Vous êtes sur la page 1sur 41

unIvErsIté cADI AYYAD

fAculté DEs scIEncEs JurIDIquEs EcOnOMIquEs Et sOcIAlEs


MArrAkEcH

fIlIèrE : écOnOMIE & gEstIOn

sEMEstrE 5

cOurs D’écOnOMIE InDustrIEllE

PrOfEssEur :

Dr.BOuIYAD IBrAHIM

AnnéE unIvErsItAIrE : 2014 /2015

Réalisé par : Mr. JIHAD BELKBIR


Introduction :

Qu'est-ce que l'économie industrielle ?

L'économie industrielle est un champ de l'économie consacré à la compréhension du fonctionnement


d'un marché en fonction de sa structure (...pas toujours compétitive !).
Cette étude dépend de nombreuses variables décrivant le marché, notamment le nombre de vendeurs ou le
degré d'intégration verticale (il s'agit d'analyser si l'entreprise produisant le bien étudié possède également
l'entreprise qui fournit les biens intermédiaires ou celle qui distribue le bien).

En fonction de cette structure, il s'agira d'analyser la stratégie de l'entreprise en termes de prix et de


quantités mais aussi en termes de qualité, de discrimination, de dépenses en Recherche et développement, de
publicité ou d'innovation.

Par rapport au cadre de la concurrence parfaite, on ne se place plus dans un cadre D’équilibre général
mais dans celui d'un équilibre partiel. On se concentre sur un ou plusieurs marchés mais pas sur l'économie
dans sa totalité. Par ailleurs, dès lors qu'on sort du cadre de la concurrence parfaite, l'entreprise n'est plus
preneuse de prix ("price taker") et fait face à ce qu'on appellera des interactions stratégiques. Les stratégies
des autres firmes du marché (en termes de prix, de quantité,...) vont alors impacter ses propres choix.

Lors de ce cours nous étudierons principalement les phénomènes de monopole et d'oligopole, et ainsi
que CPP, et d’autres utiles nécessaires pour mieux comprendre l’économie industrielle …………..
Chapitre I : La concurrence imparfaite : causes et effets

Section 1 : De la CPP à la concurrence imparfaite

1 – Modèle abstrait et hypothèses « irréalistes »

CPP : multitude d’acheteurs et de vendeurs


La théorie économique soumet la CPP à cinq hypothèses :
 Atomicité du marché, beaucoup d’acteurs, d’intervenants, de consommateurs
 Homogénéité du produit
 Libre entrée et sortie sur le marché
 Fluidité de l’offre et de la demande (parfaite mobilité des facteurs de production),
 Transparence du marché
Lorsque les trois premières hypothèses sont respectées, on dit que le marché est pure
Perfection lorsque les deux autres hypothèses apparaissent.

a) Le prix : donné exogène (est fixé de l’extérieur)

En CPP le prix s’impose au producteur (donnée exogène). Celui-ci a donc un comportement « price taker »
Aucun producteur ne peut écouler ses produits à un prix différent de celui déterminé sur le marché.
Aucun acheteur ne peut se procurer le produit à un prix différent de celui résultant de l’offre / demande.

b) La demande : horizontale et inélastique

La demande qui s’adresse à la firme est une droite horizontale infiniment inélastique au prix.
La production d’une entreprise est très faible par rapport au marché, elle ne peut donc influencer le prix.
Quelque soit la quantité vendue, l’entreprise obtiendra toujours ce prix de marché. Si elle demande un prix
supérieur, elle ne vaudra rien.

c) Il existe un « commissaire-priseur »

La CPP fonctionne selon le principe de « commissaire-priseur » (Walras) : centralisation des offres et des
demandes (crieur de prix !).
Le mécanisme de détermination des prix est appelé « tâtonnement walrasien ».

d) L’équilibre en situation de CPP

A. Marshall (1890) distingue deux périodes : le court terme et le long terme Voir Document N°3.
Quelques rappels

 P est une constante (c’est aussi la Rm)


 La fonction d’offre est la partie de la courbe de Cm qui est  au CM.
 A est le seuil de rentabilité (Cm=CM)
 B le seuil de fermeture

2 – Tentatives de dépassement de la CPP

Document 1

a) Pierro Sraffa (1898-1983)

Pour lui la théorie de la concurrence n’est qu’un instrument pédagogique sans portée opérationnelle.
Il y a une contradiction entre la théorie de la valeur en CPP et la réalité de la pratique des affaires.
Il avait une vision différente des classiques et néo-classiques concernant les « rendements d’échelle »
Il estimait que c’est le monopole et non la CPP qui devrait être….

b) Edward Chamberlin (1899-1967)

Il a pris ses distances avec la CPP en développant, à partir des travaux de Marshall, la théorie de la
concurrence monopolistique.
Celle-ci a été exposée au début des années trente par Chamberlin (USA) et Hoan Robinson (GB).
Chamberlin était le premier a introduire les phénomènes de différenciation des produits des opérations
publicitaires et les coûts de transport.

c) Joseph Schumpeter

Schumpeter se démarque des « néo-classiques ». Pour lui, la concurrence est interprétée dans le cadre d’une
vision dynamique de l’évolution économique.
Pour lui, la croissance repose sur l’innovation. Cette croissance est un processus permanent de créations et
de destructions des activités.
Il met l’accent aussi sur la notion de concurrence - rivalité et ajoute que l’innovation est un facteur de …
Conclusion

 Sraffa refuse la notion d’atomicité du modèle CPP. Il suggère un modèle alternatif : le monopole.
 Chamberlin refuse celle de l’homogénéité des produits. Il propose la concurrence monopolistique.
 Schumpeter refuse celles de transparence et de libre entrée et sortie et introduit le rôle de
l’innovation.
La théorie de la CPP et ses hypothèses paraissent donc peu réalistes. D’autres formes de marché existent : la
concurrence imparfaite

Section 2 : La concurrence imparfaite

Vers 1850 et dans les années vingt, sont publiés des travaux portant sur la concurrence imparfaite (CI)

1 – Définition

Il y a CI dans un secteur lorsque le producteur peut individuellement influer sur le prix de son output (ce qui
sort de la firme).
En CI les prix sont généralement plus élevés et les productions moins importantes qu’en CPP.
Mais, l’existence de CI n’exclut pas une certaine rivalité sur le marché pour accroître les parts de marché.
Producteur est un « price maker »
En CI, le prix baisse à mesure que les ventes augmentent.

2 – Structures de marché

La structure d’un marché correspond à la nature et à la taille des entreprises qui le composent.
Document N°5 : Les structures de marchés et leurs caractéristiques

3 – Causes de concurrence imparfaite

Les causes peuvent être les coûts de production, d’une part, et la réglementation et différenciation d’autre
part.

a) Les coûts de production

En CPP, les investissements et les coûts de production sont faibles. Les coûts irrécupérables (sunk costs)
sont également réduits.
En CI, l’entreprise doit être d’une taille plus importante. Elle doit avoir des capacités pour investir et doit
donc se spécialiser ou bénéficier des économies d’échelle.

b) La notion de taille minimale optimale

La taille minimale optimale (TMO) ou Echelle Minimale d’Efficience (EME) représente le volume de
production tel que la courbe de coût moyen de long terme cesse de baisser.

Document 6 : Taille minimale optimale


L’EME correspond au volume de production pour lequel les rendements d’échelle sont constants.

Soit une fonction de production de type Cobb-Douglas :

Y  f (K,L)  AK  L
f (aK;aL)  a kY

Si k  1 : rendements d’échelles croissants (économie d’échelle). Y augmente dans des proportions plus
élevés que les coûts de production
Si k=1 Y augmente dans des proportions équivalents au facteur de production kY
Si k  1 : rendements d’échelles décroissants (Y augmente dans des proportions inférieur à l’augmentation
des facteurs kY).

Document 7 : les rendements d’échelle (rappel)

Origine des économies et déséconomies d’échelle


Les économies d’échelle proviennent de 3 facteurs :
 Indivisibilité de certains facteurs de production (nécessité donc de les utiliser dans leur pleine
capacité).
 Spécialisation (c’est une source d’efficacité)
 Gains dus à l’effet de taille (production à grande échelle), ce facteur étant lié au précédent.

Les déséconomies d’échelle proviennent principalement de 2 facteurs :


 Coûts de gestion : organisation moins flexible (plus bureaucratique)  problèmes de coordination,
 Coûts géographiques : délocalisation pour raison d’extension  coûts d’exploitation, de transport,…

A quoi correspond la notion de TMO dans la décision d’entreprise ?

Pour être efficace, l’entreprise doit, à long terme, produire à un niveau correspondant au minimum de son
CMLT.
La production d’une quantité supérieure risque de générer plus de coûts que de recettes.
Mais, pour pouvoir dominer sur leur marché certaines entreprises produisent au-delà de l’EME. Pourquoi ?
 Gagner des parts de marchés importantes !
Document 8 : Comment la taille optimale joue sur la structure de marché.

1. Cas de la CPP : CMLT1

Coûts et quantités faibles (pas d’influence sur le marché). Il faut plusieurs entreprises (n) pour satisfaire la
demande (D).
A LT, le prix en CPP se fixe au minimum du coût moyen. Chaque producteur produira qCPP, et QT=qcpp*n.
Exemple : livreurs de pizzas, laveurs de carreaux, marchands ambulants…

2. Cas de l’oligopole : CMLT2

Les firmes ont une taille plus importante que celle des firmes en CPP. Il faut deux (duopole) ou quelques
entreprises (oligopole) pour satisfaire la demande (D).
Exemples : industrie automobile, « soft drinks » (Coca-Cola, Pepsi-Cola et Cadbury Schweppes), …

3. Cas du monopole : CMLT3

Quantité et coûts trop élevés pour être assurés par une petite entreprise.
La firme doit être de grande taille pour satisfaire à elle seule la totalité de la demande (D). 2 cas possibles :
- La firme satisfait la demande D (phase de rendements décroissants),
- La firme satisfait la demande D’ (phase de rendements croissants) : c’est un monopole naturel.

Monopole naturel = situation de marché où une seule entreprise est capable de produire à des prix plus
faibles qu’en cas de présences de plusieurs entreprises.

c) Les réglementations

On peut distinguer : brevets, barrières à l’entrée et droits de douanes.

a) Les brevets : c’est la garantie de l’usage exclusif (mais temporaire) d’un produit ou d’un procédé.
Ex : Photo instantanée (Polaroid), industrie pharmaceutique…Les lois sur les brevets, confèrent un
monopole à l’entreprise ayant découvert un nouveau procédé  Monopole schumpetérien ou légal
(cf. plus loin)

b) Les barrières à l’entrée : Parmi ces barrières, on peut citer :


 Les coûts de recrutement de la main-d’œuvre
 Les coûts de construction d’une usine
 Les investissements (lourds)
 Les licences : ex. réglementation de la profession des taxis, Numérus Clausus,…
BAIN (1956) fut le premier à développer une approche moderne des barrières à l’entrée. Il distinguait 3
types de barrières à l’entrée :
- L’avantage absolu de coût (pour la firme installée)
- Les économies d’échelle
- La différenciation des produits

c) Les droits de douanes : Ils peuvent être parfois institués pour aider les entreprises nationales à
concurrencer leurs rivales étrangères. Ex : secteur du textile, sidérurgie (droits de douane imposés par
l’administration Bush en 2002 sur les importations d’acier), secteur agricole

d) La différenciation

Stratégie consistant, pour une entreprise, à personnaliser son produit et à le distinguer de celui du concurrent.
Cette pratique n’existe pas en CPP (produits homogènes) mais on la retrouve en concurrence monopolistique
(E.H. Chamberlin, voir plus loin).
La différenciation entraîne la baisse du nombre de producteurs sur un secteur ce qui accentue une certaine
concentration du marché.

MAINTENANT

Analysons empiriquement, le lien entre la concentration et l’EME, et comparons la part de marché…..

Document 9 : Economies d’échelle et concentration aux Etats-Unis

La concentration est plus importante que le niveau correspondant à l’EME (stratégie des firmes d’élargir leur
part de marché). Plus le secteur est concentré plus on est proche de l’oligopole ou du monopole (si
déconcentré = CPP)
Remarques : part marché cigarettes (23%)  EME (6-12%) : accaparer des parts de marchands plus
importantes (pub, …)
Les industries les plus « lourdes » ont le taux de concentration le plus élevé (extraction de fer, sidérurgie,
…).
La concentration est plus faible là où le processus de production est relativement plus faible (textile, métaux,
FFS, …).

Section 3 : Quelques conséquences de la concurrence imparfaite

1 – Le taux de profit

Le taux de profit s’élève généralement avec la concentration d’un marché. Le document 11 (ci-après)
indique bien une corrélation positive entre la concentration et le taux de profit. Mais le taux de profit n’est
pas toujours plus élevé en concurrence imparfaite qu’en CPP. D’une manière générale le taux de profit est
plus élevé en CI qu’en CPP.
Explication : séparation entre le rôle des dirigeants et les actionnaires (les premiers cherchent à accroître leur
salaire les seconds à engranger des bénéfices).
On voit une corrélation positive entre la concentration et le taux de profit.

2 – La recherche-développement et la publicité

Ces dépenses sont plus élevées dans les secteurs concentrés. Les firmes possèdent la taille minimale
nécessaire pour engager des dépenses importantes. Au contraire en CPP, les produits sont presque identiques
et les efforts de différenciation faibles. Schumpeter avance l’hypothèse que les grandes firmes sont les
garantes de l’innovation et du progrès technique.

3 – Les interactions stratégiques

La CI se distingue de la CPP par l’existence d’interactions stratégiques entre les firmes (théorie selon
laquelle les firmes ne s’observent pas même en concurrence imparfaite) :
 Si les firmes coordonnent leurs stratégies, on parle de comportements coopératifs,
 Si par contre elles ne se concertent pas, on parle de stratégies non coopératives.
C’est le but du chapitre II : examen des différentes configurations de marché de CI.
Chapitre II : Structures de marchés et comportements des acheteurs

Section 1 : Le monopole

1 – Définition, hypothèses et origine du monopole

Le monopole est une situation de marché où une entreprise est seule à produire un bien ou un service. Quand
on passe de la CPP au Monopole, on abandonne en 1er lieu l’hypothèse « d’atomicité » et celle de « libre
accès au marché ». Les 3 autres hypothèses restent compatibles avec le monopole (transparence de
l’info,…,…).

Les raisons d’existence du monopole sont de 3 types :

A – Monopole naturel : situation où une seule entreprise produit plus efficacement que plusieurs (en
raison notamment des économies d’échelle).

Pas de monopole naturel si la


demande se trouve dans la partie
croissante du coût moyen.

B – Monopole d’innovation (Schumpeter). Entreprises qui, à la suite d’une innovation, créent un


nouveau produit et se trouvent seules à le produire et à le distribuer sur le marché.

C – Monopole légal : les pouvoirs publics accordent à une entreprise le droit exclusif de produire un
bien ou un service. On y trouve les « monopoles publics » (La poste EDF-GDF, SNCF,…).

2 – Equilibre du monopole

Le monopoleur est confronté directement à la totalité de la demande sur un marché. Le prix est fixé par
l’entreprise et non pas par le marché (« price maker »). Ce n’est pas une constante mais une donnée qui
décroît avec l’augmentation de la production. La recette marginale en monopole est donc décroissante.

a) Équilibre de court terme

En CPP on fait P = Cm afin de calculer l’équilibre. En monopole, équilibre obtenu lorsque Rm = CmCT de
court terme.
Equilibre => Rm = Cm

1) Rm = Cm, on obtient Qm

2) On cherche Qm dans RM (Em) et on en


déduit Pm

3) Calculer le profit, Prof=(Pm-CMm).Qm

c) Équilibre de long terme

Différence avec le court terme : CT : 2 facteurs : fixes et variables


LT : tous les coûts deviennent variables (y.c le CF).

Equilibre => Rm = CmLT

1) Rm = Cm, on obtient Qm

2) On cherche Qm dans RM (Em) et on en


déduit Pm

3) Calculer le profit, Prof=(Pm-CMm).Qm

Caractéristiques de l’équilibre :

À LT, le monopoleur recherche la taille qui lui procure un profit maximum (il adapte sa production et
modifie la structure de ses coûts). Il peut être incité à développer ses capacités de production pour tirer profit
des économies d’échelle. Mais il n’est pas obligé d’aller jusqu’au minimum du CMLT (Prix élevé pour une
quantité moins importante).

3 – Implications du monopole : inefficacité sociale

La situation de monopole conduit à produire une quantité plus faible, vendue à un prix plus élevé qu’en CPP.
Du point de vue du consommateur, il y a une certaine inefficacité du monopole. On parle également de
« charge morte du monopole » ou de « perte de satisfaction sociale » (manque à gagner et conso et
producteur). Il y a inefficacité car le surplus social est moins important en monopole qu’en CPP.
Document 14 : Inefficacité sociale du monopole

Pm
A
Pcpp B
C

Qm Qcpp Q
En monopole, les consommateurs subissent une perte de surplus. Pour se procurer Qm, ils paient Pm au lieu
de Pcpp (rectangle A). En plus, ils ne peuvent acquérir Qcpp car la quantité offerte par le monopole est
moindre. Ils perdent également un surplus (triangle B). La perte globale des consommateurs est A + B.
Du côté du producteur, le monopoleur verra son surplus augmenter (rectangle A). Mais, en CPP, il aurait
vendu Qcpp au prix Pcpp. Pour chaque unité supplémentaire, le gain aurait été de Pcpp-Cm. Son manque à
gagner est représenté par la surface C. La perte de satisfaction sociale est de B+C, représentant la « charge
morte de monopole » : c’est une mesure de l’inefficacité sociale du monopole comparée à la CPP.

Cons+producteur=-a-b+a+c=-(b+c)=perte sociale de b+c


Pcpp.(Qcpp-Qm)-Cm

Aussi, le monopole n’est pas une situation optimale au sens de Pareto (pas possible d’améliorer la
satisfaction d’un individu sans diminuer celle de l’autre !).

4 – Le monopole discriminant

Dans le monopole discriminant, nous nous limiterons à la discrimination par les prix. On parle de
discrimination par les prix lorsqu’il est possible à un producteur de vendre les unités d’un bien à des prix
différents. Seul le monopoleur peut discriminer (« price-maker »). Cette stratégie répond à la volonté
d’augmenter le profit. PIGOU (1920) distingua trois formes de discrimination par les prix : 1er, 2ème et 3ème
degré.

a) Discrimination au 1er degré (ou parfaite)

La discrimination au 1er degré est une situation où le monopoleur peut vendre les unités d’un bien à des prix
différents. Les prix de vente varient selon le consommateur auquel il s’adresse. Ceci suppose que le
monopoleur connaisse les préférences et les fonctions de demande individuelle de chaque consommateur.

Exemples :

Les ventes aux enchères : la propension à payer varie d’un acheteur à l’autre.
Un médecin non conventionné ayant un monopole géographique : chaque patient paiera un prix
« personnalisé ».
Mots clés :
Situation où le monopoleur peut vendre les unités d’un bien à des prix différents.
Préférences, fonctions de demande individuelle.
Implication de la discrimination du premier degré :

a) La discrimination parfaite (ou de 1er degré) entraîne la superposition de la courbe de demande


(RM) et de celle de recette marginale (Rm).

Document 15 : superposition de Rm et RM en cas de discrimination de 1er degré

Monopole sans discrimination Monopole avec discrimination


(Rappel)

Rm RM (Rm=RM)

b) Quand le monopole vend une unité de plus que la première (et ainsi de suite !) , sa recette sur les
unités déjà vendues ne baisse pas.
c) Il existe une situation optimale au sens de Pareto.
d) Le monopoleur s’approprie le surplus du consommateur.

Document 16 : Discrimination parfaite et optimum du monopole

A
Cm

B
P1
C

Rm2 (=RM)

Rm1
Q1 Q2 Q

Monopole sans discrimination : recette marginale (Rm1)  recette moyenne (RM)


Monopole discriminant (1er degré) : recette marginale (Rm2) = recette moyenne (RM)

Rappel : En cas de non discrimination, l’équilibre se réalise lorsque Rm1=Cm, soit B, c.à.d. (Q1,P1). En cas
de discrimination on a Rm2=RM. Le monopoleur a intérêt à baisser ses prix jusqu’à ce que la dernière unité
vendue lui rapporte autant que ce qu’elle à coûté (c.à.d. Rm2=Cm). L’équilibre est donc obtenu lorsque
Rm2=Cm c.à.d. pour une quantité Q2 (point C).
Document 17 : La discrimination de 1er degré et la notion de surplus

Cas de non discrimination Cas de discrimination de 1er degré

A A

B Cm
P1 B
P1
P2 C

D
Rm2(=D)
Rm1
Q1 Q1 Q2

En cas de non discrimination (graphique de gauche) à l'équilibre, le surplus des consommateurs sera de
ABP1, il restera entre les mains des consommateurs (Ils paient P1, soit moins que ce qu’ils étaient prêts à
payer).
En cas de discrimination de 1er degré (graphique de droite) le monopoleur peut continuer à discriminer
jusqu'à ce que Rm2=Cm c'est-à-dire produire Q2. Dans ce cas, par rapport à Q1, son profit supplémentaire
sera de BCD (différence entre le surcroît de recette et l'augmentation des coûts liée à l'accroissement de la
production : Rm2-Cma). Il perçoit également une recette supplémentaire de ABP1 (il s'approprie donc le
surplus du consommateur).

Document 18 : Rappel de la notion de surplus

P
Offre
A

P1

P2
E
PE Demande

Q
O Q1 Q2 QE

Surplus du consommateur : AEPE. Comme l'indique la courbe de demande, les acheteurs sont prêts à
payer un prix plus élevé que le prix d'équilibre (ex. P1 pour Q1, P2 pour Q2,…).

Surplus du producteur : OEPE. Comme l'indique la courbe d'offre, les producteurs sont disposés à
accepter un prix inférieur à PE pour toutes les quantités < à QE. Donc, pour chacune de ces unités, le
producteur gagne la différence entre le prix du marché et le prix auquel il est disposé à vendre.
b) Discrimination du 2e degré

1) Définition

Ici, l’entreprise applique des prix différents selon la quantité vendue mais ce prix est le même pour tous les
consommateurs. Ce cas est plus fréquent que le 1er degré. On parle aussi de « tarification non-linéaire » : prix
dégressif par tranches de quantité. Le consommateur 1 payera P1 pour Q1. Le consommateur 2, achetant
Q2>Q1, paiera P1 pour Q1 et un prix P2<P1 pour Q2-Q1.

Exemples : - Prix des communications téléphoniques par tranches


- Electricité (tarif vert, rouge, …)
- Abonnement à des revues

Document 19 : Discrimination au deuxième degré

A
Cm

P1
P2
B
P*
C
PE
D

D (=RM)

Rm

Q1 Q2 Q* QE Q

Le monopoleur a intérêt à augmenter ses ventes tant que


P > Cm, c’est à dire jusqu’à C.

Ainsi, pour maximiser son profit, la quantité optimale doit être de QE et le prix = PE (c’est à dire lorsque RM
= Cm).

Le producteur discriminant au 2e degré ne capte pas la totalité du surplus des consommateurs. En effet, s’il
se situe à (QE,PE), une partie du surplus du consommateur restera entre les mains du consommateur
(surfaces jaunes).

Le monopoleur fait payer par tranches, c’est à dire que certains consommateurs continuent de payer moins
que ce qu’ils étaient prêts à payer.

Il y a une partie qui reste entre les mains du consommateur (surface jaune) et une partie accaparée par le
producteur (surface verte).
c) Discrimination au 3eme degré

1) Définition

La discrimination au 3e degré correspond à la situation où l’entreprise pratique des prix différents selon des
sous-groupes de clients (ou sous-marchés).
Cette politique suppose que les sous-marchés soient facilement identifiables et suffisamment cloisonnés ou
étanches. Le monopoleur pratique ce type de discrimination lorsque :
Chaque sous-marché a sa propre demande,
L’élasticité-prix de la demande varie selon le sous-marché envisagé.
Ce type de discrimination est très fréquent et n’est pas uniquement l’apanage (exclusivité) du producteur en
situation de monopole.

Exemples : La « segmentation » pratiquée dans certaines activités culturelles, récréatives et sportives. On


peut citer aussi la SNCF (cartes « jeunes », « Séniors », « enfant + »…).

2) Optimum et répartition sur les sous-marchés

Le monopoleur aura intérêt à répartir les ventes entre les sous-marchés de sorte que les recettes marginales
des sous-marchés s’égalisent. Optimum : Rm=Cm=Rm1=Rm2.

Document 20 : Discrimination au troisième degré : séparation en deux marchés

Rm1 = Cm1 Rm2 = Cm2

P P P
Rm = Cm

P1
Pm
P2

D1 D2 D1+D2
Rm1 Rm2 Rm1+Rm2
Q1 Q2 Q1+Q2

Sous-Marché 1 Sous-Marché 2 Sous-Marché 1 + 2

Le profit du monopole discriminant est :


=RT1(Q1)+RT2(Q2)-CT(Q1+Q2) avec Q1+Q2=Q. (RT1 en fonction de Q1)

L’optimum est atteint lorsque les dérivées partielles par rapport à Q1 et Q2 s’annulent :
(Q1)=0, soit Rm1=Cm
(Q2)=0, soit Rm2=Cm

D’où Rm1=Rm2=Cm

Cette condition peut se scinder en deux :


Rm1=Rm2 : condition de répartition optimale des ventes sur les marchés et
Rm1=Rm2=Cm : détermination de la quantité totale à produire et sa répartition.
Section 2 : La concurrence monopolistique

1 – Définition

Cette théorie a été proposée en 1933 par l’économiste américain E. Chamberlin et l’économiste britannique
Joan Robinson. La concurrence monopolistique tire ses caractéristiques à la fois de la CPP et du monopole.
Elle tient de la CPP : le nombre de vendeurs est grand et aucun d’entre eux n’exerce une
influence sur les autres. Les entrées et les sorties sont libres de toute barrière.
Elle tient du monopole : le producteur s’adresse à une demande particulière car le produit n’est
pas semblable aux autres mais différencié. De ce fait, le producteur en CM a une influence sur le
prix.

Exemples : l’alimentation, la restauration, l’habillement, les services artisanaux, marché des jeux (PC,
consoles,…).

2 – Equilibre

a) Equilibre de court terme

Document 21 : Equilibre en concurrence monopolistique

Profit
Max
Cm

E CM
P0

C M0 Equilibre (même méthode que le monopole)

Rm D

0 Q0 Q

La firm e à co urt term e

L’équilibre de CT d’un producteur en CM est identique à celui du monopole (Rm=Cm)


Max =(P0-CM0)xQ0

b) Equilibre de long terme


Document 21 : Equilibre en concurrence monopolistique

C mLT
C MLT
E
P1

D
Rm 1 D1

0 Q1 Q
L a firm e à lo ng te rm e

L’existence de profit à CT entraînera l’entrée de nouveaux concurrents. La firme verra sa demande se


réduire, elle passera de D à D1. A LT, l’équilibre se traduit par 2 propriétés :
Production d’une quantité Q1 à un prix P1 optimaux (Rm1=CmLT)
Absence d’incitation à l’entrée : =0 (car P1=CMLT)

Section 3 : L’oligopole, duopole et cartel

1 – L’oligopole de Sweezy

a) Hypothèses de Sweezy

L’économiste Sweezy (1939) a émis l’hypothèse suivante concernant un producteur présent sur un marché
oligopolistique : si le producteur (oligopoleur) modifie le prix de vente, la réaction des concurrents est
différente selon que ce prix augmente ou baisse.

Document 22 : Le modèle de Sweezy et la réaction des concurrents

Décision Concurrents Elasticité-prix Rm


 les prix  les prix (imitation) Faible (inélastique) Faible 
Producteur
 les prix Pas de  prix Elevée (élastique) Forte 
(non imitation)
Document 23 : Oligopole et demande coudée

Prix
Pas d’imitation,
élasticité () élevée Cm

Rm
Prix de A
référence P1

B
Imitation, élasticité () faible

C Demande
Rm

Q1 Quantité

Si le prix s’établit à un niveau P1 :


L’augmentation du prix (>P1) entraine une forte baisse de la quantité (élasticité élevéée). L’oligopoleur
risque de perdre des parts de marché importantes (car les concurrents ne le suivront pas).
La perte de Rm est élevée (B).

La baisse du prix (<P1) entraîne une faible augmentation de la quantité (élasticité faible). Les gains de la
firme (augmentation de la demande) seront réels mais atténués par la réaction des rivales (celles-ci baissent
également le prix)
Le gain de Rm est faible (C).

b) Conséquences sur l’équilibre du marché

Le prix P1 est une référence, pas nécessairement un prix d’équilibre. La demande coudée tend à assurer une
stabilité du prix des quantités. Cette stabilité durera tant que Cm se situe dans le segment B-C. Il y a un
changement de Q et P seulement si Cm sort de B-C. Cet équilibre relativement stable ne résulte pas d’une
entente entre les firmes (il n’y a pas d’accord préalable entre celles-ci).

c) Prolongement de la théorie de Sweezy : Stigler et Effroymson

Des travaux ont été réalisés par Stigler (1947) et Effroymson (1955). Ils distinguent deux périodes : la
récession (croissance présente mais ralentie  déoression) et l’expansion.

PIB

Expansion Récession Dépression


Document 24 : Demande coudée : cas de récession ou d'expansion économique

RÉCESSION EXPANSION

Imitation,
Non imitation,  faible
 élevée

Imitation, Non imitation


 faible

Donc Sweezy ne s’applique qu’en cas de Récession économique.


En cas de récession : c’est le modèle de Sweezy qui s’applique. En cas d’expansion : la hausse du prix est
limitée car, dans une période conjoncturelle favorable, le climat de prospérité ne gêne pas le consommateur à
payer un prix plus élevé.

Document 25 : Nature des recettes marginales dans Sweezy et Stigler/Effroymson

Evolution des prix Sweezy Stigler & Effroymson


 de prix Perte importante de Rm Perte faible de Rm
 de prix Gain faible de Rm Gain important de Rm

2 – Le duopole

C’est une situation de marché où existe deux producteurs face à une multitude d’acheteurs. On examinera
ici : Cournot, Stackelberg, Bowley, Bertrand et Edgeworth.

a) Le modèle de Cournot

Appelé aussi « duopole symétrique à double satellitisme ». En 1838, Cournot a mis en évidence
l’interdépendance des firmes.

1. Hypothèses du comportement

Chaque firme considère que la production de l’autre est une constante. C’est la quantité qui est une variable
de décision et non le prix. Soient deux entreprises A et B qui se partagent un marché. Leurs fonctions de
coût total sont respectivement :CTA et CTB. La fonction de demande qui leur est adressée est de type :

P=a-bQ, avec Q=QA+QB. Ainsi, p=a-b(QA+QB).

2. Fonctions de réaction

Pour Cournot, chaque entreprise tente de maximiser son profit en considérant que la production du
concurrent comme une constante.
O = QA+QB (O : offre globale ; QA : production de A…). Les fonctions de profit sont :

RTA-CTA=P.QA-CTA
BRTB-CTBB=P.QB-CTB

Cas de l’entreprise A : elle va supposer constante la production de la firme.

(a-b(QA+QB )). QA - CTA


 / QA = 0, QA=A(QB) : fonction de réaction de A.

Cas de l’entreprise B : elle va supposer constante la production de la firme A.

B(a-b(QA+QB )). QB – CTB


B / QB = 0, QB=B(QA) : fonction de réaction de B.

L’équilibre du marché est obtenu par la résolution des deux équations de fonctions de réaction :

QA=A(QB)
QB=B(QA)

On obtient alors les quantités d’équilibre (Q*A et Q*B) ainsi que le profit des deux firmes :  et B.

Document 26 : Duopole de Cournot : Courbes de réaction et équilibre

QB

a/b

Fonction de réaction de A

a/2b

a/3b Point d'équilibre

Fonction de réaction de B

a/3b a/2b a/b QA

3. Avantages et limites du modèle de Cournot

Avantages :

Modèle simple et proche de la réalité.


Il a le mérite de déterminer les fonctions de réaction des firmes (comment s’adapter aux décisions
de l’autre).
Limites :
La variable explicative est la quantité et non le prix (celui-ci est pourtant une variable stratégique
importante).
Modèle réducteur : la firme considère que,  sa décision, le concurrent ne modifiera pas sa
stratégie.
Les firmes rivales ne sont pas généralement en situation symétrique comme le supposait Cournot.

b) Le modèle de Stackelberg (ou asymétrie du duopole/de l’oligopole)

a) Rappel du modèle

Modèle mis en place par Von Stackelberg en 1934, c’est une généralisation du modèle de Cournot. Il estime
que chaque firme tente d’anticiper les réactions de l’entreprise concurrente face à ses propres décisions de
production.

b) Hypothèses de Stackelberg :

Le « pilote » adopte un comportement de domination sur le « satellite ». Il maximise son profit en anticipant
la réaction du satellite. Le « satellite » suppose que l’autre firme est leader, avec une production considérée
comme une donnée. La firme satellite ne connaît pas la fonction de réaction du pilote (comportement de
Cournot).

c) Equilibre et déséquilibre de Stackelberg

Cas où l’entreprise A est « leader » et B « satellite ».

La firme B a un comportement dit de Cournot. La firme A le sait et en tient compte dans la détermination de
son volume de production. Le profit réalisé par A est :
RTA-CTA=P.QA-CTA
Comma la fonction de demande chez Cournot est : P= a-b(QA+QB ) alors :
(a-b(QA+QB )). QA - CTA
aQA-bQ2A-bQAQB-CTA

La firme B étant satellite, sa fonction de réaction est celle de Cournot, soit :


QB=
A doit intégrer la fonction de réaction de B dans sa fonction de profit, soit :

aQA-bQ2A-bQA(B ))-CTA
 Est maximum lorsque dérivé=0, ce qui donne QA*. En remplaçant QA* dans la fonction de réaction de
B on obtient QB*.

Cas où l’entreprise B est « leader » et A « satellite »

Même démarche que précédemment. La firme A a cette fois-ci un comportement dit de Cournot.B doit
intégrer la fonction de réaction de A dans sa fonction de profit. En faisant B /QB=0 on obtient QB*. En
remplaçant QB* dans la fonction de réaction de A on obtient QA*.
c) Le modèle de Bowley (duopole de double leadership)

Le duopole de Bowley étudie la situation où chaque firme veut être dominante. Chacune pense que l’autre
acceptera d’être satellite. Chacune fixe sa production en toute indépendance. Aucune des fonctions de
réaction anticipée ne se réalisant. Cette situation peut conduire à un déséquilibre. Elle (cette situation) se
traduira par une lutte (augmentation des quantités, baisse des prix et des profits) aboutissant à terme :

Soit à l’éviction de l’un des concurrents, on passe à un monopole


Soit à la formation d’une entente, on arrive à un cartel.

d) Le duopole de Bertrand : duopole sans contraintes de capacité

a) Présentation et hypothèses

Le modèle de Bertrand (1938) résulte de la critique du modèle de Stackelberg. Pour lui, la rivalité se fait à
partir des prix. Bertrand estime que le duopoleur fixe son prix en considérant que l’autre maintient le sien
constant. Les autres hypothèses restent similaires à Cournot : produit homogène, capacité de production
suffisante, etc. les fonctions de réaction se déterminent de la même manière que chez Cournot, mais ici, les
réactions se font sur les prix.

b) Fonctions de réaction et équilibre

Document 27 : Modèle de Bertrand : duopole sans contraintes de capacité

PB FIRME A PB FIRME B PB
MARCHÉ
RA
RA
RB
P'2 PeB E RB

P2

P1 P'1 PA PA PeA PA

- RA étant la fonction de réaction de A. Si la firme B augmente son prix de P2 à P2’, la firme A l’augmente
également de P1 à P1’.

- RB étant la fonction de réaction de B. (même interprétation)

- E est l’équilibre de Bertrand : intersection de RA et RB ce qui donne PAe et PBe correspondant aux
anticipations des deux firmes.
c) Implications sur l’équilibre

La rivalité entre les concurrents entraînera la baisse des prix jusqu’au niveau du Cm (CPP !). PE s’identifie à
un prix de CPP, bien qu’il n’y ait pas d’atomicité. En conséquence le bien-être des consommateurs est
maximisé. Deux exemples de duopole à la Bertrand :
Avis / hertz (location de voitures)
Coca-Cola / Pepsi-Cola

Ces duopoles à la Bertrand se caractérisent par le fait que les firmes ont le prix comme variable de décision
et non la quantité. Elles fixent le prix en pensant que celui du rivan ne changera pas. Sachant que les firmes
n’ont pas de contraintes de capacité (pas limité dans la contrainte de production), la rivalité les conduira à
pratiquer des prix faibles jusqu’à atteindre le Cm (pourtant pas d’atomicité du marché).

e) Le modèle d’Edgeworth : duopole avec contraintes de capacité

Ce modèle a été mis en place en 1925. Il intervient plus particulièrement en cas d’absence d’entente.
Contrairement à Bertrand, Edgeworth estime que les capacités peuvent parfois être contraintes. Edgeworth
explique que les prix ne baissent pas jusqu’au Cm. Ils varieront de manière cyclique et se situeront toujours
au-dessus du Cm. Il parle également de l’effet d’une « demande potentielle ».

Bertrand : le prix peut baisser jusqu’au Cm (CPP !).


Edgeworth : le prix est toujours > Cm

d) L’équilibre

Pour Edgeworth, la concurrence fait baisser le prix des deux firmes. Mais très vite l’une des deux augmente
son prix (car difficile de couvrir les coûts). Le concurrent augmente également le sien jusqu’à ce que la
« guerre des prix » reprenne. Se succèdent donc des périodes de guerres et des périodes de « hausse des
prix ».

Si la firme 1 augmente ses prix alors firme 2 augmente ses prix


Si la firme 1 diminue ses prix alors firme 2 diminue ses prix
(cycle 1)
Chaque opération de ce type représente un cycle

a) La demande potentielle

Edgeworth évoque l’existence d’une « demande potentielle » qui peut générée par la publicité, proximité,
baisse de prix, etc. Etant donnée la capacité de production limitée des deux firmes, l’offre devient
insuffisante pour satisfaire toute la demande, les prix se situeront toujours au-dessus du Cm.
Exemple : deux chaînes hôtelières en situation de duopole dans une station balnéaire, les capacités d’accueil
(nombre de lits) sont limitées.

Document 28 : Le duopole et ses variantes

Duopole

Concurrence par les quantités Concurrence par les prix

Symétrique Asymétrique Sans contrainte Avec contrainte


Bowley de capacité de capacité
Cournot Stackelberg Bertrand Edgeworth
3 – Le Cartel

L’entente est interdite par la loi, mais rien n’empêche les dirigeants d’entreprises à se réunir, «discuter »,…
Le but du cartel est de fixer des prix de vente élevés pour maximiser le profit. Le résultat global de l’entente
(somme des CA des différents membres de l’entente) serait plus élevé que si les firmes opéraient
individuellement. Le cartel organise la production totale comme un monopoleur et maximise le profit
collectif.

Quelques exemples d’ententes condamnées par la loi

Novembre 2005 : 6 prestigieux palaces parisiens ont été condamnés à des amendes (55.000 à 248.000 euros)
pour entente illicite.
Il s’agit : le Bristol, le Crillon, le George V, le Meurice, le Plaza Athénée et le Ritz
Motif : échange d’informations commerciales nécessaires à l’élaboration de leurs plans marketing.
Novembre 2005 : 3 opérateurs de téléphonie mobile (Orange, SFR et Bouygues Télécom) ont été condamnés
à des amendes (58 millions d’Euros à 256 millions d’euros) pour entente illicite.
Motif : échange d’informations pour maintenir un prix élevé.

Document 29 : Le cartel et l'équilibre de court terme

Cm
CM

Pc

CMc

Rm RM
0 Qc Q

On cherche l’équilibre Cm = Rm, on remplace sur RM et on trouve Pc, le prix du Cartel.


Maximum de profit : c = (Pc – Cmc)2.Rc

Document 30 : Répartition de la production dans le cas d'un Cartel

1er Cas : les fonctions de coût sont identiques

Prix
Une firme du Cartel
Le Prix du Cartel est
supérieur au Prix du duopole

Rm d D
Qc
Q
Chaque firme décidera de produire Qc. La quantité totale produite sera Qt = 2.Qc

2ème Cas : les fonctions de coût sont différentes

Prix Les membres du Cartel Le Cartel

Cm1 Cm2
Pc Cm
Rm
Cm1=Cm2 D

Rm
Q1 Q2 Q Qc=Q1+Q2

1 – Equilibre Rm = Cm et détermination de Qc, Pc et la valeur de Rm.


2 – Cm1 = Rm pour la 1ère firme (on obtient Q1) et Cm2 = Rm pour la 2ème (on obtient Q2)
3 – On vérifie QC = Q1 + Q2

Remarques concernant le Cartel :

La répartition des quantités ne se fait pas toujours selon cette règle. Il y a le « système de quotas » (ex :
OPEP).
Dans un cartel, il y a un risque de non respect des termes de l’engagement (tentation de faire « cavalier
seul »).
Conséquences : baisse du prix (rupture du contrat) entraînant la disparition des firmes. A terme, cela
mènerait à un monopole par élimination des rivaux.

Section 4 : Les marchés à un acheteur : le monopsone

1 – Définition

Le monopsone est une situation de marché où existe un seul demandeur pour plusieurs offreurs.
Ex : Coopératives laitières, une seule entreprise dans un bassin d’emploi

2 – Equilibre

Equilibre en monopsone : Rm = Cm

Le prix est fixé en projetant la quantité d’équilibre sur la fonction d’offre (et non de demande RM : Recette
moyenne).
Document 31 : Le monopsone

P, coûts Cm

S (Offre)

Pcpp Ecpp
Pms
Ems
Rm
Qms Qcpp Quantité
L’équilibre reste le même mais on le projette sur la fonction d’offre pour obtenir Pms et Qms.

Document 32 : Monopsone sur un marché du travail

W CmL : Coût marginal du travail

SL : Offre de travail

W1
Wcpp Ecpp
Wms PmL : Productivité marginale du travail en valeur
Ems (c'est également la recette marginale du travail)

Lms Lcpp L

- SL est la courbe d’offre de travail (le taux de salaire payé par le monopsoneur varie avec la quantité de
main d’œuvre achetée).
- PmL est la valeur du produit marginal (Productivité marginale  Prix).
- Pour Lms, le monopsoneur paye Wms. Ainsi, (W1 – Wms) est « l’exploitation du travail » (Joan Robinson)

Equilibre CPP : Ecpp (Lcpp;Wcpp)

Section 5 : Les marchés contestables

La théorie des marchés contestables (disputables) a été développée par Baumol et Willig en 1982.

Objectif : montrer que les marchés qualifiés de concurrence imparfaite sont proches de la CPP.
Cette théorie est particulièrement utiliser pour légitimes la privatisation des services publics
(déréglementation).
Les premiers travaux empiriques (de terrain) aux E.U. : Le transport aérien, les chemins de fer, la téléphonie,

D’autres secteurs (dans d’autres pays) sont également concernés : énergie, eau, communications, …
1 – Définition : contestabilité et soutenabilité

a) Définition et hypothèses de la contestabilité

Un marché est dit parfaitement contestable si l’entrée potentielle y est totalement libre et si la sortie peut
s’effectuer sans coût (Baumol et Alii, 1982).
La contestabilité suppose aussi que :
- Les entreprises en place ne peuvent modifier instantanément leurs prix.
- Les consommateurs répondent instantanément aux différentiels de prix.
- Le prix pratiqué par la (les) firme(s) installée(s) ne permet pas à l’entreprise entrante de réaliser un profit.
- Les firmes installées fixent leur prix au niveau du Cm.

b) Configurations naturelles et équilibre

Les auteurs définissent la structure d’un marché ou « configuration industrielle » par 3 variables :
- Le nombre d’entreprises (n)
- Le prix du marché (P)
- Les quantités produites par chaque firme (Q1, Q2, Q3, …, Qn)
Une configuration est dite réalisable (feasible) si :

Offre = demande (avec P ≥ 0) et


P ≥ CM : c’est à dire : P.qI – C(qI) ≥ 0 avec I = n

Remarque : Si P < CM, la configuration n’est pas réalisable

Une configuration réalisable est dite soutenable (sustainable) si elle ne permet aucune entrée profitable sur le
marché. C’est-à-dire :
pe.qe ≤ C(qe) pour toute valeur de pe et qe telle que : pe ≤ P et qe ≤ Q(pe).
avec :
- (pe ;qe) : stratégie prix-quantité de l’entrant potentiel.
- Q(pe) : demande au prix proposé par l’entrant.
- L’entrant considère que P ne sera pas modifié suite à son entrée.

Résumé :
- Pour la firme installée : P ≥ CM donc  ≥ 0
- Pour la firme entrante : Pe ≤ P et  ≤ 0

Selon Baumol et Alii (1982), dans toute configuration soutenable, il faut que :
- P = CM (si P > CM, les firmes entrent sur le marché et si P < CM, les firmes le quittent)
- P > Cm, si n = 1 (monopole)
- P = Cm, si n ≥ 2 (duopole, oligopole, CPP, …)

Dans un marché parfaitement contestable (MPC), seule une configuration réalisable et soutenable peut
constituer un équilibre (aucune incitation à l’entrée !).

c) Propriétés de l’équilibre

Propriété 1 : P ≥ Cm (ou P = Cm si n ≥ 2). Si P < Cm, alors l’équilibre n’est pas soutenable.

Propriété 2 :  = 0 (c’est-à-dire P = CM) si n ≥ 2. Si  > 0, la configuration n’est pas soutenable et si  < 0,


elle n’est pas réalisable.
Une configuration industrielle à la fois réalisable et soutenable est donc telle que :
P = Cm = CM, soit l’équilibre en CPP.
Les propriétés de l’équilibre d’un marché contestable sont proches de celles de l’équilibre de CPP. Mais
elles s’affranchissent de la condition d’atomicité.

2 – Equilibre et nombre de firmes sur le marché

Les conditions d’un équilibre dans un MPC sont :

P = CM et P ≥ Cm si n = 1 (monopole)
P = CM et P = Cm si n ≥ 2 (duopole, oligopole, CPP, …)

Dans le cas du monopole, si la demande coupe la courbe de CM au delà de son minimum, aucun équilibre
soutenable ne peut exister car P = CM mais Cm > CM.

Document 33 : Monopole naturel et marchés parfaitement contestables

P
CM
Cm
Erb
Cm CM
Pm Em

Ec

Q
Qm Qrb Qc

Nous avons 3 équilibres dans ce document : Em, Ec et Erb


- Em (Equilibre du Monopole) : n’est pas soutenable
- Ec (Equilibre de 1er rang = concurrentiel) : n’est pas réalisable (P = Cm mais P < CM et donc  < 0)
- Erb (Equilibre de second rang) : seule la tarification Ramsey-Boiteux satisfait aux conditions d’une
configuration réalisable et soutenable

En économie d’échelle, un monopole soumis à un risque d’entrée d’un concurrent peut pratique P = CM et P
> Cm.

Conclusion : seule une tarification P = CM est conforme à une configuration réalisable et soutenable (donc
MPC).

E somme, il existe 2 types de configurations soutenables et réalisables :


1 – Monopole naturel : P=CM (Ramsey-Boiteux)
2 – Plusieurs firmes : P=CM=Cm (1er rang)

En somme l’équilibre concurrentiel de long terme est un cas particulier de MPC.


Document 34 : Contestabilité et soutenabilité

Figure N°1 Figure N°2 Figure N°3

PB B F
PD D PF
PA A
PE E
PC C

QB QA QC QD QE QF
A, C et D ne sont pas des Equilibres de type MPC
B, E et F sont des Equilibres de type MPC.

3 – Effets de la contestation et critiques du modèle

1. Sur un marché contestable les coûts d’entrées et de sorties sont faibles. On a alors une
accentuation de la concurrence.
2. Une firme en CI pratiquant une tarification au Cm ne peut durablement réaliser des super-profits
(=0 à LT).
3. Mais la contestation durera s’il y a des profits. L’entrée entraînera :  offre,  prix,  profits, un
départ des entreprises.
4. La concurrence potentielle peut suffire pour avoir un optimum de 1er rang, c.à.d. P=CM=Cm
Chapitre III : La stratégie des acteurs à travers la théorie des jeux

Document 35 : Les grands noms de la théorie des jeux

John Von Neumann (1903-1957)

Principal fondateur de la théorie des jeux. Ce mathématicien d'origine hongroise, qui s'est installé aux
Etats-Unis en 1931, a produit de nombreux travaux sur la théorie des ensembles, la mécanique quantique
et la logique mathématique. Il a également participé à divers projets militaires, en particulier la mise au
point de la première bombe atomique

Oscar Morgenstern (1902-1977)

Cet économiste d'origine autrichienne s'est installé aux Etats-Unis en 1935 où il a enseigné jusqu'en 1971.
En 1944, il a publié, en association avec J. Von Neumann, l'ouvrage fondateur de la discipline « Théorie
des jeux et comportement économique ».

John Nash (né en 1928)

Considéré comme l'un des mathématiciens les plus prometteurs de l'après-guerre, il a publié en 1949, à
l'âge de 21 ans, une recherche qui lui vaudra le prix Nobel d'économie en 1994. Ce travail améliorerait
considérablement la théorie de John Von Neumann et Oscar Morgenstern en montrant l'importance des
jeux caractérisés non par le pur conflit, mais par la possibilité de gains mutuels. La carrière de John Nash a
été stoppée précocement par de graves troubles psychiatriques. Il n'a plus publié de travaux scientifiques
depuis 1958. [Sa biographie par Sylvia Nasar, ex-journaliste économique pour le New York Times, parue
en 1999 a été adaptée au cinéma par Ron Howard, sous le titre français Un homme d'exception].

Reinhard Selten et John C. Harsanyi

Respectivement économistes à l'université de Californie et à l'université de Bonn, ces deux auteurs ont
également reçu, en 1994, le prix Nobel d'économie, pour leurs travaux sur la dynamique des jeux dans le
temps et la nature imparfaite de l'information dont disposent les joueurs.

Source : "La théorie des jeux", Jacques Lecomte, Sciences Humaines, n°82, avril 1998.
Repris dans Problèmes économiques n°2599, janvier 1999
Section 1 : coopération et non coopération en théorie des jeux

1 – Présentation générale de la théorie des jeux

Document 36 : Principaux concepts de la théorie des jeux

Jeu : situation dans laquelle les décisions sont interdépendantes.


Stratégie : plan de jeu qui décrit comment le joueur agira dans toutes les situations
concevables (ou état de la nature).
Equilibre : situation telle que chaque joueur n'a plus intérêt à changer de stratégie (équilibre
dominant et équilibre de Nash).
Jeu coopératif : comportement qui permet aux différentes parties d'obtenir un résultat
relativement satisfaisant en se mettant d'accord sur un compromis. Il donne lieu à l'équilibre
coopératif.
Jeu non coopératif : situation où les joueurs ont des intérêts opposés et font "cavaliers
seuls". Il donne lieu à un équilibre non coopératif.
Situation mixte : situation faite à la fois de lutte et de coopération.
Matrice des gains (ou matrice des choix) : outil d'aide à la décision. Elle récapitule les
stratégies des joueurs et les résultats possibles.

a) Un nouvel outil d’analyse micro-économique

La théorie des jeux a été à l’origine fondée par Von Neumann (1928) et développée par Morgenstern (1944).
D’autres travaux ont suivi dans les années 50 notamment ceux de Nash, Raiffa et Luce, Shapley…
Cette théorie a été généralisée dans les années 80 – 90. Elle fait partie de la « nouvelle micro-économie ».
Le prix Nobel d’économie 2005 a été attribué à deux chercheurs américains (Schelling et Aumann). Ils ont
été récompensés pour « avoir amélioré notre compréhension des conflits et de la coopération au moyen de la
théorie des jeux ». Ils ont expliqué aussi les conflits économiques tels que les guerres des prix et les guerres
commerciales.

b) Principaux concepts (Voir Document 36)

Soit l’exemple de Brams (incident USA/URSS sur les missiles à Cuba en 1962).

Document 37 : Exemple de jeu : la "crise de Cuba"

URSS
Cède (retrait) Ne cède pas (maintien)
A:3 B:3 A:2 B:4
Cède (blocus)
Compromis Victoire de B
Etats-Unis
Ne cède pas A : 4 B:2 A:0 B:0
(frappe aérienne) Victoire de A Guerre

En théorie des jeux, les situations mixtes sont plus fréquentes mais des compromis sont possibles.

On peut citer comme exemples relevant de la TJ :


Les négociations commerciales entre pays (asymétrie de l’information) : compromis.
Les grèves : le conflit syndicats/direction est généralement résolu par des compromis.
Lancement d’un produit ou fixation de prix : les décisions prises relèvent de la stratégie mixte.
2 – Stratégie dominante et équilibre dominant

La stratégie d’un joueur est « dominante » lorsqu’elle lui assure le maximum de gains, quelle que soit la
stratégie de l’autre joueur. On parle d’équilibre dominant lorsque les joueurs jouent leurs stratégies
dominantes.

Document 38 : Le cas d'un équilibre dominant

Duel « Firme A - Firme B »

Rappel de la situation :

- Si le cartel fonctionne, le chiffre d'affaires mensuel de chacune des firmes sera identique et égal à 2.000
euros ;
- Si la Firme A triche et que la Firme B honore son engagement, la Firme A gagne 3.000 euros et la Firme
B n'en gagne plus que 500 ;
- Si la Firme B triche et que la Firme A honore son contrat, la situation est inversée;
- Enfin, si les deux trichent, elles gagnent chacune 1.000 euros.

Firme B
Loyale Triche*
Loyale A : 2.000 B : 2.000 A : 500 B : 3.000
Firme A Triche* A : 3.000 B : 500 A : 1.000 B : 1.000
D
* Stratégies dominantes ; D : Equilibre dominant

La stratégie dominante pour A est « tricher » (1000>500) et celle pour B est « tricher » (1000>500).
L’équilibre dominant est alors (triche ; triche).On peut procéder également par anticipation :

A anticipe que B va tricher (max. gains = 3000), A ne restera pas loyale mais trichera (1000>500).
Parallèlement, B anticipe que A va tricher (max. gains = 3000), B ne restera pas loyale mais trichera
(1000>500).
L’équilibre dominant est alors (triche ; triche).

Document 39 : Le cas d'un équilibre dominant

Guerre des prix ou prix habituels

Aldi
Prix habituels* Guerre des prix
Prix habituels* A : 10.000 B : 10.000 A : 500 B : -100.000
Eda D
Guerre des prix A : -100.000 B :-10.000 A : -50.000 B : -50.000
* Stratégies dominantes ; D : Equilibre dominant
Attention : certains équilibres ne procurent pas toujours un maximum de gains (Cf. Equilibre de Nash).

3 – L’équilibre de Nash

Dans certaines situations, il n’y a pas d’équilibre dominant mais un équilibre de type Nash. Nash
(mathématicien américain) formula ce concept en 1951.

Définition : un équilibre de Nash est une situation dans laquelle le joueur choisit sa stratégie en considérant
que celle de l’adversaire est une donnée.
Cet équilibre est atteint quand aucun joueur n’a intérêt à modifier sa position car sa situation pourrait se
dégrader. Toute déviation profite à l’autre.

a) Quand l’équilibre de Nash permet de compenser l’absence d’un équilibre dominant.

Document 40 : Quand l'équilibre de Nash permet de compenser l'absence d'un équilibre


dominant

Aldi
Prix élevé Prix habituel
Prix élevé A : 100.000 B : 200.000 A : -20.000 B : 150.000
Eda Prix habituel* A : 150.000 B :-30.000 A : 10.000 B : 10.000
N
* Stratégie dominante ; N : Equilibre de Nash

Eda : stratégie dominante est « prix habituel ».


Aldi : Pas de stratégie dominante.

Aldi va opter pour le jeu qui maximise ses gains (prix habituel). On arrive donc à un équilibre de Nash.

b) Quand l’équilibre de Nash est aussi un équilibre dominant

Retour au Document 38

« tricher » = stratégie dominante des deux firmes. Chacune va anticiper un comportement de tricherie de
l’autre. Présence simultanée de 2 équilibres : dominant et Nash.

c) Autres situations, autres équilibres

Document 41 : Absence de stratégies dominantes et d'équilibres (dominant et de Nash)

Firme B
Jeu 1 Jeu 2
Jeu 1 A : 1.000 B : 500 A : 500 B : 1000
Firme A
Jeu 2 A : 500 B : 1000 A : 1.000 B : 500

Document 42 : Plusieurs équilibres de Nash

Firme B
Jeu 1 Jeu 2
A : 1.000 B : 1000 A: 500 B : 500
Jeu 1
N
Firme A
A: 500 B : 500 A : 2.000 B : 2000
Jeu 2
N

Document 43 : Absence d'équilibre

Firme B
Jeu 1 Jeu 2
Firme A Jeu 1 1 0 0 1
Jeu 2 0 1 1 0
Pas de stratégie dominante
Pas d'équilibre dominant
Pas d'équilibre de Nash
Document 44 : Plusieurs équilibres de Nash

Firme B
Jeu 1 Jeu 2
Firme A Jeu 1 3 3 10 0
(N)
Jeu 2 -8 -5 10 0
N
N : Equilibre de Nash.

d) Inefficacité de l’équilibre de Nash : Le dilemme du prisonnier

2 personnes sont suspectées d’avoir commis un crime. La justice leur propose un « marché » :

Document 45 : Inefficacité de l'équilibre de Nash : le dilemme du prisonnier

Prisonnier 2
Avoue N'avoue pas
Avoue -7 -7 0 -10
Prisonnier 1 N
N'avoue Pas -10 0 -1 -1
N : Equilibre de Nash

(-7 ;-7) est également un équilibre dominant


La solution optimale = ne pas avouer (2 ans au total). Mais ce n’est pas un équilibre de Nash. L’équilibre de
Nash (avoue ; avoue). Mais, il ne maximise pas l’intérêt collectif (14 ans d’emprisonnement).
Inefficacité de l’équilibre de Nash :
Cet équilibre conduit les joueurs à ne pas retenir la solution collectivement avantageuses mais d’accepter la
plus défavorable (Palestine / Israël).

e) Limites de l’équilibre dominant et de l’équilibre de Nash pour l’intérêt des firmes

L’équilibre dominant n’est pas forcément la meilleure solution pour atteindre l’objectif des gains.

Retour au Document 38

En cas de tricherie : gain collectif de 2000 Euros.


En cas de coopération (loyale ; loyale) : le gain est double.
L’équilibre de Nash n’est pas non la meilleure solution pour améliorer le gain total.

Retour au Document 40

L’équilibre de Nash : gain collectif de 2000 Euros.


En cas de politique concertée (prix élevé) : gain total de 300.000 Euros.
C’est le cas également du dilemme du prisonnier : l’équilibre de Nash entraîne 14 ans de prison alors que
l’altruisme aurait permis de réduire la peine à 2 ans.

Section 2 - La collusion et ses conditions de validité

1 – L’engagement préalable

L’engagement préalable est une sorte d’entente ou de coopération entre les partenaires.
Exemples : engagements portant sur la fixation des prix, de la quantité à produire.
Dans le document 38, un engagement préalable consiste pour les deux firmes à rester loyales : 2000
Euros chacune. On trouve des formes proches de l’engagement préalable dans des accords bilatéraux (entre
pays), OMC,…

2 – Les jeux répétés

Lorsque les jeux sont répétés, la stratégie de coopération est préférable à celle consistant à faire « cavalier
seul ».
Document 38 : si le jeu est répété alors l’intérêt des firmes n’est plus de tricher mais de coopérer (gain
double).

3 – La crédibilité de la menace

Pour maintenir une coopération, la menace doit être crédible. Une menace crédible favorise l’entente alors
qu’une menace non crédible mènerait à la rupture de l’entente.

Document 46 : Crédibilité de la menace (Doc 38 modifié)

Exemple 1 (forme normale)

Firme B
Loyale Triche
Firme A Loyale A : 2.000 B : 2.000 A : 1.500 B : 3.000
Triche A : 3.000 B : 500 A : 1.000 B : 1.000

A préfère rester loyale lorsque B triche. La menace de A de « tricher » n’est donc pas crédible.
B n’a pas d’intérêt à maintenir la coopération, il va tricher. Il sait que A préférerait rester loyal quelque soit
l’attitude de B.
Conclusion : la menace de B de tricher est crédible alors que celle de A ne l’est pas.

Document 46 : Crédibilité de la menace

Exemple 2 (forme extensive)

Une entreprise a un seul fournisseur de services informatiques. Ils se sont mis d'accord sur un contrat
annuel de prestations en quantité et en prix.

Le contrat prévoit que le fournisseur puisse augmenter ses tarifs en courant d'année, sans possibilité de
rupture du contrat par l'entreprise. Le fournisseur sera-t-il tenté d'augmenter les tarifs ?

A gauche de la parenthèse le gain pour le fournisseur, à droite l'avantage pour le client (critères : qualité du
service, état de la concurrence, coûts d'adaptation au changement de fournisseur,…).

Fournisseur

N'augmente pas Augmente

(2000 ; 2000) Client

Rompt Ne rompt pas


(-2000 ; -1000) (3000 ; 1000)
Cette forme est connue sous le nom du théorème de « l’enfant gâté »

(à gauche : gain du fournisseur, à droite : gain du client)

L’intérêt du client est de ne pas rompre le contrat (gain de 1000 et 3000 pour fournisseur). Sa menace de
rompre n’est pas crédible (-2000 , -1000). La non rupture du contrat (3000 ;1000) est vue ici dans une vision
de court terme et conformément au principe de rationalité. Mais la TJ s’intéresse également aux agents non
rationnels.
Von Neumann et Morgenster (Theory of Game and Economic Behaviour) ont d’ailleurs critiqué le modèle
de CPP et surtout le concept néoclassique de la rationalité. Si l’on remet en question l’hypothèse de
rationalité, le client choisir (doc. 46) de rompre le contrat (-2000 ;-1000).

4 – Le problème de multiplicité des équilibres

Si les équilibres sont multiples, quelle stratégie adopter ? Plusieurs possibilités :

a) La multiplicité des équilibres avec un équilibre meilleur que les autres

Document 47 : Multiplicité de l'équilibre avec un équilibre meilleur que les autres

Nous proposons à 2 joueurs le jeu de coordination suivant. Chaque joueur doit choisir un nombre entre 1
et 10. Si le nombre sélectionné par les 2 joueurs est le même, chaque joueur reçoit une somme d’argent
égale à 10 fois ce nombre. Si les nombres ne sont pas identiques, les joueurs ne reçoivent rien. Le jeu
sous sa forme normale est représenté dans le tableau suivant. La matrice de ce tableau reproduit les
gains de toutes les paires de stratégies possibles du jeu décrit ci-dessus. On remarque que les seuls
gains positifs apparaissent sur la diagonale de la matrice. Les nombres positifs indiquent le gain des
joueurs lorsqu'ils choisissent le même nombre. Par exemple, quand les deux joueurs choisissent
conjointement 3, leur gain est de 30 euros chacun et quand ils choisissent 7, leur gain est de 70 euros.
En dehors de cette diagonale, le gain est nul. Les joueurs ont donc intérêt à coordonner leurs stratégies.

Joueur 2
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
1 10,10 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0
2 0,0 20,20 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0
3 0,0 0,0 30,30 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0
4 0,0 0,0 0,0 40,40 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0
Joueur 1 5 0,0 0,0 0,0 0,0 50,50 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0
6 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 60,60 0,0 0,0 0,0 0,0
7 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 70,70 0,0 0,0 0,0
8 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 80,80 0,0 0,0
9 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 90,90 0,0
10 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,100
Source : Schotter 1996, page 213

Ce jeu contient 10 équilibres de Nash. Aucun joueur n'a individuellement intérêt à dévier. Dans cet
exemple, malgré la multiplicité des équilibres possibles, l'issue du jeu semble donc être relativement stable.
Ce n'est pas toujours le cas comme nous allons le voir dans l'exemple suivant. Le meilleur équilibre est le
choix par les deux joueurs du chiffre 10.
Aucun joueur n’a intérêt à dévier. Il existe un meilleur équilibre : choix par les deux joueurs du chiffre 10.
b) Le cas des stratégies mixtes

On distingue stratégies pures et les stratégies mixtes.

Les stratégies pures n’affectent pas de probabilités aux actions alors que les stratégies mixtes le font. Chacun
des deux joueurs peut affecter une probabilité à ses choix, ou encore aux choix du concurrent :

Stratégie 1 (S1) : probabilité p

Firme A

Stratégie 2 (S2) : probabilité 1-p

Stratégie 1 (T1) : probabilité q

Firme B

Stratégie (T2) : probabilité 1-q

b) Critères complémentaires de détermination de l’équilibre

1) Les équilibres corrélés (Aumann, 1974)

Équilibre corrélé : les joueurs se mettent d’accord préalablement à la prise de décision sur une attitude
commune face à un événement aléatoire (entente !).
Ex : coopération entre les firmes au cas où événement mettant en danger leur activité se produisait :

- baisse brutale de la demande (attentats, épidémies…),


- baisse imprévue de la quantité ou qualité du produit (accident de production, catastrophe,…),
- problèmes liés au marché (risque-pays, change…).

2) Le point focal (Schelling, 1960)

Un point focal est un repère permettant de coordonner les actions.

Document 49 : A propos du point focal

Joueur 2
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
1 100,100 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0
2 0,0 100,100 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0
3 0,0 0,0 90,90 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0
4 0,0 0,0 0,0 100,100 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0
Joueur 1 5 0,0 0,0 0,0 0,0 100,100 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0
6 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,100 0,0 0,0 0,0 0,0
7 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,100 0,0 0,0 0,0
8 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,100 0,0 0,0
9 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,100 0,0
10 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100,100
Parmi les 10 équilibres de Nash, l’équilibre (3 ;3) résulte de l’existence d’un point focal : repère de
coordination des actions.
(3,3) fournit un gain inférieur à tous les autres équilibres de Nash. S’il est préféré, c’est que ses chances de
réalisation sont élevées. Autre exemple : la stratégie de garder des prix habituels » peut être un point focal.
Mais, un point focal est évolutif.

Section 3 – Compléments