Vous êtes sur la page 1sur 6

Mesdames, Messieurs

,
Nous comptons parmi nous ce soir pour cette cérémonie des vœux de
nombreuses personnalités (Sous-préfet, sénateurs, élus du Conseil régional,
présidente du Conseil départemental, Maires, élus communautaires, élus,
responsables d’administrations, d’entreprises ou d’associations), et je tiens à
vous remercier pour votre présence.
Je vous souhaite à toutes et tous qui êtes présents à nos côtés ce soir, que
cette nouvelle année vous apporte, selon la formule consacrée, la réussite, la
santé et de grands moments de joie.
Je souhaite aussi pour notre Communauté de Communes, (qui au passage
arbore un nouveau logo que vous pouvez découvrir en exclusivité), d’inscrire
dans cette nouvelle année qui démarre, des liens de confiance renouvelés
entre la CCPV et ses communes membres, ainsi qu’entre les communes
membres elles-mêmes.
Car vous le savez, entre une communauté de communes et ses communes
membres, c’est un travail d’équipe qui s’instaure au quotidien.
En effet, si les communes disposent d’une compétence générale posée par le
principe de libre administration prévu à la Constitution, la faculté lui est
reconnue de déléguer quelques-unes de ses compétences à une structure
intercommunale (syndicat, communauté de communes, etc.).
Toutefois, si certains transferts de compétences se font ainsi à l’initiative de la
commune, il faut aussi admettre que d’autres en revanche sont impulsés par
nos législateurs qui les rendent obligatoires.
Et il n’a échappé à personne que ces derniers temps, un mouvement de
transfert important de compétences vers les communautés de communes a été
initié (développement économique, tourisme, aire d’accueil des gens du
voyage, GEMAPI, et bientôt l’eau et l’assainissement).
Ces mouvements de transfert de compétences ne sont pas sans incidence. En
effet, une fois le transfert opéré vers la communauté de communes, la
commune ne peut normalement plus exercer cette compétence.
Ceci n’est pas sans poser plusieurs problèmes, ne serait-ce que parce qu’il est
parfois difficile de définir les limites des compétences transférées et de celles
qui subsistent au sein des communes.

1
Ce manque de clarté sur les limites vient du fait qu’il y a une imbrication forte
entre les compétences transférées à l’intercommunalité et celles qui
demeurent au sein des communes.
Je prendrais un seul exemple : la CCPV gère le développement économique,
mais c’est la commune qui prévoit les possibilités d’implantation d’entreprises
dans les plans locaux d’urbanisme. Mais figurez-vous que ces plans locaux
d’urbanisme, votés par les communes donc, doivent eux-mêmes être
compatibles avec le Schéma de Cohérence territorial qui lui, relève de la
compétence de la communauté de communes.
On voit bien par cette simple illustration comment l’exercice des compétences
communales et intercommunales est imbriqué.
Mais c’est heureux quelque part, car ce lien entre la structure intercommunale
et ses communes membres est d’une importance fondamentale pour réussir le
développement de notre territoire.
Une structure telle que la Communauté de Communes du Pays de Valois ne
peut exercer que si elle s’appuie sur ses bases que sont les communes et leurs
représentants car ce sont eux qui connaissent le mieux les spécificités locales
de nos 62 communes.
Dans les années à venir, ce lien entre la communauté de communes et les
communes membres va s’amplifier, nous le savons.
Il est donc important d’œuvrer à toujours bien faire fonctionner ce bloc
communal constitué des 62 communes et la communauté de communes aussi
bien :
• entre les différents élus,
• entre élus et services,
• entre services des communes et services de la communauté de
communes.
L’objectif qui nous guide dans cette démarche est de rendre le meilleur service
possible aux habitants de notre territoire.
Et si nous sommes conscients qu’il y a encore des pistes d’amélioration à
exploiter, croyez bien que nous sommes mobilisés pour atteindre cet objectif.
Après cette introduction je vais revenir si vous le permettez sur quelques
évènements marquants de 2018 et sur les perspectives pour 2019.

2
Développement économique et tourisme
2018 a vu l’installation de plusieurs entreprises sur la zone de Nanteuil-le-
Haudouin (Alinéa, Klass All Road, etc.), ce qui témoigne de l’attractivité de
notre territoire.
Après d’intenses pourparlers menés en toute discrétion, impliquant différents
acteurs de l’État, du Département et de la Région, que je tiens à remercier ce
soir, nous avons pu annoncer l’implantation du centre de recherche européen
de Kubota à Crépy-en-Valois. Une implantation qui à n’en pas douter va
contribuer au rayonnement du Valois.
Je citerais également la reprise du Château d’Ermenonville par des
investisseurs canado-libanais, le lancement des études sur le pôle gare de
Crépy-en-Valois en vue d’y créer une offre tertiaire, le lancement d’une étude
pour la création d’un parc de sculptures monumentales en plein air pour
renforcer notre attractivité touristique.
Et puisqu’il est question de tourisme, félicitons-nous du renforcement des liens
avec nos voisins de la Communauté de Communes Retz-en-Valois pour
promouvoir les aspects communs de nos deux territoires.

Collecte des déchets
2018 a été marquée par la mise en place de la collecte mécanisée avec caissons
déposables directement sur le train.
Si cette évolution a été prioritairement guidée par l’ambition d’éviter une
augmentation significative des coûts de collecte lors du renouvellement du
marché, ceci ne s’est pas fait sans encombre.
En effet, nous avions bien prévu dans le marché une phase de préparation à la
mise en place de ce nouveau mode de collecte avec des référents dans chaque
commune mais ceux-ci n’ont pas été suffisamment associés à cette
préparation. Une plus grande implication aurait pu éviter certaines erreurs,
nous en sommes conscients et nous le regrettons.
2019 devra donc permettre d’améliorer ce service en corrigeant ses défauts et
en renforçant la communication qui doit également améliorer la qualité du tri.

3
Eau
Dans le domaine de l’eau, la prise de compétence GEMAPI en 2018 n’a pas été
simple à mettre en œuvre car le territoire de la CCPV repose sur 9 bassins
versants.
2019 doit permettre de bien cadrer le rôle et l’implication des différents
syndicats sur lesquels la CCPV s’appuie pour exercer la compétence.
En 2018, un gros travail de préparation dédié aux transferts des compétences
eau potable et assainissement s’est fait en essayant d’associer les
représentants des communes. Ce travail d’étude et de discussion se poursuivra
en 2019.
Je ne peux pas préjuger de la décision des communes concernant ce transfert
mais je souhaite qu’il puisse se faire dans l’objectif d’améliorer la sécurité en
matière de distribution d’eau potable. C’est une problématique forte sur
certains lieux de notre territoire et la solidarité intercommunale a, me semble-
t-il, sa carte à jouer dans l’amélioration de cette situation.

Pôle technique
Après la prise de compétence « Aire d’accueil des gens du voyage » en 2017,
l’année 2018 a été marquée par un changement de prestataire pour la gestion
de notre aire d’accueil. L’occasion pour nous de créer un lien très pertinent
avec les communautés de communes voisines, puisque l’on recourt, ensemble,
à un prestataire partagé pour gérer actuellement 3 aires, et bientôt 5.
2018 a également été marquée par la fin de l’aménagement de la voie verte et
la mise en place d’un service dédié pour son entretien. Au terme d’un an de
fonctionnement, on peut considérer, au vu de sa fréquentation, qu’il s’agit
d’une réussite.
Réussite également dans le renouvellement du service aide aux communes
porté par la CCPV (marquage au sol, contrôle des poteaux incendie, marché à
bon de commande pour l’entretien des voiries communales). Beaucoup de
communes ont adhéré au dispositif qui sera bientôt étendu au balayage et
désherbage des voiries (via le service eau et assainissement).

4
Aménagement du territoire
L’année 2018 a été marquée par l’adoption de notre SCoT grenellisé qui fixe les
grandes lignes du développement de notre territoire pour les années à venir.
L’année 2019 marquera la finalisation de l’étude de notre Plan Climat Air
Energie Territorial, qui débouchera surement sur un plan d’actions.
Il y aura également dans ce domaine la poursuite de la mutualisation, la
préparation à la dématérialisation de l’instruction des Autorisations du Droit
des Sols pour continuer à mettre en ligne les différents documents
d’urbanisme.

Culture
Poursuite de la programmation des Musivales qui rencontrent toujours un
grand succès (souvent à guichet fermé) ; Mise en place d’un cycle de
conférences les Patrivales ; Pérennisation des interventions en milieu scolaire
de professeurs de musique (une intervention des élèves des orchestres à
l’école vous sera proposée à la fin de cette cérémonie des vœux).
Les échanges initiés depuis plusieurs années en vue de la fusion des écoles de
musique et de danse du Valois vont se concrétiser dans une réorganisation qui
commencera à se mettre en place en 2019. Cette évolution doit permettre une
augmentation de la lisibilité de l’offre actuelle une amélioration de l’attractivité
du Valois par une offre culturelle conséquente et enfin pouvoir prétendre au
statut de conservatoire labellisé Danse et Musique.

Sachez que toutes ces actions sont rendues possibles grâce au dévouement des
services de la CCPV, sous la responsabilité des différents vice-présidents et de
son DGS, et avec le soutien de la Direction des moyens généraux qui s’est vue
renforcée l’an dernier par l’arrivée d’une juriste. Qu’ils en soient tous
remerciés, tout comme nos partenaires institutionnels (État, Région,
Département) sans l’appui desquels nous ne pourrions rendre tout cela
réalisable, partenaires qui à travers diverses instances nous associent à leurs
projets (je pense à l’espace de dialogues, à la conférence des EPCI et aux
nombreuses occasions de travailler ensemble).

5
Nouveau logo de la CCPV
Et maintenant, comme je vous l’ai annoncé en début de cérémonie, je vous
propose de découvrir sans plus tarder la nouvelle identité visuelle de la CCPV.
La CCPV a mené un travail de réflexion sur le renouvellement de son logo qui
datait de 2007. Cette volonté s’inscrit dans une démarche globale qui vise à
donner un nouvel élan à l’identité visuelle de la CCPV, à l’heure où les
territoires sont concernés par les enjeux du marketing. Mais surtout, l’objectif
de ce projet est de pouvoir créer un nouveau logo qui corresponde à l’image
d’un territoire dynamique en mouvement qui se développe et qui va être
amené à se développer davantage dans les années à venir.
Lancement de la vidéo de présentation.

6

Centres d'intérêt liés