Vous êtes sur la page 1sur 4

I I 13

Parents n enfants
MERCREDI 12 JANVIER 2011

SOMMAIRE f DOSSIER P. 13 à 15 f MÉTÉO-JEUNES : Voyage en uchronie P. 15


f LIEN DE FAMILLE : Antoine et Simone Veil P. 16 f CHRONIQUE ET SÉLECTION P. 16

Le retour Désuètes,

des bonnes manières


les bonnes manières ? Pas si sûr.
Décriées au nom de la sincérité,

P
les règles de politesse
amorcent un certain retour…

endant longtemps,
la transmission des règles de
politesse occupait une place im-
portante dans l’éducation des
enfants. Ne disait-on pas de ceux
qui les appliquaient qu’ils avaient
reçu une « bonne éducation » ? El-
les ont été partiellement balayées
après Mai 68, au nom de la sincé-
rité : la politesse est alors apparue
comme une hypocrisie sociale,
un carcan, dans lequel il ne fallait
surtout pas enfermer les enfants,
pour ne pas brider leur spontanéité.
Aujourd’hui, elle amorce un certain
retour. Même si elle n’ose pas tou-
jours employer le mot, l’éducation
nationale multiplie les initiatives
pour inculquer aux élèves les rè-
gles du « vivre-ensemble ». La RATP
PHOTOTHEK /ANDIA

a lancé sur ses lignes une nouvelle


campagne (« Partageons plus, par-
tageons le bus ») : « Merci de vous
adresser au conducteur et aux autres
voyageurs avec courtoisie… » La ga-
lanterie, rejetée par les féministes, En classe. Au-delà du cadre familial, l’école est devenue au fil des années un lieu d’apprentissage des règles de savoir-vivre.
reprend du galon : alors que dans
les années 1970, les hommes se fai- fait d’écrire des mots en majuscu- retour de la politesse il y a, il s’agit
saient foudroyer du regard quand les « peut donner au destinataire le d’un retour à une politesse « mini- REPÈRES
ils aidaient une femme à enfiler sentiment qu’on lui crie dessus ». Les male », précise-t-il.
son manteau, les jeunes filles opérateurs de téléphonie mobile « On n’a jamais totalement aban-
reconnaissent volontiers qu’un ont édité un guide du bon usage donné la politesse, mais il y a des Quelques citations
homme galant les séduit. du téléphone portable, édictant des périodes de l’histoire où elle a plus
Le terme « bonnes manières » n’est « règles de savoir-vivre ou de bonne d’importance que d’autres, observe d « La politesse fait paraître l’homme au dehors
plus ringard. Les guides sur le sujet conduite », destiné aux adolescents Dominique Picard, psychosociolo- comme il devrait être intérieurement » (Jean de La Bruyère).
se vendent comme des petits pains, et à leurs parents. gue et auteur de deux livres sur le d « La politesse est la grâce de l’esprit » (Henri Bergson,
et ne sont plus l’apanage de Nadine sujet (lire les Repères). Dans une Extrait de La politesse).
d « “Après vous” : cette formule de politesse devrait être
de Rothschild. Les manuels et sites
d’éducation destinés aux parents « Ces règles période de grande instabilité face
à l’avenir, on en a d’autant plus la plus belle définition de notre civilisation » (Emmanuel Levinas).
leur redonnent une place de choix.
La tenue à table revient au goût du
ont pour fondement besoin. »
« La politesse en effet, explique-
d « La politesse est plus généreuse que la franchise,
car elle signifie qu’on croit à l’intelligence de l’autre »
jour. L’un des sites de cuisine les de permettre aux gens t-elle, c’est d’un côté un système (Roland Barthes).
plus populaires, marmiton.org, de règles un peu formel (comment d « La seule chose que la politesse peut nous faire perdre, c’est,
consacre ainsi une rubrique à de vivre ensemble on pose sa fourchette, quels mots de temps en temps, un siège dans un autobus bondé » (Oscar Wilde).
d « Sans morale, la politesse ne sert que de cache-misère »
« l’art de recevoir », rappelant la
façon dont il faut disposer verres dans le respect mutuel. » dire pour se saluer...). Mais dans
son fondement, c’est l’huile qu’on (Georges Koussouros).
et couverts, servir les mets et le met dans les rouages des relations
vin. Le site La Cuisine d’Annie Dépoussiérée de toute ringardise, sociales, c’est ce qui permet de vivre Quelques livres
énumère « les 22 bonnes manières la politesse reviendrait-elle au goût ensemble dans le respect de l’autre,
indispensables à table », « les conseils du jour ? « On assiste effectivement de façon à ce que tout le monde ait d Pour les adultes
de nos mères qu’il faut respecter » et à un certain retour du balancier », sa place. On sait bien que vivre dans Politesse, savoir-vivre et relations sociales,
la façon dont on doit placer ses in- reconnaît Bertrand Buffon, chef la spontanéité n’est pas viable… de Dominique Picard, Puf, coll. Que sais-je ?, 9 €.
vités : « Sans être trop à cheval sur le de cabinet du président de l’Afii Quand on se lève le matin de mau- Pourquoi la politesse ? Le savoir-vivre contre l’incivilité,
protocole, il y a des places meilleures (Agence française pour les in- vaise humeur, on ne peut pas dire à de Dominique Picard, Éd. du Seuil, 16 €.
que d’autres, les meilleures devant vestissements internationaux) et son voisin qui nous dit bonjour dans Le goût de la politesse, Petit précis des bonnes manières à l’usage
être réservées aux personnes à qui auteur d’un essai intitulé Le Goût l’escalier : fichez-moi la paix ! » du vaste monde, de Bertrand Buffon, Éd. Baladéo, 8 €.
on doit le plus d’attention, les plus de la politesse (lire les Repères). Et tout être humain a besoin d’être d Pour les enfants
âgées par exemple. » « Face à la montée des incivilités – reconnu pour ce qu’il est. Ainsi on Le petit mot magique, d’Édouard Manceau, Éd. Milan, 6,50 €, dès 1 an.
Les nouvelles technologies ont un terme étrange, précise-t-il, qui apprend à un enfant à ne pas dire Bonjour, Merci, Au revoir, d’Andreï Ousatchev, Éd. NordSud, 9,90 €,
elles aussi édifié leur protocole. évite de parler de la disparition de bonjour de la même manière à tout dès 3 ans.
Yahoo a publié sur le Web la « ne- la politesse –, on a pris conscience le monde : « bonjour monsieur », Quatre petits albums de la collection Poli Polisson,
tiquette », un « guide des bonnes que l’homme, naturellement socia- « bonjour madame », à une personne de Valérie Nylin, Éd. Bayard jeunesse : Benoît dit Côa,
manières à l’usage du mail », où ble, avait besoin de la politesse pour plus âgée qu’il connaît mal, f Edmée s’il te plaît, Eugène la bouche pleine et Pardon Gaston,
l’on apprend par exemple que le être heureux et s’épanouir. » Mais si (Lire la suite p. 14.) 3,99 € chaque, dès 4 ans.
14 I Parents n enfants I I MERCREDI 12 JANVIER 2011
I
Le retour des bonnes manières
f (Suite de la page 13.)
et non « salut », comme à ses co-
pains. La politesse inclut aussi le
respect du territoire et de l’intimité
de l’autre : c’est par tact qu’on frappe
avant d’entrer dans la chambre de
son frère ou de ses parents. « Ces
règles ont pour fondement, résume
Dominique Picard, de permettre
aux gens de vivre ensemble dans le
respect mutuel, sans les mettre dans
l’embarras, ni mal à l’aise. »
Elles continuent donc à se trans-
mettre. Mais de façon très variable,
suivant les familles et les groupes
sociaux. Car, dans une société où
coexistent de nombreuses « micro-
cultures », il est de plus en plus dif-
ficile de se mettre d’accord sur des
codes communs. On ne se salue pas
de la même manière en France et au
Maghreb. Dans certaines familles,
on continue à exiger des enfants une
certaine tenue à table, dans d’autres,
les repas partent un peu en vrille.
La façon de se servir de ses couverts
ou de dire bonjour est encore so-
cialement discriminante. Comme
le soulignait Pierre Bourdieu, il y a
une forme de politesse qui crée du
lien, permet la convivialité, et une
autre qui distingue et exclut les
autres. Les adolescents ont ainsi
leurs propres règles de politesse,
différentes de celles de leurs pa-
rents : ils s’embrassent facilement,
se « charrient » pour se dire bonjour,
BRUNOR

et celui qu’on ne « charrie » pas se


sent exclu. « L’un des problèmes ma-
jeurs auquel on est confronté dans
ce domaine, souligne Dominique
Picard, est cette cassure entre les
codes des jeunes et ceux des adultes. TÉMOIGNAGES
Si le niveau d’exigence varie selon les familles,
De nombreux jeunes refusent ainsi de l’apprentissage des bonnes manières commence dès la toute petite enfance
se plier aux règles de la classe d’âge

Pour les parents, le b.a.-ba de l’éducation


de leurs parents ou de leurs grands-
parents. Je suis frappée ainsi par le
fait que la plupart des élèves ne se
disent pas insolents. Quand en classe,
par exemple, ils veulent garder leur
casquette (ou leur bonnet) sur leur
« Un atout pour évoluer milieux. Mais au-delà des règles classiques
de politesse, ils m’ont appris le partage et la
“relâchés” à la maison : à table par exemple,
ils ont tendance à s’avachir sur leur chaise
tête, alors que leurs professeurs leur dans la vie » compassion. Aujourd’hui, souvent, les gens ou à oublier de dire s’il te plaît. Alors, on les
demandent de l’enlever, ils disent : les pensent plus à eux-mêmes qu’aux autres. J’es- reprend. Par ailleurs, ils sont souvent cho-
profs ne respectent pas notre mode Sophie, 51 ans, mère de deux enfants saye de faire le contraire par une multitude qués quand les adultes autour d’eux sont
à nous. » Il est difficile en effet de petits gestes quotidiens : laisser ma place mal élevés. Pour être crédible, on doit être
dans une société où on valorise de 13 et 20 ans dans le bus aux personnes âgées ou aux fem- irréprochable. »
l’individu, où chacun revendique mes enceintes, mais également choisir mes
d’être reconnu dans sa différence, « La politesse est une marque de respect de mots quand je veux reprocher quelque chose « Ne pas transformer
d’accepter de se soumettre à des l’autre essentielle. Cela fait partie des valeurs à quelqu’un pour ne pas le blesser ou appeler
règles communes. que l’on m’a inculquées, que mon métier ma grand-mère pour prendre régulièrement mes enfants en machines
Mais l’absence de codes communs
peut susciter malentendus et incom-
d’infirmière a renforcées et que je m’attache
à transmettre aujourd’hui à mes enfants. Je
de ses nouvelles. Avec mon petit copain, je
suis très sensible à la galanterie. Je vis avec
à répéter des formules
préhension. Les jeunes vont dire « les suis contente quand je vois mon fils Bastien mon temps, je n’attends pas qu’il fasse le tour toutes faites »
vieux ne nous respectent pas » et les tenir la porte de l’ascenseur à la vieille dame de la voiture pour m’ouvrir la porte mais, au
plus âgés « les enfants ne sont pas de notre immeuble. Cela ne coûte rien d’être restaurant par exemple, j’aime qu’il recule Gwénola, 41 ans, mère de trois filles
polis ». D’où la nécessité, explique
Dominique Picard, de distinguer
poli. Ce n’est pas une obligation, mais cela
reflète une certaine valeur, une qualité de la
ma chaise et me laisse m’asseoir avant lui. À
la fac, je suis souvent choquée par l’attitude
de 9, 11 et 12 ans
les « règles de surface » et les « règles personne. C’est également une ressource pour sans gêne des étudiants : ils te bousculent « Dans l’éducation de mes filles, je mets plus
profondes » de la politesse. « Ainsi, la vie professionnelle, un atout pour évoluer sans s’excuser, certains arrivent systémati- l’accent sur la politesse que sur les bonnes
en Europe, on apprend aux enfants dans la vie. Au téléphone comme en entretien, quement en retard en cours et le pire, c’est manières à proprement parler. Je connais des
à regarder l’adulte qui lui parle, alors ma fille aînée est capable de saluer, de se pré- que le professeur ne dit rien ! » familles où les enfants donnent du “Monsieur,
qu’en Asie, il doit baisser les yeux. senter… Ce qui n’est pas forcément le cas des madame” à tout bout de champ et cela de-
Mais le principe est le même : il y a étudiants que je reçois à l’école d’infirmières « Avoir des enfants polis vient artificiel : formatés, ils se transforment
une façon particulière de montrer à où j’enseigne. Or, aujourd’hui, il est si difficile en machines à répéter des formules toutes
une personne qu’on la respecte. Au de trouver une place, ceux qui sont capables est une source de fierté » faites. J’insiste plus sur le savoir-vivre et le
niveau des règles de surface, il y a des d’être souriants, courtois ont une longueur respect : ne pas couper la parole aux autres,
différences énormes entre la Seine- d’avance. Ceci dit, je suis moins stricte avec Anne, 44 ans, mère de deux enfants ne pas se servir en premier, savoir partager…
Saint-Denis et le 8e arrondissement mes enfants que ne l’étaient mes parents avec de 12 et 15 ans Mes parents me disaient toujours : si on fixe
de Paris. Mais l’incompréhension moi. Notamment à table, où il fallait être assis trop de règles, on ne peut pas toutes les faire
entre un jeune de Seine-Saint-Denis droite comme un I, le dos ne touchant pas « La politesse, le civisme constituent le socle respecter. Je le vérifie aujourd’hui, même si
et une vieille dame sur une ligne de le dossier de la chaise, disposer ses mains de l’éducation de mes enfants. Pour devenir les interdits varient d’une génération à l’autre.
métro se réduit, s’il se lève pour céder de chaque côté de l’assiette ou ne pas boire des automatismes, les règles doivent s’in- Ma mère par exemple ne supporte pas les gros
sa place : cela suffit pour marquer son avant que les plats soient servis. Des codes culquer dans la toute petite enfance et, mon mots, alors que j’en tolère certains, ceux que
respect. Car si on prend l’épure même de bonne conduite qui ne sont plus guère de travail me prenant beaucoup de temps, j’ai eu j’utilise moi-même. Outre les parents et les
de la politesse, on se trouve face à très mise de nos jours. De toute façon, mon mari la chance d’avoir une nourrice très à cheval grands-parents, l’école aussi joue un rôle
peu de règles : se respecter soi-même, lui-même ne se tient pas très bien : il mange là-dessus. Mes enfants ont pris très tôt l’ha- important dans cet apprentissage. Dans
respecter l’autre, privilégier la con- avec un coude sur la table ; le matin, il boit bitude de dire bonjour madame, merci, etc. l’établissement privé où vont mes filles, les
vivialité sur le besoin personnel. » Il son café à la cuillère, ce qui fait du bruit… Il Aujourd’hui, ils vont spontanément s’écarter enseignants s’appliquent à faire respecter
est donc important que ces « règles est difficile d’exiger des enfants ce que leur pour laisser passer une personne âgée ou aider des règles de vie assez strictes. La directrice
profondes » auxquelles la politesse père ne fait pas ! » quelqu’un dans le train à porter une valise. nous a également fait un laïus sur l’attitude
obéit soient connues et communes. Quand ils sont invités chez des amis, on me déplorable des élèves qui se moquent de
Au-delà de la diversité des codes, ce
sont ces principes fondamentaux de
Sa fille Solène, 20 ans complimente souvent sur leur comportement
et c’est très agréable. Eux aussi en tirent une
ceux qui n’ont pas les derniers vêtements ou
baskets à la mode. Je suis d’accord avec elle :
la politesse qu’il est important de « Mes parents m’ont transmis un certain certaine fierté : ils donnent une bonne image il faut apprendre à respecter l’autre dans sa
transmettre aux enfants. savoir-vivre qui me permet d’être à l’aise d’eux-mêmes et sont facilement réinvités. S’ils différence. »
CHRISTINE LEGRAND dans toutes les situations et dans tous les savent se tenir chez les autres, ils sont plus RECUEILLI PAR CÉCILE JAURÈS
I MERCREDI 12 JANVIER 2011
I I Parents n enfants I 15
V
ENTRETIEN f Frédéric Rouvillois, professeur de droit et écrivain (1)

« La politesse redevient MÉTÉO-JEUNES

une valeur consensuelle » Ils voyagent en Uchronie


L’histoire de la politesse Pourquoi resurgit-elle alors choses, notamment les relations Ces récits quelle répond Pierre Bordage
reflète l’évolution aujourd’hui ? avec les autres familles. Les ma- dans Ceux qui sauront, le pre-
Il est intéressant de constater que nuels de savoir-vivre qu’on offrait
de science-fiction mier ouvrage de la collection
de la société depuis la fin des Trente Glorieuses, aux jeunes filles quand elles se se déroulant dans « Ukronie », qui donne à ses lec-
et des rapports à l’autorité les perspectives changent. La fonc- mariaient étaient des best-sellers, un passé imaginaire teurs l’occasion de mesurer leur
tion de la politesse est en effet de jusqu’à la guerre qui va brouiller séduisent les lecteurs chance d’avoir accès à l’édu-

O
n constate aujourd’hui un rendre la vie plus viable, de fluidi- les hiérarchies anciennes. Puis, cation ! Ouvrage collectif, le
regain d’intérêt pour la fier les rapports sociaux, de polir après Mai 68, en même temps que adolescents recueil de nouvelles Divergen-
politesse. A-t-elle eu tou- les angles. Quand tout va bien, elle se développent les parents-copains, En prononçant sa célèbre ces 001, propose une vision de
jours, dans notre histoire, la même paraît moins indispensable, mais le refus de l’autorité, de la sanction, phrase « Le nez de Cléopâtre, ce qu’aurait été le monde si Noé
importance ? quand la vie devient plus compli- on assiste à une espèce de laxisme s’il eût été plus court, toute la et les siens n’avaient pas été les
FRÉDÉRIC ROUVILLOIS : Elle a quée, on reprend conscience de son généralisé par rapport aux vieilles face de la terre aurait changé », seuls à survivre au déluge ou si
toujours eu une grande impor- importance. Dans les années 1990, règles de la politesse, remplacées Pascal, dans ses Pensées, fai- les nazis avaient gagné la Se-
tance. Avec une coupure majeure la politesse redevient donc la valeur par un euphémisme, la « politesse sait-il de l’uchronie sans le conde Guerre mondiale… Avec
à la Révolution française, qui a eu consensuelle par excellence, parta- du cœur » : dès lors qu’il y a de bons savoir ? Inspiré d’« utopie », le Les Fils de l’air, Johan Heliot met
une forte influence sur les mentali- gée par tout le monde, notamment sentiments et de bonnes intentions, terme d’uchronie – du grec ou en scène la fuite de Louis XVI
tés. L’idée défendue alors est que la les jeunes : des sondages montrent ce n’est pas très grave, par exemple, (non) et chronos (temps), a été aux États-Unis. Dans Sens in-
politesse est un simulacre, une hy- ainsi que pour eux, fumer du canna- de ne pas dire merci. Ce déclin de inventé par le philosophe Char- terdit paru en août dans sa pro-
pocrisie, qui dissimule des rapports bis est moins grave que manquer de la politesse chez les adultes va se les Renouvier dans la deuxième pre collection, Alain Grousset
inégalitaires – qu’on appellera au respect à son professeur. Autrement retrouver chez les enfants, à qui moitié du XIXe siècle. imagine qu’en 1918 la
XXe siècle les « rapports de classe ». on ne transmet plus des principes Mais, cette grippe espagnole a
On va donc casser la politesse de « Quand tout va bien, jugés ringards. forme de litté- radicalement modi-
l’Ancien Régime et la remplacer Les jeunes parents aujourd’hui la rature existait fié l’odorat humain.
par la fraternité démocratique, la elle paraît moins remettent au goût du jour. avant la lettre : Paru en 2010, chez
« civilité républicaine ». On va ainsi
interdire le vouvoiement, des mots
indispensable, Elle relève à nouveau, aujourd’hui,
du b.a.-ba de l’éducation. Même si
Louis-Napoléon
G eof f roy-
Pocket jeunesse,
Léviathan de Scott
comme « monsieur » et « madame », mais quand la vie les parents ne pensent plus que Château publie en Westerfeld con-
les cartes de vœux et une série de c’est la seule chose importante, ils 1836 un ouvrage naît aussi un joli
règles anciennes et coutumières. La devient plus compliquée, ont conscience que leurs enfants intitulé Napoléon succès en mettant
Terreur passée, la politesse se re-
constitue mais différemment : elle
on reprend conscience seront plus à l’aise dans la société,
auront une vie plus facile, s’ils en
apocryphe, dans
lequel il imagine
en présence deux
univers, peuplés
de son importance. »

N
est beaucoup plus « bourgeoise », connaissent les codes. L’évolution que l’empereur de robots et de

FL AM MA RIO
fait naître des centaines de ma- de la politesse est comparable à n’a pas été défait créatures vivan-
nuels de savoir-vivre, qui ont pour dit, une infraction à la loi est moins celle de l’autorité : ce n’est pas une en Russie et ins- tes issus de la
objectif de codifier les règles et de grave qu’une infraction au code ligne droite, elle est faite de hauts et taure une monar- manipulation généti-
les inculquer à des cercles de la po- privé qu’est la politesse. On voit de bas, d’allers-retours. Il est clair chie universelle. que s’affrontant durant la Pre-
pulation de plus en plus larges. On a refleurir des manuels de savoir-vivre qu’aujourd’hui on n’est pas revenu Dans le monde de l’uchronie, mière Guerre mondiale. Car il
ensuite une première rupture avec qui se vendent très bien. La politesse aux règles ultra-rigides des années tout commence par une for- n’est pas rare que l’uchronie
la Première Guerre mondiale, qui redevient aussi un élément impor- 1940-50, où les enfants ne parlaient mule magique : « Et si ? » « Mais soit aussi peuplée de créatu-
entraîne une dévalorisation pro- tant de l’éducation, l’école devenant pas à table, vouvoyaient leurs pa- alors que la science-fiction s’écrit res étranges…
gressive de la politesse, trouvant un lieu un peu stratégique : c’est là rents… On se situe au milieu du avec des “si” dans le futur,
son apogée en Mai 68 et dans les qu’on va apprendre la politesse, plus balancier : on a compris qu’une l’uchronie se dé- À NOTRE AVIS
années qui suivent. On retrouve que dans les familles, qui n’ont plus autorité ferme, mais modérée, et roule avec des “si” Nul doute que
alors l’idée révolutionnaire que joué leur rôle de transmetteurs dans des règles de politesse fermes mais dans le passé », l’uchronie doit son
dans une société égalitaire, le sa- ce domaine. pas trop contraignantes étaient in- explique Alain succès au désir
voir-vivre qui prenait en compte Dans les familles, l’histoire de dispensables à la vie familiale et so- Grousset, grande de nombreux lec-
ces différences n’a plus sa place. la politesse suit-elle la même ciale, et à la structuration mentale plume de littéra- teurs d’interroger
Cet « effet 68 » se prolonge jusqu’au évolution ? et psychologique des enfants. ture de science- le passé pour mieux
début des années 1980, comme le La famille a été pendant longtemps RECUEILLI PAR fiction jeunesse et comprendre le pré-
traduisent les sondages de l’époque : le lieu privilégié d’apprentissage du CHRISTINE LEGRAND directeur de cette sent – quitte à s’af-
la politesse n’est plus défendue que savoir-vivre, dans toutes les classes collection lancée franchir de l’His-
par une minorité de la population ; sociales, avec des formes différentes, (1) Auteur de Histoire de la politesse il y a deux ans chez toire officielle – et
N

les autres pensent qu’elle est irré- suivant les milieux. Cet apprentis- de 1789 à nos jours, Éd. Flammarion, Flammarion. Certes au besoin de s’in-
FL AM MA RIO

médiablement révolue. sage conditionnait beaucoup de 551 p., 25 €. ces « utopies tem- terroger sur ses
porelles » ne sont racines. Après
pas l’apanage de la tout, qui n’a jamais
V U D’AILLEURS littérature jeunesse – dans joué à imaginer ce qu’aurait
Complot contre l’Amérique, été sa vie s’il n’avait pas, à un

Les bonnes manières échappent à la mondialisation


l’écrivain américain Philip moment donné, choisi une voie
Roth décrit avec un réalisme plutôt qu’une autre ? Peut-être
saisissant l’élection fictive de faut-il aussi y voir une certaine
Les règles de politesse restent très diverses « bon appétit », ni féliciter la maîtresse de maison Charles Lindbergh, en 1941 à frilosité envers l’avenir, car ces
suivant les cultures. Quelques exemples… pour la qualité de ses mets. Aujourd’hui on peut la présidence des États-Unis au récits dont la teneur est souvent
la féliciter, mais « bon appétit » reste familier. terme d’une campagne teintée pessimiste, donnent à penser au
d Salutations : dans de nombreux pays, il est très Alors qu’en Allemagne ou en Argentine, on d’antisémitisme. Mais elles y lecteur que son monde est bien
impoli de ne pas se mettre debout pour saluer une n’entame pas son assiette avant que l’hôte ait occupent une place grandis- doux par rapport à ce qu’il aurait
personne qui entre dans une pièce, alors qu’en prononcé cette formule. sante. En modifiant un aspect pu être. Il a échappé au pire ! Si
Occident, cette habitude se perd. Dans les milieux d Manger avec les doigts (de la main droite) se de l’histoire qu’ils appellent l’objectif premier de ces récits est
d’affaires, on se serre la main fermement en fait encore dans de nombreux pays d’Afrique ou le « point de divergence », les bien de distraire et de l’entraîner
Occident, alors qu’au Japon ou en Indonésie, une d’Orient quand on ne fournit pas de couverts. auteurs explorent une véritable dans des aventures souvent très
poignée de main molle est plutôt la norme. En Occident, on peut utiliser les doigts pour manne, propice au déploiement bien menées, ils peuvent égale-
En France, comme dans toute l’Europe, on se fait certains aliments (l’asperge, le crabe, les côtes des imaginations les plus fer- ment avoir un intérêt pédagogi-
facilement la bise quand on connaît la personne. de porc..)… sauf en Finlande. tiles. Que se serait-il passé si que en lui donnant l’envie d’en
Les Anglais commencent à se plier à cette d Les fourchettes se placent les dents sur la table Jules Ferry avait été assassiné savoir plus sur ce qui s’est passé
habitude. Dans de nombreuses autres régions du en France pour ne pas agresser ses convives. avant d’avoir rendu l’école obli- « pour de vrai ».
monde, seuls les hommes s’embrassent entre C’est l’inverse en Angleterre, car les armoiries de gatoire ? C’est la question à la- MARIE AUFFRET -PERICONE
eux. En Chine ou au Vietnam, un baiser sur la la noblesse étaient gravées à l’intérieur.
joue d’une femme est formellement prohibé. Au d Montrer du doigt (l’index) une personne,
Moyen-Orient ou en Inde, il est même déconseillé considéré comme maléfique ou péjoratif, est
de lui serrer la main. resté impoli dans toutes les cultures. Mais on
d S’il vous plaît, merci. Ces mots n’existent pas peut désigner, en Occident, des objets de l’index.
dans de nombreuses langues africaines, car on Ce geste est en revanche très mal vu dans de
considère qu’il est normal de se rendre service. nombreux pays d’Asie ou d’Afrique, où on emploie
d Quand on est invité à dîner en Allemagne, il la main ouverte. En Amérique centrale, on utilise
convient d’arriver à l’heure exacte. En Amérique un mouvement des lèvres ou du menton.
latine, c’est impoli. En France, un léger retard est C. L.
plutôt bienvenu.
d Bon appétit. Depuis le XIXe siècle, en France, Pour en savoir plus : On se fait la bise ? Le Guide interna-
sous l’influence victorienne, on ne devait pas tional des bonnes manières, de Mark McCrum, Seuil, et
exprimer le plaisir d’être à table, ne pas dire Histoire des mœurs, Gallimard, La Pléiade.
16 I Parents n enfants I I MERCREDI 12 JANVIER 2011
I
EN BREF
V
LES CHOIX DE LA CROIX ÉTUDES
Nuit de l’orientation
LIVRES ENFANTS Donatella Guibert s’est quant à la faim le tenaille… Milton est le vivants. C’est que Milton était
elle passionnée pour un aliment héros d’une série de petits livres son chat, et que ce livre s’inspire d Pour la 5e année consécu-
À TABLE ! résolument interdit à table : les parus aux Éditions La Joie de lire d’une aventure qui lui est réelle- tive, la chambre de commerce
d’Alain Crozon bonbons. Ou comment les su- pendant plusieurs années, très ment arrivée. Une belle balade et d’industrie de Paris (CCIP)
Sarbacane, 40 p., 13,50 € creries mirent fin, dans un petit appréciés en Suisse, son pays imaginaire. organise la « Nuit de l’orien-
village d’Italie, à la révolte des natal. Voici une excellente oc- d DÈS 7 ANS tation » samedi 22 janvier à la
BONBONS ET BOUTONS enfants, qui avaient décidé de ne casion de faire sa connaissance, YAËL ECKERT Bourse de commerce de Paris.
de Donatella plus boutonner leurs vêtements. si ce n’est déjà fait : cette bande L’objectif est d’offrir aux jeunes
et Emmanuel Guibert Cette fable délicieuse est magni- dessinée est drôle, touchante, et JEU VIDÉO de 14-20 ans et à leurs parents
Gallimard jeunesse, fiquement illustrée d’assiettes les dessins de Haydé, peintre et un temps de réflexion sur leurs
24 p., 19,50 €. peintes par Emmanuel Guibert. illustratrice d’origine iranienne, Professeur Layton compétences, leurs envies ; pour
À croquer ! vifs, profonds et terriblement et le destin perdu leur permettre d’approcher de
Les assiettes inspirent les ar- d DÈS 6 ANS Nintendo/Level 5, façon concrète divers métiers et
tistes… Coup sur coup sortent 40 €, DS leur donner des pistes pour dé-
deux livres qui détournent avec BANDE DESSINÉE cider de façon sereine de leurs
brio cet objet indissociable Après deux premiers titres très choix. Le programme, très lu-
des repas familiaux. Le repas, LA FUGUE DE MILTON réussis, le professeur Layton et dique, proposera différents
c’est justement le thème de À de Haydé son assistant Luke sont de retour espaces : des conseils indivi-
table ! d’Alain Crozon. Le repas La Joie de lire, pour une nouvelle aventure lon- dualisés et en libre accès, des
ou plutôt les ordres – parfois 36 p., 9,80 € donienne. Leur mission : enquêter ateliers thématiques, des tests
contradictoires – que l’on donne sur la disparition d’un premier de personnalité, des rencon-
aux enfants : « Mange moins vite ! » Milton est un beau chat noir et ministre et de grands scientifi- tres avec des professionnels
« Dépêche-toi, tu as judo dans cinq blanc qui, de retour de longues ques. Logique, sens de l’observa- et des consultants spécialistes
minutes ! » ou « Mange au moins la vacances à la campagne, veut tion, calcul mental… les cellules de l’orientation ainsi que des
viande ! » « Mais si ! C’est bon les absolument retrouver la source grises sont en effervescence pour stands d’information et des
endives ! ». À chaque phrase une où il aimait s’abreuver au soleil. résoudre les 168 énigmes retorses présentations des écoles.
assiette, sur laquelle un chat ri- Le voilà donc parti pour une d’une intrigue rondement menée. Bourse de commerce

L A JOIE DE LIRE
golo sourit, ouvre la bouche (ou escapade bien plus longue que Les graphismes, quant à eux, 2, rue de Viarmes, Paris 1er
pas), se bat avec la nourriture… prévu. L’occasion de vivre mille ont toujours le même charme. De 15 h à 22 h. Entrée libre.
Irrésistible. aventures plus palpitantes les d DÈS 11 ANS
d DÈS 3 ANS unes que les autres, même si CÉCILE JAURÈS
LOISIRS
Trouver des activités
le mercredi
V d Pour les bébés ou les ado-
LIEN DE FAMILLE f Antoine Veil, V Yves Durand lescents, de 0 à 18 ans, plus de
mari de Simone Veil, académicienne, CHRONIQUE 2 000 activités loisirs et séjours
ludiques sont proposés sur le
qui fut ministre de la santé, première femme nouveau site « www.mercredi
présidente du Parlement européen…
En costume au cimetière sapresmidi.com ».
d Les Guides Rivages ont sélec-

« Etre M. Veil m’a plus Il a le visage fermé, celui des différent. Ce cimetière posé à
« jours sans ». Hugo n’est pas de flanc de coteau, avec ses pentes
tionné des activités de loisirs
selon des critères précis : la
qualité de l’accueil, la trans-

distrait que traumatisé » mauvaise humeur, pourtant. Il raides et ses tombes plantées dans
est seulement triste. Il voudrait tous les sens, il le connaît par
refréner ses larmes, se forcer à cœur. C’est du rabâché pour lui.
mission d’un savoir ou d’un
savoir-faire et la convivialité
des sessions.
«
L
’aura dont bénéficie Simone des femmes, qui a toujours tenu une ne pas ciller, alors il serre les lè- La première fois qu’il y est venu, d Le site « Mercredis Après-
ne m’a jamais traumatisé, place importante dans sa vie. vres et regarde devant lui. Mimi, il n’était encore qu’un gamin : sa Midi », récemment mis en
parce que rien ne peut Ainsi, lorsque, en 1974, la « pa- comme il l’appelait avec ses cou- maman, à 28 ans, venait de ren- ligne, a été conçu, avec une
entamer l’intime complicité qui tronne » est entrée en politique, il sins, Simone en réalité, était une dre son dernier soupir, rongée par navigation simple, pour offrir
est la nôtre depuis soixante-cinq n’y eut pas de raz de marée dans grand-tante célibataire. Une la tuberculose. Et ces pierres tout un maximum d’informations.
ans. C’est à Sciences-Po que je l’ai notre couple, mais plutôt dans la dame qui, à 85 ou 86 ans, aurait autour, gravées de noms italiens Plusieurs possibilités de sélec-
croisée la première fois. Sa beauté perception extérieure de celui-ci. pu lui paraître très âgée – à lui qui et de noms espagnols, comme le tion : par mot-clé, activité ou
se doublait d’une extrême réserve Du jour au lendemain, exit la femme juge que tous les adultes, passé la sien : des immigrés venus dans région. Un tri supplémentaire
de comportement, qui s’expliquait d’Antoine, et je suis devenu « le mari trentaine, sont déjà vieux. Si on les années 1920 ou 1930. « Au par âge, prix et proximité
sans doute par ce qu’elle venait de de Simone » bien souvent présenté lui demandait l’âge qu’elle pou- travail, c’étaient des géants ! », permet d’obtenir la réponse la
vivre. À l’époque, outre les tra- comme Monsieur Simone Veil ! vait bien avoir, il serait d’ailleurs se souvient André. À cause de plus adaptée aux attentes des
ditionnels métiers de secrétaire, L’humour m’a accompagné tout incapable de le préciser. Cela ne l’émotion, il a parlé un peu fort. parents et des enfants.
sage-femme, ou infirmière, peu au long de ce parcours atypique. comptait pas. Il sait seulement Devant, on s’est retourné et puis,
d’activités professionnelles étaient En tant que sherpa d’une idole cha- qu’elle était rigolote, qu’avec la rassuré, on s’est remis à marcher.
ouvertes aux femmes, même si les rismatique, j’ai pu toucher du doigt télé elle se tenait au courant de La tombe où Mimi va reposer, la SORTIE
jeunes filles étaient habilitées à la frustration que leur transparence tout sans jamais quitter sa vieille voilà justement. Le silence, d’un Des enfants reçus
faire des études. Dès la mairie, a pu de tout temps infliger aux com- maison biscornue, qu’elle avait le coup, s’est réinstallé. Hugo a re-
elles abandonnaient leur identité pagnes des hommes politiques en cœur sur la main et se montrait gardé le cercueil de bois glisser comme des rois
et même si leur mari venait à relief. Certes, j’ai dû mettre mes vel- d’une inépuisable indulgence lentement dans le trou noir, il d Plus de 300 bars, brasseries,
disparaître, le prénom de celui- léités politiques en veilleuse, et me avec ses neveux et petits-neveux. s’est un peu penché pour voir. restaurants en France, affiliés à
ci leur restait attaché. Le jour de contenter de mandats locaux. Je me Mais Mimi est dé- Déjà quelques l’association « Service en tête »,
notre mariage, Simone Jacob était suis alors consacré à des activités cédée et, en cette Hugo, dans ce cortège fleurs avaient été offrent un kit de jeux à tous les
donc devenue Mme Antoine Veil. professionnelles qui m’ont comblé. fin de matinée, la jetées. enfants accompagnés de leurs
J’avoue volontiers que je n’étais Avec le recul, en observant dans famille la conduit
funèbre, ne sait pas J’ai recroisé le parents. Une initiative destinée
pas obsédé par le souci de la l’actualité les ravages que la rivalité au cimetière du trop où se situer. petit cousin quel- à attirer les familles qui sont en-
parité, mais une fois mes études des ambitions peut créer dans un petit village où ques minutes plus core 70 % à ne pas fréquenter
terminées, Simone rappela ferme- couple, je mesure à quel point le elle avait toujours vécu et qu’à tard. La portière de la voiture était ces établissements, notamment
ment son souhait d’exercer le métier profil bas auquel je me suis tenu a aucun prix elle n’aurait quitté. ouverte, il semblait s’affairer et les cafés, en dépit de l’interdic-
d’avocate, sans doute fortement été la voie de la sagesse. » Les derniers gels ont laissé les je me suis demandé ce qu’il bri- tion de fumer dans les lieux pu-
influencée par sa propre mère, qui RECUEILLI PAR allées crevassées. Il ne manque- colait ; ce n’était pas vraiment le blics. Au programme : un set de
aurait aimé travailler. Simone a ra- ÉVELYNE MONTIGNY rait plus que la mamie ou le papy, moment de jouer les mécanos. En table avec jeux (coloriage, jeux
conté dans ses mémoires mon peu dont les yeux sont plus brouillés m’approchant, j’ai compris qu’il des 7 erreurs, sudoku), ma-
d’enthousiasme à la voir embrasser Antoine Veil, ancien inspecteur des encore que ceux de l’adolescent, se changeait. Hugo avait déjà ôté gnets, ballons et crayons de
une carrière d’avocat. Nous transi- finances et chef d’entreprise, a été le s’y tordent une cheville ! C’est la chemise blanche et la veste couleur…
geâmes sur le métier de magistrat. fondateur de l’influent club Vauban leur sœur et belle-sœur qu’ils noire ; les épaules tombaient un Retrouvez les établissements
Pour mes petites-filles, aujourd’hui qui contribua à asseoir une certaine accompagnent jusqu’au caveau peu, les manches étaient un peu participants sur
adultes, cette « intervention » dans vision de la France et de l’Europe dans de la famille. Hugo, dans ce longues, c’était sans doute celle www. service-en-tete.fr
le choix du métier de mon épouse le monde. qu’on appelait autrefois le cor- du papa. Il renfilait, vite fait, un M.A-P et F.L.
reste inimaginable ! Il vient de publier un essai intitulé tège funèbre, ne sait pas trop où tee-shirt coloré. Le temps de la
De fait, Simone gagna très vite les Salut (Éd. Alphée, 156 p., 16,90 €), se situer. Tout à l’heure, il mar- cérémonie, il avait sacrifié aux
galons de son indépendance profes- un témoignage sans compromis chait en tête et maintenant il se contraintes du genre. Il devait
sionnelle, côtoyant le monde poli- pour comprendre la France actuelle. retrouve derrière. Même avec ses bien ça à Mimi. Y compris la La semaine prochaine
tique avec un détachement olym- Une séance de signature est prévue cousins, il se sent mal à l’aise et cravate, nouée, un peu lâche,
pien qui m’épatait. Elle souhaitait mercredi 2 février, de 13 à 14 heures ne sait quoi dire. autour de son col entrouvert. Peut-on apprendre
faire évoluer les choses auxquelles à la librairie du drugstore, 133 av. Son grand-père également s’est Sa première cravate. Son pre- à être heureux ?
elle croyait, et notamment la cause Champs-Élysées, Paris 8e. laissé distancer. Pour André, c’est mier enterrement aussi.