Vous êtes sur la page 1sur 75

PRO00967

REPRISE DE PUITS

Denis PERRIN

© 2006 ENSPM Formation Industrie — IFP Training


© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
2
SOMMAIRE

PRÉAMBULE................................................................ 5

CHAPITRE 1
PRINCIPAUX TYPES D'INTERVENTION.................................. 7

1.1 OPÉRATIONS DE MESURE........................................................................................................... 8
1.1.1 En tête de puits..................................................................................................................................... 8
1.1.2 Dans le tubing....................................................................................................................................... 9
1.1.3 En fond du puits.................................................................................................................................... 9

1.2 OPÉRATIONS D'ENTRETIEN....................................................................................................... 9
1.2.1 Interventions sur la tête de puits........................................................................................................... 9
1.2.2 Interventions au niveau du tubing et de son équipement..................................................................... 10
1.2.3 Interventions en fond de puits et sur la liaison couche­trou................................................................ 10

1.3 OPÉRATIONS DE RECONDITIONNEMENT OU DE REPRISE............................................. 10
1.3.1 Défaillance des équipements................................................................................................................ 10
1.3.1.1 En tête de puits....................................................................................................................... 10
1.3.1.2 Au niveau des sécurités de subsurface.................................................................................. 11
1.3.1.3 Au niveau des tubulaires........................................................................................................ 11
1.3.1.4 Au niveau de l'équipement de fond....................................................................................... 11
1.3.2 Modification des conditions d'exploitation.......................................................................................... 11
1.3.3 Réparation ou modification de la liaison couche­trou......................................................................... 12
1.3.4 Changement de l'objectif du puits........................................................................................................ 12
1.3.5 Instrumentation..................................................................................................................................... 12

CHAPITRE 2
INTERVENTIONS SUR LES PUITS "TUÉS"............................... 13

2.1 MOYENS D'INTERVENTIONS SUR PUITS NEUTRALISÉS.................................................. 13

2.2 DÉROULEMENT GÉNÉRAL D'UNE INTERVENTION........................................................... 14
2.2.1 Principales phases opératoires et leurs chronologies........................................................................... 14
2.2.2 Préparation du puits (avant l'arrivée de l'unité d'intervention)............................................................ 15
2.2.3 Mise en sécurité provisoire du puits (avant installation de l'unité d'intervention).............................. 16
2.2.4 Mise en place de l'unité d'intervention................................................................................................. 16

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
3
2.2.5 Neutralisation du puits.......................................................................................................................... 16
2.2.6 Remplacement l'arbre de Noël par les obturateurs............................................................................... 17

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
4
Sommaire

2.2.7 Déséquipement du puits....................................................................................................................... 17
2.2.8 Opérations en fond de puits, rééquipement du puits, remplacement des obturateurs par l'arbre de 
Noël et redémarrage du puits............................................................................................................... 18
2.2.9 Déménagement de l'unité d'intervention.............................................................................................. 19

2.3 CONSIDÉRATIONS PARTICULIÈRES RELATIVES À LA NEUTRALISATION
DU PUITS............................................................................................................................................ 19
2.3.1 Neutralisation par circulation............................................................................................................... 19
2.3.2 Neutralisation par esquiche.................................................................................................................. 20
2.3.3 Observation du puits............................................................................................................................. 21
2.3.4 Phase finale de la neutralisation........................................................................................................... 21

2.4 CAS DES GISEMENTS DÉPLÉTES.............................................................................................. 21
2.4.1 Problème des pertes et de l'endommagement de la couche................................................................. 22
2.4.2 Problème du redémarrage du puits....................................................................................................... 24

2.5 OUTILS D'INSTRUMENTATION................................................................................................. 24
2.5.1 Causes d'instrumentation...................................................................................................................... 24
2.5.2 Principaux outils d'instrumentation...................................................................................................... 25

ANNEXES AU CHAPITRE 2................................................ 27

A1 DÉROULEMENT GÉNÉRAL D'UNE INTERVENTION SUR PUITS TUÉ :
COMPLÉMENTS.............................................................................................................................. 29
Compléments relatifs à la préparation du puits.................................................................................... 31
Compléments relatifs au déséquipement du puits................................................................................ 32
Compléments relatifs aux opérations en fond de puits........................................................................ 35

A2 NEUTRALISATION DU PUITS (FICHES DE SYNTHÈSE)........................................................ 35
Volume concerné.................................................................................................................................. 37
Fluide de neutralisation........................................................................................................................ 38
Neutralisation par circulation............................................................................................................... 39
Neutralisation par esquiche.................................................................................................................. 42
Remarque.............................................................................................................................................. 46
Observation du puits............................................................................................................................. 47
Phase finale de la neutralisation........................................................................................................... 49

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
5
PRÉAMBULE

La rentabilité de l'investissement que constitue un puits est liée à la longévité du puits et à
l'importance de la production qu'on retirera de ce puits. Cette longévité et cette importance de
la   production   sont   certes   fonction   des   caractéristiques   initiales   du   gisement,   mais   elles
dépendent aussi du maintien du puits en bon ordre et en bon état, et de la bonne adaptation de
la complétion aux conditions sans cesse variables qui règnent dans le gisement au niveau du
puits en question.

Par "interventions sur les puits", il faut entendre l'ensemble des dispositions applicables
aux puits eux­mêmes et ayant pour objet d'une part la connaissance de l'évolution de l'état des
puits ou du gisement et d'autre part le maintien ou l'adaptation des puits pour rester dans des
conditions d'utilisation aussi parfaites que possible.

En  outre,   par  "puits   eux­mêmes",   il  faut  entendre  la   liaison   couche­trou  et   ses  abords
immédiats et tout ce qui se trouve dans le puits jusque et y compris la tête de puits.

Par contre, les techniques telles que la récupération assistée, qui traitent de problèmes non
plus au niveau du puits mais à l'échelle du gisement ne sont pas considérées ici.

Par ailleurs, il ne faut pas oublier que les interventions  qui, tout au long de la vie du
champ, devront ou pourront être réalisées pour conserver les puits opérationnels et rentables
au maximum sont influencées dans une très large mesure par le choix plus ou moins judicieux
du dispositif de complétion adopté lors de la complétion initiale.

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
7
© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
8
Annexes au chapitre 2

CHAPITRE 1
PRINCIPAUX TYPES D'INTERVENTIONS

Les interventions que l'on est amené à réaliser sur un puits sont très nombreuses et peuvent
être   regroupées   en   opérations   de   mesure,   opérations   d'entretien   et   opérations   de
reconditionnement ou de reprise de puits.

Les mesures peuvent concerner aussi bien l'état de l'équipement que la qualité de la liaison
couche­trou ou l'état du gisement aux abords du puits.

Les   opérations   d'entretien,   comme   celles   de   reprises,   concernent   principalement


l'équipement ou la liaison couche­trou.

Les opérations d'entretien sont les opérations relativement simples, réalisables dans le puits
en exploitation, et donc en pression, à l'aide de moyens légers tels que le travail au câble.

Par contre, les opérations de reconditionnement ou de reprise sont les opérations mettant en
jeu des moyens plus lourds et pouvant parfois être réalisées en laissant le puits en pression (en
utilisant   une   unité   de   "coiled­tubing"   ou   une   unité   de   "snubbing"   par   exemple)   mais
nécessitant généralement de "tuer le puits" (c'est­à­dire de mettre en place dans le puits un
fluide dont la pression hydrostatique tient la pression de gisement).

Bien qu'elle soit très souvent utilisée par la profession, cette expression "tuer le puits" (ou,
en américain, "to kill the well") est tout à fait impropre. En effet si l'on décide une reprise de
puits,   ce   n'est   surtout   pas   pour   le   tuer   mais   au   contraire   pour   rétablir   des   conditions
satisfaisantes de production et prolonger sa vie. On lui préférera dont l'expression "neutraliser
le puits".

Les interventions sur les puits peuvent être décidées suite à :
 des   considérations   relatives   à   l'exploitation   telles   qu'une   chute   "anormale"   de   la
production ou l'usure prématurée et la vétusté des équipements,
 des considérations  relatives  au gisement soit pour connaître  son évolution,  soit pour
s'adapter au mieux à son comportement,
 des   incidents   intervenus   en   réalisant   les   interventions   décidées   pour   les   raisons   ci­
dessus, par exemple pour essayer de récupérer un "poisson" laissé dans le puits.

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
9
Annexes au chapitre 2

1.1 Opérations de mesure

Elles peuvent avoir lieu :

1.1.1 En tête de puits

Ce   sont   en   particulier   les   mesures   de   pression   et   de   température   (voire   des   prises


d'échantillons) en tête de puits et en aval de la duse.

Une variation   d'un  ou plusieurs   de  ces  paramètres  nous   avertit   d'une  modification   des
conditions   d'exploitation   (baisse   de   la   pression   de   gisement,   colmatage,   variation   du
pourcentage d'eau ou de gaz, bouchage, ...). A l'aide des autres renseignements disponibles
(mesures au centre de traitement, mesures de fond, ...) il s'agira d'identifier le problème et,
éventuellement, de prendre des mesures en conséquence.

Dans certains cas les puits sont équipés de capteurs permanents de pression de fond. On
peut alors disposer directement en surface de la mesure de la pression de fond.

On  surveille   aussi  les   pressions   ou   plutôt   l'absence   de   pression   en   tête   des   annulaires
(vérification de l'intégrité des cuvelages, du packer et du tubing). Rappelons que lors des
phases de dégorgement ou de passage à un débit supérieur au débit maximum atteint jusqu'à
présent, les annulaires (ainsi que tous les espaces où du liquide se trouve piégé) doivent être
purgés.

Sur les puits en pompage aux tiges, des mesures dynamométriques permettent de vérifier
les contraintes auxquelles les tiges sont soumises ainsi que les conditions de fonctionnement
de la pompe.

Sur ces mêmes puits et sur les puits activés par "gas­lift", des échomètres peuvent être
effectués pour repérer le niveau liquide dans l'annulaire :
 pour les puits en pompage aux tiges, cela permet de vérifier la submergence de la pompe
et d'estimer la pression de fond,
 pour   les   puits   en   gas­lift,   ce   peut   être   une   aide   au   démarrage   ou   à   l'exploitation
(vérification de la vanne par où passe le gaz injecté).

Bien   que   l'on   puisse   les   considérer   comme   des   opérations   d'entretien,   citons   aussi   les
opérations de test des dispositifs de sécurité de subsurface et de surface.

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
10
Principaux types d'interventions

1.1.2 Dans le tubing

C'est principalement le calibrage pour vérifier qu'une opération de travail au câble (telle
que la descente d'un enregistreur, ...) est possible ou vis à vis d'un problème de corrosion ou
de dépôt.

Dans les puits en gas­lift, on peut aussi réaliser une thermométrie à l'aide d'un enregistreur
mécanique pour vérifier le bon fonctionnement des vannes.

1.1.3 En fond du puits

Ce peut être un "top" sédiment, avec ou sans prise d'échantillon, pour vérifier qu'un outil
(enregistreur,   ...)   peut   être   descendu   au   câble   au   fond   du   puits   ou   encore   pour   suivre
l'ensablement d'un puits.

Ce peut être de simples mesures, à une cote donnée, de la pression, de la température (lors
d'essai de production par exemple) accompagnées  éventuellement d'une prise d'échantillon
des fluides (ou des sédiments en fond de puits) pour analyse.

Ce peut être encore l'enregistrement de diagraphies de production : enregistrement le long
de   zone   exploitée   du   débit,   de   la   variation   de   la   masse   volumique   de   l'effluent,   de   la
température,   ...   Cela   permet   qualitativement,   et   dans   les   cas   simples   quantitativement,
d'attribuer à chaque zone sa participation, en débit et en nature du fluide, à la production
générale. Par exemple, cela permet de distinguer un puits qui produit 50 % d'eau mais où cette
eau provient uniformément de l'ensemble des perforations, d'un puits produisant aussi 50 %
d'eau mais où toute l'eau proviendrait des perforations du bas. Alors que dans le deuxième cas
on peut envisager de modifier la liaison couche­trou pour diminuer la production d'eau (en
essayant   de   boucher   les   perforations   du   bas),   le   premier   cas   ne   peut   pas   être   résolu   en
modifiant la liaison couche­trou.

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
11
Principaux types d'interventions

1.2 Opérations d'entretien

1.2.1 Interventions sur la tête de puits

Outre les opérations d'exploitation courante que sont le réglage du débit, l'ouverture ou la
fermeture   d'un   puits,   il   s'agit   en   particulier   du   graissage   des   vannes,   ou   encore   du
remplacement   de   pièces   défectueuses   qui   se   trouvent   en   aval   des   vannes   maîtresses   de
sécurité, sans oublier les vérifications périodiques des systèmes de commande des dispositifs
de sécurité de subsurface et de surface (SSV : Surface Safety Valve ; SSSV : SubSurface
Safety Valve).

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
12
Principaux types d'interventions

1.2.2 Interventions au niveau du tubing et de son équipement

Ce sont les  opérations  liées  à des problèmes  de dépôt et/ou de corrosion telles  que le


nettoyage du tubing par grattage, l'injection de dispersant de paraffine ou encore l'injection
d'un inhibiteur d'hydrate ou de corrosion, ....

Ce peut­être aussi 1'injection dès le fond du puits de produits facilitant le traitement en
surface comme des inhibiteurs d'émulsion, des anti­mousse, ...

C'est aussi le remplacement d'équipements qui peuvent être changés par travail au câble :
vanne de sécurité de subsurface de type "wireline retrievable : WLR", vanne "gas­lift", voire
le repêchage de "poissons" laissés accidentellement dans le puits au cours de ces opérations
de travail au câble, ...

1.2.3 Interventions en fond de puits et sur la liaison couche­trou

Ce sont les opérations que l'on peut réaliser à ce niveau là :
 soit au câble comme le "nettoyage" du fond du puits avec une cuillère à sédiment, la
réalisation de perforations complémentaires, ....
 soit par pompage depuis la surface, comme un lavage des perforations à l'acide, ... (mais
cela nécessite de réinjecter tout l'effluent du puits dans la formation).

En fait les interventions à ce niveau nécessitent souvent des moyens plus lourds et sont
donc surtout développées au paragraphe suivant.

1.3 Opérations de reconditionnement ou de reprise

Les opérations de reconditionnement ou de reprises peuvent avoir de nombreuses causes.

1.3.1 Défaillance des équipements

1.3.1.1 En tête de puits

Cela concerne en particulier :

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
13
Principaux types d'interventions

 les fuites au niveau de la vanne maîtresse inférieure, de l'olive de suspension ou des vis
de serrage,
 l'endommagement du réceptacle du clapet anti­retour ("BPV" : Back Pressure Valve),
 les problèmes au niveau de la sortie de la ligne de contrôle de la vanne de sécurité de
subsurface : fuite, rupture.

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
14
Principaux types d'interventions

1.3.1.2 Au niveau des sécurités de subsurface

Ce peut être :
 une vanne de sécurité de subsurface défectueuse de type "tubing retrievable : TR" ou de
type "wireline retrievable" mais coincée,
 une fuite au niveau du siège de la vanne de sécurité "wireline retrievable",
 une fuite ou une rupture de la ligne de contrôle,
 une sécurité annulaire défectueuse.

1.3.1.3 Au niveau des tubulaires

Que ce soit au niveau du cuvelage ou du tubing, ce sont les problèmes de tubes fuyants
(vissage défectueux, corrosion), écrasés, éclatés, cassés.

C'est aussi le cas des tubings partiellement ou totalement bouchés par des dépôts qui ne
peuvent être enlevés par les techniques classiques de travail au câble.

1.3.1.4 Au niveau de l'équipement de fond

Citons en particulier :
 les fuites sur des équipements comportant des garnitures d'étanchéité (packer, locator,
joint coulissant, chemise de circulation, ...)
 un désancrage intempestif du packer,
 des interventions au travail au câble qui n'ont pas pu être menées à bien : vanne gas­lift
coincée, poisson "wireline", ...
 des problèmes relatifs à l'activation par pompage (aux tiges ou électrique) : pompe hors
service, tige cassée, câble défectueux, ...
 des équipements divers de fond défectueux : capteurs permanents, ...

1.3.2 Modification des conditions d'exploitation

Suite à une chute du débit, et pour avoir une vitesse suffisante pour entraîner les phases
lourdes (condensat ou eau sur un puits à gaz, eau sur un puits à huile), il peut être intéressant

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
15
Principaux types d'interventions

de réduire le diamètre du tubing en changeant de tubing ou en plaçant un tubing concentrique.
En effet, si on laisse la phase lourde s'accumuler dans le tubing, elle peut exercer une contre­
pression excessive sur la couche.

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
16
Principaux types d'interventions

Dans   les   cas   où   l'éruptivité   devient   insuffisante,   il   faut   mettre   en   place   un   procédé
d'activation ou, le cas échéant, modifier le procédé actuellement en place.

Inversement,   un   meilleur   comportement   du   gisement   que   prévu   initialement   permet


d'envisager des débits plus importants et peut nécessiter une augmentation du diamètre du
tubing (sous réserve que la taille au casing en place le permette) ou une modification de
l'activation en place (modification de l'équipement, changement de mode d'activation).

1.3.3 Réparation ou modification de la liaison couche­trou

Il peut s'agir :
 de venir stimuler (par acidification ou fracturation) une zone produisant moins que ce
que l'on peut en espérer,
 de restaurer ou de réaliser un contrôle des sables,
 de mettre en production une zone complémentaire,
 d'essayer de limiter la venue d'un fluide indésirable (eau et/ou gaz pour un gisement
d'huile,  eau  pour un gisement  de gaz)  en restaurant  une cimentation,  en isolant  des
perforations ou en abandonnant une zone,
 de restaurer une cimentation pour empêcher des communications entre couches ...

1.3.4 Changement de l'objectif du puits

Par   suite   de   l'évolution   des   conditions   du   champ,   en   particulier   de   la   progression   des


interfaces  (ou zones  de transition) eau/huile  ou huile/gaz  ou encore eau/gaz, on peut  être
conduit   à   modifier   un   puits   producteur   en   puits   injecteur   ou   en   puits   d'observation   (ou
inversement), tout en continuant à exploiter le même niveau. Il est à noter que cela n'entraîne
pas forcément une reprise de puits.

D'autre part, l'évolution du champ peut conduire à décider la fermeture d'un niveau mieux
drainé par ailleurs et, au contraire, de mettre en production un niveau négligé jusque là. Selon
la configuration du puits, cela peut être fait en se contentant d'intervenir dans le puits, mais
cela peut aussi nécessiter d'approfondir le puits ou de le reprendre en "side­track".

Enfin on peut être amené à abandonner, provisoirement ou définitivement, le puits.

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
17
Principaux types d'interventions

1.3.5 Instrumentation

En essayant  de réaliser  toutes  ces  opérations  de mesure  d'entretien,  ou de  reprise, des


"poissons" peuvent être laissés accidentellement dans le puits. Il s'agit alors d'essayer de les
"repêcher".

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
18
CHAPITRE 2
INTERVENTIONS SUR LES PUITS "TUÉS"

Pour certaines interventions sur puits, en particulier quand il est nécessaire de remonter le
tubing   et   son   équipement,   il   peut   être   préférable   ou   nécessaire   de   "tuer"   le   puits
préalablement, c'est­à­dire de remettre en place dans le puits un fluide de contrôle exerçant
une pression hydrostatique supérieure à la pression de gisement. On peut alors travailler puits
"ouvert" et sans pression en tête.

Rappelons que l'expression "tuer le puits" ou, en américain, "to kill the well" est tout à fait
impropre, bien qu'elle soit très souvent utilisée par la profession. En effet si l'on décide une
reprise de puits, ce n'est surtout pas pour le tuer mais au contraire pour rétablir des conditions
satisfaisantes de production et prolonger sa vie. On lui préférera dont l'expression "neutraliser
le puits".

D'une façon générale, il s'agit de modifier le dispositif de complétion, et les techniques
employées sont exactement les mêmes que celles utilisées lors des complétions initiales.

Il   faut   toutefois   particulièrement   veiller   à   la   bonne   mise   sous   contrôle   du   puits   et   à


redéfinir une complétion aussi adaptée que possible aux conditions actuelles (qui peuvent être
très différentes des conditions initiales) et aux besoins futurs (qui deviennent plus faciles à
supputer). Cette dernière remarque n'est pas propre aux reprises de complétion ayant pour
objectif un amendement de l'objet de la complétion, mais s'applique à tous les travaux de
reconditionnement ou de reprise de complétion.

2.1 Moyens d'interventions sur puits neutralisés

Ils sont fonction principalement :
 de la profondeur du puits,
 de l'équipement en place dans le puits,
 de ce qu'il y a à faire.

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
19
On peut utiliser des unités légères dites unités de service ou plus couramment "servicing
unit" ou "pulling unit". Ce sont des appareils mobiles, légers, de mise en place rapide sur la
tête   de   puits   et   principalement   destinés   à   manipuler   (monter   ou   descendre)   des   tiges   de
pompage   ou  des   tubings,  et   ce   à   des   profondeurs   n'excédant   généralement  pas  2  000  ou
2 500 m. A la limite ce peut être de simples grues.

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
20
Interventions sur les puits "tués"

On utilise aussi des unités plus importantes, "comparables" à des appareils de forage et
appelées  classiquement  appareil  de "workover";  ils peuvent   être de type léger,  moyen ou
lourd.

L'unité d'intervention doit être choisie par rapport à l'opération à réaliser, et ce en fonction
de ses capacités techniques (capacité de levage, possibilité de rotation, capacité de pompage,
équipements de sécurité, équipements annexes, ...), de son coût journalier et des disponibilités
locales. En pratique, malheureusement, le choix privilégie souvent d'abord les disponibilités
locales, puis le coût journalier. Cela ne se révèle pas forcément le plus économique sur le coût
global de l'opération (durée, résultat, ...).

Quelle   qu'elle   soit,   l'unité   doit   être   dotée   d'un   équipement   approprié   et   spécialisé
permettant   de   réaliser   les   interventions   dans   les   meilleures   conditions   de   sécurité   et
d'efficacité, et en particulier :
 du matériel de sécurité : BOP, BPV, gray valve, ....
 de pompes haute pression, de bacs de stockage, ....
 du matériel de levage, vissage et instrumentation adapté aux tubings et aux tiges de
forage de "petit" diamètre utilisé en reprise de puits,
 du matériel de travail au câble (y compris le matériel d'instrumentation correspondant),
voire du matériel de diagraphie électrique, ...

2.2 Déroulement général d'une intervention

2.2.1 Principales phases opératoires et leurs chronologies

Les phases opératoires et leur chronologie varient, bien entendu, d'une intervention à une
autre. Elles dépendent en particulier de l'équipement en place dans le puits et de son état, de
ce qu'il y a à faire, de la manière dont l'intervention va se dérouler en pratique. Cependant on
retrouve généralement les phases ci­après, phases opératoires qui seront détaillées dans les
paragraphes 2.2.2 à 2.2.9 :
 Préparation du puits (avant l'arrivée de l'unité d'intervention)
 Mise en sécurité provisoire du puits (avant installation de l'unité d'intervention)
 Mise en place de l'unité d'intervention

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
21
Interventions sur les puits "tués"

 Neutralisation du puits
 Remplacement de l'arbre de Noël par les obturateurs
 Déséquipement du puits

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
22
Interventions sur les puits "tués"

 Opérations en fond de puits, rééquipement du puits, remplacement des obturateurs par
l'arbre de Noël et redémarrage du puits
 Déménagement de l'unité d'intervention

Certaines de ces phases peuvent ne pas exister ou avoir lieu dans un ordre différent. En
particulier, dans certains cas :
 la neutralisation du puits est réalisée avant la mise en place de l'unité d'intervention,
 le déménagement de cette unité en fin d'opération est réalisé avant le redémarrage du
puits.

D'un point de vue sécurité, certaines  des opérations  à réaliser sont plus délicates  et en


particulier :
 la mise en place de l'unité d'intervention,
 la neutralisation du puits,
 le remplacement de l'arbre de Noël par les BOP,
 le "désancrage" du packer (ou plus exactement le moment ou l'on détruit l'étanchéité
cuvelage­packer­tubing soit parce que l'on désancre le packer, soit parce qu'on le surfore
ou toutes autres raisons).

et, en ce qui concerne la partie "recomplétion" :
 perforation ou reperforation,
 pompage à haute pression ou de fluides toxiques, …
 remplacement du BOP par l'arbre de Noël,
 redémarrage du puits,
 déménagement de l'appareil de forage.

2.2.2 Préparation du puits  (avant l'arrivée de l'unité d'intervention)  (voir aussi


l'annexe A1)

Cela concerne principalement :
 le contrôle au travail au câble de l'état du puits (contrôle du tubing, top sédiment),

et éventuellement :

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
23
Interventions sur les puits "tués"

 le contrôle de l'intégrité du puits (tests en pression, ...)
 l'ouverture d'un dispositif de circulation en fond de puits.

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
24
Interventions sur les puits "tués"

2.2.3 Mise   en   sécurité   provisoire   du   puits  (avant   installation   de   l'unité


d'intervention)

En fait, cette mise en sécurité concerne aussi tous les puits voisins (en particulier dans le
cas   d'un   cluster)   qui   risquent   d'être   heurtés   lors   de   la   phase   de   mise   en   place   de   l'unité
d'intervention.

Cette opération consiste à mettre en place des bouchons (ou "plugs") dans le tubing pour
installer l'unité d'intervention sur la tête de puits en toute sécurité.

On dispose de trois moyens de base :
 l'utilisation de bouchons mis en place par travail au câble et ancrés dans des sièges
prévus dans le tubing (généralement en fond de puits et proche du packer),
 la fermeture de la vanne de sécurité de subsurface, si elle existe,
 la   pose   d'un   clapet   anti­retour   dans   l'olive   de   suspension   du   tubing   (BPV   =   Back
Pressure Valve).

En général on utilise au moins deux (voire trois) de ces barrières de sécurité.

Il   faut   aussi   procéder   à   l'isolation   et   au   démontage   en   surface   des   différentes   lignes


(collecte, ...) branchées sur la tête de puits et à la décompression des équipements voisins qui
risquent d'être endommagés.

2.2.4 Mise en place de l'unité d'intervention

Une   fois   le   puits   en   sécurité   provisoire,   la   mise   en   place   de   l'appareil   et   de   tout   son
équipement (bassin, pompes, atelier, ...) peut s'effectuer tout en respectant les consignes et les
distances  fixées par la sécurité.  Toutefois  le remplacement  de l'arbre de Noël par le bloc
d'obturateur préventif (BOP) n'est pas encore entrepris.

2.2.5 Neutralisation du puits

Un   puits   est   considéré   parfaitement   neutralisé   lorsque   le   fluide   de   reprise,   de   densité


approprie  par  rapport   à  la  pression  de gisement,  remplit  entièrement  le  puits  (c'est­à­dire
l'intérieur du tubing, l'espace annulaire tubing­cuvelage et l'espace sous packer).

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
25
Interventions sur les puits "tués"

Le fluide de reprise est préparé en quantité suffisante (trois fois le volume total du puits).
En fait ce fluide de reprise n'est rien d'autre qu'un fluide de complétion puisqu'on lui demande
les mêmes qualités, en particulier :
 assurer la sécurité du puits par sa pression hydrostatique,

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
26
Interventions sur les puits "tués"

     remonter les débris si du reforage ou des fraisages sont envisagés,
 ne pas endommager la formation,
 ne pas "perdre" dans la formation.

Après avoir récupéré les sécurités (les bouchons) préalablement mises en place dans le
tubing pour permettre l'amenée de l'appareil, ce fluide de reprise est mis en place dans le puits
soit par circulation soit par esquiche (squeeze), enfin la stabilité du puits est observée.

Les techniques proprement dites de neutralisation sont traitées au paragraphe 2.3.

Dans certains cas, cette neutralisation est effectuée préalablement à l'amenée de l'appareil.

2.2.6 Remplacement de l'arbre de Noël par les obturateurs

Pour effectuer le remplacement de l'arbre de Noël par le BOP, on veut disposer de deux ou
trois barrières de sécurité, à savoir :
 Du côté tubing :
­ une barrière hydrostatique constitué par le fluide de reprise mis en place à la phase
précédente ;
­ une ou deux barrières mécaniques : bouchon de fond et/ou SCSSV et/ou BPV.
 Du côté annulaire :
­ une barrière hydrostatique constitué par le fluide de reprise si le puits a été neutralisé
par circulation ; dans le cas où le puits a été neutralisé par squeeze, le fluide présent
dans l'annulaire est le fluide d'annulaire initial et, selon sa densité, il constitue une
barrière de sécurité effective ou ne fait que limiter le différentiel de pression supporté
par le packer ;
­ deux barrières mécaniques : le packer et l'olive de suspension du tubing.

On peut alors démonter l'arbre de Noël au niveau de la tête de suspension du tubing (tubing
head spool) et la remplacer par les obturateurs (BOP) que l'on teste bien entendu.

Cette opération doit être réalisée le plus rapidement possible. Il faut donc sensibiliser le
personnel,   avoir   tout   le   matériel   prêt,   disposer   de   moyens   de   manutention   et   de   levage
adaptés, vérifier l'état des boulons de la tête de puits en particulier au niveau de la bride
supérieure de la tête de suspension du tubing, ...

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
27
Interventions sur les puits "tués"

2.2.7 Déséquipement du puits (voir aussi l'annexe A1)

Le déséquipement du puits peut alors être entrepris après retrait de la BPV (ou des autres
bouchons qui auraient pu être mis en place).

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
28
Interventions sur les puits "tués"

En cas de venue en cours de manœuvre il faut pouvoir fermer rapidement non seulement
l'annulaire (grâce aux mâchoires à fermeture sur tubing équipant le BOP) mais aussi le tubing
lui­même.   Le   dispositif   correspondant   (gray   valve,   ...)   doit   se  trouver   sur   le   plancher   de
l'appareil d'intervention et être prêt à être mis en œuvre (filetage adapté à celui du tubing, clé
de manœuvre,...).

La procédure de déséquipement proprement dite dépend de la nature de l'équipement et de
son état. En particulier le type de packer, packer retirable ou packer permanent, et dans ce
dernier cas le type de la liaison tubing­packer (simple étanchéité ou étanchéité + ancrage) sont
fondamentaux.

Avec un packer retirable et en particulier s'il y a le moindre doute sur l'état du tubing,
plutôt que d'essayer de désancrer le packer en tirant directement sur le tubing, il est souvent
plus judicieux de venir couper d'abord le tubing quelques mètres au­dessus du packer (au
moyen d'une charge explosive descendue au câble électrique), puis de descendre des tiges de
forage munies d'un "overshot" (cf. paragraphe 2.5) pour désancrer le packer.

Dans   la   mesure   où,   quelque   soit   le   soin   que   l'on   ai   apporté   à   la   préparation   et   à   la
réalisation des opérations, on n'est jamais à l'abri d'une difficulté ou d'un incident, on aura
préalablement défini dans le programme de reprise du puits un certain nombre de solutions de
rechange ou d'alternative.

Par ailleurs, quelle que soit la méthode de neutralisation utilisée, il y a toujours un volume
d'hydrocarbure piégé sous le packer. Il est important de le circuler dès que cela est possible
(par exemple après désancrage du packer retirable ou, dans le cas d'un packer permanent,
déconnection de l'étanchéité tubing­packer).

Pendant toute la manœuvre de remontée  il faut prendre soin d'éviter le pistonnage (en
particulier quand on remonte le packer, ...) et de garder le puits plein (compenser le volume
acier   des   tubings   par   un   volume   égal   de   fluide   de   reprise).   De   même,   il   faut   vérifier
fréquemment la stabilité du puits, et ce jusqu'à la fin de l'intervention sur le puits.

2.2.8 Opérations en fond de puits, rééquipement du puits, remplacement
des obturateurs par l'arbre de Noël et redémarrage du puits  (voir
aussi l'annexe A1)

Les techniques mises en œuvre sont les mêmes que celles utilisées lors de la complétion
initiale. Elles ne sont donc pas développées ici.

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
29
Interventions sur les puits "tués"

Notons toutefois que l'on procède généralement à un contrôle préalable en descendant une
garniture "de forage" munie d'un outil de forage et d'un scraper.

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
30
Interventions sur les puits "tués"

2.2.9 Déménagement de l'unité d'intervention

Comme lors de la complétion initiale, ce déménagement a souvent lieu après, ou parfois
avant, le redémarrage du puits.

On respecte les mêmes règles de sécurité (la mise en place de bouchons en particulier).

2.3 Considérations particulières relatives à la neutralisation du
puits (voir aussi l'annexe A2)

La mise en place du fluide de reprise qui conduit à la neutralisation du puits s'effectue
généralement soit par circulation, soit par esquiche.

2.3.1 Neutralisation par circulation

Sauf cas particulier, on préfère généralement effectuer la neutralisation par circulation.

La circulation s'effectue le plus bas possible dans le tubing (tout en restant au­dessus du
packer) :
 soit par un dispositif de circulation manœuvré au câble,
 soit par une perforation, perforation réalisée classiquement au câble électrique (charge
creuse).

On préfère généralement effectuer, en particulier sur les puits à gaz ou les puits à huile
fortement gazés, une circulation inverse C'est­à­dire en pompant dans l'annulaire avec retour
par le tubing. En particulier on assure ainsi un meilleur déplacement des hydrocarbures. En
effet, avec la circulation directe, les hydrocarbures, du fait qu'ils sont plus légers, ont tendance
à migrer dans le fluide circulé qui se trouve alors au­dessus (en circulation inverse le fluide
circulé arrive par dessous les hydrocarbures) ; on ne peut donc pas être sûr de la densité du
fluide de reprise laissé en place dans le puits et donc de la qualité de la neutralisation.

Toutefois, après avoir pompé par l'annulaire un volume correspondant au volume tubing, et
donc avoir évacué les hydrocarbures du puits, on reprend généralement la circulation en direct
pour homogénéiser les fluides présents dans le tubing et l'annulaire.

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
31
Interventions sur les puits "tués"

Par contre, les pertes de charges annulaires étant généralement nettement inférieures aux
pertes de charge tubing (du moins pour les puits à huile), en circulation directe on minimise la
surpression exercée sur la couche par les pertes de charge (donc les problèmes de pertes et de
colmatage).

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
32
Interventions sur les puits "tués"

Que la circulation soit faite en inverse ou entièrement en directe, on duse sur le retour pour
maintenir pendant toute l'opération une pression de fond supérieure à la pression de gisement
et interdire ainsi toute venue.

En   fin   de   circulation,   tous   les   fluides   qui   se   trouvaient   au­dessous   du   dispositif   de


circulation n'ont pas été remplacés par le fluide de neutralisation, la neutralisation n'est donc
que partielle. Si l'injectivité n'est pas trop mauvaise, on peut améliorer la neutralisation après
cette   circulation   en   repoussant   par   esquiche   les   hydrocarbures   depuis   le   dispositif   de
circulation   jusqu'aux   perforations,   cependant   il   restera   des   hydrocarbures   piégés   dans
l'annulaire sous packer au niveau de l'extension sous packer du tubing.

Parfois la circulation est réalisée en mettant préalablement un bouchon dans l'extrémité
inférieure du tubing. Ainsi, pendant la circulation, il n'y a pas de risque de venue ou, au
contraire, de perte dans la couche, mais la récupération de ce bouchon peut être problématique
s'il se trouve recouvert de dépôts.

2.3.2 Neutralisation par esquiche

On utilise cette technique :
 quand   on   ne   peut   pas   utiliser   la   méthode   de   circulation   (tubing   percé   "près"   de   la
surface, travail au câble impossible suite à un tubing écrasé ou suite à la présence d'un
"poisson", volume sous le sabot du tubing trop important, ...),
 ou quand l'injectivité est très bonne (cas qui se rencontre surtout sur des puits à gaz).

Cette technique n'est utilisée qu'après un test d'injectivité pour vérifier que l'injectivité est
suffisante.   En   effet   on   retrouve   l'inconvénient   de   la   circulation   directe   (migration   des
hydrocarbures dans le fluide de neutralisation), inconvénient fortement amplifié par le fait que
le   débit   possible   en   esquiche   est   souvent   très   nettement   inférieur   au   débit   possible   en
circulation.

Si l'essai d'injectivité est insatisfaisant il faut :
 soit modifier les conditions d'esquiche, par exemple :
­ réaliser   l'esquiche   à   un   débit   moindre,   sous   réserve   d'accroître   le   volume   total   à
injecter (attention, du fait de la migration, il faut cependant garder un débit suffisant),
­ dans le cas d'un puits à gaz, procéder à une succession d'esquiches puis de purge "à
pression de fond constante" pour permettre au gaz de migrer jusqu'en surface sans
fracturer,
­ accepter de réaliser l'esquiche à un régime de fracturation,

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
33
Interventions sur les puits "tués"

­ faire précéder l'esquiche d'une circulation à la cote de la plus basse possible (que l'on
peut atteindre pour perforer, ...).
 soit   réviser  complètement  le   programme  et   faire   appel   à  une  technique   telle  que   le
coiled­tubing  ou  le  snubbing  pour  simplement  neutraliser   le  puits   ou  pour  effectuer
l'ensemble de l'opération.

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
34
Interventions sur les puits "tués"

Cela implique que l'essai d'injectivité soit réalisé nettement avant d'entreprendre la reprise
du puits. En effet le choix du matériel à mettre en œuvre et la conception du programme de
reprise en dépendent tous deux.

Comme dans le cas de la circulation, la neutralisation n'est pas complète en fin d'esquiche.
Il reste les hydrocarbures piégés dans l'espace annulaire sous packer et l'ensemble du fluide
d'annulaire.

2.3.3 Observation du puits

Après neutralisation, par circulation ou esquiche, il faut observer le puits et vérifier :
 l'absence de pression en tête,
 la stabilité des niveaux,
 l'absence de bullage en surface.

Le   temps  d'observation,   quelle  que  soit   sa  durée,  n'est  pas  une  garantie   absolue   de  la
stabilité   du   puits.   Il   est   fonction   de   la   méthode   utilisée   pour   neutraliser   le   puits,   du
déroulement effectif de l'opération et de la manifestation de phénomènes tels que l'expansion
thermique. Il varie généralement de une à quelques heures.

Dans   le   cas   où   le   puits   se   révélerait   instable,   il   faut   reprendre   les   opérations   de


neutralisation soit avec la même méthode (en modifiant éventuellement les caractéristiques du
fluide de contrôle, en utilisant  des fluides  "tampon", ...) soit en faisant appel  à une autre
méthode. On fera alors une nouvelle observation du puits, et ainsi de suite, jusqu'à l'obtention
d'une parfaite stabilité du puits.

2.3.4 Phase finale de la neutralisation

Nous avons vu que, quelle que soit la méthode employée, il y avait toujours un volume
dans le puits, plus ou moins important, où il n'a pas été possible de mettre en place le fluide de
reprise.

Il faut circuler ce volume le plus tôt possible dès que les opérations de déséquipement du
puits rendent cette circulation possible.

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
35
Interventions sur les puits "tués"

2.4 Cas des gisements déplétes

Les   gisements   déplétés   posent   des   problèmes   particuliers   à   partir   du   moment   où   leur
pression de gisement est telle que les fluides de reprise classiques (saumures, fluides à base
d'huile) exercent une surpression notable.

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
36
Interventions sur les puits "tués"

Se posent alors les problèmes :
 des pertes dans la couche et/ou de l'endommagement de la couche,
 du redémarrage du puits.

Le redémarrage du puits sera d'autant plus difficile que les pertes auront été importantes.

2.4.1 Problème des pertes et de l'endommagement de la couche

Une   première   solution   consiste   à   utiliser   des   fluides   spéciaux   légers.   Mais   à   part   les
mousses (permettant des densités de 0,1 à 0,2), il n'existe pas encore de fluide couramment
disponible sur le marché dans la gamme qui va de 0,2 à 0,8 environ (entre les mousses et les
fluides   à   base   d'huile).   De   plus,   pendant   la   neutralisation   du   puits   et   en   fonction   de   la
procédure employée, on peut être tributaire de la densité du fluide d'annulaire en place avant
la neutralisation.

Une deuxième solution est de protéger la couche avec des agents colmatants "temporaires".
Ce   sont  généralement   des   produits   instables   à   la   température   ou  fortement   solubles   dans
l'acide. Tout le problème réside dans le fait qu'ils ne sont jamais destructibles à 100 %.

Une troisième solution consiste à accepter de travailler à niveau "perdu" c'est­à­dire avec le
niveau quelque part dans le puits et non plus en surface. Mais cela pose des problèmes de
sécurité (difficulté pour vérifier à tout instant la stabilité du puits) et n'est pas compatible avec
des opérations nécessitant une circulation (nettoyage, ...).  Bien entendu quand on travaille à
niveau perdu on ne travaille pas en avenugle ; on vérifiera avec soin soit la stabilité du niveau
(en particulier par détection échométrique, voire dans certains cas par wireline) soit le débit
de remplissage (pour avoir une vitesse de descente du fluide dans le puits supérieure à la
vitesse de migration de l'effluent). Mais si l'injectivité est bonne, cela peut conduire à des
pertes importantes avec tous les problèmes d'endommagement et de redémarrage que cela
risque d'entraîner.

Une quatrième solution, quand l'intervention ne concerne que l'équipement au­dessus du
packer, consiste à avoir prévu lors de la complétion initiale un équipement permettant de
remonter le tubing seul en laissant en place dans le puits le packer et un bouchon de fond dans
une extension. La figure 1 montre un tel équipement et précise une procédure alors utilisable.

Une cinquième solution peut être, en fonction de l'opération à réaliser, d'utiliser une
unité de travail sous pression telle un coiled­tubing ou un snubbing (nettoyage d'un fond
de puits, ...).

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
37
Interventions sur les puits "tués"

a)  Exemple d'équipement b)  Procédure correspondante de remontée du tubing

1. Pose   d'un   bouchon   dans   le   siège   de   la   partie   fixe   du   joint


déconnectable (éventuellement, au préalable, pose d'un bouchon
dans le siège "top no go").

2. Ouverture   du   dispositif   de   circulation   ou   perforation   de   la


colonne de production juste au­dessus du joint déconnectable.

3. Mise en place du fluide de workover par circulation.

4. Mise en place d'une BPV dans la suspension du tubing.

5. Démontage de l'arbre de Noël.

6. Montage des BOP.

7. Remplacement de la BPV par une TWCV.

8. Test des BOP (entre la TWCV et la fermeture totale) ; vissage
d'un tubing dans l'olive de suspension et test des fermetures des
BOP sur le tubing.

9. Déblocage de l'olive (vis loquets).

10. Remontée de la partie supérieure de la colonne de production.

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
38
Interventions sur les puits "tués"

FIG. 1  Equipement de fond adapté au retrait partiel de l'équipement

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
39
Interventions sur les puits "tués"

2.4.2 Problème du redémarrage du puits

Les techniques  décrites  pour la complétion  initiale  s'appliquent, si ce n'est que l'on ne


dispose généralement pas d'un fluide de dégorgement suffisamment léger.

Dans un certain nombre de cas, le problème de démarrage ne se pose pas car l'objet de
l'intervention a été justement de mettre en place ou de réadapter un système d'activation.

Dans   les   autres   cas,   il   est   très   classique   d'utiliser   une   unité   de   coiled­tubing   pour   un
démarrage à l'azote ou pour un gas­lift temporaire ou, à défaut, de faire du pistonnage au
câble.

Dans certains cas bien particuliers, on peut aussi recourir à la technique du "rocking". Cela
suppose entre autres qu'il ne manque pas grand chose pour que le puits démarre et que l'on
dispose d'autres puits avec une pression en tête suffisante et un effluent gazé. Dans un premier
temps on essaye de réinjecter dans le couche le fluide "mort" présent dans le puits à démarrer
en recomprimant ce puits grâce à la pression en tête de l'un des puits ayant un effluent gazé et
suffisamment de pression en tête. Puis l'on décomprime rapidement le puits à démarrer en
espérant que le fluide qui reviendra dans le puits ne sera pas que le fluide mort qui a  été
réinjecté mais aussi un peu du fluide de gisement plus léger et gazé. Dans la pratique il faut
généralement recommencer l'opération plusieurs fois d'où le terme de "rocking" donnant cette
idée de va et vient.

2.5 Outils d'instrumentation

Pour   réaliser   certaines   phases   de   déséquipement   du   puits   ou   lorsqu'il   s'agit   d'une


instrumentation (suite à une intervention "malheureuse" qui s'est traduite par un poisson laissé
dans le puits), des outils spéciaux dits outils d'instrumentation sont nécessaires.

2.5.1 Causes d'instrumentation

Parmi les très nombreuses causes, citons en particulier :
 un packer retirable que l'on n'arrive pas à désancrer,
 un packer coincé,
 un tubing cassé ou détruit par la corrosion,

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
40
Interventions sur les puits "tués"

 une garniture d'intervention dévissée,
 une garniture coincée (par des sédiments, en trou ouvert, …),
 une garniture cimentée (lors d'une opération de restauration de cimentation),
 …

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
41
Interventions sur les puits "tués"

2.5.2 Principaux outils d'instrumentation

Ils   sont   extrêmement   nombreux   et   variables,   aussi   nous   nous   limitons   à   en   citer   les
principales familles (pour plus de détails, se référer à un ouvrage sur le forage ou sur les
instrumentations en cours de forage).

En   fonction   du   problème   qui   se   pose   et   des   "informations"   dont   on   dispose   et   après


descente éventuelle d'une empreinte, on utilise en particulier (figure 2) :
 des outils de repêchage à prise externe tels que :
­ les cloches taraudées (die collars) (figure 2a), les "overshot" (figure 2b) s'il s'agit de
"coiffer" un tubulaire,
­ ou encore les "junk catcher" s'il agit de récupérer de petits morceaux de ferraille ;
 des outils de repêchage à prise interne tels que les "releasing spears" (figure 2c) ou les
tarauds (tapers taps) (figure 2d) ;
 des outils de battage tels que les coulisses mécaniques (bumper subs) (figure 2e) ou
hydrauliques   (hydraulic   jars)   auxquelles   on   peut   adjoindre   des   accélérateurs   (jar
accelerators ou intensifiers) ;

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
42
Interventions sur les puits "tués"

(a) (b) (c) (d) (e)

FIG. 2  Outils d'instrumentation (1/2)

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
43
Interventions sur les puits "tués"

 des outils de fraisage ou de surforage (milling tools) (figure 2f) ;
 des outils de dévissage et de coupe du tubing ou du cuvelage tels que les "reversing
tool", les tarauds à gauche ou la technique du back off d'une part ou, d'autre part, les
outils   de   coupe   mécanique   (section   mill)   (figure   2g),   hydraulique   (jetting)   ou   à
l'explosif... ;
 des joints de sécurité (safety joints) (figure 2h) permettant de déconnecter la garniture
d'intervention à ce niveau si le poisson reste coincé.

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
44
Interventions sur les puits "tués"

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
45
Interventions sur les puits "tués"

(f) (g) (h)

FIG. 2  Outils d'instrumentation (2/2)

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
46
ANNEXES AU CHAPITRE 2

SOMMAIRE

A1) DÉROULEMENT GÉNÉRAL D'UNE INTERVENTION SUR PUITS "TUÉ"
(compléments).............................................................................................................. 29

A2) NEUTRALISATION DU PUITS (fiches de synthèse)............................................. 35

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
47
Annexes au chapitre 2

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
48
Annexes au chapitre 2

A1 : DÉROULEMENT D'UNE INTERVENTION
SUR PUITS "TUÉ" (compléments)

SOMMAIRE

1) COMPLÉMENTS RELATIFS À LA PRÉPARATION DU PUITS

2) COMPLÉMENTS RELATIFS AU DÉSÉQUIPEMENT DU PUITS

3) COMPLÉMENTS RELATIFS AUX OPÉRATIONS EN FOND DE PUITS

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
49
Annexes au chapitre 2

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
50
Annexes au chapitre 2

A1 : DÉROULEMENT D'UNE INTERVENTION
SUR PUITS "TUÉ" (compléments)

1) COMPLÉMENTS RELATIFS À LA PRÉPARATION DU PUITS

A) CONTRÔLES WIRELINE

. calibrage
. top sédiment
.…

B) CONTRÔLES EN PRESSION

­ TÊTE DE PRODUCTION :
. P épreuve ­ > P maxi prévue lors neutralisation
­ si possible Cs = 1,5
­ fonction état réel équipement
­ < P maxi de service de l'élément
­ le plus faible

et éventuellement :

­ COLONNE DE PRODUCTION (tubing) :
. cf. ci­dessus + P admissible sur le bouchon
. récupération bouchon : risque problème

­ ESPACE ANNULAIRE :
. de préférence à P  P épreuve complétion initiale

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
51
Annexes au chapitre 2

C) Éventuellement, OUVERTURE "DISPOSITIF DE CIRCULATION"

. en vue de la neutralisation du puits (si neutralisation prévue par circulation)
. au travail au câble :
­ par ouverture du dispositif de circulation (s'il existe et s'il fonctionne)
­ à défaut, par perforation du tubing

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
52
Annexes au chapitre 2

A1 : DÉROULEMENT D'UNE INTERVENTION
SUR PUITS "TUÉ" (compléments)

2) COMPLÉMENTS RELATIFS AU DÉSÉQUIPEMENT DU PUITS (1/2)

A) EXEMPLE DE PROCÉDURE EN CAS DE PACKER RETIRABLE

­ DÉSANCRAGE DU PACKER :
. directement par traction sur le packer (à condition d'être sûr de l'état du tubing)
. de   préférence   par   traction   avec   tiges   de   forage   +   overshot   (après   coupe   et
remontée du tubing)

­ REMONTÉE LENTE :
. en observant les niveaux (trip tank)
. remplissage toutes les 10 longueurs
. attention au pistonnage

­ SI DÉSANCRAGE IMPOSSIBLE :
. coupe du tubing
. remontée du tubing
. descente 1/2 safety joint
. surforage du packer
. repêchage et remontée du packer

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
53
Annexes au chapitre 2

A1 : DÉROULEMENT D'UNE INTERVENTION
SUR PUITS "TUÉ" (compléments)

2) COMPLÉMENTS RELATIFS AU DÉSÉQUIPEMENT DU PUITS (2/2)

B) EXEMPLE DE PROCÉDURE EN CAS DE PACKER PERMANENT

­ DÉGAGEMENT DU LOCATOR ou DÉVÉROUILLAGE DE L'ANCHOR ou
COUPE DU TUBING

­ REMONTÉE DU TUBING :
. cf. précautions ci­dessus

­ DESCENTE DU PACKER MILLING TOOL

­ REFORAGE

­ REMONTÉE DU PACKER :
. cf. précautions ci­dessus

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
54
Annexes au chapitre 2

A1 : DÉROULEMENT D'UNE INTERVENTION
SUR PUITS "TUÉ" (compléments)

3) COMPLÉMENTS RELATIFS AUX OPÉRATIONS EN FOND DE PUITS

­ en particulier, CONTRÔLE DU TROU :
. contrôle jusqu'au fond (top sédiment)
. scrapage

­ ÉVENTUELLEMENT :
. surforage des crépines, …
. reforage :
­ sédiment
­ bridge plug
­ approfondissement du puits
. contrôle de la cimentation
. restauration de la cimentation
. rebouchage de certaines perforations (squeeze ciment)
. mise en place d'un bouchon de ciment
. pose d'un bridge plug
. perforation, reperforation
.…

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
55
Annexes au chapitre 2

A2 : NEUTRALISATION DU PUITS
(fiches de synthèse)

SOMMAIRE

*) VOLUME CONCERNÉ

*) FLUIDE DE NEUTRATILISATION

1) NEUTRALISATION PAR CIRCULATION

2) NEUTRALISATION PAR ESQUICHE

*) VOLUME CONCERNÉ

3) OBSERVATION DU PUITS

4) PHASE FINALE DE LA NEUTRALISATION

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
56
Annexes au chapitre 2

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
57
Annexes au chapitre 2

A2 : NEUTRALISATION DU PUITS

(*) VOLUME CONCERNÉ : volume global

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
58
Annexes au chapitre 2

A2 : NEUTRALISATION DU PUITS

(*) FLUIDE DE NEUTRALISATION

A) NATURE DU FLUIDE : 

. saumure
. ...

B) DENSITÉ

. Ph = Pg + S   (S  5 à l5 bar)

. tenir compte de :
­ l'effet de température : d  ­ 3 à – 6 . 10­4  (°C)
­ l'effet de pression : d  + 0,2 à – 0,3 . 10­4 P (bar)
. ne pas mélanger les systèmes d'unité
(en particulier Pg en bar et Ph en kgf/cm2)

. tenir compte de la cote à laquelle est donnée Pg
(différence possible entre la cote de référence gisement et la cote verticale
d'entrée dans la couche)

C) VOLUME À PRÉPARER

. 3 fois le volume du puits

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
59
Annexes au chapitre 2

A2 : NEUTRALISATION DU PUITS

1) NEUTRALISATION PAR CIRCULATION (procédé de base) (1/3)

A) PROCÉDURE

. le plus bas possible
. en directe ou en inverse
. à un régime débit­pression adapté fonction :
­ du régime de déplacement souhaité
(ne pas se limiter systématiquement au débit maximum recommandé par le
fabricant du dispositif de circulation)
­ des pressions maximales admissibles par les équipements
. en dusant au retour
. au moins deux cycles
. en contrôlant :
­ le volume pompé
­ la densité du fluide pompé et la densité au retour
­ éventuellement avec esquiche partielle en fin de circulation

­ REMAQUES :
. si circulation avec bouchon de fond:
­ pas de pertes ou de venues quel que soit le dusage
mais :
­ problème récupération bouchon
­ pas d'esquiche complémentaire...

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
60
Annexes au chapitre 2

. si circulation inverse :
­ poursuivre en circulation directe dès la fin de la récupération de l'effluent
(volume tubing)

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
61
A2 : NEUTRALISATION DU PUITS

1) NEUTRALISATION PAR CIRCULATION (procédé de base) (2/3)

B) CIRCULATION DIRECTE ou INVERSE

Alors en Alors en
SI
directe inverse

densité effluent << densité fluide reprise


(par rapport au problème de la migration)

effluent corrosif

désir récupération effluent

désir récupération fluide annulaire

risque sédimentation dans l'annulaire

désir limiter surpression sur la couche

désir limiter surpression dans l'annulaire

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
62
Annexes au chapitre 2

A2 : NEUTRALISATION DU PUITS

1) NEUTRALISATION PAR CIRCULATION (procédé de base) (3/3)

D) DUSAGE AU RETOUR

­ pour maintenir une SURPRESSION ACCEPTABLE sur la couche

­ attention SURPRESSION EFFECTIVE fonction de :
. densité du fluide de reprise
. densité du fluide d'annulaire
. densité et migration de l'effluent
. cote de circulation
. P "retour" (espace annulaire ou tubing)
. pression maintenue à la duse

 élaboration d'un DIAGRAMME PRÉVISIONNEL DE POMPAGE
(nécessité de faire des hypothèses simplificatrices)
. circulation directe :
­ P tête tubing en fonction du volume pompé
. circulation inverse :
­ P tête annulaire en fonction du volume pompé
ou, si P tête annulaire trop faible pour être lisible sur manomètre :
­ P tête tubing en fonction du volume pompé

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
63
Annexes au chapitre 2

A2 : NEUTRALISATION DU PUITS

2) NEUTRALISATION PAR ESQUICHE (1/4)

A) DOMAINE D'APPLICATION

­ CIRCULATION "IMPOSSIBLE" ou "INADAPTÉE" :
. tubing percé
. travail au cable impossible (tubing écrasé, poisson, …)
. volume sous­tubing trop important

­ ou INJECTIVITÉ TRÈS BONNE

B) RÉALISATION

­ ESSAI D'INJECTIVITÉ :
. voir détail ci­après (paragraphes C et D)

­ ESQUICHE PROPREMENT DITE :
. voir détail ci­après (paragraphe E)

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
64
Annexes au chapitre 2

A2 : NEUTRALISATION DU PUITS

2) NEUTRALISATION PAR ESQUICHE (2/4)

C) ESSAI D'INJECTIVITÉ

­ avec un VOLUME SUFFISANT (10 %)

­ jusqu'à obtention d'une PRESSION PSEUDO­STABILISÉE à débit constant

­ sans dépasser les PRESSIONS LIMITES fonction de :
. la pression de service des équipements
. l'état des équipements
. la pression de fracturation du gisement

­ en surveillant la PRESSION ANNULAIRE

­ avec observation de la RESORBTION DE PRESSION à l'arrêt du pompage

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
65
Annexes au chapitre 2

A2 : NEUTRALISATION DU PUITS

2) NEUTRALISATION PAR ESQUICHE (3/4)

D) SI ESSAI D'INJECTIVITÉ NÉGATIF

­ MODIFIER LES CONDITIONS D'ESQUICHE
. débit moindre mais volume plus grand
(attention à garder une vitesse suffisante)
. esquiches + purges alternées (puits à gaz) :
­ esquiche jusqu'à atteindre P limite
­ puis, purge "à pression constante" pour laisser le gaz migrer en surface
. esquiche à la pression de fracturation
. circulation à la cote la plus basse possible puis esquiche

­ RÉVISION COMPLÈTE DU PROGRAMME
. unité de coiled tubing ou de snubbing pour :
­ neutraliser le puits
­ éventuellement, pour toute l'opération

 ESSAI D'INJECTIVITÉ à réaliser AVANT D'ENTREPRENDRE LA REPRISE
DE PUITS

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
66
Annexes au chapitre 2

A2 : NEUTRALISATION DU PUITS

2) NEUTRALISATION PAR ESQUICHE (4/4)

E) ESQUICHE PROPREMENT DITE

­ VOLUME À POMPER :
. volume tubing + volume sous tubing
. coefficient multiplicateur (1,2 à 1,5) fonction de :
­ d
­ Q ing

­ FLUIDE TAMPON :
. si le fluide de reprise est incompatible avec le réservoir

­ DIAGRAMME :
. P tête limite en fonction du volume pompé

­ DÉBIT D'INJECTION :
. Q maxi compte tenu de P tête limite
(pour minimiser l'effet de la migration)

­ CAS DES PUITS À GAZ :
. attention à l'arrivée du fluide de reprise en fond de puits

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
67
Annexes au chapitre 2

A2 : NEUTRALISATION DU PUITS

*) REMARQUE :

Quelle que soit la méthode utilisée LA NEUTRALISATION N'EST PAS COMPLÈTE :


. si circulation seule :
­ volume tubing sous "dispositif de circulation"
­ volume sous sabot du tubing
­ volume "sous packer"
­ volume annulaire sous "dispositif de circulation"
. si circulation + esquiche :
­ volume "sous packer"
­ volume annulaire sous "dispositif de circulation"
. si esquiche seule :
­ volume "sous packer"
­ volume annulaire

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
68
Annexes au chapitre 2

A2 : NEUTRALISATION DU PUITS

3) OBSERVATION DU PUITS (1/2)

A) POINTS À OBSERVER

. absence de pression en tête
. stabilité des niveaux
. absence de bullage en surface

B) DURÉE D'OBSERVATION

­ FONCTION DE :
. méthode de neutralisation
. expansion thermique
. migration du gaz piégé

­ EN GÉNÉRAL : 1 à plusieurs heures

­ n'est JAMAIS UNE GARANTIE ABSOLUE de la stabilité définitive.

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
69
Annexes au chapitre 2

A2 : NEUTRALISATION DU PUITS

3) OBSERVATION DU PUITS (2/2)

C) SI PUITS INSTABLE

­ REPRENDRE LA NEUTRALISATION :
. même méthode
. modification de certaines caractéristiques du fluide de reprise
. utilisation d'un tampon visqueux, de colmatants, ...
. autre méthode

­ NOUVELLE OBSERVATION

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
70
Annexes au chapitre 2

A2 : NEUTRALISATION DU PUITS

4) PHASE FINALE DE LA NEUTRALISATION

A) VOLUME CONCERNÉ

. volume "sous packer"
et éventuellement
. volume "tubing" sous dispositif de circulation
ou
volume annulaire

B) À RÉALISER LE PLUS TÔT POSSIBLE après le remplacement de l'arbre
de Noël par le BOP, en particulier lors du :

. retrait éventuel d'un bouchon de fond
. "désancrage" du packer

­ PROCÉDURE OPÉRATOIRE fonction de :
. équipement en place
. intervention à réaliser
. technique utilisée pour la neutralisation de base
.…

NOTA :
si packer récupérable désancré directement avec le tubing :

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
71
Annexes au chapitre 2

. remonter l'olive au plancher
. enlever l'olive
. redescendre le plus bas possible pour circuler

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
72
Annexes au chapitre 2

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
73
A2 : NEUTRALISATION DU PUITS

1) NEUTRALISATION PAR CIRCULATION (procédé de base) (1/3)

A) PROCÉDURE

. le plus bas possible
. en directe ou en inverse
. à un régime débit­pression adapté fonction :
­ du régime de déplacement souhaité
(ne pas se limiter systématiquement au débit maximum recommandé par le
fabricant du dispositif de circulation)
­ des pressions maximales admissibles par les équipements
. en dusant au retour
. au moins deux cycles
. en contrôlant :
­ le volume pompé
­ la densité du fluide pompé et la densité au retour
­ éventuellement avec esquiche partielle en fin de circulation

­ REMAQUES :
. si circulation avec bouchon de fond:
­ pas de pertes ou de venues quel que soit le dusage
mais :
­ problème récupération bouchon
­ pas d'esquiche complémentaire...

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
39
Annexes au chapitre 2

. si circulation inverse :
­ poursuivre en circulation directe dès la fin de la récupération de l'effluent
(volume tubing)

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
40
Annexes au chapitre 2

1) NEUTRALISATION PAR CIRCULATION (procédé de base) (2/3)

B) CIRCULATION DIRECTE ou INVERSE

Alors en Alors en
SI
directe inverse

densité effluent << densité fluide reprise


(par rapport au problème de la migration) *

effluent corrosif *

désir récupération effluent *

désir récupération fluide annulaire *

risque sédimentation dans l'annulaire *

si P.ea si P.tb
désir limiter surpression sur la couche
< P.tbg < P.ea

si P.tbg
désir limiter surpression dans l'annulaire si présence gaz
>> P.ea

NOTA : Si BOUCHON DE FOND et PUITS À GAZ


. possibilité de remplissage gravitaire du tubing avant de circuler en direct
mais :
. difficulté de remplissage si le diamètre du tubing est petit
. risque d'écrasement du tubing si le puits est profond
. inconvénients relatifs au bouchon

© Copyright 2006  ENSPM Formation Industrie – IFP Training
41

Centres d'intérêt liés