Vous êtes sur la page 1sur 6

Lettre N°5 : Janvier 2019

« Comprends la vie mieux que moi, moins petitement, et garde toujours ta pensée à
la hauteur des arbres. Rêve de grandes choses : cela te permettra d’en faire au moins de
toutes petites ».
Jules Renard à son fils Fantec (1894).

Editorial :

Il y a des chiffres qu’on aimerait ne jamais entendre: selon le CNRS et le Muséum


d’histoire naturelle, un tiers des oiseaux ont disparu de nos campagnes au cours des vingt
dernières années !
Les raisons de cette extinction silencieuse mais massive sont évidentes : la
modification de nos paysages avec l’urbanisation galopante, l’arrachage des haies et la
suppression des murets et des mares, la diminution des habitats où les oiseaux peuvent
nicher et se reproduire. Dans le même temps, les engrais, pesticides, herbicides et
insecticides éliminent la diversité des plantes et, en conséquence, les insectes dont se
nourrissent de nombreux oiseaux.
Résultat, par exemple la population d’hirondelles des cheminées a diminué de moitié
en trente ans en Europe. La perdrix grise a disparu de Suisse, à l’état sauvage, il y a déjà cinq
ans. Et l’alouette des champs est sérieusement menacée. Etc., etc., etc.
Privé du bourdonnement des abeilles, du vol des papillons, des trilles et des trémolos
des oiseaux qui ont inspiré tant de compositeurs célèbres, la campagne de demain risque
d’être bien triste…
Au-delà des conséquences inéluctables du déséquilibre des écosystèmes y compris
sur notre propre vie, les plaisirs simples d’observations que nous partageons aujourd’hui
vont certainement nous échapper. Le constat est triste, mais permet de porter un regard
particulier sur le travail des naturalistes qui témoignent de la richesse du monde qui résiste
encore. Avec un minimum de lucidité, comment ne pas sombrer dans le pessimisme, dans la
déprime…

Et si le propre de l’homme était plutôt l’optimisme ?


Et si, au lieu de se morfondre, on profitait déjà pleinement et simplement des
instants présents que nous offre la Nature en nous baladant. C’est vrai, on est souvent
aveugle à ce qui nous entoure et à notre propre bonheur. La contemplation de la Nature
nous offre des émotions, du récréatif, des réflexions. Personnellement, ces instants en
communication avec Nature sonnent comme les clefs du bonheur. Alors sortons pour nous
ressourcer.
Ensuite, il est dit que l’optimiste c’est celui qui se renseigne, c’est le curieux et qui au
final choisi le camp de l’espoir. Alors face à l’incapacité de notre civilisation à se retrousser
sérieusement les manches regardons, informons-nous sur les nombreux mouvements
citoyens qui fleurissent de plus en plus afin d’agir pour un mieux vivre en harmonie avec la
Nature (Il est encore temps.fr – Nous voulons des coquelicots – L’affaire du siècle - Etc.).
Respect du vivant ou anéantissement par le consumérisme ? Quelle que soit l’issue, il
faut y croire et engager toutes nos forces dans cette indispensable révolution. C’est pour
cette raison que, dans cette tempête planétaire, Les Gazouillis du Plateau restent
résolument optimistes et essayent d’agir avec leurs moyens à l’échelle locale, à la
préservation des richesses naturelles de notre planète. Alors, vous qui lirez ces quelques
lignes, de la joie et en même temps de l’action, de l’implication c’est tout ce que je vous
souhaite pour l’année 2019. Tous mes vœux de réussite dans vos engagements.
Noël Jeannot
La destruction gratuite du renard ne sera plus possible dans le Doubs”

À la suite du
travail du collectif
« Renard Doubs »,
auquel vous avez peut-
être apporté votre
soutient en signant la
pétition ou en envoyant
une lettre au préfet ou
en participant à une
conférence, le renard
aura un avenir un peu
plus serein dans les
années à venir.

Si tout se passe bien et que le ministre de la Transition écologique et solidaire signe le


décret notre ami Goupil sera même protégé certaines années. Les populations de renard
seront gérées au cas par cas, commune par commune en fonction des pullulations de
campagnols.
Ci-dessous le communiqué de presse rédigé par le collectif Renard Doubs à la mi-
décembre 2018. Si vous souhaitez plus de détails vous pouvez toujours aller sur le site du
collectif : http://www.renard-doubs.fr/

Communiqué de presse
Lors de sa séance du 21 novembre dernier à la DDT du Doubs, les membres de la formation
spécialisée "nuisibles" ont décidé (à l’unanimité moins la voix de FNE au titre des
associations de protection de la nature) de proposer au Préfet de réinscrire le renard dans la
catégorie des animaux susceptibles d'occasionner des dégâts (= animaux nuisibles).
MAIS cette décision s'accompagne de l'obligation réglementaire de mettre en place une
gestion adaptative du renard à l'échelle communale qui tiendra compte de l'abondance des
campagnols. Cette mesure, dont les modalités précises restent à définir, sera mise en place
sous la responsabilité de l'administration préfectorale avec la participation des membres de
la formation spécialisée, mais également de la FREDON et des services départementaux de la
santé.
La destruction gratuite des renards ne sera ainsi plus possible et on s’oriente vers une «
gestion » décidée chaque année à l’échelle communale en fonction des niveaux de
populations de rongeurs prairiaux.
Le Collectif Renard Doubs ne manquera pas de vous tenir informé des décisions qui seront
prises pour la mise en place de cette gestion adaptative.
Sortie Lagopèdes Hohgant

On en parlait depuis un bon


moment déjà et finalement, le
premier weekend de novembre
fut coché sur le calendrier.
Après quelques petits stress,
côté météo, le départ fut
confirmé pour le vendredi deux,
tôt le matin. Cap sur Interlaken et
arrivée au parking de
Kemeribodenbad après deux
bonnes heures de route.

Le temps était humide, mais l'absence de neige nous a permis de progresser


régulièrement pour atteindre le refuge du Hohgant : 1000 mètres de dénivelé et trois heures
de marche. En fait, le sentier est assez bien balisé et lorsque vous entendez le bruit des
tétras-lyres, vous savez que vous êtes arrivés. Les jambes un peu lourdes et le dos
passablement contracté, nous étions contents de découvrir un gîte sobre et très bien
aménagé, dans un cadre digne des livres de Heidi. Petite balade aux alentours, histoire de
dire bonjour aux chamois, tétras et autres choucas...

Samedi, grand jour !

Les brumes matinales bien denses nous ont donné quelques inquiétudes. Mais
rapidement, le soleil a joué avec la brume, en nous donnant un spectacle éblouissant pour,
au final offrir un grand ciel bleu sur nos têtes et une mer de nuages à nos pieds. Pas de
regrets, nos efforts ont été bien récompensés !
Puis départ au sommet : 2197 mètres - 400 mètres de dénivelé, sans difficultés, juste
un peu raide à la fin. On dit que depuis le Hohgant, la vue s'étale sur 200 kilomètres, c'est
confirmé : nous avons même pu voir le relais du Chasseral et les grands massifs alpins qui se
détachaient de cette mer de nuages. Mais pendant que nous admirions ce paysage, Noël,
alerté par des cris suspects a consciencieusement scruté tous les recoins de cet espace
rocheux et enneigé. Pour finir, l'œil du maître a démontré toute sa virtuosité, avec le
repérage de trois spécimens de lagopèdes, dont un que nous avons pu observer à la lunette.
L'observation était d'autant plus difficile que ces tétraonidés avaient déjà revêtu leur
plumage blanc hivernal pour se fondre parfaitement dans ce paysage enneigé.
Impressionnant, toute cette vie discrète dans cet univers hostile, mais grandiose ! Nous
étions tous comblés, le but était atteint.

Cette remarquable journée s'est terminée autour d'une fondue très chaleureuse, en
compagnie de voisins de refuge bien sympathiques.

Le dimanche matin, petite excursion autour du chalet, favorisée par une météo des
plus clémentes. Puis, après un repas pris sur la terrasse du gite, retour dans la vallée, les
muscles bien fatigués, mais nos pensées restées perchées sur notre petit nuage du Hohgant.
Assemblée Générale : 9 février 2019 à Ferrières le Lac à 14h suivie d’une projection de
photographies, et prolongée par une soirée conviviale.

Rédaction: Noël Jeannot (Editorial et Renard)


Sylvette et Jacques Barbe pour le Hohgant
Photos : Noël Jeannot (Renard, Hirondelles rustiques, Lagopède, Paysage)
Jacques et Sylvette Barbe (Paysages du Hoghant)
Mise en page : Sylvie Lacoste

Les Gazouillis du Plateau ont leur siège à la Bibliothèque Louis Pergaud à Maîche.
L’association a déposé ses statuts en 1998, et s’est donné comme but de contribuer à la connaissance et à la protection
de la nature, ainsi qu’à l’information et à l’éducation sur ce sujet à travers différentes actions.
La cotisation est de 15 € pour l’année et de 20 € pour les familles
Cette lettre est diffusée par Noël Jeannot, Président de l’Association
Contact : njeannot.old@orange.fr - Tel 06 75 68 26 38 - Adresse 22 Rue Des Burillons - Charquemont 25140
Site animé par Thierry Morel : http://lesgazouillisduplateau.weebly.com/index.html
Page Facebook : https://www.facebook.com/lesgazouillisduplateau/