Vous êtes sur la page 1sur 4

1 Intégrales à Paramètres

Z
Dans cette section on pose pour x ∈ J , F (x) = g (x, t )∂t avec I , J intervalles et g à valeurs dans R ou C.
I
On s’intéresse ici à la « régularité » de ces fonctions définies par des intégrales, comme la « bien-connue » :
Z +∞
Γ(x) = t x−1 e −t dt
0

Théorème de Continuité

• ∀x ∈ J t → g (x, t ) continue par morceaux sur I .

• ∀t ∈ I x → g (x, t ) continue sur J .

• Hypothèse de domination sur tout segment


Pour tous [a, b] ⊂ J , Il existe ϕ continue par morceaux, ¯positive¯ et intégrable sur I telle que :
¯g (x, t )¯ ≤ ϕ(t )
£ ¤
∀ x ∈ a, b ⊂ J ∀ t ∈ I
¯ ¯

Alors F est continue et définie sur J et en particulier pour tout x ∈ J , t → g (x, t ) intégrable sur I .

Remarques
I L’intégrabilité de t → g (x, t ) sur I n’est pas nécessaire à vérifier, puisque découle de la domination.

I On peut remplacer l’hypothèse de domination sur tout segment, par la domination sur J tout entier,
mais cela se révèle moins pratique à l’usage car il est plus aisé de majorer x sur un segment.

I On peut aussi remplacer la vérification des deux premières hypothèses par l’hypothèse (plus forte mais
plus rapide. . .) (x, t ) → g (x, t ) est continue sur J × I .
Z Z Z
I Le théorème amène en particulier : ∀ a ∈ J lim g (x, t )∂t = lim g (x, t )∂t = g (a, t )∂t
x→a I I x→a I

Théorème de Dérivabilité (sous le signe somme)


∂g
On suppose, ici, que g (x, t ) admet une dérivée partielle (x, t ) sur J × I
∂x
• ∀x ∈ J t → g (x, t ) continue par morceaux et intégrable sur I .

∂g
• ∀x ∈ J t→ (x, t ) continue par morceaux sur I .
∂x
∂g
• ∀t ∈ I x→ (x, t ) continue sur J
∂x
• Hypothèse de domination sur tout segment
Pour tous [a, b] ⊂ J , Il existe ϕ continue par morceaux, positive et intégrable sur I telle que : .
¯ ∂g ¯
¯ (x, t )¯ ≤ ϕ(t )
£ ¤
∀ x ∈ a, b ⊂ J ∀ t ∈ I
¯ ¯
∂x
∂g ∂g
Z
1 0
Alors t → (x, t ) est intégrable sur I , pour tout x ∈ J , et F est de Classe C sur J et F (x) = (x, t )∂t .
∂x I ∂x

Remarques
I Ici il est nécessaire de vérifier l’intégrabilité car seulement celle de la « dérivée » est assurée par la do-
mination.

I On peut remplacer, ici aussi, la domination sur tout segment de J par la domination sur J tout entier.
2 Intégration et Intervertion de symboles
Z Z Z
?
On s’intéresse ici à la problématique lim fn = lim f n = lim f n (t )∂t .
n→∞ I I n→∞ I n→∞

On supposera donc de facto la convergence simple de la suite de fonctions f n sur I

Théorème de convergence dominée de Lebesgue1


Soit ( f n )n∈N une suite de fonctions continues par morceaux sur I f n : I ⊂ R → R ou C.

• La suite ( f n ) converge simplement sur I vers une fonction f continue par morceaux sur I .

• Hypothèse de domination : Il existe ϕ continue par morceaux,


¯ ¯ positive et intégrable sur I telle que :
∀ t ∈ I ∀ n ∈ N ¯ f n (t )¯ ≤ ϕ(t )
¯ ¯

Z Z Z
Alors f est intégrable sur I et lim fn = lim f n = f
n→∞ I I n→∞ I

Remarque : Ici aussi, l’intégrabilité des f n sur I car elle résulte de l’hypothèse de domination.

Théorème 2 sur un segment Soit ( f n )n∈N une suite de fonctions continues et intégrables sur [a, b]
Z b
à valeurs dans R ou C, telle que la suite ( f n ) converge uniformément sur [a, b], alors lim fn =
n→∞ a
Z b Z b
lim f n = f
a n→∞ a

Remarque : On notera qu’il faut dans ce théorème un segment [a, b] et la continuité des f n (car la convergence
uniforme entraine la continuité de f donc son intégrabilité sur [a, b]). La continuité par morceaux des f n n’est
pas suffisante, pour assurer l’intégrabilité de la limite. Il faudrait alors la vérifier.

Z +∞
X ? +∞
X Z
On s’intéresse maintenant à la problématique un = un (dénommée intégration terme à terme)
I n=0 n=0 I

Théorème de Lebesgue d’Intégration terme à terme


Soit ( u n )n∈N une série de fonctions continues par morceaux et intégrables sur I . u n : I ⊂ R → R ou C.
P

P
• La série de fonctions u n converge simplement sur I
+∞
X
et sa somme S(x) = u n (x) est continue par morceaux sur I .
n=0

X ³ Z ¯¯ ¯¯ ´
• La série numérique ¯u n ¯ converge.
I

+∞
X Z ³ +∞
X ´ +∞
X ³Z ´
Alors S = u n est intégrable sur I et on peut « intégrer terme à terme » un = un
n=0 I n=0 n=0 I

Remarque : On notera ce théorème donne une condition suffisante d’intégrabilité d’une série de fonctions.

Théorème 2 d’Intégration terme à terme sur un segment


Soit (u n )n∈N des fonctions continues et intégrables sur [a, b] à valeurs dans R ou C.
Z b ³ +∞
X ´ +∞
X ³Z b ´
P
Si la série de fonctions (u n ) converge uniformément sur[a, b], alors un = un
a n=0 n=0 a

Remarque : Dans ce théorème, l’intégrabilité de la focntion-somme est juste assurée par sa continuité sur le
segment, continuité qui découle de la convergence uniforme.
3 Séries à  Paramètres  ou Séries de fonctions
+∞
avec J intervalle et u n : J ⊂ R → R ou C.
X
Dans cette section, on pose pour x ∈ J , S(x) = u n (x)
n=0
On s’intéresse ici à la « régularité » de ces fonctions définies par des sommes de série, comme la « bien-connue »
fonction ζ de Riemann1 :
+∞ 1
ζ(x) =
X
n=1 nx

Théorème de Continuité

• u n est continue sur J .


P
• La série de fonctions u n converge uniformément sur sur tout segment [a, b] ⊂ J (ou sur J tout
entier)
+∞
X P
Alors S(x) = u n (x) est continue et définie sur J en particulier ∀ x ∈ J , la série u n (x) converge.
n=0

Remarques
+∞
X +∞
X +∞
X
I On a donc l’« intervertion de symboles » lim u n (x) = lim u n (x) = u n (a) (pour a ∈ J )
x→a x→a
n=0 n=0 n=0
P
I Dans la pratique, on utilise souvent la condition suffisante de la convergence normale de un

Théorème de Dérivabilité (dérivation terme à terme)

• u n est de classe C 1 sur J .


P
• La série de fonctions u n converge simplement sur J

u n0 converge uniformément sur tout segment [a, b] ⊂ J


P
• La série de fonctions (ou sur J tout
entier)
³ +∞ ´0 +∞
S 0 (x) =
X 0
Alors S est de classe C 1 sur J et on peut dériver terme à terme
X
u n (x) = u n (x).
n=0 n=0

1. Bernhard Riemann : mathématicien allemand de génie (1826-1866). Travaux fondamentaux sur les fonctions analytiques, la
théorie de l’intégration, la géométrie différentielle. Sa fonction ζ donne des indications sur la répartition des nombre premiers.
4 Intervertion de Limites
³ ´
? ³ ´
On s’intéresse ici à la problématique lim lim f n (x) = lim lim f n (x) .
n→∞ x→a x→a n→∞

On supposera donc « de facto » la convergence simple des f n et l’existence d’une limite des f n en a. A noter
aussi, que si les f n sont continues en a, le problème équivaut à la continuité de f = lim f n en a et a déjà été
traité.

Théorème « de la double limite »


Soit ( f n )n∈N une suite de fonctions f n : I ⊂ R → R ou C et a ∈ I ou une borne de I finie ou infinie

• La suite de fonctions ( f n ) converge uniformément sur I (vers une fonction notée f ).

• Chaque fonction f n admet une limite b n en a.

Alors la suite (b n ) est convergente (vers un réel noté b) et f = lim f n admet pour limite b quand x → a,
cad
³ ´ ³ ´
lim lim f n (x) = lim b n = b = lim f (x) = lim lim f n (x)
n→∞ x→a x→a x→a n→∞

³ +∞ ´ +∞
X ? X ³ ´
On s’intéresse maintenant à la problématique lim u n (x) = lim u n (x) .
x→a x→a
n=0 n=0

A noter que si les u n sont continues en a, le problème a déjà été résolu par le théorème sur la continuité d’une
somme de série ou une série à « paramètre ».

Théorème
Soit ( u n )n∈N une série de fonctions u n : I ⊂ R → R ou C et a ∈ I ou une borne de I finie ou infinie
P

P
• La série de fonctions u n converge uniformément sur I (de somme notée S).

• Chaque fonction u n admet une limite b n en a.

P +∞
X
Alors la série ( b n ) est convergente (de somme notée B) et S(x) = u n (x) admet pour limite B qd x → a,
n=0
cad
³ +∞
X ´ +∞
X +∞
X ³ ´
lim u n (x) = lim S(x) = B = bn = lim u n (x)
x→a x→a x→a
n=0 n=0 n=0