Vous êtes sur la page 1sur 4

374

Caractéristiques de bétons légers à base de


résidus d’exploitation de carrières et de bois
M.L. Benmalek, A. Bouguerra, A. Ledhem, R.M. Dheilly et M. Queneudec

Résumé : Cinq fines minérales, constituées par des résidus d’exploitation de granulats, sont utilisées dans des bétons
Can. J. Civ. Eng. Downloaded from www.nrcresearchpress.com by Universite de Lorraine on 03/28/15

légers à granulats de bois. Cette étude constitue une première approche de l’influence des caractéristiques de ces fines
sur le comportement de ces bétons élaborés avec une même formulation et un même état de consistance au moulage.

Mots clés : fines minérales, bétons légers, conductivité thermique, caractéristiques mécaniques, variations
dimensionnelles.

Abstract: Five mineral fines, resulting from aggregate quarries, are used in lightweight concretes formulated with
wood aggregates. This study is a first approach of the influence of the characteristics of mineral fines on the properties
of elaborated concretes.

Key words: mineral fines, lightweight concrete, thermal conductivity, mechanical characteristics, dimensional variations.

Notes 377

Introduction coût énergétique des matériaux ajoutés doit rester faible. Les
matériaux élaborés doivent être recyclables. Une étude a
L’industrie des granulats et celle du travail de la pierre gé-
For personal use only.

donc été menée pour transformer les fines minérales indus-


nèrent des quantités importantes de déchets plus ou moins trielles en matériaux isolants. C’est l’allégement par granu-
fins. Ces fines constituent bien souvent un problème pour lats de bois qui fait l’objet de ce travail.
l’environnement. Elles se présentent en effet, dans le cas
d’une extraction à sec, sous forme de poussières aisément
transportées par les courants d’air et entraînant une pollution Matériaux et techniques expérimentales
physique et esthétique de l’environnement. Les boues
comme celles de l’exploitation du granite ont longtemps été Les différentes fines étudiées sont identifiées dans le ta-
« valorisées » par épandage. Dans la réglementation euro- bleau 1. Pour cette étude, les résidus sous forme de boues
péenne cette pratique n’est plus acceptée, et la mise en dé- ont dû subir un traitement afin de mieux maîtriser les te-
charge serait actuellement une des seules issues. Les boues neurs en eau : séchage dans une étuve à ventilation à 105°C
argileuses provenant de l’exploitation de granulats alluvion- pendant 24 h, broyage durant une période de 3 h, tamisage
naires représentent dans certaines régions des gisements im- par vibration électrique au tamis 1.25 mm afin d’éliminer les
portants qui sont actuellement inexploités et rejetés dans des différentes impuretés qui ont pu polluer le bassin de décanta-
bassins de décantation. tion, stockage en salle sèche (20°C et 50% d’humidité rela-
C’est pourquoi certains des auteurs se sont penchés sur la tive).
valorisation de ces différentes fines. L’accent a été mis sur le Les différentes fines ont été caractérisées par leur distribu-
caractère environnemental. Les techniques utilisées doivent tion granulométrique (fig. 1), leur masse volumique et leur
être peu consommatrices d’énergie et non polluantes. Le conductivité thermique (tableau 2). Le ciment est un CPA-
CEM I 52.5 (norme EN 196 1) dont l’analyse chimique et la
composition Bogue sont données dans le tableau 3. Les gra-
Reçu le 3 juin 1998. nulats de bois sont des granulats commercialisés 3/8 de bois
Révision acceptée le 23 octobre 1998. d’épicéa (brevet français no 8102941) de masse volumique
M.L. Benmalek, A. Bouguerra et A. Ledhem. Groupe sèche apparente ρs = 165 kg/m3 et de conductivité thermique
Physique Environnement, Université de Rennes I, Rennes, λ = 0,07 W/(m·K).
France. Les composites élaborés dans ce travail ont tous la même
R.M. Dheilly et M. Queneudec.1 Laboratoire des Transferts répartition pondérale à sec. Seule la nature des fines diffère.
et Réactivité dans les Milieux Condensés. Institut Les proportions sont 25% de ciment (C) + 50% de fines
Universitaire de Technologie - Département de génie civil, minérales (F) + 25% de bois (B). Soit un rapport constant
Université de Picardie – Jules Verne, Avenue des Facultés, F/C = 2.
80025 Amiens Cédex 01, France. La quantité d’eau ajoutée a été déterminée à l’aide de la
Les commentaires sur le contenu de cette note doivent être formule générale empirique suivante (Al Rim et al. 1996) :
envoyés au directeur scientifique de la revue avant le
31 octobre 1999 (voir l’adresse au verso du plat supérieur). [1] E = WcC + WfF + WbB
1
Auteur correspondant (tél. et téléc. : 33 03 22 53 40 16; où, Wc est un coefficient permettant d’obtenir une pâte de ci-
e-mail : Michele.Tkint@iut.u-picardie.fr). ment de consistance normale (f = 1865 Pa); Wc = 0,35 selon
Can. J. Civ. Eng. 26: 374–377 (1999) © 1999 CNRC Canada
Notes 375

Tableau 1. Provenance et aspect des fines.

Nature des
fines Provenance Aspect initial
Granite Déchets des travaux de sciage et de finition de surfaces de la Boues lisses au toucher, de couleur grisâtre.
roche massive. Recueillies dans le bassin de décantation.
Grès Résidus d’exploitation des granulats par concassage. Extraites Boues quartzitiques de couleur rosâtre.
des granulats, après concassage par lavage intense à l’eau.
Recueillies dans le bassin de décantation.
Schiste Résidus de concassage de la roche massive. Le procédé de Farines très fines et relativement homométriques,
séparation des granulats concassés est un procédé à sec. de couleur gris verdâtre. Une séparation
Can. J. Civ. Eng. Downloaded from www.nrcresearchpress.com by Universite de Lorraine on 03/28/15

granulaire est déjà effectuée par l’exploitant.


Argile 1 Résultent de l’exploitation de placages de sables marins Boues de couleur brun clair contenant une portion
fossiles. Résidus de lavage des granulats. Recueillies dans d’environ 5% à 10% de quartz.
le bassin de décantation.
Argile 2 Résultent de l’exploitation d’une carrière de sable Boues de couleur jaunâtre, rugueuses, contenant
alluvionnaire. Recueillies dans le bassin de décantation. une proportion importante de quartz (~50%).

Fig. 1. Distribution granulométrique des fines minérales étudiées.


120

Fines d'Argile 1
100
Fines d'Argile 2
Fines de Grès quartzite
Passants cumulés (%)

80
For personal use only.

Fines de Granite
Fines de Schiste
60

40

20

0
1000 100 10 1 0,1 0,01
Diamètres des particules (microns)

Tableau 2. Masses volumiques et conductivités [2] E = 0,35C + (0,45 ou 0,70)F + 0,80B


thermiques des fines minérales.
Nature des Masse volumique λfine Les mélanges sont ensuite versés dans les moules par
fines absolue (kg/m3) (W/(m·K)) coulage. Les éprouvettes sont conservées en salle humide
(Θ = 20°C, HR = 90%) avant et après démoulage.
Granite 2610 2,58 La distribution granulométrique des fines a été déterminée
Grès 2640 4,72 par granulométrie laser.
Schiste 2800 3,76
Les mesures de densité sèche des fines ont été effectuées
Argile 1 2600 2,35
par pycnométrie à l’eau. Celles du matériau consolidé ont
Argile 2 2620 3,61 été réalisées par pesée et mesure des dimensions
d’éprouvettes cubiques de 10 cm d’arête, âgées de 28 jours
et séchées à 105°C jusqu’à masse constante.
Moslemi et Pfister (1987) et Al Rim (1995); Wf est un coef- Les mesures de variations dimensionnelles ont été réali-
ficient relatif aux fines étudiées permettant d’obtenir une sées à l’aide d’un rétractomètre à billes d’une précision de
pâte fine–eau de consistance normale. La détermination a été 10–3 mm, sur des éprouvettes prismatiques 4 × 4 × 16 cm3.
effectuée par les auteurs : Wf = 0,45 pour les fines de gra- Les mesures à l’état sec ont été effectuées sur des éprouvet-
nite, grès et schiste; Wf = 0,70 pour les fines d’argile 1 et tes séchées dans une étuve à 105°C jusqu’à masse constante,
d’argile 2; Wb est un coefficient relatif aux granulats de bois celles à l’état saturé sur les éprouvettes immergées dans
traités, il correspond à l’absorption à refus des granulats de l’eau distillée jusqu’à masse constante après conservation en
bois; Wb = 0,80 selon Bouguerra et al. (1995). Soit : atmosphère sèche (50% HR et 20°C) pendant 28 jours.
© 1999 CNRC Canada
376 Can. J. Civ. Eng. Vol. 26, 1999

Tableau 3. Analyse chimique et composition Bogue du ciment utilisé.

CaO MgO SiO2 Fe2O3 Al2O3 SO3 PF* 1000°C C3S C2S C3A C4AF
64,8 0,8 21,3 4,3 3,7 2,7 1,2 62,0 14,0 2,5 13,1
*
PF : perte au feu.

Tableau 4. Caractéristiques physicomécaniques des bétons Tableau 5. Conductivité thermique des bétons élaborés.
élaborés.
Nature des λ (W/(m·K)) Masse volumique
Nature des Masse volumique Variations fines État saturé État sec sèche (kg/m3)
fines apparente sèche Rc28 moyen dimensionnelles
Can. J. Civ. Eng. Downloaded from www.nrcresearchpress.com by Universite de Lorraine on 03/28/15

Granite 0,523 0,131 770


employées (kg/m3) (MPa) extrêmes (%)
Grès 0,556 0,175 730
Granite 770 3,3 0,51 Schiste 0,625 0,198 920
Grès 730 4,6 0,43 Argile 1 0,514 0,117 740
Schiste 920 4,8 0,52 Argile 2 0,522 0,117 700
Argile 1 740 2,0 1,05
Argile 2 700 2,2 0,59

À l’état saturé, l’influence est plus marquée et les conduc-


Les résistances à la compression à 28 jours sont obtenues tivités thermiques ne suivent pas la loi de densité. Notons à
par écrasement de trois éprouvettes de même géométrie que ce sujet, que nous avons pu montrer par imagerie RMN
les précédentes à la vitesse de chargement prévue par la (Bouguerra 1997) que lors d’une saturation par capillarité
norme NFP 18-406 pour le béton traditionnel (0,5 ± dans le cas d’une matrice argile–ciment, l’eau se localisait
0,2 MPa/s). Les résultats sont présentés dans le tableau 4. dans la matrice et diffusait essentiellement dans les pores de
Les conductivités thermiques des fines ont été détermi- faible dimension, les granulats de bois agissant comme cou-
For personal use only.

nées par la méthode récemment développée par Bouguerra et pure de capillarité. L’identification porométrique est en
al. (1997). Les conductivités thermiques des matériaux cours actuellement. Elle permettra d’expliquer l’influence de
consolidés sont déterminées par la technique de la sonde l’humidité sur les caractéristiques thermiques dans les états
monotige à faible inertie thermique (Laurent 1989) à la tem- saturés ou non. Toutefois, l’état saturé n’est qu’un état ex-
pérature ambiante de 20°C aux états extrêmes de conserva- trême. En situation normale de fonctionnement, les échanges
tion : éprouvettes entièrement saturées d’eau par immersion, d’humidité se font essentiellement en phase vapeur avec
éprouvettes séchées à 105°C jusqu’à masse constante. l’atmosphère ambiante. Les isothermes de sorption établis
dans le cas d’une matrice kaolinite–ciment montrent que
Résultats expérimentaux et analyse dans les conditions normales d’usage, la quantité d’eau ad-
sorbée est faible et ne modifie pas de façon significative les
Les résultats reportés dans les tableaux 4 et 5 permettent
performances d’isolation.
les observations suivantes.

Résistances à la compression Stabilité dimensionnelle


(i) Il n’existe pas de corrélation entre la résistance à la La stabilité dimensionnelle est un paramètre important qui
compression du matériau consolidé et sa masse volumique. peut affecter la durabilité des matériaux de construction en
À masse volumique égale, les composites confectionnés général. Le retrait et le gonflement sont des phénomènes
avec les fines de grès sont deux fois plus résistants que ceux susceptibles d’entraîner des dégradations. Les travaux réali-
confectionnés avec les fines d’argile 1. sés par Ledhem (1997) sur les variations dimensionnelles
(ii) La différence essentielle entre les deux fines argileu- des bétons de bois à matrice argileuse et simulant différentes
ses est la présence plus ou moins importante de sable fin. situations climatiques ont mis en évidence le caractère repré-
Ceci implique une différence dans la granulométrie et dans sentatif des variations dimensionnelles extrêmes (différence
la composition minéralogique qui peut expliquer la légère entre les dimensions à l’état sec et à l’état saturé) par rapport
différence obtenue pour les résistances en compression. aux différents retraits et gonflements. C’est en pratique,
l’écart de situation le plus extrême que peut subir le maté-
Conductivité thermique riau : passage d’un climat très sec et chaud à un contact ac-
À l’état sec, les valeurs de λ sont inférieures à 0,2 W/(m·K) cidentel avec l’eau liquide.
quelle que soit la matrice (tableau 5). Le tableau 6 présente L’analyse des résultats présentés dans le tableau 4 permet
des valeurs de λ de certains matériaux légers de même usage. les observations suivantes. (i) Les variations dimensionnel-
On voit qu’à densité égale les matériaux élaborés sont ther- les extrêmes sont compatibles avec les valeurs obtenues
miquement compétitifs. pour les bétons de bois à matrice cimentaire (Pimienta et al.
Même si l’on peut noter une valeur légèrement supérieure 1994). Celles-ci varient en général entre 3 et 10 mm/m sui-
pour le grès, les conductivités thermiques sont, à densité vant la nature des granulats de bois et la masse volumique.
égale à l’état sec, peu influencées par la minéralogie. Il sem- (ii) Pour des masses volumiques voisines de 700 kg/m3,
blerait donc que le rôle des granulats de bois soit prépondé- c’est le composite à base de grès qui paraît le plus stable.
rant. Les variations dimensionnelles extrêmes sont cependant tou-
© 1999 CNRC Canada
Notes 377

Tableau 6. Conductivité thermique de quelques matériaux légers de construction.


Masse volumique λsec
Matériau apparente sèche (kg/m3) (W/(m·K))
Plâtre [1] 1060 0,36
Béton cellulaire autoclavé BCA 500 [1] 500 0,18
Béton de perlite ou vermiculite [2] 400–600 0,24
600–800 0,31
Béton d’argile expansée [2] 600–800 0,25
800–1000 0,33
Nota : [1] : AL Rim, K. (1995). [2] : Règles DTU françaises Th. K77.
Can. J. Civ. Eng. Downloaded from www.nrcresearchpress.com by Universite de Lorraine on 03/28/15

tes voisines de 5 mm/m, excepté dans le cas de l’argile 1 où rables à celles des bétons de bois usuels. La quantité de sta-
elle atteint 10.5 mm/m. bilisant reste faible (< 250 kg/m3) pour des résistances en
La quantité de granulats de bois étant toujours la même, compression compatibles avec une utilisation en isolant ou
les différences observées semblent être imputables à la ma- isolant porteur. Les performances mécaniques dépendent
trice. Il faut tenir compte en particulier de la cohésion de la toutefois des caractéristiques des fines. Les caractéristiques
matrice qui est liée à la microporosité consécutive au départ de la matrice sont également primordiales pour la stabilité
de l’excès d’eau de gâchage et au développement du gel de dimensionnelle du composite. Par contre, il semblerait que
ciment lors de l’hydratation, à la nature minéralogique des les performances thermiques soient essentiellement condi-
fines, leur répartition granulométrique et leur adhérence avec tionnées par les inclusions de bois.
le gel de ciment hydraté.
En l’état actuel de l’étude, il est difficile de déterminer la
contribution exacte de chacun de ces facteurs. Cependant, Bibliographie
l’analyse des figures 1 et 2 montre que les fines de granite et
celles de schiste ont une granulométrie très voisine et que
For personal use only.

Al Rim, K. 1995. Le béton argileux léger. Généralisation à d’autres


les variations dimensionnelles sont les mêmes, mettant ainsi fines de roches et applications à la conception d’éléments de
en évidence le rôle de la répartition granulométrique des fi- constructions préfabriqués. Thèse de doctorat de l’université de
nes dans la stabilité dimensionnelle à l’eau. Par ailleurs, ces Rennes. Rennes, France.
courbes sont très différentes de celles des fines de grès en ce Al Rim, K., Ruzicka, M., Le Garrec, M.J., et Queneudec, M. 1996.
qui concerne la distribution granulométrique et les limites Valorisation de fines minérales industrielles. Revue déchets,
granulaires. Dans le cas des poudres de grès, la limite granu- sciences et techniques, 1 : 37–40.
laire supérieure est plus élevée (100 µm au lieu de 30 µm) et Bouguerra, A. 1997. Contribution à l’étude d’un procédé de valori-
la limite granulaire inférieure plus basse (0,1 µm au lieu de sation de déchets argileux: comportement hygrothermique des
1 µm). Les variations dimensionnelles sont 1,25 fois plus matériaux élaborés. Thèse de doctorat de l’Institut National des
élevées dans le cas des poudres de granite et de schiste. Il Sciences Appliquées de Lyon. Lyon, France.
semblerait donc que, plus la répartition granulaire est res- Bouguerra, A., Ledhem, A., et Queneudec, M. 1995. Lightweight
serrée, plus les variations dimensionnelles sont importantes. insulating concretes from clay and wood waste. Conchem, Inter-
Toutefois, les fines de grès quartzite ont une distribution gra- national Exhibition and Conference. Comptes rendus. Bruxelles.
nulométrique proche de celle des fines argileuses 2, alors H. Ziolkowsky GmbH, D-86150 Augsburg. ISBN 3-87846-176-3.
que les variations dimensionnelles à l’eau sont 1,5 fois plus pp. 483–489.
élevées pour les fines argileuses. Les fines d’argile 1 présen- Bouguerra, A., Laurent, J.P., Goual, M.S., et Queneudec, M. 1997.
The measurement of the thermal conductivity of solid aggrega-
tent sensiblement la même proportion d’éléments supérieurs
tes using the TPS technique. Journal of Physics D: Applied Phy-
à 10 µm que les fines de schistes et de granite. Les fines de
sics, 30 : 2900–2904.
grès, d’argile 1 et d’argile 2 ont des fractions inférieures à
Laurent, J.P. 1989. Évaluation des paramètres thermiques d’un mi-
1 µm voisines, alors que l’écart dans les variations dimen-
lieu poreux, optimisation d’outils de mesure in situ. Internatio-
sionnelles est important. L’analyse de la granulométrie ne
nal Journal of Heat and Mass Transfer, 32(7) : 1247–1259.
suffit donc pas à elle seule pour expliciter le rôle de la ma-
Ledhem, A. 1997. Contribution à l’étude d’un béton de bois. Mise
trice dans les variations dimensionnelles à l’eau. Enfin, les
au point d’un procédé de minimisation des variations dimen-
matériaux consolidés à base de grès et d’argiles ont sensible- sionnelles d’un composite argile–ciment–bois. Thèse de doctorat
ment la même porosité totale. Outre la morphologie de la de l’INSA de Lyon. Lyon, France.
matrice, il faudra donc prendre en compte la nature minéra- Moslemi, A.A., et Pfister, S.C. 1987. The influence of cement/wood
logique qui, d’ailleurs, peut intervenir dans la structure du ratio and cement type on bending strength and dimensionnel
matériau consolidé et distinguer le comportement des fines stability of wood-cement composite panels. Wood and Fibre
inertes à l’eau de celui des argiles. Science, 19(2) : 165–175.
Pimienta, P., Chandellier, J., Rubaud, M., Dutruel, F., et Nicole, H.
Conclusion 1994. Étude de faisabilité des procédés de construction à base
de béton de bois. Cahier du Centre scientifique et technique du
Les bétons de bois étudiés dans ce travail permettent la bâtiment No 2703. Centre scientifique et technique du bâtiment,
valorisation de résidus d’exploitation de carrières à travers Paris.
leur substitution au sable. Leurs caractéristiques sont compa-
© 1999 CNRC Canada