Vous êtes sur la page 1sur 8

IUT Génie Civil de Saint Pierre Travaux pratiques de 1ére année

IUT Génie Civil 1ère année


TP de Résistance des Matériaux N°3
FLEXION DE POUTRES (CAS ISOSTATIQUES)

Groupe: Date: Note / Remarques:


Noms / Prénoms:

Rendu le :

Objectifs du TP
• Vérification des principes de superposition dans le cas de la flexion simple.
• Influence du type de liaisons, de chargement et de matériau dans des cas de flexion simple.
• Etude de la distribution du moment fléchissant le long de la poutre.
• Etude des contraintes le long de la poutre et d’une section droite.

⌦ Matériels utilisés
• Bâti de Flexion N°1, trois poutres en acier.
• Jauges de déformation collées sur les poutres.
• Pont d’extensométrie et boîtier de commutation
• Papier millimétré

Rappels théoriques
a) Généralités

Dans le cas des flexions simple et composée, les éléments de réduction dans n’importe quelle section
r
droite se réduisent à un effort tranchant Vy (perpendiculaire à la ligne moyenne) et à un moment
r r
fléchissant M Gz (perpendiculaire à la ligne moyenne, et à Vy ) et à un effort normal.
Pour faire apparaître les efforts intérieurs, on effectue une coupure fictive (section S) à la distance x de
r
l’origine A. En isolant le tronçon E1 (fig. 1), on obtient l’expression des efforts tranchants Vy et le
r r
moment fléchissant M Gz le long de la poutre (fig. 2). y
r r r r F1
En flexion pure : M Gz ≠ 0 avec Vy = 0 F2
r r r r
En flexion simple : M Gz ≠ 0 avec Vy ≠ 0 E1 E2 r
x
r G
z A

Fig. 1
Ra Rb

TP de Résistance des Matériaux : Flexion isostatique 21


IUT Génie Civil de Saint Pierre Travaux pratiques de 1ére année

r r
y F1 V Vy

E1
r
x
A

r G
z r
Ra M G MGz

x
Figure 2 : Efforts intérieurs dans une section droite.

b) Etude des contraintes

Hypothèses sur les allongements (Bernouilli): Deux sections droites et planes avant allongements restent
planes et droites après allongements, mais tournent l’une par rapport à l’autre :
Ligne
moyenne

En flexion simple, les contraintes normales résultent du moment fléchissant. La contrainte normale dans
M Gz
une poutre en un point P d’une section S (fig. 3) est donnée par la relation : σ x = − y
I Gz
Les efforts tranchants n’ont aucun effet sur la valeur de σ x . r
y
La contrainte σ x est donc maximum pour y = y max
M’
M P F
Où MGz est le moment fléchissant dans la section S y
r z
y est la distance de l’axe Gz au point P
z
IGz est le moment quadratique de la section S par rapport à Gz
G
r
x
(S)

Fig. 3

D’après cette formule, la contrainte normale est la même pour tous les points P situés sur le
r
segment FM parallèle à G z donc en particulier F et M.
Considérons un point M’ très voisin de M à la même côte y ; lorsque la poutre se déforme, la longueur
MM’ varie d’une certaine quantité Δ(MM’) ; d’après la loi de Hooke, la contrainte normale en M est :
Δ (MM' )
σ x =E Pour mesurer la contrainte normale au point P, il suffit donc de mesurer la variation de la
MM'
longueur du segment MM’ grâce aux jauges et au pont d’extensométrie.

TP de Résistance des Matériaux : Flexion isostatique 22


IUT Génie Civil de Saint Pierre Travaux pratiques de 1ére année

Mode opératoire

Les essais de flexion vont être effectués sur trois poutres en acier (tableau 1), avec des
configurations multiples de chargements (voir figures 4 à 8) et de portées.
L’approche utilisée permettra la mise en évidence des contraintes le long des poutres et dans leur section
droite, ainsi que la distribution du moment fléchissant. Elle nécessite l’utilisation de jauges de
déformation.
Désignation Poutre 1 Poutre 2 Poutre 4
(section carrée vide)
Matériau Acier Acier Acier
Longueur 130 cm 65 cm 130 cm (ep. 1.6 mm)
Dimensions 25.1 × 5.18 mm 25.10 × 5.30 mm 40.06 × 29.98 mm
11 11
Module d'elasticité 2.1 10 Pa 2.1 10 Pa 2.1 1011 Pa
Surface section droite
Tableau 1 : Description des poutres utilisées.

A. Mise en évidence des contraintes (appuis simples)


Manipulation

La première expérimentation permet de mettre en évidence la distribution des contraintes le long de la


poutre. Effectuer les opérations suivantes sur la poutre 1 dans le cas de chargement présenté à la figure 4:
1. Relever les positions des jauges.
2. Raccorder les jauges au boîtier de commutation et mettre le pont sous tension. Faire les réglages
nécessaires (voir cahier de manipulation).
3. Charger la poutre.
4. Mesurer les allongements relatifs le long de la poutre à l’aide du pont de Wheastone.

Exploitation

1. Donner le diagramme des moments théoriques : diagramme 1 (feuille millimétrée 1).


2. Calculer les contraintes expérimentales à partir des allongements relatifs, et des données du tableau
1.
3. Représenter les contraintes expérimentales sur le diagramme 2 (feuille millimétrée 1). Commenter.
4. Superposer sur le diagramme 1 les moments fléchissants obtenus à partir des contraintes
expérimentales.
5. Superposer sur le diagramme 2 les contraintes théoriques obtenues à partir du moment fléchissant
théorique.
6. Comparer et commenter les résultats théoriques et expérimentaux obtenus.
7. D’après la courbe des moments fléchissants obtenue à la question 1, déterminer le moment
quadratique de la section droite S de la poutre d’inertie de la poutre testée. Comparer avec le moment
quadratique obtenu avec les données du tableau 1.
A B

L/3

L = 105 cm 7 cm
18 cm

Charge : 10 N

Figure 4 : Premier cas de chargement des poutres étudiées.

TP de Résistance des Matériaux : Flexion isostatique 23


IUT Génie Civil de Saint Pierre Travaux pratiques de 1ére année

TABLEAUX RECAPITULATIFS POUR LES EXPERIMENTATIONS A ET B

Désignation Unités J1 J2 J3 J4 J5 J6 J7 J8
Position
(or. : appui gauche)
Allongement rel. exp.
(chargement 1)
Allongement rel. exp.
(chargement 2)
Allongement rel. exp.
(chargement 3)
Contraintes exp.
(chargement 1)
Contraintes exp.
(chargement 2)
Contraintes exp.
(chargement 3)
Tableau 2 : Relevés expérimentaux des allongements relatifs et des contraintes calculées.

Désignation Unités J1 J2 J3 J4 J5 J6 J7 J8
Position
(or. : appui gauche)
Allongement rel. Théo.
(chargement 1)
Allongement rel. theo.
(chargement 2)
Allongement rel. théo.
(chargement 3)
Contraintes théo.
(chargement 1)
Contraintes théo.
(chargement 2)
Contraintes théo.
(chargement 3)
Tableau 3 : Résultats théoriques obtenus pour les contraintes et les allongements relatifs.

TP de Résistance des Matériaux : Flexion isostatique 24


IUT Génie Civil de Saint Pierre Travaux pratiques de 1ére année

B. Etude du principe de superposition

Effectuer les opérations suivantes sur la poutre 1 dans les cas de chargements présentés aux figures 5 et
6. Les résultats seront consignés sur les feuilles millimétrées 2 et 3.

Manipulation

1. Procéder de façon identique à la manipulation A pour positionner la poutre, régler le pont de jauges.
2. Mesurer les allongements relatifs (voir tableau 2).

Exploitation

1. Donner le diagramme des moments théoriques (diagramme 1).


2. Représenter les allongements relatifs et les contraintes obtenues à partir de ces allongements relatifs
sur les diagrammes respectifs 3 et 2.
3. Comparer et commenter les résultats pour ces trois expériences. Le principe de superposition des
efforts est-il vérifié ?

A B

18 cm 2L/3 7 cm

Charge : 10 N

L = 106 cm

Figure 5 : Chargement de la poutre pour la partie B.

A B

L/3
2L/3

18 cm 7 cm

Charge : 10 N

Figure 6 : Chargement de la poutre pour la partie B.

TP de Résistance des Matériaux : Flexion isostatique 25


IUT Génie Civil de Saint Pierre Travaux pratiques de 1ére année

C. Etude d'une poutre encastrée.

Le système étudié est une poutre (poutre 2) encastrée à l'extrémité A. On étudiera le


comportement de cette poutre pour un cas de chargement (fig. 7). Le but étant d'étudier les allongements
relatifs et les contraintes dans un tel système afin de les comparer au cas précédent.

Manipulation

1. Relever les positions des jauges.


2. Raccorder les jauges au boîtier de commutation et mettre le pont sous tension. Faire les réglages
nécessaires (voir annexes).
3. Charger la poutre.
4. Relever les allongements relatifs donnés par les jauges (tableau 4).

Exploitation

1. Donner le diagramme des moments théoriques (diagramme 1, feuille millimétrée 4).


2. Comparer les résultats à ceux obtenus pour la poutre à deux appuis.
3. Représenter les contraintes et les allongements relatifs expérimentaux sur les diagrammes 2 et 3.
4. Déterminer et représenter les contraintes et allongements relatifs théoriques sur les diagrammes 2 et
3.

Encastrement
A

35 cm 21 cm

Charge : 10 N

Figure 7 : Chargement de la poutre encastrée

Désignation Unités J1 J2 J3 J4
Position (or. : appui gauche)
Unité :
Allongements relatifs exp.

Contraintes exp.

Allongements rel. Théor.

Contraintes théor.

Tableau 4 : Relevés expérimentaux des allongements et contraintes, expérimentation C

TP de Résistance des Matériaux : Flexion isostatique 26


IUT Génie Civil de Saint Pierre Travaux pratiques de 1ére année

D. Etude de la distribution de la contrainte normale : Poutres de grandes


sections en flexion simple.
Dans cet essai, on mesure les allongements et contraintes associées à la mise en charge décrite à la
figure 8. Les manipulations se feront avec la poutre 4. Pour l'étude des contraintes, cinq jauges sont
placées en milieu de poutre et cinq autres jauges sont placées en début de poutre.

Manipulation :

1. Relever les positions des jauges par rapport à l’appui gauche.


2. Charger la poutre au centre avec une charge de 30 N.
3. Mesurer les allongements relatifs pour chaque jauge.
A B
100 cm

24 cm 50 cm
6 cm

Charge : 30 N placée
au milieu de la poutre

Figure 8 : Position des jauges, et chargement des poutres de grandes sections

Exploitation

1. Calculer les contraintes normales associées à ces mesures.


2. Tracer la courbe de répartition des contraintes .
3. Déterminer les contraintes théoriques. Comparer.

TP de Résistance des Matériaux : Flexion isostatique 27


IUT Génie Civil de Saint Pierre Travaux pratiques de 1ére année

TABLEAUX RECAPITULATIFS POUR L’EXPERIMENTATION D

Désignation Unités J1 J2 J3 J4 J5
Position
(or. : appui gauche)
Allongements exp.
(chargement 1)
Contraintes exp.
(chargement 1)

Allongements théor.
(chargement 1)
Contraintes théor.
(chargement 1)
Tableau 5 : Relevés expérimentaux des allongements relatifs des jauges 1 à 5

Désignation Unités J6 J7 J8 J9 J10


Position
(or. : appui gauche)
Allongements rel. exp.

Contraintes exp.

Allongements rel. théor.

Contraintes théor.

Tableau 6 : Relevés expérimentaux des allongements relatifs des jauges 6 à 10

TP de Résistance des Matériaux : Flexion isostatique 28