Vous êtes sur la page 1sur 36

Ecole de Formation Continue et de Perfectionnement des Cadres

Enseignant :
Prof. A. KONIN
Sommaire 1

SOMMAIRE

INTRODUCTION ............................................................................................................................. 1
1. NOTATIONS UTILISEES ..................................................................................................................... 1
2. EQUATIONS DE BILAN (EQUATIONS DE CONSERVATION) .............................................................................. 1
2.1. Equation de continuité ou de conservation de la masse .......................................................... 1
2.2. Equation de conservation de la quantité de mouvement ......................................................... 2
2.3. Premier principe de la thermodynamique (Equation de conservation de l’énergie) ................ 2
2.4. Second principe de la thermodynamique ................................................................................. 3
3. MOTIVATION DU COURS ........................................................................................................................ 3
4. OBJECTIF DU COURS.............................................................................................................................. 4
BIBLIOGRAPHIE .................................................................................................................................... 4
CHAPITRE 1 : EQUATIONS GENERALES DES PROBLEMES D’ELASTOSTATIQUE ................................. 5
OBJECTIFS ............................................................................................................................................ 5
1. CADRE .............................................................................................................................................. 5
1.1. Hypothèses................................................................................................................................ 5
1.2. Notations et précisions ............................................................................................................. 5
2. EXPERIENCE DE TRACTION SIMPLE .................................................................................................. 6
3. FORMULATION DES LOIS DE COMPORTEMENT ............................................................................... 7
3.1. Elasticité linéaire ....................................................................................................................... 7
3.2. Milieux isotropes - Elasticité classique ...................................................................................... 7
4. EQUATIONS GENERALES EN ELASTOSTATIQUE LINEAIRE ISOTROPE ............................................... 8
4.1. Equations aux déplacements (Equation de NAVIER) ................................................................ 8
4.2. Equations aux contraintes (Equation de BELTRAMI) ................................................................ 8
5. METHODES DE RESOLUTIONS DES PROBLEMES D’ELASTOSTATIQUE ............................................. 9
5.1. Méthodologie............................................................................................................................ 9
5.2. Méthode de Navier ................................................................................................................... 9
5.3. Méthode de Beltrami ................................................................................................................ 9
CHAPITRE 2 : VISCO-ELASTICITE.................................................................................................... 11
OBJECTIFS .......................................................................................................................................... 11
1. CADRE ............................................................................................................................................ 11
1.1. Hypothèses.............................................................................................................................. 11
1.2. Problématique ........................................................................................................................ 11
2. RAPPEL DES EXPERIENCES UNIAXIALES ............................................................................................. 11
2.1. Expérience de retard, fonction de retard (FLUAGE) ................................................................ 11
2.2. Expérience de relaxation, fonction relaxation ........................................................................ 13

Sciences de l’Ingénieur 2 – A. KONIN


Sommaire 2

2.3. Commentaires ......................................................................................................................... 13


2.4. Recouvrance et effacement .................................................................................................... 14
3. FORMULATION FONCTIONNELLE DU COMPORTEMENT VISCOELASTIQUE LINEAIRE NON
VIEILLISSANT ...................................................................................................................................... 15
3.1. Loi de comportement unidimensionnel .................................................................................. 15
3.2. Modèle de KELVIN - VOIGT en unidimensionnel ..................................................................... 17
3.3. Equations des problèmes de viscoélasticité ............................................................................ 19
3.4. Méthode de résolution des problèmes ................................................................................... 20
CHAPITRE 3 : ELEMENTS DE PLASTICITE ........................................................................................ 21
OBJECTIFS .......................................................................................................................................... 21
PROBLEMATIQUE .............................................................................................................................. 21
Motivation ..................................................................................................................................... 21
Domaine de validité et d’emploi .................................................................................................... 21
1. FORMULATION UNIDIMENSIONNELLE DES LOIS ........................................................................... 22
1.1. L’expérience de traction simple .............................................................................................. 22
1.2. Relations de comportement.................................................................................................... 23
2. FORMULATION GENERALE DES LOIS DE COMPORTEMENT ........................................................... 24
2.1. Critère de plasticité ................................................................................................................. 24
2.2. Critère de plasticité usuels ...................................................................................................... 24
3. LOI ELASTOPLASTIQUE ........................................................................................................................ 25
3.1. Loi de PRANDLT - REUSS ......................................................................................................... 25
3.2. Equations des problèmes d’élasto-plasticité .......................................................................... 26
ANNEXE 1: MODÉLISATION DES STRUCTURES CURVILIGNES ......................................................... 28
OBJECTIF ............................................................................................................................................ 28
1. PROBLEMATIQUE........................................................................................................................... 28
1.1. La puissance des efforts intérieurs .......................................................................................... 29
1.2. La puissance des efforts extérieurs ......................................................................................... 29
1.3. Principe des puissances virtuelles - Equations d’équilibre ...................................................... 29
2. RELATION ENTRE LA THEORIE DES MILIEUX CURVILIGNES ET LA THEORIE TRIDIMENSIONNELLE . 30
3. DEFORMATIONS D’UN MILIEU CURVILIGNE EN PETITES PERTURBATIONS ................................... 31
4. EQUILIBRE D’UN MILIEU CURVILIGNE EN H.P.P ............................................................................. 32
5. ELASTICITE LINEAIRE ISOTROPE DES MILIEUX CURVILIGNES ......................................................... 32
5.1. Loi de comportement en H.P.P ............................................................................................... 32
5.2. Problème d’élastostatique des milieux curvilignes ................................................................. 32

Sciences de l’Ingénieur 2 – A. KONIN


1. Introduction 1

INTRODUCTION

La MECANIQUE DES SOLIDES est le domaine de la Science de l’Ingénieur qui étudie et modélise le
comportement de la matière en prenant en compte, contrairement à la Mécanique Rationnelle, sa
déformabilité. Comme les déformations dépendent non seulement des forces, mais aussi de la
température, il faut également prendre en compte les lois d'échange de chaleur et les principes de la
Thermodynamique. Cependant, il faut garder présent à l'esprit le fait que tous les développements
théoriques sont basés sur la conception fondamentale d'un milieu continu dont les transformations sont
continues. Or nous savons que la matière est discontinue à l'échelle moléculaire, souvent même à une
échelle beaucoup plus grande : cristaux d'un métal, grains d'une roche, granulats d'un béton. Mais la
Mécanique se place à une échelle macroscopique, c'est-à-dire à une échelle suffisamment grande pour
que la matière apparaisse comme continue, sauf éventuellement le long de certaines surfaces de
discontinuité comme les fractures.
L’étude de l’équilibre d’un milieu continu a montré qu’en l’absence de transformations physiques ou
chimiques, quatre types d’équations sont en principe nécessaires pour déterminer le mouvement de ce
milieu. Il s’agit de:
- L’équation de continuité ou de conservation de la masse,
- L’équation de quantité de mouvement,
- Les principes de la thermodynamique (équations de conservation de l’énergie),
- L’équation thermique (cas où la température intervient dans les lois de déformation : voir cours
de THERMODYNAMIQUE).

1. NOTATIONS UTILISEES

d
∶ dérivée par rapport au temps
dt
⃗V ∶ vecteur vitesse
⃗ ∶ normale extérieure à la surface considérée
n

∶ dérivée partielle par rapport au temps;
∂t
cette dérivée est utilisée lorsque la grandeur dépend de plusieurs variables
σ ∶ tenseur des contraintes ; ε ∶ tenseur des déformations
q ∶ flux de chaleur appliquée à la surface considérée
r ∶ rayonnement
T ∶ température
∂T ∂T ∂T
grad T = ∙i+ ∙j+ ∙ ⃗k (i , j , ⃗k)
∂x ∂y ∂z

2. EQUATIONS DE BILAN (EQUATIONS DE CONSERVATION)


2.1. EQUATION DE CONTINUITE OU DE CONSERVATION DE LA MASSE

Sciences de l’Ingénieur 2 – A. KONIN


1. Introduction 2

Soit un domaine matériel D qu’on suit dans son mouvement, et soit  sa masse volumique. Le principe
de la conservation de la masse postule qu’il n’y a ni apparition, ni disparition de matière. Autrement
dit, la vitesse de production volumique de matière est nulle soit :
d
  dv  0
dt D ( t )
(1)

Ce qui s’écrit en utilisant la propriété de la dérivée particulaire : D( t ) t dv  D( t )  V  n ds  0 (2)

En utilisant le théorème de la divergence :


  
D(t )  t  div ( V)  dv  0 (3)

Cette égalité étant vraie quelque soit D(t), on obtient l’équation locale de la conservation de la masse :

 d
 div ( V)    div V  0 (4)
t dt

2.2. EQUATION DE CONSERVATION DE LA QUANTITE DE MOUVEMENT


Cette équation de conservation correspond au Principe fondamental de la dynamique. En effet, dans
un référentiel galiléen (absence de forces de Coriolis et d’inertie), pour tout domaine matériel D, le
torseur dynamique est égal à la somme des torseurs des actions extérieures au système. Soit :
dV
D dt  dv  D   n ds  D  f dv (5)

Pour obtenir l’équation locale, on utilise le théorème de la divergence (5) devient :

dV
D dt  dv  D div () dv  D  f dv (6)

Cette égalité étant vraie pour tout D, on obtient l’équation locale du mouvement :

dv
  div    f (7)
dt

2.3. PREMIER PRINCIPE DE LA THERMODYNAMIQUE (EQUATION DE CONSERVATION DE L’ENERGIE)


Le premier principe postule que :
 Il existe une fonction d’état scalaire u appelée énergie interne massique telle que l’énergie
interne U de D est :

U D u dm (8)

 On appelle énergie totale  de D la somme de son énergie interne et de son énergie cinétique
Le premier principe s’écrit alors :
 2
d  u  V  dm     
dt D 2  D  V    n  q  n  ds  D   f  V  r  dv (9)
 
En utilisant la propriété des intégrales de masse et les résultats précédents, on aboutit à l’équation
locale de la conservation de l’énergie :

du d
    div q  r (10)
dt dt

Sciences de l’Ingénieur 2 – A. KONIN


1. Introduction 3

2.4. SECOND PRINCIPE DE LA THERMODYNAMIQUE


Le second principe de la thermodynamique postule que :
 Il existe une fonction scalaire s appelée entropie massique telle que l’entropie S de D est :

S D s dm (11)

 La variation d’entropie S dans une évolution infinitésimale doit respecter (localement) :


 
ds r q
   div   (12)
dt T T
 
En éliminant r dans (12), il vient :

 ds du  d q
 T       grad T    0 (13)
 dt dt  dt T
 est la dissipation, on a :    th  int où th est la dissipation thermique et int la dissipation
intrinsèque avec :

q  ds du  d
 th    grad T et  int    T    
T  dt dt  dt
On admet généralement que les deux dissipations sont indépendamment positives. Le second principe
s’écrit aussi th  0 ; int  0.
La positivité de la dissipation thermique est assurée par le choix d’une loi de conduction thermique
adéquate (loi de Fourier par exemple).
La positivité de la dissipation intrinsèque impose qu’il y ait des relations entre , u et s.
Une autre forme du second principe est donnée par l’inégalité de Clausius-Duhem :

 d dT  d q
 s      grad T    0 (14)
 dt dt  dt T
Où   u  T s est l’énergie libre massique.

3. MOTIVATION DU COURS
On constate que les équations de bilan n’intègre pas la nature du matériau (les équations sont les
mêmes que l’on utilise du beurre, du bois, de l’acier ou du béton). Ainsi, la résolution du problème du
mouvement d’un milieu continu nécessite l’utilisation de relations supplémentaires. Ces relations, dans
le cas où la température n’intervient pas dans l’équilibre du milieu, constituent les équations
rhéologiques. Ce sont les lois de comportement qui sont liées à la nature du matériau et elles sont
déterminées de façon expérimentale.
De plus, le second principe impose l’existence de relations entre , u et s.

Sciences de l’Ingénieur 2 – A. KONIN


1. Introduction 4

4. OBJECTIF DU COURS
L’objectif de ce cours est:
1. d’une part de formuler et d’identifier les lois de comportement de matériaux solides
généralement rencontrés dans le domaine du génie civil. Il s’agit notamment:
- des solides élastiques (acier, béton, bois, etc.) : cas des matériaux ne se souvenant que de leur
configuration initiale.
- des solides doués de viscosité (acier, bois, béton, bitume, etc.) : ce sont les matériaux présentant
des déformations dites différées.
- des solides doués de plasticité (métaux,...) : cas des matériaux se souvenant de leur histoire de
sollicitation. Il y a alors existence de déformations permanentes.
2. et d’autre part, de poser et de résoudre les problèmes de mécanique dans les structures
solides à partir des équations fournies par les lois de comportement.

BIBLIOGRAPHIE
1. J. LEMAITRE - J. L. CHABOCHE: ‘Mécanique des matériaux solides’ DUNOD
2. J. SALENCON - B. HALPHEN: ‘Cours de calcul des structures’, ENPC (1981)

3. J. SALENCON: ‘Mécanique du continu’, 3 tomes, éd. ELLIPSES


4. Y. BAMBERGER: ‘Mécanique des solides déformables’, éd. DUNOD
5. L. SEDOV: ‘Mécanique des milieux continus’, éd. MIR (1975)

6. J.C. CHARMET: ‘Mécanique du solide et des matériaux’, ESPCI – Laboratoire d’Hydrodynamique


et Mécanique Physique

Sciences de l’Ingénieur 2 – A. KONIN


1. Equations générales des problèmes d’élastostatique 5

CHAPITRE 1 : EQUATIONS GENERALES DES PROBLEMES D’ELASTOSTATIQUE

OBJECTIFS
L’élève sera capable de:
- Formuler et identifier une loi de comportement de matériaux solides élastiques,
- Résoudre analytiquement un problème d’élasticité linéaire classique.

L'expérience montre que si la déformation du matériau est suffisamment faible, il reprend son état
primitif non déformé lors de la suppression des efforts extérieurs ayant provoqué sa déformation. Le
comportement élastique parfait correspond à une réversibilité mécanique parfaite. Le tenseur des
déformations  est alors une variable d'état et sa donnée détermine, de manière biunivoque, le tenseur
des contraintes . Le travail de déformation développé entre deux états d'équilibre est alors
indépendant du chemin suivi entre ces deux états.

1. CADRE
1.1. HYPOTHESES
- Le milieu étudié est élastique (la dissipation intrinsèque est nulle),
- Les perturbations sont petites (Hypothèses des Petites Perturbations),
- Les évolutions sont isothermes; évolutions lentes,

- L’état naturel est dénué de contraintes,


- Le milieu est homogène.

1.2. NOTATIONS ET PRECISIONS


x, t : désignent les variables d’espace et de temps,
-  (x, t): le tenseur des déformations,
-  (x, t): le tenseur des contraintes,

- W(): l’énergie libre volumique du milieu à la température considérée appelée énergie volumique
des déformations élastiques.

En général, W dépend de la particule W(x, ); mais on considérera par définition qu’un milieu est
homogène si l’énergie des déformations élastiques est indépendante de la particule considérée; d’où
W = W(). W est par hypothèse une fonction convexe fermée non négative. La recherche de la loi de
comportement pour un matériau élastique en évolution isotherme revient à trouver la relation entre le
tenseur des contraintes et le tenseur des déformations, soit alors:
w (  )
 ij  (1)
 ij

Sciences de l’Ingénieur 2 – A. KONIN


1. Equations générales des problèmes d’élastostatique 6

C’est l’expérience qui fournit ces relations.

2. EXPERIENCE DE TRACTION SIMPLE


Pour fixer les idées, on considère une éprouvette soumise à un essai de traction simple. Cet essai met
en évidence trois stades principaux dans l’évolution du comportement du matériau.

Un comportement élastique linéaire ou non (domaine 1) pour lequel aucune déformation résiduelle
ne se maintient après décharge.

Dans ce domaine, la relation entre la contrainte et la déformation (loi de comportement) s’écrit :


LOI DE HOOKE : 𝜎 = 𝐸 ∙ 𝜀 , E : module longitudinal du matériau et qui correspond à la pente de la
branche linéaire du graphe
Un stade de déformation plastique parfait (domaine 2) et avec écrouissage (domaine 3) caractérisé
par une déformation résiduelle irréversible après décharge, l'ensemble du comportement étant
complètement indépendant du temps, notamment de la vitesse de chargement.

Une étape d'endommagement (domaine 4) conduisant à la rupture. L'endommagement se


manifeste par l'altération progressive des propriétés mécaniques qui accompagne, habituellement pour
d'assez grandes déformations ou sous sollicitations cycliques, la formation et la croissance de
microfissures et microcavités, altération pouvant aller jusqu'à la rupture. Naturellement liées à la
déformation elle même les lois d'endommagement doivent être couplées aux lois de comportement et
l'ensemble détermine le comportement réel du matériau. Selon les matériaux, la rupture peut se
produire plus ou moins tôt, notamment en stade élastique ou plastique avant endommagement.
Cependant, dans bien des cas, le temps intervient et la courbe d'essai obtenue est une fonction de la
vitesse de sollicitation (domaine 5). Ainsi un arrêt à contrainte constante s'accompagne d'une
déformation de fluage, un arrêt à déformation constante s'accompagne d'une relaxation de la
contrainte, une sollicitation cyclique d'hystérésis. C'est la manifestation de la viscosité du matériau
visco-élasticité ou visco-élasto-plasticité.

Sciences de l’Ingénieur 2 – A. KONIN


1. Equations générales des problèmes d’élastostatique 7

3. FORMULATION DES LOIS DE COMPORTEMENT

En s’appuyant sur la relation de HOOKE (cas unidirectionnel), il est possible d’établir la loi de
comportement de solides tridimensionnels.
3.1. ELASTICITE LINEAIRE
Contraintes en fonction des déformations
En tout point d’un matériau élastique linéaire, le tenseur des contraintes est une fonction linéaire du
tenseur des déformations.

ij  a ijkl  kl (2)


et l’énergie libre volumique est une forme quadratique définie positive.
W   1   : a :  (3)
2
Les coefficients aijkl vérifient les identités: aijkl = ajikl = aijlk = alkij
(4)
Les relations (2) représentent la loi de HOOKE généralisée.
Les aijkl sont appelées modules d’élasticité et a est le tenseur des modules d’élasticité.

Remarques
La symétrie de aijkl en i et j tient au fait que ij est symétrique en i et j et la symétrie en k et l tient à
la symétrie de kl en k et l.
Les formes linéaires (2) font donc intervenir au plus 36 coefficients.
L’invariance par permutation des couples (i, j) et (k, l) tient à l’existence de W et impose une restriction
à la généralité des équations (2).
Avec les identités (4), il n’y a plus que 21 modules d’élasticité.

. Déformations en fonction des contraintes


Des relations (2), on peut déduire l’expression des déformations en fonction des contraintes par
inversion:

ij  a ijkl   kl (5)

et on peut associer à W(), la forme duale W*() qui est une forme quadratique définie positive.

W    1   : a  :  (6)
2
Les coefficients a*ijkl vérifient également les identités (4).

Le tenseur a* est le tenseur des complaisances élastiques.

3.2. MILIEUX ISOTROPES - ELASTICITE CLASSIQUE


. Un milieu isotrope est un milieu où par définition toutes les directions autour d’un point sont
matériellement équivalentes (toute direction est axe de symétrie).
. Un milieu élastique linéaire est isotrope, si la loi de comportement (2) ou (5) a la même expression
dans tout repère orthonormé. Ce qui indique que le tenseur des modules d’élasticité ou le tenseur des
complaisances élastiques a les mêmes composantes dans tout repère orthonormé.

Sciences de l’Ingénieur 2 – A. KONIN


1. Equations générales des problèmes d’élastostatique 8

. Contraintes en fonction des déformations


Pour un milieu élastique isotrope, la loi de comportement est de la forme:

ij    kk  ij  2    ij (8)


Les coefficients  et  homogènes à une pression sont les coefficients de LAME.
. Déformations en fonction des contraintes

De façon classique, on introduit les coefficients d’élasticité E et :

ij  1    ij    kk  ij (10)


E E
. Relations entre les différents coefficients
E E  3  2
  ;   E
2 1    1  2  1    2     
La condition nécessaire pour que W* soit définie positive est : E > 0 et -1 <  < 1/2

4. EQUATIONS GENERALES EN ELASTOSTATIQUE LINEAIRE ISOTROPE


Etudier dans des conditions données l’équilibre d’un système élastique linéaire isotrope, c’est trouver
le champ des tenseurs des contraintes et le champ des déplacements des différentes particules à partir
de la configuration supposée connue, c’est à dire 9 fonctions à valeurs scalaires ij, Xi définies dans S.
Les équations dont on dispose pour cette étude dans S sont:
- Les 3 équations d’équilibre

ij, j  fi  0 (12)
- Les 6 équations déterminant le tenseur des déformations

ij  1   Xi, j  X j,i  (13)


2
- Les 6 équations de comportement

ij    kk  ij  2    ij (14)

Au total on a 15 équations liant 15 fonctions scalaires Xi, ij, ij.

4.1. EQUATIONS AUX DEPLACEMENTS (EQUATION DE NAVIER)


Un champ de déplacements X peut être le champ des déplacements observé dans l’équilibre d’un
système élastique S si et seulement si, en tout point de S:
 
  
  X        grad div X  f  0 (15)
   
  
   2     grad div X    rot rot X  f  0 (16)
La vérification est facile en portant (13) dans (14) et en substituant l’expression de ij dans (12) pour
obtenir (15).

4.2. EQUATIONS AUX CONTRAINTES (EQUATION DE BELTRAMI)


Un champ de tenseurs des contraintes peut être considéré comme le champ des contraintes observé
dans l’équilibre d’un système élastique S si et seulement si, en tout point de S:

Sciences de l’Ingénieur 2 – A. KONIN


1. Equations générales des problèmes d’élastostatique 9

div  f  0


 

1
1 
 
grad grad I  grad f  grad f    1  div f  I  0
t (20)

 
Dans les cas fréquents f  0 ; les équations de BELTRAMI se réduisent à:
1     ij  I ,ij  0 (21)

5. METHODES DE RESOLUTIONS DES PROBLEMES D’ELASTOSTATIQUE


5.1. METHODOLOGIE
Pour résoudre un problème d’élasticité, l’ingénieur est
obligé de combiner entre elles, les équations (22) à
(26). Avant cela, il doit s’assigner un objectif primaire :
veut-il aborder le problème sous l’angle des forces
internes auquel cas il s’attachera à déterminer en
priorité le champ des contraintes ou préférera-t-il
d’abord établir le champ de déplacement ?
Quel que soit l’objectif primaire, les autres inconnues
en seront déduites en parcourant dans un sens ou dans
l’autre le cercle méthodologique (fig. 1.2).
La résolution du problème une fois l’objectif choisi, se
« réduit » à la recherche de solutions analytiques d’un
Fig. 1.2 : Méthodologie de résolution d’un jeu d’équations aux dérivées partielles auxquelles il faut
problème d’élasticité adjoindre les conditions aux limites pour que la solution
particulière se dessine complètement

Si le problème présente des particularités géométriques (état plan de contrainte, état plan de
déformation, problème axisymétrique, etc.), elles sont prises en compte le plus tôt possible de sorte à
réduire la complexité mathématique.

5.2. METHODE DE NAVIER


La méthode de Navier s’inscrit dans une « méthode des déplacements ». On l’emploie chaque fois que
l’objectif primaire est la détermination du champ de déplacement. Le schéma de résolution est présenté
ci-après :
Les champs X et  sont
ses champs solutions

Conditions vérifiées

Conditions aux limites en Choix d’une forme de Vérification de l’équation Vérification des conditions
Calcul de  et de 
déplacements et symétrie champ de déplacements de Navier aux limites en 

Conditions non vérifiées

5.3. METHODE DE BELTRAMI


La méthode de Beltrami constitue une « méthode de forces » ; elle est utilisée lorsque l’objectif primaire
est d’établir le champ des contraintes. Le schéma de résolution est indiqué ci-dessous :

Les champs X et  sont


les champs solutions

Conditions vérifiées

Conditions aux limites en Choix d’une forme de Vérification de l’équation Vérification des conditions
Calcul de  et de X
contraintes et symétrie champ de contraintes aux limites en X
Sciencesde deBeltrami
l’Ingénieur 2 – A. KONIN

Conditions non vérifiées


1. Equations générales des problèmes d’élastostatique 10

Sciences de l’Ingénieur 2 – A. KONIN


2. Visco-élasticité 11

CHAPITRE 2 : VISCO-ELASTICITE

OBJECTIFS
L’élève sera capable de :
- Formuler et identifier une loi de comportement de matériaux viscoélastiques,
- Résoudre analytiquement un problème de viscoélasticité classique.

1. CADRE
Les polymères, le béton, le bois, le bitume, etc. présentent à différents degrés de la viscosité associée
à l’élasticité. Aussi, peut-on traduire leur comportement par un modèle de viscoélasticité dont la
modélisation s’effectue à partir de l’assemblage ressort + amortisseur.

1.1. HYPOTHESES
- Les milieux considérés sont viscoélastiques linéaires isotropes,
- La dissipation intrinsèque n’est pas nulle,
- Les évolutions sont isothermes ; la dissipation thermique est nulle,
- Les perturbations sont petites (H. P. P),

- Les milieux sont ‘non vieillissants’.

1.2. PROBLEMATIQUE
On s’attache à décrire le comportement des matériaux viscoélastiques linéaires ‘non vieillissants’. Pour
ce faire, nous nous attellerons à :

- présenter la formulation fonctionnelle des lois de comportement en partant du cas général ;


on donne les éléments de calcul de structures viscoélastiques linéaires ‘non vieillissantes,

- donner quelques éléments sur l’identification des caractéristiques mécaniques de


viscoélasticité linéaire isotrope.

2. RAPPEL DES EXPERIENCES UNIAXIALES


2.1. EXPERIENCE DE RETARD, FONCTION DE RETARD (FLUAGE)
Une expérience simple permet de mettre en évidence et d’identifier le comportement différé des
matériaux : l’expérience isotherme de retard, parfois appelée aussi expérience de fluage, sous
sollicitation uniaxiale.

Sciences de l’Ingénieur 2 – A. KONIN


2. Visco-élasticité 12

On la réalise en imposant à un corps d’épreuve de forme convenable (éprouvette de traction ou de


compression, …), homogène, une sollicitation uniaxiale en contrainte, réputée homogène. Considérons
l’expérience de retard en traction simple sur une éprouvette de polymère en restant dans le domaine
des petites déformations, la température étant maintenue constante.
 L’éprouvette n’est pas initialement chargée ; elle est en équilibre et son matériau constitutif est
alors dans son état naturel (état de contrainte nulle en tout point),
 A l’instant t0, on impose instantanément un échelon de contrainte d’amplitude 0,

 Cette contrainte est ensuite maintenue constante (fig. 2.1a)


On la réponse uniaxiale correspondante, c’est-à-dire l’évolution dans le temps, ou l’histoire, de la
déformation longitudinale , supposée homogène dans l’éprouvette, comptée à partir de l’état naturel
pris comme référence géométrique (fig. 2.1b).

a) Echelon de contrainte b) Réponse en déformation

Fig. 2.1 : Expérience de retard (fluage) à l’instant t0

Par définition, (t) est nulle jusqu’à l’instant t0. A t0, « instantanément », une déformation (t0) est
produite, qui traduit le comportement instantané du matériau. Ensuite, pour t  t0 la déformation
évolue : elle croît en fonction de t, de façon continue et monotone, la concavité de la courbe étant
dirigée vers le bas (fig. 2.1b).
La description mathématique de cette expérience est aisée.
On désigne par Y(t) la fonction « échelon » de Heaviside appliquée à l’instant 0, définie par :
𝑌(𝑡) = 0 𝑡 < 0
{ (2.1. )
𝑌(𝑡) = 1 𝑡 ≥ 0

Et par Y(t) l’échelon appliqué à l’instant , soit :


𝑌 (𝑡 − 𝜏) = 0 𝑡 < 𝜏
{ 𝜏 (2.2. )
𝑌𝜏 (𝑡 − 𝜏) = 1 𝑡 ≥ 𝜏
L’histoire de s représentée sur la fig. 2.1a s’écrit alors :
𝜎(𝑡) = 𝜎 0 𝑌𝑡0 (𝑡) (2.3)
Il est commode de décrire la réponse correspondante par la formule :
𝜀(𝑡) = 𝜎 0 𝐽(𝑡0 , 𝑡, 𝜎 0 ) (2.4)

La discontinuité de J(t0, t, 0) pour t = t0 notée ‖𝐽(𝑡0 , 𝑡, 𝜎 0 )‖, traduit la réponse instantanée du matériau
à l’instant t0, dans cette expérience.

Sciences de l’Ingénieur 2 – A. KONIN


2. Visco-élasticité 13

Si le matériau ne subit pas de transformation physique ou chimique brutale qui modifierait ses
propriétés mécaniques, la fonction J(t0, t, 0) est continue par rapport à la variable t0.
L’expérience ainsi décrite est l’expérience de retard, effectuée à l’instant t0 avec l’amplitude 0. La
fonction J(t0, t, 0) est la fonction de retard correspondante.

2.2. EXPERIENCE DE RELAXATION, FONCTION RELAXATION


L’expérience de relaxation isotherme est l’homologue de la précédente dans laquelle la sollicitation
imposée est désormais la déformation longitudinale  et la réponse observée est la contrainte .
A partir de l’état non chargé de l’éprouvette, dans lequel le matériau est dans l’état naturel pris comme
référence géométrique, on impose l’histoire de déformation (fig. 2.2a) :
𝜀(𝑡) = 𝜀 0 𝑌𝑡0 (𝑡) (2.5)
Et l’on observe la réponse en contrainte (fig. 2.2b) que l’on met sous la forme :
𝜎(𝑡) = 𝜀 0 𝑅(𝑡0 , 𝑡, 𝜀 0 ) (2.6)

A l’instant t0, après le saut correspondant à la réponse « instantanément » du matériau, la contrainte


décroît en fonction de t  t0, de façon continue et monotone, la concavité de la courbe étant dirigée
vers le haut (fig. 2.2b).

a) Echelon de déformation b) Réponse en contrainte

Fig. 2.2 : Expérience de relaxation à l’instant t0

La discontinuité de R(t0, t, 0) pour t = t0 notée ‖𝐽(𝑡0 , 𝑡, 𝜀 0 )‖, traduit la réponse instantanée du matériau
à l’instant t0, dans cette expérience.
Comme précédemment, si le matériau ne subit pas de transformation physique ou chimique brutale qui
modifierait ses propriétés mécaniques, la fonction R(t0, t, 0) est continue par rapport à la variable t0.
L’expérience ainsi décrite est l’expérience de relaxation, effectuée à l’instant t0 avec l’amplitude 0.
La fonction R(t0, t, 0) est la fonction de relaxation correspondante.

2.3. COMMENTAIRES
Malgré leur similitude apparente, il existe une différence importante entre les expériences de retard et
de relaxation quant à la possibilité effective de les réaliser.
 L’expérience de retard est toujours réalisable, quel que soit le matériau.

Sciences de l’Ingénieur 2 – A. KONIN


2. Visco-élasticité 14

 En revanche, l’expérience de relaxation n’est réalisable que s’il est possible d’appliquer au
matériau un échelon de déformation instantané, c’est-à-dire la réponse instantanée du
matériau dans l’expérience de retard est non nulle : ‖𝐽(𝑡0 , 𝑡, 𝜎 0 )‖ ≠ 0, ∀ 𝜎 0 ≠ 0.

Par ailleurs, l’expérience montre que les temps caractéristiques des phénomènes de retard et de
relaxation sont, en règle générale, significativement différents : la relaxation est un phénomène
plus rapide que le retard (fluage).

2.4. RECOUVRANCE ET EFFACEMENT


2.4.1. Recouvrance
L’expérience de recouvrance n’est autre que l’expérience de charge-décharge relative à l’expérience de
retard. Elle consiste à imposer une sollicitation en « créneau » : le plateau de la Fig. 2.1a, d’amplitude
0 à partir de l’instant t0, est interrompu par une décharge instantanée de même amplitude à l’instant
t1 (Fig. 2.3a).

a) Créneau de contrainte b) Réponse en déformation

Fig. 2.3 : Expérience de recouvrance

L’histoire de sollicitation s’écrit ainsi, avec t0  t1 :


𝜎(𝑡) = 𝜎 0 (𝑌𝑡0 (𝑡) − 𝑌𝑡1 (𝑡)) (2.7)
La réponse typique en déformation est représentée sur la Fig. 2.3b. Evidemment identique à celle de
retard pour t  t1, elle comporte une réponse instantanée décroissante à l’instant t1, suivie d’une
évolution monotone décroissante pour t  t1.
Le phénomène de « récupération » du matériau mis en évidence porte le nom de recouvrance. Cette
recouvrance est dite totale si la déformation s’annule pour t suffisamment grand ou lorsque 𝑡 → ∞ : il
n’y a alors pas de déformation permanente du matériau après décharge totale.

2.4.2. Effacement des contraintes


L’expérience dit d’effacement se rattache à l’expérience de relaxation, vis-à-vis de laquelle elle est
l’homologue de l’expérience de recouvrance (Fig. 2.4). la sollicitation en créneau est, avec t0  t1 (Fig.
2.4a) :
𝜀(𝑡) = 𝜀 0 (𝑌𝑡0 (𝑡) − 𝑌𝑡1 (𝑡)) (2.8)

Sciences de l’Ingénieur 2 – A. KONIN


2. Visco-élasticité 15

La réponse typique en contrainte (Fig. 2.4b) est identique à celle de relaxation pour t  t1. Elle comporte
une réponse instantanée décroissante à l’instant t1, lorsque l’on ramène la déformation à la valeur nulle,
suivie d’une évolution de la contrainte monotone décroissante en valeur absolue.

Le phénomène correspondant porte le nom d’effacement (de la contrainte). Cet effacement est dit
total si la contrainte s’annule pour t suffisamment grand ou lorsque 𝑡 → ∞ :

a) Créneau de déformation b) Réponse en contrainte

Fig. 2.4 : Expérience d’effacement

Définition:
- J(t0, t, 0) est la fonction fluage ou retard, R(t0, t, 0) est la fonction de relaxation.
- Un corps viscoélastique est non vieillissant si l’effacement est total.
- De façon qualitative, un corps viscoélastique est non vieillissant si ses caractéristiques
mécaniques n’évoluent pas avec le temps ou encore si l’âge du matériau n’intervient pas dans
la formulation de la loi de comportement.

3. FORMULATION FONCTIONNELLE DU COMPORTEMENT VISCOELASTIQUE


LINEAIRE NON VIEILLISSANT
3.1. LOI DE COMPORTEMENT UNIDIMENSIONNEL
Si le comportement est linéaire,
- Pour l’expérience de retard ou de fluage effectuer à l’instant t0, la réponse (t) est
proportionnelle à 0 ; autrement dit, la fonction de retard J(t0, t, 0) est indépendante de 0.
- Pour l’expérience de relaxation effectuée à l’instant t0, la réponse (t) est proportionnelle à
0 ; autrement dit la fonction de relaxation R(t0, t, 0) est indépendante de 0.
D’où :
Sollicitation (t) = 0 y(t-t0) =======> (t) = 0 J(t0, t) (3.1)

Sollicitation (t) = 0 y(t-t0) =======> (t) = 0 R(t0, t) (3.2)


Si le comportement est linéaire, pour une histoire de sollicitation quelconque (principe de superposition
de BOLTZMANN) :
- en contrainte

    J , t   d()   J i, t   
t
t (3.3)
i i

Sciences de l’Ingénieur 2 – A. KONIN


2. Visco-élasticité 16

.
 
t   J , t   ()  d
t
(3.4)

J , t 
 
t (t)  J(t, t) 
t
  ()  
 d (3.5)

(Intégration par partie de (6) : formule de BOLTZMANN)

- en déformation

    R , t   d()   R i, t   
t
t (3.6)
i i
.
 t     R , t   ()  d
t
(3.7)

R , t 
 
t (t)  R(t, t) 
t
  ()  
 d (3.8)

Si le comportement est linéaire non vieillissant alors :

- J(t0, t) = J(t-t0) où J() = 0 si  < 0 (3.9)


- R(t0, t) = R(t-t0) où R() = 0 si  < 0 (3.10)
Ainsi, la loi de comportement devient :

  ()  J'  t     d
t
(t)  (t)  J(0)  (3.11)

  ()  R'  t     d
t
(t)  (t)  R(0)  (3.12)
Remarques

- Ces dernières formules expriment que  est obtenu par la convolution (de RIEMANN) notée
* de  et de la dérivée de J au sens des distributions :

 = J’ * 
Et de même :  = R’ * 
- Soit (t) une fonction à valeurs réelles ou complexes indéfiniment dérivables par morceaux
et identiquement nulles pour t  0 ; considérons la transformation suivante :

(p)  L (t)  p 

0 (t)  e
p  t
 dt (3.13)

+(p) est dit ‘la transformée de LAPLACE - CARSON’ de (t)


On montre que :
( a(t) * b’(t) )+ = a+(p) b+(p) (3.14)

Ainsi: + = J+.+ (3.15)


+ = R+.+ (3.16)
1 = R+.J+ (3.17)

Sciences de l’Ingénieur 2 – A. KONIN


2. Visco-élasticité 17

Les calculs de l’algèbre de convolution de RIEMANN sont alors remplacés par des calculs algébriques
ordinaires portant sur les transformés.

Fonction Transformée Fonction Transformée


1
f(t) f+(p) t
p
n!
C.f(t) C.f+(p) tn
pn
p
d/dt P exp(-at)
 
pa
a
H(t) 1 1 - exp(-at)
 
pa
H(t-) Exp(-p) p2
cos wt
 p2  w 2 
 
 
pw
f(t-) Exp(-p).f+(p)
sin wt  p2  w 2 
 
 
si f(t) = 0 pour t  0  
pf a  p
f’(t) p f+(p)
f(t).exp(-at)
 
pa

d  f p 
df 
( t )  g( t ) m
dt f  ( p)  g  ( p) (-t)m.f(t) p
dpm  p 
 
Tableau des transformées de LAPLACE - CARSON de fonctions usuelles.

Les transformées de LAPLACE - CARSON permettent alors de résoudre facilement les problèmes. La
démarche est la suivante :
1) prendre les transformées de LAPLACE - CARSON des données,
2) effectuer les calculs algébriques nécessaires à la résolution à l’aide des transformées,

3) revenir aux fonctions originales (fonction de t) des fonctions de p, obtenues par ces calculs
algébriques.

3.2. MODELE DE KELVIN - VOIGT EN UNIDIMENSIONNEL


Les éléments de base de ce modèle sont le ressort (schématise le comportement élastique) et
l’amortisseur ou le frein hydraulique (pour le comportement de viscosité).

E (raideur) 


ressort amortisseur

Sciences de l’Ingénieur 2 – A. KONIN


2. Visco-élasticité 18

.
  E       

J(t)  1 / E  y(t) d’où J  1/E J(t)  t /   y(t) d’où J  1 /   p

R(t)  E  y(t) d’où R  E R(t)     d’où R     p

Solide de KELVIN VOIGT simple E

E
R   E    p =======> f R(t)  E    

1  1 / f 1   1  e t / f 
J  =======> J(t)  
E p  1 / f E  

f est le temps caractéristique en fluage.


  0  y t  t0  (t) 
0
E
  1  e

t / f



  y t  t
0 
Le modèle n’est pas à élasticité instantanée.

Solide de KELVIN - VOIGT à élasticité instantanée

E1 E
E0 



 E2 2
Posons:  = f.E1 = r.(E0 + E1) Posons: ’ = ’r.E2 = ’f. E2.E.(E2 + E)
E8 = E0.E1/(E0 + E1) E0 = E + E2
on a: on a :
1
1  1  1 / f  
J  R   E    1  1 

E0 E1 p  1 / f  'p E2 
E1    p 1 p 1 / 'f
R   E0  J    1 
E0  E1    p E   E2 1 / f E p  1 / 'f
1 / r p
 E   E0 
p  1 / r p  1 / r

et donc : et donc :
       / 'f

J(t)   1   1  1   e t J(t)   1   1  1
/ f
  y(t)   e t   y(t)
 E  
 E0 E    E  E0 E  

Sciences de l’Ingénieur 2 – A. KONIN


2. Visco-élasticité 19


R(t)   E   E0  E    et /    y(t) 
   e t /  
'
r
R(t)   E  E0  E r
  y(t)
   
f : temps caractéristique en fluage
r : temps caractéristique en relaxation
r E1 E r' E E
    1     1
f E0  E1 E0 'f E2  E  E0

Remarques
- ces deux modèles sont équivalents

3.3. EQUATIONS DES PROBLEMES DE VISCOELASTICITE


La propriété de la transformée de LAPLACE - CARSON relative au produit de convolution de RIEMANN
permet d’écrire la loi de comportement viscoélastique linéaire non vieillissant sous la forme :
+ = +.tr(+) || + 2+.+ (3.23)

avec: +(p) = L(L(t)) +(p) = L(M(t))


cela suggère d’examiner l’ensemble des équations du problème en transformée de LAPLACE - CARSON
:
- Données et inconnues
on aura :

f+ dans le solide S étudié


X+ sur la frontière SX et
F+ sur la frontière SF

les champs inconnus étant: X+, +, +


- Equations des problèmes
Dans le cas de problèmes quasi-statiques
- équations d’équilibre
div+ + f+ = 0 (3.24)
- lois de comportement

+ = +.tr(+) || + 2+.+ (3.25)


avec + = ½ (grad X+ + (grad X+)t) (3.26)
- conditions aux limites
+.n = F sur SF (3.27)
X+ = X sur SX (3.28)
Ces équations sont similaires de celles d’un problème d’élasticité linéaire classique.

Sciences de l’Ingénieur 2 – A. KONIN


2. Visco-élasticité 20

3.4. METHODE DE RESOLUTION DES PROBLEMES


L’analogie formelle entre le problème transformé et le problème d’élasticité conduit à la résolution
schématisée ci-dessous, dans laquelle on a à résoudre un problème d’élasticité classique et une
inversion ou déconvolution :
Problème de
viscoélasticité

Écriture des équations


en transformée
de Laplace - Carson
Problème d’élasticité
équivalent
Calcul des transformées
des données
F  ( p) ; X  ( p) Solution:
X


Solution
X( t )

(t) Écriture transposée


(t) X

+
+
Inversion

Sciences de l’Ingénieur 2 – A. KONIN


ANNEXE : Modélisation des structures curvilignes 21

CHAPITRE 3 : ELEMENTS DE PLASTICITE

OBJECTIFS
L’élève sera capable de:
- Formuler et identifier une loi de comportement de matériaux solides plastiques,
- Résoudre analytiquement un problème de plasticité classique.

Lorsqu'un matériau est sollicité jusqu'à rupture, les essais montrent que la contrainte de rupture R est
une grandeur présentant de fortes fluctuations pouvant même dépasser la décade pour certains
matériaux et que le mode de ruine dépend de la nature du matériau. Ainsi la rupture peut intervenir
brutalement quasi sans déformation préalable pour les matériaux qualifiés aujourd'hui de fragiles,
tandis qu'elle n'intervient qu'après une étape de grande déformation permanente pour les matériaux
qualifiés aujourd'hui de ductiles. Ainsi, les matériaux fragiles rompent brutalement au delà d'une
certaine tension, tandis que les matériaux ductiles s'écoulent plastiquement avant de rompre sous
cisaillement. Si la rupture est toujours l'étape ultime de la ruine des structures, elle est précédée d'une
étape de plastification pour les matériaux ductiles.

PROBLEMATIQUE
MOTIVATION
Les modèles classiques de la théorie de l’élasticité linéaire des corps isotropes ou anisotropes sont loin
d’embrasser tous les phénomènes qui accompagnent la déformation d’un solide; et les résultats et
méthodes de ces modèles se montrent parfois insuffisants pour évaluer la rigidité des constructions ou
les effets de déformations et de répondre ainsi à de nombreuses questions techniques (stabilité,....).
Or, dans un solide, il peut exister plusieurs phénomènes comme nous l’avons en plus de l’élasticité
notamment la plasticité.
La plasticité est caractérisée quantitativement par l’aptitude d’un corps donné à tolérer sans se rompre,
une déformation plus ou moins importante. Contrairement à l’élasticité, la plasticité se manifeste par
des déformations permanentes (irréversibles).

DOMAINE DE VALIDITE ET D’EMPLOI


La théorie de la plasticité est la théorie mathématique des déformations irréversibles indépendantes du
temps. Elle est utilisée pour les calculs des déformations permanentes dans les structures, pour les
calculs prévisionnels de ruine plastique dans les structures et pour les calculs de stabilité des remblais
de terre par exemple.
Il s’agit de mouvement sans influence de phénomènes visqueux ni présence d’endommagement
(décohésion ou fissures).
pour ce faire, on se limite:
- aux petites perturbations (H. P. P.),

Sciences de l’Ingénieur 2 – A. KONIN


ANNEXE : Modélisation des structures curvilignes 22

- aux faibles températures et à l’isothermie,


- aux sollicitations non endommageantes; on atteint pas la rupture (déformations inférieures à
la moitié de la déformation de rupture par exemple).
Cette théorie s’applique bien aux métaux et alliages; pour les bois , les déformations irréversibles sont
plutôt justiciables de la viscoplasticité; et pour les bétons, les déformations irréversibles sont
essentiellement dues à des micro-fissures donc on appliquera la théorie du couplage élasticité -
endommagement.

1. FORMULATION UNIDIMENSIONNELLE DES LOIS


1.1. L’EXPERIENCE DE TRACTION SIMPLE


F
B
y

 A

F  p e 
L’expérience est effectuée à vitesse de déformation fixée:
 < 0 : comportement élastique et réversible
 > 0 : p apparaît et  = e + p avec e =  / E (1)

Définitions

 0 est la limite d’élasticité initiale,


 y est le seuil de plasticité. Il est fonction de la déformation plastique et le phénomène
correspond au cas de matériaux dits écrouissables (y est noté s).

Pour certains matériaux dits élastiques parfaitement plastiques, la contrainte reste constante
après atteinte de la limite d’élasticité 0.
Remarques
- L’effet d’écrouissage dû à l’écoulement plastique se manifeste par une augmentation de la
contrainte et une augmentation de la limite d’élasticité.
- L’augmentation du seuil de plasticité y suit l’augmentation de la contrainte en première
approximation.

Sciences de l’Ingénieur 2 – A. KONIN


ANNEXE : Modélisation des structures curvilignes 23

1.2. RELATIONS DE COMPORTEMENT


Les expériences physiques justifient le découplage des effets élastiques et plastiques:
o    e  p (partition des déformations)
o e   / E  

o p  g() pour     s (2)

o p = 0 si pour    < s
(existence de relations de comportement découplées pour e et p).
La dernière relation n’est valable que dans le cas d’écoulement plastique continu (sans décharge)
L’écoulement plastique n’a lieu que si  = s
o   s dp = 0
o   s  dp  0
Définitions - La condition |  | < s est appelée critère d’élasticité
- La condition |  | = s est appelée critère de plasticité ou critère limite d’élasticité
- La manière dont l’écoulement plastique s’effectue constitue la règle d’écoulement. La
recherche de cette règle d’écoulement revient à exprimer dp en fonction de , d et s.

1.2.1. Cas des solides parfaitement plastiques

 A

 
Le seuil s est constant et est égal à 0
0 (corps rigides )
o    < 0   e  (4)
/E (corps élastique parfait )
o    = 0  = e + p (p arbitraire, du signe de )

1.2.2. Cas des solides plastiques écrouissables (figure au $1.1)

    e  p


 e   / E (5)

 p  g() avec   s

Sciences de l’Ingénieur 2 – A. KONIN


ANNEXE : Modélisation des structures curvilignes 24

2. FORMULATION GENERALE DES LOIS DE COMPORTEMENT


2.1. CRITERE DE PLASTICITE
Le critère de plasticité consiste à définir l’écart entre la contrainte et le seuil de plasticité, et le moment
où il y a écoulement plastique. Par conséquent la contrainte étant mesurée par un tenseur, il faut lui
substituer un scalaire qui caractérise ce que l’on pourrait appeler en termes imagés, son efficacité par
rapport au processus et que l’on forme par une combinaison des invariants du tenseurs des contraintes
par exemple.
Pour définir le domaine d’élasticité initial ou actuel dans l’espace des contraintes (espace à 6
dimensions), on introduit une fonction scalaire f de appelée ‘fonction de charge’ et telle que:

 
f  , s  0 corresponde à l' int érieur du domaine élastique


 
f  , s  0 à la frontière du domaine (surface de ch arg e) (6)


 s 
f  ,   0 à l' extérieur du domaine

La frontière du domaine ou surface de charge sera convexe.

2.2. CRITERE DE PLASTICITE USUELS


L'utilisation des matériaux dans le domaine élastique permet la mise en service de structures, de pièces
ou d'assemblages mécaniques ré-employables pour une longue durée. Au-delà d'un certain seuil de
sollicitation, le matériau est le siège de nouveaux phénomènes s'exprimant par des irréversibilités et
de l'hystérésis : plasticité, endommagement en particulier. La définition du seuil en deçà duquel le
matériau a un comportement élastique linéaire et au-delà duquel il ne l'a plus est donc importante et
différentes définitions, plus ou moins adaptées à certains matériaux, ont été énoncées au cours du
temps. Lors d'un essai de traction ou de compression mono-axial, il est aisé de mettre en évidence un
seuil qui s'exprime alors comme une valeur limite de la contrainte (de traction ou de compression).
Pour des états de contrainte plus complexes, la notion de seuil doit être étendue en devenant un
« critère » qui porte non plus sur une seule composante scalaire de contrainte mais sur le tenseur lui-
même.
Le recours à la projection de Mohr permet d'imager la signification des différents critères. Les critères
forment des surfaces enveloppes, éventuellement ouvertes, dans l'espace tridimensionnel des
contraintes principales.

2.2.1 Critère de Rankine


C'est un critère d'extension maximale : la contrainte principale maximale σI est limitée supérieurement
par une valeur expérimentale σte > 0 déterminée par un essai de traction simple alors que la contrainte
principale minimale σIII est limitée inférieurement par une valeur expérimentale σce < 0 déduite d'un
essai de compression simple. La contrainte intermédiaire σII n'est pas prise en considération.

Sciences de l’Ingénieur 2 – A. KONIN


ANNEXE : Modélisation des structures curvilignes 25

2.2.2. Critère de Tresca

C'est un critère de cisaillement maximal max : celui-ci est limité par une valeur déterminée
expérimentalement par un essai de cisaillement pure.

Dans ce cas on a: f  sup i   j  s  0 (11)


i, j

Ce critère est lié à la contrainte tangentielle maximale.

Ce critère ne prend pas en compte la composante sphérique du tenseur des contraintes; il est bien
adapté aux matériaux à microstructure compacte comme les métaux.

Pour décrire le niveau de sollicitation locale du matériau, on peut utiliser le concept de « contrainte
équivalente » de Tresca : σT = σI − σIII

Le critère d'élasticité s'exprime alors par : σT ≤ σe

2.2.3. critère de Von Mises


C'est un critère souvent employé pour définir la limite élastique des métaux. La logique en est la
suivante :
1. un métal n'est pas sensible aux fortes pressions hydrostatiques ⇒ le critère concernera donc le
déviateur des contraintes
2. le critère est indépendant de la base de projection ⇒le critère sera exprimé à l'aide des invariants
du déviateur.
3. le critère est symétrique en traction-compression ⇒ l'invariant J3 n'intervient pas, le critère porte sur
J2 seul.
4. la limite est fixée par un test de traction pure (σII = σIII = 0)
La contrainte de Von Mises est souvent utilisée pour illustrer la répartition des niveaux de contrainte
subis par un solide (les codes de calcul associent un niveau de contrainte à une couleur, les zones
rouges matérialisant des zones de « concentrations de contrainte ».

3. LOI ELASTOPLASTIQUE
3.1. LOI DE PRANDLT - REUSS
C’est une loi d’élasto-plasticité sous les hypothèses suivantes:
- hypothèses des petites perturbations (H. P. P.),

- écrouissage isotrope,
- élasticité linéaire isotrope,
- incompressibilité plastique: la déformation plastique se fait à volume constant et l’écoulement
ne dépend pas de la contrainte hydrostatique,

Sciences de l’Ingénieur 2 – A. KONIN


ANNEXE : Modélisation des structures curvilignes 26

- la fonction de charge est celle de VON-MISES


f = éq - R - y = 0

(R + y : rayon de la limite d’élasticité)


- la loi d’écrouissage s’écrit: p = g(R + y)
- la plasticité standard associée à la normalité

dp  d  f


dp   d  f
R

on a :
f  3 '
  2  eq
 '    1 / 3  I  I 

 
p R ' p
  et p  3
eq 2 eq

or: p = g(R + y) = g(éq)

d’où:
 g' (eq) 
p  3  ' eq (30)
2 eq

Relations de comportement
On a alors:
d  de  dp

de  1    d    dkk  I
E E
g' ( )
dp  3
eq
 deq  ' si f = 0 et deq > 0
p 2 eq

dp  0 si f < 0 ou deq < 0

Remarques
- Le déviateur des contraintes et les déformations plastiques sont colinéaires,
- p et ’ ont mêmes directions principales,

- les relations de comportement sont de type incrémentale.

3.2. EQUATIONS DES PROBLEMES D’ELASTO-PLASTICITE


De façon générale, pour un matériau standard, on a en quasi-statique:
- Equilibre
div  + f = 0
- Loi de comportement
d  de  dp
de  1    d    dkk  I (isotropie)
E E

Sciences de l’Ingénieur 2 – A. KONIN


ANNEXE : Modélisation des structures curvilignes 27

dp  d  f d > 0


- Compatibilité des déplacements

  1 / 2   grad X  grad (X) t 


 
- Conditions aux limites
  n  F sur SF
X  X sur Sx
- Conditions initiales
Il faut tenir compte des conditions initiales de la structure, notamment de son état
d’écrouissage. ON A UN MODELE INCREMENTALE.

Sciences de l’Ingénieur 2 – A. KONIN


ANNEXE : Modélisation des structures curvilignes 28

ANNEXE 1: MODÉLISATION DES STRUCTURES


CURVILIGNES

OBJECTIF
L’élève sera capable de:
- Formuler et identifier les lois gouvernant les milieux curvilignes,
- Résoudre analytiquement un problème d’élastostatique de solides curvilignes.

1. PROBLEMATIQUE
On se propose de présenter maintenant une approche d’une modélisation unidimensionnelle des milieux
continus. Le point de départ de cette théorie est géométrique, fondé sur la constatation que de
nombreux solides utilisés comme éléments de structures dans la pratique ont une forme élancée. Ceci
induit à penser qu’il doit être possible d’en faire l’étude mécanique sur une géométrie unidimensionnelle
définie par une courbe directrice.

Cette modélisation s’applique à des systèmes (tiges, barres, arc, poutres), dont les dimensions
transversales sont très petites par rapport à la dimension longitudinale et qui peuvent en première
approximation être assimilés à un arc de courbe AB.
B

B

B
P

P

A

A

La schématisation géométrique étant faite, la schématisation mécanique est déterminée à partie des
mouvements Û qu’il faut choisir. L’idée la plus simple serait de définir Û par un champ de vitesse
virtuelle V(s) défini sur S. Mais ce choix n’est pas assez fin pour prendre en compte les effets de torsion
ou de flexion d’un arbre.

La schématisation des efforts, dans la théorie la plus classique des structures curvilignes s’obtient à
partir d’un espace Û de mouvements virtuels déterminé par deux fonctions de s défini sur AB: V(s)
(vitesse) et  (s) (rotation).

Ainsi, le point P schématise macroscopiquement une ‘’ section’’ P passant par P et l’on décrit les
mouvements virtuels du système dans lesquels chaque section  a, à l’instant considéré un mouvement
rigidifiant.

 M  P , V(M)  V(P)    PM (1)

Sciences de l’Ingénieur 2 – A. KONIN


ANNEXE : Modélisation des structures curvilignes 29

 V(s)

Et C(s)    distributeur de vitesse (2)
 (s)

1.1. LA PUISSANCE DES EFFORTS INTERIEURS

Pi   s1
s2
 
[T]  dC  ds
ds
(3)

[T]: représente le torseur des contraintes généralisées dont les éléments de réduction en P sont T(s)
et M(s) . Les coordonnées du torseur de contraintes généralisées sont :

T
T    T      tension
T(s)  

Tt  T  T efforts tranchants
P T 
M   M      moment de torsion
A M(s)  
P
MF  M  M moments fléchissan ts
A M

 
l dC le torseur des taux de déformations généralisées.
ds
T(s) et M(s) sont dits ‘contraintes généralisées’. Par intégration sous hypothèse de continuité et de
dérivabilité dans s1 < s < s2 de T(s) et M(s):

s
1  ds 
    
Pi  s 2  dT   C(s)  ds  T(s 2)  C(s 2)  T(s1)  C(s1)      (4)

1.2. LA PUISSANCE DES EFFORTS EXTERIEURS


On suppose que la puissance des efforts extérieurs résulte de deux contributions:
Pe = Pd + Pc

s12 [f]  C(s)   ds


s
Pd: puissance des efforts exercés par l’extérieur, Pd  (5)
 f(s) : distribution linéique de force


Avec f  (6)
 m(s) : distribution linéique de couple

Pc: puissance des efforts de contact, Pc  1  C s1        2   C s2  (7)

1.3. PRINCIPE DES PUISSANCES VIRTUELLES - EQUATIONS D’EQUILIBRE


1.3.1 Equations générales de l’équilibre
Il s’agit d’écrire que quel que soit {C(s)}, Pi + Pe = Pa (8)
où Pa représente la puissance des quantités d’accélération
s
   
Pa  s 2 a  C  ds
1
(9)

Donc en tenant compte de (4), (5) et (7), on aboutit à:

 C,   s12   ds    f    a    C   ds 
s   dT  
  2    T(s2)    C(s2)    1    T(s1)    C(s1)   0
 
ce qui donne:

Sciences de l’Ingénieur 2 – A. KONIN


ANNEXE : Modélisation des structures curvilignes 30

- Equations d’équilibre
 dT  
 ds  f   a  (11)

- Conditions aux limites


    T(s2)    T(l) 
 2


     T(s1)     T(0) 
 1

1.3.2 Equations vectorielles de l’équilibre


Pour traduire l’équation (11) en équations vectorielles, il faut prendre garde à effectuer correctement
la dérivation, car pour former un torseur dérivé, il faut dériver les éléments de réduction en un point A
qui reste fixe quand la variable (ici s) varie.

En A les éléments de réduction de [T] sont: T(s) et M(s)  AP  T(s)

et donc en A, les éléments de réduction de  dT  sont: dT et dM    T  AP  dT


 ds  ds ds ds

Ainsi en P, les éléments de réduction de sont:

dT et dM    T (12)
ds ds

et la relation d’équilibre devient:


dT  f     (13)
ds
dM    T  m     (14)
ds

en général, m = 0.

1.3.3 Remarques
a) torseur des déformations et travail des efforts intérieurs

Les éléments de réduction du torseur des taux de déformations  dC  en P sont:


 ds 
(s)  d et (s)  dV     (15)
ds ds

Soit Pi    T(s)  (s)  M(s)  (s)   ds (16)


 

2. RELATION ENTRE LA THEORIE DES MILIEUX CURVILIGNES ET LA THEORIE


TRIDIMENSIONNELLE
Cette relation est fournie par la comparaison des expressions des puissances virtuelles.
On s’intéresse ici au cas des poutres droites.
x1
PM  x1 i  x 2 j
V(P)  v1 i  v 2 j  v3 k
V ( M )  V ( P)    PM
M

A P B x3

Sciences de l’Ingénieur 2 – A. KONIN


x2
ANNEXE : Modélisation des structures curvilignes 31

(s)  w1 i  w 2 j  w 3 k
Dij    Vi , j  Vj , i 
1
2  
La puissance des efforts intérieurs est donné par:

1
 
Pi   Dij  Dij  dv   s 2 T   dC   ds
s
 ds 
(17)

En développant l’expression (17), on aboutit après réarrangement aux relations suivantes:


T1  p 13  dx1  dx2 
 Efforts tranchants
T2  p 23  dx1  dx2 

N  T3   33  dx1  dx 2 Effort normal (tension) (18)
p

M1  
p x 2  33  dx1  dx2

 Moments fléchissants
M2    x1  33  dx1  dx 2 
p 
C  M3   (x1  23  x 2  13)  dx1  dx2 Moment de torsion
p

3. DEFORMATIONS D’UN MILIEU CURVILIGNE EN PETITES PERTURBATIONS


On sait qu’en H.P.P, il y a une identité entre la structure des relations:

- Taux de déformation - vitesse - Déformation - déplacements


1 
Dij    Vi , j  Vj , i  ij 
1 
  Xi , j  X j , i 
2   2  
D: taux de déformation
: déformation
V: vitesse
X: déplacement

Cela conduit à représenter dans la théorie classique des milieux curvilignes en H.P.P., les déformations
par un champ de distributeurs dont les éléments de réduction en P sont (s) et (s) et tel que:

  dX    
ds
(19)
d
 
ds
X et  représentant les éléments de réduction du distributeur de mouvement ( représente le vecteur
rotation).
Condition de NAVIER - BERNOUILLI
‘Le champ de déplacement est tel que si l’on donne à la microstructure transversale, matérialisée par
l’élément de surface plane orthogonal à la courbe directrice au point courant P, le mouvement rigidifiant
défini par le champ de déplacement, cet élément demeure orthogonal à la courbe directrice’.
Cela signifie que les champs X et  sont donc liés par la relation donnée ci-dessous:

 t  dX t      0
ds

La conséquence de l’application de l’hypothèse de NAVIER - BERNOUILLI est que les efforts tranchants
ont une contribution nulle dans le travail des efforts intérieurs (voir TD n°2).

Sciences de l’Ingénieur 2 – A. KONIN


ANNEXE : Modélisation des structures curvilignes 32

4. EQUILIBRE D’UN MILIEU CURVILIGNE EN H.P.P


On peut appliquer l’énoncé des puissances virtuelles en remplaçant le champ de vitesse V par X le
champ de déplacements et D par .
On aboutit alors aux relations suivantes:
- équilibre
dT  f  0 (20)
ds
dM    T  0 (21)
ds

- conditions aux limites

    T(s2)    T(l) 
 2

 (22)
     T(s1)     T(0) 
 1

5. ELASTICITE LINEAIRE ISOTROPE DES MILIEUX CURVILIGNES


5.1. LOI DE COMPORTEMENT EN H.P.P
On suppose une relation linéaire entre le champ de contraintes généralisées  T , M  et le champ de
 
déformations généralisées   ,   , soit:
 
T  A1  
(23)
M A  2  S  0 0   E  I1 0 0 
   
avec: A1   0   S 0  et A2   0 E  I2 0 
   
 0 0 E  S   0 0   d 
   
E,  représentent le module d’Young et le module de cisaillement

S   dx1  dx2 , I1   x 22  dx1  dx2 , I2   x12  dx1  dx2 , d   (x12  x 22)  dx1  dx2
p p p p
S: aire de la section p; I1 : moment d’inertie /ox1; I2 : moment d’inertie /ox2; d : moment d’inertie /ox3

donc: T1 = S1; T2 = S2; T3 = ES3


M1= EI11; M2 = EI22; M3 = d3
EI1, EI2 sont des modules de rigidité à la flexion.
 T2 T22 T32 M12 M22 M23 
W T , M   1   1
     (24)
  2    S   S E  S E  I1 E  I2   d 
 
représente l’énergie des contraintes élastiques linéiques et l’énergie des déformations élastiques
linéiques est donnée par :

  1
W  ,        S  12    S  22  E  S  32  E  I1  12  E  I2   22    d  32 
  2  
5.2. PROBLEME D’ELASTOSTATIQUE DES MILIEUX CURVILIGNES
5.2.1 Equations

Sciences de l’Ingénieur 2 – A. KONIN


ANNEXE : Modélisation des structures curvilignes 33

Un problème d’élastostatique de milieux curvilignes comporte des données et des inconnues. Les
inconnues seront le champ de contraintes généralisées T et M et le champ de déplacements généralisés
X et de rotation.

Il faut résoudre le problème mathématique suivant:


- équilibre
dT  f  0 (25)
ds
dM    T  0 (26)
ds

- loi de comportement
T1 = S1; T2 = S2; T3 = ES3

M1= EI11; M2 = EI22; M3 = d3


avec :
  dX    
ds
(27)
d
 
ds
- conditions aux frontières

On peut avoir des conditions aux frontières en déplacement ou en rotation.


Remarques
A l’aide d’hypothèses supplémentaires sur la répartition du champ de contraintes  dans le milieu, on
peut les déduire des équations (18) (Application du principe de SAINT VENANT).

5.2.2 Exemples de conditions aux frontières


a) Appui console

- extrémité B est libre: FB = 0 et MB = 0.


- L’extrémité A est encastrée: FA et MA sont inconnues, mais XA = 0.

b) Appuis simples

MA = 0 et FA est normal à la barre, son intensité est indéterminée.

c) Appui sphérique
L’extrémité A est liée à une articulation rotoïde ou sphérique: MA = 0.

Sciences de l’Ingénieur 2 – A. KONIN