Vous êtes sur la page 1sur 23

Chapitre II Les Filtres Micro-ondes

Chapitre II
Les Filtres Micro-ondes

II.1. INTRODUCTION

Un filtre micro-ondes est un réseau à deux ports employé pour contrôler la réponse en fréquence dans un
système micro-onde et qui permet la transmission des fréquences dans la bande passante et l'atténuation dans
la bande atténuée. Les réponses en fréquence typiques sont : passe-bas, passe-haut, passe-bande, et réjecteur
de bande.

II.2 METHODE DE PERTE D'INSERTION

Un filtre parfait a une perte d'insertion nulle dans la bande passante, une atténuation infinie dans la bande
rejetée et une réponse de phase linéaire (pour éviter la déformation du signal) dans la bande passante. De tel
filtre n'existe pas dans la pratique. La méthode de perte d'insertion permet de contrôler l’amplitude et les
caractéristiques de phase dans la bande passante et dans la bande rejetée.

II.2.1 Caractérisation par le rapport de perte de puissance

Dans la méthode de perte d'insertion, la réponse du filtre est définie par sa perte d'insertion, ou rapport de
perte de puissance PLR , tel que

puissance disponible à la source Pinc 1


PLR    ( II.1)
puissance délivrée à la ch arg e Pload 1  () 2

2
On observe que cette quantité est l’inverse de S12 si la source et la charge sont adaptées.

La perte d’insertion (IL) en dB est donnée par:


IL  10log PLR ( II.2)

Puisque,  ( ) est une fonction pair en ; ainsi on peut écrire :


2

( ) 
2  
M 2
M    N  
2 2 ( II.3)

Où M et N sont des polynômes réel en  2 . On Substituant cette forme dans (II.1) ce qui donne :

PLR  1 
 
M 2
N  
2 ( II.4)

1
Chapitre II Les Filtres Micro-ondes

Ainsi, pour qu’un filtre puisse être physiquement réalisable, son rapport de perte de puissance doit être de la
forme (II.4).

II.2.1.1. Réponse de Butterworth

Cette caractéristique s'appelle également la réponse binomiale, elle fournit une réponse la plus plate possible
dans la bande passante. Pour un filtre passe-bas, elle est donnée par :
2N

PLR  1  k  
2

 c 
( II.5)

Où N est l'ordre du filtre, et  c est la fréquence de coupure.


La bande passante s'étend de   0 à   c ; au bord de la bande, le rapport de perte de puissance est
1  k 2 . Si on choisit ceci à -3 dB, on obtient k  1 , que nous supposons dorénavant.

Pour   c , l'atténuation augmente avec la fréquence, comme représentée sur la figure II.1.
2N

Pour :   c , PLR  k  
2
, ainsi la perte d'insertion augmente avec une pente de 20 N dB/décade .
 c 

II.2.1.2. Réponse de Tchebychev

Le polynôme de Tchebychev est employé pour indiquer la perte d'insertion tel que :

PLR  1  k 2TN2  
 c 
( II.6)

Une coupure plus pointue est obtenu, mais il y a des ondulations d'amplitude 1  k 2 dans la bande passante
comme représenté sur la figure II.1 ; k 2 détermine le niveau d'ondulation dans la bande passante. Pour des
1
x  , TN ( x )  (2 x) N , alors pour   c , la perte d'insertion devienne :
2
2N
k 2  2 
PLR   
4  c  ( II.7)

2N
L’atténuation est de 20 N dB/décade . Mais la perte d'insertion pour le cas de Tchebychev est (2 ) / 4 plus
grande que la réponse de Butterworth pour   c .

Tchebychev

Butterworth

Figure II.1 Réponse d’un filtre passe-bas de Butterworth et Tchebychev (N=3)


2
Chapitre II Les Filtres Micro-ondes

II.2.1.3. Fonction elliptique

Les deux réponses précédentes ont une atténuation croissante dans la bande passante. Dans plusieurs
applications il est adéquat d’indiquer une atténuation minimum dans la bande rejetée. De tels filtres
s'appellent les filtres à fonctions elliptiques, et ont des réponses ayant des ondulations dans la bande passante
aussi bien que dans la bande rejetée, comme représenté sur la figure II.2.

Figure II.2 Réponse elliptique d’un filtre passe-bas

Les prototypes de filtre passe-bas sont normalisés en terme d'impédance et de fréquence; cette normalisation
simplifie la conception des filtres pour une fréquence, impédance, et type données (passe-bas, passe-haut,
passe-bande, ou coupe-bande). Les prototypes passe-bas sont alors dénormalisés à la fréquence et
l'impédance désirée, et les composants à éléments localisés sont remplacés par les éléments distribués pour le
fonctionnement aux fréquences micro-ondes.
Ce processus de conception est illustré sur la figure II.3.

Spécifications Conception Dénormalisation


et conversion Implémentation
du filtre du prototype
pas bas

Figure II.3 Processus de conception de filtre par la méthode d’insertion


II.2.2 Prototype passe-bas de Butterworth

Considérant les deux éléments du prototype passe-bas représenté sur la figure II.4; on va déterminer les
valeurs normalisées des éléments, L et C, pour une réponse plus plate. On suppose une impédance de source

de 1 et une fréquence de coupure  c  1 . De (II.5), le rapport de perte de puissance désiré pour N  2 est
:
PLR  1   4 ( II.8)
L’impédance d’entrée est :
R 1  j RC 
Zin  j L  ( II.9)
1   2 R2C 2
Zin  1
Puisque :  
Zin  1
Le rapport de perte de puissance est :

3
Chapitre II Les Filtres Micro-ondes

2
1 1 Z in  1
PLR   
1 
2
   
1   Z in  1 /  Z in  1   Z *in  1 / Z *in  1 
 
2 Z in  Z *in  ( II.10)

Figure II.4 Prototype passe-bas


2R
(N=2) Zin  Zin* 
1   2 R2C 2 ,
2
  CR 2 
2
 R

2
Zin  1    1    L   ,
et  1  R C   1   2 R2C 2 
2 2 2

Alors (II.10) devienne :

1   2 R 2 C 2  CR 2  
2

2

R 
PLR   1    L   
 1   R C   1   2 R2C 2  
2 2 2
4R

1
4R

R  2 R  1   R C   L   L R C  2 LCR 
2 2 2 2 2 2 4 2 2 2 2 2
 ( II.11)
1
1 
4R 
  
1  R   R 2 C 2  L2  2 LCR 2  2  L2 R 2 C 2 4 
2

On Comparant la réponse de (II.8) á celle de (II.11), on a R=1, puisque PLR  1 pour   0 . De plus le

coefficient de 2 doit être nul, alors

C 2  L2  2LC  (C  L) 2  0  L  C
Alors pour le coefficient de 4 pour qu’il soit égal à 1 on doit avoir :
1 2 2 1 4
C L  L 1 L  C  2
4 4
Pour une conception passe-bas normalisée où l'impédance de source est 1 et la fréquence de coupure est

 c  1 , les valeurs d'élément pour les circuits normalisés de la figure II.5 sont données au tableau II.1. Ces
données sont employées pour les circuits normalisés de la figure II.5 de la façon suivante. Les valeurs des
éléments sont numérotées de g 0 l'impédance de générateur à g N 1 l'impédance de charge, pour un filtre

ayant N éléments réactifs. Les éléments série et shunt, g k ont la définition suivante:


g0  resistance du générateur (circuit II.5a)
conductance du générateur (circuit II.5b)

k 1 à N

gk  inductance des inductance séries
capacité des capacités shunt
g N 1  
resistance de charge si g N est une capacité shunt
conductance de charge si g N est une inductance série

4
Chapitre II Les Filtres Micro-ondes

L'ordre du filtre est généralement imposé par la spécification de la perte d'insertion pour certaine fréquence
dans la bande rejetée. La figure II.6 montre les caractéristiques d'atténuation pour différentes valeurs de N
en fonction de la fréquence normalisée.

(a)

(b)
Figure II.5 Circuit normalisé pour un prototype passe-bas. (a) Prototype commençant par un élément
shunt. (b) Prototype commençant par un élément en série.

Tableau II.1

Figure II.6 Variation d’atténuation en fonction de la fréquence pour un prototype passe bas de Butterworth

5
Chapitre II Les Filtres Micro-ondes

II.2.3 Prototype passe-bas de Tchebychev

Pour un filtre passe-bas de Tchebychev avec une fréquence de coupure  c  1 , le rapport de perte de
puissance de (II.6) est :
PLR  1  k 2TN2 () ( II.12)
Où 1  k 2 est le niveau d'ondulation dans la bande passante. Puisque les polynômes de Tchebychev ont la
propriété tel que :


TN (0)  0 pour N impair
1 pour N pair

l'équation (II.12) montre que le filtre aura un rapport de perte de puissance égale à un à   0 pour N
impair, mais un rapport de perte de puissance de 1  k 2 à   0 pour N pair. Ainsi, il y a deux cas à
considérer selon N .

Pour le filtre de la figure II.4, le rapport de perte de puissance est donné par (II.11). On a : T2 ( x)  2 x  1 ,
2

ainsi (II.11) et (II.12) donne :

 
1  k 2 4 4  4 2  1  1 
1 
4R   
1  R   R2C 2  L2  2LCR2 2  L2 R2C 24 
2
( II.13)

qui peut être résolue pour R, L et C si le niveau d’ondulation ( k 2 ) est connu.

1  R 
2

Alors, à   0 on a : k 2 
4R

Où R  1  2k 2  2k 1  k 2 (pour N pair) ( II.14)


On égalise les termes de 2 et 4, ce qui donne les relations suivantes :
1 2 2 2
4k 2  LC R ,
4R
4k 2 
1
4R

C 2 R 2  L2  2 LCR 2 
qui peuvent être utilisés pour déterminer L et C. A noté que (II.14) donne des valeurs de R  1 , alors il y
aura une désadaptation d'impédance si la charge est réellement un (normalisée). Pour N impair, on peut
montrer que R  1 . Il existe des tableaux pour la conception des filtres passe-bas de Tchebychev et peuvent
être appliqués à chaque circuit normalisé de la figure II.5. Ces données de conception dépendent du niveau
d'ondulation indiqué dans la bande passante. Les courbes dans les figures II.7 peuvent être employées pour
déterminer la valeur nécessaire de N pour ces valeurs d'ondulations.

6
Chapitre II Les Filtres Micro-ondes

Tableau II.2 : valeurs des éléments du prototype passe-bas de Tchebychev (g0=1, c=1, N=1 à 10,
ondulation de 0.5dB et 3dB)
Ondulation 0.5dB

Ondulation 3.0dB

(a)

7
Chapitre II Les Filtres Micro-ondes

(b)
Figure II.7 Variation de l’atténuation en fonction de la fréquence pour un prototype passe bas
de Tchebychev. (a) Ondulation de 0.5dB. (b) Ondulation de 3dB

II.3 TRANSFORMATIONS DES FILTRES

Les prototypes passe-bas ayant Rs  1 et c  1 . Ces conceptions peuvent être dénormalisés en termes

d’impédance et de fréquence, et converti pour donner des caractéristiques passe-haut, passe-bande, ou stop-
bande.

II.3.1 Dénormalisation d’impédance et de fréquence

II.3.1.1. dénormalisation d’impédance

Dans la conception de prototype, les résistances de source et de charge sont unité (sauf pour le filtre de
Tchebychev avec N pair, qui a une résistance de charge ≠1). Une résistance de source R0 peut être obtenue

en multipliant les impédances de prototype de conception par R0 . Si on note par prime les quantités
d’impédances dénormalisés, les nouvelles valeurs des composants du filtre sont données par :
L '  R0 L ( II.15)
C
C'  ( II.16)
R0

Rs'  R0 ( II.17)
RL'  R0 RL ( II.18)
Où L, C et RL sont les valeurs des composantes du prototype.

8
Chapitre II Les Filtres Micro-ondes

II.3.1.2. Dénormalisation de fréquence pour les filtres passe-bas

Changer la fréquence de coupure d'un prototype passe-bas de l'unité à  c ce fait en remplaçant  par
 / c :
   / c ( II.19)
Alors le nouveau rapport de perte de puissance devient :

 
PLR' ( )  PLR  
 c 
Où  c est la nouvelle fréquence de coupure; la coupure se produit lorsque  / c  1 , ou   c . Cette
transformation peut être vue en tant qu'un étirage ou dilatation de la bande passante originale, comme illustré
dans la figure II.8.(a, b).
Les nouvelles valeurs des éléments sont déterminées par l’application de la substitution de (II.19) au

réactance série, jLk et susceptance parallèle, jC k du filtre prototype. Ainsi :


jX k  j Lk  j L'k
c

jBk  j C  jCk'
c k
Alors les nouvelles valeurs des éléments sont données par :
Lk
L'k 
c ( II.20)

Ck
Ck' 
c ( II.21)

Lorsqu’une dénormalisation d’impédance et de fréquence est exigée, les résultats de (II.15-18) peuvent être
combinés avec ceux de (II.20-21) pour donner :
R0 Lk
L'k 
c ( II.22)

Ck
Ck' 
R0c ( II.23)

Figure II.8 Dénormalisation de fréquence pour un passe-bas et transformation à un passe-haut.


(a) Réponse d’un prototype passe-bas pour  c  1 . (b) Dénormalisation de fréquence pour une
réponse passe-bas. (c) Transformation à la réponse passe-haut.
9
Chapitre II Les Filtres Micro-ondes

II.3.1.3. Transformation passe-bas au passe-haut

La transformation de fréquence est :


  c /  ( II.24)
peut être employé pour convertir une réponse passe-bas à une réponse passe-haut, comme représenté sur la

figure II.8c. La coupure se produit quand   c . Le signe négatif est nécessaire pour convertir les
inductances (les condensateurs) en condensateurs (inductances) réalisables. On appliquant (II.24) aux

réactances série, jLk , et aux susceptances shunt, jCk du filtre prototype ce qui donne :

c 1
jX k   j Lk 
 jCk'
c 1
jBk   j Ck 
 j L'k
'
Ce qui montre que les inductances séries Lk doivent être remplacées par des capacités C k et les capacités
'
C k shunt doivent être remplacés par des inductances Lk . Les nouvelles valeurs des composants sont

données par :
1
Ck' 
c Lk ( II.25)

1
L'k 
c Ck ( II.26)

La dénormalisation d’impédance peut être incluse on utilisant (II.15-18) c qui donne:


1
Ck' 
R0c Lk ( II.27)

R0
L'k 
c Ck ( II.28)

II.3.1.4. Transformations passe-bande et stop-bande

Les conceptions du filtre prototype passe-bas peuvent également être transformées pour avoir des réponses
passe-bande ou stop-bande illustrées sur la figure II.9.

(a) (b (c)
Figure II.9 Transformations de fréquence passe-bande
) et stop-bande. (a) Réponse du prototype passe-bas
pour  c  1 . (b) Transformation passe-bande. (c) Transformation stop-bande.

10
Chapitre II Les Filtres Micro-ondes

Si 1 et 2 indiquent les bornes de la bande passante, alors une réponse passe-bande peut être obtenue en
utilisant la transformation de fréquence suivante:
0   0  1   0 
      
2  1  0     0   ( II.29)

2  1

où 0 ( II.30)

est la largeur de bande partielle du passe-bande. La fréquence centrale  0 est choisie comme la moyenne
géométrique, tel que :
0  12 ( II.31)
Alors la transformation de (II.29) montre que :

1   0 
Lorsque   0 ,   0
  0  

1   0  1  12  02 
Lorsque   1 ,       1
  0     01 

1   0  1   22  02 
Lorsque   2 ,      1
  0     0 2 
Les nouvelles valeurs des éléments du filtre sont déterminées on utilisant (II.29) dans les expressions des
réactances séries et des susceptances shunts. Ainsi,
j   0   Lk L 1
jX k     Lk  j  j 0 k  j L'k  j
  0   0  Ck'

qui montre que l’inductance série Lk est transformée au un circuit LC série avec les valeurs des éléments,

Lk
L'k 
0 ( II.32)


Ck' 
0 Lk ( II.33)

De même,
j   0  Ck C 1
jBk     Ck  j  j 0 k  jCk'  j '
  0   0   Lk

Ce qui montre que la capacité shunt C k est transformée au un circuit LC parallèle avec les valeurs des
éléments,

L'k 
0Ck ( II.34)

Ck
Ck' 
0 ( II.35)

11
Chapitre II Les Filtres Micro-ondes

Les éléments du filtre passe-bas sont ainsi convertis en circuits résonnants série dans le bras série, et en
circuits résonnants parallèles dans le bras shunt.
La transformation inverse peut être employée pour obtenir une réponse stop-bande. Ainsi,
1
  
    0 
 0  
( II.36)

Où  et 0 ont les même définitions que dans (II.30-31). Alors les inductances séries du prototype passe-
bas sont converties en circuits LC parallèles dont les valeurs des éléments sont données par :
Lk
L'k 
0 ( II.37)

1
Ck' 
0 Lk ( II.38)

Les capacités shunts du prototype passe-bas sont convertis en circuits LC séries dont les valeurs des éléments
sont données par :
1
L'k 
0 Lk ( II.39)

Lk
Ck' 
0 ( II.40)

Les transformations des éléments d'un prototype passe-bas au passe-haut, passe-bande, ou stop-bande sont
récapitulées dans le tableau II.3. Ces résultats n'incluent pas la dénormalisation d'impédance, qui peut être
faite en utilisant (II.15-18).
Tableau II.3
Passe bas Passe haut Passe bande Stop bande

II.4 MISE EN ŒUVRE DES FILTRES

Les éléments localisés, tels que les inductances et les condensateurs sont généralement disponibles seulement
pour une gamme limitée de valeurs et sont difficiles à mettre en œuvre aux fréquences micro-ondes. Les
éléments distribués, tels que les tronçons de ligne de transmission à circuit ouvert ou en court-circuit, sont
souvent utilisés pour se rapprocher des éléments localisés idéaux. De plus, aux fréquences micro-ondes les

12
Chapitre II Les Filtres Micro-ondes

distances entre les composants du filtre ne sont pas négligeables. La transformation de Richard est employée
pour convertir des éléments localisés aux sections de ligne de transmission, alors que les identités de Kuroda
peuvent être employées pour séparer les éléments du filtre en employant des sections de ligne de
transmission.

II.4.1 La transformation de Richard

La transformation,

 l 
  tan  l  tan  
 vp  ( II.41)
 
l
trace le plan de dans plan de , qui se répète avec une période  2 . Cette transformation a été
vp
présentée par P. Richard .Ainsi, la réactance d'une inductance peut être écrite par :
jX L  jL  jL tan  l ( II.42)
et une susceptance d’une capacité peut être écrit par :
jBC  jC  jC tan  l ( II.43)
Ces résultats montrent qu'une inductance peut être remplacé par un stub court-circuité de longueur,  l et
d'impédance caractéristique L, alors qu’un condensateur peut être remplacé par un stub en circuit ouvert de
longueur  l et de l'impédance caractéristique 1/C; avec une impédance unité.

La coupure se produit à c  1 pour un prototype passe-bas; pour obtenir la même fréquence de coupure
pour le filtre obtenue par la transformation de Richard (II.41) montre que
  1  tan  l

Ce qui donne une longueur du stub de  / 8 , où  est la longueur d'onde de la ligne à la fréquence de

coupure,  c . Aux fréquences supérieurs à  c , les impédances des stubs ne s’adaptent plus aux impédances
des éléments discrets originaux, et la réponse du filtre est différente de la réponse du prototype.
Alors, en principe les inductances et les condensateurs d'une conception de filtre à élément localisés peuvent
être remplacés par des stubs en court-circuités et en circuit ouvert, comme illustré sur la figure II.10.

C.C

C.O

Figure II.10 Transformation de Richard. (a) Pour une inductance en un stub court-circuité.
(b) Pour une capacité en un stub en circuit ouvert
13
Chapitre II Les Filtres Micro-ondes

II.4.2 Les identités de Kuroda

Les quatre identités de Kuroda emploient des sections de ligne de transmissions redondantes pour réaliser
une implémentation plus pratique des filtres microondes en effectuant l’une des opérations suivantes:
 Stubs de ligne de transmission physiquement séparés
 Transformer les stubs série en stubs shunt, ou vice versa
 Changer les impédances caractéristiques non pratiques par les plus réalisables.
Les sections de ligne de transmission complémentaires s'appellent les éléments unité, de longueur  / 8 à  c
; les éléments unité sont ainsi proportionnés avec les stubs employés pour mettre en œuvre les inductances et
les condensateurs du prototype.
Les quatre identités sont illustrées au tableau II.4, où chaque boîte représente un élément unité, ou ligne de
transmission, pour une impédance caractéristique et une longueur spécifiques (  / 8 à  c ).
Les inductances et les condensateurs représentent des stubs court-circuit et en circuit ouvert, respectivement.

Tableau II.4 : Les quatre identités de Kuroda ( n  1  Z 2 / Z1 )


2

II.4.3 Inverseur d’impédance et d’admittance

Il est souvent souhaitable d'employer uniquement des éléments séries, ou parallèles dans la mise en œuvre
d’un filtre avec un type particulier de ligne de transmission. Les identités de Kuroda peuvent être employées
pour des conversions de cette forme, mais une autre possibilité est d’utilisé un inverseur d'impédance ( K ) ou
d’admittance ( J ). Ces inverseurs sont particulièrement utiles pour les filtres passe-bande ou stop-bande à
bandes étroites (  10% ).
L’opération de conception des inverseurs d'impédance et d'admittance est illustrée sur la figure II.11

14
Chapitre II Les Filtres Micro-ondes

(a)

(b)

(c)

(d)
Figure II.11 Inverseurs d'impédance et d'admittance. (a) Fonctionnement des
inverseurs d'impédance et d'admittance. (b) Implémentation par transformateur
quart d’onde (c) Implémentation par des lignes de transmission et des éléments
réactifs. (d) Implémentation par un réseau de condensateurs.

II.5 FILTRE PASSE-BAS A SAUT D’IMPEDANCE

Une manière relativement simple pour mettre en œuvre des filtres passe-bas en microruban ou triplaque est
d'employer des sections alternées des lignes de très haute et très basse impédance caractéristique. En raison
des approximations faites, leurs performances électriques ne sont pas meilleures, ainsi leur utilisation est
généralement limitée aux applications où une coupure pointue n'est pas exigée.
Pour une ligne de longueur petite, les inductances séries d'un prototype passe-bas peuvent être remplacés par
des sections de ligne à haut impédance ( Z 0  Z h ), et les condensateurs shunts peuvent être remplacés par des

sections de ligne à basse impédance ( Z 0  Z l ). Le rapport Z h / Z l devrait être le plus grand possible. La

longueur électrique des sections des inductances pour   c sont données par :

LR0
l   Inductance  ( II.44)
Zh

et la longueur électrique des sections des capacités pour   c sont données par

CZl
l   Capacité  ( II.45)
R0

Où R0 est l’impédance du filtre, L et C sont les valeurs des éléments normalisées ( g k ) du prototype passe-
bas.

15
Chapitre II Les Filtres Micro-ondes

II.6 FILTRES A LIGNE COUPLÉES

Les filtres passe-bande à bande étroite peuvent être faits avec des sections de ligne couplées en cascade. Une
seule section de ligne couplée peut être approximativement modélisée par le circuit équivalent montré dans
la figure II.12.

Figure II.12 Circuit équivalent d’une section de ligne couplée

Pour  proche de /2, les équations pour les impédances de modes pair et impaire de la ligne sont données
par :

Z 0e  Z 0 1  JZ 0   JZ 0  
2
  ( II.46)

Z 0o  Z 0 1  JZ 0   JZ 0  
2
  ( II.47)
Considérant un filtre passe-bande composé de N  1 sections de ligne couplé en cascades, comme représenté
sur la figure II.13a. Les sections sont numérotées de gauche à droite, avec la charge du côté droit. Le circuit
équivalent est représenté sur la figure II.13b. La ligne de transmission de longueur effective 2 est
approximativement /2 de longue au voisinage de la région passe-bande du filtre. Le circuit équivalent de
cette ligne est représenté dans la figure II.13c.
Le transformateur 1: 1 fournit un déphasage de 180°, puisque ceci n'affecte pas la réponse d'amplitude du
filtre, il peut être écarté. Pour    / 2 , les valeurs de l’inductance et la capacité du circuit résonnant
équivalant sont données par :
2Z 0
L
0 ( II.48)

1 
C 
L 2
0 2Z00 ( II.49)

Les lignes de longueur  sur l'une ou l'autre extrémité du filtre sont adaptées à Z0, et ainsi peuvent être
ignorées. Les inverseurs d'extrémité, J 1 et J N 1 , peuvent être chacun représentés par un transformateur suivi

d’une section de ligne  / 4 , comme représenté sur la figure II.13d. Le rapport de transformation est
N  JZ 0 . La ligne /4 produit simplement un déphasage et peut être ainsi ignorée.
On utilisant ces résultats pour les sections intérieures et d'extrémité on peut transformer le circuit de la figure
II.13b au circuit de la figure II.13e (cas N  2 ). On voie que chaque paire de sections de ligne couplées
mène à un résonateur LC shunt équivalent, et un inverseur d'admittance qui se produit entre chaque paire de
résonateurs LC.

16
Chapitre II Les Filtres Micro-ondes

Les inverseurs d'admittances transforme un résonateur LC shunt en résonateur LC série, menant au circuit
équivalent final de la figure II.13f ( N  2 ). Ceci permettra alors de déterminer les constantes d'inverseur
d'admittances J n , à partir des valeurs des éléments d'un prototype passe-bas.

(a)

(b)

(c)

(d)

(e)

(f)
Figure II.13 Développement du circuit équivalent pour la détermination des équations de
conception pour un filtre passe-bande à ligne couplé. (a) N+1 section de ligne couplée d’un filtre
passe-bande. (b) Utilisation du circuit équivalent de la figure 12 pour chaque section de ligne
couplée. (c) Circuit équivalent pour des lignes de longueur 2. (d) Circuit équivalent des
inverseurs d'admittance. (e) Utilisation des résultats de (c) et (d) pour le cas N=2. (f) Circuit à
éléments localisés pour un filtre passe-bande pour N=2.

De la figure II.13e, l’admittance juste à droite de l'inverseur J 2 est

1 C   0 
jC2   Z0 J 32  j 2     Z0 J 32
j L2 L2  0  

17
Chapitre II Les Filtres Micro-ondes

Puisque le transformateur multiplie l'admittance de charge par le carré du rapport de transformation. Alors
l'admittance vue à l'entrée du filtre est

1  1 J 22 
Y 2 2  jC1   
J1 Z 0  j L1 j C2 / L2  0  0    Z 0 J 32 
 C1   0  ( II.50)
1  J 22
 j     2 
 L1  0   j C2 / L2  0  0    Z 0 J 3 
2 2
J1 Z 0

Ces résultats emploient également le fait que Ln Cn  1 / 0 , pour tous les circuits résonants LC.
Maintenant l’admittance du circuit de la figure II.13f est
1 1
Y  jC1'  
j L1 j L2  1 / jC2'  Z 0
' '

C1'   0  1 ( II.51)
 j   
L1'  0   j L2 / C2  / 0  0 /    Z 0
' '

Ce qu'est identique à la forme de (II.50). Ainsi, les deux circuits seront équivalents si les conditions suivantes
sont réunies:

1 C1 C1'
2 2
 ( II.52)
J1 Z 0 L1 L1'

J 12 Z 02 C2 L'2
 ( II.53)
J 22 L2 C2'

J 12 Z 03 J 32
 Z0 ( II.54)
J 22

Ln et C n sont données par (II.48-49); L'n et Cn' sont déterminés à partir des valeurs des éléments d'un

prototype passe-bas à éléments localisés qui a été dénormalisé en impédance et transformé en fréquence à un
filtre passe-bande. On utilisant les résultats du tableau II.3 et les formules de dénormalisation d'impédance de
(II.15-18), les valeurs de L'n et Cn' sont données par :

Z 0
L1' 
0 g1 ( II.55)

g1
C1' 
0 Z0 ( II.56)

g2 Z 0
L'2 
0 ( II.57)


C2' 
0 g2 Z 0 ( II.58)

Où   2  1  / 0 est la largeur de bande partielle du filtre. Alors (II.52-54) peuvent être résolus pour les

constantes d'inverseur ce qui donne (pour N  2 ):

18
Chapitre II Les Filtres Micro-ondes

1/4
 C L'  
J1 Z0   1 1'   ( II.59)
 L1C1  2 g1
1/4
 C2 C2'  
J 2 Z0  J1 Z 02  ' 
 ( II.60)
 L2 L2  2 g1 g2

J2 
J 3 Z0   ( II.61)
J1 2 g2

Après que les J n sont déterminés, Z 0e et Z 0o pour chaque section de ligne couplée peut être calculé de

(II.46-47).
Les équations de conception pour un filtre passe-bande à N  1 sections de ligne couplées sont


J1Z 0  ( II.62)
2 g1


J n Z0  pour n  2,3....., N ( II.63)
2 g n 1 g n


J N 1 Z 0  ( II.64)
2 g N g N 1

Les impédances caractéristiques de modes pair et impair pour chaque section sont déterminées de (II.46-47).

II.7 FILTRES A RÉSONATEURS COUPLÉS

Les filtres passe-bande et stop-bande exigent des éléments qui se comportent comme des circuits résonnants
série ou parallèles. D’autres types de filtres microondes utilisent des lignes de transmission ou cavités
résonantes.

II.7.1 filtres passe-bande et stop-bande à résonateurs quart d’onde

Les stubs à ligne de transmission quart d’onde en circuit ouvert ou court-circuitée ressemblent aux circuits
résonnants séries ou parallèles, respectivement ; de tels stubs permettent d’implémenter des filtres passe-
bande ou stop-bande, comme représenté sur la figure II.14. La longueur des stubs et des sections de ligne de
transmission es  / 4 à la fréquence centrale 0.
La réponse du filtre employant N stubs est totalement identique à celle d'un filtre à ligne couplée utilisant
N  1 sections. L'impédance interne du filtre à stubs est Z0. Cependant, l’inconvénient du filtre est qu’il exige
souvent des impédances caractéristiques qui sont difficiles à réaliser dans la pratique.
Les équations de conception requises pour les impédances caractéristiques des stubs, Z0n, seront déterminées
en fonction des valeurs des éléments d'un prototype passe-bas.
Comme le montre la figure II.15a, un stub en circuit ouvert peut être rapproché à un résonateur LC série si sa
longueur est proche de 90°. L’impédance caractéristique du stub est donnée par :

19
Chapitre II Les Filtres Micro-ondes

40 Ln
Z 0n 
 ( II.65)

(a)

(b)
Figure II.14 Filtre stop-bande et passe-bande utilisant des résonateurs shunts
à ligne de transmission. (a) Filtre stop-bande. (b) Filtre passe-bande

(a)

(b)

(c)
Figure II.15 Circuit équivalent pour le filtre stop-bande de la figure 14a. (a) Circuit équivalent du stub
en circuit ouvert pour    / 2 . (b) Circuit équivalent du filtre utilisant des résonateurs et des
inverseurs d’admittance. (c) Filtre stop-bande équivalent à éléments localisés.

Si les sections quart d’onde entre les stubs sont considérés comme des inverseurs d’admittances idéaux, le
filtre stop-bande de la figure II.14a peut être représenté par le circuit équivalent de la figure II.15b. Les
éléments du circuit équivalent peuvent être liés à ceux du filtre prototype stop-bande à élément localisés de la
figure II.15c.
De la figure II.15b, l'admittance Y, vu vers le résonateur L2C2 est

20
Chapitre II Les Filtres Micro-ondes

1
1 1  1 1 
Y  2   
jL2  1 / jC2  Z 0  jL1  1 / jC1  Z 0 
( II.66)
1 1  1 1 
   
j L2 / C2  / 0  0 /   Z 0  j L1 / C 1  / 0  0 /   Z 0 

L’admittance au point correspondant dans le circuit de la figure II.15c est


1
1  1 
Y '    Z  
 
jL2  1 / jC2'   jC1'   1 / jL1' 
 
0

 
1 ( II.67)
1  1 
  Z0 
j L'2 / C2'  / 0  0 /    j C1' / L1'  / 0  0 /   

Ces deux résultats seront équivalents si les conditions suivantes sont vérifiées :

1 L1 C1'
 ( II.68)
Z 02 C1 L1'

L2 L'2
 ( II.69)
C2 C2'

Puisque Ln Cn  L'n Cn'  1/ 02 , ces résultats peuvent être résolus pour Ln, tel que

Z 02
L1 
02 L1' ( II.70)

L2  L'2 ( II.71)
Alors en utilisant (II.65) et la dénormalisation d’impédance des éléments du filtre stop-bande du tableau II.3,
les impédances caractéristiques des stubs sont données par :
4 Z 02 4Z0
Z 01  
0 L1  g1
' ( II.72)

40 L'2 4Z0


Z 02  
  g2  ( II.73)

Où   2  1  / 0 est la bande passante fractionnelle du filtre. Le résultat général des impédances

caractéristiques du filtre stop-bande est :


4Z0
Z 0n 
 gn  ( II.74)

Pour le filtre passe-bande les impédances caractéristiques sont données par :


 Z0 
Z 0n  ( II.75)
4 gn
Ces résultats ne peuvent pas être employés pour des conceptions de Tchebychev avec N pair.

21
Chapitre II Les Filtres Micro-ondes

II.7.2 Filtres passe-bande à résonateurs séries à couplage capacitif

La figure II.16 représente un exemple d’un filtre passe-bande sous forme microruban ou triplaque à
résonateur à couplage capacitive. Un filtre d'ordre N utilise N sections de résonateurs série avec N  1 gap
capacitives. Ces gaps peuvent être approchés par des condensateurs série. Le filtre peut être alors modélisé
comme représenté sur la figure II.16b. La longueur des résonateurs est approximativement /2 à la fréquence
centrale 0.
Les lignes  sont de longueur /2 à , ainsi la longueur électrique  i , de la section i dans les figures
II.16a,b est :
1 1 1
i    i  i 1 pour i  1,2,...., N ( II.76)
2 2 2
Avec i  0 , pour que le condensateur série et la ligne de transmission de longueur négative formant le
circuit équivalent d'un inverseur d'admittance, comme le montre la figure II.11c. La relation entre la longueur
électrique de la ligne et la susceptance capacitif est :

i   tan 1  2 Z 0 Bi  ( II.77)
Alors la constante d’inverseur peut être liée à la susceptance capacitif par :
Ji
Bi 
1   Z0 J i 
2 ( II.78)

Le modèle du filtre est représenté sur la figure II.16d. Puisque les circuits de la figure II.13b et II.16d sont
identiques (   2   à la fréquence centrale), on peut employer les résultats de l'analyse du filtre à ligne

couplée. Ainsi, on peut employer (II.62-64) pour trouver les constantes d'inverseur d'admittance J i , à partir

des valeurs de g i et  . Alors (II.78) peut être employé pour trouver les susceptances Bi . Finalement, la
longueur électrique des sections de résonateur peut être trouvée de (II.76) et (II.77) tel que:
1
i     tan 1  2Z0 Bi   tan 1  2Z0 Bi 1  ( II.79)
2

22
Chapitre II Les Filtres Micro-ondes

Figure II.16 Développement de l'équivalence entre un filtre passe-bande à résonateurs à couplage


capacitive et le filtre passe-bande de la figure II.13. (a) filtre passe-bande à résonateur à couplage
capacitif. (b) Modèle de ligne de transmission. (c) Modèle de ligne de transmission avec des sections
de longueur négative formant les inverseurs d'admittance.(d) Circuit équivalent en utilisant les
inverseurs et résonateurs .

23