Vous êtes sur la page 1sur 1

Alberto Sciortino assure les communications sur le rallye Monte-Carlo L’intervention du Dr Farine est liée à celle du directeur d’épreuve

uve Céline est arrivée dans le Champsaur il y a trois ans et demi. Fan de
depuis 14 ans. C’est la première fois pour son fils Aldan, 16 ans. François Ardisson. "On assure la sécurité du public et des concurrents". Sébstien Ogier mais de Loeb, également. / REPORTAGE PHOTOS S.DUCLET

Au sommet du bonheur
À 1573 m d’altitude, un vent
violent balaie le sommet
du col de Moissière. Il est
9h15, il fait - 9ºC, et le public est
déjà nombreux à avoir emprunté
mettre des équipements sont in-
accessibles. Il y a aussi les condi-
tions des routes, le froid… On est
les premiers installés et les der-
niers à partir. Il faut que tout
le télésiège, à Ancelle, pour trou- soit prêt trois heures avant le dé-
ver une place de choix dans cet part de la course pour que les
emplacement dominant. Ici a commissaires puissent s’organi-
lieu la bascule : route sèche ou ser. Et l’on attend le feu vert de
neigeuse en bas du col, avant la direction des courses. Parfois,
une descente verglacée dans les on part deux, trois heures après
lacets des sous-bois vers La Bâ- la fin de la course".
tie-Neuve. Hervé Farine se repose dans
Pour le public, les braseros une voiture toute proche. Il est
heureusement sont à l’œuvre. médecin anesthésiste, membre
Dans le ciel, le ballet des hélico- de la FIA, présent sur le rallye de-
ptères commence. Ils seront jus- puis 30 ans. "On assure la sécuri-
qu’à huit… C’est dans l’un d’eux té des pilotes, un à l’entrée de la
qu’est venu Ari Vatanen. le pilote spéciale aux côtés d’un commis-
émérite arrive de Monaco, avec saire. Tous les 7-8 km, il y a un
des clients du constructeur poste de secours. C’est la direc-
BMW. Le public le reconnaît et tion de course - en direct de Mo-
les demandes de photo avec lui naco qui décide de l’arrêt. Les
s’enchaînent… médecins interviennent alors".
Alberto Sciortino, lui, est arrivé Et d’expliquer que les dispositifs
à 6h. Pas pour trouver une place de sécurité mis en place pour les
de choix. Certes, il verra passer pilotes profitent au grand public.
les voitures. Mais il a une mis- Dans cette grande fête gratuite, il
sion à accomplir: assurer la conti- rappelle que l’objectif premier
nuité des transmissions du ral- reste la sécurité de tous. Pour
lye. Au pied d’une antenne dé- que la fête soit belle.
ployée, il explique : "Il faut que Emmanuelle FABRE
tous les commissaires puissent
communiquer entre eux avec la Lire la suite en pages "SPORTS"
direction de course". Des com-
munications qui à 90 % s’effec-
tuent par radio, car "il y a des en-
droits sans réseau GSM et parce
que la radio est le moyen le plus
rapide de communication : tout
le monde entend le message".
300 radios sont ainsi réparties
"Les gens attendent Entre les deux Sébastien, son cœur balance
sur le parcours. "Nous avons une
dizaine d’installations fixes et
Ogier et Loeb. Dès Ancelle, c’est le Champsaur. Aussi Céline, trésorière du ski-club
soutient Sébastien Ogier. Elle est allée à la fête organisée pour
nomades, comme celle-ci" - Il y a qu’ils sont passés, son 6e titre… Mais Céline travaillait précédemment à l’usine Peu-
geot de Sével Nord, à côté de Valenciennes.
des points fixes à l’année,
comme sur le mont Corobin. À la ils s’en foutent des "J’ai eu la chance de voir Sébastien Loeb venir dans les allées de
tête de la société VJT radiocom-
munications, son objectif est par-
autres et partent..." l’usine avec sa voiture, en 2011… Alors mon cœur balance" ex-
plique-t-elle tout en encaissant les clients de la buvette au pro-
fois difficile à atteindre : "Cer- UN PASSIONNÉ fit du ski-club. "Je sortirai cet après-midi voir les voitures. Le
tains endroits où l’on veut bruit me fait rêver".

Le carnet de bord de Laure et Julie


Une bonne journée pour finir à Monaco
"On a eu chaud, on espère que ça va aller". Au drôme-Sigottier (ES3) pour cause de sécurité,
sortir de la Renault Twingo "La Provence", à l’is- l’interruption de l’ES 5 Curbans-Piégut à la suite
sue de l’ES 12, Julie Trinquier est tout sourire. d’un accident, ainsi que, finalement de son se-
"Ce matin, c’était compliqué dans la première, in- cond passage - exceptés pour les vingt premières
dique Laure Jaussaud. Je n’étais pas dans le voitures (ES 8). "On est resté sur notre faim après
rythme et c’était très piégeux. Dans la 2e, on allait l’annulation des trois spéciales. On sait que les
bien et le deuxième tour s’est bien passé". Julie pré- pros restent prioritaires mais ça fait râler".
cise : "Dans le second tour, on a fait un bon choix
de pneus, en prenant des thermo. Beaucoup de vi- La consécration
rages étaient ensoleillés, c’était gras mais il n’y Hier soir, la Twingo Nº74 pointait à la 57e place
avait pas de glace". Une situation qui contrastait (sous réserve de la publication de la liste offi-
avec le premier passage de la matinée, dans la cielle de départ). "Normalement, on n’a pas fait
première partie de la spéciale Saint-Léger les Mé- d’erreurs, on ne devrait pas avoir de pénalités"
lézes -La Bâtie-Neuve. "On a eu de très bonnes avance Julie. Car seules les 60 premières voitures
corrections des ouvreurs et pas de souci particu- s’élanceront ce matin pour les dernières spé-
lier" souligne Julie, avant de préciser. "On est ciales finales. "Il faudra voir si des super rallyes
contentes d’être là". sont réintégrés. Mais il peut aussi y avoir des aban-
Une double satisfaction en effet pour le bi- dons d’ici ce soir (Lire hier soir, NDLR), à Mona-
nôme. En premier lieu, celle d’avoir roulé. Car on co. Donc, quoi qu’il arrive, on y va". De fait, après
se rappelle que la journée de vendredi a été com- 45 minutes d’assistance, Laure et Julie ont pris la
plètement tronquée, les filles n’ayant pas pu direction du Rôcher. "C’est la consécration si on
prendre le départ de spéciales après l’annulation arrive à aller à Monaco".
de la première spéciale de la journée Val- E.F.