Vous êtes sur la page 1sur 2

LE NOUVEL

Observateur
Halloween en France: pourquoi cela marche seulement auprès
des enfants

Ce mercredi 31 octobre, c'est Halloween ! Dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre, les Américains
vont se déguiser en créature de l'au-delà ou en personnages comiques et faire la fête. Mais en France, verra-t-on
des hordes d'adultes déguisés ? Nadine Cretin, historienne des fêtes, fait le point sur l'importance d'Halloween
dans l'Hexagone.
Impossible de parler du succès d’Halloween dans l’Hexagone de manière générale, car la fête est
totalement différente selon l’âge des Français :
1. Pour les enfants, la fête connaît un certain succès en France, notamment en province. Les enfants
continuent à se déguiser et à aller frapper aux portes pour demander des bonbons. C’est moins le cas à Paris que
dans le reste de la France, mais c’est peut-être lié au fait que beaucoup de gens quittent la capitale pendant les
vacances de la Toussaint.
Le succès de cette fête pour les enfants s’explique par le fait qu’elle est souvent promue par les écoles
publiques. Avec le multiculturalisme français, et notamment l’augmentation du nombre de petits musulmans
dans les écoles, l’école publique évite de promouvoir des fêtes religieuses qui ne correspondent pas aux
croyances de tous leurs élèves.
C’est pourquoi la fête d’Halloween est très pratique, puisqu’elle semble détachée de toute religion (même si sa
raison d’être est en réalité liée à la crainte de l’au-delà).
2. Pour les adultes, la fête ne semble pas prendre. Elle a fonctionné tant bien que mal1 quelques années quand
elle est arrivée en France, dans les années 1990. Mais elle a ensuite périclité, et aujourd’hui, elle ne fonctionne
pas dans notre pays. Les décorations des cafés et restaurants diminuent d’année en année et les adultes qui se
déguisent sont très rares. Elle n’a pas du tout eu le succès commercial escompté.
Si les Français sont extrêmement réticents vis-à-vis de la fête d’Halloween, c’est parce qu’ils la trouvent
trop différente de leur culture, trop américaine. Mais ils se trompent sur ce point: Halloween est en réalité née
d’une fête européenne qui s’est exportée aux États-Unis.
Halloween, une fête celte
C’est une fête celte extrêmement ancienne, qui portait le nom de "Samain". Elle annonçait le début de
l’hiver et représentait le moment où le monde surnaturel et le monde rationnel se rejoignaient. Les êtres
fantastiques étaient donc tout proches des hommes: ces êtres pouvaient être bénéfiques comme maléfiques.
Cette fête prenait racine dans la peur des hommes pour l’au-delà.
Elle se déroulait à peu près dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre – les Celtes utilisaient un
calendrier différent du nôtre et dépendant de la lune. Vers le 9e siècle en Europe, cette fête a pris le nom de "All
Hallow’s even", littéralement : "la veille de tous les saints". C’est de là que vient le nom "Halloween".
Cette fête était légèrement différente de la fête d’Halloween que nous connaissons aujourd’hui aux
États-Unis. Elle n’était pas aussi macabre, même si elle était liée aux êtres surnaturels.
Elle accordait une grande place aux processions d’enfants, qui portaient au bout d’un bâton des lanternes
faites dans des cucurbitacées légères. Lors des tournées d’enfants, les gens qui leur ouvraient leur porte leur
faisaient des cadeaux, de crainte de la malédiction des enfants. L’ancêtre du "trick or treat", en somme.
Une fête toujours présente en Europe
Cette fête existe toujours en Europe, et elle diffère selon les pays. En Allemagne, il existe la procession
des lanternes, portées par des enfants, qui a lieu la veille de la Saint-Martin, le 10 novembre. Les enfants portent
des lanternes, qui étaient autrefois végétales et formées de légumes creusés.

1
Tant bien que mal = plus ou moins, difficilement
Dans le nord de la France, il existe la procession des allumoirs, qui a lieu à la fin du mois d’octobre. En
Suisse, la procession des lanternes Rabeliechtli a lieu, elle, début novembre.
Toutes ces fêtes, que nous perpétuons aujourd’hui, sont les voisines de la fête d’Halloween américaine.
Le succès qu’a cette fête auprès des enfants vient donc également du fait que les processions d’enfants sont
inscrites dans notre histoire.
Halloween a été exportée par les Irlandais
Ce sont les Irlandais qui ont amené la fête d'Halloween aux États-Unis pendant le milieu du 19e siècle.
Ce peuple très attaché à ses traditions a émigré en masse durant la grande famine irlandaise.
La tradition de la citrouille avec un visage est d’ailleurs irlandaise. Le visage est celui de Jack, un
personnage qui ne pouvait aller ni au paradis, ni en enfer, et avait été condamné à errer. Les Irlandais
dessinaient ce visage dans tout type de légumes. L’adaptation sur citrouille est typiquement américaine.
Halloween est devenue telle que nous la connaissons avec la rencontre des cultures du sud des États-
Unis et du Mexique. C’est en rencontrant la fête des morts mexicaine, durant laquelle on célèbre les morts à
grand renfort2 de squelettes, qu'Halloween a pris son côté macabre et a adopté les couleurs orange et noir.
Lorsque cette fête partie d’Europe est ensuite revenue dans le continent de ses origines, dans les années
1990, elle a donc rencontré beaucoup de réticences. Probablement parce qu’elle avait acquis un côté américain
et très commercial. Halloween continuera probablement dans les prochaines années grâce aux enfants, mais les
adultes qui la fêteront seront plus rares.

2
À grand renfort = en utilisant une grande quantité de