Vous êtes sur la page 1sur 12

š›

15e CHAPITRE

L’HOMME NOUVEAU

™ 
2 Corinthiens 5 :17 : « Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle création, les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses
sont devenues nouvelles. »
™ 
Verset 16 : « Ainsi, dès maintenant, nous ne connaissons personne selon la chair; et si nous avons connu Christ selon la chair, mainte-
nant nous ne Le connaissons plus de cette manière. »

Commentaire du chercheur — p.632


™ 
2 Corinthiens 5:16 : « Dès sa conversion Paul cessa de juger les gens en fonction des apparences. » Il sous-entendait ici que ses
adversaires, et jusqu’à un certain point ceux qu’ils influençaient, le faisaient.

Il fut un temps où cela était vrai de Paul aussi; il s’était opposé à Christ et à ses disciples — Actes 5:1; 22:4 —1 Corinthiens 15:9.
Parce qu’il avait connu Christ selon la chair — 2 Corinthiens 1:12 — il avait à l’époque une certaine connaissance théorique de
Christ, mais ce n’était pas comme de croire en Lui. En effet, il ne suffit pas d’avoir une certaine connaissance de Jésus pour qu’une
personne passe de l’égocentrisme au désintéressement (5:15). Seule la conversion peut effectuer cette transformation, comme ce
fut le cas pour Paul — Actes 9:1-20.

Question : Comment nous, qui sommes nés de nouveau, regardons-nous nos frères et sœurs ? Dans la chair ou en Jésus-Christ ?

La façon dont nous les regardons peut en effet faire une énorme différence dans notre appréciation et dans nos attitudes envers
eux.

De toute façon, si nous avons compris que nous-mêmes nous avons un regard juste lorsque nous nous voyons nous-mêmes en
Jésus-Christ, c’est la façon dont nous nous voyons nous-mêmes en Jésus-Christ, ou non, qui fera toute la différence :
1 – la façon dont nous vivons notre vie spirituelle,
2 – la relation que nous entretenons envers nos frères et sœurs qui sont aussi en Jésus-Christ.

Nous avons jusqu’à présent regardé nos frères et sœurs dans la chair. « Maintenant » nous pouvons dire avec l’apôtre Paul « ainsi
dès maintenant nous ne connaissons personne selon la chair ». (5:16a).

Voici ce qui fait toute la différence dans nos relations entre frères et sœurs : notre façon de vivre notre vie chrétienne, lorsque nous
nous voyons nous-mêmes en Jésus-Christ.

Si je me regarde avec la vision que j’ai de moi-même en Jésus-Christ, comment pourrais-je regarder mes frères et sœurs autre-
ment ?

Voilà la solution à beaucoup de conflits dans la vie de l’Église aujourd’hui. Matthieu 10 : 40-42; 18:10-11; 25:31-40.
2
† L’HOMME NOUVEAU

Nous avons en Jésus-Christ une nouvelle identité, une nature nouvelle, une nouvelle façon de penser, une nouvelle façon de nous
voir personnellement. 1 Corinthiens 2:16.

Même notre corps est dorénavant le Temple du Saint-Esprit. Voir 1 Corinthiens 6:19.

En ce qui concerne la Thérapie Divine, cela n’a plus de rapport avec ce que j’étais, mais avec ce que je suis maintenant.

Le seul rapport avec le passé ce sont les tendances de la chair face à son ancienne manière de vivre. Ce n’est pas une ancienne
nature que nous possédons encore, mais uniquement des tendances à pécher si nous marchons selon la chair. 1 Pierre 1:17-23.

La Thérapie Divine consiste à laisser la pensée de Dieu prendre racine en nous de manière à renouveler notre intelligence, puis
à nous laisser transformer afin de « amener toute pensée captive à l’obéissance de Christ » par l’illumination du Saint-Esprit.

La chair n’est pas une deuxième nature. La chair ce sont les anciennes tendances héritées du vieil homme lesquelles, posi-
tionnellement, ne concordent plus avec celles de l’homme nouveau que nous sommes devenus depuis notre conversion. Voir
Romains 6:20-23, Éphésiens 2:1-10.

Notre position avant la conversion à Christ : « nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus vivants avec Christ ». Éphé-
siens 2:5 (c’est par Grâce que vous êtes sauvés).

Nous parlons de la nature adamique : à cause de son péché, nous sommes débiteurs et cohéritiers avec Adam et Ève de la consé-
quence de cette chute, soit la mort spirituelle. Romains 5:12-19.

Maintenant que nous sommes en Jésus-Christ par la grâce de Dieu - Romains 6:12-14; 6:9 — la mort n’a plus aucun pouvoir sur
nous — Romains 8:15-16 — ni le péché d’ailleurs — Romains 6:14.

La loi par l’interdit nous provoquait à cause de la chute et de notre perdition, et notre chair, par conséquent, était vendue au
péché — voir Romains 7.

Avant la chute — Genèse 1:15 : « L’Éternel Dieu prit l’homme, et le plaça dans le jardin d’Éden pour le cultiver et pour le garder ».

Dans Sa volonté Dieu avait un plan extraordinaire pour l’homme, un plan parfait, un plan où le péché était totalement absent de
la vie d’Adam.

L’Éternel Dieu est un Dieu qui prend plaisir à la miséricorde. Pour un aperçu, voir Jérémie 3:6 à 4:4 — Chapitre9.

Dieu ne ment jamais. Il voulait réellement créer l’homme dans le but de le cultiver et de le garder, mais à cause de la désobéis-
sance l’homme a perdu ses privilèges.

Dieu plaça deux tracés pour l’homme, que nous voyons clairement dans Genèse 2:16-17. Dans l’Ancien Testament, nous voyons
Israël et Juda confrontés à ces deux tracés, même après la chute.
L’HOMME NOUVEAU † 3

Pourquoi Dieu a-t-il fait les choses ainsi ? Pour éprouver l’homme dans sa préférence entre deux chemins possibles et pour que
l’homme soit béni éternellement, ou pour qu’il peine sous le fardeau de son mauvais choix. Voir Ézéchiel 18:20-32.
™ 
Ézéchiel 18:23 : « Ce que je désire, est-ce que le méchant meure  ? dit le Seigneur, l’Éternel ? N’est-ce pas au contraire, qu’il change
de conduite et qu’il vive ? »
™ 
Ézéchiel 18:32 : « Car je ne désire pas la mort de celui qui meurt, dit le Seigneur, L’Éternel. Convertissez-vous donc et vivez. »

Nous voyons réellement le cœur de Dieu, car Dieu ne prédestine pas la mort du méchant. Au contraire, Il désire qu’il se convertisse
et qu’il vive.
™ 
Romains 1:28 : « Comme ils ne se sont pas souciés de connaître Dieu, Dieu les a livrés à leurs sens réprouvés pour commettre des
choses indignes ». Voir Jean 3:17-21.

Dieu connaît d’avance ceux qui croiront en son Fils Jésus-Christ. Lorsque l’homme ne reçoit pas Jésus-Christ, il est déjà perdu et
il ne fait que perpétuer son chemin dans la perspective de la perdition éternelle. Le salut lui a été accessible, mais il a préféré les
ténèbres. Alors il est livré à son propre choix de demeurer perdu. Tite 2:11-15.

Celui ou celle qui répond à l’Illumination Divine avec Foi, plaçant sa confiance en Jésus-Christ seul, dans le sacrifice unique
expiatoire et de substitution, pour son salut, est sauvé (e). Mais celui qui rejette le Fils au moment de l’illumination demeure perdu
éternellement.

Alors nous voyons que la Volonté de Dieu se définit en deux chemins que l’on appelle :
- la volonté effective de Dieu en ce qui concerne ceux qui reçoivent le salut,
- la volonté permissive pour ceux qui se perdent et rejettent un si grand salut.

Maintenant que ces points ont été clarifiés, nous continuerons à regarder ensemble la suite de l’homme nouveau.

LE RAPPORT DE DIFFÉRENCE ENTRE LES TROIS NIVEAUX

Les pères « parce que vous avez connu Celui qui est dès le commencement ».

Le troisième niveau se répète deux fois en rapport avec le fait de connaître « Celui qui est dès le commencement ». 1 Jean 2:13-
14 — Jean 17:3 :
a. Dans la pratique courante de chaque jour, les pères connaissent expérimentalement la Volonté de leur Maître et demeurent en
Lui, puisque leurs connaissances sont des connaissances non seulement théoriques, mais pratiques.
b. Les jeunes gens sont :
1 - ceux qui ont vaincu le malin,
2 - ils sont forts spirituellement,
3 - la Parole de Dieu demeure en eux.
4
† L’HOMME NOUVEAU

c. Les petits enfants sont :


1 - leurs péchés sont pardonnés,
2 - parce qu’ils ont connu le Père.

Alors, examinons-nous nous-mêmes pour savoir à quel niveau nous sommes rendus !

L’homme nouveau inclut la femme. Ce qui démarque cet homme c’est son mode de vie spirituelle centrée sur Christ.

Prédestiné à être semblable à l’image unique de Dieu, il garde constamment l’accent sur la perspective de ce seul objectif, car
cet objectif a la dimension d’éternité dont il est maintenant le débiteur, et il essaie de racheter le temps en marchant de progrès
en progrès, concentré sur cet objectif d’éternité — Jean 17:3 — en s’appropriant Christ le Seigneur et pas uniquement le Sauveur.

LA FAÇON DE VIVRE DE L’HOMME NOUVEAU

™ 
2 Corinthiens 5:14-15 : « Car l’amour de Christ nous presse, parce que nous estimons que si un seul est mort pour tous, tous donc sont
morts, 15 et qu’Il est mort pour tous, afin que ceux qui vivent ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour Celui qui est mort et ressuscité
pour eux. »

Alors, nous voyons comment (voir Ro 8:5-13 — 1 Pi 4:6) :


a. ne pas vivre selon la chair ou comme ceux que nous étions auparavant,
b. vivre et demeurer dans la perspective centrée sur Christ.

Nous ne vivons pas dans la perspective de ce que nous étions avant notre conversion, mais en Christ. C’est l’unique façon de nous
approprier Jésus pour vivre l’homme nouveau et puis demeurer en Lui — Voir 1 Jean 2:26-29 — dans l’attente de la délivrance
finale lors du retour de notre Seigneur Jésus-Christ.

L’assurance du croyant repose sur la perspective de demeurer en Lui, 1 Jean 2:28-29, car c’est l’essence même de l’homme nou-
veau de demeurer dans l’identité nouvelle qui lui a été acquise par Christ à la croix. Voir 1 Jean 4:7-21 — 1 Thessanoliciens 4:7-21
— 2 Thessanoliciens 2:13-17.

Retour de Christ et l’enlèvement, moyens de très grande espérance et de motivation pour persévérer. 1 Thessanoliciens 4:1-11.
™ 
Galates 2:20 : « J’ai été crucifié avec Christ ; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi ; ce que je vis maintenant
dans la chair, je le vis dans la Foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré Lui-même pour moi. »

Ceci n’est pas exclusif à Paul et ce n’est pas une option non plus, c’est la nouvelle vie du croyant, sa nouvelle manière de vivre,
c’est-à-dire : « … si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la Foi au Fils de Dieu ».

Vivre dans la Foi au Fils de Dieu c’est : Voir Galates 2:21 — Psaume 32.


L’HOMME NOUVEAU † 5

Vivre par l’Esprit : dans la Foi au Fils de Dieu selon la part définie par Dieu pour chaque croyant, selon Son plan, Son dessein,
selon les dons qu’Il nous a donnés.

Ce que Paul a compris avec la position passée qui lui a été acquise à la croix : « J’ai été crucifié avec christ ».

Cela veut dire que le mode de vie de Paul et le nôtre doivent avoir comme aspect central : « la croix de Christ. C’est pourquoi
Paul dit : « si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la Foi au Fils de Dieu ».

Le danger de refuser de vivre dans ce mode positionnel acquis par Christ à la croix pour chaque croyant : Galates 2 : 21 « Je ne
rejette pas la Grâce de Dieu ; car si la justice s’obtient par la loi, Christ est donc mort en vain ».

Cela veut tout simplement dire qu’aucun élément de la Loi ne peut nous procurer la justification, car la justification se trouve dans
la Loi qui a été accomplie pour nous et en nous par Christ seul. C’est par la Foi dans le Fils de Dieu que maintenant nous vivons
et nous marchons. Voir Romains 8:1-11.

Alors la nouvelle vie du croyant, le moteur qui nous fait vivre et marcher, c’est le Christ en nous. Colossiens 1:24-29 — Éphé-
siens 1:1‑14.

Voilà comment le croyant est appelé à vivre et à marcher. Voir 1 Corinthiens 2:1-16.

C’est le seul chemin de la Foi. Marchons-y avec espérance, courage, amour et Foi. C’est le genre de Foi que je souhaite à tous.
1 Corinthiens 2:1-16.

L’ÉPREUVE

™ 
Jacques 1:2-4 : « Mes frères regardez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés. »

La vision dans l’épreuve donnera un sens de direction et un but à atteindre dans nos vies.
™ 
Jacques 1:12 : « Heureux l’homme qui supporte patiemment la tentation ; car après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie,
que le Seigneur a promise à ceux qui l’aiment. »

La maladie, l’injustice, les difficultés financières, le péché des personnes immatures qui nous agacent, etc. font partie des épreuves.
Le verset 2 de Jacques ne dit pas « attristez-vous, soyez en colère, soyez frustrés ». Non, la pensée de Dieu est très différente de
la nôtre.

Pour vivre selon le mode de vie en Jésus-Christ, gérons notre pensée selon la pensée de Dieu et non par celle de notre chair ou
de notre propre justice.

Soyons intelligents et comprenons la pensée du Seigneur : « Mes frères, regardez comme un sujet de joie complète les diverses
6
† L’HOMME NOUVEAU

épreuves auxquelles vous pouvez être exposés ».

Notre première réaction c’est de nous attrister, de critiquer, de juger, alors que nous devons au contraire penser et agir spirituel-
lement.

L’épreuve est censée nous rapprocher de Dieu et non de nous en éloigner.

« Regardez » comment notre vision et nos attitudes, influencées par une intelligence renouvelée, agiront sur :

- notre spiritualité,
- notre psychologique,
- notre volonté émotionnelle,
- notre santé spirituelle et physique,
- nos choix.

Pendant que l’épreuve fait son œuvre en silence et d’une façon invisible, comme le potier qui fait un vase d’honneur d’or ou
d’argent, ainsi agit l’épreuve dans nos vies. Jacques 1 : 3 « Sachant que l’épreuve de votre produit la patience », fruit de l’Esprit
Saint.

Verset 4, « Mais il faut que la patience accomplisse parfaitement son œuvre ».

Le produit de l’épreuve doit se manifester dans la persévérance « afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien ».
Voir 1 Pierre 2:1-10 — 1Pierre 3 h 10-17. Lire 1 Pierre 4:12-19 à 1 Pierre 5:10.

Que le Seigneur nous illumine pour que nous comprenions Sa volonté. Éphésiens 5:15-20 — Colossiens 4 : 12 — Éphésiens 1:15-23.

L’épreuve ne doit pas être reçue par l’être animal que nous sommes, mais par l’homme spirituel qui seul peut concevoir, par l’Esprit
saint, quelque chose d’aussi paradoxal ?

L’homme animal ne peut ni concevoir ni comprendre le sens spirituel dans la réalité de l’épreuve.

L’épreuve, comme on l’a vu auparavant, vise l’atteinte d’un objectif très précis et peut perdurer jusqu’à l’atteinte de cet objectif, où
que nous soyons dans le chemin direct vers cet objectif.

Pendant que nous plaignons, que nous sommes frustrés, que nous vivons de la colère, nous ne réalisons pas que nous perdons
notre temps et notre énergie qui alors sont mal investis.

L’épreuve doit trouver en nous l’être spirituel que nous sommes en réalité et la Foi conduira l’épreuve dans la direction exacte du
but fixé par Dieu.

Il serait beaucoup plus productif spirituellement de nous poser personnellement la question : qu’est-ce que j’ai à approfondir dans
cette épreuve, et de prier Dieu pour qu’Il nous dirige directement vers le but qu’Il a fixé pour nous.
L’HOMME NOUVEAU † 7

Servons-nous de notre Foi pour accepter avec une joie complète que Dieu permette l’épreuve pour notre bien spirituel dans la
perspective de l’éternité.

Réalisons que Dieu veut notre bonheur durant notre vie présente, mais bien plus encore, dans la perspective de la vie éternelle.
Voir Jean 17:3.

L’épreuve conduit au brisement, puis au dépouillement de notre ego, pour finalement mieux nous revêtir de Christ Lui-même.

Pour nous revêtir de Christ, il doit nécessairement et obligatoirement y avoir dépouillement. Un peu comme lorsque nous arrivons
de travailler nous nous lavons et nous changeons nos vêtements pour nous mettre à notre aise.

L’être nouveau ne peut se sentir à l’aise sans Christ. Il a été recréé dans cet objectif très précis de ressembler à son Seigneur, et tant
qu’il ne marchera pas dans cette direction il ne peut être spirituellement heureux.

J’espère que nous comprendrons et que nous nous empresserons à prendre le plus tôt possible ce seul chemin.

CONCLUSION : L’épreuve est la méthode que Dieu emploie dans nos vies pour nous transformer à l’image de Son Fils, pourvu
que nous comprenions et que nous recevions l’épreuve avec « une joie complète », car en ne nous y opposant pas, l’épreuve fera
en silence l’œuvre de transformation et de sanctification qui nous conduira en ligne droite avec le plan final de Dieu pour nous,
c’est-à-dire « prédestinés à être semblables à l’image de son Fils bien-aimé ». Romains 8:28-30 — MARANATHA

LE PARADOXE

Le paradoxe c’est que le croyant renverse les pôles une seconde fois pour inverser le processus de ce qui devrait alimenter sa
nouvelle vie.

Le croyant se réjouit d’une joie complète de ses faiblesses, de ses souffrances, de ses épreuves, de ses peines, de tout ce qui paraît
négatif à l’incroyant. Oui, cela doit se transformer en une joie complète. Ne pas confondre joie humaine et joie spirituelle. Il ne
s’agit pas de nous réjouir des épreuves, mais dans l’épreuve qui nous conduit vers la perspective de vie au niveau spirituel.

Paul l’exprimait ainsi — 2 Corinthiens 12:7-10.


™ 
Verset 9 : « Et Il m’a dit : Ma grâce te suffit, car Ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers
de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi. 10 C’est pourquoi je me plais dans les persécutions, dans les détresses,
pour Christ ; car quand je suis faible, c’est alors que je suis fort. »

Attends un peu, Paul, tu exagères certainement ! Cet appel t’était sûrement adressé à toi personnellement ! Voir 1 Thessanoli-
ciens 1:3-12.
8
† L’HOMME NOUVEAU

Les premiers chrétiens n’avaient pas du tout un mode de vie effréné comme le nôtre. Ils savaient se réjouir dans la simplicité, dans
l’humiliation et même dans les persécutions. Emprisonnés, livrés aux bourreaux ou aux lions, ils chantaient…

Sommes-nous appelés à quelque chose de différent d’eux ? Aucunement. Nous aussi nous devons avoir part aux souffrances de
Christ si nous voulons être glorifiés avec Lui. Romains  8:18-27; 12:1.

Tous les chrétiens doivent être prêts à affronter l’adversité, quelle qu’elle soit. Dieu seul sait la part de souffrances prévue pour
chacun de nous.

Pour l’authentique chrétien, souffrir pour Christ est un privilège venant de Dieu.

Le chrétien mature ne se plaint pas. Il profite du privilège des diverses épreuves pour se réjouir.

Auparavant, je ne comprenais pas le pourquoi de tous les échecs, des faillites dans ma vie, de la pauvreté, de l’insuccès. Je
pensais selon la définition du monde, ma perspective n’était pas juste.

Être chrétien c’est se réjouir quoiqu’il nous arrive de la part particulière des souffrances réservées pour chacun de nous, selon le
plan et le dessein bienveillant de Dieu.

Cela ne veut pas nécessairement dire que nous serons torturés, mis à mort, pour notre Foi. C’est juste que si cela nous arrive, nous
devons y être préparés.

Plusieurs chrétiens meurent sans être passés par cela, mais comme nous ne pouvons renier notre Maître nous devons toujours être
prêts, quoiqu’il arrive.

J’espère dans le Seigneur que nous veillerons et prierons au cas où nous serions peut-être un jour destinés à cela.

P.-S. À vrai dire, je suis loin d’être rendu à ce stade, mais j’essaie de m’y préparer dans l’éventualité où j’aurais à mourir de cette
façon, ce qui est toujours possible pour chacun de nous.

Gloire à Dieu, Amen.

LES OBSTACLES AUX ÉPREUVES — RÉFLEXION

1 - la fuite,
2 - le déni,
3 - le doute,
4 - l’apitoiement,
5 - se replier sur soi,
6 - vouloir demeurer dans sa bulle,
L’HOMME NOUVEAU † 9

7 - vivre le cœur amer, inquiet, être anxieux,


8 - être passif, négatif, faire des scénarios de dramatisation,
9 - être pessimiste,
10 - se réfugier dans notre convoitise préférée,
11 - le mensonge,
12 - la gourmandise, la paresse,
13 - la facilité,
14 - le confort,
15 - le matérialisme,
16 - le jeu,
17 - l’impureté,
18 - l’orgueil,
19 - la cupidité,
20 - la rébellion, etc.

Je note ici plusieurs façons de contourner l’épreuve alors qu’en réalité c’est Dieu et nous-mêmes que nous contournons en retar-
dant notre croissance et en nourrissant ce qui, au contraire, doit être sanctifié, épuré, affronté.

Chaque élément mentionné est un combat refusé, un défi non relevé, l’évitement de la Croix et du dépouillement de la chair, le
refus de revêtir Christ.

Chaque jour la peur, la lâcheté, l’hypocrisie, nous font mettre notre déguisement, de peur que l’on nous voie tels que nous sommes.

Ce sont des détours qui nous rejoindront tôt ou tard. De plus, ils auront fait des petits, ils se seront multipliés, ce qui inévitablement
nous conduira vers l’échec, la faillite, pour finalement nous briser totalement et nous conduire tout droit à la détresse. Souvent,
hélas, ce n’est qu’un pitoyable portrait de qui nous sommes réellement.

C’est dans cette détresse que nous désirerons intensément nous laisser conduire par Christ, guider par Lui. Souvent ce n’est qu’à
ce moment que nous serons prêts à nous repentir et à lâcher prise devant la Seigneurie de Christ.

Dès lors nous sommes mûrs pour le changement et nous le désirons vraiment, car notre état de détresse l’emporte sur nos faux
fuyants. Psaume 51:19; 147:3 — Ésaïe 57:15; 61:1-3.

RÉFLEXION FINALE ET QUESTIONNEMENT

Les clés du changement passent par le processus de sanctification :


1 - Être en relation avec Dieu par son Esprit et sa « Parole :
Éphésiens 1:15-23 — Éphésiens 2:19-22 – Éphésiens 5:1‑21 et prier pour l’illumination.
2 - Nous laisser convaincre et être renouvelés dans notre intelligence, nous laissant ainsi transformer :
Éphésiens 4:22-24.
10
† L’HOMME NOUVEAU

3 - Prendre la décision ferme par la Foi de Le suivre à n’importe quel prix :


Hébreux 11:1 — 1 Corinthiens 16:13.
4 - Accepter la souffrance et le mécontentement dans la chair :
Romains 5:1-5 – 1 Pierre 4:1-3.
5 - Persévérer dans le combat spirituel avec piété et avec crainte :
Éphésiens 6:10-20 — Proverbes 15:31-33 — Proverbes 9:9-12.
6 - Dans l’attente du retour de Christ, en nous laissant consoler par Son retour :
2 Thessanoliciens 2:15-17.
7 - Les yeux fixés sur Jésus et non sur notre passé ou nos malheurs :
Philippiens 3 : 12-14.
8 - Voir les promesses rattachées pour celui qui accepte l’épreuve avec joie :
Jacques 1:2-7 — 1 Pierre 5:5-10.

LES OBSTACLES AUX CHANGEMENTS

1 - le doute — Jacques 1:2-8,
2 - l’indécision,
3 - marcher selon la chair — Galates 5:13-26,
4 - l’inconstance,
5 - l’ambivalence,
6 - le relâchement et l’idolâtrie — Éphésiens 5:3-7,
7 - ne pas avoir de vision et d’objectifs spirituels,
8 - la convoitise des yeux et de la chair et l’orgueil de la vie,
9 - les faux raisonnements,
10 - l’autojustification, le légalisme,
11 - l’insoumission à la Volonté de Dieu,
12 - la désobéissance et la rébellion — 1 Jean 5:14-21.

LES DIVERSES DÉPENDANCES


Lire le Psaume 37.

Survol rapide.

Comment expliquer les diverses dépendances ?

Exemple de dépendance :
1 – à l’alcool,
2 – à la drogue,
L’HOMME NOUVEAU † 11

3 – au sexe,
4 – à la nourriture,
5 – à la télévision,
6 – au travail,
7 – à la musique,
8 – au matérialisme,
9 – aux ordinateurs.

Je crois que toutes les dépendances ont un lien commun :


1 – un mal de l’âme,
2 – un enchaînement spirituel,
3 – le fruit de faux raisonnements,
4 – des dominations obsessives de certaines dépendances,
5 – le fruit d’une curiosité malsaine,
6 – un désir, une passion non fondée spirituellement,
7 – une oppression intérieure.

Causes : 1 – un mal de l’âme intérieur,


2 – l’écoute du mensonge,
3 – la recherche d’un faux moyen pour combler un vide.

Souvent nous traitons le moyen, la substance, comme l’alcoolisme ou la drogue, la sexualité déréglée, etc., plutôt que de s’attaquer
à la cause réelle découlant de la conséquence du péché originel.

Le problème de fond, comme on l’a vu un peu avant, est un mal de l’âme nourrie par le mensonge et l’illusion de combler ce
mal par n’importe quel moyen, sauf celui de revenir à la base, à la cause réelle qui est du ressort de la spiritualité seule. Lire
Galates 5:16-26 (verset 24) — Jacques 1:13-15.

Pour excuser leurs mauvais comportements, certaines personnes utilisent comme défense la génétique de leurs parents ; ils ou-
blient que même si leurs ancêtres leur ont légué un bagage génétique, la cause de départ fut le péché de nos premiers parents.
Exemple : Ma mère était alcoolique, c’est ce qui explique ma mauvaise tendance. J’ai hérité de ses gènes.

Pour combler nos vides intérieurs nous n’avons pas raison de justifier notre problématique, notre dépendance à quelque substance
que ce soit, car le vide intérieur ne peut être comblé que par Dieu uniquement.

Lorsque je suis né de nouveau j’ai réalisé que ma génétique réelle était en Christ et que la victoire est totalement possible sur
n’importe quelle dépendance.
™ Philippiens 4:13 : « Je puis par Celui qui me fortifie. » — 2 Corinthiens 10:14 : « Tout est possible à celui qui croit. »

Ce n’est pas, en fait, un problème de substance, de sexe ou de drogue, etc., c’est tout simplement un problème fondamental de Foi.
D’un ancien alcoolique, fumeur, drogué, maintenant affranchi par Christ. Dieu m’a parlé par ces versets : Matthieu 11:28-29 —
Jean 8:32; 14:6.
12
† L’HOMME NOUVEAU

GENRE DE QUESTIONS À SE POSER POUR SAVOIR S’IL Y A VRAIMENT CROISSANCE

1 – Est-ce que je vis des transformations durables dans ma vie ?


2 – Quels changements ont été démontrés depuis quelques années ?
3 – Mes proches me font-ils des commentaires sur les changements qui se sont opérés en moi ?
4 – Est-ce que je combats contre les effets du péché ou contre les causes ?
5 – Qu’est-ce qui manifeste s’il y a eu sanctification ?
6 – Est-ce que je confesse sans réelle repentance ou est-ce que la repentance est manifeste dans ma vie et dans
ma confession ?
7 – Est-ce que mon culte est journalier, est-ce que j’adore Dieu en Esprit et en Vérité, ou seulement le dimanche
matin ? — Romains 12:1.
8 – Est-ce que nous aimons Dieu de la façon dont Lui désire être aimé ? 1 Jean 2:3-11. Exemple : la sobriété et la vi-
gilance, lorsque nous conduisons une voiture, sont essentielles. C’est la même chose lorsque Dieu dirige notre
vie spirituelle, cela fait partie de notre responsabilité de prier, d’être sobres et de veiller, cela doit faire partie
intégrante de notre spiritualité. Que penseriez-vous d’un croyant qui prierait avant de prendre sa voiture pour
que Dieu le protège et qui ensuite fermerait les yeux, croyant qu’Il ferait tout à sa place ? De même, lorsque
nous prions Dieu pour qu’Il conduise notre vie spirituelle nous devons obéir, nous soumettre à Sa Volonté, en
passant à l’action en tenant compte de notre responsabilité. La Foi agissante dans l’amour est agréable à
Dieu, mais la Foi passive est morte en elle-même. Si tu te connais bien en Jésus-Christ par la connaissance
de Sa Parole, si tu apprends à respecter ta spiritualité en identifiant dans la prière les moments où tu es sous
tension, ou sous une oppression, ou sous une domination, si tu te réfugies en Dieu et sa Parole plutôt que te
voir tel que tu es, seulement alors tu apprendras la vraie liberté. Par contre tu dois vivre et demeurer dans le
moment présent, par la Foi, étant honnête envers Dieu, dans la sobriété spirituelle, en veillant sur tes voies,
sachant affirmer ta Foi devant Dieu et les hommes, sachant aussi lâcher prise sur le contrôle que la chair
exerce sur ta vie. En remettant le contrôle de ta vie entre les mains de Dieu dans l’acceptation de la souffrance
et en demeurant constant et persévérant dans ce genre de mode de vie spirituelle, tu connaîtras la victoire
spirituelle. En affrontant tes craintes par des versets appropriés dans la Parole de Dieu (principes et promesses),
en résistant aux attaques de ton pire ennemi, le diable, et si tu continues de persister dans le combat spirituel,
tout deviendra possible pour toi. Par Celui qui te fortifie, tu pourras franchir les géants de ta vie et pour la
première, tu verras la lumière et la victoire, peu importe le genre de difficultés à affronter. Tu vaincras par la
puissance du Saint-Esprit qui seul sera exprimé dans ta vie. La crainte réelle de Dieu c’est haïr le mal, c’est le
voir avec les yeux de Dieu. Aimer le mal c’est le voir avec les yeux de la chair, tandis que le haïr c’est en être
pleinement conscient. L’aimer c’est en être inconscient.

Commentaire : Pensez au Notre-Père où les trois premiers aspects de la prière sont centrés sur Dieu seul.
Matthieu 6:5-15 — Tite 2 : 11‑15.
Dernier test : Comparez-vous aux deux principaux commandements pour savoir où vous en êtes !
1 Jean 4:7-21 ; 5:2-5 ; 3:11-24.
Que la Grâce et la Paix soient avec chacun de vous.
Sincèrement, François Galarneau
FIN DE LA RÉFLEXION