Vous êtes sur la page 1sur 13

Plantum-20093645

Novembre 2009
Traduction en français de la version anglaise qui est la
version de référence

Normes GSPP appliquées aux sites de production de 
semences et plants de tomate

version 1.0 
Novembre 2009
 

Introduction 
La norme  GSPP est destinée aux sites de production  des entreprises produisant des semences  et 
des  plants de tomate. L'objectif de la norme GSPP est de prévenir la contamination des lots de 
semences et de plants par le pathogène Clavibacter michiganensis subsp. michiganensis (Cmm).  

Un site de production accrédité GSPP satisfait aux trois conditions suivantes : 

• Le site possède un système de management  de la qualité. 

• Les  procédures  mises en place respectent les exigences décrites dans ce document. 

• Il existe une communication maitrisée des informations relatives à la qualité dans  l’ensemble 
de l’entreprise accréditée GSPP  (logo ou marque, par exemple).  

La norme GSPP souligne l’importance d’une approche processus pour développer, mettre en place et 
améliorer l'efficacité du système de management de la qualité. L'approche processus encourage le 
suivi permanent du lien  existant entre les processus du système,  ainsi que leurs combinaisons et 
interactions.  

L'objectif du GSPP est de devenir un système de base pour les entreprises accréditées afin de donner 
l’assurance que le système de management de la qualité du/des site(s) de production, les méthodes 
de travail et la communication des informations concernant la qualité, respectent les conditions 
établies dans cette norme et que les performances dudit système  sont périodiquement vérifiées. La 
reconnaissance GSPP permet que l’entreprise puisse communiquer à tout moment l’information 
adéquate en matière de qualité (par site de production, par entité ou par lot). 

La production (même partielle) du matériel de multiplication peut être sous‐traitée à des entreprises  
inscrites au registre des sous‐traitants approuvés par le GSPP. Les sous‐traitants doivent eux aussi 
être accrédités GSPP pour les activités concernées. Les process des sous traitants (ex ;  entreprises 
responsables de la prégermination ) doivent être évalués. 

Le système GSPP est basé sur  

• le règlement de reconnaissance GSPP  

• le règlement  concernant l'utilisation collective de la marque GSPP 

• la norme GSPP 

• L’agrément  GSPP et l’utilisation des documents obligatoires GSPP (formulaire de demande 
de reconnaissance, logo et certificat  GSPP). 
Sommaire 

 
1. Identité et structure ........................................................................................................................4
2. Organisation ....................................................................................................................................4
3. Système de management de la qualité ...........................................................................................5
4.  Responsabilité de la direction .........................................................................................................6
5. Personnel .........................................................................................................................................6
6. Maîtrise des documents et des données ........................................................................................7
7. Site de production ...........................................................................................................................7
8. Contrôle et surveillance ................................................................................................................ 10
9.  Suivi et traçabilité ........................................................................................................................ 11
10. Ventes et expédition ................................................................................................................ 11
11. Relation avec le client ..................................................................................................................... 11
12. Traitement des données informatiques................................................................................... 12
13.  Audit interne ............................................................................................................................ 12
14. Protocoles ................................................................................................................................ 12

 
 

1.  Identité et structure 

L’entreprise à laquelle appartient le site de production doit être légalement identifiable. La  position  
hiérarchique et fonctionnelle du site de production au sein de l’entreprise  ainsi que les tâches dont 
elle a la responsabilité doivent être clairement définies. Dans le cas où d'autres unités de l’entreprise 
concernée  ont été désignées comme responsables de certaines tâches, la référence au(x) « site(s) de 
production » rattaché(s) doit  également être  mentionnée 

2.  Organisation 
 
Le site de production doit : 
 
2.1 Avoir formalisé sa structure organisationnelle, incluant un système de management  de la 
qualité et les moyens adéquats lui permettant de mettre en application  les exigences décrites 
dans cette norme.

2.2 Avoir connaissance de la  réglementation nécessaire à l’exercice de son activité et, si 
nécessaire, l’agrément formel requis par les autorités compétentes. 

2.3 Identifier et mettre à disposition les  moyens adaptés et suffisants, dont un personnel qualifié 
(voir 3.2) pour la réalisation et la supervision du travail et des activités de surveillance, y 
compris   les audits internes de qualité (voir 13). 

2.4 Avoir à sa disposition : 
• un responsable technique (quelque soit son titre par ailleurs), directement responsable 
de la performance du site de production GSPP sur le plan technique, et  
• un responsable qualité, responsable du système de management de la qualité et de sa 
mise en œuvre sur le site de production, y compris rendre compte de l’activité dudit  
système. Un organigramme doit être disponible.  

2.5 Définir et déterminer la responsabilité, le degré d'autorité et les relations mutuelles entre les 
personnes chargées de superviser, réaliser et vérifier le travail ayant un impact sur la qualité, 
afin de garantir que chaque personne impliquée connaît l'étendue et les limites de ses 
responsabilités et que pour chaque poste, une substitution de personnel  est prévue ; 

2.6 Disposer d'une organisation qui garantisse un encadrement adéquat par des personnes qui 
connaissent bien les principes et la norme GSPP ainsi que son objectif. Le ratio entre le nombre 
d'employés chargés de l’encadrement et les autres doit être tel qu’un encadrement suffisant 
est assuré. 
3.  Système de management de la qualité  
 
 
3.1   Le site de production doit : 
 
• définir l’objet et le champ d’activité de son système de management de la qualité, 
incluant tous les services impliqués ainsi que  les produits et sites de production 
concernés;
• établir, mettre en place et maintenir un système de management de la qualité capable 
d'assurer que l’ activité satisfait aux exigences spécifiées et qu’il est  adapté au type de 
production, au site et à la tâche devant être réalisée ; et 
• la société doit disposer d'un système de management de la qualité suffisamment 
documenté pour satisfaire aux exigences GSPP. 

3.2   Le site de production doit : 
 
• définir des procédures en accord avec les exigences GSPP et avec le système de 
management de la qualité de l’entreprise ; 
• définir l'ordre et l'interaction entre les divers processus du système de management de 
la qualité ; et  
• mettre en œuvre le système de management de la qualité et les  procédures définies au 
préalable de manière appropriée. 
 
Dans le cadre de la norme  GSPP, le champ d'application et le niveau de précision des 
procédures formant le système de management de la qualité doivent être en cohérence avec 
la complexité du travail, les méthodes utilisées et le niveau de compétence et de formation 
des employés impliqués dans l’activité demandée. 

 
3.3   Pour maintenir le système de management de la qualité, il est nécessaire de nommer un 
Responsable qualité qui travaille en étroite collaboration avec la direction du site de 
production et avec celle de l’entreprise à laquelle il appartient. Ce dernier doit être clairement 
autorisé à : 
 
• faire en sorte que le système de management de la qualité soit mis en place, fonctionne 
et soit entretenu selon la norme  GSPP, et 
• rapporter à la direction toutes les informations concernant la performance du système 
de management de la qualité, afin d'en permettre l'évaluation et servir de base à 
d'amélioration dudit système. 

3.4 Le site de production doit définir et mettre en place sa politique qualité et ses objectifs. La 
politique  qualité doit être en rapport avec les objectifs de l'entreprise ainsi que les attentes et 
besoins de ses clients. Le site de production doit faire en sorte que cette politique soit 
comprise, mise en œuvre et maintenue à tous les niveaux de l'organisation. 

3.5 Le site de production doit être en  conformité avec les réglementations nationales et 
internationales.
4.   Responsabilité de la direction 
 
 
4.1   Implication de l'équipe de direction 
 
  L'équipe de direction responsable au sein du système de management de la qualité GSPP doit 
fournir les preuves de son engagement vis‐à‐vis du développement et de la mise en place du 
système de management de la qualité et de l'amélioration permanente de son efficacité en : 
 
• Etablissant et instaurant sa politique qualité. La politique qualité doit être en rapport 
avec les objectifs de l’entreprise et les attentes et besoins de ses clients (voir 3.4) ; 
• garantissant que cette politique est bien comprise, mise en place et maintenue à tous 
les niveaux dans l’entreprise (voir 3.4) ; 
• veillant à ce que les objectifs de qualité définis soient à la fois mesurables et en accord 
avec la politique qualité (voir 3.4) ; 
• menant à bien des revues de direction  
• garantissant la disponibilité des ressources (voir 2.3) ; et 
• assurant que le fonctionnement et la cohésion du système de management de la qualité 
sont maintenus lorsque des changements sont planifiés et introduits. 
 
 
4.2   Communication interne 
 
L'équipe de direction doit faire en sorte que des processus de communication adaptés soient 
mis en place au sein des services ou fonctions concernés et entre eux, et que cette 
communication prend en compte l’efficacité  du système de management de la qualité. 

5.  Personnel  
 
5.1 Le site de production doit être organisé de telle sorte que ses employés ne puissent subir 
aucune pression financière, commerciale, ni de quelque autre ordre que ce soit, qui pourrait 
influencer le résultat de l'évaluation technique. 

5.2 Le site de production doit pouvoir disposer d'un nombre suffisant d'employés  suffisamment 
qualifiés pour les tâches requises et clairement informés de leurs devoirs et responsabilités 
ainsi que de l'autorité qui leur est conférée (voir 2.1). 

5.3 Le site de production doit définir et maintenir des procédures documentées pour 
l'identification des besoins en formation, et doit pourvoir à la formation de toutes les   
personnes  réalisant un travail ayant un impact sur la qualité. Les personnes réalisant des 
tâches spécifiques, dans la mesure où cela s'avère nécessaire, doivent être qualifiées sur la 
base de leurs études, de leur formation  et/ou de leur expérience professionnelle. Toutes les 
formations doivent être enregistrées de manière adéquate.  
6. Maîtrise des documents et des données  

Des procédures d'évaluation des risques doivent être mises en place afin d'identifier et de 
maitriser  tous  les  risques  et  dangers  potentiels  associés  à  des  activités  particulières, 
matériels ou lieux spécifiques. Le cas échéant, les conclusions de l'évaluation doivent être 
suivies d'actions correctives. Un enregistrement de toute action corrective prise  et de la 
date de réalisation doit être conservé.  

6.1  Le site de production doit définir et maintenir une  procédure documentée pour gérer tous les 
documents et toutes les données concernant les exigences du référentiel GSPP, y compris, et si 
applicable, les documents de source externe. La pertinence des documents et données doit 
être évaluée par les  personnes  autorisées et ces documents doivent être  approuvés avant 
d’être diffusés. Une liste de référence, ou une procédure  équivalente en matière de gestion 
documentaire, capable d'identifier le statut en vigueur des documents, doit être définie et 
disponible afin de prévenir l'utilisation de documents non valides et/ou périmés. Cette gestion 
doit garantir  que : 
• les bonnes  versions des documents en vigueur sont disponibles   partout où un travail 
est effectué qui puisse influencer de manière critique les performances du système de 
management de la qualité ; 
• les documents non valides ou périmés sont  retirés immédiatement des endroits  où ils 
ont été diffusés ou utilisés, ou que tout usage non intentionnel  n’en soit plus possible ; 
et 
• tout document  périmé conservé dans un but légal et/ou de maintien des connaissances 
soit identifié de manière adaptée. 
 
6.2  Les modifications de documents et de données doivent être approuvées par les mêmes 
fonctions/organisations responsables de leur évaluation et de leur approbation initiales, sauf 
contre‐ordre spécifique. Les fonctions/organisations retenues doivent avoir accès à toutes les 
informations générales nécessaires pour  fonder leur évaluation et approbation. Si possible, la 
nature de la modification doit être identifiée dans le document ou dans l'annexe concernée. 

7.  Site de production 

7.1  L'objectif du GSPP est de prévenir la contamination des lots de semences et de plants par le 
pathogène  Clavibacter michiganensis subsp. michiganensis (Cmm). Pour y parvenir, le  site de 
production doit être séparé des autres productions proches afin de créer un  environnement 
exempt de Cmm. Voir schéma n° 1.  
  Sur un site de production GSPP, des sas de sécurité rouges et verts et leurs  délimitations sont 
exigés. Des zones rouges et vertes doivent également être définies. La zone jaune est 
optionnelle et peut aider les entreprises à mettre en œuvre les éléments  exigés par  ce 
modèle. 

 
 Schéma n° 1 : modèle du principe GSPP  

7.2  Zone rouge (non indiquée sur le Schéma n° 1) 

Définition : La zone rouge désigne la zone non contrôlée. L'équipe de direction doit présumer 
la présence potentielle de Cmm dans cette zone. 

7.3  Zone jaune (indiquée en jaune sur le Schéma n° 1) 

Définition : Il s'agit de la partie du site de production où les plus importantes  mesures 
générales d’hygiène  sont appliquées. Cette partie est physiquement séparée des zones 
rouges (ou de propriété privée) et des zones vertes). Les entrées d'eau, de matériels  et de 
personnes ne pourront être autorisées que si les règles d'hygiène adéquates sont prises. Il 
existe une possibilité de contamination croisée par les personnes et/ou les marchandises.  

Exigences : Pour prévenir ces risques, un sas de sécurité vert doit être mis en place entre une 
zone jaune et une zone verte. Les plantes hôtes  de Cmm doivent être détruites.    

7.4  Zone verte : (indiquée en vert sur le Schéma n° 1) 

Définition : Il s'agit de la partie du site de production où toutes les mesures d’hygiène 
importantes sont appliquées  

Exigences : Cette zone doit toujours être recouverte d'une protection en verre ou en 
plastique, ou d'un filet anti‐insectes. Aucune personne non autorisée ne peut y avoir accès. 
Toutes les vecteurs potentiels  issus de l'environnement comme les animaux ou les oiseaux, 
sont éliminés par la présence de la serre. 
La zone verte est la seule zone où les cultures  peuvent être réalisées.  

7.5  Sas de sécurité rouges et vecteurs potentiels de contamination  

Définition : Un sas de sécurité rouge est toujours physique. L'objectif du sas de sécurité rouge 
est de ne permettre l'accès des « quatre vecteurs potentiels » (matériel de multiplication, 
eau, personne et matériels ‐ dont les équipements) à l'intérieur des zones jaunes et vertes 
qu’après désinfection adéquate et/ou après une évaluation des risques concluant à la 
minimalisation du risque de contamination au Cmm. Les risques de contamination entre 
zones rouge et verte sont minimalisés grâce à un sas de sécurité rouge.  

7.6  Sas vert  et entités  

Définition « sas vert » : Un sas vert est une séparation physique ou non  qui n'est appliquée 
que lorsqu'une analyse des risques indique un risque de contamination ou de contamination 
croisée. Dans ce cas, des mesures préventives doivent être définies et mises en œuvre. Les 
risques de contamination entre entités sont minimalisés. 

Définition  « entité »: Une entité est un groupe de plantes séparé d'autres entités par des 
mesures spécifiques. La séparation est toujours liée aux quatre « vecteurs potentiels ». Le 
degré de séparation dépend du résultat de l'analyse de risque réalisée. Les risques de 
contamination entre entités sont minimalisés dans le cas d'un sas de sécurité vert. 

7.7   Exigences  vis‐à‐vis des vecteurs potentiels de contamination 

• Eau 
L’équipe de direction du site de production doit garantir l'absence de Cmm dans l'eau 
par une analyse d'évaluation des risques. Si cela n'est pas possible, l’équipe de direction  
doit désinfecter l'eau et prouver que cette opération est suffisante. 

• Personnes – Exigences vestimentaires 
Des vêtements de protection doivent être portés partout où la contamination des 
produits par le personnel est identifiée comme un risque par l'étude d'analyse des 
risques. Lorsque ces risques sont particulièrement élevés, l'accès aux zones de travail 
doit être limité par un sas vestiaire dans lequel les personnes doivent se changer. Le 
personnel peut se voir obligé à porter des vêtements de protection propres ‐ y compris 
des chaussures dédiées ‐ et à se laver les mains avant d'entrer dans cette zone 
 
• Matériel de multiplication 
L'ensemble du matériel de multiplication doit être produit selon la norme GSPP. Lorsque 
le matériel n'est pas certifié GSPP, la zone de production ne peut pas être considérée 
comme verte et doit être séparée des autres parties vertes de l'entreprise par un sas de 
sécurité rouge. 
• Equipements  
Le risque d'introduction du Cmm doit être évalué par une analyse des risques. En 
fonction de cette analyse, les équipements  concernés peuvent  être classés rouge ou 
vert. Les matériels rouges doivent être désinfectés avant de pénétrer en zone verte. 
7.8    Autres exigences 
  
• L’équipe de direction GSPP  doit disposer d'un plan du site  où figurent les différentes 
zones  et les sas de sécurité.  

• L’équipe de direction doit décrire l'ensemble des activités en relation avec les sas de 
sécurité verts.

• Toutes les activités (voir document d'interprétation) vulnérables à la contamination par 
Cmm doivent être réalisées dans les conditions vertes pendant toute la durée du cycle 
de production. Une fois le fruit récolté de la plante, le risque devient très faible et les 
activités peuvent alors avoir lieu en dehors de la zone verte.Ces activités nécessitent 
encore une analyse de risques 

• L'ensemble du cycle de production est réalisé selon la norme GSPP. 

• L’équipe de direction doit décrire et évaluer les risques pour l'ensemble des  
équipements et des techniques utilisées pendant toute la durée du processus de 
production en relation avec le sas de sécurité rouge (voir également l'introduction du 
chapitre 6) 

• Les semences, utilisées sur un site de production de semences, doivent être testées 
selon le protocole mentionné au chapitre14.1 Les semences ne peuvent être 
considérées GSPP qu'après la réalisation d'un cycle de production respectant la présente 
norme.  

• Un site de production de plants ne peut utiliser que des semences GSPP à l'intérieur 
d'une zone verte. Cela signifie que ceux‐ci sont produits dans des conditions GSPP.  

8.  Contrôle et surveillance 

8.1  Surveillance  des cultures 

Le site de production doit avoir une procédure de surveillance des cultures. Les résultats des 
inspections doivent être enregistrés et conservés. 

8.2  Echantillonnage et analyse des plantes suspectes  
   
Les opérations d'échantillonnage et d’analyse  doivent être réalisées selon le protocole défini 
par le GSPP (voir 14.2) ou dans des conditions plus strictes. 

8.3 En cas de plants suspects, le site de production doit disposer d’un plan d'urgence. 

Exigences  minimum :  

• Lorsque la présence de Cmm est suspectée, l’équipe de direction doit en être 
immédiatement informée et doit déclencher la procédure d'isolement disponible dans le 
but  d’isoler totalement l'entité suspecte (ou les entités). 
• Lorsque le diagnostic de contamination est confirmé : prévenir les autorités locales 
comme l'exigent les réglementations nationales (exemple : organismes de quarantaine). 
• L’équipe de direction doit informer les autres  producteurs de semences qui produisent  
sur le même site de production.  
• Arrêter de travailler dans l'entité concernée et disposer des plantes concernées selon les 
prescriptions des autorités nationales ou compétentes. 
• Restreindre l'accès des zones contaminées. 
• Réaliser une recherche des causes d’origine et mettre en place les actions correctives 
nécessaires. 
• Un programme sanitaire approuvé (par l’organisme de certification et les autorités 
locales) doit être mis en place et les conditions de réentrée doivent être établies  avant 
que la zone concernée ne puisse de nouveau être utilisée pour la production. 
L’autorisation nécessaire doit être accordée par les autorités locales, si la 
réglementation l’exige. 
 
8.3.1 Echantillonnage et analyse des semences  
 
Tous les lots de semences produits dans le cadre d'un cycle de production GSPP doivent être 
échantillonnés et analysés selon le  protocole mentionné au chapitre 14.3 avant de pouvoir 
être livrés avec l'accréditation GSPP.   
 
8.3.2 Laboratoires 
 
Les protocoles de laboratoire mentionnés dans cette norme GSPP doivent être réalisés dans 
des laboratoires reconnus par la Fondation GSPP. 

9.   Suivi et traçabilité  
 

9.1  Il s’agit de suivre l'historique, l’origine  et/ou la localisation d'un lot ou de ses composants 
tout au long du processus de production GSPP. L'un des objectifs de cette opération est de  
pouvoir  identifier les lots pouvant être potentiellement  infectés suite à une contamination 
par  d'autres lots révélés  contaminés  plus tard dans la chaîne de production. 

10.  Ventes et expédition 

10.1  Pendant la phase de vente et d'expédition, les plantes et semences sont emballées et 
manipulées dans des conditions contrôlées afin de rendre les risques négligeables. 

11. Relation avec le client 

11.1  Procédure de réclamation

Voir annexe 

 
11.2   Procédure de rappel 

  Voir l’annexe 

11.3  Documents de livraison et étiquettes 

Les documents de livraison doivent être clairs et sans ambiguïté. 

 12.  Traitement des données informatiques 
 
12.1   Lorsque des systèmes informatiques de traitement de données sont utilisés, la fiabilité et la 
stabilité du système doivent être démontrées de telle façon  que l’exactitude des résultats ne 
soit pas altérée.  La sécurité des données doit être garantie, y compris la prévention de tout 
accès non autorisé et de toute modification non autorisée des données informatiques. 

13.   Audit interne  
 
13.1   Le site de production doit définir et appliquer une procédure pour la planification et la 
réalisation d'audits internes de qualité afin de vérifier si les activités liées à la qualité et les 
résultats qui en découlent correspondent aux mesures prédéfinies, et afin de déterminer 
l'efficacité du système de management  de la qualité. 
 
13.2   Des audits internes de qualité doivent être planifiés. Leur durée est fonction de la nature et de 
l'importance de l'activité auditée, et ils doivent être réalisés par des personnes compétentes et 
indépendantes, et qui ne soit pas directement responsable de l'activité en question. Les 
résultats des audits doivent être enregistrés et communiqués au personnel responsable du 
domaine audité. Le personnel responsable  du domaine audité doit immédiatement prendre 
les mesures correctives qui s'imposent concernant les non‐conformités  relevées dans le cadre 
de l'audit. Par des activités consécutives à l'audit, la mise en place des actions correctives et 
leur efficacité doivent être vérifiées et enregistrées. 

14.  Protocoles  
14.1  Instructions d'échantillonnage et d’analyse  pour semences de base de la production de 
semences.  

14.2  Instructions d'échantillonnage et d’analyse pour les plantes suspectes. 

14.3  Instructions d'échantillonnage et d’analyse  pour les semences produites selon la norme 
GSPP (selon le protocole retenu par le Comité Technique : actuellement ISHI 3 avec 
ensemencement). 

Ce document ne contient pas d'information sur la période de transition à retenir.   
© 2010 GSPP. Reproduction, in part or in whole, requires permission in writing from GSPP. GSPP rejects any liability for damage that results 
either directly or indirectly from the use of this document, including consequential damage and loss of profit, except in the case of deliberate 
or conscious recklessness on the part of GSPP. The GSPP logo may only be used by license holders of GSPP, providing such use does not in 
any way harm GSPP. Others may use the logo only after obtaining express permission from GSPP to do so.