Vous êtes sur la page 1sur 6

GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG

MINISTERE DES TRAVAUX PUBLICS

Commission Permanente de Normalisation


des Matériaux de Construction

Clauses Techniques

CHAUX DE CONSTRUCTION C.T. 3/75

Vu et approuvé par décision ministérielle N°51.626


Luxembourg, le 26.09.1975
Le Ministre des Travaux

s. Jean Hamilius
2

1. GENERALITES

1.1. Terminologie

1.1.1. Calcaire naturel


Carbonate de calcium (CaCO3) plus ou moins pur.

1.1.2. Calcaire dolomitique


Carbonate mixte de calcium et de magnésium (CaCO3 + MgCO3)

1.1.3. Calcaire marneux


Calcaire naturel plus ou moins argileux.

1.1.4. Chaux vive


Oxyde de calcium (CaO) obtenu par cuisson du calcaire.

1.1.5. Chaux grasse


Hydroxyde de calcium ou hydrate de chaux (Ca(OH)2) obtenu par extinction (addition
d'eau) de la chaux vive.

1.1.6. Chaux de construction


Notion d'ensemble des différents types de chaux définis ci-après, qui ne peut pas être
employée pour désigner un produit déterminé.

1.2. Objet des clauses techniques

Les présentes spécifications ont pour objet de fixer les définitions générales et
particulières et les propriétés techniques des chaux de construction, utilisées dans la
préparation des mortiers pour maçonnerie, chapes et enduits (voir aussi CT 6/75 -
Mortiers).

1.3. Types de chaux de construction

Les différents types se distinguent par le mécanisme de leur durcissement qui est
influencé par la composition des matières de départ.
A partir de matières premières très pures sont obtenues des chaux de construction à
teneur élevée en CaO et MgO, qui durcissent, après gâchage à l'eau, principalement
par réaction avec l'anhydride carbonique (CO2) de l'air (durcissement par
carbonatation).
A partir de matières premières avec une teneur croissante en silice (SiO2), alumine
(A1203) et oxyde de fer (Fe203), sont obtenues les chaux de construction qui, après
gâchage, peuvent durcir également sous l'eau (durcissement hydraulique).
Ces chaux durcissent plus rapidement et atteignent des résistances plus élevées que
celles à teneur plus élevée en CaO et NgO.
3

1.3.1. Chaux aériennes


Chaux de construction qui durcissent principalement par carbonatation. Elles ne
durcissent pas sous l'eau.

1.3.2. Chaux blanche


Est obtenue par cuisson de calcaire naturel très pur et réagit vivement lors de
l'extinction. Son durcissement se fait principalement par carbonatation.

1.3.3. Chaux dolomitique


Est obtenue par cuisson de calcaire dolomitique et réagit, selon la teneur en MgO, plus
ou moins vivement lors de l'extinction. Son durcissement se fait principalement par
carbonatation.

1.3.4. Chaux hydraulique légère


Est obtenue par cuisson de calcaire marneux et réagit moins vivement lors de
l'extinction que les chaux aériennes. Son durcissement résulte en partie du
durcissement par carbonatation et en partie du durcissement hydraulique.

1.3.5. Chaux hydraulique lourde et chaux éminemment


hydraulique
Sont obtenues par cuisson de calcaire marneux ou dolomitique avec réduction en
poudre par extinction suivie ou non de mouture, avec ou sans addition de grappiers ou
d'autres constituants: clinker, laitier, pouzzolane. Leur durcissement est
principalement hydraulique.
Grappiers: Ensemble de matières hydrauliques résistant à la pulvérisation lors de
l'extinction de la chaux hydraulique.
Clinker, laitier, pouzzolane: voir CT 2/75.

1.4. Chaux vives moulues et hydrates de chaux dans le


commerce.

A part les chaux hydrauliques lourdes et éminemment hydrauliques qui subissent


toujours l'extinction en usine, les différents types de chaux peuvent être rencontrés
dans le commerce sous forme de "chaux vive moulue" ou sous forme "d'hydrate de
chaux".
Les "chaux vives moulues" doivent être éteintes selon les prescriptions du fabricant
avant leur mise en oeuvre.
Les "hydrates de chaux" peuvent être mis en oeuvre selon les prescriptions du
fabricant sans subir une extinction.
Ces modalités sont résumées dans le tableau suivant:
4

Chaux de construction
Extinction selon les Mise en oeuvre selon les
prescriptions du fabricant avant prescriptions du fabricant
la mise en oeuvre sans extinction
Chaux blanche Chaux blanche (hydrate)
Chaux dolomitique Chaux dolomitique (hydrate)
Chaux hydraulique légère Chaux hydraulique légère
(hydrate)
Chaux hydraulique lourde
Chaux éminemment
hydraulique

1.5. Domaine d'application

Les chaux de construction prévues dans les clauses techniques CT 6/75 pour les
mortiers de la catégorie I et II sont du type:
Chaux blanche (hydrate)
Chaux dolomitique (hydrate)
Chaux hydraulique loure
Chaux éminemment hydraulique
Elles sont souvent employées en mélange avec du ciment ou du plâtre.

2. PROPRIETES TECHNIQUES

La grande majorité des chaux de construction est importée de l'Allemagne, de la


Belgique et de las France. Dans ces pays les prescriptions techniques normalisées ou
non sont différentes.

Les propriétés techniques des chaux de construction doivent satisfaire aux


prescriptions techniques en vigueur dans leur pays d'origine, c'est-à-dire:

Pays d'origne Prescriptions


Allemagne DIN 1060 Baukalk
Belgique NBN 888-01 (projet)
France P 15 - 310 Chaux hydrauliques

Recommandation: L'emploi des chaux de construction devrait se limiter aux produits


contrôlés par des organismes officiels dans leur pays d'origine.

2.1. Caractéristiques et tolérances


pour les chaux hydrauliques lourdes et les chaux éminemment hydrauliques

Les modes opératoires des essais et autres indications peuvent être consultés dans la
documentation: Méthodes d'essais M.E.
5

2.1.1. Caractéristiques physiques

2.1.1.1. Masse volumique apparente


La masse volumique apparente du produit en poudre est comprise, suivant la chaux
hydraulique considérée, entre les limites suivantes:
-chaux éminemment hydraulique 0.65 à 0.90 kg/dm3
-chaux hydraulique lourde 0.60 à 0.75 kg/dm3

Cependant, la masse volumique apparente ne doit pas être considérée comme un


critère valable de qualité et comme la base du classement d'une chaux dans l'une ou
l'autre catégorie. Ce classement doit être exclusivement basé sur les résistances
mécaniques obtenues.

2.1.1.2. Finesse de mouture


La finesse de mouture au tamis d'ouverture de mailles carrées 0.2 mm ne doit pas
accuser un refus supérieur à 10%.

2.1.1.3. Stabilité à l'expansion à froid et à chaud


L'expansion à chaud après 3 heures et à froid après 7 jours ne doit pas dépasser 3 mm.

2.1.2. Caractéristiques mécaniques


Les résistances à la compression, déterminées à 7 et 28 jours sur éprouvettes de
mortier de composition
1.00 partie en poids de chaux
3.00 parties en poids de sable normal
0.50 partie en poids d'eau
et confectionnées selon un mode opératoire déterminé, doivent accuser les valeurs
minimales suivantes:

Liant Résistance minimale à la compression


en bars*
7 jours 28 jours
Chaux éminemment
hydraulique
classe 60 30 60
calsse 100 50 100
chaux hydraulique 10 30
lourde

* 1 bar = 1.02 kgf/cm2


6

2.1.3. Caractéristiques chimiques

2.1.3.1 Contrôle des inertes


Les matières inertes existant dans les chaux proviennent des incuits (insolubles et
carbonates) ayant échappé au triage, ainsi que les cendres de combustibles.
Le total de la masse des insolubles dans HCl à chaud, avec reprise par le carbonate de
soude, et du double de la différence entre la perte au feu à 120°C à 1000°C, doit être
inférieur à 30%.