Vous êtes sur la page 1sur 38

LE CONSEIL GÉNÉRAL DU BAS-RHIN

AU DE VOS VIES

GUIDE TECHNIQUE
E FO UX
R RE AU
DE POSE D IQU E
POUR LA FIBR E O PT
SOMMAIRE

1 Introduction........................................................................................................................................5
1.1 La problématique ......................................................................................................................5
1.2 L’ambition du Conseil Général du Bas-Rhin .............................................................................6

2 Les 2 types de fourreaux préconisés ..............................................................................................7


2.1 PEHD ........................................................................................................................................7
2.2 PVC ...........................................................................................................................................8
2.3 Préconisations ...........................................................................................................................9

3 Positionnement................................................................................................................................10
3.1 Les différents types de route ...................................................................................................10
3.1.1 Routes de rase campagne à faible trafic ..................................................................... 10
3.1.2 Routes à moyen et fort trafic ........................................................................................ 10
3.1.3 Autoroutes .................................................................................................................... 10
3.2 Choix du positionnement.........................................................................................................11
3.2.1 En accotement ............................................................................................................. 11
3.2.2 Sous la chaussée......................................................................................................... 11

4 Calculer ses besoins en fourreaux ................................................................................................12


4.1 Identifier les services à apporter .............................................................................................12
4.2 Identifier les infrastructures existantes ....................................................................................12

5 Les opportunités de mise en place de fourreaux ........................................................................13


5.1 Les travaux sur les réseaux souterrains .................................................................................13
5.2 Les travaux sur voirie ..............................................................................................................14

6 Dimensionner les fourreaux ...........................................................................................................15


6.1 Pour le réseau de collecte ......................................................................................................15
6.1.1 Sur les axes numériques structurants ......................................................................... 16
6.1.2 Sur les axes numériques secondaires ......................................................................... 16
6.2 Pour la desserte ou réseau secondaire ..................................................................................17
6.2.1 Zones pavillonnaires .................................................................................................... 18
6.2.2 Zones plus denses ....................................................................................................... 19
6.2.3 Pour le raccordement des parcelles ............................................................................ 19
6.2.4 Pour le raccord de bâtiment......................................................................................... 20
6.2.5 Raccordement en aérien ............................................................................................. 20

7 La pose de fourreaux ......................................................................................................................21


7.1 Le génie civil ...........................................................................................................................21
7.1.1 Les tranchées «ordinaires» ......................................................................................... 21
7.1.2 Les tranchées de faibles dimensions........................................................................... 21
7.1.3 Rainurage .................................................................................................................... 23
7.2 Les masques de fourreaux .....................................................................................................23
7.3 Signalisation des fourreaux dans la tranchée .........................................................................25
7.4 Les chambres et locaux techniques ........................................................................................26
7.4.1 Tableau récapitulatif sur les types de chambres ......................................................... 28
7.4.2 Les tampons de protection .......................................................................................... 28
7.5 Ordre de grandeur de coûts ....................................................................................................29
7.6 Après les travaux ....................................................................................................................29

Décembre 2012 Conseil Général du Bas-Rhin 3


7.6.1 Les essais .................................................................................................................... 29
7.6.2 La récupération des plans de récolement ................................................................... 29
7.6.3 La gestion des fourreaux ............................................................................................. 30
7.7 Les cas typiques .....................................................................................................................32
7.7.1 Les traversées ............................................................................................................. 32
7.7.2 Les ponts ..................................................................................................................... 33
7.7.3 Les carrefours giratoires .............................................................................................. 33
7.7.4 Les Zones d’activité et le label THD ............................................................................ 34
7.8 Pense-bête ..............................................................................................................................36

8 Glossaire ..........................................................................................................................................37

Document réalisé à partir de plusieurs travaux dont ceux de la Région Bretagne et du CETE de l’Ouest
Décembre 2012
Décembre 2012 Conseil Général du Bas-Rhin 4
1 Introduction
1.1 La problématique
L’intervention des collectivités locales en matière de déploiement de réseau de communications
électroniques en tant que vecteur d’aménagement du territoire a été consacrée par le législateur
(article L. 1425-1 du code général des collectivités territoriales). L’enjeu du déploiement du très haut
débit en fibre optique est considéré comme aussi important que celui des lignes téléphoniques dans
les années 60-70. Le très haut-débit va impliquer des déploiements importants de fibres optiques. Le
coût fixe d’établissement du réseau doit impérativement être partagé entre les acteurs, afin qu’au
niveau des infrastructures un seul réseau soit établi et qu’il soit mutualisé. La multiplication de réseaux
concurrents n’aurait pas de sens.

La mutualisation des investissements dans le cadre de partenariats public/privé permet aux


opérateurs d’investir dans des zones pour lesquelles ils ne sont pas décidés à intervenir seuls, au
moins dans un premier temps. L’intervention d’une collectivité, limitée à la mise à disposition
d’infrastructures passives, permet de s’assurer d’une égalité d’accès et d’une neutralité technologique
qui bénéficiera in fine au plus grand monde puisque le risque commercial est assumé non pas par la
collectivité mais par les opérateurs. Il y a donc une véritable complémentarité entre initiative privée et
initiative publique, dont les synergies permettent de faire en sorte que le déploiement de la fibre ne
soit pas uniquement cantonné qu’aux seules zones urbaines.

De tous les investissements que peuvent actuellement réaliser les collectivités pour préparer l’avenir
dans le domaine des nouvelles technologies, la fibre optique est le plus fiable et le plus pérenne.
Toutefois, le déploiement de la fibre n’est pas toujours possible, essentiellement pour des raisons de
coûts, pour les habitations ou équipements les plus isolés. Dans ce cas, la responsabilité de la
collectivité est de proposer le meilleur débit et le plus haut niveau de service possible, quelle que soit
la solution technologique mise en œuvre.

A l'échelle d'un territoire communal, les infrastructures souterraines constitutives d'un réseau de
télécommunications, qu'il soit en fibre, en cuivre ou en câble coaxial, peuvent être distinguées en
grands niveaux:
- un réseau dit de transport
- un réseau dit de distribution
- l'adduction finale ou raccordement des utilisateurs finals

Une infrastructure d’accueil de réseaux optiques est constituée de plusieurs éléments :


- les fourreaux : conduites dans lesquels les câbles sont mis en place.
- les chambres : regards de visite (espaces) aménagés dans le sous-sol, reliés entre eux par les
fourreaux, depuis lesquels on accède aux dits fourreaux pour y dériver et raccorder les câbles.
- les locaux techniques : espaces d’hébergement des équipements passifs ou actifs d’interconnexion
des réseaux.

Source: CETE de l'ouest

Décembre 2012 Conseil Général du Bas-Rhin 5


1.2 L’ambition du Conseil Général du Bas-Rhin

Dans ce cadre, le Conseil Général du Bas-Rhin, engagé depuis longtemps dans l’aménagement
numérique du territoire, a décidé d’engager une politique ambitieuse de pose de fourreaux en attente.
Afin de mutualiser les coûts et de constituer un patrimoine de fourreaux qui seront utilisés dans les
années à venir, il y lieu de systématiser le pose de fourreaux d’attente lors de ses travaux de voirie,
sous RD ou en traverse d’agglomération.
Le CG recommande également aux communes et aux intercommunalités de faire de même, à chaque
fois que la pose de fourreaux en attente est opportune.

Face à tout chantier de réfection de voirie, hors ou en traversée d’agglomération, ou de création


d’itinéraire cyclable il y lieu :
- de vérifier tout d’abord que le cheminement considéré a une probabilité d’être emprunté à
l’avenir pour le déploiement de la fibre optique,
- de systématiser la demande de prix pour la pose de fourreaux d’attente : le faire sous forme
d’option de manière à isoler les coûts supplémentaires,
- de systématiser la pose de fourreaux dans le cas de travaux d’ouvrages d’art ou de ronds-
points,

Les coûts supplémentaires peuvent être estimés à environ 10% du total d’une opération.

Les Centres Techniques du Conseil Général du Bas-Rhin sont les interlocuteurs de premier niveau
pour les conseils et accompagnement de ces opérations.

Décembre 2012 Conseil Général du Bas-Rhin 6


2 Les 2 types de fourreaux préconisés
Deux types de fourreaux sont possibles : ceux en PEHD (Polyéthylène Haute Densité) et en PVC
(Polychlorure de vinyle).

2.1 PEHD

Source: CETE de l'ouest

Les avantages :
- Identification des tuyaux facile tous les mètres par un sigle au choix ou trait de couleurs, cela permet
une facilité de gestion et de maintenance.
- Facilité de soudage par éléctrofusion donc fourreaux d’un seul tenant entre 2 chambres (ne pas
oublier de laisser dépasser d’environ 30 cm dans les chambres pour mettre la chaussette).
- Très bon coefficient de glissement pour les sous tubage.
- Facilité de transport (tube enroulé et livré sur touret).
- Installation mécanisée possible (rapidité de mise en œuvre + possibilité de tranchée de petites
dimensions)
- Permet la pose de câble par portage grâce à son étanchéité des joints et sa résistance à la pression
=> permet la pose de câbles sur de plus longues distances.

Les inconvénients :
- Surcoût direct (mais absorbé au moins en partie par le gain de main d’œuvre pour la pose).
- Mise en œuvre mal adapté pour les conduites de grosses capacités
- Mal adapté pour les courtes distances car cela repose sur une pose mécanisée qui perd son sens
sur les courtes distances.

Décembre 2012 Conseil Général du Bas-Rhin 7


2.2 PVC

Source: CETE de l'ouest

Les avantages :
- Coût inférieur au PEHD,
- Pose maîtrisée par la plupart des entreprises,
- Bien adapté en milieu urbain car on fait de la pose sur des courtes distances,

Les inconvénients :
- Pose délicate et longue car elle est non mécanisable,
- Matériaux cassant et déformable,
- Contrôle obligatoire de risque d’ovalisation ou de cassure,
- Portage de câble impossible donc limité à des distances courtes.

Décembre 2012 Conseil Général du Bas-Rhin 8


2.3 Préconisations

Le PEHD semble tout indiqué dans le déploiement de fourreaux sur de la longue distance (intra-
commune, département) du fait de la mécanisation possible. Ensuite concernant le déploiement local,
le choix peut se porter soit sur le PEHD soit sur le PVC, en fonction du budget ou de la mutualisation
du matériel dans le cadre d'un enfouissement. En règle générale la pose de PEHD se fait plutôt en
campagne et la pose de PVC plutôt en ville.

Les tuyaux gris rigides en barres de 6 mètres utilisées en domaine public

Les PVC en rouleaux vert utilisés pour raccorder les pavillons au réseau public

Les diamètres généralement de couleur rouge, utilisés pour l’électricité

Information standard sur les fourreaux

Diamètre Diamètre Diamètre Diamètre


Intérieur extérieur Intérieur extérieur
Nominal (mm) Nominal (mm) Nominal (mm) Nominal (mm)
18.0 22.0 25.0 28.0
21.6 26.0 30.0 33.0
25.0 31.0 34.0 40.0
PEHD 26.2 32.0 PVC 41.4 45.0
27.0 33.0 42.6 50.0
32.6 40.0 53.6 63.0
40.8 50.0 57 60.0
51.0 60.0 64.0 75.0
75.0 80.0
76.8 90.0

Dans la plupart des RIP (notamment DSP), c’est le PEHD 26.2/32 qui est utilisé.

Décembre 2012 Conseil Général du Bas-Rhin 9


3 Positionnement
Le positionnement des fourreaux peut se faire en accotement ou sous la chaussée.

3.1 Les différents types de route


Suivant les types de routes les accotements ne sont pas les mêmes :

3.1.1 Routes de rase campagne à faible trafic

3.1.2 Routes à moyen et fort trafic

3.1.3 Autoroutes

Décembre 2012 Conseil Général du Bas-Rhin 10


3.2 Choix du positionnement

3.2.1 En accotement

Définition: « Le terme accotement désigne la partie d'une route située entre la limite de la chaussée,
au sens géométrique, et le début du talus de remblai ou de déblai, ou en d'autres termes la zone
s'étendant de la limite de la chaussée à la limite de la plate-forme. Les accotements, stabilisés ou non,
ne font pas partie de la chaussée. »

De manière générale, la pose en accotement est à privilégier : les coûts de réalisation sont moindres,
l’intégrité de la structure de chaussée et de la bande de roulement sont préservées, et la gêne à la
circulation est plus limitée en cas d’interventions ultérieures sur le réseau (maintenance, modification).

3.2.2 Sous la chaussée

La pose sous la chaussée peut être intéressante, voire nécessaire dans certains cas :
- Elle permet une meilleure sécurisation des infrastructures dans les zones où les interventions
lourdes sur accotement sont nombreuses.
- Il est possible que les accotements soient déjà encombrés, par exemple par les infrastructures du
réseau électrique ou par celles du réseau de communications électroniques de l’opérateur historique
(cas des routes existantes en particulier).
- Elle évite de toucher à des trottoirs aménagés avec des matériaux spécifiques, coûteux ou difficiles à
reprendre comme les pavés, les enrobés colorés et les bétons.

La pose en rive de chaussée est bien souvent choisie, notamment le long des RD et des voies
communales. Cette technique consiste à enfouir les fourreaux en bordure de chaussée et permet ainsi
de s'affranchir des réseaux en accotement. Avec cette technique, un remblai béton est mis en place
ce qui permet également de consolider la bande de roulement.

Décembre 2012 Conseil Général du Bas-Rhin 11


4 Calculer ses besoins en fourreaux
Pour quantifier les besoins en génie civil d’une rue ou d’une zone à aménager, il est utile d’identifier
l’ensemble des opérateurs susceptibles d’apporter un service.

4.1 Identifier les services à apporter

Les services demandés par les utilisateurs sont de trois natures : Téléphonie, Internet, Télévision.

Aujourd’hui, ces services sont transportables par différents supports. On peut constater le transport de
chaînes de télévision sur le réseau « historique » de téléphonie (ADSL), et réciproquement de la
téléphonie et Internet sur le réseau câblé « historique » de télédistribution.

Cependant, on constate encore que les trois réseaux (Téléphonie, Internet, Télévision) sont bien
souvent séparés et indépendants. Il faut espérer la convergence des supports de communications
électroniques. Pour cela, la collectivité doit mettre en œuvre des mesures incitatives pour encourager
la mutualisation d'infrastructure par différents opérateurs/acteurs.

Si chaque opérateur amène son câble chez l’abonné avec lequel il est en contrat, alors l’infrastructure
à poser risque d’être très conséquente (3 réseaux séparés) et contraignante pour l’utilisateur
(l’utilisateur étant lié à son opérateur en raison de la spécificité du réseau).

A l’avenir, il faudrait qu’un seul support (par exemple, la fibre optique en raison de ses performances)
apporte l’ensemble des services et soit loué par l’opérateur ayant contractualisé avec l’utilisateur.
Lors de construction de nouveaux lotissements ou zones, il faudra informer le prestataire de service
universel de vos travaux afin qu’il vous dise ses besoins en fourreaux.

4.2 Identifier les infrastructures existantes

Il est important de savoir s’il existe déjà une infrastructure publique ou privée afin de la prendre en
compte avant de poser des fourreaux. Il serait inutile de surcharger une voie avec des fourreaux, ou
de doubler le nombre de chambres si la voie est déjà bien équipée.

En général, il existe l’infrastructure souterraine appartenant à (ou mise à disposition de) France
Télécom pour apporter le téléphone aux habitants ou entreprises (service universel). Il peut également
exister une infrastructure utilisée par un opérateur diffusant la télévision par le câble. Parfois, ces
sociétés possèdent encore des câbles en aérien. Il s’agit généralement des parties terminales de leur
réseau, celles qui se raccordent aux zones privatives.
On peut aussi envisager d’utiliser d’autres infrastructures comme des conduites d’eau ou de gaz
abandonnées et ainsi s’affranchir de nouvelles tranchées.

Dans une première étape, il est conseillé de voir avec ces sociétés leur besoin en chambres et en
fourreaux, afin de bien s’assurer de la coordination entre les services concernés.
La qualité des informations fournies par les opérateurs sur les préconisations des infrastructures
techniques à mettre à leur disposition est primordiale.

Comme indiqué précédemment, le but n’est pas de créer un réseau par opérateur mais plutôt de
mutualiser les canalisations et de faire en sorte que chacun y trouve sa place.

Décembre 2012 Conseil Général du Bas-Rhin 12


Les infrastructures réalisées par la collectivité seront mises à disposition de tous les opérateurs dans
des conditions équilibrées, transparentes et non discriminatoires. Une convention type de mise à
disposition de fourreaux a été publiée par le CRIP en mai 2009.

(Convention type du CRIP : http://www.arcep.fr/uploads/tx_gspublication/convention-type-_fourreaux-


avril2009.pdf)

5 Les opportunités de mise en place de fourreaux

5.1 Les travaux sur les réseaux souterrains

Lors de travaux sur les réseaux souterrains (enfouissement de réseaux aériens par exemple), il peut
être opportun de poser des fourreaux en prévision des besoins futurs. Quelques fourreaux posés en
traversée de chaussée à moindre coût peuvent éviter un forage demain et permettre ainsi une
économie substantielle.

Remarque : En l'absence de calcul (travaux urgents, indisponibilité des informations nécessaires...),


on pourra poser par précaution 2 ou 3 fourreaux PEHD de diamètre 30 ou 40mm, qui permettront de
satisfaire les besoins les plus courants.

Il faut en général (cf. norme NFP 98-332) respecter une distance d’au moins 20 cm en horizontal entre
les réseaux, et au moins 10 cm entre un réseau et le bord de la tranchée. Toutefois il est à présent
admis de poser un réseau de télécommunications à 5 cm seulement d’un réseau électrique, en
utilisant des câbles diélectriques sous fourreau (arrêté du 10 mai 2006 sur les distributions d’énergie
électrique). Lors de la pose de fourreaux de communications électroniques à côté d’un réseau
électrique à une distance inférieur aux 20 cm réglementaires. Il est préférable de mettre deux grillages
avertisseurs ; le rouge pour l’électricité et le vert pour le réseau de communication électronique, même
si le rapprochement des deux réseaux fait chevaucher les grillages.

Décembre 2012 Conseil Général du Bas-Rhin 13


Exemple de travaux souterrains qui demandent réflexion quant à la pose de
fourreaux :
- Lors d’enfouissement de réseaux aériens :
Lors d’un effacement de réseaux aériens, des tranchées vont être réalisées pour enterrer les lignes
électriques et téléphoniques. Il est alors économiquement intéressant d’effectuer une sur-largeur afin
de poser des fourreaux supplémentaires pour les réseaux futurs.

- Lors de travaux sur les réseaux souterrains :


La rénovation de réseaux souterrains tel que les réseaux d’assainissement ou d’eau potable est
l’occasion de poser des fourreaux à moindre frais. En effet si les travaux de rénovation de réseaux
nécessite de creuser des tranchées il est alors intéressant de poser des fourreaux. Cependant, Gaz
De France préfère ne pas partager les tranchées pour des raisons de sécurité.

Remarque : L’accord entre France Télécom, l’AMF (Association des Maires de France) et la FNCCR
(Fédération nationale des collectivités concédantes et régies) permet aux collectivités de garder la
propriété des fourreaux de communication électronique. En effet, à partir du moment où la collectivité
a participé au financement des infrastructures, il est normal que les infrastructures passives tel que
des fourreaux tombent dans le domaine public.

Pour plus de renseignement :


http://www.fnccr.asso.fr/documents/1129901025Accord_Amf_FNCCR_et_France_telecom.pdf

5.2 Les travaux sur voirie

Lors de travaux sur la voirie (réfection de surface, mise à 2x2 voies, nouvelle route...), il peut être
intéressant de poser des fourreaux. En effet, la pose de fourreaux lors de ces travaux permet des
économies puisqu' il y a déjà une entreprise de génie civil sur place. De plus, il ne sera pas
nécessaire de ré-ouvrir la voirie plus tard. Par contre il faudra prévoir le surcoût lié à la tranchée et
aux fourreaux.

Décembre 2012 Conseil Général du Bas-Rhin 14


6 Dimensionner les fourreaux
Un réseau est globalement constitué de trois maillons :
- Le transport : réseau entre les grandes agglomérations
- la collecte : itinéraire principal (ou primaire) qui doit se raccorder au réseau,
- la desserte : réseau secondaire qui raccorde les parcelles,
- le raccordement des parcelles.

Les infrastructures déployées par les collectivités doivent pouvoir être mises à disposition des
opérateurs dans des conditions transparentes et non discriminatoires.

Remarque : Lors de la pose de conduite hors agglomérations, (réseau de transport, collecte et même
de desserte) il est intéressant de poser dans la tranchée sur les tuyaux un fil de détection, permettant
de repérer plus facilement la tranchée. Par contre, la détection de ce fil n’est pas fiable en
agglomération à cause des autres réseaux existants qui perturbent son repérage.

Source: Rennes Métropole.

6.1 Pour le réseau de collecte

Les réseaux de collecte étant en règle générale interurbains, la compétence de la pose de fourreaux
dans ce type de réseau sera plutôt du ressort du Département.

On ne passe généralement qu'un seul câble par fourreau sur les réseaux de collecte.
Dans un contexte de création d'une infrastructure neuve, il est préférable de prévoir un seul câble
optique par fourreau, et donc de définir le nombre de fourreaux en conséquence. Il sera toutefois
possible de sous-tuber un fourreau existant afin d’y faire passer plusieurs câbles.

Les infrastructures déployées par les collectivités doivent pouvoir être mises à disposition des
opérateurs dans des conditions transparentes et non discriminatoires.
Il est donc important de ne pas limiter le dimensionnement à l'accueil du réseau d'un seul opérateur,
car cela limiterait de facto toute concurrence sur le territoire. Les infrastructures déployées doivent
permettre l'accueil de plusieurs opérateurs.
Remarque: Par sécurité, il est préférable de boucler un réseau de collecte. En effet le bouclage
permet de maintenir une connexion même si le réseau est sectionné à un endroit.

Décembre 2012 Conseil Général du Bas-Rhin 15


6.1.1 Sur les axes numériques structurants

Ces axes correspondent aux liaisons entre les principales zones d’agglomérations.

S'il n'est pas possible de prévoir les besoins exacts sur un tronçon donné (calendrier du projet trop
serré, difficultés à obtenir des informations de la part des opérateurs...), quatre fourreaux en PEHD
semblent pertinents :
- un pour la collectivité (pour ses besoins propres et/ou pour un futur réseau d’initiative publique),
- au moins deux pour l'accueil des câbles des opérateurs privés,
- et un pour la manœuvre.

En ce qui concerne le calibre des fourreaux, à l'échelle où l'on se place ici (réseau de collecte), le
diamètre normalisé 32,6/40 apparaît comme un bon compromis entre capacité (accueil d’un câble de
plus de 400 fibres) et coût. Le diamètre 27/33 peut également convenir mais les possibilités de sous-
tubage ultérieur seront alors plus limitées, et l’économie réalisée n’est pas réellement significative car
elle porte uniquement sur le coût de fourniture (différence inférieure à 1€/ml) et non sur les travaux et
la pose, qui représentent 90% du coût.

6.1.2 Sur les axes numériques secondaires

Ces axes correspondent aux liaisons vers les petites zones d’activités, NRA-ZO, petit répartiteurs,
point haut… La plupart du temps, c’est au niveau du réseau secondaire que l’on tient compte du
besoin des opérateurs présent sur la commune. Les nouvelles ZAC sont rarement éloignées du
réseau France Télécom existant.

Sauf besoin particulier identifié, deux fourreaux PEHD de diamètre 32,6/40 apparaissent suffisants.
En effet, sur les zones à faible potentiel (en termes de clientèle pour les opérateurs), il est peu
probable que plusieurs opérateurs investissent dans un lien de collecte optique.
En outre, dans l’hypothèse où la situation évoluerait de manière différente de ce qui avait été
initialement envisagé, et que la zone attirerait davantage d’opérateurs, il pourrait être fait appel aux
techniques de sous-tubage (passage de micro-tubes), afin de scinder un fourreau en plusieurs
alvéoles à l’occasion du déploiement du premier opérateur.

Décembre 2012 Conseil Général du Bas-Rhin 16


6.2 Pour la desserte ou réseau secondaire

La desserte étant un réseau de distribution des infrastructures vers les abonnés, les communes ou
communautés de communes seront plus à même de poser les fourreaux de par leur connaissance de
leur territoire et de leurs travaux. De plus cela rendra plus facile la gestion des DR (Demandes de
Renseignements)/DICT (La Déclaration d’Intention de Commencement de Travaux ) grâce à
l'intégration au niveau local des données concernant les télécoms dans un SIG.
Plusieurs cas sont à prendre en compte selon le type de logement ou d’entreprises se trouvant sur la
zone à aménager.

Remarque : la desserte est la partie du réseau qui présente le plus de diversité, ce qui rend difficile
l’établissement de règles de pose simples, néanmoins nous pouvons vous donner quelques
recommandations.

Le réseau de distribution constitue le lien entre le réseau de transport et chaque utilisateur final des
réseaux télécoms. A ce titre, il est nécessaire de prévoir une chambre au droit de chaque parcelle,
pour les raccordements ultérieurs. La définition de ce réseau est principalement liée à sa constitution,
en effet, les besoins d'une zone purement pavillonnaire ne seront pas les mêmes que ceux d'un
ensemble d'immeubles.

Les points d'attention : (Ceux-ci sont numérotés dans le précédent schéma).


1 – Les traversées de chaussées sont coûteuses et présentent un fort un risque de perturbations lié à
l'arrêt de la circulation. Il est important d'avoir un bon dimensionnement de ces passages, voire un
fourreau de réserve en plus, pour éviter la saturation de l'artère.
2 – Dans certains cas, il est possible d'utiliser 1 seule chambre de tirage pour desservir 2 parcelles ou
2 logements. La chambre ainsi posée sera plus grande et elle donnera plus de flexibilité dans
l'exploitation du réseau (tirage/soudure de câble). Il est recommandé de poser une chambre L2T
3 – Lorsque la chaussée présente des angles droits, il est important de prévoir des chambres pour
éviter les rayons de courbure trop petits (angles droit à éviter). Ces chambres n'accueilleront pas de
Décembre 2012 Conseil Général du Bas-Rhin 17
branchement, uniquement du tirage de câble, voire de la capacité de réserve, il est préconisé de
mettre une petite chambre L1T.
4 – La chambre ciblée 4 est le point de desserte de 3 autres branches du réseau d'accès. A ce titre, il
y aura des capacités de réserve et des équipements de jonction (boîtes d'épissure) dans cette
chambre. Dans ce genre de situation, il est préconisé d'utiliser une chambre de grande taille : L3T
voie L4T. (Chambre de distribution)
5 – Les chambres qui servent à raccorder une parcelle et également prolonger le réseau d'accès sont
des chambres de type L2T.
6 – Les chambres qui servent à raccorder une parcelle sont des chambres de type L1T (chambre
d'accès)
7 – La chambre ciblée 7 est une chambre utilisée pour éviter les angles droits (cf. point 3). Cependant,
cette chambre pourrait par la suite être utilisée pour faire une double adduction des entreprises, par le
dessous. Il serait intéressant de poser une chambre plus grande L2T. A défaut, cette intervention peut
être réalisée ultérieurement mais elle sera plus coûteuse.

Remarque: il est possible d’optimiser le nombre de chambres à poser, notamment en regroupant la distribution
de plusieurs parcelles ou bâtiments sur une même chambre, jusqu’à six. Cette optimisation est fonction de
l’implantation géographique et doit être étudiée au cas par cas.

6.2.1 Zones pavillonnaires

Dans les zones pavillonnaires les fourreaux sont généralement en PVC. Le dimensionnement des
réseaux est fonction du nombre d’opérateurs présents sur la commune (France télécom, Numéricâble,
…) et de leur besoin décliné. La préconisation « type » pour une zone pavillonnaire, est de
7Ø45+1Ø60 entre chambres. Le Ø60 est généralement réservé aux câbles cuivre, s’il est demandé
par l’opérateur en charge du service universel.
Dans les petites zones pavillonnaires et celles ne possédant pas d’opérateur TV par câble, le nombre
de fourreaux peut être ramené à 5Ø45 entre chambres.

Le nombre de fourreaux est ici plus conséquent car le nombre de fibres est plus important (une par
habitant dans le cadre du FTTH) et en prévision de futures usages.

Une chambre de type L2T ou L3T sera posée sur trottoir et sera le point de départ pour raccorder au
maximum 6 maisons. En cas de partage de chambre entre le réseau cuivre (service universel
téléphonie) et le réseau optique, il est souhaitable de poser une L4T.
C’est dans cette chambre ou dans une borne raccordée à cette chambre qu’aboutira la partie
terminale du câble de l’opérateur en télécommunication, et c’est de là que partiront les lignes de ses
abonnés.

Illustration :

Source: Rennes Métropole.

Décembre 2012 Conseil Général du Bas-Rhin 18


6.2.2 Zones plus denses

Dans le document on appelle « zone plus denses » les maisons divisées en plusieurs logements et
les petits immeubles individuels. Il est conseillé de poser 7Ø45+ 3Ø60 le long de la voie.
Les adductions des immeubles et résidences s’accordent au réseau dans une chambre L2T ou L3T.
Si les surfaces des lots sont importantes, destinées à recevoir plusieurs bâtiments, il peut s’avérer
nécessaire de poser plusieurs chambres pour un lot ou d’augmenter la taille de celle-ci en posant des
L3T ou L4T. En général les promoteurs créent leurs propres réseaux pour adducter les différents
bâtiments dans le lot qu’ils aménagent.
Pour certains lots hébergeants de grosses entreprises ou administrations, il est parfois nécessaire de
sécuriser le réseau de communications électroniques en créant une double adduction physique. Pour
raccorder ces zones plus denses au réseau de collecte, il est recommandé de créer un bouclage de
l’infrastructure avec au moins deux accès permettant de sécuriser le réseau.

6.2.3 Pour le raccordement des parcelles

Au regard des services identifiés dans le paragraphe préliminaire et de la résistance des opérateurs à
partager les infrastructures, il faut prévoir jusqu’aux utilisateurs :
- 1 fourreau pour le téléphone (correspond à un fourreau de diamètre 45mm, 1Ø45),
- 1 fourreau pour préparer l’avenir et l’arrivée de la fibre optique (1Ø45).
- 1 fourreau pour l’opérateur de câble (1Ø45), si câble

Chaque maison se raccorde avec 3Ø45 à une chambre de type L2T située sur le domaine public
(voirie) et un regard de dimensions 30x30 posé en domaine privé le plus proche possible du domaine
public. (Le regard 30x30 n’est pas nécessaire si la maison est proche du domaine public). La pose de
3 fourreaux Ø45 pour raccorder les parcelles permette de prévoir l’arrivée de la fibre ainsi que des
réseaux futurs (>50 ans ?)

Source: Rennes Métropole.

Néanmoins, une adduction en 2Ø45 est parfois préférée lorsqu’il n’existe pas d’opérateur de TV par
câble.
En effet :
- Un nombre important de fourreaux nécessite des chambres plus conséquentes (L4T par exemple).
- Un nombre important de fourreaux nécessite la multiplication des chambres pour diminuer le nombre
d’adductions au départ de chacune d’elles.

L’adduction des immeubles est constituée d’un nombre plus conséquent de fourreaux et parfois de
chambres intermédiaires si la distance ou la configuration du terrain l’exige :
- Pour desservir moins de 30 logements : 5Ø45.
- De 30 à 200 logements : 7Ø45.

Décembre 2012 Conseil Général du Bas-Rhin 19


- Au-dessus de 200 logements : 3Ø60+7Ø45.

Entre le regard 30X30 et le bâtiment, il est recommandé de mettre la même quantité de fourreaux.

6.2.4 Pour le raccord de bâtiment

Les bâtiments en bordure du domaine public peuvent être raccordés directement au réseau sans
regard intermédiaire avec un nombre de fourreaux proportionnel aux besoins:
- les fourreaux peuvent pénétrer à l'intérieur des bâtiments par un endroit défini en concertation avec
les propriétaires
- les fourreaux peuvent remonter sur une façade si la configuration des bâtiments ne permet pas
l'acheminement des câbles par l'intérieur.

6.2.5 Raccordement en aérien

Le raccordement aérien est plus rapide que la pose de fibre dans des fourreaux. Cependant, les
câbles ainsi déployés sont soumis à de plus fortes contraintes : intempéries, chutes d’arbres ou
poteaux.

Exemples de pose et raccordement aérien © Tactis

Deux types de pose en aérien sont envisageables :


- sur façade
- sur supports existants (poteaux et câbles France Télécom, poteaux et câbles électriques)

Dans les deux cas, il est nécessaire de demander l’autorisation aux propriétaires du support avant de
réaliser les travaux.
Il sera également nécessaire de poser un regard en limite de propriété pour permettre la transition
entre le réseau souterrain et le réseau vertical en façade.

Décembre 2012 Conseil Général du Bas-Rhin 20


7 La pose de fourreaux

7.1 Le génie civil

7.1.1 Les tranchées «ordinaires»

C’est la technique la plus courante. Elle est de l’ordre d’un mètre de profondeur et d’un demi-mètre de
largeur. Les fourreaux sont posés sur un lit de sable au fond des tranchées et recouvert d’un remblai.

La profondeur minimale des tranchées est définie par la norme NF P98-331. Les distances entre les
réseaux ainsi que celles avec la végétation/construction sont fixées par la norme NF P98-332.

On estime le coût moyen d’une tranchée de 70-80€ /ml. Le prix varie fortement en fonction de la
nature du terrain (terre, bitume, pavés …), du lieu des travaux, de la distance (on utilise des pelles
mécaniques pour les distances courtes et des trancheuses autrement)... Il faudra bien entendu
prendre en considération les coûts indirects (gènes occasionnées par les travaux, déviation …) qui
restent difficilement évaluables.

7.1.2 Les tranchées de faibles dimensions

Ces tranchées sont réalisées de la même façon que les précédentes mais sont de taille réduite. Elles
ont une capacité d’accueil moins importante que les tranchées classiques, mais elles permettent de
réduire les coûts et d’accélérer le déploiement de fourreaux.
Les tranchées de faibles dimensions ne concerne que les réseaux Télécom : les autres réseaux
doivent être enterrés, pour des raisons de sécurité, plus profondément (pour prévenir du gel de
canalisation par exemple). Ces tranchées ne permettent donc pas la mutualisation du génie civil avec
d’autres types de réseaux.
Le coût de la tranché est plus faible et de l’ordre de 50€/ml.

La normalisation des tranchées de faibles dimensions a été publiée en juin 2009, sous le numéro XP
P98-333.

Décembre 2012 Conseil Général du Bas-Rhin 21


7.1.2.1 Micro tranchées

7.1.2.2 Mini tranchées

Décembre 2012 Conseil Général du Bas-Rhin 22


7.1.3 Rainurage

Le rainurage est une technique qui consiste à scier la couche supérieure de la chaussée (ou trottoir)
sur 1 cm de largeur et 10 cm de profondeur. Cette technique a l’avantage d’être rapide, peu onéreuse
et légère à mettre en place.
En revanche, elle permet le passage d’un seul câble posé directement en terre (pas de fourreaux) et
limite la maintenance et l'évolution du réseau. La fragilité générale du système, l'impossibilité
d'effectuer des réparations et la faible durée de vie des installations compte tenu des interventions
fréquentes sur la chaussée, limitent à ce jour l'emploi de cette méthode à des installations provisoires
ou très locales.

7.2 Les masques de fourreaux

Le masque de fourreaux correspond à la vue en coupe des fourreaux. Selon le nombre, le type de
fourreau et l'endroit où l'on se trouve, des schémas de mise en place des fourreaux s'imposent.
Un ensemble de fourreaux rassemblés en un bloc sera enrobé le plus souvent de sable et posé dans
une tranchée. Ceux-ci seront écartés et enrobés de béton avant d’arriver dans une chambre.
La largeur des masques ici est minimum. La largeur réelle sera donnée par la largeur des tranchées
réalisées.

Décembre 2012 Conseil Général du Bas-Rhin 23


Décembre 2012 Conseil Général du Bas-Rhin 24
- Les fourreaux en PEHD dépassent de 30cm dans la chambre, les fourdrreaux en PVC sont coupés
au raz.
- Les fourreaux ne devront pas subir d'écrasement ni d'ovalisation notable pendant le temps de prise
du béton d'enrobage ou lors du tassement des remblais qui les recouvrent.

7.3 Signalisation des fourreaux dans la tranchée

Selon la norme NFP 98-331 relative aux tranchées, les fourreaux


doivent être signalés dans la tranchée par un grillage avertisseur
normalisé, de couleur verte pour les réseaux télécoms, posé à 30cm
au-dessus de la génératrice supérieure du faisceau de fourreaux. La
largeur du grillage est au moins égale à la largeur de l’ensemble des
fourreaux. Les fourreaux devront également être identifiés de chaque
côté par un numéro ou une couleur.

Remarque : Dans le cas des tranchées de faibles dimensions, le


grillage avertisseur peut être remplacé par une coloration dans la
masse du matériau de remblayage autocompactant.

Décembre 2012 Conseil Général du Bas-Rhin 25


7.4 Les chambres et locaux techniques

Lors de la pose de fourreaux on doit poser des chambres à intervalles réguliers. Ces chambres
permettent 2 choses :

1- Permettre la mise en place des câbles dans les fourreaux, en offrant des points d'entrée et de sortie
à ces derniers, ainsi qu’un espace de travail suffisant : ce sont les chambres de tirage/portage (on les
désigne généralement par « chambre de tirage », indépendamment de la méthode qui sera réellement
utilisée pour mettre en place les câbles).

2- Permettre de réaliser des changements de direction des câbles, des dérivations et des
raccordements, en offrant un espace de stockage pour des surlongueurs de câbles (lovage) et des
boîtiers d’épissurage pour l’accessibilité aux câbles et fibres : ce sont les chambres de raccordement
ou de dérivation. Les surlongueurs de câble permettent notamment d’intervenir sur les boîtiers
d’épissurage dans de bonnes conditions matérielles, à l’intérieur d’un véhicule amené à proximité de
la chambre.

Chambre de tirage L3T posée dans un virage pour faciliter


la pose des câbles (Source Réseau Hautes-Pyrénées Numérique)

En général dans le cadre d'un réseau de collecte, les chambres servent uniquement à effectuer du
tirage, du portage de câble optique ou du raccordement de tronçons. Une chambre L3T (K2C si la
chambre est sous une chaussée) est normalement suffisante.

Le réseau de desserte nécessite la possibilité de raccordement ou de mise en place de matériel


télécom comme des boîtiers d’épissurage ou des coffrets de brassage. Des chambres L3T (K2C si la
chambre est sous une chaussée), voire plus grandes, seront nécessaires.

A titre d'exemple, le réseau téléphonique de France Télécom entrecoupe son réseau de collecte par
des chambres de tirage tous les 300 mètres. Par contre son réseau de desserte est entrecoupé de
chambre tous les 50 mètres.

En règle générale, les règles suivantes sont à prendre en compte :

- Eviter les changements de direction entre les chambres.


- Sur le réseau de collecte, la distance inter-chambre est inférieure à 2 km. Cela garantit la
compatibilité avec une pose de câble par portage ou par tirage. Nous pouvons envisager des
distances inter-chambre plus conséquentes dans le cas de réseaux de collecte au niveau
départemental (par exemple : Le RIP du CG22 comporte des distances inter chambre > 4km).

Décembre 2012 Conseil Général du Bas-Rhin 26


- Afin de permettre le portage des câbles dans les fourreaux, le tracé entre deux sites de chambres
doit comprendre un minimum de changements de directions (angles horizontaux ou verticaux) et les
caractéristiques suivantes entre deux sites de chambres doivent être respectées :
• la somme en degrés des angles doit être inférieure à 240°,
• l’angle maximum doit être inférieur à 35°,
• le nombre maximum d’angles doit être inférieur ou égal à 10.
En cas de dépassement d’une de ces valeurs, une chambre de tirage doit être ajoutée sur le
multitubulaire.).
- Positionner une chambre au niveau des changements de direction à angle droit.
- Positionner une chambre de part et d’autres de passages particuliers (traversée de pont, de
carrefour important, etc.). Ainsi, en cas d’avarie sur ce point de passage, le segment du réseau à
réparer est moins important.
- Il est préférable de disposer les chambres sur des emplacements où il existe une emprise suffisante
(notamment dans les parcs d'activités, pour le cas d’un opérateur qui souhaiterait placer une chambre
de son propre réseau à proximité de nos chambres) et accessible (pour le personnel d’intervention).
(Par exemple : si le tracé du parcours est sur l’accotement d’une route, il est préférable de disposer
les chambres en retrait d’1 ou 2 mètres par rapport à l’axe du réseau pour des raisons de sécurité du
personnel d’intervention. Autre exemple : Lors de la pose des câbles de fibres optiques, les équipes
d’intervention utilisent parfois des petits véhicules qui doivent pouvoir accéder et stationner près des
chambres).
- S’il existe des chambres France Télécom sur le tracé, il est souhaitable de placer les nouvelles
chambres à proximité.
- A l’intérieur d’un parc activité :
• Chaque parcelle doit disposer d’au moins une chambre à proximité
• La distance inter-chambres est généralement inférieure à 100 m (sauf cas spécifique)

Remarques : Dans les zones urbaines, ces chambres pourraient devenir des points de mutualisation
d'opérateurs télécoms. Il est donc primordial de bien positionner celles-ci car elles définiront où les
opérateurs se raccorderont pour se connecter aux immeubles pré-fibrés. Il faut donc les placer de
façon à prévoir la couverture totale du territoire afin d’éviter les « taches de léopard » constitué
d’immeubles desservis et non desservis par le réseau FTTH. Dans les zones très denses, le point de
mutualisation semble se trouver au pied des immeubles mais dans les zones moyennement ou
faiblement denses ce n'est pas forcément le cas. Des chambres positionnées de manière équitable
permettent aux propriétaires d’infrastructures privés de s’y raccorder.
.

Chambre sans fond petit modèle Source: CETE de l'ouest

Décembre 2012 Conseil Général du Bas-Rhin 27


7.4.1 Tableau récapitulatif sur les types de chambres

Pose en accotement (trottoir) LxT


Type Longueur Largeur Profondeur Taille maxi de Remarques
(cm) (cm) (cm) la conduite
L0T 63 45 38 3Ø45 Sert à remplacer les regards 30x30
lorsqu'ils sont impossibles à mettre sur le
domaine privé
L1T 77 63 68 5Ø45 ou Sert à raccourcir les grandes longueurs de
35Ø45 + 2Ø60 conduite et à éviter les courbes trop
prononcées
L2T 141 63 68 7Ø45 + 3Ø60 Ces chambres sont destinées à recevoir les
derniers équipements de
télécommunication sur le domaine public
L3T 162 77 38 7Ø45 + 3Ø80 (Point de concentration, Amplificateurs...).
Les armoires de rue (Borne pavillonnaire)
y sont généralement rattachées
L4T 212 77 38 7Ø45 + 6Ø80
L5T 204 113 128 Servent à recevoir une quantité importante
de tuyaux. C'est ici que se divisent les gros
câbles, les sous répartiteurs y sont rattachés
ainsi que tous les gros équipements de
L6T 267 113 128 télécommunication
Remarque: Les chambres font généralement 8 cm d'épaisseur et respectent les exigences de la
norme NF P98050.

Pose sous voies circulées ou BAU KxC


Type Longueur Largeur (cm) Profondeur (cm) Taille maxi de la Remarques
(cm) conduite
K1C 107 107 84 7Ø45 + 3Ø60 Remplace L1T et L2T
K2C 182 107 84 7Ø45 + 6Ø80 Remplace L3T et L4T
K3C 257 107 84 Remplace L5T et L6T
Remarque: Les chambres font généralement 8 cm d'épaisseur et respectent les exigences de la
norme NF P98050.

7.4.2 Les tampons de protection

Les Tampon de protection sont des plaques en fonte qui


servent à couvrir les chambres.
Pour les chambres L2T/L3T : Le tampon doit être de classe
125 kN (résistance à une charge de 12,5 tonnes) si la
chambre est située dans un espace vert, et de classe 250
kN20 (25 tonnes) si la chambre est située sous un trottoir ou
en accotement.
Pour les chambres K2C (sous chaussée) : Tampon de classe
400 kN (40 tonnes).
Si possible, le tampon sera identifié avec un logo portant le
nom du bénéficiaire et/ou le type de réseau (ex. réseau
télécom de la ville X).
Les tampons doivent être verrouillables.

Décembre 2012 Conseil Général du Bas-Rhin 28


7.5 Ordre de grandeur de coûts

Le tableau ci-dessous représente une moyenne des coûts et délais associés aux techniques de génie
civil les plus employées.

Technique Micro Micro Génie civil Génie civil Génie civil Fonçage Forage
saignée tranchée traditionnel traditionnel manuel dirigé

Application Linéaire Linéaire Linéaire linéaire Linéaire Traversée Traversée


urbain long, urbain rural long urbain long, urbain de voirie, à de voirie
uniquement long, sous en pleine sous court à « l’aveugle dirigée
sous chaussée terre trottoir ou fortes »
trottoir chaussée contraintes
Délai (ml/j) 200 à 400 500 à 800 80 à 140 60 à 90 10 à 30 5 à 10 2à5

Coût (€/ml) 35 à 60 45 à 65 50 à 70 60 à 90 80 à 100 120 à 160 150 à 200

7.6 Après les travaux

7.6.1 Les essais

Généralement, la validation des travaux comprend 2 types d’essais :


- Essais de mandrinage : passage d’un mandrin dans chaque fourreau pour en garantir le diamètre.
- Essais d’étanchéité : Il s’agit de vérifier sur chaque tronçon (i.e. entre 2 chambres adjacentes) que
les fourreaux sont étanches. Cet essai est réalisé en mettant le fourreau sous une pression de 1 ou 2
bars et en vérifiant que la pression reste inchangée après 2 heures. Ne pas oublier de mettre des
bouchons et ne pas hésiter à vérifier que ceux-ci sont bien mis à la fin des chantiers.

7.6.2 La récupération des plans de récolement

Lors de travaux il faudra exiger des aménageurs un plan de récolement: une bonne connaissance de
ses infrastructures est primordiale pour en assurer une bonne gestion. Ce plan est très important car il
vous permettra par la suite de répondre à ces questions rapidement :
- Où avons-nous des fourreaux?
- Combien sont-ils ?
- Quelle est leur disponibilité ?
- Quel diamètre ?
- Qui les occupe ?
- ….
Il est donc primordial de récupérer les bonnes données au bon format pour pouvoir par la suite les
utiliser dans un SIG. Un SIG vous permettra de répondre aux opérateurs rapidement s’ils vous
questionnent sur vos infrastructures et vous permettra de facturer facilement les redevances
d’occupation de domaine public.

Le plan de récolement des ouvrages sera fourni par l’aménageur, sur support papier et sur support
numérique. Les données cartographiques seront fournies dans l'un des formats suivants ou
équivalent, par ordre de priorité :
1. format SHP,
2. format MIF/MID

Décembre 2012 Conseil Général du Bas-Rhin 29


Les données devront respecter le modèle de données ci-dessus (objets et attributs associés). Pour
une livraison au format Shapefile (SHP) ou MIF/MID, les données alphanumériques seront
directement encapsulées dans le format. Toutes les données seront fournies sous forme d'un fichier
par commune.
Elles sont créées en RGF 93 (cf. Décret n°2006-272 du 3 mars 2006) à l’échelle 1/200 avec une
précision d’au moins 5 cm. Les données seront livrées selon les 2 systèmes de projection en vigueur:
Conique Conforme 48 et Lambert 93.

Les informations concernant les fourreaux, les chambres, les locaux techniques ou les artères devront
être récupérées pour intégration dans un système d’information géographique.
L’organisation des données pourra respecter ce principe : une artère contient de zéro à plusieurs
fourreaux. Les artères peuvent être situées entre des chambres ou locaux techniques ou se termine
avec le ou les fourreaux.

7.6.3 La gestion des fourreaux

La gestion des fourreaux ne sera pas la même selon que les fourreaux relèvent de la propriété du
domaine publique communal ou du domaine privé communal.

7.6.3.1 La propriété des fourreaux


Domaine public communal

Pour que le fourreau soit inclus dans le domaine public il faut qu'il soit:
1. Propriété de la personne publique
2. Affecté à un service public : la mise à disposition de fourreaux aux opérateurs peut être
considérée comme un service public local.
3. Nécessité d'un aménagement indispensable : il faut montrer que la pose de fourreaux permet
aux opérateurs de communications électroniques d’établir des réseaux de communications
électroniques.

Remarques :
- Il convient de noter que dans de nombreux cas, le régime d’établissement des réseaux câblés est
celui de la délégation de service public, qui attribue la propriété des fourreaux aux collectivités au titre
des biens de retour. Dans ce cas, le câblo-opérateur est exploitant de ces infrastructures.
- Dans un lotissement privé c’est au maître d’ouvrage du lotissement (ou aux opérateurs si ceux-ci
sont d’accord) de financer les infrastructures. Si le maître d’ouvrage d’un lotissement privé finance des
fourreaux sous la voirie du lotissement, ceux-ci seront intégrés au domaine public communal lors de
l’éventuel transfert de la voirie du lotissement vers le domaine public communal.

Domaine privé communal

Les fourreaux relèvent du domaine privé dès lors que la collectivité n’a pas donné un caractère de
service public à la mise à disposition de ceux-ci. La collectivité devra les commercialiser dans des
conditions transparentes, non discriminatoires, au prix du marché.

7.6.3.2 Mise à disposition d'infrastructure


Sur le plan juridique, la mise à disposition de fourreaux par une collectivité peut être considérée
comme une convention d'occupation du domaine public non-routier ou comme une mise à disposition
d’infrastructure aux opérateurs ou utilisateurs de réseaux (l’article L. 1425-1 du Code Général des
Collectivité Territorial). La deuxième option présente l’avantage d’être « libre » sur le plan tarifaire car
les plafonds prévus à l’article R. 20-52 du CPCE pour les redevances d’occupation du domaine public
ne s’appliquent pas aux tarifs de location de fourreaux.

Décembre 2012 Conseil Général du Bas-Rhin 30


7.6.3.3 Redevance
La redevance ne sera pas la même selon que l'on se trouve sur un domaine public ou sur un domaine
privé.

Domaine public communal

Le barème applicable doit avoir préalablement fait l’objet d’une délibération du conseil municipal de la
collectivité. Concrètement la valeur locative devra prendre en compte la redevance initiale fixée
dans la permission de voirie, l'amortissement de l'équipement ainsi que les frais de gestion et
d'entretien.

Domaine privé communal

La collectivité est libre du tarif de location qu’elle doit appliquer cependant elle devra le faire de façon :

• Transparente : il faudra détailler les coûts.


• Non discriminatoire : le même prix pour tous les opérateurs.
• Au prix du marché : le prix sera fonction de la demande (demande élevée égale prix élevé) et
de l’offre (si le nombre d’offreurs augmente alors le prix de location tendra à diminuer).

Attention: si le prix est excessif il sera dissuasif et la location ne trouvera pas preneur.

Une tarification équilibrée est donc :

• suffisamment haute pour équilibrer ses investissements,


• suffisamment basse pour inciter les opérateurs à utiliser les infrastructures établies plutôt que
de créer leurs propres infrastructures.

7.6.3.4 Concernant le service universel


Si les fourreaux qui servent au service universel de téléphonie sont la propriété de l’opérateur France
Télécom, celui-ci peut s'en servir pour ses propres besoins, par contre il est dans l'obligation de
proposer une location de ses fourreaux disponibles.

Dans le cas où les fourreaux ont été financé sur fonds publics, France Télecom ou tout autre
opérateur fournissant un service universel devra payer une redevance pour l'utilisation des tuyaux et
chambres au même titre que les autres opérateurs.

Remarque: France Télécom n’est pas toujours le propriétaire du génie civil, notamment dans les ZAC
établies postérieurement à la transformation de France Télécom en société nationale, en 1996. Dans
ce cas, France Télécom agit comme exploitant de droit ou de fait.

Le site du CETE de l’ouest propose une convention type à faire signer aux parties pour la mise à
disposition d’infrastructure entre opérateurs et collectivités
(http://www.arcep.fr/fileadmin/reprise/dossiers/collectivites/pdf/crip-convtype-150306.pdf)
.

Décembre 2012 Conseil Général du Bas-Rhin 31


7.7 Les cas typiques

Ces cas sont à titre indicatif. Ces schémas ont été conçus sur la base d’une pose de 4 fourreaux
Ø4cm; on peut envisager le même type de schéma avec 3 fourreaux Ø4cm et 7 fourreaux Ø4cm.
Néanmoins, chaque cas de figure est particulier : il faudra toujours réaliser des études préalables
avant d’effectuer des travaux. Dans les schémas suivants, les axes de déploiement possibles sont
des indications concernant des éventuels déploiements de fourreaux dans le cas où de nouvelles
zones devraient être raccordées.

7.7.1 Les traversées

Les traversées d'axe routier en prévision Les traversées d'axe routier secondaire

Les carrefours

Décembre 2012 Conseil Général du Bas-Rhin 32


7.7.2 Les ponts

Les ponts sont des ouvrages particuliers et sont tous différents les uns des autres, il faudra dans tous
les cas demander l'avis du gestionnaire du pont avant d'entamer les travaux. Comme les ponts sont
des constructions mobiles, il faudra prévoir des fourreaux flexibles et percer des trous rectangulaires
dans des chambres assez grandes permettant ainsi d'avoir un "jeu".
Dans les ponts assez récents, des fourreaux et des chambres sont déjà prévus. Sinon, il faudra poser
une chambre L3T voire plus grande de chaque côté du pont et prévoir une micro tranchée avec des
fourreaux type PEHD.

7.7.3 Les carrefours giratoires

Dans le cadre d’un carrefour giratoire existant, la pose de fourreaux s’effectue le long de celui-ci.

Remarque: Lors de la construction d'un carrefour giratoire, la logique veut que l'on passe au plus
court : les fourreaux passent donc sous le carrefour. Il ne faudra pas oublier dans ce cas-ci de poser
des chambres L3T (ou plus grandes) de part et d'autre du carrefour afin de prévoir des raccordements
futurs.
Décembre 2012 Conseil Général du Bas-Rhin 33
7.7.4 Les Zones d’activité et le label THD

Source: CETE de l'ouest

De manière générale, pour obtenir le label THD il faut que la zone soit raccordée par 2 opérateurs
différents pour garantir une concurrence nécessaire au développement d’offres commerciales.
Pour qu’une zone soit accessible au futur label Très Haut Débit, la zone doit:
- Etre raccordée ou potentiellement raccordable à au moins un réseau de collecte.
- Apporter la preuve qu’au moins deux opérateurs sont en mesure de proposer des services à très
haut débit grâce à des lettres d’engagement de ceux-ci.
- Posséder une chambre de tirage mutualisée en entrée de zone s’ouvrant sur le réseau de desserte
de la ZA;
- Avoir un emplacement pouvant accueillir une structure d’hébergement pour les équipements des
opérateurs (local technique, chambre souterraine, ou armoire de rue).
- Suivant la situation locale, l’emplacement précité peut être déporté pour être localisé à proximité du
ou des réseaux de collecte disponibles localement.

Décembre 2012 Conseil Général du Bas-Rhin 34


Réseau de collecte à proximité

Source: ARCEP

Réseau de collecte déporté

Source: ARCEP

A défaut d’un chemin optique, pour chaque parcelle il faudra la présence d’une chambre technique sur
le domaine public permettant de raccorder la dite parcelle au réseau de fourreaux de la zone, avec
une distance résiduelle de génie civil sur le domaine public inférieure à 30 mètres.
En l’absence d’une offre de fibre activée, pour chaque parcelle, au moins trois opérateurs peuvent
disposer chacun :
- D’un chemin optique continu sur fibre entre la chambre la plus proche de la parcelle et la chambre
d’entrée de zone.
- A défaut d’un chemin optique, d’un chemin de vide continu entre la chambre la plus proche de la
parcelle et la chambre d’entrée de zone, soit par l’utilisation d’un fourreau dédié, soit par le sous-
tubage d’un fourreau.

Un chemin optique peut être supporté par une fibre noire disponible à la location en point à
point.
En présence d’une offre de revente de capacité, au moins deux opérateurs peuvent, pour chaque
parcelle, disposer chacun d'un chemin optique continu sur fibre noire ou d'un chemin de vide. Pour
une même parcelle, les fibres noires proposées aux opérateurs peuvent être soit accueillies dans des
fourreaux séparés, soit mutualisées dans un même fourreau mais avec une fibre par opérateur.

Décembre 2012 Conseil Général du Bas-Rhin 35


7.8 Pense-bête
Voici une liste de points à vérifier:
1. Penser à l’inter distance des réseaux électriques et les réseaux de télécommunications.
2. Laisser du "mou" dans les câbles à l'intérieur des chambres en prévision de
déconnections/branchements.
3. Attention au rayon de courbure du tracé du réseau.
4. Vérifier que des bouchons ont été placés à chaque extrémité du fourreau.
5. Ne pas oublier de faire les différents tests d'après travaux.
6. Ne pas oublier le procès-verbal de réception.
7. Vérifier la conduite des travaux.
8. Lors de travaux sur des endroits particuliers (pont, monument,...), demander toujours conseil aux
gestionnaires d'ouvrage.
9. Ne pas oublier de faire la Déclaration d'intention de commencement de travaux.
10. Ne pas oublier de repérer les infrastructures posées pour pouvoir les enregistrer dans un système
d'information géographique.
11. La concurrence est un facteur clef pour que la fibre se démocratise, toujours penser les
infrastructures en conséquence!

Décembre 2012 Conseil Général du Bas-Rhin 36


8 Glossaire
Sous-tubage :

Le sous tubage consiste à faire passer plusieurs tubes dans un


fourreau. De cette manière, le fourreau se retrouve séparé en
plusieurs alvéoles (voir schéma ci-dessous) ce qui rend plus facile
la cohabitation de concurrents.

Epissurage :

L'épissurage est le fait de raccorder deux fibres


optiques. Pour ce faire il faut les positionner l'une en
face de l'autre de manière minutieuse, généralement
cet étape est assistée d'appareil pré calibrés. Ensuite
on les bloque dans cette position à l'aide un boîtier
plastique ou d'une fusion optique. Ensuite vient le
test d'épissurage pour vérifier la qualité de
transmission de la fibre.

Tirage :

Le tirage est un mode de pose de la fibre optique dans les


fourreaux. Cette méthode consiste à faire passer un câble
de tirage dans le fourreau afin de pouvoir tirer ensuite le
câble optique préalablement accroché. Le tirage ne peut
pas se faire sur des distances trop importantes (au-delà
d'une centaine de mètres ça commence à devenir limite) car
cette technique crée un effort de traction sur le câble, et
donc un risque de dommages si la longueur (donc le poids)
à tirer est trop élevée.

Décembre 2012 Conseil Général du Bas-Rhin 37


Portage :
Le portage est un mode de pose de la fibre optique dans les fourreaux. Le portage consiste à pousser
le câble par air comprimé ou par eau (on appelle alors cette technique flottage) ce qui permet de
poser le câble sur de longues distances et de façon rapide (le record actuel est de 3,6 km en un jet
d'air). Même si sa performance est élevée, le portage reste une technique peu onéreuse mais qui
nécessite d'avoir des fourreaux qui soient étanches et qui résistent à la pression comme le PEHD.
D’après les expériences des techniciens duCG22, le flottage semble plus performant que le portage à
l’air.

Fourreau de manœuvre :
Le fourreau de manœuvre est un fourreau qui est laissé vide. Celui-ci permet de faire passer un câble
de remplacement pendant la maintenance d'un autre fourreau. De cette manière le réseau n'est
quasiment pas interrompu pendant la maintenance.

Décembre 2012 Conseil Général du Bas-Rhin 38


INFO+

Direction de la Communication CG Bas-Rhin / Décembre 2012 / © Thinkstock 2012 / Impression CG67.


CONSEIL GÉNÉRAL DU BAS-RHIN
HÔTEL DU DÉPARTEMENT
Place du Quartier Blanc / 67964 STRASBOURG cedex 9
Tél : 03 88 76 67 67 / Fax : 03 88 76 67 97

www.bas-rhin.fr
DIRECTION DE LA MOBILITÉ
Tél. : 03 88 76 60 03
UNITÉS TERRITORIALES
D’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE
Saverne : 03 68 33 82 19
Haguenau : 03 68 33 87 20
Molsheim : 03 88 76 63 95
Sélestat : 03 68 33 85 80