Vous êtes sur la page 1sur 6

TP: PHYSIQUE CRMEF

Électronique MARRAKECH

TP : Amplificateur opérationnel II

Dans ce T.P. on aborde le caractère réel d’un amplificateur opérationnel (A.O.), en essayant de
déterminer tout d’abord les valeurs de certains défauts dits statiques liés aux alimentations continues
et aux dissymétries inévitables de l’A.O. à savoir la tension de décalage à l’entrée Vd et les courants
de polarisations Ip+ et Ip− ...
Nous abordons ensuite la modélisation de l’A.O. en régime dynamique comme un système linéaire de
premier ordre. Nous étudions l’influence de ces défauts sur le fonctionnement de quelques montages
simples : intégrateur, amplificateur, ...

1 Présentation d’un modèle statique de l’A.O.


1.1 Modélisation de l’A.O.
On propose le modèle simple de l’amplificateur opérationnel présenté en figure 1 pour l’étude des
défauts statiques (les impédances d’entrée et de sortie sont considérées comme idéales). En régime de
fonctionnement linéaire εi = 0.

Figure 1: Modélisation d’un A.O. réel

1.2 Application : étude d’un apmlificateur différentiel


L’A.O. est lui même un amplificateur de différence, mais ses caractéristique intrinsèques ne nous
permettent pas de mesures directes avec les moyens du laboratoire, nous proposons donc un montage
qui ”dégrade” ses caractéristiques, nous pouvons ainsi réaliser des mesures plus facilement figure 2.

1.2.1 Définitions et étude théorique


Un amplificateur différentiel réel n’amplifie pas exactement de la même manière le signal e1 (t) et le
signal e2 (t). De plus il peut présenter en sortie une tension décalée de V0 de la tension amplifiée (on
néglige pour le moment les courants de polarisation). On peut écrire la tension de sortie sous la forme:

s(t) = A1 e1 (t) − A2 e2 (t) + V0 (1)

Où A1 et A2 les facteur d’amplification respectifs des entrées (1) et (2) et V0 la tension de décalage
en sortie du montage.

lahboub.driss.agr@gmail.com Page 1/6 CPA.P1


TP: PHYSIQUE CRMEF
Électronique MARRAKECH

Figure 2: Amplificateur de différence

,→ Montrer que l’on peut écrire s(t) sous la forme:

Ac
s(t) = Ad [e1 (t) − e2 (t)] + [e1 (t) + e2 (t)] + V0 (2)
2
On définit alors:

⋆ Ad : coefficient d’amplification différentielle;


⋆ Ac : coefficient d’amplification en mode commun;
⋆ V0 : tension de décalge en sortie de l’amplificateur;
⋆ T.R.M.C. = 20 log10 | A
Ac | : taux de réjection en mode commun.
d

,→ Quelles devraient être les valeurs de Ac , de V0 et du T.R.M.C. pour un amplificateur de différence


idéal ?

,→ Dans le cas où l’A.O. utilisé dans cet amplificateur différentiel est idéal et fonctionne en régime
linéaire, trouver les expressions de Ad et Ac pour le montage précédent.

,→ Que deviennent ces expressions pour R1 = R3 et R2 = R4 ?

1.2.2 Étude expérimentale


On prendra R1 = R3 = 1kΩ et R2 = R4 = 10kΩ, R4 est une boite à décade.

a) Mesure de V0

,→ Réunir les deux entrées de l’amplificateur différentiel à la masse et mesurer, avec un mul-
timètre, la tension de sortie du montage.
,→ Quelle est l’origne de ce défaut?

b) Mesure de Ac

,→ Réunir les deux entrées et imposer une tension continue 1V . Mesurer la valeur de la tension
de sortie s et en déduire Ac .
,→ Quelles peuvent être les origines de cette valeur?

c) Mesure de Ad

,→ Relie l’entrée (1) à la masse et imposer un potentiel raisonable à l’entrée (2). Relever la
valeur de la tension de sortie s pour quelques valeurs de e2 , en déduire la valeur de Ad puis
la valeur de T.R.M.C.

lahboub.driss.agr@gmail.com Page 2/6 CPA.P1


TP: PHYSIQUE CRMEF
Électronique MARRAKECH

2 Détermination des défauts statiques de l’A.O.


Nous nous proposons de mesurer les valeurs des trois défauts statiques: la tension de décalage à l’entrée
Vd et les courants de polarisations Ip+ et Ip− , dans le cas de l’A.O. µA 741.

2.1 Mesure de Vd
,→ On relie l’entrée e+ de l’A.O. réelle (figure 1) à la masse et on réalise un bouclage entre l’entée
réelle e− et la sortie S. quelle est alors l’expression de la tension de sortie Vs en régime continu?

,→ Réaliser les conditions de la question précédente. Mesurer la valeur de Vs et en déduire la valeur


de Vd .

,→ Conclure et expliquer. Comparer avec les données du constructeur.

2.2 Mesure des courants de polarisations


2.2.1 Mesure du courant Ip−
Si on ne dispose pas de nanoampèremètre, les mesures directes sont relativement délicates. On pro-
pose de réaliser le montage représenté figure 3, avec C = 100nF à 500nF . On utilisera une carte
d’acquisition pour tracer l’évolution de la tension de sortie en fonction du temps.

Figure 3: Montage pour mesure du courant de polarisation Ip−

,→ Exprimer la tension Vs en fonction du courant Ip− , de C, de Vd et du temps t.

,→ Relever les variations de Vs en fonction du temps à l’aide d’une carte d’acquisition. On prendra
soin de décharger le condensateur en le court-circuitant avant de démarrer l’enregistrement de
Vs .

,→ Anlyser les résultats et en déduire la valeur de Ip−

2.2.2 Mesure du courant Ip+


,→ Comment faut-il modifier le schéma de la figure 3 pour pouvoir mesurer cette fois le courant Ip+
avec un condensateur en assurant le fonctionnement linéaire de l’amplificateur opérationnel.

,→ Exprimer la tension Vs en fonction du courant Ip+ , de C, de Vd et du temps t.

,→ Modifier le montage de la figure 3 et relever les variations de Vs comme précédement.

,→ Anlyser les résultats et en déduire la valeur de Ip+

lahboub.driss.agr@gmail.com Page 3/6 CPA.P1


TP: PHYSIQUE CRMEF
Électronique MARRAKECH

2.2.3 Courant de polarisation Ip


Le constructeur indique en général un courant de polarisation moyen donné par :

|Ip+ | + |Ip− |
Ip = (3)
2
,→ D’après les mesures précédentes, déterminer le courant de polarisation Ip et comparer avec les
données du constructeur.

3 Influence et compensation des défauts statiques


Nous allons étudier l’influence des défauts statiques sur le comportement du montage amplificateur
inverseur et essayer de montrer comment l’on peut compenser ces défauts. Nou supposons que Vd , Ip+
et Ip− sont des grandeurs constantes.

3.1 Étude théorique de l’influence des défauts statiques


On se propose d’étudier le montage représenté figure 4

Figure 4: Influence des défauts statiques. On donne R1 = 1kΩ et R2 = 100kΩ

3.1.1 Influence des courants de polarisations


On suppose ici que Vd = 0 et Ip+ = Ip− .

,→ Montrer que le circuit se comporte bien comme un amplificateur inveseur idéal si R3 = R1 //R2

,→ Calculer R3 dans ce cas.

3.1.2 Influence de la tension de décalage Vd


On supose que R3 calculée précédemment permet de compenser les courants de polarisation. Ceci
revient à écrire Ip+ = Ip− = 0 mais Vd ̸= 0 (Théorème de superposition).

,→ Montrer que tant que le fonctionnement de l’A.O. est linéaire , Vs peut s’écrire:
( )
R2 R2
Vs = − Ue − 1 + Vd (4)
R1 R1

lahboub.driss.agr@gmail.com Page 4/6 CPA.P1


TP: PHYSIQUE CRMEF
Électronique MARRAKECH

3.2 Étude pratique de l’influence la tension de décalage Vd


3.2.1 Compensation de la tension de décalage
,→ Placer la résistance R3 de valeur déterminée précédemment, entre la patte + de l’A.O. et la
masse.

,→ Remplacer le générateur d’attaque par un court-circuit Ue = 0. Mesurer Vs et en déduire Vd

,→ Placer un potentiomètre P de 10kΩ entre les pattes 1 et 5 de l’A.O. la patte médiane du


potentiomètre étant reliée à l’alimentation −Vcc (patte 4). On ajuste le potentiomètre jusqu’à
ce que la tension de sortie soit presque nulle

3.2.2 Influence de la tension de décalage sur le montage amplificateur inverseur


On reprend le montage précédent, le réglage de la tension de décalage ayant été effectué.

,→ Remplacer le court-circuit par un générateur de tension continue de f.é.m. Ue = 5mV (mesurer


à vide à l’aide du multimètre )

,→ Mesurer la tension de sortie Vs à l’aide du multimètre

,→ Enlever le potentiomètre et mesurer à nouveau Vs . Conclure.

,→ Si on ne compense pas la tension de décalage, est-il possible d’amplifier des tensions Ue de l’ordre
de Vd avec le montage amplificateur inverseur?

4 Modélisation dynamique de l’A.O.


Le fonctionnement de l’A.O. en boucle ouverte ne pouvait pas être stable (à cause de son facteur
d’amplification A0 ou (µ0 ) très grand). On se propose d’accéder, de manière indirecte, à sa fonction
de transfert en boucle ouverte à l’aide du montage représenté figure 5.

Figure 5: Modélisation dynamique d’un A.O. avec R1 = R4 = 10kΩ, R3 = 100kΩ et R2 = 1kΩ

4.1 Étude théorique


Us
,→ Établir le lien entre la fonction de transfert Av = ε de l’A.O. en boucle ouverte et la fonction
Us
de transfert H = U1

lahboub.driss.agr@gmail.com Page 5/6 CPA.P1


TP: PHYSIQUE CRMEF
Électronique MARRAKECH

4.2 Étude expérimentale (avec TL 081)


Nous relevons maintenant les diagrammes de Bode de la fonction de transfert H.

,→ Réaliser le montage représenté figure 5. L’exciter par un signal sinusoidal d’amplitude conven-
able.

,→ Relever de manière précise les diagrammes de Bode du montage (On prendra garde aux faibles
fréquences).

4.3 Exploitation
,→ Représenter le diagramme de Bode du gain en boucle ouverte de l’A.O.

,→ En déduire la fréquence de coupure en boucle ouverte f0 ainsi que l’amplification statique en


tension A0

,→ Calculer le produit A0 × f0 . Comparer les résultats avec ceux indiqués par le constructeur.

⋆⋆⋆⋆⋆

lahboub.driss.agr@gmail.com Page 6/6 CPA.P1

Vous aimerez peut-être aussi