Vous êtes sur la page 1sur 9

No 7895 Alpes Vendredi 25 janvier 2019

Le Monte-Carlo a - enfin - débuté


hier. Au programme, shakedown,
parade et premières épreuves
chronométrées. P.2 à 9
/ PHOTOS STÉPHANE DUCLET ET ÉRIC CAMOIN

8 pages spéciales

Selonnet a vibré pour la 1ère spéciale.

Les fans ont fait le plein de dédicaces.

Rallye Monte-Carlo

Déjà
Déjà "show"!
"show" ! L’équipage "La Provence" est lancé.

FORCALQUIER
L’ÉDITO
L’homme à la hache
Je suis malade ! était un agent EDF P.10
Par Philippe SCHMIT
C’est à l’anglaise que l’Agence régionale de
santé Paca a décidé de parler des maladies
DIGNE-LES-BAINS
chroniques. C’est-à-dire avec image et mes-
sage chocs. Mamie fardée provocante et dia-
Pas de restructuration
bétique, papy hilarant et cardiaque, jolie
femme obèse faisant la grimace, tous posent
pour les Finances
en gros plan dans le métro phocéen et bientôt
sur les bus à Manosque, Gap, Aix…
publiques en 2018 P.12
Le slogan est direct : "Je suis un(e) grand(e)
malade ! Et alors ?" L’objectif est d’inciter les MANOSQUE
milliers de personnes atteintes de maladie
chronique à s’en approprier l’impact sur leur Le service social met
vie quotidienne en participant à un "pro-
gramme d’éducation thérapeutique". Ne plus en place un "grenier
avoir honte de son insuffisance respiratoire,
en parler car elle est une compagne de vie, numérique" P.13
cela doit permettre de mieux se soigner et se
faire accepter comme on est. SISTERON
Ne plus avoir honte d’être malade : pas fa-
cile. Car peut-on étaler ses failles sans s’affai-
blir au regard d’autrui, notamment d’un em-
La commune
ployeur, ou sans effrayer ses enfants ? Cette
campagne interpelle à bon escient. Nommer
ferme le robinet
les choses, c’est déjà les maîtriser. Surtout,
qui connaît plus intimement sa pathologie
au groupe Suez P.15
que le malade lui-même ? À la faculté de mé-
BARCELONNETTE
decine de Marseille, cette expertise fait partie
d’une formation pour les patients qui le sou-
haitent, pour venir ensuite en appui des méde-
cins. Alors oui, je suis malade. Ça vous gêne ?
"Nous allons nous battre"
ENTRETIEN EXCLUSIF Frustré par des résultats décevants, Frank McCourt, le propriétaire de l’OM,
Des chèques
pour les vacances
Lire aussi notre article page V ➽ comprend le désarroi des supporters. Pour sortir de la crise, l’homme d’affaires américain mise sur la
stabilité. Il sera ce soir au Vélodrome pour assister à la réception de Lille (20h45). / PHOTO F.S. P.25 à 27 des enfants P.16
900662

Soldes.
Plus de réductions
sur les prix outlet
’:HIMKMG=YUVXUW:?k@l@c@f@a"
0 20264 - 125 - 1,30 E - 0

Ouvert dimanche.
mcarthurglenprovence.fr
Soldes jusqu’au 19 février. Conditions en boutiques. Outlet = prix réduit par rapport aux saisons précédentes.
Au bord des routes ou dans les bars du village, venus de la vallée de la Blanche ou de l’Est de l’Europe, les spectateurs ont bien évidemment été
présents en nombre autour de Selonnet. / PHOTOS ÉRIC CAMOIN

Pleins feux
sur La Bréole
et Selonnet
I l y a ces huit Portugais qui depuis 1998 effec-
tuent le voyage afin de partager le rallye avec
un natif installé dans la vallée de la Blanche. Il
y a ces Alsaciens qui viennent au Monte-Carlo et
iront "en Allemagne, parce que ce n’est pas loin de
écarts des suivants. Neuville a-t-il fait le bon
choix de pneus ? Pas sûr au vu des commentaires
de ces passionnés de l’Est de la France. Sébastien
Loeb passe… avec près de 13 secondes de retard
sur Ogier selon les amateurs de chronos intermé-
chez eux". Il y a ce couple de Selonnet enchanté diaires. "Oui, mais c’est propre" s’accordent-ils à
de voir à quel point la commune s’est mobilisée dire.
pour offrir une réelle fête en ce soir de première Sophie, elle, est bien loin de la précision de ces
spéciale du 87e rallye Monte-Carlo. informations. Elle est venue par curiosité. Pour
Car dans le froid, tous ont la même lueur dans approcher ces bolides qui défilent sur les écrans.
les yeux et le même sourire aux lèvres alors que le Et si elle a payé 2 ¤ pour s’asseoir sur les gradins,
bruit d’un moteur crachant ses chevaux s’ap- c’est justement pour être sûre de bien les voir.
proche. On retient sa respiration. Comment la Car elle ne sait pas si elle renouvellera l’opéra-
voiture va-t-elle aborder l’épingle du pont ? tion vu la température… C’est la richesse du ral-
Ce moteur, justement, c’est Sébastien Ogier et lye : pouvoir proposer un spectacle gratuit gran-
Julien Ingrassia. 6 fois champions du monde. Ils deur nature. Accessible aux plus passionnés
ouvrent la piste et assurent le chrono. Sachant comme aux néophytes. Un spectacle auquel Se-
que les voitures partent toutes les trois minutes, lonnet a fourni un décor à la hauteur de l’événe-
les plus passionnés sont occupés à calculer les ment. Emmanuelle FABRE

La première spéciale traversait hier soir le


village de Selonnet. Les pilotes n’ont pas levé le
pied pour autant, cherchant à perdre le moins
de temps possible. Mention spéciale à Ott
Tänak, vainqueur de la spéciale, et au pilote
finnois Esapekka Lappi, qui ont fait vibrer les
spectateurs ! / PHOTO ERIC CAMOIN


Le ski club de la vallée,
LE CLIN D’ŒIL
CHEZ LE POÈTE,
L’INCONTOURNABLE
DU RALLYE

roi de la saucisse
Sur la petite place du village de Selonnet, à
Pas moyen d’assister au
Monte-Carlo sans passer par le
Poète à Selonnet, et donc chez
Flo, la tenancière de ce bar de
pays depuis 27 ans. C’est ici que
côté du boulodrome où se jouent les parties es- l’on pose un as sur un roi avec
tivales post-siestes, un barnum a été monté une lampée de Ricard tout en
par le comité des fêtes et le ski club de la vallée. gardant un œil sur le rallye à
Appelé fièrement Union sportive de la l’écran. Plus de 500 personnes
Blanche (USB), ce dernier est présidé par ont dû défiler dans la journée
Jean-Noël Tron depuis six ans et compte une entre ces quatre murs vert fluo
centaine de licenciés. Accompagné de Natha- et une trentaine d’entre eux ont
lie, c’est cet "animal" qui a fait fumer la plan- savouré la daube de bœuf et le
cha hier soir, à grands coups de saucisses de civet de sanglier, faits maison.
pays de la ferme Pelissones. Grasses à souhait, En témoignaient hier soir le car-
giclant à chaque pique de fourchettes pour fi- relage boueux et les verres ag-
nir dans un bout de pain, elles ont été vantées glutinés sur le comptoir juste
toute la soirée par ce spécialiste de la buvette avant l’arrivée des voitures dans
plus que de la grillade. Toujours prêt à ouvrir le village. "Je ne suis pas une
sa gargote pour soulager la cotisation de ses pe- acharnée du Monte-Carlo mais
tits skieurs compétiteurs, il donne Loeb ga- qu’est-ce que j’aime l’am-
gnant pour ce Rallye Monte-Carlo (parce que biance !" se délectait Flo hier
le Champsaur "c’est pas chez nous"). Ren- soir. Si vous avez manqué ce mo-
dez-vous le week-end prochain avec ce roi de ment – parce qu’il n’est pas ré-
la saucisse pour une nouvelle plancha party servé qu’au rallye -, le bistrot est
lors du Grand prix de la vallée en nocturne à Jean-Noël et Nathalie ont régalé tous les affamés de ouvert sept jours sur sept, toute
Chabanon. J.Ol. Selonnet. / PHOTO ERIC CAMOIN l’année.
Ce n’est pas le froid qui découragera les spectateurs qui ont, pour certains, trouvé de quoi se réchauffer en attendant le passage des bolides en
plein cœur des villages de La Bréole et Selonnet. / PHOTOS ÉRIC CAMOIN ET S.A.

À LA BRÉOLE
Une petite frayeur
et un public fidèle
au rendez-vous

Après bien des péripéties - té coincé sous l’arche d’arri-


et un petit détour par des vée à Bastia, mais les talents
routes incertaines et très en- de pilote de Yann auront per-
combrées, le bus affrété par mis d’éviter une annulation
Ubaye Tourisme pour les pure et simple de la spéciale !
élus de la vallée de l’Ubaye Place, alors, au spectacle.
est arrivé à bon port au ha- Une succession de feux de
meau de l’Egaye, hameau camps pour se protéger du
d’Ubaye-Serre-Poncon. froid avant d’assister au feu
Coup de chapeau à Yann Pel- d’artifice et au coup d’envoi
legrin, le chauffeur, qui a pilo- de la course a vu le jour tout
té d’une main de maître au long de la sépciale. À
cette montée sur le tracé de l’Egaye, la joyeuse troupe des
la spéciale sous les ovations Bréole i Brius avait préparé
de public massé en nombre avec soin l’accueil des specta-
tout au long du parcours et teurs autour des braséros,
les zones prévues à cet effet. des stands boisson et restau-
On aurait pu assister à la ration… le tout baigné dans
même scène que lors du cen- une joyeuse ambiance musi-
tenaire du tour de France cy- cale.
cliste, lorsqu’un bus était res- Sylvie ARNAUD

LE PORTRAIT D’UN PASSIONNÉ DU PAYS DIGNOIS

Romuald Richaud, tombé tout petit dans la marmite


Loin des budgets du WRC ou de c’est pareil, la famille et les copains
l’IRC, de nombreux pratiquants du sont toujours là.
sport automobile assouvissent leur pas- Après une pause de 2007 à 2014, jus-
sion avec de petits moyens, leurs tement par manque de moyens, il re-
propres deniers… et beaucoup de sys- part avec Renault Clio RS qui déve-
tème D. C’est le cas de Romuald Ri- loppe un peu moins de 200 chevaux et
chaud d’Aiglun, près de s’engage en groupe A classe 7 : l’an der-
Digne-les-Bains, qui a disputé son pre- nier, Fayence, Laragnais et Haute-Pro-
mier rallye en 2001. vence (national) plus Gap Racing et
Fils de Daniel Richaud, l’un des orga- Mistral (régional). "Sans compter la voi-
nisateurs du Terre de Provence aux cô- ture, un régional me coûte environ
tés de Gérard Gastinel, "Rom" est tom- 500 ¤ et un national 1 200 ¤" explique
bé tout petit dans la marmite. Et, dès "Rom" qui a signé de belles places à
qu’il le put, il se lança sur une Peugeot Fayence (1er de classe) et au Laragnais
205 Gti. Mécanicien de profession, il a (deux fois 2 e de classe). Une perfor-
toujours préparé ses voitures de A à Z, mance quand on sait combien il y a
sauf pour ce qui concerne la cartogra- d’autos bien conduites en A7 ! Avec
phie qui nécessite un matériel pointu l’aide des Taxis d’Aubignosc et de la
dont il ne dispose pas. Son patron et menuiserie Guichard, son cousin et co-
sponsor, le garage Gerini agent Peu- pilote, "Rom" va même tenter de mon-
geot à Malijai, l’ami Jean-Michel Olivei- ter d’un cran en 2019 en disputant le
ra du garage Mecatech à Digne qui rallye du Mont-Blanc, l’une des plus
monta dans le baquet de droite, et les belles manches du championnat de
copains sont bien sûr mis à contribu- France. Le budget, 3 500 ¤, est presque
tion et il ne compte pas les heures pas- réuni, mais il reste de la place sur la car-
sées sur la voiture. Pour l’assistance, rosserie : avis aux amateurs ! G.M.
La séance de mise au point permet aux pilotes, expérimentés comme aux novices, de tester la voiture en conditions de course. L’occasion pour
Sébastien Loeb d’échanger avec son coéquipier, chez Hyundai, Thierry Neuville ou pour Sébastien Ogier de discuter avec ses ingénieurs.

SHAKEDOWN
L e shakedown est devenu un ren-
dez-vous à ne pas manquer au
Monte-Carlo. Si pour les équi-
pages, il s’agit avant tout d’une
séance de mise au point, de réglage
tendre les premiers vrombissements
des bolides", précise-t-il. Il fait partie
de ces amoureux de belles méca-
niques, venu avant tout pour le spec-
tacle. Alors pas question de choisir
tous les Monte-Carlo depuis des an-
nées. Si certains profitent des départs
à fond des pilotes, d’autres n’ont
qu’un mot en tête : la gagne. Et à ce
petit jeu du chauvinisme plus que du
des derniers détails, le public lui, a pronostic, la star locale Sébastien
une nouvelle fois répondu présent, Ogier a un boulevard devant elle.
hier. Et il fallait être matinal pour pro- "Seb Ogier, c’est le "C’est le meilleur, toute la vallée est
fiter du spectacle, sur les hauteurs de derrière lui. Cette nouvelle édition du
Gap. Dès 9 h, les places de parking, le meilleur, toute la vallée du rallye, elle est pour lui", assure Hervé,
long de la route de Veynes étaient Champsaur est derrière lui" un Champsaurin.
prises d’assaut sur plusieurs kilo- D’autres équipages, moins connus
mètres. Mais rien n’a freiné la pas- et venant de plus loin ont aussi droit
sion des visiteurs, pas même les tem- un pilote favori, "même si, forcément, à leur fan-club. Pour le comprendre,
pératures, à la limite du négatif. il y en a deux au-dessus du lot que il suffit de lever les yeux. À l’instar
"Nous venons du Nord pour le spec- sont Loeb et Ogier". d’une Coupe du monde, les dra-
tacle alors nous, le froid, on connaît", Alors quand les premiers véhicules peaux d’innombrables pays flottent
avoue Patrick, un passionné. se présentent sur la ligne de départ, dans le ciel haut-alpin.
Comme lui, ils étaient des milliers, tous les spectateurs ou presque re- Jusqu’à dimanche, la Capitale
répartis un peu partout sur le tracé. tombent en enfance. "C’est un spec- douce devient the place to be du ral-
Le père de famille de 52 ans a de son tacle magique", lance une mère de fa- lye. Pour le bonheur de tout un terri-
côté choisi de profiter du spectacle mille originaire du département voi- toire.
près de la ligne de départ. "J’aime en- sin de la Drôme, qui est présente sur Thomas BLANCHON

Le public gapençais répond toujours


présent pour le shakedown. Surtout
lorsque le local de l’étape, Sébastien
Ogier, assure le show au volant de sa
nouvelle Citroën C3 WRC. Un passage
au cordeau pour une dernière mise au
point. / PHOTO STÉPHANE DUCLET

Les mécanos assurent les derniers réglages


U ne petite foule s’est agglutinée de-
vant le stand Citroën. Les photo-
graphes amateurs sont camou-
flés derrière leurs bonnets. Le vent gla-
cial n’a découragé personne. Bercé par
précisément ce qu’il a à faire. Si, pen-
dant le shakedown, le temps ne compte
pas, pendant les spéciales leur interven-
tion est chronométrée. À ce moment,
les mécaniciens porteront un brassard
chef de voiture d’Esapekka Lappi, le par-
tenaire d’Ogier dans les rangs de la
marque aux chevrons. L’intervention se
prolonge. L’équipe du pilote champsau-
rin met un point final à son œuvre.
le ronflement lointain des moteurs, le fluo. Ils ne seront alors que quatre à pou- Devant le garage, la foule est toujours
public attend Sébastien Ogier. Derrière voir toucher la voiture. En attendant là. Les fans ont collé leur visage sur la
les bâches en plastique, les mécani- d’entrer dans le vif du sujet, le premier bâche transparente, pour mieux voir ce
ciens remettent leurs combinaisons passage d’Ogier est serein. Les premiers qui se passe à l’intérieur. Les spécia-
rouges et préparent leurs plateaux. De- chronos sont tombés. Le champion du listes commentent le choix des pneus,
hors, les spectateurs se resserrent et monde en titre est déjà devant. pendant que les plus jeunes se tortillent
laissent une place pour le passage de la pour apercevoir Ogier. Un père a pris
voiture. "On peut gagner un dixième son fils sur ses épaules. Au milieu du
L’enfant du pays vient de boucler son de seconde au kilomètre" moulon, le petit bonhomme a une vue
premier passage sur le shakedown. Son Ils sont huit à tourner autour du véhi- imprenable sur le stand. Il reste sans
équipe est prête pour les derniers ré- cule. En fonction du choix des pneuma- voix, les yeux écarquillés. De l’autre cô-
glages. La C3 rugissante pénètre à l’inté- tiques, les experts modifient des ré- té, le champion du monde est détendu.
rieur du garage. Sur la route, le pilote glages sur les barres anti-roulis et sur Il prend le temps de discuter avec un
était en contact radio avec son ingé- les ressorts des suspensions. L’occasion groupe de journalistes. Souriant, dispo-
nieur, pour lui transmettre ses pre- également d’améliorer l’installation du nible, au micro de nos confrères
mières sensations. Ce dernier dispose pilote et de son coéquipier. d’Alpes 1, diffusée sur l’ensemble du
de toutes les données sur le véhicule, Il ne s’agit pas d’une révolution mais parc fermé, Sébastien Ogier n’hésite
mais aussi sur la météo, sur l’état de la d’une finalisation. Jusqu’au dernier ins- pas à dire qu’il se sent confiant avant de
route et même sur la température du tant, les mécanos se battent contre le saluer et de remercier son public. Le
sol. C’est lui qui assure le lien avec le temps. "On peut gagner un dixième de gentleman s’installe dans sa voiture. Le
chef de voiture, c’est-à-dire le mécani- seconde au kilomètre. Ça paraît infime, moteur gronde à nouveau. Il fend la
cien qui dirige la chorégraphie quand le mais à la fin du rallye ça peut faire la dif- Juste après son premier passage sur le shakedown, Sébastien Ogier rentre au garage foule doucement, en marche arrière, et
bolide rentre au bercail. Chacun sait férence", commente Olivier Chavet, le pour peaufiner les derniers réglages. Le public l’attend déjà au tournant. retrouve la route. Tanguy COHEN
Le shakedown permet aussi au public d’approcher de près les véhicules et de les voir un peu plus longtemps que lors du passage dans les
spéciales. Mention particulière pour l’équipage de La Provence, pour qui, hier matin, tout… roulait ! / PHOTOS ÉRIC CAMOIN ET STÉPHANE DUCLET

DERRIÈRE LE VOLANT
Nicolas Latil:
"Devant notre
public, c’est le top !"

Nicolas Latil, l’un des régionaux de l’étape, était plutôt satisfait


de son shakedown. / PHOTO STÉPHANE DUCLET

17e l’an dernier et premier est devant notre public, nous


pilote amateur haut-alpin, Ni- sommes acteurs de l’événe-
colas Latil a lancé son ment. Gap c’est chez moi, c’est
Monte-Carlo par un shake- le top !"
down réussi. Avec son copi- À quelques pas, Olivier
lote Romain Roche, à bord de Courtois revient du shake-
leur Peugeot 208 R2, il a rapi- down à bord de sa Clio R3T de
dement pris ses marques. "La 250 chevaux. "Tout va bien.
voiture a bien répondu même On est confiants, indique le ré-
si on passe derrière des WRC, cent vainqueur du Alps Tro-
nous a confié Nicolas Latil phy soutenu par Renault
tout sourire. On doit adapter Suisse. On doit affiner le frei-
les derniers réglages car on va nage notamment. La voiture
connaître des conditions diffi- est confortable, c’est très im-
ciles." portant dans un grand rallye
Pour le pilote local, aucun comme le Monte-Carlo. Même
stress toutefois. "J’ai un peu si on peut toujours connaître
d’expérience. Je me sens bien. une couille (sic)… elle est
La voiture est compétitive et fiable." Simple et basique
on a une bonne équipe. Je res- pour un attelage qui a pour
sens plus d’excitation et de mo- objectif de rallier Monaco.
tivation que de pression. On I.B.

LE MÉTIER DE L’OMBRE

Tomy Bucceri, paroles d’ouvreur


"Je fais un peu tout… Ouvreur, mé- sions ensemble", assure Tomy. Et si
cano…" Tomy Bucceri est l’homme Laure Jaussaud et Julie Trinquier
de l’ombre du duo Jaussaud-Trin- brillent au volant, ce sera un peu
quier. Hier matin, sur le stand La Pro- grâce à eux. Une part de leur réussite
vence où était rangée la Twingo résidera dans le bon travail de Tomy
orange, le jeune Gapençais (25 ans) Bucceri. "Si ça marche pour elles, c’est
avait le nez sous le capot. Quelques vrai que je serai content et satisfait,
heures plus tard, c’est dans les vi- avoue-t-il. On fait tout pour que ça se
rages de la première spéciale qu’il passe bien. Si elles arrivent à Monaco,
était à la manœuvre. ce sera parfait."
Avec Guillaume, son compère du L’an dernier, Tomy Bucceri avait
volant, Tomy joue le rôle d’ouvreur. déjà endossé ce costume. Le test
"On part en reconnaissance pour avait été concluant. Pas un hasard.
elles. Il conduit, j’annonce les notes et Depuis huit ans, le Gapençais tra-
on corrige au fur et à mesure, ex- vaille au garage de Bernard Jaussaud
plique-t-il. On regarde si rien n’a le père de Laure et ancien pilote. Pas-
changé sur le parcours. En fait, on a sionné de course, il fait partie d’un
le même rôle que le copilote. Il ne faut équipage 100% haut-alpin avec le-
pas se tromper. On doit être très pré- quel il participe à des épreuves régio-
cis." Le tout à vitesse modérée car la nales et nationales.
règle de l’organisation est drastique. À quel genre de Monte-Carlo 2019
LA STAR. Il y avait foule devant le paddock de Sébastien Loeb au retour du Pas question d’attaquer l’asphalte à s’attend l’ouvreur ? "Le parcours est
shakedown. "Ogier, on s’en fout !", lance une jeune fille en admiration devant fond. Si les ouvreurs dépassent les très piégeux. Il y a beaucoup de por-
la star qui, à peine sortie de sa Hyundai I20, a rejoint l’étage pour débriefer 90 km/h, une amende de mille euros tions glacées. La neige n’est pas là
avec son équipe. C’est dans un calme olympien que ses mécanos ont œuvré tombe ! mais il y a des zones d’ombre… Il faut
sous le regard de Daniel Elena. Les fans observaient le ménage discrètement. Entre les deux paires, la confiance se méfier." Parole d’ouvreur.
À l’applaudimètre, Loeb est déjà vainqueur du Monte-Carlo... / PHOTO ÉRIC CAMOIN est primordiale. "On prend les déci- Ivan BONET/Photo Éric CAMOIN
Sur le stand Yaris, on pouvait le temps d’une photo se mettre dans la Le rallye n’oublie pas ses légendes. Le nom de chaque équipage …Et au rayon des véhicules de légende, l’Alpine garde une place
peau d’un pilote de rallye. vainqueur restera gravé, à jamais, dans l’histoire… importante dans le cœur des amoureux du Monte-Carlo.

Ferveur populaire
L
es fidèles du WRC ne sont pas du genre à enfiler des perles.
Et quand ils sucent des glaçons sur le bord de la route, c’est
juste parce qu’ils viennent de se servir un verre. Dans le
parc fermé, à Gap, autour des paddocks, l’ambiance res-
semble à celle qu’on retrouve sur les routes du Monte-Carlo. On
arrive presque à sentir l’odeur des merguez et la chaleur des brase-
ros. On raconte des blagues, on fait marcher à fond les appareils
photo. Ça rigole fort, ça parle vrai... Les amoureux de rallye ne se
pincent pas les lèvres en faisant semblant de dire des trucs intelli-
gent sur leur sport. Impossible de tricher. Les groupes déham-
bulent entre les écuries et assistent aus interventions des méca-
nos. Les fans sont au coeur de la course, comme si la barrière entre
les pilotes et leur public n’existait pas. Le Monte-Carlo est un évé-
nement populaire et c’est ce qui le rend encore plus beau.

L’équipage soutenu par La Provence a pris le temps de faire les dernières vérifications sur la Twingo.
Puis Laure Jaussaud et Julie Trinquier ont pu se rapprocher du centre-ville pour le grand départ.

LE STAND
"La Provence" au cœur de l’épreuve
Ogier-Loeb : duel Cette année les journalistes de La Provence ne
sont pas venus seuls. Non seulement le quotidien
régional a engagé un équipage sur le Monte-Carlo,

à l’applaudimètre
mais pour transporter ses pilotes notre titre a af-
frété un énorme poids lourd. Le camion à l’améri-
caine, installé au nord du parc fermé, a attiré le
regard des passants. Il abritait également le ga-
rage de Laure Jaussaud et Julie Trinquier, qui
toute la journée d’hier ont procédé aux derniers

I l fallait parfois prendre son


mal en patience mais les
fans diront probablement
que cela valait le coup… Hier,
en fin d’après-midi, les pilotes
réglages. Les partenaires du duo 100 % féminin
ont ainsi pu voir en direct les coulisses de la
course. Le public a pu également assister au pre-
mier plan aux réajustements opérés entre les pas-
sages sur le shakedown. Le stand de La Provence
ont pris quelques dizaines de offre également le journal aux passants, alors que
minutes pour signer des auto- France Bleue Provence a installé sa matinale dans
graphes et dédicacer toutes le bureau éphémère. De nombreux invités sont at-
sortes de produits dérivés, tendus aujourd’hui. Jusqu’à dimanche, les journa-
dont notamment des vestes, listes restent mobilisés sur l’événement.
des photos, des carnets… Sans
surprise, les deux Sébastien
(Loeb et Ogier) étaient les plus P La photo de famille
convoités par les fans, qui se Un par un, tous les concurrents
ruaient pour approcher les du rallye Monte-Carlo sont arri-
deux pilotes, favoris pour le vés en fin d’après-midi sur la
titre 2019. S’il fallait encore le place Desmichels après avoir
prouver, Sebastien Ogier, l’en- traversé les rues de Gap en pro-
fant du Champsaur, a pu mesu- venance du parc fermé. Les bo-
rer une nouvelle fois la force de lides se sont rangés comme des
sa cote de popularité chez lui, à soldats de plomb sur une éta-
Gap, lors de la parade qui a ren- gère. Quand Ogier, Latvala, Mik-
versé de bonheur le
kelsen et Loeb ont débarqué en
centre-ville de la Capitale
faisant vrombir leur moteur, la
douce - qui a vu les choses en
grand - en début de soirée. lancé le maire. Gap remplace la Neuville", prévient Mathias foule a pu hurler sa joie.
Spectacle sons et lumières place du casino de Monaco. Ce (7 ans) venu avec sa sœur Maï- Comme le veut la tradition, les
projeté sur la façade de la cité n’est pas rien. Nous sommes la lys (9 ans) et sa maman Auphé- pilotes engagés ont posé pour
administrative, feu d’artifice, capitale mondiale du sport au- lie, qui rêve de devenir pilote la postérité. C’est sous l’im-
sans parler du maire Roger Di- tomobile." car son papa lui a transmis le vi- mense sapin encore décoré
dier qui s’est mué en anima- Dans un froid polaire, la rus. "C’est fabuleux pour notre pour Noël que les stars du WRC
teur de karaoké après avoir lan- foule, massée sur la place Des- ville ! En plus, grâce aux spé- ont dégainé leurs plus beaux
cé le tube Allumez le feu de michels, a applaudi à tout ciales on redécouvre notre ré- sourires pour apparaître sur la
Johnny Hallyday craché par la rompre les stars du WRC. "Je gion", relance Auphélie. photo officielle.
sono ! "On vit un rêve éveillé, a suis venu voir Tänak, Ogier et Thomas BLANCHON et Ivan BONET I.B.
Chacun ses objectifs sur le Monte-Carlo. Les pilotes veulent gagner la La boutique officielle attire de nombreux passionnés. Chacun pourra À l’entrée du parc fermé, Michelin expose les différents types de pneus
course et les enfants, comme Enzo, veulent repartir avec une belle voiture. repartir avec un souvenir du rallye version gapençaise. utilisés lors des rallyes. Pour le Monte-Carlo, le clouté est de mise.

dans les paddocks


Ragnotti dans les stands
Devant le camion La Provence, au
parc d’assistance du rallye
Monte-Carlo, de Gap, Jean Ragnotti
attire la foule. Le pilote - que l’on
peut retrouver sur le stand Renault -
connu pour ses victoires en Alpine,
note cette année un plateau relevé
avec 4 gagnants potentiels : Sébas-
tien Loeb, Sébastien Ogier, Ott Ta-
nak et Thierry Neuville. "C’est un
beau plateau, un peu plus que les
autres années, avec Sébastien Loeb.
La bagarre sera là".

Alpes 1 en direct
depuis le rallye
Le Gapençais Sébastien Ogier a été le premier à prendre le départ fictif, sous les yeux du public Alpes 1, la radio des Alpes du
haut-alpin, ravi de voir un départ du mythique rallye sur ses terres. / REPORTAGE PHOTO STÉPHANE DUCLET Sud, propose cette année en-
core un dispositif conséquent
pour le Monte-Carlo. Aujour-
d’hui, l’équipe animera l’an-
tenne dès 9 heures et propose-
ra, en direct, reportages, ana-
lyses, interviews sans oublier le
suivi des six spéciales au pro-
gramme. T.BL.

Moins sur le devant de la scène que Sébastien Loeb, son coéquipier chez Hyundai, le pilote belge
Thierry Neuville n’en reste pas moins un des chouchous du public et des connaisseurs.

ÉTUDIANTS EN VENTE DU CFA DE GAP


Le sport auto, c’est aussi une affaire de femmes
À fond dans les produits dérivés Afin de tordre le cou aux clichés réduisant les
- peu nombreuses - femmes aimant l’automo-
bile à des camionneurs, le site internet Auto-
Situé à quelques dizaines de mobelle a vu le jour il y a 5 ans, créé par Lau-
mètres du parc fermé, le CFA de rence Mauleon-Bernier. " L’objectif est de
Gap ne pouvait pas rester en de- mettre en avant les femmes dans les sports mé-
hors du dispositif. Les BTS et cer- caniques, de faire des tests auto-moto mais
tains bac pro spécialisés dans la aussi de proposer des escapades, de parler de
vente ont donc été "recrutés" la mode... On parle un peu de tout", indique Ma-
pour tenir les quatre stands de rianne Alais, responsable de la rubrique Sport
vente de produits dérivés WRC auto, qui est venue rencontrer l’équipage sup-
floquées aux différentes marques porté par La Provence.
de véhicules. "C’est une bonne ex- Sur ce support, les visiteurs pourront égale-
périence professionnelle, ça per- ment découvrir les coups de coeur de la rédac-
met de voir une autre facette de la tion sur certains modèles auto, qu’ils soient
vente, sur de l’événementiel", pré- luxueux, glamours, vintages... Ou tout ça à la
cise une vendeuse, sur le stand fois. En bref, un site internet par les femmes,
de Citroën. Parmi les produits pour les femmes.
phares, sans surprise en cette pé- E.F.
riode de l’année : les vestes. T.BL.
Le carnet de bord de Laure et Julie

"Deux spéciales piégeuses"


E n ce premier jour de compétition,
les ouvreurs Tomy et Guillaume
ont repéré les parcours. "Le shake-
down était sec. On va voir ce qu’ils nous
disent pour la suite", rapportent Laure
coupe-circuit réparé la veille refait des
siennes. "Au moment de partir, la voi-
ture ne démarrait pas…" Décision est
prise de changer ce maudit coupe-cir-
cuit. C’est la seule ombre au tableau.
et Julie. Les casques préparés, le Hans vé- "Tout s’est bien passé au shakedown
rifié - un système de protection des dor- mais la route est très très sale. Il faut se
sales, anti coup du lapin – les voilà prêtes jeter dans les cordes. Pour nous, c’est
à embarquer à bord de cette bombinette pourri" explique Julie.
de 205 chevaux. Pour le shakedown, le La Renault Twingo portant le numé-
choix des pneus slicks (lisses, NDLR) s’est ro 74 est en effet dans les dernières à pas-
imposé. ser. Laure acquiesce : "Comme prévu, la
"Ce sont les vrais premiers tours de route est très très sale, il y a beaucoup de
roues de la compétition avec l’auto. Ce- pierres, c’est ce qu’on va rencontrer tout
la nous permet de voir comment elle ré- le long du rallye… On a choisi de mettre
agit, comment on se coordonne, indique Pour tous les 4 pneus cloutés car la première spéciale
Julie, la copilote. Il y a un peu de stress équipages, le choix est beaucoup enneigée et gelée. Et dans
même si on l’a déjà fait… j’ai hâte" in- des pneus est la deuxième spéciale c’est quasiment
dique -t-elle à quelques minutes du dé- prépondérant. Pour sec, mais il y a des portions de glace
part. Car "le shakedown, c’est technique Laure et Julie donc on n’a pas voulu prendre de
et c’est court : c’est un bon terrain d’es- s’ajoute la difficulté risque", ajoute-t-elle dans un grand sou-
sai". "C’est une séance d’essai en condi- de passer sur des rire. Les deux spéciales vont être pié-
tions réelles de course, avec 3-4 pas- routes abîmées. geuses. De nuit, c’est un peu galère, les
sages" résume Laure. De retour du Shake- conditions vont être un peu plus compli-
down, il faut résoudre un problème. Le quées". Emmanuelle FABRE

LE SOUTIEN de Michèle Mouton seule femme pilote à avoir inscrit son nom au palmarès des rallyes WRC

"Il y a moins d’équipages féminins qu’avant"


Michèle Mouton se mobilise pour qu’il y dommage". Aussi se réjouit-elle de la pré- est différente pour les circuits. On arrive à
ait plus de femmes engagées sur les rallyes. sence de Laure Jaussaud et Julie Escarte- avoir des équipages, notamment en e-for-
Elle a occupé une place prépondérante dans figue-Trinquier, seul équipage féminin enga- mule. Pour le rallye, il faut aimer l’improvi-
le monde des rallyes dans les années 80, gé cette année. Et de se rappeler que par le sation, toutes les conditions différentes :
s’illustrant sur les podiums avec sa Lancia. passé une compétition était réservée aux l’asphalte, la neige…" Le rallye paraitrait-il
Désormais en charge de la sécurité du rallye femmes: Le trophée Citroën Visa. plus dangereux au final? "Je ne sais pas…
Monte-Carlo, elle est présidente de la com- "Le problème, c’est qu’on n’a pas beau- C’est peut-être plus une question d’adapta-
mission Femmes et sport de la Fédération coup de candidates… Après, reste le même tion". Et de préciser que cette édition 2019
internationale automobile et reste la seule problème que pour les hommes: celui du est difficile: "On a fait deux passages dans le
femme pilote à avoir inscrit son nom au pal- budget. Moi, des constructeurs m’ont fait shakedown, la route est presque devenue
marès des rallyes WRC. "En rallye, on a confiance. Si je n’avais pas eu un appel d’Au- un chemin. Les voitures dégagent beaucoup
moins d’équipages féminins qu’avant. C’est di, je n’aurais jamais percé… La situation de pierres".

LE PROGRAMME DU JOUR
ES 3 -6 ES 4 - 7 ES 5 - 8
Valdrôme - Sigottier Roussieux - Laborel Curbans - Piégut
9h11 - 14h23 10h14 - 15 h26 11h37 - 16 h49

◗ DESCRIPTION ◗ LES DONNÉES ◗ DESCRIPTION ◗ LES DONNÉES ◗ DESCRIPTION ◗ LES DONNÉES


C’est la grande nouveauté TECHNIQUES Avec un départ désormais TECHNIQUES Disputée en 2000 et 2004, TECHNIQUES
diurne de cette 87e édition du Horaires : ES 3, premier dé- donné 5 kilomètres en amont Horaires : ES 4, premier dé- entre Piégut et Urtis, c’est la Horaires : ES 5, premier dé-
rallye automobile Monte-Car- part à 9h11 ; ES 6, premier dé- du hameau de Roussieux, part à 10 h14 ; ES 7, premier dé- toute première fois de l’his- part à 11 h 37 ; ES 8, premier
lo, tracée entre les départe- part à 14h23. l’épreuve reprend ensuite le part à 15 h 26. toire du rallye automobile départ à 16 h 49.
ments de la Drôme et des Heure théorique de ferme- tracé de "Roussieux / Eyga- Heure théorique de ferme- Monte-Carlo que cette Heure théorique de ferme-
Hautes-Alpes. Une spéciale ture de la route : 6h11 layes" de 2018 pour se termi- ture de la route : 7 h 14 épreuve est disputée dans ce ture de la route : 8 h 37
très rythmée, qui débute par Heure théorique d’ouverture ner dans le sympathique vil- Heure théorique d’ouverture sens. Très rythmée dans son in- Heure théorique d’ouverture
une montée très rapide bien de la route : 16h23 lage de Laborel, haut-lieu du de la route : 17 h 26 tégralité, malgré de très nom- de la route : 18 h 49
qu’étroite et bosselée jusqu’à Distance : 20,04 km sport automobile en plein Distance : 24,05 km breuses épingles en montée et Distance : 18,47 km
la Bâtie-des-Fonds, l’un des Accès : Accès au départ par coeur des Baronnies proven- Accès : Accès au départ par en descente, du sinueux par Accès : Accès au départ parla
plus petits villages de la D306 en provenance de Beau- çales. D116 en provenance de Ver- endroits et du très rapide dans D4 en provenance de Tallard
Drôme avec ses 6 habitants re- rières ou Beaumont-en-Diois Les principales difficultés clause ou par D425 en prove- d’autres, sur une route relative- (A pied depuis le stationne-
censés. La route devient en- ou par D106 en provenance de sont les cols du Reychasset nance de Saint-André-de-Ro- ment étroite tout du long de ce ment unilatéral réglementé
suite plus sinueuse en direc- Saint-Dizier-en-Diois ; accès à (1052 m) et de Pierre Vesce sans (Stationnement unilaté- chrono, autant dire qu’à l’arri- sur D4) /Accès à l’arrivée par
tion du Col de Carabes l’arrivée par D227 en prove- (1056 m), une spéciale très ral réglementé sur D425). Ac- vée de l’épreuve les écarts de- D56 en provenance de Roche-
(1261m). La descente est très nance de Aspremont.Ceux qui rythmée où les pièges sont cès à l’arrivée par D65/D30 en vraient être importants. La plu- brune (A pied depuis le station-
technique jusqu’à La Piarre, s’aventurent dans la spéciale y plus que nombreux à cette pé- provenance d’Orpierre (A pied part des pilotes locaux vou- nement unilatéral réglementé
avant d’attaquer une partie fi seront enfermés. riode de l’année. L’ambiance depuis le stationnement unila- dront briller sur ces routes sur D56).
nale très rapide de 5 kilo- Zones Public : 14 sur la spé- devrait être énorme à Laborel, téral réglementé sur D65). bien connues - certains ré- Zones Public : 10 sur la spé-
mètres. Attention, la première ciale. Attention, trois zones qui accueille un petit musée Zones Public : 10 sur la spé- sident même à Piégut et se- ciale. Attention, une zone est
spéciale ce matin pourrait sont No Public : à la sortie du de l’automobile, et où déjà ciale. Attention, une zone est ront attendus de pied ferme No Public : du km 1,6 au km
comporter de nombreux pas- village de La Bâtie-des-Fonds, lors de reconnaissances, le pu- No Public : du km 12,8 au km par leurs familles et leurs 5,3, juste avant le village d’Ur-
sages verglacés. au km 9,4 puis au km 13,6. blic était présent en nombre. 18,7. amis... tis.
Tänak bombarde, Ogier se place
WRC Vainqueur de la 1re spéciale, l’Estonien est leader. Le Champsaurin le talonne après deux courses sans risque

L e matin, c’est Kris Meeke


qui avait marqué les es-
prits. Huit mois après sa
dernière apparition en WRC, le
Britannique avait créé la sur-
SHAKEDOWN
LES RÉSULTATS

1. K. Meeke ..................................1’56"8
2. S. Ogier..............................1’56"9
3. E. Lappi .....................................1’57"3
prise en signant le meilleur chro- 4. O. Tänak....................................1’57"6
no du shakedown au volant de 5. J. Latvala...................................1’58"2
sa Toyota Yaris (lire ci-dessous). 6. T. Neuville ...............................1’58"4
Alors, forcément, il était atten- 7. T. Suninen .................................1’58"5
du, le soir-même, dans des 8. E. Evans ...................................1’58"8
9. A. Mikkelsen .............................1’59"3
conditions météo bien diffé- 10. S. Loeb .............................1’59"7
rentes, sur les deux spéciales du 11. P. Tidemand ...........................2’02"7
jour. Et le bad boy du WRC, qui a ÉPREUVE SPÉCIALE 1
habitué le public à des sorties de 1. O. Tänak .................................13’02"0
route spectaculaires, a remis ça, 2. K. Meeke ................................13’07"0
prenant la deuxième place entre 3. S. Ogier ............................13’12"6
4. S. Loeb ............................13’25"2
La Bréole et Selonnet. Avant tou- 5. T. Neuville...............................13’28"8
tefois d’exploser dans la suivan- 6. E. Evans .................................13’34"3
te… 7. E. Lappi ...................................13’34"7
Devant lui, lors de la spéciale 8. J. Latvala ...............................13’37"4
inaugurale, l’inévitable Sébas- 9. A. Mikkelsen...........................13’39"0
10. P. Tidemand .........................13’54"2
tien Ogier, intouchable sur ses Ab. T. Suninen
terres ? Perdu. Le patron Sébas- ÉPREUVE SPÉCIALE 2
tien Loeb, épouvantail et déten- 1. T. Neuville ...............................13’18"5
teur du record de victoires à Mo- 2. S. Ogier ............................13’29"5
naco ? Encore perdu. C’était 3. O. Tänak ..................................13’31"0
bien l’Estonien Ott Tänak ! Une 4. J. Latvala ...............................13’42"0
5. E. Lappi ...................................13’43"5
demi-surprise, en fait, pour le co- 6. E. Evans .................................13’46"9
équipier de Meeke chez Toyota, 7. A. Mikkelsen ..........................13’53"6
tant il est annoncé comme l’un 8. S. Loeb ...........................14’03"0
des outsiders à suivre cette an- 9. K. Meeke.................................14’19"8
née. Et c’est bien lui qui, ce ma- 10. P. Tidemand ........................14’19"9
tin, est leader du classement gé- GÉNÉRAL
néral du Monte-Carlo 2019. 1. O. Tänak .................................26’33"0
2. S. Ogier ..........................26’42"1
3. T. Neuville .............................26’47"3
4. E. Lappi .................................27’18"2
"On aurait pu attaquer 5. J.-M. Latvala ...........................27’19"4
6. E. Evans ..................................27’21"2
plus fort, c’est sûr, 7. K. Meeke ................................27’26"8
8. S. Loeb ...........................27’28"2
mais pour commencer, Net vainqueur de la première spéciale, Ott Tänak a pris la 3e place de la deuxième. Et ce matin, c’est le leader du Monte-Carlo ! / PH. ÉRIC CAMOIN 9. A. Mikkelsen ..........................27’32"6
10. P. Tidemand ........................28’14"1
c’est très bien" de risques, on aurait pu attaquer déplorait le nonuple champion son équipe avaient planifié une Cette deuxième spéciale,
plus fort, c’est sûr, mais pour du monde. deuxième spéciale sans glace et, longue de 20,59 km et dans la-
commencer le rallye, c’est très Tänak, Meeke, Ogier et Loeb ainsi, la possibilité de chausser quelle Loeb a encore déçu en ter-
Le Champsaurin avait pour- bien", s’est satisfait, pour sa avaient, tous les quatre, adopté quatre pneus tendres. Un choix minant avec 44,5 secondes de re-
tant placé la barre haut en bou- part, le pilote alpin. Sébastien une stratégie similaire quant au gagnant : Neuville est arrivé à tard sur Neuville, a permis de
clant les 20,76 km de l’ES1 en Loeb, lui, complète ce quatuor choix de leurs gommes, partant Notre-Dame-du-Laus avec une resserrer les écarts en haut du
13’12"06. Un chrono que Tänak de tête mais accusait déjà plus avec quatre pneus cloutés. En avance de 11 secondes sur Ogier classement général. Si Tänak est
a pulvérisé en passant la ligne de 20 secondes sur Tänak fait, seul le Belge Thierry Neu- et 12,5 sur Tänak. "Ce n’est pas bel bien leader, il ne compte que
d’arrivée avec plus de 10 se- (23,2"). "Vu les conditions de ville avait monté deux pneus assez, on pensait reprendre plus 9,1 secondes de mieux qu’Ogier
condes d’avance (10,6") ! "C’est route, les voitures de devant ont cloutés et deux autres tendres. de temps, a toutefois remarqué et 14,3 que Neuville. Loeb est 8e
bien, mais ce n’est que la pre- beaucoup coupé dans la neige. Et le pilote Hyundai a réussi à li- Neuville. Avec les informations avec un retard de 55,2 secondes.
mière spéciale", relativisait laco- On ne pouvait pas faire bien miter la casse en prenant la 5e que j’avais, c’était le bon choix Ce Monte-Carlo ne fait que com-
niquement l’Estonien. "Dans mieux. Cela va être dur avec les place de la première spéciale. mais ce n’était pas suffisant. mencer et on a déjà hâte des spé-
des conditions assez glissantes et passages des autres et on va souf- Sauf que sa stratégie était bien Même si, au final, ça va quand ciales suivantes !
piégeuses, nous n’avons pas pris frir de ça pendant deux jours", réfléchie. En effet, le Belge et même." Mathias LLORET

LE SHAKEDOWN LE PROGRAMME DU JOUR


Une surprise nommée Meeke Valdrôme - Sigottier (20,04 km) ..........................9h11 et 14h23
Nouveauté de cette édition 2019, cette spéciale s’annonce ryth-
mée. Une montée étroite et bosselée mais rapide pour commen-
cer, une route sinueuse ensuite avant d’aborder une descente
très technique et cinq derniers kilomètres sur lesquels les pilotes
devraient mettre les gaz.
➔ Épreuve spéciale 3 (9h11) et épreuve spéciale 6 (14h23)
Roussieux - Laborel (24,05 km) ..........................10h14 et 15h26
Légère nuance par rapport au tracé Roussieux - Eygalayes de l’an
dernier : le départ sera donné à 5 km en amont de Roussieux. Les
pilotes franchiront les cols du Reychasset (1 052 m) et de Pierre
Vesce (1 056 m) dans une spéciale réputée pour tendre de nom-
breux pièges.
➔ Épreuve spéciale 4 (10h14) et épreuve spéciale 7 (15h26)
Curbans - Piégut (18,47 km) ..............................11h37 et 16h49
Certains se souviennent probablement du parcours Piégut - Urtis
que les éditions 2000 et 2004 du Monte-Carlo avaient emprunté.
Mais c’est la première fois que les pilotes le courront dans ce
sens. Les épingles en montées comme en descentes et l’étroitesse
de la route empruntée devraient créer de gros écarts à l’arrivée.
Après huit mois d’absence, le Britannique a coiffé le shakedown. De son côté, Ogier, 2e le matin l’est aussi au général. / PHOTOS STÉPHANE DUCLET ➔ Épreuve spéciale 5 (11h37) et épreuve spéciale 8 (16h49)

Certes, il y a eu quelques séances d’essais, (1’56"9), devant son coéquipier chez Ci- suis encore en train d’apprendre mais je suis
ces dernières semaines, qui ont permis aux troën Esapeka Lappi (1’58"7). "J’ai bien com- sûr qu’au fil des kilomètres ça ira mieux."
transfuges de se frotter à leurs nouvelles voi-
tures et aux autres pilotes de reprendre le vo-
mencé, c’était facile, presque trop, sur cette
route complètement sèche", a glissé le
Meeke, souvent précédé par sa réputa-
tion, lui qui a multiplié les sorties de routes
L’ÉQUIPAGE LA PROVENCE
lant avant d’attaquer la nouvelle saison. Champsaurin, une fois revenu au parc d’as- spectaculaires, a finalement été la première
Dans les Hautes-Alpes et près de l’Ardèche, sistance. surprise de ce Monte-Carlo 2019. La
les passionnés de rallye y ont bien sûr assis- deuxième est à mettre à la charge de Sébas-
té, histoire d’observer les premiers tours de Loeb encore en rodage tien Loeb : le nonuple champion du monde,
roues d’Ogier sur la C3 ou de Loeb sur la i20. Même ordre de marche dans le deuxième détenteur du record de victoires sur
Mais le test grandeur nature, celui qui fait of- tour, sauf que les écarts se sont considérable- l’épreuve monégasque (7), a pris la 10e place
fice de prologue du Rallye Monte-Carlo, ment resserrés, Ogier, Lappi, l’Estonien Ott du shakedown avec un chrono de 1’59"7 éta-
c’était le shakedown, hier matin, sur la route Tänak et le Britannique Kris Meeke se te- bli lors de son dernier passage, le cin-
de la Garde, à Gap. Alors forcément, il y avait nant en quatre dixièmes de seconde. Et c’est quième. "J’ai eu du mal à me mettre dans le
du monde rassemblé derrière les cordons de finalement ce dernier qui a parcouru les rythme, j’ai assuré pour cette première, a ex-
sécurité pour voir défiler à toute berzingue 3,35 km le plus rapidement lors de son troi- pliqué le pilote Hyundai. Citroën avait tou-
les WRC dans des conditions proches de sième run (1’56"8). "C’était bien, je suis heu- jours fait en sorte que je reste chez eux, du
celles que les pilotes ont adoptées le reux mais je dois encore apprendre à coup c’est la première fois que je conduis une
soir-même sur les épreuves spéciales. connaître ma nouvelle voiture. Pour l’instant autre WRC. La i20 est facile à conduire, je
Si dès son premier passage, Sébastien je n’ai que deux jours de pratique avec elle, n’ai pas encore tout essayé, mais j’ai un bon
Ogier a montré l’étendue de son talent dans alors je n’ai pas vraiment d’attentes sur ce ral- feeling ; elle a un bon potentiel." Pour Laure Jaussaud et Julie Escartefigue-Trinquier, le shakedown
les épingles, les outsiders Thierry Neuville lye si ce n’est de devenir confiant avec la Ya- Tous les pilotes se sont en tout cas rejoints aurait pu se dérouler bien plus mal : un problème de coupe-circuit,
ou Ott Tänak ont confirmé que les attentes ris, a ainsi souri le pilote Toyota qui a fait sur un point : la route était très sèche et au- réparé la veille, s’est réveillé peu avant de s’élancer. Heureuse-
qu’ils suscitent ne sont pas fantasmées. "une touchette à l’arrière gauche" et a termi- cun ne s’attendait à avoir les mêmes condi- ment, la Renault Twingo La Provence a pu boucler ses deux tours
Ogier avait pourtant régalé son public en si- né le dernier passage au ralenti. J’ai oublié tions climatiques pour le reste du rallye. de chauffe sur une route rendue "sale" par les passages des WRC.
gnant le meilleur chrono du premier tour qu’il fallait utiliser le boost au démarrage, je M.LL.