Vous êtes sur la page 1sur 2

EGYPTOLOGIE - ​HIÉROGLYPHES 

 
N​aissance du Hiéroglyphe 
s’explique  par  le  développement  des  leurs  nombreux  dieux.  Le 
pratiques  religieuses  et  des  rites  hiéroglyphe  ne  ​réapparaîtra  que 
Alors  qu’on  pensait  la  première  religieux.  C’est  donc  dans  les  plus  tard​,  quand  en  XVIe,  le  Pape, 
utilisation  de  l’écriture  pyramides  et  les  tombeaux  que  le  intrigué  par  un  roman  d’amour  écrit 
hiéroglyphique  née  avec  l’​apparition  hiéroglyphe  prend  toute  sa  par  un  auteur  anonyme  -  dont  les 
de  l’état  égyptien  en  l’an  ​3000  av  dimension.  Les  textes  funéraires  soupçons  concernant  l’identité 
J.C.​,  et  donc  du  pharaon,  elle  est  en  qu’ils  composent  -  mêlant  prières,  penchent  fortement  pour  Francesco 
fait  ​ultérieure  à  la  civilisation  conseils  pratiques  et  formules  Colonna  -  décida  s’installer  des 
égyptienne  pharaonique​.  De  deux  magiques  -  ​assurent  aux  morts  une  obélisques  égyptiens  à  chaque  coin 
siècle  plus  précisément  puisque  l’on  survie éternelle​.   de rue de Rome. 
découvrit  sur  les  restes  d’un     
dignitaires,  des  signes  gravés  sur  la 
“ ​G​raver un nom, pour les egyptiens 
surface  des  os,  qui  faisaient  en  fait  D​écryptage du Hiéroglyphe 
office d’étiquettes.   c’est en fixer l’essence et la réalité  Si les hébreux sont le peuple du livre,  
 
  pour l’éternité ​” les  égyptiens  eux,  sont  le  ​peuple  de 
l’écriture​. 
 
Les  hiéroglyphes  ne  sont  cependant   
 
  réservés  qu’aux  monuments 
  religieux  et  textes  sacrés  car  leur 
  maniement  est  trop  compliqué  pour 
  un  usage  quotidien.  Deux  autres 
  écritures  simplifiées  sont  donc 
  inventées,  d’abord  le  ​hiératique  puis 
  ensuite  de ​démotique qui se lisent de 
  gauche à droite. 
 
   
Pour  décrypter  les  hiéroglyphes,  on 
utilisa  d’abord  la  ​pierre  de  rosette 
Du  grec  “​iérogluphikos​”  (iéros:    qui  fut  découverte  en  1798  par  des 
sacré,  divin;  gluphô:  tailler,  sculpter,   
soldats  de  Napoléons  lorsqu’ils 
graver)  le  hiéroglyphe  est  une   
furent  ordonné  d’abattre  le mur d’un 
écriture  figurative. Les caractères qui   
fort  qu’ils  occupaient  dans  la  ville  de 
la  composent  se  distinguent   
Rosette.  La  pierre  comportait  trois 
essentiellement en trois catégories :   
types  d’inscription,  ​relatant 
➔ les  idéogrammes  qui    vraisemblablement  le  même  texte​. 
représentent  un  objet  ou    Une  en  grecque, une en démotique et 
une action;    une en hiéroglyphes. 
➔ les  ​phonogrammes  qui   
correspondent à un son;   
Trois  problèmes  s’opposèrent  à 

 
➔ les ​déterminatifs​, des signes 
“muets”  qui  indique  le  l’utilisation de la pierre : 
champ lexical employé.  ➔ une  majeur  partie  du  ​texte 
  Le  ​hiéroglyphe  fut  utilisé  jusqu’au  en  hiéroglyphe  avait 
Bien  qu’elle  soit  utile aux nécessitées  IVe  siècle  après  J.C.  avant  de  disparu  et  le  reste  du  texte 
d’un  etat  en  formation,  l’écriture  disparaître seulement une génération  était ​gravement détériorée​; 
égyptienne  comportait  aussi  plus  tard.  L’écriture  hiéroglyphique  ➔ les  deux  textes  à  déchiffrer 
cependant  une  certaine  ​fonction  fut  en  fait  ​interdite  par  l’Eglise  étaient  écrits  en  égyptien, 
magique  dénotée  dans  la  précision  Catholique  -  notamment  avec  la  une  langue  qui  n’avait  ​pas 
de  l’incision  et  de la peinture du trait  fermeture  des  lieux  de  cultes  par  été  parlé depuis des siècles 
comme  le  montre  les  parois  de  la  l’empereur  -  afin  que  le  egyptiens  se  et  les  anglais  ne  savaient 
pyramide  d’Ounas.  Ce  progrès  détachent  de  leur  passé  païens  et  de 
pas  comment  prononcer  ainsi  qu’Alexandre  le  Grand. 
ces mots;  Cependant  ces  noms  étaient  eux 
➔ les  spécialistes  ​étaient  aussi étrangers.  
convaincus  que  les   
hiéroglyphes  étaient  des  Le  site  du  ​temple d’Abou Simbel fut 
sémagrammes​,  c’est  à  dire  très  intéressant  pour  résoudre  le 
des  symboles  représentant  mystère  des  hiéroglyphes  puisque 
une idée complète.  qu’aux  seins  de  ses murs avaient été 
  gravés  des  cartouches  mais  cette 
La  pierre  ne  servit  cependant  qu’à  fois  avec  des  ​noms  égyptiens​. 
découvrir  que  l’écriture  égyptienne  Seulement  hiéroglyphes  dans  cette 
n’était  pas  seulement  -  cartouche  étaient  connus  et  à  partir 
contrairement  aux  premières  d’une  petite  observation  et  de  ses 
hypothèses  -  idéographique  ​mais  connaissances  de  l’Egypte, 
aussi  phonétique, ​rendu évident par  Champollion déduisit le nom inscrit, 
la  ​comparaison  du  nombre  de  soit ​Ramses​. 
hiéroglyphes  au  mots  grecs​.  Grâce   
au  texte  grec,  Thomas  Young,  Le  doute  n’est  plus  permis.  Il  sait 
scientifique  et  égyptologue  savait  lire  les  hiéroglyphes  et  à  su  deviner 
que  le  texte  concernait  Ptolémée.  Il  la  nature  même du langage égyptien 
déduisit  donc  que  les  ​cartouches  en  l'expliquant  ainsi  :  «  ​C’est  un 
faisait  appel  à  une  importance  système  extrêmement  complexe,  une 
particulière​,  celle  d’un  pharaon  et  écriture  à  la  fois  ​figurative​, 
donc,  de  ptolémée.  Il  adopta  alors  symbolique  et  p ​ honétique  ​dans  un 
une  démarche révolutionnaire, et au  même  texte,  une  même  phrase,  je 
lieu  de  partir  de  l’hypothèse  dirais presque un même mot.​ » 
idéographique,  s’intéressa  aux   
signes  gravés  à  l'intérieure  de  cette   
cartouche comme à des sons épelant 
le nom du pharaon.  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
C’est  ici  que se termine donc le rôle 
de  la  pierre  de  Rosette  puisque 
Young  s'entêtait  à  croire  que  ces 
transcriptions  phonétiques  ne 
s'appliquaient  seulement  qu’aux 
noms  étrangers.  Le  hiéroglyphe  ne 
fut  alors  pas  décrypté  à  ce  moment 
là  mais  la  solution  simplement 
égratignée. 
 
Plus  tard,  c’est  ​un  français  qui 
repris  là  où  s’était  arrêté  Young, 
l’universitaire  ​Jean  François 
Champollion​.  Suite  à  la  découverte 
de  Young,  il  déchiffra  plusieurs 
autres  cartouches  qui  comportaient 
les  noms  de  Cléopâtre,  Ptolémée