Vous êtes sur la page 1sur 24

Mot du rédacteur en chef

« The Web is dead » titrait en gros


caractères le magazine Wired dans sa parution 4 Leadership et engagement communautaire
de septembre 2010. Ces mots – sans doute un brin La recette du succès pour Éco-Huronie
provocateurs – sont la constatation de plusieurs
personnes s’intéressant à la progression des 6 Festival de la francophonie
réseaux sociaux. Nous utilisons toujours Internet, du Centre culturel Frontenac
mais visitons de moins en moins le Web. Nous de Kingston
passons par Skype pour communiquer avec un collègue de travail,
suivons les activités de nos amis sur Facebook ou bien faisons du 7 Intégration et insertion économique des
hommes immigrants
« Networking » sur Twitter, mais, sans toutefois ouvrir un site Web.
Le Web 2.0 est incontestablement la nouvelle forme adoptée par les 8 Projets agricoles au Niagara et à Windsor
utilisateurs de l’Internet.
Nous avons participé au PodCamp Montréal, un événement 9 Une lancée en immigration!
réunissant de grands noms des réseaux sociaux québécois. Celui-ci
a confirmé deux choses. La première, que les entreprises privées et 10 Un succès phénoménal pour la première
les organismes sans but lucratif ont déjà pris le virage Web 2.0. La édition de la Foire gourmande
seconde, que nous devons adopter une bonne stratégie avant de nous Outaouais-Est ontarien
lancer un peu partout.
En 2008, le RDÉE Ontario a débuté une baladodiffusion 11 Festival d’été Franco-Caribéen
(podcast). Deux émissions ont été produites en format audio et par de Toronto avec le Fkzo
la suite, nous avons continué en format vidéo. Nous vous invitons
à écouter et regarder cette baladodiffusion sur iTunes. Elle est 12 Forum sur le développement des produits et
également disponible sur notre site Web. Pour rejoindre un plus des marchés pour les entreprises sociales et
grand public, nous avons en plus placé les émissions de type vidéo coopératives de l’Est Ontario
sur YouTube. (http://www.youtube.com/rdeeontario)
Après la baladodiffusion, nous avons commencé à nous Franco-fiers inspire le changement
frayer un chemin sur Twitter. Le réseau était idéal pour diffuser de à Sault-Sainte-Marie
la veille stratégique. Nous vous recommandons vivement de nous
suivre sur Twitter. Nous y publions des liens sur le développement
13 Le renforcement des capacités des membres
du Consortium Haïti-Afrique
économique et l’employabilité en Ontario. Beaucoup d’articles
traitent des sujets des ressources humaines, du travail et du milieu
Les résidants de Greenstone osent rêver!
rural, de l’immigration en Ontario, des jeunes et de leur formation
vers le marché du travail. (http://twitter.com/rdeeontario) 14 C’est parti pour la Table sectorielle des
Ensuite, afin d’élargir notre visibilité dans les réseaux femmes : une première à Toronto
sociaux, nous avons choisi la plate-forme Scribd pour le partage
de nos publications. Nous y présentons notre magazine Vox RDÉE 15 Place aux jeunes en région:
et tous nos rapports annuels depuis 2003. Nous vous offrons la une initiative vibrante!
possibilité de les télécharger ou les consulter en ligne. (http://www.
scribd.com/rdeeontario) 16 L’industrie du tourisme
D’autres facettes de notre stratégie vous seront dévoilées
dans les prochains mois. 17 Un répertoire de services en français pour la
Cette édition n° 17 du Vox RDÉE continue de diffuser région de Stormont-Dundas-Glengarry
plusieurs articles sur les projets que nous appuyons. Nous publions
également ceux rédigés par certains de nos partenaires. Ces derniers On se prend en main à North Bay
temps, nous avons appuyé plusieurs projets ruraux et mettons
l’accent, tant sur leur impact économique sur la province que sur 18 La Franco-foire s’offre une cure de
leurs bienfaits sur la qualité et la saveur de l’alimentation locale. rajeunissement
Enfin, nous nous devions de revenir sur la Foire gourmande
Festival Créole à Welland
Outaouais – Est ontarien qui a connu un formidable succès. Nous
vous présentons également le Jardin du village d’Éco Huronie ainsi 19 Une reconnaissance bien méritée!
que les jardins communautaires de Niagara et de Windsor. Des projets
qui, en plus de remporter un brillant succès, sont des symboles de 20 Recherchés : cadres supérieurs
réussite et un excellent exemple pour d’autres communautés voulant
en élaborer le même type. 21 Le lien entre diversité culturelle
Roch Archambault et santé des entreprises

No17 • Été/Automne 2010 • Vox RDÉE 3


Leadership et engagement communautaire
La recette du succès pour Éco-Huronie
Par Chantal Gabriot

4 Vox RDÉE • Été/Automne 2010 • No17


Au mois d’avril, la commu- de la région.
nauté francophone de Lafontaine s’est Très présent dans les ren-
dotée d’un jardin communautaire, « Le contres de la région, Éco-Huronie a
Jardin du Village », grâce à la ténacité participé au 3e événement « Savour Sim-
d’Éco-Huronie. coe » organisé par Simcoe County Farm
Le leadership de la présidente Fresh, auquel se sont joints les Chefs
d’Éco-Huronie, Denise Baker, est sans renommés dans le Comté, les fermiers
conteste un bon exemple. Elle a su ras- et les cultivateurs. Le Jardin du Village
sembler les membres de la communauté est désormais fournisseur de trois res-
qui partagent les mêmes valeurs et elle a taurants à Barrie et de Ciboulette & Cie,
su établir des partenariats avec d’autres traiteur francophone établi à Midland.
organismes qui visent les mêmes objec- Le sérieux de l’entreprise et facilite le travail, comme par exemple le
tifs. la qualité des produits ont positionné système d’irrigation par gravité installé
Produire et consommer local, Éco-Huronie parmi les producteurs du par un ami du Jardin.
c’est à nouveau utiliser les terres de fa- Comté de Simcoe. Il est important d’éduquer et
çon responsable pour nourrir la popula- Les activités du Jardin du Vil- d’informer la population dès l’école
tion, en même temps que de revitaliser lage ont nécessité l’embauche de qua- primaire, de l’urgence de changer nos
le milieu rural, par l’achalandage des tre personnes déléguées au jardin dont habitudes alimentaires et préserver no-
petits marchés et la création d’emplois une qui a reçu une subvention de Ser- tre environnement. Avec l’automne, les
que génère cette micro économie. vice Canada et une autre de la Fonda- activités d’Éco-Huronie vont s’orienter
Dès sa 1ère saison de récolte, tion Trillium de l’Ontario (FTO), une vers l’éducation en matière d’environ-
Éco-Huronie était présent sur les mar- agente de communication également nement et de nutrition et des ateliers de
chés de Pénétanguishene et de Barrie. subventionnée par la FTO, l’implication cuisine sont prévus au programme.
De plus, un kiosque près du jardin reste à temps plein de la présidente et l’appui Et pour consolider le tout, Éco-
ouvert tout l’été. Ces marchés et ce kios- permanent des membres du conseil Huronie veut nous réapprendre à jouer
que profitent aussi aux artisans car ils d’administration. dehors, à retrouver avec plaisir le goût
peuvent y présenter et vendre leurs pro- Les membres de la commu- des activités saines et salutaires en ins-
duits. Cette combinaison devient une nauté toute entière donnent également crivant au menu des randonnées pédes-
attraction pour les nombreux visiteurs le conseil ou le petit coup de main qui tres et de ski de fond.

No17 • Été/Automne 2010 • Vox RDÉE 5


Festival de la francophonie
du Centre culturel Frontenac
de Kingston
Par Martine Plourde
RÉDACTEUR EN CHEF
CONCEPTION GRAPHIQUE
Le 19 juin dernier avait lieu la quatrième Roch Archambault
édition du Festival de la francophonie du Centre
culturel Frontenac de Kingston. Ce festival annuel ÉQUIPE DE RÉDACTION
invite la communauté de Kingston à venir célébrer la Léo Audette, Chantal Bohémier,
francophonie. Les familles et les individus peuvent Alain Brosius, Kathy Chaumont,
bénéficier d’une foule d’activités dynamiques offertes Emily Cholette, Chantal Gabriot,
au parc de la Confédération. Rose-Cathy Handy, Jean-Berchmans Hatungimana,
Cette année, environ 2 000 participants Marie-Eve LaRocque, Marilyne Lavoie,
ont foulé le sol du parc et ont assisté à de beaux Jean-Pierre Matulu, Paulin Mayama,
spectacles très variés. Les artistes se produisant sur Christine Ouimette, Rachel S. Quesnel,
scène étaient les groupes XLA, BÉTA ainsi que le Yollande Dweme M. Pitta, Martine Plourde
chanteur Stéphane Paquette. Le Rendez-vous 2010
a aussi donné l’occasion aux jeunes artistes de la IMPRESSION
relève locale de monter sur scène et faire connaître Impressions Inc.
leur talent au grand public. Les enfants ont aussi
été très gâtés et se sont amusés à cœur joie avec des RÉVISION
spectacles d’Éric Leclerc, magicien professionnel, Patricia Gaspar
des jeux et des structures de châteaux gonflables.
La fin de l’école, le début des vacances et
l’été ont été amorcés sur une note conviviale des Photo de la page couverture
plus réussie à Kingston! Bravo aux organisateurs, © iStockphoto.com/ncognet0
aux bénévoles, et grand merci aux partenaires et
commanditaires! Été/Automne 2010 - N°17
© Réseau de développement
QU’EST-CE QUE LE CENTRE CULTUREL économique et d’employabilité
FRONTENAC? de l’Ontario (RDÉE Ontario) 2010

Dans la région de Kingston, le Centre cultu- Vox RDÉE est publié par le Réseau de
rel Frontenac est un lieu de promotion, de forma- développement économique et d’employabilité de
tion, de production et de diffusion dans le domaine l’Ontario, au tirage de 1 250 exemplaires.
artistique, un lieu de prestation de services commu-
nautaires en français ainsi qu’un lieu de rassemble- Courriel
ment pour les francophones et francophiles. communications@rdee-ont.ca
Site Web
Services principaux du Centre : www.rdee-ont.ca

• Journal L’Informel
• Information et références
• Bibliothèque francophone - Centre de ressources Ce produit est imprimé sur du papier ChorusArt,
Lucienne-Blanchard provenant des forêts exploitées dans le respect de
• Location de vidéocassettes et de disques audio- standards environnementaux élevés.
numériques Sa production a lieu sur la base de critères
• Galerie d’art visuel Les-coups-montés de gestion environnementale certifiés
• Location du théâtre l’Octave (salle de spectacles conformément aux normes internationales.
à géométrie multiple de 248 sièges)
• Location de bureaux
• Salle de réunions La réalisation de ce présent bulletin est rendue
• Salle communautaire pour réceptions et autres possible grâce à l’appui financier du
fonctions pouvant accueillir 60 personnes et gouvernement du Canada.
plus.

6 Vox RDÉE • Été/Automne 2010 • No17


Intégration et insertion économique
des hommes immigrants
Par Jean-Pierre Matulu et Yollande Dweme M. Pitta
En date du 7 juillet 2010 a été le existence. Ainsi, il connaîtra un choc ce familiale, etc., le tout, animé par des
lancé un projet innovateur d’intégra- à plusieurs niveaux, à savoir la famille, experts en la matière et appuyés par des
tion et d’insertion économique, spé- l’emploi, les études et la société en géné- mentors qui sont d’anciens immigrants.
cifiquement élaboré pour les hommes ral. Ces ateliers ont connu beau-
immigrants. Ce projet a été conçu par Pour la famille par exemple, coup de succès et à l’heure actuelle,
l’Auberge francophone, parrainé par le nous noterons que dans son pays d’ori- 70 hommes immigrants en ont bénéfi-
RDÉE Ontario et financé par Citoyen- gine, l’homme est le chef de famille. cié. Très appréciés, la demande conti-
neté et Immigration Canada (CIC) pour Dans certaines cultures, c’est lui qui nue de croître.
un montant de 171 572 $. prend toutes les décisions importantes
Plusieurs membres de la com- la concernant. Mais, dès son arrivée au
munauté ainsi que la représentante du Canada, son pouvoir s’amenuise puis-
ministère se sont déplacés pour assister que désormais son épouse occupant
à cet événement, entre autres, Mme An- un rôle identique au sien, toute déci-
nie Dell, directrice régionale du RDÉE sion devra être prise de concert avec
Ontario pour la région du Centre-Sud- elle.
Ouest, des agents du RDÉE Ontario, Ainsi il constate qu’il a perdu
les mentors du projet, les membres de l’autorité intégrale sur sa famille, ses
l’Auberge francophone et Mme Darlyn responsabilités, qu’il ne peut appliquer
Mentor, directrice des programmes ses références ancestrales, que son rôle
d’établissement de CIC qui a prononcé est très modifié. Bien souvent, il restera
un discours d’encouragement et d’appui à cheval sur les deux cultures.
à ce projet. Elle a également félicité le Ces réalités engendrent des
RDÉE Ontario d’avoir fait confiance à situations pénibles telles que : les ten-
l’Auberge francophone et offert son sou- sions domestiques susceptibles de
tien pour ce projet pilote. provoquer la violence, le manque de Photo : Guy Lucas (chef de service au
Cette initiative vise à apporter crédit auprès des banques, la pauvreté Collège Boréal), Julie Lutete (directrice
des solutions face aux multiples diffi- et les emplois précaires, l’isolement générale de l’Auberge francophone),
cultés et différents défis rencontrés par des hommes seuls, l’échec aux études, Farida Mersali (agente de programme
les hommes immigrants lors de leur la difficulté à exprimer les problèmes. de CIC), Darlyn Mentor (directrice des
intégration dans la société d’accueil. Son intégrité personnelle est remise en programmes d’établissement de CIC),
Le nouvel arrivant homme im- question. Annie Dell (directrice régionale, RDÉE
migre au Canada en quittant un milieu Toutes ces difficultés, accrues Ontario pour la région du CSO), Jean-
familier qu’il connaissait parfaitement, par l’absence de structures spécifiques Pierre Matulu (coordonnateur du projet
pour se retrouver du jour au lendemain susceptibles de le soutenir et le guider, sur les hommes immigrants à l’Auberge
et bien souvent sans préparation, dans sont pour lui des facteurs déstabilisants. francophone), Yollande Dweme M. Pitta
un nouvel environnement, totalement Pour pallier à cela, l’Auberge (agente de développement au RDÉE On-
inconnu. Francophone a procédé aux ateliers de tario), Paulin Mayama (agent de déve-
Il arrive muni d’une culture très sensibilisation et d’information spéci- loppement au RDÉE Ontario) et Marie
différente de celle de son pays d’accueil fiques aux hommes sur la culture de la Bohinga (travailleuse sociale en clinique
et sera immédiatement soumis à de société d’accueil, les droits et les devoirs juridique au Centre francophone de To-
nouvelles lois, mœurs, bref une nouvel- civiques, la gestion financière, la violen- ronto).

CONSEIL
D’ADMINISTRATION Région du Nord : Aurèle Tellier (Val Caron) •
Normand Verville (Timmins) • Daniel Sigouin
Région du Centre-Sud-Ouest : Jacques (Hearst), secrétaire-trésorier
Kenny (Windsor), président • Gisèle Pham Les unités entrepreneuriales des collèges
(Mississauga) • Olga Lambert (Ajax) francophones de l’Ontario : Renée
Région de l’Est : Denis Laframboise Bergeron (Collège d’Alfred - Université de
(Ottawa), vice-président • Ron Chénier Guelph)
(Cornwall) • Marc Bissonnette (Kingston) • Conseil de la coopération de l’Ontario :
Luc Bessette (Limoges) Gilles Levasseur

No17 • Été/Automne 2010 • Vox RDÉE 7


Projets agricoles à Niagara et à Windsor
Par Léo Audette

Grâce à deux subventions ac- file pour trois projets pilotes : le festival neurs à démarrer leurs entreprises. Plus
cordées par la Fondation Trillium de de la nourriture de Niagara, les marchés récemment, Jarrett a occupé le poste
l’Ontario, nous avons lancé deux projets organiques pour le défilé du Père Noël de coordonnateur de développement
agricoles, dont un à Niagara et l’autre à de Niagara Falls et le marché pour le communautaire pour l’ACFO, la régio-
Windsor. Leurs objectifs sont la créa- festival Springlicious et Niagara Falls et nale Windsor-Essex-Chatham-Kent. Sa
tion de deux coopératives de produc- a démarré un marché organique à Nia- formation lui a permis de développer
tion de produits alimentaires dont une gara Falls. des connaissances liées aux analyses de
exotique, et d’un incubateur agricole
dans chacune des régions ciblées.
À Niagara, le projet est géré par
le Club 2000 Niagara, en partenariat
avec le RDÉE Ontario et SOFIFRAN,
tandis qu’à Windsor c’est le RDÉE Onta-
rio qui gère le projet en partenariat avec
la Place du partage et le Centre franco-
phone pour immigrants Windsor. Les
subventions nous ont permis d’embau-
cher deux personnes à la coordination.
À Niagara, Yvette Plentai a été
nommée coordonnatrice. Elle est dotée
de toute une gamme de compétences
qui ont déjà porté fruit dans la résolu-
tion de quelques défis que nous avons
encourus. Yvette détient également
deux baccalauréats en philosophie des
universités McGill et Brock. Elle était
propriétaire d’un restaurant familial
populaire à Welland et plus récemment,
occupait le poste de chef de projet/dé- Grâce à son énergie, tout un marché, de clientèles, à la connaissance
veloppeur économique pour le Centre réseau de contacts avec les fermiers lo- des réseaux de distribution, de la publi-
d’agrotourisme au Club 2000 Niagara. caux s’est établi. Ce sont eux qui nous cité et des médias de masse. Étant lui
Dans ce dernier poste, Yvette a su éta- ont permis de trouver un terrain chez aussi du milieu et demeurant à Tilbury,
blir une coopérative dans le domaine Renée’s Greenhouse pour créer le jar- il connait très bien les enjeux entre les
agroalimentaire. Elle a aussi été chef de din communautaire qui sera la base de groupes communautaires et immi-
notre coopérative agricole. Infatigable, grants, ainsi que plusieurs contacts par-
le projet et les participants immigrants mi les fermiers de la région.
lui tiennent à cœur. Nous sommes sûrs que ces
Jarrett Bézaire vient deux nouvelles recrues pourront bien
tout juste d’être sélectionné comme coordonner les projets et nous aider à
coordonnateur du projet à Windsor. atteindre nos objectifs. Nous leur sou-
Lui aussi apporte des compétences haitons bonne chance.
connexes au projet. Il détient un Bac-
calauréat en relations internationales
et développement et une maîtrise en
planification urbaine. Il a agi comme Photo du haut : Jarrett Bézaire, Coor-
agent de support personnel au « Com- donnateur Jardins communautaires de
munity Living d’Essex », adjoint à la Windsor.
planification de la ville d’Essex ainsi que Photo à gauche : Marie-Christine Mako-
conseiller au « Small Business Centre » lo, Yvette Plentai et Fété Kimpiobi, Jar-
à Kingsville pour appuyer les entrepre- dins communautaires à Niagara.

8 Vox RDÉE • Été/Automne 2010 • No17


Une lancée en
Les données du recensement 2006 ont confirmé que
la démographie canadienne change en raison des politiques
de l’immigration canadienne, de sorte que plus d’immigrants
s’établissent au pays et en Ontario. Dans les dernières an-

immigration!
nées, la communauté francophone de partout au pays a fait
des représentations afin de faire valoir les besoins spécifiques
des immigrants francophones face à leur établissement.
Ainsi, il a été documenté que les services et l’appui
accordés aux immigrants issus de l’immigration francophone
ne sont pas au même niveau que ceux offerts aux immigrants
faisant usage de l’anglais. C’est ainsi que le gouvernement
fédéral a établi une stratégie d’accueil et d’établissement
Par Marilyne Lavoie, ACFO Mille-Îles
particulière pour les immigrants francophones. L’immigra-
tion francophone contribue notamment à faire croître la
population francophone et c’est pourquoi l’ACFO travaille
maintenant à améliorer et renforcer les services offerts aux
immigrants francophones de la région de Kingston et des
Mille-Îles. Grâce au soutien et à la confiance de Citoyenneté
et Immigration Canada (CIC), l’ACFO a ouvert un nouveau
bureau le 3 mai 2010 au 2795, rue Princess, dans l’Ouest de la
ville. Une agente d’établissement et une conseillère à l’emploi
en immigration, la directrice générale de l’ACFO Mille-Îles
et l’adjointe à la direction assurent les services auprès de la
clientèle d’immigration francophone à l’ACFO.
Le but du projet en immigration est d’offrir des ser-
vices d’accueil, d’établissement et d’employabilité pour les
immigrants francophones qui choisissent de s’établir dans
la région de Kingston et des Mille-Îles. Deux personnes ont
été embauchées spécifiquement à ces fins dans le cadre de ce
projet grandissant, soit Catarina Macedo, agente d’établisse-
ment et Galina Abelyasheva, conseillère en emploi aux immi-
grants.
L’agente d’établissement est notamment chargée
d’offrir des services d’accompagnement et de représentation
dans la recherche d’informations sur le logement, la santé,
les finances, les services sociaux et juridiques et l’orientation
dans la communauté. Elle offre conseil et soutien aux immi-
grants afin de résoudre leurs difficultés liées à leur établisse-
ment.
La conseillère en emploi se spécialise dans l’aide à la
rédaction du curriculum vitae et de la lettre de présentation,
la préparation aux entrevues et de l’offre de formation. Elle
appuie aussi les immigrants afin de leur donner accès à des
programmes de subventions gouvernementales et aussi dans
l’accréditation de leurs diplômes afin de faciliter leur intégra-
tion en emploi.
L’ACFO vise à offrir un service d’accueil au point
d’entrée des nouveaux arrivants francophones et les orienter
vers les services nécessaires et utiles afin d’assurer leur inté-
gration progressive dans la nouvelle communauté d’accueil.
Elle dirige également les nouveaux immigrants vers des grou-
pes, associations et activités organisées pour les francopho-
nes afin d’accroître leur sentiment d’appartenance à la nou-
velle communauté d’accueil. Nous vous encourageons donc
à faire connaître ces nouveaux services aux gens de votre
entourage.

Photo : Catarina Macedo, agente d’établissement


pour les Services aux immigrants ACFOMI.

No17 • Été/Automne 2010 • Vox RDÉE 9


Un succès phénoménal pour la première édition
de la Foire gourmande Outaouais-Est ontarien
Par Kathy Chaumont

Le 29 août 2010 a eu lieu la pre- Ontario : La Foire gourmande a permis un rap-


mière édition de la Foire gourmande • Réseau de développement écono- prochement entre les producteurs,
Outaouais-Est ontarien! On estime à mique et d’employabilité de l’Onta- les transformateurs et les chefs de la
plus de 5 000 visiteurs l’achalandage sur rio (RDÉE Ontario) région. Parallèlement, l’événement a
les deux rives. Plus d’une quarantaine de • Société de développement commu- aussi favorisé un intérêt réciproque des
producteurs ont offert des dégustations nautaire de Prescott-Russell deux régions riveraines et des gens de la
de produits du terroir. L’événement a eu • Le bureau de développement éco- région et d’ailleurs, avec l’animation of-
un tel succès que les producteurs et le nomique et touristique de Prescott ferte de chaque côté des rives ainsi qu’à
comité organisateur ont dû très tôt et Russell l’embarcadère du traversier de piétons.
très vite, à seulement 10 h 30 du matin,
refaire le plein de produits. Québec :
La Foire gourmande est un pro- • La Table de concertation agroali-
jet interprovincial dont le concept est mentaire de l’Outaouais (TCAO)
basé sur ceux de l’Abitibi-Témiscamin- • Le Centre local de développement
gue et du Nord-Est ontarien. Le RDÉE Papineau (CLD)
Ontario, la Société de développement • Le Ministère de l’Agriculture, des
communautaire de Prescott-Russell et Pêcheries et de l’Alimentation du
le Bureau de développement économi- Québec (MAPAQ)
que des Comtés Unis de Prescott-Rus- • La Municipalité de Montebello
sell se sont ralliés afin de trouver une • Conférence régionale des élus de
façon innovatrice de promouvoir les l’Outaouais (CRÉO)
produits locaux et d’organiser un évé- • Tourisme Outaouais Retombées économiques :
nement agro-touristique fort, permet- • Société d’aide au développement de • Contribuer à la visibilité ainsi qu’à
tant aux producteurs agroalimentaire la collectivité (SADC de Papineau) la promotion des produits et des
de la région de présenter leurs produits entreprises agroalimentaires de
à une clientèle intéressée et consciente Les partenaires ont travaillé l’Outaouais et de l’Est ontarien;
de l’importance de l’alimentation et à développer le concept pour la Foire • Améliorer les connaissances des
de l’achat local. Le projet est structuré gourmande Outaouais-Est ontarien. consommateurs envers les produits
autour de deux sites, l’un situé au Qué- Dans un premier temps, les organisa- régionaux, mais aussi envers celles
bec (Montebello) et l’autre en Ontario teurs ont pensé à une foire d’une durée et ceux qui les produisent;
(Lefaivre). Tous deux sont reliés par de deux jours et demie. Faute de temps, • Contribuer à la notoriété de nos ré-
une traversée de la rivière des Outaouais de financement et ne connaissant pas gions en l’associant à des spécialités
valorisant sa richesse environnementa- l’intérêt du public, ils ont préféré de- alimentaires et culinaires;
le, paysagère, historique et touristique, meurer conservateurs et ont débuté • Contribuer à l’offre agro-touristi-
celle-ci unissant les deux provinces. une première année avec un événement que de nos régions;
Les partenaires ont identifié d’une seule journée. Celle-ci ayant eu • Renforcer le sentiment d’apparte-
une région et développé une entente in- beaucoup de succès, le concept devra nance chez les citoyens;
ter-provinciale. Une première expérien- incontestablement être amélioré dans • Augmenter le chiffre d’affaires des
ce qui a été concluante pour les deux le futur. entreprises par la mise en valeur de
provinces. Ci-après la liste des membres La nature du projet était de pro- leurs produits;
du Comité organisateur : poser une expérience originale, basée • Stimuler des partenariats d’affaires
sur le goût et les spécialités alimentaires entre nos producteurs régionaux;
d’un territoire, à travers un événement • Explorer de nouveaux marchés de
dynamique, structurant et rassembleur. proximité.
Les producteurs ont servi leurs produits
à une clientèle désireuse de découvrir la Un coordonnateur a été em-
richesse agroalimentaire de la région. bauché pour l’organisation du projet de
Ils étaient offerts en bouchées à dégus- Foire gourmande mais aussi afin de sou-
ter, mais aussi proposés à la vente dans tenir le développement de notre Réseau
leur format habituel. agroalimentaire de l’Est ontarien.

10 Vox RDÉE • Été/Automne 2010 • No17


Festival créole de Welland.
Le festival d’été de Toronto
échelonné sur plusieurs jours, du 21
juillet au 1er août 2010, a débuté par une
exposition à la galerie Céline Allard
d’œuvres d’artistes haïtiens, intitulée
« Haïti chante et danse encore ».
Elle avait pour objectif de souligner
l’évolution de la culture caribéenne
(haïtienne, guadeloupéenne et
martiniquaise) et de mettre en relief les
instruments de musique, les costumes
traditionnels, etc. Suivie d’une journée
du film créole, le 30 juillet, avec la
projection de documentaires, longs et
courts métrages.
Le grand spectacle musical
qui a constitué l’attraction principale
du festival a eu lieu le 1er août au Metro
Hall Square, avec un beau concert en
plein air. Divers spectacles d’animations
musicales se sont déroulés sur la scène
musicale au cours desquels se sont
succédés une vingtaine d’artistes et
danseuses.
Différents styles de musique
avaient été proposés aux festivaliers.
Les excellentes prestations scéniques
avaient encouragé le public à danser.
Les amoureux de la cuisine
créole avaient également pu savourer
de succulents mets, car les kiosques
culinaires répondaient au goût des uns
et des autres.
Le festival Kompa Zouk a suscité
l’enthousiasme de la communauté. Cet
engouement s’est manifesté notamment
par une forte participation du public
venu de différents coins du Canada :
Montréal, Ottawa,… et même des États-
Unis!
Les organisateurs estiment
que l’événement a attiré plus de 5 000
personnes. Cet afflux a constitué une
bonne source de revenus touristiques,
Festival d’été C’est dans le but de promouvoir
la culture franco-caribéenne et de bénéfique pour l’économie de Toronto.
Franco-Caribéen rompre les barrières culturelles que le De plus, 64 partenaires et
commanditaires ont apporté leur
festival Kompa Zouk de l’Ontario (Fkzo)
de Toronto a vu le jour en 2008 sous la supervision soutien et 45 bénévoles se sont

Fkzo
également engagés dans ce projet. Avec
avec le de Jennyne Mayard, directrice générale.
cette première édition, l’événement a
Avec l’appui du RDÉE Ontario,
le Fkzo a mis sur pied durant l’été 2010, rencontré un franc succès qui ouvre la
la première édition de son festival. Il a porte à une deuxième édition en 2011.
Par Paulin Mayama
comblé tout le mois de juillet par ses
nombreuses présentations culturelles, Photo : Paulin Mayama agent de déve-
tantôt en solo, comme lors du festival loppement au RDÉE Ontario et Sabine
de Toronto, tantôt avec d’autres Raboteur, agente des communications
organismes, comme pour le premier du Centre francophone de Toronto,
le 1er août lors du festival Fkzo.

No17 • Été/Automne 2010 • Vox RDÉE 11


Forum sur le développement des produits et des marchés
pour les entreprises sociales et coopératives de l’Est de l’Ontario
Par Jean-Berchmans Hatungimana

Comment permettre aux entre- munautaires intéressés à cibler des acti- de travail durables autour des axes de
prises sociales et coopératives d’attein- vités novatrices qui leur permettront de discussion développés ci-dessus. Ces
dre leur autonomie financière, voilà diversifier leurs sources de revenus et de derniers auront pour mission, non seu-
l’objectif que se fixe le prochain forum diminuer leur dépendance aux subven- lement de participer au suivi des actions
de développement des produits et des tions. En définitive, une belle occasion prioritaires retenues par les partici-
marchés. pour éveiller les entrepreneurs, interve- pants, mais aussi de poursuivre et main-
Prévu pour le 26 octobre à nants en développement économique tenir les liens entre divers intervenants
Cornwall, ce forum a été conçu dans le et gestionnaires de groupes commu- intéressés par ces questions. À terme,
cadre du projet conjoint RDÉE Ontario- nautaires sur l’ouverture de nouvelles un excellent cadre d’échange pour la
Conseil de la coopération de l’Ontario opportunités. continuité de la réflexion sur le déve-
de développement de l’entrepreneuriat Au programme, des présenta- loppement d’opportunités régionales va
social et coopératif financé par la Fon- tions théoriques mais également des s’ancrer.
dation Trillium de l’Ontario. échanges pratiques de développement Différents partenaires,
Dans sa vision, le forum veut et conduite d’entreprises sont prévus. Ils convaincus de l’importance de cette
aller au-delà de l’angle « mission porteront notamment sur les approches nouvelle vision, se sont joints au forum
sociale » souvent mis en relief dans et outils de sélection et développement et appuient financièrement ou en natu-
les analyses et forums sur l’entreprise d’idées d’entreprises, de promotion et re sa préparation. Il s’agit notamment
sociale pour attirer une attention parti- marketing, sur les meilleures pratiques de la SADC-SDG, de la Fromagerie coo-
culière sur l’importance de développer en matière de mise en marché, de dis- pérative St-Albert, du Groupe Convex,
l’aspect « affaires ». tribution et de réseautage communau- du Centre Canadien pour le Renouveau
Le forum cible par conséquent, taire. Communautaire, de la Commission de
aussi bien les opérateurs d’entreprises Outre le renforcement de capa- Formation de l’Est Ontario, de l’Uni-
sociales et coopératives soucieux de cités que le forum va procurer aux par- versité Guelph-Campus d’Alfred, de
renforcer leur autonomie financière, ticipants, une des visées importantes Causeway, du CESOC et d’autres enco-
que les responsables de groupes com- est de pouvoir constituer des groupes re à venir.

Franco-fiers inspire le changement


à Sault-Sainte-Marie
Par Christine Ouimette

En 2009, le Centre Francophone de Sault-Sainte- Centre francophone a réussi, en partenariat avec le Centre
Marie s’était donné pour mission de rassembler les Franco- d’éducation et de formation pour adultes (CÉFA) et le groupe
phones et de faire la promotion de leur présence auprès du New to the Sault-Ste-Marie qui accueille les nouveaux arri-
grand public avec sa méga campagne « Franco-Fiers ». Si la vants, à organiser une fête spéciale qui a eu lieu le 25 septem-
tendance se maintient, ce sera mission accomplie! bre dernier dans le cadre la Journée Franco-ontarienne. La
La campagne comprend une série d’activités de pro- communauté entière a été invitée, et la Ville de Sault-Sainte-
motion et d’événements spéciaux avec une nouvelle image et Marie a même proclamé le 25 septembre Journée de la franco-
un message positif servant à rehausser la fierté des Franco- phonie, un point tournant dans l’histoire parfois tumultueuse
phones, de faire reconnaître leur apport sur les plans social et des francophones de cette région.
économique et donner le goût aux autres cultures de décou- Le Centre francophone réussit aussi à faire la pro-
vrir celle franco-ontarienne. L’initiative, financée en grande motion des francophones auprès de toute la communauté en
partie par la Fondation Trillium de l’Ontario, a permis au collaborant et participant à des projets et des événements,
Centre francophone de faire de nombreuses présentations dont la traduction de l’interprétation du Musée Norgoma,
dans les écoles, de produire et remettre des outils promo- la parade du Rotaryfest, la foire Home and Outdoor Show et
tionnels, de lancer un site Web interactif et éducationnel, et Passport to Unity.
même lancer auprès des jeunes un concours de design d’une « C’est tellement impressionnant ce que l’on peut
mascotte francophone qui sera ensuite fabriquée et utilisée accomplir avec une approche constructive, collaborative et
lors d’événements. un sourire. On a fait du chemin et on poursuit le trajet, »
L’établissement de partenariats est l’une des stra- a déclaré Madame Lise Joyal, présidente du Centre franco-
tégies principales de la campagne, déjà bien fructueuse. Le phone.

12 Vox RDÉE • Été/Automne 2010 • No17


Le renforcement des capacités des
membres du Consortium Haïti-Afrique Par Yollande Dweme M. Pitta

Les membres du Consortium Haïti- Afrique (CHA) • « Je n’ai pas assisté à tous les ateliers mais je souhaiterais
ont pris part à une série de trois ateliers en gouvernance. que le RDÉE Ontario organise à nouveau ce genre de
Le premier a eu lieu le 31 mars 2010, dans les locaux du formation pour nous, afin de renforcer nos capacité en
campus Boréal à Toronto et les deux autres dans leur bureau gouvernance ».
à Scarborough les 31 juillet et 7 août derniers. Ces trois • « Les informations reçues lors des ateliers me permettront
ateliers ont été animés par moi-même en tant qu’agente de mieux m’impliquer dans la communauté et de savoir
de développement au RDÉE Ontario. Les membres des ce que je dois faire là où je vais ».
organismes composant le Consortium ainsi que ceux de la Le consortium Haïti – Afrique a chaleureusement
communauté y ont participé avec beaucoup d’intérêt. remercié le RDÉE Ontario pour ces formations et l’appui
Nous avons remarqué qu’avant ces ateliers, plus qu’il leur apporte dans leur fonctionnement et celui des
de 70 % des participants n’avaient aucune connaissance en organismes membres.
gouvernance. Ils les ont fortement appréciés et plusieurs
ont mentionné de bonnes recommandations dans leurs Photo : (à l’arrière) Placide Kayembe Musasa, Rose
évaluations, pour n’en citer que quelques unes : Kabeya, Georgine Kabala, Joseph Abner Rémy, Ruthnie,
• « Je recommanderais ces ateliers à tout organisme qui Tonia Dominique, Marlène Thélusma, (et à l’avant) Rose
souhaiterait réussir dans la communauté ». Cambronne et Chrismene Vil.

Les résidants de Greenstone osent rêver!


Par Chantal Bohémier

L’AFNOO (Association des M. Ronald Bisson (Ronald Bis- lités de la région et à identifier des solu-
francophones du Nord-Ouest de l’Onta- son et Associé.e.s), expert conseil d’Ot- tions aux défis.
rio) en partenariat avec le RDÉE Onta- tawa, a animé la conférence. Il a pré- À partir des résultats de cette
rio, a rassemblé une délégation de 46 ré- senté des statistiques étonnantes pour journée de réflexion, M. Bisson prépare-
sidants de la municipalité de Greenstone la municipalité selon les données les ra un rapport avec ses recommandations
pour une journée de réflexion intitulée plus récentes de Statistique Canada et pour la communauté de Greenstone.
« Réflexion vers une transition ». Le but a partagé des exemples de succès dans Les participants se rassembleront enco-
de cette journée était d’identifier les be- d’autres petites communautés qui ont re pour étudier les recommandations et
soins de la communauté francophone de vécu des difficultés semblables à cel- créer un plan de mise en œuvre.
la région, d’encourager la communauté les que vit présentement Greenstone. Cette journée de réflexion s’est
de se prendre en main et d’identifier des M. Bisson a dirigé les participants à étu- réalisée grâce au financement reçu par
opportunités de développement écono- dier une série de questions profondes Industrie FedNor/Industrie Canada
mique pour la région. afin d’encourager une réflexion qui a su dans le cadre du fonds de l’Initiative de
les inspirer à faire un partage sur les réa- développement économique (IDE).

No17 • Été/Automne 2010 • Vox RDÉE 13


C’est parti pour la Table sectorielle des femmes :
une première à Toronto
Par Rose-Cathy Handy

Tout a commencé par une frustration, puis une sug- tion en entreprenariat a été offerte, à laquelle une vingtaine
gestion, puis encore, après deux ans de planification, la Ta- de femmes ont participé.
ble sectorielle des groupes de femmes en entreprenariat du La deuxième débutera le 16 octobre et toutes les
Grand Toronto a démarré ses activités de formation, d’enca- femmes voulant y prendre part sont vivement encouragées à
drement et d’accompagnement des femmes francophones et s’inscrire le plus vite possible.
immigrantes qui décident de choisir l’entreprenariat comme Le renforcement de la capacité des groupes de
option pour leur développement. femmes à mieux desservir les femmes francophones et im-
Formée de cinq organismes - dont le Centre de Bien- migrantes dans le Grand Toronto, ainsi que l’appui à l’épa-
Être de la Femme Immigrante (CEBEFI), le Groupe Artisanal nouissement et le développement économique de la femme
Féminin Francophone de l’Ontario (GAFFO), la Coopérative francophone sont derrière cette volonté sans précédent des
de couture Mokonzie, OASIS centre des femmes, le Regrou- cinq groupes à travailler ensemble, partager les ressources
pement des Femmes Immigrantes Francophones (REFIF) - en et miser plus sur la complémentarité pour rendre la femme
partenariat avec le RDÉE Ontario, cette table unique en son francophone et immigrante gagnante. Au-delà de l’appui du
genre s’est donnée de grandes ambitions : former annuelle- RDÉE Ontario, la table sectorielle m’a offert le mandat d’aider
ment cinquante femmes sur l’entreprenariat et accompagner à coordonner et à accompagner ce mécanisme et surtout as-
celles qui sont prêtes à démarrer leur entreprise. Grâce au sister la table à aller chercher d’autres financements. L’appel
premier financement reçu de la Fondation Trillium de l’Onta- est donc lancé à tous les bailleurs de fonds qui s’intéressent
rio, combiné à celui reçu par Oasis Centre des femmes et de au développement économique des femmes francophones et
Condition Féminine Canada, une première ronde de forma- immigrantes, d’appuyer l’initiative.
Place aux jeunes en région :
une initiative vibrante!
En raison de la tendance des 4. Renforcer les liens entre l’infor- main-d’œuvre dans la région.
jeunes à quitter la région rurale pour mation du marché du travail et le Le comité de Place aux jeunes
poursuivre leurs études postsecondai- besoin de développement sur le en région de SDG, appuyé par l’orga-
res et ensuite faire carrière à l’extérieur marché du travail. nisme PAJR du Québec, a également
de Stormont, Dundas et Glengarry, le entamé des démarches pour développer
RDÉE Ontario a pris l’initiative d’enta- En effet, le projet PAJR pour- une entente intergouvernementale en-
mer un projet Place aux jeunes en région rait non seulement freiner l’exode des tre le Québec et l’Ontario. Cette entente
(PAJR). Celui-ci vise à prévenir et freiner jeunes mais également répondre à plu- permettra à PAJR du Québec de soute-
l’exode des jeunes de notre région en les sieurs des défis de main-d’œuvre iden- nir le RDÉE Ontario et ses partenaires
informant sur les possibilités d’emploi tifiés par les employeurs. Un tel projet dans leurs efforts de rétention et de
reliées à leur domaine d’études. attirerait des jeunes diplômés dans recrutement des jeunes par le biais de
Comme nous avons pu le dé- notre région afin qu’ils occupent des service-conseils et de transfert d’exper-
couvrir dans le rapport TOP en 2010, les emplois dans les secteurs en pénurie de tise nécessaire au bon développement
priorités clés du marché du travail sont travailleurs qualifiés. de l’initiative ontarienne.
les suivantes : Grâce à une subvention de la De nombreux partenaires dans
Société d’aide aux collectivités de SDG les domaines de l’employabilité, du dé-
1. Renforcer notre avantage concur- et à un octroi de la Fondation Trillium veloppement économique communau-
rentiel en créant une main-d’œuvre de l’Ontario, une agente de migra- taire, de la formation et de l’éducation
hautement qualifiée et instruite. tion de Place aux jeunes en région fut se sont rencontrés au mois de septem-
2. Créer un système de soutien favo- embauchée le 19 juillet dernier pour bre pour préparer les premières étapes
risant une culture d’apprentissage entreprendre les démarches de déve- des séjours exploratoires pour les étu-
dans le milieu de travail. loppement du projet dans l’Est onta- diants postsecondaires et des activités
3. Encourager un milieu favorisant la rien. Le financement lui permettra de « ados » pour la région de Stormont,
planification continue et inclusive promouvoir la région auprès des jeunes Dundas et Glengarry.
afin de maximiser les perspectives diplômés, de participer à des missions
d’emploi, les ressources et les réus- exploratoires au Québec et d’organiser Photo : Emily Cholette, agente de migra-
sites des travailleurs dans SDG. des activités répondant au manque de tion de Place aux jeunes en région.

No17 • Été/Automne 2010 • Vox RDÉE 15


L’industrie du tourisme
Par Alain Brosius

L’industrie du tourisme L’industrie du tourisme et l’Ontario


et le RDÉE Ontario
Le tourisme en Ontario représente 3,4 % du PIB de la
Le RDÉE Ontario, à l’instar du RDÉE Canada, a fait province (2 % au Canada) et se classe au 7e rang des industries
du tourisme un de ses principaux secteurs de développement exportatrices. L’Ontario est la première province du Canada
économique communautaire. Chaque année, plusieurs en termes de revenus touristiques avec 42.5 % de parts de
projets sont appuyés ou menés par le RDÉE Ontario dans ce marché. Cette industrie contribue d’avantage au PIB que
créneau. Voici quelques thèmes soutenus par ces projets. tout l’ensemble des secteurs : primaire, forestier et industrie
minière de la province.
• le développement des compétences Selon l’Ontario Tourism Market Assessment
• le soutien aux promoteurs des projets Research Study – TNS 2009, la France et le Québec font
• la promotion de la valeur économique du tourisme partie des six principaux marchés touristiques (tous marchés
francophone confondus). Le Québec étant le premier marché de proximité
• la collecte et l’analyse des données pour l’Ontario.
• la préconisation de stratégies de développement En 2012, la France se classera en 5e position en
nombre de visiteurs et en 8e en terme de chiffre d’affaires pour
L’industrie du tourisme l’Ontario.
et le Canada Les Américains voient le Canada (et l’Ontario)
comme une destination sécurisée mais ennuyeuse.
L’industrie du tourisme est l’une des industries
mondiales les plus dynamiques avec une croissance annuelle Les thématiques des voyageurs sont :
prévue de 4,1 % jusqu’à 2020. Plus de 200 destinations • Les loisirs : 42 % pour le Canada, 39 % pour l’Ontario
touristiques sont concurrentielles dans le monde. Selon • Visite d’amis ou de la famille : 33 % pour le Canada,
l’Office Mondial du Tourisme (l’OMT), le Canada se situe au 37 % pour l’Ontario
15e rang des destinations touristiques mondiales, en termes • Affaires : 14 % pour le Canada, 18 % pour l’Ontario
d’arrivées internationales et de recettes. • Autres : 11 % pour le Canada et 6 % pour l’Ontario
Les marchés les plus en croissance sont les marchés Les saisonnalités des visiteurs (selon les arrivées) :
Asie-Pacifique, notamment la Chine et l’Inde (tourisme • Été : 40 % pour le Canada et l’Ontario
d’intérieur et d’extérieur). • Printemps : 26 % pour le Canada et 28 % pour l’Ontario
Les tendances des principales thématiques de • Automne : 19 % pour le Canada et 20 % pour l’Ontario
voyage sont le tourisme de charité, médical (dont l’Inde sera • Hiver : 15 % pour le Canada et 13 % pour l’Ontario
bientôt leader), d’aventure, l’écotourisme, le golf, le tourisme
culinaire. Les voyageurs de 55 ans et plus représentent la plus En 2009, fort du constat de l’important retard pris par
grosse segmentation de la clientèle. l’Ontario en terme de compétitivité, le ministère du Tourisme
Les marchés traditionnels pour le Canada sont : de l’Ontario commande une importante étude ayant pour
États-Unis, Mexique, R.U., France, Allemagne, Japon (dans mandat : « D’élaborer un programme, assorti de jalons précis
l’ordre de fréquentation entre janvier et mars 2010). Les pour les secteurs privé et public, afin de soutenir la croissance
principaux marchés émergents intéressés à visiter le Canada et la viabilité à long terme du tourisme en Ontario » :
sont : le Brésil, la Chine, l’Inde, le Mexique, la Corée du Sud,
la Russie, l’Europe de l’Est et certains pays du Proche-Orient • 13 études sont livrées permettant une vision précise de la
(Égypte, Émirats-Arabes-Unis). Entre janvier et mars 2010, situation et les stratégies à développer
c’est la France qui a généré la plus forte croissance de visites • L’objectif est fixé de doubler les recettes touristiques de la
au Canada (+12 %). province d’ici 2020.
L’industrie est dominée par les petites et moyennes
Sources des informations énoncées : Global Tourism
entreprises dont 90 % emploient 20 personnes et moins. Les Opportunities Research Study, Deloitte 2009 • Ontario Tourism
ressources humaines canadiennes en tourisme représentent Market Assessment Research Study, TNS Canadian Fact 2009 •
653 400 personnes, avec une croissance de 2.8 % entre 2006 et Ontario Tourism Product Assessment Research Study, Deloitte 2009
2007. Le taux de roulement des employés au sein de l’industrie • Ontario Tourism Industry Structure Assessment Research Study,
du tourisme est de plus de 50 %. C’est l’un des principaux 2009 • Ontario Mix of Tourism Marketing and Promotion Research
défis de cette industrie. Le Conseil Canadien des Ressources Study, TNS Canadian Fact 2009 • Rapport sur l’avenir du tourisme,
Humaines en Tourisme (CCRHT) prévoit qu’à partir de 2010 Greg Sorbara, Président de l’étude pour le Gouvernement, 2009 • La
la pénurie de main-d’œuvre potentielle dépassera 13 000 Commission Canadienne du Tourisme (CCT), rapport annuel 2009 •
Global marketing and Sales Plan 2010 (CCT) • Le Conseil Canadien
emplois à l’année, et d’ici 2025, ce chiffre pourrait atteindre
des Ressources Humaines en Tourisme (CCRHT), 2010 • L’Ontario
près de 257 000 emplois. Tourism Education Corporation (OTEC), 2010

16 Vox RDÉE • Été/Automne 2010 • No17


Un répertoire de services On se prend en main
en français pour la région de SDG à North Bay
par Marie-Eve LaRocque Par Rachel S. Quesnel

D’après le profil socioéconomique réalisé par le RDÉE C’est le 19 mai dernier qu’une soixantaine
Canada, la région de Stormont-Dundas-Glengarry compte de membres de la communauté francophone de
près de 24 800 francophones. Environ 4 % des francophones North Bay se sont rassemblés à l’hôtel Clarion Re-
de l’Ontario demeurent dans cette région, où ils forment plus sort Pinewood Park afin de se pencher sur la ques-
de 20 % de la population totale. La majorité des francopho- tion suivante : « Que devons-nous faire ensemble
nes de SDG habitent dans les subdivisions de Glengarry Nord, pour assurer une communauté francophone dyna-
Glengarry Sud et Cornwall. À cet effet, une variété de program- mique et unie à North Bay? »
mes et services en français ont été élaborés pour desservir cette La session s’est déroulée sous le format du
population francophone durant les prochaines années. Dans le Forum ouvert, une méthode qui inspire la commu-
but de sensibiliser la population aux différents services offerts nication, l’initiative, le choix et la responsabilisa-
à la collectivité francophone de cette région, la Société d’aide tion. L’ordre du jour a été dressé sur place à partir
au développement des collectivités de SDG a piloté la première des questions qui intéressaient les participants. Par
édition d’un répertoire de services en français. la suite, ils ont participé à des équipes avec d’autres
Grâce à une contribution financière de l’Agence fédé- gens ayant à cœur les mêmes sujets afin de mettre
rale de développement économique pour le sud de l’Ontario à contribution les expériences et les connaissances
(FedDev), cet outil d’information sur les ressources destinées à de tous. Cette session a permis d’énoncer et déve-
la communauté francophone est mis à la disposition des nom- lopper des idées et d’établir des priorités portant
breuses agences de services sociaux et communautaires, ainsi sur la vitalité et l’essor de la communauté franco-
que des municipalités et des bureaux d’information touristi- phone.
que dans la région de SDG et Cornwall. Les participants provenaient de divers mi-
Le répertoire des services en français de la région lieux, tels que le Centre culturel, la Ville de North
de SDG-Cornwall est destiné aux francophones et aux fran- Bay, la Caisse populaire, les services de santé en
cophiles qui y puiseront une foule de renseignements utiles français, l’éducation post secondaire, le secteur
touchant une vaste gamme de services en français. Le lance- privé, différents ministères, les conseils scolaires
ment officiel du répertoire fut tenu le 30 septembre dernier à et la jeunesse. Une dizaine de jeunes de l’intermé-
Cornwall. Plusieurs organismes offrant des services en français diaire et du secondaire ont eu congé de leur salle de
étaient présents lors de cette annonce à la communauté. classe afin de participer activement aux discussions
Cette première édition est maintenant disponible en de planification communautaire. Ils ont présenté à
formats électronique et papier. Ce dernier format sera gracieu- eux seul, une grande panoplie d’idées pour en finir
sement remis aux organismes qui figurent dans le répertoire. avec une piste d’action, parmi les cinq priorités ob-
Un fichier électronique peut également être téléchargé en li- tenues lors de cette journée.
gne sur le site Web : www.sdgcfdc.on.ca.
Dans le but de faciliter la recherche, les services sont • Organiser des activités et des comités ciblant
répertoriés dans les sections suivantes : aînés, arts & loisirs, les adolescents
clubs de services, développement économique, éducation, • Consolidation communautaire francophone
emploi, enfance, religion, santé, services communautaires, (collaboration, inclusion et participation)
services juridiques et du tourisme. • Formation, recrutement et rétention de profes-
De façon concertée, la Société d’aide de dévelop- sionnels francophones
pement des collectivités de Stormont, Dundas et Glengarry • Les communications mobilisatrices
(SADC SDG) a développé cette initiative en collaboration avec • La santé en français
les organismes francophones suivants : le RDÉE Ontario, l’AC-
FO SDG, le Centre culturel Les trois p’tits points…, le Réseau Au mois de juin, les participants intéressés
de soutien à l’immigration francophone de PR-SDG, la Com- se sont regroupés en vue de former des sous-comi-
mission de formation de l’Est ontarien et l’ACFO de Prescott- tés chargés de démarrer chacune des priorités. Ceci
Russell. a pu être réalisé grâce à une collaboration entre le
Cherchant à uniformiser le gabarit du répertoire de RDÉE Ontario et le projet « Élargir l’espace franco-
services en français dans l’Est ontarien, l’ACFO de Prescott- phone », une initiative du ministère de l’Éducation.
Russell a travaillé étroitement avec la SADC de SDG dans le Nous assurerons donc, avec un comité parapluie,
but de développer une version similaire pour les Comtés unis un certain suivi auprès des groupes afin de veiller à
de Prescott-Russell. Celle-ci permettra également de fournir la mise en œuvre des pistes d’action.
une vision à jour des organismes qui procurent des services en
français à la collectivité.

No17 • Été/Automne 2010 • Vox RDÉE 17


La Franco-foire s’offre une cure de rajeunissement
L’ACFO Mille-Îles est fière loriques du Centre culturel portugais cophones de la communauté dans une
d’annoncer la programmation 2010 de de Kingston ainsi que par le Studio de ambiance de fête », mentionne Annie
la Franco-foire qui, pour sa 14e édition, danse 5678 viendront agrémenter cette Thibault, directrice générale par inté-
s’est offerte une cure de rajeunissement journée. L’auteur-compositeur-inter- rim de l’ACFO Mille-Îles.
et une organisation sans pareil. prète local Norbert Lepage interprètera « Cette année, les exposants ont
En plus de la quarantaine également quelques chansons lors de répondu très positivement à l’invitation
d’exposants de services et de produits cette journée. à la foire afin de présenter au public de
disponibles en français, la foire s’offre Du maquillage de fantaisie, des langue française leurs divers produits
ateliers créatifs pour les enfants ainsi et services. La grande majorité provient
que les prestations ambulantes du ma- de la région immédiate de Kingston et
gicien Eric Leclerc complèteront la por- ils offrent à longueur d’année leurs ser-
tion divertissement de cet événement vices en français à notre communauté.
qui promet beaucoup de succès. Cette Nous sommes convaincus que les visi-
année, l’ACFO Mille-Îles et le Centre teurs seront ravis des améliorations
culturel Frontenac ont travaillé de pair apportées à la foire et sauront en tirer
afin qu’après la foire, un film d’anima- profit », complète Marilyne Lavoie,
tion en français soit présenté pour que agente de communication de l’ACFO
petits et grands aient la chance de voir Mille-Îles.
« La princesse et la grenouille », à La Franco-foire se déroulera le
14 heures dans le théâtre l’Octave au samedi 16 octobre 2010, de 10 heures à
coût de 5,00 $ par personne. 14 heures dans le Centre scolaire-com-
un look automnal ainsi qu’une théma- « Nous sommes confiants que munautaire situé au 711, avenue Dal-
tique plus festive en intégrant à sa pro- ces activités inciteront les gens à visi- ton à Kingston. Vous trouverez plus de
grammation une multitude d’activités ter la Franco-foire et répondront mieux détails sur le site Internet de l’Associa-
pour toute la famille. Sous ce thème, aux attentes des exposants. La Franco- tion canadienne-française de l’Onta-
un concours de fabrication d’épouvan- foire est une occasion privilégiée pour rio, conseil régional des Mille-Îles :
tails et un concours du meilleur dégui- les pourvoyeurs de services en français www.acfomi.org, dans la section des
sement d’Halloween ont été organisés des secteurs privés, communautaires Nouvelles.
pour susciter une implication directe et gouvernementaux de faire connaître
des familles francophones et francophi- leurs produits et services au public fran-
les de la région des Mille-Îles. De plus, cophone et francophile résidant dans Photo : Michèle LeLay, présidente
des prestations de danses multicultu- notre région. Ces derniers auront aussi de l’ACFO Mille-Îles, lors de la Franco-
relles par la troupe de danseurs folk- la chance de connaître d’autres fran- foire 2009

Festival Créole à Welland


Par Paulin Mayama

Pour sa première édition du 10 juillet 2010, le festival de Welland a convié les


amateurs de musique et de danse à une fête multiculturelle destinée à un public de toutes
origines et de toutes générations. Cet événement a été organisé par deux organismes
partenaires, Sofifran (Solidarité des Femmes Immigrantes Francophones de la région
de Niagara) et FKZO (Festival Kompa Zouk de l’Ontario). Il a débuté à 15 heures par
les allocutions de Fêté Kimpiobi, directrice générale de Sofifran, et Jennyne Mayard,
directrice générale de FKZO, ainsi que de celle du Vice-maire de Welland, Pat Chiochio.
Une vingtaine d’artistes de différents horizons se sont produits sur une
scène musicale flottante sur le canal Welland offrant à un public enthousiaste une
programmation très variée. Ce fût en même temps une excellente occasion de faire la Annie Dell (directrice régionale
promotion de la culture caribéenne. De talentueux artistes et groupes haïtiens, africains, du RDÉE Ontario pour la région
canadiens et latino-américains ont ravi le public jusque très tard dans la nuit. Un public du CSO) et Jennyne Mayard
enchanté qui a pu goûter à la cuisine créole et visiter le kiosque d’information dans une (directrice générale de Fkzo) lors
ambiance festive. de la conférence de presse du
Environ 1 800 personnes ont participé à cet événement. Un franc succès! 25 mai 2010.

18 Vox RDÉE • Été/Automne 2010 • No17


Une reconnaissance
bien méritée!
Par Marilyne Lavoie, ACFO Mille-Îles

Le 27 août dernier, au Invista programmes, les jeunes ont acquis une ce qui est directement lié au domaine
Centre, l’ACFO Mille-Îles a tenu une expérience professionnelle précieuse, dans lequel je vais étudier, l’administra-
Célébration de reconnaissance visant à rencontré des employeurs et des men- tion des affaires », ajoute M. Varin.
souligner le travail accompli par les étu- tors et amélioré leur CV. Pour nombre « Chapeauté par l’ACFO Mille-
diants et les employeurs ayant décidé de d’entre eux, il ne s’agissait pas simple- Îles, ce projet cadre bien dans l’un des
prendre part au Programme d’emplois ment d’un emploi d’été – c’était leur objectifs de notre Association, qui est
d’été pour les jeunes. La contribution et premier pas sur le chemin de la réalisa- d’assurer l’offre de services d’aide à l’em-
l’implication des employeurs et des jeu- tion de leur plein potentiel », considère ploi en français aux chercheurs d’emploi
nes impliqués dans le projet ont gran- Laurel Broten, ministre des Services à de la région de Kingston. L’ACFOMI
dement contribué à son succès. l’enfance et à la jeunesse. « Les forma- tente également de demeurer présente
Nombreux étaient les souri- tions m’ont vraiment aidé à structurer auprès de la jeunesse franco-ontarienne
res de jeunes reconnaissants de l’enga- mon CV et écrire une lettre de présen- et ce projet nous a permis d’atteindre
gement des employeurs qui leur ont tation convaincante, qui m’ont entre ces deux objectifs », se réjouit Nathalie
donné la chance de vivre une expé- autres permis d’obtenir mon emploi Dion, directrice des Services d’employa-
rience d’été enrichissante. Depuis juin, d’été », note Christian Varin, partici- bilité ACFOMI.
l’ACFOMI a aidé 32 jeunes âgés de 15 à pant au programme. Rappelons que le Programme
18 ans voulant acquérir des compétences Ces deux mois en milieu pro- d’emplois d’été pour les jeunes a été
en milieu de travail, grâce à un emploi fessionnel les aideront peut-être à pren- financé par le gouvernement de l’Onta-
d’été. « Les employeurs ont fait preuve dre des décisions plus éclairées quant rio dans le cadre de sa Stratégie Pers-
d’une grande ouverture, accueillant les à leur choix de carrière ou de domaine pectives Jeunesse et administré par le
jeunes à bras ouverts au sein de leur d’études. « L’embauche d’un étudiant ministère des Services à l’enfance et à la
entreprise. Ces entreprises ont pu pro- d’été dans le cadre de ce programme a jeunesse. L’ACFO Mille-Îles espère que
fiter d’un programme d’emplois d’été été une belle occasion pour le CCF. En ce programme sera reconduit en 2011 et
intégralement subventionné, tout en plus d’être une expérience enrichissante permettra à d’autres jeunes ambitieux
aidant les jeunes de notre collectivité à pour cet étudiant, son appui dans la réa- et enthousiastes de profiter d’un emploi
acquérir une précieuse expérience pro- lisation des tâches accomplies a été fort d’été valorisant et ainsi accroître leurs
fessionnelle », relate Mme Sonia Scho- remarquable et il a apporté une belle compétences.
field, conseillère à l’emploi et agente énergie dans notre équipe. Du fait que L’ACFO Mille-Îles œuvre au dé-
d’encadrement pour l’ACFO Mille-Îles. le milieu de l’administration l’intéres- veloppement, à l’épanouissement et à la
En plus de leur procurer du sait beaucoup, nous avons donc réparti vitalité de la communauté francophone
soutien dans leur démarche pour trou- ses tâches en fonction de ses points forts de la région des Mille-Îles. Nos services
ver un emploi d’été, ce projet a permis et intérêts », a commenté Sylvie Russel, s’adressent aux quelque 12 000 franco-
à une clientèle prioritaire d’acquérir directrice générale du Centre culturel phones de la région qui s’étend de Tren-
une première expérience de travail bien Frontenac . ton à l’ouest, jusqu’à Brockville à l’est.
encadrée. « Par le biais de la Stratégie « J’ai vraiment apprécié mon Tous les francophones et francophiles
Perspectives Jeunesse, de jeunes onta- séjour au CCF. Ça m’a permis d’accom- résidant sur ce territoire peuvent se pré-
riennes et ontariens ont eu la possibilité plir des tâches variées et de toucher un valoir, sans frais, des services offerts par
d’obtenir ce travail crucial et des com- peu à tout. J’ai même eu la chance de l’ACFO Mille-Îles.
pétences fondamentales. Grâce à ces faire quelques trucs en administration,

No17 • Été/Automne 2010 • Vox RDÉE 19


Recherchés : cadres supérieurs
L
’ é v o l u t i o n Voici quelques exemples de pratiques
démographique du efficaces en matière de RH :
Canada réduisant
davantage le nombre de • La formation interculturelle des ges-
nouveaux travailleurs sur tionnaires de l’organisation pour les
le marché chaque année, aider à repérer et à développer le poten-
une pénurie de main- tiel et les compétences du personnel
d’œuvre qualifiée est déjà formé à l’étranger, et à développer un
très apparente dans certains cheminement professionnel approprié.
secteurs de la région d’Ottawa. • Des occasions pour les personnes
Par ailleurs, les personnes formées à l’étranger de développer
formées à l’étranger sont de des compétences générales, qui sont
plus en plus représentés dans habituellement requises pour être
le segment le plus qualifié et promu dans le marché du travail
le plus instruit de la main- canadien et qui leur permettront de
d’œuvre. D’ici un an, on l’a lu cultiver plus efficacement des relations
un peu partout, on s’attend professionnelles.
à ce que la croissance de la • Des évaluations et recommandations
main-d’œuvre locale soit complètes, précises et détaillées sur
Embauche Immigrants Ottawa (EIO) entièrement attribuable aux travailleurs une base plus fréquente pour que le
propose des ressources, outils et immigrants. Ainsi, lorsqu’on saura personnel formé à l’étranger puisse
ateliers pour aider les employeurs à reconnaître leur potentiel, ce bassin de apprendre à cultiver plus efficacement
recruter et à intégrer les immigrants travailleurs qualifiés pourra faire partie son potentiel dans un environnement
qualifiés. EIO est subventionnée par des solutions aux problèmes croissants de travail canadien.
le gouvernement de l’Ontario et par de gestion des talents que connaissent • Un programme de mentorat interne
Citoyenneté et Immigration Canada. les employeurs et les aider à assurer la pour faciliter les discussions sur le
relève. perfectionnement professionnel (ce
Communiquez avec nous dès Bien que certains employeurs qui est quasi impossible avec des
maintenant en composant le aient modifié leurs processus de superviseurs directs). Le mentorat
613-683-3370 recrutement afin de faciliter l’embauche est un moyen éprouvé et efficace
ou visitez notre site Web à de personnes formées à l’étranger, ils d’améliorer l’intégration de personnes
www.embaucheimmigrantsottawa.ca ne savent pas toujours que les mêmes formées à l’étranger et la compétence
considérations devraient s’appliquer à culturelle dans le milieu de travail.
leurs pratiques de gestion des talents
et de planification de la relève. Une L’intégration et le maintien en
entreprise a de fortes chances de se poste d’un employé qualifié devraient
priver du meilleur candidat ou de la représenter un investissement à long
meilleure candidate pour pourvoir un terme. Comme le précisait Laurie
poste de niveau supérieur si ses employés Blake dans le numéro de janvier 2009
formés à l’étranger ont un accès restreint de workplace-mag.com, les frais de
Page 20 : « Help wanted — seeking aux promotions à cause de facteurs recrutement peuvent représenter entre
senior executives » a été publié en systémiques qui les désavantagent. 75 et 150 pour cent du salaire de la
anglais dans numéro de mars 2010 On sait déjà, c’est prouvé, première année d’un nouvel employé.
du magazine de la Human Resources que les personnes formées à l’étranger Embaucher des immigrants qualifiés
Professionals Association d’Ottawa, bénéficient moins d’occasions de et développer adéquatement leur
Up-Date. formation importantes. Or, afin de potentiel peut éviter aux employeurs
pouvoir disposer en temps opportun de d’assumer de tels coûts trop souvent.
Page 21 : « The Link Between Cultural personnes très qualifiées des niveaux Ainsi, la prise en compte des
Diversity and the Bottom Line » a intermédiaire à supérieur, un employeur employés formés à l’étranger peut
été publié en anglais dans numéro de doit s’assurer que ses services de RH constituer une stratégie efficace pour
mai 2010 du magazine de la Human savent reconnaître et développer les éviter les déficits de talent à long terme
Resources Professionals Association compétences de ses employés formés à aux niveaux intermédiaire à supérieur.
d’Ottawa, Up-Date. l’étranger.

20 Vox RDÉE • Été/Automne 2010 • No17


Le lien entre diversité culturelle
et santé des entreprises
Comme le disait Marcus Buckingham, un éminent recruter et encadrer
expert en gestion : « Les différences de caractère et de talent des professionnels
sont comme les groupes sanguins. Elles se retrouvent parmi formés à l’étranger.
les variations superficielles de race, de sexe et d’âge et elles Cela nous permet non
saisissent les particularités de chaque individu. » (trad.) seulement d’accroître
Ce sont ces particularités qui peuvent échapper aux la diversité de notre
propriétaires d’entreprise et aux cadres supérieurs lorsqu’ils milieu de travail mais
négligent le curriculum vitae d’un immigrant formé à aussi de fournir à ces
l’étranger qui possède toutes les compétences voulues pour professionnels une
occuper un poste vacant. expérience de qualité
Il existe d’ailleurs de nombreuses preuves venant qui favorisera leur
attester qu’un ensemble d’antécédents et d’expériences intégration dans le marché du travail », précise Janice Charette,
diversifiés au sein d’un effectif, accroît l’innovation, la sous-ministre, Ressources humaines et Développement des
créativité et la productivité, autant de caractéristiques compétences Canada. Pour son leadership, RHDCC a obtenu
pouvant donner un avantage concurrentiel à l’entreprise. un Prix employeur d’excellence d’Embauche immigrants
Dans le rapport intitulé Diversity – The Competitive Edge: Ottawa (EIO) en 2009.
Implications for the ICT Labour Market, Dr. Wendy Cukier, Le départ à la retraite de milliers de baby boomers
The Diversity Institute, Ryerson University, mentionne que la au cours des 20 prochaines années représentera un défi de
productivité des compagnies américaines dotées de pratiques taille pour les milieux de travail sur les plans du repérage et
encourageant la diversité dépasse de 18 % celle de l’ensemble du développement de nouveaux talents. Selon Compas, une
de l’économique américaine. société renommée de recherche et de sondage d’opinion
Les gens d’affaires progressistes sont réceptifs à cette publique de Toronto, 73 % des dirigeants d’entreprise
réalité. « Nous croyons également que la diversité contribue canadiens ont avoué que le recrutement de candidats
directement à la réussite commerciale. Mettre à profit les qualifiés représentait une de leur grande source de stress
compétences et les perspectives culturelles des nouveaux professionnel.
arrivants au Canada favorise l’innovation et nous donne un La forte croissance anticipée de la population née à
avantage concurrentiel », explique Dennis Jackson, vice- l’étranger des 20 prochaines années fera partie de la solution.
président de district, Banque Scotia, Ottawa et Ouest du Les immigrants qualifiés apportent une solide expérience
Québec et membre du Conseil des employeurs champions professionnelle à l’étranger, et plus de 60 % d’entre eux ont
(CEE) d’Embauche immigrants Ottawa. fait des études supérieures. Ce pourcentage est encore plus
Parmi les facteurs clés de réussite des entreprises élevé parmi les immigrants en âge de travailler.
qui se sont dotées de pratiques inclusives de recrutement Dans de nombreuses régions métropolitaines, des
et de maintien en poste d’immigrants qualifiés, citons : des cadres supérieurs de plusieurs organisations ont formé des
dirigeants engagés envers la diversité et des gestionnaires réseaux afin de renforcer leur capacité d’attirer et d’intégrer
qui offrent la formation nécessaire pour favoriser la des immigrants dans leurs milieux de travail. Embauche
sensibilisation, accroître les compétences interculturelles immigrants Ottawa et ces réseaux ontariens d’employeurs
et aider les employés à comprendre le lien existant entre la comprennent notamment le Toronto Region Immigrant
diversité culturelle et les résultats de l’entreprise. Employment Council (TRIEC) et des initiatives dans les
Ressources humaines et Développement villes de Waterloo et de Niagara. Ces réseaux collaborent
des compétences Canada (RHDCC) le comprend. En tout en étant conscients qu’ils sont en concurrence sur le
reconnaissant la valeur de la diversité et en offrant un marché des talents. Comme le mentionne Rosemarie Leclair,
moyen pour les immigrants d’acquérir une expérience présidente et directrice générale du Groupe Hydro Ottawa et
professionnelle de qualité, les gestionnaires supérieurs se coprésidente du Conseil des employeurs champions d’EIO,
sont faits les défenseurs du Programme pilote de stage pour « Nous devons faire plus pour bien intégrer nos immigrants
les immigrants afin de recruter de nouveaux professionnels hautement qualifiés et éduqués dans nos milieux de travail,
formés à l’étranger. Ce programme, qui en est à sa deuxième si nous voulons maintenir notre position de destination de
année, aide RHDCC à diversifier son personnel et à mettre choix. »
à profit les compétences des nouveaux arrivants grâce à une
formation en compétences interculturelles que reçoivent les Découvrez comment devenir un leader de la diversité
responsables des ressources humaines et au mentorat offerte en utilisant les outils et ressources en ligne de
à chaque stagiaire immigrant. Le travail de RHDCC dans le www.embaucheimmigrantsottawa.ca.
cadre de ce projet démontre que l’intégration d’employés
immigrants dans le milieu de travail est une responsabilité Kelly McGahey, directrice principale,
partagée par l’employeur et l’immigrant. Relations avec les intervenants : 613-228-2502
« Grâce à ce programme pilote, RHDCC peut ou kmcgahey@embaucheimmigrantsottawa.ca

No17 • Été/Automne 2010 • Vox RDÉE 21


DIRECTION RÉGIONALE DIRECTION RÉGIONALE DIRECTION RÉGIONALE
DIRECTION GÉNÉRALE NORD EST CENTRE-SUD-OUEST
3349, chemin Navan 531, avenue Notre-Dame, 3349, chemin Navan 2, rue Carlton, bureau 1305
Ottawa (Ontario) K4B 1H9 2e étage Ottawa (Ontario) K4B 1H9 Toronto (Ontario) M5B 1J3
Téléphone : 613 834-1300 Sudbury (Ontario) P3C 5L1 Télécopieur : 613 834-1346 Télécopieur : 416 596-7968
Télécopieur : 613 834-1346 Téléphone : 705 560-1121
Télécopieur : 705 560-9699 Martine Plourde Annie Dell
Nicole Sauvé Directrice régionale Directrice régionale
Directrice générale Guy Robichaud Téléphone : 613 834-1300, poste 227 Téléphone : 416 596-0220
Téléphone : 613 834-1300, Directeur régional mplourde@rdee-ont.ca adell@rdee-ont.ca
poste 221 grobichaud@rdee-ont.ca
nsauve@rdee-ont.ca Lyne Leroux Patricia Gaspar
Caroline H. Brousseau Adjointe régionale Adjointe régionale
Anne Lyn Ayotte Adjointe régionale Téléphone : 613 834-1300, poste 227 Téléphone : 416 596-0549
Adjointe exécutive à la chbrousseau@rdee-ont.ca lleroux@rdee-ont.ca pgaspar@rdee-ont.ca
direction générale
Téléphone : 613 834-1300, Monique Hébert Alain Royer Yollande Dweme M. Pitta
poste 221 Agente de développement Agent de développement Agente de développement
alayotte@rdee-ont.ca mhebert@rdee-ont.ca Téléphone : 613 834-1300, poste 229 Téléphone : 289 600-9262
aroyer@rdee-ont.ca ydwemempitta@rdee-ont.ca
Diane Kyd Rachel Quesnel
Adjointe Agente de développement Jean-Berchmans Hatungimana Wescar Eliscar
Téléphone : 613 834-1300, rquesnel@rdee-ont.ca Agent de développement Agent de développement
poste 234 Téléphone : 613 834-1300, poste 232 Téléphone : 416 596-9917
dkyd@rdee-ont.ca Christine Ouimette jbhatungimana@rdee-ont.ca weliscar@rdee-ont.ca
Agente de développement
Roch Archambault 111, rue Elgin, bureau 305 Kathy Chaumont Chantal Gabriot
Directeur des Sault-Sainte-Marie (Ontario) Agente de développement Agente de développement
communications P6A 6L6 176, rue Principale Est Téléphone : 705 828-1675
Téléphone : 613 834-1300, Téléphone : 705 759-9909 Hawkesbury (Ontario) K6A 1A5 cgabriot@rdee-ont.ca
poste 224 Télécopieur : 705 759-8267 Téléphone : 613 632-5156
rarchambault@rdee-ont.ca couimette@rdee-ont.ca Télécopieur : 613 632-5156 Paulin Mayama P
kchaumont@rdee-ont.ca Agent de développement
Patrick Cloutier Francine Lecours Collège Boréal, Campus Sud
Contrôleur Agente de développement Marie-Eve LaRocque 130, rue Dundas Est, bureau 406
Téléphone : 613 834-1300, 523, Route 11 Est Agente de développement Mississauga (Ontario) L5A 3V8
poste 223 Case postale 1647 72, rue Mechanic Ouest Téléphone : 905 277-8885
pcloutier@rdee-ont.ca Hearst (Ontario) P0L 1N0 Case postale 45 Télécopieur : 905 277-3330
Téléphone : 705 372-0029 Maxville (Ontario) K0C 1T0 pmayamap@rdee-ont.ca
François Désormeaux Télécopieur : 705 372-2840 Téléphone : 613 527-1430
Directeur des services flecours@rdee-ont.ca Télécopieur : 613 527-3005 Lynne Maher
Téléphone : 613 834-1300, melarocque@rdee-ont.ca Agente de développement
poste 224 Chantal Bohémier 7515, promenade Forest Glade
fdesormeaux@rdee-ont.ca Agente de développement Lynn de Montigny Windsor (Ontario) N8T 3P5
292, rue Court Sud, bureau 200 Agente de développement Téléphone : 519 944-8284
Thunder Bay (Ontario) P7B 6C6 629, rue Division - Bureau de MCF Télécopieur : 519 944-2598
Téléphone : 807 684-1950 Kingston (Ontario) K7K 4B7 lmaher@rdee-ont.ca
Télécopieur : 807 343-5780 Téléphone : 613 547-6346
cbohemier@rdee-ont.ca Télécopieur : 613 530-2448 Léo Audette
ldemontigny@rdee-ont.ca Agent de développement
38, Cour Rainbow
Welland (Ontario) L3C 6R4
Téléphone : 905 246-6011
laudette@rdee-ont.ca

22 Vox RDÉE • Été/Automne 2010 • No17


No17 • Été/Automne 2010 • Vox RDÉE 23