Vous êtes sur la page 1sur 8

  1

ADEFAR  
CONFERENCE  DE  PRESSE  
VENDREDI  1er  FEVRIER  2019  
 
 
I. BILAN  
 
• Les  réponses  à  nos  courriers  
Nous   avons   écrit   à   26   destinataires.   Voilà   dans   un   tableau   le   bilan  
qui  illustre  notre  succès.  
Nous   n’avons   reçu   qu’une   réponse   écrite  :   celle   du   Préfet   de   la  
Réunion.  
La   députée   Nathalie   Bassire   nous   a   demandé   notre   date   d’arrivée  
sur  le  parvis  des  Droits  de  l’Homme  :  sans  suite  !  
Le  GDS  et  la  Chambre  d’Agriculture  ont  déclaré  au  Quotidien  qu’ils  
apporteraient  une  réponse  :  Zéro  Kalbass  !  
La   SICA   Revia   (Charles   Emile   Bigot   et   Olivier   Robert)   ont   promis  
une  réponse  :  la  fumé  Gran  boi  !  
La   Région   Réunion   (par   l’intermédiaire   de   Mr   Dreinaza)   nous   a  
reçus   le   21   décembre   dernier   et   on   nous   a   promis   une   réponse   au  
nom  de  la  transparence.  Le  26  janvier,  il  nous  a  confirmé  que  notre  
dossier   a   bien   été   remis   au   Président   et   qu’une   suite   sera   donnée  :   il  
a  notre  adresse  !  
Le   vétérinaire   de   la   Clinique   des   Hauts   a   déclaré   qu’il   ne   répondra  
pas   car   pour   lui   l’ADEFAR   n’a   «  ni   la   compétence   ni   la   maturité  »  

 
  2  

pour  s’exprimer  en  la  matière.  Peut-­il  dire  (lui  qui  est  compétent  et  
mûr)  aux  journalistes  :  
-­‐  Comment   malgré   les   millions   d’euros   injectés   par  
l’Europe   chaque   année   dans   la   filière   Lait,   et   malgré   les  
brillantes  interventions  des  vétérinaires  et  techniciens,  la  
Réunion   est   passée,   en   15   ans,   de   130   à   54   éleveurs  
laitiers  ?  
-­‐ Comment  la  production  de  lait  est  passée  de  24,6  millions  
de   litres   par   an   en   2006   à   environ   16   millions  douze   ans  
plus  tard  ?  
 
-­‐ Comment   est-­on   passé   de   7100   vaches   non-­malades   avec  
un  potentiel  lait  en  1972  à  2800  bêtes  malades  zordi  ?  
 
Qu’il  ne  vienne  pas  faire  l’insulte  aux  éleveurs  de  dire  que  c’est  
de  leur  faute  !  
Ou   alors   qu’il   arrête   de   prendre   l’argent   de   ces  
«  incompétents  »  !  
 
 
• La  fréquentation  sur  le  parvis  
Autour   d’une   dégustation   de   produits   sains   ou   à   l’occasion   d’un  
atelier   sur   les   étiquettes   des   produits   transformés   localement   ou  
encore   à   partir   de   documents   mis   à   disposition,   nous   avons   accueilli  
plus  de  350  personnes  :  
-­‐ Des  sympathisants  de  l’ADEFAR  bien  sûr  
-­‐ Des  représentants  d’associations  culturelles  
-­‐ Une  personnalité  religieuse  
-­‐ Des   historiens,   des   professeurs,   des   cadres,   des   avocats,   des  
artistes  musiciens  et  photographes  
-­‐ La   compagnie   de   théâtre   Lolita   Monga   qui   nous   a   donné   un  
spectacle  sur  le  maronaz  avec  l’aide  d’Emmaüs  

 
  3  

-­‐ Des  représentants  de  la  communauté  Comorienne  et  


Mahoraise  
-­‐ Des  mères  et  pères  de  famille  
-­‐ Des  jeunes  et  des  enfants  
Cette   fréquentation   est   due   à   notre   présence   sur   le   campement  
24h/24h  depuis  le  18  janvier.  
 Nos   panneaux   de   photos   retraçant   l’histoire   de   l’élevage   et  
montrant  les  effets  des  maladies  étaient  attractifs.  
Les   médias,   les   réseaux   sociaux   et   le   bouche   à   oreille   ont   plutôt   bien  
relayé  les  infos  sur  notre  action.    
On  vous  remercie  tous  !    
Chaque   rencontre   nous   a   permis   de   distribuer   notre   livret   de  
vulgarisation  «  Scandale  bovin  à  la  Réunion-­La  poizon  dan  manzé  ».  
 

• La  posture  des  visiteurs  


-­‐ Certains  connaissent  l’origine  et  l’ampleur  de  ce  scandale  et  
essaient  de  faire  attention  à  leur  alimentation  
-­‐ Certains   (la   grande   majorité)   découvrent   le   problème   et  
posent  des  questions  sur  la  qualité,  la  traçabilité  des  aliments  
produits  localement.  Ils  demandent  aussi  quels  sont  les  rôles  et  
obligations   des   services   de   contrôle   (DAAF,   GDS,   vétérinaires,  
médecins,   abattoirs…)   dans   les   différentes   étapes   de  
«  l’élevage  à  l’assiette  ».  
-­‐ Certains   viennent   en   soutien   et   nous   apportent   des  
encouragements  ou  leurs  propositions  pour  la  suite  du  combat.  
   

II. LE  TABLEAU  DRESSE  PAR  NOS  VISITEURS  


Toutes  nos  rencontres  nous  donnent  la  photographie  d’une  certaine  
réalité  Réunionnaise  :  

 
  4  

1. Une  société  de  consommation  sans  fin  


Rues,   immeubles,   boîtes   aux   lettres,   écrans,   ondes   radio,   médias   et  
réseaux   numériques   abondent   de   publicités   en   tous   genres   pour  
nous  inciter  à  la  consommation,  à  la  sur-­consommation.  
Elles   nous   font   oublier   l’essentiel  :   la   réflexion,   le   recours   à   notre  
libre-­arbitre,   les   besoins   vitaux,   les   relations   humaines,   la   santé,   la  
culture…  
Nous   sommes   dans   la   mal-­bouffe,   l’overdose   de   médicaments,  
l’absorption  à  outrance  d’additifs,  de  conservateurs….  
La   chimie   de   synthèse   est   partout  :   eau,   vêtements,   produits  
ménagers  et  porte  atteinte  à  notre  santé.  
 
 
2. Des  politiques  qui  brillent  par  leur  absence  
«  Que  font  les  politiques  que  nous  avons  élus  face  à  cette  
situation  ?  Combien  sont  venus  vous  voir  ?  ».  
 Notre  réponse  à  ces  questions  qu’on  nous  a  souvent  posées  a  éclairé  
les   visiteurs   sur   le   souci   de   nos   élus   à   défendre   les   droits   de   nos  
concitoyens   et   surtout   ceux   des   familles   d’éleveurs   ruinées   par   les  
crises.  Le  silence  des  élus  rend  la  population  otage  de  ceux  par  qui  le  
scandale  arrive.  
Et  les  élus  qui  agissent  pour  le  développement  agricole  cautionnent  
et  encouragent  une  politique  qui  pollue,  empoisonne  ou  dégrade  la  
santé  ou  crée  «  les  prix  chers  ».  
 
3. Une  information  qui  n’informe  plus  
«  Pourquoi,  après  tant  d’années,  ce  problème  n’est-­il  pas  connu  de  la  
majorité  de  la  population  ?  »  

 
  5  

Cette   question   est   souvent   revenue.   Nous   nous   sommes   interpellés  


sur   l’efficacité   des   moyens   de   communication   actuels   et   sur   la  
responsabilité  de  chacun  en  la  matière.    
Depuis   2006,   le   combat   de   l’ADEFAR   est   bien   médiatisé   alors   force  
est  de  constater  que  :  
-­‐ Trop  d’informations  tue  l’information  
-­‐ Une  nouvelle  chasse  l’autre  
-­‐ Face  book  diffuse  de  l’éphémère  
Face   à   une   information,   chaque   citoyen   a   sa   propre   responsabilité  
qui  doit  le  pousser  à  approfondir  le  sujet  pour  se  faire  son  opinion.  
Peu   sont   venus   consulter   les   documents   que   nous   avons   mis   à   leur  
disposition  :   rapports   d’éleveurs,   ouvrages   didactiques   sur   les  
maladies  ou  sur  l’agriculture  saine.  
De   même,   peu   lisent   les   étiquettes   avant   d’acheter   un   produit  
alimentaire.   Les   étiquettes   elles   même   ne   donnent   pas   les   bonnes  
informations  au  consommateurs  sur  la  composition  des  produits.    
 
4. Les  hommes  au  service  des  normes  
Les   visiteurs   relèvent   que   les   agriculteurs,   particulièrement   les  
éleveurs,   sont   sous   le   joug   des   normes   portées   par   les   filières,   les  
institutions  et  les  autorités  administratives  de  l’Etat.      
Ainsi,  élever  un  poulet-­péi  sans  le  déclarer  ou  le  vacciner  est  interdit.  
Un   coq   qui   chante   dérange   tout   un   voisinage   et   peut   amener   un  
dépôt  de  plainte.  Elever  de  façon  traditionnelle  et  tuer  soi-­même  son  
cochon   pour   sa   propre   consommation   fait   de   nous   des   hors   la   loi.  
Echanger   des   semences   animales   ou   végétales   est   illégal   alors   que  
c’était  courant  à  la  Réunion.  
Par  contre  :  
-­‐ Elever   des   animaux   malades   contaminés   en   batterie   avec   des  
aliments   bourrés   de   médicaments,   des   OGM  ,   des   doses  

 
  6  

croissantes   de   produits   chimiques   pour   les   soins   et   la  


désinfection  des  bâtiments  n’est  passible  d’aucune  peine.  
Ce   développement   à   l’européenne   va   à   l’encontre   de   la   vie,   de   la  
santé,  du  travail  décent  et  du  respect  de  l’environnement.  «  C’est  une  
guerre   cachée   qui   ne   se   voit   pas   et   qui   est   très   grave  »   nous   a   dit   un  
professeur  à  la  retraite.  
 
5. Liberté,  Egalité,  Fraternité  ?  Kèl  ?  Ousa  ?  
Certains  ne  se  retrouvent  plus  dans  cette  devise  car  ils  n’ont  plus  de  
choix  ni  d’opinion.  
La  pièce  de  théâtre  «  Anlèr  piton  »  jouée  sur  le  parvis  le  25  janvier  
devant   une   cinquantaine   de   spectateurs   a   permis   un   échange  
autour  de  ces  notions.  En  voici  quelques  extraits  qui  font  le  lien  avec  
la  situation  des  éleveurs:  
-­‐ La  détermination  du  maron  est  perceptible  dans  la  recherche  
de  sa  liberté.  Aucun  obstacle  n’est  infranchissable  pour  lui.    
-­‐ A  l’inverse,  les  éleveurs  actuels  en  filière  sont  paralysés  devant  
la   hauteur   des   obstacles  :   mortalité   cachée   dans   les   élevages,  
endettement,   méconnaissance   des   maladies   présentes   dans  
leur  cheptel,  achat  de  nouveaux  animaux  malades  interdits  de  
vente,  persistance  de  maladies  graves  sur  l’exploitation…  
-­‐ Anchain   a   brisé   les   chaînes   de   l’esclavage.   Libre,   il   a   créé   son  
projet  de  vie,  fondé  sa  famille.  Il  est  mort  en  homme  libre.  
-­‐ Nombre  d’éleveurs  en  filière  acceptent  leurs  chaines  invisibles  
jusqu’à  la  déchéance  totale  :  
• Obligation  d’accepter  que  son  vétérinaire  traitant  soit  
à   la   fois   son   vétérinaire   sanitaire   (d’Etat)   pour   les  
prophylaxies  obligatoires  
• Si   un   éleveur   doit   de   l’argent   à   son   vétérinaire,   il   ne  
peut  pas  réagir  si  ce  dernier  lui  dit  qu’il  ne  viendra  pas  
faire  les  prophylaxies  obligatoires  

 
  7  

• L’éleveur   ne   peut   pas   s’exprimer   sur   ses   réalités   ou  


difficultés  car  il  est  aussitôt  sanctionné  par  les  filières  
ou   par   d’autres   institutions   (   lait   non   collecté,   arrêt  
des   livraisons   d’aliment,   confiscation   des   passeports  
des  bovins  par  l’EDE…)  
 
III. NOTRE  ANALYSE  DE  LA  SITUATION  
 
1. Les  autorités  en  état  de  récidive  
Comment   pouvons-­nous   défendre   les   droits   des   éleveurs   quand   nous  
voyons   l’indifférence,   l’irrespect,   le   déni,   l’omerta   de   nos   politiques,  
des   instances   agricoles,   des   responsables   de   nos   filières,   des  
autorités  administratives,  des  collectivités  ?  
Dans  la  réponse  du  Préfet  datée  du  11  janvier  2019  quelques  propos  
et   comportements   nous   révoltent   venant   du   plus   haut   responsable  
de  l’Etat  dans  l’île  :  
-­‐ Il   témoigne   de   l’excellence   des   produits-­péi,   dont   la   viande  
bovine  et  le  lait.  Pourtant,  il  est  l’auteur  d’un  arrêté  préfectoral  
interdisant  d’exporter  notre  viande  ou  nos  animaux  car  ils  sont  
malades  de  la  FCO  depuis  2008  ;  
-­‐ Concernant   la   LBE,   l’arrêté   de   1990   est   toujours   en   vigueur.  
C’est   une   maladie   règlementée   à   déclaration   obligatoire   de  
catégorie   2,   applicable   à   la   Réunion.   Comment   un  
représentant   de   l’Etat   peut-­il   passer   outre   cette  
règlementation   dont   il   a   obligation   et   autorité   pour   la   faire  
appliquer  malgré  la  condamnation  de  son  prédécesseur  ?  
-­‐ Un   préfet   peut-­il   mentir   à   l’ensemble   des   réunionnais   en  
interprétant   de   manière   orientée   et   approximative   un  
jugement   rendu   par   le   Conseil   d’Etat   qui   annule   les   arrêtés  
illégaux   et   condamne   le   Ministre   de   l’Agriculture  ?   (Voir  
réponse  de  l’ADEFAR)  

 
  8  

-­‐ Comment   le   préfet   peut-­il   affirmer   que   l’Etat   n’a   jamais   fait  
prendre  de  risques  à  la  population  réunionnaise  alors  que  dans  
leurs   élevages,   des   éleveurs   déjà   ruinés   sont   exposés,   et  
certains  contaminés  par  des  maladies  animales  transmissibles  
à   l’Homme   (fièvre   Q,   staphylocoque   doré,   chlamydiose  
bovine…)  ?    
-­‐ S’agissant   des   données   statistiques,   qui   dit   vrai   puisque   d’un  
service  à  l’autre  les  données  ne  sont  pas  les  mêmes  ou  ne  sont  
pas  communiquées  ?  
 
2. Au  moins  nous  aurons  fait  notre  part…..  
Du   18   janvier   au   1er   février   2019,   l’ADEFAR   a   attendu   longtemps   les  
défenseurs   des   Droits   de   l’Homme   et   du   citoyen.   Ils   ne   se   sont   pas  
rassemblés  en  ce  lieu.  Par  leur  silence,  ils  ont  affirmé  leur  mépris  :  
-­‐  vis-­à-­vis  de  notre  association    
-­‐ mais  surtout  vis-­à-­vis  des  familles  victimes  de  leurs  
manquements  
-­‐ et  aussi  vis-­à-­vis  de  la  population  réunionnaise  à  qui  sont  
destinés  ces  produits  à  usage  local  (terme  de  la  saisine  de  
l’ANSES  2015)  
Par  leur  comportement,  ils  confirment  que  la  misère  restera  encore  
une  fatalité  dans  notre  société.  
Par   leur   absence,   ils   proclament   qu’ils   sont   contre   ceux   qui   luttent  
pour  le  respect  des  droits.  
L’ADEFAR,  quant  à  elle  est  convaincue  que  «  là  où  des  hommes  sont  
condamnés   à   vivre   dans   la   misère,   les   Droits   de   l’Homme   sont  
violés  ».  S’unir  pour  les  faire  respecter  est  un  devoir  sacré.  
 L’ADEFAR  continue  son  combat.  
 FAIT  LE  1er  FEVRIER  2019