Vous êtes sur la page 1sur 4

Exercices de cours du chapitre IV : Formulations intégrales - approximation

Exercice IV-4: Formulation variationnelle d’un problème de flexion


Objectifs : mettre en oeuvre de la formulation variationnelle sur un problème de vibration.
Intéressons-nous aux vibrations transversales de la poutre droite de longueur A A
représentée par la figure ci contre. M

La masse M en bout de poutre est supposée ponctuelle..


Mise en équations - Construction d'une approximation.
Écrivez le système d’équations différentielles régissant ce problème.
Vérifier que les fonctions de forme wn ( x ) = 1 − cos Cn x sont cinématiquement admissibles.
Déterminer la valeur de Cn pour que l’approximation satisfasse la condition de moment nul en A .

Formulation variationnelle – forme matricielle.


Appliquez la méthode des résidus pondérés en transformant la forme intégrale par intégration par parties pour
faire apparaître les conditions aux limites.
En déduire l’équation matricielle du modèle ainsi construit, pour une approximation à n paramètres de la
forme :
v * ( x , t ) = [w( x ) ] {q ( t )}
Déterminer l’expression des coefficients des matrices masse et raideur.
Application numérique.
pour M = ρSA
Comparez avec les résultats obtenus avec une approximation à un, puis deux paramètres et la solution
analytique *.
Vous pouvez utiliser MAPLE ou MATLAB pour faire les calculs.
Application du Principe des Travaux Virtuels
Écrire la forme intégrale associée au PTV, et vérifier que les expressions matricielles sont identiques.

* Les 2 premières pulsations de résonance obtenue analytiquement sont:


ω1 = 1, 557 EI , ω2 = 16, 25 EI
ρ S A4 ρ S A4

Corrigé de l’exercice IV-4: FV d’un problème de flexion


Application de la méthode des résidus pondérés
Mise en équations
Équations du problème : On cherche v(x,t) solution de :
⎧∀x ∈ ]0, A[ ρS v + EI v ,x 4 = 0

⎨ ⎧v(0, t) = 0 ⎧v 2 ( A , t) = 0
⎪conditions aux limites : en x = 0 ⎨⎩v ,x (0, t) = 0 en x = A ⎨ ,x
⎩ ⎩Mv( A , t) - EI v ,x 3 ( A , t) = 0
Rappel : Pour obtenir les conditions aux limites en x = A , on isole la masse ponctuelle.
v( A, t ) Les efforts exercés par la poutre sur la masse sont − M f et −T
− M f (A, t ) M De plus le moment dynamique est nul (masse ponctuelle).
− T (A, t ) ⎧− T (A, t ) = M v(A, t ) ⎧⎪M f = EI v, x 2
D’où le PFD : ⎨ avec ⎨
Efforts sur M ⎩ M f ( A, t ) = 0 ⎪⎩T = − EI v, x 3
Remarque : le système mécanique considéré pour la mise en équations par le principe fondamental est la
poutre seule.
Approximation
⎧ wn ( x = 0 ) = 0
Les fonctions de forme wn ( x ) = 1 − cos Cn x satisfont les CL. Cinématiques : ⎨
⎩ wn , x ( x = 0 ) = 0

15
Exercices de cours du chapitre IV : Formulations intégrales - approximation
L’approximation est donc cinématiquement admissible
π
Pour satisfaire la condition de moment en x = A il faut que : wn , x 2 ( x = A) = 0 Î C n = (2n − 1)
2A
Nous utilisons une approximation à n paramètres de la forme :
πx
v * ( x , t ) = [w( x ) ] {q ( t )} avec : wi ( x ) = 1 − cos(2i − 1)
2A
Cette approximation satisfait 3 des conditions aux limites du problème.
Méthode des résidus pondérés.
Le résidu doit tenir compte de l’erreur sur l’équation locale et sur la dernière condition aux limites. Partons de
l’équation locale

(ρS v + EIv )dx = 0


A
" EL." = 0 ⇔ ∀P ∫P
0
( x)
,x4

Après 2 Intégrations par parties (objectif : faire apparaître les CL. sur la frontière, Cf cours)

[ ] − [P EI v ] + ∫ P
A A

∫ P ρS v dx + P EI v
A A
" EL." = 0 ⇔ ∀P EI v dx = 0
, x3 0 ,x ,x2 0 ,x2 ,x2
0 0
Les termes entre crochets font apparaître les conditions aux limites (termes de frontière). Utilisons des fonctions
de pondération cinématiquement admissibles:
∀i Pi ( x = 0) = 0 , Pi , x ( x = 0) = 0
Nous obtenons :
A A
∀P C.A. ∫ P ρS v dx + P(A ) EI v
0
, x3
(A, t ) − P, x ( A ) EI v
,x2
(A, t ) + ∫ P 2 EI v
0
,x ,x2
dx = 0

Tenons compte des conditions aux limites sur les efforts:


⎧v 2 (A, t ) = 0
⎪ ,x

⎪⎩Mv(A, t ) − EIv, x 3 (A, t ) = 0
Nous obtenons la forme faible suivante :
A A
∀P C.A. ∫ P ρS v dx + P
0
(A) Mv( A , t ) + ∫ P 2 EI v
0
,x , x2
dx = 0

L'approximation v * satisfait les conditions d'obtention de la forme intégrale précédente, ce qui nous conduit à
une équation à n inconnues. Pour obtenir l'équation matricielle, nous utiliserons la méthode de Galerkin en
prenant :
∀i Pi ( x) = wi ( x)
L’équation matricielle est donc:
⎧ A

⎪ [m ] = ∫ ρS [w( x )]T [w( x )] dx + M [w( A )]T [w( A )]



[m]{q} + [k ]{q} = {0} avec : ⎨ 0
A
⎪[k ] = + EI [w( x ) ]T [w( x ) ] dx
⎪⎩ ∫0 , xx , xx

Remarques :
Les matrices sont visiblement symétriques.
∂2
Pour faire le // avec le cours, on peut poser : L = et [ D ] = EI
∂x 2
A
[ ] ∫ [B]T [D][B ] dx
Alors k = avec [B] = L([w( x )])
0

Calculs des coefficients :

16
Exercices de cours du chapitre IV : Formulations intégrales - approximation
A ⎧= 0 si i ≠ j

k ij = EI C i2 C 2j ∫ Cos (C i x) Cos (C j x) dx = ⎨ 4 π EI
4
k
⎪⎩ ii = ( 2i − 1)
0
32A 3
A
mij = ρS ∫ (1 − CosC i x)(1 − CosC j x) dx + M A
0 δ ij
δ ij 2
2 (−1) i +1 (−1) j +1
= ρSA[1 + − ( + )] + M
2 π 2i − 1 2 j − 1
Application numérique : M = m = ρ SA
n=1:
π 4 EI 5 4 EI
k11 = et m11 = m( − ) Î ω1 = 1,575 1,2% / sol. analytique
32A 3
2 π ρ SA 4
Nous obtenons déjà une bonne approximation de la première pulsation, avec des fonctions de forme
qui ne sont pas des fonctions de comparaison car le problème traité est plus complexe.
n=2:
⎡5 4 4 ⎤
π 4 EI ⎡1
0⎤ ⎢ − 2−
3π ⎥
[k ] = 3 ⎢ ⎥ et [m] = m ⎢ 2 π
4 ⎥
32A ⎣0 81⎦ ⎢2 −
4 5
+ ⎥
⎣ 3π 2 3π ⎦
EI
Î ω1 = 1,559 0,12 % / sol. analytique
ρ SA 4
EI
ω 2 = 16,713 2,8 % / sol. analytique
ρSA 4
La convergence de l’approximation des premières fréquences de la structure vers la solution analytique
est très rapide.

Application du Principe des travaux virtuels


Pour écrire le Principe des Travaux virtuels, il est plus naturel de considérer le système complet "poutre +
masse". Introduire les efforts de la masse sur la poutre comme nous l'avons fait pour le PFD serai plus
compliqué.
Écriture du PTV.
⎧ F (A) = 0
Il n’y a pas de charge répartie f ( x) = 0 , et la masse en bout n’est pas chargée ⎨
⎩M ( A ) = 0
A A
Le PTV : ∀ δv ∫ δv ρS v dx + δv(A) M v(A, t ) = −∫ EI v, x δv, x dx + Foδv(o) + M oδv, x (o)
0 0
2 2

A
δ Tint = − ∫ σ xxδε xx dV = − ∫ ∫ − Eyv, xx (− yδ v, xx ) dS dx
D o S

Si on utilise une approximation Cinématiquement admissible, le déplacement virtuel en x=0 satisfait les deux
conditions suivantes :
δv ( o ) = 0 et δv, x ( o ) = 0
A A
D'où le PTV : ∀ δv CA ∫ δv ρS v dx + δv(A) M v(A, t ) = −∫ EI v, x δv, x dx
0 0
2 2

La forme discrétisée est obtenue en prenant une approximation CA du champ des déplacements. Utilisons
l’approximation à n paramètres précédente qui est CA :

v * ( x , t ) = [w( x ) ] {q ( t )} et δv ( x ) = [w( x ) ] {δq}

17
Exercices de cours du chapitre IV : Formulations intégrales - approximation
La forme matricielle associée au PTV est :
⎧ A

⎪ [m ] = ∫ ρS [w( x )]T [w( x )] dx + M [w( A )]T [w( A )]



[m]{q} + [k ]{q} = {0} avec : ⎨ 0
A
⎪[k ] = + EI [w( x ) ]T [w( x ) ] dx
⎪⎩ ∫0 , xx , xx

Les deux méthodes utilisées RP et PTV donnent les mêmes résultats. On peut intégrer par partie le PTV pour remonter
à l’équation locale et aux conditions aux limites sur les efforts (Cf cours).

Annexes
∂2
Sur une base polynomiale. Pour pouvoir définir L= Î il faut une base de degré ≥ 2.
∂x 2
[
Une approximation à n paramètres de la forme : v * ( x , t ) = w( x ) {q ( t )} ] avec : wi ( x ) = x
i +1

Satisfait les conditions aux limites cinématiques du problème. On peut appliquer le PTV sans modification, les
simulations numériques peuvent être faites en utilisant le fichier « TDI-2.mws ».

Attention le terme v *, x 2 ( x = A, t ) ≠ 0 .
Pour appliquer la méthode des résidus pondérés. Il ne faut tenir compte de l’erreur commise sur ce terme ce qui
complique l'expression de la matrice raideur.
Pour lever cette difficulté il est toujours possible de construire une approximation polynomiale satisfaisant cette
condition. Partons de l’approximation à n paramètres de la forme v* = q i x i +1
n
Il faut que ∑ i(i + 1)A
i =1
i −1
qi = 0 , soit 1 équation de liaison

1 n i (i + 1)
Choix : q1 = − ∑ i(i + 1)A i −1 qi
2 i=2
D’où wi = x 2 ( x i −1 −
2
A i −1 )
On obtient une approximation à n-1 paramètres.
Ce n'est guère plus simple mais les deux méthodes s’appliquent alors sans difficultés. Utilisez Maple pour effectuer les
simulations numériques.

18