulique

Page 5
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

1.INTRODUCTION:

L’application de la stratégie de protection contre les inondations : elle est assurée par les
services des Ministères de l’Equipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du Territoire, de
l’Agriculture et des Ressources Hydrauliques, de l’Environnement et du Développement
Durable et de l’Intérieur et du Développement Local par l'intermédiaire des collectivités
locales. Cette stratégie comprend trois niveaux :

* La protection éloignée : elle concerne la réalisation des barrages et des lacs collinaires
permettant ainsi de maîtriser l’écoulement des eaux à l’amont des villes. Cette protection
relève des attributions du Ministère de l’Agriculture et des Ressources Hydrauliques

* La protection rapprochée : elle concerne la réalisation d’ouvrages à proximité des villes


afin de mieux gérer les écoulements des eaux orientés vers la ville et provenant de zones
proches et/ou éloignés.

2.Etude Hydrologique et Hydraulique :


2.1.Etude Hydrologique :

Etant donné que l’étude préliminaire réalisée par le maître de l’ouvrage Agence de
Réhabilitation et de Rénovation urbaine [ARRU] au niveau du dossier d’appel d’offre n’a pas
mentionné l’existence des ouvrages hydrauliques dans l’aménagement prévu, On a été obligé
de réaliser un calcul Hydrologique et Hydraulique précis pour pouvoir déterminer si il y a une
carence au niveau de cette étude préliminaire.

2.1.1. Introduction

Le dimensionnement des ouvrages hydrauliques de franchissement des eaux, est basé sur
l’étude hydrologique étude des crues qui permet le dimensionnement des ouvrages (débit de
crue pour une période de retour T donnée).

2.1.2.Climatologie

Le Nord est caractérisé par un climat méditerranéen et est exposé aux vents marins. Ce qui
entraîne une sensible baisse des températures et une hausse des précipitations en hiver
lesquels varient entre 400 jusqu’à 1500mm/an au niveau des régions montagneuses

Page 6
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Figure 1.Carte climatologique du Tunisie

 Climat
Dans le gouvernorat de Kasserine, le milieu naturel revêt une importance particulière. Le
niveau de développement de la région et le caractère plutôt agricole de son économie font que
la majorité de la population vit directement aux dépens du milieu naturel (agriculture,
parcours etc..). L’inventaire des ressources naturelles et des contraintes offertes par le milieu à
l’activité humaine sert certes de base pour choisir les aménagements durables le système
agraire de la dorsale Occidentale appartient à l’étage bioclimatique semi-aride supérieur,
moyen et inférieur, avec une variante à hiver frais et une sous variante d’altitude dans sa
partie Nord et centre. Il appartient à l’étage aride inférieur, avec une variante à hiver frais et
une sous variante d’altitude dans sa partie Sud.

Page 7
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

 Pluviométrie
Du sud vers le nord-ouest, la pluviométrie est variable avec une moyenne annuelle allant de
150 mm jusqu’à 500mm par an. Cependant la plus grande partie du gouvernorat appartient à
la frange de 150 à 400 mm par an .soit en dessous de la Tunisie subhumide.

La forte évaporation accentuée par les grandes amplitudes annuelles et diurnes est aggravée
du fait du caractère fréquemment torrentiel des précipitations.
2.1.3.Températures :

Les températures sont faibles en hiver, élevées en été, et très irrégulières. Sur le plan
bioclimatique, la région appartient pour plus de sa moitié au climat de type étage aride à hiver
froid.

Table 1.: Répartition des moyennes mensuelles climatiques de Kasserine en 2008

Indicateur J F M A M J J A S O N D

Moy. Mens.précipitation 19.7 18.1 35 24 31.3 28.7 12.7 22 40.6 34.8 16.3 19.3

M.humidité 67.17 63.53 55.04 50.1 55.14 51.86 44.72 52.27 59.24 72.33 67.96 69.46

Moy des T° en % 8.35 8.99 12.70 16.2 19.9 23.46 28.56 27.28 22.62 18.12 11.47 7.8

Moy.Vit.du vent en m/s 4.04 3.7 4.8 5.10 4.2 4.2 3.7 3 3.3 2.98 4.1 4.6

Evaporation : mm 110.4 118.5 177.2 262.7 245.6 304.4 416.8 299.2 236.9 121.8 116.8 106.4

Page 8
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Figure 2.Carte bioclimatique de Kasserine

Page 9
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

 Présentation de la délégation de Kasserine Sud

Le lotissement objet de la présente étude se localise au Nord du quartier de Kasserine Sud qui
est une délégation tunisienne dépendant du gouvernorat de Kasserine .

 Situation
La ville de Kasserine sud est limitée au:

 Nord -Est: Kasserine Nord, Ezzouhour et Sbeïtla.


 Nord-Ouest:Foussana.
 Sud-Est : Hassi el Ferid.
 Sud-ouest: Feriana, Majel Bel Abbés.

26Km

Figure 3.Situation de Kasserine sud

 Démographie
La population : Selon les Recensements Généraux de population on a le tableau suivant

Table 2.Evolution de la population entre 1984 et 2014

Délégation 1984 1994 2004 2014

Kasserine Sud 20245 14968 21139 21139

Page 10
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Le lotissement objet de l’étude présente une altitude maximale de 731.02m et une


altitude minimal de 718.36m.il s’agit d’une zone de forte pente .

 Plan d’aménagement détaillé


Le plan d’aménagement détaillé comporte 525 lots dont 512 sont destinées a la construction
de maison d’habitat (R+2groupes) .le reste est réservé, soit pour les zones vertes ,soit pour
l’installation des postes de transformations de la STEG .

Le lotissement objet de l’étude s’étale sur une superficie de 120000 m2 .il constitue alors un
projet urbain .

 Les infrastructures de bases projetée.


o L’Eau potable
o L’ Electrice
o L’assainissement des eaux usees
o La voirie et parking
o Eclairage public l’eau pluvial
o Le reseau de telecommunication
2.2.Organisation de l’étude hydrologique :

L’organigramme de l’étude hydrologique permet de présenter les approches utilisées pour


l’évacuation des débits de pointe des crues exceptionnelles des bassins versants interceptés
par le projet.

2.2.1.Déroulement de l’étude hydrologique

Pour les besoins de l’étude hydrologique, il est préconisé de mettre au point une méthode
d'évaluation des débits de pointe des crues exceptionnelles pour les bassins versants, afin de
proposer des éléments de calcul rationnels pour la conception des ouvrages de drainage. Je
présente dans ce qui suit une approche basée sur une analyse multicritère des problèmes
hydrologiques :

Page 11
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Délimitation des bassins versants

Détermination de la morphologie du bassin

Superficie du bassin Superficie du bassin


S<25km² S>25km²

Méthode Rationnelle Méthode Franco- Rodier Formules régionales


Tunisiennes

Calcul des débits de crue pour différentes périodes de retour

Analyse et comparaison des résultats

Paramètres physiques des


bassins versants
Choix de la période
de retour

Justification et
choix du résultat

Figure 4.Organigramme de l'étude hydrologique

Page 12
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Figure 5.Présentation de cite olympique GOOGLE EARTH

2.3.Méthode de délimitation :
2.3.1.Délimitation des bassins versants

Pour délimiter les bassins versant et les écoulements intercepter l’aire de mon projet la
procédure reste la même pour tous les projets mais l’outil utilisé pour réaliser une telle tâche
se diffère d’une conception à une autre

Des bureaux d’études préfèrent de réaliser leur conception par la méthode classique à l’aide
des carte d’état-major dans des différentes échelles avec l’outil AutoCad classique.

D’autres bureaux préfèrent le passage par logiciels composés d’un système d’information
géographique tels que ArcGis et Global Mapper.

Pour Mon cas on va procéder à la seconde méthode pour un résultat plus précis.

Page 13
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

2.3.2.Définition d’un bassin versant

Le bassin versant est une portion de la surface terrestre drainé par un réseau hydraulique
(ruisseaux, rivières et fleuves), il fonctionne comme un collecteur chargé de recueillir les
précipitations et les transférer à l'exutoire. Il est caractérisé par :

 La morphologie (forme,relief,face).
 La nature du terrain rencontré.
 La couverture végétale et l'occupation des sols.

Figure 6.Bassin versant type

2.3.3.Caractéristiques des bassins versants :

Chaque bassin versant se caractérise par différents paramètres géométriques :

 La superficie S du bassin versant


 Le périmètre P. du B.V.
 L : longueur de l'écoulement
 La pente moyenne du B.V. (en %)
- Les outils utilisés pour la délimitation :

Page 14
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

o Google Earth Pro


2.3.4.Méthode de délimitation des bassins versants M

La délimitation des bassins versants a été effectuée à l’aide de logiciel « Global Mapper ».

La délimitation des bassins Versants est faite suivant les lignes de crêtes ; en les joignant et en
respectant les lignes de Talweg, qui sont les lignes d’écoulement des eaux des bassins et ainsi
la surface drainée par l’écoulement principal de longueur {L} Le résultat de cette étude est
récapitulé dans le tableau suivant
2.3.5.Détermination de débit
La Méthode rationnelle (Superficie du bassin versant S=2,556 km² < 25 km²) :

Cette méthode est applicable à des petits bassins versants, sous les conditions de validité des
considérations théoriques qui ont permis d'élaborer cette méthode.

Je démontre ainsi que pour une averse homogène dans le temps et dans l'espace, d'intensité I,
le débit maximum Q est atteint si la durée de l'averse est au moins égale au temps de
concentration du bassin versant.

L'intensité I de l'averse étant exprimée en mm/h, la superficie S du bassin en km2 et le débit Q


en m3/s ;

La formule s'écrit :

Q= Ka.Kr.i.S /3.6
Superficie
S
Pente
Coefficient
Q= Ka.Kr.i.S /3.6
Indice de végétation de
Ruissellement

Pente I Intensité
Temps de
Longueur maximale
L Concentration

i
Coefficient
d’abattement Ka
Coefficients de Montana Paramètres

a, b

Figure 7.Organigramme de la méthode rationnelle

Page 15
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

 Coefficient de ruissèlement :
Le coefficient de ruissellement C dépend de plusieurs paramètres : la nature du sol, le couvert
végétal, le relief et la pente, l’évènement pluvieux etc. Nous présentons ci-après une
estimation du coefficient C en fonction du paramètre relief, de la végétation et de la période
de retour de l’évènement pluvieux

Les valeurs du coefficient de ruissellement Cr adoptées tiennent compte des caractéristiques


physiques et morphologiques des bassins versant étudiés. Elles sont consignées dans le
tableau suivant :

Figure 8.Choix du coefficient de ruissellement Kr

T(ans) 10 20 50 100

Cr 0,4 - 0,6 0,4 - 0,7 0,6 - 0,8 0,7 - 0,9

Pente Indice de Période de retour


végétation *
10 et 20 ans 50 et 100 ans

Pente faible ou moyenne 1 0.2 à0.3 0.4 à 0.5


(de 0 à 5%) 2 0.3 à0.4 0.5 à 0.6

3 0.4 à0.5 0.6 à 0.7

Pente forte à très forte 1 0.3à0.4 0.5 à0.6


>à5% 2 0.4à 0.5 0.6 à 0.7

3 0.5 à0.6 0.7 à0.8

Figure 9. choix de periode de retour T

Note :

1 : Si plus de 50% de la surface du bassin est recouverte de végétation.

2 : Si 30 à 50% de la surface du bassin est recouverte de végétation.

3 : Si moins de 30% de la surface est recouverte de végétation.

Page 16
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

 Estimation du Coefficient d’abattement : Ka


Le coefficient d’abattement sur la pluviométrie Ka dépend de l’importance et de la forme du
bassin versant, mais reste essentiellement tributaire de la superficie du bassin versant où il
prend les valeurs communément admises suivantes :

Avec :

I(t): intensité moyenne maximale en mm/h

Tc : durée de l’averse en mn

a, b : des coefficients qui dépendent de la période de retour, on les détermine à partir des
courbes IDF (Intensité – Durée – Fréquence).

10 T=10
T=20
T=50
T=100
Intensité (mm/h)

0.1
0.1 1 10 100
Durée de l'averse (h)

Figure 10.Courbes IDF de Kasserine

Le calcul hydrologique a pour but de déterminer les débits des crues que doit transiter
l’ouvrage à construire. Pour ce faire il est nécessaire d’étudier les caractéristiques
hydrologiques du bassin versant traversée par la piste.

2.3.6.Indice de compacité
L’indice de compacité Kc caractérise la forme du bassin versant qui affecte notablement les
débits, il est déterminé par la formule suivante :

Page 17
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Kc = 0,28P/√A

Avec P : périmètre du bassin versant en km

A : superficie du bassin versant en km2


2.3.7.Temps de concentration
C’est le temps que met une goutte d’eau tombée au point le plus éloigné (hydrauliquement)
pour arriver à l’exutoire. Il est déterminé par la formule suivante :

Formule Ventura ;

Tc = 7,6√(A/im) (mn) pour BV de superficie < à 25 km2

Formule Passini ;

Tc = 6.48(3√AL/√im) (h) pour BV de superficie 25≤A< 100 km2

A : superficie du bassin versant en km2

im : pente moyenne de talweg en m/m

2.3.8.Intensité de la pluie
L’intensité de la pluie, pour une période de retour T donnée, peut être calculée par la formule
de Montana :

I = A(T)tcB(T) en (mm/h) Avec : tc : durée de l’averse en heure

A(T) et B(T) : coefficient dépendant de la période de retour T et de la région considérée.

Le tableau suivant présente les coefficients de Montana utilisés dans le calcul hydrologique :

Table 3.coeffitions de montana

Période de retour
Station Coéfficient
10 ans 20 ans 50 ans 100 ans

A(T) 25,16 28,78 33,86 38,06


Kasserine
B(T) -0,595 -0,581 -0,575 -0,577

Page 18
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

2.3.9.Coefficient d’abattement spatial


Pour tenir compte de l’hétérogénéité spatiale de la pluie, on est amené à multiplier le débit par
un coefficient inferieur à l’unité. Ce coefficient Ka dépend on général de la région, de
l’importance et de la forme du bassin.

Plusieurs formules sont en usage pour la détermination de ce coefficient.

Parmi les plus célèbres ont peut citer la formule de Burkli-Ziegler :

Ka = A-e avec 0.05 < -e < 0.2

Ka est donné par le tableau suivant :

Tableau 6
Table 4.Coefficient d'aplatissement

S en km2 0 - 25 25 - 50 50 - 100 100 - 150 150 - 200

Ka 1 0,95 0,90 0,85 0,80

2.3.10.Choix de la période de retour :


Selon l’objectif préconisé dans le cadre de cette étude, qui consiste à mettre la route hors
d’eau, la période de retour pour le calcul des débits de crues sera de 50 ans T = 50 ans

2.3.11.Calcul des débits maximaux des crues :

Le calcul se fait suivant trois méthodes :

-Méthode rationnelle

-Méthode de Ghorbel

-Méthode de SOGREAH (SPEED)

2.3.12.Méthode rationnelle :
Cette formule repose sur le concept du temps de concentration qui est défini comme le
temps mis par les gouttes de pluie les plus éloignées hydrauliquement à l’exutoire pour
l’atteindre.

L’expression de la formule rationnelle est :

Q = Ka*Cr*I*A/3,6

Avec : Q : Débit de pointe d’une période de retour T en (m3/s)

Ka : coefficient d’abattement spatial de la pluie

Page 19
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Cr : coefficient de ruissellement

I : intensité de la pluie en mm/h de durée tc

A : superficie du bassin en km2

Cette formule est applicable pour des bassins versants de superficie inferieur ou égale à 4
km2
2.3.13.Méthode de Ghorbel :

La méthode de calcul de GHORBEL est le résultat d’une fusion de formules utilisées


en Tunisie et ailleurs, elle présente l’avantage d’être conçue à partir de donnée hydrologique
et climatique tunisienne.

A partir des études statistiques des débits maximums observés sur les stations hydrométrique
du réseau, GHORBEL a constaté que le débit maximum d’une période de retour T est égale
à:

QT (max) = RTQ *Q (max)

QT (max) : Débit maximum d’une période de retour T en (m3/s)

Qmax = K* S0.8

Avec:

K = 1.075*(P-1.429) +1.304

√(p ∗ ∆H)/L
Ƥ=
Kc

S : Superficie du bassin versant en km2

P : Module pluviométrique annuel en m

La pluviométrie annuelle dans la région de Kasserine varie entre 400 mm/an autour de Hidra,
Thala et El Ayoun et les zones montagneuses et 248 mm/an dans le reste de la région donc la
pluviométrie moyenne est de l’ordre de 324 mm/an dans la région de Kasserine (entre les
années 1950 et 1995)

∆H : Différence d’altitude entre la médiane et l’exutoire du bassin versant en m

L : Longueur de l’oued depuis l’exutoire jusqu’au point le plus éloigné en km

Kc : Indice de compacité

Page 20
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

RTQ : Paramètre régionale qui dépend de la région étudiée et de la période de retour T

Le paramètre RTQ tient compte des caractères propres à une donnée comme par exemple,
l’exposition géographique, l’irrégularité des régimes pluviométriques et la nature du sol.

Pluie = 324mm/an => 200 < pluie < 400 mm => RT ,Q  1,5T 0.4
 1.35
Le tableau ci-après donne les valeurs régionales de RTQ relatives aux périodes de retour

Table 5.parametre regional R

T= 10 20 50 100

RT,Q = 2.42 3.52 5.82 8.11

2.3.14.Méthode de SOGREAH (SPEED) :

La méthode d’évaluation des débits de pointe développée par le groupement


SOGREAH – SERAH à abouti à la formule régionalisée suivante :

QT = S0.75 (PT-P0) /12

S : Superficie du bassin versant en km2

PT : Pluie journalière de période de retour T

P0 : seuil de ruissellement égal en moyenne à 50 mm dans la région de Kasserine

PT = P10+ [P100-P10/Y100-Y10] x [YT-Y10] Pour T ≤ 100 ans

Avec :

P10 : Pluie journalière décennale, correspondant à Y10 = 2.25

P100 : Pluie journalière décennale, correspondant à Y100 = 4.6

YT : variable de Gumel

YT = -log [-log (1-1/T)]

P0, P10 et P100 sont déterminées à partir des cartes pluviométriques régionalisées.

La formule de Speed est valable pour le centre, le sahel (au sud de la ville de Hammamet) et
pour le sud.

Page 21
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Table 6.Pluis journaliere

P0 P10 P20 P50 P100


20 mm 100 mm 119 mm 142 mm 160 mm

2.4.ETUDE HYDRAULIQUE :
2.4.1.Méthode de Manning Strickler (écoulement uniforme) :

Cette méthode est valable dans le cas des ouvrages en cadres ou à travées multiples, pour les
débits importants, lorsque le lit est bien marqué.

On admet alors le régime uniforme et on utilise la formule de Manning Strickler :

Q=K.Rh2/3. Sm. P1/2en (m3/S)

Avec : - K : coefficient de Manning - Strickler

- Sm : section mouillé en m2 ;

- Pm : Périmètre mouillé en m ;

- Rh : rayon hydraulique en m ;

- P : Pente du lit mineur de l’Oued en m /m

2.4.2.RESULTATS DU CALCUL :

Les résultats du calcul sont donnés dans le tableau ci-après :

Caractéristiques du bassin versant

Table 7.Pente moyenne

A P
BVN° L(km) H1(m) H2(m) i moy(%)
(km2) (km)

1 0.63 3.6 1.1 647.00 638.00 0.8

Page 22
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Table 8.Indice de compacité

BVN° P (km) A(km2) Ic

1 3.6 0.63 1,33

Table 9.Temps de concentration

BVN° A(km2) Imoy(%) tc(mn) tc(heures)

1 0.63 0.8 101,33 1,69

Table 10.Paramètres pluviométriques (Région de Kasserine)

période (ans) 10 20 50
a 632,5 584,7 678,8
pluviométrie
b -0,71 -0,66 -0,65

2.4.3.Résultats des méthodes de calcul

Table 11.méthode Rationnelle

I A
BVN° tc (h) C ruiss Q (m3/s )
(mm/h) (km2)
1 1,689 482,836 0,4 194,800 9928,17

Table 12.méthode de Ghorbel

BVN° A(km2) P(km) ΔH(m) L(Km) Ic Qm(m3/s) QT(m3/s)

1 194,800 65,680 381,000 27,900 1,33 1629,81 9256,01

Table 13.méthode de SOGREAH (SPEED)

BVN° A(km2) AT= ((PT-P0) /12) Q(m3/s)


1 194,800 9,40575646 490,44

Page 23
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Table 14.récapitulation des résultats

méthode Rationnelle Ghorbel SPEED

Q(m3/s) 9928,17 9256,01 490,44

Les résultats proposés par la méthode rationnelle et la méthode Ghorbel ne sont pas fiables
vue qu’elles sont plutôt adaptées à des bassins versants de superficie <25 km.

Ainsi et suite à ces résultats, nous allons tenir le résultat de la méthode SPEED, vue quelle
convient plus pour un bassin aussi grand.

2.4.4.Conclusion

L’objectif de l’hydrologie est d’estimer le débit de projet suivant une hiérarchie standard alors
que cette démarche se diffère en fonction de la région de projet et ces caractéristiques qui
présentent le seul facteur qui agit sur cette estimation. Une fois le débit est estimé, je passe à
une étude de dimensionnement des ouvrages perpendiculaires à la route.

Page 24
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

3.Etude Hydraulique
3.1.Introduction

Après Avoir déterminé les caractéristiques des bassins versant lors de l’étude hydrologique, je
passe à l’étude hydraulique qui permet le dimensionnement et l’emplacement des ouvrages
hydrauliques

Cette étude a pour but de déterminer, parmi l’ensemble des aménagements et des ouvrages
hydrauliques envisageables, ceux qui seront les plus adoptés à l’ensemble des contraintes
spécifiques des sites du projet.

Le drainage est une fonction décisive pour assurer la bonne qualité des réseaux routiers tout
au long de leur durée de vie. En effet, les dispositifs de drainage permettent d’assurer la libre
circulation des eaux de ruissellement le long et de part et d’autre de la route pour assurer un
minimum de confort et une bonne sécurité lors des pluies.
3.2.Choix de type du l’ouvrage et dimensionnement :
3.2.1. Les critères du choix
Parmi les facteurs qui influent sur le choix des ouvrages hydrauliques je distingue :

 L’importance des débits évacués


 La rapidité et la facilite de mise en œuvre.
 La résistance aux agents climatiques.
 La largeur de lit d’oued.
 La hauteur disponible entre la côte projet et le fond de talweg.

NB : Les dalots sont en général adoptés pour des débits Q > 10 m3/s
Les ouvrages utilisés pour le drainage transversal sont des dalots de section carrée ou
rectangulaire

Page 25
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Ks : coefficient de rugosité qui dépend de la nature des matériaux, ks est déterminé a partir du
tableau ci-dessous :

Table 15.Coefficient de rugosité

Les dalots à projeter sont en béton, donc je retiens un coefficient de rugosité Ks = 70

 Pente de l’ouvrage
Je propose de prendre une pente égale à 0.5 % ; en général la pente de l’ouvrage varie entre
0.4% et 0.8%. En effet, si la pente de l’ouvrage est inférieure à 0.4%, il y aura une stagnation
d’eau, et si elle est supérieure à 0.8%, il y aura risque que la pression d’eau sur l’ouvrage soit
grande d’où la détérioration de la paroi de l’ouvrage

 Dimensionnent des ouvrages hydraulique


Table 16.répartition mensuelles des pluies dans le gouvernorat de Kasserine

Mois Jan. Févr. Mars Avril Mai Juin Juil. Aout Sept. Oct. Nov. Déc. Total

Plmy (mm)
Kasserine 14 19 35 28 34 28 9 20 42 40 20 22 310
 Température :
Le gouvernorat de Kasserine est caractérisé par un climat continental variable. Les
températures sont faibles en hiver, élevées en été, et très irrégulières. Sur le plan

Page 26
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

bioclimatique, la région appartient pour plus de sa moitié au climat de type étage aride à hiver
froid.

Table 17.répartition mensuelles des T° à la station de Kasserine

MOIS SEPT OCT NOV DEC JAN FEVR MARS AVR MAI JUIN JUIL AOUT

Moy. Des T 22.62 18.12 11.47 7.8 8.35 8.99 12.7 16.2 19.9 23.46 28.56 27.28
en %

 Le régime de vent :
Les vents sont fréquents, les directions prédominantes sont celle du NW, N-NW et NE. La
direction du sud est fréquente en été. La végétation y rare sauf en steppes d’Alfa et quelque
vestige d’une forêt de pin d’Alep.
Table 18.Répartition mensuelle de la vitesse des vents à la station de Kasserine

TOTAL

MOIS SEPT OCT NOV DEC JAN FEVR MARS AVR MAI JUIN JUIL AOUT ANNEE

Vitesse 3.3 4.98 4.1 4.6 4.04 3.7 4.8 5.1 4.2 4.6 3.7 4.98 4.34
(m/s)

Nature et vocation des sols :

 Les sols du Gouvernorat de Kasserine se répartissent en sols


calcimagnéstiques, sols d’apport alluviale, sols iso humiques, lithosols et
régosols. Ils sont marqués par :
 L’Evolution des sols s’est largement marquée par les mouvements du
calcuim.
 L’allomorphie et l’hydromorphie dans les plaines basses et fossés
d’effondrement.
 La relation nette entre types de sols et compartiment morphologique.
 Sur les versants des montagnes, des sols minces caillouteux et de texture
grossière. Des sols allant de rendzines, bruns calcaires à sols iso
humiques.
 La croûte calcaire connaît une grande extension des sols de type brun
calcaire: la région de Sbeïtla et Sbiba.
 Sur les formations argileuses et marneuses s’étendent des sols peu
évolués hydromorphes et vertiques.
 Sur le substratum gréseux s’étendent des sols bruns steppiques profonds
du type isohumique.

Page 27
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

 En général des aptitudes arboricoles et céréalières des sols au nord


contre des aptitudes de parcours pour les sols au sud du gouvernorat et
plutôt arboricole à l’est.
Située à l’ouest de la Tunisie, Kasserine qui est dominé par Djebel CHAMBI est compris dans
un parc national superbe et est réputée pour sa culture d’alfa : une plante à l’origine de
fabrication du papier.

Du nord au sud il s’étend de la région de Thala à la steppe semi aride de Mejel bel abbés. De
l’est à l’ouest il s’élève graduellement depuis les confins du Kairouanais jusqu’au massif du
djebel Chambi le point le plus culminant de la Tunisie (1544m). il zest limité au Nord par le
gouvernorat du Kef, à l’est par les gouvernorats de Siliana et Sidi-Bouzid , au sud par le
gouvernorat de Gafsa , à l’ouest par la Wilaya de Tbessa en Algérie.

3.2.2.Résultats de l’étude hydraulique

Vue la grandeur de l’écoulement à franchir, et la contrainte budgétaire du projet,


L’ouvrage proposé ne peut être qu’un ouvrage semi submersible.

En effet pour les faibles débits (débit de crue <93 m3/S), les dalots (6 dalot (2.5*2))
assureront la traversée de l’écoulement sans débordement des eaux. Tandis que, si le débit de
crue dépasse cette valeur, les dalots seront submergés d’eau et l’oued sera remplit jusqu’à son
lit supérieur où le radier assurera la protection de la route contre le crue.

DEBIT A pente
h Sm Pm rh capacité
EVACUE type NBRE L (m) long.
(m) (m2) (m) (m) (m3/s)
CRUE (m3/s) (%)
490,44 DALOT 6 2,5 2 0,5 4 5,7 0,70 93,80
Finalement voici un tableau récapitulatif pour les sections les plus courantes :

Table 19.Récapitulatif des débits des sections courantes

Section
(b×h) Pente (m/m) Sm (m²) Pm(m) Rh k Q (m3/s) C U (m/s)

1X1 0,005 0,8 2,6 0,30 70 1,80 57,51 2,25

2X1 0,005 1,6 3,6 0,44 70 4,61 61,15 2,88

Page 28
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

2X2 0,005 3,2 5,2 0,61 70 11,45 64,55 3,58

2X1.5 0,005 2,4 4,4 0,54 70 7,93 63,27 3,30

2,5X1,5 0,005 3 4,9 0,61 70 10,7 64,50 3,56

1.5X1 0,005 1,2 3,1 0,38 70 3,15 59,75 2,62

3X2 0,005 4,8 6,2 0,77 70 20,03 67,07 4,17

2X2.5 0,005 4 6 0,66 70 15,10 65,42 3,77

1.5X1.5 0,005 1,8 3,9 0,46 70 5,32 61,53 2,95

4X3 0.005 9.6 8.8 1.09 70 50.36 70.98 5.24

Après avoir déterminé les débits des sections courantes, je détermine le dalot pour le bassin
versant.

2 x Qdalot (2x2) = 22.9 m3/s > QBV = 20.424 m3/s

Le choix de dalot est de section 2*(2x2)


Après avoir choisi un type de dalot je dois vérifier que la vitesse d’eau ne dépasse 4 m/s.

U = Qdalot/Sm

= 11.45 /3.2 = 3.578 m/s

0.5m/s < U < 4 m/s, D’où les deux conditions sont vérifiées.

Page 29
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Dans notre cas l’étude à monter l’existence d’un seul exutoire plus au moins important non
mentionné dans l’étude préliminaire et qui doit être projeté.D’où l’importation d’implantation
d’un ouvrage dont la section est 2*(2,00 x 2,00)

Figure 11.Dalot

Page 30
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Figure 12.l’emplassement de dallo sur GOOGLE EARTH

4.Conclusion

Suite à une étude hydrologique durant laquelle on a estimé les débits, ce chapitre a permis de
dimensionner les ouvrages hydrauliques au niveau des exutoires de chaque bassin versant et
de fixer et vérifier des conditions qui assurèrent le bon franchissement d’eau sans l’attribution
des dégâts dans la structure de la chaussée vue que l’eau présente le pire ennemi de la
structure routière.

Page 31
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

LE RESEAU D’EAU
POTABLE

Page 32
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

1.Données de base et contraintes du projet :

La consommation d’eau potable sera prise égale à 40m3/ j/ha suivant le décret n° : 94-1935
du 19 septembre 1994 portant approbation du cahier des charges relatif à l’aménagement des
zones et des bâtiments industriels.

En se référant au cahier des charges du lotissement, on dégage les caractéristiques du


lotissement :

Nombre des lots : 81

Surface des lots : 453139 m2

(Voir Tableau 1: La répartition des surfaces pour les lots)

 La hauteur de construction maximale autorisée est de 16 m


 Consommation moyenne journalière Qjm l/s
 Coefficient de pointe journalière : K1 = 1,5
 Coefficient de pointe horaire : K2 = 2,5
 Coefficient de perte d’eau : K3 = 1,2
 Débit de pointe journalière : Qjmax = K1. K3.Qjm en (l/s)
 Débit de pointe horaire : Qhmax = K1. K2. K3. Qjm en (l/s)

Méthodologie de dimensionnement du réseau

Le réseau adopté pour l’alimentation en eau potable de la zone est un réseau ramifié.

Pour le dimensionnement du réseau ramifié, on commence de localiser les nœuds, les


longueurs des tronçons entre noeuds et les cotes de ces nœuds au sol.

Le calcul se fait en partant de l’extrémité aval du réseau et en remontant de proche en proche


jusqu’au point de raccordement sur le réseau SONEDE existant. Les étapes de calcul sont les
suivantes

Calcul de Qr : débit en route pour chaque tronçon (débit consommé par les branchements).

Calcul de Qt : débit à transiter pour chaque tronçon.

Calcul de Qc : débit de calcul avec Qc = Qt + 0,55 Qr

Choix du diamètre D qui permet d’écouler le débit Qc avec une vitesse voisine de 0,9 m/s (ou
entre 0,6 et 1,2 m/s). Le diamètre minimum étant DN 110

Page 33
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Calcul des pertes de charge et des vitesses résultantes en utilisant les abaques.

Calcul de la charge hydraulique en chaque nœud et en déduire la pression au sol.

2.Système d’alimentation en eau potable:

Il est composé des étapes suivantes:

 Le captage (eau de surface ou eau souterraine)


 Le traitement (oxydation, filtration, dessalement…)
 L’adduction (de la source vers l’ouvrage de stockage)
 Le stockage
 La distribution
2.1.Estimation des besoins en eau:

Le besoin en eau d’une agglomération est déterminé d’après les types d’activités existantes:

 Consommation domestique qui tient compte de la consommation


spécifique (l/hab.j) et du nombre d’habitants (hab) et du taux de
branchement au réseau. Le calcul du besoin en eau pour l’horizon du
projet doit tenir compte des taux d’évolution de ces paramètres.
 C0: consommation spécifique en une année x (l/hab.j)
 P0: population en une année x (hab)
 α: taux d’évolution de la consommation spécifique
 β: taux d’évolution de la population
 La consommation domestique journalière en une année (x+n) est:
 Q j  C0  P0  (1   )n  (1   ) n  Tr (l/j)
 Consommation collective: correspond à la consommation des
administrations, des mosquées, des jardins publics…
Ces valeurs sont déterminées en se basant sur les statistiques disponibles chez la SONEDE
(= 50 l/employé .j , 30 à 40 l/élève .j..)

 Consommation industrielle: dépend du produit fabriqué et du procédé de


production
 Consommation touristique

Page 34
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

2.2.Débits de pointe:

On définit le débit de pointe journalière pour le dimensionnement des ouvrages de stockage


(réservoir), et le débit de pointe horaire pour le dimensionnement des ouvrages de
distribution.

 Cpj= 1,3 – 1,6


 Cph= 1,5-- 3,5
 Ainsi Qpj= Kp*Cpj*Qjm avec Kp: coef de perte~= 1,2
 Qjm: débit journalier moyen
 Qph= Kp*Cpj*Cph*(Qjm/24) (m3/h)
3. Réseau de distribution:

On peut concevoir un réseau de distribution d’eau potable selon deux configurations: ramifié
ou maillé

 Réseau ramifié:

Page 35
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

L’eau circule dans toute la canalisation dans un seul sens ( du primaire au secondaire au
tertiaire)

Avantage: économique

Inconvénient: manque de sécurité: en cas de casse d’une conduite, tous les abonnés situés à
l’aval seront privés d’eau.

4.Conditions sur les vitesses et les pressions:

Le calcul hydraulique des canalisations se fait avec le débit de pointe horaire et les
conditions suivantes sont à vérifier:

 V= 0,6 à 1,2 m/s


 Charge min= 3 m sur les prises les plus éloignées
 Charge max= 40 m (exceptionnellement= 60 m)
5.Calcul des réseaux de distribution:

Le réseau de distribution est subdivisé en tronçons. Chaque tronçon est délimité par des
nœuds, il est caractérisé par deux débits :

 Un débit de transit (Qt): c’est le débit qui doit transiter par le tronçon en
question.
 Un débit de route (Qr) : c’est le débit consommé par les abonnés
raccordés sur le tronçon en question.
Ainsi, tout le long d’un tronçon (AB), le débit est variable.

Le calcul hydraulique d’un tronçon déterminé (vitesse et perte de charge) se fait en


considérant un débit dit « débit de calcul »:

Qc= Qt + 0,55. Qr

5.1.Calcul des réseaux ramifiés:

 Détermination du débit de pointe horaire,


 Choix du tracé du réseau de distribution et localisation des nœuds de
calcul,
 Détermination des longueurs des tronçons et des cotes des nœuds au sol,
 En partant de l’extrémité aval du réseau et en remontant tronçon par
tronçon jusqu’au réservoir, on calcule Qr et Qt puis Qc,

Page 36
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

 Choix du diamètre de la conduite en fonction du Q c de façon à avoir V=


0,6 ~ 1,2 m/s,
 Calcul de la perte de charge avec Qc
 Calcul de la charge hydraulique en chaque nœud et déduction de la
pression au sol

Calculer les débits de calcul, les diamètres des conduites et les pressions
aux nœuds.

15 l/s

14 l/s 3
R 6m 25 l/s

1 2
32 l/s

ks = 0,2 mm

Page 37
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS
Table 20.Calcul des débits de calcul:

Table 21:Choix des diamètres des conduites

D en mm: diamètres normalisés

Si la pression au sol est insuffisante, on peut recommencer les calculs en


prenant un diamètre plus grand pour diminuer les perte de charge

6. GENERALITES SUR LES RESEAUX D’ASSAINISSEMENT


6.1.INTRODUCTION

L’assainissement des agglomérations a pour objectifs :

 D’évacuer les eaux pluviales des zones urbaines vers un milieu récepteur
pour éviter les inondations et la submersion de ces zones.
 La collecte, le transport et le traitement des eaux usées générées par les
consommateurs d’eaux potables soit domestiques, industriels ou
touristiques
 Ainsi on parle d’assainissement en eau usée et d’assainissement en eau pluviale.

Le rejet des eaux usées et des eaux pluviales doit se faire d’une manière compatible avec les
exigences de la santé publique et de l’environnement.

6.2.Position du problème :

D’une façon générale, dans tous les endroits où l’homme réside et notamment dans les
Agglomérations, les eaux de toutes natures ne doivent pas être laissées ruisseler

Page 38
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

naturellement, elles doivent être guidées, canalisées pour être dirigées vers des émissaires
naturels ou artificiels et parfois être épurées et traitées avant leur rejet définitif.

6.3.Aperçu général sur les principes de l’assainissement urbain :

L’assainissement, dont le but premier est précisément d’assainir les agglomérations, doit
garantir la protection sanitaire de l’homme et du milieu naturel. Il relève ainsi d’une triple
préoccupation :

 La santé et l’hygiène publique,


 La protection de l’environnement,
 L’insertion d e l a v i l l e ou d e l’agglomération d a n s le c y c l e d e
l’eau d’un point de vue hydrologique et hydraulique afin
d’éviter la submersion
6.4.LES DIFFERNTS SYSTEMES D’EVACUATION

Il y a différents systèmes pour évacuer les eaux usées et les eaux pluviales d’une
agglomération déterminée :

6.4.1.Systèmes fondamentaux :

Système Unitaire:

Le réseau dit « unitaire » permet l’évacuation de l’ensemble des eaux usées et pluviales
par un unique réseau généralement pourvu de déversoir permettant, en cas d’orage, de rejeter
une partie des eaux directement dans le milieu récepteur.

L’évacuation des eaux (EU et EP) est assurée par un réseau unique

Avantages :

- économique (coût plus bas)

- facilité de branchement et de mise en œuvre.

Inconvénients :

- pollution relative du milieu récepteur

- perturbation du fonctionnement de la station d’épuration

Page 39
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Système Séparatif:

Il est composé de deux conduites distinctes, l’une collecte les eaux pluviales et l’autre les
eaux usées.

Avantages :

- la station d’épuration est simplement dimensionnée (faible)

- fonctionnement efficace de la station d’épuration.

Inconvénients :

- mise en œuvre du système séparatif (coût élevé)

- problème de raccordement

- pollution des eaux des premières pluies subsistent dans le milieu d’habitation récepteur

Les Systèmes Mixtes:

Dans ce système les réseaux sont constitués selon les zones d’habitation, en partie en
système unitaire et en partie en système séparatif.

Système Pseudo-séparatif:

Il désigne un système séparatif dans lequel le réseau d’eaux usées peut recevoir certaines
eaux pluviales provenant des maisons (terrasses, toits,.....).

Ce type de réseau est nécessaire pour les quartiers où les maisons sont du type arabe
nécessitant le mélange des eaux ménagères avec les eaux pluviales des terrasses.

Les eaux météoriques sont divisées en deux parties :

- l’une provenant uniquement des surfaces de voiries, et l’évacuation se fait directement dans
la nature.

- L’autre provenant des toitures, cours et jardins qui déversent dans le réseau à l’aide des
mêmes branchements que ceux des eaux usées.

avantages et inconvénients :

Ce système est comparable avec le système séparatif mais sans problème de raccordement, en
contre partie perturbation du fonctionnement de la station d’épuration.

Page 40
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Le Système Individuel ou autonome:

Il est proposé lorsque la densité de l’habitation est faible rendant trop couteuse la mise en
place de réseaux publics.

L’assainissement autonome des habitations, voire des locaux d’activités isolés, concerne les
dispositifs à mettre en œuvre pour le traitement et l’évacuation des eaux usées domestiques
qui ne peuvent être évacuées par un système d’évacuation collectif. Il a pour objet d’assurer
l’épuration des eaux usées par le sol.

critères de choix du type de système

Généralement, le choix entre les systèmes d’assainissement cités ci-haut dépend des critères
suivants :

 Techniques : topographie locale, régimes des précipitations, tracé du


réseau de la voie urbaine, préservation des lieux habités contre les
inondations, importance de l’imperméabilisation des sols....
 Economiques : tient compte des budgets nécessaires pour
l’investissement, l’exploitation, l’entretien et la gestion de l’ensemble
des installations (réseau, pompage et épuration).
6.5.ELEMENTS CONSTITUTIFS DU RESEAU

Les ouvrages d’assainissement comprennent des ouvrages principaux et des ouvrages


annexes.

Les ouvrages principaux correspondent au développement de l’ensemble du réseau jusqu’à


l’évacuation à l’exutoire ou à l’entrée des effluents dans la station d’épuration, ces tuyaux se
présentent par tronçons de diamètres croissant de l’amont vers l’aval. Suivant la grandeur et
leur section, on les classe en : collecteur primaire, collecteur secondaire ou collecteur tertiaire.

 Les différents types de tuyaux utilisés en assainissement sont :


– Tuyaux en béton armé : fabriqués mécaniquement par un procédé assurant une
compacité élevée du béton (centrifugation, compression radiale, vibration,...).
Actuellement, ce type de tuyaux n’est utilisé que pour les gros diamètres (Ø >
600 mm).

– Tuyaux en amiante ciment (A.C) : un matériau à une texture fibreuse (Silicate


de magnésium, Sodium, fer) que l’on mélange au ciment, on obtient alors un
matériau composite que l’on désigne par « Amiante ciment » ou « fibres-
ciment ».

Page 41
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

De nos jours, ce type de tuyau est de plus en plus abandonné aussi bien en
alimentation en eau potable qu’en assainissement. En effet, les normes européennes
interdisent l’utilisation de l’amiante et ce pour des raisons de santé publique (il peut causer
des maladies cancérogènes).

 Tuyaux en grès : malgré les avantages de ce type de matériau


(étanchéité parfaite, parois intérieurs très lisses...), son utilisation est
limitée à travers le monde et est quasiment absent en Tunisie. En effet,
le nombre de fabricants de ce type de tuyaux sont très limités dans le
monde.
 Tuyaux en polychlorure de vinyle (PVC) : Ce sont les tuyaux les plus
utilisés en assainissement. Ils présentent un avantage majeure : une
durée de vie très longue en raison de la résistance aux corrosions
chimiques et bactériennes (matériaux inerte). Le PVC est parfaitement
étanche et l’assemblage de ces éléments se fait par des joints en
caoutchouc.
 Parmi les tuyaux utilisés dans les collecteurs de refoulement, on peut
citer : la fonte, le PVC, le PEHD et le PRV.
– Les regards de visite (voir plan ci-joint):

Sont des ouvrages en béton armé, en PEHD ou en PVC qui permettent l’accès au réseau pour
contrôler le bon fonctionnement du réseau et effectuer les travaux de curage et de nettoyage
des conduites. La distance entre regards de visite ne doit pas dépasser les 50 m. Ils sont placés
à chaque fois qu’il y a un changement l’angle et en moyenne tous les 30 mètres (voir plan
type ).

– Boite de branchement (voir plan ci-joint):

Ouvrage en béton en en PVC permet le raccordement des riverains au réseau primaire ou


secondaire, les boites doivent-être du type syphoidal pour éviter le retour d’odeur désagréable
du collecteur vers le logement.

Il existe d’autre types d’ouvrages en béton armé qu’on peut trouver le long d’un réseau
d’assainissement et dans des conditions bien déterminées telle que :

→ les regards à grilles : utilisés au niveau des réseau d’eaux pluviales ou unitaires
permettant le captage des eaux de pluie des chaussées revêtues.

Page 42
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

→ les déversoirs d’orages : utilisés au niveau des réseaux unitaires permettant l’évacuation
d’une partie des eaux collectées dans le réseau (à partir d’un certain débit bien calculé, le sur
plus sera déversé dans le milieu récepteur)

– les stations de pompage (voir plan ci-joint):

permettent le refoulement des eaux usées d’un point bat à un autre point plus élevé. Ces
ouvrages sont généralement présents en cas où le terrain de la zone à assainir est plat.

6.6. Facteurs influençant la conception d’un projet d’assainissement

Les divers facteurs influençant la conception d’un projet peuvent se répartir en 4 classes :

 Les données naturelles du site (pente, lithologie...etc.) ;


 Les données relatives aux agglomérations existantes (population, taux
de branchement...);
 Les d o n n é e s r e l a t i v e s a u d é v e l o p p e m e n t u r b a n i s t i q u e ( plan
d i r e c t e u r d’aménagement homologué) ;
 Les données propres à l’assainissement. (Diamètre des canalisations,
tracé des collecteurs, emplacement des regards, choix de
l’exutoire...etc).
Vu le rôle important des réseaux d’assainissement dans les projets
d’aménagement, les différents ouvrages d’assainissement doivent être bien entretenus afin
d’éviter tout signe de vieillesse (fuites, inondations, colmatage...etc.)

6.7.Caractéristiques techniques et mise en œuvre des ouvrages

 Implantation des ouvrages annexes

Les regards de visite doivent être implantés dans les singularités suivantes :

 Changement de direction ou de la pente de collecteurs ;


 Changement de diamètre de collecteurs ;
 Changement de côte radier de collecteurs ;
 Intersection de collecteurs ;
 En alignement droit, la distance maximale entre les regards de visite est
d’environ 50 m.
Concernant le choix des diamètres des canalisations de mon projet il faut rappeler que les
diamètres utilisés étaient un donné imposé par le Maitre de l’ouvrage ARRU ainsi que le
maitre ouvrage délègues dans l’assainissement qui est L’ONAS

Page 43
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

EN fait L’ONAS obligé le diamètre 160 mm pour les canalisations secondaires (boite
branchement vers regard de visite) et 250 mm pour le réseau principal (regard de visite vers
regard de visite)

En ce qui concerne le diamètre de regard de visite le service technique de l’ONAS impose les
règlementations suivantes
Table 22:dimensionnement des regards

 La réalisation des canalisations de mon projet est :


- Les regards de visite sont de diamètre 800 mm
- Les regards de visite sont de diamètre 1000 mm
- PVC (Polychlorure de Vinyle non plastifié) de diamètre 160 mm pour les
boites des branchements et 250 mm pour les raccordements entre les regards de visite

6.7.1.Conception Géométrique des réseaux

Étapes de la conception d’une étude d’assainissement En général, la conception d’un


réseau d’assainissement passe par les étapes suivantes :

 1. Etablissement de la vue en plan du réseau, c'est-à-dire le traçage


en plan des collecteurs et des regards ainsi que les boites de
branchement ;
 2. Délimitation des bassins versants élémentaires, cette étape
consiste à subdiviser le plan en sous bassins élémentaires de l’amont vers
l’aval ;
 3. Appliquer une méthode de calcul pour déterminer les débits
élémentaires de chaque bassin puis établir les assemblages des bassins
élémentaires ;
 4. Faire le montage des profils en long afin de fixer les pentes des
conduites ;
 5. Dimensionner les collecteurs et vérifier si le réseau fonctionne bien ;

Page 44
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

 6. Avant métrés et détail estimatif du projet.


7.DIMENSIONNEMENT DES RESEAUX D’EAUX USEES

La première étape nécessaire pour le dimensionnement d’un réseau d’eau usée est la
détermination du débit à prendre en compte pour le calcul des sections des conduites.

A cet effet, il est nécessaire de prendre en considération les différents types d’usagers
d’eau à savoir :

 usagers domestiques → eau usée domestique


 usagers industriels → eau usée industrielle
 usagers touristiques → eau usée touristique
7.1. EAUX USEES DOMESTIQUES :

La quantité moyenne d’eaux usées domestiques à évacuer dans le réseau se détermine à


partir du mode d’occupation du sol des zones d’habitation. A chaque type d’occupation du sol
correspond un débit spécifique d’eau déterminé à partir de la densité d’habitants, de la
consommation spécifique d’eau potable et du taux de rejet et du taux de branchement à
l’égout.

Ainsi, le débit moyen Q m d’un bassin versant « S » à évacuer dans un collecteur d’eau
usée est exprimé par la formule :

Cs  P  S  Tr  Tb  Tc
Qm   / s 
24  3600

Où :

Cs = Consommation spécifique d’eau potable (l/hab.j)

P = densité de population (hab/ha)

S = surface du bassin versant (ha)

Tr = taux de rejet à l’égout ( 0,8)

Tb = taux de branchement SONEDE

Tc = taux de branchement ONAS

Page 45
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Assainissement en eaux
usées

Page 46
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

1.EAUX USEES INDUSTRIELLES :

Les réseaux d’eaux usées peuvent recevoir les eaux usées industrielles en cas où elles
répondent aux normes de rejet dans les égouts. En effet, en cas où les eaux industrielles sont
fortement polluées, elles doivent subir un prétraitement en usine.

Les quantités d’eaux évacuées par les industries dépendent de plusieurs facteurs : nature de
l’industrie, procédé de fabrication utilisé et taux de recyclage effectivement réalisé.

Pour l’estimation du débit d’eaux usées d’une zone industrielle projetée (soit inexistence de
données réelles), il est recommandé de considérer un débit spécifique variant entre 30
m3/j/ha à 60 m3/j/ha.

2.EAUX USEES TOURISTIQUES


L’activité touristique se caractérise par la forte consommation d’eau. En cas d’existence
d’unités touristiques dans la zone du projet, il est impératif de tenir compte des eaux usées
générées par ces activités et de bien définir le débit correspondant. D’une manière générale,
la consommation spécifique pour ce type d’activité est définie comme suit :

500 ℓ/lit/j pour les hôtels,

350 ℓ/lit/j pour les appartements- hôtels,

200 ℓ/lit/j pour les résidences,

15 ℓ/j/m2 pour les espaces d’animations.

2.1.DEBIT DE POINTE
2.1.1.Pointe Journalière:

Le débit de pointe journalière est le débit de rejet pour le jour le plus chargé.

Il est égal à Q pj = C pj x Q m

Qm : débit journalier moyen (en ℓ/s)

Cpj : Coefficient de pointe journalière (Cpj = 1,3 à 1,6)

2.1.2.Pointe Horaire:

Le débit de pointe horaire est égal à Qph = Cp x Qpj

Où : Q pj : le débit de pointe journalière (en ℓ/s)

Page 47
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Cp : le Coef. de pointe horaire


 2,5 
C p  min 1,5  ;3

 Qm 
Qm = débit journalier moyen (en ℓ/S)

Pour le dimensionnement des différents collecteurs d’eaux usées, on considère le débit


de pointe horaire par bassin élémentaire.

• Remarque : Lors de l’évaluation des débits d’eau potable, il faut tenir compte de
l’accroissement prévisible de la démographie en analysant particulièrement les
données d’urbanisation de la zone à étudier et plus précisément les plans d’occupation
des sols qui permettent de localiser les accroissements et d’estimer le degré
d’évolution à appliquer.

2.2.ECOULEMENT GRAVITAIRE – DIMENSIONNEMENTS DES


COLLECTEURS

Connaissant le débit à évacuer, les formules de base de l’écoulement gravitaire ou


« à écoulement libre » sont :

• (1) Q  U  SM où :

• Q : débit (en m3/s)

• U : la vitesse de l’eau dans la conduite (m/s)

• SM : la section mouillée (m2)

• (2) U  C  Rh  I

• C : Coeff. de Chezy : Le coefficient de Chezy dépend de la nature des parois


(nature de la conduite), de la forme de la section.

• Rh : rayon hydraulique (m)

• I : la pente du radier (m/m)


SM
• Le rayon hydraulique Rh est égal à Rh  où :
Pm
SM : surface mouillée : la portion de section transversale occupée par le liquide (m2)

Page 48
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Pm : périmètre mouillé : la longueur de la ligne de contact entre la surface mouillée et


le lit (m

Exemple

• pour un écoulement dans une conduite circulaire de diamètre D (cas


d’écoulement à pleine section), le rayon hydraulique :

SM D 2 / 4 D
Rh   
Pm  .D 4

• pour un écoulement dans un canal rectangulaire :

Lh
Rh  h
L  2h
L

3.Méthodologie de dimensionnement :
3.1.Estimation des débits des eaux usées :
3.1.1.Débit Spécifique :

Le débit journalier moyen de consommation d’eau potable Q est pris égal à 70 l /j/ha.
Pour un taux de rejet égal à 80%, le débit journalier moyen d’eaux usées est :

Qmj = (NxC x 0,8) /86400 = 2,6 (l/s)

Qmj =débit moyen journalier (l/s).

N=nombres des habitants(4000).

C=consommation d’eau prise à 70litres par jour par habitant.

Page 49
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

3.1.2.Débit de Pointe journalier :

Le débit de Pointe journalier est le débit de rejet pour le jour le plus charge, il se calcule
comme suit :

Qpj = Kpj x Qm/j

Qpj =débit de pointe journalier (l/s).

Qmj =débit moyen journalier (l/s).

Kpj= coefficient de pointe journalier .

le coefficient de pointe journalière réfléchie le jour le plus chargé, c’est le rapport


d’eau consomme pendant le jour de pointe et celui de la journée moyenne .

𝐕max .j
Kpj =
𝐕mj

soit Kpj = 1,5

Qpj = Kpj x Qm/j = 2,6x1, 5 = 3, 9(l/s)

3.1.3.Débit de pointe horaire:

Le débit de pointe horaire se définit comme étant le débit de rejet maximum dans l’heure la
plus chargée, il se calcul comme suit :

Qph = Kph x Qpj

Qph=débit de pointe horaire(l/s).

Qpj =débit de pointe journalier (l/s).

Kph= coefficient de pointe horaire .

Le coefficient de pointe horaire est le rapport du débit maximal dans l’heure la plus chargée et
celui de débit de pointe journalier , il est déterminé par la formule suivante :

Page 50
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Kph = min (1,5 + 2,5 ; 3) = 2,77


Q pj

Qph = 2,77 x 3,9 = 10,80 (l/s)

3.2.Dimensionnement des ouvrages :


3.2.1.Calcul de section :

La détermination de la capacité des collecteurs se fera sur la base de l’évaluation des rejets et
en adoptant les hypothèses suivantes :

La vitesse maximale pour éviter l’érosion est de 4 m/s alors que l’auto curage est assuré par
une vitesse minimale de 0,5 m/s.

Le diamètre minimal préconisé est Ø 250.

La pente minimale adoptée est de 3‰

Le dimensionnement des réseaux d’évacuations des eaux usées est effectuée avec les débits de
pointes horaires .

Pour la section à donner aux ouvrages d’écoulement, elle se calcule par la formule de Chézy
qui régit l’écoulement à surface libre en régime permanent uniforme .son expression est :

Q = V x S = C x S x√𝐑𝐡 x I

Avec:

Q=debit evacué en m3/s

C=coefficient d’écoulement (coefficient de Chézy)

S=section mouillée en m3

𝑺𝒎
Rh=rayon hydraulique =
𝑷𝒎

I= pente en m/m

Page 51
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

L’une des formules la plus utilisée pour l’évaluation du coefficient d’écoulement est la
formule de Manning Strickler

C = Ks x 𝑹𝟏/𝟔

Ks = coefficient qui dépend de la rugosité de la canalisation .

La formule de Chézy s’écrit donc sous la forme :

𝟐 𝟏
Q = Ks x S x 𝑹 𝟑 x 𝑰 𝟐

Cette formule est connue sous le nom de la formule de Manning Strickler on prend
Ks =100 (conduite en PVC)

Le diamètre D nécessaire pour évacuer le débit Q dans une conduite de pente I est déterminée
par la relation simplifiée suivante :

Qph
D=( ) 3
8
0,3115.Ks. I

Ce diamètre correspond à la pleine section.

La vitesse de l’eau dans la conduite (en m/s) est donnée par la relation suivante :

U = C. Rh.I m

Où C = le coefficient de Chézy

Rh = le Rayon hydraulique (m)

Im = la pente motrice (pente du radier)

Le coefficient de Chézy est exprimé par la formule de Manning Strickler : C = K. Rh1/ 6

Avec K = le coefficient de rugosité de la conduite

K = 100 pour les conduites en PVC

Page 52
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Qps : débit en plein section par la formule :


𝟖
𝟏
𝝅𝒙𝐃𝟑
Qps = Ks x 𝟓 x 𝑰 𝟐
𝟒𝟑

Vps : vitesse en plein section :


𝐐𝐩𝐬
Vps =
𝐒

3.3.Dimensionnement d'un réseau d'eauxusées :

Pour le dimensionnement d’un réseau d’eau usées il faut vérifier deux conditions d’auto
curage :

 Vitesse à pleine section : VPS > 0.5 m / s


 Débit à pleine section : Qps < 24.5 l/s

Données de l'étude
Cité, N° de collecteur et Type : olympique, Ramification A1 Type :PVC

Coefficient de rugosité de Manning-Strickler

Ks =120
Population à reprendre Pop =93 Hab
Pente moyenne de pose de la canalisation I =10 mm / m
Consommation moyenne d'eau par habitant et par jour Ce =70 l / j / hb

Résultats de l'étude
Débit moyen Qm =0.20 l / s
Coefficient de pointe Cp =3
Débit de pointe Qp =1.43l / s
Diamètre théorique du collecteur D1 =56 mm
Diamètre du collecteur D =250 mm

Page 53
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Conditions d'autocurage
Vitesse à pleine section VPS = 0.256 m/s
Condition 1 Vérifié
Débit à pleine section QPS = 12.56 l/s
Rapport des débits Q/QPS = 0.003
Rapport ( h/D ) h/D = 0.04
Condition 2 vérifié

Données de l'étude
Cité, N° de collecteur et Type : OLYMPIQUE, Ramification B1 Type :PVC

Coefficient de rugosité
de Manning-Strickler Ks =120
Population à reprendre Pop =124 Hab
Pente moyenne de pose de la canalisation I =10 mm / m
Consommation moyenne d'eau par habitant et par jour Ce =70 l / j / hb

Résultats de l'étude
Débit moyen Qm =0.61 l / s
Coefficient de pointe Cp =3

Débit de pointe Qp =1.43l / s


Diamètre théorique du collecteur D1 =56 mm

Diamètre du collecteur D =250 mm

Conditions d'autocurage
Vitesse à pleine section VPS = 1.94 m/s
Condition 1 Vérifié
Débit à pleine section QPS = 95.16 l/s

Page 54
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Rapport des débits Q/QPS = 0.009


Rapport ( h/D ) h/D = 0.04
Condition 2 vérifié

Données de l'étude
Cité, N° de collecteur et Type : OLYMPIQUE 1, Ramification C1 Type :PVC

Coefficient de rugositéde Manning-Strickler

Ks =120
Population à reprendre Pop =217 Hab
Pente moyenne de pose de la canalisation I =10 mm / m
Consommation moyenne d'eau par habitant et par jour Ce =70 l / j / hb

Résultats de l'étude
Débit moyen Qm = 0.78 l / s
Coefficient de pointe Cp =3
Débit de pointe Qp = 1.43l / s

Diamètre théorique du collecteur D1 = 56 mm

Diamètre du collecteur D= 250 mm

Conditions d'autocurage
Vitesse à pleine section VPS = 1.47 m/s
Condition 1 Vérifié
Débit à pleine section QPS = 72.3 l/s
Rapport des débits Q/QPS = 0.038
Rapport ( h/D ) h/D = 0.04
Condition 2 vérifié

Page 55
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Données de l'étude
Cité, N° de collecteur et Type : OLYMPIQUE, Ramification D1 Type :PVC

Coefficient de rugositéde Manning-Strickler

Ks =120
Population à reprendre Pop =104 Hab
Pente moyenne de pose de la canalisation I =10 mm / m
Consommation moyenne d'eau par habitant et par jour Ce =70 l / j / hb

Résultats de l'étude
Débit moyen Qm =0.33 l / s
Coefficient de pointe Cp =3

Débit de pointe Qp =1.43l / s


Diamètre théorique du collecteur D1 =56 mm
Diamètre du collecteur D =250 mm

Conditions d'autocurage
Vitesse à pleine section VPS = 1.06 m/s
Condition 1 Vérifié
Débit à pleine section QPS = 52.15 l/s
Rapport des débits Q/QPS = 0.004
Rapport ( h/D ) h/D = 0.04
Condition 2 Non vérifié

Page 56
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

VOIRIES

Page 57
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

1.Introduction

En Tunisie, les routes et voiries peuvent-être construites soit par le Ministère de


l’Equipement et de l’Aménagement du Territoire, soit par les Communes, soit par les
promoteurs immobiliers (étatiques – AFH, SNIT, AFI – ou privés). Toutefois, la gestion de
ces infrastructures (entretien, réhabilitation, rénovation…) est assurée par :

 Le MEAT pour les routes dites « classées » : Autoroute, RN, RD et R.L


 Les Communes pour les routes situées à l’intérieur des périmètres
communaux.
2.Caractéristiques des Voiries

La voie est généralement constituée des éléments suivants :

 La Chaussée : C’est la partie revêtue qui est destinée à la circulation.


Elle peut être divisée en plusieurs voies de circulation
 Les accotements et les éventuels terre-plein central bordent (la) ou les
chaussées
 La structure d’une chaussée résulte d’un calcul qui prend en compte
plusieurs paramètres dont, le nombre de poids lourds qu’elle aura à
supporter pendant sa durée de vie et la qualité du sol support.
 Pour une chaussée courante, la durée de vie est de 15 ans. La réalisation
d’une chaussée nécessite une bonne portance de la plate forme support.
Cette portance peut-être, dans certains cas, améliorée par la réalisation
d’une couche intermédiaire dite « couche de forme ».
 Les chaussées doivent remplir les conditions suivantes :
 Résistance suffisante aux déformations et à l’usure,
 Réalisation à l’aide de matériaux imperméables résistant aux conditions
climatiques les plus sévères (chaleur, gel..),
 Largeur permettant la circulation des véhicules dans les deux sens et
éventuellement l’arrêt,
 Drainage efficace du sous-sol. En effet, l’eau est le plus grand
destructeur des chaussées. Ainsi, pour garantir la longévité de la
chaussée, il est nécessaire de bien étudier l’évacuation des eaux de
ruissellement (drainage de la route) et d’éviter tout genre de stagnation
des eaux de pluie sur la chaussée.

Page 58
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Figure 13:1.1.Tracé en plan des Voiries

Ensembles des profils types adoptés dans la conception

- Figure 14:Structure de chaussée


-
- Profil Type 1 : Il contient dans les deux côtés [trottoir, bordure et caniveau latéral].

Page
Figure 15:Profil en59
travers Type 1
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

- Profil Type 2 : c’est un profil de dévers unique il contient dans un seul côté [bordure et
caniveau] et dans les deux côtés [trottoir]

Figure 16:Profil en travers Type 2

- Profil Type 3 : c’est un profil mur – mur avec un caniveau central.

Figure 17:Profil en travers Type 3

3. Compositions des différentes couches d’une chaussée :


3.1.Couche de fondation :

Elle peut-être réalisée soit par un matériau naturel « Grave naturelle » soit par un matériau
concassé « Grave concassé ».

3.1.1.Grave Naturelle :

plusieurs types de matériaux peuvent-être utilisés selon les ressources propres à chaque
région. Le matériau le plus utilisé en Tunisie est le « Tuf » qui est un encroûtement calcaires.

Ce matériau doit répondre aux exigences suivantes :

La couche de fondation sera mise en place sur une plate forme bien nivelée et bien compactée.
La mise en place doit satisfaire les conditions de nivellement et de compactage suivantes :

Page 60
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

 Nivellement : Cotes prescrites ± 2 cm sur 90 % des mesures


 Compactage : Compacité supérieure à 98 %
3.1.2.Grave Concassé :

Ces matériaux proviennent des carrières existantes. Pour la couche de fondation, on utilise
généralement le concassé TV 0/70 ou parfois le concassé TV 0/30.

Ces matériaux doivent répondre aux exigences suivantes :

Spécifications 0/31.5

100

80
% passant

60

40

20

0
0.01 0.1 1 10 100
Tamis (mm)
3.1.3.Couche de base :

La couche de base ne sera mise en place qu’après réception de la couche de fondation et son
nettoyage (grattage de la couche superficielle contaminée par les engins).

Les matériaux généralement utilisés pour la couche de base sont TV 0/30 (en cas où la couche
de fondation est en TV 0/70) ou TV 0/20 (en cas où la c.f. est en TV 0/30)

Les matériaux doivent répondre aux mêmes exigences de qualité décrites ci-haut.

Les conditions de mise en place sont les suivantes :

 Nivellement : ± 1 cm sur 90 % des mesures effectuées

Page 61
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

 Compactage : Compacité > 100 % de la densité sèche de l’O.P.M.


3.1.4.Couche de roulement :

La couche de roulement d’une chaussée peut-être réalisée soit en bicouches, soit en tri-
couches ou en enrobé.

La mise en place de la couche de roulement doit être effectuée après réception de la couche de
base : nivellement, compactage et nettoyage.

Couche de roulement en bi-couches :

Couche d’imprégnation :

 Elle est appliquée directement sur la couche de base à raison de 1 kg/m2


de cut-back 0/1. Elle pourra-être suivie d’un sablage en cas de nécessité.
La viscosité à 25° du cut-back 0/1 doit être inférieure à 30 secondes.
1ère Couche :

 Elle est appliquée en utilisant le bitume fluidifié 400/600 (produit à base


de pétrole) à raison de 1,1 kg/m2 et un gravier 10/14 propre à raison de
11 litres /m2.
2ème Couche :

 Elle est appliquée sur la première couche en utilisant 0,8 kg/m2 de


bitume fluidifié 400/600 et un gravier 4/6 (ou 4/8) à raison de 7
litres/m2.
N.B/

la mise en place de la couche d’imprégnation et du bitume 400/600 pour les couches de


roulement est réalisée à l’aide d’une répondeuse. La température exigée pour le bitume est:

 60 à 70° en stockage :
 150° en réchauffement
 125° en épandage
 La surface de la chaussée doit-être suffisamment sèche et les
conditions climatiques favorables lors des travaux de revêtement (pas de
pluie imminente, température extérieure suffisante)
Couche de roulement en tri-couches :

Les mêmes dispositions que pour le revêtement en bi couches sont applicables avec l’ajout
d’une 3ème couche de gravier plus fin : 2/4 au dessus de la 2ème couche.

Page 62
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Couche de roulement en enrobé :

L’enrobé est appelé aussi «béton bitumineux» ou «grave bitume» est un mélange de gravier,
de granulats concassés, de sable et d’un liant hydrocarburé appelé «bitume». Il est appliqué en
une ou plusieurs couches pour constituer la chaussée des routes. La composition de l’enrobé
(% en gravier, en sable, en granulats et en bitume) doit-être arrêtée par un laboratoire agréé
afin d’obtenir une qualité d’enrobé satisfaisante à savoir

Profil en long
Le profil en long est ainsi constitué d'une succession de segments de droites (ou pentes) et des
paraboles permettant de raccorder entre eux les segments de droites.

Figure 18:profil en long

4.Conception et dimensionnement des voiries :


La conception de la chaussée obéit à des règles de dimensionnement qui prennent en compte
trois données essentielles :

 Trafic prévisionnel
 Qualité du sol support
 Matériaux disponibles
Définition du trafic
Le trafic escompté peut être appréhendé de deux manières :

- Par son intensité journalière moyenne, toutes classes de véhicules incluses et pour une durée
de vie escomptée de l’ordre de 15 ans. De pourcentage moyen de poids lourds étant supposé
se situer aux environs de 30% du trafic total.

Page 63
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Les catégories de trafic ainsi définies sont :

Table 23:Catégories du trafic

Catégories Véhicules par jour Poids lourds par jour

T1 3000 à 6000 1000 à 2000

T2 1000 à 3000 300 à 1000

T3 300 à 1000 100 à 300

T4 100 à 300 30 à 100

T5 <100 < 30

Estimation du trafic

Les prévisions du trafic futur dans la zone seront effectuées par analogie avec des projets dont
l’environnement est comparable.

L’étude du trafic a pour but de fournir une image du trafic intéressant la zone du projet. Pour
le cas du présent projet, seul le trafic généré et qui correspond au transport de marchandises
ou de personnes résultant de la réalisation du projet sera pris en compte.

Suivant une enquête effectuée dans certaines zones du Tunis par des relevés des numéros
minéralogiques de tous les véhicules dans les deux sens de la circulation.

Les résultats présentés dans le tableau ci-après donnent une fourchette moyenne de trafic
relevé par type de véhicule pour 1 ha.

La moyenne est donnée en véhicule par jour et par hectare afin de prendre en compte la
superficie de la zone qui a une influence directe sur le trafic.

Page 64
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Table 24:Trafic moyen par Hectare

Total pondéré
Camionnettes
et Motocycles

particulières

CU < 1,5t

CU > 3,5t
Camions
Voitures
Cycles

Total
CU < 3,5t

uvp
Camions
et
Désignation

Catégorie C+D E F Total Total


A+B pondéré
uvp

Total 3 23 10 10 46 55
moyen du
jour

* u.v.p : unité de voiture particulière

Avec :

A et B : cycles et motocycles, avec un coefficient de pondération K de 0,5

C : voitures particulières, K = 1

D : camionnettes C.U < 1,5 t ; K =1

E : camions C.U < 3,5 t ; K = 1

F : camions et cars C.U > 3,5 t ; K = 2,0

Soit un débit journalier de 55 u.v.p /j/ha soit pour notre zone un débit journalier de :

55 x 41 = 2255 u.v.p / j

Les taux de conversion suivants sont utilisés pour transformer les différents flux en u.v.p :

- Cycles et Vélomoteurs : 0,5

- Véhicules légers : 1 uvp (unité de référence)

- Poids lourds : 2 uvp

Page 65
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

En effet la capacité d’une voie ainsi que la demande sont exprimés en u.v.p « unités de
voitures particulières » par heure et par jour : (u.v.p/h ou u.v.p/j).

Toutes ces considérations nous amènent à tabler sur un trafic de la classe T3 inférieur à 1000
uvp par sens et par jour, pour toutes les voies importantes du projet en tenant compte que le
trafic sur la zone contient dans une forte proportion un trafic intense de poids lourds
essentiellement lors des travaux de construction.

Nous nous baserons sur ce chiffre pour le dimensionnement de la chaussée.

Qualité du sol support

Table 25:Classement des sols en fonction de l’indice CBR pondéré

Classe de Sol CBR pondéré

S1 5à8

S2 8 à 12

S3 12 à 20

S4 > 20

La valeur caractéristique du CBR qu’on notera CBR est la somme des indices des CBR
pondérés par les fractions de mois de l’année pendant lesquelles les bilans « évaporation-
précipitation » sont soit négatifs (période humide) , soit positifs ( période sèche ) . La somme
pondérée est prise sur le logarithme des indices CBR c’est à dire :

Log 𝑪𝑩𝑹= α log CBRi+ β log CBRS

Page 66
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Table 26:Les coefficients de pondération à appliquer pour les différentes régions de la Tunisie

Région Nombre de mois Coefficients de pondération

Climatique Humides Secs A b

A 6 6 0,50 0,50

B 4 8 0,33 0,67

C 2 10 0,17 0,83

Pour la zone étudiée les coefficients a et b prennent les valeurs suivantes a =0,33 et b =
0,67. Étant donné que la zone du projet appartient à la région Climatique « B ».
Table 27:les résultats des calculs

SOL α CBRi β CBRs 𝐂𝐁𝐑

S1 0.17 33.6 0.83 42.7 15.21

S2 0.17 26.3 0.83 35.3 26.32

S3 0.17 40.02 0.83 52.5 40.25

S4 0.17 32.9 0.83 39.6 35.8

Quatre échantillons ont été prélèves aux endroits suivants :

N° VOIE ECHANTILLONS

V5 S1

V9 S2

V20 S3

V26 S4

Page 67
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Sur la base des résultats obtenus nous constatant que notre sol est du type S3 ce qui montre
que le sol support du notre chaussée est de bonne portance.

Structure de la chaussée
Table 28:Abaque donnant la structure des chaussées

T1 T2 T3 T4 T5

S1 𝟓𝑩𝑩 𝑩𝑪 𝑩𝑪 𝑩𝑪 𝑴𝑪
𝟐𝟎 𝟑𝟎 𝟐𝟎 𝟐𝟎 𝟐𝟎
𝟑𝟓 𝟑𝟓 𝟒𝟎 𝟑𝟎 𝟐𝟎

S2 𝟓𝑩𝑩 𝑩𝑪 𝑩𝑪 𝑩𝑪 𝑴𝑪
𝟐𝟎 𝟑𝟎 𝟐𝟎 𝟐𝟎 𝟏𝟓
𝟑𝟎 𝟑𝟎 𝟑𝟎 𝟐𝟓 𝟐𝟎

S3 𝟓𝑩𝑩 𝑩𝑪 𝑩𝑪 𝑩𝑪 𝑴𝑪
𝟐𝟎 𝟐𝟎 𝟐𝟎 𝟏𝟓 𝟏𝟓
𝟐𝟓 𝟑𝟓 𝟐𝟓 𝟐𝟎 𝟏𝟓

S4 𝟓𝑩𝑩 𝑩𝑪 𝑩𝑪 𝑩𝑪 𝑴𝑪
𝟏𝟓 𝟐𝟎 𝟏𝟓 𝟏𝟓 𝟐𝟎
𝟐𝟎 𝟐𝟓 𝟐𝟎 𝟏𝟓 𝟎

La conception de la voirie envisagée sera faite en utilisant le catalogue tunisien de la


conception des chaussées neuves pour le dimensionnement des chaussées. La voirie sera
construite selon les normes d’usage, en tenant compte des matériaux disponibles dans la
région.

Le programme proposé consiste en l’aménagement de voies, leurs revêtements et leur


équipement en bordures de trottoirs et caniveaux latéraux et centraux.

La structure proposée pour un sol S3 et un trafic T3 est la suivante :

- une couche de fondation d’épaisseur égale à 25cm en grave concassé 0/31,5

- une couche de base d’épaisseur égale à 20cm en grave concassé 0/20

- un revêtement en béton bitumineux 5cm d’épaisseur

Page 68
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

4.1.Cubatures

Volume total Déblai = 482 m3 Volume total GC 0/20 = 195 m3


Volume total TV 0/30 = 21 m3 Volume total Remblai = 0 m3
Volume total Sable = 7 m3 Volume total béton = 108 m3

Volume total Déblai = 287 m3 Volume total GC 0/20 = 20 m3


Volume total TV 0/30 = 30 m3 Volume total Remblai = 0 m3
Volume total Sable = 4 m3 Volume total béton = 82 m3

Page 69
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Volume total Déblai = 233 m3 Volume total GC 0/20 = 146 m3


Volume total Remblai = 0 m3 Volume total béton = 88 m3

Volume total Déblai = 1880 m3 Volume total GC 0/20 = 392 m3


Volume total TV 0/30 = 219 m3 Volume total Remblai = 7 m3
Volume total Sable = 78 m3 Volume total béton = 218 m3

Page 70
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

LES RESEAUX
D’ECLAIRAGE
PUBLIC

Page 71
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

1.But de l’éclairage public:

L’éclairage public doit permettre aux usagers de la voie publique de circuler de nuit avec une
sécurité et un confort aussi élevé que possible.

Il ne s’agit pas pour autant de reconstituer les conditions diurnes, mais de rendre aisé pour
l’automobiliste la perception et la localisation des points singuliers de la route et des obstacles
éventuels. Pour le piéton, il s’agit d’assurer la visibilité distincte des bordures de trottoirs, des
véhicules et d’éviter les zones d’ombres.

2.Grandeurs et unités photométriques de base:


2.1.Flux lumineux

C’est la quantité rayonnée par seconde dans toutes les directions sous forme de radiations
lumineuses (débit de lumière).

Le flux exprime l’aptitude d’un rayonnement lumineux à produire une sensation lumineuse.

Symbole: φ Unité: le lumen (lm)

2.2.Eclairement:

C’est la quantité d’énergie lumineuse reçue par unité de surface et par unité de temps. L’
éclairement noté « E » s’exprime en Lux, (1 Lux = 1 lumen/m2) .

Quelques valeurs d’éclairement:

 Clair de la lune: 0,2 Lux

 Jour d’hiver : 10 000 Lux

 Soleil d’été : 70 000 Lux

 Voirie publique : 10 à 20 LUX

 Parc de stationnement: ≥ 20 Lux

 Voie piéton : 5 Lux

2.3.La luminance:

La notion de luminance fait intervenir directement l’apparence d’une surface. Une surface
grise ou blanche, placée dans les mêmes conditions d’éclairement, n’apparaitra pas à l’œil de
la même manière. La luminance, notée « L », s’exprime en candela (cd) /m2.

Page 72
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

2.4.Les sources lumineuses:

Une source lumineuse est caractérisée par:

 L’efficacité lumineuse: plus qu’elle est élevée, plus que les frais
d’installation et d’exploitation sont faibles,
 La durée de vie: une longue durée de vie diminue le coût d’exploitation.
Les différents types de lampes sont:

 Les lampes à incandescence ordinaire (15 à 100 watts):

o Faible efficacité lumineuse (13 à 19 lumens/watt)

o Courte durée de vie (1000 heures)

o Coût modéré

 Les lampes à incandescence aux halogènes (300 à 2000 watts):

o Meilleure efficacité lumineuse (20 à 27 lumens/watts)

o Duré de vie moyenne (2 000 heures)

o Rendu des couleurs agréables

 Les lampes à ballon fluorescent:

o Efficacité lumineuse élevée (45 à 55 lumens/watt)

o Très longue durée de vie (8000 heures)

 Les lampes à lumières mixtes: (fluorescence et incandescence):

o Efficacité lumineuse (11 à 33 lumens/watt)

o Longue durée de vie (4500 heures)

 Les lampes à sodium à basse pression (18 à 180 watts):

o Meilleure efficacité lumineuse (72 à 157 lumens/watt)

o Durée de vie (6 000 heures)

o Rendu des couleurs mauvaises

 Les lampes à sodium à haute pression (50 à 1000 watts):

o Meilleure efficacité lumineuse (70 à 130 lumens/watt)

o Durée de vie (6 000 heures)

Page 73
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

o Rendu des couleurs moyenne

3.Les principes de base de l’éclairage public:

Les critères de qualité d’éclairage public routier doivent permettre une perception visuelle
rapide, précise et confortable. Ces critères se résument comme suit:

 Le niveau moyen de la luminance (L moy) de la chaussée qui dépend de la nature


de la voie (Trafic, vitesse, zone rurale ou urbaine).

 L’uniformité de la répartition apparente des luminances. La luminance n’est pas


identique dans toutes les directions.

On définit:

L’ uniformité générale U0 = ≥ 0,4


Lmin
L’uniformité longitudinale U1 = ≥ 0,7 Lmoy

 La limitation d’éblouissement d’inconfort: l’éblouissement est une source de gène


et de fatigue. On définit l’indice de confort « G », noté sur une échelle de Lmin1
(intolérable) à 9 (imperceptible) qu’il faut maintenir au niveau 5 (juste Lmax
admissible).

4.Le candélabre:

La fixation des luminaires peut être assurée par divers moyens. Il peut être adapté à une
console fixé sur un immeuble, ou accroché à des câbles. La manière privilégiée consiste
cependant à utiliser des candélabres.

4.1.Eléments d’un candélabre:

Un candélabre qui peut supporter un ou plusieurs luminaires se compose des éléments


suivants:

 Le fût: partie principale ou unique d’un candélabre, dans laquelle est disposé un
portillon d’accès à un bloc à borne, muni de fusibles et assurant le lien entre le
réseau de distribution et l’alimentation propre du luminaire. Sur le fût doit
également être disposée une borne pour permettre la mise à la terre de
l’installation.

 La plaque d’appui: assure la liaison entre le massif de fondation et le fût. Le lien


entre le fût et la la plaque doit faire l’objet d’une attention particulière.

 La crosse: assure le départ du luminaire au dessus de la chaussée.

Page 74
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Figure 19:Candilabre

Page 75
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Figure 20.Types des condilabres

5.Types d’implantations:

On distingue plusieurs types d’implantations où interviennent largeur de voie et hauteur de


feu:

 Implantation unilatérale: n’est recommandée que dans le cas où la


largeur de la chaussée est voisine ou inferieure à la hauteur du feu:

 Implantation bilatérale en quinconce: dans le cas où la largeur de la


chaussée reste inférieure à une fois et demi la hauteur du feu.

Page 76
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

 Implantation bilatérale vis-à-vis: lorsque la largeur de la chaussée est


supérieure à une fois et demi la hauteur du feu

 Implantation axiale pour des cas particuliers:

Page 77
ACHOURI Hassan Projet de Fin d’Etude UAS

Conclusion générale
Ce travail est une continuation de mon projet d’étude universitaire dans le cadre de
l’obtention du diplôme d’ingénieure en génie civil. Après un parcours de six ans
d’apprentissage durant lesquelles j’ai fondé ma connaissance dans le domaine, et j’ai passé à
l’étape finale qui se traduit par un Projet de fin d’études.

Cette expérience m’a été instructive à plus d’un titre. Elle m’a permis non seulement
d’appliquer des théories et des connaissances académiques acquises dans mon cursus
universitaire en génie civil, mais elle a été aussi une étude pratique professionnelle de
nouveaux concepts dans le domaine des travaux de VRD.

Page 78